Docstoc

traditions­_madrilenes_avance_1_octobre_novembre_2009

Document Sample
traditions­_madrilenes_avance_1_octobre_novembre_2009 Powered By Docstoc
					Madrid, capitale de l’EspagnE

Un peu d’histoire
Madrid est une fondation relativement récente d’origine arabe. C’était pendant la première moitié du IXe siècle que l’émir de Cordoue Mohamed I a décidé de créer un poste frontière aux limites de son territoire, Al-Andalous.
Elle sera musulmane jusqu’en 1083, date de sa conquête par Alfonso VI, le roi de Léon et de Castille. Cette place forte deviendra peu à peu, une grande ville, où Philippe II de Hasbourg déplacera la cour de son empire universel.

À partir du XVIe siècle, Madrid connaîtra ainsi une grande croissance artistique et culturelle florissante.

E.O.I VILLAVERDE

Elle sera définitivement choisie, au début du XVIIe siècle sous le roi Philippe III de Hasbourg, comme capitale de ses états.
Ce sera un “Bourbon”, le roi Charles III, qui la modernisera et ordonnera la création du tracé de ce que seront les futurs grands boulevards de la ville, le Paseo de la Castellana, celui de Recoletos, celui du Prado et celui des Acacias.

Au début du XIXe siècle a lieu la Guerre de L’Indépendance. Le petit peuple madrilène souffre cruellement lors des « exécutions du 2 mai » par les troupes napoléoniennes, immortalisées par le célèbre tableau du peintre “Goya”.
Aujourd’hui, la Villa de Madrid est devenue une cité très cosmopolite, avec une ardente vie culturelle et nocturne. Elle abrite, entre autres, l’une des premières galeries de peintures classiques du monde, le Musée du Prado

La carte la plus ancienne de Madrid a été réalisée en 1656 par Texeira.

E.O.I VILLAVERDE

La Cabalgata ou la chevauchée des Rois Mages
Cela fait 100 ans environ qu´on célébre, tous les 5 Janvier, la "Cabalgata de Reyes".

Il s´agit d´une représentation du voyage que les trois rois mages ont fait à propos de la naissance de Jésus-Christ.
C´est une parade de carrosses, vraiment, très animée et oú l´on donne des caramels, des bonbons et des jouets aux enfants. Tout un spectacle qu´il faut absolument aller voir!

E.O.I VILLAVERDE

Les tapas et les Cañas

E.O.I VILLAVERDE

À Madrid, l’ art de bien manger est aussi l’ art de la dégustation de ces bien connus plats: les tapas, des mixtures de saveurs, des recettes populaires que se prennent dans les bars.

Les tapas, elles sont très anciennes !. On croit que le roi Alphonse X (1221-1284) en serait l’ inventeur. Les Madrilènes ont l’ habitude de faire des tapas, avant de manger, ou bien dans la soirée pour faire la fête avec les amis en buvant des bières ou du vin, et aussi pour dîner pour un prix très économique.
Il y a beaucoup de brasseries où on peut goûter les tapas dans différents lieux très populaires de la ville de Madrid : rue Huertas, Cava alta, Cava baja, Puerta del Sol … souvent bourrés de gens.

Chacun a sa spécialité et on propose de suivre notre guide une liste de tapas et des bars où elles son réellement bien faites : un parcour à Madrid. Mais attention ! Ce ne sera pas facile de les goûter tous : tout un défi.

E.O.I VILLAVERDE

Le Rastro

E.O.I VILLAVERDE

Le Rastro est un endroit du centre de Madrid où on peut trouver le dimanche et les jours fériés presque tous types de choses si on a de la patience pour bien les chercher. Au XVe siècle, il y avait là deux abattoirs et c’est pour la trace de sang que laissaient les vaches dans ce lieu qu’on l’appelle encore aujourd’hui le Rastro , c’est-à-dire la Trace. À ce moment-là, il n’y avait que des boucheries et des fabriques de produits à base de peaux d’animaux et de graisse animale. Cependant, de nos jours, on peut y trouver des magasins vendant des animaux, de vieilles librairies, des antiquaires, des bars typiques, des bazars et aussi des galeries.

E.O.I VILLAVERDE

E.O.I VILLAVERDE

Football
Le football est devenu le sport le plus passionant pour la plupart des hommes. C'est aussi un moyen pour sortir de la routine quotidienne. En plus, dans le tiers monde, c'est une chance d' échapper à la pauvreté. À Madrid on trouve le grand stade Santiago Bernabeu qui symbolise la tradition sportive si enracinée dans la mentalité populaire. Il fait partie, en même temps, de la culture architectonique des citoyens. La ville est en fête quand le stade ouvre ses portes el le jeu commençe-

E.O.I VILLAVERDE

La San Isidro
Quand nous parlons de « san Isidro », nous faisons allusion au saint patron de la ville de Madrid et de certains villages, qui célèbrent également les processions de la bénédiction des champs et donc de l’agriculture.
Isidro de Merlo et Quintana est né à Madrid en 1080. Il était cultivateur et sa vie est pleine de faits surprenants qui auraient, selon la tradition légendaire, amélioré la vie de sa ville. Mais le fait le plus connu et par lequel il sera canonisé apparaît dans une tradition plus tardive, en 1622.

En donnant un coup par terre, le saint aurait fait jaillir une source qui allait fournir en l’eau toute la ville de Madrid.

E.O.I VILLAVERDE

La tradition raconte à cet égard que cette eau miraculeuse aurait même fait guérir le roi Philippe III. La nouvelle capitale d’un grand empire universel au Siècle d’Or n’avait-elle pas cruellement besoin de grands miracles pour faire oublier ses origines obscures et pour que ses prélats puissent commencer à prétendre au titre convoité d’archevêque ?

Sur la place de Saint-André est située la maison du saint où il aurait vécu avec son épouse et son fils et où se serait produit le fameux miracle de l’eau. Madrid change pendant ces jours de fête et d’allégresse devient encore plus populaire et chaleureuse pour les touristes. Les madrilènes aiment s’amuser, danser, bien manger, chanter et profiter des « Corridas de toros » mais cette dernière tradition ne fait plus l’unanimité de nos jours.

Pour aller à la « Verbena », on sort les vêtements typiques « castizos » des armoires. Les femmes doivent être habillées traditionnellement de « chulapas » en robe longue, avec un foulard sur la tête, une fleur dans la chevelure. Les hommes portent le pantalon noir ou bleu et un gilet bien taillé sur une chemise blanche avec un foulard noir porté autour de la gorge et sur la tête, la fameuse casquette à carreaux.

E.O.I VILLAVERDE

Pendant cette journée-là on peu profiter du son de l’ « organillo », un instrument musical très madrilène avec lequel on danse le « Chotis » . Les activités sont très variées, mais les plus intéressantes sont les « romerías », les pèlerinages de la fête patronale sur les bords de la rivière le Manzanares ; les marchés de céramique ; les concours de danse et surtout les concerts de rue et les expositions en l’honneur du saint.

Beaucoup de Madrilènes vont le 15 mai, le jour du saint, à la Prairie, pour passer la journée à l’air libre. Celle-ci est située dans le quartier populaire de Carabanchel et s’étend ensuite jusqu’à la Via Carpetana et au Paseo 15 mai, du côté de la rive ouest du Manzanares entre le Paseo de l’ermitage du saint (où l’on boit l’eau de la sa fontaine, à laquelle on attribue des vertus miraculeuses).

E.O.I VILLAVERDE


				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Tags:
Stats:
views:487
posted:11/5/2009
language:French
pages:12