saps04-rugby by MizoMisbah

VIEWS: 1 PAGES: 12

									L ’ O B S E R V A T O I R E                                                                     D U        M O U V E M E N T




Sport, Activité Physique & Santé
 L E T T R E D ’ I N F O R M AT I O N ( 4 n u m é r o s p a r a n )                                                                              Septembre 2007

                                                                                                                                                                HS - N°04



                                                                                      ES ION
Editorial                                                           UN S PORT : UNE L
 Et 1…, et 2…, et 3 essais du XV de France en
 Finale de la Coupe du Monde de Rugby, chez lui,
                                                                                                          Le Rugby
 contre les All Blacks ! Rêvons !                                                              La colonne cervicale
 L’ODM se devait de s’intéresser à l’événement de
                                                        SOMMAIRE




                                                                   Editorial : D. Rivière                        Epidémiologie de la traumatologie
 l’année ! Son Président, Ch. Mansat, amoureux                                                                   dans le Rugby à XV : F. Pillard, D. Rivière, G. Garet   4
 passionné de ce sport n’hésite pas à nous dire                    Colonne vervicale du joueur de rugby          Quel jeu ? : P. Villepreux                              9
 sa crainte devant certaines “dérives”, comme                      de première ligne : J. Prère                1 Opinion : Ch. Mansat                                    8
 cette”obésité musculaire” qui fait que
 déménageurs de pianos ou joueurs de partition                                                              Colonne cervicale du joueur
 se ressemblent maintenant (presque) tous ! “Le                                                              de rugby de première ligne
 jeu évolue”, lui répond le “Maître” P. Villepreux.
 En fin connaisseur, il nous décrypte le jeu et ses     Midi Olympique du 9 juillet 2007 : Editorial (J.Verdier) : « le syndrome des piliers trentenaires ».
 règles, les joueurs d’aujourd’hui et leur              Article Blessés et Formation (B.Gay) : « trois grands blessés et un décès sur les phases de mêlée ».
 entraînement ! Dans sa conclusion, il rejoint Ch.      Rubrique médicale (B. Gay) : « le sujet phare… de la commission médicale concernera ...le
 Mansat sur les risques d’un jeu axé sur la             rachis ».Malgré les nouvelles règles,la colonne cervicale reste aujourd’hui un problème d’actualité
 “dureté” ! Sport de contact et de combat, le           surtout pour les premières lignes (mais aussi pour les autres joueurs).
 rugby génère beaucoup de blessures ! Dans son
 étude épidémiologique, F.Pillard souligne la           Contraintes « normales » et                               le cou (par légère flexion) lors de l’entrée en mêlée
 survenue dans des phases particulières de jeu          évolution naturelle de la colonne                         (pression axiale sur l’ensemble de la colonne +
 un pourcentage non négligeable de                      cervicale des premières lignes en                         ou – horizontale,tête au niveau des hanches,inter-
 blessures”potentiellement” évitables, ce qui                                                                     diction de la « badajita »).La mêlée doit être stable
                                                        dehors des accidents aigus.                               et équilibrée, ni tournée ni effondrée ou relevée,
 devrait déboucher sur des mesures
 “préventives”. Cette démarche a déjà eu lieu                                                                     avec interdiction de l’impact supplémentaire de
                                                        Deux packs poussant normalement en mêlée déve-            l’entrée « en bélier » (« depower the scrum » :
 pour la première ligne, particulièrement               loppent une pression axiale de 1,5 tonne chez les         nouvelles règles de l’engagement).
 exposée. J Prère nous livre une description            seniors professionnels et 1 tonne chez les amateurs       Le talonneur est le plus exposé à la pression axia-
 exhaustive du “risque rachidien cervical” avec         et les jeunes autorisés à pousser. Cette pression         le cervicale : les bras au dessus de ses piliers, il
 une iconographie qui fait froid dans…le cou !          s’exerce essentiellement sur la colonne vertébra-
 En rappelant que les accidents graves touchent         le des deux piliers et surtout du talonneur.
 surtout les jeunes et les amateurs peu entraînés,      Cette pression seule est supérieure à la résistance
                                                        normale des vertèbres cervicales et des disques
 lui aussi insiste sur la prévention !
                                                        cervicaux.Il faut donc dissiper cette pression par
 Vous l’avez compris, cette lettre délivre un           les structures élastiques axiales du corps sur l’en-
 message fort de Médecine du Sport : permettre          semble de la colonne c’est à dire l’os spongieux
 la performance oui, mais pas aux dépens de la          vertébral et surtout les disques (50% cervical,50%
 santé du joueur !                                      reste du rachis dorsolombaire).Le rôle des muscles
 La grande messe du rugby va débuter ! Faisons          est moindre en pression axiale.
 le souhait que tous ces professionnels se              On sait que les vertèbres et les disques cervicaux,
 souviennent qu’à l’origine le rugby est… un jeu        les plus petits de la colonne, sont « faits » pour
 et que tous puissent terminer cette Coupe du           supporter la tête (4,5 kilos) et la mouvoir (facet-
                                                        tes postérieures obliques moins résistantes à la
 monde sur le terrain !
                                                        pression et la flexion que les facettes lombaires
 Et que cette Coupe qui vient visiter la France,        orientées dans le plan frontal).
 s’y attarde…4 ans !                                    Pour dissiper et répartir la pression de façon
                                           D. Rivière   « harmonieuse »,les premières lignes délordosent
                                                    premières lignes sont ensuite précoces et
                                                    fréquents dès 20-25 ans en dehors de toute
                                                    symptomatologie (par comparaison avec les
                                                    joueurs de rugby des autres lignes, les autres
                                                    sportifs et les non sportifs): ostéophytes des
                                                    plateaux (80% après 22 ans), diminution de
                                                    hauteur de moitié des disques (70%),fissures
                                                    de l’anneau discal (60%), protrusion discale
                                                    (50%), hernie discale (25%), ostéophytes des
                                                    articulaires postérieures (50%).Tout cela,ajou-
                                                    té au remodelage « normal »des corps verté-
                                                    braux élargis, réduit la taille du canal. (fig. 2).




                                                                                                           Fig. 3 : talonneur 24 ans. Hernie discale sur
                                                                                                           mêlée effondrée. Tétraparésie régressive.
Fig. 1 : Pilier de 21 ans. Densification sous                                                              La flexion-compression (+ou- rotation)
corticale et début de diminution de hauteur                                                                Flexion pure,compression pure,rotation pure
vertébrale.                                                                                                sont insuffisantes pour rompre un anneau
                                                                                                           discal ou un plateau vertébral mais pas pour
peut moins bien répartir la pression sur le reste                                                          expulser un disque ou disloquer un segment
de son corps. La rotation de sa tête pour                                                                  de colonne et comprimer la moelle.
surveiller le ballon entrant diminue aussi la                                                              La flexion-compression type survient par mêlée
résistance axiale (voir accidents aigus).                                                                  effondrée où la première ligne battue est en
La colonne cervicale s’adapte. Le meilleur                                                                 flexion,tête bloquée contre l’adversaire ou le
moyen d’étude est l’IRM.Avant 19 ans,la seule                                                              sol.Les autres avants sont surtout exposés dans
particularité d’un première ligne par rapport                                                              un maul effondré.Cela peut provoquer soit la
aux autres jeunes sportifs est son morphotype                                                              rupture de l’anneau discal avec expulsion
habituel (cou plutôt court et musclé). De 20                                                               discale (fig.3) soit la rupture progressive d’ar-
ans à 30 ans, vertèbres et disques changent                                                                rière en avant des ligaments postérieurs ou arti-
progressivement d’aspect (fig.1). L’os spon-                                                               culaires postérieures, du disque et/ou des
gieux central du corps vertébral perd plus vite     Fig.2 : Pilier 28 ans. Vertèbres aplaties et
                                                                                                           plateaux vertébraux avec dislocation (fig.4).
sa moelle hématopoïétique pour devenir préco-       élargies. Disques protrus et déshydratés.
                                                                                                           Dans les deux cas il y a menace de compres-
cement fibreux (plus dur mais moins élas-           Ostéophytes articulaires postérieurs.                  sion médullaire, surtout si le canal est déjà
tique).Le spongieux sous cortical se densifie                                                              étroit.
et se sclérose et les corticales s’épaississent     Les accidents traumatiques                             Le risque de lésion est majoré si la compres-
(surtout les corticales horizontales,perpendi-      graves aigus.                                          sion se poursuit :poursuite de la poussée d’une
culaires à la pression).Les vertèbres se remo-      Il ne s’agit pas des cervicalgies mécaniques,          mêlée ou d’un maul effondrés (interdit).
dèlent (l’os est vivant), perdent 1 à 2 mm en       moins fréquentes que chez les sujets de même           Par gravité croissante, il s’agit de contusion
hauteur mais gagnent 2 mm en largeur (au            niveau d’arthrose,la bonne musculature joue            médullaire,contusion plus ischémie par occlu-
dépens du canal).Plus vite que chez les autres      son rôle de verrouillage (ce problème appa-            sion de l’artère spinale antérieure,dilacération
sportifs, les disques perdent leur hydratation,     raît après 35 ou 40 ans quand la belote au bar         médullaire.
initialement sans pincement.(L’exercice régu-       a remplacé l’entraînement).Il ne s’agit pas non        Parmi les premières lignes,le talonneur est plus
lier entretient la synthèse des glycanes hydro-     plus des accidents algiques bénins (fissure            exposé (65 % des accidents) que les piliers
philes, l’excès de pression majore leur cata-       discale,entorse ligamentaire) qui ne sont mal          (35%). Sa position, bloqué entre ses piliers,
bolisme).Plus que comme des signes de dégé-         vécus que par la perte de la place pour les            épaules relevées, bras sur ses piliers, l’empê-
nérescence précoce, on peut l’interpréter           prochains matches,mais il s’agit des accidents         che d’esquiver.
comme une adaptation à la fonction.Ces modi-        de compression médullaire.                             Les autres avants risquent le même accident
fications augmentent la résistance rigide à la      La tétra parésie ou la tétra anesthésie trans-         dans le maul effondré et tous les joueurs sur
pression mais diminuent l’élasticité en             itoire (même de quelques secondes) est un              un plaquage :le plaqueur tête première fléchie
compression,d’autant que les muscles progres-       signe d’alerte sérieux. La tétraplégie incom-          sur le corps de l’adversaire,et le plaqué retom-
sivement plus épais et plus puissants               plètement régressive ou non régressive devient         bant en flexion sur plaquage « cathédrale »
verrouillent mieux la colonne.                      un drame.Deux mécanismes principaux sont               (interdits) (fig.5).
Les signes de vraie dégénérescence chez les         incriminés :                                           Ces accidents touchent presque toujours la
                                                           SION
                                          UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 2 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
                                                                                                          des joueurs où le rapport est > à 0.7.
                                                                                                          Et pourtant ! Si les seniors professionnels appa-
                                                                                                          raissent les plus exposés (surtout après 30 ans),
                                                                                                          toutes les enquêtes montrent que les accidents
                                                                                                          graves touchent essentiellement les jeunes et
                                                                                                          les amateurs peu entraînés.La prévention passe
                                                                                                          surtout par l’entraînement individuel (position
                                                                                                          et musculation) collectif (stabilité du pack en
                                                                                                          poussée),l’absence de poussée en mêlée chez
                                                                                                          les plus jeunes,l’entrée en mêlée sans impact
                                                                                                          violent (nouvelles règles), la prohibition des
                                                                                                          mêlées effondrées et relevées,les mêlées simu-
                                                                                                          lées quand il manque un joueur de première
                                                                                                          ligne entraîné,et la prohibition des plaquages
                                                                                                          dangereux.
                                                                                                          ● Jean Prère
                                                                                                            Neuro-radiologue,Nlle Clinique de L’Union

                                                    Fig.6. talonneur 32 ans. Contusion
Fig 4 : Talonneur 29 ans. Mêlée effondrée.          médullaire en extension. Séquelles
Dislocation en flexion (ligaments                   définitives.
postérieurs et disque). Tétra-anesthésie
                                                    Le risque individuel
régressive mais arthrodèse nécessaire.
                                                    On a surtout insisté sur l’étroitesse du canal (2,
                                                    4,5,6,9).L’indice de Torg est basé sur les radios
                                                    de profil de C3 à C6 : le rapport de la largeur
                                                    du canal / largeur de la vertèbre doit être > ou
                                                    = à 0.8.C’est un excellent moyen de dépistage
                                                    des sténoses canalaires congénitales.Sa valeur
                                                    pour exclure un canal étroit congénital est
                                                    établie.Sa valeur prédictive positive du risque
                                                    est maintenant discutée pour les premières
                                                    lignes.Les vertèbres des seniors sont plus larges,
                                                    ce qui fait chuter le rapport, le calibre propre
                                                    de la moelle est individuellement variable, et
                                                    surtout la véritable sténose à risque est locali-
                                                    sée par saillie disco-ostéophytique (sténose
                                                    acquise).Evaluer le rapport contenu/contenant
                                                    est plus aisé par L’IRM avec rapport médullo-
                                                    canalaire à chaque étage (fig.8)
Fig 5 : plaquage « cathédrale ». Trois-quart        De 0,5 habituellement au même âge (et chez
amateur. Rupture des ligaments postérieurs          les premières lignes juniors) ce rapport atteint      Fig.7. talonneur amateur vétéran, 39 ans.
et du disque. Contusion médullaire.                 souvent 0,65 chez les premières lignes seniors.       Mêlée relevée. Contusion médullaire sur
colonne cervicale moyenne,la plus mobile et         Les accidents documentés surviennent chez             canal très étroit. Le match (amical) de trop.
la moins protégée (C4,C5,C6).
L’extension (+ou- rotation)
L’extension brutale peut rompre le disque et
fracturer les articulaires,avec fracture-disloca-
tion en extension mais les accidents graves
surviennent souvent sans ces lésions (fig.6).En
effet, la seule extension prononcée cervicale
réduit normalement la taille du canal de 10 à
20%. Si le canal est déjà étroit avec des ostéo-
phytes, elle provoque une contusion médul-
laire ou une dilacération médullaire (fig.7).
Pour la première ligne,il s’agit d’un joueur qui
n’est pas encore en position lors de l’entrée
en mêlée (en général le talonneur) ou d’une
mêlée relevée.
Pour les autres joueurs, il s’agit du plaquage
haut à la tête ou au cou (cravate).                 Fig.8 : Variations du rapport médullo-canalaire.
                                                           SION
                                          UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 3 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                               DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
                                       Epidémiologie de la traumatologie                                                                           depuis l’avènement du professionnalisme
                                                                                                                                                   (encadré 2),l’étude la plus récente avant notre
                                                     dans le Rugby à XV                                                                            étude présente ayant été également réalisée
                                                                                                                                                   par notre équipe auprès de 5 clubs profes-
À propos d’une étude prospective des lésions traumatologiques au cours de la saison                                                                sionnels au cours de la saison 2001-2002 (4
2005-2006 du Championnat de France de Division Fédérale IA de Rugby à XV.                                                                          équipes engagées dans le Championnat de 1ère
                                                                                                                                                   division et 1 équipe engagée en 2nde division).
                                                                            sont diverses tant par l’origine géographique                          Objectif.
                                                                            des équipes que par le niveau des compéti-                             Le double constat de défaut de données épidé-
                                                                            tions suivies (notamment championnat natio-                            miologiques sur la traumatologie du rugby et
                                                                            nal, super 12 de l’hémisphère Sud ou phase                             notamment concernant la pratique du rugby
                                                                            finale de la Coupe du Monde de Rugby).Bien                             en France,justifie l’objectif de notre étude qui
                                                                            que l’incidence soit bien moindre que chez                             était d’actualiser les données épidémiologiques
                                                                            les adultes,une étude indique que les jeunes                           sur la traumatologie dans le rugby en match,
                                                                            sportifs pratiquant le rugby à XV sont égale-                          en 2006 et chez des joueurs évoluant en cham-
                                                                            ment victimes d’accidents traumatologiques                             pionnat en France. Une étude récente ayant
                                                                            durant leur pratique avec une indisponibilité                          déjà été menée auprès de clubs professionnels
                                                                            consécutive de 6 à 10 jours pour 1000 heures                           et la Division Fédérale regroupant un effectif
Introduction
                                                                            de jeu/joueurs (hdj.j) (McIntosh, 2005) ; une                          important de joueurs évoluant à haut niveau
Si le rugby (jeu à XV pour les spécialistes et                                                                                                     et sans professionnalisme (tout du moins sans
                                                                            incidence de blessures en match égale à
par opposition au rugby à XIII) demeure un                                                                                                         les conditions salariales des joueurs évoluant
                                                                            13,3/1000 hdj.j est signalée chez les juniors
sport collectif avant tout, nombreux sont les                                                                                                      dans le TOP 14 ou les salaires de joueurs de
                                                                            (McManus & Cross,2004).Malgré le fait que la
observateurs qui classent ce sport également                                                                                                       PRO-D2), nous avons choisi comme popula-
                                                                            définition de blessure ne soit pas toujours la
comme sport de contact (International Rugby                                                                                                        tion cible l’ensemble des joueurs qui devaient
                                                                            même entre les études, l’évolution de l’inci-
Board, 2004) notamment depuis l’évolution                                                                                                          évoluer dans le championnat de France de
                                                                            dence des blessures chez les joueurs de rugby
« moderne » du jeu avec les phases de                                                                                                              Rugby de Division Fédérale IA au cours de la
                                                                            (exprimée en nombre de blessures pour 1000
« combat ». Comme toute activité sportive et                                                                                                       saison 2005-2006.
                                                                            hdj.j) indique une augmentation de la trau-
en particulier intense (en compétition notam-
                                                                            matologie depuis l’avènement du profession-                            Sujets et Méthode.
ment),la pratique du rugby est associée à une
                                                                            nalisme en 1995,après la 3ème Coupe du Monde
majoration du risque traumatique ce dont                                                                                                           La population cible était définie par l’ensem-
témoignent plusieurs études épidémiologiques.                               de Rugby (encadré 1).
                                                                                                                                                   ble des joueurs évoluant dans un club de rugby
La très grande majorité de ces études publiées                              Bien que non publiées, des études menées                               engagé dans le championnat de France de
à ce jour concerne la pratique du rugby par                                 auprès d’effectifs de joueurs français indiquent                       Rugby de Division Fédérale IA au cours de la
des joueurs anglo-saxons.Les populations cibles                             également que la traumatologie s’est majorée                           saison 2005-2006. La population source défi-
                                                                                                                                                   nie était la population cible (enquête exhaus-
Encadré 11: * Bird et al., 1998 ; Garraway et al., 2000 ; Shelly et al., 2006 ; Bathgate et al.,
 Encadré                                                                                                                                           tive). La population effective était définie par
2002 ; Brooks et al., 2005 ; Fuller et al., 2007 ; Targett, 1998 ; Holtzhausen et al., 2006 ;                                                      les joueurs de la population cible ayant parti-
Jakoet & Noakes, 1998 ; Best et al., 2005                                                                                                          cipé au moins à un match de championnat.
 Constat du Groupe de Consensus de la Fédération Internationale de Rugby sur la Traumatologie en Rugby (International                              Le recueil des données a été réalisé à l’aide
                                  Rugby Board : Rugby Injury Consensus Group)
                                                                                                                                                   d’un questionnaire recensant les informations
« De grandes variations dans les définitions et les méthodologies utilisées pour les études sur la traumatologie en rugby favorisent
l’inconsistance des résultats de ces é tudes et rendent difficiles les comparaisons entre ces études » (Fuller et al., 2007) *                     relatives à toute blessure survenue en match.
  La prévalence des lésions traumatologiques dans le Rugby à XV a augmenté depuis l’avènement du professionnalisme                                 Le questionnaire a été établi sur la base de celui
            Au cours de la saison 1993-1994 du championnat de Nouvelle-Zélande, joueurs non professionnels d’une province de Nouvelle-
                                                                                                                                                   utilisé lors de notre étude précédente auprès
            Zélande et ayant disputé au moins 1 match : 10,9 blessures en match / 100 joueurs (Bird et al., 1998) *                                de 5 clubs de rugby professionnels (les modi-
            Au cours de la saison 1993-1994, joueurs amateurs du championnat d’Ecosse : 20,6 blessures (≥8 jours d’indisponibilité pour            fications nécessaires à l’optimisation du recueil
            l’entraînement total ou la compétition) / 1000 heures de jeu (Garraway et al., 2000) *
            Au cours de la saison 1997-1998, joueurs amateurs du championnat d’Ecosse : 60,9 blessures (≥8 jours d’indisponibilité pour
                                                                                                                                                   de données ayant été apportées).La notion de
            l’entraînement total ou la compétition) / 1000 heures de jeu (Garraway et al., 2000) *                                                 blessure en match de rugby a été définie en
            Au cours des saisons 1995 à 2004, 12 joueurs irlandais blessés au niveau du rachis (11 blessures cervicales, 8 séquelles avec
            handicap) et admis au Centre National Irlandais des Traumatisés du Rachis (Shelly et al., 2006) *
                                                                                                                                                   conformité avec la définition établie par d’au-
                                                                                                                                                   tres études à savoir « la survenue d’une lésion
            Suivi des joueurs de l’équipe nationale d’Afrique du Sud (Bathgate et al., 2002) *
                                                                                                                                                   acquise durant un match en compétition ayant
            de 1994 à 1995, 47 blessures (quitte le terrain ou manque un match) / 1000 heures de jeu
            de 1996 à 2000, 74 blessures (quitte le terrain ou manque un match) / 1000 heures de jeu                                               empêché le joueur de s’entraîner ou de jouer
            Suivi des joueurs de 11 équipes de 1ère division du Championnat de Rugby d’Angleterre au cours des saisons 2003-2004 et
                                                                                                                                                   jusqu’à la guérison de celle-ci ;également toute
            2004-2005                                                                                                                              lésion ayant fait l’objet d’un avis médical (suture,
            91 blessures (18 jours d’indisponibilité en moyenne) / 1000 heures de jeu (Brookset al., 2005) *
                                                                                                                                                   examen complémentaire,avis spécialisé …) ».
            10,9 blessures rachidiennes / 1000 heures de jeu (Fuller et al., 2007)*
                      Au cours de la saison 1997-1998, joueurs professionnels d’une équipe Néo-Zélandaise : 45 blessures (≥8 jours
                                                                                                                                                   Afin de ne comptabiliser que les blessures clini-
                      d’indisponibilité pour l’entraînement total ou la compétition) / 1000 heures de jeu (Targett, 1998) *                        quement significatives dans le contexte d’un
                      Au cours de la saison 2005-2006, joueurs professionnels d’une équipe Sud-Africaine : 55,4 blessures (≥8 jours
                      d’indisponibilité pour l’entraînement total ou la compétition) / 1000 heures de jeu (Holtzhausen, 2006)*
                                                                                                                                                   sport de contact,nous n’avons retenu comme
                                                                                                                                                   blessures (définies selon la définition précé-
            Coupe du Monde de Rugby 1995 : 43 blessures (quitte le terrain ou indisponibilité) / 1000 hdj (Jakoët et al., 1998)*                   dente) que celles ayant imposé un arrêt spor-
            Coupe du Monde de Rugby 2003 : 97,9 blessures (quitte le terrain ou indisponibilité) / 1000 hdj (Best et al., 2005) *                  tif d’au moins 8 jours.Nous n’avons pas comp-
                 Au cours de l’année 2003, joueurs de l’équipe d’Angleterre préparant la Coupe du Monde de Rugby 2003 : 218 blessures
                 en match (préparation, training camp, phases finales ; ≥ 8 jours d’indisponibilité pour l’entraînement ou la compétition) /       tabilisé les décompensations aiguës des lésions
                 1000 heures de jeu (Brooks, 2005)*                                                                                                dégénératives microtraumatiques d’évolution
                                                                              SION
                                                             UN SPORT : UNE LE
           N° 04 - PAG E 4 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                                                      DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
chronique.Les données étaient recueillies par                  Enquêtes épidémiologiques sur la traumatologie en Rugby aupr ès des joueurs évoluant en France
un membre de l’équipe médicale ;deux réuni-
ons d’information sur l’étude et les modalités       La pr évalence des lésions traumatologiques dans le Rugby à XV a augmenté depuis l ’avènement du professionnalisme
de participation ont été proposées à l’ensem-
ble des équipes médicales des clubs concer-
nés. Les temps de jeu en match par joueur
étaient recueillis tout au long de la saison à
                                                     Saison du Championnat de France amateur 1968 -1969 : 0,12 blessures/match (Allemandou, 1971) *
l’occasion de chaque match par une tierce
personne faisant partie du club.
                                                     Saison du Championnat de France amateur 1981 -1982 : 70% des joueurs se sont blessés au moins 1 fois (Mombet, 1997) *
Les résultats sont présentés sous la forme d’une
fréquence d’un événement traumatique ou              Saison du Championnat de France professionnel 1995-1996 : 43 blessures / 1000 heures de jeu (Pouligny, 1997)*

sous la forme d’une incidence pour 1000 hdj.j        Suivi d’une équipe professionnelle évoluant dans le Championnat de France professionnel 1998-1999 : 81% des joueurs se sont
en match.Les comparaisons de la distribution         bless és au cours de la saison 43 blessures dont 21% ont bénéficié d’un arrêt de travail d’au moins 21 jours ( Vidalin, 2001)*
des indicateurs entre les différentes modalités
de variables qualitatives (le poste par exem-        Suivi de 5 équipes professionnelles évoluant dans le Championnat de France professionnel 2001 -2002 : 78 blessures / 1000
                                                     heures de jeu dont 12,7 blessures / 1000 heures de jeu ont bénéficié d’un arrêt de la pratique sportive d’au moins 1 mois
ple) n’ont pas été testées avec un objectif de       (Saint- Béat, 2004)*
validation inférentielle car nous avons consi-
déré que la non déclaration d’accidents et la      Encadré 22: * Allemandou, 1971 ; Mombet, 1997 ; Pouligny, 1997 ; Vidalin, 2001 ; Saint-Béat,
                                                    Encadré
non participation de clubs n’était pas influen-    2004
cée par la notion de blessure.
                                                    En rapportant l’ensemble des 240 blessures                        Quelle que soit la durée d’indisponibilité occa-
Résultats.                                         notifiées au nombre d’heures d’exposition en                       sionnée, l’incidence des blessures était plus
Participation des clubs (encadré 3).A la date      match, nous avons pu calculer l’indicateur                         élevé lors des matchs de poule retour et des
de mise en place de l’étude, un total de 954       usuel pour juger de la fréquence des blessu-                       matchs aller de Championnat Fédéral ou des
matchs.club pouvait potentiellement être           res en rugby.Avec un taux de 42,1 blessures                        matchs aller de Challenge Jean Prat (encadré
surveillé (1 match.club = 1 match joué par un      ayant imposé au moins 8 jours d’arrêt / 1 000                      6).Selon nous,ces phases du championnat sont
club ; 1 match opposant 2 équipes = 2 matchs       heures de jeu, la fréquence de la traumatolo-                      caractérisées par un enjeu majeur avec respec-
club).Seuls 11,6% de ces matchs.club ont été       gie en rugby chez les joueurs de Division                          tivement l’occasion pour les clubs de se quali-
surveillés et la majorité des fiches de données                                                                       fier en phase finale ou d’assurer le maintien en
                                                   Fédérale IA est très proche de celle que nous
étaient remplies par 5 clubs).                                                                                        Division Fédérale 1 lors des matchs aller.
                                                   avions pu mesurer au cours d’une saison de
Incidence et gravité des blessures en match
                                                   championnat de France de 1ère division au                           Comme dans la majorité des autres études
(encadré 4). Un total de 240 blessures a été
                                                   cours de la saison 2001-2002 (encadré 5).Cette                     menées auprès de joueurs anglo-saxons, le
signalé sur l’ensemble de la saison 2005-2006
                                                   remarque demeure valide lorsque l’on consi-                        poste de pilier demeure un poste exposé au
du Championnat de France de Rugby.Près de
                                                   dère les blessures plus graves avec un arrêt de                    risque traumatique en rugby à XV et notam-
10% de ces blessures ont nécessité un appel
                                                   1 mois à 3 mois.La fréquence et la gravité des                     ment lorsque l’on considère les blessures
au secours ou une évacuation médicalisée.Si
                                                   blessures sont inférieures à celles relevées dans                  responsables d’une indisponibilité d’au moins
la majorité des joueurs blessés (57,9%) n’a pas
                                                   les études anglo-saxonnes.                                         1 mois (encadré 7).Pour ce niveau de gravité
repris le match durant lequel la blessure est
                                                   De façon originale (à notre connaissance, il                       de la blessure, des taux d’incidence de bles-
survenue, un arrêt de l’entraînement a été
prononcé mais secondairement (à distance           n’existe pas de données sur le thème), 15,8%                       sures identiques à celle mesurée pour les piliers
du match,en général 24 ou 48 heures plus tard)     des blessures sont survenues à l’occasion d’une                    sont mesurés pour les postes de 3ème ligne et
pour la moitié de ces joueurs blessés et avec      situation de brutalité ou de jeu irrégulier et                     de trois-quarts (centres et ailes).
un délai d’indisponibilité supérieur à 8 jours     avec une indisponibilité consécutive supé-                         Certaines phases de jeu sont plus fréquem-
pour 21,8% de l’ensemble des joueurs blessés       rieure à 8 jours pour 62,3% de ces blessures.                      ment relevées à l’occasion des blessures : le
                                                                                                                      regroupement est la phase de jeu la plus
                                                                                                                      souvent associée à la survenue d’une blessu-
                                                                                                                      re (encadré 8).Comme dans les études menées
                                                                                                                      auprès de joueurs professionnels anglo-saxons
                                                                                                                      ou lors de notre étude précédente réalisée
                                                                                                                      auprès de joueurs professionnels du
                                                                                                                      Championnat de France, le placage est une
                                                                                                                      phase de jeu également associée à la notion
                                                                                                                      de blessure en rugby à XV et plus particuliè-
                                                                                                                      rement de blessure occasionnant une indispo-
                                                                                                                      nibilité d’au moins 1 mois.L’analyse spécifique
                                                                                                                      des phases de placage responsables de bles-
                                                                                                                      sures indique que le joueur plaqué est plus
                                                                                                                      souvent blessé que le joueur plaqueur,que le
                                                                                                                      placage de face est responsable des 2/3 des
                                                                                                                      blessures par placage et que 17,5% des bles-
                                                                                                                      sures par placage auraient pu être évitées si
                                                                                                                      l’interdiction de placages hauts et de placages
                                                                                                                      sans ballon avait été respectée.
                                                          SION
                                         UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 5 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                       DE L ’O B S E RVATO I R E     DU    MOUVEMENT
En ce qui concerne le type de blessure,les acci-     placage (respectivement 34,1%,20,5% et 13,6%
dents musculaires des membres inférieurs sont        de ces blessures). Ces trois situations de jeu
les blessures les plus fréquentes (encadré 9).       sont également déclarées pour l’ensemble des
Cette distribution est identique à celle que         entorses du LLE de la cheville (la situation de
nous avions pu observer lors de notre étude          jeu était renseignée pour les 21 accidents décla-
précédente auprès de joueurs professionnels          rés) :le regroupement est responsable de 47,6%
ainsi qu’à celle observée chez les joueurs anglo-    des entorses du LLE et les phases d’accéléra-
saxons professionnels.En revanche,si les bles-       tion et le placage sont respectivement respon-
sures du genou sont celles qui sont responsa-        sables de 23,4% et 28,6% de ces blessures. En
bles de la durée d’indisponibilité la plus longue,   ce qui concerne les entorses latérales du genou
l’atteinte des ligaments latéraux du genou est       (13 accidents sur 14 accidents déclarés pour
privilégiée dans notre étude tandis que l’at-        lesquels la situation de jeu était renseignée),
teinte du ligament croisé antérieur est plus         ces trois situations sont de nouveau les plus
spécifiquement signalée chez les joueurs anglo-      citées : le regroupement est responsable de
saxons professionnels (Dallalana et al.,2007).       50% des entorses latérales du genou et les
                                                                                                            ses ligamentaires externes du genou survenues
Les actions de jeu durant lesquelles survien-        phases d’accélération et de placage toutes
                                                                                                            à l’occasion d’un placage ont imposé une
nent ces blessures varient en fonction du type       deux responsables de 14,3% de ces blessures.
                                                                                                            indisponibilité pour l’entraînement total supé-
de blessure.Ainsi, la majorité des accidents         L’individualisation de situations de jeu influen-
                                                                                                            rieure à 1 mois et inférieure à 3 mois).
musculaires (43 accidents sur 44 accidents           çant la gravité de chacune de ces blessures est
déclarés pour lesquels la situation de jeu était     rendue difficile par le faible nombre de bles-         Les entorses du genou hors LCA sont le plus
renseignée) est survenue à l’occasion d’une          sures occasionnant une indisponibilité supé-           souvent signalées pour des joueurs évoluant
phase d’accélération, de regroupement et de          rieure à 1 mois (à titre d’information,les 2 entor-    aux postes d’arrière,de 3ème ligne et d’ouvreur
                                                                                                            (encadré 10).
                                                                                                            Le poste d’ouvreur est également le poste le
                                                                                                            plus souvent recensé chez les joueurs ayant
                                                                                                            présenté une entorse du ligament latéral exter-
                                                                                                            ne de la cheville. Nous avons pu vérifier que
                                                                                                            42% des entorses du LLE étaient des récidives.
                                                                                                            Le poste de trois-quarts est le plus exposé au
                                                                                                            risque de survenue d’un accident musculaire
                                                                                                            des membres inférieurs. Nous avons pu véri-
                                                                                                            fier que 16% des accidents musculaires des
                                                                                                            membres inférieurs étaient des récidives ; ces
                                                                                                            récidives imposaient une durée d’indisponi-
Encadré 3                                                                                                   bilité supérieure (100% d’indisponibilité 8 jours
                                                                                                            dont 19% > 1 mois) à celle observée dans les
                                                                                                            suites d’une lésion initiale (57% d’indisponi-
                                                                                                            bilité 8 jours dont 19% > 1 mois).
                                                                                                            Discussion.
                                                                                                            Si l’incidence de la traumatologie dans le rugby
                                                                                                            à XV a augmenté depuis l’avènement du profes-
                                                                                                            sionnalisme, la traumatologie grave est rare.
                                                                                                            Chez les rugbymen français,l’incidence mesu-
                                                                                                            rée en Division Fédérale IA est très proche de
                                                                                                            l’incidence mesurée auprès de rugbymen de
                                                                                            Encadré 4       statut professionnel ; cette incidence demeu-
                                                                                                            re inférieure à celle mesurée par d’autres
                                                                                                            études menées auprès de rugbymen anglo-
                                                                                                            saxons.
                                                                                                            Cette seconde étude épidémiologique que nous
                                                                                                            réalisons,en milieu non professionnel et avec
                                                                                                            l’ambition de suivre de façon prospective une
                                                                                                            population effective de très grande taille,souli-
                                                                                                            gne la difficulté du recueil de données dans ce
                                                                                                            contexte.Le questionnaire et la méthodologie
                                                                                                            de recueil des données étaient inspirés de ceux
                                                                                                            mis en place lors de notre première étude
                                                                                                            auprès de 5 clubs professionnels (après prise
                                                                                                            en compte des défauts de fonctionnement mis
                                                                                                            en exergue lors de cette première étude). Le
                                                                                                            taux de participation des clubs (recueil des
                                                                                                            données prévu par un membre de l’équipe
                                                            SION
                                           UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 6 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                 DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
                     Encadré 5
                                                                                                                                                          matologie en Rugby à XV et qui peut aboutir à
      Taux d'incidence des blessures survenues en match dans le championnat                                                                               des recommandations différentes voire contra-
          de division Fédérale IA de rugby au cours de la saison 2005-2006                                                                                dictoires (Brooks & Fuller,2006) ne devrait plus
                      Comparaison avec les données recueillies auprès de 5 clubs professionnels
                                                                                                                                                          être reproduite pour les futures études inter-
                                          au cours de la saison 2001-2002
                                                                                                                                                          nationales si celles-ci pouvaient tenir compte
                                                          5 clubs professionnels                         Division Fédérale 1                              des très récentes recommandations dictées par
                                                             saison 2001-2002                                 2005-2006                                   un groupe de consensus de l’International
    durée de l'indisponibilité                               n        taux / 1000 hdj                     n        taux / 1000 hdj                        Rugby Board (IRB) pour la mise en place d’étu-
    au moins 8 j d'arrêt                                   136                44.3                       103                    42.1                      des sur ce thème (Fuller et al.,2007).
                                                                                                                                                          De façon originale,notre étude renseigne sur
    au moins 1 mois d'arrêt                                 39                12.7                       29                     11.8
                                                                                                                                                          les modalités de prise en charge immédiate
    au moins 3 mois d'arrêt                                  9                  2.9                       4                      1.6                      des traumatismes après qu’un membre de
                                                                                                                                                          l’équipe médicale ait posé un diagnostic immé-
                                                                                                                                                          diat. Dans 22% des cas, le joueur blessé avait
  Taux d'incidence des blessures survenues en match dans le championnat                                                                                   repris le match suite à la blessure alors que l’in-
      de division Fédérale IA de rugby au cours de la saison 2005-2006                                                                                    disponibilité secondaire (avec arrêt de l’en-
                                    distribution selon le MOMENT DE LA SAISON                                                                             traînement) a été de plus de 8 jours.Cette obser-
Encadré 6                                                                                                                                                 vation soulève le problème de la présence d’un
                                au mo in s 8 j d 'arrêt               au moins 1 mois d 'arrêt                  au mo in s 3 mois d 'arrêt
                                                                                                                                                          membre de l’équipe médicale susceptible de
                                n            taux (/1000 hdj)           n             taux (/1000 hdj)            n          taux (/1000 hdj)
                                                                                                                                                          porter un diagnostic au moment de la blessu-
  Pou les Aller                 32                  26,9                6                    5,0                  0                 0,0
                                                                                                                                                          re et de la décision de reprise du jeu en fonc-
  Pou les R etou r              42                  58,5                11                  15,3                  1                 1,4
                                                                                                                                                          tion de critères d’éligibilité pour cette reprise.
  Pou les C F Aller             5                   84,0                2                   33,6                  2                 33,6

  Pou les C F Reto u r          3                   48,4                2                   32,3                  0                 0,0
                                                                                                                                                          De façon également originale,notre étude souli-
  Pou les JP Aller              10                  56,9                3                   17,1                  1                 5,7
                                                                                                                                                          gne que 16% des blessures (la majorité de
  Pou les JP R eto ur           7                   49,7                2                   14,2                  0                 0,0
                                                                                                                                                          celles-ci ayant occasionné une indisponibili-
  Phases F in ales JP           4                   39,7                3                   29,8                  0                 0,0
                                                                                                                                                          té supérieure à 8 jours) auraient pu être évitées
                                                                                                                                                          car ces blessures sont survenues dans un
                                                                                                                                                          contexte déclaré de brutalité ou de jeu irré-
                                                                                                                                                          gulier.L’approche de prévention primaire dans
  Taux d'incidence des blessures survenues en match dans le championnat                                                                                   le domaine du respect des règles du jeu tant
      de division Fédérale IA de rugby au cours de la saison 2005-2006                                                                                    à l’échelon individuel que collectif (via le règle-
                                                  distribution selon le POSTE
                                                                                                                                                          ment et des programmes d’information) trou-
                                      au moins                                      au moins                                        Encadré 7             ve ainsi une forte justification.
                              8 jours d'indisponibilité                      1 mois d'indisponibilité
                                                                                                                                                          Les types de blessures recensées au cours du
                           3ème ligne                       57,9       pilier                            18,5
                                                                                                                                                          Championnat de France 2005-2006 de Division
                           trois-quart                      55,3       3ème ligne                        15,6                                             Fédérale IA ainsi que leur localisation sont
                           pilier                                      trois-quart
                                                                                                                                                          concordantes avec les données de la littéra-
                                                            46,3                                         13,8
                                                                                                                                                          ture internationale.En particulier,les accidents
                                                                                                                                                          musculaires sont les plus fréquents et ils sont
médicale et recueil des temps de jeu prévu par                           évaluations itératives et une comparaison avec                                   le plus souvent survenus à l’occasion d’une
un membre du club) était faible ; nous consi-                            d’autres sports ou avec les pratiquants du rugby                                 phase d’accélération bien que quelques acci-
dérons cependant que l’absence de partici-                               à XV dans d’autres pays.Cette carence métho-                                     dents soient survenus à l’occasion d’un regrou-
pation d’un club est d’origine organisationnelle                         dologique qui est avancée par les plus récen-                                    pement ou d’un placage.Le regroupement est
et non pas liée à la notion de traumatologie,ce                          tes synthèses publiées sur le thème de la trau-                                  également la situation qui est impliquée dans
qui nous permet de considérer les résultats
obtenus avec un certain niveau de représen-                                     Taux d'incidence des blessures survenues en match dans le championnat
tativité de la population effective (qui est égale-                                  de division Fédérale IA de rugby au cours de la saison 2005-2006
ment la population cible).Afin d’améliorer l’ex-                                                  distribution selon la SITUATION DE JEU
haustivité des données, la participation des                                     ré 8      (% par rapport au nombre total de blessures recensées
                                                                            Encad
équipes médicales devrait être encouragée,                                                        pour la durée d'indisponibilité considérée)
facilitée et dirigée (accompagnée) ; d’autres                                                                                                                                             D ur é e d'in di s po ni bili té
sources de données pourraient également être                                                                                                                                       8 jo u rs à 1 m o is            ≥ 1 m o is
considérées telles les rapports établis par les                                                                                                                                              %                         %
                                                                                                                                                J e u A é rie n                            1 .5                        0 .0
arbitres lors des remplacements de joueurs                                                                                                      R e g ro u p e m e n t                    3 6 .8                      1 3 .8
(Sharp et al.,2001).                                                                                                                            M ê lé e sp o n t a n é e                  5 .9                       1 3 .8
                                                                                                                                                M ê lé e fe rm é e                         4 .4                        6 .9
Outre l’exhaustivité des données,la surveillan-                                                                                                 A cc é lé ra t io n                       1 7 .6                      2 4 .1

ce épidémiologique des accidents traumato-                                                                                                      D é g a g e m e n t/p é n a lité           2 .9                        0 .0
                                                                                  60% plaqué                                                    T o u ch e                                 0 .0                        3 .4
logiques lors des matchs de rugby à XV pose                                                                                                     D é v iss a g e                            0 .0                        3 .4
également le problème de la définition de bles-                                   65% de face – 15% de dos – 8% de côté                         P la ca g e                               2 6 .5                      3 1 .0

sure et des indicateurs sélectionnés. Ces 2                                       5% placage haut – 12,5% placage sans ballon
                                                                                                                                                Cho c                                      4 .4                        3 .4
                                                                                                                                                To ta l                                  1 0 0 .0                    1 0 0 .0
notions sont importantes pour envisager des

                                                                               SION
                                                              UN SPORT : UNE LE
            N° 04 - PAG E 7 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                                                     DE L ’O B S E RVATO I R E             DU      MOUVEMENT
                                                                                                                                                                                     blessés (un quart des blessures sont respon-
          Taux d'incidence des blessures survenues en match dans le championnat
                                                                                                                                                                                     sables d’une indisponibilité de 1 à 3 mois),
              de division Fédérale IA de rugby au cours de la saison 2005-2006
                                                                                                                                                                                     justifie qu’une réflexion préventive soit menée.
                           Distribution selon LE TYPE ET LA LOCALISATION DE LA BLESSURE
                                                                                                                                                                                     Tenant compte de la notion de blessures évita-
    Encadré 9                                                             isp
                                                                     in d is p o n ib ilité
                                                                                      ilit é    ≥ 8 jo u rs                 isp
                                                                                                                       in d is p o n ib ilit é   ≥ 1 m o is
                                                                                                                                                   1m
                                                                                                                                                                                     bles, c'est-à-dire de blessures survenues dans
                                                                            n             taux /1000 hdj                   n                 taux /1000 hdj                          un contexte de transgression des règles sécu-
                     C ran e / F ace                                       10                         4.1                  0                       0.0
                                                                                                                                                                                     ritaires du jeu,et de la notion de blessures surve-
                     R a ch is                                               3                        1.2                  1                       0.4
                     G rill co st al                                         6                        2.5                  0                       0.0
                                                                                                                                                                                     nues dans des circonstances associées au
                     B a ssin                                                2                        0.8                  0                       0.0
                                                                                                                                                                                     potentiel athlétique du joueur (la course
                     G en o u                                              20                         8.2                 12                       4.9                               notamment),cette action de prévention devrait
                       E n to rse lig am en t la téral                     11                         4.5                  5                       2.0                               impliquer une réflexion pluridisciplinaire médi-
                     C h eville                                            18                         7.4                  2                       0.8                               cale, sportive, fédérale, technique et tactique.
                                       E n to rse d u L L E                15                         6.1                  2                       0.8
                                                                                                                                                                                     La mise en place d’une action de prévention
                     A c c id e n t m u s c u la ire
                     d e s m e m b re s in f é rie u rs
                                                                           27                        11.0                  8                       3.3
                                                                                                                                                                                     passe par une évaluation précise, reproducti-
                     E p au le                                             10                         4.1                  2                       0.8                               ble et comparable du phénomène étudié. La
                     B ras / A van t - b ras                                 4                        1.6                  2                       0.8                               surveillance des accidents traumatologiques
                     M ain                                                   2                        0.8                  1                       0.4                               en Rugby à XV, quel que soit le niveau de
                                                                                                                                                                                     pratique,devrait pouvoir s’organiser (comme
                                                                                                                                                                                     cela est recommandé par l’IRB) à partir d’un
                                                                                                                                                                                     système de recueil des données élaboré à l’is-
     Taux d'incidence (/1000hdj) des ENTORSES DU GENOU (hors LCA), du LLE de                                                                                                         sue d’une concertation entre les différents
      la CHEVILLE et des LÉSIONS MUSCULAIRES DES MEMBRES INFÉRIEURS                                                                                                                  acteurs de la prévention cités ci-dessus et en
      survenues en match dans le championnat de division Fédérale IA de rugby
                                                                                                                                                                                     intégrant les recommandations de l’IRB de
                            au cours de la saison 2005-2006
                                     Distribution selon le POSTE et la DURÉE D'INDISPONIBILITÉ                                                                       Encadré 10      façon à permettre une comparaison interna-
                                                                                                                                                                                     tionale transversale et prospective.
                ENTORSES DU GENOU                                     ENTORSES DU LLE de la                                      LÉSIONS MUSCULAIRES
                    (hors LCA)                                             CHEVILLE                                             DES MEMBRES INFÉRIEURS                               Remerciements.
                                   taux (/1000 hdj.j)                                          taux (/1000 hdj.j)                                        taux (/1000 hdj.j)          Les auteurs remercient vivement les membres
                                 ≥ 8 jours     ≥ 1 mois                                   ≥ 8 jours         ≥ 1 mois                                 ≥ 8 jours      ≥ 1 mois         des équipes médicales des clubs de Fédérale
      pilier                       0.0           0.0          pilier                           3.1            0.0          pilier                        15.4          6.2           IA qui ont accepté de participer à cette étude
      talonneur                    0.0           0.0          talonneur                        6.3            6.3          talonneur                     6.3           6.3
       nde                                                     nde                                                             nde
                                                                                                                                                                                     en recueillant les données.
      2      ligne                 3.4           0.0          2      ligne                     6.8            0.0          2         ligne               10.2          0.0
      3
       eme
             ligne                 13.4          8.9          3
                                                               eme
                                                                     ligne                     8.9            0.0          3
                                                                                                                               eme
                                                                                                                                     ligne               6.7           8.9           Les auteurs remercient également Messieurs
      demi de mêlée                                           demi de mêlée                                                demi de mêlée
                                   4.1           0.0                                           4.1            4.1                                        8.2           4.1
                                                                                                                                                                                     Jacques Brunel et Henri Broncan pour l’en-
      ouvreur                      21.1          7.0          ouvreur                          14.1           0.0          ouvreur                       0.0           0.0
      trois-quart                  5.5           0.0          trois-quart                      5.5            0.0          trois-quart                24.9           11.0
                                                                                                                                                                                     tretien médico-technique auquel ils ont bien
      arrière                      0.0           10.9         arrière                          0.0            0.0          arrière                       0.0           0.0           voulu participer dans le cadre de la prépara-
                                                                                                                                                                                     tion de cette étude.
                                                                                                                                                                                     ● Fabien Pillard1,2,Daniel Rivière1,2,Gilles Garet3
près de 50% des entorses du LLE et dans 50,0%                                                    déclarées,le respect des règles éthiques et de                                      1.Service d’Exploration de la Fonction Respiratoire et de
des entorses latérales du genou déclarées.Notre                                                  jeu est également susceptible de réduire le                                         Médecine du Sport,Clinique des Voies Respiratoires,CHU
étude n’avait pas pour ambition de comparer                                                      risque de survenue des accidents musculaires.                                       Larrey,24 chemin de Pouvourville,TSA 30030,31059
l’incidence de la traumatologie au cours d’un                                                    L’efficacité de programmes éducatifs incluant                                       TOULOUSE CEDEX 9
match et par phase de jeu,ce qui aurait néces-                                                   soit des informations spécifiques au rugby à                                        2.Observatoire du Mouvement
sité un recueil rigoureux du temps consacré à                                                    XV, soit des conseils de préparation physique                                       3.Commission Médicale de la Fédération Française de
chacune des phases de jeu. Notre approche                                                        générale non spécifique,a déjà été démontrée                                        Rugby
propose de retenir les blessures et les situa-                                                   par d’autres études antérieures (Bird et al.,1998;
tions de jeu qui de par leur fréquence, mais                                                     Chalmers et al.,2004;Quarrie et al.,2005;Quarrie
aussi de par leur gravité,permettent de retenir                                                  et al., 2007). Cette approche de prévention se
la notion de situation évitable.                                                                 conçoit à la fois sur le versant primaire mais
                                                                                                 également sur le versant tertiaire afin de favo-
Cette notion de santé publique mérite d’être                                                     riser le retour à l’état fonctionnel antérieur et
précisée afin d’optimiser la prévention primai-                                                  de diminuer le risque de récidive de blessure
re des traumatismes en Rugby à XV.En ce qui                                                      qui est spécifié par exemple dans notre étude
concerne la prévention des traumatismes du                                                       et de façon probante pour les entorses du liga-
membre inférieur,la préparation physique est                                                     ment latéral externe de la cheville.
indiquée,l’efficacité d’un protocole spécifique
de préparation ayant été très récemment vali-                                                    Conclusion.
dée par Brooks et al (Brooks et al., 2006).                                                      Bien qu’aucun accident avec des consé-
L’éducation sur les versants hygiéno-diététique                                                  quences vitales ou organiques graves n’ait été
et du sommeil est également nécessaire pour                                                      à déplorer,notre enquête confirme que la surve-
diminuer le risque de survenue d’un accident                                                     nue d’accidents traumatologiques en rugby à
musculaire.Tenant compte des autres situations                                                   XV est fréquente y compris à un niveau non
de jeu principalement impliquées (placage et                                                     professionnel.La gravité de ces accidents,appré-
regroupement) dans la survenue des blessures                                                     ciée par la durée d’indisponibilité des joueurs
                                                                                            SION
                                                                           UN SPORT : UNE LE
             N° 04 - PAG E 8 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                                                                                      DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
                                                                                  Quel jeu ?
Il s’agit bien de définir quel style de jeu on veut jouer. La question est fondamentale car
elle dépasse le simple cadre de considérations philosophiques qui consisterait à faire du
rugby un spectacle attrayant pour tous.Le jeu a une histoire qu’il convient de ne pas oublier
et au fil du temps les changements de règles ont modifié la manière de le jouer et par voie
de conséquences lui ont donné des formes différentes en essayant toujours de préserver
à la fois les formes d’affrontement et celles d’évitement et toujours en se préoccupant de
la sécurité du joueur.
Si le jeu change du fait des règles,ce sont bien      sera prioritaire mais bien sûr en relation cons-
les joueurs qui utilisent les règles pour gagner,     tante avec les autres composantes (motiva-
c’est ce que tout le monde attend et autant           tionnelles, techniques, athlétiques, affectives)
que possible en réalisant une production de           A travers un affrontement collectif loyal qui
                                                                                                              et vice versa,et que l’on construit son bagage
qualité.                                              remonte très loin,que les époques et les légis-
                                                                                                              technique pour renforcer bien souvent ses pro-
                                                      lateurs ont certes fait évoluer tout en prenant         pres points forts.Mais ce qui est certain,et c’est
Quel joueur ?                                         le soin de lui conserver à travers les règles
Il n’est pas question de brosser le portrait robot                                                            encore plus vrai dans le jeu de haut niveau
                                                      fondamentales son caractère de sport collec-            moderne,c’est que l’on doit faire de son mieux
du joueur de demain,mais plutôt pour tenter de        tif de combat, on est donc passé des jeux
montrer les richesses insoupçonnées qui exis-                                                                 pour être fort dans les 2 dimensions :c’est pour
                                                      médiévaux plus ou moins anarchiques et peu              cette raison que les trois-quarts sont de plus en
tent chez chaque joueur mais que certains modes       soucieux sans doute de la sécurité des prati-
de relation (on parle de celle qui lie « entraîneur                                                           plus solides et puissants,et que les avants ont
                                                      quants,à un jeu codifié qui n’est pas le seul de        développé des compétences d’appuis permet-
et entraîné ») étouffent dans l’œuf les potentia-     cette catégorie,mais reste le plus universel.           tant sinon d’éviter totalement,du moins de désta-
lités existantes alors qu’il s’agit bien de de les    Le rugby, c’est le rapport indissociable, dyna-         biliser le vis-à-vis et d’attaquer son point faible.
éveiller,de les enrichir et de les exploiter.         mique et réciproque entre affrontement et évite-        Il serait néanmoins dommage de s’en tenir à
Ce sont les joueurs qui construisent le jeu,au        ment.Chacun des 2 éléments donne son sens               ces poncifs :le rugby reste un jeu pour tous les
fur et à mesure que les entraîneurs les mettent       à l’autre.Et chacun des individus pratiquant ce         gabarits,et toutes les équipes nationales,dont
sur les bonnes pistes :celles de la logique d’en-     jeu construit ses forces à partir de ses caracté-       l’équipe de France,comptent encore dans leurs
chaînement des principes qui fondent le jeu.          ristiques propres pour gérer au mieux les 2             rangs certains joueurs de faible tonnage qui
C’est à partir de l’observation attentive de leurs    composantes.C’est ainsi que certains sont plus          sont le cauchemar des défenseurs,et sont en
faits et gestes que nous enrichissons les prin-
                                                      forts dans l’affrontement que dans l’évitement,         outre d’une redoutable efficacité défensive.
cipes et tissons les systèmes.
Quel entraîneur ?                                      1                                                  2 3                     2a ,2b 3
Quel profil de compétences,quelles connais-                               Séquence 1 S 1                                S2                              S3
sances, quelle démarche de formation du
joueur ?
Pour répondre à ces questions,il faut tenter de
dégager la bonne problématique, sous peine            Séquences, « temps de jeu » et                          De « 2 à 3 » temps d’arrêt des joueurs et du
de s’embarquer sur des fausses pistes.Exemple         actions de jeu                                          ballon pour la préparation de la remise en jeu
de fausse piste : « le rugby, c’est courir, passer,   Un match d’une durée de 80 minutes (temps               auquel peut s’ajouter éventuellement un temps
botter, plaquer ». En fait c’est ce que c’est ce      effectif) est composé de deux mi-temps. Le              de « 2a 2b » correspondant à un arrêt de jeu
qu’on voit.Et on pourrait penser qu’enseigner         chronomètre est arrêté chaque fois que l’ar-            signalé par l’arbitre.
ce jeu peut se limiter à en enseigner les gestes      bitre signale un arrêt de jeu qu’il considère           Chaque séquence est constituée par un certain
utiles.Et il faudra bien à un moment les ensei-       comme « anormal » (blessure,consultation des            nombre d’actions de jeu pendant lesquelles
gner. Certaines nations fonctionnent sur ce           juges de touche…). Chacune des deux mi                  les joueurs sont en mouvement (courent à
mode,et obtiennent des résultats.                     –temps se découpe en séquences de jeu plus              allures variées, portent, passent, bottent le
Donc notre problématique est bien de stimu-           ou moins longues (plus de 40% des ces séquen-           ballon, luttent individuellement ou collecti-
ler, mettre en jeu et aider au développement          ces durent plus de 40 secondes,certaines plus           vement pour sa conquête,sa conservation,sa
des ressources de l’individu, et en particulier       de 2 minutes.).Une séquence commence                    récupération).
les habiletés mentales sans lesquelles le rende-      lorsque le ballon est mis (ou remis) en jeu et
ment des autres ressources est insuffisant. Ce        s’arrête lorsqu’il devient « injouable »                Après la mise (ou la remise) en jeu le mouve-
souci relève de modalités relationnelles et                                                                   ment du ballon peut s’arrêter momentanément
                                                      (1) mise en jeu : coup d’envoi                          (placage,blocage),il peut s’en suivre un regrou-
pédagogiques qui conditionnent le climat d’ap-
prentissage et l’état interne du joueur pour le
                                                      (2) arrêt d’arbitre : pénalité, en avant, essai,        pement sous forme de maul (ballon porté) ou
                                                      touché en but, ballon injouable                         de mêlée spontanée (ballon au sol).Les actions
placer sur des bases propices à la création,
mais aussi déterminantes pour sa confiance            (2) ballon « injouable » : sortie en touche, en         réalisées entre 2 arrêts momentanés du ballon,
et sa motivation,et qui nous semblent au moins        touche de but, en ballon mort, après une                dans une même séquence,déterminent des «
aussi importantes que la pertinence des conte-        tentative de transformation                             temps de jeu ».Une séquence est donc compo-
nus d’entraînement.                                   (3) remise en jeu : lancer en touche, entrée en         sée d’un ou plusieurs « temps de jeu » de
Ce qui veut aussi dire que,quel que soit le niveau    mêlée, coup de pied de pénalité, coup de pied           mouvement entrecoupés de phases de lutte.
de pratique,« l’intelligence tactique » du joueur     franc, coup de pied de renvoi.                          (1) mise ou remise en jeu, (A) arrêt du ballon,
                                                             SION
                                            UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 9 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                   DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
         1°T emps                2°T emps                3°T emps                 4°T emps                          1°T emps            A     2°T emps      A
                         A                       A                        A
  1                                                                                                   1                                                             1

phase de lutte
                                                             1° Temps
                    1                                                                                                     A

                             Courses à allures variées, avec ou sans ballon, passes, coups de pied…


(1) mise ou remise en jeu, A lutte individuelle (percussion, blocage, placage) ou collective (maul, mêlée spontanée)

Si l’on jette un œil sur les statistiques concer-           Ces compétences sont extrêmement variables                   joueur de première ligne oscille entre 100 et
nant le temps de jeu réel dans les matchs de                d’un individu à l’autre,elles subissent des varia-           115 kgs dans la moyenne,mais il est passé de
haut niveau actuel, on constate depuis l’avè-               tions dans un même match,selon les moments                   18-25% de masse grasse à 10-12%.Il y gagne en
nement du professionnalisme une augmenta-                   de ce match et les évènements qui ont des                    efficacité, il y gagne également en plastique.
tion notable et même régulière.                             influences elles aussi variables,et bien sûr d’un            Si l’on parle aujourd’hui « d’ explosivité »
On est passé globalement de 20 minutes il ya                match à l’autre.                                             comme la qualité incontournable pour pouvoir
10 ans à 40 minutes ce qui peut interpeller si                                                                           être performant au plus haut niveau,c’est bien
l’on considère les contraintes physiques que                Aspects physiques et                                         que le rugby de demain sera celui de joueurs
cela implique pour les joueurs pour répondre                morphologiques                                               capables quel que soit le poste occupé de réali-
aux exigences du jeu.                                       Si tous les domaines de la performance sont                  ser toutes les tâches tactiques et techniques
Bien sûr selon le style de jeu choisi les ressour-          concernés,que dire aujourd’hui de l’évolution                que demandent le jeu en y développant les
ces mobilisées pour les uns et les autres seront            des aspects physiques et morphologiques ?                    qualités de vitesse et de force adaptées aux
différentes,l’idéal étant de préparer les joueurs           Le temps des joueurs dotés de qualités « natu-               situations rencontrées.
pour qu’il soient à même de répondre à toutes               relles » est en train de se perdre . Les exigen-             La transformation physique des joueurs et la
les sollicitations imposées dans le rapport de              ces du jeu imposent des qualités athlétiques                 violence des contacts au plus haut niveau inter-
force attaque défense.                                      fruits d’un travail réel,fondé sur tout l’arsenal            pellent le législateur.Il s’agit bien alors de prépa-
La capacité à créer du mouvement,générateur                                                                              rer le jeune joueur dans les meilleures condi-
                                                            utilisé en athlétisme et en haltérophilie,mis en
d’incertitude,puis à l’entretenir constamment                                                                            tions dans le cadre des entrainements et des
                                                            relation avec les exigences de la haute compé-
par des courses de soutien, de replacement,                                                                              compétitions.
                                                            tition et les tâches requises aux différents
de démarquage,dans un ensemble de repères                                                                                Nous avons défini le Rugby comme un sport
                                                            postes,mais aussi à tous les rôles imposés par
si possible difficiles à lire pour les adversaires,                                                                      collectif de combat,cependant,nous n’avons
                                                            la variété des situations de jeu.                            pas emprunté aux sports de combat les caté-
mais identifiables par les partenaires,suppose              La morphologie des joueurs modernes s’en
un engagement fort, une motivation de tous                                                                               gories de poids (bien que quelques expérien-
                                                            est trouvée elle aussi modifiée, notamment                   ces aient été tentées avec les jeunes joueurs)
les instants,une capacité de prise de décision
                                                            dans le rapport poids-puissance : les avants                 mais conservé les catégories d’âge en usage
sans faille,etc.,autrement dit une mobilisation
                                                            restent lourds,mais ont éliminé la masse gras-               dans les sports collectifs
de tout l’arsenal des habiletés mentales sans
                                                            se dans des proportions très importantes,et ce
lesquelles toute action va rester « en dessous ».                                                                        Les écoles de rugby
                                                            phénomène est très récent.On peut dire sans
                                                            risque de se tromper que la prise de conscience                                              .F
                                                                                                                         Comme toutes les fédérations,la F .R.accueille
                                                            de cette nécessité remonte à l’invention de la               des joueurs de plus en plus jeunes. Une caté-
                                                            Coupe du Monde (1987) et que le phénomè-                     gorie des moins de 7 ans a été nouvellement
                                                            ne s’est amplifié avec le professionnalisme.Un               créée officiellement.




                                                                 SION
                                                UN SPORT : UNE LE
        N° 04 - PAG E 10 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                              DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
Des compétitions de niveau départemental,
parfois régional, sous la forme de tournois-
regroupant 4 ou 5 écoles – dans lesquels se
rencontrent les équipes d’une même catégo-
rie d’âge (parfois d’un même niveau) dirigées
le plus souvent par de jeunes arbitres (double
arbitrage) sont organisées avec une fréquen-
ce moyenne de 2 tournois par mois,hors vacan-
ces scolaires. La pratique de compétition est
une pratique à effectif réduit avec un règle-
ment adapté.
Les équipes de jeunes
La catégorie des moins de 15 ans est une caté-
gorie « charnière » et fait l’objet de beaucoup
d’attention de la part des instances fédérales.                                                          puisque celui de 2000 en -19 ans a été gagné
Dans de nombreux clubs ces « minimes »                                                                   lors de la coupe du Monde organisée en
même s’ils ne sont pas encore autorisés à jouer                                                          Bourgogne et Franche-Comté).
à XV,intègrent le groupe des équipes de jeunes
avec :
                                                                                                         La sécurité du joueur
• Les moins de 17 ans qui ont la possibilité de                                                          Et la sécurité,elle relève d’une véritable forma-
choisir parmi 3 niveaux de compétition et 3                                                              tion à long terme.Malheureusement elle rede-
formes de pratique (à XV, à XII, à VII). Dans                                                            vient d’actualité quand les accidents se
cette catégorie la FFR enregistre un nombre                                                              produisent.
important « d’abandons » qui n’est pas                                                                   Elle est l’affaire de tous dans un sport qui auto-
compensé par les « nouveaux » arrivants d’au-                                                            rise la charge corporelle maximale sur le
tres disciplines.                                                                                        porteur de ballon et du porteur sur ses adver-
• Les moins de 19 ans qui se voient offrir la                                                            saires, et dont certaines phases collectives
possibilité de choisir parmi 4 niveaux de                                                                (mêlées, regroupements, touches) et indivi-
compétition et 3 formes de pratique (à XV, à                                                             duelles (plaquages,percussions) sollicitent les
                                                   tion, parce qu’elle met en jeu des aspects            organismes à des intensités et des vitesses qui
XII,VII) avec, pour des raisons de sécurité, un    contradictoires.
règlement adapté.                                                                                        ne cessent d’augmenter.
                                                    La difficulté réside dans la résistance (compré-     La Fédération Française de Rugby, devant la
Espoirs et seniors                                 hensible,mais incompatible avec une politique         recrudescence des accidents graves et la situa-
A partir de19 ans (78 189 licenciés espoirs et     élitiste) à regrouper les jeunes à fort potentiel     tion préoccupante en terme de couverture par
seniors) les joueurs se répartissent dans des      et à leur faire jouer une compétition d’élite,en      les assurances, a pris un certain nombre de
championnats organisés au plan territorial ou      aménageant un calendrier qui leur permettrait         mesures préventives et publié des documents
national.                                          de mieux gérer l’alternance des efforts, des          (notamment 2 cassettes vidéo) qui ont porté
Les équipes 1 des clubs de séries,des divisions    temps de régénération et leur vie scolaire et/ou      leurs fruits puisque le nombre de ces accidents
amateurs,hors la 1ère division,jouent à XV avec    universitaire.Les formules adoptées ces derniè-       a diminué.
les règles aménagées par la FFR, les équipes       res années sont des compromis qui nuisent en          Nous constatons heureusement qu’il y a corré-
« réserves » jouent à XII.                         fait à cette population,et qui présentent l’énor-     lation entre le respect de la règle et l’efficaci-
Les 48 clubs de 1ère division fédérale (élite      me inconvénient de ne pas utiliser à plein l’ou-      té du geste technique.
« amateurs ») et leur nationale B,jouent selon     til compétition. Les conséquences sont très           Pour conclure la formule « Je suis responsable
les règles internationales.                        préjudiciables aux progrès de ces jeunes (ils         de la sécurité de mon adversaire » place joueur
Les 2 divisions professionnelles représentent      ne jouent que trop peu à un niveau qui les « tire     et entraineur devant leurs devoirs.
30 équipes, la quasi-totalité des joueurs fran-    vers le haut »),à leur fraîcheur (le nombre de        Cette phrase résonne comme une doctrine
çais sont issus de la filière de haut niveau et    matchs reste très élevé),et nos équipes natio-        philosophique : elle incarne les efforts liés à
de leurs centres de formation.                     nales dans les catégories -19 et -21 ans butent       l’éthique de ce jeu et du comportement de ses
                                                   le plus souvent sur le dernier obstacle consti-       pratiquants qui doivent être déployés dès l’en-
Tous les championnats sont finalisés par un        tué par l’une au moins des 3 grandes nations
titre de champion de France.La F .R.décerne
                                  .F                                                                     trée dans l’activité et maintenus tout au long
                                                   de l’hémisphère sud.                                  de sa pratique. Elle confère toute sa noblesse
chaque saison quelques 40 titres de champions      L’équipe de France des moins de 21 ans vient
de France…                                                                                               à ce sport sans concession quant à la rudesse
                                                   en Juin 2006 de mettre un terme à ces années          des impacts mais attentif aux modalités de ces
Les compétitions doivent être chez les jeunes      de défaite proche du but en remportant les            contacts.La responsabilité ne peut être laissée
acceptées dans le cadre de la formation et non     championnats du Monde de la catégorie sur             aux seuls arbitres,ni au législateur.Sans la parti-
exploitées en tant que résultats. Pas facile à     les terres auvergnates.La majorité des joueurs        cipation active, responsable et partagée des
faire admettre mais indispensable pour faire       de cette équipe est constituée de deux promo-         joueurs et de tout leur environnement,le rugby
accéder le joueur à son meilleur niveau.           tions du Centre National du Rugby,à Marcoussis        serait condamné à sa propre mort par excès
Cela dit, il reste un domaine de réflexion         qui abrite le Pôle France moins de 19 ans.            de violence incontrôlée.
crucial,c’est celui des compétitions adaptées      Il reste à confirmer et à montrer qu’on est capa-
au haut niveau de pratique de notre jeune élite.   ble d’avoir un tel résultat chez nos adversaires      ● PierreVillepreux
Actuellement,personne n’a résolu cette ques-       (les 2 seuls titres ont été obtenus en France,          DTN
                                                          SION
                                         UN SPORT : UNE LE
       N° 04 - PAG E 11 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                               DE L ’O B S E RVATO I R E   DU   MOUVEMENT
                                                                                                          OPINION
                                                                  À l’approche de la coupe du monde,alors que nous venons d’assister en direct au désolant
                                                                  et inquiétant spectacle du tour de France de cyclisme, nous ne pouvons pas ne pas nous
                                                                  interroger sur l’évolution du Sport de haut niveau tout particulièrement le rugby mais aussi
                                                                  l’athlétisme.
                                                                  Plusieurs articles de la presse sportive (L’Equipe du 12/04/07),certaines émissions de télé-
                                                                  vision,certains apartés dans les coulisses médicales semblent confirmer les soupçons qui
                                                                  pèsent sur le sport en général,dont le rugby professionnel.
                                                                  “Le passage au professionnalisme avec entre autres sa logique impérative du profit et de l’ar-
                                                                  gent soumet les pratiquants de haut niveau à des exigences inquiétantes.”
                                                                  Jean-Pierre Bodis, Édition Privat.
                                                                  Nous ne souhaitons pas porter de jugement sur ces pratiques de préparation musculaire
                                                                  intensive, souvent accompagnées biologiquement voire hormonalement, très “body-buil-
                                                                  ding”mais donner un avis sur leurs conséquences morphologiques,biomécaniques et leur
                                                                  retentissement sur le fonctionnement de l’appareil locomoteur et sur les lésions possibles
                                                                  à court moyen et long terme.
Les Entretiens du Carla du 15 et 16 mars                          Nous conseillons aux intéressés la lecture entre autres de Gérard Dine (Maîtrise Orthopédique
2001                                                              n° 140-2005) et l’opinion de Christian Jaurena (L’Equipe 12/04/07) deux hématologues du
                                                                  Sud-Ouest de la France.
                                                                  Cette évolution explique en partie la forte augmentation de l’accidentologie de terrain dans
                                                                  ce sport dénoncé depuis longtemps par nos confrères de l’hémisphère Sud et Ecossais.
                                                                  Chez nous,il suffit de se souvenir de l’importance de “l’infirmerie”au moment de la phase
                                                                  finale du Top 14 (entre 20 et 30 % de l’effectif). Cette augmentation est constatée souvent
                                                                  béatement par l’encadrement médical et non-médical,les clubs et les Fédérations,et applau-
Vous pourrez trouver un article très documenté dans               die par nos confrères traumatologues.
Sport Med 1997 n°92, Traumatismes graves du rachis                Cette évolution morphologique avec un surpoids (rappelons nous les normes IMC) plus
cervical chez le joueur de rugby, article de J. Senegas           musculaire que graisseux,cet intense travail à la “fonte”crée des conditions favorables aux
sur 111 cas observés entre 1972 et 1996.                          lésions traumatiques (42 % des sportifs ont en début de saison une lésion fragilisante).
                                                                  Il faut également mettre en cause certaines méthodes d’entraînement (20% des traumatis-
                                                                  mes) et l’évolution du jeu avec en particulier priorité à la défense sur l’attaque, les nom-
                                                                  breux contacts en particulier dans les regroupements, la violence des placages et la lour-
                                                                  deur du calendrier.
                                                                  Faut-il accepter cet état de fait ?
                                                                  Cela est-il bénéfique pour la réputation de ce sport ? Les jeunes sont-ils attirés par le rugby?
  Conseil d’administration                                        Le nombre de licenciés est-il en augmentation ? La santé des sportifs est-elle une priorité
  Président : Christian Mansat                                    pour les responsables ? J’en doute.
  Trésorier : Michel Mudet                                        Souhaitons cependant à nos amis du quinze de France bonne coupe du Monde et “que le
                                                                  meilleur gagne”et surtout merci à l’éponge miracle.
  Conseil scientifique
                                                                                                                                                Christian Mansat
  Président : Daniel Rivière
  Secrétaires : Étienne André et Claude Huertas
  Sciences fondamentales : Jean-Pierre Bali, Dragoslav       Prochain numéro de l’Observatoire du Mouvement :          L       A        L      E     T     T     R     E

  Mitrovic, Jean-Pierrre Pujol, Pierre Valdiguié
  Traumatologie et Sport : François Bonnel, Jean-Philippe       Lettre SAP&S n°5 :
  Cahuzac, Michel Mansat, Pierre Mansat, Gérard Saillant
  Médecine physique Rééducation : Pierre Châ                 Accidentologie de terrain :
  Imagerie : Jean-Jacques Railhac, Julie Vial                     premiers gestes
  Hématologie : Robert Biermé
  Gynécologie : Marie-Paule Bersani                                                                                             La lettre de l’Observatoire du Mouvement
  Rhumatologie : Bernard Auvinet, Francis Blotman,,                                                                                        est une publication de
  Bernard Fournié, Bernard Mazières, André Monroche,                                                                                  L’Observatoire du Mouvement
  Jacques Rodineau, Éric Vignon                                                                                                      10 rue des Arts - 31000 Toulouse
  Pharmacie : Christianne Dupeyron                            L      E     S   I   T   E                                        Téléphone : 05 61 25 87 24 - 06 26 36 81 71
  Podologie : Brigitte Aumont, Claude Huertas                                                                                 Directeur de la publication : Étienne André
  Kinésithérapie : Patrick Castel, Alain Lapêtre                                                                                     Conception et réalisation :
  Psychiatrie : Philippe Most, Cécile Lestrade                                                                                         JB Conseil - 05 63 33 15 15
  Gériatrie : Claude Jeandel, Yves Rolland                                                                                                 Impression : SIA
  Médecine du Sport : Fabien Pillard, Daniel Rivière                                                                                      N° ISSN : 1628-6898
  Cardiologie du Sport : Jacques Tricoire                         www.observatoire-du-mouvement.com                                  Dépôt légal : septembre 2007

                                                                       SION
                                                      UN SPORT : UNE LE
         N° 04 - PAG E 12 - L A L E T T R E SPORT & SANTÉ                                         DE L ’O B S E RVATO I R E    DU   MOUVEMENT

								
To top