Econmie et l'environnement

Document Sample
Econmie et l'environnement Powered By Docstoc
					 on




´
Economie de l’environnement
                          ea
                Cours donn´ ` la Plateforme Environnement de l’ENS Paris




Patrice Dumas
                          e ´
Ce cours a pour intitul´ “Economie de l’environnement”, il s’agit d’une introduction
    e      a e                                  ea
litt´raire ` l’´conomie de l’environnement, donn´ ` la Plateforme Environnement de l’ENS
Paris.
Copyright (C) 2004 2005 Patrice Dumas.
                                                                                  a
L’auteur de ce cours vous donne la permission de le diffuser et de le redistribuer ` titre
         a
gratuit ` des fins autres que commerciales, et sans modifications.
                                                                                                                            i



              e
Table des mati`res

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1      La gestion des ressources naturelles en
              e e     e
        propri´t´ priv´e . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
    1.1                                                                             e
         La surexploitation des ressources naturelles priv´es. . . . . . . . . . . . .                                  2
       1.1.1 Une extraction trop intensive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                      2
                       e
       1.1.2 Inefficacit´ dans la consommation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            2
             o
    1.2 Le rˆle des prix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      3
         ´         e                            e
    1.3 Epuisabilit´ et substituabilit´ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                 3

2      La prise en compte des impacts
                                e
        environnementaux localis´s . . . . . . . . . . . . . . . . 4
    2.1                   e
            Les externalit´es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   4
    2.2     La “concurrence pure et parfaite”. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                  4
    2.3     L’optimum de Pareto . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         5
    2.4                                         e                                  e
            L’optimum de Pareto en pr´sence d’externalit´s . . . . . . . . . . . . . . . .                              5
                                  e
          2.4.1 Le niveau de d´pollution optimale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                       5
                                                               e
          2.4.2 Illustration de l’optimum de d´pollution . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            6

3      La dimension de bien commun de
        l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
    3.1      Les biens publics purs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .       8
    3.2                         e
             Les biens publics r´els . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      8
    3.3             e
             La trag´die des communs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .            9
    3.4      La production optimale de bien public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                      9

4        e
       L’´valuation des biens environnementaux . . . 10
                   e
    4.1 Pourquoi ´valuer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .       10
         ´                                      e
    4.2 Evaluation aux prix du march´ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                    10
         ´                                           e
    4.3 Evaluation des biens hors march´ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                     10
                     e          e
       4.3.1 Les m´thodes d’´valuation indirectes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            11
                 e
       4.3.2 L’´valuation contingente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                 11
                   ´
          4.3.2.1 Evaluation contingente et absence de march´s . . . . . . .                e                        12
                                    e
          4.3.2.2 Les biais de l’´valuation contingente . . . . . . . . . . . . . . . .                              12
                      e
          4.3.2.3 L’´valuation contingente en pratique . . . . . . . . . . . . . . . .                               13
                                                     e
    4.4 Identification des agents concern´s . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                     13
    4.5 Information imparfaite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .           13
                                                                                                                         ii

5       e
       R´gulation environnementale . . . . . . . . . . . . . . 14
    5.1       e
         La n´gociation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   14
       5.1.1 Sans bien public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         14
       5.1.2 Avec bien public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         14
                   e
       5.1.3 La n´gociation en pratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                   14
       5.1.4 Les labels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   15
    5.2 La gestion communautaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                15
       5.2.1 Modes de gestion communautaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            15
               ´
       5.2.2 Evolution des modes de gestion communautaires . . . . . . . . .                                        15
                                  e
    5.3 Les instruments de r´gulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                 16
                                   e
       5.3.1 Objectifs de la r´gulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .               16
                     e
          5.3.1.1 S´lection d’un optimum de Pareto . . . . . . . . . . . . . . . . . .                              16
                                     u e e
          5.3.1.2 L’analyse coˆt b´n´fice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                    16
       5.3.2 Les instruments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .          16
          5.3.2.1 Normes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .      16
          5.3.2.2 Taxes et subventions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                  17
          5.3.2.3 Les taxes et subventions en pratique . . . . . . . . . . . . . . . .                              17
                          e
          5.3.2.4 March´s de droits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .               17
                                          u              e
       5.3.3 Minimisation des coˆts de d´pollution . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            18
                                           e
       5.3.4 Incertitude et assym´trie d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . .                            18
                 u
       5.3.5 Coˆts de transaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .             19
                     e
          5.3.5.1 D´finition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         19
                          u
          5.3.5.2 Les coˆts de mise en place . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                      19
                          u                     o
          5.3.5.3 Les coˆts de contrˆle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                 19
    5.4 Effet redistributifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     20
                 e
    5.5 Efficacit´ dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .            20
       5.5.1 Innovations techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .               21
       5.5.2 Nouveaux entrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .            21
                         e
    5.6 Capture de la r´glementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                21
                       e                                e
    5.7 La place de l’´conomie dans la d´cision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                         21

6               e
       Les probl`mes environnementaux globaux . . 22
    6.1  Coordination internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .              22
                   e
       6.1.1 Les n´gociations sur le changement climatique . . . . . . . . . . .                                    22
                    e       e
       6.1.2 Comp´titivit´ et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                       23
                          e
    6.2 Long terme et d´veloppement durable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                          23
                e             e
       6.2.1 D´finition du d´veloppement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                             23
                                e      e             e e
       6.2.2 Actualisation et ´quit´ interg´n´rationnelle . . . . . . . . . . . . . .                               24
       6.2.3 Substitution du capital naturel et artificiel . . . . . . . . . . . . . . .                             24
              ´
       6.2.4 Evolution des modes de production et de consommation . .                                               24
       6.2.5 Inertie et lock-in du changement technique . . . . . . . . . . . . . . .                               25
          6.2.5.1 Inertie des technologies et des modes de vie . . . . . . . . .                                    25
          6.2.5.2 Le verrouillage dans une technologie . . . . . . . . . . . . . . . .                              26
                         e
    6.3 Incertitude et d´cision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .         26
                      e
       6.3.1 Les diff´rentes incertitudes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .                  26
                e                                                            e
       6.3.2 D´cision sous incertitude et principe de pr´caution . . . . . . .                                      27
                  e                                      e
       6.3.3 La d´cision sous incertitude en ´conomie. . . . . . . . . . . . . . . . .                              28
                            e         e
          6.3.3.1 Les crit`res de d´cision dans l’incertain . . . . . . . . . . . . .                               28
                                                                                            iii

   6.3.3.2 Apprentissage et valeur d’option . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
           e               `     e
6.3.4 Mod´lisation et aide a la d´cision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
                                                          ee      e
Chapitre 1: La gestion des ressources naturelles en propri´t´ priv´e                           1



Introduction
      e                                                   e
    L’´conomie de l’environnement tente de donner un ´clairage aux questions environnemen-
                e         a         e
tales en s’int´ressant ` l’efficacit´ dans l’interaction entre l’homme et l’environnement, ou
encore au niveau d’interactions involontaires entre agents, telles les pollutions. Le type
           e           e         e                                      e
d’efficacit´ recherch´e est forc´ment arbitraire, ici on recherche un ´tat dans lequel on ne
peut pas augmenter la satisfaction d’un agent sans diminuer celle d’un autre agent. Pour
                                 e
mesurer la satisfaction le bien-ˆtre des agents on prend en compte la consommation de biens
                                            e e                                            e
marchands, mais aussi celle des loisirs r´cr´atifs, ou encore la valeur affective attach´e aux
                   e      e  e                                      e
choses qui peut ˆtre d´tach´e de toute valeur marchande et mˆme de toute valeur d’usage.
                                                        e
    Certaines ressources naturelles sont en quantit´ importante, au moins localement, ou
                                                                             e
bien se renouvellent rapidement sans intervention humaine. Elles ne n´cessitent pas une
                   e                           e                                    e
gestion particuli`re, c’est le cas du dioxig`ne, de l’eau de mer, ou de la lumi`re du soleil.
                                          e
D’autres ressources naturelles sont irr´versiblement extraites, telles le minerai, ou bien ont
                                   e
une vitesse de renouvellement tr`s lente, ce qui complique leur gestion. Lorsque cette gestion
                ee      e               e              ea        ıtre   e
est en propri´t´ priv´e des inefficacit´s peuvent d´j` apparaˆ et l’´tude de ces questions
est l’objet du premier chapitre.
    Lorsque des actions involontaires d’un agent sur un autre sont possibles, c’est le cas par
                               e                     e        e
exemple de pollutions localis´es, des inefficacit´s suppl´mentaires sont possibles, telles une
                                                              e  e                 e
production de pollution dommageable. Elles seront pr´sent´es dans le deuxi`me chapitre.
                                      a
Lorsque de nombreux agents sont ` la source des dommages subis par les autres agents ou
                                      e                     e              e
que de nombreux agents sont affect´s la situation peut ˆtre encore plus d´licate. Or c’est sou-
vent le cas dans les questions d’environnement, de nombreux biens environnementaux sont
                                        e
globaux et les pollutions affectent fr´quement des populations nombreuses. La dimension
de bien commun des questions environnementales sera l’objet du chapitre suivant.
                                            e           e             e
    Pour corriger ces situations la premi`re difficult´ consiste en l’´valuation de biens pour
                                    e                        e e           ee
lesquels il n’existe pas de march´ et pour lesquels la r´v´lation des pr´f´rences des agents
                     e                                                           e
est difficile, cette ´valuation ayant pour objectif la fixation de niveaux de d´pollution ou le
                e                       e     e                                  e        e
montant de r´parations. Les difficult´s d’´valuation et les techniques associ´es sont ´tudi´s    e
au chapitre suivant.
                                                                    e
    Ensuite de nombreux instruments sont disponibles pour am´liorer la situation, telles des
  e                                              e
n´gociations entre agents, des taxes sur les ´missions de polluants, ou encore la limitation
               e                                                  e   e
des droits d’´mission des polluants. Ces instruments seront pr´sent´s au chapitre 5. Ils n’ont
         e                                         e      e
pas le mˆme effet redistributif et leur efficacit´ peut ˆtre plus ou moins grande lorsque l’on
     e       a                                         e
s’int´resse ` leur application en pratique et il est mˆme possible de les utiliser pour favoriser
certains groupes.
    Enfin nous terminerons en insistant sur la question du long terme et des incertitudes
en particulier des incertitudes scientifiques qui compliquent encore la prise en compte de
                 e
certains probl`mes environnementaux globaux.

                                                e e
1 La gestion des ressources naturelles en propri´t´
      e
  priv´e
                                                       e         c
   De nombreuses ressources naturelles sont exploit´es de fa¸on privative. C’est le cas
 e e                      e              e       e                   e
g´n´ral des ressources min´rales, des forˆts priv´es, des sols utilis´s pour l’agriculture, de
                                                          ee      e
Chapitre 1: La gestion des ressources naturelles en propri´t´ priv´e                                        2



                               e                                    e
nombreuses sources d’eau, des r´serves ou territoires de chasse priv´s. Ces ressources peuvent
       e    a                         a                   e e               e
ne pas ˆtre ` une seule personne mais ` une communaut´ r´duite qui la g`re collectivement.
              e                                                         e         e e e
   La caract´ristique principale de ces ressources c’est l’impossibilit´ de les r´g´n´rer ar-
                             e
tificiellement. Elles peuvent ˆtre strictement non renouvelables, c’est le cas du minerais
              e
ou de caract´ristiques de certains sols, ou se renouveller lentement sans qu’il soit possible
      ee                                                                       e
d’acc´l´rer leur renouvellement (c’est le cas des stocks halieuthiques, des forˆts ou d’autres
types de sols).

                                                     e
1.1 La surexploitation des ressources naturelles priv´es
1.1.1 Une extraction trop intensive
                                                       e                     e         c
    Un producteur disposant de ces ressources devrait ˆtre capable de les g´rer de fa¸on
                                         e      e                                    e
convenable en prenant en compte leur ´puisabilit´. Dans la pratique ce n’est pas forc´ment
le cas, en particulier dans les cas suivants :
 − Les agents peuvent valoriser le pr´sent de fa¸on excessive et utiliser leur ressource trop
                                      e         c
                      e                       ee                  e                   e e e
   intensivement. En ´conomie on parle de pr´f´rence pour le pr´sent. Si elle est tr`s ´lev´e,
                                      e                 ee                    e
   l’agent va vouloir du revenu imm´diatement. La pr´f´rence pour le pr´sent, peut ˆtre    e
   artificiellement importante si l’agent dispose de revenus si faibles qu’utiliser sa ressource
                                    e                                 e             e
   est une question de survie. Et ´galement si l’agent n’a pas acc`s au march´ du cr´dit   e
   ` des taux raisonnables1 . Ces types de dysfonctionnements se retrouvent surtout dans
   a
   les pays en dveloppement.
 − L’information sur l’irr´versibilit´ des actions ou la vitesse de renouvellement des
                            e          e
                            e
   ressources peut ne pas ˆtre disponible. C’est en particulier le cas pour les sols ou pour
        e
   les ´nergies fossiles pour lesquelles les gisements sont connus par exploration.
      ´
 − L’Etat peut intervenir en subventionnant certaines activit´s qui requi`rent des
                                                                    e             e
                                                 e           ´
   ressources naturelles. Par exemple il est fr´quent que l’Etat subventionne l’agriculture,
                                                   e
   favorise la surproduction ce qui a pour cons´quence un usage trop intensif des sols.
      e                                                       e                        e e
   C’´tait le cas avec la politique agricole commune fond´e sur des prix garantis ´lev´s
           a
   servant ` soutenir le revenu des agriculteurs.

               e
1.1.2 Inefficacit´ dans la consommation
                                   e                                           e       e
    Au niveau de la demande il est ´galement possible qu’il y ait des inefficacit´s du mˆme
                                   e                                             a
type que celles que l’on vient de d´crire au niveau de l’offre, et qui conduisent ` une sur-
                                   a
consommation des biens produits ` partir de ressources non renouvellables. Par exemple
                              e                        e
le solaire thermique devrait ˆtre beaucoup plus utilis´, une diminution de la vitesse des
                                     e
voitures permettrait une baisse cons´quente de la consommation de carburant, pour peu
que les conducteurs sachent ce que cela leur rapporte.
            e                e                   e                e                a
    Les diff´rences d’efficacit´ d’utilisation de l’´nergie peuvent ˆtre importantes, ` niveau
             e                                  ´                                    e
de richesse ´gal. Par exemple les habitants des Etats-Unis utilisent beaucoup plus d’´nergie
               e                                                           e
que les europ´ens pour des usages identiques en raison d’une inefficacit´ importante (de
                                    `
l’isolation des maisons, des engins a moteurs).

 1
               e      e                  e                         e
     Le march´ du cr´dit est souvent tr`s imparfait. Etant donn´ qu’il y a un risque de non remboursement
                                                     e
     il faut des garanties solides pour obtenir un prˆt. Et ce d’autant plus que l’emprunteur en sait plus que
                                e a                                                 e
     la banque sur ses capacit´s ` rembourser. C’est le sens de l’adage “On ne prˆte qu’aux riches”.
                                                          ee      e
Chapitre 1: La gestion des ressources naturelles en propri´t´ priv´e                         3



                             e              ´       e        e     e
    En France, dans les ann´es 70 et 80 l’Etat a d´sinform´ les m´nages en mettant en avant
              e                          e     u               e
le chauffage ´lectrique alors qu’il est tr`s coˆteux pour les m´nages, afin d’avoir une demande
  e         e                                e           e
d’´lectricit´ justifiant le programme nucl´aire. A post´riori, en prenant en compte l’effet de
                              ıtre                             e              a e
serre, ce choix peut apparaˆ pertinent aujourd’hui, ce n’´tait pas le cas ` l’´poque.

        o
1.2 Le rˆle des prix
                        o       e
   Le prix jouent un rˆle de r´gulateur, en montant lorsque les ressources sont rares, ce qui
                                                                   ee
a pour effet de stimuler la recherche de nouvelles ressources, d’acc´l´rer le changement tech-
nique et l’utilisation de substituts et d’en diminuer la consommation. Cependant l’efficacit´ e
                   e
de cet effet peut ˆtre limit´e
 − Lorsque les biens sont compl´mentaires, qu’il n’y a pas de substitut efficace. Dans ce
                                  e
                                                                                  e
   cas le prix n’a qu’un effet redistributif. C’est partiellement le cas pour le p´trole, une
                              e
   augmentation de son prix ´tant suivie de peu de modification de la consommation, au
          a
   moins ` court terme.
        ´
 − Si l’Etat manipule les prix ils peuvent ne plus refl´ter la raret´ des biens. Par exemple
                                                      e            e
                    a                                                            e
   les subventions ` l’agriculture, avec des prix garantis, ou encore les diff´rentiels de
                                             e
   taxation sur les carburants peuvent empˆcher l’effet prix de jouer correctement.
 − En raison de la sp´culation, particuli`rement importante pour les march´s des mati`res
                     e                   e                                e          e
        e     oe
   premi`res cˆt´es en bourse.
 − Lorsque les prix sont d´termin´s par d’autres facteurs de production, par exemple par
                             e       e
                           e e
   les salaires, les salari´s ´tant peu mobiles.
 − Parce que agents ou groupements d’agents peuvent influencer les prix, soit en les dimin-
                 e            e                               u
   uant pour empˆcher l’entr´e de concurrents ou avoir des coˆts de production faibles,
   ou bien au contraire en les augmentant pour profiter d’une situation de monopole.
        e                                                            e
   Le p´trole est un bon exemple de ressource dont les prix refl`tent beaucoup de choses
               e                                       e
mais pas sa rar´faction croissante. Il est plus influenc´ par les issues des conflits portant sur
la possession des gisements, par les comportements de cartel de l’OPEP ou par le cours du
dollar.

    ´          e                  e
1.3 Epuisabilit´ et substituabilit´
                         a
   Il faut bien garder ` l’esprit que dans certains cas ce sont les sources naturelles qui
                                                                            e
sont lentement ou non renouvelables. En revanche ce qui est extrait peut ´ventuellement
                               e                                e e    a      u e e
provenir d’autres sources, ou ˆtre produit artificiellement, en g´n´ral ` un coˆt ´lev´. Par
                                 e     a
exemple on peut produire du p´trole ` partir du charbon. Par ailleurs il existe souvent des
              e e                                      e         e            e
substituts, g´n´ralement moins efficaces qui peuvent ˆtre utilis´s pour les mˆmes usages,
               e                           e                                      e
ainsi les cons´quences globales de la rar´faction d’une ressource peuvent ne pas ˆtre aussi
dramatiques qu’elles peuvent paraˆ  ıtre au premier abord. Par exemple la biomasse (huile,
                                         e                             e              e
plantes) est un substitut possible au p´trole, avec, cependant le probl`me de la raret´ des
                      ee     e                  e
terres et de l’efficacit´ ´nerg´tique de cette fili`re.
                         o                        u                     e
   Au final, on est plutˆt dans une situation o` les pays industrialis´s ont une consomma-
                                                                          e
tion excessive des ressources naturelles extraites des pays en voie de d´veloppement. Dans
                                  e             e                                           o
certains cas les pays industrialis´s utilisent mˆme la force pour garder ou prendre le contrˆle
                                     ee                                          e
de ressources importantes. Cela a ´t´ le cas au Congo pour les ressources mini`res dans les
                                                                   e
Chapitre 2: La prise en compte des impacts environnementaux localis´s                           4



   e                                   e                          ´
ann´es 60 et encore aujourd’hui la “lib´ration” de l’Irak par les Etats-Unis est certainement
     e                           o                                  e    e
motiv´e entre autres par le contrˆle des importantes ressources p´troli`res de ce pays.

2 La prise en compte des impacts
                          e
  environnementaux localis´s
                e e                                               e
    Dans le pr´c´dent chapitre il s’agissait surtout de probl`mes de gestion, de redistribu-
                                                                   e
tion des richesses et de formation des prix, rendus plus d´licats par les temps longs et
     e          e           e
l’irr´versibilit´ qui caract´risent les ressources naturelles. Dans ce qui suit des questions
        e              e                                     e        e
plus sp´cifiques de l’´conomie de l’environnement vont ˆtre trait´es, il s’agit des pollutions
et des services rendus par l’environnement. Pour commencer nous allons nous int´resser `e        a
                                        e        a
ces questions lorsque l’effet est localis´, c’est ` dire qu’il ne touche qu’un agent et qu’il n’est
produit que par un agent.

                  e
2.1 Les externalit´es
    Dans le cas d’une pollution il s’agit d’une action dommageable, non volontaire d’un
                        e
agent sur l’autre. Le mˆme type d’interactions, mais de nature positive peuvent ´galemente
avoir lieu. L’exemple fondateur est celui de l’arboriculteur et de l’apiculteur. Les abeilles
de l’apiculteur pollinisent les arbres de l’arboriculteur qui font des fruits et les arbres de
                                                                                           e e
l’arboriculteur nourrissent les abeilles avec le nectar et le pollen. Il s’agit d’un effet b´n´fique
     e                                     e
crois´ involontaire entre les deux activit´s.
       e                                           e
    En ´conomie ces deux situations sont regroup´es dans un unique cadre conceptuel, celui
               e                  e                  e
des externalit´es, qui peuvent ˆtre positives ou n´gatives. Toutes les actions involontaires
                                                        e                                 e
d’un agent sur l’autre ne sont pas sources d’externalit´s, celles qui passent par un march´ et
                                                 e           e            e
par les prix sont exclues. En effet sur un march´ les quantit´es demand´es par un agent vont
                                                                                     e
avoir un effet sur le prix et sur les autres agents, mais ce n’est pas une externalit´. Le mot
           e                 ee       a                               e
externalit´ fait d’ailleurs r´f´rence ` des effets externes au march´. Il y a donc externalit´e
                                                   e
lorsque les actions d’un agent influencent le bien-ˆtre d’un autre agent, sans que cette action
ne passe par un march´.  e
                                  e                     e
   Dans le cas d’une externalit´ il est possible d’am´liorer le sort d’au moins un agent en
                                                                           e e
prenant en compte cette influence. Lorsque les actions des agents sont m´di´es par le march´   e
                                                       e                 e       c    e e
ce n’est pas le cas, et c’est pour cela que l’on consid`re les externalit´s de fa¸on s´par´e.
                      e                                                               e
   Pour que les non-´conomistes puissent bien saisir la suite il faut faire un petit d´tour par
     e                          e                       ee                      a
de l’´conomie standard pour pr´senter la situation de r´f´rence qui s’oppose ` une situation
               e          e           e              e              e             e
avec externalit´. il faut ´galement pr´senter le crit`re de bien-ˆtre commun´ment admis
                                                e                     e                 e
pour le choix public, afin de voir en quoi la pr´sence d’externalit´ implique une d´viation
                                                                     e
de l’optimum social, tandis que ce n’est pas le cas avec un march´, dans une situation dite
de “concurrence pure et parfaite”.

2.2 La “concurrence pure et parfaite”
                                                                       e
   Dans une situation de concurrence pure et parfaite les agents consid`rent le prix comme
     e                            e
donn´. Ils choisissent la quantit´ qu’ils offrent ou demandent qui permet de maximiser
           e
leur utilit´, si ce sont des consommateurs, ou leur profit si ce sont des producteurs. On
         e                  e                                              e
suppose ´galement que les ´changes se font pour un prix tel que les quantit´s offertes et les
                                                                   e
Chapitre 2: La prise en compte des impacts environnementaux localis´s                          5



       e          e       e                           e          e                 ee
quantit´s demand´es sont ´gales. Sous certaines hypoth`se de repr´sentation des pr´f´rences
                                        u                            e
des agents et de forme de fonction de coˆt pour les producteurs, cet ´quilibre est unique.
                e e                    e
    Les march´s r´els n’ont pas forc´ment de rapport avec cette situation, pour un grand
                                           ee                                         u
nombre de raisons. En particulier les pr´f´rences des agents et les fonctions de coˆt n’ont
         e
pas forc´ment la forme qu’il faut, les agents ne se comportent pas exactement comme dans
      e                    e                              e          e
la th´orie, ils peuvent fr´quement influencer les prix, sp´culer, les ´changes se font hors de
  e                     e
l’´quilibre, la publicit´ influence la demande, et les agents peuvent utiliser une information
     e             e                                        e                           a
priv´e. Les march´s qui se tiennent sur la place du march´ correspondent assez bien ` cette
                                  e      e
situation, tous les autres march´s s’en ´loignent plus ou moins. Cette concurrence pure et
                                                          e
parfaite va permettre d’atteindre un optimum de bien-ˆtre social que l’on va maintenant
   e
pr´senter.

2.3 L’optimum de Pareto
           e                         e                                             e
    Le crit`re de Pareto est un crit`re normatif permettant de juger de l’optimalit´ collective
                       e                    e
d’une situation donn´e. Il y a optimalit´ au sens de Pareto lorsqu’il n’est pas possible
     e               e
d’am´liorer le bien ˆtre d’un agent sans diminuer celui d’un autre agent. Ce n’est pas du tout
       e      e    e
un crit`re d’´quit´, en effet une situation dans laquelle un agent a tout et les autres rien est
                                   e          e                  e
un optimum de Pareto. C’est mˆme un crit`re relativement in´galitaire puisqu’il empˆche   e
      e                                                   e            e
une v´ritable redistribution. C’est en revanche un crit`re d’efficacit´, il semble pertinent
  e                                                                              e
d’´viter toute situation Pareto sous-optimale puisque dans ce cas on peut am´liorer le sort
                   ee
d’un agent sans d´t´riorer la situation des autres agents.
                          e
   Un des objectifs de l’´conomie est de permettre d’atteindre un optimum de Pareto `         a
                                                                                 e
partir d’une situation sous-optimale en ce sens. L’aspect redistributif est laiss´ au politique.
                                    e                  ea
On va se placer dans cette optique r´ductrice qui est d´j` relativement riche. La concurrence
pure et parfaite permet d’atteindre un optimum de Pareto. Par contre lorsqu’il y a des
          e
externalit´s cet optimum n’est pas atteint, par exemple un pollueur pourrait moins polluer
   e               e
en ´change d’un d´dommagement de la part des victimes de la pollution et on obtiendrait
                     e                             e                     e
une situations peut-ˆtre inacceptable sur le plan ´thique mais qui am´liore le sort de tous.

                             e                  e
2.4 L’optimum de Pareto en pr´sence d’externalit´s
                                           e e
    Lorsque rien n’est fait les externalit´s n´gatives sont surproduites et les externalit´s e
                                                             e
positives sont sous-produites. Nous allons regarder plus en d´tail le cas d’une pollution d’une
                                        e
firme par une autre pour essayer de d´terminer le niveau optimal de pollution satisfaisant
       e                                                     e
au crit`re de Pareto. On suppose qu’une tannerie est situ´e en amont d’une fabrique de
  e                                                            e
bi`re. La tannerie rejette des eaux sales et la fabrique de bi`re a besoin d’eau propre. La
               e                 e       e                                     e
fabrique de bi`re est donc oblig´e de d´polluer l’eau qui provient de la rivi`re. La tannerie
            e                                                              c
qui ne se pr´occupe pas de ce qui se passe en aval va polluer l’eau de fa¸on inintentionnelle
                                 a            e
jusqu’au niveau correspondant ` une activit´ de tannerie permettant la maximisation de
ses profits.

                    e
2.4.1 Le niveau de d´pollution optimale
       e                            e                              e
    Si ´viter de rejeter de l’eau tr`s sale est plus rentable que d´polluer l’eau lorsqu’elle est
  e        e                                         e                       e
tr`s pollu´e on est dans un cas de sous-optimalit´. La tannerie devrait r´duire sa pollution
pour permettre d’atteindre l’optimum de Pareto. La tannerie doit-elle pour autant ´viter  e
                       e
tout rejet d’eau pollu´e ? Si pour un niveau de pollution nulle il est moins cher de rejeter un
                                                                   e
Chapitre 2: La prise en compte des impacts environnementaux localis´s                                   6



               e        e
peu d’eau pollu´e que d’´purer l’eau en aval la situation ne sera pas plus optimale puisqu’un
                                    e                                       e
peu de pollution permettrait d’am´liorer la situation. Sous ces hypoth`ses il existe une
pollution optimale qui permet d’atteindre l’optimum de Pareto.


   Quel est ce niveau ? En partant d’une situation de pollution nulle, il faudra augmenter la
        e                         e                                                       e
quantit´ de pollution, tant que d´polluer au niveau de la tannerie (en diminuant l’activit´ ou
                     e e                u
en utilisant des proc´d´s techniques) coˆte plus cher que d’accepter un peu plus de polluant
                                e                                         u        e
au niveau de la fabrique de bi`re. L’optimum est atteint lorsque le coˆt de la d´pollution
           e                     e                               e           u
d’une unit´ de pollution suppl´mentaire pour la tannerie est ´gal au coˆt de cette unit´     e
                                    e
additionnelle pour la fabrique de bi`re.


                                    e
2.4.2 Illustration de l’optimum de d´pollution
             e         e
   Pour pr´ciser ce r´sultat on va illustrer graphiquement cette situation. Sur le graphique
                   u      e                     e      e
on va figurer le coˆt de d´pollution d’une unit´ suppl´mentaire de pollution pour la tannerie
                            e
en fonction de la quantit´ de pollution. On suppose que c’est d’autant plus difficile de
 e                   ea                                           u      e                    e
d´polluer qu’il y a d´j` une pollution faible. Autrement dit le coˆt de d´pollution d’une unit´
                 e ıt                 e                        e
additionnelle d´croˆ avec la quantit´ de pollution. Sur ce mˆme graphique on fait figurer le
                              e              e
gain, pour la fabrique de bi`re, d’une unit´ de pollution en moins pour tous les niveaux de
pollution. On suppose que le gain est important lorsque la pollution est importante tandis
                                                                       e
qu’il est faible pour une pollution faible et donc que le gain d’une d´pollution additionnelle
augmente avec le niveau de pollution.


                                                                                     u
   L’optimum est atteint au niveau du croisement de ces courbes. Dans ce cas le coˆt de la
 e                     e                    e       e e           e       e
d´pollution d’une unit´ additionnelle est ´gal au b´n´fice retir´ de la d´pollution de cette
    e                                                          e e       e         e
unit´ additionnelle. Si la pollution est plus importante le b´n´fice retir´ de la d´pollution
          e                               u              e
d’une unit´ est plus important que le coˆt de cette unit´ additionnelle, il faut donc enlever
          e                      u             e                        e        u
cette unit´ de pollution. Le coˆt d’une unit´ additionnelle est appel´ le coˆt marginal,
               e e         e            e                       e e                       u
tandis que le b´n´fice retir´ d’une unit´ additionnelle est le b´n´fice marginal, car ces coˆts
et b´n´fices sont retir´s ` la marge, pour la nouvelle unit´2 .
    e e               e a                                  e




 2
          e                  u                 e e        u                 e e                     e e
     Math´matiquement le coˆt marginal est la d´riv´ du coˆt tandis que le b´n´fice marginal est la d´riv´e
         e e                             e
     du b´n´fice. La condition d’optimalit´ est




                                               min C(p) − B(p).
                                                p




     Les conditions du premier ordre donnent C (p) = B (p).
Chapitre 3: La dimension de bien commun de l’environnement                                      7




      coûts et
      bénéfices
      marginaux




                                                                bénéfice
                   coût marginal                                marginal
                      de dépollution                            de la dépollution


  coût
  marginal
  optimal




       pollution               pollution                           pollution        pollution
       nulle                   optimale                            maximale


                 u             e e
   Figure 2.1: Coˆt marginal, b´n´fice marginal et pollution optimale
                            e        u                     e               u
    Lorsqu’il y a externalit´, les coˆts individuels ne refl`tent pas les coˆts subis au niveau
                                                                                       u
collectif, par les autres agents. La pollution faite par la tannerie est source de coˆt pour
                   e
la fabrique de bi`re mais ce n’en est pas un pour la tannerie, or c’est elle qui pollue. On
            u                 e                       u
parle de coˆt externe pour d´nommer ce type de coˆts qu’un agent fait peser sur les autres.
                                e                         e
Comme il n’y a pas de march´ il n’y a pas de possibilit´ de prendre en compte la demande
     e                                           e           u
de d´pollution de la part de la fabrique de bi`re et ce coˆt externe peut perdurer si rien
n’est fait.
                                                               e            u
    Nous allons voir plus loin les solutions aui existent pour ´viter ces coˆts externes. Mais
                     e                  e
auparavant il faut ´galement consid´rer des cas plus complexes, avec un grand nombre
                e
d’agents affect´s.

3 La dimension de bien commun de
  l’environnement
                           e                                                           a
    Le cas d’une externalit´ produite par un agent affectant un autre agent est tout ` fait
                                                e e                                   e
envisageable mais reste relativement rare. En g´n´ral de nombreux agents sont touch´s par
            e            e     c                        e                                e
l’externalit´ et de la mˆme fa¸on les pollutions sont fr´quement le produit de l’activit´ de
                        e
nombreux agents. Sym´triquement les services rendus par les ressources naturelles profitent
         a                                                                   e
souvent ` de nombreux agents tandis que ces ressources naturelles peuvent ˆtre menac´es    e
                           e
par de nombreuses activit´es.
Chapitre 3: La dimension de bien commun de l’environnement                                 8



                               e                                     e
   Ainsi la pollution engendr´e par le transport est une externalit´ produite par de nom-
                e
breux agents et ´galement subie par une population importante, qui regroupe d’ailleurs une
                                                          e
grande partie de ceux qui la produisent. La biodiversit´ est une ressource naturelle qui est
      e                                             e e
menac´e par de nombreuses causes et peut se r´v´ler importante pour divers agents, en
                                                        e             e e
particulier pour des agents qui ne sont pas encore n´s, pour les g´n´rations futures. En-
                                                               e
fin le dioxyde de carbone est produit par la combustion des ´nergies fossiles ou encore la
                                e
destruction de biomasse, il est ´mis au cours de la production ou la consommation de quasi-
ment tous les biens, et son accumulation est certainement responsable d’une modification
                                                  e
du climat terrestre qui concerne l’ensemble des ˆtres vivants.

3.1 Les biens publics purs
       e                          e             e                  e
   En ´conomie les biens qui poss`de des caract´ristiques particuli`res qui en font des biens
                     e                           e
communs sont apell´s “biens publics”. Cette d´nomination provient de l’anglais “public
                       e              e a
good” et n’est pas sp´cialement reli´e ` la notion de service public. Formellement trois
      e
caract´ristiques font d’un bien un bien public:
 − C’est un bien non rival. Ceci veut dire quil est possible de le consommer plusieurs
                                                                                e
   fois sans le modifier et que plusieurs agents peuvent le consommer simultan´ment. La
                                                                      e             e
   plupart des biens sont non rivaux, par exemple un aliment ne peut ˆtre consomm´ que
                                                                            e
   par une seule personne. Dans le cas d’un bien public ayant un impact n´gatif, comme
                                                    e         e
   une pollution le fait qu’une personne soit impact´e ne prot`ge pas les autres agents.
 − C’est un bien non excludable. Il est impossible d’empˆcher un agent de le consom-
                                                          e
                         e                    e
   mer. Un exemple caract´ristique est la lumi`re d’un phare que tous les agents peuvent
   utiliser.
 − Il est de consommation obligatoire. Cette caract´ristique est l’´quivalent de la non-
                                                   e                e
                e                                      e
   excludabilit´ pour un bien public ayant un impact n´gatif : il n’est pas possible de se
              a
   soustraire ` la consommation de ce bien.
   Lorsqu’il s’agira d’un bien public ayant un effet positif chez celui qui le consomme ce
                                                                                   e
sera un bien public tout court, lorsqu’il s’agit d’un bien public ayant un impact n´gatif ce
                                       e
sera un bien public ayant un impact n´gatif.

                       e
3.2 Les biens publics r´els
                                    e                       e                         e
    Les biens publics satisfaisant r´ellement aux trois crit`res sont rares, le dioxyg`ne est
` peu pr`s le seul exemple. Par contre de nombreux biens ont ces caract´ristiques plus
a         e                                                                    e
               e e        e
ou moins att´nu´s. De v´ritables biens non rivaux existent, par exemple un paysage, ou
                                                         a                       a
l’information. Ensuite de nombreux biens sont soumis ` encombrement c’est ` dire qu’ils
sont non-rivaux tant qu’il n’y a pas trop de consommateurs. Un cas typique est la route
                                                           e
qui est non-rivale tant qu’il n’y a pas de bouchons, ou l’´ducation tant qu’il n’y a pas de
             e
sous-capacit´. D’autre part ces biens non rivaux sont souvent locaux, comme un nuage de
                        e
pollution ou un site int´ressant.
                e                             e
    Les biens r´ellement non-excludables sont ´galement peu nombreux car des dispositifs
              e                                 e         e
techniques, l´gaux ou institutionnels peuvent fr´quement ˆtre mis en place pour exclure
les consommateurs, on peut citer le droit du copyright pour l’information ou l’art. Ces
                                      u                 e        e
dispositifs sont cependant toujours coˆteux et peuvent ´galement ˆtre interdits, ainsi on
           e            e e
peut prot´ger des proc´d´es par brevet et des phrases avec le copyright, mais de fa¸onc
              e
Chapitre 4: L’´valuation des biens environnementaux                                           9



 e e           e                  e        e e
g´n´rale les id´es ne peuvent pas ˆtre prot´g´es autrement que par le secret. La plupart des
                               ee      e
biens sont exclus par la propri´t´ priv´e.
                                                                      e
    Enfin pour ce qui concerne l’obligation de consommation elle peut ˆtre plus ou moins
             e
stricte. Un r´glement ou la justice sont de consommation obligatoire mais il est possible
                                e
de tricher. Une pollution peut ˆtre de consommation obligatoire, par contre il est souvent
                   e
possible de se prot´ger de ses effets.


           e
3.3 La trag´die des communs
              e          a
   Une premi`re chose ` mentionner, qui n’est pas vraiment capitale mais qui fait le liens
                    e                                                    e a
avec les externalit´s c’est que les biens publics sont toujours associ´s ` des externalit´s,e
                                     e                                                  e
positives pour les biens publics et n´gatives pour les biens publics ayant des impacts n´gatifs.
                                                              e e
En effet un agent qui produit un bien public en fait b´n´ficier les autres agents, et la
                                                 ee            e
consommation ne peut pas passer par un march´ ´tant donn´ que le bien est non-excludable.
                            e                              e                e
Ce n’est pas une externalit´ banale, elle pose des probl`mes de gestion ´pineux.
                                                      ee a
    En effet chaque agent prit individuellement a int´rˆt ` consommer du bien public, mais
               ee a                            e
il n’a pas int´rˆt ` le financer. On utilise fr´quement l’image du passager clandestin pour
                  e
illustrer ce probl`me. En effet le passager clandestin profite d’un moyen de locomotion alors
                  e                                                                  e
qu’il n’a pas pay´. Dans le cas d’une pollution globale comme c’est le cas pour les ´missions
                          e                                       ee a
de dioxyde de carbone cr´ant l’effet de serre, chaque pays a int´rˆt ` ce que les autres pays
                  e           a                   e
diminuent leurs ´missions et ` ne rien faire lui-mˆme, et plus les autres pays diminuent leurs
e                                                                     ee a
´missions, moins les combustibles fossiles sont chers et plus il a int´rˆt ` en consommer.
                                             e e e                      e         e
   Dans le cas d’un bien commun qui se r´g´n`re lentement le probl`me de l’´puisement
                                  e                                   e
de la ressource se pose avec acuit´. C’est ce que l’on appelle la trag´die des communs. Par
                                            e             e
exemple si l’abattage du bois dans une forˆt est en acc`s libre un agent ne va prendre en
                  u                                    e e e                e
compte que le coˆt de l’abbatage et pas celui de la r´g´n´ration de la forˆt. Ceci va avoir
          e
pour cons´quence que l’agent va accepter un prix relativement faible pour le bois puisqu’il
                   u                          e
sous-estime les coˆts, que l’offre de bois va ˆtre trop importante, baissant encore les prix
             e      e             e         a
et que la forˆt va ˆtre surexploit´e, jusqu’` ce qu’elle ne soit plus productive. Au final la
            e
communaut´ des agents qui pouvaient abattre les arbres a tout perdu. Nous sommes dans le
                                                                 a                  e
cas d’un bien non excludable, mais rival, ou en tout cas soumis ` encombrement, ´puisable.


3.4 La production optimale de bien public
                               e                e    e
   Lorsqu’un bien public doit ˆtre produit ou pr´serv´ il faut prendre en compte le fait qu’il
      e            e          e
peut ˆtre consomm´ simultan´ment par plusieurs agents. De ce fait il faut en produire tant
                   e e                        e             u
que la somme des b´n´fices marginaux est inf´rieure au coˆt marginal de production d’une
    e    e           a                            e e                      e    a
unit´ sup´rieure. Et ` l’optimum la somme des b´n´fices marginaux est ´gale ` la somme
     u
des cˆts marginaux.
   Lorsqu’il s’agit d’un bien public non rival il faut que tous les agents puissent en consom-
mer et que leur revenu ne soit pas un obstacle et donc il faut que le bien public soit gratuit.
                                                                                e
Dans le cas de l’environnement, par exemple il faut que les sites naturels int´ressants soient
        a                                           e
ouverts ` tous. Lorsqu’il y a encombrement ou d´gradation possible, alors il faut le prendre
en compte et limiter la consommation ou la production du bien public.
              e
Chapitre 4: L’´valuation des biens environnementaux                                           10



    e
4 L’´valuation des biens environnementaux

             e
4.1 Pourquoi ´valuer
                                             e                                 e            e
    Dans certains cas il n’y a pas besoin d’´valuer la pollution ou la quantit´ d’externalit´ op-
                                                                           e e
timale. C’est le cas lorsque la pollution est toxique ou bien que l’on a d´cid´ qu’une ressource
                  e       e      e a                            e    e
naturelle devait ˆtre pr´serv´e ` tout prix. Dans le cadre pr´sent´ ci-dessus ceci signifie que
     e e       ea          e                     e       e
le b´n´fice li´ ` la non ´mission de la premi`re unit´ de pollution est plus important que
               e                                        ea               e
ce que cette ´mission pourrait rapporter. Il faut d´j` une forme d’´valuation pour fonder
                                  e      e                                  ıt
l’interdiction mais elle peut ˆtre ais´e si une des alternatives apparaˆ comme meilleure
                             e                                                     e
quelque soit le niveau d’´mission. Lorsque les agents ne respectent pas la r´glementation,
  e                                                e
l’´valuation revient en catimini puisqu’il faut d´terminer le niveau de la sanction a appliquer.
                                                             e
    Lorsqu’un certain niveau de pollution ou d’externalit´ positive semble utile, le probl`mee
           e                                                       e
est plus d´licat, car il va falloir comparer ce qui advient aux diff´rents niveaux de production
             e                         e               e
d’externalit´. Il faut donc pouvoir ´valuer les cons´quence d’une externalit´.   e

    ´                           e
4.2 Evaluation aux prix du march´
                        e                     e                        e
     Lorsque les cons´quences des externalit´s passent par des march´s, sous forme de bien
                                       e          e              e
vendus, de modification de rentabilit´, alors un ´quivalent mon´taire est disponible et il n’y
                    e                                                                   e
a pas de difficult´ insurmontable puisqu’il sera possible d’utiliser le prix du march´ pour
e              u           e e
´valuer le coˆt ou le b´n´fice marginal. Et les agents peuvent effectivement passer par un
        e                                            e        e
march´ pour acheter ou vendre des biens, c’est mˆme un ´quivalent mat´riel. e
     Cela ne veut pas dire que le choix du niveau de pollution est trivial, car l’effet en bien-
e            u         e e          e     e                e                e
ˆtre des coˆt ou b´n´fice exprim´s en ´quivalent mon´taire, peuvent d´pendre de l’agent
        ee              ıt                           e
consid´r´, un surcroˆ de revenu n’ayant pas le mˆme effet sur tous les agents.
                                                                                  e
     Par exemple, en reprenant le cas de la tannerie et de la fabrique de bi`re il semble
              e                e                      e     e
pertinent d’´valuer les cons´quences de l’externalit´ mon´tairement puisqu’il s’agit de baisse
                                                              e
de production que l’on peut valoriser au prix du march´ ou de dispositifs techniques de
  e                            u     e
d´pollution qui ont un coˆt mon´taire. Ensuite il faudrait prendre en compte les effets
   e           e e                                     e                      e
d’´quilibre g´n´ral puisque les firmes sont impliqu´es dans d’autres march´s, par exemple
                  e
la tannerie ach`te du cuir, embauche du personnel et les dispositifs techniques sont vendus
                                                    e                             e
par une autre entreprise. Et enfin il faudrait d´terminer l’effet sur le bien-ˆtre de cette
                                                           e       a
modification du revenu pour tous les agents concern´s, c’est ` dire les possesseurs des
                           e
entreprises et les salari´s.
                                 e                       ee
     Lorsque les prix ne repr´sentent pas bien les pr´f´rences des agents, ce qui est le cas
                     e                                                e
lorsque les march´s ne sont pas en concurrence pure et parfaite l’´valuation peut encore
e               e                           e
ˆtre compliqu´e. Quoi qu’il en soit cette ´valuation reste possible, et pour des externalit´se
        e                                               e
localis´es il est souvent possible de faire des hypoth`ses simplificatrices.

    ´                              e
4.3 Evaluation des biens hors march´
                                                                        e              e e
    De nombreux biens environnementaux n’ont pas de valeur de march´. C’est le cas g´n´ral
              e                                                                         e
des externalit´s qui impactent la directement la consommation des agents ou leur bien ˆtre,
sans passer par un processus de production. Ainsi la pollution d’un cours d’eau qui est
      e                 e e e                     e          ee                             e
utilis´ pour des activit´s r´cr´atives de proximit´ n’est refl´t´e dans le prix ou la quantit´
d’aucun bien se vendant sur un march´.  e
              e
Chapitre 4: L’´valuation des biens environnementaux                                            11



                           e                      e
   Cette absence de march´ et cette question de l’´valuation est d’ailleurs au centre du con-
                 e                             e      e                                e
cept d’externalit´s, puisque l’absence de march´ et d’´valuation va de pair avec la pr´sence
            e                                   e                 u
d’externalit´s non prises en compte dans les d´cisions (voir [coˆt externe], page 7). Elle
         e
explique ´galement la surexploitation de certaines ressources qui appraraissent comme gra-
tuites.

           e         e
4.3.1 Les m´thodes d’´valuation indirectes
                                                     e
    Dans ce cas on essaie d’utiliser l’information pr´sente dans les comportements des agents
        e                                                                 e            u
pour inf´rer la valeur des biens environnementaux. On peut citer la m´thode des coˆts de
  e                                                            e
d´placement qui donne une approximation de la valeur pr´sente d’un site en utilisant le
   u                                                         e                e
coˆt du transport des individus venant le visiter. Un biais ´vident de cette m´thode est que
                e         e                     e
le voyage lui-mˆme peut ˆtre source de bien-ˆtre, ce que seule une interrogation des agents
      e e
peut r´v´ler.
           e                e               e                                        e
    Il y a ´galement la m´thode des prix h´donique dans laquelle on essaie de d´terminer,
                                            a            e
dans le prix d’un bien, ce qui correspond ` des caract´ristiques environnementales (faible
                              e                                               e           e
pollution, vue. . . ). Cette m´thode souffre elle aussi de certains biais, les ´valuations ´tant
  e                    e
tr`s sensibles aux sp´cifications des fonctions explicatives.
           e                         e               e        e
    Des m´thodes indirectes sont ´galement utilis´es pour ´valuer l’effet d’une pollution sur
        e                                          u                        e    e   e
la sant´ et la vie humaine. Par exemple le coˆt de la maladie peut ˆtre ´valu´ au coˆt        u
hospitalier auquel on rajoute la perte de production. Lorsque la vie des personnes est en jeu
        e          e
il faut ´galement ´valuer ce que l’on appelle le “prix de la vie”. Ce n’est pas vraiment le prix
                                    e `                           c     e       e
de la vie, en fait c’est la perte li´e a une mort survenant de fa¸on pr´matur´e. D’autre part
                    u                         u                                       a
ce n’est pas un coˆt individuel mais un coˆt statistique pesant sur la population ` risque.
               e                               a
    C’est bien ´videmment une valeur sujette ` de nombreuses controverses entre autres sur
                    e e                                                                  e
sa pertinence. En g´n´ral on utilise la somme des revenus futurs de l’individu pour ´valuer
     u                             e e
le coˆt de sa mort. C’est un proc´d´ assez douteux, par exemple les inactifs n’ont pas de
                                    `                                                e
valeur dans ce cas, ce qui conduit a leur associer un revenu fictif, cette valeur d´pend tr`s  e
                                                                        e
fortement des projections que l’on fait du futur, et, lorsque l’on n’agr`ge pas tous les revenus
futurs, les habitants des pays pauvres ont une vie qui vaut moins que ceux des pays riches.
                e                                       e     e
   Toutes ces m´thodes sont assez fragiles mais il peut ˆtre n´cessaires de les utiliser lorsqu’il
                       e                                          e
s’agit de prendre une d´cision sur un niveau de pollution ou la pr´servation d’un site naturel.

        e
4.3.2 L’´valuation contingente.
                    e a                                   e       ee
   La valeur associ´e ` un bien environnemental peut n’ˆtre refl´t´e par aucun comporte-
ment ni prix. C’est par exemple le cas de la valeur de leg, qui est en jeu lorsqu l’on veut
pouvoir utiliser un bien dans le futur ou que d’autres, en particulier nos descendants puis-
                       e    e                                                         e
sent en profiter. On d´finit ´galement la valeur d’existence comme une valeur attach´e au
                       e                             e
maintien d’un bien ind´pendamment de ses usages pr´sents ou futurs et cette valeur ne peut
s’obtenir autrement qu’en demandant aux individus ce qu’ils en pensent.
     e                                             e
   L’´valuation contingente est justement une m´thode pour laquelle on s’addresse aux
agents pour connaˆ            e                                                e
                    ıtre leur ´valuation d’un bien environnemental, c’est une m´thode de
 e e              ee                                                          e a
r´v´lation des pr´f´rences. Pour cela on leur demande combien ils seraient prˆts ` payer
                                e                                   e     e       e
pour que ce bien soit conserv´ ou encore de combien ils voudraient ˆtre d´dommag´s si ce
                          e                                   a
bien disparaissait. On d´nomme ces sommes le consentement ` payer et le consentement
a                                      e
` recevoir. On peut demander la mˆme chose pour une pollution, et on peut mˆme le e
              e
Chapitre 4: L’´valuation des biens environnementaux                                           12



demander pour plusieurs niveaux de pollution, ou plusieurs niveaux d’utilisation du bien
environnemental.
            e                          e
   Cette m´thode permet d’avoir une ´valuation pour l’individu de la valeur du bien, qui de
          ea               e                                         e
plus est d´j` dans une unit´ permettant la comparaison avec d’autres ´valuations, puisqu’elle
            e      e                                 a
est en unit´s mon´taires. Elle est cependant sujette ` de nombreuses critiques.
        ´                                         e
4.3.2.1 Evaluation contingente et absence de march´s
                                                                    e
     Tout d’abord un certain nombre d’agents refusent de r´pondre, et ce parce l’unit´        e
      e                       c              e                            e
mon´taire est souvent per¸ue comme n’´tant pas uniquement un ´talon de valeur mais
      o                                     ea
plutˆt comme un pouvoir d’achat associ´ ` une consommation de biens et services issus de
         e                            e          e
l’activit´s industrielle, qui ne peut ˆtre utilis´e pour les biens environnementaux qui sont de
            e                                    e                    e              e
nature diff´rente (biens publics ou externalit´s). Ce qui ne s’ach`te pas n’a pas d’´quivalent
      e
mon´taire.
                                               e
     Lorsque les agents acceptent de se pr´ter au jeu, on remarque que pour des valeurs
               e
d’usage les r´sultats sont assez bons, en particulier si les agents ont l’habitude de payer
                                                                  e e e
pour des biens similaires, comme c’est le cas pour les activit´s r´c´atives, et dans ce cas les
   e                                  e                            e
m´thodes indirectes donnent des r´sultats assez proches de l’´valuation contingente.

                       e
4.3.2.2 Les biais de l’´valuation contingente
            e
Biais hypoth´tique
                                                        e    e
            Lorsque les biens sont vraiment hors march´ les r´sultats sont assez peu fiables,
            en particulier pour les valeurs de non usage. En effet les agents sont plac´s  e
                                          e                           ee
            dans une situation de march´ fictif et leurs manques de r´f´rence va avoir pour
                 e             e
            cons´quence des r´ponses sans rapport avec les choix qu’ils feraient dans une
                       e                          e                     e          e
            situation r´lle. C’est le biais hypoth´tique. Ce biais peut ˆtre mesur´ s’il est
                                                e       a e
            possible de mettre en place parall`lement ` l’´valuation contingente une situ-
                                                                    e e           ee
            ation dans laquelle les agents peuvent effectivement r´v´ler leurs pr´f´rences,
            comme par exemple une vente aux ench`res.e
        ea
Biais li´ ` l’administration du questionnaire
                                        e                                           a
              Les agents sont alors tr`s sensibles au contexte informationnel, ` la relation
                         e
              avec l’enquˆteur, l’ordre des questions. Il s’agit en effet de construire une valeur
              ` pour un bien qui n’en a pas, et le contexte va influencer cette construction,
              a
                               ea
              c’est un biais li´ ` l’administration du questionnaire.
           e
Biais strat´gique
                                                              e                 ıt
             Il y a ensuite ce que l’on appelle le biais strat´gique qui apparˆ pour les biens
                                                            e                    e
             publics. En effet, si les agents ne paient pas r´llement ce qu’ils d´clarent comme
                             a                  ee a e        e                e
             consentement ` payer ils ont int´rˆt ` l’´xag´rer. Dans le mˆme ordre d’id´e   e
                                     u                       e a
             leur perception des coˆts, et des disponibilit´s ` payer des autres agents vont
                               e
             influencer leurs r´ponses. Par exemple si les agents pensent que ce n’est pas `  a
             eux de payer, ils vont donner un consentement nul ce qui ne correspond pas `    a
                     ee
             leurs pr´f´rences.
Biais d’inclusion
             Ensuite il y a le biais d’inclusion. En particulier pour des biens environnemen-
                                                                               e    a    e
             taux qui ne sont pas du quotidien de l’agent, par exemple des esp`ces ` prot´ger,
                                 e                                         e    e     e
             que l’agent pense ˆtre importants. Dans ce cas la valeur d´clar´e va ˆtre celle
              e
Chapitre 4: L’´valuation des biens environnementaux                                        13



                 e a                                          e             a           e
            donn´e ` l’ensemble des biens d’une certaine cat´gorie et non ` un bien pr´cis.
                                                    a           e
            Ceci se traduit par un consentement ` payer ind´pendant de la quantit´ de   e
                      e e
            bien prot´g´. Ou encore par le fait que la somme des consentements pour divers
                    e                                    a                          e e
            biens d´passe largement le consentement ` payer pour les biens agr´g´s. Ce
                          e        e
            biais semble ˆtre caus´ par le sentiment d’agir pour une bonne cause. En effet
            les agents attribuent une somme forfaitaire pour cette cause, ce qui conduit
                                                 e
            au biais d’inclusion. L’agent consid`re qu’il est en situation de don, et non de
                                                                   a
            transaction ce qui fait que c’est son consentement ` donner pour un oeuvre
                                     e              ee
            charitable qui est mesur´ et pas ses pr´f´rences.
Effet revenu
                                                                                     a
           Enfin un autre biais, provient de l’effet revenu. En effet le consentement ` payer
                                               e
           pour les biens environnementaux d´pend de la situation courante de l’individu,
                                                                                e e
           et donc de ses dotations. En particulier les agents plus riches ont g´n´ralement
                             a
           un consentement ` payer plus important que les agents plus pauvres, ce qui a
                     e                                                            e
           pour cons´quence de leur donner un poids plus important dans les ´valuation
                                                              e
           que ce que donnerait une mesure directe du bien-ˆtre.
                                                e          e
   Connaissant tous ces biais, on peut interpr´ter la r´action des agents qui refusent de
 e                   e                           e           e
r´pondre en consid`rant que l’absence de march´ rend le r´sultat tellement peu fiable qu’il
             ee a           ıtre. Malheureusement il est difficile de connaˆ certaines valeurs
n’a pas d’int´rˆt ` le connaˆ                                            ıtre
autrement.

          e
4.3.2.3 L’´valuation contingente en pratique
      e                                e         e                           e
   L’´valuation contingente est utilis´e pour d´terminer le niveau des d´dommagements
                             e                                                  ´
suite aux dommages inflig´s aux ressources naturelles, en particulier aux Etats-Unis, et
                    e
ce depuis la mar´e noire de l’Exxon Valdez en 1989. A cette occasion une controverse
                                                                        a         e
importante avait eu lieu entre les victimes de la pollution, favorables ` cette m´thode pour
                                                             e
prendre en compte tous les dommages et Exxon qui la d´crivait comme trop incertaine.
                                             e
Cette controverse n’est toujours pas termin´e, mais les instances judiciaires ont pris acte
                                   e             e                                e
qu’il fallait utiliser ce type de m´thode pour ´valuer la valeur totale des pr´judices, en
particulier pour ce qui concerne la valeur de non-usage.

                                    e
4.4 Identification des agents concern´s
      e                                    e                            a
    L’´valuation des effets d’une exteralit´ suppose que l’on connaisse ` la fois tous les pro-
                                                e            a              e      e
ducteurs et tous les receveurs de l’externalit´. C’est une tˆche qui peut ˆtre tr`s difficile
                                e
lorsque les sources d’externalit´ sont diffuses. C’est le cas des pollutions diffuses d’origine
                                                  e
agricole qui se retrouvent dans les nappes phr´atiques. Les victimes de la pollution atmo-
    e               e         e               a
sph´rique peuvent ´galement ˆtre difficiles ` identifier.
          c     e e
    De fa¸on g´n´rale, pour connaˆ                              e
                                    ıtre l’effet d’une externalit´ de type pollution, il faut
  e
d´terminer les modes de dispersion des polluants, leurs transformations chimiques et leurs
              e       e                     e
effets sur les ´cosyst`mes naturels. Cette ´valuation requiert donc des moyens scientifiques
et techniques importants qui laissent souvent des zones d’incertitude.

4.5 Information imparfaite
                    e                e            e                               e
   La question de l’´valuation peut ˆtre compliqu´e par l’existence d’une assym´trie
                                                                          e
d’information. En effet certains agents peuvent avoir des informations priv´es qui sont
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                      14



           e                    e                                         e          ea
pourtant n´cessaires pour une ´valuation correcte de l’effet des externalit´s. On a d´j`
                                   e          e                                      u
vu ce cas au niveau du biais strat´gique de l’´valuation contingente. En fait les coˆts
     e e              e e         e     e       e
et b´n´fices doivent g´n´ralement ˆtre d´termin´s avec la participation de l’agent. Par
                                                                               u
exemple les entreprises connaissent beaucoup mieux que quiconque leurs coˆts r´els  e
     e                e e
de d´pollution. Les b´n´fices de non usage des ressources environnementales sont des
                             e
informations strictement priv´es.

   e
5 R´gulation environnementale
                          e                  e
    Nous avons vu qu’en pr´sence d’externalit´s, de bien publics il est possible d’obtenir une
                                               e
situation plus efficace au sens de Pareto en am´liorant le sort d’au moins un agent. Il s’agit
                e
maintenant de s´lectionner un optimum de Pareto et se donner les moyens d’y parvenir.

        e
5.1 La n´gociation
5.1.1 Sans bien public
                                                                          e
    Il est possible d’atteindre un optimum de Pareto pour une externalit´ simple. En effet les
                   e                                    e
agents peuvent n´gocier pour effectuer un paiment en ´change d’une modification du niveau
                 e                                               e          e
de l’externalit´. En reprenant l’exemple de la fabrique de bi`re pollu´e par la tannerie,
si dans la situation initiale polluer est permis, alors l’agent victime de la pollution, la
                e
fabrique de bi`re, peut faire un contrat avec l’agent polluant pour qu’il pollue moins, contre
                                      e                              e                   e
paiement. Il est possible d’interpr´ter cette situation comme la cr´ation d’un march´ pour
     e                 c        e
la d´pollution. De fa¸on sym´trique, si la tannerie n’a pas le droit de polluer, elle peut faire
                                    e                          e
un contrat avec la fabrique de bi`re pour pouvoir polluer en ´change d’un paiement.

5.1.2 Avec bien public
                        e                   e                            e           e
    Dans ce cas, une n´gociation multilat´rale pourra ne pas aboutir, ´tant donn´ que l’on
                                                                 e
est dans le cas du passager clandestin. Sous certaines hypoth`ses sur le comportement des
                                                   ea                                    e
agents les agents vont mentir sur leur disponibilit´ ` payer pour que la pollution soit r´duite.
                                                 e
    Pour illustrer ce cas de figure, on va consid´rer une situation dans laquelle une tannerie
pollue en amont d’un lac, et sur ce lac se trouve un village, avec des habitants qui utilisent
              e
l’eau pour pˆcher, boire, cuire leurs aliments ou pour s’amuser. Dans ce cas il faudrait que
les villageois se mettent d’accord pour faire un contrat avec la tannerie et payent la tannerie
                                                        e           e                    a
pour qu’elle pollue moins. Les villageois vont donc se r´unir pour d´cider du montant ` payer
a                                                                                  e
` la tannerie en fonction de la diminution de pollution qu’elle consent. Une r`gle possible
               e                                                                e
est de consid´rer que chacun met dans un pot commun en fonction de la g`ne qu’il subit.
                                 ee                     a      e                  e
Dans ce cas les agents ont int´rˆt individuellement ` se d´clarer peu touch´ afin que ce
                                                          e
soient d’autres agents qui payent, sachant que toute r´duction de la pollution, pay´e par e
un autre agent, lui sera profitable. Au final les agents vont uniquement payer en fonction
                          c
de la pollution qu’ils re¸oivent personnellement, et le moins possible, les paiements seront
                                                                                            e
trop faibles et on n’atteindra pas l’optimum collectif. C’est une illustration de du probl`me
                                          e
du passager clandestin et de la difficult´ du financement des biens publics.

          e
5.1.3 La n´gociation en pratique
                                         e               e             e
   En pratique il existe un seul cas de n´gociation bilat´rale document´, il concerne une
                                         e                               e            e
raffinerie de BP et une usine Volvo en Su`de. L’usine Volvo avait remarqu´ que les fum´es
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                       15



de la raffinerie corrodaient les voitures. Ils se sont mis d’accord pour que la raffinerie ne
                e                        e                                      e
traite pas le p´trole de mauvaise qualit´, riche en soufre, qui produit des fum´es corrosives
                  e                                                                e
lorsque le vent ´tait en direction de l’usine de voitures. C’est cependant une n´gociation
                                                              e              e            ee
partielle, car les habitants du village voisin, pourtant affect´s par les fum´es n’ont pas ´t´
      e a      e
convi´s ` la n´gociation.

5.1.4 Les labels
         e                           e                 e               e
    La d´finition de labels permet ´galement de cr´er un march´ pour une externalit´. En    e
                                                                                e
effet les consommateurs peuvent payer plus cher pour un bien qui poss`de certaines car-
    e                            e           e e
act´ristiques qui ne sont pas n´gociables s´par´ment, en particulier un niveau d’externalit´. e
Par exemple les produits ayant le label agriculture biologique sont produits en utilisant un
                       e                                  a
cahier des charges pr´cis qui correspond entre autres ` une moindre pollution.
                                                                         e
    Les produits issus de l’agriculture biologique ont un certain succ`s, cependant la majorit´e
                                 e
des consommateurs ne les ach`tent pas parce qu’ils respectent l’environnement mais parce
                                                        e                          e
qu’ils pensent qu’ils soont meilleurs pour leur sant´. Lorsqu’ils sont interrog´s, les agents
  e                                               e                              e
d´clarent qu’il faut acheter les produits labellis´s et qu’ils le feraient eux-mˆmes, cependant,
                                          e                                              e
leur choix en condition d’achat est diff´rent. C’est encore une illustration du probl`me du
passager clandestin.

5.2 La gestion communautaire
5.2.1 Modes de gestion communautaires
           e                      e                     e
    Il est ´galement possible de r´soudre les externalit´s en fusionnant celui qui subit et celui
                      e                                    e e            e                e
qui cause l’externalit´. Supposons que la fabrique de bi`re ´tait prosp`re avant l’arriv´e de
la tannerie, petite entreprise familiale. Dans ce cas les possesseurs de la fabrique de bi`re e
                                                                                     c
peuvent acheter la tannerie afin de ne plus subir cette pollution et optimiser de fa¸on interne
a                                 e
` l’organisation cette externalit´.
    Dans le cas des biens publics, des modes de gestions existent qui permettent d’´viter e
                                                                                          e
les passagers clandestins. Par exemple le fait d’avoir une relation entre individus bas´s sur
    e
la r´putation, ou sur une tradition de partage, des valeurs d’altruisme, des obligations re-
ligieuses ou institutionelles peut permettre une gestion efficace des ressources naturelles.
Les exemples de gestion communautaire de ressources naturelles de ce type sont assez nom-
                                                                         e e
breux, par exemple au niveau de la gestion de l’eau en Camargue, r´gl´e par le trait´ des  e
                             e      e                          e
marais depuis le dix neuvi`me sci`cle jusque dans les ann´es 60, ou encore dans certaines
                e                                     e
tribus un syst`me de dons et contre-dons permet d’´viter les passagers clandestins. Lorsque
                               e ee
les agents ont des relations r´p´t´es les passagers clandestins sont beaucoup plus facilement
sanctionn´s.e
      ´
5.2.2 Evolution des modes de gestion communautaires
                                                                            e
   Pour de nombreux auteurs, cependant ces modes de gestion sont en r´gression. Lorsque
                           e                                                   e
ces ressources sont en acc`s libre, les traditions de gestion peuvent ne pas ˆtre garantes de
leur bonne utilisation en raison de l’extension des mouvements de population (en Afrique par
                         e                                                   e
exemple), ou de la mont´e de l’individualisme. Dans ca cas un certain degr´ de privatisation,
et d’exclusion des ressources peut permettre une meilleure gestion de la ressource.
                                      e
   La privatisations des terres peut ´galement affaiblir l’organisation collective autour d’une
                 e                          ee                               ´
ressource partag´e, comme l’eau. Cela a ´t´ le cas pour la Camargue. L’Etat favorise sou-
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                      16



                                                       e
vent l’utilisation intensive de certaines ressources, d´sorganise les institutions existantes et
                             e                    ee                    a
attribue les ressources qui ´taient auparavant g´r´es collectivement ` certains agents, pour
                                                                          ee     e e
des raisons avant tout politiques. Par exemple la Petite Camargue a ´t´ ass´ch´e suite au
                               e a                     ee       e          ´         e
retour des pieds noirs d’Alg´rie ` qui des terres ont ´t´ donn´es par l’Etat, qui ´taient au-
            ee                 e                                           e     u        e
paravant g´r´es par le Trait´ de l’eau. Un autre exemple existe, au Br´sil, o`, afin d’´viter
      e                                       e                         c      e
une r´forme agraire, des terres sont colonis´es dans l’Amazonie de fa¸on tr`s inefficace avec
            ´
l’aide de l’Etat.

                        e
5.3 Les instruments de r´gulation
                   e                                  e                e     e
   Les modes de r´gulation plus ou moins spontan´s qui viennent d’ˆtre d´crits sont tout
a                               e e                       e                        ´
` fait insuffisants dans le cas g´n´ral. Il faut alors une r´gulation provenant de l’Etat pour
permettre l’obtention d’un optimum de Pareto.
                            e                                          e
   Il faut en premier lieu d´terminer l’optimum de Pareto que l’on d´sire atteindre.

                       e
5.3.1 Objectifs de la r´gulation
         e
5.3.1.1 S´lection d’un optimum de Pareto
                                                e               e         e
    De nombreux optimums de Pareto peuvent ˆtre atteints, ´tant donn´ une allocation
initiale. De plus, alors que dans de nombreux cas il faudrait une compensation d’au moins
                               e                      e           e
un agent pour que son bien-ˆtre ne soit pas diminu´, on consid`re que l’on peut tout de
  e          a                                                 e              e
mˆme aller ` cet optimum sans que cet agent ne soit compens´, l’important ´tant que l’on
             a                                                    a
se retrouve ` un optimum de Pareto. Autrement dit on s’autorise ` faire de la redistribution
en augmentant l’efficacit´. e

                    u e e
5.3.1.2 L’analyse coˆ t b´n´fice
                                 e           e                        e    e
   Une technique souvent utilis´e pour d´terminer l’opportunit´ de r´aliser un projet
                  u      e e               e              u
est l’analyse coˆt b´n´fice, encore appel´e analyse coˆt avantage. Dans ce cas on ne
              a         ıtre            e
cherche pas ` connaˆ toutes les cons´quences possibles de chaque niveau de production
             e               e
d’externalit´, mais on s´lectionne des projets et on cherche ceux pour lesquels la somme
      e e       e                      u                          e      e
des b´n´fices d´passe la somme des coˆts. Si ce projet est impl´ment´ il y a effectivement
           e                                   e      a
Pareto am´lioration, mais on ne sera pas forc´ment ` l’optimum.
           e                   e   e                                e        e
   Cette d´marche est forc´ment r´ductrice, puisque la complexit´ du probl`me et les gains
                    e                  ee                              e     c
et pertes des diff´rents agents aux int´rˆts divergents sont somm´s de fa¸on indistincte.
                      e                   a
ainsi on s’autorise ´galement dans ce cas ` faire de la redistribution.

5.3.2 Les instruments
                          e       e                                        a
   Une fois que l’on a d´termin´ un optimum de Pareto correspondant ` une production
    e              e                                                         a
donn´e d’externalit´ il faut des instruments permettant d’inciter les agents ` produire cette
       e
quantit´.

5.3.2.1 Normes
                                         a
   Mettre en place une norme consiste ` fixer le niveau de pollution maximal que l’agent
      e               e                         e e                                    a
peut ´mettre, on dit ´galement un quota. En g´n´ral une norme est uniforme, c’est-`-dire
                e                                        e         e        e    e
qu’elle est la mˆme pour tous les agents, mais elle peut ´galement ˆtre diff´renci´e, et donc
   e                                                             e        e
diff´rente suivant l’agent. Pour forcer la production d’externalit´ il est ´galement possible
de mettre un quota de production obligatoire, mais c’est rare.
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                     17



                 e                                          e                   e
   Lorsque les ´missions de polluants ne peuvent pas ˆtre facilement mesur´, les normes
          e      e                                                   a
peuvent ˆtre fix´es sur les intrants, ou encore sur la technologie ` utiliser. La norme doit
e    e       a                                                           e    e
ˆtre ´tablie ` un niveau tel que la somme des productions d’externalit´s est ´gale au niveau
                                             e
optimal, c’est un instrument en quantit´. De nombreuses normes uniformes existent, on
peut citer les pots catalytiques, les normes sur les rejets industriels ou encore les normes
                                                                  e     e a
sur les rejets agricoles de nitrates. Il n’existe pas de norme diff´renci´e ` ma connaissance.

5.3.2.2 Taxes et subventions
                                                                       e
   Une taxe (dite pigouvienne) est un montant que doit payer un ´metteur pour chaque
    ee                     e     e                        u
unit´ ´mise. La taxe doit ˆtre ´tablie au niveau du coˆt marginal optimum, pour que les
                               e                                               u
agents choisissent le niveau d’´mission optimal. En effet, si un agent a un coˆt marginal de
 e                                           ee a e               o
d´pollution plus faible que la taxe il a int´rˆt ` d´polluer plutˆt que de payer la taxe. Si,
                           e                            u      e                    e      e
par contre, le niveau de d´pollution est tel que le coˆt de d´pollution de la derni`re unit´
         e e                                     a    ee a             o       e
est plus ´lev´ que le niveau de la taxe, l’agent ` int´rˆt ` payer plutˆt que d´polluer.
          e                                                              e
   Il est ´galement possible de subventionner l’agent pour toute unit´ de pollution qu’il
        e                                                                        u
cesse d’´mettre. Dans ce cas il faut mettre le taux de subvention au niveau du coˆt marginal
                      e                              e
optimal, et la quantit´ de pollution sera la quantit´ de l’optimum de Pareto.
                                                         a              e
   Dans les deux cas il s’agit en fait de donner un prix ` la pollution ´mise, et ce prix est
                                                   e
mis au niveau qui permet d’avoir la bonne quantit´. La taxe comme la subvention sont des
instruments en prix.

5.3.2.3 Les taxes et subventions en pratique
                                           e
    Les taxes sur les polluants sont utilis´es en pratique, par exemple la en France concerne
le soufre et les nitrates. Il faut cependant bien noter qu’un certain nombre de taxes, par
                                                         a   e                         e
exemple les taxes sur l’essence ne sont pas des taxes ` vis´e incitative, elles sont pr´sentes
                     e    e                                                    e       a
uniquement pour r´cup´rer de l’argent, ce sont des taxes fiscales. Si elles ´taient ` vis´e  e
                                e                                                e e
incitative elles seraient les mˆmes pour tous les usages, et certainement plus ´lev´es.
                                               e
    Dans le cadre des agences de l’eau un syst`me de taxe subvention est en place. Un certain
                                                                                      e
nombre d’agents responsables de la pollution de l’eau payent une taxe, ainsi les m´nages
                                                                                 e
payent une taxe pour chaque litre qu’ils consomment, les industriels sont ´galement tax´s   e
                                                                                    e      e
en fonction de leurs rejets effectifs de polluant, tandis que les agriculteurs sont ´xempt´s.
                  e           c                                        e           e e
Les agents qui d´polluent re¸oivent des subventions, qui sont int´gralement pr´lev´es sur
                                               e
les recettes des taxes. Ce n’est pas un syst`me purement incitatif puisque la taxe per¸ue c
          e                                              a
sur les m´nage est trop faible pour inciter les agents ` modifier leur comportement et n’est
                         e              e                                        e
pas assise sur la quantit´ de polluant ´mise et les agriculteurs sont exempt´s, mais certains
                                                          a
aspects du dispositif sont incitatifs, en particulier vis-`-vis des industriels.
                    e           o                e     a                 e e
   Enfin des exon´rations d’impˆt incitent les m´nages ` utiliser des proc´d´s plus efficaces
                   e
d’utilisation de l’´nergie comme le solaire thermique.

             e
5.3.2.4 March´s de droits
          e                       e            e                  e                     e
   Il est ´galement possible de cr´er un march´ pour l’externalit´. Pour cela il faut cr´er des
                ee        e                                                            e
droits de propri´t´ sur l’´mission du bien externe. Par suite un agent ne pourra pas ´mettre
                  e                              e            e
plus qu’il ne poss`de de droit. Si ces permis n’´taient pas n´gociables ce serait simplement
                                                         e                           e
une norme. Il faut donc que la somme des totale des ´missions des permis soit ´gale ` la   a
        e                       e              e      e
quantit´ optimale d’externalit´. Ces permis ´tant n´gociables les agents vont pouvoir en
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                     18



                                            e e                   e                        e
vendre et en acheter pour obtenir la quantit´ d’´missions qu’ils d´sirent, au prix du march´
des permis.
                        e           e
    Le prix des permis ´tant donn´, un agent se mettra en position d’acheteur si son coˆt   u
              e                   e e                                                  e
marginal de d´pollution est plus ´lev´ que ce prix, en effet, dans ce cas il vaut mieux ´mettre
un peu plus et acheter un permis. Les agents vont acheter et vendre des permis tant que
       u                   e              ` e                    e             e     e e
leus coˆt marginal est diff´rent du prix. A l’´quilibre du march´ les quantit´s poss´d´es par
                                      u                   e
les agents sont telles que tous les coˆts marginaux sont ´gaux au prix.
           e                  e           e                                      e
    Le syst`me de permis d’´missions n´gociables est un instrument en quantit´, en effet
                 e                              e
c’est la quantit´ totale de pollution qui est fix´e.
                   e                                  e                ´
    Un tel march´ existe au niveau de la pollution li´e au soufre aux Etats-Unis. Ce sont
              e                                                        e e           e
les centrales ´lectriques qui se vendent des permis au sein d’un march´ tr`s structur´. Les
                                   e a                ea             e
permis sont initialement distribu´s ` ceux qui sont d´j` sur le march´, en fonction de leur
part de march´. e

                         u        e
5.3.3 Minimisation des coˆ ts de d´pollution
                                                                    e
    Dans le cas d’une norme uniforme, si tous les agents pouvant ´mettre ne sont pas iden-
                       e       u       e
tiques, n’ont pas les mˆmes coˆts de d´pollution marginaux, alors l’optimum de Pareto n’est
                                         u      e           e e ee            e
pas atteint. En effet ceux qui ont un coˆt de d´pollution ´lev´ pr´f´reraient ´mettre plutˆto
     e                       e a                           u      e
que d´polluer et seraient prˆts ` payer ceux qui ont un coˆt de d´pollution faible pour qu’ils
  e         a                               e                            e
d´polluent ` leur place, laissant la quantit´ de pollution totale inchang´e.
                          u       e                        e                    u
   En fait pour que les coˆts de d´pollution soient minimis´s il faut que les coˆts marginaux
    e                                    e                         e             e
de d´pollution de tous les agents soient ´gaux. Autrement, transf´rer une unit´ de pollution
                 u e e                        u
d’un agent au coˆt ´lev´ vers un agent au coˆt faible sera rentable.
                                           ee                          u
   La taxe et les permis ont cette propri´t´ de minimisation des coˆts, comme on l’a vu,
tandis qu’il faut une norme non uniforme plus restrictive pour les agents qui ont un coˆt u
     e                                        e                                ´
de d´pollution faible. Dans le cas du march´ des permis pour le soufre aux Etats-Unis on
                              u                e                     u        e
est justement dans un cas o` les centrales ´lectriques ont des coˆts de d´pollution tr`s  e
   e                  e       e               e                               e         e
diff´rentes, certaines ´tant tr`s anciennes, tr`s polluantes et ne pouvant pas ˆtre modifi´es.
     e            u                                  u       e                  ee
Des ´tudes de coˆts montrent d’ailleurs que ces coˆts de d´pollution auraient ´t´ bien plus
importants avec une norme uniforme.

                          e
5.3.4 Incertitude et assym´trie d’information
                                      e        e                                      u
   Pour l’instant nous avons suppos´ que le r´gulateur connaissait parfaitement les coˆts de
 e                e e             e                                 e
d´pollution, les b´n´fices de la d´pollution, ou les agents concern´s. Dans ce cas une norme
   e      e                                  e
diff´renci´e, une taxe ou des permis sont ´quivalents. Lorsque des incertitudes existent, ce
n’est plus le cas. En fonction du type d’incertitude un instrument en prix ou en quantit´  e
                e                                                 a         e e
sera plus adapt´. Par exemple si il y a un seuil connu, au-del` duquel le b´n´fice marginal
                                        u                       e
augmente fortement, tandis que les coˆts marginaux sont tr`s incertains un instrument en
        e                   e              e
quantit´, avec une quantit´ maximale inf´rieure au seuil sera plus efficace qu’un instrument
en prix, pour lequel il est possible que le seuil soit franchi.
                                                   e
    Lorsque les agents ont des informations priv´es, par exemple des informations sur leurs
   u       e                                           e         e
coˆts de d´pollution des instruments plus compliqu´s peuvent ˆtre mis en place, qui incitent
        a ve          e            u                                                  a
l’agent ` r´´ler ses v´ritables coˆts. Pour cela il faut proposer plusieurs contrats ` la firme,
                                                                     a
avec pour chaque niveau d’effort un transfert vers la firme. Il faut ` la fois minimiser le mon-
                                                      e                       e              e
tant de ce transfert, cette rente informationelle, et ´galement atteindre le r´sultat escompt´.
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                    19



                                     e
Ces questions sont l’objet de la th´orie des contrats. Dans la pratique des instruments de
                           e e                      a
ce type ne sont pas utilils´s, ´tant trop complexes ` mettre en œuvre.

        u
5.3.5 Coˆ ts de transaction
                                            e           e
   Tous les instruments vus ci-dessus, de mˆme que la n´gociation ou la gestion collective ont
                            e                                             e
des avantages et des inconv´nients. Dans un monde virtuel sans assym´trie d’information,
                    u    e                                                      e
sans fraude, sans coˆt d’´tablissement des contrats, des normes ou des march´s de permis,
                          e
tous ces instruments sont ´quivalents. Par contre lorsque l’on prend en compte les contraintes
             e                                e
du monde r´el les instruments ne sont plus ´quivalents.

         e
5.3.5.1 D´finition
                      u
    Les principaux coˆts qui s’imposent aux agents sont, dans le cas d’une pollution, con-
     e                                          u       e                        u    e
stitu´s par les impacts de la pollution, les coˆts de d´pollution, les divers coˆts li´s aux
                e
achats effectu´s par les agents, et enfin par les transferts lorsqu’il y a une taxe ou subven-
                                              u a         e                e
tion. Ce ne sont cependant pas les seuls coˆts ` consid´rer. En effet l’´tablissement des
                e                                          o
contrats, la d´termination du niveau d’une taxe, le contrˆle du respect d’une norme sont
              u a        e                    e   u
autant de coˆts ` consid´rer, qui sont nomm´s coˆts de transaction.
               e                    u                                    e              e
    On consid`re que ce sont les coˆts de transaction qui rendent la n´gociation bilat´rale
                  e                           e                  e
aussi rare, et empˆchent pratiquement toute n´gociation multilat´rale. Dans ce cadre l’action
     ´            ıt                                        u
de l’Etat apparaˆ comme un moyen de diminuer ces coˆts de transaction, grˆce ` son a a
                         e                                                  ee     a      o
organisation, ses capacit´s de financement, aux pouvoirs qui lui sont conf´r´s et ` son rˆle
de garant du bien public.

              u
5.3.5.2 Les coˆ ts de mise en place
                                     e                      e
    Quelque soit la solution envisag´e, il faut financer des ´tudes ou des consultations per-
              e                                         e
mettant de d´terminer le niveau de taxe ou la quantit´ de permis ou encore le niveau de la
norme.
                                                                                      e
    Dans le cas d’une taxe il faut mettre en place une institution permettant de r´colter la
                               e                    e           e                   e
taxe. Dans le cas des permis n´gociables il faut cr´er un march´. Ce n’est pas forc´ment une
 a        e       e e              e
tˆche ais´e, en g´n´ral les march´s qui fonctionnent bien, qui se rapprochent d’une situa-
                                          e           e
tion de concurrence ne sont pas spontan´s, mais n´cessitent une organisation, type bourse,
       e a       u        e
associ´e ` un coˆt non n´gligeable. Ainsi certains auteurs estiment que la mise en place du
     e               e               ´           ee                            u
syst`me de permis n´gociables aux Etats-Unis a ´t´ finalement relativement coˆteux, en tout
                                                                         e         e
cas bien plus qu’une taxe. Au niveau de son fonctionnement, les premi`res ann´es ont ´t´  ee
        e                    e e          e                       u       e
marqu´es par des prix trop ´lev´s ne refl´tant pas du tout les coˆts de d´pollution mais ces
                 e                e
prix ont converg´ durant les ann´es suivantes vers des valeurs correspondant effectivement
        u   e                e ee                 o
aux coˆts r´els, et ce march´ a ´t´ au final plutˆt efficace.
                                                 u
    Pour une norme uniforme il n’y a pas de coˆt particulier, mais on a vu que dans ce cas
      u      e                                                                      e
le coˆt de d´pollution n’est pas minimum. Pour mettre en place une norme diff´renci´e il e
                        e                                    ıtre     u
faut une information tr`s importante, en effet il faut connaˆ les coˆts de tous les agents.

              u            o
5.3.5.3 Les coˆ ts de contrˆle
                                    o
   Dans tous les cas il faut contrˆler et sanctionner les agents qui ne respectent pas les
                                                                    e            e     e
contrats et obligations. Pour les taxes, par exemple, le niveau d’´mission doit ˆtre d´clar´e
                            e                            oe
par l’entreprise qui peut ˆtre occasionnellement contrˆl´e. Pour les interdictions il faut
e                   o     `                                               e         e
´galement des contrˆles. A priori la sanction la plus efficace est l’amende ´tant donn´ qu’elle
             e
Chapitre 5: R´gulation environnementale                                                         20



                                                               a               u
est relativement neutre au niveau collectif, contrairement ` la prison, coˆteuse pour la
     ee                            e                                 e           e
soci´t´ comme pour l’emprisonn´. Ce ne sont cependant pas forc´ment les r´glementeurs
                                                                                             e
qui sont responsables des sanction, en effet c’est souvent l’appareil judiciaire qui est charg´
                                                                     e
de sanctionner les fraudeurs, le niveau des sanctions peut ne pas ˆtre celui qu’ils auraient
choisi.
                      o            u                                               e
    Comme les contrˆles sont coˆteux tandis que l’amende est neutre le sys`me le plus
                 e             o          e             e a                 e
efficace devrait ˆtre des contrˆles peu fr´quents associ´s ` des amendes tr`s lourdes, restant
                                        e
cependant dans la limite des capacit´s de paiement des agents. Cependant des amendes
trop lourdes ont pour effet que tous les agents qui fraudent choisissent le niveau de fraude
                                                                e
maximal, et en pratique les amendes sont progressives. Un m´canisme permettant d’inciter
          a e
les firmes ` d´clarer des valeurs exactes est de moduler l’amende en fonction de l’inexactitude
        e                                        ae         e
de la d´claration. Cette technique commence ` ˆtre utilis´e par les agences de l’eau.
                        e                                                 e
    Toutes ces difficult´s modifient les conditions d’application des diff´rents instruments,
                                        e           e a       o
en particulier la norme uniforme peut ˆtre plus ais´e ` contrˆler, ce qui peut compenser son
          e
inefficacit´ en terme de minimisation des coˆts. u

5.4 Effet redistributifs
                                                          e
    Avec une norme, une firme qui polluait et doit d´polluer est perdante puisqu’elle doit
              u        e
subir des coˆts de d´pollution mais elle ne doit pas payer en plus. Dans le cas d’une taxe
                                     e                                              e
pigouvienne le pollueur limite ses ´missions, mais, en plus, paye pour les unit´s de pollution
      e            a                                             e
qu’il ´met jusqu’` la pollution optimale. Nous sommes en pr´sence d’une situation pollueur
                               e       e      e
payeur. Le cas inverse est d´nomm´ pollu´ payeur.
                                           e e e              e
    Les effets redistributifs peuvent en g´n´ral ˆtre dissoci´s du choix de l’instrument. Ainsi
pour les instruments en prix le choix d’une taxe qui devient une subvention ` un cer-    a
                                                                                        e
tain niveau de pollution permet d’atteindre toute allocation. Dans le cas de la n´gociation
                          e
l’allocation initiale va d´terminer l’agent en position de force. Ainsi si il est permis de polluer
ce sera la victime de la pollution qui devra compenser le pollueur, tandis que si la pollution
est interdite c’est le pollueur qui devra compenser les victimes de la pollution. Pour une
                                                        e                a
norme des paiements forfaitaires permettent transf´rer du revenu ` n’importe quel agent
e           e                 e             e                c
´tant donn´ que la quantit´ d’externalit´ est de toute fa¸on fix´e.  e
                                                               e
    Dans le cas des permis le mode de distribution initiale d´termine l’effet redistributif. Si les
                       e
permis sont distribu´s gratuitement il n’y a pas de transferts addtionnels, s’il sont vendus
          e                                                                          a
par ench`re alors les pollueurs doivent payer. Si des droits correspondant ` la pollution
              e                    e                                   e
initialement ´mise sont distribu´s gratuitement aux pollueurs, le r´glementeur doit acheter
                                                          e                 e
des permis sans les utiliser, jusqu’au niveau global d’´mission souhait´. Dans ce cas c’est le
                e
principe pollu´ payeur qui est appliqu´. e
                e                e
    Ces consid´rations sont tr`s importantes dans le choix d’un instrument ainsi que dans sa
 e                                              e
l´gitimation. L’absence de paiements associ´s aux normes explique certainement pourquoi
                             e
elles sont beaucoup plus r´pandues que les taxes.

           e
5.5 Efficacit´ dynamique
   Lorsque l’on prend en compte certains aspects dynamiques, comme les possibilit´s    e
      e                 e                                        a
d’entr´e dans un march´ de nouveaux pollueurs ou l’incitation ` utiliser les innovations
                        a                  u                                         e
techniques pour polluer ` encore moindre coˆt les choix d’instruments peuvent encore ˆtre
      e
modifi´s.
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                           21



5.5.1 Innovations techniques
    Pour ce qui concerne l’utilisation des innovations techniques c’est la norme qui est
 e        e                                a e                                           ee a
d´favoris´e, en effet l’agent ne gagne rien ` d´polluer plus que la norme. L’agent a int´rˆt `
utiliser des technologies plus efficaces pour atteindre la norme, mais pas pour aller plus loin.
                              e                          e
Avec une taxe ou un march´ de permis un agent qui d´pollue plus gagne le montant de la
                                            e e       e                           ea
taxe ou le prix des permis pour chaque unit´ d´pollu´e additionnelle, il est incit´ ` diminuer
                    u                               e
encore plus son coˆt marginal. Dans ce cas il faut ´ventuellement ajuster les instruments.

5.5.2 Nouveaux entrants
                           e        e
    Si les pollueurs sont d´dommag´s pour moins polluer, autrement dit, lorsque l’on est
              e         e
dans un syst`me pollu´ payeur, l’existence de cette rente va pousser de nouvelles firmes `  a
entrer dans la branche. Il est donc plus efficace de choisir un instrument qui respecte le
                                                                                  e      e
principe pollueur payeur. Ce principe est d’ailleurs inscrit dans les textes Europ´ens, mˆme
                   e            e
s’il n’est pas forc´ment respect´.

                   e
5.6 Capture de la r´glementation
          e              e
    Les d´cisions en mati`re de politique environnementale sont prises au nom du bien col-
lectif, dans un cadre d’incertitude important et peuvent avoir un incidence redistributive
     e                                  a
cons´quente. Dans ce cadre il est tout ` fait possible de justifier des choix par la recherche
           e                                                                         ee
d’une am´lioration de l’environnement et qu’il s’agisse en fait de favoriser les int´rˆts de
                                      ´                    ee                  e
certains agents. Dans cette optique l’Etat n’est pas consid´r´ comme une entit´ bienveillante
                                                                      ee
mais comme un rassemblement d’individus qui peuvent avoir des int´rˆts particuliers. C’est
                      e                          e
le fondement de la th´orie de la capture de la r´glementation.
               e                                                                           e
    Certaines d´cision entrent dans ce cadre, comme par exemple l’interdiction qui a frapp´ le
                                   e        o                          e
concorde pour cause de bruit, qui ´tait plutˆt une tentative de se prot´ger de la concurrence.
           e              e     e                                                 ee
Dans le mˆme ordre d’id´e apr`s la crise de la vache folle la viande anglaise a ´t´ interdite
                                 e                                                 e
en France pour des raisons qui ´taient en partie protectionnistes. De fait les th´oriciens de
                  e                 e                  a ´                         e
la capture de la r´glementation pr´conisent d’enlever ` l’Etat tout pouvoir de r´glementer.
                                                                     ´               e
Ce n’est pas une meilleure solution, l’absence d’intervention de l’Etat profitant ´galement
a
` certains agents.

                  e                 e
5.7 La place de l’´conomie dans la d´cision
          e        e
    Les m´thode d’´valuation et de choix, ainsi que l’utilisation d’instruments minimisant
      u                                            e    e
les coˆts que l’on vient de voir sont parfois pr´sent´s comme l’unique mode rationnel de
 e                                                   e           e         e
r´gulation. Cette position n’est pas celle qui est d´fendue ici, ´tant donn´ les incertitudes et
                               e
conflits sous-tendant les probl`mes environnementaux. Il est possible pour certains agents,
             ´                                                          e
y compris l’Etat, d’utiliser une position dominante en expertise ´conomique pour faire
            e                                                                             e
passer des r´gulations qui ont des objectifs redistributifs ou ne permettent pas d’am´liorer
 e
r´ellement la situation.
                                                                     e                 e
   Par contre ce cadre peut permettre de poser des questions pr´cises sur l’efficacit´, les
    e                                                                   e
cons´quences redistributives et servir de language commun pour les n´gociations qui seront
           c    e e a
de toute fa¸on r´gl´es ` un niveau politique. En particulier il semble important de poser ces
                e           e                       e                     e
questions pour ´viter les d´cisions arbitraires guid´es par une pure id´ologie qui risquent
              e         e
encore plus d’ˆtre biais´es en faveur d’un groupe d’agents.
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                         22



           e
6 Les probl`mes environnementaux globaux
             e                                             e e
    Les probl`mes environnementaux globaux sont caract´ris´s par une dimension mondiale,
                                    e                 e
une incertitude radicale sur leur ´volution et cons´quences et enfin par l’importance du
                                                            e
long terme. Une liste non exhaustive de tels sujets de pr´occupation contient entre autres
le changement climatique, la destruction de la couche d’ozone, les pluies acides, la diminu-
                      e                e          e
tion de la biodiversit´, le risque nucl´aire, la d´sertification, la diminution des ressources
                                                                       e
halieuthiques. C’est surtout le changement climatique qui sera utilis´ comme exemple.
                                          e                              e
   Les trois aspects incertitude, globalit´ et long terme ne sont pas ind´pendants et inter-
ragissent constamment, par exemple l’incertitude provient pour partie du long terme.

6.1 Coordination internationale
                         e                                     e             a ´
    Dans le cas des probl`mes globaux il n’existe pas d’autorit´ comparable ` l’Etat ` mˆme
                                                                                      a e
                                  ee e e                e                  e e           ee
de pouvoir imposer une forme d’int´rˆt g´n´ral. Les diff´rents pays ont en g´n´ral des int´rˆts
            e                                         ee e e e                    e
divergents, ´voluant dans le temps. Dans ce cadre l’h´t´rog´n´it´ des pays peut ˆtre un fac-
                                                                     e      e
teur d’entente ou au contraire de tension, en fonction des modalit´s de n´gociation et de
                                                  e                    e            e
la nature de l’incertitude. Par exemple il peut ˆtre plus facile de n´gocier des r´duction
  e                 a
d’´missions de gaz ` effet de serre si on ne sait pas qui sera victime du changement clima-
tique.

           e
6.1.1 Les n´gociations sur le changement climatique
                          e                                                       e
     L’historique des n´gociations autour du changement climatique permet d’´clairer ces
          e         e                                                   e
difficult´es. Les n´gociations internationales ont vraiment commenc´ un peu avant 1990,
                                     ´                e
entre autres sous l’impulsion des Etats-Unis, peut-ˆtre pour avoir une raison d’inciter les
     e        a                                e
am´ricains ` une utilisation plus efficace de l’´nergie, le maintien de l’approvisionnement en
  e       a         e                   e               e
p´trole ` bas prix ´tant soumis aux al´as des conflits g´opolitiques. La convention de Rio qui
           e     e                                                                      e
acte la n´cessit´ d’une action internationale, mais en des termes assez vagues, est sign´e par
                                                            e                       e
de nombreux pays en 1992. Le protocole de Kyoto qui pr´voit des limitations d’´missions,
                                    e       e      e     e
mais uniquement pour les pays d´velopp´s est n´goci´ en 1997, sur des bases strictement
                      e                        e              e
politiques. Il est pr´vu d’adjoindre un march´ de permis d’´mission de CO2 pour atteindre
            ee                    e                ee
l’efficacit´ ´conomique, et il est ´galement consid´r´ que ce n’est qu’un premier pas.
                                                 ´
     Il ne sera cependant jamais ratifi´ par les Etats-Unis qui sont pourtant les premiers
                                         e
e                           e                                e            e
´metteurs de CO2 par tˆte. En particulier parce qu’apr`s la premi`re guerre du Golfe
      ´                                   o
les Etats-Unis ont un meilleur contrˆle de la situation au Proche-Orient et la motiva-
        e                                   ´                        ´
tion g´opolitique a totalement disparue. Egalement parce que les Etats-Unis ont un quota
   e               e e
d’´mission assez ´lev´ si on prend en compte l’augmentation de leur population. Ensuite
                        e             e
parce que les europ´ens ont affich´ un volontarisme environnemental et n’ont pas voulu
                      a                                     eee                  c
faire de concession ` La Haye. Enfin parce que G. Bush a ´t´ ´lu et de toute fa¸on il aurait
                 e       e
certainement d´nonc´ le trait´.e
       e      e                   ee          a                                    e      e
    Apr`s cet ´pisode un accord a ´t´ obtenu, ` Marrakech entre les autres pays d´velopp´s,
                                                             ´           e           e a
mais avec des concessions plus importantes que ce que les Etats-Unis ´taient prˆts ` ac-
       a                                        e        e                      e
cepter ` La Haye. Et enfin la Russie, qui est tr`s favoris´e par cet accord, ses ´missions de
 ee       e       e     e    e                         e                         e
r´f´rence ´tant tr`s sur´valu´es en raison de la crise ´conomique qui l’a frapp´e au cours
                          e                  e       e                e e
de sa transition vers une ´conomie de march´ a sign´ le protocole tr`s r´cemment, il vient
                                                                    e
d’entrer en vigueur cette semaine. Le volontarisme des pays europ´ens, s’il est prometteur
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                            23



                       e e         e
ne doit pas cacher la r´alit´ des d´cisions qui ne sont pas toujours en accord avec les objectifs
      e                                          ıt e           e
affich´s. Par exemple, l’Allemagne, qui apparaˆ tr`s impliqu´e dans la lutte contre l’effet de
                                                     e      e
serre avec des objectifs ambitieux qu’elle s’est fix´e a n´anmoins reconduit les subventions
                           e                 e e                         e
aux industries charbonni`res, pourtant tr`s ´mettrices et inefficaces ´conomiquement.

          e       e
6.1.2 Comp´titivit´ et environnement
                              e        ´                       e
    Un autre argument avanc´ par les Etats-Unis est qu’il faut ´galement que les pays en voie
     e                                             e
de d´veloppement aient des restrictions sur leur ´missions, d’une part parce qu’il allaient
e                   e                                                             e
ˆtre d’importants ´metteurs, et d’autre part parce qu’il y avait des risque de d´localisation
                 e                   a e          u
des entreprises ´mettrices de CO2 ` l’´tranger, o` elles n’auraient pas de contraintes.
                           e                                                         e
    Cette situation est th´oriquement possible, cependant dans le cas du CO2 les ´missions
                                          e                     e     e       e
sont surtout produites par des activit´es qui ne peuvent ˆtre d´localis´es (production
  e         e
d’´lectricit´, transport, chauffage, production de ciment) et pour les autres industries les
            e                                  e       u      a
choix de d´localisation sont beaucoup plus li´s au coˆt et ` la qualification du travail et
aux incitations fiscales.
                                            e          e         a                e
    Par contre l’augmentation du prix de l’´nergie cons´cutive ` des efforts de r´duction des
e                     a      e
´missions peut tout ` fait r´duire les marges des entreprises domestiques, et bien que cela
                              a e               e                 e                 e
ne risque pas de les pousser ` d´localiser peut ´ventuellement r´duire leur activit´. Ce type
         u                       a
de surcoˆt est cependant tout ` fait minime par rapport aux variations des changes, par
                                                                 a                            e
exemple en 2 ans le prix relatif des marchandises en dollar vis-`-vis de celles en euro a vari´
de 30% environ.

                   e
6.2 Long terme et d´veloppement durable
       e            e
6.2.1 D´finition du d´veloppement durable
        e                                 e                   e                      e
   Le d´veloppement durable est “un d´veloppement qui r´pond aux besoins du pr´sent sans
                           e      e e                      e                           e
compromettre la capacit´ des g´n´rations futures de r´pondre aux leurs”. Cette d´finition
                                                 ea              e           e
de 1987 est assez floue et de fait il y en avait d´j` plus de 60 d´finitions d`s 1989. Ainsi pour
                                                   e
certains il s’agit de s’assurer d’une croissance ´conomique soutenue. Pour d’autre il s’agit
                  e                                                  e           e
de garantir la pr´servation des actifs naturels en effectuant une d´croissance ´conomique.
             e
   Il se d´gage cependant un certain nombre de points communs qui n’aident pas
  e            a                           e                                   e
sp´cialement ` donner un contenu op´rationnel au concept mais en pr´cisent le champ
               e
d’action. Le d´veloppement durable est ainsi associ´ : e
  • ` une utilisation raisonnable des ressources naturelles,
     a
  • ` une prise en compte du futur et des irr´versibilit´s,
     a                                           e          e
  • ` l’utilisation de technologies plus efficaces dans les pays en voie de d´veloppement sans
     a                                                                       e
                                                 e                         e
     passer par une phase de moindre efficacit´ comme dans les pays d´velopp´s,      e
  • ` la diminution de la pauvret´,
     a                               e
  • au d´veloppement ´conomique mais ´gaclement social ne mettant pas en danger
           e               e                   e
     l’environnement.
                                                                     e
   Tous ces points sont en effet des objectifs pertinents pour toute r´gulation, et sont com-
       a                  e            e                                               e
munes ` toutes les interpr´tations du d´veloppement durables. L’importance des diff´rents
                                                                a
objectifs les uns par rapport aux autres, ainsi que les moyens ` mettre en œuvre pour les
                                e
atteindre sont en revanche extrˆmement divers.
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                           24



                       e    e       e e
6.2.2 Actualisation et ´quit´ interg´n´rationnelle
                    e    e    e                               e
    Un aspect peut ˆtre ´clair´ par l’utilisation de concepts ´conomiques, il s’agit de la prise
                              e
en compte du futur. La mod´lisation d’un objectif intertemporel peut se faire en utilisant
                                             e      e               e
une maximisation de la somme de l’utilit´ par tˆte des agents pr´sents et futurs. Dans ce
                       e         ee
cas chaque date peut ˆtre pond´r´e en utilisant un taux d’actualisation. Si il est fixe, alors
     e                   e                              a
les d´cisions seront coh´rentes temporellement, c’est ` dire que le passage du temps ne les
                            a        e
modifiera. Ceci correspond ` une d´croissance exponentielle des poids avec le temps.
                                    e
   Si on se base sur les taux d’´pargne actuels pour jauger de la valeur de ce taux
d’actualisation on obtient des valeurs entre 2% et 6%, ce qui donne peu d’importance ` cea
qui se passe dans 100 ans. Pour certains auteurs il faudrait utiliser un taux nul, autrement
                                                           e
dit une simple somme, pour des raisons essentiellement ´thiques. Ce taux d’actualisation
      e                                e                                          e
peut ˆtre important pour certaines d´cisions, et dans ce cas il permet de synth´tiser et de
 e e                  e               e                     e
r´v´ler les positions ´thiques des diff´rents acteurs de la d´cision.
                                         e                                            e
    Mettre un taux d’actualisation tr`s bas implique d’aller plus loin dans la pr´servation
                                                               e                               e
des ressources naturelles qu’une utilisation rationnelle, coh´rente avec les taux de rentabilit´
         e                                          e                   e
observ´s. On a vu que l’utilisation rationnelle n’´tait pas acquise au d´but de ce cours, mais
                               a                              a
ici il s’agirait d’aller au-del` et de contraindre les agents ` une moindre utilisation.
                                               e           e
    Dans le cas du changement climatique, ´tant donn´ les inerties naturelles du cycle
                      e                     e      e           e
du carbone, du syst`me climatique, des ´cosyst`mes mais ´galement celles des syst`mes    e
e     e            e                                           e                      e    e
´nerg´tiques, les d´cisions prises aujourd’hui auront des cons´quences qui peuvent ˆtre tr`s
e    e                                e                        e       e e
´loig´es dans le futur, les positions ´thiques sur la solidarit´ interg´n´rationnelle peuvent
              e
avoir des cons´quences importantes.
                                                                              e
    Cependant, dans certains, cas ce sont des contraintes d’inertie qui sont d´terminantes
           e                                 a
pour la d´cision. Par exemple, si au-del` d’un certain changement climatique les
     e
cons´quences deviennent importantes parce que l’on n’a pas le temps de s’adapter, alors le
                    e                      e
choix sera plus dict´ par l’inertie du syst`me que par la maximisation intertemporelle, et
le choix du taux d’actualisation sera moins important.

6.2.3 Substitution du capital naturel et artificiel
                             e        e                  e
   La question de la compl´mentarit´ ou substituabilit´ entre capital naturel et artificiel
                                   e                                    a
est importante dans le cadre du d´veloppement durable, et donne lieu ` deux visions, dites
                e                                                     e
de soutenabilit´ faible et forte. Pour les tenants de la soutenabilit´ faible tous les types
de capitaux sont substituables et tout ce qu’il importe est de conserver un stock global de
                                                    e
capital suffisant. Pour les tenants de la soutenabilit´ forte les capitaux naturels ne peuvent
e            e                                                                     e
ˆtre remplac´ ni par du capital productif ni par du capital humain (un niveau d’´ducation
     e e                             e
plus ´lev´ qui induit une productivit´ du travail plus importante).
                                                      e                        e
   Historiquement les positions de type soutenabilit´ forte ont toujours pr´dit des futurs
                                      e
assez catastrophiques avec un progr`s technique et des substitutions bien moins impor-
                            e e                                                          ea
tantes que ce qui s’est pass´ r´ellement. Pour autant il est possible que l’on regrette d´j` la
disparition totale de nature primaire en Europe.
      ´
6.2.4 Evolution des modes de production et de consommation
                                          e                                e
   Les projections de population sont forc´ment incertaines, mais il est tr`s probable que
                                                                           e      e
la population atteigne plus de 10 milliards d’habitants au cours du XXI`me sci`cle. Or,
                                            e
aujourd’hui 80% de la production est utilis´e par 20% de la population. Si tous les hu-
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                           25



                            e                                                   e
mains doivent avoir le mˆme niveau de vie, il risque d’y avoir des difficult´s au niveau de
  e                                                                      e
l’´puisement des ressources naturelles, ainsi qu’au niveau du rejet de d´chets. En particulier
                                   e    e
les questions de la disponibilit´ de l’´nergie, de l’eau et de la terre vont se poser avec de
plus en plus d’acuit´.e
                                  e                                               e
    Il s’agit donc de penser le d´veloppement futur des pays encore en voie de d´veloppement
                                                                                   oe
en lien avec l’environnement. Deux courants s’opposent dans ce cadre. D’un cˆt´ on trouve
                  e
ceux qui consid`rent qu’avec l’augmentation de la production, des techniques plus efficaces
        e         e
vont ˆtre utilis´es, les individus vont se soucier d’environnement et qu’il faut avant tout
     e                                         e
se d´velopper pour que la phase d’inefficacit´ dans l’utilisation des ressources soit la plus
                                                         e
courte possible. Ce point de vue est largement partag´ par les dirigeants des pays en voie
      e                             oe                           e
de d´veloppement. De l’autre cˆt´ se trouvent ceux qui consid`rent qu’il y a en une fenˆtree
                e         e                e                        ea e          e e
d’opportunit´ pour un d´veloppement diff´rent de celui des pays d´j` d´velopp´s ´tant donn´    e
que la plupart des infrastructures et institutions ne sont pas encore en place. Ceci pourra
e                                                                                     e
´viter des sacrifices futurs, sacrifices que devraient faire les pays actuellement d´velopp´s  e
pour une moindre utilisation des ressources naturelles.
                                      `                                 e
    Aucun de ces deux futurs n’est a exclure. En prenant l’exemple de l’´nergie, il faut mettre
       e          e                                                ee      e
au cr´dit des d´veloppementalistes l’augmentation de l’efficacit´ ´nerg´tique, qui ne serait
                                                                              e
possible que lorsque l’on a un certain niveau technique, qui a eu lieu apr`s le premier choc
  e                       e
p´trolier, la baisse des ´missions de soufre, ou encore la surproduction agricole mondiale.
                                ´                                            e
En revanche l’exemple des Etats-Unis qui montre un niveau de vie tr`s important mais
e                        e                        e
´galement une efficacit´ dans l’utilisation de l’´nergie assez faible, ou encore l’importance
      e                                          e                                 ea e
du p´trole ou du gaz pour les sources mobiles d´nergie et les tensions qui sont d´j` pr´sentes
               e                                                              e
autour du p´trole et de l’utilisation des ressources des pays en voie de d´veloppement par
            e       e
les pays d´velopp´s, et enfin la question du changement climatique vont dans l’autre sens.

6.2.5 Inertie et lock-in du changement technique
                                                                  e
    Le changement technique est important dans le cadre du d´veloppement durable. En
effet si il est suffisament important et rapide les contraintes environnementales seront moins
       e                          e                                                   e
probl´matiques. La question de l’´nergie, est un bon exemple, en effet si une source d’´nergie
             e                                              e
bon march´ et peu polluante existait, de nombreux probl`mes environnementaux seraient
 e                                       e                             e
r´solus. Dans le cas contraire la raret´ des combustibles fossiles ais´ment utilisables, les
                            e           e                e
risques climatiques et nucl´aires vont ˆtre des sujets pr´occupants.
                                    e                           e          e
    Pour certains auteurs le progr`s technique a peu besoin d’ˆtre orient´, les agents vont
                                                                   e
profiter des avances techniques pour augmenter leur rentabilit´, les techniques utilis´es  e
                  e           e            e                                  e
seront donc forc´ment plus ´conomes en ´nergie, et ce d’autant plus que l’´nergie devient
   e                                                                                 e
ch`re. Cette vision du monde est contredite en partie par l’observation d’inefficacit´s tech-
                                                       e
nologiques persistantes. Cependant d’autres difficult´s se superposent, d’une part l’inertie
         e                                                           a
des syst`mes techniques et des modes de vie qui imposent de voir ` long terme et les pos-
       e
sibilit´ de verrouillage dans une certaine technologie.

6.2.5.1 Inertie des technologies et des modes de vie
                                                                               e
   Des solutions techniques peuvent exister, comme la biomasse ou l’hydrog`ne, l’utilisation
                                            a
plus rationnelle des transports, les pompes ` chaleur, mais elles impliquent des changements
                                                 e     e     e
de comportement et des bouleversements des syt`mes ´nerg´tiques. Par exemple l’utilisation
                                       e
de la biomasse pour se substituer au p´trole ne peut pas se faire dans le cadre de l’agriculture
                                       e          e
intensive qui est beaucoup trop bas´e sur le p´trole. D’autre part les terres ne seraient
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                             26



disponibles qu’en cas de changement des habitudes alimentaires avec une consomation plus
                  ee          e                                       e
importante de c´r´ales au d´triment de la viande et de certains l´gumes. D’autres oppor-
      e             e                                                         e
tunit´s et difficult´s se posent pour des futurs alternatifs, que ce soit une pr´dominance de
  ee        e     e                               e      e
l’´l´ctricit´ nucl´aire ou une utilisation prolong´e des ´nergies fossiles.
            e                    e                                                e
    Pour d´passer ces difficult´s au niveau de l’offre il faudrait des avanc´es techniques
                            e                       e                o
importantes peu spontan´es, de long teme, qui d´pendent plutˆt des moyens allou´s ` la    e a
                                         e e
recherche et des incitations des autorit´s r´gulatrices, telles l’obligation d’avoir un quota de
  e         e                    oe                                  e
l’´lectricit´ renouvellable. Du cˆt´ de la demande il faudrait des ´volution des modes de vie
                e
qui demande ´galement du temps.

6.2.5.2 Le verrouillage dans une technologie
                                                                     e               c
    Pour plusieurs raisons les choix technologiques faits risquent d’ˆtre auto-renfor¸ant, c’est
a                                 e
` dire que lorsque l’on est engag´ dans une voie elle devient plus facile. Les causes sont mul-
                                          e
tiples et on peut citer les inertie socio-´conomique, en particulier au niveau des comporte-
                   e                               e
ments et des syst`mes de valeurs, l’existence d’´quilibres institutionnels existant autour
                                    e
d’une technologie, comme le nucl´aire en France ou le charbon en Allemagne, l’importance
               a            a
des montants ` consacrer ` la recherche, l’apprentissage par la pratique, la diminution des
  u                                     e                                                  e
coˆts avec l’augmentation des capacit´s ou de la taille des infrastructures, l’impossibilit´ de
reconvertir les investissement.
                                           e                e                               e
    De tels verrouillages technologiques, ´galement appel´s lock-ins ont eu lieu par le pass´,
                                            e                  e
autour du train et du charbon au XIX si`cle, dans les ann´es 60 autour de la voiture, de la
               e                     e                        e          e        e
route et du p´trole et dans les ann´es 70, autour du nucl´aire et de l’´lectricit´ en France.
                              e e                                      e
Il est donc important de r´fl´chir effectivement au futur recherch´ si on veut vraiment
     e                                                             e         e
l’infl´chir, et ce quelque soit la position que l’on a sur l’efficacit´ du progr`s technique.
                                                                      a
    Dans tous les cas une action volontaire peut avoir de l’influence, ` la fois sur les entreprise
                                                              e
et les individus, comme le montre l’influence de la publicit´ ou celle des mesures incitatives.
                                                e                                  e
Mais toute action, quelque soit son sens devra ´galement s’opposer aux volont´s d’un grand
                                              e a
nombre d’agents. Et certains agents sont prˆts ` trouver certaines causes importantes mais
                    e        eae                              e
n’acceptent pas d’ˆtre incit´ ` ˆtre en accord avec leurs d´clarations.

                    e
6.3 Incertitude et d´cision
   De nombreuses incertitudes entourent les questions dont il est question ici. Ces incerti-
             a
tudes jouent ` plusieurs niveaux et sont de plusieurs types.

             e
6.3.1 Les diff´rentes incertitudes
                               e a e         a                                e
   De l’incertitude la plus ais´e ` d´passer ` celle qui posera toujours probl`me, on a :
  • L’incertitude param´trique, provenant de l’existence de donn´es entˆch´es d’erreurs
                          e                                          e     a e
                                                     e             e       e e
    d’observation et de l’influence de processus ext´rieurs au syst`me mod´lis´. Par exem-
          e                     e
    ple l’´volution de l’activit´ solaire perturbe les mesures du flux radiatif entrant dans
               e
    l’atmosph`re.
  • L’incertitude li´e aux choix de mod´lisation. Plusieurs mod`les ayant la mˆme vraisem-
                    e                   e                       e               e
                                  e         e     e                           e
    blance peuvent donner des r´sultats tr`s diff´rents lorsqu’ils doivent pr´dire dans des
                      e                             e                                e
    conditions qui s’´loignent des conditions observ´es. Ce type d’incertitude est in´vitable
                                                 e                 o
    lorsqu’il n’est pas possible de faire des exp´riences en contrˆllant les conditions aux
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                           27



                    e                                                     e
    limites des syst`mes qui permettraient d’invalider certains de ces mod`les. Pour la cli-
                 e            e                          e
    matologie, l’´conomie, l’´tude des biomes ou la pal´ontologie il n’est pas possible de
               e             e e
    faire d’exp´riences, en g´n´ral.
 • L’incertitude li´e aux ph´nom`nes chaotiques. Certains ph´nom`nes sont de
                    e           e    e                            e     e
                           e              c
   nature chaotique et d´pendent de fa¸on importante des conditions initiales, une
     e                    e                             a      e          e     e
   m´connaissance infinit´simale donnant rapidement lieu ` des r´sultats tr`s diff´rents.
                        e
   C’est le cas des syst`mes climatiques.
 • L’impr´visibilit´. Certains ph´nom`nes ne peuvent pas ˆtre mod´lis´s, en particulier au
          e        e              e   e                   e        e e
              e                 e                                                 e
   niveau des ´volutions socio-´conomiques. En effet les choix des individus, les r´sultats
        e                                                e     e
   des n´gociations, des guerres, des modes et autres ph´nom`nes collectifs ne pourront
          e                  e                              e       e    e
   jamais ˆtre totalement pr´dits, en raison de la complexit´ des ph´nom`nes, mais aussi
                    e
   parce que les pr´visions influencent les choix futurs.
 • Les choix ´thiques. Lorsque le mod`le n’est pas uniquement un mod`le pr´dictif mais
              e                         e                                   e     e
       e                                               e                       e
   est ´galement normatif, qu’il doit donner pour r´sultat ce qui devrait ˆtre fait et non
                                          e
   pas ce qui sera fait, alors les hypoth`ses portant sur l’objectif normatif influencent le
    e              e
   r´sultat du mod`le. Par exemple il faut choisir le taux d’actualisation, le type d’objectif,
                 e           e                           e                     e
   les poids donn´s aux diff´rents objectifs, et aux diff´rents agents, les crit`res d’efficacit´e
        e    e
   et d’´quit´.

    Dans le cas du changement climatique l’IPCC donne une fourchette de 2 ` 6 degr´s a       e
                             e                                    e        e
d’augmentation de la temp´rature en 2100 en fonction du mod`le utilis´ et des projections
  e                                                       e
d’´missions futures. Cette incertitude est de plus born´e par les choix faits par l’IPCC en
            e             e                                          e
terme de sc´narios socio-´conomiques, et rien n’assure que les mod`les climatiques prennent
en compte tous les processus importants ni qu’ils soient encore valides pour des concentra-
               e e                                  e
tions de CO2 ´lev´es. La mesure des dommages li´s au niveau du changement climatique et
` sa vitesse est encore plus incertaine, en raison des difficult´s de valorisation d´j` ´voqu´es,
a                                                             e                   eae      e
               e                                  e e                                  e
de biais d’agr´gation, de l’insuffisance des mod`les ´conomiques concernant la mod´lisation
                                                                       e
des crises et du changement techniques et des incertitudes qui p`sent sur les capacit´s      e
                       ee          e      e
d’adaptation des soci´t´s et des ´cosyst`mes.
                                                     e                       e
   De fait de nombreuses questions restent sans r´ponse formelle et des th´ories donnant
     e          e     e                        e              e
des r´sultats tr`s diff´rents s’affrontent port´es par les diff´rents agents en particulier en
                     ee            e                   e
fonction de leurs int´rˆts, toutes ´tant plausibles ou ´thiquement acceptables.

       e                                         e
6.3.2 D´cision sous incertitude et principe de pr´caution
          a
    Face ` ces incertitudes il est possible d’attendre que la connaissance progresse avant
d’agir, ou encore d’essayer de trouver un futur plus probable et d’agir en fonction de ce futur.
                                                                        e
Ces deux attitudes sont dangereuses, d’autant plus que des possibilit´s de catastrophes sont
                                    e                          e             e
possible, mais avec des probabilit´s faibles, ou que des cons´quences irr´vesibles ont lieu.
                   e
Le principe de pr´caution stipule justement qu’il faut prendre en compte ces incertitudes
                        e
et les inclure dans la d´cision :
            e                                          e
      d’apr`s la loi Barnier de 1995, le principe de pr´caution est le principe “selon
      lequel l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et
      techniques du moment ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et
                              a e                                            e
      proportionnelles visant ` pr´venir un risque de dommages graves et irr´versibles
      a                  a       u e
      ` l’environnement ` un coˆt ´conomiquement acceptable”.
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                              28



           e                                                  e
    Il est ´galement admis que l’application du principe de pr´caution ne doit pas non plus
fermer le futur et que les solutions choisies doivent permettre de changer d’avis lorsque
l’incertitude diminue.
                    e                     a                         e
   Le principe de pr´caution correspond ` ce que l’on appelle la d´cision sous incertitude
   e                                                  e                  a
en ´conomie. Prendre en compte l’incertitude et son ´volution au fur et ` mesure que l’on
                                                                              e
apprend peut sembler assez naturel, et pourtant pendant de nombreuses ann´es il fallait
                                       e                          e
une certitude pour que soit prise une d´cision en terme de nocivit´ d’un produit.

          e                           e
6.3.3 La d´cision sous incertitude en ´conomie
                e        e
6.3.3.1 Les crit`res de d´cision dans l’incertain
                               c                                      e          e
    Il s’agit de trouver une fa¸on de prendre en compte dans la d´cision les ´ventualit´s e
                            e                   e         e                          e
moins probables. Une premi`re solution serait d’´ssayer d’´viter a tout prix une cons´quence
 e              e                      e
d´favorable d`s qu’elle est possible, mˆme si elle est peu probable. Par exemple certaines
                   e
personnes consid`rent que toute modification du climat est trop dangereuse et qu’il faut
   e          e             e                                       a
arrˆter imm´diatement les ´missions de CO2. D’autres pensent, ` l’inverse, que toute in-
    e                e                    e
terf´rence avec le d´veloppement est risqu´e en raison de l’importance de la pauvret´. e
            e                          e
   Le probl`me de ce type de crit`re c’est que l’on donne une grande importance ` une     a
                 e
borne qui peut ˆtre arbitraire. On peut en effet souvent repousser le risque nul en prenant
               e                                e                a                e
des probabilit´s plus faibles. Si les probabilit´s correspondent ` des avis de diff´rents agents,
             a       e                   a
cela revient ` consid´rer uniquement ` ceux qui trouvent la pire des situations.
                   e     e              e                   e             e
    Un autre crit`re fr´quement utilis´ est celui de l’esp´rance d’utilit´. Dance ce cas on
          a                           ee                    e         e      e
cherche ` maximiser la somme pond´r´e par les probabilit´s des diff´rents r´sultats possibles
                       e             e     e            er                      a
en prenant leur utilit´. Cette utilit´ repr´sente les pr´f´ences des agents vis-`-vis du risque
            e      a
si elles ob´issent ` certains axiomes.
                                                             e                  a
    Lorsqu’il n’est pas possible d’assigner des probabilit´s objectives, c’est ` dire des proba-
     e             e             e         e ee                                              e
bilit´s issues de r´alisations al´atoires r´p´t´es, il est toujours possible d’utiliser l’esp´rance
        e                                                             e
d’utilit´, mais les poids ne sont plus vraiment des probabilit´es, ils correspondent aux
  ee
pr´f´rences ou aux croyances des agents. Par exemple dans le cas du changement climatique
                                   e                  e                                e
on donne parfois des probabilit´s pour des param`tres inconnus alors qu’ils ne r´sultent pas
     e             e
de r´alisations al´atoires.

6.3.3.2 Apprentissage et valeur d’option
                           e
    Dans le cas des probl`mes environnementaux globaux il faut prendre en compte le fait
                                                                                 e
que la connaissance va progresser lorsque l’on choisit. Il faut prendre des d´cisions qui
                                                                              e           c
permettront d’utiliser cette information future. Par exemple si un barrage d´truit de fa¸on
   e                e                                                  e
irr´versible une forˆt il faut prendre en compte le fait qu’on pourra d´couvrir dans le futur
                            e                                                a
des usages pour cette forˆt, mais qu’alors cette information ne servira plus ` rien si on fait
                                    e
un barrage. C’est la base de la th´orie de la valeur d’option.
                                                                               e
    Dans le cadre du changement climatique l’effet de l’apprentissage n’est pas ´vident, en
effet si on apprend que le changement climatique et les dommages sont importants, si on a
      e
trop ´mis on peut moins profiter de cette information. A l’inverse si on apprend que l’on
        a                    e                      e                                e
arrive ` s’adapter sans probl`me on ne pourra pas ´mettre plus si on a beaucoup r´duit
    e
les ´missions et que l’on ne dispose plus de capital pour augmenter la production et les
e
´missions.
                     e
Chapitre 6: Les probl`mes environnementaux globaux                                        29



         e                 a     e
6.3.4 Mod´lisation et aide ` la d´cision
                           e              e
   Au final on est en pr´sence de probl`mes complexes, avec de nombreuses incertitudes,
                                          e                e
en particulier su le long terme et d’in´vitables choix ´thiques. Dans ce cadre chercher
a      e                                e     e         e
` mod´liser parfaitement tous les ph´nom`nes peut ˆtre un objectif inatteignable et sa
                        a        e              e
recherche un obstacle ` une d´cision inform´e. Dans ce cadre, en fonction de la question
    e          e       e                              e                       e
pos´e, il peut ˆtre int´ressant de simplifier le probl`me, en perdant en pr´cision mais en
                                  e
gagnant en pertinence. Le mod`le permet alors de donner des informations pour un argu-
            e            e
mentaire mˆme si la pr´diction n’est plus l’objectif principal. Pour autant il faut toujours
                   a    e e
essayer de coller ` la r´alit´ le plus possible afin que l’argumentaire soit le plus pertinent
possible.
           e                                        e             e         e e
   La mod´lisation dans ce cas n’est plus une repr´sentation fide`le de la r´alit´ ni un guide
                 e
absolu pour la d´cision mais permet de formaliser l’objet de discussion de mettre en relation
          e                  e                  e
principes ´thiques, hypoth`se, croyances et r´sultats.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Stats:
views:7
posted:1/21/2013
language:Unknown
pages:34