Docstoc

schema directeur touristique du centre ancien

Document Sample
schema directeur touristique du centre ancien Powered By Docstoc
					Table des matières
       I.1     Introduction .......................................................................................................................................... 5
       I.2     Périmètre de l’étude ............................................................................................................................. 7
       I.3     Présentation de l’équipe de conception................................................................................................ 8
DIAGNOSTIC................................................................................................................................. 9
   PARTIE II DONNEES RELATIVES AU TERRITOIRE DE THUIN.................................................................................. 10
       II.1     Localisation ....................................................................................................................................... 10
       II.2     Accessibilité ....................................................................................................................................... 10
       II.3     Occupation du sol.............................................................................................................................. 11
       II.4     Principales caractéristiques physiques .............................................................................................. 15
       II.5     Principales caractéristiques naturelles et paysagères....................................................................... 18
       II.6     Principaux outils de planification et de gestion................................................................................. 29
   PARTIE III ETAT DES LIEUX SUR BASE DES CRITERES « QUALITE TERRITORIALE » - L’EXPERIENCE DU VISITEUR-EXPERT .................. 34
       III.1      L’image de Thuin.............................................................................................................................. 34
       III.2      La communication et la promotion touristiques.............................................................................. 36
       III.3      L’accueil touristique ......................................................................................................................... 39
       III.4      L’offre touristique ............................................................................................................................ 40
       III.5      Zoom sur quelques éléments clés .................................................................................................... 44
       III.6 Analyse touristique de Thuin sur base des critères régionaux « qualité territoriale » - L’expérience
       de la visite.................................................................................................................................................... 49
       III.7      Diagnostic du visiteur-expert ........................................................................................................... 66
   PARTIE IV CARACTERISATION DES ESPACES ET DU PATRIMOINE PUBLICS.......................................................... 67
       IV.1      Etat des espaces publics................................................................................................................... 67
       IV.2      Le vocabulaire urbain et l’identité de la ville.................................................................................... 78
       IV.3      L’animation de l’espace public ......................................................................................................... 82
       IV.4      L’accessibilité des espaces et bâtiments publics par les personnes à mobilité réduite .................... 83
   PARTIE V CARACTERISATION DES ESPACES PRIVATIFS VISIBLES ET DU PATRIMOINE PRIVE ............................... 85
       V.1      Etat du bâti........................................................................................................................................ 85
       V.2      Bâtiments abandonnés...................................................................................................................... 86
       V.3      Valeur architcturale et integration au patrimoine bati ..................................................................... 88
       V.4      Potentiel foncier ................................................................................................................................ 97
   PARTIE VI ETUDE DE LA MOBILITE DU STATIONNEMENT ................................................................................................. 98
       VI.1      Le trafic routier................................................................................................................................. 98
       VI.2      Les transports collectifs.................................................................................................................. 102
       VI.3      Les modes doux .............................................................................................................................. 103
       VI.4      Les mesures favorables au transfert modal ................................................................................... 104
   PARTIE VII ANALYSE DE LA SITUATION DE DROIT ........................................................................................................ 106
       VII.1       Le plan de secteur ......................................................................................................................... 106
       VII.2      Les règlements d’urbanisme ......................................................................................................... 107
       VII.3      Le Plan d’assainissement par sous-bassins hydrographiques (PASH)........................................... 107
       VII.4      Les Plans Communaux d’Aménagement....................................................................................... 108
       VII.5      Les sites à réaménager (anciens SAED) ........................................................................................ 108
       VII.6      La renovation et la revitalisation urbaine..................................................................................... 109
       VII.7      Le remembrement ........................................................................................................................ 110
       VII.8      Les monuments, sites et fouilles ................................................................................................... 110
       VII.9      Les Arbres et haies remarquables................................................................................................. 111
       VII.10        Le Statut des cours d'eau ............................................................................................................ 111
       VII.11        Les espaces naturels protégés .................................................................................................... 112
   PARTIE VIII EXPRESSION GRAPHIQUE DES ENJEUX ...................................................................................................... 113
STRATEGIE ............................................................................................................................... 114
   PARTIE IX MISE EN RESEAU DE LA VILLE-HAUTE (OBJECTIF 1) ...................................................................................... 115
       IX.1      Renforcer l’image de la Ville-Haute................................................................................................ 115
           IX.1.1.       Soutenir la qualité de l’accueil touristique............................................................................................. 115
           IX.1.2.       Améliorer la visibilité du « produit beffroi » .......................................................................................... 116
           IX.1.3.       Pérenniser et valoriser les points de vue vers et depuis la Ville-Haute.................................................. 118
           IX.1.4.       Améliorer la politique de communication.............................................................................................. 120
       IX.2      Mise en tourisme de la ville-haute ................................................................................................. 124
           IX.2.1.       Un produit découverte de la Ville-Haute ............................................................................................... 124
           IX.2.2.       Des outils de découverte novateurs....................................................................................................... 124
           IX.2.3.       Une possibilité de découverte d’un ou plusieurs jardins au sein des jardins suspendus ....................... 125
           IX.2.4.       Mise en place d’une signalétique directionnelle.................................................................................... 128
       IX.3      Valorisation des espaces publics .................................................................................................... 129
           IX.3.1.       Estomper les nuisances du trafic de transit dans la Grand Rue ............................................................. 129
           IX.3.2.       Unifier le vocabulaire urbain.................................................................................................................. 131
           IX.3.3.       Créer des parkings de dissuasion et les accompagner des mesures nécessaires à leur utilisation ........ 132
           IX.3.4.       Aménager la cour intérieure de l’hôtel de ville en jardin public ............................................................ 133
           IX.3.5.       Améliorer l’itinéraire beffroi - jardins suspendus .................................................................................. 135

       IX.4      Valorisation des espaces privés...................................................................................................... 137
           IX.4.1.       Améliorer la cohérence des façades ...................................................................................................... 137
           IX.4.2.       Embellir les abords des bâtiments ......................................................................................................... 138
           IX.4.3.       Améliorer la cohérence des toitures ...................................................................................................... 138
           IX.4.4.       Définir des normes de protection paysagères ....................................................................................... 139
           IX.4.5.       Requalification du haut de la Grand-Rue ............................................................................................... 140
   PARTIE X PLAN QUALITE DE LA VILLE-BASSE (OBJECTIF 2) ........................................................................................... 142
       X.1      Soutenir le développement de la thématique.................................................................................. 142
       X.2      Une communication adaptée .......................................................................................................... 143
       X.3      Qualité des équipements et des espaces publics............................................................................. 144
           X.3.1.      Scénographier les bords de Sambre en insistant sur certains endroits stratégiques .............................. 144
           X.3.2.      Améliorer les liens entre les deux rives de la Sambre ............................................................................. 146
           X.3.3.      Soutien des initiatives privées qui s’inscrivent dans la thématique ........................................................ 148
       X.4      Qualité des espaces privés............................................................................................................... 149
           X.4.1.      Améliorer la cohérence des façades........................................................................................................ 149
           X.4.2.      Embellir les abords des bâtiments........................................................................................................... 149
           X.4.3.      Améliorer la cohérence des toitures ....................................................................................................... 149
           X.4.4.      Définir des normes de protection paysagères......................................................................................... 149
           X.4.5.      Rénover le quartier de la gare et de la rue du Pont (abords du viaduc).................................................. 149

   PARTIE XI MISE EN RESEAU VILLE-HAUTE – VILLE-BASSE (OBJECTIF 3).......................................................................... 152
       XI.1      Un echange aisé entre les deux pôles ............................................................................................ 152
       XI.2      Politique de communication « Thuin et ses deux pôles »............................................................... 155
   PARTIE XII OBJECTIFS TRANSVERSAUX ..................................................................................................................... 156
       XII.1      Des liaisons ville-haute – ville-basse - Biesmelle........................................................................... 156
       XII.2      Une politique de sensibilisation urbanistique ............................................................................... 157
   PARTIE XIII LIENS ENTRE LES ACTIONS ...................................................................................................................... 158
   PARTIE XIV DIFFERENTS SCENARII..................................................................................................................... 160
ANNEXES ................................................................................................................................. 161
       XIV.1        Planches cartographiques............................................................................................................ 162
       XIV.2        Projet de rénovation du cinéma Rotger....................................................................................... 162
I.1     INTRODUCTION
La présente étude porte sur la définition du Schéma directeur pour le développement d’un espace
économique basé sur le tourisme dans le centre ancien de Thuin.
Son objet consiste en l’étude du développement d’un espace socio-économique basé sur le tourisme
dans le centre ancien de Thuin et la mise en valeur de son potentiel touristique (Beffroi, Jardins
suspendus, place du chapitre). Cette étude comprendra des propositions en matières
d’aménagement, de mobilité, d’urbanisme, de signalétique, de mise en valeur des sites touristiques
et de propositions pour le développement de l’activité économique.
Les attentes du Maître d’ouvrage, à savoir la Ville de Thuin, sont d’obtenir des propositions concrètes
et pertinentes sur les points suivants :
            •   avoir une vision d’ensemble des problématiques du centre ancien ;
            •   définir un programme de valorisation touristique du centre ancien, de requalification
                du paysage urbain, et des équipements, de signalisation touristique, de
                réaménagement des façades spécialement commerciales, d’organisation de l’accueil
                touristique et de valorisation du patrimoine local ;

            •   avoir une signalétique cohérente, lisible et attirante afin d’inciter le touriste à visiter
                le centre ancien ;

            •   améliorer la qualité des espaces publics et privés.

La mission de l’auteur de projet comporte 2 phases :

            •   Phase 1 : diagnostic de la situation existante, analyse du potentiel touristique de la
                zone (étude AFOM) ;
            •   Phase 2 : stratégie de développement : identification des espaces touristiques
                prioritaires et du type d’actions à développer.

Pour établir le diagnostic en tenant compte des objectifs et attentes de la Ville, nous avons mis en
place la méthodologie de travail suivante :

            •   Prise en compte des critères « qualité territoriale » des plans qualité tels que définis
                par le Commissariat Général au Tourisme (CGT) et le Centre d’Ingénierie du Tourisme
                Wallon (CITW). Ces critères sont les suivants :
                    o espaces publics et de convivialité ;

                    o itinérance et parking ;

                    o mobilier urbain ;

                    o signalisation et signalétique touristique d’interprétation ;

                    o espaces verts, traitement paysager et fleurissement ;
        o façades ; plan couleurs ;

        o enseignes et vitrines commerciales ;

        o mise en lumière ;

        o autres équipements.

•   L’analyse du centre ancien par des visiteurs-experts

            Un visiteur-expert, c'est d'abord un visiteur qui se met dans la peau d'un visiteur lambda et qui
            découvre la ville, son centre historique, …

            C'est ensuite un expert qui analyse les éléments constituant la ville d’art, le tourisme urbain, …
            sur base d’un protocole d’analyse rédigé pour le projet.

•   L’analyse par des urbanistes et paysagistes
•   Confrontation des visions et analyses

•   Etablissement de l’état des lieux et du diagnostic.
I.2     PERIMETRE DE L’ETUDE
L’étude du schéma s’est déroulée sur plusieurs échelles :

            •    le contexte général est étudié sur l’ensemble du territoire communal ;
            •    l’analyse précise s’attarde sur le périmètre de centre ancien protégé (Ville-Haute,
                 Ville-Basse) ;

            •    ce périmètre est élargi pour prendre en compte :

                      o la rive gauche de la Sambre (limite représentée par la ligne de chemin de fer) ;

                      o la rive gauche de la Biesmelle (limite représentée par la rue du Fosteau) ;

                      o l’entrée Ouest de la ville via la Drève des Alliés.




            Figure 1: Périmètres d'étude: centre ancien (en bleu) et périmètre élargi (en rouge) (JNC AWP)




Ce périmètre d’étude englobe les deux pôles économiques et touristiques de la Ville de Thuin :
Thuin la médiévale avec ses quartiers anciens, le beffroi, les jardins suspendus, …
Thuin la Batelière avec le quartier des bateliers, la Sambre, l’écomusée de la batellerie, …
I.3     PRESENTATION DE L’EQUIPE DE CONCEPTION
La présente étude a été confiée à JNC AWP (Agence Wallonne du Paysage) qui est le département
wallon de la s.a. JNC International, bureau d’études actif depuis 1968 dans le domaine de
l’aménagement de l’espace.


L’équipe qui travaille sur cette mission est composée comme suit :


Direction et Coordination :
Philippe Pieters, Architecte, Urbaniste et Conseiller en Mobilité


Equipe scientifique (par ordre alphabétique) :
Aurélie Leclercq, Architecte du Paysage, Conseiller en Environnement et en Mobilité
Bérénice Ruyssen, Bio-Ingénieur en aménagement du territoire, Conseiller en Mobilité et
géomaticienne


Communication et administration :
Guillaume Francart, Perspectiviste
Cristelle Wlodarski, Paysagiste, Assistante de Direction


Consultants en tourisme (Traces -TPI)
Laurence Docquir, juriste, senior consultant et chef de projets
François Laureys, Géographe, chargé de missions
Vanessa Lefebvre, Chargée d’études
DIAGNOSTIC
PARTIE II DONNEES RELATIVES AU TERRITOIRE DE THUIN

II.1       LOCALISATION
La Ville de Thuin est située au Sud-Est de la Province de Hainaut. Elle est traversée par la Sambre et
domine la petite région caractéristique de Thudinie.
Elle est bordée au Nord par les communes de Fontaine-l’Evêque et de Montigny-le-Tilleul, à l’Est par
la commune d’Ham-sur-Heure Nalinnes, au Sud par celles de Walcourt et Beaumont et à l’Ouest par
celles de Merbes-le-Château et Lobbes.
La ville de Thuin occupe le Nord-Ouest de la Commune et domine la vallée de la Sambre au point de
confluence avec la Biesmelle.




                      Figure 2: Localisation de la ville au sein de la commune de Thuin (JNC AWP)


II.2       ACCESSIBILITE
La commune est située en retrait des grands axes autoroutiers mais bénéficie de plusieurs voies de
communication importantes traversant son territoire:
       •   La N53, qui relie Chimay à Charleroi en passant par Beaumont, elle permet de rejoindre
           rapidement le périphérique de Charleroi (R3) ;
       •   La N59, qui relie la N53 (à Gozée) à la N559 (à Lobbes) vers la RN54 (à Anderlues) en passant
           par le centre de Thuin ;
       •   La N561, qui permet de rejoindre Merbes-le-Château, Erquelinnes et qui se prolonge au-delà
           de la frontière française.
En 30 minutes, il est donc possible de rejoindre en voiture les villes de Charleroi et Chimay et en 45
minutes, les villes de La Louvière et Mons.




             Figure 3: Localisation de la commune de Thuin dans le réseau routier de grand gabarit (JNC AWP)

La Ville de Thuin est également desservie par le réseau ferroviaire (la ligne 130a Erquelinnes –
Charleroi-Sud) et est parcourue par le TEC Hainaut essentiellement scolaire.
Thuin est aussi traversée par la ligne de RAVeL n° 3 Erquelinnes-Tubize et celle-ci sera bientôt
rejointe par le RAVeL empruntant la ligne 109 depuis Chimay. Ce réseau structurant cadrant la ville
est difficilement complété à l’intérieur de celle-ci.
Un dernier réseau de communication longe le Nord de la commune : le réseau fluvial. En effet, la
Sambre est accessible aux bateaux de 350 t, mais ne sert aujourd’hui quasi plus qu’à la navigation de
plaisance. Le dragage est essentiel au maintien de cette voie d’eau.
L’aéroport de Bruxelles-Charleroi-Sud est situé à une distance d’environ 25 km.

II.3       OCCUPATION DU SOL
Thuin couvre une superficie de 7.674 hectares et regroupe sept anciennes communes (Biercée,
Biesme-sous-Thuin, Donstiennes, Gozée, Leers-et-Fosteau, Ragnies, Thuillies (et Ossogne), Thuin).
La commune a conservé une occupation fonctionnelle liée à l’utilisation du sol, typique des régions
rurales. Les reliefs accentués sont couverts de bois et les villages sont disséminés sur le solde du
territoire partagé entre cultures et prairies. Thuin, comme Gozée, se distingue par son urbanisation
et sa densité plus élevées mais certainement par son implantation sur un promontoire dominant la
vallée de la Sambre.
                                                         Donstiennes




                           Figure 4: Organisation du territoire de Thuin (JNC AWP)

Occupation du sol
L’analyse de l’occupation du sol de la ville de Thuin (rayon de 1 km autour du centre) montre des
différences marquées avec celles observées à l’échelle de la commune. Elles mettent en évidence le
caractère urbain de Thuin avec près de 80 % de surfaces artificialisées dans le centre ancien.
Ces chiffres révèlent une présence non négligeable de la nature au sein et aux abords immédiats de
la ville.

                                                             Centre ancien      Périmètre élargi
                        Occupation du sol
                                                           Surface              Surface
                                                            (ha)         %       (ha)       %

            Bois                                                                0,22      0,36

            Eau                                                                 0,05      0,08

            Cultures                                                            0,26      0,43

            Prairies                                       1,32       6,61      8,30      13,58

            Terres veines et vagues                        1,99       9,97      2,65      4,34
                                                                   Centre ancien       Périmètre élargi
                             Occupation du sol
                                                                  Surface              Surface
                                                                   (ha)        %        (ha)          %

            Vergers ou pépinières                                 0,74      3,71      1,74       2,85

            Chemins et plans cadastrés                            0,07      0,35      0,30       0,49

            Autres superficies non bâties                         0,02      0,10      0,86       1,41

            Habitat, cours et jardins                             10,30     51,60     32,26      52,79

            Activité économique                                   2,45      12,27     5,09       8,33

            Equipements   d'utilité            publique      et
            communautaire                                         2,89      14,48     8,95       14,65

            Bâtiments sociaux ou hospitaliers                                         0,25       0,41

            Loisirs                                               0,18      0,90      0,18       0,29

            TOTAL de la superficie cadastrée                      19,96     100,00 61,11         100,00
               Figure 5: Comparaison de l’occupation du sol à l’échelle de la commune et de Thuin

La superficie des zones de loisirs est essentiellement couverte par deux campings (à Biesme-sous-
Thuin et à Biercée). Le solde est représenté par quelques infrastructures sportives et touristiques
privées.




                      Figure 6: Carte d'occupation du sol centrée sur le périmètre élargi (JNC AWP)
Évolution de la structure bâtie
L’observation d’une carte du XVIIIe siècle repère déjà les lignes d’implantation majeures de l’actuelle
structure du territoire.
Sur cette même carte, la Ville-Haute présentait déjà un bâti très dense et compact, traversé par un
axe Est-Ouest, l’actuelle Grand Rue. Le tracé des rues est semblable à celui d’aujourd’hui. On y
distingue également l’amorce qui s’étale légèrement vers la vallée avec deux point de concentration
correspondant au pont enjambant la Sambre et à la pointe ouest de l’éperon rocheux.
Aujourd’hui, la structure de la Ville-Haute a peu évolué, mais le phénomène d’étalement s’est
largement amplifié pour successivement dessiner la Ville-Basse et conquérir la rive opposée de la
Sambre par la construction de nouveaux quartiers nettement moins denses et s’étalant de plus en
plus vers la plaine.




              Structure du bâti de Thuin Centre (gauche: Carte Ferraris 1777 - droite: Situation 2006)

Deux formes d’occupation se distinguent par leurs fonctions originelles :
    •   la Ville-Haute dans son rôle administratif et défensif se concentre en un bâti dense ;
    •   la Ville-Basse, développée avec l’industrie présente un bâti plus lâche tourné vers la Sambre
        et la Biesmelle.




               Figure 7: Evolution de la tache bâtie au fil des périodes (Espace Environnement, 2007)
II.4   PRINCIPALES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES
Établie dans l'Ouest de l'Entre-Sambre-et-Meuse, l’entité de Thuin se situe dans la région agro-
géographique du Plateau Limoneux Hennuyer, et plus particulièrement de la Thudinie.
Le territoire communal est à cheval sur deux régions agricoles : le Condroz, au Nord, et la région
limoneuse, qui recouvre le Sud du territoire.




               Figures 8: Répartition des différents territoires sur la commune de Thuin (JNC AWP)

Relief et hydrographie
La commune thudinienne est située dans le bassin hydrographique de la Meuse, et plus précisément
dans le sous-bassin de la Sambre.
La ville s’est établie sur un éperon rocheux perché au point de confluence de la Biesmelle et de la
Sambre. Ces deux cours d’eau caractérisent la morphologie la ville en la sectionnant en trois parties
distinctes.
Le relief fluctue entre 180 m (Drève des Alliés) et 118 m (Ville-Basse) en imposant donc une
dénivellation de 62 m marquée entre la Ville-Basse et la Ville-Haute.
                    Figure 9: Cartographie du relief et de l'hydrographie de Thuin (JNC AWP)

La topographie dessine des vallées étroites imposant des aléas d’inondation élevés. C’est-à-dire des
sites soumis à des débordements de la Sambre ou de la Biesmelle engendrant des inondations de
plus d’un 1,30 m de hauteur et dont la fréquence est supérieure à deux fois tous les 10 ans.




               Figure 10: Cartographie des risques naturels présents sur la ville de Thuin (JNC AWP)
Géologie et pédologie
La Thudinie méridionale se situe sur les restes d’une gigantesque dislocation paléozoïque, la chaîne
hercynienne. Elle est séparée du bassin houiller de Charleroi par la « faille du Midi ». Les strates du
dévonien ont glissé sur cette surface.




      Figure 11: Contexte géologique de Thuin (Source : Carte géologique de Wallonie, notice explicative, 2000)

L’ensemble des terrains dévoniens inférieurs du bord nord du bassin de Dinant constitue une unité
géologique désignée sous le nom de « Bande de la Marlagne », composée de schistes, de grès et de
poudingues. La Bande de la Marlagne présente des strates à structure fortement plissée que l’on
peut observer dans la vallée de la Sambre entre Fontaine-l’Evêque et l’Abbaye d’Aulne ou encore
dans la tranchée du chemin de fer. Les versants sont généralement boisés et encombrés de débris
de poudingue, de grès, de psammites et de schistes rouges, notamment sur les territoires de Ragnies,
Biercée, Thuin et Biesme-sous-Thuin.
On a constaté, principalement sur les territoires de Ragnies et Biercée, des gisements de minerais de
fer importants (près de la ferme du Pommeroeul).
On constate une bande calcaire importante et continue, s’étendant sur Thuillies et Ragnies et
s’élargissant sur Fontaine, La Buissière et Hantes-Wihéries. Plusieurs sites karstiques ont été repérés
sur la commune dans cette bande calcaire, ou à proximité de celle-ci :
    • la fontaine de Thuillies : résurgence karstique à fort débit, aménagée dès 1604 en fontaine
      publique ;
    • la dépression d’Ossogne : dépression allongée avec quelques affleurements calcaires visibles ;
    • la fontaine de Petit Biercée : source d'origine probablement karstique, à la limite des calcaires
      givétiens ;
    • la fontaine de la Houzée : source karstique aménagée en fontaine publique située juste à la
      limite des calcaires ;
    • le Trou des Loups : site d'origine mécanique ou tectonique et non liée à la dissolution du
      calcaire.
Le sous-sol est recouvert d’une épaisse couche limoneuse (1 à 10 m d’épaisseur) qui fait de la
Thudinie une des régions agricoles les plus fertiles de Belgique.
II.5       PRINCIPALES CARACTERISTIQUES NATURELLES ET PAYSAGERES

Principales caractéristiques naturelles
Plus de 10 % du territoire communal sont couverts par des zones Natura 2000 qui se répartissent en
3 secteurs :
       •   le site BE 32021, la Haute-Sambre en aval de Thuin, d'une superficie de 715,51 hectares dont
           46 % se trouvent sur le territoire communal ;
       •   le site BE 32027, la vallée de la Biesmelle, d'une superficie de 268,42 hectares entièrement
           sur Thuin ;
       •   le site BE 32026, la Haute-Sambre en amont de Thuin, d'une superficie de 392,24 hectares
           dont 69 % se trouvent sur le territoire communal.
On trouve également 14 sites de grand intérêt biologique (SGIB) dans la commune, principalement
situés au Nord du territoire, dans la vallée de la Sambre.




           Figure 12: Carte des SGIB et des zones Natura 2000 de la commune de Thuin (Cartographie JNC AWP)

Quatre réserves naturelles bénéficient d’une protection particulière sur le territoire communal :
       •   les souterrains de l’abbaye d’Aulne sont repris en tant que cavité souterraine d’intérêt
           scientifique (CSIS) ;
       •   la réserve naturelle domaniale du Grand Courant qui s’étend sur 2,19 ha en rive droite de la
           Sambre en aval de Thuin ;
    •   le Bois du Grand Bon Dieu repris en réserve naturelle privée (environ 29 ha) ;
    •   les bassins de décantation de la sucrerie de Donstiennes (11 ha) classés en zone humide de
        grand intérêt biologique (ZHIB).
Une part non négligeable de ces sites (essentiellement le Bois du Grand Bon Dieu) est localisée aux
abords immédiats de la ville. De plus, le centre de Thuin renferme plusieurs éléments participant au
réseau écologique interurbain lui conférant des aptitudes d’accueil pour la diversité biologique au
sein du milieu urbain.




            La Biesmelle                        La Sambre et le déversoir                Le Bois du Grand Bon Dieu




        Les Jardins suspendus                Les versants rocheux et boisés        L’ancien chantier naval (zone inondable)

                    Figures 13: Eléments participant au réseau écologique interurbain (JNC AWP)

Ces éléments profitent de liaisons écologiques représentées par la Biesmelle elle-même, l’ancienne
ligne de chemin de fer et le maillage de venelles et escaliers-rues qui traversent la ville. Celle-ci est
encore ferrée. Ce paramètre est à prendre en compte dans l’aménagement du RAVeL puisque les
billes, les rails et le ballast abritent une faune particulière.
La Sambre et la ligne de chemin de fer Erquelinnes-Charleroi, par leur conformation linéaire,
présentent un potentiel important pour jouer le rôle de liaison écologique. Elles nécessitent
cependant des aménagements et une valorisation. En effet, les berges de la Sambre (ayant été
canalisée) sont raides et peu accueillantes pour les différentes strates colonisant les rives des cours
d’eau. La recomposition de berges « naturelles » sur certaines sections serait indéniablement
bénéfique à la biodiversité. Quant aux abords de la ligne de chemin de fer, ils sont aujourd’hui
majoritairement peuplés de boisements et envahis par les espèces invasives. Un plan de gestion
permettrait de lutter contre l’expansion de celles-ci et de mettre en lumière des habitats tels que les
versants rocheux et par la même occasion, de cadrer des ouvertures paysagères.
En plus de son rôle de liaison, le réseau de venelles offre également un habitat riche matérialisé par
les murs et murets qui l’accompagnent. Bon nombre d’entre eux ont été rejointoyés, mais ils
conservent des interstices entre les pierres formant un biotope intéressant, colonisés par des plantes
(telles que la linaire cymbalaire ou « Ruine-de-Rome », la corydale, …) et des petits animaux (orvets,
lézards, invertébrés, oiseaux, …). Pour la pérennisation de cet écosystème, il est important de
maintenir ce réseau et de conserver au maximum les murs de pierres sèches (sans liant) qui
traduisent également un savoir-faire maçon et un mode de vie local.




           Rue Verte                             Rue Traversière                        Ruelle de la Gripelotte




         Rue du Rivage                             Ruelle Driane                             Rue Saint-Jacques

                         Figure 14: Réseau de murs et murets au sein de la ville (JNC AWP)
                                  Figure 15: Cartographie de la structure naturelle (JNC AWP)

La structure naturelle de la ville est ponctuée d’un patrimoine arboré non négligeable. On y compte
quelques vergers (la plupart sont récemment plantés, mais il existe des reliquats de plus vieux
ensembles), des haies recensées dans les jardins privés, des alignements et des arbres isolés de
valeur notable. Une liste des arbres et haies remarquables a été établie, cependant elle mériterait
une actualisation car certains spécimens sont tombés ou ont dû être abattus et d’autres pourraient y
être répertoriés.




     If (Taxus bacata) repris à          Alignement de Tilleuls (Tilia) repris à l’inventaire   Hêtre pourpre (Fagus sylvatica
l’inventaire et situé sur le site de           et longeant la place de la Ville-Basse           « Atropurpurea ») non repris et
           la gare du Nord                                                                       située dans un jardin privé à
                                                                                                   l’arrière de la Grand Rue

                                       Figures 16: Quelques arbres remarquables (JNC AWP)

La prise de conscience et la gestion de ce patrimoine naturel au sein de la ville est un enjeu pour les
habitants et les visiteurs de Thuin.
Parmi les actions de conservation, la lutte contre les plantes invasives1 (Renouées du Japon) est une
étape primordiale. Plusieurs foyers sont recensés sur l’ensemble du territoire avec une
concentration aux abords des voies de dispersion (voie ferrée, Biesmelle, …).




    Foyer bordant le chemin des Moulins            Foyer implanté sur l’ancienne ligne de           Foyer longeant la ruelle de la Gripelotte
                                                            tram – gare Ouest

                       Figures 17: Sites concernés par la prolifération de la Renouée du Japon (JNC AWP)

Principales caractéristiques paysagères
L’entité de Thuin est à cheval sur deux ensembles paysagers. Le Nord de la commune se trouve dans
l’ensemble de la Haine et de la Sambre, et le Sud, dans l’ensemble de la plaine et du bas-plateau
limoneux hennuyer.
Les ensembles paysagers concernés sont décrits comme suit :
L’ensemble de la Haine et de la Sambre :
« Cet ensemble, structuré autour de l’axe Haine-Sambre, regroupe des territoires fortement marqués
par l’urbanisation et l’industrie (…). De moins de 30 m dans la plaine de la Basse Haine, l’altitude de
cet ensemble s’élève progressivement vers l’Est pour atteindre 200 m sur le plateau d’Anderlues et le
haut des versants de la Sambre.
Sur ces reliefs d’amplitude relativement faible, les occupations urbaine et industrielle composent les
paysages, tranchant avec la physionomie plutôt campagnarde du bas-plateaux limoneux hennuyer.
Seuls les versants nord de la Haine et sud de la Sambre, essentiellement boisés, échappent à cette
double domination.
En dehors des nombreuses agglomérations, l’habitat est groupé en villages qui s’étirent le long des
voies de communication. »
Le territoire paysager des versants de la Sambre et de l’Eau d’Heure : « Les versants incisés de l’Eau
d’Heure et de la Sambre en amont de Charleroi regroupent des paysages boisés où l’urbanisation
occupe versants et fonds de vallées et se développe le long des axes routiers. Çà et là subsistent
quelques clairières agricoles. »




1
  Espèce invasive : Une espèce invasive ou espèce envahissante est une espèce vivante exotique qui devient un agent de perturbation
nuisible à la biodiversité autochtone des écosystèmes naturels ou semi naturels parmi lesquels elle s’est établie. Les phénomènes d'invasion
biologique sont aujourd'hui considérés par l'ONU comme une des grandes causes de régression de la biodiversité (Source : Wikipedia.org).
Les espèces invasives sont susceptibles de survivre et de se reproduire hors de leur aire de répartition et donc en l’absence de tout agent
régulateur (prédateurs, phénomènes naturels…). Par leur prolifération, elles occupent les niches écologiques d’espèces indigènes et leur
sont donc préjudiciables.
                     Figure 18: Photo de Thuin et des versants de la Sambre (Source : GlobalView)

L’ensemble de la plaine et du bas-plateau limoneux hennuyers :
« L’ensemble limoneux hennuyer présente conjointement un relief de plaine et de bas-plateau où
alternent des interfluves bombés orientés Sud-Ouest/Nord-Est et des versants doux.
L’occupation du sol y est dominée par les labours qui s’étendent partout, à l’exception des creux du
relief forgés par les cours d’eau et des abords de l’habitat, domaines de l’herbage. Les boisements les
plus importants se localisent sur les pentes les plus accentuées des collines et sur les moins bons sols.
Çà et là, de petits bouquets parsèment les paysages. À noter encore que la maille parcellaire des près
et des labours se resserre progressivement du sud vers le Nord. »
Le bas-plateaux limoneux Sud-hennuyer, composé de la Thudinie et des Hauts Pays, « présente un
relief faiblement et mollement ondulé. Les paysages y sont dominés par les labours tandis que
l’habitat est groupé en villages, principalement de réseau routier. »
L’ADESA répertorie plusieurs périmètres d’intérêt paysager au sein de ces ensembles. La majorité
des terrains bordant la Biesmelle et la Sambre y sont en autres classés.




  Figure 19: Périmètres d'intérêt paysager et angles de vue remarquables répertoriés par l'ADESA et le plan de secteur
                                                       (JNC AWP)
La ville de Thuin, sise à la jonction de ces deux territoires présente des paysages très diversifiés d’un
côté à l’autre du noyau urbain.
En effet, le paysage de la ville est structuré tout d’abord par des limites visuelles perméables mais
prononcées (relief, cours d’eau, route régionale) s’appuyant sur des limites semi-perméables à
imperméables denses (bâti, massifs boisés). Ces limites définissent différentes unités paysagères
identifiées aisément à partir des éléments de repère notamment. L’association de ces unités
accentuée par le séquençage paysager (jeux d’ouvertures et de fermetures) ainsi que par l’alternance
de vues dominantes et dominées offrent des paysages reconnus pour leur intérêt en autres par les
périmètres définis par le plan de secteur et l’ADESA2.




                                     Figure 20: Cartographie de la structure paysagère (JNC AWP)



Unités paysagères ouvertes à l’extérieur de la ville




      Paysage des méandres sambriens                                                               Vallée de la Biesmelle




2
    Action de Défense de l’environnement de la Seine et de ses Affluents
Unités paysagères semi-ouvertes à l’intérieur de la ville




          Paysage urbain                            Paysage de coteaux                            Paysage fluvial

                           Figures 21: Paysages de la ville de Thuin et de ses abords (JNC AWP)




             Le Beffroi                                  L’Athénée                            Le château d’eau




      L’église de la Ville-Haute
                                                  L’église de la Ville-Basse            La Chapelle des Sœurs Grises

                          Figures 22: Vues vers différents éléments de repère internes (JNC AWP)
La Collégiale de Lobbes                   Le Château Beauregard
                                                                             Maisons de maître au Chant des
                                                                                        Oiseaux

                Figures 23: Vues vers différents éléments de repère externes (JNC AWP)
L’ensemble de ces points de repère dessine des profils de la ville reconnaissable à valoriser et à
protéger.
                      Eglise Ville-Haute                                                   Athénée




                              Figure 24: Vue vers la Ville-Haute depuis le sentier (JNC AWP)

        Eglise Ville-Haute                                     Athénée                               Chapelle
  Beffroi




                        Figure 25: Vue vers la Ville-Haute depuis le lieu-dit Saint-Jean (JNC AWP)



            Château Beauregard                        Eglise de la Ville-Basse




                         Figure 26: Vue vers la Ville-Basse depuis la ruelle Monplaisir (JNC AWP)

La mise en valeur des vues vers ces profils est un atout touristique et une valorisation du cadre de vie
à prendre en compte.
Vue fermée par la végétation depuis le   Vue depuis l’ancienne ligne de chemin        Vue depuis le lieu-dit Saint-Jean
              sentier                            de fer non valorisée                encombrée par les infrastructures
                                                                                                techniques




 Vue aujourd’hui fermée par la végétation depuis la route de Lobbes (Source de la carte postale : FRANCOIS JACQUES)

                              Figures 27: Vues vers le centre ville à revaloriser (JNC AWP)

Les lignes de crête, soit cadrant ces vues, soit offrant des panoramas vers celles-ci sont donc des
points sensibles lors de l’urbanisation et de la végétalisation. Ces points culminants sont nombreux
à Thuin et les lignes de crête périphériques sont fortement convoitées par l’urbanisation résidentielle
contemporaine. C’est ainsi que depuis quelques années une vue plongeante sur la vieille ville et la
vallée de la Sambre depuis la rue d’Anderlues est obstruée par des habitations.




        Ligne de la rue Léopold II vue depuis l’avenue de Ragnies              Ligne de la rue du Fosteau vue depuis la
                                                                                              Grand Rue




                  Ligne du Beffroi vue depuis le viaduc
                                                                              Ligne de la rue d’Anderlues vue depuis la
                                                                                        ruelle de la Gripelotte

                      Figures 28: Exemples de ligne de crête sensibles paysagèrement (JNC AWP)
Il est à noter qu’en plus de ces paysages « vécus », Thuin bénéficie d’une image reconnue
régionalement par ses photos aériennes souvent citées à titre d’exemple remarquable.




 Source : Sensibilisation au           Source : Propagande        Source : Publication décrivant les territoires paysagers de
 règlement sur les centres                  politique                                  Wallonie - CPDT
  anciens protégés - SPW-
           DGO4

                               Figures 29: Exemples de documents citant la vue aérienne de Thuin


II.6       PRINCIPAUX OUTILS DE PLANIFICATION ET DE GESTION

Schéma de Développement de l’Espace Régional (SDER)
Le Schéma de Développement de l'Espace Régional a fixé, en 1999, 8 objectifs pour l'avenir de la
Région wallonne :
       •   structurer l'espace wallon ;
       •   intégrer la dimension suprarégionale dans le développement spatial de la Wallonie ;
       •   mettre en place des collaborations transversales ;
       •   répondre aux besoins primordiaux ;
       •   contribuer à la création d'emplois et de richesses ;
       •   améliorer l'accessibilité du territoire wallon et gérer la mobilité ;
       •   valoriser le patrimoine et protéger les ressources ;
       •   sensibiliser et responsabiliser l'ensemble des acteurs.


La Région wallonne encourage les communes à se baser sur ces objectifs pour définir leur propre
ligne de conduite.
Le SDER reconnaît que la région agro-géographique hennuyère apparaît comme une vaste et riche
étendue rurale. La gestion parcimonieuse de l'espace rural s'y accompagnera d'actions concertées
afin de préserver et de mettre en valeur la diversité et la qualité des paysages et de la biodiversité
dans une perspective générale d'amélioration du cadre de vie.
Thuin est considéré comme pôle d’appui en milieu rural dans le projet de structure spatiale pour la
Wallonie. « Les pôles classés dans cette catégorie doivent davantage jouer le rôle de centre pour les
communes rurales qu’ils polarisent. Il faut dès lors y assurer la présence de commerces, de services
et d’équipements répondant à cette fonction. Il faut également y promouvoir des emplois adaptés
aux spécifications locales ». Le Nord-Ouest de la commune est situé sur un axe de communication
fluvial et sur une voie ferrée à trafic de marchandises intense. La commune est également au Sud de
l’Eurocorridor Est-Ouest Liège-Lille et à proximité du pôle majeur de Charleroi.
         Figure 30: Localisation de Thuin dans le projet de structure spatiale pour la Wallonie (Extrait du SDER)

Plan de secteur
Thuin est concerné par deux plans de secteur (voir carte n°3) : celui de Thuin-Chimay et celui de
Charleroi (pour l’ancienne commune de Gozée), tous les deux approuvés par AERW du 10/09/1979.
(voir situation de droit - section VII.1)
Schéma de Structure Communal
Le schéma de structure communal est le "document d'orientation, d’évaluation, de gestion et de
programmation du développement durable de l'ensemble du territoire communal 3".
La commune de Thuin prévoit la mise en œuvre d’un schéma de structure durant la mandature
communale 2006-20124. L’élaboration du cahier des charges est en cours.

Schéma de Développement et de Stratégie Touristique
La ville a décidé de se doter d’un schéma touristique du centre ancien dont la méthodologie est
inspirée des schémas de structure communaux et des programmes communaux de développement
rural mais qui se concentre sur le cœur urbain. Cette mission a débuté en mai 2009.
Celui-ci sera complété par un schéma dont la stratégie s’applique à l’ensemble de la commune.

Plan Communal de Mobilité
Le plan communal de mobilité (PCM) est l’instrument de gestion de la mobilité, de l’accessibilité et
de la sécurité routière dans les communes. Il bénéficie d’un cadre légal depuis le décret du 1er avril
2004.
La Ville de Thuin possède un PCM approuvé depuis 2004. Les objectifs généraux de ce plan sont :
        •    limiter les impacts de la mobilité sur la vie riveraine ;
        •    harmoniser les relations entre les différents utilisateurs des voiries ;
        •    assurer l’accessibilité de Thuin-centre pour tous les usagers tant en interne qu’en externe en
             respectant le tissu traditionnel (particulièrement à la Ville-Haute) ;
        •    intégrer le réflexe mobilité (accessibilité et sécurité) à la politique de développement d’un
             tourisme de qualité menée sur l’entité.

Programme communal d’actions en matière de logement (2009 – 2010 en attente)
L’étude de la situation existante effectuée lors de la réalisation, en 2007, du programme bisannuel
d’actions en matière de logements a souligné :
        •    un déficit en appartements et en petits logements adaptés aux jeunes couples, aux
             personnes âgées, aux personnes isolées et aux personnes à mobilité réduite ;
        •    un manque de structure d’hébergement encadré moyen ;
        •    une insuffisance en logements de transit et d’insertion ;
        •    une flambée des prix des maisons (plus que doublé en 10 ans) ;
        •    près de 100 personnes domiciliées dans des campings ou des parcs résidentiels ;
        •    pas de problème important d’inoccupation ;
        •    une prédominance des petits ménages de une à deux personnes ;
        •    la ville ne dispose quasi pas de terrains valorisables mais est intéressée par la mise en œuvre
             de ses ZACC en partenariat public-privé ;
        •    l’attrait de la ville grâce à son développement économique et son patrimoine naturel et
             culturel.



3
    Code wallon de l'aménagement du territoire, du logement et du patrimoine (CWATUP), art. 16
4
    Déclaration de politique générale de Thuin
Suite à ce constat, le Conseil communal définissait, en septembre 2007, deux opérations en matière
de logements:
        •    adhésion au « Plan Habitat Permanent » contre la problématique des logements dans les
             campings ;
        •    création de logements sociaux, de logements pour personnes à mobilité réduite pour une
             volonté de mixité entre les logements locatifs, sociaux et acquisitifs, pour une mixité des
             âges et une mixité sociale dans le prolongement de la cité des Hauts-Trieux.

Contrat de rivière
« Le contrat de rivière est un protocole d’accord entre l’ensemble des acteurs publics et privés sur des
objectifs visant à concilier les multiples fonctions et usages des cours d’eau, de leurs abords et des
ressources en eau du bassin. Ce protocole peut être institué sous forme de charte. Les objectifs visent
à restaurer, à protéger et à valoriser les ressources en eau du bassin en intégrant harmonieusement
l’ensemble des caractéristiques propres à la rivière. La démarche du contrat de rivière exige aussi la
sensibilisation, l’information et la participation de l’ensemble des acteurs qui résident dans la zone
couverte par le contrat, en vue de favoriser le développement d’une dynamique durable.5 »
Le Conseil communal a décidé d’adhérer au contrat de rivière « Haute-Sambre et affluents ».
Ce contrat de rivière est initié par l’intercommunale IGRETEC et a défini un programme d’actions en
fonction de 10 objectifs retenus dans la charte6 :
        •    poursuive l’amélioration de la qualité des eaux de surface ;
        •    favoriser l’aménagement concerté et intégré de la Sambre et de ses affluents dans le respect
             des préoccupations de ses usagers ;
        •    accroître la connaissance, la mise en valeur et la protection du cadre naturel et du
             patrimoine du bassin central de la Sambre ;
        •    intensifier la protection et l’amélioration de la qualité des eaux souterraines dans le
             périmètre consacré au contrat de rivière ;
        •    favoriser le développement du tourisme et des loisirs dans le respect du cadre naturel et
             humain du bassin de la Sambre ;
        •    assurer l’éducation et la sensibilisation de la population et des gestionnaires à la sauvegarde
             du bassin hydrographique ;
        •    promouvoir une agriculture respectueuse de l’environnement et des cours d’eau ;
        •    améliorer l’aspect paysager des abords de la Sambre et de ses affluents ;
        •    limiter les dépôts de déchets en bordure et/ou dans la Sambre et ses affluents et prévenir les
             risques de pollution ;
        •    assurer et accroître le potentiel de rétention des zones inondables par une gestion
             appropriée de celles-ci.
Les communes de Beaumont, Erquelinnes, Lobbes, Merbes-le-Château, Momignies et Sivry-Rance
ont également adhéré à ce contrat.




5
    Circulaire ministérielle relative aux conditions d’acceptabilité et aux conditions d’élaboration des contrats de rivière en Région Wallonne.
6
    Contrat de rivière Sambre et affluents, programmation 2006 – 2008, IGRETEC.
Programme Communal de Développement de la Nature
Les plans communaux de développement de la nature sont des outils aidant à la définition de
politique et de stratégies permettant d’harmoniser le développement de la nature et le
développement socio-économique au niveau communal.
La Ville de Thuin ne dispose pas d’un PCDN.

Programme Communal de développement Rural
Le PCDR est un « ensemble coordonné d’actions de développement et d’aménagement entreprises
ou conduites en milieu rural par l’Autorité communale, en y associant effectivement la population,
en vue de revitaliser, de restaurer ou d’assainir une commune, dans le respect de ses caractéristiques
propres, de manière à améliorer les conditions de vie de ses habitants au point de vue économique,
social et culturel7 ».
Le PCDR concourt aux objectifs de développement rural, et notamment :
        •    la promotion, la création et le soutien de l'emploi ou d'activités économiques ;
        •    l'amélioration et la création de services et d'équipement à l'usage de la population ;
        •    la rénovation, la création et la promotion de l'habitat ;
        •    l'aménagement et la création d'espaces publics, de maisons de village et d'autres lieux
             d'accueil, d'information et de rencontre ;
        •    la protection, l'amélioration et la mise en valeur du cadre et du milieu de vie en ce compris le
             patrimoine bâti et naturel ;
        •    l'aménagement et la création de voiries et de moyens de transport et communication
             d'intérêt communal.
La Ville de Thuin s’est lancé dans le processus PCDR. La phase 1, c’est-à-dire le rapport socio-
économique, s’est déroulée entre 2005 et 2007 et est maintenant clôturée. Les fiches-projet sont en
cours et la finalisation est prévue pour l’automne 2009.




7
    Décret du 6 juin 1991 relatif au développement rural
PARTIE III     ETAT DES LIEUX SUR BASE DES CRITERES « QUALITE
             TERRITORIALE » - L’EXPERIENCE DU VISITEUR-EXPERT

III.1   L’IMAGE DE THUIN
De plus en plus de territoires touristiques prennent la mesure des enjeux liés à la connaissance de
leur identité. Perception de l’imaginaire collectif, analyse des mythes fondateurs, connaissances des
valeurs identitaires … permettent de construire une stratégie globale de communication. Au-delà,
c’est la définition même du projet de territoire qui est interpellé.
Sur un marché touristique de plus en plus compétitif, la mise en œuvre d’une stratégie identitaire
permet aux territoires de « donner du sens » à leur offre et de se démarquer durablement.
De plus, avec le développement d’internet, la mise en place d’une stratégie identitaire constitue un
enjeu majeur de communication pour qui veut être vu et reconnu sur la toile.
L’identité qu’un territoire souhaite véhiculer est souvent matérialisée par des outils tels qu’une
charte graphique globale et cohérente (un logo, un slogan, …) qui se décline au travers des outils de
communication.
Au niveau de Thuin, un logo revient régulièrement sur les outils de communication touristique : «
Thuin, perle de Thudinie » (logo de l’Office du Tourisme).
Ce logo évoque le patrimoine (Beffroi), la notion de qualité de la ville (perle) et sa localisation
géographique (Thudinie). L’utilisation de la couleur bleue évoque l’eau.
Comme pour beaucoup d’images (logos, slogan) mises en place par des destinations, des territoires,
on peut se poser la question de la substance de ladite image :
-       Quelle est la perception du territoire par le touriste au travers de cette image ?
-       Pour le visiteur, cette image est-elle cohérente et porteuse de sens ?
-       Cette représentation graphique ne donne-t-elle pas une vision figée de Thuin ?
De plus, on constate que :
-        si ce logo apparaît sur les publications de l’Office du Tourisme, son utilisation est soumise à
certaines variations : parfois en première page, parfois en dernière page, parfois en grand, parfois en
petit, comme illustration principale, …
-      aucune charte graphique cohérente n’est utilisée.




-        lorsque Thuin est concerné par des publications d’autres opérateurs et partenaires (MT, sites
touristiques, …), aucune signature identitaire n’est présente.


La mise en place d’une réelle approche identitaire nous semble être une des pistes à étudier pour
Thuin et pour la réussite de son plan de valorisation.
III.2   LA COMMUNICATION ET LA PROMOTION TOURISTIQUES
L’analyse de la communication et de la promotion passe par l’approche des éditions et des sites
Internet.
Si via un moteur de recherches, on demande des informations sur « Thuin », on arrive naturellement
sur le site www.thuin.be
Le site de la commune de Thuin propose une rubrique « visitez Thuin » qui redirige l’internaute
directement vers le site « Val de Sambre-Thudine » http://www.valdesambre-thudinie.be.
Le site officiel de la commune ne propose donc pas d’information touristique ou d’information «
d’ambiance ».
Le renvoi direct vers le site de la Maison du Tourisme fait que le visiteur quitte virtuellement Thuin
pour se rendre dans un territoire plus vaste où d’autres choses lui seront proposées.




Le site http://www.valdesambre-thudinie.be propose de découvrir le territoire du Val de Sambre et
Thudinie à travers différentes possibilités :
-       En image : diaporama avec des images et des mots : respirez, dégustez, admirez, …
Une vue de Thuin et des jardins suspendus est proposée avec l’invitation : « détendez-vous ». Il n’y a
pas de référence au lieu.




    -   En quelques mots : une liste est proposée : attractions et visites culturelles, nature et
        randonnées, sports et loisirs, parcs, châteaux et musées, …. Si on clique sur une rubrique, on
        trouve un petit texte qui liste des sites et activités
Aucune rubrique du site ne concerne les destinations villes et villages : Thuin, Binche, …
Thuin n’est jamais présenté de manière globale mais bien au travers des différentes rubriques et de
ses différents pôles d’attractions tels que les Jardins suspendus, le Beffroi, …




Au niveau des éditions papier, on remarque particulièrement :
-      l’édition « A la découverte des sites de Thuin » qui présente toutes les activités à faire à
Thuin mais sans parler de la ville en tant que destination à part entière (lieu de déambulation, de
balades, …)
-        la brochure de la Maison du Tourisme qui en sa page 11 dresse un petit portrait de Thuin, de
sa Ville-Basse et de sa Ville-Haute. Il faut donc que le visiteur possède la brochure pour avoir un
texte de présentation de Thuin.
Globalement, l’ensemble des outils de communication mettent en avant :
-        L’importance de l’eau et de la batellerie à Thuin. L’existence d’un quartier dédié au monde
de la batellerie où vivent encore d’anciens bateliers est soulignée, on propose aux touristes de visiter
l’Ecomusée de la Batellerie « Thudo » et le Quartier des Bateliers (à découvrir grâce à un circuit dont
le plan est disponible à l’OT) mais aussi de profiter d’une ballade en bateau sur la Sambre.
-        Le Centre historique mais uniquement via le Beffroi et les Jardins suspendus. Ces 2 sites
semblent à eux seules définir la richesse historique de la ville de Thuin. Sur le site internet de la MT
on parle également de la Cité médiévale mais en l’associant aux Jardins suspendus et sans donner de
précision. D’ailleurs en faisant une recherche sur le site des visites/attractions « incontournables » il
ressort immanquablement les Jardins suspendus et la Cité médiévale de Thuin ainsi que le Beffroi.
Thuin en tant que destination de tourisme patrimonial (ensemble cohérent, de qualité, avec ruelles,
jardins, remparts, patrimoines, …) n’est donc pas suffisamment mis en valeur dans les actions de
communication et de promotion. A titre d’exemple, nous n’avons pas trouvé de rubriques Internet
qui permettent aux visiteurs d’avoir accès ou une information détaillée sur le dépliant « Trois balades
pour découvrir la ville de Thuin ».

III.3   L’ACCUEIL TOURISTIQUE
Nous avons consulté les brochures et catalogues mis à la disposition par l’Office du Tourisme et la
Maison du Tourisme ainsi que le site Internet de celle-ci.
Pour compléter la démarche nous avons contacté le bureau d’accueil touristique par téléphone.
Les questions posées étaient les suivantes : « je viens passer un week-end dans la région, que peut-
on faire et visiter à Thuin ? », « que peut-on faire avec des enfants ? », « une personne de notre
groupe a des difficultés pour se déplacer, allons-nous rencontrer des difficultés ? »
A chaque fois, les entretiens téléphoniques, très courts, ne nous ont rien appris de plus que ce qui
était proposé et présenté dans les documents de promotion.
La personne, qui a répondu, nous a gentiment conseillé de consulter le site internet de la MT dont
elle nous a communiqué l’adresse. Si on le désirait, elle pouvait également envoyer une farde de
documentation tout en signalant que cette information est identique à celle qui se trouve sur le site
Internet.
Nous nous sommes également rendus au bureau d’accueil de la Maison du Tourisme. Si l’accueil y
est sympathique, l’information obtenue n’était pas très claire ou suffisamment détaillée.
Exemple, à la question posée « où se trouvent les jardins suspendus ? Et comment les rejoindre ? »,
le plan « trois balades pour découvrir Thuin » a été remis par la préposée qui a utilisé un des plans
(celui du parcours « Ville-Haute ») pour indiquer la rue Saint Jacques et nous dire que les jardins
commençaient à cet endroit.
Aucune information sur les balades dont celle des jardins ou sur comment rejoindre la rue Saint
Jacques depuis le bureau d’accueil n’ont été fournies (ce qui a posé problème à un de nos visiteurs).
Dans un autre cas, on a renseigné le visiteur par rapport à l’Hôtel de Ville : bâtiment inconnu de
celui-ci !!!
A noter également que :
-       le fait que certains visiteurs ayant comme sentiments que les jardins se trouvaient « côté
Sambre » (perception sans doute induite par le fait que cette vallée soit plus présente quand on
entre dans Thuin) ;
-       l’absence d’une signalétique claire ;
-       et le manque d’informations précises pour rejoindre les jardins ;
ont compliqués le cheminement vers la rue Saint Jacques et l’entrée des jardins.
« Voici une ressource touristique bien mystérieuse, c’est sans doute ce qui fait son charme, mais à
partir d’un moment on se lasse !!».
Un autre visiteur a demandé ce qu’il pouvait faire à Thuin, la préposée à l’accueil a cité les lieux mais
sans apporter d’explications détaillées et a remis la documentation.
Lors des différentes visites (au bureau ou au téléphone), il ne nous a jamais été demandé ce que l’on
recherchait précisément ou quelle était la composition de notre famille (cf. expérience du visiteur -
problème de mobilité).

III.4   L’OFFRE TOURISTIQUE
Dans le cadre d’une politique de valorisation touristique d’un territoire, il est pertinent d’étudier
l’offre de visites et de services qui est proposée aux visiteurs.
En ce qui concerne les visites, deux grandes catégories de visiteurs sont pris en considération par les
acteurs touristiques locaux : les groupes et les individuels.
Au niveau des groupes, une brochure spécifique est conçue pour les offres « groupe ». Celle-ci est
uniquement distribuée aux professionnels, c'est-à-dire aux caristes. Sur le site de la MT, un onglet «
Groupe » existe mais n’est pas encore activé.
La MT a mis sur pied 19 formules groupe dont 8 permettent de découvrir Thuin ou une partie des
richesses de Thuin (source : Forfaits touristiques pour groupes, MT Val de Sambre et Thudinie, 2009)
:
1) Thuin la médiévale. Thuin la Batelière
-       Visite de la cité médiévale (1h30)
-       Visite du Beffroi (1h00)
-       Visite de la Batellerie (1h30) : Musée Thudo et quartier du Rivage
2) Thuin, ces vignes et sa distillerie
-       Balade découverte du centre ancien par les ruelles et les jardins suspendus (vignes) (2h00)
-       Visite en car des environs de Thuin
-       Visite de la Distillerie
3) Le patrimoine, témoin du passé
-       Visite de la cité médiévale et du Beffroi (2h30)
-       Visite de l’abbaye d’Aulne et de la brasserie
4) La vie de château
-       Visite de la cité médiévale et du Beffroi (2h30)
-       Visite du château de Fosteau
5) L’histoire en boîte
-       Visite du musée de la batellerie à bord de la péniche Thudo (1h00)
-       Visite du Centre de découverte du chemin de fer vicinal (1h30)
-       Visite de la Maison de l’Imprimerie et des Lettres de Wallonie (1h30)
6) Sites d’exception en bord de Sambre
-       Visite de la Batellerie : musée Thudo, quartier du Rivage (2h30)
7) Histoire d’eaux et gourmandises
-      Visite guidée de l’Ecomusée de la Batellerie. Visite guidée du quartier du rivage de Thuin
(1h30)
8) Magie de décembre
-       Temps libre au sein du quartier typique des bateliers
-       Visite expo de santons à bord d’une péniche (1h30)


Le temps moyen des visites des groupes à Thuin est :
-       de 2h30 pour la Ville-Haute (en ce compris la visite du Beffroi),
-       de 1h30 pour la Ville-Basse avec le quartier des bateliers et l’écomusée.
         Années          Fréquentation
                         Nombre de groupes           Nombre de participants            Taille moyenne d'un groupe
         2005            117                         4145                              35
         2006            154                         6063                              39
         2007            151                         6116                              41
         2008            82                          3227                              39
                Source : Rapports d’activités 2005, 2006, 2007, 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin
Après avoir connue une croissance de 39 % du nombre de groupes entre 2005 et 2007, une
diminution de plus de 45 % a été enregistrée entre 2007 et 2008.
Selon l’Office du Tourisme, cette forte chute de fréquentation des produits « groupe » résulte
-      d’une sortie trop tardive de la brochure – les autocaristes avaient donc bouclé leurs
programmes ;
-         de la suppression d’un produit très apprécié par les français : Marché de Noël sur l’eau ;
-        des modifications au niveau de la manière de comptabiliser les groupes (uniquement Thuin
ou visites sur le territoire de la MT).


Il est intéressant de pouvoir identifier l’offre de visite qui est proposée aux individuels.
Pour ce faire, nous nous sommes intéressés aux visites proposées en Ville-Basse et Ville-Haute (« A la
découverte des sites de Thuin »- dépliant édité par l’OT) et possibles durant le mois de juillet :
          Attractions       Lundi    Mardi    Mercredi     Jeudi     Vendredi       Samedi        Dimanche
    Beffroi
    Jardins suspendus
    Lord Josef et L’Hélix    SR        SR         SR         SR         SR             SR               SR
    Ecomusée de la
    batellerie, le Thudo
    Maison de                                                                     1er    2ème
    l’Imprimerie et des                                                           et     et
    lettres de Wallonie                                                           3ème   4ème
                                                                                  du     du
                                                                                  mois   mois
    Centre de découverte
    du chemin de fer
    vicinal

                                                                                           Légende
                                                                             Ouvert
                                                                             Fermé
                                                                             Ouvert seulement pendant
                                                                             les vacances scolaires
                                                                             Sur réservation            SR
Trois types de produits peuvent être identifiés :
-       Le patrimoine de la Ville-Haute avec le Beffroi et les Jardins suspendus : offre accessible
toute la semaine (hors lundi pour le Beffroi).
Sur base des sites Internet et des brochures générales sur Thuin, on pourrait conclure qu’il manque
dans l’offre Ville-Haute un produit de découverte du cœur historique.
Ce n’est qu’en se rendant au bureau d’accueil que l’on peut recevoir ou trouver le dépliant « trois
balades pour découvrir la Ville de Thuin » (voir l’expérience du visiteur).
Si les groupes ont accès à une très large offre qui propose de découvrir de manière combinée le
Beffroi, la ville et les Jardins, au niveau des individuelles, l’offre de découverte de la Ville-Haute reste
« morcelée » et pas suffisamment valorisée comme un ensemble cohérent.
Ainsi, la balade « Ville-Haute » devrait proposer de commencer, ou de finir, par une visite du Beffroi
et de la vue qu’il propose sur la ville.
-        L’eau avec l’écomusée et les bateaux : les bateaux ne sont accessibles que sur réservation.
Ce qui limite la possibilité d’accès à cette activité.
L’écomusée quant à lui n’est accessible que du mercredi au dimanche et uniquement l’après-midi (14
à 18h00).
Comme pour le haut, la balade dans le quartier des bateliers reste assez « confidentielle » et la
proposition d’un produit structuré peu mise en avant.
Exemple : dans le dépliant « Trois balades… », si on mentionne que la péniche le Thudo est devenue
un écomusée de la batellerie, on ne trouve aucune mention de type « visitez », « arrêtez-vous », «
l’écomusée vous accueille de telle heure à telle heure », …
-       Les musées en lien avec des techniques : chemin de fer vicinal et imprimerie.
Si la Maison de l’imprimerie semble proposer une période d’ouverte assez large, il convient de
signaler sa fermeture à 16h00 et la fermeture de 2 WE par mois.
Le Centre de découverte du chemin de fer est quant à lui relativement « inaccessible ». Uniquement
le WE mais il convient de vérifier sur le site Internet du centre les périodes réelles d’ouverture
(calendrier)
L’offre pour individuels est également complétée par « les balades de saison ».
Chaque année depuis 2005, un programme de balades thématiques est proposé aux visiteurs.

          Lieux/Activités                 2005               2006                 2007                  2008

          Balade de printemps             96                 64                   83                    57

                                          107                209                  299                   157
          Balades d’été
                                          (1 balade)         (2 balades)          (4 balades)           (2balades)

          Balade d’automne                41                 85                   66                    28

          Balade d’hiver                  73                 140                  50                    66
                Source : Rapports d’activités 2005, 2006, 2007, 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin

Le principe des balades de saison connaît une nette diminution de participation. Fait dont l’Office du
Tourisme est conscient. Il pense déjà à remanier le concept pour l’année prochaine (se centrer sur les
thèmes porteurs).
     Source : Rapports d’activités 2005, 2006, 2007, 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin – évolution du nombre de
 participants (NDR : pour l’été, une moyenne de participants par balade a été calculée – le graphique concerne donc une
                                                    balade par saison)




III.5    ZOOM SUR QUELQUES ELEMENTS CLES


Le Beffroi
Bien que le Beffroi soit présent dans les actions de communication relative à Thuin, on constate que
ce site connaît une baisse importante de sa fréquentation depuis plusieurs années :

                                 Année            Nombre de visiteurs                 Variation

                                  2005                      5.352

                                  2006                      4.078                       - 23 %

                                  2007                      3.302                       - 19 %

                                  2008                      3.066                      - 9,3 %
                  Source : Rapports d’activités 2005, 2006, 2007, 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin

Lors de la visite « expérience touristique » (cf. ci-après), nous avons constaté qu’alors que ce site
devrait être un des premiers lieux de découverte de la Ville, le Beffroi reste pour les visiteurs assez «
invisible ». Si une signalétique directionnelle le mentionne dès l’entrée dans Thuin, lorsque l’on se
trouve dans la ville, les informations restent peu visibles (enseigne trop petite) et certains de nos
visiteurs n’ont pas été informés de la possibilité de le visiter.
L’écomusée
Ce site a, au cours de l’année 2007, fait l’objet d’une actualisation et d’une rénovation de sa
scénographie. Selon l’Office du Tourisme (rapport d’activités), cette rénovation semble répondre aux
attentes des visiteurs, puisqu’au cours de l’année 2008 ce sont plus de 3.000 personnes qui se sont
rendues dans l’écomusée.


                               Année            Nombre de visiteurs                Variation

                               2005                      2.992

                               2006                      5.352                       - 23 %

                               2007                      1.909                       - 17 %

                               2008                      3.086                       - 9,3 %
               Source : Rapports d’activités 2005, 2006, 2007, 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin

Il convient toutefois de relativiser quelque peu cette analyse. En effet, lorsque que l’on observe les
statistiques mensuelles de fréquentation du Thudo, on constate que la majorité des visites se sont
déroulées en décembre et plus particulièrement durant les « Magies de décembre » : près de 68 %
des visites en 2006 (3636 personnes) et 49 % en 2008 (1503 personnes).
                        Source : Statistiques 2006,2008 de l’Office du Tourisme de Thuin

Ainsi, hors la période de décembre, la fréquentation de l’écomusée est 1583 visiteurs en 2008,
contre 1716 en 2006.
Ces visiteurs se répartissent à ± 30 % en individuels et ± 70 % en groupes.




Le bureau d’accueil et d’information touristique
Situé sur la Place au pied du Beffroi, le bureau d’accueil reçoit (source : Maison du Tourisme) plus de
20.000 visiteurs par an (24.022 en 2008).
                                 Source : Observatoire du Tourisme Wallon

Selon les statistiques de la Maison du Tourisme (2008), les visiteurs qui se rendent à Thuin (et au
bureau d’accueil) sont à plus de 82 % francophones (belges et français) et à 16 % néerlandophones.




                                    Source : Maison du Tourisme 2008



Cette situation se confirme également dans les sites : en 2008, les francophones représentent 72 %
des visiteurs du Beffroi et 90 % du Thudo (chiffre résultant de la forte fréquentation lors des magies
de décembre).
                          Source : Statistiques 2008 de l’Office du Tourisme de Thuin



Les commerces, l’Horeca (*)
Snacks, sandwicheries, restaurants italiens, français, roumains, cafés avec petite restauration…
constituent principalement l’offre de restauration sur la Ville de Haute. Soit une offre de bas à
moyen standing.
Si l’offre est intéressante au niveau quantitatif (6 établissements à proximité de la Maison du
Tourisme), le niveau qualitatif est quant à lui un peu trop faible pour un site tel que Thuin (cf. la
perception avant la visite).
Si le visiteur souhaite avoir accès à des établissements plus « gastronomiques », il devra quitter le
centre et se rendre vers les axes d’entrée à la ville (ex : route de Lobbes).
A noter la présence d’une carte en néerlandais à l’entrée d’un établissement.




L’absence de commerces (boutiques, artisanat, décoration, …), le manque de terrasses dans des
endroits calmes (quelques chaises sur le trottoir) et dans un cadre de qualité sont également perçus
comme des points faibles.
Ce sentiment de faible niveau de l’offre se retrouve également dans la Ville-Basse, où les quelques
établissements Horeca ne sont pas très engageants. Il en est de même du marché hebdomadaire qui
reste peu diversifié au niveau des échoppes.


En ce qui concerne les hébergements touristiques, on constate que l’offre se limite à :
-       Un établissement de type hôtelier (non reconnu) propose 7 chambres sur un des axes
d’entrée de la ville (Drève des alliées). L’absence de reconnaissance implique que cet établissement
ne peu être repris dans les actions de promotion et de communication tant de l’Office du Tourisme
de que la Maison du Tourisme.
-      3 chambres d’hôtes (qui viennent d’être ouvertes) – sur la place du Chapitre (capacité
d’accueil de 8 personnes). A noter les thèmes (peu locaux) mis en place par le propriétaire : « suite
marocaine », « chambre asiatique », « chambres nautilus » !!!!!!
(*) Ce point relatif aux commerces, services et hébergements fait l’objet d’une analyse détaillée et
étendue à l’ensemble du territoire communal dans le cadre de l’étude « Elaboration d’une étude
prospective visant à renforcer le développement stratégique de la Ville de Thuin (et de sa région) en
se basant sur son potentiel touristique et propositions d’actions concrètes » en cours de réalisation.

III.6   ANALYSE TOURISTIQUE DE THUIN SUR BASE DES CRITERES REGIONAUX « QUALITE
           TERRITORIALE » - L’EXPERIENCE DE LA VISITE
Sur base des informations, on perçoit que Thuin est composé de deux pôles : d’une part la Ville-Basse
et son Quartier des Bateliers et d’autre part, la Ville-Haute et son Centre historique.
Dans l’esprit des visiteurs, les termes « centre médiéval », « centre historique » évoquent des images
liées au passé, aux trésors architecturaux, aux anecdotes historiques, aux charmes de quartiers
anciens. On s’imagine trouver des ruelles où il fait bon flâner, pouvoir s’arrêter dans des petits
commerces de qualité ou originaux, trouver des terrasses où il est agréable de s’installer pour boire
un verre et admirer le site, les paysages, la ville …
La batellerie évoque quant à elle, pour les publics, les bateliers, leur mode de vie étroitement liée à
leur profession, le rythme calme et paisible de l’eau, … . On s’imagine pouvoir découvrir la vie des
bateliers, des services (restaurants, commerces, …) sur l’eau, des balades (sous différentes formes)
sur les berges et sur l’eau.
L’expérience du visiteur va nous permettre de vérifier si ces perceptions sont réelles et bien
présentes à Thuin.
La signalétique vers Thuin
Sur les itinéraires empruntés par les visiteurs (Nationale Philippeville- Beaumont et la Nationale
Charleroi – Beaumont), le Val de Sambre et Thudine est signalé à plusieurs reprises via la nouvelle
signalétique touristique provinciale (nouvelle mais déjà vandalisée).
Ces panneaux invitent à visiter :
        Lobbes, sa collégiale
        Thuin, l’abbaye d’Aulne
        Thuin, l’écomusée de la batellerie
        Thuin, les jardins supendus




A noter que l’on rencontre encore sur le parcours vers Thuin de vieux panneaux qui informent des
« Info-tourisme » à Thuin et Aulne alors que ce dernier n’existe plus et qu’il convient maintenant de
signaler « Maison du Tourisme » et non plus l’info-tourisme (lien avec la signalétique directionnelle
Maison du Tourisme).




La signalétique directionnelle permet de rejoindre Thuin facilement. Pour rappel toutefois, le PCM
avait identifié un certain nombre de problèmes de rupture de flux en venant du R3 et sur la N53 en
provenance de villages de la commune.
On notera également, que la signalétique directionnelle touristique et de services est souvent
défraîchie, artisanale, surabondante et dépassée (cf. ci-avant « info-tourisme « à Aulne »).




Si la signalétique routière nous permet de constater que l’on arrive à Thuin, aucun effet de porte ou
de signalétique spécifique n’accueille le visiteur. La notion de « Centre Ancien de Thuin » n’est
jamais signalée.

L’itinérance et le parking
En quittant la Drève des Alliées, le visiteur comprend qu’il arrive dans le centre de Thuin. Les
aménagements soignés, les luminaires, les remparts, ..., créent une ambiance particulière que l’on
attend d’un centre ancien et accueillent réellement le visiteur. « On se rend compte que l’on arrive
dans le centre ancien ».
Toutefois, le visiteur se trouve dépourvu d’informations pratiques sur où se rendre ? Et où se
trouvent les parkings ?
Naturellement, le visiteur qui ne connaît pas Thuin, va suivre sa route et chercher soit des
informations sur les parkings, soit sur le bureau d’accueil et d’information.
A chaque fois, nos visiteurs n’ont pas trouvé de places de parking, ont suivi la route et se sont
retrouvé dans la Ville-Basse. « Vite rentrés dans la ville, mais très vite ressortis !!!».
Ils ont alors fait demi-tour, sont retournés vers la Ville-Haute, fait le tour de la ville et sont venus
ensuite se parquer le long du rempart du Nord.
Nos visiteurs constateront par la suite, lors de leur balade, que le parking est possible sur la place du
Chapitre mais qu’aucune signalétique n’est présente et que les aménagements font que l’on ne
comprend pas comment on y accède.
« Cet endroit est-il une place ou un parking ? »




Les espaces verts, points de vue
Le fait de se trouver dans une Ville-Haute implique que le visiteur s’attend à avoir de nombreux
points de vue.
Le rempart Nord est un des endroits où l’on pense naturellement trouver ces points de vue.
Malheureusement, ceux-ci sont majoritairement « encombrés » par des arbres et le site n’offre pas
de vue dégagée sur les environs et la Sambre.
                   Figures 31: Différents « points de vue » depuis le Rempart Nord (Traces TPI)

A plusieurs reprises, nos visiteurs ont rencontré des bancs qui invitent à s’installer et à contempler le
paysage. Mais souvent, la vue était bouchée par des arbres, et lorsque qu’une vue dégagée se
présente, il n’y a pas de banc.




                                 Figures 32: Vues depuis des bancs (Traces TPI)

Le point de vue sur les Jardins suspendus est également un des points forts à mieux valoriser :
signalétique directionnelle, maintien du dégagement.
                                           Vue vers les Jardins



La signalétique intra-Thuin
Lorsque l’on se trouve dans le centre ancien, plusieurs constats peuvent être posés au niveau de la
signalétique :
        La signalétique entre la Ville-Haute et la Ville-Basse n’est pas très pertinente. La Ville-Basse
        est bien renseignée au niveau de la Ville-Basse. Le visiteur qui se trouve dans la Ville-Haute
        n’a pas d’information directionnelle (routière ou piétonne) sur comment rejoindre le
        deuxième pôle d’intérêt de la Ville.




        Aucune signalétique piétonne n’est présente dans la Ville. Le visiteur n’est donc pas invité à
        se rendre vers le centre, dans les ruelles, vers les jardins, vers la Ville-Basse, ….
Exemples :
Une signalétique piétonne devrait permettre de rejoindre
                    o la Maison du tourisme depuis le Rempart Nord en passant par les ruelles,
                    o de rejoindre les jardins suspendus depuis la Maison du Tourisme, …
« Si je n’avais pas suivi cette personne, je ne serais pas allé dans les ruelles ». « J’hésitais à
emprunter cette magnifique ruelle qui m’a permis de rejoindre la Maison du Tourisme, j’avais
l’impression que c’était une propriété privée ».




Une signalétique devrait indiquer les WC publics




La signalétique dans la ville est donc uniquement routière. Ainsi, on trouve (mais difficilement car
peu visible) des panneaux qui guident vers les Jardins. Si on suit cette signalétique, on arrive sur un
petit espace où il n’est pas aisé de se parquer.
Il en est de même pour le Quartier des Bateliers : la signalétique directionnelle routière emmène le
visiteur dans le quartier alors que la typologie des voiries (rues étroites) impliquerait que l’on guide le
visiteur vers un espace parking « extérieur au quartier » et ensuite que celui-ci soit pris en charge par
de la signalétique piétonne.




        Si le centre ancien n’est pas clairement identifié, le quartier des bateliers est quand à lui
        clairement signalé (enseignes, panneaux d’identification).




Le mobilier urbain
L’existence ou le manque de mobilier urbain est principalement apparue à différents endroits :
        Au niveau du Rempart Nord : alignement de lampes assez élégant (mêmes si celles-ci ne sont
        pas récentes), bancs, poubelles.
Au niveau des Jardins où l’on trouve une ligne de mobiliers cohérente et de qualité qui fait
que l’on se sent dans un site touristique et accueilli. L’ensemble des mobiliers (panneaux
d’information, bancs, poubelles mais aussi grille des jardins, cabines électriques, éclairages)
sont dans les mêmes matériaux (acier corten). « il est dommage que ce mobilier ne soit
propre qu’aux jardins ».
        La Place du Chapitre : absence de mobilier (cf. ci-après) qui fait que le côté convivial de la
        place est inexistant.




        Au niveau du Quartier des Bateliers : la présence de panneaux et pupitres d’information
        marquent le développement touristique des lieux. Toutefois, la cohabitation des différents
        mobiliers tels que panneaux et bancs n’est pas très heureuse.




Les espaces publics et convivialité
Les rues pavées apportent incontestablement un cachet au centre ancien, mais créent une ambiance
sonore très bruyante : « cela n’est pas très reposant ». « Cela ne fait pas très vacances »
L’absence majeure de trottoirs (ex : Gand rue) crée un sentiment (réel) d’insécurité et d’inconfort
pour tous et ne permet pas le passage de familles avec enfants en poussette.
Le cheminement Grand’ rue devient même très dangereux quand passe un bus ou un camion.
Le cheminement dans les ruelles et jardins est agréable mais reste difficile pour certaines catégories
de personnes : dénivelé, pente, escaliers.
Cet élément important devrait être mieux signalé. Ainsi, lorsque l’on pose à la Maison du Tourisme la
question de savoir si une personne qui a des difficultés pour se déplacer pourra tout visiter
facilement, seul le beffroi et ses marches sont cités comme une difficulté.
Nos visiteurs ont également constatés le peu de passage pour piétons notamment lorsqu’ils ont fait
la balade « Ville-Haute ». La traversée de certains carrefours est alors dangereuse.


La place du Chapitre propose un grand espace ouvert mais dont les fonctions ne semblent pas bien
identifiées. La présence de parking, la non visibilité de bancs et l’absence de terrasses renforcent ce
sentiment.
Fait assez rare dans nos régions, Thuin propose des WC publics. Si l’endroit semble nouvellement
aménagé, force est de constater que ce type de lieux nécessite impérativement un entretien très
régulier : « Bien que nouvelles, les toilettes sont peu engageantes ».




L’interprétation, les produits de découverte
En ce qui concerne le centre ancien de manière générale, si le visiteur est immédiatement séduit par
l’arrivé au Rempart Nord et par les ruelles, le centre perd de son charme lorsque l’on y rentre :
prédominance de la voirie, trottoirs étroits, nombreux bâtiments vides, manque de cohérence dans
l’ambiance générale en matière d’enseignes, de couleurs, de mobiliers, …
Ce sentiment de lieu de qualité et de charme se retrouve lorsque l’on arrive aux Jardins suspendus :
qualité des mobiliers, des aménagements, entretien des lieux, …
La Ville propose depuis peu, trois balades découverte :
            - la Ville-Haute
            - les Jardins suspendus
            - le Quartier du Rivage
Chaque parcours est indiqué sur un petit plan et accompagné d’un texte
avec des informations de direction et des informations historiques et
touristiques.
Les textes proposés font que nos visiteurs sont « resté sur leur faim » :
                     o on manque d’informations            sur le    contexte
                       historique de Thuin ;
                     o on fait référence à des dates et des styles
                       architecturaux que bon nombre de visiteurs ne connaissent pas. Exemple :
                       « la Grand’ Rue est connue pour ses nombreux hôtels datant du XVIe au XVIIe
                       siècle » : comment les identifier ?
Le parcours ne permet pas de saisir l’âme de Thuin, de comprendre le sens des lieux.
Le succès rencontré par les « Balades de Saison » (entre 50 et 100 personnes par balade), et ce,
même si le concept s’est un peu essoufflé, démontre l’intérêt des visiteurs pour le patrimoine de
Thuin, son histoire, …. et le souhait de ces derniers d’avoir une présentation vivante de la ville, de ses
richesses, …. et non une simple énumération de dates ou de noms.
Au niveau des Jardins :
Nos visiteurs ont constaté que le parcours des Jardins suspendus qui se trouvent à l’entrée du site
(panneau d’information), ne correspond pas à celui-ci proposé dans le dépliant « trois balades ».
Ainsi, le parcours d’interprétation des Jardins propose un itinéraire qui va des panneaux de 1 à 11
alors que le parcours balade va dans le sens inverse et propose même d’autres trajets.




Cette situation n’est pas très claire aux yeux des visiteurs : « quelle est la meilleure balade ? »
La Ville-Haute
Nous avons également testé le parcours « Ville-Haute » Si celui-ci permet d’avoir une vue
d’ensemble du centre ancien, il convient de constater que certains tronçons sont par manque de
trottoirs (cf. ci-avant) peu attrayants et insécurisent le visiteur qui ne prend plus le temps de s’arrêter
pour lire les textes ou encore de lever la tête et de regarder le patrimoine.
Ce parcours pourrait également valoriser davantage les ruelles qui font le charme de la Ville.


La Ville-Basse
Le Bas de la Ville développe la thématique de la batelerie : écomusée, balade en bateau, relais
nautique, ….
La mise en tourisme est cohérente : animations, événements, ….




La thématique est séduisante mais perd rapidement de son charme lorsque l’on se trouve sur place :
les espaces publics sont peu soignés, les rues encombrées, les commerces et établissements Horeca
peu engageants.
Ainsi :
                              -   la péniche restaurant qui, bien recommandée par le Petit Futé, n’invite
                                  pas à s’y rendre ;
                              -   l’identification de l’écomusée reste un peu trop discrète : la
                                  signalétique directionnelle mentionne l’écomusée de la batellerie et
                                  l’enseigne reprend le nom « Thudo » : le visiteur doit alors faire le lien
                                  entre les deux.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                      Page 65/162
III.7    DIAGNOSTIC DU VISITEUR-EXPERT

                     Points forts                                 Points faibles

Une ville, deux pôles touristiques              Un manque d’image et de communication
                                                cohérente et structurée
Deux thématiques potentiellement porteuses
                                                Deux pôles « qui s’ignorent » : signalétique,
                                                cheminement
                                                Absence de fil conducteur entre les pôles

Un bureau d’accueil et d’information Un accueil et des informations qui restent trop
touristique : Maison du Tourisme, Office du générales, qui ne sont pas personnalisées en
Tourisme                                    fonction du visiteur
Des outils et des animations de découverte      Des balades qui ne font pas vivre Thuin

Une ville patrimoniale                          Un manque d’image et de communication
                                                Un lieu qui ne tient pas toutes ses promesses : le
                                                centre est qualitativement faible
                                                Pas de mise en réseau des lieux
                                                Des services pas adaptés à l’image d’une ville
                                                patrimoniale et touristique

Une thématique « batelier » mise en tourisme : Mais dont le niveau qualitatif de certaines
écomusée,      parcours       d’interprétation, composantes    (horeca,     espaces publics,
animations…                                     cheminement) reste trop faible.

Une Ville-Haute ancienne avec remparts, ruelles Mais dont certains lieux ne permettent pas de
et jardins suspendus                            flâner en toute sécurité
                                                Pas suffisamment mise en valeur et mise en
                                                tourisme : après les balades, on reste sur sa faim
                                                Pas accessibles à tous.

Des remparts qui proposent des cheminements Mais non signalés : le visiteur n’est pas invité à
très bien aménagés                          s’y rendre
                                                Qui ne proposent pas           de   dégagements
                                                suffisants, de points de vue

Des jardins suspendus mis en tourisme : un Mais parfois difficiles à trouver : information,
projet cohérent et de qualité              signalétique, différents parcours, parking




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                               Page 66/162
PARTIE IV          CARACTERISATION DES ESPACES ET DU PATRIMOINE PUBLICS

IV.1     ETAT DES ESPACES PUBLICS
Les espaces publics thudiniens se déclinent selon deux mouvements. Les premiers sont
représentatifs du passé de Thuin et sont en général attrayants mais peu confortables dû à leur
conformation moyenâgeuse. Les seconds sont issus de l’évolution « tout à la voiture » et
mériteraient une rénovation leur conférant plus de convivialité. Seuls la place du Chapitre et le
rempart Nord se distinguent par leurs récents aménagements alliant conservation des
caractéristiques anciennes séduisantes et confort contemporain.

État des voiries
Nous avons établi un diagnostic de la qualité des voiries sur base de leur état sanitaire. Au vue de la
difficulté d’appréciation, le diagnostic s’est dressé suivant un classement qualitatif en trois degrés
uniquement, allant de mauvais à bon. Le niveau moyen est considéré comme satisfaisant. Cette
analyse a été réalisée de manière systématique, rue par rue.
Les éléments appréciés sont les suivants :
•   le type et la qualité du revêtement (ornières, nids de poule, usure, affaissement …) ;
•   la qualité des abords tels que les accotements, parkings, talus, murs de soutènement…
    (discontinuité des revêtements, compositions hybrides, défoncement ou descellement des
    matériaux …) ;
•   le confort (confort des riverains …) ;
•   l’état des trottoirs (revêtement, accès PMR, pente, continuité …).
Une cartographie par rue permet de rendre compte de l’état général des voies publiques du centre
ville.




                               Figure 33: Catégorisation de l'état des voiries (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                  Page 67/162
Dans l’ensemble, le réseau viaire du périmètre élargi de Thuin se trouve dans un état sanitaire qui
peut-être qualifié de satisfaisant pour les raisons suivantes :
•   dans une partie du réseau, l’état du revêtement est améliorable ou en travaux. Ce sont
    essentiellement des signes de vieillissement du revêtement qui sont signalés : l’hydrocarboné
    recouvrant des pavés se désagrège, les rues pavés sont défoncées ou les pavés se descellent …
•   dans une autre partie du territoire, des aménagements récents ont renforcé la qualité de la
    voirie. Ces aménagements ont souvent utilisé des hydrocarbonés pour les bandes de circulation
    et conservés des pavés pour les abords. Ceci a l’avantage de réduire les désagréments dus à la
    circulation sur pavés (bruit, vibrations) tout en conservant l’identité historique de l’espace rue.
L’ensemble des voiries est donc carrossable sans difficulté majeure. Cependant, certaines voiries à
faible fréquentation telles que la Cour Demeuldre, la rue Maurice des Ombiaux nécessitent
impérativement des améliorations car leur état actuel pourrait se révéler dommageable pour les
véhicules et pour les usagers. De plus, la majorité des rues sont pavées, également sur des axes à
forte fréquentation ce qui engendre des nuisances pour les riverains.




      Bon état (Rempart du Nord)              État satisfaisant (Avenue de Ragnies)   Mauvais état (Rue B C Fauconnier)

                   Figures 34: Exemples de rue correspondant aux différentes catégories (JNC AWP)



Au diagnostic des chaussées, nous superposons l’analyse de l’état des trottoirs. Cette analyse s’est
basée sur les mêmes critères (revêtement et confort) que la précédente avec une attention
particulière pour l’accessibilité des PMR et donc sur la largeur des trottoirs et leur encombrement.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                             Page 68/162
                                Figure 35: Catégorisation de l'état des trottoirs (JNC AWP)




   Bon état (Rempart du Nord)          État satisfaisant (rue Pierre Mengal)               Mauvais état (Grand Rue)

                 Figures 36: Exemples de trottoir correspondant aux différentes catégories (JNC AWP)




   Rue du Moustier                        Grand Rue                            Grand Rue            Rue Maurice Ombiaux

                         Figures 37: Exemples de trottoirs non accessibles aux PMR (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                   Page 69/162
        Rue Maurice Ombiaux                         Rue du Moustier                       Cour Demeuldre

                           Figures 38: Exemples de revêtement en mauvais état (JNC AWP)

Mis à part les venelles et les rues fraîchement restaurées, en général, les trottoirs sont très peu
confortables. Les largeurs sont en moyenne de 0,9 m (1,5 m est la largeur minimum recommandée)
et ils sont souvent entravés par des escaliers privés et des panneaux indicateurs. À cela s’ajoute la
médiocre praticabilité des revêtements. Il s’agit soit de pavés qui, même s’ils sont en bon état, ne
sont jamais aisés pour la circulation des modes doux soit d’autres revêtements non entretenus
présentant des ornières, des déchaussements ou une mosaïque de matériaux avec des jonctions
défaillantes.


L’analyse de l’état sanitaire est complétée par une approche des gabarits en fonction de la hiérarchie
des voiries. On distingue les voiries selon leur fonction :
•   Voiries de transit : ce sont les voiries accueillant un trafic régional dont l’origine et la destination
    sont à l’extérieur de la commune. En général, ce trafic ne fait que traversé la commune que par
    nécessité.
•   Voiries de liaison ou de distribution: ces voiries assurent les relations entre les différentes entités
    ou quartiers d’une commune ou avec une commune voisine.
•   Voiries de circulation locale : elles sont uniquement dédiées à la circulation interne à un quartier.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                      Page 70/162
                                 Figure 39: Structure du réseau de voiries (JNC AWP)

La première constatation évidente est que la ville de Thuin est traversée par une voie de transit, la
route régionale N 59 reliant Anderlues à Gozée et qui est connectée à la circulation de la N 559 vers
Lobbes. Cet axe à forte charge journalière emprunte des rues (Grand Rue) dont la conformation est
peu adaptée (voir point Le trafic routier - section) Des sens uniques se sont donc imposés.
Deux boucles principales sont dessinées une à la Ville-Basse (Rue t’Serstevens et rue du Moustier) et
une à la Ville-Haute (Grand Rue et rempart du Nord). Cette circulation importante nuie à l’image
paisible de Thuin, engendre des nuisances urbanistiques et sociales mais à l’avantage d’imputer
Thuin comme lieu de passage obligatoire et donc d’engendrer une fréquentation quotidienne par des
clients et touristes potentiels.
Seules deux rues de liaison sont répertoriées, il s’agit de l’avenue de Ragnies ralliant, comme son
nom l’indique Ragnies et la rue Alphonse Liégeois qui se dirige vers Biesme-Sous-Thuin.
Elles rejoignent toutes deux le Sud de la commune.
Le réseau de transit jouxte donc directement le réseau de circulation locale. En effet, on dénombre
un nombre important de rues réservées par leur conformation à la circulation locale s’articulant aux
abords mêmes des voies principales.
Enfin, la particularité thudinienne est certainement la présence de nombreuses rues réservées à la
circulation lente (venelles, escaliers-rues, ruelles …). Parmi ces rues réservées à la circulation locale,
notons quelques rues dont le gabarit est excessif par rapport à leur fonction actuelle (avenue de la
Couture, chaussée Notre-Dame, rue du Fosteau). Ceci peut induire des comportements non adaptés
tels que la pratique de vitesse excessive.

Les places
La ville compte peu de places publiques en tant que telles. Les principaux espaces de ce type sont la
place du Chapitre, la place de la Ville-Basse, la place Cuisenaire. Par contre, il existe de nombreux
autres espaces tels que plaine de jeux, esplanade ou des lieux sans dénomination particulière
possédant des caractéristiques propres qui retiennent l’attention.



JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                    Page 71/162
La méthodologie d’analyse que nous avons définie est plus large que celle utilisée pour l’analyse des
rues. Dans le cas des places, en effet, il s’agit d’observer plus en détails certains phénomènes
d’ordre fonctionnel, social, environnemental ou culturel.
L’évaluation de chaque place ou espace public se base sur les aspects suivants :
        o   l’identification de l’usage fonctionnel ;
        o   l’identification des affectations limitrophes ;
        o   l’identification de la morphologie ;
        o   la lisibilité des limites ;
        o   le degré de structuration du vide par le plein ;
        o   l’évaluation sommaire du pourcentage d’occupation du sol par le minéral par rapport au
            végétal ;
        o   l’évaluation de la qualité globale des végétaux ;
        o   l’évaluation de la qualité globale des matériaux et du mobilier urbain ;
        o   l’évaluation de la cohérence et de l’intégration de ces derniers éléments ;
        o   l’évaluation du degré d’appropriation par le piéton ;
        o   la sécurisation de l’espace :




                                Figure 40: Localisation des places publiques (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                               Page 72/162
Les lieux qui ont été pris en considération sont les suivants :
        •    La place du Chapitre :




                             Figure 41: Place du Chapitre et Place Albert Ier - vue vers le Sud (JNC AWP)




                      Figure 42: Place du Chapitre vue depuis la place Albert Ier – vue vers le Nord (JNC AWP)

Cette place récemment aménagée est la seule place qui assume réellement son rôle de lieu de
rencontre. Bordée de façades commerciales et surtout longée par le quartier du Beffroi (accueillant
l’office du tourisme) et la promenade du Martinet, elle est le lieu emblématique de la ville.
Les travaux ont permis de libérer celle-ci de la plupart des véhicules qui accaparaient la quasi totalité
de l’espace (comme c’est encore le cas dans la Grand’Rue). Cependant, et ce malgré les réticences
que cela engendre, il serait opportun d’examiner la possibilité de diminuer encore le nombre
d’emplacements de parking8. En effet, la part de véhicules encore présente déprécie l’ensemble.
De plus, la place Albert Ier qui jouxte et est exclusivement représentée par la voirie mériterait d’être
identifiée à cet espace. Un projet cohérent devrait permettre de renforcer le rôle central de ce pôle
tout en ralentissant la circulation de transit et en valorisant les commerces.
Ce lieu doit pouvoir jouer le rôle de « bouillon dynamique » de la ville.




8
    La réduction des emplacements de parking doit être menée dans une réflexion globale sur le territoire de la ville (voir PCM)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                                        Page 73/162
    •    La place de la Ville-Basse :




                                     Figure 43: Place de la Ville-Basse (JNC AWP)

La place de la Ville-Basse est la majeure partie du temps réservée au stationnement. Elle accueille
des activités temporaires dont le marché hebdomadaire et le tram touristique circulant durant la
haute saison.
Elle est ressentie comme le prolongement de la rue t’Serstevens alors qu’il s’agit d’un lieu public qui
devrait s’affirmer dans sa fonction, comme un espace équivalent à la place du Chapitre. Bordée par
la Sambre et par des commerces, elle possède un caractère original et des atouts certains (espace
dégagé, façade ouverte vers la Sambre, fréquentation nautique, accueil évènementiel …) mais qui ne
sont pas mis en valeur. La promenade le long du port et les péniches touristiques (musée,
restaurant) sont accolés en retrait et leurs abords n’invitent que les avertis.


    •    Les autres places et placettes :
Mis à part la placette de la rue du Chauffoir qui bénéficie d’un aménagement agréable, les autres
places sont laissées pour compte. Ces espaces ne vivent que par le va-et-vient des véhicules alors
qu’une fois encore, ces lieux possèdent un potentiel intéressant (dimensions, ensoleillement,
localisation, cadre bâti …).




                   Figure 44: Placette située dans le prolongement de la rue du Chauffoir (JNC AWP)

Par exemple, la placette située à la jonction de la rue Marianne et de l’avenue de Ragnies, tout
comme la place Cuisenaire, est un espace agréable en bordure de l’eau (Biesmelle ou Sambre) et en
recul de la voirie principale. Ces deux endroits sont en relation directe avec le RAVeL (ligne 109 ou
RAVeL 3) et ils offrent des vues privilégiées vers la ville historique.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                           Page 74/162
  Figure 45: Placette située à la jonction entre la rue Marianne et l’avenue de     Figure 46: Place Cuisenaire (JNC AWP)
                                Ragnies (JNC AWP)

Les cours sont des espaces publics aux dimensions conviviales, « cosy », méritant également
quelques investissements de mise en valeur. La gestion de la lumière doit y être une priorité puisque
le recul entre les bâtiments est faible et donc que l’ensoleillement y est limité.




                    Figure 47: Cour Demeuldre (JNC AWP)                           Figure 48: Cour de la Paroisse (JNC AWP)



    •    Les espaces résiduels
Les espaces résiduels sont le résultat d’une évolution urbanistique dont les impacts non pas été
contrôlés.
Soit ils témoignent d’une ancienne fonction qui n’est plus remplie à l’heure actuelle. La gare du Nord
(point d’arrêt SNCB) et l’ancienne gare Ouest (musée du tram) sont des «culs-de-sac» peu conviviaux
malgré leur rôle d’accueil. La gare du Nord est un chancre urbain alors qu’elle est l’image
quotidienne des navetteurs et la première image que des touristes qui utiliseraient les transports en
commun découvrent.




                                           Figure 49: Gare du Nord (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                  Page 75/162
                       Figure 50: Ancienne gare Ouest accueillant le musée du tram (JNC AWP)




                                       Figure 51: Lieu-dit Demi-Lune (JNC AWP)

Soit ils sont la conséquence d’un acte d’aménagement réfléchi à une échelle discordante par rapport
à la ville. C’est le cas de la rue de l’Abreuvoir dominée par le viaduc.




                      Figure 52: Rue de l'Abreuvoir - espace résiduel soumis au viaduc (JNC AWP)

Ces espaces lassés pour compte, difficiles à aménager et imposant des césures dans la ville
démontrent donc la nécessité d’une restructuration tant des sites eux-mêmes que de leurs abords
afin de recoudre le vide urbanistique qui s’y est créé. Une fois encore, les véhicules se sont approprié
ces espaces « abandonnés ».


    •    Les espaces « verts » :
On ne recense pas de véritable parc public dans le centre ancien mais il existe plusieurs espaces que
l’on pourrait qualifier de « verts ». Certains ont été récemment restaurés. C’est le cas des jardins
suspendus et des « promenades ». La valorisation de ces sites est améliorable.
Par exemple, la restauration des jardins est un investissement considérable et pourtant l’accès au
public des jardins mêmes est limité et les parcelles privées mitoyennes ne sont pas mises en valeur
alors qu’elles sont visibles depuis l’espace public. Aucun jardin ne se dénote par son aménagement


JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                        Page 76/162
particulier. Il est certain qu’un consensus entre l’aménagement des jardins et la conservation
d’espaces « nature » non maîtrisés n’est pas évident à équilibrer. Cependant, les potagers
fonctionnels et les espaces « offerts » à la végétation spontanée doivent être complétés par des
jardins structurés pour répondre aux attentes des visiteurs attirés par le mot « jardin ».




       Les jardins suspendus                  La plaine de jeux des jardins       Les « promenades » (Martinet, ponton,
                                                       suspendus                                ruelles)

                           Figure 53: Exemples d’espaces verts rénovés il y a peu (JNC AWP)

D’autres espaces affichent un besoin de restauration pour les rendre plus conviviaux et tirer parti de
leurs atouts. C’est le cas du square du Moustier, du Chant des Oiseaux et du parc de l’hôtel de ville.




         Le square du Moustier                         Le Chant des Oiseaux                   Le parc de l’hôtel de ville

                           Figure 54: Espaces verts nécessitant une restauration (JNC AWP)

Enfin, on recense aussi des espaces « naturels » qui autant de points d’attrait touristique potentiels.
Ils ne nécessitent qu’un aménagement minimaliste ne perturbant pas leur état et leur attrait
écologique. C’est le cas du Bois du Grand Bon Dieu et des lieu-dit Saint-Jean et Monplaisir.




      Le Bois du Grand Bon Dieu                       Le lieu-dit Saint-Jean                   Le lieu-dit Monplaisir

               Figure 55: Exemples de site naturel nécessitant un aménagement minimaliste (JNC AWP)

Aujourd’hui malgré les indéniables efforts consentis en faveur des espaces en centre urbain, on
n’observe pas encore de véritable continuité des lieux publics agréables.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                  Page 77/162
IV.2     LE VOCABULAIRE URBAIN ET L’IDENTITE DE LA VILLE
Le vocabulaire de la ville est l’ensemble des éléments participant à l’aménagement de l’espace public
et en conséquence à l’image identitaire de celle-ci.

Les revêtements
Si on observe les revêtements des trottoirs, le patchwork est fourni. La gamme s’étend des pavés
naturels aux pavés en béton en passant par des variantes de forme, de coloris, de calepinage …
On ne constate pas de cohérence entre les différents aménagements qui ont eu lieu au sein de la
ville.




                      Figure 56: Exemples de revêtements observés au sein de la ville (JNC AWP)

Pire, on constate l’utilisation de matériaux bon marché ou de bas de gamme dans des espaces qui
viennent d’être récemment restaurés.




       Figure 57: Exemples d'aménagements récents ne coordonnant pas les matériaux de revêtement (JNC AWP)

L’éclairage public
L’éclairage présente une mosaïque aussi variée que les revêtements. Cette constatation est encore
plus vraie pour les nouveaux aménagements. Les sites non restaurés sont en général éclairés par des
lampadaires de type autoroutier ou ceux-ci sont aussi restaurés alors que le site a été rénové et
profite d’un nouvel éclairage (Place du Chapitre).




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                          Page 78/162
      Cour Demeuldre                   Place Albert Ier                Place du Chapitre                 Rue t’Serstevens




      Rempart du nord              Chaussée Notre-Dame                      Beffroi                         Grand Rue




      Place du Chapitre           Promenade du Martinet                Jardins suspendus               Chemin des Moulins

           Figure 58: Echantillon de la palette d'appareils d’éclairage public observable sur Thuin (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                 Page 79/162
Le mobilier urbain




  Promenade du Martinet            Chemin du halage               Jardins suspendus               Rue t’Serstevens

                Figure 59: Echantillon de la variété de poubelles présentes dans le périmètre (JNC AWP)




                                                                                                 Avenue de Ragnies



  Chaussée Notre-Dame              Place du Chapitre              Jardins suspendus

                   Figure 60: Echantillon de la variété de bancs présents dans le périmètre (JNC AWP)




  Place de la Ville-Basse          Place du Chapitre              Jardins suspendus               Rue t’Serstevens

                 Figure 61: Echantillon de la variété de bornes présentes dans le périmètre (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                Page 80/162
  Place de la Ville-Basse         Quartier du Rivage             Jardins suspendus             Chemin du halage

              Figure 62: Exemples d’éléments de signalétique touristique au sein du périmètre (JNC AWP)




  Ruelle de la Gripelotte       Chaussée Notre-Dame              Jardins suspendus             Place du Chapitre

                Figure 63: Autres éléments de mobilier non harmonisés au sein du périmètre (JNC AWP)

A ce panel trop diversifié s’ajoutent des panneaux indicateurs pas toujours indispensables.




       Ruelle Driane               Rempart du Midi              Rue B C Fauconnier                 Grand Rue

                Figure 64: Exemples surimposition de panneaux indicateurs non nécessaires (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                               Page 81/162
         Rue t’Serstevens                        Place du Chapitre                      Place de la Ville-Basse

  Figure 65: Autres exemples d’encombrement de l'espace public par des éléments physiques volumineux ou nombreux
                                                    (JNC AWP)

L’accumulation de ces éléments disparates perturbe la lisibilité de l’espace public et n’apporte
aucune plus-value à son identité. Cette disparité est concentrée sur un espace de moins de 85 ha et
même sur un périmètre restreint de 33 ha pour le périmètre ancien.

IV.3     L’ANIMATION DE L’ESPACE PUBLIC
Comme on l’a évoqué plus haut, l’espace public n’est pas particulièrement animé si ce n’est par des
véhicules. Il n’y a pas de dynamique ressentie notamment à cause du manque de continuité dans les
aménagements.
De plus, la ville est peu fleurie et les bacs de plantations sont nombreux mais dans ce domaine
l’hétérogénéité est également de mise.




         Square du Moustier                        Rue t’Serstevens                         Rue t’Serstevens

                        Figure 66: Exemples de bacs de plantations présents à Thuin (JNC AWP)

L’exemple de la Chaussée Notre-Dame est révélateur d’un manque de réflexion sur le
positionnement des bacs. La statue se suffit à elle-même et ne nécessite pas de potées, au contraire,
elle exige un dégagement pour la mettre en valeur.
Au sein de cette ville patrimoniale, l’art et la culture sont peu présents. Mis à part lors des deux
saisons de l’exposition « Fluide » qui rassemblait des artistes contemporains de la Place du Chapitre
aux Jardins suspendus, l’espace public est peu animé par l’art.
En termes d’animation, les marchés hebdomadaires nécessitent une gestion favorisant les produits
régionaux et artisanaux qui laissent de plus en plus la place aux textiles bons marchés.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                               Page 82/162
  Figure 67 :Statue Saint-Roch (JNC           Figure 68 : Marché de la rue          Figure 69 : Marché de la place du
                AWP)                             t’Serstevens (JNC AWP)                    Chapitre (JNC AWP)



IV.4     L’ACCESSIBILITE DES ESPACES ET BATIMENTS PUBLICS PAR LES PERSONNES A MOBILITE
             REDUITE
La configuration historique de la ville rend peu de bâtiments accessibles aux PMR. Même si certains
le sont, en général, l’étroitesse des trottoirs et les pavés typiques de l’enceinte posent des difficultés
avant la porte d’entrée puisque comme l’a expliqué l’analyse de l’état de la voirie, la situation est
très peu confortable pour ceux-ci. Cette situation est problématique mais les solutions a envisagées
sont peu évidentes. Une approche spécifique devra donc être conduite.




           L’hôtel de ville                            La Poste                          Eglise de la Ville-Haute

              Figure 70: Exemples de bâtiments publics difficilement accessibles pour les PMR (JNC AWP)




          Rue du Moustier                             Grand Rue                               Athénée Royal

                      Figure 71: Exemples d’aménagements facilitant l’accès aux PMR (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                               Page 83/162
À ces inconvénients liés à la conformation des voiries, s’ajoutent les difficultés engendrées par la
topographie. En effet, la découverte Ville-Haute, Ville-Basse est quasi réservée aux personnes en
pleine possession de leurs moyens physiques. Cette barrière physique est également problématique
pour les mouvements quotidiens (navette vers la gare, déplacements vers le marché, vers les
bâtiments administratifs …), le relief marque une césure entre les secteurs de la ville depuis des
siècles qui aujourd’hui est amplifiée par le recours à l’automobile.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                              Page 84/162
PARTIE V CARACTERISATION DES ESPACES PRIVATIFS VISIBLES ET DU
         PATRIMOINE PRIVE

V.1       ETAT DU BATI

Méthodologie
Dans l’optique d’aborder le patrimoine privé du centre ancien de Thuin, nous avons effectué un
relevé systématique in situ au sein de celui-ci. Cet inventaire vise l’analyse de l’état physique des
bâtiments et des espaces privatifs visibles depuis la voie publique. Nous parlons, dans ce cas de
figure, des constructions situées sur l’espace-rue et impasse (maisons d’habitations, garage, ateliers,
entrepôt, commerces, annexes à front de rue, avant-cour, jardins, murs d’enceintes …).
L’évaluation s’est opérée selon un ensemble de critères prédéfinis pris systématiquement en
référence. Ceux-ci se basent essentiellement sur l’état général des bâtiments et abords et se
dressent suivant un classement qualitatif en trois degrés allant du bon au mauvais état :
      •   Bon état : il s’agit de constructions et/ou abords neufs ou ayant fait l’objet d’une rénovation
          complète ou partielle. Les châssis, toiture, revêtement … ne présentent pas de signes de
          vieillissement ou présentent les signes d’un entretien régulier.
      •   Etat satisfaisant : Ce critère concerne les constructions et abords qui présentent des signes
          de vieillissement partiel (décrépitement, joins saillant, châssis non étanches …)
      •   Mauvais état : il s’agit des constructions et abords en grande partie délabrés. Cette catégorie
          regroupe également les constructions en ruine.




               Bon état                              Etat satisfaisant                           Mauvais état

             Figure 72: Exemples de bâtiments illustrant les différentes catégories du classement (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                   Page 85/162
                                Figure 73: Catégorisation de l'état du bâti (JNC AWP)

La cartographie permet de mettre en évidence les quartiers plus défavorisés en ce qui concerne
l’état du bâti. Nous constatons notamment que la Grand Rue rassemble un nombre conséquent de
bâtiments en mauvais état. Il est important d’inciter à la rénovation dans des espaces qui sont
directement connexes.
Sans être repris dans les critères de classement, le phénomène de subdivision des habitations en
petits logements est à signaler. Cette pratique a des conséquences sur la qualité du bâti mais aussi
sur la vie sociale et la mobilité. En effet, beaucoup de voitures garées dans les rues appartiennent
aux riverains et il est évident que si l’espace est déjà exigu au départ, la multiplication de véhicules
en stationnement nuira à la qualité de vie du centre ancien.




          Figure 74: Illustrations du phénomène de subdivision des habitations dans la Grand Rue ((JNC AWP)


V.2      BATIMENTS ABANDONNES
Afin de compléter l’analyse, il est intéressant de recenser également les biens abandonnés ou
inoccupés ainsi que les étages inoccupés au dessus des rez-de-chaussée commerciaux. Le diagnostic
s’est basé sur les indices apparents d’occupation : rideaux, décoration aux fenêtres, état d’entretien,
boîte aux lettres non remplies … Parmi les immeubles inoccupés, certains sont encore relativement
en bon état. Ces bâtiments vides constituent dès lors des enjeux de réaffectation potentiels.

JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                              Page 86/162
                                       Figure 75: Localisation des biens inoccupés (JNC AWP)

 La cartographie de ces bâtiments ne pointe pas de secteur dominant mais une réparation générale
 sur l’ensemble de la ville. Par contre, la façade méridionale de la place du Chapitre, c’est-à-dire les
 bâtiments longeant la place Albert Ier, concentre plusieurs biens inoccupés sur une courte section.
 Parmi ceux-ci, on relève l’ancien cinéma Notger actuellement à l’étude pour une réaffectation (voir
 SAR - section VII.5).
 On comptabilise près de 8 % de biens inoccupés dont 1,2 % d’étages au-dessus de rez-de-chaussée
 commerciaux.
 « Privilégier l’intégration de logements aux étages des commerces favorisera la convivialité et la
 qualité de vie des noyaux, dans une stratégie de mixité des activités économiques et sociales …9 »




Grand'Rue                          Rue Saint-Jacques                 Rue du Rivage             Rue Gare du Nord
                                      Figure 76: Exemples de bâtiments inoccupés (JNC AWP)




 9
     Les rez-de-chaussée commerciaux, publication du SPW-DGO4,2008




 JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                              Page 87/162
V.3          VALEUR ARCHITCTURALE ET INTEGRATION AU PATRIMOINE BATI

Bâtiments repris à l’inventaire de Patrimoine Monumentale de Belgique
La ville de Thuin compte près de 100 (80 dans le périmètre d’étude) biens répertoriés à l’Inventaire
du Patrimoine Monumental de la Belgique dont 6 monuments sont classés et le beffroi classé
patrimoine mondial de l’humanité (UNESCO).
Ce patrimoine riche est hérité de périodes et de fonctions très diversifiées et se répartit sur
l’ensemble de la ville. Nous constatons, une concentration de ce patrimoine dans les parties les plus
anciennes : la Ville-Haute (la Grand Rue et la Place du Chapitre) et le quartier du Rivage. Cette liste
est loin d’être exhaustive tant il existe encore bien d’autres bâtiments participant à l’ambiance
patrimoniale de la ville et méritant une attention particulière. Par exemple, la rue t’Serstevens ne
reprend aucun bien classé alors que certaines façades commerciales présentent un intérêt
architectural remarquable tout comme quelques habitations datant de l’Après-guerre ou affichant
des détails qui méritent des prescriptions assurant leur pérennité et surtout celle du rythme des
travées.




        Figure 77: Exemples de bâtiments de différentes époques présentant un intérêt architectural sis rue t’Serstevens
                                                          (JNC AWP)

Ces biens ayant fait l’objet de plusieurs approches documentaires telles que l’étude
« Beauregard »10, nous ne nous attarderons pas à la description de ceux-ci et nous vous renvoyons
vers ces documents de référence.
Par contre, nous privilégions l’analyse des caractéristiques et détails qui participent à l’image de la
ville. Nous avons accordé une importance particulière à l’analyse des matériaux de façade.

Les matériaux de façade
Comme détaillé dans le RGBSR11 du Plateau limoneux hennuyer, les matériaux typiques sont la pierre
calcaire, le badigeon de chaux, les enduits et la brique. Toutefois parmi ce plateau, la Thudinie
surimprime sa définition territoriale par son mode de construction plus pierreux. Les élévations
peuvent être entièrement maçonnées de pierres de taille et de moellons (proximité des zones
d’extraction du calcaire et du grès). Pour la région de Thuin particulièrement, il s’agit principalement
des calcaires des genres du Dévonien et surtout des schistes et grès soulignés par la présence du
minerai de fer. La composition ferrugineuse donne une teinte reconnaissable et identitaire variant
entre le violacé et le brunâtre.




10
     Etude des potentialités urbanistiques et patrimoniales de l’entité de Thuin, asbl. Espace Environnement 2001
11
     Règlement Général des Bâtisses en Site Rural




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                         Page 88/162
                     Figures 78: Matériaux typiques de la région identifiés dans le centre ancien (JNC AWP)




        Figures 79: Matériaux identifiés dans le centre ancien se dénotant par leur structure et/ou leur teinte (JNC AWP)


Les détails
« La pierre taillée sert généralement à dessiner les détails constructifs des bâtisses : soubassements,
angles, bandeaux, corniches et encadrements d’ouverture, avec plus ou moins de sobriété. Le jeu
coloré des matériaux souligne l’organisation des façades et enrichit leur vocabulaire.12» Ces détails
donnent du relief aux façades et participent à l’animation de celles-ci par les jeux de lumières et de
reflets.




            Figures 80: Exemples de détails de pierres taillées apparaissant sur les façades thudiniennes (JNC AWP)

La suppression ou la banalisation de ceux-ci peut nuire à l’image cohérente qu’a su conserver la
vieille ville sur une partie importante de son immobilier.




12
     RGBSR du Plateau limoneux hennuyer




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                     Page 89/162
                                 Figures 81: Exemples de détails banalisés (JNC AWP)

L’étude « Beauregard » a recensé l’ensemble de ce petit patrimoine auquel il faut ajouter les
éléments de ferronnerie, les menuiseries, les décors en céramiques, ciment, mosaïque, pâtes de
verre, les jeux d’appareillage de briques en façade et les modénatures décoratives, les décors enduits
et les lucarnes.




                 Figures 82: Exemples de détails de ferronneries méritant d’être conservés (JNC AWP)




                                  Figures 83: Banalisation des soupiraux (JNC AWP)

Les murs et murets, les avant-cours et les jardins
L’ambiance conférée par ce vocabulaire est complétée par quelques éléments distincts des façades.
Les murs et murets, les avant-cours et les jardins vus depuis l’espace public complètent l’harmonie
de certaines architectures Nous avons cartographié ceux-ci sur la carte suivante :




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                            Page 90/162
 Figure 84: Localisation des biens privés et des murs et murets participant à l'architecture des espaces publics (JNC AWP)

    •     Les murs et murets
Les murs et murets sont habituellement construits en moellons de grès ou de pierres calcaires.
Nous remarquons l’absence régulière de couvre-murs engendrant les problèmes d’infiltration.
Lorsque ces couvre-murs sont présents, ils sont constitués de pierres épaisses et plates ou de
briques. Il est important de respecter ces caractéristiques lors de la restauration des murs ou la
construction de nouveaux murs. La rue du Déversoir par contre-exemple, est longée par un nouveau
muret couvert d’une pierre tel que les anciens murs mais elle est de teinte totalement différente et
la découpe est brute. De plus, il est construit en pierres taillées d’une teinte grise prononcée ne
rappelant pas la particularité ferrugineuse de la région.




        Ruelle Driane              Ruelle des Tanneurs              Rue Saint-Jacques          Figure 85: Contre-exemple
                                                                                               de la rue du Déversoir (JNC
          Figures 86: Réseau de murs et murets au sein du périmètre (JNC AWP)                             AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                   Page 91/162
          Ruelle                Ruelle de la Gripelotte          Jardins suspendus             Jardins suspendus

                           Figures 87: Exemples de couvre-murs présents à Thuin (JNC AWP)

    •    Les avant-cours
Les avant-cours sont des espaces semi-privés jouant le rôle de tampon entre l’espace public et
l’espace privé. Situées à l’avant des bâtiments, elles sont souvent fermées par une grille ou une
barrière. Lorsqu’elles ont gardé leur caractère initial, elles sont souvent esthétiques et participent à
l’harmonie du bâtiment.




    Rue Louis Cambier              Rue Saint-Nicaise            Avenue de Ragnies              Chemin du halage

                Figures 88: Exemples d’avant-cours de différentes époques présentes à Thuin (JNC AWP)

    •    Les jardins vus depuis l’espace public
Les jardins occupent une fonction importante pour la ville de Thuin. Celle-ci est jusqu’à présent peu
prise en compte pourtant, il est important de gérer la valeur collective de cette somme de petits
terrains privés. En effet, ils sont souvent présents comme avant-plans des points de contemplation
de la ville. C’est le cas évidemment des jardins des « coteaux », les jardins suspendus, mais aussi des
jardins bordant la Sambre et vus d’une rive à l’autre, des jardins de la rue Nicaise, côté Sud, de ceux
vus depuis la ruelle Jaucques et de l’îlot à l’arrière de la Cour Demeuldre. A ces masses verdurées
s’ajoutent encore quelques espaces visibles ponctuellement.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                             Page 92/162
              Figure 89: Vue vers les jardins de la rue t’Serstevens depuis le chemin du halage (JNC AWP)




Figures 90:Zooms sur la « façade » déstructurée bordant la promenade du port -reliquats du petit patrimoine (JNC AWP)




               Figures 91: Zooms sur les jardins du quartier du Rivage faisant face au halage (JNC AWP)




                            Figures 92: Ilot situé à l’arrière de la Cour Demeuldre (JNC AWP)




          Rempart du Midi                          Ruelle Jaucques                              Rue Léopold II

                                 Figures 93: Jardins vus depuis les venelles (JNC AWP)



JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                      Page 93/162
                                         Figure 94: Vues vers les jardins suspendus (JNC AWP)

Les façades commerciales
« Concentrée pour l’essentiel au coeur des villes, l’activité commerciale joue un rôle d’animation
majeur. Sa position concurrentielle par rapport aux centres d’achat de la périphérie doit beaucoup à
la qualité du cadre de vie qu’offrent les centres urbains anciens, situation largement appréciée du
grand public.13 »
Or, l’expression commerciale, en voulant être toujours plus visible, a progressivement déstructuré les
façades. C’est aussi le cas à Thuin. Nous avons recensé ces façades maladroitement remaniées sur la
carte de qualité urbanistique ci-après. L’appréciation de ces commerces s’est organisée en
observant les critères suivants :
         o  le respect de la verticalité et de la continuité des trumeaux14 ;
         o  la limitation de l’expression commerciale sous le niveau de plancher du premier étage ;
         o  l ’intégration de l’enseigne.




              Rue t’Serstevens                                                                  Rue t’Serstevens
                                                                 Rue du Pont

                              Figures 95:Exemples de façades commerciales déstructurées (JNC AWP)




13
     DGATLP, Les rez-de-chaussée commerciaux
14
     Un trumeau est le pan de façade compris entre deux baies.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                    Page 94/162
     Rue t’Serstevens                Rue t’Serstevens             Place du Chapitre                 Grand’Rue

                                Figures 96:Exemples d’enseignes non intégrées (JNC AWP)




                                  Figures 97: Exemples d’enseignes intégrées (JNC AWP)

La qualité urbanistique générale
À partir de l’ensemble de ces observations, nous avons établi une carte de qualité urbanistique.
Celle-ci n’a pas tenu compte des critères de qualité architecturale qui sont difficilement objectivables
(échelles de valeur relatives …) mais s’est catégorisée suivant les classes suivantes :
         o   les bâtiments marquant une rupture de style : ces bâtiments dénotent soit par leur
             implantation, leur gabarit, leur volume, leur matériau de façade, leur coloris, leur toiture,
             leurs ouvertures … soit par la combinaison de plusieurs de ces critères ;
         o   les façades commerciales déstructurées : les façades commerciales déstructurées
             concernent uniquement les rez-de-chaussée ou la perturbation d’un bâtiment répondant
             aux critères d’intégration mais perturbé par l’imposition d’enseignes non adaptées ;
         o   les bâtiments repères : les bâtiments de repères se distinguent de loin et marquent
             indéniablement l’image de Thuin (voir profils paysagers).




          Rue t’Serstevens                          Rue t’Serstevens                       Avenue de Ragnies

                        Figures 98:Exemples de bâtiments affichant une rupture de style (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                               Page 95/162
                   Figure 99: Cartographie de la qualité urbanistique du centre de Thuin (JNC AWP)

Parmi les éléments marquant une rupture de style, nous avons recensé de nombreux garages.
Ceux-ci sont souvent pensés uniquement de manière fonctionnelle et emploient des matériaux de
bas de gamme. Tout comme les façades commerciales, mal intégrés, ils peuvent déstructurer des
façades pourtant composées avec élégance.




              Figures 100: Exemples de garages nuisant à l’ensemble bâti – Avenue de Ragnies (JNC AWP)

Les bâtiments techniques démontrent le même manque d’intégration.




             Figures 101: Exemples de bâtiments techniques non intégrés – Avenue de Ragnies (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                              Page 96/162
V.4      POTENTIEL FONCIER
Le potentiel foncier du centre de Thuin est relativement faible (23 % hors ZACC) et est composé de
parcelles en intérieur d’îlots ou imbriquées entre d’autres parcelles déjà bâties.
Avec l’aide du service communal de l’urbanisme, les terrains ont été comparés et examinés en détail.
Les terrains présentant des motifs d’exclusion tels que l’enclavement, une occupation de sol
particulière, des risques d’inondations, des fortes pentes (ou encore des permis qui ont déjà été
délivrés) ont été retirés.
Cette situation est connue des acteurs communaux, nous nous attarderons donc pas sur le sujet.
Rappelons cependant que cette faiblesse impose une gestion territoriale rigoureuse au sein du
périmètre valorisant au maximum le bâti existant et gérant parcimonieusement les parcelles
inoccupées.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                              Page 97/162
PARTIE VI                  ETUDE DE LA MOBILITE DU STATIONNEMENT

VI.1          LE TRAFIC ROUTIER
Comme expliqué dans le chapitre accessibilité de la partie I, Thuin bénéficie d’une accessibilité
relativement efficace tout en restant à l’écart des grands axes.
La configuration de ces voiries impose la traversée du centre par un trafic de transit important
empruntant des rues non adaptées et peu adaptables en raison de leur valeur patrimoniale et de la
topographie. En 200315, le PCM comptabilisait plus de 9.000 véhicules par jour circulant sur la N59
(Anderlues vers Gozée).




                           Figure 102: Charges de trafic journalières en 2003 (Diagnostic-PCM Thuin, 2004)

L’analyse de la répartition de cette charge de trafic au cours d’une journée de semaine sur les rues
pénétrantes montre que le trafic se répartit assez homogènement et que les pics des heures de
pointe ne se font que faiblement ressentis. On note un léger creux sur le temps de midi.




15
     Depuis, il n’y a pas encore eu d’actualisation.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                  Page 98/162
     Figure 103: Répartition des charges de trafic sur une journée de semaine en 2003 (Diagnostic-PCM Thuin, 2004)

La circulation dans le centre-ville n’est pas évidente. Les axes de pénétration s’étranglent dans des
rues souvent étroites nécessitant l’imposition de sens interdit pour soit permettre le stationnement,
soit repartager l’espace entre les différents usagers. La conformation urbanistique offre peu
d’alternative de déviation mais à l’avantage de canaliser la circulation sur la voie de transit et
d’empêcher le report sur les rues adjacentes.


On note le passage de deux points difficiles :
•   le carrefour entre la rue Louis Cambier et la Grand’Rue ;
•   l’épingle à cheveux entre la rue Pierre-Mengal et la rue du Moustier.




                                   Figure 104: Plan de circulation actuel (JNC AWP)


JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                Page 99/162
Le stationnement (en cours)
L’analyse de l’offre en stationnement se base sur les informations relevées dans le diagnostic du PCM
en 2004.




                                          QuickTime™ et un
                                           décompresseur
                              sont requis pour visionner cette image.




                   Figure 105: Diagnostic posé par le PCM concernant le stationnement (PCM, 2003)

Afin d’actualiser celui-ci, des relevés et comptages manuels ont été effectués à la fin du mois de mai
par l’équipe de JNC AWP dans l’ensemble de la ville. Lors de ces relevés, l’attention s’est portée sur
différentes caractéristiques décrivant la qualité de l’offre en stationnement :
•   le nombre d’emplacements ;
•   le taux de remplissage ;
•   le taux de rotation ;
•   la tarification et la durée de stationnement autorisée ;
•   le type d’aménagement et la propriété ;
•   les statuts particuliers (place réservées aux handicapés, PMR, taxi, médecins …) ;
•   le positionnement du stationnement en voirie et son sens.


L’offre en stationnement a été analysée dans trois secteurs (voir carte ci-après) :
•   la Gare du Nord ;
•   le centre commerçant de la Ville-Basse ;
•   le centre commerçant de la Ville-Basse.
Les rues non comprises dans ces secteurs sont considérées comme réservées au stationnement local
et ne subissant pas (ou très occasionnellement) l’influence des secteurs à forte demande. Parmi ces
rues, certaines peuvent être comptabilisées dans l’offre secondaire (Avenue de Ragnies, Avenue de
la Couture, Rue du Fosteau, Drève des Alliés …). En effet, ces voiries donnent, par leur largeur, une
capacité de stationnement non négligeable de part et d’autre de la chaussée.

Le nombre d’emplacements
Le nombre d’emplacements en voirie et en parking nous renseigne la répartition spatiale de l’offre
en stationnement. L’analyse montre que des espaces utilisés par la circulation routière n’offre pas
de possibilité de parcage dû en général à l’étroitesse de la voirie (rues de conformation
moyenâgeuse). Il s’agit notamment des rues du Canal, du Chauffoir, du Déversoir, G. Cuisenaire, des
Mariniers, de la Piraille, Prince de Liège et Verte.
Les parkings recensés sont :
Dans le centre historique et la Ville-Basse ( ? emplacements)

JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                         Page 100/162
    •    La place du Chapitre
    •    La Cour de la Paroisse
    •    La place de la Ville-Basse
    •    La rue de l’Abreuvoir (sous le viaduc)
Dans la proche périphérie du centre ( ? emplacements)
    •    Le parking de la gare du Nord
    •    La place Cuisenaire
    •    Le parking de la gare Ouest
    •    Bas des jardins supendus
    •    Le chant des oiseaux
    •    Le parking du Spantole
Le PCM prévoit l’augmentation de l’offre en stationnement à la Ville-Haute mais pas à la Ville-Basse.
Un projet de parking paysager au sein de l’ancienne cour du « Petit Athénée » est à l’étude.
L’aménagement du parking au lieu-dit Demi-Lune devrait également voir le jour. Le PCM envisage
aussi des parkings périphériques par exemple au « Chant des Oiseaux » et à la Drève des Alliés.

Le taux de remplissage
Le taux de remplissage affine l’analyse de l’offre en estimant l’occupation de ces emplacements.
Les graphiques ci-dessous illustrent la répartition des zones de stationnement en fonction de leur
saturation.




                                                     QuickTime™ et un
                                                      décompresseur
                                         sont requis pour visionner cette image.




                   Figure 106: Répartition de l'offre en stationnement de la Ville-Basse (PCM? 2003)

Ces graphiques montrent

Le taux de rotation

La tarification et la durée de stationnement autorisée
Le stationnement est gratuit sauf dans la rue t’Serstevens située en zone bleue mais qui est peu
respectée.
La tarification ou l’imposition d’une durée limitée est le seul système de gestion du stationnement
imposant la rotation des véhicules. Comme c’est le cas dans de nombreuses villes historiques
(Chimay, Beaumont, Nivelles, Durbuy …), la gestion de la rotation permet de délocaliser le
stationnement non rentable pour le centre-ville (le longue durée).


JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                            Page 101/162
Le type d’aménagement et la propriété
Seules quelques structures privées ont été observées. Sous le quartier du Beffroi, un parking
donnant sur la Chaussée Notre-Dame est aménagé.
Il n’existe pas de parking avec des accès particulier ou privé.

Les statuts particuliers (place réservées aux handicapés, PMR, taxi, médecins …)
Quelques places réservées aux handicapés ont été comptabilisées, mais généralement la facilité
s’arrête à l’emplacement. La continuité des accès n’est pas prise en compte (pavés, étroitesse des
trottoirs …) aux abords immédiats de ces places réservées.
Mis à part les arrêts de bus, seul un emplacement destiné aux autocars est réservé sous le viaduc à la
rue de l’Abreuvoir. La gare du Nord est apte à accueillir ce genre de véhicule, mais pour l’accès à la
Ville-Haute les alternatives sont peu nombreuses et souvent contrariées par leur accès étriqué.
Peu de motor-homes visitent la ville et aucun n’emplacement ne leur est réservé. Les parkings
capables d’accueillir des autocars sont par conséquent capables d’accueillir les motor-homes mais
des installations sanitaires devraient conforter ces zones de stationnement.

Le positionnement du stationnement en voirie et son sens
L’identification du sens de circulation et du positionnement des emplacements de la voirie sont
nécessaires pour une analyse globale donnant suite à des solutions telles que la redéfinition des
circulations en centre-ville (mise en sens unique, piétonisation, élargissement …).
Le positionnement du stationnement est repris dans l’analyse des rues en annexe.

VI.2     LES TRANSPORTS COLLECTIFS
La Ville de Thuin est desservie par le réseau ferroviaire. La ligne 130a (Erquelinnes – Charleroi-Sud)
traverse la vallée de la Sambre et s’arrête à Thuin (et à Hourpes). Depuis cet arrêt, on atteint
Charleroi-Sud en 15 minutes avec 1 train/heure durant la semaine (2 trains/h en pointe) et 1 train
toutes les deux heures le week-end. Cette ligne est exploitée également par les trains de
marchandises se dirigeant vers la France.
Thuin est également parcourue par 10 lignes de bus (TEC Hainaut et Namur-Luxembourg) desservant
la commune. Six d’entre elles fonctionnent tous les jours :
    •    Ligne 109a : Charleroi-Sud / Thuillies / Beaumont / Chimay
    •    Ligne 91/ 91b : Thuin / Anderlues / Chapelle-lez-Herlaimont ou Piéton
    •    Lignes 72, 73 et 75 : Charleroi / Thuin, Gozée ou Thuillies
    •    Lignes 111a : Thuillies / Laneffe / Walcourt (TEC Namur-Luxembourg)
Les quatre dernières lignes ne fonctionnent que pendant la période scolaire, avec une fréquence très
faible (un bus « aller » le matin et un bus « retour » à 16 h) :
    •    Ligne 194 : Thuin / Ragnies
    •    Ligne 192 : Nalinnes / Gozée / Thuin
    •    Ligne 99 : Biesme-sous-Thuin / Erquelinnes
    •    Ligne 119 : Biercée /Beaumont
Notons aussi le passage d’une ligne « touristique » qui dessert l’Abbaye d’Aulne depuis la gare de
Charleroi-Sud, mais qui ne fonctionne pas de manière régulière.
En résumé, le centre de Thuin est bien desservi par les transports en commun pour les déplacements
scolaires mais pas pour les loisirs et le travail. La connexion avec les différents villages et pôles

JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                               Page 102/162
touristiques est difficile quand elle n’est pas carrément inexistante. De plus, les lieux d’embarcation
ne sont ni accueillants ni confortables (accès PMR, abris …).




           Gare du Nord                          Rue Pierre Mengal                        Gare du Nord

                       Figures 107: Exemples d'arrêts pour les transports en commun (JNC AWP)


VI.3     LES MODES DOUX
Thuin est également sillonnée par le réseau RAVeL, représenté par le tronçon n°3
Erquelinnes/Tubize, qui emprunte le chemin de halage de la Sambre. Ce réseau s’étoffera par la
ligne 109 remontant depuis Chimay vers Lobbes et actuellement en cours d’aménagement.
Cette ligne continue vers Mons en passant par Fauroeulx (Peissant) où elle conflue vers la ligne 108
reliant Erquelinnes à Binche. Fortifiée par l’amélioration des pistes cyclables longeant les voiries
régionales, la toile des modes doux thudinienne devrait diverger à partir de Thuin vers les communes
voisines (Thuin située au carrefour de deux lignes de RAVeL importantes : le RaveL 3 et la ligne 109).
Signalons la présence de la ligne de tram touristique circulant actuellement sur la ligne 109 entre
Thuin et Lobbes et qui sera prolongée vers Biesme-sous-Thuin parallèlement à la ligne de RAVeL.
Un maillage de venelles et escaliers est effectivement présent difficilement accessible au PMR.
De plus, les trottoirs et surtout les pistes cyclables sont inexistants ou non confortables.
A ce manque d’infrastructures, s'additionne les désagréments imposés par le relief et l’hydrographie
du territoire. En effet, ceux-ci dessinent trois barrières physiques représentées successivement par
la Sambre, le versant Nord et les jardins suspendus.




              La Sambre                           Ruelle de la Gripelotte                      Jardins suspendus

                          Figures 108: Barrières physiques imposées aux modes doux (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                              Page 103/162
                         Figure 109: Maillage de voiries réservées aux modes doux (JNC AWP)


VI.4     LES MESURES FAVORABLES AU TRANSFERT MODAL
A l’heure actuelle, Thuin présente un potentiel en la matière mais aucune mesure n’est encore
d’application.
Le plan de mobilité présente un concept permettant d’offrir une réelle alternative à l’usage de la
voiture. Les objectifs de cette proposition sont :
•   À l’échelle régionale :
         o  Protection du territoire du trafic de transit sur l’entité de Thuin (y compris poids lourds) ;
         o  Liaison de transport en commun assurée à l’échelle régionale avec la ligne ferroviaire
            Erquelinnes/Thuin/Charleroi dans une politique de transfert modal. La desserte des
            pôles scolaires doit continuer à être performante ;
         o  Intégration des modes doux via les lignes RAVeL actuelles ou futures ainsi que les liaisons
            cyclables (D142).
•   À l’échelle communale :
         o  Structuration spatiale basée sur la présence d’une aire urbaine et des aires rurales de
            mobilité ;
         o  Desserte de l’activité économique (y compris touristique et agricole) ;
         o  Liaisons en transport en commun entre l’aire urbaine et les aires rurales ;
         o  Cheminements piétons et/ou cyclables dans les couleurs de villages.
•   À l’échelle du centre-ville :
         o  Accès limité des poids lourds et d’une restriction de la circulation dans les quartiers
            résidentiels ;
         o  Création d’un pôle modal à la gare ;
         o  Cheminements piétons qui doivent assurer la liaison entre les pôles (Ville-Basse, Ville-
            Haute, stationnement et gare),
         o  Organisation du stationnement.


JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                   Page 104/162
                                            QuickTime™ et un
                                            décompresseur
                               sont requis pour visionner cette image.




   Figure 110: Plan d'organisation des déplacements en transport en commun selon les objectifs du PCM (PCM,2003)




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                           Page 105/162
PARTIE VII ANALYSE DE LA SITUATION DE DROIT

VII.1     LE PLAN DE SECTEUR
Thuin est concerné le plan de secteur de Thuin-Chimay approuvé par AERW du 10/09/1979.
Le tableau suivant donne la surface des différents types de zones reprises au plan de secteur sur le
territoire de la ville.

                                                                     Périmètre élargi              Périmètre ancien

                     TYPE DE ZONE                                 Surface             %          Surface            %
                                                                   (ha)                           (ha)

Activité économique mixte                                           1,84            2,19             /              /

Habitat                                                             43,11          51,34           19,14         58,18

Services publics et équipements communautaires                      6,63            7,90           2,27           6,90

TOTAL ZONES URBANISABLES                                            51,00          61,43           21,41         65,08

Espaces verts                                                       23,79          28,34           9,53          28,97

Forestière                                                          1,46            1,74           0,00           0,00

Parc                                                                1,15            1,37           1,13           3,43

Plan d’eau                                                          3,86            4,59           0,79           2,40

TOTAL ZONES NON-URBANISABLES                                        30,26          36,04           11,45         34,80

Non affecté (« zone blanche »)                                      2,13            2,54           0,03           0,09

TOTAL ZONES                                                         83,97          100,00          32,90         100,00
                      Figure 111 : Répartition du territoire en fonction des affectations au plan de secteur suivant le
                                                   périmètre d’étude.

L’analyse du plan de secteur à l’échelle des deux périmètres confirme la présence de la nature (avec
plus ou moins 35 % de zones non urbanisables « vertes ») juxtaposée à l’habitat pour les deux
périmètres. Elle insiste sur une densification plus élevée pour le centre ancien qui renferme 65 % de
zone d’habitat pour la même part d’espaces verts. Cette situation révèle la complexité du site de
Thuin imbriquant des zones naturelles dont certaines exceptionnelles (Bois du Grand Bon Dieu,
Vallées de la Sambre et de la Biesmelle, Jardins suspendus) au sein des zones bâties.
L’ensemble de la ville est en zone d’intérêt culturel, historique et esthétique (ZICHE) parsemée de
zones vertes.
Nous constatons également l’absence de zones de loisirs au sein ou à proximité du centre ancien de
Thuin.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                                  Page 106/162
VII.2        LES REGLEMENTS D’URBANISME
En matière d’urbanisme, les communes peuvent édicter des règlements qui ont pour vocation de
compléter, le cas échéant, les prescriptions des règlements régionaux.
La Ville ne dispose pas de règlement communal d’urbanisme. Cependant, elle est concernée par une
zones protégées dans lesquelles sont définies un certain nombre de prescriptions à valeur
réglementaire. Il s’agit du centre de Thuin, concerné par le Règlement général relatif aux zones
protégées en matière d’urbanisme (ZPU)16.
En plus de ce règlement spécifique au centre ancien, l’ensemble du territoire est soumis aux
différents règlements régionaux applicables à toute la Région Wallonne. Il s’agit entre autres du
règlement général d’urbanisme relatif aux enseignes et aux dispositifs de publicité.
Ces règlements sont définis dans le CWATUPE, mais comme leur désignation l’indique, ils restent de
l’ordre des généralités. En plus d’être peu précis, il est assez courant que les demandeurs sollicitent
des dérogations sous prétextes de situations particulières. Le citoyen lambda ignore en outre
souvent, de bonne ou mauvaise foi, qu’il est nécessaire d’avoir un permis d’urbanisme pour changer
la couleur à une façade, poser une enseigne … Ils sont donc peu efficaces à l’application.
Notons que des institutions publiques telles que le SPW-DGO117 et les TEC y dérogent également en
réalisant des aménagements standardisés, non adaptés au caractère patrimonial du site.

VII.3        LE PLAN D’ASSAINISSEMENT PAR SOUS-BASSINS HYDROGRAPHIQUES (PASH)
Les Plans d'Assainissement par Sous-bassin Hydrographiques (PASH) délimitent et définissent, pour
toute zone urbanisable aux plans de secteurs, le régime d'assainissement à appliquer (parmi les trois
régimes spécifiés au Règlement général d'assainissement) :
        •    le régime d'assainissement collectif caractérise les zones où il y a (ou aura) des égouts
             débouchant vers une station d’épuration publique existante ou en projet ;
        •    le régime d'assainissement autonome caractérise les zones dans lesquelles les habitants
             doivent assurer eux-mêmes, individuellement ou en petite collectivité, l’épuration des eaux
             usées ;
        •    le régime d'assainissement transitoire caractérise les zones dont une analyse plus spécifique
             est nécessaire afin de les réorienter prochainement vers un des deux régimes précédents.
La commune de Thuin est située dans le PASH de la Sambre, approuvé définitivement par le
Gouvernement wallon le 10 novembre 2005.
Comme le montre la figure suivante, la majorité des villages sont repris en régime d’assainissement
collectif, à l’exception de l’entité de Donstinennes, une partie des entités de Biesme-sous-Thuin et
Ragnies et certaines extensions des autres villages.
Le PASH prévoit six stations d’épuration sur le territoire communal, dont une seule est actuellement
en service, à Biercée.




16
     Articles 393 et suivants du CWATUPE
17
     Anciennement le MET – DGO1




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                   Page 107/162
Figure 112: Localisation des ZACC au sein du plan d'assainissement par sous-bassins hydrographique pour la commune de
                                                 Thuin (SPGE, JNC AWP)


VII.4     LES PLANS COMMUNAUX D’AMENAGEMENT
Quatre plans Communaux d’Aménagement (P.C.A.) existent sur le territoire de la Ville de
Thuin :
•   PCA n°1 - Quartier de la Ville-Basse - passage à niveau et Pont de Sambre : A.R. du 27/08/1951
•   PCA n°2 - Modifié deux fois, le dernier plan révisant et remplaçant les premiers, approuvé par
    A.R. du 04/10/1957 rue Verte et Chemin du Halage
•   PCA n°6 - Quartier de la Ville-Basse approuvé par A.R. du 19/12/1958 (abrogé par A.M. du 20
    janvier 2004)
•   PCA n°6bis - Pour le même quartier, modifie partiellement le plan n°6 A.R. du 19/12/1960
    (abrogé par A.M du 20 janvier 2004)

VII.5     LES SITES A REAMENAGER (ANCIENS SAED)
La Ville est concernée par trois SAR situés dans le centre de Thuin : le « Notger » et le « Roxy », deux
anciens cinémas ainsi que depuis cette année, les anciens bâtiments de l’administration communale.
La Ville prévoit la réhabilitation de ces bâtiments.




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                             Page 108/162
                                           Figure 114: le "Roxy", rue Verte (JNC               Figure 115:
                                                           AWP)                    "Administrationcommunale" - ancien
      Figure 113: le "Notger", face à la                                             bâtiment, Demi-Lune (JNC AWP)
        place du Chapitre (JNC AWP)

Le projet du site Notger a été soumis à l’enquête publique au début 2009. Des remarques et
propositions pertinentes ont été émises par les citoyens impatients de voir évoluer ce site. Celui-ci
prévoit la démolition partielle du bâti encastré dans l’intérieur d’îlot et la reconstruction d’un
restaurant associant l’ancienne tour. La façade à rue est conservée et percée au rez-de-chaussée
pour laisser un passage piéton vers l’intérieur d’îlot (voir annexe).
La sucrerie de Donstiennes était anciennement reprise dans les SAED, mais un arrêté de rénovation a
été signé le 4/10/2001.

VII.6       LA RENOVATION ET LA REVITALISATION URBAINE
L'opération de revitalisation urbaine est «une action visant, à l'intérieur d'un périmètre défini,
l'amélioration et le développement intégré de l'habitat, en ce compris les fonctions de commerce et
de service, par la mise en œuvre de conventions associant la commune et le secteur privé18».
Thuin est concernée par une opération de revitalisation urbaine sur la Place du Chapitre dans le
centre. Cette première opération est en phase finale et une seconde est envisagée à la rue Cambier.
Cette seconde revitalisation permettra d’aménager un plateau de parking public, des appartements
et parkings privés.
L’opération de rénovation urbaine est «une action d’aménagement globale et concertée, d’initiative
communale, qui vise à restructurer, assainir ou réhabiliter un périmètre urbain de manière à y
favoriser le maintien ou le développement de la population locale et à promouvoir sa fonction sociale,
économique et culturelle dans le respect de ses caractéristiques culturelles et architecturales
propres19».
La ville de Thuin a terminé sa première opération de rénovation urbaine située dans le quartier du
Beffroi.




18
     Article 172 du CWATUPE
19
     Article 173 du CWATUPE




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                              Page 109/162
VII.7    LE REMEMBREMENT
Le remembrement des biens ruraux est un outil au service des agriculteurs et du monde rural. Lors
des opérations de remembrement, les agriculteurs et les ruraux concernés peuvent, dans un
périmètre donné, redéfinir ensemble et de façon privilégiée l’espace rural qui les concerne. Outre la
restructuration parcellaire des terres agricoles, le remembrement permet l’amélioration des
infrastructures du périmètre visé pour en optimaliser l’usage et ceci au profit de tous ses utilisateurs.
La Ville de Thuin n’est concernée par aucun périmètre de remembrement.
Le remembrement urbain vise "tout projet d'urbanisme de requalification et de développement de
fonctions urbaines qui nécessite la création, la modification, l'élargissement, la suppression ou le
surplomb de la voirie par terre et d'espaces publics " Dans ce périmètre, les travaux
d'agrandissement, de transformation ou de reconstruction pourront être admis pour les
constructions, installations ou bâtiment qui "ont été autorisés", mais dont l'affectation actuelle ou
future ne correspond pas aux prescriptions du plan de secteur .
La ville de Thuin envisage, sur proposition du Ministre, la mise en place d’un périmètre de
remembrement urbain sur l’ancien chantier naval pour y créer du logement, avec éventuellement de
l’habitat pour personnes âgées, et des infrastructures destinées à l’Horeca en bord de Sambre.
Ce type de projet offre des potentialités complémentaires à celles du centre ancien en termes
d’attrait touristique.

VII.8    LES MONUMENTS, SITES ET FOUILLES
Thuin possède 16 monuments et 13 sites classés repris dans le tableau ci-dessous. Parmi ceux-ci, le
Beffroi est repris comme patrimoine exceptionnel et mondial depuis 1999 et le site formé par
l’ancienne Abbaye d’Aulne et les terrains environnants, y compris la ferme, présente également le
caractère exceptionnel.


Date arrêt        Type de monument classé                                   Localisation

24/03/1949        Le Beffroi de Thuin                                       Place du Chapitre

05/04/1972        La façade de la Maison Espagnole                          Grand Rue

05/04/1972        La Chapelle Conventuelle des Sœurs Grises                 Grand Rue

03/10/1974        Les orgues de l’Eglise Notre-Dame des Carmes              Ville-Haute

03/10/1974        Les orgues de l’Eglise des Sœurs Notre-Dame               Ville-Basse

05/12/1983        Les galeries au pied du Beffroi                           Place du Chapitre

03/07/1984        L’église Notre Dame d’El Vaulx, le mur de Ville-Basse, entre la rue
                  soutènement, le trottoir longeant le pignon sud de du Moustier et la rue
                  l’Eglise, les venelles pavées et l’escalier sous le passage t’Serstevens
                  voûté du chœur

11/12/1990        Les façades et les toitures de l’immeuble                 Place Albert 1er n°13




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                  Page 110/162
                  Type de site classé

23/04/1972        Le Bois du Grand Bon Dieu

30/03/1976        L’ensemble formé par les jardins suspendus

03/07/1984        L’ensemble formé par l’Eglise notre Dame d’El Vaulx, le Ville-Basse
                  trottoir, les Venelles et le Square du Moustier

30/01/1990        L’ensemble formé par les immeubles et le parc du Grand’ Rue n°36 et 38
                  refuge d’Aulne devenu parc de l’Hôtel de Ville

23/06/2000        La réserve domaniale du Grand Courant
                           Figure 116: Monuments et sites classés sur le territoire de Thuin


VII.9    LES ARBRES ET HAIES REMARQUABLES
Thuin dispose d’une liste d’arbres et haies remarquables, établie par la ville en collaboration avec la
DGRNE. Cette liste est riche de 41 arbres (ou groupes d’arbres) et de 8 haies (ou alignements
d’arbres).

VII.10 LE STATUT DES COURS D'EAU
L’ensemble des cours d’eau wallons ont été cartographiés dans l’Atlas des cours d’eau.

Nom du cours d’eau                            Catégorie Nom du cours d’eau                     Catégorie

La Sambre                                       Voie         Ruisseau du Paradis                    2
                                              navigable

La Biesmelle ou (Biesme l’Eau)                     1         Ruisseau de Reumont                    2

Ruisseau de la Fontaine au lait                    2         Ruisseau du Mortier                    2

Ry des Rys                                         2         Ruisseau de Villers                    2

Ruisseau de Ronzée                                 2         Ruisseau de Lobbes                     3

Ruisseau du Chessis                                2         Ruisseau du Marais                     3

Ruisseau du Moulin de Donstiennes                  2         Ruisseau du Vivier                     3

Ruisseau Notre-Dame aux Charmes                    2         Ruisseau du Pont à Roulettes           3

Ruisseau du Fosse au Bouleau                       2         Ruisseau de la Fontaine Claus          3

Ruisseau de Marbisoeul                             2         Ruisseau de Sainte-Face                3
                                  Figure 117: Cours d'eau sur la commune de Thuin

La loi relative au classement des cours d’eau non navigables nous renseigne :
    •    en première catégorie : les parties des cours d'eau non navigables, en aval du point où leur
         bassin hydrographique atteint au moins 5.000 hectares, l’entretien étant réalisé par l’Etat ;




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                    Page 111/162
    •    en deuxième catégorie : les cours d'eau non navigables ou parties de ceux-ci qui ne sont
         classés ni en première ni en troisième catégorie, l’entretien étant réalisé par la province
         concernée ;
    •    en troisième catégorie : les cours d'eau non navigables ou parties de ceux-ci, en aval de leur
         origine, tant qu'ils n'ont pas atteint la limite de la commune où est située cette origine.
         L’entretien se fait par la commune concernée sous le contrôle de la province.

VII.11 LES ESPACES NATURELS PROTEGES
Trois zones Natura 2000 sont répertoriées :
    •    le site BE 32021, la Haute-Sambre en aval de Thuin, d'une superficie de 715,51 hectares dont
         46 % se trouvent sur le territoire communal ;
    •    le site BE 32027, la vallée de la Biesmelle, d'une superficie de 268,42 hectares entièrement
         sur Thuin ;
    •    le site BE 32026, la Haute-Sambre en amont de Thuin, d'une superficie de 392,24 hectares
         dont 69 % se trouvent sur le territoire communal.
On trouve également 5 sites de grand intérêt biologique (SGIB) à proximité du périmètre d’étude:
    •    le Bois du Grand Bon Dieu ;
    •    le Grand Courant ;
    •    les Waibes ;
    •    le Bois et ancienne carrière de la Frégène ;
    •    la voie ferrée de la gare de Thuin au Grand Courant.
Quatre réserves naturelles bénéficient d’une protection particulière sur le territoire communal, deux
jouxtent le centre-ville :
    •    la réserve naturelle domaniale du Grand Courant qui s’étend sur 2,19 ha en rive droite de la
         Sambre en aval de Thuin ;
    •    le Bois du Grand Bon Dieu repris en réserve naturelle privée (environ 29 ha) ;




JNC Agence Wallonne du Paysage / Traces TPI                                                Page 112/162
PARTIE VIII EXPRESSION GRAPHIQUE DES ENJEUX
STRATEGIE
PARTIE IX MISE EN RESEAU DE LA VILLE-HAUTE (OBJECTIF 1)

Le premier objectif proposé pour soutenir le développement touristique de la Ville de Thuin, est de
soutenir la structuration de la Ville-Haute afin d’en faire un véritable produit « centre historique ».
La structuration porte :
    •    d’une part sur la communication et les produits touristiques : créer des produits de visite et
         qui s’inscrivent dans l’activité de découverte d’un centre historique, proposer des produits
         qui valorisent la Ville-Haute comme un ensemble patrimonial, communiquer sur le centre
         ancien et non plus uniquement sur seulement deux de ses sites que sont les Jardins et le
         Beffroi ;
    •    d’autre part sur la valorisation des espaces afin de créer un ensemble fort, accueillant et qui
         propose un cadre et une ambiance propice à la balade, la découverte, …
Pour ce faire, 4 ambitions :
1.1.    Renforcer l’image de la Ville-Haute : mettre en place un projet de territoire qui se fonde sur
une identité, une image, une communication et une vocation et qui permettra de construire une
stratégie globale de communication.
1.2.     Mettre en tourisme la Ville-Haute : valoriser une destination touristique patrimoniale de
qualité, attrayante et qui prend en considération les publics-cibles et ce, afin de se doter d’un produit
touristique concurrentiel.
1.3. Valoriser les espaces publics et 1.4. Valoriser les espaces privés : organiser un projet de centre
urbain tel un cadre patrimonial et un cadre de vie et ce afin d’offrir un environnement de qualité.

IX.1    RENFORCER L’IMAGE DE LA VILLE-HAUTE

IX.1.1. SOUTENIR LA QUALITE DE L’ACCUEIL TOURISTIQUE

Justification de la demande
L'accueil touristique est incontournable. Qui ne s'est pas trouvé, un jour ou l'autre, devant une porte
close ? Qui n'a pas désespérément cherché des informations adéquates pour localiser un musée ?
Qui n'a pas en mémoire une réception courtoise ou, au contraire, cavalière ? L'accueil crée souvent
la différence entre une visite réussie qui laisse un souvenir agréable et une visite ratée. Un visiteur
satisfait parle de son expérience à quatre personnes, en moyenne ; un visiteur mécontent le fait
savoir à 10 personnes !
Comment faire pour que le visiteur se sente attendu, reçu comme un invité, considéré comme un
ami qui peut toujours faire signe une fois qu'il est retourné chez lui ? On ne le dira jamais assez :
l'accueil résulte de techniques d'interactions avec le visiteur et se joue sur une gamme variée
d'émotions. Une ville chaleureuse, accueillante tant par son architecture que par la réception ou
l'accompagnement ne peut que se démarquer.
L’état des lieux et l’expérience du visiteur ont montré que si l’accueil touristique à Thuin est convivial
et sympathique, force est de constater que l’information tant avant le séjour (téléphonique, Internet,
papier) et durant le séjour (au bureau d’accueil n’est pas suffisamment personnalisée (prise en
compte de la personne, de qui elle est, de ses motivations) ou précise (personnes à mobilité réduite,
localisation de lieux, …).

Modalités et localisation

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                    Page 115/162
Soutenir un accueil touristique de qualité :
    •   Avant l'arrivée du visiteur au bureau d’accueil : se faire connaître et susciter l'intérêt (cf.
        également action 1.1.4), faire du bureau d’accueil un réel point nodal soit un réel point nodal
        de la découverte de Thuin (préconisation des modes de découverte, …) et serve de « plaque
        tournante » vers les différentes ressources.
        Il s'agit notamment d'accroître la visibilité du bureau d’accueil auprès de visiteurs potentiels,
        de les aider à le localiser et de faciliter leur venue. Pour ce faire, il convient de mettre en
        place une micro-signalétique depuis les différents parking vers les bureaux, et de renforcer sa
        visibilité par une enseigne identifiante.
    •   A l'arrivée du visiteur au bureau d’accueil : mettre en place une politique d’accueil et
        d’information adaptée aux clientèles, périodes de l’année, …
        Mise en place d’un plan annuel et continu de formation aux techniques d’accueil et
        d’information adaptées au comportement et aux attentes de la clientèle touristique :
        o        Prendre en considération la demande du visiteur : identifier les besoins et y répondre
        o        Apporter des réponses claires et pertinentes
        o        Connaître sa région et pouvoir la « vendre » de manière attractive
        o        Personnaliser les réponses en fonction de l’origine, de la durée de séjour, de la
                 composition du « groupe », …
        o        Connaître et maîtrise les informations actualisées
        o        Prendre en compte la satisfaction du visiteur
        o        Prendre en considération la clientèle handicapée
        o        ……
        Organiser le passage régulier de touristes - mystères qui évaluent la prestation d’accueil et
        d’information.

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Maison du tourisme
    •    Office du tourisme

IX.1.2. AMELIORER LA VISIBILITE DU « PRODUIT BEFFROI »

Justification de la demande
Patrimoine Mondial de l’Unesco, le Beffroi de Thuin est sans aucun doute un élément majeur de la
ville et de son développement touristique.
Toutefois, force est de constater que d’une part la fréquentation du site reste faible par rapport à
d’autres beffrois et d’autre part, que le nombre de visiteurs est en forte diminution depuis plusieurs
années.
Sur place, on constate que si le Beffroi est un appel visuel vers le centre de Thuin, cette visibilité tant
à disparaître quand on s’en approche : manque de visibilité du lieu, de son entrée, de ses modalités
de visite, manque d’incitation à la visite par le personnel d’accueil, …

Modalités et localisation
Le renforcement de la visibilité du Beffroi doit prendre en considération trois aspects :
    •    La visibilité physique des lieux :


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                     Page 116/162
                 o mise en place d’une micro-signalétique piétonne depuis les parkings vers le Beffroi




                              Figure 118: Exemple de signalétique piétonne (Traces TPI)

                 o mise en place d’une enseigne extérieure qui identifie le lieu et son entrée




                                    Figure 119: Exemple d’enseigne (Traces TPI)

                 o mise en place d’un affichage spécifique sur les modalités de visite
                 o renforcer la visibilité du produit « visite du beffroi » à l’entrée du bureau d’accueil.
    •    Une meilleure intégration du site dans les produits structurés tels qu’une balade de
         découverte de la Ville-Haute qui commence ou se termine par la visite du Beffroi, un produit
         « Thuin » qui proposerait une balade combinée Beffroi/ jardins suspendus.
    •    Un renforcement de la communication avec davantage de mise en avant de la
         reconnaissance du Beffroi en tant que Patrimoine Mondial de l’Unesco.




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                      Page 117/162
Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Office du Tourisme (partenaire)
    •    Maison du Tourisme (partenaire)
    •    CGT (source de financement dans le cadre de la mise en œuvre d’un plan complet de
         signalétique)

Références
    •    Tournai

IX.1.3. PERENNISER ET VALORISER LES POINTS DE VUE VERS ET DEPUIS LA VILLE-HAUTE

Justification de la demande
Grâce à sa localisation (perchée sur un éperon rocheux longeant la vallée de la Sambre), la ville de
Thuin bénéficie de panoramas attrayants depuis et vers le centre ville. L’utilisation des termes Ville-
Haute/Ville-Basse dans la communication de la Ville implique que les paysages sont des éléments
clés de la découverte de Thuin et font partie de l’ambiance des lieux.
Sans gestion, nombreux de ces points de vue sont voués à disparaître (développement de la
végétation, construction …), risquent d’être détériorés (« accidents » urbanistiques …) ou
simplement passeront inaperçus alors qu’il s’agit d’un des plus beaux atouts de la ville, son paysage.

Modalités et localisation
La valorisation des points de vue nécessite :
   •    une évaluation des points existants et de leurs atouts ainsi que l’opportunité d’ouvrir de
        nouvelles vues ;
   •    un programme d’entretien de ceux-ci (élagage, mobilier, sécurisation …) ;
   •    l’aménagement de ces sites d’observation par du mobilier, l’amélioration de leur accessibilité
        et un accompagnement d’une signalétique appropriée : interprétation de la ville et de ses
        paysages.
Certains points de vue paraissent incontournables tels que ceux offerts depuis la place du Chapitre,
la friche mitoyenne à Intersud, le Chant des Oiseaux …




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 118/162
                   Figure 120: Principales vues depuis et vers la ville-haute à conserver et à valoriser

Au niveau du rempart Nord il conviendra également de veiller à dégager les vues qui font face aux
bancs (cf. état des lieux).




               Figure 121: Valorisation des points de vue - exemple promenade du Martinet (Traces TPI)

Partenaires et sources de financement envisageables
   •    Pouvoirs communaux
   •    SPW-DGO3 (Direction du développement rural)
   •    SPW-DGO4 (Direction de l’aménagement opérationnel)


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                 Page 119/162
   •    CGT
   •    Maison du Tourisme de Thudinie

Références
   •    Lierneux
   •    Vallée de la Semois - tombeau du Géant
   •    abords de l’A75 (F)

IX.1.4. AMELIORER LA POLITIQUE DE COMMUNICATION

Justification de la demande
De plus en plus de territoires touristiques prennent la mesure des enjeux liés à la connaissance de
leur identité. Perception de l’imaginaire collectif, analyse des mythes fondateurs, connaissances des
valeurs identitaires … permettent de construire une stratégie globale de communication. Au-delà,
c’est la définition même du projet de territoire qui est interpellée.
Sur un marché touristique de plus en plus compétitif, la mise en œuvre d’une stratégie identitaire
permet aux territoires de « donner du sens » à leur offre et de se démarquer durablement.
De plus, avec le développement d’internet, la mise en place d’une stratégie identitaire constitue un
enjeu majeur de communication pour qui veut être vu et reconnu sur la toile.
L’identité qu’un territoire souhaite véhiculer est souvent matérialisée par des outils tels qu’une
charte graphique globale et cohérente (un logo, un slogan, …. ) qui se décline au travers des outils de
communication.
La communication touristique doit faire rêver, raconter des histoires, …
Actuellement, la communication de Thuin est soit institutionnelle (www.thuin.be) soit intégrée (et
non visible) dans la communication de la Maison du Tourisme.
De plus, si différents logos cohabitent (ville, OT, MT) aucun n’est à même de porter une image
cohérente et porteuse de sens pour la ville, ni de susciter un imaginaire auprès des publics.
Enfin, la communication de Thuin doit également passer par des éléments visibles à proximité et
dans la ville à savoir sa signalisation et sa signalétique : actuellement, il s’agit d’un élément de la
communication de faible qualité notamment par le fait que seule une signalétique pour automobiles
est proposée, qu’aucune signalétique piétonne ne soit réellement présente et que la signalétique en
place ne s’inscrit nullement dans une démarche identitaire.

Modalités et localisation
    •    Mise en place d’une stratégie de communication qui définit
        - un positionnement
        - une charte graphique identitaire, contemporaine : logo, slogan, …
    •   Mise en place d’un site internet (ou un espace Internet) spécifique à Thuin
        Soit cet espace est constitué d’informations touristiques au sein de la page web de la ville,
        soit il s’agit d’un site web spécifique à l’Office du Tourisme (Site qui peut être lu depuis le site
        de la commune sans quitter celui-ci).
        Références : Binche, Laon, ….
    •    Mise en place d’une signalétique d’accueil identitaire qui comprendra outre la micro-
         signalétique


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                      Page 120/162
        •        des effets de porte (aménagement de voirie et troisième dimension : bannières) qui
                 permettent d’identifier et personnaliser un territoire et d’informer l’automobiliste
                 qu’il a atteint sa destination ;
        •        des « enseignes » qui permettent d’identifier la ressource et d’informer le visiteur
                 (piéton/automobiliste) qu’il a atteint sa destination. Celles-ci sont à mettre en place
                 notamment pour le bureau d’accueil touristique et le beffroi (voir point 1.1.1 et
                 1.1.2)




                Figure 122: Localisation des effets de porte secondaires pour la Ville-Haute (JNC-AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                               Page 121/162
               Figure 123: Esquisse illustrant un effet de porte à hauteur de la rue Grand Puits (JNC AWP)




   Figure 124: Esquisse illustrant un effet de porte secondaire entre la Drève des Alliés et le Rempart Nord (JNC AWP)

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                   Page 122/162
Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Office du tourisme
    •    Maison du Tourisme de Thudinie
    •    CGT

Références
    •    Signalétique : Viroinval, Dison, Dinant, …
    •    Communication : Mons, Binche, Laon, …




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI            Page 123/162
IX.2    MISE EN TOURISME DE LA VILLE-HAUTE

IX.2.1. UN PRODUIT DECOUVERTE DE LA VILLE-HAUTE

Justification de la demande
Si les groupes ont accès à une très large offre qui propose de découvrir de manière combinée le
Beffroi, la ville et les Jardins, au niveau des individuelles, l’offre de découverte de la Ville-Haute reste
« morcelée » et pas suffisamment valorisée comme un ensemble cohérent. Ainsi, la balade « Ville-
Haute » devrait proposer de commencer, ou de finir, par une visite du Beffroi et de la vue qu’il
propose sur la ville.
De plus, les produits proposés sont assez classiques (supports, contenus) et font que les visiteurs «
restent sur leur faim »

Modalités et localisation
Une ville comme Thuin devrait être en mesure de proposer à ses visiteurs un ou plusieurs outils de
découverte de la Ville-Haute (offre structurée, balades, parcours d’interprétation, …) qui offrent :
    •    Une visite rapide (+/- 2h)
    •    Une approche de la ville attrayante (innovateur, original)
    •    Une activité faisable avec des enfants : contenu avec des niveaux de lecture différents
    •    Une approche synthétique tout en proposant une vue complète (les incontournables) de la
         Ville-Haute (ambiance, ressource touristique, …)
    •    Qui a un effet prescripteur, qui met en appétit (envie de revenir, d’aller plus loin, de visiter
         de manière plus approfondie les ressources, de visiter la Ville-Basse, …)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Office du tourisme
    •    Maison du Tourisme
    •    CGT

Références
    •    Laon, Treignes, Vierves, Namur, ….

IX.2.2. DES OUTILS DE DECOUVERTE NOVATEURS

Justification de la demande
Comme précisé ci-avant, Thuin ne propose pas actuellement d’outils de découverte attractifs. Or, sa
localisation à proximité de pôles urbains ou touristiques émetteurs de clientèles, fait que la mise en
tourisme de la découverte de la ville est un potentiel non négligeable.
Ainsi, il est pertinent de développer un produit de découverte innovant qui permettra de :
    •    générer des déplacements spécifiques : excursionnistes, personnes en séjour dans les
         environs ;
    •    augmenter le temps que le visiteur passe à Thuin ;
    •    augmenter le taux de consommation du visiteur ;
    •    soutenir le taux de retour ;
    •    faire en sorte que le visiteur devienne prescripteur.


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                      Page 124/162
Modalités et localisation
Cette action porte donc sur le développement d’un ou deux outil(s) de découverte de la Ville-Haute
qui soi(en)t :
    •    plus approfondis que « la visite synthétique »
    •    innovants, originaux, attrayants ;
    •    le lien, par leur forme et/ou contenu, entre les différents atouts de la Ville-Haute d’une part
         et avec la Ville-Basse d’autre part ;
    •    incitants à visiter les ressources ;
    •    offre commerciale éventuellement couplée avec une visite (beffroi, …).
Ces outils peuvent se présenter sous forme de nouvelles technologies telles que PDA, GPS, I-phone,
audio-guides ou sous forme de guides papiers qui proposent une autre lecture de la Ville.




Figure 125: Exemple de PDA développé par
      Traces TPI/Expression Nomade




Partenaires et sources de financement envisageables
    •    CGT
    •    Office du Tourisme
    •    Maison du Tourisme de Thudinie

Références
    •    Laon (F), Saint-Quirin (F), Alsace-Bossue (F), Flavion (B), Anor-Momignies (B-F)

IX.2.3. UNE POSSIBILITE DE DECOUVERTE D’UN OU PLUSIEURS JARDINS AU SEIN DES JARDINS SUSPENDUS

Justification de la demande
La ville de Thuin est célèbre pour son beffroi mais certainement aussi pour ses jardins suspendus.
Les jardins sont par ailleurs une des images les plus associée à la Ville et un des éléments sur lequel
Thuin communique le plus.



JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                  Page 125/162
Or le visiteur, attiré par cette thématique, ressort souvent frustré de la visite des jardins qui
s’apparente plus à un dédale de ruelles médiévales charmantes entre des jardins clos.

Modalités et localisation
Cette action vise à mettre en place une dynamique en coordination avec les propriétaires privées
pour permettre d’ouvrir occasionnellement ou plus régulièrement des jardins privés. Cette
dynamique doit renforcer l’attraction des jardins suspendus et en faire un produit touristique en tant
que tel. L’aménagement de quelques jardins visitables devra être soutenu par une politique
évènementielle. Ceci pourrait se concrétiser par des thématiques annuelles lancées en association
avec le concours de professionnels du paysage, du design, de l’art … afin d’apporter un renouveau
capable d’attirer une clientèle fidèle.




                      Figure 126: Localisation des jardins à valoriser prioritairement (JNC-AWP)

Un jardin thématisé, didactique, ludique, scénographié qui pourrait changer de thème chaque année
avec le concours d’architectes paysagistes, designers, sculpteurs, scénographes, artistes divers, …
La mise en place d’une politique d’animations et d’événements au sein des jardins serait également
l’occasion de créer des liens entre les jardins et le centre (Beffroi, bureau d’accueil) par notamment
des actions de fleurissement ou de végétalisation temporaires dans des rues et ruelles qui
permettent de joindre les deux lieux.




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                         Page 126/162
           Figure 127: Animation des jardins – liaison avec le centre – exemple Rempart du Midi (Traces TPI)

L’animation des jardins peut s’étendre à la Ville-Basse (voir point X.3.1)




                 Figure 128: Localisation des jardins faisant face à la Sambre à réaménager (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
   •    SPW-DGO3 (Direction du développement rural)
   •    SPW-DGO4 (Direction du Patrimoine)
   •    CGT

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                Page 127/162
   •    Maison du Tourisme de Thudinie
   •    Fédération Wallonne des Horticulteurs
   •    ABAJP
   •    Les Jardins suspendus de Thuin asbl
   •    Le comité de quartier de la Piraille
   •    Ecoles d’architecture du Jardin (ISI Gembloux, HORTA Anderlecht, Institut Technique de
        Mariemont)
   •    Cercles horticoles régionaux
   •    Propriétaires

Références
   •    Citadelle de Namur « Le Jardin des Deux Tours, écrin d’inspiration médiévale », « Le jardin
        des senteurs »
   •    Liège, Montagne de Bueren « Jardins des artistes »
   •    Courtrai « Secret Garden »
   •    Beaumont « Les jardins de Beaumont et des 7 villages en 2009 »
   •    Chaumont-sur-Loire « Festival des Jardins » (F)

IX.2.4. MISE EN PLACE D’UNE SIGNALETIQUE DIRECTIONNELLE

Justification de la demande
La mise en place d’une politique de stationnement stricte et de déplacement doux au sein de la ville,
implique que la signalisation et signalétique proposée soit mise à jour et adaptée au type d’usager.
En effet, actuellement, seule une signalétique « routière » est proposée dans la ville. Ainsi, voit-on
une signalisation pour automobile guider les visiteurs vers une entrée des jardins suspendus alors
qu’il s’agit d’une ruelle, sans possibilité de stationner, …

Modalités et localisation
La présente action porte sur la mise en œuvre du schéma de signalisation et signalétique touristique
et directionnelle sur la Ville de Thuin.
Ce schéma doit permettre :
    •    de proposer une signalisation directionnelle adaptée à la vitesse de circulation en zone
         urbaine, à la fois automobile et pédestre ;
    •    de remplacer la signalisation de proximité (F34a, F35 et F37) en milieu urbain ;
    •    d’orienter vers des lieux installés à l'intérieur d'un périmètre urbain ;
    •    de valoriser la ligne graphique propre au territoire.
Pour ce faire, il convient d’actualiser le schéma de signalisation tel que défini dans le cadre du PCM
et de le mettre en œuvre en prenant en considération les projets de parkings, de valorisation de
cheminements, …




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                  Page 128/162
Partenaires et sources de financement envisageables
    •    CGT
    •    SPW-DGO1 (Direction des Routes de Charleroi).



IX.3    VALORISATION DES ESPACES PUBLICS

IX.3.1. ESTOMPER LES NUISANCES DU TRAFIC DE TRANSIT DANS LA GRAND RUE

Justification de la demande
Par sa configuration ancienne (étroitesse, pavés …) peu adaptée à la charge quotidienne du trafic de
transit, la Grand Rue, tout en offrant un potentiel touristique non négligeable (patrimoine,
commerces, fréquentation, caractère médiéval …) présente plusieurs aspects contraignants pour le
développement touristique de la ville.

Modalités et localisation
L’action consiste donc par l’aménagement de plusieurs tronçons de la voirie à estomper l’effet transit
de cette circulation et à atténuer par la même occasion la vitesse et le bruit raisonnant sur les pavés.
L’effet de cette action ne sera ressenti entièrement qu’à condition de coordonnées celle-ci avec les
actions visant à marquer l’effet de porte (voir point IX.1.4) et instaurer des parkings de dissuasion
(voir point IX.3.3.).
L’aménagement le plus imposant est sans doute le fait d’unifier la place du Chapitre et la place Albert
Ier, d’en faire un seul et unique espace. Ceci permettra aux commerçants de l’horeca d’installer des
terrasses, aux riverains (habitants, travailleurs, écoliers) de s’approprier la place et aux touristes
d’identifier aisément le centre de la ville pour en faire un véritable noyau bouillonnant de vie.
Cette mesure s’établit en :
   •    repoussant le stationnement vers les parkings de dissuasion prévus à cet effet ;
   •    en créant un plateau surélevé entre les façades de la Place Albert Ier et la Place du Chapitre
        tout en déviant la trajectoire de la rue pour donner de l’aisance aux trottoirs et donc laisser la
        possibilité d’implanter des terrasses ;
   •     en unifiant les matériaux, le mobilier et en « nettoyant » les façades commerciales
        (enseignes, publicités, éclairage …) ;
   •    en animant la place par du mobilier et/ou une sculpture ou un jeu d’eau.




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                    Page 129/162
                                                                                       er
                  Figure 129: Localisation de la Place du Chapitre et de la Place Albert I (JNC AWP)




        Figure 130: Esquisse d'aménagement pour la Place du Chapitre englobant la Place Albert Ier (JNC AWP)

Cet effet « ralentisseur » devra être répété par le traitement en plateau d’une section de la Grand
Rue, entre le Rempart du Midi et le Posty des Soeurs Grises (s’étendant entre l’hôtel de ville et les
écoles).
En complément à ces deux effets ralentisseurs, le gabarit de la voirie sera également revu en
élargissant le plus possible les trottoirs grâce à une redistribution du stationnement (bandes
alternées, nouveaux emplacements accessibles en 2-3 minutes à pied).
La somme de ces aménagements permettra d’apporter convivialité et sécurité à l’artère principale de
la Ville-Haute, artère traversée quotidiennement par un nombre conséquent de visiteurs potentiels.


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                             Page 130/162
          Figure 131: Suggestions de localisation de plateaux ralentisseurs au sein de la grand Rue (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
   •    SPW-DGO4 (Direction de l’aménagement opérationnel)
   •    SPW-DGO4 (DPU Charleroi)
   •    Service voyer
   •    TEC Charleroi
   •    ORES - IEH

Références
   •    Tournai
   •    Mons

IX.3.2. UNIFIER LE VOCABULAIRE URBAIN

Justification de la demande
L’analyse de la situation existante a montré l’investissement communal pour l’amélioration de
l’espace public tout en exposant le manque de cohérence et donc d’identité dans ces aménagements
ponctuels tenant trop peu compte de ce qui est déjà établi (mobilier des jardins suspendus, mobilier
de la promenade du Martinet …)

Modalités et localisation
L’éventail de produits, de formes, de couleurs et de matériaux est vaste et le choix des politiques et
des techniciens pas toujours facile à argumenter. En dehors de l’aspect esthétique, l’assortiment du
mobilier a une dimension politique et économique. La sélection d’une ligne de mobilier est donc
indispensable pour affirmer l’identité de la ville et par la même occasion faciliter le travail des
techniciens (commandes, entretien …).



JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                Page 131/162
Cette ligne de mobilier devrait s’imposer à l’ensemble de la ville ou au maximum être identitaire soit
à la Ville-Haute soit à la Ville-Basse.
L’harmonie et la lisibilité de l’espace public seront renforcées également par l’unification des
terrasses et enseignes (voir IX.4.1). Les terrasses font partie du mobilier urbain tout en dépendant
d’une gestion privée. En plus de la charte sur le mobilier public, il est donc important d’encourager
ou de contraindre les commerçants à choisir un mobilier en cohérence avec l’image de la ville.

Références
   •    Viroinval, Durbuy, Marche-en-Famenne
   •    Mons, Namur, Arlon
   •    Troyes (F), littoral picard (F), Neuchâtel (F)...

IX.3.3. CREER DES PARKINGS DE DISSUASION ET LES ACCOMPAGNER DES MESURES NECESSAIRES A LEUR UTILISATION

Justification de la demande
La voiture a envahi le paysage urbain et fini par le dénaturer tant d’un point de visuel
qu’environnemental. Afin d’assurer un avenir à notre société, il est primordial de diminuer son
impact et certainement en centre urbain. Les parkings de dissuasion associé à une gestion stricte du
stationnement et la mise en place des mesures nécessaires à leur utilisation est donc un premier pas
vers une mobilité plus durable et surtout ver le désencombrement des villes.

Modalités et localisation
Thuin a déjà initié la réflexion sur l’emplacement de ces parkings de dissuasion notamment via son
PCM. Un parking paysager devra d’ailleurs voir le jour dans les mois à venir dans la cour du Collège,
côté rempart du Nord.
Pour renforcer l’offre en stationnement, le parking de la Demi-Lune sera également aménagé et à
plus long terme, les accotements de la drève des Alliés.
En plus de la politique à mener en centre-ville pour éviter le stationnement à long terme, les
itinéraires piétons à partir des parkings vers le centre devront être continus, confortables et
agréables. Dans cette optique l’élargissement des trottoirs de la Grand’Rue est également une
nécessité.




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 132/162
                            Figure 132: Localisation des parkings de dissuasion (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
   •    SPW-DGO4 (Direction de l’aménagement opérationnel)
   •    SPW-DGO4 (DPU Charleroi)
   •    TEC Charleroi

Références
   •    Parking paysager de Baie de Somme
   •    Parking paysager du parc de la Deûle
   •    Parking de dissuasion de Durbuy

IX.3.4. AMENAGER LA COUR INTERIEURE DE L’HOTEL DE VILLE EN JARDIN PUBLIC

Justification de la demande
Les investissements engagés dans la restauration des bâtiments de l’hôtel de ville méritent une
meilleure valorisation de leurs abords. En effet, le travail architectural est remarquable mais les
espaces extérieurs sont laissés pour compte et « monopolisés » par les véhicules en stationnement
alors qu’ils présentent un haut potentiel pour en faire un lieu public agréable et fréquenté, image de
la politique d’accueil et d’ouverture de la ville.

Modalités et localisation
L’aménagement du parc de l’hôtel de ville en jardin permet de créer un espace vert de détente au
coeur de la ville d’une part et de renforcer l’image de « jardin » associée à la ville d’autre part.
De plus, via les sentiers interquartiers, il est possible d’identifier un itinéraire traversant le site et
animant les parcours piétons vers le centre (voir points IX.2.1 et IX.3.5).
Cet aménagement exclue le stationnement « sauvage » à l’intérieur du parc pour libérer l’espace
voué à la détente et au repos. Le projet devra concentrer sobriété et simplicité tout en intégrant les

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                    Page 133/162
éléments patrimoniaux tels que les enceintes, les arbres … afin de ne pas concurrencer l’architecture
des bâtiments mais de la mettre en valeur et de ne pas entraîner des frais d’entretien inutiles.
On privilégiera l’utilisation de matériaux locaux et d’espèces indigènes. Le panorama surplombant le
Rempart du Nord sera également mis en valeur.




                            Figure 133: Localisation du jardin de l'hôtel de ville (JNC AWP)




                    Figure 134: Proposition d'aménagement du jardin de l'hôtel de ville (JNC AWP)



JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                          Page 134/162
Partenaires et sources de financement envisageables
    •    SPW-DGO3 (Direction des espaces verts)
    •    SPW-DGO4 (DPU Charleroi)
    •    SPW-DGO5 (Travaux subsidiés)
    •    FEDER

Références
Exemples d’hôtels de ville entourés de parc ou jardin:
    •    Enghien, Viroinval, Jurbise, Marche-en-Famenne, Mons, Namur...

IX.3.5. AMELIORER L’ITINERAIRE BEFFROI - JARDINS SUSPENDUS

Justification de la demande
Le beffroi et les jardins suspendus sont les deux attractions principales de Thuin mais jusqu’à
présent, ils n’entretiennent aucune relation directe permettant d’attirer le visiteur de l’un vers
l’autre.

Modalités et localisation
L’itinéraire le plus court emprunte la rue Maurice des Ombiaux vers le Posty Arlequin ou vers le Posty
Bury via la rue Saint-Jacques et le Rempart du Midi. L’aménagement de la rue Maurice des Ombiaux
et de la Cour de la Paroisse est nécessaire pour les rendre plus accessibles aux piétons (pavés
démanchés, rampe, gestion du stationnement, éclairage …).
Afin de valoriser l’espace du cinéma Notger, une variante pourra traverser la cour intérieure et
rejoindre le Posty Arlequin via la ruelle Prince de Liège et la rue des Nobles. Cette alternative
nécessite la rénovation des espaces externes au sein du SAR Notger et de la ruelle.
Ces aménagements urbanistiques devront s’accompagner d’une signalétique piétonne claire.




           Figure 135: Proposition de promenade "phare" entre les jardins suspendus et le beffroi (JNC-AWP)



JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                               Page 135/162
Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Les riverains
    •    Le service voyer
    •    SPW-DGO4 (Direction de l’aménagement opérationnel et DPU Charleroi)
    •    SPW-DGO5 (Travaux subsidiés)
    •    Belgacom
    •    ORES-IEH
    •    IGRETEC (égouttage)
    •    SWDE




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                     Page 136/162
IX.4    VALORISATION DES ESPACES PRIVES
C’est la somme de divers petits détails qui fait qu’une ville s’embellit. Malheureusement une
intervention mal conduite a souvent beaucoup plus d’impact négatif que la plus value que peut
apporter la même intervention conduite avec réflexion. Une charte définissant l’ensemble des
références communes de la ville (matériaux, gabarit, trumeaux, murets, grillages, enseignes …) a
pour objectif de conserver, restaurer, et perpétuer ces références et d’éviter les interventions
déstructurantes.
L’amélioration de la cohérence peut être réglementer au travers d’une charte qui s’inscrit comme un
outil de sensibilisation, de conseil et d’aide à la décision pour une amélioration globale du bâti.
Elle découle d’une analyse des caractéristiques des façades, de la palette chromatique, des éléments
décoratifs….
La charte intègrera des prescriptions relatives aux points suivants dont les intentions sont détaillées
ci-après :
    •    Phasage (plan des interventions prioritaires : bâtis inoccupés ) ;
    •    Matériaux et revêtements ;
    •    Choix chromatique ;
    •    Éléments patrimoniaux ;
    •    Mobilier urbain ;
    •    Dispositifs d’éclairage ;
    •    Signalétique ;
    •    Rez-de-chaussée commerciaux ;
    •    Enseignes et dispositifs de publicité ;
    •    Terrasses ;
    •    Plantations et fleurissement ;
    •    …
En parallèle, une politique d’incitation à la rénovation accélèrera le processus d’embellissement de la
ville. Une prime d’embellissement et/ou une prime à la réhabilitation peuvent être octroyées.

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Les propriétaires de bien
    •    Le relais de la Haute-Sambre asbl
    •    CCATM
    •    FRW (assistance en architecture et en urbanisme)
    •    SPW-DGO4 (Direction de l’aménagement opérationnel et DPU Charleroi)
    •    SPW-DGO5 (Travaux subsidiés)

IX.4.1. AMELIORER LA COHERENCE DES FAÇADES

Justification de la demande
Le panel de fournitures et de modes de construction étant aujourd’hui tellement étendu, les villes et
villages en perdent leur cohérence, leur caractère esthétique qui apparaissaient naturellement
auparavant dû au choix restreint en la matière. Or la qualité architecturale participe au confort du
cadre de vie et à l’attraction touristique.


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 137/162
Modalités et localisation
Pour la cohérence des façades, la charte s’attardera particulièrement sur la chromatique (pierre du
« pays », couleur des crépis, briques …), la composition (trumeaux, rapports d’échelles), les détails
architecturaux (ferronneries, décors …) et les enseignes.

Références
    •    La Louvière, Mons
    •    Angers (F), Marseille (F), Dinan (F)...

IX.4.2. EMBELLIR LES ABORDS DES BATIMENTS

Justification de la demande
Thuin compte une grande part d’habitations héritées de l’époque industrielle glorieuse. Ces maisons
de maître et d’autres sont souvent accompagnées d’avant-cours et jardins qui participent à la qualité
de l’espace public. Malheureusement, le manque d’entretien (coût, temps …) et le mode de vie
actuel les ont souvent dévalorisées. Or certainement à Thuin, le jardin doit être un espace attrayant
pour le privé et le public.

Modalités et localisation
La cohérence des avant-cours et des jardins est améliorée à travers le choix et l’entretien des
plantations, la mise en valeur des grilles et murets ...

Références
   •    Chimay, Bruges, Namur
   •    Villes anglaises ...

IX.4.3. AMELIORER LA COHERENCE DES TOITURES

Justification de la demande
La ville de Thuin jouit d’une vue aérienne connue régionalement. Il n’est pas rare de la voir illustrer
certaines revues notamment les documents de sensibilisation urbanistique. Il est important de
conserver cette image d’autant plus que ces parutions sont une « publicité gratuite ».

Modalités et localisation
La charte décrira plus particulièrement pour ce thème, les matériaux de toitures, leur inclinaison et
les baies de toit. Les toitures plates ne seront pas proscrites mais une attention particulière sera
portée à leur surface, leur implantation et les axes de vue depuis lesquels elles seront visibles.
La toiture inclinée anthracite mate devant restée majoritaire.

Références
   •    Stavelot, Montpeyrou (F), Vézelay (F), Niedersfeld (All)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 138/162
IX.4.4. DEFINIR DES NORMES DE PROTECTION PAYSAGERES

Justification de la demande
« La Région wallonne a reconnu juridiquement le paysage en tant que composante essentielle du
cadre de vie des populations, il est dès lors essentiel de le gérer de façon cohérente et d’accorder une
attention particulière à son évolution.20 »
La ville de Thuin jouit d’un paysage remarquable mais comme tout paysage, celui-ci est « fragile ».
Les lignes de crête, thalwegs (fonds de vallée) ainsi que les nombreux points de vue (voir IX.1.3) sont
les composantes les plus sensibles à protéger.

Modalités et localisation
Tout comme une charte urbanistique, une charte paysagère permet de sensibiliser, conseiller et
réglementer les gestes quotidiens qui risquent de dénaturer ces paysages répondant à la fois à la
qualité du cadre de vie et de l’offre touristique.
Comme décrit dans la justification, une attention particulière doit être portée sur :
       •    les lignes de crête ;
       •    les thalwegs (fonds de vallée) ;
       •    les points de vue remarquables ;
       •    les entrées de ville.




20
     www.beaucanton.be




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                  Page 139/162
                 Figure 136: Cartographie des composantes sensibles du paysage de Thuin (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    ADESA
    •    SPW-DGO4 (Direction de la Protection du Patrimoine)

Références
    •    Le Beau Canton (Chiny – Florenville)
    •    L’observatoire du paysage Semois-Semoy

IX.4.5. REQUALIFICATION DU HAUT DE LA GRAND-RUE

Justification de la demande
La grand Rue bénéficie d’une identité marquée (historique, qualité du bâti, localisation …) cependant
le haut de celle-ci semble délaissé et de nombreux bâtiments sont actuellement vides.

Modalités et localisation
L’action vise à redynamiser la rue dans la continuité de la place du Chapitre et du premier tronçon de
celle-ci. Un périmètre de requalification devra âtre défini. A l’intérieur de celui-ci, des actions

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                          Page 140/162
prioritaires seront menées pour sensibiliser et inciter à la rénovation. Le bâtiment de la chapelle des
Sœurs Grises, le parking de la Demi-Lune ainsi les itinéraires piétons se porteront comme des projets
« modèles » menés par les autorités en tant qu’exemple pour le secteur.




                          Figure 137: Proposition de périmètre de requalification (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    SPW-DGO4 (Direction de la Restauration du Patrimoine)
    •    Le Foyer de la Haute-Sambre
    •    Les riverains
    •    Des investisseurs privés




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                    Page 141/162
PARTIE X PLAN QUALITE DE LA VILLE-BASSE (OBJECTIF 2)
Le deuxième objectif proposé pour soutenir le développement touristique de la Ville de Thuin, est de
mettre en place un plan qualité pour la Ville-Basse et ce, afin de soutenir un développement fort de
la thématique « Au fil de l’eau ».
Pour ce faire, 4 ambitions :
2.1 Renforcer l’image de la Ville-Haute : mettre en place un projet de territoire qui se fonde sur une
identité, une image, une communication et une vocation et qui permettra de construire une
stratégie globale de communication.
2.2 Organiser une communication adaptée.
2.3 Valoriser les espaces publics et 2.4 les espaces privés afin de les inscrire dans le thème mis en
place et de créer un cadre de vie de qualité.

X.1       SOUTENIR LE DEVELOPPEMENT DE LA THEMATIQUE

Justification de la demande
Thématiser, c’est créer un univers le plus harmonieux possible tant pour les visiteurs que pour les
habitants.
La thématique proposée se doit d’être authentique, la plus aboutie possible et cohérente.
Le développement de la thématique telle que celle organisée dans la Ville-Basse (« au fil de l’eau »)
implique de soigner le moindre détail. La thématique mise en place doit être globale et concerner
tous les volets de l’équipement, de l’accueil et de l’animation.
Si des éléments de thématisation « au fil de l’eau » sont bien présents dans la Ville-Basse, on
constate que les éléments restent assez « éclatés » (nécessité d’assembler les pièces de la
thématique) et sont d’un niveau qualitatif assez faible (accueil, déambulation, ouverture, ambiance,
services, …).

Modalités et localisation
Définir et mettre en œuvre un plan de valorisation du thème qui doit permettre de transporter le
visiteur dans un « univers » cohérent.
Ce plan doit permettre d’organiser l’offre de manière plus cohérente, plus lisible et plus ludique pour
le visiteur.
Le plan de valorisation doit utiliser une trame commune pour les animations, les parcours, les visites,
les mises en scène, les services, …
Le plan de valorisation doit également proposer des repères entre les différents produits, garantir la
qualité de l’offre dans son ensemble et d’optimiser les avantages pour la Ville-Basse de Thuin.
Ainsi, le plan de valorisation doit soutenir le développement qualitatif et la mise en synergie des
éléments suivants :
      •   des lieux visitables :
L’écomusée est un élément important dans la thématique mise en place au niveau de la Ville-Basse.
Dans le cadre du développement de la thématique, les questions d’ouverture et d’animations de ce
lieu doivent être envisagées.
Ouverture : L’écomusée n’est accessible que du mercredi au dimanche et uniquement l’après-midi
(14 à 18h00).

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                  Page 142/162
Animations : 68 % de la fréquentation en décembre durant les Magies de décembre.
Le Thudo sera l’élément majeur de la thématisation s’il devient un lieu « vivant » qui outre la notion
d’éco-musée propose aux visiteurs de vivre une expérience, des rencontres, …
La balade (circuit d’interprétation) du quartier des bateliers doit être davantage valorisé : le parcours
doit proposer une ambiance particulière, faire ressortir l’âme de ce quartier populaire.
      •   des lieux aménagés :
Les lieux dans lesquels s’inscrivent la thématique doivent pourvoir soutenir le sujet et son ambiance
particulière. Ainsi, la Ville-Basse doit privilégier le déplacement piéton (cf.- parking, mise en place
d’une micro-signalétique), doit proposer des espaces publics aménagés, des possibilités de balade à
proximité de l’eau, …
Le thème « Au fil de l’eau » doit être la ligne conductrice dans les aménagements afin que la Ville-
Basse et l’eau se retrouve.
      •   des événements
Incontestablement, « la magie de décembre » est un des éléments forts de la vie de la Ville-Basse
Il convient de pouvoir pérenniser ce événement mais également d’organiser une politique annuelle
d’animations en lien avec le Thudo et les services afin de faire vivre le quartier et le thème.
Bien entendu, comme pour les aménagements la thématique « au fil de l’eau » doit être le sujet
porteur dans la mise en place des événements : animations sur l’eau, événements liées à la vie des
bateliers, …
      •   des services, …
qu’ils soient de type horeca, commerces ou services liées aux activités nautiques et fluviales, ceux-ci
doivent également pouvoir être inscrits dans le thème : décoration des lieux, activités proposées, ….

Partenaires et sources de financement envisageables



Références
      •   Longueil-Annel (Oise- F), Cité des Bateliers


      •   Redu, Village du Livre




X.2       UNE COMMUNICATION ADAPTEE

Justification de la demande
La thématisation constitue une véritable opportunité marketing pour Thuin : pouvoir se positionner
différemment des villes voisines, se positionner sur d’autres créneaux.

Modalités et localisation
Bien entendu, la mise en place d’un plan marketing qui valorise le thème ne peut se faire que dans la
mesure où la thématique est globale et cohérente et propose diverses approches du sujet.
La communication ne peut « tromper » le client. La communication promet de vivre une expérience
« au fil de l’eau » et le territoire est à même de tenir cette promesse.

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                   Page 143/162
La mise en place de cette action est donc liée à la précédente.

Partenaires et sources de financement envisageables
      •   Office du Tourisme
      •   Maison du Tourisme

Références
      •   Redu, Village du livre
      •   Longueil-Annel (Oise- F), Cité des Bateliers :




X.3       QUALITE DES EQUIPEMENTS ET DES ESPACES PUBLICS
Un déficit se fait ressentir dans la qualité des aménagements publics de la Ville-Basse par rapport à
ceux de la Ville-Haute. Des aménagements ponctuels ont été réalisés ci et là, mais ils sont
insuffisants et manquent de cohérence. De plus, aucune relation particulière avec l’eau, élément
attrayant au potentiel touristique plus que prometteur, n’est réellement ressentie.
L’objectif et les actions suivants visent donc à remettre le cours d’eau (Sambre et Biesmelle) au cœur
des projets d’aménagements en valorisant les bords de Sambre et en ouvrant des perspectives sur la
rivière.

X.3.1. SCENOGRAPHIER LES BORDS DE SAMBRE EN INSISTANT SUR CERTAINS ENDROITS STRATEGIQUES

Justification de la demande
Les bords de Sambre sont longés au Nord par le Ravel et des habitations lui faisant face mais le bord
Sud est ressenti comme l’arrière de la ville (rues du Moustier, t’Serstevens, du Rivage …). Cet effet
est accentué par le viaduc qui domine l’ensemble, oublie les rives et isole le quartier du Rivage.
La place de la Ville-Basse et plusieurs espaces publics aujourd’hui peu valorisés offrent pourtant des
points d’attrait à mettre en valeur et dynamiser en relation avec l’eau.

Modalités et localisation
Une promenade continue ponctuée de points de repos et d’admiration sera aménagée le long de la
rive droite de la Sambre.
Le lieu phare, pôle dynamique de la Ville-Basse qui sera aménagé en premier lieu est sans doute la
place. Tout comme pour la Place du Chapitre, on favorisera le développement des terrasses et la
piétonisation du site. L’alignement d’arbres remarquables sera entretenu et restauré afin d’ouvrir
plus de perspectives sous leur feuillage.

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 144/162
A l’arrière de la rue t’Serstevens et de la rue du Rivage, les jardins seront restaurés et participeront à
la qualité du bord de Sambre en faisant face à la promenade.
Celle-ci se prolongera à l’Ouest vers le chantier naval, le pôle dynamique et à l’Est vers le Déversoir,
un site nature et calme.
Le chantier naval sera reconverti en pôle « horeca » alliant l’ambiance navale et l’ambiance
industrielle. On privilégiera l’architecture contemporaine telle qu’elle peut être rencontrée à
Amsterdam. L’ancienne darse animera l’espace public et rappellera les fonctions anciennes du site.
La mise en lumière de qualité de la Ville-Haute doit être prolongée jusqu’aux rives de la Sambre.




          Figure 138: Localisation des points stratégiques de la scénographie des bords de Sambre (JNC AWP)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                              Page 145/162
    Figure 139: Esquisse illustrant le réaménagement de la place de la Ville-Basse et des bords de Sambre (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    SPW-DGO2 (Direction des Voies hydrauliques de Charleroi)
    •    SPW-DGO4
    •    Contrat de rivière La Sambre et ses affluents

Références
    •    Gand
    •    Redon (F), Cernay (F), Château-Thierry (F)
    •    Nantes (F), Hangars à bananes
    •    Amsterdam (Nl)

X.3.2. AMELIORER LES LIENS ENTRE LES DEUX RIVES DE LA SAMBRE

Justification de la demande
La Sambre est aujourd’hui ressentie comme une coupure dans la ville. Les jonctions entre les deux
rives sont restreintes au niveau du viaduc, viaduc fonctionnel uniquement pour les véhicules
motorisés. Les modes doux sont totalement délaissés.

Modalités et localisation
L’amélioration des liens devra se concrétiser à deux endroits.
Dans un premier temps, il est nécessaire de faciliter l’échange à hauteur du viaduc. En profitant de
celui-ci, on pourra y accrocher une passerelle pour usagers lents qui, dans un travail architectural
élégant, permettrait d’habiller le viaduc et d’affiner son impact paysager. De plus, cette liaison
participera à la restructuration de la rue du Pont (point d’arrêt du pont initial).
De part et d’autre de cette liaison, le stationnement pourra s’organiser sous le viaduc et donc
délaisser le centre de ses voitures.


JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                Page 146/162
Dans un second temps, une connexion entre les deux RAVeLs via une passerelle associée au chantier
naval permettra d’enjamber la rivière en un second point et de dynamiser les relations avec la partie
Ouest de la Ville-Basse (musée du Tram, RAVeL, portes de Lobbes et de Ragnies, plaine des jardins
suspendus …). Cette passerelle s’identifiera comme une nouvelle porte de la ville depuis le halage
accédant directement au quartier « nouveau » du chantier naval et se prolongera soit le long de la
Biesmelle vers le bas des jardins suspendus soit le long du RAVeL vers le musée du tram.
Pour ces ouvrages d’art, on privilégiera une architecture légère et contemporaine.




     Figure 140: Esquisse illustrant la passerelle entre les deux RAVeL depuis le chantier naval réaffecter (JNC AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    SPW-DGO2 (Direction des Voies hydrauliques de Charleroi)
    •    SPW-DGO4
    •    Contrat de rivière La Sambre et ses affluents

Références
    •    Hotton
    •    Tervuren
    •    Amsterdam (Nl), Duisburg (Nl)...




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                   Page 147/162
                          Figure 141: Passerelle de Tervuren à gauche - de Duisburg à droite




     Figure 142: Exemples de références de la ville d’Amsterdam pour inspirer le réaménagement du chantier naval

X.3.3. SOUTIEN DES INITIATIVES PRIVEES QUI S’INSCRIVENT DANS LA THEMATIQUE

Justification de la demande
Comme précisé dans l’action « Soutenir le développement de la thématique », la réussite d’un
programme de développement d’une thématique passe nécessaire par la valorisation des services
présents sur le territoire et le soutien à leur participation dans la dynamique.

Modalités et localisation
Cette action porte donc sur la mise en place d’une dynamique communale afin de soutenir et
d’accompagner les initiatives privées qui porteront sur des services et activités permettant de
compléter l’offre thématique et / ou de créer un cadre, une ambiance en lien avec le thème :
    •    Développement d’activités Horeca telles que restaurant de qualité sur l’eau, restaurant
         terrasse sur l’eau, lieux décorés sur le thème « au fil de l’eau », …
    •    Développement d’une halte fluviale/ relais nautique
    •    Développement d’activités nautiques accessibles aux individuels : petite croisière, petits
         bateaux électriques, « kayaks d’eau douce », …




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                              Page 148/162
Partenaires et sources de financement envisageables
       •    SPW
       •    Office du tourisme
       •    Acteurs privés du territoire




X.4         QUALITE DES ESPACES PRIVES

X.4.1. AMELIORER LA COHERENCE DES FAÇADES
Pour mémoire, voir IX.4.1

X.4.2. EMBELLIR LES ABORDS DES BATIMENTS
Pour mémoire, voir IX.4.2

X.4.3. AMELIORER LA COHERENCE DES TOITURES
Pour mémoire, voir IX.4.3

X.4.4. DEFINIR DES NORMES DE PROTECTION PAYSAGERES
Pour mémoire, voir IX.4.4

X.4.5. RENOVER LE QUARTIER DE LA GARE ET DE LA RUE DU PONT (ABORDS DU VIADUC)

Justification de la demande
L’entrée Nord de la ville depuis la gare, le RAVeL du halage et la N59 venant d’Anderlues est
dépareillée (chancre, coupure et déstructuration du viaduc…) par rapport à l’identité thudinienne.
Cependant depuis ces lieux, on jouit d’une vue panoramique sur le versant boisé dominé par la Ville-
Haute et son beffroi. Cette entrée devrait devenir l’une des plus importantes par le développement
des modes alternatifs et doit donc être traitée en tant que telle.

Modalités et localisation
L’action devra définir un périmètre de rénovation urbaine pour répondre aux problèmes de
dégradation du milieu urbain (principalement la déstructuration due au viaduc). Cette opération
devra intégrer la totalité des travaux découlant d’une décision globale d’aménagement dont
l’objectif final est la restructuration urbaine.
« L’opération de rénovation urbaine est une action d’aménagement globale et concertée, d’initiative
communale, qui vise à restructurer, assainir ou réhabiliter un périmètre urbain de manière à y
favoriser le maintien ou le développement de la population locale et à promouvoir sa fonction sociale,
économique et culturelle dans le respect de ses caractéristiques culturelles et architecturales
propres.21»




21
     Art. 173 du CWATUPE




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                Page 149/162
L’aménagement des parkings de dissuasion aux pieds du viaduc et aux abords de la gare devra
concilier fonctionnalité et agrément de l’espace public. En effet, ces parkings seront au premier plan
le long des quais.




                        Figure 143: Proposition de périmètre de rénovation urbaine (JNC-AWP)

Partenaires et sources de financement envisageables
•   SPW-DGO1 (Direction des Routes de Charleroi - RAVeL )
•   SPW-DGO2 (Direction des Voies hydrauliques de Charleroi - RAVeL)
•   SPW-DGO4 (DPU de Charleroi - Direction de la Restauration du Patrimoine - RAVeL)
•   SNCB
•   TEC Charleroi
•   Les riverains
•   Le Foyer de la Haute-Sambre

Références
•   Court-Saint-Etienne, site Henricot 1 (problématique des abords de gare et renaissance d’un
    quartier)
•   Limbourg, rénovation urbaine (problématique de bords de cours d’eau et renaissance d’un
    quartier)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                     Page 150/162
                     Figure 144: Esquisse de la rénovation urbaine de Limbourg - bords de Vesdre




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                         Page 151/162
PARTIE XI MISE EN RESEAU VILLE-HAUTE – VILLE-BASSE (OBJECTIF 3)

XI.1     UN ECHANGE AISE ENTRE LES DEUX POLES

Justification de la demande
La ville de Thuin possède un potentiel intéressant pour l’utilisation des modes alternatifs (chemin de
fer, TEC, RAVeL, voie d’eau, sentiers) mais qui est cependant peu opérationnel dû au manque de
continuité et de confort. Au manque d’infrastructures, s’additionnent les désagréments imposés par
le relief et l’hydrographie. Ces derniers constituent en effet trois barrières physiques : la Sambre (voir
solution point X.3.2), le versant Nord et les jardins suspendus.
Le versant Nord s’impose comme la rupture dominante entre les deux noyaux urbains, Ville-Haute et
Ville-Basse et désavantage par conséquent l’ensemble de la dynamique de la ville. Les échanges
entre les deux pôles doivent être facilités d’une part pour renforcer l’attraction touristique et d’autre
part pour l’usage quotidien (nombre de relations potentielles entre les deux noyaux : services à la
Ville-Haute, commerces et gare à la Ville-Basse).




 Figure 145: Répartition des habitants, travailleurs, élèves et sevices et commerces engendrant des transferts quotidiens
                                     entre la Ville-Haute et la Ville-Basse (JNC AWP)

Modalités et localisation
L’action nécessite la recherche d’une solution mécanique répondant aux difficultés de liaison
imposées par le relief en offrant un accès direct à la place du Chapitre depuis la Ville-Basse :
téléphérique, rampe mécanique pour vélos, funiculaire, escalator ... Seuls les deux derniers sont à
envisager sérieusement car leur insertion dans le paysage peut se faire de manière discrète et qu’ils
s’adressent à un grand nombre d’utilisateurs potentiels. L’arrivée sur la Place du Chapitre offrira une
vue magnifiée vers le beffroi.
L’étude paysagère du projet est indispensable. Elle s’attardera évidemment sur l’intégration du
mécanisme mais aussi sur le choix du tracé mettant le mieux en valeur les vues disponibles.

JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                  Page 152/162
Enfin, le choix du point de départ à la Ville-Basse devra être identifié précisément pour être le plus
accessible possible depuis le centre et depuis le viaduc mais également défini stratégiquement en
fonction de son rôle à jouer dans la rénovation urbaine.




                     Figure 146: Propositions de localisation de la solution mécanique (JNC AWP)

Références
    •    Spa,
    •    Tolède (E) ...




                              Figure 147: Funiculaire de Spa (www.trams-trolleybus.be)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                         Page 153/162
             Figure 148: Escalator de Tolède en Espagne (Atlas de l'architecture contemporaine mondiale)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                                 Page 154/162
XI.2    POLITIQUE DE COMMUNICATION « THUIN ET SES DEUX POLES »

Justification de la demande
Comme signalé ci-avant, la communication actuelle ne « vend » pas Thuin comme une destination
cohérente qui peut être découverte sous différents aspects : elle se centre essentiellement sur des
activités, sans mise en réseau.
La politique de communication se doit d’évoluer avec le développement de la Ville et d’être ajustée
en fonction des nouveautés qui sont proposées, des nouveaux publics-cibles potentiels, …
Ainsi, si une liaison proposant une accessibilité « pour tous » voit le jour à Thuin, une communication
spécifique devra être organisée afin de faire de Thuin, de ses pôles et de ce nouveau mode de
déplacement un ensemble cohérent, innovant, …
Ainsi, ce nouveau mode de déplacement sera intégré dans les activités de découverte de la Ville.




Partenaires et sources de financement envisageables
    •    Office du Tourisme
    •    Maison du Tourisme

Références
    •    Le Tréport (F)
    •    Lugano (CH)




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 155/162
PARTIE XII OBJECTIFS TRANSVERSAUX

XII.1   DES LIAISONS VILLE-HAUTE – VILLE-BASSE - BIESMELLE

Justification de la demande
La Ville-Haute et la Ville-Basse constituent deux pôles d’une destination : la Ville de Thuin.
Aujourd’hui, les liaisons privilégiées (signalisation) entre les deux parties de la Ville mais aussi la
Biesmelle sont uniquement automobiles.
Toutefois, grâce à ces rues, ruelles, escaliers, Thuin dispose d’un cadre qui permettrait de découvrir
ses différents lieux, et de rejoindre les points d’attrait touristiques (visite et balade) tout en
délaissant son véhicule. Dans ce cadre, la balade de liaison entre les différentes parties de la Ville fait
partie intégrante de la visite : on se promène, on s’arrête pour admirer le paysage, le patrimoine, …
Bien entendu, le dénivelé entre la partie basse et la partie haute fait qu’il convient de préalablement
bien informé les visiteurs sur les difficultés qu’ils risquent de rencontrer.

Modalités et localisation
Développer les liaisons clairement identifiées entre les parties de la Ville, c’est :
    •    Améliorer la signalisation routière depuis le haut vers le bas et inversement ;
    •    Mettre en place une signalétique piétonne qui guide les visiteurs vers les différents sites et
         qui privilégie les voies réservées aux piétons (sentiers, rues-escaliers, venelles …) (voir carte
         des accès réservés aux modes doux) ;
    •    Réouvrir les venelles « privatisées » (Exemple : jonction entre les ruelles Saint-Roch et
         Gripelotte).




                      Namur                                                            Liège

                                  Figure 149 : Exemples de signalétique (Traces TPI)

Partenaires et sources de financement envisageables
    •    CGT : subvention pour la signalisation et signalétique



JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                       Page 156/162
Références
    •    Eupen
    •    Liège
    •    Bruxelles
    •

XII.2   UNE POLITIQUE DE SENSIBILISATION URBANISTIQUE

Justification de la demande
La ville de Thuin compte un patrimoine bâti riche hérité de périodes et de fonctions très diversifiées.
Une part de ce bâti est classée ou reprise à l’inventaire du patrimoine bâti de Belgique, mais il en
existe encore beaucoup d’autres qui présente un intérêt architectural ou des détails tout aussi
intéressant. Le patrimoine bâti nécessite donc des prescriptions assurant la pérennité de ses
caractéristiques et surtout la cohérence de l’ensemble.
Le citoyen lambda n’est pas toujours averti de ces caractéristiques et est souvent séduit par des
images « à la mode » véhiculées par les médias mais qui ne s’intègrent pas nécessairement à
l’existant. De plus, comme déjà explicité dans les points ci-dessus, le panel de matériaux et les
méthodes de construction ne dépendent plus des propriétés physiques de la région et se sont donc
fortement élargis. Le citoyen se retrouve donc dépourvu d’outils pour faire les bons choix dans ses
aménagements.
En plus des caractéristiques « visuelles », l’aspect énergétique devra entrer en ligne de compte si
Thuin souhaite s’imposer comme ville durable.
L’instauration de chartes urbanistique et paysagère répondra à cette demande mais ne pourra
s’imposer sans un accompagnement, une sensibilisation et des conseils aux habitants.

Modalités et localisation
La sensibilisation urbanistique se fera par l’intermédiaire de médias différents pour arriver à
l’application et au respect de la charte et des normes paysagères :
    •    Organisation de conférences thématiques
    •    Publication de fascicules, brochures avec exemples à faire et à ne pas faire
    •    Renforcement du « guichet information » existant: conseils en aménagement du territoire,
         en énergie, en environnement et en mobilité
    •    …
Cette politique s’appliquera tant aux projets privés que publics quelle qu’en soit l’ampleur (ex: abris
bus, ralentisseurs, restaurants ...). La sensibilisation s’adressera donc tant aux citoyens lambdas
qu’aux acteurs locaux (services travaux, urbanisme, SPW …).




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                 Page 157/162
PARTIE XIII LIENS ENTRE LES ACTIONS




                                                                                                                                                                                                                                                                                          II.3.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                    II.3.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                              II.3.3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        II.4.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  II.4.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            II.4.3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      II.4.4.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                II.4.5.
                                                                                                        I.1.1.
                                                                                                                 I.1.2.
                                                                                                                          I.1.3.
                                                                                                                                   I.1.4.
                                                                                                                                            I.2.1.
                                                                                                                                                     I.2.2.
                                                                                                                                                              I.2.3.
                                                                                                                                                                       I.2.4.
                                                                                                                                                                                I.3.1.
                                                                                                                                                                                         I.3.2.
                                                                                                                                                                                                  I.3.3.
                                                                                                                                                                                                           I.3.4.
                                                                                                                                                                                                                    I.3.5.
                                                                                                                                                                                                                             I.4.1.
                                                                                                                                                                                                                                      I.4.2.
                                                                                                                                                                                                                                               I.4.3.
                                                                                                                                                                                                                                                        I.4.4.
                                                                                                                                                                                                                                                                 I.4.5.




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            IV.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    IV.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          III.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   III.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                          II.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                  II.2.
Objectif 1 : Mise en réseau de la Ville-Haute

I.1. Renforcer l’image de la Ville-Haute

I.1.1 Soutenir la qualité de l’accueil touristique

I.1.2. Améliorer la visibilité du « produit beffroi »

I.1.3. Pérenniser et valoriser les points de vue vers et depuis la Ville-Haute

I.1.4. Améliorer la politique de communication

I.2. Mise en tourisme de la Ville-Haute

I.2.1. Un produit de découverte de la Ville-Haute

I.2.2. Des outils de découverte novateurs

I.2.3. Une possibilité de découverte d’un ou plusieurs jardins au sein des jardins suspendus

I.2.4. Mise en place d’une politique directionnelle

I.3. Valorisation des espaces publics

I.3.1 Estomper les nuisances du trafic de transit dans la Grand Rue

I.3.2. Unifier le vocabulaire urbain

I.3.3. Créer des parkings de dissuasion et les accompagner des mesures nécessaires à leur utilisation

I.3.4. Aménager le jardin de l’hôtel de ville

I.3.5. Améliorer l’itinéraire beffroi - jardins suspendus

I.3. Valorisation des espaces privés

I.4.1. Améliorer la cohérence des façades

I.4.2. Embellir les abords des bâtiments

I.4.3. Améliorer la cohérence des toitures

I.4.4. Définir des normes de protection paysagères

I.4.5. Requalifier le haut de la Grand Rue
                                                                                                                                                                                                                                                                                             II.3.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                       II.3.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 II.3.3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           II.4.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     II.4.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               II.4.3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         II.4.4.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   II.4.5.
                                                                                                           I.1.1.
                                                                                                                    I.1.2.
                                                                                                                             I.1.3.
                                                                                                                                      I.1.4.
                                                                                                                                               I.2.1.
                                                                                                                                                        I.2.2.
                                                                                                                                                                 I.2.3.
                                                                                                                                                                          I.2.4.
                                                                                                                                                                                   I.3.1.
                                                                                                                                                                                            I.3.2.
                                                                                                                                                                                                     I.3.3.
                                                                                                                                                                                                              I.3.4.
                                                                                                                                                                                                                       I.3.5.
                                                                                                                                                                                                                                I.4.1.
                                                                                                                                                                                                                                         I.4.2.
                                                                                                                                                                                                                                                  I.4.3.
                                                                                                                                                                                                                                                           I.4.4.
                                                                                                                                                                                                                                                                    I.4.5.




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               IV.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       IV.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             III.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      III.2.
                                                                                                                                                                                                                                                                             II.1.
                                                                                                                                                                                                                                                                                     II.2.
Objectif 2 : Plan qualité de la Ville-Basse

II.1. Soutenir le développement de la thématique

II.2. Une communication adaptée

II.3. Qualité des équipements et des espaces publics

II.3.1. Scénographier les bords de Sambre en insistant sur certains endroits stratégiques

II.3.2. Améliorer les liens entre les deux rives de la Sambre

II.3.3. Soutien des initiatives privées qui s’inscrivent dans la thématique

II.4. Valorisation des espaces privés

II.4.1. Améliorer la cohérence des façades

II.4.2. Embellir les abords des bâtiments

II.4.3. Améliorer la cohérence des toitures

II.4.4. Définir des normes de protection paysagères

II.4.5. Rénover le quartier de la gare et de la rue du Pont (abords du viaduc)

Objectif 3 : Mise en réseau Ville-Haute – Ville-Basse

III.1. Un échange aisé entre les deux pôles

III.2. Politique de communication « Thuin et ses deux pôles »

Objectifs transversaux

IV.1. Des liaisons Ville-Haute – Ville-Basse

IV.2. Une politique de sensibilisation urbanistique




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI                                                  Page 159/162
PARTIE XIV DIFFERENTS SCENARII


                                     2012 - Objectif 1 :                                                 2015 - Objectif 2 :                                               2020 - Objectif 3 :
                          Mise en réseau de la Ville-Haute                                       Plan qualité de la Ville-Basse                             Mise en réseau Ville-Haute – Ville-Basse
                I.1.1 Soutenir la qualité de l’accueil touristique                   II.1. Soutenir le développement de la thématique
Scénario de
                I.1.2. Améliorer la visibilité du « produit beffroi »
   base
                I.1.4. Améliorer la politique de communication
                I.2.1. Un produit de découverte de la Ville-Haute
                I.2.4. Mise en place d’une politique directionnelle
                I.2.4. Mise en place d’une politique directionnelle
                I.4.1. Améliorer la cohérence des façades

                I.1.3. Pérenniser et valoriser les points de vue vers et depuis la   II.2. Une communication adaptée                                    III.1. Un échange aisé entre les deux pôles
 Scénario       Ville-Haute                                                          II.3.1. Scénographier les bords de Sambre en insistant sur         III.2. Politique de communication « Thuin et ses deux pôles »
    plus        I.2.2. Des outils de découverte novateurs                            certains endroits stratégiques
volontariste    I.2.3. Une possibilité de découverte d’un ou plusieurs jardins au    II.3.3. Soutien des initiatives privées qui s’inscrivent dans la
                sein des jardins suspendus                                           thématique
                I.3.1 Estomper les nuisances du trafic de transit dans la Grand      II.4.1. Améliorer la cohérence des façades
                Rue                                                                  II.4.2. Embellir les abords des bâtiments
                I.3.3. Créer des parkings de dissuasion et les accompagner des       II.4.3. Améliorer la cohérence des toitures
                mesures nécessaires à leur utilisation
                                                                                     II.4.4. Définir des normes de protection paysagères
                I.3.4. Aménager le jardin de l’hôtel de ville
                                                                                     II.4.5. Rénover le quartier de la gare et de la rue du Pont
                I.4.2. Embellir les abords des bâtiments                             (abords du viaduc)
                I.4.4. Définir des normes de protection paysagères
                I.4.5. Requalifier le haut de la Grand Rue

                I.3.2. Unifier le vocabulaire urbain                                 II.3.2. Améliorer les liens entre les deux rives de la Sambre
  Scénario
                I.3.5. Améliorer l’itinéraire beffroi - jardins suspendus
Volontariste-
                I.4.3. Améliorer la cohérence des toitures
    idéal

                                                                             IV.1. Des liaisons Ville-Haute – Ville-Basse

                                                                        IV.2. Une politique de sensibilisation urbanistique
ANNEXES
Bibliographie et sources de documentation

XIV.1 PLANCHES CARTOGRAPHIQUES

XIV.2 PROJET DE RENOVATION DU CINEMA ROTGER




JNC Agence Wallonne du Paysage/ Traces TPI    Page 162/162

				
DOCUMENT INFO
fredoche25 fredoche25
About