Docstoc

37131055336648d

Document Sample
37131055336648d Powered By Docstoc
					                    NOUYEAUX

     EXEIlCICES FRANCAIS
                       GRADUf:s


      REDIGES SUR LA GRAMMAIRE DE LHOMONO


r                 Par J. B. Coekempot.
1
1




                                                        if
~I                                                      ,f
                                                        !
                     DOl:ZIEME tDlllON

 I




                        QUEBEC
           ;:s 1r.llESSES D'AlSGUSTIN COTE ET 0-
                          1868

~c~.~~.---~.~.~ai~'""~'""~""'""~'""~."~".~,,~."~,,~'""~~~
    ..                              .. .. ..
              NOUVEAUX

EXERCICES FIlANCAIS
                 GRADUES

 }{EDIG.ES SUR LA GR~~[¥AIRE DE LHOMOND



          Par J. B.:OO()KEMPOT



              --------,'---------




            DOUZIKMoE"EDITION




                QUEBEC:
    DES l'HESSES D'AuGOSTIN 'COTH ET CO·
                    1866.
     EXERCICES PRELIM INA IRES
                     SUR LES VERBES.


                       VEnuES' A CONJUGUER.

   Intiepemlamment d'un:ou (~e deux eXl'rcices qU(l I'eleve fera
chaqueJour, soil parecriC~Jil verbalernent, II est indispensable
qu'il conJugue aussi ur. Oti deux verbes rpguliers, nfin que,
qUllnd II sera parvenu il ~p,~tP,; partie du discours. il soit en etat
de faire les exercices q III s~y Ll'Ouvent. Dc meme, apres la
formatIOn des temps, iI CI)pJuguera les verbes irreguliers. de
sorle qu'il n'eprouve aucun r~tard lorsqu'il sera pres de s'exercer
sur l'emploi des temps et de~ modes.

     Verbes   ac01ljuguer ~jlJ(J1lt fa {ormation des temps.
   Verbes avec affirm'ltimi. - Porter, planter. tailler,
veil IeI', nager. jugel' ,f'~0i1ger, venger, clouer, houer',
tuer, nier, lieI', oublier, ployer, cotoyel', payer, ra.ver,
essayer, e~sl1yer, apLlll):?r, creer, agn~er, suppleer,
epeler, r.iseler, niveler ,jeter, cacheter, fu reler ,nmener,
lever, achever, modeler, peccI', protegeI', regnc!', pre-
ferer, Sllcer, penser. - Ternir, l,olldir', Dgir, regir,
sai~ir, avertir. -Collccvoir', apercevoir, decevoir, de-
voir.-Rendre, etelldre, fOlllll'e, rel'Llllllre, nltendre,
prendre.
   FCl'bes avec inter1'O[Jotioll.-Parler, lancer', dcmter,
hniller, dt:'!luiller, ;rd ,c(lll' r, rediger, lIouer, avouer,
scier, puLlier, tuloyel', l'C1greer, ueteier, ceder, pecher,
pecher.-Benir, petril', laugllir -Hefondl'e, tondre,
f811dru, {'I'elenure, mordre, fondre.
   Vel'bes avec negation. - Cracher, fouiller, corriger,
influer, supplier, nettoyer.-Noircir, flechir.-Vendre,
repondre.
                 EXERCICES l'RJ!:LIMINAIRES.

   Vel'bes avec intel'1'(){Jot ion et negation, combinees.-
Detailler, ravager, abreger, lloller, influer, prier, cou-
doyer, careler, concedel'.-Brunir, unir.-Pretendre,
suspendre.
   Verbes neu/res qui prelluent etre OUX temps composes.
-Arriver, ontrer, tomber, partir, deseendre, monter,
rester.
   Yerbes pronominaux. -S'cerier, s'apitoyer, so re-
pentir,s'evanouir, se rejQuil·,.·se.mordre, s'habiUer,
se perdre, se nourrir, se proill~ne~.


     Vel'bes d conju{Juer opres la:tQrfJ'lation des temps.
   Sentir, mentir, dormil', serl'.lf~.olrrir, ouvrir, tenir,
venir, devenir, erailldre, fei\KI~e, teindre, eein!'lre,
joindre, deduire, sednire, parfuJre, connaitre, plaire,
deplaire, aller, s'ell aller, olll'Uyer, renvoyer, courir,
secourir, eueillir, I'eeueillir, fttft·.·s'enfuir, mourir, se
mourir, fmllir, ueqllerir, s'eJil(}lloirir, querir, saillir,
tl'essailiir, assaillir, se vNil·.-CilOir, deehoir l eehoir,
se mouvoir, pleuvoil', falioir, nQtI~S:Jil', savoir, s'asseoir,
vaioir, se prevuloir, voir, se pOllrvoi[', vouloil',-Se
baltre, boire, braire, bl'Uire, «;Jur.e, eonelure, exelure,
confire, coudre, deeoUl1!'e, I%Grre, dire, se dedire,
redire, eontredire, mautiire, eel'ire, deerire, s'inscrire,
faire, refaire, surfaire, fril'e, prendre, se reprendre,
Jire, relire, luire, cuire, meltre, emettre, se soumettre,
moudre, I'emoudre, naitre, rire, sourire, rompre, se
cotrompro, absoudre, se nisoudre, se suffire, traire,
extraire, vaincre, so cOllvaincre, vivre.
           EXERCICES FHANC:1IS.
                DU NmI OU SUBSTANTIF.

      Exel'cices pour (Ipprend,'c (1 distinguer les noms
                commwis des noms pl'ojll'es.
L'eleye meUm un ~ allfi"     chuque nnm comll1un, ~t un p IIpres
                       ch~'1~c num J.!l'ol'l'e.
   1. Le pere, la nfil~',~, Ie frere, la samr, Edmond,
Theophile, Paris, hI, ·r~'lOce, I'enfant, l' Angleterre,
I'Espagne, 111 vadJe, C.:!ise;tu, I'Italie, Emile, Ie Rhin,
Ie perroquet, Ia pie,.~,;: merle, Emilie, Elisa.
   2. Fenelon, Ia r.ol'D1nt~e, Racinp, l'Amerique, Louis,
lecoq, Bertl'Unil, l''\,,'e, Ie corbeilll, Eclouurd, I' Afl'ique,
la lune, Ie nord, Ie Cijicil, Ie chat, Minerve, Socrate,
Ie loup, I'Artois, LyoI), ie lion, Octavie.
   3. Le brollf, Lllle, 111 taupe, Ie putois, la Ho\1ande,
Ie coucou, la dent, Henri, la bouche, un Africain,
Rome, l'Eglise, un' ll1'brisseau, Leon, Sop.hie, une
feuille, la Boheme, 1ft Hongrie.
   4.. Le rossignol, Ie mmgrois, Ie Portugal, la Picardie,
Amiens, Auguste, Ie sud, la fauvette, l'ascension, 111
foi, l'histoire, I'Ocean, Madrid, la caille, Elisabeth, la
clef, une citrouillo, Martine.

              Exercices sw' Ie genre des noms.
Noms ,lout 1"01 " \'0 mdlllucra Ie genre par I'une des initillles   In
                                au f.
   5. I.o frere, la 8(PlIr, Ie garc:-on, la fille, Ie sorviteur,
la servanto, Ie cousin, la cousino, Ia tante, I'oncle, Ie
coq, la poulo, un chut, uno clJUlle, uno chienne, un
chien, Ie taurean, la vache, le l.)I:)lier, la brebis.
   6. L'officiel', 10 capitaine, !'alouelte, la comeille, un
merle, un homme, une formno, i'epollse, I'epollx, un
 )oulet, I'enfant, .lo::eph, Josephillr, Antoine, Eugenie,
le cuisinier, la cuisilliere, la baronnc, Ie !.Juron.
6                            EXERCICES

    7. L'abbesse, l'abbe, du pain, de Ia viande, une
porte, une table, I'armoire, Ie tiroir, un couteau, la
  )lanche, l'ecurie, I'etable, Ie livre,la plume,l'encrier,
l 'encre, l'esprll. Je genie, I'outil, la leltre, une fenelre.
    8. L'etablissement, une bouteille, i'oreille, I'oiseau,
l'etourneau, un doigt, l'ongle, Ie cimetiere, Je carosse,
Ie legume, I'heritiere, l'heritier, I'hamelion, Ernest,
Ernestine, un matelot, une chaise, un bane, Ie due,
Ia duehesse.
    9. L'empire, Ie royaume, l~e!M.imQ, l'amitie, l'Ane,
l'ftnesse, I'epee, I'eperon, rntil.ue, l'Ame, I'hostie,
J'ivoire, I'haleine, Virginie, l'€-t~Me, Ie soleil, Ie point,
l'espece, l'm-gent, l'or, l'hospi'Ct!

             h'xercices sur Ie no'RflJf't! des noms.
Noms uont   l'eH~ve   indiquera Ie napa)re par l'une des initiales
                               S oupl

   10. Unjupon, une jupe, la plume, I'arbre, la plante,
un canif, Jes jambes, les piedS'~'c;i'Bs oignons, des bou-
tons, deux toi"es, trois iignes,.lIn:metre, sixhectolitres,
une ehaihe, l'elui.
   11. Des cOl'bea.ux, Jes pa,ysJ!It~i un namd, une nnix,
I'ernploi, Ie levain, la cr-uchc, cent francs, un orteil,
des tableaux, du prince. d~. .Jo..prillcesse, Adolphe,
Rouen, une tuile, des tonnean.'(.

    Exercices sur la {ormation du pluriel dans les noms.
Noms singuliers que I'eleve mellra au pJuriel et donl II mdiquera
                            Ie genre.
    12. Le parrain, la marraine, Ie -mouton, Ie blenfai-
teur, un assaut, un electeur, une oie, lin jars_. Ie pays,
Ie religieux, la nob:, la croix, Ie nez, Ie filleul, Ia
filleule, Ie roi, la reine, Ie mal'quis, Ie yin.
   13. Le puits, Ie buis, Ie crucifix, un maitre, une
mailresse, Ie prelre, Ie prophete, Ie talent, I'evene-
ment, Ie ganl, I'elephant, Ie vent, un parent, un tuteur,
Ie hois, Ie c1l1lix, Ull canard, une cane, l'ecurie.
   1ft.. Un manteau, Ie jUlIlcall, Ie chciteau, Je boya ,
                   SUR LE   NO~   OU SUeST ANT IF.                     7
Je neveu, l'essieu, llll pieu, nn chou, Ie pou, Ie genou,
Je hiboll, Ie caillou, Ie sou, Ie CIOIl, Ie bambou, Ie cou,
Ie bateau, Ie vuisseulI, un couleull, Ull tuyuu.
   15. Le licou, Ie COUCOll, lIll loup-garoll, Ie cheven,
le lieu, Ie chumeuu, retail, Ie gloliloll, un pinc()au, Ie
preuu, un matou, 1111 fOll, Ie \IIaliteau, Ie troll, Ull
couteau, un etourneau.
   16. Le cheval, Ie cUlIal, )';m'enul, rMpital, Ie cupo-
raJ, retal, Ie bail, Ie travail, I'email, Ie corail, Ie sou-
pirail, Ie ventail, rail, Ie pOl'tail, l'cpouvantail, 10
camail, un eventail, Ie betail, Ie ciel, I'u'ieul, I'reil.

Exercices de recapitulation sur la (ormatioll dll plUl;jel
         .             dans Irs Iloms.
   17. I.e herger, la bergcre, Ie poius, Ie pois, la joue,
la houe, Ie houx, Ie nez, lemalelas, i'ugneall, Ie choll,
Ie cheveu, Ie clou, Ull hibou, Ie mal, Ie serail, un cerf,
une biche, Ie cou, Ie gelloll, Ie nevell, un pOl·tail.
   18. Le cardinal, Ie ciel, Ie regal, Je COIICOU, Ie
camail, un Fran~ais, Ie lIlilieu, Ie paun, la paonne, Ie
piedestal, un licou, Ie genull, till CIOll, In souris, I'ail,
l'epoux, Ie jOlljOU, Ie travail, Ie malheul'eux, Ie detail,
Je vent, I'ellfallt.
   19. Le Letail, Ie soupirflil, I'aieul, Ie glleux, un
moineau, un matoll, I'mil, Ie velolll's, I'enjeu, Ie local,
Ie Jis. Ie sapnjoll, Ie plant, UII funal, Ie I'CUlOrUS, Ull
accident, l'emuil, Ie tonneau, Ie caveau.

               Exercices de phrases Ii carriger.
Dan~ ces expreleps, J'(·lh,·c corngera Ics noms fuulirs. ees nom.
  sont en llaliqulJ; quel,/tieS-UIlS IlC J1r,'~sclllent point dt~ fautes.
   20. Les en(ollts et les (oux s'imnginent que vingt
(rancs et villgt an lIe peuveJlt j:lmnis fillir. Socrate
avait coulume d 'aller Ie malin aux fieus destines aux
exercice; de III il se rendait 11 In placrs puhliqlle, en-
viron fheul'es qU'OLl s'y aseemblnil; e1 Ie resle rill
jaw's, il se trulIvmt aux endl'oit oil so rencolltrait
d'ordinaire les plus granties comp"gllie.
  21. On exagere sos impellection pour faire passer
8                           LXERcrCES

 1'liloge do SOS 1!e1'tu,~, commo on montreune egratignure
 pour Claler' un dimJlnllts. J'ai achete une perdrix
 dOlll j'ai p<lP:l quillze sou. II f:Jul que les {jeans men-
 rent conlmo les nains. Les IlOlI/mes, Irs femmes at les
 enfants tin villages sont tous ici. Le peiit !lw'foll it ties
 pou ill a teies,
     22, Vos f['ere~ ont apporte O()<; blll('s, sur lies cileval
 et des Chaml!YlU, dcs perle, dc:; dilJmllnis cLune quantile
 d'autres marc/tnndis!!, II falldrait eire I'antipode de la
 raisons, POI!!' JIC ,,;IS cOllfesser' qlle Paris e~t Ie grand
 bw'eaux des mel'v!;ille, Ie centre dll hon go1its, du bel
 esp'it, de la g'dIllLfel'/cs. J'ai le~ jambes, et les genous
 elllles, Les ('(II/COlt snnt ues aiseau qu'on n'entend ordi-
 nairement qU'Ull prilltemps,
    23, La SerV[lllte a ouulie de mettre les verrou; des
 volem' sonl entre3 dans In cours, et y Ollt vole une
 dou:aine de [icou,. ils sont cllsllile de.-icendns dans la
 calJe par les soup il'O ils , oil i Is on t perce des frau a
plusieurs tarnleall pour en tirer de la biere et du vins ;
 des mlJioll £Ill voisinage llOUS [lyant eveillt:is par leurs
1:1';, Ie domestique g'est leve, el, on regardant par la
luc(l1'Il!!S, il u al'cr~l\ Irois IlOmme qui couraienl it toules
iamhrs,. alors, tout etonne, il cric aux voleur, prend
 une fourche, cnurt apl'es aux, mais inulilement: les
voleur sonl deja loin,

    E .cerciccs pour appl'endl'e d distingtte~'les noms des
                          autres   1II0tS.

       L'Clhe, intliquant les noms, en mlllquern Ie' genre.
   2,.. L'ignorance peut elrc appelee la lluil de l'espril,
et celle \luil lI'a IIi lune IIi 6toiles, L'hisloire, la
geographie et Jes mathematiques sont des sciences
lIecessaires. Louis Ie Grand, fils de Louis Ie Juste,
eullIenri Ie Grant! pour aleul. La clemence, la sagesse
ella valour sont, dans un pl'i'nce, de plus beaux orne-
ments que les pierrel'ios.
   25, De grands evenemenls ct degrandes revolutions
suivircnt la mort de Cesar. Les eclipses ue soleil
                          sun L'ARTTCLE.                         9
paraissent it quelqncs bonnes gens des presages de
lllalhellr. I.e roi a f,d des presents it tous Jes officiers
generaux de l'armec. Lo pot d'argent est sur lafenetre
dll vestibule, au SUt· la table dans Je parloir.
   26. II donne tOlltes les semaines, aux pauvres du
pain, de la viande, OU ViII, de la Liere et des fruits.
La Tamise est une belle riviere d'Angleterre; mais
elle n'est pas comparable it la Seine. Uh volcan est
une montagne, dont I'interieur renfermc des matieres
combustibles qui s'enflatument spontanement, et dont
I'erup!ion, accompagllce de cClldres et de pierres, a
lieu it "des epoques plus ou moins r-approchees.
   27. Le plateau est ]a partie elevee du terrain d'un
continent, d'ou. par~ent, comme des rayons, les chaines
de montagne. Le chevaliet' Bayard re~ut, ala bataille
dJl Rebec, un coup de mousquet qui lui cassa i'epine
du dos. II tomba en s'ecriant: Jesus, man Dieu, je
stiis mot,!l II fit un acte de contrition, baisa la croix:
de son epee; et, ne trouvant pas lil de chapelain, il
se confessa a"SOn ccuyer.



                       DE L' ARTICLE.

                   Exercices sur l'artiele.
      N oms <levant lcsqucls \'eIiJVe metlm Ie, la, l' ou les.
  28. Prince, princesse, duc, duchesse, lion, lionne,
perroquet, perruche, canard, cane, patrons, sultans,
testateurs, charon, pOlllarde, oie, abricQt, oiseau,
pomOle, poire" cerise, prunes, avocat, allee, oignons,
Anglais, outil, oU\Tugei', etoile, regie, crayon, plume.
  29. Hallier, hale, haloir, htllot, halte, hamac, ha-
meau, hume'2on, hunrhe, hangar, hanneton, hacque-
nee, haqu8t, haras, hurdes/ hardiesse, hareng, haran-
gere, haricot, haridelle, narmonie, hurnais, harpe,
hart.
10                            r.XERcrc'Es

   30. IIilhilele,. habiIlement, habit, habitant, habita-
tion, hahitude, hUblerie, hableur, h<i.bleuse, hache,
hachereau, hachette, hachllre, haha, haie, haillon,
haine, haire, hal bri)J1 , haleine, halemie, hallage, halle,
hallebarue, hallebreda.
   3t. Feuille, branche, trone, racines, fenetre, ctang,
etau, Qubli, hasard, hase, llille, hutiveall, haut, haut-
hois, hauteur, haveron, havre-sac, hebrell, muraille,
utilite, fauvette, cheveu, craule, baratlf-', ami, hemut,
hel'be, herbette, here, heresie, entraves, hemisphere,
hectolitre, oui, onze, huit.        n
  Noms avant Jesquels J'elcvc mcttra. clu, (lc. lao de l'   011   des.
    32. Bahillanl, babiolc, harlaud, bagatelle, bague,
 baguette, abbaye, Bube, ahces, auonuance, canon,
 call1P, compagnon, compagne, canton, panier, are,
 as, elrennes, eloges, louanges.
    33. H<ketique, Mrisson, heritage, heritier, heritiere,
 heroine, heroismc, heros, heron, he['~e, helre, heure,
heures, heurt neurtoir, hiatus, hlboH, hideur, pie,
Jlirondelle, hislOu'e, demoisolle, Dauphin, de, partelTe,
 avantage, epinglo, epls.
   3~. Historien, historiette, histrion, hiver, hoche,
hoehequnue, C:1I1, ebats, ebauche, echaude, frene,
chenes, piquet, Hull anile, Hollalluais, potage, jm'dinier',
Hollandaise, homicide, hornmllge, nuages, l.lriques,
tuiles, artiste.
   35. Onvertnro, fromnge, force, materiaux, homme,
llOmmeau, honnetete, declm'ation, partage, lignes,
bonle, hopital, huqllct, hoqueton, hordes, instruction,
langue, bouquet, carrosse, carriolo, legume, outrage,
chalTolte, cnansons.
    36. HOI'izon, horloge, dossins, brochet, griffes,
armes, an~e, horloger, horlogcrie, horreur, hospice,
joyau, croute, hospitalite, hostie, percepteur, precep-

  (*) On n'61ide pas avant oui, onze,   ",,>I,
                      SUR L' ADJECTIF.                         11
teur, hostilite, houblon, possession, hOte, poteau,
Mtesse, houe.

   Noms avant lesqucls releve mettra au, it la, a l' ou aux.
   37. Menton, bruit, eventail, nageoire, poisson, per-
sonne,chapeau, emploi, abeilles, bOteliier, hotellerie,
hotte, hottae, hotteurs, houblonllieres, haire, coups,
jougs, prune,houille, houlette,Jumbeau, cicatrice, astre.
   38. Canne, baton, houppe, hourJage ,echine ,hourret,
houssaie, hussard, destin, templcs, poule, houssine,
houssoir, cl'iniere, jllment, notes, houx, btiche, tete,
assielte, girouette, hllOq,.· huguenot, huile, hydl'Opote.
    39. Huilier, huissier, llUit, onze, oui, vaisselle,
usage, jOllT, huitaine, etude, soleil, lune, huitieme,
llilitre, hulolle, mCl'veilJe, limon, linge, !inceul, jin,
joujous, joue, humains, hum:mito, humeur, compa-
gnon, compagne, uriJalelc, h,ydl'c,
     q.O, Occa~ion, ncgoce, nrigc, h,rml1c, ob!'cqurs,
navet, navette,hydromel, humid ito, hurrnliatioll, corde,
rempart, I'emede, hllmilito, hune, tCl'l'eau, hllppr,
hure, sellr. sel, semoir, hYElllC, semaille, hurlelllellt,
hutte, llluchoire, mugasin, renvoi.



                     DE L'AD,IECTIF.

E;l.'el'clccs pow' appren,drc (i distil/guel'les adJectifs des
                          autres mots.
         L'd',,·c, en copiant, souligncra los aUJ"clirs,
   41. II olait eg;:jlcmcnt zl31c pom' unc iJonne cause
et pour ulle IW\lIvai,e. Adulphe eft pillS fuvilnt que
son perc; n:nis il 11 '('st pas aU:'ci ill~II'Llit quo son
oncle. Cest I'hnmme Ie plus mL'eh;:jllt qlli exi"te sllr
la terre. Cette femme cst ill plus sage que je COll-
12                       l!:XERCtcES

naisse. II porte un chapeau noir, une veste blene, des
bas verts et des souliers rouges.
   42. Cet auteur s'applique it etre bizarre, bourru,
grossier, avec autant de soins que d'autres a eire
anmsants, gais et polis. Le loup est un animal feroce ;
Ie castor est un animal fort doux; l'ours est lin animal
tres-Jaiu. La religion chretienne est vraie, sainte e,t
consolante.
   4.3. La France est un pays (lelJcJeux. La llotte a
fait beau coup de prises riches; mais Ie partage des
pnuvres matelots ne sera pas grand'chose. L'habit
du sergent etait rouge, mais les habits des soldats
alaient blaDes. Ce gouverI1ijment est ruine: son
at'mee est battue, ses finances sont derangees, sa fiotte
cst aneanlie.


EXC1'cices sw'la !ol'mat!On du (eminin dans les adjectifs.
           AclJcctlfs dont I"e!UI'C formcra 10 feminm.
  ~,j.    Utile,ngreable, pl'll<ient, savant, me chant, petit,
laid, grand, lIlauvuis, niais, gai, joli, sou rc.1, faible,
fOI'I, millce, court, saint, 11oil', brun, gl'is, bleu, vert,
rouge, jmlle, ehurmant, clair, obseur, elroit, prefix,
perplexe.
   !,5. Crucl, mortel, veniel, semmel, pareil, vermeil,
bon, fri'pon, glouton, anricn, paien, gros, gras, sot"
vieiliot, cpais, net, douillet, complel, secrel, certain,
'IVill'e, capable, innocent, negligent, friand, allie, cree,
agl'ee, sujet, mignon.
   46. Brcf, naif, aclif, veur, hlanc, eaduc, nouveau,
franc, IUl'e, beau, fl'ais, jl1llleau, nenf, sec, jouven-
ceau, cl'aintif, public, IOllg, grec, expres, has, ras,
egal, 11ilele, isabelle, rebelle, tranquiUe, imbecile,
civil, utile, viril, pluriel, mnsculin, enclin, singulier.
   47. Mt>1in, benin, trompenr, voleur, parleur, chan-
tellr, peeheur, pecheur, enchanteur, vengeur, protec-
teUl', lectenr, acteur, bienfuiteur, majeur, mineur,
                      SUR L' ADJECTIF.                     13
meilleur, inferieur, superieur, exterieur, citerieur,
porteur.
  48. Honteux, pieux, vertueux, dangereux, heureux,
vieux, ja)oux, faux, roux, doux, fou, mou, vicieux,
aigu, instruit, oblong, poslerieUl', danseur, menleur,
accusateur, tuteur, bel, nouvel, doucereux, moindre,
pire, tortu.

Exerciees de nieapifu/ation SUI' la fO/'mation du feminin
                   dans les adJeetifs.
          Adjectifs (Iont relevo formera Ie feminin.
   4.9. Ho~tile, incivil, Ferpetuel, essentie~, gen~i1,
gras, expr'es, nouveau, VlC'UX, lurc, grec, frals, maIm,
enclin, indi5cret, faux, tors, concert, peureux, ins-
tructif, priem, long, pClysan, favor-i, douteux, doux,
dissipatem, j:lloux, fou, bel, mou, benin, nouvel.

Exereiees sur la (orm.lion du plw'iel dans les adjeetifs.
       AUJectirs singniwrs que I'cleve mettra au plude!.
   50. Granel, gl'anflc, frais, hac, faux, jaloux, prefn:,
 beau, nouveull, jUn1C.1U, mou, fou, heureux, joyeux,
'exclusif, sensiLle, petit, viellx, sense, vraie, modere,
 recreee, agl"!:ice, aveuglo, frunc, franchI', tout, bel.
 ~ouvel, nouvelle, belle, LIeu.
   5f. General, generale, egal. egale, moral, morale,
 capitale, capital, rOY(lI, royale, final, finale, naval,
 navalo, austral, austrCllc, mcriflional, meridionale,
 daux, pemcux, las, gras, septentrional, bleue, expres,
 brutal, brutale;moueste.

   Exerciees SUI' l'aecord des adjceti(s arce les noms.
             A<ljectifs que 1\';1,,;'0 fera accorrlcr.
   52. Un pot C(lSSO, une cmche CaSH) ; du Yin pur, de
l'eau pur; du pain moisi, de la CI'Qute llloisi; un
habit bleu, des habits bleu; une veste bleu, des
vestes bleu; 10 bus trOUE), les bas troue; la chemise
                       EXEUCICES

 troue, les chemises troue; une cerise mur, des fruits
  mur, un fruit mur, des corif'es mur.
     53. Le mari ot la fomme malade; la nieco ot lit
 tante occupe; la jOllO ot la gorge enlle; Ie verre et
 la bouteille casso; les cheveux et In barbe noir ; la
 maitresse et la servanto poli; Ie cousin et la cousine
 joli; la tonne et Ia cuve rempli; Ie cheval et la cavala
 isabelle.
    5~. Ces gens-Ia sont envieux ot j alonx. Voila de
 bean bijoux. Tous les hommes ne sont pas ega!.
 C'est une sot entreprise. II n'y a nul verite dans tout
 cela. La loi est exprcs sur ce point. II vit dans une
 mol oisivete. La peintnro dO.6e lambris n 'est pns sec.
 II est d'une humour benin. ~e3 fmils sont excel/ent.
    55. Lo mari elln femme ~ont malado. Les hommes
 et les femmes do ce pays sont cruel et nvaro. l\lon
 pCI'e el ma seeur Ront gai. . Elle a Ie COli et 10
 visage char.mant. La chambre, Ie cubinet! 1<1 holte et
 Ie coffre elaient ollver1. La lloLles~e, la gl'tlllOelll',
la fnveur et les richosses sont cariuc; lI1uis la gloire,
l'honneur, Ie bon naturel et la Yortu sont solide, SlU'
 et durable.
    56. La meiUeure qllalite qll'un homme puisse avoir,
 c'est d'titre civil et obligeant envers les porsonne3 les
 ~s ihcivil et les plus desobligeante. Voila Ie plus
 ~\1 homme qne je conn~is,e. Notre nouveilu hangar
 rqJle incendie la ~('mainc dCl'I1iere. Lc ParnaSfe et
l'Heiicon sont les rleux montagllc3 fJvori des poetes.
    57. Les meilleurs remedes o,ont lOlljonrs amer, et
les antiuotes font mnins lIgreable (lU gOllt qlle les
poisons. Son iml'elllO.3ite ct son cOllrnge IUllg'I('mps
cnchaine surmollterCllt bien tot to us les ob~t;Jcks.
Ce beau arbre a ele vcnllu tl'ois cellts frallcs. If gOll-
verne avec line nlltorite ct nil pouvoir absolll. L'holl-
nelele et l'amabilite, let politessc ot ia bOllle reuni.
    58. Les hommcs cnnfi;mt ('t gcncrenx sont gem)·
ralemont hUnlain, tClldl'e I'l blCllfai3:lllt; mais les
hommes viI sont OI'dinairemcnt uur, cruel, ct insolelll,
                         SUR L'ADJECTIF.                              15
lorsqu'ils ont du ponvoir. Celui qui resperte les lois
divines et les lOIS humai11e, n'u rien il crailldre des
mechants. Les reflexions piew:e allegent, d~ll1s Utle
arne droite, les maux les plus~l'Uel.
   5(). NOlls imitons les Lonnes actions par emulation,
ot les mlHlvaise pal' notre malice natllrel, qlle 10
respect humain tenait' cnptif, et qne l'exelllplo met
011 liberte. A qui appal'lient ce llouveau etui ? SOil
desintel'essement et Ea modeslie ont elc admire, Les
petits genies sont naturellement gr'anll parlours. Jc
mettrai mOil plus beau oiseau dUlls man plus Leau
appartement.                          .

        E :ce}',Jic."s SlIl' les rlcgrh de significnt ion au de
                   !jualification dans Ics adjectifs,
A.tJcclifs ,Iont J'cievo mdlqncl'a Je Ilcgrc   '';0   sigmfication ou ,10
                            qualification.
   60. Poli, plus prwlent, nllg~i instruit, moins aimablo,
tre.~sensible, Ie plus sense, tortu.
   61. Crurl, ll10ins hon, mellieur, nussi })Oll, Ie meil-
leur, tres·hon, III<luvais, pU'c, Ie pire, 1l10illS mauvais,
aU3si manvai:::.
   G2, Pelit, moinrlre, Ie I11flindre, fort petit, tres-
petit, U1l5Si intelligent. epai?, tres-puissant, uussi
grasse .. piu~ craillllYC, moins Leall.
  G3. La pIlls gonUle, la mointlre, les pires, des
mciilr.UI's, aux plus gTands, du moiudre, de la pire, a
]a meilleuro.


              E,L'eI'cices sur les noms de nomol'e.
Nombrcs cCd'dinU;lX dont l'eleyo formem les nombrrs cl',linaux,
  .G'~. Un, deux, trois, quatre, cinq, fix, fPl't, hili!,
11ellf, dix, onze, dOllze, dix-sept, dix-nellf, yjngl,
Yingt et un, Yingtm~uf, nre'lltc, trcntc-cinq, treule-
nellf, qual'ante ct Ull, UII e ceut Cillq, deux cent dix-
lIeuf.
16                               EXERCICES


                             DU PRONOM.
                                   ~
            Exercices sur lcs pronoms personnels.
    L'Eilllve analysera ces pro noms, et cn.exprimera Ie genre, Ie
                        nombro ot la port;onne.
   65. Je, tu, iI, me, te, elle, moi, nous, toi, vous, iIs,
elles .
 . 66. Lui,.te, leur, Ie, je, eux, la, toi,les, nous, en,
y.
 . 67. Vous, eux, elle, leur, se, ils, soi, moi, le, je,
tu, elles.
        Exercices SUi' l'accol'd des pronorns personnels.
               L'elevc COrrlgcra les fa utes d·accord.
I 68. La pCI'sonne que vous avez vu assise jouissait
autrefois d'un bien considerable; elies s'est engagee
dans de folles depenses, et maintenant elies n'a plus
un lit pour !LV reposer. Mon pel'e m'aimait si tendre-
ment qu'lts lie pensait qu'a rnoi, qu'ils ne s'occupait
que de moi, qu'ils ne voymt que _moi dans l'univers.
Pretez-moi ce livre; je VOllS les rendrai demain. La
bonne g,·.:ce ne gate rien ; eiles ajoute it la beaute,
reI eve la modestia, et y donne du lustre. ,
   69. Faites, 0 mall Dieu, que je ne sois pas comme
la-plupart des personnes du monde qui negligent les
(flutes qu'ils font, pourvn qu'ifs lie soient pas morteIles.
Voila des hommes et des fpmmes .. demandez-Ieur ce
qu'elles veulent. Ce que cctte (emme disait hier s'adres-
sait it vous. « Je Ie savilis, mais fuvais mes raisons
pour Ie Inisser dire.]) Ne me demundez-vous pas mon
sentiment? POUl'quoi donc va us rachez-vous quand
je VallS les dits p.
       Exercz'ces sur les pl'onoms adjectlfs (possessi(s).
I;eleva meHra,    111011,   ma   DU   mes, avant les mots ou il y   IL   m;
             lon, la cu Ics, de\'ant ccux ou II y a   t, ctc.
   70. Jlf. cOllle[!u, t, mouchoir, s. chien; m. maison,
t. clwiso, s. chien no; m. <:!loIre, t. idee, s. epouse ; m.
                            SUR LE PRONOM.                                 17

brosses, t. verres, s. boites; n. chagrin, v. clef, I;
outils; m. carrosse, t. arhalote, s. oiseaux; m. en-
faMe, t. epee, s. esprit.
   71. Ai. hungar, t. houblon, s. hanneton; m. ha-
bitude, t. herse, s. haine; t. hymne, m. hirondelle,
s. hUl"e; .~. hnrlemcllt, t. humilito, m. hulolte; I.
moux, v. huHl"cs, n. hussieI'';; v. ollcle, n. tante, I.
cousin; m. hounlagc, t. houe, s. hottoe; m. hono-
faires, t. horn mages, s. CBuvres.
    72. N. horloges, v. hol"loger, I. habitation; m.
Mtel, t. hochequeue, s. hOllte ; t. historiette; s. hie,
m. hirondelle; m. hcnres, t hetre, s. heritiere; n.
orcilles; v. enfant, I. families; v. generaux, I. mou-
chettes; s. halltem, t. hardwssc, m. heron; t. etable,
s. evasion, m. ennemis.
   73. L. h6r01l1e, s. herolsme, m. intention; v. ins-
tances, n. barattes, I. hachure; v. domestiques, n.
barriere, I. vema; m. hadlC, t. haleine, s. hallleaux;
m. ehapeau, t. haquenee, s. hunche; 71. habit, t'.
tuiles, I. etaux; m. travaux, t. hardiesse, s. action.

                                   -----
Exercices SUI' ['accO/'d des [yl'onoms ad/ect'(s (possessi(s).
                L',jlim) corrigera les fantes d·accord.
   7~. Est-co votre humeur ou la siennes qui YOUS em-
peche de vivre ensemble? S, c'eslla mitres, tuchez d'y
apporter remede. Vous dites que je n'ai pas une
grande patience; monlrez-moi la vofl'es; la miennes est
au mains aussi grande que la vutres. Ses chevaux ne
sont pas aussi beaux que les t·t;fl'e. Leur carrosse et
la mienne sont restes il. Ja campagne. Tous les tableaux
quo nOllS attendions de Homo sont endommagl'ls ; .
mais les vofre, les sli!n et les mieft sont en bon etat. n

  (*) Les mots m.on, m.a, mes, ton, ta, te~, son, Ba,tles, etc., conBider~8 par
Lhomond comUlC pronoms possessifs, flont regardes par les grammairlen9
moderncs comma des adjcctifs possess-ifs. .Memo observat_ion pour lea
mots ee, eel, cette, c•• , dont ils font des adjectifs demonstrat.fs.
i8                          EXERCICES

 . Exel'cices sllI'les '/J/'olloms adjecti{s (rlemonsi1'ati{s).
     Noms avant kSI!uels r,!levc meLLm ee, cel, celie au ccs,
    75, Mot, phrase, voyel\e, cheveux, lete, fr'ont,
visage, sourcils,science, gar~on, ecolier, fille,ecoliere,
instant, otoilo, olallg, chene, chaine, bataille, jour-
mlux, tribunal, adieu, clef, emploi, jambe, jambon,
clJlpire, acuello, I'ecueil, cercueil, merveilles.
   'iG, Homme, histoire, herbe, hOtellerie, haine, ha-
rangues, herse, habillemenl, hache, houlette, habit,
11OUbloll, hamac, hame~on, heron, honneur, h~tre,
hiatus, hol'logl3rie, hol'loger, hUl'engere, llllfie, hiron-
delle,
   77, Holtee, h6le, livre, ullIeublement, harpe, hase,
legume, Ollr's, o LII'se , lievres, coq, poule, paon, paonne,
[Ille, iillesse, cer'i', \.Jiche, helier, brebis, hOllssn, outra-
ge, ouvrage, ,eSpl~l'anCe, eloge, lialleIJarde, echanson,
lwreng, OUVII, hulotte.
   78, Elui, &.yllnhe, theme, herisson,olfre, incendie,
hC!1I1isselllent, arlicle, ecr'itoir'e, hydre, espace, indice,
1Il1g'0issc, as, oruiere, orgllcil, obelisque, 111lervalle,
Hlc(jve, cillletier'e, legume, habitude, hOlle, hopitaux,
baguo, b'jou.

       EXl!l'cices sW'l'accol'd des pro noms adjecti{s
                       (dhnollsll'ai i{s.)
              L',ileyo cOl'rigcra les rautes d'accol'd.
   7D, Lfl fig/we de cette d:'lme ressemble iJ. celles de
son frere. L'opillioll des s[lvi.lnls devrait eire preferee
it ('('lui des igllorallts. I.e::; lIuladies de i'iimtl sout plus
d,lIlgp'I'ClI_.;e" que c('lIe dll Ct)rps. Vt))'ez-volls cesJivl'es?
I"'em'z celui-ci, et je pre4}dr'cli ceLles-lit. Celie iJiel'e-ci
('-I llIeilll'lIl'e que celie-lit, et je lie saurai;; dire pour-
«ilOl; C,ll' il Y a aulunt de urcl:he dUllS cellt:-la que
tbllS cclles·ri.
                           SUR LE   pno~mr.                          19

    Exercices sur les 1)/'OI1OIIIS j'e/Ilti{s, intel'/'ogali{5,
                          illdefinis.
Analyse olll'ele\,e eXl'rimcl'a Ie g';nrc, Ie nomhre eL la pcrsonne
                        tie cha'lue pronom,
   80. Moi qui; VOllS dant; cux qui; ello quo; In
femme quo; Ie gar~l)lI qui; los oiseaux: que; les
ploumo3 dant; on.
   8t. ElJes dont; celui qLlO; I'cncrier qui; toi dont ;
]a pomme que; nOllS qui; les affairo:> que; coux
qui; autrui.
   82. La mnlnuie que; qui parle (')? Que diles-vous 1
celie qui; I'holllme de qui; les I'<lcines que; la dame
aqui; vous dOli!'
    83. QniconlJue; que dcmnllde-t-on? qui chante ?
rien; Ie liiwre que; Ie mut uU(IlIl'I; la fontaine de
Jnquelle; elhlcun; personne .. ,ue;               qLloi   qne; qnel-
cOllqne,

Exercices de recapitulation sur lrs dif!t}'e,tfes sodes dt'
                       In'onOlns.
  L'ele\'e en indi'lucra Ie genre, Ie Hombre ot la personne ('),
   8'~ .. C'est moi qui leur ai riil ceci.              Que reut-on?
Demandez-Ini s'il pre(h'e celle-ci li celie-lit. Chacun
sOllge Ii soi. Tn CIl }Jal'les.
   85. Qni demande-t-ellc? r:est toi que nons connais-
SOilS.     Ce {ut llOllS qlli {hl/e,~ celit. Ilia I'cspecte.
CWait yo LIS qui lui parlie::.. Ellcs sont celles Ii qui ils
ont eait.
   86. ChnclIne d'ell('~ prefero (:I'lui'C'i I; coll1i-l:1. Votro
livre et Ie miPIl sun! cellx <IlI'un e~lill1e. Cl' SOllt ellrs
qui se surd jI"II(:C3.
   87. MOil cel'itnirc et In lelll' s01l1 cl'll,·.; qlJ'il (I('h(~leJ'(T.
Tes a [II IS et Ie,; siell.'; sc}'aleut-ils O}'J'il":s? PCI/se:-I'tllb U
son alraire Y J'y pense.

  (1t) On n'unaly"e pas les Ille<s en italiquo,
 20                                £XERCICES



                                DU VERBE.

                        EJ:e1'cices     SU?·   les verbes.
Analyst) all rtJlhe in.Ii'lllcra Ie mo.le, Ic temps, la pt:'rsonne, Ie
         nomlJl'e eL la conJugaison de chaqueyerbe It).
   88. Je pense, tn chantl!is, il mang-ea, nous avd'ns
pali, vous elites terni, ils uvuient joue; je souleverai,
tu auras rougi.
    89. II pel'cerait, nons bnlancerons, VOllS allriez
re~u, ils eusseut frappe, rec;ois, saluons, que je fende,
que tu blfunes, ql~'il lOllde.
   90. Ou'elle benisse, que nous excitassions, que VOllS
avez songe, qu'elles cllssent vendu, avoller, achevant,
avoir regi, tombe, devant sortir.
   9J. lIs benis~ellt, je pulis, tu recules, il languissait,
VOllS regissiez, elles ternirent, DOUS tendimes, j'eus
pIll, tll avais dli.
   92. II allclidl'n, nons senlirions, tn jOlleras, vous
aUrez pel'C;U, ils aurnienl dormi, j'ew;se emporle,
allelle, jetolls, blanchissl1z.
   93. Que nous allendrissions, que vous begayasstez,
qu'ils aienl cOll~n, qlle j'eusse repandu, Laure, cllEi-
nssanl, choisi, avoil' IKlIlni, devant eIre,
   9~, Tn a... erli~saif;, illlper~,llt, vaus nvez banni, ils
ellrcnt confoJlclu, j'avuis confie, nous contiendrons,
elles croiellt, I'ane hrait.
   95. On aura decousll, je defendrais, V01l5 auriez
decouverl, tu ellssesdtigrossi, voyons,que vouspeigniez,
que nOllS dussions.
   96. Ou'ellc ail ocrit, qlle nOllS ellssions ofTert, qu'ils
perdisscnt, tu dOl'S, je rom pais, vous liiez, Ie poussin
piaule.

    (t) Des grammairiens mouerne. ont donne nux temps des verbo," cle
nouvelles denomina.tions, quo lea cleves pourron t employer Intlistinete.
went j uiuSI on dit: lm'l'le au lieu dC1)1"eill'il,. pal/Ne fIi.",ultane au lieu
d'irupar/au ,. prtlJ/Jc (mterieur immClliat an lieu de preterit anMrieur ;
pfllllJe (m-fe/'iettr m/(lint au lieu do lllr",.que-parfait j lUlU,. anteJ'ieur au.
lieu de lUlu)' pa ...S, otc.
                      SUR LE \"EnnE.                     21

  97. Elles parlerent. je courrai, nOllS rejetterions,
que vous pliassiez, que tu emploies;      qu'Oll CI'tt dis-
couru, dire, lisaIlt, ayant SUo
   98. Emplissez, DOUS employons, VOllS payez, je
joignis, tu auras ouvert, fon<ions, que j'cteigne, tu
etenc\s, COUl'S, nous per'~umes, VOliS eteindriez, que je
peignisse, qu'elle dlit.

    Exercices sW'la conjugaison des vel·bes reguliers.
        L'eleve meUra les vcrbes nux temps indi'lues.
  99. Ind. pl'es. Je ployer, tu payer, il creer, DOllS
 sucer, vous tailler, ils appeler; je ceder, tu jeter, il
 proceder, elle tutoyer, no liS lancer, vous etinceler, ils
 essayer, elles concevoir. imp. Je menager,tu pecher,
it rineer, DOUS detailler, vous louer, nous publier,
 vous vous Doyer, je guerir, tu apeI'CeVoil', il fende,
DO us salir, vous recevoir, il fondre, elles pecher.
   100. Pre. de!. Je commencer, tu partager, iI suc-
ceder, DO us pincer, vous l'ecevoir, ils avertir; je
ternir, tu eblollir, il concevoir, nous atlendre, VOliS
plonger,ils rc/lechir. Fllt. Je nouer, tu sciel', il cMoyar,
e1le rayer, nOllS agreer, vous detelel', ils cacheter ; je
remplir, tu embellir, il guerir, nous percevoir, VOliS
entendre, ils rendre.
   101. Condo pl'CS. Je preferer, tu acheter, il essa,rer,
llOUS suer, vous agreer, ils regner; je peril', tu applau-
dir, il devoir, nOllS I'epandre, VOllS demolir, ils dUl'cir.
Impel'< 2e pel's. sing. Bulayer, appeler, rendre, fondre,
reunir, apercevoir, fureter, difl'erer. Subi. pl'cs. Que
jeplo.vel', que tu t'ennuyer, qu'il pn3cetler, qll'ellc
carreler, que nous emailler, que VOllS avouer, que
vous influer, que VOllS plier, que nOli'; pi oyer.
   102. Subj. p"es. Que nous deployer, que VOllS clouer,
qu'ils tutoyer, qu'elles succedel'; que je benir, que tu
regir, que nous pa.tir, fJu'il p:ilir, que notiS r'ougir,
qu'ils eblouir; q.ue jc recevoil', qlle tu [ondre, qu'il
tendre, que DOUS concevoir,. qlle vous apercevoir,
qu'ils decevoir. 1m/ieI'. Que je songer, (lue tu sucer,
                           EXERCICES

 qu'il menacer, qu'elle louer, qu'on parler, que nous
 jouer, que vous Jancel', qu'iJs douler.                  "
     103. imp. du sub}. Quo je regir, que tu cODvertir,
 qu'iJ remplir, qu'elle demoJir, qu'on relaLJir, que
 nous vieillir, que vous otollrdir,qll'ils accomplir ; que
je concevoir, que tu pr'elendre, qu'ilconcevoir, qu'eJle
 devoil',qu'on I'ecevoir, qu'il defendre, qu'elle attendre,
 qu'on refondre, qll'on hutir, que vous retrecir, qll'ils
 clourdir. Pret. Ulle je veiller, que tll corriger, qu'iL
 defenure; que no us appllyer, que VOllS recreer, qu'iJs
melJacer.
    10~. Ind. Pl'es. Je pacher, tn achoter, iI appeler,
nous hauer, vous jeler, ils daleler; je r&tir, tu choisir,
il oheir, nous emplir, vous applaudir', its bannir;)e
 rcpolldre, tu recevoil', il confondrj:l, nous decevOlr,
YOIlS lOl'llre, ils tond\'e. Imp. Je rayer, tu menacer, it
 rauger, nOlls hauer', YOUS inOuer, nous eveiller, vous
pr'ior, llOUS baluyer, vous jOller, ils ranger; je bannir,
tll I'edovoir, ib vonure, nOlls ussujetlir, vous percevoir,
il.i suspelldre, ellcs Il(khcr.
    105, Pret, de(. Je damolir, iu aporcevoir, il relldre,
IIOliS dalluir, VOllS cOlllpatir, nous devoir, vous rece-
voir', JlOUS repolldre, "ous tendre, ils recevoir; je
 hrouillpr, tU~ller. ilsllcer, nOllsoollseiller, vous,crier,.
i I LHllayer. Fut Je louer, tn suer, il houer, nous
Creel', "OilS lieI', ils essa,rer, nous·elever, vous deteler,
i I; PI'oJptcr. J' esslI yer, III brayer, il remller, JO fournir,
1il c1twoil', il elltendre, BOllS repandre, VOllS Jonir, ils
decev(Jir, PI'el, /nde{. Je tur'dre, tu parler, it fihir,
lOll:; recevoir, vous J!l'etem!r'c, iii; apJlllJer'.
    106, Cond,lm!s Je nOllcr, til rrJeter. 11 reCl'eer,
llOllS paJer, VOlb alleler, ils cadlcler; je balayer, tu
octroyer, il agl'eer, 1I0llS de:iunll', vous devoir,.il rendre.
elles pondre. Impel', 2" }Jers, pl. Jllenacel', songer,
etinceler, agir, uni,'. reccvoir, tendre, ft3pandre. Subj.
pl'h, Que je payor, qt1C tll acheter, qu'it proceder,
que nallS publiel', que "OU" agreer, qllO nOllS coto),er.
que VOLIS remuel', qUQ no LIS avoller, que WillS sllI'veit-
1er ; que jc divertir, que tu apercevoir, qu'it con-
                               SUR LE VERnE.                             23
fondre, qu'elle concevoir, que nous durcir, que vous
remplir, qu'ils devoir, qu'elles tendre.
   1007. Imp. du sub}. Que je rincer, que tu balancer,
qu'it ployer, qu'elle del'anger, qu'on eloigoer, que
nous donncr, qlle vous pincer, qu'ils manger; que
j'envahir, que tu epaissir, qu'illanguir, qu'e1le elargir,
qu'on gemir, que 1101lS clourdir, que vous blanchir,
qu'il engloulir; que je devoir, que tu recevoir, qu'ils
concevoir, qu'eHe perc€voir, qu'on apercevoir ; que
je tendre, que tu tondre, qu'il repandre, qu'elle en-
tendre, qu'on fondl'c, que nous recevoir, que vous
atlendre, que no us !Stendre, que vous entendre, qu'ils
tondre.

                 Exercices sUI'ia (ormation des temps.
           Temps primitifs dont l'elilve formcra. les ~emps derives,
                Formation de l'imperati(.
   108. Je !lemande, nOlls Sllpportons ("), VOllS battez,
je vois, 1l01iS COfllnJCII~ons, vons commandez, nOllS
saignons, vous rOlllpez, jc sais, vous savez, nous
savons, lIOllS acheloll~. YflllS faittls, Je choisis, vous
venez, nOll5 dU:i01l5, J0 comiens, je dors, vous diles.
   1.09. Je suis, nous sommes, vous ctes, nous coo-
naissons, vous UVPZ, Y \'dis,j'y vai~ U), IlOllS allons,
vaus ullez, JC dOllllC, fell «Iollne, je porte, J'y porte,
llOUS y pensons, vous Y sOlJgez, j'en olfre, j'y songe,
j'en soulfre, j'ouvre, 110US mangeollS.             .,
   110. Je me trompe, nous no us plaignons, VOllS VOUS
souvellCZ, je m'.Y attache, nOLls IlOll~ critiqllons, vous
TOUS vantez, yen gagne, j'y melle, je me pl'Omeme,
nous ayous, VOLIS reJiles, VOliS refaites, je puye, j'en
paye.

    <.) Ote. no"" et vu..., pour avoir I.. Ire et I.. 20 pers. pl. de l'impe-
r ..tIC.
  (t) On ajoute 8 al'impcratif qui finit pnr une voycHe, lorsqu'iJ cst
luivl de ('un des pronoms II ou en: VWl~y, donnea .. cn.
                           EXERClCES

           Formation de l'imparfait du sUbjonctif..
 . ft I. .Je .fermai, j~ ~J.1'abai?sai., je sob!f!is,je.c~n~us;
 J6 fenchs, Je fruppOl, JC scntls, Je rc~,u5,jevelldLS;
    112 . .fe semai, je souscrivis, je naql1is, je PllS~ je
 J!ai, je fis, je donnai, je dus, j'cmployai, j'ouvris'; ji!
 (ms.                            '

           FOf'mation du futUl' et du conditiiJrwel.
     113. Parler, fronder,. agreer; louer; consentir;
 reunir, repandre, vcndre, ballrc, aIllOlilceler,:hegay.w.
    114.· Ouvrir, blanchir,. boire, comparaltlte, mattro,
 lJalaycr, aUeJer, plaire, reduire, 110uer, haIr, plaindre"
 pouvoir.
    U5. Allcr, cnvoyer, tenir, devenir,.rliscourir, con-
 cOllrir, devoir, recevoir, voir, avoir, faire, failoir.
   116. Valoir, depJoyer, acqllerir, refairc, pleuvoir,
rccueillir, echoir, rcnvoyer, requorir, conccvoir, pou-
voir ..
   117. Etre, couler, vOliloir, accnciJliI', s'asseoir,
mOllrir', survenir', s'onqllerir, savoir, mouvoir, satis-
faire.
   118. S'en aller, revoir, meHre, ecrire,feindre, en-
(relenir, contreiaire, cxtrail"e, naitre, craindre, cqlli~
valoir.

           Formatrlmde l'imparfair de l'indicatif.
   It 9. "l\iangeant, blitissant, davant, repondant,rayant;
su~ant, eraillilnt, remnant, voyant, uvilissant, ~iapl,
teigiHmt.                                              .
   120. l)ayant, jetant, jOllunt, concluant, disant, veil.
Iant, eSS8runt, ncltoyant, ayanl, suchant, travaiIlant.
pliant, fmsant.

Formation des trois l)(!rs01mes plu,.ielles du present de
                       /'wdicatlf·
  121. Sautunt, bondissant, .sentant, 9ffrant, crai-
                                       SOR LE VERllE.

gnant, partageant, pla~ant, bllHant, brunissaqt, d.e~
~ant.. lJougeant, delelaut.
   122. Rejetant, elant, ayant, sachant, faisan!, disant,
allant, riant, rappeJant, renvoyant, renoncant, arran-
ge,m!, dcvenant.
   12:3. Prenant, venant, redisant, refaisapt, s'en allant,
cnmprcnant, enfon~.ant, satisfaisant, pJoyant, egayant,
reprcnanl, mcdisant.

                         Formatioll du present du subjoncti(.
      12i. T,)chant, poircissant, recevapt, rcrondant,
cr;j,1I11, sUJlplcant, riunt; voyant, per4an~, uuissant,
IllCillilllt,on'rant, reliant, begayant.
    12.1. Allant, tenant, venant, acquenmt, devart, POll-
;-(lll!, ,"ola'nl, voulant, mouvant, f'l-Ilant, buvanl,
fais<lnt.
    126. BcfiJis<lnt, otant, s'emouvant, equivalant, tra-
\';lillanl, fei~nant, concevant, mouillant, payant, niant,
s'en allant, rclournant, comprenant.
                           Formation des temps comp()$t!s.
     127. Dechirc, uni, conc;n, rendu, monte ('), venu,
dcchn, Jescendu, tombe, couru, alle, ne, parti, nui,
plu, mort.

                    E .ccl'cices $U" les verbes i1't'eguliers (t).
L"'I,'\'f~    ctud18ra Ie tableau des temps primitifs at III formation
                                des temps.
   128. Ind. pres. J'aller, tu courir, il cueillir, il fuir,
nOllS mourir, vous acquerir, ils tressaillir ; j'acque-
rir, tu vetir, il nourrir, no us fuir, vous aller, its fuir.
-Imp. Je revelir, tu t'en aller, il cueillir, no us fuir,
,"ous Irrs~<lillir, lis s'enquerir.-Pret. de(. Je recueillir,
tu uccourir, il fuil', vous aller, lis mourir; je con-
    (*) \'nyf'7.,        a 1:1 conjugai.-:on dos    verbes neutres, eaux qui preDDent
a7Jf) I /" Oll f:t reo
  (t) Il conviendrait que l'elcve no fit ""s cxcrciccs quo IOrBqu'il aura
co: ~i ''':':'';i.!''; ['I'.:: ,'~:nCLt t·j:..t,: L:.; ycrLcs irr{-guUL:r~.
                                               IJ
!6                          EXERCICE!

courir, tu acquerir, it Yetir, nOlls nOlls enfuir, vous
fuir, its s'en aller.-Ful. Je v&tir, tu t'ellfuir, il cumllir,
nous acquerir, vous mounr, 115 counr; Je secourir,
tu accueillir, iI s'enquerir. >'DUS envoyer, lis s'en aller.
    t~. Condo pre•. Je re'fetir, tu renvoyer, if s'en
aller, noue recueilllr, vous acquenf. 115 ruourir; je
req~le.ft., tu flllt, 11 monrir, nous 99M'Q'IFlr, VOllS aller,
ils"tiili~' Impb-. 1° pel". pl. Aller .. courir. tressailllr,
fuir. envoyer, dlscourir.-Sub/. pres. Que je m'en
aller, Que ill acquerir, qu'j, envo.yer, que nous nous
en aller. qu vouslressailhr qu'ilsfulr; queJe m'en-
fuir, que tu mourir, qu'i. s'enquerir, que nous ren-
'Voyer, que YOW! 'ous enflllr, qu'ils reclleJllir.-lmp.
Que le courlr. que tu flllr, qu'il nller. qu'on ren-
voyer, qu'ell& revetir, que nous mourir, que "fOUS
cueillir. qu'ils tressmlhr.
      130. Ind. pres. Je mOllvoir, tu pouvoir. il echorr,
 elle s'aoseoir, on vouloir. 1I0US VOir, VOllS pouvoir, lis
 youloir; .Ie valoir, til vouloir, il pleuvOlr, II fallnir,
 elle s'eruollvoir. nOllS nOlls asseoir, vous savlllr, lis
 mOllvoir.-lmp. Je voulOlr, tll sJvoir, il pleuvoir.
 JlOllS no LIS usseoir, "~us rCI'!Jlr, II~ pouvoir,--/~J'et.
 dl!{. J'echoir, til decnoi .. , II Viti oil' , It pleuvoir, 1i01lS
 vOllloir, VOllS voir, ils mOllvui .. ; je pouvoir, lu sur-
 senir, it falloir, elle vouloir, 011 ~a\'oir, nOlls !lOllS
 asseoir, vous POUVOil', ils revoir. Fur. Je Youloir, lu
 ,oir, il valoir. on s'asseoir, elle suvuir, BOUS pouvolr.
 vous mouvoir, ils surseOlr.
      131. Condo ]I'res. Je declioir, tu mOllvoir, lis r voir,
11 fd!!Qir._iLclill!YDir, elle vouloir 01 0 Olr VOllS
 vi'i'l'Olr, ils s'usseoir; Je voir,      recevoir, 11 surseOlr,
 nous vouloir, vous savoir, ils mouvoir. -Imp. Ire
 pel's. pl. Suvoir, voir, s'asseoir, mouvoir, pOllvoir.-'
 Sub). pres. Que je savoir, que tu vouloir, qu'it pleu-
 voir, qu'on vuloir, qu'elle voir, que nous 1I01lS asseoir,
 qlle vous pouvoir, qu'il mouvoir; que je valoir, que
 ttl pOllvoir. qu'il mouvoir, que no LIS voir, que vnlls
 savuir, qu'ils vouloil'.-Imp. Que jo suyoir, 1\lie til
                      SUR LE VERnE.

r:ts~e()ir, flil'il pleuvoir, qu'on voir, qu'el\e vouloir,
que !lOllS Jluurvoir, qu'ils surseoir. '
   132. Ind. pres. Je battre tu boire, iI braire, nous
                                ..
cOIl(~lure, vous repondre, ils coudre; Je clore, tu
coudre, il clore, on confire, elle croire, nous recoudre,
vous boil'e, ils battre.-Imp Je combattre, tu coudre,
il Iwire, nous conclure. vous croire. 11,; repondre.-
Pret. dp(. Je coudre, tu confire, il cuire. nous bOlre,
VOllS battre. jls clrconcire.-Fut. Je clore, tu conclure,
ilhruire, it braire, nons combattre, vous bOlre, ils
braire; Je cOlldre, tu croire, il clore, nOlls bOlre, vous
haUre. ils reponure.
   133. Condo Pl'Ps. Je croire, tu condre, il repondre,
nous coufire, VOllS cOllcllll'e, ils clore; .ill boire, tu
hattre, 11 braire, 110lIS recoudl'e. VOllS croire, ils Clr-
concire, -Imppr. 2- pel's. SIn'I. eroire, couore, confire.
 hoire, buttle. ~Subi. (ires. Que Je I)()ire, que tu coudre,
qU'11 croire, que lions cOllclllre,quc vous crOlre, qu ils
uecoudre; qlle)e hallre, que tu confire, qu II coudre,
que notls bOlre, que VOllS uatlr'e, qu'ils croire.,*,lmp.
Que Je haire, que tu bailre, Cill'il circonclre, qu'elJe
cunclure, qu'on rcsoudre, que nOlls nipondre, que
vous crOlre, qll'ils eoudre.
    t3&.. Ind. /mis. Je dire, III mauchre, II ecrire, nous
exclure, vous faire. 11:; prendre; Je lIre, tu prendre,
il refail'e, elle exclure, nou:; Uluudire, vous re(hre,
vous sallsfllll'e, vous medlre, ils ecrire.-Imp. Je
reprencire, tll lire, II !lmE', erie muurhre, nous exclure,
vousdire, ils entreprelldre.-Pl'd. de/'. Je ('omprelldre,
ttl relire, 11 ccrire. on fail'e, lIOliS dIre. VOllS redire,
ils mandire.-Fut. Je conlredire, tu dccrire, 11 exclure,
nous faire, vous comprendr'e, ils souscrire.-Fut. ant.
Je hoire, tu cOllcir\l, il dire, clle reprendre,on decrire,
no us fuire, VOliS lire, lIs croire.
   135. Condo pres. J'ecrire, ttl exclure, il faire, nous
prendre, vom:; relire, 115 dire, elles satisf<1II11:l.-lmper.
2· pel's. pl. Dire, redire, muudire, ecr'ire, predire,
f~ire, refai~e, contrefaire, prendre.-Sllbj. prr;s. Que
je prodireJ quo tu defaire, qu'il decrire, fluO nOlls
28                       EXERCI~S


exelure, que vous apprendre, flU'ils reprendro ; qile
je surprenure, que tu SUli~falre, qu'd SOu~CI'H'<~, que
nOlIs muudil'e, <Ille VOllS exelul'e, qU'II" Iil'e.-/lllp.
Que je lire, que tu rendre, qll'il faire, qll'elle exelure,
qll'OIl eerir p , qllt' nous Illaudir,~. que vous dire, I]u'il"
eUlre,-PnH. Que je lire, que lu reprendre, qll'il
exelure, que nOllS sou~el'lre. que vaus faire, qu'iJs
dire.
    136. Ind. JJI'h. Je meltre, III mourlre, elle naUre,
11 luire, no us IlUire, "flUS rlre, 115 rompre: ]8 frire,
tu rom pre, il eorrornpr e. elle rire, on nUlre, nous
moudre. vous mdtre, ils lllire -Imfl' Je fnre. tu
remeltre, il rel1Jolldre, nOlls nre VOllS naitl'e, its
rom(lre, eJles 1I11Ire,- PI'N, d(:r, Je rOOlpre, tu rire,
il nuire, elle l1ilitre, \lOllS mUll!ll'e, vaus sonmeltre.
 ils sourire, elles frire; Je relllfludre III permeltre.
il nre, nOllS l1uire, VOIIS naltr,', 11-; transmettre,-Fut.'
Je mOlldre, lu nuire, Jlf lIaitre. fi:,I.~      """e;    nOllS
rompre, vous meUre. ils adrneltre. ,
    137. Condo p/(i.~. Se mire, III remeltre, il remolldre,
eJle I'enaitre nOlls 111l1re, VOUS fire, lis illterrompre;
)e sannre. til rorrornpre, Ii !luil e. DOllS rellaitre,
vous moudr", liS SOlllllettrr.-lmper. 2· pel's. sin!].
Rompre, nrc lIIoudre. 1IIC'l[rc.-t-Suo,. prfs. Que je
~, que 111 IIIt'!lrl',q1lilIiIUlldtc, que llOUS llailre,
que VOliS 11lIire. qu lis rUlllpl'e qlle)e SOlll'lre. que lu
renallre. qull nuil'(', que !lUllS fire, que vous mouure,
qu'Jls permettre.it/llili. Que Ie meltrc, que tn llloudre,
qu'j) naltre, que nUlls 1lI11fe, que vous rire, qu'jls·
rompre, qu'ollos soumetll'e. -- Plusq. pm'f. Quo .Ie
nailm, que III earrompl'e, qu'il rire, que nous re-
naitre. que vous meltre, qu'ils luire.
    138, Ind. fires. Je resoudre, III aLsolirire, Ii suffire,
nous suine, VOliS II'au'e, ils vinc.-Imp. Je vivro, tu
snivre, it vainere. l101lS aiJsoudre, vons traire, tis sous-
traire,-Pl'~. de{. Je vaincre, tu suine, 11 vivre, ItOUS
 resoudre, valis eallvainere, ils survivre. - Fut. Jo
suivre, tu vaincre, it absaudre, no liS traire, YOU::;
 extraire, i1s suffire.-1mlHil'. 2- l}el'~. lll, Al)30'1:1:\',
                             Sl!tn1I!   ~ERnE.                            29

~'1iH(',     trnirr, vivre.-"-UuJ. pnis..·.Qllc .JC rcooudre,
q   ii'   III l'"ill'~l1iv['c, qu'il ~. que JlOIlS !fottfiD,
,q lie V'lIIS nbsoudre, qu'ils vivre: 1m/I, QUI' IC SlIrvlvre,
glle III Ydilll:t'C, qu'it s'ensuivrp, quo I'IOU,; rcsoudre,
 que VUlIS convaincre, qu'its Sllffire.

      E,L'f'1'cices sur {"accord des !,!,"(,cs {i~'I'C /ellr slIjrt 011
                                nominallf'.
                  L',jliwe corrlgera lp.~ fuule, r]·uflcorcl.
   139. Jc renvoies, tu vn, it COllrs, nons clleilion,
vous nller. ils vonls, ils cou['nll, clle vOlllnienl, on
savais, II pouvait, elle comprenail, J'ccnvit, tu pilI'la,
il couul'a, riOlIS pourVlime, vous vouillte, ils chanlere,
il bOlraient, elle Youcil'ais, 011 YOllurais, il souscr·j-
raient, elies intruiraient, 103 alles brairait, que je
veUllles, qlle III eueille, qll'il vnillent, qu'elie saehes,
qu'elles dormo, qu'olll'ompellt, qu'ils pcrisse, qu'elies
jouisse.
   1"0. Guillaume ot JI.liien se leycre de bonne heure,
et vinre me dire fll!e ,cs soldals avait qnilte la gar-
nison. L'ull et :'(jlltl'e peJlse COllllne vous. Sa droiture
et son honnelcte Ie fuil rechercher de tout Ie monde.
La force uu corps et cello de I'o~pl'it ne so rencontro
pas touJours. l\1oi et vous, nOlls avons une opinion
 differente. Dans volre e'nfance, votre Slllllr et vous,
 vous vous plaisiez it jOller CHoclIlble.
    1&.1. Moi, toi ct Jui,nolls aimons la chasse. II veut
 une pal x dont tOllS les partls soit contents, qui finis-
 sent toutes les Jalousies, qui apaise lous les ressenti-
 ments, Cjlll guel'lssellt lOutes les uefiances. Sa har-
 diesse et son courage paraisse elonnants. Ce sera
 moi et vous qUl sewnt appeles les premiers. Vos
 domestiql.les ct vous, vous etes sortis avant quatre
 heures. Ton cousin et toi, vous etes les plus studieux,
 Moi et toi, nOLls serons cOLlronnes.
    1"2. Cellx qui s'applique aux petites choses devient
 ordinairement incapables des grunues. I.e vin et Ie
 cidre r!lisselait dans la cave. Volre frere, vous et moi
30                            EXER~JCES


110US   lirons en~ernl;le (,ntln nOllvelle brochure. Louis
XIV [Iynlll rIit all COIJlI!) do. Gr:tllllllont: Je sais votre
;lg'(~, 1;6veque de SClIli,;, qLli nSr,. aus, m'a donne pour
CiH)(llJe que vous avez elucli6 elJsemble dans la meme
classe : Cet eH:qlle, Sil'e, l'opliquus Ie cornIe, n'accu-
sent ]lus ju~l!} ,: cal' lii llIoi IIi lui lJ'avons jamais
6tudie.

          Verbes actifs ou transitils d mettl'e au passif.
   11,.3. Les oi~s mangent        n I'herlre. Le cuisinier tue
les poulets. Le soleil eclaire la terre. J'aime Dieu.
La mere cherit ses enfants. Homulus fonda Rome.
Henri IV aimait Ie peuple.
   fl,.l,.. Nous avions ferme la porte. II fera son devoir.
Qu'ils etudient leur le-;:oll. NOlls parcourons tout Ie
pays. VOliS Ie poursuivez. II ne in connaissait pas.
II me montra,
   11,.5. Tout Ie monde le5 crain!. Elle nous eut pro-
teges. lis racheterent des esclaves. Je cueillerai des
fruits. II corrojo{)pit les jeunes gens. Vons n'entre-
prendrez pas cetto affaire. Les honnetes gens la
respectent.

Analyse des di/Th'entes sorles de verbes, de leurs sujets et
            de leurs regimes ou complements.
L'e](l\'C   exprimera Ie mOlle, Ie Lemps, la personne et Ie nombre.
   11,.6. J'etudie rna le-;on. Tu ecris une lettre. II
chante une chanson. Nous avons vu votre frere.
   1&''1. Vous aviez achete son cheval. lis aimaient
leur mere. Elles payeront leurs dettes. Nous mauge-
rio.nB une perdrix.
   11,.8. Georges a voyage; il a parcouru I'Europe.
Elle plait d (t) ses parents. La canaille rut repolls-
see pm' les troupes.

  ~) L& participe d'un verbe p"BIrlf ,"ccorda en ~enro ct en nombre
avec Ie SUJot de ce verbe.
  (t) On n'analy.e pa.s Ie. mol. en ito.lique.
                       SUR LE VERUE.

   u,!J. Mettez cette leltre ri la po,;te, II meurt de faim.
Nos soldat~ ont hattu I'ellll()[lii, L'a"S(~lHbH':e u exuwiuo
la question, et envo,ve sa 1't~I'0IlS\~ Ult I'(oi.
   150. Mes umis wul pilrli-. r:ClIIS YOll'; cslimolls.
Je vous Jis 111 Yerih~. Tu me pi::lllS, et Je ,Ie consule.
II m'a dit lUlmell~ollge.
 _ 151. Elle fa C!!llll~ .llne f .. h!p. II 1I'{llrne pas le:'l
e'CI)t1et.s~~~81r!1i1.1~'b t";!\"lilk~. L'holl~,me savant
qt.'1"m'l!; l'e~~rrtn'l IlltHUlllo fMil'eIG:,~X·ltlfjl>uolllle.
    152. Vous Ie fl'uppPz. II VOl]:; I'I'Clposerait ulle
question. Tu lui I'cprochuis sa I'al'e",se. On leur par-
donne eette faule.
     lS8. Nous te dOlllHlmcs IIIl boa conReil, que tu tie
suivis pas. On 11l'eliVCI'I'<! llil paquet. Celie persoune
m'aurait IrO/IJl'e.
    15q.. ]I V01l5 aura i'cOlis rcllc Wlllmc. Je L'ui vu.
Nous raviolis uOlille l'clldrz-\·ou,. lis 1I01lS eussent
aper\:us. ChaclllI ~'em]lrc"sa de IIUllS <lppl'cnure cetle
nouvelle.
    155. A qui U-f-Oll PJ)voyti co, mnreitan(lisrs? Que
dites-vous de ccLte a:raire '! Acceptcz Ie present que
vous fait madame.
     156. Je me tr'ompnis, Til te ICI'eras. II so tourmeu-
terait. Nous nous somlnes penlus. Vous VOliS seriez
donne cette peine.                             .
     157. II s'etait casse Ie bras. Elle s'est coupee au
doigt. Je me suis hlesse li la jumbe. Vous vous feriez
un meilleur sort.
     158. Quclqu'un exige cela de toL Donnez-moi volre
place. Prends celle plume, uOIlIle-la lui. Rendez-
moi mOll ecriloire, C est nloi qui me trom~.,.
     j 59. C'etail toi qui jouais. Ce fut nous qUl te seeou-
rumes, Qui crie? Vous conviendrez du prix. II surfit
que VOliS soyez arrive.
     160. Elles se conduisent bien, Cet enfant est /lime
 II, ,es parents. La maison sera Mtie par ce cbarpen-
tlf'r. II faut que j'aille ri Dunkerque.
     161. lrimportait que je fisse mon devoir. Apportez..
  .JOi l'urgent que vous avez. Vous eussiez eta Ttl.
llappclle-toi ce qne.ie Cai dit. II neigea.
                                J!:XERCICES



                         DtT PARTIeIPE.
            E.cercices   SUI'   ['accord des partic/pes.
          Partieipes presents et adjectjis t'erbaux.
    162. Les bccufs mugis9!lnt et les hr..ebis. Mlanlit
 vCflaient en foule; ils ne ·pouvaient trouver aS$ez
 tl"dalJles pour eIre mis 11 couvert. Les maW'es appren-
lIent en enseignants aussl bien que Jes ecoliers en
etudiants. VOllS avez choisl une couleur bien chan-
geantes. Quelle perle if a faite en perdant son frere !
Jls vonl rampants devalll les grands ann d'etre inso-
lents avec leurs egallx.
    163. Une agrcablo langlieur, s'emparant inSE!llsi-
l)fement de mes sens, sllspendit l'activite de mon ame.
Yoyez cetta vuste nappe d'eau dormapl; quoiqu'eUe
n'ait aucun CO).lrs, les vents, agitants sa surface, en-
tretiennent sa purete. Elle est loin .de ressembler a
ces marais croupissants. exhalants line odeur bitunii-
neuse el felide. Des poissons innombrables, vivants
lIans son seill, sonl destines a la table du maitre.
    16~. La ~ill~ ayant ete {lrise et mise au pillage, Ie
soldat y fit un Immense butlll. Deux barques, voguante
it toutes voiles et fuyant l'ouragan dont elles sont
menacees, cherchent a ~agner Ie bordo Les vents,
soufflaJlts avec force, slffianls dans les corriages,
s>oppos~nt a Ia manceuvre.· Ces gells-lii sont les plus
obligeants que je connaisse.

                        Partl"cipes passes.
             P(lrtici'pe passe sam auxl'liaire. (0)
   165. Une fteur fane peut quelquefois repr!i,ndreson

   (.) Un pnrHcipe passe qui ni~st accompagne d'aucun auxiliaire,
.'"ccorde In genro et en l10mbre "vcc I. nom ou Ie pronom auquel il S6
rapporte.
                    SUR LE PARTIC1\E.                  33

eclat; mais une fleur fletri n'y revient plus. II faut
se tenir sur ses gardes avec les personnes violentes ;
et il ne faut souvent que de la patience avec les per-
sonnes emporte. Eclaire par la critique des uns,
enc{)urllge par I'etoge des aulres, il retoucha son
ouvrage avec beaucoup de soin. Nous voici, disaient-
ils, rend us a la maison bien fatigue. Elles ont paru
ebranle, attendri.
   166. Les animaux prive Ie sont naturel\ement; Ies
apprivoise Ie sont par I'art et par I'industriede I'homme.
La cinquieme edition de cet ouvrage, revu, corrige et
augmente par I'auleur, est la meilleure qui ait encore
paru. Ma taule renverse, man papier dechire, mes
livres tombe, mes plumes ecrase, mon encre epancM ;
voila Ie desordre qui s'offrit a rna vue, lorsqlie j'en-
trai dans rna ehambre. II y a des sottises bien habilJe,
comme il y a des sots bien vNu.


Accord du pal"ticipe passe avec Ie sujet ou nominatif du
                          verbe.
   167. Le ciel est ceUe cite permanent~ ou les justes
seront re~ll apres celle vie. Les belles choses ont
besoin d'etre bien ecritc, comme les pierres precieuses
d'titre bien enchasses. Les sciences sont toujours
protege par les gOllvernemcnts ec\aire. Les armes a
feu n'etaient pas connu des anciens. Elle est venu
nOllS apporter toutes sortes de rafraichissements.
Aussit~t que mes tanles seront rentre, je me rendrai
chez vous.
    168. Elles se sont donne la peine· de til'eeouter.
\\Ies sreurs sont oeeupe it dessiner. Les dames de la
eour se sont impose des lois. Nous oublions aisement
nos fautes, lorsqu'cl\es ne sonl su que de nous. Les
lois sont failes pour notre bonheur; no us devons
done obEiir aux lois. Les hommes se sont bati des
villes pour leur surete. lIs se son I propose des ques-
tiolls bien difficiles it resolldre.
                              n·
36                         EXERCICES

auteur it )imer et a perfectionner ses ecrits, qui fait
que Ie lecteur n'a point de peine en les lisant.
      Toules les dignites que tu m'as demande,
      Je te les ai, sUr l'heure et sans peine, accorde.
     177. lis se sont donne lin rendez-volls pour termi-
 ner Ie differend. Les lois que s'etaient impose les
 premiers chretiens etaient pleines de sagesse. CeUe
 ville s'est rendu florissante par son commerce. Saint-
 .\IJ~ustin ne veut pas qu'on dise que Dieu nous a fait
  u-Ie; mms il dit qu'il nous failjuste continuellement.
 Lps absences qu'a fait cet ecolier, n'ont pas peu con-
 lJ'ibue a lui inspirer Ie degout du tpavail. Lea exploits
 d'Alexandre ont ete vante par quelques historiens:
 pour moi, loin de les admirer, je les ai toujours
juges dignes de blame.
    178. Pratiquez les vertus que vous avez entendu
louer. Les figures que vous avez appris a dessiner,
 sont de toute beaule. II ne faut jamais s'ecarter de la
bonne route que 1'on a commence a suivre. Je sais Ia
leQon que #'Vous m'avez donne a etudier. Oil sont
aile les enfants que vous avez vu jouer? Les personnes
que no us avons entendu chanter, s'en sont aile de
bonne heure. Voililles ennemis que la reine a eu a
combattre, et que ni sa prudence ni sa fermete u'ont
pu vaincre.
    179. Les mesures que vous m'avez dit de prendre
n'ont pas reussi. Connaissez-vous les personnes que
vous avez vu passer? Les regles que j'ai commence a
expllquer me paraissent aise a saislr. Les sciences
que vous n'avez pas VOUlll que j'etudiasse, me seraient
auj':lllrd'hui d'une grande utilite. Ce n'est pas la la
eonduite que j'ai suppose que vons tiendl·iez. N'ont-
ils pas toutes les affaires que j'ai prevu qu'ils auraient?
lis ataient dans la rne; je les ai fait eutrer.

     Exercices de recapitulation sur {es participes.
  180. Celte montagne etant tres-elevae, et ainsi
iominunt une grande etendue de pays, atait tres-
                     sun   LE PARTICIPt.                  37

 pro pre a nos observations. Cette femme est .d'un
 bon caractere, obJigeant klut Ie monde, !orsqu'll est
 en SOil pouvoir de Ie faire. Du temps d'Abrah:ml,
 les menaces du vrai Dieu etaient redoute de Plwraon.
 roi d'Egypte; mais, au temps de MOise, tOliles !c:s
 nations etaient perverti; et Ie monde, qutil Dlell avalt
 fait pour manifester son po~voir, etait de~ellu un
 temple {l'idoles. Les romaJns Ollt successlvemcnl
 triomphe deS' nations les plus belllqlleuses.
    '181. On a rarement vu un ,grand fonds de h.I;}
 sens dans un homme d'imagination. Les lettre~ I't
 I'ecriture ont ete invente pour pemdre la poirol(',
 Titus a rendu sa femm~ maltresse de tOllS "e~ hiell-.
 Plusieul's arb res ont ete abattu; je le~ ai eutelidlL
 tomber. Je me suis donn£! Lien des peinc:s. Ln.;
 chaleurs excessives qU'll 1l 11lit cet ele Ollt beallcOlltl
 nui a la recolte. J'ai loue es maiSOllS que J'ai fait
 Latir. Les grands changements qu'il y u eu dans
 l'administration ont elollne bIen des personne:,!. On
 nous avo; mais on ne nous a pas parle. 1
     182. Les coupables qu'on a condamne lCmort sont
 rentre dans la prison. Votre pere vous a donne tIe
 bons conseils, que VOllS n'avez jamais voulu suivre.
 Que d'tlioges ne SOIl) pas dCt uux personnes qui se sOllt
 toujOUfS impose I obligatIOn bien douce de proteger
 Ie merite indlg:enl! BOlleau est un poete celebre par
1a critique JudiclOlise qU'll a exerce sur les ecrivains
 de son siecle. Onjugel'u des eloges qU'a re~u I'auteur
 de cette Jolie piece, Jlill' les grandes difficulles qu'i! a
 eu a surmouter, at qu'il a surmonte en elfet.
    183. La ~USltlJ~ POU! passer p~ur un des plus bt'aux
poemes qu on alt lamals lu depms Homere et Virgile.
On vous a vu, ma sreur, mais On ne vous a pas re-
connu. Les pigeons que vous avez vu voleI' au-desstls
d~ la maison, et qui se sont ensuite perche sur Ie
tOlt, ne sont. pas les memes que vous avez vu voler
pa~ !es accuses dont. on plnide I'affaire aujollrd 'hili.
VOlla, mon fils, ~lS[!lt HlJe [c!Jilre mern, Ie ;:lljrl d.-
larmes que ttl Ilias Vll Yerser. TiIUlJkoil:i! I'('\"f~_
    38                       EXERClCES

les habitants que Ia cruaute" du tyran avait force de
s'exiler.
   181,.. Les personnes que vous avez vu avec nous,
sont des gens qui craignenl Di.eu et qui aiment lit
vertu. Bile a renconlre votre pere et votre sreur en
venant ici. O~ a dit 6 Ria mere que volre sreur, se
ressouvenant des Injures qu'elle avail re~u de votr~
frere, s'est refuse de Ie voir depuis ce temps. Votre
tante ayant donne les ordres necessaires avo!> en',.-
sins, est parti immediatement pour Paris.
         Je Yois ces murs sanglaols. ees pOItes embl'1lse,
         Hous ces lambrls fumant. ces lemmes "er/lo!oe
         ...... Rome. sub.Juguanl l'UIU\ers aballll.
         Ne vaut pas un hamcau qu'hablte Ja \'erill.
,  185. Se n'm pas YU volre famille depuis qu'elle
est arriv.e de France; parait-elle sati~faile de £011
voyage? Les maisons quoll a bait pendant I'hiver,
ne sont pas aussi saines qne celie ql1'on a commence
au printernps, et qu'on a fini au millen de I ete. Lcs
personnes vertueuses son 1 alllle et respecte do tont I~
monde, et merne des mechants. J'a! III lous les lIvre.;
que vaus m'avez prete. Avez-vous vu ['{lS marchUII-
dises que j'ai re~u? Si vous pouvez vemr avec lu()·i,
je vous montrerai Ia personne que j'ai elltendu
chanter.
   186. Mesdames, lui avez-vons rendu les leUres
qu'elle VOllS avait prie de lire? Ou IIveZ-VOllS achete
ces gants? Je les ai achete on France. Plusieurs per-
sonnes se sont presente a la porte; la sentillelle les a
laisse passer. C'est une belie chansen que j'ai en-
tendu chanter plusieurs fors. La langue que j'ai
commence d'apprendre est fort utile. Je vous ai
rendu lous les services que j'ai pll. VOllS avez obtenll
de lui tOLlles les faveLlrs que vousavez vouln. Elle a
fuit toutes les dCl1lar"ches qu'elle a duo    "
                      SUR LA PREPOSITION.                         39


                   DE LA PHEPOSITIO~.


                Exercices sur les Prepositions.


Analyse des differentes sortes de prepositions et de leurs
-                regimes ou complemc'1ds.
   187. Elle vient de Marseille. J'ullais cbez ValiS. II
est derriere la porte. Man chien cOllrt apres un Iievre.
Nous sortlrons avant SIX hcures. "OilS !'avez Vll des
sa naissance_ Amusez-vous pOlldalll son uUsollce.
Selon mOl, vous avez tort.
   188. Ne sortez pas sans lions. II a fmt cf'la malgrs
ses parents. Nous ne ,01111111'- P l-i .H',-/'l dlilrltaules
envers les pauvres. Tont a ('l,' l'l" '/~ \';11' la toute-
puissance de Dlell. Mettons-IJUlb SOLIS cel arure. La
chandelle est sur la 1au\e.
   189. On pnnira les ecolier:; qui son! sortis sans
permission. PourquOl)JC l'eolt'z-yOUS pas dans voh'o
cbambre? II y a une yoitnrc dev:lJl t la porte. lIs pas-
serent' pres de mOl Hlns lIIe voir, Ils se sont Lien
comportes envors tout Ie monde,
   190. Un homme sincere parle ct ugi! snivant sa
pen~e. II arr!va ici de bonnc heuro uprcs VallS. Ne
la VO\'PZ-'l'QUS p~s se. 1)I'oUJenel' avec son pero? lis
S'OJI! f,klJei contro nous ..Ie [JJO pJuirais bien en Italie.
011 Jo lrUdvera parmI les marls.                 .
   1!H. Je lie ('ai pas entendu copuLa son depart. VallS
trouvon'z Uile leUre derriere Ie miroir. Des ce mo-
 mont, je vow; crois. Ne VOIIS metlez pus devant moi.
Les troupcs onl eumpe durant tout I'hivor. Ne wtes
_u personlle ce qui s'o,t pas~c elltre valis et moi.
, 192, VOtls' a-t-on cerlt eOIlCI'['n;lIIt eette nO'nire?
No soyez ]lUS illj::,Jr' ('IIYC'1'" \'('~:'I' I'i'/)f'liaill II arriva
 vers huit houro,;, Prollcz cc (jil'] VO,IS vOlllcz, oxcopt6
40                             EXEllCICES

mon epee. Ils. furent tous noyes, hormis mon frere.
Je me prOm€lDe tous leg jours, jJonobstant Ie mll.uvais
temps.
  193. Outre SOli argent, il d(ipense enc()re celui cia
ses sceurs. C'est pat· mOll ordre qu'il est venu ici. Je
vous attends de puis JOllgtemps. Qu'avez-volls fait pen-
dant l'hiver? Nous travaillons pour obeir aDieu.
Nous ne saurions rien fail'e sans lui. II vit seJon les
regles qu'iJ s'est prescrites.


                          DE L'ADVERBE.

                   Exercices sur les Adverbes.

              Formation des adverbes de maniere.
   19~. Fidele, tranquille, vrui, gai, joli, utile, hahile,
subtil, ordinaire, ingellu, aveugle, mOliere, lent, r>
present, vehement, constaut (t), eloquent, galant,
prudent, bon, sot, pareil, net, franc, frais, naif, seul,
egaJ.
   195. Assidu, commode, conforme, enorme, com-
mun, confus, expres, obscur, precis, profond, sense,
vif, second, premier, honteux, malheureux, faux,
secret, complet, divin, malin, vaillant, recent, special,
abusif, excellent, ruechant, public, juste.
           Analyse des ditferelltes sortes d'adve1·bes.
  196. Faites d'abord ce que vous avez a faire, en-
suite vous sortirez. Votre frere apprend facilement.
Allez-vou5 sou vent a Londres? J'y vais quelquefois.
Les Frall'iais alierent en Espagne, ou ils combattirent
vaillamman!. Ne lui donnez que peu de vin.

  (*) Si I'adjectif finit par une consonne, formez l'a.dverbe de son
fcminin, en y ajoutant ment: doux, clnuce, dQUCfment.
  (t) Les adjcctifs en ont, ent, forment les adverbes en antmcnt,emment J"
.avant, savammc-nt; evident, it'idem1Ucllt.
                  SUR LA CONJONCTION.                 41
   f97. Ne faites jamais votre exercice Ii la bate;
faites-Ie attentivement. J'allai hier aVersailles, j'irai
demain a Melun. Ne VOllS ai-je pas dit de rester ici ?
It Y a beaucoup de gibier dans cette plaine. Les pou-
lets ,olent bas.
    198. lis sont maintenant en Angleterre. Oil les
avez-vous rencontres? Ce fut Iii. que se donna cette
fameuse bataille. Vous allez partout, et je ne vais
nulle part. Je vous verrai peut-elre demain. J'ap-
 prendrai peu a peu rna le~on. Elle voit clair. Vous
frappez trop forL Elle est auss] grande que vous .
   .199. Votre frere est plus age que moi. Combien
 d'habits avez-vous 'f On dit que vous parlez bientM,
cependantj'espere que vous vwudl·ez me voir aupara-
yant. Je vais dehors; restez dedans. Que ferez-vous
 ailleurs? II a moins d'argent que nous, mais il a plus
 d'esprit.


                DE LA CONJONCTION,

             Exercices sur les Conjonctions.

      Analyse des differentes sorles de Conjonctionl.
   200. Les pommes et les poires sont cueilIies. Je
n'y iral pas, ni vous non plus. II faut pourtant que
je sorte. Onle punit, parce qu'il ne fait pas son devoir.
Soit qu'i1 vienus ou llon. Elle Ie fera, puisque vous
Ie voulez. II fall mal ce qu'il fait; d'ailleurs, il est
tres-paresseux.
   !01. Ven~zJ aftn que je vous parle. Outre qu'il ne
i'applique pas com me il Ie devrait, il manque encore
souvent Ii I'ecole. Des que je l'aurai vu, je vous Ie
ferai savoir. Quoiqu'il soit plus riche que vous, iJ
n'est pas plus heureux.
   202. Je vous preterai cet argent, pourvu que vous
me Ie rendiet demain. Soutene~-le, de peur qu'il ne
                             EXERCIGES

 tombe. Les ecoliers paresseux ne remporleronl aucun
 J)rix: or, vous etes parp,sseux, done vous n'en rappor-
 terez aUClln.
    203. NOllS I1011S tenons preIs, en cas que Ie maitre
 arrive. II m'a ballu; de plus, il m'a vole. II sera
 puni, it moins qu'il ne se repenle. Bien qu'on l'ait
 trouve eoupable, it sera mis en liberte. Suppose
 qu'ils viennent, en serez-vous moins dans l'embarras.

                   Regime des Conionciions.
 L'i,leve metlra les infinillfs en Itahque au preseht lIe !'indicatiC
    ou au presenl :Iu 5ubjoncllf, selon que les conJonclions qui les
    regissenl veulenl run ou l'autre mode.
      20~. Soit qu'il Ie vouloir ou non. Je VOLIS aime,
   (laree que VOllS VOUS conduire bien. Mon pere re-
   vlendra plus tOt que vous ne Je penseI'. Je VOLIS expli-
   querai plusieurs difficulles, afin que VOLIS ne vous
   decourrtger pas. Portez cet argent a volfe mere pour
. qu'el/e pouvoir payer votre maitre d'eeritllre. Volre
   frere apprend sa 'Iecon, pendant que vous vous amu-
  seI'. Appelez-Ie, en cas que vous avoir besoin de lui.
      205. Suppose que lu perdre les amis, que devien-
  dras-tu? NOllS ne serons j3mais respeetes, a moins
  que nous ll'ahan·donnl!l' la compagnie que nOliS fre-
  qllentons. Je reslerai iei, puisque vous Ie vouloir. Je
  lui ecr'irai toujonrs jusqu'a ce qu'il me ''(}pondre. lis
  lie "ont pas heurell.\:, qllOiqll'ib etre riches. Bien qu'il
  lI'allOlr point de fortune, il jouit d'llne grande consi-
  deratioll. NOlls n'allolls pl1l3 Je voir, attendu qu'il ne
  recevoir plus personnc.
     206. Les affaires ont bien ehaIlge~ depuis que VOllS
 etre Ici. Jl.Jolitrez-nOlls Ie chemin, (Ie peur que now;
 ne llQUS' trompe1·. Je ne puis sorlir sans que mamere
 me Ie permettre. II ne recovra point de reponse, si ee
 n'c,;t quOil I'li ecrire d" nouveau. Elle s'en va, eneorf'
 que ;;(1[1 perc HO Ie l'oltiolr pa~. Nous VOllS attendroli",
 l"il1i'VII que VOllS nOlh jJJh'l'lIir. Altelillu :Jue vow;
 {!lire luicllX. .A van! que til tel·} aller·. Non pas qu'il
c91ltrltindre. De erainte que je lie me perdre.
                 E.£I;I'cices SUI' I'Jlltt'I'jecl ion.



       AII(1lyse des dilferentes sortes d'interjections.
  207. (hut! HoliJ.! (.a! Oh! Fi! Hn! Aie! Eon!
Hela~! He! Fi done! Allons! Paix! Courage! Ouf!




       ANALYSE CmIPOSEE OU'DEVELOPPEE
                DES DlX PARTIES DU DISCOUIIS.

   208. Ce qui /latte les sens, amollit Ie cecur. Ceilli
qui ne sait pas garder un secret, est incapable de
guuverner.
   209. On doit s'ahstenir des medisnnces, si I'on ne
vellt entendre des choses desobhgeallies. II faul res-
pecter la vieillesse.
   2tO. Une Injure n'e~t qu'Ul1 mal d'opinion pour
celui qui la 50uffre ; elle Ile peul verilublelUellt offenser
que celui qui I'a faite.
   211. I.e moyen de birn n'glpr notre conduite, est
d'eviter ee que !JOll"; hi c'lll 10 11'; uaw; k~ aulre:;. EVltez
Ja compagnie des meeliallls.
   212. Le devoir DOUS appelle pluUH c1lf)Z nos [lmis,
dans la mallvai~e que dans la hOlille fortullc. II im-
porte beaucoup de valIlcre la culore.
   213, Mon llictoire e-t IOIl!.('IIf" In ~ielille e:'t ronrte ;
mais f:r:t)utlltIS 101 vull'e ,ill!lill':t\',Hd.. C'}UX f]lIi Plilre-.
prCl)nclit de S!:'I'Vtl' Ie public, llleritent l1'et,"eeu(juu-
ri\ges.
                         EXERCICES

   21ft. Lorsque je vous proposai de lui pr~ter de
l'argent, j'avais des raisons de croire que vous lui
feriez ce plaisir; it present, je ne puis m'empecher de
vous reprocher votre ingratitude.
   215. Les hommes sont faits pour travailler comme
les oiseaux pour voler. Je serais fache que rna femme
et mes flUes ne fussent pas a Ia maison pour vous
recevoir.
   216. La plus grande sagesse de l'homrrie consiste
a connaitre ses folies. Un riche ignorant ressemble
a une brebis couverte d'une toison d'or.

           REMARQUES PARTICULI£RES
              SUR CHAQtrE ESPECE DE MOT.


            Remarques sur les noms composes.
                 Noms   a metlre au pluriel.
   217. Plat-pied, Ioup-garou, pie-grieche, chef-d'reu-
vre, eau-de-vie, passe-partout, arc-boutant, boute-en-
train, chou-fleur, contre-danse, chauve-souris.
   218. Cul-de-jatte, avant-scene, Ioup-cervier, essuie-
main, corps-de-garde,cul-de-sac, passe-dehout, courte-
pointe, ver-ii-soie, ver-luisant, savoir-faire, bOIl-chre-
tien.
   219. Pain-de-coucou, beau-pere, belle-mere, v9Ie-
au-vent, garde-champ~tre, cerf-yolant, oUl-dire,garde-
magasin, qui-va-lil, pince-sans-rire, sur-arbitre, meurt-
de-laim.                          .

           Remarques sur Ie. noms de nombre.
                    Phrases A corriger.
  220. Ce puits a deux cents metres de profondeur,.
et cette riviere a quatre-vingt metres de largeur.
.{:":;lis!! il deux: cent quatre-vipgt-six metres de hau-
 teur. Ce ehamp a six cent metres de longneur',sur
 cinq cent de Iqrgeur. La garnison se cOJIlpose d en-
 viron neut mille soldats .. Elle IljOUrLlt .Ia nix 'fevrier
 mille-sept (',ent quatr~-vingt-nellf. II y a environ
 vingt-six poires dans cette corbeille. Elle m'a fait
 present d'unf3· ~emi douzaine d'abricots, et d'une
 douzama et iiemiEt de p€lches.
    221. J'ai achete tme oemi-livre de groseilles, et une
 livre et demi de cerises. Fenelon, archeveque de
 Cambrai, naquit au chateau de Fenelon, Ie six aout
 mille six ceot cinquante et un, d'unefilmille ancienne
 et di$tinguee. On avail fait dans la paroisse et dans
 Ie voisinage, une quete qui produisit deux mille huit
 eent francs. J'arrivai chez lui a dix heures at demi,
 euviron une demi-heure avant son depart.
    222. lIs n'etaient que trois cent, et, malgre leur
 inferiorite, jls attaquerent leurs ennemis, qui etaie;:lt
 environ trois mille, les battirent et les disperserent.
 Je vons ai attendu pendant une derni-heure. II vendit
 sa maison de campa~ne vingt mille six cent quatre-
 vingt francs; ce fut en mille huit cent qu'il fit cette
 vente. Nous sortirons a deux hen res et demie, une
 demi-heure apres 110tre diner. S'il avait six ceuts
 francs de rente, il vivrait mieux que son voisin, qui en
  a dix mille.


             Remarques.sur les noms partitirs.
                     Phrases a corriger.
   223. lis reprirent uue partie des bagages qui atait
 tomLe entre les mains des ennemis. Beaucollp de
 personnes etait de son avis. La Thessalie produit des
 beaux fruits, dll' bon Yin, des oranges et des citrons.
 De la bonne petite biere, ou de \'eau pure, est prefe-
 rable a du rnauyais vin. La plupart des hommes aime
 les richesses. NOllS avons des bonnes raisons pour
 nous defier de lui.
  1,.6                      EXERCICES

      22~. Beaucoup de poetes pense que la poesie est
                           a
  I'a'r.t d'unir Ie plaisir Ja verite, en appelant l'imagi-
  natwn au secOllrs de la raison. Peu de gens reflechit
  que Ie temps, allssi bien que I'argent, peut se perdre
  par une avarice hors de propos. Les FranCais mangent
  flu bon pain, de Ja bonne viande, et J>oivent du bon
  Vln.     Un grand camr, dlsalt un roi de Perse, recoit
  des petits presents d'une main, et en fait des grands
 d'une autre.
     225. Celui qui sait se faire aimer, entreprend peu
 d'affaires qui ne lui reussisse. On vail un grand
 nombre de personnes capable rie faire une action
 sage; on en voit un plus grand nombre capable rie
 faire une action ri'esprit et d'adresse; mais bien peu
 est capable de faire une action ~enereuse. Lanoblesse
 doit avoir des lumieres etendues at des grands senti-
 ments. Tant d'annees d'habitudes etait des chaines
 de fer qm me liait a ces deux grands hommes. II y
 a des belles fleurs dans ce jardin.


                 Remarques sur les Pronoms.
                       Phrases   a carrIger.
      2:W. }llln cher enfant si valis valllez etre e~[irn(',;,
  II faul que vallO' sorez pali campl(lISanlS, dOllX, atl'a-
 hies. lIIesdames, ete~-vom; bien Rise d'avoir VlI celte
 piece? OUl, no us le5 sommes. Y a-t-il ulle fille pillS
 !lwlhellrense ef lrallee pillS ndl(,lIlemelll qrleje Ja slIis?
 Je vous prie, m:ldame, a y aller valls-memes. Valis
 nOlls avez trouves aimables; pourquoi avonS-HOllS
cc ..;-e de les pardllre?
     227. Celte personne e,,1 fort propre sur soi. E.xcuser
dans soi-meme les f:lUles qll·Oll ne peut sOllfTnr dans
ilUII'ui c'e-! airner mietl:\. eIre sot lui-meme, qlle de
Yllir i(:s iIllti'('~ Iris. Ce sllperbe temple etait sur Ie
haut (rune collille; sn~ cclonnes elaient de marbre,
at ses parIes etaienl d'or. La Tamise cst ulle nviere
                   SUR LES' PRONOYS.                  47

magnifique, son lit est large et profond. Le RMne a
sa source au mont Saint-Gothard, en Suisse.
   228. N'etes-vous pas bien aises, messieurs, de lui
avoir parle vo~·meme? La noblesse donnee aux
peres, parce qu'ils etalent verlueux, a ele laissee aux
enfants, afin qu'ils les devinssent. On a souvent
besoin d'un plus petit que soi. Mesdames, etes-vous
contentes de ce discours? OUl, nous les sommes infi-
niment. Pour que votre frere se corrige de ses def'luts;
iI doit faire mille reflex ions sur soi-meme. Nous
irons vous voir si nous Ie pouvons.               . ,
   229. C'est avec raison que !es etrangers admirent
ce pays; son climat est delicieux.. son sol fertile, ses
lois sages, et son gouvernement juste et mod ere.
Ces arbres sont bien exposes; cependant Jeurs fruits
ne sont pas bons. Cette eglise est belie; on admire
surtout 1a hauteur de son clocher. La meme Justesse
d'esprit qui nous fait ecrire de bonnes choses, nous
fait apprehender qu'elles ne les soient pas assez pour
meriter d'etre lues. Je vous vendrai les tables et leurs
tiroirs.
   230. La vertu est Ie premier des biens; c'est d'elle
seule dont nous devons attendre Ie Lonheur. C'etait
de vous dont j'avais besoin. C'est la ou je vous ai
vu. Ce fut pur Amiens par oil je paSSal, C'etait de
Paris d'oil je venais. Le commerce a qui vous vous
appliquez, et la profession a qlll vous vous etiez de-
VOlle, sont honorables. Le mensonge est un vice
pour qui lesjeunes gens devraient aVOlr la plus grande
horreur.
  231. 8i l'exercice de cette importante charge lai5-
sait autant de loisir a M. Ie chancelier qu'il a d'estime
pour vous, Ie conseil rendrait ses arn3ts par la merne
bouche par laquelle Sa Majeste rend ses oracles. La
table sur qui vous vous appuyez, est cassee depuis
huil jours. II faut bien choisir les amis a qwi I'on
veut donner sa con fiance. Une fontaine ne peut jetel'
                         EXERCICES

de l'eau douce par Ie   merne tunu Pllr ou ellejetl~ rle
I'eau salee.
    232. C'est de 10 bonne ou de Ja mauvaise educa-
 tion d'ou depend pre~que tOlljours te bonheur Oll Ie
 malhaur de In vie. Dormer e~t un mot pour qui J'avare
 a tant d'avel'sion, qU'll ne dit jnmais.ie vous donne,
 mais je vous pride Ie bonjour. De In fa~on dont j'ai
 parle, 01\ a du m 'entC1ldre. C'est a LilJe all je VUlIS
 ai vu pour la premiere fOlS. Quitter les mumrs a qui
fOil doit ses vietOlres, pour prendre celie des vaincus,
c'asl une conduits qui lle peut s'exeuser.
    233. Ce n'est pas moi qui a fevele Ie secret; c'est
 toi qui, suivaut tous Itrs rapports, en a fait part alout
Ie monde. Ce n'etait pas elle qui cbantait. Est-ce
nous qui vaus ennuie? Ce n'est pas vous q1Ji rem-
portera Ie premier prix. Ce seraient eux qui vitJIId .. ait.
C'est toi qui se trompe, C'est moi qui s'en cst apef';u
Ie premie,'. Ce liera lui qui s'cn ira. Cc serait YOUS
qui s'assIermt. JUoi qui ne soup~onnajt pas tunt do
faussete, de ruse et de perfidie dans un homme que
j'aimais aveugJement, je suivais ses conseils.
   23~, Ce qui m'indigne, c'cst les injustices qu'on nc
ceS5C de faire. Cc qui m'arrMhe au sentiment qlli
m'accaLle, c'est ValiS, Lisez Homere et VirgiJe; c'est
Jes deux plus grands poete,; de J"antiquite. C'etait
oux qui m'in;;;truisaient de tont. Ce serait elles qui
vous secourraient. Ce qui m'ellmiie Ie plus, c'est les
redites. C'etait mes sreurs et mes cousins qui reve-
nuient de la campagne. C'elait a ces messieurs que
je parlais.
   235, Les eufants, lous aimables qu'ils sont, ant
souvent bien des defuuts qu'i! est important de car-
riger. Ces fleors, tout iuodore qu'elles sont, n'en son!
pas mains estimees. Quoique ce pedant absurtIe Fait
un infutigable ecrivailleur, il n'a pus mains In tete
tout vide. Elle est tout honleuse tIe ce qll'elJe a dit.
Elle fut tout aise et tout heurellse de reucolltrer un
                    !JR- LES l'RONOMS.

mnlotru. Leg philosophes, tous eclaires qU'i1s sont,
ignorent les verilables causes de bien des eft'ets na-
turels.
    236. Quelques belles qu'elles puissent iHre, elles ne
c10ivent pas etre vaines. Quelque raisons qu'on lui
npporte, il n'en croit rien. Quelque efforts que vous
fa55iez, vous aurez bien de Ia peine a reussir. Quelque
puissants qu'ils soient, je ne les crains pas. Quelque
 puiss~ etre In faute qu'il a fait.e, on la lui pardonnera.
Quelque soient les lois,nous devons toujours lesrespec-
 ter. Les hommes, qu~tql1e opposes qu'ils soient, s'ac-
corll.ent sur ce point . .Qtr81que soit la negligence de eet
 homme, it ne laisse pa~ue remplir ses devoirs.
    237. Ce fut les Egy¢iQrls qui, les premiers, obser-
verent Ie cours des aslteil.. Cest nous qui s'est attire
cette infoftune, par rUJU"~ lI:lgerete et notre impru-
dence. Les dernieres figlol.ett que vous m'avez envoyees
etaient toute autres qu,e l1is premieres. De quelque
avantages que vous jouiS!!tez;; vous ne serez pas heu-
 reux, si vous ne savez re.eriVler vos passions. Quelque
soit votre naissance, que~ue soient vos dignites, vous
 ne devez mepriser persontl'~. Quelques habiles, quel-
ques eclaires que nous sQyons, ne faisons pas un vain
elalage de notre science. .
    238. Le corps perit, l'amQ. est immortelle; cepen-
 (Jant tous les soins sont 'ponr celui-ci, tandis qu'on
 m?glige celie-lit. Je ne connais personne qui soit plus
 instruit que votre frere aine. Voila les memes per-
 sbnnes que j'ai tencontrees ce malin. Un chacun de
 HOllS vit it sa maniere.     Un quelqll'un qui sait la po-
 lilesse, a soin de ne rien dire de desobligeant a per-
 ~onne. II manque ~lll quelqu6 -chose a ce tableau.
 filnll frere et rna seeur .sont sortis ; celai-ci revient
 lIellHlin, celie-lit restera huit lours chez notre fermier.
     239. Personne n'est venu me Voir. pendant ma ma-
  hlLe. Un chacun a ses defauls. Tels est l'av:mtage
 ~ 'l'Olit Ie" talents SUI' la beau Ie ; celie-lit n'u qu'un
 l: ~i1!,o pour pbire, ceux-ci plaisent dans tous les
                               c
  50                              EXEl\CrCES

  temps. Un quelqu'un conseillait                     a
                                             Diogime de sa
  reposer dans sa vieillesse. Personne n'est content de
  sa forlune, ni meconlente de son esprit. Ce n'est pas
  assez, pour etre poll, de rendre a chacun ce qui lui
  est dtl; it faut Ie faire d'une manii~re libre et aisee,


                          Remarques sur leI! verbes,
                             Phrases it corriger.
     2iO. Quel crime cet homme.a-t-il commis ? L'homme
  sage a-t-il toujours la yert~ .~tJur mobile? Ne s'en
  ecarte-t-il jamais ? Que doif,;~n: faire en pareil cas?
  Votre sreur viendra-t-elle a~~u'rd'hui ? Mange-je plus
  qu'a mon ordinaire 1 Sors-,re'\OOS les jours comme on
  vous I'a dit ? Ne suis-je pa~.if1,l~si heureux qu'on peut
  l'etre 1 Songeais-je a lui al~ 'I
     2~1. Telle sa conduite e~~ r}, IOrsqu'il demeurail
 it Paris. Ainsi cette cruelrti/¥lerre 58 termina. Peut-
 etre il ne viendra que demuin. En vain on lui deman-
 derail sa protection: il'1r(!·l'accorde it peri'onne.
 Dors-je trop long-temps? Qi.Je,sont les hommes devant
 Dieu 1 Tel l"achamcl1lt'n( d!l soldat etait dans Ct.t!e
 affaire sericll~e. ,\il!,j le.jl~fferend se tel'mina. lI1ens-
 je plus que lui? A-I-Oil !line?


                          Emploi del! temps.
                           Phrases a corriger.
    2~2.Je dejeunai ce matin chez volre cousin, Oil je
 trouvai deux de vos amis qui se querellaient; ils se
niconcilierent pourtant it la fin, et allerent faire en-
semble un tour de promenade. Nous avons Vll Ie I'oi
aujourd'hui, et no.us mImes I'honneur de .lui bais~r
la main. Je per dis mon temps cette sernallle; mms
j'ai beaucoup travaille la semaine derniere. Si j'au-

  (*) On met cnooro Ie sujet     Rpr~s   I. verbe, lorsque la phr'". com-
menoo pllr aUBBi, en vain, encore, peut-etrc, au moina, tl peine.
                      SUR L'EIIIPLOI DES TEMPS.                          51
rais (t) ete la, je vous aurais parle. Tu sortirais si tu
Ie voudrais.
   2r..3. J'ai ecrit la semaine derniere a volre Irere ; je
recus sa IePOnSe au commencement de ceUe semaine j
j'etais au cafe quand on me l'apporta. Votre cousin,
qui etait avec moi, me demanda comment il se portait.
Je lui montrai la leUrd; et comme ilia lisalt, quel-
qu'un vint me demander: je fus oblige de sortir, et
je lui laissai la lcttre; mais il me promit de me la
rendre aujourd'hui. Si J'on vous demandait votre avis
lil-dessus, que diriez,vots ?                     '


                      Emplr;ii:du Subjonctif.
Phrases it corriger, dans~~el.e,· I'eleve m.ettra Jes infinitifs
  en 'taJique au present dll.'subJonctif, au present au au fmur de
  l'indicatif, selon que Ie, prejniec verbe reglt J'un au I'autre
  mode,
   On emploie Ie subjonctif: 10' Apr~s les verbes qui exprimen! 18
doute, la crainte, )e cieslt., Ie commandement. £te., etc. 2v Aprea un
verbe accompagne d'une mter~'l>tlon (,U d'une n~gatlcn. ;'0 Apres ua
verbe Impersoonel qUI n'expnll',c! },a,s quelque chose dt POSltl!. 40 Apr~s
les pronom! reI obis precedeG <I'dn '£uperlatil relahf, ou dun verbe qui
ex~rime Ie besoin, Ie ttl:-sir, te duute, etc., C't-st tt meuleur Iwmme qu'on.
pU1.BBe trouver. 60 Apres quetql)eS cODJonctiOmt. foyez frramntaire,
.hap. LX, cell.. qui regi88ent ce l1ioll~:
   2r..r... Je doute qu'il pa,lltlr. Tu desires qu'elle etre
modeste. IJ veut que t~ "w'rtir. Nous craignons que
vous ne tomber. Voulez-vous que nous r!crire r lis
souhaitaient que vous reussl1·. J apprehemle que tu
n'etre trompe. Tu sms que j€. m',}' lOnna/Ire. Elle doute
que tu avoir raison. J'aime mieux qU'lls lJeni1' eux-
memes. Croyez-vous que je vouloir l'ecouter?
   2r..S. Nous tremblons qu'ils rt avoir tort. On ne croit
pas 9u'ils sat'Olr ce qUI s'es! passe. Elle permet que
je men alle7'. Nous deslrons qu'el]& arrivf:f Lientot.
lis souhaitent que vous tire heureux. Je desire que
vous y aller vous-memes. Nous doutons qu'll ecrire
  (f) C'est une raute quo d'employer .; de~"nt Ie cOllditiOnDol en ra;,.
 D. !lites pas: ..it "iendrait, dites: .'il venai,.
                         EXJl!RCtCES

 :j1sfli bien que sonfrere. Elles sonl surprises qu'il
  'aire tant de pro-gres.
    2j6. Nous craignons qu'elle ne mpurir. Elle nie
 que cela etre vrai. lIs ignorent que ceUe nouvelle
 itre fall sse. Croyez-vous que renfant dormir ? Per-
 ruettez que je lui dire quelque chose. Defendez qu'il
entr(l ici. Permettez-volls qu'i1 sortir avec moi? Je
VOllS assure qu'el\e avoil' be all coup d'esprit. Elle croit
bien qu'i1 etre riche ; mais elle ne croit pas qu'il etre
heureux. Penses-tu que je pouvoir parvenir a mon
but?        •
    2&.7. Croyez-vous qu'il savob:!CtlUe bonne nouvelle?
lis ignorent que nous eiudier !eso.mathematiques. On
espere qu'il se compO/·ter miq,,~it l'avenir. Elle pre-
tend que ses ordres etre execQJe~i II faut que je m'en
aller. II est a propos que jsotni ecrire. II est eton-
nant que personne ne vouloi~' rester avec lui. II est
courrouee que vous ne marcf""r)Jas.
    248. Voila Ie plus court-chemin que vous pouvoir
prendre. Je n'aime pas qu';~°t!k'er tous les jours ala
chasse. Le meilleur parti qUt-o vous avoir a prendre,
c'est celui-ci. II importe qll'on y courir tout de suite.
C'est Ie plus bel homme qUQ ae connaitre. Trouvez-
moi un domestique-qui etr~ ·iliaustrieux. J'ai besoin
d'une maison OU il Y avoir .une grande cave.
    2&.9. II est certain que je'neconsentir jamais a cela.
Est-il certain qu'il consentir il vous accompagner ?
Choisissez un ami que vous estimer, qui vouloir et qui
pouvoir vous servir au besoin. C'est Ja moindre chose
que nous pouvoir faire en volre faveur. 11 me faut
un commis qui saVOl-r parler anglais. C'est Ie seul
moyen que nous trouver a employer. Faudra-t-i1 que
nous vous envoyer vos livres? Il semble que l'envie
et la haine n'etre qu'une meme passion.
                  SUR L-EJlPLOTlJE"S T'EMPS.                 53

              Emploi des temps du subjonetif.
                          a changer doit exprimcr un present
(Pres.) indique que Ie verbe
  par rapport au verb&prmClpal; If.) un futur, (pas.) un passe .
     .
   250. Doutes-tu qu'il eeri1'e (p7·eS.) mieux que toi ?
Je ne pense pas qu'I1 eomprendre (pres) rwn it cela.
Nous craignons qu'iI ne no us reduire'(( ) it 1<1 misere.
On Ie punira, it moins qu'il ne se repentir (pres.)
Quoiqu'il pouvoir (pres.) venir cet apres-midi, il ne
sera pas paye. Je suis surpris qu'il s'en alter (pns.)
sans me parler. Elle me qu'elle eCl'i7'l' (pas.) cette
leUre. On apprehende qU'elle ne maurlr ((.) de cette
 maJadie.                                             .
   251. Si vous etes riche et justa, et que vousetre
(pres.) sage en meme temps, vous serez aime et eSlime
 de tout Ie monde. C'est In plus belle maison que je
voir (pas.) jamais. 1\ importe que YOUS m'eerire ({.)
la &emaine pl'Ochaine. II cOllvient qu'elle eire (f.)
punie. II n'est pas possible qu'eIJe eroire (pas.) un
pareil menteur. II n'y a pas moyen que je Ie {aire ({.)
H faudra que je me servir (pres.) de votre scie. Sup-
posons que nous Je dire (pas.) Nous partirons avant
que vous arriver (pas.) Nous feignons de croire,
quoique nous savoir (pres.) qu'il ment.
   252. Je souhaiterais qu'il venir ({.) ce soir. On
craindrait qu'il ne se perdre ({.) Je voudrais qu'oll
vous aeeorder (f.) la permission de sortir. Nous sor-
times sans qu'il s'en apereevoir (pres.) II etait neces-
saire que je m'en retouner (pres.) it la maison. J'Eituis
fache qu'il ne me repondre (pas.) pas encore. Tout Ie
monde ignorait qu'd s'en alter (pas.) Nous doutions
qu'eIJe aequerir (pas.) une aussi grande fortune. lis
sont sortis de pour qu'on nil les en{ermer (f.) II a
fallu que je prendre ((.) d'autres renseignements. lis
ont voulu que je m'asseoir ((.) aupres d·eux.
   253. II importail que je rester (pres.) aupres de lui.
Je voudrais que vous Ie voir (f.) On ne I'a pas Jaisse
sortir jusqu'A ce qu'il payer (pas.) ce qu'il devait.
                          EXERCICE5

   Ji:f1e Goutait que son perelitre (pl'h.) la. J'apprehen-
  lierais qu'iln'lIbuse1' Cf.) de rna cOllfianee. J'ignorais
  que vous prendre (pas.) d'aulres lllBSlu·es. Nous
  aurions souhaite que VOllS venir (pas.) pju~ t6t. Vous
  ne fuisiez rien, it moins qu'on ne YOllS Ie permettre
  (pres.) Si l'on y etait, ct qu'on y etre (pres) bien °e.tabli,
  on y resterait.
       25l,.. 1l me faut une table qui eire (pres.) forte, Jarge
  et longue. On ciesire qu'il veni1' (f.) demain. Je suis
  etonne que vous commeitre (pas.) ulle lelle indiscretion.
  Croyez-moi, ou soufTrez que je vous abundonner (f.) II
  est surprenant qu'll reussir (pas.). car il n'est pas iudus-
 tI:leux. Son pere permettait qu'd venir (pres.) lCi tous
 les Jours. Est-il vrai que votrefrere etre (pres.) plus age
 que moi? Est-i1 certain qlleVOllg oller (pas.) en Espagne
 l'annee derniere?
      255. Chacun de no us souhaite que vous reussir ({.)
 dans votre entreprise. Alexandre ordonna que tous
 ses sujels I'adorer (f.) comme un dieu. Je voulais que
 vous ecri1'e (f.) i1 votre seeur. II souhaiterait que vous
prendre ((.) des mesures plus convenables. Je n'y irai
 pas que je ne recevoir (pas.) quelque assurance d'y
 ~tre bIen accueilli. VOllS ignoriezque j'emhrasser(pas.)
 ceUe profeSSIOn-lao Vous ne croyiez pas que j'arriver
 (pas.) avant vous. "Nous aurions ele filches que vous
 vous adresser (pas.) i1 d'autres qu'a nous.Nous crai-
gnons que vous ne tomber (f'.) dans leurs mains.
     256. On aurait voulu qu'il faire ((.) valoir leurs
talents. J'apprehende qu'il peril' (pas.) en route. Je
VOllS Ie vendrai, POUI'VU que vous me Ie payer «(.)
complant. II nous ecrivlt par la poste, afin que nous
recevoir (f.) ses ordres i1 temps. Elle t@lllChele cla-
veCID, quoique VOllS Ie lui defe7ldre (pas.) Ecrivez
moi Ie plus t(\t qu'il vous $era pOSSible, afin que je
1'ecevoir (f.) votre lettre 6'Vant mon depart de Paris.
Jc vous Ie dirai., pourvu que vous n~.en parler (/.) a
per·wnne. II vaudrait mieux queu-ous r.ettechir(pres.)
sur vut!'e condUlte que sur celie des autres.
    257. II importe que VOllS etutiier (pres.) pendant que
                SUR L'ACCORD DES TEMPS.                   55
:VOUS ~tes jeune. Je l'ai detourne de faire cette entre,..
prise, de peur qu'il ne se ruiner ((.) Vous nous
assurez qu'il est honn/ite homme; mais nous avons
tous des raisons p.our douter qu'il t'eire (pres.) J'ai
ordonne qu'on preparer (f.) Ie souper. Nous sommes
surpris 9u'il n'arriver (pas.) pas encore. II nie en
 vain qu il voir (pas.) votre oncie, puisque je puis
 prouver qu'il se promena hier avec lui .. Je n'aurais
jamais eru que vous vous soumettre (pas.) a des condi-
 tions aussi desavantageuses.             "
    258. Je doute qu'aucun philosopl1e connaitre (pas.)
Jamais {'origine des vents. Je n'entreprendrai rien
que je ne consulter (pas.) auparavant quelques per-
sonnes ial!eS et eclairees. Vous ne pensiez pas qu'il
vous tendre (pas.) un piege. ,"ous eussiez trouve
 mauvais que nous contrevenir (pas.) it vos ordres. Il
est indifferent qu'un homme savoir (pres.) danser ou
non; mais il est necessaire qu'il avoi,. (pres.) l'esprit
bien forme. II est I'hommo Je plus agreable que je
connaitre (pres.) at Ie moins prevenu que je voir (pas.)
jamais.                 .
  " 259. Le chien est Ie seul animal dont la fidelite eire
(pres.) a \'epreuve. It semble qu'il ne saooir (pres.)
rien, at qu'U nc voir (pas.) jamais personne. Vous ne
 pouvez rien faire qui vous etre (pres.) plus avantageux,
 l1i :Jui vous (aire (pres.) plus d'honneur. II n"a rien
fait qui devoir (plis.) VOllS mett[·c en eolere. Dites-Iui
des ['aisons qui pouvo1r (t.) Ie convaincre. Ce n'est pas
 une chose dont on devoir (pres.) lui parler dans fetat
oil II est. II y u peu d'hommes qui sa voir (pres.) sup-
por'lor I'adversite, sans se plaindre. II cherch\l"~t une
1'8traite on it ',auvoir if.) etre tranquille.


   Exercices de recapitulation Sllr ['accord des tempI.
                  Verbes a falre accorder.
  2GO. Vous ravez engage it venir avec nous; m~is
Je doute qu'il aura cette complaisance. Je ne pouvais
56                      EXERClCES

 me persuader qu'il a ere assez vain pour aspirer a
 cette place. Quoique tout Ie monde Ie disait, je ne
 croyals pas qu'il etait aile a Rome. Est-it possible
 qu'il a laisse echapper une aUSSI belle occasion d'ac-
 querir une gloire immortelJe? Vous voudriez que je
 prenne feu d'abord contre eux, et qu'it leur exemple,
 j'aille eclater p,'omptement en invectives et injures.
 II faudrait que vous y soyez aussi.
    261. J'aurais souhaite qu'il ait profire de son se-
 jour a la campagne pour se perfectionner dans J'etude
 de la philosophie. Chacun souhaite qu'it reussit dans
 son entreprisa; car personne ne croit qU'Il Y a UIl plus
 honnete homme que lui. C'est J'homme Ie plus savant
 que je connais. H faudrait que les enfants apprennent
 tous les jours quelque chose par Cffiur. Si VOllS etudiez,
 ot que vous prenez de la peine, VOllS apprendrez Ie
fran~ais, II n'etait pas 51 fou qu'il ne savalt Ce qu'll
faisait. Le moindre bruit que vous faisiez, on vous
entendait.
    262, J'ecris leurs noms en lettres capitales, afin que
]e lecteur les voit de loin, et qu'il ne court pas risque
de les manquer. Je voudrais que J'amour que nous
devons avoir les uns pour las autres, soit Ie p"incipe
de toutes nos actions, comme it est ia base de to utes
Jes vertus. II est Ie plus bel homme que j'ai jamals
VU, et sa femme la plus desagreable qu'on peut s'ima-
giller. Si vous lisez I'histoire, et que vous cherchez
un prince favorise de la victoire, vous Ie trouverez
dans la personne du roi Alfred.
    263. C'elait une maison opulente; Dieu a permis
qu'elle tombe tout d'ul1 coup dans la misere. Vous
voutez que je fuis et que je vous evile. Je m'elonne
que vous n'avez pas prevu cet accident. AstarM fit
entendre au roi qu'it fallait t'eloigner, de peur qu'jl
ne prenne des liaisons avec les mechants. Se faisais
la cour lous les jours it l'Illfant, pour qu'il n'oubJie
pOint ce que je lui avais demande. Philoctete naturet-
lement parlait moins; mais it etait prompt: et pour
                SUR L'ACCORD DES TEMPS.                 51

pou qU'on excita sa vivacite, on lui faisait dire ce
qu'il avail resolu de wire.
   26~. Quoi qu il yellille faire, it n'entreprendra jamais
rien qlli fut aL\-uesslls de ses forces Pensez-vous
qu'en formant la n\publiqlle ties aoeilles, Dieu n'a
pas vouln I LlstrUlre-les !'ois it commander avec douceur,
et les sUJels a o!Jl~nr avec amour? II semble que les
entreprises sont, parmi nous, plus difficiles a mener
que chez les anciens. I.e meilleur parti que vous
pouviez prendre, c'elait de vous laire. 11 est possible
9u'll eut de plus Jcunes f[ eres; ruais voici Ie plus
Jeune que je connaisse.
   265. Le plus grand theatre qu'~l y a pour la vertu,
c'est la consclenec. , La maisOll que vouit avez ache tee
est une des plLS belles qu'on cut' baties depuis long-
temps. !\Ion ami, appliquez·vous; que. vos parents
soient contents. Les pJollvements des plilIleles sont
les plus reguliel's que no us connalssons. La seul bIen
qu'on ne peul nous enlever c'est Ie merite d'avoit fait
une bonne aclion. II n'y ayalt .iueun de ses amis qui ne
partage sa fortune avec lui. Ji) ne pUIS rien, dire que
tune Ie susses. J'etais content que vous veuiez me voir.
   266. Il faudra qu'ilS se rendent it la force de la
verite, quand ils uuront permis qu'elle parut dans
tout son jour. II suffit qu'un habile bomme n'a rien
neglige pour fmre reussir une entre prise ; Ie rnauvais
succes ne doit pas dirninuer son marite. Se douterais
toujours que vous avez fait {OllS vos efforts. Quand
j'avais tue. quelque. oiseau pour rna nourriture, it
fallaH que Je me trmne contre terre avec douleur pour
aller ramasser mapro/e. Les Romains ne voulaienl
point de batailles hasardees mal it propos, III de vic-
toires qui coulaiellt trop de sang.
   267. Telemaque etait ravi d'entendre ce discour3
d'Adoam, et se reJouissait qu'll y avait encore all
monde un peupJe qui, suivant la droite raison, clait
aussi sage et aussi heureux tout ensemble. Dieu a
permis que des irruptions de barbares renversent
                            It
                         F.XEIictCE5

 I'~mpire romain, qui s'etait agrandi 11ar (outes ~orfe9
 d'Jlljuslice". QlIelque hunte quo nOlls eussions mEl--
 rilea, il cst presq lie t.oujours en notre pOllvoir rle
 re~abljr notre reputation . Je nesavais pas que valis avie~
 fmtune etudetaussinpprofono·ie des lungues anciennes.
 Minos n'a voulu que ses enfants ragneraient apres lui,
 qu'il condition qu'ils regneraient suivant.ses maxim&.>.
 On desirait que yons soyez de In partie.


              Rema'iques sur les Prepositions.
                     Phrases ii carriger.
     268. Ven] avec moi, nous nous promenerons ii
  }'entour de Ja prairie. Nous etions dans la maison,
  Jorsque des voleurs r6daient autour. II faut refiechir
  auparavant de parler. Quelqlle temps auparavant
  que l'entreprise de l'empereur Henri eclatat, les
  comtes d' Anjou et de Monfort avaient fait Leur paix
  avec Ie roi d'Angleterre . . ·Alexandre donna it Porus
  un royaume plus grand que celui qu'il avait avant .
. On vous a vu a travers les witres. Nalls n'apercevons
  Ia verite qu'au travers Ie voile de DOS passions.       .
     269. A travers as murmures flatteurs des courti-
  snns, Sully faisait entendre Ia voix libre de Ia verite.
  Le poil de Ja chevre ou du chameau passe a travers
  de l'aiguiJIe qui est percee. Tous les grands etaient
  a rentour du trllnn. Si vous partez, venez me voil"
  auparavant. L'aiguille passe au travers la peau qu'elle
  perce. Le roi etait sur son trllne, et les grands etaient
  autour. J'espere allervous voir auparavant de partir. Le
 soldat se jette au travers Ia bataille, et l'enfonce. Jls
  dansaient it rentour d'une table ronde.


              RemarquessUl' les Adverhes.
                    Phrases   a carriger.
 . 210.Les livres ou il y a davantage de briIlant que
de solide, sont it Ia mode. La science est estimable;
                    SUlt LES ADVERllES.

rnais la vertu I'est bien davantage. Celui qui se fie
davantage a ses lumieres qll'a celles de la grace, com-
mel une ingratitude envers Dieu. Les Iibertins ont
beau faire les esprits forts ils lremblent quand ils sont
prets a mourir. Un .soldat doit toujollrs eIre pret
d'obeir, de {llarcher, de combaltrf'. L'armee Fe meltra
bientOt a la campagne. VOHlez·vous ventr avec moi
it la camp!l!gne 1 S'il fail beau, nous irons demain en
campagne avec nos smurs.
    271. I,ouis fe Gros etait presqne tOlljOurS a In cam~
pagne, ou pour reprimer Ja revolte de qllelqlle prince,
ou pour pllntr I'illjllstice de quelque particlllier. Des
 umis IllUjours preiS de parler en notre favom', font rle
bons supports ~\ ce mOlltle. Je ne VOllS en dirai pas
davantage. Rome, prete          a  Ruccomber, se soutint
principalement dllrant ses malheurs, par la sagesse
et In constance dl1 senat. NOlls avons passe pinsielll's
jours en campagne. II n'a pas davunlage d'eciprit que
SOll perea


         Remarques sur le regime ou complement.
                     Phrases it carriger,
     272. Le luxe est semblable      a Ull torrent qui en~
  traine et qui renverse tout ce qll'il rencontre. Un
  procureur 11e doit point travailler"en faveur et contra
  sa partie. Un magistrat doit toujours juger suivant
  et conformement aux lois. Le marechal d'Hocquin-
  court auaqua et se rendit maitre d'Angers. Ce jellne
  homme est utile et cher a sa famille.' 11 n'y a que Ie
  createur de \'univers qui pllisse presideI' et regler les
- mouvements des astres. Crt enfant aime et est aime
  de ses pat'cnts. Illl'e5t ni bon IIi ulile a rien.
     273. Ce degir violent avec lequcl les hommes cher~
  chent un objet qu'ils puissent uimer et etre aime, nait
  de la corl'uption de leur cmUl'. II s'est acquis une
  estime generale, et rellou celebre. Je suis sensible
  e content des preuves d'amitie que vous m'avez
  00                      EXERCICES

  donnees .. Avec de pareils sentiments, Philippe devait
  litre cher et cheri de sas sujets. Je puis prevoiret
  repondre a toutes Jes objections que vous me ferez
  sur cette matiere. A vez-vous VU, avcz-vous ilit a votre
  pere que vous devez bient6t quitter les lieux qui vous
  onl donne naissance ?

                  DE   L'ORTHOGRAPI~E.


                   Orthograpile des Noms.
                       Phrases Ii. corriger.
      27q.. La France cst au nord de la Mediterranee.
   Philippe Ie BOIl, due de Bourgone,"nstitua it Bruge
   en Flandre I'ordre de la Toison d'or. Notre reputa-
   tion ne depend pas du caprice des hommes; mais
   elle depend des actions louable que nous faisons. II a
   pris des villes, conquis des provinces, subjugue des
   llation entiere. Je n'hesiterai point de lui dire qu'iL
   vous a desservi dans cette circonstance. Vonneur est
   un devoir. L'eroisme de Ja vertu. Cette action Ie
   desonore beaucoup.
      275. Dois-je vous rendre compte de tout ce qui se
  passe chez vous? Vous pouvez conter sur moL Croyez-
 -vous que je fasse attention it tous vos comptes bleues?
  Je me ferai Un plaisir de vous compter cette histoire .
. La dignite de compte est au-dessus de celle de baron.
  Le comte de Foix est au midi de la France. Vous ai-je
  com pIe tout ce que j'ai vu it la promenade? Les bons
  comptes divertissent les honnetes gens; ils se plaisent
  it les entendre. Sij'avaisfin,jedemanderais a manger.
  Ycnez me voir a la fin de J'ete. L'alouette est Ie mu-
  sicien des chants. Le chants du rossignol est tres-
  varie.
     276. Rasse, pr~face, basse, populasse, bacasse,
  plasse,grimasse, Ja grasse, Ie Pernasse,glasse, espasse,
  vorasse, efficace, besasse, terrasse, audasse, je casse,
  ttl places, il agasse, elle passe, on se deiasse, que je
  ppnnasse, qu!') tu dansasses, qu'i1s s'amusacent.
                    SUR L'ORTHOGRAPHE.                 61
   277. Abon dance, prudence, vengeance, souffrence,
clemence, sciance, ordonnanse. defiance,indul!Zence,
eloquence, dan~e, recompanse, defance, contredanse,
depanse, offanse, la panse, espe,?sej adresse, niesse,
paresse, piece, souolesse, comtesse, h6tesse.
   278. Calice, COllrlsstl, ecrevice, malice, esquice,
jaunisse, que tu avilisse, artifice, saucice, office, re-
glice, vice, que je rendice, aspertion, attsiltion, pro-
duxion, complexion, jonction, convulcion, conven-
sion, detention, incurtion, inspirassion, confession,
invention, condition, succetion, agitassion, propor-
tion, elexion, reflexion, pension, question, vertion,
direction.

                Orthographe des Verbes.
                    Phrases a carriger.
   279. Je donne, tn propose, il chante, DOllS cher-
chons, VOllS limites, ils profile. Je choisis, tll obeis,
elle emplis, nous applandissons, vous bannisser, ils
assujettisse. Je ment, tn pars, it sors, nous consenton,
vous presentez, elles ressentent. .Je reviens, tu doit,
il parviens, ils doive. Je derais, tu .acquiert, tu t'en
va, il pue, elle rompt, on apprendt:
   280. Je montrait, tu marchais, elle pretait, nous
envoyons, VOllS liiez, it jouis, je balan~ai, tu aima,
il revut, nous aHame, vous preparate, ils blamere,
nous embellimes, vous fourniles, ils rellssirent, nOllS
re~umes, VOllS con~ules, ils durent, no us tinmes, vous
vintes, ils; devinre, je crerai, tu jeteras, il emploira,
nous payerons, vous louerez, il recevront.
   281. Je m'ennuirai, tujoura, il achelera, elle vendra,
nous enverons, vous delirez, ils courrons, je repon-
drai, tu oblientlra, il concevra, nous agrerons; vous
pririez, ils s'abstiendraient. Que je coures, que tu
perde, qu'il balaye, que nous. payons, que vous liez,
 qu'ils sache, que je m'abstinse, que tu vinse, qu'il dut,
 qu'elle appelat, qu'on ecrivit, que nOllS continuions,
62                          EXERCICES

que vous loniez, que nous outinsiolls, que yons rc-
vinsiez, qu'ils snrvinsent.

Ol'thographe de? pl'onoms, des adverbes et d'autres mots.
                      Phrases   a carrig-e,.
   282. Les chevaux n'ont plus rien dans leurs rate-
liers; donnez-Ieur il manger. Le pardon des enne-
mis ne consiste pas seulement it ne leurs nuire 'ni dans
leur reputation, ni dans leurs biens; it faut encore
les aimer verltablement, et leur faire plaisir, si I'oc-
casion s'en presente. II n'y a pas de meilleure epee
quo la vOlre. Leur avez-yous dit que nous les altcn-
dons ici avec Icur2 ;l[lli~ 1
    283. Restez-lil Oll je VOllS ui place, ct je YOUS don-
Ilerlli ];1 pomille que je H)lI~ ai prumise; j,! Y;!lS b
"Iwillir biellt6t. Mell;l~e eot I'homme uu monde Ie
plus incommode, dit Christine, reille de Suede: il IIC
sUllruit Jais~er Pds~cr un mot sans passeport; it vout
savoir d'Oll il viellt, par ou il a passe, et ou il va. Ou
"{IllS viendrez avec moi, ou je rC.'terai OU je SUIS.
c,·.'( a lui ou a moi de parler. II} a plusieurs maisons
il Pill'i~. Dn pain et du heurre auraiellt uu vous suflll'e.
Si cette somme Y(lllS est due, on la paiera.

                  Siglles Ol'lhographiques.
                      Phrases il carrrger.
  28't..   Adre"scz-vO\lS    il quelque autre qu'a moL Entre
autre ,IIiH', je lui dis que je ne ferai pas cette de-
llIande. Cl'.-t entre em: qu'ils Ollt forme ce complot.
Y"'ll'!. jl1squ'ici, je YOllS attenlirai. Ma grande mere
I '.·t alic it la grande IllO:'SC; elle a passe par la grande
place. Iras-tu? viendra-il? Donnez en lui un peu.
VI)II:; avez un cerf volall t; pretez Ie lui un instant.
Elle ucm3nde cette fleur ci; donnez-Iui plutot celie
Ii!. Cette phrase est ambigue. On ne devrait jamais
hail' son prochain. De Ja fa~on dont fai parle, 011 a
du m'entendre.                                           .
                        SUR LA PONCTUATION •               63
              .   :
                      DE LA PONCTUATION.

              Exerdces de phrases ii ponctuer.
   285. Biens dignites honneurs tout disparalt a la
mort Les reptiles les oiseaux les betes de la campa-
gne les animaux domestigues tout ce qui respir'ait sur
la terre et dans les airs perit sans exception. La
charita est patiente douce bienfaisante Boire manger
jouer dormir se promener' sont les occupations les
plus ordinaires des personnes du grand monde.
   286. Jeux cOnversations spectacles rieo no Ie t~ra
de sa solitude Pour <levenir savant il faut etudier
constaIhmeni llJethodlquement avec gout et avec ap-
plication L'horreur du vice et J'amour de la vertu
sont les del ices du sage La Guinee pl'Oduit du pOlvre
du caton dn miel do la cire de l'ambre gris Nous ne
devons Jamms- en qU..'llque circonstance que nous nous
trouviOlls agir contre Ie temoignage tie notre cons-
cience Les hommes qui sont crees pour connaitre et
aimer Dieu doivent s'appliquer a fuir Ie vice et a pra-
tiqu('r la vertu.
   287. Letemps est inegal H fait tanMt froid tantflt
chaud L'homme est incertain dans ses resolutions
tantot il veut une chose tant()t il en veut une autre
La satisfaction qu'on tire de la vengeance ne duro
qU'lln moment mais celie que I'on tire de la clemence
est eternelle OIl ne saurait trop exhorter les jeunes
geils a la docilite car sallS cette verlu ils lie pOl1l'raient
recevoil' une honne education,
   288. Pythagore 11 dit Mon ami est un autre moi-
meme et Plaute IQ bien qu'on fait a t\'honnetes gons
lI'e"t jflmai::; perrin II y a trois sortes de fruits dans
cette corheillo des pommes des (lOires ot des raisins
II y 11 trois vertus thCologales la "'oi l'Esperance ·et In
Charite Voila deux pieces de drap I'uue est bonne et
fen connals Ie prix quant a l'autre je ne vous C011-
seille pas de l'achetor.
   289. Diol! est infiniment parfait ot infiniment bon
                     RECAPITULATION

 par consequent il ne pellt ni se tromper ni noU!;
 tromper Vous m'avez gagne deux parliesje VOllS en
 ai gagne deux autres partant nous sommes quittes
 Vous devez par votre application con tenter vosparents
 et vos maHres d'ailleurs vous savez combien il est
 honteux d'etre ignorant On recherche les richesess et
 cependant on VI ,it peu de riches heureux La vie disait
 Soc rate ne doit etre que Ia meditation de la mort.
   290. ObIigez vos amis pour vous I'es attacher davan-
 lage et vos ennemis pO\lr en faire des amis Avant de
sortir de votre maison examinez ce que vous allez
faire et a votre retour examinez ce que vous avez fait
N'employez jamais et so us aucun pretexte Ia viollmce
envers personne Prenez Ia sagesse pour votre com-
pagne depuis Ia jeunesse jusqu'a Ja vieillesse c'est de
tous les biens qu'on pellt posseder celui qui est plus
assure.
   291. On oemfmda a Antisthlme ce qui lui etait
revel1u de l'elude de la sagesse «( de savoir dit-il con-
verser avec moi-meme» Un jour qu'Aristide presidait
au jugement de la cause de deux particuliers I'un des
deux ayant commeIlce a dire qlie son eIlnemi avail
fait dans sa vie bien du mal a Aristide I[ Eh mon ami
lui repartit Aristide en I'interrompant dis seulement
Ie mal qu'il t'a fait c'est ton affoire que je juge et non
pas la mienne. »

           RECAPITULATION GENERALE
                    DES EXERCICES.


   292. II faut elever a la vertu, dans son Arne, une
forterl3sse qui fut imprenable. La necessite est la
chose la plus forte, n'y ayant rien dont elle ne vient
a bout. N'amassez pas des biens par de mauvaises
voies. Ne faites point d'amis legerement, et conser·
vez ceux que vous avez fait. Ne briguez point Ie com-
mandement, qu'auparavunt vous n'eussiez appris a
obeir. On lie. saurait ussez se defier de lui-meme.
Un homme courageux doit eIre doux, atin qu'on eut
                     DES EXERCICES.

pour lui plus de respect que de crainte. Comme les
 pierres de touche servent a eprouver l'or et font COI1-
naitre sa bonte, ainsi l'or repandu parmi les hommes
fait cOl1naitre Ie caractere des bons et des meclwnts.
   293. Rendez-vous la vertu personn~l, et n'ayez rien
de commun avec Ie vice. Bias composa deux millo
vers sur l'Ionie, dont Ie sujets etait Ie moyen par qui
on pouvait rendre ce pays plus heureux. Le gout
exclusif de 1a science et de la vertueloigna Anaxagore
des alfaires puhlics; on attribue a ce philosophe
d'avoir dit qu'il vant mieux tomber entre les griffe du
corbeau qu'entre les mains des flatteurs, parce que
ceux-ci ne font du mal qu'aux morts, au Jieux que
ceux-lll devorent les vivants. II faut surtout se munir
des biens qu'on pAut sauver avec lui dans un nau-
fruge. Les gells d'un bon caractere sont ceux qui
merite Ie plus d'etre aime.
   29l,.. La prudence est plus assure qu'un mur, parce
qu'elle ne peut ni crouler ni etre mine. Aristippe
croyait que la pauvrete vaut mieux. que l'ignorance,
parce que cel/e-ci n'est qu'une p('ivntioll de richesses,
au lieu que celIe-Ii! est une privation d'entendement.
Ce philosophe dut avoir des grands admirateurs et des
grands envieux. On rapporte qu'il s'endormait quel-
quefois tenant dans In main une boule de cuivre au-
dessus d'un bassin, afin qu'en tombant dans Ie bassin,
elle Ie reveille. II disait qu'il n'y a que l'etude de la
sagesse qui peut eclairer l'ame. Le plus grand plaisir
d'Epictete etait qu'on lui fasse voir ses defauts.
   295. J'aime et je pardonne volontiers aux enfants
leurs fautes, lorsqu'ils paraissent vouloir s'en corriger.
A mon compte, il s'en faut de beau coup que vous ayez
votre conte. Voila trente francs bien contes. Epictete
disait: (I La plupart des philosophes Ie sont en paroles
et non en etfets.» Le plus grand plaisir de ce philo-
sophe etait qu'on lui fasse voir ses derauts. Marc-Au-
rele avait re~m de la nature urie ame grande, gene-
r-euse, et ill'avait cultive par une education peu com-
mune. Pythagore gravait les principes de la pudeur
et de la piete dans les ames, et voulait qu'on tienne un
66                    Rf;cAPITULATION

 milieu entre Ja joie exce~sive et Ia tristesse; qu'on
 cultive sa memoire, qu'on ne dise rien et qu'on ne
  fasse rien duns la colere ; qu'on aime a chanter' les
  louanges de Dieu et des grands hommes.
     296. Socrate dit un jour it Antisthene, qui afi'ectait
  de se distinguer par (les habits sale et dechire: « On
  entrevoit beaucollp de vnnite it travers les troux de
  ton manteau et de tes vioux haillons.» Ii fallait bien
  qu'il pleuve apres un si grand tonnarre. Parle, afin
  que je te vois. Demetrius, fils d'Antigone, ayant pris
  Megare, patrie du philosophe Stilpol1, ordonna, non-
 seulement qll'on epargne sa maison, mais aussi qu'on
  lui restttue ce qu'on lui avait enleve; el afin que tout
 lui so',[ rendu, it voulut se faire donner un etat de
 tout ce qll'i/ avail perdu. On contait it ce philosophe
 plus de deux mille disciples.
    2D7. Un quelqu'un aynnt dcmande au general Me-
 tellus ce qu'il ferail Ie lenclemain: CI Je brulerais, dit-
 ii, ma chemise, si elle Ie samaiL» Leonidas s'acquit
 ulle gloire immortel en defendant, avec trois cent
 hommes d'elite, Ie detmit des Thermopyles contre
 I'arrne de Xerxes, roi des Perses, dix milles fois, dit-
 on, plus Ilomureuse quo la sienne. Pericles Joignait    a
 des grnnos talents militaires un grand talellt oratoire.
 Philopcemen gagna, ran deux cent huil auparavant
 Jesus-Chri~t, la fameuse Imtaille de Messime, contre'
 les Etoliells, allies des Homains. Leosthene fit des ex-
 pl"ih forI eclatant, qui lui donne rent beau coup de
 repulation.
    2!J8. Un quclqu'un disait it Sylla: «Eh! comment
 scrais-tu aUfOsi magnanillle que tule dis, toi qui, n'ayant
 rien he rite de tOll pel'e, se trouve pOUl'tant avoir tant
 de bieHs"?» DClilOsthene di.-iait qu'iln'y;ll. rien d'aussi
 facile que de ~c tromper 1,li-lllellJc, parce qn'on se per-
suade aiSemellt ce qU'oll cil',il"f'. La c(tlonmie s'etablit
SaIlS peine, mais Ie temps decouvre sa faussete. II etait
 Ilece~saire, dit-elle, qu'il \aiuque ou qu'il meure;
j'Uillll' q,lieux qu'il ~oil lllorl au lit d'hollneul", que
d'avoir vecu loute sa vie inutile. Si ron trace un cercla
                      DES EXERCICES.                       67

sur du papier avec un compas, Ia Iigne que Ia pointe
du com pus aura trace est la circonfcl'ence du cercle.
Cette circonference se diyise en trois (:Cllts soixante de-
gres; un arc de cent quatre-vingt (legl'e:l E'st llonc la
moitie d'un cerele ; de meme quatre-viugt-dix degl'es
forme Ie quart uu cercle.
   299. L'ellipse est une figure approchant de I'ovale, at
forme par uue Iigne cOUl'be qlli E'lllbrasse un E':,pace
plus long que largE'. La ligne cuurlJe que decrit I1n a~tre
a I'entour d'lIn autl'e a-Irl" pal' eXE'll1ple la terre a l'en-
tour du soleil, se nOll1l1lC orbite. La lIatllre de~ co metes
est encore incomm ; on ignore si c'c:'t des corps analo-
gue au planetes. Si la verite se montreruit aux hommes
dans to ute sa beaute, jls n 'aimerait qu'elle seule, L'a-
mour-propre est notl'e grand mobile: c'e::illui qui regie
malheurellsement nos pilssions; c'est a lui iJ. qui les
 hommes sont trop souvent redevables de lit plupart des
services qu'ils se sont rend us les uns aux autres. Si Ie
soleil pal'ilit tourner a l'entoUl' de la terre, c'est une
fausse apparence; c'est nous, au contraire, qui tourne
autour de lui,
, 300, Le mois synodique est de vingt-neufjours. Douze
de ces mois forme !'anllee !unaire, qui, n'etallt que dEl
trois ceots cinquante qualre de 1I0SjOurS, c:- t plus courte
d'ollze jour que I'aonee de notre terre. L'OI'bite anlluel
que la terre decris a I'eotour du solei!, (H ue dellX cents
soixante-sept mil quatre-vingt liene. Elle parcourt done,
cinquunte-sept milles lieues par heure, et Ull peu moin&
de six lieues et demi par se(;ollde. (;lIe OI'allge perce
dans son milieu par ulle IUllgue aigllille, stir qui Ollt
Ie f;:it toumer, nuus 1'C'pre"cllte fldelcllIeut la terre, ses
pules et son axe, Les peuples qui SOllt SOLIS l'equateur,
etant a ulle egal di:ltallce des poles, II's ont tUllS deux
dans leur horizon: au:'si iIs voient tous les aslres 58
Jeyer et ~e coucher, sans qu'il j' en eut aU(;Ulle qui leur
fut cachee.
   30t. La presque Iota lite de I'Europe ei't situc dans
la zone tempere septentrional. II y a vingt-quatl'e zolles
ou bandes etroite de l'equuteur aux cercles llolairc~, iJ.
68                   RECAPITULATION

Ja fin de chacune desqueJles Ie jour est plus grand
ct'UIlO demie-heure. qu'a J'extretnite de cellii qui pre-
cede; on les appele climats d'heure ou plutot de demie-
henres, Des cercles pol aires nux: poles on en comte
encore six:, que I'on Domment climats dps moi!=;, parce
qU'UIl ChaCllI1 d'eux: uugmcntes Ie jour d'un mois, On
appele chuines de montagnes, une suite d'elevalions
considerable de telTe liee par des parties plus basse
</u'elle, mais tOlljours plus alevee que Jes plaines.
On divise les mers en mers exterieurs et en mers i11-
terieurs.
   302. Un glacier est un amns de neiges et de glaces,
qui, accumule sur les hUlItes monlUgnos duns le$
vallees profonde, se detroit ou so renouvelle sans
cesse: Ia Suisse offre lin gTand nombra de ces gla-
ciers, aussi ancien que Ie monde, et dont In fonte per-
petlleI alimente des grands fleuves. C'est en Asie que
Ie premier homme fut cree; et c'est de lil d'Oll, par les
enfant de Noe, sont sortis toutes Ie colonies qui ont
peuple la terre. Jerusalem, a huit cents lieues sud
de Paris, par mer, e~t une ville mediocre, qui n'n
plus rien de son ancionne splendeur·. L'usoge drr'
caf-e vint de Constantinople il. Paris, vers I'an mille six
cent soixante-douze.          ,
   303. Depuis que les Wahabis se sont revolte contre
l'autorite du grand-seigneur, les vi lies de la l\Jecque
ot de !tledine ne renferme plus qu'une petite partie
des tresors que la devotion des pelerins musulmans
y avait accumule. C'est de sauterelles dont saint
Jean vecllt dans Ie desert. La Chine a bien cinq
cent lienes de long, sur plus de quutre cellt de large.
On y fait toute sorte de belles etoffes, et de tres-
belles porcelaines. On y recolte de la soie, d\l coton,
de I'excellent the, etc. Les Japonais sont spirituel,
adroit, sociable, sobres et mag-nifique; ils aiment les
sciences, et y ont une grande disposition. Leurs
coutumes sont oppose aux notres en bien des choses.
   30&.. Les iIes \\IoIuques, au sud des Philippines, et A
l'est de Borneo, so us la Iigne equinoxial, ayant ete
                      DES EXERCICES.                     69

decouverte par l\Iagellan, en mille cinq cents vingts,
furenl sou mise aux Espagnols; elles passerent ensuite
anx Porlugais, qui en furent chasses par les insu-
laires, appuye des Hollandais; ceux-ci, entin, s'en
sont rendl! les maitres, et y font tout Ie commerce.
lis ont des forts par qui ils tiennent assujetti tous les
souverains. L'ile de Java est separe de I'i!e de Su-
matra par Ie detroit de la Sonde, par qui il faut pas-
ser pour se rendre dans les mel's du Japon et de la
Chine. Le sene est In feuille d'un arbrisseau dont la
tige n'a guere qu'une coudee, avee des petites bran-
ches fIexibles com me l'osier.
   305. La torlue est un animal amphibie, et qui,
<lyant sur Ie dos des larges ecailles l:Issez connn, et
dont on fais quantite d'ouvrages, ne sauraient bien
nager, et est oblige de marcher au fond de la mer.
Qllelque empereurs se sont imagine faire des actes
d'ulle insigne piele en perseclltant eeux de leur sujets
qui etait d'une religion differente de la leur. Les per-
sonnes poli sont toujours gracieuse, et les personnes
enjoue son ordinairement agreable. II me semble que
e'est plus par les manieres que par I'air, que les
hommes sont graciellx, et que les femmes ]e sont
plutOt par leur air que par leur mallieres. nest gra-
eieux d'avoir toujours (;ies beaux objets devant lui, et
d'etre bien re~u partout.
   306. Bien des gens 11e font pas scrupule, pOUl' aug-
menter leur bien, d'y ajouter celIe d'aulrui. C'est les
belles manieres qui distingue l'honnele homme. Les
memes manic res qui sieent, qlland elles sont natllrelle,
rendent ridicule quant elles sont affeete. L'air preve-
nant el les manieres engage ante sont d'un plus grand
seeours aupres de certaines personnes, que Ie merite
du cCBur et de I'esprit. II semble qu'on apprend d'un
 maitre, en eeolltant sea let;'ons, et qll'on s'illstrnit par
llli-rneme, en faisunt dea recherches. L'eeonomie
sait en trouver assez Oil it y en a peu; Ie dissipateur
 n'en peut avoir suftisamenl Oll it Y en a rnerne beau-
 coup.
'70                 RECAl'lTULAT.JON

   307. Les demis-savants, les pedants et les petit-
maitres assurent tout; ils ne parlent que par deci-
sions. II est de la prudence du sage d'attendre la
confirmation des nouvelles publics, allparavant que
d'y ajouter foi; et d'etre en garde contre les triche-
ries de la renommee. Les mrellI'S de notre siec\e ont
bannies des lois de l'amitie loute attachement con-
lraires aux interets. Des defauts qu'on n'avait pas
d'abord remarque, et que I'on ne s~attendait pas a
ti'ouver, diminlle bien les attraits. Les charmes n'ont
plus d'effet, lorsqlle Ie temps et l'habitude les ont
I'endu trop familiers, ou ont use leur gout.
   308. On dit des grands attraits, des puissants appas,
et des invincibles charmes. II n'est pas possible,
q'uelques moderes que nous soyons; de n'avoir pas
quelquefois en notre vie des emportements; mais
quand nous sommes sage, nous savons nous posseder
dans notre colere. lln avare peut avoir des richesses
dans ses com'es, mais il n'est pas feur maitre; c'est
elles qui possede P.t son creur et son esprit. Ceux qui
ant la conriaissance l~es arts, savent et suivent leurs
regles; mais ceux qui Ie pnsEede, font et donne des
regles it suivre. Ce n'est poiut pour lui qu'on est aus-
tere, et I'on est rude que pour les' autres; muis on
peutetre severe pour lui et P<4ur les Butres.
   309. II semble que pour baUre, iI fant redoubler les
coups, et que pour frapper, il suffit d'en donner un.
La vraie humanite consisle it ne rien trailer it la
rigueur, it excuser les faiblesses, il supporter les de-
fauts, et it soulager les peines et les Illiseres du pro-
chain, quand on Ie peut. II n'y a point d'homme qui
11e peut se tirer de I'indigence, a moins qU'il lie soit
hoI's d'etat de travailler. QualJd on est dans Ie Lesoin,
c'est it ses amis it qui il faut demander de- l'aide;
mais il faut aussi s'aider lui-meme, de pem de les
importuner. Les letlres ne sont guere cultive au mi-
lieu des richesses, et elles Ie sont mal dans la pauvrete;
ulle fortun(}. honnete est leur etat convenable.
L'homme cacM veille sur 50i-meme. pour ne se \Joint
truhil' par indiscretion.
                      DES EXERCICES.

   310. Les vieux comptes disent qu'il y a un charme
pour emp~cher l'effet des .armes, et rendre invulnEl-
rable. II est essentiel, pour bien corriger, que Ie
chaliment ne fut ni ne parut etre l'effet de Itl mauvaise
humeur. On n'est pas tOlljours puni pur 503 superieurs,
on I'est quelquefois par H'S e~al1x, par lui-mem~, par
ses inferieurs, par Ie seul eVellE'mCllt des c1JO:-es, par
l'hasard, au par Ie" snites melliie''; de la fallte qll'oll
a commis. 11 arrive assez ol'dillaircment qlle la cha-
leur du sang et I~ petulance de l'illHlginHlion occa-
sionnent l'emportemellt, sans qlle Ie CCBlII' et I'esprit
yeussent part: it est alors tout Illecanique; c'o~t
pourquoi la raison n'est point de mise it son egard;
it n'y a donc qu'il ceder jusqu'u ce qu'il ail ell son
cours .
   .311. Le sage ne se conduit pur les lumieres d'au-
trui, qu'autant qa'il se les cst rei Ida propres: on s'op-
pose aux choses it qui on ne vellt 1',1:; cOl1cenlir; on
rebute celles it qui all ne Yeut pas acquiescer; on
ne prell!l,; puill t de part acellt'~ auxquellt's 011 ne veut
pas adherer; on conte6le~ celles de <llli on ne V(,llt
pas tomber d'accord. Je crois qne los arts et les
sciences gagnerClit beClucollp, si les auteurs s'uttachc-
raient davautuge it suivre leur genie, qll'a iluiter les
modeles qu'il rencont-rent. Illl'y a qlle les sllperieurs
qui sout en droit de repl'imander. Les femmes ont
peur de tout; et il est peu d'hommes qui, it cet egard,
ne tiennent de In femme pal' quelque endroit; ceux
qui n'ont peur de rien, sont les seuls qui font honneur
it leur sexe.
   312. Les courlisans se mettent ai~ement dans I'idee
que Ie prince doit faire leur fortune; mais il est pen
 qui se mette dans la tele de Ie mel'iter par des services
marques au coin de 1<1 "erlu. Quand les gens de dis-
tinction demeure it Pans, it loge dans des hotels; et
quand il demellt'e en campagne, II loge dans des cha-
teaux. II faut etre hypocondrc pour demeurer tou-
joms chez lui sans compagnie et sans occupation.
Quaml on a sur son conte un quelque chose d'infa·
72                   RECAPITULATION

 mant, il faut se cacher entierement aux yeux du
 monde. L'envie et I"uvidite font qu'on a quelquefois
 des ~ros differents pour des bagatelles. II y 11 dans
 In pJupart des querelles d'avantage d'humeur que
 d'haine.
    313. La difference des modes et du langage distin-
 g-Ilent d'uvantage des nations, que celie des mreurs.
 II semble que I'eclat tient du feu, que Ie brillant tient
 de la lumiere, et que Ifl lustre tient du polio Bien lIes
gens se Illele u'elJseigner ce qu'iJs devraient encore
 etl1(1ier. Les cmurs bien places sont tOlljours etonnes
 des perfidies, quelques frequentes qu'elles soient. lis
 cst peu de gells qui ont vecu dans Ie monde sans
 avoir eu quelque aventure bizarre. Les dehors bdl-
lant ne sont pas des preuves certaines d'une fortune
solide. Un chacun a sa fa~on propre de parler et
d'agir. Les Gobelins ont ete des ·telllturiers si re-
nomme, que leur nom est demeure au lieu ou ils tra-
Yaillait, et aux ouvrages que d'autres ont continue
aprea C'lIX.
    314.. J e doute que les vins de Falerne ont cite dayan-
tage "enommes que ceux de Champagne et de Bour-
gogne. La fierle est fonde sur restime qu'on a oe
lui-meme; et Ie d~dain, sur Ie peu de cas qu'on fait
des autres. Une infinite de moLifs particuliers peut
causer la repugnance qu'on a a user des choses oir. a
les faire seJon Ja nature de ces choses, les occasions
et Jes circonstances: on ne la sent qu'autant qu'on est
contraint par les autres, ou qu'ou se contraint lui-
meme. C'est quelquefois pour ceux avec qui Ie devoir
nous engage a vivre pour qui nous avons Ie plus
d'aversion. On ne doit jamais faire avec repugnance
ce que la raison, l'honneur et Ie devoir exige. II ne
fntH avoir de haine que pour Ie vice.
    315. II est arrive plus d'une fois qu'un mauvais
raisonnement a persuade des gens qui ne s'etait pas
rendu a des preuves convaincante et demonstrative.
On invente des nouvelles choses par la force de l'ima-
gination. Quelques sages et quelque heureux q~
                    PES EXEl\CICES.                  '73
lIOUS  soyons, nous avons toujours quelque facheux:
moment que nous ne saurions prevenir. L'expres-
sion est de la pensee; Ie lour est tout son merite. Le
lerme est rlu sujet; la conven . \nc·e fait sa bonte. les
                                 .
ob~e;vations historiques q~'0J.l a tait, r~ndent l:anti-
qUite plus connue. Un esprIt vlfne sauralt s'apphqu6l'
a des longs ouvrages, un esprit grossier ne peut en
faire des dtmcats. La plus grande peine qu'on puisse
faire it un orgueilleux, c'est de lui mettre ses defauts
sous les yeux.
   316. La longueur de l'harangue ralentit queIque-
fois Ie feu de I'action. L'orgueilleux se considere
dans ses propres idees; plein et bouffi de soi-m~me,
it est uniquement occupe de sa personne. Ona Ie
dOll de Ia parole at la science des mots: on donne du
tour et de la justesse a ceux-Ia; on choisit et 1'0n
range celle-ci. Mil raisons prouvent la pesanteul' de
l'air, et Ie mercure marque son poids. L'etude du
cabinet rend savant, et la ref1exion rend sage; mais
l'un et l'autre emousse quelquefois la vivacite del'es-
prit, et Ie fait paraitre pesant dans la con\TElrsation,
quoiqu'ils pense finement. Les gens inrel'esses ~lai-
gnent tous les pas qui ne miment it riM.           .
   317. Corneille n'est pas toujours egal 11 soi-m~me;
neanmoins Corneille est un excellent auteur. Je
regarde Ie pouvoir de malfaire comme un defaut daJis
Ia creature, et non comme un avantage dont on doit
faire honneur ala liberte. Il serait, ce me semble, plus
glorieux it l'etre raisonnable que fuute sa puissance
se borne au bien, et ql1'i1 soit absolument incapable
du mal. Des qualite excellente, jointe a ·des rares
talent~, tent Ie parfait merite. 11 faut toujours etre
reconnaissant des bienfaits qu'on a re~u. Les faux:
devots n'ont de severite que pour autrui; prets de tout
 blamer, Us ne cessent de s'applaudir eux-meme. Le
 mauvais etat de la sante est un pretexte assez ordi-
 naire, dans Ie monde, pour eviter des situation em-
 barrassant et desagreable.
   318: Les pelits-maitres se pique aujourdiht,id'etre
                           D
                       RECAPITULATION

  vol age , bien loin de se piquer de stabilite dans leurs
  engagements. It y a dans quelques auteurs et dans
  quelques Mtiments, davantage de grace que de soli-
  diM. Les biens et la sante, joint a l'art d'en jouir,
  sont Ie solide de la vie; les honnours ne sont que son
  ornement. La politesse fait supporter, dans la so-
  ciete, une infinite de choses qui deplait. II y a des
  gens a qui la verite est odieuse; il faut micessaire-
  menl les tromper pour leur plaire. La "plus grande
  injure qu'on peut faire a un honnete homme, c'est de
  se defier de sa probite. L'esprit et Ie creur de I'bomme
  sont les temples cheri du vrai Dieu; c'est liL ou il veut
  etre adore.
     319. De tOllS les genres d'ecrire, if n'y a que Ie ~
 mique ou les expressions triviales peuvent trouver
 place. On a vaincu ses ennemis quand on les a
 si bien battu, qu'i1s sont hors d'etat de nuire. Le
 merite des choses en elles-meme fait leur valeur; et
 l'estimation fait leur prix. Les charlatans ne man-
 quent jamais de se vanter; ils prometlent toujours
 d'avantage qu'ils ne peuvent tenir, ou se font un hon-
 neur qui ne Jeur a pas ete accorde. II est plus ridi-
 cule, selon mon sens, de se louer lui-merne, que de
 se vanter; car on se vante par un grand desir d'etre
 estime: c'est une vanite qu'on pardonne; mais on se
 loue par une grande estirne qu'on a de lui: c'est un
 orgueil dont on se moque. II n'y a point de gouverne-
 ment ou it n'y eut de variations.
    320. Une mode est vieille, quand elle cesse d'etre
en usage; elle est ancienne, lorsque son usage est
entierement {lasse. L'antiquite faisan! peril' les preu-
ves de l'hisIOJre, affaibli! sa verite, et fait val oil' Jes
monuments qui se conserve. Qui commence 16t et
travaille vite, acMve promptement. Les connaisseurs
r,egardent Jes beautes d'un tableauqu'il voyent; ceux
qui ne Ie sont pas, regardent Ie tableau saDS voir ses
beautes. Dans une cour nombreuses, les premiers
sont vu du prince; it peine les Ulltres en sont-ils aper-
!:us. II n'y a l'ien dont 011 est moins Ie maitre, que de
                     DES EXEnCICES.                   75
l'execution de ses dernieres volontes. II y n beaueoup
d'ouvrages en plusieurs tomes, qui sCrilit Oleilleur,
s'il serait reduit en un seul.
   321. Bien des gens suivent la coutume dans In ra~on
de penser, comme dans Ie ceremonial; ils s'en tien-
nent a ce que leurs meres et leurs nourrices ont pense
auparavant eux. L'argent donne beaueoup d'avantage
dans Je commerce; il facilite son sueees. Je souhaite
tIue votre ouvrage soit utile au leeteur, qu"il fit Ie
profit du libraire, et qu'il IlIC procure I'avantage de
l'estime public. On n'est jamais bon maitre, si l'on
ne sail s'abaisser jusqu'all niveau de son eeolier. Les
 personnes qui font des profondes etude,et celIe qui
 ont des grandes alfaires ou de fortes passions, sont
plus sujette que les autres a avoir des abstractions;
leurs idee ou leur desseins les frappe si vivement,
 qu'ils leurs sont toujours presellts.
    322. Quand on a ele abandonne dans I'infortune, on
ne connait plus d'ami dans Ie bonheur; on ne conte que
sur sa propre conduite, et ron ne congratule que lui-
 ~me de tous les services que l'on re~oit alors de la
palt des hommes. 1\ a ete heureux pour eertaine per-
sonnes d'etre abandonne de leurs pl"Oches : c'est par
Ia par ou a commence la chaine des evenements qui
les ont conduit a la fortune. 1\ y a des gens dont Ie
merite et Ie courage a besoin d'etre soutenu, et d'au-
tres qui ne Ie f-ont valoir que lorsqu'ils se voient de-
laisse. On ne se defend jflmais miellx contre des
paroles piquant, que par des reparties fines et hon-
netes.
   323. II n'y a point de dispute qui ne doit se termi-
ner it. une replique de part et d'autre; quand on va
plus loin, c'est faute de justesse d'esprit. TOllt homme
est suje! a se tromper, ainsi il faut tout examiner
auparavant que de eroire. Comme les hommes vieil-
lisse par Ie nombre des annees ainsi vieillisse les em-
pires par Ie nombl"e des siElCles: tout a un terme pres-
erit, au-dela de qui il ne passe pas. C'esl une situation
tres-desagreable, et pour lui-m~me et pour les autres,
76                            RECAPITULATION

que d'elre toujours inMcis dans les affaires et imisolo
dans les t1emarches. C'est une faible resolution que
celie qu'un malade prend pour Ie changernent de sa
maniere de vivre; la sante Ie fuit penser toul diffe-
remmenl.
   324.. II y a bien des gens qui ne consu}le, dans tOllt
leur d~cisions, que leur imagination oil leul' crour.
L'dge vil'ilne produil point des fruits de Ecience et
de sngesse, si leurs principes n'ont eM seme dans Ie
temps de la jellnesse. En vain on ensenwnce son
chant, si Ie ciel n'y fllpand ses fecondes influences.
Tels a sa memoire charge des sages et prudentes
maximes des grands hommes, qui n'a pas soi-meme un
grain de bon sens. II est difficile que d'une mauvnise
graine il vint un bon fruit. La maxima qui dit qu'il
ne faut rien commencer qu' on ne peua finir, est bonne;
mais celie qui defend-de cesser une ouvragepour en
commencer une autre, est meilleur.
   325 Plus Ie mal est in vetere, plus sa cure est diffi-
eile. C'est sou vent d'uvanlage it In force du tempera-
ment qu'a l'efl'et des remMes, qu'on doit sa guenson.
Quelquefois on abhorre ce qu'il scrait avantageux
d'aimer, et I'on deteste ce qu'on estimerait. si on Ie
connaitrait mieLlx. Lc sage ne doit j'amais avoi.r
d'autre gardien de son secret que soi-m~me. C'est it
UIl ami suge et eclnire a qui nous d~vons donner quel-
que POUVOil' SUI' notre esprit; mnis nous devons nous
dtifendre de tout empire outre que celui de la ra~son.
C'est les lois qui donne i'autorite; elle y puise tout sa
force. L'autorite palerneJle ne s'etend qu'a I'educa-
tion et non il la destruction, quelque ait ete et soit
encore la pratique de quelques peuples.
   326 .• Cependant Telemaque impatient se derobe 8
1a multitude qui l'environne iI court it la porte par ou
Mentor avail sorti il sa la fait ollvrir avec autorit,e
llient6t Idomenee qui Ie croit il ses cMes s'etonne de

   .. Cot uercioo .t IllS 9ui.... nta COJlC~rn~\It   princil.'&lcm~llt   1& I.'Ollctull"
tion.
                      DES EXERCICES.                       '77

Ie voir qui court au milieu de la campagne et qui est
deja aUPl"es de Nestor Neslor Ie reconnait et se hate
mais d'un pas pesant et tardif de I'aller recevoir Te-
Iemaque saute il son cou et Ie tient serre entre ses
bras salis parler. Enfin il s'ecrie 0 mon pere je ne
crains pas de vous nom mer ainsi Ie malheur de ne
trouver point mon veritable pere et les bontes que
vous m'avez fait sentiI' me donne droit de me servir
 d'Hn nom si tenure 1\Ion pere mon cher pere je vous
 revois ainsi puisse-je revoir U1ysse Si quelque chose
 pourrait me consoler q'e!l etre prive ce sernit de trou-
 ver en vous un autre 5Q(-jDeme.
    327. Nestor ne put:a:lies parole;; retenir ses Iarmes
 et il fut touche d'un~'-:;~crete joie voyant celles qui
 coulait avec une mel:~ettleuse grace sur les joues de
 Telemaque La Lenute: l{t, nouceur la noble assurancil
 de ce jeune inconllli 'q\~i traversait sans precaution
 tant de troupes enne~)",' ..etonna tous les allies N'est-ce
 llas disaient-ils Ie fils·4~'.ce vieillard qui a venu parler
 a Nestor Sans doute ce'Ot la meme sagesse dans les
 deux ages les plus Opj'lCE.eS de la vie dans I'une elle ne
 fait encol'e que flelj.;lt. .dans l'dutre elle porte avec
 abondance les fruits les ,plus murs.
     328. Mentor qui flY.<\it,. prit plaisir avoir la tendresse
 avec qui Nestor venuit de recevoir Telemaque profita
 de cette heureuse <li:;p()sition Yoila dit-ille fils d'U-
 Iysse si cher a toute -Ia-Grece et si cher a VOlls-meme
 fJ sage Nestor Ie voilit je VOllS Ie livre comme un otage
 et comme Ie gage Ie plus precieux qu'on peut vous
 donner de la lidelite des promesses d'Idomenee Vous
 jugez bien que je ne voudrais pas que la perte du fils
 suive celie du pere et que la malheureuse Penelope
 puisse reprocher il Mentor qu'il a sacrifie son fils        a
 I'ambition du nouveau roi de Salente Avec ce gage
  qui a venu de lui-men:e s'ofTrir et que les dieux ama-
  teurs de la paix vous envoyi'nt je commence fJ peuples
  assembles de tant de nations a vous f(lire des proposi-
  tions pour etablir une paix solide.
     329. A ce nom de paix on en tend un bruit c~~fus
'18           RECAPITULATION DES EXERCICES.

 de rang en rang Tout ces differentes nations fremis.
 sait de courroux croyant perdre tout Ie temps ou \'on
 retardait Ie combat elles s'irnaginait qu'on ne faisaH
 tous ces discours que pour ralentir leur fureur et pOUI'
 faire echapper leur proie Surtout les M.1uduriens sour·
 frait impatiemment qu'Idomenee espere Jes tromper
 encore une fois Souvent ils enlreprirent d?intelTompre
 Mentor car ils craignait que ses disconrs pleins de
 sagesse iJe detachent leurs allies lis oomrnem;ait a'se
 defier de to us les Gr'ecs qui etait it I'assemblee Mentor
 qui I'aper~ut se MIa d'augrnenter cette defiance pour
jeter la division dans les espri~-de to us ces peuples.
   330. J'avoue disait-il que 14s:Manduriens ont sujet
 de se plaindre et de demandti:~elque reparation des
 tors qu'ils ont soufferts ruaiS··il. n'est pas juste ainsi
que Jes Grecs qui font sur c€1~:COte des colonies soit
suspect et odieux aux anCl~ns pellples du pays Au
contraire les Grecs doivrmt ew--e unis enlre eux et se
faire bien traiter par les aulr~.n faut seulernent qu'il
soit modere qu'ils n'entreprennent jamais d'llsurper
les terres de leur voisins Je ~ai~ qu'ldomenee a eu Ie
malheur de vous donner des oilibrages mais il est aise
de guerir tout vos defiance. l\loi at Telemaque nous
vous offrons a elre des otages ~!\ vous repondentde la
bonne foi d'ldomenee Nous uemeurerons entre vos
mains jusqu'it ce que les cnoses-Qu'on vous promettra
soit fidelement accompli.




                          FIN.
              LlSTE DES    H   WETS ET ASPIRES.                           '19




                          LISTE

DES H lIUETS ET ASPIRES.

          [Les h aspires s"llt~ecedes de guillemets • ,J

 habile, adj.         • ha}O~' 'p.               • hart, (.
 habilete, (.         • ha~~'I'                  • hasard, m.
 habillement, 11l.    • haillac; Ill.            •   hase, (.
 habit, m.            • h~e~tI, m.               • hilter,   I'.
 habitant, m.         hanlecOlt, m.              • h&\if, aiU.
 habitation, (.       I hapCli.~,/:              • haliveau, m.
 hllbitude, (.        • hll1lg.:v, m.            • hausser, v.
 • Mbler, v.          I haniie\on, m.            I haut, adj.
 • Mblerie, (.        • hanovrien, s. et adj .   • hautbois, m.
 • hAbleur, m.        I hii}!.M~ (.               • hauteur, (.
 • hache, f.         .IHlil~r~ v.                 • have, adj.
 • hacher, v.        • hal\ti~, f.                • haveron, m.
 • hachereau, m.     • h~ppepolin,        m.     • havir, v.
 • hachelle, (.       • happer, v.               • havre, 111.
 • hachis, m.
 • hachoir, m.
                      • haqllooee,
                     • 1~t1ei, 111.
                                     r.          •  havre-sac, m.
                                                 hebeter, v.
 • hachure, (.        • ha5a.rtgUll, (.          hebreu. m.
 • haha, m.           • haras, m.                hectare, m.
 • haie,(.            , harceler, v.             hectogramme, m.
 • haillon, m.       • hardes, f.                hectohtre, m.
 • haine, (.         , hardiesse, (.             Mias, in/eli.
 • hair, f.          , hareng, m.                hellcnisme, m.
• haire, f.          • harengere,    r,          hemistiche, m.
• halbran, m.        • hargneux, adj.            Mmorrugie, ,.
,Mle,m.              , haricot, m.               I hennir, v.

haleine, f.          , haridelle, (.             , Henriade, (.
halenee, f.          harmonie, f.                heraut, m.
• hAler, v.          harmonieux, adj.            herbage, 111.
, haleter, v.        • harnacher, v.             herbette, f.
• halle".            , harnnis, 111.             h~rboriste,       111.
• hallebarde, f.     • harpagon, m.              Hel'cule, m.
• haloir, m,         • harpeau, III.             IlI!reditaire, ad/.
80            LlSTI DES   H   MOETS ET   Amm.
 herMite!.            homonyme, adj.      • huitieme, m.
 heresie, .           honnele, adj.       buitre, [.
  • herisser, v.      • honnir, v.        • hulolle".
  • herisson, m.      honorable, adj.     humain, adj.
 herilage, m.         • honle"            humanite"
 hero'isme, m.        • honleux,. adj.    humble, adj. .
 hero'ine, ,.        Mpilal, m.           humectation,     r.
 • heron, m.          • hoquel, m.        humeur,f·
 • heros, m.          • hoquelon, m.     ,humi~G,    adJ..
 • herse".            • horde"             humiliation, ,.
 hesisler, v.         • horion, m.         humilile, ( .
 hel8rogime, adj.    horizon, m.           • hune,f·
 • helre, m.         horloge, (            • huppe, (.
 heur, m.            borloger,             • hul't~. t:
 heure, (.           • hormis,             • hurlement, m.
 heureux, adj.       horreur, f          .• hurler, v. n.
 • heurt, m.         • hors, preJ         hurluberlu, m.
 • heurler, v.      hospice, 1)).         • hulle".
 • bie, ,           hospilalitei          • hulte,~.. v•.
hieble.,.           hospodar,             hydre, (.
hieroglyphe, m.     hostie, (.            hydrom.el,. m.
hilarile, ,         hOlel, m.             hydropiqllo,. mlm. et
hirondelle, ,       • holle".             hydropL~ie, {.     [.at(!.
• hisser, v.        • holllie, f          hydrojlote,. m.
hisloire, ,.        • houblon,            hyime".
hi verner, v.       • houe.(.             hygiene"
• hoche.,.          • houille,'"          hygrometre, m.
• bochequeue, m.    • houle, {..          hymen, m.
• hoc her, t'.      • houlelle,           hymne, 'Ilt. ou f.
• hochel. 111"       • hOllppe, I         hyperbole.I-
• hollander, II.    • hourdage            hypocrisie, ,
homicide, m.        • houret, m           hypocrite, sub4t~ et
hommagf', m·.       • huit, adj.          hypotheque. f. [adj.
homme, m.           • hllitain, m.        hvsoDe. f.
homogene, adj.      • hUitaine, ,
                          ic
     nWnmERIE A. COTE ET C QUEBEC.
  On pcut se procurer a ceUe imprimerie les L1VRES
D'tCOLESqUi suivent :
loE LIVRE'DES ENFANTS, Nouvel Alphabet Fran9ais. NouveDe
    edition, re,vue et augmentee.,
LE PETIT CATECHISME DE QUEBEC, public aveo I'approbation
    et par ordre du Premier Concile Provincial de Quebec.
ELEMENTS DE LA GRAMlIIAIRE FRANQAISE, par LHOMOND.
NOUVEAUX EXERCICES FRANQAIS GRADUES, rediges sur Ia
    Grammaire de Lhomond par J. B. COCKEMPOT, instituteur. 12e
    edition.
ABREGE DE LA GRAM MAIRE SELON L'ACADEMIE, par BON-
  NEAU. Ouvrage adoptc par Ie Conseil de I'Instruction Puhlique.
EXERCICES RAISONNES SUR L'ORTHOGRAPHE, mis en rapport
    avec l' Abrege de la Grammaire selon l'Academie, par Ie meme.
EXERCICE~ ORTHOGRAPHIQUES, mis en rapport aveo la Gram-
   maire fran9aise, a I'usage des Ecoles chretiennes. Approuve par
   Ie Conseil Royal de l'Instruction Publique.
NOUVEAU TRAITE DES DEVOIRS DU CHRETIEN ENVERS
   DIEU, dans Iequel chaque chapitre et chaque article sont SUiviSI
   de tIaits historiques analogues aux vcrites qui y sont traitees. Au"
   toris" par Ie Conseil de l'Instruction Publique pour Ies Ecoles
   Primaires.
PSAUTIER DE DAVID, .uivi des hymnes qui se chantent dans lea
  differents temps de I'annee, et des pri~res durant la Messe, a
   I'usage ues Ecoles ChrHiennes. Nouvelle edition, approuvee par
   Son Em. Mgr. Ie Cardinal Archeveque de Paris.
ABREG E DE L'HISTOIRE SAINTE, DE L'HISTOIRE DE FRANCE
  ET DE L'HISTOIRE DU CANADA, a l'usage des commen9ants.
ABREGE DE L'HISTOIRE DU CANADA, depuis sa Mcou'l'erte jus-
   qu'a 1840, a ['usage des maisons d'education, par F. X. GAlINEAU.
BUTLER'S CATECIUSM, revised, enlarged, improved and recom-
  mended by the Four Roman Catholic Archbish<?ps of Ireland as a
  General Catechism, and adopted and pubhshed by order of the
  first Council of Quebec as the authorized English Catechism of
   the Ecclesiastical Province of Queb.,-AN AIIRIDGEUENT 011' THE
   CHRISTIAN DOCTRINE, &c.
 TRAITE ELEMENTAIRE D'ARITHMETIQUE, par F. X. Tous-
   SAINT, I'roressaur de Mathcmatiques a PEcola Normale Laval.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:5
posted:12/12/2012
language:
pages:82