acne

Document Sample
acne Powered By Docstoc
					Acné                                                                                                                       4



   Acné
   L'acné est une dermatose (maladie de la peau) inflammatoire des follicules pilosébacés (les glandes sécrétant le
   sébum, à la racine des poils) avec formation de comédons.
   Typiquement, elle commence à la puberté et touche principalement les adolescents, de façon plus ou moins sévère.
   Elle cesse spontanément, le plus souvent à la fin de l'adolescence.


   Étymologie
   Le mot acné, emprunté à l'anglais, est une forme erronée du mot grec ακμή (akmế), qui signifie pointe, sommet.


   Épidémiologie
   L'acné marque l'adolescence de 85 % des gens, toutes ethnies confondues. Cette maladie de la peau afflige surtout
   les jeunes âgés de 10 à 20 ans, mais elle peut aussi toucher des adultes de tous âges[1] .


   Causes
   Le facteur génétique est la seule cause reconnue jusqu'à ce jour, mais le stress, l’hygiène, l’environnement et
   l’alimentation peuvent aussi influencer l’apparition de l’acné.


   Physiopathologie

   Une hyperséborrhée
   Une production excessive de sébum, d'origine hormonale et qui confère un aspect luisant à la peau.
   Le sébum sert à protéger la peau des agressions extérieures, en formant un mince film lipidique à sa surface. Lors de
   la puberté, la brutale augmentation du taux des hormones circulantes (testostérone en particulier) provoque un excès
   d'activité des glandes pilosébacées (via une enzyme : la 5-alpha-réductase).


   L'obstruction des follicules
   La prolifération chaotique des cellules favorise la surproduction de sébum et sa rétention d'où la multiplication des
   points blancs. L'épaississement de la partie externe de la glande peut entraîner aussi l'inflammation des follicules
   pileux. Cette obstruction d'une glande remplie d'un excès de sébum entraîne l'apparition d'un comédon, qui va, en se
   kératinisant, devenir un point noir.


   La prolifération d'une bactérie
   Propionibacterium acnes est une bactérie qui vit normalement, chez tout le monde, dans les follicules. Elle ne
   provoque pas d'infection, mais aggrave l'inflammation du follicule lorsqu’il y a un excès de sébum, à l'origine des
   boutons rouges.
Acné                                                                                                                        5


   Autres facteurs
   • Un facteur génétique a été avancé[2] .
   • Les facteurs hormonaux sont également prépondérants : plus fréquent chez l'homme jeune, avec une relative
     exacerbation chez la femme durant les menstruations.
   • Le stress est soupçonné mais aucune étude ne permet de l'affirmer.
   • Exposition au soleil : le bronzage épaissit la peau, et aggrave l'acné, malgré une amélioration transitoire en début
     d'exposition (due à l'effet antiseptique des rayonnements UV).
   • Exposition à certains polluants, notamment ceux chlorés ; la catastrophe de Seveso a eu parmi ses conséquences
     de déclencher une épidémie d'acné chez la population touchée par les dioxines. Certains pesticides, peut-être en
     raison de leur caractère de perturbateur endocrinien, semblent capables de déclencher des épisodes d'acné dit «
     chlorique » ou chloracné.
   • Le rapport entre acné et alimentation (charcuterie, chocolat) n'est pas prouvé, mais certains aliments gras peuvent
     contenir des polluants chlorés et benzéniques susceptibles d'induire ou exacerber l'acné.
   • Une consommation d'eau insuffisante (moins de 1,5 litre d'eau par jour) peut également avoir un effet sur
     l'hyperséborrhée. La diminution de la consommation d'eau en hiver pourrait ainsi expliquer l'augmentation de
     l'acné durant cette période.


   Formes typiques
   On recherche les lésions suivantes, souvent
   associées, de gravité variable et étendue variable. Les
   régions les plus fréquentes sont le visage, le cou, le
   décolleté, les épaules, le dos.
   • Hyperseborrhée (peau grasse)
   • Comédons et point noirs
   • Papules : les papules sont des surélévations de la
     peau, inflammatoires (rouges, chaudes, tuméfiées,
     douloureuses parfois), qui font suite à un comédon
     (= microkyste), de moins de 5 mm de diamètre.
     Elles disparaissent toutes seules, ou donnent une
     pustule.
   • Pustules : elles contiennent un contenu jaune
     purulent.
   • Nodules : les nodules sont des lésions                                          Acné, illustration

     inflammatoires profondes, de plus de 5 mm de
     diamètre. Elle finissent par se rompre et laissent une cicatrice sur la peau.
Acné                                                                                                                         6


   Formes particulières

   Acné nodulo-kystique
   Elle associe toutes les lésions, avec des
   pustules en grand nombre, des cicatrices,
   atteignant le tronc, le dos, les fesses et
   parfois le dessus des grandes lèvres chez la
   femme.


   Acné Conglobata
   Acné très grave, profuse, de durée
   prolongée.             Touche           l'homme
   préférentiellement. On distingue les lésions
   élémentaires, associées à des abcès, des
   fistules, des cicatrices creusantes ou en
   relief (cicatrice « chéloïdienne »). Elle
   entraîne un handicap social majeur et doit
   être traitée très vite et efficacement.


   Autres formes
   • Acné néonatale
   • Acné causée par les médicaments
     (estro-progestatifs, corticostéroïdes,
                                                                            Différentes formes d'acné
     anti-épileptiques, androgènes, lithium, ...)
   • Acné professionnelle (huiles, cosmétiques, ...)
   • Acné secondaire à une maladie générale (maladie hormonale, syndrome de Stein-Leventhal, hirsutisme, ...)
   • Acné causée par une → rosacée (couperose)


   Traitement
   L'acné est une affection très souvent bénigne évoluant vers la disparition spontanée en quelques années. L'abstention
   de traitement est parfois préférable dans le cas où le patient ne ressent pas de gène. Dans le cas contraire, un
   traitement est possible.
   Une hydratation suffisante (1,5 litre d'eau par jour) accompagnée d'un lavage quotidien au savon permettent de
   diminuer l'hyperséborrhée, et par conséquent l'acné qui en découle.
   En cas de traitement médicamenteux, il doit être envisagé conjointement avec un médecin. Il est essentiellement
   local et repose également sur une bonne hygiène (nettoyage de la peau). Dans tous les cas, les traitements doivent
   être poursuivis longtemps (plusieurs mois voire plusieurs années).
   Il existe des produits qui s'attaquent à la bactérie (Propionibacterium acnes), d'autres agissent sur les médiateurs de
   l'inflammation, comme la nicotinamide, une molécule présente naturellement dans de nombreux aliments. D'autre
   part, le zinc permet de réduire la sécrétion de sébum. Certaines pilules contraceptives s'avèrent aussi avoir un effet
   positif chez les jeunes filles.
Acné                                                                                                                          7


   Acné rétentionnelle (peau grasse, comédons, kystes)
   • Traitement par rétinoïdes locaux.
   Exemple : Vitamine A acide en crème 1 fois par jour le soir sur peau sèche et propre. effets secondaires : irritation en
   début de traitement, eczéma (rarement), photosensibilité (=intolérance au soleil)


   Acné papulo-pustuleuse
   Peroxyde de benzoyle + antibiothérapie générale (pour lutter contre
   Propionibacterium acnes) par des cyclines ou par pommades. Les résistances du
   germe aux antibiotiques sont cependant de plus en plus fréquentes.
   • Contre-indications des cyclines : grossesse, association à l'isotretinoine, enfant
     de moins de 8 ans.
   • Effets secondaires possibles : photosensibilité, troubles digestifs.
                                                                                                     Acné à 14 ans




   Acné grave ou acné résistante à un traitement antibiotique poursuivi trois mois
   L'isotrétinoïne est une forme acide de vitamine A et un anti-inflammatoire très puissant, inhibiteur de la sécretion de
   sébum. Ce produit est tératogène (risques de malformations fœtales). Chez la femme, il faut donc toujours associer
   une contraception (au moins 1 mois avant et jusqu'à 1 mois après le traitement) et faire un test de grossesse avant le
   début du traitement, puis une fois par mois. L'association aux cyclines est contre-indiquée, l'association aux crèmes
   est inutile.
   • Effets secondaires : risque de malformation fœtale, sècheresse de la peau et des muqueuses, problèmes
     articulaires, problèmes hépatiques, aggravation transitoire de l'acné en tout début de traitement


   Acné chez la femme (non enceinte)
   Traitement hormonal possible par acétate de cyprotérone + éthinylestradiol (ce qui correspond à la prescription d'une
   pilule contraceptive) en plus des crèmes.


   Acné chez le nourrisson
   Abstention de traitement la plupart du temps, car l'acné est de courte durée (4 à 12 semaines).


   Autres traitements
   En cas de percements intempestifs des boutons, nettoyer la peau avec un pain dermatologique à la GLYCERINE ; les
   croutes sècheront beaucoup plus rapidement et n'auront (normalement) presque pas le temps de former des cicatrices.
   Pour atténuer les cicatrices déjà existantes : nourrir la peau avec un savon aux huiles type savon d'ALEP par
   exemple.
Acné                                                                                                                                       8


   Liens internes
   • acné excoriée
   • À ne pas confondre avec la chloracné qui correspond à des manifestations cutanées après intoxication par des
     produits chimiques chlorés comme les dioxines.


   Liens externes
   • Moulage ancien pédagogique (cire), sur l'Acné [3]


   Références
   [1] Acné, causes, symptômes et signes sur Servicevie.com (http:/ / www. servicevie. com/ 02sante/ Cle_des_maux/ a/ maux74. html)
   [2]  (en) The Influence of Genetics and Environmental Factors in the Pathogenesis of Acne: A Twin Study of Acne in Women (http://www.
       nature. com/ jid/ journal/ v119/ n6/ abs/ 5603340a. html;jsessionid=D1390B96A44E240912B8499ABB6B0559), V Bataille, H Snieder, A J
       MacGregor, P Sasieni, T D Spector, Journal of Investigative Dermatology (2002) 119, 1317–1322
   [3] http:/ / www. bium. univ-paris5. fr/ sfhd/ musee/ image17. htm