Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers by xuyuzhu

VIEWS: 54 PAGES: 18

									UE.3.2.S2                                     Compétence 2
08.02.2010

           Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers




    I.         Le projet principes généraux


Définitions

Projet :

    -      représentation mentale d’une action que l’on se propose d’entreprendre
    -      idée formée par une personne d’un ensemble d’actions à accomplir pour atteindre un but
    -      descriptions des actions, des opérations, ou des travaux à accomplir pour la réalisation de
           qq chose
    -      dans un sens plus moderne, c’est aussi se projeter, lancer un regard sur l’avenir, s’imaginer
           soi-même dans l’avenir, s’imaginer soi-même dans un avenir qui n’est pas encore donné
    -      c’est aussi lorsqu’il s’agit d’une institution, inciter ceux qui s’y trouvent à travailler
           ensemble, à faire en sorte qu’il n’y ait pas de dualité entre ceux qui ordonnent et ceux qui
           exécutent
    -      l’expression d’un désire, d’une volonté, d’une intention, d’une ambition, c’est aussi
           l’expression d’un besoin d’un nécessité, d’une situation future vivement souhaité.

Synonymes : plan, idée, intention, suggestions, …

Dans un contexte professionnel, c’est une aventure temporaire entreprise dans le but de créer un
produit, un service unique.

Le mot provient du Latin projection de projiciere « jeter qq chose vers l’avant ».

Un projet n’est pas une simple idée jetée en l’air mais suppose d’être décrit et planifié (QQCOQP).

Le projet d’établissement :

Le projet d’établissement définit notamment sur la base du projet médical, la politique G de
l’établissement. Il prend en compte les objectifs de formation et de recherche définis conjointement
avec l’université dans la convention prévue à l’article L 6142-3 Du présent code et à l’article D L 713-4
du code de l’éducation. Il comporte un projet de prise en charge des patients en cohérence avec le
projet médical et le projet soins infirmier de rééducation et médico-techniques, ainsi qu’un projet
social. Le projet d’établissement qui doit être compatible avec les objectifs du schéma d’organisation
sanitaire, définit, dans le cadre des territoires de santé, la politique de l’établissement en matière de
participation aux réseaux de santé mentionnée à l’article L6321-1 et d’action de coopération
mentionnée aux Titre III du présent livre. Il prévoit les moyens d’hospitalisation, de personnel et
d’équipement de tte nature dont l’établissement doit disposer pour réaliser ses objectifs. Le projet
d’établissement est établie pour une durée maximale de 5ans. Il peut être révisé avant ce terme.


                                                                                                       1
UE.3.2.S2                                      Compétence 2
08.02.2010



    -   Conçue par chaque chef de service et ce pour une période de 5ans
    -   Définit les gdes orientations médicales du service dont il a la responsabilité
    -   S’appuie sur l’évolution des connaissances et des pratiques médicales
    -   Tient compte du SROS (schéma régional d’organisation sanitaire)



Le projet de soins de la Direction des soins

La loi hospitalière du 31/07/1991 :

    -   Il est crée dans chaque établissement un service de soins infirmiers, de rééducation et
        médico-techniques dont la Direction est confiée au coordonateur des soins
    -   Le projet de soins infirmiers de rééducation et médico-techniques est un outil de
        formalisation des orientations de soins sur lesquels porterons les actions de pratique
        clinique, d’organisation de formation et de recherche
    -   Il donne du sens à l’action
    -   Le projet de soins tient compte du projet médical et projet d’établissement
    -   C’est le reflet de la contribution des différents professionnels à la prise en charge des
        malades et leur entourage



Le projet de soins :

    -   Le projet de soins détermine la façon dont les professionnels envisagent de prendre soin
    -   Il est centré sur les personnes et aborde les prises en charges spécifique
    -   Prendre soin se différencie ainsi de la notion instrumentale de faire des soins
    -   C’est ave une vision holistiques qu’est abordé par la personne soignée afin qu’il soit répondu
        de façon optimal à son besoin, à sa demande de soin
    -   Prendre soin implique dans cette perspective pour les professionnels qu’ils s’inscrivent
        comme partenaires de soins dans une équipe pluridisciplinaire
    -   Dans cette perspective, prendre soin c’est proposer un projet où la personne humaine est
        placée au centre de notre dispositif collectif



Projet de soins personnalisé dans l’unité de soins

Projet visant à définir une attitude de ttt de soins adaptés à chaque patient « qui doit être
dynamique, évolutive et consensuelle tout en tenant compte de l’avis du patient et de sa famille ».

Le projet est individualisé, il prend en compte les besoins bio-psycho-socio spirituels du patient
(définition de la HAS).

Il tient compte du projet d’établissement, du projet médical de la spécialité concernée du projet de la
direction des soins de l’établissement, de l’orientation du projet médical du service de la spécialité
concernée, de l’analyse de la situation de l’unité, des besoins des personnes soignées.

                                                                                                      2
UE.3.2.S2                                     Compétence 2
08.02.2010



    II.       Méthodologie de construction du projet de soins

    -     Ce qui facilité sa construction
    -     Ce qui la freine



Construire un projet de soins

Il faut des connaissances scientifiques

    -     Anatomie/physiologie
    -     Pathologies et conséquences des pathologies
    -     Pharmacologie
    -     Sciences humaines, psychologie, sociologie
    -     Communication
    -     Méthodologie

Il faut connaître la personne soignée

    -     Un recueil d’informations complet
    -     L’identité de la personne soignée
    -     Le degré de dépendance de la personne soignée
    -     Les ATC
    -     Le ttt au domicile
    -     Les habitudes de vie qui ont une incidence sur ici et mnt
    -     Comprendre le discours de la personne (degré de compréhension, connaissance, souhaits)

Il faut des compétences

    -     Compétences 1, 2, 3, 5, 6, 9 : compétences à acquérir ou en voie d’acquisition
    -     Compétences relationnelles
    -     En techniques de soins infirmiers (pansement, injections)

Quelque soit le soin, il exige de la part de l'infirmière d'exercer sa pensée critique pour réfléchir,
anticiper, adapter, voire personnaliser le soin.

Les connaissances en anatomie, en physiologie, en pharmacologie, en pathologie, en législation, en
sociologie, en sciences humaines, l'expérience, le retour d'expérience et la réflexion servent à fonder
le jugement clinique infirmier sur l'état de la personne et la situation dans laquelle elle se trouve.

Cela garantit qu'aucune intervention infirmière ne soit mise en œuvre de façon automatique. Il est
en effet nécessaire de réfléchir et d'anticiper en permanence afin d'individualiser les soins de façon
appropriée.

Les différents concepts sont assimilés et reliés les uns aux autres au fur et à mesure de l'intégration
des faits, des situations et de l'expérience acquise auprès des patients.

                                                                                                          3
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

Les techniques relationnelles sont essentielles pour des soins infirmiers efficaces.

L'infirmière développe une relation de confiance, exprime un certain niveau de bienveillance et
communique en termes clairs avec le patient et sa famille. Une bonne communication
interpersonnelle est essentielle pour informer, fournir des informations individualisées et soutenir
efficacement le patient exprimant des besoins émotionnels extrêmes. L'utilisation correcte des
capacités relationnelles permet d'être attentif aux communications verbales et non verbales du
patient. De façon claire et intelligible.

Les techniques psychomotrices nécessitent l'intégration des activités cognitives et motrices. Par
exemple, lors d'une injection, il faut comprendre l'anatomie et la pharmacologie (techniques
cognitives) et faire preuve d'une coordination et d'une précision satisfaisantes afin d'effectuer
l'injection correctement (techniques motrices). Avec le temps et la pratique, l'infirmière exerce son
métier correctement, facilement et avec confiance. Cette manière de procéder est essentielle pour
gagner la confiance des patients. Elle a la responsabilité d'acquérir les techniques de soins
nécessaires, par l'intermédiaire de l'expérience, par l'utilisation de technologies éducatives
interactives ou encore par la réalisation pratique de soins.

Dans le cas d'une nouvelle capacité à acquérir, elle doit toujours évaluer son niveau de compétence
et se procurer les ressources nécessaires pour assurer un traitement sûr.

La mise en œuvre des interventions infirmières ne se limitent pas à l’accompagnement des tâches. E
effet, chaque intervention est réalisée en tenant compte du contexte unique de chaque patient. Au
fur et à mesure de l’intervention auprès du patient, le contexte dans lequel s’inscrit sa situation
clinique doit être envisagé :

    -   Qui est le patient ?
    -   Quelle est la situation clinique qui a nécessité l’intervention ?
    -   Quel est le degré d’autonomie du patient ?
    -   Comment vit-il son problème de santé ?
    -   Quelle est sa réaction face à ce problème ?
    -   Quelle est sa souffrance et comment peut-il être aidé ?
    -   Comment perçoit-il les interventions de soins ?
    -   De quelle manière lui faciliter ou lui présenter les soins ?




                                                                                                        4
UE.3.2.S2                                     Compétence 2
08.02.2010

Ce qui freine la mise en place d’un projet de soins personnalisé

    -   La charge de travail
    -   Le turn over patient
    -   Le turn over patient
    -   L’absentéisme
    -   La routine
    -   Le pouvoir des soignants
    -   La position du soignant
    -   L’absence de formation
    -   Le manque de connaissances
    -   Le manque de compétences
    -   L’absence de compétences relationnelles
    -   Le manque de temps de réflexion et d’analyse des situations
    -   Les résistances au changement
    -   Le burn out



Le projet de soins « patient »

Un projet de soins est personnalisé, adapté

Il tient compte à partir de l’analyse de situation de l’identification des pbs de santé (diagnostics
médicaux et diagnostics infirmiers), et des ressources de la personne soignée et de ses proches :

    -   D’objectifs et d’actions de soins centrés sur la personne au milieu négocié avec elle et/ou sa
        famille ou les personnes ressources
    -   S’ils ont été posés dans un contexte de pluri professionnalité (théorie des systèmes)
    -   S’ils sont en accord avec les protocoles er procédures e donc avec la qualité et la sécurité des
        soins
    -   S’ils sont planifiés ‘dossier soins, planning mural, dossier informatisé)
    -   S’ils sont tracés (dossier patient)
    -   S’ils sont évalués et réajustés
    -   Voir cours D. Hess sur le dossier soins et cours de M. Lamy sur la démarche de soin

Les interventions infirmières

Les soins infirmiers regroupent les interventions infirmières, qu'elles soient à visées préventives,
diagnostiques, thérapeutiques ou éducatives.

Ils sont traditionnellement dispensés par un infirmier ou par un auxiliaire médical par délégation
(aide-soignant, auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique pour les plus proches
collaborateurs des infirmiers, ou tout autre professionnel de la santé) auprès d'une personne ou d'un
groupe de personnes. Les soins infirmiers prennent source dans une connaissance théorique et dans
des compétences pratiques et visent à maintenir ou améliorer l'état de santé de la personne ou du
groupe dans ses dimensions biologiques, physiologiques, physiques (anatomiques et fonctionnelles),
psychologique et sociales et à prévenir de potentielles atteintes à celles-ci.

                                                                                                       5
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

Classification des interventions

Les interventions infirmières se divisent en deux catégories principales : les soins prodigués de façon
autonome et les soins prodigués en collaboration par délégation sur ordre médical (prescription
médicale) quel que soit le domaine d'activité. La législation du pays d'exercice précise les
interventions qui doivent faire l'objet d'une prescription médicale ou d'un protocole de soins
infirmiers.

Soins relevant du rôle propre de l’infirmière

Cette première catégorie regroupe les soins mis en œuvre et évaluées de manière autonome par
l’infirmier.

Ils sont argumentés et consignés dans la démarche de soins infirmiers et sont basés sur ses
compétences propres. Ce sont notamment les soins d'accueil et de recueil de données, d’évaluation
de la douleur et du degré d‘autonomie, de relation d’aide, de surveillance des signes vitaux et de
l'efficacité des thérapeutiques, d’éducation thérapeutique, ou encore la réalisation des soins
fondamentaux, de la démarche de soins infirmiers avec pose d'objectifs de soins, ainsi que le
maintien de l’hygiène hospitalière

Soins en collaboration

Cette seconde catégorie fait appel aux compétences soins prescrites par le médecin. Ces soins ne
sont pas applicables sans un avis médical ou un protocole de soins préalablement établi que
l'infirmier peut appliquer dans certaines circonstances, y compris dans le cas d'une urgence vitale. Ce
sont, par exemple, la pose d'une perfusion, la réfection d'un pansement, la prise de sang, la mise en
place d'une thérapeutique médicamenteuse ou invasive, ou l'assistance à un geste médical comme
dans une intervention chirurgicale.

Les objectifs de soins et les buts à atteindre

La formulation d’objectifs suppose l’utilisation de verbe d’actions (voir cours de Mme Lamy)

    -   Ils sont mesurables
    -   Ils sont précis
    -   Ils sont réalisables

Le but des soins et les objectifs à atteindre visent à résoudre un pb de santé ou s’il n’est pas
possiblement résolvable qu’il n’y a pas d’aggravation, ou qu’au moins les difficultés, la fin de vie se
passent avec le moins de souffrance, le plus de dignité, le maximum d’humanité




                                                                                                          6
UE.3.2.S2                                   Compétence 2
08.02.2010

Le projet et la personne soignée : quel garde fous ?

Le projet de soins se négocie autant que faire se peut avec la personne soignée et/ou avec la famille
ou la personne de confiance, les outils et les compétences qui facilitent la mise en place du projet
sont :

    -   Consultation d’annonce (médecin)
    -   Le plan personnalisé de soin (médecin)
    -   Les consentements éclairés (médecins)
    -   La consultation infirmière (infirmière)
    -   Les plans d’éducation (infirmière)
    -   L’explication et l’information (infirmières)
    -   L’écoute, la reformulation, la relation d’aide (infirmière, médecin)
    -   Les chartes et valeurs professionnelles (infirmière, médecin)
    -   La formation (infirmière)
    -   Le suivi téléphonique (infirmière)
    -   Les équipes mobiles (médecin, infirmière)

Mme D 40 ans admise en service de gynécologie pour hystérectomie totale avec les annexes sur
fibrome, elle mariée, 3 enfants (18, 14 et 5ans) elle travaille à temps partiel comme secrétaire, son
mari est commercial et travaille tard.

Elle a bénéficié d’une consultation infirmière pour la préparer à l’intervention. Consultation ou
information IDE (rdz vs op, explications de l’intervention et de ses conséquences), elle désire
retourner à son domicile mais souhaite de l’aide pour le ménage

       Accueil et installation en chambre (rôle propre)
       Préparation pré op (douche, à jeun etc..), (rôle en collaboration, rôle délégué)
       Préparation du dossier et vérification du dossier (chek liste, rôle délégué)
       Gestion de l’angoisse pré opératoire (rôle délégué et rôle propre)
       Surveillance post op (paramètres vitaux, EVA, conscience etc...)
       Organisation des soins en post op (rôle délégué, rôle en collaboration)
       1er lever (rôle en collaboration)
       Informations de la famille (rôle propre)
       Mise à l’air du pansement à J1 (rôle délégué, rôle en collaboration)
       Éducation sanitaire (rôle propre)
       Gestion du retour au domicile, prise en compte en compte des souhaits de la personne (rôle
        propre, rôle délégué)




                                                                                                        7
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010




    III.      Le projet de soins : suite


La théorie des systèmes : rappel

Un système est un ensemble d’élément interagissant entre eux selon un certain nombre de principes
ou de règles.

Via le latin « système » (assemblage), réunion en un corps de plusieurs choses ou parties puis
ensemble par extension système.



De l’importance de l’équipe pluridisciplinaire

La pluridisciplinarité ou la pluri professionnalité où sont représentés :

    -      Plusieurs disciplines
    -      Plusieurs domaines de recherche
    -      Plusieurs professions

L’équipe pluridisciplinaire réunit des professionnels ayant des compétences médicales, paramédicale,
des compétences dans le domaine de la psychologie, du travail social, de l’alimentation, du langage
(orthophonie), de la spiritualité, etc….

Cette composition doit permettre l’évaluation des besoins de la personne soignée et permettre la
mise en route du projet de soins, du projet de vie.

                                                                                                   8
UE.3.2.S2                                   Compétence 2
08.02.2010



L’équipe pluridisciplinaire

Selon le contexte qui ?

    -   Le kinésithérapeute
    -   La psychologue
    -   La diététicienne
    -   L’orthophoniste
    -   L’assistante sociale
    -   Le service d’alcoologie
    -   Le service de tabacologie
    -   Les ministres de culte
    -   La relaxologue
    -   L’art thérapeute
    -   La socio-esthéticienne
    -   Les HAD/les réseaux
    -   Les équipes mobiles (EMSP, plaies chroniques, gériatrie…)
    -   Les associations
    -   Les groupes de réflexion éthique…



Les réseaux de soins

Qu’est-ce qu’un réseau de soins ?

    •   Un réseau de soins, c’est d’abord la collaboration sur la base du volontariat, dans une zone
        géographique donnée, de professionnels de santé de disciplines différentes : médecins
        généralistes, médecins spécialistes, pharmaciens, infirmiers, kinésithérapeutes, mais aussi
        psychologues et travailleurs sociaux.

    •   Le patient est au centre du dispositif : les professionnels se concentrent sur la prise en charge
        de patients souffrant d’une pathologie ou victimes d’un problème médico-social spécifiques,
        ou encore se coordonnent pour une prise globale (toutes pathologies confondues) de leurs
        patients, axée sur la prévention. Les pathologies sont le plus souvent des pathologies
        chroniques (asthme, diabète, hypertension artérielle, dépression…) ou lourdes (VIH, VHC,
        cancers). Beaucoup de réseaux s’organisent aussi autour de la prévention et de la prise en
        charge de l’alcoolisme, de la toxicomanie ou de l’aide à des populations en difficulté.




                                                                                                       9
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

A quoi sert un réseau de soins ?

L’objectif d’un réseau est d’améliorer la prise en charge d’une pathologie ou d’un type de
populations précis : son fondement est la coordination des professionnels qui s’engagent à assurer la
continuité des soins et à améliorer leur qualité, avec des protocoles définis en commun, tout en
mesurant les coûts engendrés. Ceci se traduit par exemple par une économie de temps et un gain
d’efficacité dus au fait que les examens nécessaires sont effectués une fois mais pas deux et que les
médecins impliqués dans la prise en charge du patient ont échangé toutes les informations
nécessaires. L’objectif d’un réseau est aussi d’attirer des patients mal ou non soignés dans un
système où ils sont mieux "cadrés" et où ils ont moins de démarches difficiles à mener tous seuls.

« L’équipe de travail est complexe car elle ne se résume pas à une somme d’individus. L’approche
systémique montre qu’il s’agit en fait d’un ensemble d’éléments en interaction dynamique, organisé
en fonction d’une finalité ».



    IV.      L’organisation du projet de soins
L’organisation du projet de soins

L’organisation des soins assure leur continuité et donc une vision globale de la prise en charge
pluridisciplinaire du patient.

L’organisation des soins consiste à répartir pour un même soignant les soins planifiée dans le projet
de soins de chaque patient dont il a la charge, sur sa période d’activité et pour son secteur.

La plupart des organisations de soins relèvent d’une philosophie de soins, c’est donc une
organisation des soins centrée sur la personne, c’est la sectorisation des soins qui est donc dans ce
modèle, l’organisation des soins à privilégier.

Définition de la planification

La planification s’effectue sur un support lisible par l’ensemble des membres de l’équipe.

Elle permet :

    -     De visualiser l’ensemble des soins pour chaque patient
    -     D’organiser la répartition sur une période donnée
    -     D’identifier les professionnels réalisant les soins
    -     De repérer la collaboration pluridisciplinaire
    -     C’est la mise en œuvre d’objectifs dans le temps :
           Avec des objectifs
           Avec des moyens
           Sur une durée




                                                                                                        10
UE.3.2.S2                                     Compétence 2
08.02.2010

La caractéristique principale de la planification est la dimension temps.

Planifier consiste à :

    -   Découper un projet en un ensemble de tâches + ou – autonomes
    -   Décrire les contraintes qui affectent ces tâches les unes par rapport aux autres
    -   Puis prévoir pour chacune de ses tâches ma date à laquelle il faut démarrer
    -   Les ressources à lui attacher



La planification des soins infirmiers : les supports

C’est un outil visuel qui présente le programme d’actions de soins à accomplir. Elle permet de
visualiser à tout moment ce qui est fait et ce qui reste à faire. Elle permet de visualiser la répartition
de l’activité par catégorie professionnelle. Elle permet d’assurer la continuité des oins grâce à une
vision globale de l’ensemble des oins programmés par une équipe. Elle doit être visible par tous, le
poste de soins est le lieu idéal pour la positionner. Elle soulage la charge mentale du soignant qui ne
mobilise pas sa mémoire constamment.

Les supports:

Il existe différents supports de planification journalière:

     La planification murale
     La planification papier
     La planification informatisée

Quel que soit le type de support choisi, il doit être clair, précis, personnalisé



La planification des soins : le contenu

Concerne les actes de soins prescrits et ceux du rôle propre.

Selon le système de planification (mural, info), il doit apparaître sur la planification :

    -   Le nom du patient
    -   L’heure de soin
    -   le type de soin (code couleur de la PM…)
    -   Les RDV d’examens complémentaires
    -   Les préparations d’examens complémentaires éventuels




                                                                                                         11
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

La délégation des soins

    -    C’est la transmission d’un pouvoir, d’une compétence (droit privé)
    -    C’est transmettre un pouvoir, une responsabilité à qqun
    -    Article R43-11-4 du décret de la profession d’infirmier de 2004
    -    Lorsque les actes accomplis et les soins dispensés relevant de son rôle propre sont dispensés
         dans un établissement ou un service à domicile à caractère sanitaire, social ou médico-social,
         l'infirmier ou l'infirmière peut, sous sa responsabilité, les assurer avec la collaboration
         d'aides-soignants, d'auxiliaires de puériculture ou d'aides médico-psychologiques qu'il
         encadre et dans les limites de la qualification reconnue à ces derniers du fait de leur
         formation. Cette collaboration peut s'inscrire dans le cadre des protocoles de soins infirmiers
         mentionnés à l'article R. 4311-3.

Les outils de contrôle

    •    La traçabilité

La traçabilité est une des préoccupations principales essentielles en matière de qualité

Il s’agit de retrouver au moyen d’enregistrements systématiques tout l’historique d’un processus,
d’en identifier les éléments utiles avec précision et de déterminer pour chacun d’eux

        qui a agi,
        ce qui a été fait ou utilisé,
        à quel moment
        selon quelles modalités.

C’est la possibilité de retrouver dans un système, une liste d’information déterminées attachées à un
ou plusieurs éléments du système pour expliquer ses défaillances; selon la norme ISO 8402, c’est
l’aptitude à retrouver l’historique

 La traçabilité consiste en la mise en place du suivi de ce qui a été réalisé auprès d’un patient depuis
son arrivée jusqu’à sa sortie, ces informations se trouvent dans le dossier patient, ces documents
sont utilisés pour vérifier les soins dispensés, le respect des prescriptions et des bonnes pratiques



    V.       La qualité des soins
Recommandations de bonnes pratiques professionnelles

    -    Dans un souci d’assurer une harmonisation de la pratique soignante et de garantir la qualité
         des soins
    -    Proposition dvpé de santé et le patient à rechercher les soins le plus approprié dans ces
         circonstances clinques données. Elles sont produites par la HAS : les agences sanitaires, les
         sociétés savantes et les associations professionnelles,…




                                                                                                       12
UE.3.2.S2                                   Compétence 2
08.02.2010



Protocole : définition

   -   Le mot protocole vient du latin « prôtos » et « Rolla » ;
   -   Le protocole était le 1er feuillet collé sur les rouleaux et qui servait chez les latins et
       byzantins, de formulaire de lettres officielles adressé à des Rois ou des ministres.
   -   Par extension, le protocole est « l’ensemble des usages, des formalités » qu’on doit respecter
       dans certaines circonstances et dans certaines cérémonies.
   -   Ensemble d’actions, de gestes successifs accomplis conformément à un plan bien réglé, pré-
       établi.
   -   On parle de protocole opératoire, de protocole chimiothérapie. Dans un protocole
       scientifique, chaque action, chaque geste est pensé, réfléchie, et fait l’objet d’une recherche
       pour montrer son efficacité, sa logique interne, sa cohérence avec l’ensemble, son utilisateur
       doit pouvoir justifier de son efficacité et de son efficience, il doit aussi pouvoir dire pourquoi
       ce protocole est meilleur au moins bon.
   -   L’ANAES définit le protocole comme « un descriptif de techniques à appliquer et/ou de
       consignes à observer dans certaines situations de soins ou pour l’administration d certains
       soins ».



Les différents types de protocole

   -   Les protocoles relevant de la PM
       Article R4322 du décret relatif aux actes professionnels. Les SI ont ppur objet de contribuer à
       la mise en œuvre des ttt
       Article R4311 en cas d’urgence et ….
       Ils concernent le ttt, la préparation aux examens, la surveillance et le suivi du ttt
   -   Le protocole nominatif
       Il s’agit d’un protocole établi spécifiquement pour un patient pour anticiper les actions à
       mettre en œuvre en réponse aux changements dans l’état de santé d’un patient
   -   Les protocoles d’urgences
       Ces protocoles sont conçus dans des situations où le pronostic vital est engagé et où
       l’infirmier de par sa compétence, aura à déceler et à apprécier le degré de l’urgence
   -   Les protocoles de soins
       Utilises et élabores dans les services lors de situation de soins fréquemment rencontrées
   -   Les protocoles administratifs
       Ces protocoles définissent les conduites et les démarches à faire selon la situation (fugue de
       patient, vol…)
   -   Les protocoles relevant du rôle propre
       Ce sont des protocoles de soins, pansement, d’accueil, de soins éducatifs, de prévention, de
       surveillance, d’hygiène, ….




                                                                                                      13
UE.3.2.S2                                  Compétence 2
08.02.2010

Où trouver les protocoles ?

   -   Aux HCC, sur intranet ou dans les classeurs institutionnels
        Classeur du CLIN
        Classeur DSSI
        Classeur « biologie »
        Classeur gestion des risques
        Classeur plaies chroniques
        Classeur de CLUD
        Classeur restauration
        …
        Internet
        Le site de la HAS



Procédure : définition

   -   Manière de procéder, d’exécuter une activité ou un processus pour aboutir à un certains
       résultat
   -   Document décrivant la manière d’accomplir une activité ou processus
   -   Une procédure comporte l’objet et le domaine d’application de l’activité ou du processus et
       décrit :
        Ce qui doit être fait
        Qui doit le faire
        Quand, où, comment cela doit être fait
        Quels moyens doivent être utilisés ?
        Comment cela doit être enregistré et maîtrisé



Réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP)

   -   Lieu d’échange entre spécialiste de plusieurs disciplines sur les stratégies diagnostiques et
       thérapeutiques en cancérologie
   -   La RCP est organisée par un établissement, un gpe d’établissement ou un réseau de
       cancérologie, dans le cadre des centres de coordination en cancérologie (3C)
   -   L’évaluation régulière des RCP doit rendre compte d’une amélioration continue de la qualité
       des soins et du service médical rendu au patient. Ces réunions se dvpent dans d’autres
       spécialités




                                                                                                  14
        UE.3.2.S2                                    Compétence 2
        08.02.2010

        Le plan des soins type

        -    Le pan des soins est conçue par les équipes de soins à partir des diagnostics prévalent
        -    Il permet un gain de temps, c’est un raccourci.
             Par exemple :
                  En ophtalmo le diagnostic pré&valent est :
                   L’altération de la perception visuelle
                  En ORL :
                   L’altération de l’image corporelle
                   L’altération de la communication
                   Le risque hémorragique…

  Diagnostic IDE       étiologie           Signes              Objectifs de soins    Actions         Evaluation et
                                                                                                     réajustement



TITRE                  Source de           Observables         Négocier avec la      Adaptées à      Court terme
                       difficultés                             personne soignée      la situation
Définition             retrouvées          Manifestations      en terme de                           Moyen terme
                       dans les            de                  comportement          Permettent
(classé dans la                                                                      d’atteindre     Long terme
                       antécédents,        dépendance          pour obtenir la
taxonomie                                                                            les
NANDA)                 histoire de la      Se manifestant      participation de la
                       maladie ou de                           personne              objectifs
                                           par :
                       l’hospitalisation
                       ou                                      Objectifs
                       conséquence                             comportementaux :
                       de traitement

                       LIE A :




        Les vigilances

        Les vigilances sanitaires permettant de surveiller les incidents et les éventuels effets indésirables des
        produits de santé. Elles sont essentielles à l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.

        Les gestions des vigilances sanitaires consiste en :

        -    Un suivi des incidents survenu ou potentiels
        -    Un signalement des incidents aux autorités qui engagent des actions sur le plan national pour
             supprimer le risque d’incident
        -    La mise en place d’action au sein de l’établissement pour supprimer le risque d’incident
        -    Des correspondances sont nommées pour chaque vigilance dans l’établissement


                                                                                                               15
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

Les principaux vigilances sont :

-   L’hémovigilance relative aux produits sanguins labiles (PSL)
-   La matériovigilance relative aux dispositifs médicaux
-   La pharmacovigilance relative aux mdts
-   La biovigilance relative aux éléments et produits du corps humain utilisés à des fins
    thérapeutqiue
-   La réactovigialnce relative aux dispositifs de diagnostic in-vitro



L’évaluation de pratiques professionnelles garant de la qualité des soins

La démarche d’évolution des pratiques professionnelles a pour but l’amélioration continue de la
qualité des soins et du service rendu aux patients par les professionnels de santé.

La Haute Autorité de santé a validé des méthodes permettant aux équipes soignantes d’évaluer leurs
pratiques et de réduire les événements indésirables liés aux soins.

.C’est une démarche d’amélioration de la pratique en deux temps.

Le premier temps consiste à baser la pratique quotidienne en référence à la pratique « idéale »
(références professionnelles, recommandations, données actualisées de la science, références
réglementaires). Pour les infirmiers, la pratique « idéale » est souvent traduite sous forme de
protocoles ou de procédures. Ceux-ci prennent en compte également les habitudes du service ou de
l’établissement lorsqu’elles ne sont pas en contradiction avec les données actualisées de la science.

Le second temps consiste à s’assurer que les patients aient bénéficié des soins tels qu’ils sont décrits
dans les protocoles ou dans les outils (ex : dossier ciblé). Les objectifs d’amélioration de la qualité
sont ainsi mesurés. Cette évaluation peut être quotidienne lorsqu’on inscrit un résultat suite à la
réalisation de soins, ou différé, lorsqu’on décide à un instant T de regarder une pratique
professionnelle ou une prise en charge de patient en référence à des recommandations et selon une
méthode élaborée ou validée par la HAS.

La démarche d’évaluation est une confrontation régulière entre la pratique réelle et la pratique
idéale. De cette confrontation émerge les actions d’amélioration.

Le décret du 14 avril 2005 définit ainsi l’évaluation des pratiques professionnelles

 « L’EPP consiste en l’analyse de la pratique professionnelle en référence à des recommandations et
selon une méthode élaborée ou validée par la HAS et inclut la mise en œuvre et le suivi d’actions
d’amélioration des pratiques».




                                                                                                      16
UE.3.2.S2                                    Compétence 2
08.02.2010

L’accréditation

L’accréditation est procédure d’évaluation externe à un établissement de santé, effectuée par des
professionnels, indépendante de l’établissement et de ses organismes de tutelle, évaluant
l’ensemble de son fonctionnement et de ses pratiques.

Elle vise à assurer la sécurité et la qualité des soins donnés au malade et à promouvoir une politique
de dvpt continu de la qualité au sein des établissements de santé selon l’ANAES.

Elle concerne tous les établissements de santé publics et privés, et est conduite par l’Agence National
d’Accréditation et d’évaluation en Santé (ANAES).



VI.      Un projet de soin au projet de vie
-     Le projet de vie est l’œuvre commune de tous les acteurs de l’institution au profit par exemple
      des résidents. Il crée une dynamique institutionnelle permettant d’accompagner le changement
      de vie du résident e de garantir une bonne qualité de vie.
-     Il permet aux agents une réflexion l’amenant à reconnaitre la personne handicapée au malade,
      avec son histoire et dans son présent.
-     Il s’articule autour du projet de soin.
-     Des d’accompagnement soutiennent ce projet de vue.
-     Respect de la charte des droits et des libertés de la PA dépendante
-     Prise en charge globale et le plus individualisée possible des résidents en tenant compte du
      milieu, des habitudes de vie, du vécu et du rythme de vie
-     Respect de la place de la famille et du réseau de proximité
-     Attention portée au confort, bien être des résidents et au maintien de l’autonomie




                                                                                                    17
UE.3.2.S2                                 Compétence 2
08.02.2010
    L’hôpital est par nature une organisation complexe, de par la multiplicité des rôles, des
     acteurs, des attentes, des techniques souvent contradictoires du public et des autorités de
     tutelle, les métiers s’entrecroisent et les logiques sont plurielles.
     La nécessité d’ajuster les rationalités, de reconnaître les compétences de l’autre s’impose, la
     connaissance mutuelle et la reconnaissance de la compétence individuelle participent à la
     compétence collective.




                                                                                                  18

								
To top