L'architecture bionique est un courant du design et une expression by GY53Q45

VIEWS: 57 PAGES: 2

									                                                                                  Architecture
                                                                               Korol’ova M. A.
                                                        Consultante en langue Kuchma M. B.
                                                     Consultante en spécialité Boldyreva E. G.

        ВИРIШЕННЯ ПРОБЛЕМ АРХIТЕКТУРИ ЗА ДОПОМОГОЮ БIОНIКИ
       LA RESOLUTION DES PROBLEMES D'ARCHITECTURE A L’AIDE DE LA
                            BIONIQUE

        L'architecture bionique est un courant du design et une expression constructive
architecturale dont la composition et les lignes de force empruntent aux formes naturelles et
biologiques. Ce mouvement a commencé à mûrir au début du XXIe siècle, cela explique que
les premiers exemples d'architecture bionique privilégièrent la recherche formelle à la
fonctionnalité. L'architecture bionique se pose elle-même comme contre-point aux
compositions « traditionnelles » à angles droits. Elle procède par utilisation des formes et des
surfaces courbes rappelant des structures du vivant et des fractales. Une des tâches que les
premiers représentants de ce mouvement se sont imposées était de trouver des justifications
du développement esthétique et économique dans leur démarche architecturale.
        Un courant d’architecture bionique est l'archiborescence: néologisme, construit avec
mot «architecture» et «arborescence». Il est utilisé ici pour nommer l’architecture qui est
utilisée principalement comme inspiration de toutes les formes des organismes vivants. De
nombreux architectes contemporains s'inspirent des formes, des structures et des proportions
existant dans la nature produisant une architecture aussi dite «organique».
        Des propriétés mécaniques des biomatériaux. On peut caractériser mécaniquement
les biomatériaux comme tous les autres au moyen des dimensions utilisées dans l'étude de la
résistance des matériaux: «Module de Young», «Coefficient de Poisson», «Tension ultime»
etc. Les propriétés mécaniques des tissus vivants différents souvent selon l'orientation
observée. Le facteur d'échelle est donc important à considérer dans cette discipline. La
bionique est la science qui se base sur l'étude des systèmes biologiques (biomécanique en
particulier) pour développer (par biomimétisme éventuellement) des systèmes non
biologiques susceptibles et avoir des applications technologiques.
        Elle s'intéresse à toutes les capacités des cellules, des organismes ou de certaines
commutés ou des symbioses permettant l'autonomie et l'adaptation évolutive, ou la capacité à
trouver et à utiliser des sources d'énergie.
        Les fonctions et les mécanismes permettant le mouvement et la mobilité sont
notamment étudiés:
        - chez les animaux (des animaux sociaux notamment, pour leurs capacités
collaboratives);
        - chez les plantes (elles sont en effet capables de faire des mouvements lents (le lierre
qui escalade un arbre), moyennement rapides (ex: le drosera enserrant un insecte) ou très
rapide (ex: l’expulsion brutale de graines). Les plantes sont aussi capables d’animer
efficacement des flux internes (ex: la circulation de la sève jusqu'aux dizaines de mètres de la
hauteur ou la distance par capillarité, ou – la circulation des fluides cellulaires au moyen des
cils vibratiles chez les characées) sans système musculaire et nerveux comparable à celui des
animaux);
        - chez les bactéries (les certaines espèces font preuve de la capacité
organisationnelle);
        - chez les autres organisms (ex: les myxomycètes capables de produire des colonies
mobiles où les individus ont des comportements coordonnés et forment un super-organisme).
        De la ventilation des termitières à la flexibilité de la queue du diplodocus, notre
environnement offre toutes les sortes de solutions architecturales. Une source d’inspiration
esthétique, structurelle et fonctionnelle. L’architecte du futur construira en imitant la nature
parce que d’après Gaudi c’est très rationnel, durable et économique et les hommes se sont
toujours inspirés de leur environnement pour bâtir leur habitat, du point de vue esthétique,
structurelle ou fonctionnelle. Dans l’habitat traditionnel, il y a incontestablement une
inspiration naturelle, note Gauthier Chapelle, de l’association Biomimicry Europa. Pour
l’utilisation des matériaux, on a toujours regardé ce qui se passait autour de nous. Le plus bel
exemple est l’igloo, qui est directement tiré de la tanière de l’ours polaire. Le résultat est
tellement performant qu’il permet de conserver une température de 15 à 20° C supérieure à
celle de l’extérieur. Pour l’architecte belge Luc Schuiten, qui dessine des villes des
écosystèmes futuristes, cette approche s’est perdue avec l’industrialisation et la
standardisation de la construction. Avant, l’architecture dépendait d’un lieu, d’un climat,
d’une lumière et maintenant toutes les maisons sont les mêmes dans le monde, elles ne sont
plus adaptées à leur terroir. La perte de biodiversité dans ce domaine est aussi considérable
que dans la nature.
        On peux regarder un grand example de la solution des problemes sociaux avec
l’architecure biunique - Architecture bionique et utopie sociale : le grand coquillage
        Un nouveau concept de la station autonome en forme de coquillage : voici le parti
utopique pour se prémunir des dérèglements climatiques. Un nouveau projet écologique,
architerctural et social en guise de droit de la suite à un sujet précédent qui abordait les
modes d'habiter sur l'eau. La genèse de son projet marque pourtant des différences, Remizov
tend plutôt à se protéger de ses bouleversements futurs, comme en témoigne l'enveloppante
structure de son grand coquillage. Aussi le concept propose une architecture de "colonies",
comme une cellule de la vie communautaire mutlipliable à l'infini. La forme a aussi ses
raisons: diriger les flux d'air, bénéficier des apports solaires optimaux, maximiser le volume
habitable. Sur les parties aériennes, l'architecte a imaginé une série des voûtes concentriques.
Le résultat a offert 14000 m² de la surface habitable.
        Donc, on voit que l’architecture bionique est une bonne solution pour les plusieurs
problèmes, telle que l’optimization d’espace, la réorganisation des surfaces non-utilisées
(l’océan, les deserts, les montagnes ou le climat mauvais, etc.), maximiser le volume
habitable, l’utilization des matériaux écologiques, et finallement la nature comme grande
source d’inspiration.

                                            Bibliographie

1. Futura-Sciences "La bionique : quand l'homme s'inspire de la Nature"
2. Architecture bionique — Y.S. Lebedev — M.: Stroiizdat, 1990. — 269 p.
3. Architectural project of Bionic city — S. Rastorguev, M. Kudryashov, 2002
bionic arcchitecture, Bogotá bioclimatic analysis, 2009

								
To top