Docstoc

Anesthésie locale et locorégionale

Document Sample
Anesthésie locale et locorégionale Powered By Docstoc
					                                                                                                                                                                                                                                                                  22-090-K-05




Encyclopédie Médico-Chirurgicale 22-090-K-05




                                               Anesthésie locale et locorégionale
                                                  A Abelli
                                                  P Menard

                                                                                                      Résumé. – La suppression de la douleur peropératoire constitue un des aspects les plus importants de notre
                                                                                                      spécialité. Aujourd’hui, il est possible de la diminuer ou de la supprimer grâce à l’anesthésie locale ou
                                                                                                      locorégionale. La connaissance des sites et de l’anatomie augmente la précision et la fiabilité de ce geste. Le
                                                                                                      matériel utilisé pour insensibiliser les muqueuses évolue constamment vers l’amélioration des performances et
                                                                                                      la sécurité. Les problèmes soulevés ces dernières années par les risques de contamination nous imposent de
                                                                                                      connaître parfaitement les moyens dont nous pouvons disposer pour protéger la santé de nos patients.
                                                                                                      © 2000 Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.




                                               Introduction                                                                                                             La tétracaïne se présente en solution de 1 à 2 %. Plus récemment, la
                                                                                                                                                                        crème analgésique Emlat (prilocaïne et lidocaïne) est essentiellement
                                                                                                                                                                        proposée pour la réparation des plaies cutanées [4, 11].
                                               Étymologiquement, l’anesthésie est la perte de la sensibilité
                                               douloureuse. Elle est donc, ou devrait être, le préalable à tout acte
                                               diagnostique ou thérapeutique douloureux.                                                                                                        ANESTHÉSIE PAR INFILTRATION
                                               L’anesthésie peut être locale et ne concerner qu’une zone limitée de                                                     Elle consiste à infiltrer les tissus sous-cutanés ainsi que les plans
                                               l’individu. Elle peut être régionale, une seule injection suffisant pour                                                 plus profonds.
                                               anesthésier le territoire d’un ou plusieurs nerfs. Enfin, l’anesthésie                                                    La lidocaïne, la mépivacaïne, la prilocaïne et l’articaïne sont les plus
                                               peut être générale, mais là n’est pas le propos de notre article.                                                        utilisées sous forme simple ou avec adjonction de vasoconstricteurs.
                                               Les anesthésiques locaux empêchent l’excitation des cellules                                                             La lidocaïne, ou Xylocaïnet, est la plus employée en stomatologie à
                                               nerveuses et donc la transmission de l’influx nerveux. Mais les                                                           des concentrations de 0,5 à 1 %. La forme adrénalinée permet
                                               anesthésiques locaux agissent aussi sur toutes les cellules excitables,                                                  d’atteindre des doses de 7 à 8 mg/kg sans risque. S’il est vrai que le
                                               en particulier les cellules musculaires, les cellules myocardiques et                                                    passage dans le sang se fait à des taux relativement élevés, il est
                                               les cellules du système nerveux central ; ce qui explique leur                                                           cependant au-dessous de ceux provoquant des effets toxiques (à
                                                                                                                                                                        moins d’un état pathologique précis du patient considéré).
                                               toxicité [7].
                                                                                                                                                                        La mépivacaïne ou Scandicaïnet est très utilisée ; elle est très
                                               De ce fait, l’anesthésie locale doit être faite dans des conditions de
                                                                                                                                                                        semblable à la lidocaïne. Sa durée d’action est supérieure et elle
                                               sécurité strictes, quelle que soit la technique utilisée.                                                                aurait un effet vasoconstricteur. L’articaïne, ou Alphacaïnet, est très
                                                                                                                                                                        voisine de la lidocaïne (un peu plus puissante) et s’emploie en
                                                                                                                                                                        général avec des vasoconstricteurs [3].
                                               Emploi des anesthésiques locaux
                                               en odontologie et stomatologie                                                             [9]
                                                                                                                                                                                                   ANESTHÉSIE TRONCULAIRE                                   [7]


                                                                                                                                                                        Cette technique consiste à infiltrer d’anesthésique local une région
                                                                                                                                                                        où passe(nt) le ou les troncs nerveux innervant la région à
                                                                             ANESTHÉSIE DE SURFACE
                                                                                                                                                                        insensibiliser.
                                               Cette technique consiste à employer, par tamponnement ou par                                                             L’utilisation de cette technique est liée à la détermination du trajet
                                               pulvérisation, un agent anesthésique sur la surface à anesthésier.                                                       du nerf à partir de repères anatomiques plus ou moins faciles à
                                               La cocaïne peut être employée par tamponnements (solution de 4 à                                                         reconnaître. Elle est, entre autres, particulièrement utilisée au niveau
                                               10 %) pour des anesthésies de surface [3].                                                                               de la face.
                                               La lidocaïne est présentée :
                                               – en gel de 1 à 4 % ;                                                                                                    Anesthésie locale et locorégionale
                                               – en flacon pressurisé à 4 % : on obtient alors une anesthésie en 2 à                                                     en odontologie et stomatologie.
                                               3 minutes, d’une durée de 30 à 45 minutes.                                                                               Matériel et technique                                           [6, 10]




                                                                                                                                                                        La suppression de la douleur peropératoire constitue un des aspects
                                                 Alain Abelli : Attaché consultant des hôpitaux de Paris.                                                               les plus importants de notre spécialité. Aujourd’hui, il est possible
                                                 Philippe Menard : Professeur des Universités, praticien hospitalier.
                                                 Service de stomatologie et chirurgie maxillofaciale, hôpital Ambroise-Paré, 9, avenue Charles-de-Gaulle,               de la diminuer ou de la supprimer grâce à l’anesthésie locale ou
                                                 92100 Boulogne-Billancourt, France.                                                                                    locorégionale.


                                               Toute référence à cet article doit porter la mention : Abelli A et Menard P. Anesthésie locale et locorégionale. Encycl Méd Chir (Editions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris, tous droits réservés), Stomatologie, 22-090-K-05,
                                               2000, 4 p.
22-090-K-05                                           Anesthésie locale et locorégionale                                            Stomatologie


Les avantages sont nombreux, le caractère est ambulatoire : le             Nous citerons :
patient est éveillé et coopératif, il n’y a pas de modifications
                                                                           – le recapuchonneur d’aiguilles ;
physiologiques, la morbidité insignifiante, les techniques sont
simples et fiables, le coût est réduit, il n’y a pas besoin de personnel    – le Clip Securit Systemt ;
spécialisé.                                                                – les destructeurs d’aiguilles.
Devant la pléthore de matériels anesthésiques vendus en France, il
est difficile de choisir avec des critères nos seringues, nos aiguilles    • Réchauffeur de cartouche
et matériels accessoires, comme le réchauffeur de cartouche et les
moyens d’élimination des aiguilles souillées.                              Il est commercialisé par le laboratoire Spad et permet de réchauffer
                                                                           cinq cartouches ou blocs à usage unique. Cet appareil conserve à
De plus, la technique a évolué et il était nécessaire de faire le point,
                                                                           une température de 38,5 °C le liquide anesthésique sans en altérer
dans ce traité, sur le matériel dont nous disposons pour réaliser sur
                                                                           les propriétés.
nos patients, avec le maximum de confort et d’efficacité, un acte
indispensable à la précision du geste.                                     Les avantages de cet appareil sont la meilleure efficacité immédiate
                                                                           du produit et la moindre douleur à l’injection.
                                           [5]
                             MATÉRIEL
                                                                                                         TECHNIQUE
¶ Seringues                                                                L’anesthésie locale est aujourd’hui considérée, par le praticien et le
Il en existe d’innombrables modèles. Nous retiendrons :                    patient, comme une étape indispensable à la réalisation d’un grand
                                                                           nombre d’actes ayant pour site la cavité buccale. Les solutions
– les blocs à usage unique : bloc Tétrat (Spad) ; il est composé d’une     anesthésiques actuelles sont d’une grande efficacité et procurent, à
seringue en plastique transparent, stérile, à usage unique, munie          faible dose, une analgésie de qualité, à condition toutefois qu’elles
d’une aiguille à carpule classique, disponible en plusieurs tailles et     soient déposées à proximité du tronc nerveux.
diamètres, et d’un bloc piston encliquetable en métal et plastique         Dès lors, la connaissance des trajets nerveux principaux, ainsi que
blanc ou coloré stérilisable ; il peut recevoir toutes les carpules du     des suppléances, devient un facteur déterminant pour réussir dans
marché et il répond aux préoccupations actuelles : matériel à usage        les meilleures conditions une anesthésie locale.
unique sous conditionnement individuel stérile, risque de
contamination par piqûre accidentelle quasi impossible ;
                                                                           ¶ Rappel anatomique           [11]

– les seringues jetables en plastique ;
                                                                           L’innervation sensitive de la face dépend du trijumeau (Ve paire
– les seringues pour injections intraligamentaires ; quatre modèles sont   crânienne) composé de deux racines, l’une sensitive, l’autre motrice.
disponibles :                                                              Les corps cellulaires de la racine sensitive sont regroupés dans le
    – la seringue Parojectt (Spad) ;                                       ganglion de Gasser, qui présente une organisation somatologique
                                                                           correspondant aux trois branches afférentes : le nerf ophtalmique de
    – la seringue Citojectt (Bayer) ;
                                                                           Willis (V1), le nerf maxillaire supérieur (V2) et le nerf mandibulaire
    – la seringue Miltex N-Traligt (Septodont, ATO, Zizine et              (V3).
    Biodica) ;
    – la seringue Ergojectt (Anthogyr) ;                                   • Nerf ophtalmique de Willis
– les seringues pour injection intradiploïque.                             Il quitte le crâne par la fissure orbitaire supérieure et donne trois
                                                                           branches :
Les seringues « pistolet », avec un système d’aiguilles spéciales,
permettent ce type d’anesthésie. Le corps de la seringue est relié au      – le nerf lacrymal ;
microtour, ce qui donne à l’aiguille un mouvement circulaire ou
                                                                           – le nerf frontal ;
alternatif.
Ces seringues sont représentées par l’injecteur de Vilette.                – le nerf nasociliaire.
                                                                           Ainsi, le nerf ophtalmique assure l’innervation cutanée, par ses
¶ Aiguilles                                                                branches superficielles, de l’étage supérieur de la face et par ses
                                                                           branches profondes, celles des muqueuses nasales, conjonctives et
Selon les laboratoires, il est possible de trouver un grand nombre         du sinus ethmoïdal.
d’aiguilles de longueurs et de diamètres différents.
Chez l’adulte, le choix de l’aiguille est :                                • Nerf maxillaire supérieur
– pour l’anesthésie para-apicale : diamètre 40/100 ; longueur :            Il sort du crâne par le foramen grand rond et pénètre dans l’arrière-
16 mm ;                                                                    fond de la fosse ptérygomaxillaire. Il se divise alors en plusieurs
– pour l’anesthésie tronculaire : diamètre 50/100 ; longueur :             branches :
35 mm ;                                                                    – un rameau méningé et orbitaire pour le sinus ethmoïdal et
– pour l’anesthésie intraseptale : diamètre 40 à 50/100 ; longueur :       sphénoïdal ;
8 mm ;                                                                     – un rameau zygomatique pour les téguments de la région
– pour l’anesthésie intraligamentaire : diamètre 30/100 ; longueur :       temporale et l’os zygomatique ;
8 mm.                                                                      – des rameaux dentaires supérieurs, postérieur et moyen, innervant
                                                                           les molaires supérieures, et dentaire antérieur pour le massif
¶ Matériels accessoires                                                    incisivocanin ;
• Neutralisation des aiguilles contaminées                                 – des racines ptérygopalatines ;
Le principal risque de piqûre est représenté par le recapuchonnage.        – les nerfs palatins innervent la partie postérieure de la voûte
                                                                           palatine, avec quelques rameaux pour le voile et la tonsille ;
Les moyens classiques d’élimination des aiguilles souillées sont les
boîtes pour entreposer. Grâce aux systèmes de griffes que possèdent        – la branche terminale, ou nerf infraorbitaire, sort par le foramen
les orifices de ces boîtes, le dévissage de l’aiguille est réalisé sans     infraorbitaire et innerve la peau de la paupière inférieure, la joue,
risque de piqûre.                                                          l’aile du nez, la lèvre supérieure.

2
Stomatologie                                         Anesthésie locale et locorégionale                                             22-090-K-05


Au total, les branches profondes transportent la sensibilité des          Le point de référence, pour la localisation chez le patient du trou
muqueuses (sinus maxillaires, fosses nasales, gencives supérieures,       palatin antérieur, est la papille rétro-incisive qui le couvre.
voûte palatine et voile).                                                 Sur le plan de l’anesthésie du nerf nasopalatin de Scarpa, on place
• Nerf maxillaire inférieur                                               l’aiguille dans la direction perpendiculaire à la table externe et à
Le nerf mandibulaire est un nerf mixte, issu du crâne par le foramen      proximité de la papille interdentaire. On injecte très lentement
ovale et divisé en deux troncs, antérieur sensitif et postérieur          quelques gouttes d’anesthésique jusqu’à observer que l’ischémie
moteur.                                                                   produite a envahi toute la papille rétro-incisive du côté palatin.
Les branches sensitives sont :                                            Le tracé du conduit palatin est parallèle à la table externe du
– le rameau buccal ;                                                      maxillaire et, par conséquent, l’aiguille doit être parallèle à ladite
                                                                          table osseuse.
– le nerf auriculotemporal ;
                                                                          La pointe de l’aiguille placée sur la papille ou dans ses alentours est
– le nerf alvéolaire inférieur ; c’est la plus grosse branche du tronc
                                                                          introduite lentement, tout en injectant quelques gouttes
antérieur ; il innerve la mandibule (os, dents, gencives). Il chemine à
                                                                          d’anesthésique jusqu’à atteindre la profondeur approximative de
la face interne de la mandibule et pénètre dans le canal dentaire au
                                                                          5 à 10 mm selon le patient. Le nerf nasopalatin de Scarpa innerve de
niveau de l’épine de Spix ; au niveau du trou mentonnier, il se divise
                                                                          chaque côté la paroi alvéolaire palatine, le périoste et la muqueuse
en deux branches terminales : le nerf mentonnier (gencives, lèvres
                                                                          correspondant à la région palatine centrale, latérale et canine, où il
inférieures et menton) et le nerf incisif (incisives et canines
                                                                          s’anastomose avec le nerf palatin antérieur.
inférieures) ;
– le nerf lingual se détache assez haut dès la sortie du trou ovale et
                                                                          • Territoire du nerf palatin antérieur (trou palatin postérieur)
innerve les deux tiers antérieurs de la langue et le plancher de la
bouche.                                                                   Le nerf palatin antérieur descend par le conduit palatin postérieur
La branche motrice assure l’innervation des muscles masticateurs,         pour faire surface par le trou palatin postérieur et finir par se
du muscle péristaphylin et du muscle du marteau. Le nerf                  ramifier dans la muqueuse du palais, voûte palatine et muqueuse
mandibulaire transporte les fibres du nerf intermédiaire qui               de la partie supérieure du voile du palais.
apportent la sensibilité gustative de la pointe de la langue et fournit   Il est préférable de pratiquer l’anesthésie près du trou palatin
la sensibilité proprioceptive des muscles de la mimique.                  postérieur ou, mieux encore, dans le canal qui se dirige vers l’avant,
¶ Territoires de l’anesthésie locale et locorégionale                     parce que nous y trouvons le tissu conjonctif lâche qui nous permet
                                                                          d’introduire le liquide anesthésique sans pression, sans produire
en stomatologie et chirurgie maxillofaciale [2, 12]
                                                                          d’ischémie et, par conséquent, avec un traumatisme inférieur.
Au maxillaire                                                             L’endroit choisi pour la ponction est dans la ligne appelée
• Territoire du nerf infraorbitaire                                       parafrontale, qui passe entre la première et la seconde molaire, à
Il innerve les incisives, les canines, le rebord alvéolaire et la         son point équidistant entre la suture palatine et le feston gingival.
muqueuse vestibulaire.                                                    Si nous palpons ce point, nous rencontrons une dépression très
Pour l’injection dans le trou infraorbitaire, nous excluons la voie       marquée. Nous faisons la ponction avec la seringue appuyée sur la
directe transcutanée pour des raisons évidentes et nous utilisons la      face occlusale des prémolaires inférieures du côté opposé et nous
voie intraorale.                                                          faisons notre injection.
Le premier repère pour la localisation du trou infraorbitaire se situe
à 8 ou 10 mm sous le bord inférieur de l’orbite, et précisément à         À la mandibule
l’union de ses deux cinquièmes internes avec ses trois cinquièmes
externes.                                                                 • Groupe incisif et canines inférieures
Il est facilement palpable, car il est situé à 1 cm en dessous d’une      Le nerf incisif peut être anesthésié en utilisant les techniques
échancrure qui se situe dans le rebord inférieur de l’orbite.             suivantes :
Il est situé dans l’axe de la deuxième prémolaire et à 2 cm environ
de son extrémité.                                                         – par injection dans le trou mentonnier ;
La direction du conduit sous-orbitaire est oblique, en arrière, en haut   – par des techniques d’infiltration, intraligamentaires et
et en dehors, ce qu’il est important de rappeler pour la bonne            intraseptales ;
direction et l’orientation de l’aiguille.
                                                                          – par infiltration périostique ;
Pour réaliser l’anesthésie, il convient de palper tout d’abord avec
l’index de la main gauche afin de localiser l’échancrure décrite.          – par injection bilatérale du nerf alvéolaire inférieur dans les deux
Tout en laissant le doigt appuyé sur ladite échancrure, et lorsque le     épines de Spix ;
patient est en position, la bouche entrouverte et la lèvre bien relevée   – par la technique para-apicale ;
afin de maintenir le fond du vestibule tendu, l’aiguille est introduite
(anesthésie topique préalable) au niveau de l’extrémité de la             – par une double anesthésie incisive qui consiste à situer le liquide
deuxième prémolaire, parallèle à son axe longitudinal et avec un          anesthésique dans la fosse incisive de chaque côté ; on appelle fosse
angle de 35 à 40° par rapport au plan frontal. On dirige sa pointe        incisive une dépression qui se trouve sous les extrémités de l’incisive
directement vers le trou infraorbitaire parfaitement localisé par         latérale et de la canine.
l’index de la main gauche.
Une fois que la pointe de l’aiguille est arrivée à sa destination, nous   • Première prémolaire inférieure
injectons une goutte d’anesthésique. L’index situé sur le trou perçoit    Nous traitons la première prémolaire inférieure à part, parce que
l’augmentation de volume, nous donnant une indication quant au            c’est une dent qui reçoit parfois une innervation conjointement aux
bon emplacement de l’anesthésique. Puis nous continuons à injecter        nerfs alvéolaire inférieur et incisif et, d’autres fois, seulement avec
jusqu’à avoir utilisé 1 mL.                                               ce dernier.
• Territoire du nerf nasopalatin de Scarpa                                Lorsque le trou mentonnier est situé entre la première et la deuxième
Le nerf nasopalatin de Scarpa parcourt la cloison nasale des deux         prémolaire, nous obtenons l’anesthésie par la procédure para-
côtés et s’introduit dans le conduit palatin pour émerger par le          apicale ; mais lorsqu’il est situé immédiatement sous son extrémité,
conduit palatin antérieur, situé immédiatement derrière et entre les      il est problématique de réaliser l’anesthésie, ce qui nous oblige à la
deux incisives centrales.                                                 tenter par la voie du nerf alvéolaire inférieur.

                                                                                                                                               3
22-090-K-05                                           Anesthésie locale et locorégionale                                                                       Stomatologie


Anesthésie dans le trou mentonnier                                                  OBSERVATIONS UTILES D’ORDRE GÉNÉRAL
Le nerf mentonnier qui émerge par le foramen mentonnier a pour            – Ne jamais oublier l’anesthésie topique qui prédispose
mission d’innerver les tissus mous. Dans le sens antéropostérieur,        favorablement le patient face à la peur du traumatisme de la
dans 50 % des cas, le foramen mentonnier se trouve entre les racines      ponction.
des deux prémolaires. Dans 25 % des cas, il se trouve au niveau de        – Lorsque la pointe de l’aiguille entre en contact avec le tissu osseux,
la racine de la seconde prémolaire. Dans 20 % des cas, il se trouve       on la retire de 1 mm avant d’injecter, afin de ne pas provoquer de
au niveau de la racine de la première prémolaire. Dans 5 % des cas,       lésion du périoste.
il se trouve derrière la racine de la seconde prémolaire.                 – Avant d’injecter le liquide anesthésique, il est obligatoire de
Pour placer le liquide anesthésique, il faut bien récliner la lèvre       s’assurer que l’injection ne va pas être endovasculaire. Il faut porter
(anesthésie topique préalable). L’aiguille est dirigée vers le fond du    une attention toute particulière à l’anesthésie rétrotubérositaire
vestibule, au niveau de la seconde prémolaire (avec un angle de 15°       supérieure et à la tronculaire mandibulaire.
par rapport à l’axe de cette dent et dans le sens vestibulolingual),      – Le liquide anesthésique doit toujours être injecté lentement, sans
obliquement vers le bas et légèrement vers l’avant.                       pression et à une température de 38 °C.
Après avoir déposé un peu d’anesthésique, on sonde avec l’aiguille        – L’échec de certaines techniques recommandées peut être
jusqu’à ce que l’on sente que la pointe s’introduit dans le foramen,      simplement dû à l’existence d’anastomoses de plexus veineux.
où nous pénétrons de quelques millimètres. Avec l’anesthésique « in       – Ne jamais commencer l’intervention sans s’être assuré au
situ », nous pouvons faire l’anesthésie de la muqueuse gingivale et       préalable, par une exploration efficace, que l’anesthésie a réussi.
de la lèvre inférieure, de la peau de la lèvre inférieure et du menton,
jusqu’à la ligne moyenne, des parties dentaires canines, incisives et,
dans les cas favorables, de la première prémolaire.
                                                                          Conclusion
Anesthésie du nerf alvéolaire inférieur [8, 11, 12]                       Les anesthésies locale et locorégionale sont aujourd’hui considérées par
                                                                          le praticien et le patient comme une étape indispensable à la réalisation
La technique conventionnelle dite « bouche ouverte » par ponction
                                                                          d’un grand nombre d’actes ayant pour site la cavité buccale. Les
au niveau de l’épine de Spix est la plus utilisée. L’aiguille longe la
                                                                          solutions anesthésiques actuelles sont d’une grande efficacité et
face interne de la branche montante et vient au contact de l’épine de     procurent à faible dose une analgésie de qualité, à condition toutefois
Spix où le nerf pénètre dans le canal dentaire. Cette technique peut      qu’elles soient déposées à côté du tissu nerveux, en particulier lorsque
bloquer, lors de la même injection, le nerf lingual assez proche.         celui-ci est de gros calibre.
Les autres techniques (Akinosi, Gowgates), dont l’avantage serait         Dès lors, la connaissance des trajets nerveux principaux, ainsi que des
d’anesthésier un nombre de rameaux plus important, ne sont pas de         suppléances, devient un facteur déterminant pour réussir, dans les
réalisation plus aisée, offrent un pourcentage d’échecs équivalent,       meilleures conditions, une anesthésie locale.
mais surtout ont un risque plus fréquent d’effraction et de l’artère      De plus, les progrès du matériel, en particulier celui à usage unique,
maxillaire et du plexus veineux ptérygoïdien.                             permettent d’assurer une sécurité optimale pour le patient et l’équipe
                                                                          soignante.
Le bloc du nerf alvéolaire peut être grevé de complications
diverses [1]. Les incidents les plus fréquents sont neurologiques, avec
des lésions du nerf lingual se traduisant par des dysesthésies du         Références
bord lingual avec perte de la gustation. L’atteinte du nerf
auriculotemporal est responsable d’une anesthésie résiduelle dans          [1] Adam P, Perchenet-Munoz S, Moreau A, Huet P, Piot B, Mercier J. Limitation d’ouverture
la région temporale.                                                           buccale par fibrose musculaire après anesthésie loco-régionale. Rev Stomatol Chir Maxillofac
                                                                               1995 ; 96 : 166-177
Anesthésie du nerf buccal long                                             [2] Carpentier P. Les voies sensitives trigéminales : un guide pour l’anesthésie. Actual Odontos-
                                                                               tomatol 1992 ; 179 : 453-467
Elle est réalisée par infiltration de 0,5 mL dans la muqueuse               [3] Cathelin M. Anesthésiques locaux. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Stomatologie, 22-012-H-
                                                                               10, 1993 : 1-7
vestibulaire, juste au-dessous de la dent de sagesse.                      [4] Ernst A, Marvez-Valls E, Nick T, Weiss S. LAT (lidocaine-adrenaline-tetracaine) versus
Rappelons que le nerf buccal long est chargé de l’innervation                  (tetracaine-adrenaline-cocaine) for topical anaesthesia in face and scalp lacerations. Ann
                                                                               Emerg Med 1995 ; 13 : 151-154
sensitive de la face vestibulaire de la joue, du sillon vestibulaire et    [5] Gaudy JF, Lasfargues JJ. Le matériel anesthésique. Réal Clin 1991 ; 2 : 17-31
de la gencive des molaires inférieures et, en certaines occasions, des     [6] Guerin T, Phan M, Maman L, Wierzba CB. Anesthésie loco-régionale. I : Le choix du matériel.
                                                                               Actual Odontostomatol 1996 ; 193 : 27-37
prémolaires.                                                               [7] Louville Y. Physiologie circulatoire et ventilatoire. In : Anesthésie-Réanimation. Paris : Masson,
                                                                               1994 ; 213-214
Anesthésie du nerf lingual                                                 [8] Machtou P. Réussir l’anesthésie des molaires mandibulaires. Actual Odontostomatol 1992 ;
Elle s’exécute par infiltration du nerf lingual au niveau du trigone            179 : 487-495
                                                                           [9] Malamed SF. Local anaesthesia. In : Handbook of local anaesthesia. St Louis : Mosby Year
rétromolaire, à 5 mm en-dessous de la crête sur la face linguale de la         Book, 1990 : 142-293
mandibule ; 0,5 mL suffisent.                                             [10] Martineau C. Anesthésie locale et loco-régionale : matériel et technique. Actual Odontosto-
                                                                               matol 1992 : 179 : 469-480
Ce nerf est chargé de l’innervation sensitive de la muqueuse des          [11] Navez M, Molliex S, Auboyer C. Les blocs de la face. In : Conférences d’actualisation.
                                                                               39e congrès national d’anesthésie et de réanimation. Paris : Elsevier/SFAR, 1997 : 237-249
deux tiers antérieurs de la langue, de la glande sublinguale et de la     [12] Salagaray Lafargue F. Les « sites » de l’anesthésie locale. Actual Odontostomatol 1992 ; 179 :
muqueuse de la gencive mandibulaire.                                           433-451




4

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Stats:
views:64
posted:11/3/2012
language:
pages:4