498 dea advancedcivillawobligations Fall2011

Document Sample
498 dea advancedcivillawobligations Fall2011 Powered By Docstoc
					              Advanced Civil Law Obligations
                                           Me Maxime Dea | Fall 2011
                                                       by Martin Bergeron

                     (Note : this summary is mostly in English, summaries of Baudoin in particular are in French)
                               (tip on using this summary : it is only a tool to get to understand the Code)


I don't know to what extent this summary can be useful to students with a different
professor. If it can help, great. Note that every chapter has (1) Notes by Dea (2)
Required readings, listed i. ii. iii. iv. etc. (i. is always codal articles with my notes from
course) and (3) supp. readings which I did sometimes, listed a. b. c. (a. is always
Beaudoin Jobin Vézina : I did short résumés of relevant provisions ; reading everything
occupied most of my saturdays for the whole semester). Also, two of the chapters are
talks, one chap. 10 which I moved towards the beginning.
I did not have time to review this summary before posting it. I was told it could help, so
please use it wisely, it is possible that it contains mistakes. Best of luck ! M. B.

                                                     Table of content
               (last tip : to update Table of content, use Word function, do not modify directly the content of the Table)



1. (2/09) Introduction and Presentation of the Course ............................................... 9
2. (09/09) Civil Law Tradition and its “Droit Commun”............................................... 9
  i. CCQ : DISPOSITION PRÉLIMINAIRE : la notion de droit commun ....................................... 9
  d. Doré v. Verdun : le code peut-il primer sur la loi spécifique? .............................................. 10
3. (16/09) Relationship between contractual and extra contractual obl. ................. 11
  Notes and tables .................................................................................................................... 12
      3.1 Similarities and Differences between the two regimes (TABLE) .................................... 12
      3.2 Privity of contract .......................................................................................................... 13
        exceptions : ..................................................................................................................... 13
      3.3 Stipulation for another : ................................................................................................. 13
        Conditions........................................................................................................................ 13
        Causes of action .............................................................................................................. 14
      3.4 De la promesse du fait d'autrui ...................................................................................... 14
  i. CCQ: Art 1434, 1439, 1440 - 1450, 1457-1458 ................................................................... 15
  ii. Boodman, M., “Third party Beneficiaries in Quebec Civil Law”, (2001) 35 CanBusLJ. 216.. 15
  iii. Bank of Montreal v. Bail Ltée, [1992] 2 S.C.R. 554 [p. 43 Sum.] : une faute
      extracontractuelle peut se produire à l'occasion d'un contrat. La faute X-K peut utiliser la
      faute contractuelle comme un élément de sa preuve X-K. Sur la base de Saucisse c. BNC,
      un devoir de bonne foi contractuelle est reconnue (1375 CCQ). Ce devoir de bonne foi
      implique aussi un devoir de renseignement. ....................................................................... 16
  iv. Dostie v Sabourin, [2001] R.J.Q. 1026 (C.A.) [p. 46 Sum.] (no. 51 : le tiers qui participe au
      bris d'un contrat peut se voir imposer la clause pénale du contrat (pour bris) : le contrat est



                                                                                                                                           1
    un fait juridique que le tiers doit respecter ; no. 75 dissidence rejette la clause pénale pour
    les tiers dû à l'effet relatif du contrat et s'en tient aux domages prouvés du tiers). .............. 17
 a. Baudouin et Jobin, “Les Obligations”, ss 447-509, 787-797, 869. ....................................... 18
   447-471 : Les effets du contrat entre les parties :................................................................ 18
   472-509 : Les effets du contrat à l'égard des tiers ............................................................... 18
      I. L'effet relatif du contrat.................................................................................................. 18
      II. La stipulation pour autrui : ............................................................................................ 19
          Conditions de validité .................................................................................................................................... 19
          Effets de la stipulation pour autrui................................................................................................................. 19
             1. Entre le stipulant et le promettant .........................................................................................................................19
             2. Entre le stipulant et le tiers bénéficiaire ................................................................................................................20
             3. Entre le promettant et le tiers bénéficiaire ............................................................................................................20
       III. La promesse du fait d'autrui ........................................................................................ 20
          Effets de la promesse du fait d'autrui ............................................................................................................ 20
      IV. La responsabilité du contractant enver un tiers (voir partie 10. bonne foi Me Ayotte).. 20
    787-797 : Titre troisième / Chapitre II / Section II / IV. Respect du régime contractuel ........ 21
      A. Introduction ................................................................................................................. 21
      B. Principe du respect du régime contractuel ................................................................... 21
          Difficultés ...................................................................................................................................................... 22
    869 : Exécution en nature et dommages-intérêts ................................................................ 22
 b. Paul-A Crépeau, “La fonction du droit des obligations”, (1998) 43 R.D. McGill 729 ............ 22
 c. Pascal Fréchette, “La qualification des contrats: aspects théoriques”, (2010) 51CdeD117 . 23
 d. Daniel Gardner et Benoit Moore, “La responsabilité contractuelle dans la tourmente” (2007)
    48CdeD543. ....................................................................................................................... 23
 e. Rutman c. Stern, [1990] R.R.A. 235 (C.A.) ......................................................................... 23
10. (18/11) Talk Me Ayotte on Good faith (subject belongs in first half) ................. 23
 1. 1941-1990 .......................................................................................................................... 23
 2. Era of 80s ........................................................................................................................... 24
   a) Abuse of right.................................................................................................................. 24
     BNC c. Houle (1990) SCC : criteria of reasonable person applied to the conduct of the
     parties in their contractual dealings (despite a clause allowing it). In order to demonstrate
     an abuse of a contractual right, it is no longer necessary to show malice of absence of
     good faith. In addition, there can be coexistence of contractual and extracontractual
     (delictual) liability : the bank is at fault on the basis of the law towards stock holders (1053
     CCBC) and not only the contract towards cocontractant. ................................................. 24
   b) duty to inform .................................................................................................................. 24
     BMO v. HQ (Bail case) (1990) SCC : the duty to inform is based on the more general duty
     to act in good faith. It is to be used when : (1) party knows or is presumed (2) the
     information is crucial and (3) the other party could not know or placed legitimate trust. This
     does not displace a party's duty to inform himself. This duty to inform applies during the
     formation and execution of the contract. .......................................................................... 24
   c) New Civil Code : articles relevant to good faith : 6, 7, 1375, 1437, 1623, 2100 ............... 24
   d) clauses limiting liability .................................................................................................... 25
     Régie d'Assainissement des Eaux ... c. Janin Construction : «Vu l'expertise des
     professionnels engagés par la Régie et le contenu obligationnel des informations que
     ceux-ci devaient fournir, le juge a justement considéré que la clause d'exonération de


                                                                                                                                                                            2
       responsaibilité n'était pas conciliable avec l'obligation de renseignement contractuelle
       assumée par la Régie.» [no. 72] ... this stricking of a clause amounts to treating the
       contract as one of adhesion. ............................................................................................ 25
     e) duty to cooperate : .......................................................................................................... 25
       Danny's Construction v. Birdair Inc et al. (2010) QCCS : «... le cocontractant doit
       normalement essayer d'offrir sa collaboration à la recherche d'une solution plutôt que de
       choisir la rupture, lorsque les conditions d'exécution s'avèrent différentes ou plus difficiles
       que prévu.»...................................................................................................................... 25
4. (23/09) Presentation by the Honorable Justice Marie Deschamps of the Supreme
Court of Canada ........................................................................................................... 27
  Being a civilist judge at the Supreme court, by Juge Deschamps, 23 septembre 2011 ........... 27
5. (30/09) Modalities of Obligations I: Simple Modalities – obligations with a term
and conditional obligations ........................................................................................ 29
  Notes de cours : 30 sept (Déa): .............................................................................................. 29
      5.0 Two differences between term and condition ................................................................ 29
      5.1 term .............................................................................................................................. 29
        5.1.1 two types of term (suspensive ; extinctive) .............................................................. 29
        5.1.2 sources of the terms ............................................................................................... 29
        5.1.3 Consequences of the postponement of the exigibility .............................................. 30
        5.1.4 What can stop the suspensive effect of the suspensive term .................................. 30
      5.2 conditional obligation..................................................................................................... 30
        5.2.1 types of conditions (suspensive; resolutory) : .......................................................... 30
      5.3 Exercices : .................................................................................................................... 31
      5.4 Definitions : condition and term ..................................................................................... 32
        5.4.1 Déf. condition = futur et incertain, (a) soit une occurence ou (b) une non-occurence
        une fois certain [1497] ; la condition peut être (i) suspensive ou (ii) résolutoire [1507]. .... 32
        5.4.2 Déf. terme = deux types : (a) 1508: L'obligation est à terme suspensif lorsque son
        exigibilité seule est suspendue jusqu'à l'arrivée d'un événement futur et certain. ; (b)
        1517: L'obligation est à terme extinctif lorsque sa durée est fixée par la loi ou par les
        parties et qu'elle s'éteint par l'arrivée du terme. ............................................................... 32
  i. CCQ : Art. 1497-1517 : SECTION I : DE L'OBLIGATION À MODALITÉ SIMPLE ................ 32
      § 1. — De l'obligation conditionnelle .................................................................................. 32
      § 2. — De l'obligation à terme ............................................................................................ 32
  ii. Venne v. Quebec (Commission de la protection du territoire agricole) [1989] 1 S.C.R. 880
      Focus on par 1-68 and 113. : Une condition ne peut être une partie essentielle d'un contrat
      (Beetz a quelques doutes). Le dernier paiement n'est pas une condition suspensive (effet
      rétroactif), mais un terme (avant lequel l'obligation n'existe pas). ....................................... 33
  iii. Paradis c. Côté, [1995] J.Q. no 3376 (C.Q.) : une condition ne peut porter sur un aspect
      essentiel d'un contrat ; la caractérisation d'un événement de certain (terme) ou incertain
      (condition) doit s'apprécier du point de vue subjectif des parties. [articles du code =
      mentionnés] ........................................................................................................................ 34
  a. Baudoin et Jobin, ss. 592-627 ............................................................................................ 35
      Section I : le terme .............................................................................................................. 35
        NOTIONS ........................................................................................................................ 35
        EFFETS ........................................................................................................................... 35


                                                                                                                                              3
           i. échéance du terme .................................................................................................................................... 36
           ii. renonciation au bénéfice du terme ............................................................................................................ 36
           iii. déchéance du terme ................................................................................................................................. 36
    Section II : la condition ........................................................................................................ 36
       A. Durant la période d'incertitude (pendente conditione) .................................................. 37
       B. La fin de la période d'incertitude (réalisation ou défaillance de la condition) ................ 38
  b. Laviolette (Succession de) c. Laviolette, 2008 QCCS 3246 : l'aspect subjectif pour la
     caractérisation de certain (terme) ou incertain (condition) ; aussi, une fois qu'il est certain
     que la terme certain ne sera pas réalisée, la dette est exigible (1510). ............................... 38
  c. Boodman, M., ''The conditional sale: de quoi s'agit-il'', dans Mélanges Paul-André Crépeau,
     Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1997, 75 (extraits). ......................................................... 39
6. (07/10) Modalities of Obligations II: Complex Modalities – obligations with
multiple objects and obligations with multiple subjects.......................................... 40
  Notes -- Déa (7 octobre) ......................................................................................................... 40
   6.1 Obligation with multiple objects ..................................................................................... 41
     6.1.1 Alternative obligation. .............................................................................................. 41
     6.1.2 Facultative obligation. ............................................................................................. 41
   6.2 Obligations with multiple subjects. 4 types of modalities :.............................................. 41
     6.2.2) solidarity ................................................................................................................ 41
           i. Effects of solidarity : (note : effects are between creditor and debtors, not between debtors : 1536) ........ 41
                a) Primary effect of solidarity (also applicable to in solidum) [I added and divided into two lists] ............................41
                b) Secondary effect (not applicable to in solidum) .....................................................................................................42
           ii. Source of solidarity : .................................................................................................................................. 42
                a) conventional source of solidarity ...........................................................................................................................42
                b) legal source of solidarity ........................................................................................................................................43
                Article 1523 explains solidarity and the note refers to other articles : ......................................................................43
           iii. ways to split responsibility ........................................................................................................................ 45
           iv. Remarks (1526, 1458ii, and more 1526) .................................................................................................. 45
       6.2.3 obligation in solidum ............................................................................................... 45
     6.3 Problems : ..................................................................................................................... 45
  i. CCQ : Art. 1518-1552 : SECTION II : DE L'OBLIGATION À MODALITÉ COMPLEXE ........ 47
     § 1. — De l'obligation à plusieurs sujets ............................................................................. 47
       I. — De l'obligation conjointe, divisible et indivisible ........................................................ 47
       II. — De l'obligation solidaire ........................................................................................... 47
           1 — DE LA SOLIDARITÉ ENTRE LES DÉBITEURS ................................................................................... 47
           2 — DE LA SOLIDARITÉ ENTRE LES CRÉANCIERS ................................................................................ 48
      § 2. — De l'obligation à plusieurs objets............................................................................. 48
        I. — De l'obligation alternative ........................................................................................ 48
        II. — De l'obligation facultative ......................................................................................... 49
  ii. Suissa v. Gestion Stag Canada Ltée, [1990] R.L. 610 (C.A.) (j. Baudoin) : le contrat doit être
      examiné pour déterminé l'intention des parties. Ici, ce ne peut être (a) une obligation
      alternative (débiteur pas le choix) ni (b) une obligation facultative (débiteur ne peut se libérer
      par une autre prestation), reste donc une (c) clause pénale (1622ii)................................... 49
  iii. Prévost-Masson v. General Trust of Canada [2001] : an obligation could be indivisible by a
      mention or because the obligation is by its object indivisible (1519) ; in the present case, the
      obligation is the payment of money, so it is divisible unless stipulated. Now, because the



                                                                                                                                                                                     4
     obligationto pay comes from two distinct sources (here two contracts), it can not be solidary,
     but only in soludum (Dostie c. Sabourin ; there is was K and X-K). L'obligation in solidum
     permet que la dette ne soit payée qu'une seule fois (même objet en partie, no 33). [p. 14
     Sum.] .................................................................................................................................. 50
  iv. Prescott v. Bacon, [1993] R.J.Q. 1945 (C.Q.) : sans mention, le paiement du loyer n'est ni
     indivisible ni solidaire. ......................................................................................................... 51
  c. Bilodeau v. Bergeron & Fils Ltée, [1975] 2 R.C.S. 345 : [see p. 14 Sum.] : obligation
     insolidum n'est pas mentionnée dans le jugement, mais le jugement revient à cette option :
     chacun est tenu à la totalité du dommage, mais l'obligation ne peut être solidaire car deux
     contrats distincts. ................................................................................................................ 51
  d. Gilles E. Néron Communications Marketing v. Chambre des notaires du Québec, [2004] 3
     R.C.S. 95. (j. LeBel. Read the summary of the facts and par. 75-79) : une source
     contractuelle et une source extracontractuelle d'un même dommage : in solidum. ............. 51
  a. Baudoin et Jobin 628-671. Chapitre II : L'obligation à modalité complexe .......................... 51
     Section I - Les obligations à plusieurs objets....................................................................... 52
       *I. Obligation alternative (1545 et ss.) (par défaut choix = au débiteur : 1546i)................. 52
       II. Obligation facultative (une principale + une accessoire !) (un seul article : 1552) ......... 52
       III. Obligation conjonctive (plusieurs parties dans l'exécution n'est pas une division légale
       !) ...................................................................................................................................... 52
     Section II - Les obligations à plusieurs sujets ...................................................................... 52
       I. Obligation conjointe et divisible ..................................................................................... 53
       II. Obligation solidaire ...................................................................................................... 53
           Solidarité active ............................................................................................................................................ 53
           Solidarité passive.......................................................................................................................................... 53
             a) sources conventionnelles .......................................................................................................................................53
             b) sources légales .......................................................................................................................................................53
             c) in solidum ...............................................................................................................................................................54
             a) effets entre le créancier et les débiteurs................................................................................................................55
             b) effets entre les codébiteurs ...................................................................................................................................56
        III. Obligation indivisible ................................................................................................... 56
           Sources ........................................................................................................................................................ 56
           Effets ............................................................................................................................................................ 56
              1. indivisibilité active ..................................................................................................................................................56
              2. indivisibilité passive ................................................................................................................................................57
  b. Michelle Cumyn, ''Responsibility for Another's Debt: Suretyship, Solidarity and Imperfect
    Delegation'', (2010) McGill Law Journal 211. ...................................................................... 57
7. (28/10) Transfer and Alteration of Obligations I: Assignment of Claims and
Subrogation ................................................................................................................. 58
  Notes Déa .............................................................................................................................. 58
     7.1 Assignment of claim ...................................................................................................... 58
       7.1.1 How to assign the debt............................................................................................ 58
       7.1.2 Is the surety also transfered ? ................................................................................. 59
       7.1.3 Consequences of assignment : .............................................................................. 59
     7.2. Subrogation.................................................................................................................. 59
  i. CCQ : Art. 1637-1646, 1651-1659 ....................................................................................... 60
  CHAPITRE SEPTIÈME : TRANSMISSION ET MUTATIONS DE L'OBLIGATION .................. 60


                                                                                                                                                                                         5
     SECTION I : DE LA CESSION DE CRÉANCE .................................................................... 60
       § 1. — De la cession de créance en général................................................................... 60
       § 2. — De la cession d'une créance constatée dans un titre au porteur (extra) ............... 61
     SECTION II : DE LA SUBROGATION................................................................................. 61
 ii. Seigneur c. Immeubles Beneficial Ltée, [1994] R.J.Q. 1535 (C.A.) (j.Fish) : {1637ii} le
     débiteur garde les mêmes recours envers le cessionnaire qu'il avait contre le cédant. ....... 62
 iii. Entreprises Gexpharm inc. c. Services de santé du Québec, [1994] R.J.Q. 1696 (C.S.) :
     {1655i} : la subrogation ne peut être forcé sur le créancier si la dette n'est pas échue. ....... 62
 iv. Banque Royale du Canada c. Caisse populaire de Rock Forest, [1992] R.J.Q. 987 (C.S.) : il
     est décidé que 1155.ii CCBC [1655 CCQ] est d'ordre public. ............................................. 63
 a. Baudoin et Jobin :............................................................................................................... 63
 Chapitre I : La cession de créance (936-966) ......................................................................... 63
     Section I : nature juridique .................................................................................................. 63
     Section II : Conditions ......................................................................................................... 64
     Section III : Effets ................................................................................................................ 65
 Chapitre II : La subrogation (967-996) .................................................................................... 65
     Section I : nature juridique .................................................................................................. 65
     Section II : conditions .......................................................................................................... 65
       I. Subrogation légale ........................................................................................................ 66
       II. Subrogation conventionnelle ........................................................................................ 66
          A. Subrogation consentie par le créancier .................................................................................................... 66
          B. Subrogation consentie par le débiteur ...................................................................................................... 67
   Section III : Effets ................................................................................................................ 67
      I. Entre le débiteur et le créancier subrogeant (ancien) .................................................... 67
      II. Entre le solvens subrogé (nouveau) et le débiteur ....................................................... 67
      III. Entre le solvens subrogé (nouveau) et le créancier subrogeant .................................. 67
      IV. À l'égard des tiers ....................................................................................................... 68
 b. Banque Nationale du Canada c. Tardif, [1998] R.J.Q. 1268 (C.S.) : la connaissance de la
    cession de la part du cédé n'est pas suffisante pour qu'elle lui soit opposable, il faut (i) qu'il
    acquiesce à la créance ou encore (ii) qu'il en ait reçu une copie [Murphy c. Burry de la CSC]
    ; de plus, le document ne peut simplement faire allusion à la cession ou la mentionner, mais
    ce doit être une copie en bonne et due forme de l'acte de cession (critère pour que la
    cession soit opposable au dédant au sens de 1641). La raison tient au fait que le débiteur
    doit voir que le cédant s'est bel et bien engagé. ................................................................. 68
 c. François Héleine, "Le refinancement d'un prêt par subrogation : trois décisions clefs en
    moins d'un an", (1994-1995) 97 R. du N. 180 ..................................................................... 68
8. (04/11) Transfer and Alteration of Obligations II: Novation and Delegation ....... 70
 notes Dea :............................................................................................................................. 70
   8.1 Novation........................................................................................................................ 70
     8.1.1 Création d'une nouvelle dette .................................................................................. 70
     8.1.2 Nouveau débiteur.................................................................................................... 71
     8.1.3 Substitution du créancier......................................................................................... 71
     8.1.4 Cinq (5) critères mentionnés par Gonthier :............................................................ 71
   8.2 Délégation (1667-1670) ................................................................................................ 72



                                                                                                                                                          6
  i. CCQ 1660-1670 .................................................................................................................. 73
      SECTION III : DE LA NOVATION ....................................................................................... 73
      SECTION IV : DE LA DÉLÉGATION................................................................................... 73
  ii. Clermont-Drolet c. Caisse populaire Desjardins de Sillery, EYB 2008-148284 (C.A.) ......... 73
  iii. Banque Laurentienne du Canda c. Mackay, 2002, R.J.Q. (C.A.)........................................ 74
  iv. Proulx c. Leblanc et Lebal, [1969], R.C.S., 765 .................................................................. 75
  a. Baudoin et Jobin ss. 997-1033 ........................................................................................... 75
  Chapitre III : La novation (997-1010) ...................................................................................... 75
      Section I : nature juridique .................................................................................................. 75
      Section II : Conditions ........................................................................................................ 76
        I. Relativement aux parties .............................................................................................. 76
        II. Relatives au lien d'obligation ........................................................................................ 76
        Section III : Effets............................................................................................................. 77
           I. Effet extinctif .............................................................................................................................................. 77
           II. Effet créateur ............................................................................................................................................ 77
  Chapitre IV : La délégation (1011-1033) ................................................................................. 77
   Section I : Nature juridique .................................................................................................. 77
     I. Évolution ....................................................................................................................... 77
     II. Spécificité de la délégation de paiement ...................................................................... 78
   Section II : Conditions ......................................................................................................... 78
     I. conditions relatives au délégant .................................................................................... 78
     II. conditions relatives au délégué .................................................................................... 78
     III. conditions relatives au créancier-délégataire .............................................................. 79
   Section III : Effets ................................................................................................................ 79
     I. Relations entre le créancier-délégataire et le délégant.................................................. 79
     II. Relations entr le créancier-délégataire et le délégué.................................................... 79
           A. Opposabilité des moyens ......................................................................................................................... 79
           B. Transmissibilité des accessoires .............................................................................................................. 79
      III. Relations entre le délégant et le délégué .................................................................... 79
  b. Michelle Cumyn "La délégation du Code civil du Québec: une cession de dette?" (2002) 43
     C. de D. 601. ...................................................................................................................... 80
9. (11/11) Other sources of obligations: Management of the business of another,
Reception of a thing not due and Unjust enrichment............................................... 80
  Notes Déa : ............................................................................................................................ 80
   9.1 Management of the business of another (1482-1490) ................................................... 80
     Conditions for MBA : ........................................................................................................ 80
           A- With respect to the parties........................................................................................................................ 80
           B- With respect to the act. ............................................................................................................................ 81
       Obligations of the managers with respect ot third parties ................................................. 81
     9.2 Reception of the thing not due ...................................................................................... 81
       Conditions pour réception de l'indu .................................................................................. 82
     9.3 Unjust enrichement (de in rem verso)............................................................................ 82
       Conditions........................................................................................................................ 82




                                                                                                                                                                            7
  i. CODE : CHAPITRE QUATRIÈME : DE CERTAINES AUTRES SOURCES DE
      L'OBLIGATION ................................................................................................................... 82
      SECTION I : DE LA GESTION D'AFFAIRES ..................................................................... 82
      SECTION II : DE LA RÉCEPTION DE L'INDU .................................................................... 83
      SECTION III : DE L'ENRICHISSEMENT INJUSTIFIÉ ......................................................... 83
  ii. Cie Immobilière Viger c. Giguère Inc., [1997] 2 S.R.C. 67 : introduction of unjust enrichment
      in Quebec civil law. 6 criteria spelled out. In particular, the justification of the enrichment (by
      deed of sale) is judged here not satisfactory. ...................................................................... 83
  iii. In Re Hil-A-Don Ltd : Bank of Montreal c. Kwiat (syndic), [1975] C.A. 157 : the reception of
      the thing not owed (réception de l'indu) is a payment made in error (CCQ 1491). .............. 84
  a. Baudoin et Jobin ss. 533-590 : Chapitre II : Certaines obligations légales fondées sur
      l'équité ................................................................................................................................ 85
      Section I : La gestion d'affaires .......................................... Error! Bookmark not defined.85
  b. Sabourin c. Charlebois (1982) C.A. 361 : ........................................................................... 85
10. (11/11) Protection of the rights to performance of obligations: Conservatory
measures, Oblique action and Paulian action. ......................................................... 86
  Notes : Déa ............................................................................................................................ 86
   10.1 Oblique action : a passive debtor is all you need ! ....................................................... 87
       10.1.1 Conditions ............................................................................................................. 87
       10.1.2 Downsides of oblique action :................................................................................ 87
   10.2 Paulian action : interferring into the debtor's actions with 3rd party ............................. 88
       Conditions :...................................................................................................................... 88
   i. Code : DIVISION III : PROTECTION OF THE RIGHT TO PERFORMANCE... ................. 89
       § 1. — Conservatory measures ...................................................................................... 89
       § 2. — Oblique action ..................................................................................................... 89
       § 3. — Paulian action ...................................................................................................... 89
   ii. Banque Nationale du Canada c. S.S., [2000] R.J.Q. 658 (C.A) : article 1632 (paulian
   action) of the CCQ the irrebutable presumption is in fact rebuttable (majority) ; this is re-
   writing the code (minority). .................................................................................................. 89
   iii. Biron c. Poirier (1977) Cour supérieure : 4 conditions dans l'ancien code. ...................... 90
   a. BJV : 726-769 : oblique action and paulian action ........................................................... 90
Advices on examination.............................................................................................. 91
Appendix : Table on Transfer and Alteration of obligations .................................... 92




                                                                                                                                                8
1. (2/09) Introduction and Presentation of the Course

2. (09/09) Civil Law Tradition and its “Droit Commun”

Readings
i. CCQ : Preliminary Disposition
ii. André Tunc, “Methodology of the Civil Law in France”, (1976) Tul. L. Rev. 459.
iii. Alain-François Bisson, “La disposition préliminaire du Code civil du Québec”, (1999) 44
R.D. McGill 539.
Further Readings
a. Pierre Legrand, “Are Civilians Educable”, (1998) 18 Legal Studies 216.
b. H.P. Glenn, “La disposition préliminaire du Code civil du Québec, le droit commun et les
principes généraux du droit” (2005) 46 Cahiers de droit 339.
c. J-M Brisson, “Le Code civil, droit commun?” dans Le nouveau Code civil, interprétation
et application, Journées Maximilien Caron 1992, Montréal, Éditions Thémis, 1993, p.
292 (not available online).
d. Doré v Verdun (City), [1997] 2 S.C.R. 862.




provision préliminaire au début de Code civil du Québec.
jus commune / droit commun


i. CCQ : DISPOSITION PRÉLIMINAIRE : la notion de droit commun

Le Code civil du Québec régit, en harmonie avec la Charte des droits et libertés de la personne (chapitre
C-12) et les principes généraux du droit, les personnes, les rapports entre les personnes, ainsi que les
biens.

Le code est constitué d'un ensemble de règles qui, en toutes matières auxquelles se rapportent la lettre,
l'esprit ou l'objet de ses dispositions, établit, en termes exprès ou de façon implicite, le droit commun. En
ces matières, il constitue le fondement des autres lois qui peuvent elles-mêmes ajouter au code ou y
déroger.


Arguments invoqués contre la disposition préliminaire :
1. la Charte exprime déjà sa suprématie sur le code, donc pas nécessaire
2. le Code n'est pas réellement le fondement de toutes les lois au Québec
3. tant le code civil Napoléon et le Code civil du bas Canada n'avaient pas une telle provision
préliminaire




                                                                                                           9
droit commun/jus commune : plutôt que de parler de droit commun, on a pensé plutôt de parler
de droit privé, mais alors 1376. The rules in this book apply to ... semble mal représenté par
cette formulation de la provision préliminaire.

p.551 readings : sur droit commun dans Tunc.


d. Doré v. Verdun : le code peut-il primer sur la loi spécifique?
Dans Doré c. Verdun, la question (1997- scr 862), la question est de savoir si le code civil est
applicable ou
Mme Doré tombe et veut poursuivre la ville de Verdun. La ville de Verdun a un article 300 sur la
loi de la municipalité et des villes qui demande que si quelqu'un trébuche et tombe, il faut
envoyer un avis dans 15 jours. p. 16, no. # Gonthier souligne que le code n'est pas la loi
d'exception quand aucune autre loi plus précise existe. Même si la loi est plus spécifique que
l'article 2930 CCQ, l'article du code ici l'emporte sur la base de la provision préliminaire.

Dans quel sens le code est-il la fondation des autres lois ? Les lois particulières prévalent,
comme par exemple la Loi sur la protection du consommateur, qui contredit le code presque à
chaque article.

L'article 1384
1447
1405 : lésion ne s'applique seulement à certains ; l'article a été adopté en sachant que la Loi
sur la protection du consommateur dit quelque chose de contraire.

Est-ce que le code est un code civil ou des statutes ?

Comment caractériser le code civil ?
La règle est toujours générale, que ce soit en common law ou en droit civil.
La règle peut sembler stagnée ou fixée dans le temps. De plus, si on utilise des statutes et des
jugements pour faire avancer les règles, quel est le but du code civil.
Le code civil est prévisible. Malgré cela, certains juges appliquent tel ou tel article.


jurisprudence = doctrine and cases in quebec.




                                                                                             10
3. (16/09) Relationship between contractual and extra contractual obl.

Broad Themes and Learning Objectives
We will examine the nuanced relationship between contractual and extra contractual
obligations and the thin line that distinguishes both. This analysis will provide a good
example of the compartmentalization of rules in the Civil Law Tradition. We will start by
discussing the mandatory application of the contractual rules between contracting parties.
From there, we will consider rules regarding the relativity of contracts and their
exceptions, if any. More specifically, we will explore how a third person becomes the
creditor or debtor of a contracting party, which will include an analysis of the rules
regarding stipulations for another and the promises of another.
Readings
i. CCQ: Art 1434, 1439, 1440 - 1450, 1457-1458
ii. Boodman, M., “Third party Beneficiaries in Quebec Civil Law”, (2001) 35 Can. Bus. L.J.
216.
iii. Bank of Montreal v. Bail Ltée, [1992] 2 S.C.R. 554 (focus on the summary of facts and
on section IV - Intervention by the court of Appeal (B) In Law)
iv. Dostie v Sabourin, [2001] R.J.Q. 1026 (C.A.)
Further Readings
a. Baudouin et Jobin, “Les Obligations”, 6éd, Yvons Blais, Cowansville, 2005. (hereinafter
‘Baudouin et Jobin’): ss 447-509, 787-797, 869.
b. Paul-A Crépeau, “La fonction du droit des obligations”, (1998) 43 R.D. McGill 729
c. Pascal Fréchette, “La qualification des contrats: aspects théoriques”, (2010) 51 C. de D.
117
d. Daniel Gardner et Benoit Moore, “La responsabilité contractuelle dans la tourmente”
(2007) 48 C. de D. 543.
e. Rutman c. Stern, [1990] R.R.A. 235 (C.A.)




                                                                                               11
Notes and tables

3.1 Similarities and Differences between the two regimes (TABLE)
Certains auteurs critiquent cette perméabilité entre les deux régimes. (voir Baudoin 869. ci-bas)

                               Contract                            Extra-contractual regime
               -fault-based                          -fault-based
Similarities   -causal link                          -causal link
               -damages ($) are for direct/immediate -damages are for direct/immediate (1607)
               (1613)
               Compensation is both for (i) the gains Compensation is for the direct/immediate
               not had (to be proven) (1611) and for damage whether foreseeable or not (1607)
               (ii) damages of a type/intensity
               foreseeable at the moment of making
               the contract (1613). [voir tableau ci-
Differences    bas]
                         Presumptions (1459-1469) only apply to extra-contractual regime
               Intensity in contract is most often result   Intensity is means
               Letter of default (mise en demeure) is Letter of demand (mise en demeure) not
               required,    although    the  contract required, but can be important for the date
               sometimes puts in default based on its at which interests are calculated.
               phrasing (1594)
               jurisdiction = where contract is made jurisdiction = where action happened
               (or other...)                         (Wabasso)
                 equity and usage related to a type of contract binds parties (1434), e.g. 2036 for
                                                    transport.
               solidarity = in not presumerd (1525), solidarity = presumed in extra-contractual
               except for business (1525ii).         (1526)



    Justifications (?) de la limite des dommages accordés dans un recours contractuel
1. Didier-Luelles : étant donné que le contrat est une emprise sur le futur, on ne peut tenir les
parties à plus que ce qu'elles pouvaient prévoir au moment de la signature du contrat. Sinon,
on dépasse le domaine de leur accord/consentement et de leur volonté.
2. Baudoin (no. 789) : Le code CCQ 1458 ii. prévoit que les parties ne peuvent se
soustraire aux règles contractuelle lors de la violation d'une obligation, qu'elle soit
principale ou accessoire. [Ainsi, en signant un contrat, le contractant renonce à son recours en
vertu de 1457, et se soumet au régime de 1458 ; il ne peut y échapper en vertu de 1458ii] Ceci
pose problème dans le cas des obligations implicites (voir no. 795). De plus, puisque nul n'est
sensé ignorer la loi, le contractant sait qu'il renonce à son recours plus complet de 1457 ; s'il
voulait le conserver, il devrait inclure une clause au contrat à l'effet que le dédommagement va
jusqu'à tel ou tel point.
3. Baudoin (no. 791) : La force obligatoire du contrat implique le rejet de l'option. En effet,



                                                                                                  12
l'article 1439 du CCQ pose que «le contrat ne peut être [...] modifié que par [...] l'accord des
parties. » L'option permettrait de modifier unilatéralement à une clause exonératoire, une
clause d'arbitrage, une clause sur le droit applicable ; elle évite toutes les facettes du régime
contractuel, conventionnel et légal.
4. Baudoin (no. 791ii) : Les parties ne peuvent se fier à leurs attentes légitimes reliées au
contrat d'un point de vue économique. Par exemple, un fabricant voudra savoir combien il lui en
coûtera pour l'exécution d'une garantie.


3.2 Privity of contract
Relative effect of contract : 1440 ;

exceptions :
1.
1441 and 1442. [3 types of legacies : (i) 1441 = universal ; (ii) universal by title = part of
everything (you can choose) ; (iii) 1442 = legaty by title = naming things specifically] . 1441 a
une limite (intuitu personae = limité à la personne en question à cause de sa qualité) «si la
nature du contrat ne s'y oppose pas».
1441 = transmet les droits et les obligations au décès
1442 = transmet les droits et non les obligations et non seulement au décès
When Kravitz sues GM in virtue of the waranty between GM and the Dealer, and that are
passed on accessory to the good (1442). A serviture would work in a similar way.
2.
Creditors also count for another exception, will be seen later in the course.
3.
Stipulation for another is another exception to the privity of contract. The Promisor promisses to
perform something for the interest of a third party. It is an exception of the privity of contract
because once the third accepts, the stipulator can not take back his promisse once accepted
(CCQ 1446) The stipulator does not have a right to the execution, the third party does. The third
party has a right as of the date of the contract between the stipulator and the promisor. En
immigration, le gouvernement peut donner à un parrain une obligation en faveur d'un immigrant.
B demande à A de ne pas le payer lui-même mais de payer ses creditors (C).

3.3 Stipulation for another :

Conditions
i. contrat doit être valide
ii. il doit y avoir une intention de créer un droit en faveur d'un tiers (qu'arrive-t-il si on stipule pour
soi-même ? par exemple, une assurance-vie où la succession est bénéficiaire, la succession
est la même personne légale ; mais cela est possible ; la question de savoir si le reste d'un
pension auquel quelqu'un a droit est ou non pour autrui est une bonne question, probablement
pas)
iii. stipulant doit avoir un intérêt suffisant
iv. 1445 : beneficiary (third party) must be identifiable at the moment of the execution, even if not
existing. [for the reason that the promisor be able to perform]
v. 1446 : the stipulation must be unrevoqued. Once accepted by the beneficiary, the promissor is
not allowed to revoque, this is to protect the expectations of the beneficiary. In contrast with gift


                                                                                                        13
(as defined at 1806) which can be revoked in case of ingratitude (1836). Difference between
those two cases : it is not clear whether there was a transfer of property in the stipulation for
another until acceptance ; but after, it seems there has been when the promise was for a
donation (unresolved in jurisprudence which regime would apply).

B stipulates (stipulant) and A promisses (promettant) to give to C the beneficiary
(bénéficiaire).

Causes of action
The difficulty comes from the fact that B does not have a right in his patrimony, but C does.
1. B could sue A if B is a creditor of C (for example) for dammages that he suffered.
2. As to whether B can sue for the performance of the action in favor of C, the answer is more
difficult. Two difficulties : (i) 55 CCP : in order to sue, we need to have an interest, and in the
case of a stiuplation for other, there is a moral interest. The question is whether a moral interest
is a sufficient interest in virtue of 55 CCP ; (ii) 59 CCP stipulates that only lawyers can plead for
the interest of another, although one could also say that B has an interest himself in the
performance because it is important to him.
3. Could C sue A for a non-performance of the contract between A and B. In Bail, HQ contracts
with Bail, who contracts with Laprise, and some important facts were not known to the bidders
and unexpected costs related to soil. First, BMO who is a creditor for Laprise sues Bail
contractually and HQ extra-contractually. Important issue : the court recognizes a duty of good
faith in contractual obligations. Can BMO use the contractual fault in the violation of the contract
between HQ and Bail as an element to assess the extra-contractual fault by HQ towards BMO.
(see most important section)
For a third party, the failure to perform a duty is a juridical fact ; but this failure to perform must
satisfy the standard of fault extra-contractually. (loose quote)
The third party sues not so much for the fault in contract, but for the dammage done to it at the
occasion of the contract.
Even if there was no contractual fault, there could still be a lack of care for which BMO could
sue.
Gonthier : 1860 : le législateur prévoit que le locataire a une obligation envers un autre locataire
même s'il n'a pas de contrat avec lui.
If there is an exonoration clause in the contract, does the third have a better position to sue vs.
the contractant. See Rutman v. Stern case : the third party is in a better position than the
contracting party, because the limiting clause only applies to the contractant. Now, the
interesting question is whether the third party can invoque the contract (in which there is an
exonoration clause) to prove the extra-contractual fault.

3.4 De la promesse du fait d'autrui
B promisses to A that C will undertake to do something in the interest of A.
A third party has obligations towards a contracting party
CCQ 1443 : it is not clear that this is an exception to the relativity of contract, because here the
contracting party has then obligation until the acceptation ; and then after the acceptation, there
is a new contract. As soon as C undertakes to fulfill the promisse, B is out of the picture if the
promisse is not fulfill ; and A and C have a contract together.

*- diffrence with stipulation pour autrui : the third prarty had a right in his patrimony before ;
whereas here, C has no obligation as long as he hasn't accepted.


                                                                                                    14
i. CCQ: Art 1434, 1439, 1440 - 1450, 1457-1458
1434. Le contrat valablement formé oblige ceux qui l'ont conclu non seulement pour ce qu'ils y ont
exprimé, mais aussi pour tout ce qui en découle d'après sa nature et suivant les usages, l'équité ou la loi.
1439. Le contrat ne peut être résolu, résilié, modifié ou révoqué que pour les causes reconnues par la loi
ou de l'accord des parties.
1440. [Effet relatif :] Le contrat n'a d'effet qu'entre les parties contractantes; il n'en a point quant aux tiers,
excepté dans les cas prévus par la loi.
1441. Les droits et obligations résultant du contrat sont, lors du décès de l'une des parties, transmis à ses
héritiers si la nature du contrat ne s'y oppose pas.
1442. Les droits des parties à un contrat sont transmis à leurs ayants cause à titre particulier s'ils
constituent l'accessoire d'un bien qui leur est transmis ou s'ils lui sont intimement liés.[Krav.]
1443. On ne peut, par un contrat fait en son propre nom, engager d'autres que soi-même et ses héritiers;
mais on peut, en son propre nom, promettre qu'un tiers s'engagera à exécuter une obligation; en ce cas,
on est tenu envers son cocontractant du préjudice qu'il subit si le tiers ne s'engage pas conformément à la
promesse.
1444. i. On peut, dans un contrat, stipuler en faveur d'un tiers.
ii. Cette stipulation confère au tiers bénéficiaire le droit d'exiger directement du promettant l'exécution de
l'obligation promise.
1445. Il n'est pas nécessaire que le tiers bénéficiaire soit déterminé ou existe au moment de la stipulation;
il suffit qu'il soit déterminable à cette époque et qu'il existe au moment où le promettant doit exécuter
l'obligation en sa faveur.
1446. La stipulation est révocable aussi longtemps que le tiers bénéficiaire n'a pas porté à la
connaissance du stipulant ou du promettant sa volonté de l'accepter.
1447.i. Seul le stipulant peut révoquer la stipulation; ni ses héritiers ni ses créanciers ne le peuvent.
ii. Il ne peut, toutefois, le faire sans le consentement du promettant, lorsque celui-ci a un intérêt à ce que
la stipulation soit maintenue.
1448.i. La révocation de la stipulation prend effet dès qu'elle est portée à la connaissance du promettant,
à moins qu'elle ne soit faite par testament, auquel cas elle prend effet dès l'ouverture de la succession.
ii. La révocation profite au stipulant ou à ses héritiers, à défaut d'une nouvelle désignation de bénéficiaire.
1449. Le tiers bénéficiaire et ses héritiers peuvent valablement accepter la stipulation, même après le
décès du stipulant ou du promettant.
1450. Le promettant peut opposer au tiers bénéficiaire les moyens qu'il aurait pu faire valoir contre le
stipulant.
1457.i. Toute personne a le devoir de respecter les règles de conduite qui, suivant les circ., les usages ou
la loi, s'imposent à elle, de manière à ne pas causer de préjudice à autrui.
ii. Elle est, lorsqu'elle est douée de raison et qu'elle manque à ce devoir, responsable du préjudice qu'elle
cause par cette faute à autrui et tenue de réparer ce préjudice, qu'il soit corporel, moral ou matériel.
iii. Elle est aussi tenue, en certains cas, de réparer le préjudice causé à autrui par le fait ou la faute d'une
autre personne ou par le fait des biens qu'elle a sous sa garde.
1458.i. Toute personne a le devoir d'honorer les engagements qu'elle a contractés.
ii. Elle est, lorsqu'elle manque à ce devoir, responsable du préjudice, corporel, moral ou matériel, qu'elle
cause à son cocontractant et tenue de réparer ce préjudice; ni elle ni le cocontractant ne peuvent alors se
soustraire à l'application des règles du régime contractuel de responsabilité pour opter en faveur de règles
qui leur seraient plus profitables.

ii. Boodman, M., “Third party Beneficiaries in Quebec Civil Law”, (2001) 35
CanBusLJ. 216.
Intro :
En droit civil, on parle de l'effet relatif des contrats pour dire que le contrat n'affecte
(droits/obligations) que les parties et non les tiers, sauf quand spécifié par la loi (1440 CCQ). En


                                                                                                                15
Common law, on parle plutôt de privity of contracts. La common law est plus laxe (Fraser
River, 1999) que le droit civil relativement aux tiers bénéficiaires. Une tension entre le
formalisme et le pragmatisme donne différentes étapes dans le développement de la doctrine.
Une tension entre le formalisme (les tiers n'ont pas de droit) et le pragmatisme a donnée
plusieurs étapes de développement touchant cette doctrine. En droit romain (p. 217), le
promisee/stipulator n'a aucun droit d'action sans un intérêt pécunier dans la complétion de la
promesse. Ainsi (p. 218) une manière de faire a été d'inclure une clause de pénalité que le
promisor paye au promisee/stipulator dans le cas d'une non-complétion de la promesse. Dans
ce cas, seul le promisee/stipulator peut intenter une action contre le promisor. Une seconde
manière de faire consiste à ce que le promisee/stipulator transfert ou donne la propriété au
promisor, mais ce transfert ou ce don peut être révoqué s'il n'est pas suivi d'un transfert ou d'un
don au bénéficiaire. Éventuellement, même le bénéficiaire peut intenter une action. Avec la
venue de l'assurance vie et suite à la décision de la CSC (Hallé), la mention d'un bénéficiaire est
considérée comme une stipulation pour autrui. Cette jurisprudence de la seconde moitié du 20e
siècle est codifiée par les articles 1444-50 du CCQ.
Droits et recours possibles : ...


iii. Bank of Montreal v. Bail Ltée, [1992] 2 S.C.R. 554 [p. 43 Sum.] : une faute
extracontractuelle peut se produire à l'occasion d'un contrat. La faute X-K peut
utiliser la faute contractuelle comme un élément de sa preuve X-K. Sur la base de
Saucisse c. BNC, un devoir de bonne foi contractuelle est reconnue (1375 CCQ).
Ce devoir de bonne foi implique aussi un devoir de renseignement.
(focus on the summary of facts and on section IV (p. 25) - Intervention by the court of Appeal (B)
In Law (p. 35)
Début : HQ fait un appel d'offre, et donne les travaux à Bail ltée et Sotrim ltée pour un prix
forfétaire. Hydro-Québec était en possession d'informations à l'effet que la qualité du sol était
moindre que spécifié à l'appel d'offre. HQ, en tant que maître-d'oeuvre, avait une obligation
d'informer/renseigner [précontractuelle et contractuelle] l'entrepreneur, étant donné (i) qu'elle
avait assumé une certaine responsabilité quant à l'exactitude des données géotechniques, (ii)
qu'elle possédait plus d'expertise que l'entrepreneur, et (iii) que le nombre et la portée de
modifications avaient complètement changé la nature du contrat d'origine (p. 7).
Faits (p. 12) : Le contrat est donné à Bail/Sotrim (avec l'appel d'offre se trouvent des documents
de LIE (Laboratoire d'inspection et d'essais) datant de 1974). Bail engage Laprise pour exécuter
les travaux sur la base de l'information alors connue d'eux. Laprise rencontre des difficultés lors
de l'exécution des travaux, s'en plaint à Bail, qui communique avec HQ, qui demande au LIE
d'examiner la situation. Un rehaussement de 3 pi du niveau du poste est décidé. D'autres
difficultés s'en suivent, entre autres pour le calcul du paiement relatif à l'avenant
(rehaussement). Le 29 septembre, le LIE fait parvenir à HQ un second rapport géotechnique,
lequel ne sera pas communiqué à Bail ou Laprise. 2 ans plus tard, Laprise fait faillite, et BMO,
qui est créancier de Laprise, intente une poursuite en responsabilité contractuelle contre Bail. En
février 1983, Laprise reçoit, de source anonyme, une copie du rapport du LIE de 1977. La
banque BMO ajoute à sa poursuite une action en responsabilité délictuelle contre HQ, celle
contractuelle contre Bail devient subsidiaire.
En cour supérieure, BMO gagne son recours extra-contractuel contre HQ (1985) ; en cour
d'appel, BMO est débouté (1989).
Section IV (p. 25) : La CSC critique l'action de la cour d'appel, qui devrait se contenter de
corriger les erreurs de conclusions impossibles tirées par le juge à partir des faits, et non pas


                                                                                                16
corriger l'opinion du juge sur l'appréciation des faits. Aussi, il faudrait que la cour d'appel spécifie
précisément quelle erreur elle corrige quand elle le fait, si elle croit que le juge a tiré une
conséquence impossible des faits (p. 26). En particulier, le juge de la cour d'appel n'explique
pas pourquoi elle rejette la crédibilité de témoins, en rejetant la conclusion de la cour à l'effet
qu'il y aurait eu une «conspiration du silence» La cour d'appel a tout simplement substitué son
appréciation des faits à celle de la cour inférieure (p. 34-5).
Part B -- In law (p. 35) : Le lien entre Laprise et HQ n'est pas contractuel, ainsi le recours de
BMO contre HQ doit être délictuel. En France, il y a la notion de groupes de contrats, mais ici la
cour résolvera la question sur une base délictuelle. C'est sur la base du principe énoncé dans
Houle (1990) «bien que la responsabilité tant contractuelle que délictuelle puisse coexister
même en présence d'un contrat, il faut, pour qu'il y ait responsabilité délictuelle, que celle-ci
existe indépendamment des obligations contractuelles et que se rencontrent tous les éléments
pour y donner naissance.» (p. 167). Dans l'évaluation de la faute extracontractuelle, les
manquements au contrat ne sont pas suffisants en tant que tels, mais constituent des éléments
pertinents à l'évaluation de la faute. Une obligation générale de bonne foi a été reconnue dans
BNC c. Soucisse (1981) sur la base de l'art. 1053 CCBC (extracontract.), cette obligation est
maintenant codifiée dans l'art. 1375 du CCQ (dans le domaine contractuel). On peut prendre
modèle sur l'affaire Boucher c. Drouin (1959) «le tiers ne cherche pas à s'approprier le bénéfice
d'une obligation qui n'a pas été stipulée en sa faveur, mais il demande réparation du préjudice
lui résultant du fait délictuel du contractant ; il ne fonde pas son droit sur le contrat mais sur la
faute dont ce contrat n'a été que l'occasion. [...] il s'est aussi rendu coupable d'une faute
délictuelle, en créant une situation de fait dont il eût dû prévoir qu'elle pourrait facilement être
cause de dommage pour les tiers.» Il est possible d'esquisser un devoir de renseignement
basé sur la bonne foi (p. 43), et non seulement dans le contexte du contrat d'entreprise. Ce
devoir a pour but de rééquilibrer les parties. En effet, le fait de ne pas divulguer de l'information
(que l'autre n'est pas en mesure d'avoir) peut nuire autant que le fait de mentir. Ceci, cependant,
n'élimine pas le devoir de chacun de se renseigner (p. 44). L'obligation de renseigner n'a pas la
même portée que l'obligation de conseil (Roberge c. Bolduc) d'un notaire ou d'un avocat. Le fait
d'avoir failli à cette obligation contractuelle de renseignement a été à l'origine du dommage
extracontractuel souffert par Laprise.



iv. Dostie v Sabourin, [2001] R.J.Q. 1026 (C.A.) [p. 46 Sum.] (no. 51 : le tiers qui
participe au bris d'un contrat peut se voir imposer la clause pénale du contrat
(pour bris) : le contrat est un fait juridique que le tiers doit respecter ; no. 75
dissidence rejette la clause pénale pour les tiers dû à l'effet relatif du contrat et
s'en tient aux domages prouvés du tiers).
FACTS : Sabourin buys the shares of Dostie in a body-shop business, and their contract
includes a clause of non-competition, where Dostie agrees not to own, operate or finance
another similar business within a certain distance and for a certain time. In case of violation, a
penalty clause impose heavy penalty. Dostie turns around and helps his brother-in-law (Fortier)
to purchase a similar business, in contravention of the contact. They both 'benefit' from the
advice of a notary (Charland), who knows of the clause of non-competition ; and makes them
sign a waiver with regards to a possible recourse by them against him.
RULING : As per first instance judge, the appeal court applies the penalty clause against Dostie,
for having financed Fortier's purchase. Similarly, Fortier and Charland are also made jointly
responsible for the penalty in the contract, even if from an extracontractual basis. This ruling
could be said to be in contradiction with article CCQ 1440, which posits that only parties to the



                                                                                                     17
contract are affected by it (and then, Sabourin would need to prove against Fortier and Charland
his real dammage, and not invoque the penalty clause). However, the reason is that one who
helps another break a contract is responsible in accordance with a penalty clause form the said
contract (no. 49-52). Dostie is condemned in solidum with Fortier and Charland (?).
DISSIDENCE (no. 75 et ss) : L'aspect relatif du contrat empêche de condamner Fortier et
Charland en vertu de la clause pénale prévue au contrat ; il condamnerait seulement Dostie en
vertu de cette clause pénale, et Charland et Fortier sur la base de leur responsabilité
extracontractuelle. La clause de non-concurrence et la clause pénale ne doit servir que pour
évaluer la faute de Fortier et Charland, et non l'étendue des dommages qu'ils doivent payer (soit
25 000) et Dostie devrait payer la différence soit 65 000.


a. Baudouin et Jobin, “Les Obligations”, ss 447-509, 787-797, 869.

447-471 : Les effets du contrat entre les parties :
447 :
448 :
449 :

471 :




472-509 : Les effets du contrat à l'égard des tiers
472 (introduction) : Il y a des exceptions à l'idée que les tiers ne doivent pas devenir créanciers
ou débiteurs de nouvelles obligations en vertu de contrat dont ils n'ont point participé. Deux
institutions sont bien connus : (i) la stipulation pour autrui, et (ii) la promesse du fait d'autrui. En
dehors de ces deux formes spéciales de contrat, l'opposabilité des contrats est basée sur le
principe que le contrat est un fait juridique que (iii) les tiers doivent respecter [Dostie c.
Sabourin] et (iv) qui peut aussi leur donner des droits d'action [HQ c. Bail].

I. L'effet relatif du contrat
473 : L'article du Code civil 1440 pose le principe de l'effet relatif du contrat. Il est complété par
les articles 1441 et 1442.
474 : L'effet relatif du contrat est cependant nuancé dans le droit moderne par l'opposabilité.
475 : Par l'effet de la loi ou de la transmision des droits, les héritiers (légaux ou testamentaire)
ou les ayants cause à titre particulier continuent la personalité juridique du défunt.
476 : Une partie peut s'engager directement ou par le biais d'un représentant.
477 : Le représentant peut avoir ce pouvoir d'une source conventionnelle (mandataire),
législative (tuteur, curateur) ou judiciaire (syndic à la faillite).
480 : Les héritiers sont soit (i) universels (reçoit le patrimoine) soit (ii) à titre universel (une
quote-part de son patrimoine).
481 : En vertu de l'art. 1441 CCQ, les droits et obligations du défunt sont continués par le biais
des héritiers. Les héritiers peuvent renoncer à la succession; et ils ne sont pas liés par les
contrats intuitu personae (souvent le cas dans les contrats de service, de mandat ou de société).
482 : L'ayant cause à titre particulier est celui qui reçoit un bien spécifique, soit du vivant du
donataire soit à son décès. Ils ne continuent pas la personalité juridique comme des héritiers


                                                                                                     18
(universels ou à titre universel). Par exemple, l'acheteur est considéré un ayant cause à titre
particulier. Affirmer qu'ils sont simplement des tiers par rapport aux contrats relatif au bien ou au
droit transmis n'est pas tout à fait exact. En effet, au chapitre des droits réels, les servitudes par
exemple suivent le bien d'un acheteur à l'autre.
484 : Les créanciers chirographaires des parties sont des tiers, mais ils ont des droits de
surveillance, et peuvent contester certains actes juridiques, il peuvent faire déclarer
inopposables à leur égard, ou même exercer un droit que le débiteur néglige d'exercer contre un
tiers. Leurs trois recours sont : (i) l'action en déclaration de simulation [no. 522 et ss.], (ii) l'action
paulienne ou action en inopposabilité [no. 699 et ss.], et (iii) l'action oblique [no. 684 et ss.].

II. La stipulation pour autrui :
485 : La stipulation pour autrui est l'opération juridique par laquelle le promettant (promissor)
s'engage vs. le stipulant (promissee/stipulator) à exécuter une obligation au profit d'un tiers
bénéficiaire. Pour que la stipulation produise ses effets, le tiers doit l'accepter. [le droit du tiers
est dans son patrimoine dès la stipulation faite ; et une fois son acceptation portée à l'attention
du stipulant ou du promettant, elle ne peut plus être révoquée : 1446 ; la révocation, voir 1447 et
1448].
486 : La stipulation pour autrui est une institution juridique autonome.
487 : La stipulation pour autrui n'est plus du domaine de l'assurance-vie de manière
principalement, mais occupe une foule d'autres utilités.
488 : Les articles 1444 à 1450 codifient la stipulation pour autrui. Les articles 1447 et 1448
prévoient les modalités et les limites de la révocation par le stipulant.

Conditions de validité
489 : (1) Le contrat établissant la stipulation doit être valide. L'acte doit contenir une intention
claire de créer un véritable droit en faveur d'un tiers.
490 : (2) L'intérêt du stipulant : le stipulant doit avoir un intérêt moral, un intérêt pécunier n'est
pas nécessaire. Le contrat d'assurance-vie impose des restrictions par rapport à l'intérêt en
question. [il n'est pas certain si l'intérêt moral est suffisant pour que le stipulant intente une
action visant l'exécution à la lumière de l'art. 55 du CPC requiérant un intérêt]
491 : (3) Le bénéficiaire doit être existant et déterminable au moment de l'exécution : L'article
1445 du CCQ exige que le bénéficiaire soit existant et déterminable au moment où le promettant
doit exécuter son obligation. Une assurance-vie payable à sa succession n'est pas une
stipulation pour autrui.
492 : (4) La stipulation doit être acceptée : L'article 1446 du CCQ permet que l'acceptation soit
portée à la connaissance du stipulant ou du promettant. L'acceptation ne crée pas le droit de
créance, mais le confirme. Une fois la stipulation acceptée, le stipulant ne peut la révoquer. Sauf
si elle est faite en fraude, la stipulation ne donne pas au patrimoine du stipulant une créance, et
donc ses créanciers ne peuvent la saisir.

Effets de la stipulation pour autrui

1. Entre le stipulant et le promettant
494 : Le contrat liant le stipulant et le promettant est un contrat ordinaire, et peut donc être
modifié ou résilié par eux tant que le bénéficiaire n'a pas accepté. Les droits et les obligations
sont transmissibles aux héritiers, sauf dans le cas d'un contrat intuitu personae.
495 : Droit de forcer l'exécution : Si le stipulant est créancier du bénéficiaire ou s'il subit des
dommages-intérêts du fait de la non-exécution de la promesse, il peut recevoir un
dédomagement pour ces dommages, voir en résolution. Autrement, des problèmes procéduraux


                                                                                                        19
importants se posent à ce que le stiuplant puisse forcer le promettant à exécuter, comme cela
est possible en France (l'intérêt suffisant en vertu de 55 CPC ; le fait que le stipulant plaiderait
alors pour autrui ; et un problème relativement à l'exécution du jugement surtout si le tiers n'est
pas partie à l'action).

2. Entre le stipulant et le tiers bénéficiaire
496 : Le tiers bénéficiaire n'est pas créancier du stipulant. La stipulation peut servir à acquitter
une dette ou être une pure libéralité.
497 : Révocation : La révocation ne peut être faite que par la stipulant (tant qu'elle n'est pas
acceptée par le bénéficiaire) : ses héritiers et ses créanciers ne peuvent révoquer la stiuplation
pour autrui. Aussi, le consentement du promettant est nécessaire s'il a un intérêt au maintien de
la stipulation (par ex. l'acheteur qui s'est engagé à payer au prêteur le solde de l'emprunt dû par
le vendeur), tel que posé par 1447ii. En matière d'assurance-vie, la révocation peut avoir des
limitations (par ex. si le bénéficiaire est conjoint).

3. Entre le promettant et le tiers bénéficiaire
498 : Le tiers peut exiger du promettant l'exécution de la promesse [1444]. Il existe entre eux un
rapport de débiteur à créancier. Les droits du bénéficiaires sont cependant limités à ce que la
convention stipule, et le promettant peut opposer au tiers les moyens de défense qu'il aurait pu
faire valoir à l'encontre du stipulant [1450].

III. La promesse du fait d'autrui
499 : La promesse du fait d'autrui (aussi appelée promesse de porte-fort) est l'acte par lequel
une partie promet à son cocontractant qu'un tiers s'engagera envers ce dernier. La promesse ne
touche pas l'exécution de l'obligation du tiers. *Contrairement à la stipulation pour autrui qui
donne un droit au tiers dès la stipulation, le promesse du fait d'autrui n'impute pas au tiers une
obligation tant qu'il ne s'est pas lui-même engagé.*
500 (Distinction avec le cautionnement) : (i) La promesse du fait d'autrui est l'engagement
principal (et non accessoire) ; (ii) si le tiers refuse d'exécuter, le cocontractant a un recours
contre le promettant ; (iii) le promettant n'a aucun recours contre le tiers qui refuse d'exécuter ;
(iv) le promettant ne s'engage pas à la bonne exécution de l'obligation, mais seulement à
l'engagement du tiers à assumer l'obligation.

Effets de la promesse du fait d'autrui
501 (entre le contractant et le tiers) : Avant son acceptation, le tiers n'est pas lié au contractant ;
une fois qu'il a accepté, il est débiteur d'une obligation envers le contractant.
502 (entre le contractant et le promettant) : L'acceptation du tiers libère le promettant de son
obligation ; s'il refuse, le promettant est responsable selon les termes du contrat.

IV. La responsabilité du contractant enver un tiers (voir partie 10. bonne foi Me Ayotte)
503 (introduction) : traditionnellement, une faute contractuelle par un des parties ne permettait
pas de recours pour un tiers victime de cette faute contractuelle. Plutôt que de voir dans le
contrat un stipulation pour autrui implicite (comme moyen de protéger le tiers victime d'une faute
contractuelle), le droit québécois a codifié certaines situations (garantie contre les vices : 1442),
permet d'autres moyens permis par la loi, mais se fie surtout sur la responsabilité
extracontractuelle pour indemniser la victime [Boucher c. Drouin (cité plus bas dans Bail)
distingue bien la faute contractuelle de la faute à l'occasion du contrat ; BMO c. Bail démontre
comment la faute contractuelle peut être utilisée comme élément de preuve relativement à la
faute extracontractuelle].


                                                                                                    20
504 (faute) : la base de la faute (contractuelle ou non) pose des problèmes théoriques ; mais
avec l'arrêt Bail, il est clair que la base de la responsabilité est que les contractants sont tenus
de se conduire de bonne foi entre eux et envers les tiers. Contrairement à la common law où
c'est l'attente du tiers qui est prise comme critère (legitimate reliance), le droit civil se base sur
«la prévisibilité que la conduite de l'agent (le contractant) cause un dommage à un tiers.»
505 (principales applications) : bail de location (recours du locataire envers le proprio. ou envers
un autre locataire) ; fabricant pour produit dangereux ; interruption de travail pour raison de
grève illégale ; bien loué mal entretenu ou mal conçu ; avocat qui tient propos diffamatoires à
l'égard de la partie adverse ; intente des procédures abusives ou gère de manière irrégulière les
fonds dans son compte en fideicommis. Deux applictions importantes : entrepreneur qui effectue
des travaux et professionnel qui émet une opinion.
506 : entrepreneur
507 : opinion
508 : causalité doit être prouvée par demandeur ; pas toujours facile quand l'opinion n'était pas
préparée pour le tiers, car ce dernier se trouve souvent à intervenir et doit prouver que le
dommage ne serait pas survenu sans l'opinion
509 : les clauses exonératoires du contrat ne valent pas contre les tiers (effet relatif ! 1440).


787-797 : Titre troisième / Chapitre II / Section II / IV. Respect du régime contractuel

A. Introduction
787 (introduction) : l'option est la possibilité d'amener son litige découlant d'un contrat sur le plan
extra-contractuel.
788 (CCBC) : Dans l'affaire Wabasso, la CSC a décidé que quand une faute pouvait être
analysée d'un point de vue contractuel ou extra-contractuel, la victime a le choix de la base de
son recours. Ce décision a été critiquée pour la raison qu'elle vide de la substance le contenu
obligationnel du contrat. À l'opposé, certains voyaient dans l'option un meilleur moyen
d'indemniser la victime.

B. Principe du respect du régime contractuel
789 : Le CCQ 1458 ii. prévoit que les parties ne peuvent se soustraire aux règles
contractuelle lors de la violation d'une obligation, qu'elle soit principale ou accessoire.
[Ainsi, en signant un contrat, le contractant renonce à son recours en vertu de 1457, et se
soumet au régime de 1458 ; il ne peut y échapper en vertu de 1458ii] Ceci pose problème dans
le cas des obligations implicites (voir no. 795).
790 : Une seule forme de responsabilité civile, avec deux régimes.
791 : La force obligatoire du contrat implique le rejet de l'option. En effet, l'article 1439 du CCQ
pose que «le contrat ne peut être [...] modifié que par [...] l'accord des parties. » L'option
permettrait de modifier unilatéralement à une clause exonératoire, une clause d'arbitrage, une
clause sur le droit applicable ; elle évite toutes les facettes du régime contractuel, conventionnel
et légal.
De plus, l'option déjoue les attentes légitimes des cocontractants dans leurs prévisions
économiques relatives à des questions de garantie par exemple.
792 : Les différences entre les deux régimes sont les suivantes : (1) intensité des obligations (ce
qui implique aussi une différence au niveau du fardeau de la preuve) ; (2) le régime de la
responsabilité du fait d'autrui fonctionne de manière différente (a. contrat=le débiteur conserve
une responsabilité même s'il a délégué (obligation de garantie); b. extra-contract. = le



                                                                                                    21
commettant est responsable pour les actions de ses préposés dans l'exécution de leurs
fonctions sans faute de sa part (nécessite le lien de préposition ; la faute du préposé ; et que la
faute ait été commise dans l'exercice des fonctions) ; (3) l'évaluation du préjudice est plus
souple en extra-contractuel, alors qu'il se limite au dommage prévisible au moment de conclure
le contrat (sauf dans le cas d'une faute lourde ou intentionnelle) (1607) ; (4) mise en demeure
nécessaire pour contrat ; (5) présumptions (du fait/faute d'autrui : 1459-1464 ; du fait des biens :
1465-1469) ; (6) solidarité n'est pas présumé en contrat (sauf pour entreprise) (1525) alors
qu'elle l'est en extra (1526) ; (7) compétence des tribunaux : pour un contrat, le tribunal
compétent est celui du lieu de formation ; alors qu'en extra-contrac. c'est le lieu de l'action ou le
lieu de résidence du défendeur (CPC 68) ; (8) clause exonératoire est valide en matière
contractuelle (sauf pour les dommages corporels ou moraux) ; alors qu'en matière extra-
contractuelle, elle ne donne qu'un partage de la responsabilité (1476).

Difficultés
794 : Les présomptions (du fait d'autrui et du fait des choses, principalement 1459, 1460, 1463,
1465-7) s'appliquant au domaine extra-contractuel mettent le contractant victime en position de
désavantage par rapport à une victime extra-contractuelle pour un même dommage.
795 : OBLIGATIONS IMPLICITES : L'article 1434 lie les contractants pour les obligations
implicites, qui découlent de l'équité, des usages ou de la loi. Le CCQ a codifié certaines
obligations implicites comme l'obligation de sécurité dans le cas du transport (2037). La
distinction entre les obligations implicites et les obligations extracontractuelles violées à
l'occasion du contrat est parfois mince.
796 : Sous-acquéreur : l'article 1442 formalise la règle de l'arrêt Kravitz, qui pose que certaines
obligations de qualité suivent le bien. La victime peut exercer son recours contre le vendeur
(sous-acquéreur) ou contre le fabricant.
797 : Il est parfois difficile de qualifier le type de rapport entre les parties (contractuel ou
extracontractuel). Dans le cas de soin hospitaliers, la cour d'appel a tranché à l'effet que c'est un
rapport extra (Lapointe c. Hopital legardeur, 1989). Pour le transport en train, le code spécifie
maintenant que le contrat couvre l'embarquement et débarquement (2036).


869 : Exécution en nature et dommages-intérêts
869 (dommage-intérêts) : Plutôt que l'exécution en nature, le créancier d'une obligation
(contractuelle ou extra-contractuelle) peut aussi demander d'être dédommagé en argent. Les
deux régimes sont régis pas la triade faute/lien causal/préjudice. M. Ph. Rémy souhaiterait que
la réparation d'un dommage soit toujours gouvernée par les principes de la responsabilité extra-
contractuelle (et que le régime contractuel ne se limite qu'à rembourser le prix payé en cas de
non-livraison par exemple). Pour une raison de cohérence, les dommages corporels par
exemple, d'après Rémy, devraient être compensés par le régime extra-contractuel dans tous les
cas. À cette thèse tentant d'assimiler la compensation contractuelle à la compensatino extra-
contractuelle, il faut opposer que le droit québécois reconnaît le droit d'exiger, en vertu du
contrat, l'exécution en nature comme forme de réparation (p. 874 et ss). Les dommages-intérêts
ne sont qu'une compensation pour le défaut d'exécuter en nature (recours alternatif).


b. Paul-A Crépeau, “La fonction du droit des obligations”, (1998) 43 R.D. McGill
729
ds



                                                                                                  22
c. Pascal Fréchette, “La qualification des contrats: aspects théoriques”, (2010)
51CdeD117
ds

d. Daniel Gardner et Benoit Moore, “La responsabilité contractuelle dans la
tourmente” (2007) 48CdeD543.
ds

e. Rutman c. Stern, [1990] R.R.A. 235 (C.A.)
ds




10. (18/11) Talk Me Ayotte on Good faith (subject belongs in first half)

Good faith : keystone of the obligations in civil law. Over the last two decades, its evolution has
been exponential. Understanding its history/evolution is essential to understand its place.
1375. Standard of good faith in the formation, execution and after.
Good faith has been put at the forefront of obligations. In addition, there has been important turn
in the last decades on the importance of good faith.
Synonymous : equity, candor, diligence, fairness honorable intention, .
Before BMO c. Hydro (Bail case), there was not cases supporting thesis of Me Ayot that good
faith can be pleaded in a similar case.
In BJV, 70 pages on good faith, 300 footnotes and about 1000 cases cited.
Construction law is very important. Construction is 30% of the economy.
We went form freedom of the will to the standard of reasonnable man.


1. 1941-1990
In Paradis (1941) case it is determined that the contract is the law of the parties.
In Atlas case (1954), even if both parties are surprised to discover underwater difficulties, the
contract assigns clearly the risk to one party. The court is bound by the terms of the contract.
In Grant mills (1975), Grant mills claims to have been mislead by reports concerning the nature
of the soil. However, by chosing to rely solely on those report, which did not claim to be exact,
Grant is not relieved from its obligations, which are obligations of result, and not means. This
typs of draconian clause is not unusual.

In Corpex (1977), Judge Beets in Obiter discusses the revision clause, whereby the constructor
looses his right to complain about a changing condition of soil if he does not report it. He also
refers to the idea that contract is the law of the parties.




                                                                                                23
In Cardinal Construction c. Dollard-des-Ormeaux (1987), the same logic (although while in the
80s) is applied. Beetz is quoted to the effect that the entrepreneur was free to bid or not, so in
this sense, it was not a contract of adhesion (!?).

In this era, it is thought that each party can take care of his own business without interference
from the exterior.


2. Era of 80s

a) Abuse of right

BNC c. Houle (1990) SCC : criteria of reasonable person applied to the conduct of the parties in
their contractual dealings (despite a clause allowing it). In order to demonstrate an abuse of a
contractual right, it is no longer necessary to show malice of absence of good faith. In addition,
there can be coexistence of contractual and extracontractual (delictual) liability : the bank is
at fault on the basis of the law towards stock holders (1053 CCBC) and not only the contract
towards cocontractant.

L'abus de droit contractuel engage une responsabilité contractuelle.
Dans BNC c. Houle (1990), la banque a des droits très grands sur la base du contrat. En les
exercant, la banque fait perdre aux actionnaires (qui ne sont pas parties au contrat) une partie
importante de la valeur de leurs actions.
* De manière plus fondamentale : un contrôle des droits contractuels ; le critère de l'homme
raisonnable (extra-contractuel) et l'abus de droit engendre une responsabilité.


b) duty to inform


BMO v. HQ (Bail case) (1990) SCC : the duty to inform is based on the more general duty to act
in good faith. It is to be used when : (1) party knows or is presumed (2) the information is
crucial and (3) the other party could not know or placed legitimate trust. This does not
displace a party's duty to inform himself. This duty to inform applies during the formation and
execution of the contract.
BMO c. HQ : duty to inform in a contractual manner in 1992.
exerpt about the duty to inform : the SCC quotes Ghestin : les termes qu'une partie sait que
l'autre aurait pu savoir et que l'autre
Soucisse : duty to inform

c) New Civil Code : articles relevant to good faith : 6, 7, 1375, 1437, 1623, 2100
6. Toute personne est tenue d'exercer ses droits civils selon les exigences de la bonne foi.
7. Aucun droit ne peut être exercé en vue de nuire à autrui ou d'une manière excessive et déraisonnable,
allant ainsi à l'encontre des exigences de la bonne foi.
1375. La bonne foi doit gouverner la conduite des parties, tant au moment de la naissance de l'obligation
qu'à celui de son exécution ou de son extinction.



                                                                                                      24
1437. i. La clause abusive d'un contrat de consommation ou d'adhésion est nulle ou l'obligation qui en
découle, réductible.
ii. Est abusive toute clause qui désavantage le consommateur ou l'adhérent d'une manière excessive et
déraisonnable, allant ainsi à l'encontre de ce qu'exige la bonne foi; est abusive, notamment, la clause si
éloignée des obligations essentielles qui découlent des règles gouvernant habituellement le contrat qu'elle
dénature celui-ci.
1623.i. Le créancier qui se prévaut de la clause pénale a droit au montant de la peine stipulée sans avoir
à prouver le préjudice qu'il a subi.
ii. Cependant, le montant de la peine stipulée peut être réduit si l'exécution partielle de l'obligation a profité
au créancier ou si la clause est abusive.
2100.i. L'entrepreneur et le prestataire de services sont tenus d'agir au mieux des intérêts de leur client,
avec prudence et diligence. Ils sont aussi tenus, suivant la nature de l'ouvrage à réaliser ou du service à
fournir, d'agir conformément aux usages et règles de leur art, et de s'assurer, le cas échéant, que
l'ouvrage réalisé ou le service fourni est conforme au contrat.
ii. Lorsqu'ils sont tenus du résultat, ils ne peuvent se dégager de leur responsabilité qu'en prouvant la
force majeure.



d) clauses limiting liability

Régie d'Assainissement des Eaux ... c. Janin Construction : «Vu l'expertise des professionnels
engagés par la Régie et le contenu obligationnel des informations que ceux-ci devaient fournir,
le juge a justement considéré que la clause d'exonération de responsaibilité n'était pas
conciliable avec l'obligation de renseignement contractuelle assumée par la Régie.» [no. 72] ...
this stricking of a clause amounts to treating the contract as one of adhesion.


e) duty to cooperate :

Danny's Construction v. Birdair Inc et al. (2010) QCCS : «... le cocontractant doit normalement
essayer d'offrir sa collaboration à la recherche d'une solution plutôt que de choisir la rupture,
lorsque les conditions d'exécution s'avèrent différentes ou plus difficiles que prévu.»


1426. On tient compte, dans l'interprétation du contrat, de sa nature, des circonstances dans lesquelles il
a été conclu, de l'interprétation que les parties lui ont déjà donnée ou qu'il peut avoir reçue, ainsi que des
usages.



2007 : ABB Ink v. : balance between freedom of contract and equity.

- obligation a) oral (inform ?) ; b) implicite (cooperate ; inform) ? (maybe) -- harder 30 years ago
- execution of the obligation 1375 -- harder 30 years ago/probably impossible.

BCN c. Houle : on n'a pas besoinde prouver la malice pour prouver la bonne foi.




                                                                                                               25
26
4. (23/09) Presentation by the Honorable Justice Marie Deschamps of
the Supreme Court of Canada

Being a civilist judge at the Supreme court, by Juge Deschamps, 23
septembre 2011

Le bijuridisme. Les deux versions de loi ont force juridique. Le sens commun entre les deux
textes est celui qui va prévaloir quand il y en a un. Certains termes de droit civil ont un sens
différent en droit civil ou en common law. Les auditoires canadiens des lois sont au nombre de
quatre : les francophones de droit civil, les francophones de common law, les anglophones de
droit civil, et les anglophones de common law.

Le juge énonce l'interprétation, sans s'expliquer sur les raisons de cette interprétation. Les juges
interprètent le droit, plutôt qu'ils ne le créent.

Dans Cie Trust National c. H&R Block Canada [2003] 3 R.C.S. 160 (majorité par. 40 ; min.orité
par. 68). La majorité de la Cour suprême était d'avis, comme la cour d'appel, qu'il serait injuste
d'appliquer une règle. La dissidence, exprimée par deux juges civilistes, soutenait qu'il
n'appartient pas aux juges d'abroger ou de changer le droit. La tradition de common law est
davantage à l'aise avec cette idée de créer des règles de droit.

1066 : Conquête des Normands en Angleterre. Des juges sont nommés pour rendre justice, et
les citoyens décident si une cause peut être entendue devant la justice du roi (when there is no
writ, there is no law). Le jury décidait des faite. Le roi voyait une légitimité dans le processus, en
cela que les citoyens (jury) déterminait les faits ; alors que les juges déterminaient le droit. Au
cours des siècles, les juges ont de plus en plus dit le droit.

Parallèlement, en France, le droit romain était utilisée jusqu'à l'ère napoléonienne. À la
Révolution française, liberté/égalité/fraternité sont les principes qui guident le projet d'uniformité
du droit, qui soit écrit et accessible à tous, et cette règle devait être appliquée de manière égale
à tous. D'où une tradition de codification de droit écrit. Les traditions sont maintenues, à l'effet
que le juge ne soit qu'un interprète du droit.

Jusqu'à il y a quelques années, les juges responsables de l'action gouvernemental, les juges
responsables des questions constitutionnelles et les juges responsable du reste du droit sont
distincts.

En Nouvelle-France, la population vivait selon le droit civil.
En 1774, les Britanniques déterminent de laisser à la province son droit local pour la propriété et
droit civil ; mais que pour le reste, la common law est applicable (aussi énoncé 92.13 LC 1867).
C'est pour cette raison que le Canada vit le bijuridisme.




                                                                                                   27
En 1991, quand le Québec adopte son nouveau Code civil, le Canada se rend compte qu'un
exercice d'harmonisation doit être entrepris pour harmoniser ses lois face à la présence du droit
civil et face à l'égalité des deux langues officielles.

Laurentide Motels c. Beauport (ville) [1989] 705 juge Beetz, p. 723-4 juge L'Heureux-Dubé. Ici, il
s'agissait de déterminer si l'entité publique avait une obligation. Rép : en fonction du droit privé.
Re Griffen [1989] par. 64 : Iacobucci dit que c'est en fonction du droit privé que les notions de
faillite doit être comprise ; la loi fédérale se fondant sur des notions reposant sur le droit local.

5. Interprétation de l'art. 8.1 :
8.1 Le droit civil et la common law font pareillement autorité et sont tous deux sources de droit
en matière de propriété et de droits civils au Canada et, s'il est nécessaire de recourir à des
règles, principes ou notions appartenant au domaine de la propriété et des droits civiles en vue
d'assurer l'application d'un texte dans une province, il faut, sauf règle de droit s'y opposant, avoir
recours aux règles, principes et notions en vigueur dans cette province au moment de
l'application du texte.

Schreiber c. Canada [2002] 3 R.C.S. 269 : le sens commun a primé sur l'interprétation basée
sur une version seulement.
Magasins à Rayons Peoples c. Wise [2004] 3 R.C.S. 461 : le droit de la responsabilité civile est
le droit civil ; le négligence est étudiée du point de vue de droit civil.
Banque de Montréal c. Innovation Crédit Union [2010] para. 31 : la loi d'interprétation permet de
conclure que les sûretés sont de compétence provinciale, et que les provinces ont compétence

D'autre part, il est aussi possible pour le fédéral de créer ses propres notions qui repoussent les
notions équivalentes en matière de droit civil.

Dans notre bijuridisme, il n'y a pas de présomption d'harmonisation de la législation fédérale
avec le Code civil du Québec.
parallèle entre interprétation biligue et bijuridique : voir Caisse populaire Desjardins de l'Est de
Drummond v. Canada [2009] 2 S.C.R. 94 (voir opinion minoritaire)

Quand on regarde autour du monde, tant de pays ont le droit civil comme système, alors que
assez peu ont le common law. Glenn remarque que (1) la common law, ne s'importe pas aussi
bien qu'un code, car elle demande toute la lourdeur d'une tradition et que (2) l'influence des
juges est moindre en droit civil, et cela est plus sympathique à plusieurs pays. De plus, plusieurs
pays ont voulu adopter le droit civil pour rompre avec le droit religieux.




                                                                                                   28
5. (30/09) Modalities of Obligations I: Simple Modalities – obligations
with a term and conditional obligations

i. CCQ : Art. 1497-1517
ii. Venne v. Quebec (Commission de la protection du territoire agricole) [1989] 1 S.C.R. 880 Focus on par
1-68 and 113.
iii. Paradis c. Côté, [1995] J.Q. no 3376 (C.Q.)
a. Baudoin et Jobin, ss. 592-627
b. Laviolette (Succession de) c. Laviolette, 2008 QCCS 3246.
c. Boodman, M., ''The conditional sale: de quoi s'agit-il'', dans Mélanges Paul-André Crépeau,
Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1997, 75 (extraits).



Notes de cours : 30 sept (Déa):


5.0 Two differences between term and condition
1. certainty
term : future and certain event
condition : future and uncertain event

2. existence of the obligation
with term, the obligation exists right away ; but is exigible only when term occurs
with condition, the obligation only exists when condition happens


5.1 term

5.1.1 two types of term (suspensive ; extinctive)
a. suspensive term : makes the obligation exigible (suspensive exigibility of the obligation until)
b. extinctive term : term that renders obligation extinct (1517) ; like a fixed lenght work contract
See 1671.

Sometimes, a grace period exists, and it can be hard to distinguish from a term ; the difference is
that the obligation exists with the délai de grâce.


5.1.2 sources of the terms
1. conventional term (agreed by parties)
2. statutory term (legal term) ex. 1880 CCQ about the limit of the lease ; 2436 about pament of
insurance prestation
3. judicial term (establish by court) ex. 1512CCQ




                                                                                                      29
Important distinction : determinality and certainty of a term.
Ex. Someone giving his TV when he will die = certain and not determinate.
Also, the parties can agree to decide later to fix the term. ex. here is 20$, we'll decide later when
you give it back. There is a term, even if it is not determined.
À mettre en parllèle avec 1510.


5.1.3 Consequences of the postponement of the exigibility
1. 1513 : Even if the obligation has a term, once someone pays in advance knowingly, he
renounced the term
2. it allows creditor to protect their debt : oblique or paulienne action. allows the creditor to step
in to protect his goods : 1627 and ss (1628) ; 1631 ans ss (1634) on the action oblique and
action paulienne.


5.1.4 What can stop the suspensive effect of the suspensive term
1. the term has occured (or should have ; Laviolette)
2. 1515 : but who can renounce to the benefit of the term ? We need to determine whether the
suspensive term was to the advantage of one or both parties. 1511 = presumption that the term
is for the benefit of the debtor ; unless stipulated ... Ex. de terme à l'avantage des deux parties =
prêt hypothécaire. prêteur fait de l'argent sur l'intérêt. Ex. si quelqu'un se fait livrer un meuble,
mais demande que ce soit livré plus tard.
3. 1514 : forteiture of the term. (i) Not bankruptcy, but insolvency which can happen before a
bankrupt (which can be determined by the judge) makes the term forteited ; but this is very
difficult for a creditor to know. (pour protéger le créancier) C'est seulement s'il "devient"
insolvent. Car si le créancier savait que le debteur est déjà insolvent, il n'est pas protégé. (ii) En
cas de faillite (bankruptcy), there is forteifure of the term. Why have two categories ? It is just
because bankruptcy is much easier to prove once there is a bankruptcy. In a case of bankruptcy,
there is no need to go to court (for this creditor ; someone else brought the action to court for the
bankruptcy). (iii) by his own act and without the accord of the creditor, the debtor has reduced
the security of the loan. It also depends on how much money is owed. 2644CCQ. (iv) 1514.ii :
added in 1991, based on jurisprudence : for cases where the debtor agrees with the creditor that
he will insured the good for instance. [almost always interpreted as refering to insurance] ; (v) a
clause of the contract specifies that in some condition, the term is forfeited. Missing a payment
for furniture can make the whole amount exigible. Some areas forbit this practice.


5.2 conditional obligation
L'événement n'est pas certain. (1497) Cela suspend, non pas l'exigibilité, mais l'obligation elle-
même. Ashton offre un rabais sur la poutine égale à la température sous zéro en Celcius.
Venne c. Quebec


5.2.1 types of conditions (suspensive; resolutory) :
a. suspensive : I will buy the horse if it wins the race. 1744
b. resolutory condition : I sell the horse now, but if it wins the race, I get it back. 1750 (restituion
of prestations : 1699-1707 apply in this case).



                                                                                                     30
1500 : purely potestatve conditions is not a real conditional obligation.
If the condition is at the discretion of the debtor, it is not good.
Simply potestative condition is valid (vs. purely potestative) : the will of the debtor is involved but
not the only element. ex. If I move to Quebec city, I will sell you my house.
Paradis v. Côté [no. 11] : her beginning to work was not a purely, but a simply potestetive
condition.
1500 only forbids purely potestative suspensive conditions ; it does not forbit purely potestative
resolutory condition. Ex. I will sell you the horse, but if I feel like it in a month, I can cancel the
sale.
1499 : condition has to be possible, lawful and not against public order.

Pendente conditione : the contract is valid in the meantime, but once a condition occurs this is
no longer pendente conditione. 1504 : the creditor can take measures to protect his goods. In
order to be able to take mesures, an obligation must exist. If it doesn't, no action can be taken.
Once the condition has occured : 1501-2


5.3 Exercices :
a. I am buying your book today ; but if I find it booring, I will give it back to you. resolutory
condition (because the condition triggers a resolution) (1500 for potestative is not relevan
because it only applies to suspensive condition)
b. I sell you my car for 10K, but I reserve full ownership until full payment. transfert de propriété
à terme (fin du paiement) [1744]
c. I will buy your house if I find some financing. suspensive condition (valid because not purely
potest. not even simply) [if the phrasing had been "I will buy your house when I find financing" it
could be a condition if the parties think of it as uncertain ; and if the parties see it as certain, it is
a term.]
d. I come to class if I start doing the reading. By default, it is purely potestative.

A who is a professional surfer got injured ; his brother B borrows 50K for an operation. He will
reimburse the brother as soon as he surfs again. Surgery went bad, and and A can not surf
again.

Structure from large to narrow
Why is it a term vs. an obligation. Subjective, with case law
For the aspect of non-realisation of the term citing 1510, and the case law
Surfing = the term. Refuting that the term is when he works.
Laviolette et Côté devraient être mentionnés




                                                                                                       31
5.4 Definitions : condition and term

5.4.1 Déf. condition = futur et incertain, (a) soit une occurence ou (b) une non-occurence une
fois certain [1497] ; la condition peut être (i) suspensive ou (ii) résolutoire [1507].

5.4.2 Déf. terme = deux types : (a) 1508: L'obligation est à terme suspensif lorsque son
exigibilité seule est suspendue jusqu'à l'arrivée d'un événement futur et certain. ; (b)
1517: L'obligation est à terme extinctif lorsque sa durée est fixée par la loi ou par les parties et
qu'elle s'éteint par l'arrivée du terme.

i. CCQ : Art. 1497-1517 : SECTION I : DE L'OBLIGATION À MODALITÉ SIMPLE

§ 1. — De l'obligation conditionnelle
1497. L'obligation est conditionnelle lorsqu'on la fait dépendre d'un événement futur et incertain, soit
[a.condition suspensive] en suspendant sa naissance jusqu'à ce que l'événement arrive ou qu'il
devienne certain qu'il n'arrivera pas [ex. je m'engage à te donner ma voiture si tu ne fais pas compétition à
notre entreprise], [b.condition résolutoire] soit en subordonnant son extinction au fait que l'événement
arrive ou n'arrive pas. {voir 624 et 625 Baudoin sur la réalisation}
1498. N'est pas conditionnelle l'obligation dont la naissance ou l'extinction dépend d'un événement qui, à
l'insu des parties, est déjà arrivé au moment où le débiteur s'est obligé sous condition.
1499. La condition dont dépend l'obligation doit être possible et ne doit être ni prohibée par la loi ni
contraire à l'ordre public; autrement, elle est nulle et rend nulle l'obligation qui en dépend.
1500. L'obligation dont la naissance [suspensive seulement!] dépend d'une condition qui relève de la
seule discrétion du débiteur est nulle [purement potestative]; mais, si la condition consiste à faire ou à ne
pas faire quelque chose, quoique cela relève de sa discrétion, l'obligation est valable [simplement
potestative]. {voir 624 et 625 Baudoin sur la réalisation}
1501. La condition qui n'est assortie d'aucun délai pour son accomplissement peut toujours être
accomplie; elle est toutefois défaillie s'il devient certain qu'elle ne s'accomplira pas.
1502.i. Lorsque l'obligation est subordonnée à la condition qu'un événement n'arrivera pas dans un temps
déterminé, cette condition est accomplie lorsque le temps s'est écoulé sans que l'événement soit arrivé;
elle l'est également lorsqu'il devient certain, avant l'écoulement du temps prévu, que l'événement
n'arrivera pas.
ii. S'il n'y a pas de temps déterminé, la condition n'est censée accomplie que lorsqu'il devient certain que
l'événement n'arrivera pas.
1503. L'obligation conditionnelle a tout son effet lorsque le débiteur obligé sous telle condition en
empêche l'accomplissement.
1504. Le créancier peut, avant l'accomplissement de la condition, prendre toutes les mesures utiles à la
conservation de ses droits.
1505. Le simple fait que l'obligation soit conditionnelle ne l'empêche pas d'être cessible ou transmissible.
1506. La condition accomplie a, entre les parties et à l'égard des tiers, un effet rétroactif au jour où le
débiteur s'est obligé sous condition.
1507. i. La condition suspensive accomplie oblige le débiteur à exécuter l'obligation, comme si celle-ci
avait existé depuis le jour où il s'est obligé sous telle condition.
ii. La condition résolutoire accomplie oblige chacune des parties à restituer à l'autre les prestations qu'elle
a reçues en vertu de l'obligation, comme si celle-ci n'avait jamais existé. {voir 624 et 625 Baudoin sur la
réalisation}

§ 2. — De l'obligation à terme
1508. L'obligation est à terme suspensif lorsque son exigibilité seule est suspendue jusqu'à l'arrivée d'un
événement futur et certain.


                                                                                                            32
1509. Lorsque l'exigibilité de l'obligation est suspendue jusqu'à l'expiration d'un délai, sans mention d'une
date déterminée, on ne compte pas le jour qui marque le point de départ, mais on compte celui de
l'échéance.
1510. Si l'événement qui était tenu pour certain n'arrive pas, l'obligation devient exigible au jour où
l'événement aurait dû normalement arriver.
1511. i. Le terme profite au débiteur, sauf s'il résulte de la loi, de la volonté des parties ou des
circonstances qu'il a été stipulé en faveur du créancier ou des deux parties.
ii. La partie au bénéfice exclusif de qui le terme est stipulé peut y renoncer, sans le consentement de
l'autre partie.
1512. i. Lorsque les parties ont convenu de retarder la détermination du terme ou de laisser à l'une d'elles
le soin de le déterminer et qu'à l'expiration d'un délai raisonnable, elles n'y ont point encore procédé, le
tribunal peut, à la demande de l'une d'elles, fixer ce terme en tenant compte de la nature de l'obligation,
de la situation des parties et de toute circonstance appropriée.
ii. Le tribunal peut aussi fixer ce terme lorsqu'il est de la nature de l'obligation qu'elle soit à terme et qu'il
n'y a pas de convention par laquelle on puisse le déterminer.
1513. Ce qui n'est dû qu'à terme ne peut être exigé avant l'échéance; mais ce qui a été exécuté d'avance,
librement et sans erreur, ne peut être répété [=recovered in English]. [pas d'équivalent dans l'obligation
conditionnelle]
1514. i. Le débiteur perd le bénéfice du terme s'il devient insolvable, est déclaré failli, ou diminue, par son
fait et sans le consentement du créancier, les sûretés qu'il a consenties à ce dernier.
ii. Il perd aussi le bénéfice du terme s'il fait défaut de respecter les conditions en considération desquelles
ce bénéfice lui avait été accordé.
1515. La renonciation au bénéfice du terme ou la déchéance du terme rend l'obligation immédiatement
exigible.
1516. La déchéance du terme encourue par l'un des débiteurs, même solidaire, est inopposable aux
autres codébiteurs.
1517. L'obligation est à terme extinctif lorsque sa durée est fixée par la loi ou par les parties et qu'elle
s'éteint par l'arrivée du terme.



ii. Venne v. Quebec (Commission de la protection du territoire agricole) [1989] 1
S.C.R. 880 Focus on par 1-68 and 113. : Une condition ne peut être une partie
essentielle d'un contrat (Beetz a quelques doutes). Le dernier paiement n'est pas
une condition suspensive (effet rétroactif), mais un terme (avant lequel
l'obligation n'existe pas).
1977 : Winzen sells to Venne two lots with a contract stating that Winzen retains the property
until all the payments are made (84 payments).
1978 : The Loi sur la protection du territoire agricole comes into effect on the 9 nov. 1978,
preventing housing developpements in some areas.
1982 : ownership of the two lots are transfered to Venne only in 1982.
CCQ 1744 : la vente à l'essai. Le vendeur demeure propriétaire jusqu'à ce que le bien soit tout
payé.
CCQ 1506 [CCBC 1085] : la réalisation de la condition suspensive a un effet rétroactif.
Issue : Does the 84 payments represent a condition (which would make the contract retroactive
to 1977, before the 1978 law) or is it rather a term (at which point the obligation becomes
enforceable) ?
Rep. : the 84 payments represent a term (the 84th), on the basis that 1079 CCBC mentions a
future and uncertain event, and the payments are not uncertain. The payment, like the transfer



                                                                                                               33
of the property are essential conditions of the contract, and are obliged by the contract. In this
contract, Winzen retrains ownership of the lands, and the obligations to transfer (W) and to pay
(V) existed from the agreement. Even if the execution of one's obligation often depends on the
other party's performance, this does not constitute a conditional obligation.

Important parts :
1. The argument from Venne that he could have gone bankrupt or not pay can not be considered
a condition.
2. Important : a condition must be exterior to the essential obligations of a contract. The contract
must be able to exist without the condition.
3. Beetz expresses a doubt about the strict rule from Mazaud that «un élément essentiel du
contrat ne constitue [...] jamais une condition ». Beetz imagines that parties could agree to the
contrary in their contract, as long as their contact does not become empty in meaning. Also,
parties could decide that a condition will not have a retroactive effect. [p. 29]




iii. Paradis c. Côté, [1995] J.Q. no 3376 (C.Q.) : une condition ne peut porter sur
un aspect essentiel d'un contrat ; la caractérisation d'un événement de certain
(terme) ou incertain (condition) doit s'apprécier du point de vue subjectif des
parties. [articles du code = mentionnés]
Mme Paradis prête de l'argent à Mme Côté ; et Mme Côté convient de repayer quand elle se
retrouve du travail. La question est de savoir si c'est une condition ou un terme (1512).
A. Annulation de la condition de remboursement
«Il en est ainsi d'un prêt d'argent qui, lorsque réalisé, prend naissance immédiatement, alors que
l'échéance de remboursement peut être évidemment reportée dans le temps à des termes ou
conditions particulières. Toujours, l'essence même du prêt est qu'il soit remboursé. En effet,
l'article 2314 du CCQ fait obligation à l'emprunteur de rembourser "après un certain temps".
L'article 2315 du CCQ fait état qu'un prêt d'argent "est présumé fait à titre onéreux"... ». On doit
tirer de ce passage que le fait de rembourser fait partie essentielle du contrat de prêt. Alors, la
mention «au moment que je vais travailler» doit être comprise non pas comme une condition,
mais comme un terme.
Aussi, le fait qu'un événement soit, objectivement parlant, incertain ferait en sorte que tout terme
deviendrait une condition. C'est du point de vue subjectif des parties qu'il faut apprécier le
caractère certain ou incertain de l'événement. Ici, leur contrat n'a aucun sens si, d'un point de
vue subjectif, le retour au travail et donc le paiement pouvait être incertain.
Deux difficultés qui découlent de l'accent mis sur l'aspect subjectif : (1) la preuve du point de vue
subjectif difficile à prouver ; (2) comment certain doit être un événement pour être considéré
certain.
B. Déchéance du terme
L'article 1513 (1090 CCBC) stipule que ce qui est dû à terme ne peut être exigé avant.
Cependant, l'article 1514 (1092 CCBC) prévoit des situations où le débiteur perd le bénéfice du
terme : [in]solvabilité, faillite, ou diminution des sûretés consenties, ou des conditions en
considération desquelles le bénéfice est accordé. Une mauvaise foi aurait pu être démontrée
par la demanderesse (fardeau) pour satisfaire à un bris de condition (1514ii), cependant cela n'a
pas été fait. La cour n'a pas de raison de déclarer la déchéance du terme.
C. Fixation du terme et modalités


                                                                                                  34
En vertu de l'article 1512, le tribunal peut fixer le terme demeuré indéterminét par leur
convention. Dans cette affaire, le tribunal juge que le délai n'a pas été excessif (quelques
années seulement).




a. Baudoin et Jobin, ss. 592-627

Section I : le terme

NOTIONS
592 (terme suspensif vs. extinctif): terme suspensif retarde le moment où l'obligation est exigible
(1508), comme le loyer ; terme extinctif met plutôt fin à l'obligation (1517), comme la fin du bail
ou la fin du contrat de travail d'un an. Dans certains types de contrats prévus par la loi, le contrat
à terme peut être reconduit par une partie protégée (loyer : 1941). La notion de terme extinctif a
été ajoutée dans le nouveau CCQ, c'est pourquoi plusieurs règles s'appliquent spécifiquement
au terme suspensif, et n'ont pas leur équivalent pour le terme extinctif dans cette section.
593 (terme de droit vs. délai/terme de grâce) : quand une obligation déjà exigible est gouvernée
par un délai de grâce, le débiteur est responsable du préjudice découlant de ce délai (1600).
594 (sources du terme): le terme conventionnel est le terme dont les parties ont convenu
(contrat) ; le terme légal est le terme qui vient de la loi (loyer seulement exigible le premier du
mois = suspensif ; un contrat de location ne peut excéder 100 ans = terme extinctif) ; le terme
judiciaire est celui imposé par le tribunal (1510 et 1512).
595 (terme indéterminé vs. condition): certaines expressions dans le contrat rendent difficile de
déterminer s'il s'agit de condition ou de terme (ex. le débiteur payera quand il le pourra). [voir
aussi Paradis c. Côté sur le question de l'entente subjective à savoir s'il s'agissait d'un
événement certain ou non ; voir aussi Venne c. Québec sur le fait qu'une condition ne peut
porter sur un aspect essentiel d'un contrat ; dernier paiement = terme et non condition].

EFFETS
596 (structure du code) : Les règles relatives à la durée du terme suspensif (par opposition à
celles relatives à l'impact du terme sur la création et l'exigibilité de l'obligation) ont également
comme vocation de s'appliquer en matière de terme extinctif.
597 (délais dans le calcul du terme) : on compte le dernier jour du délai, mais pas le premier
(1509).
598 (fixation d'un terme par le tribunal) : si les parties ont convenu de fixer plus tard le terme
précis, une des parties peut s'adresser au tribunal pour une fixation du terme (1512).
599 (terme et lien d'obligation) : Le fait qu'il y ait une terme suspensif n'empêche pas que
l'obligation existe dès que les parties s'y sont entendus ; c'est seulement l'exigibilité qui est
repoussée dans le temps (1508). Étant donné que l'obligation existe, le débiteur peut
rembourser avant le terme ; mais il ne peut changer d'idée (1513). Aussi, même si l'exigibilité est
repoussée dans le temps, le créancier peut tout de même recourrir à l'action oblique ou de
l'action en inopposabilité (1628 et 1634).
600 (cessations des effets du terme suspensif) : (i) l'échance du terme ; (ii) renonciation au
bénéfice du terme ; (iii) déchéance du terme.




                                                                                                   35
i. échéance du terme
601 (exigibilité à l'échéance du terme) : le jour où le terme vient à échance ou le jour où il aurait
dû venir à échéance (1510), le créancier peut prendre les moyens nécessaires pour forcer le
débiteur à remplir sa prestation. La prescription commence à courrir à cette date.
602 (prorogation du terme) : il peut arriver que le créancier accorde un délai additionnel pour
l'exécution de l'obligation. Ce délai peut être qualifié légalement (i) de délai de grâce ou (ii) de
véritable prorogation ou prolongement du terme, dans lequel cas il entraîne alors tous les effets
du terme suspensif. «Notons par ailleurs qu'une telle situation s'analyse rarement comme une
novation par changement de dette, compte tenu que celle-ci ne se présume pas (article 1661).»

ii. renonciation au bénéfice du terme
603-4 : La renonciation au bénéfice du terme peut être exercée par l'une ou l'autre partie lorsque
les conditions d'application sont remplies [604 et Déa : quand celui à l'avantage de qui le terme
est fixé le demande ; parfois, le terme est à l'avantage des deux (1511.ii).], contrairement à
l'échéance du terme qui ne peut être exercée que par le créancier. La renonciation rend
l'obligation exigible immédiatement (1515). Il y a une présomption simple (réfraguable par les
termes du contrat, par la loi ou par la nature du contrat) à l'effet que le terme est à l'avantage du
débiteur.

iii. déchéance du terme
605 : La déchéance du terme peut survenir à certaines conditions (ci-bas) pour protéger le
créancier lors de conditions changeantes. 1514 en énoncent certaines (i. insolvabilité ; ii. faillite ;
iii. diminution des sûretés ; iv. défaut de respecter les conditions en considération le terme est
accordé) et d'autres peuvent être ajoutées (v. comme la déchéance conventionnelle).
606 : L'article 1514i. permet de mettre fin au terme si le débiteur est insolvable ou s'il fait faillite.
607 : L'article 1514i permet au créancier de mettre fin au terme en cas de réduction des sûretés
(ex. destruction d'une partie du bien servant de sûreté). L'application est cependant complexe,
car il doit s'agir du bien qui sert de garantie spécifique pour le contrat sur lequel il y a un terme ;
et aussi, la diminution doit résulter de l'acte du débiteur lui-même : «être causée par son fait
volontaire, sa faute, sa mauvaise foi, son imprudence ou son incurie».
608 : L'article 1514ii sépare des conditions de destruction/diminution des sûretés le fait de ne
pas respecter les conditions de l'octroi du terme. Cette catégorie renvoie surtout à l'obligation
d'assurer le bien servant de sûreté. Dans le CCBC, 1514 i et ii étaient fondus en une clause
portant sur les sûretés.
609 : les parties peuvent convenir de conditions rendant le terme déchu. Par exemple, le fait de
vendre le bien, pour l'emprunteur. Le seul fait de manquer un paiement ne peut être, en soi, une
raison d'entraîner la déchéance du terme, à moins qu'une clause de déchance du terme indique
un tel motif comme suffisant.
610 (effets de l'échéance du terme) : Sauf en cas de faillite (où le tribunal est déjà intervenu), la
déchéance ne survient pas de plein droit et requiert une intervention du tribunal. C'est alors que
l'obligation devient exigible (1515).

Section II : la condition
611 (définition) : la condition est un événement extrinsèque futur et incertain, dont dépend la
naissance (condition suspensive) ou l'extinction (condition résolutoire) d'une obligation (1497).
La date demeure incertaine, de même que sa réalisation. Dans certains cas, la date est connue,
mais pas la réalisation. Si l'événement est déjà réalisé sans que les parties n'en soient
conscientes, l'obligation a un plein effet dès la conclusion du contrat (condition suspensive) ou
n'existe plus (condition résolutoire).


                                                                                                      36
De plus, la condition doit être extrinsèque et non pas essentielle à la formation de l'engagement.
612 (condition suspensive) : «La condition suspensive fait dépendre la naissance de l'obligation
de l'arrivée de l'événement ou de la certitude qu'il ne se produira pas ; elle retarde donc la
création du lien entre les parties (article 1497).» La vente à l'essai est présumée faite sous
condition suspensive, et l'obligation de payer prend forme après 30 jours à moins d'une
stipulation contraire (1744i). Le fait de transférer le droit de propriété seulement au moment du
dernier paiement n'est pas considéré une condition, mais bien un terme [Venne c Québec].
613 (condition résolutoire) : la condition résolutoire anéantit rétroactivement le lien d'obligation.
Elle résulte normalement d'une stipulation par les parties, mais peut aussi être prévue par le
législateur (ex. vente avec faculté de rachat 1750). La distinction entre une condition résolutoire
et la résolution pour cause d'inexécution d'une obligation n'est pas toujours simple [Venne].
Aussi, la stipulation à l'effet que l'obligation est résolue pour une cause de peu d'importance ne
peut être une condition résolutoire valide, malgré qu'elle soit partie du contrat (1604ii).
614 (conditions de validité) : Pour être valide, la condition (i) ne doit pas engager le débiteur de
manière purement potestative, (ii) ne peut être impossible et (iii) ou pêcher contre la loi ou
l'ordre public.
615 (condition purement potestative) : la condition qui dépend purement de la volonté du
débiteur n'est pas réellement un engagement de ce dernier à s'exécuter dans une éventualité
donnée. Aussi, ce type d'engagement entraîne la nullité de l'obligation qui en dépend (1500).
Cependant, si elle dépend purement de la volonté du créancier, elle est valide, puisque le
débiteur s'y est engagé.
* IMPORTANT : le verbatum de l'article 1500 ne porte que sur la condition purement potestative
suspensive, ce qui permet une condition purement potestative résolutoire ! Par exemple, la
vente avec faculté de rachat (1750).
616 (condition simplement potestative) : la condition qui dépend en partie de la volonté du
débiteur est valide, par exemple l'obligation de vendre sa maison si on quitte la ville.
617 (sanction de la condition illicite ou impossible) : la condition doit, pour être licite, tenir
compte des lois et des droits et libertés de la personne. Pour être possible, une condition ne
peut être impossible au moment même de la conclusion de l'entente. Tant la condition illicite que
la condition impossible rend nulle l'obligation qui en dépend (1499). Si la clause peut être
extraite de l'acte, le reste demeure valide. En matière testamentaire, voir l'art. 757.
618 (effets de la condition) : Les effets diffèrent (i) durant la période pendente conditione et (ii)
durant la période suivant la réalisation de la condition.

A. Durant la période d'incertitude (pendente conditione)
620 (cessibilité et transmissibilité de l'obligation) : malgré le caractère potentiel de l'obligation, il
est permis de céder l'obligation conditionnelle durant la période pendente conditione ; ou de la
transmettre à des héritiers (1505).
621 (mesures conservatoires) : l'article 1504 prévoit que le créancier puisse prendre des
mesures conservatoires. Cependant, la portée exacte de ces mesures n'est pas clair, puisque
tant l'action oblique (1627i) que l'action en inopposabilité (1634i) supposent une créance
certaine.
622 (droits des parties pendente conditione dans l'obligation sous condition suspensive) :
l'obligation n'existe pas réellement, mais seulement potentiellement (contrairement au terme où
l'obligation existe déjà, seulement pas l'exigibilité). Cependant, le débiteur doit respecter les
termes de l'entente. Le débiteur qui empêche la réalisation de la condition perd le bénéfice du
terme (1503).




                                                                                                      37
623 (droits des parties pendente conditione dans l'obligation sous condition résolutoire) :
l'obligation est pure et simple, et donc le créancier est en droit de recevoir la prestation durant
cette période.

B. La fin de la période d'incertitude (réalisation ou défaillance de la condition)
624 (réalisation ou défaillance de la condition) : une condition positive est remplie par la
survenance d'un événement ; alors qu'une condition négative est remplie par la non-survenance
d'un événement. La condition peut, ou non, être assortie d'un délai. (1502-1503)
Il y a (a) réalisation (i) d'une condition positive si l'événement se produit ou (b) défaillance s'il ne
se produit pas à l'intérieur du délai ou s'il est évident qu'il ne se réalisera pas. Il y a (a)
réalisation (ii) d'une condition négative si elle ne se réalise pas à l'intérieur du délai ou s'il est
évident qu'elle ne se réalisera pas ou (b) défaillance si le fait s'est produit.
625 (Réalisation de la condition - obligation sous condition suspensive) ARTICLE IMPORTANT:
En cas de réalisation d'une condition suspensive, l'obligation devient pure et simple, comme si
elle avait existé dès le premier jour de l'entente (et non au jour de la réalisation de la
condition).(1507i) L'aspect rétroactif de la condition emporte des conséquences importantes.
Ainsi, tous les actes réalisés par le débiteur (par exemple, les servitudes consenties) avant la
réalisation de la condition sont anéantis ; et ceux réalisés par le créanciers s'en trouveront
validés. La théorie des risques n'est cependant pas affectée par l'effet rétroactif de la réalisation
de la condition suspensive. Ainsi, la charge du risque demeure sur la tête du vendeur (1456ii).
De plus, certains auteurs sont d'avis que le débiteur peut conserver les fruits.
626 (Réalisation de la condition - obligation sous condition résolutoire) : Une fois la condition
remplie, l'anéantissement du contrat survient de plein droit sans nécessité d'une intervention
judiciaire (1507ii). Les prestations doivent être retournées (1699). Les droits consentis à un tiers
sur un bien immobilier tombent rétroactivement.
627 (défaillance de la condition) : Il y a défaillance de la condition quand cette dernière ne s'est
pas accomplie et qu'il est certain qu'elle ne s'accomplira pas. Dans le cas de la défaillance de la
condition suspensive, il n'existe aucune obligation entre les parties ; dans le cas de la
défaillance de la condition résolutoire les droits des parties sont crystalisés.




b. Laviolette (Succession de) c. Laviolette, 2008 QCCS 3246 : l'aspect subjectif
pour la caractérisation de certain (terme) ou incertain (condition) ; aussi, une fois
qu'il est certain que la terme certain ne sera pas réalisée, la dette est exigible
(1510).
The two siblings (Marc and Isabelle) ask the money from the brother (Luc). According to the
terms of the agreement (Reconnaissance de dette), Luc was supposed to give the money back
once his venture is on track. However, the venture did not succeed. Luc claims that he can still
succeed with the venture [no. 6], and that he is allowed to postpone the payment until the
venture succeeds. Marc and Isabelle claim that his obligation is an obligation with a term, and
now it is exigible in virtue of 1510.
Held : The court decides that it is an obligation with a term, since the venture had a certain
aspect [no 32].




                                                                                                     38
no. 27 ss. of the decision is why : (a) le défendeur signe un document "reconnaissance de dette"
; (b) no. 33 le terme prévu ... cela correspond à la réalistion. Les termes parlent de "the venture
will be completed". L'important est l'intention des parties sur la manière de penser leur
obligation.


c. Boodman, M., ''The conditional sale: de quoi s'agit-il'', dans Mélanges Paul-
André Crépeau, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1997, 75 (extraits).




                                                                                                39
6. (07/10) Modalities of Obligations II: Complex Modalities –
obligations with multiple objects and obligations with multiple
subjects

i. CCQ : Art. 1518-1552
ii. Suissa v. Gestion Stag Canada Ltée, [1990] R.L. 610 (C.A.) (j. Baudoin)
iii. Prescott v. Bacon, [1993] R.J.Q. 1945 (C.Q.).
a. Baudoin et Jobin 628-662
b. Michelle Cumyn, ''Responsibility for Another's Debt: Suretyship, Solidarity and Imperfect Delegation'',
(2010) McGill Law Journal 211.
c. Bilodeau v. Bergeron & Fils Ltée, [1975] 2 R.C.S. 345
d. Gilles E. Néron Communications Marketing v. Chambre des notaires du Québec, [2004] 3 R.C.S. 95. (j.
LeBel. Read the summary of the facts and par. 75-79).



Notes -- Déa (7 octobre)
Situation dans le code : Livre V – des obligations ; Chapitre 5 – des modalités des obligations ;
Section 2 – de l'obligation à modalité complexe.

Pour situer la discussion sur la modalité complexe, il faut se rapporter à l'article 1373 où est
décrit l'objet de l'obligation.

1373. i. L'objet de l'obligation est la prestation à laquelle le débiteur est tenu envers le créancier et qui
consiste à faire ou à ne pas faire quelque chose.
ii. La prestation doit être possible et déterminée ou déterminable; elle ne doit être ni prohibée par la loi ni
contraire à l'ordre public.


Deux types de modalités complexes affectent les obligations :
1) 1545-1552 : de l'obligation à plusieurs objets
       1.1) alternative* obligation : a person has a choice of different perstations (1545-1551)
       1.2) facultative obligation : 1552 one main obligation + one subsidiary obligation
       1.3) 1552 : when many things need to be acheived : amounts to one big simple obligation
       (as a catering contract : cooking, delivering, serving, etc.).
2) 1518-1544 : de l'obligation à plusieurs sujets

* Note that the word "alternative" has a different meaning in French and English : in French, it
means a dilemma, where more than one option is open (thus "obligation alternative "), where in
English, the same word "alternative" usually means a back-up solution (which is close to the
meaning off "facultative obligation"). Beware that in French or English, the Code thinks about
"Alternative obligation" based on the French meaning of the Word, both in the French and in the
English version.




                                                                                                            40
6.1 Obligation with multiple objects

6.1.1 Alternative obligation.
Debtor has full discretion as to which prestation to perform. The two obligations are principal, as
in the delivery of a blue or a grey Honda Civic if the client doesn’t mind either color.
1548

6.1.2 Facultative obligation.
The client prefers the blue car ; but could live with the grey car. The seller must deliver the blue if
he has one. In this case, the debtor does not have complete choice.
* Voir Suissa v. Stag (ci-bas)

6.2 Obligations with multiple subjects. 4 types of modalities :
                6.2.1 1518-1522: joint, divisible and indivisible obligation. This section is
                applicable both to the debtor or to the creditor side of the contract (see 1518), this
                is why it is all jumbled together (I guess) ; but if one looks at Baudoin's
                explanation (who treats indivision after solidarity : bravo!) one sees that the
                effects of indivision for debtor and for creditor should be considered separately.
                        6.2.1.1 1518 et 1522 : [A] joint and divisible. This is the default unless
                        specified otherwise (1. by contract or by the nature of the obligation for
                        indivisible ; or 2. by contract or by the legislator for solidary).
                        6.2.1.2 1519-1521 : [B] indivisible (both active and passive for natural
                        indivisibility [no. 665] ; active or passive for conventional indivisibility [see
                        no. 664 and 669-670]). An obligation can be indivisible if (1) it is so
                        specified in the contract or if (2) the obligation can not be divided (1519). *
                        Not to be confused with solidarity : the indivisible obligation can not be
                        divided between the heirs (1520). In practice, the consequences are very
                        similar to solidarity (below).
                6.2.2 [C] solidarity
                        1523-1540 : solidarity between multiple debtors (passive)
                        1541-1544 : solidarity between multiple creditors (active : skipped in this
                        course)
                6.2.3 [D] in solidum (not in the code, but based on jurisprudence) (only passive)


6.2.2) solidarity
1537 : i. if there is no stipulation, the obligation is 50/50. ii. when an obligation is stipulated as
solidary, it does not prevent one debtor to turn to the one debtor in the interest of whom the
obligation was performed for the totality of the value or to turn to the debtor who commited a
fault for the totality of the value.

i. Effects of solidarity : (note : effects are between creditor and debtors, not between debtors : 1536)

a) Primary effect of solidarity (also applicable to in solidum) [I added and divided into two lists]
1. 1523 et 1528-1529 : creditor can ask any debtors
2. 1538.i : protection against insolvancy. The creditor does not have to support the insolvancy of
one of the debtors in solidary obligations. The share of the insolvant is split between the other


                                                                                                           41
debtors (unless the creditor renounced to the solidarity for the insolvant debtor ; in this case, the
creditor assumes the share of the insolvant debtor : see 1532 and 1538.ii below).
3. 1532 : release of solidarity. Important consequence : the solidarity is still applied between the
others in favor of the creditor. Renounciation can be tacite or expressed. 1533-1535 : tacite
renounciation. Le créancier doit spécifier qu’il renonce à la solidarité (1533). Quand le créancier
poursuit un des déteurs et qu’il reçoit un jugement ou que le débiteur paye, il y a une
présomption de renonciation de solidarité (1535). (See limitation at no. 5)

limitations...
4. 1540 : solidarity does not pass to the heirs. ATTENTION : les héritiers reçoivent quand même
l'obligation du défunt, laquelle est solidaire, mais ils reçoivent seulement la proportion de leur
part de la succession. S'il y a un seul héritier, il a le même statut que les autres co-débiteurs
solidaires ; s'il y a deux héritiers, chacun peut être poursuivi pour la moitité de la dette totale
(pas seulement la part du défunt!).
5. 1538.ii : Si un des débiteurs A a été libéré de la solidarité [après qu'il ait payé par exemple, et
que le créancier spécifie qu'il est libéré de la solidarité 1533-1535] ; et que C devient insolvable,
la part que A aurait supporté pour l’insolvabilité de C est alors supportée par le créancier (1538ii).
La raison est que B est subrogé au créancier pour récupérer de A la part de C ; et c’est le
créancier qui a réduit ses droits, et c’est donc au créancier à supporter la perte de droit qu’il
impose à B.
6. 1530 : the codebtor who is sued can oppose defense that are (i) purely personnal to him (if
one has conditional obligation vs. simple or if one has a term, the obligation can still be solidary :
1524) or (ii) common to all (like the fact that there has been payment) ; but not (iii) defense
personnal to another debtor (dette existante d'un autre codébiteur : 1678). (we should also
further distinguish between purely personnal defenses and personal defenses)
7. 1531 : (ressemble un peu à no. 5) diminution of surety : through the act of the creditor, when a
debtor is deprived of a security (example : the debt is guaranteed by a surety on a house), he is
freed by the amount of the surety of debt.

b) Secondary effect (not applicable to in solidum)
8. Mutual representation (if one receives a default letter, the others are deemed to have
received it). As opposed to joint and divisible (1599 : must send the default letter to both parties
if the obligation is joint).
9. The interruption of prescription with regards to one of the debtors or one of the creditors does
produces its effect with regards to the others in the case of solidary or indivisible obligations
(2900) (but not in the case of a divisible obligation, 2901). This flows from the ability to switch
debtor during the poursuit (1529). 1516 concerns the déchéance du terme : it can not be
opposed to the other debtors.


ii. Source of solidarity :
1525 : VERY IMPORTANT : Only when stipulated by the parties (conventional), or when it is
imposed by law (legal).

a) conventional source of solidarity
(‘conjointement et solidairement’ ou ‘joint and several’ : expression qui n’a pas vraiment de sens,
qui veut dire solidairement).
The contract is the first source to find if the obligation is solidary.


                                                                                                  42
b) legal source of solidarity
1525. i. La solidarité entre les débiteurs ne se présume pas; elle n'existe que lorsqu'elle est
expressément stipulée par les parties ou prévue par la loi.
ii. Elle est, au contraire, présumée entre les débiteurs d'une obligation contractée pour le service
ou l'exploitation d'une entreprise.
iii. Constitue l'exploitation d'une entreprise l'exercice, par une ou plusieurs personnes, d'une
activité économique organisée, qu'elle soit ou non à caractère commercial, consistant dans la
production ou la réalisation de biens, leur administration ou leur aliénation, ou dans la prestation
de services.

1525.ii : solidarity is not presumed ; unless it is for the service or for an enterprise.
1525.iii : enterprise is very large, except NPO/NGOs.
2186 : on the purpose of a partnership.


Article 1523 explains solidarity and the note refers to other articles :
397. i. L'époux qui contracte pour les besoins courants de la famille engage aussi pour le tout son conjoint
non séparé de corps.
ii. Toutefois, le conjoint n'est pas obligé à la dette s'il avait préalablement porté à la connaissance du
cocontractant sa volonté de n'être pas engagé.
1292. Le fiduciaire, le constituant et le bénéficiaire sont, s'ils y participent, solidairement responsables des
actes exécutés en fraude des droits des créanciers du constituant ou du patrimoine fiduciaire.
1334.i. Les administrateurs sont solidairement responsables de leur administration.
ii. Toutefois, lorsque leurs fonctions ont été divisées par la loi, l'acte ou le tribunal et que cette division a
été respectée, chacun n'est responsable que de sa propre administration.
1370. S'il y a plusieurs bénéficiaires, leur obligation envers l'administrateur est solidaire.
1480. Lorsque plusieurs personnes ont participé à un fait collectif fautif qui entraîne un préjudice ou
qu'elles ont commis des fautes distinctes dont chacune est susceptible d'avoir causé le préjudice, sans
qu'il soit possible, dans l'un ou l'autre cas, de déterminer laquelle l'a effectivement causé, elles sont
tenues solidairement à la réparation du préjudice.
1664. Lorsque la novation s'opère entre le créancier et l'un des débiteurs solidaires, les hypothèques liées
à l'ancienne créance ne peuvent être réservées que sur les biens du codébiteur qui contracte la nouvelle
dette.
1689.i. Le créancier qui, volontairement, met son débiteur en possession du titre original de l'obligation est
présumé lui faire remise de la dette, s'il n'y a d'autres circonstances permettant d'en déduire plutôt un
paiement du débiteur.
ii. Le créancier qui, pareillement, met l'un des débiteurs solidaires en possession du titre original de
l'obligation est, de même, présumé faire remise de la dette à l'égard de tous.
2118. À moins qu'ils ne puissent se dégager de leur responsabilité, l'entrepreneur, l'architecte et
l'ingénieur qui ont, selon le cas, dirigé ou surveillé les travaux, et le sous-entrepreneur pour les travaux
qu'il a exécutés, sont solidairement tenus de la perte de l'ouvrage qui survient dans les cinq ans qui
suivent la fin des travaux, que la perte résulte d'un vice de conception, de construction ou de réalisation
de l'ouvrage, ou, encore, d'un vice du sol.
2144. i. Lorsque plusieurs mandataires sont nommés ensemble pour la même affaire, le mandat n'a
d'effet que s'il est accepté par tous.
ii. Ils doivent agir de concert quant à tous les actes visés par le mandat, à moins d'une stipulation
contraire ou que cela ne découle implicitement du mandat. Ils sont tenus solidairement à l'exécution de
leurs obligations.




                                                                                                              43
2156. Si le mandat a été donné par plusieurs personnes, leur obligation à l'égard du mandataire est
solidaire.
2221. i. À l'égard des tiers, les associés sont tenus conjointement des obligations de la société; mais ils
en sont tenus solidairement si les obligations ont été contractées pour le service ou l'exploitation d'une
entreprise de la société.
ii. Les créanciers ne peuvent poursuivre le paiement contre un associé qu'après avoir, au préalable,
discuté les biens de la société; même alors, les biens de l'associé ne sont affectés au paiement des
créanciers de la société qu'après paiement de ses propres créanciers.
2224. i. La société ne peut faire publiquement appel à l'épargne ou émettre des titres négociables, à peine
de nullité des contrats conclus ou des titres émis et de l'obligation de réparer le préjudice qu'elle a causé
aux tiers de bonne foi.
ii. Les associés sont, en ce cas, tenus solidairement des obligations de la société.
2246. i. En cas d'insuffisance des biens de la société, chaque commandité est tenu solidairement des
dettes de la société envers les tiers; le commanditaire y est tenu jusqu'à concurrence de l'apport convenu,
malgré toute cession de part dans le fonds commun.
ii. Est sans effet la stipulation qui oblige le commanditaire à cautionner ou à assumer les dettes de la
société au-delà de l'apport convenu.
2254. Les associés ne sont pas tenus solidairement des dettes contractées dans l'exercice de leur
activité, à moins que celles-ci n'aient été contractées pour le service ou l'exploitation d'une entreprise
commune; ils sont tenus envers le créancier, chacun pour une part égale, encore que leurs parts dans la
société soient inégales.
2274. i. En cas d'insuffisance des biens de l'association, les administrateurs et tout membre qui administre
de fait les affaires de l'association, sont solidairement ou conjointement tenus des obligations de
l'association qui résultent des décisions auxquelles ils ont souscrit pendant leur administration, selon que
ces obligations ont été, ou non, contractées pour le service ou l'exploitation d'une entreprise de
l'association.
ii. Toutefois, les biens de chacune de ces personnes ne sont affectés au paiement des créanciers de
l'association qu'après paiement de leurs propres créanciers.
2326. Si plusieurs personnes ont emprunté ensemble le même bien, elles en sont solidairement
responsables envers le prêteur.
2349. i. Lorsque plusieurs personnes se sont rendues cautions d'un même débiteur pour une même dette,
chacune d'elles est obligée à toute la dette, mais elle peut invoquer le bénéfice de division si elle n'y a pas
renoncé expressément à l'avance.
ii. Les cautions qui se prévalent du bénéfice de division peuvent exiger que le créancier divise son action
et la réduise à la part et portion de chacune d'elles.
2352. Lorsque la caution s'oblige, avec le débiteur principal, en prenant la qualification de caution
solidaire ou de codébiteur solidaire, elle ne peut plus invoquer les bénéfices de discussion et de division;
les effets de son engagement se règlent par les principes établis pour les dettes solidaires, dans la
mesure où ils sont compatibles avec la nature du cautionnement.
2900. L'interruption à l'égard de l'un des créanciers ou des débiteurs d'une obligation solidaire ou
indivisible produit ses effets à l'égard des autres.
2909. La suspension de la prescription des créances solidaires et des créances indivisibles produit ses
effets à l'égard des créanciers ou débiteurs et de leurs héritiers suivant les règles applicables à
l'interruption de la prescription de ces mêmes créances.

* The most important article relating to solidarity is probably 1526, which concernes extra-contractual
responsibility:
1526. L'obligation de réparer le préjudice causé à autrui par la faute de deux personnes ou plus est
solidaire, lorsque cette obligation est extracontractuelle.




                                                                                                            44
iii. ways to split responsibility
This article does not explain the extent of the default/responsibility of each party. Case law tells
us about 3 types of senarios :
(a) common fault : A et B et C inflicts a tort to X, and they are responsible equially and in solidary
manner.
(b) contributory fault : 1478ii.
(c) simultaneous fault : 1480, in some circonstances A B and C are solidarily liable.


iv. Remarks (1526, 1458ii, and more 1526)
a. 1526 does not speak about extra-K without fault : management of the business of another.
1482 and ss. If someone’s house burns, and the neighbour spends some money to save the
house, then the responsibility towards the compensation is solidary.
b. 1458.ii : prohibits the choice of one regime vs the other.
c. 1526 : punitive damages are also covered by 1526. It is not clear if the punitive damages are
also solidary, or if they are separate from the solidarity.


6.2.3 obligation in solidum
Not based on the code, but coming from the jurisprudence (influenced by French doctrine).
The obligation is solidary is the repayment, but with no mutual representation
Primary effects of solidarity are kept, but not the secondary effects : see above solidarity
section/effects.

* Prevost v. Masson : brings in solidum.

Note : We must not extend in solidum to 2 debtors endebted to the same creditors in virtue of
the same contract ; because this is dealt with by 1580 ; for in solidum, it must be stated. That is
the joint obligation sphere.

6.3 Problems :
Problems :

1. the obligation is solidary the creditor can sue in virtue of 1532/1538 any of the debtors for the whole amount. The
defense that there was a release in virtue of 1533 is not good, because it is not a release of solidarity, and does not
specify that it applies to that share only.
They are now all solidary and responsible for 8000$, the reason is that 1530 allows as a defense a payment.

2.
(a)
1538ii : when solidarity of one of the codebtors is released, the share of the insolvant normally attributed to the now-
released is assumed by creditor.
1000$ is the share of the bankrupt normally assumed by the non-solidary : only 8000$ can be sued. in virtue of
1523/1528
(b)
in virtue of 1540, the obligation of the deceased is shared between the heirs.

3.
(a)
can be argued differnt ways



                                                                                                                          45
1544
1546 choice to the creditor
[suissa : le critère est qui a le choix]

(b)
privity of contract
but, in virtue of Dostie Sabourin :
1540




                                           46
i. CCQ : Art. 1518-1552 : SECTION II : DE L'OBLIGATION À MODALITÉ COMPLEXE


§ 1. — De l'obligation à plusieurs sujets

I. — De l'obligation conjointe, divisible et indivisible
1518. i. L'obligation est conjointe entre plusieurs débiteurs lorsqu'ils sont obligés à une même chose
envers le créancier, mais de manière que chacun d'eux ne puisse être contraint à l'exécution de
l'obligation que séparément et jusqu'à concurrence de sa part dans la dette.
ii. Elle est conjointe entre plusieurs créanciers lorsque chacun d'eux ne peut exiger, du débiteur commun,
que l'exécution de sa part dans la créance.
1519. L'obligation est divisible de plein droit, à moins que l'indivisibilité n'ait été expressément [i] stipulée
ou que [ii] l'objet de l'obligation ne soit pas, de par sa nature, susceptible de division [a] matérielle ou [b]
intellectuelle.
1520. i. L'obligation qui est indivisible ne se divise ni entre les débiteurs ou les créanciers, ni entre leurs
héritiers.
ii. Chacun des débiteurs ou de ses héritiers peut être séparément contraint à l'exécution de l'obligation
entière et chacun des créanciers ou de ses héritiers peut, inversement, exiger son exécution intégrale,
encore que l'obligation ne soit pas solidaire.
1521. La stipulation de solidarité, à elle seule, ne confère pas à l'obligation le caractère d'indivisibilité.
1522. L'obligation divisible qui n'a qu'un seul débiteur et qu'un seul créancier doit être exécutée entre eux
comme si elle était indivisible; mais elle demeure divisible entre leurs héritiers.

II. — De l'obligation solidaire

1 — DE LA SOLIDARITÉ ENTRE LES DÉBITEURS
1523. L'obligation est solidaire entre les débiteurs lorsqu'ils sont obligés à une [i] même chose [sens pas
clair dans la jurisprudence] envers le créancier, de manière que chacun puisse être séparément contraint
pour la totalité de l'obligation, et que l'exécution par un seul libère les autres envers le créancier. {1528}
1524. L'obligation peut être solidaire quoique l'un des codébiteurs soit obligé différemment des autres à
l'accomplissement de la même chose, par exemple si l'un est obligé conditionnellement tandis que
l'engagement de l'autre n'est pas conditionnel, ou s'il est donné à l'un un terme qui n'est pas accordé à
l'autre.
1525. i. La solidarité entre les débiteurs ne se présume pas; elle n'existe que lorsqu'elle est expressément
stipulée par les parties ou prévue par la loi.
ii. Elle est, au contraire, présumée entre les débiteurs d'une obligation contractée pour le service ou
l'exploitation d'une entreprise.
iii. Constitue l'exploitation d'une entreprise l'exercice, par une ou plusieurs personnes, d'une activité
économique organisée, qu'elle soit ou non à caractère commercial, consistant dans la production ou la
réalisation de biens, leur administration ou leur aliénation, ou dans la prestation de services.
1526. L'obligation de réparer le préjudice causé à autrui par la faute de deux personnes ou plus est
solidaire, lorsque cette obligation est extracontractuelle.
1527. i. Lorsque l'exécution en nature d'une obligation devient impossible par la faute ou pendant la
demeure de l'un ou de plusieurs des débiteurs solidaires, les autres codébiteurs ne sont pas déchargés
de l'obligation d'en payer l'équivalent au créancier, mais ils ne sont pas tenus des dommages-intérêts
additionnels qui pourraient lui être dus.
ii. Le créancier ne peut réclamer des dommages-intérêts additionnels qu'aux codébiteurs par la faute
desquels l'obligation est devenue impossible à exécuter et qu'à ceux qui étaient alors en demeure de
l'exécuter.
1528. Le créancier d'une obligation solidaire peut s'adresser, pour en obtenir le paiement, à celui des
codébiteurs qu'il choisit, sans que celui-ci puisse lui opposer le bénéfice de division. {1523}
1529. La poursuite intentée contre l'un des débiteurs solidaires ne prive pas le créancier de son recours
contre les autres, mais le débiteur poursuivi peut appeler, au procès, les autres débiteurs solidaires.


                                                                                                              47
1530. Le débiteur solidaire poursuivi par le créancier peut opposer tous les moyens qui lui sont
personnels, ainsi que ceux qui sont communs à tous les codébiteurs [paiement]; mais il ne peut opposer
les moyens qui sont purement personnels à l'un ou à plusieurs des autres codébiteurs.
1531. Le débiteur solidaire qui, par le fait du créancier, est privé d'une sûreté ou d'un droit qu'il aurait pu
faire valoir par subrogation, est libéré jusqu'à concurrence de la valeur de la sûreté ou du droit dont il est
privé.
1532. Le créancier qui renonce à la solidarité à l'égard de l'un des débiteurs conserve son recours
solidaire contre les autres pour le tout. {limité par 1538.ii}
1533. Le créancier qui reçoit divisément et sans réserve la part de l'un des débiteurs solidaires, en
spécifiant dans sa quittance que c'est pour sa part, ne renonce à la solidarité qu'à l'égard de ce débiteur.
1534. Le créancier qui reçoit divisément et sans réserve la part de l'un des débiteurs dans les arrérages
ou les intérêts de la dette, en spécifiant dans la quittance que c'est pour sa part, perd son recours
solidaire contre ce dernier pour les arrérages ou intérêts échus, mais non pour ceux à échoir, ni pour le
capital, à moins que le paiement divisé ne se soit continué pendant trois ans consécutifs.
1535. Le créancier qui poursuit un débiteur solidaire pour sa part perd son recours solidaire contre ce
débiteur, lorsque celui-ci acquiesce à la demande ou est condamné par jugement.
1536. Le débiteur solidaire qui a exécuté l'obligation ne peut répéter de ses codébiteurs que leur part
respective dans celle-ci, encore qu'il soit subrogé aux droits du créancier.
1537. i. La contribution dans le paiement d'une obligation solidaire se fait en parts égales entre les
débiteurs solidaires, à moins que leur intérêt dans la dette, y compris leur part dans l'obligation de réparer
le préjudice causé à autrui, ne soit inégal, auquel cas la contribution se fait proportionnellement à l'intérêt
de chacun dans la dette.
ii. Cependant, si l'obligation a été contractée dans l'intérêt exclusif de l'un des débiteurs ou résulte de la
faute d'un seul des codébiteurs, celui-ci est tenu seul de toute la dette envers ses codébiteurs, lesquels
sont alors considérés, par rapport à lui, comme ses cautions.
1538. i. La perte occasionnée par l'insolvabilité de l'un des débiteurs solidaires se répartit en parts égales
entre les autres codébiteurs, sauf si leur intérêt dans la dette est inégal.
ii. Toutefois, le créancier qui a renoncé à la solidarité à l'égard de l'un des débiteurs supporte la part
contributive de ce dernier. {limite 1532}
1539. Le débiteur solidaire poursuivi en remboursement par celui des codébiteurs qui a exécuté
l'obligation peut soulever les moyens communs que ce dernier n'a pas opposés au créancier; il peut aussi
opposer les moyens qui lui sont personnels, mais non ceux qui sont purement personnels à l'un ou à
plusieurs des autres codébiteurs.
1540. L'obligation d'un débiteur solidaire se divise de plein droit entre ses héritiers, à moins qu'elle ne soit
indivisible. [ex. : A, B et C ont une dette solidaire ; A meurt, chacun de ses héritiers A1 et A2 peut se voir
réclamer la moitié, et par la suite avoir un recours récursoire]

2 — DE LA SOLIDARITÉ ENTRE LES CRÉANCIERS
1541. i. La solidarité n'existe entre les créanciers que lorsqu'elle a été expressément stipulée.
ii. Elle donne alors à chacun d'eux le droit d'exiger du débiteur qu'il exécute entièrement l'obligation, ainsi
que le droit d'en donner quittance pour le tout.
1542. L'exécution de l'obligation au profit de l'un des créanciers solidaires libère le débiteur à l'égard des
autres créanciers.
1543. i. Le débiteur a le choix d'exécuter l'obligation au profit de l'un ou l'autre des créanciers solidaires,
tant qu'il n'a pas été poursuivi par l'un d'eux.
ii. Néanmoins, si l'un des créanciers lui fait remise de l'obligation, le débiteur n'en est libéré que pour la
part de ce créancier. Il en est de même dans tous les cas où l'obligation est éteinte autrement que par le
paiement de celle-ci.
1544. L'obligation au profit d'un créancier solidaire se divise de plein droit entre ses héritiers.

§ 2. — De l'obligation à plusieurs objets

I. — De l'obligation alternative
1545.i. L'obligation est alternative lorsqu'elle a pour objet deux prestations principales et que l'exécution



                                                                                                             48
d'une seule libère le débiteur pour le tout.
ii. L'obligation n'est pas considérée comme alternative si au moment où elle est née, l'une des prestations
ne pouvait être l'objet de l'obligation.
1546.i. Le choix de la prestation appartient au débiteur, à moins qu'il n'ait été expressément accordé au
créancier.
ii. Toutefois, si la partie à qui appartient le choix de la prestation fait défaut, après mise en demeure,
d'exercer son choix dans le délai qui lui est imparti pour le faire, le choix de la prestation revient à l'autre
partie.
1547. Le débiteur ne peut exécuter ni être contraint d'exécuter partie d'une prestation et partie de l'autre.
1548.i. Le débiteur qui a le choix de la prestation doit, si l'une ou l'autre des prestations devient impossible
à exécuter même par sa faute, exécuter la prestation qui reste.
ii. Si, dans le même cas, les deux prestations deviennent impossibles à exécuter et que l'impossibilité
quant à l'une ou l'autre est due à la faute du débiteur, celui-ci est tenu envers le créancier jusqu'à
concurrence de la valeur de la prestation qui est restée la dernière.
1549.i. Le créancier qui a le choix de la prestation doit, si l'une ou l'autre des prestations devient
impossible à exécuter, accepter la prestation qui reste, à moins que cette impossibilité ne résulte de la
faute du débiteur, auquel cas il peut exiger soit l'exécution en nature de la prestation qui reste, soit la
réparation, par équivalent, du préjudice résultant de l'inexécution de la prestation devenue impossible.
ii. Si, dans le même cas, les prestations deviennent impossibles à exécuter et que l'impossibilité est due à
la faute du débiteur, il peut exiger la réparation, par équivalent, du préjudice résultant de l'inexécution de
l'une ou l'autre des prestations.
1550. Lorsque toutes les prestations deviennent impossibles à exécuter sans la faute du débiteur,
l'obligation est éteinte.
1551. L'obligation est alternative même dans les cas où elle a pour objet plus de deux prestations
principales; les règles du présent sous-paragraphe s'appliquent à ces cas, compte tenu des adaptations
nécessaires.

II. — De l'obligation facultative
1552. i. L'obligation est facultative lorsqu'elle a pour objet une seule prestation principale dont le débiteur
peut néanmoins se libérer en exécutant une autre prestation.
ii. Le débiteur est libéré si la prestation principale devient impossible à exécuter sans que cela soit dû à sa
faute.



ii. Suissa v. Gestion Stag Canada Ltée, [1990] R.L. 610 (C.A.) (j. Baudoin) : le
contrat doit être examiné pour déterminé l'intention des parties. Ici, ce ne peut
être (a) une obligation alternative (débiteur pas le choix) ni (b) une obligation
facultative (débiteur ne peut se libérer par une autre prestation), reste donc une
(c) clause pénale (1622ii).

Suissa borrowed money from Stag pledging shares as security. The shares were worth much
more than the 135K borrowed at the when it was borrowed. When the developpement didn’t
work out, Suissa claimed that i twas an alternative obligation. Stag doesn’t agree. Judge
Baudoin sets out his analysis by a division of the three possibilities :
i. alternative obligation : he asks himself : who could have the choice between the money or the
shares if it was an alternative obligation ? As per no. 5 of the contract, the choice is not
complete, and the 135K was a principal obligation. The parties didn’t give Suissa the choice. The
shares were to be given only if the payment was not complete, so the two obligations were not
on the same level.




                                                                                                             49
ii. facultative obligation : le choix n'est pas laissée à la débitrice, contrairement à sa prétention,
de se libérer de son obligation en abandonnant les parts pour lesquelles elle a consenti une
dation en paiement. Le contrat n'est pas limpide, mais l'ensemble de l'entente ressemble
davantage à une obligation simple d'abord, assorite d'une clause pénale par la suite, ce qui
n'élimine pas l'obligation principale.
iii. penal clause (1622.ii). Selon l'interprétation du contrat en entier, la clause 5 (clause de dation
en paiement) a pour but de donner au créancier une garantie additionnelle, et non à la place de
l'obligation principale. Comme l'entente examinée est un document subséquent à celui qui crée
l'obligation originale (emprunt), il ne serait pas logique que le créancier abandonne simplement
alors l'obligation pure et simple au profit d'une obligation facultative.




iii. Prévost-Masson v. General Trust of Canada [2001] : an obligation could be
indivisible by a mention or because the obligation is by its object indivisible
(1519) ; in the present case, the obligation is the payment of money, so it is
divisible unless stipulated. Now, because the obligationto pay comes from two
distinct sources (here two contracts), it can not be solidary, but only in soludum
(Dostie c. Sabourin ; there is was K and X-K). L'obligation in solidum permet que
la dette ne soit payée qu'une seule fois (même objet en partie, no 33). [p. 14
Sum.]

[1-3] Prevost sells property to a company 1 ; company 1 sells it to company 2 (2639-1565) [no.
2] ; company 2 assumes solidarity towards P ; the accountant Masson makes a mistake of about
187K and send the bell to Company 1. They go to the notary for the deed of sale. Later, the
accountant M. realizes his mistake, but the buyer does not want to pay more. Prevost sues all of
them (both companies now solidary) and Masson, which whom P. has a distinct contract. Two
contractual sources of obligation.
[12] Holding all the debtors solidarily responsible for the repayment of a debt as indivisible
violates the privity of contract.
[21-35] No. 21 : trial court said the obligation was solidary ; appeal court said it was indivisible.
no. 22 : the obligation could not be indivisible (either by its nature of by virtue of a contract, see
1519 CCQ).
no. 25 : if the obligation comes from two distinct sources, the obligation can not be solidary
(1106 of CCBC is not applicable). In solidum is explained by Chabas (French jurist).
Supreme court : the obligation is in solidum.
No. 26 : passive joint solidarity … (good definition)
No. 29 : ca a les mêmes effets principaux de la solidarité, même celle de la subrogation; mais
pas les effets secondaires.
no. 33 : Same object ; it allows to give the subrogation to Mason.
Difficult question : in what circumstances can the in solidum be applied ? Case law = single
prejudice cause by distinct but related sources (i) prejudice caused by contractual (parties to the
contract) and extra-contractual (notary) sources (Dostie v. Sabourin) ; second example of that G.



                                                                                                    50
Néron (further reading) cas de défamation. (ii) two unrelated contractual faults (Prévost v.
Masson)




iv. Prescott v. Bacon, [1993] R.J.Q. 1945 (C.Q.) : sans mention, le paiement du
loyer n'est ni indivisible ni solidaire.

Question : dans le cas de la signature de bail, (1) est-ce que les différents signataires peuvent
être tenus responsables de manière solidaire du paiement du bail ou seulement
divisible/conjointe ? (2) et l'obligation est-elle divisible ou indivisible ?
À noter, en cas d'inexécution d'une obligation indivisible (qui est telle en vertu de l'objet et non
d'une stipulation conventionnelle), l'obligation pour le paiement des dommages-intérêts devient
divisible ; contrairement à une stipulation de solidarité qui est applicable tant pour l'exécution en
nature que par équivalent.
Dans ce cas-ci, à défaut d'une stipulation, le paiement du loyer n'est ni indivisible ni solidaire.



c. Bilodeau v. Bergeron & Fils Ltée, [1975] 2 R.C.S. 345 : [see p. 14 Sum.] :
obligation insolidum n'est pas mentionnée dans le jugement, mais le jugement
revient à cette option : chacun est tenu à la totalité du dommage, mais
l'obligation ne peut être solidaire car deux contrats distincts.



d. Gilles E. Néron Communications Marketing v. Chambre des notaires du
Québec, [2004] 3 R.C.S. 95. (j. LeBel. Read the summary of the facts and par. 75-
79) : une source contractuelle et une source extracontractuelle d'un même
dommage : in solidum.
CBC a fait un show sur les délais à la chambre des notaires du Quebec ; Néron a répondu à
CBC en disant qu’il n’y avait pas de tels délais. CBC a publié la lettre de Néron sans son
consentement. Néron était le représentant de la Chambre des Notaires (CNQ). La CNQ a
envoyé une lettre à tous les notaires et disant que la lettre de Néron avait des erreurs et que sa
lettre n’avait pas reçu l’accord de la CNQ. Néron poursuit tant la CBC que la CNQ. Les sources
sont distinctes (un contrat et X-K) ; un seul dommages ; la question est de savoir comment
séparer les dommages. Cependant, la cour a décidé que c’est in solidum.
Binnie ne voit qu'une seule faute : celle de la CNQ, et pense que la CBC n'a commis aucune
faute.




a. Baudoin et Jobin 628-671. Chapitre II : L'obligation à modalité complexe
628 : deux types d'obligation à modalité complexe : plusieurs objets ou plusieurs sujets


                                                                                                  51
Section I - Les obligations à plusieurs objets
629 : l'objet de l'obligation consiste à la prestation de faire ou ne pas faire (1373.i). 3 types
d'obligations à objects complexes: obligation alternative, facultative ou conjonctive. Note :
l'obligation assortie d'une clause pénale ressemble à une obligation à objet complexe.

*I. Obligation alternative (1545 et ss.) (par défaut choix = au débiteur : 1546i)
630-1 (nature) : l'obligation alternative est celle qui donne le choix au débiteur [le plus souvent]
d'exécuter une ou l'autre prestation, sans qu'il y ait de préférence entre elles (1545, 1551). La
clause pénale donne aussi un choix, mais au créancier, d'où ce genre d'obligation doit être
distinguée de l'obligation alternative qui est plus souvent accordée au débiteur (1546.i) ; à défaut
d'éxercer son choix, la partie qui en bénéficiait donne à l'autre ce choix (1546ii).
632 (exécution) : l'obligation est exécutée quand celle l'alternative choisie (par le créancier ou le
débiteur dépendant le cas). (i) Dans les cas où le choix appartient au débiteur, l'obligation
devient simple une fois que l'autre choix est impossible (1548.i); si toutes les options sont
impossibles et que le débiteur a commis une faute ayant rendue au moins une option
impossible, le débiteur sera responsable de la valeur de la dernière prestation qui est restée la
dernière (1548.ii). (ii) Dans les cas où le choix appartient au créancier, et que l'une des options
est rendie impossible par la faute du débiteur, le créancier a le choix d'exiger soit l'exécution de
l'autre option ou la valeur de l'option maintenant impossible (1549.i). Dans les cas où toutes les
possibilités sont rendues impossibles et que le débiteur a commis une faute à l'égard au moins
de l'une d'entre elles, le créancier peut exiger la valeur de n'importe quelle des options (1549.ii).
(iii) De manière générale, si le débiteur n'a commis aucune faute et que toutes les options sont
impossibles, conformément à la théorie des risques, il est libéré (1550), en autant que la
dernière option a été rendue impossible avant qu'il reçoive une mise en demeure (1600.ii et
1693).

II. Obligation facultative (une principale + une accessoire !) (un seul article : 1552)
633 (nature) : l'obligation où le débiteur est tenu à une obligation principale, mais peut s'en
libérer par l'exécution d'une autre obligation dite accessoire (1552). Contrairement à la clause
pénale (où le choix revient au créancier confronté à la non-exécution), l'obligation facultative
donne le choix au débiteur si l'obligation principale est impossible à exécuter.
634 (impossibilité d'exécuter) : Si la prestation principale est impossible à exécuter par la faute
du débiteur, celui-ci peut tout de même se libérer de son obligation en exécutant la prestation
accessoire. Si par contre le débiteur ne s'exécute pas quant à l'obligation accessoire, le
créancier peut être indemnisé pour le préjudice résultant de la non-exécution de l'obligation
principale. Si l'obligation principale devient impossible à exécuter sans faute du débiteur, ce
dernier est libéré de toute exécution. Si c'est l'obligation accessoire qui devient impossible,
l'obligation principale devient une obligation pure et simple.

III. Obligation conjonctive (plusieurs parties dans l'exécution n'est pas une division légale !)
635 (nature et exécution) : le fait que plusieurs prestations doivent être exécutées pour
l'exécution d'une obligation conjonctive, par exemple celle d'un traiteur, ne permet pas la
division de l'obligation. L'inexécution d'une partie équivaut à l'inexécution totale en vertu de la
règle de l'indivisibilité du paiement (1561).

Section II - Les obligations à plusieurs sujets
636 : Structure de la division différente de celle trouvée dans le Code : d'abord (i) obligation
conjointe et divisible ; ensuite (ii) obligation solidaire (+ in solidum dans la partie de la solidarité
passive/sources) et enfin (iii) obligation indivisible. [Bravo Baudoin !]


                                                                                                     52
I. Obligation conjointe et divisible
637 : l'obligation conjointe est divisible. L'expression conjointe et solidairement (de l'anglais joint
and several) est à proscrire (oxymoron!) mais elle réfère à une obligation solidaire. L'obligation
est divisible à moins (i) qu'il ait été stipulé qu'elle est indivisible ou (ii) qu'elle ne permette pas la
division physique ou intellectuelle (1519). À moins qu'elle ait été stipulée solidaire
(conventionnellement ou légalement : 1525), elle est conjointe.
638 (effets) : Les codébiteurs ne sont tenus que de leur part de l'obligation (1518.i) et les
cocréanciers ne peuvent réclamer que leur part de l'obligation (1518.ii). La part de chacun est
probalement 50/50 par analogie avec la règle équivalente pour la solidarité (1537.i). La mise en
demeure ne vaut pas pour les codébiteurs ou les cocréanciers dans une obligation conjointe
(1599 a contrario) ; de même pour l'interruption de la prescription (2901).

II. Obligation solidaire
639 : la solidarité a pour but d'éviter le fractionnement: elle peut être active (entre les créanciers)
ou passive (entre les débiteurs).

Solidarité active
640 (nature) : un créancier peut exiger du débiteur commun le paiement total au nom des autres
créanciers et donner une quittance pour le tout (1541.ii). En cas de décès, le droit du créancier
d'exiger la totalité se divise de plein droit entre ses héritiers (1544), de sorte que chacun des 4
héritiers de A (qui est créancier avec B et C) pourrait exiger chacun 1/4 de la dette totale [voir
no. 652 pour la même chose touchant la solidarité passive]. Par la suite, B et C auraient un
recours récursoire.
Source : La solidarité active est rare et peut seulement être de source conventionnelle (1541.i).
641 (effets) : Le créancier qui réclame la totalité de la dette agit à titre de mandataire des autres.
La mise en demeure de l'un des cocréanciers est valable pour les autres (1599.ii) ; et s'il
interrompt la prescription, cette interruption vaut aussi à l'égard des autres (2900). Un des
cocréanciers solidaire peut donner une quittance pour le débiteur en cas de paiement (1541.ii) ;
la libération de l'un des cocréanciers (sans paiement) ne vaut cependant pas à l'égard des
autres (1543.ii), voir novation (1666) et remise express (1690.ii) sur le sujet.

Solidarité passive
642 (nature) : un créancier peut exiger de chacun des codébiteurs la totalité de la dette, et ce
faisant le débiteur libère les autres codébiteurs (1523). Les risques de l'insolvabilité de l'un des
codébiteurs sont ainsi à la charge des autres codébiteurs (1538.i), sauf que si le créancier a
renoncé à la solidarité à l'égard de l'un des codébieurs, il doit supporter la part que celui-ci aurait
dû supporter (1538.ii).

a) sources conventionnelles
643 : la solidarité ne se présume pas (1525.i) ; si elle est stipulée (conventionnelle), le mot
«solidarité» n'a pas besoin d'apparaître tel quel.

b) sources légales
644 : [pour un détail des sources légales, voir d'abord la liste sous l'article 1523 aussi détaillée à
la section ii. Sources of solidarity des notes de Déa] d'autres lois provinciales ou fédérales
imposent aussi la solidarité de manière expresse. Le language strict de l'article 1523 «obligés à
une même chose» doit être compris de manière flexible, car d'une part, l'article 1524 permet que
les obligations des codébiteurs soient obligés différemment et d'autre part l'obligation in solidum
n'est ni de source conventionnelle ou légale.


                                                                                                       53
645 : l'obligation résultant de la faute extracontractuelle est présumée solidaire (1526). Si un
dommage résulte d'une faute commune ou d'une faute parmi plusieurs fautes alors qu'il est
impossible de déterminer laquelle en a été la cause réelle, il existe une présomption de
solidarité entre les auteurs de ces fautes (1480).
La nécessité d'une faute (1526) combinée avec le fait que l'option n'est pas permise (1458.ii)
devrait faire en sorte que le bénéfice de la solidarité soit limité quand un des débiteurs fautif agit
dans le cadre d'un contrat (de manière moins stricte, le tribunal applique cependant la
responsabilité in solidum : de toute manière, il ne s'agit pas là de solidarité au sens strict dont
parle 1526) ; d'autre part, certaines responsabilités extra-contractuelles ne résultent pas d'une
faute, comme dans le cas du commettant pour les fautes de ses préposés (1463), dans le cas
du propriétaire d'animaux (1466), dans le cas du gardien pour un défaut d'entretien ou un vice
de construction (1467) ou dans le cas du fabricant d'un bien meuble (1468). D'après Baudoin,
l'obligation in solidum est une solution pour éviter la nécessité d'une faute pour la responsabilité
solidaire en matière extracontractuelle (1526).
La question des dommages punitifs et leur partage entre les codébiteurs solidaires n'est pas
entièrement tranchée. Baudoin suggère que l'option voulant que les dommages punitifs ne
soient pas couverts par la solidarité du reste de la dette respecte davantage le fait que leur
montant doit respecter ce qui est suffisant pour assurer leur fonction préventive (1621).
646 (dettes contractées pour le service ou l'exploitation d'une entreprise ou qui résultent d'effets
de commerce) : les dettes des codébiteurs exploitant une entreprise sont solidiares (inverse de
la règle normale), comme le dit l'article 1525.ii. Ceci suppose qu'un même contrat existe entre
les exploitants de l'entreprise. Malgré que la présomption soit à l'effet de la solidarité, les parties
peuvent convenir en sens inverse dans leur contrat.
Quand des contracts distincts lient des codébiteurs envers un créancier (ou quand certains
débiteurs le sont sur une base contractuelle alors que d'autres le sont sur une base
extracontractuelle), il est plus précis de parler d'une obligation in solidum.


c) in solidum
647 (notion) : la solidarité imparfaite (in solidum) ne s'applique qu'à la solidarité passive. Elle ne
s'applique que dans les cas où il n'existe aucune source conventionnelle ou légale à l'effet que
l'obligation est solidaire ou indivisible. Certains ajoutent qu'il ne peut s'agir d'une dette provenant
de la même source, dans lequel cas seuls deux choix s'appliquent : la division ou la solidarité.
Les effets de la solidarité imparfaite sont les suivants : chaque débiteur est responsable pour la
totalité de la dette, et peut, par la subrogation, exiger des autres le paiement de sa part.
Cependant, les effet secondaires de la solidarité, liés à la représentation mutuelle : la mise en
demeure à l'endroit de l'un ne vaut pas pour les autres, et l'interruption de la prescription à
l'égard de l'un ne vaut pas à l'égard des autres.
648 (influence du droit français) : en France, la responsabilité extra-contractuelle ne bénéficie
pas de la solidarité comme au Québec (1526). Dans ce contexte, il est raisonnable qu'un certain
principe de solidarité soit utilisé pour ce type de responsabilité, d'où l'importance de la solidarité
imparfaite dans ce pays. Les effets secondaires de la solidarité peuvent être rattachés à l'idée
d'une représentation mututelle, laquelle peut être comprise dans le contexte du mandat tacite.
Or, en l'absence d'un contrat, il est vrai qu'il est surprenant que ces effets secondaires soient
appliqués à des parties qui ne se connaissent possiblement pas.
649 (existence de l'obligation in solidum au Québec) : comme la solidarité parfaite ne peut être
imposée que dans des contextes précis, soit conventionnels ou légaux (1525), la solidarité
imparfaite a comme rôle de permettre une certaine solidarité dans les autres cas, sans
cependant impliquer la représentation mutuelle (demeure, interruption de la prescription).



                                                                                                    54
a) effets entre le créancier et les débiteurs
651 : La base rationnelle de la division entre les effets principaux et les effets secondaires tient
au fait que les effets principaux relèvent de (i) l'unité de l'objet et de (ii) la pluralité des liens ;
alors que les effets secondaires relèvent de (iii) la représentation mutuelle.
Effets principaux
652 (obligation des débiteurs pour le tout) : L'effet principal de la solidarité entre le créanciers et
ses codébiteurs tient au fait qu'un seul codébiteur peut être tenu responsable du paiement de la
totalité de la dette et que cela libère complètement les autres codébiteurs (1523), et un des
codébiteurs ne peut lui opposer le bénéfice de la division (1528). Le codébiteur poursuivi peut
appeler ses codébiteurs à l'instance.
En cas de décès de l'un des codébiteurs, ses héritiers ne sont pas seulement responsables pour
la quote-part du défunt (ce qui en ferait une dette divisible), mais bien de la totalité de la dette du
défunt, divisée de plein droit entre eux (1540). C'est ainsi que A qui est codébiteurs avec B et C
transmet à A1 et à A2 l'ensemble de sa dette, et donc le créancier pourrait poursuivre A1 pour la
moitié de la dette et A2 pour l'autre moitié (et par la suite A1 et A2 auraient un recours
résursoire contre B et C). Cette règle est la règle miroir de 1544 dans le cas de la solidarité
active.
653 (renonciation à la solidarité) : la renonciation du créancier à la solidarité à l'égard de l'un des
codébiteurs ne peut être étendue aux autres (1532). Une renonciation à l'égard d'un des
codébiteurs doit être (a) expresse ou tacite conformément à l'un des cas suivants : (b) en
donnant une quittance à l'un des débiteurs pour sa part (1533), (c) à l'égard des arrérages, en
donnant un quittance à l'un de débiteurs pour l'intérêt sur les arrérages (1534) ou (d) en
poursuivant l'un des codébiteurs pour sa part seulement (1535).
654 (opposabilité des moyens de défense) : les moyens de défense dits réels (communs à tous)
peuvent être invoqués par n'importe lequel des codébiteurs (vice de formation ; le paiement ;
certains cas de novation (1665.i) ; la remise tacite (1689.ii) ; l'impossibilité d'exécuter due à la
force majeure affectant tous les codébiteurs (1693) ; et la prescription extinctive(2875).
Un codébiteur peut opposer un moyen de défense qui lui est personnel (1530) (comme un délai,
vice de consentement personnel), mais ne peut invoquer un moyen de défense personnel d'un
autre codébiteur que pour réduire la part de la dette attribuable à ce codébiteur. Certains vices
de consentement entrent dans cette catégorie de moyens de défense personnels.
Quand un débiteur se voit privé d'un recours à l'égard de l'un des débiteurs par le fait du
créanciers (comme dans le cas où le créancier renonce à la solidarité à l'égard de l'un des
codébiteurs), il se trouve libéré jusqu'à concurence de la valeur de cette partie de la créance vis
à vis du créancier (1531). De la même manière, si un créancier a renoncé à la solidarité à
l'égard de l'un des débiteur, la part que celui-ci aurait dû supporter suite à l'insolvabilité d'un
autre codébiteur est maintenant assumée par le créancier (1538.ii).
655 (exécution par l'équivalent de l'obligation solidaire) : l'obligation ne cesse pas d'être solidaire
parce qu'elle n'est pas exécutée. Ainsi, l'exécution par équivalent (dommages-intérêts) ne rend
pas l'obligation divisible. Ceci est une différence importante avec l'obligation indivisible qui tire
son indivisibilité de son objet (l'indivisibilité peut aussi avoir été stipulée de manière expresse),
et qui devient divisible si son objet devient une exécution par équivalent. Si un codébiteur
solidaire est poursuivi pour payer la totalité des dommages-intérêts découlant de l'inexécution
de l'obligation par la faute d'un autre codébiteurs, il aura un recours pour la totalité de la dette
contre ce codébiteur fautif (1537.ii).
Effets secondaires de la solidarité
656 : créancier

654 pas fini


                                                                                                     55
655
656
657
658
659
660
661
662 : le codébiteur solidaire in solidum poursuivi bénéficie de la subrogation légale en vertu de
1656 no. 3. La raison en est que le recours récursoire découle des effets principaux de la
solidarité (aussi applicables à l'obligation in solidum . l'obliga

b) effets entre les codébiteurs
659 :

III. Obligation indivisible
663 : la stipulation de solidarité n'entraîne pas l'indivisibilité (1521), et l'inverse est aussi vrai,
puisque par défaut l'obligation n'est pas solidaire (1525).
664 : l'obligation indivisible ne peut être divisée ni entre les débiteurs, ni entre les créanciers et
ni entre leurs héritiers (1520.i). L'indivision active (créanciers) ne présente que l'avantage
d'interrompre la prescription au nom des cocréanciers (2900). L'indivisibilité passive (débiteurs)
présente les mêmes avantages que la solidarité, mais elle passe en plus aux héritiers (1520.i).
Ainsi, un débiteur peut exiger d'un seul des héritiers la totalité de la prestation.

Sources
665 (naturelle) : l'indivisibilité naturelle, aussi appelée indivisibilité véritable ou objective, peut
relever de l'impossibilité, soit matérielle ou intellectuelle, de la division (1519). Tous les cas
d'obligation de ne pas faire entrent dans cette catégorie. Cette indivisibilité (naturelle) est à la
fois active et passive, car elle relève de la nature même de l'objet.
666 (conventionnelle) : l'indivisibilité conventionnelle, aussi appelée subjective, artificielle ou
accidentelle, est une fiction juridique convenue entre les parties. Les parties peuvent stipuler
que l'obligation est seulement indivisible à l'égard des créanciers ou à l'égard des débiteurs ou
les deux. Depuis le nouveau code (1519), il faut une mention expresse pour que l'obligation
puisse être indivisible (alors que l'obligation solidaire n'exige pas le terme solidarité).

Effets
667 : no. 669 and 670 treats active and passive indivisibility separately, whereas in the CCQ, it
is all jumbled together with joint obligation : big mess ! Merci Baudoin.
668 (effets principal et effets secondaire de l'indivisibilité vs. ceux de la solidarité) : La
suspension de la prescription fonctionne de la même manière dans le cas de la solidarité et
dans le cas de l'indivisibilité ; pour les autres effets de la solidarité, Baudoin suggère qu'elles
devraient être aussi appliquées à l'indivision quand cela est pertinent. Cependant, touchant la
transmissibilité aux héritiers et l'impact de la modalité sur les paiement de dommages-intérêts,
les effets sont différents dans les deux régimes.

1. indivisibilité active
669 (exigibilité de l'obligation) : un des cocréancier peut exiger la tolatlité du paiement [1520.ii :
Baudoin fait une erreur et parle de 1519.ii qui n'existe pas!]. Le paiement à l'endroit d'un des
créanciers solidaires constitue un risque pour les autres créanciers, car le paiement à l'un des


                                                                                                    56
créanciers libère complètement le débiteur (règle empruntée à la solidarité 1541.ii). Un des
cocréanciers peut exiger seulement sa part de la dette, et s'il donne une remise au débiteur,
cela n'engage pas les autres cocréanciers (reprenant alors la règle touchant la solidarité :
1543.ii).

2. indivisibilité passive
670 (exécution unique) : le créancier peut exiger de n'importe lequel des codébiteurs l'exécution
de l'obligation indivisible totale ; contrairement à la solidarité, cela s'applique aussi aux héritiers
de l'un des codébiteurs qui ne bénéficient pas alors de la division entre eux de l'obligation totale
(1520.i).
671 (exécution par l'équivalent de l'obligation indivisible) : une bonne raison de stipuler
qu'une obligation indivisible est aussi solidaire tient au fait qu'en cas d'inexécution de
l'obligation en nature, l'exécution par équivalent (dommages-intérêts) cesse d'être
indivisible. Ainsi, si l'obligation indivisible n'est pas aussi stipulée être solidaire, seul le
codébiteur responsable de sa non-exécution est tenu responsable à la totalité des dommages-
intérêts, ses codébiteurs n'étant responsables qu'à la mesure de leur part respective.


b. Michelle Cumyn, ''Responsibility for Another's Debt: Suretyship, Solidarity and
Imperfect Delegation'', (2010) McGill Law Journal 211.




                                                                                                    57
7. (28/10) Transfer and Alteration of Obligations I: Assignment of
Claims and Subrogation

i. CCQ : Art. 1637-1646, 1651-1659
ii. Seigneur c. Immeubles Beneficial Ltée, [1994] R.J.Q. 1535 (C.A.) (j.Fish)
iii. Entreprises Gexpharm inc. c. Services de santé du Québec, [1994] R.J.Q. 1696 (C.S.)
iv. Banque Royale du Canada c. Caisse populaire de Rock Forest, [1992] R.J.Q. 987 (C.S.)
a. Baudoin et Jobin 936-996
b. Banque Nationale du Canada c. Tardif, [1998] R.J.Q. 1268 (C.S.)
c. François Héleine, "Le refinancement d'un prêt par subrogation : trois décisions clefs en moins d'un an",
(1994-1995) 97 R. du N. 180


Notes Déa

7.1 Assignment of claim
A. Assigner
B. Debtor
C. Assignee

Qu'arrive-t-il avec les accessories/sureties ?
Can the assignee oppose the assignment ?
Can the punitive damages be assigned (see Robinson case where the punitive damages are
solidary)


7.1.1 How to assign the debt

Assignement of claim can have major disadvantages to the debtor, there are mechanisms of
publicity adopted by the code, most importantly 1641.

1641. i. La cession est opposable au débiteur et aux tiers, dès que le débiteur y a acquiescé ou qu'il a
reçu une copie ou un extrait pertinent de l'acte de cession ou, encore, une autre preuve de la cession qui
soit opposable au cédant.
ii. Lorsque le débiteur ne peut être trouvé au Québec, la cession est opposable dès la publication d'un
avis de la cession, dans un journal distribué dans la localité de la dernière adresse connue du débiteur ou,
s'il exploite une entreprise, dans la localité où elle a son principal établissement.


1. debtor says yes
2. debtor has received a copy of the deed of assignment/extract/evidence
3. 1644
4. 1641.ii




                                                                                                         58
7.1.2 Is the surety also transfered ?
1644 and 1641

1642 : If it is the universaliy of the claim that is transfered, additionnal requirements exist (1642) :
it needs to be published.


7.1.3 Consequences of assignment :
1643 : the consequences of compliance with 1641 (1471 : causes of extinction)
1680 : Si A a une créance de 30 contre B mais doit aussi 20 à B ; une fois que B agréé à la
cession à C, il ne peut prétendre devoir seulement 10.
1643.ii (Application de 1559) : 1641.ii une publication a été faite, et le débteur ne savait pas
parce qu'il était à Végas temporairement.

What happens if only a part of the claim is assigned ?
B owes A 100$, and B partly assignes the claim to C. 1646 dit ce qui arrive si après une
poursuite et que pas tout l'argent est récupéré ; si le débiteur est condambé pour 80$, A reçoit
20$ et C 60$ : 1/4 et 3/4.
1646.ii : avec une garantie de faire valoir, disons au montant de 75$, C se fait payer 75$ en
premier.

1637.ii : the obligation can not be to the debtor's disadvantage, like having more creditors ; or in
an other jurisdiction.


7.2. Subrogation

the only guarantee not passed to the new creditor : is the solidarity.
The guarantess passes to the subrogated.

What happens to the assignment of claim?
Like with assignement : the debtor has a new creditor. With subrogation, it is at the moment of
payment
Difference : Assignment involves a speculation, this is why it doesn't matter how much was paid.
Even if the cessionnaire de la cession paie moins (spécule) il peut réclamer plus.
Alors que la subrogation est un accessoire du paiement ; c'est un mécanisme de repaiement. Il
n'y a pas de spéculation impliquée. Seulement le montant payé au créancier peut être récupéré
auprès du débiteur, comme en assurance.
In real life, it is difficult to decide if it is subrogation or an assignment of claim ; in a case, the
court decided that a subrogation was in fact an assignement.

types
1651 : déf. de la subrogation.
1656.i : subrogation légale, 1er cas. : quand le 1er créancier exerce son droit ; et le second veut
attendre que la maison gagne de la valeur, et peut acheter la première hypothèque à sa valeur
(80K) pour ne pas perdre une grande valeur de son prêt alors que son hypothèque est de 40K.


                                                                                                     59
Disons qu'à ce moment, la maison se vendrai seulenment 90K.
ii : pour prévenir que l'acheteur ne se fasse réclamer de prêteur de l'ancien propriétaire.               (vs.
2771)
iii : solidarity or surety. + insurance
iv : a debt of the succession

2474. i. The insurer is subrogated to the rights of the insured against the person responsible for the loss,
up to the amount of indemnity paid. The insurer may be fully or partly released from his obligation towards
the insured where, owing to any act of the insured, he cannot be so subrogated.
ii. The insurer may not be subrogated against persons who are members of the household of the insured.

Sources
Subrogation is either (A) legal ; (B) conventional
For conventional : conditions
1653 : (1) made by creditor or debtor ; (2) must be done in writing.
1654 : (3) at the moment of the payment = because it is not speculative it can not be before the
payment ; and it can not be done after, because then after the payment there is no more debt
since it is paid.

1655 (mécanisme très puissant) : le nouveau créancier peut avoir la dette, et l'ancien ne peut s'y
opposer. Comme avec un transfert d'hypothèque. 3 conditions dans l'alinéa 2.
issues : (1) est-ce que 1655 CCQ est d'ordre public.
(2) pinot-gaudet soutiennent que 1655 ne reprend pas 1155.ii ; et donc il n'est pas le même
article et n'est pas d'ordre publique. La différence est que l'article n'inclut pas «sauf tout
stipulation contraire»
(3) only the party's (1511) for whom the term benefits can renounce the term.
a. 1655 est pour la protection du consomateur, donc attendre la fin du terme n'a pas de sens.
b. Gexhfarm : il faut attendre le terme et 1655 ne l'emporte pas sur 1511. C'est pour permettre
au nouveau créancier d'avoir le même rang que l'ancien créancier. Aussi, cela prévient que B
n'encourt trop de frais. A subrogation is an accessory to payment, and the rule governing the
payment (term) trumps.

i. CCQ : Art. 1637-1646, 1651-1659

CHAPITRE SEPTIÈME : TRANSMISSION ET MUTATIONS DE L'OBLIGATION

SECTION I : DE LA CESSION DE CRÉANCE

§ 1. — De la cession de créance en général
1637. i. Le créancier peut céder à un tiers, tout ou partie d'une créance ou d'un droit d'action qu'il a contre
son débiteur.
ii. Cette cession ne peut, cependant, porter atteinte aux droits du débiteur, ni rendre son obligation plus
onéreuse.
1638. La cession d'une créance en comprend les accessoires.
1639. Le cédant à titre onéreux garantit que la créance existe et qu'elle lui est due même si la cession est
faite sans garantie, à moins que le cessionnaire ne l'ait acquise à ses risques et périls ou qu'il n'ait connu,
lors de la cession, le caractère incertain de la créance.
1640. Le cédant à titre onéreux qui répond, par une simple clause de garantie, de la solvabilité du


                                                                                                            60
débiteur ne répond de cette solvabilité qu'au moment de la cession et qu'à concurrence du prix qu'il a
reçu.
1641. i. La cession est opposable au débiteur et aux tiers, [1/4] dès que le débiteur y a acquiescé ou [2/4]
qu'il a reçu une copie ou un extrait pertinent de l'acte de cession ou, encore, une autre preuve de la
cession qui soit opposable au cédant.
ii. Lorsque le débiteur ne peut être trouvé au Québec, [3/4] la cession est opposable dès la publication
d'un avis de la cession, dans un journal distribué dans la localité de la dernière adresse connue du
débiteur ou, s'il exploite une entreprise, dans la localité où elle a son principal établissement.
1642. La cession d'une [5*/4] universalité de créances, actuelles ou futures, est opposable aux débiteurs
et aux tiers, par l'inscription de la cession au registre des droits personnels et réels mobiliers [RDPRM],
pourvu cependant, quant aux débiteurs qui n'ont pas acquiescé à la cession, que les autres formalités
prévues pour leur rendre la cession opposable aient été accomplies.
1643. i. Le débiteur peut opposer au cessionnaire tout paiement fait au cédant avant que la cession ne lui
ait été rendue opposable, ainsi que toute autre cause d'extinction de l'obligation survenue avant ce
moment.
ii. Il peut aussi opposer le paiement que lui-même ou sa caution a fait de bonne foi au créancier apparent,
même si les formalités exigées pour rendre la cession opposable au débiteur et aux tiers ont été
accomplies.
1644. Lorsque [4/4] la remise au débiteur de la copie ou d'un extrait de l'acte de cession ou d'une autre
preuve de la cession qui soit opposable au cédant a lieu au moment de la signification d'une action
exercée contre le débiteur, aucuns frais judiciaires ne peuvent être exigés de ce dernier s'il paie dans le
délai fixé pour la comparution, à moins qu'il n'ait déjà été en demeure d'exécuter l'obligation.
1645. La cession n'est opposable à la caution [6*/4] que si les formalités prévues pour rendre la cession
opposable au débiteur ont été accomplies à l'égard de la caution elle-même.
1646. i. Les cessionnaires d'une même créance, de même que le cédant pour ce qui lui reste dû, sont
payés en proportion de leur créance.
ii. Néanmoins, ceux qui ont obtenu une cession avec la garantie de fournir et faire valoir sont payés par
préférence à tous les autres cessionnaires, ainsi qu'au cédant, en tenant compte, entre eux, des dates
auxquelles leurs cessions respectives sont devenues opposables au débiteur.

§ 2. — De la cession d'une créance constatée dans un titre au porteur (extra)
1647. Il est de l'essence de toute créance constatée dans un titre au porteur émis par un débiteur, qu'elle
puisse être cédée par la simple tradition, d'un porteur à un autre, du titre qui la constate.
1648. i. Le débiteur qui a émis le titre au porteur est tenu de payer la créance qui y est constatée à tout
porteur qui lui remet le titre, sauf s'il a reçu notification d'un jugement lui ordonnant d'en retenir le
paiement.
ii. Il ne peut opposer au porteur d'autres moyens que ceux qui concernent la nullité ou un vice du titre, qui
dérivent d'une stipulation expresse du titre ou qu'il peut faire valoir contre le porteur personnellement.
1649. Le débiteur qui a émis le titre au porteur demeure tenu envers tout porteur de bonne foi, même s'il
démontre que le titre a été mis en circulation contre sa volonté.
1650. Celui qui a été injustement dépossédé d'un titre au porteur ne peut empêcher le débiteur de payer
la créance à celui qui le lui présente, que sur notification d'une ordonnance du tribunal.

SECTION II : DE LA SUBROGATION
1651. i. La personne qui paie à la place du débiteur peut être subrogée dans les droits du créancier.
ii. Elle n'a pas plus de droits que le subrogeant.
1652. La subrogation est conventionnelle ou légale.
1653. La subrogation conventionnelle peut être consentie par le créancier ou par le débiteur, mais elle
doit être expresse et constatée par écrit.
1654. La subrogation consentie par le créancier doit l'être en même temps qu'il reçoit le paiement. Elle
s'opère sans le consentement du débiteur, malgré toute stipulation contraire. [vs. 1653]
1655. i. La subrogation consentie par le débiteur ne peut l'être qu'au profit de son prêteur et elle s'opère
sans le consentement du créancier.
ii. Il faut, pour que cette subrogation soit valable, que l'acte de prêt et la quittance soient faits par acte
notarié en minute ou par acte sous seing privé établi en présence de deux témoins qui le signent. En


                                                                                                           61
outre, il doit être déclaré, dans l'acte de prêt, que l'emprunt est fait pour acquitter la dette, et, dans la
quittance, que le paiement est fait à même l'emprunt.
1656. La subrogation s'opère par le seul effet de la loi:
         1° Au profit d'un créancier qui paie un autre créancier qui lui est préférable en raison d'une
créance prioritaire ou d'une hypothèque;
         2° Au profit de l'acquéreur d'un bien qui paie un créancier dont la créance est garantie par une
hypothèque sur ce bien;
         3° Au profit de celui qui paie une dette à laquelle il est tenu avec d'autres ou pour d'autres et qu'il
a intérêt à acquitter;
         4° Au profit de l'héritier qui paie de ses propres deniers une dette de la succession à laquelle il
n'était pas tenu;
         5° Dans les autres cas établis par la loi.
1657. La subrogation a effet contre le débiteur principal et ses garants, qui peuvent opposer au subrogé
les moyens qu'ils avaient contre le créancier originaire.
1658. i. Le créancier qui n'a été payé qu'en partie peut exercer ses droits pour le solde de sa créance, par
préférence au subrogé dont il n'a reçu qu'une partie de celle-ci.
ii. Toutefois, si le créancier s'est obligé envers le subrogé à fournir et faire valoir le montant pour lequel sa
subrogation est acquise, le subrogé lui est préféré.
1659. Ceux qui sont subrogés dans les droits d'un même créancier sont payés à proportion de leur part
dans le paiement subrogatoire, sauf convention contraire.



ii. Seigneur c. Immeubles Beneficial Ltée, [1994] R.J.Q. 1535 (C.A.) (j.Fish) :
{1637ii} le débiteur garde les mêmes recours envers le cessionnaire qu'il avait
contre le cédant.
Faits : Martine Seigneur (cédée) achète un immeuble de Jacqueline Wanner (cédante). Wanner
cède sa créance à Immeubles Beneficial (cessionnaire). À un certain point, Seigneur découvre
qu'une partie de la maison est isolée au MIUF, contrairement à ce que la garantie dans le
contrat de vente stiplule.
La question est de savoir si l'acheteuse de l'immeuble (Martine Seigneur) peut demander la
réduction du prix de vente contre le cessionnaire de la créance (Immeubles Beneficial) comme il
aurait pu le faire contre le vendeur (Wanner).
Le cessionnaire reçoit les obligations découlant du contrat de vente (garantie MIUF) de même
que les droits.




iii. Entreprises Gexpharm inc. c. Services de santé du Québec, [1994] R.J.Q. 1696
(C.S.) : {1655i} : la subrogation ne peut être forcé sur le créancier si la dette n'est
pas échue.
Faits : Gexpharm (demandeur) achète (10 oct. 91) un immeuble de Claude Amyot, qui avait
hypothéqué l'immeuble au profit de Service de santé du Québec (SSQ) (défenderesse). Dans le
contrat de vente, l'acheteur accepte avoir pris connaissance de l'hypothèque et s'oblige à une
complète exonération du vendeur, et à remplir toutes ses obligations à l'égard du créancier
(SSQ). Une des clauses de du contrat [no. 3.4] de prêt hypothécaire prévoit que des paiements
avant échéance pourront être faits à un rthme contrôlé (10% non cumulatif) et à certaines
conditions (que l'immeuble soit unifamilial et que l'emprunteur habite l'immeuble : ce qui n'est
pas le cas ici). Ensuite (3 oct. 92), le nouveau propriétaire et l'emprunteur signent un nouvel
accord concernant le prêt hypothécaire : celui-ci empêche les paiements d'avance [art. 4].


                                                                                                              62
Gexpharm (le nouveau propriétaire) tente de payer la totalité du montant dû au créancier (22
fév. 94) en invoquant ses droits découlant de l'art. 1655 du CCQ, à l'effet que la subrogation
peut s'opérer sans le consentement du créancier (SSQ).

1655. i. La subrogation consentie par le débiteur ne peut l'être qu'au profit de son prêteur et elle
s'opère sans le consentement du créancier.
ii. Il faut, pour que cette subrogation soit valable, que l'acte de prêt et la quittance soient faits par
acte notarié en minute ou par acte sous seing privé établi en présence de deux témoins qui le
signent. En outre, il doit être déclaré, dans l'acte de prêt, que l'emprunt est fait pour acquitter la
dette, et, dans la quittance, que le paiement est fait à même l'emprunt.

Question : Est-ce que Gexpharm peut bénéficier de la subrogation, et ainsi éviter les limitations
relatives au maximum pouvant être payé d'avance ?

Non, puisque le paiement de la dette au créancier n'est pas dû. C'est seulement alors que la
subrogation pourra avoir lieu, dans le but de donner les droits du prêteur au nouveau prêteur.



iv. Banque Royale du Canada c. Caisse populaire de Rock Forest, [1992] R.J.Q.
987 (C.S.) : il est décidé que 1155.ii CCBC [1655 CCQ] est d'ordre public.
La Caisse populaire de Rock Forest veut retenir sa part de marché dans la lutte féroce pour le
marché hypothécaire. Ainsi, la caisse insère des clauses empêchant à l'emprunteur de
bénéficier de la subrogation en transférant son prêt avant le terme [p. 5 jugement].
La Banque Royale veut que l'article 1155ii soit déclaré d'ordre public.
Le juge offre une autre solution : «le débiteur peut le sommer de ce faire et dresser protôt. Si le
refus persiste, il peut déposer la somme due au greffe conformément à la Loi sur les dépôts et
consignation en mentionnant que "le paiement est fait à même les deniers fournis à cet effet par
le nouveau créancier" et obtenur un récépissé contenant cette mention. » [p. 39 du jugement]

a. Baudoin et Jobin :

Chapitre I : La cession de créance (936-966)
936 : Reprenant les anciens articles 1570 et ss. du CCBC (vente) et l'article 1578 qui en
élargissait l'application aux autres formes de cessions, les articles 1637 et ss. du CCQ
simplifient le tout en traitant tout à la fois de la cession à titre gratuit ou honéreux.

Section I : nature juridique
937 (définition de la cession de créance) : «contrat gratuit ou honéreux par lequel un personne
appelée «cédant» transfère, en tout ou en partie, à une autre appelée «cessionnaire», la
créance ou le droit d'action qu'elle détient contre le débiteur, le «cédé» (article 1637, alinéa 1).
938 : l'utilité est la liquidité pour le cédant et la spéculation pour le cessionnaire, surtout que les
accessoires suivent (1638).
939 : la cession de créance doit être distinguée de la cession de contrat, qui impliquerait la
cession de créance(s) et de dette(s)/obligation(s).
940 (cession de créance vs. novation par changement de créancier) : (1) la cession de créance
implique la continuité du lien, alors que la novation implique la fin d'un lien et le remplacement



                                                                                                      63
par un autre lien ; (2) d'où la novation suppose toujours l'accord du débiteur (pour le nouveau
lien) ; et (3) d'où aussi les accessoires suivent dans la cession (car c'est le même lien qui est
transféré) alors qu'ils disparaissent dans la novation ; (4) de plus, les moyens de défense contre
le premier créancier ne sont plus disponibles dans la novation.
941 (cession de créance et subrogation) : Différents buts : cession consiste en une opération de
spéculation, alors que la subrogation demeure avant tout un mécanisme de remboursement
accessoire d'un paiement.
942 : il faut distinguer la cession de créance de l'hypothèque mobilière sur biens meubles :
quand une hypothèque sur des créances (comme des loyers) est octroyée, cela ne constitue
pas une cession de créance, mais seulement une garantie ou sûreté. Voir art. 2710.
943 : il faut distinguer la cession de créance et l'affacturage : cette dernière est un mode de
financement qui permet à une compagnie de vendre tous ses comptes-clients à un prix moindre
que sa valeur ; on y trouve entre autres des créances.

Section II : Conditions
945 (conditions de fond) : toute créance, pure et simple, conditionnelle ou à terme est cessible,
de même que l'obligation née d'un contrat synallagmatique (dont l'obligation corollaire n'est
peut-être pas transférée). Ce sont plutôt les créances intuitu personae qui ne peuvent être
transférées.
946 : la cession de créance est un vrai contrat, et doit obéir aux conditions de validité de contrat.

Conditions de forme
948 : entre les parties, la cession de créance est un contrat : échange de volontés (1385).
949 : à l'égard des tiers, pour que la cession de créance produise ses effets, certaines
conditions de publication doivent être remplies (1641, 1642, 1644, 1645). Les tiers concernés ici
sont : débiteur cédé, les autres cessionnaires de la même créance, la caution, les créanciers du
cédant et du cessionnaire, et en cas de faillite du cédant, son syndic. Le contrat peut être valide
entre les parties sans produire ses effets à l'égard des tiers.
950 : {1} Le premier mode d'opposabilité est l'acquiessement à la cession par le débiteur.
(1641i). Cela rend la cession opposable aux autres tiers aussi. La seule connaissance n'est pas
suffisante [BNC c. Tardif].
951 : {2} La réception d'une copie de l'acte de cession de créance par le débiteur la rend
opposable au débiteur et aux tiers (1641i). Dès que la preuve est opposable au cédant (par le
cédé), cela est suffisant.
952 : {3} Dans le cas d'un débiteur à l'extérieur du Québec, un avis de cession doit être publié
dans un journal de la localité de la dernière adresse connue du débiteur, ou s'il exploite une
entreprise, dans la localité où elle a son principal établissement (1641ii).
953 : {6*} s'il y a cautionnement en plus de cession de créance, les formalités d'opposabilité
doivent être remplies à l'égard de la caution (1645) ; sinon, la cession n'est pas opposable à la
caution et tout paiement de cette dernière au cédant serait opposable au cessionnaire.
954 : {4} le fait de signigier une action en justice et de faire parvenir à ce moment une copie de
l'acte de cession de créance rend opposable aux tiers la cession de créance. Ce procédé n'est
pas sans risque pour le cessionnaire, car si le débiteur cédé paye la totalité de la créance, le
cessionnaire devra couvrir les frais judiciaires (1644), à moins que le débiteur n'ait déjà été mis
en demeure. Ce moyen est surtout utilisé quand le délai de prescription achève.
955 : {5*} quand c'est l'universalité de créance qui est cédé, l'article 1642 exige l'inscription au
registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM) comme exigence additionnelle.
956 : {7*} la cession d'une créance garantie d'une hypothèque demande certaines formalités



                                                                                                  64
additionnelles pour être opposable. (3003)
957 : {*} la cession d'une créance qui est constatée dans un titre au porteur comporte en soi
l'acquiescement du débiteur (1647). En effet, le débiteur doit respecter son engagement de
payer tout porteur (1648, 1649). Certaines exceptions existent (1650).
958 : le paiement fait de bonne foi par le débiteur au cédant (plutôt qu'au cessionnaire) peut être
opposable au cessionnaire, même les formalités de la cession de créance ont été accomplies.
(1643ii)

Section III : Effets
961 (transmission) : le cessionnaire prend la créance dans l'état où elle était avec tous les
accessoires (1638). Le cessionnaire ne peut acquérir plus de droits que le cédant, ou rendre
l'obligation du cédé plus onéreuse (1637ii).
962 (moyens de défense) : la cession n'emporte pas novation de dette ; la dette demeure
identique. Les mêmes moyens de défense et exceptions que le cédé pouvait invoquer contre le
cédant peuvent l'être contre le cessionnaire.
966 (garantie conventionnelle) : la présence d'une garantie conventionnelle donne avantage au
cessionnaire dans le cas d'une cession partielle, où il aura préséance sur le cédant (1646ii),
contredisant ainsi le principe général de proportionalité (1646i).

Chapitre II : La subrogation (967-996)

Section I : nature juridique
967 : Même si le paiement de la dette par un solvens qui n'était pas le créancier semblerait
éteindre la dette avec tous ses accessoires, la subrogation a ceci de particulier qu'elle place le
créancier subrogé dans la position du créancier subrogeant (ancien créancier). [différence avec
novation par changement de créancier.]
968 : La subrogation peut être vue comme un remplacement du créancier (subrogeant) par un
nouveau créancier (subrogé). Ce dernier bénéficie des garanties, sûretés et autres accessoires
attachés à la créance.
969 : la subrogation et la novation par changement de créancier diffèrent en cela que la
subrogation suppose la continuation du lien de créance, mais simplement un remplacement du
créancier comme un accessoire du paiement de la dette ; tandis que la novation suppose la fin
de la créance, et la naissance d'une nouvelle. C'est pourquoi les accessoires suivent dans la
subrogation ; tandis qu'ils suivent seulement si cela est spécifié dans la novation (1662).
970 (vs. cesssion de créance): la subrogation ne permet pas de récupérer plus que le montant
payé (1651ii), mais constitue simplement un mode de repayment. Transferts partiels : En cas de
cession de créance partielle, les deux créanciers sont en concurrence (sauf garantie) pour le
paiement (1646i) ; alors qu'en cas de subrogation partielle, le subrogeant conserve ses droits
contre le débiteur, et si le débiteur n'a pas la solvabilité, le subrogeant profite d'une préférence
(sauf garantie) pour le paiement (1658).
De plus, la cession de créance doit obéir à certaines formalités (1641-45) pour être opposable ;
alors que c'est seulement le cas pour la subrogation si la créance est garantie par une
hypothèque (3003).
Enfin, la cession de créance emporte une garantie légale du moins touchant l'existence de la
créance (1639).

Section II : conditions
971 : paiement est nécessaire.


                                                                                                 65
972 : En plus du paiement (pour toute subrogation) ; la subrogation conventionnelle suppose
une convention entre le solvens et le créancier (ou parfois le débiteur).

I. Subrogation légale
973 (effet automatique et sources de la subrogation légale) : le créancier n'a pas besoin de
consentir ; le solvens a seulement besoin de sa preuve de paiement. De plus, quand la créance
est hypothécaire, elle doit respecter les formalités pour devenir opposable (3003 et 3004).
Le code civil prévoit à l'article 1656 quatre cas, et renvoie aussi aux nombreux autres cas
prévus par la loi.
974 (a. utilité en faveur d'un créancier préférable) : si le second créancier a une hypothèque de
50K et que le premier qui a une hypothèque de 50K s'apprête à vendre la maison pour 75K
alors qu'elle en vaut 120K, le second créancier a avantage à se subroger dans les droits du
premier créancier en lui payant la valeur de la première hypothèque. Cela lui permet d'attendre
le moment plus opportun pour vendre la maison.
976 (b. utilité en faveur de l'acquéreur d'un immeuble hypothéqué) : L'article 1656ii stipule que
celui qui achète un immeuble grevé d'une hypothèque se trouve subrogé dans les droits de ce
créancier s'il le paye (plutôt que le vendeur) au moment d'acheter un immeuble.
977 (c. utilité en faveur de celui qui paie un dette à laquelle il est tenu avec d'autres et qu'il a
intérêt à payer) : L'article 1656 no. 3 concerne d'abord la situation du débiteur d'une dette
solidaire (parfaite ou non : in solidum) ou indivisible tenu avec ses codébiteurs de payer le
créancier : à la suite d'une faute commune (1526) d'une dette contractée pour l'expl. d'une
entreprise (1525), d'une dette encourue par un époux pour les besoins de la famille (397). Il peut
s'agir d'une caution (2333) ; ou de l'assurance, bien qu'il s'agisse là d'une subrogation légale
(2474).
978 : La subrogation donne au débiteur solidaire tous les droits accessoires du créancier, sauf le
bénéfice de la solidarité, et peut donc seulement leur réclamer leur part (1536). La part de
chacun est établie par convention. Sinon, leurs parts sont établies de manière égale, à moins
que leur intérêt dans la dette ne soit différent (1537i).
979 (caution)
980 (assurance): depuis le Code civil du Québec, l'assurance est subrogé par le seul effet de la
loi dans les droits de l'assuré contre l'auteur du dommage (art. 2474) ; dans le Code civil du Bas
Canada, c'était conventionnellement que la subrogation se faisait (2576 CCBC).
981 (d. utilité en faveur de l'héritier qui paye une dette de la succession) : l'hériter n'est plus tenu
des obligations du défunt au-delà de la valeur des biens recueillis (625) ; mais 1656 para. 4
prévoit que celui qui paye de sa poche une dette de la succession est subrogé dans les droits
de la succession.
982 (e. autres cas prévus par la loi) : la loi prévoit d'autres cas de subrogation légale.

II. Subrogation conventionnelle
983 (aperçu) : Règle générale, [A] le créancier/subrogeant consent à la subrogation au
créancier/solvens au moment du paiement de la créance ; [B] pour des raisons historiques
cependant, la subrogation peut aussi être consentie par le débiteur si c'est au profit de son
nouveau prêteur hypothécaire et que le montant du prêt sert à payer le prêt.

A. Subrogation consentie par le créancier
984 : Quand le créancier procède à la subrogation, le consentement du débiteur n'est pas
nécessaire malgré toute stipulation contraire (1641 in fine).
985 : Il faut une entente expresse et écrite pour manifester le consentement du créancier à



                                                                                                     66
subroger le solvens (1653), mais il n'est pas nécessaire que le mot «subrogation» soit utilisé,
seulement que l'intention soit claire ; et inversement l'utilisation du terme «subrogation».
986 : La subrogation consentie par le créancier doit être faite simultanément avec le paiement
(1654) : si le paiement était fait avant la subrogation, il éteindrait la dette qui ne pourrait être
transférée, et si le paiment était après, cela serait plutôt une cession de créance : seule solution,
qu'elle soit faite en même temps. Cette règle est appliquée avec souplesse.

B. Subrogation consentie par le débiteur
987 : Sur la base de règles remontant à Henri IV (1609), complétée par un arrêt de règlement du
Parlement de Paris (1690), il est permis au débiteur d'octroyer au solvens des droits
appartenant au créancier, sans même l'accord de ce créancier ! Cela est fait quand le débiteur
contracte un emprunt en vue d'exécuter son obligation. Cette règle que l'on trouve dans l'art.
1655 du CCQ reprend l'art. 1155ii du CCBC, et vise à permettre à l'emprunteur de bénéficier de
terme plus avantageux (comme un taux d'intérêt plus bas).
988 : des conditions de formalité sont exposées à l'article 1655ii : l'acte d'emprunt ou la
quittance doivent être faits en forme authentique (notaire) ou du moins devant deux témoins ; et
l'acte d'emprunt doit déclarer qu ela somme empruntée est destinée à acquitter l'obligation du
débiteur ; enfin la quittance donnée par le créancier doit mentionner que le paiement a été fait
en utilisant les denier empurntés.
989 : deux controverses importantes : (1) est-ce que l'article 1655 qui permet la subrogation par
le débiteur est d'ordre public ? Rép. OUI, voir sur ce BRC c. Caisse Pop. de Rock Forest. (2) la
question de savoir si la subrogation par le débiteur peut être faite avant terme n'est pas aussi
claire. Voir Gexpharm c. Services de santé du Québec qui suggère que le terme doit être atteint
pour que l'on puisse opérer à la subrogation par le débiteur.

Section III : Effets

I. Entre le débiteur et le créancier subrogeant (ancien)
991 : En cas de subrogation partielle, le créancier a préséance sur le solvens (1658i) ;
cependant, en cas de clause de garantie de fournir et faire valoir, c'est le solvens qui a
préséance (1658ii).

II. Entre le solvens subrogé (nouveau) et le débiteur
991 : En cas de subrogation partielle, le créancier a préséance sur le solvens (1658i) ;
cependant, en cas de clause de garantie de fournir et faire valoir, c'est le solvens qui a
préséance (1658ii).
992 : le rôle que prend le solvens subrogé fait penser qu'il remplace purement et simplement le
créancier (1651 et 1657 : moyens de défense). Cependant, {a} cela n'est pas vrai par exemple
dans le recours récursoire du débiteur solidaire contre les autres co-débiteurs, où seule la part
de chacun peut être réclamée (1536) ; {b} de même, dans le cas de la subrogation consentie par
le débiteur parce que les conditions du prêt du nouveau prêteur sont plus avantageuses ; et {c}
d'autres cas où la subrogation est prévue par la loi. [...]

III. Entre le solvens subrogé (nouveau) et le créancier subrogeant
993 : Si le créancier a un comportement qui réduit les droits du solvens, par exemple dans le
cas du recours récursoire du débiteur solidaire, la caution ou de l'assurance, le solvens peut
opposer au créancier ce comportement fautif. [...]




                                                                                                  67
IV. À l'égard des tiers
995 : À l'égard des tiers, c'est exactement comme si la même créance continuait.
996 : La subrogation qui implique le transfert d'une créance hypothécaire ne permet le transfert
des accessoires qu'en conformité avec la publicité (3003, 3004). À défaut de cette publicité, les
accessoires ne sont pas opposables aux tiers, mais ils le sont à l'égard du débiteur.

b. Banque Nationale du Canada c. Tardif, [1998] R.J.Q. 1268 (C.S.) : la
connaissance de la cession de la part du cédé n'est pas suffisante pour qu'elle lui
soit opposable, il faut (i) qu'il acquiesce à la créance ou encore (ii) qu'il en ait
reçu une copie [Murphy c. Burry de la CSC] ; de plus, le document ne peut
simplement faire allusion à la cession ou la mentionner, mais ce doit être une
copie en bonne et due forme de l'acte de cession (critère pour que la cession soit
opposable au dédant au sens de 1641). La raison tient au fait que le débiteur
doit voir que le cédant s'est bel et bien engagé.

Il y a une une cession de créance entre Trust Général et la Banque Nationale du Canada, mais
les documents sont perdus. L'emprunteur est Tardif pour un prêt hypotécaire. La question est de
savoir si cette cession est opposable au débiteur.

1. {1641.ib} Tardif knew of the assignment, as he discussed many times with BNC about the
loan ; knowledge is not sufficient. [no. 20-23] Knowledge is not one of the conditions at article
1641 to oppose the assignment/cession to the debtor. Reason = no. 33.
2. {1641.ia} Bank says that the debtor never opposed ; but he needs to consent to it. However, if
the client had paid the BNC for a certain period of time, that would have been enough. Ceci
aurait été un acquiscement valide. [no. 39]
3. {1644} The deed can be sent at beginning of proceedings : [?]
4. {1641.ii} Publlished in paper ... [?]

1641. i. La cession est opposable au débiteur et aux tiers, dès que le débiteur y a acquiescé ou
qu'il a reçu une copie ou un extrait pertinent de l'acte de cession ou, encore, une autre preuve
de la cession qui soit opposable au cédant.
ii. Lorsque le débiteur ne peut être trouvé au Québec, la cession est opposable dès la
publication d'un avis de la cession, dans un journal distribué dans la localité de la dernière
adresse connue du débiteur ou, s'il exploite une entreprise, dans la localité où elle a son
principal établissement.

Le fait de se conformer à l'article 3003 ne concerne que les créanciers entre eux ; la question de
l'opposabilité au débiteur est traitée à 1641.

c. François Héleine, "Le refinancement d'un prêt par subrogation : trois décisions
clefs en moins d'un an", (1994-1995) 97 R. du N. 180




                                                                                               68
69
8. (04/11) Transfer and Alteration of Obligations II: Novation and
Delegation

i. CCQ 1660-1670
ii. Clermont-Drolet c. Caisse populaire Desjardins de Sillery, EYB 2008-148284 (C.A.)
iii. Banque Laurentienne du Canda c. Mackay, 2002, R.J.Q. (C.A.)
iv. Proulx c. Leblanc et Lebal, [1969], R.C.S., 765

Further Readings
a. Baudoin et Jobin ss. 997-1033
b. Michelle Cumyn "La délégation du Code civil du Québec : une cession de dette ?" (2002) 43 C. de D.
601.

Question : Contrast Mackay with the decision rendered by Juge en Chef Robert in Salvatore L. Briqueteur
inc. c. Banque Nationale du Canada, 2002, RJQ 1895 (C.A.). Are they conflicting with each other ?




notes Dea :


8.1 Novation
(i) extinction and (ii) creation of a new debt
(2) substitution l; former discharged
(3) substitution of creditor

Contrairement aux autres modes d'altération: une extinction complète de la première
dette/obligation (était avant située dans la section sur l'extinction).
Aucun accessoir ne sont transmis aux nouveaux débiteurs. Réellement 2 contrats. D'ou la
question, si ce sont deux contrats, pourquoi insister que c'est un transfert.


8.1.1 Création d'une nouvelle dette
Important de distinguer l'obligation no. 1 et l'obligation no. 2 puisque ainsi les guaranties et
accessoires de la premire obligation sont éliminées.

Il faut regarder les intentions des parties. C'est si important pour la novation (1661) puisque le
législateur le dit clairement.

i. modification of cause, as in the nature of the contract (1410 CCQ) ex. rental switched into
purchase.
ii. modification of objet (prestation) (1412 CCQ) ex. payer en argent vs. en service.
iii. modification of modalities (simple, complexe) ajouter ou enlever une modalité est



                                                                                                    70
généralement d'importance moindre et ne constitue pas une novation. (voir Clermont Drolet c.
Caisse ppo)


8.1.2 Nouveau débiteur
Difficile, puisque difficle la délégation (novation incomplète) est facile à mélanger avec la
novation.
Ex. un client fait des affaires au Japon ; le distributeur a un sous-distributeur ; plus tard, le sous-
distributeur devient le distributeur et fait quelque chose contraire au contrat. Le client poursuit le
distibuteur, et celui-ci prétend qu'il y a eu novation.
Il n'y a pas de transfert de l'obligation : extinction et création. Une nouvelle dette.
Ex. Payer un livre à la librairie ; le client est relâcher car VISA prend en charge le paiement.
(1660)
Le débiteur n'a pas besoin de montrer son accord au transfert, car c'est le créancier qui est
affecté.

8.1.3 Substitution du créancier
(assignement/ ? autres transferts ?)
Avantages/désavantages : le débiteur ne peut mettre de l'avant les défenses opposables au
premier créancier contre le second créancier (car c'est une autre dette ; contrairement à
l'assgnment où il y a eu spéculation et le nouveau créancier SAIT les défenses.).
En payant le livre avec VISA, on ne peut pas dire plus tard qu'on ne paie pas parce que le livre
n'est pas bon.
1-
Diff. avec assignement : 1. le debtor (1643) peut opposer les défenses qu'il avait avant
l'assignment ; le créancier savait ce qu'il achetait.
Contrairement à la novtion, où l'intention est de faire une nouvelle dette
2-
Accessories don't pass (unless specific reserve)
vs. 1638 (cession)

3-
Ici, le consentement du débiteur est nécessaire.

(différent de la subrogation, car c'est un méchanisme de paiement.)


8.1.4 Cinq (5) critères mentionnés par Gonthier :

deux derniers :
iv. animus novendi : 1661 CCQ. (Mackay)

v.

vi. the validity of the initial obligation
Si le premier contrat est invalide, il ne peut être transféré.


                                                                                                    71
The new obligation is created out of the ashes of the old one. [there is one link even if the
obligations are different] {1663} : si la première obligation est nulle, la seconde l'est aussi.


8.2 Délégation (1667-1670)
Delegatee (creditor) / Delegator (débiteur) (have a contract) ; the delegator delegates to the
Delegate. However, the relationship between the delegator and the delegatee is not
extinguished.
Dans le cas Mackay, il s'agit réellement d'une délégation, et non d'une novation.
Indication from debtor must indicate his acceptation.
Baudoin parle de la délégation parfaite = novation grosso modo (avec différences mineures).
Les deux débiteurs sont fort probablement liés in solidum établi sous l'ancien code avant
Prévost-Masson.
Conditions : aucun article ne le régit ; c'est le consentement qui compte, mais le consentement
de qui ? 1. 1667 souligne que le delegate doit consentir.
2. usually, it is the delegator who initiates the delegation. (his consent is no problem)
3. delegatee : question is more problematic. (i) Humyn soutient même que le delegatee ne peut
refuser la délégation ; son accord ne serait pas requis. 1555 soutient que le paiement peut être
fait par un autre débiteur. (ii) de l'autre côté, d'autres disent par principe que puisqu'il s'agit d'un
nouveau contrat (pour une portion au moins de la dette) il faut l'accord du créancier. La question
n'est pas encore tranchée.

Conséquence de la délégation (entre delegatee/delegator) = survie de l'ancienne (1668 vs. 1661
for novation) + création d'une nouvelle (contrairement à la novation).

Certaines personnes soutiennent que la délégation parfaite n'est pas comme la novation, parce
que les accessoire passeraient dans la délégation parfaite.

Conséquence entre delegator/delegate : pas clair, mais dépend de leur relation antérieure (s'ils
se devraient de l'argent). Important : ils sont in solidum.

Plus important : delegatee/delegate : 1669 : le delegate (nouveau débiteur) ne peut opposer au
créancier les moyens de défense qu'il aurait pu mettre de l'avant contre le delegator.
Normalement, il y aura déjà un contrat entre le delegator/delegate. Par exemple, le nouvel
acheteur ne peut opposer au prêteur hyp. les moyens de défense qu'il aurait contre le vendeur.


COMPARAISON
avec assignment of claim : speculation -- a contract between two creditors
Moyens de défense = une différence

vs. stipulation pour autrui : le projet de révision proposait de les fondre. Diff. 1. consentement
(bene. doesn't need to consent ; le delegate ? -- doit être d'accord) ; 2. le stipulator peut défaire
sa stipulation pour autrui, alors que la délégation ; * IMPORTANT = look at intention of the
parties. (Proulx vs. Leblanc).




                                                                                                     72
i. CCQ 1660-1670

SECTION III : DE LA NOVATION
1660. i. La novation s'opère lorsque le débiteur contracte envers son créancier une nouvelle dette qui est
substituée à l'ancienne, laquelle est éteinte, ou lorsqu'un nouveau débiteur est substitué à l'ancien, lequel
est déchargé par le créancier; la novation peut alors s'opérer sans le consentement de l'ancien débiteur.
ii. Elle s'opère aussi lorsque, par l'effet d'un nouveau contrat, un nouveau créancier est substitué à
l'ancien envers lequel le débiteur est déchargé.
1661. La novation ne se présume pas; l'intention de l'opérer doit être évidente.
1662. Les hypothèques liées à l'ancienne créance ne passent point à celle qui lui est substituée, à moins
que le créancier ne les ait expressément réservées.
1663. i. Lorsque la novation s'opère par la substitution d'un nouveau débiteur, le nouveau débiteur ne peut
opposer au créancier les moyens qu'il pouvait faire valoir contre l'ancien débiteur, ni ceux que l'ancien
débiteur avait contre le créancier, à moins, dans ce dernier cas, qu'il ne puisse invoquer la nullité de l'acte
qui les liait.
ii. De plus, les hypothèques liées à l'ancienne créance ne peuvent point passer sur les biens du nouveau
débiteur; et elles ne peuvent point, non plus, être réservées sur les biens de l'ancien débiteur sans son
consentement. Mais elles peuvent passer sur les biens acquis de l'ancien débiteur par le nouveau
débiteur, si celui-ci y consent.
1664. Lorsque la novation s'opère entre le créancier et l'un des débiteurs solidaires, les hypothèques liées
à l'ancienne créance ne peuvent être réservées que sur les biens du codébiteur qui contracte la nouvelle
dette.
1665. i. La novation qui s'opère entre le créancier et l'un des débiteurs solidaires libère les autres
codébiteurs à l'égard du créancier; celle qui s'opère à l'égard du débiteur principal libère les cautions.
ii. Toutefois, lorsque le créancier a exigé, dans le premier cas, l'accession des codébiteurs, ou, dans le
second cas, celle des cautions, l'ancienne créance subsiste, si les codébiteurs ou les cautions refusent
d'accéder au nouveau contrat.
1666. La novation consentie par un créancier solidaire est inopposable à ses cocréanciers, excepté pour
sa part dans la créance solidaire.

SECTION IV : DE LA DÉLÉGATION
1667. La désignation par le débiteur d'une personne qui paiera à sa place ne constitue une délégation de
paiement que si le délégué s'oblige personnellement au paiement envers le créancier délégataire;
autrement, elle ne constitue qu'une simple indication de paiement.
1668. Le créancier délégataire, s'il accepte la délégation, conserve ses droits contre le débiteur délégant,
à moins qu'il ne soit évident que le créancier entend décharger ce débiteur.
1669. i. Le délégué ne peut opposer au délégataire les moyens qu'il aurait pu faire valoir contre le
délégant, même s'il en ignorait l'existence au moment de la délégation.
ii. Cette règle ne s'applique pas, si, au moment de la délégation, rien n'est dû au délégataire, et elle ne
préjudicie pas au recours du délégué contre le délégant.
1670. i. Le délégué peut opposer au délégataire tous les moyens que le délégant aurait pu faire valoir
contre le délégataire.
ii. Le délégué ne peut, toutefois, opposer la compensation de ce que le délégant doit au délégataire, ni de
ce que le délégataire doit au délégant.



ii. Clermont-Drolet c. Caisse populaire Desjardins de Sillery, EYB 2008-148284
(C.A.)
Faits : Gilles et Thérèse sont les parents de Pierre (qui détient Exode). Exode a du financement
pour un montant de 200K à la Caisse de Sillery. Après des difficultés, Exode se voit réduire son


                                                                                                            73
financement à 130K. À ce moment, Gilles intervient. La Caisse accepte de réatlir la marge de
crédit à 200K si Gilles se porte garant pour 200K et Thérèse pour 150K. Après d'autres
difficultés, la Caisse propose un premier plan de remboursement à 7.55% d'intérêt. Une
seconde entente fixe cette fois le taux d'intérêt à 8.15% fixe. Quand Exode fait faillite, Gilles et
Thérèse soutiennent qu'il y a eu novation au moment de la seconde entente.
i. premier prêt 200K sans endosseurs
ii. second arrangement prêt limité à 130K
iii. parents s'impliquent (garanie) et le prêt est remonté à 200K
iv. la Caisse demande de se faire rembourser sur 52 semaines à un taux de 7.55%
v. la Caisse négocie à 8.15%
Les parents soutiennent donc qu'en changeant les modalités, il y a eu un changement de dette :
novation.
Le premier juge souligne deux points : 1. la convention qui stipule qu'il n'y a pas de novation tant
dans le premier que dans le second plan de remboursement. Cependant cela n'est pas
opposable aux tiers. 2. la novation demande une intention claire des parties (1661 CCQ).
Gonthier : 5 conditions pour la novation : (1) ancienne (2) nouvelle dette (3) que les obligations
soient différentes (4) que les parties aient démontré leur intention de nover (1661) : animus
novendi (5) qu'elles soient capables de contracter. [no. 28]
Les appellants plaident la novation par changement de dette [no. 25/28]. Pour cela, il faut une
incompatibilité des deux obligations (l'ancienne et la nouvelle), pas seulement un ajout ou une
nouvelle modalité. [no. 30-31]
Un changement de modalité (si la novation dépend d'un changement de modalité) doit porter
quelque chose d'essentiel.
En réalité il ne s'agissait pas d'un nouveau prêt, mais seulement de modalités techniques pour
le remboursement. [no. 37]
Il ne s'agissait pas d'un nouveau prêt, mais bien d'un changement dans les modalités de
remboursement du prêt = donc pas de nouvelle obligatoin fondamentalement incompatible
avec la première. Le fait de demander le paiement (exigibilité) ne change pas la nature de
l'obligation. [no. 40]




iii. Banque Laurentienne du Canda c. Mackay, 2002, R.J.Q. (C.A.)
Avant cette décision : il y avait une tendance à voir une novation tacite.
Alan Mackay a un prêt hypothécaire avec la Banque Laurentienne. Le contrat stipule (article #3)
que "Nonobstant tout changement de propriétaire de la propriété immobilière décrite ci-après,
l'emprunteur continuera d'être lié envers le prêteur." [no. 7] Mackay vend sa propriété à Attilio
Leone et n'informe pas la banque. Question : s'agit-il d'une novation ? La cour supérieure
conclut que le comportement de la banque permet de voir une intention, au moins tacite, de
nover la dette. [no. 15] Peut-on comprendre le silence de la banque comme une intention de
nover ? [no. 17] La simple assumation d'une hypothèque ou un changement de taux est
simplement un changement de modalité et ne constitue pas une nouvelle dette. [no. 18] D'après
1661 CCQ : la novation ne se présume pas : "La novation entraîne, rappelons-le, la perte d'un
droit par extinction d'une obligation. Il faut donc une preuve claire de l'intention du créancier, par
exemple lorsque le créancier intervient à la vente et donne au premier débteur quittance de sa
dette. En cas contraire, l'opération s'analyse comme une délégation imparfaite de paiement
(1668 CCQ)..." [no. 22] "... elle peut, malgré tout, être tacite [...] Cependant, là encore, l'intention
de ce faire ne doit pas être équivoque et, en cas de doute, on doit préférer la solution contraire


                                                                                                     74
qui préserve les droits au créancier. Il n'est pas nécesssaire, par contre, que la novation soit
formellement constatée par un écrit." [no. 24]
Here , there is a clarification : there is a difference between novation and the duty to inform. It is
not because the bank did not inform you (about a new debtor) that there is implied novation. On
ne peut impliquer une novation tacite d'une omission d'informer [no. 27].




iv. Proulx c. Leblanc et Lebal, [1969], R.C.S., 765 : des actes de ventes successifs
qui prévoient le paiement au vendeur original d'un montant dû créent des
stipulations pour autrui et joignent les débiteurs dans une obligation in solidum
(Pigeon) ; aussi, la novation ne peut se présumer. (1019 BJV)



a. Baudoin et Jobin ss. 997-1033

Chapitre III : La novation (997-1010)
997 (observations générales) : La novation peut être comprise en opposition à la cession de
créance : l'ancienne créance est éteinte et une nouvelle est créée. La novation comporte des
désavantages pour le créancier (les accessoires et les sûretés ne suivent pas) et pour le
débiteur (l'inopposabilité des exceptions au nouveau créancier).

Section I : nature juridique
998 (définition et catégories) : la novation est l'extinction de l'ancienne dette et la création d'une
nouvelle dette. La nouvelle dette naît des cendres de l'ancienne. Ainsi, il ne s'agite pas d'un
simple changement apporté à une dette. La novation peut être subjective (changement de
créancier ou de débiteur) ou objective (changement d'objet, de cause ou de modalité). La
novation objective est aussi appelée novation par changement de dette.
999 (changement de créancier) : 1660ii explique que la novation peut se produire par
changement de créancier. Comparativement à la cession de créance et à la subrogation : la
novation par changement de créancier, puisqu'elle implique toujours le débiteur, ne nécessite
pas les mêmes formalités de la cession de créance (1641 et 1642) ; de plus, la novation n'est
pas liée à un paiement au créancier initial comme l'est la subrogation. Au niveau des effets, il
faut souligner que la novation n'a pas l'effet translatif de la subrogation et de la cession de
créance, et donc les sûretés et les accessoires ne suivent pas.
1000 (changement de débiteur) : 1660i explique que la novation par changement de débiteur ne
requiert pas le consentemen de l'ancien débiteur. Un accord entre deux débiteurs ne peut
constituer une novation par changement de débiteur, puisque l'accord du créancier pour libérer
le premier créancier est nécessaire (étant donné la possible moindre solvabilité du nouveau
créancier). Aussi, la novation ne se présume pas (1661). Si le créancier ne donne pas son
accord pour libérer le premier débiteur, il s'agit fort probablement une délégation imparfaite
(dans le cas où le débiteur ne fait que désigner une autre personne qui payera pour elle, il ne
s'agit pas non plus de novation, 1667).
1001 (changement de dette) : 1660i mentionne aussi qu'entre les mêmes personnes, une



                                                                                                   75
novation peut s'opérer lorsqu'une nouvelle dette comportant un élément neuf est substituée à
l'ancienne. L'obligation doit être nouvelle, et non seulement une modification de l'ancienne. Il
s'agit traditionnellement d'un changement au niveau (i) de la cause, (ii) de l'objet ou (iii) des
modalités de l'obligation.
i- cause : quand la nature de l'opération juridique (1412) est changée, on a un changement
d'objet (de location à vente par exemple).
ii- objet : quand le bien sur lequel porte la prestation due par le débiteur (paiement en argent vs.
en nature par exemple ; il est à noter que la différence avec la dation (1799) peut être difficile à
faire).
iii- modalité : le changement doit viser davantage que l'exigibilité de la dette, mais la nature
même de la prestation qui en est l'objet. Exemples de choses qui ne sont pas considérées des
changements fondamentaux à la nature même de la prestation : prorogation du terme,
ajustement du taux d'intérêt, modification aux modalités de paiement ; concession de garanties
additionnelles, octroi par le créancier d'une mainlevée sur une hypothèque ; octroi successifs de
fonds, tolérer un découvert, renouvellement périodique de l'octroi de marge de crédit,
réévaluation et abaissement de la limite de crédit.
CRITÈRE : l'incompatibilité des deux obligations est le critère fondamental pour conclure en la
novation (Clermont-Drolet). Exemples d'incompatibilité : (a) consolidation de dettes ; (b)
changement de contrat de prêt à crédit variable à contrat de prêt à terme ; (c) octroi d'une
nouvelle option d'achat à des conditions plus onéreuses ; (d) paiement par le biais d'une carte
de crédit.

Section II : Conditions

I. Relativement aux parties
1003 : Les parties impliquées dans la novation doivent avoir la capacité et l'intention de faire
une novation. La seule partie dont la participation n'est pas requise est l'ancien débiteur dans le
cas de novation par changement de débiteur (1660).
1004 (capacité) : même si le nouveau Code ne mentionne plus la nécessité de la capacité, cela
va de soi, tant pour le créancier (qui peut renoncer à une créance antérieure) que pour le
débiteur (qui contracte une nouvelle dette).
1005 (intention) : L'article 1661 stipule que l'intention de nover (animus novandi) ne se présume
pas. La manière de stipuler la novation doit être claire ne nécessite pas le terme «novation»
mais demande une expression claire ; la novation peut aussi s'inférer être tacite et s'inférer
des circonstances (par exemple sur la base de la conduite des parties ou sur l'incompatibilité
des obligations). Dans le cas d'une novation tacite, l'intention doit être claire et non non
équivoque (Banque Laurentienne c. Mackay).
Le fardeau preuve incombe à celui qui l'invoque, et tous les moyens de preuve sont admissibles.

II. Relatives au lien d'obligation
1006 : En plus d'un élément nouveau (créancier, débiteur, changement à l'obligation), certaines
conditions s'ajoutent concernant la validité de l'ancienne et de la nouvelle obligations.
1007 (validité de l'ancienne obligation) : si l'obligation primitive est invalide, celle qui tente de la
remplacer par novation est aussi invalide. Même si cette règle est formulée en termes qui
semblent s'appliquer seulement à la novation par changement de débiteur, l'art. 1663i in fine doit
probablement être compris comme s'appliquant à toute novation. Si par contre l'obligation n'a
qu'une nullité relative et si les parties en sont conscients, la novation est valide et emporte
confirmation implicite de la cause de nullité primitive (voir 1420ii).
1008 (validité de la nouvelle obligation) : la nullité de la novation peut venir de la nullité de la


                                                                                                     76
nouvelle obligation/contrat, qui peut être due au fait qu'elle contrevient à l'ordre public ou qu'elle
est déclarée nulle par un tribunal. Dans de tels cas, l'obligation originale retrouve sa force
obligatoire.
Dans son rapport avec le créancier, le nouveau débiteur peut mettre de l'avant les moyens de
défense basés sur la validité de la nouvelle obligation. Cependant, le nouveau débiteur ne peut
opposer au créancier des moyens de défense qu'il aurait pu faire valoir envers l'ancien débiteur
en vertu de leur rapport contractuel (1663i). De même, les moyens de défense que l'ancien
débiteur n'a pas opposés au créancier ne peuvent être mis de l'avant par le nouveau débiteur
(sauf s'il s'agit de démontrer la nullité de l'obligation qui les unissait).

Section III : Effets

I. Effet extinctif
1009 : Le Code reconnaît la novation comme l'une des manières d'éteindre une obligation
(1671). La novation entraîne la disparition de l'ancienne dette, de même que de toutes les
sûretés, comme l'hypothèque (1662), et la caution est déchargée (1665i). En cas de solidarité
passive, les codébiteurs solidaires qui n'ont pas consenti à la novation sont libérés (1665i). Pour
que les garanties et accessoires soient préservés, le créancier doit le préciser dans le contrat
(1662).

II. Effet créateur
1010 : les moyens de défense pouvant être invoqués dans le contexte de la première obligation
ne peuvent être invoqués dans le contexte de la seconde. Cependant, ce principe est tempéré
(i) par le fait que la seconde obligation peut être déclarée nulle, et ainsi faire revivre l'ancienne
obligation et (ii) par le fait que la nullité de la première obligation peut être invoquée pour annuler
la novation et la nouvelle obligation. De plus, si la novation est opérée par fraude, le créancier
peut se réclamer de la première obligation, comme par exemple dans le cas de consolidation de
dette.


Chapitre IV : La délégation (1011-1033)
1011 : «La délégation amène l'engagement du délégué [nouveau débiteur], qui s'ajoute au
déléguant [ancien débiteur] à titre de débiteur du créancier-délégataire (délégation imparfaite)
ou qui remplace le délégant lorsque le créancier-délégataire y consent (délégation parfaite).»

Section I : Nature juridique

I. Évolution
1012 (conception traditionnelle) : la transmission des créances et des dettes a longtemps été
interdite. La transmission des créances a une histoire plus longue, et la transmission des dettes
est encore comprise en lien avec la novation, en particulier dans le cas de la délégation parfaite,
mais aussi dans le cas de la délégation imparfaite.
Ce rattachement de la délégation (parfaite) à la novation prive les parties des accessoires de la
dette initiale (à moins de le spécifier), ce qui peut être un désavantage.
1013 (conception nouvelle) : Selon Cumyn, la délégation de paiement est une cession de dette
(et permet que les exceptions et les accessoires soient transmis), et doit être comprise de
manière indépendante de la novation. Seulement, pour que la délégation soit parfaite (libère
l'ancien débiteur) l'accord du créancier délégataire est nécessaire.



                                                                                                    77
1014 : le libellé du Code rend possible les deux conceptions : soit que la délégation soit toujours
imparfaite et que la délégation parfaite soit assimilable à une novation par changement de
débiteur ; soit que la délégation, parfaite ou non, est une opération distincte de la novation.
Baudoin penche vers cette seconde option : la délégation parfaite serait possible (sans être une
novation), tout en permettant que les exceptions et les accessoires soient transmis.

II. Spécificité de la délégation de paiement
1015 : Comparaisons avec d'autres opérations ci-bas.
1016 (vs. cession de contrat) : dans la cession de contrat, il y a cession d'une créance et d'une
dette ; concernant la cession de dette, il faut se demander si celle-ci est parfaite ou imparfaite.
1017 (vs. novation par changement de débiteur) : selon la conception nouvelle de délégation de
paiement comme cession de dette, la novation retient son utilité quand les parties veulent créer
une nouvelle dette (avec perte des exceptions et des accessoires). Un exemple de novation par
changement de débiteur (comprise dans ce sens) serait le paiement par carte de crédit.
1018 : acrobaties Baudoiniennes : tente de faire un parallèle tout en soulignant différences :
misses the point.
1019 (vs. stipulation pour autrui) : la délégation (imparfaite) peut être confondue avec la
stipulation pour autrui. Dans les deux cas, un nouveau débiteur (promettant dans la SPA)
s'engage envers un créancier auprès de l'ancien débiteur (stipulant dans la SPA). {A}
Cependant, il faut noter que les moyens de défense que le promettant aurait pu faire valoir
contre le stipulant peuvent être opposés au bénéficiaire (1450) ; alors que la nature des
interactions entre les deux débiteurs (souvent une relation contratuelle préexistante) n'est pas
opposable au créancier dans la délégation (1669). {B} Dans la vision traditionnelle, où l'accord
du créancier est nécessaire, la différence est marqué avec la délégation de paiement ;
cependant, dans la nouvelle conception de la délégation (imparfaite) l'accord du créancier n'est
pas nécessaire, ce qui rapproche énormément les deux régimes.
1020 (vs. indication de paiement) : dans l'indication de paiement, la personne faisant le
paiement ne prend pas responsabilité de la dette (devient débiteur), mais seulement d'un
paiement (1667). Son rôle ressemble davantage à celui d'un mandataire. L'intention des parties
doit servir de base pour trancher en cas de doute.
1021 : la délégation imparfaite ressemble à un cautionnement ; on peut aussi se demander si
les deux débiteurs sont liés par une solidarité imparfaite (in solidum) à l'égard du paiement de la
dette.

Section II : Conditions
1022 (retour sur les deux conceptions de la délégation de paiement) : selon que l'on considère
la délégation de paiement sur la base de la vision traditionnelle ou de la vision nouvelle, la
manière de concevoir le régime applicable différera : en effet, dans la vision traditionnelle, les
règles touchant la novation peuvent être utilisées pour compléter les brèves indications touchant
la délégation de paiement ; alors que selon la nouvelle conception (Cumyn), c'est le droit
commun qui complète les brèves indications sur la délégation de paiement.

I. conditions relatives au délégant
1023 : le rôle du délégant est d'obtenir le consentement du délégué à ce qu'il s'engage auprès
du créancier.

II. conditions relatives au délégué
1024 : l'engagement du délégué fait la différence avec l'indication de paiement (1667).



                                                                                                78
III. conditions relatives au créancier-délégataire
1025 : dans la conception traditionnelle, le consentement du créancier (qui peut être exprimé par
une simple intervention) est essentielle à la validité de la délégation, qu'elle soit parfaite ou
imparfaite. Dans la conception nouvelle, le consentement du créancier est seulement nécessaire
dans le cas d'une délégation parfaite (basé sur 1668), car il ne subit aucun préjudice par l'ajout
d'un débiteur. Dans une conception comme dans l'autre, le consentement du créancier est
nécessaires pour une délégation parfaite (1668 qui reprend le language de 1661).

Section III : Effets

I. Relations entre le créancier-délégataire et le délégant
1027 (délégation parfaite) : dans les deux conceptions de la délégation (traditionnelle et
nouvelle), l'effet de la délégation parfaite est le même : la libération du débiteur. La différence
entre les deux conceptions touche plutôt l'effet sur la continuation de l'ancienne dette : dans la
conception traditionnelle, la dette ancienne est terminée (novation) ; alors que dans la
conception nouvelle, elle peut perdurer avec ses accessoires.
1028 (délégation imparfaite) : à l'article 1668, il ne faut pas confondre le consentement du
créancier et son libérement de l'ancien débiteur. Le créancier peut consentir à l'ajout d'un
nouveau débiteur, sans que le débiteur ne soit libéré ; la libération de l'ancien débiteur est plutôt
une délégation parfaite (ou une novation dans la conception traditionnelle).

II. Relations entr le créancier-délégataire et le délégué
1029 (introduction) : surtout pour la délégation parfaite, les bases théoriques de la conception
traditionnelle et nouvelle sont différentes concernant les rapports entre le délégataire (créancier)
et le délégué (nouveau débiteur).

A. Opposabilité des moyens
1030 (inopposabilité des moyens issus des rapports entre le délégant et le délégué) : même s'il
les ignorait au moment de contracter avec le délégant, le délégué ne peut opposer au créancier
les moyens qu'il aurait pu faire valoir contre le délégant (1669i). Il est à noter que cette règle ne
s'applique pas si rien n'était dû au moment de la délégation (1669ii) et que cela n'enpêche pas
le délégué d'utiliser ces moyens de défense dans un recours contre le délégant (1669ii in fine).
Dans la vision traditionnelle, la délégation parfaite (novation) est régie par l'art. 1663i qui
ressemble àa 1669i.
1031 : L'article 1670 sougligne que le délégué peut opposer au délégataire tous les moyens de
défense que le délégant aurait pu faire valoir contre le délégataire (1670i), sauf la compensation
(1670ii).

B. Transmissibilité des accessoires
1032 : la délégation imparfaite n'a pas d'effet sur les accessoires (selon la vision traditionnelle et
selon la nouvelle) ; cependant, touchant la délégation parfaite, la vision nouvelle stipule que le
créancier-délégataire peut faire valoir contre le délégué les droits et les sûretés rattachés à la
créance qu'il avait à l'égard du délégant ; alors que la vision traditionnelle voit la délégation
parfaite comme une novation (par changement de débiteur), et donc pose que sans une mention
à cet effet, les accessoires tombent (1662 ; voir no. 1009 BJV).

III. Relations entre le délégant et le délégué
1033 (recours entre délégant et délégué à la suite d'un paiement au créancier-délégataire) : les
rapports entre le délégant et le délégué dans la délégation imparfaite sont régis ou bien (i) par le


                                                                                                   79
régime de la solidarité, (ii) de la solidarité imparfaite (in solidum) ou (iii) de la caution. Dans un
cas comme dans l'autre, il demeure que tout paiement par un débiteur permet d'éteindre
l'obligation de l'autre envers le créancier. Quand le délégant fait un paiement (alors que le
délégué s'était engagé à payer), il peut avoir un recours récursoire contre le délégué [Dea : in
solidum] (1656 no.3). À l'inverse, quand le délégué fait un paiement, mais que l'acte de
délégation n'est pas valide, les moyens de défense du délégué sont inopposables au créancier,
mais peuvent être opposés au délégant (1669ii in fine).


b. Michelle Cumyn "La délégation du Code civil du Québec: une cession de
dette?" (2002) 43 C. de D. 601.




9. (11/11) Other sources of obligations: Management of the business of
another, Reception of a thing not due and Unjust enrichment
Notes Déa :
Quasi-contrat : not a contract, but it creates obligations for the parties. Comes down to juridical
acts (contract) vs juridical facts (debt). Three sources of legal obgligations come down to one
party who enriches himself, and the balance needs to be reestablish, and the legislator regulates
those interaction.


9.1 Management of the business of another (1482-1490)

Ex. Someone fixes something for a neighbour in a case of necessity and wants to be reimburse.
A balance between two things : (a) altruism and (b) avoiding abusive interference.
This is not as formal as a mandate however (although there is a thin line sometimes between
juridical act vs. fact).
This is not unjust enrichement (stricto sensu), because MBA is not limited by the enrichement of
the other, in fact money can be owed even if there is no enrichement. Dit autrement = MBA n'a
pas besoin d'être efficace, on répare la maison mais en même temps, elle brûle, on peut se faire
rembourser pour nos efforts.
This is not a unilateral contract, because the creditor some obligation is owed.


Conditions for MBA :

A- With respect to the parties
1. Capacité (?) : de contracter mentionné en 1385 concerne la formation du contrat, et ne
s'applique pas ici, mais il n'est toujours pas déterminé maintenant si un mineur peut être
remboursé. D'une part l'enfant pourrait penser qu'il a le feu vert pour gérer certaines choses et
pourrait aggraver la situation.
2. L'intention de gérer : le fait d'aider quelqu'un pour des motifs purement altruistiques ne


                                                                                                   80
compte pas. C'est un entre-deux entre (i) aider altuistiquement (ii) être égoiste. Un bon exemple
= on veut aider quelqu'un (pour des raisons altruistiques) mais en chemin, notre voiture est
brisée, et on veut être remboursé pour ce dommage.
3. Spontanément et sans l'obligation de le faire : quand on veut sauver quelqu'un dans un lac,
en vertu de l'art. 2 de la Charte québécoise, on a l'obligation. Donc on ne peut être remboursé.
Cpendant, si on se blesse, cela montre qu'il y avait un risque, et donc on n'avait pas l'obligation,
et alors on peut invoquer la MBA. Code de la sécurité routière no. 168 : s'il y a un accident, il
faut rester pour aider. Donc c'est une obligation. Une autre question serait de voir si 1457
impose une obligation puisque le fait de ne pas faire quelque chose devient une faute. Il est
difficile de savoir si le fait de ne pas éteindre le feu de la maison du voisin serait une faute, et
donc qu'on avait une obligation d'aider, et donc ce n'est pas spontanément. La réponse : il faut
distinguer un devoir (1457) et une obligation . [??]
4. Capacity of the principle (the managed) : la cour d'appel a établi que le MBA s'applique
même si c'est pour le profit d'un enfant. [Lluelles et Moore critiquent cette décision].
5. Knowledge of the principle : 1482 dit que «hors la connaissance de celle-ci ou à sa
connaissance si elle n'était pas elle-même en mesure de désigner un mandataire ou d'y pourvoir
de toute autre manière.» Il faut la connaissance à un certain point, mais s'il y a un accord
d'avance c'est un contrat de mandat. Aussi, la question de savoir si c'étati opportun entre en
considération ; l'urgence doit être telle que l'on ne pouvait attendre de l'informer. Pas clair.


B- With respect to the act.
1. 1484ii : intrusion minimale. réfère à 1301 et ss. nous dit s'il s'agit d'une intrusion minimale.
Pas nécessaire de les connaître dans le détail, mais juste savoir qu'il y a une section qui traite
du sujet.
2. 1482 : spontané et opportun. 1486 limite ce qui est opportun ou non. 1486 pose aussi que la
MBA n'a pas besoin d'être efficace.
3. Opportunité doit-elle être établie objectivement ou subjectivement ? C'est objectivement ;
alors qu'en France, c'est subjectivement. Opportunité ne correspond pas à l'urgence. Dans les
cas où ce n'est pas opportun, qu'arrive-t-il aux dépenses faite ? 1490 établit cela. Et cela
correspond au moindre montant de la dépense et de l'enrichissement (ex.
1309 :
1484


Obligations of the managers with respect ot third parties
1. perfect management : 1489ii manager is not bound to third parties
2. imperfect management : the manager is the real debtor ; he has a recourse against the
principle afterwards.
When can the third party sue the principle vs. the manager ?


9.2 Reception of the thing not due

Only what is owed should be paid ; so the rest should be reimburse. The accipiens receives a
payment, not necessarily monetary, from the solvens by error.

Voir : In Re Hil-A-Don Ltd : Bank of Montreal c. Kwiat


                                                                                                 81
Conditions pour réception de l'indu
1. il faut un paiement (qui peut être fait autrement que en argent)
2. no debt : otherwise, there is an obligation. (mais si on paye davantage ou si la dette est
considérée nulle après coup, on peut clamer réception de l'indu pour l'excès).
3. il faut qu'il y ait une erreur. 1400ii (erreur inexcusable) s'applique pas ici : jurisprudence
l'applique, mais critiqué par la doctrine.




9.3 Unjust enrichement (de in rem verso)

Often used in the case of common law spouses (conjoints de fait) for compensatory allowances.
Viger case :
1493-1496 :


Conditions
1. Empoverishement (which can be a loss ; or a missing increasement in one's patrimony)
2. Enrichement (1495) (can be moral or intellectual-gaining knowledge)
3. There needs to be a correlation (not causality) between the empoverishement and the
enrichement. Would one have happened without the other.
4. No justification (no contract : applying unjust enrichement in cases of contract at large would
be applying 1405/6 outside its realm of application). Important to distinguish (a) direct (without
justification between two parties) and (b) indirect enrichement (a third party enters). 1494 ;
Unjust enrichement is not there to be a back-up for any absense of cause ; just a very specific
patch. For ex. if the prescription is exhausted, there is no action. Also, the liberal intention
justifies the enrichement. 1494-in fine. If you do something for yourself, you can't afterwards
claim that your were empoverished. Love in the case of common law spouses can not be used
to justify the enrichement. Exceeding the normal threshold of participation is required.
Absense of justification for indirect enrichement :
5. There needs to be no other recourses. This is subject to criticism. for

i. CODE : CHAPITRE QUATRIÈME                         :   DE CERTAINES AUTRES SOURCES DE
L'OBLIGATION

SECTION I : DE LA GESTION D'AFFAIRES
1482. Il y a gestion d'affaires lorsqu'une personne, le gérant, de façon spontanée et sans y être obligée,
entreprend volontairement et opportunément de gérer l'affaire d'une autre personne, le géré, hors la
connaissance de celle-ci ou à sa connaissance si elle n'était pas elle-même en mesure de désigner un
mandataire ou d'y pourvoir de toute autre manière.
1483. Le gérant doit, dès qu'il lui est possible de le faire, informer le géré de la gestion qu'il a entreprise.
1484. i. La gestion d'affaires oblige le gérant à continuer la gestion qu'il a entreprise jusqu'à ce qu'il puisse
l'abandonner sans risque de perte ou jusqu'à ce que le géré, ses tuteur ou curateur, ou le liquidateur de
sa succession, le cas échéant, soient en mesure d'y pourvoir.
ii. Le gérant est, pour le reste, soumis dans sa gestion aux obligations générales de l'administrateur du
bien d'autrui chargé de la simple administration, dans la mesure où ces obligations ne sont pas


                                                                                                              82
incompatibles, compte tenu des circonstances.
1485. Le liquidateur de la succession du gérant qui connaît la gestion, n'est tenu de faire, dans les affaires
commencées, que ce qui est nécessaire pour prévenir une perte; il doit aussitôt rendre compte au géré.
1486. i. Le géré doit, lorsque les conditions de la gestion d'affaires sont réunies et même si le résultat
recherché n'a pas été atteint, rembourser au gérant les dépenses nécessaires ou utiles faites par celui-ci
et l'indemniser pour le préjudice qu'il a subi en raison de sa gestion et qui n'est pas dû à sa faute.
ii. Il doit aussi remplir les engagements nécessaires ou utiles qui ont été contractés, en son nom ou à son
bénéfice, par le gérant envers des tiers.
1487. L'utilité ou la nécessité des dépenses faites par le gérant et des obligations qu'il a contractées
s'apprécie au moment où elles ont été faites ou contractées.
1488. Les impenses faites par le gérant sur un immeuble appartenant au géré sont traitées suivant les
règles établies pour celles faites par un possesseur de bonne foi.
1489. i. Le gérant qui agit en son propre nom est tenu envers les tiers avec qui il contracte, sans préjudice
des recours de l'un et des autres contre le géré.
ii. Le gérant qui agit au nom du géré n'est tenu envers les tiers avec qui il contracte que si le géré n'est
pas tenu envers eux.
1490. La gestion inopportunément entreprise par le gérant n'oblige le géré que dans la seule mesure de
son enrichissement.

SECTION II : DE LA RÉCEPTION DE L'INDU
1491. i. Le paiement fait par erreur, ou simplement pour éviter un préjudice à celui qui le fait en protestant
qu'il ne doit rien, oblige celui qui l'a reçu à le restituer.
ii. Toutefois, il n'y a pas lieu à la restitution lorsque, par suite du paiement, celui qui a reçu de bonne foi a
désormais une créance prescrite, a détruit son titre ou s'est privé d'une sûreté, sauf le recours de celui qui
a payé contre le véritable débiteur.
1492. La restitution de ce qui a été payé indûment se fait suivant les règles de la restitution des
prestations.

SECTION III : DE L'ENRICHISSEMENT INJUSTIFIÉ
1493. Celui qui s'enrichit aux dépens d'autrui doit, jusqu'à concurrence de son enrichissement, indemniser
ce dernier de son appauvrissement corrélatif s'il n'existe aucune justification à l'enrichissement ou à
l'appauvrissement.
1494. Il y a justification à l'enrichissement ou à l'appauvrissement lorsqu'il résulte de l'exécution d'une
obligation, du défaut, par l'appauvri, d'exercer un droit qu'il peut ou aurait pu faire valoir contre l'enrichi ou
d'un acte accompli par l'appauvri dans son intérêt personnel et exclusif ou à ses risques et périls ou,
encore, dans une intention libérale constante.
1495. i. L'indemnité n'est due que si l'enrichissement subsiste au jour de la demande.
ii. Tant l'enrichissement que l'appauvrissement s'apprécient au jour de la demande; toutefois, si les
circonstances indiquent la mauvaise foi de l'enrichi, l'enrichissement peut s'apprécier au temps où il en a
bénéficié.
1496. Lorsque l'enrichi a disposé gratuitement de ce dont il s'est enrichi sans intention de frauder
l'appauvri, l'action de ce dernier peut s'exercer contre le tiers bénéficiaire, si celui-ci était en mesure de
connaître l'appauvrissement.



ii. Cie Immobilière Viger c. Giguère Inc., [1997] 2 S.R.C. 67 : introduction of unjust
enrichment in Quebec civil law. 6 criteria spelled out. In particular, the
justification of the enrichment (by deed of sale) is judged here not satisfactory.

The City of Plessisville agrees to have the Coopérative agricole de Gramby locate a plant on its
territory ; the plant is bought through a subsidiary of the Coopérative, the Compagnie
immobilière Viger. Before the plant is built, the city agrees with Viger that it will have the land


                                                                                                               83
leveled, and for this hires Giguère. However, there is a problem : the plant can not be
established as planned due to a law that this implantation would contravene. The city already
paid half of the price of the work, but Giguère sued for the other half, and won. Viger is
appealing this decision.
Issue : Is Viger liable for the difference to be paid to Giguère, since its land was improved by
Giguère's actions ? Is this unjust enrichement ?
Answer : yes, and as stated by the appeal court, Viger should pay for the other half of the work
done by Giguère. At first, Giguere was pleading 1053CCLC (Art. 1053. Toute personne capable
de discerner le bien du mal, est responsable du dommage causé par sa faute à autrui, que ce soit
par acte, imprudence, négligence ou inhabileté.), but now switched to unjust enrichment, as posed
by the appeal court.
Six (6) criteria for unjust enrichment : 1. enrichment 2. impovrishment 3. a correlation between
the two 4. absence of justification 5. absence of evasion (fraud) of law and 6. absence of other
remedy. The first three don't pose much problems. The fourth one is more difficult.
4th: Absence of justification : one could see the justification of enrichment in the contracts,
between the city and Viger. However, the contract does not account for the enrichment, but just
for the land before being improved. Also, the contract doesn't mention improvements to be made
by Giguere, and those are posterior to the acquisition made by contract. Therefore, the contracts
are not in this case a valid justification for the enrichment by Viger.
5th : Absence of fraud : if anything is not according to the rules between Giguère and the city, it
is only the result of a lack of formality in the dealing of Viger and the city.




iii. In Re Hil-A-Don Ltd : Bank of Montreal c. Kwiat (syndic), [1975] C.A. 157 : the
reception of the thing not owed (réception de l'indu) is a payment made in error
(CCQ 1491).
Facts : Hil-A-Don has a line of credit (with a negative balance of 35K) and a regular account
(with a positive balance of about 11K). Hil-A-Don goes bankrupt and Kwiat is the trustee. The
Bank pays the amount of 11K on the 28th of January, but then realizes that it shouldn't have
since Hil-A-Don still owes 35K. To the request to give the 11K back, the bankruptcy trustee
refuses, on the basis compensation does not operate between the 11K and the -35K ; and the
superior court agrees with the bankruptcy trustee.
Issue : Should the 11K be considered a debt from the bank to Hil-A-Don, and as a result, should
it be compensated with the 35K owed by Hil-A-Don?
Answer : Yes, the 11K is not property, but a debt, owed by the bank to Hil-A-Don, therefore, the
two amounts should be subject to compensation, leaving a balance owed of 24K. Therefore, the
payment by the bank of 11K was a "Reception of the thing not owed" or réception de l'indu.




                                                                                                84
a. Baudoin et Jobin ss. 533-590 : Chapitre II : Certaines obligations légales
fondées sur l'équité

533 :
...
590 :


b. Sabourin c. Charlebois (1982) C.A. 361 :

.




                                                                           85
11. (11/11) Protection of the rights to performance of obligations:
Conservatory measures, Oblique action and Paulian action.
Notes : Déa
In case where you have a judgement to be paid, and the person does not pay, what can we do
to have the money from the debtor. The person can go to court to have the court ... . What do we
do if the person only has part of the money. In this case, there is not much we can do. Prison is
no more a punishment in civil law matters (art. 1 of CCP) except in case of contempt of court.
Since these mesures are not very advantageous, and leaves many debts unpaid, the CCQ and
the CCP states :

26. No person may be confined in a health or social services institution for a psychiatric assessment or
following a psychiatric assessment concluding that confinement is necessary without his consent or
without authorization by law or the court.
ii. Consent may be given by the person having parental authority or, in the case of a person of full age
unable to express his wishes, by his mandatary, tutor or curator. Such consent may be given by the
representative only if the person concerned does not object.

27. Where the court has serious reasons to believe that a person is a danger to himself or to others owing
to his mental state, it may, on the application of a physician or an interested person and notwithstanding
the absence of consent, order that he be confined temporarily in a health or social services institution for a
psychiatric assessment. The court may also, where appropriate, authorize any other medical examination
that is necessary in the circumstances. The application, if refused, may not be submitted again except
where different facts are alleged.
ii. If the danger is grave and immediate, the person may be placed under preventive confinement, without
the authorization of the court, as provided for in the Act respecting the protection of persons whose mental
state presents a danger to themselves or to others (chapter P-38.001).


The Code of civil procedure allows powerful mecanisms. Saisie avant jugement : demande au
greffier de la cour. 733 of CCP

CHAPTER I : SEIZURE BEFORE JUDGMENT

733. The plaintiff may, with the authorization of a judge, seize before judgment the property of the
defendant, when there is reason to fear that without this remedy the recovery of his debt may be put in
jeopardy.

734. The plaintiff may also seize before judgment:
 (1) the movable property which he has a right to revendicate;
 (2) (paragraph repealed);
 (3) the motor vehicle which has caused him damage;
 (4) the movable property upon the price of which he is entitled to be collocated by preference and which
is being used in such a way as to jeopardize the realization of his prior claim;
 (5) the movable property which a provision of law permits him to seize in order to assure the exercise of
his rights upon it.




                                                                                                           86
11.1 Oblique action : a passive debtor is all you need !

Oblique action allows the creditor (A) to sue the debtor (C) of his own debtor (B), when B is
being passive about protecting his own patrimony. It does not require bad faith or bad faith, but
only that the debtor be passive in the administration of his patrimony (and collecting a debt owed
to him).
Weaknesses of the procedure: (1) not knowing that B has a claim againt C. (2) more
importantly, when A takes action against C, the assets of C will go into B patrimony, and so if B
has prior creditors than A, A will do all these procedings without getting anything. (3) Intrusive
procedure.
This is why the legislator restrics its use :

11.1.1 Conditions
a. it needs to be prejudicial to the creditor : means pretty much insolvency of B (not having
enough money) is pretty much a condition sine qua non of the exercice of the oblique action.
b. needs to be useful : enrich the patrimony of the debtor. More of an acedemic point, because
practically no creditor will go after something
c. 1627 says the claim needs to be certain (can't be conditional ; if the contract is oral, it
depends on the party's claims) liquid (determined amount, or certainty about the amount ; at the
time of the judgement and not when the action is instituted) and exigible (at the time of the
judgement and not the time when the action is instituted). Therefore, at the time of the action,
only the certainty needs to be present.
* Much more detailed than in the CCLC
d. Passivity. Presence of a fault on the part of the debtor ? or is the passivity enough ? ANS :
passivity is enough. This is why proof of bad faith or fraud is not necessary.
e. Preventing a loss : The debtor (B) needs to have a debt towards C (valide, not prescribed,
etc). The rights and action mentioned in 1627 can be a defense against an other creditor
(preventing a loss), instead of the payment of a debt. It is limited to the exercice of rights and
actions, and not creating rights and actions. For instance, it seems that A can not force B to
accept a gift (this would not be a right).
f. Can be partly personnal : Claim can not be strictly personnal (could be partially personnal).
When the claim of B against C are strictly personal, the oblique action can not be used. For
instance, the right of B to sue C for moral or corporeal damages is a personnal claim, and so A
can not step in. Children and spousal allowance is strictly personal.


11.1.2 Downsides of oblique action :
1. Requires lots of efforts and proceedings and information on the part of A. Art. 543 of CCP
allows to have disclosure of the assets. However, it is often too late.
2. Often the result will be to replenish B's patrimony, and once there, the money gathered might
be payable to a prior creditor. It could be done by many creditors.
3. Art. 1629 allows the last debtor (C) to set up against the creditor (A) the defenses that he
would have against B.
* The oblique action is an indirect action, but it is not the only type of indirect. Ex. no 1 : 1442
codifies : GM (C) sold vehicules to Plamondon (B) with a guarantee, but this guarantee is not
extended conventionnally to Kravitz (A). Ex. no. 2 : Bail decision : the breach of contract
between ... .



                                                                                                 87
11.2 Paulian action : interferring into the debtor's actions with 3rd party
The paulian action is more intrusive than the oblique action because it interferes into the actions
of the debtor with the third party ; it renders the contracts of the debtor nul and void.
It also allows to seize the assets of the debtor even if the assets have already left his patrimony
(an exception of 2624).
In order to protect the third party, the legislator has struck a balance between preventing fraud
and protect stability of contracts.

Conditions :
1. certain, liquid and exigible (1634i) -- same as 1628
2. 1634ii : the act attacked by the paulian action must not be prior to the claim ; unless it was
done to fraud a later creditor.
3. 1635 : needs to be brought within 1 year of knowledge of the injury ; some say that it is after
one year of the knowledge of the fraud, or even of all the conditions of the paulian action.
4. Conditions related to the Act (debtor and third party) :
4.1 Can not be strictly personnal (based on jurisprudence even if no article to that effect like
1627ii)
4.2 Must be an action which is prejudicial : in particular when it renders the debtor insolvant
(1631). Even if it not a question of insolvancy, a sale by an owner of a house on which there is a
hypothec can be harmed by a sale.
4.3 An act has to be an empoverishement : and interpreted widely. Some assets can not be
seized (religious items, etc.). Contrary to the oblique action, the empoverishement does not
include the passivity about a claim (this is an oblique action). This is to limit the intrusion and to
limit fraud. Paying an other debt does not diminish the patrimony, because by paying the debt,
the debt also disapears from the patrimony at the same time as the money.
4.4 The act has to be made in fraud of the creditor's right.
a) 1633 : The intention does not need to be proven in situations where a gratuitous act is made,
the fraudulous intent is deemed... ; deemed vs. presumed (2847ii : deemed = absolute and
irrebutable). This is also justified by the fact that the third party did not pay anything.
b) 1632 : The fraudulous intent is deemed if he knew of the fact that the debtor was renderding
himself insolvent.

Case law thinks though that this is too strict, because the person to become bankrupted needs
to make contracts. Deemed needs to be understood as presumed in 1632 (BNC c. S.S.).

See Biron c. Poirier for the question of the 'elements needing to be proven'.

* Advantage of the paulian action : does not benefit all the other creditors.




                                                                                                   88
i. Code : DIVISION III : PROTECTION OF THE RIGHT TO PERFORMANCE...

§ 1. — Conservatory measures
1626. A creditor may take all necessary or useful measures to preserve his rights.

§ 2. — Oblique action
1627. i. A creditor whose claim is certain, liquid and exigible may exercise the rights and actions belonging
to the debtor, in the debtor's name, where the debtor refuses or neglects to exercise them to the prejudice
of the creditor.
ii. However, he may not exercise rights and actions which are strictly personal to the debtor.
1628. It is not necessary for the claim to be liquid and exigible at the time the action is instituted, but it is
necessary that it be so at the time judgment is rendered.
1629. The person against whom an oblique action is brought may set up against the creditor all the
defenses he could have set up against his own creditor.
1630. Property recovered by a creditor in the name of the debtor falls into the patrimony of the debtor and
benefits all his creditors.

§ 3. — Paulian action
1631. A creditor who suffers prejudice through a juridical act made by his debtor in fraud of his rights, in
particular an act by which he renders or seeks to render himself insolvent, or by which, being insolvent, he
grants preference to another creditor may obtain a declaration that the act may not be set up against him.
1632. An onerous contract or a payment made for the performance of such a contract is deemed to be
made with fraudulent intent if the contracting party or the creditor knew the debtor to be insolvent or knew
that the debtor, by the juridical act, was rendering himself or was seeking to render himself insolvent.
[BNC c. S.S. Maj. deemed=rebuttable ; Min. deemed=irrebuttable]
1633. A gratuitous contract or a payment made for the performance of such a contract is deemed to be
made with fraudulent intent, even if the contracting party or the creditor was unaware of the facts, where
the debtor is or becomes insolvent at the time the contract is formed or the payment is made.
1634. i. The creditor may bring a claim only if it is certain at the time the action is instituted, and if it is
liquid and exigible at the time the judgment is rendered.
ii. He may bring the claim only if it existed prior to the juridical act which is attacked, unless that act was
made for the purpose of defrauding a later ranking creditor.
1635. The action is forfeited unless it is brought within one year from the day on which the creditor learned
of the injury resulting from the act which is attacked, or, where the action is brought by a trustee in
bankruptcy on behalf of all the creditors, from the date of appointment of the trustee.
1636. Where it is declared that a juridical act may not be set up against the creditor, it may not be set up
against any other creditors who were entitled to institute the action and who intervened in it to protect their
rights; all may have the property forming the object of the contract or payment seized and sold and be
paid according to their claims, subject to the rights of prior or hypothecary creditors.



ii. Banque Nationale du Canada c. S.S., [2000] R.J.Q. 658 (C.A) : article 1632 (paulian
action) of the CCQ the irrebutable presumption is in fact rebuttable (majority) ; this is
re-writing the code (minority).
Facts :
1195 : CB divoces SS and has alimony for a certain amount per month. [no. 14]
1197 : National Bank has a judgement against CB for 25k. [no.15]
1998 : proceeding for divorce in a week. and CB transfers his valuable assets to SS to avoid
having to comply to the judgement in favor of the bank BNC and even ends up being bankrupt
by effect of the transfer to his ex-wife. [no.16]


                                                                                                              89
Majority :
1st day of the trial : CB would sell everyting he has to the wife (SS)
It is demonstrated that SS knew that B would become insolvent by the sale (no. 24).
Now, based on 1632, there is a discussion as whether SS is having frulant intent.
The court notes that insolvancy is not defined in the Code (no. 40)
Did SS knew of the insolvancy (no. 45) ; the presumption could be reversed (if it was allowed to
reverse the presumption of 1632) (no. 46).
It has to be rebuttable, otherwise every time a creditor forces a payment, any creditor would be
deemed to be fraudulent (no. 48).
Dissent : justice Chamberland : they are may be right, but the judge is re-writing the law at 1632
(no. 69). Otherwise, 2 consequences : change the word ; and impacts 2847ii and its certainty.
Some can have good intentions, but the judge should not re-write.




iii. Biron c. Poirier (1977) Cour supérieure : 4 conditions dans l'ancien code.
Concernant la prescription du recours fixé à un an par l'article 1635 CCQ, il faut noter que
l'enregistrement d'un contrat au registre foncier (opposable à tous) ne peut être dit connu par un
tiers de bonne foi. D'où ici, le recours de Biron en action paulienne n'est pas prescrit comme le
prétend Poirier.
Quatre (4) conditions : 1. demander doit avoir une créance valable contre son débiteur ; 2. l'acte
d'aliénation doit causer préjudice au créancier ; 3. débiteur a agit avec intention de frauder ; 4.
celui qui a contracté avec le débiteur n'était pas de bonne foi.




a. BJV : 726-769 : oblique action and paulian action




                                                                                                90
Advices on examination

See last sections for advices on the exam :
Read all questions ; sketch an answer quickly ; pick a side ! ; tackle the controversial issues, not
so much the basic points ; base the analysis on the facts of the situation, don't just dump the
rules. Mention the articles of the code as much as possible, and juris, just to finish.

Mid-term :
 (21st of nov. Out of 3 questions : choose one question -- on week 3 to 6 material. Discuss = pick
     one side and acknowledge the other side but rebutt (no side by side pros and cons). Use
                                        subtitles/organised).
 EXAM = if something is very clear, don't spend so much time on it ; spend more time on unclear
more fusy questions. Eliminate posssibilities (novation, subrogation) ; and discuss what could be
                                         possible and why
Exam = (1) personal analysis, and not so much repeating what BJV say ; (2) structure and titles
in the text ; (3) please answer the question.

Final exam :
5 questions : 4 fact paters / 1 more reflection
Don't waste time saying basic things we know
Issues have been discussed in class
Focus on the not-so-clear questions ; in the exam, not losing time on the basic points and focus
more on the not so clear points.
Don't "find" your answer as we write.
Answer the question. Dont say everything around the question only answer the question.
Start from general to precise.
Look at problems in class. Subrogation : who can sue who.
We can say if we think some facts are missing.
Pick a position ! State the position at the outset.
No need for titles, but at least structute.

USE CIVIL CODE ! and bring it ! Suggestion : bring only civil code + 5-6 page summary of
cases. Know all of book 5 of Obligations.
Further readings : only cases seen in class will be on the exam.

Cite articles of the civil code !!! and the case law ! as a foundation to our OPINION. And then
spend more time explaining our opinion.

Good faith : forget about the construction. BCN Houle / Bail for sure ; other cases, to the extent
they are in the lecture.

No time to open the book even if it is open book !




                                                                                                 91
Appendix : Table on Transfer and Alteration of obligations
(to be printed on the last page of summary with clear plastic at the end)




                                                                            92
Assignment (total or partial) : creditor sells the         vs. subrogation :                   vs. assignment :                              Subrogation : mechanism for third party
           debt to a new creditor                                                                                                              to become creditor upon payment to
                                                           no need of simultaneous             is simply a mechanism for repayment                              creditor
∆ DEF : Total/partial transfer gratuit/honéreux by         payment and allows for a            (not speculative), and supposes a full       ∆ DEF : The fact for a new (subrogated)
assignor (cédant) of an action/debt (créance) to the       profit (speculative).               payment (can't get more than paid :          creditor (subrogé) [ex. insurance] to acquire
assignee (cessionnaire) against an assigned                                                    1651ii). Conventional subrogation            the rights of the former (subragating) creditor
(cédé)/debtor (1637i)                                                                          must be agreed upon payment.                 (subrogeant) [ex. insured] upon payment of a
                                                           Legal guarantee (e.g.                                                            debt owed by a debtor. (1651)
                                                           existence of debt) exists for
                                                                                                                                            • KEY : an accessory to payment.
• KEY : speculative in nature (pay less than value)        all assignment. (1639)
                                                                                                                                            # TYPES : Can be legal or convent. (1652).
                                                                                                                                            Legal see 1656. Conventional must be
∫ CONSENT : 4 ways to make the assignment                  PARTIAL       :     partial         PARTIAL : partial subrogation allows         written/express and can come from the
binding to debtor or third parties : agreement of          assignment gives no priority        the subrogating (former) creditor to         debtor (for new mortgage lender, 1655) or
debtor (1641i) ; reception of document (1641i) ;           (unless guarantee) for              keep his rights against debtor ; and         creditor (1653). Subrog. consented by
reception before action (1644) ; publication (1641ii).     payment (1646i).                    (unless guarantee)         gives a           creditor must be given at payment (1654).
‡ ACCESS. : All accessories follow (1638) ; but                                                preference to him in case of
                                                                                                                                            ‡ ACCESS. : The solvens/subrogated
debtor should not be in worse position (1637ii) and        FORMALITIES : formalities           insolvency (1658).
                                                                                                                                            creditor benefits from accessories (no. 968
some formalities can apply : ATTENTION : for               do apply (1641-1645) ;                                                           BJV). On the other hand, the debtor can
universality RDPRM (1642).                                 subrog. has formalities for                                                      oppose means of defense from former
                                                           hypothec (3003).                                                                 creditor to new (1657).
vs. novation (by change of creditor) (no. 940 BJV) :       vs. delegation :                    vs. novation (by change of creditor,         vs. delegation :
1. in assignment, the link between debtor and              Since the debt is the               1660ii) (no. 969 BJV) :                      - The subrogated creditor pays (becomes the
creditor still remain ; whereas in novation, it is         obligation of the debtor, the       -    Subrogation      is     not   the       solvens) even if he is not the debtor, and
replaced with a new link.                                  symmetry between the two            extinction/creation of a debt, but a         becomes the creditor.
2. this explains why the accessories follow in             processes is not full. When         transfer onto a new creditor upon
assignment (1638), but not in novation.                    switching creditor, the             payment.
3. and why in assignment, the debtor doesn't               transfer       is     perfect       - The subrogated creditor pays
                                                           (qualitatively), ...                (solvens) even if he is not the debtor,
always consent, but in novation yes (new link).
4. and why in assignment means of defense from                                                 and becomes the creditor, and then
former creditor can be brought against new (1643) ;                                            enjoys the accessories of the debt.
but not in novation. Also, speculation = knew
means of defense.
novation (by change of creditor) vs. assignment :          vs. subrogation :                   vs. assignment :
The old obligation being terminated, the                   - novation by change of             ... but when switching debtor, [A-
accessories (safety) are not available for the             creditor doesn't make               trad.] it mist be imperfect (otherwise
creditor any more unless specified (1662-1665);            accessories follow unless           novation) and stays attached to old
and the means of defense that the debtor could             specified. (1662)                   debtor      (his    debt)     ;    [B-
have opposed to the first creditor now can't be            - novation by change of             Cumyn/Beaudoin] : it can be perfect,
opposed to the new creditor (1663i).                       creditor does not require           but brings accessories.
                                                           payment, like subrogation
                                                           does.

  Novation : replacement of old debt by a new                                                  vs. novation (by change of debtor) :            Delegation : {A-trad.} adding a debtor
              one in one of 3 ways                         5 Criteria for novation (from       without the agreement of the creditor,        (always imperfect) ; {B-Cumyn} : cession
                                                           Gonthier in Lalonde c. Sun          the debt remains attached to the                        de dette (perfect or not)
∆ DEF : 3 types of novation (1) between same               Life fu Canada, cited in            debtor (pas libératoire). (no. 1028          • Trad : toujours imparfaite ; Nouv. : les 2.
                                                           Gilles Clermont-Drolet c.           BJV)
parties, a different debt (1660i) (object, cause,                                                                                           ∆ DEF : 1667 : Designation of someone
modality) ; (2) different debtor (1660i) ; (3) different   Caisse pop. de Sillery) :           vs. stipulation for another : difficult to   (delegate) by delegator to pay the debt to
creditor (1660ii).                                         1. that there be a previous         distinguish in new view (where               the delegatee (creditor).
• From the extinction of first comes second !              obligation                          creditor agreement is not nec.) (1019        ∫ CONSENT : 1668 : the creditor does not
                                                           2. that there be creation of        BJV): Proulx v. Leblanc                      need to accept (according to Cumyn. no
Novation is never presumed (1661 ; Mackay)
                                                           a new one                           * INTENTION OF PARTIES                       prejudice) (Dea : not clear now ; trad. = he
∫ (type #1) : agreement of both (1660i) ; (type #2)
                                                           3. that these two obligations       1. consent of bene. is not necessary ;       needs to consent) ; if he does accept, he can
agreement of former debtor not necessary (1660i) ;
if no agreement from creditor = delegation ; (type         be different                        whereas in trad. view of delegation,         keep his rights against old debtor (unless
                                                                                               creditor must consent                        specified).
#3) agreement of all is necessary (1660ii).                4. that the parties show
‡ {in type #2} except oppose invalidity of first debt,     their intention to novate           2. means of defense based on their           ‡ Means of defense :
the new debtor can't oppose the first debtor's             (Mackay ; 1661)                     relation can not be opposed to               (1) new debtor can not oppose to creditor
means against creditor, or his means against first         5. that they be able to             creditor (1699) vs. it can in SFO 1450       means of defense he would have had
debtor against creditor. (1663i)                           contract.                           ‡ Accessories : with imperfect               against old debtor (1669i), except if nothing
                                                                                               delegation, no effect on access. ;           was owed, and this does not prevent
‡ {3 types} accessories don't follow (1662) ; (type        6th : the validity of the initial
#2) accessories don't follow (1663ii, 1664-5).             obligation, otherwise : fall        with perfect, depends whether we             recourse against olf debtor (1669ii) (no. 1030
                                                                                               adopt the traditional or new                 BJV)
Solidarity : see 1664-6.                                   back on first. (1663i in fine)
                                                                                               theory. (no. 1032 BJV)                       (2) except compensation (1670ii), the new
                                                                                               ‡ Recourse : no. 1033 BJV                    debtor can oppose to creditor means of
                                                                                               Dea : in solidum in recourse.                defense of the first debtor (1670i)(1031 BJV)




                                                                                                                                                                               93
94

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:19
posted:11/3/2012
language:English
pages:94