Docstoc

enfant

Document Sample
enfant Powered By Docstoc
					L’ENFANT




           RS.O8
                LIBIDO INFANTILE (FREUD)

 Avant le stade adulte (acceptation de soi et amour
  tourné vers l’autre), l’enfant passe par 3 stades
  narcissiques où il est centré sur lui-même
 Les 3 stades prégénitaux se succèdent sans s’exclure
  (strates)
 Chaque stade est nommé d’après la zone érogène
  prévalente. Le développement psychologique repose
  sur le corps.
                        LIBIDO INFANTILE


                    Stade oral (1ère année)

 Zone érogène privilégiée = sphère buccale et
  oesophagienne, étayée sur l'activité motrice de succion,
  par la tétée
 Mais aussi les organes sensoriels (odorat, vision, toucher):
  l’enfant « mange le monde des yeux ».
 La fonction alimentaire = support à la relation
  mère/enfant. Interactions centrées, entre autres, sur la
  nourriture et les difficultés relationnelles peuvent avoir
  des traductions alimentaires (anorexie, vomissements…)
                         Stade oral




 Relation « mère suffisamment bonne »/bébé primordiale
 Mais le bébé interagit avec son environnement, ne
  fonctionne pas que sur le plaisir (cf: enfant de mère
  psychotique)
 Développement sur le modèle de la peau (Moi-Peau):
  identité primaire, stade du miroir
                        LIBIDO INFANTILE


                   Stade anal (2ème année)

 Plaisir lié à l’excrétion devient prévalent. Zone érogène
  centrée autour des sphincters
 L'enfant découvre le plaisir que lui procure le fait de
  retenir les matières fécales ou de les expulser
 Double but pulsionnel: satisfaction auto-érotique
  (excitation anale) + « choix » de donner les selles ou non.
 Maîtriser l’environnement et en premier lieu la « Mère »
 Début d’affirmation d’une propriété + monnaie
  d’échange dans la relation
 Période d'opposition et de contrôle
                          LIBIDO INFANTILE


    Stade urétral ou prégénital (3ème
                   année)
 Zone érogène = urètre (laisser couler
  ou se retenir)
 Découverte de la différences des
  sexes. Masturbation se développe.
  Curiosité sexuelle s’aiguise.
 Les garçons et filles avant ce stade
  sont dans la croyance en un seul sexe
  (masculin). Opposition phallique /
  castré
                 COMPLEXE D’OEDIPE


Entre 4 et 7 ans. L’enfant
comprend que ses parents sont
aussi des êtres sexués.
Il développe en même temps:
 Une séduction / parent du sexe
    opposé
 Une compétition / parent du
    même sexe

Importance de la Loi symbolique
  (naissance du « Sujet »)
   PéRIODE DE LATENCE


Les conflits oedipiens
s’atténuent ou s’effacent .
Redistribution des
énergies vers d’autres
lieux d’investissement
(apprentissages, champ
social, culture, sport…)
          COMPETENCES SOCIALES PRéCOCES




            ENTRE 0 et 2 ANS

 Mimétisme
 Le cri
 Discrimination des expressions émotionnelles (exp du
  pont)
 Rythmicité dans les interrelations (Mère interprète les
  réponses et les inclut dans la communication)
        ENTRE 3 et 6 ANS

 Apparition du « je »
 Acquisition de la temporalité et
  des relations spatiales
 Organisation de la relation aux
  autres
 Prise de conscience de son
  autonomie
                Développement cognitif (PIAGET)


      Stade de l’intelligence sensori-motrice (0-2 ans)

 Ni langage, ni fonction symbolique
 Constructions s'effectuent en s'appuyant exclusivement
  sur des perceptions, des mouvements et des actions sans
  qu'interviennent la représentation et la pensée.
 Indissociation entre le corps propre et le milieu extérieur
 Fin : accès à la fonction symbolique: bébé capable de se
  représenter des objets et situations non directement
  perceptibles à l'aide de signes (mots) ou de symboles
  (dessin).
       Acquisition de la permanence de l'objet

• 0-1 mois: aucune réaction suite à la disparition de
  l'objet
• 2-4 mois: manifestation d'émotions (pleurs, cris, tend
  les bras...)
• 5-7 mois: émergence de la permanence pratique
  (l'enfant est capable d'anticiper le point de chute d'un
  objet)
• 8-10 mois: véritable début de la permanence de
  l'objet,
• 10-12 mois: retrouve l'objet quand il voit son
  déplacement
• 12-18 mois: permanence de l'objet établie, retrouve
  l'objet sans qu'il ne voit son déplacement
                        Jean PIAGET

    Stade de l’intelligence pré-opératoire (2 - 6 ans)

 Acquisitions diverses (capacités langagières, notion
  de quantité)
 Egocentrisme = incapacité qu'a l'enfant de se
  décentrer et à coordonner son point de vue avec celui
  d'autrui.
 Peut affirmer une chose et son contraire
  immédiatement après sans que cela le gêne.
 Capable de classer ou de sérier des objets mais sans
  notion de réversibilité = incapable de faire une
  opération et son inverse.
                   L’ACQUISITION DU LANGAGE

 Débute bien avant 1 an et se poursuit au delà de la petite
  enfance
 1-3 ans : transformations les + remarquables tant en
  compréhension qu'en production
 En parallèle avec le développement de nombreuses autres
  aptitudes cognitives
                      L’ACQUISITION DU LANGAGE

 Précédé par des modes de communication non-verbaux
  (imitations réciproques entre la mère et le bébé
 Bébé détecte si personnes en train d'interagir avec lui.
  Répond + stimulé par cette interaction (communication
  préverbale)
 Communication non-verbale reste présente lors de la
  communication verbale
                      L’ACQUISITION DU LANGAGE


 Possibilité de manipuler des signes linguistiques est
  préparée par un travail qui commence très tôt.
 Acquisition du langage se fait par le biais des 5 sens qui
  aident à la structuration du cerveau afin de reconnaître
  les stimuli
                       L’ACQUISITION DU LANGAGE


 1er mot (9-12 mois) = intention de signification précise et
  correspond à l'accès au langage
 Pas de mot apparaissant + systématiquement que d'autres
  (même si papa et maman sont les mots les plus fréquents)
 « mot-phrase » ne renvoie pas seulement à un objet, mais à
  une action ou une situation (« Maman » peut signifier « elle
  arrive », « cet objet lui appartient » ou « c'est sa voix que
  j'entends »). Intention de signification dépasse la capacité
  d'expression.
                    L’angoisse chez l’enfant


 Plasticité de la psychopathologie de l’enfant
 Angoisse majoritairement sur un mode somatique et/ou
  comportemental (bébé et jeune enfant)
 Puis expression plus mentalisée (phobies, cauchemars…)
                       Psychopathologies



 Troubles de l’incorporation orale : l’enfant s’identifie à
  un objet vécu comme volontairement incompréhensif et
  donc déstructurant (vomissements psychogènes,
  coliques, mérycisme, anorexie)
 Troubles de l’expression psychomotrice (manque de
  tonus ou hyperactivité et dysharmonies évolutives)
 Troubles du sommeil (hypervigilance)
                       Psychopathologies

 Troubles des acquisitions (déficiences intellectuelles,
  difficultés scolaires)
 Troubles liés à l’angoisse de séparation et
  d’individuation (troubles du comportement, tics, obésité
  psychogène, rétention des matières fécales…)
 Névroses (hystérie, phobies, traits obsessionnels), états-
  limites, psychoses, autisme

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:12
posted:10/22/2012
language:French
pages:20