BF_FR by xiaopangnv

VIEWS: 6 PAGES: 552

									        Organisation du
        système éducatif dans

        la Communauté française
        de Belgique

        2009/2010




BE fr               Commission européenne
EURYBASE                                                              BELGIQUE – Communauté française

 1. Contexte et tendances d’ordre politique, social et économique ........................................ 10
    1.1. Aperçu historique................................................................................................................................. 10
    1.2. Principaux organes exécutifs et législatifs........................................................................................... 11
       1.2.1. Les institutions fédérales.............................................................................................................. 11
       1.2.2. Les institutions communautaires et régionales........................................................................... 12
       1.2.3. Les provinces et communes......................................................................................................... 13
    1.3. Religions ............................................................................................................................................... 14
    1.4. Langues officielles et minoritaires ....................................................................................................... 14
       1.4.1. Langues minoritaires .................................................................................................................... 15
       1.4.2. Régime linguistique dans l'enseignement .................................................................................. 15
    1.5. Situation démographique.................................................................................................................... 16
    1.6. Situation économique.......................................................................................................................... 17
    1.7. Données statistiques............................................................................................................................ 17
       1.7.1. Population totale au 1er janvier par région .................................................................................. 18
       1.7.2. Population étrangère au 1er janvier selon le sexe et la région (en milliers) ................................ 18
       1.7.3. Origine de la population étrangère au 1er janvier, selon le registre national ............................ 19
       1.7.4. Age des personnes domiciliées en Belgique, selon la région ..................................................... 20
       1.7.5. É00volution de la population (chiffres au 31 décembre) ............................................................ 20
       1.7.6. Effectifs dans les principales positions sur le marché du travail ................................................. 21
       1.7.7. Répartition du taux d’emploi selon le niveau de formation........................................................ 21
       1.7.8. Évolution du taux d’emploi selon la région ................................................................................. 22
 2. Organisation générale du système éducatif et administration générale de
 l’enseignement............................................................................................................................... 22
    2.1. Aperçu historique................................................................................................................................. 22
       2.1.1. Le Pacte scolaire ........................................................................................................................... 23
       2.1.2. L’obligation scolaire ..................................................................................................................... 23
       2.1.3. La communautarisation de l'enseignement ................................................................................ 24
       2.1.4. La rénovation de l'enseignement ................................................................................................ 25
       2.1.5. L'évolution récente....................................................................................................................... 25
       2.1.6. De nouvelles orientations politiques ........................................................................................... 26
    2.2. Débats en cours et développements futurs ........................................................................................ 28
    2.3. Principes fondamentaux et législation de base .................................................................................. 28
       2.3.1. La liberté d'enseignement............................................................................................................ 29
       2.3.2. Les réseaux.................................................................................................................................... 29
       2.3.3. La gratuité de l'enseignement obligatoire .................................................................................. 31
       2.3.4. La coéducation ............................................................................................................................. 33
       2.3.5. Les finalités et les objectifs ........................................................................................................... 33
    2.4. Structure générale et moments clés de l’orientation.......................................................................... 35
       2.4.1. Principaux moments-clés de l’orientation ................................................................................... 36
       2.4.2. Organigramme de la structure..................................................................................................... 37
    2.5. Scolarité obligatoire ............................................................................................................................. 37
       2.5.1. Période couverte .......................................................................................................................... 38
       2.5.2. Contrôle de l'obligation scolaire .................................................................................................. 39
       2.5.3. Sanctions prévues......................................................................................................................... 40
    2.6. Administration générale ...................................................................................................................... 40
       2.6.1. Administration générale au niveau national ............................................................................... 41
       2.6.2. Administration générale au niveau régional ............................................................................... 41
       2.6.3. Administration générale au niveau local ..................................................................................... 45
       2.6.4. Institutions éducatives, administration et gestion ...................................................................... 48
    2.7. Concertation interne et externe .......................................................................................................... 55
       2.7.1. Concertation interne .................................................................................................................... 55
       2.7.2. Consultation des différents acteurs de la vie sociale externe ..................................................... 66
    2.8. Modes de financement de l’éducation................................................................................................ 77
       2.8.1. Le financement de la Communauté française ............................................................................. 78
       2.8.2. Les institutions non scolaires d’accueil du jeune enfant............................................................. 79
       2.8.3. Le financement de l’enseignement (généralités) ........................................................................ 79
       2.8.4. Enseignement fondamental ordinaire......................................................................................... 87

                                                                              1
EURYBASE                                                            BELGIQUE – Communauté française
       2.8.5. Enseignement secondaire ordinaire ............................................................................................ 90
       2.8.6. Enseignement fondamental et secondaire spécialisés ............................................................... 92
       2.8.7. Enseignement supérieur .............................................................................................................. 93
    2.9. Données statistiques............................................................................................................................ 97
       2.9.1. Budget global de l’enseignement................................................................................................ 97
       2.9.2. Ventilation du budget de l’enseignement................................................................................... 98
       2.9.3. Coût par élève sur le budget de la Communauté française ........................................................ 99
 3. Éducation préprimaire ............................................................................................................ 100
    3.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 101
       3.1.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 102
       3.1.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 102
    3.2. Débats en cours et développements futurs ...................................................................................... 104
    3.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 104
       3.3.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 104
       3.3.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 105
    3.4. Objectifs généraux ............................................................................................................................. 107
       3.4.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 107
       3.4.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 107
    3.5. Accessibilité géographique ............................................................................................................... 107
       3.5.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 108
       3.5.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 108
    3.6. Conditions d’admission et choix de l’établissement/centre............................................................. 109
       3.6.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 109
       3.6.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 109
    3.7. Aides financières aux familles ............................................................................................................ 110
       3.7.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 110
       3.7.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 111
    3.8. Niveaux et groupes d’âge .................................................................................................................. 111
       3.8.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................... 111
       3.8.2. Institutions non scolaires............................................................................................................ 112
    3.9. Organisation du temps ...................................................................................................................... 112
       3.9.1. Organisation de l’année ............................................................................................................. 113
       3.9.2. Horaires hebdomadaire et journalier......................................................................................... 113
    3.10. Programme d’activités, types d’activités et nombre d’heures........................................................ 113
       3.10.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 114
       3.10.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 117
    3.11. Méthodes, matériel pédagogique ................................................................................................... 117
       3.11.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 118
       3.11.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 119
    3.12. Évaluation des enfants ..................................................................................................................... 119
       3.12.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 119
       3.12.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 121
    3.13. Structures de soutien ....................................................................................................................... 121
       3.13.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 121
       3.13.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 121
    3.14. Secteur privé..................................................................................................................................... 122
    3.15. Variantes organisationnelles et structures alternatives .................................................................. 122
       3.15.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 122
       3.15.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 123
    3.16. Données statistiques........................................................................................................................ 124
       3.16.1. Institutions scolaires à finalité éducative ................................................................................. 124
       3.16.2. Institutions non scolaires.......................................................................................................... 127
 4. Enseignement primaire........................................................................................................... 130
    4.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 131
       4.1.1. Le développement de l'enseignement primaire ....................................................................... 131
       4.1.2. La pédagogie .............................................................................................................................. 132
    4.2. Débats en cours et développements futurs ...................................................................................... 133

                                                                            2
EURYBASE                                                            BELGIQUE – Communauté française
   4.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 133
   4.4. Objectifs généraux ............................................................................................................................. 136
   4.5. Accessibilité géographique ............................................................................................................... 137
   4.6. Conditions d’admission et choix de l’établissement......................................................................... 138
      4.6.1. L’accès à l’enseignement primaire ............................................................................................. 138
      4.6.2. Le libre choix des parents........................................................................................................... 138
   4.7. Aides financières aux familles ............................................................................................................ 139
   4.8. Niveaux et groupes d’âge .................................................................................................................. 139
      4.8.1. L'âge des élèves .......................................................................................................................... 139
      4.8.2. Les regroupements des élèves................................................................................................... 140
      4.8.3. Les enseignants .......................................................................................................................... 140
   4.9. Organisation du temps ...................................................................................................................... 141
      4.9.1. Organisation de l’année scolaire................................................................................................ 141
      4.9.2. Horaires hebdomadaire et journalier......................................................................................... 141
   4.10. Programme d’études, matières et nombre d’heures ...................................................................... 143
      4.10.1. L’élaboration des programmes ................................................................................................ 143
      4.10.2. Les matières fixées par la loi..................................................................................................... 143
      4.10.3. L’enseignement des langues.................................................................................................... 144
      4.10.4. Les cours philosophiques et religieux...................................................................................... 145
      4.10.5. Le développement corporel..................................................................................................... 146
      4.10.6. L'éducation aux médias............................................................................................................ 146
   4.11. Méthodes, matériel pédagogique ................................................................................................... 147
      4.11.1. Les méthodes: recommandations et pratiques....................................................................... 147
      4.11.2. Le matériel pédagogique ......................................................................................................... 148
   4.12. Évaluation des élèves....................................................................................................................... 149
   4.13. Passage de classe ............................................................................................................................. 150
   4.14. Certification ...................................................................................................................................... 151
   4.15. Orientation pédagogique ................................................................................................................ 152
      4.15.1. Les centres psycho-médico-sociaux ........................................................................................ 152
      4.15.2. L’inspection médicale scolaire ................................................................................................. 153
   4.16. Secteur privé..................................................................................................................................... 153
   4.17. Variantes organisationnelles et structures alternatives .................................................................. 154
   4.18. Données statistiques........................................................................................................................ 155
      4. 18.1. Les élèves ................................................................................................................................. 155
      4. 18.2. Les établissements................................................................................................................... 157
 5. Enseignement secondaire et postsecondaire non supérieur ............................................ 158
   5.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 160
   5.2. Débats en cours.................................................................................................................................. 164
   5.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 165
   5.4. Objectifs généraux ............................................................................................................................. 167
      5.4.1. Le premier degré ........................................................................................................................ 168
      5.4.2. L’enseignement de transition .................................................................................................... 169
      5.4.3. L’enseignement de qualification................................................................................................ 170
   5.5. Types d’établissements...................................................................................................................... 170
   5.6. Accessibilité géographique ............................................................................................................... 171
   5.7. Conditions d’admission et choix de l’établissement......................................................................... 171
      Accès au 1er degré différencié ............................................................................................................ 172
   5.8. Droits d’inscription et/ou de scolarité ............................................................................................... 172
   5.9. Aides financières aux élèves .............................................................................................................. 174
      A. Les allocations d’études................................................................................................................... 174
      B. Les prêts d’études ............................................................................................................................ 175
   5.10. Cycles et groupes d’âge ................................................................................................................... 175
      5.10.1. Le premier degré commun....................................................................................................... 175
      5.10.2. Le premier degré différencié.................................................................................................... 176
      5.10.3. Les 2e et 3e degrés..................................................................................................................... 176
   5.11. Spécialisation dans les études ......................................................................................................... 177
      5.11.1. Le premier degré et l'année spécifique de différenciation et d'orientation ........................... 177
      B. Le premier degré différencié ........................................................................................................... 177

                                                                            3
EURYBASE                                                             BELGIQUE – Communauté française
       5.11.3. L’enseignement de transition .................................................................................................. 178
       5.11.4. L’enseignement de qualification.............................................................................................. 179
    5.12. Organisation du temps .................................................................................................................... 181
       5.12.1. Organisation de l’année scolaire.............................................................................................. 182
       5.12.2. Horaires hebdomadaire et journalier....................................................................................... 182
    5.13. Programmes d’études, matières et nombre d’heures..................................................................... 183
       5.13.1. Le premier degré commun....................................................................................................... 183
       5.13.2. Le premier degré différencié.................................................................................................... 185
       5.13.3. La 3e année de différenciation et d’orientation au sein du 2e degré....................................... 186
       5.13.4. L’enseignement de transition .................................................................................................. 186
       5.13.5. L’enseignement de qualification.............................................................................................. 190
    5.14. Méthodes, matériel pédagogique ................................................................................................... 191
       5.14.1. Premier degré commun et premier degré différencié ............................................................ 193
       5.14.2. Enseignement de qualification ................................................................................................ 194
    5.15. Évaluation des élèves....................................................................................................................... 195
    5.16. Passage de classe ............................................................................................................................. 197
       5.16.1. Le premier degré commun et le premier degré différencié.................................................... 198
       5.16.2. L’année spécifique de différenciation et d'orientation à l'issue du premier degré de
       l'enseignement secondaire.................................................................................................................. 199
       5.16.3. L’enseignement de transition .................................................................................................. 199
       5.16.4. L’enseignement de qualification.............................................................................................. 200
    5.17. Certification ...................................................................................................................................... 201
       5.17.1. Premier degré commun et premier degré différencié ............................................................ 201
       5.17.2. Enseignement de transition ..................................................................................................... 202
       5.17.3. Enseignement de qualification ................................................................................................ 202
    5.18. Orientation pédagogique, relations formation/emploi.................................................................. 204
       5.18.1. Premier degré commun et premier degré différencié ............................................................ 205
       5.18.2. Enseignement de transition ..................................................................................................... 205
       5.18.3. Enseignement de qualification ................................................................................................ 206
    5.19. Secteur privé..................................................................................................................................... 206
    5.20. Variantes organisationnelles, structures alternatives ..................................................................... 207
    5.21. Données statistiques........................................................................................................................ 214
       5.21.1. Nombre d’établissements ........................................................................................................ 215
       5.21.2. Effectifs scolaires par réseau et par filière ................................................................................ 215
       5.21.3. Nombre d’élèves par enseignant rémunéré (équivalents temps plein) dans l’enseignement
       secondaire ordinaire ............................................................................................................................ 218
       5.21.4. La certification .......................................................................................................................... 218
       5.21.5. Pourcentages d'élèves redoublants selon l’année d’études et la filière ................................. 220
 6. Enseignement supérieur ......................................................................................................... 220
    6.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 221
       6.1.1. Universités .................................................................................................................................. 222
       6.1.2. Hautes écoles.............................................................................................................................. 223
       6.1.3. Écoles supérieures des arts......................................................................................................... 224
       6.1.4. Instituts supérieurs d’architecture ............................................................................................. 225
    6.2. Débats en cours.................................................................................................................................. 225
    6.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 226
       6.3.1. Universités .................................................................................................................................. 227
       6.3.2. Hautes écoles.............................................................................................................................. 228
       6.3.3. Écoles supérieures des arts......................................................................................................... 229
       6.3.4. Instituts supérieurs d’architecture ............................................................................................. 230
    6.4. Objectifs généraux ............................................................................................................................. 230
       6.4.1. Universités .................................................................................................................................. 232
       6.4.2. Hautes écoles.............................................................................................................................. 232
       6.4.3. Écoles supérieures des arts......................................................................................................... 232
       6.4.4. Instituts supérieurs d’architecture ............................................................................................. 233
    6.5. Types d’institutions ............................................................................................................................ 233
       6.5.1. Universités .................................................................................................................................. 233
       6.5.2. Hautes écoles.............................................................................................................................. 234

                                                                             4
EURYBASE                                                            BELGIQUE – Communauté française
      6.5.3. Écoles supérieures des arts......................................................................................................... 235
      6.5.4. Instituts supérieurs d’architecture ............................................................................................. 236
   6.6. Conditions d’admission...................................................................................................................... 236
      6.6.1. Universités .................................................................................................................................. 237
      6.6.2. Hautes écoles.............................................................................................................................. 239
      6.6.3. Écoles supérieures des arts......................................................................................................... 240
      6.6.4. Instituts supérieurs d’architecture ............................................................................................. 241
   6.7. Droits d’inscription et/ou de scolarité ............................................................................................... 241
   6.8. Aides financières aux étudiants ......................................................................................................... 242
   6.9. Organisation de l’année académique................................................................................................ 244
   6.10. Filières d’études, spécialisation ....................................................................................................... 245
      6.10.1. Universités ................................................................................................................................ 246
      6.10.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 247
      6.10.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 249
      6.10.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 250
   6.11. Programmes d’études...................................................................................................................... 250
      6.11.1. Universités ................................................................................................................................ 251
      6.11.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 253
      6.11.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 253
      6.11.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 253
   6.12. Méthodes.......................................................................................................................................... 254
      6.12.1. Universités ................................................................................................................................ 255
      6.12.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 255
      6.12.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 257
      6.12.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 257
   6.13. Évaluation des étudiants.................................................................................................................. 257
      6.13.1. Universités ................................................................................................................................ 257
      6.13.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 258
      6.13.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 258
      6.13.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 259
   6.14. Passage de classe ............................................................................................................................. 259
      6.14.1. Universités ................................................................................................................................ 259
      6.14.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 260
      6.14.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 261
      6.14.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 262
   6.15. Certification ...................................................................................................................................... 262
      6.15.1. Universités ................................................................................................................................ 262
      6.15.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 264
      6.15.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 264
      6.15.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 265
   6.16. Orientation pédagogique, débouchés, relations formation/emploi.............................................. 265
      6.16.1. Universités ................................................................................................................................ 265
      6.16.2. Hautes écoles............................................................................................................................ 266
      6.16.3. Écoles supérieures des arts....................................................................................................... 266
      6.16.4. Instituts supérieurs d’architecture ........................................................................................... 266
   6.17. Secteur privé..................................................................................................................................... 266
   6.18. Variantes organisationnelles et structures alternatives .................................................................. 266
   6.19. Données statistiques........................................................................................................................ 269
      6.19.1. Les effectifs ............................................................................................................................... 270
      6.19.2. La certification .......................................................................................................................... 275
      6.19.3. L’encadrement.......................................................................................................................... 276
 7. Education et formation continue des jeunes sortis du système éducatif et des adultes277
   7.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 277
   7.2. Débats en cours et développements futurs ...................................................................................... 280
   7.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 281
      7.3.1. L'enseignement à distance......................................................................................................... 283
      7.3.2. L'enseignement de promotion sociale ...................................................................................... 284
      7.3.3. L'enseignement artistique à horaire réduit ............................................................................... 285

                                                                            5
EURYBASE                                                               BELGIQUE – Communauté française
     7.3.4. La formation continue pour les petites et moyennes entreprises ............................................ 286
     7.3.5. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs............................ 287
     7.3.6. La formation professionnelle du personnel travaillant dans l'agriculture................................ 289
     7.3.7. Les groupes à risque................................................................................................................... 289
     7.3.8. Les cours d’alphabétisation........................................................................................................ 290
     7.3.9. L’apprentissage de professions de salariés................................................................................ 291
  7.4. Objectifs généraux ............................................................................................................................. 291
     7.4.1. L’enseignement à distance......................................................................................................... 291
     7.4.2. L’enseignement de promotion sociale ...................................................................................... 292
     7.4.3. L’enseignement artistique à horaire réduit ............................................................................... 293
     7.4.4. L’éducation permanente ............................................................................................................ 293
     7.4.5. La formation permanente pour les petites et moyennes entreprises (PME) ............................ 293
     7.4.6. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs............................ 294
     7.4.7. Les groupes à risques ................................................................................................................. 294
     7.4.8. Les cours d’alphabétisation........................................................................................................ 294
     7.4.9. L’apprentissage de professions de salariés................................................................................ 294
  7.5. Types d’établissement ....................................................................................................................... 295
     7.5.1. L’enseignement à distance......................................................................................................... 295
     7.5.2. L’enseignement dans des établissements d’enseignement ..................................................... 295
     7.5.3. L’enseignement dispensé dans des centres de formation ou des entreprises......................... 296
  7.6. Accessibilité géographique ............................................................................................................... 299
  7.7. Conditions d’admission...................................................................................................................... 299
     7.7.1. L’enseignement à distance......................................................................................................... 300
     7.7.2. L’enseignement de promotion sociale ...................................................................................... 300
     7.7.3. L’enseignement artistique à horaire réduit ............................................................................... 300
     7.7.4. La formation continue pour les petites et moyennes entreprises ............................................ 300
     7.7.5. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs............................ 301
     7.7.6. La formation professionnelle du personnel travaillant dans l’agriculture................................ 301
     7.7.7. Les formations d’insertion socioprofessionnelle ....................................................................... 301
  7.8. Droits d’inscription et/ou de scolarité ............................................................................................... 302
  7.9. Aides financières aux adultes en formation ...................................................................................... 303
  7.10. Filières d’études/spécialisations principales ................................................................................... 306
     7.10.1. L’enseignement à distance....................................................................................................... 306
     7.10.2. L’enseignement de promotion sociale .................................................................................... 307
     7.10.3. L’enseignement artistique à horaire réduit ............................................................................. 308
     7.10.4. L’éducation permanente.......................................................................................................... 309
     7.10.5. La formation continue pour les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises
     (PME)..................................................................................................................................................... 309
     7.10.6. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs.......................... 310
     7.10.7. La formation professionnelle du personnel travaillant dans l’agriculture.............................. 311
     7.10.8. Les groupes à risques ............................................................................................................... 311
     7.10.9. L’apprentissage de professions de salariés.............................................................................. 312
  7.11. Méthodes pédagogiques................................................................................................................. 312
     7.11.1. L’enseignement à distance....................................................................................................... 312
     7.11.2. L’enseignement de promotion sociale .................................................................................... 313
     7.11.3. L’enseignement artistique à horaire réduit ............................................................................. 314
     7.11.4. L’éducation permanente.......................................................................................................... 314
     7.11.5. La formation permanente pour les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises
      .............................................................................................................................................................. 314
     7.11.6. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs.......................... 315
  7.12. Formateurs ....................................................................................................................................... 315
     7.12.1. L’enseignement à distance....................................................................................................... 315
     7.12.2. L’enseignement de promotion sociale .................................................................................... 316
     7.12.3. L’enseignement artistique à horaire réduit (ESAHR) ............................................................... 316
     7.12.4. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs.......................... 317
  7.13. Évaluation/progression des adultes en formation.......................................................................... 317
     7.13.1. L’enseignement à distance....................................................................................................... 317
     7.13.2. L’enseignement de promotion sociale .................................................................................... 318
     7.13.3. La formation continue pour les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises .. 318
                                                                               6
EURYBASE                                                                 BELGIQUE – Communauté française
       7.13.4. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs.......................... 318
    7.14. Certification ...................................................................................................................................... 319
       7.14.1. L’enseignement à distance....................................................................................................... 320
       7.14.2. L’enseignement de promotion sociale .................................................................................... 320
       7.14.3. L’enseignement secondaire artistique à horaire réduit .......................................................... 321
       7.14.4. La formation permanente pour les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises
       .............................................................................................................................................................. 322
       7.14.5. La formation professionnelle des demandeurs d’emploi et des travailleurs.......................... 322
    7.15. Relations formation/emploi............................................................................................................. 322
    7.16. Secteur privé..................................................................................................................................... 329
    7.17. Données statistiques........................................................................................................................ 329
       7.17.1. Les formations du ressort de la Communauté française......................................................... 330
       7.17.2. Les formations du ressort de la Région wallonne.................................................................... 333
       7.17.3. Les formations du ressort de la Région de Bruxelles-Capitale ................................................ 337
       7.17.4. Des politiques croisées: l'alphabétisation................................................................................ 340
 8. Enseignants et personnel de l’éducation.............................................................................. 341
    8.1. Formation initiale des enseignants ................................................................................................... 341
       8.1.1. Aperçu historique ....................................................................................................................... 342
       8.1.2. Débats en cours et développements futurs .............................................................................. 345
       8.1.3. Cadre législatif spécifique .......................................................................................................... 346
       8.1.4. Institutions, niveau et modèles de formation............................................................................ 348
       8.1.5. Conditions d’admission.............................................................................................................. 351
       8.1.6. Programme d’études, Compétences spécifiques, Spécialisation ............................................. 353
       8.1.7. Évaluation, Certification ............................................................................................................. 359
       8.1.8. Voies de formation alternatives ................................................................................................. 362
    8.2. Conditions de service des enseignants ............................................................................................. 363
       8.2.1. Aperçu historique ....................................................................................................................... 363
       8.2.2. Débats en cours et développements futurs .............................................................................. 366
       8.2.3. Cadre législatif spécifique .......................................................................................................... 366
       8.2.4. Politique de planification ........................................................................................................... 371
       8.2.5. Accès à la profession................................................................................................................... 372
       8.2.6. Statut professionnel ................................................................................................................... 378
       8.2.7. Mesures de remplacement......................................................................................................... 381
       8.2.8. Mesures de soutien aux enseignants......................................................................................... 383
       8.2.9. Évaluation des enseignants........................................................................................................ 385
       8.2.10. Formation continue.................................................................................................................. 387
       8.2.11. Salaire........................................................................................................................................ 393
       8.2.12. Organisation du travail et congés ............................................................................................ 395
       8.2.13. Promotion, avancement........................................................................................................... 401
       8.2.14. Transferts .................................................................................................................................. 403
       8.2.15. Licenciement ............................................................................................................................ 404
       8.2.16. Départ à la retraite et pensions ................................................................................................ 407
    8.3. Personnel de gestion et/ou de direction au sein des établissements .............................................. 407
       8.3.1. Conditions d’accès au poste....................................................................................................... 407
       8.3.2. Conditions de service ................................................................................................................. 411
    8.4. Personnel responsable du contrôle de la qualité de l’enseignement .............................................. 415
       8.4.1. Conditions d’accès au poste....................................................................................................... 416
       8.4.2. Conditions de service ................................................................................................................. 417
    8.5. Personnel de l’éducation responsable du soutien et de l’orientation.............................................. 419
    8.6. Autres personnels de l’éducation ...................................................................................................... 420
    8.7. Données statistiques.......................................................................................................................... 422
       8.7.1. Personnel enseignant, par sexe et temps de travail, en nombre de personnes....................... 422
       8.7.2. Personnel directeur, par sexe et temps de travail, en nombre de personnes .......................... 423
       8.7.3. Personnel des universités, en équivalents temps plein, par catégorie de personnel et par sexe
        .............................................................................................................................................................. 424
       8.7.4. Personnel enseignant, en équivalents temps plein, par situation statutaire ........................... 425
       8.7.5. Enseignants par tranche d'âge, en équivalents temps plein..................................................... 425
       8.7.6. Diplômes d’enseignants délivrés par l’enseignement supérieur de type court pédagogique 426

                                                                                 7
EURYBASE                                                            BELGIQUE – Communauté française
        8.7.7. Diplômes d’enseignants délivrés par les universités................................................................. 427
        8.7.8. Traitements annuels bruts des enseignants par niveau d'enseignement (public)................... 428
 9. Évaluation des établissements et du système éducatif ...................................................... 429
    9.1. Aperçu historique............................................................................................................................... 429
    9.2. Débats en cours et développements futurs ...................................................................................... 430
    9.3. Cadre législatif spécifique .................................................................................................................. 431
    9.4. Évaluation des établissements d’enseignement............................................................................... 432
       9.4.1. Évaluation interne ...................................................................................................................... 432
       9.4.2. Évaluation externe...................................................................................................................... 434
    9.5. Évaluation du système éducatif......................................................................................................... 438
       9.5.1. Enseignement fondamental et enseignement secondaire....................................................... 441
       9.5.2. Enseignement supérieur ............................................................................................................ 445
    9.6. Recherche en éducation en lien avec l’évaluation du système éducatif .......................................... 446
    9.7. Données statistiques.......................................................................................................................... 448
 10. Soutien aux besoins éducatifs particuliers ........................................................................ 450
    10.1. Aperçu historique............................................................................................................................. 450
    10.2. Débats en cours et développements futurs .................................................................................... 452
    10.3. Définition et diagnostic du groupe cible......................................................................................... 452
    10.4. Aides financières aux familles .......................................................................................................... 452
    10.5. Offre éducative spéciale au sein de l’enseignement ordinaire....................................................... 453
       10.5.1. Cadre législatif spécifique ........................................................................................................ 454
       10.5.2. Objectifs généraux/concrets .................................................................................................... 455
       10.5.3. Mesures spécifiques de soutien ............................................................................................... 455
    10.6. Enseignement spécialisé séparé...................................................................................................... 456
       10.6.1. Cadre législatif spécifique ........................................................................................................ 457
       10.6.2. Objectifs généraux/concrets .................................................................................................... 458
       10.6.3. Accessibilité géographique...................................................................................................... 458
       10.6.4. Conditions d’admission et choix de l’établissement ............................................................... 459
       10.6.5. Cycles et groupes d’âge ........................................................................................................... 461
       10.6.6. Organisation du temps............................................................................................................. 463
       10.6.7. Programme d’études, matières................................................................................................ 464
       10.6.8. Méthodes, matériel pédagogique ........................................................................................... 466
       10.6.9. Passage de classe...................................................................................................................... 469
       10.6.10. Orientation scolaire/professionnelle et liens entre l’enseignement et le monde du travail 469
       10.6.11. Certification ............................................................................................................................ 471
       10.6.12. Secteur privé........................................................................................................................... 472
    10.7. Mesures spécifiques en faveur d’enfants/d’élèves immigrés et des enfants appartenant à des
    minorités ethniques.................................................................................................................................. 472
       10.7.1. La scolarisation interculturelle ................................................................................................. 472
       10.7.2. L’insertion des élèves primo-arrivants ..................................................................................... 473
       10.7.3. Les cours d'adaptation à la langue de l'enseignement ........................................................... 474
    10.8. Données statistiques........................................................................................................................ 474
       10.8.1. Nombre d’établissements et d’implantations ......................................................................... 474
       10.8.2. Élèves inscrits dans l'enseignement spécialisé ........................................................................ 476
       10.8.3. Effectifs par type de handicap, par réseau et par niveau ........................................................ 477
       10.8.4. Les certificats délivrés dans l’enseignement spécialisé........................................................... 479
       10.8.5. Les cours de langue et culture d’origine (LCO)........................................................................ 480
 11. La dimension européenne et internationale dans l’éducation ....................................... 481
    11.1. Aperçu historique............................................................................................................................. 481
    11.2. Débats en cours................................................................................................................................ 482
    11.3. Directives politiques nationales/Cadre législatif spécifique........................................................... 483
    11.4. Initiatives et programmes nationaux .............................................................................................. 485
    11.5. Dimension européenne/internationale dans le curriculum national............................................. 488
    11.6. Mobilité et échanges........................................................................................................................ 489
       11.6.1. Mobilité et échanges d’élèves/d’étudiants.............................................................................. 489
       11.6.2. Mobilité et échanges de personnels enseignant et académique ........................................... 492
    11.7. Données statistiques........................................................................................................................ 493
                                                                           8
EURYBASE                                                        BELGIQUE – Communauté française
 GLOSSAIRE .................................................................................................................................... 498
 LEGISLATION................................................................................................................................. 502
 INSTITUTIONS ............................................................................................................................... 534
 BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................ 543




                                                                       9
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


     1. Contexte et tendances d’ordre politique, social et
                        économique
1.1. Aperçu historique

Depuis sa création en 1830, le Royaume de Belgique, monarchie constitutionnelle parlementaire, était un
état unitaire. La Constitution prévoyait que tous les pouvoirs émanaient de la Nation: l'État était fondé sur le
principe de l'unité de législation et de gouvernement. Toutefois, l'exercice de certaines compétences à
caractère « local » avait été confié très tôt à des collectivités subordonnées: les provinces et les communes.



Dès le XIXe siècle pourtant, un mouvement flamand revendiqua, entre autres, la reconnaissance linguistique
officielle de l'usage de la langue néerlandaise. Par la suite, en 1962, une frontière linguistique fut tracée entre
le Nord du pays, néerlandophone, et le Sud, francophone. Le bilinguisme de Bruxelles et de ses 18
communes périphériques fut reconnu et une zone de langue germanophone fut délimitée à l'Est du pays. Les
années qui suivirent virent l'émergence des Communautés culturelles et linguistiques.



Dans le même temps, un mouvement wallon revendiqua la maîtrise politique et économique de la
reconversion industrielle de la Wallonie. Il s'est traduit par l'émergence de Régions économiques et sociales.



En réponse à ces aspirations, quatre révisions constitutionnelles, en 1970, 1980, 1988 et 1993, ont
progressivement modifié les structures de la Belgique, devenue aujourd'hui un État fédéral à part entière
(Art. 1 de la Constitution).



Trois Communautés ont été créées: la Communauté française, la Communauté flamande et la Communauté
germanophone (Art. 2 de la Constitution). Les éléments constitutifs déterminants de ces Communautés sont
la culture et la langue.



Parallèlement, trois Régions ont été créées: la Région flamande (au Nord du pays), la Région wallonne (au Sud
du pays), et la Région de Bruxelles-Capitale (au centre du pays) (Art. 3 de la Constitution). L'élément
constitutif déterminant de la Région est le territoire.



La Région de Bruxelles-Capitale, bien qu'historiquement située dans la partie flamande du pays, compte une
grande majorité de francophones. La petite Communauté germanophone (environ 74.000 habitants, à l'Est
du pays) fait quant à elle partie du territoire de la Région wallonne.



L'évolution politique de la Belgique a eu des répercussions importantes sur l'organisation de l'enseignement.
La fédéralisation de l'état a conduit au transfert de la presque totalité des compétences en matière
d'enseignement aux Communautés au mois de janvier 1989: seuls la fixation du début et de la fin de


                                                       10
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
l'obligation scolaire, les conditions minimales pour la délivrance des diplômes et le régime des pensions du
personnel enseignant demeurent des compétences de l'État fédéral.



Constitution



1.2. Principaux organes exécutifs et législatifs

Trois niveaux de pouvoir sont décrits dans les paragraphes suivants: les institutions fédérales (voir 1.2.1.), les
institutions communautaires et régionales (voir 1.2.2.), les provinces et les communes (voir 1.2.3.).



La politique d'éducation et de garde des jeunes enfants en Communauté française de Belgique

Le développement de l'éducation. Rapport de la Communauté française de Belgique.



1.2.1. Les institutions fédérales


La Constitution prévoit la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Le pouvoir législatif est
exercé par le Roi et le Parlement fédéral composé d'une Chambre des représentants et d'un Sénat. Le pouvoir
exécutif est exercé par le Roi et le Gouvernement composé de Ministres et de Secrétaires d'État. Le Roi
nomme et révoque les Ministres, mais il n'a pas de responsabilité politique. Aucun de ses actes ne peut avoir
d'effet s'il n'est pas contresigné par un Ministre qui en assume la responsabilité. Le pouvoir judiciaire est
quant à lui exercé au sein des cours et tribunaux.



La Chambre des représentants, comme le Sénat, est composée d'un groupe linguistique français et d'un
groupe linguistique néerlandais.



Des réformes successives ont entièrement modifié la situation antérieure où la Chambre et le Sénat étaient
sur un pied d'égalité en toutes matières et exerçaient globalement les mêmes attributions.



La Chambre des représentants est composée de 150 députés élus au suffrage universel direct. Le Sénat est
composé de 71 sénateurs (40 élus directs, 21 sénateurs désignés par les Parlements des Communautés et 10
sénateurs cooptés) et des sénateurs de droit, actuellement au nombre de trois: le Prince Philippe de
Belgique, la Princesse Astrid de Belgique et le Prince Laurent de Belgique, soit les trois enfants d'Albert II,
actuel roi des Belges.



Les compétences propres à la Chambre des représentants sont notamment celles qui relèvent du contrôle
politique, c'est-à-dire que la responsabilité politique des Ministres et du Gouvernement ne peut être
engagée que devant elle. La Chambre est également exclusivement compétente en matière budgétaire: elle
seule arrête la loi des comptes et vote le budget.

                                                       11
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


En général, les projets de lois adoptés par la Chambre des représentants sont transmis au Sénat qui peut les
amender. Néanmoins, depuis les dernières réformes, le rôle premier du Sénat s'apparente de plus en plus à
celui d'une « chambre de réflexion » statuant sur les grands débats de société ou encore à une « chambre de
représentation » des entités fédérées du pays au niveau national.



Le Gouvernement fédéral est quant à lui le principal organe exécutif et il gère les affaires courantes de l'état,
les dossiers de politique étrangère, de défense nationale, les matières judiciaires, les questions financières, les
affaires sociales, ...



Constitution



1.2.2. Les institutions communautaires et régionales


Les Communautés et les Régions sont, au sein de la Belgique, des institutions politiques pourvues d'un
pouvoir législatif exercé par une assemblée d'élus, le Conseil, et d'un pouvoir exécutif exercé par un
gouvernement propre.



Les actes normatifs des niveaux communautaires et régionaux prennent la forme de décrets qui ont force de
lois. Ils ont donc une portée équivalente aux lois nationales.



La Région flamande et la Communauté flamande ont fusionné leurs Conseils et leurs Gouvernements
respectifs. Par contre, le Conseil régional wallon et le Conseil de la Communauté française sont demeurés
distincts. La Région de Bruxelles-Capitale quant à elle possède des structures internes particulières adaptées
à son caractère bicommunautaire et bilinguistique spécifique.



A côté du Conseil flamand, existent donc un Conseil de la Communauté française, un Conseil de la
Communauté germanophone, un Conseil régional wallon et un Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale.
Les Conseils sont composés de membres élus directement:



    ●    Le Conseil flamand compte 124 membres, à savoir les 118 élus directs de la Région flamande et 6
         membres élus du groupe linguistique néerlandais du Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale.
    ●    Le Conseil régional wallon compte 75 membres, tous élus directement.
    ●    Le Conseil de la Communauté française compte 94 membres, dont les 75 membres du Conseil
         régional wallon élus directement et 19 membres élus par le groupe linguistique français du Conseil
         de la Région de Bruxelles-Capitale.
    ●    Le Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale est composé de 75 membres, tous élus directement.
    ●    Le Conseil de la Communauté germanophone compte 25 membres, tous élus directement.




                                                       12
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française

                                              Pouvoir législatif                    Pouvoir exécutif
Communauté/Région flamande            Vlaamse Raad                         Vlaamse Regering
                                      (Conseil flamand)                    (Gouvernement flamand)
Communauté française                  Conseil de la Communauté             Gouvernement de la Communauté
                                      française                            française
Communauté germanophone               Rat der Deutschsprachigen            Executive der Deutschsprachigen
                                      Gemeinschaft                         Gemeinschaft
                                      (Conseil de la Communauté            (Gouvernement de la
                                      germanophone)                        Communauté germanophone)
Région wallonne                       Conseil régional wallon              Gouvernement régional wallon
Région de Bruxelles-Capitale          Conseil de Bruxelles-Capitale        Gouvernement de Bruxelles-
                                                                           Capitale


Une cour d'arbitrage organise la prévention et la résolution des conflits entre les lois et les décrets adoptés
par les diverses assemblées. Elle statue par voie d'arrêt sur ces conflits de compétences et sur toute violation
des articles de la Constitution par une loi ou un décret. Elle peut être saisie par toute autorité que la loi
désigne, par toute juridiction ou, à titre préjudiciel, par tout citoyen.



Les Régions sont compétentes notamment dans le domaine des politiques économiques, du commerce
extérieur, des travaux et transports publics, de l'environnement, de l'énergie, de la politique scientifique, de
la politique de la santé, du logement, de l'action sociale, de la formation, de l'emploi et de l'aménagement du
territoire.



Les Communautés sont compétentes notamment pour les matières culturelles et l'emploi des langues ainsi
que dans les domaines de l'éducation, de l'enseignement, de l'enfance, de la jeunesse et de la recherche. La
Communauté germanophone a les mêmes compétences que les deux autres Communautés, à l'exception de
l'emploi des langues qui, en dehors de l’enseignement, reste matière nationale.



Cabinet de la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Relations
internationales de la Communauté française

Cabinet de Monsieur Jean-Claude Marcourt, Ministère de l'Economie, des PME, du Commerce extérieur et des
Technologies nouvelles

Cabinet de Monsieur Rudy Demotte, Gouvernement wallon

Cabinet du Ministre de l'Enseignement obligatoire

Cabinet du Ministre de l'Enfance, de la Recherche et de la fonction publique

Cabinet du Ministre du Budget, des Finances et du Sport

Constitution



1.2.3. Les provinces et communes


                                                      13
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
L’état est divisé en provinces dont chacune comprend un certain nombre de communes. La Belgique compte
aujourd’hui 10 provinces et 589 communes. Chaque commune fait partie d'une région linguistique. Sur le
territoire des 19 communes de Bruxelles-Capitale, le bilinguisme est de rigueur. Autour de la Région de
Bruxelles-Capitale, il y a également plusieurs communes néerlandophones dites "à facilités administratives"
pour les habitants francophones, parfois majoritaires.



Les communes sont dotées d'une assemblée législative, le Conseil communal, dont les membres sont élus
pour une durée de 6 ans. Elles possèdent également un pouvoir exécutif, exercé par le Collège des
Bourgmestre et Échevins, chargé de l'administration de la commune. Au sein du Collège, présidé par le
Bourgmestre, un échevin est habituellement plus particulièrement chargé de l'enseignement.



Chacune des dix provinces a, à sa tête, un Gouverneur. Le pouvoir législatif est exercé par le Conseil
provincial dont les membres sont élus pour une période de 6 ans. Le pouvoir exécutif est entre les mains de
la Députation Permanente élue parmi les membres du Conseil provincial. Un des députés permanents est
notamment responsable des matières d'enseignement.



Il est à noter également que depuis la fédéralisation de l’état, les compétences provinciales sont
progressivement transférées d’une part aux Communautés et aux Régions, et d’autre part aux communes.



Constitution



1.3. Religions

La Constitution garantit la séparation de l'Église et de l'État. La liberté des cultes, celle de leur exercice public,
ainsi que la liberté de manifester ses opinions sont également garanties.



Une part importante de la population se déclare de confession catholique, mais le plus grand nombre ne
sont pas pratiquants.



Tous les élèves soumis à l'obligation scolaire ont droit, à charge de la Communauté, à une éducation morale
ou religieuse (Art. 24 de la Constitution): chaque enfant peut bénéficier d’un cours de morale non
confessionnelle ou d’un cours de religion catholique, islamique, israélite, orthodoxe ou protestante (voir 2.3.
et 4.10.4.).



Constitution



1.4. Langues officielles et minoritaires

                                                         14
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Les langues officielles sont le néerlandais, le français et l'allemand. Le régime linguistique de la Belgique est
fondé sur l'existence de quatre régions linguistiques (Art. 4 de la Constitution): la région de langue française,
la région de langue néerlandaise, la région de langue allemande et la région bilingue de Bruxelles-Capitale. Il
ne faut pas confondre les quatre régions linguistiques avec les trois Régions, entités fédérées.



Cette division linguistique vise notamment à déterminer le champ d'application de la législation sur l'emploi
des langues et celui des décrets des Communautés.



Chaque commune appartient à une région linguistique.



Le paragraphe 1.4.1. décrit la situation en ce qui concerne les langues minoritaires et le paragraphe 1.4.2. le
régime linguistique de l’enseignement.



1.4.1. Langues minoritaires


La notion de langue minoritaire n'a pas cours en Belgique. On peut toutefois distinguer l'existence de
langues régionales (wallon, gaumais, picard, ...) et de langues d'immigration (italien, arabe, espagnol, turc,
portugais, notamment) parlées par certaines fractions de la population.



La Belgique a signé la Convention-Cadre pour la protection des minorités nationales le 31 juillet 2001. En
septembre 2002, dans les suites apportées à cette ratification, l'Assemblée parlementaire du Conseil de
l'Europe a estimé au sein de la Résolution 1301 (2002) que l'on pouvait considérer comme des minorités
nationale, en Belgique, les groupes suivants: au niveau de État, la Communauté germanophone tout entière;
au niveau régional, les francophones vivant dans la région de langue néerlandaise et dans la région de
langue allemande, et les néerlandophones et les germanophones vivant dans la région de langue française.
Cette convention n'est pas encore reconnue par la Région flamande.



Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement



1.4.2. Régime linguistique dans l'enseignement


La langue de l'enseignement est celle de la région linguistique. Ainsi, la langue de l'enseignement est le
néerlandais dans la région de langue néerlandaise, le français dans la région de langue française, l'allemand
dans la région de langue allemande et, selon le choix des parents, le français ou le néerlandais dans la région
bilingue de Bruxelles-Capitale.



Dans l’enseignement fondamental et dans l’enseignement secondaire, le gouvernement de la Communauté
française peut également, à certaines conditions, autoriser un pouvoir organisateur à assurer dans une ou
plusieurs des écoles ou implantations qu'il organise certains cours et activités pédagogiques de la grille-
                                                      15
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
horaire en langue des signes ou dans une langue moderne autre que le français (immersion) (voir 3.15.1.
pour l’enseignement préscolaire, 4.17. pour l’enseignement primaire et 5.14. pour l’enseignement
secondaire). Dans l’enseignement supérieur, une partie des cours peut être dispensée dans une autre langue
que le français (voir 6.11.).



Certains aspects de l'enseignement des langues étrangères sont également fixés par la législation
linguistique. Ainsi, dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale, la première langue étrangère dans les écoles
francophones est obligatoirement le néerlandais et inversement. Par contre, le choix de la première langue
étrangère est libre dans la région de langue française (néerlandais, allemand ou anglais), à l'exception des
communes à statut spécial.



Allemand, anglais ou néerlandais ? Le choix d’une langue moderne dans l’enseignement fondamental.

L’immersion linguistique dans l’enseignement fondamental en Communauté française de Belgique : l’état de
la question.

Décret portant sur l'organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la
réglementation de l'enseignement

Loi sur l'emploi des langues en matière administrative

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement

Lois coordonnées du 18/07/1966 sur l'emploi des langues en matière administrative



1.5. Situation démographique

Avec plus de 10 millions d'habitants sur un territoire terrestre de 30.528 km² (32.545 km², Mer du Nord
incluse), la Belgique a au 1er janvier 2009 une densité de population moyenne de 352 habitants par km²: 206
habitants par km² en Région wallonne, 459 habitants par km² en Région flamande et surtout 6.625 habitants
par km² dans la Région de Bruxelles-Capitale (celle-ci ne s’étendant que sur une superficie de 161 km²).



La population se caractérise par son important vieillissement (l’âge moyen en Belgique était de 40,1 ans en
2007). En 2002, le taux de mortalité s’élevait à 10,40 pour mille hommes et à 10,14 pour mille femmes. En
2006, l’espérance de vie à la naissance était de 77,01 années pour les hommes et de 82,65 années pour les
femmes. Le nombre de centenaires augmente progressivement, de 917 en 2000 à 1.247 en 2005 et 1.381 en
2008 (selon le Registre national).



Nonante-cinq pour cent de la population vit dans les zones urbanisées dont la principale agglomération est
Bruxelles (plus de 1 million d’habitants pour l’ensemble des communes bruxelloises). Les communes les plus
peuplées sont respectivement Anvers (452.071 habitants), Gand (237.250 habitants), Charleroi (201.593
habitants), Liège (190.102 habitants) et Bruxelles (148.873 habitants) au 1er janvier 2008.



Le solde de l'émigration et de l'immigration est positif mais influence peu l'évolution actuelle de la
population. Les étrangers les plus représentés sont les Italiens, les Français, les Hollandais et les Marocains,
                                                      16
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
mais on relève des différences selon les Régions. Au 1er janvier 2008, la Belgique compte 971.448 étrangers,
soit 9,1 % de la population totale.

Sources des informations: SPF économie. Direction générale Statistiques et informations économique,
Service démographie.



Chiffres-clés 2007, aperçu statistique de la Belgique

Institut National de Statistique (INS)

1.6. Situation économique

En Belgique, comme dans l’ensemble des pays européens, l’importance du secteur industriel est dépassée
depuis une trentaine d’années par celle du secteur des services.

Durant la seconde moitié des années nonante, la Belgique s’est remise progressivement d'une crise
d'ajustement structurel (faible croissance, chômage élevé, déficit budgétaire). C’est au premier semestre
1993 que la récession économique a été la plus forte. Depuis lors, des mesures ont été prises notamment en
vue de créer de l'emploi, de réduire la dette publique et d'équilibrer la sécurité sociale.

L’année 2009 a connu en Belgique les suites de la forte récession économique mondiale entamée en 2008.

Le PIB réel a diminué en début d’année, sous l’effet de la chute du commerce international et de la
production industrielle. Malgré une tendance à la reprise dans la seconde partie de l’année, l’activité
économique a diminué en moyenne de 3 pour cent sur 2009. Cependant, « malgré une forte sensibilité au
commerce international et les difficultés éprouvées par les grandes banques, l’économie belge a mieux résisté que
celle de l’ensemble de la zone euro. Bénéficiant d’un taux d’endettement relativement modéré, les ménages et les
entreprises ont en effet moins réduit leurs investissements » (Conseil de Régence, 2010, p. 13).

Le taux de chômage est passé de 7 à 7,9 pour cent, malgré une utilisation importante du système du
chômage temporaire, non inclus dans les statistiques du chômage.

L’indice harmonisé des prix à la consommation, qui avait augmenté de 4,5 pour cent en 2008, est en
moyenne resté stable en 2009.

Le mouvement de réduction du taux d’endettement du pays, traditionnellement très élevé (jusqu’à 134,1
pour cent du PIB en 1993), n’a pas pu être prolongé : le taux d'endettement public, qui était déjà passé de
84,2 à 89,8 pour cent du PIB en 2008, atteint 97,8 pour cent en 2009. Le Gouvernement belge s’est donné
pour objectif le retour à l’équilibre budgétaire en 2015 au plus tard.



Chiffres-clés 2007, aperçu statistique de la Belgique

Inventaire des mesures en faveur de l’emploi.

Rapport présenté par le Gouverneur au nom du Conseil de régence

Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2

SPF économie, PME, Classes moyennes et énergie



1.7. Données statistiques
                                                        17
EURYBASE                                              BELGIQUE – Communauté française


Pour des statistiques

    ●    sur la population totale selon le sexe et la région, voir 1.7.1.,
    ●    sur la population étrangère selon le sexe et la région, voir 1.7.2.,
    ●    sur l’origine des populations de nationalité étrangère, voir 1.7.3.,
    ●    sur l’âge des personnes domiciliées en Belgique, voir 1.7.4.,
    ●    sur l’évolution de la population, voir 1.7.5.,
    ●    sur les effectifs dans les principales positions sur le marché du travail voir 1.7.6.,
    ●    sur la répartition du taux d’emploi selon le niveau de formation et le sexe, voir 1.7.7. et
    ●    sur l’évolution du taux d’emploi selon la région, voir 1.7.8..



Chiffres-clés 2007, aperçu statistique de la Belgique

Institut National de Statistique (INS)

Décret portant création de l'Entreprise publique des Technologies nouvelles de l'Information et de la
Communication de la Communauté française (ETNIC)



1.7.1. Population totale au 1er janvier par région


                    1980          1990         2000        2005            2006         2007       2008      2009

Selon le sexe

Hommes                  4.819          4.860       5.006        5.087          5.144      5.181      5.224   5.269

Femmes                  5.036          5.088       5.233        5.309          5.368      5.403      5.443   5.488

Total                   9.855          9.948      10.239      10.446         10.511      10.585     10.667   10.757

Selon la région

Région de
Bruxelles-              1.009            964        959         1.007      1.018.804      1.031      1.048      1.069
Capitale
Région
                        5.619          5.740       5.940        6.043      6.078.600      6.117      6.162      6.211
flamande
Région
                        3.227          3.244       3.340        3.396      3.413.978      3.436      3.457      3.477
wallonne



Source:          SPF        économie,           P.M.E.,          classes          moyennes          et       énergie
(http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/index.jsp)

1.7.2. Population étrangère au 1er janvier selon le sexe et la région (en milliers)


                1980            1990       2000        2005             2006           2007       2008

                                                           18
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française

En % de la
population           9         8,9          8,8             8,3       8,6                   9,1
totale
Selon le sexe
Hommes             482         475          466         446           459       474         495

Femmes             408         406          431         425           441       458         477

Total              890         881          897         871          900-       932         971

Selon la région
Région
Bruxelles-         234         268          274         263           274       284         295
Capitale
Région
                   235         245          294         288           314       333         354
flamande
Région
                   421         368          330         308           313       317         322
wallonne



Source: Direction générale statistique et information économique – Service démographie



Nombre de personnes de
                                     2007                    2008               Evolution de 2007 à 2008
nationalité étrangère

Région de Bruxelles-Capitale                      283.527             295.043                       4,06 %

Région flamande                                   331.694             354.370                        6,84%

Région wallonne                                   316.940             322.035                        1,61%

Belgique                                      932.161                 971.448                        4,21%



Source: Direction générale statistique et information économique – Service démographie



1.7.3. Origine de la population étrangère au 1er janvier, selon le registre
national


Nationalités                                                        Nombre de personnes (1er janvier 2008)
Italie                                                                                              169.027
France                                                                                              130.568
Pays-Bas                                                                                            123.454
Maroc                                                                                                79.867
Espagne                                                                                              42.712


                                                      19
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française

Turquie                                                                                            39.954
Allemagne                                                                                          38.370
Pologne                                                                                            30.768
Portugal                                                                                           29.802
Royaume-Uni                                                                                        25.126
Congo-Kinshasa                                                                                     16.132
Roumanie                                                                                           15.310
Grèce                                                                                              15.182
Russie                                                                                             11.650
États-Unis                                                                                         11.235
Serbie et Monténégro (avant 2006)                                                                  10.182
Chine                                                                                               8.254
Algérie                                                                                             8.185
Bulgarie                                                                                            6.753
Inde                                                                                                6.166
Autres (169 nationalités au total, chacune pour moins
de 5.000 personnes)                                                                              149.011
Apatride                                                                                                476
Inconnus                                                                                            3.264
TOTAL                                                                                            971.448



Source: http://www.dofi.fgov.be/fr/statistieken/statistiques_etrangers/Stat_ETRANGERS.htm



1.7.4. Age des personnes domiciliées en Belgique, selon la région


                                                             Région de
  Population au 1er janvier         Belgique Nombre                            Région         Région
                                                             Bruxelles-
           2008                        d’habitants                           flamande        wallonne
                                                              Capitale

Total                                     10.666.866             1.048.491      6.161.600       3.456.775

0-19 ans                                    2.452.770              253.288       1.360.229        839.253

20-64 ans                                   6.394.370              643.158       3.701.177       2.050.035

65 ans et +                                 1.819.726              152.045       1.100.194        567.487



Source: Direction générale statistique et information économique du SPF économie



1.7.5. É00volution de la population (chiffres au 31 décembre)
                                                        20
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française



                       2002            2003             2004              2005           2006             2007
Population
                      10.355.844     10.396.421         10.445.852       10.511.382     10.584.534       10.666.866
totale
Accroissement              46.119         37.771              47.013         60.635          73.152             82.332

Naissances                111.225        112.149             115.618        118.002         121.382            120.663

Décès                     105.642        107.039             101.946        103.278         101.587            100.658




Source: Direction générale statistique et information économique – Service démographie



1.7.6. Effectifs dans les principales positions sur le marché du travail
2010 (1er trimestre)                        Hommes            Femmes            Total
Actif occupé                                2.405.408        2.022.964      4.428.372
Chômeur BIT                                   221.805          198.359        420.164
Non actif                                     970.506        1.339.514      2.310.020



Source: Direction générale statistique et information économique du SPF économie



Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale



1.7.7. Répartition du taux d’emploi selon le niveau de formation


             Année 2007
                                              Hommes                     Femmes                       Total

                                        Nombre                %        Nombre           %    Nombre                %
Enseignement primaire ou sans
diplôme                                  197.040        8,06%          130.364     6,73%      327.404           7,47%
Enseignement secondaire
inférieur                                425.714      17,42%           247.357    12,77%      673.071          15,37%
Enseignement secondaire
supérieur                              1.004.180      41,09%           715.397    36,94%    1.719.577          39,26%
Enseignement supérieur de type
court                                    385.125      15,76%           542.225    28,00%      927.350          21,17%
Enseignement supérieur (non
universitaire) de type long              103.350        4,23%           71.427     3,69%      174.777           3,99%

Enseignement universitaire               328.295      13,43%           229.806    11,87%      558.101          12,74%

TOTAL                                  2.443.704     100,00%       1.936.576     100,00%    4.380.280         100,00%


                                                        21
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Source: Direction générale Statistique et Information économique - Enquête sur les forces de travail.




1.7.8. Évolution du taux d’emploi selon la région


                                    1999         2000         2001         2002            2006          2007

Belgique                            59,3 %      60,5 %       59,9 %        59,9 %         61,00%        62,00%

Femmes                              50,4 %      51,5 %       51,0 %        51,4 %         54,00%        68,70%

Hommes                              68,1 %      69,5 %       68,8 %        68,3 %         67,90%        55,30%

Région de Bruxelles-Capitale        54,1 %      55,0 %       53,9 %        54,5 %         53,40%        54,80%

Région wallonne                     54,8 %      55,9 %       55,4 %        54,9 %         56,10%        57,00%

Région flamande                     62,6 %      63,9 %       63,4 %        63,5 %         65,00%        66,10%




Source: Direction générale Statistique et Information économique - Enquête sur les forces de travail.




         2. Organisation générale du système éducatif et
            administration générale de l’enseignement


2.1. Aperçu historique

Le régime hollandais (1814 - 1830) favorisa la prise en charge de l'enseignement par l'État et les pouvoirs
locaux (construction d'infrastructures, formation des maîtres, élaboration des programmes et des méthodes
pédagogiques). Au moment de l'Indépendance (1830), la Belgique comptait plus de 4.000 écoles publiques
fréquentées par 293.000 élèves pour une population totale de 3,5 millions d'habitants.



Pour des informations sur


                                                     22
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
    ●    Le Pacte scolaire, voir 2.1.1.;
    ●    L’obligation scolaire, voir 2.1.2.;
    ●    La communautarisation de l’enseignement, voir 2.1.3.;
    ●    La rénovation de l’enseignement, voir 2.1.4.;
    ●    L’évolution récente, voir 2.1.5.;
    ●    De nouvelles orientations politiques, voir 2.1.6..



Examens des politiques nationales d'éducation



2.1.1. Le Pacte scolaire


Depuis la proclamation de la liberté de l'enseignement par la Constitution de 1831, des lois organiques ont
règlementé les rôles respectifs des autorités publiques et de l’église catholique dans l’organisation de
l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire (droits et obligations en matière de création
d’écoles et de subventionnement de celles-ci et place des cours de religion catholique, essentiellement).
Selon l’orientation politique des autorités publiques, les lois tendaient à privilégier les options laïques ou les
options catholiques et les tensions se sont concrétisées dans deux « guerres scolaires », dont la première
durera 10 ans. A la fin du XIXe siècle, les parents qui envoient leurs enfants dans une école publique sont
excommuniés.



La deuxième « guerre scolaire » éclate en 1951 entre partisans de l'enseignement officiel à caractère laïc et
partisans d'un enseignement libre, essentiellement catholique. Elle durera 7 ans. Le 20 novembre 1958, le
Pacte scolaire a instauré la « paix scolaire » par un vaste accord de compromis entre les trois grandes familles
politiques belges: socialistes, démocrates-chrétiens et libéraux. Érigé en loi le 29 mai 1959, le Pacte scolaire
s'applique à tous les niveaux, du préscolaire au supérieur non universitaire et à la promotion sociale, en
organisant et en normalisant les rapports entre les différents réseaux, et en garantissant l'exercice réel du
libre choix des familles. L'état a le droit de créer des écoles de tous niveaux là où le besoin se fait sentir (il n'y
a plus de limites dans le nombre d'établissements). Les subsides à l'enseignement libre sont généralisés.
Dans les écoles officielles, un cours de religion doit obligatoirement être organisé à côté du cours de morale.
Les mêmes règles sanctionnent les études dans tous les réseaux.



Depuis cette époque, le Pacte scolaire reste un pilier de l’organisation du système d’enseignement.



Histoire de l'enseignement en Belgique

Loi modifiant la législation relative à l'enseignement gardien, primaire, moyen, normal, technique, artistique
et spécial



2.1.2. L’obligation scolaire


En 1890, 4% seulement des enfants fréquentaient l'école pendant 6 années complètes. A la veille de la
première guerre mondiale, la loi du 19 mai 1914 a instauré l'instruction obligatoire de tous les enfants de 6 à
                                                         23
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
12 ans. La notion d’instruction obligatoire – aujourd’hui encore - n'implique pas nécessairement que le jeune
suive des cours dans un établissement scolaire: l'instruction peut, par exemple, être dispensée à domicile. La
loi de 1914 stipulait que la limite extrême de la période de scolarité obligatoire serait progressivement portée
à 13, puis à 14 ans. Cette loi n’a cependant été appliquée qu'après la première guerre mondiale. Par la suite,
plusieurs projets ont visé à allonger la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 15 ou 16 ans. En 1970, la scolarité
se termine en moyenne à 15 ans et 8 mois.



La loi du 29 juin 1983 étend la période d'obligation scolaire de façon à couvrir une période de 12 ans (de 6 à
18 ans). Cette réforme a pour objectif d'assurer une meilleure qualification des élèves et donc de leur fournir
de meilleures opportunités d'insertion sur le marché du travail. Retardant l'entrée des étudiants sur ce
marché, elle contribue également à diminuer le pourcentage de jeunes chômeurs, en augmentation
constante. Depuis l'adoption de la loi sur la majorité scolaire, en Communauté française, les jeunes ne sont
plus soumis à l'obligation scolaire à la date de leur dix-huitième anniversaire (pour plus d’informations (voir
2.5.1.).



Histoire de l'enseignement en Belgique

Loi décrétant l'instruction obligatoire et apportant des modifications à la Loi organique de l'enseignement
primaire

Loi concernant l'obligation scolaire



2.1.3. La communautarisation de l'enseignement


Jusqu'en 1961, un seul ministre était responsable du secteur de l'éducation nationale. A ce titre, il était
compétent pour la programmation et la politique de l'éducation. De 1961 à 1980, il y eut deux ministres, un
pour le régime linguistique francophone et germanophone et un pour le régime néerlandophone. A partir de
1980, année qui correspond à l'entrée en vigueur d'une communautarisation réduite et provisoire, les
ministres nationaux ont cédé une partie très limitée de leurs compétences, en exécution de la révision de la
Constitution, à des ministres communautaires.



C'est seulement depuis la révision de la Constitution de 1988 que les ministres communautaires se sont vus
attribuer pratiquement toutes les compétences que détenaient les ministres nationaux en matière
d'éducation. Depuis le 1er janvier 1989, l'éducation est communautarisée. Cela implique qu'à une législation
nationale et unitaire ont succédé progressivement, dans de nombreux domaines, des dispositions légales et
réglementaires différenciées, des réformes traduisant des volontés politiques différentes, mais toujours sur
une base institutionnelle commune, d'ailleurs élargie.



La communautarisation ne s'est pas accompagnée de l'attribution de moyens financiers suffisants pour
permettre de nouvelles politiques plus volontaristes. Aussi, de vastes mouvements de protestation émanant
du corps professoral qui réclamait, entre autres, une revalorisation pécuniaire de la fonction, ont-elles
marqué les premières années de la communautarisation.




                                                       24
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Dans un contexte d'économies budgétaires, différentes mesures de rationalisation ont été prises. Deux de
ces mesures ont plus particulièrement suscité des réactions de la part des organisations syndicales des
enseignants et des étudiants de l'enseignement supérieur: la réorganisation de l'offre d'enseignement
(fusion ou suppression d'établissements peu fréquentés dans l'enseignement secondaire, mise en place des
hautes écoles) et de la modification du régime des congés de maladie des enseignants. D'importantes pertes
d'emplois dans l'enseignement secondaire ont été enregistrées à la rentrée 1996-1997, dont les traces sont
encore clairement perceptibles 10 années plus tard.



En 2001, un refinancement des Communautés a été engagé (pour plus d’informations sur le financement de
l’enseignement, voir 2.8.1.).



Loi de financement des Communautés et des Régions

Loi concernant le régime linguistique dans l'enseignement



2.1.4. La rénovation de l'enseignement


Dès les années 70, les Communautés ont lancé un processus de rénovation de l'enseignement fondamental.
Ce processus de réforme d'ensemble portait sur les objectifs, les méthodes pédagogiques, l'organisation et le
contenu de l'enseignement. Les initiatives répondaient surtout au souci d'introduire plus de souplesse dans
la formation, d'utiliser des méthodes adaptées aux jeunes enfants, et de respecter autant que faire se peut le
rythme d'apprentissage de chacun. En 1977, une première restructuration a lancé l'essai d'un cycle 5-8,
chargé d'assurer une meilleure transition entre les niveaux maternel et primaire (élèves de 5 à 8 ans).



La loi du 19 juillet 1971 a défini une forme rénovée de l'enseignement secondaire (voir 5.1.). La répartition en
"filières" y est supprimée dans les deux premières années, qui constituent le degré d'observation. Cependant,
une première année d'accueil reçoit les jeunes qui sortent de l'école primaire sans en avoir assimilé
totalement les contenus et la deuxième année offre aux élèves en difficulté dans l'enseignement général une
orientation dite professionnelle. Le choix d'options est élargi dans les deux degrés suivants (degré
d'orientation et degré de détermination). Les conditions d'accès à l'enseignement supérieur sont revues.
L'enseignement secondaire rénové est encore réorganisé suite à l'adoption, en juin 1983, de la loi sur la
prolongation de la scolarité obligatoire. Un enseignement professionnel en alternance est créé, qui connaîtra
divers aménagements par la suite. Il n'est fréquenté que par une frange assez mince de la population
scolaire.



2.1.5. L'évolution récente


Des actions de pilotage du système éducatif avaient été lancées dès les années 90, notamment au moyen
d'une évaluation externe standardisée des compétences des élèves en début de cycle (voir 9.5.). En 2002, une
commission de pilotage a été mise sur pieds. Par le décret du 27 mars 2002, la Communauté française s’est
dotée d’une Commission de pilotage du système éducatif. Ce décret définit les missions de cette
commission : le pilotage de l’enseignement en Communauté française correspond à une méthodologie
prévisionnelle, prospective; une façon de préparer les orientations et les décisions à prendre, de se donner
                                                      25
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
les moyens d’améliorer l’organisation ou le contenu de l’enseignement. Ces moyens sont obtenus par un
travail de réflexion et de propositions. La cohérence de l’enseignement en Communauté française est au
cœur des travaux de la Commission. Ses propositions et avis constituent un tableau de bord pour les
décideurs politiques, permettant une prise de décision motivée et responsable dans le domaine de
l’enseignement.



Un important décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de
l'enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre a été voté en juillet 1997. Ce
Décret-Missions constitue le fondement de réformes importantes affectant les diverses facettes de
l’enseignement dans les années ultérieures: les programmes d’études, la participation de la communauté
éducative à la gestion des établissements scolaires, l’évaluation des élèves, les recours possibles contre les
décisions des conseils de classe, l’orientation des élèves, les règles relatives aux inscriptions et aux exclusions,
la gratuité de l’enseignement, l’intégration des élèves à besoins spécifiques dans l’enseignement ordinaire,
etc.



En 2001, suite à une réforme institutionnelle qui va permettre de refinancer les trois communautés de
Belgique, le gouvernement de la Communauté française a adopté le 26 septembre 2001, un document de
référence qui expose ses objectifs généraux, à court et à moyen terme et les principes d'action à mettre en
œuvre: la « Charte d'avenir pour la Communauté Wallonie-Bruxelles ».



La Belgique a créé très tôt l’enseignement spécial, une organisation éducative particulière et bien structurée
pour les enfants qui « tout en étant aptes à recevoir un enseignement ne peuvent le suivre dans un
établissement ordinaire ». Un décret de 2004 a aménagé les différentes facettes de cet enseignement
spécialisé (voir 10.1.).



En ce qui concerne l'enseignement supérieur, les fonctions et les titres du personnel des hautes écoles ont
été redéfinis et l'enseignement supérieur artistique a été réorganisé. En 2004, plusieurs décrets ont créé les
conditions d’une intégration de l’enseignement supérieur en Communauté française à l’espace européen.



Le 31 mai 2005, le Gouvernement de Communauté française a adopté le Contrat pour l’école. Celui-ci définit
10 priorités partagées par l’ensemble des partenaires de l’école, il s’inscrit dans le cadre du
refinancement de la Communauté française et couvre la période 2005-2013.



Le tableau noir de l'école



2.1.6. De nouvelles orientations politiques


Fin 2004, une concertation a été mise en place entre la Ministre en charge de l’enseignement et les
partenaires de l’enseignement, en vue de définir les objectifs, les principes et les priorités d’un Contrat
stratégique pour l’éducation. Cette concertation a abouti à une déclaration commune signée par 22 acteurs
de l’enseignement, qui fixe 3 priorités:

                                                        26
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    Renforcer la qualité de l’enseignement;
    ●    Lutter contre les inégalités dans l’enseignement;
    ●    Moderniser l’organisation du système éducatif.




Sur la base d'une très large concertation (soirées-débat décentralisées et ouvertes à tous, appel aux réactions
individuelles, …), le processus a abouti, en mai 2005, au Contrat pour l’école, qui assigne au système éducatif
6 objectifs à atteindre pour le 30 juin 2013:

    ●    Augmenter le niveau d’éducation de la population scolaire;
    ●    Améliorer les performances de chaque enfant;
    ●    Augmenter le nombre d’élèves « à l’heure »;
    ●    Favoriser la mixité sociale dans chaque établissement scolaire et dans chaque filière;
    ●    Mettre sur pied d’égalité les différentes filières d’enseignement afin que le choix de la filière soit un
         choix positif;
    ●    Lutter contre tous les mécanismes de relégation qui existent au niveau des établissements
         d’enseignement.



Dix priorités sont définies et déclinées en une panoplie de mesures concrètes:

    ●    Plus d'enseignants pour nos enfants;
    ●    Garantir à chaque jeune la maîtrise des compétences de base;
    ●    Orienter efficacement chaque enfant;
    ●    Choisir et apprendre un métier à l’école;
    ●    Mieux préparer les enseignants;
    ●    Doter les élèves et les enseignants des outils du savoir;
    ●    Valoriser les enseignants;
    ●    Piloter nos écoles en permanence;
    ●    Non aux écoles ghettos !
    ●    Renforcer le dialogue écoles-familles.

Sur ces bases, le travail s’est engagé dès l’année 2005, s'est poursuivi dans les années ultérieures.



En ce qui concerne l’éducation et la formation continue des jeunes sortis du système scolaire et des adultes,
différents plans d’action ont été élaborés, dont certains conjointement par la Communauté française et les
régions, qui mettent l’accent sur la recherche d’une meilleure articulation des politiques publiques et sur la
transversalité des mesures (voir 7.1.).

La déclaration de politique communautaire 2009-2014, adoptée suite aux élections de juin 2009, prévoit la
poursuite des chantiers mis en œuvre tout en évaluant avec objectivité leurs acquis et les améliorations à
leur apporter. Parmi les priorités, on relève la volonté d’organiser un enseignement d’excellence pour tous,
au travers du pilotage du système éducatif, de l’émancipation et de la réussite de chaque élève, du soutien
aux enseignants, d’une refondation de l’enseignement qualifiant, du positionnement de l’élève au centre des
préoccupations de l’école, de la redéfinition de l’enseignement artistique, de l’établissement de synergies
entre l’enseignement spécialisé et l’enseignement ordinaire, d’une consolidation des relations entre l’école
et les familles, ainsi qu’une école ouverte et intégrée à son environnement. L’enseignement supérieur doit
être de qualité et accessible à tous, grâce à une démocratisation de l’accès aux études et à la réussite des
étudiants, à un renforcement de la cohérence de l’offre de l’enseignement supérieur, à la garantie d’un
enseignement supérieur de qualité, au soutien de la carrière et de la formation des personnels, à la garantie

                                                       27
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
des spécificités de l’enseignement supérieur artistique, à la rénovation et à l’adaptation des bâtiments et à la
poursuite du refinancement de l’enseignement supérieur. L’enseignement de promotion sociale doit être
remis au centre d’une logique d’apprentissage tout au long de la vie grâce une amplification et une
adaptation de l’offre d’enseignement, la promotion des formations de l’enseignement secondaire, des
collaborations renforcées entre établissements, son positionnement au sein de l’enseignement supérieur de
plein exercice, la reconnaissance des titres, le positionnement de l’enseignement à distance comme partie
intégrante de l’enseignement de promotion sociale, et enfin des carrières plus attrayantes au sein de cet
enseignement. La déclaration prévoit également d’organiser un accueil et un accompagnement de qualité
pour les enfants en assurant un accueil de proximité pour les tout-petits, un accueil de qualité pour les ans et
demi à 15 ans, et l’accompagnement des familles.



Enseignement obligatoire et de promotion sociale, législature 2004-2009, bilan et perspectives à mi-
législature



2.2. Débats en cours et développements futurs

Un décret octroyant des moyens complémentaires aux établissements scolaires pour l’engagement de
conseillers en prévention a été adopté par le Parlement de la Communauté française le 24 mars 2009, mais il
n’entrera en vigueur qu’en 2013. Ce décret s’appliquera à l’enseignement fondamental, à l’enseignement
secondaire, à l’enseignement de promotion sociale et aux centres psycho-médico-sociaux.

Un projet de décret qui prévoyait notament de financer un renforcement de l’encadrement dans des écoles
défavorisées grâce à un prélèvement dans les établissements les plus favorisés, appelé « décret Robin des
bois », a fait l’objet de vives critiques et a finalement été fondamentalement amendé.



Décret octroyant des moyens complémentaires aux établissements scolaires pour le conseiller en prévention




2.3. Principes fondamentaux et législation de base

Les principes fondamentaux applicables à l'enseignement issus du Pacte scolaire (voir 2.3.1.) ont été inscrits
dans la Constitution:



1. "L'enseignement est libre, toute mesure préventive est interdite; la répression des délits n'est réglée que
    par la loi ou le décret. La Communauté assure le libre choix des parents. La Communauté, ainsi que les
    pouvoirs organisateurs de l’enseignement officiel subventionné et ceux de l’enseignement libre non
    confessionnel qui le désirent, organisent un enseignement qui est neutre. La neutralité implique
    notamment le respect des conceptions philosophiques, idéologiques ou religieuses des parents et des
    élèves. Les écoles organisées par les pouvoirs publics offrent, jusqu'à la fin de l'obligation scolaire, le choix
    entre l'enseignement d'une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle.


                                                        28
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
2. Si une Communauté, en tant que pouvoir organisateur, veut déléguer des compétences à un ou plusieurs
    organes autonomes, elle ne le pourra que par décret adopté à la majorité des deux tiers.
3. Chacun a droit à l'enseignement dans le respect des libertés et droits fondamentaux. L'accès à
    l'enseignement est gratuit jusqu'à la fin de l'obligation scolaire. Tous les élèves soumis à l'obligation
    scolaire ont droit à charge de la Communauté, à une éducation morale ou religieuse.
4. Tous les élèves ou étudiants, parents, membres du personnel et établissements d'enseignement sont
    égaux devant la loi ou le décret. La loi et le décret prennent en compte les différences objectives,
    notamment les caractéristiques propres à chaque pouvoir organisateur, qui justifient un traitement
    approprié.
5. L'organisation, la reconnaissance ou le subventionnement de l'enseignement par la Communauté sont
    réglés par la loi ou le décret » (article 24).



L'organisation et la gestion de l'enseignement relèvent donc de la compétence des Communautés qui ont la
faculté de développer en toute indépendance leur politique éducative.



Pour plus d’informations sur …

    ●   La liberté d’enseignement, voir 2.3.1.;
    ●   Les réseaux, voir 2.3.2.;
    ●   La gratuité de l’enseignement obligatoire, voir 2.3.3.;
    ●   La coéducation, voir 2.3.4.;
    ●   Les objectifs, voir 2.3.5.



Histoire de l'enseignement en Belgique



2.3.1. La liberté d'enseignement


La liberté d'enseignement est inscrite dans la Constitution. L'organisation d'établissements d'enseignement
ne peut être soumise à aucune mesure restrictive. Il est donc possible d'organiser des écoles qui n'ont aucun
lien avec les pouvoirs publics. Toutefois, les écoles qui désirent délivrer des titres reconnus et bénéficier des
subsides de la Communauté doivent se conformer à des dispositions légales, décrétales et réglementaires. La
très grande majorité des établissements scolaires est soit organisée, soit subventionnée par la Communauté.
La responsabilité d'une école incombe à la personne physique ou morale dite pouvoir organisateur.



L'article 6 de la loi sur le Pacte scolaire précise: "A condition de respecter un programme et un horaire
minimum légalement fixés, chaque pouvoir organisateur jouit pour son réseau d'enseignement, et même
pour chaque institution d'enseignement, de la liberté d'aménager ses horaires et, sous réserve d'approbation
ministérielle en vue d'assurer le niveau des études, d'élaborer ses programmes. Chaque pouvoir organisateur
est libre en matière de méthodes pédagogiques."



Constitution



2.3.2. Les réseaux
                                                      29
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


L'offre d'enseignement se structure de la façon suivante

    ●   Enseignement officiel (organisé par les pouvoirs publics)
             ○ Enseignement organisé par la Communauté française (1er réseau)
                 Caractère: neutre (non confessionnel)
             ○ Enseignement officiel subventionné (2e réseau)
                 ▪    Enseignement organisé par les Provinces
                      Caractère: confessionnel ou non confessionnel
                 ▪Enseignement organisé par les Communes ou par toute personne de droit public
                  Caractère: confessionnel ou non confessionnel
    ●   Enseignement libre subventionné (organisé par des associations ou personnes privées)
             ○ Enseignement libre subventionné (3ème réseau).
                 Caractère: confessionnel, non confessionnel ou pluraliste



En Région bruxelloise, c'est la Commission communautaire française (COCOF), composée des ministres et
conseillers francophones, qui assurent la gestion des écoles provinciales de la Province du Brabant wallon.



Le Pacte scolaire adresse des obligations aux Communautés pour garantir le libre choix des parents quant au
genre d'éducation qu'ils souhaitent voir donner à leurs enfants. L'enseignement appartient, selon son
caractère, à l'une des catégories suivantes: enseignement de caractère confessionnel (essentiellement
catholique), enseignement de caractère non confessionnel (auquel appartient l'enseignement neutre),
enseignement de caractère pluraliste. Ce dernier n'existe pas dans les faits. Le caractère n'a pas de définition
légale.



Parmi les établissements du réseau libre, l'enseignement catholique occupe, de très loin, la place la plus
importante. Ces établissements sont organisés par les diocèses, les congrégations, les paroisses, les
associations de chrétiens. Des écoles confessionnelles israélites, islamiques ou protestantes, principalement
primaires, sont aussi subventionnées par la Communauté. Il existe également quelques écoles libres non
confessionnelles subventionnées, telles que les écoles Decroly.



L'enseignement officiel doit respecter les opinions philosophiques et religieuses de tous les parents et offrir
le choix entre un cours d'une des religions reconnues (catholique, protestante, israélite, islamique et
orthodoxe) et de morale qui s'en inspire ou un cours de morale non confessionnelle.



L'enseignement dont le Gouvernement de la Communauté est le pouvoir organisateur est obligatoirement
neutre. La neutralité se définit par le respect de toutes les conceptions philosophiques ou religieuses des
parents et par le comportement du personnel enseignant, dont au moins trois quarts sont porteurs d'un
diplôme de l'enseignement officiel et neutre.



L'enseignement strictement privé reconnu par la Communauté est quasi inexistant. L'enseignement privé
non reconnu est principalement organisé au niveau supérieur.


                                                      30
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre subventionné (CPEONS)

Conseil Général de l'Enseignement Catholique (CGEC)

Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique en Communautés française et germanophone (SeGEC)

Service général des Affaires pédagogiques et du Pilotage de l'enseignement organisé par la Communauté
française, AGERS

Conseil de l'Enseignement des communes et des provinces (CECP)

Décret du 31/03/1994 définissant la neutralité de l'enseignement de la Communauté

Loi modifiant la législation relative à l'enseignement gardien, primaire, moyen, normal, technique, artistique
et spécial



2.3.3. La gratuité de l'enseignement obligatoire


Pendant la période d'obligation scolaire, l'accès à l'enseignement est gratuit; aucun frais de scolarité ne peut
être exigé. Seuls les étudiants non ressortissants de l'Union européenne et qui viennent seuls en Belgique
pour y poursuivre des études doivent honorer un droit d'inscription spécifique. Les Communautés prennent
en charge une partie du coût des fournitures classiques.



Dans l'enseignement fondamental, le remboursement de certains frais réclamés à leur coût réel peut
cependant être demandé aux parents:
 les frais pour certains services ou fournitures liés au projet pédagogique du pouvoir organisateur pour
    autant qu’ils soient facultatifs (des achats groupés, les frais de participation à certaines activités
    facultatives, l’abonnement à une revue);
 les droits d’accès à la piscine et aux activités culturelles et sportives s'inscrivant dans le projet
    pédagogique du pouvoir organisateurou dans le projet d'établissement ainsi que les déplacements qui y
    sont liés.



Les frais qui peuvent être réclamés de manière facultative doivent apparaître clairement comme tels dans la
note de frais remise aux parents.

Au niveau secondaire, des contributions financières peuvent également être demandées aux parents dans
les mêmes catégories de dépenses que pour l'enseignement fondamental; des frais supplémentaires
peuvent être réclamés pour le prêt de livres scolaires, d'équipements personnels et d'outillage, ainsi que
pour les achats groupés et activités facultatifs.



Les pouvoirs organisateurs peuvent mettre en place un paiement forfaitaire correspondant au coût moyen
réel pour ces différents frais.



Le Décret-Missions précise cependant que, dans la perception des frais, les pouvoirs organisateurs sont tenus
de veiller à ce que les établissements prennent en compte les origines sociales et culturelles des élèves afin

                                                      31
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
d'assurer à chacun des chances égales d'insertion sociale, professionnelle et culturelle. Le non-paiement des
frais ne peut en aucun cas constituer un motif de refus d'inscription ou d'exclusion.



Depuis le 1er janvier 2003, chaque conseil de participation (voir 7.1.1.) est chargé de mener une réflexion
globale sur les divers frais réclamés en cours d'année aux élèves pour l'organisation de certaines activités
culturelles et sportives. Toujours concernant le payement de ces frais, la mise en place de mécanismes de
solidarité entre les élèves pourrait alors être envisagée par ce même conseil.

Depuis l’année scolaire 2008-2009, les droits d’homologations des diplômes et des certificats
d’enseignement dans l’enseignement obligatoire et dans l’enseignement de promotion sociale ont été
supprimés.



Depuis le refinancement de la Communauté française et les accords dits de la Saint-Boniface, les marges de
manœuvre pour mener des politiques nouvelles ambitieuses et pour renforcer les dispositifs existants
croissent progressivement. Le Contrat pour l’école en est d’ailleurs la résultante. C’est également dans ce
cadre que les établissements scolaires connaissent désormais une augmentation importante et continue
de leurs moyens de fonctionnement.

Cette augmentation constitue le premier élément dont doivent, et devront, se saisir les pouvoirs
organisateurs pour limiter au maximum le coût de la scolarité à charge des élèves et de leur famille. A titre
indicatif, en matière uniquement de dotations et de subventions de fonctionnement destinées aux
établissements scolaires, ce sont plus de 42 millions d’euros supplémentaires qui y ont été consacrés en 2006
sur le budget de la Communauté française pour atteindre la somme totale de 475 millions d’euros (hors
budget spécifique pour les bâtiments scolaires). Ces moyens nouveaux sont amplifiés année après année et
ont augmenté au total de près de 18% supplémentaires à l’horizon 2010.

Les budgets spécifiques consacrés par la Communauté française aux activités de sensibilisation des élèves à
la culture (Culture-Ecole) ou à l’achat par les établissements scolaires de manuels et de logiciels scolaires
dans le cadre du Contrat pour l’école permettront également un renforcement progressif de la gratuité
effective. Ainsi, pour ce dernier point, depuis 2006, un budget est annuellement versé aux établissements
scolaires en complément de leurs subventions de fonctionnement traditionnelles. Le budget consacré à
l’achat de manuels scolaires agréés est en 2009 de 1.497.750 € pour l’enseignement primaire et de 499.250 €
pour l’enseignement secondaire. En ce qui concerne les logiciels scolaires agréés, le budget 2009 est de
538.000 €. Majoré annuellement, le budget atteindra 3,55 millions d’euros en 2013. Dès lors, dotés de ces
moyens nouveaux, les établissements scolaires doivent pouvoir mener à bien leurs différents projets
pédagogiques et d’établissement, leurs différentes missions, tout en garantissant graduellement à leurs
élèves et à leurs familles une prise en charge maximale des frais inhérents à leur scolarité.

Les garderies organisées dans les établissements des niveaux fondamental et secondaire avant et après les
périodes d'enseignement sont parfois payantes. Certains établissements proposent des repas chauds
payants aux enfants qui mangent à l'école à midi.

Une intervention dans les frais de déplacement est prévue pour les élèves soumis à l'obligation scolaire ne
trouvant pas d'établissement scolaire de leur choix à une distance raisonnable de leur domicile.

Des aides matérielles et financières sont offertes à certaines conditions à partir de l’enseignement secondaire
(voir 5.9.).




                                                      32
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Décret visant à renforcer la gratuité dans l'enseignement de la Communauté française par la suppression des
droits d'homologation des diplômes et par la simplification des procédures afférentes à leur délivrance

Loi décrétant l'instruction obligatoire et apportant des modifications à la Loi organique de l'enseignement
primaire



2.3.4. La coéducation


En vertu de la directive européenne du 9 février 1976, chaque état membre est tenu de prendre des
dispositions visant à l'égalité de traitement entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les
conditions de travail et l'accès à l'emploi, à la formation et à la promotion professionnelles. L'interdiction de
toute discrimination sexuelle vise à assurer l'accès égal des jeunes filles et des jeunes gens à toutes les
formations. La pratique pédagogique des groupes non mixtes relève de l'autonomie pédagogique. Après
avoir précisé ce qu'il y avait lieu d'entendre par orientation et formation professionnelles, le législateur a pris
des dispositions pour que toutes les écoles accueillent garçons et filles sans discrimination.



L'application de ces dispositions accélère et renforce le mouvement déjà très marqué vers la pratique de la
coéducation, pratique qui est estimée favorable à l'émancipation des femmes.



Décret relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination



2.3.5. Les finalités et les objectifs


Le Décret-Missions assigne quatre objectifs généraux à l'enseignement obligatoire:

    ●    promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves; amener
         tous les élèves à s'approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à
         apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle;
    ●    préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement
         d'une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures;
    ●    assurer à tous les élèves des chances égales d'émancipation sociale.

Pour atteindre ces objectifs généraux, les savoirs et les savoir-faire, qu'ils soient construits par les élèves eux-
mêmes ou qu'ils soient transmis, sont placés dans la perspective de l'acquisition de compétences. Celles-ci
s'acquièrent tant dans les cours que dans les autres activités éducatives et, de manière générale, dans
l'organisation de la vie quotidienne à l'école.



Les pouvoirs organisateurs adaptent la définition des programmes d'études et leur projet pédagogique aux
objectifs généraux de l'enseignement;

    ●    à l'apprentissage, à l'approfondissement et à la maîtrise de la langue française;
    ●    à l'apprentissage des outils de la mathématique;
    ●    à l'intérêt de connaître des langues autres que le français et, principalement, de communiquer dans
         ces langues;
                                                        33
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    à l'importance des arts, de l'éducation aux médias et de l'expression corporelle;
    ●    à la compréhension des sciences et des techniques et à leur interdépendance;
    ●    à la transmission de l'héritage culturel dans tous ses aspects et à la découverte d'autres cultures, qui,
         ensemble, donnent des signes de reconnaissance et contribuent à tisser le lien social;
    ●    à la sauvegarde de la mémoire des événements qui aident à comprendre le passé et le présent, dans
         la perspective d'un attachement personnel et collectif aux idéaux qui fondent la démocratie;
    ●    à la compréhension du milieu de vie, de l'histoire et, plus particulièrement, aux raisons et aux
         conséquences de l'unification européenne;
    ●    à la compréhension du système politique belge.



La Communauté française, pour l'enseignement qu'elle organise, et tout pouvoir organisateur, pour
l'enseignement subventionné, veillent à ce que les établissements dont ils sont responsables prennent en
compte les origines sociales et culturelles des élèves afin d'assurer à chacun des chances égales d'insertion
sociale, professionnelle et culturelle.



Les projets éducatifs
Le projet éducatif définit, dans le respect des objectifs fixés, l'ensemble des valeurs, des choix de société et
des références à partir desquels un pouvoir organisateur définit ses objectifs éducatifs.

Un projet éducatif de l'enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécial, organisé par la
Communauté française a été adopté en 1998, en fonction des orientations décrites dans le Décret-Missions.
Ce projet éducatif rappelle la neutralité qui le caractérise, ainsi que le rôle de véritable service public que joue
l'enseignement organisé par la Communauté française.

Dans l'enseignement officiel subventionné, les projets éducatifs varient selon les pouvoirs organisateurs.
Certains s'alignent sur le projet éducatif de la Communauté française, d'autres adhèrent au projet éducatif de
l'enseignement officiel subventionné.

En 1995, le Conseil Général de l'Enseignement catholique a défini les missions de l'école chrétienne. L'école
chrétienne est au service de l'homme et éduque en enseignant; ce service, elle le rend à la lumière de
l'Évangile: elle évangélise en éduquant. Au fondement de l'école chrétienne se trouve l'intuition que la
formation de l'homme et l'éveil du chrétien à la foi forment une unité: ce qui élève l'un, élève l'autre. Cette
conviction fonde l'humanisme chrétien. Dans une confrontation permanente, la foi et les cultures
s'interpellent et s'enrichissent mutuellement. L'école chrétienne accueille chrétiens et fidèles d'autres
religions, croyants et non-croyants, invités à partager les valeurs qui inspirent l'action de l'école.



Les projets pédagogiques
Le projet pédagogique définit les visées pédagogiques et les choix méthodologiques qui permettent à un
pouvoir organisateur de mettre en œuvre son projet éducatif. La Communauté française a choisi, pour les
écoles qu'elle organise, de mettre l'accent sur la cohérence de son action en définissant un projet
pédagogique commun aux différents niveaux de l'enseignement obligatoire ordinaire et spécialisé.



Les projets d'établissement
Le projet d'établissement, défini par la Communauté éducative locale, concrétise le projet pédagogique du
pouvoir organisateur en fonction du contexte particulier à chaque école (Voir 2.6.4.1.).


                                                        34
EURYBASE                                                                                    BELGIQUE – Communauté française



2.4. Structure générale et moments clés de l’orientation

Organisation du système éducatif en Communauté française de Belgique, 2008/09
         1    2     3     4      5   6         7          8          9        10    11   12         13         14          15         16         17         18         19         20         21          22   23   24   25   26   27



 BE fr            ENSEIGNEMENT
                  MATERNEL
                                     E N S E I G N E M E N T P R I MA I R E                   S E CO N DA I R E D E T R A N S I T I O N G É N É R A L / T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E D E Q UA L I F I C AT I O N T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E P R O F E S S I O N N E L

                                                                                                                                                               UNIVERSITÉ

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE LONG

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE CO U R T




             Préprimaire non scolaire - CITE 0                                                                            Préprimaire scolaire - CITE 0
             (autre ministère que celui de l’Éducation)                                                                   (administration scolaire)

             Primaire - CITE 1                                                                                            Structure unique - CITE 1 + CITE 2
                                                                                                                          (continuité entre CITE 1 et CITE 2)

             Secondaire inferieur général - CITE 2                                                                        Secondaire inférieur professionnel - CITE 2
             (préprofessionnel inclus)

             Secondaire supérieur général - CITE 3                                                                        Secondaire supérieur professionnel - CITE 3
             Post-secondaire non supérieur - CITE 4
             Enseignement supérieur - CITE 5A                                                                             Enseignement supérieur - CITE 5B
 Allocation aux niveaux CITE:                                                      CITE 0                                 CITE 1                                                CITE 2

             Enseignement obligatoire à temps plein                                                                             Enseignement obligatoire à temps partiel
             Temps partiel ou en alternance                                                                                                                      Année complémentaire
 -/n/-       Expérience professionnelle obligatoire + durée                                                                                                      Études à l'étranger
Source: Eurydice.




L’enseignement s’organise en quatre niveaux, correspondant à des tranches d’âges:

    ●        L'enseignement préscolaire (dit maternel) destiné aux enfants de deux ans et demi à six ans.
    ●        L'enseignement primaire destiné aux enfants de six à douze ans.
             Ces deux niveaux constituent l’enseignement fondamental.
    ●        L'enseignement secondaire destiné aux jeunes de douze à dix-huit ans et plus.
    ●        L’enseignement secondaire de type I (dit « rénové ») est organisé en degrés de deux ans. Le premier
             degré s’intitule degré d’observation, le deuxième degré d’orientation et le troisième degré de
             détermination. Il subsiste par ailleurs quelques établissements qui mettent en œuvre un
             enseignement secondaire de type II (dit « traditionnel ») qui comporte six années réparties en deux
             cycles de trois ans.
    ●        Un enseignement secondaire professionnel en alternance est organisé pour les jeunes à partir de
             15/16 ans.
    ●        L'enseignement supérieur d’une durée variable selon les filières d’études, destiné aux jeunes de dix-
             huit à vingt-cinq ans et davantage.
    ●        L’enseignement supérieur est lui-même divisé entre enseignement universitaire et enseignement
             non universitaire L’enseignement non universitaire peut être de type court ou de type long. Le type
             long est de niveau universitaire.
                                                                                                       35
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française


En plus de l’enseignement ordinaire de plein exercice, on trouve également:

    ●     un enseignement spécialisé, destiné aux personnes handicapées de trois à vingt-et-un ans, voire
          davantage, organisé aux niveaux maternel, primaire et secondaire;
    ●     un enseignement artistique à horaire réduit dit de « promotion socioculturelle ». Cet enseignement
          est organisé aux niveaux secondaire et supérieur (court uniquement);
    ●     un enseignement de promotion sociale, destiné aux jeunes et aux adultes qui ont quitté le système
          scolaire et qui éprouvent le besoin d’acquérir de nouvelles qualifications ou d’actualiser leurs
          compétences, mais aussi d’obtenir une qualification qu’ils n’ont pas atteinte pendant leur scolarité.
          Cet enseignement est organisé aux niveaux secondaires (y compris spécialisé) et supérieur (court et
          long) et il peut s’adresser, depuis la prolongation de la période de la scolarité obligatoire, aux jeunes
          de 15/16 ans qui ont terminé leur période de scolarité obligatoire à temps plein et qui s’engagent
          dans une filière à temps partiel.



Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre



2.4.1. Principaux moments-clés de l’orientation


La formation de l’enseignement maternel et des huit premières années de la scolarité obligatoire constitue
un continuum pédagogique structuré en trois étapes, visant à assurer à tous les élèves, les Socles de
compétences nécessaires à leur insertion sociale et à la poursuite de leurs études.



Les étapes sont:

1       de l’entrée dans l’enseignement maternel à la fin de la deuxième année primaire;
2       de la troisième à la sixième année primaires;
3       les deux premières années de l’enseignement secondaire.



La première étape est organisée en deux cycles:

1       de l’entrée en maternelle à 5 ans;
2       de 5 ans à la fin de la deuxième année primaire.



La deuxième étape est organisée en deux cycles:

1       les troisième et quatrième années primaires;
2       les cinquième et sixième années primaires.



La troisième étape est organisée en un seul cycle



L’enfant qui termine l’enseignement fondamental avec fruit reçoit le certificat d’études de base.

                                                        36
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


L’enseignement secondaire est en principe commun à tous les élèves pour les deux premières années.
Cependant, afin de permettre un parcours pédagogique différencié et mieux adapté aux besoins de certains
élèves, les deux premières années peuvent également être organisées de manière différenciée.

Au terme du premier cycle de l’enseignement secondaire, plusieurs orientations sont proposées. Le choix de
la filière en 3ème année du secondaire est capital, car il oriente tant les études que la vie professionnelle
ultérieure.



Selon le Décret-Missions, les pouvoirs organisateurs veillent à proscrire toute mesure susceptible d’instaurer
une hiérarchie entre établissements ou entre sections et formes d’enseignement organisées dans
l’enseignement secondaire. Il convient de considérer les différentes formes et sections comme différentes
manières d’atteindre les objectifs généraux définis par le décret.



Le jeune peut choisir entre:

    ●   un enseignement de transition, appelé également ‘humanités générales et technologiques’, destiné
        à celui qui veut accéder à l’enseignement supérieur, tout en ayant la possibilité d’entrer dans la vie
        active;
             ○ général;
             ○ technique;
             ○ artistique.
    ●   un enseignement de qualification, appelé également ‘humanités professionnelles et techniques’,
        destiné à celui qui veut posséder un métier à la fin du secondaire, tout en ayant la possibilité de
        continuer vers l’enseignement supérieur (souvent de type court);
             ○ technique;
             ○ professionnel;
             ○ artistique.


Un enseignement professionnel, de niveau secondaire inférieur ou supérieur, est également organisé en
alternance. Il est accessible à partir de 15/16 ans.

Les jeunes ont la possibilité de se réorienter à l’issue du 2ème degré de l’enseignement secondaire.

Une orientation vers l’enseignement spécialisé est possible dès le niveau préscolaire.



L’enseignement supérieur de plein exercice est dispensé dans quatre types d’établissements: les universités,
les hautes écoles, les écoles supérieures des arts et les instituts d’architecture.



2.4.2. Organigramme de la structure


2.5. Scolarité obligatoire

                                                      37
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Pour plus d’informations sur …

    ●    La période couverte par l’obligation scolaire, voir 2.5.1.;
    ●    Le contrôle de l’obligation scolaire, voir 2.5.2.;

Les sanctions prévues, voir 2.5.3. .



2.5.1. Période couverte


La loi réglemente l'obligation scolaire. Le mineur est soumis à l'obligation scolaire pendant une période qui
commence avec l'année scolaire qui prend cours dans l'année civile où il atteint l'âge de 6 ans et qui se
termine à la date anniversaire de ses 18 ans (majorité civile).



Elle est à temps plein jusque l'âge de 15/16 ans et comporte au maximum sept années d'enseignement
primaire et au moins les deux premières années de l'enseignement secondaire de plein exercice. Ce n'est que
si le jeune n'a pas suivi les deux premières années de l'enseignement secondaire à 15 ans qu'il est obligé de
rester dans l'enseignement à temps plein jusqu'à 16 ans. S'il a terminé (même sans l'avoir réussie) sa
deuxième année de l'enseignement secondaire de plein exercice, l'élève de 15 ans n'est plus soumis à
l'obligation scolaire à temps plein. En aucun cas l'obligation à temps plein ne se prolonge au-delà de 16 ans.



L'obligation scolaire à temps partiel est satisfaite si l'adolescent poursuit l'enseignement secondaire de plein
exercice ou s'il suit un enseignement secondaire professionnel en alternance ou une formation reconnue
comme répondant aux exigences de l'obligation scolaire. (En janvier 2009, une série de formations agréées
par le SFPME à Bruxelles ou par l’IFAPME en Région wallonne - voir 7.3.4. - ont été reconnues comme
répondant aux exigences de l’obligation scolaire à temps partiel).



Une commission, mise en place en 1984, examine les demandes de reconnaissance de formation comme
pouvant satisfaire à l'obligation scolaire. La formation doit comprendre au moins 360 heures par an
lorsqu'elle est suivie avant la fin de l'année scolaire au cours de laquelle le mineur soumis à l'obligation
scolaire aura 16 ans; et au moins 240 heures par an lorsqu'elle est suivie entre le 1er juillet de l'année au cours
de laquelle le mineur soumis à l'obligation scolaire atteint l'âge de 16 ans et la fin de l'année scolaire où il
atteint l'âge de 18 ans. La formation doit contribuer à l'éducation ainsi qu'à la préparation à l'exercice d'une
profession. La liste des formations reconnues est publiée au Moniteur Belge: il s'agit principalement de
l'apprentissage organisé par les Classes moyennes et des formations qui se déroulent dans les CEFA (voir
5.20...



La fréquentation de l'école maternelle n'est pas obligatoire. Seuls les élèves qui fréquentent l'enseignement
maternel la première année de la scolarité obligatoire sont tenus à une fréquentation régulière.



Les mineurs soumis à l’obligation scolaire qui ne sont inscrits ni dans un établissement scolaire organisé ou
subventionné par la Communauté française ou reconnu comme dispensant un enseignement permettant de
satisfaire à l’obligation scolaire relèvent de l’enseignement à domicile. Celui-ci est soumis à un contrôle du
                                                        38
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
niveau des études réalisé par le Service général de l’inspection (sur la base des référentiels définis par le
Décret-Missions), de la poursuite des objectifs assignés à l’enseignement obligatoire par ce même décret, et
du respect de textes fondamentaux. Le mineur relevant de l’enseignement à domicile doit être inscrit à
diverses épreuves en fonction de son âge :

        ●    l’épreuve externe commune organisée en vue de l’obtention du certificat d’études de base,
        ●    les examens organisés en vue de la délivrance des attestations d’orientation sanctionnant le
             premier degré,

En cas d’échec, le mineur doit être inscrit dans un établissement d’enseignement.



Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les conditions pour pouvoir satisfaire à
l'obligation scolaire en dispensant un enseignement à domicile

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française reconnaissant certaines formations comme
répondant aux exigences de l'obligation scolaire à temps partiel

Décret fixant les conditions pour pouvoir satisfaire à l'obligation scolaire en dehors de l'enseignement
organisé ou subventionné par la Communauté française

Loi concernant l'obligation scolaire



2.5.2. Contrôle de l'obligation scolaire


Pour tous les élèves soumis à l'obligation scolaire, un système de carte d'inscription scolaire avec code barre
a été instauré en 1996. Sa mise en œuvre est l'aboutissement d'une longue réflexion de plus de 20 ans et la
conséquence d'une prise de conscience des problèmes aigus posés par le décrochage scolaire au début des
années 1990. La Communauté française a choisi un moyen qui était indépendant du parc informatique
scolaire. La carte comportant un simple code à barres répondait à cet impératif.



Le code à barre est lié au numéro de registre national des personnes physiques. Il permet de comparer la
population scolaire potentielle (fichier du registre national) à la population scolaire effective observée au
moyen des cartes-élèves détenues par les directions des établissements qui dispensent un enseignement ou
une formation reconnue comme répondant aux exigences de l'obligation scolaire. De la sorte, il devient
possible de repérer très tôt dans l'année scolaire les jeunes non scolarisés et cela en vue de permettre une
intervention précoce en cas de non-respect de l'obligation scolaire.



Progressivement, le projet a mûri et sa mise en application s'est enrichie de fonctions complémentaires. Dans
l'état actuel des travaux, on peut résumer ces fonctions comme suit:

    ●   la carte d'identification de l'élève est un outil au service du droit de l'enfant à l'éducation grâce à
        l'identification systématique et précoce des jeunes non scolarisés;
    ●   elle est un outil de maîtrise économique grâce au dénombrement des élèves comptant pour les
        dotations ou pour les subventions;
    ●   elle est un outil de gestion du système scolaire par l'analyse des flux d'élèves, année après année,
        section par section, filière par filière.



                                                      39
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Les taux de recouvrement entre les fichiers établis avec l'aide de l'inspection et des établissements et les
données du registre national sont en constante amélioration. Chaque année, au plus tard le 1er décembre, la
liste des élèves soumis à l'obligation scolaire non inscrits dans un établissement scolaire et non autorisés à
suivre un enseignement à domicile est communiquée au conseiller de l'Aide à la Jeunesse. La gestion
informatique préserve le respect de la vie privée.



Un élève soumis à l'obligation scolaire est dit en décrochage scolaire, s'il n'est inscrit dans aucun
établissement et n'est pas instruit à domicile, ou s'il s'est absenté sans motif valable pendant plus de 30
demi-jours (à partir du deuxième degré de l'enseignement secondaire). Au plus tard à partir du 10e jour
d'absence injustifiée, tant dans l’enseignement primaire que dans l’enseignement secondaire, le chef
d'établissement convoque l'élève et ses parents. Un arrêté voté en décembre 1998 définit la notion de demi-
jour d'absence injustifiée. Dans l’enseignement secondaire, l'élève en décrochage scolaire perd sa qualité
d'élève régulièrement inscrit, ce qui entraîne des modifications dans le calcul du nombre total de périodes-
professeurs (voir 2.8.5. et 2.8.6.).

En ce qui concerne les mineurs soumis à l’obligation scolaire qui relèvent de l’enseignement à domicile, le
contrôle du niveau des études peut avoir lieu à tout moment, moyennant avertissement préalable des
responsables, et au moins une fois durant les années auxquelles le mineur atteint l’âge de 8 et de 10 ans. Le
contrôle peut être individuel ou collectif. En cas de décision négative de la Commission de l’enseignement à
domicile, sur la base de l’avis de l’inspection, un nouveau contrôle est effectué. Si à l’issue du deuxième
contrôle la commission décide que le niveau des études n’est pas conforme, le mineur doit être inscrit dans
un établissement dispensant un enseignement reconnu comme permettant de satisfaire à l’obligation
scolaire.



Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au contrôle de l'inscription scolaire

Décret fixant les conditions pour pouvoir satisfaire à l'obligation scolaire en dehors de l'enseignement
organisé ou subventionné par la Communauté française



2.5.3. Sanctions prévues


La Loi du 29 juin 1983 prévoit la possibilité d'une amende pour chaque mineur à propos duquel le non-
respect de l'obligation scolaire est établi. En cas de récidive, les amendes peuvent être doublées ou une
peine d'emprisonnement d'un jour à un mois peut être prononcée. Le Ministère public peut saisir le Tribunal
de la Jeunesse qui peut ordonner des mesures à l'égard des personnes investies de la puissance parentale ou
qui assument la garde en droit ou en fait du mineur soumis à l'obligation scolaire.



Loi concernant l'obligation scolaire



2.6. Administration générale

Pour plus d'informations sur …


                                                     40
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
    ●    L’administration générale au niveau national, voir 2.6.1.;
    ●    L’administration générale au niveau régional, voir 2.6.2.;
    ●    L’administration générale au niveau local, voir 2.6.3.;
    ●    Les institutions éducatives, administration et gestion, voir 2.6.4. .



2.6.1. Administration générale au niveau national


Les compétences en matière d'enseignement ont été transférées aux communautés. Il n'y a pas
d'administration nationale par niveau d'enseignement.



A ce jour, et ce depuis le 1er janvier 1989, seules trois prérogatives reprises dans la Constitution restent de la
compétence des autorités fédérales. Il s'agit:

    ●    de la fixation du début et de la fin de l'obligation scolaire,
    ●    des conditions minimales pour la délivrance des diplômes,
    ●    du régime des pensions.



Les services du Ministère de l'éducation nationale restés fédéraux ont fusionné en 1994 avec les Services de
programmation de la politique scientifique dans une nouvelle structure appelée Services fédéraux des
affaires scientifiques techniques et culturelles (SSTC). Seule la formation militaire, avec ses spécificités, reste
une compétence du législateur fédéral et relève de l'autorité du Ministre de la défense nationale.



Constitution



2.6.2. Administration générale au niveau régional


Pour les matières liées à l'enseignement, ce sont les Communautés qui exercent l'essentiel des compétences.
Il faut donc traduire dans ce contexte l'expression « niveau régional » par « niveau des Communautés ». Les
seules compétences de la Région en ce qui concerne le système éducatif se rapportent aux transports
scolaires transférés aux Régions en 1991 et à la formation professionnelle transférée en 1993. Dans le cadre
de leur politique de formation professionnelle, les Régions développent des contacts de plus en plus
nombreux avec les établissements d'enseignement secondaire technique et professionnel. Les Régions
subsidient également diverses actions conjointes entreprises / universités, par exemple dans le secteur des
nouvelles technologies.



Depuis 1993 également, l'administration régionale participe à la gestion de bâtiments scolaires
conjointement avec la Communauté française.



Le Gouvernement de la Communauté française dispose d'une double compétence:



                                                        41
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
    ●   il est le pouvoir organisateur de l'enseignement de la Communauté française et, à ce titre, il en fixe
        les structures, les programmes, les méthodes; il gère les écoles, prend toutes les mesures
        susceptibles d'en améliorer le fonctionnement;
    ●   il applique la réglementation aux écoles subventionnées, libres et officielles, conformément aux
        dispositions constitutionnelles et légales.

Le Gouvernement de la Communauté française est composé de sept ministres dont trois exercent des
responsabilités distinctes en matière d'enseignement :

    ●   La Ministre-présidente, en charge de l’enseignement obligatoire et de la promotion sociale
    ●   Le Ministre de l'enseignement supérieur
    ●   Le Ministre de la recherche scientifique et de la fonction publique



A. Les cabinets des ministres


Chaque ministre est assisté d'un cabinet. C'est un ensemble de personnes qui aident le ministre dans la
réalisation des tâches qui lui sont imparties. La durée de vie de ce regroupement est liée à celle du
gouvernement, au maximum 4 ans.



En fonction des orientations définies dans la Déclaration de politique communautaire, le rôle du cabinet est,
avec le concours de l'administration, de traduire dans les textes (Décrets, Arrêtés du gouvernement, Arrêtés
des Ministres du gouvernement), les décisions prises par les organes de décision (Conseil et Gouvernement
de la Communauté). Une autre tâche est de préparer les décisions du ministre et de le conseiller dans ses
tâches quotidiennes.



B. Le Ministère de la Communauté française


Comme toute administration centrale, le Ministère de la Communauté française joue essentiellement un rôle
d'exécution des décisions ministérielles. Il est néanmoins parfois associé à l'étude technique de nouvelles
réglementations (lois, décrets…).



Une de ses missions est de transformer en circulaires le contenu des dispositions décrétales et
réglementaires prises à l'initiative des pouvoirs législatif et exécutif de la Communauté française. Ces
circulaires sont expédiées à tous ceux qui ont comme tâche de gérer les structures s'intégrant dans le
Ministère de la Communauté française ou qui sont concernés à des titres divers par ses actions.



Aux différents niveaux d'enseignement, l'administration est amenée, d'une manière ou d'une autre, à gérer
les domaines suivants:

    ●   le signalétique des établissements (= leurs caractéristiques générales);
    ●   la structure d'offre d'enseignement propre à chaque établissement (= formes, années d'études,
        sections, options, cours, formations…, que chaque établissement est autorisé à organiser, dans le
        respect des normes et règles en vigueur);


                                                     42
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
    ●    la conformité des grilles-horaires (= la combinaison des cours suivis par chaque élève durant la
         semaine);
    ●    la régularité des inscriptions d'élèves;
    ●    les flux de population scolaire (en vue notamment du contrôle des normes, des différents calculs
         d'encadrement, des statistiques…);
    ●    le calcul de l'encadrement pédagogique (NTPP, capital-périodes);
    ●    le calcul d'encadrement en personnel administratif et auxiliaire d'éducation;
    ●    le calcul des subventions de fonctionnement ou des dotations;
    ●    la détermination des postes de travail susceptibles d'être organisés/subventionnés (respect des
         normes d'encadrement) et les attributions des personnels de l'enseignement (respect des règles
         statutaires).



Dans l'ensemble de ces domaines, la mise en œuvre de la réglementation comporte nécessairement un
aspect de contrôle, mais également un aspect de service aux chefs d'établissement et pouvoirs
organisateurs: il s'agit de mettre à la disposition de ceux-ci, dans les meilleurs délais, toutes les informations
utiles ainsi que les outils adéquats afin de leur permettre d'organiser leurs écoles sereinement, avec toutes
les garanties de légalité tant pour les élèves que pour les membres du personnel.



Le double objectif du contrôle et de service peut dès aujourd'hui et, selon une programmation étalée sur dix
ans, trouver une meilleure réalisation grâce au recours à une gestion informatisée qui, notamment, vise à
intégrer l'ensemble des différents secteurs d'intervention au niveau de chaque établissement.



Près de 4.000 personnes sont employées dans le Ministère.



Deux serveurs pédagogiques ont été développés au sein de l'Administration générale de l'Enseignement et
de la Recherche scientifique – http://www.enseignement.be et http://www.restode.cfwb.be.



Le premier accueille des informations qui concernent tous les réseaux et constitue la vitrine de
l'enseignement en Communauté française de Belgique, tandis que le second est spécifique au réseau de la
Communauté française.



C. Organigramme du Ministère de la Communauté française


Secrétariat général :

    ●    Secrétaire général
    ●    Services dépendant du Secrétaire général
    ●    Direction générale de l'audit, de la coordination et de l’appui (dont fait partie la Direction des
         relations internationales)
    ●    Service social
    ●    Direction générale du personnel et de la fonction publique
    ●    Direction générale du budget et des finances
    ●    Service général de l'audiovisuel et des multimédias

                                                       43
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●   Organisme externe.

Le Secrétaire général coordonne cinq administrations générales (voir ci-dessous).

    ●   Administration générale de l'Infrastructure (qui gère l'ensemble des infrastructures scolaires,
        culturelles et sportives)
    ●   Administration générale de l'aide à la jeunesse, de la santé et du sport
    ●   Administration générale de la culture
    ●   Administration générale de l'enseignement et de la recherche scientifique (AGERS), lieu central de la
        mise en œuvre de la politique de la Communauté française en matière d'enseignement, tant en ce
        qui concerne les aspects pédagogiques qu'en ce qui concerne l'encadrement et les structures.
            ○ Administrateur général
            ○ Observatoire de l’enseignement supérieur
            ○ Direction générale de l'enseignement obligatoire
                 ▪   Service des classes de dépaysement, des partenariats culture-enseignement, des
                     avantages sociaux et des classes-passerelles
                 ▪   Service de vérification de la population scolaire
                 ▪   Service de vérification comptable
                 ▪   Direction du financement, du contrôle des l'obligation scolaire et de l'assistance aux
                     établissementsService du financement des établissements (réseau de la Communauté
                     française)
                 ▪   Service du comptage des élèves (Loi du 23 mai 2000 sur le financement des
                     communautés)
                 ▪   Service du contrôle de l’obligation scolaire
                 ▪   Service des inscriptions et de l’assistance aux établissements scolaires
                 ▪   Service général de l'enseignement fondamental et de l'enseignement spécialisé
                 ▪   Service général de l'enseignement secondaire et des centres psycho-médico-sociaux
                 ▪   Direction Relations écoles-monde du travail
                 ▪   Jury
                 ▪   Commission communautaire des professions et des qualifications (CCPQ)
                 ▪   Centre de coordination et de gestion des projets européens
            ○ Direction générale de l'enseignement non obligatoire et de la recherche scientifique
                 ▪   Cellule d’appui à la direction générale
                 ▪   Direction de la gestion de la dimension internationale de l’enseignement supérieur
                 ▪   Service général de la réglementation et de la recherche scientifique
                 ▪   Service général de la gestion de l’enseignement supérieur
                 ▪   Service général de l'enseignement de promotion sociale, de l'enseignement secondaire
                     artistique à horaire réduit et de l'enseignement à distance
            ○ Service général du pilotage du système éducatif
            ○ Service général de l'enseignement organisé par la Communauté française
            ○ Service général de l'inspection
    ●   Administration générale des personnels de l’enseignement
            ○ Services de l'administrateur général
            ○ Services relevant de l'administrateur général (dont le service des allocations et prêts
                 d'études)
            ○ Service général de la coordination, conception et des relations sociales

                                                     44
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française

               ○ Direction générale des personnels de l’enseignement de la Communauté française
                   ▪   Services du directeur général
                   ▪   Service général des statuts et de la carrière des personnels de l’enseignement de la
                       Communauté française
                   ▪   Service général de la gestion des personnels de l’enseignement de la Communauté
                       française
               ○ Direction générale des personnels de l’enseignement subventionné
                   ▪   Secrétariat et services communs
                   ▪   Service général des statuts des personnels de l’enseignement subventionné et du
                       contentieux administratif
                   ▪   Service général de la gestion des personnels de l’enseignement subventionné




La Direction des allocations et des prêts d’études, les Services généraux de la gestion des personnels de
l’enseignement et des centres psycho-médico-sociaux organisés et subventionnés par la Communauté
française sont déconcentrés au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale et des 5 provinces wallonnes. Ces
bureaux assurent notamment la gestion des dossiers administratifs et pécuniaires du personnel.



Administration générale de l'Aide à la Jeunesse, du Sport et de la Santé, Ministère de la Communauté
française

Administration générale de l'Enseignement et de la Recherche scientifique (AGERS), Ministère de la
Communauté française

Administration générale de l'Infrastructure, Ministère de la Communauté française

Administration générale des personnels de l'Enseignement, Ministère de la Communauté française

Cabinet de la Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Relations
internationales de la Communauté française

Cabinet de Monsieur Jean-Claude Marcourt, Ministère de l'Economie, des PME, du Commerce extérieur et des
Technologies nouvelles

Cabinet de Monsieur Rudy Demotte, Gouvernement wallon

Cabinet du Ministre de l'Enseignement obligatoire

Cabinet du Ministre de l'Enfance, de la Recherche et de la fonction publique

Cabinet du Ministre du Budget, des Finances et du Sport

Secrétariat général du Ministère de la Communauté française

Constitution

Décret du 05/07/1993 relatif au transfert de l'exercice de certaines compétences de la Communauté française
à la Région Wallonne et à la commission communautaire française



2.6.3. Administration générale au niveau local

                                                       45
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


A. Principes généraux


Traditionnellement, l'organisation de l'enseignement était très centralisée. La tendance, depuis le début des
années 80, est au renforcement de l'autonomie de gestion que ce soit pour l'enseignement de la
Communauté française ou pour l'enseignement subventionné. Le mouvement implique une plus grande
responsabilisation du niveau local et une plus grande autonomie des établissements. En 1985, les
établissements d'enseignement organisés par la Communauté française sont devenus des services à gestion
séparée.



La dérégulation a été instaurée dans certaines matières. Elle peut être décrite comme la simplification, la
réduction ou l'élimination des règles édictées par l'autorité centrale. Un exemple est la suppression des
normes de maintien et de dédoublement dans l'enseignement secondaire. Cette suppression a eu pour
conséquence de transférer à l'autorité scolaire la compétence de déterminer les cas où il convient de
dédoubler les classes et de maintenir les options peu peuplées. La dérégulation peut donc accroître
l'autonomie des chefs d'établissement, mais ce n'est pas systématiquement le cas.



Lors d'Assises de l'enseignement et de la formation, le souhait d'accroître l'autonomie des établissements a
de nouveau été exprimé. Cette autonomie, qui doit nécessairement prendre en compte les orientations
générales déterminées par la collectivité, devrait s'accompagner d'une participation décisionnelle des
différents partenaires à la gestion et d'une plus grande solidarité entre les établissements d'un même bassin
de formation.



En vue d'organiser plus efficacement l'offre d'enseignement actuelle et future, les autorités centrales ont pris
une série de mesures de rationalisation et de programmation des réseaux en fixant des normes de
population scolaire auxquelles les écoles doivent répondre pour se voir maintenues ou être créées. Ces
normes varient en fonction de la densité de population dans la commune. La rationalisation a pour but de
supprimer progressivement ou de fusionner les écoles dont la population scolaire n'est pas suffisamment
importante pour permettre une large gamme d'orientations. Des mesures de redéploiement dans
l'enseignement secondaire ont conduit à la fusion des établissements de moins de 400 élèves. Cette règle
générale connaît cependant des exceptions dans certaines situations (zones rurales, population
défavorisée…).



La programmation a trait à la création d'établissements scolaires, à l'organisation de nouveaux degrés, de
nouvelles options et de nouvelles sections. Bien que la programmation soit, elle aussi, soumise à des règles
strictes, les écoles disposent d'une réelle marge de manœuvre. La programmation permet à toute école
d'envisager de compléter, d'améliorer, de modifier son offre de formation, selon les besoins du public ou
l'évolution du marché de l'emploi.



B. Missions des pouvoirs organisateurs




                                                      46
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
La Communauté française, une commune, une province, une association locale…. peut organiser un
enseignement.



Dans le réseau subventionné officiel, le pouvoir organisateur est constitué de personnes élues lors des
élections communales ou provinciales: les organes de décision sont le Collège des bourgmestres et échevins,
la Députation permanente du Conseil provincial ou le Collège de la Commission communautaire française
(COCOF) pour les établissements situés dans la Région bruxelloise.



Dans le réseau libre, le pouvoir organisateur rassemble des personnes privées, la plupart du temps sous la
forme d'une Association sans but lucratif (ASBL). L'organe de décision est l'assemblée générale; la gestion est
effectuée par le Conseil d'administration.



La très grande majorité des communes organise de l'enseignement fondamental. Seules les communes plus
importantes organisent de l'enseignement secondaire et supérieur. Les provinces ont principalement créé
des établissements d'enseignement secondaire et supérieur. L'enseignement libre subventionné et
l'enseignement de la Communauté française sont organisés à tous les niveaux.



Les pouvoirs organisateurs sont chargés du recrutement, de la sélection, de la nomination et de la promotion
du personnel. Dans le cadre des règles spécifiques déterminées par les statuts des enseignants (par réseau)
(voir 8.2.6.); ce sont les employeurs des enseignants.



Les pouvoirs organisateurs reçoivent chaque année des subventions de fonctionnement sur la base du
nombre d'élèves inscrits dans les établissements qu’ils organisent. Chaque pouvoir organisateur doit gérer
l'enveloppe budgétaire qui lui est attribuée en fonction des dispositions légales et normes d'encadrement.
Les conditions de financement des établissements scolaires sont décrites en 2.8. Dans l'enseignement
subventionné, la gestion quotidienne des biens immobiliers et de la construction de bâtiments relève de la
responsabilité du pouvoir organisateur local.



Chaque pouvoir organisateur peut aménager ses horaires et son programme à condition de respecter
certaines règles légales; il est libre également en matière de méthodes pédagogiques. On observe des
diversités locales en matière de curriculum, même si les bases sont communes.



Tout pouvoir organisateur est tenu d'établir pour chaque niveau d'enseignement, un règlement général des
études qui définit notamment les critères d'un travail scolaire de qualité et les procédures d'évaluation et de
délibération des conseils de classe et la communication de leurs décisions. Le cadre général des études doit,
depuis le Décret-Missions du 24 juillet 1997, être complété par un projet d'établissement.



Les pouvoirs organisateurs peuvent se faire représenter dans des organes de représentation et de
coordination. Ainsi le Conseil de l'Enseignement des Communes et des Provinces (CECP) fédère de nombreux
pouvoirs organisateurs de l'enseignement officiel subventionné.



                                                      47
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Les chefs d'établissement scolaire dans l'Union européenne

Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre subventionné (CPEONS)

Conseil Général de l'Enseignement Catholique (CGEC)

Fédération des Etablissements Libres Subventionnés Indépendants (FELSI)

Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique en Communautés française et germanophone (SeGEC)

Conseil de l'Enseignement des communes et des provinces (CECP)

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret organisant la représentation des pouvoirs organisateurs d'enseignement subventionné et de centres
psycho-médico-sociaux subventionnés (1)



2.6.4. Institutions éducatives, administration et gestion


Il y a lieu de distinguer école et lieu d'implantation géographique. Une implantation est un bâtiment ou un
ensemble de bâtiments situés à une seule adresse. Si une école peut avoir plusieurs lieux d'implantation, elle
ne peut avoir qu'un seul directeur qui dirige l'ensemble des implantations.



Les missions des chefs d'établissement et du personnel de gestion des établissements sont décrites en 8.3.2. .



Des commissions paritaires locales (CoPaLoc) de l'enseignement subventionné officiel ont été mises en place
en 1994 dans les établissements d'enseignement fondamental, secondaire et supérieur. Les représentants
des pouvoirs organisateurs et des organisations syndicales qui siègent dans ces commissions fixent les
conditions de travail du personnel, interviennent, notamment; lors de la désignation à titre temporaire d'un
enseignant, lors de mutations et de changements d'affectation, lors de la reprise d'un établissement relevant
d'un autre pouvoir organisateur, pour gérer l'utilisation du capital-périodes et du NTPP (dans l’enseignement
secondaire, le nombre total de périodes-professeurs attribuées sur la base du nombre d'élèves réguliers est appelé
NTPP). Ils fixent les heures d'ouverture et de fermeture des écoles. Ils vérifient la conformité du projet
d'établissement au projet éducatif du pouvoir organisateur. Ils sont également consultés pour avis à propos
d’autres questions. Dans l’enseignement libre subventionné, c’est le conseil d’entreprise, une instance de
concertation locale ou la délégation syndicale qui jouent un rôle similaire.



Un comité de concertation de base (CoCoBa) est installé dans chaque établissement d'enseignement
organisé par la Communauté française. Il est composé des membres de la direction et de représentants des
syndicats. Sa principale mission est de procéder à la concertation concernant les conditions de travail du
personnel. Il vérifie la conformité du projet d'établissement au projet éducatif du pouvoir organisateur.



2.6.4.1. Enseignement fondamental et enseignement secondaire




                                                       48
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Le Décret-Missions de juillet 1997 octroie à chaque établissement d'enseignement fondamental ou
secondaire la possibilité d'adapter son enseignement et de modifier l'organisation des cours: aménagement
de l'horaire, possibilité d'organiser une partie de la formation qualifiante en entreprise,… Chaque
établissement fondamental et secondaire, ordinaire et spécialisé, qu'il soit organisé ou subventionné par la
Communauté française, doit disposer d'un projet d'établissement. Le projet d'établissement définit
l'ensemble des choix pédagogiques et des actions concrètes particulières que l'équipe éducative de
l'établissement entend mettre en œuvre en collaboration avec l'ensemble des acteurs et partenaires, pour
réaliser les projets éducatif et pédagogique du pouvoir organisateur .



Le projet d'établissement est un outil pour atteindre les objectifs généraux et les objectifs particuliers du
décret ainsi que les compétences et savoirs requis. L'élaboration du projet d'établissement se fonde
notamment sur des propositions remises par les délégués du pouvoir organisateur au conseil de
participation (voir 2.7.1.1. et 2.7.1.2.).



Le projet d’établissement est élaboré en tenant compte:

    ●   des élèves inscrits dans l’établissement, de leurs caractéristiques tant culturelles que sociales, de
        leurs besoins et de leurs ressources dans les processus d’acquisition des compétences et savoirs;
    ●   des aspirations des élèves et de leurs parents en matière de projet de vie professionnelle et de
        poursuite des études;
    ●   de l’environnement social, culturel et économique de l’école;
    ●   de l’environnement naturel, du quartier, de la ville, du village dans lesquels l’école est implantée.



Lorsqu'il s'agit d'un établissement ordinaire, le projet d'établissement fixe les choix pédagogiques et les
actions prioritaires mises en œuvre pour favoriser l'intégration des élèves issus de l'enseignement spécialisé.



Le projet d'établissement est évalué chaque année (voir 9.4.1.).



Le système du capital-périodes (voir 2.8.4. et 2.8.6.) fournit l'occasion à la communauté éducative d'adapter la
structure de l'établissement d'enseignement fondamental en fonction des besoins particuliers des élèves
(ouverture d'une classe d'adaptation, organisation de cours d'éducation physique…). La gestion du capital-
périodes est discutée dans les Commissions paritaires locales (voir 2.6.4.) et les organes de concertation
d'entité (voir 2.7.1.6.).



Chaque établissement d'enseignement secondaire dispose d'un nombre total de périodes-professeurs
(NTPP) pouvant être réparties par degré, par année ou groupe d'années sur la base du nombre d'élèves
réguliers fréquentant l'établissement le dernier jour de classe du premier trimestre de l'année scolaire
précédente. Les périodes-professeurs ainsi calculées peuvent être affectées en fonction des besoins en
formation des élèves, en concertation avec l'équipe éducative, sans préjudice des règles de programmation
qui fixent les conditions requises pour l'ouverture des nouvelles options et sections.



Arrêté royal du 30/03/1982 relatif aux centres d'enseignement secondaire et fixant le plan de rationalisation
et de programmation de l'enseignement secondaire de plein exercice

                                                      49
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret portant sur l'organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la
réglementation de l'enseignement



2.6.4.2. Hautes écoles


Chaque haute école compte au moins autant de départements que de catégories d'études organisées en son
sein. Chaque catégorie est dirigée par un directeur. Chaque département est doté d'un conseil de
département. Dans les hautes écoles, un collège de direction, un conseil pédagogique et un conseil social
sont adjoints aux instances de gestion.



Le collège de direction, est composé des directeurs de catégorie et est présidé par le directeur-président; il
assure l'exécution des décisions du conseil d'administration, prend les décisions et exerce les compétences
des directeurs et directeurs adjoints. Le conseil pédagogique est un organe consultatif pour toute question
concernant l'utilisation des moyens pédagogiques et l'affectation des ressources humaines. Le Conseil social
est consulté sur toute question relative aux conditions matérielles et sociales des étudiants.



Dans les établissements organisés par la Communauté française, le conseil d'administration est composé du
directeur-président, des directeurs de catégorie, de quatre membres du personnel représentant les
organisations syndicales, d'un représentant du personnel de maîtrise, gens de métier, gens de service, de
deux personnes choisies par le gouvernement dans les secteurs professionnels couverts par l'établissement,
de quatre personnes choisies par le gouvernement pour représenter les milieux sociaux et de représentants
des étudiants (à concurrence d'au moins 20 % des membres du conseil d'administration).



Chaque haute école doit élaborer un budget annuel et un plan pluriannuel (5 ans) précisant les perspectives
budgétaires, les projets en matière d'effectifs et de formation des enseignants, de recherche,
d'investissement, etc. Ce plan pluriannuel doit être approuvé par le gouvernement.

Les quinze chapitres suivants figurent et sont développés dans chaque projet pédagogique, social et culturel

1)   Description des moyens mis en œuvre par la haute école pour intégrer les objectifs généraux de
     l’enseignement supérieur;
2)   Définition des spécificités de l’enseignement liées au caractère de la haute école et les moyens mis en
     œuvre pour maintenir ces spécificités;
3)   Définition des spécificités de l’enseignement de type court et/ou de type long dispensé par la haute
     école et description des moyens mis en œuvre pour maintenir ces spécificités;
4)   Description des moyens mis en œuvre par la haute école pour favoriser l’interdisciplinarité au sein d’une
     catégorie d’enseignement ou entre les catégories d’enseignement dispensé par la haute école.
5)   Définition des missions de la haute école, de l’articulation de ces missions entre elles et de la
     disponibilité des acteurs, notamment les enseignants, dans le cadre de ces missions;
6)   Définition des objectifs de chaque catégorie d’enseignement et de chaque programme d’études en
     mentionnant notamment les méthodes d’apprentissage appliquées et les objectifs de généralisation
     et/ou de spécialisation;
7)   Définition des modalités relatives aux passerelles entre les différents niveaux d’enseignement supérieur;
8)   Définition des modalités de mise en œuvre du contrôle de la qualité au sein de la haute école;
                                                     50
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
9)    Description des méthodes d’évaluation pédagogique de la haute école et de la fréquence des
      procédures d’évaluation;
10)   Description des moyens mis en œuvre par la haute école pour lutter contre l’échec scolaire;
11)   Description des moyens mis en œuvre pour assurer la mobilité étudiante au sein de la haute école,
      entre les hautes écoles et avec les autres établissements d’enseignement supérieur belges ou étrangers;
12)   Définition des modalités d’organisation de la participation des acteurs de la communauté éducative au
      sein de la haute école;
13)   Description des modes de circulation de l’information relative notamment aux décisions des autorités
      de la haute école;
14)   Description des moyens mis en œuvre pour intégrer la haute école dans son environnement social;
      économique et culturel;
15)   Description des moyens mis en œuvre pour favoriser le partenariat avec d’autres établissements
      d’enseignement et/ou des personnes morales issues du monde social, économique et culturel;



Chaque haute école doit disposer d'un projet pédagogique, social et culturel. Le projet pédagogique, social
et culturel, déclaration d'identité de la haute école, en assure la cohésion interne ainsi que la cohérence entre
les finalités propres à l'établissement, les partenaires internes et externes (le monde économique,
l'environnement social…), les activités organisées et les ressources y allouées.



Les objectifs du projet pédagogique, social et culturel sont développés sous la forme des chapitres suivants :

1. Description des moyens mis en œuvre par la haute école pour intégrer les objectifs généraux et missions
    de l'enseignement supérieur
2. Définition des missions de la haute école, de l'articulation de ces missions entre elles et de la disponibilité
    des acteurs, notamment les enseignants, dans le cadre de ces missions;
3. Définition des spécificités de l'enseignement de type court et/ou de type long dispensé par la haute école;
4. Définition des spécificités de l'enseignement liées au caractère de la haute école et les moyens mis en
    œuvre pour maintenir ces spécificités;
5. Description des moyens mis en œuvre pour promouvoir la réussite et lutter contre l'échec;
6. Description des moyens mis en œuvre pour assurer la mobilité étudiante et enseignante avec les autres
    établissements d'enseignement supérieur belges ou étrangers;
7. Définition des modalités d'organisation de la participation des acteurs de la communauté éducative au
    sein de la haute école et de circulation de l'information relative notamment aux décisions des autorités de
    la haute école;
8. Description des moyens mis en œuvre pour intégrer la haute école dans son environnement social,
    économique et culturel;
9. Définition des modalités de mise en œuvre du contrôle de la qualité au sein de la haute école;
10. Description des moyens mis en œuvre par la haute école pour favoriser l'interdisciplinarité au sein d'une
    catégorie d'enseignement ou entre les catégories d'enseignement dispensé par la haute école.



Le projet pédagogique, social et culturel doit préciser l'ensemble des moyens mis en œuvre pour atteindre
au minimum les objectifs détaillés ci-dessus. Ces moyens sont librement décidés, soit par les pouvoirs
organisateurs des établissements d'enseignement supérieur, soit par les autorités des hautes écoles.



Le projet pédagogique, social et culturel est un document public. Il est fourni, sur demande, par les autorités
de la haute école.




                                                       51
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
La Commission communautaire pédagogique rend un avis au gouvernement sur la conformité et le respect
du projet de chaque haute école. Elle est composée de membres du personnel contractuel ou statutaire des
services du gouvernement et, le cas échéant, d'experts désignés par le gouvernement.



Toute proposition de modification du projet, introduite par les autorités de la haute école, est soumise, pour
concertation, au Conseil pédagogique et au Conseil des Étudiants de l'établissement.



Lorsque la majorité des représentants, soit des membres du personnel, soit des étudiants siégeant dans le
Conseil pédagogique d'une haute école estime que les autorités de la haute école ne mettent pas en œuvre
un ou plusieurs des moyens prévus dans le projet, le Conseil pédagogique est convoqué. Dans le cas où une
solution ne peut être trouvée au niveau local, le Conseil pédagogique peut saisir la Commission
communautaire pédagogique. Un inspecteur de l'Administration de la Communauté française peut
également saisir la Commission. Si le problème n'est pas résolu suite à l'intervention de la Commission
communautaire pédagogique, le gouvernement peut décider une diminution des subventions ou crédits de
fonctionnement octroyés à la haute école.



Les autorités de la haute école arrêtent un règlement des études. Celui-ci fixe notamment les objectifs
poursuivis par chacun des programmes d'études, la description de ceux-ci, l'organisation de l'année
académique, le règlement disciplinaire et les procédures de recours, les règles en matière d'étalement des
années d'études et de remédiation, les règles en matière de dispense et les dispositions inhérentes aux
méthodes pédagogiques. Il mentionne enfin le montant des droits d'inscription. Il s'agit d'un document
public, fourni à l'étudiant avant son inscription.



Décret fixant l'organisation générale de l'enseignement supérieur en Hautes Ecoles



2.6.4.3. Écoles supérieures des arts


Les Écoles supérieures des Arts ou établissements d'enseignement supérieur artistique sont gérées par un
pouvoir organisateur et sont dotées d'un Conseil de gestion pédagogique, d'un ou de plusieurs Conseils
d'options, d'un Conseil des étudiants et d'un Conseil social.



Le Conseil de gestion pédagogique, qui joue en général un rôle consultatif, est notamment chargé d'élaborer
les modalités de mise en œuvre des missions de l'établissement en rédigeant son projet pédagogique et
artistique et le règlement particulier des études. Il est composé du directeur et le cas échéant du directeur
adjoint, ainsi que de représentants des différentes catégories du personnel et des étudiants.



Les Conseils d'options soumettent au Conseil de gestion pédagogique des propositions relatives à une ou
plusieurs options visant à concrétiser le projet pédagogique de l'établissement. Ils sont composés de tous les
enseignants intervenant dans l'option et de représentants d'étudiants de l'option.




                                                     52
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Le Conseil des étudiants doit remplir différentes missions de représentation, de stimulation de la
participation des étudiants et de défense de leurs intérêts. Il doit en particulier désigner les représentants des
étudiants aux autres Conseils. Il est composé de représentants élus chaque année par l'ensemble des
étudiants.



Le Conseil social est en particulier chargé d'établir une proposition de budget social et d'attribuer les crédits
sociaux, et de donner des avis sur toute question relative aux conditions matérielles et sociales que
rencontrent les étudiants. Il est composé de représentants d'étudiants et de représentants des membres du
personnel directeur et enseignant.



Un règlement général des études est fixé par le Gouvernement (périodes des examens, conditions de
réussite, …), tandis que qu'un règlement particulier des études, spécifique à l'établissement, fixe notamment
l'organisation de l'année académique dans le respect du cadre fixé par le Gouvernement, ainsi que le
règlement disciplinaire et toutes les procédures de recours. Ces deux documents sont publics.



Les écoles supérieures des arts peuvent établir des conventions de coopération pour l'organisation d'études
communes.



Sur avis du Conseil supérieur de l'enseignement supérieur artistique (voir 2.7.2.3.), le gouvernement doit fixer
les modalités de contrôle de la qualité de l'enseignement dispensé.



Décret relatif à l'enseignement supérieur artistique



2.6.4.4. Enseignement supérieur universitaire


A. Les universités


Dans les universités organisées par la Communauté française, par exemple, les autorités académiques sont: le
Recteur, le conseil académique, le conseil d'administration, le vice-président du conseil d'administration, le
pro-recteur, les doyens de facultés, le secrétaire du conseil académique et le secrétaire du conseil
d'administration.



Le recteur est nommé par l'exécutif de la Communauté française pour un mandat de quatre ans, sur une liste
de trois professeurs ordinaires présentés par le conseil académique. Il a dans ses attributions la direction
générale de l'université et les questions académiques que la loi ne réserve pas au conseil académique. Il
préside ce dernier et en exécute les décisions. Il préside également le conseil d'administration.



Le Conseil académique se compose de professeurs ordinaires et extraordinaires de l'université. Il délibère sur
toute question intéressant l'université et l'enseignement supérieur, ainsi que sur la création éventuelle de

                                                       53
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
facultés, instituts, écoles et centres interfacultaires. Il exerce les pouvoirs prévus par la loi et confère les
diplômes honorifiques.



Le Conseil d'administration fait les propositions pour diverses nominations du personnel scientifique
(agrégés, répétiteurs, personnel scientifique de carrière…), nomme directement les autres membres du
personnel scientifique (assistants, élèves-assistants, internes de clinique…) dans les limites de cadres
approuvés par le Roi et des crédits portés au Ministère de l'Éducation. Il nomme également dans les mêmes
limites le personnel administratif de grade inférieur à celui de chef de bureau, ainsi que le personnel
spécialisé, le personnel de maîtrise, les gens de métier et de service. Il arrête par ordre de priorité et
communique à l'autorité compétente la liste des travaux de construction, d'aménagement et d'entretien à
exécuter; donne les directives pour la mise au point des avant-projets relatifs à ces travaux; approuve les
cahiers des charges et les plans d'exécution. Il soumet au Ministère de l'Éducation les propositions
budgétaires concernant l'université. Il dispose, dans les limites des lois et règlements, des crédits affectés à
l'université, autres que ceux destinés au paiement des traitements, et répartit ces crédits dans les différents
services universitaires.



Chaque institution rédige un rapport annuel qu'elle transmet au Ministre responsable. Ce rapport développe
notamment:

    ●   la politique menée en matière d'encadrement des étudiants du 1er cycle;
    ●   les mesures pratiquées pour lutter contre l'échec dans le 1er cycle;
    ●   les mesures de politique d'accueil, d'information, d'évaluation, d'orientation, de remédiation et de
        réorientation. Ce rapport fournit également les données statistiques d'inscription, de réussite,
        d'échec et le taux d'encadrement pour toutes les années d'études.

Parallèlement à la confection de son budget, le Conseil d'administration de l'université fixe le cadre de son
personnel. Un nombre total d'emplois de professeurs ordinaires et de professeurs extraordinaires ne peut
excéder 20 % du nombre total d'emplois du cadre du personnel enseignant et scientifique.



Le nombre total d'emplois d'assistants désignés ou engagés à titre temporaire ne peut être inférieur à 30 %
du nombre total d'emplois du cadre du personnel enseignant et scientifique.



Les coûts salariaux des membres du personnel ne peuvent dépasser 80 % du montant annuel de l'allocation
de fonctionnement, du complément d'allocation et des autres recettes de l'institution.



B. Les académies


Chaque académie universitaire est administrée par un conseil composé de cinq représentants de chacune de
ses institutions membres soit: le recteur de l'université; quatre représentants désignés par le Conseil
d'administration de l'université, dont un étudiant administrateur. La représentation de chaque institution est
renouvelée au début de chaque mandat rectoral.



Le conseil d’académie est présidé par un des recteurs, choisi en son sein pour un an. Les autres recteurs en
sont vice-présidents. Le conseil choisit un secrétaire en son sein ou parmi les membres du personnel d'une
                                                      54
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
de ses institutions membres. Le conseil d’académie se réunit au moins quatre fois par an ou, à certaines
conditions, à la demande de ses membres. Son président fixe l'ordre du jour. Le conseil arrête son règlement
d'ordre intérieur. Il peut inviter des experts et constituer des commissions.



Les propositions soumises au conseil sont approuvées à la majorité. Chaque recteur dispose toutefois d'un
droit de veto contre les décisions qu'il estime contraires aux intérêts de son institution. Les représentants des
institutions membres qui ne participent pas à une formation ou une organisation commune ne prennent pas
part au vote sur les propositions soumises au conseil dans ce cadre. Le conseil d'administration des
institutions membres ratifie les décisions du conseil d’académie (sauf en ce qui concerne les missions
confiées par une des universités à l’académie).



2.6.4.5. Enseignement de promotion sociale


Chaque pouvoir organisateur de l'enseignement de promotion sociale dispose d'une dotation calculée en
périodes de 50 minutes qui lui est attribuée par année civile. Différentes catégories d'enseignement ont été
déterminées. Le pouvoir organisateur attribue une dotation par école.



Un établissement de promotion sociale peut être annexé à un établissement d'enseignement de plein
exercice .



Service général de l'enseignement de promotion sociale, de l'enseignement artistique à horaire réduit et de
l'enseignement à distance (AGERS)



2.7. Concertation interne et externe

La rubrique « concertation interne » (voir 2.7.1.) décrit les différentes formes de concertation centrées sur
l'établissement scolaire. La rubrique « consultation des différents acteurs de la vie sociale externe » (voir
2.7.2.) distingue différents types d'instances.



2.7.1. Concertation interne


Quatre types de concertation interne sont envisagés:

    ●   la concertation au sein d'un même établissement;
    ●   la concertation par zone et par entité;
    ●   la concertation entre niveaux d'enseignement;
    ●   la concertation entre établissements de même caractère ou de même réseau .



Les modalités de concertation varient selon le niveau considéré:

                                                       55
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Pour l'enseignement fondamental (voir 2.7.1.1.),

    ●   la concertation au sein de l'établissement a lieu dans le cadre du conseil de participation et du
        conseil de classe;
    ●   la concertation à l'intérieur d'un même réseau se déroule dans les conseils d'entités, les conseils de
        zone et les comités de concertation, dans les fédérations de pouvoirs organisateurs, UVCB et SeGEc.
    ●   la concertation entre réseaux a lieu au sein du conseil général de l'enseignement fondamental.



Pour l'enseignement secondaire (voir 2.7.1.2.),

    ●   la concertation au sein de l'établissement a lieu dans le cadre du conseil de participation et du
        conseil de classe;
    ●   la concertation à l'intérieur d'un même réseau se déroule au sein des fédérations de pouvoirs
        organisateurs;
    ●   la concertation entre réseaux a lieu au sein du conseil général de concertation de l'enseignement
        secondaire;
    ●   la concertation entre établissements de même caractère (confessionnel d'une part, non
        confessionnel d'autre part) se déroule au sein des comités de concertation et des conseils de zone,
        du CPEONS et du conseil de concertation de l'enseignement officiel.



Pour l'enseignement supérieur (voir 2.7.1.3.),

    ●   la concertation à l'intérieur d'un même réseau se déroule au niveau des zones;
    ●   la concertation entre réseaux a lieu au sein du conseil interuniversitaire, du conseil général des
        hautes écoles et du conseil interréseaux de concertation.



Pour l'enseignement de promotion sociale (voir 2.7.1.4.)

    ●   la concertation entre réseaux a lieu au sein de la commission de concertation de l'enseignement de
        promotion sociale.



Pour la concertation entre niveaux d'enseignement, (voir 2.7.1.5.).

Pour la concertation entre établissements de même caractère ou de même réseau, (voir 2.7.1.6.).



Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre subventionné (CPEONS)



2.7.1.1. Enseignement fondamental


A. La concertation au sein de l'établissement




                                                      56
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Généralement un seul instituteur est responsable (titulaire) d'une classe. Il reçoit l'aide de professeurs de
cours spéciaux: éducation physique, morale/religion, langue étrangère. Ces enseignants travaillent dans
plusieurs classes d'un même établissement et parfois dans plusieurs établissements.



Le décret pour la promotion d'une école de la réussite préconise la concertation entre membres du
personnel d'une école afin d'élaborer ensemble des projets et des outils pédagogiques et d'assurer le suivi
des élèves au cours d'un cycle. En vertu du décret de juillet 1998 organisant l'enseignement maternel et
primaire ordinaire, les titulaires et les maîtres d'adaptation sont tenus d'accomplir au moins 60 périodes de
concertation avec leurs collègues de l'enseignement maternel et de l'enseignement primaire, ainsi que, le cas
échéant, de l'enseignement secondaire; une fonction d'aide à la gestion administrative ou pédagogique est
également prévue dans ce décret.



Suite au Décret-Missions, des conseils de participation ont été créés dans chaque établissement de
l'enseignement fondamental et secondaire des différents réseaux



Le conseil de participation est composé nécessairement:

    ●   du responsable de l’établissement et de délégués du pouvoir organisateur;
    ●   de représentants des personnels élus par leurs pairs;
    ●   de représentants des parents;
    ●   de représentants de l’environnement social, culturel et économique;
    ●   de représentants des élèves élus par leurs pairs (sauf dans l’enseignement fondamental).



Ces conseils sont chargés de débattre du projet d'établissement, de l'amender et de le compléter, de le
proposer à l'approbation du ministre ou du pouvoir organisateur, d'évaluer périodiquement sa mise en
œuvre, de proposer des adaptations et de remettre un avis sur le rapport d'activité (voir 9.4.1.). Le conseil de
participation est consulté également pour donner un avis sur les projets de discrimination positive soumis au
conseil de zone (voir 2.8.3.5.).



Suite au décret réorganisant l'enseignement maternel et primaire, le conseil de participation doit remettre un
avis à propos de l'aménagement éventuel de l'horaire des élèves dans l'enseignement primaire et maternel,
de l'apprentissage d'une seule langue moderne ou du choix entre deux langues, de la possibilité d'organiser
certains cours et activités pédagogiques en langue des signes ou dans une langue moderne autre que le
français,… Le conseil de participation doit également être informé de la répartition du capital-périodes et de
l'encadrement des cours de moral et de religion et peut formuler des remarques à ce sujet.



Les conseils de participation n'ont pas pour objet de s'occuper des détails de la gestion journalière de
l'établissement, mais de débattre des options fondamentales dans des domaines déterminés, afin de
développer une action éducative motivante, dynamique et prospective, approfondissant de la sorte le
processus de décentralisation et d'accroissement de l'autonomie.

Un décret entré en vigueur le 1er septembre 2009 prend diverses dispositions de nature à faciliter la création
d’une association de parents d’élèves partout où des parents le souhaiteront (par exemple en l’absence
d’initiative des parents, le chef d’établissement doit convoquer avant le 1er novembre une assemblée


                                                      57
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
générale des parents lors de laquelle il expliquera notamment le rôle d’une association de parents) et son
bon fonctionnement (notamment en veillant à ce que la circulation des informations soit assurée).

Le Comité de l'Association des Parents, tel que défini au § 1er du présent article, a pour missions :

    ●    d'organiser, conjointement avec la direction de l'établissement, une assemblée générale des
         parents, au moins une fois par an;
    ●    d'organiser des réunions de parents afin de débattre notamment des questions soulevées au conseil
         de participation;
    ●    d'assurer la circulation de l'information entre les parents d'élèves de l'établissement et leurs
         éventuels organes représentatifs ;
    ●    de susciter la participation active de tous les parents d'élèves de l'établissement en vue de leur
         permettre dejouer pleinement un rôle actif et responsable au sein de l'établissement scolaire de
         leurs enfants;
    ●    d'émettre d'initiative des avis et/ou des propositions aux acteurs concernés.



B. La concertation par zone et par entité


Pour promouvoir une concertation plus locale, le territoire francophone a été découpé en douze zones
géographiques pour l'enseignement fondamental. Les zones sont subdivisées en entités. Des instances de
coordination (les comités de concertation) ont été mises en place, pour chaque niveau d'enseignement.



Dans l'enseignement fondamental, les zones coordonnent les actions d'écoles faisant partie de plusieurs
entités du même réseau.



Les conseils de zone, mis en place en 1993-94, ont pris des décisions pour l'octroi des moyens pour les
actions de concertation et de compagnonnage dans le cadre du plan pour une école de la réussite (voir 4.1.).
L'objectif est de valoriser et de développer des pratiques pédagogiques positives en instaurant une
dynamique stimulante et constructive entre enseignants d'une même école et/ou entre enseignants d'écoles
souhaitant collaborer. Les conseils de zone discutent et approuvent les projets d'action déposés par les
conseils des entités, envisagent le remplacement des enseignants malades et la formation continuée.




Un comité de coordination a été créé par réseau afin de contrôler l'adéquation des décisions prises par les
conseils de zone avec les orientations générales et spécifiques du décret pour la promotion d'une école de la
réussite et d'arbitrer les conflits éventuels au sein d'un conseil de zone. Il consulte à ce propos les
organisations syndicales représentatives.



Pour l'enseignement fondamental et secondaire, les zones sont elles-mêmes subdivisées en entités
géographiques de proximité.




                                                       58
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Dans l'enseignement fondamental, chaque entité regroupe l'ensemble des écoles du même réseau d'une
commune ou de plusieurs communes (+/- 5 à 10 établissements), les communes qui comptent plus de 5.000
élèves peuvent créer plusieurs entités.



Chaque entité possède un conseil d'entité qui a pour mission:

    ●   de faciliter les relations entre les établissements d'enseignement et entre pouvoirs organisateurs;
    ●   échanger les expériences et les stratégies utilisées dans l'organisation pédagogique, administrative
        et parascolaire, par exemple les actions de compagnonnage destinées aux écoles engagées dans la
        promotion d'une école de la réussite;
    ●   mettre en place les moyens et construire les processus nécessaires pour atteindre les objectifs du
        cadre général, par exemple par la définition de projets d'actions communes;
    ●   procéder à des bilans et à des évaluations à transmettre au conseil de zone concerné;
    ●   favoriser l'émergence, en fonction des besoins, de propositions et de demandes, à destination des
        conseils de zone.



Le conseil d'entité peut solliciter les conseils de l'inspection, des animateurs pédagogiques, du centre
psycho-médico-social et des associations de parents.



Des conseils d'entité de réseaux différents peuvent mener des actions en commun sur un même territoire.



La composition et les règles de fonctionnement des conseils d'entité peuvent différer selon les réseaux.



Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret du 14/03/1995 relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental

Loi relative aux expériences de rénovation dans l'enseignement primaire et dans l'enseignement gardien



2.7.1.2. Enseignement secondaire


A. La concertation au sein de l'établissement


Comme l'enseignement fondamental, chaque établissement d'enseignement secondaire comporte un
conseil de participation (voir 7.1.1.) et différents conseils de classe.



Le conseil de classe comporte l'ensemble des membres du personnel directeur et enseignant chargé de
former un groupe déterminé d'élèves. Il est présidé par le chef d'établissement. Les parents et les élèves ne
sont pas représentés au sein du conseil de classe.



                                                     59
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Le conseil de classe est chargé de faire à intervalles réguliers le bilan intellectuel, social et comportemental
de chaque élève, de tirer les conclusions pédagogiques qui s'imposent, de proposer une guidance ou des
remédiations éventuelles, le cas échéant, des orientations ou des réorientations, de définir une attitude
commune face à chaque élève, et de prendre, en fin d'année, les décisions qui s'imposent en ce qui concerne
le passage de classe, avec ou sans restriction, l'ajournement (avec obligation de présenter des examens de
passage en septembre), le refus de passage et la certification. Il fonde ses avis et ses décisions sur divers
éléments, tels que:

    ●   le parcours scolaire antérieur de chaque élève;
    ●   les résultats intermédiaires des périodes, des bilans et des examens;
    ●   les informations recueillies par le Centre psycho-médico-social;
    ●   les entretiens éventuels avec l'élève et ses parents.



Un décret entré en vigueur le 1er septembre 2009 prend diverses dispositions de nature à faciliter la création
d’une association de parents d’élèves partout où des parents le souhaiteront et concerne tant
l’enseignement secondaire que l’enseignement fondamental (pour plus de précisions, voir 7.1.1.).


B. La concertation par zone et par entité


Pour promouvoir une concertation plus locale, le territoire francophone a été découpé en dix zones
géographiques pour l'enseignement secondaire. Des instances de coordination (les comités de concertation)
ont été mises en place, pour chaque niveau d'enseignement. En ce qui concerne l'enseignement secondaire,
les zones sont subdivisées en entités.



La concertation par zone au niveau du secondaire poursuit un double objectif: d'une part, éviter une
concurrence entre écoles de même caractère dans l'offre de formation et, d'autre part, réduire la dispersion
des options qui a entraîné une situation antérieure coûteuse et difficilement maîtrisable par l'organisation de
6000 cours ou options comptant entre un et cinq élèves. Dans le passé, en effet, la programmation des
options était de la compétence exclusive de chaque pouvoir organisateur. A l'heure actuelle, les conseils de
zone se prononcent sur les propositions de création d'options de base formulées par les établissements
compris dans la zone.



Dès la rentrée scolaire 1992-93, les conseils de zone ont pris des décisions pour l'enseignement secondaire
en matière de programmation et de formation en cours de carrière; ils doivent gérer également
l'organisation des troisièmes complémentaires.



Dans chaque zone sont créés deux conseils de zone un pour l'enseignement non confessionnel (auquel
appartient l'enseignement neutre) et un pour l'enseignement confessionnel. Un comité de concertation par
type de caractère chapeaute les conseils de zone. Les comités de concertation et les conseils de zone sont
composés des représentants des pouvoirs organisateurs en ce compris le ministre en tant que pouvoir
organisateur de l'enseignement de la Communauté, de représentants de l'administration et de l'inspection.




                                                      60
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Comme pour l'enseignement fondamental, en ce qui concerne l'enseignement secondaire, les zones sont
subdivisées en entités (voir 2.7.1.1., point B), mais dans ce dernier cas, les entités regroupent des écoles de
même caractère.



Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant les obligations de concertation entre établissements
de même caractère dans l'enseignement secondaire de plein exercice

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret portant sur les Associations de parents d'élèves et les Organisations représentatives d'Associations de
parents d'élèves en Communauté française



2.7.1.3. Enseignement supérieur


A. La concertation au sein de l’établissement


La multiplication des mouvements d'étudiants et l'émergence d'une revendication commune d'être associés
aux processus de décision et de gestion des établissements d'enseignement ont amené le pouvoir politique
à accroître la participation des étudiants au niveau de divers organes de gestion et à les impliquer
activement dans la mise en œuvre du projet pédagogique.



Un conseil pédagogique et un conseil d'administration fonctionnent au sein des hautes écoles. Le conseil
d'administration est composé de membres du personnel directeur et enseignant représentant le conseil
pédagogique et les organisations syndicales reconnues, de membres du personnel de maîtrise, gens de
métier de service, d'étudiants et d'anciens étudiants diplômés ainsi que de personnalités extérieures dont la
profession est en rapport avec les études concernées. Les membres sont en partie élus, en partie choisis par
le ministre qui a l'enseignement supérieur dans ses attributions.



Un conseil des étudiants est créé dans chaque haute école. Il est composé de sept étudiants au moins, élus
par les départements. Le conseil des étudiants propose les représentants étudiants dans les différents
organes des hautes écoles. Le Conseil des étudiants a pour mission de représenter tous les étudiants de la
haute école, de défendre et de promouvoir leurs intérêts, de susciter leur participation active et d'assurer la
circulation de l'information entre les autorités de la haute école et les étudiants. Il peut d'initiative émettre un
avis ou une proposition concernant directement les étudiants de la haute école et toutes les matières
relevant de la gestion et de l'enseignement qu'elle dispense.



Les écoles supérieures des arts sont dotées d'un conseil de gestion pédagogique, d'un ou plusieurs
conseil(s) d'option(s), d'un conseil des étudiants et d'un conseil social. Les membres de ces conseils ont accès
à l'ensemble des informations nécessaires à l'exercice de leur mandat, sans que cela ne puisse porter atteinte
au respect de la vie privée.




                                                        61
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Le conseil de gestion pédagogique, rédige le projet pédagogique et artistique de l'école ainsi que son
règlement des études. Il est consulté sur toute question pédagogique ou concernant l'utilisation des moyens
pédagogiques ou l'affectation du personnel, ainsi que sur les avis du conseil des options et peut également
émettre des avis d'initiative. Il est composé du directeur et du directeur adjoint, de représentants élus par
leurs pairs des professeurs, des accompagnateurs, des assistants, des autres catégories du personnel, et des
étudiants ainsi que de représentants syndicaux. Les conseils d'option(s) émettent des propositions relatives à
l'option ou aux options visant à concrétiser le projet pédagogique de l'école. Ils sont composés de tous les
enseignants intervenant dans la formation correspondant à l'option en discussion et de quatre représentants
des étudiants de l'option. Le conseil des étudiants a pour missions de représenter les étudiants de l'école, de
défendre et promouvoir leurs intérêts en matière d'enseignement, de pédagogie et de gestion de
l'établissement, de stimuler la participation active des étudiants et de les initier à l'exercice de la citoyenneté
au sein de leur école et dans la société tout entière, de faire circuler l'information entre les étudiants, le
pouvoir organisateur et la direction de l'école et enfin de désigner les représentants des étudiants aux divers
conseils. Le conseil des étudiants est composé d'au moins 7 représentants élus chaque année par l'ensemble
des étudiants de l'école. Le conseil social comprend, en nombre égal, des représentants des étudiants
désignés par le conseil des étudiants et des représentants des membres du personnel directeur et
enseignant, ces derniers étant élus par l'ensemble des enseignants.



Il est créé dans chaque institut supérieur d'architecture un conseil social. Ce conseil comprend en part
égale des représentants des étudiants d'une part et du directeur et des représentants des enseignants
d'autre part. Le conseil social est présidé par un étudiant. Le conseil social élabore son règlement d'ordre
intérieur, les règles d'attribution des aides octroyées aux étudiants et les transmet à son pouvoir
organisateur. Le conseil social gère notamment les montants des subsides sociaux.

Dans chaque institut supérieur d’architecture, un conseil des étudiants est chargé des missions suivantes :

    ●    représenter tous les étudiants de l'institut supérieur d'architecture ;
    ●    défendre et de promouvoir les intérêts des étudiants de l'institut, notamment sur toutes les
         questions relatives à l'enseignement, à la pédagogie et à la gestion de cet institut ;
    ●    susciter la participation active des étudiants en vue de leur permettre de jouer pleinement leur rôle
         de citoyen actif, responsable et critique au sein de la société et de leur institut ;
    ●    assurer la circulation de l'information entre les autorités de l'institut et les étudiants ;
    ●    désigner les représentants des étudiants au conseil social :
    ●    assurer la continuité de la représentation, notamment par la participation à la formation des
         représentants étudiants ;
    ●    informer les étudiants sur leurs droits, sur l'institut et sur les possibilités pédagogiques qui leur sont
         offertes.

Le conseil des étudiants est composé de sept membres au moins, élus chaque année parmi l'ensemble des
étudiants de l'institut supérieur d'architecture à la suite d'un vote auquel participent au moins 30 % des
étudiants de l'institut (au cas où ce quorum ne serait pas atteint, d’autres dispositions sont prévues par le
décret). Le conseil des étudiants choisit un de ses membres pour en assurer la présidence. Tous les membres
du conseil des étudiants interviennent avec voix délibérative.

Le conseil des étudiants élu pour l'année académique suivante propose, avant le 31 mai, les membres des
organes de l'institut supérieur d'architecture ainsi que leurs suppléants, ainsi que ses représentants au sein
de l'organisation représentative des étudiants de son choix. Le conseil des étudiants peut, d'initiative,
émettre un avis ou une proposition concernant les étudiants et toutes les matières relevant de la gestion et
de l'enseignement dispensé par l'institut supérieur d'architecture. Les représentants des étudiants ont accès,
dans les mêmes conditions que les autres membres des organes dont ils font partie, aux documents
nécessaires à l'exercice de leur mandat.

                                                       62
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Toute institution universitaire doit comporter au moins une instance au sein de laquelle siègent des
représentants des étudiants et qui détermine les cours, travaux et exercices pratiques, approuve les budgets,
les comptes et le rapport relatif aux avantages sociaux, définit la procédure interne et les modalités de la
procédure externe d'évaluation de l'enseignement fonctionnement, approuve le rapport annuel sur les
mesures d'orientation et de remédiation, donne un avis sur l'affectation des crédits. L'université doit mettre à
la disposition des représentants des moyens nécessaires à l'exercice de leur mandat. Un décret organise la
participation des étudiants dans les universités de façon systématique et prévoit leur représentation dans les
différents organes sur la base d'élections réglementées. Des moyens spécifiques sont octroyés aux
représentants proportionnellement au nombre d'étudiants. Les universités peuvent mettre en place un
conseil des étudiants.



B. La concertation par zone dans l'enseignement supérieur non universitaire


Pour promouvoir une concertation plus locale, le territoire francophone a été découpé en cinq zones
géographiques pour l'enseignement supérieur non universitaire Des instances de coordination (les comités
de concertation) ont été mises en place, pour chaque niveau d'enseignement.



Les hautes écoles ont été créées par zone, par regroupement des établissements d'enseignement supérieur
non universitaire.



Des liens de solidarité et de partenariat peuvent être créés entre hautes écoles ainsi qu'avec d'autres
établissements d'enseignement, institutions universitaires ou personnes morales issues du monde
professionnel. Les hautes écoles peuvent conclure des accords de collaboration avec des établissements
d'enseignement fondamental et secondaire, des établissements de promotion sociale ou des institutions
universitaires.



Un conseil interréseaux de concertation est créé par zone afin d'organiser la collaboration et les partenariats
entre les hautes écoles dans les domaines suivants: jouissance des infrastructures scolaires, échanges de
matériel pédagogique, formation des enseignants, création de nouvelles sections, options ou spécialisations
et réaffectation du personnel. Le conseil interréseaux de concertation est composé d'un représentant issu de
chacune des autorités des hautes écoles situées dans la même zone.



Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant les obligations de concertation entre établissements
de même caractère dans l'enseignement secondaire de plein exercice

Décret définissant et organisant la participation des étudiants au sein des institutions universitaires et
instaurant la participation des étudiants au niveau communautaire

Décret fixant l'organisation générale de l'enseignement supérieur en Hautes Ecoles

Décret portant certaines réformes en matière d'enseignement supérieur




                                                      63
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Décret portant diverses mesures, notamment en matière de statuts et de titres pour les membres des
personnels de l'enseignement supérieur et créant des conseils des étudiants au sein des Instituts supérieurs
d'Architecture

Décret portant sur les Associations de parents d'élèves et les Organisations représentatives d'Associations de
parents d'élèves en Communauté française

Décret relatif aux organes d'avis en matière de politique scientifique et universitaire et à la concertation entre
les différents organes consultatifs de l'enseignement supérieur (1)

Décret relatif à l'enseignement supérieur artistique



2.7.1.4. Enseignement de promotion sociale


Six zones géographiques ont été définies. Dans chaque zone, une commission zonale d'avis et de
coordination a été créée. Ces commissions ont pour mission de donner un avis préalable à l'ouverture d'une
unité de formation dans un nouveau domaine et de coordonner l'action des représentants de promotion
sociale au sein des différents organes de concertation regroupant les différents opérateurs de formation
(SFMQ (voir 2.7.2.3. point C), carrefours-formation).



Chaque commission est composée d'un membre par établissement situé dans la zone et d'un représentant
de chaque organisation syndicale reconnue. Tous les membres ont voix délibérative.



Service général de l'enseignement de promotion sociale, de l'enseignement artistique à horaire réduit et de
l'enseignement à distance (AGERS)



2.7.1.5. La concertation entre niveaux d’enseignement


La concertation entre niveaux d'enseignement se développe principalement lors de l'introduction de
réformes pédagogiques importantes: instauration des cycles 5-8 à la charnière entre l'enseignement
maternel et l'enseignement primaire, définition de Socles de compétences, instauration d'un Continuum
pédagogique entre l'enseignement fondamental et le degré d'observation de l'enseignement secondaire …



A. Dans le réseau de la Communauté française


Tous les établissements d'enseignement du maternel au supérieur de type court, organisés par la
Communauté française sont regroupés en 23 districts socio-pédagogiques. Les districts représentent une
division territoriale approximativement semblable aux arrondissements.



Dans le respect des dispositions décrétales et réglementaires, le district est particulièrement habilité à
décider dans les domaines suivants:


                                                       64
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●    l’organisation des transports scolaires dans le district;
    ●    la globalisation des commandes d’équipement;
    ●    l’organisation des activités décentralisées de formation continue, en collaboration avec l’inspection
         compétente;
    ●    la coordination des actions de publicité;
    ●    l’organisation de la concertation et de la coopération avec les pouvoirs organisateurs des
         établissements d’enseignement de caractère non confessionnel du district;



Les membres effectifs du district sont notamment les chefs d'établissements, les administrateurs d'un
internat autonome ou d'un home d'accueil et les responsables des centres psycho-médico-sociaux et des
centres d'éducation et de formation en alternance (CEFA voir 5.20. parag. B).).



Chacun des districts est placé sous la responsabilité d'un collège des chefs d'établissement.



Le collège doit:

    ●    réfléchir sur les nouvelles orientations en matière de politique éducative et coordonner l’action
         pédagogique des établissements du district;
    ●    adresser au ministre des avis et des propositions en vue d’améliorer le fonctionnement de
         l’enseignement de la Communauté dans le district;
    ●    entretenir des rapports réguliers avec les milieux sociaux, économiques et culturels en vue de
         connaître les besoins du district en matière d’enseignement;
    ●    entretenir des rapports réguliers avec les associations de parents.



Si ces missions concernent divers niveaux d'enseignement, il faut cependant constater que les réflexions et
les actions actuelles portent principalement sur l'enseignement secondaire, et plus particulièrement sur
l'organisation et l'évaluation des études au degré d'observation.



B. Dans le réseau libre subventionné


Au sein du réseau catholique, le Secrétariat général de l'enseignement catholique (SeGEC) assure l'unité et la
coordination de l'enseignement catholique en traitant notamment les questions communes à plusieurs
niveaux d'enseignement.



C. Dans le réseau officiel subventionné


Depuis quelques années une collaboration s'est instaurée entre l'UVCB et le CPEONS, (voir 2.7.2.1.). Le groupe
CPEONS – UVCB est l'organisme représentatif du réseau provincial et de l'enseignement communal pour tous
les niveaux.




                                                      65
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française relatif à l'organisation des districts socio-pédagogiques de
l'enseignement de la Communauté française

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant la composition des districts socio-pédagogiques de
l'enseignement de la Communauté française



2.7.1.6. La concertation entre établissements de même caractère ou de même réseau


Dans l'enseignement fondamental de la Communauté française le gouvernement peut organiser la
concertation par école, par entité ou par zone. Dans l'enseignement fondamental officiel subventionné, le
pouvoir organisateur peut organiser la concertation par implantation, par école ou par commune. Dans
l'enseignement fondamental libre subventionné, la concertation est organisée par le pouvoir organisateur
lorsqu'elle se réalise au sein d'une école, par le conseil d'entité lorsqu'elle se réalise au sein de l'entité.



Dans l'enseignement fondamental libre confessionnel, par exemple, l'organe de concertation d'entité est
composé de représentants des pouvoirs organisateurs, de représentants du personnel (avec voix
délibérative) et de directeurs d'établissements (avec voix consultative).



L'assemblée générale de concertation comprend l'ensemble des pouvoirs organisateurs, des directeurs et
des délégués syndicaux de l'entité.



La concertation porte notamment sur l'utilisation des reliquats des capitaux-périodes gérés par le conseil
d'entité et la fixation des critères d'engagement dans la fonction d'aide à la gestion administrative et
pédagogique.



Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant les obligations de concertation entre établissements
de même caractère dans l'enseignement secondaire de plein exercice

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française relatif à l'organisation des districts socio-pédagogiques de
l'enseignement de la Communauté française

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant la composition des districts socio-pédagogiques de
l'enseignement de la Communauté française

Arrêté royal du 10/08/1988 instaurant le Conseil pédagogique de l'enseignement de la Communauté
française



2.7.2. Consultation des différents acteurs de la vie sociale externe


La section relative à la consultation des différents acteurs de la vie sociale externe décrit

    ●    les organisations représentatives (voir 2.7.2.1.),
    ●    les organes consultatifs généraux (voir 2.7.2.2.),
    ●    les organes consultatifs par niveau d’enseignement (voir 2.7.2.3.) ainsi que
                                                        66
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●   la concertation avec les entreprises (voir 2.7.2.4.).



2.7.2.1. Les organisations représentatives


A. Les fédérations de pouvoirs organisateurs


Le gouvernement reconnaît comme organes de représentation et de coordination des pouvoirs
organisateurs:

    ●   un organe représentant les pouvoirs publics subventionnés organisant des écoles fondamentales,
        primaires ou maternelles ordinaires ou spécialisées et des écoles secondaires spécialisées;
    ●   un organe représentant les pouvoirs publics subventionnés organisant des écoles secondaires;
    ●   un organe représentant les pouvoirs organisateurs d’enseignement libre subventionné de caractère
        confessionnel;
    ●   un organe représentant les pouvoirs organisateurs d’enseignement libre subventionné de caractère
        non- confessionnel.



Deux fédérations représentent l’enseignement officiel subventionné.

    ●   Le Conseil de l’enseignement des communes et provinces (CECP), au sein de l’Union des villes et
        communes de Belgique (UVCB), est l’association représentative et le porte-parole du réseau officiel
        subventionné; elle regroupe plusieurs pouvoirs organisateurs communaux de l’enseignement
        fondamental, spécialisé et artistique.
    ●   Le CPEONS, Conseil des pouvoirs organisateurs de l’enseignement officiel neutre subventionné, est
        plus particulièrement chargé de l’enseignement secondaire, supérieur, de promotion sociale et des
        centres psycho-médico-sociaux. Il regroupe une très large majorité de pouvoirs organisateurs
        provinciaux et communaux qui dispensent un enseignement officiel neutre.



Le Conseil de concertation de l’enseignement officiel, créé le 5 juin 1988, est chargé des missions suivantes:

    ●   collaboration entre les réseaux officiels (enseignement de la Communauté, enseignement officiel
        subventionné) dans tous les domaines jugés nécessaires et plus particulièrement en ce qui concerne
        la formation continue des enseignants;
    ●   élaboration d’un projet éducatif dans le cadre de l’enseignement officiel;
    ●   harmonisation des structures scolaires et des pédagogies des établissements concernés
        (notamment en cas de réorganisation de l’offre d’enseignement);
    ●   mise en œuvre de la rationalisation et de la programmation;
    ●   présentation de toute mesure visant à promouvoir enseignement officiel.

Il est composé de 12 membres représentant l’enseignement de la Communauté française et de 12 membres
de l’enseignement officiel subventionné.



Le Conseil général de l’enseignement catholique (CeGEC) regroupe les pouvoirs organisateurs qui adhèrent
aux principes énoncés par les évêques de Belgique en matière d’éducation chrétienne et qui acceptent
l’autorité des organes chargés de la coordination et de la planification de l’enseignement catholique. La
gestion journalière de l’association est confiée au SeGEC (secrétariat général de l’enseignement catholique).
                                                        67
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Différentes fédérations par niveaux d’enseignement (maternel et primaire, secondaire, spécialisé, supérieur
et de promotion sociale) existent également. Les nombreux pouvoirs organisateurs de l’enseignement libre
catholique ont été regroupés en une septantaine d’entités qui gèrent le personnel de plusieurs écoles
paritairement entre pouvoirs organisateurs et syndicats.



Une Fédération des écoles libres subventionnées indépendantes (FELSI) a également été constituée. Elle
regroupe un petit nombre d’établissements.

Par le décret du 20 juillet 2006, un comité de concertation entre le Gouvernement de la Communauté
française et les organes de représentation et de coordination des pouvoirs organisateurs de l'enseignement
et des centres P.M.S. subventionnés reconnus par le Gouvernement a été créé.

Le comité de concertation des pouvoirs organisateurs de l'enseignement est composé d'une délégation de
l'autorité et d'une délégation des organes de représentation.

Ce comité de concertation établit les textes normatifs dans le cadre de la politique générale des matières
suivantes :

a)   Les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et les
     structures propres à les atteindre;
b)   Les orientations générales, les missions, l'organisation des centres P.M.S.;
c)    Les orientations générales ou la durée des études;
d)   La structure générale et l'organisation de l'enseignement;
e)   Les conditions d'admission, d'inscription, de réinscription, d'exclusion, d'accès et de passage des élèves
     ou étudiants;
f)   Le règlement général des études et des examens, là où ils existent;
g)   La régulation de l'offre d'enseignement, la programmation, les lieux et les règles de la concertation, les
     normes de création et de maintien;
h)   Le mode de définition et de révision des compétences socles, des compétences terminales et des
     savoirs;
i)    Les modalités d'approbation des programmes d'enseignement ou d'activité par le Gouvernement;
j)   L'évaluation externe;
k)   La politique de discrimination positive;
l)   Le subventionnement et ses modalités;
m)   Les modes de vérification et de publicité des comptes annuels dans la mesure où elles imposeraient des
     règles complémentaires aux règles déjà applicables et propres à la nature juridique des pouvoirs
     organisateurs;
n)   Le financement des bâtiments;
o)   Les modalités de la gratuité de l'enseignement et son application;
p)   La politique, la répartition et la mise à disposition d'équipements spécifiques des établissements
     d'enseignement;
q)   Les avantages sociaux et autres accordés aux écoles;
r)   Le financement, le fonctionnement et l'équipement des pouvoirs organisateurs
s)   Les règles statutaires du personnel subventionné;
t)   La réaffectation et la gestion des emplois;
u)   La formation des membres du personnel en cours de carrière.



B. Le Conseil pédagogique de l’enseignement de la Communauté française


Le Conseil pédagogique de l’enseignement de la Communauté française a pour mission:

     ●   d’adresser au Ministre des avis et des propositions concernant le projet éducatif et les grandes
         options pédagogiques;

                                                     68
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●   de coordonner l’action pédagogique des établissements d’enseignement de la Communauté
        française;
    ●   d’adresser au Ministre des avis et des propositions en vue d’améliorer le fonctionnement de
        l’enseignement de la Communauté française;
    ●   d’inventorier, d’évaluer et de promouvoir les expériences pédagogiques menées dans
        l’enseignement de la Communauté française.

Il est composé des délégués des collèges des chefs d’établissement.



C. Les organisations représentatives des parents


Deux organisations représentent les parents au niveau communautaire :l’une pour l’enseignement de la
Communauté et l’enseignement officiel subventionné, la Fédération des associations de parents d’élèves de
l’enseignement officiel (FAPEO), l’autre pour l’enseignement catholique subventionné, l’Union francophone
des associations de parents de l’enseignement catholique (UFAPEC). Ces associations ont pour mission de :

    ●   défendre et promouvoir les intérêts de tous les élèves;
    ●   susciter la participation active de tous les parents d'élèves en vue de leur permettre de jouer
        pleinement leur rôle de citoyen actif et responsable au sein de la société et des établissements
        scolaires ;
    ●   assurer la circulation de l'information auprès et en provenance des parents et des associations de
        parents ;
    ●   proposer à tous les parents des formations spécifiques en vue de leur permettre de jouer
        pleinement leur rôle de représentant des parents.



D. Les organisations syndicales des enseignants


Les trois grandes organisations syndicales du pays sont représentées dans l’enseignement. La Confédération
des syndicats chrétiens (CSC) compte quatre centrales pour l’enseignement: la Fédération des instituteurs
chrétiens (FIC), la Centrale chrétienne de l’enseignement moyen et normal libre (CCEMNL), la Centrale
chrétienne des professeurs de l’enseignement technique (CCPET) et l’Union chrétienne des personnels de
l’enseignement officiel (UCEO).



Dans la Fédération générale des travailleurs de Belgique (FGTB, socialiste), les enseignants sont regroupés,
tous niveaux d’enseignement confondus, au sein de la Centrale générale des services publics –
enseignement (CGSP). Les enseignants du réseau libre affiliés à la FGTB dépendent du SEL-SETCA (Syndicat
de l’enseignement libre – Syndicat des employés, techniciens et cadres).



Les enseignants affiliés à la Centrale générale des syndicats libres de Belgique (CGSLB) sont regroupés dans
le Syndicat libre de la fonction publique (SLFP). Les enseignants du réseau libre affiliés à la CGSLB dépendent
de l’APPEL (Association professionnelle du personnel de l’enseignement libre).




                                                      69
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Des représentants des organisations syndicales siègent dans différentes instances: le Conseil de l’éducation
et de la formation, les commissions paritaires, le Conseil général de l’enseignement fondamental, le Conseil
général de l’enseignement secondaire …



E. Les organisations représentatives des étudiants


A certaines conditions définies dans le décret sur les hautes écoles, les organisations communautaires
représentatives des étudiants reçoivent une subvention annuelle de la Communauté française. Elles seules
seront habilitées à désigner des représentants étudiants au sein des différents conseils. Pour l’instant les
étudiants de l’enseignement supérieur sont représentés au sein de plusieurs associations:

    ●   La Fédération francophone des étudiants (FEF);
    ●   L’Union des associations représentatives de l’enseignement supérieur (UNARES).




Conseil des Pouvoirs Organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre subventionné (CPEONS)

Conseil Général de l'Enseignement Catholique (CGEC)

Fédération des Associations de Parents de l'Enseignement Officiel (FAPEO)

Fédération des Etablissements Libres Subventionnés Indépendants (FELSI)

Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique en Communautés française et germanophone (SeGEC)

Conseil de l'Enseignement des communes et des provinces (CECP)

Union Francophone des Associations de Parents de l'Enseignement Catholique (UFAPEC)

Décret du 20/07/2006 relatif à la concertation des organes de représentation et de coordination des pouvoirs
organisateurs de l'enseignement et des centres PMS subventionnés



2.7.2.2. Les organes consultatifs généraux


A. Le Conseil de l’éducation et de la formation (CEF)


Le Conseil de l’éducation et de la formation (CEF) est composé d’une centaine de représentants (51 effectifs
et 49 suppléants) de tous les niveaux de l’enseignement (60 %) et de la formation (40 %). Ces personnes
représentent les pouvoirs organisateurs, les fédérations d’associations de parents, les syndicats
d’enseignants, les milieux économiques et sociaux, les organisations représentatives des travailleurs, des
employeurs et des milieux agricoles, les universités et les fédérations d’associations d’étudiants et enfin les
organisations assurant la formation initiale en dehors de l’enseignement; depuis le 1er septembre 2001, un
fonctionnaire du Service des affaires générales du Ministère de la Communauté française y siège également,
avec un rôle consultatif. Le conseil comporte deux chambres: la Chambre de l’enseignement et la Chambre
de la formation.



                                                      70
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Le CEF est chargé des missions suivantes:

    ●    formuler des propositions dans les domaines de l’enseignement et de la formation organisés ou
         subventionnés par la Communauté française dans le respect de l’autonomie et de la liberté
         pédagogique des pouvoirs organisateurs et en prenant en considération les travaux des autres
         conseils existants;
    ●    formuler des propositions favorisant l’articulation entre l’enseignement, la formation et les besoins
         de société. Pour ce faire, le Conseil s’informe régulièrement auprès des organismes chargés de la
         concertation enseignement – formation – emploi sur le plan régional;
    ●    remettre des avis sur toutes les réformes fondamentales:
             ○ de l’enseignement, y compris sur les éventuelles modifications de la durée de l’obligation
                  scolaire, dans le respect des dispositions légales, décrétales et réglementaires;
             ○ de la formation organisée ou subventionnée par la Communauté française;
             ○ des autres types de formation, pour autant qu’elles soient prévues dans des accords de
                  coopération entre la Communauté française, les Régions et la Commission communautaire
                  française.



Le Conseil de l’éducation et de la formation est tenu de présenter chaque année un rapport d’activités.

Le Conseil a un pouvoir d’avis sur la politique et les réformes envisagées, soit de sa propre initiative, soit à la
demande du Ministre concerné.



Un trait marquant de ce conseil est l’importance de sa tâche dans l’articulation entre l’enseignement, la
formation et les besoins de la société et son rôle d’étude, en liaison avec les milieux économiques et sociaux
de la problématique des formations à l’emploi.



B. Le Conseil de l’éducation aux médias


Le Conseil de l’éducation aux médias a pour mission de donner des avis au gouvernement sur toute question
relative à l’éducation aux médias, de définir des priorités et de stimuler des actions, des recherches, des
expériences pédagogiques, susceptibles de promouvoir et d’évaluer l’éducation aux médias et de favoriser la
coopération entre les différents partenaires. Il vise à intégrer l’éducation aux médias dans la formation initiale
et continuée des enseignants.

Il est composé de représentants des trois réseaux d’enseignement, d’experts universitaires, d’experts
représentatifs du monde de l’éducation et des médias, de représentants de l’administration, de représentants
de la presse.



Commission Communautaire des Professions et des Qualifications

Conseil de l'Education aux médias

Conseil de l'Education et de la Formation (CEF)

Conseil Interuniversitaire de la Communauté Française (CIUF)

Décret créant le Conseil de l'Education et de la Formation de la Communauté française


                                                        71
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


2.7.2.3. Les organes consultatifs par niveau d’enseignement


Les réformes fondamentales de l’enseignement font l’objet d’une confrontation préalable des points de vue
entre les délégués de l’enseignement de la Communauté, de l’enseignement provincial et communal et de
l’enseignement libre subventionné. Par réforme fondamentale, il faut entendre une modification dans
l’orientation générale ou la durée des études et dans les conditions d’admission des élèves, à l’exclusion des
créations d’écoles et des expériences pédagogiques.

Des instances de concertation entre réseaux ont été mises en place par niveau d’enseignement.



A. Le Conseil général de l’enseignement fondamental


Le Conseil général de l’enseignement fondamental a été créé dans le cadre du décret sur l’école de la
réussite. Il formule des propositions sur les grandes orientations de l’enseignement fondamental et évalue
l’adéquation des différentes stratégies par rapport aux objectifs généraux, notamment au niveau des zones.
Il a discuté les propositions relatives aux socles de compétence transmises par les différents groupes de
travail mis en place par le Décret-Missions et les a transmises au gouvernement.

Le Conseil réunit des représentants de l’Administration et de l’inspection, des pouvoirs organisateurs, des
enseignants, des organisations syndicales d’enseignants et des Comités de coordination des réseaux
d’enseignement.



B. Le Conseil général de concertation pour l’enseignement secondaire


Le Conseil général de concertation pour l’enseignement secondaire, créé en 1994, est composé des
présidents et des délégués des comités de concertation de l’enseignement secondaire.

Il est chargé des missions suivantes:

    ●   adresser au gouvernement toute proposition de sa propre initiative ou à la demande du
        gouvernement de nature à améliorer la qualité et le fonctionnement de l’enseignement secondaire
        dans le respect des dispositions légales, décrétales et réglementaires;
    ●   remettre au gouvernement des avis, de sa propre initiative ou à la demande du gouvernement, en
        matière:
             ○   de grilles-horaires dans les différentes formes d’enseignement;
             ○   d’enseignement en alternance;
             ○   de formation en alternance;
             ○   de Socles de compétences définissant le niveau requis des études;
             ○   de répertoire des options de base;
             ○   de classement des cours;
             ○   de titres dont doivent être porteurs les membres du personnel pour l’exercice des
                 différentes fonctions;
    ●   assurer l’échange de tout document utile ainsi que de l’expérience acquise entre tous les
        établissements d’enseignement secondaire en vue de favoriser la convergence vers la promotion de
                                                      72
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
        la réussite scolaire et de manière à conduire chaque élève à son niveau le plus élevé possible de
        compétence, dans toutes les formes de l’enseignement secondaire.

Il est également chargé de proposer au gouvernement les profils de formation correspondant aux options
groupées organisées au troisième degré (degré de détermination) de l’enseignement de qualification.

Par profil de formation, on entend l’ensemble des compétences à acquérir en vue de la délivrance du
certificat de qualification à l’issue de l’enseignement secondaire.

A cet effet, une Commission communautaire des professions et des qualifications a été mise en place, (voir ci-
dessous).



C. Le Service francophone des métiers et des qualifications


Dans le cadre d’un renforcement des liens entre le monde de l’entreprise et les structures de formation et
d’enseignement qualifiant, en ce compris l’enseignement de promotion sociale, un « Service francophone
des métiers et des qualifications » (SFMQ) a été créé. Le remplacement de la Commission communautaire des
professions et des qualifications (CCPQ), mise en place en 1994, par cette nouvelle institution avait été fixé au
1er septembre 2009, mais son installation a pris du retard.

Concrètement, la finalité de la démarche est que les acteurs socio-économiques, à commencer par les
interlocuteurs sociaux, puissent faire état de la réalité du monde de l’entreprise, de ses évolutions, de ses
attentes en matière de compétences et qualifications et in fine, que celles-ci soient prises en compte dans
l’élaboration des programmes scolaires ou de formation de façon à faciliter l’accès des jeunes à l’emploi.

Le SFMQ a pour mission d’effectuer une description des métiers, de les traduire en profils métiers (ou de
qualifications) et d’élaborer, sur cette base, des profils de formation adoptés par tous.

Le SFMQ dispose d’une équipe permanente. Le dispositif mis en place comporte 3 chambres (une Chambre
des métiers, une Chambre enseignement – formation, une Chambre de concertation et d’agrément) et une
Cellule exécutive.



D. Le Conseil général des hautes écoles


Le Conseil général des hautes écoles est composé des directeurs présidents des hautes écoles, de
représentants des pouvoirs organisateurs, de représentants des membres du personnel, de représentants
des étudiants, de représentants des milieux sociaux présentés par les organisations syndicales
interprofessionnelles et par les organisations patronales. Parmi ses missions, ce Conseil doit promouvoir la
collaboration entre les réseaux notamment en ce qui concerne les passerelles, la programmation et la
formation continuée. Le Conseil rend, d’initiative ou à la demande du gouvernement ou d’une haute école,
des avis sur toute question relative à l’enseignement supérieur.



E. Le Conseil supérieur de l'enseignement supérieur artistique


Le Conseil supérieur de l'enseignement supérieur artistique est composé de représentants des pouvoirs
organisateurs, du personnel, des étudiants et des milieux sociaux présentés par les organisations syndicales,
interprofessionnelles et par les organisations patronales. Il est notamment chargé de rendre des avis sur
                                                      73
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
toute question relative à l'enseignement supérieur artistique, de veiller à la mise en œuvre du décret de 1999
relatif à cet enseignement et, le cas échéant, de formuler toute proposition de modification, ainsi que de
promouvoir la collaboration entre les réseaux notamment en ce qui concerne les passerelles, la
programmation et la formation continuée.



F. Le Conseil interuniversitaire de la Communauté française


Le Conseil interuniversitaire de la Communauté française (CIUF) a été organisé le 3 avril 1980. Il se compose
des Recteurs, de représentants des professeurs, des scientifiques et des étudiants. Ce Conseil a pour mission
d’organiser la concertation entre les institutions universitaires. A cette fin, il adresse aux Ministres qui ont
l’enseignement universitaire et la politique scientifique dans leurs attributions, des avis et propositions se
rapportant à toutes les questions intéressant la collaboration entre les institutions universitaires de langue
française.

Le Conseil est habilité à prendre des initiatives visant à assurer une plus grande coopération entre les facultés
et départements universitaires. A cette fin, il peut créer des commissions ou des groupes de travail spécialisés
et encourager des manifestations à caractère scientifique.

Les institutions universitaires peuvent conclure entre elles des conventions de coopération pour
l’organisation de certaines études et pour la collation des grades académiques qui les sanctionnent.



G. La Commission de concertation de l’enseignement de promotion sociale


Composée de représentants de l’administration, de l’inspection et des représentants des réseaux la
Commission de concertation de l’enseignement de promotion sociale est chargée de faciliter dans chacun
des réseaux, la mise en place de l’enseignement de promotion sociale de régime 1. Elle est chargée
également d’adapter les formations aux profils professionnels et de mettre à la disposition des
établissements des dossiers de référence (horaires de référence minimum, contenu minimum, modalités de
capitalisation des titres …) nécessaires à la mise en œuvre des formations. Elle est consultée pour la création
de toute section de l’enseignement supplémentaire de type court de moins de 750 périodes.



H. Le Conseil supérieur de l’enseignement de promotion sociale


Le Conseil supérieur de l’enseignement de promotion sociale est composé de représentants des réseaux, de
membres du personnel directeur et enseignant, de représentants des étudiants, des organisations syndicales
et des milieux socio-économiques. Il veille à l’adéquation de l’enseignement aux besoins socio-économiques
et culturels. Il détermine, par ailleurs, le niveau des formations en fonction des profils professionnels. Ce
Conseil supérieur propose au gouvernement la liste des établissements susceptibles de bénéficier de
discriminations positives (voir 2.8.3.5.).



I. Le Conseil supérieur des classes moyennes et le Conseil supérieur de l’enseignement à
distance



                                                      74
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Le Conseil supérieur des classes moyennes et le Conseil supérieur de l’enseignement à distance sont des
lieux de concertation écoles / entreprises. Ils sont chargés de donner à l’Exécutif des avis sur toute question
relative à leur type d’enseignement

Dans le cadre des formations organisées par les Classes moyennes, la concertation avec les patrons
d’entreprises est très développée: les stages sont supervisés par du personnel de l’entreprise et les patrons
sont consultés pour organiser les formations.



J. Le Conseil supérieur de l’enseignement spécialisé


Le Conseil supérieur de l’enseignement spécialisé a pour mission de donner, soit d’initiative, soit à la
demande du ministre ou du gouvernement, les avis prévus par certaines dispositions de la loi du 6 juillet
1970, et des avis sur divers problèmes relatifs à l’enseignement spécialisé, tels que les divers types
d'enseignement spécialisé qui peuvent être organisés ou subventionnés par la Communauté française, les
montants des allocations de fonctionnement dans l'enseignement spécialisé, l'intervention dans les frais
d'enseignement à domicile dispensé à des enfants ou adolescents à besoins spécifiques et toutes les
questions relatives à l'enseignement spécialisé qui suscitent une vision cohérente de son évolution à moyen
ou à long terme. Ce conseil est également chargé de créer des synergies entre tous les acteurs et partenaires
concernés par l'enseignement spécialisé.



Le Conseil supérieur est composé d'un président, d'un vice-président et de 24 membres représentant les
disciplines pédagogique, psychologique, médicale et sociale, les organisations syndicales représentatives et
les associations les plus représentatives des parents d'enfants à besoins spécifiques. La moitié des membres
sont choisis parmi les membres du personnel des établissements d'enseignement organisés ou
subventionnés par la Communauté française. La répartition des membres vise à assurer l'équilibre entre les
représentants de l'enseignement confessionnel et ceux de l'enseignement non confessionnel.



K. Le Conseil général de concertation pour l’enseignement spécialisé


Le Conseil général de concertation pour l’enseignement spécialisé est chargé d’adresser au gouvernement,
d'initiative ou à sa demande, des propositions de celui-ci de nature à améliorer la qualité et le
fonctionnement de l'enseignement spécialisé et des avis sur différentes matières telles que les grilles-
horaires, la mise en place des différentes modalités d'intégration des élèves qui relèvent de l'enseignement
spécialisé et de l'évaluation permanente des intégrations, les orientations et les thèmes à prendre en compte
pour les formations en cours de carrière dispensées en interréseaux, la répartition géographique des types et
des formes d'enseignement spécialisé. Le conseil est également chargé d’assurer des échanges de
documents entre l'ensemble des établissements d'enseignement spécialisé et des établissements de
l'enseignement ordinaire, de proposer au gouvernement conjointement avec le Conseil général de
concertation pour l'enseignement secondaire des profils de formation spécifiques à l'enseignement
secondaire spécialisé de forme 3 et de forme 4, de superviser les travaux de la Commission des programmes
de l'enseignement secondaire spécialisé, de rendre un avis sur les projets de programmes d'études.



Le Conseil est composé de vingt-quatre membres effectifs: le directeur général de l'enseignement
obligatoire, l'inspecteur coordonnateur du Service d'inspection de l'enseignement spécialisé, sept
représentants de l'enseignement de caractère confessionnel et sept de l'enseignement de caractère non
                                                      75
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
confessionnel, trois représentants d’organisations syndicales représentatives au niveau fondamental et trois
au niveau secondaire, les président et vice-président du Conseil supérieur de l'enseignement spécialisé.



L. La Commission consultative de la langue des signes


Cette commission consultative a pour mission de remettre au Gouvernement, soit d'initiative, soit à sa
demande, des avis et propositions sur toute problématique concernant l'utilisation de la langue des signes
(langue visuo-gestuelle propre à la communauté des sourds de la Communauté française: langue des signes
de Belgique francophone ou LSFB).



M. La Commission de promotion de la santé à l’école


Cette commission consultative est chargée d’accompagner la mise en œuvre du décret du 20 décembre
2001 relatif à la promotion de la santé à l’école.



N. Les commissions de gestion des emplois


Des commissions de gestion des emplois sont notamment chargées de faire des propositions en matière de
définition de la pénurie et remplissent des missions relatives à la mise en disponibilité par défaut d’emploi, à
la réaffectation et l’octroi de subventions traitements d’attente.



Dans l’enseignement officiel subventionné, d’une part, et dans l’enseignement libre subventionné, d’autre
part, il existe une commission centrale de gestion des emplois et des commissions zonales de gestion des
emplois pour les différents niveaux scolaires. Dans l’enseignement organisé par la Communauté française, ce
sont les commissions interzonales et les commissions zonales d’affectation qui sont compétentes pour faire
des propositions en matière de pénurie.



Commission Communautaire des Professions et des Qualifications

Décret du 27/10/1994 organisant la concertation dans l'enseignement secondaire

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret fixant l'organisation générale de l'enseignement supérieur en Hautes Ecoles

Décret organisant l'enseignement spécialisé

Décret relatif à la définition de la pénurie et à certaines commissions dans l'enseignement organisé ou
subventionné par la Communauté française



2.7.2.4. La concertation avec les entreprises, aux différents niveaux du système scolaire

                                                      76
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Les établissements secondaires font appel aux entreprises principalement lors de la constitution des jurys de
qualification. Les centres d’éducation et de formation en alternance collaborent plus étroitement avec les
entreprises dans lesquelles les jeunes en formation sont envoyés en stage. Dans certains cas, il est fait appel
aux entreprises pour assurer la formation continue des professeurs de pratique professionnelle.



Dans chaque district sociopédagogique, les collèges des chefs des établissements organisés par la
Communauté française entretiennent des liens réguliers avec les associations de parents et les milieux
sociaux, économiques et culturels.



Les zones sont délimitées de telle sorte qu’elles servent de premiers espaces de concertation entre l’école et
le monde extérieur (comités subrégionaux de l’emploi, organismes socioculturels, entreprises locales).



Les comités subrégionaux de l’emploi du FOREM associent les partenaires sociaux et les principaux
opérateurs de formation et des secteurs professionnels. Ils développent des synergies en matière de
formation et d’emploi. Des commissions consultatives emploi-formation-enseignement qui ont été mises en
place au niveau des comités subrégionaux analysent les besoins de formations, élaborent un répertoire des
offres d’enseignement et de formation et fonctionnent comme observatoires de l’emploi.

La création du Service francophone des métiers et des qualifications (voir 2.7.2.3, point C) vise notamment le
renforcement des liens entre le monde de l'entreprise et les structures de formation et d'enseignement
qualifiant (y compris l’enseignement de promotion sociale). Concrètement, la finalité de la démarche est que
les acteurs socio-économiques puissent faire état de la réalité du monde de l'entreprise, de ses évolutions, de
ses attentes en matière de compétences et qualifications et in fine, que celles-ci soient prises en compte dans
l'élaboration des programmes scolaires ou de formation, de façon à ce que les jeunes arrivent bien préparés à
trouver un emploi au terme de leurs études ou de leur formation.



Commission Communautaire des Professions et des Qualifications




2.8. Modes de financement de l’éducation

La présente section décrit:

    ●   le financement de la Communauté française (voir 2.8.1.),
    ●   le financement des institutions non scolaires d’accueil du jeune enfant (voir 2.8.2.),
    ●   les généralités en matière de financement de l’enseignement (voir 2.8.3.),

et ensuite le financement par niveau et genre d’études:

    ●   pour l’enseignement fondamental ordinaire, voir 2.8.4.;
    ●   pour l’enseignement secondaire ordinaire, voir 2.8.5.;
    ●   pour l’enseignement fondamental et secondaire spécialisés, voir 2.8.6. pour l’enseignement
        supérieur, voir 2.8.7..

                                                      77
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Evolution comparative des législations scolaires dans les trois Communautés belges

Loi de financement des Communautés et des Régions



2.8.1. Le financement de la Communauté française


L'estimation des crédits budgétaires à transférer aux Communautés a été établie en 1988 sur la base d'une
prise en compte de l'ensemble des dépenses relatives aux anciennes compétences qui devaient être
transférées (essentiellement l'enseignement). Les crédits prévus pour les Communautés font abstraction du
financement des charges du passé et de celui de l'enseignement universitaire dispensé aux étudiants
étrangers, qui restent tous deux à charge du budget fédéral.



En application de la loi spéciale du 16 janvier 1989 relative au financement des Communautés et des
Régions, le financement de la Communauté française est assuré par :
    ● Des recettes fiscales perçues et versées par l’autorité fédérale, c’est-à-dire :
             ○ une partie des recettes de l’impôt sur les personnes physiques ;
             ○ un pourcentage des recettes de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), auquel s’ajoutent de
                 nouveaux montants issus de la TVA depuis la modification de la loi de financement opérée
                 en 2001.
    ●   Une dotation d’un montant équivalent à celui que rapportait la redevance radio et télévision à la
        Communauté française avant son transfert.
    ●   Le recours à l’emprunt.
    ●   Des recettes propres, liées à l’exercice des compétences attribuées à la Communauté. Il s’agit par
        exemple de droits d’inscription, du produit de la vente de bâtiments scolaires, de la vente de
        publications, etc.
    ●   Des transferts venant de l’autorité fédérale pour le financement de programmes appliqués par la
        Communauté (par exemple l’enseignement universitaire donné aux étudiants étrangers).
    ●   Des dons et des legs faits au bénéfice de la Communauté, et qui peuvent être indépendants de
        l’exercice de ses compétences.



Depuis 2001, un refinancement des Communautés est en cours qui repose sur une augmentation annuelle
de 2002 à 2011 des ressources provenant du produit de la TVA. Parallèlement, la clé de répartition entre les
Communautés évolue de 2002 à 2012 d'une répartition en fonction du nombre d'élèves (environ 43 % en
Communauté française actuellement pour 57 en Communauté flamande) vers une répartition en fonction de
la répartition de l'impôt des personnes physiques (environ 36 % pour la Communauté française et 64 pour la
Communauté flamande actuellement). Depuis 2002, les Communautés perçoivent directement une partie
des bénéfices de la Loterie nationale.



Les ressources de la Communauté française augmentent donc progressivement depuis 2002 et devraient
atteindre en 2010, selon Deschamps et Van Den Kerkhove (2002), quelque 30 milliards de francs (aux prix de
2001), soit environ 11 % de plus que sans ces accords.

Suite au Contrat pour l’école signé le 31 mai 2005, 40 millions d’euros supplémentaires devraient s’ajouter au
refinancement déjà prévu par les accords précités.

                                                     78
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
En 2009, le budget ajusté de la Communauté française est d'un montant total de 8.448.026 €, dont 6.363.642
€ sont consacrés au financement de l’éducation, de la recherche et de la formation.



Enseignement obligatoire et de promotion sociale, législature 2004-2009, bilan et perspectives à mi-
législature

Loi de financement des Communautés et des Régions



2.8.2. Les institutions non scolaires d’accueil du jeune enfant


L’ONE reçoit, pour l’accomplissement de ses missions, une dotation de la Communauté française (en 2009,
208.206.000 € - 1er ajustement budgétaire). Les subventions aux milieux d'accueil représentent 49,8 % des
dépenses.



Un « Fonds de solidarité et des développement de l’accueil de l’enfant » a été institué au sein de l’ONE. Il est
alimenté (indirectement) par des interventions des Régions dans le cadre des programmes de réduction du
chômage, par les employeurs qui ont passé une convention avec l’ONE (réservation de places) et par un
prélèvement sur la cotisation perçue par l’ONE lorsque la différence entre la contribution moyenne par jour
et par enfant dépasse un minimum fixé par l’ONE. Le « Fonds de solidarité et des développement de l’accueil
de l’enfant » est chargé de compenser la suppression des interventions du Fonds des équipements et
services collectifs (FESC) et de développer l’offre d’accueil, notamment sur la base des contributions des
employeurs.

A partir de l’exercice 2009, la dotation de base de l’ONE est majorée d’un montant de 8.553.138 € afin de lui
permettre de prendre en charge le financement des services d’accueil spécialisé de la petite enfance et des
milieux d’accueil qu’il organise en vue d'accueillir des enfants ne pouvant être pris en charge
temporairement par leur famille. En 2009, ce montant est diminué des avances octroyées en cours d’année
aux services d’accueil spécialisé de la petite enfance par l’administration de l’Aide à la jeunesse dans l’attente
de l’exécution du présent avenant.




2.8.3. Le financement de l’enseignement (généralités)


Les informations générales ou du moins communes à plusieurs niveaux d’enseignement sont présentées
dans 5 sections:

    ●    Pour les principes et le contrôle du financement, voir 2.8.3.1.;
    ●    Pour les avantages sociaux, voir 2.8.3.2.;
    ●    Pour les bâtiments scolaires, voir 2.8.3.3.
    ●    Pour certaines ressources pédagogiques voir 2.8.3.4.
    ●    Pour les mesures destinées aux établissements accueillant des populations particulières, voir 2.8.3.4..




                                                       79
EURYBASE                                              BELGIQUE – Communauté française
Loi modifiant la législation relative à l'enseignement gardien, primaire, moyen, normal, technique, artistique
et spécial




2.8.3.1. Les principes et le contrôle


Les frais de l'instruction donnée dans les établissements ou sections d'établissement d'enseignement
organisés par les personnes publiques et privées sont à charge des pouvoirs organisateurs, mais les
Communautés peuvent accorder des subventions-traitement et des subventions de fonctionnement aux
établissements d’enseignement organisés par les provinces, les communes, par d’autres personnes
publiques ou par des personnes privées. Pour ce faire, une école ou une section d’établissement
d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire, supérieur, spécialisé est tenue de se conformer aux
dispositions normatives concernant l’organisation des études et l’application des lois linguistiques.



Elle doit:

     ●       adopter une structure approuvée par le ministre;
     ●       respecter un programme conforme aux prescriptions décrétales et approuvé par le ministre;
     ●       se soumettre au contrôle de l'inspection organisée par le Gouvernement de la Communauté. Cette
             inspection porte spécialement sur les branches enseignées, le niveau des études et l'application des
             lois linguistiques, à l'exception des méthodes pédagogiques;
     ●       être organisée par une personne physique ou morale qui assume toute la responsabilité;
     ●       compter par classe, section, degré ou autres subdivisions le nombre minimum d'élèves fixé par
             arrêté du Gouvernement de la Communauté, sauf dispense accordée par le ministre en raison de
             circonstances particulières et exceptionnelles;
     ●       être établie dans des locaux répondant à certaines conditions d'hygiène et de salubrité;
     ●       disposer du matériel didactique et de l'équipement scolaire répondant aux nécessités
             pédagogiques;
     ●       former un ensemble pédagogique situé dans un même complexe de bâtiments ou, en tout cas, dans
             une même commune ou agglomération sauf dérogation accordée par le Gouvernement de la
             Communauté dans des cas exceptionnels;
     ●       disposer d'un personnel susceptible de ne pas mettre en danger la santé des élèves;
     ●       se soumettre au régime des congés tels qu'il est organisé par application de la loi;
     ●       respecter les dispositions fixées par le décret du 20 décembre 2001 relatif à la promotion de la santé
             à l’école et respecter les dispositions fixées par le décret du 30 juin 1998 visant à assurer à tous les
             élèves des chances égales d’émancipation sociale, notamment par la mise en œuvre de
             discriminations positives, puis de l’encadrement différencié voir 2.8.3.5.




Les subventions accordées par les Communautés, lorsque sont remplies les conditions fixées par les lois et
les décrets, sont d'une triple nature:

     ●       des subventions-traitements pour le personnel, égales, dans les mêmes conditions de titres et de
             fonctions, aux rémunérations accordées au personnel de l'enseignement dela Communauté
             française;


                                                          80
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●   des subventions de fonctionnement et d'équipement, de nature forfaitaire, variables suivant le
        niveau, la forme et le type d'enseignement;
    ●   des subventions pour la construction et l'aménagement des locaux, allouées aussi à concurrence
        des crédits inscrits dans la loi et suivant des modalités différentes selon qu'il s'agit de
        l'enseignement organisé par des pouvoirs publics ou de l'enseignement privé. Chaque école doit
        respecter un plan comptable et justifier annuellement l'utilisation des fonds.



L’attribution de subventions de fonctionnement aux établissements subventionnés est subordonnée au
contrôle de l’utilisation de ces subventions. Un arrêté prescrit notamment l’application d’un plan comptable
consistant dans la tenue, par l’établissement scolaire bénéficiaire de ces subventions, de divers documents
justificatifs tels que le « journal spécial », le livre de caisse, livre de comptes chèques postaux et/ou de
banque, comptes annuels, inventaire des acquisitions.

Le contrôle de ces documents appartient au service de vérification du ministère de la Communauté française.
En outre, ce service est également chargé du contrôle de la bonne utilisation des subventions-traitements en
fonction de la réglementation sur les titres requis et des normes de population scolaire.



Décret visant à améliorer les conditions matérielles des établissements de l'enseignement fondamental et
secondaire



2.8.3.2. Les avantages sociaux


L'article 33 du Pacte scolaire prévoit que les communes et les provinces qui accordent un financement sous
la forme d'avantages sociaux aux établissements d'enseignement qu'elles organisent sont tenues d'accorder
les mêmes avantages aux établissements de l'enseignement libre établis sur le territoire communal.



Suite à des divergences d’interprétation quant à ce qu’il faut entendre par « avantage social », un décret a
dressé la liste exhaustive des avantages sociaux:

    ●   l’organisation de restaurants et de cantines scolaires, à l’exception des restaurants d’application liés
        à des sections du secteur de l’hôtellerie et de l’alimentation;
    ●   la distribution d’aliments et de friandises ainsi que de jouets hors matériel propre aux activités
        d’enseignement;
    ●   l’organisation de l’accueil des élèves, quelle qu’en soit la forme, une heure avant le début et une
        heure après la fin des cours;
    ●   la garderie du repas de midi dont la durée, pour entrer dans le champ d’application du présent
        article, est comprise entre une demi-heure et une heure;
    ●   la distribution de vêtements hors les vêtements propres à l’enseignement;
    ●   l’organisation de colonies scolaires spécifiques pour enfants présentant une santé déficiente;
    ●   l’accès aux piscines, accessibles au public, ainsi que le transport y relatif dans le cas où la piscine
        fréquentée pendant l’horaire scolaire n’est pas située sur le territoire de la commune;
    ●   l’accès aux infrastructures communales, provinciales et de la Commission communautaire française
        permettant une activité éducative, à l’exception des bâtiments scolaires en ce compris les piscines,
        sauf celles visées au point précédent;
    ●   l’accès aux plaines de jeux organisées et aux cures de jour pendant le temps scolaire et pendant les
        vacances sur le territoire de la commune;

                                                     81
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
    ●   les aides financières ou en nature à des groupements, associations ou organismes, dont un des
        objets est l’octroi d’aides sociales qui seraient réservées aux élèves.



Ce même décret a précisé le dispositif et la procédure à mettre en œuvre. En compensation de l'exclusion des
établissements de la Communauté française du régime des avantages sociaux, ces établissements se voient
attribuer un montant forfaitaire par élève qui varie de 169 à 211 euros, en fonction du niveau scolaire et du
fait qu’il s’agit de l’enseignement ordinaire ou de l’enseignement spécialisé.



2.8.3.3. Les bâtiments scolaires


Le dispositif mis en place en Communauté française en ce qui concerne les bâtiments scolaires de
l'enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécialisé, qu'elle subventionne ou qu'elle organise,
a été ramené début 2008 à deux niveaux d’intervention:

    ●  Pour les gros travaux, les Fonds « classiques » (Fonds des bâtiments scolaires de la Communauté,
       Fonds des bâtiments scolaires de l’enseignement officiel subventionné, Fonds de garantie) qui
       accordent des subsides en capital à concurrence de 60 % pour les investissements dans
       l'enseignement officiel subventionné et des subsides en intérêt à concurrence de la différence entre
       le taux du marché et 1,25 % dans l'enseignement subventionné.
     ● Un programme prioritaire de travaux a pour objectifs de subventionner les travaux prioritaires liés à
       la sécurité ou à l’hygiène dans les établissements scolaires et des internats, y compris de remédier
       dans certains cas aux déperditions calorifiques et d’améliorer l’accessibilité des bâtiments aux
       personnes à mobilité réduite. Une priorité est accordée aux besoins spécifiques des établissements
       qui accueillent des élèves souffrant de handicaps socioculturels et à ceux qui souffrent du manque
       de moyens financiers de leur pouvoir organisateur.



En ce qui concerne le programme prioritaire de travaux, le montant de l’intervention de la Communauté
française est fixé par implantation et par projet éligible à 70 % du montant de l'investissement dans les
établissements de l'enseignement fondamental et à 60 % dans les établissements de l'enseignement
secondaire, avec un montant total de l'investissement d'un maximum de 240.000 € (les plafonds sont plus
élevés dans le cas des implantations accueillant des populations peu favorisées).

Des modalités de remboursement de l’intervention de la Communauté française sont prévues en cas de
vente du bâtiment ou d’affectation à un usage autre scolaire endéans une période de 20 (Programme de
travaux de première nécessité) ou de 30 ans (Programme d’urgence).

En 2008, un programme de financement exceptionnel de projets de rénovation, construction, reconstruction
ou extension de bâtiments scolaires via des partenariats public/privé a été mis sur pied. Ce programme offre
une solution additionnelle aux propriétaires/pouvoirs organisateurs par rapport aux structures de
subventions et financement existantes via les différents fonds scolaires et le programme prioritaire de
travaux qui restent d’application. La structure de financement sera accessible pour tous les bâtiments
scolaires (écoles primaires, secondaires, supérieures non universitaires, et centres PMS), indépendamment du
réseau et du propriétaire, après une sélection sur la base de critères objectifs et non discriminatoires. La
Communauté française prévoit de consacrer à ce programme 25 millions d’euros par an pendant 25 à 30 ans.
En 2009-2010, le programme projeté a fait l’objet d’une évaluation.




                                                     82
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Décret relatif au programme de financement exceptionnel de projets de rénovation, construction,
reconstruction ou extension de bâtiments scolaires via des partenariats public/privé (PPP) (1) entrée en
vigueur le 1/1/2009

Décret relatif au programme prioritaire de travaux en faveur des bâtiments scolaires de l'enseignement
fondamental ordinaire et spécialisé, de l'enseignement secondaire ordinaire, spécialisé et de promotion
sociale, de l'enseignement artistique à horaire réduit, des centres psycho-médico-sociaux ainsi que des
internats de l'enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécialisé, organisés ou subventionnés
par la Communauté française



2.8.3.4. Certaines ressources pédagogiques


Récemment, un effort budgétaire a été réalisé par la Communauté française en faveur de la diffusion de
certaines ressources pédagogiques. En effet, par le décret du 19 avril 2006, un programme budgétaire spécial
a été créé pour l'acquisition, par les établissements d'enseignement fondamental et secondaire de la
Communauté française, de manuels scolaires et, de logiciels scolaires ayant reçu l'agrément indicatif de
conformité. Les critères de conformité sont fixés par le Gouvernement de la Communauté française et les
différents services d’inspection sont chargés de remettre l’avis de conformité.



Décret du 05/02/1990 relatif aux bâtiments scolaires de l'enseignement non universitaire organisé ou
subventionné par la Communauté française

Décret du 05/07/1993 relatif au transfert de l'exercice de certaines compétences de la Communauté française
à la Région Wallonne et à la commission communautaire française

Décret du 19/05/2006 relatif à l'agrément et à la diffusion de manuels scolaires, de logiciels scolaires et
d'autres outils pédagogiques au sein des établissements de l'enseignement obligatoire

Décret relatif au programme d'urgence pour les bâtiments scolaires de l'enseignement fondamental et de
l'enseignement secondaire organisé ou subventionné par la Communauté française

Décret relatif au programme de travaux de première nécessité en faveur des bâtiments scolaires de
l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire organisés ou subventionnés par la
Communauté française



2.8.3.5. Des ressources complémentaires au profit de populations à besoins spécifiques


1. Des compléments d’encadrement


En complément aux règles de base, des compléments de capital-période sont accordés pour répondre aux
besoins spécifiques de certains élèves dans l’enseignement fondamental ou secondaire ordinaires.



Dans les écoles annexées à un centre d'accueil, organisé ou reconnu par l'ONE, ou à un internat pour enfants
dont les parents n'ont pas de résidence fixe, ou relevant d'un home d'enfants placés par le juge, le nombre
d'élèves est multiplié par 1,5 pour déterminer l'encadrement.

                                                    83
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Quelle que soit l'école fréquentée, le nombre des enfants provenant:

    ●    d'un home ou d'une famille d'accueil, pour autant qu'ils y aient été placés par le juge (pas par un
         juge de paix) ou le conseiller d'aide à la jeunesse;
    ●    d'un internat pour enfants dont les parents n'ont pas de résidence fixe;
    ●    d'un centre d'accueil organisé ou reconnu par l'ONE,
    ●    est multiplié par 1,5.



L'établissement scolaire qui organise une classe-passerelle (voir 10.7.2.) reçoit, en complément du capital-
périodes ou du nombre total de périodes-professeurs auquel il a droit, 30 périodes ou 30 périodes-professeur
pour l'ensemble de l'année scolaire. Les élèves primo-arrivants (voir 10.7.2.), ou qui l'ont été dans une des
deux années scolaires précédentes, dont la langue maternelle ou usuelle diffère de la langue de
l'enseignement et qui ne sont pas inscrits en classe-passerelle sont comptés pour 1,5.



Lorsqu’un cours d’adaptation à la langue (voir 10.7.3.) est organisé, l’école bénéficie d’un nombre de
périodes fixé en fonction du nombre d’enfants concernés (3 périodes pour 10 à 20 élèves, 6 périodes pour 21
à 44 élèves, etc.). L’élève susceptible de bénéficier d’un cours d’adaptation à la langue qui répond également
à la définition de l’élève primo-arrivant est compté pour 3 les deux premières années où il fréquente
l’enseignement de la Communauté française et pour 2 l’année suivante s’il n’est pas inscrit dans une classe-
passerelle, ou pour 3 l’année qui suit celle de son inscription dans une classe-passerelle et 2 l’année suivante.



2. Des frais de fonctionnement différenciés


Un refinancement différencié des établissements d’enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et
spécialisé, est entré en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2004-2005 et planifié sur plusieurs années. Les
caractéristiques socio-économiques de la population qui fréquente chaque implantation, mesurées à l’aide
du logiciel sur lequel se base la politique des discriminations positives (voir ci-dessous, le point 3), sont prises
en compte de façon progressive, en évitant la dichotomie entre les bénéficiaires et les autres.

L’augmentation initialement prévue pour l’année 2010 sera phasée sur 4 ans (de 50% en 2010 à 100% en
2013).



3. Des établissements en discrimination positive


Depuis 1998, afin de promouvoir des actions pédagogiques destinées à assurer à tous les élèves des chances
égales d'émancipation sociale, conformément au Décret-Missions, des moyens supplémentaires ont été
attribués à certains établissements ou implantations d’enseignement fondamental, secondaire ou de
promotion sociale sur la base de critères sociaux, économiques, culturels et pédagogiques. La sélection des
établissements se basait sur la population scolarisée dans l'établissement et non plus sur le quartier dans
lequel celui-ci est implanté. Dans le cas de la promotion sociale, les établissements étaient sélectionnés sur la
base du nombre ou de la proportion d’apprenants chômeurs complets indemnisés et demandeurs d’emploi
exemptés du droit d’inscription et du nombre d’apprenants bénéficiaires du minimum de moyens
d’existence, dit « minimex ».

                                                        84
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Ces moyens accordés dans le cadre des discriminations positives consistaient en moyens humains:

    ●   possibilité d'engager des enseignants supplémentaires pour réduire la taille des groupes-classes,
        créer des classes d'adaptation pour les élèves ne parlant pas le français, mettre en œuvre une
        pédagogie différenciée;
    ●   possibilité d'engager du personnel supplémentaire dans les centres psycho-médico-sociaux, du
        personnel auxiliaire d'éducation, des agents contractuels subventionnés (en collaboration avec les
        Régions: puéricultrices, éducateurs, enseignants, assistants sociaux,...);
    ●   organisation de formations spécifiques en cours de carrière et remplacement éventuel des
        enseignants;
    ●   organisation d'actions en commun avec les services du secteur de l'Aide à la Jeunesse et plus
        spécifiquement les services d'aide en milieu ouvert;
    ●   possibilité d'engager des agents contractuels dans le cadre d'un programme de transition
        professionnelle (en collaboration avec les Régions: travaux de réhabilitation légère, assistance au
        personnel)

Des moyens matériels visant à assurer la création d'espaces de rencontres, de médiathèques, de
bibliothèques, de centres de documentation et de ressources et l'achat de matériel didactique,
l'aménagement des locaux, des contrats de services avec des organismes culturels, sportifs et éducatifs,
l'organisation d'activités sportives et de découvertes culturelles, la prise en compte de conditions de travail
particulièrement pénibles dans des établissements reconnus comme très prioritaires pouvaient également
être accordés.

Un nouveau décret adopté le 30 avril 2009 instaure un encadrement différencié : il amplifie les ressources
mises à la disposition des établissements d’enseignement fondamental ou secondaire qui accueillent des
élèves moins favorisés en augmentant le nombre des établissements bénéficiaires, tout en accordant des
moyens proportionnés à l’ampleur des difficultés rencontrées. Cet encadrement différencié vise à corriger
certains effets pervers de la politique des discriminations positives qui faisait en sorte que les écoles étaient
ou non dans le système et recevaient ou non des moyens complémentaires.

Le nouveau système entrera en vigueur en 2010-2011. En 2009-2010, les implantations reconnues en
discrimination positive pour la période 2006-2009 se verront octroyer davantage de moyens
supplémentaires qu’auparavant.




4. Le décrochage scolaire et la violence à l’école
Les CPMS (voir 4.15.1.) sont les référents primordiaux en ce qui concerne les problèmes de décrochage
scolaire et de violence à l’école.

L'action des CPMS est renforcée par deux dispositifs de la Direction générale de l'enseignement obligatoire :
la médiation scolaire, qui intervient dans l’enseignement ordinaire, principalement au niveau secondaire et
prioritairement dans les établissements en discrimination positive (voir le point 3 ci-dessus) et les équipes
mobiles, qui interviennent dans l’enseignement ordinaire et dans l’enseignement spécialisé.

La médiation scolaire est exercée par deux services :

        ●    le Service de la Médiation scolaire en Région bruxelloise. Les intervenants sont internes : les
             médiateurs sont présents dans les établissements tout au long de l’année.
        ●    le Service de la Médiation scolaire en Région wallonne. Les intervenants sont externes : les
             médiateurs couvrent une zone géographique déterminée et interviennent individuellement ou
             en groupe dans les établissements scolaires sans y être attachés.


                                                        85
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Ces services ont pour mission de s’occuper des problèmes relationnels entre des élèves, entre des parents
d’élèves et les membres du personnel, entre les membres du personnel et des élèves ou groupe classe. Les
services de la médiation interviennent à la demande de la direction, d’un enseignant, d’un éducateur, d’un
élève et/ou de sa famille, d’un service extérieur (service d’accrochage scolaire, service de l’aide à la jeunesse,
service d'aide en milieu ouvert, … voir ci-dessous).

Des équipes mobiles, composées d’intervenants extérieurs aux écoles (généralement au moins deux agents),
ont pour mission de s’occuper des problématiques entre des élèves, entre des tiers et des élèves et/ou des
membres du personnel, entre les membres du personnel et les élèves ainsi qu’entre adultes au sein du
personnel. Les équipes mobiles interviennent à la demande du chef d’établissement dans l’enseignement
ordinaire et spécialisé organisés par la Communauté française et du pouvoir organisateur dans
l’enseignement ordinaire et spécialisé subventionnés.

D’autres institutions peuvent intervenir à certaines conditions en cas de problèmes.

Des services d'accrochage scolaire sont institués au bénéfice des établissements d'enseignement primaire et
secondaire, ordinaire et spécialisé, organisés ou subventionnés par la Communauté française. Ces services
ont pour mission d'apporter une aide sociale, éducative et pédagogique aux mineurs exclus de leur école, à
ceux qui sont en crise ou en situation de décrochage, ou qui ne sont inscrits dans aucune école. A certaines
conditions, et pour autant que l’élève et ses parents le demandent, les services d’accrochage accueillent ces
mineurs en journée et, le cas échéant, leur fournissent une aide et un accompagnement dans leur milieu
familial. Moyennant l’accord du Ministre, cette prise en charge peut être considérée comme satisfaisant aux
obligations relatives à la fréquentation scolaire.

Certains intervenants potentiels sont du ressort du Secteur de l’aide à la jeunesse : des conseillers de l’aide à
la jeunesse et des services d’aide en milieu ouvert (services spécialisés de l’Aide à la jeunesse qui assurent
une aide préventive au bénéfice des jeunes dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec
l’environnement social).Des moyens humains supplémentaires sont octroyés à l’établissement scolaire qui
accueille l’élève à l’issue de sa prise en charge en vue de favoriser un retour réussi à l’école.



Décret relatif à la différenciation du financement des établissements d'enseignement fondamental et
secondaire

Analyse critique des indicateurs déterminant l’attribution des moyens destinés à la politique de
discrimination positive en Communauté française de Belgique

Circulaire 1884 : Equipes mobiles et médiation scolaire

Décret organisant un encadrement différencié au sein des établissements scolaires de la Communauté
française afin d'assurer à chaque élève des chances égales d'émancipation sociale dans un environnement
pédagogique de qualité

Décret relatif aux avantages sociaux

Décret relatif à la différenciation du financement des établissements d'enseignement fondamental et
secondaire

Décret relatif à la différenciation du financement des établissements d'enseignement fondamental et
secondaire

Décret relatif à la différenciation du financement des établissements d'enseignement fondamental et
secondaire

Décret visant à assurer à tous les élèves des chances égales d'émancipation sociale notamment par la mise
en œuvre de discriminations positives

                                                       86
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


2.8.4. Enseignement fondamental ordinaire


A. La création d'établissements


Un arrêté royal concernant la rationalisation et la programmation fixe les normes de création d’écoles. Celles-
ci sont fonction du nombre d’élèves concernés, ainsi que de la situation géographique de l’école et de la
densité de la population sur le territoire de la commune où elle se situe.



Minimums de population scolaire à atteindre au 30 septembre pour l’installation d’une école
fondamentale


                                        Communes de moins de 75 hab./km2
                                        Maternel             Primaire              Fondamental
École                                   14                    14                   24 (10)
École isolée                            12                    12                   20 (8-10)
Lieu d’implantation                     12                    12                   20 (10)
Lieu d’implantation isolé               12                    12                   20 (8-10)
                                        Communes de 75 à 500 hab./km2
                                        Maternel              Primaire             Fondamental
École                                   20                    50                   60 (16)
École isolée                            14                    14                   24 (12)
Lieu d’implantation                     20                    25                   40 (16)
Lieu d’implantation isolé               14                    14                   24 (12)
                                        Communes > 500 hab./km2
                                        Maternel              Primaire             Fondamental
École                                   50                    120                  140 (20)
École isolée                            20                    50                   60 (16)
Lieu d’implantation                     20                    25                   40 (16)
Lieu d’implantation isolé               14                    14                   24 (12)



Les nombres entre parenthèses déterminent le minimum d’élèves dans chacun des deux niveaux. Par
exemple, 24 (10): signifie qu’il faut 24 élèves dans le fondamental avec un minimum de 10 élèves dans le
primaire et dans le maternel.



La législation prévoit également des normes de rationalisation, moins exigeantes que les normes de création,
qui précisent les minimas de population exigés.


                                                      87
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
B. L'encadrement


L'encadrement dépend généralement du nombre d'élèves et est fixé par des règles différentes en fonction
du niveau d'enseignement.



Depuis 1984, l'autonomie de gestion des établissements scolaires d'enseignement fondamental s'organise
sur base de l'octroi d'un capital-périodes. Ce capital-périodes représente un nombre de périodes mis à la
disposition de l'école et calculé d'après le nombre d'élèves régulièrement inscrits dans l'école le 15 janvier
précédant la rentrée scolaire. Les règles de calcul du capital-périodes diffèrent selon qu’il s’agit de
l’enseignement maternel ou de l’enseignement primaire (voir ci-dessous). Lorsque le nombre d'élèves de
toutes les écoles organisées par le pouvoir organisateur ou un pouvoir organisateur du mêmeréseau, sur le
territoire de la commune dans l'enseignement de la Communauté française et dans l'enseignement officiel
subventionné, sur le territoire de l'entité, dans l'enseignement libre subventionné, le 1er octobre est supérieur
ou inférieur de 5 % au moins au nombre calculé le 15 janvier précédent, un nouveau calcul de l'encadrement
est opéré pour chacune des écoles.



Dans certaines circonstances, les écoles bénéficient de périodes supplémentaires de façon à leur permettre
de prendre en considération les besoins spécifiques de certains élèves (voir 2.8.3.5.).



Les écoles fondamentales et les écoles maternelles autonomes bénéficient également de périodes octroyées
à la direction. Le nombre de périodes est calculé sur la base du nombre d’élèves en maternelle et en primaire
au 15 janvier de l’année scolaire précédente, en tenant compte des coefficients éventuels (voir 2.8.3.5.
section 1). Ce nombre de périodes va de 6 (écoles de plus de 50 élèves et de moins de 130) à 24 périodes
(école de plus de 179 élèves). Les écoles de moins de 51 élèves ne bénéficient pas de périodes octroyées à la
direction. En cas de fluctuation du nombre d’élèves au 1er octobre, le complément de direction est ajusté en
conséquence, à la hausse ou à la baisse.



Le nombre de périodes restantes après imputation au capital-périodes du directeur, des titulaires, des
maîtres d'adaptation à temps plein ou à mi-temps et des maîtres d'éducation physique, des maîtres de
seconde langue, des périodes pour l'encadrement complémentaire en 1re et 2e primaires, des périodes
d'adaptation à la langue de l'enseignement, constitue le reliquat. Le reliquat éventuel de périodes peut être
utilisé pour des emplois partiels, mais dans certaines limites: le reliquat transféré au niveau de la zone
(enseignement de la Communauté française), du pouvoir organisateur (enseignement officiel subventionné)
ou de l’entité (enseignement libre) est limité à un maximum de 11 périodes.



Enseignement préprimaire ordinaire



Chaque tranche de 28 périodes constitue un emploi complet d'instituteur (institutrice) maternel/ maternelle.
Pour un nombre d'élèves s'élevant jusqu'à 19, un emploi est créé; de 20 à 25, 1 1/2 emploi; de 26 à 39, deux
emplois… Les élèves pris en considération sont âgés d'au moins 2 ans et 6 mois au 30 septembre de l'année
scolaire en cours, et ont fréquenté la même école ou implantation à comptage séparé pendant le mois de
septembre en y étant présents 8 demi-jours au moins répartis sur 10 journées à condition que leur inscription
n’ait pas été retirée durant le mois de septembre. L’inscription est effective le 8e jour de présence. Trois autres

                                                       88
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
comptages sont réalisés en cours d'année afin de permettre une augmentation du cadre: le 11e jour de classe
après les vacances d’automne, après les vacances d’hiver et après les vacances de printemps. La période prise
en compte, de la même façon que le mois de septembre, est celle qui sépare le jour du comptage du
comptage précédent.



Des puéricultrices peuvent être affectées dans des écoles maternelles. Il s'agit de personnes qualifiées pour
apporter des soins et encadrer de tout jeunes enfants. Elles sont mises à la disposition des écoles en fonction
des besoins de ces dernières et de critères objectifs: nombre d'enfants très jeunes (moins de trois ans et neuf
mois) ou moins autonomes …



Enseignement primaire ordinaire



Le nombre de périodes générées pour les cours des titulaires et les cours d'éducation physique dans une
école ou une implantation à comptage séparé est établi de la façon suivante:

    ●   jusqu’à 19 élèves: 32 périodes;
    ●   de 20 à 25 élèves : 38 périodes;
    ●   de 26 à 30 élèves: 52 périodes;
    ●   de 31 à 44 élèves: 64 périodes;
    ●   de 45 à 50 élèves: 78 périodes;
    ●   etc.



Un complément de 6, 9 ou 12 périodes est octroyé à chaque implantation qui accueille des élèves de 1re
et/ou de 2e primaire pour autant que l’école ou l’implantation à comptage séparé compte au moins 50
élèves. Ce complément, additionné au capital-périodes généré par les élèves de 1re et 2e primaires, doit
permettre à chaque implantation d’offrir un encadrement pédagogique qui puisse être utilisé à la réduction
permanente ou temporaire de la taille des groupes-classes ou à l’engagement de « maîtres de remédiation ».




Les écoles qui organisent une 5e et une 6e années primaires bénéficient en outre de périodes générées pour
le cours de langue moderne. Celui-ci est calculé sur la base du nombre d’élèves inscrits le 15 janvier
précédent en 4e ou en 5e primaires: jusqu’à 23 élèves, 2 périodes; de 24 à 44 élèves, 4 périodes; etc.



Le nombre total de périodes obtenues est divisé par le diviseur administratif 24. Le nombre entier du
quotient obtenu correspond au nombre maximum d'emplois exprimé en temps pleins.



C. Les frais de fonctionnement


Un refinancement différencié des écoles est entré en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2004-2005.
L’augmentation progressive des frais de fonctionnement est différenciée en fonction de la taille de
l’implantation (20 % de l’augmentation) et du public accueilli, selon la situation socio-économique des
quartiers d’origine des élèves (80 % de l’augmentation). Le principe à la base de cette différenciation est de
                                                      89
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
donner davantage à ceux qui ont davantage de besoins, en considérant l’égalité non comme un postulat,
mais comme un résultat.



A titre d’exemple, en 2005-2006, dans l’enseignement maternel ordinaire les frais de fonctionnement par
élève en euros constants, hors index, auraient été de 244 € sans le refinancement; avec le financement
différencié, il est de 267 € dans l’implantation la plus favorisée et de 294 dans l’implantation la plus
défavorisée. Dans l’enseignement primaire ordinaire, les chiffres sont respectivement de 298, 334 et 386 €.
Au terme du processus, dans l’enseignement primaire ordinaire, l’augmentation serait en moyenne de 57 %
(de l’ordre de 47 % pour une école favorisée et de 69 % pour une école défavorisée).



D. Les élèves à besoins spécifiques


Des moyens supplémentaires peuvent être attribués aux établissements qui accueillent des élèves à besoins
spécifiques (voir 2.8.3.5.).



Décret portant sur l'organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la
réglementation de l'enseignement

Décret du 14/03/1995 relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental

Décret visant à améliorer les conditions matérielles des établissements de l'enseignement fondamental et
secondaire



2.8.5. Enseignement secondaire ordinaire


A. Les normes de création d'écoles secondaires


La création d'écoles secondaires est réglée par décret.

Depuis 1994, des fusions d'établissements scolaires ont été réalisées à l'intérieur des réseaux officiels. L'idée
maîtresse a toujours été, depuis quelques années, de procéder à une rationalisation de l'offre
d'enseignement en procédant par la voie de la concertation et en visant une plus grande harmonisation.

En 1996, un plan de redéploiement des établissements secondaires plus ambitieux a été échafaudé pour
l'ensemble des réseaux. L'opération de redéploiement repose sur quatre concepts opérationnels:

    ●   La taille optimale: Un consensus semble se dégager en Communauté française pour estimer que la
        taille optimale d'un établissement d'enseignement secondaire doit s'établir entre 450 et 900 élèves.
        Ainsi, l'établissement est-il suffisamment important pour permettre une utilisation optimale des
        ressources humaines et offrir une palette de sections et d'options complète. En outre, ce type
        d'établissement reste à taille humaine et permet à chacun de connaître tous les membres de la
        Communauté éducative.
    ●   L'égalité dans l'accès à l'enseignement et le libre choix: en zone rurale, tout enfant a le droit d'avoir
        accès à l'enseignement dans d'aussi bonnes conditions qu'en zone urbaine. Le libre choix du
        caractère de l'école (confessionnel ou non), consacré par la loi du Pacte scolaire, doit être assuré.
                                                      90
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
        L'enseignement de la Communauté est, quant à lui, responsable d'assurer à chacun l'accès à un
        enseignement neutre. De ces deux principes convergents, il découle des normes préférentielles
        fixées en fonction de la densité de population et de la distance entre deux établissements de même
        caractère.
    ●   Le renforcement de l'enseignement technique et professionnel: C'est dans le domaine de
        l'enseignement technique et professionnel que l'éparpillement des sections est sans doute le plus
        dommageable. Pour atteindre les niveaux d'excellence, il faut notamment disposer du matériel
        adéquat. Pour être crédible, notamment vis-à-vis du monde des entreprises, il faut être spécialisé
        dans son domaine: le remodelage du paysage scolaire doit dès lors intégrer cette donnée.
    ●   Les écoles endiscrimination positivevoir 2.8.3.5.: pour les établissements impliqués dans la politique
        des discriminations positives, la taille optimale de 450 élèves est, de manière générale, trop élevée. Il
        importe de fixer un nombre minimum inférieur, sans toutefois tomber dans des chiffres de
        population trop bas qui seraient de nature à nuire à l'offre d'enseignement, donc au service
        pédagogique et éducatif.



B. L’encadrement


Chaque établissement dispose d'un nombre total de périodes-professeurs (NTPP) pouvant être réparties par
degré, par année ou groupe d'années sur la base du nombre d'élèves réguliers fréquentant l'établissement le
dernier jour de classe du premier trimestre de l'année scolaire précédente. Cette modalité de gestion permet
aux pouvoirs organisateurs et aux chefs d'établissement de disposer, avant le début de l'année scolaire,
d'une base stable pour prévoir l'organisation de leur établissement. Toutefois, un recalcul intégral du NTPP
est prévu au 1er octobre de l'année scolaire en cours dans quelques cas: augmentation ou diminution de
plus de 10 % de la population scolaire, organisation d'un nouveau degré, suppression de plusieurs options
groupées. En dehors du nombre total de périodes-professeurs, chaque établissement d'enseignement
secondaire dispose d'un nombre d'heures à répartir pour le personnel enseignant (conseil de classe,
direction de classe et coordination).



Les normes d'encadrement ont été revues en 1996 dans le cadre d'une réorganisation de l'offre
d'enseignement secondaire. La réforme visait à garantir un meilleur encadrement au premier degré
d'observation (maximum 24 élèves par classe) et dans les formes techniques et professionnelles. Les options
peu peuplées ont été supprimées.



Les périodes-professeurs ainsi calculées peuvent être affectées en fonction des besoins en formation des
élèves, en concertation avec l'équipe éducative, sans préjudice des règles de programmation qui fixent les
conditions requises pour l'ouverture des nouvelles options et sections.

Un pourcentage (1 %) est prélevé sur le nombre de périodes de chaque établissement; une réserve de
périodes – professeurs est ainsi constituée qui permet d'aider les écoles en difficulté ou d'apporter un
complément de périodes – professeurs pour certains projets spécifiques.



C. Les frais de fonctionnement




                                                      91
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Un refinancement différencié des écoles est entré en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2004-2005. Au
terme du processus, dans l’enseignement secondaire ordinaire, l’augmentation serait en moyenne de 31 %
(de l’ordre de 21 % pour une école favorisée et de 39 % pour une école défavorisée).



Le « Contrat pour l’école » signé le 31 mai 2005 ainsi que le Décret du 28 avril 2004 garantissant l’équipement
pédagogique de l’enseignement secondaire technique et professionnel ont permis des investissements dans
l’équipement pédagogique des filières qualifiantes de l’enseignement technique et professionnel ainsi que la
création de nouvelles infrastructures en Communauté française, les futurs « Centre de Technologies
Avancées » (CTA). Ces montants sont répartis comme suit: 22% sont attribués aux établissements situés en
Région bilingue de Bruxelles-Capitale et 78% aux établissements situés en région de langue française. Ces
montants sont répartis entre les différents réseaux d'enseignement au prorata de la population scolaire
inscrite.



En outre, le gouvernement subventionne une association sans but lucratif qui a pour objet de prospecter les
entreprises susceptibles de céder du matériel aux établissements scolaires, de faire connaître aux entreprises
les besoins en matériel des établissements scolaires et de répartir équitablement le matériel entre les
établissements scolaires des différents réseaux.



D. Les élèves à besoins spécifiques


Des moyens supplémentaires peuvent être attribués aux établissements qui accueillent des élèves à besoins
spécifiques (voir 2.8.3.5.).



Décret fixant le mode de calcul et d'utilisation du nombre global de périodes professeur pour l'enseignement
secondaire de plein exercice de type I et de type II

Décret portant assentiment de l'accord de coopération du 4 juillet 2000 entre la Communauté française et la
Région wallonne relatif à la mise à disposition d'équipements pédagogiques en faveur des élèves et des
enseignants de l'enseignement secondaire

Décret visant à améliorer les conditions matérielles des établissements de l'enseignement fondamental et
secondaire



2.8.6. Enseignement fondamental et secondaire spécialisés


A. La création d’établissements


Pour être créée ou admise aux subventions au 1er septembre, une école d’enseignement fondamental ou
secondaire spécialisé doit satisfaire au 30 septembre à 3 conditions:

    ●   Organiser aux moins 2 types d’enseignement (sauf dérogation);
    ●   Atteindre pour chaque type organisé un minimum fixé (18 élèves pour les types 6 et 7; 30 élèves
        pour les types 1 et 8; 21 élèves pour les types 2, 3, 4 et 5);
                                                      92
EURYBASE                                             BELGIQUE – Communauté française
    ●    Atteindre un minimum fixé, année par année, pour le total des types organisés (par exemple si
         l’école organise les types 1 et 6, le minimum d’élèves est de 64 élèves la 1re année, 72 la 2e, et 80 la 3e
         année).



La législation prévoit également des normes de rationalisation, moins exigeantes que les normes de création,
qui précisent les minimas de population exigés et sont applicables à partir de la 4e année.



B. L’encadrement


Le volume des emplois dans les fonctions de recrutement du personnel enseignant de l’enseignement
maternel, primaire et secondaire organisé ou subventionné par la Communauté française est déterminé
chaque année et pour chaque établissement en fonction du nombre d’élèves réguliers inscrits le 15 janvier
précédent (sauf pour le type 5 pour lequel il est fixé en fonction de la moyenne des présences des élèves
réguliers durant une période de référence). Un nouveau calcul de l'encadrement est réalisé le 1er octobre si la
population scolaire du 30 septembre a varié d'au moins 5 % par rapport à celle du 15 janvier précédent. Dans
le courant de l'année scolaire, l’encadrement peut être recalculé, chaque fois que la population scolaire
augmente d'au moins 10 %.



Le volume de l’emploi est fixé dans les limites du capital-périodes attribué à chaque établissement, c’est-à-
dire du nombre total des périodes de 50 minutes dont bénéficie l'établissement pour assurer l'enseignement.
Celui-ci se calcule en divisant par un nombre guide (le nombre d’élèves par groupe, qui varie de 5 à 10 selon
la catégorie d’élèves concernée) le produit de la multiplication du nombre d'élèves pris en considération
dans chaque type et forme d'enseignement, par le nombre de périodes hebdomadaires organisées.



Le capital-périodes de l'établissement est la somme des quotients obtenus par type d'enseignement. Seul ce
total est arrondi à l'unité supérieure.



C. Les frais de fonctionnement


Un refinancement différencié des écoles est entré en vigueur à partir de la rentrée scolaire 2004-2005.

Au terme du processus, dans l’enseignement fondamental spécialisé, l’augmentation serait en moyenne de
42 % (de l’ordre de 34 % pour une école favorisée et de 47 % pour une école défavorisée). Dans
l’enseignement secondaire spécialisé, l’augmentation serait en moyenne de 31 % (de l’ordre de 27 % pour
une école favorisée et de 34 % pour une école défavorisée).



2.8.7. Enseignement supérieur
Le financement de l'enseignement supérieur est décrit en fonction des types d'établissement : pour les
universités, voir 2.8.7.1.; pour les hautes écoles, voir 2.8.7.2.; pour les écoles supérieures des arts, voir 2.8.7.3..




                                                         93
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Arrêté du Gouvernement de la Communauté française pris en application de l'article 462 du décret du 20
décembre 2001 fixant les règles spécifiques à l'Enseignement supérieur artistique organisé en Ecoles
supérieurs des Arts...

Décret du 09/09/1996 relatif au financement des Hautes Ecoles organisées ou subventionnées par la
Communauté française

Décret du 25/07/1996 relatif aux charges et emplois des Hautes écoles organisées ou subventionnées dans la
Communauté française



2.8.7.1. Universités


Le « Décret-Bologne » comporte un volet de refinancement des universités, en vigueur à partir de l’année
budgétaire 2006.



La Communauté française contribue, par des allocations annuelles de fonctionnement, au financement des
dépenses de fonctionnement des universités reconnues. Ces allocations de fonctionnement couvrent les
dépenses ordinaires d’administration, d’enseignement et de recherche, en ce compris les équipements
mobiliers.



L'allocation de fonctionnement de chaque université comprend une partie fixe, revue tous les 10 ans
(106.630.867 € pour les années 2006 à 2015), et une partie variable, répartie entre les universités en fonction
du nombre d'étudiants régulièrement inscrits (montant de base: 321.749.191 €) Ce montant est augmenté
annuellement de 2.000.000 € supplémentaires cumulés à partir de l’année 2010 et jusqu’à 2023, et de
1.000.000 € supplémentaires cumulés pour les années 2024 et 2025. Le montant de base et les
augmentations sont adaptés aux variations de l’indice santé des prix à la consommation. A partir de 2026, le
montant de la partie variable de l'allocation de fonctionnement sera égal au montant total de l'année
budgétaire 2025 indexé.



Le nombre d’étudiants régulièrement inscrits pris en considération ne correspond pas au nombre total
d’inscriptions: les étudiants inscrits à un ensemble d’enseignements conduisant à moins de 15 crédits ne sont
pas pris en compte; les étudiants qui prennent deux ou plusieurs inscriptions ne sont comptabilisés qu’une
fois. Les étudiants étrangers, ceux qui ont échoué ou qui ont obtenu d’autres grades académiques similaires,
ne sont pris en compte que sous certaines conditions. Le coût forfaitaire par étudiant diffère selon
l'orientation d'études et le cycle suivi. Les 4 orientations d'études sont: les sciences humaines et sociales, les
sciences, les sciences appliquées et médecine et les sciences agronomiques. Les étudiants inscrits à la
formation pédagogique appropriée à l'enseignement supérieur (CAPAES) ou à la formation initiale des
agrégés de l'enseignement secondaire supérieur (AESS) sont pris en compte lors de leur première inscription
avec un coefficient de pondération correspondant à la moitié de celui appliqué aux étudiants régulièrement
inscrits aux études de l’orientation sciences humaines et sociales. Seules les deux premières années d'études
menant à un grade académique de master complémentaire ou la première année de la formation doctorale
sont prises en compte dans le calcul. Les années d’études relatives à la préparation d’une thèse de doctorat
ne sont pas prises en compte.




                                                       94
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Un droit d'inscription complémentaire est réclamé aux étudiants apatrides ou ressortissants d'un état tiers à
l'Union européenne (voir aussi 6.7.).



Un montant de 8.379.827 € est réparti entre les académies universitaires proportionnellement au nombre
d’étudiants ayant obtenu le grade de docteur pendant l’année académique précédente.



Un budget annuel de 7.600.000 € est consacré aux bâtiments (réparations importantes). Les établissements
qui accueillent des étudiants boursiers (droits d’inscription réduits) bénéficient d’un budget complémentaire
annuel destiné à compenser la moins-value enregistrée.

Un décret adopté début 2008 prévoit un crédit supplémentaire de 451.669 € (indexé) à répartir entre les
académies en vue de contribuer à l’aide à la réussite des étudiants.

En outre, depuis le 1er juillet 2001, les universités perçoivent au titre de participation dans leurs frais
généraux au moins 15 % du montant total des conventions, subventions ou livraisons (à l'exclusion de cette
participation) qui leur sont versées pour toutes les missions de recherche accomplies pour des tiers contre
rétribution et pour les livraisons à des tiers de services ou de fournitures découlant des activités de
l'université. Les programmes de recherche fondamentale ne sont pas soumis à cette participation.



Décret portant diverses mesures en matière d'enseignement supérieur

Loi sur le financement et le contrôle des institutions universitaires



2.8.7.2. Hautes écoles


La création d'écoles supérieures est réglée par décret. Le décret sur les hautes écoles, voté en août 1995, a
lancé un processus de fusions volontaires des 113 établissements d'enseignement supérieur non
universitaire de type court et de type long. En 2009-2010, on ne dénombre plus que 21 hautes écoles qui
comptent un nombre minimum d'élèves, variable selon la zone (de 700 à 1600).



Le principe retenu pour le financement des hautes écoles est fondé sur le nombre d'étudiants inscrits
régulièrement au 1er février de l'année en cours, mais des coefficients réducteurs sont appliqués ce qui
implique que l'augmentation de population ne se traduit pas automatiquement en une augmentation
équivalente de l'allocation. En outre, certaines catégories d'étudiants ne sont pas subsidiées.



Le financement des hautes écoles est alimenté par les crédits budgétaires annuels de la Communauté
française.

Par ailleurs, les hautes écoles conservent l'intégralité des droits d'inscription versés par les étudiants et
peuvent développer des programmes et actions d'enseignement et de recherche appliquée avec les
entreprises privées et les services publics en bénéficiant d'une juste indemnisation.




                                                       95
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Le financement doit couvrir toutes les dépenses de personnel, de fonctionnement, d'équipement et
d'infrastructure immobilière. Chaque haute école a la pleine responsabilité de sa gestion dans le cadre de
l'enveloppe budgétaire qui lui est attribuée chaque année.



Cette enveloppe est bloquée en 1997 (partie historique), puis varie selon trois paramètres:

    ●   la partie historique, régressive chaque année à partir de 1998 pour ne représenter en 2002 que 5 %
        du montant de 1997;
    ●   une partie forfaitaire, initiative, pour favoriser les regroupements entre établissements et catégories
        et pour permettre aux hautes écoles « uniques » dans une zone ou pour une catégorie de se
        réorganiser sur une période de 5 ans;
    ●   la partie variable, calculée à partir de 1998 sur la base du nombre d’étudiants, d’une part, et d’un
        coefficient de pondération par catégorie d’enseignement, d’autre part, multiplié par le coût moyen
        brut pondéré d’une charge à temps plein d’enseignant.



L’ensemble des mesures vise à responsabiliser toutes les parties concernées dans les hautes écoles.


En 2005 et 2006, pour répondre à de fortes augmentations dans la population de certaines sections des
hautes écoles et suite à un mouvement de revendication du personnel et des étudiants, la base du calcul de
la partie historique a été revue à la hausse (des aides complémentaires allouées « hors enveloppe » y ont été
intégrées) et 5.000.000 € à affecter à la rémunération du personnel ont été répartis entre les hautes écoles:
une partie de ce complément est attribuée en fonction de l’évolution de la population et une autre est fixe,
de façon à permettre à chaque haute école d’engager un équivalent temps plein vu la nécessité dans chacun
des établissements d’assumer des tâches qui ne sont pas en lien direct avec l’enseignement.

Un décret adopté début 2008 prévoit un crédit supplémentaire d’au moins 465.000 € (indexé) pour soutenir
les actions d’aide à la réussite des étudiants et la prise en charge de frais de personnel en vue de permettre
l’évaluation de la qualité.



2.8.7.3. Écoles supérieures des arts


Le calcul de l'encadrement des étudiants résulte de la somme d'une partie forfaitaire pour une première
tranche d'étudiants finançables et de parties proportionnelles égales au nombre d'étudiants finançables
dans les tranches suivantes multiplié par un coefficient spécifique. Ces nombres et ces coefficients varient
selon le domaine (arts plastiques, visuels et de l'espace; musique, …) et le type (court ou long).



Par exemple, dans le domaine de la musique, 26 unités d'emploi sont attribuées pour les 150 premiers
étudiants; au-delà de 150, le nombre d'unités supplémentaires est calculé en multipliant le nombre
d'étudiants par 0,17 (de 151 à 300 étudiants), puis 0,15 (plus de 300).

Le nombre d'unités d'emploi ainsi calculé est attribué pour un an.



L'encadrement octroyé est constitué de deux parties: une partie historique et une partie variable, arrêtées
tous les 5 ans et affectées d'un coefficient dégressif pour la première et progressif pour la seconde. Lors de la


                                                      96
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
fixation du cadre du personnel, les proportions des différents types de personnel doivent respecter des
minimas et maximas fixés par le décret.



La Communauté française intervient au moyen d'allocations annuelles dénommées subsides sociaux dans le
financement des besoins sociaux des étudiants (aides sociales directes et indirectes, services sociaux et
d'orientation, fonctionnement du Conseil des étudiants.



Les étudiants doivent acquitter un minerval dont la moitié (enseignement supérieur de type court) ou la
totalité (type long), ainsi que les droits d'inscription spécifiques, sont déduits du montant des subventions de
fonctionnement ou de dotation versées par la Communauté française.



Décret portant diverses mesures en matière d'enseignement supérieur



2.9. Données statistiques

Pour situer globalement le budget de l’enseignement, voir 2.9.1.; pour une ventilation de ce budget, voir
2.9.2.; pour les coûts par élève, aux différents niveaux, voir 2.9.3..



Entreprise des technologies nouvelles de l'information et de la communication (ETNIC)



2.9.1. Budget global de l’enseignement


Budget global des dépenses en 2009



                                                                                   EUROS (en milliers)


Budget global de l'enseignement                                                                       6.363.642
Budget de la Communauté française                                                                     8.448.026
Budget global de l'enseignement/Budget de la CF
                                                                                                        75,33%



Source: Direction générale du budget et des finances – Communauté française (http://www.budget-
finances.cfwb.be)



Évolution du budget global de l’enseignement entre 2004-2009 (en milliers d'euros)

                                                      97
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française

                                        2004        2005            2006         2007         2008            2009        2009

BUDGET GLOBAL DE
L'ENSEIGNEMENT                         5.178.368    5.472.940       5.688.984    5.865.462   6.180.995    6.363.642   6.363.642

BUDGET RECHERCHE SCIENT.                 95.147       98.017         106.060      111.870      121.788      121.788    121.788

BUDGET ENSEIGNEMENT                    4.854.962    5.115.643       5.291.405    5.472.731   5.709.740    5.709.740   5.709.740

BUDGET " DIVERS "                       219.788      249.809         282.048      271.514      339.996      339.996    339.996

Source: Direction générale du budget et des finances – Communauté française (http://www.budget-
finances.cfwb.be)



(1) Part du seul Ministère de la Communauté française. La formation a été transférée à la Région wallonne et
à la COCOF. Ne subsistent à la Communauté française que les montants pour le financement de programmes
d'actions ou de formation et de réinsertion professionnelle (Fonds d'intervention du Fonds social européen -
FSE) - non compris les montants de la cellule "Fonds social européen" repris dans la partie "Services
généraux" et devenu un service à gestion séparée.



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



2.9.2. Ventilation du budget de l’enseignement


Répartition par niveau scolaire, genre d’enseignement et par réseau des dépenses de
l'enseignement en 2008


                                                                          Officiel
                           Total               Communauté                                    Libre subventionné
                                                                       subventionné

TOTAL                        5.709.740               1.279.635                  1.651.565                2.778.540
Enseignement de               5.299.429              1.171.643                  1.455.651                2.672.135
plein exercice
Maternel                           489.597                 34.987                 267.990                  186.620
ordinaire
Primaire ordinaire            1.107.261                 102.719                   554.721                  449.821
Secondaire                    2.278.012                 599.438                   407.723                1.270.851
ordinaire
Spécialisé                         410.770              125.945                   101.352                  183.473
Écoles                              61.305                 28.839                  10.212                   22.254
Supérieures des
Arts
Instituts                           14.513                  2.587                   5.528                    6.398
Supérieurs
d'Architecture
                                                     98
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française

Hautes Écoles                     360.697                89.728              108.125             162.844
Universités                       577.274             187.400                                    389.874
Autres                            289.881                54.890              161.535                73.456
enseignements
Secondaire en                      46.228                 8.943               13.321                23.964
alternance (CEFA)
Secondaire                         82.162                                     73.790                 8.372
artistique à
horaire réduit
Promotion                         158.817                43.273               74.424                41.120
sociale
Enseignement à                      2.674                 2.674
distance



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Répartition par nature des dépenses globales de l'enseignement en 2008, sur la base des
réalisations, en pourcentage


                 Nature des dépenses                            Pourcentage des dépenses globales
Traitements et charges sociales                                                                       84,4
Dépenses de fonctionnement                                                                            15,0
Opérations en capital                                                                                  0,6
Autres                                                                                                 0,1
Total                                                                                                100,0



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



2.9.3. Coût par élève sur le budget de la Communauté française


    2007-2008
                        Tous réseaux         Communauté         Officiel subventionné Libre subventionné
 (euros courants)
FONDAMENTAL                         3.309              3.484                   3.345                 3.230
maternel                             2.774              2.750                   2.793                 2.753
Primaire                             3.617              3.833                   3.697                 3.480
SECONDAIRE                          6.574              7.336                   7.205                 6.103

                                                    99
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Ordinaire                          6.612               7.400                7.321        6.115
CEFA                               5.131               4.646                4.863        5.515
SPÉCIALISÉ                        5.265              16.050               12.398       12.276
SUPÉRIEUR                        13.264               6.803                5.014        4.741
UNIVERSITÉS                       8.773               9.714                     -       7.731



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



2.9.4. Allocations et prêts d'études

                 Année 2007-2008                       Enseignement   Enseignement
                                                        secondaire      supérieur
Allocations d'études
Nombre d'allocations octroyées                             91.493        30.151,00 €
Montant moyen (en €)                                         192            910,14 €
Prêts d'études
Nombre de prêts octroyés                                       43        21.120,00 €
Montant moyen (en €)                                           56        68.910,00 €

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française




                              3. Éducation préprimaire




                                                   100
EURYBASE                                                                                    BELGIQUE – Communauté française
Organisation du système éducatif en Communauté française de Belgique, 2008/09
         1    2     3     4      5   6         7          8          9        10    11   12         13         14          15         16         17         18         19         20         21          22   23   24   25   26   27



 BE fr            ENSEIGNEMENT
                  MATERNEL
                                     E N S E I G N E M E N T P R I MA I R E                   S E CO N DA I R E D E T R A N S I T I O N G É N É R A L / T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E D E Q UA L I F I C AT I O N T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E P R O F E S S I O N N E L

                                                                                                                                                               UNIVERSITÉ

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE LONG

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE CO U R T




             Préprimaire non scolaire - CITE 0                                                                            Préprimaire scolaire - CITE 0
             (autre ministère que celui de l’Éducation)                                                                   (administration scolaire)

             Primaire - CITE 1                                                                                            Structure unique - CITE 1 + CITE 2
                                                                                                                          (continuité entre CITE 1 et CITE 2)

             Secondaire inferieur général - CITE 2                                                                        Secondaire inférieur professionnel - CITE 2
             (préprofessionnel inclus)

             Secondaire supérieur général - CITE 3                                                                        Secondaire supérieur professionnel - CITE 3
             Post-secondaire non supérieur - CITE 4
             Enseignement supérieur - CITE 5A                                                                             Enseignement supérieur - CITE 5B
 Allocation aux niveaux CITE:                                                      CITE 0                                 CITE 1                                                CITE 2

             Enseignement obligatoire à temps plein                                                                             Enseignement obligatoire à temps partiel
             Temps partiel ou en alternance                                                                                                                      Année complémentaire
 -/n/-       Expérience professionnelle obligatoire + durée                                                                                                      Études à l'étranger
Source: Eurydice.




L'enseignement préprimaire que la Communauté française organise ou finance est couramment appelé
enseignement maternel. L'enseignement maternel est défini comme l’enseignement dispensé à des enfants
âgés, au 30 septembre, d’au moins 2 ans et 6 mois et qui ne suivent pas encore l’enseignement primaire.
Tout en constituant un niveau d'enseignement à part entière, l’enseignement maternel est regroupé avec les
trois cycles de l'enseignement primaire sous l'appellation commune d'enseignement fondamental. Cette
structure qui couvre la scolarité de 2 ans et demi à 12 ans vise à harmoniser le passage entre les niveaux.



Il existe en outre des structures d'accueil destinées aux enfants de moins de trois ans: les crèches, les services
d’accueillant(e)s conventionné(e)s (les ex- gardiennes encadrées), les maisons communales d’accueil de
l’enfance, principalement. La dichotomie ancienne entre l’éducation et la garde comme palliatif à l’absence
de la mère s’estompe progressivement dans un objectif unique d’épanouissement et de socialisation du
jeune enfant.



3.1. Aperçu historique

La section décrit le passage progressif de structures d'accueil à but social ou prophylactique à des institutions
dont le rôle éducatif est reconnu.



                                                                                                     101
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française

3.1.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Au début du XIXe siècle, le développement de l'industrialisation qui va bouleverser tous les rapports sociaux,
économiques et familiaux de la société, coïncide avec l'apparition des premières institutions de garde de jour
de groupes d'enfants. C'est d'abord à l'initiative de dames charitables qu'apparaissent les premiers
établissements où sont recueillis les jeunes enfants de la classe ouvrière. Les enfants sont regroupés par
centaines dans des salles appelées "salles d'asile". Le but principal est de leur éviter le vagabondage et de
leur inculquer les principes d'ordre, de morale et d'hygiène. Dès 1842, l'État belge accorde des subsides aux
premières garderies appelées "berceaux publics".



Très rapidement, les conceptions éducatives (importance de l’éveil intellectuel du jeune enfant,
professionnalisation de la fonction d'enseignant) de F. Frœbel vont influencer l'enseignement préprimaire.
En 1857, le premier jardin d'enfants frœbélien est ouvert à Bruxelles. L'année suivante, des cours de
formation pour les institutrices frœbéliennes sont organisés avec le support du gouvernement.
Malheureusement, vu la pauvreté des locaux, le surpeuplement des classes et la pénurie d'enseignants
spécialisés, ces établissements diffèrent peu des anciennes garderies. Il faut attendre 1880 pour voir
apparaître les premières directives ministérielles réglementant la fonction des institutions préprimaires. Les
directives de 1880 prévoient l'ouverture de cours obligatoires de la méthode Frœbel d'une durée d'un mois
afin d'assurer des rudiments de formation au personnel enseignant. Les inspecteurs de l'enseignement
primaire sont chargés du contrôle de l'application des directives. Le premier programme type, datant de
1890 s'inspire largement de l'œuvre de F. Frœbel.



Au cours du XXe siècle, l'orientation des institutions préprimaires va connaître une évolution importante. De
lieu de garderie, l'école maternelle devient lieu de socialisation, de développement intellectuel et
d'épanouissement de la personnalité. Plusieurs programmes officiels d'activités vont se succéder. L'influence
de M. Montessori et surtout d'O. Decroly se retrouve dans les programmes des années 1950.



La fréquentation de l’enseignement préprimaire va s'étendre progressivement aux enfants de toutes les
catégories sociales. Dés 1950, presque tous les enfants âgés de trois à six ans fréquentent l'école maternelle.
Depuis 1965, les enfants peuvent être accueillis dans les écoles maternelles dès l’âge de deux ans et demi.



La suite de l’évolution est commune à l’enseignement maternel et à l’enseignement primaire.



A l'école fondamentale, les enjeux avant 6 ans

Evolution comparative des législations scolaires dans les trois Communautés belges

Histoire de l'enseignement en Belgique

Le 5-8 : sa réalité, ses promesses.

Socles de Compétences, Enseignement fondamental et premier degré de l'enseignement secondaire



3.1.2. Institutions non scolaires
                                                     102
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Les premières crèches ont été créées au milieu du XIXe siècle en vue de sauver des vies humaines, dans un
contexte où la mortalité infantile était élevée, tout en permettant le travail des mères, et d'éduquer le peuple
en lui inculquant les valeurs morales et plus tard les principes de puériculture.



Elles s'adressent aux enfants des milieux populaires et sont d'abord gratuites, puis payantes. Seuls y sont
admis les enfants dont les mères ne peuvent s'occuper. Elles reposent sur des initiatives de philanthropes,
d'administrations communales et d'usines. Les crèches coexistent avec les gardiennes à domicile, quelques
nourrices et les solidarités de voisinage.



Les années septante ont connu une évolution liée à quatre facteurs essentiels: les progrès en matière de
prophylaxie, le développement du travail salarié féminin, la pression des mouvements sociaux, ainsi que
l'évolution des connaissances relatives au développement de l'enfant et les préoccupations des
professionnels du secteur. Depuis 1970, la crèche est considérée comme un service public mis à la disposition
de tous les parents, les subventions ne sont plus liées à la clientèle (subsides par journée de présence de
l'enfant de milieu modeste), mais rétribuent un personnel qualifié en nombre suffisant (AR du 13 février
1970).



Les crèches s'ouvrent à d'autres populations. Alors qu'auparavant des gardiennes privées étaient surveillées
et contrôlées par l'ONE, des services de « gardiennes encadrées » sont créés en 1976. Des prégardiennats,
initialement extérieurs à l'ONE, y sont intégrés.



Au début des années 1990, devant les limites budgétaires de la Communauté française empêchant de créer
de nouvelles crèches, l'ONE met en place des Maisons communales d'accueil de l'enfance (MCAE), qui
bénéficient d'autres sources de financement.



En 1992, il subsiste un accueil privé (évalué à 20 % en Région bruxelloise) et un accueil clandestin (nombre
d'enfants accueillis supérieur au nombre autorisé ou gardiennes non déclarées (environ le même nombre de
gardiennes non déclarées que de gardiennes indépendantes).



En 2003, les crèches parentales entrent dans la législation: il s'agit de milieux d'accueil conçus pour accueillir
en collectivité et en externat des enfants de 0 à 36 mois encadrés en partie par du personnel qualifié et en
partie par des parents.



Fin 2005, une nouvelle forme d’accueil est autorisée: deux accueillant(e)s autonomes au plus peuvent exercer
leur activité ensemble en un même lieu (voir 3.15.2..

A partir de 2005, pour répondre à une augmentation importante du besoin d’accueil, le Gouvernement de la
Communauté française définit et met en œuvre des « Plans Cigogne» : ces plans visent une augmentation
des possibilités d’accueil des jeunes enfants, en s’appuyant sur des conventions entre la Communauté
française et les Régions pour faciliter la prise en charge des frais de personnel. En 2008, deux des trois
priorités assignées à l’ONE (voir 3.3.2.dans le cadre de son contrat de gestion concernent l’accroissement et


                                                      103
EURYBASE                                             BELGIQUE – Communauté française
l’amélioration de l’offre d’accueil pour les enfants de 0 à 12 ans et le renforcement de la qualité de
l’accompagnement et de l’accueil. Ces priorités ont été concrétisées au travers de mesures concrètes.



Des conditions de base pour assurer la stabilité et la continuité des interactions adulte-enfant. Enquête
auprès des institutions.

La politique d'éducation et de garde des jeunes enfants en Communauté française de Belgique

La transformation des structures familiales et des politiques sociales et les modes d'accueil des jeunes
enfants. Rapport national.

Les crèches de jour au temps de l'œuvre nationale de l'enfance

Maternité et petite enfance dans le bassin industriel liégeois de 1830 à 1940



3.2. Débats en cours et développements futurs

Les débats en cours concernent essentiellement les institutions non scolaires. Différentes mesures sont
prévues de façon à renforcer les capacités d’accueil.

Pour des informations sur les institutions scolaires, voir 4.2. et 2.1.6..



La politique d'éducation et de garde des jeunes enfants en Communauté française de Belgique



3.3. Cadre législatif spécifique

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.3.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.3.2. .



3.3.1. Institutions scolaires à finalité éducative


L'école maternelle fait partie intégrante du système éducatif. La majorité des lois et réglementations relatives
à l'enseignement préprimaire sont les mêmes que celles en vigueur pour le niveau primaire (voir 4.3.).



On distingue:

    ●    les écoles maternelles autonomes qui disposent d'un site et d'une direction propres;
    ●    les sections maternelles et les sections primaires peuvent constituer un ensemble autonome
         (dénommé école fondamentale) ou peuvent être attachées à un établissement d'enseignement
         secondaire;
    ●    les écoles annexées à un centre d'accueil organisé ou reconnu par l'Office de la Naissance et de
         l'Enfance;

                                                         104
EURYBASE                                              BELGIQUE – Communauté française
    ●    les écoles annexées aux internats pour enfants dont les parents n'ont pas de résidence fixe;
    ●    les écoles relevant d'un home pour enfants placés par le juge.



L'enseignement préprimaire est le plus souvent organisé dans des écoles fondamentales.



Les trois réseaux d'enseignement (réseau de la Communauté, réseau officiel subventionné, réseau libre
subventionné) organisent un enseignement préprimaire. Les établissements qui reçoivent des subsides se
conforment à des dispositions légales (voir 2.8.3.). En conséquence, la très grande majorité des écoles
maternelles sont réglementées par les mêmes normes en ce qui concerne l'équipement et les normes
sanitaires, les salaires et le niveau de formation des enseignants, l'encadrement, le calendrier scolaire…



La taille des établissements est très variable. Les établissements préprimaires sont mixtes,

à de très rares exceptions près. Les normes de création, de fusion, de restructuration, de scission
d'établissements sont définies par arrêté royal (voir 2.8.4.).

Direction générale de l'enseignement obligatoire, AGERS

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif à l'organisation et au fonctionnement des
Commissions des programmes de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire

Arrêté royal réglementant la rationalisation et programmation de l'enseignement maternel et primaire
ordinaire

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret portant sur l'organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la
réglementation de l'enseignement

Décret du 14/03/1995 relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental

Décret portant confirmation des socles de compétences visées à l'article 16 du décret du 24 juillet 1997
définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et
organisant les structures propres à les at

Décret relatif aux avantages sociaux

Décret relatif à la promotion de la santé à l'école



3.3.2. Institutions non scolaires


Dès sa création en 1919, l'Oeuvre Nationale de l'Enfance (ONE), organisme parastatal chargé de la protection
maternelle et infantile, a notamment pour mission la surveillance des enfants gardés en dehors de leur milieu
familial.



D'abord nationales, les politiques d'accueil ont été transférées aux communautés en 1983 et l'Oeuvre
Nationale de l'Enfance est devenue l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE).

                                                       105
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


En 1998, un Observatoire (communautaire) de l'enfance, de la jeunesse et de l'aide à la jeunesse a été créé et
chargé de dresser, dans le domaine concerné, un inventaire permanent des politiques et des données
sociales, des associations et des institutions compétentes, d'émettre des avis, de promouvoir et de faire
connaître les initiatives et d'émettre des recommandations relatives à la collaboration entre les organismes
compétents et de coordonner les résultats des recherches scientifiques.



Le décret du 8 février 1999 impose à tout milieu qui accueille des enfants de moins de 12 ans de se déclarer à
l'ONE et de se conformer à un code de qualité de l'accueil. L'accueil d'enfants de moins de 6 ans est soumis à
l'autorisation de l'ONE. Une attestation de qualité peut être accordée pour autant que le milieu d'accueil se
soumette à la surveillance de l'ONE et en fasse la demande.



Si l'ONE est responsable de l'agrément des milieux d'accueil, d'autres organismes officiels contribuent à des
titres divers à leur financement: emploi au sein des milieux d'accueil (niveaux fédéral et régional), aide à
l'infrastructure (niveau régional).



Un décret daté du 17 juillet 2002, décret portant réforme de l'ONE, confie à la filière Accueil de l'ONE la
mission de service public de l'accueil de l'enfant en dehors du milieu familial. Cette mission de service public
se décline dans les missions opérationnelles suivantes : autoriser, agréer, subventionner, créer ou gérer des
institutions et services; assurer un accompagnement en aide et conseil des institutions et services et exercer
sur eux un contrôle. Des missions opérationnelles complémentaires découlent d'autres dispositions légales
spécifiques.



Un Arrêté du Gouvernement de la Communauté française adopté le 27 février 2003, d'application qu'à partir
du 1er juillet 2003 et remanié depuis lors à plusieurs reprises définit les différents systèmes d'accueil,
introduit de nouvelles formules d'accueil, spécifie – comme les décrets et arrêtés précédents – les procédures
d'agrément, les conditions auxquelles les subsides de l'ONE sont accordés, ainsi que la participation
financière des parents. Enfin un arrêté adopté en décembre 2003 a fixé un nouveau code de qualité de
l'accueil, à respecter par tout qui organise de manière régulière l'accueil d'enfants de moins de 12 ans tout en
étant étranger à son milieu familial de vie.



Accueillir les tout-petits. Oser la qualité. Un référentiel psychopédagogique pour des milieux d'accueil de
qualité.

La politique d'éducation et de garde des jeunes enfants en Communauté française de Belgique

Rapport 2007 de l'observatoire de l'enfance, de la jeunesse et de l'aide à la jeunesse

Office de la naissance et de l'enfance (ONE)

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le code de qualité de l'accueil

Décret modifiant le décret du 30 mars 1983 portant création de l'Office de la Naissance et de l'Enfance, tel
que modifié par les décrets des 22 décembre 1983, 12 mars 1990, 26 juin 1992 et 6 avril 1998.

Décret portant réforme de l'Office de la Naissance et de l'Enfance, en abrégé « O.N.E. » (1)


                                                      106
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française

3.4. Objectifs généraux

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.4.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.4.2. .



3.4.1. Institutions scolaires à finalité éducative


L'enseignement maternel poursuit tous les objectifs généraux fixés dans le décret sur les missions de l'école
(voir 2.1.). Il vise particulièrement à:

    ●    développer la prise de conscience par l'enfant de ses potentialités propres et favoriser, à travers des
         activités créatrices, l'expression de soi;
    ●    développer la socialisation;
    ●    développer des apprentissages cognitifs, sociaux, affectifs et psychomoteurs;
    ●    déceler les difficultés et les handicaps des enfants et leur apporter les remédiations nécessaires.



Des Socles de compétences à atteindre au terme du cycle 5-8 ont été définis par des inspecteurs et des
enseignants de tous lesréseaux. Ces socles de compétences (voir 4.4.) sont un ensemble de références qui
déterminent la notion de niveau des études et autour duquel s'articulent les programmes élaborés ou
approuvés par le pouvoir normatif et subsidiant. Garants de la démocratisation de l'école, guides de
l'apprentissage et garde-fous de l'évaluation, les socles de compétences jalonnent le difficile chemin qui doit
conduire, au-delà de l'égalité d'accès à l'école, à l'égalité des résultats de l'action éducative et des exigences
visées pour tous les enfants.



L'école maternelle fait partie intégrante du système éducatif. La majorité des lois et réglementations relatives
à l'enseignement préprimaire sont les mêmes que celles en vigueur pour le niveau primaire.



3.4.2. Institutions non scolaires


Un nouveau code de qualité de l’accueil, d’application depuis le 1er janvier 2004, envisage à la fois la qualité
de vie des enfants de moins de 12 ans dans les milieux d'accueil et le service rendu aux parents et à la société.
Il définit des objectifs de qualité généraux qui s’inspirent directement de la Convention internationale des
droits de l’enfant et des recommandations des Communauté européennes concernant la garde des enfants.
Le législateur a considéré que « les besoins en matière d’accueil dépassent la seule nécessité de surveillance
de l’enfant durant les périodes d’indisponibilité des personnes qui le confient et concernent particulièrement
son développement physique, psychologique, cognitif, affectif et social».



3.5. Accessibilité géographique


                                                        107
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.5.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.5.2. .



3.5.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Les parents ont le droit de disposer à une distance raisonnable d'une école correspondant à leur choix
philosophique: si une telle école n'existe pas, l'état doit soit créer ou subventionner une école correspondant
à leur souhait, soit intervenir dans les frais de transport vers une telle école ou assurer ce transport. Pour la
description de ce service, voir 4.5.).



De plus, étant donné la densité de population en Communauté française (202 habitants par km² en Région
wallonne et 6.238 habitants par km² dans la Région de Bruxelles-Capitale au 1er janvier 2005), et le nombre
d'établissements d'enseignement préprimaire (près de 1.800), la question de l'éloignement pose rarement
problème.



La plupart des écoles offrent un service de garderie avant et après les heures de cours.



Dispersion géographique du recrutement des écoles fondamentales subventionnées



3.5.2. Institutions non scolaires


La Charte de la petite enfance de 1991 reconnaît que l’accès à un milieu d'accueil est un droit pour l’enfant,
indépendamment de la situation professionnelle des parents.



Cependant, les taux de couverture varient selon la zone géographique. L’accueil s’est d’abord implanté dans
les régions économiquement plus favorisées et là où l’activité féminine s’est développée: les taux de
couverture sont plus favorables à Bruxelles et dans le Brabant wallon. L’amélioration des taux de couverture
figure parmi les priorités. Le Plan Cigogne II (voir 3.1.2. ).

Décidé fin 2005 s’inscrit directement dans cette perspective. Il a permis en deux ans l’ouverture de 3.717
nouvelles places d’accueil. Ceci dit, comme le nombre de naissances ne cesse d’augmenter depuis 2003, le
besoin en places d’accueil augmente en conséquence et la statistique du taux de couverture n’évolue pas
encore de façon significative.

En 2008, un accord de coopération a été conclu entre la Communauté française et la Région wallonne qui
vise à créer ou à aménager des maisons rurales ou à faciliter l’implantation d’équipements et de services dans
les maisons de village existantes de façon à rendre un maximum de services aux citoyens et au milieu
associatif, que les services rendus relèvent des compétences de la Région wallonne ou de la Communauté
française. Ce dispositif facilite notamment l’implantation de milieux d’accueil de la petite enfance en milieu
rural.



                                                        108
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Décret portant assentiment à l'accord de coopération entre la Région wallonne et la Communauté française
sur l'utilisation conjointe d'infrastructures en milieu rural



3.6. Conditions d’admission et choix de l’établissement/centre

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.6.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.6.2. .



3.6.1. Institutions scolaires à finalité éducative


L'enseignement maternel est destiné aux enfants âgés de deux ans et demi (au 30 septembre de l'année
scolaire en cours) à cinq ans, voire exceptionnellement six. L'inscription est reçue toute l'année.



Les parents choisissent librement l'école que fréquentera leur enfant.



3.6.2. Institutions non scolaires


Il existe plusieurs formules d’accueil: en collectivité ou à domicile, accueil subventionné ou non
subventionné. Les parents ont le droit de choisir librement l’institution d’accueil que fréquentera leur enfant.



La plupart des institutions non scolaires admettent les enfants dès la naissance. Seuls les prégardiennats sont
réservés à une tranche d’âge spécifique (18 mois à 3 ans).



                    Milieu d'accueil                                            Âges acceptés
Crèches                                                    0 à 3 ans
Prégardiennats                                             18 mois à 3 ans
Maisons communales d'accueil de l'enfance                  0 à 6 ans
Accueillant(e)s conventionné(e)s                           0 à 6 ans
Maisons d'enfants                                          0 à 6 ans
Accueillant(e)s indépendant(e)s                            0 à 3 ans
Crèches parentales                                         0 à 3 ans



Le code de qualité de l’accueil proscrit toute forme de comportement discriminatoire selon le sexe, la race ou
l’origine socio-économique ou socioculturelle. Le milieu d’accueil doit tout mettre en œuvre pour que son
accès ne soit pas limité par le montant de la participation financière éventuellement demandée aux


                                                        109
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
personnes qui lui confient l’enfant. Le milieu d’accueil favorise l’intégration harmonieuse d’enfants ayant des
besoins spécifiques.



La politique d'éducation et de garde des jeunes enfants en Communauté française de Belgique



3.7. Aides financières aux familles

Des avantages sont accordés aux familles par les autorités fédérales: jusqu'à l'âge de 25 ans, une assurance
gratuite soins de santé et des allocations familiales pour chaque enfant aux études, sans limite d’âge.



A partir de l’exercice d’imposition 2006, les frais de garde d’enfants jusqu’à 12 ans sont déductibles
fiscalement à certaines conditions, moyennant la disposition de revenus professionnels et la présentation de
documents probants.



Les montants payés par les parents pour la surveillance de l’enfant avant le début des cours, pendant la
pause de midi, après les heures normales de classe, pendant toutes les vacances, les mercredis après-midi et
pendant les cours libres d’école, pendant les week-ends, en internat sont déductibles pour autant que ces
montants aient été payés soit à des milieux d'accueil reconnus, subsidiés ou contrôlés par l’Office de la
naissance et de l’enfance ou par les pouvoirs publics (par exemple l’accueil extrascolaire organisé par la
commune), soit à des familles d’accueil indépendantes ou des crèches placées sous la surveillance de l’ONE,
soit à des écoles maternelles ou primaires ou des institutions ou des milieux d’accueil qui ont un lien avec
l’école ou son pouvoir organisateur.



La totalité des frais peuvent être déclarés, mais le montant déductible ne peut dépasser 11,20 € par jour
d’accueil effectif et par enfant (pour plus de précisions, voir http://minfin.fgov.be).



Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.7.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.7.2. .



3.7.1. Institutions scolaires à finalité éducative


L’accès à l’enseignement fondamental est gratuit pour tous les élèves, quelle que soit leur origine; aucun frais
de scolarité ne peut être exigé. Une contribution financière des parents peut cependant être demandée pour
les repas, les transports ou les activités et gardes extrascolaires, (voir 2.3.3.).



Dans l’enseignement maternel et dans l’enseignement primaire, les manuels et les fournitures scolaires sont
distribués gratuitement. Les frais concernant les photocopies remises aux élèves, le journal de classe ainsi
que le prêt de livres scolaires, l’équipement personnel et l’outillage ne peuvent être réclamés aux familles.
Des subventions de fonctionnement annuelles et forfaitaires sont accordées par la Communauté française
                                                        110
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
pour couvrir les frais afférents au fonctionnement et à l’équipement des établissements, et à la distribution
gratuite de manuels et de fournitures scolaires aux élèves soumis à l’obligation scolaire.



Il n’existe pas d’aide financière du type allocation d’études pour les élèves de l’enseignement fondamental.



3.7.2. Institutions non scolaires


La participation financière des parents aux frais de garde dans les milieux d'accueil subventionnés (crèches,
prégardiennats, maisons communales d’accueil de l’enfance et accueillantes encadrées) est proportionnelle
aux revenus nets cumulés du ménage (entre 2,02 et 28,54 € par journée complète en 2007). La contribution
financière des parents couvre la totalité des frais de séjour, à l’exclusion des aliments de régime et des
médicaments, ainsi que des vêtements et des langes, s’ils sont fournis par le milieu d'accueil.



Quand deux enfants d’un même ménage sont accueillis simultanément dans un milieu d’accueil
subventionné, ou quand le ménage compte au moins 3 enfants, la contribution parentale est réduite à 70 %
pour chacun des enfants. L’enfant handicapé intervient pour 2 unités dans ce calcul.



Dans les milieux non subventionnés, la participation des parents est variable, et fixée librement par les
responsables.



3.8. Niveaux et groupes d’âge

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.8.1. et sur les institutions non
scolaires, voir 3.8.2. .



3.8.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Dans la plupart des cas, l'enseignement préprimaire est organisé en deux ou trois groupes ou "classes" en
fonction de l'âge (répartition horizontale). Les limites de ces différents groupes d'âge varient suivant la taille
de l'école. La moitié des sections maternelles ne comptent qu'une ou deux classes.



Dans les régions rurales, où les petites écoles ne disposent pas d'un nombre suffisant d'enfants pour
constituer trois groupes, et de plus en plus fréquemment dans d'autres établissements, des enfants d'âges
différents sont regroupés dans une seule classe, plus "familiale", appelée "classe composite" (répartition
verticale).




                                                        111
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Plutôt qu'une structure rigide des groupes, certaines écoles choisissent d'organiser à certains moments des
groupements verticaux, c'est-à-dire d'âges hétérogènes, et à d'autres moments des groupements
horizontaux. Dans cette structure, les groupes n'ont pas de titulaire et l'enseignant change régulièrement de
groupe et de local.



L'accueil des enfants très jeunes (deux ans et demi) pose le problème de l'adaptation de l'institution scolaire
aux besoins des petits: rythmes et horaires, nombre d'enfants réunis dans un même groupe, activités et
espace.



Une organisation de l'enseignement en cycles et en étapes se met en place progressivement dans tout
l'enseignement obligatoire (voir 4.8.). Selon le Décret-Missions, la première étape concerne les enfants de 2
ans et demi à 8 ans. Elle est organisée en deux cycles: de l'entrée en maternelle à 5 ans et de 5 ans à la fin de
la 2e année primaire. Ce deuxième cycle de la 1re étape, en couvrant à la fois la fin de l'enseignement
maternel et le début de l'enseignement primaire, permet d'harmoniser le passage du maternel au primaire.
Les Socles de compétences (voir 4.4.) sont élaborés en fonction de ces différentes étapes.



Dans certains cas, un enfant peut être autorisé à fréquenter l'enseignement maternel pendant la première
année de la scolarité obligatoire. Il est alors tenu de fréquenter régulièrement l'école.



Le 5-8 : sa réalité, ses promesses.



3.8.2. Institutions non scolaires


Les accueillantes d’enfants ont une capacité d’accueil de 1 à 4 enfants équivalents temps plein, en tenant
compte des enfants de moins de 3 ans de l’accueillante (sauf dérogation accordée par l’ONE pour un ou deux
enfants supplémentaires). Sauf dérogation, le nombre d’enfants accueillis simultanément est au maximum
de 5.



Traditionnellement, dans les crèches et les prégardiennats, les enfants sont répartis en groupes d’âge.



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



3.9. Organisation du temps

Pour plus d'informations sur l’organisation de l’année, voir 3.9.1. et sur les horaires hebdomadaires et
journaliers, voir 3.9.2. .



                                                      112
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française

3.9.1. Organisation de l’année


3.9.1.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 4.9.1..



3.9.1.2. Institutions non scolaires


Les milieux d'accueil subventionnés (crèches, prégardiennats, maisons communales de l’enfance, crèches
parentales, accueillantes conventionnées) accueillent les enfants pendant 220 jours par an, à raison de 5
jours par semaine. L’organisation de l’année dans les milieux d’accueil agréés, mais non subventionnés
(maisons d’enfants et accueillantes autonomes), est variable.



3.9.2. Horaires hebdomadaire et journalier


Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.9.2.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.9.2.2. .



3.9.2.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Les horaires et les possibilités d’accueil extrascolaire sont similaires à ceux de l’enseignement primaire (voir
4.9.2.).



3.9.2.2. Institutions non scolaires


Les milieux d'accueil subventionnés (crèches, prégardiennats, maisons communales de l’enfance, gardiennes
encadrées) accueillent les enfants pendant au moins 10 heures par jour.



Chaque milieu d'accueil doit rédiger un règlement d'ordre intérieur précisant les droits et obligations des
parents, du personnel et dupouvoir organisateur, qui définit notamment les horaires.



3.10. Programme d’activités, types d’activités et nombre
d’heures


                                                        113
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.10.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.10.2. .



3.10.1. Institutions scolaires à finalité éducative
Des Socles de compétences à atteindre au terme du cycle 5-8 ont été définis par des inspecteurs et des
enseignants de tous les réseaux et concernent l’ensemble des établissements d’enseignement organisés ou
subventionnés par la Communauté française. Ils présentent de manière structurée les compétences de base
à exercer jusqu'au terme des huit premières années de l'enseignement obligatoire et celles qui sont à
maîtriser à la fin de chacune des étapes de celui-ci.

Les socles concernent les différentes matières: français, formation mathématique, éveil – initiation
scientifique, langues modernes, éducation physique, éducation par la technologie, éducation artistique, éveil
– formation historique et géographique comprenant la formation à la vie sociale et économique. Pour
chacune des compétences, à chacune des étapes un niveau d'exigence est indiqué: il s'agit de sensibiliser à
l'exercice de la compétence, ou de la certifier, ou encore de l'entretenir.



Selon le Décret-Missions, le programme est le « référentiel de situations d'apprentissage, de contenus
d'apprentissage, obligatoires ou facultatifs, et d'orientations méthodologiques qu'un pouvoir organisateur
définit afin d'atteindre les compétences fixées par le Gouvernement pour une année, un degré ou un cycle ».



Les programmes d'études sont de la compétence des pouvoirs organisateurs, qui peuvent la déléguer à
l'organe de représentation et de coordination des pouvoirs organisateurs auquel ils adhèrent. Ces
programmes sont adaptés aux objectifs généraux de l'enseignement (voir 2.3.).



Le Décret-Missions a créé une Commission des programmes qui vérifie si les programmes d’études
permettent d’atteindre lesSocles de compétences. Elle donne un avis sur les programmes soumis à
l'approbation du Gouvernement, ainsi que sur les programmes qu’il fixe pour l’enseignement organisé par la
Communauté française.



La liberté de méthode pédagogique (voir 2.3.1.) permet à chaque pouvoir organisateur de proposer à
l'approbation du gouvernement un programme qui lui est propre.



En ce qui concerne l’enseignement maternel, le Gouvernement de la Communauté française, le Secrétariat
général de l’enseignement catholique (pour l’enseignement fondamental subventionné catholique), et
certaines communes comme Bruxelles disposent de programmes adaptés aux Socles de compétences et
approuvés par le Gouvernement.



La brochure « A l'école fondamentale, les enjeux avant six ans », élaborée suite au décret sur la promotion
d'une école de la réussite, n’est ni un programme, ni un socle de compétence à 6 ans. Il s’agit plutôt d’un outil
définissant les enjeux d’un regard positif sur l'enfant permettant de le situer dans son cheminement affectif,
moteur, intellectuel et social.



                                                      114
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Programme de l'enseignement de la Communauté


Les programmes applicables dans les établissements du réseau de la Communauté française sont élaborés
par des inspecteurs et des enseignants, puis adoptés par le Gouvernement, après que celui-ci ait pris l’avis de
la Commission des programmes compétente pour le niveau concerné.




Privilégiant la cohérence de l’action éducative, le programme défini en 2001 pour l’enseignement
fondamental organisé par la Communauté française couvre l’enseignement préprimaire et l’enseignement
primaire, pour l’ensemble des disciplines: éducation physique, éveil (subdivisé en éveil scientifique, éveil
historique et éveil géographique), langages fondamentaux (subdivisé en mathématiques et langue
française), éducation artistique, langues modernes, éducation par la technologie et éducation aux médias.



Pour chaque discipline, le programme présente sa définition, une conceptualisation, et la démarche à mettre
en œuvre, accompagnée d’une représentation graphique. Certaines parties sont constituées de sous-parties
elles-mêmes définies, conceptualisées et possédant une méthodologie propre: ainsi, la partie langue
française est constituée de sept sous-parties (savoir écouter et parler, savoir lire, savoir écrire, analyse
grammaticale, orthographe, conjugaison et vocabulaire).



Après cette introduction, les compétences définies dans le document "Socles de compétences" sont reprises,
commentées et augmentées d’exemples pour chacun des quatre cycles de l’enseignement fondamental. À
côté des compétences à développer ou à certifier, des activités qui ne sont pas explicitement citées dans les
Socles sont proposées. Pour ces activités, il n’y a jamais certification.



Des fiches pédagogiques sont proposées aux enseignants au terme de chacune des parties du programme.



On trouve également en fin de programme, la répartition des notions ou points de matière par cycle
d’enseignement.



Matières


Les nouveaux programmes relatifs au maternel et publiés en 2001 (enseignement organisé par la
Communauté française et enseignement libre subventionné catholique) insistent sur la continuité des
apprentissages et organisent la présentation des activités de structuration en fonction des Socles de
compétences. Les activités à réaliser dans l’enseignement préprimaire sont donc, dans les deux réseaux pour
lesquels un programme relatif à ce niveau est disponible, en lien avec les disciplines: par exemple, sur la base
de situations de communication, les activités suggérées par rapport à la compétence «orienter sa lecture en
fonction de la situation de communication» comportent dès le 1er cycle le recours à un coin lecture, à la
bibliothèque, trouver un livre dans le coin bibliothèque de la classe (enseignement organisé par la
Communauté française).


                                                     115
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Il s’agit cependant plutôt d’initiation, puisque ce n’est qu’au terme du 2e cycle (8 ans) que certaines
compétences doivent être maîtrisées.



Certaines écoles pratiquent dès la 3e maternelle l'enseignement précoce d'une langue étrangère,
notamment par l’immersion linguistique.



Il n’y a pas d’obligation quant à l'organisation de cours philosophiques (religion, morale…) dans
l'enseignement maternel.



Nombre d'heures


Le programme ne propose pas une répartition du temps rigide; le nombre d'heures à consacrer aux
différentes activités n'est pas défini. On observe une grande variabilité dans l'organisation du temps dans les
classes maternelles Beaucoup d'enseignants accordent une grande importance à l'alternance des exercices
statiques et des exercices plus actifs.



L'école maternelle se caractérise par d'importantes périodes de temps libre. D’après une étude réalisée sur
un échantillon d’écoles, dans les années 80, la récréation et la collation représentent 23 %, le temps
d'organisation 11 % et les attentes 11 % du temps total. La moitié du temps disponible est consacrée à des
activités éducatives (54 %). Parmi celles-ci, on retrouve les activités artistiques (27 %), académiques (21 %),
langagières (20 %), psychomotrices (7 %) et musicales (5 %).



Psychomotricité


Chaque implantation organisant de l’enseignement maternel organise au minimum deux périodes
hebdomadaires de 50 minutes de psychomotricité.

Les activités de psychomotricité visent l'intégration des différents axes de la psychomotricité, à:

    ●    la psychomotricité de l'action vécue ou dynamique psychomotrice qui intègre les trois dimensions
         d'un être humain: les axes corporels, affectifs et cognitifs à partir de l'action vécue;
    ●    la psychomotricité de la relation globale ou dynamique psychomotrice qui confronte l'enfant à
         l'espace temps, à lui-même, aux autres et aux objets dans un mouvement global et dans l'action
         vécue;
    ●    la psychomotricité perceptivo-motrice ou dynamique psychomotrice qui permet à l'enfant de
         rencontrer un espace de plus en plus différencié et d'agir dans un espace temps de plus en plus
         complexe.



Programme de l'enseignement maternel (réseau officiel subventionné)

Programme des études. Enseignement fondamental.

Programme intégré adapté aux socles de compétences. Enseignement fondamental.

                                                      116
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Socles de Compétences, Enseignement fondamental et premier degré de l'enseignement secondaire

Décret organisant des activités de psychomotricité dans l'enseignement maternel ordinaire.



3.10.2. Institutions non scolaires


Le Code de qualité de l’accueil (voir 3.4.2.) donne un cadre cohérent à concrétiser en fonction des contextes
particuliers dans des activités organisées librement. Quatre principes psychopédagogiques doivent être
respectés:

    ●    préserver et encourager le désir de découvrir de l’enfant,
    ●    veiller à la qualité de la relation entre l’accueillant(e) et l’enfant,
    ●    permettre à l’enfant de s’exprimer personnellement et spontanément et favoriser le développement
         de sa confiance en soi et de son autonomie,
    ●    contribuer au développement de la socialisation de l’enfant, dans une perspective de solidarité et
         de coopération.



Les groupes d’enfants doivent être organisés de manière à offrir des conditions propices au bon
déroulement des activités, à l’établissement d’une relation de qualité avec l’accueillant(e) ainsi qu’à la prise
en compte des besoins et des attentes des enfants. Le milieu d'accueil doit également veiller à assurer une
vie saine aux enfants.



Un référentiel pédagogique « Accueillir les tout-petits – Oser la qualité » a été élaboré collectivement par des
personnes qui assument un rôle de changement et de réflexion dans le champ des milieux d’accueil
(chercheurs, formateurs, responsables ONE, …). Il propose des principes d’action éducative spécifiques à la
situation d’accueil, basés sur des fondements éthiques et scientifiques. Il met l’accent sur 3 axes principaux
pour les milieux d’accueil: lien(s), activité et socialisation. En 2004, ce référentiel a été reconnu légalement.
Par la suite, des efforts ont été faits afin de diffuser ces repères pour des pratiques d’accueil de qualité ainsi
que pour en permettre la compréhension et l’approfondissement par les milieux d’accueil.



Dès les années 1980, certaines crèches ont instauré ce qu’elles appellent « le suivi des groupes »: chaque
nouveau groupe de bébés est pris en charge par deux puéricultrices qui les accompagnent tout au long de
leur séjour dans l’institution. Depuis 1990, l’ONE suggère cette organisation: « L’organisation générale de la
crèche et du prégardiennat doit permettre une limitation du nombre de personnes différentes s’occupant de
l’enfant. Simultanément, deux puéricultrices maximum seront présentes auprès d’un groupe d’enfants. Le
choix se portera préférentiellement sur une organisation permettant le « suivi » du même groupe d’enfants
par les mêmes puéricultrices » dans un document sans statut officiel.



3.11. Méthodes, matériel pédagogique

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.11.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.11.2. .


                                                      117
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


3.11.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Chaque pouvoir organisateur est libre en matière de méthodes pédagogiques, tout en respectant le cadre
établi par le Décret-Missions et par les Socles de compétences.



Chaque établissement d’enseignement doit permettre à chaque élève de progresser à son rythme en
pratiquant la pédagogie différenciée. Chaque enfant peut, selon son propre rythme, vivre pleinement ses
périodes de maturation, acquérir et consolider successivement les attitudes et les connaissances nécessaires
à son harmonisation.



Les méthodes utilisées visent la construction des notions plutôt que la transmission des savoirs. Le jeu est le
principe moteur de l'action pédagogique. Les textes officiels insistent sur l'accueil, l'observation approfondie
et l'écoute de l'enfant, afin de l'aider pédagogiquement dans son développement. Ils font mention du
respect du rythme de chaque enfant et de la nécessité de placer les activités dans un contexte fonctionnel.



Le programme propose également une coopération dans l'équipe éducative, une continuité entre le
maternel et le primaire et enfin des interactions entre l'école et la famille.



Les enfants sont accueillis dans un espace et des locaux spécialement aménagés. Le matériel le plus courant
est constitué des jeux de tables, de jouets, de livres, de matériel de peinture et de psychomotricité. Un
espace de jeu à l'extérieur est également disponible. La majorité des écoles disposent aussi de matériel vidéo
et d'enregistreurs. Plus de la moitié des écoles maternelles sont munies d'ordinateurs. La généralisation des
activités de psychomotricité s’accompagne de subventions pour l’achat de matériel de psychomotricité au
bénéfice des établissements qui en font la demande, dans la limite des disponibilités budgétaires.



Des aires spécifiques à certaines activités sont généralement définies:

    ●    "aire" affective: sécurisation, élaboration d'idées, tableau des charges réparties dans le groupe…;
    ●    "aire" ludique et d'expression graphique, corporelle,… visant l'affirmation du Moi;
    ●    "aire" cognitive: possibilités d'expérimenter (présence de plantes, d'animaux), bibliothèque,
         télévision,…;
    ●    "aire" psychomotrice: possibilité de défoulement, de construction de la rationalité, "douceur"
         (peluches, coussins,…).



La réalisation de projets adaptés aux intérêts des enfants est préconisée.



Le projet permet l'action, l'acceptation et la participation volontaire en vue d'atteindre les objectifs fixés. Les
élèves sont répartis en groupes. Ceux-ci s'activent aux divers ateliers organisés par l'enseignant qui s'occupe
principalement d'un groupe (ex.: peinture, jeu de construction, bibliothèque, mathématique, éveil, jeux de
faire semblant: poupées, magasins…).

                                                       118
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Une recherche a montré en 1991 qu'un tiers seulement des activités étaient réalisées en petits groupes et
que la pratique des classes-ateliers s'observait principalement dans les classes de moins de quinze enfants.
Actuellement, la pratique des classes ateliers tend à se répandre.



Les services pédagogiques de la Communauté française et ceux des différents pouvoirs organisateurs pour
l'enseignement subventionné vont produire des outils pédagogiques qui permettent d'atteindre les socles
de compétences. Ces outils pédagogiques pourront être utilisés par n'importe quel établissement organisé
ou subventionné par la Communauté française.



Un décret adopté en mars 2001 rappelle que les travaux à domicile sont interdits dans l’enseignement
préprimaire.

Un décret adopté en 2007 impose l’organisation d’activités interdisciplinaires pour une citoyenneté
responsable et active au moins une fois durant chaque cycle.



Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des
établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française



3.11.2. Institutions non scolaires


En vertu du Code de qualité ( http://www.one.be/decr/cq.htm), chaque milieu d'accueil doit rédiger en
concertation un « projet d’accueil », qui précise ses objectifs et les options méthodologiques choisies pour les
atteindre. Ce projet fait l’objet d’une évaluation régulière. Le Code de qualité donne certaines indications
quant aux moyens à mettre en œuvre: organiser des espaces de vie adapté aux besoins de l’enfant, favoriser
le développement de la vie en groupes, organiser les groupes de façon à favoriser le bon déroulement des
activités et l’établissement d’une relation de qualité avec l’accueillant(e), faire place à l’initiative des enfants
et préserver la notion de temps libre, assurer une vie saine aux enfants.



3.12. Évaluation des enfants

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.12.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.12.2. .



3.12.1. Institutions scolaires à finalité éducative


L’évaluation interne à l’école



                                                       119
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
L'évaluation fait partie des domaines où est garantie la liberté pédagogique de chaqueréseau; dès lors
chaque pouvoir organisateur peut, dans le respect des lois, décrets et arrêtés, définir le type d'évaluation qui
sera sien et la manière de communiquer les résultats.



L'évaluation, qui se fonde principalement sur l'observation de la démarche de l'enfant dans la réalisation de
son activité est conçue comme une activité intégrée à l'acte éducatif et à l'apprentissage.



L'évaluation joue trois rôles:

    ●    un rôle pronostique: le degré de maturité et de développement atteint par l'enfant fait-il bien
         augurer de l'étape suivante en particulier le passage à l'école primaire ?
    ●    un rôle de jaugeage: qu'est-ce que l'enfant a acquis, comment se situe-t-il par rapport à ses
         camarades ?
    ●    un rôle diagnostique: pourquoi le développement est-il freiné, pourquoi un apprentissage n'a-t-il
         pas été accompli ?



L'éducation à l'auto-évaluation doit être présente dès la section des petits.



L'évaluation réalisée par l'enseignant se base surtout sur une observation des comportements des enfants.
C'est le plus souvent ainsi que l'enseignant se rend compte des difficultés qu'éprouvent les enfants dans les
activités quotidiennes. Il peut alors proposer une remédiation, ou un support.



Certaines classes pratiquent le conseil de classe: l'enseignant et les enfants s'expriment sur des activités qui
se sont déroulées dans la journée ou demi-journée passée (peu fréquent en première maternelle). On y fait
souvent référence à des dessins ou symboles que les enfants comprennent. Ils peuvent ainsi percevoir la
signification de l'évaluation (critique positive et négative) et de leur évolution personnelle.



Grâce au suivi des évolutions individuelles et évaluations couramment pratiquées 2 ou 3 fois par an, l'équipe
éducative peut porter à la connaissance des parents une appréciation sur le comportement, la façon
d'évoluer… des enfants.



L'évaluation externe par le centre psycho-médico-social



Les enfants de 3e maternelle sont régulièrement observés à moins que les parents ne marquent
expressément leur désaccord. Des tests de maturité sont utilisés par les agents du centre psycho-médico-
social en 3ème année maternelle.



Après avoir pris avis du centre psycho-médico-social et du chef d'établissement, les parents peuvent décider
de prolonger d'une année la scolarité de leur enfant dans l'enseignement préprimaire ou, au contraire, de lui
faire commencer l'enseignement primaire à 5 ans.


                                                      120
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


3.12.2. Institutions non scolaires


Les enfants sont soumis à une surveillance médicale (qui pourrait s'étendre à d'autres aspects de la santé de
l'enfant: développement psychomoteur, langage, …). Un Guide de médecine préventive distribué aux
médecins des consultations sert fréquemment de référence aux médecins des milieux accueil.



Aucune autre information n'a pu être trouvée à ce propos.



3.13. Structures de soutien

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.13.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.13.2. .



3.13.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Des puéricultrices peuvent être affectées dans des écoles maternelles. Il s'agit de personnes qualifiées pour
apporter des soins et encadrer de tout jeunes enfants. Elles sont mises à la disposition des écoles en fonction
des besoins de ces dernières et de critères objectifs: nombre d'enfants très jeunes (moins de trois ans et neuf
mois) ou moins autonomes… Par le décret du 2 juin 2006, la Communauté française de Belgique a dégagé
les moyens permettant la création d’un cadre statutaire pour les puéricultrices de l’enseignement maternel
ordinaire.



Les troubles ou difficultés découverts chez l'enfant sont abordées grâce au support d'un personnel adéquat
qui anime des activités particulières pour les enfants qui en ont besoin (avec l'accord des parents):

    ●    logopèdes,
    ●    psychomotriciens (psychomotriciennes).



Peu d'écoles ont un(e) logopède à leur disposition tout au long de la semaine. Il est plus fréquent que
l'établissement ait régulièrement recours à une personne extérieure. Ces interventions ne sont pas
subventionnées.



Il existe des écoles préprimaires spéciales pour les enfants handicapés mentaux et/ou moteurs (voir chapitre
10.). Dans ce cas, le lien entre les différentes formes d'enseignement est assuré par les centres psycho-
médico-sociaux.



3.13.2. Institutions non scolaires
                                                      121
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Les « services » d'encadrement des accueillantes conventionnées constituent des structures de soutien au
bénéfice de ces dernières.



En outre, chaque milieu d'accueil bénéficie d'une surveillance médicale qui peut soit être exercée par un
pédiatre attaché à l'établissement (crèches, prégardiennats) ou par l'équipe d'une consultation de l'ONE.



3.14. Secteur privé

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, se reporter à la section 4.14.. Les
paragraphes ci-dessous concernent les institutions non scolaires.



A l’exception des maisons communales d’accueil de l’enfance, qui dépendent d’un pouvoir public, les milieux
d'accueil subventionnés par l’ONE peuvent être soit publics, soit privés. Les mêmes règles s’appliquent à
l’ensemble des milieux d’accueil subventionnés, quel que soit leur statut.



Les maisons d’enfants (structures collectives de 9 à 24 places pour des enfants de 0 à 6 ans) dépendent soit
d’un pouvoir public, soit d’une ASBL ou d’une personne privée. Les mêmes règles s’appliquent à toutes les
maisons d’enfants, quel que soit leur pouvoir organisateur.



Des accueillantes autonomes, personnes privées, sont autorisées à accueillir de 1 à 4 enfants (équivalent
temps plein) de 0 à 6 ans (dérogation possible pour 1 ou 2 enfants supplémentaires) à leur domicile. Au 31
décembre 2003, 642 « accueillantes autonomes » sont agréées pour un total de 2.134 places.



Les horaires des milieux d’accueil agréés, mais non subventionnés (maisons d’enfants et accueillant(e)s
autonomes), sont variables.



3.15. Variantes organisationnelles et structures alternatives

Pour plus d'informations sur les institutions scolaires à finalité éducative, voir 3.15.1. et sur les institutions
non scolaires, voir 3.15.2. .



3.15.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Quelques écoles ont adopté des méthodes pédagogiques particulières inspirées des principes éducatifs de
pédagogues tels que Decroly, Freinet ou Steiner dont les écoles portent généralement le nom.

                                                      122
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Certaines écoles ont entrepris l'enseignement précoce d’une langue étrangère à partir de la 3e maternelle et
d’autres mettent en œuvre l’immersion linguistique, en allemand, anglais ou néerlandais. Le décret du 11 mai
2007 réglemente l’enseignement en immersion. Celui ne peut être organisé qu’à partir de la 3e maternelle. En
3e maternelle, lorsqu'une partie de la grille horaire hebdomadaire est consacrée à l'apprentissage par
immersion, cette partie couvre au moins 8 périodes et au plus 21 périodes. L'apprentissage par immersion
poursuit :

    ●    En ce qui concerne les cours et activités pédagogiques assurés dans la langue de l'immersion, la
         maîtrise des compétences définies dans les socles de compétences;
    ●    En ce qui concerne la langue de l'immersion, la maîtrise des compétences liées à la communication
         orale et écrite dans cette langue définies dans les socles de compétences.

Lorsqu'une école ou une implantation d'école organise l'apprentissage par immersion, cette organisation est
mentionnée dans le projet d'établissement. L'inscription dans l'apprentissage par immersion ne peut être
soumise à aucune sélection préalable



3.15.2. Institutions non scolaires


L’ORBEM (Office régional de l’emploi de Bruxelles) a créé un partenariat avec des milieux d'accueil pour offrir
des places pour une durée limitée (maximum 3 mois) à des demandeurs d’emploi et à des personnes sans
emploi en vue de leur faciliter l’entrée dans un emploi ou la participation à un programme de formation.



Les crèches, prégardiennats, maisons communales d’accueil de l’enfance et maisons d’enfants peuvent
passer des accords avec l’ONE et des employeurs (publics ou privés) pour réserver un certain nombre de
places (au maximum 25 % de la capacité) pour les enfants des travailleurs qu’ils emploient.



Certains milieux d’accueil pratiquent des horaire étendus (par exemple la Crèche Bout’chou de Namur
accueille à la fois des enfants à la journée et des enfants en internat).



Dans les crèches parentales, des enfants de 0 à 36 mois sont encadrés à la fois par du personnel qualifié et
par des parents.



Depuis la fin de l’année 2005, une nouvelle forme d’accueil est autorisée: deux accueillant(e)s autonomes au
plus peuvent exercer leur activité ensemble en un même lieu. Dans ce cas, le nombre total d'enfants inscrits
ne peut en aucun cas dépasser quatorze et le nombre d'enfants accueillis simultanément est de maximum
dix; dès que plus de cinq enfants sont présents simultanément, la présence des deux accueillant(e)s est
requise. Un espace de jeu et de repos spécifique doit être prévu et une convention de collaboration lie les
accueillantes.



Development of a methodology for the collection of harmonised statistics on childcare. Final Report.

Actiris Bruxelles-Ville

                                                     123
EURYBASE                                                BELGIQUE – Communauté française



3.16. Données statistiques

Pour les institutions scolaires, voir 3.16.1.; pour les institutions non scolaires à finalité éducative, voir 3.16.2. .



Entreprise des technologies nouvelles de l'information et de la communication (ETNIC)

Office de la naissance et de l'enfance (ONE)



3.16.1. Institutions scolaires à finalité éducative


Statistiques relatives à l’enseignement préprimaire ordinaire (2008 - 2009)

          Année scolaire 2008-2009                         Elèves1               Enseignants2                 Ecoles


Enseignement de la Communauté française                       12.744                       671                    154


Enseignement officiel subventionné                               281                        13                         2
(provincial)

Enseignement officiel subventionné                            94.324                     5.125                    892
(communes)

Enseignement libre subventionné                               67.873                     3.486                    664


Source : Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique, Direction générale de
l’enseignement obligatoire.



Les données statistiques relatives à l'enseignement maternel présentées ci-dessous ont été fournies par le
Service des Statistiques de l'ETNIC, de la Communauté française et sont relatives à l'année scolaire 2007-2008.



A. Les élèves
N o m b r e d ' é l è v e s d a n s l ' e n s e i g n e m e n t p r é p r i m a i r e o r d i n a i r e , réseau e n 2 0 0 7 -
2008

                      Communauté               Officiel              Officiel               Libre                Total
                        française             provincial           communal
Élèves                     12,667                 340                  94,950              67,508               175,465

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française


1
    Elèves inscrits au 15 janvier 2009.
2
    Personnel enseignant et personnel de direction et d’encadrement au 1er octobre 2008, en équivalents temps-
    plein (hors ACS/APE/PTP).

                                                            124
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Évolution du nombre total                       d'élèves      dans     l'enseignement        préprimaire
ordinaire de 1975 à 2008

    Année scolaire            Nombre d’élèves                    Année scolaire        Nombre d’élèves
        1975-1976                    182.658                     1992-1993                   164.877
        1976-1977                    181.104                     1993-1994                   168.751
        1977-1978                    170.619                     1994-1995                   171.164
        1978-1979                    164.967                     1995-1996                   168.066
        1979-1980                    160.685                     1996-1997                   163.908
        1980-1981                    160.721                     1997-1998                   156.335
        1981-1982                    158.376                     1998-1999                   156.272
        1982-1983                    156.981                     1999-2000                   155.896
        1983-1984                    156.534                     2000-2001                   156.335
        1984-1985                    159.636                     2001-2002                   157.770
        1985-1986                    160.971                     2002-2003                   160.020
        1986-1987                    156.899                     2003-2004                   161.938
        1987-1988                    155.520                     2004-2005                   176.215
        1988-1989                    155.589                     2005-2006                   176.278
        1989-1990                    159.005                     2006-2007                   175.827
        1990-1991                    159.239                     2007-2008                   175,465
        1991-1992                    162.645

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Nombre et pourcentage d’élèves dans l’enseignement préprimaire ordinaire,
par année de naissance, en 2007-2008

                    Année                           Garçons           Filles         Total             %
2001 et avant                                            1,723                 979       2,702              2%
2002                                                    24,941            23,772        48,713             28%
2003                                                    25,508            24,493        50,001             28%
2004                                                    25,990            24,707        50,697             29%
2005 (du 1er janvier au 1er avril)                       6,214               5,841      12,055              7%
2005 (après le 1er avril)                                5,699               5,598      11,297              6%
Total                                                   90,075            85,390       175,465             100%

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



B. Les établissements


Nombre d'écoles organisant                     un   enseignement         préprimaire     ordinaire,        par
réseau, en 2007-2008
                                                       125
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


                    Communauté           Officiel            Officiel         Libre            Total
                      française         provincial         communal


Établissements
                         153                 3                888              667             1,711

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Nombre de classes organisant un enseignement préprimaire ordinaire, par
réseau, en 2007-2008

                    Communauté           Officiel            Officiel         Libre            Total
                      française         provincial         communal


Classes                  644                17               5.024            3.331            9.016


Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Évolution du nombre total                 de     classes    dans     l'enseignement         préprimaire
ordinaire de 1971 à 2008

                  Année scolaire                                        Nombre de classes
                     1971-1972                                                6,587
                     1981-1982                                                7,433
                     1991-1992                                                8,313
                     2000-2001                                                8,280
                     2001-2002                                                8,395
                     2002-2003                                                8,538
                     2003-2004                                                8,540
                     2004-2005                                                8,654
                     2005-2006                                                9,356
                     2006-2007                                                9,016
                     2007-2008                                                8,896
                     1971-1972                                                6,587
                     1981-1982                                                7,433
                     1991-1992                                                8,313
                     2000-2001                                                8,280
                     2001-2002                                                8,395
                     2002-2003                                                8,538
                     2003-2004                                                8,540
                     2004-2005                                                8,654


                                                     126
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française

                     2005-2006                                             9,356
                     2006-2007                                             9,016
                     2007-2008                                             8,896

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Nombre moyen d'élèves du niveau préprimaire par                            établissement,         dans
l’enseignement ordinaire, par réseau, en 2007-2008

                     Communauté           Officiel            Officiel     Libre           Tous réseaux
                       française         provincial         communal                        confondus
Élèves par
établissement
                          82.8              113.3              106.9       101.2              102.6

Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Nombre d'élèves par classe, dans l’enseignement préprimaire ordinaire, par
réseau, en 2007-2008

                     Communauté           Officiel            Officiel     Libre           Tous réseaux
                       française         provincial         communal                        confondus
Élèves par classe         19.8               21.3              19.1         20.6               19.7


Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



3.16.2. Institutions non scolaires


A. Nombre de places au 31 décembre 2008
Il s’agit ici du nombre de places et non du nombre d’enfants accueillis.



                                                                 Places agréées, mais
                             Nombre de             Places                 non
                          naissances de 0 à subventionnées par subventionnées par Nombre total de
                         2,5 ans au 1/1/2008 l'ONE et assimilées         l'ONE        places
Bruxelles-Capitale                      35.869                  6.139              1.958              8.097
Brabant wallon                          10.481                  2.652              1.551              4.203
Hainaut                                 37.684                  7.302              1.378              8.680

                                                      127
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française

Liège                                   27.724                  4.900                 1.954             6.854
Luxembourg                               8.286                  1.915                  996              2.911
Namur                                   13.493                  2.833                 1002              3.835
Total                                 133.537                 25.741                  8.839           34.580

Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE



B. Taux de couverture au 31 décembre 2008
Le taux de couverture est le rapport entre le nombre total de places et les naissances de l’année multipliées
par 2,5, soit une approximation du nombre d’enfants en âge de fréquenter les milieux d'accueil.



                                                              Taux de couverture
                            Nombre de      Taux de couverture
                                                               (milieux d'accueil Taux de couverture
                         naissances de 0 à (milieux d'accueil
                                                                      non                total
                        2,5 ans au 1/1/2008 subventionnés)
                                                                subventionnés)
Bruxelles-Capitale                     35.869                 17,1%               5,5%                  22,6%
Brabant wallon                         10.481                 25,3%              14,8%                  40,1%
Hainaut                                37.684                 19,4%               3,7%                  23,0%
Liège                                  27.724                 17,7%               7,0%                  24,7%
Luxembourg                              8.286                 23,1%              12,0%                  35,1%
Namur                                  13.493                 21,0%               7,4%                  28,4%
Total                                133.537                 19,3%                6,6%                  25,9%

Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE



C. Répartition des places en milieux d’accueil subventionnés par l’ONE et assimilés au 31
décembre 2008
Il s’agit ici du nombre de places et non du nombre d’enfants accueillis.



                                               Maisons              Maisons
                                                                                Services
                                             communa-               d'enfants
                                                                               d'accueilla
                              Prégardien-         les    Crèches    et haltes-
                 Crèches                                                          nt(e)s              Total
                                 nats         d'accueil parentales garderies
                                                                               convention
                                                  de               subvention
                                                                                 -né(e)s
                                              l'enfance               -nées
Bruxelles-
Capitale              4.946            696           195                -         -            302      6.139

Brabant
wallon                 918              62           534              28         18           1.092     2.652

Hainaut               2.620             57           522                -       192           3.911     7.302

                                                     128
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française

Liège                1.980                57             649                  -                 46               2.168          4.900

Luxembourg             318                 0             363                  -                  0               1.234          1.915

Namur                  731                 0             627                  -                 33               1.442          2.833

Total               11.513               872         2.890               28                    289             10.149          25.741

Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE



D. Répartition du nombre de milieux d’accueil subventionnés et assimilés au 31 décembre
2008


                                                                                          Maisons
                                                                                                                 Services
                                                  Maisons                               d'enfants et
                                                                     Crèches                                     d'accueil-
                             Prégardien-       communales                                  haltes-
                 Crèches                                             paren-                                       lant(e)s   Total
                                nats            d'accueil de                             garderies
                                                                      tales                                   conventionné(e
                                                 l'enfance                              subvention-
                                                                                                                     )s
                                                                                            nées
Bruxelles-
Capitale               110               30                    12                 0                      0                       11     163

Brabant
wallon                  25                3                    29                 2                      1                       16      76

Hainaut                 66                3                    32                 0                     12                       33     146

Liège                   55                3                    41                 0                      3                       11     113

Luxembourg              11                0                    25                 0                      0                        8     44

Namur                   18                0                    41                 0                      2                        8     69

Total                  285               39                180                    2                     18                       87     611

Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE



E. Évolution des capacités subventionnées et assimilées des milieux d’accueil
Il s’agit ici du nombre de places au 31 décembre et non du nombre d’enfants accueillis.




                                   1975 1985 1990 1995 2000                           2005     2006      2007        2008

Crèches                            4.329 7.298 8.054 8.956            9.202           10.020   10.253    10.752      11.513

Prégardiennats                     2.950 1.322 1.024           914     906             796      867          867         872

Maisons communales d'accueil
                                     -         -     -         900    1.092           1.948    2.384         2.597   2.890
de l'enfance

                                                         129
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française

Services d'accueillant(e)s
                                        -   3.901 7.410 9.231     9.381   8.789    9.106    9.681    10.149
conventionné(e)s

Crèches parentales                      -    -      -         -     -      14       14       14       28

Maisons d'enfants et haltes
                                        -    -      -         -     -      380      401      400      289
garderies subventionnées

Total                               7.279 12.521 16.488 20.001 20.581     21.947   23.025   24.311   25.741


Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE



F. Fréquentation des milieux d’accueil subventionnés par l’ONE (subsides ordinaires)
En 2008, 48.888 enfants ont fréquenté au moins un jour des places d’accueil subventionnées. Cela représente
une augmentation de 3.416 enfants ou 7,5 % par rapport à l’année précédente.

    ●    8.030 enfants nés en 2008 ;
    ●    16.083 enfants nés en 2007 ;
    ●    15.744 enfants nés en 2006 ;
    ●    8.031 enfants nés en 2005.

Source: Rapport d’activités 2008 de l’ONE

Rapport d'activités 2008 de l'ONE

Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.




                              4. Enseignement primaire




                                                        130
EURYBASE                                                                                    BELGIQUE – Communauté française
Organisation du système éducatif en Communauté française de Belgique, 2008/09
         1    2     3     4      5   6         7          8          9        10    11   12         13         14          15         16         17         18         19         20         21          22   23   24   25   26   27



 BE fr            ENSEIGNEMENT
                  MATERNEL
                                     E N S E I G N E M E N T P R I MA I R E                   S E CO N DA I R E D E T R A N S I T I O N G É N É R A L / T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E D E Q UA L I F I C AT I O N T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E P R O F E S S I O N N E L

                                                                                                                                                               UNIVERSITÉ

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE LONG

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE CO U R T




             Préprimaire non scolaire - CITE 0                                                                            Préprimaire scolaire - CITE 0
             (autre ministère que celui de l’Éducation)                                                                   (administration scolaire)

             Primaire - CITE 1                                                                                            Structure unique - CITE 1 + CITE 2
                                                                                                                          (continuité entre CITE 1 et CITE 2)

             Secondaire inferieur général - CITE 2                                                                        Secondaire inférieur professionnel - CITE 2
             (préprofessionnel inclus)

             Secondaire supérieur général - CITE 3                                                                        Secondaire supérieur professionnel - CITE 3
             Post-secondaire non supérieur - CITE 4
             Enseignement supérieur - CITE 5A                                                                             Enseignement supérieur - CITE 5B
 Allocation aux niveaux CITE:                                                      CITE 0                                 CITE 1                                                CITE 2

             Enseignement obligatoire à temps plein                                                                             Enseignement obligatoire à temps partiel
             Temps partiel ou en alternance                                                                                                                      Année complémentaire
 -/n/-       Expérience professionnelle obligatoire + durée                                                                                                      Études à l'étranger
Source: Eurydice.




L'enseignement primaire est regroupé avec l'enseignement maternel sous l'appellation commune
d'enseignement fondamental. L'enseignement maternel et les huit premières années de la scolarité
obligatoire, dont les 6 années de l'enseignement primaire, sont considérés comme un continuum
pédagogique structuré en trois étapes (voir 2.4.1.).

4.1. Aperçu historique

La section décrit le développement de l'enseignement primaire (voir 4.1.1.) et ensuite l'évolution de la
pédagogie (voir 4.1.2.).



Evolution comparative des législations scolaires dans les trois Communautés belges

Histoire de l'enseignement en Belgique



4.1.1. Le développement de l'enseignement primaire


En ce qui concerne plus spécifiquement l'enseignement primaire, différentes lois organiques se sont
succédées qui réglementent la création d'écoles, dans un contexte de rivalité entre l'enseignement public et

                                                                                                     131
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
l'enseignement libre. Cette rivalité se concrétise en particulier dans la question des subsides des pouvoirs
publics à l'enseignement libre et dans la place du cours de religion catholique, obligatoire ou non et inclus
ou non dans l'horaire. Ces conflits culminent dans deux guerres scolaires.



En 1842, une première loi organique impose aux communes d'avoir une école publique et d'y dispenser un
cours de religion.



En 1890, 4 pour cent des enfants seulement fréquentent l'école primaire pendant 6 années complètes. Dès
1914, une loi instaure l'instruction obligatoire pour tous les enfants de 6 à 14 ans, mais la première guerre
mondiale en retardera l'application de quelques années. La gratuité scolaire doit être généralisée.



Après la seconde guerre mondiale, les positions se radicalisent. En 1951 éclate la seconde guerre scolaire. En
1955, la Loi Collard impose qu'une école gardienne et une école primaire officielles soient créées dans
chaque commune, réglemente les subsides et prévoit que dans les écoles officielles les parents aient le choix
entre l'enseignement de la religion et celui de la morale.



En 1959, une loi appelée le «Pacte scolaire» organise et normalise les rapports entre les différents réseaux
d'écoles et garantit l'exercice réel du libre choix des familles.



En 1983, la loi concernant l'obligation scolaire fixe à sept ans la durée maximum de la scolarité primaire.



4.1.2. La pédagogie


La structure de l'enseignement primaire est restée inchangée pendant plusieurs décennies (six années
réparties en trois degrés), alors que la pédagogie appliquée à ce niveau d'enseignement connaissait plusieurs
périodes de rénovation.



Le programme de 1922, et surtout le plan d'études de 1936, basés sur les conceptions pédagogiques d'O.
Decroly, mettaient l'accent sur un enseignement global, basé sur les centres d'intérêts de l'enfant. Différentes
initiatives ont répondu surtout au souci d'introduire plus de souplesse dans l'enseignement, d'adapter
l'éducation aux nouveaux besoins du monde ambiant et de respecter le rythme d'apprentissage de chaque
enfant. Les programmes ont été révisés de manière à favoriser l'acquisition de connaissances instrumentales
(telles que la maîtrise du français et des mathématiques) plutôt que de connaissances factuelles.



Des initiatives de rénovation ont débuté à titre expérimental dans un nombre réduit d'établissements dès
1971. A partir de 1977, les différents réseaux d'enseignement se sont engagés dans une phase de
concertation active et d'expérimentation concernant l'organisation, d'un cycle 5-8 ans, qui devait être suivi
d'un cycle 8-12 ans. Le « cycle 5-8 » avait pour objectif d’assurer une meilleure transition entre les niveaux
maternel et primaire.


                                                      132
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Le décret relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental, voté en mars
1995, propose à tous les acteurs de l'enseignement fondamental un plan d'action concret destiné à réduire le
nombre d'échecs scolaires de manière significative et durable. Il définit le cycle comme un « ensemble
d'années d'études à l'intérieur duquel l'élève parcourt sa scolarité de manière continue, à son rythme et sans
redoublement » (art. 1er). Ce décret organise la progression continue des élèves de l'entrée dans
l'enseignement préscolaire à la fin de la deuxième année de l'enseignement primaire et de la 3e à la 6e année
primaire, ainsi que la réalisation sur ces périodes des apprentissages fixés par les Socles de compétences. Des
moyens importants (près de 10 millions d'euros) ont été investis annuellement dans l'enseignement
fondamental pour développer la concertation et le compagnonnage au sein des écoles et entre les écoles
d'une même entité scolaire.



Le Décret-Missions, voté en juillet 1997, définit les objectifs de l'enseignement obligatoire. Il précise le cadre
dans lequel se déroulent les activités d'enseignement et fixe la durée des cycles et des étapes, organise la
définition des socles de compétence, la préparation d'outils pédagogiques et d'instruments d'évaluation,
ainsi que le contrôle des programmes d'études. Il impose la mise en œuvre de l'évaluation formative et d'une
pédagogie différenciée. Il précise la notion de gratuité de l'enseignement, impose la définition par les
pouvoirs organisateurs ou les établissements scolaires de textes précisant leurs options à l'intention des
élèves et de leurs parents, ainsi que la mise en place d'un conseil de participation (voir 7.1.1.) dans chaque
établissement.



Deux décrets votés en 1998 ont modifié plusieurs aspects importants de la réglementation de
l'enseignement primaire: le premier, un décret-cadre voté en juillet 1998, redéfinit les moyens à mettre en
œuvre dans l'enseignement maternel et primaire, ordinaire et spécial, ainsi que les horaires; le second
coordonne et amplifie diverses initiatives en matière de discriminations positives. En 2009, le dispositif de
discriminations positives a été revu et cède progressivement la place à un encadrement différencié, plus
progressif (voir 2.8.3.5.).



En 1999, des socles de compétences correspondant à l'enseignement fondamental et au premier degré de
l'enseignement secondaire ont été adoptés. Sur ces nouvelles bases s'est engagée la préparation de
nouveaux programmes, entrés en vigueur le 1er septembre 2002.

Le décret du 2 juin 2006 modifie significativement le système d’évaluation en Communauté française de
Belgique. En effet, avant l’application de celui-ci, il n’existait pas d’évaluation externe à caractère certificatif
qui soit obligatoire. Depuis l’année scolaire 2006-2007, le certificat d'études de base (CEB) est délivré à l'issue
d'une épreuve externe commune organisée au terme de l'enseignement primaire.



4.2. Débats en cours et développements futurs

La Déclaration de politique communautaire 2009-2014 concrétise les intentions des gouvernements mis en
place suite aux élections de juin 2009. Si différents chapitres de ce document concernent l’enseignement
fondamental et en particulier l’enseignement primaire (pilotage, émancipation, excellence pour tous, …) les
débats en cours en 2009-2010 ont rarement porté spécifiquement sur ce niveau d’enseignement.



4.3. Cadre législatif spécifique
                                                       133
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


La progression


En vertu du décret relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental (1995)
et du Décret-Missions (1997), la progression des élèves doit être continue de l'entrée dans l'enseignement
préscolaire à la fin de la deuxième année de l'enseignement primaire et de la 3e à la 6e années primaires (voir
4.1.2.).

Les objectifs


Le Décret-Missions, voté en juillet 1997, définit les objectifs de l'enseignement obligatoire. Des groupes de
travail se sont attelés à la définition de socles de compétences et d'outils d'évaluation; les projets éducatif et
pédagogique des différents pouvoirs organisateurs et les programmes d'études ont été actualisés.



En 1999, des socles de compétences correspondant à l'enseignement fondamental et au premier degré de
l'enseignement secondaire ont été adoptés. La structure des socles elle-même souligne la nécessaire
cohérence du système éducatif, en particulier la continuité des apprentissages à réaliser entre
l'enseignement fondamental et le premier degré du secondaire. Les socles concernent les différentes
matières: français, formation mathématique, éveil – initiation scientifique, langues modernes, éducation
physique, éducation par la technologie, éducation artistique, éveil – formation historique et géographique
comprenant la formation à la vie sociale et économique. Pour chacune des compétences, à chacune des
étapes un niveau d'exigence est indiqué: il s'agit de sensibiliser à l'exercice de la compétence, ou de la
certifier, ou encore de l'entretenir.



Sur ces nouvelles bases s'est engagée la préparation de nouveaux programmes, entrés en vigueur le 1er
septembre 2002.



La réglementation


Un décret-cadre voté en juillet 1998 (voir 4.1.2.) a redéfini les moyens à mettre en œuvre dans
l'enseignement maternel et primaire, ordinaire et spécial. Ce décret vise notamment à:

    ●    fixer les horaires des élèves, des enseignants et des directeurs;généraliser l'apprentissage d'une
         langue moderne autre que le français dès la cinquième année primaire;
    ●    fixer les jours de classe et les jours de congé ainsi que le nombre de jours pendant lesquels les cours
         peuvent être suspendus;
    ●    donner la possibilité aux écoles d'organiser certains cours et activités pédagogiques de la grille
         horaire en langues des signes ou dans une langue moderne autre que le français;
    ●    donner la possibilité aux écoles d'organiser, dans l'enseignement primaire, des cours d'adaptation à
         la langue de l'enseignement à raison de trois périodes par semaine au profit d'élèves apatrides, de
         nationalité étrangère ou adoptés;
    ●    donner la possibilité au pouvoir organisateur d'organiser une instance de concertation par école,
         implantation, zone ou entité selon le réseau;
    ●    modifier le calcul de l'encadrement et son affectation dans l'enseignement maternel et primaire;

                                                      134
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
    ●    modifier certaines dispositions relatives au personnel, notamment les titres requis pour les maîtres
         de seconde langue;
    ●    assurer que les heures d'éducation physique soient dispensées dans toutes les écoles en imposant la
         désignation de maîtres spéciaux.



La co-éducation


Le Décret-Missions réaffirme que les pouvoirs organisateurs doivent veiller à assurer un accès égal à toutes
les formations aux filles et aux garçons.



Les types d'établissements


Les trois réseaux d'enseignement mentionnés dans le Pacte scolaire (réseau de la Communauté française,
réseau officiel subventionné, réseau libre subventionné) organisent un enseignement primaire. Les
établissements qui reçoivent des subsides se conforment à des dispositions légales, (voir 2.8.3.). En
conséquence, la majorité des écoles sont réglementées par les mêmes normes en ce qui concerne
l'équipement et les normes sanitaires, les salaires et les niveaux de formation des enseignants,
l'encadrement, le calendrier scolaire.



La plupart des écoles primaires sont regroupées avec des écoles maternelles, constituant ainsi des
établissements d'enseignement fondamental. Dans le réseau de la Communauté française, certaines écoles
primaires ou fondamentales sont attachées à un établissement d'enseignement secondaire.



La taille des établissements est très variable. Les normes de création, de fusion, de restructuration, de scission
d'établissements sont définies par arrêté royal (voir 2.8.4.).



Les établissements primaires sont mixtes, à de très rares exceptions près.



Le développement de l'éducation. Rapport de la Communauté française de Belgique.

Direction générale de l'enseignement obligatoire, AGERS

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française déterminant la forme et les règles de délivrance du
certificat d'études de base

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les projets éducatif et pédagogique de
l'enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécial, organisé par la Communauté française

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française modifiant l’arrêté du Gouvernement de la
Communauté française du 3 mai 1999 déterminant la forme et les règles de délivrance du certificat d'études
de base

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif à l'organisation et au fonctionnement des
Commissions des programmes de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire

                                                      135
EURYBASE                                              BELGIQUE – Communauté française
Arrêté royal du 20/08/1957 coordonnant les lois sur l'enseignement primaire

Arrêté royal réglementant la rationalisation et programmation de l'enseignement maternel et primaire
ordinaire

Circulaire 2786 : Organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire (année scolaire 2009-2010)

Décret du 14/03/1995 relatif à la promotion d'une école de la réussite dans l'enseignement fondamental

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret portant confirmation des socles de compétences visées à l'article 16 du décret du 24 juillet 1997
définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et
organisant les structures propres à les at

Décret portant sur l'organisation de l'enseignement maternel et primaire ordinaire et modifiant la
réglementation de l'enseignement

Décret relatif à la promotion de la santé à l'école

Loi du 01/04/1960 organisant les centres psycho-médico-sociaux

Loi sur l'inspection médicale scolaire



4.4. Objectifs généraux

L'enseignement primaire poursuit tous les objectifs généraux fixés dans le « Décret-Missions » (voir 2.3.5.).



A l'intérieur d'une mission globale d'éducation, l'école primaire doit aujourd'hui assumer des responsabilités
accrues. Tout en assurant les apprentissages de base nécessaires à l'avenir scolaire des enfants, elle doit:

    ●    être ouverte à la vie du groupe-classe et du milieu, donner l'occasion d'exercer le maximum de
         moyens d'expression et laisser une part à l'activité spontanée;
    ●    développer l'ouverture d'esprit, la curiosité, le goût et le besoin d'apprendre, l'aptitude à percevoir
         un problème, à en définir les données, à y trouver une solution, à structurer des connaissances;
    ●    viser l'épanouissement des enfants, ce qui inclut l'affirmation de soi, les possibilités d'expression
         personnelle et d'action, la capacité de participation;
    ●    créer les conditions qui permettront à tous les enfants, quelle que soit leur origine sociale, de s'y
         sentir à l'aise, parce que reconnus par le maître et par leurs condisciples, et de poursuivre leur
         initiation sociale.



Le Décret-Missions a mis en place des groupes de travail afin de rédiger des Socles de compétences
communs aux différents réseaux, définis en fonction des objectifs assignés à l'enseignement obligatoire.



Les socles de compétence sont un « référentiel présentant de manière structurée les compétences de base à
exercer jusqu'au terme des huit premières années de l'enseignement obligatoire et celles qui sont à maîtriser
à la fin de chacune des étapes de celles-ci parce qu'elles sont considérées comme nécessaires à l'insertion
sociale et à la poursuite des études ». Garants de la démocratisation de l'école, guides de l'apprentissage et

                                                       136
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
garde-fous de l'évaluation, les socles de compétences jalonnent le difficile chemin qui doit conduire, au delà
de l'égalité d'accès à l'école, à l'égalité des résultats de l'action éducative et des exigences visées pour tous
les enfants. Les compétences à maîtriser à 8, à 12 et à 14 ans ont été définies.



Ces socles privilégient le développement de la pensée, l'enseignement qui a du sens, par rapport aux
exercices mécaniques, à la simple restitution de matières. Ils abordent les différentes disciplines: français,
formation mathématique, langues modernes, éducation physique, éducation par la technologie, éducation
artistique, éveil – formation historique et géographique comprenant la formation à la vie sociale et
économique. Ils comportent des compétences transversales et des compétences disciplinaires.

L’enseignement primaire doit poursuivre les objectifs généraux suivants :

    ●   accorder la priorité à l’apprentissage de la lecture, en privilégiant la maîtrise du sens, la production
        d’écrits et la communication;
    ●   maîtriser les outils mathématiques de base permettant la résolution de situations à problème;
    ●   amener l’enfant à atteindre les objectifs généraux de l’enseignement obligatoire à travers toutes les
        activités éducatives.


De façon à respecter la liberté des méthodes pédagogiques, une procédure de dérogation limitée a été mise
en place à partir du 1er juillet 2001: à certaines conditions, prévoyant notamment le dépôt d'une demande
précise et motivée, le maintien de la cohérence du système éducatif, de la qualité de l'enseignement, de
l'équivalence des diplômes et certificats, du respect des droits et libertés fondamentaux, et sur la base de
l'avis d'une Commission créée à cet effet, le Gouvernement peut autoriser un pouvoir organisateur à
remplacer certains modes d'apprentissage décrits dans les socles de compétences par des modes alternatifs.



Autour des socles de compétences s'articulent les programmes élaborés et approuvés par le pouvoir
normatif et subsidiant.



Par ailleurs, les différents pouvoirs organisateurs ont défini un projet éducatif et un projet pédagogique qui
concrétisent les objectifs assignés à l’enseignement par le Décret-Missions et fixent le cadre dans lequel
doivent s’inscrire les projets d’établissement (voir 2.3.5.).



4.5. Accessibilité géographique

L'accessibilité géographique des écoles, pendant la scolarité obligatoire, ne présente guère de problèmes
étant donné la forte densité de population en Belgique (voir 1.5.).



Un service de transport scolaire, transféré en 1991 aux Régions wallonne et bruxelloise, est cependant chargé
d'organiser le ramassage des élèves, à l'aller et au retour, une fois par jour, tous réseaux d'enseignement
confondus, vers l'école du libre choix la plus proche du domicile. Le tarif des abonnements est calculé sur la
base du tarif en vigueur dans les services de transports en commun. Toutefois, les enfants de moins de six
ans ou ceux qui fréquentent l'enseignement spécial bénéficient de la gratuité. Une réduction de 50 % est
prévue pour les familles qui comptent au moins trois enfants.


                                                      137
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Dispersion géographique du recrutement des écoles fondamentales subventionnées



4.6. Conditions d’admission et choix de l’établissement

Pour des informations sur l’accès à l’enseignement primaire, voir 4.6.1.; pour des informations sur le libre
choix des parents, voir 4.6.2. .



4.6.1. L’accès à l’enseignement primaire


L'enfant est admis dans l'enseignement primaire après les vacances d'été de l'année civile où il atteint l'âge
de 6 ans; cette date marque le début de l'instruction obligatoire.



Cependant, munis d'une attestation d'avis du chef d'établissement et du centre psycho-médico-social, les
parents ou responsables de l'enfant peuvent demander la fréquentation de la première année de
l'enseignement primaire dès l'âge de cinq ans accomplis ou retarder d'un an l'entrée à l'école primaire en
maintenant l'enfant un an à l'école maternelle.



L'inscription se prend au plus tard le 1er jour ouvrable du mois de septembre, mais le chef d’établissement
peut accepter des inscriptions jusqu’au 30 septembre si le retard est dû à des raisons exceptionnelles.



4.6.2. Le libre choix des parents


Le Pacte scolaire adresse des obligations aux Communautés pour garantir le libre choix des parents quant au
genre d'éducation qu'ils souhaitent voir donner à leurs enfants. La loi distingue à ce point de vue les écoles
confessionnelles, non confessionnelles et pluralistes (voir 2.3.).



Les écoles subventionnées de l'enseignement fondamental et secondaire ne peuvent refuser d'inscrire un
élève sur la base de discriminations sociales, sexuelles ou raciales, si l'élève accepte de souscrire à leur projet
éducatif.



Les établissements de la Communauté française sont tenus d'inscrire tout élève qui en fait la demande au
plus tard le 30 septembre de l'année scolaire en cours pour autant qu'il réunisse les conditions requises pour
être élève régulier. Lorsqu'un établissement de la Communauté française doit, pour des raisons d'insuffisance
de locaux disponibles, limiter le nombre d'élèves qu'il accueille, le directeur doit immédiatement en informer
l'Administration.




                                                       138
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Les établissements d'enseignement fondamental organisés par les villes et communes sont tenus d'inscrire
tout élève pour autant qu'il réussisse les conditions requises pour être élève régulier, s'il est domicilié sur le
territoire de la commune.



Le chef d'établissement qui ne peut inscrire un élève qui en fait la demande, lui remet une attestation de
demande d'inscription. L'attestation de demande d'inscription comprend les motifs du refus et l'indication
des services de l'Administration où l'élève et ses parents peuvent obtenir une assistance en vue d'inscrire
l'élève dans un autre établissement.



4.7. Aides financières aux familles

L'accès à l'enseignement fondamental est gratuit pour tous les élèves, quelle que soit leur origine; aucun frais
de scolarité ne peut être exigé. Une contribution financière des parents peut cependant être demandée pour
les repas, les transports ou les activités et gardes extrascolaires (voir 2.3.3.).Il n'existe pas d'aide financière du
type allocation d'études pour les élèves de l'enseignement fondamental.



Un ensemble d’avantages sont cependant accordés aux familles par les autorités fédérales. Les principaux
sont:

    ●    jusqu’à l’âge de 25 ans, une assurance gratuite soins de santé et des allocations familiales pour
         chaque enfant aux études;
    ●    le bénéfice d’une réduction d’impôts pour les parents et cela sans limite d’âge pour chaque enfant
         aux études fiscalement à charge;
    ●    A certaines conditions, les frais de garde des enfants de moins de 12 ans sont déductibles
         fiscalement (voir 3.7.).



4.8. Niveaux et groupes d’âge

Pour des informations sur l’âge des élèves, voir 4.8.1.; pour des informations sur les regroupements des
élèves, voir 4.8.2.; pour des informations sur les enseignants, voir 4.8.3..



4.8.1. L'âge des élèves


L'enseignement primaire est fréquenté par les enfants de 6 à 12 ans.

Certains élèves ont cependant besoin d’un temps plus long que le parcours scolaire normal de six années
pour acquérir les socles de compétences requis au terme de chacune des deux premières étapes de la
scolarité. Afin de tenir compte des rythmes d’apprentissage propres à chaque enfant, les écoles ont la
possibilité de faire bénéficier l’élève d’une année supplémentaire maximum par étape. Pour les élèves en
difficulté, la période de scolarité primaire obligatoire peut donc comprendre sept années d'enseignement
primaire voire huit, ou même neuf par dérogation.

                                                        139
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française




4.8.2. Les regroupements des élèves


L’enseignement est subdivisé en cycles (voir ##LINK$$4.13.##/LINK$$;) : le cycle est considéré comme l'unité
pédagogique de base, qui permet d’assurer la continuité des apprentissages et la pratique d’une pédagogie
différenciée. Si le travail en cycles est obligatoire, les groupements d'élèves sont propres à chaque école et
relèvent de l’organisation structurelle que celle-ci met en place pour atteindre ces objectifs.

Diverses modalités d'organisation peuvent être observées :

1.des enfants du même âge accompagnés par un titulaire pendant plus d'une année ;

2.des enfants d'âges différents pris en charge par un seul enseignant ou par plusieurs, ceux-ci encadrant le
   groupe simultanément ou alternativement ;

3.des enfants de même âge pris en charge chaque année par un titulaire différent, la continuité nécessitant
   dans ce cas une concertation étroite entre les enseignants concernés ;

4.…


Une souplesse fonctionnelle est requise pour tenir compte des besoins des élèves dans une harmonie alliant
les différentes structures : classes, cycles, établissement.

La 3e modalité est la plus fréquemment adoptée : l’enseignement primaire est généralement structuré en six
classes (ou années d’études). Des enfants d'âges différents peuvent être regroupés dans une même classe,
particulièrement dans les régions rurales, où les petites écoles ne disposent pas d'un nombre suffisant
d'enfants pour constituer six groupes. On peut ainsi voir des classes regroupant deux, trois, voire toutes les
années du primaire.




4.8.3. Les enseignants


Généralement, un même enseignant est responsable de l'ensemble des matières, à l'exception des cours
spéciaux (cours philosophiques, éducation physique, langue moderne). Il arrive cependant, très rarement,
que des enseignants se spécialisent et se répartissent les matières (assouplissement du titulariat). Lorsque
cette organisation particulière est mise en place, c’est très généralement en fin d’enseignement primaire.



Dans le cadre de l'organisation en cycles, l'enseignant suit parfois son groupe-classe pendant la durée du
cycle. Les circulaires préconisent la mise en place d'équipes d'enseignants co-gestionnaires des
apprentissages, qui travaillent en co-responsabilité vis-à-vis des enfants d'un même cycle et élaborent un
projet cohérent à l'intérieur de chaque cycle (co-titulariat).




                                                    140
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Le nombre d'enseignants subsidiés dans chaque école est défini sur la base du nombre d'élèves, mais les
pouvoirs locaux décident librement de la composition des groupes d'élèves et de l'affectation des
enseignants à ceux-ci, constituant, s'ils le souhaitent, des classes d'effectifs très différents.



4.9. Organisation du temps

Pour des informations sur l’organisation de l’année scolaire, voir 4.9.1.; pour des informations sur les horaires
hebdomadaires et journaliers, voir 4.9.2. .



4.9.1. Organisation de l’année scolaire


La Communauté française décide du début et de la fin de l'année scolaire ainsi que des jours de congés
légaux.



L'année scolaire débute généralement le 1er septembre et s'achève le 30 juin de l'année suivante. En plus des
vacances d'été qui durent deux mois, les élèves bénéficient d’une semaine de congé d’automne (début
novembre), de deux semaines de congé d’hiver (Noël), d’une semaine de congé de carnaval (février) et de
deux semaines de congé de printemps (Pâques). La date des vacances de printemps (souvent appelées «
vacances de Pâques ») est fixée, sauf disposition contraire prise pour l'année en cours, aux deux premières
semaines complètes du mois d'avril, indépendamment de la date du jour de Pâques. En outre, un certain
nombre de jours de congés sont octroyés, au cours de l'année scolaire: le jeudi de l'Ascension, le lundi de la
Pentecôte, le 27 septembre (fête de la Communauté française), le 11 novembre et le 1er mai.



Dans le programme scolaire actuel, une année scolaire comprend 182 jours de cours répartis sur 37
semaines. Le gouvernement peut fixer le nombre de jours de classe à 181 ou 183 jours.



Dans l'enseignement primaire, les cours peuvent être suspendus afin d'organiser des épreuves d'évaluation
pendant 10 jours au maximum sur l'année en 5e et en 6e primaires, pendant 5 jours au maximum sur l'année
en 2e et en 4e primaires. Pendant ces journées, les élèves sont tenus à la fréquentation normale de l'école.
Les cours peuvent être suspendus pendant 6 demis jours maximum dans l'enseignement fondamental afin
de permettre aux membres du personnel enseignant d'assister à des journées de formation.



4.9.2. Horaires hebdomadaire et journalier


Dans l'enseignement primaire, les élèves fréquentent l'école pendant 28 périodes de 50 minutes par semaine
(soit 1400 minutes par semaine). L'horaire peut comporter un maximum de 31 périodes, en particulier
lorsqu'il inclut l'étude d'une langue moderne à raison de plus de 3 périodes hebdomadaires.




                                                      141
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Chaque journée complète comprend une récréation de 15 minutes le matin et une interruption d'au moins
une heure entre les cours de la matinée et ceux de l'après-midi. Les récréations ne font pas partie des 28
périodes précitées. L'horaire doit être continu.



Le Décret-Missions précise que tout pouvoir organisateur peut autoriser les établissements d'enseignement
fondamental ou secondaire, dans le cadre de leur projet, à aménager l'horaire hebdomadaire de façon à
mettre en œuvre des activités permettant d'atteindre les objectifs généraux.



En pratique, les 28 périodes hebdomadaires de cours sont étalées sur neuf demi-journées du lundi matin au
vendredi après-midi. L'heure à laquelle l'école commence et finit est déterminée par l'autorité compétente
dans le domaine de l'éducation. Généralement, l'école dure de 9h00 à 12h00 le matin et de 13h30 à 15h30
l'après-midi, 8h30 et 16h00 représentant les heures limites maximales pour le commencement et la fin de la
journée scolaire.



Le tableau ci-dessous présente un exemple d'horaire, sans doute le plus fréquent.


                                     Exemple d’horaire hebdomadaire
                       Accueil       Cours du matin           Pause       Cours de l’après-    Accueil
                  extrascolaire des (heure de début          de midi       midi (heure de extrascolaire des
                  élèves avant les     et de fin)                         début et de fin) élèves après les
                        cours                                                                   cours
     Lundi           7H30-9H00          9H00-12H            12H-13H30       13H30-15H30          15H30-18H
     Mardi           7H30-9H00          9H00-12H            12H-13H30       13H30-15H30          15H30-18H
    Mercredi         7H30-9H00          9H00-12H                -                  -                  -
     Jeudi           7H30-9H00          9H00-12H            12H-13H30       13H30-15H30          15H30-18H
   Vendredi          7H30-9H00          9H00-12H            12H-13H30       13H30-15H00          15H30-18H
    Samedi                 -                 -                  -                  -                  -



Chaque jour, en moyenne, un élève passe à l'école 5 heures pour les apprentissages, mais certains sont
présents durant près de 9 heures. En effet, dans de nombreuses écoles, des garderies commencent dès 7h00
jusqu'au début des cours et se prolongent de la fin des cours jusqu'à 18h00. Dans les villes, la majorité des
enfants restent à l'école durant le temps de midi sous la supervision du personnel enseignant ou d'une autre
personne subsidiée par la Communauté française à raison d'une heure pour la surveillance du temps de midi.



À partir du 1er janvier 2004, une coordination de l’accueil des enfants durant leur temps libre (le mercredi
après-midi, les week-ends et les congés scolaires) et un soutien de l’accueil extrascolaire (périodes avant et
après l’école, à l’exclusion du temps de midi) se sont mis en place. Les interventions sont relatives à des zones
géographiques et se basent sur un état des lieux de l’accueil réalisé par les communes qui le souhaitent. Elles
les enfants en âge de fréquenter l'enseignement maternel, fréquentant l'enseignement primaire ou jusqu'à
douze ans. L'offre d'accueil est présentée dans un programme CLE (coordination locale pour l'enfance),
envisagé comme un programme d'accueil de l'enfance coordonné et concerté entre les parties concernées et
appliqué sur un territoire déterminé. La concertation des acteurs locaux permet de structurer l'offre d'accueil,
et favorise la mise en commun de moyens et l'établissement de synergies visant une plus grande efficience.
                                                      142
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Les opérateurs peuvent à certaines conditions bénéficier d’un soutien. Trois objectifs généraux sont
poursuivis: l’épanouissement global des enfants, la cohésion sociale par la rencontre de publics différents, la
facilitation et la consolidation de la vie familiale.



4.10. Programme d’études, matières et nombre d’heures

Pour des informations sur l’élaboration des programmes, voir 4.10.1.; pour des informations sur les matières
fixées par la loi, voir 4.10.2.; pour des informations sur l’enseignement des langues, voir 4.10.3.; pour des
informations sur les cours philosophiques et religieux, voir 4.10.4.; pour des informations sur le
développement corporel, voir 4.10.5.; pour des informations sur l’éducation aux médias, voir 4.10.6..



Programme de l'enseignement primaire (réseau officiel subventionné)

Programme des études. Enseignement fondamental.

Programme intégré adapté aux socles de compétences. Enseignement fondamental.

Socles de Compétences, Enseignement fondamental et premier degré de l'enseignement secondaire



4.10.1. L’élaboration des programmes


Les programmes d'études sont de la compétence des pouvoirs organisateurs. Ces programmes doivent être
adaptés aux objectifs généraux de l'enseignement (voir 2.3.5.) et conformes aux prescriptions du Décret-
Missions. La liberté de méthode pédagogique, garantie par le Pacte scolaire (voir 2.1.1.), permet à chaque
pouvoir organisateur de proposer à l'approbation du ministre un programme qui lui est propre. Le Décret-
Missions a créé une Commission des programmes qui vérifie si les programmes d'études, tant du réseau de la
Communauté française que des réseaux subventionnés, permettent d'atteindre les Socles de compétences



Les programmes d'études proposent des situations d'apprentissage et indiquent des contenus
d'apprentissage, qui peuvent être obligatoires ou facultatifs. Ils fournissent des orientations
méthodologiques. Les situations et contenus d'apprentissage ainsi que les orientations méthodologiques
doivent permettre d'atteindre les socles de compétences.




Le Gouvernement de la Communauté française (pour l'enseignement que celle-ci organise), le Conseil des
Communes et des Provinces (pour les pouvoirs organisateurs subventionnés officiels qui le souhaitent) et
certaines communes (Bruxelles et Verviers, notamment) disposent de programmes (complets ou partiels)
adaptés aux Socles de compétences et approuvés par le Gouvernement.



4.10.2. Les matières fixées par la loi


                                                     143
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Le Décret-Missions ne définit pas des matières, mais des domaines dans lesquels s'inscrivent les
compétences à développer: la priorité doit être accordée à l'apprentissage de la lecture centrée sur la
maîtrise du sens, à la production d'écrits et à la communication orale ainsi qu'à la maîtrise des outils
mathématiques de base dans le cadre de la résolution de problèmes; les socles doivent aussi définir les
compétences communicatives dans une langue autre que le français qui sont attendues à la fin du premier
degré .



Les autres activités éducatives s'inscrivent dans les domaines suivants, qui font partie de la formation
commune obligatoire: la structuration du temps et de l'espace, l'éducation psychomotrice et corporelle,
l'éveil puis l'initiation à l'histoire et la géographie, l'éducation artistique, l'éducation par la technologie,
l'initiation scientifique, la découverte de l'environnement, l'éducation aux médias, l'apprentissage de
comportements sociaux et de la citoyenneté.



Dans ce cadre, les Socles de compétences distinguent huit domaines: français, formation mathématique,
éveil – initiation scientifique, langues modernes, éducation physique, éducation par la technologie,
éducation artistique, éveil – formation historique et géographique comprenant la formation à la vie sociale et
économique. S'y ajoutent les cours philosophiques.



Dans l'enseignement primaire, l'horaire hebdomadaire des élèves comprend obligatoirement 2 périodes (de
50 minutes) d'éducation physique (y compris la natation), 2 périodes de cours philosophiques, de 0 à 5
périodes de cours de langue moderne (selon l'année d'études et la zone géographique – voir 4.10.3.),
auxquelles s'ajoutent les cours et activités relatifs aux autres matières.




4.10.3. L’enseignement des langues
Des cours obligatoires



En vertu des lois linguistiques de 1963, l'apprentissage d'une seconde langue est obligatoire à partir de la 3e
année primaire dans la région de Bruxelles-Capitale et dans les communes dites « à statut spécial » (voir
1.4.2.. La seconde langue y est enseignée à raison de 3 heures par semaine au deuxième degré (3e et 4e
années d'études) et de 5 heures par semaine au troisième degré (5e et 6e années d'études). Cet
enseignement peut comprendre des exercices de récapitulation des autres matières du programme. Dans la
région de Bruxelles-Capitale, la seconde langue est le néerlandais. Dans les communes wallonnes dites "de la
frontière linguistique" (voir 1.1., Comines-Warneton, Mouscron, Flobecq et Enghien), la deuxième langue est
le néerlandais. Dans les communes de Malmédy, Waimes, Baelen, Plombières et Welkenraedt, la seconde
langue peut être le néerlandais ou l'allemand. Un régime spécial est prévu pour les communes de la
périphérie bruxelloise.



Depuis 1998, dans toute la Communauté française, deux périodes par semaine au moins doivent être
consacrées à l'apprentissage à communiquer dans une langue moderne autre que le français (allemand,
anglais ou néerlandais) en 5e et 6e années primaires. Les pouvoirs organisateurs peuvent offrir une langue,

                                                     144
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
ou le choix entre deux langues. Sauf dérogation, la langue choisie ne peut être modifiée entre la 5e et la 6e
année.



Le décret sur l'enseignement fondamental prévoit que les cours de langue organisés en 5e et 6e années
primaires doivent faire l'objet d'une évaluation externe organisée sous le contrôle de l'inspection de la
Communauté française en collaboration avec les représentants des différents pouvoirs organisateurs. Entre
le 1er mai et le 30 juin 2009, les écoles primaires ont eu l’opportunité de participer avec leurs élèves de 6e
primaire à une évaluation externe non certificative en langues modernes, dans la perspective d’une
préparation à à la mise en place de l’évaluation externe prescrite par le décret.

Des cours facultatifs




Les écoles et les pouvoirs organisateurs qui le souhaitent peuvent en outre organiser l'apprentissage précoce
d'une langue étrangère, en débutant cet apprentissage dès la 1re année primaire à raison de deux périodes
par semaine, ou ajouter une période par semaine en 5e et 6e années primaires dans les communes
wallonnes qui ne jouissent pas d’un statut linguistique spécial.

Ces cours complémentaires doivent être inscrits dans le projet d’établissement si on les intègre dans l’horaire
hebdomadaire obligatoire (28 périodes). Tous les élèves concernés doivent y participer et les langues
enseignées doivent répondre aux exigences légales en vigueur dans la commune où l’école est située.

Si l'augmentation du nombre de périodes de seconde langue est supérieure à ce qui précède, il y a lieu
d’accroître l’horaire hebdomadaire jusqu’à 29, 30 ou 31 périodes.



D’autres approches




Sur autorisation du gouvernement pour l'enseignement organisé par la Communauté française ou à
l’initiative du pouvoir organisateur pour l'enseignement subventionné, une école ou une implantation peut,
à certaines conditions, dispenser certains cours dans une langue moderne autre que le français ou dans la
langue des signes, en organisant un apprentissage par immersion dans une des langues autorisées:
l'immersion est une procédure pédagogique visant à favoriser l'apprentissage d'une langue moderne en
assurant une partie des cours de la grille-horaire dans cette langue (voir 4.17.).




Allemand, anglais ou néerlandais ? Le choix d’une langue moderne dans l’enseignement fondamental.

L’enseignement des langues en Wallonie. Enjeux citoyens et chances pour l’avenir.



4.10.4. Les cours philosophiques et religieux



                                                     145
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Chaque enfant soumis à l'obligation scolaire a le droit de recevoir, à charge de la Communauté, une
éducation morale ou religieuse. Dans chaque implantation, un cours est organisé dès qu'un élève s'y inscrit,
conformément au Pacte scolaire .



Les écoles organisées par les pouvoirs publics offrent, jusqu'à la fin de l'obligation scolaire, le choix entre
l'enseignement d'une des cinq religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. Par
enseignement de la religion, il faut entendre l'enseignement de la religion (catholique, protestante, israélite,
islamique ou orthodoxe) et de la morale inspirée par cette religion. Ce choix est effectué par déclaration
signée par les parents, le tuteur ou la personne à qui est confiée la garde de l'enfant.



L'horaire hebdomadaire comprend deux périodes de religion ou deux périodes de morale. Le maître de
morale est un membre du personnel chargé du cours de morale. Le maître de religion est un ministre ou un
délégué d'un ministre d'un des cultes reconnus.



4.10.5. Le développement corporel


La place accordée à l'éducation corporelle répond au souci d'assurer un équilibre entre les différentes
activités scolaires et une utilisation optimale de l'éducation physique et sportive au sein d'une éducation
globale. L'école doit offrir un éventail d'activités où chacun peut opérer des choix. Le droit à la différence doit
être reconnu à chaque enfant pour ses aptitudes physiques. Le cours d'éducation physique comprend au
moins deux périodes hebdomadaires. Dans certaines écoles fondamentales, le temps consacré à l'éducation
physique a été doublé.



Le cours d'éducation physique est assuré par un maître d'éducation physique ou par le titulaire, s'il est
porteur du certificat de capacité correspondant à cette fonction.



4.10.6. L'éducation aux médias


La télévision et les médias sont une source d'enrichissement, de connaissances, d'ouverture sur les autres et
sur le monde et font partie intégrante de la vie des jeunes. Il convient donc d'en tirer parti et d'en faire un
facteur positif de l'éducation. Au delà de cette utilisation de l'audiovisuel comme moyen d'enseignement,
deux objectifs plus importants se dégagent: d'une part, apprendre à être un spectateur actif, un explorateur
autonome et un acteur de la communication médiatique et d'autre part utiliser l'image audiovisuelle comme
une véritable technologie au service de l'intelligence.



Les écoles primaires ont eu la possibilité de recevoir un centre cyber-médias, et de se raccorder à l'Internet en
bénéficiant d'un tarif préférentiel, mais aucun cours n'est spécifiquement orienté vers l'utilisation de ce type
de matériel.



Conseil de l'Education aux médias

                                                       146
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française



4.11. Méthodes, matériel pédagogique

Pour des informations sur les méthodes, voir 4.11.1.; pour des informations sur le matériel pédagogique, voir
4.11.2. .




4.11.1. Les méthodes: recommandations et pratiques


En vertu du Pacte scolaire, chaque pouvoir organisateur est libre en matière de méthodes pédagogiques. . Le
projet pédagogique définit les visées pédagogiques et les choix méthodologiques qui permettent à un
pouvoir organisateur de mettre en œuvre son projet éducatif. Le projet d'établissement de chaque école
concrétise le projet pédagogique du pouvoir organisateur en fonction de son contexte particulier (Voir
2.6.4.1.).




Chaque établissement d'enseignement doit permettre à chaque élève de progresser à son rythme en
pratiquant la pédagogie différenciée et l'évaluation formative. L'article 15 du Décret-Missions impose cette
pratique.



Les circulaires ministérielles recommandent les activités de groupe, des situations d'apprentissage qui
sollicitent des comportements de prise de décision sur l'ordre des tâches, de négociation sur la nature du
travail à faire, d'interactions entre élèves, une pédagogie globale, fonctionnelle, participative, différenciée, le
maintien de la stabilité de l'équipe éducative, la concertation entre enseignants et le dialogue avec les
parents.



Les textes officiels préconisent le recours aux technologies de la communication et de l'information comme
outils de développement et d'accès à l'autonomie.



Mises à part les classes qui pratiquent le travail en groupes inter-âges (et particulièrement les classes 5/8 ans)
et des techniques d'individualisation, l'enseignement primaire est largement indifférencié; tous les élèves
d'une même classe sont souvent confrontés à la même activité.



Dans certaines classes, d'autres méthodes sont utilisées:

    ●    travail de groupes pour des travaux relevant le plus souvent d'activités d'éveil (histoire, géographie,
         sciences);


                                                       147
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    travail différencié sur fichiers: c'est la lecture ou les mathématiques qui sont le plus souvent travaillés
         de cette manière;
    ●    certains programmes (logiciels) informatiques ont fait leur apparition depuis quelques années et se
         répandent de plus en plus permettant ainsi un certain degré de différenciation dans l'enseignement
         ou dans la correction.



Certaines écoles pratiquent ou s'inspirent de pédagogies particulières (Freinet, Decroly...).



Face à certains abus, un décret a précisé et donné un statut légal aux limites à respecter en matière de
travaux à domicile. Seules la lecture et la présentation des activités réalisées pendant le temps scolaire sont
autorisées pendant les deux premières années de la scolarité primaire. Par la suite, les pouvoirs organisateurs
ont la faculté, mais pas l'obligation, de prévoir des travaux à domicile adaptés au niveau d'enseignement.
Ceux-ci doivent prolonger des apprentissages déjà réalisés, prendre en compte les caractéristiques
individuelles des élèves et faire l'objet d'une évaluation rapide à caractère exclusivement formatif. Ces
travaux doivent pouvoir être réalisés sans l'aide d'un adulte, et si des documents de référence sont
nécessaires, il importe de s'assurer que chaque élève y a accès. Enfin, les élèves doivent bénéficier d'un délai
raisonnable pour la réalisation de ces travaux et la durée de ceux-ci ne peut excéder 20 à 30 minutes par jour,
selon l'année d'études.

Un décret adopté en 2007 impose l’organisation d’activités interdisciplinaires pour une citoyenneté
responsable et active au moins une fois durant chaque cycle, ainsi que la mise en place de structures
participatives pour les élèves (élection de délégués de classe par leurs pairs, conseils des délégués d’élèves
constitués des délégués des classes d’un cycle ou d’un degré) à partir de la 5e année primaire.



Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des
établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française



4.11.2. Le matériel pédagogique


La décision d'utiliser ou non un manuel, comme le choix de l'ouvrage lui-même, sont laissés à l'appréciation
des enseignants ou des pouvoirs organisateurs.Le recours aux manuels scolaires est très peu répandu, en
particulier dans les disciplines scientifiques et mathématiques. Afin d’en encourager l’utilisation par les
équipes éducatives, le décret du 19 mai 2006 a prévu un programme budgétaire spécial pour l'acquisition,
par les établissements d'enseignement fondamental de la Communauté française, de manuels scolaires
ayant reçu l'agrément indicatif de conformité. Un manuel scolaire ou une collection de manuels scolaires
peut être soumis une fois par année à la Commission de pilotage en vue d'obtenir l'agrément indicatif de
conformité.

Une demande d’agrément peut être introduite par :



    ●    un auteur ou un éditeur public ou privé de manuels scolaires;
    ●    une équipe pédagogique ou un ou plusieurs enseignants;

                                                       148
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
    ●    un service pédagogique du réseau d'enseignement organisé par la Communauté française;
    ●    un pouvoir organisateur de l'enseignement subventionné par la Communauté française ou un
         organe de représentation et de coordination des pouvoirs organisateurs de l'enseignement
         subventionné par la Communauté française;
    ●    une autre organisation ou association publique ou privée développant des actions dans le domaine
         de l'enseignement.


Les services pédagogiques de la Communauté française et ceux des différents pouvoirs organisateurs pour
l'enseignement subventionné produisent des outils pédagogiques qui permettent d'atteindre les Socles de
compétences . Ces outils pédagogiques doivent pouvoir être utilisés par n'importe quel établissement
organisé ou subventionné par la Communauté française.




Chaque école primaire a été équipée d'un centre multimédia, et grâce à des accords entre la Communauté
française, la Région wallonne, le Gouvernement fédéral et le pourvoyeur d'accès, chacune a la possibilité
d'obtenir un accès à l'Internet à des conditions très favorables. Depuis 2002, les écoles ont également la
possibilité de bénéficier de la technologie ADSL, en s'équipant d'un nouveau modem mis à leur disposition
par la Communauté française et en passant un contrat avec un fournisseur d'accès.



Deux serveurs d'informations pédagogiques ont été mis en place, l'un commun aux différents réseaux
(http://www.enseignement.be) et l'autre spécifique à l'enseignement organisé par la Communauté française
(http://www.restode.cfwb.be). Une banque de données de didacticiels avec des informations sur les produits
élaborés par les enseignants et les inspecteurs peut y être consultée.



4.12. Évaluation des élèves

L'évaluation fait partie des domaines où est garantie la liberté pédagogique de chaque réseau; dès lors
chaque pouvoir organisateur peut, dans le respect des lois, décrets et arrêtés, définir le type d'évaluation qui
sera sien et la manière de communiquer les résultats. Toutefois, l'article 15 du Décret-Missions oblige à
pratiquer l'évaluation formative.



Les Socles de compétences concrétisant la notion de niveau des études doivent aider les équipes
enseignantes responsables des élèves d'un cycle à mettre en pratique l'évaluation formative permanente, les
évaluations bilans et à les préparer à l'évaluation certificative (à 12 ans).



Le Décret-Missions a créé une Commission des outils d'évaluation relatifs aux socles de compétences
chargée de produire des batteries d'épreuves d'évaluation étalonnées correspondant aux socles de
compétences. Des outils d’évaluation préparés sous la responsabilité de commissions composées de
représentants des différents pouvoirs organisateurs proposent aux enseignants des exemples qui leur
permettent d’évaluer les compétences des élèves aux différentes étapes de l’enseignement obligatoire. Ces
outils d’évaluation sont destinés directement à l’usage des établissements scolaires et des enseignants et
sont mis à leur disposition à titre indicatif : ils indiquent le type de tâches à proposer aux élèves et le niveau


                                                      149
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
attendu à tel moment des études. Les outils, ainsi qu’une guide d’accompagnement, sont disponibles sur le
site http://www.enseignement.be.

Une Cellule administrative de pilotage organise des évaluations externes des acquis des élèves à l'entrée de
la 3e année primaire et de la 5e année. Ces évaluations permettent aux enseignants de mieux mesurer le
niveau atteint par leurs élèves et d'adapter leur enseignement en conséquence. La cellule opère une analyse
des résultats et élabore des pistes didactiques. L'inspection assure un suivi pédagogique. Certains pouvoirs
organisateurs organisent en outre des évaluations à destination des écoles dont ils sont responsables
(FédEFoC, Ville de Liège, …).



Chaque enseignant évalue ses propres élèves en fonction de ses objectifs et de son enseignement. Cela se
fait généralement après une ou plusieurs séquences d'apprentissage. Un bulletin scolaire transmis aux
parents les renseigne sur les résultats acquis, les progrès scolaires, les comportements d'apprentissage ainsi
que sur le développement de la personnalité de leur enfant. Aux observations et notations d'une évaluation
formative viennent s'ajouter les résultats des examens.

La majorité des établissements primaires organisent des examens chaque année, mais d'autres le font en fin
de cycle uniquement. Les modalités d'examens sont variables. La rédaction de l'épreuve est généralement
faite par le seul titulaire de la classe, mais la concertation avec des enseignants d'autres implantations ou
d'autres années d'études est plus fréquente pour les épreuves qui se situent en fin de cycle.



Une première évaluation sommative peut avoir lieu à la fin de la 2e année primaire. Les cours peuvent être
suspendus afin d'organiser des épreuves d'évaluation pendant 10 jours au maximum sur l'année en 5e et en
6e années primaires, pendant 5 jours maximum sur l'année en 2e et en 4e années primaires. Pendant ces
journées, les élèves sont tenus à la fréquentation normale de l'école.



Service général du Pilotage du système éducatif (AGERS)



4.13. Passage de classe
La formation de l’enseignement maternel et des huit premières années de la scolarité obligatoire constitue
un continuum pédagogique structuré en trois étapes, elles-mêmes subdivisées en cycles (voir 2.4.1.).

Ce dispositif pédagogique vise à permettre à chaque enfant de parcourir sa scolarité de manière continue, à
son rythme et sans redoublement, de l'entrée en maternelle à la fin de la 2e année primaire (Etape 1) et de
la 3e à la 6e année primaire (Etape 2) en réalisant à chacune de ces étapes les apprentissages indispensables
en référence aux Socles de compétencesdéfinissant le niveau requis des études (voir section 1.1.3.).



Pour certains élèves, un temps plus long que le parcours scolaire normal pourra s’avérer nécessaire pour
acquérir les socles de compétences requis au terme de chacune des deux étapes. Afin de tenir compte des
rythmes d’apprentissage propres à chaque enfant, les écoles ont la possibilité de faire bénéficier un élève
d’une année supplémentaire maximum par étape. Pour les élèves en difficulté, la période de scolarité
primaire obligatoire peut donc comprendre sept années d'enseignement primaire voire huit par dérogation.

L'équipe éducative, en accord avec les parents, choisit le moment le plus opportun pour décider de recourir à
cette mesure, en fonction de la situation particulière de l'enfant. La mise en place de l'année complémentaire
ne doit donc pas nécessairement se situer en fin d'étape.

                                                    150
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Cette mesure ne peut toutefois être qu'exceptionnelle et ne peut en aucun cas être confondue avec un
redoublement ; elle doit s’accompagner de la constitution d’un dossier pédagogique pour chaque élève
concerné.

A titre transitoire, en 2009-2010, un enfant maintenu en 3e maternelle durant sa première année de scolarité
obligatoire peut encore bénéficier d’une année supplémentaire au terme de la 1re ou de la 2e année primaire.



Echec et décrochage scolaire en Communauté française de Belgique.

Peut-on lutter contre l'échec scolaire ? (2e éd. rev. et aug.).

Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2

Tableau de bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques n° 1



4.14. Certification

Depuis l’année scolaire 2008-2009, tous les élèves inscrits en sixième primaire de l'enseignement ordinaire
sont soumis à l'épreuve externe commune octroyant le certificat d'études de base (CEB), de telle sorte que
tous les élèves soient évalués et certifiés sur une même base.

L’épreuve est élaborée par un groupe de travail présidé par l’inspectrice générale de l’enseignement
fondamental, qui prévoit également les consignes de passation, de correction et de réussite de l’épreuve :
dans tous les lieux de passation, les conditions doivent être les mêmes (les modalités de passation doivent
cependant être adaptées aux situations particulières rencontrées par les élèves souffrant de déficiences
sensorielles et/ou motrices).

L’épreuve externe commune porte sur la maîtrise de compétences attendues à l'issue de la deuxième étape
de l'enseignement obligatoire (Socles de compétences) et comprend nécessairement des questions relatives
au français, à la formation mathématique, à l'éveil-initiation scientifique ainsi qu'à l'éveil formation historique
et géographique comprenant la formation à la vie sociale et économique.

Un jury compétent est constitué par chaque inspecteur pour enregistrer les réussites et les échecs découlant
de l’application des consignes et délibérer dans les seuls cas où l’échec est lié à un événement fortuit ayant
pu survenir lors de la passation.

Un jury est également constitué au sein de chaque établissement d’enseignement primaire ordinaire. Ce jury
délivre obligatoirement le CEB à tout élève inscrit en 6e année primaire qui a réussi l’épreuve externe
commune. Ce jury peut décider d’accorder le CEB à un élève inscrit en 6e année primaire qui n’a pas satisfait
ou qui n’a pas pu participer en tout ou en partie à l’épreuve externe commune : il se fonde alors sur un
dossier comportant les copies des bulletins scolaires des deux dernières années, un rapport circonstancié de
l’instituteur ou de l’institutrice de l’élève, avec son avis favorable ou défavorable quant à l’attribution du CEB
et tout autre élément que le jury estime utile.

La communication aux parents d’une décision de refus d’octroi du CEB doit être accompagnée des éléments
suivants :

         ●    la motivation de la décision,
         ●    des informations sur les modalités d’un entretien organisé par l’école pour leur expliquer les
              raisons de la décision et les informer sur la poursuite de la scolarité de leur enfant, et
         ●    des informations sur les modalités d’un recours éventuel.

                                                        151
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
L'entrée dans l'enseignement secondaire n'est pas conditionnée par la détention du CEB (l'enseignement
secondaire peut d'ailleurs décerner ce certificat (voir 5.17.1.)

Circulaire 2581 : Dispositions relatives à l'octroi du Certificat d'Etudes de base (CEB) à l'issue de l'épreuve
externe commune



4.15. Orientation pédagogique

Pour des informations sur les centres psycho-médico-sociaux, voir 4.15.1.; pour des informations sur
l’inspection médicale scolaire, voir 4.15.2. .



4.15.1. Les centres psycho-médico-sociaux


Les CPMS sont des lieux d'accueil et d'écoute, où des équipes pluridisciplinaires (conseillers psycho-
pédagogiques, auxiliaires psycho-pédagogiques, auxiliaires sociaux, auxiliaires paramédicaux et médecins)
soumises au secret professionnel offrent des services gratuits.

Les CPMS des trois réseaux d'enseignement (Communauté, officiel subventionné, libre subventionné)
desservent prioritairement les établissements de leur réseau.

Chaque centre assure la guidance pour une série d'établissements scolaires. Tous les centres sont soumis à
une inspection organisée par la Communauté française.

Trois missions essentielles sont dévolues aux CPMS :

1. Promouvoir les conditions psychologiques, psycho-pédagogiques, médicales et sociales qui offrent à
   l’élève les meilleures chances de développer harmonieusement sa personnalité et de le préparer à
   assumer son rôle de citoyen autonome et responsable et à prendre une place active dans la vie sociale,
   culturelle et économique ;
2. Contribuer au processus éducatif de l’élève, tout au long de son parcours scolaire, en favorisant la mise en
   œuvre des moyens qui permettront de l’amener à progresser toujours plus et ce, dans la perspective
   d’assurer à tous des chances égales d’accès à l’émancipation sociale, citoyenne et personnelle. A cette fin
   les centres mobiliseront, entre autres, les ressources disponibles de l’environnement familial, social et
   scolaire de l’élève ;
3. Dans une optique d’orientation tout au long de la vie, soutenir l’élève dans la construction positive de son
   projet de vie personnelle, scolaire, professionnel et de son insertion socioprofessionnelle.



Les activités de chaque centre s’inscrivent nécessairement dans le cadre d’un programme commun à tous les
CPMS, du programme spécifique fixé par le pouvoir organisateur (en fonction de ses priorités et de ses
valeurs) et du projet de centre (élaboré par l’ensemble du personnel et ancré dans la réalité spécifique du
centre).



Le programme commun se fonde sur 8 axes :

1. La réponse aux demandes des consultants, dans lequel toute demande est accueillie et analysée, mais pas
   nécessairement prise en charge.
2. Les actions de prévention, notamment en synergie avec d’autres intervenants.
3. Le repérage des difficultés, en vue de promouvoir la remédiation précoce.
                                                       152
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
4. Le diagnostic et la guidance, sur la base des apports des trois disciplines qui fondent l’action de tout
   centre.
5. L’information et l’orientation scolaire et professionnelle, en collaboration avec les directions des
   établissements scolaires, dans la perspective d’une orientation positive tout au long de la vie, qui vise
   l’épanouissement de l’homme en devenir, en intégrant, tout en la dépassant, la question de l’insertion
   professionnelle.
6. Le soutien à la parentalité, centré sur l’élève et l’optimisation de son parcours scolaire.
7. L’éducation à la santé, au travers d’actions en partenariat.



Décret relatif aux missions, programmes et rapport d'activités des Centres psycho-médico-sociaux



4.15.2. L’inspection médicale scolaire


La loi rend l'inspection médicale scolaire obligatoire pour tous les élèves et le personnel des établissements
scolaires de plein exercice et en régit l'organisation.

Pour les établissements scolaires de la Communauté, l'inspection médicale scolaire est exercée par le
personnel des centres psycho-médico-sociaux de la Communauté. Un service particulier existe pour les
réseaux subventionnés.

Les tâches couvrent tout le champ de la prévention médicale dans le domaine des maladies transmissibles, le
dépistage des troubles instrumentaux et des déficiences sensorielles, intellectuelles et caractérielles, ainsi
que la promotion des conditions sanitaires et d'hygiène dans les établissements scolaires et l'élaboration de
statistiques concernant l'état de santé et de morbidité des élèves.

Lors de la première inscription d'un enfant dans un établissement scolaire, et au cours de chacune des
années lors de laquelle un bilan doit être réalisé, l'inspection médicale scolaire interroge les parents afin
d'établir son anamnèse médicale. Au début de chaque année scolaire, les parents sont informés du rôle de
l'inspection médicale scolaire et des moyens de ce service.

Les enfants passent une visite médicale en première (ou, à défaut, en deuxième) et troisième maternelle (ou,
à défaut, en première primaire), en deuxième, quatrième et sixième primaire. En cas de besoin, le médecin
peut convoquer un élève.



4.16. Secteur privé

Le secteur de l'enseignement privé au sens strict, c'est-à-dire, entièrement organisé, financé et contrôlé par
des individus ou des associations de droit privé et seulement reconnu par la Communauté est extrêmement
limité. Il existe également en Belgique des écoles internationales (et européennes) et des écoles qui
dépendent directement d'un gouvernement étranger (British School, École japonaise…).

Parallèlement s'est développé en Belgique un enseignement dit libre qui, tout en étant non public ne peut
plus être vraiment qualifié de privé, vu les rapports qu'il entretient avec l'état en matière de financement et
de contrôle (voir 2.3. et 2.8.3.). Cet enseignement libre subventionné est très majoritairement confessionnel,
et de religion catholique, mais il existe aussi quelques établissements libres subventionnés non
confessionnels, soit laïques, soit pluralistes.



                                                     153
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Excepté en ce qui concerne quelques caractéristiques, l'enseignement libre subventionné est soumis aux
mêmes règles que l'enseignement officiel subventionné.

Dans les établissements du réseau libre subventionné se réclamant d'un caractère confessionnel (très
majoritairement de religion catholique), l'horaire hebdomadaire comprend deux heures de la religion
correspondant au caractère de l'enseignement. Dans l'enseignement libre confessionnel, le cours de religion
peut être assuré par le titulaire.

L'enseignement libre confessionnel poursuit également des objectifs à caractère religieux dans la ligne de
son projet éducatif.



4.17. Variantes organisationnelles et structures alternatives

Les écoles itinérantes et l'enseignement à domicile sont quasi inexistants (quelque 300 à 340 élèves, pour le
primaire et le secondaire). L'enseignement à distance diffuse des cours destinés aux enfants de
l'enseignement primaire résidant en dehors du territoire. Quelques écoles ont adopté des méthodes
pédagogiques particulières inspirées des principes éducatifs de pédagogues tels que Decroly, Freinet ou
Steiner, dont les écoles portent généralement le nom.

De plus en plus d’écoles ou implantations mettent en œuvre l'immersion linguistique en allemand, en anglais
ou en néerlandais. Le décret du 11 mai 2007 réglemente l’enseignement en immersion. Une école
fondamentale qui organise de l'apprentissage par immersion offre la possibilité de suivre cet apprentissage
soit durant la dernière année de l'enseignement maternel et les six années de l'enseignement primaire, soit
durant les quatre dernières années de l'enseignement primaire. Une école primaire qui organise de
l'apprentissage par immersion offre la possibilité de suivre cet apprentissage soit durant les six années de
l'enseignement primaire, soit durant les quatre dernières années de l'enseignement primaire.

Les cours sont dispensés dans la langue cible à concurrence de 8 à 21 périodes de la 3e maternelle à la 2e
primaire. De la 3e à la 6e primaire, l’horaire dépend de l’année d’études à laquelle l’immersion a débuté.




                                    Elèves ayant entamé l'immersion Elèves ayant entamé l'immersion
                                       en 3e maternelle ou en 1re            en 3e primaire
                                                primaire


En 3e et 4e année primaire          Lorsqu'une partie de la grille horaire   Lorsqu'une partie de la grille horaire
                                    hebdomadaire est consacrée à             hebdomadaire est consacrée à
                                    l'apprentissage par immersion, cette     l'apprentissage par immersion, cette
                                    partie couvre au moins 8 périodes et     partie couvre au moins 12 périodes et
                                    au plus 18 périodes                      au plus 18 périodes


En 5e et 6e année primaire          Lorsqu'une partie de la grille horaire   Lorsqu'une partie de la grille horaire
                                    hebdomadaire est consacrée à             hebdomadaire est consacrée à
                                    l'apprentissage par immersion, cette     l'apprentissage par immersion, cette
                                    partie couvre au moins 8 périodes et     partie couvre au moins 12 périodes et
                                    au plus 18 périodes                      au plus 18 périodes




                                                    154
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
L'apprentissage par immersion poursuit :

    ●    En ce qui concerne les cours et activités pédagogiques assurés dans la langue de l'immersion, la
         maîtrise des compétences définies dans les socles de compétences;
    ●    En ce qui concerne la langue de l'immersion, la maîtrise des compétences liées à la communication
         orale et écrite dans cette langue définies dans les socles de compétences.

Lorsqu'une école ou une implantation d'école organise l'apprentissage par immersion, cette organisation est
mentionnée dans le projet d'établissement. L'inscription dans l'apprentissage par immersion ne peut être
soumise à aucune sélection préalable.



L’immersion linguistique dans l’enseignement fondamental en Communauté française de Belgique : l’état de
la question.

Service général de l'enseignement de promotion sociale, de l'enseignement artistique à horaire réduit et de
l'enseignement à distance (AGERS)



4.18. Données statistiques

Statistiques relatives à l’enseignement primaire ordinaire (2008 - 2009)

          Année scolaire 2008-2009                  Elèves3                Enseignants4          Écoles


Enseignement de la Communauté française              26.619                      1.957               159


Enseignement officiel subventionné                      617                        40                     2
(provincial)

Enseignement officiel subventionné                  148.402                     11.013               903
(communes)

Enseignement libre subventionné                     129.265                     21.643               672


Source : Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique, Direction générale de
l’enseignement obligatoire.



Pour des statistiques complémentaires relatives aux élèves, voir 4.18.1.; pour des statistiques relatives aux
établissements, voir 4.18.2. .



Entreprise des technologies nouvelles de l'information et de la communication (ETNIC)



4. 18.1. Les élèves
3
    Elèves inscrits au 15 janvier 2009.
4
    Personnel enseignant et personnel de direction et d’encadrement au 1er octobre 2008, en équivalents temps-
    plein (hors ACS/APE/PTP).

                                                     155
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française


Nombre d'élèves dans l'enseignement primaire ordinaire, par réseau


                        Communauté          Officiel communal
                                                                             Libre               Total
                          française            et provincial
    1999-2000                31.652              150.520                 137.008                319.180
    2000-2001                31.050              149.805                 135.007                315.862
    2001-2002                30.140              149.241                 133.079                312.460
    2002-2003                29.492              148.166                 131.534                309.192
    2003-2004                28.343              147.411                 129.898                305.652
    2004-2005                27.602              146.691                 128.406                302.699
    2005-2006                26.967              147.332                 127,633                301,932
    2006-2007                                    148.527
                             26,682                                      128,055                303,264
    2007-2008                                    148,892
                             26,658                                      128,628                304,178



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Pourcentages d'élèves redoublants dans l’enseignement primaire ordinaire, par année
d’études


                 1re année       2e année        3e année       4e année             5e année    6e année
 1999-2000         5,21%           4,84%          2,48%              3,00%            2,73%          1,94%
 2000-2001         4,18%           5,05%          2,42%              2,80%            2,53%          1,58%
 2001-2002         4,29%           5,95%          2,63%              3,02%            2,76%          1,86%
 2002-2003         5,12%           6,35%          3,34%              3,55%            3,49%          2,26%
 2003-2004         5,40%           5,90%          3,30%              3,70%            3,60%          2,50%
 2004-2005         6,30%           6,40%          4,00%              3,90%            4,10%          2,20%
 2005-2006         6,20%           5,70%          3,80%              3,70%            4,20%          2,40%
 2006-2007         6,20%           5,44%          3,88%              3,79%            4,09%          1,95%
 2007-2008         6.90%           5.21%          4.18%              4.25%            4.72%          2.24%



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Certificats d’études de base (CEB) délivrés en 2007


                         Niveau scolaire                                             Nombre de CEB

                                                   156
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française

Par les écoles primaires ordinaires                                                                43.425
Par les écoles secondaires ordinaires                                                                  3.780
Total                                                                                              47.205



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



L'enseignement en chiffres 2006-2007

Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



4. 18.2. Les établissements


Nombre d'établissements d’enseignement primaire ordinaire, par réseau


                                          Provincial         Communal
                    Communauté                                                  Libre
                                           (Officiel          (Officiel                        Total
                      française                                             subventionné
                                        subventionné)      subventionné)
   1999-2000             170                  3                  947            680            1.800
   2000-2001             171                  3                  943            675            1.792
   2001-2002             171                  3                  938            674            1.786
   2002-2003             169                  3                  919            673            1.764
   2003-2004             165                  3                  912            670            1.750
   2004-2005             164                  3                  910            664            1.741
   2005-2006             160                  3                  907            660            1.730
   2006-2007             160                  3                  909            666            1.738
   2007-2008             159                  3                  932            721            1.815



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



            Nombre d'implantations d’enseignement primaire ordinaire, par réseau


                                                                  Communal
                       Communauté        Provincial (Officiel      (Officiel        Libre
                         française         subventionné)        subventionné)   subventionné     Total
    2007-2008               236                   3                 1.870             978        3.087




                                                       157
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Nombres d’élèves par établissement et par implantation dans l’enseignement primaire
ordinaire, en 2007-2008


                                                  Officiel
                        Communauté            subventionné               Libre
                                                                                    Total
                          française            provincial et         subventionné
                                                communal
     Élèves par
   établissement             167,7                 159,2                178,4       167,6
    Élèves par
   implantation              113,0                 79,5                 131,5       98,5



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Nombre d'élèves par classe, dans l’enseignement primaire ordinaire, par réseau, en 2007-
2008


                        Communauté          Officiel communal           Libre       Total
                          française            et provincial
  Élèves par classe          13.6                  11.8                  13.6       12.7




Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française




     5. Enseignement secondaire et postsecondaire non
                        supérieur




                                                   158
EURYBASE                                                                                    BELGIQUE – Communauté française
Organisation du système éducatif en Communauté française de Belgique, 2008/09
         1    2     3     4      5   6         7          8          9        10    11   12         13         14          15         16         17         18         19         20         21          22   23   24   25   26   27



 BE fr            ENSEIGNEMENT
                  MATERNEL
                                     E N S E I G N E M E N T P R I MA I R E                   S E CO N DA I R E D E T R A N S I T I O N G É N É R A L / T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E D E Q UA L I F I C AT I O N T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E P R O F E S S I O N N E L

                                                                                                                                                               UNIVERSITÉ

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE LONG

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE CO U R T




             Préprimaire non scolaire - CITE 0                                                                            Préprimaire scolaire - CITE 0
             (autre ministère que celui de l’Éducation)                                                                   (administration scolaire)

             Primaire - CITE 1                                                                                            Structure unique - CITE 1 + CITE 2
                                                                                                                          (continuité entre CITE 1 et CITE 2)

             Secondaire inferieur général - CITE 2                                                                        Secondaire inférieur professionnel - CITE 2
             (préprofessionnel inclus)

             Secondaire supérieur général - CITE 3                                                                        Secondaire supérieur professionnel - CITE 3
             Post-secondaire non supérieur - CITE 4
             Enseignement supérieur - CITE 5A                                                                             Enseignement supérieur - CITE 5B
 Allocation aux niveaux CITE:                                                      CITE 0                                 CITE 1                                                CITE 2

             Enseignement obligatoire à temps plein                                                                             Enseignement obligatoire à temps partiel
             Temps partiel ou en alternance                                                                                                                      Année complémentaire
 -/n/-       Expérience professionnelle obligatoire + durée                                                                                                      Études à l'étranger
Source: Eurydice.




La description générale de l'enseignement secondaire qui suit concerne l'enseignement secondaire de type I,
un enseignement à temps plein suivi par la majorité des élèves. L'enseignement secondaire de type II,
également à temps plein, représente moins de 2 % du total des élèves du secondaire (spécialisé et artistique
non compris), il est décrit en 5.20..



L’enseignement secondaire de type I se compose de trois degrés de deux années chacun:

    ●        1er degré: degré d'observation (première et deuxième années);
    ●        2e degré: degré d'orientation (troisième et quatrième années);
    ●        3e degré: degré de détermination (cinquième et sixième années).



Un 4e degré de un, deux ou trois ans est organisé dans quelques établissements d'enseignement.

L'enseignement secondaire est en principe commun à tous les élèves pour les deux premières années. Afin
de permettre un parcours pédagogique différencié et mieux adapté aux besoins de certains élèves, les deux
premières années peuvent également être organisées de manière différenciée.

Au premier degré, l'enseignement est organisé en un cycle.



Aux 2e et 3e degrés, l'enseignement secondaire de plein exercice comporte quatre formes:

                                                                                                     159
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    l'enseignement général;
    ●    l'enseignement technique;
    ●    l'enseignement professionnel;
    ●    l'enseignement artistique.



On distingue deux sections:

    ●    la section de transition pour l'enseignement général, une partie de l'enseignement technique et
         artistique (de la troisième à la sixième année), appelée également « humanités générales et
         technologiques »;
    ●    la section de qualification, pour une partie de l'enseignement technique et artistique (de la troisième
         à la sixième année) ainsi que pour l'enseignement professionnel (de la deuxième à la septième
         année), appelée également « humanités professionnelles et techniques ».



La section de transition a comme finalité première la préparation à l'enseignement supérieur, tout en
sauvegardant la possibilité d'entrer dans la vie active. Dans la section de qualification, la finalité première est,
par l'obtention d'un Certificat de qualification, l'entrée dans la vie active, tout en sauvegardant la possibilité
de poursuivre des études dans l'enseignement supérieur.



L'enseignement secondaire comprend une formation commune et une formation composée d’options, dans
laquelle des cours ou des activités peuvent être groupés ou imposés par le pouvoir organisateur.



L'enseignement secondaire ordinaire est également organisé sous la forme d'un enseignement secondaire
en alternance (voir 5.20.).



La structure de l’enseignement secondaire en Communauté française est donc de 2 années (1er degré – CITE
2) plus 4 (2e et 3e degrés, section de transition ou section de qualification – CITE 3). Les descripteurs «
secondaire inférieur » et « secondaire supérieur » ont dû être utilisés, mais ne correspondent pas tout à fait à
la réalité de ce système éducatif.



5.1. Aperçu historique

Depuis la création de l'État belge (1830), l'enseignement secondaire s'est développé à la fois dans les
institutions catholiques et dans les établissements officiels. Les établissements organisaient au début
presque exclusivement les "humanités classiques" ou "anciennes".



Peu à peu, pour répondre aux besoins et aux demandes de formation de la bourgeoisie concernant les
secteurs de la vie économique et industrielle, les établissements scolaires ont introduit de nouvelles
disciplines et orientations.




                                                       160
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
En 1887, une loi a donné à l'enseignement secondaire (appelé enseignement moyen) une structure qui se
maintiendra jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale. Parallèlement aux "humanités classiques" (latin-
grec ou latin et mathématiques ou sciences) sont apparues les humanités modernes (section scientifique et
section commerciale et industrielle).



Au cours du 19e siècle, un enseignement technique indépendant de l'enseignement moyen et orienté vers
l'agriculture, l'horticulture, l'industrie et le commerce s’est développé. Il était dispensé le soir et le dimanche.
Alors que cet enseignement s'était jusqu’alors développé d'une façon incohérente, sans statut et sans
structure unitaire, à partir de 1933 les écoles techniques ont été classées en 4 catégories:

    ●    A1, A2 pour les cours de plein exercice;
    ●    B1, B2 pour les cours du soir;
    ●    C1, C2 pour les écoles de jeunes filles;
    ●    D pour les écoles et cours normaux suivis par les futurs enseignants masculins des cours techniques.



Dans l'entre-deux-guerres s’est profilé l’établissement d’une équivalence entre les "humanités classiques" au
sein desquelles le volume horaire consacré au latin et au grec allait s'amenuisant, et les "humanités
modernes". C'est également à cette époque qu’a pris naissance, dans certains milieux, l'idée d'un
rapprochement entre l'enseignement moyen et l’enseignement technique.



Après la seconde guerre, et spécialement après les années 1950-60, des sections techniques ont été créées
dans les athénées. Les lois coordonnées d'avril 1957 ont réglementé l'enseignement moyen, d'une part, et
l'enseignement technique, d'autre part. Si des passerelles entre ces deux enseignements étaient organisées,
celles-ci n’étaient empruntées que pour passer de l'enseignement moyen ou général à l'enseignement
technique et, en cas d'échec, à l'enseignement professionnel.



La loi d'omnivalence, votée en 1964, a modifié les conditions d’accès à l'université. Elle instaurait un examen
de maturité à l'issue des études moyennes, normales et de certaines filières techniques. La réussite de cet
examen permettait d’obtenir le Diplôme d'Aptitude à accéder à l'Enseignement Supérieur (DAES).



La rénovation de l'enseignement secondaire

Une importante rénovation de l'enseignement a été votée le 19 juillet 1971. Une structure d’enseignement
secondaire unique, qui sera appelée ‘enseignement rénové’ ou ‘de type I’ est créée. La réforme vise à
postposer les choix d'orientation vers l'âge de 15/16 ans. Les études sont dorénavant structurées en trois
degrés: degré d'observation, degré d'orientation et degré de détermination pour toutes les formes
d’enseignement.



Des classes d'accueil sont créées pour faciliter le passage du fondamental au secondaire. Un large choix
d'options est proposé aux élèves et certaines ne sont fréquentées que par un très petit nombre.
L'enseignement rénové se caractérise par des méthodes actives, centrées sur l'élève. Il s’est généralisé dans le
réseau de l'État en 1976. Les autres réseaux l'adopteront également dans les années qui suivent.




                                                       161
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
En 1982, un premier plan de rationalisation et de programmation de l'enseignement secondaire est voté en
vue d’organiser plus efficacement l'offre d’enseignement.



La loi sur l'obligation scolaire de 1983 modifie les conditions de fréquentation de l'enseignement secondaire
et crée un « enseignement secondaire à horaire réduit ».



Au début des années 80, différentes actions sont menées en vue d'une réforme des curriculums de
l'enseignement professionnel, devenu une filière de relégation. Un arrêté royal de juin 1984 établit des
passerelles entre chacune des années d'études de l'enseignement professionnel et la même année d'études
de l’enseignement technique ou général et donne la possibilité aux élèves de l'enseignement professionnel
d'obtenir des certificats équivalents à ceux délivrés dans les autres formes d'enseignement.



En 1992, à la suite notamment des conclusions d’un rapport de l'OCDE, la Communauté française entame
une profonde réforme de l'enseignement obligatoire qui se traduit notamment par l'adoption, en
concertation avec toutes les parties concernées, d'une stratégie globale et progressive d'actions communes
des différents réseaux.



Différentes mesures ont été adoptées: le principe d'une structuration des études en un cycle dans le degré
d'observation (voir 5.10.), une définition de Socles de compétences pour le premier degré, un resserrement
des options dans les formes techniques et professionnelles dont le nombre passe de 450 à 150, une
harmonisation des grilles horaires.



L'harmonisation des grilles horaires pour l'ensemble des établissements secondaires quel que soit leur
réseau poursuit plusieurs objectifs:

    ●   mettre un terme aux surenchères entre établissements amenés à surcharger les horaires de manière
        à séduire les familles;
    ●   assurer une polyvalence plus grande au second degré (degré d'orientation) afin de permettre aux
        élèves de mûrir leurs choix;
    ●   actualiser la formation et la rendre plus apte à favoriser la réussite des études supérieures.



L'ensemble de ces mesures doit permettre de résorber l'échec scolaire, très important en Communauté
française, et d’asseoir les connaissances de base et les facultés d'analyse et de synthèse chez tous les élèves.
Les lignes de force sont au nombre de cinq:

    ●   accorder une importance prioritaire, dans tous les cours, à la progression de tous les élèves dans la
        maîtrise de la langue française;
    ●   favoriser l'interdisciplinarité dans la perspective d'une formation globale de l'élève (connaissances,
        aptitudes à l'analyse et à la synthèse, méthodes de travail, etc.);
    ●   assurer une meilleure transition entre l'enseignement fondamental et l'enseignement secondaire;
        organiser l'évaluation sur la base des aptitudes acquises, des compétences en cours d’acquisition
        plutôt que sur des contenus particuliers;
    ●   mettre à la disposition des enseignants des outils qui leur permettent une évaluation des élèves non
        pas en fonction de la moyenne des élèves d'une classe particulière, mais en liaison avec des
        références communes à l'ensemble des établissements.

                                                     162
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


En 1994, la concertation s'engage avec les enseignants du fondamental et du premier degré du secondaire
autour d'un document de travail relatif aux socles de compétences à acquérir à 8, 12 et 14 ans. Il s'agit de
références qui à terme détermineront la notion de niveau des études et autour desquelles s'articuleront les
programmes (voir 5.4.).



La formation professionnelle est, depuis 1993, de la compétence des régions. Le programme politique du
Gouvernement wallon, par exemple, inclut dans ses priorités le développement de la formation en
alternance (apprentissage industriel et apprentissage des classes moyennes) et des synergies entre les
établissements scolaires et les entreprises.



Des expériences d'alternance s'étaient développées avec la coopération des secteurs de l'éducation
informelle depuis environ 1975. La loi sur l'obligation scolaire de 1983 a instauré l'obligation scolaire à temps
partiel. Un arrêté royal de 1984 a organisé, à titre expérimental et pour une période de deux ans,
l'enseignement secondaire en alternance. Après quelques modifications, de nouveaux arrêtés royaux ont
prolongé la phase expérimentale. Un décret de la Communauté française a permis de donner en 1991 une
organisation définitive à cet enseignement. Une charte de l'alternance a été signée en mars 1993 entre le
Ministre de l'Éducation, les représentants des différents réseaux d'enseignement, les organisations syndicales
représentatives des enseignants, les représentants des associations de parents et les représentants des
organisations patronales. Cette charte définit les rôles respectifs de l'école et de l'entreprise. Dans
l'enseignement en alternance, l'institution scolaire et l'entreprise sont associées pour réaliser la double
mission de l'enseignement: l'éducation et la formation professionnelle. Un protocole d'accord visant à
développer des expériences d'enseignement en alternance au troisième degré de l'enseignement de plein
exercice technique et professionnel a été signé à cette occasion.



Par ailleurs, différentes mesures ont été prises afin de limiter les dépenses au niveau de l'enseignement
secondaire. Les établissements de moins de 400 élèves ont été fusionnés. Le nombre d'écoles est passé de
680 à 400. Ces changements ont entraîné des pertes d’emploi. De nombreuses grèves ont perturbé la vie des
établissements durant l'année scolaire 1995/1996.



Le Décret-Missions, voté en juillet 1997, représente une étape importante dans le processus de rénovation de
l'enseignement obligatoire. Il redéfinit notamment le cadre dans lequel se déroulent les activités
d’enseignement. Différents groupes de travail ont élaboré des compétences terminales, des profils de
qualification et des profils de formation, des programmes d'études. Des outils d'évaluation ont été créés.
Deux décrets votés en 1998 ont modifié certains aspects de la réglementation de l'enseignement secondaire.
Les projets éducatif et pédagogique et les règlements des études de l'enseignement organisé par la
Communauté française ont été modifiés en 1998.



En 1999, en cohérence avec les nouveaux profils de formation, le répertoire des options de base a été
modifié.



De nouveaux accords de coopération ont été passés entre la Communauté française et la Région wallonne:
ils portent sur l’organisation d’une filière de qualification en alternance, la mise à disposition d’équipements

                                                      163
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
pédagogiques pour l’enseignement technique et professionnel et les programmes d’immersion linguistique
(pour l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur).

En 2001, l’organisation du 1er cycle de l’enseignement secondaire a été modifiée avec l’introduction d’une
1re année complémentaire; un décret a réorganisé l’enseignement secondaire en alternance; le répertoire
des profils de formation s’est étendu à d’autres professions.

En 2002, le Gouvernement a adopté 35 profils de formation: technicien en environnement, agent qualifié
dans les métiers du cheval, mécanicien automaticien, … (décret du 11 juillet 2002).

En 2003, un arrêté du gouvernement a fixé le répertoire des options de base et les modalités de la transition
entre l’ancien répertoire et le nouveau.

Évolution récente
En 2006, un décret précise l’organisation pédagogique de 1er degré de l’enseignement secondaire. Il décrit le
fonctionnement du 1er degré commun et organise la possibilité d’un 1er degré différencié.En 2007, un décret
règlemente la possibilité de l’instauration de l’enseignement en immersion linguistique dans les
établissements secondaires organisés ou subventionnés par la Communauté française. Toujours en 2007, de
nouvelles dispositions en matière d’inscriptions des élèves au 1er degré de l’enseignement secondaire sont
approuvées par le Gouvernement de la Communauté française.

En 2008, les dispositions adoptées en 2007 en matière d’inscription des élèves au 1er degré de
l’enseignement secondaire sont revues et approuvées par le Gouvernement de la Communauté française.
Par ailleurs, comme le prévoyait un décret de 2006, à partir de l’année scolaire 2008-2009 l’ensemble des
élèves de première année différenciée sont soumis à l’épreuve externe commune octroyant le certificat
d’études de base 5.10.2..



Comprendre l'enseignement secondaire, Evolution, Organisation, Analyse

Evolution comparative des législations scolaires dans les trois Communautés belges

Histoire de l'enseignement en Belgique

Décret organisant la différenciation structurelle au sein du premier degré afin d'amener l'ensemble des
élèves à la maîtrise des socles de compétences

Décret portant assentiment de l'accord de coopération du 4 juillet 2000 entre la Communauté française et la
Région wallonne relatif aux programmes d'immersion linguistique

Décret visant à réguler les inscriptions des élèves dans le 1er degré de l'enseignement secondaire et à
favoriser la mixité sociale au sein des établissements scolaires



5.2. Débats en cours

La gestion de l’hétérogénéité des compétences reste un sujet d’actualité, bon nombre d’enseignants
estimant peu applicable, malgré ses aménagements, la réforme qui a imposé l’organisation du 1er degré en
un cycle.

Dans le but de réduire les inégalités face à l’enseignement, dans le courant de l’année 2007 des dispositions
avaient été prises en matière d’inscription des élèves au 1er degré de l’enseignement secondaire. Ces
dernières ont soulevé d’importants débats tournant essentiellement autour de l’efficacité et de la

                                                    164
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
praticabilité des mesures décidées. Suite à ces débats, une nouvelle procédure a été décidée pour l’année
2008, mais celle-ci a également été contestée et de nouvelles règles ont été définies.



Echec et décrochage scolaire en Communauté française de Belgique.

Décret visant à réguler les inscriptions des élèves dans le 1er degré de l'enseignement secondaire et à
favoriser la mixité sociale au sein des établissements scolaires



5.3. Cadre législatif spécifique
Une importante rénovation de l'enseignement secondaire a été votée le 19 juillet 1971. Une structure
d’enseignement secondaire unique, qui sera appelée ‘enseignement rénové’ ou ‘de type I’, et qui a
aujourd’hui quasi complètement remplacé l’enseignement traditionnel (5), a été créée. La réforme visait
notamment à postposer les choix d'orientation vers l'âge de 15/16 ans.



Le décret du 29 juillet 1992, complété et amendé à 27 reprises jusqu’au 31 décembre 2008, organise
l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice. Il aborde les questions liées à la création et au
maintien d’établissements d’enseignement, le calcul et l’utilisation du nombre de périodes-professeurs, des
emplois de promotion au sein des établissements, du comptage des élèves et des organes de concertation
entre établissements. Depuis la rentrée scolaire de 1994, les deux premières années de l'enseignement
secondaire (degré d'observation) forment un cycle complet à l'intérieur duquel il ne peut avoir ni
redoublements, ni échecs. Un autre décret, adopté le 17 juillet 2001, redéfinit l’année complémentaire au 1er
degré, en autorisant son organisation après une première année dans le cycle (et non plus exclusivement au
terme de deux années).



Le décret du 24 juillet 1997 a défini les missions prioritaires de l’enseignement obligatoire et organisé les
structures propres à les atteindre, prévoyant notamment la définition de Socles de compétences, de
compétences terminales, de profils de qualification et de formation, qui seront progressivement adoptés
pendant les années suivantes.



En 2001, un décret réorganise l’enseignement secondaire en alternance; le répertoire des profils de
formation est étendu. En 2006, un décret précise l’organisation pédagogique de 1er degré de l’enseignement
secondaire. Il décrit le fonctionnement du 1er degré commun et organise la possibilité d’un 1er degré
différencié. En 2007, un décret règlemente la possibilité de l’instauration de l’enseignement en immersion
linguistique dans les établissements secondaires organisés ou subventionnés par la Communauté française
et depuis cette année, des décrets successifs visent à réguler les inscriptions des élèves au 1er degré de
l’enseignement secondaire.



Comprendre l'enseignement secondaire, Evolution, Organisation, Analyse

L'enseignement secondaire dans l'Union européenne : structures, organisation et administration



(5) Le présent chapitre ne concerne que l’enseignement de Type I, vu le nombre extrêmement réduit d’élèves
    fréquentant un enseignement de Type II.

                                                    165
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Le développement de l'éducation. Rapport de la Communauté française de Belgique.

Direction générale de l'enseignement obligatoire, AGERS

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française exécutant le décret du 29/7/92 portant organisation de
l'enseignement secondaire de plein exercice

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant la condition peu aisée des candidats à une allocation
d'études ainsi que les critères servant à déterminer les montants des allocations d'études

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 28 juillet 1998 portant sur l'approbation du
règlement des études de l'enseignement secondaire ordinaire de la Communauté française

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 28 juillet 1998 relatif à la convention d'insertion
socio-professionnelle des centres d'éducation et de formation en alternance

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les modèles de convention de stage en
entreprise, en application de l'article 53, 3e alinéa du décret du 24 juillet 1997 définissant les missions
prioritaires de l'enseignement fondamental et d

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les projets éducatif et pédagogique de
l'enseignement fondamental et secondaire, ordinaire et spécial, organisé par la Communauté française

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif aux attestations, rapports, certificats et brevets
délivrés au cours des études secondaires de plein exercice

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif à l'organisation de l'enseignement secondaire

Arrêté du Gouvernement du 15/05/1995 relatif aux attestations et aux certificats sanctionnant les études
secondaires de plein exercice

Arrêté ministériel du 15/05/1977 relatif à la classification des études de l'enseignement secondaire de type I

Arrêté royal du 30/03/1982 relatif aux centres d'enseignement secondaire et fixant le plan de rationalisation
et de programmation de l'enseignement secondaire de plein exercice

Arrêté royal du 30/04/1957 portant coordination des lois sur l'enseignement technique

Arrêté royal relatif à l'organisation de l'enseignement secondaire

Décret du 07/11/1983 réglant pour la Communauté française, les allocations et prêts d'études.

Décret du 31 mai 1999 portant confirmation des profils de formation du technicien en horticulture, de
l'ébéniste, de l'équipier polyvalent en restauration, du technicien en boucherie-charcuterie, de l'ouvrier
coiffeur qualifié, de l'assistant pharmac

Décret définissant les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire
et organisant les structures propres à les atteindre

Décret organisant l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit subventionné par la Communauté
française

Décret portant approbation de l'accord de coopération relatif à l'organisation d'une filière de formation
qualifiante en alternance, conclu à Namur le 18 juin 1998, entre le Gouvernement de la Communauté
française et le Gouvernement de la Région wall

Décret portant approbation de profils de formation tels que définis à l'article 6 du décret du 27 octobre 1994
organisant la concertation pour l'enseignement secondaire



                                                     166
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Décret portant confirmation de certains profils de formation définis conformément à l'article 6 du décret du
27 octobre 1994 organisant la concertation pour l'enseignement secondaire (1)

Décret portant confirmation des compétences terminales et savoirs communs requis à l'issue de la section de
qualification, les compétences terminales et savoirs requis en éducation physique à l'issue de la section de
qualification et les compétences

Décret portant confirmation des compétences terminales et savoirs requis en français, mathématiques et
latin-grec à l'issue de la section de transition

Décret portant confirmation des compétences terminales et savoirs requis en langues modernes, histoire et
géographie à l'issue de la section de transition

Décret portant confirmation des compétences terminales et savoirs requis en sciences à l'issue de la section
de transition

Décret portant confirmation des compétences terminales et savoirs requis en sciences économiques,
sciences sociales et en éducation physique à l'issue de la section de transition

Décret portant confirmation des profils de formation de conducteur/conductrice poids lourds, d'électricien
installateur-monteur/électricienne installatrice-monteuse, d'ouvrier qualifié/ouvrière qualifiée en
construction gros œoeuvre, de conducteur/con

Décret portant confirmation des profils de formation de technicien en agriculture, agent technique de la
nature et des forêts,... définis conformément à l' l'article 6 du décret du 27 octobre 1994 organisant la
concertation pour l'enseignement secondaire

Décret portant confirmation des socles de compétences et modifiant la terminologie relative à la
compétence exercée par le parlement en application des articles... définissant les missions prioritaires de
l'enseignement fondamental et de l'enseignement secondaire et organisant les structures propres à les
atteindre

Décret portant confirmation des socles de compétences visées à l'art.16 du décret du 24/07/1997 définissant
les missions prioritaires de l'enseignement fondamental et de l'enseignement sec. et organisant les
structures propres à les atteindre

Décret portant confirmation du répertoire des options groupées

Décret portant sur l'organisation de l'enseignement secondaire de plein exercice

Décret relatif à l'enseignement secondaire en alternance

Loi concernant l'obligation scolaire

Loi relative à la structure générale et à l'organisation de l'enseignement secondaire



5.4. Objectifs généraux

Au même titre que l’enseignement fondamental, l’enseignement secondaire organisé et/ou subventionné
par la Communauté française poursuit simultanément et sans hiérarchie les objectifs suivants:

    ●   promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves;
    ●   amener tous les élèves à s'approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent
        aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et
        culturelle;
                                                     167
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement
         d'une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures;
    ●    assurer à tous les élèves des chances égales d'émancipation sociale



Afin d’assurer ce quatrième objectif, le décret du 30 juin 1998 (ensuite renforcé par celui du 28 avril 2004)
prévoit des mesures dites de discriminations positives qui à partir de 2009 cèdent progressivement la place à
un encadrement différencié, plus progressif : ces décrets réglementent les distinctions opérées au bénéfice
d'établissements ou implantations d'enseignement ordinaire secondaire (en même que celles concernant les
établissements ou implantations d’enseignement ordinaire fondamental), organisés ou subventionnés par la
Communauté française, sur la base de critères sociaux, économiques, culturels et pédagogiques (voir
2.8.3.5.).



Les objectifs sont décrits pour le 1er degré (voir 5.4.1.), puis pour l’enseignement de transition (voir 5.4.2.) et
l’enseignement de qualification (voir 5.4.3.).



Décret relatif à la différenciation du financement des établissements d'enseignement fondamental et
secondaire



5.4.1. Le premier degré


Les deux années du premier degré (degré d'observation) poursuivent un quadruple but:

    ●    Assurer une large formation de base, en faisant acquérir à chaque élève, et selon son rythme propre
         l’ensemble des compétences requises;
    ●    Observer et évaluer de façon continue les aptitudes et le comportement de chaque élève;
    ●    Aider chacun à découvrir ses possibilités et ses affinités;
    ●    Permettre à l’élève de choisir au second degré l’orientation la plus épanouissante possible.



Les Socles de compétences sont définis comme un « référentiel présentant de manière structurée les
compétences de base à exercer jusqu’au terme des 8 premières années de l’enseignement obligatoire et
celles qui sont à maîtriser à la fin de chacune des étapes de celles-ci parce qu’elles sont considérées comme
nécessaires à l’insertion sociale et à la poursuite des études ». Ils constituent l’ensemble de référence qui
détermine la notion de niveau des études et autour duquel s'articulent les programmes élaborés ou
approuvés par le pouvoir normatif et subsidiant. Ces socles de compétences ont un rôle de guides de
l'apprentissage et de garde-fous de l'évaluation. Ces objectifs généraux sont identiques pour tous les
établissements et complémentaires aux traditionnels programmes qui indiquent, quant à eux, les
apprentissages nécessaires à l'atteinte de ces socles de compétences.



Les priorités sont l'apprentissage de la lecture centrée sur la maîtrise du sens, la production d'écrits et la
communication orale ainsi que la maîtrise des outils mathématiques de base dans le cadre de la résolution
de problèmes.



                                                       168
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Les socles de compétences comportent à la fois des compétences transdisciplinaires ou transversales, dont la
maîtrise progressive assure le développement de l'élève et de sa personne, et des compétences
disciplinaires, directement en rapport avec les matières enseignées dans les différents cours. Ces
compétences doivent être développées tout au cours du degré.



La structure des socles elle-même souligne la nécessaire cohérence du système éducatif, en particulier la
continuité des apprentissages à réaliser entre l’entrée à l’enseignement fondamental et le premier degré de
l’enseignement secondaire: les référentiels de l’enseignement fondamental et du premier degré du
secondaire sont présentés dans un même document (pour plus d’informations, voir 4.4.).



Le premier degré différencié, prévu pour les élèves n’ayant pas obtenu le certificat d’études de base (CEB –
voir 4.14.) vise à permettre l'intégration des élèves concernés dans le premier degré commun en vue de la
maîtrise des socles de compétences visées à 14 ans. Pour ce faire, on veillera à d'abord conduire les élèves
concernés à la maîtrise des socles de compétences visés à 12 ans.

Pour les élèves qui à l’issue du premier degré parcouru en trois ans n’ont pas acquis la maîtrise des socles de
compétences visés à 14 ans, une année spécifique de différenciation et d’orientation peut être prévue au sein
du 2e degré. Au cours de cette année de différenciation et d'orientation, les besoins particuliers de l'élève et
les difficultés qu'il rencontre sont pris en compte pour l'aider à poursuivre le développement des
compétences entamé. Il peut ainsi atteindre le niveau de maîtrise évoqué ci-avant. L'organisation de cette
année de différenciation et d'orientation vise également à aider chaque élève à élaborer un projet personnel
lui permettant de poursuivre sa scolarité. L'élaboration du projet personnel de l'élève est réalisée en
collaboration avec le centre psycho-médico-social concerné.



5.4.2. L’enseignement de transition


L’enseignement de transition (Humanités générales et technologiques) assure une formation humaniste,
dans la perspective des objectifs généraux de l'enseignement: les sections de transition ont comme finalité
première la préparation à l'enseignement supérieur, tout en sauvegardant la possibilité d'entrer dans la vie
active.



Les compétences et savoirs requis à l’issue des humanités générales et technologiques ont été définis:
compétences terminales et savoirs communs requis de l’ensemble des élèves, compétences terminales et
savoirs communs requis dans les différentes disciplines et compétences minimales en matière de
communication dans une langue moderne autre que le français.



Les compétences terminales sont définies comme un « référentiel présentant de manière structurée les
compétences dont la maîtrise à un niveau déterminé est attendue à la fin de l’enseignement secondaire » et
les compétences disciplinaires comme un « référentiel présentant de manière structurée les compétences à
acquérir dans une discipline scolaire ». Ils constituent l’ensemble de référence qui détermine la notion de
niveau des études et autour duquel s'articulent les programmes élaborés ou approuvés par le pouvoir
normatif et subsidiant. Ces référentiels ont un rôle de guides de l'apprentissage et de garde-fous de
l'évaluation. Ces objectifs généraux sont identiques pour tous les établissements et complémentaires aux
programmes qui précisent, quant à eux, les moyens à mettre en œuvre.

                                                     169
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Les compétences terminales et les savoirs requis à l’issue de la section de transition ont été définis et adoptés
par le gouvernement dans la quasi-totalité des matières et disciplines: français, mathématiques et latin-grec,
langues modernes, histoire et géographie, sciences économiques, sciences sociales, éducation physique et
sciences.



5.4.3. L’enseignement de qualification


L’enseignement de qualification (Humanités professionnelles et techniques) assure une formation
humaniste, dans la perspective des objectifs généraux de l'enseignement. Cette formation est réalisée par
des cours généraux et par l'ensemble de la formation qualifiante. La formation qualifiante vise la maîtrise des
compétences fixées par un profil de formation.



La finalité première des sections de qualification est, par l'obtention d'un Certificat de Qualification, l'entrée
dans la vie active, tout en sauvegardant la possibilité de poursuivre des études dans l'enseignement
supérieur.



Les compétences et savoirs requis en matière de formation humaniste à l’issue des humanités
professionnelles et techniques ont été définis: compétences terminales (pour une définition, voir 5.4.3.) et
savoirs communs requis de l’ensemble des élèves à l’issue de la section de qualification débouchant sur la
délivrance du Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur, compétences terminales et savoirs communs
requis de l’ensemble des élèves à l’issue de la section de qualification débouchant sur la délivrance du
certificat d’études de 6e année professionnelle et compétences minimales en matière de communication
dans une langue moderne autre que le français, lorsque l’apprentissage d’une langue moderne figure au
programme d’études, compétences et savoirs requis en éducation physique.



Parallèlement à la formation humaniste, les humanités professionnelles et techniques doivent également
développer les compétences fixées par les profils de formation: ces profils de formation sont en relation avec
les profils de qualification définis par la Commission Communautaire des Professions et Qualifications et
décrivent les activités et les compétences exercées par les travailleurs accomplis. Ces profils de formation
constituent la base de la certification.



5.5. Types d’établissements

Les quelques 500 établissements d’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice sont susceptibles de
se différencier par leur offre d’enseignement : ainsi, certains établissements n’organisent que l’enseignement
de transition, d’autres que l’enseignement de qualification; dans une même forme d’enseignement, les
options proposées peuvent varier; certains établissements n’organisent que le 1er degré. On distingue
notamment les athénées qui organisent les 2e et 3e degrés ou les trois degrés, les lycées qui organisent le 1er
degré ou les 1er et 2e degrés et les instituts techniques qui organisent les 2e et 3e degrés ou les trois degrés
des formes techniques et professionnelles. Les académies dispensent un enseignement artistique.

                                                      170
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Comprendre l'enseignement secondaire, Evolution, Organisation, Analyse



5.6. Accessibilité géographique

Pour plus d'informations, reportez-vous à la section 4.5..



5.7. Conditions d’admission et choix de l’établissement

Le Pacte scolaire adresse des obligations aux Communautés pour garantir le libre choix des parents quant au
genre d’éducation qu’ils souhaitent voir donner à leurs enfants (voir 4.6.2.).



Le conseil d'admission comporte l'ensemble des membres du personnel directeur et enseignant qui, pour
chacune des années en cause, sont chargés par le chef de l'établissement, d'apprécier les possibilités
d'admission des élèves dans une forme d'enseignement, dans une section et dans une orientation d'études.
Ce conseil est assisté par le centre psycho-médico-social (CPMS) (voir 4.15.1.).

Accès au 1er degré commun

Le premier degré commun est organisé pour les élèves titulaires du certificat d’études de base (CEB – voir
4.14.). Les élèves qui n’ont pas obtenu le CEB peuvent soit s'inscrire en 1re année commune moyennant 4
conditions cumulatives (être âgés de 12 ans, avoir fréquenté la 6e année primaire, accord des parents et du
conseil d'admission), soit s’inscrire dans un premier degré différencié dont l’objectif principal est de
permettre aux élèves qui ne sont pas porteurs du CEB de l'acquérir. Une fois le CEB acquis, l’élève peut être
orienté soit vers le 1er degré commun, soit vers une année complémentaire.



Pour la rentrée 2009, comme le précise la circulaire du 12 septembre 2008, la procédure d’inscription des
élèves de première année de l’enseignement secondaire se décline en deux phases dans la plupart des
établissements et en trois phases pour ceux d’entre eux dont les demandes d’inscriptions dépassent la
capacité d’accueil des élèves de 1re année secondaire.

Durant la première phase, s’échelonnant durant les deux premières semaines de novembre 2008, les parents
(ou la personne investie de l’autorité parentale) peuvent inscrire leur enfant dans une école à condition qu’il
bénéficie d’une des sept priorités suivantes : sœur ou frère dans l’école ; parent dans l’école ; besoins
spécifiques (handicap); fréquentation de l’internat de l’école secondaire ; fréquentation d’un centre ou d ‘un
home d’accueil (situation précaire), poursuite de l’immersion dans l’école secondaire; provenance d’une
école primaire adossée à l’école secondaire par convention.

Par la suite, durant les deux dernières semaines de novembre 2008, les inscriptions sont ouvertes à tous : plus
aucune priorité ne peut être revendiquée. Si, comme c’est le cas dans la plupart des établissements, les
demandes d’inscriptions sont inférieures au nombre de places disponibles, tous les élèves sont
définitivement inscrits. Dans le cas contraire, une troisième phase est organisée.

Durant cette troisième phase, s’étalant sur les deux premières semaines de décembre 2008, l’école procède à
un classement des élèves inscrits durant la phase 2. Ce classement est organisé de telle sorte qu’un certain
                                                      171
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
nombre de places soient réservées aux élèves domiciliés dans la commune d’une part (ce nombre est établi
sur la base du nombre d’élèves domiciliés dans la commune et inscrits dans l’établissement en première
année secondaire en 2007) et à ceux issus d’un établissement fondamental moins favorisé d’autre part (cette
proportion doit être supérieure à 15%). Un critère objectif est également choisi par l’école pour réaliser le
classement (ce choix s’effectue parmi les trois critères suivants: répartition équilibrée des enfants par classe
d’âge, critère chronologique ou critère alphabétique). Sur cette base, un certain nombre d’élèves sont inscrits
de manière définitive à concurrence des places disponibles. Les autres sont alors placés sur une liste
d’attente dans l’ordre du classement opéré.

Un décret adopté le 3 avril 2009 apporte des solutions provisoires au problème du manque de places dans
certains établissements pour l’année 2009-2010, tout en postposant les premières étapes des inscriptions
pour 2010-2011 de façon à donner au nouveau gouvernement qui serait mis en place suite aux élections de
juin 2009 le temps de revoir la procédure. Pour la rentrée 2009-2010, d’une part le décret permet aux écoles
qui le souhaitent d’augmenter le nombre d’élèves inscrits en 1re année et leur accorde l’encadrement
permettant de le faire et d’autre part met en place un dispositif de nature à remédier au problème créé par
les « inscriptions multiples » (blocage de plusieurs places par un même élève inscrit dans plus d’un
établissement). Lorsqu’un élève est classé en ordre utile dans plusieurs établissements, les parents sont
invités à informer ceux-ci de leur choix ; les parents peuvent aussi être invités à classer par ordre de
préférence les établissements dans lesquels ils sont encore en demande d’inscription (à défaut d’une
réponse, toutes les écoles sont considérées comme étant sur le même pied).



Décret visant à réguler les inscriptions des élèves dans le 1er degré de l'enseignement secondaire et à
favoriser la mixité sociale au sein des établissements scolaires



Trop de disparités d'une école à l'autre au début de l'enseignement secondaire en Communauté française de
Belgique



Accès au 1er degré différencié


Le premier degré différencié est accessible aux élèves qui ne sont pas titulaires du certificat d'études de base
(voir 4.14.) et qui ont suivi la sixième année de l'enseignement primaire ou qui sont âgés de douze ans au
moins avant le 31 décembre de l'année scolaire qui suit sans avoir fréquenté la sixième année de
l'enseignement primaire.




Décret organisant la différenciation structurelle au sein du premier degré afin d'amener l'ensemble des
élèves à la maîtrise des socles de compétences



5.8. Droits d’inscription et/ou de scolarité

Pendant la période d'obligation scolaire, l'accès à l'enseignement organisé ou subventionné par le
Communauté française est gratuit; aucun frais de scolarité ne peut être exigé. Seuls les étudiants non-

                                                     172
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
ressortissants de l'Union européenne et qui viennent seuls en Belgique pour y poursuivre des études doivent
honorer un droit d'inscription spécifique. Les Communautés prennent en charge une partie du coût des
fournitures classiques.



Dans l'enseignement secondaire, le remboursement de certains frais réclamés à leur coût réel peut
cependant être demandé aux parents:

    ●   les frais pour certains services ou fournitures liés au projet pédagogique pour autant qu’ils soient
        facultatifs (par exemple l’abonnement à une revue liée au projet pédagogique du pouvoir
        organisateur);
    ●   les droits d'accès à la piscine et aux activités culturelles et sportives s'inscrivant dans le projet
        pédagogique pouvoir organisateur ou dans le projet d'établissement ainsi que les déplacements qui
        y sont liés;
    ●   les photocopies distribuées aux élèves (un montant maximum annuel par élève est fixé par le
        gouvernement);
    ●   le prêt de livres scolaires, d'équipements personnels et d'outillage.




Le non-paiement des frais ne peut en aucun cas constituer un motif de refus d'inscription ou d'exclusion.

Sous réserve de remplir certaines conditions pédagogiques et financières, l’élève de l’enseignement
secondaire peut bénéficier d’allocations ou de prêts d’études accordés par le Ministère de la Communauté
française.



Parmi les frais totalement interdits et ne pouvant pas être réclamés figurent:

    ●   Les frais afférents au fonctionnement, à l’équipement et à l’encadrement des établissements
        scolaires;
    ●   La distribution et l’achat de manuels scolaires;
    ●   La distribution et l’achat de fournitures scolaires.



Les pouvoirs organisateurs peuvent mettre en place un paiement forfaitaire correspondant au coût moyen
réel pour ces différents frais.



Le Décret-Missions précise cependant que, dans la perception des frais, les pouvoirs organisateurs sont tenus
de veiller à ce que les établissements prennent en compte les origines sociales et culturelles des élèves afin
d'assurer à chacun des chances égales d'insertion sociale, professionnelle et culturelle. Par ailleurs, le non-
paiement des frais précités ne peut en aucun cas constituer un motif de refus d’inscription ou d’exclusion, ni
même d'interdiction de participer à l’ensemble des activités obligatoires. De plus, le conseil de participation
(voir 7.1.1.) de chaque établissement scolaire est également invité à mener une réflexion globale sur les frais
réclamés en cours d'année, notamment ceux qui sont liés à des activités culturelles et sportives s'inscrivant
dans le projet d'établissement, à étudier et à proposer la mise en place de mécanismes de solidarité entre les
élèves pour le paiement de ces frais. Tous les établissements scolaires sont également tenus, avant le début
de chaque année scolaire, de fournir par écrit à chaque élève et à sa famille, une estimation moyenne du
montant des frais qui leur seront réclamés ainsi que leur ventilation.


                                                     173
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Les garderies organisées dans les établissements des niveaux fondamental et secondaire avant et après les
périodes d’enseignement sont parfois payantes. Certains établissements proposent des repas chauds
payants aux enfants qui mangent à l'école à midi.



Les taux de participation minimums des élèves aux classes de dépaysement et de découverte et aux activités
extérieures à l’établissement organisées durant l’années scolaire et/ou dans le cadre des programmes
d’études en Belgique et à l’étranger sont de 90% pour les trois types d’enseignement secondaire.



Une intervention dans les frais de déplacement est prévue pour les élèves soumis à l'obligation scolaire ne
trouvant pas d'établissement scolaire de leur choix à une distance raisonnable de leur domicile.



Circulaire 1461 : Gratuité de l’enseignement obligatoire et égalité des chances : coût de la scolarité à charge
des familles



5.9. Aides financières aux élèves

Un ensemble d’avantages sont accordés aux familles par les autorités fédérales. Les principaux sont:

    ●   jusqu’à l’âge de 25 ans, une assurance gratuite soins de santé et des allocations familiales pour
        chaque enfant aux études;
    ●   le bénéfice d’une réduction d’impôts pour les parents et cela sans limite d’âge pour chaque enfant
        aux études fiscalement à charge.



Dès l’instant où un enfant poursuit avec fruit des études, il a droit à l’aide matérielle et financière de la
collectivité si ses parents ne peuvent lui assurer la possibilité de continuer normalement sa scolarité en raison
de l’insuffisance de leurs revenus.



Service des allocations et prêts d'études



A. Les allocations d’études


Depuis 1971, tous les étudiants inscrits comme élèves réguliers dans l’enseignement secondaire de plein
exercice peuvent bénéficier d’une allocation d’études aux conditions suivantes:

    ●   L’allocation n’est pas accordée pour un élève qui répète une année d’étude au niveau égal ou
        inférieur (sauf si le candidat passe d’une année supérieure de l’enseignement professionnel à
        l’année juste inférieure dans l’enseignement général, artistique ou technique). Toutefois, après un
        premier échec, le candidat retrouve le droit à la bourse suite à une réussite. Au niveau secondaire, un
        seul échec est accepté.

                                                      174
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●   L’élève doit être de condition peu aisée, c’est-à-dire que ses ressources ou celles des personnes qui
        en ont la charge ou y pourvoient, n'excèdent pas un montant fixé par l'Exécutif.
    ●   Les montants accordés varient selon la condition d’interne ou d’externe, le niveau scolaire et la
        forme d’enseignement.
    ●   Les demandes doivent être adressées au gouverneur de la province dans laquelle se situe
        l’établissement.



Les ayants droit sont les étudiants belges et les ressortissants de l’Union européenne, ainsi que les étudiants
réfugiés politiques installés en Belgique depuis un an au moins. S’y ajoutent les étudiants turcs et originaires
des pays en voie de développement qui, au premier octobre, résident depuis cinq ans au moins en Belgique
et y ont accompli au moins cinq années d’études.



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



B. Les prêts d’études


Le système du prêt d’études permet une prise en charge financière pour les familles qui comptent au moins
trois enfants à charge. Les prêts d’études sont attribués selon des critères très semblables à ceux qui
s’appliquent au cas des allocations d’études. Le montant des prêts varie en fonction du niveau des études,
des besoins des emprunteurs et de leurs possibilités de remboursement, sur la base d’un échelonnement en
dix versements semestriels, à l’issue des études, et d’un intérêt fixé au taux de 4 % par an.



5.10. Cycles et groupes d’âge

Les classes sont théoriquement organisées par groupes d'âge et par matières. Cependant, à cause du
redoublement, les classes comprennent souvent des élèves d'âges différents.

Des professeurs différents prenant en charge les différentes disciplines, toutes les 50 minutes, l'élève est
susceptible de changer de professeur. Chaque élève est susceptible de faire partie de groupes différents
selon la forme d’enseignement fréquentée et les options choisies. Dans la plupart des établissements, les
élèves changent de local à plusieurs reprises au cours de chaque journée.



Les effectifs des classes varient en fonction des regroupements d’élèves et des options qui leur sont offertes,
mais certains maximas ont été fixés.



5.10.1. Le premier degré commun


Les élèves accomplissent normalement le 1er degré en deux ans seulement. Le conseil de classe peut décider
d’orienter l’élève, au terme de la 1re année, vers une année complémentaire au terme de laquelle celui-ci soit

                                                     175
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
est autorisé à passer en 2e année commune, soit reçoit une attestation de réussite du 1er degré de
l’enseignement secondaire. Une année complémentaire au 1er degré est aussi organisée pour les élèves qui
n'ont pas atteint en fin de 2e année commune le niveau requis par les socles de compétences. L’élève amené
à parcourir le premier degré de l’enseignement secondaire en trois ans plutôt qu’en deux peut suivre l’année
complémentaire adapté à ses besoins d’apprentissage dans le même établissement. En aucun cas, il ne peut
rester plus de trois années dans le premier degré commun.



Les élèves qui fréquentent le premier degré commun et qui n’ont pas redoublé de classe ont entre 12 et 14
ans.



Aucune classe du 1er degré commun ne peut compter plus de 24 élèves.



Enquête menée en septembre 1995 dans les écoles secondaires engagées dans la réforme du 1er degré
depuis septembre 1993



5.10.2. Le premier degré différencié


Pour les élèves qui n’ont pas obtenu le certificat d’études de base (CEB – voir 4.14.) dans l’enseignement
primaire, un premier degré différencié avec un programme adapté est organisé dans le but de leur permettre
d’obtenir ce certificat. Ce premier degré différencié est composé deux années. A la fin de la première année
différenciée, s’ils obtiennent le CEB, les élèves peuvent entrer en première année commune ou entrer dans
l’année complémentaire organisée à l’issue de la première année commune. S’ils n’ont pas obtenu le CEB, ils
sont orientés vers la deuxième année différenciée. En aucun cas, les élèves ne peuvent rester plus de trois
années dans le premier degré différencié.

Les élèves qui fréquentent le premier degré différencié sont en moyenne plus âgés que leurs condisciples du
1er degré commun car ils ont plus souvent redoublé au cours de leur scolarité primaire.



La taille des classes du premier degré différencié est réduite à 15 élèves en première année et à 18 élèves en
deuxième année.



Décret favorisant l'organisation du premier degré et prenant diverses mesures en matière d'enseignement



5.10.3. Les 2e et 3e degrés


Les élèves qui fréquentent l’enseignement de transition et qui n’ont pas redoublé de classe ont entre 14 et
16 ans (2e degré) ou entre 16 et 18 ans (3e degré). Les élèves qui fréquentent la section de qualification sont
généralement plus âgés que ceux qui sont inscrits dans la section de transition, car ils ont en moyenne connu
davantage de redoublements.



                                                     176
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Dans l’enseignement général, le nombre maximum moyen d’élèves par classe est de 27 (2e degré) ou de 30
(3e degré), mais de 16 pour les laboratoires. Dans l’enseignement de qualification, le nombre maximum
moyen d’élèves par classe est de 27 (dans l’enseignement professionnel, de 20 au 2e degré et de 24 au 3e
degré), mais de 16 pour les laboratoires, de 12 pour certains cours de pratique A



5.11. Spécialisation dans les études

La spécialisation dans les études est décrite en fonction du niveau et de la filière: pour le 1er degré, voir
5.11.1., pour l’enseignement de transition, voir 5.11.2. pour l’enseignement de qualification, voir 5.11.3. et
pour l'enseignement post-secondaire non supérieur, voir 5.11.4..



Comment les filières peuvent conduire à des inégalités de résultats. In Demeuse, M., Baye, A., Straeten, M.-H.,
Nicaise, J. (Eds.). Efficacité et équité des systèmes d'enseignement et de formation.



5.11.1. Le premier degré et l'année spécifique de différenciation et
d'orientation
Une réforme récente de l’organisation du 1er degré de l’enseignement secondaire vise à conduire tous les
élèves, et notamment ceux qui éprouvent des difficultés, à la maîtrise des compétences attendues à la fin de
la 3e étape du continuum pédagogique (CE1D), telles que définies dans les socles de compétences.



A. Le premier degré commun
La première année commune (1C) et la deuxième année commune (2C) sont constituées de 28 périodes de
formation commune et de 4 périodes d’activités complémentaires relevant obligatoirement de l’un des
quatre domaines suivants : français ; langue moderne ; sciences, mathématiques, formation à la vie sociale et
économique et éducation par la technologie ; activités sportives ou artistiques.

A certaines conditions, les activités complémentaires peuvent être remplacées par d’autres activités et un
maximum de deux heures de remédiation peut être ajouté à l’horaire de certains élèves.

Une année complémentaire (1S ou 2S) peut être organisée au terme de la première ou de la deuxième année
commune au bénéfice des élèves qui éprouvent des difficultés à atteindre les compétences visées à la fin de
la 3e étape du continuum pédagogique. L'année complémentaire doit aider l'élève à combler les lacunes
constatées et à s'approprier des stratégies d'apprentissage efficaces. La grille-horaire prend en compte les
besoins spécifiques de l’élève et celui-ci bénéficie d'un plan individuel d'apprentissage,

Pour les grilles-horaires du 1er degré commun, voir 5.13.1.



Circulaire 2361 : Enseignement secondaire organisé par la CF (année 2008-2009)



B. Le premier degré différencié



                                                      177
EURYBASE                                              BELGIQUE – Communauté française
Le premier degré différencié vise prioritairement à permettre aux élèves qui ne sont pas porteurs du certificat
d'études de base (CEB) de l'acquérir. Une fois titulaire du CEB, l'élève intégrera le parcours commun (1C ou
2C). Toutefois, ce premier degré différencié vise aussi à permettre à chacun l'accès tant à l'enseignement
qualifiant qu'à l'enseignement de transition.

Les grilles-horaires tiennent compte de l'importance accordée à l'acquisition des compétences de base,
particulièrement en français et en mathématiques tout en accordant une souplesse suffisante pour
permettre une adaptation des grilles aux spécificités des élèves.

Pour les grilles-horaires du 1er degré différencié, voir 5.13.2.

C. L’année spécifique de différenciation et d'orientation (3S-DO)
Pour les élèves qui, après avoir fréquenté le premier degré durant trois ans et n'ont pas atteint le niveau de
maîtrise attendu, une année spécifique de différenciation et d'orientation (3S-DO) est organisée au sein du
deuxième degré.

Cette année doit aider l'élève à acquérir la maîtrise des compétences visées à la fin de la troisième étape du
continuum pédagogique et à élaborer, en collaboration avec le centre psycho-médico-social concerné, un
projet personnel lui permettant de poursuivre sa scolarité.

La grille-horaire de la 3S-DO est adaptée afin que l'élève découvre concrètement le monde professionnel, les
métiers, les formations et les diplômes et élabore un projet de vie en lien avec une orientation tant dans
l'enseignement de transition que de qualification.

Pour les grilles-horaires de la 3S-DO, voir 5.13.3.




5.11.3. L’enseignement de transition


L'enseignement de transition comporte trois formes (général, technique et artistique) et deux degré
(deuxième degré ou degré d’orientation et troisième degré ou degré de détermination). ). Les sections de
transition préparent à la poursuite des études dans l'enseignement supérieur, tout en offrant des possibilités
d'entrer dans la vie active. Au deuxième degré (degré d'orientation), la formation commune à l’ensemble
des élèves de la section de transition se réduit, tandis que la partie optionnelle (options de base simples ou
groupées et activités au choix) s'élargit.

Dans l’enseignement secondaire de transition, des grilles horaires harmonisées pour tous les réseaux ont
notamment comme objectif d'assurer une polyvalence plus grande au deuxième degré afin de permettre
aux élèves de mûrir leur choix. Les cours généraux y sont encore nombreux.

Dans la forme générale, il n'y a pas d'options groupées, mais bien un éventail d'options de base simples
(langue moderne II, latin, éducation physique, … généralement à raison de 4 périodes par semaine) et
d’activités au choix (Éducation artistique, Initiation à l’informatique, Activités liées au projet spécifique de
l’établissement, … généralement à raison de 1 ou 2 périodes par semaine).

Dans la forme technique et la forme artistique, différentes options de base groupées (7 à 11 périodes par
semaine) sont en outre proposées: Sciences agronomiques; Scientifique industrielle (électromécanique);
Électronique informatique; Scientifique industrielle (construction et travaux publics); Audio-visuel; Arts; Arts
                                                         178
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
graphiques; Sciences économiques appliquées; Sciences sociales et éducatives; Sciences paramédicales;
Sciences appliquées; Éducation physique, Sport-Études; Biotechnique, Humanités artistiques (musiques,
danse ou théâtre et arts de la parole) dans la forme technique, Arts-Sciences et Danse dans la forme
artistique.

Au seuil du troisième degré (degré de détermination), les élèves déterminent leur choix face aux
orientations d'études qui leur sont offertes; le programme de la formation commune à l’ensemble des élèves
de la section de transition (religion/morale, français, formation historique et géographique et éducation
physique, ainsi qu’au moins un cours de langue moderne, un cours de mathématiques et un cours de
sciences, ces deux derniers à raison d’un nombre de périodes hebdomadaire variable) rétrécit à nouveau au
bénéfice de la formation optionnelle qui constitue l'orientation d'études.

Dans l'enseignement général du troisième degré, deux possibilités sont offertes:

    ●    les formations à dominantes intégrées avec plusieurs orientations possibles: Orientation à
         dominante langues modernes, Orientation à dominante scientifique, Orientation à dominante
         classique, Orientation à dominante économique, Orientation à dominante sciences humaines,
         Orientation à dominante artistique, Orientation à dominante éducation physique.
    ●    les formations à combinaisons d'options: la possibilité est en effet laissée aux établissements de
         combiner des éléments des différentes orientations mentionnées ci-dessus sous réserve de
         comporter certains cours. Dans l’enseignement organisé par la Communauté française,
         l’organisation d’une formation à combinaison d’options est soumise à autorisation et doit répondre
         à la situation particulière d’un élève.

Dans l'enseignement technique du troisième degré de transition, le choix est offert entre les options
groupées suivantes: Sciences agronomiques, Scientifique industrielle: électromécanique, Électronique
informatique, Scientifique industrielle: construction et travaux publics, Audiovisuel, Arts, Arts graphiques,
Sciences économiques appliquées, Sciences sociales et éducatives, Sciences appliquées, Sciences-
informatique, Chimie industrielle, Sciences paramédicales, Éducation physique, Sport-Études, Bio-technique,
Sciences appliquées, Science informatique, Chimie industrielle. Dans l'enseignement artistique du troisième
degré de transition, le choix est offert entre les options groupées suivantes : Arts-sciences et Danse. Dans
l'enseignement du deuxième degré de transition, le choix est le même à l’exception des options Sciences
paramédicales et Chimie indistrielle qui ne sont pas offertes.



Les deux années du troisième degré de transition doivent être suivies dans la même orientation d’études et
avec la même grille horaire. Une année de réorientation est possible au niveau de la quatrième année.

Au terme de la 6e année de l’enseignement secondaire de transition, les établissements d’enseignement
secondaire peuvent organiser des 7es années préparatoires à l’enseignement supérieur.Les titulaires du
Certificat d'enseignement secondaire supérieur (CESS) peuvent être admis comme élèves réguliers dans la 7e
année préparatoire à l'enseignement supérieur (année spéciale de mathématique, de sciences, de langues
modernes). Une 7e préparatoire à l'enseignement supérieur des arts du spectacle et des techniques de
diffusion est également organisée dans certains établissements. Le curriculum des années d’études
préparatoires à l’enseignement supérieur comporte un nombre important d’heures de cours préparant à
l’orientation choisie, ainsi que quelques activités au choix.

Pour les grilles-horaires de l’enseignement de transition, voir 5.13.4.



5.11.4. L’enseignement de qualification


                                                       179
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
L'enseignement de qualification comporte trois formes: technique, artistique et professionnel. Les sections
de qualification préparent à l'entrée dans la vie active tout en permettant la poursuite d'études jusqu'au
niveau de l'enseignement supérieur.



Dans l’enseignement de qualification (par opposition à l’enseignement technique de transition ou à
l’enseignement artistique de transition), les options de base groupées représentent un nombre élevé de
périodes hebdomadaires (de 17 à 26 périodes).

La Commission communautaire des professions et des qualifications a défini des profils de qualification
(profils décrivant les activités et les compétences exercées par des travailleurs accomplis tels qu'ils se
trouvent dans l'entreprise) et des profils de formation (l'ensemble des compétences à acquérir en vue de la
délivrance                    du                  certificat               de                 qualification)
(http://www.enseignement.be/prof/info/documentation/profils_menu_sec1.asp).



A chaque profil de formation correspond un profil de qualification définissant les compétences à atteindre en
fin de formation. Neuf secteurs d'études sont proposés dans l'enseignement de qualification tant technique
que professionnel. Ces secteurs sont encore partagés en sous-secteurs auxquels sont associés des métiers
différents selon la forme d’enseignement.




                                                                  Métiers


                                 Enseignement technique de
            Secteur                                                         Enseignement professionnel
                                        qualification


Agronomie                   Technicien en horticulture, Technicien      Ouvrier qualifié en horticulture,
                            en agriculture, ...                         Ouvrier qualifié en agriculture, ...


Industrie                   Technicien en industrie graphique,          Mécanicien d’entretien, Armurier, ...
                            Technicien de l’automobile, ...


Construction                Technicien des industries du bois,          Ouvrier qualifié en construction – Gros
                            Dessinateur en construction, ...            œuvre, Ébéniste, Conducteur d'engins
                                                                        de chantier, Menuisier ...


Hôtellerie-Alimentation     Hôtelier-restaurateur, ...                  Boucher - charcutier, Équipier
                                                                        polyvalent en restauration ...


Habillement et textile      Conducteur de machines de                   Vendeur-retoucheur, Agent qualifié en
                            fabrication de produits textiles, Agent     confection ...
                            technique en mode et création …


Arts appliqués              Art et structure de l'habitat, Technicien   Assistant aux métiers de la publicité,
                            en infographie, ...                         Bijoutier-joaillier...


Economie                    Agent en accueil et tourisme,               Vendeur, Auxiliaire administratif et


                                                         180
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
                              Technicien de bureau ...                   d’accueil ...


Services aux personnes        Agent d’éducation, Aspirant en             Auxiliaire familial et sanitaire,
                              nursing, ...                               Puériculture...


Sciences appliquées           Opticien, Assistant pharmaceutico-         Opérateur de production des
                              technique, …                               entreprises agro-alimentaires




A titre d’exemple, dans l'enseignement technique du troisième degré de qualification du réseau de la
Communauté française, le choix est offert entre les options groupées suivantes: Sciences agronomiques
(secteur : agronomie) ; Scientifique industrielle: électromécanique, Électronique informatique (Industrie) ;
Scientifique industrielle: construction et travaux publics (Construction), Audiovisuel, Arts, Arts graphiques
(Arts appliqués) ;Sciences économiques appliquées (Economie) ; Sciences sociales et éducatives, Sciences
paramédicales, Éducation physique, Sport-Études (Services aux personnes) ; Sciences appliquées, Science
informatique, Chimie industrielle, Biotechnique (Sciences appliquées) ; Humanités artistiques : Danse,
Humanités artistiques : Musique, Humanités artistiques : Théâtre et arts de la parole, Humanités sportives de
haut niveau (Variantes A à D) (Divers).




Les deux années du troisième degré de qualification doivent être suivies dans la même orientation d’études
et avec la même grille horaire (à l’exception du passage de la 5e année technique de qualification à la 6e
année professionnelle ou d’un changement d’orientation d’études entre la 5e et la 6e années
professionnelles, pour autant que la correspondance des orientations d’études ait été établie par des
dispositions réglementaires). Une année de réorientation est possible au niveau de la quatrième année.

A l'issue du troisième degré, sont organisées:

    ●    des années de perfectionnement ou de spécialisation;
    ●    une septième année au terme du troisième degré de l'enseignement professionnel en vue
         d'obtenir le Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur (CESS).



Un quatrième degré est organisé dans l'enseignement professionnel complémentaire de plein exercice
dans quelques établissements pour certaines filières de formation comme les études d’infirmier(e)s
hospitalières, infirmier(e)s hospitalières - orientation santé mentale et psychanalyse. Il compte 3 années
d’études précédées éventuellement d'une année préparatoire.

Pour les grilles-horaires de l’enseignement de qualification, voir 5.13.5.



Décret du 26/10/2007 portant confirmation de certains profils de formation définis conformément à l'article
6 du décret du 27 octobre 1994 organisant la concertation pour l'enseignement secondaire



5.12. Organisation du temps


                                                         181
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Les informations relatives à l'organisation du temps sont scindées selon qu'il s'agit de l'organisation de
l'année scolaire (voir 5.12.1.) ou des horaires hebdomadaire et journalier (voir 5.12.2.).



5.12.1. Organisation de l’année scolaire


Sur les 37 semaines (182 jours) que compte l'année scolaire, les élèves assistent à un minimum de 849 heures
de cours (horaire à 28 périodes de 50 minutes hebdomadaires).



Pour les autres informations sur l’organisation de l’année scolaire, voir 4.9.1..



5.12.2. Horaires hebdomadaire et journalier


Dans l’enseignement secondaire de plein exercice, l’horaire hebdomadaire de l’élève comporte au minimum
28 périodes de 50 minutes. A tous les niveaux et dans toutes les filières, 2 périodes hebdomadaires de
remédiation au plus peuvent s’ajouter aux maximums autorisés.



Dans l’enseignement général, l’horaire hebdomadaire au degré d’observation est de minimum 28, maximum
32 ou 34 périodes. Dans l’enseignement organisé par la Communauté française, en 1re année différenciée, le
minimum est porté à 32 périodes (34 en 2e professionnelle); dans l’enseignement subventionné, le minimum
varie de 28 à 32, en 1re année différenciée et de 28 à 36, en 2e professionnelle.



Aux deuxième (degré d’orientation) et troisième degrés (degré de détermination), le maximum varie de 32
périodes (dans l’enseignement général) à 36 selon la filière, les options choisies, le degré et le réseau.



Le Décret-Missions précise que tout pouvoir organisateur peut autoriser les établissements d’enseignement
fondamental ou secondaire, dans le cadre de leur projet, à aménager l’horaire hebdomadaire de façon à
mettre en œuvre des activités permettant d’atteindre les objectifs généraux. A l'exception des cours de
religion et de morale ainsi que du cours d'éducation physique, les nombres de périodes hebdomadaires
prévus dans la grille peuvent être transformés en un volume de périodes-année (modules trimestriels ou
semestriels) pour les cours comportant moins de trois périodes hebdomadaires. L'organisation de l'horaire
hebdomadaire est adaptée en conséquence. Cette organisation doit permettre une plus grande motivation
des élèves, une personnalisation des interventions des enseignants et une diversification des méthodes. Sous
réserve de conserver sur le degré l'équilibre de la formation, l'horaire hebdomadaire peut être adapté afin de
permettre la réalisation de projets interdisciplinaires.



En pratique, les 28 périodes hebdomadaires de cours sont étalées sur neuf demi-journées du lundi matin au
vendredi après-midi. L’heure à laquelle l’école commence et finit est déterminée par l’autorité compétente
dans le domaine de l’éducation.



                                                       182
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française

5.13. Programmes d’études, matières et nombre d’heures

Les programmes d'études sont de la compétence des pouvoirs organisateurs, qui peuvent déléguer cette
compétence à l'organe de représentation et de coordination des pouvoirs organisateurs auquel ils adhèrent.
Les nouveaux programmes doivent être approuvés par le gouvernement, après avoir été soumis à la
"Commission des programmes des humanités générales et technologiques" ou à la "Commission des
programmes des Humanités professionnelles et techniques", composées de représentants des différents
réseaux d'enseignement et d'inspecteurs. Les commissions ont pour tâche de vérifier si le programme est de
nature à atteindre les compétences et savoirs qui doivent être acquis aux différents niveaux scolaires. Le
contrôle des commissions des programmes ne porte pas sur les méthodes pédagogiques (voir 2.3.).



Les programmes d'études proposent des situations d'apprentissage et indiquent des contenus
d'apprentissage, qui peuvent être obligatoires ou facultatifs. Ils fournissent des orientations
méthodologiques. Les situations et contenus d'apprentissage ainsi que les orientations méthodologiques
doivent permettre d'acquérir les compétences et savoirs fixés par le gouvernement.



De nouveaux programmes conformes aux référentiels de compétences sont entrés en vigueur à partir du 1er
septembre 2002: la Communauté française, le Secrétariat général de l’enseignement catholique, certaines
communes, certaines provinces, les pouvoirs organisateurs d'écoles libres non confessionnelles ont rédigé et
soumis des programmes, complets ou partiels, à l’approbation du gouvernement. La liste des programmes
d’études approuvés, régulièrement mise à jour, peut être consultée sur le site
http://www.enseignement.be/gen/syst/documentation/programmesmenu2.asp#b .



En ce qui concerne les cours de religion et de morale, voir 4.10.4. .



Circulaire 2740 du 4/06/2009 portant sur l'Enseignement secondaire ordinaire de plein exercice. Directives
pour l'année scolaire 2009-2010 : Organisation, structures, encadrement.



5.13.1. Le premier degré commun


Grille horaire hebdomadaire applicable en 2008-2009dans tous les établissements (en périodes de 50
minutes).

Première et deuxième années communes.

Durant la première année commune et la deuxième année commune, l'horaire se compose :

    ●    de la formation commune à raison de 28 périodes hebdomadaires;
    ●    d'activités complémentaires à raison de 4 périodes hebdomadaires.


L'horaire peut être adapté afin de permettre la réalisation de projets interdisciplinaires ou la mise en place
d'activités de remédiation.
                                                       183
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Outre deux périodes hebdomadaires de morale ou de religion, la formation commune porte sur :

1° le français à raison de six périodes hebdomadaires en première année et de cinq périodes hebdomadaires
   en deuxième année;

2° la formation mathématique à raison de quatre périodes hebdomadaires en première année et de cinq
   périodes hebdomadaires en deuxième année;

3° l'apprentissage d'une langue moderne 1 à raison de quatre périodes hebdomadaires;

4° la formation historique et géographique comprenant la formation à la vie sociale et économique à raison
   de quatre périodes hebdomadaires;

5° l'initiation scientifique à raison de trois périodes hebdomadaires;

6° l'éducation physique à raison de trois périodes hebdomadaires;

7° l'éducation par la technologie à raison d'une période hebdomadaire;

8° l'éducation artistique à raison d'une période hebdomadaire.



Les activités complémentaires sont organisées selon les modalités suivantes :

1° Elles ne constituent en aucun cas un prérequis pour quelqu‘option que ce soit au deuxième degré de
   l'enseignement secondaire.

2° Elles relèvent obligatoirement d'un des quatre domaines suivants :

    ●    Le français. Les activités complémentaires dans ce domaine peuvent être notamment organisées
        dans les sphères d'activités suivantes : initiation au latin en ce compris éventuellement initiation à la
        culture antique, théâtre et expression dramatique, activités d'expression poétique, ateliers d'écriture
        ou de lecture;
    ●    Une langue moderne, la même que celle choisie dans la formation commune. Les activités
        complémentaires dans ce domaine peuvent notamment être organisées dans les sphères d'activités
        suivantes : ateliers de conversation, initiation à des éléments culturels spécifiques aux pays, régions
        ou communautés où la langue étudiée est la langue vernaculaire;
    ●    Les sciences, les mathématiques, la formation à la vie sociale et économique et l'éducation par la
        technologie. Les activités complémentaires relatives à l'éducation par la technologie peuvent être
        organisées dans les sphères d'activités suivantes : l'initiation à l'informatique, le dessin technique,
        l'agronomie, le travail du métal, le travail du bois, l'initiation à l'électricité, la construction ou les
        services;
    ●    Les activités sportives ou artistiques. En vue d'un développement social ou personnel facilité, les
        activités complémentaires dans ce domaine peuvent être consacrées à l'approche plus spécifique
        d'un domaine artistique ou à l'initiation à la pratique d'un sport.



L’organisation des grilles d’activités complémentaires est soumise à différentes règles. Le pouvoir
organisateur ou le chef d’établissement peut inclure des périodes communes à toutes les grilles qu’il
propose.




                                                      184
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Les activités complémentaires peuvent être remplacées en tout ou en partie :

1° Par des périodes d'enseignement musical;
2° Par des périodes d'entraînement sportif ;
3° Par un programme spécifique destiné à permettre à l'élève d'atteindre la maîtrise des compétences visées
   à 14 ans.
Une ou deux périodes de remédiation consacrées au français, aux mathématiques et/ou à la langue moderne
I peuvent être organisées par l’établissement et imposées à certains élèves en plus des 32 périodes
communes par le conseil de classe.



L'étude d'une seconde langue est obligatoire (première langue étrangère) pour tous les élèves du 1er degré.
Dans la Région de Bruxelles-Capitale et dans les communes à statut linguistique spécial, cette langue est
obligatoirement le néerlandais (ou l’allemand). Dans le reste de la Communauté française, cette langue peut
être le néerlandais, l'anglais ou l'allemand.



L'élève poursuit au premier degré (degré d'observation) de l'enseignement secondaire, sous forme de cours
de langue moderne I, l'étude de la langue moderne commencée dans l'enseignement primaire. Toutefois les
parents ou la personne investie de l'autorité parentale peuvent, après avoir pris l'avis du chef
d'établissement, lors de l'inscription en première année choisir un cours de langue moderne différent du
cours suivi dans l'enseignement primaire.

Années complémentaires au sein du 1er degré
L’année complémentaire vise à résoudre les difficultés rencontrées par l’élève dans la maîtrise de
compétences attendues. Tout établissement doit organiser l’année complémentaire dès lors que le conseil
de classe a pris la décision d’y orienter un élève.

La grille-horaire de l’élève comprend 32 périodes hebdomadaires, dont 2 périodes de religion ou de morale
et 3 périodes d’éducation physique. La grille est établie en fonction des besoins de l’élève. Si elle peut
comprendre la participation à des cours organisés au bénéfice d’élèves de 1re ou de 2e année commune, elle
ne peut se confondre avec celle d’un élève de ces classes et donc ne constitue nullement un redoublement.



Socles de Compétences, Enseignement fondamental et premier degré de l'enseignement secondaire



5.13.2. Le premier degré différencié


Outre les deux périodes hebdomadaires de morale ou de religion, l'horaire hebdomadaire de la première et
de la deuxième année différenciées est de trente périodes portant sur :

1°Le français ainsi que la formation historique et géographique comprenant la vie sociale et économique à
   raison de huit à quatorze périodes hebdomadaires, dont deux périodes consacrées à la formation
   historique et géographique comprenant la vie sociale et économique;
2°La formation mathématique ainsi que l'initiation scientifique à raison de six à onze périodes
   hebdomadaires, dont deux périodes consacrées à l'initiation scientifique;
3°L'apprentissage d'une langue moderne I à raison de deux à quatre périodes hebdomadaires;
4°L'éducation physique à raison de trois à cinq périodes hebdomadaires;
5°L'éducation artistique à raison de une à cinq périodes hebdomadaires;

                                                   185
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
6°L'éducation par la technologie à raison de deux à neuf périodes hebdomadaires.

Socles de Compétences, Enseignement fondamental et premier degré de l'enseignement secondaire

5.13.3. La 3e année de différenciation et d’orientation au sein du 2e degré


La grille-horaire de la 3e année de différenciation et d’orientation au sein du 2e degré (3e S-DO) compte
trente-quatre périodes portant sur :

1 Le français ainsi que la formation historique et géographique comprenant la vie sociale et économique à
  raison de neuf à quatorze périodes hebdomadaires, dont deux ou trois périodes consacrées à la formation
  historique et géographique;
2 La formation mathématique ainsi que l'initiation scientifique à raison de six à onze périodes
  hebdomadaires, dont deux ou trois périodes consacrées à l'initiation scientifique;
3 L'apprentissage d'une langue moderne I à raison de deux à quatre périodes hebdomadaires;
4 L'éducation physique à raison de deux ou trois périodes hebdomadaires;
5 L'éducation artistique à raison de une à cinq périodes hebdomadaires;
6 Un module de formation intégrée à raison de 6 périodes au minimum.

Un maximum de deux tiers des périodes du module peut être consacré à des cours techniques ou de
pratique professionnelle.



5.13.4. L’enseignement de transition


Pour une description des spécialisations dans l’enseignement de transition, voir 5.11.3.).



A. Programmes d'études, matières, nombres de périodes au deuxième degré (3e et 4e années
de l’enseignement secondaire de transition)


Grille horaire hebdomadaire des 3e et 4e années de l’enseignement de transition en 2009-2010, en périodes
de 50 minutes (enseignement officiel et enseignement libre, confessionnel ou non confessionnel)



I Formation commune



                                Enseignement officiel et libre non              Enseignement libre
                                        confessionnel                             confessionnel
Religion/Morale                                   2                                          2
Français                                          5                                          5
Formation historique et                           3                                          4
géographique
Mathématique                                      5                                          5
Mathématique                                   4 ou 5

                                                        186
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française

(enseignement artistique de
transition)
Sciences                                        3 ou 5                                   3 ou 5
Education scientifique                            2                                         2
(enseignement artistique et
technique de transition)
Langue moderne I                                  4                                         4
Éducation physique                              2 ou 3                                      2




II Formation au choix

Une option au moins parmi les options de base suivantes (une grille ne comportant pas d'option de base
peut être autorisée, à certaines conditions, dans le cas où l'élève suit les cours de sciences à 5 périodes).

Options de base simples : Langue moderne II (4 périodes), Sciences économiques (4), Sciences sociales (4),
Latin (4), Grec (4 ou 2), Éducation physique (4), Éducation artistique ou éducation artistique : arts d'expression
(4), Éducation technique et technologique (4).

Options de base groupée de l’enseignement technique de transition (7 à 11 périodes) : sciences
agronomiques, électronique informatique, arts graphiques, sports-études, humanités artistiques, etc. (16
possibilités).

Option de base groupées de l’enseignement artistique de transition (7 à 11 périodes) : arts-sciences ou
danse.



III Activités au choix

Éducation artistique (2 périodes), Activités de français (1 ou 2), Activités mathématiques (1 ou 2), Activités
complémentaires de communication et d'expression (2), Éducation technologique (2), Initiation à la culture
antique (2), Initiation à la culture grecque (2), Renforcement de la pratique de laboratoire (1 ou 2),
Géographie physique (1 ou 2), Travaux dirigés d'économie appliquée (1 ou 2), Traitement de texte ou
dactylographie (1ou 2), Initiation à l'informatique (1ou 2), Éducation physique: sports (1, 2 ou 3), Activités
liées aux projets spécifiques de l'établissement (1, 2 ou 3).

Le nombre minimum de périodes est de 28, et le maximum de 32 dans l'enseignement général (34 pour les
élèves qui suivent deux cours de langues modernes à 4 périodes ou deux cours de langues anciennes à 4
périodes ou un cours de langue ancienne à 4 périodes et un cours de langue moderne à 4 périodes, ou un
cours de langue moderne à 4 périodes et deux options de base simples à 4 périodes ou un cours de sciences
à 4-5 périodes) et de 34 dans l'enseignement technique de transition (36 pour les élèves qui suivent, au-delà
de l'option de base groupée, deux cours de langue moderne à 4 périodes et un cours de sciences à 5
périodes); dans l'enseignement artistique de transition, le maximum est de 36 périodes hebdomadaires.

Un maximum de 2 périodes de remédiation individualisée peut s'ajouter à l'horaire.

La seconde langue étrangère étudiée en tant qu'option peut être le néerlandais, l'anglais, l'allemand, l'italien,
l'espagnol ou l'arabe.

B. Programmes d'études, matières, nombres de périodes au troisième degré (5e et 6e années
de l'enseignement secondaire de transition).

                                                         187
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


La grille qui suit décrit une des orientations possibles dans le cadre des formations de l'enseignement
général "à dominantes intégrées".



Grille horaire hebdomadaire de l'enseignement général, année scolaire 2009-2010, en
périodes de 50 minutes, pour l'orientation à dominante langues modernes


                                            Enseignement officiel et             Enseignement libre
                                            Enseignement libre non                 confessionnel
                                                 confessionnel
                I Formation commune à l’ensemble des formations à dominantes intégrées
Religion/Morale                                        2                                  2
Français                                               5                                  4
Formation historique et                                3                                  4
géographique
Éducation physique                                   3 ou 2                               2
                                  II. Formation obligatoire en langue moderne
Langue moderne I                                       4                                  4
Langue moderne II                                      4                                  4
Langue moderne III                                     4                                  4
                                       III Formation optionnelle obligatoire
Mathématique                                        6, 4 ou 2                          6, 4 ou 2
Sciences                                             6 ou 3                           6 ou 3 (+1)
IV Formation au choix (formation optionnelle et/ou activité(s) au choix - sous réserve de ne pas dépasser les
                                                maxima)
Une autre option de base simple                        4                                  4
à l'exception des langues
modernes (Exemples:
Mathématique, Physique,
Sciences sociales, Éducation
physique, Éducation technique
ou technologique, Latin, Grec,
Biologie, Sciences économiques,
...)
Une ou plusieurs activités au
choix (Exemples: Renforcement
du français, Initiation à la culture
antique, Traitement de texte,
Informatique,...).
Activité de physique                                   1
(enseignement organisé par la
Communauté française, si cours
de sciences à 6 périodes)




                                                       188
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
D'autres formations sont dires "à combinaison d'options". La possibilité est en effet laissée aux
établissements de combiner des éléments des différentes orientations sous réserve de respecter les principes
qui suivent:

    ●   Toute grille doit comporter une formation commune (Religion/Morale, Français, Formation
        historique et géographique et Éducation physique).
    ●   Toute grille doit comporter obligatoirement un cours de langue moderne (4 périodes), une
        formation en mathématique et une formation en sciences plus deux autres options de base simples.
    ●

Dans l'enseignement de la Communauté française, l'organisation d'une grille à combinaison d'options est
soumise à l'approbation de la Directrice générale de l'enseignement obligatoire et ne pourra être approuvée
que pour faire face à la situation particulière d'un élève.

Les grilles horaires hebdomadaires du 3e degré de l'enseignement général comportent au moins 28 périodes
et au plus 32 périodes (ce nombre peut être porté à 34 ou 35 en fonction de la combinaison des cours suivis).
Une septième année préparatoire à l'enseignement supérieur peut être organisée dans les matières
suivantes: mathématiques, sciences, langues, arts du spectacle et techniques de diffusion.

Les grilles hebdomadaires de l'enseignement technique et artistique de transition comportent, au delà de la
formation commune, de la formation obligatoire en langues modernes et de la formation optionnelle
obligatoire, une formation au choix (formation optionnelle et/ou activité(s) au choix) pour un total minimum
de 28 périodes et maximum de 34 périodes (36 pour certains élèves).

Un maximum de 2 périodes de remédiation individualisée peut s'ajouter à l'horaire hebdomadaire.

C. Années préparatoires à l’enseignement supérieur.


Le curriculum des années d’études préparatoires à l’enseignement supérieur comporte un nombre important
d’heures de cours préparant à l’orientation choisie, ainsi que quelques activités au choix.

Ainsi la 7e année préparatoire à l’enseignement supérieur « Langues modernes » comporte 4 périodes de
français (formation commune), ainsi qu’un total de 24 périodes de formation optionnelle en langues
modernes (3 langues modernes à raison de 4 ou 8 périodes chacune, plus 0, 2 ou 4 périodes de cours de
« renforcement débutant » ou de « perfectionnement ». A ces périodes s’ajoutent de 0 à 4 périodes d’activités
au choix : bureautique ; notions de comptabilité, de statistiques et de gestion ; civilisation, culture,
institutions ; français ; autres options (à raison de 0, 2 ou 4 périodes chacune).

La troisième langue étrangère étudiée en tant qu'option peut être le néerlandais, l'anglais, l'allemand,
l'italien, l'espagnol ou l'arabe, ainsi que le russe.



Compétences terminales et savoirs requis en français, Humanités générales et technologiques

Compétences terminales et savoirs requis en géographie, Humanités générales et technologiques

Compétences terminales et savoirs requis en histoire, Humanités générales et technologiques

Compétences terminales et savoirs requis en langues modernes, Humanités générales et technologiques

Compétences terminales et savoirs requis en latin-grec, Humanités générales et technologiques

Compétences terminales et savoirs requis en mathématiques, Humanités générales et technologiques

Les lectures obligatoires en 5e année de l’enseignement secondaire de transition en Communauté française
de Belgique.
                                                    189
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


5.13.5. L’enseignement de qualification

A. Les 2e et 3e degrés de l’enseignement de qualification
Contrairement au 1er degré commun et à l’enseignement de transition, l’enseignement de qualification est
organisé sur la base de grilles qui diffèrent, non seulement selon la forme choisie, mais également selon les
réseaux.

Les différentes grilles de l’enseignement de qualification comportent nécessairement 16 (technique ou
artistique de qualification) ou 18 périodes hebdomadaires d’options groupées. Les cours portent
globalement sur les mêmes matières que dans l’enseignement de transition, mais sont dispensés selon des
orientations et avec des nombres d’heures parfois très différents. L’apprentissage d’une langue moderne
n’est pas obligatoire dans l’enseignement professionnel.

Les options groupées organisées dans le cadre de l’enseignement technique de transition, technique de
qualification ou professionnel relèvent d'un des dix secteurs suivants: agronomie, industrie, construction,
hôtellerie, habillement, arts appliqués, beaux-arts, économie, service aux personnes et sciences appliquées.



Pour une description des spécialisations dans l’enseignement de qualification, voir 5.11.4.).

Deux grilles-horaires d’application dans l’enseignement organisé par la Communauté française sont
présentées ci-dessous à titre d’exemples.



Grille horaire hebdomadaire du 2e degré professionnel - Enseignement de la Communauté
française. Année scolaire 2009/2010, en périodes de 50 minutes


                                                                                          Périodes
I Formation commune:
Religion ou morale                                                                              2
Formation humaine (langue maternelle, exploration des réalités sociale,                         4
civique et historique)
Formation hist. Et géo. : géographie                                                            1
Formation scientifique :mathématique et techno-scientifique)                                    2
Éducation physique                                                                              2
SOUS TOTAL:                                                                                     11
II Formation au choix:
Formation optionnelle: Option de base groupée                                           18 minimum
Activités au choix : Mathématique                                                           0à2
Activités au choix : Français                                                               0à2
Activités au choix : Langue moderne I                                                       0à2
Activités au choix : Activité au choix de l’établissement                                   0à4
TOTAL                                                                                      28 à 36
Remédiation                                                                              Maximum 2
                                                      190
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Grille horaire hebdomadaire du 3e degré professionnel. Enseignement de la Communauté
française, année scolaire 2009/2010, en périodes de 50 minutes


                                                                                       Périodes
I Formation commune:
Religion ou morale                                                                         2
Français                                                                                   3
Formation historique et géographique (histoire)                                            1
Formation historique et géographique (géographie)                                          1
Formation scientifique: mathématique et techno-scientifique                                2
Éducation physique                                                                         2
SOUS TOTAL:                                                                               11
II Formation au choix:
Formation optionnelle : Option de base groupée                                       Minimum 18
Activités au choix : Mathématique:                                                        0-2



Activités liées au projet spécifique de l’établissement                                   0-4
Activités au choix : Français                                                            0à2
Activités au choix : Langue moderne I                                                    0à2
Activités au choix : Activité liée au projet de l’établissement                          0à4
TOTAL:                                                                                  28 - 36
Remédiation



B. Les 7e années et 4e degré de l’enseignement de qualification
Lorsque la 7e année professionnelle vise exclusivement l’obtention du CESS (type C), 55 % du nombre
hebdomadaire de périodes doivent être consacrées à la formation générale, sociale et personnelle (lorsque le
certificat de qualification ou une attestation de compétences complémentaires à un CQ est également visé
(type B), le pourcentage est ramené à 40).

Le curriculum des 7e année technique qualifiante et 7e année professionnelle complémentaire de type B
consacre un nombre de périodes élevé (respectivement au moins 20 et 18 périodes) à une option de base
groupée. Ces années d’études peuvent être organisées en plein exercice ou en alternance.

Un quatrième degré est organisé dans l'enseignement professionnel complémentaire de plein exercice dans
quelques établissements pour certaines filières de formation comme les études d’infirmier(e)s hospitalières,
infirmier(e)s hospitalières – orientation santé mentale et psychanalyse. Il compte 3 années d’études
précédées éventuellement d'une année préparatoire.



5.14. Méthodes, matériel pédagogique
                                                       191
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Le choix des méthodes pédagogiques appartient à chaque pouvoir organisateur.



Le recours aux manuels scolaires est très peu répandu, en particulier dans les disciplines scientifiques et
mathématiques. La décision d'utiliser ou non un manuel, comme le choix de l'ouvrage lui-même, sont laissés
à l'appréciation des enseignants. Le 19 mai 2006, le Parlement de la Communauté française a adopté un
décret visant à concrétiser la 6e priorité du Contrat pour l'école : "doter les élèves et les enseignants des
outils du savoir" : l’objectif est de réhabiliter le manuel scolaire et de, promouvoir l'utilisation de logiciels et
outils pédagogiques dans les écoles. Ce décret met en place une procédure d'agrément des manuels,
logiciels et outils pédagogiques par la Commission de pilotage sur la base d'avis motivés des services
d'inspection compétents en fonction de critères que le législateur a définis (il s'agit essentiellement du
respect des critères d'égalité, de non-discrimination, et de conformité aux référentiels – pour plus de
précisions, voir 4.11.1.). Un soutien financier est octroyé aux écoles de l'enseignement fondamental et
secondaire pour l'achat de manuels ou de collections de manuels scolaires et de logiciels scolaires agréés.



A la fin des années nonante, chaque école secondaire a été équipée d’un centre multimédia, et grâce à des
accords entre la Communauté française, la Région wallonne, le Gouvernement fédéral et le pourvoyeur
d’accès, chacune a eu la possibilité d’obtenir un accès à l’Internet à des conditions très favorables. Sur la base
d’un nouvel accord entre la Communauté française et les régions, un nouveau plan d’équipement des écoles
a été mis sur pied (en Région bruxelloise, les écoles ont été équipées dès 2005 et en Région wallonne, les
opérations sont en cours).



L'éducation aux médias se développe dans les établissements de la Communauté française. Chaque réseau
dispose de son centre de ressources en éducation aux médias. Un Conseil de l'Éducation aux médias a été
mis en place dès 1995.



Diverses initiatives visent à développer une citoyenneté responsable et à éduquer au développement. Une
cellule interréseaux "Démocratie ou Barbarie" a été mise en place à l'occasion de la célébration de la fin de la
seconde guerre mondiale et coordonne les questions d’enseignement à la citoyenneté. Un groupe de travail
et de réflexion sur l'éducation au développement en milieu scolaire suit notamment les projets sur ce thème
dans les établissements scolaires. Suite à un décret adopté en 2007 ,un document intitulé « Etre et devenir
citoyen » a été créé et diffusé. Il vise à l’acquisition de références pour la compréhension de la société civile et
politique. Ce document est élaboré à l’intention des élèves des 5e et 6e années de l’enseignement
secondaire. Ce même décret impose l’organisation d’activités interdisciplinaires pour une citoyenneté
responsable et active au moins une fois durant chaque cycle ou degré, ainsi que la mise en place de
structures participatives pour les élèves (élection de délégués de classe par leurs pairs, conseils des délégués
d’élèves constitués des délégués des classes d’un cycle ou d’un degré).



Les services pédagogiques de la Communauté française et ceux des différents pouvoirs organisateurs pour
l'enseignement subventionné produisent des outils pédagogiques qui permettent d'atteindre les Socles de
compétences et les compétences terminales. Ces outils pédagogiques peuvent être utilisés par n'importe
quel établissement organisé ou subventionné par la Communauté française.




                                                       192
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Une partie de l'horaire de l'enseignement secondaire peut être organisée dans une langue moderne autre
que le français, sous forme d'apprentissage par immersion (voir 5.20.). Un accord de coopération entre la
Communauté française et la Région wallonne a créé un « Fonds d’organisation de programmes d’immersion
linguistique à destination des étudiants de l’enseignement de la Communauté française » destiné à financer
des actions visant à favoriser l’apprentissage des langues en immersion pour les écoles à discrimination
positive.



Deux serveurs d'informations pédagogiques ont été mis en place, l’un commun aux différents réseaux
(http://www.enseignement.be) et l’autre spécifique à l’enseignement organisé par la Communauté française
(http://www.restode.cfwb.be).

Une banque de ressources pédagogiques en ligne est mise à disposition sur le serveur commun.

(http://www.enseignement.be/index.php?navi=2700&page=25648)



Cellule Democratie ou barbarie

Conseil de l'Education aux médias

Décret portant assentiment de l'accord de coopération du 4 juillet 2000 entre la Communauté française et la
Région wallonne relatif aux programmes d'immersion linguistique

Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des
établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française



5.14.1. Premier degré commun et premier degré différencié


La réforme du premier cycle préconise une véritable pédagogie différenciée, permettant en principe à
chaque élève d'aller au maximum de ses possibilités en lui fixant des objectifs à sa mesure, de mener ses
apprentissages à son propre rythme et selon des modalités spécifiques.

Un plan individuel d’apprentissage (PIA) doit être élaboré pour les élèves qui fréquentent les années
complémentaires du 1er degré ou la 1re ou la 2e année commune ou qui rencontrent des difficultés
d’apprentissage telles qu’une orientation vers une année complémentaire est envisagée. Le PIA doit être
élaboré par le conseil de guidance composé des membres du conseil de classe concerné et d’un représentant
au moins de chacun des autres conseils de classe du premier degré (le CPMS compétent peut, de plein droit,
y participer). Il se réunit au minimum trois fois par année scolaire afin d'établir, pour chaque élève, le rapport
qui comprend l'état de maîtrise des socles de compétences, de diagnostiquer les difficultés spécifiques et, le
cas échéant, de proposer les remédiations appropriées.

Les élèves qui rencontrent des difficultés dans l'acquisition des Socles de compétences pourront se voir
imposer des activités spécifiques de remédiation individualisée et / ou de soutien pédagogique, de remise à
niveau, de restructuration des acquis dans le cadre des activités complémentaires ou des 2 périodes
hebdomadaires de remédiation. L'établissement dispose d'une certaine latitude pour l'organisation de ces
heures de remédiation. Elles peuvent, par exemple, remplacer momentanément, pour les élèves en difficulté,
les cours à option. De deux à quatre périodes hebdomadaires de remédiation et/ou de réorientation sont
prévues (en moyenne un maximum de 2 heures par semaine sur l'année scolaire). Le choix des disciplines
n'est pas limité. Le conseil de classe décide de ce qui est opportun.


                                                      193
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
L’autonomie est laissée aux établissements en ce qui concerne l’organisation des années complémentaires à
destination des élèves qui n'ont pas terminé le degré avec fruit ou dont les résultats au terme de la 1re année
sont jugés insuffisants (voir 5.16.1.). Un conseil de guidance est institué et chargé de donner des avis sur la
maîtrise des socles de compétences et les remédiations appropriées à chaque élève. Les programmes
d'études de ces années complémentaires visent à permettre à l'élève d'atteindre le niveau des études requis.
Ils sont composés en fonction des besoins de l'élève et peuvent comprendre des cours dispensés aux autres
élèves et des activités spécifiques de rattrapage.



Pour une éducation interdisciplinaire à l'environnement de 10 à 14 ans



5.14.2. Enseignement de qualification


Les moyens pédagogiques et méthodologiques mis en place lors de la réforme de l'enseignement
professionnel sont:

    ●   l'interdisciplinarité;
    ●   une équipe pédagogique de taille restreinte;
    ●   la pédagogie du projet et la classe-atelier;
    ●   la modification de la gestion du temps (les rythmes et les modes d'apprentissage des élèves sont
        pris en compte);
    ●   le développement de la relation école - vie active;
    ●   la coordination et le soutien pédagogique;
    ●   la remédiation (associée à une discipline).

Les établissements d'enseignement secondaire développent peu à peu des activités en relation avec les
entreprises de leur région, par exemple lorsque l'école ne dispose pas d'équipements adaptés.



Le « Contrat pour l’école » signé le 31 mai 2005 (voir 2.2.) ainsi que le Décret du 28 avril 2004 garantissant
l’équipement pédagogique de l’enseignement secondaire technique et professionnel ont permis d’améliorer
la qualité des filières qualifiantes de l’enseignement technique et professionnel par des investissements dans
des équipements pédagogiques ainsi que par la création de nouvelles infrastructures en Communauté
française, les « centres de technologies avancées » (CTA).qui contribuent à améliorer la qualité de la
formation et de l’enseignement qualifiant par la mise à la disposition des élèves et des enseignants
(notamment) d’équipements de pointe. Fin 2009, un CTA a été inauguré, un autre dispense déjà des
formations et la mise en place de 16 autres est en cours.



En outre, le gouvernement subventionne une association sans but lucratif qui a pour objet de prospecter les
entreprises susceptibles de céder du matériel aux établissements scolaires, de faire connaître aux entreprises
les besoins en matériel des établissements scolaires et de répartir équitablement le matériel entre les
établissements scolaires des différents réseaux.

Dans le cadre du Plan Marshall, le Gouvernement wallon a prévu la possibilité pour les jeunes de
l’enseignement qualifiant d’effectuer en Flandre une 7e année de perfectionnement ou de bénéficier de
stages de courte durée en Flandre.




                                                     194
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Enseignement obligatoire et de promotion sociale, législature 2004-2009, bilan et perspectives à mi-
législature

Plan Marshall. Deux ans.

Décret garantissant l'équipement pédagogique de l'enseignement qualifiant



5.15. Évaluation des élèves

Chaque pouvoir organisateur dispose de la liberté d'adapter ses modalités d'évaluation (choix des
disciplines, types d'examens, temps consacré à chaque examen...) aux divers degrés et formes
d'enseignement, aux différentes orientations d'études ainsi qu'aux spécificités de son environnement.

Toutefois, afin d'éviter une trop grande disparité, il est recommandé aux établissements de se concerter. De
plus, le Décret-Missions a créé des commissions des outils d'évaluation relatifs aux Socles de compétences,
aux savoirs et aux compétences attendus à l’issue de l’enseignement secondaire de transition et de
l’enseignement secondaire de qualification. Ces commissions sont chargées de produire des batteries
d'épreuves d'évaluation étalonnées et correspondant aux socles de compétences et aux savoirs et aux
compétences terminales. Le gouvernement les diffuse, à titre indicatif, auprès de tous les établissements
organisés ou subventionnés par la Communauté française.



A titre d’exemple, les paragraphes ci-dessous présentent le contenu du règlement des études adopté par la
Communauté française pour l’enseignement qu’elle organise. Ce règlement définit un certain nombre de
normes et de priorités qui doivent conduire l'élève à produire un travail scolaire de qualité, les modalités de
l'évaluation par les enseignants, les procédures de délibération des conseils de classe ainsi que la
communication de l'information relative à leurs décisions. Il reprécise le rôle de l'évaluation formative où
l'erreur ne pénalise jamais l'élève, mais sert d'indicateur, à son usage et à celui du professeur, et de
l'évaluation sommative qui, au terme d'une ou de plusieurs séquences d'apprentissage, indique à l'élève et à
ses parents le degré d'acquisition des connaissances et de maîtrise des compétences. Toute épreuve doit être
suivie d'une analyse et de remédiation (à l'exception d'éventuelles épreuves terminales en juin). Les examens
sont organisés en décembre et en juin.



Les élèves, leurs parents et le conseil de classe sont renseignés régulièrement sur les aptitudes et le
rendement scolaire par le bulletin. Le bulletin est remis trois fois: entre la mi-mars et le début des vacances
de printemps, entre la mi-novembre et le début des vacances d'hiver et à la fin du mois de juin. En outre,
lorsque des examens sont organisés en décembre, les résultats sont communiqués par le bulletin avant les
vacances d'hiver.



Au sein du 1er degré commun, une pratique systématique de l'évaluation formative continue est
recommandée durant les deux années du degré afin de permettre d'apprécier la progression et les acquis de
chaque élève et de déceler les lacunes éventuelles de façon à assurer à chacun la (ou les) remédiations
appropriée(s). Le cadre de référence devient la progression de l'élève et non plus le niveau de ses
condisciples (voir 5.14.1.. pour des informations sur le plan individuel d’apprentissage) Cette pratique
s'intègre dans le cadre d'une pédagogie de la réussite.

La mise en place d'une pédagogie de la réussite se traduit notamment par:

                                                     195
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
    ●   la prise de conscience du rôle de l'évaluation dans le processus d'enseignement;
    ●   la primauté de l'évaluation individuelle;
    ●   l'importance primordiale accordée à la pratique de l'évaluation formative et de la pédagogie
        différenciée;
    ●   le recours à des notations différenciées (appréciations littérales et commentaires);
    ●   la mise en place de processus de remédiations, de soutien, de guidance et de rattrapage;
    ●   la référence à des opérations mentales semblables relevant des mêmes niveaux taxonomiques,
        accent mis sur l'acquisition de savoir-faire et de compétences transversales;
    ●   l'établissement d'un référentiel des performances-seuils fixées pour chaque année ou chaque degré;
        mise en place d'une banque de questions se rapportant à ces compétences-seuils;
    ●   et, pour le premier degré, la définition des socles de compétences transversales et de compétences
        disciplinaires à développer tout au cours du degré.

L'évaluation du travail accompli au terme des deux années du premier degré d'observation n'est plus une
moyenne ou une addition de résultats d'épreuves ponctuelles et disséminées. Pour chacun des élèves, elle
doit rendre compte de son évolution et de son degré de maîtrise des compétences disciplinaires et
transversales qui constituent les objectifs prioritaires de la formation.



Dans l’enseignement de qualification, il est conseillé d'organiser des épreuves globales de synthèse
portant sur les options groupées durant l'année scolaire. Ces épreuves favorisent la coordination entre les
cours théoriques et pratiques et préparent l'élève à l'épreuve de qualification. Des attestations sur les
compétences acquises sont délivrées aux élèves à l'issue de ces épreuves.

Les membres du jury de qualification étrangers à l'établissement sont invités à examiner de manière
continue durant l'année scolaire, les travaux des élèves.

Une ou deux sessions d'examens annuelles sont organisées chaque année. L'examen de juin a pour objectif
essentiel de vérifier si l'élève maîtrise les compétences minimales l'autorisant à poursuivre ses études. Un
élève ajourné en juin doit présenter des examens de passage en septembre.

La continuité doit exister entre l'apprentissage à l'école et dans l'entreprise. Le stage en entreprise doit
répondre à des critères précis d'organisation pédagogique. Le professeur maître de stage assure la
préparation et la guidance de l'évaluation. Il travaille en collaboration avec le "tuteur" qui est un membre du
personnel de l'entreprise "responsable" de l'élève sur le lieu de stage. En fonction de critères déterminés au
préalable, le stage est l'objet d'une évaluation continue à laquelle le stagiaire est associé. Il s'agit d'une
évaluation formative. Un bilan est établi à l'issue du stage (évaluation sommative).

Une Cellule administrative de pilotage organise des évaluations externes non certificatives des acquis des
élèves à l'entrée de la 2e et de la 4e/5e années de l’enseignement secondaire portant successivement sur la
lecture/production d’écrit, les mathématiques et en sciences/éveil. Ces évaluations permettent aux
enseignants de mieux mesurer le niveau atteint par leurs élèves et d'adapter leur enseignement en
conséquence. La cellule opère une analyse des résultats et élabore des pistes didactiques. L'inspection assure
un suivi pédagogique.

Le Décret-missions a créé une Commission des outils d'évaluation des humanités générales et
technologiques et une Commission des outils d'évaluation des humanités professionnelles et techniques.
Ces commissions sont chargées de produire des batteries d'épreuves d'évaluation étalonnées correspondant
aux référentiels de compétences. Le gouvernement diffuse ces batteries d'épreuves, à titre indicatif, auprès
de tous les établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française. Ces batteries
d'épreuves sont également communiquées aux institutions chargées de la formation initiale ou continuée
des enseignants.



                                                     196
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française

5.16. Passage de classe

Le conseil de classe (voir 2.7.1.2. et le conseil d'admission voir 5.7.) sont les deux organes de décision en cette
matière.



Le conseil de classe est chargé de faire à intervalles réguliers le bilan intellectuel, social et comportemental
de chaque élève, de tirer les conclusions pédagogiques qui s'imposent, de proposer une guidance ou des
remédiations éventuelles, le cas échéant des orientations ou des réorientations, de définir une attitude
commune face à chaque élève, et de prendre, en fin d'année, les décisions qui s'imposent en ce qui concerne
le passage de classe, avec ou sans restriction, l'ajournement (avec obligation de présenter des examens de
passage en septembre), le refus de passage et la certification. Il fonde ses avis et ses décisions sur divers
éléments, tels que:

    ●    le parcours scolaire antérieur de chaque élève;
    ●    les résultats intermédiaires des périodes, des bilans et des examens;
    ●    les informations recueillies par le centre psycho-médico-social;
    ●    les entretiens éventuels avec l'élève et ses parents.

Le conseil de classe comporte l'ensemble des membres du personnel directeur et enseignant chargé de
former un groupe déterminé d'élèves. Il est présidé par le chef d'établissement. Les parents et les élèves ne
sont pas représentés au sein du conseil de classe.

Le Décret-Missions a prévu des possibilités de recours contre les décisions des conseils de classe dans
l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice.

Les parents ou l’élève majeur peuvent réclamer des informations complémentaires, écrites s’ils le
demandent, sur la motivation précise d'une décision d'échec ou de réussite avec restriction. Ils peuvent, sous
certaines conditions, consulter les épreuves sur lesquelles le conseil de classe fonde sa décision. Chaque
pouvoir organisateur doit prévoir une procédure interne destinée à instruire les contestations pouvant
survenir à propos des décisions des conseils de classe et à favoriser la conciliation des points de vue. En
outre, en cas d’échec de la procédure interne décrite ci-dessus, l’élève majeur ou ses parents peuvent
adresser un recours au président d’un conseil de recours: celui-ci fonde ses décisions sur la correspondance
entre les compétences acquises par l’élève et les compétences qu’il doit acquérir, ainsi que sur l’équivalence
du niveau des épreuves d’évaluation utilisées à celui des épreuves produites par les différentes commissions
des outils d’évaluation. Lorsque la décision du conseil de recours diffère de celle du conseil de classe, elle
remplace cette dernière.

Une ou deux sessions d'examens sont organisées chaque année. L'examen de juin a pour objectif essentiel
de vérifier si l'élève maîtrise les compétences minimales l'autorisant à poursuivre ses études. Un élève
ajourné en juin doit présenter des examens de passage en septembre.

Le 1er degré et les années d'études ultérieures sont sanctionnés par une attestation d'orientation.



Les attestations sont au nombre de trois:

    ●    L'attestation d'orientation A sur laquelle il est stipulé que l'élève a terminé le degré ou l’année avec
         fruit. L'attestation d'orientation A est complétée par un avis d'orientation qui indique les formes,
         sections et orientations d'études qui sont conseillées ainsi que celles qui seraient éventuellement
         déconseillées.


                                                       197
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
    ●    L'attestation d'orientation B sur laquelle est stipulé que l'élève a terminé le degré ou l’année avec
         fruit, mais ne peut être admis dans l’année d’études suivantes qu'avec restriction portant sur telles
         formes d'enseignement, telles sections et/ou telles orientations d'études. Le conseil de classe fait
         des propositions à l'élève en vue de l'aider à choisir les options pour lesquelles il manifeste le plus
         d'intérêt et d'aptitude.
    ●    L'attestation d'orientation C sur laquelle il est stipulé que l'élève n'a pas terminé le degré ou l’année
         avec fruit. Elle est motivée par des lacunes graves. Elle est complétée par des conseils relatifs à la
         poursuite des études.



Peut-on lutter contre l'échec scolaire ? (2e éd. rev. et aug.).



5.16.1. Le premier degré commun et le premier degré différencié


Au terme de chaque année du premier degré de l'enseignement secondaire, le conseil de classe élabore pour
chaque élève un rapport sur les compétences acquises au regard des socles de compétences visées à la fin de
la troisième étape du continuum pédagogique (fin du 1er cycle de l’enseignement secondaire) et, le cas
échéant, aux compétences visées à la fin de la deuxième étape du continuum pédagogique (fin de
l’enseignement primaire) en ce qui concerne les élèves fréquentant le premier degré différencié. Ce rapport
tient lieu de motivation des décisions prises par le conseil de classe.

Une année complémentaire est organisée au bénéfice des élèves qui, au terme de la première ou de la
deuxième années communes ou différenciées ou de l'année complémentaire organisée à l'issue de la 1re
année commune fréquentée après avoir suivi une année différenciée (pour autant, dans ces deux derniers
cas, que l'élève soit titulaire du certificat d'études de base (CEB – voir 4.14.), éprouvent des difficultés telles
qu'une année distincte ou supplémentaire s'avère indispensable.

Durant cette année complémentaire sont pris en compte les besoins particuliers de l'élève concerné, et
notamment ceux liés à son rythme d'apprentissage. L'organisation de cette année complémentaire vise à
l'amener à résoudre les difficultés rencontrées dans la maîtrise de compétences, notamment en comblant les
lacunes constatées et à l'aider à s'approprier des stratégies d'apprentissage plus efficaces tout en favorisant
chez cet élève le développement des compétences visées à la fin du troisième cycle du continuum
pédagogique.

Cette année complémentaire ne peut en aucun cas constituer un redoublement de l'année antérieure. Le
redoublement n’est donc pas autorisé pendant le premier degré.

Un élève ne peut passer plus de trois années dans le premier degré. Si au terme des ces trois années, le
conseil de classe ne certifie pas sa réussite du premier degré de l’enseignement secondaire, il définit les
formes et sections qu'il peut fréquenter en troisième année de l'enseignement secondaire et en informe les
parents ou la personne investie de l'autorité parentale qui choisit :

a) Soit une des troisièmes années de l'enseignement secondaire correspondant aux formes et sections
définies par le conseil de classe. Celui-ci remet à l'élève un document reprenant des conseils
complémentaires pour son orientation portant sur les orientations d'études conseillées et déconseillées.

b) soit une troisième année de différenciation et d'orientation.

Au terme du 1er degré, le conseil de classe doit définir de façon exhaustive sur une attestation d’orientation
les formes et sections (une forme et une section en 3S-DO) que l’élève peut fréquenter en 3e année.


                                                        198
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Peuvent être admis en 3e année de l’enseignement général de transition, technique de transition, artistique
de transition, technique de qualification, artistique de qualification les élèves réguliers qui …

    ●   Ont obtenu la réussite du 1er degré de l’enseignement secondaire (CE1D);
    ●   Sont orientés par le conseil de classe vers une 3e année de l'enseignement secondaire dans les
        formes et sections définies par celui-ci ;
    ●   Ont terminé avec fruit l’année complémentaire suivie après une deuxième commune ;
    ●   Ont terminé avec fruit la 3e année de l’enseignement secondaire professionnel de plein exercice et
        qui font l’objet d’un avis favorable du conseil d'admission.
    ●   Ont terminé avec fruit la 3e année de l’enseignement secondaire professionnel en alternance (voir
        .20.) et qui font l’objet d’un avis favorable du conseil d'admission.


Peuvent être admis en 3e année de l’enseignement secondaire professionnel les élèves réguliers qui …

    ●   Ont obtenu la réussite du 1er degré de l’enseignement secondaire (1S, 2C, 3S-DO6);
    ●   Sont orientés par le conseil de classe vers une 3e année de l'enseignement secondaire dans les
        formes et sections définies par celui-ci, dont la forme professionnelle (1S, 2C, 3S-DO);
    ●   Ont terminé avec fruit l’année complémentaire suivie après une deuxième année commune (2S);
    ●   Ont terminé avec fruit la 2e année de l'enseignement professionnel (2P);
    ●   Ont suivi deux années d’études dans l’enseignement secondaire et qui font l’objet d’un avis
        favorable du conseil d’admission;
    ●   Sont âgés de 16 ans et font l’objet d’un avis favorable du conseil d’admission.


Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2



5.16.2. L’année spécifique de différenciation et d'orientation à l'issue du
premier degré de l'enseignement secondaire


Une année spécifique, dénommée troisième année de différenciation et d'orientation, peut être organisée au
sein du deuxième degré au bénéfice des élèves qui, à l'issue du premier degré parcouru en trois ans, n'ont
pas acquis la maîtrise des socles de compétences visés à la fin de la troisième étape du continuum
pédagogique (1er cycle de l’enseignement secondaire).

Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2



5.16.3. L’enseignement de transition


Les élèves qui ont terminé avec fruit la 3e année de la forme générale ou technique ou artistique de
transition vont en 4e année de la même forme ou en 4e année de l'enseignement technique ou artistique de
qualification.

Les élèves qui terminent la 4e année de l'enseignement général ou de l'enseignement technique ou
artistique de transition et qui veulent changer d'orientation ont la possibilité de suivre une 4e année de
réorientation. Il est à noter que cette possibilité ne concerne que très peu d'élèves.



                                                    199
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
Entrent en 5e année de l'enseignement général ou de l'enseignement technique ou artistique de transition
ceux qui ont terminé avec fruit soit la 4e année de ces mêmes filières, soit la 4e année de réorientation.

L'attestation B (voir 5.16.) n'est pas délivrée à l'issue de la 5e. Les élèves qui ont terminé avec fruit la 5e année
suivent la 6e année dans la même section et la même orientation d'études.



Echec et décrochage scolaire en Communauté française de Belgique.

Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2

Tableau de bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques n° 1



5.16.4. L’enseignement de qualification


La majorité des élèves qui ont terminé avec fruit une 3e année de l'enseignement professionnel vont en 4e
professionnelle. Certains reprennent le deuxième degré (degré d'orientation) dans une autre orientation et
s'orientent vers une 3e année de l'enseignement technique ou artistique de transition ou plus souvent vers
une 3e année d'enseignement technique ou artistique de qualification. Ceux qui terminent avec fruit la 3e
année technique ou artistique de qualification vont en 4e année de la même filière. Certains reprennent le
deuxième degré dans une autre orientation et s'orientent vers une 3e année de l'enseignement technique ou
artistique de transition.



Les élèves inscrits dans les sections de qualification au deuxième degré continuent généralement dans les
mêmes filières au troisième degré (degré de détermination). Une quatrième de réorientation pour les élèves
qui veulent changer d'orientation au 3e degré est organisée à la fin du 2e degré. Une cinquième de
perfectionnement/spécialisation est organisée en fin de 2e degré pour les élèves des sections de
qualification. Il est à noter que cette possibilité ne concerne que très peu d'élèves. Les élèves qui terminent le
2e degré avec fruit entrent dans le 3e degré dans les mêmes filières. Le passage de la quatrième
professionnelle vers une quatrième dans une autre forme est possible si l'élève a obtenu une attestation A.



Les élèves qui réussissent la 5e année de l'enseignement technique ou artistique de qualification peuvent
ensuite passer en 6e année de l'enseignement technique ou artistique de qualification ou en 6e année
professionnelle pour autant que les orientations d'études correspondent.

Les élèves qui réussissent la 5e année de l'enseignement professionnel peuvent ensuite passer en 6e année
de l'enseignement professionnel. Il est possible de changer d'orientation d'études en passant de la 5e à la 6e
année professionnelle pour autant que les orientations d'études suivies soient correspondantes.



Une 7e année de spécialisation et/ou de perfectionnement est prévue pour les élèves qui ont réussi la 6e
année d'enseignement technique ou artistique de qualification. Les élèves de 6e professionnelle ont
également la possibilité de suivre une 7e année professionnelle complémentaire de perfectionnement ou de
spécialisation dans la même orientation d'études ou dans une orientation d'études correspondante, et une
7e année au terme de laquelle ils peuvent obtenir le certificat d'enseignement secondaire supérieur (CESS).
Les élèves qui ont réussi une 6e professionnelle peuvent passer en 5e technique ou artistique de
qualification et reprendre un nouveau degré.

                                                        200
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Echec et décrochage scolaire en Communauté française de Belgique.

Tableau de Bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques 2

Tableau de bord de l'enseignement, Indicateurs statistiques n° 1



5.17. Certification

La certification est assurée par le conseil de classe à la fin du 1er degré (degré d’observation) ou de chaque
année scolaire.



5.17.1. Premier degré commun et premier degré différencié


Au terme de chaque année du premier degré de l'enseignement secondaire, le conseil de classe élabore pour
chaque élève un rapport sur les compétences acquises au regard des socles de compétences visées à la fin de
la troisième étape du continuum pédagogique ou à la fin de la deuxième étape de ce même continuum
pédagogique en ce qui concerne les élèves fréquentant le premier degré différencié.

Tous les élèves inscrits en première ou en deuxième années différenciées sont soumis à l'épreuve externe
commune octroyant le certificat d'études de base (CEB – voir 4.14.).

Le conseil de classe peut délivrer le certificat d'études de base aux élèves inscrits en première année
commune et dans les années constitutives du premier degré différencié qui n'ont pas satisfait ou qui n'ont
pas pu participer en tout ou en partie à l'épreuve externe commune.

Le conseil de classe fonde la décision sur un dossier comportant la copie des bulletins de l'année scolaire en
cours tels qu'ils ont été communiqués aux parents de l'élève concerné ou à la personne investie de l'autorité
parentale à son égard, le rapport circonstancié des enseignants ayant eu l'élève en charge ainsi que tout
autre élément estimé utile par le conseil de classe.

Le certificat d'études du 1er degré (CE1D) est délivré aux élèves au terme du 1er degré ; ce certificat leur
permettra de s'inscrire dans toutes les formes (général, technique, artistique et professionnel) et sections
(transition et qualification) de leur choix au 2e degré.

Une épreuve certificative externe commune est organisée au terme de la 3e étape du continuum
pédagogique (CE1D). Celle-ci porte dans un premier temps sur le français et la formation mathématique,
mais le gouvernement peut décider d’y ajouter d’autres disciplines. Chaque pouvoir organisateur décide
annuellement si les élèves concernés inscrits dans les écoles qu’il organise participent ou non à cette
évaluation. L’épreuve est notamment accessible à tous les élèves inscrits en 2e année commune, dans l’année
complémentaire organisée à l’issue de celle-ci, ou en 3e année de différenciation et d’orientation. En cas de
réussite d’une discipline, le conseil de classe considère que l’élève a atteint, pour la discipline concernée, la
maîtrise des socles de compétences. En cas d’échec ou si l’élève n’a pas participé à tout ou partie de
l’épreuve, le conseil de classe peut estimer, sur la base d’un dossier, qu’il maîtrise les compétences attendues.
En 2009-2010, l’épreuve est mise en œuvre sur une échelle réduite.




                                                      201
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Décret relatif à l'évaluation externe des acquis des élèves de l'enseignement obligatoire et au certificat
d'études de base au terme de l'enseignement primaire




5.17.2. Enseignement de transition


Les élèves qui ont terminé avec fruit la 4e année d'études de l'enseignement secondaire reçoivent un
certificat d’enseignement secondaire du 2e degré (CES2D).

Un certificat d'enseignement secondaire supérieur (CESS) est délivré aux élèves réguliers qui ont réussi les
deux dernières années d'études dans l'enseignement secondaire général, technique ou artistique de plein
exercice dans la même forme d'enseignement, dans la même section et la même orientation d'études. Les
autorités et instances de la Communauté française, notamment les établissements scolaires, les services du
Ministère de la Communauté française, le Service général d'inspection, chacune pour ce qui la concerne,
vérifient que les études des élèves sont accomplies conformément aux prescriptions légales en vigueur en
Communauté française.

Un dispositif intitulé « test d’enseignement secondaire supérieur » ou TESS visant à accompagner les
établissements scolaires dans le processus d’évaluation certificative au terme de l’enseignement secondaire
a été mis en place à titre expérimental en 2009-2010 : des épreuves sont proposées qui portent, pour
chacune des disciplines visées, sur une partie des savoirs et compétences visés et sont destinées à s’intégrer,
pour chacune des disciplines concernées, à l’évaluation menée au sein de l’établissement. Le gouvernement
fixe annuellement les disciplines sur lesquelles portent les épreuves, ainsi que les formes, sections et options
concernées. Chaque pouvoir organisateur décide annuellement si les élèves concernés inscrits dans les
écoles qu’il organise participent ou non à cette évaluation. Dans un premier temps, une épreuve de français
portant uniquement sur la lecture de textes informatifs est destinée aux élèves inscrits en 6e année de
l’enseignement technique de qualification et en 7e année de l’enseignement professionnel. Une épreuve
d’histoire évalue la compétence de critique et porte sur les concepts de nationalisme et de fédéralisme dans
le contexte de la Belgique après 1945 ; elle est destinée aux élèves inscrits en 6e année de l’enseignement de
transition.

En cas de réussite de la 7e année préparatoire à l'enseignement supérieur, l'élève reçoit une attestation de
réussite.



Commission d'homologation

Décret relatif à l'évaluation externe des acquis des élèves de l'enseignement obligatoire et au certificat
d'études de base au terme de l'enseignement primaire



5.17.3. Enseignement de qualification


Un certificat d'enseignement secondaire du 2e degré (CES2D) est décerné aux élèves qui ont terminé avec
fruit le premier et le deuxième degré d'études dans l'enseignement secondaire.


                                                     202
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Une attestation de compétences intermédiaires est délivrée à tout élève ayant au moins terminé une 4e
année d'études dans l'enseignement professionnel ou technique au moment où il quitte l'établissement.
Cette attestation est délivrée par le conseil de classe. Elle précise pour chaque élève les compétences
acquises. Elle est rédigée en fonction des profils de formation.



Un certificat d'études de 6e année de l'enseignement secondaire professionnel est délivré aux élèves
réguliers qui ont réussi l'année. De la même manière, un certificat de 5e ou de 7e année de perfectionnement
et/ou de spécialisation de l'enseignement technique, artistique ou professionnel est délivré aux élèves qui
ont fréquenté et réussi les années correspondantes.



A l'issue de la section de qualification de l'enseignement secondaire, la réussite est certifiée en fonction de
l'adéquation des compétences de l'étudiant au profil de formation.



Les années d'études terminales sont sanctionnées par un certificat de qualification (CQ). Ce certificat est
délivré aux élèves qui ont suivi les cours et qui ont subi avec succès l'épreuve de qualification devant un jury
composé du chef d'établissement, d'enseignants des deux dernières années et de personnes extérieures
choisies sur la base de leurs compétences dans la qualification qui doit être attribuée. Ces certificats sont les
suivants:

    ●   Certificat de qualification de sixième année de l'enseignement technique, artistique, professionnel
        secondaire (CQ6);
    ●   Certificat de qualification de septième année de perfectionnement ou de spécialisation de
        l'enseignement) technique et artistique (CQ7);
    ●   Certificat de qualification de septième année de perfectionnement ou de spécialisation de
        l'enseignement professionnel (CQ7).



Un certificat d'enseignement secondaire supérieur (CESS) est délivré aux élèves réguliers qui ont réussi les
deux dernières années d'études dans l'enseignement secondaire technique ou artistique de plein exercice
dans la même forme d'enseignement, dans la même section et la même orientation d'études. Les autorités et
instances de la Communauté française, notamment les établissements scolaires, les services du Ministère de
la Communauté française, le Service général d'inspection, chacune pour ce qui la concerne, vérifient que les
études des élèves sont accomplies conformément aux prescriptions légales en vigueur en Communauté
française.

Le Ministère de la Communauté française appose le sceau de la Communauté française sur les certificats
d'enseignement secondaire supérieur délivrés par les établissements scolaires organisés ou subventionnés
par la Communauté française conformément aux prescriptions légales.



Un CESS est délivré aux élèves réguliers, qui ont terminé avec fruit une septième année professionnelle après
avoir accompli avec fruit une sixième année d'études de l'enseignement secondaire professionnel dans les
orientations B ou C. Le dispositif intitulé « test d’enseignement secondaire supérieur » ou TESS (voir 5.17.1.)
concerne également l’enseignement de qualification.



A l'issue de certaines années de l’enseignement professionnel, un certificat complémentaire de
connaissance de gestion (CCCG) est décerné aux élèves qui ont suivi le programme spécifique portant sur
                                                      203
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
l'exécution des activités professionnelles dans les petites et moyennes entreprises du commerce et de
l'artisanat. Ce titre leur permet d'accéder aux professions réglementées.



A l'issue du quatrième degré, des brevets de l'école professionnelle du cycle secondaire complémentaire
(BEPSC "soins infirmiers") sont délivrés. Des attestations de réussite sont délivrées chaque année.



Commission d'homologation

Service de la sanction des études, des jurys et de la règlementation



5.18. Orientation pédagogique, relations formation/emploi

L'orientation associe les équipes d'enseignants, les centres psycho-médico-sociaux, les parents, les élèves.
Elle est une des tâches essentielles du conseil de classe.



Diverses initiatives visent à améliorer l'information et l'orientation des élèves au cours des dernières années
de l'enseignement secondaire, notamment par un renforcement de la collaboration entre l'enseignement
secondaire et l'enseignement supérieur.



Le gouvernement met à la disposition des établissements d'enseignement secondaire des informations
relatives aux études. Depuis 2006, une brochure d’informations intitulée L’enseignement supérieur. Mode
d’emploi est envoyée à chaque élève de dernière année de l’enseignement secondaire. Elle présente les
études supérieures et donne des informations sur les conditions d’accès, les aspects financiers, les aides ainsi
que la liste des formations disponibles. Un soutien est apporté à de nombreuses initiatives existantes en
matière d’orientation étudiante et plus particulièrement les activités développées par le SIEP (service
d’information sur les études et les professions).



A la demande de l'élève inscrit en dernière année des Humanités générales et technologiques ou en 6e ou en
7e année des Humanités professionnelles et techniques, le centre psycho-médico-social associé à
l'établissement amène l'élève à découvrir ses motivations et ses capacités à mener à bien ses projets.



Dans le cadre de son projet d’établissement, chaque établissement peut affecter l'équivalent de deux
semaines réparties sur l'ensemble du troisième degré (degré de détermination) à des activités destinées à
favoriser la maturation par les élèves de leurs choix professionnels et des choix d'études qui en résultent. Ces
activités font partie des études régulières de l'élève. Les membres du personnel qui coordonnent et guident
ces activités sont en activité de service.



Un important service d'assistance à l'enseignement, extérieur à celui-ci est organisé par les centres psycho-
médico-sociaux (CPMS) (voir 4.15.1.). Tout le long du parcours scolaire de l'élève dans l'enseignement
secondaire, le rôle du CPMS consiste à orienter ou réorienter celui-ci. En cas de difficultés particulières, un
diagnostic et un plan de traitement sont établis en accord avec l'école et les parents.
                                                     204
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


5.18.1. Premier degré commun et premier degré différencié


A l'issue des huit premières années de la scolarité obligatoire, les élèves sont orientés vers la forme
d'enseignement la mieux adaptée à leurs aspirations et à leurs capacités. Le conseil de classe est responsable
de l'orientation. Il associe à cette fin le centre psycho-médico-social et les parents. A cet effet, il guide chaque
élève dans la construction d'un projet de vie scolaire et professionnelle.



L'itinéraire normal de l'élève est la poursuite des études, soit dans l'enseignement de plein exercice, soit dans
l'enseignement secondaire en alternance (voir 5.5. point B). En collaboration avec le centre psycho-médico-
social, chaque établissement d'enseignement secondaire communique aux élèves du premier degré (degré
d'observation) ainsi qu'à leurs parents, une information complète:

    ●    sur les formations organisées aux 2e (degré d'orientation) et 3e degrés (degré de détermination) des
         humanités professionnelles et techniques, en ce compris les formations artistiques;
    ●    sur les formations organisées aux 2e et 3e degrés des humanités générales et technologiques, en ce
         compris les formations artistiques;
    ●    sur les formations en alternance organisées conformément aux dispositions de la loi du 29 juin 1983
         concernant l'obligation scolaire.



Chaque établissement d'enseignement secondaire met en contact les élèves du premier degré par des visites
ou de courts stages d'observation avec des établissements d'enseignement de même caractère organisant
tant la section de transition que la section de qualification.

L'information, les visites et les stages favorisent une orientation positive des élèves à l'issue du premier
degré.

Depuis le décret du 30 juin 2006, au terme du premier degré de l’enseignement secondaire, les élèves
peuvent être orientés vers une année spécifique de différenciation et d'orientation. (voir 5.16.2.)



Trop de disparités d'une école à l'autre au début de l'enseignement secondaire en Communauté française de
Belgique



5.18.2. Enseignement de transition


Le diplômé de l'enseignement secondaire supérieur a la possibilité de suivre des études supérieures
(universitaires ou non) ou des formations d'adultes ouvrant sur l'emploi. Il peut également s'engager dans le
marché du travail.



Le gouvernement détermine les crédits d'études acquis dans le cadre de l'enseignement technique de
transition qui sont valorisables dans l'enseignement supérieur organisé dans les hautes écoles et dans
l'enseignement de promotion sociale ainsi que les modalités de cette valorisation. Des groupes de travail ont


                                                       205
EURYBASE                                            BELGIQUE – Communauté française
établi des concordances entre les exigences de l'enseignement supérieur et celles de l'enseignement
secondaire.



5.18.3. Enseignement de qualification




Le certificat de qualification permet l'entrée dans la vie active.



Le Décret-Missions a amélioré les conditions de la transition vers l'enseignement supérieur par une série de
dispositifs. Dorénavant, le gouvernement peut déterminer les crédits d'études qui peuvent être valorisés au
sein d'un parcours de formation dans l'enseignement secondaire ordinaire ou spécialisé, dans
l'enseignement de promotion sociale et dans l'enseignement supérieur, organisé dans les hautes écoles.



Des pôles d'innovation technologique (PITech) ont été mis en place dans les secteurs de l'agronomie, de
l'industrie, de la construction, de l'hôtellerie - alimentation, de l'économie et du paramédical. Ce sont des
lieux privilégiés de formation, d'information et de documentation qui visent notamment à concevoir et
expérimenter de nouveaux outils pédagogiques en rapport avec l'évolution technologique. Ils permettent
d'accroître la coopération entre les différents niveaux d'enseignement, par exemple par une meilleure
utilisation d'équipements et d'instruments didactiques performants.



Histoires ... d'insertions professionelles



5.19. Secteur privé

Le secteur de l’enseignement privé au sens strict, c’est-à-dire, entièrement organisé, financé et contrôlé par
des individus ou des associations de droit privé et seulement reconnu par la Communauté est extrêmement
limité. Il existe également en Belgique des écoles internationales (notamment européennes) et des écoles
qui dépendent directement d’un gouvernement étranger (British School, École japonaise…).



Parallèlement s’est développé en Belgique un enseignement dit libre qui, tout en étant non public ne peut
plus être vraiment qualifié de privé, vu les rapports qu’il entretient avec l’état en matière de financement et
de contrôle (voir 2.1. et 2.8.3.). Excepté en ce qui concerne quelques caractéristiques (en particulier les cours
de religion dans l’enseignement libre subventionné confessionnel), l’enseignement libre subventionné est
soumis aux mêmes règles que l’enseignement officiel subventionné.



Dans les établissements du réseau libre subventionné se réclamant d'un caractère confessionnel (très
majoritairement de religion catholique), l'horaire hebdomadaire comprend deux heures de la religion
correspondant au caractère de l'enseignement. Dans l'enseignement libre confessionnel, le cours de religion
peut être assuré par le titulaire.

                                                        206
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française



5.20. Variantes organisationnelles, structures alternatives

A. L’enseignement secondaire de type II dit 'traditionnel'


La loi qui a permis la rénovation de l'enseignement secondaire autorise la persistance, dans quelques
établissements subventionnés, de dispositions antérieures définies dans les lois organiques de 1957.



L'enseignement de type II comporte six années, divisées en deux cycles de trois ans. Il s'agit du cycle inférieur
de la première à la troisième année et du cycle supérieur de la quatrième à la sixième année. Pour accéder à
l'enseignement de type II, l'élève doit avoir obtenu le certificat d'études de base (voir 4.14.à la fin de la
sixième primaire de l'enseignement primaire. Il peut alors être inscrit en première année de l'enseignement
secondaire général ou technique de type II. Les élèves n'ayant pas obtenu le certificat d'études de base, mais
ayant suivi la sixième année de l'enseignement primaire peuvent être inscrits en 1re année de l'enseignement
général ou technique sur avis favorable du jury d'admission et moyennant l'accord des parents après avoir
reçu l'avis du centre psycho-médico-social.



Dès la première année du secondaire, l'enseignement est différencié entre les établissements
d'enseignement général et les établissements dispensant un enseignement technique et professionnel.

L'enseignement secondaire général comporte:

    ●   les humanités anciennes, comprenant les sections latin-grec, latin-mathématique et latin-sciences;
    ●   les humanités modernes comprennent les sections modernes scientifique A (mathématique forte),
        scientifique B (mathématique et sciences), économique (sciences économiques) et sciences
        humaines.



Les grilles horaires des deux premières années sont identiques à celles qui s’appliquent au premier degré de
l’enseignement de type I. Une année préparatoire à l'enseignement supérieur peut être organisée à l'issue du
cycle supérieur. A l'intérieur d'un établissement d'enseignement technique, l'enseignement est organisé en
deux cycles de trois années chacun et comporte des filières d’études différenciées.

Dans les formes techniques et professionnelles, sont organisées une quatrième année de finalité, qui peut
être suivie par une cinquième année de perfectionnement / spécialisation, une sixième année de
perfectionnement et de qualification et une année de qualification qui permet d'accéder à l'enseignement
supérieur. Dans l'enseignement secondaire général de type II, l'enseignement de la première langue
étrangère est obligatoire pour tous les élèves de la 1ère à la 6ème année.



La structure de l'enseignement de type II (avec les sections/filières) implique qu'à la fin de l'enseignement
primaire, les filières de formation soient clairement choisies. Celles-ci déterminent ainsi, dans la plupart des
cas, la trajectoire scolaire, malgré la possibilité de passage d'une filière à l'autre.




                                                      207
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française
Dans l'enseignement secondaire de type II, les organes essentiels intervenant dans l'évaluation et la
certification sont le corps professoral et le jury d'admission. La désignation de ceux-ci correspond à celle
décrite pour l'enseignement secondaire de type I. Les deux organes fondent leurs avis sur les mêmes
éléments que ceux énoncés dans l'enseignement secondaire type I. Les certificats et diplômes obtenus dans
l'enseignement traditionnel sont équivalents à ceux obtenus dans l'enseignement rénové.



B. Les centres d'éducation et de formation en alternance (CEFA)


L’enseignement dispensé par les centres d’éducation et de formation en alternance (CEFA) est un
enseignement secondaire de qualification, dans lequel la formation se fait en référence à un profil de
formation élaboré par la Commission communautaire des professions et des qualifications (CCPQ) qui doit
céder la place, au Service francophone des métiers et des qualifications (voir 2.7.2.3., point C).. L’élève est
tenu de fréquenter régulièrement l’établissement et l’entreprise, au minimum pendant un nombre d’heures
déterminé, selon un calendrier qui n’est pas nécessairement identique à celui du plein exercice.



Cadre législatif spécifique



Le 17 juillet 2001, un important décret visant à simplifier et à rendre plus opérationnelle la filière de la
formation en alternance, dans la perspective donnée par le Décret-Missions, a été adopté. Le passage de
l’appellation « enseignement à horaire réduit » à celle de « enseignement secondaire de formation en
alternance » met l’accent sur le fait qu’il s’agit d’une variante de l’enseignement secondaire au sein de
laquelle l’horaire est réparti d’une façon différente. Deux formes d’alternance sont distinguées: celle qui vise
les mêmes certificats et qualifications que l’enseignement de qualification de plein exercice (appelée
« alternance article 49 ») et celle qui vise des niveaux de qualification moins élevés, à travers des profils
spécifiques (appelée « alternance article 45 »); des mécanismes de passage d’une forme à l’autre sont prévus.



Types d'établissements



Un enseignement secondaire en alternance est organisé par des centres d'éducation et de formation en
alternance (CEFA). Le CEFA est une structure qui peut être commune à plusieurs établissements
d’enseignement secondaire de plein exercice ou de promotion sociale, dont le siège est situé dans un
établissement secondaire de plein exercice qui comprend de l'enseignement secondaire professionnel ou
technique de qualification. Les autres établissements sont appelés « établissements coopérants ». Ceux-ci
peuvent organiser une partie ou la totalité de la formation d'un groupe d'élèves, qu'il s'agisse de formation
générale ou de formation professionnelle.



Conditions d'admission



L'inscription est reçue toute l'année. Les élèves soumis à l'obligation scolaire à temps partiel peuvent
fréquenter les centres d'éducation et de formation en alternance (CEFA) à partir de 15 ans à condition qu'ils
aient suivi deux années d’enseignement secondaire. Les élèves soumis à l'obligation scolaire à temps partiel,



                                                     208
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
à partir de 16 ans, ainsi que les élèves qui ont eu 18 ans dans l’année civile, peuvent accéder aux CEFA, quel
que soit leur cursus (parfois sans certificat d'études de base).



Actuellement peuvent, en outre, être inscrits comme élèves réguliers dans des centres d'éducation et de
formation en alternance (CEFA), les jeunes de plus de 18 ans et de moins de 21 ans qui ont conclu soit un
contrat d'apprentissage de professions exercées par des travailleurs salariés (apprentissage industriel, voir
7.15.), soit une convention emploi-formation (voir 7.15.), soit toute autre forme de contrat ou de convention
reconnue par la législation du travail et s'inscrivant dans le cadre d'une formation en alternance qui aura reçu
l'approbation du Gouvernement de la Communauté française. Les jeunes de plus de 21 ans et de moins de
25 ans qui ont conclu un des contrats ou conventions mentionnés ci-dessus peuvent également être inscrits
dans un CEFA pour autant qu’ils aient bénéficié de l’enseignement secondaire en alternance depuis le 1er
octobre de l’année où ils ont atteint l’âge de 21 ans.



Un élève majeur qui n’a pas terminé soit une troisième année de qualification, soit une sixième de transition,
qui souhaite poursuivre sa formation, mais ne peut être inscrit dans l’Enseignement de plein exercice, ne
peut se voir refuser l’inscription dans un CEFA et bénéficie d’une priorité par rapport à d’autres adultes en ce
qui concerne l’établissement d’une convention emploi-formation ou d’un contrat d’apprentissage industriel.



Les conditions d’accès à chacune des années de l’enseignement secondaire en alternance « article 49 » sont
les mêmes que celles de l’enseignement secondaire de plein exercice correspondant. Pour accéder au cycle
supérieur de l’enseignement secondaire en alternance « article 45 », le certificat d’enseignement secondaire
inférieur ou un certificat de qualification (4e année de d’enseignement secondaire ordinaire ou spécialisé de
forme 4, 5e année de l’enseignement spécialisé de forme 3, 5e année de perfectionnement ou de
spécialisation de l’enseignement technique ou professionnel) ou l’attestation de compétences
professionnelles du deuxième degré de l’enseignement secondaire en alternance est nécessaire. Les élèves
qui n’ont obtenu aucun de ces certificats ne peuvent être admis comme élèves réguliers que dans le
deuxième degré.



Objectifs généraux et organisation de la formation



L'élève peut satisfaire à l'obligation scolaire à temps partiel (voir 2.5.) en poursuivant ses études dans le cadre
d'un enseignement secondaire en alternance.



L'enseignement secondaire en alternance est un enseignement professionnel ou technique de qualification,
de niveau secondaire inférieur ou supérieur, y compris la 7e professionnelle et la 7e technique de
qualification. Il est dispensé à raison de six cents périodes de cinquante minutes par an réparties sur vingt
semaines au moins de formation dans l’établissement et de six cents heures minimum de formation en
entreprise. Il peut être dispensé en dehors des heures d'ouverture des établissements d'enseignement de
plein exercice. Les cours en soirée ou pendant le week-end sont autorisés. Il peut aussi être organisé en
modules de formation.



Il comporte à la fois de la formation générale, y compris la formation sociale et personnelle et la préparation à
l'exercice d'une profession, notamment en alternance, par l'exercice d'un métier ou une convention

                                                       209
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
d'insertion socioprofessionnelle (voir ci-dessous). Il est à noter que, dans le cas de personnes ayant déjà
satisfait à l'obligation scolaire en suivant un enseignement en alternance, l'enseignement peut ne plus porter
que sur la préparation à l'exercice d'une profession.



Les centres établissent des conventions d'insertion socioprofessionnelle d’un an maximum, dont peuvent
bénéficier les élèves soumis à l’obligation scolaire à temps partiel ou ceux qui se sont inscrits dans un CEFA
avant le 31 décembre de l’année au cours de laquelle ils atteignent l’âge de 18 ans pendant l’année scolaire
qui suit celle de leur inscription dans le CEFA. Ces conventions d'insertion socioprofessionnelle sont
reconnues par la législation du travail, ou approuvées par l'exécutif de la Communauté française. Ces
conventions qui pourraient être reconduites pour permettre à l'élève de terminer son cycle de formation,
sont conclues entre le centre, l'entreprise d'accueil et l'élève autorisé par ses parents ou la personne détenant
l'autorité parentale. Cette convention fixe notamment les obligations réciproques de l'élève et de l'entreprise
d'accueil, le montant de l'indemnité de formation payable à l'élève,... Cette indemnité mensuelle progressive
de formation est à charge de l'entreprise d'accueil. Le montant minimal est fixé à 40, 50 et 58 pour cent du
revenu minimum mensuel moyen garanti, respectivement en 1re, 2e et 3e années de formation sauf lorsque
la Commission paritaire décide de faire référence au salaire minimum sectoriel. L'indemnité est
proportionnelle au nombre d'heures de formation en entreprise. Elle peut comprendre des avantages en
nature. Les patrons bénéficient d'une exonération partielle des charges sociales patronales.



Depuis le 1er janvier 1994, l'enseignement secondaire en alternance participe au programme du Fonds Social
Européen. L'objectif de ce programme est d'améliorer la formation professionnelle des jeunes afin de
favoriser leur insertion sur le marché du travail.



Ces modalités de travail renforcent les partenariats entre instituts de formation, établissements
d'enseignement et entreprises.



Depuis 1999-2000, des normes d’encadrement plus favorables sont accordées pour la guidance psycho-
médico-sociale dans l’enseignement secondaire en alternance.



Pour les élèves soumis à l’obligation scolaire et pour les élèves majeurs exclus, la formation peut être
précédée d’un module de formation individualisée qui comprend notamment l’élaboration du projet de vie,
l’orientation vers un métier, l’éducation aux règles de vie en commun, la mise à niveau des connaissances
élémentaires de base et l’acquisition de compétences minimales nécessaires pour accéder à la formation en
entreprise.



Passage de classe et orientation pédagogique



Les décisions relatives au passage de classe ou de cycle et à la délivrance des diplômes, certificats de réussite
et attestations au sein d’un CEFA sont de la compétence du conseil de classe de l’enseignement secondaire
en alternance.




                                                      210
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Les élèves « article 49 » doivent atteindre le même niveau de compétence que leurs condisciples de plein
exercice et peuvent donc réintégrer cet enseignement après avoir fréquenté l’enseignement secondaire en
alternance.



De façon générale, une attestation de réinsertion dans l’enseignement secondaire ordinaire ou dans
l’enseignement spécialisé de plein exercice peut être délivrée à l’élève qui, ayant fréquenté le CEFA pendant
une année scolaire au moins, est jugé apte à poursuivre normalement ses études soit en quatrième, soit en
cinquième année de l’enseignement professionnel.



Certification



Les certificats et attestations délivrés dans un enseignement secondaire en alternance « article 49 » sont
identiques à ceux qui sont délivrés dans l’enseignement secondaire de plein exercice, sauf qu’ils
mentionnent que le titre a été délivré dans l’enseignement secondaire en alternance.



L’élève de l’enseignement secondaire en alternance « article 45 » qui a suivi les cours de manière régulière et
a atteint les compétences fixées par le profil spécifique de formation obtient un certificat de qualification (il
peut s’agir d’une formation reconnue, ou dont l’intitulé est identique à un intitulé du plein exercice, ou
reconnue par le ministre comme formation qualifiante).



Si l’élève n’obtient aucun des certificats ou attestations évoqués dans les paragraphes précédents, il peut
obtenir une attestation de compétences professionnelles du deuxième degré professionnel de
l’enseignement secondaire en alternance.



C. Département de la Défense Nationale


La formation militaire reste une compétence fédérale et relève de l'autorité du Ministre de la Défense
nationale.

Un enseignement secondaire supérieur est organisé par le département de la défense nationale. Les trois
écoles de sous-officiers (Dinant, Zedelgem et Saffraanberg) sont des écoles d'enseignement secondaire
supérieur qui délivrent des certificats revêtus du sceau de la Communauté française (à partir de 2008).



D. Enseignement artistique


L'enseignement artistique est organisé soit en plein exercice, soit à horaire réduit. Dans ce dernier cas, il
s'intitule enseignement de promotion socioculturelle.



Enseignement artistique de promotion socioculturelle



                                                      211
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Voir 7.4.3..



Enseignement artistique de plein exercice



Des "humanités musicales" et des "humanités artistiques" (arts plastiques) de plein exercice sont organisées
au 2e (degré d'orientation) et 3e degrés (degré de détermination) de l'enseignement secondaire dans les
sections de transition et sections de qualification. Le programme comporte une partie importante de cours
généraux qui sont complétés par des cours artistiques dans la spécialité choisie.



Cet enseignement est surtout considéré comme une option dans laquelle les disciplines artistiques sont
étudiées et exercées dans le but d'une formation générale, mais cette option offre en même temps une
formation pré-professionnelle en musique, arts de la parole, danse et arts plastiques.



E. La formation professionnelle organisée dans les Institutions publiques de protection de la
jeunesse (IPPJ)


Les cinq institutions publiques de protection de la jeunesse (IPPJ) de la Communauté française accueillent
des mineurs d'âge de plus de 12 ans sur décision de l'autorité judiciaire. L'enseignement général donné dans
ces établissements vise au développement de la compréhension et de l'esprit critique en utilisant comme
base l'actualité; il a aussi comme but de combler, autant que faire se peut, les carences constatées en
arithmétique et dans l'utilisation de la langue d’enseignement. L'enseignement, dispensé à temps plein ou à
temps partiel au cours de la période de placement, constitue un enseignement à domicile au sens de la loi
sur l'obligation scolaire. Le service d'inspection délivre des attestations de fréquentation.



Les formations professionnelles organisées au sein de ces établissements font partie de l'ensemble des
moyens thérapeutiques mis en œuvre par les établissements pour réaliser les objectifs éducatifs.

Une des méthodes de traitement consiste en l'engagement des mineurs dans un cours professionnel de
façon à les amener à se créer personnellement l'obligation de faire, jour après jour, un effort. Cet aspect est
extrêmement important étant donné que l'on constate que ces mineurs sont souvent profondément
instables et peu persévérants.



Les orientations professionnelles, les programmes et méthodes d'enseignement sont régulièrement discutés
avec les personnes responsables et adaptés aux besoins des élèves et aux nécessités professionnelles.

Éventail des formations

     ●    Établissements pour jeunes gens: ferronnerie, maçonnerie, carrosserie, peinture, plomberie, ajustage
          - tournage, menuiserie, électricité, soudure, atelier polyvalent dans lequel différentes techniques
          sont proposées afin de permettre à certains élèves de s'initier à différents travaux et matériaux avant
          de choisir une formation.
     ●    Établissements pour jeunes filles: cuisine, travaux de bureau, esthétique, couture industrielle et
          coiffure. Une formation en arts plastiques et céramiques est également organisée. Une classe



                                                      212
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
         spéciale prépare des jeunes filles aux examens du jury de la Communauté française pour l’obtention
         du certificat d’enseignement secondaire du deuxième degré.



Il faut cependant constater que le libre choix d'une formation est parfois limité par l'éventail des formations
proposées dans chaque établissement, ainsi que par le nombre d'élèves pouvant être acceptés dans chaque
atelier ou cours. Il peut également arriver que des motifs intellectuels ou physiques nécessitent d'orienter un
élève vers telle ou telle formation.



Une coordination existe entre la classe et l'atelier afin de dépister les entraves à l'apprentissage résultant d'un
manque de connaissance de base. Des cours d'éducation physique, de morale et de religion sont également
dispensés.



L'enseignement doit être individualisé. En effet, l'ensemble des élèves constitue un groupe hétérogène: les
élèves arrivent à des dates différentes, l'âge varie entre 12 et 21 ans, l'acquis pédagogique est variable d'un
élève à l'autre, les expériences sociales et les intérêts également.



F. Jurys de la Communauté française


Le système des jurys de la Communauté française organisé par Ministère de la Communauté française,
représente une filière alternative d'examens permettant d'obtenir un diplôme en dehors des voies
traditionnelles de l'enseignement dispensé dans les écoles. Ces examens s'adressent donc essentiellement
aux autodidactes ou à ceux qui ont abandonné leurs études. Bien entendu, ces épreuves nécessitent une
sérieuse préparation personnelle du fait que le candidat est livré à lui-même. Des possibilités de préparation
existent toutefois dans des écoles officielles, ou dans des écoles privées et par la voie de l'enseignement à
distance.

Des arrêtés de l'Exécutif fixent les règles régissant l'organisation et le fonctionnement des jurys.            Ils
déterminent aussi les modalités selon lesquelles sont organisés les examens.

Au niveau de l'enseignement secondaire, il est possible d'obtenir les titres suivants devant ces jurys:

    ●    Certificat d'enseignement secondaire du deuxième degré (degré d'orientation) général, technique,
         artistique ou professionnel (depuis le 1/09/99);
    ●    Certificat d'enseignement secondaire supérieur général, technique, artistique ou professionnel
         (CESS);
    ●    Diplôme d'aptitude à accéder à l'enseignement supérieur (DAES) pour les étudiants ayant terminé
         une 7e professionnelle et les étudiants de nationalité étrangère ayant obtenu une équivalence de
         leur diplôme national avec le seul Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur n'admettant qu'à
         l'enseignement supérieur de type court;
    ●    Diplôme d'admission à l'examen de candidat ingénieur civil.

En outre, il reste possible, en application des dispositions réglementaires antérieures, de présenter les
épreuves préparatoires permettant l'accès aux études d'assistant(e) en soins hospitaliers (enseignement
professionnel secondaire complémentaire) et aux études supérieures paramédicales (voir 6.10.).

G. L’enseignement en immersion


                                                       213
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
De plus en plus d’écoles ou implantations mettent en œuvre l'immersion linguistique en allemand, en anglais
ou en néerlandais. Le décret du 11 mai 2007 réglemente l’enseignement en immersion. L'élève aborde
l'apprentissage par immersion soit au niveau de la dernière année de l'enseignement maternel, soit au
niveau de la troisième année de l'enseignement primaire, soit au niveau de la première année de
l'enseignement secondaire. Une école secondaire qui organise de l'apprentissage par immersion au niveau
de la première année de la troisième étape du continuum pédagogique (1er cycle de l’enseignement
secondaire) offre la possibilité de poursuivre cet apprentissage au moins au cours de la deuxième année de
cette troisième étape. Au cours de la troisième étape du continuum pédagogique, la partie de la grille horaire
hebdomadaire en immersion couvre au moins 8 périodes et au plus 13 périodes. L'organisation de
l'apprentissage par immersion est également possible durant les deuxième et troisième degrés de
l'enseignement secondaire. Les cours de morale et de religion ne font pas partie de la partie de la grille
horaire pouvant faire l'objet d'un apprentissage par immersion.

L'apprentissage par immersion poursuit :

    ●    En ce qui concerne les cours et activités pédagogiques assurés dans la langue de l'immersion, la
         maîtrise des compétences définies, selon le cas, dans les socles de compétences, les compétences,
         savoirs et profils de formation visés dans le Décret-Missions;
    ●    En ce qui concerne la langue de l'immersion, la maîtrise des compétences liées à la communication
         orale et écrite dans cette langue définies dans les socles de compétences et dans les compétences,
         savoirs visés dans ce même décret.

Lorsqu'une école ou une implantation d'école organise l'apprentissage par immersion, cette organisation est
mentionnée dans le projet d'établissement. L'inscription dans l'apprentissage par immersion ne peut être
soumise à aucune sélection préalable.



La scolarisation et le (ré)-accrochage scolaire dans les sections éducatives des IPPJ...

Commission Communautaire des Professions et des Qualifications

Service de la sanction des études, des jurys et de la règlementation

Service général de l'enseignement de promotion sociale, de l'enseignement artistique à horaire réduit et de
l'enseignement à distance (AGERS)



5.21. Données statistiques

Pour des statistiques sur …

    ●    Les établissements d’enseignement, voir 5.21.1.;
    ●    Les élèves, voir 5.21.2.;
    ●    Le nombre d’élèves par enseignant, voir 5.21.3.;
    ●    La certification, voir 5.21.4.,

Les redoublements, voir 5.21.5.



Entreprise des technologies nouvelles de l'information et de la communication (ETNIC)




                                                       214
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française

5.21.1. Nombre d’établissements


Un établissement est constitué d’une ou de plusieurs implantations placées sous la direction d’une personne:
le directeur.



Nombre d’écoles par réseau et par niveau d’enseignement (2007-2008)


                   Total          Communauté       Communal        Provincial        Libre
Secondaire
de plein                   509              128               45              40              296
exercice
Secondaire
                           43                10                9                4             20
CEFA



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



L'enseignement en chiffres 2006-2007



5.21.2. Effectifs scolaires par réseau et par filière


Nombre d’élèves total par réseau en 2007-2008


                       Total             Communauté         Provincial        Communal              Libre
Secondaire de
                            344.528            81.003              32.129            23.566            207.830
plein exercice
Secondaire
                                 9.009            1.925             1.640             1.099                 4.345
CEFA
TOTAL                       353.537            82.928              33.769            24.665            212.175



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Effectifs dans le 1er degré par réseau en 2007-2008 (plein exercice)


                             Total         Communauté          Officiel           Officiel          Libre
                                                              provincial        communal
Total                            109.057           27.843             6.498            6.916            67.800
1re A 2e commune et               95.782           25.119             4.656            5.768            60.239

                                                     215
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française

années
complémentaires
1re B et 2e
                                  13.275           2.724             1.842           1.148       7.561
professionnelle



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Effectifs dans le 2e degré par réseau en 2007-2008 (de plein exercice)


                          Total            Communauté       Officiel           Officiel      Libre
                                                           provincial        communal
Total                        123.591             29.175          12.410             8.924       73.082
Forme générale                60.004             17.444              1.249          3.308       38.003
Forme technique
et artistique de               9.537               563               1.654            724        6.596
transition
Forme technique
et artistique de              24.892              5.352              4.186          1.750       13.604
qualification
Forme
                              29.158              5.816              5.321          3.142       14.879
professionnelle



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Effectifs dans le 3e degré par réseau en 2007-2008


                          Total            Communauté       Officiel           Officiel      Libre
                                                           provincial        communal
Total                        107.286             23.831          11.842             7.726       63.887
Forme générale                44.963             13.197               953           2.415       28.398
Forme technique
et artistique de               7.544               616               1.298            608        5.022
transition
Forme technique
et artistique de              28.674              5.459              4.848          2.096       16.271
qualification
Forme
                              26.105              4.559              4.743          2.607       14.196
professionnelle



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



                                                    216
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française
Effectifs dans le 4e degré par réseau en 2007-2008


                                 Total          Communauté           Officiel provincial       Libre
Total                            4.594               154                   1.379               3.061



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Enseignement secondaire en alternance: effectifs par option groupée (forme professionnelle
et forme technique de qualification confondues) en 2007-2008


              Options groupées                      H+F                     H                   F
Agronomie                                                    383                     296                  87
Industrie                                                  1.466                   1.456                  10
Construction                                               2.523                   2.512                  11
Hôtellerie - alimentation                                    873                     614                 259
Habillement                                                   11                       7                   4
Arts appliqués                                                 7                       1                   6
Économie                                                   2.560                     916               1.644
Services aux personnes                                       916                     123                 793
Sciences appliquées                                            3                       3                   0
Divers EHR "accueil"                                         267                     172                  95
TOTAL                                                      9.009                   6.100               2.909



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Enseignement secondaire en alternance: effectifs par réseau et degré en 2007-2008


                                   Total                    2e degré                       3e degré
Communauté                                  1.925                          1.249                        676
Officiel provincial                         1.640                            749                        891
Officiel communal                          1.099                             836                        263
Libre                                      4.345                           2.719                       1.626
Total                                      9.009                           5.553                       3.456



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



L'enseignement en chiffres 2006-2007

Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.


                                                    217
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française


5.21.3. Nombre d’élèves par enseignant rémunéré (équivalents temps plein)
dans l’enseignement secondaire ordinaire


                                                                             2007-2008
          Nombre d'équivalents temps plein                                     36.759
                  Nombre d'élèves                                              353.537
           Nombre d'élèves par enseignant                                       9,62



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



5.21.4. La certification


Certificats dispensés au terme de l’année 2006-2007 dans l’enseignement secondaire
ordinaire de plein exercice


                                           Enseignement          Enseignement
                                            technique et          technique et
                               Enseignement artistique de         artistique de Enseignement
                                  général    transition           qualification professionnel      Total
Certificats d'études de base
                                                                                                      3.780
(CEB)
Certificats d'enseignement
secondaire du 2e degré                24.031             3.881              3.881        8.742       40.535
(CESDD)
Certificats d'enseignement
                                      19.134             3.008             10.345        3.890       36.377
secondaire supérieur (CESS)
Certificats de qualification                                                7.050        8.538       15.588
Certificat d'études de 6e
année de l'enseignement
                                                                                         7.169        7.169
secondaire professionnel
(CE6P)



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Certificats d'enseignement secondaire du deuxième degré (CES2D) délivrés en 2007 dans
l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice


                                      H+F                            H                      F

Général                               24.031                      10.978                  13.053


                                                   218
EURYBASE                                        BELGIQUE – Communauté française

Technique de transition               3.828                     1.956                  1.872

Artistique de transition               53                            22                  31

Technique de qualification
                                      3.828                     1.956                  1.872


Artistique de qualification
                                       53                            22                  31


Professionnel                         8.742                     4.629                  4.113




Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Certificats d'enseignement secondaire supérieur (CESS) délivrés en 2007 dans
l’enseignement secondaire ordinaire de plein exercice


                                      H+F                            H                   F

Général                              19.134                     8.378                  10.756

Technique de transition               2.944                     1.531                  1.413

Artistique de transition               64                            19                  45

Technique de qualification
                                     10.253                     4.774                  5.479

Artistique de qualification
                                       92                            32                  60


Professionnel                         3.890                     1.802                  2.088




Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Certificats de qualification délivrés en 2006-2007 dans l'enseignement secondaire ordinaire
de plein exercice


                                                                          Certificats de qualification
TOTAL CQ                                                                                         15.588
Enseignement technique et artistique de qualification (CQ6)                                       6.799
Enseignement technique et artistique de qualification (CQ7)                                         251
Enseignement professionnel (CQ6)                                                                  5.549
Enseignement professionnel (CQ7)                                                                  2.989
Enseignement professionnel complémentaire (CEPSC)                                                15.588

                                                   219
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.



5.21.5. Pourcentages d'élèves redoublants selon l’année d’études et la filière


Enseignement
secondaire
                  1re année 2e année 3e année 4e année 5e année 6e année           7eannée   4e degré
ordinaire
2007-2008
Général             13,1        9,9        12,3        12,4          10,1   4,5      0,8        -
Technique de
                      -           -        29,4        24,3          21,4   7,4
transition                                                                            -         -
Artistique de
                      -           -        36,6        22,2          17,5   6,3
transition                                                                            -         -
Technique de
                      -           -        34,2        21,9          23,3   9,2
qualification                                                                        9,3        -
Artistique de
                      -           -        56,7        20,0          37,3   12,1
qualification                                                                         -         -
Professionnel        1,3        0,5        24,9        16,5          20,0   10,6     6,5       15,0



Source: Service des Statistiques de l'ETNIC - Communauté française



Statistiques de l'enseignement de plein exercice et budget des dépenses d'enseignement, Annuaire 2007-
2008.




                            6. Enseignement supérieur




                                                   220
EURYBASE                                                                                    BELGIQUE – Communauté française
Organisation du système éducatif en Communauté française de Belgique, 2008/09
         1    2     3     4      5   6         7          8          9        10    11   12         13         14          15         16         17         18         19         20         21          22   23   24   25   26   27



 BE fr            ENSEIGNEMENT
                  MATERNEL
                                     E N S E I G N E M E N T P R I MA I R E                   S E CO N DA I R E D E T R A N S I T I O N G É N É R A L / T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E D E Q UA L I F I C AT I O N T E C H N I Q U E / A R T I S T I Q U E


                                                                                                                 S E CO N DA I R E P R O F E S S I O N N E L

                                                                                                                                                               UNIVERSITÉ

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE LONG

                                                                                                                                                               NON UNIVERSITAIRE CO U R T




             Préprimaire non scolaire - CITE 0                                                                            Préprimaire scolaire - CITE 0
             (autre ministère que celui de l’Éducation)                                                                   (administration scolaire)

             Primaire - CITE 1                                                                                            Structure unique - CITE 1 + CITE 2
                                                                                                                          (continuité entre CITE 1 et CITE 2)

             Secondaire inferieur général - CITE 2                                                                        Secondaire inférieur professionnel - CITE 2
             (préprofessionnel inclus)

             Secondaire supérieur général - CITE 3                                                                        Secondaire supérieur professionnel - CITE 3
             Post-secondaire non supérieur - CITE 4
             Enseignement supérieur - CITE 5A                                                                             Enseignement supérieur - CITE 5B
 Allocation aux niveaux CITE:                                                      CITE 0                                 CITE 1                                                CITE 2

             Enseignement obligatoire à temps plein                                                                             Enseignement obligatoire à temps partiel
             Temps partiel ou en alternance                                                                                                                      Année complémentaire
 -/n/-       Expérience professionnelle obligatoire + durée                                                                                                      Études à l'étranger
Source: Eurydice.




L'enseignement supérieur est dispensé dans les universités, dans les hautes écoles, dans les écoles
supérieures des arts (enseignement supérieur artistique) et dans les instituts supérieurs d’architecture.
L’enseignement supérieur est composé d’études dites de type court (études de trois ans ou quatre ans) et de
type long (quatre ou cinq ans). Les deux types se rencontrent dans les hautes écoles et dans les écoles
supérieures des arts, tandis que les universités et les instituts supérieurs d’architecture n’offrent que des
études de type long. L’enseignement de type long est de caractère et de niveau universitaire.

Deux ou plusieurs universités peuvent s’associer pour former une «académie». Une académie peut établir des
relations de partenariat avec d’autres établissements d’enseignement supérieur.




L'enseignement supérieur dans son ensemble doit assurer une mission de formation permanente et
continuée et des services à la collectivité notamment en collaborant avec le monde éducatif (relations avec
l'enseignement secondaire), social, économique et culturel.



6.1. Aperçu historique



                                                                                                     221
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française
Le souci d'équilibre politique et philosophique, d'une part, et la nécessité économique, d'autre part, ont
structuré au fil des décennies le paysage actuel de l'enseignement supérieur.



A l'origine de la Belgique indépendante, l'enseignement universitaire est organisé dans deux universités de
l'État, Liège et Gand (francophone à l'époque), à l'Université catholique de Louvain et à l'Université libre de
Bruxelles. Au départ, l'université prépare aux professions d'ingénieur, de médecin, de juriste, d'historien... Les
sciences, présentes au départ, ne connaîtront leur essor que bien plus tard. Il faut attendre, en effet, la
décennie 1860 pour que soient créés des laboratoires et des services de recherche dans les 4 universités,
souvent en concurrence, dans le respect de l'autonomie. Le mouvement d'extension très vite s'amplifie dès le
dernier quart du 19e siècle, car les capitaines d'entreprises de la Belgique (au quatrième rang des nations
industrielles) doivent s'entourer de plus en plus de cadres de haut niveau. Les écoles supérieures techniques
se développent dans les bassins houillers et métallurgiques. Les écoles supérieures de commerce se créent à
la charnière des deux siècles.



En 1968, l'unilinguisme régional s'étend à l'enseignement supérieur. La décision de déménager en Wallonie
la section francophone de Louvain en est l'illustration la plus connue.



Les conditions de financement de l'enseignement supérieur, tant universitaire que non-universitaire ont été
revues ces dernières années (voir 2.8.7.). Les objectifs communs à tous les types et à tous les publics de
l'enseignement supérieur et les pistes pour favoriser leur mise en pratique ont été discutés au sein du Conseil
de l'éducation et de la formation (voir 2.7.2.2.).



A la fin des années ’90, les conditions d'accès aux études supérieures ont été revues. Les étudiants qui ont
connu des échecs successifs ne peuvent dorénavant plus être subsidiés.

En mars 2004, un important décret appelé « décret Bologne » a redéfini l’ensemble de l’enseignement
supérieur en Communauté française, favorisant son intégration à l’espace européen. Ce décret est entré en
application à partir de septembre 2004. Le même système s’applique désormais à l’ensemble de
l’enseignement supérieur. Quelques termes techniques ont été redéfinis ou simplifiés (les grades, par
exemple) et l’enseignement est organisé en trois cycles, délivrant les titres de bachelier, de master ou de
docteur (seules les universités proposent le 3e cycle ou doctorat). Les modalités de partenariat entre les
universités et les autres établissements sont réglementées. L’utilisation des ECTS est confirmée, une année
d’études correspondant à 60 ECTS.



Evolution comparative des législations scolaires dans les trois Communautés belges

Histoire de l'enseignement en Belgique



6.1.1. Universités


Un décret, entré partiellement en vigueur dès l'année académique 1995-1996, réglemente l'enseignement
universitaire. Il accorde une autonomie accrue aux universités, notamment en ce qui concerne l'organisation
des études et le contenu des programmes et abolit également l'ancienne distinction entre les grades légaux
et les grades scientifiques en établissant une seule catégorie de grades académiques.
                                                      222
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française


Des textes récents visent à clarifier l'offre d'enseignement en limitant la multiplication des diplômes de base
et en encourageant la polyvalence des formations offertes. Le Gouvernement fédéral a imposé des quotas
dans le nombre de médecins qui pourront exercer leur profession à partir de l'an 2002. Le décret dit « de
Bologne » du 31 mars 2004 a modifié la loi du 27 juillet 1971 sur le financement et le contrôle des institutions
universitaires. Diverses mesures ont été adoptées afin de diminuer le nombre d'échecs en première année
(actuellement 60%) et d'améliorer l'orientation dans les premières années. Le coût des échecs en première
année du supérieur a été estimé à près de 50.000.000 euros par an. Le décret du 31 mars 2004 prévoit par
ailleurs des mesures d’aide à la réussite. Les institutions universitaires consacrent à l'aide à la réussite des
étudiants, au sein de leur établissement ou par transfert à leur académie, un montant correspondant à au
moins dix pour cent de l'allocation de base dont elles bénéficient pour les étudiants de première génération
qu'elles accueillent. De plus, des crédits supplémentaires ont été accordés aux académies à partir de 2008
pour soutenir leurs interventions en matière d’aide à la réussite.



Les Régions veillent à développer des passerelles entre le monde universitaire et le monde de l'entreprise. La
Région wallonne, par exemple, finance des projets de recherche développés par les universités dans des
secteurs économiquement porteurs, des doctorats et post-doctorats à finalité technologique, utiles pour les
entreprises.




Les grades universitaires se répartissaient auparavant en deux catégories: les grades légaux et les grades
scientifiques. Les grades universitaires légaux étaient des grades sanctionnant des études dont les conditions
d'admission, le programme et la durée étaient fixés par la loi. Les grades universitaires scientifiques étaient
des grades sanctionnant des études dont les conditions d'admission, le programme et la durée étaient fixés
directement par l'université, sans être réglementés par la loi. Il s'agissait d'études universitaires qui étaient
développées à côté des facultés traditionnelles pour couvrir des besoins nouveaux auxquels ne répondaient
pas les cycles d'études menant aux grades universitaires légaux. Les études qu'ils sanctionnaient étaient soit
des études organisées selon le schéma traditionnel (candidature, licence, doctorat), soit des études
complémentaires de spécialisation faisant suite à un deuxième cycle. Les dénominations étaient
particulièrement variées: certificat, certificat complémentaire, certificat de spécialisation, certificat
complémentaire de spécialisation, certificat d'études approfondies, licence, licence spéciale... Au plan
strictement académique (contenu, durée et niveau d'études), il n'y avait aucune différence entre les grades
universitaires légaux, les grades universitaires scientifiques et les grades universitaires légaux délivrés à titre
scientifique. En 1994, la distinction entre grades légaux et grades scientifiques a été abolie.



Décret portant diverses mesures en matière d'enseignement supérieur



6.1.2. Hautes écoles


Avant 1990, de nombreux graduats agricoles, économiques et techniques, ainsi que diverses sections de
l'enseignement artistique étaient organisées en deux ans. Un des effets de la parution de la directive
européenne sur la reconnaissance des diplômes couronnant un cycle d'au moins trois ans d'études
supérieures (21 décembre 1988), a été la décision des ministres de l'éducation de porter à trois ans toutes les
études de graduat dans l'enseignement supérieur non-universitaire.
                                                       223
EURYBASE                                         BELGIQUE – Communauté française


Un important décret réorganisant l'enseignement supérieur autre qu'universitaire en hautes écoles a été
voté le 5 août 1995. Il est entré en application dès la rentrée 1996-1997. Les principales modifications qu'il
apporte à la structure de l'enseignement supérieur autre qu'universitaire consistent notamment en:

    ●   un regroupement des établissements d'enseignement supérieur de type long et de type court dans
        trente unités pluricatégorielles (et/ou pluritypes), dénommés hautes écoles, dont la taille optimale
        doit permettre de réunir les moyens nécessaires à leur mission;
    ●   un accroissement considérable de l'autonomie des établissements d'enseignement et un
        élargissement de leurs attributions au-delà de la formation initiale;
    ●   l'introduction d'un système d'évaluation de la qualité de l'enseignement;
    ●   la mise en place d'une structure de participation des étudiants à la gestion des hautes écoles;
    ●   la création de diplômes de spécialisation qui peuvent être obtenus dans le prolongement d'études
        relevant tant de l'enseignement supérieur de type court que de l'enseignement de type long.



Le regroupement est établi sur la base d'un projet pédagogique. La réforme vise à maîtriser les coûts de
l'enseignement supérieur et à rationaliser l'offre d'enseignement Le but, à terme, est d'améliorer la qualité
tout en s'inscrivant dans un mouvement déjà largement amorcé à l'étranger. Cette réforme concerne plus de
65.000 étudiants et quelque 8.000 enseignants et assistants.

A la fin des années ’90, les conditions d'accès aux études supérieures ont été revues. Les étudiants qui ont
connu des échecs successifs ne peuvent dorénavant plus être subsidiés. De même les hautes écoles peuvent
refuser sous certaines conditions l'inscription des personnes qui ont obtenu plusieurs diplômes de
l'enseignement supérieur dans les années qui précèdent.



Les grades académiques délivrés par les hautes écoles ont été fixés par un décret daté du 2 juin 2006 (qui
sera complété et actualisé à différentes reprises par la suite).

En vertu d’un décret adopté début 2008, des crédits supplémentaires ont été accordés aux académies pour
soutenir leurs interventions en matière d’aide à la réussite. Ce même décret prévoit également la prise en
charge par la Communauté française d’un temps de travail à consacrer à l’évaluation de la qualité.



Décret établissant les grades académiques délivrés par les Hautes Ecoles organisées ou subventionnées par
la Communauté française et fixant les grilles d'horaires minimales



6.1.3. Écoles supérieures des arts


Deux décrets datés du 17 mai 1999 et du 20 décembre 2001 ont donné un cadre à l’enseignement dispensé
dans les écoles supérieures des arts, qui fait désormais partie de l’enseignement supérieur.



Depuis 1999, l’enseignement supérieur artistique est organisé en cinq domaines, dont quatre sont
réellement organisés:

    ●   le domaine des arts plastiques visuels et de l’espace,
    ●   le domaine de la musique,
                                                     224
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
    ●    le domaine du théâtre et des arts de la parole,
    ●    le domaine des arts du spectacle et des techniques de diffusion et de communication.



Il existe aujourd’hui 17 écoles supérieures des arts.

Un décret adopté début 2008 prévoit la prise en charge par la Communauté française d’un temps de travail à
consacrer à l’évaluation de la qualité.



Enseignement supérieur, mode d'emploi

Service général des Hautes Ecoles et de l'Enseignement artistique du niveau supérieur (AGERS)



6.1.4. Instituts supérieurs d’architecture


Selon une loi de 1977 et les dispositions prises en application de cette loi, l’enseignement de l’architecture
était déjà auparavant un enseignement supérieur de niveau universitaire, dispensé en 5 ans. Quelques
modifications ont été apportées à son organisation en 2004 en vue de favoriser son intégration à l’espace
européen.

Un décret adopté début 2008 prévoit la prise en charge par la Communauté française d’un temps de travail à
consacrer à l’évaluation de la qualité.



Décret portant diverses mesures en matière d'enseignement supérieur

Loi relative à l'organisation de l'enseignement de l'architecture



6.2. Débats en cours
Le 14 avril 2010, le Parlement de la Communauté française a adopté une proposition de résolution relative à
la suppression du contingentement fédéral limitant le nombre de médecins, de dentistes et de
kinésithérapeutes : il recommande au Gouvernement de la Communauté française d’inviter le gouvernement
fédéral à prendre les dispositions nécessaires à l’abrogation de ce système dit du numerus clausus, qui a
conduit, pendant plusieurs années, la Communauté française à prendre diverses mesures visant à limiter le
nombre de diplômés.

En avril 2009, un décret qui organise le transfert des instituts supérieurs d’architecture vers les universités a
été adopté. L’année 2009-2010 permet la préparation de ces transferts qui seront effectifs à la rentrée
académique 2010-2011.



Décret organisant le transfert de l'enseignement supérieur de l'architecture à l'université




                                                        225
    EURYBASE                                                      BELGIQUE – Communauté française

    6.3. Cadre législatif spécifique

    Une loi de 1933 protège les titres d'enseignement supérieur.

    L'enseignement supérieur a été réorganisé par une loi votée le 7 juillet 1970. Cette loi a regroupé et
    rapproché toutes les formations qui succèdent à l'enseignement secondaire; elle les a classées selon
    l'organisation des études et leur finalité.



    Dès le 15 mars 1999, deux arrêtés du gouvernement définissent les conditions auxquelles les étudiants
    peuvent passer d’une université à une haute école et vice versa (« passerelles »).



    Un décret daté du 16 mai 2002 a instauré la promotion de la santé dans l’enseignement supérieur non
    universitaire: ce décret prévoit notamment des actions de promotion de la santé, des mesures individuelles
    au bénéfice des étudiants et un recueil d’informations sanitaires.



    Un décret dit « décret Bologne », approuvé le 31 mars 2004 et dont la plupart des dispositions sont entrées
    en application pour l’année académique 2004-2005, a redéfini l’enseignement supérieur en Communauté
    française, favorisant son intégration à l’espace européen. Le tableau ci-dessous synthétise la structure des
    études dans les différents types d’établissements.

                                                         Enseignement supérieur

                                                                                                                            Instituts
                                                              Hautes écoles                   Ecoles supérieures des Arts
                                                                                                                            d’architecture
                            Universités
                                                                                                                            Type long
                                                              Type court      Type long       Type court    Type long

                                                              180 crédits
                                                              (3 ans)
                                                                              180 crédits     180 crédits   180 crédits     180 crédits
1er cycle Bachelier         180 crédits (3 ans )              240 crédits
                                                                              (3 ans)         (3 ans)       (3 ans)         (3 ans)
                                                              (4 ans) : sage-
                                                              femme
                                                              60 crédits
Spécialisation              /                                                 /               /             /
                                                              (1 an)
                            60 crédits (1 an) : master
                            120 crédits (2 ans) : master à
                            finalité didactique ou
                            approfondie ou spécialisée                        60 crédits/an                 60 crédits/an   60 crédits/an
           Master                                             /                               /
                            180 crédits (3 ans) : master en                   (1 à 2 ans)                   (1 à 2 ans)     (2 ans)
                            médecine vétérinaire
                            240 crédits (4 ans) : master en
                            médecine
           Agrégation de
2e cycle   l’enseignement
                            30 crédits                        /               30 crédits      /              30 crédits     /
           secondaire
           supérieur

                          Master complémentaire               Master spécialisé
           Master
           complémentaire                                                                                   60 crédits au
           /spécialisé    60 crédits au moins                                                               moins
                                                              /               /               /                             /
                          (1 an au moins)                                                                   (1 an au
                                                                                                            moins)

3e cycle   Doctorat         180 crédits au moins              /               /               /             /               /




                                                                      226
EURYBASE                                          BELGIQUE – Communauté française


En 2006, un décret, revu à plusieurs reprises par la suite, a réglementé l'accès à certains cursus de
l'enseignement supérieur, que ceux-ci soient dispensés dans les universités ou dans les hautes écoles.



Pour la législation spécifique aux différentes catégories d’établissements d’enseignement supérieur, voir
6.3.1. (universités), 6.3.2. (hautes écoles), 6.3.3. (écoles supérieures des arts) ou 6.3.4. (instituts supérieurs
d’architecture).



Direction générale de l'Enseignement non obligatoire et de la Recherche scientifique, AGERS, Ministère de la
Communauté française

Arrêté de l'Exécutif de la Communauté française fixant la condition peu aisée des candidats à une allocation
d'études ainsi que les critères servant à déterminer les montants des allocations d'études

Arrêté du Gouvernement du 02/07/1996 fixant l'organisation de l'année académique et les conditions de
refus d'une inscription et portant règlement général des examens dans les Hautes Ecoles organisées ou
subventionnées dans la Communauté française

Décret du 07/11/1983 réglant pour la Communauté française, les allocations et prêts d'études, coordonné le
07/11/1983

Décret définissant l'enseignement supérieur, favorisant son intégration à l'espace européen de
l'enseignement supérieur et refinançant les universités

Décret organisant l'enseignement de promotion sociale

Décret portant certaines réformes en matière d'enseignement supérieur

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur

Loi relative à la structure générale de l'enseignement supérieur

Loi sur la protection des titres d'enseignement supérieur



6.3.1. Universités


Des lois coordonnées sur la collation des grades académiques et le programme des examens universitaires
ont été votées en 1949. Ces lois ont subi de nombreuses modifications, spécialement en ce qui concerne les
conditions d'accès aux études universitaires, et l'équivalence des périodes d'études accomplies dans le cadre
d'un programme d'échanges de type Erasmus.



La loi sur le financement et le contrôle des institutions universitaires date du 27 juillet 1971. Cette loi a été
modifiée à diverses reprises. En particulier, un décret de 1994 a modifié la collation des grades académiques
en supprimant la distinction entre grades scientifiques et grades légaux. Le « décret Bologne » a prévu un
refinancement des universités.



Le développement de l'éducation. Rapport de la Communauté française de Belgique.

                                                      227
EURYBASE                                           BELGIQUE – Communauté française
Service général de l'enseignement universitaire et de la recherche scientifique (AGERS)

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les dispositions générales applicables à la
détermination par les autorités universitaires des conditions complémentaires auxquelles les étudiants qui
sont porteurs d’un diplôme de l’enseignement supérieur ont accès à des études universitaires de deuxième
cycle.

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les qualifications des grades académiques qui
sanctionnent les études de base de 1er et 2e cycle ainsi que les qualifications du grade académique de
docteur conféré après la soutenance d'une thèse

Décret du 05/09/1994 relatif au régime des études universitaires et des grades académiques

Décret du 12/07/1990 sur le contrôle des institutions universitaires

Décret définissant l'enseignement supérieur, favorisant son intégration à l'espace européen de
l'enseignement supérieur et refinançant les universités

Décret fixant l'organisation générale de l'enseignement supérieur en Hautes Ecoles

Loi relative à la structure générale et à l'organisation de l'enseignement secondaire

Loi sur l'organisation de l'