SENS DE L’HONNEUR – La testost�rone, hormone de l’honn�tet�

Document Sample
SENS DE L’HONNEUR – La testost�rone, hormone de l’honn�tet� Powered By Docstoc
					     SENS DE L’HONNEUR – La testostérone,
           hormone de l’honnêteté




Il serait intéressant d'avoir l'avis de Lance Armstrong sur
cette étude, nous signale le service des sports du Monde.
Selon un groupe de chercheurs de l'université de Bonn, qui
publient dans la revue PLoS One, l'administration de
testostérone, hormone mâle par excellence, réduirait la
propension à mentir chez l'homme.

Ce stéroïde anabolisant naturel est produit par hommes et
femmes, en proportion plus importante chez les premiers.
Sécrété par les testicules chez l'homme, il stimule le
développement des organes sexuels et est responsable de
l’apparition des caractères sexuels mâles secondaires. Il
contrôle également la masse musculaire, la production de
cellules sanguines et influe sur l'énergie du corps. La
testostérone est également associée à des comportements
agressifs et dominateurs.

Pour réaliser leur étude, les chercheurs ont séparé 91
hommes en deux groupes. Aux premiers, ils ont administré
une dose de testostérone par pommade. Aux seconds, ils ont
donné un gel placebo sans hormone. Les deux groupes ont
ensuite été soumis au même test : isolés dans une cabine, ils
ont lancé un dé, puis ont donné le résultat aux chercheurs.
Ils étaient d'autant mieux payés (quelques euros) que le
chiffre était élevé et pouvaient mentir sans risquer d'être
découverts, lançant le dé sans témoin.
Les chercheurs de Bonn ont cependant constaté des
résultats nettement meilleurs dans le groupe qui n'avait pas
reçu de testostérone. "Statistiquement, la probabilité de
sortir pour chacun des nombres portés sur les faces d'un dé
est identique", explique Bernd Weber, l'un des auteurs, au
Figaro. "Si l'on constate dans un groupe qu'il y a une dérive
vers les chiffres les plus élevés, on sait alors que les
participants ont menti." Le professeur Armin Falk en conclut
que "les sujets traités par la testostérone ont
significativement moins menti que ceux qui avaient reçu le
gel placebo."

La conclusion à tirer de ce constat reste cependant un peu
floue. "Si nous sommes confiants dans les résultats de cette
étude, l'expliquer est une autre paire de manches", selon le
professeur Weber. "Il est vraisemblable que la testostérone
agit sur la fierté, l'amour-propre et la nécessité de développer
une image positive de soi." Un ego stimulé à la testostérone
pourrait donc préférer renoncer à un petit gain plutôt que de
s'abaisser à mentir pour la même somme.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:99
posted:10/15/2012
language:
pages:2