APPROCHE SYST�MIQUE DE LA DISCRIMINATION Marie-Th�r�se Chicha by 07XL6Q

VIEWS: 2 PAGES: 24

									  Une cohérence introuvable. Les
     politiques d’immigration et
d’intégration en emploi au Québec.
 COLLOQUE DES ÉTUDIANTS ET DES JEUNES CHERCHEURS
        Enjeux actuels de l’immigration
     des gains fragiles, des acquis menacés
                  CRIEC, UQAM
                 3 mars 2011

            Marie-Thérèse Chicha
    ÉCOLE DE RELATIONS INDUSTRIELLES
        UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL
    PLAN

   Quelques données statistiques
   La sélection des immigrants
   L’intégration en emploi
       Francisation
       Reconnaissance des diplômes
       Expérience de travail québécoise
       Discrimination en emploi
   Conclusion
     Quelques données statistiques
                             Immigrées   Natives   Immigrés   Natifs



            Niveau de        41%         19%       49,4%      18,7%
            scolarité:
            bacc. ou plus
            (RMR Mtl,
            2006 )
-
            Taux de          11,9%       5,3%      10,4%      6%
            chômage
            (RMR Mtl,
            2006 )


            Écart salarial   32%         26,3%     8,2%       Groupe de
            (QC 2006)                                         référence




    Taux d’emploi 2007-Québec: 75,7% I; 93,0% N
Quelques données statistiques: la première
     incohérence: la déqualification
                 Immigrantes   Immigrants   Immigrantes   Immigrants
                 minorités     minorités    non-          non-
                 visibles      visibles     minorités     minorités
                                            visibles      visibles


    Taux         44%           31%          29%           19%
    de
    déqualifi-
    cation
    Canada
    2006




Le taux de déqualification représente le % d’immigrants
diplômés universitaires qui travaillent dans un emploi sans
exigence de diplôme universitaire
Au Québec, en 2006: 42,1%.
  Immigrantes très déqualifiées (quelques exemples).

Nom d’emprunt et nombre   Diplôme obtenu dans le         Emploi au moment de
d’années au Canada        pays d’origine                 l’entrevue

Feirouz - 6               Biologie (1er cycle);          Opératrice de machine à
                          marketing (1er cycle)          coudre
Aziza - 5                 Sc. Économiques (1er C)        Surveillante de dîner dans
                                                         une école et soutien
                                                         scolaire. Sur appel
Raja - 5                  Biologie (1er C)               Femme de ménage

Margarita-5               Gestion (1er C)                Caissière dans un
                                                         supermarché
Cherlie - 5               Psychologie (1er C)            Prépare des paniers
                                                         alimentaires dans une
                                                         entreprise de dépannage
Dorina - 4                Littérature anglaise et        Femme de ménage
                          roumaine (1erC)


Yulenka - 5               Ingénieure                     Commis au traitement
                                                         bancaire
Irina - 4                 Ingénieure (2ème C); gestion   Camelot
                          (1er C).
  Immigrantes moyennement déqualifiées (quelques exemples).
  Représentent 25% de l’échantillon

Nom d’emprunt et nombre   Diplôme obtenu dans le         Emploi au moment de
d’années au Canada        pays d’origine                 l’entrevue

Farida - 8                Sc. Économiques (1er cycle);   Responsable de
                                                         programmes pour immigrés
                                                         dans une ONG
Hoda - 12                 Médecin                        Consultante de produits de
                                                         santé naturels.

Asma - 6                  Doctorat en génie              Enseignante au collégial

Aïcha -5                  Sciences infirmières           Éducatrice dans un CPE


Livia -4                  Génie (1er C)                  Commis comptable

Sophia - 7                Communication (1erC)           Hygiéniste dentaire
Conception et application de la
       grille de sélection
Grille de sélection pour les travailleurs        Nombre max de
qualifiés – Québec 2006                          points
Formation (dont domaines de formation privilégiés 29
12 points max)
Expérience                                        9
Âge                                              18
Connaissances linguistiques                      22

Séjour et famille au Québec                       9
Caractéristiques du conjoint                     18

Offre d’emploi validée                           10
Enfants                                           8

Capacité d’autonomie financière (éliminatoire)    1

Adaptabilité                                      8
Seuil de passage                                 58 (sans
                                                 conjoint)
                                                 68 (avec conjoint)
La conception de la grille de sélection

Critère adaptabilité:
3 balises:
   -Les connaissances du candidat sur le Québec
   -Les démarches effectués pour faciliter son intégration
   éventuelle
   -Ses qualités personnelles.
Caractère subjectif

Entre 2006 et 2008 , 45% des demandes de travailleurs qualifiés ont obtenu
la note de passage grâce aux points du critère adaptabilité.
Critère scolarité

Depuis 2006: domaines de formation privilégiés: 12
points max.

Or 65% des travailleurs qualifiés sélectionnés entre 2006
et 2008 n’ont obtenu aucun point pour les domaines
privilégiés.

Est-ce réaliste de penser que l’on peut atteindre les
cibles d’immigration avec ce critère?

Est-ce une question de mauvaise compréhension et
sélection de la part des agents?
D’autre part, même avec des points pour les domaines
privilégiés, il n’y a aucune assurance que les diplômes et
l’expérience seront reconnus:

-Par les ordres professionnels

-Par les employeurs.
L’INTÉGRATION EN EMPLOI
Une grande diversité de programmes
OFFRE DE TRAVAIL
•Accueil et aide de première ligne

•Formation linguistique

•Développement de l’employabilité

•Reconnaissance des études et de l’expérience étrangères

DEMANDE DE TRAVAIL
•Formation en emploi et stages

•Interdiction de la discrimination en emploi

•Programmes d’accès à l’égalité

•Initiatives de gestion de la diversité
    LA FRANCISATION

   Objectif important de la politique quécoise
   Même si les 2/3 des immigrants sélectionnés obtiennent
    quelques points pour le français, les niveaux de
    connaissance sont très variables.
   Parallèlement à l’augmentation du nombre d’immigrants en
    2010, le gouvernement a réduit les cours de francisation
       En avril 2010, abolition de 30 classes de francisation pour immigrants.
        (économie de 5 millions $/an)
       Emploi-Québec a aboli 35 classes à temps partiel de français
        (économie de 600000 $)
   La manque de maîtrise du français peut contribuer à la
    déqualification
Reconnaissance des diplômes: Rigidités et
discrimination dans les règles et pratiques des principaux
acteurs
    Reconnaissance des diplômes: Rigidités et
    discrimination dans les règles et pratiques des principaux
    acteurs

   Par exemple, en médecine
   Discrimination systémique mettant en cause le
    Collège des médecins, le Ministère de la santé, les
    universités (décision de la CDPDJ 2010)
   85 places dans les quatre facultés sont restées
    inoccupées, dont 62 en médecine de famille, alors
    que 174 médecins diplômés à l’étranger qui
    avaient obtenu leur équivalence formelle du CMQ
    au terme des 3 examens obligatoires n’ont pas eu
    accès à la formation leur permettant d’exercer la
    médecine au Québec.
Rigidités et discrimination dans les règles et pratiques
des principaux acteurs



      Programmes de perfectionnement pour les
       ingénieurs formés à l’étranger
      Partenariat: Ordre des ingénieurs,
       Polytechnique, ministères, CAMO-PI
      Conditions d’accès:
       •   Places contingentées
       •   Priorité à ceux qui sont sur l’aide sociale
      Taux de réussite: 76% vs 60%
      Réticence des employeurs
Importance de l’expérience de travail locale

Étude de Oreopoulos (2009). 6000 CV fictifs- Toronto


   Les candidats immigrés ayant une expérience canadienne
    avaient 11% plus de chances que ceux qui disposaient d’un
    CV en tous points comparables, à l’exception de l’expérience
    canadienne.

   Parmi les candidats ayant 4 à 6 ans d’expérience canadienne,
    il n’y avait pas de différence dans le taux de convocation à
    une entrevue entre les candidats ayant un diplôme canadien
    et ceux qui avaient un diplôme étranger.
    L’expérience de travail locale

       Immigrants diplômés dans des professions réglementées ou
        non réglementées.

         PRIIME. Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités
          visibles en emploi. 2005.

         Subventions salariales aux PME (250 employés ou moins)
         Objectifs:
          •   inciter les PME à embaucher des immigrants et des membres de
              minorités visibles
          •   Leur permettre d’ acquérir une première expérience de travail
              québécoise
          •   Encourager leur maintien en emploi
       Immigrants diplômés dans des professions réglementées ou
        non réglementées.
             Comprend 4 volets:
          •      Subvention
          •      Accompagnement
          •      Adaptation d’outils
          •      Adaptation des pratiques de GRH

             2236 participants entre 2005 et 2008.

             Les données les plus récentes indiquent:
          •      937 participants en 2007-2008
          •      1008 participants en 2008-2009 = + 71
          •      1045 en 2009-2010. = + 37

             À comparer avec les objectifs gouvernementaux d’ajout de 750
              participants de plus par an.
             Peu d’entreprises participent
             Manque de promotion
La discrimination en emploi: résultats de testing

Étude de Oreopoulos (2009). 6000 CV fictifs- Toronto

    Nom à consonance britannique + diplôme et expérience au
    Canada vs nom chinois, indien ou pakistanais+ expérience de
    travail et diplôme étrangers. : probabilité plus de 3 fois plus
    élevée d’être retenus pour une entrevue.

   Natifs avec nom à consonance britannique vs natifs avec
    nom à consonance chinoise, indienne ou pakistanaise: + de
    40% de chance de convocation à une entrevue.

   Selon l’auteur, ces résultats reflètent un niveau élevé de
    discrimination à Toronto à l’égard des candidats ayant un nom
    étranger ou une expérience étrangère.

   À mon avis, compte tenu de la similitude des marchés du travail et
    des pratiques des entreprises, il est fort probable que des résultats
    semblables seraient obtenus également à Montréal.
Mesures de lutte contre la discrimination : Charte des
droits et libertés de la personne du Québec

    Articles 10, 16,18, 18,1 et 19 de la Charte
    Limites:
      Preuve de discrimination en matière d’origine
       ethnique ou nationale, est difficile à faire
      Prévalence particulièrement élevée de fermetures
       de dossiers en raison de preuve insuffisante
      Faible connaissance des droits et des recours par
       les immigrants
      De plus, pour ceux qui les connaissent: le faible
       taux de réussite peut les inciter à accepter ou
       minimiser la discrimination afin de ne pas être
       licenciés.
Autres instruments
   Programmes d’accès à l’égalité

       Obligatoires dans le secteur parapublic. Loi 143

       Pas d’obligations précises dans le secteur public

       Aucune obligation dans le secteur privé sauf pour
        l’obligation contractuelle (170 entreprises environ)

   Accent mis sur programmes de gestion de la
    diversité: contours flous; non contraignants.
   En conclusion:

   Un large éventail d’interventions allant de
    la sélection à l’intégration en emploi
   Absence de vision claire des objectifs
   Un grand éparpillement des divers
    programmes.
   Absence de cohérence entre les mesures
    adoptées et leur mise en oeuvre

								
To top