Vient de para�tre by xL11v3Q5

VIEWS: 9 PAGES: 4

									              Vient de paraître aux éditions Litec LexisNexis


                                                Guide du langage juridique
                                                 Vocabulaire – Pièges et difficultés
                                                            2e édition

                                                 Auteur : Sébastien Bissardon
                                                 Collection : Objectif droit
                                                 Pages : 495 pages
                                                 Code ISBN : 2-7110-0552-6
                                                 Format : 13 x 18 cm
                                                 Prix : 20 €
                                                 Diffusion : Librairies et VPC
                                                 Site internet : www.lexisnexis.fr, « Boutique »



• Bien plus qu’un simple dictionnaire.
• Un véritable mode d’emploi du langage juridique.
• Trois outils en un :
  - un lexique des termes et expressions du droit ;
  - un guide de rédaction juridique ;
  - un recueil des pièges et difficultés du langage juridique.
Accusé ou prévenu ? Acompte ou arrhes ? Assassinat, homicide ou meurtre ? Cession ou session ?
Compromis ou transaction ? Défendeur ou défenseur ? Délictuel ou délictueux ? Diffamation ou
injure ? Intérêt pécunier ou intérêt pécuniaire ? Judiciaire, juridictionnel ou juridique ? Mandater ou
mander ? Péremption ou préemption ? Projet de loi ou proposition de loi ? Recouvrir ou recouvrer une
créance ? Relever ou soulever un moyen ? Sentence ou verdict ? Subordination ou subornation ? etc.
Trouver le mot juste n’est pas chose aisée.
Ce « dico-guide » est un ouvrage indispensable pour tous ceux qui doivent s’exprimer, à l’écrit ou à
l’oral, dans un français juridique irréprochable. Il répond notamment aux besoins des étudiants en
droit et des journalistes juridiques et judiciaires.
Clair et simple d’accès, il sera aussi très utile à toute personne soucieuse de comprendre le jargon des
lois et des juristes.
Cette deuxième édition, entièrement revue et mise à jour, comprend 550 nouvelles entrées et 800
nouveaux termes.
« Plus qu’une simple liste de définitions », « des exemples concrets », « une mine de conseils », « des
entrées d’une réelle originalité »… Christine Schmidt-König, Revue internationale de sémiotique
juridique, mars 2004, vol. 17.
Sébastien Bissardon est juriste et chroniqueur juridique ; il est diplômé de la faculté de droit Jean
Moulin Lyon III.

Contact presse (service presse sur demande) :
Yannick Le Hoariec, Éditions Litec, 141 rue de Javel, 75747 Paris Cedex 15
Tél. 01 45 58 94 55, fax 01 45 58 94 11, courriel : yannick.lehoariec@juris-classeur.com
Contact auteur :
Sébastien Bissardon, 8 rue Vente, 26800 Étoile-sur-Rhône
Courriel : s.bissardon@cegetel.net
                                        Présentation


                      « […] la barrière des mots est le premier obstacle à la communication juridique. »
                                             J.-L. Sourioux et P. Lerat, Le langage du droit, PUF, 1975.


Le Guide du langage juridique est divisé en trois parties : « Le droit sans fautes », « Lexique »,
« Annexes ».


Le droit sans fautes
La première partie rassemble un guide de rédaction juridique et un recueil des pièges et difficultés du
langage du droit. Elle recense, par ordre alphabétique, les conventions du langage juridique, les règles
typographiques, les erreurs ou confusions les plus fréquentes, les fautes de français à ne pas
commettre, les prononciations délicates…
Cet inventaire a été conçu essentiellement à partir des fautes les plus fréquemment relevées dans les
copies des étudiants en droit, dans la presse écrite et audiovisuelle, dans les discours, les
conversations…

Lexique
La deuxième partie est un lexique juridique, qui présente plusieurs caractéristiques originales :
• Chaque fois que cela est nécessaire, il attire l’attention du lecteur sur les erreurs à ne pas commettre.
• Au-delà des simples termes juridiques, il fait l’inventaire des distinctions et classifications
fondamentales du droit. Il en explique plus de trois cents, regroupant quelque huit cents mots et
expressions juridiques. Celles-ci sont mises en valeur par un carré gris en début d’entrée.
• Il propose, à la suite des définitions, les références des textes de loi applicables et des renvois à
d’autres entrées, mais aussi des exemples, des citations, des informations pratiques, des tableaux…
• Enfin, dans de nombreuses entrées, il répertorie les dérivés du mot vedette, avec leur définition et des
exemples d’emploi.

Annexes
Le lecteur trouvera à la fin de l’ouvrage :
- un lexique de sigles ;
- une table de synonymes ;
- une table d’antonymes et d’opposants de classification ;
- un répertoire d’expressions juridiques.

Deux objectifs
Ce Guide du langage juridique a une double ambition :
- rendre accessible la terminologie juridique, et ainsi faciliter la connaissance et la compréhension du
  droit, ce monde réputé hermétique et hostile ;
- être un outil pratique et utile pour tous ceux qui sont appelés à manier le vocabulaire du droit et à
  s’exprimer dans un français juridique correct.
                                              Préface


 Parler droit et parler juste ! Voici un intéressant défi.

  Étudiant, M. Sébastien Bissardon avait pu mesurer la difficulté d’approcher le langage juridique, qui
diffère notablement du langage courant, et l’intérêt d’en connaître les éléments fondamentaux pour
réussir des études de droit. Dans le commentaire d’arrêt, par exemple, exercice incontournable des
études juridiques, l’étudiant est noté sur sa capacité, d’une part, à comprendre le texte (et donc son
vocabulaire) et, d’autre part, à bien écrire son compte rendu, dans un français correct et avec les mots
justes. Posséder un lexique juridique, en plus d’un dictionnaire de langue française, est donc
indispensable. Cet outil apparaît néanmoins insuffisant. Pour l’étudiant qui aborde l’étude du droit, les
définitions données sont parfois aussi déroutantes que les termes qu’elles entendent définir. Comment
comprendre la signification d’un mot lorsque sa définition comporte deux ou trois termes savants dont
on ignore tout ? Ensuite, un lexique juridique classique n’est pas un guide de rédaction ou un recueil
des difficultés du langage juridique. Connaître le sens d’un mot est une chose, savoir l’employer
correctement en est une autre.

  Journaliste, M. Bissardon a pu mesurer une fois encore l’importance du « parler juste ».
Parallèlement à la multiplication des textes et des procès (l’un aidant l’autre), l’actualité juridique et
judiciaire tend à occuper une place toujours plus importante dans la presse écrite et audiovisuelle. Les
journalistes sont même devenus des acteurs incontournables des affaires judiciaires et des débats
parlementaires. Or, paradoxe, ces professionnels n’ont généralement aucune formation juridique. Leur
tâche est donc difficile : ils doivent non seulement appréhender, à chaque actualité, une matière qui
leur est étrangère, mais aussi trouver les mots justes pour retransmettre l’information au grand public,
dans une forme compréhensible par tous. C’est un véritable défi. Dans ces conditions, on ne peut
s’étonner de lire ou d’entendre régulièrement des propos juridiquement inexacts : « le présumé
coupable », « la loi stipule »… Pour autant, peut-on parler du droit et de la justice sérieusement sans
connaître son vocabulaire le plus fondamental ? Imagine-t-on le commentateur d’un match de football
ignorant tout de ce sport et de son vocabulaire (libéro, penalty, corner, hors-jeu…) ? Première source
de la culture juridique du grand public, sinon la seule, la presse doit faire l’effort de trouver les mots
justes, afin de transmettre une information exacte. Encore lui faut-il trouver un manuel juridique
adapté pour assumer sa fonction.

  C’est sur ce double constat que M. Bissardon a rédigé ce Guide du langage juridique, le premier en
son genre. C’est une réussite. À la fois lexique de droit, guide de rédaction et recueil des pièges et
difficultés du langage juridique, l’ouvrage est bien conçu, clair et riche en informations. Des données
jusqu’alors non publiées ou éparses dans plusieurs ouvrages se trouvent réunies en un seul volume :
les règles d’usage du français juridique, les fautes juridiques les plus fréquentes, les principales
classifications du droit, les notions à ne pas confondre, les synonymes et antonymes, les expressions
juridiques…

  Mais il n’y a pas que les étudiants en droit, les journalistes ou les juristes confirmés qui trouveront
profit à la consultation de cet ouvrage. La difficulté du « parler juste » concerne tous les individus.
Dans sa vie familiale, professionnelle ou sociale, chaque justiciable est confronté de plus en plus
souvent à la nécessité d’utiliser des termes juridiques dont la signification profonde lui échappe, alors
qu’il est censé connaître la loi et donc le vocabulaire juridique. Parler une langue sans en connaître les
contours est un exercice périlleux. Combien d’erreurs sont commises par suite d’une méconnaissance
de la signification d’un mot ou d’une expression, de la confusion entre deux notions d’apparence
voisine. Les conséquences peuvent être graves et préjudiciables.
  Nul doute que l’ouvrage de M. Bissardon contribuera à faciliter l’accès à la connaissance du
vocabulaire juridique. Ouvrage de vulgarisation, il fournit les clés nécessaires à la compréhension du
droit, dans un langage clair et accessible à tous.

  Voici donc un ouvrage qui rendra les plus grands services à un large public. L’auteur nous offre un
véritable mode d’emploi du langage juridique, qui apparaît incontournable pour tous ceux qui doivent
parler droit et parler juste. Ce dictionnaire mérite une bonne place parmi les ouvrages fondamentaux
du droit et de la langue française.



                                                                               Dominique Fleuriot
                                                                                     Docteur en droit
                                                                  Avocat à la Cour, ancien bâtonnier
                                                       Ancien doyen de la Faculté de droit de Valence




          ____________________________________________________________



                          Aux éditions Litec
                   dans la collection Objectif droit :
                         quatre dictionnaires

                                Dictionnaire du vocabulaire juridique
                     sous la direction de Rémy Cabrillac, 2e éd. 2004, 416 pages

                               Droit et justice en citations et adages
                             Sébastien Bissardon, 2e éd. 2005, 251 pages

                   Guide du langage juridique – Vocabulaire, pièges et difficultés
                            Sébastien Bissardon, 2e éd. 2005, 495 pages

                              Lexique juridique – Expressions latines
                               Henri Roland, 3e éd. 2004, 336 pages


Parce que le langage juridique est précis et que choisir la bonne expression est fondamental, cette
collection de dictionnaires accompagnera l’étudiant tout au long de ses études et même au-delà, dans
sa vie professionnelle.

								
To top