LE TOURISME DANS LE MONDE by NtCX11Wp

VIEWS: 2 PAGES: 10

									   LE TOURISME DANS LE MONDE.

Le tourisme mondial est il un moyen pour lutter contre les inégalités
entre Nord et Sud ?

Ce secteur économique primordial s’étend il à tous les pays du
monde ?

Comment modifie t il l’espace ?



Étroitement lié au voyage, longtemps européen et réservé aux
classes aisées, le tourisme s'est démocratisé et diversifié, s'ouvrant
aux autres continents. Il s'est institué au fil des siècles en un
véritable secteur économique.

L'Organisation mondiale du tourisme définit un touriste comme "une
personne qui se rend dans un pays autre que celui où elle a son lieu de
résidence habituelle, mais autre que correspondant à son
environnement habituel, pour au moins une nuit et pas plus qu'une
année, et dont le motif principal de la visite est autre que celui
d'exercer une activité rémunérée dans le pays visité."

                   I. Naissance du tourisme
Il est difficile de dater la naissance du tourisme. L'écrivain grec
Pausanias fournit une description de la Grèce, détaillant les sites
intéressants, datant du IIe siècle av. J.-C. On peut considérer cet
ouvrage comme le premier guide touristique. Et Pausanias inaugure
ainsi les récits de voyage. Conteurs, poètes et journalistes ont
contribué par la suite à stimuler l'imaginaire des individus avides de
nouveaux paysages.

Au XIVe siècle, les Croisades ont depuis longtemps ouvert les routes
de l'Orient. Les pèlerinages et autres campagnes militaires
permettaient à certains de "voir du pays", alors que les caravanes
chamelières traçaient déjà, sans le savoir, les circuits touristiques
d'aujourd'hui, en progressant dans les déserts et grandes plaines à la
recherche de points d'eau. La découverte du Nouveau Monde, du
Pacifique, de l'Océanie et de leurs civilisations ouvrit la voie aux
voyages au long cours et autres expéditions. Au XVIIe siècle, on
proposait en France aux voyageurs différents circuits de visite, selon
le temps dont ils disposent : le "Petit tour", Paris et le Sud-Ouest, et le
"Grand tour" qui s'étend plus loin vers le Midi.

         II. Le tourisme aux XIXe et XXe siècles
Le mot anglais tourist , désignant l'individu qui visite un pays qu'il ne
connaît pas, pour son plaisir, apparaît au XIXe siècle. L'invention du
chemin de fer au milieu du XIXe siècle, en facilitant les transports,
lance de nombreux touristes sur les routes d'Europe. En 1855, Karl
Baedeker publie un guide de voyage sur le Rhin, qui annonce une
série de guides de référence pour les voyageurs du monde entier
jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. En 1851, l'Anglais Thomas Cook
met en place la première agence de voyages, avec un arsenal de
formules qui ont encore cours aujourd'hui : billets de groupes à prix
réduits, forfaits comprenant le transport, l'hébergement et l'accès aux
principaux sites. Avec la société American Express, Cook introduit en
1882 les chèques de voyage, qui évitent aux voyageurs transportant de
fortes liquidités, de se faire détrousser. Enfin César Ritz, homme
d'affaires suisse, fonda en 1888 la chaîne d'hôtels-restaurants
renommée.

Le tourisme au XIXe siècle ne concerne encore que les classes les plus
aisées. Les saisons froides signalent leur exil sur les côtes
méditerranéens et les stations thermales. Les Britanniques mirent le
thermalisme au goût du jour. Bath fut ainsi une station balnéaire
prisée, théâtre de nombreux romans de l'époque, tels ceux de Jane
Austen ( Sense and Sensibility ).

Le début du XXe siècle et les évènements tragiques qui le
caractérisent démontrent une des caractéristiques essentielles du
tourisme : pour qu'il s'épanouisse, rien ne doit le perturber. Guerre,
crise économique et agitations sociales freinent l'activité touristique
heureusement relancée par le tourisme de masse.

                    III. Tourisme de masse
1. Ce phénomène nouveau, lié à l'augmentation des revenus
moyens et aux mesures sociales inhérentes, a été lancé par le
fascisme. « il dopo lavoro »

Les vacances collectives, les échanges estivaux entre militants et
autres manifestations internationales donnèrent lieu à des flux de
tourisme importants en Europe. En France, le gouvernement du Front
populaire instaure les congés payés en 1936. La même année, le
Ministère des Loisirs fut créé, les auberges de jeunesses réaménagées
et la semaine de 40 heures instituée.

2. Dans les années 1950, la France entame ses "Trente Glorieuses"
et le développement des moyens de transport contribue à accentuer le
goût de partir en vacances pour échapper à l'urbanisation, à la routine
et découvrir des destinations que vantent la publicité et les
compagnies aériennes. Des compagnies de charter sont créées.
L'acquisition d'une voiture est un facteur déterminant du
développement du tourisme de masse. L'allongement progressif de la
durée des vacances se traduit par des saisons touristiques plus longues.
Enfin, le nombre de seniors au fort pouvoir d'achat favorise
l'apparition d'un tourisme du troisième âge.

                IV. La publicité du tourisme
1. Conscients de l'importance commerciale du tourisme, les tour
operators (producteurs de voyages à forfait) investissent des
sommes considérables pour faire connaître leurs circuits
nouveaux ou traditionnels. Un véritable marketing du tourisme,
visant à acquérir la connaissance la plus précise possible de la
clientèle potentielle émerge. Les publicitaires apportent un soin
particulier à leur campagne, qu'ils orientent vers le rêve et la douceur
de vivre. Comme n'importe quel autre produit de consommation, le
voyage touristique fait aussi l'objet de vente promotionnelle.
L'ouverture d'un pays

2. Le tourisme est souvent l'indicateur de l'ouverture d'un pays.
L'Espagne illustre bien ce phénomène. Alors qu'en 1950 le tourisme y
était presque inexistant, au début des années 1990, ce pays accueillait
plus de 60 millions de touristes par an, et presque 10% de la
population active travaillait dans le secteur touristique. Durant les
années 1960 - 1970, le développement de cette activité a été le signe
de sa volonté de mettre fin au régime d'autarcie qu'elle entretenait
depuis la fin de la guerre civile. A la fin de la dictature franquiste, le
tourisme a connu un essor spectaculaire qui a permis à l'Espagne de
rattraper son retard économique sur les autres pays d'Europe, au point
de réussir à remplir les critères de convergence nécessaires à sa
participation à l'union monétaire européenne.

                     V. Le tourisme culturel
Si les Etats-Unis sont les champions en matière de recettes
touristiques, l’Italie,la France et l'Espagne sont les pays qui accueillent
le plus de visiteurs par an. L'Europe demeure le continent le plus
visité. La variété de ses paysages, son climat tempéré et ses sites
culturels font d'elle une destination privilégiée. Le tourisme européen
repose aussi bien sur la beauté de l'environnement que sur la richesse
du patrimoine historique. Les régions méditerranéennes attirent
toujours des millions de vacanciers à la recherche de farniente alors
que le tourisme culturel draine autant de visiteurs à Bayreuth, par
exemple, où se déroule le plus célèbre festival de musique
wagnérienne. Les amateurs d'histoire se rendent en Grèce, en Italie, en
Égypte ou encore en Turquie, tandis que les passionnés d'architecture
se dirigent plutôt vers des villes telles Prague, Vienne ou Cracovie.

Les écomusées tentent de restituer aux touristes la culture quotidienne
de la région qu'ils visitent. Ils permettent de resituer un site dans
l'histoire, en mettant l'accent sur les coutumes locales.

Pour certains la connaissance d'un pays et de sa culture commence à
table. Le tourisme gastronomique attire de nombreux individus. La
France est, dans cette optique, un des pays les plus riches. Les routes
des vins de Bordeaux, de Bourgogne et d'Alsace sont aussi réputées
que la cuisine du Sud-Ouest ou les produits de la mer de la côte
atlantique allant de l'Aquitaine à la Bretagne.

Un autre tourisme, tout aussi spirituel, gravite autour de la religion.
Les pèlerinages à la Mecque en Arabie Saoudite attirent autant de
fidèles que de touristes, comme les Lieux Saints d'Israël, la grotte de
Lourdes ou celle de Fatima au Portugal, ou encore les temples
bouddhistes du Tibet.

                     VI. Le tourisme sportif
1. La conjugaison du tourisme et du sport a contribué au
développement du tourisme sportif. Certaines activités physiques, qui
étaient le fait de rares adeptes, sont à la mode de nos jours. C'est le cas
du deltaplane, du parapente, de l'escalade, du canyonning, du rafting,
des sports de glisse qui sont pratiqués sur des sites privilégiés. Des
organismes spécialisés proposent aujourd'hui des circuits de vacances
sportives qui connaissent un franc succès.

2. Ce tourisme d'aventure, qui s'est démocratisé, concilie
paradoxalement individualisme et sens de la solidarité. Sa promotion
fait l'objet d'une importante diffusion culturelle, par les médias.

Ce nouveau tourisme privilégie le goût de la découverte et de
l'aventure, il est fortement empreint de la nostalgie d'une époque où
des régions entières du monde étaient inaccessibles aux Occidentaux.

Des circuits encore, ou partiellement, vierges replacent le touriste dans
une situation analogue à celle des explorateurs des siècles passés par
le biais de raids, de traversées en voiture, en VTT ou mieux encore, à
dos d'âne!

Encore relativement peu répandus en Europe, les stages de survie
importés des Etats-Unis constituent sans doute le dernier mouvement
novateur de ces tourismes de l'extrême. Ils correspondent à un souci
de retrouver un contact avec la nature dans ce qu'elle a de moins
domestiqué.
                  VII. Le tourisme futuriste
Un autre axe récent du développement du tourisme repose sur les
pôles scientifique et technique. Le tourisme scientifique a su inventer
ces dernières années de nouveaux espaces de visite, parallèlement à la
mise en valeur de patrimoines délaissés. Le succès des structures de
loisir et des musées consacrés aux nouvelles technologies comme la
Cité des sciences et de l'Industrie de la Villette à Paris ou le
Futuroscope de Poitiers indiquent l'intérêt que suscite ce genre de
tourisme. Le Futuroscope de Poitiers est aujourd'hui relié au monde
entier grâce à son téléport, et a entraîné dans son sillage la création de
nombreuses entreprises.

Les industries elles-mêmes sont désormais des lieux de visite
recherchés. En France, une entreprise sur dix a reçu des visiteurs,
tandis que plus de dix millions d'adeptes du tourisme industriel
parcourent ateliers de construction aéronautique, installations
portuaires, industries agroalimentaires ou même centrales nucléaires.

           VIII. La "manne" attendue des PVD
1.De nombreux pays en voie de développement (PVD), ou qui ont
été fermés pendant longtemps pour des raisons politiques,
attendent beaucoup du tourisme.

2. C'est le cas de certains pays d'Amérique Latine et centrale,
d'Asie du Sud-Est, d'Océanie et d'Afrique. La proximité de
l'Europe, qui constitue un réservoir important de visiteurs potentiels
pour ces derniers, est un atout pour le développement de leur
tourisme.

3. En revanche, l'absence de structures d'accueil, lié aux faiblesses
économiques de la plupart des pays africains, explique que ce vaste
continent reçoit moins de 4% de touristes, et que les recettes
touristiques n'y représentent que 2% des recettes mondiales pour cette
activité.
4. Mais l'Afrique présente un formidable potentiel, par la diversité
des sites naturels qu'elle est en mesure de proposer, par la richesse de
ses coutumes traditionnelles et la diversité de ses cultures.

5. D'autres pays, tel Cuba, investissent beaucoup dans le tourisme (au
détriment de l'urbanisation et des infrastructures sociales et
économiques) pour satisfaire une clientèle attirée par le tourisme dans
un ancien pays communiste qui offre par ailleurs des attraits non
négligeables tels le soleil et des paysages longtemps inaccessibles.

          IX. L'impact économique du tourisme


   Les économistes se sont vite rendus compte de l'influence
    importante que les activités touristiques exercent sur la balance
    commerciale. Ils ont élaboré des outils de mesure statistiques du
    tourisme suivant des critères économiques.
   L'Organisation mondiale du tourisme publie régulièrement des
    statistiques qui donnent des indications précises sur l'évolution
    de ce secteur d'activité.
   On a pu mesurer exactement l'impact de phénomènes
    conjoncturels comme les guerres au Moyen-Orient sur la baisse
    de fréquentation de pays comme le Liban, Israël ou l'Egypte.
   Ce qui nous amène à aborder un tourisme particulier : le
    tourisme de guerre.
   Certains tour operators propose des voyages dans des pays en
    guerre, car il existe une certaine clientèle intéressée par ces
    théâtres détruits, ou en cours de destruction du fait de combats
    ou d'attaques.
   Ces touristes assistent lors de leur voyage au drame de
    populations et gardent en mémoire la topographie d'un territoire
    qui ne sera sans doute plus le même à la fin des conflits qui les
    agitent.
   La mise en place de structures d'accueil représente un secteur
    d'activités susceptible de générer d'importants investissements.
    Les moyens de transport intérieurs, l'hôtellerie, l'accueil sur les
    sites, qu'il s'agisse d'un musée ou d'un parc d'activités,
  représentent pour certains pays un effort important, et requièrent
  l'apport de capitaux étrangers.
 C'est alors la fréquentation touristique qui permet seule le
  remboursement des intérêts liés aux investissements
  d'équipement.
 Les pays en voie de développement sont très attentifs à la réalité
  de l'impact du tourisme sur leur économie. En effet, de
  nombreuses devises issues des recettes touristiques sont parfois
  réinvesties à l'étranger, et sortent ainsi du circuit économique du
  pays concerné.
 D'autre part, il faut tenir compte du fait que les emplois créés par
  l'industrie touristique sont souvent saisonniers. Dans certains
  pays, ils n'emploient qu'un faible pourcentage de la population
  active.

                 X. L'impact écologique
 Le tourisme a des répercussions importantes sur
  l'environnement. Les visiteurs détériorent souvent ce qu'ils sont
  venus admirer.
 La grotte de Lascaux, qui renferme des trésors rupestres, est
  désormais fermée au public. Les émissions de gaz carbonique
  dues à la respiration humaine étaient en passe de dissoudre les
  peintures. Une seconde grotte a été reconstituée à l'identique,
  signe que l'attrait touristique qu'exerce le site de Lascaux est
  important.
 Les effets du tourisme sont encore plus sensibles sur les espaces
  naturels. De nombreux incendies, dus à l'inattention ou à la
  malveillance, détruisent chaque année des milliers d'hectares de
  forêt, qui mettront du temps à se régénérer, ou des sites entiers.
 Les cours d'eau, les rivières, les lacs et les mers qui bordent les
  pays industrialisés souffrent déjà d'une pollution que le tourisme
  aggrave en partie. La fermeture de certains espaces aux
  écosystèmes vulnérables commence à s'imposer aux
  gestionnaires de patrimoines nationaux, dans le souci de les
  protéger contre l'exploitation abusive du tourisme.
   De nombreux sites ont été défigurés par un urbanisme sauvage,
    la mise en place d'une infrastructure d'accueil hôtelière se
    souciant plus d'être en adéquation avec les prix proposés aux
    touristes que de s'inscrire harmonieusement dans le paysage et
    de le respecter par la même occasion.
   La recherche de sites épargnés par le tourisme de masse, la
    multiplication des moyens permettant d'y accéder, et la publicité
    faite autour de ces sites par des phénomènes de mode,
    contribuent à l'investissement par le tourisme de régions du
    monde qui avaient jusque-là totalement échappé à son emprise.
   Certaines régions d'accès difficile sont désormais inscrites au
    catalogue de tour operators, rentrant dans la ligne de marketing
    qui consiste à proposer à des Occidentaux qui ont déjà "tout vu",
    des contrées et des civilisations jusqu'alors préservées.
    L'intrusion dans cet univers préservé suscite des réserves de
    la part des écologistes.




Le tourisme sexuel est la manifestation la plus terrible de l'exploitation
des populations par la puissance financière des pays riches. Il s'est
généralisé dans certains pays du sud-est asiatique.

         Conclusion : Les perspectives d’avenir.


  1. Selon les économistes, le tourisme figurera, au début du
     prochain millénaire, parmi les premières activités mondiales en
     terme de recettes.
  2. Avec les plans de réduction du temps de travail, nous aurons
     encore plus de temps libre et donc envie, peut-être, d'ailleurs.
  3. De ce fait, de nombreux projets de développement sont en cours.
     Les politiques doivent désormais se préoccuper d'une
     coordination à l'échelon international des débouchés du tourisme
     et d'une amélioration de la sécurité, condition essentielle à la
     décision d'aller dans un endroit encore inexploité.

Mais l'influence du tourisme peut parfois s'avérer bénéfique en
contribuant à sensibiliser les pays d'accueil à la nécessité de préserver
des lieux irremplaçables, tels que parcs naturels africains, ou des villes
d'eau telle Venise,(premier ville touristique du monde) qui s'enfonce
lentement, handicapée du fait des nombreuses industries chimiques
qui altèrent la qualité des eaux de l'Adriatique, et dont l'assainissement
fait actuellement l'objet de nombreuses recherches.

								
To top