R�union GT formation du 19/09 - EDUCASOL - Plate-Forme Fran�aise

Document Sample
R�union GT formation du 19/09 - EDUCASOL - Plate-Forme Fran�aise Powered By Docstoc
					               POINTS D’INFORMATIONS ET RELEVE DE DECISIONS
                                REUNION CCD
                              30 septembre 2004




Etaient présents :

-   Mr Farjon                MAE - MCNG
-   Valérie Huguenin         MAE - MCNG
-   Marie Revel              MAE - MCNG - CCD
-   Bernard Humbaire         MAE - CID/HSO
-   Camille Grousselas       MAE - DCT/COM
-   Jacques Rougetet         MAE - CCF
-   Solange Fourcoux         Jeunesse, sport & vie associative
-   Nadine Prost             Education nationale

-   Anne Gloux               Consortium Fage/Déclic/ISF
-   Elise Rodriguez          Déclic
-   Anne Héry                Handicap international
-   Florian Piedallu         Equilibre & population
-   Annick Jeantet           Bridge initiative international
-   Reynald Blion            Institut Panos
-   Hervé Dubois             Congé Solidaire/Planète Urgence
-   Bernard Salamand         Ritimo
-   Marie Leclerc            CCFD
-   Patrice Bedouret         Solidarité Laïque
-   Jean Marie Hatton        HCCI
-   Roland Biache            Solidarité Laïque - Educasol
-   Laurence Rigollet        Educasol




Excusés:


                                                                 1
-   Jean-Louis Sabatié          MAE - MCNG
-   François Gorget             Education Nationale - DRIC
-   Vincent David               Max Havelaar
-   Carole BARTOLI              Groupe Développement



Ordre du jour :

1 - Relations ONG / pouvoirs publics en matière d’EAD
Premier cas : « le ministère de l’éducation nationale et l’éducation au
développement »

2 - Présentation, analyse et bilan de différentes stratégies de communication
mises en œuvre par des ONG : Institut Panos et Solidarité Laïque.

Introduction

-   Roland Biache rappelle l’importance du rapport d’évaluation sur «les actions
    d’éducation au développement 1994-2001» cofinancé par le MAE = fil rouge
    du travail qui doit être effectué au sein du groupe de travail EAD de la CCD
     important de ne pas perdre de vue ses recommandations.
-   La plate-forme Educasol doit d’ailleurs s’assurer que les thèmes traités dans
    l’évaluation restent à l’ordre du jour du Groupe Education au développement
    de la CCD

Rappel bref des principales recommandations de l’évaluation

 Communiquer sur les objectifs poursuivis par le ministère des Affaires
étrangères en faveur de l’EADSI - augmentation du budget consacré à l’EAD SI
= 0,2% de l’APD d’ici à 2006

 Accompagner la structuration des associations intervenant en EAD SI -
création d’une plate-forme, insertion dans des réseaux internationaux,
regroupement thématique…

 Soutenir des stratégies par publics - insérer l’EADSI dans les programmes
scolaires, sensibiliser les journalistes, s’ouvrir aux autres secteurs associatifs…

 Privilégier les projets qui permettent de « donner un visage » à la solidarité
internationale



                                                                                 2
 Valoriser l’EAD SI au sein du MAE

 Rechercher une meilleure visibilité du MAE à travers les actions co-financées

 Favoriser la mise en débat de l’EAD SI au sein de la CCD et du HCCI

1 - Relations ONG/Pouvoirs publics en matière d’EAD

1er cas : ministère de l’Education nationale
- Contrairement à la proposition d’ordre du jour acceptée par le ministère de
   l’Education nationale, Nadine Prost, qui remplace à cette occasion François
   Gorget, se dit non mandatée pour traiter ce sujet. Elle signale la sortie d’une
   circulaire au BO le 24 juin 2004 qui mettra l’accent cette année sur le
   développement durable.

-   Par ailleurs, Solange Fourcoux (ministère de la Jeunesse, des sports et de la
    vie associative) signale quant à elle qu’il n’y a pas de politique d’EAD au
    ministère mais qu’elle est intégrée au sein de programmes sur la solidarité
    internationale.

-   Jean-Marie Hatton signale également que le résultat de l’enquête sur « les
    pratiques de sensibilisation de l’opinion publique aux enjeux de la coopération
    internationale pour le développement » sera diffusé à l ‘ensemble du groupe
    de travail. Une synthèse complète en sera faite lors de la journée-débat
    organisée sur ce thème (initialement prévue le 16 novembre) le 20 janvier.

2 - Relations Education au développement / ONG / Médias

Institut Panos - Reynald Blion
Education au développement  définition travaillée à l’université d’été
européenne en juillet 2004 et assez proche de la définition de la plate-forme
Educasol. « Ensemble de moyens, méthodes et outils pédagogiques produits &
diffusés en direction de divers publics, ciblés ou non, afin d’informer sur les
dynamiques internationales actuelles et les inégalités qu’elles génèrent pour
provoquer un changement des comportements et d’attitudes au sein des publics
et ce pour une plus grande justice mondiale. »
EAD = démarche globale informative, mais aussi éducative et pédagogique
pour un changement. On ne parle pas de communication ici.
Pourquoi un partenariat ?




                                                                                  3
Quel apport des ONG en EAD ?
Par leur pratique & leur expérience, elles sont une source d’information et
d’analyse // à des dynamiques internationales contemporaines, mais cela
suppose :
 accroissement de leur professionnalisme
 mise en place d’une stratégie globale
 augmentation de la crédibilité avec une information fiable

Quel apport des Médias en EAD ?
Elles autorisent l’accès à un plus large public, diversifié, nouveau, mais cela
suppose :
 une volonté de leur part : aux ONG de convaincre les médias de s’intéresser à
cet engagement. Que peut-il leur apporter ?
 les médias doivent considérer les ONG comme des sources possibles,
complémentaires et fiables d’informations.

Il y a deux écueils à éviter :
- Les ONG ne sont pas des agences de presse
 elles ne doivent pas chercher à développer leur propre diffusion d’information
car demande un budget trop élevé. Les ONG ne sont pas des médias, elles
n’arriveront pas à toucher les publics touchés par les médias. Par contre, les
ONG doivent produire une information précise, si elles veulent être crédibles.

- Les médias ne sont pas des agences de marketing
 L’information n’est pas de la publicité ni de la communication. Toute
information produite par une ONG suffisamment crédible peut être une source
pour les médias mais l’important est bien l’information et pas le nom de l’ONG.

Il faut donc clarifier ce que les ONG peuvent attendre des médias et ce que
les médias attendent des ONG.

- Les médias
 Ont leur propre logique économique et éditoriale.
 Ce ne sont pas que de simples outils permettant l’accès au grand public
 Mettre en valeur les personnes qui travaillent dans les médias et qui peuvent
être touchés par les problématiques des ONG.
 les médias doivent être vus comme des partenaires dans un projet global
& partagé.

- Les ONG
 ne sont pas qu’une source d’information ou un lieu de production d’expertise



                                                                                 4
 elles doivent pouvoir influencer les pratiques des médias, le contenu de
l’information sur la base de leurs compétences et de leur crédibilité

Il est nécessaire de construire une stratégie globale en direction des médias
incluant
       1/ mise en place d’un groupe de travail réunissant l’ensemble des
       acteurs concernés (ONG, médias, pouvoirs publics…)
       1 bis/ mise en place d’un sous-groupe = coalition d’ONG -
       2/ développement des recherches & des analyses comparatives sur les
       contenus au-delà des images, des stéréotypes et sur la crédibilité
       des ONG auprès des médias. Cela demande des moyens financiers.
       3/ bien marquer la différence entre communication et information
       4/ faire attention au public ciblé. Choisir le média en fonction du
       public.
       5/ travailler sur l’actualité et les « news ». Elles imposent trop ce sur
       quoi on doit penser et ce que l’on doit penser.



Solidarité Laïque : Patrice Bedouret

Depuis 10 ans, on marque l’opposition entre communication, information et
éducation au développement. Or, ces éléments sont complémentaires. P.Bedouret
s’occupe au quotidien des relations avec la presse et derrière les événementiels
organisés par Solidarité Laïque (opération actuelle 1 cahier, 1 crayon pour le
Maroc) il veille à ce qu’il y ait toujours de l’information. Il estime que peu de
journalistes ont un bon niveau d’information en ce qui concerne la solidarité
internationale, c’est pourquoi il est nécessaire de faire ce travail en profondeur.

------------------------------------------------------------------------------------------

Points de discussion

-   On part du principe qu’il y a toujours débat sur les différences ou
    complémentarités dire communication, information et éducation au
    développement. Ces notions doivent être complémentaires. Pour avancer dans
    sa réflexion, ce groupe a décidé d’intégrer ces notions et non de les opposer.

Méthodologie

-   Décision collective de créer un nouveau sous-groupe au sein du groupe de
    travail EAD de la CCD sur les médias afin de travailler de façon plus



                                                                                         5
    approfondie sur la question. Ce sous-groupe qualifié de « mixte » inclura,
    outre les pouvoirs publics et les ONG, des médias. Il rendra régulièrement
    compte des avancées de ses travaux en groupe plénier.
-   Le sous-groupe se réunira le 4 novembre prochain rue Monsieur dans la
    salle 15 travaillera à partir de la méthodologie (en 5 points) proposée par
    Reynald Blion.
-   A l’occasion de la création de ce nouveau sous-groupe de travail, un appel à
    proposition est dores et déjà lancé à toutes les institutions ou personnes
    intéressées à se joindre à ce sous-groupe : membres d’Educasol, journalistes,
    rédacteurs en chef, école de journalisme… (celle de Lille sollicitée par Mr
    Farjon a un module de formation sur la jeunesse)
-   Par ailleurs, le groupe en plénière continuera à réfléchir sur les autres sujets
    retenus pour l’année : notamment les synergies entre acteurs de l’EAD et la
    mesure de l’impact des actions d’EAD.

Calendrier
Plusieurs événements se déroulant en 2005 ont été évoqués comme des
échéances permettant de « caler » les travaux du groupe. Aucun d’entre eux n’a
pour l’instant été officiellement retenu.

Il s’agit :

     De la réunion du forum EAD à Paris organisée par Educasol
     La réunion organisée par le centre de développement de l’OCDE à Paris
    sur la sensibilisation de l’opinion publique à la coopération internationale
     L’université d’Hourtin qui réunit les médias
     Une journée débat avec les partenaires de la presse




                  Prochaine réunion plénière le 13 décembre à 14h
        Au ministère des Affaires étrangères, Bd St Germain (salles A & B)
                 Thème : renforcement des synergie multi-acteurs.




                                                                                  6

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:3
posted:9/22/2012
language:Unknown
pages:6