Documents
Resources
Learning Center
Upload
Plans & pricing Sign in
Sign Out

l'histoire durap francais par romeo le salle gosse

VIEWS: 12 PAGES: 5

									                             L’histoire du rap français
                       Le hip-hop fait ses débuts aux Etats-Unis vers la fi
années 70. Cette musique est née dans les ghettos noirs américains à

En 1979, "Rapper's Delight" de Sugarhill Gang devient le premier tube rap dans le monde et
notamment en France où le mouvement hip-hop touche la jeunesse des cités.

Au début des années 80, le mouvement prend son envol avec de grands rassemblements "bloc party"
où s'affrontent danseurs, grapheurs, DJ et MC. Des stars commencent à naître comme les Run DMC,
Grandmaster Flash ou Afrika bambaataa. La "zulu nation" se forme et le mouvement arrive jusqu'en
France. A cette époque, le style musical est très funky et électronique avec des basses très lourdes,
on sample déjà les tubes de James Brown et les scratches deviennent très fréquents.




En France, c'est avec l'apparition des radios libres que le rap commence à être radiodiffusé et en 84
des émissions télé voient le jour comme Hip-Hop sur TF1 présenté par Sidney.
C'est grâce à cette médiatisation que le mouvement hip-hop devient populaire en France, qui devient
déjà la deuxième nation rap. A cette époque, le rap français n'existe pas encore et tous les jeunes se
portent plutôt vers la danse et les compétitions se font très fréquentes.

Aux Etats-Unis, le groupe Public Enemy redonne un second souffle au rap en 85-86 en délaissant le
coté festif pour dénoncer les inégalités sociales et raciales.

A la fin des années 80, le rap français arrive avec les premiers freestyles de NTM, Assassin, Solaar
en direct dans l'émission Deenastyle sur Radio Nova présentée par Dee Nasty.
Le rap français commence à prendre de l'ampleur et des compil' comme Rappattitude permettent de
révéler au grand public la 1ere génération de rappeurs français NTM, Assassin, Solaar, IAM, Ministère
                                       A.M.E.R.
                                       La médiatisation se poursuit avec Rapline sur M6 et la
                                       naissance de magazines comme l'Affiche et Get Busy.
                                       Le style est toujours américain qui domine largement dans tous
                                       les domaines du hip-hop.

                                      Au début des années 90 c'est la véritable naissance du rap dans
                                      l'esprit plus revendicatif où les textes prennent une importance
                                      capitale. Le style musical évolue aussi et on assiste à la
                                      naissance des monstres sacrés comme le Wu-Tang Clan, Dr
                                      Dre, Snoop Dogg, NWA.
                                      Les rappeus français commencent, eux, à sortir leurs premiers
                                      albums et Mc Solaar réussit à intégrer le rap dans le paysage
                                      musical français par son style calme et poétique avec le tube
                                      "bouge de là".

Les compilations se multiplient, notamment les cool sessions de Jimmy
Jay et on voit arriver de nouveaux groupes de plus en plus nombreux.

En 1995-96, le rap américain change définitivement avec des artistes
comme 2Pac, Notorious BIG, Coolio, KRS One, LL Cool J puis les
Fugees, Nas, Jay-Z et la création de labels très puissants comme
Death Row ou Def Jam.
Le gangsta rap fait son apparition et l'ambiance devient plutôt malsaine, on parle de flingues et
d'embrouilles, on donne dans l'égotrip et la guerre entre West cost et East cost éclate.

En France, par contre, le rap positif, léger et funky envahit la musique française avec MC Solaar,IAM,
Alliance Ethnik, Ménélik, Réciprok, Doc Gyneco. Quelques-uns remportent même des Victoires de la
musique.
Mais le rap hardcore n'est pas mort, loin de là, dans l'underground, NTM, Assassin ou le Ministère
AMER témoignent de la dure réalité avec des textes très crus. D'ailleurs l'affaire NTM
(prison+amende+6 mois d'interdiction d'exercer en France pour propos haineux envers la police) fait
trembler l'opinion publique. C'est ce coté du rap français qui est apprécié des puristes.
Entre le rap cool et le rap hardcore, une multitude de groupes font leur premiers pas grâce à des
compils de plus en plus nombreuses : les Sages Poètes de la rue, Fabe, la Cliqua, timide et sans
complexe, TSN ainsi que Cut killer qui sort une multitude de mix-tapes.

En 1997-98 le mouvement hip-hop a bien évolué, le graph et la danse ont presque disparu, les
compétitions aussi et les textes sont plus revendicatifs, construits et parlent de la vie quotidienne. On
assiste à une véritable explosion de rap dans le monde.
En France, des labels se fondent, des crews se forment, on assiste à la naissance rap bizness qui fait
des ravages aux Etats-Unis.
Les artistes de l'ancienne école reviennent avec un nouveau style comme IAM et NTM donnant au rap
français sa propre identité. Fini le temps où on copiait les américains.
De nombreux nouveaux groupes apparaissent souvent
par le biais de crews très puissants comme le Secteur Ä,
le Côté Obscur ou Time Bomb : Arsenik, Hamed Daye,
Fonky Family, 3ème œil, KDD, Oxmo Puccino, Lunatic,
Expression Direkt, La Brigade.
La radio Skyrock devient LA radio rap en France et va
énormément participer à la promotion des nouveaux
groupes.

Le rap français se divise alors en deux: le rap commercial qui passe partout et génère beaucoup
d'argent et le rap underground qui sera même boycotté et qui ne rapporte presque rien mais où les
MC aiguisent leur style qui plaît à la masse.
Cette séparation souvent involontaire est symbolisée par Stomy Bugsy qui est passé du rap le plus
harcore au rap le plus commercial. Mais ce ne sont pas les artistes qui dérivent, non, ce sont les
maisons de disques qui (attirées par le bon filon du rap) sortent les titres les plus commerciaux des
albums et véhiculent une image fausse de l'artiste.
                       On assiste alors malgré les ventes et la popularité à une sorte de crise du rap.
                       Les américains se tirent dessus et se déchirent au détriment de la qualité et de
                       l'innovation tandis qu'en France le rap est kidnappé par les maisons de disque
                       qui exploitent certains rappeurs pris dans l'engrenage du succès et de l'argent.
                       C'est alors que les labels indépendants se forment et des groupes s'unissent
                       contre cette médiatisation et ces maisons de disque qui tuent le rap.
                       En même temps de très bons albums sortent comme le 4ème de NTM qui fait
                       l'effet d'une bombe, comme les albums d'Arsenik, Ideal J, Busta Flex, Zoxea … .
                       Des compils comme "Sad hill" et "ma cité va crack-er" relancent le vrai rap et
                       réunissent des rappeurs célèbres et des inconnus de toute la France. Les
concerts dans de grandes salles se multiplient démontrant le talent des rappeurs pour la scène.
Le rap est maintenant ancré dans le paysage musical français et a forcé la porte de tous les foyers
envers en contre tous, et des débuts de réticences se font sentir dans les
hautes sphères. On assiste donc au boycott drastique du rap et à la
censure, les concerts sont de plus en plus interdits et les rappeurs ont une
mauvaise image. La mode est en train de passer et le rap peut se libérer.

En 1999, la nouvelle école lâche ses premières bombes épaulée par les
anciens et par Skyrock (qui devient presque indispensable pour lancer un
album).
On assiste au succès de Pit Baccardi, Freeman, La Brigade, 3ème œil,
Bisso na Bisso, Saïan Supa Crew et bien sùr du 113 et de leur crew la
Mafia k-1 fry. Le 113 réussit un exploit en étant littéralement adulé par les
adeptes du rap et en même temps en remportant 2 Victoires de la musique.
Le rap renaît ici et outre atlantique où la guerre coast to coast (ayant entraîné la mort de 2Pac et de
BIG) est terminée, l'avancée se poursuit vers le nouveau millénaire qui promet d'être riche en albums.

. Terminé le temps où on enregistrait                            dans des caves sur des vinyles de
James Brown ; aujourd'hui, on                                    enregistre en studio avec des
productions musicales d'aussi bonne                              qualité que les tex prennent en peu la
grosse tête et de guerre et d'histoires                          de fric.
 à




       Vrai nom : Curtis Jackson
        Nationalité : américaine
      Naissance : 06 Juillet 1975
             Age : 32 ans
Métiers : Chanteur, Auteur-compositeur
              Label : WEA
     Genre musical : Rap, Hip-Hop
 Écoutez 50 Cent sur : Radio Hip Hop
It wasn't personal. It was comedy based on truth, which made it so funny


Biographie de 50 Cent
Le petit Curtis Jackson traverse une enfance éprouvante. Né de père inconnu, il vit livré à lui-même
dans le quartier jamaïcain du Queens, à New York, et perd sa mère très jeune dans des
circonstances énigmatiques. Recueilli par ses grands-parents, il partage dès lors son existence
entre petits délits et hip hop.

Très impressionné par sa fougue, Jam Master Jay, le légendaire DJ de Run DMC décide de
prendre sa carrière en main, une carrière rapidement sous la coupe de Columbia Records, dès
1999. Il y signera de 36 titres, tous compilés dans l'album Power of a Dollar. Fin tacticien, pour
faire parler de lui, il provoque dans ses chansons tous les plus grands rappeurs du moment, tels
Jay Z, Big Pun ou Ghostface Killah.
Le 24 mai 2000, l'histoire veut que celui qu'on nomme désormais 50 Cent reçoive neuf balles de 9
mm dans le corps. Il met plusieurs mois à se rétablir et sa maison de disques le lâche. Mais loin de
se démonter, le survivant crée le collectif G-Unit avec son meilleur ami Sha Money XL. Ensemble,
ils composent plus de 30 titres et remixent les hits de ceux qu'ils dénigraient comme     Jay Z. Un
second opus voit le jour : 50 Cent is the Future.

Eminem tombe dessus et place illico 50 Cent sous sa protection. Début 2003, Slim Shady l'invite
sur la BO du film 8 Mile pour lequel il signera notamment le tube "Wanksta". Quelques mois plus
tard, un premier album sort de cette collaboration, dont le titre résume assez bien le but de 50
Cent : Get Rich or Dye Tryin. Gros carton. 11 millions d'exemplaires ont été vendus à ce jour.

50 Cent fonde alors son propre label, G-Unit Records, avec lequel il lancera les carrières de la
chanteuse de R&B    Olivia et de The Game.
En mars 2005, son second album solo The Massacre continue de l'imposer dans le genre et sur les
écrans de MTV. Comme toute star filante qui se respecte, 50 Cent se fait couronner par un film :
Get Rich Or Die Tryin (Réussir Ou Mourir), réalisé par Jim Sheridan. Par l'image, 50 Cent a fait
oublier au grand public ses capacités artistiques limitées et a réussit à se sortir du lot.

En 2006, il sort les singles "Hustler's Ambition", "I'll Whip Ya Head Boy", avec Young Buck, ainsi
qu'un jeu vidéo : 50 Cent : Bulletproof, où le joueur est invité à interpréter le rappeur... et à tirer
dans le tas ! Et oui... Une légende, ça se nourrit.
Les films de 50 Cent




Réussir ou mourir (2006)                 New Orleans                      Home of the Brave

                                                                   Tous les films de 50 Cent


Toutes les photos de 50 Cent




                              oseastral, carte du ciel et planètes pour
                                            Lil ROMEO,
                 né le 19 août 1989 à 12h00 à Nouvelle Orléans (LA) (Etats-Unis)
                            Soleil en 26°41 Lion, AS en 7°06 Scorpion,
                              Lune en 1°51 Bélier, MC en 10°29 Lion
                               Astrologie chinoise : Serpent de Terre
                                   Numérologie : chemin de vie 9


                               Biographie de Lil ROMEO
Lil' Romeo, de son vrai nom Percy Romeo Miller, est un jeune rappeur américain (d'où le préixe lil'
souvent utilisé par les jeunes rappeurs américains qui, en grandissant, l'enlèvent) né le 19 août
1989 à la Nouvelle-Orléans aux États-Unis plus exactement en Louisiane.

Lil'Romeo est né le 19 aout 1989 a la Nouvelle Orleans dans l'état de Louisiane au USA. Bien
coaché par son père Master P, Lil' Romeo, enregistre son premier tube à 11 ans intitulé « My Baby
», une reprise de « I Want You Back » des Jackson Five et atteint la cinquième place des charts US.
Son premier album, Lil Romeo, sort en 2001, suivi fin 2002 de Game Time. Par la suite, on lui
propose le rôle principal d'un film de Bill Woodruff Honey où il tourne avec Jessica Alba
notamment. Son pere Master P est d'origine ivoirienne.

Un an après le succès du film Honey, Lil' Romeo revient avec un autre album intitulé Romeoland et
crée son propre groupe qui se nomme Rich Boyz. Ce groupe ne devait même pas être un vrai
groupe car il avait crée ce groupe pour la nouvelle saison de sa série Romeo! Après deux singles et
deux clips de son groupe et ses deux nouveaux films Decisions et good side bad side movie et un
autre qui est en préparation, Lil Romeo continue à travailler car il revient de nouveau avec un
nouvel album intitulé Romeo!Show.Certaines personnes disent que son succès précoce vient du fait
qu'il est né dans une famille de grands rapeurs, entre sont père Master P, grand rappeur américain
et ses deux oncles Silk The Shocker et C-Murder.Depuis quelques années,il est en beef avec Bow
Wow qui est en fait une publicité, car ce sont 2 jeunes artistes qui ont percé dans le monde du rap
à un jeune âge, mais ils sont tout les deux, deux amis. Le rêve de Romeo de devenir un basketteur
de la NBA va bientôt devenir réalité grâce à sa bourse de USC une des meilleure université avec un
programme athlétic. On le verra donc jouer dans l'équipe Trojans l'annér prochaine. En ce moment,
Romeo est MVP dans l'équipe de Beverly Hills High. Il a joué dans le film Crush On You au côté de
Forrest Lipton et dans God's Gift un film inspiré de la vie d'un de ses amis, aujourd'hui décédé
r passeDécouvrez           le nouveau prince du hip hop US...

                      Le hip hop se serait-il trouvé un nouveau prince ? Lil Bow Wow n'a que 13 ans et il
               est déjà disque d'or aux Etats-Unis. Attention, phénomène.

                Originaire de Colombus dans l'Ohio, Lil Bow Wow, alias Shad Moss, n'est pas un débutant
                malgré son jeune âge. Précoce, il a six ans lorqu'il monte sur scène lors de la tournée
                Chronic de Dr Dre et Snoop Dogg. Impressionné, Snoop Dogg le fait venir dans sa loge et
                l'engage pour la première partie. Le jeune prodige signera même sur Death Row Records.
                Il enchaînera les featurings sur Doggystyle de Snoop, sur le Wild Wild West de Will Smith
et sur l'album de Jermaine Dupri, Big Momma's House..

« Il me rappelle le jeune Michael Jackson » confie ladzo Jr Sow. « Bow Wow est un véritable enfant mais
lorsqu'il s'agit de travailler, il se transforme en une personne mature. C'est un surdoué ». Dupri sait de
quoi il parle. A l'origine du succès de Kris Kross, il entend faire de Lil Bow Wow la prochaine superstar
black : « C'est un vrai rappeur, avec un savoir-faire. Les enfants n'ont pas de modèle dans le rap
aujourd'hui. Il est temps que Bow Wow éclate pour que les petites filles de 11 à 16 ans aient enfin un
artiste à elles. ».

Pour son premier album, Beware Of The Dog, Lil Bow Wow confronte son phrasé rapide aux voix soul de
Xscape ou aux scansion de ses parrains : Snoop, Dupri et Da Brat. Ces deux derniers lui ont écrit des
textes sans excès dans lesquels il retrouve sa vie de gamin des villes : « Je rappe sur ce que font les
gosses de mon âge, les filles, le basket... » explique-t-il. Avec le souci d'être un exemple pour la
jeunesse :

« Jermaine m'a dit que je ne pouvais pas être sur So So Def si je n'avais pas de bonnes notes.
C'est ce que j'ai fait. Je travaille, je reste à l'école et je ne me drogue pas »..

Beware Of The Dog n'en est pas moins une production 100 % hip hop. Le team So So Def a fourni à Lil
Bow Wow des titres up-tempo sur lesquels il est difficile de ne pas hocher la tête. « Bounce With Me »
allie clins d'oeil électro et choeurs R&B tandis que « You Know Me » accélère pour suivre le débit
impressionnant de Lil Bow Wow. Arrangements de cordes, grosses basses et rythmiques débridées, le
gamin assure, s'intéresse aux filles (« Puppy Love », « Ghetto Girl ») ou frime avec Snoop (« Bow Wow
»)..

Beware Of The Dog est une forme d'avertissement. Un engagement à ne pas rater le futur du hip hop. Lil
Bow Wow est déjà grand. Et est mon héro moi ladzo.


LLLLLLllllr du rap à l'époque et qui a énormément aidé c

								
To top