petales_bull_77-mars09 by revo93

VIEWS: 1 PAGES: 20

More Info
									                                                                                                                     PETALES asbl, membre de PETALES International

                                                                                                                     Une fleur de myosotis bleu                                                                 BELGIQUE-BELGIE
                                                                                                                     dont un pétale se détache vers le haut, sans tomber                                               P.P.
                                                                                                                     Le myosotis dit : "ne m'oubliez pas"                                                        1310 LA HULPE
                                                                                                                     Le pétale détaché dit :                                                                         6/69634
                                                                                                                     "même si je ne peux m'attacher à vous"
Editeur responsable : Richard Bergen - PETALES asbl - Rue des Montis 16 - 5537 - Anhée (RPM 0475.118.767 - Dinant)




                                                                                                                           Bulletin périodique mensuel

                                                                                                                                  N° 77 mars 2009



                                                                                                                                    ne paraît pas en juillet
                                                                                                                                 Bureau de Dépôt : 1310 La Hulpe
                                                                                                                                       Agrément P605013
                                                                                                                                                                                        Sommaire
                                                                                                                                                                           Editorial                                    p.2
                                                                                                                                                                             AVOIR un enfant ou ETRE parent ?

                                                                                                                                                                           Dans les régions                             p.4
                                                                                                                                                                             Les parents ont échangé
                                                                                                                                                                           Sur la toile                                 p.5
                                                                                                                                                                             Attachement et psychopathologie
                                                                                                                                                                             par N. Pionnié et F.Atger

                                                                                                                                                                            PETALES rencontre et raconte                p.9
                                                                                                                                                                             L'adoption nationale
                                                                                                                                                                             par B.Bertrand et O.Stévart
                                                                                                                                Parents d’Enfants                            L'expérience quotidienne de l'enfant
                                                                                                                                                                             par Dominique Ottavi
                                                                                                                                                                                                                        p.10
                                                                                                                             présentant des Troubles                        PETALES a participé au
                                                                                                                                                                             Séminaire de l'IWSM sur la collaboration
                                                                                                                                                                             usagers-praticiens-chercheurs en santé
                                                                                                                                de l’Attachement                             mentale animé par Mireille Tremblay
                                                                                                                                                                                                                        p.12
                                                                                                                                Ligue d’Entraide                           Le coin du bibliothécaire
                                                                                                                                                                           Le coin du jeune lecteur                     p.13
                                                                                                                                                                           Le coin presse                               p.14
                                                                                                                                  et de Soutien                            Malle au trésor, coffre à outils             p.14
                                                                                                                                                                           Bientôt l'assemblée générale                 p.16
                                                                                                                                                                           Du neuf sur notre site                       p.17
Avoir ou être. La distance est immense. Elle est pourtant           Mon propos n’est pas d’entrer dans cette polémique, les pré-
systématiquement annulée dans la plupart des réflexions             alables doivent d’abord être établis. Et ces préalables sont
communes tant il semble évident qu’être parent, c’est… avoir        bien : est-ce que les besoins des futurs pères, des futures
un enfant.                                                          mères et des futurs enfants peuvent s’accommoder pour le
                                                                    bien de chacun ?
C’est une confusion qui pose beaucoup de problèmes. D’a-
bord à l’enfant, et bien vite dans la vie, à ses...parents.         Pour avoir une mère, un bébé a d’abord besoin de temps. Oui,
Dans beaucoup de situations, l’arrivée d’un enfant aménage          mais pendant combien de temps ?
ses auteurs en parents, avec bonheur, rapidement et plus ou         Avant sa naissance, il ne peut pas du tout s’en passer. Un
moins bien. Et tout le monde grandit ensemble sans drames.          certain temps après non plus. Le nouveau-né humain est un
Mais vient le premier écueil – il y en a toujours – et rien n’a     prématuré, physique et psychique. Sans sa mère il meurt. Si
été vraiment pensé.                                                 pas physiquement, en tout cas psychiquement. Trop d’études
                                                                    confirment l’élaboration du cerveau de l’enfant et de sa cons-
Etre parent, cela demande d’abord toute une réflexion sur les       truction psychique dans la relation unique, fusionnelle d’abord,
besoins de cet enfant à bientôt « avoir ».                          entre la mère et son bébé, pour que cela puisse encore être
Le premier de ces besoins, pour que lui, l’enfant, ait des pa-      nié. Et pour sortir de cet état fusionnel, le bébé devra être
rents, c’est le temps.                                              devenu suffisamment solide et avoir puisé sa force et sa cons-
Le temps ? Mais personne n’en a ! Pourquoi en faudrait-il à         truction dans la présence rassurante, permanente, la proximité
l’enfant ?                                                          et le regard de sa mère.
« On n’est pas dans une époque de temps » disait dernière-          En clair : l’enfant vampirise totalement sa mère dans le début
ment un jeune philosophe irréfléchi dans une conférence « on        de sa vie. Etre mère c’est donc être prête à être vampirisée un
est dans une époque de mouvement. » Point. Et ça, ça ne             temps par son enfant. On ne leur donne pas seulement le sein,
bougera pas ! C’est en tout cas ce que sa véhémence voulait         on leur donne notre substance psychique. Qu’elle soit ou non
nous faire admettre comme le coup de marteau du commis-             en bon état, c’est de cela qu’il va se nourrir pour constituer la
saire-priseur : adjugé ! Il oubliait que s’il y a mouvement, il y   sienne.
a changement et que donc ce changement peut ramener                 Etre parent, c’est tout autre chose qu’avoir un enfant.
aussi impérativement ce temps dans nos préoccupations et            Pour survivre à cette vampirisation, qu’on s’y adonne avec
besoins.                                                            volupté ou qu’on s’y perde, il faut de l’aide, un soutien, un re-
J’entendais récemment à la radio des femmes de toutes               tour au monde, le père de préférence. Nous reviendrons bien-
conditions débattre sur l’intérêt ou non d’allonger le congé de     tôt au père dans cet être-parent.
maternité. Certaines défendaient cet allongement avec force,        J’exagère dans cette histoire ? Non, je ne crois pas. Tout nous
d’autres revendiquaient le droit à une vie de mère au foyer,        dit que si cette étape n’a pas existé, les conséquences pour
d’autres aussi revendiquaient celui de conserver les acquis         l’enfant seront graves. N’oublions pas que nous sommes des
d’une « libération de la femme » encore chancelante et celui        parents d’enfants présentant des troubles de l’attachement. Il
de retourner au travail le plus vite possible. Chacune défen-       y a eu des moments d’abstinence pour nos enfants dans cette
dait sa position avec des arguments tout à fait respectables.       période de vampirisation. Et de ces périodes d’abstinence, ils
Une disait même : « mes patients ont aussi besoin de moi, je        ne se sont pas relevés.
retrouve mes enfants le soir, cela me suffit et ils vont bien ».    Mais crient d’autres mères : c’est faux. Nos enfants s’adaptent
Le temps du congé de maternité concernait donc essentielle-         très bien. « Je les prends en courant à la crêche, et vite vite,
ment dans la discussion les besoins des mères, mais pas             une petite course, le bain, le repas, le retour du père, un câlin
vraiment ceux des enfants.                                          et dodo. C’est reparti pour un tour, il va très bien. » Hélas !
Je sais que je mets les pieds dans une ornière extrêmement          Elles ont raison. Les enfants s’adaptent très bien.
complexe. Tellement complexe qu’en « bonne femme », je              Oui, les superwomen obligées par nos situations, champion-
me suis permise d’y faire un peu de ménage. Un peu …                nes de l’agenda toutes catégories sont là.
De quoi parlaient ces mères ? Et sans doute la majorité             « Nous y arrivons ! » « Fatiguées certes, mais pleines de cou-
étaient de bonnes mères. Elles nous parlaient de leurs be-          rages et nous y arrivons ! » .
soins à elles. Des besoins des femmes qui ont des enfants.          Et les enfants ? Est-ce qu’ils y arrivent eux ? « Nos enfants,
Et il est juste d’en parler.                                        oh oui, ils vont bien, ils s’adaptent très bien « « .
Mais leurs besoins à elles ne sont pas nécessairement les           C’est là qu’il faut s’arrêter un moment. Un long moment… Les
besoins de leur enfant. Et là il faut vraiment qu’on en parle.      tout petits n’ont pas à s’adapter à nous. Ils ne peuvent pas
Quoi ! Les besoins de la mère et de l’enfant ne seraient pas        mettre de l’énergie dans cette adaptation à notre temps, notre
confondus ? C’est pourtant ce que l’imagerie maternelle             rythme. Ils ont juste à se construire. C’est à nous à nous
nous raconte depuis des lustres.                                    adapter à leurs besoins. Et il faut répéter inlassablement la
Etre parent, parlons d’abord des mères, c’est d’abord être          phrase de Reine Vander Linden
une femme adulte bien dans sa peau, qui a des droits, des
choix de vie, des épanouissements culturels, une vie amou-             « Le malheur des bébés,c’est de s’adapter à merveille
reuse, une vie sociale, relationnelle, professionnelle…. Une                 et ainsi, malgré eux, de donner le change.
vie quoi. Elle ne naît pas avec son enfant, elle a eu sa vie                           Ils passent à travers tout.
bien avant lui. Tout cela composera d’ailleurs la richesse de          Pourtant, l’énergie déployée pour s’adapter est énorme
sa personnalité qui nourrira ses échanges avec son enfant.                   et limite d’autres investissements ». (1)
Mais d’où nous vient que les besoins des femmes et les be-
soins des enfants seraient en parfait accord ? Les besoins          Ou encore,
des enfants ne prennent pas en compte les besoins de leur
mère. Ils ont besoin d’elle. Un point c’est tout. Et c’est cette                            « un tout-petit
contradiction qu’il nous faut analyser avant de revendiquer                   qui ne voit pas sa mère pendant dix jours
des lois qui donnent plus ou moins de temps à chacun.                          est un bébé qui a perdu sa mère. » (2)


                                       PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                              www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                        2
    C'est ce que disait déjà Winnicott en 1939 :                            lui apporter de sécurité interne, ils sont trop préoccupés de la
                                                                            leur.

                     ...plus l'enfant est jeune ,                           Désirer un enfant n’implique pas nécessairement que l’on
          moins il est capable de garder vivante en lui                     souhaite devenir parent, ni qu’on en ait les moyens pratiques
                la représentation d'une personne,                           ou psychiques. Désirer un enfant relève de l’histoire pro-
        c'est-à-dire que, s'il ne voit plus cette personne                  fonde de chacun, en grande partie inconsciente et qui ne
       ou s'il n'a pas de preuve tangible de son existence                  s’encombre pas de conséquences.
       dans un délais de x minutes, x heures ou x jours,                    Rêves d’immortalité, de se projeter dans la continuité des
                     elle est morte pour lui. (3)                           générations futures, de rejouer une enfance trop vite passée
                                                                            si elle fut heureuse, à réparer si elle ne le fut pas. Besoin de
                                                                            se lire dans un visage neuf . Cri du ventre qui veut porter la
    Un bébé pourra donc supporter l’absence de sa mère tout                 vie. Besoin de faire mieux que ce que l’on a fait pour nous ou
    une journée de travail quand son cerveau aura acquis la ma-             besoin de reproduire le bien qu’on nous a fait. Besoin de ré-
    turité suffisante pour garder en lui son image vivante, même            pliquer un visage, un être aimé et de le projeter dans l’avenir
    pendant 8 à 10 heures d’absence. Et c’est à cette évaluation            avec en plus, mêlées, quelques-unes de ses propres cou-
    seule que l’on pourra définir la durée d’un correct « congé de          leurs. J’arrête-là! Impossible d’exprimer toutes les nuances de
    maternité » étant entendu que la mère prendra dorénavant                ce désir d’enfant porté par une si grande part de l’humanité. Il
    congé de son enfant pendant 8 à 10 heures par jour, suivant             est là ce désir, bien réel et pour une part de cette humanité, il
    son travail et ses trajets.                                             peut maintenant s’exprimer et plus ou moins se décider.
    Le temps est lié à la continuité. Pour l’enfant, la construction        Oui, mais…Un enfant demande des parents mais désirer un
    du temps qui relie le moment présent à celui passé et à celui           enfant n’et pas encore élaborer un devenir de parents.
    qui suit est totalement lié aux rythmes des soins, aux rythmes          Cette élaboration est complexe. Elle porte toute la complexité
    de vie installés par la mère. Lui donner « tout ce dont il a            de la relation entre les futurs parents et toute la complexité du
    besoin » englobe toujours cette nourriture de construction              monde, du système social, du milieu dans lequel cet enfant va
    psychique qui par son rythme, sa répétition et sa continuité,           naître.
    son retour régulier avec de nouveaux besoins prépare avec
    l’enfant toute son élaboration identitaire et ses possibilités          Quels sont les couples qui, projetant un enfant, préparent
    relationnelles futures.                                                 vraiment leur devenir de parents autrement que par un agen-
    C’est tout aussi important que la bonne quantité de graisses            da bien ficelé et un budget possible ?
    pour le cerveau, ou la bonne quantité de protéines.                     Et quelques rêves en plus…
                                                                            Un enfant, ça prend du temps, cela a besoin de temps. Bien
              Et l’enfant ne peut pas plus s’adapter                        plus : au début de sa vie, c’est lui qui ordonne le temps des
                         sans dommages                                      autres suivant ses besoins vitaux, suivant donc aussi ses be-
              au manque de temps et de continuité                           soins relationnels.
             qu’il ne peut s’adapter sans dommages                          Un enfant a besoin de relations continues. Il doit faire ses
             au manque de graisses ou de protéines.                         marques, se repérer et intégrer qui est qui et ce qu’il peut
                                                                            attendre de chacun. Il a besoin de ne pas remettre en cause
                                                                            ses premières bases pour pouvoir grandir et développer ses
    Avoir un enfant ou être parent ?                                        compétences dans tous les domaines.
    Pour avoir un enfant, il suffit qu’il naisse et s’adapte à la vie
    que nous avions organisée avant lui, avec nos besoins, nos              Oui, mais… Il faut gagner sa vie. Les libertés acquises si
    projets. Nous l’aimons, nous l’avons désiré et nous aména-              chèrement ne sont pas à remettre en cause. Et les enfants
    geons pas mal d’espace dans le temps, dans les murs, pour               s’adaptent facilement.
    l’y caser . Mais c’est dans tous les aspects de notre vie qu’il
    débarque quand on a un enfant.                                          Tout cela est vrai et faux à la fois. La vérité de ces affirma-
                                                                            tions ne peut empêcher de réfléchir à leur implication dans la
    Etre parent, c’est oser affronter la contradiction entre les be-        vie de l’enfant à venir et de les adapter à l’enfant, plutôt que
    soins de l’enfant et ceux des parents.                                  de lui demander l’impossible.
    Voir ce que cela met en jeu de part et d’autre dans nos
    contraintes, nos obligations, nos choix de vie et cela le temps         Un tout petit a besoin de place, de temps, de continuité. Il a
    qu’il lui faut. Je n’ai abordé que de toutes premières interro-         besoin de rapidement prévoir ce qui va lui arriver pour se sen-
    gations. Mais, c’est en comprenant bien les besoins de cha-             tir en sécurité et utiliser son énergie aux découvertes de son
    cun - enfant, père, mère - qu’un homme et une femme pour-               âge plutôt qu’à sa sécurité.
    ront devenir parent dans toutes ses implications. En faisant            La sécurité, externe et interne, c’est aux parents à l’apporter,
    des choix, bien sûr toujours imparfaits, c’est normal. Mais les         permettant à l’enfant d’économiser une force gigantesque
    questions doivent être posées avant parce que pour être il              pour l’utiliser à grandir. Sa solidité, son équilibre futurs sont à
    faut installer des conditions qui permettent de devenir.                ce prix.
    Pour avoir un enfant construit sur un attachement secure                Entendons-nous bien. La contradiction est insoluble. C’est
    solide, il faut construire son être-parent avec des évolutions          une charge impossible pour la génération des parents. Ce qui
    dans la vie suivant les étapes de la vie de l’enfant, ses be-           est possible c’est d’y réfléchir pour trouver des aménage-
    soins fondamentaux qui évoluent avec sa croissance. Alors,              ments, et aussi des lois, qui tiennent compte de l’essentiel.
    avec cette base solide, il s’adaptera aux aléas de sa vie et de
    la nôtre sans danger pour sa construction de base.                      Et si on n’a rien dit tant qu’on n’a pas tout dit, on peut consi-
                                                                            dérer qu’on n’a pas encore dit grand-chose. Il faudra donc
    Cette réflexion met en lumière aussi à quel point nos enfants           poursuivre…
    souffrant de troubles de l’attachement ne peuvent pas eux-
    mêmes être parents. Pris par leur propre « sécurité », par
    leurs besoins immédiats, ils ne peuvent apporter le temps et                                                       Bernadette Nicolas
    sa continuité à un enfant. Même s'ils l'aiment, ils ne peuvent

    (1) Reine Vander Linden dans Le Ligueur du 21 février 2007, p. 9
    (2) Reine Vander Linden dans Le Ligueur du 4 avril 2007
    (3) Les enfants et la guerre - D.Winnicott – Petite Bibliothèque Payot pp 20,21)

                                               PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                      www.petales.org info@petales.org
3
                                                                               Centre culturel de Jette
                     A Jette (Bruxelles et Brabant Wallon)                     Bd de Smet de Naeyer, 145 1090 Bruxelles
                                                                               Dernier mardi de chaque mois à 20 h
                                                                               Responsable : Jeannine Van Calster
                      le mardi 17 février 2009                                 02/654.13.48       bruxelles.be@petales.org

 Aujourd’hui, le témoignage d’une famille      temps à autre. Certainement pas celle         « étouffer » ou être complètement dé-
 ayant passé ses vacances au Maroc et          qui se culpabilise sans cesse et qui se       semparé le jour où il s’en vont et avoir
 ayant rencontré une personne adulte           rend indispensable. Pas celle qui ne          du mal à accepter de les laisser se dé-
 dans la même problématique que celle          peut mettre des limites et qui accepte        brouiller.
 que nous vivons ici, ainsi que d’autres       tout ou presque en se disant que cela         Comme nous le rappelle une maman :
 récits de vie reçus d’Algérie, du Congo       ira mieux demain. On voudrait, bien sûr,      dans une vie, beaucoup de deuils sont
 et du Rwanda nous montrent que les            pouvoir épargner à nos enfants les diffi-     à faire. Celui d’être la mère qui va tout
 troubles de l’attachement se retrouvent       cultés de la vie mais ce sont elles aussi     solutionner aussi.
 partout et peuvent handicaper durable-        qui peuvent les construire. On peut les
 ment toute une vie.                           accompagner mais pas faire les choses
 Qu’est-ce qu’une « bonne mère » ?             à leur place. A trop penser notre vie                              Jeannine Van Calster
 Voilà une question qui nous revient de        avec et autour d’eux on finit par les

 Prochaines réunions à Jette : les mardis 31/3, 28/4, 26/5, 30/6 2009.
 Soyez les bienvenus ... après un coup de fil à Jeannine pour les nouveaux.

                                                                               Salle XXVII
                                                                               Rue Defuisseaux 27
                               A Charleroi                                     6001 MARCINELLE (près de l'Eglise de la Villette)
                                                                               le premier mercredi de chaque mois à 20 h
                                                                               Responsables : Jean Broekaert 0498/05.85.63
                                                                                            et Brigitte 0498/25.66.61
                               le mercredi 4 mars 2009


  Les parents de Charleroi se sont réunis, mais n'ont pu nous envoyer de compte rendu de leur réunion.
  Ce sera pour la prochaine fois.

Prochaines réunions à Charleroi : les mercredis 1er avril, 6 mai et 3 juin 2009
Soyez les bienvenus... après un coup de fil à Jean ou Brigitte pour les nouveaux



                 A Liège                                                       Centre paroissial St Remy
                                                                               Place Andréa Jadoulle 4031 Angleur
                                                                               le premier jeudi de chaque mois à 20 h
                                                                               Responsables : Michel et Chantal Laurent
                  le jeudi 5 mars 2009                                         04/263.69.26 liege.be@petales.org

En ce début mars, deux couples vien-           aura 18 ans. Que conseiller à ces pa-         des troubles de l'attachement.
nent à leur première réunion de notre          rents ? Une AMO (Aide en Milieu Ouvert)
régionale PETALES.                             pourrait aider le jeune et sa famille. Si     - Les parents de deux jeunes enfants,
                                               rien d'autre n'est possible, il vaut mieux    dont l'aînée a 7 ans et est très accrochée
- Les parents de cinq enfants dont le          que les parents laissent, au maximum,         à sa maman . Celle-ci l'a allaitée jusqu'à
deuxième a été adopté lorsqu' il avait 21      leur jeune se gérer avec un accompa-          ses 2 ans et demi. Cette enfant se sent
jours.     Ce    jeune,    d'origine   sud-    gnement social. Afin d'éviter que les pa-     souvent mal aimée, abandonnée, n'aime
américaine, est âgé maintenant de 17           rents subissent les conséquences de           pas les changements, ce qui renforce les
ans et demi. Il est très intelligent, a été    dettes éventuelles, il est important que le   angoisses de la maman. De la psychomo-
hospitalisé en service psychiatrique,          jeune effectue les démarches de chan-         tricité selon la méthode AUCOUTURIER
prend des antidépresseurs et est parfois       gement de domicile dés qu'il s'installera     ainsi que des ateliers d'art-thérapie pour
violent. Récemment, il a été renvoyé de        à l'extérieur. Notons que donner de l'ar-     parents et enfants pourraient lui être bé-
l'internat scolaire mais il continue à aller   gent directement au jeune n'est pas sou-      néfiques et rassurer, par le même fait, sa
à l'école ; ses parents craignent cepen-       haitable.                                     maman.
dant qu'il en soit aussi renvoyé. Suite à      Lorsqu' un jeune quitte sa famille, ce
ses problèmes comportementaux dans                                                           Les autres parents habitués de la réunion
                                               n'est pas à considérer comme un échec,        partagent ensuite leurs vécus respectifs,
sa famille actuellement épuisée, il vit la     même si c'est vécu comme tel.
moitié de la semaine chez sa grand mère                                                      ce qui peut éclairer les nouveaux arrivés.
                                               Bien souvent, les enfants connaissent
et les autres jours chez son parrain.          les failles ainsi que les points faibles de                  Michel et Chantal LAURENT
Après une période de « ciel bleu », des        leurs parents et savent où ils peuvent
difficultés majeures réapparaissent dans       leur faire mal. Et les fratries souffrent     Prochaines réunions à Liège :
ces deux milieux. Cela se passe mieux          souvent, elles-aussi : il serait bon de       les jeudis 2 avril, 7 mai, 4 juin et 2 juillet 09
chez sa grand mère car elle est très di-       créer des groupes de parole pour les
rective et cadre bien le jeune. Ce dernier     frères et soeurs de jeunes présentant         Soyez les bienvenus ... après un coup de fil à
a le projet de vivre en autonomie lorsqu'il                                                  Michel et Chantal pour les nouveaux.

                                        PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                               www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                                 4
                  Attachement et psychopathologie
                                 Nancy PIONNIÉ*, Frédéric ATGER**
                                                                                                     Pédopsychiatre,
                                                                                                     Chef de Clinique Assistant,
     Résumé                                                                                          Fondation Vallée,
    Cet article présente une revue de la littérature concernant le lien entre attachement et         7, rue Bensérade,
    psychopathologie. Les auteurs partent de l’hypothèse communément admise que l’atta-              94250 Gentilly, France.
    chement insécure, s’il ne représente pas un trouble psychopathologique en soi, peut consti-      nancypionnie@
                                                                                                     hotmail.com
    tuer un facteur de vulnérabilité. Selon la qualité et la structure de régulation des affects,
    un individu sera plus susceptible de présenter des troubles dits « externalisés » ou « in-       ** Pédopsychiatre,
    ternalisés ». Différentes études et leurs hypothèses sont présentées en fonction des caté-       Service de Psychiatrie
    gories nosographiques étudiées : dépression, agoraphobie, schizophrénie, personnalités           de l’Adolescent et du
    border-line, comportements suicidaires. Les auteurs concluent que des études prospectives        Jeune Adulte,
                                                                                                      Institut Mutualiste
    au long cours permettraient de valider l’hypothèse de John Bowlby présentant la psycho-          Montsouris,
    pathologie comme une issue de certaines voies développementales.                                 42, boulevard Jourdan,
    Mots clés : attachement, psychopathologie, troubles externalisés, troubles internalisés,         75014 Paris, France.
    dépression.                                                                                      frederic.atger@imm.fr



    Abstract
    This article presents a review of litterature about the link between attachment and psychopathology. The authors start
    from the idea that insecure attachment, not to be superposed with a psychopathological disorder in itself, may never-
    theless be a vulnerability factor : according to the quality and structure of affect regulation, an individual will be more
    likely to present externalising or internalising disorders. Different studies are presented, concerning depression, agora-
    phobia, schizophrenia, border-line personalities, suicidal behaviours. The authors conclude that further long term pro-
    spective studies could validate John Bowlby’s representation of psychopathology as an outcome of some deve-
    lopmental pathways.
    Key words : attachment, psychopathology, externalising disorders, internalising disorders, depression.



        John  Bowlby a proposé un modèle développemental de la personnalité pouvant avoir des implications psycho-
       pathologiques [3, 4]. Selon son modèle, le développement d’un attachement sécure vis-à-vis d’un caregiver est une
       tâche développementale centrale. Elle influence les représentations que l’enfant a de lui-même et des autres, ainsi
       que ses stratégies pour traiter les pensées et les émotions relatives à l’attachement. Ces stratégies bâties pas à pas
       peuvent être modifiées par des événements majeurs en rapport avec l’attachement, tels qu’une séparation, une
       perte ou un abus. Bowlby a suggéré que quand un individu développe au cours de l’enfance des représentations
       négatives de lui ou des autres ou des stratégies pour traiter ses sentiments et pensées en rapport avec l’atta-
       chement qui l’éloignent du réel, il devient plus vulnérable sur un plan psychopathologique.
       Pour éclairer les liens entre attachement et psychopathologie, Bowlby a comparé le système c o m p o rtemental
       d’attachement au système immunitaire. La comparaison se justifie, non seulement parce que ces deux sys-
       tèmes jouent un rôle dans l’intégrité et la sécurité du sujet, mais aussi parce que, dans les deux cas, peuvent
       exister des troubles spécifiques en rapport avec leur perturbation ; qu’ils peuvent contribuer à l’apparition de
       troubles variés ayant d’autres origines ; et que des troubles variés peuvent contribuer à leur perturbation.
       Il existerait donc des troubles se rattachant directement à des perturbations du système d’attachement, comme le
       deuil pathologique, la dépression névrotique, l’agoraphobie, et d’autres pour lesquels les perturbations du sys-
       tème de l’attachement seraient un des facteurs étiopathogéniques.




                                         PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                www.petales.org info@petales.org
5
Ainsi, la théorie de l’attachement suggère que les relations et leurs difficultés peuvent influencer la survenue de trou-
bles psychiatriques de trois façons [11]. Les ruptures ou les pertes peuvent être en elles-mêmes une cause de trou-
ble. L’internalisation de patterns d’attachement précoces pathologiques peut influencer les relations ultérieures de façon à
rendre une personne plus exposée et plus vulnérable au stress. Enfin, la perception qu’a une personne de ses relations
actuelles et de l’usage qu’elle en fait la rend plus ou moins vulnérable à un effondrement dans les situations d’adver-
sité. Ces deux derniers points renvoient au style d’attachement existant au moment de la survenue des troubles psy-
chopathologiques, et à l’état d’esprit en rapport avec l’attachement tel qu’il peut être évalué au travers de l’AAI.
 (ndlr AAI = Adult Attachment Interview mis au point par Mary Main pour complèter la "Situation étrange" test mis au point par Mary Ains-
worth pour les enfants)

Dans une revue de la littérature récente, Dozier [7] souligne qu’un grand nombre de troubles psychiatriques sont
associés à des représentations d’attachement insécure. Cela ne veut pas dire qu’insécurité est synonyme de patholo-
gie. La plupart des troubles psychiatriques ont une origine multifactorielle. Cela veut plutôt dire qu’un trouble de
l’attachement est un facteur de risque (ou de résilience) de survenue de troubles psychiatriques et que, réciproque-
ment, la pathologie est une source d’activation et éventuellement de perturbation du comportement d’attachement.

On peut considérer que la classification des types d’attachement, bien que catégorielle, représente une manière de réflé-
chir sur l’organisation psychologique en terme de capacités de régulation des affects. Ces capacités de régulation vont
jouer un rôle adaptatif majeur et lorsqu’elles sont débordées dans la survenue de troubles psychopathologiques. Les
stratégies d’attachement varient ainsi selon un continuum qui va de la tentative de minimiser à celle de maximiser l’expres-
sion des besoins d’attachement et les émotions qui s’y rapportent.

Les stratégies d’attachement
Catégorie « détaché »
À une extrémité de ce continuum se situerait la catégorie « détaché » dans laquelle les stratégies visent à
minimiser les besoins. L’attention est détournée des angoisses, l’expression libre des affects (en particulier
négatifs) est minimale et les structures pour les réguler sont rigides et très organisées. Malgré le fait que les
classifications « détaché » ne reflètent pas en elles-mêmes une pathologie, ces stratégies prédisposent à
des troubles externalisés (externalizing disorders), ce qui semble cohérent avec le fait que l’attention est
détournée du soi sans résolution des représentations négatives, dans une stratégie de fuite. Les états
d’esprit « détachés » sont associés aux personnalités antisociales, aux troubles des conduites alimentaires,
aux abus de substance, aux formes hostiles de dépression et aux formes externalisées de troubles an-
xieux (symptômes phobiques par exemple).

Catégorie « préoccupé »
À l’autre extrémité du continuum se trouve la catégorie « préoccupé ». Elle se caractérise par une expression des
sentiments et des souvenirs en rapport avec l’attachement qui est maximale, avec donc un débordement par les af-
fects. Les structures de régulation des affects sont faibles ou absentes. On peut comprendre ces stratégies
comme des stratégies d’hyperactivation des signaux affectifs destinés aux figures d’attachement afin d’obtenir réconfort
et réassurance. Les personnes ayant un état d’esprit « préoccupé » sont plus à risque de présenter des troubles de la
personnalité du registre hystérique ou état-limite, et certaines formes de pathologies anxio-dépressives.

Catégorie « sécure »
La catégorie « sécure » se situe à mi-distance dans ce continuum, avec une balance équilibrée entre structure et ex-
pression des affects. Les affects, incluant la gamme des affects négatifs, peuvent être reconnus et traités de façon sou-
ple et cohérente. Cela se reflète dans la cohérence du discours et dans la souplesse et la cohésion des représenta-
tions. Même si ces sujets peuvent développer des pathologies névrotiques, des manifestations d’anxiété ou de dépres-
sion, ils présentent rarement des troubles plus sévères du caractère.


Catégorie « non résolu »
La quatrième catégorie d’attachement, « non résolu », est plus difficile à situer sur ce continuum. D’un certain point de
vue, elle peut évoquer les caractéristiques de l’attachement « préoccupé », en particulier par la désorganisation et l’inco-
hérence. Cette proximité est confirmée par le fait que les sujets présentant une pathologie limite sont le plus souvent
classés dans la catégorie non résolu ou préoccupé ou les deux. Ces deux catégories ont également été reliées à des histoi-
res traumatiques ou de perte pendant l’enfance.




Liens entre attachement et certains troubles psychiatriques
Nous allons maintenant nous intéresser aux relations qui ont pu être établies entre quelques-unes des principales ca-
tégories diagnostiques de troubles psychiatriques et l’attachement.


                                          PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                 www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                            6
    Dépression
    La perte précoce de la mère, surtout si elle s’accompagne de carences de soins, rend une personne plus vulnérable à
    la dépression lorsqu’elle est confrontée à des moments difficiles. Harris et Bifulco [10] ont mené une étude auprès de
    femmes qui avaient perdu leur mère dans l’enfance. Le taux de dépression dans ce groupe était significativement plus
    élevé que dans le groupe témoin : 30 % au lieu de 10 %. Ils ont tenté d’identifier la part respective des facteurs sociaux et psy-
    chologiques dans la survenue de ces dépressions. Sur le plan social, ces femmes avaient eu une carence de soins
    dans l’enfance ; cela conduisait fréquemment à des grossesses qui survenaient hors mariage et à un choix de partenaire peu
    étayant, ainsi qu’à des conditions de vie défavorisées. La composante psychologique retrouvait un sentiment de déses-
    poir (hopelessness) important, qui avait débuté dans l’enfance au moment de la perte, associé à un sentiment de man-
    que de maîtrise. Harris et Bifulco ont recherché, en plus de ces difficultés, l’existence de styles d’attachement vulnérables
    (vulnerable attachment styles), c’est- à-dire de difficultés dans les relations interpersonnelles. Ils ont trouvé que c’était
    ce dernier point qui était relié le plus au risque dépressif.
    La notion d’estime de soi (self-esteem) a été considérée comme une composante psychologique importante dans la genèse
    de la dépression [5]. Une bonne estime de soi nécessite d’avoir internalisé une relation duelle dans laquelle une partie de
    soi se sent bien avec l’autre. Cela rejoint le concept psychanalytique de bon objet interne, ainsi que la qualité des interactions
    précoces.
    L’âge de survenue précoce de la perte a été associé à des dépressions plus sévères. Cependant, la majorité des patients
    dépressifs n’ont pas subi de telles pertes dans l’enfance. Il est donc important d’explorer aussi l’aspect qualitatif des relations
    aux parents qui peu- vent prédisposer à la dépression. Parker [17] a créé un instrument permettant d’évaluer de façon
    rétrospective l’atmosphère familiale dans l’enfance. Il s’agit du parental bonding instrument (PBI). Il trouve qu’une combi-
    naison particulière d’éléments carentiels et de surprotection prédisposent à la dépression névrotique.

    Agoraphobie
    Pour Bowlby, l’agoraphobie chez l’adulte, comme la phobie scolaire chez l’enfant est une forme d’anxiété de séparation
    liée à un attachement insécure. Dans les familles de ces patients, il relève des élément pouvant sous-tendre cette pathologie :
    fréquence de la « parentalisation » des enfants, le symptôme sert alors à soulager l’anxiété de séparation du parent ; peur
    qu’il arrive quelque chose à la mère ou à lui-même lors des séparations. Selon cet auteur, les symptômes phobiques sont
    souvent à rattacher à une expérience traumatique initiale qui a été déniée par le parent, où à la suite de laquelle l’enfant a subi
    une forte pression pour oublier l’événement. L’utilisation du déni empêche l’enfant d’élaborer son vécu affectif de l’expérience
    pénible, et il n’accède donc pas à la « compétence autobiographique », qui est la marque caractéristique d’un attache-
    ment sécure.

    Schizophrénie
    L’approche de la schizophrénie reste avant tout multifactorielle, incluant des aspects génétiques et biologiques. Cepen-
    dant, l’importance de l’environnement dans l’évolution de la schizophrénie a été clairement établie [13], et en particulier par
    rapport au niveau d’expression des émotions (EE) au sein de la famille. Des niveaux élevés d’EE ont été corrélés à des
    taux élevés de rechute, bien que cette dimension ne soit pas spécifique de la schizophrénie (valable aussi pour la mala-
    die maniaco-dépressive). Dans les familles de schizophrènes, la prévalence de taux élevés d’EE est d’un tiers. Il pour-
    rait y avoir un lien entre EE et attachement anxieux, d’autant que la fréquence de l’attachement anxieux en population géné-
    rale est aussi de un tiers (on ne connaît cependant pas la prévalence de taux élevés d’EE dans la population générale).


    Personnalité borderline
    Les études rétrospectives retrouvent dans l’enfance de ces patients une fréquence importante d’événements entraînant une
    rupture ou une perturbation majeure des relations d’attachement. Il s’agit de négligence affective et de traumatismes subis :
    abus sexuels précoces, séparations prolongées. Liotti [14] a mis en évidence par ailleurs que, à côté de ces expériences
    traumatiques précoces, un deuil vécu par la figure d’attachement dans les deux années entourant la naissance d’un
    individu était également un facteur de risque pour qu’il évolue vers un trouble limite. Pour Alexander, [2], l’existence ou la
    persistance d’abus est souvent symptomatique d’un système familial d’attachement pathologique. Ce système est aussi
    important que l’abus lui-même quant à l’adaptation future. Les parents évitants (dismissing) minimisent les faits qui peuvent
    alors se reproduire. Les parents préoccupés sont incapables de prendre une position protectrice. Les parents « non résolus
    » qui abusent de leurs enfants agissent des modèles qu’ils ont eux-mêmes vécus et internalisés [15], alors que leurs
    partenaires sont trop désorientés pour protéger l’enfant.
    L’approche clinique de ces pathologies est elle aussi très évocatrice d’une problématique d’attachement. La définition du
    DSM-IV de la personnalité borderline évoque, selon Fonagy, une atmosphère d’instabilité stable (stable instability), que ce
    soit de l’image de soi, de l’image des autres ou des relations avec eux [8]. Gunderson [9] de son côté a mis l’accent sur
    l’importance chez les états limites des thèmes d’intolérance à la solitude et de terreur d’être abandonné.
     Les études mesurant l’état d’esprit par rapport à l’attachement (à partir de l’AAI) retrouvent plus fréquemment la catégorie
     préoccupée et, parmi celle-ci, le sous-groupe confus, effrayé est sur-représenté [8]. De plus, bon nombre d’entre eux sont
     « non résolus/désorganisés » vis-à-vis d’une expériences de trauma.
     La théorie de l’attachement a enfin suscité des hypothèses sur le rôle étiopathogénique possible des troubles de l’attache-
     ment dans les états limites. Pour certains, les oscillations de l’attachement [16] caractéristique de ces patients résulteraient
     d’une perte de contrôle de la régulation de la distance émotionnelle.


                                             PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                    www.petales.org info@petales.org
7
L’autre point de vue, plus complexe, est celui proposé par Fonagy [8] qui a parlé d’un déficit de la « fonction réflexive » chez
ces patients, c’est-à-dire d’une difficulté à se mentaliser les émotions en rapport avec l’attachement, à se représenter
l’autre comme un sujet intentionnel et à se représenter soi-même comme un être intentionnel. Ceci rejoint la notion de défi-
cit métacognitif proposé par Main. Ces sujets seraient confrontés au cours de leur enfance à des niveaux élevés d’excitation
et de souffrance qui ne peuvent être contenues par les parents, lorsque ce n’est pas eux-mêmes qui les suscitent. Plutôt
que de percevoir le parent comme une figure dangereuse et de se représenter les pensées de celui-ci, ce qui serait en
soi une autre source de souffrance intolérable, l’enfant aurait tendance à inhiber de manière défensive ses capacités de men-
talisation. Certaines caractéristiques du trouble de la personnalité sont liées à cette inhibition. L’association du statut « non
résolu/désorganisé » à l’état d’esprit insécure chez les borderline montre qu’ils se trouvent dans l’incapacité de décrire
la souffrance psychique qui les déborde, ce qui rejoint ces hypothèses de Fonagy.

Comportements suicidaires
Une étude canadienne publiée récemment [20] a étudié le lien entre le sentiment de sécurité perçu (attachment-felt securi-
ty) et l’existence d’antécédents de tentatives de suicide chez 187 adolescents soignés en psychiatrie. Ils se sont ap-
puyés sur l’hypothèse d’Adam [1] pour qui le comportement suicidaire est un comportement extrême d’attachement et
l’expression d’une colère et d’une détresse contre une figure d’attachement indisponible. Les tentatives de suicide chez
l’adolescent refléteraient un dysfonctionnement de l’attachement et surviendraient en réponse à une incapacité à atteindre
un sentiment de sécurité suffisant. Cette étude a trouvé que la non disponibilité perçue et les niveaux élevés de
symptomatologie dépressive étaient des prédicteurs de comportements suicidaires.


       Conclusion
       Des études longitudinales en cours et à venir qui permettraient de suivre les enfants jusqu’à ’âge
       adulte pourraient peut-être valider le modèle d’une psychopathologie se présentant comme une
       issue de certaines voies développementales [19].

       Bowlby, en 1977, avait utilisé la métaphore de l’arborisation pour décrire le développement de
       la psychopatholgie :

                                Lorsque deux chemins différents sont pris initialement,
                                 les expériences ultérieures qui viennent se greffer
                                   ont des effets et des conséquences différentes.
                     Aucune circonstance n’est absolument définitive sur le cours du développement,
                                 mais certaines rendent de moins en moins probables
                                        certaines issues développementales.




                                                   RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES


          1.   Adam KS. Suicidal behavior and attachment : a developmental model. In : Sperling MB, Berman WH, eds.
               Attachment in adult. New York : Guilford Press, 1994 : 275-298.
          2.   Alexander PC. Application of attachment theory to the study of sexual abuse. J Consult Clin Psychol 1992 ;
               60 : 185-195.
          3.   Bowlby J. The making and breaking of affectional bonds, part 1. Br J Psychiatry 1977 ;
                                                 130 : 201-210.
          4.   Bowlby J. The making and breaking of affectional bonds, part 2. Br J Psychiatry 1977 ;
                                                 130 : 421-431.
          5.   Brown GW, Harris TO. Aetiology of anxiety and depressive disorders in an inner city po- pulation. 1. Early ad-
               versity. Psychol Med
               1993 ; 23 : 143-154.
          6.   Cassidy J, Main M. Quality of attachment from infancy to early childhood : security is stable but behavior
               changes. New York : International Conference on Infant Studies,
                                                 1984.
          7.      Dozier M, Chase Stovall K, Albus KE. Attachment and psychopathology in adulthood. In : Cassidy J, Shaver P,
                  eds. Handbook of attachment: theory research and clinical applications. New York : Guildford Press, 1999.

          8.   Fonagy P, Steele H, Moran G, et al. The capacity for understanding mental states : the reflective self in
               parent and child and its significance for security of attachment. Infant Ment Health J 1991 ; 13 : 200-
               217.
          9.   Gunderson JG. The borderline patient’s intolerance of aloneness : insecure attachments and therapist
               availability. Am J Psychiatry
               1996 ; 153 : 752-758.



                                      PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                             www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                    8
           10. Harris TO, Brown GW, Bifulco AT. Depres- sion and situational helplessness/mastery in a sample se-
           lected to study childhood paren- tal loss. J Affect Disord 1990 ; 20 : 27-41.
            11. Holmes J. John Bowlby and attachment theory. London: Routledge, 1993.
            12. Jeammet P. Réalités externes et réalités in- ternes. Importances et articulations de leur spécificité à
                l’adolescence. Rev Fr Psychana- lyse 1980 ; 3-4 : 481-521.
            13. Leff J, Vaughn C. Expressed emotion in fa- milies. New York : Guilford Press, 1985.
            14. Liotti G, Pasquini P. Predictive factors for bor- derline personality disorder : patients’ early traumatic ex-
                periencesand losses suffered by the attachment figure. Acta Psychiatr Scand
                2000 ; 102 : 282-289.
            15. Main M. Introduction to the special section on attachment and psychopathology. 2. Overview of the
                field of attachment. J Consult Clin Psychol1996 ; 64 (2) : 237-243.
            16. Melges FT, Swartz MS. Oscillations of attach- ments in borderline personality disorder. Am J Psychiatry
                1989 ; 146 : 1115-1120.
            17. Parker G, Tupling H, Brown LB. A parental bonding instrument. Br J Med Psychol 1979 ;
                52 : 1-10.
            18. Sroufe LA. The role of infant-caregiver attach- ment in development. In : Belsky J, Nezworski T, eds. Clinical
                implications of attachment. Hillsdale, NJ : Erlbaum, 1988 : 18-38.
                                              19. Sroufe LA. Psychopathology as development.
                Dev Psychopathol 1997 ; 9 : 251-268.
                                              20. West ML, Spreng SW, Rose SM, Adam KS.
                Relationship between attachment-felt security and history of suicidal behaviours in clinical adolescents.
                Can J Psychiatry 1999 ; 44 :
                578-582.




    Trouvé par PETALES-Québec sur www.scivac.it/sisca/pdf/2005
          ou taper : "Attachement et psychopathologie filetype : pdf "
                                                                                       Un grand merci à PETALES-Québec




      Séminaire sur l’adoption nationale                                               Bruxelles 3 mars 2009
                par Madame Béatrice Bertrand,
                    juriste à la Communauté Française                                  HUDERF
                 et le Dr Oriane Stévart, pédiatre, infectiologue,                     (Hôpital Universitaire des Enfants
                    responsable d'une unité de référence en adoption à l'HUDERF         Reine Fabiola)

     Mme Bertrand nous a rappelé la légi-        ….. On dispose de peu d’informations         On se doute cependant que même si
     slation en vigueur actuellement concer-     sur l’état de santé des enfants, on sait     ces adoptions se font dans de bonnes
     nant l’adoption d’enfants nés ou vivant     que ceux-ci ont en général moins d’un        conditions, les déprivations sensorielles
     en Belgique.                                an lors de leur adoption. L’âge des          et affectives des enfants sont bien réel-
     Le Dr Stévart nous a fait remarquer         mamans biologiques se situe surtout          les et sont souvent occultées par les
     que si pour l’adoption internationale on    entre 22 et 29 ans, elles connaissent        familles adoptantes .
     disposait d’une littérature, de protoco-    souvent le père de l’enfant, elles ont
     les de soins, d’études, …. importants ;     été scolarisées (secondaire supérieur),
     au niveau national, il n’y a pas grand      elles bénéficient de revenus et les si-                      Jeannine Van Calster .
     chose comme recherches, enquêtes,           tuations d’extrême pauvreté sont rares.




                                           PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                  www.petales.org info@petales.org
9
  Dans le cycle de conférences du printemps 2009 : Du bébé à l'adolescent, l'ère de l'indéfinition

                                                 L'expérience quotidienne de l'enfant                            Bruxelles,
                                                                                                                 Rue de la Poste 111
                                                 par Dominique Ottavi, philosophe
                                                 professeur à l'université de Caen ,maître de conférences en
                                                                                                                 7 février 2009
                                                 Sciences de l’éducation à l’Université de Paris 8




Actuellement, il existe des difficultés de     problème à l’école.                           dien, se référer à ce qu’ il sait déjà.
transmission dans l’acte d’enseigner           Dans les familles l’emploi du temps, les
alors que la société investit de plus en       nouvelles formes de vie, l’autorité, po-      Toute activité perd son sens si elle est
plus dans l’éducation. On a tendance à         sent problèmes. Il semblerait qu’on ait       uniquement occupationnelle, l’effort est
ne plus trop comprendre la fonction de         des difficultés à transmettre le savoir-      nécessaire pour obtenir quelque chose.
l’enseignant. Les élèves souffrent de          faire de la vie quotidienne, de la vie        Il y a de moins en moins de partage
troubles de l’attention, d’addictions, d’in-   ordinaire. Les zones d’échangent infor-       d’expériences, ce qui risque de couper
capacité de concentration ; les compor-        mels qui incluent les enfants dans le         l’enfant de la vie adulte, de la connais-
tements inciviques et la violence sont en      cadre de vie domestique diminuent.            sance du monde du travail.
augmentation. Enseigner devient diffé-         Le temps de (à) l’enfant, de ses rythmes
rent d’après l’endroit où l’on exerce car      disparaissent des discussions politi-         L’école ne peut cependant pas renoncer
les classes et les écoles ne sont plus         ques, ils s’alignent sur le temps social      à son ambition émancipatrice, elle doit
homogènes.                                     des parents (travail, loisirs, …). Pour       réinstaurer la civilité, être un lieu struc-
Le savoir n’est plus perçu comme               beaucoup la vie scolaire c’est aussi les      turant et lutter contre ce constat : « La
émancipateur et l’école est donc privée        garderies avant et après et la cantine.       société de consommation est une extra-
d’une de ses finalités. Pour les jeunes,       Le rapport à la nature disparaît alors        ordinaire introduction à ne pas s’occu-
elle est un lieu où ils se retrouvent en-      qu’il satisfait l’intelligence humaine.       per d’autrui ».
semble et où sont importées les diffi-         L’enfant doit passer par un certain nom-
cultés de la société.                          bres d’expériences pour apprendre. Il                           Jeannine Van Calster .
L’éducation n’est cependant pas qu’un          doit se poser des questions sur le quoti-

Le texte de cette conférence sera prochainement publié sur le site de Yapaka :
                                                                   http://www.yapaka.be/professionnels/publication/paraitre
Le programme des prochaines conférences de ce cycle se trouve sur le site du CePPecs :
                                                                   http://www.ceppecs.eu en cliquant sur " Brochure "




Dialogue sur la collaboration usagers--praticiens-chercheurs                                          Organisé par l'

à la gouvernance des institutions psycho-médico-sociales.
Animé par Mireille Tremblay, Université du Québec Montréal (UQAM)
                                                                                                      le 25 février 2009
                                                                                                      Facultés universitaires de Namur



                        ou... 3 heures pour refaire le monde !!!
                                               lement entendu que celui qui offre            nous sommes priés d’amener un enfant
                 Comment les usagers,          connaîtrait mieux les besoins que celui       et un problème prévus par l’institution et
les praticiens et les chercheurs pour-
                                               qui demande. Ce qui amène les usa-            reconnus comme tels. Sinon ? Sinon
raient-ils collaborer à la gestion des
institutions de santé mentale ?                gers, c’est-à-dire les personnes en souf-     tant pis. Allez voir ailleurs C’est l’usage
C’était le sujet et la situation de beau-      france, à devoir correspondre aux nor-        habituel qu’on fait des usagers .
coup de nos enfants nous demande de            mes établies par les institutions, aux
participer à la réflexion. Nous y étions       normes subsidiées, à se formater en           La présentation vigoureuse de madame
donc, deux mamans actives de PETA-             patients « clé sur porte » en quelque         Mireille Tremblay ouvrait cependant un
LES, Françoise Makinay et moi-même.
                                               sorte. La situation est ainsi renversée :     débat où le nombre de professionnels et
A cette question, nous avions envie de
                                               le demandeur véritable est l’institution      celui des usagers s’équilibrait assez
crier : comment ? En étant d’abord
                                               ou le praticien. Le fournisseur de maté-      bien. Mireille Tremblay nous annonçait
d’accord sur les objectifs de ces institu-
                                               riel utilisable est la personne en souf-      que la démocratie se réalisait par la prise
tions pardi ! Et là, bien sûr, on ouvre le
                                               france, l’usager.                             de parole et que nous allions pouvoir la
débat qui n’a pas encore été ouvert,
                                               Nous connaissons tous cette situation.        prendre. Ce que, je crois, nous avons
celui des besoins et des offres censées
                                               Quelle que soit l’urgence ou l’importance     tous fait.
répondre à ces besoins. Il est habituel-
                                               du problème d’un de nos enfants,

                                        PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                               www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                            10
     Et tout de suite, de la part de certains        sucrées. La santé mentale demande de         Cette recommandation vaut autant pour
     représentants d’usagers, un mot est sor-        nous plus que cela. Ce n’est pas cela le     les professionnels que pour les usagers,
     ti : le temps. Le temps de la personne en       dialogue. Ce n’est pas cela la collabora-    étant entendu que les usagers, deman-
     souffrance, celui de l’institution et celui     tion. C’est simplement un jouet qu’on        dant à être partenaires de l’aide dont ils
     des praticiens sont radicalement diffé-         nous laisserait pour nous faire croire que   ont besoin (et pas seulement bénéficiai-
     rents. Quel est celui à prendre en              nous avons une place. Ces choses ont         res ou exécutants), ils prennent de fait la
     compte d’abord dans le projet de soins          une importance, c’est vrai, mais elles       responsabilité d’élargir aussi leurs
     en santé mentale ? Quel est l’objectif de       découlent d’un dialogue et d’une collabo-    connaissances pour permettre cette col-
     la rencontre d’une institution, d’un prati-     ration sur le fond.                          laboration.
     cien et d’un usager ? Actuellement, c’est       D’autres interventions d’usagers rappel-
     toujours le temps de l’institution qui          lent l’existence de nombreux projets thé-    Voilà . En une heure, c’était un peu de
     passe en premier, puis celui du praticien.      rapeutiques tout à fait inadaptés à la       foin fauché. Mais il semblait de bonne
     L’objectif de la rencontre entre ceux-ci et     réalité de l’usager. Nous pouvons, à         qualité.
     l’usager n’est pas encore bien défini.          l’association PETALES, allonger cette
     Certains demandent une participation            liste-ci sans problème. On aborde là le                    Chaque atelier a donc pré-
     des usagers aux Conseils d’Administra-          fond du dialogue nécessaire.                               senté ses recommanda-
     tion des Institutions de santé mentale.                                                                    tions. A notre étonnement
     Enfin, oui, « au début de ces Conseils                        Après cette première heure                   d’usagers, beaucoup de
     d’Administration » répliquent des profes-                     et plusieurs présentations                   professionnels       revendi-
     sionnels. Après, bien sûr, les profes-                        de responsables d’institu-     quaient presqu’une assimilation profes-
     sionnels continueraient seuls pour la                         tions et d’usagers, Madame     sionnels/usagers comme si le dialogue et
     partie thérapeutique. Je me deman-                            Tremblay nous a demandé        la démocratie annulaient la place et la
     dais : «participation à ces Conseils d’ad-      de nous regrouper en petits ateliers mix-    spécificité de chacun. Quel dialogue est
     ministration : pour faire quoi ? » Si les       tes usagers/professionnels et de définir     encore possible si l’un et l’autre sont le
     objectifs établis par les institutions ren-     dans chaque atelier, en une heure, une à     même ? Que peut-il en naître ? Les no-
     contrent les besoins des usagers, une           trois recommandations qui seront trans-      tions d’égalité et d’identité ne semblaient
     gestion adéquate suivra naturellement           mises et débattues par l’assemblée au        pas avoir été travaillées. Tous arrivaient
     sans que nous y mettions notre nez.. La         cours de la troisième heure.                 pourtant avec de bonnes intentions. Il y
     discussion sur le fond, par contre nous         L’atelier auquel je participais avec Fran-   avait de quoi paver plein d’enfers en
     incombe. Il s’agit bien de définir ensem-       çoise Makinay, comportait des psychia-       chantiers.
     ble ce que nous allons faire chez eux.          tres, responsable de planning familial,
     Dans cette sorte de collaboration propo-        resprésentants de Similes, de Psy- A la question : «Reprenons par le début :
     sée, les usagers n’auraient rapidement          toyens… Pardon pour celui que j’oublie. il y a dans la relation praticien/usager une
     plus qu’une situation revendicative,                                                        personne en demande, l’usager et une
     d’empêcheurs de tourner en rond une             La première chose qui nous est venue personne censée essayer de répondre à
     organisation professionnelle, et seraient       après un tour de présentation est que cette demande, le praticien », toute une
     vite réduits à décider - comme certains         chacun, professionnel et usager dispo- série d’entre eux se sont récriés . « Mais
     l’ont demandé - de l’organisation des           sait d’une partie du savoir qui permettrait nous aussi nous sommes en demande,
     cantines plutôt que du dialogue sur le          de résoudre, ou d’aménager, le pro- nous aussi nous sommes en souffrance,
     fond : « qu’est-ce que je fais ici, pour-       blème qui amenait l’usager.                 si nous avons ces professions, c’est pour
     quoi, qu’est-ce que je peux attendre de         Et si ces deux parties de savoir ne se cela. Nous sommes donc les mêmes
     vous et pouvez-vous m’entendre ou               rencontraient pas, l’objectif visé ne pou- que nos patients ! »
     appliquez-vous seulement des grilles            vait pas être atteint.                      Je dois dire mon grand étonnement. Pas
     déjà prévues dans lesquelles je n’ai            La première recommandation nous sem- d’entendre la souffrance des praticiens,
     peut-être aucune raison d’être ? ».             blait donc le respect et la reconnais- mais de la voir avancée pour justifier le
     C’est ça le fond du dialogue usagers-           sance de l’expertise de l’autre , praticien contenu du dialogue possible praticien/
     praticiens-chercheurs.       Cela rappelle      ou usager et la définition de lieu et de usager. Etait-ce vraiment là, le sens du
     inévitablement la place de certaines as-        temps pour la rencontre et le partage de dialogue que nous souhaitons amorcer ?
     sociations de parents « bien représen-          ces savoirs.
     tées » dans les écoles et dont les princi-                                                  On avait fauché un peu de foin, de bonne
     pales activités consistent à suggérer les       Un autre aspect nous a semblé évident qualité, il restait des étendues infinies et
     « 10 h bios », la suppression des machi-        en discutant. C’est que personne ne peut indéfinies.
     nes à boissons sucrées ou à préparer            tout savoir sur tout, qu’on soit profes- Je me suis alors rappelée que nous
     des fancy-fairs, mais n’interviennent ja-       sionnel, même très érudit, ou usager et étions dans « le champ » de la santé
     mais dans le débat pour une qualité             que la formation nécessaire à la com- mentale. Un endroit bien compliqué, bien
     générale de l’enseignement qui est le           préhension des situations spécifiques délicat et bien lourd, que l’on soit patient
     droit de tous et qui, si elle existait, annu-   rencontrées devait être envisagée . ou praticien. Un de ceux-ci expliquait
     lerait la question et les lois sur le choix     Cette deuxième recommandation était d’ailleurs, à juste titre, que si la souf-
     de l’école puisqu’elles seraient toutes         bien la suite de la première. Le respect france des patients était si difficile à sup-
     d’excellente qualité et de valeurs égales.      de l’expertise de l’autre entraînant de porter c’est que non seulement les prati-
     On est loin de compte.                          nouvelles questions et de nouvelles ciens portaient aussi la leur mais qu’ils
     Nous voici donc renvoyés des cantines           connaissances à acquérir.                   étaient bombardés tout leur temps de
     d’institutions aux machines à boissons                                                      travail de celle des autres.

                                                PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                       www.petales.org info@petales.org
11
C’est vrai, et pour y résister, parfois, ils   Si cela est sorti avec une telle viru-         praticien et l’usager.
se ferment et se replient sur les acquis       lence, si l’assimilation praticien-usager
de leur formation, pour se protéger.           a essayé une telle percée, c’est qu’un         Oui, il y a encore beaucoup à faucher
Nous avons l’habitude, nous qui leur           problème sérieux existe. Et nous de-           avant de voir ce que nous allons pou-
apportons les situations si difficiles et      vons le savoir et en tenir compte. Mais        voir semer ensemble.
encore trop peu explorées des troubles         si nous pouvons en tenir compte, ce
de l’attachement.                              n’est cependant pas à nous, usagers            Nous n’avons donc pas refait le monde
                                               ou représentants d’usagers de le ré-           en trois heures. C’était prévisible. Nous
Un psy, ce n’est pas un mécanicien.            soudre.                                        avons seulement pu mesurer l’étendue
Pour le mécanicien, la voiture en panne                                                       de la besogne et découvrir – et cela
du client ne met pas sa propre voiture         Nous sommes-là pour demander de                c’est tout à fait positif – que beaucoup
en danger. Pour le psy, le problème de         l’aide dans une situation de santé men-        de praticiens sont ouverts au dialogue et
l’autre touche inévitablement son pro-         tale que nous vivons ou qu’un de nos           même demandeurs.
pre psychisme et ses propres blessu-           proche vit. Il est bon de classer les
res. On ne peut donc être psy tout seul        questions et de savoir qui peut y répon-       Et ce qu’il y a de sûr, c’est que nous
et sans un solide soutien. C’est un pro-       dre. Ce n’est pas au demandeur de              nous n’avons pas fini nos heures….mais
blème certainement énorme.                     soin à soigner le soignant. Le dialogue        alors, loin de là !
Mais que venait-il faire ici où on parlait     doit se faire sur la précision de la réali-
de la collaboration usagers-praticiens         té de l’usager et non sur une dilution
et chercheurs ?                                des deux personnes en présence, le                                  Bernadette Nicolas




                                                                           éd.. Bayard 2007
« Raconte-moi d'où je viens»
                                                de Nicole PRIEUR           215 p.

Philosophe, Nicole PRIEUR est psycho-           « Si ce n'est pas facile de se séparer
thérapeute d'enfants et d'adolescents.          des figures parentales, il est encore plus
Juive d'origine kabyle, française née en        difficile de séparer, donc de distinguer,
Algérie, enracinée dans la Méditerranée         d'organiser en soi toutes les informa-
contrastée, l'auteur de ce livre connaît        tions reçues depuis la naissance : émo-
bien, de par ses origines plurielles et         tions, odeurs, peurs, images »... Dans
métissées, le thème des origines. En            un mouvement incessant entre le de-             même si il ou elle n'est pas l'enfant idéal
écrivant ce livre, elle n'a d'autre préten-     dans et le dehors, l'enfant se forge sa         attendu. L'essentiel est : « C'est de toi
tion que de découvrir avec le lecteur les       représentation personnelle du monde,            que je désire être la mère ».
nouvelles terres de filiation et les nou-       structurant son espace intérieur, se            Pour accepter ce qu'il est, l'enfant a be
veaux concepts de la parenté. En effet,         créant son monde à lui où il pourra navi-       soin qu'on le rencontre dans sa réalité.
comment nos enfants et adolescents              guer à son gré, découvrant toutes ses
interrogent-ils leur propre filiation et        potentialités renouvelées à chaque ren-         C'est aussi la confiance dans le potentiel
leurs origines quand l'homoparentalité,         contre avec les autres. Ce travail d'orga-      des ados qui les aidera à développer et à
la monoparentalité, les familles recom-         nisation ne passe pas nécessairement            élargir leur soi intérieur. Avec les adoles-
posées, la procréation médicalement             par la conscience. Il va assurer à l'en-        cents, il s'agit moins de parler que
assistée, les adoptions bouleversent            fant un sentiment de sécurité intense, le       d'être... Ils vivront d'autant mieux cette
nos représentations traditionnelles ?           mettant en présence de ses ressources           période qu'elle aura été pour nous, aussi,
Heureuse de cette liberté nouvelle, Ni-         propres et constitutives d'une base so-         une crise de croissance féconde et l'oc-
cole Prieur souligne cependant les              lide pour aborder l'adolescence. En             casion de réaménagements profonds.
écueils à éviter et « pose les conditions       jouant, l'enfant fait l'expérience d'être à     Le retour aux origines est souvent vécu
d'un véritable dialogue, au sein de la          l'origine de son monde interne et les           comme un retour aux racines, à la terre...
famille comme de la société, pour ne            parents peuvent accompagner son                 « On y va voir, toucher, sentir », un be-
pas perdre le fil de nos origines. »            questionnement.                                 soin, parfois irrépressible,... pour rétablir
                                                                                                un lien avec l'histoire « d'avant » encore
Pour savoir qui on est, on a besoin de          « C'est par le désir d'un autre que l'on        agissante psychiquement, ... pour re-
savoir d'où on vient. Et pour savoir où         naît, mais c'est aussi dans le désir d'un       construire une histoire faite de trous.
on va, le récit des origines est néces-         autre que l'on peut mourir ».                   Le retour aux origines, oui, mais pour
saire. D'où ces trois questions : « Qui                                                         recréer du neuf, s'ouvrir à un nouveau
sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où             Car la question que pose notre enfant,          départ.
allons-nous ? » qui donnent sens à no-          fils ou fille, n'est pas seulement: « Est-
tre existence.                                  ce que tu as désiré un enfant ? » mais :        Et attention à la recherche nostalgique
                                                « Est-ce un enfant comme moi et pas             des origines, forme régressive pour ne
Pour accéder à sa liberté, pour devenir         un autre que tu as désiré ? »                   pas quitter l'enfance.
lui-même, il importe que trois mots clés,       Ainsi notre réponse de parent doit-elle
constitutifs de l'acte créatif, soit repris     lui signifier qu'il ou elle est irremplaça-                            Chantal Laurent
au compte de chaque être humain :               ble,
logos, séparation et différenciation.



                                         PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                           12
                                                                                                               éd. Ecole des Loisirs 2008
       Dès 5 ans
                            « Quand j'ai la tête à l'envers »                                                  coll. Pastel
                                                        de Catherine PINEUR                                   28 p


     S'inspirant d'une idée de sa fille Apol-      vers », et ressent la journée
     line, l'auteur Catherine PINEUR nous          plus belle.
     présente une petite fille malicieuse,         Un jour, rentrant de l'école, quelle n'est
     bien décidée à ne pas se laisser gâ-          pas sa surprise en voyant sa Maman,             Un petit livre original, joliment illustré et
     cher les journées à cause de punitions,       le coeur gros, incapable de parler,             coloré à la mode enfantine, plein de
     cauchemars, colères, disputes. Aussi,         comme si « sa tête était à l'envers ».          saveur et de créativité, pouvant- qui
     cette petite fille invente-t-elle une mé-     Alors, très fière,la petite fille lui confie    sait !- stimuler notre inventivité person-
     thode bien pratique et facile à l'aide        son secret concernant les petits soucis         nelle avec notre enfant.
     d'enveloppes, boites et tiroirs afin de       dans les tiroirs et... aussi, des messa-
     « renvoyer pour toujours » ces soucis         ges doux et rigolos, imaginés ensem-
     en tous genres.                               ble, à déposer dans une autre très jolie
     Légère, elle n'a plus « la tête à l'en-       boite et...à ouvrir tous les jours !


                                                                                                                      Collection
                             « Papa tu m'aimes ? »                                                                    "Les albums du Père
          De 6 à 8 ans                                                                                                Castor" 2006
                                         de Barbara JOOSSE
                                         illustrations de Barbara LAVALEE                                             31 p.
                                         traduction de Rose-Marie VASSALE


     Un petit Massaï interroge son père sur        donne une réponse adaptée à son
     son attachement à son égard.                  fils, jusqu'au dernier propos du
     Papa, tu m'aimes ?...                         livre :
     Oui, mais tu m'aimes très fort ?...           « Je t'apprendrai tout ce que je sais           très chaleureuses, avec en sus, quel-
     Oui, mais tu m'aimeras toujours ?...           et je veillerai sur toi, toujours.             ques clés pour mieux comprendre le
     Et si j'avais trop chaud que ferais-tu ?...    Parce que tu es mon Brin d' Homme                                monde des Massaï.
     Et si la source s'asséchait... ?...            que je suis ton Papa, et que je t'aime».
     ...et si j'avais peur ?...
                                                   Un album rempli de tendresse sécuri-
     A chaque question, le Papa Massaï             sante, aux illustrations expressives et


                               « Le fils de l'océan »                                                                   éd. Rageot 2005
       Dés 12 ans                                                                                                       coll. Cascade
                                           de Béatrice HAMMER
                                           illustrations d'Antoine GUILOPPE                                             226 p


     Gustave, âgé de 13 ans, découvre, à           équivalent en Polynésie ?                        cheveux sa peau, même si Papa avait
     l'occasion de son anniversaire, une lettre    Mille questions ébranlent le coeur et            vaguement les yeux en amande et le
     de la tante Béa. Celle-ci lui révèle un       l'esprit de Gustave. On peut en vouloir à        teint plus hâlé que le Français moyen...
     secret entourant sa naissance : il est un     ses parents biologiques de vous avoir            Il y eut beaucoup de pleurs ce soir-là,
     enfant adopté de Polynésie.                   abandonné, mais peut-on en vouloir à             Papa disant que c'était de sa faute, qu'il
     Qui était au courant ? Qui savait ce que      ceux qui vous ont accueilli !                    n'aurait jamais du accepter de cacher à
     Gustave ignorait ? Qui d'autre que Papa       Après un partage de confidences et               Gustave ses origines, Maman affirmant
     et Maman ?                                    d'émotions, Julien dira à Gustave : Tu           qu'elle avait voulu bien faire, et Gustave
     Un drôle de sentiment s'insinue dans le       veux savoir ? Tu prends ton plus beau            répétant qu'on lui avait quand même
     coeur de Gustave suivi d'une immense          sourire et tu poses la question à tes pa-        menti pendant 13 ans et caché l'exis-
     détresse, une détresse telle que Gustave      rents. Car il n'y a pas trente six solutions.    tence de ses vrais parents. Finalement,
     en arrive à ne plus se nourrir .              Tu peux aussi envoyer un mail à la réali-        ce moment exceptionnel pour mettre
     Heureusement, Gustave passe le week-          satrice du film et lui présenter tes interro-    toutes les questions à plat fut un tournant
     end chez son ami Julien. Ce soir-là, un       gations sur tes origines. Ce que fera            et un soulagement pour tout le monde,
     documentaire à la T.V. traite du trafic       Gustave...                                       chacun désirant parler et raconter l'his-
     d'enfants au Mexique. Après l'énoncé de       Pourquoi le silence de la part des pa-           toire de Gustave, l'arrière grand-mère
     statistiques d'adoptions, la journaliste      rents adoptifs ? Pour Gustave, cela fait         faisant bien partie de la réalité et inspi-
     s'étend sur le prix des bébés, le prix va-    froid dans le dos de réaliser ce men-            rant l'idée de l'adoption en Polynésie,
     riant d'après le sexe, la couleur de la       songe depuis treize ans ! N'aurait-il pas        par l'intervention de services sociaux.
     peau, des yeux, des cheveux... Le mot         été plus simple de raconter la vérité plu-       Suit un très beau récit sur la rencontre
     « trafic » heurte Gustave : Papa et Ma-       tôt que de lui bourrer la tête avec cette        des deux mamans et le bébé. La mère
     man auraient-ils pu faire une chose pa-       arrière-grand-mère polynésienne de qui           de Gustave s'appelle Moana 'Aramoi'a,
     reille ? Ce documentaire aurait-il son        Gustave était sensé tenir ses yeux, ses          ce qui veut dire « océan oublié ».

                                              PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                     www.petales.org info@petales.org
13
 Maintenant, Gustave comprend qu'il est         poisson dans l'eau, Gustave est curieu-      questions concernant l'adoption figurent
le fils de l'océan.                             sement partagé entre la hâte de retrou-      en annexe, ainsi que des précisions
Le secret de la naissance révélé, Gus-          ver sa mère et le sentiment de ne pas en     concernant la coutume du « fa'a'amu »
tave devrait aller beaucoup mieux. Pour-        avoir envie, avec cette peur d'être terri-   de Polynésie, coutume ancienne qui se
tant, Gustave n'arrête pas de se deman-         blement déçu, car, sur ce sol de Polyné-     pratique également dans certains pays
der qui il est. Mille questions se pressent     sie, Gustave ne se sent vraiment pas         d'Afrique et de Nouvelle Zélande.
dans sa tête lui donnant le vertige.            chez lui.
Où est sa place ?                               Pourtant, tous les gens, en Polynésie,       Avec le « Fils de l'océan », son premier
Grâce à un professeur en qui il a               savent que Gustave est un enfant             roman, Béatrice HAMMER se penche,
confiance, Gustave peut partager ses            « fa'a'amu »...                              avec nuances, sur le thème du secret des
angoisses et recevoir le conseil de lire un                                                  origines, un secret qui concerne tout au-
maximum de documents concernant la              Une aventure qui se termine par une          tant l'enfant adopté que ses parents de
Polynésie...                                    belle rencontre avec la maman biologi-       coeur. L'auteure apporte un éclairage
« C'est un chemin que tu es seul à pou-         que et une meilleure compréhension           soigneux et particulièrement sensible sur
voir faire... mais je suis sûre que tu y        mutuelle avec sa famille adoptive. De        l'éveil de la recherche des origines, sur
arriveras, j'ai confiance en toi », lui dit -   plus, suite à ce voyage initiatique, Gus-    les émotions et sur la double loyauté qui
elle.                                           tave se rend compte, dans un premier         lie l'enfant à ses parents adoptifs et ses
Les trente dernières pages nous livrent le      temps, que sa mère biologique ne l'a         parents biologiques.
voyage initiatique de Gustave au pays de        jamais rejeté et qu'il aura toujours sa
                                                place dans son coeur, ensuite, que sa        Un bon livre à découvrir par les adoles-
ses origines, voyage effectué avec son                                                       cents et leurs parents pour favoriser le
père adoptif, un père désireux de retrou-       vie est en France et que tout est bien
                                                comme ça.                                    dialogue.
ver le pays de ses aïeux.
Alors que ce dernier se trouve comme un         Un aperçu sur l'île de Tahiti et quelques                          Chantal LAURENT




   Dans                            du 19 février 2009.

   Rubrique "Société" "Filiation". un article de Catherine Daloze.

   Adopter n'est pas un acte anodin. C'est une "parentalité à risque", remarquent les professionnels qui accompagnent les
   candidats à l'adoption. Une préparation fine attendra les futurs parents ...
   Depuis 2005, l'adoption a été réformée en Belgique. Il s'agit de garantir avant tout l'intérêt de l'enfant et d'envisager d'abord
   l'adoption comme une mesure de protection d'enfant en besoin de famille, ensuite seulement comme une réponse au désir
   d'enfant de candidats à l'adoption.
   Au début des années 2000, le témoignage de parents réunis au sein de l'asbl Pétales ôtait une part du boisseau sous le-
   quel pouvaient se vivre de grandes difficultés au coeur des familles adoptives. Sans généraliser, mais pour accompagner
   et prévenir, l'asbl met en lumière ces "troubles de l'attachement" dont peuvent souffrir les enfants qui ont connu une rupture
   précoce avec leur mère, et des traumatismes liés à cet abandon.
   Accompagner au mieux les parents tant avant qu'après l'arrivée de l'enfant est un objectif que s'est fixée la réforme.
   Une partie de la gageure de l'adoption réside dans ce deuil de l'enfant rêvé que les futurs parents, les familles doivent faire.
   La journaliste signale également l'existence de "L'Envol", clinique de l'adoption .

                                                                                                Claudine Antoine




                                                                                Pour aider votre enfant et pour que vous
                                                                                puissiez voir plus clair tous azimuts, voici
                                                                                quelques livres services :


                                                                          éd.. Jean-Claude LATTES 2008
 « Fais-toi confiance »                                                   coll. Marabout
      d'Isabelle FILLIOZAT
                                                                          223 p.


 Ce livre contient mille idées pour être à l'aise en toutes circonstances, et principalement avec soi-même, avant d'aider nos en-
 fants « à construire solidité intérieure, sécurité, confiance en leurs capacités, assurance et ouverture aux autres. »
 Un guide pour découvrir la confiance en soi et une meilleure compréhension de nos réactions.

 Isabelle FILIOZZAT est psychothérapeute, maman, accompagnatrice de jeunes et moins jeunes depuis 20 ans et auteur d'une
 dizaine d'ouvrages.

                                         PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                       14
     « Pourquoi l'amour ne suffit pas »                                                             Nil Editions 2008
                                                                                                    coll. Pocket
                                                                de Claude Halmos
                                                                                                    254 p.

     Claude HALMOS insiste : «L'amour                         les adolescents, du fait des carences                      belles     paro-
     entre parents et enfants ne se limite                    éducatives dont ils sont victimes, ne                      les... Ils ont
     pas au plaisir donné et reçu dans la                     datent jamais de l'année où ils appa-                      besoin     qu'on
     chaleur et la tendresse et il n'est pas                  raissent. Ils étaient là, en germe, de-                    les       épaule
     définissable seulement en termes de                      puis leur plus tendre enfance et ont                       dans leur tâche
     sentiments. Car...il doit, pour préten-                  toujours donné des signes qui au-                          et qu'on leur
     dre au nom d'amour, s'accompagner                        raient pu être entendus. »                                 donne des repères clairs. Ils ont sur-
     chez les géniteurs de la conscience                      « C'est donc dés l'école maternelle, à                     tout besoin...de comprendre qu'édu-
     d'avoir à accomplir une tâche. D'avoir                   l'âge où peut se faire une véritable                       quer un enfant n'est pas, comme ils le
     à remplir un devoir envers leur enfant.                  prévention, que leurs parents auraient                     redoutent souvent, l'asservir, le brimer
     Devoir que Françoise DOLTO nom-                          du être pris en charge...instruits de                      et l'entraver, mais au contraire l'aider
     mait, à juste titre, devoir d'éduca-                     leurs responsabilités parentales et                        à se développer... C'est, à ce titre, la
     tion... »                                                aidés à les assumer... »                                   plus belle façon de l'aimer... »
     ... « Les problèmes que manifestent                      « Les parents n'ont pas besoin de


     « Vivre avec un enfant différent »                                                             éd. Marabout Hachette 2007
                       de Pauline RESTOUX
                                                                                                    191 p.
                       Handicap International

     Bien qu'orienté vers l'enfant handica-                    peut alors éprouver le sentiment de rent, en lais-
     pé ou malade, ce livre peut nous aider                   compter moins, de manquer d'amour et sant ainsi le
     à vivre avec un enfant différent.                        d'attention... »                          temps à leur
                                                                                                        proche      de
     La     première        partie,  intitulée                La     seconde        partie,   intitulée penser à lui, voire en aidant le parent
     « Connaître », développe l'idée que                      « Comprendre », explique d'où vient à consulter.
     l'enfant différent est avant tout un en-                 ce rejet de la différence, sonde la pro-
     fant et insiste sur l'impact de la diffé-                fondeur de nos résistances et expli- En annexes de ce livre, des précisions
     rence sur l'entourage. En effet, l'en-                   que le malaise.                           générales intéressantes, d'autres plus
     fant différent « occupe les esprits,                                                               particulières à la France, ainsi qu' une
     monopolise l'attention et l'emploi du                    La dernière partie est intitulée « Agir bibliographie.
     temps de toute la famille. La fratrie                    et construire ». L'entourage peut aider                          Chantal Laurent
                                                              le parent en accueillant l'enfant diffé-




                                                  PETALES                                                    Nous présentons un montage en Powerpoint,
                                                                                                                        de notre association et
                                 Parents d’Enfants présentant des Troubles de l’Attachement :
                                              Ligue d’Entraide et de Soutien
                                                                                                                    des Troubles de l’Attachement
                                                                                                                          à usage didactique
                                                                                                                     pour parents, professionnels
                                                                                                                       et futurs professionnels
                          « L’Attachement :                                                                      intéressés et concernés par le sujet.


                         ses troubles et ses                                                            Nous sommes disponibles pour répondre à toute
                                                                                                                  demande dans ce sens.

                                défis »                                                                        Prévoir 2 h à 2 h1/2 pour une présentation
                                                                                                               (temps de discussion-échanges compris )

                                                                                                                    s'adresser à Bernadette Nicolas
                                       copyright Association PETALES                            1
                                                                                                                  02/ 241.66.22 ou à infos@petales.org
                                                                                                                              PAF 100 €


                                                                                                                 Les parents de PETALES
                           Un outil pédagogique                                                                  qui souhaitent participer
                                                                                                           à une ou plusieurs de ces rencontres,
                          au service des parents                                                        y apporter leurs témoignages et expériences,
                                                                                                                    peuvent en faire part
                                                                                                             au responsable de leur régionale.
                        et (futurs) professionnels !

             De nombreux étudiants et professeurs nous appellent régulièrement .
             Il est donc utile de dire que nous nous déplaçons aussi volontiers dans les écoles.


                                                     PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                            www.petales.org info@petales.org
15
                        Au panneau d'affichage

                                                                                          Exposition


« Emotions exprimées » -                                                           Garçon ou fille...
par Benoît GILLAIN
                                                                              ... un destin pour la vie ?
                                                                                 Belgique 1830-2000
Psychiatre -Clinique St-Pierre – Ottignies.
                                                                         L’histoire des idées reçues et de la réalité sur la
jeudi 28 mai 12h45
                                                                          masculinité et la féminité entre 1830 et 2000,
dans la salle de conférences.
                                                                                   l’accent étant mis sur la famille,
Info : Dr G. LAMBOT      064/54.14.09
                                                                                      l’enseignement, le travail
(C.P. Saint-Bernard).
                                                                               du 3 février au 30 mai 2009
                                                                        Musée Bellevue, place des Palais - Bruxelles
                                                                                            8€




Mardi 19 mai 2009 de 9 h 30 à 13 heures. -
Cercle de Wallonie,avenue de la Vecquée 21 – 5000 Namur

« La place du jeune enfant dans les triades familiales »
par Elisabeth Fivaz-Depeursinge,
psychologue-psychothérapeute
et Présidente du Centre d’Etudes de la Famille à Lausanne.

« L’étude se centre sur la triade : père-mère-nourrisson et révèle la richesse et la pertinence clinique
des observations générées dans cette situation.
Elle démontre les compétences du jeune enfant.
Elle met en évidence la continuité des patterns interactifs présents dès la grossesse, d’où l’impor-
tance de développer des outils cliniques et de prévention avant la naissance de l’enfant. »

La relation établie dans le cadre de la thérapie en sera modifiée. Nous ne verrons plus les familles et
leurs relations internes de la même manière. Le travail de Madame Fivaz apporte des éléments
essentiels à la compréhension du développement de l’enfant.
Madame Fivaz et collaborateurs ont créé le LTP (Jeu trilogique de Lausanne) qui sera expliqué à
travers des images et petits films et feront comprendre le relationnel entre les personnes de cette
triade.
inscriptions 30 € pour le 12 mai 2009
sur le compte sur le compte 360-1072176-41 de Systemo




                                           Colloque:
                                           La jeunesse n'est plus ce qu'elle était ...
                                           du moins on l'espère -
                                           groupes de pairs et pratiques de prévention innovantes
                                           les 4 et 5 mai à l'Aula Magna de Louvain-la-Neuve.
                                           Ce colloque portera sur différentes expériences
                                           d'ASBL oeuvrant dans le secteur d'aide à la jeunesse
                                           pour lutter contre diverses manifestations de violence
                                           chez les jeunes.
                                           Inscription obligatoire: www.pratiquesinnovantes.be
                                           Prix: 60€ pour les 2 jours, 40€ par jour.




                                   PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                          www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                               16
     Et voici bientôt revenu le beau temps de notre ASSEMBLEE                                GENERALE
     Elle aura lieu cette année             le samedi 16 mai à 14 h à Namur
     Les membres de PETALES
     qui souhaitent présenter leur candidature au Conseil d'Administration
     sont invités à envoyer rapidement une lettre de candidature à celui-ci ou à la re-
     mettre à leur responsable régional.
     Seuls les membres effectifs peuvent présenter leur candidature,
     Pour les grands distraits, il est encore temps mais il ne faut plus traîner .
     Cette assemblée est aussi l'occasion d'échanges fructueux entre parents.
     Cette année, nous vous proposerons de voir ensemble un très beau film
     dont nous pourrons ensuite discuter au cours d'un petit goûter.

     Bloquez vite vos agendas....




     Le psychique primitif est,
     au sens le plus plein,
     impérissable.
                              Freud
                                    Considérations actuelles
                                    sur la guerre et sur la mort (1915)

                                                    Essai - Payot




                       L'environnement suffisamment bon et facilitant sera tenu pour acquis, lequel est un sine qua
                       non au début de la croissance et du développement de tout individu. Le gènes existent qui
                       déterminent des modèles ainsi qu'une tendance héréditaire à la croissance et à l'acquisition
                       de la maturité ; pourtant rien n'intervient dans la croissance émotionnelle qui ne soit en rela-
                       tion avec l'apport de l'environnement, qi doit être suffisamment bon. On notera que, dans
                       cette définition, le mot parfait ne trouve pas sa place : la perfection est le propre des machi-
                       nes et
                       les imperfections, caractéristiques de l'adaptation humaine aux
                       besoins sont des qualités primordiales dans un environnement
                       facilitant.

                                                                                           D.W.Winnicott
                                                                                           Jeu et réalité - 1971 Folio -essais 398




        u
                Avis aux parents : nous rassemblons toutes ces "petites choses" qui nous avaient alertés dans la
        petite enfance de nos enfants, sans que médecins où professionnels y aient vu autre chose que des "ça arrive à
        tous les enfants". Ces petites choses qui arrivaient à tous les enfants, mais qui, par leur répétitions inlassables
        chez les nôtres, nous alertaient et nous posaient question.
        Ces petites choses qui se sont révélées "symptômes " quand nos enfants devenus grands, il a été beaucoup plus
        difficile de les aider. Que notre expérience serve aux plus jeunes. Nous apporterons tous cela aux pédiatres et
        intervenants de la petite enfance. Il y en a maintenant de fort intéressés.

        Il y a ceux qui retiennent leurs selles, ceux qui cognent leur tête contre le lit pour s'endormir, ceux
        qui font tout "le plus à l'envers possible", ceux qui recherchent systématiquement le danger qu'on leur
        a indiqué, ceux qui ne réagissent pas à une blessure comme s'ils n'avaient pas mal, ceux qui....

        Ces informations seront précieuses, rassemblez-les et donnez-les aux responsables régionaux. Merci



                                          PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                 www.petales.org info@petales.org
17
                                                 notre site site
                                                www.petales.org
                                         devient désormais le site officiel
                                           de PETALES International

De nouveaux articles sur notre site.
De la documentation, des textes théoriques, des témoignages, des réflexions, des comptes-rendus de colloques.
Chaque mois, nous essayons d'en ajouter de nouveaux. N'hésitez pas à le consulter régulièrement.

Notre page d'accueil et notre historique ont été remodelés en fonction de notre évolution.


Dans la rubrique Documentation :
Notes sur les troubles réactionnels de l'attachement pour les professeurs des écoles par le prof. Arthur
Becker-Weidman ( http://www.center4familydevelop.com/)
La hâte des hypersensibles un article du journaliste canadien Mathieu Perreault, avec des références au
professeur Chris Frailey (http://fraley.socialpsychology.org/)
et une nouvelle rubrique : Comptes-rendus de Conférences avec comme premier compte-rendu
 la conférence Pathologie du lien du professeur Maurice Berger, à Erasme, Bruxelles, le 15 mai 2003

Et aussi d'autres sites :       le site de l'IASA, L'Association Internationale sur l'Etude de l'Attachement
                                                                 www.iasa-dmm.org

 le site de Niels-Peter Rygaard, http://www.attachment-disorder.net/
 Un chapitre de son livre : " L'enfant abandonné, guide de traitement des troubles de l'attachement"
 (paru en français chez De Boeck) y est en lecture en français
 Wat nu ? L’association de parents qui nous a précédé en Flandre et qui a ainsi permis à PETALES de naître.
 Le site de Wat nu? est maintenant également traduit en allemand, après le français, l'anglais, le portugais !
  http://www.wat-nu.org (watnu@scarlet.be)
 Abandon, adoption , autres mondes
 Vous y trouverez de nombreuses informations et textes sur l'abandon et l’adoption ainsi que des écrits de Johanne Lemieux
 et Jean-François Chicoine www.meanomadis.com et www.quebecadoption.net
 Aux USA, des parents d'enfants souffrant de Troubles de l'Attachement se sont aussi associés www.radzebra.com
 si vous avez un enfant hyperactif http://www.tdah.be/
 Pour les jeunes adoptés qui veulent discuter entre eux La voix des adoptés : http://lavoixdesadoptés.blog4ever.com
 Sur le triangle de Karpman : pour les professionnels : http://www.psycho-ressources.com/bibli/aider.html
       o en entreprise http://www.executivecoaching.be/Article_TriangleDramatique_Fr_1.htm
       o pour tous http://www.agis.fr/html/fr/articles/mai00.html
 Sur le non-contrôle : il s'agit de pages d'un livre en achat uniquement sur internet sur Interzonelibrary
  <http://www.geocities.com/interzonelibrary/> : "Des systèmes de contrôle",140 p.d'Isabelle Baudron-Aubert


                                                                          Attention !!!
                                                                          Dernier bulletin pour ceux
                                                                          qui n'ont pas encore payé
                                                                          leur cotisation
                                       - Tous les parents membres de PETALES, en ordre de cotisation 2009.
    sur papier par la poste
                                       - Les professionnels ou sympathisants en ordre de " cotisation de sympathisants"
                                    Un maximum de professionnels que nous souhaitons intéresser aux troubles de
   par courrier électronique l'attachement ainsi que les membres cotisants qui préféreraient le recevoir sous cette forme.


                              pour un membre particulier de la famille élargie, de l'entourage de votre enfant : un abonnement
   un cadeau                  d'un an au bulletin PETALES.
                             Pour 20 €, vous pouvez abonner des grands parents, une institutrice, ou toute personne qui vous
 semble particulièrement importante dans l'entourage de votre enfant souffrant de troubles de l'attachement. Il vous suffit de
 mettre le nom de l'abonné en communication de votre virement et de nous transmettre
  son adresse par mail, à info@petales.org ou au n° de téléphone de votre régionale.

                                          PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                 www.petales.org info@petales.org
                                                                                                                                 18
 Payer votre cotisation c'est :
     Reconnaître la valeur du travail de notre association
     C'est, en augmentant le nombre de nos membres, ajouter du poids à nos interventions devant les
     professionnels et les décideurs politiques pour une meilleure reconnaissance des troubles de
     l'attachement.
     C'est ajouter un geste concret à la lutte que nous menons tous pour le mieux être de nos enfants
     souffrant de troubles de l'attachement
     C'est enfin nous permettre d'imprimer ce bulletin et de vous l'envoyer, de payer l'hébergeur du site,
     le courrier, etc...
     Nous travaillons tous bénévolement, et nous payons tous notre cotisation .
     L'association a aussi besoin de votre cotisation pour se développer et les perspectives sont réelles.
     Alors, n'oubliez pas. Le bulletin de virement se trouve peut-être encore dans votre numéro
     de janvier....sinon le n° de compte est le 000-1759584-04 de PETALES asbl
     ATTENTION : ceux qui ne seront pas en ordre de cotisation ne recevront plus ce bulletin dès avril.




       Bulletin d'inscription                                                                 Cotisations
                                                                                              Pour l'année 2009, le montant des cotisations, approuvé
                                                                                              par le Conseil d'Administration est :
                                                                                              Pour les MEMBRES (cf art. 6 des statuts) et les ADHE-
       Nom :..........................................................................
                                                                                              RENTS, qui, conformément à l'article 7 de nos nouveaux
       Prénom : ....................................................................          statuts doivent être PARENTS au sens de cet article.
       et                                                                                      Cette cotisation est fixée à 35 € minimum par famille et si
       Nom.............................................................................       possible 50 € pour un couple.
       Prénom :......................................................................         Ce montant est à régler sur le compte de
                                                                                              PETALES asbl,
       Adresse :......................................................................         Rue des Montis, 16
       Code Postal :................Localité :..................................               B-5537 ANHEE
                                                                                               avec mention COTISATION et l'année + NOM
       Tél.: ..............................................................................
                                                                                              (les deux noms si couple)
       e-mail : .........................................................................     sur le compte 000-1759584-04.
                                                                                              Pour un virement international : IBAN BE10 0001 7595 8404 ;
       Déclare s'inscrire à l'asbl PETALES (Belgique)                                         SWIFT-BIC : BPOTBEB1
       en qualité de
                                                                                              Les familles qui le peuvent sont invitées à majorer leur coti-
                                                                                              sation afin de soutenir l’association dans ses nombreuses
                                                                                              actions… en attendant une reconnaissance officielle, et des
                  Membre adhérent :                seul   35 € minimum                        subsides réguliers. Merci !
                                                   couple 50 € minimum                        POUR les SYMPATHISANTS (cf art.8 des statuts) une coti-
                                                                                              sation minimum de 20 € est demandée et donne le droit de
                  Sympathisant :                                 20 €       minimum           recevoir mensuellement le bulletin de liaison, ainsi que les
                                                                                              annonces de nos manifestations ponctuelles organisées par
                                                                                              PETALES asbl.




        Les règles pour devenir membres sont fixées à l'article 6 des statuts disponibles dans toutes les réunions régionales.
        Un membre effectif est un membre adhérent qui en a fait la demande écrite au Conseil d'Administration qui l'a acceptée
        et qui, par cela, se propose de s'investir davantage selon ses possibilités dans le travail de l'asbl.
        Il a aussi par ce fait droit de vote à l'Assemblée Générale.
                                                                                                   PETALES asbl est votre association
                                                                                                   N'hésitez pas à y apporter
         Il est bon de rappeler que comme membres d'une asbl, qui                                  votre expérience de parents,
         est de plus une association d'entraide,nous y travaillons tous                             pour en faire profiter tous les autres
         bénévolement. Les personnes qui collaborent occasionnelle-
         ment ou régulièrement à PETALES asbl le font toutes à titre
         gratuit, sauf contrat préalable signé entre le collaborateur et le
         conseil d'administration de PETALES.
         Les textes et travaux en tout genre fournis à l'occasion de cette
         collaboration pourront toujours être signés par leur auteur.
         Ils ne pourront cependant pas être retirés des moyens
         de diffusion de l'ASBL.



                                                               PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
                                                                      www.petales.org info@petales.org
19
Informations
                                        PETALES asbl

                                            Secrétariat :
                                       Tél/fax 02 241 66 22
                                Courriel :infos@petales.org
                                 Internet : www.petales.org




             Contacts régionaux



        Bruxelles-Brabant Wallon
 Tél. 02 654 13 48 - bruxelles.be@petales.org

              Hainaut - Namur
 Tél. 0498 05 85 63 - hainaut.be@petales.org
   0498 25 66 61 - namur.be@petales.org

                       Liège
   Tél. 04 263 69 26 - liège.be@petales.org




                      Autres contacts
                         WAT NU ?
                (Belgique néerlandophone)
                    Tél./Fax 02 460 39 24
            watnu@scarlet.be -www.wat-nu.org
            (le site est également en français )
               ou www.hechtingsstoornis.org


                    PETALES - Québec
                 Tél : 00 1 (514) 326 6822
  secretariat@petalesquebec.org - www.petalesquebec.org




     PETALES asbl - Bulletin de liaison n° 77 - mars 2009
            www.petales.org info@petales.org
                                                              20

								
To top