Documents
Resources
Learning Center
Upload
Plans & pricing Sign in
Sign Out

Qui sont

VIEWS: 23 PAGES: 1

  • pg 1
									Qui sont-ils ?

Le terme « enfants de la rue » désigne les enfants qui vivent ou
travaillent dans la rue. Certains de ces enfants habitent avec leur
famille, laquelle vit également dans la rue. D'autres, vivent et
travaillent dans la rue, mais ne vivent plus avec leur famille. Ce
terme regroupe aussi les travailleurs juvéniles, les enfants
victimes d’abus sexuels et les enfants touchés par la guerre, qui
peuvent aussi être forcés à vivre ou à travailler dans la rue. La
relation qu’entretiennent les enfants avec la rue est variable.
Certains vivent et travaillent dans la rue avec leur famille.
D’autres passent la nuit chez leurs parents, mais travaillent de
manière autonome pendant la journée. D’autres encore
conservent des liens avec leur famille, mais doivent passer la
plus grande partie de leur temps dans la rue et ne dorment avec
leur famille qu’une nuit de temps à autre. D’autres encore
dorment et travaillent toujours dans les rues des grandes villes,
sans aucun contact familial. Souvent, ces jeunes ont quitté la
maison pour échapper à des abus. Ils couchent dans des bâtiments abandonnés, sous des
ponts, sur le pas des portes ou dans des parcs publics.
Pourquoi sont-ils dans la rue ?

Les enfants et les jeunes adoptent le mode de vie de la rue
pour différentes raisons : la guerre, la pauvreté,
l’urbanisation, l’instabilité politique, les catastrophes
naturelles, la désintégration des familles, le sida, la révolte contre leurs parents, l’insuffisance
des revenus et la violence, qu’elle soit physique, émotionnelle ou sexuelle. Les enfants qui
vivent et travaillent dans la rue sont souvent victimes de violence, d’abus sexuels et de
violation des droits de la personne; ils sont négligés et parfois toxicomanes. Par exemple,
partout dans le monde, des enfants de la rue sont victimes de violence, parfois tués, par des
policiers, d’autres représentants de l’autorité ou des individus censés les protéger. Ceux qui
ont conservé certains liens familiaux passent leur vie dans la rue à vendre des babioles, à cirer
des souliers, à mendier, à travailler avec leur famille ou à laver des voitures pour augmenter
les revenus de leurs parents. La plupart de ces enfants abandonnent l’école avant la cinquième
année. Souvent, ceux qui n’ont pas de contacts familiaux se créent souvent une sécurité et
reforment une famille avec d’autres enfants. Ils tentent de gagner leur vie en vendant de petits
objets ou en effectuant des travaux manuels. Lorsqu’ils n’ont pas d’autre choix, les enfants,
qu’ils entretiennent ou non des liens avec leur famille, assureront leur survie en commettant
de menus larcins ou en se tournant vers la prostitution. Les enfants de la rue se prostituent
parce qu’ils ont besoin d’argent, qu’ils cherchent l’attention qu’ils ne reçoivent pas ailleurs,
ou parce que leur famille ou leurs relations familiales les y forcent. Ces enfants sont
extrêmement vulnérables aux maladies sexuellement transmissibles, y compris au VIH/sida.
Ls enfants prostitués sont principalement des filles, mais il y a aussi des garçons. Près de 90
% des enfants de la rue consomment des substances psychothropes, notamment des
médicaments, de l’alcool, des cigarettes, de l’héroïne, du cannabis et des produits industriels
facilement accessibles, comme de la colle à chaussures et du diluant pour peintures. Les
puissantes émanations de ces inhalants peu coûteux et faciles d’accès affectent la partie du
cerveau qui supprime la sensation de faim, de froid et de solitude. Les narcotiques à base de
solvants leur permettent d’échapper à la réalité. Toutefois, ces brefs moments d’euphorie ont
des répercussions psychologiques et physiques sérieuses pour les enfants : hallucinations,
œdème pulmonaire (accumulation liquidienne et enflure des poumons), insuffisance rénale,
dommages irréversibles au cerveau et, dans certains cas, mort subite.

								
To top