Avant-projet de structuration du programme de recherche by STB7n70v

VIEWS: 6 PAGES: 6

									                   Programme des deux ateliers du colloque
                         L’esprit économique impérial ?
              Groupes de pression & réseaux du patronat colonial
                    en France & dans l’empire (1830-1970)
              (par ordre alphabétique au sein de chaque section)



I. Les réseaux d’influence dans les régions et dans les territoires d’outre-mer
                             (24 communications à Paris, les 3 & 4 mars 2006)
                         (Chambre de commerce et d’industrie de Paris, 27 avenue de Friedland)


    o Introduction, par quelques personnalités
    o Prologue problématisant : « Impérialisme », « impérial », « mise en
       valeur », « colonialistes », « parti colonial », etc. : l’évolution du sens
       des mots (Hélène d’Almeida-Topor, Catherine Coquery-Vidrovitch)


1. Les réseaux sur les places régionales en France métropolitaine


   Hubert Bonin, professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux
(Centre Montesquieu d’histoire économique), Le patronat girondin et la
Chambre de commerce & d’industrie de Bordeaux engagés dans l’empire
   Xavier Daumalin, docteur de l’EHESS, chargé de cours à l’Université de
Provence, L’imaginaire colonial éclaté ou la division des milieux d’affaires
marseillais face à l’instauration de la politique de la préférence impériale
dans les échanges entre la France et l’AOF (1931-1939)
   Guy Durand, doctorant, archiviste, Le patronat colonial marseillais du
Second Empire à la Grande Crise : quels choix ? quels mythes ? quelles
réalités ?
   Jean-François Eck, professeur à l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, Le
patronat du Nord et la question coloniale
   Yvan Kharaba, docteur de l’Université de Provence, directeur de
l’Académie François Bourdon La Chambre de commerce de Toulon et
l’Algérie. Histoire d’un projet colonial avorté
   Jean-François Klein, maître de conférences à l’INALCO, Une culture
impériale consulaire ? La Chambre de commerce de Lyon (1840-1913)
                                                                                II

   Philippe Lacombrade, docteur de l’Université Paris 10-Nanterre, Un esprit
colonial parisien ? La Chambre de commerce de Paris et la formation de
l’Empire français (1880-1914)
   Olivier Lambert, docteur à l’EHESS, chercheur à l’Université d’Aix-Marseille,
Permanences et mutations du patronat colonial marseillais à Madagascar
(1860-1913)
   Claude Malon, docteur de l’Université de Paris 4-Sorbonne, Doctrines et
pratique du patronat colonial havrais (1880-1960)
   Nicolas Stoskopf, professeur à l’Université de Haute-Alsace (UHA-CRESAT),
La culture impériale du patronat textile mulhousien (1830-1962)
   Valérie Valey, doctorante, allocataire monitrice, Université de Bretagne,
Lorient, La Chambre de commerce de Nantes et l’empire français vers 1880-
1940


2. Les réseaux sur les places d’outre-mer


   Christine Cornet, maître de conférences à l’Université Lumière-Lyon 2 &
chercheur à l’Institut d’Asie orientale, Réseaux & influence de la Chambre de
commerce française de Shanghai (1849-1949)
   Colette Dubois, professeur à l’Université de Provence, Institut d’études
africaines (UMR 6124), Construire l’espace économique de Djibouti-ville (1888-
1977). Complémentarité ou contradictions entre stratégies personnelles et
impériales ?
   Georges Hatton, docteur de l’Université Paris-1-Sorbonne, Les réseaux
industriels et financiers français dans le Protectorat du Maroc (1936-1956)
   Catherine Hodeir, docteure de l’Université de Paris 1-Sorbonne,
enseignante à l’Université d’Amiens, chercheuse à l’IDHE-Paris 1-Sorbonne,
Le grand patronat français et le Maghreb (1945-1962)
   Patrice Morlat, docteur de l’Université Paris 7, éditeur, Les réseaux
patronaux français en Indochine dans les années 1920
   Pierre Ombigath, doctorant à l’Université de Paris-7, Les réseaux
d’influence du patronat forestier du Gabon
                                                                              III

   Rang-Ri Park-Barjot, docteur de l’Université de Paris 1-Sorbonne,
chercheuse au CREOPS, L’influence du patronat des travaux publics dans le
développement des réseaux ferroviaires en Indochine française
   Pierre Singaravelou, doctorant à Paris-1-Sorbonne,   ATER   MSHA, La
géographie économique: une nouvelle science au service du patronat ?
   Félix Torres, docteur de l’EHESS et chercheur au Centre d’histoire de
Sciences Po Paris, historien d’entreprise, Réseaux et influence du patronat
de La Réunion.
   Marie-Sybille de Vienne, maître de conférences à l’INALCO, Les réseaux et
l’influence du patronat chinois dans le Cambodge colonial
   Claire Villemagne, doctorante à l’EHESS, Les chambres de commerce du
Tonkin, 1884-1894, sociabilité culturelle ou mission économique
   Jacques Weber, professeur à l’Université de Nantes (CRHMA), Les réseaux
patronaux franco-britanniques dans l’établissement français en Inde de
                           e
Pondichéry à la fin du   XIX   siècle
                                                                                             IV

II. Les réseaux d’influence sur la place parisienne et au niveau national
             (29 communications à Bordeaux, les 23,24 & 25 novembre 2006 )
                        (Chambre de commerce et d’industrie de Bordeaux, place de la Bourse).


    o Bordeaux et l’étude des outre-mers : une tradition géographique
       (président Singarevelou)


1. Des enjeux politiques


   Éric Anceau, maître de conférences à l’Université de Paris 4-Sorbonne,
Deux façons de concevoir et d’appliquer la politique coloniale ? Le Prince
Napoléon et Prosper de Chasseloup-Laubat, ministre de l’Algérie et des
Colonies (juin 1858-novembre 1860)
   Julie Andurain, doctorante, Université de Paris 4-Sorbonne, Réseaux
politiques et réseaux d’affaires : le cas d’Eugène Etienne et d’Auguste
d’Arenberg
   Francis Démier, professeur à l’Université de Paris 10-Nanterre, Les
                                                                                e
libéraux et les échanges coloniaux dans la première moitié du             XIX       siècle
   Jean Garrigues, professeur à l’Université d’Orléans, Les milieux d'affaires
                                                      e
libéraux et la colonisation au début de la      III       République (années 1870-1900)
   Élodie Le Garrec, Les enjeux de la traite des esclaves dans les débats
parlementaires (dans les années 1870-1910)
   Daniel Leplat, doctorant d’histoire à l’Université Paris 1-Sorbonne, Groupes
de pression coloniaux et réseaux administratifs face aux usages et à la
valeur de la piastre indochinoise (1945-1960)
   Claude Prudhomme, professeur à l’Université Lumière-Lyon 2, Le
missionnaire et l’entrepreneur colonial, complicité avérée ou fantasmée ?
   Hugues Tertrais, maître de conférences à l’Université Paris 1-Sorbonne,
L’influence du monde patronal pour le financement de la guerre d’Indochine
   Nicole Tixier, docteur de l’Université de Nantes, Le Quai d’Orsay et ses
agents, diplomates et consuls, promoteurs de l’activité industrielle et
commerciale. Un exemple : la Chine de 1840 à 1950
   Jean Vavasseur-Despérier, professeur à l’Université Charles-de-Gaulle-Lille
3, Les réseaux coloniaux de Charles Jonnart
                                                                                 V

2. Des enjeux économiques


   Frédéric Angleviel, professeur à l’Université de Nouvelle-Calédonie, Les
réseaux patronaux impériaux au sein de la Chambre de commerce de
Nouméa
   Yann Bencivengo, doctorant à l’Université Paris 1-Sorbonne, Les réseaux
d’influence de la société Le Nickel : le groupe Rothschild et la Nouvelle-
Calédonie
   Marie-Françoise Berneron-Couvenhes, docteur de l’Université Paris 4-
Sorbonne, chercheur associé au Centre Roland Mousnier (Paris 4-Sorbonne)
et professeur en classe préparatoire aux grandes écoles à Lorient,
L’engagement colonial des dirigeants de la Compagnie des Messageries
maritimes (à propos de l’Indochine, 1862-1970)
   Hubert Bonin, professeur à Sciences Po Bordeaux, Les réseaux financiers
impériaux parisiens
   Marianne Boucheret, doctorante à l’Université Paris 1-Sorbonne, Le
Syndicat des planteurs de caoutchouc et l’État (1910-1930)
   Gilles de Gantes, docteur de l’Université Paris 7-Denis Diderot (LCAO) et
chercheur à l’IRSEA, Le particularisme des milieux d’affaires cochinchinois ou
comment intégrer un comptoir asiatique à un empire colonial protégé (1850-
1930)
   Annie Lacroix-Riz, professeur à l’Université de Paris 7-Denis Diderot, Les
                                                          e
réseaux patronaux franco-allemands dans l’empire au    XX     siècle
   Jean-Marie Moine, maître de conférences à l’Université de Tours, Le
Comité des forges, les maîtres de forges et l’Empire. Mythes et réalités
   Caroline Piquet, doctorante à l’Université Paris 4-Sorbonne, Patronat
colonial, entrepreneurs étrangers et élites égyptiennes dans la réforme et
l’industrialisation de l’Égypte libérale
   Stéphanie Samson, Les réseaux d’influence du patronat minier engagé en
Afrique noire dans l’entre-deux-guerres et leur capacité d’action


3. Les réseaux d’influence impériale des milieux d’affaires
                                                                               VI

   Catherine Coquery-Vidrovitch, professeure émerite à l’Université de Paris
7-Denis Diderot, Les réseaux du Comité central de la France d’outre-mer et
son rôle dans l’élaboration d’une politique économique coloniale (1948-1968)
   Véronique Dimier, professeure, Université libre de Bruxelles, chercheur
associée au   CURAPP,   Amiens, La transmission de l’héritage des réseaux
d’influence outre-mer du patronat français aux institutions européennes (dans
les années 1960)
   Guy Durand, doctorant d’histoire, archiviste, & Jean-François Klein,
docteur de l’Université Lumière-Lyon 2, chercheur à l’INALCO, Le Comité de
l’Asie française. Un groupe de pression modèle ?
   Mohamed-Lazhar Gharbi, universitaire en Tunisie, Groupes de pression et
déploiement économique en Tunisie
   Pierre-Lucien Lamant, professeur honoraire à l’INALCO, L’Académie des
sciences coloniales : lieu de sociabilité du patronat impérial ?
   Daniel Lefeuvre, professeur à l’Université Paris 8-Saint-Denis, Essai de
détermination et d’appréciation d’un lobby colonial autour de l’Afrique Nord :
le monde du vin
   Sandrine Lemaire, docteur de l’Institut européen de Florence et co-
animatrice de l’ACHAC, La propagande patronale et ses réseaux de diffusion :
l’Agence française des Colonies
   Yves Montarsolo, doctorant, chargé de cours à l’Université de Provence,
Les réseaux et les enjeux de l’Eurafrique (1958-1962
   Laurent Morando, docteur de l’Université de Provence, Les Instituts
coloniaux de province (1893-1940) : une action efficace ?
   Yves Péhaut, professeur honoraire de l’Université Michel de Montaigne-
Bordeaux 3, Les réseaux d’influence du patronat bordelais (Syndicat des
intérêts sénégalais, Union coloniale, etc.). L’exemple de Maurel & Prom

								
To top