Docstoc

Sociétés et cultures de l'Europe médiévale du XIe au XIIIe siècle

Document Sample
Sociétés et cultures de l'Europe médiévale du XIe au XIIIe siècle Powered By Docstoc
					Sociétés et cultures de l'Europe
médiévale du XIe au XIIIe siècle




         Leçon 3 d’Histoire
   Ecclesia : Exultet Barberini, ms Bibliothèque Vaticane, Barb. Lat.
                             152, vers 1060.




Mater ecclesia :
l’Eglise vue en
tant que mère,
rassemblant les
membres du
clergé (à gauche
de la diapo) et
les laïcs (à
droite)




                            P.Boutet. LVL septembre 2010                2
                 L’Europe vers l’an Mil




1. Combien
   d’empires
   distincts ?

2. Qui semble
   régner sur
   l’Europe ?




                    P.Boutet. LVL septembre 2010   3
                    Carte de l’Europe à la fin du XIII°s




1. Quels
principaux
changements
depuis l’an Mil ?




                             P.Boutet. LVL septembre 2010   4
                    INTRODUCTION
Vers l’an Mil, l’empire carolingien et sa société sont en
    voie d’éclatement et le pape a vu son autorité
    s’affaiblir. Du XI° au XIII°s, la société féodale se met
    progressivement en place. Elle est largement dominée
    par l’Eglise . Petit à petit, l’Europe commence à
    rattraper son retard face aux mondes byzantin et
    musulman.
Comment l’Eglise organise t elle, pas à pas, toute la
    société médiévale, donne son identité à l’Occident et
    permet son expansion entre le X° et le XIII°s ?
I/ Une Europe en voie de christianisation
II/ Sociétés et cultures urbaines dans le monde médiéval
    européen.

                       P.Boutet. LVL septembre 2010            5
 I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
              A. L’organisation de l’Eglise latine


andrea                                                                     1. Quelle
bonaiuti .                                                                    hiérarchie
Détail de la                                                                  de l’Eglise
fresque de                                                                    ?
la chapelle                                                                2. Où se
des                                     2                                     situent les
espagnols à                4                                                  laïcs ? Les
l’église       6                              1
                                                                              clercs ?
santa
maria
novella de                          3
Florence                                                          7
                               5
(vers 1370)

    1. Pape 2. cardinal 3. archevêque 4. abbé 5. moine cistercien 6. moniales 7.
    pèlerins
                                   P.Boutet. LVL septembre 2010                        6
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine
1. La société médiévale est dominée par les clercs : Ce sont des lettrés qui
   respectent le dogme chrétien. Ils représentent 5% de la société :
        • Clergé séculier (qui vit au milieu du siècle, du monde) : pape,
           archevêques et évêques, prêtres . Ils sont les intermédiaires entre
           Dieu et les laïcs car ils délivrent les sacrements (baptême,
           mariage…)
        • Clergé régulier (qui suit une règle) : moines et moniales sous la
           direction d’un abbé ou d’une abbesse. Ils vivent l’idéal d’une vie
           loin du monde et communautaire (comme les apôtres). Ils se
           divisent en plusieurs ordres : Cluny-qui est réservé aux
           aristocrates, puis Cîteaux, puis les ordres mendiants franciscains
           et dominicain. Les monastères ont non seulement un rôle spirituel,
           mais aussi politique (c’est une seigneurie) , économique (c’est un
           grand espace agricole) et culturel (les moines sont avant tout des
           lettrés).
        L’Eglise désigne à la fois la communauté de tous les fidèles et cette
           institution hiérarchique qui se sépare définitivement de l’église
           chrétienne orthodoxe (byzantine) au milieu du XI°s.

                              P.Boutet. LVL septembre 2010                     7
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine

                                                    Les trois ordres de
                                                    la société féodale
                                                    sont représentés ici
                                                    :

                                                    quels sont ils ?

                                                    Où sont les laïcs ?

                                                    Quelle est leur
                                                    fonction ?




                     P.Boutet. LVL septembre 2010                      8
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine
2. La société médiévale est aussi composée des laïcs (95% de la pop.) :
- Ce sont des croyants, mais qui échappent souvent au dogme : il existe
    encore beaucoup de paganisme, d’anciens cultes de la fertilité, des esprits
    des forêts, des superstitions locales qui se mêlent à des éléments du
    christianisme.
- Mais tous les croyants cherchent à assurer leur Salut (se sauver = vie
    éternelle dans l’au-delà). L’au-delà était divisé entre le Paradis et l’Enfer. A
    partir du XII°s, l’Eglise propose aussi le Purgatoire (purification des âmes ni
    bonnes, ni mauvaises pdt un temps indéterminé) : repousser l’enfer et la
    damnation devient une pratique quotidienne. C’est pourquoi, on voit
    apparaitre partout des scènes de Jugement, comme par exemple à
    Conques.

3. Conques, dans l’Aveyron, un exemple des pratiques religieuses
    médiévales :
                                P.Boutet. LVL septembre 2010                       9
  I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
              A. L’organisation de l’Eglise latine
3. Conques, exemple des pratiques religieuses médiévales




Dans cette diapo et la suivante, relevez au moins 4 exemples de pratiques
religieuses à Conques :

                              P.Boutet. LVL septembre 2010                  10
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine
     3. Conques, exemple des pratiques religieuses
                         médiévales




                     P.Boutet. LVL septembre 2010      11
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine
   3. Conques, un exemple des pratiques religieuses
                         médiévales
• Conques fait partie des nombreux sites hautement religieux
  (ici, une abbaye) sur l’un des chemins de St Jacques de
  Compostelle. Elle a été construite au XI°s.
• La technique artistique choisie ici est celle qui se développe
  à partir du XI°s : l’art roman
• On y pratique le culte des reliques (ici, Ste Foy, patronne
  des prisonniers)
• L’église de l’abbaye est avant tout célèbre pour son tympan
  (c’est l’espace en demi-cercle au-dessus d’une porte.
  Comme c’est l’espace le + visible sous le porche de l’église,
  l’art roman y représente souvent le Jugement Dernier) :


                        P.Boutet. LVL septembre 2010          12
http://www.tympan-conques.webou.net/ et
http://histobric.free.fr/roman/romancomprendre.html#




                              P.Boutet. LVL septembre 2010   13
Les sculptures en pierre étaient entièrement peintes. Ici, l’exemple de la façade de
Notre Dame la Grande de Poitiers (XII°s) : depuis 1992, les artistes de Skertzo
proposent un spectacle nocturne qui permet de retrouver les polychromies
originelles
                                 P.Boutet. LVL septembre 2010                          14
http://www.tympan-conques.webou.net/ et
http://histobric.free.fr/roman/romancomprendre.html#




                              P.Boutet. LVL septembre 2010   15
P.Boutet. LVL septembre 2010   16
P.Boutet. LVL septembre 2010   17
P.Boutet. LVL septembre 2010   18
petits personnages
malicieux cachés
dans le bandeau
qui limite le
tympan et               Satan, en majesté au milieu
n'attirent pas          de son monde souterrain. Il
toujours                foule aux pieds le paresseux,
l'attention. Par leur   qui est caressé par les                   Le démon, qui regarde derrière
espièglerie, ils font   flammes de l'enfer. Juste à               lui les bienheureux entrant au
contraste avec les      sa droite, l'homme adultère,              Paradis (on ne les voit pas sur
horreurs de l'enfer     lié par le cou à une femme                l'image, mais croyez-moi sur
qui sont promises       (absente de l'image). A la                parole), enfourne les damnés
aux pécheurs, et        gauche de Satan, l'avare,                 dans la gueule du Léviathan qui
même aussi avec         pendu haut et court, avec sa              marque l'entrée de l'enfer.Il finit
les douces félicités    bourse autour du cou et les               à l'instant d'avaler les pieds du
du paradis...           jambes enserrées par un                   dernier entré...
                        serpent...
                                   P.Boutet. LVL septembre 2010                                   19
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
             A. L’organisation de l’Eglise latine
   3. Conques, un exemple des pratiques religieuses
                         médiévales
• Le tympan de l’église de Conques a été sculpté au XII°s . A l’origine,
  il était entièrement peint. Il mesure près de 4m sur 6m et pèse 20
  tonnes. Composé de 124 personnages, il s’adresse aux fidèles laïcs
  (et surtout les pèlerins de Compostelle) de manière pédagogique
  mais aussi violente : « Pécheurs, si vous ne réformez pas vos
  mœurs, sachez que vous subirez un jugement redoutable » . C’est
  une oeuvre moralisatrice destinée à inspirer la crainte et le
  repentir chez l’homme médiéval, toujours en quête de son Salut.
• Cependant, comme les âmes ne semblent pas bcp souffrir près du
  diable et que beaucoup de personnages semblent miséricordieux,
  certains historiens estiment que ce n’est pas le Jugement Dernier
  qui est représenté ici mais un jugement particulier, celui qui mène
  vers le Purgatoire (notion dont qui sera adoptée par l’Eglise
  quelques années plus tard)


                           P.Boutet. LVL septembre 2010                20
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
           B. Une société encadrée par l’Eglise

1. Le rôle de la réforme grégorienne : moraliser
  les clercs et soumettre les laïcs aux clercs ( qui
  sont les détenteurs de l’autorité du pape).
2. L’Eglise domine la vie politique, économique
  et culturelle




                     P.Boutet. LVL septembre 2010      21
               I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
  B/ la réforme grégorienne réorganise l’Eglise et lui donne plus de pouvoir dans la
                                          société

Du 18 au 28 novembre 1095, le pape Urbain II tint un grand concile à Clermont (aujourd’hui
    Clermont-Ferrand ) réunissant des ecclésiastiques français, italiens et espagnols, où l’on
    promulgua un certain nombre de décrets :
• 1. Que personne ne soit fait doyen dans une église s’il n’est prêtre, ni archidiacre s’il n’est
    diacre.
• 2. Qu’aucun clerc ne porte les armes.
• 3. Qu’aucun laïque, simple clerc ou seulement sous-diacre ne soit élu évêque.
• 4. Que personne n’achète pour lui-même une prébende ; et si un tiers ou ses parents l’ont
    fait pour lui, qu’il la remette à l’évêque en sa main et à sa disposition. De même pour les
    autels et tout bien d’église. [...]
• 7. Qu’aucun prêtre, diacre ou sous-diacre, ni que personne ayant un canonicat ne se lie d’une
    union de fornication ; sinon, qu’il soit totalement écarté de son canonicat.
• 8. Qu’il ne soit permis à aucune femme d’habiter dans la maison des clercs, sinon à celles
    autorisées par les saints canons. [...]
• 14. Il est interdit aux rois et à tout prince que ce soit de faire quelque investiture quand il
    s’agit d’honneur ecclésiastique.
• 15. Il est interdit à un évêque ou un prêtre de prêter au roi ou à quelque laïque, entre ses
    mains, fidélité lige.
• Tiré de Sources d’histoire médiévale, IXe-milieu du XIVe siècle, sous la direction de G. Brunel et
    É. Lalou, Paris, p. 160-161.          P.Boutet. LVL septembre 2010                             22
    I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
B/ la réforme grégorienne réorganise l’Eglise et lui donne plus
                     de pouvoir dans la société
A partir du milieu du XI°s, la papauté réorganise
  complètement l’Eglise, afin de :
  - lutter contre les dérives des clercs : La simonie(vente
  d’objets religieux appartenant à l’Eglise) , nicolaïsme
  (mariage ou le concubinage des prêtres), leur violence.
  - :se séparer définitivement de l’Eglise de
  Constantinople (orthodoxes) en 1054 Grand Schisme
  - réaffirmer l’autorité du pape sur toute la chrétienté
  latine (face aux pouvoirs politiques des princes) et de
  christianiser les populations.
Ainsi, la réforme grégorienne réorganise non seulement
  l’Eglise, mais toute la société à partir de la fin du XI°s

                        P.Boutet. LVL septembre 2010          23
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
C. L’Eglise et le pouvoir politique évangélisent l’Europe
                  et refusent les hérésies
Face à des pouvoirs princiers affaiblis, l’Eglise
  devient une puissance politique à part entière
  et mène plusieurs combats pour s’affirmer .
  C’est le début de l’expansion de la chrétienté
  et de la construction de l’Occident médiéval

1. L’évangélisation par le monachisme

                     P.Boutet. LVL septembre 2010      24
  Le monachisme en Europe : 350 monastères et abbayes
cisterciens crées sur le modèle de Clairvaux du XI° au XIII°s




                       P.Boutet. LVL septembre 2010             25
Le monastère de Lerins, abbaye cistercienne (XI°-XIV°s)
         sur l’île St Honorat, près de Cannes




1. Comment expliquer la localisation de l’abbaye ? 2.En quoi un monastère peut il
être comparé à une cité ?
                               P.Boutet. LVL septembre 2010                         26
I/ L’Eglise latine à la conquête de la société médiévale
C. L’Eglise et le pouvoir politique évangélisent l’Europe
                  et refusent les hérésies
1.   L’expansion de l’Eglise commence avec l’évangélisation des
     populations grâce au monachisme :
la papauté encourage la fondation de monastères et d’abbayes
     jusqu’aux confins de l’ Europe païenne mais aussi du monde
     byzantin (orthodoxe) afin d’évangéliser les populations.
Les monastères et abbayes sont fondés sur la règle de St Benoît (VI°s).
     Le monastère de Cluny en est le modèle jusqu’à la fin du XI°s
     (spiritualité centrée sur la mort, prières et travaux manuels). Leur
     enrichissement est considérable.
Avec la réforme grégorienne, au XII°s, les abbayes et monastères
     insistent davantage sur la pauvreté et le silence , sur le modèle de
     Cîteaux et de Clairvaux. Au début du XIII°s, l’Europe compte 530
     abbayes.



                            P.Boutet. LVL septembre 2010               27
       Extraits de l’appel d’Urbain II à Clermont (1095)
     « Ne vous laissez retenir par aucun souci pour vos propriétés et les affaires de
   votre famille, car cette terre que vous habitez, renfermée entre les eaux de la mer
   et les hauteurs des montagnes, tient à l'étroit votre nombreuse population; elle
   n'abonde pas en richesses, et fournit à peine à la nourriture de ceux qui la
   cultivent: de là vient que vous vous déchirez et dévorez à l'envi, que vous élevez
   des guerres. Éteignez donc entre vous toute haine, que les querelles se taisent.
   Prenez la route du saint sépulcre, arrachez ce pays des mains de ces peuples
   abominables, et soumettez-le à votre puissance. Jérusalem en est le centre, son
   territoire, fertile par-dessus tous les autres, offre pour ainsi dire les délices d'un
   autre paradis .
   Quiconque aura donc volonté d'entreprendre ce saint pèlerinage, en prendra
   l'engagement envers Dieu, qu'il porte le signe de la croix du Seigneur sur son
   front ou sur sa poitrine ; que celui qui, en accomplissement de son vœu, voudra se
   mettre en marche, la place derrière lui entre ses épaules ; il accomplira par cette
   double action le précepte du Seigneur, qui a enseigné dans son Évangile : "Celui
   qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n'est pas digne de moi". (…)
prenez donc cette route, en rémission de vos péchés, et partez assurés de la gloire
   impérissable qui vous attend dans le royaume des cieux. «
1. Quels sont les différents objectifs de l’Eglise en appelant à la Croisade ?
2. Qu’est ce qui est promis au pèlerin (croisé) ?
                                  P.Boutet. LVL septembre 2010                         28
P.Boutet. LVL septembre 2010   29
La "Reconquista"
Armée composée de chrétiens et mercenaires berbères


                        P.Boutet. LVL septembre 2010   30
           I/ L’Eglise latine à la conquête de la société
       médiévale
            C. L’Eglise et le pouvoir politique évangélisent l’Europe
       et refusent les hérésies
                     2. L’expansion du christianisme face aux
       musulmans
Conquérante en Europe orientale et du Nord, l’Eglise latine cherche aussi à
   repousser les musulmans et à acquérir des terres en Orient dès la fin du
   XI°s (appel du pape Urbain II à Clermont-1095). La croisade se propagea
   avec une rapidité inouïe parce que ce fut une idée passionnelle, suscitant
   une mystique collective.
Ses objectifs : éviter les guerres entre Chrétiens, acquérir de nouvelles terres
   (Jérusalem), développer la puissance économique des Latins
Les promesses aux Croisés : la Rédemption (pardon de tous les péchés), le
   Paradis après leur mort et l’enrichissement économique pendant leur vie.
La première croisade au XII°s a été une véritable réussite, suivie par 7 autres
   jusqu’à la fin du XIII°s qui ont été des échecs (relatifs).
Parallèlement, les princes chrétiens espagnols repoussent les musulmans afin
   de régner sur de nouvelles terres et de les christianiser (Reconquista).
Les croisades ont montré la puissance de l’Occident, qui en revient enrichi de
   nouvelles connaissances, de nouveaux produits (épices, soie) et prend la
   tête du commerce méditerranéen (Gênes, Venise)
                              P.Boutet. LVL septembre 2010                    31
               I/ L’Eglise latine à la conquête de la société
                                  médiévale
                 C. L’Eglise et le pouvoir politique évangélisent
                      l’Europe et refusent les hérésies
     3. L’intolérance chrétienne face aux hérésies :
« Le catharisme s’est développé en France au XIIe siècle, en opposition à
la doctrine officielle de l’Eglise de Rome, comme d’autres mouvements de
l’époque. Basée sur le christianisme, cette religion critique la richesse
ostentatoire et l’abus de pouvoir de l’Église romaine. Les cathares
revendiquent une religion plus proche de la chrétienté primitive
respectant l’idéal de vie et de pauvreté du Christ. Cette croyance repose
sur l’existence de deux mondes : l’un est bon et l’autre mauvais. Le premier
est le monde invisible des créatures éternelles résultant de la création de
Dieu le Père. L’autre est le monde visible, qui est l’œuvre du diable. Le
catharisme, bien qu’il n’ait pas duré longtemps en raison de la violente        La population
persécution dont il a fait l’objet, a profondément marqué la culture du         expulsée de
Midi.Il bénéficie de la protection des seigneurs féodaux du Midi, mais à        Carcassonne en
partir de 1209, et pour la première fois, l’Eglise lance une véritable          1209.
croisade à l’intérieur même de la chrétienté. Combats, sièges et
massacres s’enchaînent jusqu’en 1229. Cette lutte contre l’hérésie a donné
naissance à l’Inquisition et a permis l’unification des terres occitanes à la
Couronne de France. «                    P.Boutet. LVL septembre 2010                       32
         I/ L’Eglise latine à la conquête de la société
                            médiévale
           C. L’Eglise et le pouvoir politique évangélisent
                l’Europe et refusent les hérésies
3. L’intolérance chrétienne face aux hérésies :
L’omniprésence de l’Eglise n’exclut pas l’apparition de croyances dissidentes
    (hérésies) qui prêchent la pauvreté, l’égalité et plus de fidélité aux
    Evangiles. Les foyers de dissidence se multiplient : Vaudois (région de
    Lyon), Cathares (Languedoc, Rhénanie et Italie du Nord). Pour rétablir la
    « croyance vraie », l’Eglise lance une croisade contre eux (à partir de
    1209), puis crée l’Inquisition (vers 1232), tribunal qui est chargé de
    convertir les hérétiques par la force et la violence.

CCL du I : Grâce à une importante évangélisation de l’Europe en quête de son
   Salut, l’Eglise latine (entre le XI° et le XIII°s) organise toute la société
   chrétienne et commence son expansion vers l’Est de la Méditerranée.
   Alors que la majorité de la population est rurale, c’est dans les villes que
   les grands changements annoncent les bouleversements à venir dès le
   XIV°s


                              P.Boutet. LVL septembre 2010                      33
P.Boutet. LVL septembre 2010   34
 II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au
                          XIII°s


1. Où se répartissent
   les villes ?

2.    Quelle est la cause
     principale de leur
     expansion ?




                            P.Boutet. LVL septembre 2010   35
 II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au
                         XIII°s :
                     INTRODUCTION
Après une longue phase de repli des villes, l’Europe
  médiévale connait une expansion urbaine grâce au
  développement des campagnes et au commerce .
  Les villes les plus anciennes grandissent, tandis que se
  succèdent des fondations de villes nouvelles. Même si
  les citadins ne représentent que 10% de la population,
  les villes jouent un rôle de + en + fondamental dans le
  monde médiéval :
Qu’est ce qu’une ville médiévale en Europe ? Comment
  s’organise-t-elle ? Quelles sont ses fonctions
  spécifiques (par rapport aux campagnes) ? Comment
  vivent les citadins ? Quelle y est la place de l’Eglise ?

                       P.Boutet. LVL septembre 2010       36
     II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
    A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme grâce au
                              commerce
                                      Dans cette
                                      diapo et la
                                      suivante :
                                      Qu’est ce
                                      qui fait de
                                      Venise une
Carte de Venise au XI°s               ville ?
                                                  La lagune protège la cité (image satellite)




Gauche : La basilique St Marc, après la reconstruction
du XI°s(reconstitution). Droite : Marché du Rialto
                                  P.Boutet. LVL septembre 2010                             37
 II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme grâce au
                          commerce




                       P.Boutet. LVL septembre 2010             38
  II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
 A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme en Europe
                       grâce au commerce

1. Moteurs des dynamiques urbaines :
Venise est une cité Etat (comme Florence, Gênes ou Pise). C’est avant
    tout une ville. La ville médiévale est déterminée par :
-   Des espaces protecteurs face aux risques d’invasion (lagune à
    Venise, murailles ailleurs)
-   Un bâti serré (en raison d’une forte croissance démographique) et
    des bâtiments spécifiques (cathédrale, immeubles …)
-   Un marché (au moins hebdomadaire) : la croissance
    démographique a provoqué un développement des campagnes
-    un centre d’ échanges commerciaux locaux et internationaux




                          P.Boutet. LVL septembre 2010              39
       II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
      A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme en Europe
                            grâce au commerce




Sculpture d’un Doge devant le
                               Sculpture d’un More (commerçant
lion (emblème de St Marc et de
                               vénitien établi en Morée-Grèce)
Venise)                                                        L’école de la charité :
                                                               fondée en 1260, c’est une
                                                               fondation à la fois laïque et
    Dans cette diapo et les 2 suivantes, quels                 religieuse : refuge pour les
                                                               nécessiteux, les
    sont les différents acteurs de la cité                     immigrants, afin de
    vénitienne ?                                               faciliter leur insertion.
                                    P.Boutet. LVL septembre 2010                     40
                                                                 Tailleur




                                                                Tisserand




Bottier




   Les métiers citadins : détail de la fresque du   Marchand    tableau
   bon et du mauvais gouvernement à Sienne           d’épices
Dans la Venise médiévale, le quartier des affaires est constitué
 de deux ensembles reliés par le pont du Rialto (au-dessus du
         Grand Canal). Le pont est longé de boutiques




                        P.Boutet. LVL septembre 2010               42
  II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
 A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme en Europe
                       grâce au commerce
2. Les acteurs de l’essor urbain :
- Le seigneur : ici le Doge (Il est élu : Venise est une république) . Il facilite
    l’extension urbaine.
- La bourgeoisie : elle vit essentiellement du commerce (international) ou
    de l’artisanat d’art. A Venise, c’est le commerce des épices et des draps qui
    prime.
- Les confréries : fondations à la fois religieuse et laïque, qui ont pour
    charge d’aider et de secourir les malades ou les plus pauvres (l’école de la
    Charité à Venise est une auberge pour aider les immigrants à s’intégrer)
- Les citadins : ce sont surtout des artisans ( textile construction, travaux
    des métaux : les métiers de l’artisanat sont très règlementés et
    hiérarchisés) des commerçants de l’alimentation et des immigrés. Parmi
    eux, on trouve aussi des juifs : A partir du XIII°s, l’Eglise les oblige à vivre
    dans un quartier séparé (Ghetto) , ici sur l’île de la Giudecca. Ils sont
    surtout commerçants et artisans,



                                P.Boutet. LVL septembre 2010                      43
   Les 6 quartiers de Venise au XIII°s

                              a

              b       c                                                           Mer
                                     f                                            Méditerranée
                          e

                  d                              Lagune
                  g

A : Canareggio ; b : Santa Croce ; c: San Polo ; d : Dorsoduro ; e: San Marco ;
f : Castello ; ( + g : île de la Giudecca )

Quartier des affaires :           pont du Rialto :                Quartier politique :
                                   P.Boutet. LVL septembre 2010                                  44
  II/ Sociétés et cultures urbaines en Europe du XI° au XIII°s
 A/ Venise, une ville méditerranéenne qui s’affirme en Europe
                       grâce au commerce
               Conclusion du A/ sur les villes du XI° au XIII°s :

 l’affirmation des cités se voit :
- à travers les classes montantes : grands marchands et hommes d’affaires
     (= bourgeoisie) dont la richesse est fondée sur le commerce lointain, la
     grande industrie textile et la banque.
- Des mouvements de révolte : l’essor économique pousse les citadins de la
     bourgeoisie à vouloir se gouverner par eux-mêmes : les seigneurs leur
     accordent des chartes municipales ou bien, comme à Venise ou Gênes, ils
     élisent leur chef politique.
- Des pouvoirs de commandement : marchés et foires, évêché, château
     seigneurial
- Des populations spécifiquement urbaines mais largement exclues :
     prostitués, lépreux, mendiants , reclus (mystiques qui vivent enfermés
     dans une cellule et conseillent le pouvoir), jongleurs, journaliers…C’est
     pour répondre à cette pauvreté que sont crées les ordres mendiants.

                              P.Boutet. LVL septembre 2010                  45
                          Fiche de révision :
             Sociétés et cultures de l'Europe médiévale
                        du XIe au XIIIe siècle
• Vocabulaire : clergé régulier et séculier ; Eglise ; paganisme ; Salut ;
  Jugement Dernier ; art roman ; culte des reliques ; Purgatoire ;
  réforme grégorienne ; simonie ; nicolaïsme ; Grand Schisme (1054) ;
  évangélisation ; monachisme ; règle de St Benoît ; Rédemption ;
  Reconquista ; Cathares ; Inquisition ; Doge ; confréries ; charte
  municipale.
• Questions auxquelles il faut savoir répondre : Comment est
  organisée l’Eglise latine ? En quoi peut on dire que la société
  médiévale est dominée par les clercs ? Montrer des exemples de
  pratiques religieuses médiévales ; Comment la réforme grégorienne
  réorganise t elle l’Eglise et la société ? Comment se fait
  l’évangélisation de l’Europe et le refus des hérésies ? Qu’est ce qui
  caractérise une ville médiévale ? Quels sont les moteurs des
  dynamiques urbaines ; Quels sont les acteurs de la ville médiévale ?
  Montrer en quoi les villes s’affirment au Moyen Age ?
• savoir-faire : lire et commenter un plan de ville et une carte
  historique ; argumenter une idée ; présenter un document
  d’Histoire.

                            P.Boutet. LVL septembre 2010                46

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:108
posted:6/26/2012
language:
pages:46