Docstoc

Architecture Orient� service(SOA)

Document Sample
Architecture Orient� service(SOA) Powered By Docstoc
					Architecture N-Tiers et orientées
            services
      CHAPITRE 1: INTRODUCTION
    Evolution des systèmes d’information
    (1/3)
      Un système d’information est constitué d’un ensemble
      d’outils destinés à gérer, stocker et traiter des flux
      d’information. Cette démarche qui consiste à faciliter la
      diffusion de l’information au sein d’une organisation ne
      repose pas uniquement sur un système informatique. En
      effet, un « Post-it » laissé par une secrétaire sur le bureau de
      son directeur pour lui transmettre un message est considéré
      comme un système d’information. L’informatique n’est par
      conséquent qu’un outil parmi tant d’autres mis à disposition
      des organisations afin de compléter et/ou d’améliorer le
      système d’information déjà en place.

2
    Evolution des systèmes d’information
    (2/3)
      Toutefois, au départ, utilisé comme un simple outil,
       l’informatique tend au fur et à mesure des années à devenir le
       principal outil incontournable d’un système d’information. Les
       applications et programmes informatiques évoluent désormais
       dans chaque domaine d’activité d’une entreprise et se répandent
       dans chaque service d’une entreprise : comptabilité,
       administration, chaine de montage, etc...
      Progressivement, les applications mises en place se regroupent au
       sein d’applications de plus en plus importantes. L’objectif étant à
       terme d’obtenir une seule et même application qui gère
       l’ensemble du système d’informations dans l’ensemble des
       secteurs d’activité de l’entreprise et/ou de l’organisation. 

3
    Evolution des systèmes d’information
    (3/3)
      Avec l’évolution des technologies, les applications ont progressivement évolué, les
       attentes des utilisateurs et des clients également. Autrefois, les entreprises
       privilégiaient le fonctionnel à l’esthétique, la popularité du système monolithique
       (Mainframe) AS/400 en est un très bel exemple. Cet outil à la fois simple et
       extrêmement complet d’un point de vue fonctionnel ne doit pas sa renommée à son
       interface graphique (texte blanc sur fond noir avec des menus uniquement
       textuels). Il serait aujourd’hui impensable de mettre en place un outil semblable à
       l’AS/400 au cœur d’un système d’information. De plus, les applications de type
       « client lourd » composées d’un exécutable à lancer ont progressivement laissé la
       place à des applications dites « client léger » accessibles à partir d’un réseau par
       l’intermédiaire d’un navigateur Web. Cette évolution est due en partie aux
       évolutions technologiques mais pas seulement car la simplicité de mise à jour de
       l’application est un facteur non négligeable. En effet, il est beaucoup plus simple de
       mettre à jour un serveur unique avec une interface Web que de compiler un
       programme et de le déployer sur l’ensemble des postes du réseau. Chaque
       utilisateur peut accéder à l’application à partir de n’importe quel PC connecté au
       réseau doté d’un navigateur Web alors qu’il aurait été nécessaire autrefois d’avoir un
       poste de travail configuré avec l’application préalablement installée.


4
    Systèmes monolithiques
      Le système monolithique centralise la gestion des données et des
      tâches sur une seule machine (ordinateur central, généralement
      puissant (Mainframe)). Il gère également un réseau (le plus souvent
      en étoile) où sont connectés des terminaux passifs de requêtes
      (machines sans unité central). Ces derniers n'ayant aucune
      intelligence, le système central se charge également de la partie
      interface utilisateur. La centralisation des données et des
      traitements présente les inconvénients :1) rend le système fragile à
      la panne de l’ordinateur central (non robuste), 2) provoque la
      congestion des communications entre les terminaux et
      l’ordinateur central (arrivé de plusieurs requêtes simultanément),
      3) surcharge l’ordinateur central.

5
    Systèmes répartis
      Dans un système reparti, l'application est divisée en plusieurs
      morceaux où chacun joue un rôle différent pour les
      traitements du SI. On peut également dupliquer un morceau
      pour augmenter la rapidité de traitement ou encore pour
      offrir une meilleure robustesse (fiabilité) du SI en multipliant
      les sources de traitement. Il est aussi important de noter que
      chaque morceau de l'application repartie peut être développé
      dans un langage de programmation différent et être d'ailleurs
      exécuté depuis un système d'exploitation différent.



6
    Architectures Orientées Services
    (SOA)




7
    Concept des SOA
      L’architecture orientée service (ou en anglais : Service
       Oriented Architecture (SOA)) est apparue en 1996 dans une
       note de recherche du Gartner Group.
      « L’architecture orientée service constitue un style d’architecture
       basée sur le principe de séparation de l’activité métier en une série de
       services. Ces services peuvent être assemblés et liés entre eux selon le
       principe de couplage lâche (faible) pour exécuter l’application
       désirée. Ces services sont définis a un niveau supérieur de la
       traditionnelle approche composants » (Gartner - Septembre 2005)



8
      Selon le Gartner Group, plus de 75% des projets
      d’entreprise des années 2008 reposent sur les SOA

      Note : Gartner, Inc., fondée en1979, est une entreprise
      américaine de conseil et de recherche dans le domaine de la
      technologie




9
     Pourquoi s'orienter vers une SOA ?
       L'entreprise qui gagne est une entreprise agile.
       L'agilité des entreprises est devenue un impératif.
       Elles doivent s'adapter en permanence et
       rapidement à des situations telles que des
       changements technologiques, fusions,
       acquisitions...




10
     Pourquoi s'orienter vers une SOA ?
       Mais les entreprises se sont habituées à ce que leurs
       systèmes d'information ralentissent, voire bloquent la
       mise en œuvre de leurs décisions.

       L'activité qui doit piloter l'informatique et non l'inverse.


       « Pour utiliser des termes plus simples, c'est un peu
       comme si une maison devrait être reconstruite
       entièrement tous les cinq ans sous prétexte que ses
       fondations deviennent démodées ».

11
     Pourquoi s'orienter vers une SOA ?
       Pour être agile il faut un système d'information intégré et réactif.
       Le premier frein des systèmes d'information réside dans la
        difficulté de leur intégration.
       Faire dialoguer deux systèmes différents d'une manière flexible et
        facilement évolutive est un problème persistant. Ce dont
        l'entreprise a besoin, et qui n'était pas possible auparavant, est une
        intégration de type « faiblement couplée », présentant une
        capacité d'amélioration des applications en place. Cette intégration
        doit être globale ; elle doit couvrir :
          L'intégration entre partenaires, clients...
          L'intégration entre applications
          L'intégration à l'intérieur même des applications.


12
     Pourquoi s'orienter vers une SOA ?
       Avec les architectures SOA
         la présentation, la logiques applicative et les données sont
          séparés dans des couches distinctes et faiblement couplées
         l’application est décomposée en services réutilisables
         les fonctions peuvent être modifiées en temps réel
         Les applications évoluent grâce à leur indépendance matérielle
         une meilleure séparation entre les tâches techniques et
          fonctionnelles dans les processus de développement.




13
     Services Web




14
     Intérêts des services web (1/2)
       Avec l'interconnexion des ordinateurs en réseau (en particulier à
        travers internet), il devient possible de faire fonctionner des
        applications sur des machines distantes.
       Une application distante peut répondre aux problématiques
        suivantes :
          Les données peuvent être présentes uniquement sur le serveur distant
           (par exp: un catalogue produit, un classement en temps réel, etc.) ;
          Le serveur distant peut disposer d'une puissance de calcul ou de
           capacités de stockage dont l'utilisateur local ne dispose pas ;
          L'application distante peut être utilisée simultanément par un grand
           nombre d'utilisateurs et sa mise à jour n'intervient qu'à un seul
           endroit.

15
     Intérêts des services web (2/2)
           Une interaction entre des programmes distants

       Les Services Web permettent une interaction entre
       des programmes distants en définissant une manière
       standard pour:
         invoquer (appeler) une application distante
         récupérer les résultats à travers le web.




16
     Définition des services web (1/2)
       Les services web (en anglais web services)
      représentent un mécanisme de communication
      entre applications distantes à travers le réseau
      internet indépendant de tout langage de
      programmation et de toute plate-forme
      d'exécution 




17
     Définition des services web (2/2)
        utilisant le protocole « HTPP » comme moyen de
         transport. Ainsi, les communications s'effectuent sur
         un support universel et généralement non filtré par les
         pare-feux 
        utilisant le langage « XML » pour décrire les appels de
         fonctions distantes et les données échangées 
        organisant les mécanismes d'appel et de réponse




18
     Avantages des services web
       les applications peuvent être vues comme un ensemble de
        services métiers, structurés et correctement décrits,
        dialoguant selon un standard international plutôt qu'un
        ensemble d'objets et de méthodes entremêlés.
       Le découpage des services permet de :
         faciliter la maintenance de l'application, ainsi que
          l'interopérabilité
         modifier facilement un composant (un service) pour le
          remplacer par un autre, éventuellement développé par un tiers.
         réduire la complexité d'une application car le développeur peut
          se focaliser sur un service, indépendamment du reste de
          l'application.

19
     Avantages des services web
       Les services web facilitent non seulement les échanges entre
        les applications de l'entreprise mais permettent aussi une
        ouverture vers les autres entreprises.
       Les premiers fournisseurs de services web sont les
        fournisseurs de services en ligne (météo, bourse,
        planification d'itinéraire, pages jaunes, etc.), mettant à
        disposition des développeurs des API (Application Programming
        Interface), permettant d'intégrer leur service au sein
        d'applications tierces.



20
     SOA et Services web
       Les services web forment un des éléments d'une SOA.
       Les services web fournissent la base technologique pour
        faire communiquer les applications entre elles.
       Les services web ont l'immense intérêt de réduire les
        coûts et la complexité dans la mise en œuvre d'une
        SOA.
       Les services web constituent la partie la plus visible du
        bénéfice de l’architecture SOA.



21
     Remarques
       SOA n’est pas une technologie : SOA est un
        ensemble de concepts constituant un modèle
        cohérent d’architecture pour faciliter la flexibilité
        du SI (Système d’Information) via l’émergence
        des services, et par ailleurs SOA est une
        démarche progressive d’application de ce
        modèle.
       SOA ne dépend d’aucune implémentation
        propriétaire (.Net par exemple) ou open source
        (J2EE par exemple)
22
     Remarques
       SOA ne signifie pas service web. Les services web
        implémente (met on œuvre) les concepts de SOA
       SOA favorise l’intégration asynchrone de services
        pour pallier des pics de montées en charge où la
        fiabilité pourrait se retrouver compromise en
        utilisation synchrone.
       SOA n’est pas de l’orientée objet



23

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Stats:
views:39
posted:6/23/2012
language:French
pages:23
Description: Introduction de cours Architecture Orient�e Service