Acad�mie de Lyon � TPE 2001/2002 � by 3RSlbgu

VIEWS: 30 PAGES: 3

									Académie de Lyon – TPE 2001/2002 –
Exemple de synthèse SVT / SPC –
ex 2

                               Pourquoi les effets de l’alcool sont-ils atténués
                                            lorsqu’on a mangé?


      Il nous a été difficile de choisir un sujet et de le garder plus de dix minutes. En effet, nous
débordions d’idées, mais elles étaient souvent inexploitables : à l’image de notre première
suggestion, “Comment modéliser l’évolution d’une population de lapins”, nos sujets étaient souvent
trop ambitieux, d’autres fois trop ciblés ou bien ennuyeux (exemple : sujet traitant des drogues,
convenait très bien à notre programme de SVT mais faisait trop “leçon de chose”). En fouillant au
laboratoire du lycée, nous trouvâmes un vieux dossier sur l’éthanol. De là, est apparu une idée de ce
qu’allait être notre sujet nous voulions réussir à réfuter ou approuver l’idée selon laquelle les effets
de l’alcool sont atténués lorsque l’on a bien mangé. Très rapidement, à partir de courbes, nous nous
aperçûmes de l’exactitude de ce phénomène. Finalement, nous prîmes le parti de montrer comment
cela est possible et notre sujet est devenu: “Pourquoi les effets de l’alcool sont-ils atténués lorsque
l’on a mangé ?“

      Par la suite, il a fallu organiser notre travail de groupe. Il nous était demander de travailler
chacun sur une partie particulière du TPE, mais cela nous est apparu comme quelque chose de
difficilement réalisable, voir irréalisable. En effet, au commencement de notre dossier ne connaissant
pas la réponse à notre sujet, nous ne pouvions pas établir un plan fixe. Nous avons donc décidé de
travailler tous les trois ensembles, et avons modifié le plan au fur et à mesure de nos découvertes.
Sylvain a pris l’initiative d’enregistrer une émission sur l’alcool dont il savait l’existence, j’ai relié le
dossier car j’avais le matériel nécessaire pour ce faire à ma disposition. Mais, concrètement, nous
avons toujours tout fait ensemble (nous travaillions sur des documents différents, mais cherchions
des renseignements sur le même objet).

       Nous avons commencé les recherches au CDI de notre lycée, ce qui nous a permis dans un
premier temps d’établir les bases de notre dossier. On y trouva en effet des définitions qui nous
permirent de commencer de traiter le sujet : “éthanol” (C2H5OH), “alcoolémie”, Mais, devant le
manque d’ouvrages scientifiques spécialisés du CDI, nous dûmes faire appel à d’autres ressources
plus spécifiques. On commença alors a s’intéressé à des sites Intemet (qui se trouvèrent être peu
révélateur), à une expertise sur l’alcool établit par l’JNSERM, ainsi qu’ à une vidéo de l’émission
“savoir plus santé”. On compris que l’on pouvait simplifier notre problématique en : “Pourquoi
l’éthanolémie est-elle atténuée lorsque l’on a mangé ?“ Cette baisse de l’éthanolémie pouvait être
due soit à une augmentation de la vitesse de dégradation après ingestion de nourriture soit à un
passage de l’éthanol dans le sang plus rapide. Or, la vitesse de dégradation de l’éthanol par le foie est
constante une fois le seuil d’éthanolémie franchi (ce qui est toujours le cas puisque ce seuil est très
petit). Donc, il convenait de s’intéressé au passage de l’éthanol dans le sang. Le pylore, un sphincter
situé entre l’estomac et le duodénum, permet de réguler la vitesse du passage des aliments entre ces
deux organes. Bien que l’éthanol n’ait pas besoin d’être dégradé pour diffuser, il est mélangé aux
aliments pour former le chyme et ne sortira de l’estomac qu’en même temps que celui-ci. Or, le
chyme ne peut traverser le sphincter pylorique que lorsque sa consistance est devenue fluide.
L’éthanol passe donc le pylore doucement et par intermittence.
       s
       Nous nous sommes ensuite rendu à la bibliothèque universitaire de la faculté de Laennec, à la
recherche d’informations précises concernant le fonctionnement du pylore et le processus de
dégradation de l’éthanol. Une coenzyme, nécessaire à la dégradation de l’éthanol, est présente en
quantité limitée dans le foie. On comprend donc que la vitesse de dégradation de l’éthanol est limitée
par la vitesse de régénération de cette coenzyme. Quant au pylore, nous apprîmes que son ouverture
était conditionné par des ondes péristaltiques dont l’intensité augmente après ingestion de nourriture.
Enfin, nous nous aperçûmes que des hormones (CCK et GIIP entre autres) sécrétées lors du passage,
par les lipides, du pylore inhibent la vidange gastrique bloquant ces dernières dans l’estomac les
lipides sont donc les aliments qui restent le plus longtemps dans l’estomac, l’éthanolémie après
ingestion de lipides doit donc être plu~ faible que celle après ingestion de glucides ou de protides.

      Or, une de nos courbes montre que l’éthanolémie est très élevée après ingestion de lipides
tandis qu’elle est très basse après ingestion de glucides. On arrive donc à un paradoxe. On décide
donc de demander de l’aide à nos professeurs qui nous parlent alors de l’émulsion de l’éthanol, puis
d’un forum destiné à résoudre les problèmes rencontrés par les élèves effectuant les TPE. On décide
alors d’effectuer une expérience pour savoir si l’éthanol émulsionne ou non les lipides, permettant
ainsi un passage plus rapide du pylore. On mélangea dans un tube à essai de l’alcool et de l’eau (tube
témoin) et dans un autre de l’alcool et de l’huile (on réalisa deux fois cette expérience, la deuxième
fois on rajouta de l’acide dans les tubes à essai pour être dans un milieu à pH acide comme celui du
foie). On secoua les tubes à essai mais on n’observa pas de différence notable concernant les deux
émulsions. L’éthanol ne permet donc pas d’émulsionner les lipides. On écrivit alors un message
expliquant notre paradoxe sur le forum des TPE tenu par les normaliens. On reçut de leur part une
réponse nous proposant une hypothèse, qui pourrait éventuellement résoudre ce paradoxe, pour
laquelle il était nécessaire d’approfondir nos connaissances en ce qui concerne l’absorption à travers
l’épithélium intestinal de l’éthanol.

      Nous commençâmes alors à chercher des renseignements sur ce processus d’absorption que
nous avions préalablement négligé. Nous savions que l’éthanol est absorbé par “simple diffusion”
mais est-ce une “diffusion simple” ou une “diffusion facilitée”. Dans le cas d’une diffusion simple,
on ne voit pas en quoi l’ingestion d’aliments pourrait venir modifier le temps d’absorption. Par
contre dans le cas d’une diffusion facilitée (faisant intervenir des protéines de transport), il est
possible que ces protéines soient également nécessaire à l’absorption des protides ou glucides, elles
seraient donc moins disponibles pour l’absorption de l’éthanol qui serait alors ralentie. Ceci reste
une hypothèse pouvant résoudre notre paradoxe. Mais, devant le peu de temps qui nous restait et la
difficulté des données concernant l’absorption, nous avons décidé de stopper nos recherches et de
commencer la rédaction et la saisie de notre dossier.

     Après ingestion de nourriture, l’estomac plein, le pylore fermé, le passage de l’éthanol
dans le sang est étalée et très long (plusieurs heures). L’éthanolémie, dépendante de ce temps
de passage, va donc diminuer. Les effets dus à l’éthanol et l’éthanolémie étant corrélés, ceux-ci
seront donc également atténués.
     s
     Ouvrages:

     - CHIMIE 1ère s. Belin. 1993. 222 p.

     - L’éthanol ou l’alcool éthylique. La documentation française. 1977. 23 p.

     - CHIMIE Term S. Hachette Education. 1999. 352 p. (Collection Durupthy).
     - Expertise collective INSERM. Alcool effets sur la santé. Jouve. 2001.49 p.

     - Henri DUPIN, Jean-Louis CIJQ. Alimentation et nutrition humaines. ESF Editeur.
1992.1533 p.

     - Biologie Géologie 1ère S.Istra. 1988. 319 p. (collection GODET KERN).

     - Chartes KAYSER. Physiologie-historique, fonction de nutrition. Flammarion. 1970. 1753 p.
(Physiologie Historique). <j

     - Guyton. Précis de physiologie médicale. Piccin. 1996. 960 p.


     Site web

     -   http://www3.sympatico.ca/nanou1/corps/alcool/alcool.htm
     -   http://www.Enstimac.fr/forum/TPE
     -

     Document audiovisuel:

     - Savoir plus santé.24 novembre 2001. Emission télévisée. 50 minutes. Couleurs.

								
To top