Se soutenir dans le deuil by HPVVgUjy

VIEWS: 4 PAGES: 17

									 Se soutenir
mutuellement
dans le deuil
La Fédération internationale de L’Arche qui
compte plus de 120 communautés a été
fondée en 1964 en France par Jean Vanier.
Poursuivant la vision de Jean Vanier, qui
appelle à créer des communautés de
compassion dans lesquelles des personnes
avec des origines et des dons variés peuvent
s’épanouir en partageant des vies chargées de
dignité et de sens, le premier foyer de
L’Arche au Canada a ouvert ses portes à
Toronto en 1969.
Aujourd’hui, il y a deux communautés dynamiques dans
la région de Toronto dans lesquelles sont engagées des
personnes aux histoires variées. Des personnes ayant une
déficience intellectuelle et des « assistants » partagent
leur vie ensemble. Cette vie partagée comprend le deuil
des amies qui sont décédés. Ce qui suit est une partie de
notre expérience et la sagesse acquise à travers ces
expériences.
« N’ayez pas peur de pleurer vos pertes. Elles sont
les panneaux indicateurs de nos vies ; après elles,
nous ne sommes plus jamais les mêmes ».

                          Joan Chittister, Gospel Days
Qu’est-ce qui peut être utile avant la mort d’une
personne ?


       • Créer un groupe de soutien qui sera là
         pour cette personne.
• Travailler sur un livre racontant l’histoire
  de sa vie ou sur d’autres formes de bilan.

• Encourager chacun à prendre soin de la
  personne malade.

• Faire des visites à l’hôpital ou à l’unité de
  soins palliatifs.
Greg rendant
visite à sa mère
à l'hôpital, peu
avant la mort
de celle-ci.
• Encourager les gens à exprimer leurs
  inquiétudes et leurs angoisses, ou à poser
  des questions dans un cadre approprié.

• Aider la personne malade à donner des
  indications sur ce qu’elle souhaite pour ses
  funérailles.

• Aider les gens à trouver une manière de dire
  au revoir.
Qu’est-ce qui peut être utile au moment de la mort?

  • La nouvelle est annoncée dans les foyers par
    les membres à long terme les plus désignés
    pour cette tâche, qui disent aux personnes ce
    qui est arrivé de manière simple, mais avec
    honnêteté.

  • Les personnes se rassemblent rapidement pour
    entendre encore une fois la nouvelle de la mort
    et pour prier, raconter des histoires, rire et
    pleurer ensemble.
• Être ensemble.


• Faire preuve d’inventivité pour impliquer
  les personnes dans la veillée funèbre et
  dans la célébration des funérailles.
Comment peut-on se soutenir mutuellement
après la mort de quelqu'un ?

  - Aller se recueillir sur la tombe/ célébrer les
    anniversaires.

  - Donner à chacun la permission de parler de
    la personne décédée et d’exprimer ses
    sentiments ; permettre aux autres de vous
    soutenir.
- Réfléchir à la possibilité d’un groupe de
  soutien dans le deuil s’il s’agit d'une perte
  majeure.

- Continuer à nommer les dons de la
  personne décédée et à raconter des histoires
  qui lui sont liées.

- Aider les personnes à acquérir des
  stratégies d'adaptation qui leur conviennent
  et auxquelles elles pourront recourir
  lorsqu'elles vivront d'autres pertes.
« Souvent, la perte peut être le premier pas vers
quelque chose de meilleur – aussi bien autour de
nous qu’à l’intérieur de nous ».

                           Joan Chittister, Gospel Days
Merci
d’avoir
écouté notre
témoignage.

								
To top