1 (�ne -e�ne) by HC120617043630

VIEWS: 16 PAGES: 107

									1 (ène - eùne)

                 Leçon n 1 - les articles définis et indéfinis
                                      ***
* définis

   le et la - après consonne et avant consonne : eùl
                  - vîr eùl meûbe - vîr eùl feùme
            - après consonne et avant voyelle : l’
                  - vîr l’ome - vîr l’otó
            - après voyelle : l’
                  - j’é vu l’meûbe (l’arbe) - j’é vu l’man (l=otó)
   les (dans tous les cas) : lès
            - lès meûbes (omes) - lès feùmes (otós)

* indéfinis

   un : in, in-n-
           - après consonne et avant consonne : in
                 - vîr in meûbe
           - après consonne et avant voyelle : in-n-
                 - vîr in-n-ome
           - après voyelle et avant consonne : in
                 - j’é vu in meûbe
           - après voyelle et avant voyelle : in-n-
                 - j’é vu in-n-ome
   une : ène, n’
           - après consonne et avant consonne : éne (eùne)
                 - vîr ène feùme
           - après consonne et avant voyelle : ène (eùne)
                 - vîr ène otó
           - après voyelle et avant consonne : ène, n’
                 - j’ é vu ène (n’) feùme
           - après voyelle et avant voyelle : ène
                 - j’ é vu ène otó
   des (masculin ou féminin) : dès
                 - dès meûbes - dès feùmes

une rengaine de notre jeunesse :

On leûs avwat toudis proumis,                Quand m' canari sâra canteu,
       ène bèle pëtite gayole,                     i dira vîr lès fîes,
       ène bèle pëtite gayole;                     i dira vîr lès fîes;
 On leûs avwat toudis proumis,               Quand m’ canari sâra canteu,
       ène bèle pëtite gayole                      i dira vîr lès fîes
       pou mète leû canari.                        pou aprène à danseu …
                                       553
                                                                          (deûs) 2
                        exercices - les articles - la famille
                                            ***
Une famille est parfois grande.
          Ène famîe eùt tèqu'fwas grande.
Il y a la mère, le père et les enfants.
          I-y-a l' man, eùl' (l') pa èt lès éfants.
Il arrive qu'elle ne comprenne qu'un enfant.
          Pa cóp èle n' a qu' in-n-éfant.
Une famille se compose aussi des grands-parents.
          Ène famîe eùt fète ètou aveu lès tayons.
Avec de la chance, il y a en a même quatre : les parents maternels et les
parents paternels.
          Aveu dë l' chance, i d' a min.me quate : lès parèts du coteu dë l' man èt
          lès paréts du coteu dou pa.

Vocabulaire
      a (avoir)            a (avwâr)
      arrive (il)          pa cóps
      aussi                ètou
      avec                 aveu B avèc
      bon B bonne          bon - bone
      chance               chance
      composer (se)        ète fét dë
      elle                 èle
      enfant               éfant
      est (être)           eùt (ète)
      et                   èt
      famille              famîe
      fait (e)             fé, fète
      grand (e)            grand (e)
      grands-parents       tayons
      il y a B il y en a   i-y-a B i d' a
      maternel             du coteu d' eùl man
      même                 min.me
      mère                 man
      parfois              tèqu'fwas - tèqu'fwas - pa cóps
      paternel             du coteu dou pa
      parent               parét
      père                 pa
      quatre               quate - quat'
      que (qu')            quë (qu')




                                       554
                      Leçon n 2 - les articles ( suite)
                                    ***
* contractés
    du : du (dou)
                    - du (dou) meûbe
    de la : plutôt : dë l’, d’eùl que : deùl’
                    - dë l’ (d’eùl) (deùl’) feùme
    des (dans tous les cas) : dès
                    - dès meûbes - dès feùmes
    au, à l’ (masculin) - ô, à l’ (plutôt que al)
              - avant consonne : ô
                    - rétreu ô matin
              - avant voyelle : à l’
                    - monteu à l’ arbe
    à la : à l’ (plutôt que al)
                    - morde à l’ amorce - rétreu à l’ méson
    aux (masculin) : à lès, ôs, ôs-z-, às, à-z-
                    - raviseu à lès meûbes (à lès ôtes B à lès feùmes)
                    - monteu à-z-arbes
    aux (féminin) : à lès, às
                    - raviseu à lès feùmes - raviseu às agaches
* partitifs
    du :- avant une consonne : du, (dou)
                    - bwâre du (dou) vin
          - avant une voyelle : d' l'
                    - minjeu d' l' aragon
    de la
          - avant une consonne : dë l', d' eùl (plutôt que deùl)
                    - eùl côdjeùve d’ eùl tarte
          - après une consonne et avant une voyelle : dë l', d' eùl
                    - préne dë l’ amouscâde
          - après une consonne et avant une voyelle : d' l'
                    - minjeu d' l' avin.ne
     des (dans tous les cas) : dès
          ( prononcé " dès-z- " avant une voyelle
                    - minjeu dès chicóts
                    - minjeu dès bètrâles
                    - minjeu dès (prononcé « dès-z ») anguîes
     par - par le : - devant voyelle : pa l= - pa l= amiô
                 - devant consonne : pô - pô k=min
           - par la : pa l= - pa l= abitûde - pa l= këminée
           - par les - pa lès amiôs (k=mins, abitûdes, k=minées)

expression locale :

        In bôdeut qui fét à s' monde, c'eùt la mitan dë s' nôritûre.
                                      555
                                                                  (quate - quat') 4

                 exercices - les articles - la famille (suite)
                                       ***
Donc, les parents de la mère et du père sont les grands-parents.
        Adon, lès paréts d' eùl (dë l') man èt lès paréts du pa sont les tayons.
Les enfants doivent le respect à la mère et au père.
        Lès éfants dwavtë l' rèspeut à l' man èt ô pa.
L'homme doit le respect à la femme et la femme doit le respect à l'homme.
        L' ome dwat l' rèspeut à l' feùme èt l= feùme dwat l' rèspeut à l' ome.
Donc, pour bien faire, les enfants doivent le respect aux parents et les parents
aux enfants.
        Adon, pou bieu fé, lès éfants dwat'të l' rèspeut à lès paréts èt lès paréts
        à lès éfants.
Cela demande beaucoup d'affection. Pour le bien de la famille, rien de tel qu'un
bon dîner en famille autour de la table.
        Cha d'mande bran.mét d' amoûr. Pou l' bieu dë l' famîe, i n' a rieu d' té
        qu= in bon din.neu é famîe, alétoûr dë l' tâbe.
Qu'on y mange du pain ou de la saucisse avec des chicons, et qu' on boive de l'
eau ou de la bière.
        Qu' on-n-i min.jiche du pin ou bieu dë l' sôcisse aveu dès chicóts, èt qu'
        on buviche dë yô ou bieu d' eùl biêre.

nouveau vocabulaire
affection        amoûr            faire             fé
autour           alétoûr          femme             feùme
pain             pin              homme             ome
beaucoup         bran.mét         mange             minjiche
ou bien          ou bieu          on                on
bière            biêre            pour              pou, poûr
boive            buviche          que - qu'         quë, qu'
cela             cha, ça          respect           rèspeut
chicon           chicót           rien              rieu
demande          d'mande          saucisse          sôcisse
dîner            din.neu          sont (être)       sont (ète)
doivent (devoir) dwat'të (d'vwâr) table             tâbe
donc             adon             tel - telle       té, téle
eau              yô                y                i

petite chanson pour le tirage au sort
        Pwîsqu' eùl tournwâre a si bieu tourneu,
                buvon' in vêre, buvon' ma chêre.
        Pwîsquë l' tournwâre a si bieu tourneu,
                Buvon' in vêre à sa santeu.
        ( chantée pour un jeune qui avait « tiré un bon numéro » )


                                       556
5 (chinq')

                   Leçon n 3 B les adjectifs démonstratifs
                                     ***
              ( Ils sont toujours traduits comme suivis de Bci ou Blà )

    ce :
           - après consonne et avant consonne : eùç' Y chi
                   - vîr eùç' garchon-chi (là)
           - après consonne et avant voyelle : eùç' n' Y chi
                   - vîr eùç n' ome-chi (là)
           - après voyelle et avant consonne : ç' Y chi
                   - j' é vu ç' garchon-chi (là)
           - après voyelle et avant voyelle : ç' n' Y chi
                   - j' é vu c' n' ome-chi (là)

    cette ( mêmes règles que pour "ce" )
        - après consonne et avant consonne : eùç' Y chi
                - vîr eùç' feùme-chi (là)
        - après consonne et avant voyelle : eùç' n' Y chi
                - vîr eùç' n' apiète-chi (là)
        - après voyelle et avant consonne : ç' Y chi
                - j' é vu ç' feùme-chi (là)
        - après voyelle et avant voyelle : ç' n' Y chi
                - j' é vu ç' n' apiète-chi (là)

    ces ( dans tous les cas ) : cès
        ( prononcé comme " cès-z- " avant une voyelle )
                 - vîr cès garchons-chi (là)
                 - vîr cès feùmes-chi (là)
                 - j' é vu cès garchons-chi (là)
                 - j' é vu cès feùmes-chi (là)
                 - vîr cès (-z-) omes-chi (là)
                 - vîr cès (-z-) apiètes-chi (là)
                 - j' é vu cès (-z-) omes-chi (là)
                 - j' é vu cès (-z-) apiètes-chi (là)

rions un peu : eùl Guss ô docteûr

Eùl mèd’cin (M) dit ô Gusse (G), qui a quatrë-vints ans : tout va bieu, Gusse.
G : J’ é poûrtant n’ sakeu à vos dîre, mossieu l’ docteûr. V’là, j’ é n’ coumère …
M : Mès cha c’eùt bieu, Gusse. A vo-n-âje, ëj’ vos félicite !
G : Win, docteûr, mès … v’là : ô prëmieu, cha va … ô deûzième, cha va co …
 mès pou l’ trwasième, cha n’ va pus du tout !
M : Et bë, arèteuz-vous apreus l’ deûzième, ènon, Gusse !
G : Win, mès, mossieu l’ docteûr, … èle dëmeûre ô quat’chème ! ! !
                                        557
                                                                            (sîs') 6
             exercices - les adjectifs démonstratifs - la famille
                                     ***

Cette leçon nous parle des autres membres de la famille.
         Eùç' lëçon-chi nos pale dès ôtès jés dë l' famîe.
Cet enfant-ci est mâle : c'est un gamin, le fils.
         Eùç' n' éfant-chi eùt in mâle : c' t' in gamin, eùl garchon.
Cet autre enfant est femelle : c'est une gamine, la fille.
         Ç' n' éfant-chi eùt fumèle : c' t' ène gamine, eùl fîe.
Le garçon est le frère et la fille est la sœur.
         Eùl garchon eùt l' frére èt l' fîe eùt l' seûr.
Ces enfants ont un grand-père et une grand-mère.
         Cès éfants-là ont in grand-pé èt n' grand-mé.
L'oncle est le frère du père ou de la mère, et la tante est la sœur du père ou de
la mère.
         Eùl mononke eùt l' frére du pa ou bieu dë l' man, èt l' matante eùt l' seûr
         du pa ou bieu dë l' man.
Les enfants de l'oncle ou de la tante sont les cousins et cousines des enfants
de ce ménage.
         Lès éfants du mononke ou bieu dë l' matante sont lès cousins èt
         cousènes dès éfants dë ç' min.nâje-là.
Ils sont aussi les neveux et nièces des parents du ménage.
         I sont ètou lès n'veûs èt lès nyeùches dès paréts du min.nâje

nouveau vocabulaire
      autre               ôte (ôtès)        mâle              mâle
      c'est               c'èùt             membre            jé
      cousin              cousin            ménage            min.nâje
      cousine             cousène           neveu             n'veû
      femelle             fumèle            nièce             nyeùche
      fille               fîe               nous              nos
      fils                garchon           oncle             mononke
      frère               frére             ont               ont
      gamin               gamin             ou                ou bieu
      gamine              gamine            parle             pale
      grand-mère          grand-mé          sœur              seûr
      grand-père          grand-pé          tante             matante
      leçon               l'çon (lëçon)

expressions de notre jeunesse :
- à propos d’une jeune fille abandonnée par son amoureux :
          - i vôt mieûs in afront qu’ in garchon !
            ( il est préférable d’avoir une désillusion que d’être mal mariée )
- il ne faut pas vendre la peau de l’ours …
          - on n’ dwat gneu aprèteu l’ corde pa d’vant l’ viô !
                                          558
7 (sèt')
      Leçon n 4 - les pronoms personnels sujets - le verbe « être »
                                  ***
Remarques :
1 - Pour tous les verbes, ne seront repris que les temps les plus usités :
présent, futur, imparfait, passé simple, subjonctif présent, conditionnel,
l'impératif et participe présent.
2 B Le tutoiement n'existe pas en picard : la deuxième personne du singulier
est donc identique à celle du pluriel.

je suis           ëj' sû              je serai         ëj' sâré
tu es             vos ètes            tu seras         vos sâreuz
il (elle) est     il (èle) eùt        il sera          i (èle) sâra
nous sommes       nos somes           nous serons      nos sârons
vous êtes         vos ètes            vous serez       vos sâreuz
ils sont          i (èles) sont       ils seront       i (èles) sâront

j'étais           j' ètwa             je fus           j' é èteu
tu étais          vos ètîz            tu fus           vos aveuz èteu
il était          il ètwat            il fut           il a èteu
nous étions       nos ètin'           nous fûmes       nos avons èteu
vous étiez        vos ètîz            vous fûtes       vos aveuz èteu
ils étaient       i-z-ètin’t’ (‘të)   ils furent       i-z-ont èteu

que je sois       quë j' sunche       que je fusse     quë j’ fuche
que tu sois       qu' vos sunche      que tu fusses    qu’ vos fuche
qu'il soit        qu' i sunche        qu’il fût        qu’ i fuche
que ns soyons     qu' nos sunche      q. ns fussions   qu’ nos fuche
que vs soyez      qu' vos sunche      q. vs fussiez    qu’ vos fuche
qu'ils soient     qu' i sunch'të      qu’ils fussent   qu’ i fuch’të

je serais         ëj' sârwa           étant            ètant
tu serais         vos sârîz           été              èteu
il serait         i sârwat
nous serions      nos sârin'
vous seriez       vos sârîz
ils seraient      i sârin'të

rions un peu : à l’ gazète : C’eùt dés l’ bûrô d’ ène gazète. Eùl grand patron
réte dés l’ bûrô èt il angueûle in jon.ne journalisse qui a fét in papieu su un qui
ètwat môrt d’ in acsidan : « Non, non èt non ! Vo-n-artike eùt bran.mét trop long.
Èrcouméchèz-më cha é r’saquant tout chô qui n’ sêrt à rieu ! »
Eùl jon.ne - quë ç‘ t’ ène tarte à l’ swale -, i n’ fét ni ène ni deûs, èt i r’këméche.
I r’vieut quasi tout d’ swite avèc in ôte papieu qu’ i doune ô patron :
« Mossieu Zinzin roul’wat à chét chinquante à l’ eûre ô paveu, qu’ il avwat pleû.

                                          559
L’ étèrmét eùt apreus d’min à dîs eûres . »




                                     560
                                                                            (wit')-(wî) 8

       exercices : les pronoms personnels sujets et le verbe "être"
                                        ***
Je suis le fils de la famille. Ma sœur est la fille.
         Ëj' sû l' garchon d' eùl famîe. Eùm' seûr eùt l' fîe
Quand ma tante et mon oncle seront mère et père, l'enfant sera pour moi un
neveu ou une nièce.
         Quand m' matante èt m' mononke sâront man èt pa, l' éfant sâra poûr
         mi in n'veû ou bieu ène nieùche.
Je serais heureux d'être parrain et ma sœur serait heureuse d'être marraine.
         Ëj' sârwa binése d' ète pârin èt m' seûr sârwat binése d' ète mârène.
Mon Dieu, que je sois parrain bientôt ! Mon Dieu, que mes parents soient oncle
et tante !
         Bon Djeu, quë j' sunche pârin bieutôt ! Bon Djeu, qu' mès paréts
         sunch'të mononke èt matante !

Exercice - complétez les phrases en picard :
Si ma tante et mon oncle étaient parents, je serais si heureux d'être parrain !
         Si m' matante èt m' mononke ---1--- paréts, ---2--- si binése d' ---3---
         pârin !
Si cela était un jour, nous serions tous bien heureux !
         Si cha ---4--- in joû, nos ---5--- tèrtoutes bieu binéses !
Les grands-parents seront au baptême et ce sera un beau jour.
         Lès tayons ---6--- ô batème èt cha ---7--- in biô joû.
Tous les garçons et les filles furent là, et il serait bien bon que cela soit plus
souvent.
         Tous lès garchons èt lès fîes ---8--- là, èt cha ---9--- bieu bon qu' cha --
-10--- pus souvét.

1 - sârin'të . 2 - ëj' sârwa . 3 - ète . 4 - sârwat . 5 - sârin' . 6 - sâront. 7 - sâra
8 - ont èteu . 9 - sârwat . 10 - sunche

nouveau vocabulaire
baptême      batême                  moi                mi
bientôt      bieutôt                 mon Dieu !         Bon Djeu !
heureux                eûreûs                parrain            pârin
jour         jou, joûr               quand              quand
marraine     mârène                  tous (toutes)      tèrtoutes

expression locale :

         Quelqu’un qui a mangé plus que de raison dit :
                - « Jë n’ sé pus dîre pâpe ! »
         ou :
                - « J’ é lès déts du djêre qui két’t’ dëdés ! (két’të d’dés) »

                                          561
9 (neùf)

    Leçon n 5 B précisions à propos des pronoms personnels sujets
                                           ***
je : ëj' (eùj'), j'
           - après une consonne et avant une consonne : ëj' (eùj')
                    - si on peùt vos vîr, ëj' (eùj') sâré binése.
           - dans les autres cas : j'
                    - si on peùt vos vîr, j' âré dou plési.
                    - quand on vos âra vu, j' m' é diré.
                    - quand on vos âra vu, j' âré dou plési.

tu et vous : vos : la prononciation diffère :
        - avant une consonne, prononcer : vo (sans prononcer "s")
                 - si on peùt vo(s) vîr, Y
        - avant une voyelle, prononcer "s" comme "-z-"
                 - si on peùt vos vîr, vos(-z-) âreuz dou plési
        ( remarque : cette notation ne sera pas présente dans le texte. )

il : i, il
             - avant une consonne : i
                      - si on peùt l' vîr, i sâra binése.
                      - quand on vos âra vu, i s' é dira.
             - avant une voyelle : il
                      - si on peùt l' vîr, il âra dou plési.
                      - quand on vos âra vu, il âra dou plési.

nous : nos : la prononciation suit les mêmes règles que le "vos"
                - si on peùt no(s) vîr, Y
                - si on peùt nos vîr, no(-z-) ârons dou plési.
        ( remarque : cette notation sera parfois employée pour des cas précis )

ils : i, i-z-
           - avant une consonne : i
                    - si on peùt lès vîr, i sâront binéses.
           - avant une voyelle : i-z-
                    - si on peùt lès vîr, i-z-âront dou plési.


rions un peu :

Ène tafieûse a dit in cóp à s’ n’ ome : « I-y-a quand min.me dès jés qu’ èles n’
ont gneu n’ mîle d’ éducâssion, séz ! Quand j’ pésse quë l’ pëtite Zaza n’ a gneu
arèteu d’ bâyeu pédant tout l’ tans qu’ nos avons d’viseu ô cwafeûr ! »
« Mès vèyon’. » qu’ i dit l’ ome « Etéz bieu seûre qu’ èle baywat ? Pit’ète qu’
èle aprouvwat foc’ dë dîre ène sakeu … »
                                           562
                                                                          (dîs') 10

           exercices sur les pronoms personnels sujets ( suite )
                                        ***
Sœur, je suis bien content d'être avec toi.
         Seûr, ëj' sû bieu binése d' ète aveu vous.
Ma famille est et sera toujours ce que je serai le plus content de revoir.
         Eùm' famîe sâra toudis chô quë j' sâré l’ pus binése dë r' vîr.
Une sœur demande toujours aussi le respect du frère.
         Ène seûr dëmande toudis ètou l' rèspeut du frére.
Nous, les enfants de ce ménage, sommes souvent à table avec les parents.
C'est une bonne table ! Que la mère soit bénie pour tout ce qu'elle fut, ce qu'elle
est et ce qu'elle sera pour le père et les enfants.
         Nous, les éfants dë ç' min.nâje-chi, nos somes tamints cóps à tâbe
         aveu lès paréts. Ç' t' ène bone tâbe ! Quë l' man sunche bénîe pou tout
         chô qu' èle a éteu, chô qu' èle eùt èt chô qu' èle sâra pou l' pa èt lès
         éfants.
Vous, les parents, vous méritez l'affection de ces enfants, de la même façon
que vos parents méritent la vôtre.
         Vous, lès parèts, vos mèriteuz l' amoûr dë cès éfants-là, come vos
         paréts mérit'të li vôle.

nouveau vocabulaire

        voir           vîr
        content        binése
        peut (pouvoir) peut (povwâr)
        plaisir        plési
        toujours       toudis
        ce que         chô qu'
        souvent        tamints cóps
        béni B bénie   béni - bénîe
        mériter        mèriteu
        comme          come
        aimer          in.meu
        vôtre (la)     li vôle
        toi            vous
        ma             eùm'
        de la même façon come

expression locale :

( à propos d’une femme de mauvaise vie )

        - Èle a n’ sêrûre quë tous lès clés vont d’ sus …
        ou
        - Èle eùt côde come dès bréses …
                                      563
11 (onze)
        Leçon n 6 - les diverses formes des pronoms personnels
                                            ***
Je : - sujet      - ëj', jë, j' ( voir leçon n 5 )
 - objet direct - moi - më, m'
                    - prenez-moi ! - pèrdèz-më !
                    - il m'a eu ! - i m' a ô.u !
 - attribut de "être" - moi - mi
                    - c'est moi ! - c'eùt mi !
 - objet indirect - me - më, m', mi
                    - il faut me le donner - i fôt më l' douneu
                    - il m'a donné - i m' a douneu
 - réfléchi       - me - m'
                    - je me souviens - jë m' rapèle

Tu : - sujet      - vos ( voir leçon n 5 )
 - objet direct - toi - vous
                     - regarde-toi ! - raviseuz-vous !
 - objet indirect - te B vos
                     - il faut te donner - i fôt vos douneu
 - réfléchi       - te - s'
                     - tu te souviens ? - vos s' rap'leuz ?

Il : - sujet        - i, il ( voir leçon n 5 )
   - objet direct - le - lë, l'
                       - prenez-le ! - pèrdèz-lë !
                       - il faut le donner - i fôt l' douneu
   - objet indirect - lui B li
                       - il faut lui donner - i fôt li douneu
   - réfléchi       - se - s'
                       - il se souvient - i s' rapèle
Elle : - sujet      - èle
   - objet direct - la - lë ,l'
                       - prenez-la ! - pèrdèz-lë !
                       - il faut la donner - i fôt l' douneu
   - indirect       - lui - li (parfois : èle)
                       - il faut lui donner - i fôt li douneu
   - réfléchi       - se - së
                       - elle se souvient - èle së rapèle

expression locale :
( sur un ton désabusé, lorsqu’on voit passer un cortège de mariage :)

         - Ét v’là co deûs qui s’ é vont s’ èrweu à yô, peû dë l’ pieùve … !


                                            564
                                                                       (doûze) 12

          Les diverses formes des pronoms personnels ( suite )
                                  ***

nous : - sujet - nos
 - objet direct - nous - nos
                    - il faut nous prendre - i fôt nos prène
 - objet indirect - nous - nos
                    - il faut nous donner - i fôt nos douneu
 - réfléchi      - nous - s'
                    - nous nous souvenons - nos s' rap'lons

vous : - sujet - vos
 - objet direct - vous - vos
                    - il faut vous prendre - i fôt vos prène
 - objet indirect - vous - vos
                    - il faut vous donner - i fôt vos douneu
 - réfléchi       - vous - s'
                    - vous vous souvenez - vos s' rap'leuz

ils : - sujet      -i
  - objet direct - les - lès
                      - il faut les prendre - i fôt lès prène
  - objet indirect - leur B leû (lun)
                      - il faut leur donner - i fôt leû (lun) douneu
  - réfléchi       - se - s'
                      - ils se souviennent - i s' rapèl'të

elles : - sujet - èles
  - objet direct - les - lès
                      - il faut les prendre - i fôt lès prène
  - objet indirect - leur B leû (lun)
                      - il faut leur donner - i fôt leû (lun) douneu
  - réfléchi       - se - s'
                      - ils se rappellent - i s' rapèl'të

nouveau vocabulaire

         donner            douneu
         faut (falloir)    fôt (folwâr)
         prendre           prène ( prenez-le ! - pèrdèz-lë ! )
         regarder          raviseu ( regardez - raviseuz )
         rappeler (se)     s' rap'leu



                                         565
13 (trèze)

              Leçon n 7 - exercices sur les pronoms personnels
                                           ***
C'est moi qui ai vu la voisine avec mon frére.
          C'eùt mi qui a vu l' visène aveu m' frére.
Elle lui a donné du café avec du sucre et du lait.
          Èle li a douneu du cafeu aveu du chuke èt du lét.
Ils semblent se donner du bon temps.
          i-z-ont l' ér dë s' douneu du bon tans.
Ils se sourient. Je pense qu'ils s'aiment beaucoup.
          I s' font dès rîsètes. Eùj' pèsse qu' i s' in.m'të bran.mét.
Il ne faut pas leur en vouloir, ni à lui, ni à elle.
          I n' fôt gneu leû t'ni rigueûr, ni à li ni à èle.
Nous devons nous rappeler que nous sommes tous les mêmes.
          Nos d'vons s' rap'leu qu' nos somes tèrtoutes lès minmes.
Peut-être vont-il se marier ? Je serais heureux de ce mariage !
          Pit’ète qu' i vont s' marieu ? J' sârwa bieu binése dë ç' mariâje-là !
Car j'aime aussi la sœur de la voisine.
          Pasquë j' inme ètou l' seûr dë l' visène.
Je pense même que nous-nous aimons bien tous les deux !
          Eùj' pèsse min.me quë nos s' inmont bieu tous lès deûs.
Il faut nous comprendre : tout le monde a été jeune avant nous !
          I fôt nos comprène : tous lès jés ont éteu jon.nes avant nous-ôtes !
Ce n'est pas pour un petit baiser de temps en temps que nous ne nous
comportons pas bien Y
          C'eùt gneu pou n' pëtite bése quèt'fwas qu' nos n' së t'nons gneu come
          i fôt Y

nouveau vocabulaire

baiser          bése                        pense          pésse
café            cafeu                       peut-être      pit'ète
car             pasquë                      semblent       ont l’ ér dê
jeune           jon.ne                      sourient       font dès rîsètes
lait            lét                         sucre          chuke
marier          marieu                      temps          tans
nous rappeler   nos s' rap'leu              en vouloir     t’ni rigueûr
                                            vu             vu

rengaine servant à taquiner une épouse …

                Quand j’ ètwa jon.ne ome,
                J’ avwa n’ bèle marone.
                Mënant quë j’ sû marieu,
                J’ sû tout dèloqu’teu.

                                      566
                                                            (quatorze) 14
                         Leçon n 8 - le verbe « avoir »
                et les pronoms personnels en objets directs
                                       ***
j=ai             j' é             j=aurai         j' âré
tu as            vos aveuz        tu auras                 vos âreuz
il (elle) a      il (èle) a       il aura         il âra
nous avons       nos avons        nous aurons     nos ârons
vous avez        vos aveuz        vous aurez      vos âreuz
ils ont          i-z-ont          ils auront      i-z-âront

j'avais          j' avwa            j=eus            j' é ô.u
tu avais         vos avîz           tu eus           vos aveuz ô.u
il avait         il avwat           il eut           il a ô.u
nous avions      nos avin'          nous eûmes       nos avons ô.u
vous aviez       vos avîz           vous eûtes       vos aveuz ô.u
ils avaient      i-z-avintë         ils eurent       i-z-ont ô.u

que j=aie        qu= j' aviche      que j’eusse      qu’ j’ unche
que tu aies      qu' vos aviche     que tu eusses    qu’ vos unche
qu'il ait        qu' il aviche      qu’ il eùt       qu’ il unche
que ns ayons     qu' nos aviche     q. ns eussions   qu’ nos unche
que vs ayez      qu' vos aviche     q. vs eussiez    qu’ vos unche
qu'ils aient     qu' i-z-avich'të   qu’ils eussent   qu’ i-z-unch’të

j=aurais         j' ârwa            ayant            avant
tu aurais        vos ârîz           eu               ô.u
il aurait        il ârwat
nous aurions     nos ârin'
vous auriez      vos ârîz
ils auraient     i-z-ârin'të

rappel
         ( moi, toi, le, la, nous, vous, les )
                  regarde-moi        raviséz-m’
                  regarde-toi        raviseuz-vous
                  regarde-le (la) raviseuz-lë
                  regarde-nous raviseuz-nous
                  regardez vous raviseuz-vous
                  regarde les        raviseuz-lès

proverbes :
       - I n’ fôt gneu r’mète ô léd’min chô qu’ vos poveuz fé ôjordwî.
       ( il ne faut pas remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même )
       - Tcheu qui abèye n’ a gneu d’ dés.
       ( chien qui aboie ne mord pas - n’a pas de dents )
                                       567
15 (quinze)

              exercices sur « avoir » et les pronoms personnels

Soeur, nous avons eu, nous avons et nous aurons la chance, toi et moi, d=avoir
une belle famille. Tout le monde n=a pas ce bonheur-là.
          Seûr, nos avons ô.u, nos avons èt nos ârons l= chance, vous èt mi, d=
          avwâr ène bèle famîe. Tous lès jés n= ont gneu ç= boneûr-là !
Regarde-le, notre père : il a toute sa force. Notre mère, vois-la, toujours au
travail.
          Ravisèz-lë, no pa : il a toute eùs= forche. No man, vèyèz-l=, toudis ô
          travay.
Admirons-les toujours.
          An.mirons-lès toudis.
On peut dire que ces parents-là sont courageux ! Toujours occupés du matin au
soir. Ils nous aiment !
          On peut dîre quë cès paréts-là sont vo.yants ! Toudis é trin du matin ô
          nwît. I nos in.m=të !
Ah, vous, nos parents, nous vous aimons bien aussi !
          Ah, vous, nos paréts, nos vos in.mons bieu étou !
Si nous n=avions pas de pareils parents, nous serions bien différents de ce que
nous sommes.
          Si nos n= ârin= gneu dès paréts come cha, nos sârin= bieu ôtrëmét
          quë ç= quë nos somes.
Et toujours, nous aurons les mêmes raisons de les aimer. Qu’ils aient quelque
caractère que ce soit !
          Èt toudis, nos ârons lès min.mes résons d= lès in.meu. Qu= i-z-unch=të
          n= importë qué caractére.

nouveau vocabulaire
      admirer            an.mireu                   travail travay
      bonheur            boneûr                     raison réson
      caractère          caractére
      courageux          vo.yant
      être différent     ète ôtrëmét
      être occupé        ète é trin
      être pareil        ète eùl min.me
      force              forche
      notre              no
      matin              matin
      nuit               nwît=

expression locale :

        ( d’un mal de tête on disait : )
        - C’ t’ in mô d’ sègneûr, i n’ mont’ra gneu pus ôt !

                                      568
                                                                        (sèze) 16
                        Leçon n 9 - le verbe « aller »
                   les pronoms personnels objets directs
                                     ***
Remarques :

1- le verbe aller sert souvent à mettre les autres verbes au futur. En fait, c=est
comme en français, où l=on peut dire « je viendrai » ou « je vais venir », on peut
dire, en picard : « ëj= véré » ou « ëj= va v=ni ».
2- attention : au futur, ne pas confondre avec le verbe « dire » (dîre) où le
radical est « dî » : nos dîrons → nous dirons, mais : nos dirons → nous irons

je vais           ëj= va          j=irai            ëj= diré
tu vas            vos daleuz      tu iras           vos direuz
il va             i va            il ira            i dira
nous allons       nos dalons      nous irons        nos dirons
vous allez        vos daleuz      vous irez         vos direuz
ils vont          i vont          ils iront         i diront

j=allais          ëj= dalwa       j=allai           j= é daleu
tu allais         vos dalîz       tu allas          vos aveuz daleu
il allait         i dalwat        il alla           il a daleu
nous allions      nos dalin=      nous allâmes      nos avons daleu
vous alliez       vos dalîz       vous allâtes      vos aveuz daleu
ils allaient      i dalin=të      ils allèrent      i-z-ont daleu

que j=aille       quë j= daliche j=irais            ëj= dirwa
que tu ailles     qu= vos daliche tu irais          vos dirîz
qu=il aille       qu= i daliche   il irait          i dirwat
que ns allions    qu= nos daliche nous irions       nos dirin=
que vous alliez   qu= vos daliche vous iriez        vos dirîz
qu=ils aillent    qu= i dalich=të ils iraient       i dirin=të

va                al=zéz          allant            dalant
allons            dalon=
allez             al=zéz

pronoms personnels en objets directs ( rappel )

         Je : - moi, me, m=       - më, m' : - ravisèz-më !, i m' a ô.u !
         Tu : - toi, te, t=       - vous, vos : - raviseuz vous !, i vos ravîse
         Il : - le, l=            - lë, l' : - ravisèz-lë !, vos l= raviseuz
         Elle : - la, l=          - lë ,l' : - ravisèz-lë !, vos l= raviseuz
         Nous : - nous            - nous, nos : raviseuz-nous !, i nos ravîse
         vous : - vous            - vous, vos : raviseuz-vous !, i vos ravîse
                                       569
         les : - lès                - lès : regarde-les ! - raviseuz-lès !
17 (dîs=-sèt)
    exercices sur Aaller@ et les pronoms personnels en objets directs
                                         ***
Oh, ma soeur, aimons-nous toujours comme maintenant et comme nos parents
nous aiment.
         Ôh, eùm= seûr, in.mon=-nous toudis come mënant èt come nos paréts
         nos in.m=të.
Nous allons le faire, mon frère ! Et cela sera une bonne chose pour le père et la
mère.
         Nos dalons l= fé, m= frére ! Èt cha sâra ène bone afére pou l= pa èt l=
         man.
Et si nous allions voir les grands-parents pour leur dire combien nous les
aimons aussi pour toujours ?
         Èt si nos dalin= vîr lès tayons pou leû dîre combieu ç= quë nos lès
         in.mons étou pou toudis ?
Quand nous irons les voir, nous dirons aussi un petit bonjour à notre tante et à
notre oncle.
         Quand nos dirons lès vîr, nos dîrons ètou in m=ptit bonjoû à no matante
         èt à no mononke.
Je suis certain qu=ils seraient heureux de te voir et de me revoir par la même
occasion.
         Ëj= sû seûr qu= i sârin=të binéses dë vos vîr èt d’ m= èrvîr du min.me
         cóp.
Ils nous voient avec plaisir, chaque fois que nous pouvons aller là bas.
         I nos vwat=të volétcheu, à chaque cóp qu= nos povons daleu lô-vô.
S=il en est ainsi, mettons nos beaux habits et allons...
         Si c=eùt come cha, mèton= nos bèlès loques èt dalon=...
Habille-toi ! Regarde-moi pour voir si je suis bien fagoté.
         Abieuz-vous ! Ravisèz-më pou vîr si j= sû bieu ouz=leu.
Ça ira-t-il ? Alors, allons, en route !
         Cha dira-t-i ? Adon, dalon=, é route !

nouveau vocabulaire

        cela                                cha
        être certain                        ète seûr
        combien                             combieu
        dirons (dire)                       dîrons (dîre)
        fagoté                              ouz=leu
        fois                                cóp
        les beaux habits                    lès bèlès loques
        là bas                              lô-vô
        maintenant                          mënant
        par la même occasion                du min.me cóp
        voir avec plaisir                   vîr volétcheu
                                      570
en route                  é route
s=il en est ainsi         si ceùt come cha




                    571
                                                           (dîs’-wit’) 18
     Leçon n 10 - les pronoms personnels comme objets indirects et
                                réfléchis
                                   ***

Je : me, m=, moi             - më, m', mi             - i fôt më l' douneu
                                                      - i m' a douneu
                                                      - ç' t' à mi
Tu : te, t=, toi             - vos, vous              - i fôt vos l= douneu
                                                      - i vos a douneu
                                                      - ç= t= à vous
Il : lui                     - li                     - i fôt li douneu
                                                      - i li a douneu
                                                      - ç= t= à li
Elle : lui                   - li ( parfois : èle )   - i fôt li douneu
                                                      - i li à douneu
                                                      - ç= t= a èle
nous : nous                  - nos, nous              - i fôt nos l= douneu
                                                      - i nos a douneu
                                                      - ç= t= à nous
vous : vous                  - vos, vous              - i fôt vos l= douneu
                                                      - i vos l= a douneu
                                                      - ç= t= à vous
ils : leur, eux              - leû (lun)              - i fôt leû (lun) douneu
                             - eùs=                   - i leû-z (lun-z-) a douneu
                                                      - ç= t= à eûs=
elles : leur, elles          - leû (lun)              - i fôt leû (lun) douneu
                             - eùs=, èles             - i leû-z (lun-z-) a douneu
                                                      - ç= t= à eûs= (èles)

                   les pronoms personnels en fonction réfléchie
                                      ***

Je :                me, m'             - më, m=       - jë m' rapèle
Tu :                te, t'             - vos          - vos s' rap'leuz
Il :                se, s=             - s'           - i s' rapèle
Elle :              se, s=             - së           - èle së rapèle
nous :              nous               - s'           - nos s' rap'lons
vous :              vous               - s'           - vos s' rap'leuz
ils :               se                 - s'           - i s' rapèl'të
elles :             se                 - s'           - èles s' rapèl'të

expression locale :

           - Tweu deûs mouches d’in cóp d’ chabót
                                            572
( profiter d’une occasion pour faire deux choses à la fois )




                     573
19 (dîs-neùf)
                 Leçon n 11 - les verbes - notions générales
                                      ***
         Pour l=apprentissage de leurs conjugaisons, nous classerons toujours
les verbes en considérant leur infinitif et en y distinguant leur terminaison et
leur radical.
* En ce qui concerne les terminaisons, un grand groupe domine : la
terminaison en -eu, qui correspond généralement à la terminaison française -
er. (exemples : minjeu pour manger, souneu pour sonner.)
Les autres verbes se partagent les terminaisons suivantes :
         - en -i, comme dans bati pour bâtir
         - en -e, comme dans abate pour abattre
         - en -wâr comme dans èrcëvwâr pour recevoir
         - et quelques autres beaucoup plus rares dont les tableaux de
         conjugaison seront étudiés séparément.
* De manière très générale, le radical est tout simplement l=infinitif amputé
de la terminaison. Exemples : minj-eu, bat-i, aba-te, èrcëv-wâr.

* Le picard n=emploie pas la deuxième personne du singulier. En d=autres
termes, le tutoiement est absent. Il n=emploie pas non plus le passé simple,
utilisant à sa place le passé composé.

* En pratique, le picard n=emploie que les temps suivants :
        - le présent                - le futur
        - l=imparfait               - le passé composé
        - le subjonctif présent - le conditionnel présent
        - l=impératif               - le participe présent
        - le futur antérieur        - le plus-que-parfait
        - le conditionnel passé - l=infinitif passé
        - le subjonctif imparfait ( rarement utilisé )
        - le subjonctif plus-que-parfait ( rarement utilisé )
        - le participe passé (fourni par le passé composé)

* Les formes interrogatives feront l=objet d=une leçon particulière.
* Remarques générales à propos de l=apprentissage des verbes :
         - la présentation des différentes personnes se fera dans l=ordre
suivant:
                      ère
                 1 = 1 personne du singulier
                      ème
                 2=2      personne du singulier
                      ème
                 3=3      personne du singulier
                      ère
                 4 = 1 personne du pluriel
                      ème
                 5=2      personne du pluriel (rappel : identique au 2)
                      ème
                 6=3      personne du pluriel

expression locale :
       - I n’ a gneu si léd pót’ qui n’ troûve eùs’ couvêrte
                                      578
                 ( tout le monde, si laid soit-il, peut trouver à se marier )
                                                                         (vint' ) 20
      Leçon n 12 - le présent et le futur des verbes en -eu et en -i
                                       ***
* Les verbes en -eu (verbes français en -er. ex.: chanter = cant-eu)
Les personnes du présent et du futur sont formées en ajoutant au radical les
terminaisons suivantes :
                 présent                                      futur
        1 : -e             ëj= cant-e                 -ré     ëj= cant-ré
        2 : -euz           vos cant-euz               -reuz vos cant-reuz
        3 : -e             i cant-e                   -ra     i cant-ra
        4 : -ons           nos cant-ons               -rons nos cant-rons
        5 : -euz           vos cant-euz               -reuz vos cant-reuz
        6 : -=t= (avt v.) i cant-=t= (avèc…)          -ront i cant-ront
            -=të (avt c.) i cant-=të (chi…)

         Les verbes suivants sont des exceptions plus ou moins importantes : !
                 - carieu        - dont le radical varie entre cari et carî
                 - chufleu       - dont le radical varie entre chufl et chufèl
                 - daleu         - dont le radical est hors normes
                 - èrsèreu       - pour les verbes en -èreu
                 - lèyeu         - dont le radical varie entre lèy et lé
                 - scweu         - dont le radical varie entre scw et èskeûs

* Les verbes en -i (verbes français en -ir. ex.: bâtir = bat-i)
        La classe des verbes en -i est beaucoup moins homogène. On peut
        cependant retenir d=ajouter au radical les terminaisons suivantes :
                  présent                                    futur
        1 : -i             ëj= bat-i               -iré      ëj= bat-iré
        2 : -icheuz        vos bat-icheuz          -ireuz vos bat-ireuz
        3 : -it            i bat-it                -ira      i bat-ira
        4 : -ichons        nos bat-ichons          -irons nos bat-irons
        5 : -icheuz        vos bat-icheuz          -ireuz vos bat-ireuz
        6 : -it=t= (avt v.)i bat-it=t= (avèc…)     -iront i bat-iront
            -t=të (avt c.) i bat-it=të (chi…)

Les verbes suivants forment les exceptions du groupe :
                 - bouli - couri - dormi - kè.i - minti - mori - ouvri - têni (t=ni) -
                 séti - sèrvi - sorti - souv=ni - vëni (v=ni),
        mais il est impossible de détailler ici toutes les variantes.!

( ! voir au chapitre A les tableaux de conjugaisons A )

expressions locales :
       ( à propos d’un individu de caractère difficile … )
       - C’eùt come in baton d’ bré, on sét gneu pa.u ç’ qu’ i fôt l’ prène !
                                     579
          - I n’ a gneu raviseu s’ boudène é s’ èl’vant
21 (vint’ èt yun)
                     exercices - présent des verbes -eu et -i
                                        ***
( N.B. : rappel - le pronom « je » peut se traduire « ëj' » ou « j' »
          - cacher la partie droite de la page et composer la traduction en
          ajoutant : le prénom + le radical + la terminaison.

je mange           minjeu        j'       minj      e            j' minje
nous donnons       douneu        nos      doun      ons          nos dounons
vous mimez         imiteu        vos      imit      euz          vos imiteuz
ils garnissent     garni         i        garn      it' (it'të) i garni’t' (i’të)
elles jaunissent   gôni          èles     gôn       it't (it'të) èles gôni’t'(’të)
tu pèses           pèseu         vos      pès       euz          vos pèseuz
elles pensent      pésseu        èles     pèss      t' (të) èles péss’t' (‘të)
il cherche         cacheu        i        cach      e            i cache
nous fixons        afikeu        nos      afik      ons          nos afikons
elle cafarde       racuseu       èle      racus     e            èle racuse
ils attisent       activeu       i        activ     t' (të) i-z-actîv't’ (të)
tu attristes       chagrineu     vos      chagrin   euz          vos chagrineuz
vous attirez       ratireu       vos      ratir     euz          vos ratireuz
vs attendrissez    ratéri        vos      ratér     icheuz vos ratéricheuz
il apeure          épeuteu       il       èpeût     e            il épeûte
vous apeurez          Id.        vos      èpeût     euz          vos épeûteuz
ils apparient      apérieu       i        apéri     ‘t'('të) i-z-apéri’t'(’të)
nous montrons      moutreu       nos      moutr     ons          nos moutrons
tu remplis            Id         vos      répl      icheuz vos réplicheuz
vs remplissez         Id         vos      répl      icheuz vos réplicheuz
ils remplissent      Id.         i        répl      ’t' ('të) i répli't' (’të)
nous pâlissons     pâli          nos      pâl       ichons nos pâlichons
ils espèrent       èspèreu       i        èspèr     ‘t' (‘të) i-z-èspèr’t'(‘të)
tu pleures         tchoûleu      vos      tchoûl    euz          vos tchoûleuz
vous pleurez         Id.         vos      tchoûl    euz          vos tchoûleuz
ils plissent       plicheu       i        plich     ‘t' (‘të) i plich’t' (‘të)
vous saisissez     sési          vos      sés       icheuz vos sésicheuz
ils saisissent       Id.         i        sés       i’t' (it'të) i sési’t' (’të)
ils pissent        picheu        i        pich      ‘t' (‘të) i pich’t' (‘të)
je trompe          abuseu        j'       abûs      e            j' abûse
vous loupez        rateu         vos      rat       euz          voz rateuz

rappel : la terminaison de la 6 est - en t' ou it' devant une voyelle
                                     - en të ou it'të devant une consonne

expression locale : ( … assez « machiste » … mais dit par taquinerie. )

       - Ène feùme sans cóp, c ‘eùt come ène pëtote sans sé …
(une femme qui n’a pas été battue, c’est comme une pomme de terre non
                                   580
salée)
                                                              (vint'-deûs) 22
                 exercices - futur des verbes -eu et -i
                                  ***
je mangerai     minjeu        j'      minj    ré      j' minjré
nous donnerons douneu         nos     doun rons       nos dounrons
vous mimerez    imiteu        vos     imit    reuz    vos imitreuz
ils garniront   garni         i       garn    iront   i garniront
elles jauniront gôni          èles    gôn     iront   èles gôniront
tu pèseras      pèseu         vos     pès     reuz    vos pèsreuz
elles penseront pésseu        èles    pèss    ront    èles péssront
il cherchera    cacheu        i       cach ra         i cachra
nous fixerons   afikeu        nos     afik    rons    nos afikrons
elle cafardera  racuseu       èle     racus ra        èle racusra
ils attiseront  activeu       i       activ   ront    i-z-actîvront
tu attristeras  chagrineu     vos     chagrin reuz    vos chagrin’reuz
vous attirerez  ratireu       vos     ratir   reuz    vos ratir’reuz
vs attendrirez  ratéri        vos     ratér   ireuz vos ratérireuz
il apeurera     épeuteu       il      èpeût ra        il épeûtra
vous apeurerez Id.            vos     èpeût reuz      vos épeûtreuz
ils apparieront apérieu       i       apér    iront   i-z-apériront
nous montrerons moutreu       nos     moutr rons      nos moutrrons
tu rempliras    répli         vos     répl    ireuz vos réplireuz
vs remplirez    répli         vos     répl    ireuz vos réplireuz
ils rempliront  Id.           i       répl    iront   i répliront
nous pâlirons   pâli          nos     pâl     irons nos pâlirons
ils espèreront  èspèreu       i       èspèr ront      i-z-èspèr’ront
tu pleureras    tchoûleu      vos     tchoûl reuz     vos tchoûlreuz
vous pleurerez  Id.           vos     tchoûl reuz     vos tchoûlreuz
ils plisseront  plicheu       i       plich   ront    i plichront
vous saisirez   sési          vos     sés     ireuz vos sésireuz
ils saisiront   Id.           i       sés     iront   i sésiront
ils pisseront   picheu        i       pich    ront    i pichront
je tromperai    abuseu        j'      abûs ré         j' abûsré
vous louperez   rateu         vos     rat     reuz    voz ratreuz

chanson pour le tirage au sort

         ( consolation pour la mère d’un garçon qui était « tombé ». )
         Ën’ brèyeuz gneu, ma seûr …
         Eùç’ t’ in biô m’ ptit chasseûr … ( un « chasseur ardennais » )
         Si n’ étwat gneu tombeu,
         L’ ètwat mënant marieu … (sous-entendu : « marié, … ce serait pire ! »)

Note : à partir de la leçon suivante, il n’y aura plus de liste pour le
nouveau vocabulaire. Les correspondants, dont la nature pourrait ne pas
apparaître clairement de par le contexte, seront simplement soulignés.
                                   581
23 (vint’-trwas)
                       Leçon n 13 - les formules de politesse
                                              ***
* Bonjour monsieur. Comment allez-vous ?
           - Bonjou mossieur. Këmét daléz ? (1)
* Bonjour, madame. Cela ne va pas mal. Merci. Et vous même ?
           - Bonjou, madame. Cha n= va gneu mô. Mèrci. Èt vous min.me ?
* Moi ? Tant bien que mal, mais enfin, on fait avec ce qu'on a !
           - Mi ? Come chi come cha, mès pou fini, on fét aveu chô qu= on-n-a !
* Oui, il faut bien s= y faire ... Les années passent trop vite. Cela, tout le monde
(2) l=a toujours pensé depuis que le monde est monde.
           - Win, i fôt bieu s= i fé ... Lès anées pass=të trop râde. Cha, tous lès jés
           l= ont toudis pésseu d=pwîs quë l= monde eùt monde.
*Je vous souhaite un bon avant-midi.
           - J= vos sou.ète in bon= avant-din.neu.
* Merci beaucoup. Et vous de même.
           - Mèrci bran.mét. Èt vous ètou.
* Entrez, asseyez-vous.
           * Rétreuz, sîseuz-vous.
* Je ne sais pas si je peux; j'ai peu de temps.
           * Jë n' sé gneu si j' peu; j' n'é gneu bran.mét d' tans.
* On dit cela. Vous n'êtes cependant pas si pressé que cela !
           * On dit cha. Vos n' aveuz pourtant pus d' éfant à l' tète ! (3)
* Bon. Je ne resterai pas trop longtemps, car mon fils va m=attendre.
           * Bon. Jë n= dëmor=ré gneu trop lon.mét, pasquë m= garchon va atène
           apreus mi.
* Quel âge a-t-il, votre fils ? dix ans ?
           * Quél âje qu= il a, vo garchon ? Dîs ans ?
* Non, pensez-vous ! Il n=est déjà plus si jeune : il en a douze, mais …
           * Non, pésséz ! I n= eùt pus si jon.ne quë cha (4) : i d= a doûze, mès …
* Pardon ... Qu= y a-t-il ? serait-il malade ?
            * Pardon ... Quô ç' qu' i-y-a ? Sârwat-ti malâde ?
* Non, mais il reste fort petit pour son âge et ma femme se fait du souci pour ça.
           - Non, mès i d'meûre fôrt pëtit pou s' n' âje èt m' feùme carmasse pou
           cha.
* Pourtant, cela n=est pas grand chose. A cet âge-là, on peut encore grandir,
n=est ce pas ...
           * Pourtant, cha n' eùt rieu grand-côse. A ç' n' âje-là, on peut co grandi,
           ènon ...
* Oui, bien sûr. Le problème, c=est que sa soeur est plus grande que lui et cela
ne lui plaît pas !
           * Win, bieu seûr. Eùl jeû, c'eùt quë s' seûr eùt pus grande quë li èt
           cha n' li va gneu !

remarques : (1) - voir la forme interrogative (2) - noter les deux sens du mot
                                         582
« monde » (3) - il s'agit d'une expression locale imagée (4) - le picard ajoute
« que ça »
                                                                      (vint’-quat’) 24
                          les formules de politesse (suite)
                                            ***
* Ah, cela c=en est une ... Je sais ce que c=est, car c=est arrivé à mon fils, et
lui aussi, il s=est fait beaucoup de soucis pour cela.
          * Ah, cha ç' é dë ène ... Ëj' sé chô qu' c'eùt, pasquë cha a ariveu à m'
          garchon, èt li étou, i s' a fét bran.mét d' mouron pou cha.
* Les enfants, quand même ! Qu=est-ce qu' ils ont parfois dans la tête !
          * Lès éfants, quand-min.me ! Quô ç' qu' i-z-ont tèqu'fwas dés leû
          tchète!
* Prenez une tasse de café : cela vous remontera le moral. Pardon, je ne
pensais pas que cela vous contrariait tellement.
          * Pèrdeuz n' jate dë cafeu : cha vos r'montra l' moral. Pardon, jë n'
          pésswa gneu qu' cha vos turlupinwat tèl'mét.
* Mille merci de votre bonté.
          * Mèrci co pus d' mile cóps pou vo bonteu.
* De rien, il n=y a pas de quoi.
          * C'eùt rieu, i n' a gneu d' quô.
* Seulement (1) un peu de café, s=il vous plaît. Rien qu=une larme. Voilà, il y en
a assez.
          * Foc' ène mîlète dë cafeu, s' i vous plét. Foc' in fileut. V'là, i d' a
          asseuz
* C=est du bon café, savez-vous. Je l=ai préparé ce matin.
          * C'eùt du bon cafeu, séz. Ëj' l' é fét ô matin.
* En effet, il est excellent. Et les biscuits aussi !
          * Dë fèt', il eùt-t-èstra. Èt lès bobons sècs ètou !
* C=est ma grand-mère qui m=a appris à le faire et elle faisait toujours du café
très fort.
          * C'eùt m' grand-mé qui m' a apris à l' fé èt èle fèswat toudis dou cafeu
          à coûpeu ô coutchô.
* Cela m=a fait du bien de parler un peu avec vous. Maintenant, je dois partir en
vous remerciant mille fois.
          * Cha m' a fét dou bieu dë d'viseu ène mîlète aveu vous. Mënant, j' dwa
          daleu é vos armèrciant co pus d' mile cóps.
* Encore une fois, cela n=est rien. Bon après-midi. Et à quand vous voudrez.
Dites bonjour à votre femme de ma part.
          * Co in cóp, cha n' eùt rieu. Bon’ apreus-din.neu. Èt à quand vos
          voûreuz. Dites bonjou à vo feùme dë m' pârt.
* Je n=y manquerai pas. Au revoir !
          * J' n' i manqu'ré gneu. À r'vwâr !
* Au revoir, bon après-midi aussi, bonne soirée et bonne nuit.
          * À r'vwâr, bon apreus-din.neu ètou, bone swarée èt bone nwît'.

(1) - Foc' signifie donc « seulement » et « rien que »

                                        583
 expression locale
            - C’eùt co dès lès vièlès marmites qu’ on fét l’ mèyeûre soupe.
                      ( Les vieilles choses conservent leurs vertus )
 25 (vint’-chinq’)
               Leçon n 14 - le présent et le futur des autres verbes
                                             ***
 * Rappel : de manière très générale, le radical est tout simplement l=infinitif
 amputé de la terminaison en deux lettres
            présent                                      futur
 verbes en -de (rapan-de)
    1 : -(rien)       ëj= rapan                  -dré            ëj= rapan-dré
    2 : -deuz         vos rapan-deuz             -dreuz          vos rapan-dreuz
    3 : -t            i rapan-t                  -dra            i rapan-dra
    4 : -dons         nos rapan-dons             -drons          nos rapan-drons
    5 : -deuz         vos rapan-deuz             -dreuz          vos rapan-dreuz
    6 : -d=t=, -d=të           i rapan-d=t= (d’të)       -dront            i     rapan-
                                                                 dront
            exceptions (et d=ailleurs pour tous les temps) : keûde !
 verbes en -ne (rè-ne)
    1 : rè → ré ëj= ré                           -dré            ëj= rè-dré
    2 : -deuz         vos rè-deuz                -dreuz          vos rè-dreuz
    3 : -t ( -ré)     i ré-t                     -dra            i rè-dra
    4 : -dons         nos rè-dons                -drons          nos rè-drons
    5 : -deuz         vos rè-deuz                -dreuz          vos rè-dreuz
    6 : -d=t=, -d=të i ré-d=t= (d=të)                    -dront            i rè-dront
            exceptions (et d=ailleurs pour tous les temps) : prène !
 verbes en -re (dî-re)
   1 : -(rien - î  i) ëj= di                   -ré             ëj= dî-ré
   2 : -seuz         vos di-seuz (dites)        -reuz           vos dî-reuz
   3 : -t            i di-t                     -ra             i dî-ra
   4 : -sons         nos di-sons                -rons           nos dî-rons
   5 : -seuz         vos di-seuz (dites)        -reuz           vos dî-reuz
   6 : -t= ou -të i di-t= (‘të)                 -ront           i dî-ront
           exceptions (et d=ailleurs pour tous les temps) : trére - moûre !
verbes en -te (ba-te)
   1 : -(rien)       ëj= ba                     -tré            ëj= ba-tré
   2 : -teuz         vos ba-teuz                -treuz          vos ba-treuz
   3 : -t            i ba-t                     -tra            i ba-tra
   4 : -tons         nos ba-tons                -trons          nos ba-trons
   5 : -teuz         vos ba-teuz                -treuz          vos ba-treuz
   6 : -t= ou -t=të           i ba-t= (t=të)            -tront            i ba-tront
           exceptions (et d=ailleurs pour tous les temps) : coun=wate - mète !
 Les verbes suivants sont des exceptions plus ou moins importantes et
 d=ailleurs pour tous les temps : !
            - les verbes en -wâr (dëvwâr - folwâr - onzwâr - pluvwâr - povwâr
                                         584
          - ravwâr - rcëvwâr - volwâr
          et divers : ! - assîr - rafinîr - vîr - ouvêr - skeûr - fé



                                                                     (vint'-sîs’) 26
              exercices - le présent et le futur des autres verbes
                                      ***
( Ne consulter que les deux colonnes de gauche ; la première fournit le matériel
à traduire ; la deuxième donne le verbe à l’infinitif en picard. Trouver le résultat
en traduisant le pronom + le radical + la terminaison. )

j'éteins          ètinde            j'      ètin    C                        j' ètin
ils descendront   dèkène            i       dèkè dront                       i dèkèdront
ils disent        dîre              i       di      t't' (t'të)              i dit'të (t‘t’)
nous abattrons    abate             nos     aba     trons                nos abatrons
tu réduiras       rèdwîre           vos     rèdwî reuz                   vos rèdwîreuz
je joins          jwinde            ëj'     jwin    C                        ëj' jwin
vous pendez       pène              vos     pè      deuz                     vos pèdeuz
ns déduisons      dèdwîre           nos     dèdwî sons                 nos dèdwîsons
vous dites        dîre              vos     di      tes (1)                  vos dites
ns éteindrons     ètinde            nos     ètin    drons                nos ètindrons
ils joindront     jwinde            i       jwin    dront                    i jwindront
elle maudit       môdîre            èle     mô      dit                      èle môdit
ils dépendent     dèpène            i       dèpé(2) d't' (d'të)              i dèpéd'të
ils débattront    dèbate            i       dèba tront                       i dèbatront
tu diras          dîre              vos     dî      reuz                     vos dîreuz
elle diminuera    èrfrinde          èle     èrfrin dra                      èle èrfrindra
nous mettons      mète              nos     mè      tons                     nos mètons
il abattra        abate             il      aba     tra                      il abatra
tu dépends        dèpène            vos     dèpè deuz                   vos dèpèdeuz
ils combattront   combate           i       comba tront                    i combatront
elles réduisent   rèdwîre           èles    rèdwî st' (s’të)             èles rèdwîs'të
vous abattez      abate             vos     aba     teuz                    vos abateuz
Il déduit         dèdwîre           i       dèdwi t                          i dèdwit
tu débats         dèbate            vos     dèba teuz                     vos dèbateuz
il déduira        dèdwîre           i       dèdwî ra                         i dèdwîra
ils mettront      mète              i       mè      tront                    i mètront
je mettrai        mète              ëj'     mè      tré                      ëj' mètré
vous déduisez     dèdwîre           vos     dèdwî seuz                  vos dèdwîseuz
vs combattez      combate           vos     comba teuz                 vos combateuz
ns combattons     combate           nos     comba tons                 nos combatons
elle combattra    combate           èle     comba tra                     èle combatra
ils combattent    combate           i       comba t'të                       i combat'të
ns débattons      dèbate            nos     dèba tons                    nos dèbatons
vous débattrez    dèbate            vos     dèba treuz                  vos dèbatreuz
je mets           mète              ëj'     meu (2) C                        ëj' meu
                                        585
vous mettrez      mète            vos         mè    treuz           vos mètreuz

(1) exception : diseuz est rare
(2) modification du radical

27 (vint'-sèt')
                 Leçon n 15 - les adjectifs qualificatifs
                                     ***
Les marques du féminin.
      Elles sont quasiment les mêmes qu=en français :
      - les adjectifs masculins en e demeurent identiques au féminin :
               - faible - faible          - fêbe - fêbe
      - le redoublement de la consonne finale avec addition du Ae@ que l=on
      constate en français n=apparaît pas en Feller, et on ne le fait donc pas
      apparaître dans le texte, sauf pour les terminaisons en voyelle + s :
               - naturel - naturelle      - naturèl - naturèle
               - bon - bonne              - bon - bone
               - gras - grasse            - crâs - crasse
      - certains féminins modifient aussi la consonne finale:
               - naïf - naïve             - bu - bûe, buteu - butée
               - malin - maligne          - malin - malène
      - une consonne peut être ajoutée :
               - sur - sure               - sûr - surte
      - les adjectifs en -eûs suivent la règle du français :
               - heureux - heureuse       - eûreûs - eûreûse

Les marques du pluriel.
      Elles sont aussi quasiment les mêmes qu=en français :
      - comme en français, les masculins terminés en -s ou -x ne varient pas
                - gras - gras            - crâs - crâs
                - heureux - heureux      - eûreûs - eûreûs
      - comme en français, la règle générale est l=addition d=un s au
      singulier.
                - droite - droites       - drwate - drwates
                - faible - faibles       - fêbe - fêbes
      - si les adjectifs français en -eau se terminent en -eaux au pluriel, les
      picards correspondants en -ô recoivent un -ôs :
                - beau - beaux           - biô - biôs
      - par contre, où le français transforme le -al en -aux, le picard le fait en
       -als :
                - spécial - spéciaux     - èspécial - èspéciâls

Les comparatifs synthétiques :
                 - meilleur - mèyeûr ; moindre - pus m=p=tit ; pire - pîre
       - pour le reste, on emploie les adverbes :
         - l=infériorité - mwins biô - mwins grand - mwins bon - mwins monvés

                                        586
             - l=égalité se traduit par Aaussi@ - ôssi biô (grand - bon - monvés )
             - la supériorité - pus biô (grand - monvés)
             - très - fôrt biô (grand - bon - monvés)
             - le superlatif - eùl pus biô (grand - mèyeûr - pîre)
                             - eùl mwins biô (grand - bon - monvés)
                                                                       (vint'-wit’) 28
                              exercices - les qualificatifs
                                          ***
Mon frère est grand, assez beau, aimable et rigolo.
          Eùm' frére eùt grand, asseuz biô, émâbe èt rigoló.
Ma soeur, elle, est presque aussi grande, plus belle, aimable également et
moins rigolote.
          Eùm' seûr, li, èle (1) eùt prèsqu' ôssi grande, pus bèle, émâbe ètou èt
          mwins rigolote.
Mon cousin est plus petit, moins beau, pas très aimable et pas rigolo pour un
sou. Il est souvent naïf, mais jamais mauvais.
          Eùm' cousin eùt pus m'ptit, mwins biô, gneu fôrt émâbe èt gneu rigoló
          du tout. Il eùt tamints cóps naïf, mès jamés monvés.
Ma cousine est assez petite aussi, très belle, aimable et n'est jamais naïve. Elle
n'est jamais mauvaise non plus.
          Eùm’ cousine eùt asseuz m'p'tite ètou, fôrt bèle, émâbe èt èle (2) n'eùt
          jamés naïve. Èle n'eùt jamés monvése non pus.
Ils sont tous bons, mais les filles sont bien les meilleures.
          I sont tèrtoutes bons, mès lès fîes sont bieu lès mèyeûres.
On ne peut pas dire, cependant, que les garçons sont beaucoup pires.
          On n' peut gneu dîre, pour ôtant, qu' lès garchons sont bran.mét pîres.
En tous cas, ma mère est parfois pensive quand elle songe au genre de vie de
ses enfants.
          Dés tous lès cas, eùm' man eùt tamints cóps sonjeûse quand èle
          beûsîe à l' maniêre dë vîve dë sès éfants.
Evidemment, elle aime tous ses enfants, mais elle pense que si les filles sont
plus douces, les garçons sont meilleurs que beaucoup d'autres.
          Cèrtèn'mét, èle in.me tous sès éfants, mès èle pésse quë si lès fîes
          sont pus douches, lès garchons sont mèyeûrs quë bran.mét d' z-ôtes.
Ce serait pire si les garçons étaient des poules mouillées.
          Cha sârwat pus pîre si lès garchons ètin'të dès pouyes nouyées.
Et bien pire encore si les filles étaient de petites sottes qui n'auraient de plaisir
que de courir les garçons et de revenir, fautives, dans la nuit noire.
          Èt co bieu pus pîre si lès fîes ètin'të dès m’p’tites sotes qui n' ârin'të d'
          plési quë d' couri lès garchons èt d' èrvëni, fôtîves, dés l' nwît’ nwâre.
Ainsi, nous avons une famille normale et qui n'est pas plus mauvaise que
beaucoup d'autres.
          Léssi, nos avons n' (3) famîe normale èt qui n' eùt gneu pus monvése
          quë bran.mét d' z-ôtes.

(1) le picard traduit deux fois Aelle@ : li, èle (2) répétition de Aelle@ (3) Aune@
traduit par n' parce que suivant une voyelle et avant une consonne.
                                        587
expression locale :
       - c’eùt fét èspreus, come lès tcheus pou agneu lès jés !
       (C’est inventé expressément, comme les chiens pour mordre les gens.)
       ( ça tombe à pic ! )

29 (vint'-neùf)
                     Leçon n 16 - les adjectifs possessifs
                                         ***
mon, ma           - après une consonne et avant une consonne : eùm=
                           - vîr eùm= garchon - vîr eùm= fîe
                  - après une consonne et avant une voyelle : eùm= n=
                           - vîr eùm= n= ome - vîr eùm= n= èguîe
                  - après une voyelle et avant une consonne : m=
                           - raviseu m= garchon - raviseu m= fîe
                  - après une voyelle et avant une voyelle : m= n=
                           - raviseu m= n= amoureûs - raviseuz m= n= otó
mes               - (pour les deux genres) : mès
                           - j= in.me mès éfants - vos ètes mès fîes
ton, ta, votre    - (pour les deux genres) : vo
                           - v=là vo frére - v=là vo seûr
tes, vos          - (pour les deux genres) : vos
                           - vos in.meuz vos éfants - nos vérons vos fîes
son, sa           - après une consonne et avant une consonne : eùs=
                           - vîr eùs= pa - vîr eùs= man
                  - après une consonne et avant une voyelle : eùs= n=
                           - vîr eùs= n= amoureûs - vîr eùs= n= otó
                  - après une voyelle et avant une consonne : s=
                           - raviseu s= frére - raviseu s= man
                  - après une voyelle et avant une voyelle : s= n=
                           - raviseu s= n= amoureûs - raviseu s= n= otó
ses               - (pour les deux genres) : sès
                           - vîr sès garchons - vîr sès fîes
notre             - (pour les deux genres) : no, no n’
                  - avant une consonne : no
                           - raviseu no pa - raviseu no man
                  - avant une voyelle : no n=
                           - vîr no n= éfant - vîr no n= otó
nos               - (pour les deux genres) : nos
                           - raviseu nos garchons - raviseu nos fîes
leur              - (pour les deux genres) : leû, lun
                           - i-z-ont leû (lun) garchon (fîe)
leurs             - (pour les deux genres) : leûs, luns
                           - i-z-ont leûs (luns) garchons (fîes)

rions un peu : à l’ sale d’ opèrâssion …
                                      588
Eùl jon.ne chirurjyin s’ rét conte quë l’ ciun qu’ i va opèreu eùt blanc come in
lin.je èt i li d’mande : « Quô avéz ? Avéz-ti n’ sakeu qui n’ va gneu ? »
Eùl malâde li rèpont : « Vèyéz, Docteûr, … c’eùt l’ prëmieu cóp qu’ on m’ opêre,
èt j’ é l’ swèsse … »
Eùl chirurjyin li rèpont : « Vos aveuz l’ swèsse ? Pourtant, mi, jë n’ l’ é gneu, èt
c’eùt m’ prëmiêre opèrâssion ètou ! »
                                                                            (trante) 30
                          exercices - les adjectifs possessifs
                                            ***
Fernand [1] a un frère, Léon. Sa cousine est Marthe. Son ami, Auguste [2], a
une soeur, Marie, et son frère est Louis.
            Eùl Nand (1) a in frére, eùl Yon (1). Eùs' cousine eùt Marte. Eùs'
            coumarâde, eùl Gusse (2), a ène seûr, Mârîe, èt s' frére eùt l' Louwis.
1 - Bonjour, Auguste ! Mon frère Léon est allé à l'école avec ma cousine
Marthe. En chemin, ils ont eu le plaisir de croiser ton frère et ta soeur.
            Bonjou, Gusse ! Eùm’ frére eùl Yon eùt daleu à l' ècole aveu m’ cousine
            Marte. É route, i-z-ont ô.u l' plési d' récontreu vo frére èt vo seûr.
2 - Bonjour aussi, Fernand. On dirait que ton frère Léon a une grande affection
pour ma soeur Marie. Selon moi, nos amis se rencontrent avec plaisir.
            Bonjou ètou, Nand. Vos dîrîz (2) qu' vo frére eùl Yon a n' grande
            amitcheu pou m' seûr Mârîe. À m' n' idée, nos coumarâdes eùs'
            récont'të volétcheu.
2 - Mais, il n'y a pas que cela : mon frère Louis semble attiré vers ta cousine
            Marthe.
            Mès, i n' a gneu foc’ cha : m' frére Louwis a l' ér porteu pou vo cousine
            Marte.
1 - Non ! Que dis-tu ? Louis et Marthe, est-ce vrai ? Ton frère Louis a bien
caché son jeu...
            Non ! Quô diséz ? Louwis èt Marte, c'eùt-i vré ? Vo frére Louwis a bieu
            mucheu s' jeû ...
2 - Et ta cousine Marthe aussi. Disons qu'ils ont bien caché leur jeu tous les
deux.
            Èt vo cousine Marte ètou. Dison' qu' i-z-ont bieu mucheu leû jeû tous
            lès deûs.
1 - Bah ! Laissons-les à leurs affaires. Ce n'est pas nos affaires. Mais je me
demande ce que pensent nos parents.
            Bah ! Lèyon'-lès à leûs aféres. Cha n' eùt gneu nos aféres. Mès jë m'
            dëmande chô nos paréts péss'të. (3)
2 - Mes parents, je ne connais pas leur avis là-dessus. Et tes parents ?
            Mès paréts, jë n' coun'wa gneu leû-n-idée là-d'sus. Èt vo paréts ?
1 - Je crois qu'ils nous diraient : « cela ne vous regarde pas ! Ne vous en mêlez
pas et tout ira bien. »
            Ëj' pésse qu' i nos dîrin'të : « Cha n' vos r’gârd’ (èrgârd’) gneu ! Eùn’
vos-z-é mèleuz gneu èt tout’ dira bieu .
2 - Ils auraient bien raison. Nous avons toujours été heureux de suivre leurs
conseils.
            I-z-ârin'të bieu réson. Nos avons toudis èteu binéses dë swîve leûs
                                         589
         consèys.


(1) quant aux prénoms masculins, on les fait souvent précéder de l'article, sauf
au vocatif (2) traduction : Avous diriez@ (3) noter ici la place du verbe, en fin de
phrase
31 (trante èt yun)
                                 Leçon n 17 - la cuisine
                                            ***
Les cuisines de nos mères étaient rudimentaires. On n’y trouvait pas toutes les
nouveautés qui sont apparues depuis ma jeunesse.
           Lès cwîsines dë nos mans ètin’të fôrt simpes. On n’ trouvwat gneu
           d’dés (1) toutes lès nouviôteus qu’ èles sont v’nûes d’pwîs m’ jon.nèsse.
Au sol, du carrelage peu coloré, dont le motif n’était le plus souvent qu’un
damier de carreaux noirs et blancs ou clairs.
           Pâr têre, du pâv’mét gneu fôrt coloreu, quë s’ dèssin n’ ètwat l’ pus
           souvét qu’ in damieu d’ cârôs nwârs èt blancs ou bieu clérs.
Les murs n'étaient peints que d'un badigeon uni. Quelques images pieuses au
mur et un crucifix en bonne place.
           Lès mûrs n' ètin'të pints qu' d' in lét d' côch sans dèssin. Ène
           saquantès imâjes pieûses ô mûr èt in Jésus é bone plache.
Au-dessus de la cheminée, on trouvait pratiquement toujours une horloge
régulateur et une statue de la Vierge.
           Ô-d'zeûr dë l' këminée, on trouvwat quasi toudis in régulateûr èt ène
           postûre dë l' Vièrje.
On y installait un poêle modeste. D'abord j'ai connu un petit poêle crapaud.
Puis, ce fut une cuisinière avec four.
           On mètwat d’dés in feû modèsse. Pou k'mécheu, j' é couneû in mp'tit
           pwale crapô. Pwîs, cha a èteu ène dëmi-lune.
Dans les deux, le charbon brûlait dans un récipient en fonte qu'on appelait un
Apot@. Il était de forme sphérique et devenait tout rouge quand le feu était au
plus fort.
           Dés lès deûs, l' carbon brûlwat dés in bac é fonte qu' on loumwat in
           pót'. Il ètwat d' forme é boule èt dëv'nwat tout roûje quand l' feû ètwat ô
           pus fôrt.
Il fallait prendre garde de ne pas le toucher et plusieurs enfants ont été brûlés
de cette manière.
           I folwat fé atinsion dë gneu l' toucheu èt tamints éfants ont èteu brûleus
           dë ç' maniêre-là (léssi, linssi).
Près du feu, le charbon attendait de servir dans un bac à charbon, en fonte lui-
aussi, ou bien dans une Acharbonnière@.
           D'lé l' feû, l' carbon atèdwat d' sèrvi dés in bac à carbon, é fonte li-ètou,
           ou bieu dés n' carbouniêre.
La charbonnière était une sorte de seau en tôle, très haut, rétréci vers le haut et
dont (2) l'ouverture était oblique.
           Eùl carbouniêre ètwat n' sorte dë sayô é tole, fôrt ôt, ratrwati pâr é ôt èt
           quë s' n' ouvèrtûre ètwat dou bilong.
                                            590
(1) on traduit « on ne trouvait pas dedans »
(2) « dont » se traduit ici comme : « que son »@

                                                                  (trante-deûs) 32
                                  la cuisine - suite
                                          ***
Si on utilisait un bac à charbon, on y prenait le charbon avec une petite pelle.
          Si on s' sèrvwat d' in bac à carbon, on pèrdwat l' carbon d’dés aveu n'
          pëtite péle.
Si on utilisait une charbonnière, on faisait couler les morceaux de charbon en
l'inclinant au dessus du feu.
          Si on s' sèrvwat d' ène carbouniêre, on fèswat couleu lès morciôs d'
          carbon é l' panchant ô d'zeûr du feû.
La table était aussi sans recherche en bois blanc et, quand elle était bancale, on
plaçait des cales de papier sous un ou deux pieds.
          Eùl tâbe ètwat ètou sans chichis é blanc bós (1) èt, quand èle ètwat
          cronde (2), on mètwat dès cales é papieu pa d'zous un ou bieu deûs
          pieuds.
Les chaises étaient de même aspect que la table. Leur siège était de paille
tressée.
          Lès kèyêres étin'të d' min.me ér quë l' tâbe. Leû cu ètwat é paye
          trèssée.
Pour stabiliser leurs pieds on faisait parfois comme pour ceux de la table.
          Pou fé t'ni d' aplomb leûs pieûds on fèswat tèqu'fwas come pou lès
          ciuns dë l' tâbe.
Les armoires de la cuisine étaient réduites à leur plus simple expression. Pas
de recherche non plus : du bois blanc.
          Lès armwâres dë l' cwîsine ètin'të rèdwites à leû pus simpe èsprèssion.
          Gneu d' chichi non pus : du blanc bós.
L'évier n'était souvent qu'une grande pierre rectangulaire, épaisse, qui était
creusée en son milieu. On y faisait les vaisselles ... mais on y lavait aussi sa
frimousse en hiver quant il faisait très froid.
          Eùl bac à r'laveu n' ètwat souvét qu' ène grande piêre é rèctangue,
          èpèsse, qui ètwat creûsée dés s' mitan. On fèswat lès véssèles
          dëdés(3)... mès on lavwat ètou s' frimousse dëdés pédant l' îvêr quand
          i fèswat fôrt frwad.
Pas de frigo, pas de congélateur; aucun appareil motorisé. Ma mère faisait tout
à la main, à la sueur de son front !
          Gneu d' frigó, gneu d' conjèlateûr; gneu in aparèy à moteûr. Eùm' man
          fèswat tout’ à l' min, à l' sueûr dë s' front.
Pauvre mère ! Quelle brave femme ! Heureusement que mon père lui vint
souvent en aide. Ce que ne faisaient pas tous les maris. Loin s'en faut ...
          Pôve man ! Qué brâve feùme ! Eûreûs'mét quë m' pa li a souvét
          douneu in cóp d' min. Chô qu’ tous lès omes ën' fèsin'të gneu. À bieu
                                      591
        lon preus ...


(1) traduit en « en blanc bois » (2) féminin de « cron » (3) traduit par : « on
faisait les vaisselles dedans »




                                     592
33 (trante-trwas)
                                 la cuisine - suite
                                         ***
Il y avait des casseroles et une bouilloire. Des marmites, petites ou grandes.
Elles étaient soit émaillées, soit en aluminium.
          I-y-avwat dès cass'roles èt n' cot'marte. Dès marmites, p'tites ou bieu
          grandes. Èles ètin't' ou bieu èmayées ou bieu é-n-aluminiom'.
La vaisselle était en faïence rustique. Les dimensions des pièces de vaisselle
n'ont pas beaucoup changé.
          Eùl véssèle étwat é fayance simpe. Lès grandeûrs dès pièches dë
          véssèle n'ont gneu bran.mét canjeu.
Certaines (1) tasses étaient cependant un peu plus grandes que celles dont on
se sert aujourd'hui : on les appelait des Ajates@.
          I-y-avwat dès tasses qu’ èles ètin'të pourtant ène mîlète pus grandes
          quë lès cieùnes qu' on s' é sêrt (2) ôjordwî : on lès loumwat dès jates.
Nous ne connaissions pas l'inoxydable pour les couverts.
          Nos n' counichin' gneu l' inoxidâbe pou lès couvêrts.
Les fourchettes et les cuillères étaient en fer ou en aluminium.
          Lès fourchètes èt lès cuyêres ètin't' é fiêr ou bieu é-n-aluminiom'.
Les couteaux, eux, étaient en acier ordinaire.
          Lès coutchôs, eûs', ètin't' é-n-acieu courant.
Nous n'avions pas l'eau courante. L'eau venait du puits et on la pompait grâce
à une pompe à bras, dont le corps était en fonte.
          Nos n'avin' gneu yô (3) courante. Yô (3) v'nwat du puch èt on l'
          pompwat aveu n' pompe à bras, quë s' côrps ètwat é fonte.
Il n'y avait pas la moindre machine motorisée dans la cuisine de ma mère. Par
exemple, on préparait la soupe ou la purée sans robot, mais on passait les
pommes de terre et les légumes avec un presse-purée qu'on appelait « passe-
vite ».
          I n'avwat gneu ène fâde machine à moteûr dés l' cwîsine dë m' man.
          Pâr èczampe, on aprètwat l' soupe ou bieu l' purée sans robót, mès on
          passwat lès pëtotes èt lès légumes avèc in prèsse-purée qu'on
          loumwat « pass'vite ».
Comme on peut le voir, ce n'était pas une sinécure que de préparer la
nourriture, auparavant, dans une cuisine qui n'avait aucun ustensile moderne.
          Come on peut l' vîr, cha n' ètwat gneu rieu du tout quë d' fé à minjeu,
          pa d'vant, dés n' cwîsine qui n' avwat gneu in bidon modèrne.
Encore une fois, nous devons être reconnaissants envers nos parents d'avoir
assuré le travail dans des conditions si mauvaises.
          Co in cóp, nos d'vons avwâr d' eùl gratitûde pou nos paréts d' avwâr fé
          l' travay dés dès condissions si monvéses.

(1) traduit par : « il y avait des … qui » (2) traduit « qu'on s'en sert » (3) pas
d'article pour l'eau, donc on n'écrit pas « l' yô »




                                       593
                                                                   (trante-quat=)
34
                     Leçon n 18 - les déterminants indéfinis
                                        ***
         - il n=a donné aucun argent        - i n= a gneu douneu in yârd !
         - il n=a donné aucune pièce (1) - i n= a gneu douneu n= mastoque !
         - j=ai vu un autre homme           - j= é vu in-n-ôte ome
         - cela, c=est une autre affaire ! - cha, ç= t= ène ôte afére !
         - un certain homme a dit ...       - in-n-ome a dit ...
         - une certaine femme a dit ... - ène feùme a dit ...
         - il y en aura chaque fois         - i d= âra à chaque cóp
         - il y en avait à chaque place     - i d= avwat à chaque plache
         - maints enfants sont venus        - tamints éfants ont v=nu
         - ils ont eu maintes difficultés - i-z-ont ô.u tamintès rûses
         - c=est du même côté               - c=eùt du min.me coteu
         - ils avaient les mêmes habits - i-z-avin=të lès min.mès (2) loques
         - nul homme ne peut le faire       - i n= a (nul) gneu in-n-ome pou l=
                                            fé
         - nulle femme ne dit ...           - i n= a (nule) gneu n= feùme qui dit
                                            ...
         - j= ai vu plusieurs étourneaux - j= vu saquants èporons
         - il a plus. cordes à son arc      - il a =n saquantès cordes à s= n=
                                            âr
         - nous voyons quel travail il a - nos vèyons qué travay qu= (3) il a
         - il dit quels outils il faut      - i dit qués otcheus qu= (3) i fôt
         - on sait quelle chaise elle aura - on sét quéle kèyêre qu= (3) èle âra
         - on sait quelles femmes ont ... - on sét quèles feùmes qu= èles ont
         - aimer un tel homme !             - in.meu in tél ome (in o. come cha!)
         - aimer une telle femme !          - in.meu ène téle feùme
         - il a lu tout le livre            - il a li tout l= lîve
         - il vient tous les jours          - i vieut tous lès joûs
         - cela dura toute la nuit          - cha a dureu tout l= nwît

(1) mastoque = pièce de cinq centimes (2) min.mès avec Aè@ parce que devant
une consonne (3) on traduit comme « quel travail qu=, quels outils qu=, quelle
chaise qu’, quelles femmes qu’»

expression locale :
       - On n’ régrèsse gneu lès pourchôs à yô clére !
       ( On n’engraisse pas les porcs à l’eau claire ! ) ( on n’a rien sans rien.)
rions un peu : ô cirque …

Cha s’ a passeu dés in cirque …
In biô joû, v’là quë l’ donteu két malâde èt l’ dirècteûr fét ap’leu l’ réplachant pou
rétreu dés l’ câje du liyon.
                                        594
L’ ome ën’ veut gneu, pou tout l’ ôr du monde.
Èt l’ dirècteûr li dit : « Mès, vèyon’, vos n’ dëveuz gneu avwâr peû, i n’ a gneu d’
danjeu : ç’ biète-là n’ peut mô, èle a éteu al’vée ô lét d’ vake ! »
« Win, win ! » qu’ i rèpont l’ ôte “ Mi ètou, j’ é èteu al’veu ô lét d’ vake, mès
mënant j’ minje dë l’ viande tous lès joûs … èt c’eùt mal eùm’ goût ! »
35 (trante-chinq=)
            Leçon n 19 - les formes interrogatives et l=impératif
                                            ***
* les formes interrogatives :
          Lorsque la phrase commence sans pronom interrogatif :
                     on ajoute -ti ou -i à la deuxième personne du pluriel :
                     ( exemple : allez-vous ? )
                     - daléz-ti ? -va-ti daleu ? - c=eùt-i qu= vos direuz ?
          Si la phrase commence par un pronom ou un adverbe interrogatif :
                     on n=ajoute pas le suffixe –ti ni –i
                     ( exemple : que faites-vous ? - pourquoi allez-vous ? )
                     - quô fèséz ? - pouquô daléz ?
          # lorsque des problèmes se présentent pour la traduction des formes
                     interrogatives, il est intéressant d=employer une des formes
                     proposées ci-dessous
                     * est-ce que ( c=eùt-i quë ) + temps du verbe + ?
                              - est-ce que je chante ?          - c=eùt-i quë j= cante ?
                              - C je chanterai ?                - C j= cantré ?
                              - C je chantais ?       - C j= cantwa ?
                              - C j=ai chanté ?                 - C j= é canteu ?
                              - C je chanterais ?               - C j= cantrwa ?
                              - C j=aurais chanté ?             - C j= ârwa canteu ?
                              - C j= eussse chanté ?            - C j= unche canteu ?
                     * pour les deuxièmes et troisièmes personnes
                              - vas-tu chanter ?           - daléz-ti canteu ?
                              - va-t-il C ?                - va-ti C ?
                              - allez-vous C ?             - daléz-ti C ?
                              - vont-ils C ?               - vont-i C ?
* l=impératif
          # aux deuxièmes personnes, on ajoute au radical :
                     -euz, -ticheuz, -deuz ou -teuz
          # à la première personne du pluriel, on ajoute :
                     -on=, -tichon=, -don= ou -ton=
   - verbes en –eu            cant-euz !         cant-on= !          cant-euz !
   - verbes en –i             ba-ticheuz !       ba-tichon= !        ba-ticheuz !
   - verbes en –de            rapan-deuz !       rapan-don= !        rapan-deuz!
   - verbes en –ne            rè-deuz !          rè-don= !           rè-deuz !
   - verbes en –re            ri-yeuz !          ri-yon= !                    ri-yeuz !
   - verbes en –te            ba-teuz !          ba-ton= !           bateuz !
P avant les pronoms personnels objets directs Amë@ et Alë@, la terminaison
                                         595
Aeuz@ devient Aèz-më@ ou Aèz-lë@ : rèdèz-më, cantèz-lë (mais toujours :
rèdeuz-vous, canteuz-nous, etc...)

expression locale : ( à propos d’un avare, on dit : )
       - I n’ doun’rwa min.me gneu yô qu’ il a cwit sès eùfs !
       - Chi, i n’ a foc’ eùl fumiêre qui sôrt pa l’ këminée !
                                                                    (trante-sîs’) 36
              exercices - les formes interrogatives et l’impératif
                                      ***
(  - pour chaque exemple, cachez la partie droite de la ligne et ne la découvrez
que lorsque vous aurez élaboré la réponse )
mangez-vous ? minjeu              minj    éz-ti              minjéz-ti ?
mange !           minjeu          minj    euz                minjeuz !
irez-vous ?       daleu           dal     éz-ti daleu        dalez-ti daleu ?
courrez-vous ? couri              dal     éz-ti couri        daléz-ti couri ?
cours !           couri           cour    euz                coureuz !
bâtissons-ns ? bati                                 c'eùt-i qu' nos batichons ?
bâtissez !        bati            ba      ticheuz            baticheuz !
ont-ils mangé ? minjeu                                       ont-i minjeu ?
iront-ils ?       daleu                                      vont-i daleu ?
ont-ils couru ? couri                               c'eùt-i qu' i-z-ont coureû ?
chantons !        canteu          cant    on'                canton' !
cours !           couri           cour    euz                coureuz !
mangeons !        minjeu          minj    on'                minjon' !
courront-elles ? couri                                       vont-èles couri ?
finissons !       fini            fin     ichon'             finichon' !
abattra-t-il ?    abate           aba     tra-ti             abatra-ti ?
chantez-moi… canteu               cant    èz-m' (më)         cantèz-m' (më) …
abattez !         abate           aba     teuz               abateuz !
tendrez-vous ? tène                                          daléz-ti tène ?
apprendrez-vs? aprène                               c'eùt-i qu' vos apèrdreuz ?
combattons les! combate           comba ton'-lès             combaton'-lès !
maudissez-le môdîre               môd     iss-èz-lë (l’)     môdissèz-lë (l’) !
tendez-la !       tène            tè      dèz-l' (lë)        tèdèz-l' (lë) !
répands !         rapande         rapan deuz                 rapandeuz !
répands-le !      rapande         rapan dèz-l' (lë)          rapandèz-l' (lë) !
diras-tu ?        dîre                                       daléz-ti dîre ?
dis-moi !         dîre            di      tes-më             dites-më !
dis-lui !         dîre            di      tes-li             dites-li !
diriez-vous ?     dîre            dî      rîz-ti             dîrîz-ti ?
que dites-vs ? dîre               di      séz                quô diséz ?
osez donc !       onzwâr          onz     euz              onzeuz adon !
osera-t-il ?      onzwâr          onz     raBti              onzra-ti ?
que dira-t-il ? dîre              dî      ra-ti              quô dîra-ti ?
quand ira-t-il ? daleu            di      ra          (1) quand ç' qu' i dira ?

(1) traduisez « quand (est)-ce qu'il ira ? »
                                        596
expression locale :

( à une personne dépensière, on fait la remarque suivante : )
        - Vos pésseuz qu’ on troûve lès yârds pa d’zous lès pas dès g’vôs !?

37 (trante-sèt=)
                              Leçon n 20 - les repas
                                         ***
! Victorine, viens m=aider à mettre la table. Apporte la nappe et une douzaine
de serviettes.
         - Torine, av=neuz m= assisteu à mète eùl tâbe. Amin.neuz l’ nape èt n=
         douzin.ne dë sèrviètes.
P Oui, maman. As-tu encore besoin de quelque chose d=autre ?
         - Win, man. Avéz-ti co danjeu d= ène sakeu d= ôte ?
! Eh bien , il y a les assiettes plates et profondes. Il faut aussi les couteaux, les
cuillères et les fourchettes. Sais-tu comment les placer à table ?
         - Èh bë, i-y-a lès assiètes plates èt lès parfondes. I fôt ètou lès
         coutchôs, lès cuyêres èt lès fourchètes. Savéz-ti k=mét lès mète à
         tâbe?
P Non, je ne sais pas bien ...
         - Non, jë n= sé gneu bieu ...
! Je vais te le dire : on place d=abord les assiettes plates. Ensuite, au-dessus,
les assiettes profondes.
         - Ëj= va vos l= dîre : on meut prëmieu lès assiètes plates. Èt pwîs, pa
         d=zeûr, lès assiètes parfondes.
P Bon ! Voilà. C=est fini.
         - Bon ! V=là. C=eùt tout=.
! Note qu=il y aurait des assiettes plus petites pour le dessert, s=il y en avait
un. Mais il n=y en aura pas aujourd=hui. Je n=ai pas eu le temps.
         Noteuz qu= i-y-ârwat dès assiètes pus m=ptites pou l= dèssêrt, si d=
         ârwat un (1). Mès i n= d= âra gneu ôjordwî. J= n= é gneu ô.u l= tans.
P Zut ! J=ai oublié les verres. Je vais les chercher ... Des grands et des petits?
         Zut ! J= é omis lès vêres. Ëj= va lès qué ... Dès grands èt dès m=p=tits
         ?
! Non, uniquement les grands ; nous n= aurons que (2) de l=eau à boire avec
le repas de midi.
         Non, jusse (seùl=mét) lès grands ; nos n= ârons foc= dë yô pou bwâre
         aveu l’ din.neu.
P Voilà. J=ai placé les assiettes et les verres.
         V=là. J= é mis lès assiètes èt lès vêres.
! Alors, tu mets la fourchette à gauche de l=assiette plate et le couteau et la
cuillère à droite.
         Adon, vos mèteuz l= fourchète à gôche dë l= assiète plate èt l= coutchô
         èt l= cuyêre à drwate.
P Le couteau, près de l=assiette ou le plus loin ?
                                         597
         Eùl coutchô, d=lé l= assiète ou bieu pus lon ?
! Le couteau tout près : on prend d=abord sa soupe. Mets une salière et une
poivrière. Regarde s=il y a encore du sel et du poivre dedans ...
         Eùl coutchô tout preus : on prét prëmieu s= soupe. Mèteuz n’ saliêre èt
         in moulin à pwâve. Raviseuz s’ i-y-a co du sé èt du pvwâve dëdés ...



(1) « un » en fin de phrase = « un » et non « in » (2) « ne ... que » = « n= ...
foc’ »
                                   les repas - suite                    (trante-wit') 38
                                           ***
P Maman, que dois-je encore mettre à table ?
           Man, quô ç' quë j' dwa co mète à tâbe ?
! Donnerons-nous du vin ? Non. De la bière et cela sera suffisant comme cela.
Mais, nous aurons aussi besoin d'eau.
           Dalon'-ti douneu du vin ? Non. Dë l' biêre èt cha sâra asseuz' come
           cha. Mès, nos ârons b'zwin d' yô (1) étou.
P De l'eau plate ou de l'eau pétillante ? Ou les deux ? Je sais que nous en
avons.
           D' yô plate ou bieu d' yô qui pètiye ? Ou bieu lès deûs ? Ëj' sé qu' nos
           d' avons.
! Eh bien : les deux, puisque nous en avons. Prends des grandes bouteilles.
Elles sont à la cave avec la bière.
           Èh bë : lès deûs, vu qu' nos d' avons. Pèrdeuz dès grandès (2)
           boutèyes. Èles sont à l' câve aveu l' biêre.
P J'irai les chercher, mais, tant que j'y pense, je vais déjà aller chercher du pain
dans le buffet de la cuisine.
           J' diré lès qué, mès, tant qu' j' i pésse, ëj' va djà daleu qué du pin dés l'
           bufeut dë l' cwîsine.
! Tu as raison, ma fille. Le pain, coupe-le en tranches assez minces, parce je
crois que ta cousine n'aime pas les grosses tartines.
           Vos aveuz réson, m' fîe. Eùl pin, coûpèz-l' é tranches fines asseuz,
           pasquë j' crwa qu' vos cousine n' in.me gneu lès grossès (2) tartines.
P Ainsi donc, il faudra aussi du beurre ?
           Léssi, i fôra du bûre ètou ?
! Oui, bien sûr; et du non salé. Nom de nom ..., je ne sais plus si j'en ai encore!
           Win, bieu seûr; èt du sans sé. Nom dë djou (3), jë n' sé pus si j' d' é co!
P Si, à mon avis, parce qu'il y en avait encore hier ... En effet, le voici ! Nous
sommes saufs !
           Si, à m' n' idée, pasqu' i d' avwat co ayêr ... Dë fèt', lë v'là (4) ! Nos
           somes sôveus !
! Mets-le à table, alors, pour ne pas l'oublier.
           Mètèz-l' (5) à tâbe, adon, pou gneu l' oublieu.

(1) On n'emploie pas l'article quand on dit « l'eau - yô », mais on emploie
                                         598
l'article partitif « il n'y a plus d'eau - i n' a pus d' yô » (2) « ès » car devant une
consonne (3) les jurons édulcorés sont nombreux. Exemples : nom dë Djou !
nom dë Dom ! nom dë cu ! (4) « le voici » se traduit comme « le voilà » sauf si
l'on veut vraiment marquer la proximité de la chose (5) « l' » car devant une
voyelle
rions un peu : eùl Méte qu’ i d’vrwat fé atinsion à chô qu’ i dit …
In Mète a dit in biô joû à sès èlèves : « Lès omes malins c’eùt lès ciuns qu’ i s’
dëmand’të toudis si n’ s’ ont gneu trompeus. I n’ a qu’ lès imbèciles qui sont
toudis seûrs dë gneu dîre dès bièstrîes. »
Adon, in-n-arsouye li d’mande : « Vos ètes seûr quë c’eùt vré, cha, Mossieu ? »
« Ëj’ vos é crache eùm’ fileut ! » qu’ i dit l’ Méte …
39 (trante-neùf)
                                     les repas - suite
                                             ***
# Que vas-tu faire à manger ? Y aura-t-il de la soupe ?
          Quô daléz (1) fé pou minjeu ? I-y-âra-ti dë l' soupe ?
! Non, pas de soupe aujourd'hui. Nous avons déjà beaucoup mangé au petit
déjeuner. Et il y aura encore le repas de 16 heures et le dîner.
          Non, gneu d' soupe ôjordwî. Nos avons d'jà minjeu bran.mét (2) ô
          djuneu. Èt i-y-âra co l' èrchineu èt l' soupeu.
# C'est dommage; j'aime tant la soupe aux poireaux et au céleri. C'est vrai, il ne
faut pas trop manger quand même. Que feras-tu comme viande ?
          C'eùt damâje; c'eùt tant m' goût l' soupe à poriôs èt ô cèlèri. C'eùt vré, i
          n' fôt gneu minjeu d' trop (2) quand min.me. Quô daléz fé come viande?
! Sans doute du veau ou du boeuf, à moins qu'il reste du porc ...
          Probâbe du viô ou bieu du beùf, à mwins qu' i d'moriche du
          pourchô ...
# On ne va tout de même pas manger du cheval ? Pourquoi pas du poisson ?
          On n' va quand même gneu minjeu du g'vô ? Pouquô gneu du
          pichon?
! Ce n'est pas le jour du poisson. D'ailleurs, le poissonnier ne vient que le
vendredi.
          Cha n'eùt gneu l' joû du pichon. D'ayeûrs, eùl marchand d' pichon n'
          vieut quë l' vèrdi (vandrëdi).
! Nous ferons un bon beafsteak; ce sera bien ainsi.
          Nos f’rons in bon biftèk ; cha sâra bieu léssi.
# Et qu'y aura-t-il comme légumes avec les pommes de terre ? Des chicons,
des choux, des haricots, des pois, des carottes ? Quoi ?
          Èt quô ç' qu' i âra come légumes aveu lès pëtotes ? Dès chicóts, dès
          chous, dès féves, dès pwas, dès carotes ? Quô ?
! Je pense que ce sera suffisant avec des carottes. Avec un peu de farine
et de sucre, c'est un des meilleurs légumes du jardin.
          Ëj' pésse quë cha sâra bon aveu dès carotes. Aveu n' mîlète dë farène
          èt du chuke, c'eùt in dès pus mèyeûrs légumes du gardin.
# Et si on faisait des frites ? L'huile est récente. Ne crois-tu pas ?
          Èt si on fèswat dès frites ? L' wîle eùt nieùve. Vos n' pésseuz gneu ?

                                         599
! Je veux bien, moi. Mais il ne faudra pas te plaindre de grossir, alors !
        Ëj' veu bieu, mi. Mès i n' fôra gneu vos plinde dë grochi, adon !
# Bah ! Ce n'est pas pour une fois ... Et quel dessert aura-t-on ? Une crème
glacée? Ou une tarte, ou des gaufres, ou des crèpes ?
        Bah ! C'eùt gneu pou in cóp ... Èt qué dèssêrt qu' on âra (3) ? Ène
        glache ? Ou bieu n' tarte, ou bieu dès ôfes, ou bieu dès ratons ?

(1) la particule « ti » n'est pas employée quand la phrase commence par un
pronom interrogatif (2) l'adverbe suit le verbe (3) traduction de « quel dessert
qu'on aura ? »




                                      600
                                                                        (quarante) 40
                                  les repas - suite
                                         ***
! J'avais plutôt pensé à un fruit : c'est l'époque des cerises et il y a de si bonnes
cerises d'Irchonwelz, des bigarreaux , des gascognes ...
         J' avwa putôt pésseu à in frwit : c'eùt l' tans (moumét) dès cèrîses èt i-
         y-a dès si bonès cèrîses dë l' Chonwé, dès bigarôs, dès gascognes ...
# Oui, mais les noyaux (1) sont ennuyeux ... C'est dommage que ce ne soit pas
l'époque des poires ou des prunes.
         Win, mès lès pèrètes sont an.mèrdantes ... C'eùt damâje quë cha n'
         sunche gneu l' tans dès pwâres ou bieu dès prones.
! Mais, voyons ! Il y a des noyaux (1) dans les prunes mon enfant ...
         Més, vèyon' ! I-y-a dès nouyôs dés lès prones, eùm' n' éfant ...
# Si c'était le temps des oranges ...
         Si cha sârwat l' tans dès oranjes ...
! Et encore quoi ? Tu me fais suer encore une fois. C'est bien trop cher ! Nous
ne sommes pas riches, n'est-ce pas.
         Èt co quô ? Vos m' douneuz côd co in cóp (2). C'eùt bieu trop tchêr !
         Nos n' somes gneu riches, ènon.
# Si j'avais su cela, j'aurais essayé de cuire une tarte ou un gâteau.
         Si j' ârwa so.u cha, j' ârwa aprouveu d' cwîre ène tarte ou bieu in
         gatchô.
! Cela, ç'aurait été une bonne idée, mais nous n'avons plus le temps. Essaie
plutôt de préparer du café pour après le repas.
         Cha, ç' ârwat èteu n' bone idée, mès nos n' avons pus l' tans.
         Aprouveuz putôt d' fé du cafeu pou apreus l' minjeu (3)
# D'accord. Je préparerai aussi les tasses nécessaires.
         D' acôrd. Ëj' va aprèteu les jates qu' i fôt ètou (4).
! Et n'oublie pas le lait et le sucre non plus ... Voilà, tout est prêt.
         Èt n' omèteuz gneu l' lét èt l' chuke non pus ... V'là (Là) tout eùt prèt'.
(1) noyau de cerise : pèrètes - noyau de prunes ou d'autres fruits : nouyô
(2) variation sur le même son : encore - co ; quoi - quô ; chaud - côd ; fois - cóp
(3) le repas en général : eùl minjeu (4) ètou en fin de phrase

expression locale :
       - I vôt mieûs lèyeu l’ éfant morveûs quë d’ li saqueu s’ neùz jus !
       ( La fin ne justifie pas les moyens. )

rions un peu : eùl mayeûr èt l’ çant’nêre

Eùl mayeûr du vilâje va vîr eùl çant’nêre pou li fét fiète, èt i li dit :
« Ëj’ vos fèlicite, Fonse, èt j’ èspère co v’ni vos dîre bonjoû l’ année qui vieut pou
vos sou.éteu vos chét èt un ans, ènon ! »
Eùl Fonse eùl ravîse d’ é ôt jusqu’ é bas, i d’meûre in-n-anvé à beûsieu èt i
répont :
« Èh bë ! Pouquô gneu , Mayeûr : vos n’ m’ aveuz gneu co l’ ér bran.mét

                                        601
malâde ! … »
41 (quarante èt yun)
         Leçon n21 - les pronoms possessifs et interrogatifs
                                 ***
Pronoms possessifs

       le mien          - li mieu        - ç‘ lîve-chi, c’eùt li mieu
       les miens        - lès mieus      - cès lîves-là, c’eùt lès mieus
       la mienne        - li mieùne      - ç’ kèyêre-là, c’eùt li mieùne
       les miennes      - lès mieùnes    - mès seûrs, lès mieùnes
       le tien          - li vôle        - in lîve : li vôle
       les tiens        - lès vôles      - dès lîves : lès vôles
       la tienne        - li vôle        - ène fîe : li vôle
       les tiennes      - lès vôles      - dès fîes : lès vôles
       le sien          - li sieu        - in biô lîve : li sieu
       les siens        - lès sieus      - dès biôs lîves : lès sieus
       la sienne        - li sieùne      - ène bèle feùme : li sieùne
       les siennes      - lès sieùnes    - dès bèles fîes : lès sieùnes
       le nôtre         - li nôle        - in biô gamin, c’eùt li nôle
       la nôtre         - li nôle        - ène bèle fîe, c’eùt li nôle
       les nôtres       - lès nôles      - dès biôs éfants ; lès nôles
       le vôtre         - li vôle        - ç’ t’ in biô gamin, li vôle
       la vôtre         - li vôle        - ç’ t’ ène bèle fîe, li vôle
       les vôtres       - lès vôles      - c’eùt dès bèlès fîes, lès vôles
       le leur          - li eùs’        - v’là in éfant; c’eùt li eûs’
       la leur          - li eùs’        - v’là ène fîe; c’eùt li eûs’
       les leurs        - lès eùs’       - cès éfants-là, c’eùt lès eûs’
                                         - cès fîes-là, c’eùt lès eùs’

Pronoms interrogatifs

       qui      - qui    - qui ç’ quë c’eùt qui ? - à qui ç’ quë vos pésseuz ?
       que      - quô - quô voléz ? - quô ç’ qui a ô.u ?
       quoi     - quô - à quô pésséz ? - su quô ç’ qu’ on peut conteu ?
       lequel   - eùl quél (eùl quunl)
                         - eùl quél (quunl) va-t-i v’ni ?
                         - à l’ quél (quunl) quë vos l’ doun’reuz ?
       laquelle - eùl quéle (eùl quunle)
                         - eùl quéle (quunle) va-t-èle vëni ?
                         - à l’ quéle (quunle) quë vos l’ doun’reuz ?
       lesquels - lès quéls (lès quunls)
                         - lès quéls (quunls) vont-i v’ni ?
                         - à lès quéls (quunls) quë j’ va l’ dîre ?
       lesquelles - lès quéles (lès quunles)
                         - lès quéles (quunles) vont-èles vëni ?
                         - à lès quunles (quéles) quë j’ va l’ dîre ?

                                    602
                                                             (quarante-deûs) 42
           exercices - les pronoms possessifs et interrogatifs
                                      ***
(  : masquer la partie droite de la feuille et donner la traduction du pronom
avant de vérifier. )

Cette jeune fille est ma fille. C'est la mienne.
         Eùç’ fîe-chi eùt m' fîe. C'eùt ...                     li mieùne.
Regardons ces garçons. Ce ne sont pas les tiens.
         Ravison' cès garchons-chi. C'eùt gneu ..               li vôles.
Mais, ces enfants-là, sont-ils les leurs ?
         Mès, cès éfants-là, sont-i                             li eùs'
La femme que je vois là-bas est-elle la vôtre ?
         Eùl feùme quë j' vwa dôla c’eùt-i ...                  li vôle ?
Elle est venue chercher des enfants : les vôtres.
         Èle a v'nu qué dès éfants : ...                        li voles
Lesquels ?
         ... ?                                                  lès quéls (quunls) ?
Oui, ce sont bien les vôtres et non les nôtres.
         Win, c'eùt bieu ... èt gneu ... .                      lès vôles - lès nôles
Et ces filles-là, lesquelles sont-ce ?
         Èt cès fîes-là, ... quë c'eùt ?                    lès quéles (quunles) ?
Ce sont les siennes et la mienne.
         C'eùt ... èt ... .                                lès sieùnes - li mieùne
Quoi ? Que dites-vous ? N'est-ce pas la leur ?
         ... ? ... diséz ? C'eùt-i gneu ...                     quô - quô - li eùs' ?
Voyons ! La fille qui vient n'est pas la nôtre non plus.
         Vèyon' ! Eùl fîe ... vieut n'eùt gneu ... non pus. qu’ èle - li nôle
Montre-moi laquelle. Ah oui, celle-là. La leur ?
         Moutrèz-më ... . Ah win, ç' t' èle-lâle. ... ?      l' quéle - li eùs' ?
Eh bien, celle qui vient avec un enfant. Le sien.
         Èh bë, eùl cieùne qu' èle arîve avèc in-n-éfant. ...         Li sieù.
Un garçon. Et la fille est sa mère. La sienne.
         In garchon. Èt l' fîe eùt s' man. ... .                     Li sieùne.

expression locale :
       - Ène vake qu’ èle burèle, ène feùme qu’ èle chufèle, ène pouye qu’ èle
       cante eùl cóq, c’eùt trwas biètes à s’ é fé quite !
       ( des femelles se comportant comme des mâles n’ont pas d’intérêt … )

rions un peu : eùl pèssimisse èt l’optimisse …

Ène feùme pèssimisse (qu’ èle vwat tout’ é nwâr), c’eùt l’ cieùne qu’ èle a
fét sès contes ô franc preus, èt qu’ èle pésse qu’ èle në va gneu povwâr s’
acateu n’ sakeu qu’ èle d’ a anvîe d’pwîs in bon bout d’ tans.
L’ optimisse, (eùl ciun qui vwat tout’ é rôse), c’eùt s’ n’ ome qu’ i pésse quë,
                                        603
dés ç’ cas-là, èle në l’ acatra gneu …
43 (quarante-trwas)
  Leçon n° 22 - l’imparfait et le passé composé des verbes en -eu et -i
                                       ***
! L’imparfait
Les personnes de l=imparfait sont formées en ajoutant au radical les
terminaisons suivantes :
          verbes en -eu (cant-eu)                  verbes eh -i (ba-ti)
  1 : -wa         ëj= cant-wa                 -tichwa          ëj= ba-tichwa
  2 : -îz         vos cant-îz                 -tichîz          vos ba-tichîz
  3 : -wat        i cant-wat                  -tichwat         i ba-tichwat
  4 : -in=        nos cant-in=                -tichin=                   nos
                                   ba-tichin=
  5 : -îz         vos cant-îz      -          -tichîz          vos ba-tichîz
  6 : -in’t=      i cant-int=                 -tichin’t=       i         ba-
                                              tichin=t=
      -in’të      i cant-intë                 -tichin’të       i ba-tichin’të

        Les verbes suivants en -eu font exceptions plus ou moins importantes :
!
                 - carieu          - dont le radical varie entre cari et carî
                 - chufleu         - dont le radical varie entre chufl et chufèl
                 - daleu           - dont le radical est hors-normes
                 - èrsèreu         - pour les verbes en -èreu
                 - lèyeu           - dont le radical varie entre lèy et lé
                 - scweu           - dont le radical varie entre scw et èskeûs

! Le passé composé ( rappel : il remplace le passé simple, inexistant )
Le passé composé est formé, comme en français, par le passé du verbe
« avoir » suivi du participe passé. Celui-ci est identique à l=infinitif.
        verbes en -eu (cant-eu)                  verbes en -i (ba-ti)
        1:        j= é canteu                        j= é bati
        2:        vos aveuz ▬                        vos aveuz ▬
        3:        il a ▬                             il a ▬
        4:        nos avons ▬                        nos avons ▬
        5:        vos aveuz ▬                        vos aveuz ▬
        6:        i-z-ont ▬                          i-z-ont ▬
        Les verbes suivants en -i forment les exceptions du groupe :!
        - couri (coureû) - kè.i (kè.u) - mori (mouru) - ouvri (ouvêrt) - tëni (t=nu)
        - séti (sétu) - souv=ni (souv’nu) - vëni (v=nu)
        mais il est impossible de détailler ici toutes les variantes.

expessions locales :

- Eùl feùme qu’ èle két à in-n-ome coma cha, èle peut bieu béseu lès pas qu’i
         fét !  ( … mais l’inverse est au moins aussi souvent vrai : )
                                       604
- L’ ome qu’ i két à ène feùme come cha, i peut bieu béseu lès pas qu’ èle fét !
- Eùç’ n’ ome-là, i d’ a ô.u pou sès chinq francs … !
          ( à propos d’un homme qui a épousé une femme peu jolie. )
                                                          (quarante-quat') 44
         exercices sur l'imparfait et le passé des verbes en -eu et -i
                                        ***
tu mangeais       minjeu           vos             minj               vo minjîz
je montai         monteu           j’              mont               j’ é monteu
il alla           daleu            il              dal                il eùt daleu
nous tournions tourneu             nos             tourn              nos tournin’
vous tirâtes      saqueu           vos             saqu    vos aveuz saqueu
ils sentaient     séti             i               sét                i sétin’t’ (‘të)
je regardai       raviseu          j’ é            ravis              j’ é raviseu
il roussissait    roussi           i               rouss             i roussiswat
tu souffrais      édureu           vos             édur               vos édurîz
ils emplirent     répli            i               répl               i-z-ont répli
nous trichions angouneu            nos             angoun          nos angounin’
vous deveniez dëv’ni               vos             dëv’n              vos dëv’nîz
tu coupais        coûpeu           vos             coup               vos coûpîz
ils churent       kè.i             i               kè                 i'-z-ont kè.u
nous parlions d’viseu              nos             d’vis              nos d’visin’
vous guérîtes guèri                vos             guèr        vos aveuz guèri
je montrais       moutreu          ëj’             moutr              ëj’ moutrwa
tu courais        couri            vos             cour               vos courîz
il sonna          souneu           il              soun               il a souneu
nous sortions sorti                nos             sort               nos sortin’
vous pariâtes parieu               vos             pari     vos aveuz parieu
ils servaient     sèrvi            i               sèrv             i sèrvin’t’ (‘të)
je vidais         vîdjeu           ëj’             vîdj               ëj’ vîdjwa
il mincit         raminci          il              raminc             il a raminci
ils mijotaient    dodineu          i               dodin          i dodinin’t’ (‘të)
vous grandîtes grandi              vos             grand     vos aveuz grandi
nous pointions pwinteu             nos             pwint              nos pwintin’
tu démolissais dèmoli              vos             dèmol         vos démolichîz
il soudait        soûdeu           i               soûd               i soûdwat
nous polîmes poli                  nos             pol           nos avons poli
vous passiez passeu                vos             pass               vos passîz
ils retinrent     r’tëni           i               r’tën            i-z-ont r’tënu
tu changeais      canjeu           vos             canj               vos canjîz
vous fournîtes fourni              vos             fourn      vos aveuz fourni
il chauffa        côfeu            il              côf                il a côfeu
nous ornions      ébèli            nos             ébèl               nos ébèlin’
ils dérangèrent dèrinjeu           i               dèrinj       i-z-ont dèrinjeu
tu garnissais     garni            vos             garn            vos garnichîz
nous fautions fôteu                nos             fôt                nos fôtin’
il bouillait      bouli            i               boul               i boulwat

                                        605
expression locale :
- Vake qu’ èle brâke pièrt eùs’ gueûlée ! ( Il n’est pas bon de trop parler … )

45 (quarante-chinq’)
    Leçon n 23 - l=imparfait et le passé composé des autres verbes
                                    ***
                imparfait                         passé composé
verbes en -de (rapan-de) (exceptions pour tous les temps : keûde) !
 1 : -dwa       ëj= rapan-dwa                     - j’ é rapandu
 2 : -dîz       vos rapan-dîz                     - vos aveuz ─
 3 : -dwat      i rapan-dwat                      - il a ─
 4 : -din=      nos rapan-din=                    - nos avons ─
 5 : -dîz       vos rapan-dîz                     - vos aveuz ─
 6 : -din=t=    i rapan-din’t=                    - i-z-ont ─
     -din=të    i rapan-din’të
verbes en -ne (rè-ne) (exceptions pour tous les temps : prène) !
 1 : -dwa       ëj= rè-dwa                        - j’ é rèdu
 2 : -dîz       vos rè-dîz                        - vos aveuz ─
 3 : -dwat      i rè-dwat                         - il a ─
 4 : -din=      nos rè-din=                       - nos avons ─
 5 : -dîz       vos rè-dîz                        - vos aveuz ─
 6 : -din=t=    i rè-din=t=                       - i-z-ont ─
     -din=të    i rè-din=të
verbes en -re (dî-re) (exceptions pour tous les temps : trére - moûre) !
 1 : -swa       ëj= di-swa                        - j’ é dit
 2 : -sîz       vos di-sîz                        - vos aveuz ─
 3 : -swat      i di-swat                         - il a ─
 4 : -sin=      nos di-sin=                       - nos avons ─
 5 : -sîz       vos di-sîz                        - vos aveuz ─
 6 : -sin=t=    i di-sin=t=                       - i-z-ont ─
     -sin=të    i di-sin=të
verbes en -te (ba-te) (exceptions pour tous les temps : coun=wate - mète) !
 1 : -twa       ëj= ba-twa                        - j’ é batu
 2 : -tîz       vos ba-tîz                        - vos aveuz ─
 3 : -twat      i ba-twat                         - il a ─
 4 : -tin=      nos ba-tin=                       - nos avons ─
 5 : -tîz       vos ba-tîz                        - vos aveuz ─
 6 : -tin=t=    i ba-tin=t=                       - i-z-ont ─
     -tin=të    i ba-tin=të

Les verbes suivants font exceptions et d=ailleurs pour tous les temps : !
        - les verbes en -wâr (dëvwâr - folwâr - onzwâr - pluvwâr - povwâr
                                - ravwâr - rcëvwâr – volwâr)
        et divers : assîr - rafinîr - vîr - ouvêr - skeûr - fé - vîve

                                      606
                                                              (quarante-sîs) 46
            exercices sur l'imparfait et le passé des autres verbes
                                      ***
j'éteignais       ètinde          j'       ètin           j' ètindwa
j'éteignis        id              j'       étin           j' é ètint
ils disaient      dîre            i        di             i disin't' (‘të)
nous abattions abate              nos      aba            nos abatin'
tu réduisis       rèdwîre         vos      rèdwî          vos aveuz rèdwit
je joignais       jwinde          ëj'      jwin           ëj' jwindwa
vous pendîtes pène                vos      pè             vos aveuz pèdu
ns déduisîmes dèdwîre             nos      dèdwî          nos avons dèdwit
vous dîtes        dîre            vos      dit            vos aveuz dit
ns éteignions ètinde              nos      ètin           nos ètindin'
ils joignirent    jwinde          i        jwin           i-z-ont jwint
elle maudissait môdîre            èle      mô             èle môdiswat
ils dépendaient dèpène            i        dèpè           i dèpèdin't'
ils débattirent dèbate            i        dèba           i-z-ont dèbatu
tu disais         dîre            vos      di             vos disîz
elle réduisit     èrfrinde        èle      èrfrin         èle a r'frint
nous mettions mète                nos      mè             nos mètin'
il abattait       abate           il       aba            il abatwat
tu dépendis       dèpène          vos      dèpè           vos aveuz dèpèdu
ils combattit     combate         i        comba          il a combatu
elles réduisaient rèdwîre         èles     rèdwî          èles rèdwîsin't' (‘të)
vous abattîtes abate              vos      aba            vos aveuz abatu
Il déduisait      dèdwîre         i        dèdwi          i dèdwiswat
tu débattais      dèbate          vos      dèba           vos dèbatîz
il mit            mète            i        —              il a mis
ils mettaient     mète            i        mè             i mètin’t’ (‘të)
je mettais        mète            ëj'      mè             ëj' mètwa
vous déduisîtes dèdwîre           vos      dèdwi          vos aveuz dèdwit
vs combattiez combate             vos      comba tîz      vos combatîz
ns combattîmes combate            nos      comba          nos avons combatu
elle combattait combate           èle      comba          èle combatwat
ils combattaient combate          i        comba          i combatin't' (‘të)
tu débattis       dèbate          nos      dèba           vos aveuz dèbatu
vous débattiez dèbate             vos      dèba           vos dèbatîz
je mettais        mète            ëj'      mè             ëj' mètwa
vous mîtes        mète            vos      ---            vos aveuz mis
il démettait      dèmète          i        dèmè           i dèmètwat

expression locale :
( à propos de quelqu’un qui est atteint de strabisme : )
                                     607
         - Il a in-n-eùy qui dit mèrde à l’ ôte. ( ou : )
         - Il a in-n-eùy à marôde à puns , èt l’ ôte qui ravîse ô champète.
         ( Il regarde les pommes d’un côté et le garde-champêtre de l’autre.)

47 (quarante-sèt’)
                    Les aliments - exercices sur l'imparfait
                                         ***
Nous parlerons aujourd’hui de l’alimentation que nous pouvions préparer ici,
chez nous, à la cuisine.
         Nos dalons parleu ôjord’wî du minjeu que nos povin’ prèpareu chi, à no
         méson, dés l’cwîsine.
Au petit déjeuner, nous mangions habituellement du pain beurré avec du café
ou du lait. Quand nous étions malades, on nous donnait des biscottes et du thé.
         O d’juneu, nos minjin’ d’ abitûde du pin aveu du bûre aveu du cafeu ou
         bieu du lét. Quand nos ètin’ malâdes, on nos doun’wat dès biscotes èt
         du teu.
Le dimanche notre mère sortait du cramique, des petits pains, de la confiture,
du chocolat. Il y avait parfois de l’Ovomaltine (1).
         Eùl diméche, no man sortwat du cramique, dès m’ptits pins, dë l’
         marmëlâde, du chucolat. I-y-avwat tèqu’fwas d’ l’ Ovomaltine.
Pour le déjeuner, après le potage, les pommes de terre accompagnaient l’une
ou l’autre viande : bœuf, porc, mouton, ou une volaille : coq, poule ou encore
poulet.
         Pou l’ din.neu, apreus l’ soupe, lès pëtotes dalin’t’ aveu n’ viande ou
         bieu l’ ôte : beùf, pourchô, bëdot, ou bieu n’ volaye : cóq, pouye ou co
         pouleut.
Qu’y avait-il dans la soupe ? N’importe quel légume ou association de légumes :
poireaux, céléri, oignons, tomates, carottes et un peu de pommes de terre.
         Quô ç’ qu’ i-y-avwat dés l’ soupe ? N’importe qué (2) légume ou bieu
         mèlange dë légumes : poriôs, cèlèri, ougnons, tomates, carotes èt n’
         mîlète dë pëtotes.
On la passait avec un pilon en bois, qu’on faisait tourner en écrasant tout dans
une passoire à grands trous. Plus tard, sont apparus les presse-purée.
         On l’ pass’wat avèc in pilon é bos, qu’on fèswat tourneu é-n-ècrâsant
         tout’ dés n’ passwâre à grands trôs. Pus târd, sont v’nus lès pass’vite.
De toutes les soupes, c’est quand-même celle aux tomates que je préférais :
j’en raffolais !
          D’ toutes lès soupes, c’eùt quand-min.me eùl cieùne à tomates qu’ j’
          in.mwa l’ mieûs : c’ ètwat mal eùm’ goût !
Malheureusement, les tomates étaient rares à cette époque car sous le climat
que nous connaissions ici, et à moins d’un été extraordinaire, il fallait une serre
pour les cultiver.
          Pâr maleûr, lès tomates ètin’të râles à ç’ moumét-là pasquë aveu l’ tans
          qu’ nos counichin’ dôchi, èt à mwins d’ in a.oût’ ôrs ligne, i folwat n’ sêre
          pou lès cultiveu.



                                        608
(1) L’Ovomaltine était une boisson préparée à partir de lait chaud versé sur une
poudre chocolatée. (2) noter « qué » au lieu de « quél », car suivi d’une
consonne.

                                                                (quarante-wit’) 48
                 Les aliments - exercices sur l'imparfait - suite
                                        ***
Comme viande, il y avait aussi les lapins que nous élevions dans des clapiers,
dans un coin ou l’autre d’une remise ou d’une étable.
         Come viande, i-y-avwat ètou lès lapins qu’ nos al’vin’ dès dès câjes à
         lapins dès in cwin ou bieu l’ ôte d’ ène èrmîse ou bieu d’ ène ètôle.
Quelquefois, surtout pour un malade, on sacrifiait un ou deux pigeons qui
avaient roucoulé tout leur content au-dessus du toit, pendant des mois, près de
leur colombier.
         Quèt’fwas, surtout poûr in malâde, on tûwat un ou bieu deûs coulons
         qu’ i-z-avin’të roucouleu tout leû soû pa d’zeûr du twat, pèdant dès
         mwas, d’lé leû coulébieu.
Avec cela, des légumes de toutes sortes accompagnaient le repas de midi :
         Aveu cha, dès légumes dë toutes lès sortes dalin’t’ aveu l’ din.neu :
Ceux dont nous parlions en ce qui concerne la soupe, mais encore des petits
pois, des haricots, des choux, des salades, des chicons, des épinards, des
bettes, des mâches, de la ciboulette, du cerfeuil ou du persil.
         Lès ciuns qu’ nos d’ é parlin’ pou chô qui eùt dë l’ soupe, mès co dès
         m’ptits pwas, dès féves, dès chous, dès salâdes, dès chicóts, dès
         èpinârds, dès bètes, dès maches, dë l’ ciboulète, du chèrfeu ou bieu du
         pèrsin.
Tout cela était cuit dans des quantités de beurre ou de saindoux,
invraisemblables !
         Tout cha ètwat cwit dés dès masses dë bûre ou bieu d’ sindous, qu’ on
         n’ d’ a gneu idée !
On ne nous donnait presque jamais de desserts autres que ceux qu’on pouvait
récolter à la maison : au fond du jardin, le père cultivait des fraises et nous
pouvions cueillir des groseilles rouges ou de grosses groseilles vertes.
         On n’ nos doun’wat quasi jamés d’ dèssêrts ôtes quë lès ciuns qu’ on
         povwat ramasseu à l’ méson : dés l’ fond du gardin, eùl pa al’vwat dès
         fréses èt nos povin’ ceuyi dès groûsèyes ou bieu dès tones.
Selon les saisons, le verger fournissait des cerises, des pommes, des poires,
des prunes, des nèfles, des noix ou des noisettes.
         D’ apreus lès sésons, eùl vèrjeu doun’wat dès cèrîses, dès puns, dès
         pwâres, dès prones, dès nèpes, dès gôkes ou bieu dès nwasètes.
Mais les pâtisseries ( gâteaux, tartes ou autres ) étaient réservées pour les
dimanches ou les grandes occasions.
         Mès, lès pâtiss’rîes ( gatchôs, tartes ou bieu ôtes ) ètin’të wardées pou
         lès dîméches ou bieu lès grandès ocâsions.
Les boissons, c’était de l’eau du puits ou, plus rarement, de la bière légère,
pendant les repas. Avec le dessert on prenait parfois du café.
         Lès bwassons, c’ étwat d’ yô du puch ou bieu, pus râl’mét, dë l’ biêre
                                      609
        lëjêre é minjant. Aveu l’ dèssêrt on pèrdwat tèqu’fwas du cafeu

expression locale : ( quand il fait froid : )
- Pa ç’ tans-chi, on in.me mieûs in-n-ér dë feû qu’ in-n-ér dë musique !
49 (quarante-neùf)
                        Leçon n° 25 - les pronoms relatifs
                                          ***
qui      - sujet - c’est toi qui le dis - c’eùt vous qui l’ dit
         - c.t    - le frère à qui je le dis - eùl frére quë j’ li di
                  - la soeur à qui je le dis - eùl seûr quë j’ li di
                  - les parents à qui je le dis - lès paréts quë j’ leû (lun) di
                  - le frère pour qui je parle - eùl frére quë j’ pale poûr li
                  - la soeur pour qui je le fais - eùl seûr quë jë l’ fé poûr li
                  - les parents pour qui je le dis - les paréts qu’ jë l’ di pou eûs’
                  - lui, contre qui je parle - li, qu’ c’eùt conte li quë j’ pale
                  - elle, contre qui je parle - èle, qu’ c’eùt conte li quë j’ pale
                  - eux, contre qui je dis - eûs’, qu’ c’eùt conte eûs’ quë j’ di
                  - elles, contre qui je dis - eûs’, qu’ c’eùt conte eûs’ quë j’ di

que      - sujet - à l’heure qu’il est - à l’ eûre qu’ il eùt
         - ob.dir. - ce que femme veut ... - chô qu’ feùme veut ...

quoi     - c.t    - c’est à quoi je pense - c’eùt à chô quë j’ pésse
                  - quoi que je pense - quë j’ péssiche n’ importe quô

dont     - c.t    - la femme dont j’ai parlé - eùl feùme quë j’ d’ é parleu
                  - lui, dont la maison a brûlé - li, quë s’ méson a brûleu
                  - lui, dont on a vendu la maison - li, qu’ on vèdu s’ méson

où       - c.t    - je rêve du lit où tu es - ëj’ réve du lit’ a.usquë vos ètes

lequel - c.t      - l’homme pour lequel je vis - l’ ome quë j’ vi poûr li
                  - les h.s pour lesquels je dis - lès omes quë di poûr eûs’ (uns)
                  - la femme pour laquelle je vis - eùl feùme quë j’ vi poûr li
                  - les f.s pour lesquelles je dis - lès f.s quë j’ di poûr eûs’
                  - l’homme duquel je parle - l’ ome quë j’ pale dë li
                  - les hommes desquels je parle - lès omes quë j’ pale d’ eûs’
                  - la femme de laquelle je parle - eùl feùme quë j’ pale dë li
                  - les f.s desquelles je parle - lès feùmes quë j’ pale d’ eûs’
                  - l’homme auquel je donne - l’ ome quë j’ li doune
                  - les hommes auxquels je donne - lès omes quë leû doune
                  - la femme à laquelle je donne - eùl feùme quë j’ li doune
                  - les f.s auxquelles je donne - lès feùmes quë leû doune

quiconque - s.t - quiconque dira ... - n’ importe eùl quél qui dîra ...
          - c.t - pour quiconque pense que ... - pou l’ ciun qui pésse quë

                                        610
expression locale :
       - Eùl cureu n’ dit gneu mèsse deûx cóps pou lès min.mes yârds !
       ( je ne ferai pas le travail une deuxième fois sans compensation )

                                                                    (chinquante) 50
                        exercices sur les pronoms relatifs
                                         ***
Quoi que tu penses et qui que tu sois, il n’est peut-être pas toujours bon de le
dire à quiconque.
         Qu’ vos péssiche chô qu’ vos voleuz èt qu’ vos sunche n’ importë qui,
         i n’eùt pit’ète gneu toudis bon dë l’ dîre à n’importë qui.
L’homme dont je vous ai parlé hier et dont la fille se mariera l’an prochain ne
sait pas qui je suis.
         L’ ome quë j’ vos d’ é parleu ayêr èt quë s’ fîe va s’ marieu l’ anée qui
         vieut n’ sét gneu qui ç’ quë j’ sû.
La femme pour laquelle le docteur est venu a une affection contre laquelle il
n’y a rien grand-chose à faire.
Eùl feùme quë l’ mèd’cin a v’nu poûr èle a n’ maladîe qu’ i n’ a rieu grand côse à
         fé conte li.
Ce dont nous avons besoin, qui nous est le plus nécessaire, c’est la paix
pour laquelle tant de gens sont morts pendant les deux guerres.
         Chô qu’ nos avons danjeu, qui nos eùt l’ pus nècèssêre, c’eùt la pés
         qu’ i-y-a tant d’ jés qui ont mouru poûr li (èle) pèdant lès deûs guêres.
Le ménage dont on a vendu tous les meubles et dont le mari est souffrant ne
sait pas où il pourra dormir au soir.
         Eùl min.nâje qu’ on a vèdu tous sès meûbes èt qu’ l’ ome eùt malâde
         ën’ sét gneu a.usqu’ i poûra dormi ô nwît’.
Ce garçon-ci est le fils de l’homme dont je vous ai parlé hier.
         Eùç’ garchon-chi eùt l’ gamin d’ l’ ome quë j’ vos d’é parleu ayêr.
Les enfants que vous voyez sont ceux de la femme dont je vous ai montré le
travail et pour laquelle je demandais une place dans votre atelier.
         Lès éfants qu’ vos vèyeuz sont lès ciuns dë l’ feùme quë j’ vos é
         moutreu s’ n’ ouvrâje èt quë j’ dëmandwa n’ plache poûr li dés vo-n-
         atèyeu.
Dites-moi laquelle des deux filles est la vôtre et, en même temps, qui est celle
qui l’accompagne.
         Dites-më eùl quéle dès deûs fîes c’eùt li vôle èt, du min.me cóp, qui
         ç’ quë c’eùt l’ cieùne qui eùt aveu li (avèc èle).
expressions locales :
( Il ne faut pas remuer le fer dans la plaie. )
          - Pus qu’ on r’mûe in bré, pus qu’ I pûe !
( à propos d’une femme très maigre : )
          - Si on l’ rabotwat, on n’ ârwat gneu bran.mét d’ croles !
          - Èle a dès tètes come dès agnûres dë picron !
rions un peu :

                                       611
         - « Mi, » qu’ i dit l’ gamin « j’ réve dë gan.gneu deûs miyons pâr mwas,
         come eùm’ pa. »
         « I gan.gne deûs miyons pâr mwas, vo pa ? »
         « Non, mès i d’ é réve ètou … »

51 (chinquante èt yun)
                               Leçon n° 26 - La maison
                                           ***
Nous voilà de nouveau dans l’ancien temps : les maisons n’ont pas de hall
d’entrée.
           Nos v’là co in cóp ô tans passeu : lès mésons n’ ont gneu d’ colidôr.
On entre directement dans une pièce d’habitation et c’est soit la cuisine, soit la
pièce principale.
           On réte dirèc’ (d’ in cóp) dés n’ pièche pou vîve èt c’eùt ou bieu l’
           cwîsine ou bieu l’ bèle pièche.
Quand il y a une pièce principale – et il n’y en a pas dans toutes les maisons –
c’est là que les gens ont placé leurs plus beaux meubles et où on reçoit dans
les grandes circonstances.
           Quand i-y-a n’ bèle pièche - èt i n’ d’ a gneu dés toutes lès mésons -
           c’eùt dôlà qu’ lès jés ont mis leûs pus biôs meûbes èt a.usqu’ on
           r’çwatdés lès grandès ocâsions.
Donc, c’est là qu’on conserve la belle vaisselle, celle qu’il ne faut surtout pas
casser sous peine d’être puni, et d’aller dans le coin ou de recevoir du martinet !
           Adon, c’eùt dôlà qu’ on warde eùl bèle véssèle, eùl cieùne qu’ i n’ fôt
            surtout gneu skèteu à fôte d’ ète puni, èt d’ daleu dés l’ cwin ou bieu d’
           avwâr du martineut !
Il y a là le vaisselier avec, parfois, ses portes agrémentées de miroirs biseautés,
une solide table et des chaises en chêne. Le tout vernis ou soigneusement ciré
à la cire d’abeille.
            I-y-a dôlà l’ buffeut aveu, tamints cops, sès portes dècorées aveu dès
            murwas à bisôs, ène solîde tâbe èt dès kèyêres é kin.ne. Eùl tout’
            vièrnis ou bieu chireu aveu swin (1) à l’ chîre dë mouche à mièl.
La cuisine – dont nous avons déjà parlé auparavant – est souvent la plus
grande possible, car on y mange pratiquement tous les repas.
         Eùl cwîsine – quë nos d’ avons d’jà parleu pa d’vant – eùt souvét l’ pus
         grande possîbe, pasqu’ on-n-i min.je à pô preus tous lès r’pas.
Alors, il est inutile de la décrire à nouveau.
           Adon, cha n’ eùt gneu lès pin.nes dë l’ raconteu co in cóp.
A côté de la cuisine, ou dans un appentis proche, on trouve la pièce de lessive.
        D’lé l’ cwîsine, ou bieu dés in cari gneu lon, on troûve l’ èrlav’rîe.
Dans les maisons un peu plus cossues, les chambres sont situées à l’étage.
Elles ne sont pas très grandes et, évidemment, non chauffées.
        Dés lès mésons ène mîlète pus riches, lès chambes sont plachées é ôt.
        Èles në sont gneu fôrt grandes èt, bieu seûr, non côfées.

                                        612
D’ailleurs, rien n’est chauffé nulle part, sauf la cuisine.
         D’ ayeûrs, i n’ a rieu d’ côféu nûle vârt, ôrmis l’ cwîsine.
(1) noter la place de « aveu swin », traduisant l’adverbe.

                                                              (chinquante-deûs) 52
La maison - suite
                                            ***
La chambre est aussi simple que tout le reste.
           Eùl chambe eùt ôssi simpe quë tout l’ rèstant.
Le lit en bois massif est haut sur pattes. Un cadre très lourd entoure le sommier
qui est fait de ressorts et de crin.
           Eùl lit’ é bós plin eùt ôt su sès pates. In câde fôrt loûrd rétoûre eùl
           soumieu qui eùt fét aveu dès-z-èrsôrs èt du crin.
Si le lit est à deux places, il y a une table de nuit de chaque côté. Sinon, il n’y en
a qu’une.
           Si l’ lit’ eùt à deûs plaches, i-y-a n’ tâbe dë nwît’ à chaque coteu.
           Sinon, i n’ d’ a foc’ ène.
Quand les gens ont assez d’argent, la chambre comporte aussi une garde-robe.
Si la famille est aisée, les portes de cette garde-robe peuvent être garnies de
miroirs. Alors, on l’appelle une « armoire à glaces ».
           Quand lès jés ont dès yârds asseuz (1), eùl chambe a ène garde-
           robe étou (1). Si l’ famîe eùt à l’ ése, lès portes dë ç’ garde-robe-là
           peut’të ète garnîes aveu dès murwas. Adon, on l’ loume ène
           « armwâre à glaches ».
Dans les belles chambres, il y a une commode basse, dont le dessus est
recouvert de marbre blanc. On y place une aiguière et un broc rempli d’eau
claire.
           Dés lès bèlès chambes, i-y-a n’ comôde basse, quë s’ dëzeûr eùt
           racouvêrt aveu du marbre blanc. On-n-i meut ène éguyêre èt in
           garlot’ répli d’ yô frèche.
Dans le couloir qui donne accès aux chambres, on trouve généralement
l’escalier du grenier.
           Dés l’ colidôr qui min.ne à lès chambes, on troûve d’ abitûde eùl
           montée du guèrnieu.
Le grenier où les vent-coulis courent à l’aise, car les tuiles ne sont pas bien
jointes, est souvent un vrai capharnaüm rempli de vieilleries couvertes d’une
quantité de poussières.
           Eùl guèrnieu a.usquë lès courants d’ér keur’t’ à leû-n-ése, pasquë lès
           twiles ën’ sont gneu jwintîves, eùt souvét in vré cafarna.om’ répli d’
           rambîes èrcouvèrtes d’ ène masse dë poussiêres.
Les caves ne sont pas nombreuses : deux, c’est déjà beaucoup. L’une sert
de cave au charbon et l’autre de cave à provisions. Dans la cage d’escalier
de la cave, on pend une cage en bois dont les parois sont faites de toile de
moustiquaire : c’est le garde-manger !
           I n’ a gneu bran.mét d’ câves : deûs, c’eùt d’jà bôcop. I d’a ène (2)

                                        613
        qui sêrt dë câve à carbon èt l’ ôte dë câve à provisions. Dés l’
        dèssante dë câve, on pét ène gayole é bós qu’ sès coteus sont fèts
        aveu dë l’ twale à moustiquêre : c’eùt l’ gard’-minjeu !

    (1) noter la place différente de l’adverbe (2) « l’une » = « il y en a une qui»

53 (chinquante-trwas)
        Leçon n° 27 - les verbes - les participes présents et passés
                                            ***
* Les verbes en -eu (cant-eu)
  Le participe présent se forme en ajoutant au radical la terminaison -ant
  Le participe passé a la même forme que l’infinitif :
         participe présent              participe passé
         - cant-ant           - cant-eu
          Les verbes faisant exceptions ailleurs n’en font pas ici :
         - carieu → cari-ant, cari-eu           - èrsèreu → èrsèr-ant, èrsèr-eu
          - chufleu → chufl-ant, chufl-eu - lèyeu → lèy-ant, lèy-eu
          - daleu → dal-ant, dal-eu              - scweu → scw-ant, scw-eu
* Les verbes en -i (ba-ti)
   Le participe présent se forme en ajoutant au radical la terminaison
   - tichant. Le participe passé a la même forme que l’infinitif :
         participe présent                                participe passé
         - ba-tichant         - ba-ti
          Pour les participes présents, les exceptions suivantes ajoutent -ant
          - boul-ant , cour-ant , dorm-ant , kèy-ant , mint-ant , ouvr-ant
          tën-ant (t’n-ant) , sét-ant , sèrv-ant , sort-ant , souv’n-ant ,
          vën-ant (v’n-ant)
          Pour les participes passés, les exceptions suivantes sont :
              - cour-eû , kè-u , tën-u (t’n-u) , sét-u , souv’n-u , vën-u (v’n-u)
* Les autres verbes
          verbes en -de (rapan-de)
                  - rapan-dant - rapan-du ( exception : keûde → keû )
          verbes en -ne (rè-ne)
                  - rè-dant - rè-du ( exception : prène → pris )
          verbes en -re (dî-re)
                  - di-sant - di-t ( exceptions : trére → trét , moûre → moulu )
          verbes en -te (ba-te)
                  - ba-tant - ba-tu ( exception : coun’wate → counichant )
* Les verbes suivants font aussi exceptions plus ou moins importantes :
          - les verbes en -wâr remplacent le -wâr par -ant :
            - dëv-ant , fol-ant , onz-ant , pluv-ant , pov-ant , rav-ant , r’cëv-ant,
            vol-ant et divers autres : assîr → assisant ; rafinîr → rafinichant ;
            vîr → vèya ; ouvêr (ouvri) → ouvrant ; skeûr → scwant ; fé →
                      fèsant ; vîve → vîvant

Remarque importante à propos du participe passé :
                                        614
- il s’accorde s’il est employé avec le verbe être :
     - il est pendu : il eùt pèdu - elle est pendue : èle eùt pèdûe
     - ils sont pendus : i sont pèdus - elles sont pendues : èles sont pèdûes
- mais il ne s’accorde pas s’il est employé avec le verbe avoir :
     - je l’ai pendu : j’ l’ é pèdu - je l’ai pendue : j’ l’ é pèdu
     - je les ai pendus : j’ lès é pèdu - je les ai pendues : j’ lès é pèdu
                                                                   (chinquante-quat’) 54
                 exercices sur les participes présents et passés
                                              ***
( Remplacer le verbe par la forme qui convient - réponses en bas de page )

En s’asseyant ici, il a pu voir mieux qu’en restant derrière nous tous.
         É s’ (assîr) dôchi, il (povwâr) vîr pus mèyeûr qu’ é (d’moreu) pa d’jêre
         nous ôtes tèrtoutes.
« Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu », a dit César quand il est revenu des Gaules.
         J’ (v’ni), j’ (vîr), j’ (gan.gneu) », qu’il (dîre) Césâr quand il (r’vëni) dès
         Gôles.
En prenant celui-ci, vous eûtes beaucoup plus de plaisir que lui, qui a pris
l’autre.
         É (prène) ç’ ti chîle, vos (avwâr) bran.mét pus d’ plési qu’ li, qui
         (prène) l’ ôte.
En perdant son mari, elle a tout perdu. Sans compter que l’ayant, elle n’a jamais
su tenir un sou. Elle va aller gaspillant ce qu’il a mis de côté en ayant eu bien du
mal.
         É (pièrde) s’ n’ ome, èle tout (pièrde). D’jà quë l’ (avwâr), èle n’ jamés
         (savwâr) t’ni in yârd. Èle va daleu (garcëneu) chô qu’ il (ramasseu) é-
         n- (avwâr) bran.mét du mô.
En étant distrait, il n’a pas vu qu’en bouillant, le lait jaillit de la casserole et se
répandit sur tout le dessus du feu qui fut couvert de saleté.
         É-n-(ète) distrét, i n’ gneu (vîr) qu’ é (bouli), l’ lét (spiteu) dëôrs dë l’
         cas’role èt s’ (rapande) sur tout l’ dëzeûr du feû qui (couvri) dë
         sal’teu.
C’est en abattant l’arbre qui fut touché par l’orage, qu’il ne s’est pas retiré vite
assez : une grosse branche tomba sur lui et lui accrocha la jambe.
         C’eùt é-n-(abate) l’ arbe qui (prène) d’ l’ orâje, qu’ i n’ s’ gneu
        (r’sakeu) râde asseuz : ène grosse branke (kè.i) sûr li èt li (arokteu) l’
         gambe.
En sachant cela et en se souvenant du passé, il n’entreprit pas le travail et il
abandonna son projet en ne rendant pas, ainsi, le service qu’il aurait pu.
         É (savwâr) cha èt é s’ (souv’ni) du passeu, i n’ (étèrprène) gneu l’
         travay èt il (abandouneu) s’ n’ idée, é n’ (rène) gneu, léssi, l’ sèrvice
         qu’ il (povwâr).
Elle prit les deux morceaux de toile et, en les tendant, elle les a cousus
ensemble avec un bon fil à coudre .
         Èle lès (prène) deûs morciôs d’ twale èt, é lès (tène), èle lès (keûde)
         ésan.ne aveu du bon fil à keûde.
                                         615
assîsant - a po.u - d’morant - é v’nu - é vu - é gan.gneu - a dit - a r’vënu -
pèrdant - aveuz ô.u - a pris - pièrdant - a pièrdu - avant - a so.u - garcënant - a
ramasseu - avant ô.u - ètant - a vu - boulant - a spiteu - a rapandu - a èteu
couvêrt - abatant - a èteu pris - a r’sakeu - a kè.u - a arokteu - savant -
souv’nant - a étèrpris - a abandouneu - rèdant - ârwat po.u - a pris - tèdant - a
keû
55 (chinquante-chinq’)
                             Leçon n° 28 – Le jardin
                                         ***
Si vous aviez connu les beaux jardins de notre enfance, où il y avait de si beaux
légumes de toutes sortes, de part et d’autre de belles allées, et où les
mauvaises herbes ou les pissenlits ne pouvaient pas pousser !
         Si vos avîz couneû lès biôs gardins d’ no jon.ne tans, a.usqu’ i-y-avwat
         d’ si biôs légumes dë toutès sortes, dë chaque coteu d’ bèlès alées, èt
         a.usquë lès criôs ou bieu lès pichoulit’s ën’ povin’të gneu l’veu !
Retournons dans le temps jadis et retrouvons un de ces jardins.
         Ralon’ dés l’ tans passeu èt r’trouvon’ in d’ cès gardins-là.
Parfois, ils sont entourés de rangées d’espaliers qui fournissent des pommes ou
des poires de toute beauté. Les fruits sont même souvent protégés, en
attendant d’être mûrs, par des sachets en papier.
         Tèqu’fwas, i sont réclos pa dès rangs d’ èspayeus qui doun’të dès puns
         ou bieu dès pwâres ’d’ toute biôteu. Les frwits sont min.me souvét
         garantis, é-n-atèdant d’ ête meûrs, pa dès saclóts d’ papieu.
On cultive aussi des groseilliers rouges ou à grosses groseilles vertes, des
framboisiers et leurs framboises saignant leur jus, des mûriers (ah, les bonnes
mûres mûres !).
         On ayeùve ètou dès groûsieus roûjes ou bieu à tones, dès frambésieus
         èt leûs frambéses san.nant leû jus, dès meûrieus (ah, lès bonès
         meumeûres meûres !).
Parfois même, il y a un griottier et ses cerises au goût acide et un néflier dont
on attendait de peler les nèfles en automne.
         Tèqufwas min.me, i-y-avwat in cèrisieu dou nôrd èt sès cèrîses
         surtes èt in népieu qu’ on atèdwat d’ pèleu sès nèpes à l’ ôtome.
Une bonne partie du jardin est occupée par les pommes de terre qu’il faudra
buter au moment opportun.
         Ène bone partîe du gardin eùt ocupée pa lès pëtotes qu’ i fôra buteu an
         tans voulu.
Pour le reste, on a le choix entre carottes, laitues, bettes, céleris, cerfeuil,
poireaux, petits pois, et encore d’autres.
         Pou l’ rèstant, on a l’ chwas ètêr carotes, létûes, bètes, cèlèris, chèrfeu,
         poriôs, p’tits pwas, èt co d’-z-ôtes.
On peut choisir entre deux sortes de haricots : les nains d’une part et ceux à
rames qui, eux, demandent plus de travail.
         On peut chwasi étêr deûs èspéces dë féves : lès nins d’ in coteu èt lès
         ciuns à rames qui d’mand’të, eùs’, pus d’ travay.
Quelques fleurs donnent des taches de couleurs; selon les saisons : muguets,
primevères, géraniums, bégonias, roses, lupins, pivoines, dahlias.
                                       616
      Ène saquantès fleûrs doun’të dès takes dë couleûrs; d’ apreus lès
      sésons : mugueuts, prim’vêres, jèraniom’s, bègonias, rôses, lupins,
      pivwanes, dalias.
En somme, peu de fleurs, car il faut être économe !
      Some tout’, gneu bran.mét d’ fleûrs, pasqu’ i fôt ète èconome !

                                                             (chinquante-sîs’) 56

        Leçon n° 29 - L’année : les mois, les saisons et les fêtes
                                   ***
les mois
       janvier        janvieu       juillet       juyeut
       février         fèvieu       août           a.out’
       mars            march        septembre      sètambe
       avril          avri          octobre       octôbe
       mai            mé            novembre       novambe
       juin           jwin          décembre       déçambe

les saisons
        au printemps         ô marcn
        en été               ô bon tans (é-n-èteu)
        en automne           à l’ ôtome
        en hiver             é-n-îvêr

                                      ***

L'année commence le premier janvier. C'est le jour de l'an. Ce peut être un
quelconque jour de la semaine.
         L' anée këméche eùl prëmieu d' janvieu (1). C'eùt l' joû d' l' An. Cha
         peut ète n' importë qué joû dë l' sëmin.ne.
Le premier mois est janvier. On fête l'Epiphanie à la fin des vacances de Noël.
         Eùl prëmieu mwas eùt janvieu. On fiète lès Rwas à l' fin dès conjeus du
         No.é (1)
Le deux février, vient la Chandeleur. Quant au Carême, il peut commencer en
février comme en mars.
         Eùl deûs d’ fèvieu (1), vieut l' Chand'leûr. Quant ô Carème, i peut
         k'mécheu é fèvieu come é march.
La fête de Pâques vient mars ou en avril. Elle est l'occasion des vacances de
Pâques.
         Lès Pâques (1) vieut't' é march ou bieu é-n-avri. Èles sont l' ocâsion
         dès conjeus d' Pâques.
Le printemps commence toujours le vingt et un mars. On dit qu'on est au
printemps.
         Eùl printans këméche toudis eùl vint èt yun d’ march. On dit qu' on eùt ô
         march.
A Pâques sont liées les fêtes de l'Ascension et de la Pentecôte. Leurs dates
varient.
                                      617
        À lès Pâques (1) sont r'louyées lès fiètes dë l' Asçansion èt dë l'
        Pant'côte. Leùs dates canj’të.
Le premier mai est le jour de la fête du travail.
        Eùl prëmieu d' mé (1) eùt l' joû dë l' fiète du travay.
(1) on traduit « de janvier, etc… », « du Noël » et « les Pâques »

57 (chinquante-sèt’)

    Leçon n° 30 – Les dates, jours de la semaine et moments du jour
                                         ***
- Quel jour sommes-nous ? Le quantième sommes-nous, donc ?
         - Qué joû qu’ nos somes ? Eùl quél quë nos somes, adon ?
- Eh bien, aujourd'hui ? Nous sommes le onze novembre 2003. C'est
l'Armistice, qui fête la fin de la première guerre.
         - Éh bë, ôjord’wî ? Nos somes l’ onze dë novambe dë deûs mile
         trwas. C’eùt l’ Armistisse, qu’ i fiéte eùl fin dë l’ prëmiêre guêre.
- Cette année, la fête tombe un dimanche. Mais cela peut être un jour
quelconque de la semaine : le lundi, le mardi, le mercredi, le jeudi, le vendredi,
ou le samedi.
         - Eùç’ n’ année-chi, l’ fiéte két in dîméche. Mès cha peut ète n’
         importë qué joû dë l’ sëmin.ne : eùl lundi, l’ mardi, l’ mècrëdi, l’ jëdi, l’
         vandrëdi (vèrdi), ou bieu l’ sam’di.
- Hier, nous étions donc samedi dix et, avant-hier, le vendredi neuf.
         - Ayêr, nos ètin’ adon sam’di dîs èt, l’ joû d’ avant ayêr, eùl vèrdi neùf.
- Demain, nous serons le lundi douze et après-demain, le mardi treize.
         - D’min, nos sârons l’ lundi doûze èt apreus-d’min, eùl mardi
         trêze.
- Hier matin, les soldats se sont levés à l'aurore. Ils ont répété le défilé; hier
midi, ils ont pris une bonne soupe et, hier après-midi, ils ont astiqué leurs
bottines et leur uniforme.
         - Ayêr ô matin, lès sôdârds s’ ont l’veu à lès m’ptites eûres. I-z-ont
         rèpèteu l’ défileu ; ayêr ô din.neu, i-z-ont avaleu n’ bone soupe èt, ayêr
         apreus-din.neu, i-z-ont astiqueu leûs godasses èt leû t’nûe.
- Hier soir, ils ont rejoint leur caserne.
         - Ayêr ô swâr, i-z-on raleu à leû gasèrme.
- Et aujourd'hui matin, ils ont défilé. Après-midi, ils auront un bon dîner. Ce
repas durera jusqu'au crépuscule. Le soir, on leur accordera quelques heures
de sortie.
         - Ét ôjordwî ô matin, i-z-ont dèfileu. Apreus din.neu, i-z-âront in bon
         din.neu. Ç’ minjeu'là dûr’ra jusqu’ à l’ breùne ; ô swâr, on leû doun’ra
         ène saquantès eûres dë sortîe.
Ainsi, cette semaine-ci, nous avons eu un jour de congé. Nous n'en avons pas
eu la semaine dernière. Et nous n'en aurons pas non plus la semaine
prochaine, ni la semaine suivante.
         - Léssi (linssi), eùç’ sëmin.ne-chi, nos avons ô.u in joû d’ conjeu. Nos
         n’ d’ avons gneu ô.u l’ sëmin.ne passée. Ét nos n’ d’ ârons gneu non
         pus l’ sëmin.ne qui vieut, ni non pus l’ sëmin.ne d’ apreus.
                                        618
rengaine :
- Bonswâr, Mârîe clape-chabóts,
  r’trousseuz bieu vo cote, r’trousseuz bieu vo cote ;
  Bonswâr Mârîe clape-chabóts,
  r’trousseuz bieu vo cote, quand vos direuz co !
                                                           (chinquante-wit’) 58
                      Leçon n° 31 - Les heures - l'âge
                                      ***
( conversation entre Victwâre (v) et sa petite voisine Julîe (j) )

v - Quelle heure est-il ?
           - Quéle eûre qu’ il eùt ?
j - Attendez une minute, je vais voir à l'horloge murale ou à la pendule (qui est
sur la cheminée).
           - Atèdeuz n’ minute, ëj’ va raviseu à l’ orlôje ou bieu ô régulateûr.
v - Mais non ! regarde à ta montre ...
           - Mès non ! raviseuz à vo monte …
j - Si vous voulez ! Mais les aiguilles sont plus petites ...
           - Si vos voleuz ! Mès lès èguyes sont pus m’ptites …
v - Bah, qu'est ce que cela peut te faire ? Essaye quand-même.
           - Bah, quô ç’ quë cha peut vos fé ? Aprouveuz quand-min.me.
j - Il est dix heures cinq. Non, excusez-moi : seulement dix heures. Donc, dans
dix heures, il sera vingt heures.
           - Il eùt chinq minutes apreus dîs eûres. Non, èscusèz-m’ : foc’ dîs
           eûres. Adon, dés dîs eûres, i sâra wit’ eûres ô nwît’.
v - Il est déjà si tard que cela ?
           - Il eùt d’jà si târd quë cha ?
j - Quoi ? Vous pensiez qu'il était plus tôt ? Ne savez-vous pas que le temps
passe très vite ?
           - Quô ? Vos péssîz qu’ il ètwat pus tépe ? N’ savéz-t-i gneu quë l’ tans
           passe fôrt râde ?
v - Certainement. Encore plus que toi ... Mais enfin, j'en suis toujours étonnée.
           - Bieu seûr. Co pus qu’ vous … Mès pou fini, j’ d’ é sû toudis
           stoumakée.
j - Vous savez, il n'y a que vingt quatre heures dans une journée ...
           - Vos saveuz, i n’ a foc’ vint-quat’ êures dés n’ journée …
v - Oui, oui, bien sûr que je le sais, et il n'y a que soixante minutes dans une
heure et soixante secondes dans une minute ...
           - Win, win, bieu seûr quë jë l’ sé, èt i n’ a foc’ swassante minutes dés
           ène eûre èt swassante sëcondes dés n’ minute …
j - Depuis que nous causons, un quart d'heure est passé et il est maintenant dix
heures et quart. Dans un autre quart d'heure, il sera dix heures et demie.
           - Dëspwis l’ tans qu’ nos d’visons, in quârt d’ eûre a passeu èt il eùt
           mënant dîs eûres èt quârt. Dés in ôte quârt d’ eûre, i sâra dîs eûres èt
           d’ mîe.
v - Me prends-tu pour une idiote ? Je sais aussi que dans une demi-heure il
                                       619
sera dix heures quarante cinq.
        - Eùm’ pèrdéz-ti pou n’ dëmeurée? Ëj’ sé ètou qu’ dés n’ dëmi-eûre i
        sâra l’ quârt pou onze eûres (l’ quârt d’ onze eûres).



59 (chinquante-neùf)
                      Leçon n° 31 - les heures - l’âge - suite
                                           ***
j - Et dans une heure trois quarts, il sera midi.
          - Ét dés in-eûre trwas quârts , i sâra midi.
v - Et dans douze heures, il sera dix heures et quart du soir !
          - Ét dés doûze eûres, i sâra dîs eûres èt quârt ô nwît’ !
j - Et une heure trois quarts après, il sera minuit.
          - Ét in-n-eûre trwas quârts apreus, i sâra doûze eûres ô nwit’.
v - Ainsi, nous arriverons à demain. Zut ! Demain, c'est mon anniversaire !
          - Linssi, nos ariv’rons à d’min. Zut ! D’min, c’ eùt m-n-anivèrsêre (mès
          ans) !
j - Pas vrai ? Et, quel âge aurez-vous ?
          - C’eùt gneu vré ? Èt quél âje âréz ?
v - J'aurai septante ans.
          - J’ âré sètante ans.
j - Je vous félicite. C'est une fameuse durée !
          - J’ vos fèlicite. Ç’ t’ in fameûs bay !
v - Oui, mais c'est la vraie vieillesse qui commencera bientôt ... Toi, tu es
encore jeune. C'est le bel âge. En fait, quel âge as-tu, toi ?
          - Win, mès c’eùt l’ vrée vièyèsse qui k’méch’ra bieutôt … Vous, vos ètes
          co jon.ne. C’eùt l’ bèl âje. Pou fini, quél âje avéz, vous ?
j - Moi ? Vingt ans sans trop tarder.
          - Mi ? Vint ans sans lon couri.
v - Comme c'est encore jeune ! Tu as toute la vie devant toi.
          - Come c’eùt co jon.ne ! Vos aveuz tout la vîe d’vant vous.
j - Peut être ... On dit que c'est le bel âge. Hier encore j'étais adolescente. Me
voilà une femme adulte. Et cela ne m'empêchera pas de vieillir ...
          - Pit’ète … On dit qu’ c’eùt l’ bèl âje. Co ayêr j’ ètwa jon.ne fîe. Më v’là n’
          feùme adule. Et cha n’ ampèch’ra gneu d’ vyèyi …
v - Tout le monde devient vieux, tu sais .... Toi, moi, tout le monde ! Comme on
le dit toujours : « C'est la vie ... »
          - Tout l’ monde dëvieut vieûs, savéz … Vous, mi, tout l’ monde !
Come on l’ dit toudis : « C’eùt la vîe … »


rions un peu : lès rèdacsions dès èlèves …

- Eùl Méte doune ène rèdacsion à lès èlèves. Eùl tite c’eùt : « Les feuilles
tombent ; c’est l’automne. »
Eùl Gusse a fini bran.mét pus râde quë lès ôtes, èt i r’meut s’ travay.
                                         620
Eùl Mète lit : « Cha m’ ètone ! »

- Eùl Gusse èrmeut l’ rédacsion qu’ i folwat fé su l’ sujeut « Le sucre », èt l’ Méte
lit : « Eùl chuke eùt blanc. I doune in monvés goût ô cafeu quand on a omis d’ é
mète dëdés. »

                                                                     (swassante) 60

                        Leçon n° 32 - les pronoms indéfinis
                                           ***
aucun - i n’ d’ a gneu in qui                  - i n’ d’ a gneu in qui a v’nu
aucune - i n’ d’ a gneu ène qui                - i n’ d’ a gneu ène qui a dit
d’aucuns ... - i d’ a qui ...                  - i d’ a qui péss’të quë ...
autre (m. et f.) - ôte                         - èle d’ in.me in-n-ôte
                                               - i d’ in.me ène ôte
autrui - lès ôtes - i fôt in.meu lès ôtes
certains ... - i d’ a qui ...                  - i d’ a qui péss’të quë ...
chacun (e) - chaque                            - i-z-ont v’nu chaque dë s’ coteu
grand-chose - grand-côse                       - cha n’ vôt gneu grand-côse !
l’un ... l’ autre - eùl prëmieu ... l’ ôte     - eùl prëmieu a v’nu, l’ ôte non
l’une ... - eùl prëmiêre ... l’ ôte            - eùl prëmiêre a v’nu, l’ ôte non
maints (es) - tamint (es) - tamints sont v’nus
                                               - i sont v’nus tamints cóps
                                               - ëj’ d’ é vu tamintes
même - min.me                                  - ç’ t’ à lès min.mes quë j’ l’ é dit
nul - (voir : aucun)
on - on - pwîsqu’ on vos l’ dit !
personne - pèrsone                             - pèrsone n’ a v’nu
plusieurs - in saquant                         - i d’ a v’nu in saquant
                                               - on a vu n’ saquantès feùmes
quelque chose - ène (n’) sakeu                 - il a n’ sakeu
quelqu’un - quéqu’ un                          - on l’ a moutreu à quéqu’ un
quiconque - èùl ciun qui ...                   - eùl ciun qui mintwat ètwat puni
              - n’ importe qui ...,            - n’ importe qui peut l’ fé
rien - rieu                                    - rieu n’ a canjeu
tel - té                                       - ç’ t’ in té qui m’ l’ a dit
telle - téle                                   - ç’ t’ ène téle qui m’ l’ a dit
tout - tout - tout’                            - i vos fôt toudis tout’ !
tous - tèrtoutes                               - i sont v’nus tèrtoutes
toutes - tèrtoutes                             - èles sont v’nûes tèrtoutes

expressions locales :

         - Eùl ciun qui s’ brûle, i s’ assîra su sès cloques
         - Quand on dit à un homme « Ne vous dérangez pas ! », il répond :
         « Jë n’ më dèrinj’ré gneu. Quô ç’ quë m’ feùme dîrwat, si jë m’
         dèrinj’rwa ??? »
                                         621
rions un peu : eùl combe ô tribunâl …

        - Quô ç qui peut ariveu d’ pus fôrt pa d’vant l’ tribunâl ?
        C’eùt l’ ciun qui a tweu s’ pa èt s’ man, èt qui d’mande ô jûje d’     vw r
                                                                              a â
pitcheu d’ li à côse qu’ il eùt orfëlin !
61 (swassante èt yun)


                          exercices - les pronoms indéfinis
                                           ***
Pour la façon de réussir, ll n’ y a rien de tel que de travailler. L’un vous dira
blanc, l’autre vous dira noir, mais moi, je vous dis qu’il n’y en a aucune autre.
          Pou l’ maniêre dë rèussi, I n’ a rieu d’ té, quë d’ travayeu. Eùl
          prëmieu vos dîra blanc, l’ ôte vos dîra nwâr, mès mi, j’ vos di qu’ i n’
          d’a gneu ène ôte.
C’est autre chose de savoir si on est suffisamment intelligent.
          C’eùt ôte côse dë savwâr si on eùt malin asseuz. (1)
Naturellement, de ceux avec qui vous parlerez, maints vous diront qu’il faut être
très intelligent.
          Naturèl’mét, dès ciuns qu’ vos d’vis’reuz avèc eùs’, tamints vos dîront
          qu’ i fôt ète fôrt malin.
Moi, je dis que certains que j’ai connus n’avaient pas grand chose comme
intelligence, mais n’avaient rien à envier à personne car ils travaillaient plus
que tel ou telle.
          Mi, j’ di qui d’ a qu’ j’ é couneûs qui n’ avin’të gneu grand côse dés
          leû tchète, mès qui n’ avin’të gneu d’ anvîe à avwâr à pèrsone pasqu’
          i travayin’të pus qu’ té ou bieu téle.
Et ils arrivaient à réussir presque aussi bien que quelqu’un d’intelligent,qui
avait travaillé moins qu’eux.
          Èt i-z-arivin’t’ à rèussi quasi ôssi bieu quë quéqu’ un d’ malin qui
          avwat travayeu mwins qu’ eùs’.
Malheureusement, tous ne sont pas convaincus qu’il faut arriver à l’examen
en ayant étudié tout ce qui se trouve dans le cours.
          Maleûreûs’mét (pâr maleûr), i n’ sont gneu seûrs tèrtoutes (2) qu’ i fôt
          s’ amin.neu ô concoûrs (à l’ compôsission) é-n-avant ètudjeu tout
          chô qui eùt dés l’ coûrs.
Donc, il ne faut plus vous tracasser, ne rien laisser au hasard, et ne pas aller
devant le professeur si vous avez cru qu’il y avait quelque chose que vous
pouviez ne pas étudier.
          Adon, i n’ fôt pus carmasseu, n’ rieu lèyeu à l’ azârd, èt gneu daleu
          pa d’vant l’ méte si vos aveuz pésseu qu’ i-y-avwat n’ sakeu qu’ vos
          povîz n’ gneu ètudjeu.
Que chacun de vous retienne bien cela !
          Qu’ chaque dë vous-ôtes èrtëniche bieu cha !

(1) rappel : place de l’adverbe (2) noter la place différente du pronom
                                      622
rengaine de farandole : ( à répéter sans discontinuer )

- Quand nos s’ érirons, nos s’ érirons tèrtoutes, nos s’ érirons tèrtoutes …
  Quand nos s’érirons, nos s’ érirons tèrtoutes ( et reprendre sans fin … )

                                                      (swassante-deûs’) 62


                      Leçon n° 33 – La nature environnante
                                        ***
Nous avons quand même bien de la chance de vivre sur notre terre où nous
pouvons nous promener aussi bien dans de larges vallées que dans des plaines
ou des montagnes.
         Nos avons quand min.me bran.mét dë l’ chance dë vîve su no têre
         a.usquë nos povons s’ pourmëneu ôssi bieu dés dès larguès valées
         qu’ dés dès plin.nes ou bieu dès montagnes.
Certains pays ont des difficultés, mais chez nous, il y a de l’eau qui court
dans les rivières et les torrents, s’en allant plus ou moins vite vers les lacs ou
la mer.
         I-y-a dès pèyis qui-z-ont dès rûses, mais chë nous-ôtes (dôchi) (1), i-
         y-a d’ yô qui keûrt dés lès riviêres èt lès torants, s’ é dalant pus ou
         mwins râde du coteu dès lacs ou bieu d’ la mêr.
On peut pêcher de beaux poissons : anguilles, brochets, gardons, tanches,
perches et goujons. Les épinoches … il y en a des quantités !
         On peut pèkeu dès biôs pichons : anguiyes, brocheuts, roches,
         tanches, pèrkes èt goûvions (boûjons). Lès èpinokes … I d’ a dès
         masses !
Nous avons des pâturages dont l’herbe verte fait le plaisir des vaches, des
taureaux et des chevaux, sans oublier les moutons. Dans les champs, les
fermiers produisent des céréales, des betteraves, du maïs, des pommes de
terre et bien d’autres choses encore.
         Nos avons dès patûres qu’ leû-n-yèrpe vèrte fét l’ binés’teu dès
         vakes, dès tôrs èt dès g’vôs, sans omète lès bëdóts. Dés lès camps,
         lès céssieus font (2) dès cèrèales, dès bèt’râles, du maïs, dès
         pëtotes èt co (3) bran.mét d’ ôtès aféres.
Nos fermes regorgent d’un beau bétail (les porcs sont nombreux), et les
gens élèvent coqs, poules, dindes, pigeons, lapins et que sais-je !
         Nos césses sont réplîses d’ bèlès biètes (i-y-a bran.mét d’ pourchôs),
         èt lès jés tieut’të cóqs, pouyes, didines, coulons, lapins èt quô ç’ quë
          j’ sé !
Dans les vergers viennent aussi des cerisiers, des pommiers, des poiriers,
des pruniers et autres arbres fruitiers.
         Dés lès vèrjeus vieut’t’ ètou dès cèrisieus, dès pumieus, dès
         pwarieus, dès prounieus èt ôtes frwitcheus.
Ce n’est pas pour rien que nous nous y connaissons un brin dans les
cerises, pommes, poires et prunes …
                                      623
        C’eùt gneu pou rieu qu’ nos s’ i counichons n’ mîlète dés lès cèrîses,
        puns, pwâres èt prones …

(1) traduire par « ici » (2) « produire » se traduirait par « douneu » s’il
s’agissait des champs eux-mêmes (3) noter la position différente de
« encore »
63 (swassante-trwas)
                                   la nature - suite
                                           ***
Des saules - nos oliviers du nord - plient leur feuillage au dessus des eaux
de nos rivières.
          Dès sôs - nos olivieus du nôrd - plouy’të leûs feuyes pa d’zeûr dès
          yôs d’ nos riviêres.
Tout le long des canaux, ce sont le plus souvent des peupliers.
          Tout ô long dès canals, c’eùt l’ pus souvét dès poupieus.
Les bois sont couverts de chênes, hètres, frênes ou bouleaux et, dans les
Ardennes, il y a beaucoup de sapins formant des forêts profondes.
Lès bós sont racouvêrts aveu dès kin.nes, foyôs, fran.nes èt blancs-bós èt,
          dés lès Ardènes, i-y-a bran.mét d’ sapins fèsant dès foreuts
          parfondes.
Nous avons divers oiseaux. En allant des plus petits aux plus grands : les
troglodytes, les rouge-gorges, les pinsons, les mésanges, les merles, les
grives, les pies, les corbeaux, et encore beaucoup d’autres à qui je ne pense
pas actuellement.
          Nos avons difèrants mouchons. É dalant dès pus m’ptits à lès pus
          grands : lès èrwiclóts, lès roûje-gorjes, lès wîdjeus, lès masékes, lès
          mèrlârs, lès gréves, lès agaches, lès carbôs, èt co bran.mét d’-z-ôtes
          quë jë n’ i pésse pus pou l’ moumét (tout mënant).
Habituellement, les haies sont constituées de buissons d’aubépine ou de
charmes. Dans ceux-ci les hannetons sont nombreux.
          D’ abitûde, lès-z-és sont fètes aveu dès bouchr’ons d’èpènes ou bieu
          d’ carmes. Dés ç’ t’ un chîles, i-y-a bran.mét dès brou.ans
          (précheûs).
Evidemment, les conditions météorologiques varient. Il y a plusieurs sortes
de vents, mais le plus méchant est le vent du nord, un vent glacial.
          Naturèl’mét, eùl tans canje. I-y-a n’ saquantès sortes dë véts, mès l’
          pus michant c’eùt l’ vét d’ bîse, in vét qui pigne.
Il pleut en toute saison et même parfois des jours entiers. Cette pluie, ce
peut être des averses abondantes, de la bruine ou de petites pluies fines.
Par contre, en été, il peut faire très sec.
I pleut an tout tans èt min.me tèqu’fwas dès joûrs durant. Ç’ pieùve-là, cha
          peut ète dès draches, dë l’ brwine ou bieu dès soris qui pich’të. D’ in-
          n-ôte coteu, à l’ a.out’, i peut fé sèc come pirète.
Mais à l’inverse en hiver, nous connaissons la gelée et la neige, la brume et
le brouillard. Ainsi, notre temps est très variable.
          Mès ô contrére é-n-îvêr, nos counichons l’ jèlée èt l’ néje, eùl breùme
          èt l’ broûyârd. Linssi, no tans eùt fôrt canjant.
                                      624
expressions locales :

- Pus ç’ quë l’ djâle a, pus qu’ i veut avwâr ! (on n’a jamais assez d’argent !)
- Grand diseû, m’ptit fèseûs ! (qui parle le plus fait le moins !)
- tout seû, c’eùt vré.mét n’ pëtite binde ! (la solitude, c’est dur à supporter !)
                                                                 (swassante-quat’) 64
                  Leçon n° 34 - Les pronoms démonstratifs
                                          ***
celui - celui qui est venu - eùl’ (l’) çun (ciun) qui eùt v’nu
                  - celui-ci est le vrai - ç’ti chîle eùt l’ vré
                  - celui-là est le mauvais - ç’ti lâle eùt l’ monvés

ceux       - ceux d’Ath - lès çuns (ciuns) d’ Ât’
                   - ceux-ci sont les vrais - ç’tuns chîles sont lès vrés
                   - ceux-là sont les mauvais - ç’tuns lâles sont lès monvés

celle      - celle qui m’aime - eùl (l’) ceùne (cieùne) qui m’ in.me
                    - celle-ci me l’a dit - ç’tèle chîle më l’ a dit
                    - celle-là ne m’aime pas - ç’tèle lâle në m’ in.me gneu

celles - celles qui donneront - lès ceùnes (cieùnes) qui doun’ront
                - celles-ci sont bonnes - ç’tèles chîles sont bones
                - celles-là sont mauvaises - ç’tèles lâles sont monvéses

ce         - sujet - ce pourrait être mauvais - cha pourwat ète monvés
                     - ce fut une grande joie - cha a èteu in grand plési
           - c.t     - selon ce qu’on m’a dit - d’ apreus chô qu’ on m’ a dit
                     - c’est ce qu’on dit - c’eùt chô qu’ on dit

cela, ça            - cela ira - cha dira (va daleu)
                    - montre-moi ça - moutrèz-më cha
                    - ce n’est pas pour ça - cha n’ eùt gneu pou cha

ceci       (se traduit le plus souvent par « cela ») :
           - montrez-moi ceci - moutrèz-më cha
                   (si l’on veut vraiment insister sur la proximité, on traduit plutôt
                   comme « montrez-moi cette chose-ci ! »
                   - moutrèz-më ç’ n’ afére-chi

Expression locale :

           - Quand l’ éfant eùt batiseu , on s’ fout du pârin !
           - Ète môrt c’eùt rieu : eùl pus pîre, c’eùt d’ mori !

rions un peu : eùl mèd’cin èt l’ buveû …

                                          625
- In mèd’cin aproûve d’ amin.neu in buveû à n’ pus bwâre èt i li dit :
« Raviseuz lès biètes. Èles, ô mwins, èles bwat’të d’ yô èt èles peut’të s’ arèteu
d’ bwâre du moumét qu’ èles n’ ont pus swa. »
« Mi étou, » qu’ i dit l’ buveû « si j’ buvrwa d’ yô, j’ sârwa m’ arèteu d’ bwâre du
moumét quë j’ n’ ârwa pus swa … »
65 (swassante-chinq’)
                       exercices - les pronoms démonstratifs
                                            ***
Ceci est donc une leçon sur ce chapitre important qui est celui des pronoms
démonstratifs.
           Adon cha eùt (ç’ eùt) n’ lëçon su ç’ chapite principal qui eùt l’ ciun
           (l’çun) dès pronoms dèmonstratifs.
Celui qui connaît déjà les règles peut les expliquer à celui qui ne les a pas
apprises.
           Eùl ciun (çun) qui coun’wat djà lès régues peut lès èspliqueu ô ciun
           (çun) qui n’ lès a gneu aprîses.
Celles-ci sont plus faciles que celles des participes passés !
           Ç’ tèles chîles sont pus ésées qu’ lès cieunes (ceùnes) dès
           participes passeus !
Tout le monde sait que celles-ci sont plus difficiles que celles-là !
           Tout l’ monde sét quë ç’ tèles chîles sont pus dificiles quë ç’ tèles
           lâles !
Il suffit que celui ou celle qui en parle ait été suffisamment clair pour que tous
ceux et celles qui entendu la leçon puissent la retenir.
           I n’ fôt foc’ quë l’ ciun (çun) ou bieu l’ cieùne (ceùne) qui d’ é pale
           unche èteu clér asseuz pou qu’ tous lès ciuns (çuns) èt lès cieùnes
           (ceùnes) qu’ i-z-ont étèdu l’ lëçon sunch’të l’ èrtëni.

Quelques expressions locales :
      - Eùl truc n’ a daleu qu’ d’ ène fèsse !
                 ( l’affaire a marché de travers. )
      - À l’ méson d’ in môrt, on peut lèyeu l’ porte ouvèrte …
                 ( ce que l’on dit lorsqu’on a oublié de fermer sa braguette …)
      - Douneu à pus riche quë li, c’eùt pècheu !
      - À s’ méson, quand i n’ pleùt gneu, i goute !
                 ( se dit de quelqu’un qui est toujours favorisé par la chance.)
      - Dèmèfieuz-vous, pasquë vos aveuz à fé à ène archèle !
                 ( méfiez-vous car vous avez à faire à un menteur ! )
      - I côfe eùl’ foû pou in-n-ôte ...
                 ( se dit de quelqu’un qui courtise une fille, sans espoir. )
      - I n’ a foc’ lès bôdeuts qui n’ pièrd’të gneu leûs pwals …
                 ( pour rassurer un homme devenu chauve trop vite … )
      - Vos direuz l’ èrqué à pirót quèquète à Mons …
                 ( dit à celui qui n’a pas d’espoir de récupérer un bien prêté. )
      - Dès boulètes, dès boulètes, dès boulètes dë g’vô, c’eùt gneu cha
        qu’ i nos fôt : ç’ t’ in bon limèrô !!!
                                       626
                 ( regaine à l’occasion du tirage au sort. )
        - Èle a fét lès Pâques pa d’vant lès Ramôs …
                 ( se dit d’une jeune fille qui est enceinte avant le mariage. )
        - Èle a èteu prîse à patûre !
                 ( idem, mais en évoquant les génisses parfois mises en
        contact trop tôt avec des taurillons plus actifs que prévu… )
                                                                 (swassante-sîs’) 66
             Leçon n° 35 - les verbes - les autres temps usités
                                        ***
■ Le passé antérieur
        On le forme en ajoutant le participe passé au passé composé du
        verbe avoir
   - verbes en -eu :       - quand j’ai eu chanté - quand j’ é ô.u canteu
   - verbes en -i :        - quand j’ai eu bâti       - quand j’ é ô.u bati
   - verbes en -de :       - quand j’ai eu répandu - quand j’ é ô.u rapandu
   - verbes en -ne :       - quand j’ai eu rendu      - quand j’ é ô.u rèdu
   - verbes en -îre :      - quand j’ai eu ri - quand j’ é ô.u ri
   - verbes en -te :       - quand j’ai eu battu      - quand j’ é ô.u batu

■ L’infinitif passé et l’infinitif surcomposé
         l’infinitif passé se forme en ajoutant le participe passé à l’infinitif du
         verbe avoir, et l’infinitif surcomposé en ajoutant le participe passé
         à l’infinitif passé du verbe avoir :
                    - avwâr canteu - avwâr ô.u canteu
                    -  bati         -   bati
                    -  rapandu -   rapandu
                    -  rèdu         -   rèdu
                    -  ri           -   ri
                    -  batu         -   batu

■ Le plus-que-parfait
        on le forme en ajoutant le participe passé à l’imparfait du verbe avoir
                 - j’ avwa canteu (bati, rapandu, rèdu, ri, batu), etc ...

■ Le futur antérieur
        on le forme en ajoutant le participe passé au futur du verbe avoir :
                 - j’ âré canteu (bati, rapandu, rèdu, ri, batu), etc ...

■ Le conditionnel passé
       on le forme en ajoutant le participe passé au conditionnel présent du
       verbe avoir :
                - j’ ârwa canteu (bati, rapandu, rèdu, ri, batu), etc ...

■ Le subjonctif imparfait
       on le forme en ajoutant le participe passé au subjonctif présent du
       verbe avoir:

                                       627
                    - qu’ j’ unche canteu (bati, rapandu, rèdu, ri, batu), etc ...
Proverbe :
          - On n’ régrèsse gneu lès pourchôs à yô clére !
                    ( On n’a rien de bon sans consentir les moyens ! )
          - I peut fé l’ pwarieu, i n’ kéra rieu ôrs dë sès poches !
          ( Il est complètement sans ressources ! )
67 (swassante-sèt’)
                                 Leçon n° 36 - l’école
                                           ***
Il importe peu que les bâtiments de l’école aient été riches ou pas. Ce qui est
important, c’est que c’est là que nous nous sommes formés et qu’on nous a
appris à vivre en hommes et femmes.
          Cha n’ a gneu d’importance quë lès batiméts d’ l’ ècole unche èteu
          riches ou bieu non. Chô qui conte, c’eùt qu’ c’eùt dôlà qu’ nos s’ avons
          formeu èt qu’ on nos a apris à vîve é-n-omes èt feùmes.
L’école comportait une cour de récréations, souvent avec un préau où nous
pouvions jouer à l’abri des intempéries.
          L’ ècole avwat n’ coûr dë rècrèâssion, souvét avèc (1) in prèyô a.usquë
          nos povin’ jweu à couvêrt dès monvés tans.
Au fond de la cour, nous trouvions des urinoirs et l’un ou l’autre W.C.
          Dés l’ fond dë l’ coûr, nos trouvin’ dès pichwâres èt n’ basse-cambe
          ou bieu l’ ôte.
Un couloir précédait la classe. Une série de patères était destinée à recevoir
nos vêtements qu’ils soient d’été ou d’hiver.
          In coulwâr vën’wat pa d’vant l’ classe. Éne ranjée d’ crocheuts ètwat
          fète pou r’cëvwâr nos loques qu’ èles sunch’të d’ èteu ou bieu d’ îvêr.
Mais ce qui nous laisse le plus de souvenirs, c’est la pièce de la classe elle-
même. C’était notre deuxième maison ! Exactement comme l’Instituteur était
comme un deuxième père.
          Mès chô qui nos lèye eùl pus d’ souv’nîrs, c’eùt l’ pièche dë l’ classe li
          min.me. C’ ètwat nos deûsième méson ! Jusse eùl min.me quë l’ Méte
          ètwat come in deûsième pa.
En plein milieu, il y avait un poêle cylindrique dont le conduit en tôle allait
rechercher la cheminée.
          É plin mitan, i-y-avwat in feû cilindrique quë s’ bûse é tole dalwat r’ké l’
          këminée.
Devant le tableau noir une longue estrade recevait le bureau de l’Instituteur et,
de là, il voyait tout ce qui se passait. Rien ne lui échappait !
          Pa d’vant l’ tâblô nwâr ène longue èstrâde èrcëvwat l’ bûrô du Méte èt,
          dë d’là, i vèywat tout chô qui s’ passwat. I n’ avwat rieu pou li ècapeu !
Tout le long du tableau courait une rigole en bois qui conservait les craies et les
chiffons dont on se servait pour nettoyer le tableau.
          Tout l’ long du tâblô dalwat ène rigole é bós qu’ èle gardwat lès crées
          èt lès loques qu’ on s’ é sèrvwat pou nèto.yeu l’ tâblô.
Au dessus pendait une série de cartes de géographie de la Belgique, de
l’Europe et du monde.
          Pa d’zeûr pèdwat n’ sérîe d’ cartes dë jèografîe dë l’ Bèljique, dë l’
                                        628
        Eûrope èt du monde.

(1) « avec » s’écrit ici « avèc » et non « aveu » car précédent une voyelle.


                                                                  (swassante-wit’) 68
                                    l’école – suite
                                          ***
C’était encore le temps où l’Instituteur pouvait nous donner une petite punition
corporelle sans que nos parents rouspètent. Bien loin de là. IIs nous donnaient
même une punition supplémentaire à la maison !
          C’ ètwat co du tans a.usquë l’ Méte povwat nos douneu ène pëtite
          corècsion sans qu’ nos paréts trouvich’t’ à r’dîre. A bieu lon preus. I nos
          dounin’të min.me ène punission d’ pus à l’ méson !
La classe était divisée en deux rangées de bancs de part et d’autre d’une allée
centrale.
          Eùl classe ètwat sèparée é deûs rangs d’ bancs d’ in coteu èt d’ l’ ôte d’
          in passâje ô mitan.
Les bancs en bois - selon la richesse du village, du peuplier, du pitchpin, du
hêtre ou du chêne - avaient un pupitre qu’on pouvait relever.
          Lès bancs é bós - d’ apreus l’ richèsse du vilâje, du poupieu, du
          pich’pin, du foyô ou du kin.ne - avin’t’ in pupite qu’ on povwat r’lëveu.
Le casier situé sous le pupitre nous servait évidemment à ranger nos
fournitures scolaires, mais que ne nous a-t-il pas servi à dissimuler tant d’
autres trésors licites ou non …!
          Eùl câsieu qui ètwat pa d’zous l’ pupite nos sèrvwat bieu seûr à mète
          nos aféres d’ ècole, mès quô ç’ qu’ i n’ nos a gneu sèrvi à mucheu tant
          d’ ôtès trésôrs pèrmis ou non … !
C’est ainsi qu’on y trouvait, à côté des cahiers, des livres, des plumes, des
crayons et des touches, des choses aussi diverses que des billes, des galets,
des papillons séchés et même des hannetons dans des boites d’allumettes.
          C’eùt léssi qu’ on trouvwat d’dés, à coteu dès cayeus, dès lîves, dès
          pleùmes, dès crèyons èt dès touches, dès aféres ôssi difèrantes quë
          dès mâbes, dès boutchôs, dès papiyons r’sèkis èt min.me dès brou.ans
          dés dès bwates d’ alumètes.
Dans le fond de la classe, près d’un grand meuble bibliothèque, un étagère
portait le globe terrestre et une balance avec ses divers poids : les plus petits en
cuivre ; le kilo et le demi-kilo étaient en fonte et on pouvait les prendre avec un
anneau.
          Dés l’fond dë l’ classe, d’lé in grand meûbe bibiotèque, ène ètajêre
          portwat l’ glôbe tèrèsse èt n’ balanche aveu sès difèrants pwads : lès
          pus m’ptits é cwîve ; eùl Kilo èt l’ dëmi-kilo étin’t’ é fonte èt on povwat
          lès prène avèc in aniô.
L’étagère portait encore des volumes géométriques : en bois, un décimètre
cube (un litre), des cônes et des pyramides ; en zinc, des mesures de capacités
dont on se servait pour nous apprendre les volumes.

                                       629
        L’ ètajêre portwat co dès volumes jèomètriques : é bós, in dècimèt’cûbe
        (in lite), dès cônes èt dès piramîdes ; é zinc’, dès m’zûres dë capaciteus
        qu’ on s’ é sèrvwat pou nos aprène lès volumes.



69 (swassante-neùf)

  Leçon n° 37 - le conditionnel et le subjonctif des verbes en -eu et -i
                                      ***
Verbes en -eu (exemple : cant-eu)
         conditionnel                      subjonctif présent
 1 : -rwa        ëj’ cant-rwa              -iche quë j’ cant-iche
 2 : -rîz        vos cant-rîz              -      qu’ vos 
 3 : -rwat       i cant-rwat               -      qu’ i 
 4 : -rin’       nos cant-rin’             -      qu’ nos 
 5 : -rîz        vos cant-rîz              -      qu’ vos 
 6 : -rin’t’     i cant-rin’t’             -ich’t’ qu’ i cant-ich’t’
     -rin’të     i cant-rin’të             -ich’të qu’ i cant-ich’të
         Les verbes suivants font exceptions plus ou moins importantes :
                 - carieu -       - dont le radical varie entre cari et carî
                 - chufleu       - dont le radical varie entre chufl et chufèl
                 - daleu         - dont le radical est hors-normes
                 - èrsèreu       - pour les verbes en -èreu
                 - lèyeu         - dont le radical varie entre lèy et lé
                 - scweu         - dont le radical varie entre scw et èskeûs

Verbes en -i (exemple : ba-ti)
         conditionnel                         subjonctif présent
 1 : -tirwa      ëj’ ba-tirwa        -tichice        quë j’ ba-tichiche
 2 : -tirîz      vos ba-tirîz        -              qu’ vos 
 3 : -tirwat     i ba-tirwat         -              qu’ i 
 4 : -tirin’     nos ba-tirin’       -              qu’ nos 
 5 : -tirîz      vos ba-tirîz        -              qu’ vos 
 6 : -tirin’t’   i ba-tirin’t’       -tichich’t’     qu’ i batichich’t’
     -tirin’të   i ba-tirin’të       -tichich’të     qu’ i batichich’të

        Les verbes suivants forment les exceptions du groupe :
                 - bouli - couri - dormi - kè.i - minti - mori - ouvri - têni (t’ni) séti -
                 sèrvi - sorti - souv’ni - vëni (v’ni),
        mais il est impossible de détailler ici toutes les variantes.

expression locale :
- Mète lès chabóts d’ in môrt. ( prendre la place d’un décédé )

rions un peu :
                                         630
- Eùl feùme dit à s’ n’ ome : « K’mét trouvéz m’ gatchô ? »
« Vos lès aveuz fét vous-min.me ? » qu’ i d’mande l’ ome.
« Win. Pouquô ? » « Pasquë, eùm’ man fèswat lès min.mes. »
« Dë Djou ! Quë j’ sû binése ! » « I n’ a gneu d’ quô : ç’ t’ à côse d’ eùs’ quë m’
pa a divorceu ! »

                                                                     (sètante) 70

     exercices - le conditionnel et le subjonctif des verbes en -eu et -i
                                     ***
( transposer les présents suivants au conditionnel présent et au subjonctif, à
la même personne : )

présent                   conditionnel                       subjonctif
ëj’ cante                 ëj’ cantrwa                        quë j’ cantiche
vos minjeuz               vos minjrîz                        qu’ vos minjiche
i vont                    i dirin’t’ (të)                    qu’ vos daliche
vos blankicheuz           vos blankirîz                     qu’ vos blankichiche
i rabache                 i rabachrwat                       qu’ i rabachiche
èles muchèn’të            èles muchrin’t’                    qu’ èles muchnich’t’
vos t’neuz                vos térîz                          qu’ vos t’niche
nos carculons             nos carculrin’                     qu’ nos carculiche
i bénit                   i bénirwat                         qu’ i bénichiche
vos raviseuz              vos ravis’rîz                      qu’ vos ravisiche
nos dalons                nos dirin’                         qu’ nos daliche
i carîe                   i carîrwat                         qu’ nos caryiche
nos cantons               nos cant’rin’                      qu’ nos cantiche
vos din.neuz              vos din.n’rîz                      qu’ vos din.niche
i ravîse                  i ravis’rwat’                      qu’ i ravisiche
i ravîs’t’ (‘të)          i ravis’rin’t’ (‘të)               qu’ i ravisich’t (‘të)
i dôrt                    i dormirwat                        qu’ i dormiche
i keûrt                   i cour’rwat                        qu’ i couriche
i chufèle                 i chufèlrwat                       qu’ i chufliche
i din.n’t’                i din.nrin’t’ (‘të)                qu’ i din.nich’t’ (‘të)
nos amin.nons             nos amin.n’rin’                    qu’ nos amin.niche
èles nôris’të             èles nôririn’t’ (‘të)             qu’ èles nôrich’të (‘t’)
vos fèblicheuz            vos féblirîz                       qu’ vos féblichiche
èle tchoûle               èle tchoûlrwat                     qu’ èle tchoûliche
i wâle                    i wâlrwat                          qu’ i wâliche
nos èrnètichons           nos èrnètirin’                     qu’ nos èrnètichiche
i r’vèrdistë (‘t’)        i r’vèrdirin’t’ (‘të)              qu’ r’vèrdich’t’ (‘të)
vos siroteuz              vos sirotrîz                       qu’ vos sirotiche
nos sèrons                nos sèr’rin’                       qu’ nos sèriche
vos salicheuz             vos salirîz                        qu’ vos salichiche
èles cant’të              èles cantrin’të                    qu’ èles cantich’të

expressions locales :
                                        631
        - Ëj’ d’ é min.jrwa su l’ tchète d’ in tigneûs !
        ( j’en mangerais sur la tête d’un teigneux ! )
        - C’eùt come si vos d’mand’rîz à in pourchô s’ i veut dou lét batu !
        ( car les porcs adorent le lait battu … )


71 (sètante èt yun)
     Leçon n° 38 - le conditionnel et le subjonctif des autres verbes
                                      ***
         conditionnel                       subjonctif présent
verbes en -de (rapan-de) (exceptions pour tous les temps : keûde)
 1 : -drwa        ëj’ rapan-drwa         -diche       quë j’ rapan-diche
 2 : -drîz        vos rapan-drîz                      qu’ vos ---------
 3 : -drwat       rapan-drwat                         qu’ I )
 4 : -drin’       nos rapan-drin’                     qu’ nos )
 5 : -drîz        vos rapan-drîz                      qu’ vos )
 6 : -drin’t’     i rapan-drin’t’       -dich’t’      qu’ i rapan-dich’t’
     -drin’të    i rapan-drin’të         -dich’të qu’ i rapan-dich’të
verbes en -ne (rè-ne) (exceptions pour tous les temps : prène) !
 1 : -drwa        ëj’ rè-drwa          -diche                  quë j’ rè-diche
 2 : -drîz        vos rè-drîz           - ) qu’ vos rè- )
 3 : -drwat       i rè-drwat            - ) qu’ i rè- )
 4 : -drin’       nos rè-drin’         - ) qu’ nos rè- )
 5 : -drîz        vos rè-dîz            - ) qu’ vos rè- )
 6 : -drin’t’      i rè-drin’t’        -dich’t’       qu’ i rè-dich’t’
     -drin’të    i rè-drin’të          -dich’të       qu’ i rè-dich’të
verbes en -re (dî-re) (exceptions pour tous les temps : trére - moûre)
 1 : -rwa         ëj’ dî-rwa         -siche                    quë j’ di-siche
 2 : -rîz         vos dî-rîz          -)           qu’ vos di- )
 3 : -rwat        i dî-rwat           - ) qu’ i di- )
 4 : -rin’        nos dî-rin’         - ) qu’ nos di- )
 5 : -rîz         vos dî-rîz          - ) qu’ vos di- )
 6 : -rin’t’      i dî-rin’t’       -sich’t’          qu’ i disich’t’
     -rin’të      i dî-rin’të        -sich’të         qu’ i disich’të
verbes en -te (ba-te) (exceptions pour tous les temps : coun’wate - mète) !
 1 : -trwa        ëj’ ba-trwa        -tiche                      quë j’ ba-tiche
 2 : -trîz       vos ba-trîz          - ) qu’ vos ba- )
 3 : -trwat      i ba-trwat           - ) qu’ i ba- )
 4 : -trin’      nos ba-trin’         - ) qu’ nos ba- )
 5 : -trîz       vos ba-trîz          - ) qu’ vos ba- )
 6 : -trin’t’    i ba-trin’t’        -tich’t’                    qu’ i ba-tich’t’
     -trin’të    i ba-trin’të       -tich’të                     qu’ i ba-tich’të

Les verbes suivants font exceptions et d’ailleurs pour tous les temps : !
        - les verbes en -wâr (dëvwâr - folwâr - onzwâr - pluvwâr - povwâr
          ravwâr - r’cëvwâr - volwâr
                                       632
        - et divers : ! assîr - rafinîr - vîr - ouvêr - skeûr - fé - vîve

Expression locale : ( à propos d’un individu particulièrement clairvoyant )
       - Quand i sâra pris d’ l’ orâje, c’eùt qu’ i n’ âra gneu vu v’ni l’ èclêr !


                                                           (sètante-deûs) 72
         exercices - conditionnel et subjonctif des autres verbes
                                     ***
( transposer les présents suivants au conditionnel présent et au subjonctif, à
la même personne : )

présent                    conditionnel                          subjonctif

nos rions                  nos rîrin’                            qu’ nos rîyiche
nos rabatons               nos rabat’rin’                        qu’ nos rabatiche
i dèkét                    i dèkèdrwat                           qu’i dèkèdiche
vos rapandeuz              vos rapandrîz                         qu’ vos rapandiche
nos dèpèdons               nos dèpèdrin’                         qu’ nos dèpèdiche
i vwat’të (‘t’)            i vérin’të (‘t’)                      qu’ i vèyich’të (‘t’)
i dèmèt’t’ (të)            i dèmètrin’t’ (të)                    qu’ i dèmètich’t’ (të)
i dîs’t’ (të)              i dîrin’t’ (të)                       qu’ i disich’t’ (të)
i pleut                    i pluvrwat                            qu’ i pluviche
i bwat                     i buvrwat                             qu’ i buviche
vos fèdeuz                 vos fèdrîz                            qu’ vos fèdiche
i rabat                    i rabatrwat                           qu’ i rabatiche
èle dètint                 èle dètindrwat                        qu’ èle dètindiche
nos aprënons               nos apèrdrin’                         qu’ nos apèrdiche
èle fond                   èle fondrwat                          qu’ èle fondiche
vos dèbateuz               vos dèbatrîz                          qu’ vo dèbatiche
nos pèrdons                nos pèrdrin’                          qu’ nos pèrdiche
èle proumeut               èle proumètrwat                       qu èle proumètiche
i môdit                    i môdirwat                            qu’ i môdichiche
i combat’t’                i combat’rin’t’                       qu’ i combatich’t’
i comprét’të               i compèrdrin’të                       qu’ i compèrdich’t’
èles rît’të (‘t’)          èles rîrin’të (‘t’)                   qu’ èles riyich’të (‘t’)
vos pièrdeuz               vos pièrdrîz                          qu’ vos pièrdiche
nos abatons                nos abatrin’                          qu’ nos abatiche
vos rabateuz               vos rabatrîz                          qu’ vos rabatiche
èle débat                  èle dèbatrwat                         qu’ èle dèbatiche
vos condwîseuz             vos condwîs’rîz                       qu’ èle condwîsiche
vos compèrdeuz             vos compèrdrîz                        qu’ vos compèrdiche
èles mèt’të                èles mètrin’të                        qu’ èles mètich’të

rions un peu :

- Eùl gamin èrvieut du concoûrs èt i raconte à s’ pa chô qu’ i s’ a passeu :
                                         633
« À m’ n’ idée, pa, eùl Méte qui m’ pôswat lès quèstchons ètwat in vré porteû d’
falót (calotin).»
« Win ! Èt à quô ç’ quë vos aveuz vu cha ? »
« Èh bë, à chaque cóp quë j’ rèpondwa, i raviswat è l’ ér èt i diswat : Mon Djeu,
Mon Djeu, Mon Djeu ! ! ! »

73 (sètante-trwas)
                  Leçon n° 39 - les moyens de communication
                                          ***
Avant midi, le facteur est passé et a déposé notre courrier.
          Pa d’vant l’ din.neu, eùl’ facteûr a passeu èt a mis no courieu.
Il a déposé les lettres, les prospectus et le journal dans notre boîte aux lettres
qui est située près de la rue.
          Il a mis lès lètes, lès rèclames èt l’ gazète dés no bwate à lètes qu’
          èle eùt plachée d’lé l’ rûe.
Il y avait une lettre de mon amie Léontine qui habite à Irchonwelz, au chemin
des Cureurs.
          I-y-avwat n’ lète dë m’ coumarâde Yontine qu’ èle dëmeûre (1) à l’
          Chonwé, ô k’min dès Cureûrs.
Il y en avait une autre de mon oncle Alphonse qui, lui, habite à Ath, à la rue du
Chapelain.
          I d’ avwat ène ôte dë m’ mononke Fonse qui d’meûre, li, (2) à l’ rûe du
          Chap’lin.
Comme il n’y a pas d’urgence pour répondre à Léontine, je lui enverrai
simplement une lettre que je posterai demain.
          Vu qu’ i n’ a rieu qui prèsse pou rèponde à Yontine, ëj li évouyré foc’
          ène lète quë j’ mètré d’min à la posse.
Je prendrai une belle grande feuille de papier à lettres ; je prendrai ma plus
belle plume et une enveloppe adéquate.
          Ëj pèrdré ène bèle feùye dë papieu minisse ; ëj’ pèrdré m’ pus bèle
          pleùme èt ène év’lope come i fôt.
J’essaierai de faire comme l’Instituteur nous a toujours dit de faire. Je collerai
un timbre et je cacheterai mon enveloppe.
          J’ aprouv’ré d’ fé come eùl Méte nos a toudis dit d’ fé. Ëj col’ré in timbe
          èt j’ cach’tré m’ n’ év’lope.
A mon oncle Alphonse, j’ enverrai plutôt un télégramme, car il me demande de
lui répondre le plus vite possible.
          À m’ mononke Fonse, j’ évouyré putôt in tèlègrame, pasqu’ i m’
         dëmande dë li rèponde eùl pus râde possîbe
Si encore il avait le téléphone ! Mais il n’a jamais voulu en entendre parler !
          Si co il ârvwat l’ tèlèfone ! Mès i n’ a jamés volu d’ è-n-étène
          parleu !
Encore bien que je ne doive pas porter mes lettres moi-même en vélo, en
motocyclette ou en voiture pour les acheminer là où je le désirerais.
         Co bieu qu’ jë n’ dëviche gneu porteu mès lètes mi-min.me à
         biciclète, à moto ou bieu an vwatûre pou lès amin.neu dôlà a.usquë jë
         l’ voudrwa.
Nos petits chemins sont si mal entretenus, avec leurs nids de poules. Les
grands chemins ne sont déjà pas si faciles !
         Nos p’tits k’mins sont si mô ètèrtënus, aveu leûs nits dë pouyes. Lès
         grandès routes ën’ sont djà gneu si ésées !


                                       634
(1) « habite » est traduit ici par « dëmeûre » parce qu’on prononce « qu’ èl’
    dëmeûre » (2) ici, « habite » est traduit par « d’meûre » parce que situé
    entre deux voyelles. De plus, noter la place différente de « li ».




                                                           (sètante-quat’) 74
  Leçon n° 40 - verbes - deux exemples de tous les temps possibles
                                  ***
monteu ( monter )
       je monte                       ëj’ monte
       je monterai                    j’ mont’ré
       je montais                     ëj’ montwa
       je montai                      j’ é monteu
       je monterais                   ëj’ montrwa
       j’aurai monté                  j’ âré monteu
       j’avais monté                  j’ avwa monteu
       j’eus monté                    j’ é ô.u monteu
       j’aurais monté                 j’ ârvwa monteu
       que je monte                   quë j’montiche
       que j’aie monté                qu’ j’ aviche monteu
       que j’eusse monté              qu’ j’ unche monteu
       est-ce que je monte ?          c’eùt-i quë j’ monte ?
       monterai-je ?                  c’eùt-i quë j’ mont’ré ?
       montais-je ?                   c’eùt-i quë j’ montwa ?
       est-ce que je montai ?         c’eùt-i qu’ j’ é monteu ?
       monterais-je ?                 c’eùt-i quë j’ montrwa ?
       est-ce que j’aurai monté ?     c’eùt-i qu’ j’ âré monteu ?
       avais-je monté ?               c’eùt-i qu’ avwa monteu ?
       aurais-je monté ?              c’eùt-i qu’ j’ ârwa monteu ?
       monte !                        monteuz !
èrmète ( remettre )
       je remets                      j’ èrmeu
       je remettrai                   j’ èrmètré
       je remettais                   j’ èrmètwa
       je remis                       j’ é r’mis
       je remettrais                  j’ èrmètrwa
       j’aurai remis                  j’ âré r’mis
       j’avais remis                  j’ avwa r’mis
       j’eus remis                    j’ é ô.u r’mis
       j’aurais remis                 j’ ârwa r’mis
       que je remette                 qu’ j’ èrmètiche
       que j’aie remis                qu’ j’ aviche èrmis
       que j’eusse remis              qu’ j’ unche èrmis
       est-ce que je remets ?         c’eùt-i qu’ j’ èrmeu ?
       est-ce que je remettrai ?      c’eùt-i qu’ j’ èrmètré ?

                                    635
        remettais-je ?                      c’eùt-i qu’ j’ èrmètwa ?
        est-ce que je remis ?               c’eùt-i qu’ j’ é r’mis ?
        remettrais-je ?                     c’eùt-i quë j’ èrmètrwa ?
        est-ce que j’aurai remis ?          c’eùt-i qu’ j’ âré r’mis ?
        avais-je remis ?                    c’eùt-i qu’ avwa r’mis ?
        eus-je remis ?                      c’eùt-i qu’ j’ é r’mis ?

75 (sètante-chinq’)
               exercices sur l’impératif et les autres temps
                                   ***

décomposé en ses radical et terminaison. Fournir les formes correspondant aux
personnes (selon le chiffre) et aux temps indiqués en tête de colonne.

impératif          plus-que-parfait condit. Passé              subj. Imparfait

doun-euz ! (1)       j’ avwa douneu j’ ârwa douneu            qu’ j’ unche douneu
bèn-icheuz ! (1)              béni                béni         béni
rapand-euz ! (2)     vos âvîz rapandu vos ârîz rapandu         qu’ vos  rapandu
pèrd-euz ! (2)                pris                pris         pris
pièrd-euz ! (2)               pièrdu              pièrdu       pièrdu
al’zéz ! (3)          il avwat daleu        il ârwat daleu     qu’ il unche daleu
dites ! (3)                   dit                 dit          dit
bré-yeuz ! (4)       nos avin’ bré       nos ârin’ bré        qu’ nos unche bré
dans-euz ! (4)                danseu              danseu       danseu
mèt-euz ! (6)        i-z-avin’të mis      i-z-ârin’të mis     qu’ i-z-unch’të mis
abat-euz ! (6)                abatu               abatu        abatu
dorm-euz ! (5)       vos avîz dormi vos ârîz dormi            qu’ vos unche dormi
viv-euz ! (3)         il avwat vi         il ârwat vi         qu’ il unche vi
tor-deuz ! (3)                tordu               tordu        tordu
rassi-seuz ! (5)      vos avîz rassis vos ârîz rassis         qu’ vos unche rassis
ètin-deuz ! (5)               ètint               ètint        ètint
minj-euz ! (1)        j’ avwa minjeu j’ ârwa minjeu           qu’ j’ unche minjeu
ri-yeuz ! (1)                 ri                  ri           ri
rè-deuz ! (4)        nos avin’ rèdu nos ârin’ rèdu            qu’ nos unche rèdu
vôm-icheuz ! (4)              vômi                vômi         vômi
fin-icheuz ! (6)    i-z-avin’të fini     i-z-ârin’të fini     qu’ i-z-unchtë fini
tin-deuz ! (6)                tint                tint         tint
brûl-euz ! (6)                brûleu              brûleu       brûleu
péss-euz ! (3)      il avwat pésseu il ârwat pésseu           qu’ il unche pésseu
raba-teuz ! (3)               rabatu              rabatu       rabatu
fon-deuz ! (4)     nos avin’ fondu nos ârin’ fondu           qu’ nos unche fondu
col-euz ! (4)                 coleu               coleu        coleu
dèpè-deuz ! (1)    j’ avwa dèpèdu j’ ârwa dèpèdu             qu’ j’ unche dèpèdu
sé-teuz ! (1)                       sétu          sétu         sétu
pri-yeuz ! (2)     vos avîz priyeu vos ârîz priyeu           qu’ vos unche priyeu
                                       636
expression locale

        - On-n-in.me mieûs vîr sès talons qu’ sès pwintes !
        - Vos dîrîz toudis qu’ i s’ a l’veu du monvés pieud !
        ( se dit d’un homme de caractère difficile )

                                                                 (sètante-sîs’) 76

                         Leçon n° 41 - les lieux et directions
                                           ***
■ Où irions-nous promener aujourd’hui ?
          A.usquë nos dirin’ pourmëneu ôjordwî ?
● Eh bien ! Et si nous allions par le chemin qui commence là-bas ? Ou bien par
la rue qui arrive ici ?
          Èh bë ! Èt si nos dalin’ pô k’min qui k’méche lô-vô ? Ou bieu pa l’ rûe
          qu’ èle arîve dôchi ?
■ Non, sais-tu. Car, par le chemin tu arriveras à la grand-route, et par la rue tu
n’arriveras nulle part …
          Non, séz. Pasquë, pô k’min vos arivreuz ô paveu, èt pa l’ rûe vos n’
          arivreuz nule vârt …
● Et si nous allions par là-devant, alors ? C’est un beau sentier, hein ?
          Èt si nos dalin’ pa là-d’vant, adon ? Ç’ t’ ène bèle pièssinte, hin ?
■ À mon avis, ça serait le mieux : il conduit vers la place.
          À m’ n’ idée, qu’ cha sârwat l’ mieûs : èle min.ne à l’ plache.
● Quelle place, donc ?
          Qué plache, dë ?
■ Eh bien, la place de la gare. Tu ne t’en souviens plus ?
          Èh bë, l’ plache dë l’ èstâssion. Vos n’ s’ é souv’neuz pus ?
● Non ! Et même, je ne reconnais pas ce hameau-ci … C’est quand même
quelque chose de perdre la mémoire !
          Non ! Èt min.me, quë j’ n’ èrcoun’wa gneu ç’ n’ amiô-chi … C’eùt q a d un
min.me ène sakeu d’ pièrde eùl mémwâre !
■ Bah, il ne faut pas te faire de bile pour cela. Moi non plus, je ne sais plus tout
à fait le nom d’une telle place, d’une telle rue, d’un tel hameau.
          Bah, i n’ fôt gneu vos fé du mouron pou cha. Mi non pus, jë n’ sé pus
          ‘t’ à fét l’ nom d’ ène téle plache, d’ ène téle rûe, d’ in téle amiô.
● Encore bien si j’avais su par quel faubourg on arrive à la ville en venant de
Tournai !
          Co bieu si j’ ârwa so.u pa qué fourboûr qu’ on s’ amin.ne à l’ vile é
          v’nant d’ Tourné !
■ C’est par la Place Verte, n’est-ce pas, et le hameau des « mal contents ».
          C’eùt pa l’ Plache Vèrte, ènon, èt l’ amiô dès môs contéts.
● Je me suis toujours demandé pourquoi on dit cela de ces gens-là. Ils n’ont
pourtant pas l’air plus grincheux que d’autres. Pas plus, en tous cas, que ceux
du faubourg de Mons ne font l’effet d’être des baudets !
          J’ m’ é toudis d’mandeu pouquô ç’ qu’ on dit cha d’ cès jés-là. Èles n’
                                       637
         ont pourtant gneu l’ ér pus grigneûses quë d’-z-ôtes. Gneu d’ puc’,
         dés tous lès cas, qu’ lès cieùnes du fourboûr dë Mons ën’ font l’ èfeut
d’ ète dès bôdeuts !
■ Ah non ! Heureusement, les gens du Faubourg de Mons ne sont baudets que
pendant leur kermesse …
         Ah non ! Lès jès du fourboûr dë Mons ën’ sont bôdeuts qu’ pèdant
         leû ducasse …
77 (sètante-sèt’)

 Leçon n° 42 - les principaux adverbes, les principales conjonctions et
                                  prépositions
                                      ***
Adverbes
      - ainsi - léssi, linssi, éssi            - mieux - mieûs
      - bien - bieu                            - pis - pîre
      - comme - come                           - plutôt - putôt
      - comment - comét, c’mét, coumét         - volontiers - volétcheu
      - ensemble - ésan.ne                     - vite - râde

conjonctions de subordination
      - comme - come          - que - quë
      - lorsque - quand, ô moumét quë - quoique - èt co quë
      - puisque - pwîsquë     - si - si
      - quand - quand

conjonctions de coordination
      - mais - mès       - or - pourtant
      - ou - ou bieu - ni - ni, non pus
      - et - èt - car - pasquë
      - donc - dë, d’abôrd, adon

prépositions
  - à - à - jusqu’ à - jusqu’ ô
  - après - apreus          - jusque - jusquë
  - avec - aveu, avèc       - malgré - malgreu,
  - chez - à, ô, chë                  - margreu
  - entre - étêr - par - pâr, pa, pô, pa l’
  - contre - conte          - parmi - dëlé, d’lé
  - durant - pèdant         - pendant - pèdant
  - dans - dés, dëdés, d’dés                       - pour - pou, poûr
  - sur - su, sûr                                  - près - preus, dëlé, d’lé
  - depuis - dëspwîs, d’pwîs                       - sans - sans
  - derrière - djêre        - vers - du coteu dë
  - devant - d’vant

( Voir infra les autres adverbes, conjonctions et prépositions, ainsi que les
locutions adverbiales, conjonctives et prépositives. )
                                       638
expression locale :

        - Win ! Vos më l’ rèdreuz à l’ année bisète, quand lès pouyes âront
        dès tètes !
                 ( réflexion faite quand on pense qu’on ne reverra jamais ce
                 que l’on a prêté. )
                                                             (sètante-wit’) 78
                    Leçon n° 43 - les couleurs - les fleurs
                                       ***

Regardez-moi ce beau bouquet de fleurs ! Il y en a de toutes les couleurs.
         Raviséz-m’ eùç’ biô bouqueut d’ fleûrs ! I d’ a d’ toutes lès couleûrs.
Le bleu, le bleu vrai, vous l’avez avec les bluets.
         Eùl bleû, l’ bleû vré, vos l’ aveuz aveu lès bleû.euts.
D’un autre côté, si les violettes sont nommées comme cela, c’est que leur bleu
penche vers le violet.
         D’ in ôte coteu, si lès violètes sont loumées come cha, c’eùt qu’ leû
         bleû tîre su l’ violeut.
Des fleurs jaunes, il y en a beaucoup.
         Dès fleûrs gônes, i d’ a bran.mét.
Songeons aux pissenlits, aux renoncules et aux jonquilles : il n’ y en a que des
jaunes.
         Pésson’ à lès pichoulit’s, à lès fleûrs dë bûre èt à lès fleûrs dë Sint
         Josèf. I n’ d’ a qu’ dès gônes.
Et au printemps, les fleurs des forsythias sont si jaunes que vous diriez que ce
sont les mimosas du nord.
         Èt ô march, lès fleûrs dès forsitchas sont tèl’mét gônes quë vos dîrîz
         qu’ c’eùt lès mimozas du nôrd …
Les soucis, eux, ne sont pas tout à fait jaunes ; ils seraient plutôt orangé.
         Lès soucis, eùs’, ën’ sont gneu ‘t’ à fét gônes ; i sârin’të putôt
         oranjeu.
Si vous pensez rouge, et seulement rouge, alors vous pensez coquelicots.
         Si vos pésseuz roûje, èt foc’ roûje, adon vos pésseuz coqu’licóts.
Pour le blanc, et seulement le blanc, vous avez les lys, lès pâquerettes et les
perce-neige.
         Pou l’ blanc, èt foc’ eùl blanc, vos aveuz lès lis’, lès marguërites èt
         lès fleûrs dë Janète.
Je ne connais pas une fleur qui soit verte ; s’il y en a, je ne suis peut-être pas
assez intelligent pour en connaître ?
         Jë n’ coun’wa gneu ène fleûr qui sunche vèrte ; s’ i d’ a, jë n’ sû pit’ète
gneu malin asseuz pou d’ é coun’wate ?
En vert, je ne vois que les feuilles. Encore que le dessous des feuilles des
saules sont si dorées qu’on penserait que les saules sont nos oliviers du nord
quand il fait du grand vent.
         É vêrt, jë n’ vwa qu’ lès feùyes. Èt co quë l’ dëzous dès feùyes dès
         sôs sont si dorées qu’ vos dîrîz qu’ lès sôs sont nos olivieus du nôrd
         quand i fét du fôrt vét.
                                       639
Et pour terminer, il y a bien des fleurs qui peuvent être de plusieurs couleurs.
Songez aux tulipes ou bien aux roses : elles peuvent se montrer blanches,
rouges ou jaunes.
           Èt pou fini, i-y-a bran.mét d’ fleûrs qu’ èles peut’të ète dë tamintès
           couleûrs. Pésseuz à lès tulipes ou bieu à lès rôses : èles peut’të s’
           moutreu blankes, roûjes ou bieu gônes.
79 (sètante-neùf)
                                 Leçon n° 44 - les jeux
                                            ***
Le jeu de balle pelote et celui de la balle au mur sont fort connus.
           Eùl jeû d’ bale èt l’ çun dë l’ bale ô mûr sont fôrt couneûs.
Passons vite sur le jeu de palets (en bois), le jeu de palets en plomb, les cartes,
les fléchettes, le bouchon, le cache-cache ou les quilles.
           Passon’ râde su l’ jeû d’ ligne, eùl jeû d’ plomb, lès cartes, lès
           flèchètes, eùl bouch’ron, l’ muchote ou bieu lès guyes.
Nous nous sommes bien amusés à jouer aux billes. Soit nous faisions un trou
au sol avec le bout de notre soulier et il fallait aller placer sa bille dedans, soit
nous tentions de toucher les billes des autres dans un carré.
           Nos s’ avons bieu amuseu à jweu à mâbes. Ou bieu nos fèsin’ in trô
           pâr têre aveu l’ dëbout d’ no solé èt i folwat daleu mète eùs’ mâbe
           dëdés, ou bieu nos aprouvin’ d’ atinde lès mâbes dès ôtes dés in câreu.
Lancer la bille (avec un mouvement d’arrière en avant), c’était tricher. Le plus
joli, c’était de toucher la bille de l’autre (sans toucher le sol).
           Bouteu, c’ ètwat angouneu. Eùl pus biô, c’ ètwat d’ fé n’ moke.
Quand nous jouions au jeu de tir, nous jetions une balle vers la cible. La cible,
c’était encore souvent une vieille boîte en fer blanc.
           Quand nos jwin’ à l’ gagale, nos rwin’ eùl bale apreus l’ gagale. Eùl
           gagale, c’ ètwat co souvét n’ vièle bwate è blanc fiêr.
La balle, c’était une balle de mousse ou une balle faite de morceaux de tissus
bien serrés dans un petit sac à peu près rond.
           Eùl bale, c’ ètwat n’ bale dë mousse ou bieu n’ bale fète aveu des
           morciôs d’ loques bieu sèreus dés in sac’lót à pô preus rond.
Si on jouait au porteur, il y en a deux qui composaient quelque chose servant à
s’asseoir en plaçant leurs poignets en croix et ils s’arrangeaient ainsi pour
porter le troisième.
           Si on jwat à l’ èskèlète, i d’ a deûs qu’ i fèsin’t’ ène sakeu pou s’ assîr
           è mètant leûs pougneuts é crwas èt i s’ arinjin’të léssi pou porteu l’
           trwasième.
Quand nous frappions la soule (en buis) avec notre crosse en fer, nous ne
savions pas encore que nous étions occupés à jouer à une sorte de golf !
           Quand nos tapin’ eùl cholète aveu no crosse é fiêr, nos n’ savin’ gneu
           co qu’ nos ètin’ é trin d’ jweu à ène èspéce dë golf’ !
Au jeu de « doke » il fallait essayer d’atteindre un autre avant qu’il ait touché
quelque chose qui lui donne l’immunité : au « doke-fer », il était sauvé s’il
touchait du fer ; au « doke-bois » c’était le bois qu’il devait trouver. Mais il y avait
aussi le « doke-sot », où aucune matière ne pouvait sauver l’autre joueur.
           Ô jeû d’ doke i folwat aprouveu d’ atinde in-n-ôte pa d’vant qu’ il a ch vi e
                                         640
toucheu n’ sakeu qui li douniche l’ imuniteu : ô doke-fiêr, il ètwat sôveu s’ i
touchwat du fiêr ; ô doke-bós, c’ ètwat du bós qu’ i d’vwat trouveu. Mès i-y-
avwat ètou l’ doke-sót, a.usquë nule matchêre ën’ povwat sôveu l’ ôte jweû.



                                                                 (quatrë-vint’) 80
                        Leçon n° 45 - la religion - l’église
                                         ***
Le clocher du village possédait quelques cloches, mais il fallait se méfier de son
heure car l’horloge marchait mal plus souvent qu’à son tour.
         Eùl clotcheu du vilâje avwat n’ saquantès clokes, mès i folwat s’
         dèmèfieu dë s’ n’ eûre pasquë l’orlôje fourson’wat pus souvét qu’ à s’
         toûr.
Dans le fond de l’église, un jubé avec l’harmonium. En avant, l’autel et sa
rangée de cierges.
         Dés l’ fond d’ l’ églîse, in docsal aveu l’ armonyom’. Pa d’vant, l’ ôtèl
         aveu s’ ranjée d’ grandès candèyes.
Entre la foule et le chœur, un banc de communion. Sur le côté, une série de
flambeaux que des hommes portaient pendant les processions.
         Étêr lès jés èt l’ keûr, in banc d’ couminion. Su l’ coteu, ène sérîe d’
         falóts qu’ dès omes portin’të pèdant lès procèssions.
Au long des murs, quelques statues : la Sainte Vierge, Saint Joseph avec
l’enfant, Saint Roch et son chien, Saint François et un oiseau …
         Eùl long dès mûrs, ène saquantès postûres : eùl Sinte Vièrje, Sint Josèf
         aveu l’ éfant, Sint Roch èt s’ tcheu, Sint Françwas èt in mouchon …
À Irchonwelz, je me suis toujours demandé comment Saint Denis avait bien pu
faire pour encore tenir debout en tenant sa tête tranchée dans ses deux mains.
         À l’ chonwé, j’ m’ é toudis d’mandeu c’mét ç’ quë Sint Dënis avwat bieu
         po.u fé pou co t’ni du stok é t’nant s’ tchète coûpée dés sès deûx mins.
Les gens s’asseyaient sur des chaises ou des bancs.
         Lé jés s’ assîsin’të su dès kèyêres ou bieu dès bancs.
Les enfants de chœur avaient une petite sonnette principalement pour la
consécration. Mais les sonnettes étaient remplacées par des crécelles pendant
la semaine sainte.
         Lès corâls avin’t’ ène pëtite sounète prinjipal’mét pou l’ consècrâssion.
         Mès lès sounètes ètin’të réplachées pa dès ragalètes pèdant l’
         sëmin.ne sinte.
Le dimanche à la messe, il fallait payer sa chaise à la chaisière pendant que le
bedeau déambulait avec sa hallebarde le long de l’allée centrale.
         Eùl dîméche à mèsse, i folwat pèyeu s’ kèyêre à l’ èrcëveûse dë
         kèyêres pèdant quë l’ swisse eùs’ pourmënwat aveu s’ n’ al’barde ô
         long d’ l’ alée du mitan.
Le clocher vivait avec nous : il sonnait l’Angélus tous les jours ; il sonnait gai
pour les baptêmes, les mariages, les processions et toutes les fêtes. Il sonnait
le glas quand il y en avait un qui mourait.
         Eùl clotcheu vîvwat aveu nous : i sounwat l’ Anjèluss’ tous lès joûs. I
                                      641
        triboulwat pou lès batèmes, lès mariâjes, lès procèssions èt toutes lès
        fiètes. I sounwat l’ trépas quand i d’ avwat un qui s’ é dalwat à l’ têre à
        pëtote.



81 (quatrë-vint’-yun)
                             Leçon n° 46 - les maladies
                                           ***
La médecine a bien changé depuis notre jeunesse !
         Eùl mèd’cine a bieu canjeu d’pwîs no jon.nèsse !
Il faut se rappeler que nous avons vécu au temps où on utilisait encore les
cataplasmes, les ventouses et les sangsues …
         I fôt s’ rap’leu qu’ nos avons vi du tans a.usqu’ on s’ sèrvwat co dès
         papins, dès vétoûses èt dès san.sûes …
Et que l’on pouvait encore attraper le croup, le tétanos ou une méningite :
pratiquement à chaque fois cela signifiait la mort !
         Èt qu’on povwat co atrapeu l’ croup’, eùl tintanos ou bieu n’ mèninjite :
         quasimét à chaque cóp cha sétwat lès clôs d’ cèrkeùy !
Sans les vaccinations qu’il y a maintenant, tous les enfants attrapaient toutes
les épidémies : la rougeole, la rubéole, la coqueluche, la varicelle …
         Sans lès vacsinâssions qu’ i-y-a mënant, tous lès éfants atrapin’të
         toutes lès plôkes : lès roujeûrs, eùl rubèole, eùl quintous’, lès poquètes
         volantes …
Quand cela commençait, on n’avait bien vite plus personne à l’école ; tout le
monde était alité, sous les couvertures, au régime du thé bien chaud.
         Quand cha k’méchwat, on n’ avwat bieu râde pus pèrsone à l’ ècole ;
         tout l’ monde ètwat à s’ lit’, pa d’zous lès couvèrtes, ô réjime du teu bieu
         côd.
La rougeole donnait des pneumonies ; la scarlatine pouvait être mauvaise pour
le cœur ou provoquer la chorée.
         Lès roujeûrs doun’in’të dès pleûmonîes ; l’ èscarlatine povwat ète
         michante pou l’ keûr ou bieu douneu l’ danse dë Sint Gui.
La rubéole, qui était bénigne pour le malade, pouvait mettre en danger le futur
enfant d’une femme qui était enceinte : il pouvait naître gravement handicapé.
         Eùl rubèole, qu’ èle n’ ètwat rieu du tout pou l’ malâde, povwat mète ô
         pèri l’ éfant à v’ni d’ ène feùme qu’ èle atèdwat : i povwat v’ni ô monde
         grâv’mét infirme.
Ce qui faisait le plus tousser, c’était la coqueluche : ça provoquait des salves de
toux interminables, (au point) que les enfants en étaient épuisés.
         Chô qui fèswat tousseu l’ pus, c’ètwat l’ quintous’ : cha dounwat dès
         quintes à n’é pus fini, qu’ lès éfants d’ ètin’të outes.
Il n’y avait rien qui provoquait plus de démangeaisons que la varicelle. Le pire,
c’est que vous étiez marqué définitivement si vous aviez la mauvaise fortune
d’enlever les croûtelles qui se formaient après les vésicules.
         I n’ avwat rieu qui fèswat pus scôpîe (scô) qu‘ lès poquètes volantes.
         Eùl pus pîre c’eùt qu’ vos ètîz poqueu à vîe si vos avîz l’ maleûr dë
                                       642
        r’saqueu lès croûtes qu’ èles vënin’t’ apreus lès cloques.
À la pharmacie, on allait chercher des pilules, des suppositoires, des sirops et
des potions.
        À l’ farmaç’rîe, on dalwat qué dès pilûres, dès candèyes, dès chiróts èt
        dès possions.

                                                            (quatrë-vint-deûs) 82

                                les maladies - suite
                                         ***
Mais, presque pour toutes les affections, nous n’avions pas grand-chose à
faire : devant les jaunisses, les infarctus, les rhumatismes, le zona et bien
d’autres saletés, le médecin pouvait uniquement tenter de ne pas laisser le mal
empirer !
          Mès à pô preus pou toutes lès maladîes, nos n’ avin’ gneu grand-côse à
          fé : pa d’vant lès gôniches, lès infractus, lès romatikes, eùl cin.tûre dë
          feû èt tamintès ôtès salop’rîes, eùl mèd’cin povwat jusse aprouveu dë
          gneu lèyeu répireu l’ mô !
Encore heureusement, pour les gens, si ce docteur-là était plus intelligent qu’un
médecin de bêtes (un vétérinaire), et pas trop bête de médecin !
          Co eûreûs, pou lès jés, si ç’ docteûr-là ètwat pus malin qu’ in mèd’cin d’
          biètes (in-n-artisse), èt gneu trop biète dë mèd’cin !
Les accouchements se passaient bien trop souvent à domicile et, malgré toute
la bonne volonté des médecins et des accoucheuses, il n’était pas rare que des
bébés naissent avec un accident grave.
          Lès couches avin’të lyeu bieu trop souvét à l’ méson èt, margreu tout l’
          bone volonteu dès mèd’cins èt dès sâjes-feùmes, cha n’ètwat gneu râle
          quë dès jon.nes éfants v’nich’t’ ô monde aveu n’ croque.
En ce qui concerne les interventions chirurgicales, c’était encore quelque chose
d’autre !
          Pou lès opèrâssions, c’ ètwat co n’ sakeu d’ ôte !
On faisait encore beaucoup d’interventions à domicile : les amygdales, les
hernies, c’était habituel. Au début du vingtième siècle, on pouvait même vous
amputer une jambe sur votre table de cuisine !
          On fèswat co bran.mét dès opèrâssions à l’ méson : lès amidales, lès-z-
          èrnîes, c’ ètwat courant. Dés l’ këméch’mét du vintchème sièke, on
          povwat min.me vos saqueu n’ gambe jus su vo tâbe dë cwîsine !
Et tout cela avec des anesthésies au masque et à l’éther … qui n’étaient pas
sans danger ; bien loin de là.
          Èt tout cha aveu dès anèstésîes ô masque èt à l’ ètêr … qu’ èles n’
          ètin’të gneu sans danjeu ; à bieu lon preus.
Il n’y a pas si longtemps que cela que les médecins se déplaçaient en voiture à
cheval, dans des villages où il n’y avait pas le moindre téléphone : il fallait être
stoïque quand on se cassait une jambe au mileu d’un bois …
          I n’ a gneu si lon.mét qu’ cha qu’ lès mèd’cins dalin’t’ à carète, dés
          dès vilâjes a.usqu’ i n’ avwat gneu in fâde tèlèfone : i folwat ète
          courajeûs quand on s’ èskètwat n’ gambe ô mitan d’ in bós …
                                       643
Croyez-moi : il est quand même préférable d’être malade maintenant, bien
qu’on dise toujours que le temps passé était le bon temps !
        Crèyèz-më : i vôt quand min.me mieûs ète malâde mënant, margreu qu’
        on disiche toudis quë l’ tans passeu c’ ètwat le bons tans !


83 (quatrë-vint-trwas)
                         Leçon n° 47 - les nombres
                                      ***
cardinal                 ordinal                       adverbe

in                       prëmieu - prëmiêre            prëmièr’mét
deûs                     deûsième                      deûsièm’mét
trwas                    trwasième                     trwasièm’mét
quat’                    quatchème                     quatchèm’mét
chinq’                   chinquième                         etc .
sîs’                     sîsième
sèt’                     sètchème
wit’                     witchème
dîs                      dîzième
onze                     onzième                       onzièm’mét
doûze                    doûzième                           etc .
trèze                    trèzième
quatorche                quatorzième
sèze                     sèzième
dîs-sét’                 dis-sètchème
dîs-wit’                 dis-witchème
dîs-neùf                 dis-neùvième
vint’                    vintchème
vint èt yun              vint èt unième
vint-deûs …              vint-deûzième …
trante                   trantchème
trante èt yun               etc .
trante-deûs …
quarante                 quarantchème
chinquante                  etc .
swassante
sètante
quatre-vints
nonante
chét
chét èt yun …            chét èt unième …
deûs chét …
mile, miyon, miyârd      milième, miyonième, miyârdjème



                                    644
                                                    (quatrë-vin’t-quat’) 84
        Liste des adverbes, conjonctions, prépositions et locutions
                                     **
à cause que      à côse quë
à ce que         à chô quë
à condition que poûrvu quë
à côté de        à coteu dë
                 dëlé, d'lé
à défaut de      à fôte dë
à fin que        pou, poûr
à force de       à forche dë
à la faveur de profitant dë
à la merci de pa d'zous l' joug
à l'égard de     concèrnant
à l'encontre de à l' éconte dë
à l'exception de à pârt
à l'instar de    come
                 à monde dë
à l'insu de      ô djêre dë
à même           dirèc' à
à mesure que fét à fét quë
à moins de       à mwins quë
à moins que      à pârt dë
à moitié         à mitan
à partir de      à dateu dë
                 à partîr dë
à peu près       à pô preus
à raison de      ô pris dë
à travers        à travêrs
afin de          poûr quê
ailleurs         ayeû
ainsi            léssi, linssi, éssi
alentour         alétoûr
alentour de      alétoûr dë
alors            alôrs
                 dés ç' cas-là
                 dés ç' tans-là
alors que        malgreu quë
                 margreu quë
après            apreus
après demain apreus d'min
                                   645
assez             asseuz
attendu que       vu quë
                  pwîsquë
au cas où         dés l' cas quë
au dehors de      dëôrs dë

au lieu de        à l' plache dë
                  putôt qu' dë
au lieu que       tandis' quë
au prix de        moiyënant
au travers        tout-oute
                  à travêrs
au travers de     ô travêrs dë
                  toute-oute dë
au-dedans         é d'dés
au-dedans de      é d'dés dë
au-dehors de      dëôrs dë
au-delà           pus lon
au-delà de        pu lon quë
au-dessous        pa d'zous
au-dessous de     pa d'zous
au-dessus         pa d'zeûr
au-dessus de      pa d'zeûr dë
au-devant de      pa d'vant dë
aujourd'hui       ôjordwî
auparavant        pa d'vant
auprès de         d'lé, dëlé
aussi             ètou
                  si tant quë
                  d' ayeûrs
aussi bien que    come
aussitôt          össi râde
aussitôt que      dis quë
                  du cόp quë
autant            ôtant
autour            alétoûr
autour de         alétoûr dë
au travers        tout-oute
autrefois         du (ô) tans passeu,
                  pa d'vant,
                  dés l’ tans
aux alent.rs de   pa d' lé
                  à pô preus
a.x environs de   pa d'lé
avant             pa d'vant
avant peu         sans lon couri
avant-hier        avant-yêr
                                        646
avec             avèc, aveu
beaucoup         bran.mét, bôcόp




85 (quatrë-vint-chinq’)

bien            bieu
bien que        èyeùt co quë
bientôt         butôt, bieutôt
car             pasquë
c'est-à-dire    cha veùt dîre
chez            chë, à
ci-dessous      chi pa d'zous
ci-dessus       chi pa d'zeûr
combien         combeu
comme           come
comme quoi      come quö
comme si        come si
comment         comét, c'mét,
                coumét
concernant      rapôrt à
contre          conte
d'ailleurs      d' ayeûrs
dans            dés
d'autant que    vu quë
d'aut. pl.s que d' ôtant pus quë
davantage       d' puc'
                pus lon.mét
dans le cas où dés l' cas quë
de              dë, d'
de façon à      poûr, pou
de façon que poûr quë
de manière que poûr quë
de même que come
de peur que     peûr quë
de pis en pis   d' pîre é pîre
de plus         d' puc'
de sorte que    si bieu quë
de temps en     pa cόps,
       temps    quèt'fwas
debout          d'bout,
                dëbout,du stok
dedans          d'dés
dehors          dëôrs
déjà            dëjà, d'jà
                                   647
demain          d'min
d'emblée        du prëmieu cόp
                tout d' swîte
depuis          d'pwîs, dëspwîs
depuis lors     dëspwîs adon
                d'pwîs adon
derrière        pa d'jêre
dès lors        cha fét quë
dès que         dis quë
désormais       à dateu dë d'chi
                à dateu d'mënant
dessous         pa d'zous
dessus          pa d'zeûr
de travers      d' travêrs
devant          pa d'vant
donc            adon, dë !
dorénavant      à dateu dë d'chi
d'où            d' u, d'a.u, d'è.u
                du cόp quë
du côté de      pa d' lé
durant          pèdant
du reste        d' ayeûrs
en              é
en att.dant que è n' atèdant quë
en dépit de     malgreu quë
                margreu quë
en dessous de pa d'zous dë
en face de      pa d'vant dë
en faveur de    poûr, pou
en guise de     à monde dë
en outre        co pus qu' cha
en plus de      co pus quë
encore          co
encore que      èyeùt co quë
enfin           anfin, pou fini
ensemble        éssan.ne, échène
ensuite         apreus
entre           ètêr
entre-temps     étêrtans
envers          aveu, poûr
environ         a pô preus
et              èt
exprès          èspreus
face à          pa d'vant
faute de        à fote dë
fort            fôrt
grâce à         grâce à
                                     648
gratis        pou rieu
hier          ayêr
hormis        ôrmis
hors          ôrs


hors de        ôrs dë
ici            chi, dôchi
ici bas       dés l'bas monde
illico         tout d' swîte
immédiatement tout d' swîte
jadis          (voir : autrefois)
jamais         jamés
jusqu'alors    jusqu' adon
jusque         jusquë
jusqu'où       jusq' a.u
là             là, dôlà
là bas         lô-vô
là haut        là é ôt
là-dessous     là pa d'zous
là-dessus      là pa d'zeûr
loin           lon
loin de        lon dë
longtemps      lon.mét
lorsque        quand
maintenant que tout mënant quë
mais           mès
mais si !      si fét !
mal            mô, gneu bieu
malgré         malgreu, margreu
malgré que     margreu quë
mieux          mèyeû, mieûs,mèyeûr
moins          mwins
moitié moitié  mitan mitan
moyennant      avèc, aveu
               pou, poûr
naguère        (voir : autrefois)
ne             në, n'
néanmoins      mès, poûrtant
ni             ni
non            non
nulle part     nule vârt
or             poûrtant
ou             ou bieu
où             u, a.u, è.u
oui            win
par            pâr
                                649
par ailleurs     d' in ôte coteu
par ce que       pasquë
par contre       d' in ôte coteu



                (quatrë-vint-sîs) 86

par devant      pa d'vant
par rapport à   compareu à
par suite de    à côse dë
parce que       pasquë
par-delà        d' l' ôte coteu
par-dessous     pa d'zous
par-dessus      pa d'zeûr
parfois         quèt'fwas,
                téqu'fwas,
                pa cόps
par là          pâr là
par là bas      pâr lô-vô
parmi           aveu, étêr
partout         tout-avô, t't-avô
                t't étcheu
pendant         pèdant, durant
pendant que     pèdant quë
peut-être       pit-ète
pis             pîre
plus            puc', pus
plutôt          putôt
plutôt que      putôt quë
pour            pou, poûr
pour de bon     pou du bon,
                à bon,
                à sès sés
pour lors       dés ç' cas-là
pour que        pou qu',
                poûr quë
pour t.t de bon sèrieûs'mét
pourquoi        pouquô
pourvu que      pourvu quê, si
                tant que
près            preus
près de         d' lé
probablement byinzâr
puis            pwîs
puisque         pwîsquë
quand           quand
                                       650
quand même       quand min.me
quant à          pou chô qui eùt
                 tant qu' à
quasi            quasi
quasiment        quasimét
que (de gens!) quô ç'qu'i a d'jés
87 (quatrë-vint-sèt’)

quelque part    ène saju
quelquefois     quèt'fwas,
                tèqu'fwas
quitte à        quite à
quoique         èt co quë
sans            sans
sans doute      byinzâr
                sans lon couri
sans que        sans quë
sauf            à pârt,
                mès gneu
selon           swîvant,
                d' apreus
seulement       seùl'mét
si              si
si ce n'est que à pârt quë
sitôt que       ôssi (si) râde quë,
                dis quë
soit que        swat quë, quë
soudain         tout d' in cόp
sous peu        sans lon couri
souvent         souvét,
                tamints cόps
suivant         swîvant
suivant que     swîvant quë
sur             su
tandis que      si lon.mét quë
                alôrs quë
tant pis        tant pîre
tant que        si lon.mét quë
tantôt          t't-à l'eûre
tard            târd
tellement       tèl'mét, si tant
tôt             tépe
toujours toudis
tout            tout'
tout contre     tout conte
très            fôrt, fin
trop            trόp
                                      651
un petit peu         ène pêtite mîlète
un peu               in pô, ène mîlète
vers                 du coteu dë
vis-à-vis de         é face (pa d'vant)
vite                 râde, râl'mét
vu que               vu quë
.                                                                          (quatre-vint’-wit’) 88




                    Les tableaux des conjugaisons
                                 ***
canteu
je chante… : ëj= cante, i cante, nos cantons, vos canteuz, i cant=të
je chanterai… : j= cantré, i cantra, nos cantrons, vos cantreuz, i cantront
je vais chanter… : j= va canteu, i va C, nos dalons C, vos daleuz C, i vont C
je chantais… : j= cantwa, i cantwat, nos cantin=, vos cantîz, i cantin=të
je chantai… : j= é canteu, il a C, nos avons C, vos aveuz C, i- z-ont C
je chanterais… : j= cantrwa, i cantrwat, nos cantrin=, vos cantrîz, i cantrin’të
j’avais chanté… : j= avwa canteu, il avwat C, nos avin= C, vos avîz C, i-z-avin=të C
j’ai eu chanté… : j= é ô.u canteu, il a C C, nos avons C C, vos aveuz C C, i-z-ont C C
j’aurai chanté… : j= âré canteu, il âra C, nos ârons C, vos âreuz C, i-z-âront C
j’aurais chanté… : j= ârwa canteu, il ârwat C, nos ârin= C, vos âriz C, i-z-ârin=të C
que je chante… : quë j= cantiche, qu= i C, qu= nos C, qu= vos C, qu= i cantich=të
que j’aie chanté… : qu= j= aviche canteu, qu= il C C, qu= nos C C, q.= vos C C, q.= i-z-avich=të C
que j’eusse chanté… : qu’ j’ unche C, qu’il C C, qu’ nos C C, qu’ vos C C, qu’ i-z-unch’të C
chante !, chantez ! : canteuz !, chantons ! : canton= ! , chantant : cantant, chanté : canteu
est-ce q. je chante ? : c=eùt-i quë j= cante ?, C i cante ?,C nos cantons ?, cantéz-ti ?, C i cant=të?
chanterai-je ?... : c=eùt-ti quë j= cantré?, cantra-ti ?, C nos cant=rons?, cantréz-ti ?, cantront-ti ?
vais-je chanter ?... : j= va-ti canteu ?, va-ti C ?, C nos dalons C, daléz-ti C ?, vont-i C ?
chantais-je ?... : C j= cantwa ?, cantwat-ti ?, C qu= nos cantin= ?, C vos cantîz ?, cantin=të-ti ?
chanterais-je ?... : C j=cantrwa?, cantrwat-ti ?, C nos cantrin= ?, cantrîz-ti ?, C i cantrin=të ?

daleu
je vais… : ëj= va, i va, nos dalons, vos daleuz, i vont
j’irai… : j= diré, i dira, nos dirons, vos direuz, i diront
je vais aller… : ëj= va daleu, i va C, nos dalons C, vos daleuz C, i vont C
j’allais… : j= dalwa, i dalwat, nos dalin, vos dalîz, i dalin’të
j’allai… : j= é daleu, il a C, nos avons C, vos aveuz C, i-z-ont C
j’irais… : j= dirwa, i dirvwat, nos dirin=, vos dirîz, i dirin=të
j’étais allé… : j= avwa daleu, il avwat C, nos avin= C, vos avîz C, i-z-avin=të C
je fus allé… : j= é ô.u daleu, il a ô.u C, nos avons ô.u C, vos aveuz ô.u C, i-z-ont ô.u C
je serai allé… : j= âré daleu, il âra C, nos ârons C, vos âreuz C, i-z-âront C
je serais allé… : j= ârwa daleu, il ârwat C, nos ârin= C, vos ârîz C, i-z-ain=të C
que j’aille… : quë j= daliche, qu= i C, qu= nos C, qu= vos C, qu= i dalich=të
que je sois allé : qu’ j’aviche daleu, qu’ il C C, qu’ nos C C, qu’ vos C C, qu’ i-z-avich=të C
que je fusse allé… : qu’ j’unche daleu, qu’ nos C C, qu’ vos C C, qu’ i-z-unch’të C

                                                652
vas !, allez ! : al=z-éz !, allons ! : dalon= !, allant : dalant, allé : daleu
vais-je ?... : c’eùt-i quë j= va ?, va-ti ?, c=eùt-i qu= nos dalons ?, daléz-ti ?,vont-i daleu ?
irai-je ?... : c=eùt-i quë j= diré ?, dira-ti ?, C nos dirons?, diréz-ti ?, diront-ti ?
vais-je aller ?... : C j= va daleu?, va-ti daleu ?, C nos dirons?, daléz-ti daleu ?, vont-ti daleu ?
allais-je ?... : c=eùt-i quë j= dalwa ?, dalwat-ti ?, C nos dalin= ?, dalîz-ti ?, dalin=të-ti ?
irais-je ?... : c=eùt-i quë j= dirwa ?, dirwat-ti ?, c=eùt-i qu= nos dirin= ?, dirîz-ti ?, dirin=të-ti ?
allai-je ?... : c=eùt-i qu= j= é daleu ?, eùt-i daleu ?, C nos avons C ?, avéz-ti C ?, ont-i C ?

89 (quatre-vint’-neuf)

bati

je bâtis… : j= bati, i batit, nos batichons, vos baticheuz, i bati=të
je bâtirai… : j= batiré, i batira, nos batirons, vos batireuz, i batiront
je vais bâtir… : ëj= va bati, i va C, nos dalons C, vos daleuz C, i vont C
je bâtissais… : j= batichwa, i batichwat, nos batichin=, vos batichîz, i batichin=të
je bâtis (j’ai bâti)… : j= é bati, il a C, nos avons C, vos aveuz C, i-z-ont C
je bâtirais… : j= batirwa, i batirwat, nos batirin=, vos batirîz, i batirin=të
j’avais bâti… : j= avwa bati, il avwat C, nos avin= C, vos avîz C, i-z-avin=të C
j’ai eu bâti… : j= é ô.u bati, il a C C, nos avons C C, vos aveuz C C, i-z-ont C C
j’aurai bâti… : j= âré bati, il âra C, nos ârons C, vos âreuz C, i-z-âront C
j’aurais bâti… : j= ârwa bati, il ârwat C, nos ârin= C, vos ârîz C, i-z-ârin=të C
que je bâtisse… : quë j= batichiche, qu’ i C, qu’ nos C, qu= vos C, qu= i batichich=të
que j’aie bâti… : qu’ j= aviche bati, qu’ il C C, qu’ nos C C, qu’ vos C C, qu’ i-z-avich=të C
que j’eusse bâti… : qu’ j= unche bati, qu= il C C, qu= nos C C, qu= vos C C, qu= i-z-unch’të C
bâtis !, bâtissez ! : baticheuz !, bâtissons ! : batichon=, bâtissant : batichant, bâti : bati
est-ce que je bâtis ?... : C j= bati ?, batit-ti ?, C nos batichons ?, batichéz-ti ?, C qu= i batit=të ?
bâtirai-je ?... : c=eùt-i quë j= batiré ?, batira-ti ?, C qu= nos batirons ?, batiréz-ti ?, batiront-ti ?
vais-je bâtir ?... : C quë j= va bati, va-ti bati ?, C nos dalons bati ?, daléz-ti bati ?, vont-ti bati ?
bâtissais-je ?... : C j= batichwa ?, batichwat-ti ?,C ns batichin= ?, C vs batichîz ?,C i batichin=të ?
bâtirais-je ?... : C j= batirwa ?, C i bâtirwat ?, C nos batirin= ?, C vos batirîz ?, C i batirin=të ?
bâtissai-je ?... : C j= é bati ?, a-ti C ?, C nos avons C ?, avéz-ti C ?, ont-i C ?

abate
j’abats… : j= aba,vos abateuz, il abat, nos abatons, i-z-abat=të
j’abattrai… : j= abatré, vos abatreuz, il abatra, nos abatrons, i-z-abatront
j’abattais… : j= abatwa, vos abatîz, il abatwat, nos abatin=, i-z-abatin=të
j’abattis… : j= é abatu, etc ...
que j’abatte… : qu= j= abatiche ...
j’abattrais… : j= abatrwa, vos abatrîz, il abatrwat, nos abatrin=, i-z-abatrin=të
abats !, abattez ! : abateuz !, abattons ! : abaton= !, abattant : abatant

acondwîre
j’amène… : j= acondwi, vos acondwîseuz, il acondwit, nos acondwîsons, i-z-ac.dwîs=të
j’amènerai… : j= acondwîré, vos ac.dwîreuz, il ac.dwîra, nos ac.dwîrons, i-z-ac.dwîront
j’amenais… : j= ac.dwîswa, vos ac.dwîsîz, il ac.dwîswat, nos ac.dwîsin=, i-z-a.dwîsin=të
j’amenai… : j= é acondwit, etc …
que j’amène… : qu= j= ac.dwichiche, etc …
j’amènerais… : j= ac.dwîrwa, vos ac.dwîrîz, il ac.dwîrwat, nos ac.dwîrin=, i-z-ac.dwîrin=të
amène !, amenez ! : ac.dwîseuz !, amenons ! : ac.dwîson= !, conduisant : ac.dwîsant

assîr

                                                   653
j’assieds : j= assi, vos assîseuz, il assit; nos assîsons, i-z-assîs=të
j’assiérai : j= assîré, vos assîreuz, il assîra, nos assîrons, i-z-assîront
j’asseyais : j= assîswa, vos assîsîz, il assîswat, nos assîsin=, i-z-assîsin=të
j’assis : j= é assis, etc ...
que j’asseye : qu= j= assîsiche, etc ...
j’assiérais : j= assîrwa, vos assîrîz, il assîrwat, nos assîrin=, i-z-assîrin=të
assieds !, asseyez ! : assîseuz !, asseyons ! : assison= !, asseyant : assîsant

bouli                                                                                  (nonante) 90
je bous : ëj= boû, i boût, nos boulons, vos bouleuz, i boût=të
j’ bouillirai : j= boûré, i boûra, nos boûrons, vos boûreuz, i boûront
je bouillais : ëj= boulwa, i boulwat, nos boulin=, vos boulîz, i boulin=të
je bouillis : j= é bouli, etc ...
que je bouille : quë j= bouliche, etc ...
je bouillirais : ëj= boûrwa, i boûrwat, nos boûrin=, vos boûrîz, i boûrin=të
bous !, bouillez ! : bouleuz !, bouillons ! : boulon= !, bouillant : boulant

carieu
je charrie : ëj= carîe, i carîe, nos carions, vos carieuz, i carî=të
je charrierai : ëj= carîré, i carîra, nos carîrons, vos carîreuz, i carîront
je charriais : ëj= carîywa, i carîywat, nos carîyin=, vos carîyîz, i carîyin=të
je charriai : j= é carieu, etc ...
que je charrie : quë j= cariyiche, etc ...
je charrierais : ëj= carîrwa, i carîrwat, nos carîrin=, vos carîrîz, i carîrin=të
charrie !, charriez ! : carieuz !, charrions ! : carion= !, charriant : cariant

chufleu
je siffle : ëj= chufèle, i chufèle, nos chuflons, vos chufleuz, i chufèl=të
je sifflerai : ëj= chufèlré, i chufèlra, nos chufèlrons, vos chufèlreuz, i chufèlront
je sifflais : ëj chuflwa, i chuflwat, nos chuflin=, vos chuflîz, i chuflin=të
je sifflai : j= é chufleu, etc ...
que je siffle : quë j= chufliche, etc ...
je sifflerais : ëj= chufèlrwa, i chufèlrwat, nos chufèlrin=, vos chufèlrîz, i chufèlrin=të
siffle !,sifflez ! : chufleuz !, sifflons ! : chuflon= !, sifflant : chuflant

coun=wate
je connais… : ëj= coun=wa, i coun=wat, nos counichons, vos counicheuz, i coun=wat=të
je connaîtrai… : ëj= couniré, i counira, nos counirons, vos counireuz, i couniront
je connaissais… : ëj= counichwa, i counichwat, nos counichin=, vos counichîz, i counichin=të
je connus… : j= é couneû, etc ...
que je connaisse… : quë j= counichiche, etc ...
je connaîtrais… : ëj= counirwa, i counirwat, nos counirin=, vos counirîz, i counirin=të
connais !,connaissez ! : counicheuz !, connaissons ! : counichon= !, connaissant : counichant

couri
je cours… : ëj= keûr, i keûrt, nos courons, vos coureuz, i keûr=të
je courrai… : ëj= coûr=ré, i coûr=ra, nos coûr=rons, vos coûr=reuz, i coûr=ront
je courais… : ëj= courwa, i courwat, nos courin=, vos courîz, i courin=të
je courus… : j= é coureû, etc ..
que je courre… : quë j= couriche, etc ...

                                                  654
je courrais… : ëj= coûr=rwa, i coûr=rwat, nos coûr=rin=, vos coûr=rîz, i coûr=rin=të
cours !, courez ! : coureuz !, courons ! : couron= !, courant : courant

dëvwâr
Je dois… : ëj= dwa, i dwat, nos d=vons, vos d=veuz, i dwat=të
je devrai… : ëj= dëvré, i d=vra, nos d=vrons, vos d=vreuz, i d=vront
je devais… : ëj= dëvwa, i d=vwat, nos d=vin=, vos d=vîz, i d=vin=të
je dus… : j= é d=vu, etc ..
que je doive… : quë j= dëviche, etc ...
91 (nonante-èt-yun)
dîre
je dis… : ëj= di, i dit, nos disons, vos dites (vos diseuz), i dit=të
je dirai… : ëj= dîré, i dîra, nos dîrons, vos dîreuz, i dîront
je disais… : ëj= diswa, i diswat, nos disin=, vos disîz, i disin=të
je dis (j’ai dit)… : j= é dit, etc ..
que je dise… : quë j= disiche, etc ...
je dirais… : ëj= dîrwa, i dîrwat, nos dîrin=, vos dîrîz, i dîrin=të
dis !, dites ! : dites ! (disèz-lë !), disons ! : dison= !, disant : disant

dormi
je dors… : ëj= dôr, i dôrt, nos dormons, vos dormeuz, i dorm=të
je dormirai… : ëj= dormiré, i dormira, nos dormirons, vos dormireuz, i dormiront
je dormais… : ëj= dormwa, i dormwat, nos dormin=, vos dormîz, i dormin=të
je dormis… : j= é dormi, etc ...
que je dorme… : quë j= dormiche, etc ...
je dormirais… : ëj= dormirwa, i dormirwat, nos dormirin=, vos dormirîz, i dormirin=të
dors !, dormez ! : dormeuz !, dormons ! : dormon= !, dormant : dormant

douneu
je donne… : ëj= doune, i doune, nos dounons, vos douneuz, in doun=të
je donnerai… : ëj= dounré, i dounra, nos dounront, vos dounreuz, i dounront
je donnais… : ëj= dounwa, i dounwat, nos dounin=, vos dounîz, i dounin=të
je donnai… : j= é douneu, etc ...
que je donne… : quë j= douniche, etc ...
je donnerais… : ëj= dounrwa, i dounrwat, nos dounrin=, vos dounrîz, i dounrin=të
donne !, donnez ! : douneuz !, donnons ! : dounon= ! donnant : dounant

ètinde
j’éteins… : j= étin, il étint, nos étindons, vos ètindeuz, i étint=të
j’éteindrai… : j= ètindré, il ètindra, nos ètindront, vos ètindreuz, i-z-ètindront
j’éteignais… : j= ètindwa, il ètindwat, nos ètindin=, vos ètindîz, i-z-ètindin=të
j’éteignis… : j= é ètint, etc ...
que j’éteingne… : qu= j= ètindiche, etc ...
j’éteindrais… : j= ètindrwa, il ètindrwat, nos ètindrin=, vos ètindrîz, i-z-ètindrin=të
éteins !, éteignez ! : ètindeuz !, éteignons ! : ètindon= !, éteignant : ètindant

fé
je fais… : ëj fé, i fét, nos fèsons, vos fètes , i fét=të
je ferai… : ëj= fré, i fra, nos frons, vos freuz, i front
je faisais… : ëj= fèswa, i fèswat, nos fèsin=, vos fèsîz, i fèsin=të
je fis… : j= é fét, etc ...

                                                    655
que je fasse… : quë j= fèsiche, etc ...
je ferais… : ëj= frwa, i frwat, nos frin=, vos frîz, i frin=të
fais !, faites ! : fètes !, faisons ! : fèson= !, faisant : fèsant

folwâr
il faut : i fôt
il faudra : i fôra
il fallait : i folwat - il fallut : il a folu- qu’il faille : qu= i foliche
il faudrait : i fôrwat - fallu : folu - qu’il faille : qu= i foliche
                                                                              (nonante-deûs) 92
kè.i
je tombe… : ëj= ké, i két, nos kèyons, vos kèyeuz, i két=të
je tomberai… : ëj= kéré, i kéra, nos kérons, vos kéreuz, i kéront
je tombais… : ëj= kèywa, i kèywat, nos kèyin=, vos kèyîz, i kèyin=të
je tombai… : j= é kè.u, etc ...
que je tombe… : quë j= kèyiche, etc ...
je tomberais… : ëj kérwa, i kérwat, nos kérin=, vos kérîz, i kérin=të
tombe !, tombez ! : kèyeuz !, tombons ! : kèyon= !, tombant : kèyant

keûde
je couds… : ëj= keû, i keût, nos cousons, vos couseuz, i keût=të=
je coudrai… : ëj= cousré, i cousra, nos cousrons, vos cousreuz, i cousront
je cousais… : ëj= couswa, i couswat, nos cousin=, vos cousîz, i cousin=të
je cousis… : j= é couseû, etc ...
que je couse… : quë j= cousiche, etc ...
je coudrais… : ëj cousrwa, i cousrwat, nos cousrin=, vos cousrîz, i cousrin=të
couds !, cousez ! : couseuz !, cousons ! : couson= !, cousant : cousant

lèyeu
je laisse… : ëj= lèye, i lèye, nos lèyons, vos lèyeuz, i lèyt=të
je laisserai… : ëj= léré, i léra, nos lérons, vos léreuz, i léront
je laissais… : ëj= lèywa, i lèywat, nos lèyin=, vos lèyîz, i lèyin=të
je laissai… : j= é lèyeu, etc ...
que je laisse… : quë j= lèyiche, etc ...
je laisserais… : ëj= lérwa, i lérwat, nos lérin=, vos lérîz, i lérin=të
laisse !, laissez ! : lèyeuz !, laissons ! : lèyon= !, laissant : lèyant

mète
je mets… : ëj >meu, i meut, nos mètons, vos mèteuz, i meut=të
je mettrai… : ëj= mètré, i mètra, nos mètrons, vos mètreuz, i mètront
je mettais… : ëj= mètwa, i mètwat, nos mètin=, vos mètîz, i mètin=të
je mis… : j= é mis, etc ...
que je mette… : quë j= mètiche, etc ...
je mettrais… : ëj= mètrwa, i mètrwat, nos mètrin=, vos mètrîz, i mètrin=të
mets !, mettez ! : mèteuz !, mettons ! : mèton= !, mettant : mètant

minti
je mens… : ëj mé, i mét, nos mintons, vos minteuz, i mét=të
je mentirai… : ëj= mintiré, i mintira, nos mintirons, vos mintireuz, i mintiront
je mentais… : ëj mintwa, i mintwat, nos mintin=, vos mintîz, i mintin=të
je mentis… : j= é minti, etc ...
que je mente… : quë j= mintiche, etc ...

                                                          656
je mentirais… : ëj mintirwa, i mintirwat, nos mintirin=, vos mintirîz, i mintirin=të
mens !, mentez ! : minteuz !, mentons ! : minton= !, mentant : mintant

mori
je meurs… : ëj sû é trin d= mori, il eùt C, nos somes C, vos ètes C, i sont C
je mourrai… : ëj sâré C, i sâra C, nos sârons C, vos sâreuz C, i sâront C
je mourais… : j= étwa C, il étwat C, nos ètin= C, vos ètîz C, i-z-ètin=t= C
je mourus… : j= é mouru, etc ...
que je meure… : quë j= kè.iche môrt, etc ...
je mourrais… : ëj= sârwa C, i sârwat C, nos sârin= C, vos sârîz C, i sârin=t= C
meurs !, mourez ! : moureuz !, mourons ! : mouron= !, mourant : mourant
93 (nonante-trwas)
moûre-moûde
je mouds… : ëj moû, i moût, nos moulons, vos mouleuz, i moûd=të
je moudrai… : j= moûdré, i moûdra, nos moûdrons, vos moûdreuz, i moûdront
je moulais… : ëj= moulwa, i moulwat, nos moulin=, vos moulîz, i moulin=të
je moulus… : j= é moulu, etc ...
que je moule… : quë j= mouliche, etc ...
je moudrais… : ëj= moulrwa, i moulrwat, nos moulrin=, vos moulrîz, i moulrin=të
mouds !, moulez ! : mouleuz !, moulons ! : moulon= !, moulant : moulant

onzwâr
j’ose… : j= onze, il onze, nos-z-ozons, vos-z-onzeuz, i-z-onz=të
j’oserai… : j= onzré, il onzra, nos onzrons, vos onzreuz, i-z-onzront
j’osais… : j= onzwa, il onzwat, nos-z-onzin=, vos-z-onzîz, i-z-onzin=të
j’osai… : j= é onzu, etc ...
que j’ose… : qu= j= onziche, etc ...
j’oserais… : j= onzrwa, il onzrwat, nos onzrin=, vos onzrîz, i-z-onzrin=të
ose !, osez ! : onzeuz !, osons ! : onzon= !, osant : onzant

ouvêr
j’ouvre… : j= ouve, il ouve, nos ouvrons, vos ouvreuz, i-z-ouv=të
j’ouvrirai… : j= ouvrîré, il ouvrîra, nos ouvrîrons, vos ouvrîreuz, i-z-ouvrîront
j’ouvrais… : j= ouvrwa, il ouvrwat, nos ouvrin=, vos ouvrîz, i-z-ouvrin=të
j’ouvris… : j= é ouvêrt, etc ...
que j’ouvre… : qu= j= ouvriche, etc ...
j’ouvrirais… : j= ouvrîrwa, il ouvrîrwat, nos ouvrîrin=, vos ouvrîrîz, i-z-ouvrîrin=të
ouvre !, ouvrez ! : ouvreuz !, ouvrons ! : ouvron= !, ouvrant : ouvrant

pièrde
je perds… : ëj= pièr, i pièrt, nos pièrdons, vos pièrdeuz, i pièrd=të
je perdrai… : ëj= pièrdré, i pièrdra, nos pièrdrons, vos pièrdreuz, i pièrdront
je perdais… : ëj= pièrdwa, i pièrdwat, nos pièrdin=, vos pièrdîz, i pièrdin=të
je perdis… : j= é pièrdu, etc ...
que je perde… : quë j= pièrdiche, etc ...
je perdrais… : ëj= pièrdrwa, i pièrdrwat, nos pièrdrin=, vos pièrdrîz, i pièrdrin=të
perds !, perdez ! : pièrdeuz !, perdons ! : pièrdon= !, perdant : pièrdant

pluvwâr
il pleut… : i pleut, i pleut=të
il pleuvra… : i pluvra, i pluvront
il pleuvait… : i pluvwat, i pluvin=të
il plut… : il a pleû

                                                 657
qu’il pleuve… : qu= i pluviche
il pleuvrait… : i pluvrwat, i pluvrin=të - pleuvant : pluvant

povwâr
je peux… : ëj= peu, i peut, nos povons, vos poveuz, i peut=të
je pourrai… : ëj= poûré, i poûra, nos poûrons, vos poûreuz, i poûront
je pouvais… : ëj= povwa, i povwat, nos povin=, vos povîz, i povin=të
je pus… : j= é po.u, etc ...
que je puisse… : quë j= poviche, etc ...
je pourrais… : ëj poûrwa, i poûrwat, nos poûrin=, vos poûrîz, i poûrin=të

                                                                                (nonante-quat’) 94
prène
je prends… : ëj= pré, i prét, nos pèrdons, vos pèrdeuz, i prét=të
je prendrai… : ëj= pèrdré, i pèrdra, nos pèrdrons, vos pèrdreuz, i pèrdront
je prenais… : ëj= pèrdwa, i pèrdwat, nos pèrdin=, vos pèrdîz, i pèrdin=të
je pris… : j= é pris, etc ...
que je prenne… : quë j= pèrdiche, etc ...
je prendrais… : ëj pèrdrwa, i pèrdrwat, nos pèrdrin=, vos pèrdrîz, i pèrdrin=të
prends !, prenez ! : pèrdeuz !, prenons ! : pèrdon= !, prenant ! : pèrdant

punde-punre
je ponds… : ëj pun, èle punt, nos pundons, vos pundeuz, èles pund=të
je pondrai… : ëj= pundré, èle pundra, nos pundrons, vos pundreuz, èles pundront
je pondais… : ëj pundwa, èle pundwat, nos pundin=, vos pundîz, èles pundin=të
je pondis… : j= é pun, etc ...
que je ponde… : quë j= pundiche, etc ...
je pondrais… : ëj= pundrwa, èle pundrwat, nos pundrin=, vos pundrîz, èles pundrin=të
ponds !, pondez ! : pundeuz !, pondons ! : pundon= !, pondant : pundant

rafinîr
j’affine… : ëj= rafini, i rafinit, nos rafinichons, vos rafinicheuz, i rafinich=të
j’affinirai… : ëj= rafiniré, i rafinira, nos rafinirons, vos rafinireuz, i rafiniront
j’affinissais… : ëj= rafinichwa, i rafinichwat, nos rafinichin=, vos rafinichîz, i rafinichin=të
j’affinis (j’ai affini)… : j= é rafini, etc ...
que j’affinisse… : quë j= rafinichiche, etc ...
j’affinirais… : ëj= rafinirwa, i rafinirwat, nos rafinirin=, vos rafinirîz, i rafinirin=të
affinis !, affinissez ! : rafinicheuz !, affinissons ! : rafinichon= !, affinissant : rafinichant

rapande
je répands… : ëj= rapan, i rapant, nos rapandons, vos rapandeuz, i rapand=të
je répandrai… : ëj rapandré, i rapandra, nos rapandrons, vos rapandreuz, i rapandront
je répandais… : ëj rapandwa, i rapandwat, nos rapandin=, vos rapandîz, i rapandin=të
je répandis… : j= é rapandu, etc ...
que je répande… : quë j= rapandiche, etc ...
je répandrais… : ëj= rapandrwa, i rapandrwat, nos rapandrin=, vos rapandrîz, i rapandrin=të
répands !, répandez ! : rapandeuz !, répandons ! : rapandon= !, répandant : rapandant

ravwâr
nous avons de nouveau… : nos ravons, vos raveuz

                                                  658
j’aurai de nouveau… : ëj= râré, i râra, nos rârons, vos râreuz, i râront
j’avais de nouveau… : j= ravwa, i ravwat, nos ravin=, vos ravîz, i ravin=të
j’eus de nouveau… : j= é rô.u, etc ...
que j’aie de nouveau… : quë j= raviche, etc ...
j’aurais de nouveau… : ëj rarwa, i rârwat, nos rârin=, vos rârîz, i rârin=të

rcëvwâr
je reçois… : j= èrçwa, i rçwat, nos rcëvons, vos rcëveuz, i-z-èrçwat=të
je recevrai… : j= èrcëvré , i rcëvra, nos-z-èrcëvrons, vos-z-èrcëvreuz, i-z-èrcëvront
je recevais… : j= èrcëvwa, il èrcëvwat, nos-z-èrcëvin=, vos-z-èrcëvîz, i-z-èrcëvin=të
je reçus… : j= é rçu, etc ...
95 (nonante-chinq’)
que je reçoive… : qu= j= èrcëviche, etc ...
je recevrais… : j= èrcëvrwa, il èrcëvrwat, nos èrcëvrin=, vos èrcëvrîz, i-z-èrcëvrin=të
reçois !, recevez ! : èrcëveuz !, recevons ! : èrcëvon= !, recevant : èrcëvant

réclôre
je clôture… : ëj= récló, i réclót, nos réclôsons, vos réclôseuz, i réclôs=të
je clôturerai… : ëj= réclôsré, i réclôsra, nos réclôsrons, vos réclôsreuz, i réclôsront
je clôturais… : ëj= réclôswa, i réclôswat, nos réclôsin=, vos réclôsîz, i réclôsin=të
je clôturai… : j= é recló, etc ...
que je clôture… : quë j= réclôsiche, etc ...
je clôturerais… : j= réclôsrwa, i réclôsrwat, nos réclôsrin=, vos réclôsrîz, i réclôsrin=të
clôture !, clôturez ! : réclôseuz !, clôturons ! : réclôson= !, clôturant : réclôsant

rèponde
je réponds… : ëj= rèpon, i rèpont, nos rèpondons, vos rèpondeuz, i rèpond=të
je répondrai… : ëj= rèpondré, i rèpondra, nos rèpondrons, vos rèpondreuz, i rèpondront
je répondais… : ëj= rèpondwa, i rèpondwat, nos rèpondin=, vos rèpondîz, i rèpondin=të
je répondis… : j= é rèpondu, etc ...
que je réponde… : quë j= rèpondiche, etc ...
je répondrais… : j= rèpondrwa, i rèpondrwat, nos rèpondrin=, vos rèpondrîz, i rèpondrin=të
réponds !, répondez ! : rèpondeuz !, répondons ! : rèpondon= !, répondant : rèpondant

r’séreu - èrsèreu
je resserre… : j= èrsêre, il èrsêre, nos èrsèrons, vos èrsèreuz, i-z-èrsêr=të, j= èrsêr=ré
je resserrerai… : j’ èrsêr’ré, il èrsêr=ra, nos èrsêr=rons, vos èrsêr=reuz, i-z-èrsêr=ront,
je resserrais… : j= èrsèrwa, il èrsèrwat, nos-z-èrsèrin=, vos-z-èrsèrîz, i-z-èrsèrin=të
je resserrai… : j= é r’sèreu, etc ...
que je resserre… : qu= j= èrsèriche, etc ...
je resserrerais… : j= èrsêr=rwa, il èrsêr=rwat, nos-z-èrsêr=rin=, vos èrsêr=rîz, i-z-èrsêr=rin=të
resserre !, resserrez ! : (è)rsèreuz !, resserrons ! : (è)rsèron= !, resserrant : (è)rsèrant

savwâr
je sais… : ëj= sé, i sét, nos savons, vos saveuz, i sét=të
je saurai… : ëj sâré, i sâra, nos sârons, vos sâreuz, i sâront
je savais… : ëj= savwa, i savwat, nos savin=, vos savîz, i savin=të
je sus… : j é so.u, etc ...
que je sache… : quë j= saviche, etc ...
je saurais… : ëj= sârwa, i sârwat, nos sârin=, vos sârîz, i sârin=të
sache !, sachez ! : sacheuz !, sachons ! : sachon’ !, sachant : savant


                                                659
sèrvi
je sers… : ëj= sêr, i sêrt, nos sèrvons, vos sèrveuz, i sêr=të
je servirai… : ëj sèrviré, i sèrvira, nos sèrvirons, vos sèrvireuz, i sèrviront
je servais… : ëj= sèrvwa, i sèrvwat, nos sèrvin=, vos sèrvîz, i sèrvin=të
je servis… : j= é sèrvi, etc ...
que je serve… : quë j= sèrviche, etc ...
je servirais… : ëj= sèrvirwa, i sèrvirwat, nos sèrvirin=, vos sèrvirîz, i sèrvirin=të
sers !, servez ! : sèrveuz !, servons ! : sèrvon= !, servant : sèrvant

séti
je sens… : ëj= sé, i sét, nos sétons, vos séteuz, i sét=të
je sentirai… : ëj= sétiré, i sétira, nos sétirons, vos sétireuz, i sétiront
je sentais… : ëj= sétwa, i sétwat, nos sétin=, vos sétîz, i sétin=të
                                                                                        (nonante-sîs’) 96
je sentis… : j= é sétu (séti), etc ...
que je sente… : quë j= sétiche, etc ...
je sentirais… : ëj= sétirwa, i sétirwat, nos sétirin=, vos sétirîz, i sétirin=të
sens !, sentez ! : séteuz !, sentons ! : séton= !, sentant : sétant

skeûr-scweu
je secoue… : j= èskeû, il èskeût (i skeut), nos scwons, vos scweuz, i skeût=të
je secouerai… : j= èskeûsré, il èskeûsra, nos-z-èskeûsrons, vos-z-èskeûsreuz, i-z-èskeûsront
je secouais… : j= èskeûswa, il èskeûswat, nos-z-èskeûsin=, vos-z-èskeûsîz, i-z-èskeûsin=të
je secouai… : j= é skeû (éskeû), etc ...
que je secoue… : qu= j= èskeûsiche, etc ...
je secouerais… : j= èskeûsrwa, il èskeûsrwat, nos-z-èskeûsrin=, vos-z-èsk.srîz, i-z-èsk.srin=të
secoue !, secouez ! : scweuz (éskeûseuz) !, secouons ! : scwon= !, secouant : scwant

sorti
je sors… : ëj= sôr, i sôrt, nos sortons, vos sorteuz, i sôrt=të
je sortirai… : ëj= sortiré, i sortira, nos sortirons, vos sortireuz, i sortiront
je sortais… : ëj= sortwa, i sortwat, nos sortin=, vos sortîz, i sortin=të
je sortis… : j= é sorti, etc ...
que je sorte… : quë j= sortiche, etc ...
je sortirais… : ëj= sortirwa, i sortirwat, nos sortirin=, vos sortirîz, i sortirin=të
sors !, sortez ! : sorteuz !, sortons ! : sorton= !, sortant : sortant

eùs= souv=ni
je me souviens… : jë m= souvieu, i s= souvieut, nos s= souv=nons, vos s= s.v=neuz, i s= s.vieut=të
je me souviendrai… : jë m= souvéré, i s= souvéra, nos s= souvérons, vos s= s.véreuz, i s.véront
je me souvenais… : jë m= souv=nwa, i s= souv=nwat, nos s= souv=nin=, vos s= s.v=nîz, i s=
s.v=nin=të
je me souvins… : j= m= é souv=nu, etc ...
que je me souvienne… : qu’ jë m=souv=niche, etc ...
je me souviendrais… : jë m= s.vérwa, i s= s.vérwat, nos s= s.vérin=, vos s= s.vérîz, i s= s.vérin=të
s.viens-toi, s.venez-vous ! : s.v=neuz-vous!, s.nons-nous ! :s.v=non=-nous !, se s.nant : s’ s.v=nant

tène
je tends… : ëj’ té, i tét, nos tèdons, vos tèdeuz, i téd=të
je tendrai… : ëj= tèdré, i tèdra, nos tèdrons, vos tèdreuz, i tèdront
je tendais… : ëj= tèdwa, i tèdwat, nos tèdin=, vos tèdîz, i tèdin=të
je tendis… : j= é tèdu, etc ...

                                                   660
que je tende… : quë j= tèdiche, etc ...
je tendrais… : j= tèdrwa, i tèdrwat, nos tèdrin=, vos tèdrîz, i tèdrin=të
tends !, tendez ! : tèdeuz !, tendons ! : tèdon= !, tendant : tèdant

tëni-t=ni
je tiens… : ëj> tieu, i tieut, nos t=nons, vos t=neuz, i tieut=të
je tiendrai… : ëj= téré, i téra, nos térons, vos téreuz, i téront
je tenais… : ëj= tënwa, i t=nwat, nos t=nin=, vos t=nîz, i t=nin=të
je tins… : j= é t=nu, etc ...
que je tienne… : quë j= tëniche, etc ...
je tiendrais… : ëj= térwa, i térwat, nos térin=, vos térîz, i térin=të
tiens !, tenez ! : t=neuz !, tenons ! : t=non= !, tenant : t=nant




97 (nonante-sèt’)
torde
je tords… : ëj= tôr, i tôrt, nos tordons, vos tordeuz, i tôrd=të
je tordrai… : ëj= tordré, i tordra, nos tordrons, vos tordreuz, i tordront
je tordais… : ëj= tordwa, i tordwat, nos tordin=, vos tordîz, i tordin=të
je tordis… : j= é tordu, etc ...
que je torde… : quë j= tordiche, etc ...
je tordrais… : ëj= tordrwa, i tordrwat, nos tordrin=, vos tordrîz, i tordrin=të
tords !, tordez ! : tordeuz !, tordons ! : tordon= !, tordant : tordant

trére

je trais… : ëj= tré, i trét, nos trèyons, vos trèyeuz, i trét=të
je trairai… : ëj= tréré, i tréra, nos trérons, vos tréreuz, i tréront
je trayais… : ëj= trèywa, i trèywat, nos trèyin=, vos trèyîz, i trèyin=të
j’ai trait… : j= é trét, etc ...
que je traie… : quë j= trèyiche, etc ...
je trairais… : ëj= trérwa, i trérwat, nos trérin=, vos trérîz, i trérin=të
trais !, trayez ! : trèyeuz !, trayons ! : trèyon= !, trayant : trèyant

vëni - v=ni

je viens… : ëj vieu, i vieut, nos v=nons, vos v=neuz, i vieut=të
je viendrai… : ëj= véré, i véra, nos vérons, vos véreuz, i véront
je venais… : ëj= vënwa, i v=nwat, nos v=nin=, vos v=nîz, i v=nin=të
je vins… : j= é v’nu, etc…
que je vienne… : quë j’ vëniche, etc…
je viendrais… : ëj’ vérwa, i vérwat, nos vérin’, vos vérîz, i vérin’të
viens !, venez ! : (a)v’neuz !, venons ! : (a)v’non’ !, venant : v’nant

vîr
je vois… : ëj= vwa, i vwat, nos vèyons, vos vèyeuz, i vwat=të
je verrai… : ëj= vwâré, i vwâra, nos vwârons, vos vwâreuz, i vwâront
je voyais… : ëj= vèywa, i vèywat, nos vèyin=, vos vèyîz, i vèyin=të
je vis… : j= é vu, etc ...
que je voie… : quë j= vèyiche, etc ...

                                                  661
je verrais… : ëj= vérwa, i vérwat, nos vérin=, vos vérîz, i vérin=të
vois !, voyez ! : vèyeuz !, voyons ! : vèyon= !, voyant : vèyant

vîve

je vis… : ëj= vi, i vit, nos vîvons, vos vîveuz, i vit=të
je vivrai… : ëj= vîvré, i vîvra, nos vîvrons, vos vîvreuz, i vîvront
je vivais… : ëj= vîvwa, i vîvwat, nos vîvin=, vos vîvîz, i vîvin=të
je vécus… : j= é vi, etc ...
que je vive… : quë j= vîviche, etc ...
je vivrais… : ëj= vîvrwa, i vîvrwat, nos vîvrin=, vos vîvrîz, i vîvrin=të
vis !, vivez ! : vîveuz !, vivons ! : vivon= !, vivant : vîvant


                                                                            (nonante-wit’) 98

volwâr
je veux… : ëj= veu, i veut, nos volons, vos voleuz, i veut=të
je voudrai… : ëj= voûré, i voûra, nos voûrons, vos voûreuz, i voûront
je voulais… : ëj= volwa, i volwat, nos volin=, vos volîz, i volin=të
je voulus… : j= é volu, etc ...
que je veuille… : quë j= voliche, etc ...
je voudrais… : ëj voûrwa, i voûrwat, nos voûrin=, vos voûrîz, i voûrin=të
veuille !, veuillez ! : voleuz !, voulons ! : volon= !, voulant : volant

                                                  ***




                                                 662
663

								
To top