vidas et razos les biographies des troubadours by zzm3du6g

VIEWS: 0 PAGES: 11

									       vidas et razos
les biographies des troubadours
                vidas et razos
• 1208-1229: croisade contre les cathares albigeois
• Diaspora des troubadours en Catalogne et en Italie
• 1220?: Uc de Saint-Circ arrive à Trévise
• Uc de Saint-Circ fait connaître la lyrique des trouba-
  dours à la cour d’Ezzelin et Albéric da Romano
• Uc de Saint-Circ organise des nouvelles anthologies de la
  lyrique des troubadours
• 1220-1240?: Uc de Saint-Circ écrit des textes introductifs
  à quelques chansons, visant à en éclaircir les circon-
  stances de la composition et le contenu
• 1240-1250?: Uc de Saint-Circ compose des courtes notices
  biographiques sur les troubadours (vidas)
    Les origines des vidas et razos
• Les vies des saints et les accessus ad auctores
• Introductions aux auteurs classiques (XIIe-XIIIe siècles)
• Source du schéma: commentaire de Marius Victorin (IVe
  siècle) à l’Isagoge de Porphyre (témoignage de Boèce)
• Remi d’Auxerre (IXe siècle) introduit les accessus dans
  l’instruction scolaire
• Le Dialogus super auctores de Conrad d’Hirschau (1125 env.)
  confirme cet emploi didactique
• Pierre de Peckham applique le schéma des accessus à un texte
  vernaculaire, le Lumiere as lais (1267), traduction de
  l’Elucidarium d’Honorius d’Autun
• Le schéma de l’accessus de Boèce est simplifié sur la base de
  l’accessus aristotélique (quatre causes)
• Nouvelle importance accordée au motif générateur (razo)
• Accessus Ovidii Epistolarum I:
  Intentio huius operis est reprehendere masculos et feminas stulto et illicito amore
  detentos, materia huius sunt heroes et matronae. Ethicae subponitur, quae morum
  instructoria est et exstirpatrix malorum. In hanc prima epistola commendatur Penelope
  legitimum servans amorem et econtra non idem agentes reprehenduntur.
• Accessus Ovidii Epistolarum II:
  Materia Ovidii est in hoc opere tam mittentes quam quibus mittuntur epistolae,
  intentio sua est legitimum commendare conubium vel amorem, et secundum hoc
  triplici modo tractat de ipso amore, scilicet de legitimo, de illicito et stulto, de
  legitimo per Penelopem, de illicito per Canacem, de stulto per Phillidem. Sed has
  duas partes, scilicet stulti et illiciti, non causa ipsarum, verum gratia illius tercii
  commendandi interserit, et sic commendando legitimum, stultum et illicitum
  reprehendit. [...] Finalis causa talis est, ut visa utilitate quae ex legitimo procedit et
  infortuniis quae ex stulto et illicito solent prosequi, hunc utrumque fugiamus et soli
  casto adhereamus.
• Accessus Ovidii Epistolarum III:
  Iste quoque a materia sumitur: intitulatur enim a quibusdam Ovidius Epistolarum
  propter hanc causam, quia diversae sunt epistolae in hoc volumine, quae poterant mitti
  vel mittebantur grecis viris in obsidione Troiae manentibus vel illuc tendentibus aut
  inde redeuntibus, cuique de uxore sua. [...]
  Intentio eius est de triplici genere amoris, stulti, incesti, furiosi scribere, de stulto
  habens exemplum per Phillidem, quae Demophonti reditum ut suis disponeret
  concessit, quae expectare non valens ex amoris intemperantia se laqueo suspendit;
  incesti habet exemplum per Helenam, quae Paridi nupsit legitimo viro suo sumpta
  Menelao, furiosi habet exemplum per Canacen, quae Machareum fratrem suum
  dilexit. Aliter, intentio huius libri est commendare castum amorem sub specie
  quarundam heroydum, id est nobilium grecarum mulierum, quarum una erat
  Penelopes uxor Ulixis, vel vituperare incestum amorem sub specie incestarum
  matronarum, quarum una fuit Phedra.
Arnaut dede Meruoill si fo de l’evesquat de
Arnautz Mareuil fut de l’évêché de Périgord,
d’un château qui acastel que a nom Meruoill,de
Peiregors, d’un nom Mareuil ; ce fut un clerc e
pauvre origine. Etpaubra il ne pouvait vivre de son
fo clergues de comme generacion. E car no
[seul] savoir, il s’en alla à travers le monde. Il
podia viure per las soas letras, el s’en anet
savait bien « trouver » et avait le don de créer. Et le
per lo mon. E sabia ben trobar e s’entendia
destin et la fortune le menèrent à la cour de la
                et aventura lo fille du valeureux
be. Et astre Burlatz, qui étaitcondus en la cort
comtesse de
de la contessa; de Burlatz, qu’era filla del pro
comte Raimon elle était l’épouse du vicomte de
comte qui se nommait Taillefer. Cet Arnaut était
Béziers, Raimon, muiller del vescomte de
Bezers, que avia sa personne, il chantait bien
un homme agréable de nom Taillafer. Aquel
et lisait bien les œuvres littéraires. de la persona
N’Arnautz si era avinenz hom La comtesse lui
e cantava ben eetlesia romans. E la contessa
faisait grand bien grand honneur. Il s’éprit d’elle
si·l fasia gran ben e gran honor. Et aquest
et lui consacra les chansons qu’il composait ; mais
il n’osait déclarer, à e si ni à personne, qu’il les
s’enamora d’ella elle fasia cansos de la
comtessa, mas non las ; au contraire, ella ni
avait composées lui-mêmeausava dire adil disait
que c’étaitper nom qu’elles composait. Il advint
a negun un autre qui las agues faitas, anz
cependant qu’Amour lui fit tant de violence qu’il
disia c’autre las fasia. Mas si avenc c’amors
composa une chanson, laquelle débute ainsi qual
lo forsa tant qu’el fetz una canson, la : Le
comensa: La franca captenensa. Et chanson il
noble comportement. Et dans cetteen aquesta
découvrit [à la comtesse] l’amour qu’il avait pour
canson el li descobri l’amor qu’el li avia. E la
elle. La comtesse ne le refusa pas, mais écouta ses
comtesa no·l esquiva, anz entendet sos
prières, qu’elle accepta et agréa. Elle le pourvut de
precs e los receup e los grazi. E garni lo de
grands équipements, lui fit grand honneur et lui
         arnes e fetz li trouver » à son det li
grans toute hardiesse de « gran honor e sujet, et
donna
baudesa un homme d’ella; e honorable. Il fit
il devint de trobar de cour venc honratz
maintes cort. chansons au sujet de la chansos
hom debonnesE si fetz mantas bonascomtesse ;
de chansons font voir qu’il reçut d’elle de grands
ces la comtessa, las quals cansos mostren
que n’ac de grans bens e de grans mals.
biens et de grands maux.
          a1 Arnautz de Meruoill si fo de l’evesquat de
             Peiregors, d’un castel que a nom Meruoill, e fo         Arnaud de Mareuil III,
             clergues de paubra generacion. E car no podia           47-50:
             viure per las soas letras, el s’en anet per lo
             mon. E sabia ben trobar e s’entendia be. Et 5-16:
                                                      ArMar I,
                                                                     no·m
             astre et aventura lo condus en la cort donon gienh dedei desesperar,
                                                      me de la               chantar e sciensa,
             contessa de Burlatz, qu’era filla del pro comte paors
                                                      mas grans           tals es e grans temensa
                                                                     quem’o tolhpauc manens
             Raimon, muiller del vescomte de Bezers, que aus dir, domna, e sens chant de vos,
                                                      qu’ieu non cui fai astres qu’ieu
             avia nom Taillafer.                                     en gran ricor venir.
                                                            no la
                                                      e rede sai si m’er o dans o pros.
          f1 Aquel N’Arnautz si era avinenz hom ArMar XII, 15-21:
                                                        Qu’ieu
             persona e cantava ben e lesia romans. E lavos am tant, domna, celadamens
                                                      que res no·l sapne als pas désespérer,
                                                          D’aisso Je mas quant ieu et Amors
             contessa si·l fasia gran ben e gran honor. Et sai gratdoisautres trobadors,car
             aquest s’enamora d’ella                      qu’en sas chansos pliu puissant que
                                                      ni vos eyssa, tel granspeu chascus et afia
                                                                     tan est sobretemors
a. auteur d1 e si fasia cansos de la comtessa,            que ades que es la aus farque sia,
                                                      m’o tol sa domnano·usgenserdestin et son
                                                                     néanmoins son parvens;
          a2 mas non las ausava dire ad ella ni a negun tot ai qu’ira e malsabensa e mercei,
                                                          si per
                                                      tal paor s’es fals, lor digz laus
b. genre                                                             intelligence feront arriver à
             nom qu’el las agues faitas, anz disia c’autre las lurs gaps passa segurs mos vers,
                                                          qu’entre
                                                      m’aiatz, domna, quar vos port benvolensa,
             fasia.                                                  grande puissance.
                                                          qu’uns non conois ni a rescos,
                                                      e pus no·us aus ren dire no so ten a mal
c. sujet f2 Mas si avenc c’amors lo forsa tant            c’atressi cre chascus, sia plazers.
                                                      dirai vos o sevals e mas chansos.
          e qu’el fetz una canson, la qual comensa:
d. but       La franca captenensa.
                                                          Je suis
          c1 Et en aquesta canson el li descobri l’amor reconnaissant aux autres troubadours
                                                      ArMar IX, 20-21 et 27-28:
             qu’el li avia.                               de ce que chacun d’eux garantit et affirme
e. titre                                              pero vers es c’anc re non amei tan,
                                                          dans ses
          a3 E la comtesa no·l esquiva, anz entendet sos chansons que sa dame est la plus
                                                      mas endrech vos non aus far lo semblan.
             precs e los receup e los grazi. E garni belle qui existe. Moi je loue leur affirmation et
                                                           lo de
f. motif                                               baudesa remercie, quoi qu’elle aman,
             grans arnes e fetz li gran honor e det liMas eu soi cel que temen muorsoit fausse, car
                                                          les en
générateur de trobar d’ella; e venc honratz hom de cort. vérité passe saine etmas enàchantan.
                                                      perma no·us aus preiar sauve travers leurs
                                                           que
          b E si fetz mantas bonas chansos                mensonges, car pas un ne la reconnaît ni n’en
          d2 de la comtessa,                              pense du mal, car chacun croit de même que
          c2 las quals cansos mostren que n’ac de grans
                                                          c’est une complaisance.
             bens e de grans mals.
Les vies des troubadours romancées doivent bien avoir répondu du côté
du public à un besoin d’individuation que l’on peut déjà qualifier de
« romantique ». Ce désir de voir la perfection abstraite du je lyrique
incarnée dans un destin personnel pouvait aussi, du côté de la
production, se rencontrer avec le fait que, déjà dans la poésie médiévale,
le sujet lyrique participe de l’ambivalence grammaticale du pronom je :
référence à la fois universelle et singulière.
            (H. R. Jauss, Littérature médiévale et expérience esthétique, p. 328)




Vidas et razos traitent la chanson comme un dit, car elles infèrent
de l’emploi de la première personne que la chanson est « un dis-
cours qui met en scène un je ». Elles lui supposent donc un « prin-
cipe extérieur » et, estimant que le texte ne le désigne pas claire-
ment, et pour cause, elles pallient cette insuffisance en l’inventant,
au besoin à partir d’indices arbitrairement choisis dans le texte.
                              (M. Zink, La subjectivité littéraire, p. 73)
                                               Jaufré Rudel Blaye fut (I), 7-10.
                                             Jaufré Rudel deBdT 262.3un homme très
Jaufres Rudels de Blaia si fo mout
gentils hom, princes de Blaia. Et
                                             noble, prince XVI, 36-38:
                                            Ovide, Héroïdes de Blaye. Il s’éprit de la
enamoret se de la comtessa de Tripol,
                                             comtesse de Tripoli, sans la voir, pour
                                             Jaufré Rudel BdT 262.2 (IV), fores. le
                                            Te prius hom no·s meravill de22-28:
                                               Nuils optavi quam mihi nota mi
ses vezer, per lo ben qu’el n’auzi dire        s’ieu am entendit no·m veira,
                                             bien qu’il so que ja quam lumine vultus;
                                            Ante tuos animo vididire d’elle aux pèle-
als pelerins que venguen d’Antiocha.
                                             rins parra jois quan famanon
                                            primaqui venaient d’Antioche, et ail fit à
                                             Be·m fuit vultus nuntiali querrai,
                                               que·l cor joi d’autr’amor tui
E fez de leis mains vers ab bons sons,
                                             son sujet de nombreux « de lonh:
                                             per amorcela qu’ieu anc versvi avec de
                                               mas de Dieu, l’alberc no tu me        »,
                                            C’est toi que j’ai désirée avant que
ab paubres motz. E per voluntat de
                                             bonnes mélodies, [mais] de
                                             e, s’a lieis platz, alberguarai pauvres
                                            fusses connue. Par l’esprit, avant que par
leis vezer, el se croset e mes se en           Que Et par volonté de la voir,
                                             mots. nul ne si be·m de ce lonh.
                                             pres de lieis,s’étonne àsui devisage il se
                                            les yeux, j’ai vu ton visage;mon sujet la
mar, e pres lo malautia en la nau, e fo
                                             croisa et se la première Il parler.
                                             Adoncs fut mit jamaisà metomba
                                            renommée parra·len mer.ne mefis malade
                                               si j’aime ce qui parlamens verra,
condug a Tripol, en un alberc, per             car drutz et n’a conduit Tripoli, en
                                             dansmon cœur fut joie d’aucun amour,
                                             quan la nef lonhdas er tanàvezis
mort. E fo fait saber a la comtessa et         sinon de celui que jamais je On
                                             une auberge, comme mort.ne vis
                                             qu’ab cortes ginh jauzis solatz. le fit
                                             savoir à la comtesse ; et
                                            Ovide, Héroïdes XVI, 101-104: elle vint à lui,
ella venc ad el, al sieu leit, e pres lo    Te vigilans oculis, animo te nocteje lui bras. Il
                                             Quelle joie m’apparaîtra quand videbam,
                                             jusqu’à son lit, et le prit entre ses
entre sos bratz. E el saup qu’ella era la   lumina cum placido victa sopore iacent.
                                             sut que c’était la comtesse, et il recouvra
                                                 demanderai,
comtessa, si recobret l’auzir e·l flazar,   Quid facies praesens, quae nondum visa placebas?
e lauzet Dieu, que l’avia la vida
                                             [la l’amour de et le souffle] erat
                                             pourconscience Dieu, procul igniset il
                                            Ardebam, quamvis hincd’héberger; l’hôte loua
                                                 lointain:
                                             Dieu de lui avoir maintenu la vie
sostenguda tro qu’el l’agues vista; et       et, s’il que mes yeux voyaient dans lac’est ainsi
                                            C’est toilui ce qu’il logerai vue. d’elle,
                                             jusqu’à plaît, je l’eût près Et veille, toi
enaissi el mori entre sos bratz. Et ella     pour lointain que j’en sois la nuit, quand
                                            que mon esprit voyait pendantmaintenant. nos
                                             qu’il mourut entre ses bras. Elle le fit
lo fez a gran honor sepellir en la           Quels charmants entretiens alors,
                                            yeux reposent vaincus par le paisible sommeil.
maison del Temple; e pois, en aquel
                                             ensevelir dans la maison près d’elle
                                             quand l’amant lointain sera si du Temple, à
                                            Que feras-tu présente, toi qui, point encore vue, me
dia, ella se rendet monga, per la dolor
                                             grand honneur. Puis elle se fit fût loin ce
                                             qu’il pourra jouir bien que la flamme nonne de
                                            séduisais? Je brûlais,du plaisir de ses doux propos.
                                             jour
                                            moi même, pour la douleur qu’elle eut
qu’ella ac de la mort de lui.
                                             de sa mort.
 Guillems Cabestaing fut si fo uns cavalliers de
Guillem de de Capestaingun chevalier de la contrée de
Roussillon qui confinait à la Catalogne et au Narbonnais. Il
 l’encontrada de Rossillon, que confinava com
 Cataloingna e com Narbones. Molt de avinenz de
fut très avenant et prisé en fait d’armes, fo service et e
courtoisie.
 prezatz d’armas e de servir e de cortesia.
 Et avia dans soa encontrada una avait nom madame
Il y avait, en lasa contrée, une dame quidomna que avia
 nom ma dompna de Raimon moiller d’En Raimon
Saurimonde, femme Seremonda,de Castel-Roussillon, qui
 de fort puissant et noble, mais méchant, gentils mals
étaitCastel Rossillon, qu’era molt rics efarouche,ecruel et
 e braus e Guillem de E Guillems de Capestaing
orgueilleux.fers et orgoillos.Cabestaing aimait la dame
 si amava célébrait per ses chants et faisait leis e fazia
d’amour, lala domnadans amor e cantava de d’elle le sujet
 sas chansos d’ella. la domna, qu’era joves e belle
de ses chansons. Et laEdame, qui était jeune, noble, gentilet
 e bella e plaissenz, si·l volia qu’à toute autre re del
charmante lui voulait plus de bienbe major que a créature
 mon. E fon dit fut dit à Raimon de Castel-Roussillon ; et
au monde. Et cela a Raimon de Castel Rossiglon; et el,
 com hom iratz e gelos, jaloux, fit une saup que
lui, en homme furieux etenqueri lo fait, e enquête sur
 vers era, e fez gardar la vrai, et fort.
l’affaire, apprit que c’était moiller fit garder étroitement sa
femme.
 E quant venc un dia, Raimon de Castel Rossillon
Un jour, Raimon de Castel-Roussillon trouva Guillem
 troba passan Guillem senes gran compaingnia et
 ausis sans grande cor del cors; le tua. portar lui fit
passantlo; e trais li lo compagnie et e fez lo Puis il a un
 escudier cœur alberc; e fez et le fit porter sa demeure,
arracher le a son de la poitrine,lo raustir e faràpeurada, e
 fes le fit a manjar a la au poivre, et le la domna
et il lo darrôtir et préparermuiller. E quant fit donner à
 l’ac manjat lo cor d’En Guillem eût mangé le cœur de
manger à sa femme. Et quand la damede Capestaing, En
 Raimon li dis o que Raimon ella, ce que auzi,
Guillem de Cabestaing, el fo. Et lui ditquant o c’était.
 perdet lo entendit cela, E perdit la vue et dis:
Lorsqu’elle vezer e l’auzir. ellequant ela revenc, sil’ouïe.
 «Seingner, ben m’avez Seigneur, manjar que ja mais
Revenue à elle, elle dit : « dat si bonvous m’avez donné un
si bon mets que jamaisE je n’en mangerai d’autre. »
 non manjarai d’autre». quant el auzi so qu’ella dis,
Lorsqu’il entendit ses mots, il courut sur elle avec son épée
 el coret a sa espaza e volc li dar sus en la testa; et
 ella s’en anet al balcon e se laisset cazer un e fo
et voulut l’en frapper à la tête; mais elle courut à jos,balcon,
se laissa tomber en bas, et c’est ainsi qu’elle mourut.
 morta.
 Le cœur mangé
Elle revenait du village. Elle était
allée entendre la messe dans l’église
de Vergy. Une tradition fort incer-
taine aux yeux du froid philosophe,
mais à laquelle elle ajoutait foi,
prétend que la petite église dont on
se sert aujourd’hui était la chapelle
du château du sire de Vergy. Cette
idée obséda Mme de Rênal tout le
temps qu’elle comptait passer à
prier dans cette église. Elle se figu-
rait sans cesse son mari tuant Julien
à la chasse, comme par accident, et
ensuite le soir lui faisant manger
son cœur.

   (Stendhal, Le Rouge et le Noir,
   I, xxi)
FIN

								
To top