La po�sie du XIX � au XX� si�cle : du romantisme au surr�alisme - DOC by 0sUSG5

VIEWS: 42 PAGES: 3

									           La poésie du XIX è au XXè siècle : du romantisme au surréalisme.

Exemple de mise en œuvre : proposition de R.Pages, IA-IPR de Lettres

SEQUENCE 2

La poésie du XIX è au XXè siècle : du romantisme au surréalisme


                        LES CHAMPS FANTASTIQUES DU REVE :
                               une exploration poétique
                            du romantisme au surréalisme.



Problématique : Comment le rêve nourrit-il l’expression poétique du 19è au 20ès. ?

          Groupement de textes 1 : « La faculté de rêverie est une faculté divine et
           mystérieuse ; car c’est par le rêve que l’homme communique avec le monde
           ténébreux dont il est environné » (Baudelaire, Paradis artificiels).

          Lectures analytiques                       : [entre 4 et 6 dans la liste suivante]
        1) Victor Hugo, « Rêverie », Les Orientales, 1829
        2) Aloysius Bertrand, « Un rêve », Gaspard de la Nuit, 1842
        3) Paul Verlaine, « Mon rêve familier », Poèmes saturniens, 1866
        4) Lautréamont, « Chaque nuit, à l’heure où le sommeil…comme un morceau de matière
mollasse… », Les Chants de Maldoror, extrait du Livre V, 1869
        5) Arthur Rimbaud, « Aube », Illuminations, 1886
        6) Henri Michaux, « Un homme paisible », Un certain Plume, 1938

          Lectures cursives et Histoire des arts :                                        [ressources
            pour la classe : fichier ENT élève. A commenter dans le cahier personnel de l’élève, qui
            associe le carnet de bord HIDA et le journal du lecteur]
           1) Victor Hugo, « Ce que dit la Bouche d’Ombre », Les Contemplations, Livre 6, « Au bord
de l’infini », XXVI, vers 1à 46, 1855, et dessins-souvenirs-notes-carnets (burgs, passages, dolmen
…cf. Dolmen où m'a parlé la bouche d'ombre)
           2) eaux fortes de Jacques Callot et le triptyque pour piano de Maurice Ravel (1908) en
regard du recueil d’A . Bertrand
           3) Gérard de Nerval, Aurélia, fin du chapitre 6 et début du chapitre 7, 1853-54 et Le Rêve
éveillé, de Dante Gabriel Rossetti, 1880.
           4) Charles Baudelaire, « Rêve parisien », Fleurs du Mal, 1857, et quelques œuvres de
Constantin Guys
            5) Charles-Marie-René Leconte de Lisle, « Le Rêve du jaguar », Poèmes barbares, 1862 en
parallèle du Cavalier attaqué par un jaguar d’Eugène Delacroix (1855) et du Cheval attaqué par un
jaguar du Douanier Rousseau (1910).
            6) Jaccottet, « Tout cela qui me revient encore – peu souvent -… », A la lumière d’hiver,
1974-1976 et Regard dans l’infini III, de Ferdinand Hodler, 1903-1906.

          Autres documents :
           1) extraits de L'Âme romantique et le rêve, « Un essai sur le romantisme allemand et la
   poésie française », Albert Béquin, Éditions José Corti ; traductions de poèmes de Novalis et
   Hölderlin.
            2) extraits du DVD : Lire Henri Michaux avec un certain Plume [mise en scène filmée d’une
   quinzaine de textes, rencontres inédites autour de l’interprétation théâtrale, et aspects singuliers
   de l’écriture et de la personne de Michaux] .
            Œuvre intégrale : Robert Desnos, Corps et biens, Gallimard, 1930 : « le cavalier le
             plus avancé » (A.Breton).

           Lectures analytiques : [entre 4 et 6]
             1)   formules 122 à 133 de Rrose Sélavy
             2)   « P’Oasis » de L’Aumonyme
             3)   « Un jour qu’il faisait nuit » de Langage cuit
             4)   « J’ai tant rêvé de toi » de A la mystérieuse
             5)   « Comme un aveugle s’en allant vers les frontières… » du Poème à Florence

           Lectures cursives et Histoire des arts : [ressources
             pour la classe : fichier ENT élève. A commenter dans le cahier personnel de l’élève, qui
             associe le carnet de bord HIDA et le journal du lecteur]
    1)     extraits des Manifestes du surréalisme, André Breton, 1924 et 1930 (la figure de Desnos dans
           le mouvement) et photographies de Desnos à l’époque des Sommeils ou de Duchamp en
           Rrose Sélavy : compréhension de l’itinéraire poétique de Desnos de 1919 à 1929
    2)     René Magritte, Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt, 1929 (publié dans la Révolution
           surréaliste n°12) et diverses couvertures de la revue La Révolution surréaliste
    3)     Louis Aragon, Une vague de rêves, extrait, 1924 et Salvador Dali, Le Rêve, 1931, Le
           Sommeil, 1974.
    4)     Philippe Soupault, « Le nageur », Georgia, 1926 et Joan Miro, La sieste, juillet 1925.
    5)     André Breton, « Le Soleil en laisse », Clair de terre, 1923, Robert Desnos, « Les espaces du
           sommeil », A la mystérieuse, 1926 et Max Ernst, Le jardin de la France, 1962.
    6)     Photographies de Man Ray, Primat de la matière sur la pensée, 1932 (solarisations)
    7)     Extraits de L’Âge d’or (1930) et Un chien andalou (1928) de Buňuel.


           Autres documents                     :
   1)  « Prière d’insérer » de Corps et biens, rédigée par Desnos lui-même et extrait de « Corps,
       âme et biens » in le Surréalisme au service de la révolution, Louis Aragon, 1930 (la réception
       du recueil]
    2) étude par groupes de différents poèmes appartenant aux diverses unités du recueil : s’agit-il
       d’une collection de textes ou d’un ensemble cohérent ?
    3) extraits de l’anthologie, Le Surréalisme, Étonnants Classiques, GF Flammarion.

           Groupement de textes 2 : Redon interprète de Baudelaire, Poe, Mallarmé et Flaubert.
Lettre d’Odilon Redon à son ami et biographe A.Mellerio, 1898 : « Je n’ai jamais employé le mot
défectueux d’ « illustration ». Vous ne le trouverez pas dans mes catalogues. C’est un terme à
trouver : je ne vois que ceux de transmission, d’interprétation et encore ils ne sont pas exacts pour
dire tout à fait le résultat d’une de mes lectures passant dans mes « Noirs » organisés ».
Perspectives : Comment la peinture lit-elle les œuvres littéraires ? Qu’est-ce qui fonde le
poétique dans cette lecture croisée ?

           Lectures cursives et Histoire des arts :                                       [travail par
        groupes à partir des ressources pour la classe : fichier ENT élève. A articuler avec le cahier
        personnel de l’élève, qui associe le carnet de bord HIDA et le journal du lecteur. Restitutions
        orales en classe]
   1) Redon lit Baudelaire : « Réversibilité », Fleurs du Mal et « l’ange perdu ouvrit alors des
      AILES NOIRES », La Nuit, planche III, 1886 ; « Sur « Le Tasse en prison » d’Eugène
      Delacroix », Fleurs du Mal et Tête laurée derrière une grille, vers 1882 ; « Une martyre, Dessin
      d’un maître inconnu », Fleurs du Mal et Tête de martyr sur une coupe, 1877 ; « Chacun sa
      chimère », Petits poèmes en prose et « la chimère regarda avec effroi toutes choses », La
      Nuit, planche IV, 1886 ; « Germinations », L’art romantique et « Germination », Dans le rêve,
      1879.
   2) Redon lit Edgar Poe : « Bérénice » in Nouvelles histoires extraordinaires et Les Dents, 1883 ;
      « Le Cœur révélateur » in Nouvelles histoires extraordinaires et Le Cœur révélateur, 1883 ;
      « Le Diable dans le beffroi » in Nouvelles histoires extraordinaires et Un masque sonne le
   GLAS FUNEBRE, A Edgar Poe, 1882 ; « Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall » in
   Nouvelles histoires extraordinaires et Œil-ballon, 1878 ; « le Corbeau », Les Poèmes d’Edgar
   Poe, traduction en prose de Stéphane Mallarmé, et Le Corbeau, 1882.
3) Redon lit Mallarmé : « Les Fenêtres » et « LE JOUR », Songes, planche VI, 1891 ;
   Hérodiade, extrait de la scène entre la nourrice et Hérodiade, et « LUEUR PRECAIRE, une
   tête à l’infini suspendue », Songes, planche III, 1891 ; Un coup de dés jamais n’abolira le
   hasard et Sciapode, 1892, et les quatre planches d’essai pour Un coup de dés, 1897-1898 ;
    Pour un tombeau d’Anatole et L’Enfant, 1894.
4) Redon lit Flaubert : La Tentation de Saint Antoine : chapitre I (« Elles se multiplient,
   l’entourent, l’assiègent » et planche I, 1888 ; chapitre II (« En compagnie de la reine de
   Saba… ») et planche III, 1888 ; chapitre V (« la tentation des dieux anciens ») et planche V,
   1888 ; chapitre VII (le combat de la Mort et de la Luxure) et planche III, 1889 ; chapitre VII
   (« La curiosité envers les ténèbres ») et planche IX, 1888.

           Activités proposées à la classe :

   Recherche en Histoire des arts : quelle est pour vous l’œuvre
    d’art susceptible pour vous d’incarner le « Rêve familier » chanté par Verlaine ? [propositions
    de correction de l’exercice à partir des Yeux clos d’Odilon Redon et de Muse endormie de
    Constantin Brancusi (1910)]

    Lectures cursives et Histoire des arts :                                    [ressources
     pour la classe : fichier ENT élève. A commenter dans le cahier personnel de l’élève, qui
     associe le carnet de bord HIDA et le journal du lecteur] Chaque élève propose dans son
     cahier personnel un commentaire même succint des associations d’œuvres proposées
     (appropriation/analyse), justifie sa préférence pour l’une des associations proposées
     (argumentation du goût personnel fondée sur l’observation préalable), ou peut même en
     proposer de plus judicieuses (recherche et esprit critique).


   Visite de l’exposition « Odilon Redon, Prince
    du rêve, 1840-1916 » : Carnet de bord des élèves à remplir durant la
    visite :analyse, appréciation et interprétation du thème du rêve et de quelques motifs
    récurrents dans l’œuvre de Redon (le dé, le cube, le soleil noir, l’ange, la tête coupée, les
    monstres, l’œil, la cloche, la cellule, l’enfant,..).



   Recherche en Histoire des arts et écriture
    d’invention : Constituez une anthologie de dix poèmes surréalistes. Vous ferez
    correspondre chaque poème à une œuvre surréaliste de votre choix (peinture, photographie,
    collage, dessin, extrait cinématographique, ready-made, sculpture…). Vous donnerez une
    préface à ce recueil, où vous présenterez vos choix et ce qui les a guidés. Vous devrez nourrir
    votre préface de citations de poèmes et de références à des auteurs.

   Écriture d’invention et argumentation : Dans ses
    Propos sur la poésie, (1927), Paul Valéry déclare : « Ni le rêve ni la poésie ne sont
    nécessairement poétiques ». En réponse à ce poète, écrivez un plaidoyer en faveur de
    l’association du rêve et de la poésie.

								
To top