Les sciences � la maternelle

Document Sample
Les sciences � la maternelle Powered By Docstoc
					                               Les sciences à la maternelle

Synthèse des principaux points abordés lors de nos échanges

 Les documents d’application et d’accompagnement des programmes
Ce sont des ressources qui aident effectivement les enseignants pour la mise en place des
activités scientifiques.

 Découvrir le monde à l’école maternelle. Le vivant, la matière, les objets.
      Pourquoi des sciences et de la technologie à l’école maternelle.
      Langage et découverte du monde.
      Canevas d’une séquence
      Descriptions de séquences :
             Le monde mes sens et moi
             La main le geste, l’objet technique
             Planter, semer-graines de pensées
             Le vent, le souffle, l’air en mouvement.

 Enseigner les sciences à l’école, cycle 1 et 2 :
Trois thématiques sont développées :
        L’eau (cycle 1).
        L’air (cycle 2)
        Les graines (cycle 2)

 Fiches connaissances, cycles 2 et 3 :
Document à destination des maîtres qui peuvent être utilisés par les enseignants de cycle 1.
Il donne le minimum de connaissances requises pour l’adulte. Dans chaque domaine nous
trouvons des listes d’obstacles (notamment ceux véhiculés dans les représentations de ces
objets de connaissances) et des conseils pour éviter des écueils lors des observations et des
manipulations.


 Discussion :

         L’obstacle des représentations initiales
La curiosité, l’observation, la manipulation, l’expérimentation sont à développer très jeune.
En fait, un des objectifs de la mise en œuvre régulière d’activités scientifiques dès le cycle 1
consisterait en dépasser l’écueil de « plaquer » des savoirs abstraits ceci est valable pour toute
la scolarité de l’élève.
Ce propos a été illustré par l’exemple du cycle de l’eau dont le schéma finalise dans les
pratiques courantes une séquence sur les changements d’état de l’eau.
Il est certainement intéressant de multiplier les expérimentations sur cette thématique en
développant un questionnement simple :
« Comment absorber l’eau sur une table, sécher les cheveux d’une poupée, où va l’eau de la
flaque … »

Cependant, les représentations initiales ne seront pas forcément modifiées par ces
manipulations.
Si l’on met de l’eau dans une poche à glaçon au congélateur, on obtient des glaçons… que
l’on fait fondre dans un second temps. Beaucoup d’enfants (jeunes) ne pensent pas que cette
même eau puisse redevenir glaçon. C’est d’autant plus vrai si cette eau est sale ou teintée. Il
faudra donc retravailler cette notion de réversibilité.

Dans une autre situation, des enfants de maternelle ont observé une éclipse. Ce phénomène a
été modélisé (source lumineuse, gros ballon, petit ballon), l’expression « croissant de lune »
fait obstacle à la compréhension (c’est un croissant de soleil qui est observé…) : donc les
enfants pensent que la partie éclairée c’est la lune.

         La problématique des questions :
La formulation des questions est souvent une cause de difficulté dans nos classes. La question
« pourquoi ? » est à éviter car elle induit des réponses sur la fonction de l’objet observé. On
privilégiera les questions du type « Comment » « avec quoi ? »

        La nécessité de programmer :
Au travers des quatre grands domaines suivants :
       Découverte sensorielle (indispensable / pas suffisant)
       Exploration du monde et de la matière
       Découverte des formes et des grandeurs
       Approche des quantités et des nombres.

Il paraît incontournable de programmer nos activités sur le cycle. Il semble aussi être pertinent
d’introduire des dimensions de progressions sur l’ensemble de la scolarité primaire de l’élève.
La construction des concepts scientifiques s’effectuant ainsi par des retours sur certaines
notions en complétant ou en allant plus loin sur les savoirs et savoir-faire des enfants.
Un exemple sur le concept de fruit a été étudié. Nous pourrons le retrouver dans un des
documents proposés en annexe.

        Différents échanges autour du thème de la nutrition

                 Manger 5 fruits et légumes.
Cette recommandation actuelle des services d’hygiène et de santé peut faire écho avec
certaines pratiques de collation dans nos classes qui favorisent la consommation d’un fruit par
les enfants. Elle peut aussi être mise à débat et explicitée aux enfants. On peut s’appuyer sur
des spots d’information qui passent actuellement sur les chaînes de télévision.
Nous avons dès la fin de la séance mis en pratique cette recommandation dans le cadre du
repas pris en commun.

              Faire de la compote, du jus de pomme est-ce faire des sciences ?
Tout dépend des pistes explorées par l’enseignant et du questionnement des enfants :
changement d’aspect des fruits, où est passé le sucre que l’on a ajouté ?, …

                Le dessin d’observation :
Des collègues témoignent de la grande qualité des productions des élèves, ceci dès la grande
section. Cette activité peut être couplée avec des productions de descriptions à l’oral qui
peuvent lui faire écho.
Ce sont des situations d’une grande richesse qui permettent d’utiliser un champ lexical
spécifique, mais aussi tous les termes liés à la structuration de l’espace (devant, derrière, sous,
sur…)
Enfin, des critères de réussite peuvent être assez facilement déterminés dans le cadre d’une
évaluation.
D’autres activités ou prolongements :
- réaliser un imagier sur le thème des fruits et des légumes.
- réaliser des jeux de loto ou de mémory ayant comme support des dessins ou photos de fruits
et des dessins ou photos de coupes de fruits à mettre en relation.

                Nous avons aussi appris (à notre grand étonnement !) :
La banane n’est pas un fruit, mais un légume ! Il ne contient pas de graine (pas de pépin !)
Pourtant nous aurions pu nous appuyer sur les paroles de la chanson « J’aime la banane,
parce qu’il n’y a pas d’os dedans … »


 Les coins sciences :
La proposition de mise en œuvre de « coins sciences » a été décrite. Le document qui a servi
de support à cette présentation se trouve en annexe.


 Les défis sciences :
En fin de séance, un point a été réalisé sur ces projets proposés par Jean dans le cadre d’une
animation pédagogique.
Eugénie et Eleonore ont présenté les productions de leurs élèves pour le défi « comment
construire un bateau qui flotte en pâte à modeler ». Elles ont aussi décrit l’organisation de leur
classe et les différentes stratégies utilisées par les enfants.
Patricia en a fait de même pour le défi cycle 2 mené dans sa classe ( comment les non voyants
prennent des informations sur le monde qui les entoure ?)

Ces défis semblent être très « porteurs » pour la mise en place d’activités scientifiques dans
nos classes. Ils motivent les élèves… et les enseignants s’en servent de support pour « faire
des sciences en maternelle ». Le fait de proposer plusieurs défis tout au long des périodes de
l’année semble pouvoir esquisser une amorce de programmation pour ceux qui souhaitent
s’inscrire dans ces projets.


 Les documents annexes
Voir les trois documents proposés par Jean.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:62
posted:5/28/2012
language:French
pages:3