claude tresmontant enquete sur l apocalypse by HC120521172622

VIEWS: 93 PAGES: 473

									                     I




Claude Tresmontant




ENQUÊTE SUR
L’APOCALYPSE
                                                                                                          II




                                              Sommaire




AVERTISSEMENT AU LECTEUR................................................... - 1 -
PROLOGUE ........................................................................................ - 5 -
I. LES ANTÉCÉDENTS ................................................................... - 14 -
  LE LIVRE DE DANIEL......................................................................... - 14 -
  LE PREMIER LIVRE DES MACCABÉES ............................................... - 22 -
  RETOUR AU LIVRE DE DANIEL .......................................................... - 27 -
  JOSEPH BEN MATTIT-IAHOU HA-KÔHEN .......................................... - 31 -
  ÉPICTÈTE........................................................................................... - 39 -
II. LE CONTEXTE HISTORIQUE ET POLITIQUE .................... - 43 -
  A. L'ORIGINE OU LA SOURCE DU POUVOIR ....................... - 43 -
   1. Les empereurs romains ............................................................ - 43 -
     1. Jules César ............................................................................... - 44 -
     2. Auguste.................................................................................... - 45 -
     3. Tibère ...................................................................................... - 45 -
     4. Caius Caligula ......................................................................... - 46 -
     5. Claude...................................................................................... - 46 -
     6. Néron ....................................................................................... - 48 -
     7. Galba ....................................................................................... - 49 -
     8. Othon ....................................................................................... - 49 -
     9. Vitellius ................................................................................... - 50 -
     10. Vespasien .............................................................................. - 50 -
   B. LA PROCESSION DESCENDANTE DU POUVOIR .......... - 51 -
     2. Les gouverneurs romains ..................................................... - 51 -
     Pontius Pilatus (26-36) ................................................................ - 53 -
   Les procurateurs romains entre 44 et 66 (Schùrer I, 565) : ......... - 60 -
     1. Cuspius Fadus, 44-? ................................................................ - 61 -
     2. Tiberius Alexander, ?-48 ........................................................ - 62 -
                                                                                                        III



    3. Ventidius Cumanus, 48-52 (Schûrer I, 568) ........................... - 63 -
    4. Félix, 52-60 ............................................................................. - 68 -
  Le prophète égyptien ..................................................................... - 75 -
    5. Porcius Festus, 60-62 .............................................................. - 80 -
  La mise à mort de Iaaqôb, 62 ......................................................... - 82 -
    6. Albinus, 62-64 ......................................................................... - 95 -
    7. Gessius Florus, 64-66............................................................ - 102 -
  3. Les rois judéens....................................................................... - 104 -
    1. Hérode dit le Grand, ou l'Ancien. ......................................... - 104 -
    2. Philippe.................................................................................. - 105 -
    3. Hérode Antipas...................................................................... - 106 -
    4. Archélaûs ............................................................................... - 116 -
    5. Hérode Agrippa I .................................................................. - 117 -
  L'affaire de la statue (année 40) ................................................ - 120 -
  Philon d'Alexandrie ..................................................................... - 120 -
  Une page obscure de Paul........................................................... - 138 -
  Apocalypse 13 .............................................................................. - 143 -
  Joseph et l'affaire de la statue.................................................... - 145 -
  Hérode Agrippa I et l'avènement de l'empereur Claude .......... - 153 -
    6. Hérode de Chalcis ................................................................. - 170 -
    7. Hérode Agrippa II ................................................................. - 172 -
  4. Les grands prêtres du Temple de Jérusalem.............................. - 185 -
    Le vêtement du grand prêtre .................................................... - 193 -
    Les tentures ............................................................................... - 197 -
    Le rideau ................................................................................... - 197 -
    La draperie, le voile .................................................................. - 197 -
    Les vêtements du grand prêtre ................................................. - 197 -
    Le manteau de Véphod ............................................................. - 201 -
    Le petalon ................................................................................. - 201 -
    La tunique du grand prêtre ...................................................... - 202 -
  Remplir les mains ....................................................................... - 202 -
  Le sepher ben Sira ...................................................................... - 205 -
  La lettre d'Aristée à Philocrate .................................................. - 208 -
  Joseph .......................................................................................... - 211 -
III. MAIS QUI EST DONC IOHANAM DE L'APOCALYPSE ? ............... - 215 -
                                                                                                     IV



 Iohanan surnommé Marcus = le Marteau ................................ - 221 -
 Celui dont on ne veut pas dire le nom ........................................ - 230 -
 Retour à Iohanan surnommé Marcus ....................................... - 235 -
 Iohanan ha-kôhen ha-gadôl ...................................................... - 249 -
 L'affaire du calendrier ................................................................. - 260 -
 La maison du kôhen ha-gadôl .................................................... - 277 -
 Le tombeau................................................................................... - 279 -
 «Et si je veux qu'il reste... » ........................................................ - 285 -
IV. LA PRISE ET LA DESTRUCTION DE JÉRUSALEM ......................... - 292 -
   « Ceux qui se disent eux-mêmes envoyés... » .......................... - 293 -
   Niko-laos ................................................................................... - 300 -
   Ceux qui se disent eux-mêmes judéens ................................... - 301 -
   Dans les jours d'A ntipas... ...................................................... - 301 -
   Bala-am et Niko-laos ................................................................ - 302 -
   La femme Iezabel...................................................................... - 302 -
   Langage codé ............................................................................ - 303 -
   Sardes. Un jeu de mots ............................................................. - 304 -
   Ceux qui disent qu'ils sont judéens... ...................................... - 305 -
   Le Amèn .................................................................................... - 306 -
   Il n'y a plus de délai ................................................................. - 306 -
   Le Temple de Jérusalem livré aux païens. Jérusalem piétinée - 307 -
   Les deux témoins ...................................................................... - 310 -
   La femme qui enfante............................................................... - 317 -
   La bête qui monte de la mer ..................................................... - 321 -
   La bête qui monte de la terre ou du pays ................................ - 325 -
   La chute de Jérusalem ............................................................. - 330 -
   La vigne..................................................................................... - 332 -
   L'Euphrate ................................................................................ - 335 -
   Les grêlons ................................................................................ - 337 -
   La prostituée ............................................................................. - 338 -
   La datation ................................................................................ - 348 -
   «Sortez, mon peuple, du milieu d'elle... » ............................... - 363 -
 Les prophéties antérieures.......................................................... - 374 -
 Prévision et prophétie ................................................................. - 375 -
 Joseph et les prophéties .............................................................. - 378 -
                                                                                                     V



  V. LA NOUVELLE JÉRUSALEM ........................................................ - 390 -
   Schir ha-schirim ......................................................................... - 396 -
   Le rouleau d'Esther .................................................................... - 409 -
   L'affaire du Temple .................................................................... - 417 -
   La question des sacrifices ........................................................... - 434 -
   La lettre aux Hébreux ................................................................. - 442 -
ANNEXES........................................................................................ - 459 -
                                                                           -1-




                            Avertissement au lecteur


     Nous prions notre lecteur de nous tenir pour excusé : nous nous
sommes efforcés de traduire en français courant les mots hébreux, grecs
et latins des textes que nous citons. Nous ne nous sommes pas contenté
de décalquer en français des mots latins qui sont des transcriptions en
caractères latins de mots grecs, et des mots grecs qui sont des traductions
de mots hébreux, comme c'est généralement l'habitude. En effet des
gouvernements successifs en France ont exterminé l'étude des langues
grecque et latine. Ces transcriptions et décalques de mots grecs et de
mots latins sont donc devenus inintelligibles. Nous avons laissé en
hébreu, dans leur hébreu natif, quelques termes techniques qui ne sont
pas traduisibles en français courant, parce qu'il n'existe pas dans notre
langue de mot correspondant. Dans ce cas-là nous avons expliqué le sens
de ces termes techniques. Nous avons donc fait dans notre traduction en
langue française ce qu'ont fait les inconnus qui, à partir du Ve siècle
avant notre ère, ont entrepris de traduire de ''hébreu en grec, le grec
classique du Ve siècle avant notre ère, la sainte Bibliothèque hébraïque.
Lorsqu'ils ne trouvaient pas dans la langue grecque des mots capables de
traduire les termes techniques concernant le Temple, la liturgie, les fêtes,
etc., ils ont purement et simplement transcrit en caractères grecs les mots
hébreux intraduisibles, ou bien ils ont forgé des mots grecs nouveaux qui
n'existaient pas en grec naturel. Nous avons dans nos traductions, autant
que possible, suivi l'ordre des mots de la phrase hébraïque, tout comme
l'ont fait nos lointains prédécesseurs, les traducteurs de l'hébreu en grec.
La phrase hébraïque commence généralement par le verbe : l'information
entre dans l'oreille et donc dans l'esprit par l'action. Le verbe est suivi du
sujet. Dans nombre de cas, le verbe au singulier est suivi de plusieurs
sujets. Si le sujet est en tête, le sens est différent.
     On reconnaît immédiatement qu'un texte grec est traduit de l'hébreu
à la forme de la phrase,
     — puisque les traducteurs en langue grecque suivent le texte hébreu
mot à mot et pas à pas ;
                                                                             -2-



     — au fait que le lexique hébreu-grec traditionnel depuis le Ve siècle
avant notre ère fonctionne d'une manière régulière ;
     — et au fait que, tout comme un pudding est farci de raisins secs et
de fruits confits, le texte grec est farci d'expressions hébraïques
intraduisibles en grec, et que pour cette raison les traducteurs les ont
laissées en hébreu, simplement transcrit en caractères grecs.

      Mais pourquoi donc les antiques traducteurs de la sainte
Bibliothèque hébraïque de l'hébreu en grec ont-ils adopté et suivi
constamment ce système de traduction littérale, mot à mot, pas à pas,
proposition par proposition, qui suit l'ordre de la phrase hébraïque mais
renverse par là même l'ordre naturel de la phrase grecque? Tout
simplement parce que cette traduction en langue grecque des textes
hébreux sacrés était destinée aux frères et aux sœurs des communautés
hébraïques de la Diaspora (Dispersion) dans les pays de langue grecque,
tout autour du bassin de la Méditerranée. Ainsi les frères et les sœurs des
communautés judéennes pouvaient-ils suivre avec le doigt la lecture de
la sainte Torah et des prophètes, grâce à la traduction grecque littérale.
C'est ce qui explique aussi que la traduction en langue grecque renferme
des mots hébreux simplement transcrits en caractères grecs, mots qui
étaient inintelligibles pour les Grecs : ce sont des mots familiers aux
frères et aux sœurs des communautés dispersées sur tout le bassin de la
Méditerranée.
      Les mots de cette traduction sont les mots de Platon, d'Eschyle,
d'Euripide et de Sophocle, comme chacun peut le vérifier avec son
dictionnaire grec-français préféré. La forme de la phrase est la forme
hébraïque, puisque les traducteurs suivent le texte hébreu mot à mot.
      Il nous est ainsi possible de reconstituer le lexique hébreu-grec dont
se sont servis les inconnus, des Judéens, qui ont commencé à traduire
cette bibliothèque à partir du Ve siècle avant notre ère.
      Ce lexique est resté en vigueur et en exercice jusqu'au Ier et même au
IIe siècle de notre ère. Au Ier et au IIe siècle de notre ère, les mots grecs de
ce lexique hébreu-grec traditionnel étaient donc du grec archaïque, et
non pas du tout le grec populaire des marchands, des soldats, des marins,
etc.
                                                                           -3-



      Pourquoi avoir conservé ce lexique hébreu-grec traditionnel ? Pour
que les nouveaux textes hébreux que l'on traduisait de l'hébreu en grec
soient intelligibles pour les frères et les sœurs des communautés de la
Dispersion dans les pays de langue grecque, habitués au vieux lexique
hébreu-grec traditionnel. Le vocabulaire grec de ces traductions est un
vocabulaire fixé et donc inamovible. Les traducteurs en langue grecque
ont bien fait de conserver pour les traductions nouvelles la langue
devenue archaïque de Platon, Eschyle, Sophocle et Euripide. Car rien
n'est plus changeant, variable, et donc fragile, que les divers argots qui
pullulent et disparaissent au cours des siècles. C'est la raison pour
laquelle les grands théologiens des XIIe, XIIIe, XIVe siècles n'écrivaient pas
leurs sommes théologiques dans leur patois italien natif, ni dans leur
patois irlandais, mais dans un latin stabilisé et devenu immuable.
      Les traductions se faisaient de la manière suivante. Un compagnon
lisait tout haut (hébreu qara) le texte hébreu sacré, proposition par
proposition. Un compagnon bilingue entendait le texte hébreu et le
traduisait oralement en grec. Un troisième compagnon, qui n'était pas
tenu de savoir l'hébreu, écrivait proposition par proposition le texte grec
de la traduction. C'est ce qui explique un certain nombre d'erreurs dans la
traduction en langue grecque. Le compagnon bilingue a confondu un mot
hébreu avec un autre qui avait le même son. L'erreur n'était pas possible
s'il avait vu le mot hébreu écrit. Nous retrouverons une affaire de ce
genre dans la traduction en langue grecque de l'œuvre de Joseph
surnommé Flavius.
      Nous avons laissé aux noms propres hébreux, qui ont tous un sens,
et aux surnoms, leur caractère natif et originel. Nous n'avons pas vu
l'utilité ni l'avantage de transcrire en caractères français des
transcriptions latines de transcriptions grecques de noms propres
hébreux, devenus méconnaissables à travers toutes ces transcriptions, et
dont la signification n'est plus discernable dans les transcriptions
françaises. Or la signification des noms propres et des surnoms est très
importante dans toute cette littérature hébraïque, comme nous aurons
l'occasion de l'observer à plusieurs reprises, ainsi que les jeux de mots
sur les noms et les surnoms.
      Il faut se rendre compte que dans le passage de l'hébreu au grec, du
                                                                       -4-



grec au latin, et du latin au français contemporain, il se produit un
phénomène de diffraction ou mieux de réfraction, comme les rayons
lumineux qui traversent un corps diaphane. Presque tous les termes de
nos traductions en langue française ont subi une telle déviation et sont
donc des approximations. Lorsque nous lisons une traduction française
moderne de la Bibliothèque hébraïque ou du Nouveau Testament grec,
nous ne lisons pas le texte lui-même mais ce qu'il est devenu après ces
diverses déviations de sens. C'est pourquoi, pour notre part, nous nous
efforçons de nous tenir au plus près du sens originel. Dans nombre de cas,
ce phénomène de réfraction à travers des milieux optiques différents
aboutit à des contresens, des non-sens et des faux sens.
     En théologie cela a donné lieu à quelques catastrophes. Pour
comprendre exactement le sens des concepts fondamentaux de la
théologie catholique, il faut toujours remonter à la source, à la racine,
c'est-à-dire à la signification hébraïque des termes. C'est ce que le pape
Damase et son ami saint Jérôme ont appelé la veritas hebraica.
                                                                          -5-




                                 PROLOGUE


     Nous avons déjà traduit et annoté l'Apocalypse en 1984 aux mêmes
éditions. Nous supposons cette traduction connue du lecteur. Ici nous
reprenons l'analyse de quelques textes, que nous traduisons à nouveau
pour la commodité du lecteur afin d'essayer de découvrir
     — qui est Iohannam,
     — quand l'Apocalypse a été composée,
     — et quelle est sa signification générale.
     Ces trois questions sont d'ailleurs connexes. Selon la date que l'on
attribue à l'Apocalypse, la signification et la portée du texte sont
différentes.
     Le prophétisme hébreu fait partie de l'histoire de l'Univers, de la
nature et de l'Homme, et à ce titre il doit être examiné scientifiquement
et philosophiquement, tout d'abord pour savoir s'il existe, s'il est réel, et
puis pour savoir ce qu'il signifie, ce qu'il enseigne. Essentiellement le
prophétisme hébreu enseigne la finalité de la Création. Il n'y a aucune
raison de laisser ce fait entre les faits, en dehors de l'analyse
philosophique.
     Pour l'Apocalypse comme pour les prophètes hébreux antérieurs, il
faut tout d'abord essayer de déterminer aussi exactement que possible ce
que le prophète connaît, — ce qui est pour lui du passé ou du présent, —
ce qu'il ignore, — ce qu'il peut prévoir à vues humaines, — et ce qu'il ne
peut prévoir tout seul, — ce qu'il annonce pour l'avenir. Et comme nous
venons presque vingt siècles après lui, nous allons comparer ce qu'il a
annoncé avec ce que nous savons par l'histoire qui est pour nous passée.
     Le mot français « apocalypse » n'est pas une traduction mais un
simple décalque du grec apokalupsis, qui n'était pas utilisé en grec
naturel. C'est du grec de traduction. Le substantif apokalupsis est formé à
partir du verbe grec apo-kaluptô, découvrir, dévoiler, révéler (Platon,
Hérodote, Aristote).

    Le verbe grec apo-kaluptô traduit le verbe hébreu galah, découvrir,
                                                                          -6-



mettre à nu. Exode 20, 26 : Et tu ne monteras pas sur des marches
d'escalier à mon autel des sacrifices, afin que (hébreu ascher) ne soit pas
découverte (hébreu tigaleh, grec apokalupsès) ta nudité sur l'autel.
      Le verbe hébreu galah signifie : découvrir la nudité, dans nombre de
textes du Lévitique, 18, 6 ; etc.
      Il signifie : découvrir l'oreille pour confier un secret à quelqu'un,
pour découvrir quelque chose, pour révéler. — 1 Samuel 9, 15 : Et c'est
YHWH qui a découvert l'oreille de Schemouel (hébreu galah et-ôzen,
grec apekalupsen to ôtion). — 1 Samuel 20, 2 : Il ne fait pas, mon père,
une parole grande ou petite, et il n'a pas [— sans avoir] découvert mon
oreille (hébreu we-lô igeleh et ôzeni, grec kai ouk apokalupsei to ôtion
mou). — 1 Samuel 20, 12 ; 20, 13 ; etc. — Amos 3, 7 : Parce qu'il ne fait
pas, adônaï YHWH, une parole, qu'il ne révèle (hébreu galah, grec apo-
kalupsè) son secret (hébreu sôd) à ses serviteurs les prophètes...
      Le verbe hébreu galah signifie aussi : être déporté, 2 Rois 24, 14 ;
Isaïe 5, 13; 49, 21 ; Amos 6, 7 ; etc.
      A la forme piel, le verbe hébreu gillah signifie : découvrir la nudité
d'une femme. Ezéchiel 16, 35 : C'est pourquoi, putain (hébreu zônah,
grec pornè ; cela s'adresse à Jérusalem), écoute la parole de YHWH...
Parce que tu as versé, répandu ton airain (euphémisme) et qu'elle a été
découverte (hébreu tiggaleh, grec apokaluphthèsetai) ta nudité dans tes
prostitutions sur ceux qui t'ont aimée..., c'est pourquoi me voici qui
rassemble tous ceux qui t'ont aimée... Je vais les rassembler sur toi des
alentours et je vais découvrir ta nudité (hébreu gilleiti, grec apokalupsô)
et ils verront toute ta nudité...
      Isaïe 26, 21 : Car voici que YHWH sort de son lieu pour visiter la
faute de l'habitant du pays, sur lui. Et il découvrira (hébreu gilletah, grec
ape-kalupsei) le pays, ses sangs (au pluriel).
      Le substantif hébreu galout, formé à partir du verbe galah, signifie :
la déportation, l'exil, 2 Rois 25, 27 ; Jérémie 52, 31 ; Ezéchiel 1,2; etc.
      Le substantif grec apokalupsis traduit l'hébreu érewah, la nudité. 1
Samuel 20, 30 : ... à la honte de la nudité de ta mère (hébreu le-bôschet
érewat immeka, grec eis aischunèn apokalupseôs métros sou).
      A la forme hiphil le verbe hébreu galah signifie : conduire un peuple
en exil, 2 Rois 15, 29 ; 17, 6 ; etc. Amos 1,6; Jérémie 20, 4 ; etc.
                                                                         -7-




     Il est bien possible que l'auteur de l'Apocalypse joue sur ces diverses
significations du verbe hébreu galah, puisque dans son livre il est bien
question d'une révélation, d'une prophétie portant sur l'avenir, mais
aussi d'une mise à nue d'une femme qu'il appelle la prostituée, et d'une
déportation.
     I1 n'est pas du tout évident ni certain que l'Apocalypse ait été écrite
d'un seul coup, d'un seul jet. Il est beaucoup plus vraisemblable que c'est
un ensemble de visions, d'oracles, de lettres, qui ont été réunis,
rassemblés, du vivant de l'auteur ou après sa mort.
     Personne ne sait où ont été composés et écrits ces divers documents.
Peut-être à Jérusalem, autour de l'année 50, ce qui permettrait de
comprendre que ces textes sont écrits en langage codé, chiffré,
intelligible pour les frères et les sœurs de la petite communauté
chrétienne de Jérusalem.
     Personne ne sait qui a traduit de l'hébreu en grec ces textes et
documents. Ce qui est sûr et certain, c'est que le traducteur maniait la
langue grecque avec beaucoup d'incertitude. La langue grecque de
l'Évangile de Jean est loin d'être toujours respectueuse de la grammaire
grecque ; elle comporte nombre d'anomalies qui s'expliquent
évidemment par l'hébreu sous-jacent. Mais la langue grecque de
l'Apocalypse est nettement pire. Ce n'est pas le même traducteur.

     L'Apocalypse est au fond un livre simple, qui annonce quelques
années à l'avance la prise et la destruction de Jérusalem par le feu ; —
qui commande à la petite communauté chrétienne naissante de s'enfuir
au plus vite, avant qu'il ne soit trop tard, — ce qu'elle a fait ; — et qui
annonce la venue de la nouvelle Jérusalem, qui remplace la première.
     L'Apocalypse est un livre obscur pour nous, en fin du XXe siècle,
comme elle l'a été dans les siècles précédents, parce qu'elle est écrite
dans un langage chiffré, codé, qui était parfaitement compréhensible
pour les frères et les sœurs de la communauté chrétienne à laquelle elle
s'adressait, mais qui est difficile pour nous qui avons perdu le code.
     Sous l'occupation allemande, pendant la guerre de 40-45, lorsque
des compagnons de la résistance s'adressaient des messages, ils
                                                                      -8-



utilisaient un langage codé pour échapper à la police de l'occupant.
     Iohanan de l'Apocalypse écrit en pleine terreur à des communautés
chrétiennes persécutées à mort. C'est pourquoi il écrit en langage codé.
La terreur était le fait de l'occupant romain, — des gouverneurs romains,
— des rois judéens collaborateurs, — et du haut sacerdoce de Jérusalem,
qui était à la botte du pouvoir romain.
     Iohanan qui connaissait la sainte Bibliothèque hébraïque par cœur,
procède par allusions à des textes hébreux, à des formules hébraïques,
qui étaient familiers aux frères et aux sœurs de la première communauté
chrétienne, judéenne, et des premières communautés chrétiennes issues
de communautés judéennes de la Diaspora. Nous nous efforcerons de
mettre sous les yeux du lecteur les textes hébreux qui permettent
d'éclairer les expressions de Iohanan.
     Iohanan fait allusion constamment à des faits, à des événements
historiques bien connus des frères et des sœurs des premières
communautés chrétiennes, autour de l'année 50. Ces faits et ces
événements sont pour nous plongés dans l'obscurité de l'oubli ou de
l'ignorance. Nous allons les exposer aux lecteurs en nous appuyant sur
deux auteurs judéens : Philon d'Alexandrie et Joseph, surnommé Flavius
lorsqu'il s'est installé à Rome.
     La pensée de Jean-Iohanan de l'Apocalypse, c'est que le pouvoir, la
puissance qui provient de Rome, de l'Empereur de Rome, se
communique aux gouverneurs romains, qui sont les tentacules de l'hydre
; — il se communique aux rois judéens qui sont nommés par l'Empereur,
maintenus ou destitués à son gré et selon sa fantaisie : c'est le monstre
marin aux sept têtes ; — il descend jusqu'aux grands prêtres, qui sont
choisis, nommés, désignés et destitués par les gouverneurs romains ou
les rois judéens.
     Tout ce système, de haut en bas, est un système foncièrement
antichrétien, qui persécute à mort la petite communauté chrétienne
naissante.
     Il existe donc une procession du pouvoir, qui va de l'Empereur de
Rome aux procurateurs ; — de l'Empereur aux rois judéens ; — des
procurateurs romains et des rois judéens, aux représentants du grand
sacerdoce.
                                                                          -9-



    Cette procession est descendante. Elle comporte une dégradation.
C'est une philosophie de l'histoire, une philosophie politique.
    Le mot français « procession » n'est pas une traduction mais un
simple décalque.

     Latin processio, formé à partir du verbe procedo, procedere : aller
en avant, s'avancer. Le latin processio a traduit le grec pro-odos, marche
en avant, progrès. Le mot grec proodos est utilisé par Plotin, Ennéades 2,
1, ligne 44, au sujet de la substance (grec ousia) de l'Ame ; VI, 3, 22,
ligne 7 ; VI, 6, 11, ligne 26. — On a traduit en français le mot grec
proodos, par procession.

     Plotin, Ennéades V, 1,6: L'âme désire résoudre ce problème,
répondre à cette question, répétée sans cesse par les anciens sages :
Comment, à partir de l'Un, — qui est tel que nous disons que l'Un est —,
une multiplicité quelconque peut-elle avoir l'existence, une dualité ou
bien un nombre ? Comment donc l'Un n'est-il pas resté en lui-même ?
Comment une si grande foule [d'êtres] en est-elle sortie, cette multiplicité
que nous voyons dans les êtres ? Comment pensons-nous faire remonter
cette multiplicité d'êtres vers l'Un ?

    Plotin répond un peu plus loin :

     Il faut que lui, l'Un, qui est sans mouvement (grec akinètos), s'il
existe quelque être second après lui, ne s'incline pas et il ne veut pas
(grec oude boulèthentos), sans qu'il se mette en mouvement, sans qu'il se
modifie, d'aucune manière... Comment donc?... C'est un rayonnement
(grecperi-lampsin) qui provient de lui, l'Un, de lui qui reste [ce qu'il est,
immobile], — comme par exemple la lumière qui provient du Soleil est
issue de lui, engendrée à partir de lui, alors que lui, le Soleil, subsiste,
reste ce qu'il est (grec menontos).

    C'est très exactement la doctrine contraire et opposée à celle du
monothéisme hébreu, sur ce point. Selon Plotin, la multiplicité des êtres
que nous voyons et constatons dans notre expérience résulte d'une
                                                                         - 10 -



procession nécessaire et éternelle qui tient à la nature de l'Un et non à sa
volonté ni à une décision de sa liberté. Selon le monothéisme hébreu, la
multiplicité des êtres que nous sommes et que nous constatons dans notre
expérience ne provient pas d'une procession éternelle et nécessaire qui
tient à la nature de l'Un — mais au contraire d'une libre décision de la
volonté de l'Unique. Plotin connaissait à Alexandrie et à Rome des
Judéens et des chrétiens. Il savait à quoi il s'opposait. Selon Plotin, la
procession éternelle et nécessaire est forcément une dégradation. C'est,
bien à l'avance, le second Principe de la thermodynamique, le Principe
de Carnot-Clausius (1814-1850) qui trouve ici son application en
ontologie. Selon Plotin toujours, le salut consiste à faire revenir,
retourner et remonter la multiplicité à l'Un. Ainsi le système est cyclique,
tout comme les systèmes gnostiques contemporains de Plotin.
      Selon le monothéisme hébreu, la création des êtres n'est nullement
une dégradation, mais au contraire une élévation progressive, une
ascension. Et le salut ne consiste nullement à revenir à l'origine, au sein
de l'Un, où de fait nous n'avons jamais été. Le salut, au terme de
l'histoire de la Création, c'est l'achèvement de la Création qui se termine
dans et par l'union de l'Homme nouveau créé, à Dieu unique et incréé,
sans mélange, sans confusion, sans séparation. Une métaphysique de
l'union est tout juste le contraire d'une métaphysique de l'Un.

    L'ennui, c'est que le mot français « procession » traduit un autre
terme qui n'a aucun rapport avec ce qui précède :

      Jean 15, 26 : Lorsqu'il viendra l'avocat de la défense (grec
      paraklètos, transcription en caractères hébreux peraqelit, hébreu
      des rabbins) que moi je vais vous envoyer, issu du père [= de
      Dieu], l'esprit de la vérité qui est issu du père [= de Dieu]...

     Le verbe grec ekporeuetai, ek-poreuô, traduit le verbe hébreu iatza,
sortir. Le sens est donc clair : l'Esprit de Dieu, qui est Dieu lui-même, car
Dieu et son propre Esprit ne font pas deux individus, — l'Esprit de Dieu
est issu de Dieu et il vient dans l'homme créé, librement, et sans aucune
nécessité.
                                                                      - 11 -



     A partir du moment où, à la suite de Philon d'Alexandrie, d'Origène
d'Alexandrie, et de beaucoup d'autres, on a décidé d'appeler fils de Dieu
le propre logos de Dieu, comme s'il était un individu divin, le problème
s'est embrouillé puisque dans tous les textes des livres de la Nouvelle
Alliance (= Nouveau Testament), le terme de fils de Dieu désigne celui
qui s'appelait lui-même le fils de l'Homme (l'hébreu ben adam), et non
pas le logos de Dieu envisagé en son éternité.
     Le verbe grec ekporeuetai a été traduit en latin par le verbe
procedere, et c'est ainsi qu'on en est venu à parler de la procession du
Saint-Esprit. Cette procession n'a évidemment aucun rapport avec ce que
les traductions françaises de Plotin appellent procession.
     Le mot hébreu tiré du grec, peraqelit, se lit Pirqei Abôt IV, 13 :

      Rabbi Eliezer ben Iaaqôb disait : Celui qui fait un commandement
      unique, il acquiert pour lui un peraqelit. Celui qui transgresse une
      seule transgression acquiert pour lui-même un accusateur (hébreu
      qate-gôr, transcription en caractères hébreux du grec katègôr,
      katègoros, l'accusateur).

     La procession du pouvoir dans le système politique dominant
qu'observe Iohanan, est un système qui va se dégradant en s'éloignant de
sa source, l'Empereur romain.
     A ce système politique dominant, écrasant et meurtrier, Iohanan
oppose la petite communauté chrétienne qui vient de naître, de se former,
et qui se développe. Cette communauté, c'est la nouvelle création, la
création de l'humanité nouvelle et sainte, le règne de Dieu qui
commence.
     La haine du système politique dominant à rencontre de cette création
qui commence est une haine mortelle. La persécution à mort de la
nouvelle communauté a commencé aussitôt, de la part de tout le système.

     L'Évangile traduit et publié sous l'autorité juridique (grec kata,
hébreu al-pî) de Luc (latin Lucas, transcription en caractères grecs
Loukas ou Loukios, traduction de l'hébreu Iaïr = YHWH illumine,
transcription du nom hébreu en caractères grecs Iaïros), l'Évangile de
                                                                        - 12 -



Luc présente exactement tout le système, comme Iohanan dans
l'Apocalypse, et plus tard Joseph surnommé Flavius :
     1. L'Empereur de Rome, la source du pouvoir.
     2. Les procurateurs romains, qui reçoivent leur pouvoir, diminué, de
l'Empereur de Rome.
     3. Les rois ou roitelets de la Judée, nommés, installés et démis par
l'Empereur de Rome.
     4. Les grands prêtres nommés et démis par les gouverneurs romains
et les roitelets judéens.

     L'Évangile de Luc a été traduit et diffusé avant la composition de
l'Apocalypse. Il est possible que Schaoul-Paulus ait emporté avec lui, dès
son premier voyage, le dossier de notes traduit et constitué sous l'autorité
juridique de Iaïr-Iaïros :

      2 Timothée 4, 13 : Les tephilin (pluriel de l'hébreu tephilah, la
      prière, transcription fautive en caractères grecs ton phailonèn, —
      ne pas confondre avec le grec phainolès, casaque, manteau) que
      j'ai laissés en Troade chez Karpos, lorsque tu viendras, apporte-
      les, et les rouleaux, surtout les parchemins (grec mem-branas,
      latin membrana).

      Luc 3, 1 : Dans l'année quinzième de la domination de Tibère
      César, il était procurateur (grec hègemôn) Pontius Pilatus, de la
      Judée ; il était chef d'une région sur quatre [dans une province]
      (grec tetrar-chès) de la Galilée, Hérode [Hérode Antipas, fils
      d'Hérode dit le Grand ou l'Ancien, entre — 4 et + 39] ; Philippe son
      frère [son demi-frère, — 4, mort en 33 ou 34] était le chef d'une
      région sur quatre, de l'Iturée et de la région de la Trachonitide ; et
      Lysanias était le chef d'une région sur quatre, de l'Abilène ; alors
      qu'il était grand prêtre (grec archiereus, hébreu kôhen gadôt)
      Hanan et Qaïapha (archiereus au singulier dans le texte), elle a
      été, la parole de Dieu, sur Ioha-nan, le [fils] de Zekar-iah dans le
      désert...
                                                                     - 13 -



C'est ainsi que débutent les livres prophétiques du passé.

  Osée 1, 1 : La parole de YHWH qui a été sur Hôscha, fils de Beeri
  aux jours de Ouziiah, etc. Joël 1, 1 : La parole de YHWH qui a été
  sur, ou adressée à, lôel fils de Petouel... Jérémie 1,2: Qu'elle a été,
  la parole de YHWH, adressée à lui, aux jours de Iôschiiahou...
                                                                            - 14 -




                             I. Les Antécédents


Le livre de Daniel

     Le modèle, l'archétype de la philosophie de l'histoire de Iohanan, de
la philosophie politique de Iohanan, c'est le livre de Daniel.
     Le livre de Daniel est un recueil de contes ou d'histoires composés
avant la mort d'Antiochus IV Épiphane en 164 ou 163 avant notre ère, et
après la profanation du Temple de Jérusalem en décembre 168 avant
notre ère : l'érection de la statue de Jupiter Olympien dans le Temple de
Jérusalem.
     Les fables de Jean de La Fontaine contiennent une morale. Les
contes philosophiques de Voltaire contiennent une philosophie et une
morale. Les contes qui constituent le livre de Daniel contiennent une
philosophie de l'histoire et une vue sur l'avenir, une prophétie, tout
comme le rouleau de Jonas, qui est antérieur.

Première histoire
     Daniel 2, 1 : En l'année deuxième du règne de Nabuchodonosor, il a
rêvé, Nabuchodonosor, des rêves [ou : il a songé des songes] et il a été
inquiet, son esprit... Et il a dit, le roi, d'appeler les devins, les magiciens,
les enchanteurs et les Chaldéens pour annoncer au roi, ses songes. Ils
sont venus et ils se sont tenus devant la face du roi...

     Les sages de Babylone ne savent pas dire au roi quel a été son rêve
et encore moins son interprétation, son explication (araméen pischera ou
peschar, grec sugkrisis. Le substantif peschar ou pischera est formé à
partir du verbe paschar, expliquer).
     Daniel, un Judéen déporté à la cour du roi de Babylone après la prise
de Jérusalem en 587 avant notre ère, intervient.

       Daniel 2, 31 : « Toi, ô roi, tu as été voyant et voici une statue
       (araméen et hébreu tzelem, grec eikôn) unique, une grande statue
                                                                     - 15 -



(araméen tzalema, grec eikôn) ; celle-ci, grande et son éclat était
extraordinaire. Elle se tenait en face de toi et son aspect était
terrible. Cette statue, sa tête [était] d'or fin. Sa poitrine et ses bras
étaient d'argent. Son ventre et ses cuisses, de bronze. Ses jambes,
de fer. Ses pieds, partie fer et partie terre cuite.
Tu étais en train de regarder, jusqu'à ce qu'elle ait été arrachée,
une pierre (hébreu eben, grec lithos) qui [n'a pas été arrachée]
avec les deux mains [de l'homme], et elle a frappé la statue sur ses
pieds de fer et de terre cuite et elle les a réduits en poussière.
Et alors en même temps ont été réduits en poussière, fer, terre
cuite, bronze, argent et or et ils ont été comme la paille qui
s'envole de l'aire où l'on bat le blé en été, et il les a emportés, le
souffle du vent et tout lieu (araméen atar, grec topos) n'a pas été
trouvé pour eux [= aucun lieu n'a été trouvé. L'hébreu et l'araméen
n'ont pas le mot « aucun »]. Et la pierre qui a frappé la statue, elle
est devenue une montagne immense et elle a rempli toute la terre.
Voilà le rêve, et l'explication, l'interprétation (araméen pischera,
grec sugkrisis), nous allons la dire devant la face du roi.
Toi ô roi [tu es] le roi des rois, à qui le dieu des cieux a donné
royauté, pouvoir, puissance et gloire. Partout en tout lieu où ils
habitent, les fils des hommes, les bêtes des champs et l'oiseau des
cieux, il les a donnés dans ta main et il t'a fait dominer sur eux
tous (araméen et hébreu schalat, grec kurieuein).
C'est toi [qui es] la tête d'or.
Et après toi, se lèvera (hébreu et araméen qoum, grec anistèmi) un
royaume autre, inférieur à toi, en dessous de toi ; et un royaume
troisième, un autre, de bronze, qui dominera sur toute la terre. Et
un quatrième royaume sera dur comme le fer. Tout comme le fer il
réduit en poussière et il broie tout. Et tout comme le fer qui
détruit, qui écrase, tous ceux-là il les réduira en poussière et il les
écrasera.
Et quant à ce que tu as vu, les pieds et les doigts [de pied], certains
d'entre eux en terre cuite de potier et certains d'entre eux en fer, un
royaume partagé ce sera, et quelque chose de la force de la solidité
du fer lui appartiendra, tout comme tu as vu du fer mélangé à la
                                                                   - 16 -



glaise de l'argile.
Les doigts des pieds, certains d'entre eux du fer, et certains d'entre
eux de la terre cuite : une partie du royaume sera puissante et une
partie sera brisée. Quant à ce que tu as vu, du fer mélangé à de la
terre glaise, cela signifie qu'ils vont se mélanger l'un à l'autre dans
une semence d'homme, mais ils ne s'attacheront pas l'un à l'autre
(le verbe hébreu dabaq. Genèse 2, 24 : C'est pourquoi il quittera
l'homme son père et sa mère et il s'attachera, hébreu dabaq, dans
sa femme et ils seront une chair unique...) de même que le fer ne
se mélange pas à la terre glaise.
Et dans les jours de ces rois, il fera se lever (le verbe hébreu qoum,
grec anastèsei), le Dieu des cieux, un royaume qui pour les durées
éternelles à venir (araméen et hébreu ôlam, grec eis tous aiônas)
ne sera pas détruit (araméen et hébreu habat), et sa royauté
(araméen malkoutah, grec basileia), à un autre peuple ne sera pas
laissée.
Il va broyer, réduire en poussière (araméen et hébreu daqaq) et il
mettra un terme, il fera cesser, il mettra fin (araméen et hébreu
soph) à tous ces royaumes, et lui il tiendra debout (araméen et
hébreu qoum) pour les durées éternelles à venir.
Tout comme tu as vu que de la montagne a été arrachée une pierre
(araméen et hébreu eben, grec lithos) qui n'a pas été arrachée dans,
ou par les deux mains [de l'homme] et qu'elle a réduit en
poussière, fer, bronze, argile, argent et or.
Le dieu grand a fait connaître au roi ce qui va être après cela.
Il tient debout solidement, il est vrai, le rêve, et elle est
certainement vraie, l'explication, l'interprétation, on peut être
certain de la vérité de l'interprétation. » Alors le roi
Nabuchodonosor est tombé sur la face et devant Daniel il s'est
prosterné... Il a répondu le roi à Daniel et il a dit : « C'est
certainement vrai que votre dieu, c'est lui qui est le Dieu des dieux
et le maître des rois. C'est lui qui révèle les secrets (araméen galeh
razin, grec apokaluptôn mustèria) puisque tu as été capable de
révéler ce secret (araméen razah, grec mustèrion). »
                                                                        - 17 -



     Personne ne sait à cette heure, à ma connaissance du moins,
pourquoi dans le livre de Daniel, une partie est écrite en hébreu, et une
partie en araméen. Nous en sommes tous réduits aux conjectures. Le
lecteur aura observé que nombre de termes sont identiques dans
l'araméen de Daniel, et en hébreu.

     Les érudits ont observé depuis longtemps que dans cette histoire
racontée par le prophète Daniel, dans ce conte, dans cette allégorie de la
statue, ou mieux, dans ce mâschâl (grec parabole) la tête d'or, c'est
l'empire babylonien. Le second empire est l'empire des Mèdes, avec
Darius le Mède. Le troisième empire est l'empire des Perses. Le
quatrième empire est l'empire des Grecs, qui commence avec Alexandre
le Grand, mort en 323 avant notre ère. L'empire d'Alexandre le Grand est
partagé par ses successeurs, les Ptolémées et les Séleucides.
     Peu nous importe que l'auteur ou les auteurs de Daniel se soit, ou se
soient embrouillés dans les chronologies et les successions des empires
babyloniens, mèdes, etc. Ce qui compte c'est la pointe de l'histoire, ce
que l'auteur veut dire : les empires naissent, se développent, envahissent
la terre habitée, dominent, et puis s'effondrent les uns après les autres.
     Les naturalistes, les zoologistes et les paléontologistes nous ont
appris que dans l'histoire naturelle des espèces, on assiste à un
phénomène de relais : les grands groupes zoologiques apparaissent,
naissent, se développent, deviennent envahissants, dominants, et puis
disparaissent, sans qu'on sache exactement pour quelle raison, et laissent
la place au groupe zoologique suivant. C'est la loi des relais bien connue
des naturalistes.
     L'auteur du livre de Daniel nous dit que les empires naissent,
apparaissent, se développent, deviennent envahissants, dominants, puis
disparaissent et sont remplacés par d'autres empires. Au IIe siècle avant
notre ère, avant 164 avant notre ère, un inconnu tente d'expliquer à ses
contemporains judéens que les empires de ce monde de la durée présente
ne sont pas ce qu'ils prétendent être, l'absolu de la solidité. Au contraire
ils sont essentiellement fragiles et périssables. Plus tard, par rapport à
l'auteur du livre prophétique de Daniel, Dieu fera germer un règne, un
royaume, une royauté (araméen malkoutah, grec basileia) qui, lui, ne
                                                                         - 18 -



passera pas, ne périra pas. C'est le Dieu des cieux (araméen elah
schemaiia) qui va susciter ce règne, ce royaume, cette royauté. C'est
pourquoi on l'appellera le règne ou le royaume des cieux, c'est-à-dire de
Dieu (araméen malkoutah di schemaiia, grec basileia ton ouranôn.
Matthieu 3, 2 ; 4, 17 ; 5, 13 ; etc.).
     Le livre de Daniel est donc bien une authentique prophétie. Mais sa
prophétie ne part pas de Nabuchodonosor, au VIe siècle avant notre ère.
L'auteur de Daniel connaissait, plus ou moins, approximativement, la
succession des empires après Nabuchodonosor. La prophétie authentique
part de l'endroit, du moment où est placé l'auteur de Daniel : avant la
mort d'Antiochus IV Épiphane, juin 164 avant notre ère. Il enseigne à ses
frères judéens quelque chose de capital : les empires de ce monde de la
durée présente sont fragiles, périssables. Vient l'empire de Dieu créateur
qui, lui, ne passera pas. C'est la nouvelle création, la Création définitive.
     On ne cherche pas, dans les fables de Jean de La Fontaine, des
renseignements concernant l'anatomie, la physiologie du renard, du
corbeau, du loup, de l'agneau. On s'efforce de comprendre ce que Jean de
La Fontaine a voulu nous dire avec ses fables. De même dans les
histoires racontées par l'auteur ou les auteurs inconnus du rouleau de
Daniel, il ne faut pas chercher l'histoire exacte du passé, par rapport à cet
auteur ou à ces auteurs, mais tenter de comprendre ce qu'il veut dire, ou
ce qu'ils veulent dire concernant l'avenir. Même observation pour le
conte de Jonas.

     Depuis vingt siècles nous avons vu beaucoup d'empires naître, se
développer, dominer, écraser, se répandre, et puis disparaître. Au XXe
siècle nous avons vu un empire qui soi-disant devait durer mille ans,
s'effondrer au bout de dix ans. Depuis bientôt vingt siècles nous
constatons que la nouvelle Humanité en régime de formation ou de
transformation, sous l'influence d'un message, d'un enseignement
créateur communiqué autour de l'année 30 de notre ère, cette Humanité
nouvelle en gestation croît et se développe comme un grand arbre qu'elle
est, à partir de la semence originelle, malgré les empires qui la
persécutent ou l'écrasent.
     Telle est la leçon du livre de Daniel. C'est une philosophie de
                                                                         - 19 -



l'histoire. C'est même une philosophie politique. La prophétie contenue
dans ce livre est vérifiée, puisque nous constatons qu'en effet la création
de l'Homme nouveau se continue et se développe malgré les massacres et
les persécutions.

Deuxième histoire, deuxième mâschâl
      Daniel 3, 1 : Nabuchodonosor le roi a fait une statue (hébreu
      tzelem, grec eikôn) en or... Et Nabuchodonosor le roi a envoyé
      [des messagers] aux satrapes, préfets, gouverneurs, etc. et à toutes
      les autorités de la province pour qu'ils se rassemblent pour
      l'inauguration, la dédicace de la statue qu'il avait fait dresser,
      Nabuchodonosor, le roi.

     Le verbe hébreu hanak est formé à partir de l'hébreu hek, le palais de
la bouche, Ézéchiel 3, 26; Psaume 137, 6; etc. Il signifie à l'origine:
frotter le palais, la bouche du nouveau-né avec du jus de datte. Par suite,
et d'une manière plus abstraite : préparer, inaugurer, Deutéronome 20, 5 ;
1 Rois 8, 63 ; etc. Le substantif hanoukkah est formé à partir du verbe
hanak et signifie : inauguration, Nombres 7, 10 ; Psaume 30, 1 ;
Néhémie 12, 27 ; 2 Chroniques 7, 9 ; etc. Traduction grecque :
egkainismos, n'existe pas en grec naturel ; grec de traduction, ou ta
egkainia, n'existe pas en grec naturel, Jean 10, 22.

      Daniel 3, 8 : Et dans ce temps-là ils se sont approchés, des hommes
      chaldéens, et ils ont mangé les morceaux des Judéens [= ils ont
      dénoncé les Judéens]. Ils ont répondu et ils ont dit à
      Nabuchodonosor le roi : « Roi, pour la durée éternelle à venir, sois
      vivant ! Toi, le Roi, tu as donné l'ordre que tout homme qui
      entendra le son de trompette, etc., tombe et se prosterne (araméen
      et hébreu segad) devant la statue en or... Il existe des hommes, des
      Judéens..., tes dieux, ils ne les servent pas, et la statue d'or que tu
      as érigée, ils ne se prosternent pas devant elle... »

    Cette fois-ci nous n'avons plus affaire à une prophétie, mais à un
enseignement métaphysique. Depuis ses origines connues, le peuple
                                                                              - 20 -



hébreu se caractérise, par rapport aux autres peuples qui l'entourent, par
le fait qu'il ne considère pas l'Univers physique comme divin, ni les
forces naturelles, ni les astres, ni le Soleil, ni la Lune, ni les étoiles, ni les
rois, ni les empereurs. Rien de ce qui est du monde physique n'est divin.
C'est l'une des raisons de l'hostilité profonde des peuples qui entourent le
peuple hébreu. Il refuse de diviniser le monde, la nature et l'État, quelle
que soit sa forme. Nous retrouverons cette affaire plus loin à propos de
Caius surnommé Caligula, qui a voulu faire installer sa propre statue
dans le Temple de Jérusalem.

Autre histoire
        Daniel 7, 1 : Dans l'année première de Balthazar, roi de Babel,
        Daniel a vu un rêve et des visions de sa tête sur sa couche. Alors le
        rêve il l'a mis par écrit... « Moi Daniel... j'ai vu dans des visions
        avec la nuit et voici les quatre vents des cieux se sont précipités
        sur la grande mer.
     Et quatre bêtes énormes sont montées hors de la mer. Elles étaient
changées, elles étaient autres (araméen et hébreu schanah), l'une hors de
l'autre (araméen et hébreu min).

     Faut-il comprendre qu'elles sont issues l'une de l'autre par
transformation ?

    Le mot araméen que nous avons traduit par le français « bête », c'est
heiwa ou heiwah, hébreu haiah, vivre ; haiiah, la vivante = la bête
vivante. Grec thèrion, bête féroce ou sauvage, Genèse 1, 24 ; etc.

   C'est ce vocabulaire que Iohanan de l'Apocalypse va reprendre.
Apocalypse 13, 1 : « Et j'ai vu surgissant de la mer une bête qui
montait... »

       Daniel 7, 4 : La première [était] comme une lionne et les ailes de
       l'aigle à elle. (L'hébreu n'a pas le verbe avoir). J'ai regardé jusqu'à
       ce qu'elles soient arrachées, ses ailes. Elle a été enlevée de la terre
       et sur ses pieds comme un homme elle s'est tenue debout et un
                                                                             - 21 -



      cœur d'homme [= une intelligence d'homme] lui a été donné.
      Et vois ! Une autre bête, la deuxième, qui ressemblait à l'ours. Et
      sur un seul côté elle se tenait debout et trois côtes dans sa bouche
      entre ses dents. Et c'est ainsi qu'ils lui parlaient : « Lève-toi !
      Mange de la chair, beaucoup ! »
      Et puis après, j'étais en train de regarder et vois une autre comme
      une panthère (araméen nemar, hébreu namer, grec pardalis,
      panthère ou léopard), et à elle [étaient] quatre ailes d'oiseau sur le
      dos. Et quatre têtes [étaient] à la bête et la domination (araméen
      schaltan, grec exousia) lui a été donnée. Et puis après cela, j'étais
      en train de voir dans les visions de la nuit et vois une bête,
      quatrième, une quatrième bête terrifiante et effrayante et puissante
      extraordinairement. Et des dents de fer [sont] à elle, énormes. Elle
      dévorait, elle broyait, et ce qui restait, avec ses pieds elle le
      piétinait, l'écrasait. Et elle, elle était autre, différente, par rapport à
      toutes les bêtes qui [étaient] avant elle. Et dix cornes [étaient] à
      elle... (araméen et hébreu qeren, grec keras, pluriel kerata)...
      Apocalypse 13, 1 : Et j'ai vu sortie de la mer une bête qui montait.
      A elle dix cornes (grec kerata)...

     Les érudits estiment que la première bête, la lionne, représente
l'empire de Babylone. La seconde bête qui ressemblait à un ours, c'est
l'empire des Mèdes. La troisième bête, qui ressemblait à une panthère,
c'est l'empire des Perses. Les quatre têtes de la bête représentent peut-
être Cyrus, Xerxès, Darius, Artaxerxès. La quatrième et dernière bête,
c'est l'empire d'Alexandre le Grand, mort en 323 avant notre ère. Les dix
cornes représentent sans doute les dix rois de la dynastie séleucide qui
succèdent à Alexandre.

      Daniel 7, 8 : J'étais en train de considérer les cornes, et voici une
      autre corne, petite, s'est élevée au milieu d'elles et trois d'entre les
      cornes qui étaient avant ont été arrachées de devant sa face
      (araméen minqadam, hébreu miliphenei, grec apo prosôpou
      autou). Et voici, des yeux comme des yeux d'homme sur cette
      corne, et une bouche qui proférait des choses énormes...
                                                                        - 22 -




     Les érudits nous disent que cette petite corne qui s'élève au milieu
des dix cornes de la quatrième et dernière bête, c'est Antiochus IV
Épiphane, mort en 164 avant notre ère.
     Cet Antiochus IV avait fait partie des otages livrés par son père aux
Romains en 189 avant notre ère. Antiochus IV séjourne treize ans à Rome,
à partir de l'âge de vingt-six ans. En 176 avant notre ère, Séleucus IV
libère son frère Antiochus en livrant à sa place Démétrius, son propre fils.
Antiochus séjourne à Athènes. Après l'assassinat de son frère, il retourne
à Antioche de Syrie. Après sa victoire sur l'Égypte, il se fait appeler
theos epiphanès, dieu manifesté, ou visible.
     Pour comprendre quelque chose au livre de Daniel, composé avant
164 avant notre ère, il faut ouvrir le livre que nos traductions en langue
française appellent le premier livre des Maccabées (grec ta Makkabaïka).



Le premier livre des Maccabées

    Le grec makkabaïka est une transcription de l'hébreu maqqabah ou
maqqabi ou maqqabaï. L'hébreu maqqebet, pluriel maqqabôt, signifie le
marteau. Le latin marcus signifie le marteau. Il va servir de prénom.
C'est le surnom de Iohanan surnommé Marcus.

      Le premier livre des Maccabées a été évidemment écrit en hébreu
puis traduit en grec, selon la méthode traditionnelle depuis des
générations : en utilisant le lexique hébreu-grec traditionnel et en suivant
l'ordre de la phrase hébraïque mot à mot, pas à pas. Dès la première
phrase du premier livre des Maccabées, on reconnaît la phrase hébraïque,
comme on reconnaît la bien-aimée à un cheveu de son cou.
      Le premier livre des Maccabées est donc exactement dans la même
situation que les Évangiles de Matthieu, de Marc, de Luc et de Jean.
L'original hébreu est perdu ou n'a pas encore été retrouvé, à notre
connaissance du moins. Nous disposons en attendant d'une traduction
littérale, mot à mot, faite avec le lexique hébreu-grec traditionnel, qui
                                                                          - 23 -



respecte l'ordre des mots de l'hébreu.

      1 Maccabées 1, 1 : Et il advint (grec kai egeneto, hébreu waiehi),
      après qu'il a frappé, Alexandre, le fils de Philippe... Darius, roi des
      Perses et des Mèdes, et qu'il est devenu roi à sa place..., alors (grec
      kai, hébreu we) il a entrepris des guerres nombreuses... Et après
      cela il est tombé sur sa couche et il a connu qu'il allait mourir. Et il
      a appelé ses serviteurs... et il leur a partagé son royaume alors qu'il
      était encore en vie... Et ils ont dominé, ses serviteurs, chacun en
      son lieu. Et ils ont mis tous [sur leurs têtes] la couronne royale
      (grec diadèma, hébreu keter malkout, Esther 1, 1 ; etc.) après qu'il
      soit mort, Alexandre, et leurs fils après eux...
      Et il est sorti du milieu d'eux une racine de méchanceté, Antiochus
      Épiphane fils d'Antiochus le roi. Il avait été otage à Rome et il est
      devenu roi... Dans ces jours-là, sont sortis d'Israël des vauriens,
      des fils de vauriens (anaschim benei beliiaal. Deutéronome 13, 14
      ; Juges 19, 22 ; 20, 13 ; etc.), et ils ont persuadé une multitude en
      disant : « Allons, concluons une alliance avec les goïm qui sont
      tout autour de nous, car depuis que nous nous sommes séparés
      d'eux, nous ont atteint des malheurs nombreux. » Et elle fut
      bonne, elle a été bonne, la parole, à leurs yeux...

      1 Maccabées 1, 16: Et il [Antiochus] est entré en Égypte avec un
      grand peuple ; et des chars, des éléphants et une grande flotte... Et
      ils se sont emparés des villes fortes [qui sont] au pays Égypte, et il
      a pris les dépouilles du pays Égypte Et il est retourné, Antiochus,
      après qu'il eut frappé Égypte... et il est monté en Israël et il est
      monté contre Jérusalem avec une foule nombreuse. Et il est entré
      dans le sanctuaire avec arrogance, et il a pris l'autel pour l'encens
      en or (grec thusiastèrion, hébreu mizebeah), le candélabre de la
      lumière (grec luchnia, hébreu menorah, Exode 25, 31 ; etc.) et
      tous les ustensiles..., et la table (grec trapeza, hébreu schoulehan)
      où l'on pose les pains de la face (grec prothesis, hébreu lehem ha-
      panim, Exode 39, 36)..., le rideau (grec katapetasma, hébreu
      parôket, Exode 26, 31 ; etc.)
                                                                 - 24 -




1 Maccabées 1, 29 : Et il est arrivé après deux années de jours
(hébreu miqetz schenataïm iamim, Genèse 41,1), il a envoyé, le roi
[Antiochus], le chef des corvées (hébreu sar ha-missim, Exode 1,
11), ou le chef des Mysiens (hébreu sar ha-môsim), dans les villes
de Iehoudah et il est entré dans Jérusalem avec une grande foule....
Et il est tombé sur la Ville d'un seul coup et il l'a frappée d'un
grand coup et il a exterminé un grand peuple pris parmi Israël. Et
il a pris le butin de la Ville, et il l'a brûlée par le feu (hébreu
saraph ba-esch, grec enepurisen puri) et il a détruit ses maisons et
ses murailles tout autour. Et ils ont emmené en déportation les
femmes et les enfants, et des troupeaux ils ont pris possession. Ils
ont construit la cité de David avec un mur grand et puissant, avec
des tours puissantes, et elle fut pour eux une citadelle (grec akra).
Et ils ont installé là un peuple méchant, des hommes de rien, des
vauriens (hébreu isch beliiaal, ou adam beliiaal, ou encore
anaschim benei beliiaal), et ils se sont fortifiés dans cette
citadelle. Ils y ont déposé des armes, de la nourriture et ils ont
rassemblé les dépouilles de Jérusalem, ils les ont déposées en cet
endroit et ils sont devenus un piège...

1 Maccabées 1, 41 : Et il a écrit, le roi [Antiochus Épiphane] pour
tout son royaume [un édit ordonnant] qu'ils soient tous un peuple
unique et qu'ils abandonnent, chacun, ses lois propres (hébreu
houq-qôt). Et ils ont reçu, tous les peuples [qui peuplaient la
Judée] l'édit du roi et ils ont agi selon la parole du roi. Et
nombreux sont les fils d'Israël qui ont accepté avec faveur le culte
du roi, et qui ont sacrifié aux dieux et qui ont profané le schabbat.
Et il a envoyé, le roi, des lettres, dans la main de messagers, à
Jérusalem et aux villes de Iehoudah [pour commander d'] aller
derrière les lois et les coutumes des étrangers du pays, pour que
soient empêchés les sacrifices par le feu (grec holokautômata,
n'existe pas en grec naturel, hébreu ôlah) et le sacrifice sanglant
(grec thusia, hébreu zebah ou minehah, l'offrande) et la libation
(grec spondè, hébreu nesek) loin du sanctuaire [= soient éliminés
                                                                        - 25 -



      du sanctuaire], pour que soient profanés les schabbats et les fêtes,
      que soient souillés le sanctuaire et le Saint des Saints [ou : les
      saints] ; de construire des autels [païens], des temples [pour des
      divinités païennes], des lieux de cultes pour les divinités ; de
      sacrifier des cochons et des animaux impurs ; de laisser leurs fils
      avec un prépuce ; de rendre abominables leurs âmes dans tout ce
      qui est impur et dans toute profanation ; en sorte d'oublier la
      Torah, et de changer tous les commandements. Et celui qui ne fera
      pas la parole du roi, il sera mis à mort. Conformément à (grec
      kata, hébreu al pi, sur la bouche de) toutes ces paroles, il a écrit à
      tout son royaume, et il a fait des inspecteurs (grec episkopous,
      hébreu paqid, pluriel peqidim) sur tout le peuple et il a commandé
      à toutes les villes de Iehoudah de faire des sacrifices dans chaque
      ville (hébreu be-ir we-ir)...

      1 Maccabées 1, 54 : Et le quinzième jour de kislev [le neuvième
      mois = décembre] en l'année cent quarante-cinq [= 167 avant
      notre ère], il a fait construire [le roi Antiochus] l'abomination
      effroyable     {schiqqoutzim    meschômem,      grec    bdelugma
      erèmôseôs)...

     Daniel 9, 27 : schiqqoutzim meschômem, grec bdelugma ton erèmô-
seôn. Daniel 11, 31 : ha-schiqqoutz meschômem, grec bdelugma
erèmôseôs ; Theodotion : bdelugma èphanismenon.
     Le substantif hébreu schiqqoutz, pluriel schiqqoutzim, est formé à
partir du verbe schaqatz, exécrer, abhorrer, rendre abominable. Le
schiqqoutz, c'est l'horreur, l'abomination, l'exécration, le dégoût ; ce qui
provoque l'horreur et l'abomination. Le verbe hébreu schamam, kal
parfait schamemah, signifie : être pétrifié d'horreur en présence d'une
terre dévastée, Lévitique 26, 32. Être dévasté et provoquer la stupeur,
Genèse 47, 19. Être dévasté, en parlant d'un pays, Jérémie 12, 11. La
forme ici utilisée, meschômem, est un participe : dévastant, qui cause la
dévastation.

    Il s'agit de l'autel construit par Antiochus Épiphane pour le Zeus
                                                                        - 26 -



Olympios.
     Schiqqoutzim meschômem est probablement un jeu de mots et une
plaisanterie portant sur le baal schamaïm, le maître des cieux, divinité
des Syriens. Le mot baal est remplacé par bôschet, la honte, Jérémie 3,
24. Le substantif hébreu schemamah, formé à partir du verbe hébreu
schamam, signifie « la dévastation ». Ce genre de jeux de mots et de
plaisanteries était parfaitement compréhensible dans ce milieu ethnique
et dans ce temps-là, surtout dans les milieux populaires.

     Matthieu 24, 15 : Lorsque donc vous verrez l'abomination effroyable
(ha-schiqqoutz meschômem, traduction grecque to bdelugma tes
erèmôseôs) qui a été dite par la bouche de Daniel le prophète, installée
debout dans le Lieu saint — celui qui lit, qu'il soit intelligent —, alors
ceux qui sont en Judée, qu'ils fuient vers les montagnes ; celui qui [est]
sur la terrasse, qu'il ne descende pas pour prendre ce qui [est] dans sa
maison...

      Marc 13, 14: Et lorsque vous verrez l'abomination effroyable (ha-
schiqqoutz meschômem) mis debout là où il ne doit pas être, — celui qui
lit, qu'il soit intelligent —, alors ceux qui [sont] en Judée, qu'ils fuient
vers les montagnes.

      1 Maccabées 1, 55 : Et aux portes des maisons et sur les places
      publiques, ils brûlaient et faisaient fumer de l'encens. Les rouleaux
      de la Torah, ceux qu'ils trouvaient, ils les brûlaient dans le feu,
      après les avoir déchirés. Et là où l'on trouvait chez quelqu'un un
      rouleau de l'Alliance (hébreu sepher ha-berit) et si quelqu'un
      prenait son plaisir dans la Torah, alors le décret du roi le
      condamnait à mort... Et les femmes qui avaient fait circoncire
      leurs garçons, elles étaient mises à mort conformément à (grec
      kata, hébreu al pi) l'ordonnance du roi. Et ils pendaient les bébés à
      leurs cous...

      1 Maccabées 2, 1 : Et dans ces jours-là il s'est levé, Mattit-iah
      [don Évangile YHWH], fils de Iohanan, fils de Schimeôn, kôhen
                                                                       - 27 -



      des fils de Iehôiarib (1 Chroniques 9, 10 ; 24, 7 ; Néhémie 11, 10 ;
      12, 6 ; 12, 19), venu de Jérusalem... Et à lui [étaient] cinq fils
      (l'hébreu n'a pas le verbe avoir) : Iohanan, ou Iehohanan [YHWH
      a accordé sa grâce]..., Schimeôn..., Iehoudah [celui qui est appelé
      Maqqabaï] (transcription en caractères grecs : Makkabaios)
      Éléazar..., et Iehonathan [YHWH a donné]... Et il a vu les insultes
      [contre Dieu] qui se faisaient en Iehoudah et à Jérusalem et il a dit
      : « Hoï, hoï à moi ! Pourquoi donc suis-je né pour voir la ruine de
      mon peuple et la ruine de la Ville sainte ? »

     L'auteur inconnu du premier livre des Maccabées écrit aux alentours
de l'année 100 avant notre ère. Il rapporte en historien ce qui s'est passé
entre 175 et 135 avant notre ère. Il dit ce qu'il sait, clairement et
ouvertement.
     L'auteur inconnu du livre de Daniel composé avant 164 avant notre
ère fait allusion aux mêmes événements, mais en langage chiffré et
symbolique — compréhensible pour ses frères — parce qu'il écrit en
pleine persécution, en pleine terreur.
     Joseph surnommé Flavius va raconter tout ce qu'il sait des
prodromes de la guerre entre Romains et Judéens, après la destruction de
Jérusalem, année 70. Il s'exprime clairement et nettement.
     Iohanan de l'Apocalypse fait allusion à plusieurs événements dont
parlera Joseph, mais d'une manière chiffrée et symbolique —
compréhensible pour ses frères — parce qu'il écrit en pleine persécution
et en pleine terreur, autour de l'année 50 de notre ère.

     Pour comprendre quelque chose à l'Apocalypse de Iohanan, il faut
lire et étudier, et si possible déchiffrer, le livre de Daniel. Pour
comprendre quelque chose au livre de Daniel, il faut lire le premier livre
des Maccabées.


Retour au livre de Daniel

      Daniel 7, 9 : Voyant j'ai été, jusqu'à ce que des trônes aient été
                                                                       - 28 -



     placés, posés, et l'ancien des jours s'est assis...

     Le jugement s'est assis [= le conseil des juges ?] et les livres ont
     été ouverts... L'ancien des jours, c'est Dieu.

     Voyant j'ai été, jusqu'à ce qu'elle ait été tuée, la bête, et il a été
     anéanti, son corps, et donné à la flamme du feu.
     Et le reste des bêtes, elle a été enlevée leur domination, et une
     longueur de temps de vie leur a été donnée, jusqu'à un certain
     temps (araméen et hébreu zeman, grec chronos et kairos) et un
     moment déterminé (araméen iddan, grec kairos).

     Voyant j'ai été dans les visions de la nuit, et voici avec les nuées
     des cieux comme un fils d'homme (araméen ke-bar enôsch, grec
     hôs huios anthrôpou) qui était venant, et jusqu'à l'ancien des jours
     il est venu et devant sa face ils l'ont fait approcher. Et à lui a été
     donnée la domination (araméen schal-tan, grec exousia et arche),
     et l'honneur et le règne, et tous les peuples, toutes les races et
     toutes les langues le serviront.
     Sa domination [sera] une domination éternelle qui ne passera pas,
     et son règne, son royaume, sa royauté (araméen malkoutah, grec
     basileia) ne périra pas, ne sera pas détruit.

     L'auteur inconnu du livre de Daniel nous donne lui-même
l'explication de son allégorie (mâschâl).

     Daniel 7, 16 : Et l'explication, l'interprétation (araméen peschar,
     grec sugkrisin) des paroles il m'a fait connaître.
     Ces bêtes énormes — les quatre — [ce sont] quatre royaumes,
     quatre rois qui se lèveront de la terre. Et ils seront détruits.
     Et ils recevront (araméen et hébreu qabal, piel qibbel) le royaume,
     le règne, la royauté (araméen malkoutah, grec tèn basileian), les
     saints du Très-Haut, et ils prendront possession du royaume, de la
     royauté, jusqu'à la durée indéfinie dans l'avenir (araméen ôlam,
     ôlema, hébreu ôlam) et jusqu'à la durée des durées (grec heôs
                                                                          - 29 -



       aiônos ton aiônôn, latin in saeculum et saecu-lum saeculorum)...

     Puis le prophète qui est mis en scène veut connaître la vérité au sujet
de la quatrième bête qui était autre que les précédentes, terrible, aux
dents de fer et aux griffes de bronze, qui dévorait, qui broyait, qui
écrasait avec ses pieds ce qui restait, et au sujet des dix cornes qui sont
sur sa tête, et de l'autre corne qui s'était élevée, et étaient tombées devant
sa face, trois cornes. Et des yeux étaient à cette corne et une bouche qui
disait des énormités.
       Daniel 7, 21 : Voyant j'étais et cette corne a fait la guerre avec les
       saints et elle l'a emporté sur eux, jusqu'à ce qu'il vienne, l'ancien
       des jours, et la justice, le jugement, il a donné aux saints du Très-
       Haut, et que le temps vienne et que la royauté, ils la possèdent, les
       saints.
       La quatrième bête, c'est un quatrième royaume qui sera sur la
       terre, qui sera autre par rapport à tous les royaumes.
       Elle dévorera toute la terre, elle la piétinera et la réduira en
       poussière. [Il s'agit de l'empire grec d'Alexandre].
       Et les dix cornes : Issus de ce royaume dix rois se lèveront, et après
       se lèvera un autre. Il dépassera en méchanceté tous ceux qui l'ont
       précédé, et trois rois il fera tomber. Et des paroles contre le Très-
       Haut il proférera, et les saints du Très-Haut il opprimera. Et il
       pensera changer les temps et la loi. [Antiochus Épiphane. La
       persécution a duré de 168 à 165 avant notre ère.]
       Et le jugement siégera et sa domination sera enlevée pour être
       détruite et abolie jusqu'au bout. Et le règne et la domination et la
       grandeur des royaumes sous tous les cieux seront donnés au
       peuple des saints du Très-Haut. Son règne [est] un règne éternel...
       Apocalypse 17, 12 : Et les dix cornes que tu as vues, ce sont dix
       rois...

      L'auteur inconnu du livre de Daniel raconte donc ce qu'il sait de
l'histoire passée et présente, par rapport à lui, en situant fictivement son
prophète Daniel à la cour du roi de Babylone, Balthasar. Il le fait d'une
manière énigmatique, et il interprète lui-même son énigme. Tout ce qui
                                                                         - 30 -



concerne le passé et le présent n'est évidemment pas prophétique. Ce qui
est prophétique, c'est que les empires du passé et du présent passent, ils
sont fragiles et périssables. Ce qui est impérissable, c'est le royaume et le
règne des saints. C'est une philosophie de l'histoire.
     L'empire romain n'apparaît pas, semble-t-il, à l'horizon visible de
l'auteur inconnu du livre de Daniel, sauf peut-être Daniel 11,30:

      Et viendront contre lui des navires de Kittim et il sera humilié et il
      retournera et il exercera sa fureur contre l'alliance du saint ou de la
      sainteté... Et des bras (hébreu zerôïm, ou des semences, hébreu
      zera) issus de lui se dresseront et ils profaneront le sanctuaire-
      forteresse, et ils feront cesser le [sacrifice] perpétuel (hébreu ha-
      tamid), le sacrifice quotidien, et ils donneront l'abomination
      effroyable (schiqqoutz meschômem, grec bdelugma erèmôseôs ou
      bdelugma èphanismenori)...

     Il s'agit de la profanation du Temple de Jérusalem par les soldats
d'Antiochus IV en 168 avant notre ère. Une statue de Jupiter Olympien
est dressée dans le Temple.
     Les Kittim sont les habitants de l'île de Chypre, ainsi appelés à cause
de l'ancienne cité phénicienne Kittion (Genèse 10, 4 ; Isaïe 23, 1 ; etc.)
Plus tard les Kittim désignent les habitants des îles ou des côtes de la
Méditerranée.
     L'une des deux traductions grecques du livre de Daniel traduit
l'hébreu Kittim par : Rômaioi, les Romains. En effet, lors de la seconde
campagne d'Antiochus contre Égypte, le consul romain Gaius Popillius
Laenas ordonna à Antiochus de se retirer, de la part du Sénat romain. Les
Kittim désignent donc probablement les Romains.


    Pour comprendre quelque chose au livre de Daniel, nous nous
sommes appuyés sur le premier livre des Maccabées, qui lui est
postérieur. Pour tenter de comprendre quelque chose à l'Apocalypse de
Iohanam, pour la situer dans son contexte historique, nous allons nous
appuyer sur un historien judéen, Joseph ben Mattit-iahou ha-kôhen,
                                                                          - 31 -



surnommé tardivement Flavius, qui a écrit son œuvre en hébreu, et qui
l'a faite traduire plus tard. Heureusement pour nous, cette traduction n'est
pas, comme la traduction des livres saints, une traduction littérale et mot
à mot. C'est une traduction beaucoup plus libre et littéraire ; mais lorsqu'il
s'agit des termes techniques qui concernent le Temple de Jérusalem, la
liturgie, les fêtes, les prêtres, les grands prêtres et les vêtements des
grands prêtres, les traducteurs de Joseph suivent l'ancien lexique hébreu-
grec traditionnel depuis des siècles. La transcription en caractères grecs
des noms propres hébreux est aussi la même, dans la traduction en langue
grecque de l'œuvre de Joseph, que dans la traduction de la Bibliothèque
hébraïque. Là encore il y a constance dans la correspondance.


Joseph ben Mattit-iahou ha-kôhen

    Joseph ben Mattit-iahou, ha-kôhen, est né à Jérusalem autour de 37-
38 de notre ère.

    Mattat : le don, le cadeau. Transcription en caractères grecs :
Matthias, 1 Chroniques 25, 21. Mattit-iah, ou Mattit-iahou, cadeau de
YHWH.
    Autobiographie I, 1 : A moi [la] naissance n'est pas obscure...

    Nous avons traduit à dessein d'une manière littérale. On reconnaît
aussitôt la forme de la proposition hébraïque. L'hébreu n'a pas le verbe
avoir. Pour dire « avoir », on dit : « être à... »
    ... mais c'est de kôhanim que je descends...

     Le grec hiereus traduit constamment l'hébreu kôhen. Nous ne
traduisons pas l'hébreu kôhen par le français « prêtre », parce qu'un
prêtre, en France au XXe siècle, n'est pas la même chose qu'un kôhen
dans le Temple de Jérusalem (cf. p. 190). Le mot français « prêtre »
provient du grec presbuteros, qui traduit l'hébreu zaqen, vieux.

       Autobiographie I, 2 : A moi non seulement c'est de kôhanim
                                                                                                          - 32 -



          qu'elle est issue ma famille, mais bien plus de la première classe,
          ou division, des vingt-quatre..., grande est déjà en cela la
          différence...

     Le grec eph-èmeris traduit l'hébreu mahalôqet, pluriel maheleqôt,
division, classe, du verbe halaq, partager, 1 Chroniques 23, 6.

          ... et parmi les tribus qui sont dans cette classe, de la meilleure. Je
          suis même issu de famille royale de par ma mère. Car les benei
          haschmônaï1 dont elle est issue, ma mère, ont été, de notre peuple,
          sur une longue période de temps, les grands prêtres et les rois...

          Je vais en dire la succession.
          De Mattit-iah ou Mattit-iahou je suis né la première année du
          règne de Gaios [— Gaius Caesar, 37-38]. A moi sont trois fils...
          (De nouveau la construction hébraïque classique).

          Autobiographie II, 10 : Lorsque je fus âgé d'environ seize ans [=
          en l'année 53] je voulus connaître d'expérience, faire l'épreuve, des
          diverses écoles de pensée (grec hairesis) qui existent chez nous.
          Elles sont trois : celle des perouschim, la première ; — celle des
          tzaddouqim, la seconde ; — celle des essènôn, la troisième...

     Personne ne sait à cette heure, à ma connaissance du moins, quels
sont les mots hébreux que recouvrent et transcrivent les deux mots grecs
essènos et essaios que Joseph, ou du moins ses traducteurs, emploient
tour à tour. Il est bien possible que ces deux mots grecs transcrivent deux
termes hébreux différents.

          Autobiographie II, 11 : Ainsi je pensais pouvoir choisir la
          meilleure, si je les connaissais toutes. Je me suis donc mené moi-
          même durement. J'ai beaucoup travaillé. J'ai traversé les trois
          écoles de pensée. J'ai pensé que cette expérimentation n'était pas
1
 L'expression benei haschmônaï, les fils de Haschmônaï, provient peut-être, mais ce n'est pas sûr, d'un lieu-dit
Heschmôn, Josué 15, 27. Pourquoi pas Haschmônah, Nombres 33, 29 ?
                                                                        - 33 -



      suffisante pour moi. J'ai entendu parler d'un certain Ban-nous qui
      vivait dans le désert, qui se vêtait de ce qu'il pouvait retirer des
      arbres, qui se nourrissait de ce que la terre produit d'elle-même, qui
      se baignait dans l'eau froide le jour et la nuit, fréquemment. Je suis
      devenu son [disciple] fervent (grec zèlôtès, hébreu : un substantif
      formé à partir du verbe qana, être jaloux).

     La transcription en caractères grecs Bannous peut recouvrir l'hébreu
Bani, Esdras 2, 10 ; ou Bannoui, Esdras 10, 38 ; ou Bounni, Néhémie 9, 4
; 10, 16 ; etc.

      Autobiographie II, 12 : J'ai passé auprès de lui trois années. J'ai
      réalisé ce que je désirais. Je suis retourné à Jérusalem.
      Âgé de dix-neuf ans j'ai commencé ma vie de citoyen en suivant
      l'école de pensée des perouschim. Elle ressemble à celle que les
      Grecs appellent l'école du Portique.

      Autobiographie III, 13 : Âgé de plus de vingt-six ans, il m'est
      arrivé d'être obligé de monter à Rome. [Nous sommes donc en 63
      ou 64.]
      Au temps où Félix était procurateur de la Judée [52-60], certains
      kôhanim qui étaient de mes amis, des hommes excellents, pour un
      motif infime qui s'est présente, il les a fait enchaîner et expédier à
      Rome, pour rendre raison à César [de ce qu'ils avaient fait ou de
      ce dont ils étaient accusés].
      Pour eux je voulais trouver une voie de salut, d'autant plus que
      j'avais appris que, quoiqu'ils fussent dans le malheur, ils
      n'oubliaient pas la piété qui est due à Dieu. Ils se nourrissaient
      exclusivement de figues et de noix.
      Je suis arrivé à Rome après avoir couru de grands risques sur mer.
      Notre bateau a coulé au milieu de la mer Adriatique. Nous étions
      environ six cents. Toute la nuit durant, nous avons nagé. Au lever
      du jour, nous avons vu, grâce à la providence de Dieu, un navire
      qui venait de Cyrène. Nous avons devancé les autres, moi et
      quelques compagnons ; nous étions environ quatre-vingts en tout,
                                                                          - 34 -



      nous avons été recueillis dans le navire.
      Grâce à des relations d'amitié, je suis parvenu jusqu'à Alituros [=
      fromage salé, demi-sel]. C'était un acteur qui faisait des imitations.
      Il plaisait beaucoup à Néron. Il était Judéen de naissance.

      Autobiographie III, 16 : Par son intermédiaire j'ai été présenté à
      Poppée, la femme de César. J'ai pris aussi vite que possible les
      mesures qui s'imposaient. Je l'ai suppliée de faire libérer les
      kôhanim.
      J'ai reçu d'elle des dons considérables en plus de cette faveur de la
      part de Poppée.
      Je suis retourné à la maison [à Jérusalem].

      Autobiographie IV, 17 : J'y trouve déjà les commencements des
      révolutions, et nombreux [étaient] ceux qui pensaient à se soulever
      contre les Romains. J'ai essayé de contenir les partisans de la
      révolte et j'ai tenté de les faire changer d'avis. J'ai mis devant leurs
      yeux quels étaient ceux à qui ils voulaient faire la guerre, parce
      que, par rapport aux Romains, non seulement quant à l'expérience
      de la guerre, mais aussi quant à la chance, ils étaient en état
      d'infériorité... Mais je ne les ai pas convaincus...

     Pendant que Félix était procurateur de la Judée, 52-60, Schaoul ha-
qatan (traduction latine paulus, le petit, pour le distinguer de Schaoul, le
roi d'Israël) est envoyé à Césarée, auprès de Félix, le gouverneur de la
province (Actes des Apôtres = des Envoyés 23, 23), avec une lettre de
Claudius Lysias, le commandant de la place de Jérusalem.
     Deux ans plus tard, c'est Porcius Festus qui succède à Félix, 60-62.

      Actes 24, 27 : Voulant être agréable aux Judéens, Félix a laissé
      Paul enchaîné.

      Actes 25, 9 : Festus a voulu être agréable aux Judéens, et il a
      demandé à Paul : « Est-ce que tu veux monter à Jérusalem et être
      jugé là-bas au sujet de ces accusations ? » Paul a répondu : « C'est
                                                                            - 35 -



        sur le tribunal de César. C'est là que je dois être jugé [ou : que je
        vais être jugé]. Aux Judéens je n'ai fait aucun tort, comme tu le
        sais parfaitement... J'en appelle à César. »

      Paul est expédié à Rome avec quelques autres prisonniers (Actes 27,
1).

        Actes 28, 16 : Lorsque nous sommes entrés dans Rome, il a été
        permis à Paul de rester dans une demeure privée avec le soldat qui
        le gardait.

      Il est très peu vraisemblable que Joseph n'ait pas entendu parler à
Jérusalem de l'affaire de Paul. Il n'en dit pas un mot.
      Il n'est pas interdit de se demander si les kôhanim expédiés à Rome
par Félix, n'ont pas quelque chose à voir avec l'affaire de Paul, expédié
lui aussi à Rome pour être jugé par César Néron.
      Joseph ne dit pas un mot non plus de la rafle des chrétiens en l'année
64, et des horreurs qui ont suivi.
      La petite communauté chrétienne, à Rome, en l'année 64, était
constituée, dans sa plus grande partie, par des frères et des sœurs de la
communauté judéenne Évangile Rome, qui avaient reçu et agréé le
message nouveau venu de Jérusalem dans les années 30.
      Il était au moins aussi difficile à Néron ou à son ministre de l'Intérieur
de distinguer un Judéen devenu intérieurement chrétien, d'un Judéen qui
n'était pas devenu chrétien, que pour un ministre de l'Intérieur français en
cette fin du XXe siècle, de distinguer un anabaptiste du septième jour
d'un pentecôtiste.
      La question ouverte est donc de savoir qui a appris à Néron ou à son
ministre de la police à distinguer un Judéen chrétien d'un Judéen qui ne
l'était pas.
      Joseph ne dit pas un mot de ce qui s'est passé dans les jardins de
Néron, en l'année 64 sans doute.

    La Guerre des Judéens contre les Romains en sept livres a été
publiée entre 75 et 79. Elle a été écrite tout d'abord en hébreu, puis
                                                                     - 36 -



traduite en grec.

       Guerre I, 3 : Je me suis proposé, moi, à l'intention de ceux qui
       sont sous la domination des Romains, en traduisant en langue
       grecque ce que j'avais antérieurement envoyé aux Barbares, que
       j'avais composé dans la langue de mes pères (grec patriô), de le
       raconter complètement du commencement à la fin, moi Joseph
       ben Mattit-iah (ou Mattit-iahou), Hébreu de naissance, kôhen de
       Jérusalem. Moi-même j'ai fait la guerre aux Romains tout d'abord.
       Et aux événements qui ont suivi, j'ai assisté par nécessité...

    Joseph explique lui-même ce qu'il entend par les Barbares : ce sont
les frères des communautés judéennes qui se trouvent au-delà de
l'Euphrate :

       Guerre I, 5 : Les Judéens avaient espéré que tous ceux qui
       appartiennent au même peuple et qui habitent au-delà de
       l'Euphrate allaient se soulever avec eux...

       Guerre I, 6 : Il m'a paru absurde que les Parthes [— les Judéens
       qui vivent parmi les Parthes], les Babyloniens [= les Judéens qui
       vivent en Babylonie], que ceux qui vivent au loin parmi les
       Arabes, et tout le peuple de nos frères qui vivent au-delà de
       l'Euphrate, en Adiabène, connaissent la vérité d'une manière
       exacte par mes soins, comment elle a commencé, cette guerre,
       comment elle s'est développée, à travers quelles souffrances, et
       comment elle a fini en catastrophe, et que l'ignorent les Grecs [=
       les Judéens de langue grecque] et ceux des Romains [= les
       Judéens de Rome ou de l'Empire] qui n'ont pas pris part à
       l'expédition...

    A la fin de la Guerre des Judéens contre les Romains, Joseph écrit :

       Guerre VII, 454 : C'est ici pour nous la fin de cette histoire que
       nous avons promis de transmettre avec toute l'exactitude, le soin
                                                                         - 37 -



      minutieux, à ceux qui veulent apprendre de quelle manière cette
      guerre des Romains contre les Judéens a été guerroyée (expression
      hébraïque classique). Quant à savoir comment elle a été traduite
      (grec pas hèrmèneutaï), cela, à ceux qui vont la lire, il est laissé le
      soin d'en juger. Mais en ce qui concerne la vérité, je ne crains pas
      de dire que c'est elle seule que j'ai visée durant toute cette
      composition écrite.

    Joseph était un grand lettré, issu de famille sacerdotale. La langue de
ses pères, c'est évidemment l'hébreu. Ce n'est pas le patois que l'on
parlait dans les campagnes. Pour réaliser cette traduction de son œuvre,
Joseph a été aidé par des collaborateurs.

      Contre Apion (publié entre 93 et 96) IX, 47 : Moi, et sur la totalité
      de la guerre et sur ce qui s'est produit durant cette guerre, dans le
      détail, j'ai fait une relation écrite véridique. A tous les événements,
      moi-même j'étais présent... Durant tout ce temps il n'y a rien de ce
      qui a été fait qui ait échappé à ma connaissance. En effet ce que je
      voyais dans l'armée des Romains, je l'ai noté avec soin (grec
      epimelôs anegraphon). Et ce qui était annoncé de la part de ceux
      qui passaient volontairement d'un camp dans l'autre, les
      transfuges, j'étais seul à le comprendre. Plus tard, lorsque j'en ai
      eu le loisir à Rome, tout mon ouvrage était préparé, je me suis
      servi de collaborateurs (grec sunergois) pour ce qui est de la
      langue grecque. C'est ainsi que j'ai fait des actes, des événements,
      des gestes, la transmission, la relation (grec paradosis).
      Romains 16, 21 : Il vous salue, Timotheos, mon collaborateur (grec
      sunergos) et Loukios et Iasôn et Sôsi-patros... (Observez la
      construction hébraïque de la phrase : le verbe en tête, au singulier,
      plusieurs sujets).

      Philémon 1, 23 : Il te salue, Epaphras, prisonnier de guerre avec
      moi dans le maschiah Ieschoua, Markos, Aristarchos, Dèmas,
      Loukas, mes collaborateurs (grec sunergoi).
                                                                          - 38 -



     Il est vraisemblable que Schaoul-Paul dictait ses lettres en hébreu et
qu'elles étaient traduites à la volée, proposition par proposition, par ses
collaborateurs bilingues. La mère de Timothée était judéenne, et
chrétienne ; son père était grec (Actes 16, 1).
     Il est vraisemblable que la traduction de l'hébreu en grec de l'œuvre
de Joseph s'est faite de la manière suivante : Un compagnon lisait le texte
hébreu, proposition par proposition. Un second compagnon, bilingue,
traduisait le texte hébreu en grec. Un troisième compagnon, qui n'était
pas tenu de connaître l'hébreu, écrivait le texte grec qui lui était dicté.
Nous avons un indice dans un texte de Joseph :

      Guerre V, 269 : Les machines à lancer des traits (grec oxubelès)
      de la dixième légion étaient plus puissantes ; ces machines à
      lancer des pierres (grec litho-bolos) étaient plus grandes. Avec ces
      machines les Romains renversaient non seulement ceux qui
      tentaient une sortie mais aussi les Judéens qui étaient sur les
      remparts [de Jérusalem]. Car elles étaient de la grosseur ou du
      poids d'un talent (grec talantiaios = à peu près 26 kilos) et
      portaient à une distance de deux stades et plus [un stade =178 m].
      Le coup qu'elles portaient, non seulement pour ceux qui étaient en
      avant, mais souvent pour ceux qui étaient derrière, était irrésistible.
      Les Judéens, tout d'abord, se gardaient de la pierre. Car elle était
      blanche, en sorte qu'elle se faisait connaître non seulement par son
      sifflement, mais aussi par son éclat ; elle était vue à l'avance. Des
      observateurs qui étaient assis sur les tours avertissaient les
      Judéens chaque fois qu'elle effectuait le lancement, la machine, et
      que la pierre était lancée. Alors, dans la langue de leurs pères
      (grec tè patriô glôssë) ils criaient : « Le fils arrive ! (grec ho huios
      erchetai).

    La solution est simple. En hébreu le fils se dit ha-ben, la pierre, ha-
eben. Le compagnon qui lisait le texte hébreu de Joseph a dit : ha-eben.
Le compagnon bilingue qui faisait la traduction a entendu : ha-ben, et il a
traduit en grec : ho huios.
    En araméen, le fils se dit bar. Si le texte de Joseph avait été écrit en
                                                                        - 39 -



araméen, la confusion n'était pas possible.
    Dans la traduction en langue grecque de la Bibliothèque hébraïque,
on relève un certain nombre d'erreurs qui proviennent de ce que le texte
hébreu était dicté proposition par proposition. Le compagnon bilingue
qui effectuait la traduction a parfois confondu des mots hébreux qui
avaient le même son, et qui ne s'écrivaient pas de la même manière.

     L'Autobiographie de Joseph est offerte à un certain Epaphrodite
(epaphroditos, qui inspire l'amour ; traduction du latin Félix, favori de la
Fortune, Autobiographie, 430). C'est au même Epaphrodite qu'a été
offerte VHistoire ancienne de la Judée et des Judéens, achevée en
l'année 93, Epaphrodite avait encouragé Joseph à entreprendre cette
Histoire ancienne, appelée généralement Antiquités (I, 8). C'est à
Epaphrodite encore qu'est offert le Contre Apion.
     A Rome, Épictète eut un maître qui s'appelait lui aussi Epaphrodite.
Est-ce le même ?


Épictète

     Épictète (grec epiktètos : acquis ensuite ou postérieurement,
étranger) est peut-être né aux environs de l'année 50 à Hiérapolis en
Phrygie, en face de Laodicée. Il existait une petite communauté
chrétienne à Hiérapolis. Paul en parle dans l'une de ses lettres
(Colossiens 4, 13). Épictète était un esclave, peut-être fils d'esclave.
Epiktètos est probablement un surnom.
     Il est emmené à Rome au service d'un affranchi de Néron qui
s'appelait Epaphrodite. Peut-être est-ce celui qui a aidé Néron à se
suicider (Suétone, Néron, XLIX, 5 ; Domitien, XIV, 2), et qui a été mis à
mort par Domitien. En 94 peut-être, l'empereur Domitien chasse de
Rome les philosophes, les mathématiciens et les astrologues. Épictète
s'en va à Nicopolis en Épire. Il ouvre une école de philosophie; il meurt
entre 125 et 130. Arrien, homme politique et écrivain, est l'auditeur
d'Épictète ; il notait ses enseignements. Certains érudits pensent même à
la sténographie. Ce sont ces notes qui constituent le fonds des diatribai,
                                                                          - 40 -



que les traductions françaises appellent Entretiens. Arrien, dans sa lettre-
préface :

       Ce n'est pas moi qui ait rédigé les paroles d'Épictète... Tout ce que
       j'ai entendu, lorsqu'il parlait, je me suis efforcé de l'écrire en me
       servant des propres mots qu'il utilisait, pour conserver pour moi-
       même pour l'avenir les mémoires (grec hupomnèmata) de sa
       pensée et de sa liberté de langage, de sa franchise (grec parrèsia).

     Un auditeur estimait qu'Épictète parlait dans une langue qui n'était
pas correcte (esoloikizen) et qu'il parlait comme un étranger
(ebarbarizen, Entretiens III, 9). Épictète emploie en effet des expressions
typiquement hébraïques traduites littéralement en grec :
     — Quoi à moi et à lui ? Entretiens I, 22, 15.
     — Voici la bataille entre Judéens, Syriens, Égyptiens et Romains :
non pas sur le fait que ce qui est saint doit être estimé au-dessus de tout...
mais sur la question de savoir si ceci est saint : manger du cochon, ou
bien impie, sacrilège (grec anosios).
     Épictète cite les Psaumes, Entretiens I, 29, 48 : C'est dans les
angoisses que je suis kurie (sans article, transcription du tétragramme
YHWH), et je suis éprouvé par le malheur. Personne ne me donne rien,
tous me blâment et disent du mal de moi.
     Épictète cite des expressions hébraïques traduites littéralement en
grec, et qui en grec n'ont pas de sens.
     Entretiens I, 29, 57 : to prosôpon analambanein, traduction de
l'hébreu nasa panim, relever la face. Entretiens II, 9, 19 : Pourquoi donc
dis-tu que tu es stoïcien, pourquoi est-ce que tu trompes la multitude?
Pourquoi joues-tu la comédie, pourquoi feindre — alors que tu es un
Judéen — d'être un Grec ? Ne vois-tu pas comment chacun est appelé
Judéen, comment il est appelé Syrien, comme Égyptien ? Et lorsque nous
voyons quelqu'un qui penche de côté et d'autre, nous avons l'habitude de
dire : Ce n'est pas un Judéen, mais il fait semblant, il feint de l'être.
Lorsqu'il a reçu ce que l'on éprouve (grec to pathos) du fait d'avoir été
plongé, immergé (grec baptô), et pris, capturé, choisi, circoncis ? (grec
hèrème-nou, du verbe aireô, parfait passif. Ou bien le verbe airô, lever,
                                                                          - 41 -



enlever, supprimer, circoncire?) Et ainsi nous qui avons été plongés,
immergés (grec kai hèmeis parabaptistai, Ézéchiel 23, 15 : teboulim, du
verbe tabal, plonger dans l'eau ou le sang, grec parabapta) par la parole
nous sommes Judéens, mais par l'action quelque chose de tout autre.
Nous manquons de sympathie (grec asumpatheis) pour la parole, et nous
sommes loin de mettre en pratique les paroles que nous disons, et dont
nous nous glorifions, parce que nous les connaissons.
     Expressions hébraïques, transcrites en caractères grecs : Hoï à moi,
Entretiens III, 19, 1. Expressions hébraïques traduites en grec, comme le
fait Paul lui-même : hébreu halilah H, 1 Samuel 2, 30 ; halilah leka, 1
Samuel 20, 9 ; Genèse 18, 25, etc. Luc 20, 16 : mè genoito, Romains 3,
4; 3, 6 ; 3, 31 ; 6, 2 ; 6, 15 ; etc. Épictète, Entretiens III, 24, 113: mè
genoito.
     Épictète semble professer que Dieu est créateur de l'Univers.

       Entretiens IV, 7, 6 : Par la raison et la démonstration, personne ne
       peut apprendre que Dieu a créé toutes choses (grec panta
       pepoièken), tout ce qui est dans le monde {ta en tô kosmô) et le
       monde lui-même {kai auton ton kosmon holori)...

   La question est de savoir si cette proposition doit se lire d'une
manière affirmative ou interrogative, selon certains manuscrits.

      La question qui reste ouverte est de savoir si Épaphrodite, qui. a été
à Rome le maître du jeune esclave surnommé Epiktètos, est bien
l'affranchi de Néron qui, d'après Suétone, était maître des requêtes ; si
c'est bien lui qui a aidé Néron à se donner la mort ; et si c'est le même
Epaphrodite à qui Joseph a offert plusieurs de ses ouvrages, ou non.
      Il est aussi permis de se demander si l'esclave surnommé Épiktètos
n'était pas un esclave judéen, puisqu'il parle une langue, il emploie des
expressions, qui sont du judéo-grec et que sa pensée elle-même comporte
des caractéristiques nettement hébraïques.

     Quand Joseph écrit après la fin de la grande guerre entre les Judéens
et les Romains, il dit ce qu'il sait, clairement, sans crainte, parce qu'il ne
                                                                         - 42 -



risque plus rien. Il décrit les événements, il nomme les personnages
ouvertement par leur nom. Iohanan compose l'Apocalypse probablement
vingt-cinq ans plus tôt, autour de l'année 50. Souvent il fait allusion aux
mêmes événements et aux mêmes personnages que ceux dont parle
Joseph, mais il le fait d'une manière chiffrée, allusive. Il parle par
énigmes, parce qu'il écrit en pleine terreur et que son livre est destiné aux
frères et aux sœurs des communautés chrétiennes qui sont persécutées à
mort par tout le monde : le haut sacerdoce de Jérusalem, les rois de
Judée, les gouverneurs romains qui représentent l'Empereur de Rome.
                                                                           - 43 -




                      II. Le contexte historique et politique
                             La procession du pouvoir

              A. L'ORIGINE OU LA SOURCE DU POUVOIR

1. Les empereurs romains

     Les empereurs romains s'imaginaient qu'ils étaient eux-mêmes et par
eux-mêmes la source ou l'origine du pouvoir. C'est l'essence du
paganisme.
     Bien entendu, Joseph surnommé Flavius qui est kôhen, monothéiste,
ne pense pas ainsi. Il pense comme tous les monothéistes que la source
unique et l'origine radicale de tout pouvoir est en celui qui est le créateur
de l'Univers. L'essence du paganisme en cosmologie est de s'imaginer
que l'Univers physique n'a pas de créateur et qu'il se suffit. Il est l'Être et
il n'y en a pas d'autre. En politique, l'essence du paganisme est de
s'imaginer que le roi, le César, l'Empereur ou l'État, est l'absolu, la source
ou l'origine radicale du pouvoir, et qu'il n'y a rien au-dessus. L'intérêt
supérieur de l'État est la norme suprême. C'est la raison pour laquelle les
Césars ont toujours haï le monothéisme hébreu. C'est une haine
métaphysique. Elle est parfaitement exprimée par Fichte, par Hegel et
par Nietzsche, les théoriciens de l'État.
       Nietzsche, Zur Généalogie der Moral, 16 : Rom gegen Judàa,
       Judàa gegen Rom... Diesen todfeindlichen Widerspruch. Rom
       empfand im Juden etwas wie dieWidernatur selbst, gleichsam
       sein antipodisches Monstrum...

    Joseph connaît 10 empereurs romains. Cela nous suffira.

    1.   Jules César, dictature entre 48 et 44 avant notre ère.
    2.   Octave-Auguste, mort en 14 de notre ère.
    3.   Tibère, principat entre 14 et 37 de notre ère.
    4.   Caius Caligula, 37-41.
    5.   Claude, 41-54.
                                                                       - 44 -



    6. Néron, 54-68.
    7. Galba, 68-69.
    8. Othon, 69.
    9. Vitellius, 69.
    10. Vespasien, 69-79.

    Ont suivi :
    11. Titus, 79-81.
    12. Domitien, 81-96.

    Joseph, qui écrit après la prise et la destruction de Jérusalem et du
Temple, envisage la procession du pouvoir comme Iohanan de
l'Apocalypse autour de l'année 50 :

    1. L'Empereur de Rome, qui est, ou qui se croit, la source, l'origine
radicale du pouvoir absolu, du pouvoir païen.
    2. Les gouverneurs ou procurateurs romains qui reçoivent de
l'Empereur de Rome une partie, dégradée, de son pouvoir.
    3. Les rois judéens de la sinistre dynastie des Hérodes, qui sont
nommés, élus et révoqués par les empereurs romains.
    4. Les grands prêtres qui sont nommés, choisis et révoqués par les
gouverneurs romains et par les rois judéens de la dynastie des Hérodes.

     Les documents que nous fournit Joseph éclairent cette procession du
pouvoir depuis l'Empereur de Rome jusqu'au grand sacerdoce de
Jérusalem.
     Joseph nous sert donc rétrospectivement à éclairer l'Apocalypse de
Iohanan, tout comme le premier livre des Maccabées nous sert à éclairer
le livre de Daniel.

1. Jules César

      Guerre I, 183 : Pompée et le Sénat romain se sont enfuis au-delà
      de la mer Ionienne. César est devenu maître de Rome et de tout
      l'Empire. Il a libéré Aristobule de ses chaînes. Il lui a confié deux
                                                                         - 45 -



      légions et il l'a envoyé en toute hâte en Syrie. Il espérait s'attacher
      facilement cette province et les territoires qui entouraient la
      Judée...

    Nous sommes en 49 avant notre ère.

      Guerre I, 218: Elle s'est élevée, chez les Romains, dans ce temps-
      là, la grande guerre. Cassius et Brutus avaient tué, par la ruse,
      César. César avait tenu le pouvoir suprême (grec tèn archèn) trois
      ans et sept mois... [Depuis l'année 48 avant notre ère jusqu'au 15
      mars 44.]

   On observe que Joseph compte avec minutie la durée des règnes des
empereurs romains.


2. Auguste

      Guerre II, 168 : Elle est passée à Tibère, le fils de Julie, la
      domination (grec hègemonia) des Romains, après la mort
      d'Auguste. Il avait dirigé les affaires pendant cinquante-sept ans,
      six mois et deux jours...

     Mort de Jules César : 15 mars 44 avant notre ère. Mort d'Auguste :
19 août 14 de notre ère. Les érudits ne comprennent pas comment Joseph
a fait son compte.

3. Tibère

      Guerre II, 180 : ... jusqu'au jour où lui-même, Tibère, est mort. Il
      a exercé la domination (le verbe grec hègemoneuô, être le guide,
      le Fùhrer, le Duce : commander) pendant vingt-deux ans
      (littéralement : deux années ajoutées à vingt : numération
      hébraïque) et trois jours ajoutés à six mois...
                                                                          - 46 -



    Tibère a commencé à régner le 19 août 14, à la mort d'Auguste. Il est
mort le 16 mars 37. Les érudits ne sont toujours pas d'accord avec
Joseph.

      Antiquités XVIII, 33 : Tibère a été le troisième empereur...

      Antiquités XVIII, 205 : Tibère, revenu à Caprée, s'affaiblissait peu
      à peu ; bientôt sa maladie s'aggrava, il désespéra de guérir et
      ordonna à Evodus, l'affranchi qu'il estimait le plus, de lui amener
      ses enfants parce qu'il désirait leur parler avant de mourir. Il
      n'avait plus d'enfants légitimes, car Drusus, son fils unique, était
      mort... Mais le fils de celui-ci, Tibère surnommé Gemellus,
      survivait, ainsi que le fils de son frère Germanicus... Ce dernier
      était déjà un jeune homme...

4. Caius Caligula

      Antiquités XVIII, 206 : Tibère après avoir désigné Caius pour son
      successeur à l'Empire, vécut encore quelques jours, et puis il
      mourut. Il avait exercé lui-même le pouvoir suprême pendant
      vingt-deux ans, cinq mois et trois jours.
      Caius a été le quatrième empereur. A la nouvelle de la mort de
      Tibère, les Romains se sont réjouis...

      Guerre II, 204 : Caius (grec Gaios) a exercé la domination
      pendant trois ans et huit mois. Il a été tué par ruse. Et alors il a été
      arraché, enlevé de force, par les armées qui étaient à Rome, pour
      être porté au pouvoir, Claudius...

     Caius ou Gaius a régné depuis le 18 mars 37 jusqu'au 24 janvier 41.
Observer l'ordre de la phrase : le verbe en tête, comme en hébreu.
     Nous reviendrons longuement sur Caius Caligula à propos de
l'affaire de la statue.

5. Claude
                                                                         - 47 -




    Claude a été enlevé par les armées qui se trouvaient à Rome pour le
porter à la tête de l'Empire. Le Sénat fut d'avis de faire la guerre à
Claude. C'est alors qu'intervint Agrippa [Hérode Agrippa I] que Claude
envoya en ambassade auprès du Sénat. Nous y reviendrons longuement,
à propos d'Hérode Agrippa I.

      Guerre II, 215 : A Agrippa, Claude fit don de tout le royaume de
      son grand-père. Il ajouta les territoires donnés par Auguste à
      Hérode [dit le Grand] et outre cela un autre royaume appelé le
      royaume de Lysanias. Il annonça au peuple cette donation par un
      décret impérial et prescrivit aux magistrats d'en faire graver le
      texte sur des tables de bronze et de les déposer au Capitole. Il
      gratifia également du royaume de Chalcis, Hérode, frère
      d'Agrippa...

      Antiquités XIX, 162 : Soudain Claude fut traîné hors de sa
      maison... Il fallait, pendant que rien n'était encore décidé, choisir
      pour souverain Claude, oncle paternel du mort... Claude avait
      donc été enlevé par les soldats...

      Antiquités XIX, 201 : Caius, quand il mourut de la sorte, avait
      gouverné les Romains pendant quatre ans moins quatre mois...

      Antiquités XIX, 229 : Le Sénat, apprenant que Claude avait été
      porté par les soldats dans leur camp, lui envoya les hommes les
      plus éminents par leur mérite pour le détourner de tout coup de
      force en vue de s'emparer du pouvoir et l'exhorter à s'en remettre
      au Sénat, car il était tout seul en face d'eux tous et devait laisser à
      la loi le soin de pourvoir au bien public. Il devait se souvenir aussi
      des maux infligés à l'État par les tyrans précédents, des dangers
      qu'il avait lui-même courus avec les autres sous Caius : détestant
      la dureté d'une tyrannie injustement exercée par autrui, il ne devait
      pas oser lui-même, de son plein gré, faire injure à la patrie... S'il
      faisait un coup de folie sans être en rien instruit par la fin de
                                                                      - 48 -



      Caius, il ne les verrait pas céder, car ils avaient avec eux une
      grande partie de l'armée, possédaient quantité d'armes et une
      multitude d'esclaves qui les servaient...

      Antiquités XIX, 234 : Les députés... tous deux tribuns de la plèbe,
      lui parlèrent en ce sens et, tombant à ses genoux, le supplièrent de
      ne pas jeter l'État dans des guerres et des malheurs. Mais quand ils
      virent que Claude était entouré de la grande masse de l'armée et
      que les consuls n'étaient rien en comparaison de lui, ils ajoutèrent
      que, s'il désirait le pouvoir, il devait le recevoir comme un don du
      Sénat...

      Guerre II, 248 : Lui-même, Claude, après avoir gouverné l'Empire
      treize ans, huit mois et vingt jours, il est mort. Il a laissé Néron
      comme successeur à l'Empire...

    Claude a donc régné du 24 janvier 41 au 13 octobre 54.

6. Néron

      Antiquités XX, 148 : L'empereur Claude mourut après un règne de
      treize ans, huit mois et vingt jours. Certains faisaient courir le
      bruit qu'il avait été empoisonné par sa femme Agrippine. Le père
      de celle-ci était Germanicus, frère de l'Empereur, et elle avait
      épousé Domitius Aenobarbus, illustre Romain. Après la mort de
      ce dernier et un long veuvage, elle fut épousée par Claude et
      amena avec elle son fils, nommé Domitius comme son père.
      Claude avait auparavant fait périr par jalousie sa femme
      Messaline, dont il avait eu comme enfants Britannicus et Octavie.
      Il avait encore l'aînée de ses enfants, Antonia, née de sa première
      femme Paetina. Il maria Octavie à Néron, car tel fut le nom que
      Claude donna à Domitius après l'avoir adopté...
      Agrippine, craignant que Britannicus devenu adulte ne reçut de
      son père le pouvoir, et voulant ravir l'Empire pour son propre fils,
      provoqua, dit-on, la mort de Claude et chargea aussitôt le préfet
                                                                        - 49 -



      du prétoire Burrhus, ainsi que les tribuns et les plus puissants des
      affranchis, d'emmener Néron au camp et de le proclamer
      empereur. Néron, après avoir ainsi obtenu le pouvoir, tua par le
      poison Britannicus à l'insu de presque tout le monde, et peu après
      assassina ouvertement sa mère... Il tua aussi Octavie à qui il était
      marié et également beaucoup d'hommes illustres, sous prétexte
      qu'ils complotaient contre lui...

      Guerre IV, 491 : Vespasien était retourné à Césarée et il se
      préparait avec toute son armée à pousser [ses troupes] contre
      Jérusalem même. On lui annonça que Néron a été mis à mort. Il
      avait régné trois et dix ans (numération hébraïque) et huit mois...

    Néron a régné depuis le 13 octobre 54 jusqu'au 9 juin 68.



7. Galba

      Guerre IV, 497 : Vespasien tout d'abord a remis à plus tard la
      campagne militaire contre Jérusalem. Il attendait anxieusement de
      savoir à qui allait passer le pouvoir après Néron. Ensuite il a
      appris que c'est Galba qui était dictateur (grec autokratôr). Avant
      que celui-ci ne lui ait écrit quelque chose au sujet de la guerre, il
      n'a rien entrepris. Mais il a envoyé vers lui [Galba] son fils Titus
      pour le saluer et pour recevoir ses ordres au sujet des Judéens.
      Pour les mêmes raisons et en même temps que Titus, lui aussi,
      Agrippa, le roi, s'embarqua pour aller trouver Galba. Ils passaient
      par l'Achaïe, c'était l'hiver, ils naviguaient tout autour des côtes
      sur des grands navires ; ils ont été prévenus que Galba avait été
      assassiné, après sept mois et un même nombre de jours...

    Mort de Néron le 9 juin 68. Galba est assassiné le 15 janvier 69.

8. Othon
                                                                             - 50 -




       Guerre IV, 499 : A partir de là, le pouvoir suprême (grec
       hègemonia) il l'a reçu, Othon... (Ordre hébreu de la phrase.)
       Agrippa a décidé de poursuivre son voyage vers Rome... Titus...
       est parti de Grèce et il s'est embarqué pour la Syrie, et aussi vite
       que possible il est allé à Césarée vers son père...

       Guerre IV, 546 : Il a été mis à mort au beau milieu de l'agora [= du
       forum] des Romains, Galba... (Ordre hébreu de la phrase.)
       ... Il a été désigné ou proclamé dictateur (grec auto-kratôr) Othon.
       Il faisait la guerre contre Vitellius qui s'était fait roi [ou qui voulait
       régner]. C'est lui qu'avaient choisi les armées qui étaient en
       Germanie... Il y a eu un grand carnage. Il s'est donné la mort à lui-
       même, Othon, à Brixellum [près de Parme], lorsqu'il a appris sa
       défaite. Pendant deux jours et trois mois il avait dirigé les
       affaires...

    Othon est mort le 17 avril 69.

9. Vitellius

       Guerre IV, 549 : Elle est passée aux généraux de Vitellius,
       l'armée, et il est descendu, lui [Vitellius] à Rome avec l'armée...
       Et pendant ce temps-là aussi, Vespasien s'est levé et il est parti de
       Césarée... et il a marché contre les territoires de la Judée qui
       n'avaient pas encore été soumis... [juin 68].

       Guerre IV, 652 : Il [Vitellius] a été traîné par la foule et outragé à
       l'excès par toutes sortes de coups... C'est au milieu même de Rome
       qu'il est égorgé. Il avait exercé l'empire huit mois et cinq jours...
       [Du 17 avril au 21 décembre 69.]

10. Vespasien

       Guerre IV, 588 : Vespasien, après avoir détruit complètement les
                                                                      - 51 -



      environs de Jérusalem, est retourné à Césarée. Il a appris les
      bouleversements qui concernaient Rome et que Vitellius était
      dictateur...

      Guerre IV, 655 : Le peuple maintenant délivré de la terreur a
      acclamé comme dictateur (grec autokratôr) Vespasien...

      Guerre IV, 656 : Il était arrivé à Alexandrie, Vespasien. Les
      heureuses nouvelles (grec ta euaggelia) qui venaient de Rome lui
      sont parvenues, et des envoyés qui venaient de toute la terre
      habitée... Maintenant que le pouvoir tout entier avait retrouvé son
      seigneur, et qu'elles étaient sauvées contre toute espérance pour
      les Romains, les affaires, Vespasien, vers ce qui restait de la
      Judée, a tourné sa pensée... Lui-même cependant il avait hâte de
      s'embarquer pour Rome... C'est son fils Titus avec l'élite de
      l'armée qu'il a envoyé pour s'emparer de Jérusalem...

    Nous sommes au printemps de l'année 70.



       B. LA PROCESSION DESCENDANTE DU POUVOIR

2. Les gouverneurs romains


    Liste des gouverneurs romains, entre 6 et 41 de notre ère (Schùrer, I,
487) :

    1. Coponius, 6-9.
    2. Marcus Ambibulus, 9-12.
    3. Annius Rufus, 12-15.
    4. Valerius Gratus, 15-26.
    5. Pontius Pilatus, 26-37.
    6. Marcellus, 36-37.
                                                                      - 52 -



    7. Marullus, 37-41.

     Les gouverneurs romains s'appelaient en latin procurator, en grec
epi-tropos. On les a aussi appelés praefectus, grec eparchos. Procurator
est le titre dominant (Emil Schùrer, Geschichte des Jùdischen Volkes im
Zei-talter Jesu Christi, I, 455).

     Grâce aux notices de Joseph, on voit très clairement comment il
envisage la procession descendante du pouvoir :
     1. Depuis l'Empereur de Rome qui est, selon le point de vue païen,
la source ou l'origine du pouvoir.
     2. Pouvoir qui est communiqué partiellement aux gouverneurs
romains choisis et destitués selon les caprices du César.
     3. Pouvoir communiqué partiellement aussi aux rois judéens
nommés et destitués eux aussi selon les caprices des Césars.
     4. Pouvoir communiqué enfin aux grands prêtres du Temple de
Jérusalem, nommés et destitués selon les caprices des gouverneurs romains
et des rois judéens.

     Nous nous garderons bien de défaire les notices de Joseph, de
démonter ces tresses tressées par Joseph ; mais pour que le lecteur s'y
retrouve, nous les utiliserons chaque fois que cela sera nécessaire : 1.
Pour les empereurs romains. 2. Pour les gouverneurs romains. 3. Pour les
rois judéens. 4. Pour les grands prêtres.
     On remarquera que cette théorie de la procession du pouvoir qui
descend de l'Empereur aux gouverneurs romains, de l'Empereur aux rois
judéens, des gouverneurs romains et des rois judéens aux grands prêtres
du Temple de Jérusalem, est exactement celle que nous avons relevée
dans la notice de Luc 3, 1, et que nous allons retrouver dans l'Apocalypse
de Iohanan.

      Antiquités XVIII, 29 : Sous l'administration de Coponius, venu...
      avec Quirinus pour gouverner la Judée... Lors de la célébration de
      la fête des matzôt que nous appelons pesah, les kôhanim avaient
      coutume d'ouvrir les portes du Temple à partir de minuit. Dès leur
                                                                        - 53 -



      ouverture... des Samaritains entrés en secret à Jérusalem, ont jeté
      des ossements humains sous les portiques... Peu de temps après
      [en 9], Coponius rentra à Rome et eut pour successeur Marcus
      Ambivivius [= Ambibulus, 9-12]... Son successeur a été Annius
      Rufus [12-15], sous la magistrature duquel mourut Auguste [en
      14]. C'était le second empereur romain. Il avait régné cinquante-
      sept ans, six mois et deux jours... Son successeur fut Tiberius
      Nero, fils de sa femme Julia ; ce fut le troisième empereur romain.
      Il a envoyé comme gouverneur de la Judée Valerius Gratus [15-
      26], pour succéder à Annius Rufus.
      Celui-ci destitua de la [grande] prêtrise Hanan, et il désigna
      comme grand prêtre Ismaël fils de Phiabi [entre 15 et 16].
      Il l'a destitué peu après et il a investi du grand pontificat Éléazar
      fils du grand prêtre Hanan [entre 16 et 17].
      Une année plus tard, il l'a privé de ses fonctions et il a transmis le
      grand pontificat à Schimeôn fils de Kamithos [entre 17 et 18].
      Celui-ci n'avait pas rempli cette charge pendant un an quand lui
      succéda Joseph surnommé Qaïapha [entre 18 et 36].
      Après avoir fait cela, Valerius Gratus est rentré à Rome [en 26]. Il
      avait passé onze ans en Judée. C'est Pontius Pilatus qui lui a
      succédé [26-36].

Pontius Pilatus (26-36)

    Dans la lettre qu'il a écrite en l'année 40 à l'empereur Caius Caligula
à propos de l'affaire de la statue que Caius voulait faire élever dans le
Temple de Jérusalem, Hérode Agrippa I nous relate des incidents
provoqués par Pilatus en l'année 36. Nous sommes donc tout près des
événements (texte cité par Philon d'Alexandrie en 41 ou 42).

      Legatio ad Caium, § 299 : Pilatus était parmi les gouverneurs
      [romains] procurateur (grec epitropos) désigné de la Judée.
      Pilatus, non pas pour faire honneur à Tibère, mais bien plutôt pour
      chagriner la foule, suspend dans les palais royaux d'Hérode, dans
      la Ville sainte, des boucliers recouverts d'or. Ils n'avaient pas sur
                                                                         - 54 -



      eux de forme [humaine ou animale] ni rien d'autre de ce qui était
      interdit, mise à part une inscription qui indiquait celui qui avait
      fait l'offrande et en faveur de qui cette offrande était suspendue.
      Mais dès qu'elles s'en sont aperçues, les multitudes, les foules, —
      l'affaire avait été proclamée partout — elles se sont adjointes les
      quatre fils du roi [Hérode dit le Grand] et les autres descendants
      [de la famille royale] et ceux qui parmi eux étaient à la direction
      (grec en telei, hébreu netzah, diriger). Ils ont demandé que l'on
      revienne sur cette innovation qui concernait les boucliers et ils ont
      dit de ne pas toucher aux coutumes de leurs pères qui avaient été
      conservées, dans la durée passée, aussi bien pour les rois que pour
      les empereurs, intactes. Pilatus s'est opposé durement à leur
      réclamation. Alors ils se sont mis à crier : « Ne provoque pas des
      troubles ! Ne fais pas venir la guerre ! Ne détruis pas la paix ! Ne
      pas honorer les lois anciennes, ce n'est pas cela honorer l'Empereur
      ! Ne cherche pas un prétexte pour outrager le peuple avec Tibère ! Il
      n'a jamais voulu abolir aucune de nos lois ! Si tu prétends que
      Tibère a modifié une seule de nos lois, montre-nous donc un seul
      document, une seule lettre de l'Empereur qui le dise ! Nous allons
      élire une ambassade et aller présenter notre requête à l'Empereur !
      » Pilatus a eu peur que s'ils envoyaient une ambassade à Rome, ils
      ne fassent la démonstration de ses crimes : comment il avait été
      corrompu par des dons ; — ses violences ; — ses brigandages ; —
      ses meurtres sans jugement... Ceux qui étaient à la direction ont
      écrit à Tibère des lettres de supplication. Tibère les a lues. Il s'est
      mis en fureur... Tibère a écrit une lettre à Pilatus... Il a ordonné
      d'enlever immédiatement les boucliers et de les transporter hors de
      la Ville-mère [Jérusalem], à Césarée qui est au bord de la mer...

     Les quatre fils du roi Hérode dit le Grand ici mentionnés sont peut-
être : — Hérode Antipas, tétrarque de la Galilée et de la Pérée, l'assassin
de Iohanam l'ascète du désert de Judée ; — Philippe, tétrarque de la
Gaulanitide, de la Trachonitide et de l'Iturée ; — Hérode Philippe qui n'a
pas eu d'héritage de son père. On se demande quel est le quatrième.
                                                                        - 55 -



    L'expression grecque en telei que l'on retrouve deux fois dans ce
fragment de la lettre d'Hérode Agrippa I adressée à Caius Caligula,
traduit probablement l'expression hébraïque lenetzah, à la direction de...

    Presque un demi-siècle plus tard, Joseph rapporte une affaire
analogue, peut-être la même :

      Antiquités XVIII, 55 : Pilatus, qui commandait en Judée, amena
      son armée de Césarée et l'établit à Jérusalem pour prendre ses
      quartiers d'hiver. Il avait eu l'idée, pour abolir la Torah des
      Judéens, d'introduire dans la Ville les effigies de l'Empereur qui se
      trouvaient sur les enseignes... Le premier, Pilatus, à l'insu du
      peuple — car il était entré de nuit — introduisit ces images à
      Jérusalem et les y installa. Quand le peuple l'a su, il alla en masse
      à Césarée et supplia Pilatus pendant plusieurs jours de changer ces
      images de place...

     Nous connaissons aussi Pontius Pilatus, procurateur entre 26 et 36,
par les quatre Évangiles, et avec plus de précision par l'Évangile de Jean.

      Jean 18, 28 : Et alors ils ont conduit Ieschoua de la maison de
      Qaïapha, au palais du gouverneur (latin praetorium, transcription
      en caractères grecs praitôrion, transcrit aussi en caractères
      hébreux). C'était le matin. Et eux-mêmes [les Judéens] ils ne sont
      pas entrés dans le palais du gouverneur, afin de n'être pas souillés
      mais de pouvoir manger pesah. Et alors il est sorti, Pilatus, dehors
      (expression hébraïque classique), vers eux, et il a dit...

     Un dialogue a été noté entre le procurateur romain Pontius Pilatus et
le prisonnier qui lui était amené. Nous ne savons pas en quelle langue ce
dialogue a été parlé. Nous pouvons conjecturer que le procurateur
romain baragouinait quelques mots d'hébreu, — comme les gauleiter
allemands baragouinaient volontiers quelques mots de français pendant
l'occupation de la France —, et qu'il était assisté par un interprète. C'est
peut-être grâce à cet interprète judéen bilingue ou trilingue que nous
                                                                          - 56 -



avons la notation exacte de ce dialogue :

      Jean 18, 33 : Et alors il est entré de nouveau dans le palais du
      gouverneur, Pilatus, et il a appelé Ieschoua et il lui a dit : « Ainsi
      c'est toi le roi des Judéens ? » Et il a répondu, Ieschoua : « Est-ce
      que c'est de ton propre cœur [intelligence] (hébreu mi-libbeka) que
      toi tu dis cela, ou bien est-ce que ce sont les autres qui t'ont dit
      cela à mon sujet ? » Et il a répondu, Pilatus : « Est-ce que moi je
      suis Judéen ? C'est ton peuple et tes grands prêtres qui t'ont livré à
      moi. Qu'est-ce que tu as fait ? » Et il a répondu, Ieschoua : « Mon
      règne, ou mon royaume, ou ma royauté (grec basileia, qui peut
      traduire plusieurs mots hébreux issus de la même racine malak,
      régner) n'est pas issu de la durée du monde présent (hébreu min ha-
      ôlam ha-zeh). S'il était issu du monde de la durée présente, mon
      règne, mon royaume, ou ma royauté, alors ce sont mes serviteurs
      (grec hupèretès, hébreu ebed) qui auraient combattu afin que je ne
      sois pas livré entre les mains des Judéens. Mais maintenant
      (hébreu we-attah) mon royaume, mon règne, mon royaume ou ma
      royauté, n'est pas d'ici. » Et alors il lui a dit, Pilatus : « Et ainsi
      donc roi tu es, toi ? » Et il a répondu, Ieschoua : « C'est toi qui l'as
      dit, que moi je suis roi. Et moi c'est pour ceci que je suis né et c'est
      pour ceci que je suis venu dans le monde de la durée présente, afin
      que j'atteste en faveur de la vérité (hébreu probable le-haïd la-
      emet). Tout homme qui est issu de la vérité (hébreu probable kôl
      ascher hou min ha-emet), il entend ma voix. » Et il lui a dit, Pilatus
      : « Qu'est-ce que c'est : vérité ? »

     Le procurateur romain ne pose pas à son prisonnier judéen une
question philosophique : Qu'est-ce que la vérité ? Il lui demande quel est le
sens du mot qu'il vient de prononcer : émet.
     Nous avons dans ce dialogue entre le procurateur romain et son
prisonnier judéen une analyse métaphysique de la distinction qui existe
entre le pouvoir du monde de la durée présente, le pouvoir politique et le
pouvoir qui est d'un autre ordre, qui n'est pas politique. Le Rabbi
distingue son ordre, qui n'est pas politique, de l'ordre dans lequel se situe
                                                                          - 57 -



le gouverneur romain. Le mot « roi », les mots « royaume », « royauté »,
« règne », ont un sens dans le domaine politique. Ils ont un autre sens dans
un domaine qui est ontologique.
     Cette distinction des ordres est importante. Elle permet de
comprendre pourquoi les frères de la première communauté chrétienne ne
sont pas entrés dans la résistance armée contre l'empire romain. Les
premiers chrétiens, qui étaient des Judéens, n'étaient pas collaborateurs
du tout. Mais ils ne sont pas non plus entrés dans la résistance à
l'occupant romain. C'est pourquoi ils ont été persécutés à mort aussi bien
par les rois collaborateurs que par les résistants.
     On trouve des textes, à cet égard, dans la première lettre de Keipha-
Petros, que bien entendu l'école de Tûbingen à la suite de F.C. Baur
considère comme un apocryphe du IIe siècle, mais qui date probablement
des années 50.

       1 Pierre 2,13: Soyez soumis à tout homme créé, à cause du
       Seigneur, soit au roi, soit au gouverneur (grec hègemôn)... Parce
       que c'est ainsi la volonté de Dieu...

    Au IIe siècle de notre ère, il n'y avait plus en Judée ni roi judéen ni
gouverneur romain.

       Romains 13, 1 : Que toute âme aux puissances soit soumise. Car il
       n'y a pas de pouvoir qui ne vienne de Dieu...

     Cette affaire a été très mal comprise depuis les origines et jusqu'à
nos jours. De fait elle est difficile. La raison d'être de celui qui s'appelle
lui-même fils de l'homme (hébreu ben adam), ce n'est pas principalement
ni tout d'abord de libérer la Judée de l'occupation romain. La raison
d'être du Rabbi, c'est de communiquer à la vieille humanité animale, avec
ses antiques programmations reptiliennes, une nouvelle programmation,
qui a pour raison d'être elle-même, de créer l'humanité nouvelle, qui est
en fait l'humanité véritable voulue par le Créateur unique avant les
origines de l'Univers. La méthode utilisée par le christianisme depuis les
origines s'explique par cette différence dans les finalités. L'Apocalypse
                                                                        - 58 -



de Iohanam se situe précisément dans ce contexte historique et politique
: entre les rois judéens collaborateurs, le haut sacerdoce de Jérusalem
collaborateur en partie du moins, et les résistants qui vont soulever la
Judée contre Rome, et provoquer le désastre.

    Le dialogue se poursuit entre Pilatus et son prisonnier.

      Jean 19, 9 : Et il est entré dans le palais du gouverneur de nouveau
      et il a dit à Ieschoua : « D'où es-tu ? » Et Ieschoua, il ne lui a pas
      répondu une seule parole. Alors il lui a dit, Pilatus : « C'est à moi
      que tu ne parles pas ? Est-ce que tu ne sais pas qu'elle est à moi la
      puissance (grec exousia, hébreu : le substantif dérivé du verbe
      schalat, schalit, schiltôn) de te faire relâcher, et elle est à moi la
      puissance de te faire clouer à la croix ? » Et il lui a répondu,
      Ieschoua : « Elle ne serait pas à toi, aucune puissance, si elle
      n'avait été donnée à toi d'en haut (grec anôthen, hébreu mi-le-
      maelah) [= de Dieu]... »

      Jean 19, 12 : A partir de ce moment-là, Pilatus cherchait à le faire
      relâcher. Mais les Judéens se sont mis à crier, ils disaient : « Si
      celui-ci tu le relâches, alors tu n'es pas l'ami de César. Car tout
      homme qui se fait lui-même roi s'oppose à César... »

     Le Rabbi dit à Pilatus (Jean 19, 11) ce que Paul écrira beaucoup plus
tard aux Romains (13, 1).
     On voit très nettement par la notice conservée par Jean 18, 28, les
deux conceptions du pouvoir qui s'opposent. La conception païenne qui
est celle de Pontius Pilatus : le pouvoir absolu a son origine dans
l'Empereur de Rome. La conception hébraïque qui est celle du
monothéisme : en réalité l'origine radicale du pouvoir n'est pas dans
l'homme, elle n'est pas dans l'Empereur de Rome, mais dans celui qui a
créé les cieux et la terre. Ce sont deux métaphysiques qui s'opposent.

    A la fin du Ier siècle, Joseph écrit :
                                                                        - 59 -



      Antiquités XVIII, 85 : Les Samaritains étaient excités par un
      homme... Il leur a ordonné de monter avec lui sur le mont
      Garizim, qu'ils jugent la plus sainte des montagnes... Ils firent en
      foule l'ascension de la montagne. Mais Pilatus s'est hâté d'occuper
      d'avance la route où ils devaient monter en y envoyant des
      cavaliers et des fantassins...

      Antiquités XVIII, 88 : Le conseil des Samaritains s'est rendu
      auprès de Vitellius, personnage consulaire, gouverneur de la
      Syrie, et il a accusé Pilatus d'avoir massacré les gens qui avaient
      péri... Après avoir envoyé un de ses amis, Marcellus [procurateur
      de la Judée en 36-37], pour s'occuper des Judéens, Vitellius a
      ordonné à Pilatus de rentrer à Rome pour rendre compte à
      l'Empereur sur ce dont l'accusaient les Judéens. Pilatus, après dix
      ans de séjour en Judée [26-36], se hâtait de gagner Rome par
      obéissance aux ordres de Vitellius... Mais avant qu'il ne fût arrivé
      à Rome, survint la mort de Tibère [en 37]...

     La Judée n'était pas incorporée à la province de Syrie (Schùrer, I,
454) ; elle recevait son propre gouverneur ou procurateur, ici Pontius
Pilatus, mais celui-ci était soumis au légat impérial en Syrie. La
résidence habituelle du procurateur de la Judée était Césarée.
     Pour la fête de pesah de l'année 36, Vitellius qui était légat impérial
en Syrie, est venu à Jérusalem. Il a remis aux grands prêtres du Temple
de Jérusalem l'habit, le vêtement du grand prêtre, qui depuis l'année 6 de
notre ère était entre les mains du pouvoir romain. Il expédie Pontius
Pilatus à Rome, destitue Joseph surnommé Qaïapha qui était grand
prêtre, et nomme Ionatan, fils de Hanan, kôhen gadôl :

      Antiquités XVIII, 90 : Vitellius, arrivé en Judée, monta à
      Jérusalem au moment de la fête nationale appelée pesah. Reçu
      avec magnificence, il fit remise aux habitants de l'ensemble des
      impôts sur la vente des récoltes. Il accorda aussi que le vêtement
      du grand pontife et tous ses ornements fussent placés dans le
      Temple et gardés par les prêtres comme ils en avaient jadis la
                                                                                 - 60 -



         prérogative ; pour le moment c'était dans la citadelle appelée
         l'Antonia qu'ils étaient déposés...
         Ayant ainsi agi par bienveillance pour le peuple, il dépouilla du
         sacerdoce le grand prêtre Joseph surnommé Qaïapha et lui
         substitua Ionatan, fils du grand prêtre Hanan. Puis il rentra à
         Antioche... [36-37].

    Après la mort du roi judéen collaborateur, Hérode Agrippa I, dont
nous parlerons bientôt et longuement, en l'année 44, l'Empereur de Rome
envoie de nouveau des procurateurs en Judée.

Les procurateurs romains entre 44 et 66 (Schùrer I, 565) :

    1.   Cuspius Fadus, 44-?.
    2.   Tiberius Alexander, ?-48.
    3.   Ventidius Cumanus, 48-52.
    4.   Félix, 52-60.
    5.   Porcius Festus, 60-62.
    6.   Albinus, 62-64.
    7.   Gessius Florus, 64-66.
         Guerre II, 219 : Hérode Agrippa... est mort à Césa-rée, en 44... Il
         avait été roi trois ans... Il a laissé après lui trois filles... et un fils,
         Agrippa [= Agrippa II]. Comme celui-ci était encore trop jeune [il
         avait plus de 16 ans], alors de nouveau, de ces royaumes, Claude
         en a fait une province (grec eparchia). Et il a envoyé comme
         procurateur (grec epitropos) Cuspius Fadus, et ensuite Tibère
         Alexandre...
         Et après cela, celui qui était roi sur la Chalcis, Hérode, lui aussi il
         est mort... [en 48].

         Guerre II, 223 : Après la mort d'Hérode qui gouvernait la Chalcis,
         il a installé, Claude, sur le royaume de son oncle, Agrippa le fils
         d'Agrippa [en 49]. Quant au reste de la province (grec eparchia),
         celui qui reçoit la succession en tant que procurateur, de Tibère
         Alexandre, c'est Ventidius Cumanus. C'est sous son administration
                                                                        - 61 -



      qu'ont commencé les troubles et que la perdition de nouveau pour
      les Judéens est survenue...

1. Cuspius Fadus, 44-?

     Le premier procurateur que l'empereur Claude a envoyé en Palestine
après la mort du roi Agrippa I, à Césarée, en 44, c'est Cuspius Fadus.
     Le vêtement du grand prêtre, dont nous parlerons longuement plus
loin, avait été rendu aux Judéens par Vitellius en l'année 36, lors de la
fête de pesah. Cuspius Fadus exige des Judéens qu'ils remettent aux
autorités romaines le vêtement du grand prêtre.

      Antiquités XX, 1 : Fadus... fit alors venir les grands pontifes et les
      premiers de Jérusalem, et les invita à déposer dans la tour Antonia
      les vêtements sacrés et la robe pontificale que la coutume
      permettait au seul grand prêtre de revêtir, pour qu'ils y fussent
      comme auparavant au pouvoir des Romains. N'osant pas résister,
      ils supplièrent pourtant Fadus et Longinus... Ils leur demandèrent
      d'abord de leur permettre d'envoyer à l'Empereur des délégués
      pour obtenir de garder la robe sacrée en leur pouvoir, ensuite
      d'attendre jusqu'à ce qu'ils connussent la décision prise par Claude
      à ce sujet. Les Romains répondirent qu'ils leur permettraient
      d'envoyer des délégués, s'ils donnaient leurs enfants en otages. Les
      autres acceptèrent avec empressement et remirent les otages. Les
      délégués furent donc envoyés. A leur arrivée à Rome, Agrippa le
      Jeune, fils du roi défunt, qui se trouvait alors chez l'empereur
      Claude... apprit la cause de leur venue ; il pria l'Empereur
      d'accorder aux Judéens ce qu'ils demandaient touchant les
      vêtements sacerdotaux et d'envoyer à Fadus des ordres à ce sujet.
      Claude manda donc les délégués et leur dit qu'il le leur accordait...

La lettre de Claude est datée du 28 juin 45.

      Antiquités XX, 97 : Pendant que Fadus était gouverneur de la
      Judée, un magicien nommé Theudas persuada une grande foule de
                                                                       - 62 -



      gens de le suivre en emportant leurs biens jusqu'au Jourdain. Il
      prétendait être prophète et pouvoir, à son commandement, diviser
      les eaux du fleuve pour assurer à tous un passage facile. Ce disant
      il séduisit beaucoup de gens. Mais Fadus ne leur permit pas de
      s'abandonner à leur folie. Il envoya contre eux un escadron de
      cavalerie qui les surprit, en tua beaucoup et en prit beaucoup
      vivants. Quant à Theudas, l'ayant fait prisonnier, les cavaliers lui
      coupèrent la tête et l'apportèrent à Jérusalem. Voilà donc ce qui
      arriva aux Judéens pendant le temps où Cuspius Fadus fut
      procurateur...

     Le nom propre Theudas est une abréviation pour un nom composé
avec theos : Theodosios, ou Theodotos, ou Theodôros. En hébreu des
rabbins, transcription Tôrôs. De même, nous le verrons, le grec Herodes
est transcrit en caractères hébreux Hôrôdôs (Schùrer, I, 566).


2. Tiberius Alexander, ?-48

    Tibère Alexandre succéda à Cuspius Fadus à une date incertaine. Il
appartenait à l'une des grandes familles d'Alexandrie, et était le neveu du
philosophe Philon d'Alexandrie.

      Antiquités XX, 100 : A Fadus succéda Tibère Alexandre [le neveu
      du philosophe Philon], fils d'Alexandre, l'ancien alabarque
      d'Alexandrie, qui dépassait en son temps tous ses concitoyens par
      sa noblesse et sa richesse et l'emporta même par sa piété envers
      Dieu sur son fils Alexandre. Car celui-ci ne resta pas fidèle à la
      religion de ses pères. C'est sous ce dernier qu'arriva en Judée la
      grande disette où la reine Hélène acheta à grand prix du blé en
      Égypte pour le répartir aux indigents...
      C'est aussi à ce moment que furent accablés les fils de Judas le
      Galiléen qui avait incité le peuple à se révolter contre les Romains
      lorsque Quirinus procédait au recensement de la Judée {Antiquités
      XVIII, 4). [C'étaient Jacob et Simon. Alexandre ordonna de les
                                                                      - 63 -



      mettre en croix.]
      Hérode, roi de Chalcis [44-48], après avoir dépouillé du grand
      pontificat Joseph fils de Kami [ou Kamydos ou Kamithos], lui a
      donné pour successeur dans cette charge, Ananias (hébreu Hanan-
      iah), fils de Nébédée...

     Ou plus exactement Nedebaios, 47-59. Actes 23, 2 ; 24, 1. Assassiné
au début de la guerre, Guerre II, 17, 6, 9.
     Le nom de son père n'est pas Nebedaios, mais Nedebaios, hébreu
Nedab-iah, 1 Chroniques 3, 18. Le verbe hébreu nadab signifie : apporter
librement, volontairement un don.


3. Ventidius Cumanus, 48-52 (Schûrer I, 568)

      Guerre II, 223 : Après la mort d'Hérode qui gouvernait Chalcis
      [en 48], il a installé, Claude, sur le royaume de son oncle, Agrippa
      fils d'Agrippa [en 49]. Le reste de la province, celui qui a succédé
      comme procurateur à Tibère Alexandre, c'est Cumanus. C'est sous
      son administration que les troubles ont commencé et que la
      perdition de nouveau pour les Judéens est survenue...

      Antiquités XX, 103 : A Tibère Alexandre, succéda Cumanus [48-
      52]. Hérode, frère du roi Agrippa le Grand, termina sa vie la
      huitième année du principat de Claude en laissant trois fils... Son
      pouvoir fut donné par l'Empereur à Agrippa le Jeune...

      Guerre II, 232 : Et de nouveau, entre les Galiléens et les
      Samaritains, il y a eu un conflit. Dans un village... qui se trouve
      dans la grande plaine de Samarie, alors qu'ils étaient nombreux les
      Judéens à monter pour aller à la fête, a été tué un Galiléen. Et
      alors nombreux ont été les hommes qui, venant de la Galilée, ont
      accouru pour faire la guerre aux Samaritains. Les notables parmi
      les Galiléens sont venus trouver Cumanus pour le supplier... de
      passer en Galilée pour châtier ceux qui étaient responsables de
                                                                    - 64 -



l'assassinat...

Guerre II, 234 : Elle a été annoncée à Jérusalem, l'affaire de
l'assassinat. Alors la foule s'est soulevée en fureur. Ils ont laissé la
fête et ils se sont précipités dans la direction de la Samarie, sans
avoir de chefs militaires et sans vouloir écouter aucun de leurs
chefs...

Guerre II, 236 : Cumanus a pris de Césarée une troupe de
cavaliers... et il est venu au secours de ceux qui étaient attaqués...
Vers le reste de la foule de ceux qui s'étaient précipités pour aller
faire la guerre aux Samaritains, les chefs (grec archontes) de
Jérusalem sont sortis en courant. Ils avaient revêtu des sacs et ils
avaient jeté de la cendre sur leurs têtes. Ils suppliaient la foule de
se retirer et de ne pas, sous le prétexte de se défendre contre les
Samaritains, provoquer la colère des Romains contre Jérusalem ;
d'avoir pitié pour le pays de leurs pères et pour le Temple (grec
naos), pour leurs enfants et leurs propres femmes : tous ils sont en
danger, à cause de la vengeance d'un seul Galiléen, de périr. Ils ont
été persuadés par leurs chefs, les Judéens, et ils se sont dispersés...

Guerre II, 239 : Et aussi des Samaritains les personnages
principaux, dominants, c'est auprès de Ummidius Quadratus, qui
était le gouverneur de la Syrie, à Tyr qu'ils sont venus ; ils lui ont
demandé de faire justice, de tirer vengeance de ceux qui avaient
ravagé la région [de Samarie]... Mais ils étaient présents aussi les
personnages notables des Judéens et aussi le kôhen gadôl, le grand
prêtre Ionatan fils de Hanan. Ils ont dit que ceux qui ont
commencé les troubles, ce sont les Samaritains, par cet assassinat ;
mais que la cause de ce qui s'en était suivi, c'est Cumanus, qui n'a
pas voulu poursuivre ceux qui étaient responsables de l'assassinat...

Guerre II, 241 : Quadratus, pour lors, s'est tenu au-dessus des
deux partis et a remis à plus tard son jugement. Il a dit que
lorsqu'il serait sur les lieux [du crime] il ferait une enquête
                                                                       - 65 -



      concernant le crime des uns et les ravages causés par les autres.
      Dès qu'il est arrivé à Césarée, ceux [des Judéens] qui avaient été
      faits prisonniers par Cumanus, il les a fait pendre tous à des croix.
      De là il est allé à Lydda, et il a entendu de nouveau les
      Samaritains. Il a fait venir, il a envoyé chercher dix-huit hommes
      d'entre les Judéens dont il estimait qu'ils avaient pris part au
      combat, et c'est à la hache qu'il les a fait exécuter...

      Guerre II, 243 : Et puis deux autres parmi les plus puissants [des
      Judéens] et les grands prêtres Ionatan [grand prêtre en 36-37] et
      Hanan-iah, fils de Nedab-iah [grand prêtre entre 47 et 59] et son
      fils Hanan, et quelques autres personnalités bien connues d'entre
      les Judéens, il [= Quadratus] les a envoyés à César, et
      semblablement parmi les Samaritains ceux qui étaient les plus
      illustres. Et puis il a ordonné à Cumanus [le procurateur de la
      Judée] et à Celer le chef de mille soldats, de faire voile, de
      s'embarquer pour Rome afin de rendre compte à Claude de tout ce
      qui s'était passé, de ce qui était arrivé...

      Guerre II, 245 : Et à Rome, César a entendu Cumanus et les
      Samaritains. Était présent aussi Agrippa [= Agrippa II, fils
      d'Agrippa I]. C'est avec passion qu'il a défendu la cause des
      Judéens, tandis que, en faveur de Cumanus, c'est un grand nombre
      des puissants [de la cour de Rome] qui intervenaient. Les
      Samaritains, il les a condamnés. Trois d'entre eux, il a ordonné de
      les mettre à mort, les plus importants. Cumanus, il l'a fait envoyer
      en exil. Quant à Celer, c'est prisonnier qu'il l'a envoyé à Jérusalem
      et il a ordonné qu'il soit livré aux Judéens pour être outragé et
      qu'après avoir été traîné à travers la ville [Jérusalem], qu'ainsi il
      soit décapité...

     Joseph ne nous dit pas, dans La Guerre des Judéens contre les
Romains, comment les Judéens qui avaient été conduits à Rome auprès
de l'empereur Claude, sont retournés en Judée. On sait que Ionatan est
retourné en Judée, à Jérusalem, puisqu'il y a été assassiné, sur l'ordre de
                                                                        - 66 -



Félix, le procurateur suivant.
    Est-ce que Ionatan, fils de Hanan, ne serait pas passé par Patmos et
peut-être Éphèse pour retourner en Judée ?
    Ce qui est certain par ces documents, c'est que Ionatan qui avait été
kôhen gadôl en 36-37 devait fort bien connaître le nombre exact des
procurateurs romains expédiés en Judée par les empereurs romains, le
nombre des rois judéens, et le nombre des empereurs romains, tout
comme Joseph. Il connaissait fort bien le haut sacerdoce de Jérusalem
puisqu'il en faisait partie.

     Dans son ouvrage ultérieur, l'Histoire ancienne de la Judée (grec
ioudaïkè archaiologia), écrit quelque vingt ans après la Guerre des
Judéens contre les Romains, terminé vers 93 ou 94, Joseph reprend
l'exposé de cette affaire :

      Antiquités XX, 118 [= Guerre II, 232]: Entre les Samaritains et les
      Judéens s'élevèrent aussi des haines... Les Galiléens avaient
      coutume, pour se rendre aux fêtes dans la Ville sainte, de traverser
      le pays de Samarie. Alors, pendant qu'ils étaient en route, des
      habitants d'un bourg appelé Ginaé [aux confins de la Galilée, sur
      la route de Tibériade à Samarie] situé aux confins du pays de
      Samarie et de la grande plaine, engagèrent un combat avec eux et
      en tuèrent beaucoup. Apprenant ces faits, les premiers des
      Galiléens vinrent trouver Cumanus et lui demandèrent de venger
      ces gens injustement assassinés. Mais lui, persuadé par les
      Samaritains qui l'avaient acheté à prix d'argent, négligea leur
      requête. Irrités, les Galiléens décidèrent la masse des Judéens à
      courir aux armes et à soutenir la cause de leur liberté...

      Antiquités XX, 125 : Les premiers des Samaritains se rendirent
      chez Ummidius Quadratus, gouverneur de la Syrie, qui alors
      séjournait à Tyr. Ils accusèrent les Judéens d'avoir incendié et pillé
      leurs villages... Telles étaient les accusations des Samaritains. Les
      Judéens déclarèrent que les Samaritains étaient responsables de la
      révolte et du combat, et plus encore Cumanus, qui avait été
                                                                - 67 -



corrompu par leurs présents et n'avait fait aucun cas du meurtre de
ceux qu'ils avaient tués...
Peu après Quadratus vint à Samarie et, après enquête, reconnut
que c'étaient les Samaritains qui avaient provoqué les troubles.
Mais dès qu'il apprit que certains Judéens avaient médité une
révolution, il fit mettre en croix ceux que Cumanus avait
capturés... Ensuite il se rendit dans un bourg qui se nommait
Lydda [sur la route de Jérusalem à Jaffa]... Il s'installa sur son
tribunal et, pour la deuxième fois, écouta les Samaritains. L'un
d'eux lui apprit qu'un des principaux Judéens... et d'autres
révolutionnaires au nombre de quatre, avaient conseillé au peuple
de se soulever contre Rome. Quadratus les fit mettre à mort et
envoya à Rome, enchaînés avec leur entourage, le grand pontife
Hanan-iah et le chef des gardes du Temple (grec stratègos),
Hanan, pour se justifier de leurs actes devant l'empereur Claude. Il
ordonna aussi aux principaux des Samaritains et des Judéens, au
procurateur Cumanus et au tribun Celer de se rendre en Italie
devant l'Empereur pour voir juger par lui leurs enquêtes
respectives. Pour lui, craignant une nouvelle révolte de la
populace judéenne, il arriva dans la ville de Jérusalem qu'il trouva
paisible et en train de célébrer une fête ancestrale en l'honneur de
Dieu. Il fut donc persuadé qu'il n'y aurait aucune sédition à
Jérusalem et, la laissant en fête, il retourna à Antioche...

Antiquités XX, 134: Cumanus et les premiers des Samaritains,
envoyés à Rome, obtinrent de l'Empereur un jour d'audience pour
parler des litiges qui les divisaient. En faveur de Cumanus et des
Samaritains, s'exerçait le plus grand zèle des affranchis et des
amis de l'Empereur, et les Judéens auraient été vaincus si Agrippa
le Jeune, qui se trouvait alors à Rome, et voyant l'effroi des
premiers parmi les Judéens, n'eût vivement imploré l'impératrice
Agrippine pour qu'elle persuadât son mari de juger comme il
convenait à sa justice, après audition des parties, ceux qui étaient
responsables de la révolte. Claude fut touché par cette prière et,
après avoir entendu les débats, reconnaissant que les Samaritains
                                                                         - 68 -



      avaient été les premiers auteurs de ces maux, il ordonna d'exécuter
      ceux d'entre eux qui s'étaient présentés à lui. Il infligea la peine de
      l'exil à Cumanus...

     Si l'on compare le texte de Guerre II, 240 (p. 72) avec celui
d'Antiquités XX, 127, on voit aussitôt que, selon Guerre II, 240 : ils
étaient présents, les notables des Judéens, et le grand prêtre Ionatan
(transcription en caractères grecs Ionathès), fils de Hanan (transcription
grecque Ananou). Ils ont dit qu'ils avaient commencé, les Samaritains, à
provoquer les troubles, par l'assassinat d'un Galiléen.
     Plus loin, Guerre II, 243 : Deux autres parmi les plus puissants, et
les grands prêtres Ionatan et Hanan-iah (Ananias), et aussi son fils,
Hanan (grec Ananon), et quelques autres Judéens connus, il les envoya à
César...
     Tandis que Antiquités XX, 127 : Les Judéens ont déclaré que les
Samaritains étaient responsables de la révolte et du combat...
     Plus loin, Antiquités XX, 131 : Quadratus a envoyé à Rome,
enchaînés, avec leur entourage, le grand prêtre Hanan-iah et le chef des
gardes du Temple, Hanan, pour se justifier...
     Que s'est-il passé ? Pourquoi la mention de Ionatan, fils de Hanan,
grand prêtre, est-elle éliminée des Antiquités ?
     Est-ce que la personne de Ionatan, kôhen gadôl, fils de Hanan, serait
devenue entre-temps suspecte aux yeux de l'historien judéen Joseph,
kôhen lui aussi ? Et pour quelle raison ?
     Nous aurons à examiner cette question plus loin.


4. Félix, 52-60

    Félix a été envoyé en Judée comme procurateur à la demande de
Ionatan, fils de Hanan, le grand prêtre, d'après ce que nous dit Joseph
{Antiquités XX, 162).

      Guerre II, 247 : Et après ces événements, comme procurateur (grec
      epitropos) de la Judée, c'est Félix, le frère de Pallas, qu'il envoie,
                                                                  - 69 -



Claude, et aussi de la Samarie, de la Galilée et de la Pérée. Quand à
Agrippa [Agrippa II, fils d'Agrippa I], du royaume de Chalcis il le
transporte dans un royaume plus grand. Il lui donne la province
(grec eparchia) qui avait été celle de Philippe, c'est-à-dire la
Trachonitide, la Batanée et la Gaulanitide, et il ajoute le royaume
de Lysanias et le territoire (grec tetrarchia), qui avait été celui de
Varus. Et lui, l'empereur Claude, après avoir gouverné l'empire
pendant treize ans, ajoutés à huit mois et vingt jours [du 24 janvier
41 au 13 octobre 54], il est mort et il a laissé Néron comme
successeur à l'Empire...

Antiquités XX, 137 : Claude envoya ensuite Félix, frère de Pallas,
pour s'occuper des affaires de la Judée. Après avoir accompli sa
deuxième année de principat, il donna à Agrippa la tétrarchie de
Philippe et la Batanée, en y ajoutant la Trachonitide et Abila,
c'est-à-dire la tétrarchie de Lysanias, mais il lui enleva Chalcis
qu'il avait gouvernée pendant quatre ans. Ayant reçu ce présent de
l'Empereur, Agrippa donna en mariage à Aziz, roi d'Émèse [sur
l'Oronte ; mort en 54], qui avait consenti à se faire circoncire, sa
sœur Drusilla...

Antiquités XX, 141 : Peu après, le mariage de Drusilla et d'Aziz
fut rompu... Au moment où Félix était procurateur de Judée, il vit
Drusilla..., il s'éprit de passion pour elle... Drusilla se laissa
persuader de transgresser la loi de ses pères et d'épouser Félix.
Elle eut de lui un fils qu'elle nomma Agrippa...

Guerre II, 252 : La petite Arménie, il l'a donnée, Néron [empereur
le 13 octobre 54] pour en être le roi, à Aristobule [le fils de]
Hérode [roi de Chalcis, mort en 48]. Et au royaume d'Agrippa
[Agrippa II, fils d'Agrippa I mort en 44], ce sont quatre villes qu'il
ajoute avec les territoires sur lesquels s'exerce son autorité (grec
toparchia, n'existe pas en grec naturel ; toparchès, qui n'existe pas
non plus en grec naturel, traduit l'hébreu paqid, le visiteur,
l'inspecteur, Genèse 41, 34). Et dans le reste de la Judée, c'est
                                                                        - 70 -



      Félix qu'il a établi comme procurateur (grec epitropos)...

      Guerre II, 254 : C'est une autre forme, ou espèce de bandits (grec
      lèstès) qui s'est mise à proliférer à Jérusalem : ceux que l'on
      appelle [en latin] les sicarii, les poignardeurs (sica, le poignard).
      C'est en plein jour et au beau milieu de la ville [= Jérusalem] qu'ils
      assassinaient les gens. C'est surtout pendant les fêtes qu'ils se
      mélangeaient à la foule. Dans leurs vêtements, ils dissimulaient
      des petits poignards. Avec ces poignards, ils frappaient les gens
      qui se distinguaient des autres. Et puis aussitôt après lorsqu'ils
      étaient tombés à terre [ceux qui avaient reçu le coup de poignard],
      ils devenaient une partie de ceux qui s'indignaient, ceux qui
      avaient tué. Et ainsi, de toute manière, à cause de la confiance
      qu'ils inspiraient, il était impossible de les découvrir.
      Le premier, c'est Ionatan, le grand prêtre, qui par eux a été tué
      d'un coup de poignard. Et après lui, chaque jour, nombreux ont été
      assassinés...

     Ionatan ben Hanan, kôhen gadôl, a donc été assassiné à coups de
poignard quelque temps après l'avènement de Néron empereur, peut-être
en l'année 55.
     Joseph et ses traducteurs appellent en grec lèstès — que nous avons
nous-même traduit approximativement par bandit — ceux que dans le
langage habituel de l'occupant on appelle les terroristes, et du point de
vue de l'occupé : les résistants, les francs-tireurs.
     Le grec lèstès traduit l'hébreu gedoud, Osée 7, 1 ; Jérémie 18, 22 ;
ou paritz, du verbe paratz, déchirer, faire une brèche, pénétrer par
effraction. Jérémie 7, 11 : Est-ce qu'une caverne de casseurs, hébreu
paritzim, grec spèlaion lèstôn, elle est devenue, cette maison [= le
Temple de Jérusalem], qu'il est crié mon nom sur elle, à vos yeux [= sur
laquelle il est crié]... Matthieu 21, 13 : Parce que ma maison [= le
Temple], maison de prière elle sera appelée pour tous les peuples, Isaïe
56, 7, et vous, vous en faites une caverne de casseurs, Jérémie, 7, 11.
Marc 11, 17 ; Luc, 19, 46. Matthieu 26, 55 : Comme contre un terroriste,
grec lèstès, vous êtes sortis avec des épées et des bâtons pour m'arrêter...
                                                                            - 71 -



Marc 14, 48 ; Luc 22, 52. Matthieu 27, 38 : Et alors sont cloués sur une
croix deux terroristes, grec lèstès. Marc 15, 27. Jean 18, 40 : Barabba
était un terroriste, grec lèstès.

       Guerre II, 253 : Félix a capturé vivants le chef du réseau de
       résistance (grec archi-lèstèn; ou le chef des terroristes) Éléazar,
       qui pillait la région depuis vingt ans, et un grand nombre de ses
       compagnons, et il les a envoyés à Rome... De ceux qu'il a fait
       pendre sur des croix, bandits-terroristes (grec lèstôn) c'est une
       foule infinie...

     L'assassinat de Ionatan ben Hanan, kôhen gadôl, se situe bien
évidemment dans un contexte politique : la Judée occupée par l'armée
romaine, plusieurs partis : les collaborateurs, les résistants.
     La mise à mort du rabbi judéen Ieschoua, surnommé ha-nazir ou ha-
nôtzeri, se situait bien évidemment aussi dans un contexte politique.
     Ce qui était original, ce qui reste original dans la position, dans la
doctrine du rabbi judéen, c'est qu'il apportait, il enseignait, il apporte et il
enseigne, une nouvelle programmation. Les antiques programmations
reptiliennes transmises génétiquement et inscrites dans notre paléocortex
commandent de répondre à l'agression par l'agression. Le rabbi judéen a
enseigné, par la parole et par les actes, une autre programmation : ne pas
répondre à l'agression par l'agression, mais répondre à l'agression par la
création. Sur quoi repose cette nouvelle programmation ? Sur une
métaphysique, qui est précisément celle de la Création. Tous les êtres
sont créés par l'Unique ; en conséquence de quoi, tuer les êtres que l'on
considère comme ennemis, n'est pas la bonne méthode. Elle ne se situe
pas dans le plan ou le dessein de la Création.
     Cette nouvelle programmation, — il est inutile d'insister sur ce point
—, a été très rarement, depuis bientôt vingt siècles, expérimentée, reçue,
comprise, admise, par ou dans les populations plus ou moins
christianisées. Les peuples plus ou moins — plutôt moins que plus —
christianisés, ont continué, à travers les siècles, et jusqu'aujourd'hui, à
fonctionner conformément aux antiques programmations reptiliennes.
Rares, au cours des siècles, ont été les individus, hommes et femmes, qui
                                                                         - 72 -



ont compris, admis, reçu, expérimenté, cette nouvelle programmation.
Elle fait partie de l'essence du christianisme. L'Apocalypse de Iohanan est
évidemment construite, constituée, en conformité avec cette nouvelle et
originale programmation. Les chrétiens n'étaient pas collaborateurs. Ils
n'étaient pas non plus partisans d'utiliser les méthodes du front de
libération de la Judée, c'est-à-dire le meurtre. Pourquoi ? Parce qu'un
homme romain, un ennemi, du point de vue de la métaphysique du
christianisme, qui est celle du monothéisme hébreu, est un être créé par
l'Unique, aimé par lui en même temps qu'il est créé, destiné comme tout
homme à une fin surnaturelle. C'est ce que découvre Schimeôn bar Ionah
surnommé Keipha, le Rocher, par son Rabbi, dans les années 30-40.

      Actes 10, 1 : Il était un homme, à Césarée, son nom c'est
      Cornélius, chef de cent soldats, dans la compagnie [ou cohorte]
      (grec speira, latin manipulus, ou cohors) appelée l'Italienne...

      Actes 10, 28 : Et il leur a dit [Schimeôn-Petros] : « Vous-mêmes
      vous savez bien qu'il est interdit à un homme judéen de se joindre,
      ou même d'aller vers un homme d'une autre souche... (Le mot grec
      allophulos ici utilisé traduit généralement le mot hébreu peleschet,
      palestinien, Juges 3, 3 ; 3, 31 ; etc.) Mais à moi aussi, c'est Dieu
      lui-même qui m'a montré à ne plus jamais appeler impur aucun
      homme... »

      Actes 10, 34 : Et alors il a ouvert la bouche, Petros, et il a dit : «
      Amèn, c'est vrai certainement, je comprends qu'il ne relève pas la
      face, Dieu [vieille expression hébraïque, nasa panim, relever la
      face du suppliant prosterné pour lui accorder la faveur demandée,
      à juste titre ou d'une manière arbitraire et partiale], mais que dans
      tout peuple, celui qui le craint et qui fait justice, est reçu avec
      faveur, par Dieu... »

      Actes 10, 44 : Il était encore en train de parler, Petros, ces paroles,
      et il est tombé, l'Esprit saint, sur tous ceux qui écoutaient la
      parole. Et alors ils ont été stupéfaits, ceux qui venaient de la
                                                                        - 73 -



      circoncision et qui étaient certains de la vérité, tous ceux qui
      étaient venus avec Petros, parce que même sur les goïm, les
      païens, le don du Saint Esprit était versé en eux...

      Actes 11, 1 : Et ils ont entendu, les envoyés et les frères, qui
      étaient en Judée, que même les goïm, les païens, avaient reçu la
      Parole de Dieu. Et lorsqu'il est monté, Petros, à Jérusalem, ils l'ont
      mis en accusation (grec diakrinein pros, hébreu schaphat, Joël 4,
      2 ; Ézéchiel 20, 35 ; 20, 36), ceux qui venaient de la circoncision,
      et ils lui ont dit : « Tu es entré chez des hommes à qui est un
      prépuce et tu as mangé avec eux... »

      Actes 11, 18 : Et ainsi donc, même aux goïm, Dieu a donné le
      repentir pour la vie...

      On voit combien a été violente la crise qui a secoué, et même
déchiré, la plus ancienne communauté chrétienne de Jérusalem. La
question était de savoir si le christianisme allait rester enfermé à
l'intérieur du judaïsme, une forme parmi d'autres. Ou bien si le
monothéisme hébreu allait être communiqué à toutes les nations de la
terre, comme l'annonçaient les oracles des prophètes anciens.
      Nous sommes autour de l'année 40. Les lettres de Paul et
l'Apocalypse se situent dans ce contexte. Cornélius était un officier de
l'armée d'occupation.
      Non seulement le judaïsme traditionnel éclatait par cette entrée des
goïms dans l'économie du monothéisme hébreu, mais le nationalisme lui
aussi explosait.
      Du point de vue du système de référence normatif des patriotes-
résistants, — que dans le langage de l'occupant romain on appelle des
terroristes —, du point de vue du nationalisme intégral, les chrétiens sont
évidemment des traîtres, puisque non seulement ils ne veulent pas tuer
les soldats romains, mais, bien plus, ils leur communiquent le
monothéisme hébreu et en font des frères, ils les baptisent et ils les
reçoivent dans la nouvelle communauté chrétienne à titre d'égaux.
                                                                       - 74 -



      Galates 3, 28 : Il n'y a plus maintenant ni Judéen ni Grec, il n'y a
      plus ni esclave ni homme libre, il n'y a plus maintenant ni mâle ni
      femelle...
      Colossiens 3, 9 : Vous avez dévêtu le vieil homme (palaios
      anthrôpos)... Et vous avez revêtu l'homme nouveau... Là où il n'y
      a plus ni Grec ni Judéen, ni circoncision ni prépuce, ni barbare ni
      Scythe, ni esclave ni homme libre...

    Le système des castes qui a régné dans les sociétés animales depuis
des millions d'années, et dans la plus ancienne humanité depuis des
millénaires, ce système des castes que l'on retrouve dans la République
de Platon et dans la philosophie politique d'Aristote est aboli.
    Les lettres de Paul se situent autour de l'année 50.

    Dans son Histoire ancienne de la Judée et des Judéens, écrite
quelque vingt ans après la Guerre, Joseph nous donne davantage de
précisions concernant cet assassinat de Ionatan ben Hanan, kôhen gadôl.

      Antiquités XX, 158 : La première année du gouvernement de
      Néron [54-55]... Aristobule, le fils d'Hérode, roi de Chalcis, a reçu
      de Néron le gouvernement de l'Arménie mineure. L'Empereur a
      aussi donné à Agrippa [Agrippa II] une partie de la Galilée... Il lui
      a aussi donné la ville de Julias en Pérée [nord-est de la mer
      Morte]...

      Antiquités XX, 160 : En Judée les affaires prenaient de jour en
      jour une tournure de plus en plus mauvaise car le pays était de
      nouveau rempli de bandits et d'imposteurs qui trompaient le
      peuple. Chaque jour Félix arrêtait beaucoup de ces derniers et les
      faisait périr ainsi que des bandits...

      Antiquités XX, 162 : Félix était en colère contre le grand prêtre
      Ionatan, parce que Ionatan lui faisait souvent des reproches et lui
      demandait de mieux diriger les affaires de la Judée. Car Ionatan ne
      voulait pas que le peuple lui fasse reproche à lui-même, puisque
                                                                                                               - 75 -



          c'est lui Ionatan qui avait demandé à l'Empereur [Claude]
          d'envoyer Félix comme procurateur en Judée. Félix cherchait donc
          un prétexte pour se débarrasser de cet homme... qui ne cessait de
          l'importuner... C'est pourquoi Félix, par la promesse d'une grosse
          somme, a décidé le plus fidèle ami de Ionatan, un homme de
          Jérusalem appelé Doras2, à faire attaquer et tuer Ionatan par des
          bandits. Doras y a consenti, et il a combiné de la façon suivante
          l'exécution de ce meurtre par les bandits. Certains d'entre eux sont
          montés à la Ville [= Jérusalem] comme pour se prosterner devant
          Dieu, avec des poignards cachés dans leurs vêtements. Ils se sont
          approchés de Ionatan et ils l'ont tué...

    A la place de Doras, il est bien possible qu'il faille lire Dorkas, le
chevreuil ou la gazelle, surnom fréquent dans ce temps et dans ce milieu
ethnique. Il traduit l'hébreu tzebi et tzebi-iah.

     Joseph semble donc en savoir plus sur le meurtre de Ionatan en 93
ou 94, lorsqu'il écrit son Histoire ancienne de la Judée et des Judéens,
qu'après la prise de Jérusalem, en 70, lorsqu'il écrit l'histoire de la Guerre
des Judéens et des Romains. A moins qu'il n'ait pas voulu, juste après la
fin de la guerre, dire tout ce qu'il savait concernant cette affaire.


Le prophète égyptien

          Guerre II, 261 : C'est encore plus de mal qu'il a fait aux Judéens,
          le prophète de mensonge égyptien. Était arrivé dans le pays, un
          charlatan qui faisait croire qu'il était un prophète. Il a rassemblé
          environ trente mille parmi les gens qu'il a trompés. Il les a fait
          sortir du désert et les a fait monter à la montagne dite des Oliviers.
          A partir de là il était capable d'entrer de force dans Jérusalem... Il a
          devancé son attaque, Félix, et il est venu à sa rencontre avec les
          soldats romains de l'infanterie...
2
 Le mot grec dora signifie : peau écorchée, latin pellis ; le grec dora traduit l'hébreu aderet, manteau de fourrure,
pelage, Genèse 25, 25.
                                                                           - 76 -




      Antiquités XX, 169 : A ce moment, vint à Jérusalem un Égyptien
      qui se disait prophète. Il conseilla à la populace de monter avec lui
      au mont des Oliviers, qui se trouve en face de la ville, à cinq
      stades de distance. Il répétait en effet aux gens qu'il voulait leur
      montrer comment sur son ordre les remparts de Jérusalem
      s'écrouleraient, et il promettait de leur frayer ainsi un passage.
      Félix, lorsqu'il apprit cela, ordonna à ses soldats de prendre les
      armes et, s'élançant hors de Jérusalem avec beaucoup de cavaliers
      et de fantassins, il attaqua l'Égyptien et ceux qui l'entouraient...

    Il est aussi question de cet Égyptien dans le livre des Actes, ou
Actions des Envoyés. La scène se passe autour de l'année 57 :

      Actes 21, 37: Et il allait entrer dans la forteresse, Paulus, et il a dit
      au chef de mille : « Est-ce qu'il m'est permis de te dire quelque
      chose ? » Et alors lui, le chef de mille, il a dit : « Tu sais le grec ?
      Et alors tu n'es pas l'Égyptien qui, il y a quelques jours, a soulevé
      et conduit au désert les quatre mille hommes qui faisaient partie
      des sicarii ? » Et alors il a dit, Paulus : « Moi je suis un homme
      judéen, je suis né à Tarse en Cilicie, je suis citoyen d'une ville qui
      n'est pas sans réputation. Je t'en prie, permets-moi de parler au
      peuple. » Le chef de mille le lui a permis. Paulus se tenait debout
      sur les marches. Il a fait signe de la main au peuple. Il y a eu un
      grand silence. Alors Paulus leur a parlé en langue hébraïque (grec
      tè hebraïdi dialektô) et il leur a dit : « Frères et pères, écoutez
      donc maintenant ma défense qui vous est adressée... » Ils ont
      entendu qu'il leur parlait en langue hébraïque, et alors ils ont
      encore davantage fait silence. Et il a dit : « Moi je suis un homme
      judéen (hébreu isch iehoudi anôki). Je suis né à Tarse en Cilicie,
      mais j'ai été élevé dans cette ville-ci [= Jérusalem]. C'est aux pieds
      de Gamaliel que j'ai été instruit selon la rigueur, l'exactitude, de la
      Torah de nos pères. J'ai été jaloux (grec zèlôtès, hébreu qanna,
      Exode 20, 5 ; 34, 14 ; Deutéronome 4, 24 ; etc.) comme tous vous
      l'êtes aujourd'hui. Moi qui, cette voie, cette route, ce chemin (grec
                                                                        - 77 -



      hodos, hébreu derek, Genèse 3, 24 ; 6, 12 ; etc.) [= la nouvelle
      doctrine], je l'ai persécutée jusqu'à la mort. J'ai fait enchaîner et
      jeter dans les prisons hommes et femmes, comme le grand prêtre, le
      kôhen hagadôl, peut l'attester en ma faveur et tout le conseil des
      Anciens. C'est d'eux que j'ai aussi reçu des lettres, destinées aux
      frères. C'est vers Damas que je faisais route. Je voulais ramener
      aussi ceux [de la nouvelle secte] qui étaient là-bas, enchaînés à
      Jérusalem pour qu'ils soient châtiés...

     Le grand prêtre auquel Paul demande l'attestation, à ce moment-là,
c'est-à-dire en 57 ou 58, c'est Hanan-iah, fils de Nedab-iah, grand prêtre,
installé par Hérode de Chalcis, entre 47 et 59.
     Tandis que Schaoul-Paulus persécute à mort les frères et les sœurs
de la petite communauté judéenne et chrétienne de Jérusalem et même
ceux de Damas, Ionatan fils de Hanan, qui a été kôhen gadôl en 36-37,
faisait partie de la classe du haut sacerdoce. On peut donc se demander
quels étaient les sentiments de Ionatan ben Hanan à l'égard de Schaoul le
persécuteur, si Ionatan ben Hanan, dans le secret de son cœur, était
disciple du Rabbi, ce que nous examinerons plus loin.
     Lorsque, en 57 ou 58, Schaoul-Paulus raconte aux Judéens de
Jérusalem ce qui s'est passé sur la route de Damas, Ionatan ben Hanan
était mort, assassiné sur ordre de Félix en 54 ou 55.

    Nous connaissons encore Félix par le livre des Actes, ou Actions des
Envoyés, terminé sans doute autour de l'année 62, et constitué de
documents divers notés à des époques différentes, et qui ne sont pas
nécessairement de la même main :

      Actes 23, 23 : Et il a appelé le chef de mille [soldats], deux d'entre
      les chefs de cent [soldats] et il leur a dit : « Préparez des soldats,
      deux cents, pour qu'ils aillent jusqu'à Césarée, et des cavaliers,
      soixante-dix, et des hommes qui tendent l'arc avec la main droite
      (grec dexio-labos, n'existe pas en grec naturel), deux cents, à partir
      de la troisième heure de la nuit... Et que des bêtes soient préparées
      afin de faire monter Paulus et de le sauver en le conduisant vers
                                                                           - 78 -



      Félix le gouverneur (grec hègemôn). Et il a écrit une lettre qui
      disait ceci :

      « Claudius Lysias, au très excellent gouverneur Félix, salut ! Cet
      homme que voici, il a été arrêté par les Judéens et il allait être mis
      à mort par eux. Je suis intervenu avec la troupe et je le leur ai
      arraché. J'ai appris qu'il est citoyen romain. J'ai voulu connaître la
      raison, la cause, pour laquelle ils l'accusaient, je l'ai conduit à leur
      sanhédrin. Et alors j'ai découvert qu'il était accusé à propos de
      discussions concernant leur loi, mais qu'il n'y avait rien qui justifie
      ni la mort ni même la prison... »

      Actes 23, 31 : Les soldats, conformément aux ordres reçus, ils ont
      pris Paul... Ils sont entrés à Césarée et ils ont remis la lettre au
      gouverneur et ils lui ont aussi présenté Paulus. Il [= Félix] a lu [la
      lettre] et il a demandé [à Paul] de quelle province (grec eparcheia)
      il est. Et lorsqu'il a appris qu'il venait de Cilicie : « Je t'entendrai,
      a-t-il dit, lorsque tes accusateurs eux aussi seront présents. » Il a
      donné des ordres pour que dans le prétoire d'Hérode il soit
      enfermé...

    Tous ces documents que nous lisons du livre des Actes sont des
notes prises au jour le jour, par quelqu'un, mais nous ne savons pas qui.
Ce ne sont pas des compositions romanesques tardives. On reconnaît
constamment la forme de la phrase hébraïque, respectée par la traduction
grecque, que nous respectons nous aussi. Toutes les phrases hébraïques
commencent par et. Nous retrouvons ce et initial dans les traductions
grecques.
    Schaoul surnommé Paulus est probablement arrivé à Jérusalem,
après son troisième voyage, pour la Pentecôte de l'année 57. Nous
sommes donc probablement en 57 ou 58.

      Actes 24, 24 : Et après quelques jours, il est venu, Félix, avec
      Drusilla, sa propre femme [fille d'Agrippa I et sœur d'Agrippa II].
      Elle est judéenne. Il a envoyé chercher Paul et il l'a entendu, il l'a
                                                                             - 79 -



      écouté, au sujet de la certitude de la vérité (grec pistis, hébreu
      emounah) dans le maschiah Ieschoua [= sur le fait qu'il est
      maschiah, Ieschoua]. Il discutait avec lui de la justice (grec
      dikaiosunè, hébreu tzedaqah, Genèse 15, 6, etc.), de la maîtrise de
      soi (grec egkrateia), du jugement (grec krima, hébreu mischpat,
      Exode 23, 6 ; Lévitique 18, 4, etc.) à venir [ou qui vient, ou de la
      durée qui vient]. Alors il a pris peur, Félix, et il a répondu : « Pour
      l'instant, va-t'en ! Lorsque j'aurai le temps, lorsque j'aurai
      l'occasion, je te rappellerai. » En même temps il espérait que c'est
      de l'argent qui lui serait donné par Paul. Et c'est pourquoi assez
      souvent il l'envoyait chercher et il s'entretenait avec lui. Une durée
      de deux ans (grec dietia, n'existe pas en grec naturel) a été
      remplie. Il a reçu comme successeur, Félix, Porcius Festus. Et il a
      voulu s'acquitter d'une dette à l'égard des Judéens, Félix, et il a
      laissé Paul en prison...

     Paul est resté prisonnier probablement entre la Pentecôte de l'année
57 et son départ pour Rome en septembre 59 ou 60.
     Pendant que Paul était prisonnier à Césarée, donc dans les deux
dernières années du gouvernement de Félix, entre 58 et 60, la ville de
Césarée était en convulsion à cause d'un conflit entre les Syriens et les
Judéens.
     Félix a été rappelé à Rome par Néron, vraisemblablement en l'année
60.
     Cette datation est contestée par bon nombre d'érudits. Elle touche
évidemment à la question de la chronologie de Paul. Certains érudits
situent le rappel à Rome de Félix plus tôt. La question reste ouverte
(Schùrer, I, 577).

      Guerre II, 266 : D'autres désordres se sont produits à Césarée. Les
      Judéens qui étaient mêlés à la population se sont révoltés contre
      les Syriens qui habitaient à Césarée. Les Judéens estimaient
      qu'elle était à eux, la ville. Ils disaient que c'est un Judéen qui l'avait
      fondée : c'était le roi Hérode. Les autres, les Syriens,
      reconnaissaient que le fondateur était un Judéen, mais ils disaient
                                                                         - 80 -



      que la ville, quant à elle, appartenait aux Grecs. En effet Hérode
      n'aurait pas érigé des statues et des temples s'il l'avait destinée aux
      Judéens...


5. Porcius Festus, 60-62

    Néron a envoyé, pour remplacer Félix, Porcius Festus. Nous avons
noté que la date n'est pas certaine.

      Guerre II, 271 : Celui qui a reçu, après Félix, la succession de la
      fonction de procurateur, c'est Festus... Il a réussi à faire prisonnier
      la plupart des terroristes et il en a mis à mort un bon nombre.

      Antiquités XX, 182: C'est Porcius Festus qui a été envoyé par
      Néron pour succéder à Félix. Les principaux des Judéens de
      Césarée sont allés à Rome pour accuser Félix. Il aurait été châtié
      pour tous ses crimes et ses injustices à rencontre des Judéens, si
      Néron n'avait montré beaucoup de condescendance pour les
      demandes de Pallas, le frère de Félix, qui avait alors le plus grand
      crédit auprès de lui.

      Deux des principaux Syriens de Césarée obtinrent, en le
      corrompant par de grosses sommes d'argent, que Burrhus,
      gouverneur de Néron, chargé des dépêches pour les pays grecs,
      demandât à Néron un rescrit abolissant l'égalité des droits
      politiques des Judéens avec eux. Burrhus a sollicité l'Empereur et
      il a obtenu que ce rescrit fût rédigé. Ce fut pour notre peuple la
      cause de tous les malheurs qui ont suivi. En effet, lorsque les
      Judéens de Césarée ont su ce qui avait été écrit, ils ont persisté
      davantage encore dans leur révolte contre les Syriens jusqu'à ce
      qu'ils eussent allumé une guerre...

    Voici le document collecté dans le livre des Actes au sujet de Festus
:
                                                                  - 81 -




Actes 24, 27 : Une durée de deux ans a été remplie, et il a reçu
comme successeur, Félix, Porcius Festus. Il a voulu payer une
dette de reconnaissance aux Judéens, Félix, et il a laissé Paul
prisonnier, enchaîné...

Actes 25, 1 : C'est donc Festus qui est venu dans la province [dont il
avait reçu l'administration] (grec eparcheia, hébreu medinah,
Esther 4, 11). Au bout de trois jours il est monté à Jérusalem, en
partant de Césarée. Et ils se sont présentés à lui, les grands prêtres
et les premiers parmi les Judéens, contre Paul et ils l'ont supplié.
Ils lui ont demandé une faveur contre Paul : qu'il soit transféré à
Jérusalem. Ils avaient fait une conspiration, une embuscade, un
guet-apens (grec enedra, hébreu erab-dam) pour le tuer sur la
route. Festus, lui, il a répondu qu'il était sous les verrous, Paul, à
Césarée...

Actes 25, 13 : Quelques jours se sont passés, et Agrippa [Agrippa II]
le roi et Bérénice [sa sœur] sont arrivés à Césarée pour saluer
Festus. Ils ont passé là plusieurs jours et Festus a expliqué au roi
l'affaire de Paul. Il a dit : « Un homme a été laissé par Félix
comme prisonnier. Lorsque je suis arrivé à Jérusalem, ils se sont
présentés à moi, les grands prêtres et les anciens des Judéens. Ils
demandaient contre lui une condamnation... Je leur ai répondu que
ce n'est pas la coutume chez les Romains d'accorder une faveur
par complaisance à qui que ce soit, avant que l'accusé n'ait eu
devant lui ses accusateurs... »

Actes 25, 18 : «... Autour de lui [Paul], se tenaient debout ses
accusateurs. Ils n'ont avancé aucune cause d'accusation portant sur
des crimes que je pouvais supposer. Mais c'étaient des controverses
qui portaient sur leur propre religion qu'ils mettaient en avant
contre lui et au sujet d'un certain Ieschoua qui était mort, alors
qu'il disait, Paul, qu'il était vivant... »
                                                                           - 82 -



      Actes 25, 22 : Et alors Agrippa a dit à Festus : « Je voudrais bien
      moi aussi entendre cet homme. » « Demain, a dit Festus, tu
      l'entendras... »

      Et le lendemain, il est venu Agrippa et Bérénice (le verbe en tête,
      au singulier, plusieurs sujets), en grande pompe, et ils sont entrés
      dans la salle d'audience avec les commandants de mille et les
      hommes les plus distingués de la ville. Il a donné ses ordres,
      Festus, et il a été amené, Paul. Et il a dit, Festus : « Agrippa, roi, et
      vous tous, messieurs, qui êtes ici présents, vous voyez cet homme.
      C'est à son sujet que toute la foule des Judéens sont venus me
      solliciter à Jérusalem et ici [à Césarée]. » Ils criaient : « Cet
      homme ne doit pas vivre davantage ! » « Moi j'ai compris qu'il
      n'avait rien fait qui mérite la mort. Mais lui il en a appelé à
      Auguste. Alors j'ai décidé de l'envoyer [à César]. À son sujet, je
      n'ai rien de certain à écrire au maître. C'est pourquoi je l'ai amené
      devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippa, afin que, après
      enquête, j'aie quelque chose à écrire. Car il ne me paraît pas
      raisonnable d'envoyer un prisonnier et de ne pas savoir indiquer
      quels sont les chefs d'accusation qui sont portés contre lui... »

     Paul a donc été expédié à Rome en 60, au début du gouvernement de
Festus. Selon d'autres chercheurs, qui adoptent une chronologie
différente, Paul a été expédié dès septembre 59. Dans cette hypothèse,
l'hivernage à Malte aurait eu lieu durant l'hiver 59-60, et l'arrivée à Rome
en février 60.


La mise à mort de Iaaqôb, 62

    Festus est mort durant son gouvernement, qui avait duré à peine
deux ans.
    Entre la mort de Festus et l'arrivée de son successeur Albinus, le
grand prêtre Hanan, fils de Hanan, et donc frère de Ionatan qui a été
assassiné sur ordre de Félix après l'avènement de Néron, peut-être en 55,
                                                                          - 83 -



Hanan donc fait mettre à mort Iaaqôb, celui qui était appelé le frère du
Seigneur {ho adelphos tou kuriou : lettre aux Galates 1, 19). Iaaqôb était
le patron de la petite communauté chrétienne de Jérusalem (hébreu paqid
: celui qui est chargé de veiller sur ; le verbe hébreu paqad, traduction
grecque episkopos, Nombres 4, 16; 31, 14; Juges 9, 28; etc. Décalque du
mot latin episcopus, décalqué du grec, en français : évêque).
     En ce qui concerne le mot grec adelphos, qui traduit le mot hébreu
ah, pluriel ahim, et que nous avons traduit comme tout le monde par le
mot français « frère », il suffit de lire attentivement la Bibliothèque
hébraïque pour voir que ce mot n'avait pas dans le milieu ethnique
hébreu, le sens qu'il a aujourd'hui en français. C'est d'ailleurs le cas d'un
très grand nombre de termes. En passant d'un système linguistique,
l'hébreu, à un autre système, le grec, puis le latin, puis le français, les
termes subissent une distorsion, en sorte que les traductions en langue
française donnent l'illusion de comprendre le texte hébreu alors qu'elles
communiquent un tout autre sens. Nous l'avons observé déjà pour
nombre de termes qui ont une importance capitale en théologie.
     Genèse 13, 8 : Et il a dit, Abram, en s'adressant à Lot : « Qu'il n'y ait
donc pas de querelle entre moi et entre toi... puisque des hommes frères
nous [sommes]... » Genèse 13, 11 : Et ils se sont séparés, chacun d'avec
son frère... Genèse 14, 16 : Et il a fait revenir... Lot son frère... Genèse
24, 48 : Et j'ai béni YHWH Dieu de mon maître Abraham qui m'a
conduit sur la route de vérité pour prendre la fille du frère de mon maître
pour son fils... Genèse 29, 12 : Et il a annoncé, Iaaqôb, à Rachel, qu'il
était le frère de son père, lui... Genèse 29, 15 : Et il a dit^Laban, à Iaaqôb
: « Est-ce que, parce que tu es mon frère, alors tu vas me servir pour rien
? » Etc.

       Antiquités XX, 197 : Et il a envoyé, César [Néron], Albinus [L.
       Lucceius Albinus] en Judée comme procurateur (grec eparchon)
       lorsqu'il a appris la mort de Festus...
       Le roi [Agrippa II] a enlevé le pontificat à Joseph le grand prêtre
       et il a donné la succession de cette charge au fils de Hanan appelé
       lui aussi Hanan [en 62, pour une durée de trois mois seulement].
       On a dit que le vieil Hanan a été très heureux, car il avait cinq fils
                                                                        - 84 -



      qui tous eurent l'honneur d'être grands prêtres de Dieu et il avait
      lui-même rempli cette charge pendant très longtemps. Cela n'arriva
      jamais à aucun autre de nos grands pontifes.
      Hanan le Jeune qui... a reçu le grand pontificat, était d'un caractère
      fier et d'un courage remarquable. Il suivait en effet la doctrine des
      Sadducéens (grec saddou-kaioi, hébreu tzaddouqim, les benei
      Tzadôq, 2 Samuel 8, 17 ; 15, 25, etc.) qui sont inflexibles dans leur
      manière de penser si on les compare aux autres Judéens...
      Comme Hanan était tel et qu'il croyait avoir une occasion
      favorable parce que Festus était mort et qu'Albinus était encore en
      route, il a réuni un sanhédrin (grec sunedrion ; sunedreuô : siéger
      ensemble dans une assemblée délibérante) et il a traduit devant le
      sanhédrin, Iaaqôb, frère de Ieschoua appelé christos, celui qui a
      reçu l'onction (hébreu maschiah), et certains autres [Joseph ne
      nous dit pas lesquels], en les accusant d'avoir transgressé la Torah,
      et il les a fait mettre à mort à coups de pierres...

    Certains érudits ont contesté l'authenticité de ces lignes où il est
question de Ieschoua appelé ici maschiah.
    La date généralement admise, 62, est incertaine (Schûrer 1, 581).

      Antiquités XX, 201 : Mais tous ceux qui habitaient Jérusalem et
      qui étaient plus modérés et les plus attachés à la Torah, en furent
      irrités. Ils ont envoyé demander secrètement au roi [Agrippa II]
      d'enjoindre à Hanan de ne plus agir ainsi... Certains d'entre eux
      allèrent même à la rencontre d'Albinus qui venait d'Alexandrie et
      ils lui ont appris que Hanan n'avait pas le droit de convoquer le
      sanhédrin sans son autorisation.
      Albinus a été persuadé par leurs paroles et il a écrit avec colère à
      Hanan en le menaçant de tirer vengeance de lui.
      Le roi Agrippa lui enleva pour ce motif le grand pontificat qu'il
      avait exercé trois mois et il en investit Ieschoua fils de Damnaios
      [62-63].

    Eusèbe, né vers 265, mort en 340, évêque de Césarée, dans son
                                                                                                                - 85 -



Histoire de l'Église, composée entre 311 et 325, disposait, en plus de
l'œuvre de Joseph Flavius, d'autres documents. Il rapporte lui aussi la
mise à mort de Iaaqôb :

          Histoire de l'Église II, 23, 1 : Paul en avait appelé à César et il
          avait été envoyé à la ville des Romains par Festus... Les Judéens
          se sont tournés contre Iaaqôb, le frère du Seigneur, aux mains de
          qui après les envoyés (grec apostolos), le siège de la surveillance,
          de la garde (grec episkopè, hébreu peqoudah ; le verbe paqad:
          visiter, surveiller, prendre soin de...) de la communauté qui était à
          Jérusalem avait été remis... Ils l'ont fait venir au milieu d'eux, et
          ils ont cherché à obtenir de lui qu'il nie, ou renie, la certitude de la
          vérité (grec pistis) dans le Christ [le paqid, grec episkopos, est
          celui qui est chargé de veiller sur la communauté].
          Mais lui, d'une voix libre... devant toute la foule et en toute
          franchise, hardiment, il a professé qu'il était le fils de Dieu, notre
          Sauveur et Seigneur Ieschoua. Ils n'étaient pas capables de
          supporter l'attestation (grec marturia) de cet homme [Iaaqôb]
          parce que, auprès de tous, il était tenu avec certitude comme étant
          juste au plus haut point...
          Alors ils l'ont tué. Ils ont choisi le moment où il n'y avait pas de
          gouvernement, parce que Festus justement dans ce temps-là était
          mort en Judée... [Nous sommes donc probablement en 62].
          Clément [d'Alexandrie] rapporte que Iaaqôb a été précipité du haut
          du faîte (grec pterugion3) de l'enceinte sacrée du Temple et qu'il a
          été ensuite frappé à mort à coups de bâton par un foulon, ou un
          cardeur...

     Antiquités XV, 410 : La Ville [= Jérusalem] était disposée en
amphithéâtre en face de l'enceinte sacrée du Temple, et entourée d'une
vallée profonde sur tout le côté méridional... Le mur de soutènement de
la vallée était déjà si grand qu'on ne pouvait affronter de regarder en bas,
si quelqu'un se penchait pour plonger ses regards dans l'abîme. Or c'est
3
 Pterugion : petite aile, hébreu kanaph. C'était le sommet, le lieu le plus élevé de l'enceinte sacrée du Temple, grec
hieron, peut-être le linteau de la grande porte de l'enceinte sacrée du Temple.
                                                                             - 86 -



par-dessus encore que se dressait la hauteur considérable de la basilique,
de sorte que si quelqu'un, du sommet du toit de la basilique, voulait
sonder d'un même coup d'œil les deux élévations réunies, il était pris de
vertige...
     Matthieu 4, 4 : Et alors il l'a pris, l'adversaire (hébreu ha-satan) [et il
l'a conduit] dans la Ville sainte [= Jérusalem] et il l'a fait se tenir debout
sur le pterugion de l'enceinte sacrée du Temple. Et il lui a dit : « Si fils
de Dieu tu es, jette-toi donc en bas... »
     Le lexique hébreu-grec des traducteurs de Joseph est, pour ces
termes techniques, identiques au lexique hébreu-grec des traducteurs des
Évangiles.

     Luc 4, 9 : Il l'a conduit à Jérusalem et il l'a fait se tenir debout sur le
pterugion de l'enceinte sacrée du Temple, et il lui a dit : « Si fils de Dieu
tu es, alors jette-toi toi-même d'ici en bas... »

     Eusèbe cite ensuite un document qu'il emprunte à un certain
Hègèsippos, — c'est-à-dire Joseph (Joseph est devenu Hégésippe par
suite d'une série de transcriptions) qui appartenait à la première génération
de ceux qui ont succédé à ceux qui ont été envoyés en mission (grec
apostolos) —, dans le cinquième livre de ses Mémoires (grec hupom-
nèmatd) :

       Hégésippe, cité par Eusèbe de Césarée, Histoire de l'Église II, 23,
       4 : Il a reçu par succession, il a reçu la charge de la communauté
       (grec ekklèsia, hébreu qahal ou qehilah) — après les envoyés
       (grec apostolos) le frère du Seigneur, Iaaqôb, celui qui a été appelé
       le Juste (grec dikaios, hébreu ha-tzadiq), depuis les temps du
       Seigneur et jusqu'à nous, puisque, de fait, nombreux sont ceux qui
       s'appellaient Iaaqôb. Lui, depuis le ventre de sa mère, il était saint,
       consacré... (grec outos de ek koilias métros autou hagios en).

      Juges 13, 3 : Et il s'est fait voir, le messager de YHWH, à la femme
et il lui a dit : « Voici donc que toi [tu es] stérile et tu n'as pas enfanté. Et
tu vas concevoir et tu vas enfanter un fils. Et maintenant garde-toi donc
                                                                           - 87 -



et ne bois pas de vin, ni boisson enivrante, et ne mange pas tout ce qui
est impur. Car voici que toi tu vas concevoir et tu vas enfanter un fils, et
le rasoir, il ne montera pas sur sa tête, parce que nazir de Dieu il sera,
l'enfant, depuis le ventre [de sa mère] et c'est lui qui commencera à
sauver Israël de la main des Philistins... » (hébreu : nezir elohim... min
ha-bethen, grec, deux traductions : A. hègiasmenon naziraion... B. nazir
theou... apo tes koilias...).
     Le substantif hébreu nazir provient du verbe hébreu nazar, niphal
imparfait innazer, se consacrer, s'abstenir de ; hiphil parfait hizir, se
consacrer à, s'abstenir de...
     Juges 13, 7 : Parce que nazir de Dieu il sera, le garçon, depuis le
ventre de la mère jusqu'au jour de sa mort (hébreu : ki-nezir elohim... min
ha-bethen... grec, deux traductions : A. naziraion theou. B. hagion
theou).
     Psaume 22, 11 : Depuis le ventre de ma mère, mon Dieu [tu es] toi...
(hébreu : mi-bethen immi... grec : ek koilias métros mou...)

       Hégésippe (suite) : Lui, ce Iaaqôb, depuis le ventre de sa mère il
       était saint, consacré (grec hagios, hébreu nazif). Du vin et de la
       boisson enivrante il n'en a pas bu. Il n'a rien mangé d'animé (grec
       empsuchori). Le rasoir n'est pas monté sur sa tête... A lui seul il
       était permis d'entrer dans le sanctuaire (grec ta hagia, hébreu
       miqdash, lieu saint, lieu consacré, Lévitique 19, 30; 20, 3; 21, 12;
       etc.)
       Car il ne portait pas de vêtement de laine (grec ereous), mais
       seulement des vêtements de lin (grec sindonas)...

     Ézéchiel 44, 15 : Et les kôhanim, les Lévites, fils de Tzadôq, qui ont
gardé les observances de mon sanctuaire... ce sont eux qui s'approcheront
de moi pour faire le service pour moi et qui se tiendront debout devant
ma face... Ce sont eux qui entreront dans mon sanctuaire et ce sont eux
qui s'approcheront de ma table pour faire le service... Et il arrivera
(hébreu : il sera), lorsqu'ils entreront dans les portes de la cour intérieure,
ce sont des vêtements de lin (hébreu bigedei pischetim, grec stolas linas)
qu'ils revêtiront et elle ne montera pas sur eux, la laine (hébreu tzemer,
                                                                          - 88 -



grec erea) lorsqu'ils feront le service dans les portes de la cour intérieure
et dans la Maison. Ce sont des turbans de lin qui seront sur leurs têtes et
des pagnes de lin sur leurs reins...

       Hégésippe (suite) : Et seul il entrait dans le Temple (grec naos,
       hébreu heikat). Et on le trouvait posé sur les genoux et en train de
       prier pour le peuple et de demander le pardon, en sorte qu'ils
       étaient desséchés, ses genoux, calleux à la manière du chameau,
       parce que toujours il était à genoux, prosterné devant Dieu et qu'il
       demandait le pardon pour le peuple. A cause du caractère
       extraordinaire de sa justice, il était appelé le Juste (grec ho
       dikaios, hébreu ha-tzadiq) et Oblias (ce qui signifie en traduction :
       fortification du peuple et justice), comme les prophètes le font
       savoir à son sujet... (grecperiochè, ce qui entoure, la fortification
       qui entoure ; hébreu metzoudah, la fortification, la forteresse, ou
       matzôr, ville fortifiée, ir matzôr, Psaume 31, 22 ; 60, 11).

     Abdias (prophète inconnu, autour du Ve siècle avant notre ère) 1,1:
Vision de Obadiah, serviteur de YHWH (transcription en caractères
grecs : Abdias).
     Ainsi a parlé YHWH à Edôrn : Quelque chose que l'on entend
(hébreu schemouah, grec akoèn) j'ai entendu venant de la part de
YHWH, et un messager (hébreu tzir) dans les nations païennes a été
envoyé... (traduction grecque : kai periochèn eis ta ethnè exaspesteilen).
     Jérémie 49, 14 : Quelque chose que l'on entend (hébreu schemouah,
grec akoèn) j'ai entendu venant de la part de YHWH, et un messager
(hébreu tzir) dans les nations païennes a été envoyé...
     Il est possible qu'à la place de tzir, le messager, les traducteurs aient
lu tzour, le rocher. Les lettres hébraïques iod et wauw sont souvent
indiscernables dans les manuscrits anciens. Tzour, le rocher, est le lieu
où l'on se réfugie en cas de danger, Psaumes 27, 5 ; 61, 3 ; etc. Dieu est
appelé le Rocher ou refuge, Isaïe 17, 10; Psaume 31, 3. Le Rocher du
salut, Psaumes 95, 1 ; 89, 27 ; etc. Le Rocher d'Israël, 2 Samuel 23, 3 ;
Isaïe 30, 29 ; etc.
                                                                                                                - 89 -



     Il est donc possible que le mot grec inintelligible Oblias que nous
lisons dans le fragment d'Hégésippe cité par Eusèbe de Césarée, soit une
lecture fautive de Abdias, transcription en caractères grecs de l'hébreu
Obad-iah. Iaaqôb aurait été surnommé ebed YHWH, serviteur de
YHWH, et tzour, rocher de refuge pour le peuple. Le texte cité
d'Hégésippe signifierait donc :

          A cause du caractère extraordinaire de sa justice, il a été appelé le
          Juste (hébreu ha-tzadiq) et ebed YHWH, serviteur de YHWH, et
          [comme il est dit dans la traduction grecque du prophète Abdias]
          forteresse (periochë) du peuple, comme les prophètes [= Abdias] le
          font savoir à son sujet.

    L'erreur de lecture s'explique encore mieux si l'on considère les lettres
grecques capitales de Oblias et Abdias. Les lettres capitales grecques
lambda et delta peuvent aisément être confondues. En hébreu, le a et le o
sont souvent indiscernables.

          Hégesippe (suite): Certains d'entre les sept écoles de pensée, les
          sept partis (grec airésis) qui sont dans le peuple... lui ont demandé
          qui est la porte du salut4.

     Abdias 1, 13 : N'entre pas dans la porte de mon peuple (hébreu be-
schaar ammî) au jour de leur malheur... Abdias 1, 15 : Car proche [il est]
le jour de YHWH sur toutes les nations... Abdias 1, 18 : Et elle sera, la
maison de Iaaqôb, un feu, et la maison de Joseph, une flamme...

          Hégesippe (suite) : Et alors il leur a dit que celui-ci [= Ieschoua] il
          est le Sauveur (grec sôtèr, hébreu ieschouah).
          A partir de ces paroles de Iaaqôb, certains ont été certains qu'il est
          vrai (grec pisteuein, hébreu heemin) que Ieschoua est celui qui a
          reçu l'onction (hébreu maschiah, grec christos).
          Les écoles de pensée (grec aireseis) dont il a été question, dont j'ai
4
 * Grec tis hè thura tou ièsou, hébreu schaar ha-ieschouah ; jeu de mots : ieschouah, l'aide, le salut ; Ieschoua, nom
propre.
                                                                         - 90 -



      parlé précédemment, n'ont pas été certaines de la vérité (grec
      pisteuein), ni en ce qui concerne la relevée des morts [ou d'entre
      les morts] (grec anastasis, hébreu le substantif formé à partir du
      verbe qoum, se lever), ni qu'il viendrait rendre à chacun selon ses
      actions.
      Ceux qui ont été certains que c'était vrai (grec pisteuein), c'est par
      [la main de] Iaaqôb. Ils ont été nombreux, même chez les princes,
      les premiers, ceux qui dirigent, les chefs (grec archôn, hébreu
      nasi, rôsch, sar) à être certains que c'est vrai (grec pisteuein).
      Alors il y a eu un tumulte parmi les Judéens. Les lettrés et les
      perouschim ont dit : « Le risque, c'est que le peuple tout entier ne
      s'attende à ce que Ieschoua soit le maschiah. »
      Alors ils ont dit, s'étant rassemblés autour de Iaaqôb : « Nous t'en
      prions, retiens le peuple, puisqu'il a été trompé en ce qui concerne
      Ieschoua, comme si lui il était le maschiah. Nous te prions de
      persuader tous ceux qui vont venir pour le jour de pesah
      (transcription en caractères grecs pascha) au sujet de Ieschoua.
      Car par toi tous seront persuadés. Car nous, nous attestons en ta
      faveur et aussi tout le peuple, que tu es juste, et tu ne relèves pas
      la face...

     Expression hébraïque classique : nasa panim, Genèse 32, 21, etc. :
relever la face du suppliant prosterné pour lui accorder la faveur
demandée. Par suite : juger d'une manière arbitraire ou partiale.

     Luc 20, 21 : Et alors ils lui ont demandé, et ils lui ont dit : « Rabbi,
nous savons que c'est dans la droiture que tu parles et que tu enseignes,
et tu ne relèves pas la face, mais c'est dans la vérité que le chemin, la
voie de Dieu, tu enseignes... »

      Hégésippe {suite) : ... Tu ne relèves pas la face [= tu juges selon la
      vérité]. Persuade donc, toi, le peuple, au sujet de Ieschoua, afin
      qu'il ne s'égare pas, afin
      98
                                                                          - 91 -



       Enquête sur l'Apocalypse
       qu'il ne soit pas trompé. Car en effet le peuple tout entier et [nous]
       tous nous serons persuadés par toi. Tiens-toi donc debout sur le
       faîte (pterugiori) de l'enceinte sacrée du Temple... afin que de là-
       haut tu sois bien visible et qu'elles soient bien entendues, tes
       paroles, pour le peuple tout entier. Car pour la fête depesah, elles
       sont rassemblées toutes les tribus [d'Israël] avec aussi des goïm...
       Et alors, ils ont fait se tenir debout, les lettrés et les perouschim
       dont nous avons parlé antérieurement, Iaaqôb sur le pterugion du
       Temple (grec naos, alors que plus haut nous avions hieron,
       l'enceinte sacrée du Temple).
       Et ils se sont mis à crier et ils ont dit : « Toi le Juste, en qui tous
       nous devons trouver la conviction, la certitude (grec peithein,
       hébreu batah, construit avec be, dans), puisque le peuple est égaré
       derrière Ieschoua qui a été pendu à une croix, annonce-nous qui
       est la porte du salut (grec tis hè thura tou ièsou, hébreu schaar ha-
       ieschouah). »
       Et alors il a répondu d'une voix grande (hébreu be-qôl gadôl : «
       Pourquoi donc est-ce que vous m'interrogez au sujet du fils de
       l'homme (hébreu ben adam) ? Alors que lui il est assis dans les
       cieux à la droite de la grande Puissance, et il va venir sur les
       nuages des cieux... »

    Daniel 7, 13 : J'ai vu dans une vision de la nuit et voici avec les
nuées des cieux comme un fils d'homme qui vient et jusqu'à l'Ancien des
jours il est venu et devant sa face il a été approché...

    Actes 7, 55 : Il [» Stephanos, la Couronne] (hébreu atherah ou keter)
a regardé vers les cieux et il a vu la gloire de Dieu et Ieschoua qui se
tenait debout à la droite de Dieu, et il a dit : « Voici que je vois les cieux
ouverts et le fils de l'homme qui se tient debout à la droite de Dieu... »

       Hégésippe (suite) : Et alors ils ont été nombreux à être pleinement
       convaincus et ils ont glorifié [Dieu] en s'appuyant sur l'attestation
       de Iaaqôb et ils ont dit : « Hôschiah na au fils de David ! »
                                                                           - 92 -




    Psaume 118, 25 : Hôschiah na, sauve donc ! (Toujours le verbe
iascha, sauver, hiphil impératif). Béni celui qui vient au nom de YHWH
! Matthieu 21, 9; 21, 15; Marc 11,9; Jean 12, 13.
      Hégésippe (suite): Et alors les mêmes lettrés et perouschim,
      ils se sont dit, chacun à son compagnon : « Nous avons eu tort de
      procurer une telle attestation à Ieschoua. Mais montons et jetons-
      le, précipitons-le en bas, afin que les gens aient peur et qu'ils ne
      soient plus certains de la vérité en lui. »
      Et alors ils se sont mis à crier et ils ont dit : « Hoï ! Hoï ! Même le
      Juste a été trompé ! »
      Et ils ont rempli l'écriture qui est écrite dans Isaïe 3, 10 :
      Attachons le juste parce qu'il est pénible pour nous... Le fruit de
      leurs actions ils mangeront...
      [Texte hébreu abîmé, nous suivons la lecture de la traduction
      grecque.] Hoï au méchant...
      Alors ils sont montés et ils ont précipité le Juste en bas.
      Et ils se disaient, chacun à son compagnon : « Tuons Iaaqôb le
      Juste à coups de pierres ! »
      Et ils ont commencé à lui jeter des pierres, parce que précipité en
      bas il n'était pas mort.
      Mais Iaaqôb s'est retourné et il s'est mis sur ses genoux et il a dit :
      « Je t'en prie, YHWH (grec kurié)
      Dieu, père, pardonne-leur. Car ils ne savent pas ce qu'ils font [Luc
      23, 34].
      Pendant qu'ils lui jetaient ainsi des pierres, un des kôhanim, qui
      faisait partie des fils de la maison des Rekabim, les fils de Rekab,
      dont Jérémie le prophète a été le témoin [Jérémie 35], s'est mis à
      crier et il a dit : « Arrêtez ! Qu'est-ce que vous faites ? Il prie
      pour vous, le Juste ! »
      Et il a pris, l'un d'entre eux, l'un des cardeurs, le bâton avec lequel
      il frappait les vêtements, et il l'a lancé sur la tête du Juste. Et c'est
      ainsi qu'il a été témoin (grec emarturèsen).
      Et ils l'ont mis au tombeau dans le lieu [qui est] à côté du Temple
      (grec naos) et la colonne de pierre de son tombeau (grec stèle,
                                                                         - 93 -



      hébreu matzebah) subsiste encore auprès du Temple (grec naos).
      Un témoin de vérité, pour les Judéens et pour les Grecs, il a été,
      que Ieschoua est le Maschiah.
      Et voici que Vespasien a commencé le siège de leur ville....

      À la suite de cette citation d'Hégésippe [= Joseph], Eusèbe de
Césarée cite (Histoire de l'Église II, 23, 20) un texte de Joseph
surnommé Flavius, qui ne se retrouve pas dans les manuscrits actuels de
l'historien judéen :

      Cela est arrivé aux Judéens pour venger, ou châtier (grec kat '
      ekdikèsin, hébreu naqam, ou schaphat, ou paqad) [la mort] de
      Iaaqôb le Juste (ha-tzadiq) qui était le frère de Ieschoua, qui était
      appelé maschiah, parce qu'il était très juste, et que les Judéens
      l'ont tué...

     Plusieurs historiens estiment évidemment que ce texte supposé de
Joseph surnommé Flavius est une interpolation.
     Ensuite Eusèbe cite longuement le texte de Joseph que nous avons lu
(Antiquités XX, 197). Il n'y a pas lieu de s'étonner, ni de s'indigner ou de
s'offusquer de ce qu'Hégésippe [= Joseph] dise que Iaaqôb, le parent de
Ieschoua, avait le droit d'entrer dans le Temple. Nous savons par Laïr [=
Luc 1, 36] que Mariam, la mère du Rabbi, était parente (grec suggenis),
de la même famille que Elischeba (transcription en caractères grecs
Elisabeth, Exode 6, 23 ; le verbe hébreu scheba, niphal parfait nischba,
signifie : jurer). Son mari s'appelait Zekariah, [Luc 1, 5], il était kôhen.
Elisabeth était issue des filles de Aharôn [Luc 1, 5].

    Le grec suggenès que nous lisons en Luc 1, 36 traduit l'hébreu
dôdah, la tante, Lévitique, 18, 14 : La nudité du frère de ton père, tu ne la
découvriras pas (hébreu lô tegalleh, grec ouk apokalupseis) ; de sa
femme tu ne t'approcheras pas : ta tante elle est (hébreu dôdateka, grec
suggenès). Lévitique 20, 20 : Et l'homme qui couche avec sa tante
(hébreu dôdatô, grec meta tes suggenous), c'est la nudité de son oncle
(hébreu dôdô) qu'il a découverte (hébreu gillah, grec apekalupsen).
                                                                                                                        - 94 -




    Non seulement donc Elisabeth était la parente de Mariam, mais plus
précisément, sa tante.
    Iohanan, le fils de Zekar-iah et de Elisabeth, était nazir :

           Luc 1, 15: Car il sera grand devant la face de YHWH, et du vin et
           de la boisson fermentée il ne boira pas, et de l'esprit saint il sera
           rempli déjà depuis le ventre de sa mère... (grec eti ek koilias
           métros autou).

     Juges 13, 3 : Voici donc que toi [tu es] stérile et tu n'as pas enfanté,
et tu vas être enceinte et tu vas enfanter un fils. Et maintenant garde-toi
bien, et ne bois pas du vin et de la boisson fermentée (hébreu iaïn we-
schekar ; grec oinon kai sikera) et ne mange pas tout [ce qui est] impur.
Car voici que toi tu es enceinte et tu vas enfanter un fils et le rasoir ne
montera pas sur sa tête parce que nazir de Dieu il sera le garçon depuis le
ventre (hébreu min ha-bethen ; grec, deux traductions : 1. ek tes gastros,
2. apo tes koilias)...
     Juges 13, 7 : Parce que nazir de Dieu il sera le garçon depuis le
ventre (hébreu min ha-bethen ; grec, 1. apo tes gastros, 2. apo gastros).
     Juges 16, 17 : Le rasoir ne monte pas sur ma tête parce que nazir de
Dieu moi [je suis] depuis le ventre de ma mère (hébreu mi bethen immi ;
grec, 1. ek koilias métros mou, 2. apo koilias).

           Matthieu 3, 1 : Et dans ces jours-là il s'est présenté, Iohanan, celui
           qui plongeait [les pénitents dans les eaux]. Il criait dans le désert
           de la Judée...

           Matthieu 3, 4 : Et lui Iohanan, son vêtement était fait de poils de
           chameau, et un pagne de cuir autour de ses reins, et sa nourriture,
           c'était akrides5 et du miel sauvage...

5
  Au lieu de akrides = sauterelles, il faut peut-être lire egkrides, qui n'existe pas en grec naturel, et qui traduit l'hébreu
tzapihit, Exode 16, 31 : Et ils ont appelé, la maison d'Israël, son nom man, et lui [il était] comme de la graine de
coriandre blanche et son goût, comme un gâteau cuit dans du miel (hébreu ke-tzapihit bi-debasch, grec egkris en
meliti)...
                                                                        - 95 -



    Iaaqôb était donc nazir tout comme son parent Iohanan du désert, et
peut-être comme Ieschoua surnommé ha-nazir ou ha-nôtzeri.

    Peut-être autour de l'année 50, Paul écrit

      Galates 2, 1 : Et puis ensuite, après quatorze années, de nouveau
      je suis monté à Jérusalem avec [Joseph surnommé] Barnaba.
      J'avais pris aussi avec moi Titus... Et je leur ai exposé l'heureuse
      annonce que je proclame parmi les païens... Mais même Titus, qui
      était avec moi, et qui est grec, il n'a pas été forcé de se faire
      circoncire...
      Galates 2, 7 : Mais bien au contraire ils ont vu que Dieu m'a
      confié l'heureuse annonce du prépuce [= chez les païens], de
      même que Pierre [s'est vu confier l'heureuse annonce] de la
      circoncision, — car celui qui opère dans Pierre pour la mission de
      la circoncision, il a opéré aussi en moi [pour la mission] vers les
      païens —, et alors ils ont connu la grâce qui m'a été donnée,
      Iaaqôb et Keiphah et Iohanan, ceux qui sont estimés être les
      colonnes [du nouveau Temple], et ils m'ont donné la main droite,
      à moi et à Barnaba, du dépôt confié dans la main (grec koinô-nias,
      hébreu tesoumet iad, Lévitique 5, 21 : bepiqqadôn ô bi-tesoumet
      iad, grec en parathèkè è péri koinônias) afin que nous, [nous
      allions] vers les païens, et eux, vers la circoncision...

     Il est vraisemblable que Paul dictait ses lettres en hébreu, et qu'avec
l'aide d'un collaborateur, on les traduisait en grec immédiatement, à la
volée. Cela se voit au fait que la structure de la phrase est très souvent
brisée, ou décousue. C'est du style oral. Dans tous les cas, pour
comprendre les termes techniques que Paul utilise, il faut rechercher le
mot hébreu qui se trouve derrière le mot grec.
     Il est vraisemblable aussi que le Iohanan qui est ici nommé, c'est
Iohanan le kôhen, celui du quatrième Évangile.


6. Albinus, 62-64
                                                                       - 96 -




      Guerre II, 272: Celui qui est venu après Festus, Albinus...

      Antiquités XX, 197 : Il a envoyé, César [Néron], Albinus dans la
      Judée comme procurateur (grec eparchon) lorsqu'il a appris la
      mort de Festus... C'est sous le gouvernement d'Albinus, lors de la
      fête des huttes de feuillage (hébreu hag hasoukkôi)...

    Lévitique 23, 34 : Au quinzième jour de ce septième mois, fête de
soukkôt (grec heortè skènôn) sept jours pour YHWH. Au premier jour,
convocation sainte et sacrée : tout travail d'esclave vous ne ferez pas [=
vous ne ferez aucun travail d'esclave. L'hébreu n'a pas le mot aucun].

    C'est pendant la fête de soukkôt de l'année 62 que paraît à Jérusalem
un prophète hébreu, dans la lignée d'Amos, d'Osée, de Jérémie, qui
annonce la catastrophe :

      Guerre VI, 300 : Un certain Ieschoua ben Hanan-iah, un homme
      de la campagne (grec agroikos, hébreu isch sadeh, Genèse 25, 27),
      un simple particulier (grec idiotes), quatre ans avant la guerre
      [nous sommes donc en 62], alors que précisément la Ville [=
      Jérusalem] était au plus haut point en paix et florissante, en pleine
      prospérité, il est venu à la fête dans laquelle la coutume veut que
      l'on fasse des huttes de branchages pour Dieu (grec skènopoieiri)...

    Deutéronome 16, 16 : Trois fois dans l'année, il se fera voir, tout ce
qui est mâle chez toi, à la face de YHWH ton Dieu, dans le lieu (hébreu
maqôm, grec topos) qu'il aura choisi. Dans la fête des matzôt (grec azu-
môri) et dans la fête des semaines (hébreu ha-schabouôt, grec
hebdomadôn) et dans la fête des huttes (hébreu soukkôt, grec tes
skènopègias)... Deutéronome 31, 10 ; etc., Jean 7, 2.

      Guerre VI, 301 : Dans l'enceinte sacrée du Temple (grec hierori)
      tout d'un coup il s'est mis à crier : « Voix qui vient du côté du
      lever du soleil ! (hébreu évident : qôl mi-mizerah schemesch
                                                                         - 97 -



      ou me-eretz mizerah).
      Voix qui vient du côté du couchant ! (hébreu évident : me-eretz
      mebô ha-schamesch. Zacharie 8, 7). Voix qui vient des quatre
      vents ! (hébreu évident : me-arba rouhôt ha-schamaïm, Zacharie
      2, 10 ; 6, 5). Une voix sur [ou contre] Jérusalem et contre le
      Temple (grec naos, hébreu heikal, le Temple proprement dit).
      Une voix sur [ou contre] (hébreu al) les jeunes mariés (grec
      numphious, hébreu hatan, celui qui épouse) et sur les jeunes
      épousées (grec numphas, hébreu kallah, celle qui est épousée)...

     Jérémie 7, 34 : Et je ferai cesser, des villes de lehoudah et des rues
de Jérusalem, la voix du plaisir et la voix de la joie ; la voix du hatan
(grec numphios) et la voix de la kallah, (grec numphè) car c'est une
dévastation qu'il sera, le pays.
     Jérémie 16, 9 : Voici que moi je fais cesser, de ce lieu, à vos yeux et
dans vos jours, la voix du plaisir et la voix de la joie, la voix du hatan
(grec phônèn numphiou) et la voix de la kallah (grec phônèn numphès).
     Jérémie 25, 10 : Et je ferai disparaître du milieu d'eux la voix du
plaisir et la voix de la joie, la voix du hatan (grec numphios) et la voix de
la kallah (grec numphë), la voix des deux meules et la lumière de la
lampe.

    Guerre VI, 301 : Voix sur tout le peuple ! [ou contre tout le peuple]
(hébreu al). Voilà ce que chaque jour et chaque nuit, passant à travers
toutes les ruelles, il criait.
    Certains parmi les notables de la cité se sont indignés à cause de cet
oracle de malheur. Ils ont fait arrêter l'homme. Ils l'ont frappé de
nombreux coups...

      Amos 1, 1 : Paroles d'Amos qui était l'un des bergers de Teqoa, ce
qu'il a vu sur Israël... Amos 2, 4 : Ainsi a parlé YHWH : À cause des
deux crimes de lehoudah et à cause des quatre... Parce qu'ils ont méprisé
la Torah de YHWH et que ses préceptes ils ne les ont pas gardés... Alors
j'ai envoyé [= j'enverrai] le feu dans lehoudah et je vais dévorer les palais
de Ierouschalaïm...
                                                                           - 98 -



     Amos 7, 10 : Et il a envoyé, Amatziah, kôhen de Beit-El [des
messagers] vers Jéroboam [Jéroboam II, roi d'Israël entre 780 et 740
avant notre ère], roi d'Israël, pour dire : « Il a conspiré contre toi, Amos,
au milieu de la maison d'Israël ! Il ne peut pas, le pays, supporter toutes
ses paroles ! Car c'est ainsi qu'il a parlé, Amos : C'est par l'épée qu'il
mourra, Jéroboam ! Et Israël [pour ce qui est d'être déporté, il sera
déporté de dessus sa terre ! » Et il a dit, Amatziah, en s'adressant à Amos
: « Voyant, va-t'en ! Fuis au pays de lehoudah ! Et mange, là-bas, ton
pain, et là-bas prophétise ! Mais à Beit-El tu ne continueras pas à
prophétiser, car c'est un sanctuaire de roi, cela, et c'est une maison de la
royauté ! » Et alors il a répondu, Amos, et il a dit en s'adressant à
Amatziah : « Je ne suis pas prophète (hébreu nabi, grec prophètes) et je
ne suis pas fils de nabi, moi. Car bouvier [je suis] moi et je m'occupe du
soin des figuiers ! Et il m'a pris, YHWH, de derrière le troupeau et il m'a
dit, YHWH : « Va et prophétise sur mon peuple Israël ! [en t'adressant à
mon peuple Israël !] »
     Jérémie 20, 1 : Et il a entendu, Paskhour, fils d'Immer, le kôhen, et
lui il était le surveillant en chef dans la maison de YHWH, il a entendu
Jérémie qui prophétisait ces paroles. Et il a frappé, Paskhour, Jérémie, le
prophète, et l'a fait mettre aux ceps [bloc de bois percé de trous, auquel
le prisonnier était attaché par les mains et les pieds] qui [sont] dans la
porte de Benjamin, la haute, qui [est] dans la maison de YHWH...
     Jérémie 26, 7 : Et ils ont entendu, les kôhanim et les prophètes
(hébreu ha-nebiim) [les prophètes de cour, les prophètes de l'État] et tout
le peuple, Jérémie qui disait ces paroles dans la maison de YHWH. Et il
est arrivé, lorsqu'il a eu fini, Jérémie, de dire tout ce qu'il avait
commandé, YHWH, de dire à tout le peuple, alors ils l'ont arrêté, les
kôhanim et les prophètes et tout le peuple en disant : « Mourir tu mourras
! Pourquoi donc as-tu prophétisé au nom de YHWH en disant : Comme
Schilô elle sera cette maison [la maison de YHWH] et cette ville
[Jérusalem], elle sera dévastée en sorte qu'il n'y ait plus d'habitant. » Et il
s'est rassemblé, tout le peuple, contre Jérémie dans la maison de YHWH.
     Et ils ont entendu, les princes de Iehoudah, ces paroles, et ils sont
montés, de la maison du roi à la maison de YHWH, et ils se sont assis à
l'entrée de la porte de YHWH, la neuve. Et ils ont dit, les kôhanim et les
                                                                              - 99 -



prophètes [de cour] en s'adressant aux princes et à tout le peuple pour
dire : « Jugement de mort pour cet homme, parce qu'il a prophétisé
contre cette Ville comme vous l'avez entendu dans vos oreilles. » Et il a
dit, Jérémie, en s'adressant à tous les princes et à tout le peuple en disant
: « C'est YHWH qui m'a envoyé pour prophétiser sur cette maison et sur
cette Ville, toutes les paroles que vous avez entendues... Et moi me voici
dans vos mains. Faites pour moi comme il est bon et comme il est juste à
vos yeux. Mais cependant, savoir vous devez savoir que si vous me tuez,
c'est un sang innocent que vous donnez [= que vous mettez] sur vous et
sur cette Ville et sur ses habitants. Car en vérité il m'a envoyé, YHWH,
vers vous, pour dire dans vos oreilles toutes ces paroles...
     Et alors ils ont dit, les princes et tout le peuple en s'adressant aux
kôhanim et aux prophètes [de cour] : « Non, pas de jugement de mort
pour cet homme ! Parce que c'est dans le nom de YHWH notre Dieu qu'il
nous a parlé ! »
     Et alors ils se sont levés, des hommes parmi les anciens du pays et
ils ont dit à toute l'assemblée du peuple : « Mikaiah, celui de Môreschet,
il a prophétisé aux jours de Hitzeqiiahou [VIIIe siècle avant notre ère,
contemporain d'Isaïe], roi de Iehoudah et il a dit en s'adressant à tout le
peuple de Iehoudah : « Ainsi a parlé YHWH des armées : Tziôn
[comme] un champ sera labouré, et Ierouschalaïm, des ruines elle sera, et
la montagne de la maison [de YHWH], des hauts lieux de forêt ! [=
Michée 3, 12], Est-ce que, le mettre à mort, ils l'ont mis à mort, Hitzeqi-
iahou, roi de Iehoudah et tout Iehoudah ? »
     Jérémie 26, 20 : Et aussi un homme a été prophétisant au nom de
YHWH : Ouri-iahou, fils de Schema-iahou... Et il prophétisait contre
cette Ville et contre ce pays, comme toutes les paroles de Iremi-iahou [=
Jérémie]. Et il a entendu, le roi Iehô-iaqim et tous ses vaillants [soldats]
et tous les princes (le verbe en tête, au singulier, plusieurs sujets,
fréquent en hébreu) ses paroles, et il a cherché, le roi, à le faire mourir.
Et il a entendu, Ouri-iahou, et il a eu peur, et il s'est enfui, et il est allé en
Égypte. Et il a envoyé, le roi Iehô-iaqim, des hommes en Égypte... Et ils
ont fait sortir Ouri-iahou hors d'Égypte et ils l'ont conduit vers le roi
Iehô-iaqim, et il l'a frappé avec l'épée et il a jeté son cadavre aux
tombeaux des fils du peuple...
                                                                        - 100 -




     On touche de nouveau du doigt, grâce à ces textes, le conflit profond
et violent qui existe entre le prophétisme hébreu, d'une part, et le
nationalisme, qu'il soit hébreu ou autre. Jérémie était considéré comme
traître à la patrie à cause de ce qu'il annonçait.
     C'est ce qui arrive aussi, en l'année 62 de notre ère, au prophète
Ieschoua ben Hanan-iah :

      Guerre VI, 302 : Et parmi les notables de la cité, certains se sont
      indignés à cause de l'oracle de malheur. Ils ont arrêté l'homme et
      l'ont frappé d'une multitude de coups. Lui il n'a pas dit un mot
      pour lui-même ni une supplication adressée à ceux qui le battaient.
      Mais les paroles mêmes qu'il disait auparavant, il continuait à les
      crier. Alors ils ont pensé, les princes (grec archontes, hébreu
      sarim, Jérémie 26, 10 ; etc.) qu'il était comme habité par un esprit
      mauvais [agité par un esprit mauvais, texte incertain, traduction
      conjecturale] ; ils l'ont conduit chez le gouverneur de la province
      envoyé par les Romains... [Albinus 62-64]. Là, c'est à coups de
      fouets jusqu'aux os qu'il a été déchiré. Il n'a pas supplié, il n'a pas
      pleuré. Mais autant qu'il en avait le pouvoir, le plus possible, sur le
      ton de la lamentation il inclinait sa voix et à chaque coup il
      répondait : « Hoï hoï le-ierouscha-laïm... »

     Isaïe 1,4: Hoï peuple criminel... Isaïe 5, 8 : Hoï ceux qui font se
toucher maison contre maison, champ contre champ ils rapprochent,
jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place et que vous restiez seuls au milieu du
pays... Isaïe 5,11: Hoï ceux qui se lèvent tôt le matin, c'est une boisson
enivrante qu'ils recherchent... Isaïe 5, 18 : Hoï ceux qui tirent le crime
avec les cordes de la tromperie... Isaïe 5, 20 : Hoï ceux qui disent à ce
qui est mauvais : bon, et à ce qui est bon : mauvais... Isaïe 5, 21 : Hoï
ceux qui sont sages à leurs propres yeux...
     Michée 2, 1 : Hoï ceux qui calculent l'injustice et qui font le mal sur
leurs couches...
     Jérémie 48, 1 : Hoï à Nebô car il a été ravagé... Jérémie 50, 27 : Hoï
aleihem, hoï sur eux car il est venu leur jour, le temps de leur visite [la
                                                                        - 101 -



visite qu'ils vont recevoir]... Ézéchiel, 13, 3 : Hoï sur les prophètes fous
qui vont derrière leurs propres esprits et qui n'ont rien vu... Ézéchiel 13,
18 : Hoï à (hébreu le) celles qui cousent des bandelettes...
     Nombres 21, 29 : Hoï à toi (hébreu leka) Moab...
     1 Samuel 1, 8 : Hoï à. nous...
     Matthieu 11, 21 : Hoï à toi, Chorazin ! Hoï à toi, Beit-Tzaïda...
Matthieu 18, 7 : Hoï au monde de la durée présente à cause [ou de par]
(hébreu min) les obstacles qui font buter et tomber (grec skandalon,
hébreu mikschôl, Lévitique 19, 14). Matthieu, 18, 7: Hoï à l'homme par
la main de qui l'obstacle arrive... Matthieu 23, 13 : Hoï à vous, hommes
du Livre {sôpherim) et les perouschim, mécréants, impies (grec hupokri-
tai, hébreu hanaphim), parce que vous avez fermé à clef le règne [ou le
royaume des cieux = de Dieu] devant la face des hommes. Vous-mêmes
vous n'êtes pas entrés mais ceux qui voulaient entrer, vous ne leur avez
pas permis d'entrer... Matthieu 24, 29 : Hoï à celles qui auront dans le
ventre et à celles qui allaiteront dans ces jours-là... Matthieu 26, 24 : Hoï
à l'homme par la main de qui le fils de l'homme est livré...
     Luc 10, 13 ; 17, 1 ; Luc 6, 24 : Hoï à vous, les riches... Hoï à vous,
qui êtes remplis maintenant...
     Première lettre aux Corinthiens 9, 16 : Hoï à moi si je n'annonce pas
l'heureuse annonce...
     Épictète, Entretiens III, 19 : La première différence entre un simple
particulier et un philosophe ; l'un dit : « Hoï à moi à cause de l'enfant, à
cause du frère, hoï à cause du père », tandis que l'autre, s'il est contraint
de dire : « Hoï à moi ! », il ajoute : « par ma faute... »

      Guerre VI, 305 : Il l'a interrogé, Albinus, car c'était lui le
      gouverneur de la province, il lui a demandé qui il était, d'où il
      venait, et pourquoi il disait des choses pareilles. Et à ces questions
      il [Ieschoua ben Hanan-iah] n'a rien répondu. Mais sa plainte
      funèbre, sa lamentation funèbre (grec thrènos, hébreu qinah) sur
      la Ville, il n'a pas cessé de la proférer. Il a estimé, Albinus, qu'il
      s'agissait d'un cas de folie, et il l'a fait relâcher.
      Lui, Ieschoua ben Hanan-iah, jusqu'au temps de la guerre, il n'a eu
      de rapport avec personne de la Ville. On ne l'a vu parler avec
                                                                                                               - 102 -



          personne. Mais jour après jour, comme s'il avait fait un vœu,
          soigneusement, il répétait sa complainte funèbre : « Hoï hoï le-
          ierou-schalaïm ! »
          Aucun de ceux qui le frappaient chaque jour, il ne les maudissait.
          Ceux qui lui donnaient à manger, il ne leur disait pas merci.
          Unique pour tous était le présage sinistre, en guise de réponse.
          C'est surtout dans les fêtes qu'il criait. Et cela, pendant sept ans et
          cinq mois, il n'a pas cessé de le dire. Sa voix ne s'est pas fatiguée,
          jusqu'à ce que, lors du siège de la Ville, il a vu les travaux...
          [Texte incertain, traduction conjecturale]. Alors il s'est arrêté. Il a
          fait le tour des remparts [de Jérusalem] et il a crié d'une voix
          perçante : « Hoï hoï à la Ville ! Hoï au peuple ! » Et pour finir il a
          ajouté : Hoï hoï à moi-même ! » Une pierre a été lancée venant
          d'une machine à lancer les pierres [des Romains]. Elle l'a frappé et
          l'a tué aussitôt. Il a prononcé encore une fois ces mots qui sont des
          présages et il a laissé aller son âme, [et il a fait sortir son âme]
          (grec tèn psuchèn aphèke, hébreu waiehi betzeet napheschah ki
          met ah..., Genèse 35, 18).


7. Gessius Florus, 64-66

          Guerre II, 277 : Voilà comment il était Albinus [escroc,
          oppresseur, corrompu, etc.]. Celui qui est venu après lui, Gessius
          Florus, l'a fait paraître excellent homme, par comparaison...

          Guerre II, 280 : Aussi longtemps qu'en Syrie il est resté, Cestius
          Gallus, administrateur de la province, personne n'a osé lui envoyer
          une ambassade pour accuser Florus. Mais lorsqu'il est venu à
          Jérusalem lors de la fête des matzôt, alors il l'a entouré, le peuple,
          pas moins de trois cents muriadôn6. Ils l'ont supplié d'avoir pitié
          des malheurs du peuple et ils criaient que Florus ravageait le pays.

6
  Le grec murias signifie le nombre de dix mille. En français, lorsque ce mot était encore utilisé, une myriade
signifiait aussi le nombre de dix mille. Le mot grec murias traduit le mot hébreu rebabah, qui signifie un grand
nombre, Genèse 24, 60 ; Lévitique 26, 8 ; Nombres 10, 36.
                                                                    - 103 -



Florus était présent et il se tenait à côté Cestius. Il éclata de rire en
entendant ces cris...

Guerre II, 284 : Et dans ce temps-là aussi, les Grecs de Césarée
avaient vaincu, ils avaient gagné leur cause auprès de Néron. Ils
avaient obtenu le droit de commander la ville. Ils rapportaient les
lettres du jugement. C'est alors que la guerre a commencé, la
douzième année du principat de Néron et la dix-septième année du
règne d'Agrippa [Agrippa II], au mois d'Artémisios [= avril-mai
66]. Si on compare à la grandeur des maux qui devaient en
résulter, cette guerre eut un prétexte qui n'en était pas digne. Les
Judéens de Césarée avaient une maison de réunion (grec
sunagôgèn) près d'un terrain dont le propriétaire était un Grec de
Césarée. Un grand nombre de fois les Judéens avaient tenté
d'acquérir ce lieu. Ils en offraient un prix bien supérieur à sa
valeur réelle. Mais lui, le Grec, il prenait de très haut leurs
demandes et pour les provoquer il a entrepris des constructions sur
son terrain... Le lendemain, c'était schabbat, les Judéens se sont
réunis dans la maison de réunion. Un provocateur de Césarée a
retourné une marmite et il l'a placée à l'entrée de la maison de
réunion, et il a sacrifié des oiseaux. Cela a exaspéré les Judéens,
parce que c'était un outrage à leurs lois et que le terrain était
désormais impur... Les Judéens ont enlevé les rouleaux de la
Torah et se sont retirés à Narbata...

Guerre II, 293 : Florus a envoyé [des sbires] au trésor sacré pour
s'emparer de dix-sept talents sous le prétexte que c'était pour les
besoins de César. Ce fut immédiatement l'émeute dans le peuple.
Ils se sont mis à courir vers l'enceinte sacrée du Temple. Avec des
cris perçants ils invoquaient le nom de César et ils suppliaient
qu'on les délivre de la tyrannie de Florus...

Antiquités XX, 252 : Gessius Florus, envoyé par Néron pour
succéder à Albinus, accabla les Judéens de toutes sortes de maux...
Il se montra si pervers et si violent dans l'exercice de sa puissance
                                                                       - 104 -



      qu'en raison de l'excès de leurs maux les Judéens célébraient
      Albinus comme leur bienfaiteur...
      Florus fut celui qui nous força à commencer la guerre contre les
      Romains... Ce fut la deuxième année du gouvernement de Florus
      et la douzième du principat de Néron que la guerre commença...


3. Les rois judéens

La sinistre dynastie des Hérodes

1. Hérode dit le Grand, ou l'Ancien.

      Hérodes, contraction de Héroïdes. Hèrôs : maître, chef, noble, en
      parlant des chefs militaires des Grecs devant Troie ; demi-dieu,
      placé entre les dieux et les hommes ; tout homme élevé au rang de
      demi-dieu. Transcription en caractères hébreux : Hôrôdôs, avec
      trois wauw. Le wauw vaut 6.

    Né peut-être en 62 avant notre ère, il meurt en 4 avant notre ère. Fils
d'Antipater, Hérode était à moitié judéen (hémi-ioudaios, Antiquités
XIV, 15). Il eut dix femmes. Nommé roi de Judée par un décret du Sénat
romain en 40 avant notre ère, il parvint à se rendre maître de Jérusalem
en 37 avant notre ère.
    La dix-huitième année de son règne, il commença les travaux pour la
reconstruction du Temple de Jérusalem (20-19 avant notre ère).

      Matthieu 2,1 : Ieschoua est né à Beit-Lehem de Iehou-dah dans les
      jours d'Hérode le roi. Et voici que les devins (grec magoi, peut-
      être hébreu aschaph, pluriel aschaphim, Daniel 1, 20 ; 2, 2 ; 2, 10,
      etc.) sont venus de l'Orient à Jérusalem. Et ils ont dit : « Où est-il
      celui qui vient de naître, le roi des Judéens?... Lorsqu'il a entendu
      cela, le roi Hérode, il a été bouleversé et tout Jérusalem avec lui...

      Luc 1, 5 : Et il est arrivé [littéralement : et fut] (hébreu wa-iehi,
                                                                        - 105 -



      grec kai egeneto, Genèse 6, 1 ; 11, 1 ; 12, 10 ; 14, 1 ; 17, 1 ; 19, 29
      ; 22, 1, etc.) dans les jours d'Hérode roi de la Judée, un kôhen,
      Zekar-iah son nom...

      Matthieu 2, 16 : Et alors Hérode, il a vu qu'il avait été joué par les
      devins. Il s'est mis en fureur extrêmement, et il a envoyé [sous-
      entendu : des sbires, construction hébraïque fréquente] et il a fait
      mettre à mort tous les enfants qui [étaient] à Beit-Lehem et dans
      tous ses environs depuis l'âge de deux ans et en dessous...

      Matthieu 2, 19 : Lorsqu'il est mort, Hérode...

      Matthieu 2, 22 : Et il a appris que Archélaùs était le roi de la Judée
      à la place de (grec anti, hébreu tahat) son père Hérode...


2. Philippe

     Il règne à partir de 4 avant notre ère, et meurt en 34 de notre ère
(Schûrer 1, 425).
     C'est l'un des fils non assassinés d'Hérode dit le Grand. Après la
mort de son père, il obtient d'Auguste les territoires de Batanée,
Trachonitide, Auranitide, Gaulanitide, Panias et l'Iturée. Population
mêlée : Syriens, Grecs et Judéens. Titre : Tétrarque, chef d'une région sur
quatre dans une province (grec tetr arches). Il fait reconstruire et
agrandir la ville ancienne de Panias, sur les sources du Jourdain, et lui
donne, en l'honneur de César, le nom de Césarée... appelée Césarée de
Philippe, pour la distinguer de Césarée au bord de la mer. Il fait aussi
reconstruire et agrandir Beit-Tzaïda, qu'il a appelée Julias, en l'honneur
de la fille de l'empereur Auguste. Ami des Romains, ses monnaies
représentent les figures d'Auguste et de Tibère. Philippe est mort la
vingtième année du règne de Tibère, en 33/34. Ses territoires ont été
attribués à la province de Syrie. L'empereur Caligula donnera en 37 la
tétrarchie de Philippe à Agrippa, fils d'Aristobule, fils d'Hérode dit le
Grand, mis à mort sur ordre de son propre père, en 7 avant notre ère.
                                                                          - 106 -




       Matthieu 16, 13 : Et il est venu, Ieschoua, sur le territoire de
       Césarée de Philippe et il a interrogé ceux qui apprenaient avec lui
       et il a dit : « Que disent-ils les gens, qu'il est, le fils de l'homme ?
       »

       Marc 8, 27 : Et il est sorti, Ieschoua et ses compagnons qui
       apprenaient avec lui [le verbe en tête au singulier, plusieurs
       sujets, construction hébraïque] pour aller vers les villages de
       Césarée de Philippe. Et sur la route il a interrogé ses compagnons
       qui apprenaient avec lui...

       Luc 3, 1 : Dans l'année quinzième de la domination de Tibère
       César, il était procurateur, Pontius Pilatus, de la Judée ; il était
       tétrarque de la Galilée, Hérode ; Philippe son frère était tétrarque
       de l'Iturée et de la Trachonitide...


3. Hérode Antipas

    Il règne à partir de 4 avant notre ère jusqu'en 39 de notre ère.
Antipas est la forme syncopée de Antipatros (Schùrer, I, 431). Fils
d'Hérode dit le Grand. Demi-frère de Philippe, tétrarque de l'Iturée. A la
mort de son père il reçoit de César Auguste, en 4 avant notre ère, la
Galilée et la Pérée.

     Galilée, grec Galilaia, hébreu galil ou, avec l'article, ha-galil, ha-
galilah, Josué 20, 7 ; 21, 32 ; etc. Isaïe 8, 23 : gelil ha-goïm, grec galilaia
ton ethnôn.
     La Pérée, grec hè peraia gè, le pays situé de l'autre côté, au-delà ;
hébreu eber ha-iarden, le pays qui est de l'autre côté du Jourdain, Genèse
50, 10 ; etc. Matthieu 4, 15 ; Jean 1, 28 ; 3, 26 ; etc. Cette expression
permet évidemment de déterminer le lieu où se trouve celui qui écrit le
document.
                                                                         - 107 -



     Il porte lui aussi le titre de tétrarque (tetrarchès, chef d'une région
sur quatre dans une province). Appelé basi-leus, roi (Marc 6, 14).
     Il construit sous le règne de Tibère, une capitale en Galilée, au bord
de la mer de Galilée, sur un ancien cimetière. Il l'a appelée Tibériade, en
l'honneur de l'Empereur.
     C'est Hérode Antipas qui a fait décapiter Iohanan, fils de Zekar-iah
et d'Elisabeth, le nazir qui plongeait les pénitents dans les eaux du
Jourdain :

      Antiquités XVIII, 117: Il l'a fait mettre à mort, Hérode, cet homme
      qui était bon... D'autres s'étaient rassemblés autour de lui... Alors il
      a eu peur, Hérode, que l'influence de Iohanan ne provoque une
      révolte [contre Rome]... Il a estimé de beaucoup préférable, avant
      que quelque mouvement insurrectionnel (grec ti neôteron) ne
      surgisse à cause de Iohanan, de prendre les devants et de le faire
      exécuter, plutôt que s'il se produisait quelques troubles qui le
      feraient tomber dans des affaires [avec Rome], d'avoir à s'en
      repentir trop tard. À cause de ce soupçon d'Hérode, Iohanan
      enchaîné a été expédié à Machairôn, la forteresse... et là il a été
      mis à mort...

      Matthieu 14, 1 : Et dans ce temps-là, il a entendu, Hérode le
      tétrarque, ce qu'on entendait dire (grec akoèn, hébreu évident :
      schama et-schema, Genèse 29, 13 ; Nombres 14, 15 ; etc.) de
      Ieschoua. Et il a dit à ses esclaves-serviteurs : « C'est Iohanan qui
      plonge [les pénitents dans les eaux, le verbe hébreu tabaï\. C'est
      lui qui s'est relevé d'entre les morts et c'est pour ça que des actions
      de puissance sont opérées [par Dieu] en lui. » En effet Hérode
      avait fait arrêter Iohanan et l'avait fait enchaîner, et il l'avait fait
      mettre en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de Philippe son
      frère. Car il lui a dit, Iohanan : « Il n'est pas permis [par la Torah]
      qu'elle soit à toi. » Alors il voulait le tuer mais il craignait le
      peuple...

      Matthieu 14, 10 : Et il a envoyé [sous-entendu : des sbires,
                                                                          - 108 -



      construction hébraïque] et il a fait couper la tête de Iohanan dans
      sa prison...

     Les deux motifs de la mise à mort de Iohanan, celui indiqué par
Joseph en 93-94, et celui du dossier mis sous l'autorité de Matthieu, dans
les années 30 et suivantes, ne sont pas exclusifs l'un de l'autre. Ils se
complètent fort bien l'un l'autre.

      Marc 6, 14 : Et il a entendu, le roi Hérode, car il était connu, son
      nom [le nom de Ieschoua]. Et ils disaient : « C'est Iohanan, celui
      qui plonge qui s'est relevé d'entre les morts et c'est pourquoi elles
      opèrent les puissances [de Dieu] en lui. » Mais d'autres disaient : «
      C'est Eliiahou. » Et d'autres disaient : « C'est un prophète (grec
      prophètes = interprète d'un dieu, hébreu nabi, probablement
      participe actif du verbe naba, niphal parfait nibà), comme l'un des
      prophètes [des temps jadis]. » Et il a entendu, Hérode, et il a dit : «
      Celui que moi j'ai fait décapiter, Iohanan, c'est lui qui s'est relevé
      [d'entre les morts]. » Parce que lui, Hérode, il avait envoyé [sous-
      entendu : des sbires] et il avait fait arrêter Iohanan et il l'avait fait
      enchaîner en prison à cause d'Hérodiade la femme de Philippe son
      frère...

      Luc 3, 19 : Hérode, le tétrarque (hébreu sar roba ha-medinah),
      Iohanan lui avait fait des reproches au sujet d'Hérodiade, la femme
      de son frère, et au sujet de tout le mal qu'il avait fait, Hérode, — il
      a ajouté encore cela à tous ses crimes et il a fait enfermer Iohanan
      en prison...

      Luc 9, 7 : Et il a entendu, Hérode le tétrarque, tout ce qui est
      arrivé et il se faisait du souci parce que certains disaient : « C'est
      Iohanan qui s'est relevé d'entre les morts ! » D'autres disaient : «
      C'est Eli-iahou. » D'autres : « C'est un prophète des temps anciens
      qui s'est levé. » Et il a dit, Hérode : « Iohanan, moi, je lui ai fait
      couper la tête. Qui est-il donc, celui-ci [= Ies-choua] au sujet de
      qui j'entends de tels faits ? » Et il cherchait à le voir...
                                                                          - 109 -




      Luc 13, 31 : Et dans ce temps-là, ils se sont avancés, certains
      perouschim, et ils lui ont dit : « Sors et va-t'en d'ici, parce que c'est
      Hérode qui veut te tuer. » Et il leur a dit : « Allez et dites à ce
      chacal (grec alôpèx, hébreu schoual, Psaume 63, 11): Voici que
      moi je chasse les esprits mauvais et ce sont les guérisons que
      j'accomplis aujourd'hui et demain, et au troisième jour ma main
      sera remplie... »

     Le verbe grec teleio-ô signifie achever, réaliser, exécuter, mener à
terme ; au passif, arriver à terme, à maturité. Il traduit le verbe hébreu
maie, kal parfait maie, être plein ; niphal imparfait immale, être rempli ;
piel parfait mille, milla, imparfait imalle, remplir, remplir la main.

     Exode 28, 41 : Et tu les revêtiras, Ahâron ton frère et ses fils, avec
lui, et tu verseras sur eux l'huile d'onction (hébreu maschah, grec chriô)
et tu rempliras leur main et tu les consacreras et ils seront kôhanim pour
moi...

    Exode 29, 7 : Et tu prendras l'huile de l'onction et tu la verseras sur
sa tête, et tu le oindras. Et ses fils, tu les feras approcher et tu les
revêtiras de tuniques... Et elle sera à eux la fonction de kôhen (hébreu
kehounnah, grec hierateia)... et tu rempliras la main de Aharôn et la
main de ses fils...

    Exode 29, 22 : Parce que le bélier avec lequel on remplit la main [du
kôhen] il est, lui... (hébreu millouïm, grec teleiôsis).

    Exode 29, 26 : ... le bélier avec lequel on remplit la main (hébreu ha-
millouïm, grec apo tou kriou tes teleiôseôs. Exode 29, 27).

    Exode 29, 29 : Et les vêtements de sainteté qui [sont] à Aharôn, ils
seront à ses fils après lui, pour qu'ils soient oints en eux et pour remplir,
en eux, leurs mains...
                                                                            - 110 -



      Exode 29, 33 : Et le bélier avec lequel on remplit la main (hébreu
ha-millouïm, grec ton krion tes teleiôseôs)... Et il mangera, Aharôn et ses
fils (le verbe en tête, au singulier, plusieurs sujets), la chair du bélier et le
pain... Et ils les mangeront en sorte que soit expiée [leur faute] par eux
(le verbe hébreu kipper, expier), pour remplir leurs mains, pour les
consacrer (hébreu le-malle et-iadam, grec teleiôsai tas cheiras autôri)...

     Lévitique 4, 5 : Et il prendra, le kôhen qui a reçu l'onction, qui a
rempli sa main (hébreu ascher mille et-iadô, grec ho teteleiômenos tas
cheiras autou ; hébreu conservé par le Pentateuque samaritain), du sang
du taureau...

     Lévitique 8, 33 : Et de l'entrée de la tente de l'attestation, vous ne
sortirez pas [pendant] sept jours, jusqu'au jour où ils seront remplis les
jours où seront remplies [vos mains], car c'est pendant sept jours qu'il
remplira vos mains (hébreu ad iôm melôt iemei milloueikem ki schibeat
iamim imalle et-iedekem, grec heôs hèmera plèrôthè hèmera teleiôseôs
humôn hepta gar hèmeras teleiôsei tas cheiras humôri).

     Lévitique 16, 32 : Et il fera l'expiation (hébreu kipper) le kôhen que
l'on a oint et dont on a rempli la main pour être kôhen, à la place de son
père (hébreu tahat, grec meta)...

     Lévitique 21, 10 : Et le grand prêtre (hébreu ha-kôhen ha-gadôl)
d'entre ses frères, qu'elle a été versée sur sa tête, l'huile de l'onction, et
dont on a rempli la main (grec teteleiômenou) pour revêtir les vêtements
[de sainteté], sa tête, il ne la laissera pas chevelue [= il ne laissera pas
pousser les cheveux de sa tête] et ses vêtements, il ne les déchirera pas.
Et auprès de toute âme de mort, il n'entrera pas. Pour son père et pour sa
mère il ne se rendra pas impur...

     Nombres 3, 3 : Voici les noms des fils de Aharôn, les kôhanim qui
ont reçu l'onction, ceux dont on a rempli la main pour être kôhen...

    Lorque donc l'auteur, inconnu à ce jour, de la lettre aux Hébreux
                                                                        - 111 -



écrit (7, 11) : « Si donc il y avait remplissage de la main... » (grec
teleiôsis, hébreu millouïm, Exode 29, 22 ; 29, 26 ; Lévitique 7, 37, etc.),
pour comprendre ce texte il faut évidemment se référer aux législations
de l'Exode et du Lévitique que nous avons indiquées. Lorsque le Rabbi
envoie dire à Hérode Antipas (Luc 13, 32) : « Et le troisième jour, ma
main sera remplie », il s'adresse à quelqu'un qui connaît les législations
de l'Exode et du Lévitique, et il lui a fait savoir qu'il va être consacré
kôhen gadôl, ce qui est la doctrine de la lettre aux Hébreux, que nous
retrouverons plus loin.
     Et le Rabbi ajoute, toujours à l'adresse d'Hérode Anti-pas, roi de la
Galilée et des territoires qui sont de l'autre côté du Jourdain :

      Luc 13, 33 : Mais je vais (le deï grec traduit une construction
      hébraïque avec le lamed : être sur le point de...) aujourd'hui et
      demain et le jour qui suivra [le troisième] marcher encore parce
      qu'il n'est pas permis [par Dieu] que le prophète soit mis à mort en
      dehors de Jérusalem. Jérusalem, Jérusalem, elle qui (construction
      hébraïque) tue les prophètes et qui envoie des pierres contre ceux
      qui sont envoyés vers elle...

    Le Rabbi donne rendez-vous à Hérode Antipas, à Jérusalem.

      Luc 23, 5 : Et eux ils insistaient et ils disaient : « Il soulève le
      peuple. Il enseigne dans toute la Judée. Il a commencé par la
      Galilée [et maintenant il enseigne] jusqu'ici [= Jérusalem]. »
      Pilatus, lorsqu'il a entendu cela, il a demandé si l'homme était
      galiléen. Et il a appris qu'il relevait de l'autorité (grec exousia)
      d'Hérode [= Hérode Antipas]. Alors il l'a envoyé à Hérode. Il était
      lui aussi à Jérusalem dans ces jours-là. Et Hérode, lorsqu'il a vu
      Ieschoua, il s'est réjoui grandement. Car depuis longtemps il
      voulait le voir à cause de ce qu'il avait entendu à son sujet. Et il
      espérait voir quelque signe (grec sèmeion, hébreu ôt, Genèse 1, 14
      ; 4, 15 ; etc.) fait par lui. Il [= Hérode] l'a interrogé dans un grand
      nombre de paroles, mais lui [Ieschoua] il ne lui a pas répondu une
      seule parole. Et ils se tenaient debout les kôhanim et les lettrés
                                                                       - 112 -



      (sopherim), et c'est en faisant un bruit de schophar [Josué 6, 8]
      qu'ils l'accusaient. Et il l'a méprisé, Hérode, lui et les hommes de
      son armée. Il s'est moqué de lui et il l'a fait revêtir d'un vêtement
      de splendeur et il l'a renvoyé à Pilatus. Et ils ont été amis, Hérode
      et Pilatus, dans ce jour-là, chacun avec son compagnon. Parce que,
      auparavant, ils étaient dans la haine l'un contre l'autre...

     Selon Luc 3, 1, c'est dans la quinzième année de Tibère empereur, et
donc entre août 28 et août 29, que la parole de Dieu a été adressée à
Iohanam le nazir dans le désert de Judée.
     L'Évangile de Jean ne dit pas un mot d'Hérode Antipas qui a fait
assassiner Iohanam, l'ascète du désert de Juda qui plongeait les pénitents
dans les eaux du Jourdain. L'Évangile de Jean ne dit pas un mot des rois
de la sinistre dynastie des Hérodes.
     Cependant Iohanam du quatrième Évangile, celui qui ne veut pas
dire son nom dans la traduction grecque de son propre dossier, a été,
nous allons y revenir, le disciple de Iohanam qui plongeait les pénitents
dans les eaux (Jean 1, 35). Et il sait très bien qui a fait assassiner son
premier maître.
     Iohanam a connu fort bien et de très près plusieurs des rois judéens
de la dynastie des Hérodes : Hérode Agrippa I et Hérode Agrippa II, en
plus d'Hérode Antipas.
     Par contre l'Apocalypse parle des rois de la dynastie des Hérodes,
mais en langage chiffré, c'est le cas de le dire.

    C'est peut-être en l'année 36 qu'Hérode Antipas a offert un festin à
Artabane, roi des Parthes, et à Vitellius, le gouverneur romain de la
Syrie, sur l'Euphrate, sur un pont :

      Antiquités XVIII, 96 : Tibère a écrit à Vitellius pour lui ordonner
      de se concilier l'amitié d'Artabane, roi des Parthes...
      Antiquités XVIII, 101 : Tibère a décidé de se lier d'amitié avec
      Artabane. Celui-ci a accepté avec joie la conférence à laquelle on
      l'avait invité... Artabane et Vitellius sont venus sur l'Euphrate. Ils
      se sont rencontrés au milieu d'un pont jeté sur le fleuve. Chacun
                                                                      - 113 -



      avait sa garde autour de lui. Quand ils ont eu fini de discuter le
      traité d'alliance, le tétrarque Hérode [Antipas] leur a offert un
      festin dans une tente luxueuse dressée au milieu du pont... Ensuite
      Vitellius retourna à Antioche, et Artabane à Babylone...

     C'est aussi en l'année 36 que Vitellius, le gouverneur romain de la
Syrie, a enlevé le suprême pontificat à Joseph surnommé Qaïapha et l'a
confié à Ionatan, le fils de Hanan {Antiquités XVIII, 95). C'est sans doute
la même année que Vitellius a ordonné à Pontius Pilatus de rentrer à
Rome {Antiquités XVIII, 89), peu de temps avant la mort de l'empereur
Tibère, 16 mars 37.
     En l'année 37, nous y reviendrons, pendant les fêtes de pesah,
Vitellius, le gouverneur de la Syrie, a destitué Ionatan, fils de Hanan, et
lui a substitué Theophilos, son frère :

      Antiquités XVIII, 120 : Après avoir fait des préparatifs de guerre
      contre Arétas et s'être mis à la tête de deux légions, de toutes les
      troupes légères et de la cavalerie qui y étaient attachées, Vitellius
      s'est hâté vers Pétra et a occupé Ptolémaïs [en Phénicie]. Comme
      il se préparait à faire traverser la Judée par son armée, les
      principaux citoyens [de la Judée] vinrent le trouver et essayèrent
      de le détourner de passer par leur pays, car il n'était pas conforme
      à leur tradition de laisser transporter des images. Or il y en avait
      beaucoup sur les enseignes. Déférant à leur demande, Vitellius a
      changé les résolutions qu'il avait prises à ce sujet. Lui-même est
      monté, avec le tétrarque Hérode [Antipas] et ses amis, à
      Jérusalem, pour sacrifier à Dieu pendant la fête des Judéens... Il y
      assista et fut reçu avec honneur par la foule des Judéens. Il
      séjourna là pendant trois jours et il a destitué du haut sacerdoce,
      ou de la grande prêtrise, Ionatan [le fils de Hanan], pour le
      transmettre à son frère Theophilos.
      Le quatrième jour il a reçu une lettre qui lui apprenait la mort de
      Tibère [le 16 mars 37] et il fit jurer par le peuple [de la Judée]
      fidélité à Caius [surnommé Caligula]... Vitellius retourna à
      Antioche...
                                                                       - 114 -




     Joseph ne nous dit pas pour quelle raison Vitellius, qui avait installé
Ionatan, fils de Hanan, comme kôhen gadôl en 36, le destitue en 37.
     Est-ce qu'il aurait appris quelque chose de suspect concernant
Ionatan ? Est-ce qu'Hérode Antipas, qui avait fait assassiner Iohanam le
nazir, lui a dit quelque chose concernant Ionatan le kôhen ha-gadôl ?
     Est-ce que Joseph lui-même connaissait le motif de cette destitution
en l'année 37 de Ionatan le kôhen gadôl ? C'est très probable. S'il n'en
parle pas, c'est qu'il ne veut pas en parler. Joseph était très lié avec
Hérode Agrippa II, le fils d'Hérode Agrippa I. Et Hérode Agrippa II a dû
lui expliquer toute l'affaire.

     Joseph nous raconte la fin d'Hérode Antipas. Caius surnommé
Caligula, empereur depuis le 18 mars 37, avait donné à Hérode Agrippa,
le petit-fils d'Hérode dit le Grand, et le frère d'Hérodiade, la femme
d'Hérode Anti-pas, l'ancienne tétrarchie de Philippe, mort en 34, avec le
titre de roi. La deuxième année du règne de Caligula, 38-39, Hérode
Agrippa arrive en Palestine avec le titre de roi. Hérodiade, sa sœur, est
furieuse :

      Antiquités XVIII, 240 : Hérodiade, sœur d'Agrippa et femme
      d'Hérode, tétrarque de Galilée et de Pérée, regardait avec jalousie
      la puissance de son frère parce qu'elle le voyait parvenu à une bien
      plus grande dignité que son mari et parce que, après s'être enfui
      faute de pouvoir payer ses dettes, il revenait avec des honneurs et
      une telle félicité... Elle excitait son mari à s'embarquer pour Rome
      afin de revendiquer des honneurs égaux...

      Antiquités XVIII, 245 : Hérode [Antipas] résista un certain temps.
      Content de sa tranquillité, il se méfiait des embarras de Rome et il
      essayait de chapitrer sa femme. Mais elle insistait d'autant plus
      qu'elle le voyait reculer davantage et elle l'exhortait à ne rien
      négliger pour devenir roi. Elle ne cessa pas avant d'avoir réussi à
      le convaincre d'accepter son avis, bien qu'à contrecœur, car il était
      impossible à Hérode d'échapper à ce que sa femme avait décidé à
                                                                   - 115 -



  ce sujet. Il a fait des préparatifs aussi somptueux qu'il le pouvait.
  Il n'a épargné aucune dépense. Hérode s'embarqua pour Rome en
  emmenant Hérodiade. Mais Agrippa avait deviné leurs
  dispositions et le but de leurs préparatifs. Il se préparait lui-même.
  Dès qu'il sut qu'ils s'étaient embarqués, il envoya lui aussi à Rome
  son affranchi Fortunatus, porteur de présents pour l'Empereur
  ainsi que d'une lettre contre Hérode et chargé de renseigner
  directement Caius... Fortunatus, qui s'était embarqué à la poursuite
  d'Hérode et avait fait une heureuse traversée, fut devancé par
  Hérode de si peu, qu'au moment où Hérode rencontrait Caius,
  l'autre débarquait et remettait sa lettre...
  Caius, tout en parlant à Hérode, à qui il avait donné audience en
  premier lieu, lisait en même temps la lettre qu'Agrippa avait rédigée
  pour l'accuser. Or Agrippa accusait Hérode d'avoir jadis conspiré
  contre le pouvoir de Tibère... et de conspirer maintenant avec
  Artabane le Parthe contre le pouvoir de Caius. Comme preuve à
  l'appui de ses dires, il indiquait que des armes pour soixante-dix
  mille fantassins se trouvaient dans l'arsenal d'Hérode. Ému par
  cette découverte, Caius demanda à Hérode si cette indication
  touchant les armes était vraie. L'autre, qui ne pouvait pas dire le
  contraire, parce que la vérité était certaine, avoua. Et Caius,
  ajoutant foi aux accusations du complot, le priva de sa tétrarchie,
  qu'il annexa au royaume d'Agrippa, à qui il donna aussi la fortune
  d'Hérode, et il condamna celui-ci à l'exil perpétuel en lui imposant
  pour résidence Lyon, ville de Gaule... Caius exila aussi Hérodiade,
  sœur d'Agrippa et femme d'Hérode, il l'exila avec Hérode et donna
  ses biens à Agrippa...
  Quant à Caius, il administra les affaires de l'Empire avec assez de
  grandeur d'âme pendant la première et la seconde année. Sa
  modération lui valut une grande popularité chez les Romains eux-
  mêmes et chez leurs sujets. Mais avec le temps il cessa de se
  regarder comme un homme, se divinisant lui-même à cause de la
  grandeur de sa puissance...

Hérode Antipas est mort en exil. Selon l’Histoire de la Guerre des
                                                                          - 116 -



Judéens contre les Romains (II, 183), il serait mort en Espagne.


4. Archélaûs

     Tétrarque de la Judée, de la Samarie et de l'Idumée. Il règne entre 4
avant notre ère et l'année 6 de notre ère (Schù-rer, I, 449).
     Archélaûs : celui qui commande (grec archôn, au peuple, laos). Nous
indiquons la signification de ces noms propres parce que nos frères aînés,
les Judéens, dans ce temps-là, aimaient beaucoup à jouer sur le sens des
noms et des surnoms. C'est tout particulièrement le cas pour l'Apocalypse
de Iohanam. Il est vraisemblable que quantité de noms de code dans
l'Apocalypse résultent de jeux de mots. Ainsi Bala-am, Niko-laos, etc.
(cf. p. 307).
     Archélaûs était le fils aîné d'Hérode dit le Grand, (Guerre 1, 664) et
le frère d'Hérode Antipas.
     À la mort de son père, Hérode dit le Grand, en 4 avant notre ère, il
reçoit conformément au dernier testament, et sur la décision d'Auguste, la
Judée, la Samarie et l'Idumée, non pas avec le titre de roi, comme Hérode
son père l'avait souhaité, mais seulement avec le titre d'ethnarque. Auguste
lui avait cependant promis le titre de roi s'il s'en montrait digne.
     Archélaûs, tout comme son frère Antipas, se faisait appeler Hérode. Il
nommait et déposait les grands prêtres selon son bon plaisir.

      Antiquités XVII, 339 : Lorsque Archélaûs, ayant obtenu
      l'ethnarchie, est arrivé en Judée, il a dépouillé du grand pontificat,
      Ioazar, fils de Boethos, et il a installé à sa place son frère Éléazar...
      Éléazar n'est pas resté longtemps grand prêtre car on [=
      Archélaûs] lui a substitué de son vivant, Ieschoua fils de See...

      Matthieu 2, 19 : Lorsqu'il est mort, Hérode, voici qu'un messager
      de YHWH s'est fait voir en songe à Joseph en Égypte... Et il a
      entendu dire qu'Archélaùs était le roi de la Judée à la place de son
      père Hérode (grec anti, hébreu tahat) alors il a eu peur d'y aller...
                                                                        - 117 -



      Antiquités XVII, 342 : La dixième année du règne d'Archélaùs
      [nous sommes donc en 6 de notre ère], les principaux, les chefs, les
      notables des Judéens et des Samaritains, ne supportant plus la
      cruauté de sa tyrannie, l'accusèrent auprès de l'Empereur
      [Auguste]... L'Empereur lorsqu'il a entendu ces accusations, s'est
      mis en colère...

     Archélaûs convoqué à Rome, entendu par Auguste, est expédié en
Gaule, à Vienne, en 6 de notre ère. Tous ses biens sont confisqués au
profit du trésor impérial {Guerre II, 111).
     Les territoires d'Archélaùs sont mis sous l'autorité immédiate de
Rome, annexe de la province de Syrie. C'est la raison pour laquelle, entre
6 et 41, la Judée a été soumise à l'autorité des procurateurs romains. Il
faudra attendre Hérode Agrippa I pour que la Judée retrouve un roi de la
dynastie des Hérodes.


5. Hérode Agrippa I

     Roi à Jérusalem de 41 à 44 (Schùrer, I, 549).
     Agrippa, né en 10 avant notre ère, était le fils d'Aristobule, mis à
mort en 7 avant notre ère sur ordre d'Hérode dit le Grand, son propre
père. Hérode l'avait fait assassiner avec son autre fils, Alexandre.
Quelques jours avant sa propre mort, Hérode dit le Grand avait fait
mettre à mort un autre de ses fils, Antipater. En 29 avant notre ère il avait
fait mettre à mort Mariamme sa femme.
     Peu avant la mort de son grand-père, Hérode Agrippa I a été expédié
à Rome, à l'âge de six ans.

      Antiquités XVIII, 143 : Peu de temps avant la mort du roi Hérode,
      Agrippa vivait à Rome. Élevé avec le fils de Tibère, Drusus, et
      très lié avec lui, il devint également l'ami d'Antonia, femme de
      Drusus l'Ancien, frère de Tibère, et mère de Germanicus...
      Agrippa... aimait à dépenser beaucoup en largesses... Il dépensa sa
      fortune en prodigalités... Il fit de très grandes dépenses pour les
                                                                     - 118 -



      affranchis de l'Empereur dans l'espoir de se les concilier, si bien
      qu'en peu de temps il fut réduit à la gêne, ce qui l'empêchait de
      vivre à Rome...

      Antiquités XVIII, 147 : Pour toutes ces raisons, Agrippa
      s'embarqua pour la Judée...

      Antiquités XVIII, 126 : Agrippa, fils d'Aristobule, était parti pour
      Rome, l'année qui a précédé la mort de Tibère [donc en 36], afin
      de traiter de ses affaires avec l'Empereur dès qu'il en aurait la
      possibilité...

      Antiquités XVIII, 161 : Agrippa, ayant abordé à Pouzzoles, écrivit
      une lettre à l'empereur Tibère qui résidait à Caprée ; il était venu
      pour lui rendre hommage, le voir et lui demander la permission
      d'aborder à Caprée. Tibère se hâta de lui répondre très
      aimablement... Comme il avait été accueilli avec faveur par
      Antonia, mère de Germanicus et du futur empereur Claude,
      Agrippa se mit à servir Caius, son petit-fils...

      Antiquités XVIII, 168 : Agrippa faisait de très grands progrès dans
      l'amitié de Caius. Un jour qu'ils causaient en voiture au sujet de
      Tibère, Agrippa se mit à souhaiter — ils étaient seuls — que
      Tibère laissât au plus vite le pouvoir à Caius qui en était plus
      digne en tous points. Ces paroles furent entendues par l'affranchi
      et cocher d'Agrippa...

      Antiquités XVIII, 191 : Agrippa est enchaîné, vêtu de pourpre...

    L'empereur Tibère est mort le 16 mars 37. Il laissait le pouvoir à
Caius surnommé Caligula (= petite chaussure, ou sandale de soldat).

      Antiquités XVIII, 224 : Tibère, après avoir désigné Caius pour son
      successeur à l'Empire, vécut encore quelques jours, puis mourut
      après avoir occupé lui-même le pouvoir vingt-deux ans, cinq mois
                                                                          - 119 -



      et trois jours. Caius fut le quatrième empereur. A la nouvelle de la
      mort de Tibère, les Romains se réjouirent... Marsyas, l'affranchi
      d'Agrippa, ayant appris la mort de Tibère, se précipita en courant
      pour annoncer la bonne nouvelle à Agrippa et, le rencontrant qui
      sortait pour aller aux Thermes, il lui fit un signe de tête et lui dit en
      langue hébraïque : « Le lion est mort... »

     Le lion, en hébreu, se dit ari, ou arieh. Mourir, mot, kal parfait met.
Vous mettez le verbe en tête, et cela donne : met ha-ari.
     Deuxième lettre à Timothée 4, 17 : J'ai été délivré de la bouche du
lion (= Psaume 22, 22 : mi-pi arieh]. Pierre, première lettre 5, 8 : Votre
accusateur (hébreu rib, kal parfait rab, ou enôsch rib) adversaire (grec
diabolos sans l'article, hébreu satan), comme un lion qui rugit [Psaume
22, 14] il se promène, il cherche qui il va dévorer (hébreu bala)...

    Quelques jours après la mort de l'empereur Tibère, le nouvel
empereur, Caius Caligula, fait libérer son ami Hérode Agrippa et lui
donne la tétrarchie de Philippe, avec celle de Lysanias, et le titre de roi :

      Antiquités XVIII, 237 : Peu de jours après, Caius a fait venir
      Agrippa auprès de lui. Il l'a fait tondre et lui a fait changer de
      vêtements. Il a mis le diadème sur sa tête et le nomma roi de la
      tétrarchie de Philippe en lui faisant cadeau de celle de Lysanias. En
      échange de sa chaîne de fer, il lui en donna une d'or de poids égal,
      et il envoya Marcellus comme vice-roi de Judée.

      Antiquités XVIII, 238 : La deuxième année du principat de Caius
      César, Agrippa lui demanda la permission de s'embarquer pour
      aller installer son gouvernement, et de revenir quand il aurait réglé
      toutes ses autres affaires...

    C'est ce titre de roi qui a provoqué la jalousie d'Hérodiade, la sœur
d'Agrippa, et la femme d'Hérode Antipas, tétrarque de la Galilée et de la
Pérée {Antiquités XVIII, 240). C'est cette jalousie d'Hérodiade qui a
causé la démarche d'Hérode Antipas auprès de l'empereur Caius
                                                                       - 120 -



Caligula. Nous avons vu Hérode Agrippa avait envoyé à Rome un
messager pour accuser Hérode Antipas. Finalement Hérode Antipas a été
envoyé en exil à Lyon. L'Empereur donne à Hérode Agrippa la tétrarchie
d'Hérode Anti-pas, c'est-à-dire la Galilée et la Pérée, et aussi sa fortune.
Nous sommes en 39.


L'affaire de la statue (année 40)

     Nous aurions pu exposer l'affaire de la statue à propos du règne de
Caius Caligula. Mais comme le roi Hérode Agrippa I a joué un rôle
important dans cette affaire, nous avons préféré remettre cet exposé dans
la rubrique qui lui est consacrée.
     L'affaire de la statue nous est connue par Philon d'Alexandrie et par
Joseph.

Philon d'Alexandrie

     Philon d'Alexandrie est né entre 10 et 20 avant notre ère. Il
appartenait à une riche et puissante famille judéenne d'Alexandrie.
Certains érudits ont pensé qu'il était issu d'une famille de kôhanim. Il a
entrepris, l'un des premiers, d'intégrer deux traditions de pensée qui sont,
pour le fond, incompatibles : le platonisme et le monothéisme hébreu.
Depuis Philon d'Alexandrie jusqu'à Henri Bergson, on va retrouver à
travers les siècles cet effort pour combiner plus ou moins heureusement la
pensée issue du monothéisme hébreu et le platonisme, puis le néo-
platonisme et enfin la gnose et la théosophie.
     Les érudits discutent de la question de savoir si Philon connaissait la
langue hébraïque et dans quelle mesure. Dans ses ouvrages, Philon utilise
généralement la traduction grecque de la Bibliothèque hébraïque, dite des
LXX. Mais cela ne prouve rien. Dans son ouvrage consacré à la création
du monde, paragraphe 7, Philon critique ceux — c'est-à-dire les
philosophes grecs — qui ont considéré le monde comme incréé et éternel
(grec agenèton kai aïdiori). Il critique donc, entre autres, Platon et
Aristote.
                                                                        - 121 -



     Philon professe que Dieu est créateur (grec poiètès) de l'Univers.
Ajuste titre, Philon estime que la doctrine de la Création, qu'il attribue à
Moïse, est une doctrine métaphysique parmi d'autres. Philon dit :
philosophia. Le Créateur, nous dit Philon, paragraphe 13, a créé tout d'un
coup, en une seule fois (grec hama panta). La première création, c'est le
monde intelligible (ton noèton kosmon, § 15). Ce monde intelligible,
constitué par les idées, n'était pas dans un lieu (grec topos, § 17). C'est
parce que le Créateur était bon, qu'il n'a pas refusé, par envie ou jalousie,
de communiquer sa nature excellente à une substance (ousia) qui par
elle-même n'avait rien de beau, mais qui pouvait devenir toutes choses.
Car elle était par elle-même sans ordre, sans qualité, sans âme (§ 22).
Voilà le platonisme qui arrive. Tout le monde a reconnu la théorie de la
matière du Timée.
     Le monde intelligible (ton noèton kosmon) n'est rien d'autre que le
logos de Dieu (§ 24). Lorsqu'il est écrit (Genèse 1, 1) : Au
commencement il a créé, Dieu, les cieux et la terre..., il ne faut pas
s'imaginer, comme certains, qu'il s'agit d'un commencement temporel.
Car le temps n'existait pas avant le monde (chronos gar ouk en pro
kosmou, § 26) — thèse reprise par saint Augustin. Dieu a créé toutes
choses en même temps, simultanément (grecpanth' hama, § 27). Tout
d'abord le Créateur a créé un ciel incorporel (ouranon asômaton) et une
terre invisible (gèn aoraton, § 29). Le monde incorporel (ho asômatos
kosmos) a été créé dans le logos de Dieu (§ 36). Dieu a tout d'abord créé
l'homme kata tèn eikona theou, hébreu be-tzelem elohim, Genèse 1, 2 ; 1,
27, etc. L'hébreu tzelem signifie la statue, traduction grecque eikôn.
Genèse 2, 7 : Et il a façonné, modelé, Dieu, l'homme, poussière prise de
la terre...
     Philon explique (§ 134) que dans ce deuxième texte, l'homme créé
est un être sensible, constitué d'une âme et d'un corps, mâle et femelle, et
par nature mortel. Tandis que le premier homme, celui de Genèse 1, 26,
était intelligible (grec noètos) et incorporel (asômatos). Il n'était ni mâle
ni femelle. Il était incorruptible par nature.
     C'est contre ce thème de Philon d'Alexandrie probablement que Paul
écrivait :
                                                                         - 122 -



       1 Corinthiens 15, 46 : Mais ce n'est pas le premier homme qui est
       spirituel ; il n'est pas premier, le spirituel. Le premier homme est
       animal (grec psuchikon), et ensuite seulement viendra le spirituel
       (to pneuma-tikon). Le premier homme est issu de la terre... Le
       deuxième homme est issu des cieux [= de Dieu]...

     Le thème de Philon d'Alexandrie aura une longue postérité,
jusqu'aujourd'hui. Il sera repris et développé par Origène d'Alexandrie et
ses disciples, par exemple Grégoire de Nysse, et, à l'intérieur du
judaïsme même, dans la tradition gnostique et théosophique.
     Même doctrine dans le Legum allegoriae (I § 31), toujours à propos
de Genèse 2, 7 : Il existe deux genres d'hommes ou d'humanité (ditta
anthropôn genè). Le premier c'est l'homme céleste (ho men gar estin
ouranios anthrô-pos), et l'autre c'est l'homme terrestre (ho de gèïnos).
L'homme céleste (ho men oun ouranios) pour autant qu'il est créé
kat'eikona theou, hébreu be-tzelem elohim, Genèse 1, 26 ; 1, 27 ; il n'a
pas de part à la substance corruptible et terrestre. L'homme terrestre est
fait de matière (grec hulès, que Genèse 2, 7 appelle poussière, hébreu
aphar min ha-adamah, grec choun apo tes gès).
     On voit que Paul, lorsqu'il dicte 1 Corinthiens 15, 45, et qu'il fait lui
aussi le commentaire de Genèse 2, 7, a probablement sous les yeux le
texte de Philon d'Alexandrie. Il s'oppose point par point, et mot pour
mot, à la doctrine de Philon d'Alexandrie.
     Le thème de l'homme originel spirituel, malheureusement tombé
dans la matière et le multiple (adam ha-rischôn, adam qadmôn) va se
perpétuer dans la tradition ésotérique jusqu'aujourd'hui.
     On aperçoit nettement la différence, l'opposition fondamentale, entre
le judaïsme de Philon d'Alexandrie, un judaïsme platonisé, et le
christianisme de Paul. Selon Philon d'Alexandrie, la perfection était à
l'origine, dans le monde intelligible, le monde des pures idées, le monde
incorporel, immatériel. Selon Schaoul-Paul, la perfection est au terme de
la Création, dans l'avenir. La Création est tout d'abord matérielle,
physique et la matière n'est pas impure. L'existence corporelle est
première, mais elle n'est pas définitive. C'est aussi à Philon d'Alexandrie
que nous devons une théorie du logos selon laquelle le logos de Dieu est
                                                                        - 123 -



fils de Dieu, et même dieu second. Le logos de Dieu n'est pas incréé,
comme Dieu, ni créé comme nous le sommes, mais il est intermédiaire
entre Dieu et nous (oute agennetos hôs ho theos on, oute gennètos hôs
humeis, alla mesos ton akrôn, Quis rerum divinarum hères). Il est le
messager de Dieu (ton aggelon, hos esti logos, Legum allegoriae). Il est
son premier-né (ton prôtogonon autou logon), le plus ancien de ses
messagers (ton aggelôn presbutaton, De confusione linguarum). Il est
l'instrument, l'organe avec lequel Dieu a créé le monde (Legum
allegoriae). Il est le grand prêtre, le kôhen ha-gadôl, médiateur entre
Dieu et l'homme (ho archiereus logos, de Gigantibus : ton archierea
logon, De migratione Abrahami). Nous disons que le grand prêtre, ce
n'est pas un homme, mais que c'est le logos divin (legomen gar, ton
archierea ouk anthrôpon, alla logon theion einai, De profugis). Le logos
de Dieu qui est le fils de Dieu, c'est lui qui est le paraklètos, l'avocat de
la défense qui intercède auprès du père de l'Univers (tô tou kosmou patri
paraklètô... huiô, Vita Mosis).

     Eusèbe de Césarée (Préparation évangélique VII, 13, 1) cite un
fragment de Philon d'Alexandrie dans lequel celui-ci dit expressément
que le logos de Dieu est un dieu second : pros ton deuteron theon hos
estin ekeinou logos. Philon appelle fils de Dieu (huion theou), son logos
premier engendré.
     Nous sommes sortis du monothéisme.
     Numénius (fragment 11, éd. des Places p. 53) distingue le dieu qui
est premier (ho theos ho men prôtos) et le dieu second (ho theos ho
deuteros). Origène d'Alexandrie, de même, appelle deuteros theos, le
propre logos de Dieu.
     Nous sommes donc sur la pente savonneuse qui conduit tout droit à
la doctrine d'Arius d'Alexandrie.
     Sur ce point encore, il y a opposition fondamentale et diamétrale
entre la doctrine de la petite communauté chrétienne naissante, à
Jérusalem, à partir de l'année 30, et la doctrine du philosophe platonicien
Philon d'Alexandrie. Jamais les Saintes Écritures hébraïques n'ont dit que
le logos de Dieu était le fils de Dieu. D'ailleurs cela ne peut pas se dire
en hébreu. Il est aussi absurde de dire que l'acte de parler de Dieu est fils
                                                                       - 124 -



de Dieu, que de dire que notre acte de parler à nous, est notre fils. L'acte
de parler de Dieu, c'est Dieu lui-même qui parle, ou qui cause. Dieu et
son acte de parler, ce ne sont pas deux êtres, mais un seul être. Si vous
dites que le logos de Dieu est le fils de Dieu, forcément, puisque dans
notre expérience un fils est un être distinct de son père, ceux qui vous
écoutent vont comprendre que Dieu et son logos, ce sont deux êtres.
Jamais dans les livres de la Nouvelle Alliance (latin novum testamentum)
il n'est dit que le logos de Dieu est fils de Dieu. Mais toujours, dans les
livres de la Nouvelle Alliance, le terme de fils s'applique à celui qui
s'appelait lui-même le fils de l'homme (hébreu ben adam). C'est lui, le
ben adam, qui est le médiateur entre Dieu et l'Homme, — et non pas le
logos de Dieu.

      1 Timothée 2, 5 : Car il est unique, Dieu ; et il est unique aussi le
      médiateur entre Dieu et l'homme, l'homme qui a reçu l'onction,
      Ieschoua (anthrôpos christos Ièsous).

     C'est lui, celui qui s'appelle lui-même en hébreu ben adam, qui est,
selon l'auteur encore inconnu de la lettre aux Hébreux, le kôhen ha-
gadôl, — et non pas le logos de Dieu —, qui n'est pas un individu divin
intermédiaire entre le Créateur et le créé.
     On voit l'opposition fondamentale, métaphysique et théologique, entre
la doctrine du christianisme naissant et la doctrine de Philon
d'Alexandrie. On comprend que Philon n'ait pas été attiré par le
christianisme s'il en a connu quelque chose.
     La doctrine de Philon d'Alexandrie concernant le logos de Dieu a
exercé une influence profonde sur les Pères de langue grecque, à partir
d'Origène d'Alexandrie. Origène d'Alexandrie, à la suite de Philon
d'Alexandrie, appelle fils de Dieu le logos de Dieu, et même dieu second
(deuteros theos). Origène d'Alexandrie, dans son traité (périarchôn),
explique que la première création était purement spirituelle, incorporelle,
et que la matérialité du monde physique résulte d'une chute, d'une
catastrophe, des substances spirituelles qui se sont lassées de l'Unité
divine. La doctrine d'Arius d'Alexandrie est dans la lignée ouverte par
Philon. Le logos de Dieu est un être autre que Dieu, et forcément
                                                                         - 125 -



inférieur à Dieu, en vertu du principe néoplatonicien selon lequel toute
procession est une dégradation.

      Lorsque les kabbalistes chrétiens, à partir du XVe siècle, vont essayer
de tirer des livres de la Qabbalah, ce qu'ils s'imaginaient être la théologie
trinitaire de l'Église, ils vont en fait partir d'une théologie trinitaire qui
remonte à Origène d'Alexandrie, théologie trinitaire selon laquelle le
logos de Dieu est un individu divin autre que Dieu. Nous sommes en
plein quiproquo ou malentendu, puisque toujours, à travers les siècles,
depuis Pierre et Paul, l'Église de Rome a professé que Dieu est unique et
absolument simple (una singularis simplex omnino et incommutabilis
substantia spiritualis, Concile du Vatican I, 1870).
      Le malentendu ne sera pas moindre en ce qui concerne la
christologie puisque, selon l'Église de Rome, le Christ est l'Homme
véritable uni à Dieu (verus homo vero unitus est Deo, Lettre du pape
Léon à Julien évêque de Cos, 13 juin 449). Il n'y a donc là-dedans aucune
théosophie, ni aliénation, ni exil. Et l'Homme créé ne préexiste pas à
l'union (Lettre du pape Léon à Julien, quod in Origene merito damnatum
est).
      Selon Philon d'Alexandrie, le mal provient de la matière (grec hulè).
La matière de Philon a tous les caractères de la matière de Platon. Le
corps, selon Philon d'Alexandrie, est la prison (grec desmôtèrion) de
l'âme ; le cadavre (grec nekron sôma), que l'âme traîne après elle.
      C'est déjà la doctrine d'Origène d'Alexandrie.

    L'ouvrage de Philon d'Alexandrie intitulé l'Ambassade auprès de
Caius (Caligula) a probablement été écrit après l'assassinat de Caius,
après 41.
    Philon nous apprend (Legatio, § 8 et sq.) que l'avènement de Caius
Caligula à l'Empire, après la mort de Tibère, a été accueilli avec
enthousiasme par les populations.
    Philon nous apprend aussi que le huitième mois de son règne,
octobre-novembre 37, une grave maladie (bareia nosos) tombe sur Caius
(§ 14). Le bruit selon lequel Caius était malade s'est répandu alors qu'on
naviguait encore, au début de l'automne, dernière période de navigation
                                                                      - 126 -



(§ 15). Alors on a arrêté les fêtes. Les visages se sont assombris. Toutes
les maisons et toutes les villes ont été remplies de tristesse. Toutes les
parties du monde habité (ta gar merè panta tes oikoumenes) sont
tombées malades avec lui, et d'une maladie encore plus grave que celle
de Caius (§ 16). Lorsqu'elle a commencé à se relâcher, la maladie, alors
rapidement, même ceux qui étaient aux limites, aux frontières de
l'Empire l'ont su, jusqu'aux jours où l'heureuse nouvelle de la guérison a
été annoncée (euèggelisthè, § 18). Alors on a recommencé les fêtes dans
tous les continents et dans toutes les îles. Personne n'a le souvenir d'une
telle joie à propos du salut (sôtèria) et du rétablissement d'un prince,
comme celle qu'à propos de Caius, la terre habitée tout entière a connue
lorsqu'il a reçu l'Empire et lorsqu'il s'est guéri de sa maladie (§ 19).
     Ensuite Philon d'Alexandrie raconte {Legatio, § 23) comment Caius
Caligula commande au petit-fils de Tibère de se donner la mort, en
présence d'un centurion. Après une série de meurtres, Caius Caligula a
estimé qu'il ne devait pas rester dans les limites de la nature humaine
mais il a voulu être considéré comme dieu (theos nomi-zesthai, Legatio,
§ 75). Caius a tenu le raisonnement suivant : De même que les chefs des
troupeaux des autres animaux, les bouviers, les chévriers et les autres
bergers, ne sont pas eux-mêmes des bœufs, des chèvres ni des moutons,
mais ce sont des hommes d'une condition supérieure ; de la même
manière aussi, moi qui suis le guide du genre humain, on doit penser que
je suis différent du troupeau et que je ne suis pas comme l'humanité
ordinaire, mais que j'atteins une condition supérieure et plus divine (§
76).
     Caius Caligula a alors entrepris sa propre déification ou divinisation
(ektheôsin, § 77). Il commence par s'assimiler tout d'abord à ceux qu'on
appelle les demi-dieux, Dionysos, Héraclès, etc. (§ 78). Ensuite il monte
dans la hiérarchie des dieux et il veut parvenir au degré des dieux les
plus vénérés, Hermès, Apollon, etc. (§ 93).
     Ce sont les seuls Judéens que Caius Caligula regardait d'un œil
mauvais parce que seuls les Judéens étaient prévenus en sens contraire.
En effet les Judéens seuls sont prévenus et enseignés depuis les langes
par leurs parents et leurs maîtres, et bien antérieurement par les saintes
lois et par des coutumes non écrites, à penser qu'il est unique le père et
                                                                        - 127 -



créateur de l'Univers, à savoir Dieu (§ 115). Tous les autres, hommes,
femmes, cités, peuples, pays, c'est-à-dire toute la terre habitée par les
hommes, ils gémissaient mais ils flattaient Caius. Certains ont même fait
entrer en Italie la coutume barbare qui consiste à se prosterner devant
César (§ 116). Un seul et unique peuple doit être mis à part, le peuple des
Judéens (§ 117).
    Nous touchons ici au point où l'on voit clairement pourquoi, depuis
Caius Caligula jusqu'au XXe siècle, les maîtres de ce monde ont
constamment eu horreur du monothéisme hébreu, une horreur
métaphysique, une détestation spirituelle.
    Friedrich Nietzsche (Zur Généalogie der Moral, § 16) :

      Rome contre la Judée, la Judée contre Rome. Il n'y a pas eu
      jusqu'à présent de plus grand événement que ce combat, cette
      contradiction mortelle. Rome a perçu dans le Judéen quelque
      chose comme l'anti-nature elle-même, le monstre qui s'opposait à
      elle... Que l'on pense à l'Apocalypse de Jean...

     Les habitants d'Alexandrie profitent de l'occasion pour se précipiter
sur la communauté judéenne d'Alexandrie, piller les maisons, parquer les
Judéens dans un enclos (§ 120 et sq.) et brûler les Judéens en pleine ville
(§ 130). Ils saccagent les maisons de réunion, les maisons de prière (grec
proseuchas). Ils y mettent le feu (§ 132). Connaissant la haine de Caius
Caligula contre les Judéens, ils savaient qu'ils n'avaient rien à craindre du
côté des autorités romaines (§ 133). Ils dressent dans toutes les maisons
de prière qui ne sont pas détruites, des statues de Caius Caligula(§134).
     Caius Caligula s'est enflé lui-même de fumée. Non seulement il a dit
qu'il était un dieu, mais il l'a pensé. Et ensuite il n'a trouvé personne, ni
parmi les Grecs ni parmi les Barbares, d'hommes plus exercés que ceux
d'Alexandrie pour fortifier ce désir démesuré et qui dépasse la nature
humaine (§ 162).

    Alors qu'il était à Rome, durant l'année 40, Philon apprend que
l'empereur Caius veut absolument faire élever dans le Temple de
Jérusalem, dans le Saint des Saints, une statue de lui-même.
                                                                         - 128 -




       Legatio ad Caium, § 184: Un autre malheur encore plus lourd,
       tout d'un coup, imprévisible, nous tombe dessus. Il amenait le
       danger non pas sur une seule partie du peuple judéen, mais il
       prenait ensemble le peuple tout entier... Quelqu'un arrive et
       annonce (§ 188) : C'est fini, il est perdu notre sanctuaire (grec to
       hier on). Une statue colossale, à l'intérieur des lieux impénétrables,
       inaccessibles aux profanes (grec a-dutos), il a fait dresser, voilà ce
       que Caius a ordonné et on doit l'invoquer sous le nom de Zeus.

Philon ajoute ce commentaire, § 194 :

   Avec la destruction du sanctuaire, il est à craindre que le nom qui est
commun à tout le peuple ne soit lui aussi effacé...

       Legatio, § 198 : La cause supérieure et première, vous la
       connaissez, et ils la connaissent, tous les hommes. Être considéré
       comme dieu, voilà ce qu'il veut, Caius. Et il a compris que seuls
       les Judéens ne se laisseront pas persuader. Et il sait qu'il ne peut
       pas leur infliger un plus grand malheur qu'en souillant la sainteté
       du sanctuaire. II a appris que parmi tous les sanctuaires qui sont
       partout, c'est celui-là qui est le plus beau. Depuis des temps sans
       fin, grâce à des dépenses incessantes et sans aucun souci
       d'épargner, constamment il est recouvert d'ornements qu'on lui
       ajoute...

     Au cours de l'hiver de l'année 39-40 les Judéens de la petite ville de
Jamnia, sur la côte, entre Joppé et Ascalon, avaient démoli un autel
construit par ceux que Philon appelle des allophuloi, qui généralement
traduit l'hébreu pelischtim, les habitants de la Palestine. Ils avaient appris
par des gens qui arrivaient sur la côte, combien Caius Caligula tenait à sa
propre divinisation (ektheôsin) et combien il éprouvait des sentiments
hostiles à rencontre de tout le peuple judéen. Caius Caligula est mis au
courant. Il décide alors de faire ériger une colossale statue recouverte
d'or dans le sanctuaire de la Ville-mère, Jérusalem (§ 203).
                                                                        - 129 -



     Une lettre est écrite pour que l'on érige la statue dans le Temple de
Jérusalem. Caius Caligula ordonne à Petronius, le gouverneur romain
(grec huparchos) de toute la province de Syrie, à qui il écrit cette lettre,
de conduire la moitié de l'armée romaine qui était auprès de l'Euphrate
— elle gardait le passage des rois et des peuples de l'Orient —, en Judée,
pour escorter la statue, en sorte que si quelqu'un s'avisait de s'y opposer,
il soit immédiatement mis à mort (§ 207).
     Petronius, le gouverneur de la Syrie, lorsqu'il a reçu la lettre de
l'Empereur, a été très embarrassé. Il ne pouvait pas s'opposer aux ordres
de l'Empereur. Il ne pouvait pas non plus aller contre le refus absolu des
Judéens de voir installer une statue de Zeus dans le Temple de Jérusalem
(§ 209). Petronius, le fonctionnaire romain, pensait à ce peuple si
nombreux qu'il n'a pas pu être contenu, comme chacun des autres
peuples, dans les limites d'une région déterminée. Son territoire, c'est
toute la terre habitée (pasa hè oikoumenè). Il est répandu sur tous les
continents et sur toutes les îles, en sorte qu'il semble ne pas être
beaucoup moins nombreux que les aborigènes (§ 214).
     Petronius avait peur que les Judéens des autres pays ne viennent
secourir leurs frères de Judée. Petronius redoutait surtout les armées qui
se trouvaient de l'autre côté de l'Euphrate (ai peran Euphratou
dunameis). Il savait que Babylone et nombre d'autres satrapies étaient
occupées par des Judéens. Il le savait non seulement pour l'avoir entendu
dire, mais aussi par expérience. Chaque année, des Judéens sont envoyés
de ces régions pour apporter de l'argent et de l'or au Temple de
Jérusalem, ramassé à partir des prémices (§ 215, 216). Caius Caligula
n'avait pas expédié de Rome la statue qu'il voulait faire installer dans le
Temple de Jérusalem (§ 220). Il avait ordonné que l'on réalise cette
statue dans un pays voisin. Petronius fait venir des artisans de Phénicie et
il leur fournit les matériaux nécessaires. Ils travaillaient à Sidon. Il
convoque aussi les kôhanim et les chefs des communautés judéennes. Il
leur fait connaître les ordres de Caius (§ 222).
     Lorsqu'ils ont appris, les Judéens de la Ville sainte, Jérusalem, et des
autres régions, ce qui se préparait, ils sont sortis en masse. Ils ont laissé
vides les villes et les villages et les maisons. Et ils se sont précipités en
Phénicie. C'est là que se trouvait Petronius (§ 225). Lorsqu'ils ont vu,
                                                                         - 130 -



certains de ceux qui étaient les nommes de Petronius, cette foule
innombrable qui s'approchait, ils se sont mis à courir et à crier à
Petronius de se garder, car ils s'attendaient à la guerre (§ 226). La
multitude des Judéens, d'un seul coup comme un nuage, a recouvert toute
la Phénicie (§ 226). Le conseil des anciens, des Judéens, s'adressa à
Petronius: «Nous sommes sans armes... Petronius, c'est par nature que
nous sommes pacifiques et aussi par raison (§ 229-230). Lorsque Caius a
reçu l'empire de Rome, les premiers de tous ceux qui habitent en Syrie,
c'est nous qui nous sommes réjouis (§ 231). C'est notre sanctuaire à nous
— le Temple de Jérusalem — qui a reçu les victimes à sacrifier (thusias)
en faveur de l'avènement de Caius (§ 232). Nous savons que les armées à
pied et à cheval sont prêtes contre nous, pour le cas où nous nous
opposerions à l'installation de la statue dans le Temple (§ 233). Les
anciens des communautés judéennes proposent à Petronius de sacrifier
eux-mêmes leurs propres femmes, leurs frères, leurs sœurs, leurs enfants
(§ 234). Puis, ajoutent-ils, nous nous égorgerons nous-mêmes (§ 235). »
Ensuite les anciens demandent à Petronius l'autorisation d'envoyer une
ambassade à Rome pour demander à Caius Caligula de renoncer à son
projet (§ 239).
     Petronius a été ému (§ 243). Petronius avait quelques lueurs en ce
qui concerne la philosophie judéenne (tes ioudaïkès philosophias) et sa
piété (§ 245). Petronius a donc décidé de ne pas presser les artisans qui
faisaient la statue, mais au contraire de les persuader de faire une statue
qui soit un chef-d'œuvre de l'art, pour gagner du temps (§ 246). Petronius
n'autorise pas l'ambassade que lui demandaient les Judéens (§ 247). Il
décide d'écrire à Caius sans accuser les Judéens, sans faire connaître
leurs supplications. Pour excuser la lenteur de l'érection de la statue, il
fait valoir que la fabrication de la statue demande du temps, et que d'autre
part la récolte des blés est mûre, ainsi que celle des autres céréales. Il est
donc à craindre que les populations judéennes ne ravagent les champs et
n'incendient les récoltes (§ 248-249).
     Lorsque Caius Caligula a reçu à Rome la lettre que Petronius lui
avait écrite de Syrie, il est entré en fureur (§ 254). Cela se passait sans
doute en juillet 40. Il s'est écrié : « Bravo, très bien Petronius ! Tu n'as
pas appris à écouter l'Empereur ! Tu n'as pas appris à connaître Caius !
                                                                          - 131 -



Tu te préoccupes des lois des Judéens, un peuple que je hais, mais tu ne
tiens aucun compte des ordres de ton souverain ! Tu as eu peur de la
foule. Est-ce qu'elles n'étaient pas là présentes les forces armées que
craignent tous les peuples de l'Orient, et leurs chefs, les Parthes ? Tu as
eu pitié. Et ainsi donc tu as préféré céder à des supplications plutôt que
d'obéir à Caius. Tu prends prétexte de la moisson (§ 257). » Caius dicte
une lettre adressée à Petronius, mais il dissimule sa fureur. Il renouvelle
l'ordre de dresser au plus tôt la statue dans le Temple de Jérusalem,
puisque la moisson était maintenant terminée (§ 259-260).
     Peu de temps après, arrive à Rome le roi Hérode Agrippa, qui vient
selon l'usage saluer Caius (§ 261). Il ne savait rien, ni de la lettre qu'avait
envoyée Petronius, ni de celle de Caius. Mais il discernait dans
l'agitation de l'Empereur et dans son regard la fureur. Caius s'adresse à
Hérode Agrippa : « Tes excellents concitoyens, c'est chez eux seuls que
dans tout le genre humain Caius n'est pas considéré comme dieu ! Ils
semblent se révolter contre moi. Ils veulent donc mourir? J'ai ordonné
que dans le Temple [de Jérusalem] on dresse une statue de Zeus. Le
peuple tout entier s'est rassemblé de la ville [Jérusalem] et de la région.
Ils sont sortis sous le prétexte de me supplier, mais en réalité pour
s'opposer à mes ordres (§ 265). » Hérode Agrippa s'évanouit (§ 266-
267). Quelques jours plus tard, Hérode Agrippa prend une tablette pour
écrire, et il envoie une lettre à Caius Caligula (§ 276). « Je suis né,
comme tu sais, judéen (grec Ioudaios). C'est Jérusalem qui est pour moi
le pays de mes pères. C'est là, à Jérusalem, qu'a été construit le temple
sacré du Dieu très-haut. J'ai eu des ancêtres qui étaient rois, dont certains
étaient appelés grands prêtres (grec archiereis) car ils plaçaient la royauté
en seconde ligne, après le souverain pontificat, parce que, autant Dieu
diffère de l'homme en excellence, autant la fonction de kôhen gadôl est
supérieure à la royauté. Parce que la fonction de grand prêtre, c'est le
service de Dieu tandis que la fonction de roi, c'est le service de l'homme.
Mon sort est d'être attaché à ce peuple, et à ce pays de mes pères, et à ce
Temple. Je te supplie pour tous. Pour le peuple. Il a toujours été dans les
dispositions de la plus grande vénération depuis le commencement envers
votre maison [la maison des Césars] (§ 279). Il offre des victimes à
sacrifier (thusias) qui sont apportées dans les fêtes, mais aussi dans les
                                                                         - 132 -



sacrifices perpétuels offerts chaque jour pour l'Empereur (grec endele-
chès, hébreu ôlat tamim, Exode 29, 42). Ils ne disent pas qu'ils sont amis
de César (philokaisares) mais ils le sont réellement (§ 280). »

     Dans la lettre qu'il a écrite et adressée à l'empereur Caius Caligula,
alors qu'il voulait faire dresser une statue de Zeus dans le Temple de
Jérusalem, Hérode Agrippa I parle ainsi de Jérusalem, en l'année 40.
Texte cité par Phi-Ion d'Alexandrie :

      Legatio ad Caium, § 281 : En ce qui concerne la Ville sainte... C'est
      la ville de mes pères... Elle est la Ville-mère non pas de l'unique
      région de la Judée mais aussi d'un très grand nombre à cause des
      colonies qu'elle a envoyées selon les circonstances dans les pays
      limitrophes : Égypte, Phénicie, Syrie et puis l'autre, celle qui est
      appelée la creuse [la Syrie enfoncée entre le Liban et l'Anti-Liban
      : le grec suria traduit l'hébreu aram ; le grec koilos, creux, traduit
      l'hébreu emeq, la vallée profonde] ; qu'elle a envoyées dans des
      régions plus lointaines : Pamphylie, Cilicie, et les nombreux pays
      de l'Asie jusqu'à la Bithynie, et jusqu'aux parties les plus reculées
      du Pont ; de la même manière vers l'Europe, la Thessalie, la
      Béotie, la Macédoine... L'Attique, Argos, Corinthe, la plupart et
      les meilleures régions du Péloponnèse. Et ce ne sont pas
      seulement les continents qui sont remplis par les colonies
      judéennes, mais aussi parmi les îles, les plus célèbres : Eubée,
      Chypre, Crète. Et je me tairai au sujet des pays qui sont au-delà de
      l'Euphrate. Car tous..., Babylone et parmi les autres satrapies qui
      ont autour d'elles une terre prospère, ils ont des habitants
      judéens... C'est à Jérusalem que tout d'abord, empereur, a été
      annoncée ta succession à l'Empire et c'est à partir de la Ville sainte
      que sur l'un et l'autre continent elle s'en est répandue, la nouvelle...
      En Orient la première ville, c'est elle, qui t'a proclamé empereur
      (autokratôr).

   Pour finir sa lettre, Hérode Agrippa en vient à sa prière en faveur du
Temple de Jérusalem :
                                                                       - 133 -




      Ce Temple, Caius, maître, il n'a jamais reçu depuis l'origine
      aucune forme faite de main d'homme, parce qu'il est le siège du
      véritable Dieu. Les œuvres des peintres et des sculpteurs sont des
      imitations des dieux perceptibles par les sens. Mais celui qui est
      invisible, le représenter par la peinture ou bien par une sculpture,
      cela n'a pas été considéré comme saint par nos ancêtres...

     Hérode Agrippa rappelle dans sa lettre à Caius Caligula l'affaire de
Pilate qui avait suspendu des boucliers recouverts d'or dans le palais
royal Hérode dit le Grand, qui était situé à Jérusalem (cf. p. 62), et il
ajoute (§ 306) :

      Dans ce temps-là, il s'agissait de boucliers sur lesquels n'était
      représentée aucune figure d'aucun être vivant. Et cela avait
      provoqué une révolte de la part des Judéens. Mais maintenant c'est
      beaucoup plus grave, puisque tu veux installer dans le Temple de
      Jérusalem une statue colossale. Dans l'affaire de Pilate, les
      boucliers avaient été suspendus dans la maison des gouverneurs.
      Tandis que toi tu veux installer la statue colossale dans la partie la
      plus intérieure, la plus secrète du Temple, dans la partie
      impénétrable, la partie interdite au profane (grec ta aduta), là où
      une seule fois dans l'année le kôhen ha-gadôl pénètre seul lors du
      jeûne (iôm ha-kippourim, Lévitique 23, 27).
      Et si jamais quelqu'un, je ne dis pas seulement d'entre les autres
      Judéens, mais même parmi les kôhanim, et non pas des derniers
      d'entre les kôhanim, mais des kôhanim qui ont reçu aussitôt après
      le premier [le grand prêtre], le rang suivant, si quelqu'un entrait
      [dans le Saint des Saints] après le kôhen gadôl ou même avec lui,
      bien plus, si lui-même le kôhen ha-gadôl y entrait deux jours dans
      l'année, ou bien même le même jour trois fois ou quatre fois, c'est
      une mort inévitable qu'il prend sur soi. Si grande est la garde qui
      entoure le lieu inaccessible (ta aduta)...

    D'après ce que rapporte Philon (§ 333), l'empereur Caius renonce à
                                                                       - 134 -



son projet et il ordonne d'écrire à Publius Petronius, le gouverneur de la
Syrie, de ne rien changer désormais, de ne faire aucune innovation dans
le Temple des Judéens. Mais il ajoutait :

      Si quelques-uns dans les territoires des environs, en dehors de la
      seule Ville-mère [Jérusalem] veulent élever des autels ou des
      sanctuaires ou des statues en faveur de moi-même et des miens,
      s'ils en sont empêchés, ceux qui les empêchent, ou bien qu'ils
      soient immédiatement châtiés ou bien qu'on me les amène... (§
      334).

      Puis Caius se repent de la grâce qu'il a accordée. Il ordonne qu'une
autre statue soit construite, colossale, en bronze, recouverte d'or, à Rome,
et qu'elle soit transportée sur des navires sans que cela se voie, en
cachette, et que tout d'un coup elle soit installée dans le Temple de
Jérusalem évidemment (§ 337). C'est cela qu'il allait faire lorsqu'il est
parti pour Égypte (§ 338).
      L'empereur Caius haïssait le peuple des Judéens. Il confisque les
maisons de prière qui étaient dans les autres villes, en commençant par
celles d'Alexandrie. Il les remplit de statues qui sont faites à sa propre
image (§ 346). Et le Temple qui est dans la Ville sainte, il l'a adapté et
transformé (en pensée !) en un temple qui lui soit propre, pour qu'il porte
le titre de : Zeus Épiphane Nouveau Caius. Le grec epiphanès signifie :
qui se montre, visible.
      Philon raconte, toujours dans Y Ambassade auprès de Caius,
comment la délégation judéenne d'Alexandrie a été reçue par l'Empereur
:

      Il ouvrait la bouche et grinçait des dents. « C'est vous, dit-il, les
      hommes qui haïssent dieu, les hommes qui ne pensent pas que moi
      je suis dieu, alors que déjà auprès de tous les autres hommes je
      suis reconnu comme tel ? Mais qui pensent que Dieu, ce n'est pas
      moi, moi qui déjà auprès de tous les autres hommes suis reconnu
      comme tel, mais celui qui ne peut pas être nommé par vous ? (§
      353) »
                                                                       - 135 -




    La délégation judéenne d'Alexandrie rappelle à l'empereur Caius que
pour fêter son avènement et la guérison de sa maladie, les Judéens ont
offert des sacrifices :

      Nous avons offert des sacrifices et ce sont des bœufs par centaines
      que nous avons sacrifiés, et ce ne sont pas des sacrifices où le sang
      est répandu sur l'autel, tandis que la viande est emportée pour un
      banquet à la maison..., mais ce sont des sacrifices où la victime est
      brûlée totalement (grec holokauta, n'existe pas en grec naturel,
      hébreu ôlah, pluriel ôlôt, Exode 29, 18, etc.) ; les victimes sacrées,
      nous les avons données à la flamme sainte et cela trois fois, et non
      pas une seule : La première fois lorsque tu as reçu la succession de
      l'Empire ; la deuxième fois lorsque cette grave maladie dont toute
      la terre habitée (pasa hè oikou-menè) a été malade avec toi,
      lorsque tu en as réchappé ; et la troisième fois pour ta victoire en
      Germanie [été 39] (§ 356).

     Réponse de l'empereur Caius Caligula : Soit. Tout cela est vrai.
Vous avez offert des sacrifices, mais à un autre, même si c'était pour
moi. Et alors, à quoi bon? Car ce n'est pas à moi que vous avez offert des
sacrifices ! (§ 357).
     L'Empereur voulait savoir, il posait les questions concernant les
coutumes des Judéens et leurs lois. Nous ne pouvions pas répondre, écrit
Philon. Nous tenions notre langue, nous fermions la bouche ; nous étions
bouche cousue. L'Empereur pose alors la question rituelle : Pourquoi donc
est-ce que vous vous abstenez de manger de la viande de cochon?
(§361).
     L'Empereur termine l'entretien par ces mots :

      Les Judéens ne sont pas plus mauvais que malheureux, à ce qu'il
      me semble. Ils sont privés d'intelligence puisqu'ils ne croient pas
      que j'ai hérité de la nature de dieu (§ 367).

    Nous autres les goïm de la fin du XXe siècle, en Gaule ou ailleurs,
                                                                        - 136 -



nous avions complètement oublié cette histoire de la statue que Caius
Caligula voulait faire élever dans le Temple de Jérusalem, ainsi que sa
maladie, si toutefois nous en avions entendu parler. Mais nos frères
judéens des années 40 et suivantes ont été profondément marqués par
cette affaire, qui leur rappelait évidemment l'affaire d'Antiochus
Épiphane, en 175-164 avant notre ère, racontée par le premier livre des
Maccabées, écrit en hébreu, puis traduit en grec selon le système
traditionnel, mot à mot, avec le lexique hébreu-grec traditionnel.
L'original hébreu est perdu, jusqu'à présent du moins. Nous nous
souvenons que le premier livre des Maccabées a été composé aux
environs de 104 avant notre ère (cf. p. 30-34).
     Le livre de Daniel a été terminé sans doute après 173 avant notre
ère. L'auteur inconnu, ou les auteurs inconnus, du livre de Daniel a donc
vécu, ou ont vécu, les événements. Il s'exprime en langage chiffré.

      Daniel 7, 20 : Et cette corne-là [= Antiochus IV Epiphane], et des
      yeux [étaient] à elle et une bouche qui disait de grandes choses,
      des énormités [contre Dieu] (araméen rabreban, grec stoma
      laloun megalà)...

      Daniel 8, 9 : Une corne [= Antiochus IV Epiphane]... Elle s'est
      agrandie dans la direction du sud et vers l'Orient vers la parure de
      la terre [= la Judée]. Et elle s'est agrandie jusqu'à l'armée des cieux
      et elle a fait tomber à terre [certains pris dans l'ensemble] de cette
      armée et de l'ensemble des étoiles et elle les a piétines. Et jusqu'au
      prince de l'armée elle s'est agrandie [hébreu : il = Antiochus
      Epiphane, s'est agrandi], et de lui [= du prince de l'armée des
      cieux] il a été aboli le sacrifice perpétuel (hébreu ha-tamid, Exode
      29, 38), et il a été rejeté, le fondement de son sanctuaire...

      Daniel 11, 31 : Et ce sont des semences (hébreu zeroïm, grec
      spermata), qui sortant de lui, se tiendront debout, et ils
      profaneront le sanctuaire... Et ils supprimeront le sacrifice
      perpétuel (hébreu ha-tamid, grec endele-chismon, n'existe pas en
      grec naturel, Exode 29, 38) et ils donneront l'effroyable
                                                                       - 137 -



      abomination (ha-schiqqoutz         meschômem,       grec   bdelugma
      erèmôseôs)...

     ... la profanation du Temple de Jérusalem par les soldats d'Antiochus
IV Epiphane en 168 avant notre ère : la statue de Jupiter Olympien.
     L'auteur inconnu de Daniel compose en pleine terreur. Il écrit en
langage chiffré. L'auteur inconnu du premier livre des Maccabées, autour
de 104 avant notre ère, n'a plus peur de rien et il s'exprime clairement en
historien.

      1 Maccabees 1, 54: Et le quinzième jour de kiselev [prononcé
      kaselev par les traducteurs en langue grecque = le neuvième mois
      = décembre, en 168 ou 167 avant notre ère, selon les érudits] il a
      fait construire l'effroyable abomination {bdelugma erèmôseôs =
      hébreu ha-schiqqoutz meschômem, Daniel 11,31) sur l'autel des
      sacrifices et dans les villes de Iehoudah, tout autour, il a fait
      construire des autels [pour les divinités païennes]...

     Les quatre Évangiles — les quatre dossiers de notes prises en hébreu au
jour le jour et du vivant du Rabbi — ont été traduits de l'hébreu en grec,
pour être communiqués aux frères et aux sœurs des communautés
judéennes de la Diaspora de langue grecque, en pleine terreur. C'est
pourquoi ils s'expriment constamment en langage codé ou chiffré, par
crainte des représailles et des persécutions. S'ils avaient été produits,
comme on dit, directement en langue grecque, dans les années 80-90 et
au-delà, pour le quatrième Évangile, on ne voit pas pourquoi les
rédacteurs auraient dissimulé ce qu'ils savaient, et écrit en langage codé,
par allusions. Ils auraient dit ce qu'ils avaient à dire clairement, comme
Joseph surnommé Flavius qui écrivait après la fin de la guerre entre les
Romains et les Judéens.
     Les traductions en langue grecque archaïque ont été faites aussitôt que
cela a été nécessaire pour communiquer aux frères et aux sœurs des
communautés judéennes de la Diaspora les actes et les paroles du Rabbi
avant l'année 36 qui a vu le passage du monothéisme hébreu aux goïm.
                                                                                                    - 138 -



         Matthieu 24, 15 : Lorsque vous verrez l'effroyable abomination7
         qui a été dite par Daniel le prophète, debout dans le lieu saint [= le
         Temple de Jérusalem], — celui qui lit, qu'il soit intelligent — qu'il
         fasse attention à ce qu'il lit, c'est chiffré, — alors ceux qui [sont] en
         Judée, qu'ils s'enfuient dans les montagnes...

         Marc 13, 14: Et lorsque vous verrez l'abomination effroyable
         (bdelugma tes erèmôseôs) debout là où il ne faut pas, — celui qui
         lit, qu'il soit intelligent — alors ceux qui [sont] en Judée, qu'ils
         s'enfuient vers les montagnes...

         Luc 21, 20 : Lorsque vous la verrez encerclée par des armées,
         Jérusalem, alors sachez qu'elle est proche, sa dévastation. Alors
         ceux qui [sont] en Judée, qu'ils s'enfuient dans les montagnes et
         ceux qui sont au milieu d'elle [= de Jérusalem], qu'ils s'enfuient, et
         ceux qui sont dans les campagnes, qu'ils n'entrent pas en elle [=
         dans Jérusalem]... Et ils tomberont par la bouche de l'épée (grec
         stomati machairès, hébreu le-pi hereb, Genèse 34, 26 ; etc.) et ils
         seront conduits en déportation dans toutes les nations païennes, et
         Jérusalem sera piétinée par les païens...


Une page obscure de Paul

         2 Thessaloniciens 2, 1 : Nous vous le demandons, frères, en faveur
         de, ou à cause de, la présence (grec parousia) de notre Seigneur
         Ieschoua maschiah, et de notre réunion à lui, que vous ne vous
         laissiez pas rapidement ébranler et écarter du bon sens, de la
         raison, et que vous ne vous laissiez pas effrayer, ni par [une
         prophétie de] l'esprit, ni par une parole [prophétique], ni par une
         lettre, comme si elle avait été envoyée par nous, qui prétendrait
         qu'il est arrivé, le jour de YHWH...

7
 Bdelugma tes erèmôseôs, hébreu schiqqoutzim meschômem, Daniel 9, 27 ; ha-schiqqoutz meschômem, Daniel 11,
31 ; schiqqoutz schômem, Daniel 12, 11.
                                                                          - 139 -



      Amos 5, 18 : Hoï ceux qui désirent le jour de YHWH (grec tèn
      hèmeran kuriou). C'est pourquoi faire, cela, pour vous, jour de
      YHWH ? Lui [il est] ténèbre et non pas lumière... C'est comme
      lorsqu'il s'enfuit, un homme loin de la face du lion, et il rencontre
      un ours... Est-ce qu'il n'est pas ténèbre, le jour de YHWH, et non
      lumière...

      Joël 1, 15 : Parce qu'il est proche, le jour de YHWH...

     Le jour de YHWH, chez les anciens prophètes hébreux, c'est le jour
de la visite de YHWH, le jour où il exerce son jugement sur un peuple, ce
n'est pas la fin du monde...

      2 Thessaloniciens 2, 3 : Que personne ne vous trompe d'aucune
      manière. Parce que si elle ne vient pas la révolte [contre Dieu], ou
      l'infidélité [à Dieu] tout d'abord, et s'il ne se dévoile pas, s'il ne se
      découvre pas, l'homme du crime [= l'humanité criminelle], le fils
      de la perdition...

      2 Thessaloniciens 2, 3 : ... Parce que si elle ne vient pas la révolte
      (grec apostasia, hébreu mered, Josué 22, 22) [contre Dieu], ou
      l'infidélité [à Dieu] (hébreu maal, 2 Chroniques 28, 19), ou encore
      : des hommes fils de beliiaal, 1 Rois 21, 13 (grec andres tes
      apostasias), ou encore : la méchanceté (hébreu raah, grec
      apostasia, Jérémie 2, 19), tout d'abord, et s'il ne se découvre pas
      (apokalupthè, hébreu galah, découvrir, mettre à nu ; niphal parfait
      nigelah, se découvrir, se dévoiler) l'homme du crime... En grec :
      ho anthropos tes anomias, selon certains manuscrits ; tes
      hamartias, selon d'autres manuscrits. Ces variantes qui ne sont
      évidemment pas des erreurs de copie, permettent de se demander
      s'il n'a pas existé en fait, aux origines, plusieurs traductions. Le
      grec anomia traduit une multitude de mots hébreux. Le grec
      hamartia aussi. A l'intersection des deux ensembles, nous
      trouvons des mots hébreux comme awôn. C'est donc peut-être le
      terme hébreu dont Paul s'est servi.
                                                                         - 140 -




     Nous ne pensons pas que l'expression : « l'homme du crime »
désigne un individu particulier, singulier. Nous pensons que le mot grec
anthropos recouvre l'hébreu ha-adam, qui signifie l'Homme, l'Humanité,
le genre humain. Et nous pensons donc que par cette expression, Paul
désigne un certain type d'humanité, une certaine espèce d'humanité, un
certain genre d'humanité, de plus en plus criminelle, celle que nous
voyons s'épanouir au XXe siècle.

     ... l'homme du crime [= l'humanité criminelle], le fils de la perdition
(grec ho huios tes apôleias, hébreu probable : ben ha-abaddôn)... Le
verbe hébreu abad signifie : errer, se perdre, en parlant d'un agneau ;
aller à la perdition, en parlant d'un empire ou d'un royaume ; être ruiné,
en parlant d'une récolte ; aller à la destruction, en parlant des personnes ;
périr, exterminer, annihiler. Le substantif abaddôn signifie : la
destruction, l'annihilation, le lieu de la destruction, de la mort, Psaume
88, 12.
     Esther 8, 5 : Les lettres [qui contiennent] les pensées, les desseins,
de Haman... qu'il a écrites pour détruire, exterminer (hébreu le-abbed,
grec apolesthaî) les Judéens qui [sont] dans toutes les provinces du roi.
Car comment pourrai-je [supporter] et verrai-je le malheur qui va
atteindre mon peuple et comment pourrai-je [supporter] et verrai-je la
destruction, l'extermination (hébreu abedan, grec apôleia) de ceux qui
m'ont engendrés...

     L'expression « le fils de la perdition », ou de la destruction (grec ho
huios tes apôleias, hébreu probable ben ha-abaddôn) se trouve en Jean
17, 12.
     Pour comprendre cette expression, il faut se souvenir qu'en hébreu,
ben, le fils, signifie plusieurs sortes de relations et d'appartenances.

     Fils d'une année = âgé d'un an ; les fils de la révolte, Nombres 17, 25
; les fils de la misère, Proverbes 31, 5 ; les fils de l'injustice ou du crime
(hébreu benei awelah, grec huios adikias, au singulier), 2 Samuel 7, 10 ;
le fils du crime, Psaume 89, 23 : le fils du crime ne l'opprimera pas
                                                                         - 141 -



(hébreu ben awelah, grec huios anomias) ; fils de la mort (hébreu ben
mawet, grec huios thanatou), 1 Samuel 20, 31 : Fils de mort vous [êtes]
(hébreu benei mawet attem, grec huioi thanatôseôs), 1 Samuel 26, 16 :
vous méritez la mort ; 2 Samuel 12, 5 : Fils de la mort, l'homme qui a fait
ça ! Psaume 79, 11 : Que parvienne à ta face le gémissement du
prisonnier..., sauve les fils de la mise à mort [= les condamnés à mort];
Psaume 102, 21 : pour délivrer les fils de la mise à mort ; Deutéronome
25, 2 : S'il est fils de frapper (hébreu ben hakkôt = s'il mérite de recevoir
des coups, le méchant, grec axios plègôn) ; Isaïe 21, 10 : Fils de mon aire
à battre le blé, ben gareni. Fils de la force ou du courage, ben haïl, 1
Samuel 18, 17, etc.
      Luc 20, 36 : les fils de la relevée d'entre les morts ; Matthieu 8, 12 :
les fils du royaume ou du règne ; Matthieu 9, 15 : les fils de la tente
nuptiale (grec oi huioi tou numphônos, hébreu benei ha-houppah) ; Marc
2, 19 ; Luc 5, 34 ; Matthieu 23, 15 : Vous faites de lui un fils de la vallée
du fils de Hinnom (hébreu gei ben hinnôm, Josué 15, 8, etc.) ; ou vallée
des fils de Hinnom (hébreu gei benei hinnôm, 2 Rois 25, 10)... Luc 10, 6
: S'il est ici un fils de la paix... Luc 16, 8 : les fils du monde de la durée
présente (hébreu évident benei ha-ôlam ha-zeh).

    Nous ne pensons pas, cette fois encore, que l'expression ho huios tes
apôleias, le fils de la destruction ou de la perdition, que nous avons lue
(1 Thessaloniciens 2, 3) désigne un individu singulier, particulier, mais
plutôt une souche, un type d'humanité, une sorte d'humanité, qui va à la
destruction parce qu'elle se détruit elle-même, une espèce d'humanité
criminelle, celle que nous voyons avec une particulière clarté en cette fin
du XXe siècle.

       2 Thessaloniciens 2, 4 : ... le persécuteur, l'ennemi, celui qui s'est
       élevé au-dessus de tout prétendu dieu, de tout soi-disant dieu ou
       objet de vénération, jusqu'à le faire siéger [le prétendu dieu] dans
       le Temple de Dieu pour faire voir que lui-même, l'ennemi, il est
       un dieu...
       2 Thessaloniciens 2, 4 : ... Le persécuteur, l'ennemi, grec ho
       antikeimenos, hébreu le verbe tzour, kal parfait we-tzarti, Exode
                                                                         - 142 -



      23, 22 ; tzarar, participe tzôrer, Exode 23, 22 ; Esther 8, 11 ;
      Deutéronome 2, 9 ; satan, 1 Rois 11, 14 : Et il fait se lever,
      YHWH, un ennemi, hébreu satan, transcription en caractères
      grecs, satan ; 1 Rois 11, 23 : Et il a suscité, Dieu, contre lui, un
      ennemi, hébreu satan ; 1 Rois 11, 25 : Et il a été un ennemi,
      hébreu satan, contre Israël... Certains manuscrits grecs donnent:
      antikeimenos.

     Il est fort possible, il est même assez vraisemblable que Paul ici fait
allusion à Caius Caligula. Ce que Paul dit ici ressemble beaucoup à ce
que Philon d'Alexandrie disait de cet empereur, spécimen remarquable
de cette humanité qui a atteint un degré de corruption, de cruauté et de
perversion, qui explique son horreur du monothéisme.
     Ce que dit Paul dans la suite de la seconde lettre aux frères et aux
sœurs de la petite communauté chrétienne de Thessalonique, est pour
nous obscur, parce que nous ne savons pas à quoi il fait allusion, mais
ceux et celles à qui il écrivait comprenaient :

      2 Thessaloniciens 2, 5 : Est-ce que vous ne vous souvenez pas
      que, lorsque j'étais encore auprès de vous, ce sont ces choses que
      je vous ai dites ? Et maintenant, ce qui le tient, ce qui le retient, ce
      qui l'empêche, vous le savez, en sorte qu'il se découvre, ou se
      dévoile (le verbe grec apokaluptô, hébreu galah) dans le temps
      qui lui est favorable. Car le secret (grec mustèrion, hébreu sôd,
      araméen raz ou raza, Daniel 2, 18, etc.) il est déjà en train d'opérer
      ou d'agir, — le secret du crime (grec anomia, hébreu possible
      awôn, Genèse 19, 15 ; Exode 34, 7 ; Lévitique 16, 21, etc.). Mais
      seulement celui qui le retient, ou l'empêche maintenant jusqu'à ce
      qu'il s'en aille du milieu [de nous] (grec ek mesou, hébreu mi-tôk,
      Jérémie 51,6: Fuyez du milieu de Babel...). Et c'est alors qu'il se
      découvrira (le verbe grec apokaluptô, hébreu galah) le criminel, le
      méchant, l'homme mauvais (grec ho anomos, hébreu possible
      rascha, 1 Samuel 24, 14 ; etc.).

    Nous ne savons pas à quoi ni à qui Paul fait allusion. Il écrit lui aussi
                                                                        - 143 -



en langage codé. Il fait allusion vraisemblablement à une situation
historique et politique précise. Paul est passé à Thessalonique lors de son
deuxième voyage, commencé peut-être en l'année 49. Il pouvait donc
être à Thessalonique durant l'hiver 49-50. Caius Caligula a été assassiné
le 24 janvier 41. Claude est empereur depuis janvier 41 jusqu'à octobre
54. Le roi Hérode Agrippa est mort en 44. Son fils Agrippa ne l'a pas
encore remplacé à Jérusalem, il est trop jeune. Le gouverneur de la
Judée, entre 48 et 52, c'est Ventidius Cumanus. Le troisième voyage de
Paul commence sans doute au printemps de l'année 52. Il passe en
Macédoine peut-être durant l'été ou l'automne de l'année 56. Nous ne
savons pas exactement de quand date la deuxième lettre de Paul aux
Thessaloniciens, ni d'où elle a été écrite. Paul est revenu à Jérusalem, au
terme de son troisième voyage, pour la Pentecôte de l'année 57 ou 58. Il
est resté deux ans prisonnier à Césarée.


Apocalypse 13

     Puisque nous y sommes, jetons à l'avance un coup d'oeil sur un texte
de l'Apocalypse que nous allons retrouver plus loin.

      Apocalypse 13, 1 : Et j'ai vu, issue de la mer, une bête qui
      montait... Et l'une de ses têtes a été comme abîmée, détruite (grec
      sphazô ; sphattô, égorger une victime, hébreu schahat, détruire) à
      mort (grec eis thanaton, hébreu halah la-mout, 2 Rois 20, 1) et le
      coup de sa mort (grec hèplègè tou thanatou autou, hébreu makah)
      [= la blessure qui résulte du coup] a été guéri. Et alors elle a été
      stupéfiée (hébreu probable schamam, kal parfait schamemah,
      niphal parfait naschammou, participe féminin neschammah) la
      terre tout entière (hébreu kôl ha-arets) derrière la bête [ce n'est pas
      du grec, c'est de l'hébreu, aharei ha-haiiah]. Et ils se sont
      prosternés devant le monstre marin (hébreu le-tanniri) parce qu'il
      a donné la puissance, le pouvoir, à la bête, et ils se sont prosternés
      devant la bête et ils ont dit : « Qui est semblable à la bête, qui est
      comme la bête, et qui peut faire la guerre avec elle ? »
                                                                      - 144 -




     C'était en effet une question qui se posait parmi les Judéens,
résistants ou collaborateurs : Qui peut faire la guerre à l'empire romain ?

      Apocalypse 13, 5 : ... Et il lui a été donné une bouche qui disait
      des choses énormes [Daniel 7, 8 ; 7, 20], et des insultes contre
      Dieu, et il lui a été donné le pouvoir (grec exousia) de faire
      quarante-deux mois... (c'est l'emploi hébreu du verbe faire, asah).

      Guerre II, 204 : Caius a régné trois ans et huit mois, puis il a été
      tué par ruse...

    En fait Caius Caligula a été empereur entre le 18 mars 37 et le 24
janvier 41, ce qui fait trois ans et 10 mois = 46 mois.

      Apocalypse 13, 11 : Et j'ai vu une autre bête qui montait de la
      terre... Et la puissance, le pouvoir (grec exousia) de la première
      bête, tout entière elle la fait (le verbe hébreu asah) devant sa face
      et elle fait que la terre, ou le pays, et ceux qui y habitent, se
      prosternent devant la première bête, celle dont a été guérie la
      maladie de sa mort... Elle dit à ceux qui habitent le pays de faire
      une statue (grec eikôn, hébreu tzelem) pour la bête, la bête à qui le
      coup de l'épée et elle s'est remise à vivre. Et il lui a été donné de
      donner un esprit à la statue de la bête, afin qu'aussi elle parle, la
      statue de la bête, et qu'elle fasse en sorte que tous ceux qui ne se
      prosternent pas devant la statue de la bête soient mis à mort...

     On peut se demander si la maladie mortelle de Caius Caligula, puis
sa guérison — dont nous parle Philon d'Alexandrie —, l'assassinat de
Caius Caligula, le 24 janvier 41, et son remplacement immédiat par
Claude, grâce aux bons soins du roi judéen Hérode Agrippa I, comme
nous allons le voir bientôt, n'a pas fortement frappé nos frères judéens de
ce temps-là.
     Ce qui semble encore plus probable, c'est que Iohanan ici fait
allusion à l'affaire de la statue. Mais nous allons y revenir plus loin, en
                                                                          - 145 -



regardant de plus près ce texte de l'Apocalypse.


Joseph et l'affaire de la statue

     Joseph a raconté lui aussi l'histoire de la statue. Il écrit la Guerre des
judéens contre les Romains après la fin de la guerre, après 70, et donc
trente ans après Philon d'Alexandrie. Il écrit son Histoire ancienne de la
Judée et des Judéens (— Antiquités) encore beaucoup plus tard, puisqu'il
la termine la treizième année du règne de l'empereur Domitien, alors que
lui, Joseph, est âgé de 56 ans, en 93. Mais il s'est servi de documents
bien antérieurs.

       Guerre II, 184: Caius... a voulu que lui-même soit considéré
       comme un dieu et être appelé ainsi... C'est Petronius avec une
       armée qu'il envoya à Jérusalem pour ériger dans le Temple [le
       naos, le Temple proprement dit] les statues de sa personne. Et il a
       ordonné que, s'ils ne l'acceptent pas, les Judéens, de tuer ceux qui
       s'y opposeraient ; et tout le reste de la nation, de le réduire en
       esclavage... Et Petronius, avec trois légions et avec un grand
       nombre de soldats associés pris en Syrie, s'est avancé en Judée.
       Parmi les Judéens, les uns étaient incrédules en ce qui concerne
       les bruits de guerre ; les autres y croyaient mais ils étaient dans
       l'impossibilité de se défendre. L'armée [de Petronius] était déjà
       arrivée à Ptolémaïs. La crainte aussitôt a saisi tout le monde... Les
       Judéens, avec femmes et enfants, s'étaient rassemblés dans la
       plaine qui se trouve en face de Ptolémaïs. Ils ont supplié pour les
       lois de leurs pères tout d'abord, et puis ensuite pour eux-mêmes.
       Alors lui, Petronius, il a cédé à la foule et aux prières. Il a laissé
       les statues (grec andriantas) et les armées à Ptolémaïs. Il est allé
       en Galilée et il a convoqué le peuple et tous les notables à
       Tibériade. Il leur a exposé la puissance des Romains et les
       menaces de César... ? Puisque tous les peuples soumis à Rome,
       dans chaque ville, ont érigé, avec les autres dieux, aussi les statues
       (grec eikonas) de César, ils sont, eux les Judéens, les seuls à s'y
                                                                         - 146 -



      opposer... Les Judéens ont mis en avant la Torah et les coutumes
      de leurs pères : ni une représentation (grec deikèlon), ni une
      représentation de Dieu comme s'il était un homme, non seulement
      dans le Temple [le naos], mais encore dans n'importe quel endroit
      du pays, il n'est permis de l'ériger... Alors la foule se mit à crier
      qu'elle était prête à souffrir pour la Torah... Petro-Anius leur dit : «
      Vous allez donc faire la guerre à César?» Alors les Judéens dirent
      qu'ils offraient des sacrifices deux fois par jour pour César et pour
      le peuple des Romains. Mais si César voulait ériger les statues
      (grec tas eikonas), il lui faudrait tout d'abord offrir en sacrifice
      tout le peuple des Judéens. Ils s'offraient eux-mêmes pour le
      carnage avec les enfants et les femmes. A ces mots, l'admiration et
      la compassion pénétrèrent Petronius, à cause de l'insurpassable
      piété des hommes et par le fait qu'ils étaient prêts à mourir...
      Petronius a repris son armée. Il est parti de Ptolémaïs et il est
      retourné à Antioche. Et de là voici qu'il a envoyé [un messager et
      un message] à César [pour exposer] sa propre irruption dans le
      territoire de la Judée et les supplications de la population. Si l'on
      ne veut pas qu'à cause des statues [nous lisons andrias, statue
      d'homme], même le pays soit détruit et périsse, il faut que les
      habitants puissent observer leur loi et que l'ordre donné [par
      Caius] soit révoqué.
      A ces lettres, il a répondu en termes qui n'étaient pas très modérés,
      Caius. Il menaçait Petronius de mort, parce que, de ses ordres
      donnés, il avait été un serviteur lent et paresseux.
      Mais les porteurs de ces lettres [de Caius], il arriva qu'ils ont été
      ballottés par la tempête trois mois sur la mer, tandis que d'autres
      messagers qui annonçaient la mort de Caius ont fait un heureux
      voyage. Petronius a reçu les lettres [qui annonçaient la mort de
      Caius] vingt-sept jours avant les lettres qui étaient dirigées contre
      lui.

    Voici maintenant comment Joseph, vingt ans plus tard, présente de
nouveau l'affaire de la statue, dans son Histoire ancienne de la Judée :
                                                                 - 147 -



Antiquités XVIII, 250 : Quant à Caius... avec le temps, il cessa de
se regarder comme un homme, se divinisant lui-même à cause de
la grandeur de sa puissance, et il en arriva à se conduire en tout
sans respecter les dieux...

Antiquités XVIII, 257 : Des troubles se sont élevés à Alexandrie
entre la colonie judéenne et les Grecs. Trois délégués choisis par
chacun des deux partis allèrent trouver Caius. L'un des
ambassadeurs des Alexandrins était Apion, qui calomniait les
Judéens en prétendant entre autres choses qu'ils méprisent le culte
de l'Empereur ; alors que tous les sujets de l'empire romain
élevaient à Caius des autels et des temples et lui rendaient par
ailleurs en tout les mêmes honneurs qu'aux dieux, seuls les
Judéens considéraient comme honteux de l'honorer par des statues
et de jurer en attestant son nom... Philon, chef de la délégation
judéenne, homme illustre en tout, frère de l'alabarque Alexandre et
très versé dans la philosophie, était en mesure de réfuter ces
accusations. Caius le lui interdit et lui ordonna de s'éloigner de sa
présence. Il était visiblement très irrité et prêt à prendre des
mesures terribles contre les Judéens. Philon s'en alla sous les
outrages et dit aux Judéens qui l'entouraient qu'il fallait avoir bon
courage, car, si Caius s'emportait contre eux en paroles, en fait il
s'était déjà attiré l'inimitié de Dieu... Mais Caius, irrité d'être
tellement dédaigné par les Judéens seuls, envoya comme légat en
Syrie, Petronius, qui succéda à Vitellius dans le gouvernement ; il
lui ordonna d'entrer en Judée avec de nombreuses forces et de lui
dresser une statue dans le Temple de Dieu, si les Judéens
l'accueillaient de bon gré, et de les mater d'abord par la guerre,
s'ils se montraient malveillants. Petronius, après avoir pris
possession de la Syrie, se hâta d'obéir aux ordres de l'Empereur. Il
réunit autant d'auxiliaires qu'il put et prenant avec lui deux légions
de l'armée romaine, arriva à Ptolémaïs pour y hiverner, car il
voulait pousser activement la guerre du printemps, et il écrivit à
Caius ses résolutions. Caius, louant son ardeur, lui ordonna de ne
pas se relâcher et de faire une guerre sans merci à ceux qui
                                                                  - 148 -



n'obéiraient pas. Or, plusieurs milliers de Judéens vinrent à
Ptolémaïs trouver Petronius pour lui demander de ne pas les forcer
à transgresser la loi de leurs pères...

Antiquités XVIII, 265 : Petronius vit à leurs discours que leur
résolution était invincible... Réunissant ses familiers et les
officiers qu'il avait autour de lui, il se hâta d'aller à Tibériade,
désireux de se rendre compte de la situation des Judéens. Ceux-ci,
considérant comme immense le péril de la guerre contre les
Romains, mais comme plus grand encore celui de transgresser la
Torah, se portèrent de nouveau par dizaines de mille au-devant de
Petronius quand il fut arrivé à Tibériade, le suppliant de ne pas
leur infliger une telle contrainte et de ne pas souiller leur Ville par
la consécration d'une statue... Et ils se prosternèrent la face contre
terre en découvrant leur gorge, déclarant qu'ils étaient prêts à
mourir. Cela se répéta pendant quarante jours ; du reste, ils
négligeaient de cultiver leurs champs au moment même de la
saison des semailles, car ils étaient bien décidés à mourir et le
désiraient plutôt que de voir consacrer la statue de l'Empereur...
Telle était la situation quand Aristobule, frère du roi Agrippa,
Helkias le Grand [mari de Cypros, petite-fille d'Hérode dit le
Grand] et les principaux membres de la dynastie, avec les
premiers citoyens, se rendirent auprès de Petronius pour le
supplier, puisqu'il était témoin du zèle du peuple, de ne pas le
pousser au désespoir et d'écrire à Caius combien les Judéens
avaient horreur d'accueillir la statue, comment ils s'abstenaient de
cultiver pour manifester leur opposition, sans vouloir combattre,
parce qu'ils ne le pouvaient pas, mais prêts à mourir avec joie
plutôt que de transgresser leurs lois... Peut-être Caius se laisserait-
il fléchir, au lieu de prendre une décision cruelle ou de penser à
détruire complètement le peuple...
Petronius jugea donc préférable d'annoncer à Caius que ces gens
étaient intraitables. Il savait bien que l'Empereur serait irrité que
l'on n'eût pas obéi à ses ordres sur-le-champ.... Si Caius persistait
dans la même folie qu'auparavant, Petronius entamerait la guerre
                                                                         - 149 -



      contre les Judéens ; si, au contraire, c'était contre lui que
      l'Empereur tournait sa colère, il était beau pour un sectateur de la
      vertu de mourir pour une telle multitude d'hommes. Petronius
      décida donc de se laisser persuader par les paroles des suppliants...

    Et maintenant, voici comment Joseph raconte à son tour, cinquante
ans après Philon d'Alexandrie, l'intervention du roi judéen Hérode
Agrippa I, que l'empereur de Rome Caius Caligula avait fait roi :

      Antiquités XVIII, 289 : Le roi Agrippa, qui séjournait à ce
      moment-là à Rome, s'avançait beaucoup dans les bonnes grâces de
      Caius. Un jour il lui offrit un festin et voulut surpasser tout le
      monde par le luxe du repas et les mesures prises pour le plaisir des
      convives, si bien que non seulement un autre, mais Caius lui-
      même ne pût songer à l'égaler, encore moins à le surpasser... Caius
      admira ses dispositions et sa magnificence, car il [= Agrippa]
      s'était imposé de gagner sa faveur par le déploiement d'une
      abondance qui allait jusqu'au-delà de ses moyens. Caius voulut
      donc rivaliser avec la générosité qu'Agrippa avait montrée pour lui
      faire plaisir. Excité par le vin et l'esprit tourné vers la joie, il dit
      pendant le banquet, quand Agrippa leva une coupe à sa santé : «
      Agrippa, je savais déjà quelle déférence tu as pour moi et le grand
      dévouement que tu m'as témoigné, malgré les dangers que tu as
      courus du fait de Tibère à cause de cela... Aussi, comme je juge
      déshonorant de t'être inférieur en zèle, je veux compenser toute
      mon infériorité antérieure. C'est bien peu de chose que tous les
      dons que je t'ai déjà faits. Aussi, tout ce qui pourrait contribuer à
      te rendre heureux te sera accordé par ma bienveillance et ma
      puissance. »
      En parlant ainsi, il pensait qu'Agrippa lui demanderait beaucoup
      de terres ou les revenus de certaines villes. Mais bien qu'ayant sa
      requête toute prête, Agrippa ne dévoilait pas sa pensée. Il répondit
      sur-le-champ à Caius que ce n'était pas auparavant dans l'espoir
      d'un gain qu'il l'avait servi contre l'ordre de Tibère, et que
      maintenant non plus il n'agissait pas pour un profit et un avantage
                                                                        - 150 -



      particuliers... Caius frappé d'admiration pour sa vertu, n'en
      persista que davantage à lui demander quel présent lui serait
      agréable à recevoir.
      Et le lendemain : « Maître, dit Agrippa, puisque ta bienveillance
      me juge digne de tes présents, je ne te demanderai rien de ce qui
      touche à la richesse... Mais quelque chose qui t'attirerait la gloire
      d'être pieux... Je te demande donc de ne plus songer à te faire
      consacrer la statue que tu ordonnes à Petronius de t'ériger dans le
      Temple des Judéens...»
      Caius acquiesça donc et écrivit à Petronius, le louant et d'avoir
      rassemblé l'armée et de l'avoir consulté par lettre au sujet des
      Judéens. « Maintenant donc, si tu as devancé cette lettre en me
      dédiant la statue, laisse-la debout. Mais si tu n'as pas encore fait la
      dédicace, ne te tourmente pas davantage à ce sujet, renvoie ton
      armée et reprends ta charge primitive, car je ne désire plus qu'une
      statue me soit dédiée, voulant accorder ma faveur à Agrippa que
      j'estime trop pour résister à sa demande et à ses prières... »
      Caius avait écrit cela à Petronius avant d'être averti que celui-ci
      soupçonnait les Judéens de préparer un soulèvement, parce que
      leurs dispositions indiquaient qu'ils étaient résolus à menacer de
      faire la guerre aux Romains. Aussi, très offensé de ce qu'ils
      eussent osé braver sa puissance,... il écrivit à Petronius : « Puisque
      tu as préféré tous les dons que les Judéens t'ont faits, à mes
      instructions et que tu as eu l'audace de te mettre à leur service
      pour leur plaire en transgressant mes ordres, je t'ordonne de juger
      toi-même ce que tu dois faire, t'étant exposé à ma colère, puisque
      je suis disposé à faire de toi un exemple enseignant à tous les
      hommes de maintenant et à toute la postérité qu'il ne faut jamais
      négliger les ordres de l'Empereur...

    En langage clair, cela signifie que l'Empereur ordonne à Petronius
de se donner la mort. C'était la coutume.

      Antiquités XVIII, 299 : Telle fut la lettre qu'il écrivit à Petronius.
      Mais elle ne lui arriva pas avant que l'Empereur eût quitté la vie,
                                                                       - 151 -



      parce que la traversée du message fut si retardée que Petronius
      reçut avant elle la nouvelle de la mort de Caius...

      Caius mourut peu après avoir écrit à Petronius la lettre qui lui
      ordonnait de mourir... Donc Petronius reçut d'abord la lettre qui lui
      faisait connaître la mort de Caius et, peu après, celle qui lui
      ordonnait de se tuer...

     Comme on peut le constater par ces documents de Phi-Ion
d'Alexandrie et de Joseph, par les allusions probables de Paul et de
l'Apocalypse chapitre 13, cette affaire de la statue ne fut pas une mince
affaire. Si nous les goïm de la fin du XXe siècle nous l'avions
complètement oubliée ou ignorée, les frères et les sœurs de Jérusalem, de
la Judée et de toute la Diaspora des années 40 et suivantes en ont été
profondément marqués. Elle rappelait évidemment d'une manière
saisissante l'histoire racontée par Daniel 3, 1 :

      C'est Nabuchodonosor le roi qui a fait une statue en or (araméen et
      hébreu tzelem, grec eikôn), haute de soixante coudées... Et
      Nabuchodonosor le roi a envoyé [sous-entendu : des messagers ;
      fréquent en hébreu] pour réunir les satrapes, les préfets, les
      gouverneurs, etc. et tous les chefs des provinces pour qu'ils
      viennent pour l'inauguration de la statue (araméen la-hanoukkat
      tzalma, grec eis ton egkainismon tes eikonos) qu'il avait dressée,
      qu'il avait fait ériger, Nabuchodonosor le roi. Et alors ils se sont
      rassemblés les satrapes, les préfets, les gouverneurs, etc., pour
      l'inauguration de la statue qu'il avait fait dresser, tenir debout,
      Nabuchodonosor le roi, et ils se sont tenus debout en face de la
      statue qu'il avait fait ériger, Nabuchodonosor. Et c'est le héraut qui
      a crié avec puissance : « C'est à vous, peuples, nations et langues :
      A l'instant même où vous entendrez la voix de la corne (araméen
      qarenà), alors vous tomberez à terre et vous vous prosternerez :
      devant la statue en or qu'il a érigée, Nabuchodonosor le roi... Et
      celui d'entre vous qui ne tombera pas [à terre] et qui ne se
      prosternera pas, dans cette heure-là il sera jeté dans la fournaise du
                                                                        - 152 -



      feu brûlant...

    C'est exactement ce que dit l'Apocalypse 13, 15 en traduction
grecque : « Afin qu'elle fasse en sorte que tous ceux qui ne se prosternent
pas devant la statue (grec eikôn) de la bête soient mis à mort... »

      Daniel 3, 7 : Et alors à l'instant même où ils ont entendu, tous les
      peuples, la voix de la corne (araméen qarena), ils sont tombés,
      tous les peuples, toutes les nations, toutes les langues et ils se sont
      prosternés devant la statue en or qu'il a érigée, Nabuchodonosor le
      roi... Et alors, à ce moment-là, ils se sont approchés, des hommes
      chaldéens, et ils ont mangé les morceaux des Judéens...

    Sic, dans le texte araméen. Les traducteurs en langue grecque n'ont
pas osé traduire cette expression qui préfigure sérieusement notre
expression populaire : « manger le morceau », et ils ont traduit : « Ils ont
accusé, calomnié » (le verbe grec diaballô, qui a donné diabolos, celui
qui désunit, qui inspire la haine ou l'envie).

      Daniel 3, 9 : Ils ont répondu et ils ont dit [la vieille expression
      hébraïque traduite ici en araméen] à Nabuchodonosor le roi : «
      Roi, pour les durées éternelles, vis ! (araméen leôlemin, grec eis
      tous aiônas). Toi, roi, tu as posé un décret, selon lequel tout
      homme qui entend la voix de la corne, etc., qu'il tombe et qu'il se
      prosterne devant la statue d'or, et que celui qui ne tombera pas [à
      terre] et ne se prosternera pas, il soit jeté à la fournaise du feu
      brûlant... [= Matthieu 13, 42]. Il est des hommes, des Judéens
      (araméen Iehoudaïn, grec Ioudaioi), que tu as préposés à
      l'administration de la province de Babel... Ces hommes n'ont pas
      mis [sur leur cœur, vieille expression hébraïque = ils n'ont pas
      prêté attention à] ce que tu avais ordonné. Ton dieu, ils ne le
      servent pas — ou tes dieux ils ne les servent pas — et devant la
      statue en or que tu as fait dresser, ils ne se prosternent pas...
    Ce conte philosophique du IIe siècle avant notre ère contient un
enseignement métaphysique, un enseignement théologique, et aussi une
                                                                        - 153 -



prophétie, puisque de fait la question de la statue de l'Empereur va se
poser concrètement. C'est sans doute ainsi que l'ont compris les Judéens
dans les années 40 et suivantes.


Hérode Agrippa I et l'avènement de l'empereur Claude

     Le roi judéen Hérode Agrippa I a joué un rôle important et même
décisif lors de l'avènement de l'empereur Claude, après l'assassinat de
Caius Caligula le 24 janvier 41. C'est pourquoi nous avons choisi de
rapporter les faits ici, dans la notice consacrée à Hérode Agrippa I.
     Hérode Agrippa I, infatigable courtisan — c'est décidément de
famille —, a été bien récompensé pour sa courtisanerie. Pour avoir fait sa
cour à Caius Caligula, bien avant la mort de l'empereur Tibère, Hérode
Agrippa I a obtenu une couronne royale. Pour avoir aidé sérieusement
Claude à monter en selle, alors qu'il était en péril, Hérode Agrippa I va
obtenir un royaume grand comme celui de son illustre grand-père, le
massacreur de sa femme, de ses propres fils et de tant d'autres.
     Iohanan de l'Apocalypse connaissait parfaitement tous ces faits et
tous ces événements. Il y fait allusion dans l'Apocalypse d'une manière
chiffrée, à la manière de Daniel. C'est pourquoi nous mettons sous les
yeux du lecteur les pièces du dossier.
     Joseph raconte par le menu ce qui s'est passé, une première fois.

      Guerre II, 204 : Caius avait régné trois ans et huit mois [les
      historiens ne sont pas tout à fait d'accord puisque Caius a régné du
      16 mars 37, mort de Tibère, jusqu'au 24 janvier 41, son assassinat,
      ce qui fait trois ans et dix mois]. Il a été enlevé, arraché, par les ;
      armées qui se trouvaient à Rome, Claude, pour être porté au
      pouvoir. Mais le Sénat,... après avoir confié aux trois cohortes qui
      étaient restées fidèles, le soin de protéger la Ville [= Rome], c'est
      au Capitole qu'il s'est réuni... Il a décidé d'entrer en guerre contre
      Claude. Il allait être dirigé par une aristocratie, comme c'était la
      coutume autrefois, l'Empire, ou bien alors on allait décider par un
      vote qui serait digne du pouvoir suprême (grec hègemonia). Et il
                                                                      - 154 -



      est arrivé qu'Hérode Agrippa séjourne alors à Rome. Le Sénat l'a
      appelé pour lui demander conseil.

    Hérode Agrippa a vu aussitôt que pour l'armée, Claude était déjà
empereur ; il est allé vers Claude. Claude envoie Hérode Agrippa au
Sénat en ambassadeur. Le Sénat répond, toujours par l'intermédiaire
d'Hérode Agrippa. Claude envoie une seconde fois Hérode Agrippa au
Sénat. Agrippa transmet le message de Claude aux sénateurs. Un soldat
entraîne ses camarades au Sénat. Les sénateurs se rendent auprès de
Claude. Agrippa intervient pour protéger les sénateurs. Il conseille à
Claude d'empêcher le massacre des sénateurs. Claude suit le conseil
d'Hérode Agrippa. Il reçoit les sénateurs dans son camp. Il les accueille.
Et puis il s'en va avec les sénateurs pour offrir un sacrifice au dieu pour
son accession à l'Empire, au pouvoir suprême (grec hègemonia).

    Joseph ajoute

      Guerre II, 215 : Et à Agrippa aussitôt il a fait don du royaume de
      son grand-père [= Hérode dit le Grand]. Il a même ajouté au-
      dehors aussi les territoires qui avaient été donnés par Auguste à
      Hérode [le grand-père] : la Trachonitide, l'Auranitide, et à part
      cela un autre royaume, celui qui est appelé le royaume de
      Lysanias. Et au peuple, par un décret, il a rendu publique cette
      donation. Aux magistrats il a ordonné de faire graver sur des
      plaques de bronze le texte de la donation et de les déposer au
      Capitole. L'empereur Claude a aussi donné à son frère [qui
      s'appelait lui aussi] Hérode... le royaume de Chalcis...

     Souvenons-nous de ce frère d'Hérode Agrippa I, qui s'appelait lui
aussi Hérode, désormais roi de Chalcis, mort en 48, lorsque nous lirons le
texte d'Apocalypse 17, 9 (p. 357) dans lequel Iohanan fait le compte des
rois judéens de la dynastie des Hérodes.
     Dans son Histoire ancienne de la Judée et des Judéens, écrite
quelque vingt ans plus tard, Joseph donne beaucoup plus de détails sur
cette affaire de l'accès de Claude à l'Empire, sur l'aide très efficace que
                                                                       - 155 -



lui a apportée Hérode Agrippa I, et à propos de l'ambassade que lui avait
envoyée le Sénat de Rome :

      Antiquités XIX, 236 : Claude ressentait l'arrogance de cette
      ambassade, mais, suivant pour le moment l'avis des délégués, il
      était disposé à la modération. Il avait cessé de craindre pour lui-
      même, à la fois parce que ses soldats montraient de la hardiesse et
      parce que le roi Agrippa l'exhortait à ne pas laisser échapper un
      pouvoir qui lui était échu sans qu'il y fût pour rien.
      Agrippa avait d'ailleurs agi envers Caius comme devait le faire un
      homme honoré par lui : il avait embrassé son cadavre et, après
      l'avoir couché sur un lit et lui avoir donné des soins autant que
      faire se pouvait, il s'était rendu auprès des gardes du corps en
      annonçant que Caius vivait encore, qu'il souffrait de ses blessures
      et que des médecins étaient auprès de lui.
      Quand il eut appris que Claude avait été enlevé par les soldats, il
      se précipita auprès de lui et, le trouvant tout troublé et disposé à
      céder au Sénat, il lui rendit du courage en l'exhortant à
      revendiquer l'Empire. Après avoir ainsi parlé à Claude, il rentra
      chez lui. Puis, quand le Sénat le manda, après s'être parfumé la
      tête comme s'il sortait d'un banquet, il vint et demanda aux
      sénateurs ce que faisait Claude. Ils lui dirent ce qu'il en était et à
      leur tour lui demandèrent ce qu'il pensait de la situation.
      Agrippa se déclara prêt à mourir pour l'honneur du Sénat, mais les
      invita à considérer leurs intérêts... En effet, prétendant au pouvoir,
      les sénateurs avaient besoin d'armes et de soldats pour les
      défendre, s'ils ne voulaient pas échouer faute de soutien. Les
      sénateurs lui répondirent qu'ils avaient des armes en quantité,
      qu'ils apporteraient de l'argent et que, en plus de l'armée qu'ils
      avaient déjà réunie, ils en organiseraient une autre en
      affranchissant des esclaves. « Puissiez-vous, sénateurs, répondit
      aussitôt Agrippa, obtenir tout ce que vous désirez. Mais je dois
      parler sans hésiter, parce que mes paroles tendent à votre salut.
      Sachez donc que l'armée qui combattra pour Claude est exercée à
      se battre depuis longtemps, tandis que la nôtre sera un ramassis de
                                                                       - 156 -



      gens délivrés de l'esclavage contre leur attente et qu'elle sera donc
      difficile à commander. Nous lutterons contre des hommes
      expérimentés en poussant au combat des gens qui ne savent même
      pas tirer l'épée. Je crois donc qu'il faut envoyer à Claude [des
      messagers] pour lui conseiller de déposer le pouvoir, et je suis prêt
      à me charger de cette mission... » Voilà comment il parla et, ayant
      obtenu l'assentiment unanime, il fut délégué avec d'autres. Il
      exposa seul à seul à Claude le trouble du Sénat et lui suggéra une
      réponse assez impériale, conforme à sa dignité et à sa puissance.
      Claude déclara donc qu'il ne s'étonnait pas du chagrin qu'éprouvait
      le Sénat d'être soumis à un empereur, parce qu'il avait été accablé
      par la cruauté des empereurs précédents, mais que, soucieux de
      l'équité, il ferait goûter aux sénateurs un régime plus modéré, que
      le pouvoir lui appartiendrait seulement de nom et qu'en fait il le
      partagerait avec tous. Après s'être laissé séduire par de telles
      paroles, les envoyés furent congédiés. Puis Claude rassembla
      l'armée et la harangua. Il reçut le serment de fidélité à sa personne.
      Il donna à ses gardes du corps cinq mille drachmes par tête, à leurs
      chefs une somme proportionnelle et promit de traiter de même le
      reste de ses armées en tous lieux.

      Antiquités XIX, 263 : Au camp, tous se hâtaient d'offrir leurs
      services à Claude...
      Alors le roi Agrippa vint demander à Claude de se conduire avec
      plus de modération envers les sénateurs. Car s'il maltraitait le
      Sénat, il ne pourrait plus en être le maître. Claude fut persuadé par
      lui et convoqua le Sénat au Palatin, où il se fit porter en traversant
      la ville, escorté par l'armée...

    Pour récompenser Hérode Agrippa de son aide, Claude donne à son
ami le royaume de son grand-père :

      Antiquités XIX, 274 : Après s'être débarrassé de tous les soldats
      qui lui étaient suspects, Claude publia un édit où il confirmait à
      Agrippa le pouvoir que lui avait donné Caius et où il couvrait le
                                                                      - 157 -



     roi d'éloges. Il ajoutait même à ses possessions, toute la Judée et le
     pays de Samarie qui avaient fait partie du royaume d'Hérode son
     grand-père. Il lui rendait cela à titre de bien qui lui était dû en
     raison de sa naissance. Il y ajouta encore Abila de Lysanias et
     toute la montagne du Liban, et il conclut avec Agrippa un traité au
     milieu du forum de la ville de Rome. Il enleva à Antiochus le
     royaume qu'il possédait, mais lui fit don de la Commagène et
     d'une partie de la Cilicie...

    Sous l'influence d'Hérode Agrippa, l'empereur Claude défend la
cause des Judéens d'Alexandrie et les protège :

     Antiquités XIX, 278 : Vers la même époque, des troubles se sont
     élevés entre Judéens et Grecs dans la ville d'Alexandrie. A la mort
     de Caius, la population judéenne qui avait été humiliée sous son
     gouvernement et terriblement maltraitée par les Alexandrins,
     reprit courage et courut aussitôt aux armes. Claude ordonna, par
     une lettre au gouverneur Égypte, de réprimer cette révolte. Il
     envoya aussi à Alexandrie et en Syrie, à la prière des rois Agrippa
     et Hérode, un édit conçu en ces termes :
     « Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus, grand pontife,
     investi de la puissance tribunitienne, édicté : Attendu que depuis
     longtemps           déjà           et          dès          l'origine
     les Judéens d'Alexandrie, appelés Alexandrins, ont cohabité avec
     les Alexandrins et ont reçu des rois [les Ptolémées] l'égalité des
     droits              civiques                avec               eux...
     Attendu qu'une fois qu'Alexandrie eut été soumise par Auguste à
     notre empire, ils ont gardé leurs droits sous tous les
     gouvernements             envoyés             aux           diverses
     époques, sans qu'aucune contestation ait été soulevée au sujet de
     ces droits...
     Attendu qu'au moment où Aquila [préfet Égypte en 10/11 avant
     notre ère] était à Alexandrie, quand mourut l'ethnarque des
     Judéens, Auguste n'a pas empêché alors la nomination
     d'ethnarques parce qu'il voulait que tous ses sujets pussent rester
                                                                        - 158 -



      fidèles à leurs coutumes particulières sans être contraints
      d'enfreindre la loi de leurs pères...
      Attendu que les Alexandrins se sont soulevés contre les Judéens
      de leur ville sous le règne de l'empereur Caius, qui, en raison de
      son extrême folie et de sa démence, a humilié les Judéens parce
      que leur peuple n'avait pas voulu transgresser sa religion
      ancestrale et le saluer comme un dieu,
      Je veux que la démence de Caius ne fasse déchoir la population
      judéenne d'aucun de ses droits et qu'elle conserve les mêmes
      privilèges qu'antérieurement, restant fidèle à ses coutumes
      nationales, et j'ordonne aux deux parties de veiller avec la plus
      grande attention à ne provoquer aucun trouble après la publication
      de mon édit. »
      Tels étaient les termes de l'édit envoyé à Alexandrie en faveur des
      Judéens.

    Après juillet 41, l'empereur Claude, toujours sous l'influence des
deux frères petits-fils d'Hérode l'Ancien, publie un second édit destiné à
toute la terre habitée qui était sous l'empire de Rome :

      Antiquités XIX, 286 : L'édit qui s'adressait au reste de la terre
      habitée était le suivant : « Tiberius Claudius Caesar Augustus
      Germanicus, grand pontife, investi de la puissance tribunitienne,
      consul désigné pour la deuxième fois, édicté :
      Les rois Agrippa et Hérode, qui me sont très chers, m'ayant
      demandé de permettre à tous les Judéens vivant dans l'empire
      romain de conserver les mêmes droits que ceux d'Alexandrie, j'ai
      accédé volontiers à leurs prières, et ce n'est pas seulement parce
      qu'ils me le demandaient que je le leur ai accordé, mais aussi
      parce que j'en ai jugé dignes ceux en faveur de qui j'étais sollicité,
      en raison de leur fidélité et de leur amitié pour les Romains... Il est
      donc juste que dans le monde entier, sur toute la terre habitée
      soumise à notre pouvoir, les Judéens aussi conservent sans
      entraves leurs coutumes ancestrales. Mais je les avertis à présent
      de ne pas abuser désormais de ma bonté et de ne pas mépriser les
                                                                      - 159 -



      croyances des autres peuples, alors qu'ils gardent leurs propres
      lois... »

    En l'année 41, Hérode Agrippa retourne à Jérusalem et prend
possession de son royaume accordé par l'Empereur de Rome :

      Antiquités XIX, 292 : En adressant ces édits à Alexandrie et à
      toute la terre habitée, l'empereur Claude montra ses dispositions
      envers les Judéens. Aussitôt après il envoya, avec les plus grands
      honneurs, Agrippa reprendre possession de son royaume et manda
      par lettre aux gouverneurs et aux procurateurs de lui faire bon
      accueil. Agrippa, comme il est naturel pour qui revient avec une
      fortune meilleure, se hâta de rentrer. Arrivé à Jérusalem, il immola
      des victimes en actions de grâces, sans oublier aucune prescription
      de la Torah... La chaîne d'or que Caius lui avait donnée et qui
      pesait autant que celle de fer dont avaient été enchaînées ses
      royales mains, monument de sa triste infortune et en même temps
      témoignage de son sort meilleur, fut suspendue à l'intérieur des
      enceintes sacrées au-dessus du tronc des offrandes...

    Dès qu'il s'est installé dans son palais royal à Jérusalem, Hérode
Agrippa destitue Theophilos (traduction de l'hébreu Iedid-iah, le nom de
Salomon : le chéri de YHWH, 2 Samuel 12, 25), le fils de Hanan, le frère
de Ionatan destitué par Vitellius en 37, et il nomme grand prêtre
Schimeôn surnommé Kantheras. Est-ce que Theophilos, le frère de
Ionatan, était devenu suspect ?

      Antiquités XIX, 297 : Après avoir accompli complètement toutes
      ces cérémonies en l'honneur de Dieu, Agrippa                dépouilla
      Théophile, fils de Hanan, du grand pontificat et transmit sa charge
      à Simon, fils de Boethos, surnommé Canthèras. Simon avait deux
      frères, et son père Boethos avait épousé la fille du roi Hérode...

    Le nom en caractères grecs Kanthèras provient de kantharos,
scarabée (Schùrer, II, 271, note 13). Le grec kantharos, scarabée, traduit
                                                                      - 160 -



l'hébreu kapis, Habacuc 2, 11 : Car une pierre, du mur, criera et un kapis,
grec kantharos, du bois, lui répondra... Le grec kantharis désigne divers
insectes qui dévorent le blé et la vigne, et aussi le scarabée. La
cantharide, insecte coléoptère, est une mouche utilisée en homéopathie.

    Quelque temps plus tard, le roi Hérode Agrippa destitue Schimeôn
surnommé Kanthèras de la famille Boethos, et il propose le suprême
pontificat à Ionatan, le fils de Hanan, le frère de Theophilos. Mais
Ionatan refuse cet honneur. Pourquoi? Joseph ne le dit pas, mais il met
dans la bouche de Ionatan une réponse diplomatique qui ne livre pas le
secret de Ionatan. Est-ce que Joseph en savait plus ? Par son ami Hérode
Agrippa II, fils d'Hérode Agrippa I, il devait savoir la vérité :

      Antiquités XIX, 313 : Quant au roi Agrippa, il priva du pontificat
      Simon Canthèras pour le rendre à Ionatan, fils de Hanan, parce
      qu'il le reconnaissait plus digne de cette charge. Mais celui-ci se
      voyait sans plaisir investi d'un tel honneur et il le refusa en ces
      termes :
      « Je me réjouis, ô roi, que tu m'aies donné cette marque d'estime,
      et l'honneur que tu m'as accordé de ton plein gré me va au cœur,
      bien que Dieu m'ait jugé tout à fait indigne du pontificat. Mais il
      me suffit d'avoir revêtu une fois les vêtements sacrés. Car
      autrefois, quand je les ai endossés, j'étais plus saint que je ne le
      suis maintenant pour les reprendre. Pour toi, si tu veux qu'un plus
      digne que moi reçoive maintenant cet honneur, laisse-moi te
      donner un conseil. Mon frère est pur de toute faute envers Dieu et
      envers toi, ô roi, et je le recommande comme digne de cette
      charge. »
      Le roi, satisfait de ces paroles, admira les dispositions de Ionatan
      et donna le grand pontificat à son frère Matthias.
      Peu de temps après, Marsus succéda à Petronius dans le
      gouvernement de la Syrie [vers 42].

    Hérode Agrippa intervient activement et efficacement en faveur des
Judéens. Il obtient du légat de Syrie que les populations non judéennes
                                                                        - 161 -



respectent les édits de l'empereur Claude, son maître et son protecteur :

      Antiquités XIX, 299 : Quand le roi [Agrippa I] eut ainsi organisé
      le grand pontificat, il récompensa les habitants de Jérusalem de
      leur dévouement pour sa personne... Très peu de temps après, les
      jeunes gens de Dora [au pied du Carmel]... ont amené dans la
      maison de réunion des Judéens une statue de l'Empereur qu'ils y
      dressèrent. Cela irrita beaucoup Agrippa... Aussi alla-t-il trouver
      sans retard Publius Petronius qui était alors gouverneur de la
      Syrie, et il accusa les gens de Dora... Il a écrit aux notables de
      Dora cette lettre irritée :
      « Publius Petronius, légat de T. Claudius Caesar Augustus
      Germanicus, aux notables de Dora. Quelques-uns d'entre vous ont
      eu une audace assez insensée pour ne pas respecter l'édit de
      Claudius Caesar Germanicus qui permet aux Judéens d'observer
      les lois de leur nation. Ils ont fait tout le contraire, en empêchant
      les Judéens de se réunir dans leur maison de réunion, par l'érection
      de la statue de l'Empereur, violant ainsi la loi, non seulement à
      l'égard des Judéens, mais aussi de l'Empereur, dont il vaut mieux
      élever la statue dans son propre temple que dans un autre et
      surtout en pleine synagogue... Il serait ridicule de rappeler ma
      propre décision, après l'édit impérial permettant aux Judéens de
      vivre selon leurs coutumes particulières et ordonnant en sus qu'ils
      aient des droits civiques égaux à ceux des Grecs... J'ai, en effet,
      comme le roi Agrippa, mon très cher ami, le plus grand souci que
      le peuple judéen ne saisisse cette occasion de se rassembler sous
      prétexte de se défendre et de se laisser aller à un acte de désespoir.
      Afin qu'on connaisse encore mieux la pensée de l'Empereur sur
      toute l'affaire, j'ai joint à ceci ses édits publiés à Alexandrie, qui,
      bien que paraissant déjà connus de tous, ont été lus devant mon
      tribunal par mon très cher ami le roi Agrippa, lorsqu'il a plaidé en
      faveur du maintien aux Judéens des bienfaits d'Auguste... »

     Cependant le roi Hérode Agrippa doit se souvenir qu'il est soumis à
l'autorité suprême de l'Empereur de Rome :
                                                                      - 162 -




      Antiquités XIX, 326 : Agrippa était alors occupé à renforcer aux
      frais de l'État les remparts de Jérusalem du côté de la ville neuve,
      en les élargissant et en les élevant. Il aurait réussi à les rendre
      inexpugnables pour toute force humaine si Marsus, gouverneur de
      Syrie, n'avait dénoncé cette entreprise par une lettre à l'empereur
      Claude. Celui-ci, craignant quelque révolte, ordonna à Agrippa
      d'arrêter sur-le-champ la construction des remparts, et le roi ne
      voulut pas désobéir.

    Hérode Agrippa I est mort en l'année 44 à Césarée :

      Guerre II, 219 : Agrippa [Agrippa I] est mort à Césarée. Il a été
      roi pendant trois ans [41-44 sous l'empereur Claude]. Mais
      auparavant et en premier lieu il avait gouverné ses tétrarchies
      durant trois autres années [quatre ans sous l'empereur Caius, 37-
      41, il gouverna les tétrarchies de Philippe et de Lysanias ; à partir
      de 41, la tétrarchie d'Antipas].
      Il a laissé trois filles nées de Kypros... et un fils de la même
      Kypros, Agrippa [= Agrippa II]. Comme celui-ci était trop jeune,
      de nouveau l'empereur Claude a fait de ces royaumes une
      province, une préfecture (grec eparchian, province gouvernée par
      un eparchos, Actes 23, 34 ; 25, 1) et il a envoyé comme
      procurateur (grec epitropos, celui à qui est confiée la gestion de,
      administrateur, gouverneur, latin procurator) Cuspius Fadus [44-
      46], puis Tibère Alexandre [46-48].
      Et après cela, c'est aussi celui qui régnait sur la Chalcis, Hérode,
      qui est mort [48].

    Hérode le roi de Chalcis, frère d'Hérode Agrippa, avait bien le titre
de roi. Il avait le droit de nommer et de destituer les grands prêtres. Il
entre donc peut-être dans le compte de Iohanan (Apocalypse 17, 9-10).
    Joseph fait un grand éloge du roi Hérode Agrippa I, le père de son
ami Hérode Agrippa II :
                                                                      - 163 -



      Antiquités XIX, 328 : La nature de ce roi [Agrippa I] le portait à
      être bienfaisant par ses dons, à tenter de donner à ses peuples une
      haute idée de lui-même, et à s'assurer la célébrité par beaucoup de
      dépenses. Il se réjouissait de faire plaisir aux gens et aimait qu'on
      louât sa vie. Il différait entièrement en cela du roi Hérode son
      prédécesseur. Ce dernier, en effet, avait une nature perverse. Il
      châtiait durement. Il haïssait sans mesure. Il se reconnaissait
      mieux disposé pour les Grecs que pour les Judéens. Il ornait les
      villes des étrangers en leur donnant de l'argent et en y édifiant
      parfois des bains et des théâtres. Il éleva dans certaines villes des
      temples, des portiques dans d'autres, tandis qu'il n'accordait à
      aucune ville judéenne la moindre réparation ou le moindre don
      digne de mémoire. Au contraire le caractère d'Agrippa était doux
      et sa bienfaisance était égale pour tous. Il était plein d'humanité
      pour les gens de races étrangères et leur témoignait aussi sa
      libéralité, mais il r ait également serviable pour ses compatriotes
      et leur marquait encore plus de sympathie. Ce qu'il y a de sûr, c'est
      qu'il vivait volontiers et continuellement à Jérusalem et qu'il
      gardait dans leur intégrité les institutions des ancêtres. Il se
      maintenait lui-même dans une complète pureté et ne laissait pas
      écouler un jour sans offrir les sacrifices prescrits...

     Malgré sa douceur que vante Joseph, et sa bienfaisance, Hérode
Agrippa I organisait des spectacles dans lesquels les hommes s'entre-
tuaient. C'est Joseph lui-même qui le raconte :

      Antiquités XIX, 335 : Il avait construit nombre d'édifices en
      beaucoup d'endroits. Mais il honora les habitants de Béryte d'une
      manière particulière. En effet il leur bâtit un théâtre..., un
      amphithéâtre très coûteux et en outre des bains et des portiques...
      Il organisa dans le théâtre des spectacles où il présenta des œuvres
      musicales... Il montra sa générosité par le nombre des gladiateurs
      amenés dans l'amphithéâtre où, voulant charmer les spectateurs
      également par des combats en masse, il mit aux prises deux
      troupes de sept cents hommes. Pour cela il désigna tous les
                                                                        - 164 -



      criminels dont il disposait, afin de les châtier tout en faisant d'un
      spectacle de guerre une réjouissance pacifique. Il fit tuer tous ces
      hommes jusqu'au dernier.

     Joseph nous parle de ces rois évoqués aussi dans l'Apocalypse (16,
12), des rois qui viennent du côté du soleil levant :

      Antiquités XIX, 338 : Après ces cérémonies de Béryte, Agrippa se
      rendit à Tibériade, ville de Galilée. Il était très admiré des autres
      rois. Aussi vinrent près de lui Antiochus, roi de Commagène
      [rétabli sur son trône par Caligula et Claude, détrôné
      définitivement en 72] ; Sampsigéramos, roi d'Emèse ; Totys, roi
      de l'Arménie mineure ; Polémon, qui était devenu prince du Pont ;
      et Hérode, frère du roi et lui-même roi de Chalcis [depuis 38, mort
      en 48]. Il les reçut tous et les hébergea en les traitant amicalement,
      de manière à montrer au plus haut degré la grandeur de son âme et
      à prouver qu'il était bien digne d'être honoré de ces visites
      royales... Mais tandis qu'ils étaient encore chez lui, arriva Marsus,
      gouverneur de Syrie. Observant donc les honneurs dus aux
      Romains, Agrippa s'avança à sa rencontre à plus de sept stades de
      la ville... Il avait emmené avec lui sur son char tous les autres rois.
      Leur concorde et une telle amitié entre eux furent suspectes à
      Marsus... Agrippa enleva à Matthias le grand pontificat et mit à sa
      place Elionaios, fils de Canthèras...

    Le nom grec Elionaios est une transcription en caractères grecs du
nom propre hébreu El- Ieho-Einaï = vers YHWH mes yeux, Esdras 8, 4 ;
1 Chroniques 26, 3 ; ou El-Io-Einaï, 1 Chroniques 3, 23 ; etc.

    Dans son Histoire ancienne de la Judée, Joseph raconte la mort
d'Hérode Agrippa dans la ville de Césarée, appelée par dérision Har
Mageddôn par Iohanan dans l'Apocalypse (16, 16). Migdal, en hébreu,
signifie : la tour. Césarée s'appelait la Tour de Straton.
    C'est Hérode l'Ancien qui, pour faire sa cour à César, avait appelé la
Tour de Straton (hébreu migdal schar-schôn), Césarée. Har Mageddôn
                                                                         - 165 -



est donc comme d'habitude un terme codé parfaitement compréhensible
pour les Judéens de ce temps-là.

      Juges 5, 19 : Sont venus des rois. Ils ont fait la guerre. Alors ils ont
fait la guerre, les rois de Kanaan... près des eaux de Megiddô
[vocalisation des massorètes ; les traducteurs en langue grecque ont
entendu et transcrit : Mageddô].
      2 Rois 9, 27 : Et il s'est enfui à Megiddô [vocalisation des
massorètes ; transcription en caractères grecs : Mageddôn] et il est mort,
là...
      2 Rois 23, 29 : Dans ses jours [= dans les jours de Iôschiiahou, roi
de Juda, 640-609 avant notre ère] il est monté, le pharaon Néchao roi
Égypte, vers, ou contre (hébreu al), le roi d'Assur, sur le fleuve Euphrate,
et il a marché, le roi Iôschi-iahou à sa rencontre et il [= Néchao] l'a tué à
Megiddô [transcription en caractères grecs : Mageddô], lorsqu'il l'a vu.
Et ils l'ont rapporté sur un char, ses serviteurs, mort, depuis Megiddô
(grec ek Mageddô), à Jérusalem et ils l'ont mis au tombeau...
      Zacharie 12, 11 : Dans ce jour-là elle sera grande, la lamentation,
dans Jérusalem comme la lamentation... dans la plaine de Megiddôn...

       Antiquités XIX, 343 : Il y avait déjà trois ans accomplis qu'il
       régnait sur toute la Judée et il se trouvait à Césarée, ville appelée
       auparavant la Forteresse de Straton. Il y donnait des spectacles en
       l'honneur de l'Empereur... Autour de lui il avait réuni en foule les
       dignitaires et les gens les plus en vue de la province. Le second
       jour des spectacles, revêtu d'une robe toute faite d'argent et
       admirablement tissée, il entra au théâtre au lever du jour. Là, aux
       premiers feux des rayons du soleil, l'argent reluisait et
       resplendissait merveilleusement, étincelant d'une manière terrible
       et même effrayante pour les gens qui y fixaient leurs regards.
       Aussitôt des flatteurs de pousser de tous côtés des acclamations...
       en le qualifiant de dieu. « Puisses-tu nous être propice, ajoutaient-
       ils, bien que nous ne t'ayons révéré jusqu'ici que comme un
       homme ! Désormais nous reconnaissons que tu es au-dessus de la
       nature humaine ! » Le roi ne réprima pas leurs propos et ne
                                                                          - 166 -



      repoussa pas leurs flatteries impies... Il fut saisi d'une subite
      douleur d'intestins... Il était torturé par la violence du mal. Il se fit
      donc porter en hâte au palais et le bruit se répandit partout qu'il
      allait bientôt mourir... Il quitta la vie à l'âge de cinquante-trois ans
      passés, et dans la septième année de son règne. En effet il avait
      régné quatre ans sous l'empereur Caius, car il avait possédé trois
      ans la tétrarchie de Philippe et avait obtenu en outre, la quatrième
      année, celle d'Hérode. De plus, il avait encore ajouté à cela trois
      ans, où, sous le principat de l'empereur Claude, il avait régné sur
      les régions indiquées plus haut, possédant en outre la Judée,
      Samarie et Césarée. Il tirait de là les revenus les plus
      considérables, à savoir douze millions de drachmes...

      Antiquités XIX, 354 : Voi1^ comment finit le roi Agrippa. Il
      laissait comme descendant un fils, Agrippa, qui était dans sa dix-
      septième année, et trois filles, dont l'une, Bérénice, âgée de seize
      ans, avait épousé Hérode, son oncle maternel... Lorsqu'on sut
      qu'Agrippa était mort, les habitants de Césarée et de Sébaste,
      oublieux de ses bienfaits, agirent comme ses ennemis déclarés. Ils
      lançaient des calomnies inconvenantes contre le mort... S'attablant
      dans les lieux publics, on célébrait des banquets populaires en
      s'ornant de couronnes, en se parfumant, en faisant des libations à
      Charon et en échangeant des rasades en l'honneur de la mort du
      roi...

     Joseph fait un éloge appuyé d'Hérode Agrippa I, père de son ami
Hérode Agrippa II. Joseph nous assure qu'Hérode Agrippa I était doux,
plein d'humanité, etc. Ce qui ne l'empêchait pas, nous l'avons vu,
d'organiser des tueries d'hommes dans les amphithéâtres pour divertir les
populations.
     Mais nous avons d'autres renseignements. L'inconnu, qui a noté ce
que nous lisons dans le livre des Actes des Envoyés, ne partage sans doute
pas le point de vue de Joseph :

      Actes 12, 1 : Et dans ce temps-là, il a jeté, Hérode le roi [Agrippa
                                                                             - 167 -



      I], les mains pour faire du mal (hébreu anah ou raa) à certains de
      la communauté (grec ekklèsia, hébreu qahal ou qehilah)...
      [Observer l'ordre de la phrase.]
      Et il a fait mettre à mort Iaaqôb, le frère de Iohanam, par l'épée...

    De quel Iaaqôb et de quel Iohanam s'agit-il ? Des fils de Zébédée ?
C'est possible, mais ce n'est pas certain ; il y avait beaucoup de Iaaqôb et
de Iohanam dans ce temps-là et dans ce milieu ethnique judéen.

      Actes 12, 3 : Et il a vu que c'était bon (grec arestos, hébreu tob, ou
      iaschar, juste) aux yeux des Judéens, il a continué (grec prost
      Mèmi, hébreu iasaph, Genèse 4, 2 ; 4, 12 ; 8, 12 ; etc., hébreu le
      lamed suivi de l'infinitif) de faire arrêter aussi Petros. C'étaient les
      jours des matzôt. Il l'a fait arrêter et il l'a fait mettre en prison, et il
      a donné à quatre groupes (grec tetradion, n'existe pas en grec
      naturel) de quatre soldats [le soin de] le garder. Il voulait, après [la
      fête de] pesah, le faire monter [pour le présenter] au peuple. Et
      Petros, il était gardé dans la prison. Une prière était, avec ardeur,
      venant de la communauté, dirigée vers Dieu à son sujet. Et
      lorsqu'il allait le faire monter, Hérode, dans cette nuit-là, il était,
      Petros, couché entre deux soldats, attaché avec deux chaînes. Et
      des gardiens devant la porte gardaient la prison...

    Joseph ne nous avait pas dit cela.

      Actes 12, 7 : Et voici qu'un messager de YHWH... (grec aggelos
      kuriou, sans l'article).

     Nous l'avons vu à plusieurs reprises : le nom propre du Dieu d'Israël
était prononcé adônaï; il était constamment, depuis des siècles, traduit en
grec par kurios, sans article. L'hébreu maleak, toujours traduit par le grec
aggelos, signifie le messager.

    Genèse 32, 4 : Et il a envoyé, Iaaqôb, des messagers devant sa face,
vers Esaù... Nombres 20, 14: Et il a envoyé, Môscheh, des messagers,
                                                                        - 168 -



depuis Qadesch, vers le roi d'Edôm : Ainsi parle ton frère, Israël...
[Observer l'emploi hébreu du mot frère.] Nombres 21, 21 : Et il a
envoyé, Israël, des messagers vers Sihôn, roi des Amorrhéens pour dire...

   Dans les textes de ce temps-là et de ce milieu ethnique, les
messagers peuvent être des hommes.

      Actes 12, 11 : Et Petros, il est revenu en lui-même, et il a dit : «
      Maintenant je sais véritablement qu'il a envoyé, YHWH, son
      messager et qu'il m'a délivré de la main de Hôrôdôs et de tous
      ceux qui commandent le peuple des Judéens... »

    Le mot grec prosdokia, ei grec naturel, signifie l'attente. Mais il
traduit le mot hébreu ieqahah, Genèse 49, 10 : Il ne sera pas ôté, le
sceptre, de Iehoudah, ni le bâton de commandement d'entre ses pieds
[euphémisme], jusqu'à ce qu'il vienne Schiloh, et à lui le
commandement, ou l'obéissance, des peuples (hébreu iqahat ammim,
grec prosdokia ethnôn).

      Actes 12, 12 : Et il est venu à la maison de Mariam la mère de
      Iohanan, celui qui est nommé Marcus (latin = le Marteau), là où
      ils étaient réunis et en train de prier. Et alors il a frappé à la
      porte...

    Nous aurons à nous demander qui est ce Iohanan surnommé Marcus,
le Marteau, et quelle est cette Mariam, sa mère.

      Actes 12, 17 : Et il [= Pierre] a dit : « Allez annoncer à Iaaqôb et
      aux frères [tout] cela. » Et il est sorti et il s'en est allé dans un
      autre lieu...

     Quel est ce lieu ? Le livre des Actes ne le dit pas. Pourquoi ne le dit-
il pas ? Est-ce qu'il y avait des raisons de cacher le lieu où Schimeôn-
Keipha-Pierre s'en est allé ?
     Le Iaaqôb dont il est question ici est probablement le Iaaqôb appelé
                                                                           - 169 -



le frère du Seigneur.

        Actes 12, 18 : Lorsqu'il est venu, le jour, il y a eu une agitation
        grande parmi les soldats. Mais où donc était passé Pierre ? Hérode
        l'a fait rechercher et il ne l'a pas trouvé. Il a interrogé les gardiens
        et il a ordonné qu'ils soient mis aux fers (grec apagô, hébreu asar,
        Genèse 39, 22 ; 40, 3 ; 42, 16). Et il est descendu de la Judée et
        c'est à Césarée qu'il a séjourné...

    Le livre des Actes rapporte lui aussi la mort d'Hérode Agrippa I,
bien avant Joseph, puisque Joseph a écrit ses ouvrages après la guerre
entre les Judéens et les Romains, après 70, tandis que le livre des Actes a
été terminé autour de l'année 62, et qu'il incorpore des documents
antérieurs :

        Actes 12, 21 : Hérode était revêtu de son habit de roi et il était
        assis sur la tribune. Il faisait un discours au peuple... Et le peuple
        s'est mis à crier : « Voix de dieu et non voix de l'homme ! »
        (hébreu qôl elohim hou we-lô qôl adam). Et alors tout d'un coup il
        l'a frappé, le messager de YHWH, parce qu'il n'avait pas donné la
        gloire à Dieu...

      Nous sommes donc quelque temps après la fête de pesah de l'année
44.

        Actes 12, 24 : Et c'est la parole de Dieu qui portait fruit et qui se
        multipliait [Genèse 1, 28]. Et Barnaba et Schaoul sont retournés à
        Jérusalem [selon certains manuscrits], ils ont quitté Jérusalem ;
        [selon d'autres manuscrits], pour aller à Antioche, après avoir
        accompli le service [dans le Temple. Barnaba était Lévite]. Et ils
        ont pris avec eux Iohanan celui qui est surnommé Marcus (le
        Marteau, hébreu maqqabah)...

   Barnaba est en tête dans ce document. Quelque temps plus tard,
commence le premier voyage de Barnaba et de Schaoul surnommé
                                                                       - 170 -



Paulus.

     Le roi Hérode Agrippa I se faisait appeler lui-même, nous le savons
par une inscription (Schûrer, I, 561) : Basi-leus Megas Philokaisar
Eusebes Kai Philoromaios, Roi grand, ami de César, pieux, et ami des
Romains.
     L'Évangile de Matthieu connaît Hérode dit le Grand, mort en 4 avant
notre ère (2, 1, etc.).
     L'Évangile de Luc le connaît aussi (1,5).
     L'Évangile de Matthieu connaît Hérode Antipas, le tétrarque de la
Galilée et de la Pérée, qui a régné entre 4 avant notre ère et l'année 39 de
notre ère, expédié en exil par Caius Caligula (14, 1) ; il est même appelé
roi (grec basileus, 14, 9). Marc le connaît aussi (6, 14 ; 8, 15). Luc
également (3, 1 ; 8, 3 ; 9, 7 ; 13, 31 ; 23, 7).
     Les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc ne connaissent pas Hé -ode
Agrippa I, puisque celui-ci est devenu roi grâce à Caius Caligula après la
mort de l'empereur Tibère le 16 mars 37. Les Évangiles de Matthieu,
Marc et Luc sont des traductions littérales de dossiers de notes prises au
jour le jour du vivant du Rabbi et après sa mort. La traduction en langue
grecque de ces dossiers de notes prises en hébreu n'a pas dû tarder,
puisque les frères de Judée voulaient communiquer au plus vite à leurs
frères de langue grecque de la Diaspora ces documents traduits avec le
lexique hébreu-grec traditionnel, c'est-à-dire le même lexique hébreu-
grec que celui qui avait servi depuis plusieurs siècles à traduire la sainte
Bibliothèque hébraïque de l'hébreu en grec.
     L'Évangile de Jean ne dit pas un mot ni d'Hérode dit le Grand, ni
d'Hérode Antipas, ni d'Hérode Agrippa I, ni d'aucun des rois judéens de
la dynastie des Hérodes.
     Par contre, Iohanan dans l'Apocalypse va nous en parler, sans les
nommer, et d'une manière codée, exactement comme pendant
l'occupation de la France par les Allemands, dans les messages codés on
parlait du chef de la résistance, du chef de la collaboration, etc.


6. Hérode de Chalcis
                                                                    - 171 -




     Roi de 41 à 48 (Schiïrer, I, 722).
     L'empereur Claude a donné en 41 le royaume de Chalcis au petit-fils
d'Hérode, qui s'appelait aussi Hérode, fils d'Aristobule, fils d'Hérode
l'Ancien, assassiné sur ordre de ce dernier, et frère d'Hérode Agrippa I.
     176
     Enquête sur l'Apocalypse
     Hérode de Chalcis avait le titre de basileus. La deuxième femme
d'Hérode de Chalcis, Bérénice, était la fille de son frère Hérode Agrippa
I.
     Après la mort d'Hérode Agrippa I, en 44, Hérode de Chalcis obtient
de l'Empereur de Rome le droit de haute surveillance sur le Temple de
Jérusalem et sur le trésor du Temple, ainsi que le droit de déposer et de
nommer les grands prêtres. En effet, c'est lui qui nomme Joseph fils de
Kami, ou Kamydos ou Kamithos, et Hanan-iah, fils de Nedebaios [=
Nedab-iah, Actes 23, 2 ; 24, 1]. C'est lui le kôhen gadôl qui a interrogé
Schaoul-Paulus et qui a ordonné à ceux qui étaient présents de donner un
coup sur la bouche de Paul. C'est lui aussi qui va avec un avocat,
Tertullus, accuser Paul devant le procurateur Félix.
     Sur les monnaies que l'on a retrouvées, il se fait appeler
Philoklaudios, celui qui aime l'empereur Claude, ou l'ami de l'empereur
Claude.
     Il est mort la huitième année de l'empereur Claude, en 48.
     On a retrouvé à Athènes des inscriptions portant la mention : à
Hérode pieux et philokaisar. Une autre inscription : le roi Hérode
philoromaion. Mais il n'est pas certain qu'elles soient offertes à Hérode
de Chalcis.

      Antiquités XX, 15 : Hérode, frère du feu roi Agrippa, à qui avait
      été confié à ce moment le gouvernement de Chalcis, demanda
      aussi à l'empereur Claude la libre disposition du Temple, du trésor
      sacré et le choix des grands pontifes. Et il obtint tout cela.
      Désormais ce pouvoir appartint à tous ses descendants et leur resta
      jusqu'à la fin de la guerre. Alors Hérode destitua du grand
      pontificat celui qu'on surnommait Canthèras et lui donna comme
                                                                        - 172 -



      successeur dans cette dignité Joseph fils de Cami.

      Kami ou Kamithos. Kaminos, le four, le fourneau. Kamineus, le
forgeron. Kamineuo, travailler à un fourneau ou à une forge. Le grec
kaminos traduit plusieurs mots hébreux dont kibschan, Genèse 19, 28 ;
Exode 19, 18 ; — qoubbah, Nombres 25, 8 ; kour, Deutéronome 4, 20 ;
et l'araméen attoum, Daniel 3, 6, etc.


7. Hérode Agrippa II

    Roi de 50 à 100 (Schûrer I, 586).
    Après la mort d'Hérode Agrippa I, en 44, Agrippa laissait trois filles
et un fils qui s'appelait lui aussi Agrippa. Il était âge d'environ dix-sept
ans. L'empereur Claude était disposé à lui remettre le royaume de son
père. Mais les conseillers de l'Empereur le détournèrent de ce projet. La
Judée, comme toute la Palestine, retombe sous le joug des procurateurs
romains, que nous avons énumérés :
    1. Cuspius Fadus, en 44.
    2. Tiberius Àlexander, jusqu'en 48.
    3. Ventidius Cumanus, 48-52.
    4. Félix, 52-60.
    5. Porcius Festus, 60-62.
    6. Albinus, 62-64.
    7. Gessius Florus, 64-66.

     Agrippa II, fils d'Agrippa I, a été élevé à Rome. Il est à Rome à la
mort de son père, en 44. Après la mort de son oncle Hérode de Chalcis, il
obtient, autour de l'année 50, le royaume de ce dernier. Il obtient aussi le
droit de nommer les grands prêtres dans le Temple de Jérusalem. Il fait
un usage abondant de ce droit. Hérode Agrippa II reste sans doute à
Rome jusqu'en 52. En l'année 53, la treizième année du règne de Claude,
il obtient la tétrar-chie de Philippe, Batanée, Trachonitide, Gaulanitide, et
la tétrarchie de Lysanias. Après la mort de l'empereur Claude, en 54, il
obtient de Néron une partie de la Galilée et de la Pérée. Sa capitale,
                                                                    - 173 -



Césarée de Philippe, il l'appelle Néronias, en l'honneur de l'empereur
Néron. Les monnaies que l'on a retrouvées portent les noms et les figures
des empereurs : Néron, Vespasien, Titus et Domitien. Tout comme son
père Hérode Agrippa I, il se fait appeler : Basi-leus Megas Philokaisar
Kai Philoromaios.
     Lorsque la grande guerre entre Rome et la Judée éclate au printemps
de l'année 66, Hérode Agrippa II est à Alexandrie, tandis que sa sœur
Bérénice est à Jérusalem. Hérode Agrippa II se hâte de rejoindre sa sœur
à Jérusalem et il fait tout son possible pour empêcher la guérie.
     Jérusalem était partagée entre les partisans de la guerre et les
partisans de la paix. Hérode Agrippa II se tient aux côtés des Romains
pendant toute la guerre. Durant l'été de l’année 67 il reçoit le général
romain Vespasien, qui va devenir empereur, dans sa capitale Césarée de
Philippe. Lorsqu'après la mort de Néron, 9 juin 68, Titus s'embarque
pour Rome, pour saluer le nouvel empereur, Hérode Agrippa II fait de
même. Ils apprennent durant le voyage la nouvelle de l'assassinat de
Galba, 15 janvier 69. Titus retourne précipitamment vers son père
commandant de l'armée romaine en Judée et Samarie. Hérode Agrippa II
poursuit son voyage à Rome pour être présent lors de l'arrivée au pouvoir
du nouvel empereur. En juillet 69, Vespasien est proclamé empereur par
les légions romaines Égypte et de Syrie. Bérénice rappelle son frère. A
partir de ce moment-là, Hérode Agrippa II se tient aux côtés de Titus, le
fils de Vespasien, qui est chargé par son père de poursuivre la guerre de
Judée.
     Un fragment de Justus de Tibériade conservé par Photius nous dit :

      Hérode Agrippa a reçu le pouvoir (tèn archèn) sous Claude ; sa
      puissance s'est augmentée sous Néron ; et encore plus sous
      Vespasien. Il est mort la troisième année de Trajan [= 100/101].

    En 75, Hérode Agrippa II et sa sœur Bérénice s'installent à Rome.
Mort de Vespasien le 23 juin 79. Hérode Agrippa II et notre historien
Joseph étaient en relation. De nombreuses monnaies attestent qu'Hérode
Agrippa II a régné jusqu'à la fin du règne de Domitien (81-96).
    C'est après la mort du roi Hérode de Chalcis, petit-fils d'Hérode
                                                                      - 174 -



l'Ancien, frère d'Hérode Agrippa I, que l'empereur Claude accorde à
Hérode Agrippa II le royaume de Chalcis, probablement en 49. Ventidius
Cumanus est nommé par l'Empereur, procurateur de la Judée, 48-52.

      Guerre II, 223 : Et après la mort d'Hérode, celui qui gouvernait
      Chalcis, il établit, Claude, sur le royaume de son oncle, Agrippa
      fils d'Agrippa [49]. Et du reste de la province (grec eparchia), il
      reçoit l'administration, le gouvernement (grec tèn epitropen) à la
      suite d'Alexandre [Tibère Alexandre], Cumanus [48-52]. C'est
      sous son administration que des troubles ont commencé et qu'il y
      eut de nouveau tueries de Judéens. Alors qu'elle s'était rassemblée,
      la foule, pour la fête des matzôt, à Jérusalem, la cohorte romaine
      s'était placée au-dessus du portique de l'enceinte sacrée du Temple
      (grec hier on)...

     Joseph donne plus de détails dans son Histoire ancienne de la Judée
et des Judéens :

      Antiquités XIX, 360 : Agrippa [Agrippa II] le fils du défunt, était à
      ce moment à Rome où il était élevé près de l'empereur Claude.
      Quand ce dernier apprit la mort d'Agrippa et les outrages commis
      envers lui par les habitants de Sébaste et de Césarée, il fut affligé
      pour lui et irrité de cette ingratitude. Il voulait donc
      immédiatement envoyer le jeune Agrippa prendre possession de la
      royauté et désirait en même temps confirmer la foi jurée par des
      serments. Mais ceux des affranchis et de ses familiers qui avaient
      sur lui la plus grande influence l'en détournèrent, lui disant qu'il
      était dangereux de confier un royaume si important à un tout jeune
      homme qui n'était pas encore sorti de l'enfance et qui ne pourrait
      supporter le poids de l'administration, puisque, même pour un
      homme fait, la royauté est un lourd fardeau. L'Empereur a trouvé
      qu'ils avaient raison. Il envoya donc comme gouverneur de la
      Judée et du reste du royaume Cuspius Fadus... Il ordonna avant
      tout à Fadus de châtier les habitants de Césarée et de Sébaste pour
      leurs violences à l'égard du mort... et d'envoyer dans le Pont, pour
                                                                       - 175 -



      y faire campagne, l'escadron des habitants de Césarée et de
      Sébaste ainsi que leurs cinq cohortes, tandis qu'un nombre égal de
      légionnaires romains de Syrie devait venir prendre leur place.
      Cependant ceux qui avaient reçu l'ordre de partir ne s'en allèrent
      pas. En effet, une délégation envoyée par eux apaisa Claude et ils
      obtinrent de demeurer en Judée...

     Hérode Agrippa II, tout comme son père, intervient en faveur des
Judéens auprès de l'empereur Claude, à propos du vêtement du grand
prêtre du Temple de Jérusalem, que le gouverneur romain de la Judée,
Cuspius Fadus, procurateur en 44, avait voulu reprendre aux Judéens :

      Antiquités XX, 30 : Fadus a fait venir les grands pontifes et les
      principaux de Jérusalem et les invita à déposer dans la tour
      Antonia les vêtements sacrés et la robe pontificale que la coutume
      permettait au seul grand prêtre de revêtir, pour qu'ils y fussent
      comme auparavant au pouvoir des Romains (Antiquités XVIII, 90
      s.)
      N'osant pas résister, ils supplièrent pourtant Fadus et Longinus. Ce
      dernier était aussi venu à Jérusalem en amenant de grandes forces,
      parce qu'il craignait que les ordres de Fadus ne missent le peuple
      de la Judée en humeur de se révolter. Ils leur demandèrent d'abord
      de leur permettre d'envoyer à l'Empereur des délégués pour
      obtenir de garder la robe sacrée en leur pouvoir, ensuite d'attendre
      jusqu'à ce qu'ils connussent la décision prise par Claude à ce sujet.
      Les Romains répondirent qu'ils leur permettraient d'envoyer des
      délégués s'ils donnaient leurs enfants en otages. Les autres
      acceptèrent avec empressement et remirent les otages. Les
      délégués furent donc envoyés. A leur arrivée à Rome, Agrippa le
      Jeune, fils du roi défunt, qui se trouvait alors chez l'empereur
      Claude... apprit la cause de leur venue. Il pria l'Empereur
      d'accorder aux Judéens ce qu'ils demandaient touchant les
      vêtements sacerdotaux et d'envoyer à Fadus des ordres à ce sujet...
      Claude a donc fait appeler les délégués et il leur a dit qu'il le leur
      accordait, en les invitant à en savoir gré à Agrippa, à la demande
                                                                       - 176 -



      duquel il avait accédé...

      Antiquités XX, 10 : Outre cette réponse il leur donna la lettre
      suivante : « Claude César Germanicus, investi de la puissance
      tribunitienne pour la cinquième fois, consul désigné pour la
      quatrième, salué imperator pour la dixième, père de la patrie, aux
      magistrats, au Sénat, au peuple de Jérusalem et à toute la nation
      des Judéens, salut.
      Mon cher Agrippa, que j'ai moi-même élevé et que je garde avec
      moi en raison de sa piété, m'a présenté vos délégués qui m'ont
      remercié pour ma sollicitude envers votre peuple. Comme ils
      m'ont demandé instamment et à l'envi de laisser les vêtements
      sacerdotaux et la couronne [le petalori] en votre possession, je
      vous l'accorde, selon les dispositions prises par Vitellius, homme
      éminent et très estimé de moi. Si j'ai déféré à votre désir, c'est
      d'abord à cause de ma piété et la volonté de voir chacun observer
      les rites de sa nation. Ensuite parce que je sais qu'en agissant ainsi
      je ferai grand plaisir également au roi Hérode et à Aristobule le
      Jeune dont je connais la piété envers moi...
      J'ai écrit également à ce sujet à Cuspius Fadus, mon procurateur.
      Écrit le quatrième jour avant les calendes de juillet, sous le
      consulat de Rufus et de Pompeius Silanus [= 28 juin 45]. »

     Tandis que Ventidius Cumanus était procurateur romain en Judée
(48-52), à propos du violent conflit qui a opposé les Samaritains et les
Judéens (cf. p. 71-76), deux délégations avaient été expédiées à Rome
par le légat de la Syrie, Quadratus : une délégation de hauts personnages
samaritains, et une délégation de Judéens. Dans cette délégation de
Judéens, il y avait Ionatan ben Hanan, qui avait été grand prêtre en 36-
37, et qui avait refusé à Hérode Agrippa I de le devenir de nouveau en
41. Les deux délégations ont été présentées à l'empereur Claude. Nous
sommes en 52. Alors Hérode Agrippa II a défendu avec passion de
nouveau la cause des Judéens et il a obtenu gain de cause en leur faveur.
     Nous avons observé que durant ce voyage forcé à Rome, Ionatan
ben Hanan a eu l'occasion de connaître de près et en son cœur l'empire
                                                                      - 177 -



de Rome. Il a eu l'occasion de compter les empereurs romains jusqu'à lui,
— nous sommes sous le règne de Claude —, comme le fera plus tard
Joseph ha-kôhen. Il a eu l'occasion de compter les gouverneurs romains.
Il a rencontré face à face Hérode Agrippa II, fils d'Hérode Agrippa I, qui
a fait mettre à mort, entre autres, Iaaqôb, frère de Iohanam. Quant à la
caste des grands prêtres, il la connaissait du dedans puisqu'il en faisait
partie {Guerre II, 245). C'est Ionatan ben Hanan qui a décidé l'empereur
Claude à expédier comme procurateur en Judée, Félix, qui va faire
assassiner Ionatan ben Hanan, au début du règne de Néron.
     C'est peut-être durant ce voyage forcé à Rome, au cœur de l'Empire,
en l'année 52, que Ionatan ben Hanan a vu se dessiner clairement et
nettement les grands traits de sa philosophie de l'histoire, qui est aussi
une théologie de l'histoire, à la suite du livre de Daniel. Il a vu de près
l'empire dominant que Daniel au IIe siècle avant notre ère avait à peine
aperçu, l'Empire romain.
     Lorsque Ionatan ben Hanan est à Rome, en l'année 52, la petite
communauté chrétienne de Rome, formée à partir de la communauté
judéenne de Rome, est déjà en plein développement. Nous l'avons noté :
personne ne sait qui le premier a apporté à Rome, à la communauté
judéenne de Rome, le message, l'information, qui allait engendrer la
petite communauté chrétienne de Rome. C'est un phénomène de
fécondation. L'hypothèse la plus vraisemblable c'est que dans cette
année-là, 30 ou 31, la datation n'est pas certaine, des frères qui avaient
été à Jérusalem pour les fêtes de pesah sont revenus à Rome en portant
avec eux le message, l'information, un peu comme les abeilles portent du
pollen sous leurs pattes. Une partie de la communauté judéenne de Rome
a reçu le nouveau message, la nouvelle information : c'est le
commencement, la conception, de la communauté chrétienne de Rome.
Schaoul-Paul arrive prisonnier à Rome vers l'année 60.
     Nous nous sommes demandé si Ionatan ben Hanan, lorsqu'il est
retourné en Judée, n'est pas passé par nie grecque de Patmos.
     Nous avons observé déjà que l'Évangile de Jean ne parle jamais
d'aucun des rois judéens de la dynastie des Hérodes.
     Une chose est sûre et certaine, c'est que Hérode Agrippa II
connaissait fort bien Ionatan ben Hanan, puisqu'ils ont fait connaissance
                                                                     - 178 -



à Rome. Or Hérode Agrippa II était l'ami personnel de Joseph ha-kôhen
notre historien. Il n'est donc pas imprudent de supposer que Joseph en
sait beaucoup plus concernant Ionatan ben Hanan qu'il n'en dit.
     C'est Néron, empereur en 54, qui donne à Hérode Agrippa II une
partie de la Galilée et d'autres territoires :

      Antiquités XX, 158 : La première année du gouvernement de
      Néron... Aristobule, fils d'Hérode, roi de Chalcis, reçut de Néron
      le gouvernement de l'Arménie mineure. L'Empereur gratifia aussi
      Agrippa [Agrippa II] d'une partie de la Galilée et soumit à son
      autorité Tibériade et Tarichée [sur le lac de Gennesareth, au nord
      de Tibériade]. Il lui donna aussi la ville de Julias en Pérée [au
      nord-est de la mer Morte] et quatorze bourgs situés dans son
      voisinage...

    Hérode Agrippa II destitue et nomme à son gré les grands prêtres du
Temple de Jérusalem, après son oncle Hérode de Chalcis. C'est peut-être
vers l'année 59 qu'il nomme Ismaël fils de Phiabi, grand prêtre :

      Antiquités XX, 179 : Vers le même temps, le roi Agrippa [Agrippa
      II] donna le grand pontificat à Ismaël fils de Phiabi. Il y eut des
      dissentiments entre les grands prêtres et les prêtres, ainsi que les
      chefs du peuple de Jérusalem. Chacun d'eux prit le
      commandement d'une bande d'hommes très hardis et révoltés. Ils
      se heurtaient les uns contre les autres, ils s'insultaient et se
      battaient à coups de pierres...

    Ismaël ben Phiabi a été kôhen ha-gadôl entre 59 et 61 (Schûrer, II,
272). Hébreu ischmael ben Phiabi = bouche de mon père. Le même nom
Ismaël ben Phiabi est porté par le grand prêtre en 15-16, installé par
Valerius Gratus, 15-26 (Antiquités XVIII).
    Mais Hérode Agrippa II ne doit jamais oublier qu'il est soumis aux
caprices de son maître, l'Empereur de Rome. Dans les années 60-62,
Hérode Agrippa II entre en conflit avec les kôhanim du Temple de
Jérusalem, à propos d'une construction. Les kôhanim vont se plaindre
                                                                       - 179 -



à Néron et celui-ci, sur l'intervention d'une de ses femmes, Poppée, qui
avait des sympathies pour le monothéisme hébreu, donne raison aux
kôhanim contre Hérode Agrippa II :

      Antiquités XX, 189: Vers le même temps, le roi Agrippa [Agrippa
      II] éleva un bâtiment d'une grandeur remarquable dans le palais de
      Jérusalem, près de la galerie couverte... Le roi... regardait là-haut,
      de son lit de table, ce qui se faisait dans l'enceinte sacrée du
      Temple. Les principaux de Jérusalem, lorsqu'ils s'en sont aperçus,
      ont été très irrités... C'est pourquoi ils ont construit un mur élevé
      au-dessus de la salle de réunion qui, dans l'enceinte inférieure du
      Temple, était tournée vers l'Occident. Non seulement cette
      construction interceptait la vue de la salle à manger du roi, mais
      aussi celle du portique occidental extérieur au Temple, d'où les
      Romains le surveillaient, lors des fêtes. Cela irrita le roi Agrippa
      et surtout le procurateur Festus, qui ordonna la démolition du mur.
      Mais les Judéens ont demandé la permission d'envoyer à ce sujet
      des délégués auprès de Néron... Festus leur a accordé cette
      demande et ils ont délégué à Néron dix des premiers personnages,
      avec le grand pontife Ismaël, et Helkias, le gardien du trésor.
      Néron les a écoutés et non content de leur pardonner leurs actes, il
      leur accorda encore la permission de laisser debout leur
      construction, pour faire plaisir à sa femme Poppée qui l'avait
      imploré en leur faveur, car elle était pieuse. Elle ordonna aux dix
      de s'en aller, mais elle retint auprès d'elle comme otages Helkias et
      Ismaël. Lorsque le roi Agrippa le sut, il donna le grand pontificat à
      Joseph, fils du grand prêtre Simon et surnommé Kabi [61-62].

    Tout comme ses ancêtres de la dynastie des Hérodes, Hérode
Agrippa II fait sa cour à l'empereur régnant, en l'occurrence Néron, en
changeant le nom des villes et en leur donnant le nom de l'empereur au
pouvoir :

      Antiquités XX, 205 : Vers ce moment-là le roi Agrippa
      [Agrippa II] a agrandi la ville de Césarée dite de Philippe et il l'a
                                                                        - 180 -



      nommée Néronias en l'honneur de Néron...
      Le roi a donné aussi la succession du grand pontificat à Ieschoua
      fils de Gamaliel [63-65], après l'avoir retiré à Ieschoua fils de
      Damnaios [62-63]...

     Hérode Agrippa II prend la liberté de modifier certaines normes
concernant les vêtements des Lévites, ce que Joseph ha-kôhen notre
historien n'approuve pas :

      Antiquités XX, 216 : Ceux des Lévites — c'est une tribu — qui
      chantaient les hymnes, demandèrent au roi [Agrippa II] de réunir
      le sanhédrin et de leur permettre de porter comme les kôhanim une
      tunique de lin... Avec le consentement des gens convoqués au
      sanhédrin, le roi accorda aux chanteurs d'abandonner leur
      vêtement ancien et de porter un vêtement de lin... Or tout cela
      allait contre la Torah de nos pères...

      En l'année 64 de notre ère, le Temple de Jérusalem, dont la
construction avait été décidée et entreprise par Hérode l'Ancien la dix-
huitième année de son règne, en 20-19 avant notre ère, était enfin achevé.
Il allait subsister encore six ans.
      Hérode Agrippa II, l’arrière-petit-fils d'Hérode l'Ancien, s'occupe des
chômeurs :

      Antiquités XX, 219 : A ce moment, le Temple était achevé. Le
      peuple voyait donc que les ouvriers, au nombre de plus de dix-huit
      mille, chômaient et avaient besoin de salaires, parce qu'ils se
      procuraient jusque-là de quoi vivre en travaillant au sanctuaire...
      Le peuple engagea donc le roi à restaurer le portique oriental.
      C'était un portique de l'enceinte extérieure du sanctuaire, donnant
      sur une profonde vallée, avec des murs de quatre cents coudées de
      long et fait de blocs quadrangulaires de marbre blanc... C'était
      l'œuvre du roi Salomon qui, le premier, avait construit le Temple...
      Le roi Agrippa écarta cette demande...
      Ayant enlevé le grand pontificat à Ieschoua fils de Gamaliel [63-
                                                                          - 181 -



      65], il le donna à Matthias fils de Théophile, sous lequel
      commença la guerre des Judéens contre les Romains...

    En l'année 67, en pleine guerre des Romains contre les Judéens,
Hérode Agrippa II invite le commandant en chef de l'armée romaine,
Vespasien, à venir se reposer et faire la fête à Césarée de Philippe,
qu'Hérode Agrippa II avait appelée Néronias pour faire sa cour à
l'empereur régnant :

      Guerre II, 443 : Vespasien est allé prendre connaissance du
      royaume d'Hérode Agrippa. Le roi l'avait invité... Vespasien est
      parti à Césarée qui est au bord de la mer, et il est allé à Césarée
      qui est appelée celle de Philippe [encore un Hérode...]... Et là,
      pendant vingt jours, Vespasien fit reposer son armée, et lui-même
      il faisait la fête. Il offrait à Dieu des sacrifices pour le remercier de
      ses succès... Lorsqu'on lui a annoncé les désordres, les
      insurrections qui se produisaient à Tibériade et la révolte des gens
      de Tarichée [toutes les deux faisaient partie du royaume d'Hérode
      Agrippa...], il a décidé une expédition contre ces villes, en faveur
      d'Agrippa pour le remercier de son hospitalité... Il a envoyé son
      fils Titus à Césarée...

    Nous connaissons encore Hérode Agrippa II par le livre des Actes ou
des Actions des Envoyés, notes prises sur le vif et strictement
contemporaines des événements, comme tous les documents collectés
dans le livre des Actes :

      Actes 24, 27 : Une durée de deux années a été remplie et il a reçu
      comme successeur, Félix, Porcius Festus... [Observer l'ordre
      hébreu de la phrase].

    Porcius Festus est procurateur de la Judée entre 60 et 62.

      Actes 25, 13 : Des jours se sont passés et Agrippa le roi et
      Bérénice [sa sœur] sont arrivés à Césarée pour saluer Festus.
                                                                   - 182 -



Lorsqu'ils ont passé nombre de jours là [= à Césarée], c'est Festus
qui au roi a exposé les accusations contre Paul. Il a dit : « Un
homme m'a été laissé par Félix, prisonnier. A son sujet, lorsque je
suis venu à Jérusalem, ils se sont présentés, les grands prêtres et
les anciens des Judéens. Ils demandaient contre lui une
condamnation... »

Actes 25, 22 : Et alors Agrippa a dit à Festus : « Je voudrais moi
aussi entendre l'homme. » Festus a répondu : « Demain tu
l'entendras. » Et le lendemain, il est venu, Agrippa et Bérénice en
grande pompe (le verbe en tête, au singulier, plusieurs sujets,
construction hébraïque), et ils sont entrés dans la salle d'audience
avec les commandants de mille [soldats]... Sur ordre de Festus, il a
été amené, Paulus. Et il a dit, Festus : « Agrippa roi et vous tous,
messieurs, qui êtes présents avec nous, vous le voyez cet homme
au sujet de qui toute la foule des Judéens sont venus me solliciter
à Jérusalem, et jusqu'ici. Ils criaient : Il ne doit plus vivre plus
longtemps. Mais moi j'ai compris que cet homme n'a rien fait qui
mérite la mort. Mais lui il en a appelé à l'Auguste (grec ton
sebaston — César)... »

Actes 26, 1 : Et alors c'est Agrippa qui a dit à Paulus : « Il
t'incombe de présenter ton affaire pour ce qui te concerne (le
verbe hébreu arak, arak millin, Job 32, 14 ; 37, 19 ; Psaume 40, 6
; Isaïe 44, 7 ; etc.)... » Et alors, Paulus, il a étendu la main et il a
commencé à se justifier : « Au sujet de toutes les accusations dont
je suis accusé par les Judéens, roi Agrippa, je m'estime heureux
d'avoir devant toi aujourd'hui à me justifier. Parce que tu es au
plus haut point un connaisseur des coutumes des Judéens et de
leurs controverses... Mon cheminement, depuis ma jeunesse, les
chemins que j'ai chemines depuis le commencement au milieu de
mon peuple et à Jérusalem, ils le connaissent, tous les Judéens. Ils
me connaissent depuis longtemps et ils savent, s'ils veulent bien
en être témoins, que c'est selon la plus rigoureuse voie ou école
(grec hairesis, peut-être hébreu nadabah, Lévitique 22, 18 ; 22,
                                                                                                                     - 183 -



           21, libre offrande, offrande spontanée et volontaire) de notre culte
           (grec thrèskeia, n'existe pas en grec naturel) que j'ai vécu, en
           parousch...8 »

     Les perouschim sont donc probablement ceux qui sont capables de
faire ce travail d'explication, de précision et de détermination.
     L'araméen perascha signifie : aiguillon pour piquer les bœufs. Ce
qui explique peut-être le jeu de mots de :

           Actes 26, 14 : J'ai entendu une voix qui s'adressait à moi en langue
           hébraïque : Schaoul, Schaoul pourquoi est-ce que tu me
           persécutes? Il est dur pour toi de regimber contre l'aiguillon
           [contre la paraschà], toi qui estparousch...

    En effet Paul avait du mal à se libérer de la doctrine et du système
des perouschim.

           Actes 26, 24 : Pendant qu'il était en train de se justifier, c'est
           Festus, avec une grande voix, qui lui a dit : « Tu es fou, Paul ! Tes
           études nombreuses t'ont tourné la tête jusqu'à la folie... » Et Paul a
           répondu : « Je ne suis pas fou, excellent Festus... Il connaît tout
           cela, le roi, devant la face de qui je parle en toute liberté. Car rien
           de tout cela ne lui est caché, j'en suis persuadé. Car ce n'est pas
           dans un coin que cela a été fait. Est-ce que tu es certain de la
           vérité, roi Agrippa, dans les [écrits des] prophètes ? Je sais que tu
           es certain de leur vérité. » Et alors Agrippa s'est adressé à Paul : «
           Encore un peu et tu vas me persuader de me faire chrétien... »
           [Selon d'autres manuscrits : d'être chrétien, grec genesthai...]

     Le grec christianos que nous avons traduit par chrétien, est formé à
partir du verbe grec chriô, oindre avec de l'huile. Il traduit le verbe
8
  Le verbe hébreu parasch, donner une explication, une détermination précise, un décision juridique, Lévitique 24,
12; Nombres 15, 34; Néhé-mie 8, 8 : Et ils ont crié [= lu tout haut] dans le rouleau, dans la Torah de Dieu, en
expliquant (hébreu mephôrasch) et en donnant l'intelligence, et ils [= les gens du peuple] ont compris, ils ont eu
l'intelligence, dans la lecture à haute voix, [qui leur était faite]... Esdras 4, 18 : La lettre que vous nous avez envoyée,
d'une manière distincte, précise (araméen mepa-rasch), a été lue devant ma face...
                                                                     - 184 -



hébreu maschah. Le christ os, c'est celui qui a reçu l'onction royale,
sacerdotale et prophétique. Il est bien possible que le mot grec
christianos soit en fait une plaisanterie, un terme de moquerie, un
sobriquet à rencontre des premiers disciples du Rabbi.

      Actes 11, 26: Ils ont été nommés, tout d'abord à Antioche, les
      frères : christianous (hébreu possible meschihïm).

   Perouschim et tzaddouqim sont probablement aussi des termes de
moquerie utilisés par leurs adversaires.

      Actes 26, 30 : Et il s'est levé le roi, et le gouverneur [romain] et
      Bérénice, et ceux qui avaient siégé avec eux... (le verbe en tête,
      singulier, plusieurs sujets : construction hébraïque)...

     Si, comme le dit Paul à Hérode Agrippa II, celui-ci est parfaitement
au courant de ce qui s'est passé à Jérusalem depuis l'année 30, alors
Joseph ha-kôhen, notre historien, et l'ami personnel d'Hérode Agrippa II,
est lui aussi parfaitement au courant. Dans les ouvrages publiés, il est
loin de dire tout ce qu'il sait de la nouvelle doctrine qui se développe à
Jérusalem et dans les communautés judéennes de la Diaspora depuis lors.
     Il existe quelques textes de Joseph qui sont l'objet de controverses
parmi les érudits depuis des siècles, parce qu'il est très difficile de
déterminer ce qui est interpolé dans ces textes et ce qui est l'œuvre de
Joseph.
     Les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc ne parlent pas d'Hérode
Agrippa II, pas plus que de son père Hérode Agrippa I, pour la bonne
raison que les traductions en langue grecque des dossiers de notes prises
en hébreu, étaient terminées et diffusées dans les communautés
judéennes de langue grecque avant 40. L'Évangile de Jean ne parle
d'aucun des Hérodes. Nous aurons à nous demander pourquoi.
L'Apocalypse parle des Hérodes, mais en langage codé et chiffré.
     Nous n'avons pas mis dans notre liste des descendants d'Hérode
l'Ancien, Hérode Philippe appelé aussi Philippe tout court, fils d'Hérode
l'Ancien et de Mariam, la fille du grand prêtre Schimeôn, parce que cet
                                                                        - 185 -



Hérode Philippe n'a pas eu de part dans l'héritage d'Hérode dit le Grand.
C'est son demi-frère, Hérode Antipas, qui avait pris sa femme Hérodiade
(Matthieu 14, 3 ; Marc 6, 17). Mais il se peut que Iohanam dans
l'Apocalypse le compte dans sa propre série.



4. Les grands prêtres du Temple de Jérusalem

     Dans nos notices précédentes nous avons indiqué, grâce aux textes
de Joseph, comment les gouverneurs romains délégués par l'Empereur, et
les rois judéens nommés par l'Empereur, font et défont, nomment et
destituent les grands prêtres du Temple de Jérusalem. C'était
évidemment tout à fait anormal, puisque dans l'ancienne tradition
hébraïque, les grands prêtres sont les descendants de Aharôn. Ils sont
grands prêtres par droit de naissance, d'une manière héréditaire, et à vie.
C'est une lignée génétique, d'où l'importance des généalogies dans le
milieu ethnique hébreu. On naît kôhen, on ne le devient pas par suite
d'une décision personnelle. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous
n'avons pas traduit l'hébreu kôhen par le français « prêtre ». Il y aurait eu
risque de confusion dans la pensée de notre lecteur. Nous avons donc
laissé en hébreu le mot kôhen.
     Cette anomalie a commencé avec Hérode dit le Grand. Les
descendants d'Hérode ont usé et abusé de cette licence, comme nous
l'avons observé dans nos notices antérieures.

    Les grands prêtres du Temple de Jérusalem, depuis l'année 6 de
notre ère (Schùrer, II, 270).
    Nommé par Quirinus, en l'an 6 de notre ère :
    — Hanan (transcription en caractères grecs Ananos ou Hannas), fils
de Sethi, 6-15 {Antiquités XVIII; XX; Guerre V ; Luc 3, 2 ; Jean 18, 13 ;
Actes 4, 6).

    Nommés par Valerius Gratus, 15-26 :
    —   Ismaël, fils de Phiabi (= la bouche de mon père), 15-16
                                                                                                                 - 186 -



{Antiquités XVIII).
    — Éléazar, fils de Hanan, 16-17 {Antiquités XVIII).
    — Schimeôn, fils de Kamithos, 17-18 {Antiquités XVIII).
    — Joseph surnommé Qaïapha, 18-36 {Antiquités XVIII ; Matthieu
26, 3 ; Luc 3, 2 ; Jean 11, 49 ; 18, 13. Actes 4, 6). Hanan était le beau-
père de Joseph Qaïapha (Jean 18, 13). Il avait donc épousé l'une des
sœurs de Ionatan. Nous n'avons pas réussi à déchiffrer le sens du surnom
de Joseph.

   Nommés par Vitellius, 35-39 :
   — Ionatan, fils de Hanan, 36-37 {Antiquités XVIII).
   — Theophilos, fils de Hanan, 37 (Antiquités XVIII). Le nom grec
Theophilos peut traduire l'hébreu Iedid-iah, le chéri de YHWH (2
Samuel 12, 25), le nom de Salomon.

     Nommés par le roi Hérode Agrippa I, 41-44 :
     —      Schimeôn Kanthèras = Kantharos9, fils de Boethos10, 41
{Antiquités XIX).
     — Mattit-iah (= cadeau de YHWH, transcription en caractères grecs
Maththias ou Maththaios), fils de Hanan, et donc frère de Ionatan,
{Antiquités XIX).
     — Elioeinai (= vers YHWH mes yeux, transcription en caractères
grecs Elionaios), fils de Kanthèras {Antiquités XIX). Selon l'ancienne
tradition rabbinique il était fils de Qaïph.

    Nommés par Hérode, roi de Chalcis, 44-48, petit-fils d'Hérode dit le
Grand, frère d'Hérode Agrippa I :
    — Joseph, fils de Kami ou Kamidos {Antiquités XX).
    — Hanan-iah, fils de Nedab-iah, transcription en caractères grecs
Nedebaios ou Nebedaios, 47-59 {Antiquités XX).

          Actes 23, 2 : Le grand prêtre Hanan-iah (grec Ana-nias) a donné
9
   Le surnom kantharos se rattache au grec kantharis, insecte vénéneux utilisé en homéopathie ; le grec kantharos
traduit l'hébreu kapis, Haba-cuc 2, 11 : Car c'est une pierre qui du mur criera, et un kapis qui du bois lui répondra...
10
   Le nom grec Boethos est la traduction d'un nom hébreu qui comporte la racine azar, venir en aide, secourir, Eli-
ezer, Ele-azar, Azar-iah, etc.
                                                                        - 187 -



     l'ordre à ceux qui étaient là de lui donner un coup sur la bouche.
     Alors Paul lui a dit :
     « Celui qui te frappera, c'est Dieu, muraille recouverte à la chaux,
     (hébreu ba-sid, Deutéronome 27, 2). Et alors c'est toi qui es assis
     pour me juger selon la Torah, et c'est contre la Torah que tu
     donnes l'ordre de me donner un coup ? » Et alors ceux qui étaient
     là lui ont dit : « C'est le kôhen ha-gadôl de Dieu que tu insultes ! »
     Et alors il a dit, Paul : « Je ne savais pas, frères, que c'est le kôhen
     ha-gadôl. Car il est écrit : Le nasi (grec archôn), prince, chef, dans
     ton peuple, tu ne le maudiras pas (Exode 22, 27).

     Actes 24, 1 : Et après cinq jours, il est descendu, le grand prêtre
     Hanan-iah, avec quelques anciens et un orateur appelé Tertullus
     qui se sont présentés au gouverneur [romain] pour accuser Paul...

   Nommés par Hérode Agrippa II, 50-100 :
   — Ismaël, fils de Phiabi, 59-61 {Antiquités XX).
   — Joseph Kabi, fils du grand prêtre Schimeôn, 61-62 {Antiquités
XX).
   — Hanan, fils de Hanan, année 62, pendant trois mois :

     Antiquités XX, 97 : Lorsqu'il a appris la mort de Festus,
     l'Empereur [= Néron] a envoyé Albinus en Judée comme
     procurateur. Le roi [= Hérode Agrippa II] a enlevé le suprême
     pontificat à Joseph [Kabi] le grand prêtre et il a donné la
     succession de cette charge au fils de Hanan qui s'appelait lui
     aussi Hanan. On dit que le vieil Hanan, Hanan l'Ancien, a été très
     heureux, car il a eu cinq fils et tous ont eu la chance d'être les
     grands prêtres de Dieu et lui-même, Hanan, avait rempli cette
     charge pendant très longtemps [entre 6 et 15 de notre ère]. Or cela
     n'est jamais arrivé à aucun autre de nos grands prêtres. Hanan le
     Jeune... qui a reçu le grand pontificat, était d'un caractère fier... Il
     suivait la doctrine des benei Tzadôq {tzaddouqim, transcription en
     caractères grecs saddoukaioi, Matthieu 3, 7; 16, 1; etc.). Comme
     Hanan était tel et qu'il croyait avoir une occasion favorable parce
                                                                       - 188 -



      que Festus était mort et Albinus encore en route, il a réuni un
      sanhédrin (grec sunedrion, transcription en caractères hébreux
      sanhédrin) et il a fait venir devant lui Iaaqôb, le frère de Ies-
      choua, qui est appelé maschiah, et certains autres. Il les a accusés
      d'avoir transgressé la Torah, et il les a fait mettre à mort à coups
      de pierres. Mais tous ceux des habitants de la Ville [= Jérusalem]
      qui étaient les plus modérés... ont envoyé des messagers au roi
      [Hérode Agrippa II] pour lui demander de donner des ordres à
      Hanan [le fils de Hanan] pour qu'il n'agisse plus de cette manière.
      Certains d'entre eux sont même allés à la rencontre d'Albinus qui
      venait d'Alexandrie et ils lui ont appris que Hanan n'avait pas le
      droit de convoquer le sanhédrin sans son autorisation à lui,
      Albinus. Albinus a été persuadé par leurs paroles et il a écrit avec
      colère une lettre à Hanan et l'a menacé de tirer vengeance de lui.
      Alors le roi Hérode Agrippa lui a enlevé pour ce motif le grand
      pontificat qu'il avait exercé trois mois et il a investi Ieschoua le
      fils de Damnaios...

     Hanan fils de Hanan était le frère de Ionatan. C'est donc Hanan ben
Hanan qui est le premier responsable de la mort de Iaaqôb, mais Ionatan
ne l'a pas su (be olam ha-zeh) puisqu'il a été assassiné sur ordre de Félix,
autour de l'année 55.
     Hanan ben Hanan, le frère de Ionatan, au début de la grande guerre
des Judéens contre les Romains, après novembre 66, est choisi avec
Joseph ben Goriôn pour commander dans Jérusalem et surtout pour faire
surélever les remparts de la Ville (Guerre II, 563).
     Plus tard nous apprenons que Hanan, le grand prêtre, et parmi les
gens de pouvoir ceux qui n'étaient pas partisans des Romains, ont
entrepris de réparer les remparts et de préparer un grand nombre de
machines de guerre (Guerre II, 648). Joseph fait l'éloge de Hanan ben
Hanan :

      Guerre IV, 151 : Le plus ancien des grands prêtres, Hanan (grec
      Ananos), homme très sage. Il aurait peut-être sauvé la Ville s'il
      avait pu échapper aux mains des conjurés...
                                                                       - 189 -




       Guerre IV, 160: Les plus illustres parmi les grands prêtres,
      Ieschoua ben Gamaliel et Hanan fils de Hanan... ils poussaient le
      peuple contre les Jaloux [de la cause de Dieu] (grec zèlôtais ; le
      grec zèlôtès traduit l'hébreu qanna, Exode 20, 5 ; 34, 14; etc.)...
      Car ils s'appelaient ainsi...

      Guerre IV, 162 : Il se tenait debout, Hanan, au milieu de la foule,
      et il a regardé plusieurs fois le Temple. Ses yeux étaient remplis
      de larmes et il a dit : « Il eut été bon pour moi de mourir avant de
      voir la maison de Dieu remplie de sacrilèges... Je suis revêtu du
      vêtement du grand prêtre et je suis appelé du nom le plus honoré
      parmi les noms vénérés... »

    Finalement le grand prêtre Hanan ben Hanan est mis à mort par les
Idumeens qui avaient réussi, grâce aux insurgés, à entrer dans Jérusalem.

      Guerre IV, 315 : Ce sont les grands prêtres qu'ils recherchaient...
      Dès qu'ils ont été pris, aussitôt ils ont été tués et ils se sont mis
      debout sur leurs cadavres. Ils se moquaient de Hanan... et de
      Ieschoua... Ils sont allés jusqu'à ce point d'impiété qu'ils ont jeté
      les cadavres sans leur donner de sépulture, alors que les Judéens
      prennent un tel soin des sépultures, que même ceux qui ont été
      pendus à une croix par suite s d'une condamnation, avant le
      coucher du soleil ils les descendent de la croix et ils les mettent au
      tombeau...

    Deutéronome 21, 22: Et que s'il est sur quelqu'un un crime [qui
mérite] un jugement de mort et qu'il a été mis à mort, alors tu le pendras
sur un arbre. Tu ne laisseras pas passer la nuit, son cadavre, sur l'arbre,
mais au contraire, le mettre au tombeau, tu le mettras au tombeau, dans
ce jour-là, parce que, malédiction de Dieu, [il est] le pendu, et tu ne
souilleras pas la terre que YHWH ton Dieu te donne à toi...

    Joseph ajoute
                                                                         - 190 -




      Guerre IV, 318 : Je ne me tromperais pas si je disais que ce qui a
      commencé la prise de la Ville [= Jérusalem], c'est la mort de
      Hanan ben Hanan. Et c'est à partir de ce jour-là qu'il a été
      renversé, le rempart, et qu'elles ont été perdues, les affaires, pour
      les Judéens,

      — ce jour où, le kôhen ha-gadôl et le chef (grec hège-môn, hébreu
      possible sar) de leur propre salut, au milieu de la Ville, ils l'ont vu
      sacrifié. C'était un homme vénérable et il était très juste... Il aimait
      la liberté... Il savait qu'elles étaient invincibles, les armées des
      Romains...

      Guerre IV, 323 : Mais je pense qu'il l'avait condamnée, Dieu,
      comme souillée, la Ville [= Jérusalem]. Il avait décidé sa perte et
      c'est par le feu qu'il a voulu que soit purifié le Sanctuaire (grec ta
      hagia, hébreu miqdasch, Lévitique 19, 30 ; 20, 3 ; etc.). Et c'est
      pourquoi, ceux qui lui étaient attachés et qui l'aimaient, il les a
      abattus. Ceux qui peu de temps auparavant étaient revêtus du
      vêtement sacré [du grand prêtre] et qui présidaient au culte [du
      Dieu] de l'Univers, devant qui se prosternaient ceux qui venaient
      de toute la terre habitée et qui inclinaient [leur cœur] dans la Ville,
      ils étaient jetés nus, pâture des chiens et des bêtes sauvages, ainsi
      ils étaient vus...

     Joseph nous dit que Hanan ben Hanan était un homme vénérable et
très juste. Il nous a rapporté lui-même que c'est Hanan ben Hanan qui a
décidé la mise à mort de Iaaqôb, celui qui était appelé le frère du Rabbi.
     En ce qui concerne la purification de Jérusalem par le feu, Joseph
ha-kôhen pense comme Iohanam de l'Apocalypse, quoique les motifs ne
soient pas les mêmes.
     Apocalypse 11, 3 fait allusion à deux témoins, probablement deux
grands prêtres, qui prophétisent, et qui sont mis à mort. Leurs cadavres
restent sur la place de Jérusalem pendant trois jours et demi. Et ceux qui
les ont assassinés, ne permettent pas qu'on les mette dans des tombeaux.
                                                                      - 191 -



Mais nous ne savons pas à qui Iohanam fait allusion. Nous y
reviendrons.

    Grands prêtres nommés par Hérode Agrippa II {suite) :
    — Ieschoua, fils de Damnaios, 62-63 {Antiquités XX, 203).
    — Ieschoua, fils de Gamaliel, 63-65 {Antiquités XX, 213).
    — Mattit-iah ou Mattitiahou (transcription en caractères grecs
Mattathias, Matthias, Matthaios) fils de Theophilos, le fils de Hanan
l'Ancien ? le frère de Ionatan ? en 65.

      Antiquités XX, 219 : A ce moment-là, le Temple de Jérusalem
      était achevé. Hérode Agrippa II a enlevé le suprême pontificat à
      Ieschoua, fils de Gamaliel, et il l'a donné à Mattit-iah, fils de
      Théophile, sous lequel a commencé la guerre des Judéens contre
      les Romains...

     Ensuite Joseph observe que c'est le peuple lui-même, plus
précisément ceux qui menaient la révolte, qui ont pris en main l'élection
des grands prêtres {Guerre IN, 147). Ils ont annulé les droits des
familles, desquelles par succession les grands prêtres étaient désignés, et
ils ont nommé grands prêtres des gens obscurs et qui n'étaient pas issus
de familles sacerdotales {Guerre IV, 148). C'est pourquoi la foule s'est
soulevée contre les meneurs, poussée par le plus ancien des grands
prêtres, Hanan, (le fils de Hanan), homme très sage et qui peut-être aurait
sauvé la Ville s'il avait pu échapper aux mains des conjurés {Guerre IV,
151). Les insurgés ont entrepris de faire (grec poiein, hébreu asah) les
grands prêtres, par tirage au sort, alors qu'en réalité c'est de leur
naissance que dépend leur succession {Guerre IV, 153).

      Guerre IV, 155 : Ils ont tiré au sort un grand prêtre, qui s'appelait
      Phanni (hébreu Pinehas, Exode 6, 25 ; etc.) fils de Samuel... [67-
      68].

   Cinq grandes familles se partageaient l'honneur de donner au
Temple de Jérusalem des grands prêtres. A elles appartiennent ceux que
                                                                        - 192 -



l'on appelle les benei kôhanim gedôlim, ceux que le livre des Actes des
Envoyés appelle : ceux qui étaient issus de famille de grands prêtres :

      Actes 4, 5 : Et il est arrivé (grec egeneto, hébreu waiehi) le
      lendemain (hébreu mi-maharat), ils se sont réunis leurs chefs
      (grec archontes, hébreu sarim) et les anciens (hébreu zeqenim) et
      les lettrés (grec gramma-teis, hébreu sôpherim) à Jérusalem, et
      Hanan le grand prêtre (hébreu ha-kôhen ha-gadôt) et Qaïpha, ou
      Qaïapha, et Iohanan [selon nombre de manuscrits], Ionatan [selon
      d'autres manuscrits], et Alexandros, et tous ceux qui étaient issus
      de la famille du grand prêtre...

     Ce texte du livre des Actes nous reporte aux années 30 et suivantes.
     Tous ces textes du livre des Actes des Envoyés (hébreu maasei ha-
schelihim) sont évidemment traduits littéralement et mot à mot de
l'hébreu. C'est la forme hébraïque de la phrase, typique et
immédiatement reconnaissable. Et c'est le lexique hébreu-grec
traditionnel qui fonctionne sans faute.
     Joseph dans son Histoire ancienne de la Judée et des Judéens,
terminée en 93 ou 94, souligne bien ce qu'a d'anormale cette valse des
grands prêtres nommés puis destitués par les gouverneurs romains et par
les rois judéens :

      Antiquités XX, 10 : On dit que le premier de tous à être grand
      pontife de Dieu fut Aharôn, frère de Moïse, et qu'à sa mort lui
      succédèrent immédiatement ses fils, puis que tous leurs
      descendants sans exception gardèrent cet honneur dans leur
      famille. C'est pourquoi une loi de nos pères exige que personne ne
      reçoive le grand pontificat s'il n'est du sang d'Aharôn, et qu'il n'est
      permis à personne d'une autre famille, fût-il roi, d'accéder à cette
      dignité. Depuis Aharôn qui fut, comme nous l'avons dit, le
      premier, jusqu'à Phineesos [Phannias ou Phanni, Phanassos, fils de
      Samuel, 67/68] qui reçut des mutins le pontificat pendant la
      guerre, il y eut en tout quatre-vingt-trois grands prêtres... On eut
      d'abord le grand pontificat à vie, tandis qu'ensuite on remplaça les
                                                                        - 193 -



      grands pontifes, même de leur vivant... Depuis le temps d'Hérode
      jusqu'au jour où Titus prit et incendia la Ville et le Temple, il y eut
      en tout vingt-huit grands pontifes et le temps de leurs pontificats
      fait un total de cent sept ans...

     Nous observons que l'Évangile de Luc, tout à fait au début, à propos
de Iohanan le prophète du désert, parle de Hanan et de Qaïapha, les
grands prêtres (Luc 3, 2). Ensuite il n'en parle plus, il ne les nomme pas
lorsqu'il rapporte l'arrestation et le jugement. L'Évangile de Matthieu ne
nomme pas Hanan, ni l'Évangile de Marc. Matthieu nomme Qaïapha à
propos de la réunion qui a eu lieu dans la maison du grand prêtre, celui
qui est surnommé Qaïapha (Matthieu 26, 3). Puis Matthieu 26, 57 : «
Ceux qui avaient arrêté Ieschoua l'ont conduit chez Qaïapha le grand
prêtre, là où les sopherim et les anciens étaient réunis. » Luc ne le
nomme qu'une seule fois^tout au début de l'Évangile (3, 2), puis n'en
parle plus. L'Évangile de Marc ne le nomme pas du tout. Pourquoi ?
C'est l'Évangile de Jean qui nomme Hanan (Jean 18, 13 et 24) et Qaïapha
(Jean 11, 49 ; 18, 13 ; etc.). Le livre des Actes, dans un document
postérieur de quelques années, nomme Hanan et Qaïapha, et un certain
Iohanan ou Ionatan, selon les manuscrits (Actes 4, 6).


Le vêtement du grand prêtre

     En l'année 35 de notre ère, l'empereur Tibère a envoyé Vitellius
comme légat romain dans la province de Syrie. Il est rappelé en 39 par
Caius Caligula. Son successeur sera Petronius, qui aura à s'occuper de
l'affaire de la statue de Caius Caligula.
     En l'année 36, pour la fête de pesah, Vitellius vint à Jérusalem, et il
rend au grand sacerdoce judéen la libre disposition du vêtement du grand
prêtre, qui était depuis l'année 6 de notre ère sous la garde des Romains :

      Antiquités XVIII, 4, 3 : Vitellius, arrivé en Judée, monta à
      Jérusalem au moment de la fête nationale appelée pesah. Reçu
      avec magnificence, il fit remise aux habitants de l'ensemble des
                                                                        - 194 -



      impôts sur la vente des récoltes. Il accorda aussi que le vêtement
      du grand prêtre et tous ses ornements fussent placés dans le
      Temple et gardés par les prêtres comme ils en avaient jadis la
      prérogative ; pour le moment, c'était dans la citadelle appelée
      l'Antonia qu'ils étaient déposés... Vitellius prit soin que le vêtement
      fût gardé conformément à nos coutumes nationales et enjoignit au
      commandant de la garnison de ne pas s'inquiéter du lieu où il était,
      ni du jour où on s'en servirait. Il a dépouillé du haut sacerdoce le
      grand prêtre Joseph surnommé Qaïapha [18-36] et il lui a substitué
      Ionatan le fils du grand prêtre Hanan [36-37]. Puis il est retourné à
      Antioche...

    En somme, le vêtement du grand prêtre, du kôhen ha-gadôl, a été
remis sur ordre de Vitellius, légat de Syrie, à Ionatan fils de Hanan qu'il
venait de nommer grand prêtre.
    Un an plus tard, peu de temps après la mort de l'empereur Tibère,
mort le 16 mars 37, Vitellius est passé de nouveau à Jérusalem :

      Antiquités XVIII, 120 : Après avoir fait des préparatifs de guerre
      contre Arétas et s'être mis à la tête de deux légions..., guidé par les
      rois soumis aux Romains, Vitellius s'est hâté vers Pétra et il a
      occupé Ptolémaïs. Comme il se préparait à faire traverser la Judée
      par son armée, les citoyens les plus importants sont venus le
      trouver et ils ont essayé de le détourner de passer par leur pays —
      la Judée — car il n'était pas conforme à leur tradition de laisser
      transporter des images. Or il y en avait beaucoup sur les
      enseignes. Déférant à leur demande, il a changé les résolutions
      qu'il avait prises à ce sujet. Il a ordonné à ses troupes de marcher
      par la grande plaine. Et lui-même il est monté avec le tétrarque
      Hérode [= Hérode Antipas, tétrarque de la Galilée et de la Pérée
      depuis 4 avant notre ère, à la mort de son père Hérode, jusqu'en
      39. Il est l'assassin de Iohanan, l'ascète du désert] et ses amis à
      Jérusalem, pour sacrifier à Dieu pendant la fête des Judéens... Il y
      assista et a été reçu avec honneur par la foule des Judéens. Il a
      séjourné à Jérusalem pendant trois jours et il a destitué de la
                                                                       - 195 -



      grande prêtrise Ionatan [fils de Hanan] pour la transmettre à son
      frère Theophilos. Le quatrième jour, il a reçu une lettre qui lui
      apprenait la mort de Tibère, et il fit jurer par le peuple fidélité à
      l'empereur Caius. Il rappela aussi l'armée pour faire hiverner
      chacun dans ses foyers, parce qu'il n'avait plus le pouvoir
      nécessaire pour faire la guerre comme avant, maintenant que
      l'Empire était passé aux mains de Caius...

     Compte tenu du temps qui était nécessaire pour qu'une lettre
parvienne de Rome en Judée, on peut donc supposer que Vitellius était à
Jérusalem pour la fête de pesah quelque temps après la mort de
l'empereur Tibère.
     Joseph ne nous dit pas pour quelle raison Vitellius qui avait nommé
l'année précédente, en 36, Ionatan, fils de Hanan, grand prêtre, le destitue
en l'année 37.
     Nous sommes donc réduits à des conjectures et à nous interroger.
Est-ce que le roi Hérode Antipas lui aurait dit quelque chose contre le
grand                prêtre                 Ionatan?                Ionatan
serait-il devenu suspect? Et pour quelle raison? Joseph notre historien le
savait sans doute, mais il ne dit rien.

     Nous allons observer d’un peu plus près ce vêtement du grand
prêtre, ainsi que ses couleurs – surtout ses couleurs —, parce que nous
allons en avoir besoin pour interpréter certains textes de l’Apocalypse,
dans lesquels ce sont ces mêmes couleurs qui sont indiquées, à propos de
la prostituée. Le lecteur de langue française fera attention au fait que la
traduction française de ces couleurs est tout à fait approximative. Ce qui
compte, ce n'est pas tellement cette approximation dans notre traduction,
c'est le mot hébreu qui est derrière — et que nous allons indiquer —, et
le mot grec qui traduit constamment le même mot hébreu. Ce sont les
mêmes mots hébreux et les mêmes mots grecs de traduction que nous
allons retrouver dans l'Apocalypse.
     Par la même occasion nous observerons les couleurs des tentures et
des rideaux du Temple de Jérusalem.
     Ce système de signes ne nous est pas familier, à nous les goïm de la
                                                                         - 196 -



fin du XXe siècle, mais il était parfaitement intelligible pour les frères et
les sœurs des communautés judéennes des années 50 et suivantes, et pour
les frères et les sœurs des communautés chrétiennes qui étaient issues
des communautés judéennes. C'était pour eux un langage transparent.
     Et tout d'abord les tentures, les draperies et les rideaux du Temple.
     Le Temple de Jérusalem fut reconstruit par Hérode dit le Grand, à
partir de la dix-huitième année de son règne, c'est-à-dire en 20-19 avant
notre ère, et terminé sous le règne de son arrière-petit-fils, Hérode
Agrippa II, vers l'année 64. Il avait été reconstruit conformément au plan
du Temple construit par le roi Salomon, mort autour de l'année 923 avant
notre ère, et qui a régné environ quarante ans.
     La construction du Temple par Salomon a commencé la quatrième
année de son règne, donc vers 959 avant notre ère. Le Temple de
Salomon a été terminé dans la onzième année de son règne. Il mesurait
environ 50 X 30 m. Le Temple de Salomon a été détruit, incendié et pillé
par les armées du roi de Babylone, Nabuchodonosor, en 586 avant notre
ère.
     Pour nous faire une idée de ce qu'a été le Temple reconstruit par
Hérode l'Ancien dit le Grand, il faut évidemment suivre les travaux de
l'archéologie qui se poursuivent aujourd'hui même, mais aussi faire appel
à la description de ceux qui l'ont connu, Joseph, et les anciens dont les
souvenirs sont conservés dans la Mischnah.
     Il faut lire tout d'abord les textes normatifs conservés dans le livre de
l'Exode. C'est d'après ces textes normatifs que le Temple d'Hérode a été
construit. C'est ce Temple-là qu'ont connu les kôhanim jusqu'à la fin de
la guerre entre les Judéens et les Romains. C'est dans ce Temple-là qu'a
officié Ionatan fils de Hanan, lorsqu'il a été kôhen gadôl, en 36-37.
     Les couleurs ici indiquées ne sont pas là pour faire joli, comme on
dit en français aujourd'hui. Elles ne sont pas là pour décorer. Elles ont,
comme tout ce qui constitue le Temple de Jérusalem, une signification
théologique. Elles ont un contenu intelligible. Tout dans le Temple de
Jérusalem s'adresse à l'intelligence, à la pensée et a pour raison d'être la
contemplation.
     Afin de ne pas lasser le lecteur nous donnons les termes techniques
(hébreux et grecs), la première fois que nous les rencontrons. Mais il faut
                                                                                                                 - 197 -



savoir que les mêmes termes se retrouvent en Exode 26, Exode 28,
Exode 39, Ben Sira 45, la lettre d'Aristée à Philocrate, la Guerre des
Judéens contre les Romains, et bien sûr l'Apocalypse.


Les tentures

          Exode 26, 1 : Et la demeure (hébreu mischkan, grec skènè) tu la
          feras avec dix tentures de lin fin tordu (hébreu schesch maschezar,
          grec ek bussou keklôsme-nès), et de la pourpre violette (hébreu
          tekelet, grec huakinthou), et de pourpre rouge (hébreu argaman,
          grec porphuras11), et de vermillon cramoisi (hébreu tôlaat
          schani12 grec kokkinou13)...


Le rideau

          Exode 26, 31 : Et tu feras le rideau (hébreu parôket, grec
          katapetasma) de pourpre violette, et de pourpre rouge, de
          vermillon cramoisi, et de lin fin tordu.


La draperie, le voile

          Exode, 26, 36 : Et tu feras une draperie (hébreu masak, grec
          epispastrori), voile, ou rideau, à l'entrée de la tente : pourpre
          violette, et pourpre rouge, et vermillon cramoisi, et lin fin tordu,
          œuvre de brodeur.


Les vêtements du grand prêtre
11
   Porphura : coquillage dont l'on tire la pourpre.
12
   Tôleah : Ver qui dévore les plantes ; schani : rouge cramoisi extrait de la cochenille Coccus ilicis qui se développe
sur les feuilles du Quercus coccifera (Linné).
13
   Kokkos : graine de la grenade ; cochenille, kermès parasite du chêne qui sert à teindre ; teinture rouge écarlate
provenant du kermès...
                                                                       - 198 -




      De même dans les vêtements du grand prêtre, du kôhen ha-gadôl,
tout a une signification théologique. Tout s'adresse à la pensée, à
l'intelligence, y compris les couleurs.
      En ce qui concerne la traduction en langue française des termes
techniques, elle est, là encore, approximative et elle n'est pas
satisfaisante. Mais ce qui compte, ce sont les termes techniques hébreux
qui sont sous le texte grec, et les mots grecs qui traduisent constamment
les termes hébreux antérieurs.
      Le lexique hébreu-grec est constant dans la traduction en langue
grecque de la sainte Bibliothèque hébraïque, — dans le Nouveau
Testament grec, et en particulier dans l'Apocalypse —, et dans l'œuvre de
Joseph surnommé Flavius. Lorsqu'il s'agit de termes techniques, les
traducteurs de Joseph suivent et respectent le lexique hébreu-grec
traditionnel. C'est la règle.
      Ionatan, fils de Hanan, kôhen gadôl, connaissait bien entendu le
sens, la signification théologique de chacune des pièces des vêtements du
kôhen ha-gadôl.
      Il connaissait aussi toutes les pierres précieuses qui sont utilisées
pour garnir certaines pièces des vêtements du kôhen gadôl.
      Nous allons retrouver ces mêmes pierres dans l'Apocalypse. Toutes
ces pierres précieuses avaient, bien entendu, elles aussi, une signification
théologique. Elles n'étaient pas là pour décorer ni pour faire joli.

      Exode 28, 1 : Et toi, fais approcher vers toi Aharôn ton frère et ses
      fils avec lui, en les tirant du milieu des fils d'Israël, pour qu'il
      exerce la fonction de kôhen pour moi : Aharôn, Nadab et Abihou,
      Éléazar et Itamar fils d'Aharôn.
      Et tu feras des vêtements de sainteté pour Aharôn ton frère, pour
      la gloire et pour l'honneur. Et toi, tu parleras à tous ceux qui sont
      sages de cœur [le cœur, organe de l'intelligence chez les Hébreux
      anciens, traduction grecque dianoia], que j'ai remplis d'un esprit
      de sagesse, et ils feront les vêtements d'Aharôn pour le sanctifier,
      le consacrer, pour qu'il exerce les fonctions de kôhen pour moi.
      Et voici les vêtements qu'ils feront : le pectoral (hébreu hôschen,
                                                                   - 199 -



étymologie inconnue ; grec to peris-tèthion, ce qui entoure la
poitrine ; sthèthos, la poitrine) ; l'éphod (hébreu ephod, grec
epômida, ep-ômis, le haut de l'épaule ; partie d'un vêtement de
femme sans manches attaché sur l'épaule) ; le manteau (hébreu
meïl, le pardessus, hébreu maal; grec ton podèrè, podèrès, qui
descend jusqu'aux pieds) ; la tunique de mailles (hébreu ketônet
taschebetz, grec chitôna kosum-bôton) ; le turban (hébreu
mitzenephet, grec kidaris) ; et la ceinture (hébreu abeneth, grec
zônèn). Et ils feront des vêtements de sainteté pour Aharôn ton
frère et pour ses fils, afin qu'il exerce la fonction de kôhen pour
moi.
Et eux, ils prendront l'or, la pourpre violette, et la pourpre rouge,
le vermillon cramoisi et le lin fin (hébreu schesch, grec bussori).
Et ils feront l'éphod d'or (hébreu zahab), de pourpre violette et de
pourpre rouge, de vermillon cramoisi et de lin fin tordu, œuvre
d'un artiste (hébreu hôscheb, participe de haschab, calculer,
penser, estimer)... Et l'œuvre d'art (hébreu heschab, du verbe
haschab) [qui est attachée à] son éphod (grec to huphasma ton
epô-midôn) qui est sur lui... il sera fait d'or, de pourpre violette, de
pourpre rouge, et de vermillon cramoisi, et de lin fin tordu.
Et tu prendras les deux pierres d'onyx (hébreu schetei abenei
schôham, pierre précieuse rouge : onyx, sar-doine, sardonyx, béryl
? ; grec lithous smaragdou, émeraude) et tu graveras sur elles les
noms des fils d'Israël, six de leurs noms sur la première pierre et les
six noms qui restent sur la deuxième pierre, selon leurs naissances.
Œuvre du tailleur de pierre, inscription gravée de sceau, tu
graveras les deux pierres sur (sic !) les noms des fils d'Israël (grec
epi tois onomasin)... Et tu placeras les deux pierres sur les épaules
de l'éphod : pierres du souvenir (hébreu zikkarôn, grec lithoi
mnèmosunou) pour les fils d'Israël, et il portera, Aharôn, leurs
noms à la face de YHWH sur ses deux épaules pour le souvenir
(hébreu le-zikkarôn, grec mnèmosunon péri autôn).

Exode 28, 15 : Et tu feras le pectoral du jugement (hébreu hôschen
mischpat, grec logeion ton kriseôn), œuvre d'artiste. Comme ce qui
                                                                        - 200 -



      a été fait pour l'éphod, tu le feras : en or, en pourpre violette et en
      pourpre rouge, en vermillon cramoisi et en lin fin tordu, tu le
      feras. Carré il sera, doublé... Et tu rempliras en lui (hébreu milleta
      bo), un remplissage de pierre (sic, au singulier, hébreu millouat
      eben, qui vaut pour un pluriel), quatre rangées de pierre (eben au
      singulier en hébreu). Une rangée : un rubis (hébreu ôdem, pierre
      précieuse rouge, racine adam être rouge, grec sardion, pierre
      précieuse rouge et transparente) ; une topaze (hébreu pithedah,
      pierre précieuse, grec topazion) ; et une émeraude (hébreu bareqet,
      grec smaragdos) : c'est la rangée la première.
      Et la deuxième rangée : une malachite (hébreu nôphek, pierre
      précieuse, grec anthrax, charbon, escarbou-cle) ; un saphir (hébreu
      saphir, grec sappheiros, lapis-lazuli) ; et un jaspe (hébreu iahalôm,
      grec iaspis). Et la troisième rangée : une opale (hébreu leschem,
      grec ligurion, qui rend un son aigu ou sifflant) ; une agate (hébreu
      schebô, grec achatès) ; et une améthyste (hébreu ahelamah, grec
      amethusthos, pierre précieuse qui préserve de l'ivresse).
      Et la quatrième rangée : une chrysolithe (hébreu tar-schisch, grec
      chrusolithos = pierre d'or) ; un onyx (hébreu schôham, grec
      bèrullion, pierre précieuse d'un vert de mer) ; et un jaspe (hébreu
      iaschepheh, grec onuchion, petite serre ou petite griffe).

    Les traductions en français des noms des pierres précieuses sont
conjecturales et approximatives.

      Exode 28, 21 : Et les pierres, elles seront sur les noms (sic, hébreu
      al schemôt) des fils d'Israël, douze sur leurs noms (hébreu al
      schemôtam) gravées [en] sceau, chaque [pierre précieuse] sur son
      nom (hébreu al schéma), elles seront, pour les douze tribus...

      Exode 28, 29 : Et il portera, Aharôn, les noms des fils d'Israël sur
      le pectoral du jugement (hébreu be-hôschen ha-mischpat, grec epi
      tou logeiou tes kriseôs), sur son cœur (hébreu al libbô, grec epi tou
      stèthous Jean 13, 25 ; 21, 20), lorsqu'il entrera dans le Saint
      (hébreu ha-qôdesch, grec eis to hagiori), pour être un mémorial à
                                                                           - 201 -



      la face de YHWH (hébreu le-zikkarôn li-phenei yhwh, grec
      mnèmosunon), perpétuellement (hébreu tamid).
      Et tu donneras [= tu ajouteras] au pectoral du jugement, les ourim
      (hébreu haourim, étymologie incertaine, provient peut-être de or,
      la lumière) et les toum-mim (hébreu toummim, étymologie
      incertaine, grec tèn dèlôsin kai tèn alètheian ; le verbe grec dèloô :
      rendre visible ; dèlôsis, action de rendre visible ; alètheia, vérité). Et
      ils seront sur le cœur de Aharôn lorsqu'il entrera devant la face de
      YHWH et il portera, Aharôn, le jugement des fils d'Israël sur son
      cœur, à la face de YHWH, perpétuellement.


Le manteau de Véphod

      Exode 28, 31 : Et tu feras le manteau de l'éphod (hébreu meïl ha-
      ephôd, grec hupodutèn podèrè), tout entier en pourpre violette. Et
      elle sera, la bouche de sa tête, au milieu de lui en son milieu. Une
      lèvre sera à sa bouche tout autour, travail de tisserand. Comme la
      bouche d'une cuirasse [traduction conjecturale] ce sera pour lui.
      Elle ne pourra pas se déchirer. Et tu feras, sur ses pans, des
      grenades de pourpre violette, de pourpre rouge et de vermillon
      cramoisi, sur ses pans tout autour...


Le petalon

      Exode 28, 36 : Et tu feras une [pétale de] fleur d'or pur (hébreu
      tzitz zahab tahôr, grec petalon chrusoun katharon), et tu graveras
      sur elle, gravures de sceau : consacré à YHWH (hébreu Qodesch
      le-YHWH, grec hagiasma kuriou). Et tu la placeras sur un cordon
      de pourpre violette (hébreu al petil tekelet, grec epi hua-kinthou
      keklôsmenès), et elle sera sur le turban (hébreu mitzenephet, grec
      mitra). Par-devant la face du turban elle sera. Et elle sera sur le
      front (hébreu metzah, grec epi tou metôpou) de Aharôn. Et il
      portera, Aharôn, la faute (hébreu awôn, grec ta hamar-tèmatd) des
                                                                          - 202 -



        choses saintes, ou sacrées (hébreu ha-qadaschim, grec ton
        hagiôn), qu'ils consacreront, les fils d'Israël... Et elle sera sur son
        front continuellement (hébreu tamid, grec dia pantos)...

      C'est ce petalon qu'a porté Ionatan ben Hanan, kôhen gadôl en 36-
37.


La tunique du grand prêtre

        Exode 28, 39 : Et tu tisseras la tunique (hébreu ketô-net, grec
        chitôn) avec du lin fin. Et tu feras le turban (hébreu mitzenephet,
        grec kidarin) avec du lin fin. Et la ceinture tu la feras, travail de
        brodeur. Et pour les fils d'Aharôn tu feras des tuniques, et tu feras
        pour eux des ceintures, et des mitres (hébreu migbaôt, grec
        kidareis), tu feras pour eux, pour la gloire et pour la splendeur ou
        l'honneur. Et tu les revêtiras, Aharôn ton frère et ses fils avec lui,
        et tu les oindras. Et tu rempliras leurs mains, et tu les consacreras,
        et ils exerceront pour moi les fonctions de kôhen.
        Et fais pour eux des pagnes de lin pour couvrir la chair de la
        nudité, depuis les reins et jusqu'aux cuisses ils seront.


Remplir les mains

     L'expression que nous venons de lire, Exode 28, 41 : Et tu les
oindras (hébreu maschahta, grec chriseis) et tu rempliras leurs mains
(hébreu milleta et-iadam, grec kai emplèseis autôn tas cheiras)... est
généralement traduite en français par : Tu les investiras — ce qui ne
signifie à peu près rien. L'expression hébraïque signifie sans doute que
l'on mettait dans les mains du grand prêtre les offrandes qu'il allait lui-
même offrir. Cette expression hébraïque très ancienne se retrouve à
plusieurs reprises.

      Exode 29, 9 : Et elle sera à eux, elle leur appartiendra, la fonction de
                                                                           - 203 -



kôhen (hébreu kehounnah, grec hierateia) pour une décision ou une
norme valable pour la durée indéfinie dans l'avenir (hébreu le-houqqat
ôlam) et tu rempliras la main de Aharôn et la main de ses fils (hébreu
milleta, grec kai teleiôseis tas cheiras).
      Lévitique 8, 33 : Jusqu'au jour où ils seront remplis les jours (sic) où
elles seront remplies [vos mains], parce que durant sept jours il remplira
[= on remplira vos mains] (hébreu imalleh et iedekem, grec hèmera
teleiô-seôs humôn, hepta gar hèmeras teleiôsei tas cheiras humôri)... Cette
expression est très fréquente dans le Lévitique.
      Juges 17, 5 : Et il a fait un éphod et des teraphim et il a rempli la
main de l'un de ses fils et il a été pour lui kôhen, (hébreu wa-imalle et
iad, grec eneplèsen, et eplèrôseri).
      Juges 17, 12 : Et il a rempli, Mikah, la main du Lévite et il a été pour
lui, le garçon, le jeune homme, kôhen...
      1 Rois 13, 33 : Et il a fait... des kôhanim... Il a rempli sa main et il a
été kôhen...
      On trouve même l'expression : remplir la main de l'autel des
sacrifices, Ézéchiel 43, 26 : Durant sept jours, ils feront l'expiation, la
propitiation de l'autel des sacrifices et ils le purifieront et ils rempliront
sa main...
      Le verbe grec teleioô traduit le verbe hébreu maie, hiphil mille,
remplir, Exode 29, 9 ; 29, 29 ; etc. Et le substantif grec teleiôsis traduit le
substantif hébreu millouïm : le fait ou l'acte de remplir la main du grand
prêtre et l'offrande qui sert à remplir la main, Exode 29, 22 : le bélier du
remplissage [de la main], (hébreu eïl millouïm, grec teleiôsis). Exode 29,
26 ; 29, 27 ; etc. Lévitique 7, 37 ; 8, 22 ; etc.

     Nous avons rencontré l'expression technique « remplir la main»
(Luc 13, 32) lorsque le Rabbi envoie dire à Hérode Antipas, l'assassin de
Iohanan                  qui                 plongeait                 les
pénitents dans les eaux du Jourdain : « Allez et dites à ce chacal : Voici
que moi je chasse les esprits mauvais et les guérisons je les accomplis
aujourd'hui et demain, et le troisième jour mes mains sont remplies (grec
teleioumaï) [= je suis consacré kôhen gadôl. »
     Nous avons vu (Exode 28, 41) que l'onction du grand prêtre, et le
                                                                           - 204 -



remplissage de sa main, la consécration (hébreu le verbe qadasch, piel
qiddesch), sont nécessaires pour qu'il puisse exercer la fonction de
kôhen.
     Le verbe grec teleioô est fréquemment utilisé par l'auteur encore
inconnu de la lettre aux Hébreux dans son sens technique (traduction de
l'hébreu          maie,           mille)         :        Hébreux            2,
10; 5, 9; 7, 11; 7, 28; 9, 9; 10, 1; 10, 14. L'auteur inconnu de la lettre aux
Hébreux utilise aussi le terme technique teleiôsis, le remplissage de la
main du kôhen gadôl.                                          I

     Le chapitre 39 du livre de l'Exode fournit de nouveau
la description précise des vêtements du grand prêtre, avec les couleurs,
avec toutes ses pièces, les pierres précieuses, que nous allons retrouver
dans l'Apocalypse, le manteau de l'éphod avec ses couleurs, les tuniques
du grand prêtre, le turban, et la lamelle d'or qui portait le nom propre du
Dieu d'Israël, cette lamelle que portait le grand prêtre lorsqu'il entrait
dans le Saint des Saints, et qu'a portée Ionatan ben Hanan qui a été grand
prêtre en 36-37. Il en est question aussi dans l'Apocalypse.

       Exode 39, 1 : Et c'est à partir de pourpre violette et de pourpre
       rouge, et de vermillon cramoisi qu'ils ont fait les vêtements... pour
       faire le service dans le Saint et ils ont fait les vêtements de sainteté
       qui étaient pour Aharôn comme il l'avait commandé, YHWH, à
       Môscheh... Et ils ont fait l'éphod en or, en pourpre violette et en
       pourpre rouge, et en vermillon cramoisi, et en lin fin tordu... Et ils
       ont fait les pierres d'onyx... Et ils ont fait le pectoral (grec logeion)
       travail d'artiste, comme le travail de l'éphod ; or, pourpre violette
       et vermillon cramoisi, lin fin tordu... Et ils l'ont rempli de quatre
       rangées de pierre (sic, eben au singulier en hébreu) : un rubis ; une
       topaze ; et une émeraude (sorte de jaspe transparent, sanskrit
       mara-kata) : c'est la rangée la première. Et la rangée seconde : une
       malachite ; un saphir ; et un brillant (? hébreu iahalôm, grec
       iaspis). Et la rangée troisième : une opale ; une agate ; et une
       améthyste. Et la rangée quatrième : une chrysolithe ; un onyx ; et
       un jaspe.
                                                                         - 205 -




    Traductions approximatives et conjecturales comme précédemment.

      Exode 39, 14 : Et les pierres, sur les noms des fils d'Israël, elles
      [étaient]. Douze sur leurs noms, gravées [comme sur] un sceau
      (hébreu hôtam, grec sphragis ; chacune sur son nom pour les
      douze tribus...

      Exode 39, 22 : Et il a fait le manteau de l'éphod (hébreu meïl ha-
      ephod, grec ton hupodutèn hupo tèn epômida ; hupodutès :
      vêtement que l'on met sous la cuirasse), œuvre de tisserand, tout
      entier en pourpre violette. Et la bouche du manteau au milieu de
      lui, comme la bouche de la cuirasse (hébreu tahera, traduction
      conjecturale). Une lèvre à sa bouche tout autour : elle ne se
      déchire pas. Et ils ont fait sur les pans du manteau des grenades de
      pourpre violette et de pourpre rouge, et de vermillon cramoisi, et
      de lin fin tordu.

      Exode 39, 27 : Et ils ont fait les tuniques avec du lin fin, œuvre de
      tisserand, pour Aharôn et pour ses fils. Et le turban, de lin fin... Et
      les ceintures de lin fin tordu, de pourpre violette et de pourpre
      rouge, et de vermillon cramoisi...

      Exode 39, 30 : Et ils ont fait la fleur (hébreu tzitz, grec to petalon),
      [ce qui est] mis à part, consacré (hébreu nezer ha-qôdesch, grec to
      petalon to chrusoun aphorisma tou hagiou) en or pur, et ils ont
      écrit dessus, inscription en gravures de sceau : Qodesch le-YHWH,
      consacré à, ou pour, YHWH. Et ils ont donné [= ils ont posé]
      dessus, sur elle, un cordon de pourpre violette, pour la donner [=
      pour la poser] sur le turban, par-dessus, au-dessus (hébreu mi-le-
      maalah, grec anôthen), comme il l'avait commandé, YHWH, à
      Môscheh...

Le sepher ben Sira
                                                                         - 206 -



     Le livre de Ieschoua, ou Schimeôn ben Ieschoua ben Sira, ou Sirach
a été écrit en hébreu peut-être autour de 190-170 avant notre ère, selon
certains érudits, — vers 290-280 avant notre ère selon d'autres. Il a été
traduit de l'hébreu en grec peut-être en 132 avant notre ère, selon certains
érudits, — vers 230 avant notre ère selon d'autres.
     Le texte hébreu était disparu depuis le XIe siècle. En 1896 une partie
du livre a été retrouvée dans la maison du trésor (geniza, hébreu genazim,
araméen ginezaiia, beit ginezaiia) de la synagogue caraïte du Vieux-
Caire. Plus récemment des fragments ont été découverts dans l'une des
grottes de Qumran.
     Il est appelé l'Ecclésiastique dans les traductions de langue française.
     Le traducteur écrit (peut-être en 132 avant notre ère) dans son
prologue :

      Mon grand-père Ieschoua, il a mis tout son cœur à la lecture de la
      Torah et des prophètes et des autres livres de nos pères... Il a été
      poussé lui aussi à écrire quelque chose de ce qui porte à
      l'instruction et à la sagesse...

    Et le traducteur ajoute :

      Car elles n'ont pas la même puissance les paroles, si on les
      considère en elles-mêmes, dites en hébreu, et lorsqu'elles sont
      passées dans une autre langue. Et cela est vrai non seulement de
      ces paroles-ci, [le sepher ben sira] mais la Torah elle-même et les
      prophètes et le reste des livres, ce n'est pas une petite différence les
      paroles telles qu'elles sont dites en elles-mêmes [en hébreu et par
      rapport à la traduction grecque]...

     L'observation du traducteur est parfaitement exacte. Lorsque l'on
passe du texte hébreu original à la traduction en langue grecque, il y a
perte d'information et donc augmentation de l'entropie du système ; de
même lorsque l'on passe du texte hébreu ou grec à la bonne vieille
traduction en langue latine. Lorsque l'on passe des traductions en langue
latine aux traductions en langue française, c'est la catastrophe, parce que
                                                                        - 207 -



les traducteurs en langue française se sont contentés souvent de
décalquer en français moderne des mots latins qui avaient un autre sens,
des mots latins qui souvent étaient une simple transcription de mots
grecs, qui traduisaient des mots hébreux. En sorte qu'à l'arrivée, à la
sortie, l'information est disparue ou complètement brouillée. Dans le
passage de l'hébreu au grec, les anciens traducteurs ont pris les mots
qu'ils trouvaient dans la langue grecque du Ve siècle avant notre ère, et ces
mots avaient souvent un autre sens qu'en hébreu. Lorsqu'ils n'ont pas
trouvé dans la langue grecque du Ve siècle avant notre ère des mots pour
traduire des termes hébreux techniques, ils ont tout simplement transcrit
en caractères grecs les mots hébreux intraduisibles ou bien ils ont forgé
de toute pièce des mots grecs qui n'existaient pas en grec naturel.

      Ben Sira 45, 6 : Et il a élevé Aharôn... qui appartient à la tribu de
      Lévi... Il l'a revêtu tout entier de splendeur ou de gloire... Les
      pagnes (hébreu mikenasim, grec periskelè, Exode 28, 42 ; 39, 28 ;
      Lévitique 6, 3 ; 16, 4 ; Ézéchiel 44, 18), les tuniques (Exode 28, 4
      ; 28, 39 ; 39, 27 ; 40, 14 ; Lévitique 8, 13 ; 10, 5), l'éphod (Exode
      29, 5)...

      Ben Sira 45, 10 : Vêtements de sainteté, or et hyacinthe (hébreu
      tekelet, grec huakinthos), pourpre bleu ou violet (Exode 25, 4 ; 26,
      1 ; 28, 5 ; etc.) et pourpre rouge (Exode 26, 1 ; etc.) Le pectoral du
      jugement (hébreu hôschen mischpat, grec logeiô kriseôs, Exode
      28, 15 ; 28, 30)... Pierres précieuses sur le pectoral, gravées
      [comme] un sceau... Toute pierre précieuse pour le mémorial,
      pour le souvenir (hébreu le-zikkarôn, grec eis mnèmosunon) selon
      le nombre des tribus d'Israël. Une couronne d'or par-dessus la tiare
      (hébreu mitzenephet, turban, Exode 28, 4 ; 28, 37 ; etc., grec
      epanô kidareôs) et la [pétale de la] fleur [d'or] gravée [comme un]
      sceau Qodesch (hébreu vve^ tzitz pitouhei hôtam qôdesch, grec
      stephanon chrusoun epanô kidareôs ektupôma sphragidos
      hagiasmatos)... Et il a rempli, Môscheh, sa main... (Exode 28, 41)
      et il l'a oint dans l'huile de sainteté (hébreu wa-imeschalehou be-
      schemen ha-qôdesch, grec kai echrisen auton en elaiô hagiô,
                                                                         - 208 -



       Exode 28, 41).

     Comme on le voit, le traducteur suit et respecte strictement pour tous
les termes techniques le lexique hébreu-grec traditionnel.


La lettre d'Aristée à Philocrate

     La lettre d'Aristée à Philocrate a été composée, peut-être autour de
l'année 200 avant notre ère, ou plus tard, vers 150 avant notre ère, ou
plus tard encore, entre 96 et 63 avant notre ère.
     C'est ce texte qui est à l'origine de la pieuse légende selon laquelle le
roi Égypte aurait demandé au kôhen gadôl du Temple de Jérusalem de
lui envoyer la traduction en langue grecque de la sainte Torah. Le kôhen
gadôl du Temple de Jérusalem lui envoie 72 traducteurs...
     D'après ce conte, Aristée, fonctionnaire de Ptolémée II Philadelphe
(285-247 avant notre ère), écrit à son frère Philocrate pour lui raconter
son ambassade auprès d'Éléazar le kôhen gadôl du Temple de Jérusalem.
L'auteur de ce conte connaît Jérusalem et il la décrit, ainsi que le Temple.
     Les soixante-douze Judéens expédiés par le kôhen gadôl apportent au
roi Ptolémée un exemplaire de la Torah, écrit avec des lettres d'or. Les
soixante-douze traducteurs sont installés dans l'île de Pharos, près
d'Alexandrie. En soixante-douze jours, les soixante-douze traducteurs
traduisent la sainte Torah de l'hébreu en grec.
     Bien évidemment, comme l'ont remarqué depuis longtemps les
critiques, ce conte de nourrice a été inventé bien après le règne de
Ptolémée IL On retrouve dans ce conte des erreurs historiques
comparables à celles que l'on découvre dans le rouleau de Daniel.
Personne ne sait s'il a jamais existé dans ce temps-là un kôhen gadôl
appelé Éléazar.
     À supposer que le roi Égypte ait souhaité avoir dans sa bibliothèque
la traduction en langue grecque de la sainte Torah, est-ce qu'on peut
s'imaginer un seul instant que le kôhen gadôl du Temple de Jérusalem va
livrer ainsi en traduction grecque la sainte Torah à ce goï de pharaon ?
     Et si vraiment le roi Égypte voulait absolument avoir à sa
                                                                          - 209 -



disposition les législations des Hébreux, est-ce qu'il fallait lui livrer aussi
les histoires d'Abraham, d'Isaac et de Jacob ? L'histoire de Lot et de ses
filles ? L'histoire de Juda et de Tamar? L'histoire de Joseph en Égypte?
L'histoire de la sortie Égypte qui n'était pas flatteuse pour ses ancêtres les
pharaons d'autrefois ?
     Et si le roi Égypte voulait avoir le texte des législations des Hébreux
en langue grecque, fallait-il lui donner une traduction mot à mot du texte
hébreu, qui suit le texte hébreu pas à pas, et l'ordre de la phrase
hébraïque, qui commence par le verbe? Et lui décalquer en caractères
grecs les mots hébreux qui n'avaient pas de correspondant en grec et qui
n'avaient donc pas de sens pour lui, le pharaon ?
     Il est bien évident que cette merveilleuse traduction en langue
grecque de la sainte Bibliothèque hébraïque a été faite pour les frères et
les sœurs de la Diaspora de langue grecque, qui pouvaient ainsi suivre la
lecture de la sainte Torah grâce à cette méthode de traduction mot à mot.
Et les mots hébreux transcrits en caractères grecs ne les dérangeaient pas,
puisqu'ils en connaissaient le sens, grâce à ceux qui, dans la
communauté, les leur expliquaient.
     L'auteur inconnu de cette lettre décrit Jérusalem telle qu'il l'a connue
(§ 83) :

       ... la Ville placée (grec keimenèn) au milieu de toute la Judée, sur
       une montagne élevée. Au sommet était construite l'enceinte sacrée
       du Temple (grec to hieron). [Il évoque] le rideau (grec
       katapetasma, Exode 26, 31, hébreu parôket ; § 86), l'autel des
       sacrifices (grec thusiastèrion, mot qui n'existe pas en grec naturel,
       et qui est propre au lexique hébreu-grec traditionnel, hébreu
       mizebeah, Exode 27, 1 ; etc. ; § 87). Les kôhanim (grec hiereôri),
       lorsqu'ils font le service (grec leitourgein qui traduit l'hébreu abad
       ou scharat, Exode 28, 35 ; etc.), sont revêtus de tuniques de lin qui
       tombent jusqu'aux chevilles (Exode 28, 40 : et pour les fils de
       Aharôn tu feras des tuniques ; § 87).

   L'auteur inconnu de la lettre d'Aristée nous décrit le service du
Temple (grec leitourgia, hébreu abôdah, Exode 38, 21 ; etc. ; § 92) :
                                                                      - 210 -




      Ils saisissent des deux mains les jambes des jeunes taureaux (grec
      moschos, hébreu par, pluriel parim, Exode 29, 10), ils écartent les
      jambes de la bête ; chacune pèse plus de deux talents (environ 80
      kg). Ils les lancent en l'air des deux mains d'une manière étonnante
      à la hauteur voulue et ils ne manquent pas le coup (§ 93). De
      même pour les moutons et les chèvres. Ils sont lourds et
      étonnamment gras. Pour le repos, il existe un lieu qui leur est
      réservé, là où s'assoyent ceux qui se reposent. Tout cela se fait
      dans le silence total. On dirait qu'il n'y a pas un seul homme dans
      le lieu [saint] alors qu'en réalité ceux qui font le service (grec
      leitourgeiri) sont près de sept cents. Et la foule de ceux qui
      présentent les victimes à sacrifier est nombreuse (§ 95).

     L'auteur inconnu de la Lettre d'Aristée raconte qu'il a vu le grand
prêtre Éléazar lors de son service dans le Temple (§ 96) : son vêtement,
les pierres précieuses, le manteau, des pierres d'onyx et des pierres à
sertir pour l'éphod et pour le pectoral (hébreu le-ephod we-la-hôschen,
grec eis tèn epômida kai ton podèrè). La ceinture (grec zônè, hébreu
abeneth, Exode 28, 4 ; etc.). Sur son cœur (grec sthètos, hébreu leb),
Exode 28, 29 : Et il portera, Aharôn, les noms des fils d'Israël sur le
pectoral du jugement (hébreu be-hôschen ha-mischpat, grec epi tou
logeiou tes kriseôs) sur son cœur (hébreu al libbô, grec epi tou stethous)
lorsqu'il entrera dans le Saint, pour être un mémorial (hébreu le-
zikkarôn) à la face de YHWH...

      Lettre d'Aristée, § 97 : Sur son cœur (grec epi tou stethous) il
      portera ce qu'on appelle le logion, (hébreu hôschen ha-mischpat),
      dans lequel sont fixées douze pierres précieuses qui portent les
      noms des chefs des douze tribus d'Israël.
      § 98 : Et sur la tête, le grand prêtre, il porte ce qu'on appelle la
      tiare ou le turban (grec kidaris, hébreu mit-zenephet. Exode 28, 39
      : le turban de lin fin, mitze-nephet schesch).
      Et sur ce turban, sur cette mitre, gravé sur un pétale de fleur en or
      (grec epi petalô chrusô) en caractères saints, en lettres saintes, le
                                                                        - 211 -



      nom de Dieu, au milieu des sourcils (Exode 28, 36 : Et tu feras une
      fleur en or pur et tu graveras sur elle, gravures de sceau : Qodesch
      le-YHWH, consacré à YHWH).

    De nouveau nous observons que l'auteur inconnu de la Lettre
d'Aristée à Philocrate suit strictement dans sa traduction des termes
techniques le lexique hébreu-grec traditionnel.
    Il en va de même, nous l'avons déjà remarqué, pour les traducteurs
de Joseph surnommé Flavius, à la fin du premier siècle de notre ère.


Joseph

     Joseph, dans la Guerre des Judéens contre les Romains (V, 136)
décrit la ville de Jérusalem telle qu'il l'a connue avant la catastrophe de
l'été de l'année 70. Puis il décrit l'enceinte sacrée du Temple (grec to
hieron, Guerre V, 184). Ensuite le Temple à proprement parler (grec ho
naos, Guerre V, 207). Le rideau du Temple (grec katape-tasma, hébreu
parôket, Exode 26, 31 ; etc., ou hébreu masak, Exode 26, 37 ; etc.
Matthieu 27, 51 ; Marc 15, 38 ; Luc 23, 45 ; lettre aux Hébreux 6, 19,
etc.) et les couleurs du rideau (Exode 25, 4; etc.; Guerre V, 212, 213). Le
Temple était recouvert de plaques d'or {Guerre V, 222).
     L'autel des sacrifices (grec bômos, hébreu mizebeah, Exode 34, 13 ;
etc. ; Guerre V, 225). A l'autel des sacrifices (grec thusiastèrion, n'existe
pas en grec naturel, hébreu mizebeah, Genèse 8, 20, etc.) et au Temple
(grec naos, hébreu heikal, 1 Samuel 1,9; etc.) ils montaient ceux qui,
parmi les kôhanim, étaient sans tache, sans défaut, intègres (grec
amômoi, hébreu tamim, Exode 29, 1 ; etc.), enveloppés de lin fin (Exode
26, 1 ; etc. ; Guerre V, 229).
     Puis Joseph passe au grand prêtre (grec archiereus, terme rarement
utilisé dans la traduction grecque de la Bibliothèque hébraïque, emprunté
à Platon {Lois, 947 a ; Lévitique 4, 3 : ha-kôhen ha-maschiah, grec ho
archiereus ho kechrismenos, le kôhen qui a reçu l'onction •, Josué 22, 13
: Pinehas fils d'Éléazar ha-kôhen, fils d'Éléazar fils d'Aharôn le grand
prêtre, archiereôs). Le mot grec archiereus est fréquemment utilisé dans
                                                                            - 212 -



le premier livre des Maccabées qui est, nous l'avons dit, évidemment
traduit de l'hébreu (Matthieu 2, 4 ; 16, 21, etc. ; Marc 8, 31 ; etc. Luc 3, 2
; 9, 22 ; etc. Jean 7, 32 ; etc. ; Actes 4, 6 ; etc. ; lettre aux Hébreux 2, 17 ;
etc. — Le grec archiereus traduit, nous l'avons vu, l'expression
hébraïque ha-kôhen ha-gadôl. Lévitique 21, 10 : Le kôhen ha-gadôl,
(grec ho hiereus ho megas), pris d'entre ses frères, que l'on a versé sur sa
tête l'huile de l'onction, et on a rempli sa main, pour revêtir les
vêtements...
     Kôhen ha-rôsch, le kôhen de la tête, 2 Rois 25, 18 (grec hierea ton
proton). Lévitique 4, 3 : ha-kôhen ha-maschiah, le kôhen qui a reçu
l'onction, grec ho archiereus ho kechrismenos.

       Guerre V, 230 : Le grand-prêtre {ho archiereus, hébreu ha-kôhen
       ha-gadôl, Lévitique 21, 10; Nombres 35, 25 ; etc.) montait avec
       les kôhanim, mais non pas toujours, mais seulement lors des
       septièmes jours, aux nouvelles lunes et s'il y avait une fête
       commandée par la tradition des pères. Lorsqu'il faisait le service
       sacré, il cachait ses cuisses avec un pagne jusqu'aux parties
       génitales (Exode 28, 42). Il prenait un vêtement de lin à l'intérieur,
       et un manteau (Exode 28, 4) par-dessus, pourpre violette (Exode
       28, 5)... La pièce d'étoffe qui fixait le vêtement à la poitrine était
       constituée de cinq ceintures... or, pourpre rouge (Exode 25, 4 ; 26,
       1 ; 28, 5 ; etc. ; vermillon cramoisi (Exode 25, 4 ; 26, 1 ; 28, 5 ;
       etc.), ajoutés au lin fin (Exode 26, 1 ; 25, 4 ; 26, 1 ; 27, 9 ; 28, 5 ;
       etc.) et pourpre violette (Exode 25, 4 ; 26, 1). [Nous avons déjà vu
       {Guerre V, 212) que] les rideaux du Temple (grec naos) étaient
       tissés avec les mêmes couleurs. C'est aussi avec ces mêmes
       couleurs que l'éphod (Exode 25, 7 ; 28, 4 ; etc.) était constitué, cet
       éphod qu'il portait, mais dans l'éphod il y avait davantage d'or. La
       forme de ce vêtement était celle d'une cuirasse que l'on met sur la
       poitrine (grec thorax)... Ce sont deux petits boucliers d'or qui
       l'agrafaient. Dans ces petits boucliers, étaient enfermées des
       pierres précieuses, les plus belles et les plus grandes : des
       sardoines (grec sardonuches, hébreu ôdem, pierre précieuse rouge,
       Exode 28, 17 ; ou schôham, Exode 25, 7 ; 28, 9 ; etc.). Sur elles
                                                                  - 213 -



étaient gravés les noms de ceux qui ont donné leur nom aux tribus
du peuple [hébreu]. Sur l'autre côté ce sont d'autres pierres
précieuses qui étaient attachées, douze pierres précieuses, trois par
trois sur quatre rangées : sardoine (grec sar-dion, pierre précieuse
rouge et transparente, hébreu ôdem ou schôham, Exode 28, 17 ;
25, 7, etc.) ; topaze (grec topazos, hébreu pithedah, Exode 28, 17;
39, 10 ; etc. ; pierre précieuse que l'on trouve en Éthiopie, Job 28,
19, pierre précieuse de couleur jaune-vert ; on la trouve aussi sur
les îles de la mer Rouge) ; émeraude (grec smaragdos, sorte de
jaspe vert transparent, hébreu schôham, Exode 28, 9 ; etc., pierre
précieuse rouge ; escarboucle (grec anthrax, latin carbunculus ;
hébreu nôphek, Exode 28, 18). Deuxième rangée des pierres
précieuses : jaspe (grec iaspis, hébreu iahalôm, Exode 28, 18; 39,
11 ; Ézéchiel28, 13); saphir (grec sappheiros, lapis-lazuli ou
saphir, hébreu saphir, Exode 24, 10; 28, 18; etc.); agate (grec
achatès, hébreu schebô, Exode 28, 19). Troisième rangée,
améthyste (grec amethustos, hébreu ahelamah, Exode 28, 19) ;
rubellite (grec ligurion, hébreu leschem, Exode 28, 19 ; 39, 12) ;
onyx (grec onux, ongle ; petite griffe ; hébreu iaschepheh, Exode
28, 20 ; 39, 13 ; Ézéchiel 28, 13) ; béryl (grec bèrullos, couleur vert
de mer ; hébreu schôham, Exode 28, 20 ; Ézéchiel 28, 13) ;
chrysolithe (grec chrusolithos, pierre d'or, topaze, hébreu tars-
chisch, Exode 28, 20), quatrième rangée. Sur chacune de ces
pierres précieuses, de nouveau était inscrit le nom de l'un de ceux
qui ont donné leur nom aux douze tribus d'Israël.

La tête du grand prêtre, c'est une tiare (grec liara, sorte de turban
en forme de cône, coiffure des Perses, hébreu saruah, Ézéchiel 23,
15 ; araméen karbela, Daniel 3, 21) faite de lin fin (Exode 28, 39).
Elle était entourée de pourpre violette (Exode 25, 4 ; 26, 1 ; 28, 5 ;
etc.). Autour d'elle était, tout en or, une autre couronne qui portait
gravées en relief les Saintes Lettres [YHWH]. Ce sont les quatre
consonnes. Ce vêtement, le grand prêtre ne le portait pas à
longueur de temps... mais chaque fois qu'il entrait dans le lieu
interdit aux profanes (grec adutos). Il entrait une fois seulement
                                                                       - 214 -



      chaque année et seul, au jour où c'est la coutume que tous jeûnent
      pour Dieu...

      Lévitique 16, 2 : Et il a parlé, YHWH, à Môscheh : « Parle à
      Aharôn ton frère et qu'il n'entre pas en tout temps dans le Saint, à
      l'intérieur du Rideau... »

      Lévitique 16, 29 : Au septième mois [septembre-octobre] au dix
      du mois, vous humilierez vos âmes, et tout travail vous ne le ferez
      pas... Car dans ce jour-là il sera fait expiation sur vous...
      kippourim (Lévitique 23, 26 : Iôm ha-kippourim).

     Joseph raconte, à la fin de son grand livre, la Guerre des Judéens
contre les Romains, ce qui s'est passé entre le 8 et le 25 septembre de
l'année 70 :

      Guerre VI, 387 : Pendant ces mêmes journées, l'un des kôhanim...
      son nom Ieschoua, ... a fait sortir et livré par-dessus le mur du
      Temple (grec naos) deux candélabres (grec luchnias, hébreu
      menorah, Exode 25, 31 ; etc.) parmi ceux qui étaient posés dans le
      Temple, des tables, des cratères... Il a livré aussi les rideaux
      (Exode 26, 31 ; etc.), les vêtements des grands prêtres avec les
      pierres, et beaucoup d'autres ustensiles destinés au service sacré. Il
      a été pris lui aussi, le gardien du trésor du Temple (hébreu
      lischkah, la cellule, la chambre, grec gazophulax, le gardien des
      lischkôt, chambres, cellules, du Temple). Son nom : Phineas. Il a
      montré [où se trouvaient] les tuniques (Exode 28, 4 ; etc.) et les
      ceintures des kôhanim, et beaucoup de pourpre rouge (Exode 25, 4
      ; etc.) et de rouge écar-late (Exode 25, 4 ; etc.) qui étaient déposés
      là pour les besoins du rideau (grec katapetasma, hébreu parôket,
      Exode 26, 31, etc.).
                                                                          - 215 -




            III. Mais qui est donc Iohanam de l'Apocalypse ?


     Il est bien évident que pour tenter de comprendre quelque chose à
l'Apocalypse, il faut tout d'abord la situer aussi exactement que possible
dans son temps, dans son milieu, dans son contexte historique et
politique. Il faut se demander ce que Iohanam savait, ce qui était pour lui
du passé ou du présent. Et ce qu'il ne savait pas, mais qu'il prévoyait ; ce
qui était, pour lui, de l'avenir. Ce qu'il savait était clair et distinct, même
s'il y fait allusion en langage chiffré, tout comme l'auteur inconnu du
livre de Daniel, lorsqu'il raconte ce qu'il sait, ce qui est du passé ou du
présent pour lui, en langage chiffré, parfaitement compréhensible pour
ceux à qui il s'adressait. Ce qui pour Iohanam est de l'avenir, même s'il
l'aperçoit, le devine, ou le prophétise, est plus flou. Il annonce la prise et
la destruction de Jérusalem, la destruction du Temple, mais il ne les a pas
vues. Il était mort avant. Joseph a vu la prise, la destruction de
Jérusalem, l'incendie du Temple de Jérusalem. Il donne des détails parce
qu'il a vu. C'est une image quasi photographique. Iohanam annonce la
prise et la destruction de Jérusalem, dans le langage des anciennes
prophéties hébraïques. Ce n'est pas une image. C'est un jugement.
     Pour essayer de situer exactement l'Apocalypse dans son temps et
dans son milieu ethnique, il faut utiliser la méthode des boutons-
pression, ou des boutons et de leurs boutonnières. Vous avez un habit de
grande taille. Vous avez une multitude de boutons et de pressions qui
leur correspondent, ou de boutonnières. Si vous voulez boutonner
convenablement votre habit, vous avez intérêt à enfoncer chaque bouton
dans la pression qui lui correspond, en principe. Nous disposons grâce à
Joseph et à Philon d'un certain nombre de faits précis, qui ont été très
importants pour les frères des communautés judéennes des années 40 et
suivantes, même si nous, les goïm de la fin du XXe siècle, nous les avions
complètement oubliés. Il faut nous efforcer de mettre face à face les faits
bien connus et établis grâce à Joseph et Philon, et les allusions à ces
mêmes faits dans l'Apocalypse de Iohanan.
     Nous choisirons quelques textes de l'Apocalypse, que nous
                                                                        - 216 -



traduirons à nouveau pour la commodité du lecteur, et en tâtonnant nous
essaierons de les situer à leur place.
     Nous ne prendrons pas tous les faits connus par Joseph et Philon qui
peuvent se boutonner avec l'Apocalypse, ou sur lesquels l'Apocalypse
peut se boutonner. Ils sont très nombreux, par exemple ceux qui
concernent l'Euphrate. Nous prendrons des faits massifs, énormes. Le
plus important de tous est évidemment la prise et la destruction de
Jérusalem durant l'été de l'année 70.
     Le lecteur ne sera pas trop effrayé, je l'espère, par le grec de
l'Apocalypse que je traduis aussi littéralement que possible. Le texte grec
de l'Apocalypse est une traduction de textes hébreux antérieurs. Les
fautes de grammaire grecque que l'on remarque dans le texte grec de
l'Apocalypse s'expliquent aisément par les constructions hébraïques qui
sont dessous. Le grec de l'Apocalypse est encore plus mauvais que le
grec de l'Évangile de Jean, qui contient un bon nombre d'excentricités
qui s'expliquent elles aussi par l'hébreu sous-jacent. C'est tout
simplement parce que le traducteur du dossier de notes qui ont donné
notre Évangile de Jean, n'est pas le même que le traducteur de
l'Apocalypse.
     Le vocabulaire grec de l'Apocalypse est le vocabulaire du lexique
hébreu-grec traditionnel. Et donc pour tenter de comprendre le sens des
termes utilisés dans l'Apocalypse, il faut constamment remonter du grec
à l'hébreu sous-jacent.
     Nous respectons, bien entendu, autant que possible l'ordre de la
phrase grecque de l'Apocalypse, qui respecte et suit strictement, comme
c'est la coutume dans ce milieu ethnique, en ce temps-là, l'ordre de la
phrase hébraïque.
     Nous n'avons pas « dessalé » notre traduction. Nous ne l'avons pas
délavée. Il faut de toute façon choisir entre une traduction en bon
français coulant et sans aspérité qui oblige à sacrifier une bonne partie de
l'information contenue dans le texte. Et une traduction qui ne veut rien
perdre de la substance du texte, et qui est dure en français. Notre choix
est fait. C'était le choix des inconnus qui ont traduit toute la Bibliothèque
hébraïque de l'hébreu en grec, à partir du Ve siècle avant notre ère. Leur
grec n'est pas coulant. On peut même dire qu'il remonte constamment la
                                                                         - 217 -



pente et prend le chat à rebrousse-poil, puisqu'il suit l'ordre de la phrase
hébraïque, le verbe en tête.

      Apocalypse 1,1: Révélation (grec apokalupsis) de Ieschoua qui a
      reçu l'onction qu'il a donnée à lui, Dieu, pour montrer à ses
      serviteurs ce qui va (construction hébraïque traduite en grec par
      deï) arriver en vitesse (grec en tachei, hébreu bi-meherah, Qôhelet
      3, 12), et il l'a fait savoir, ou il l'a annoncé (grec sèmainein, hébreu
      iada à la forme hiphil, ou nagad à la forme hiphil), il a envoyé [un
      message] par la main de son messager (grec aggelos, hébreu
      maleak, Genèse 16, 7 ; etc.), à son serviteur Iohanan, qui a attesté
      [la vérité de] la parole de Dieu (grec marturein, hébreu le verbe
      oud, à la forme hiphil, heïd, suivi de l'accusatif)...

     Deutéronome 19, 18 : Et ils feront une enquête, les juges..., et voici
le témoin de mensonge a attesté [la vérité du] mensonge...
     Deutéronome 32, 46 : Appliquez vos cœurs [= vos intelligences] à
toutes les paroles que moi j'atteste en vous [dont moi j'atteste la vérité en
vous, au milieu de vous] (hébreu ascher anôki meïd bakem, grec ous egô
diamar-turomai humiri) aujourd'hui...
     2 Rois 17, 15 : Et ils ont méprisé... les attestations qu'il avait
attestées (hébreu édôtaiô ascher heïd, grec ta marturia autou hosa
diemarturato)...
     Néhémie 9, 34 : Ils n'ont pas fait attention à tes commandements et à
tes attestations que tu as attestées en eux (hébreu édôteika ascher haïdôta
ba-hem, grec ta marturia sou ha diemarturô autois)...

      ... et l'attestation de Ieschoua, celui qui a reçu l'onction (grec
      marturia, hébreu edout, Psaume 19, 8 : l'attestation de YHWH est
      telle que l'on peut être certain de sa vérité, hébreu edout yhwh
      neemanah, grec hè mar-turia kurioupiste)... ce qu'il a vu. Heureux
      celui qui lit tout haut (grec anagignôskein, donner lecture, hébreu
      qara, crier)...

    Exode 24, 7 : Et il a pris le rouleau de l'Alliance et il a crié (hébreu
                                                                        - 218 -



wa-iqera, grec anegnô) dans les oreilles du peuple...
     Deutéronome 17, 19 : Et elle [la copie de la Torah] sera avec lui et il
criera [= il lira tout haut] en elle (hébreu qara bô, grec anagnôsetaî) tous
les jours de sa vie...

      ... et ceux qui écoutent les paroles de la prophétie (grec prophèteia,
      hébreu nebouah, 2 Chroniques 15, 8 ; Néhémie 6, 12), et qui
      gardent ce qui en elle est écrit, parce que le temps est proche (grec
      ho gar kairos eggus).

     Le mot grec kairos, mesure convenable, juste mesure, moment
convenable ou opportun, traduit plusieurs mots hébreux : môed, le temps
d'un rendez-vous, d'une réunion, d'un rassemblement ; temps déterminé,
temps d'une fête ; et le temps ; ha-et geschamim, le temps des pluies ; et
ereb, le temps du soir ; et bô ha-schemesch, le temps où le soleil s'en va ;
et qatzir, le temps de la récolte ; et ha-ôkel, le temps de manger, etc.
Qetz, la fin, Genèse 6, 13 : La fin de toute chair est venue devant ma face
(hébreu qetz kôl-basar, grec kairos pantos anthrôpou)...
     Le grec eggus, près, proche, traduit régulièrement l'hébreu qarôb.
Nombres 24, 17 : Je le vois, et ce n'est pas maintenant, je le contemple et
ce n'est pas proche, qarôb... Psaume 22, 12 : Ne t'éloigne pas de moi car
l'angoisse est proche... Deutéronome 32, 35 : Car il est proche le jour de
leur ruine... Isaïe 13, 6 : Poussez des hurlements car il est proche le jour
de YHWH (hébreu qarôb, grec eggus)... Isaïe, 13, 22 : Il est près de
venir son temps (hébreu qarôb la-bô ittâh, grec tachu erchetai kai ou
chroniei... Ézéchiel 7, 7 : Il vient, le temps (hébreu ha-et). Il est proche,
le jour... Ézéchiel 30, 3 : Il est proche, le jour (hébreu qarôb, grec
eggus)... Joël 1, 15 : Il est proche le jour de YHWH... (hébreu qarôb,
grec eggus).

      Apocalypse 1,9: Moi Iohanam, votre frère et votre compagnon
      (grec sug-koinônos, hébreu probable haber) dans l'oppression,
      l'angoisse (grec thlipsis, hébreu tzarah, Genèse 35, 3 ; 42, 21 ;
      etc.) et dans le règne (grec basileia, hébreu malkout, araméen mal-
      kouta) et dans l'espérance (grec hupomonè, hébreu miqeweh, 1
                                                                     - 219 -



      Chroniques 29, 15, ou tiqeweh, Psaume 9, 19 ; etc.) en Ieschoua,
      j'ai été dans nie qui est appelée Patmos à cause de (grec dia, qui
      traduit un grand nombre de mots hébreux parmi lesquels baabour)
      la parole de Dieu et à cause de l'attestation (grec marturia, hébreu
      edout) de Ieschoua.
      J'ai été dans l'esprit [de Dieu] (hébreu ba-ruah) dans le jour du
      Seigneur (ehad ba-schabbat), le jour qui suit le schabbat, et j'ai
      entendu derrière moi une voix grande comme celle du schôphar
      (Exode 19, 16 ; etc.) pour dire :
      Ce que tu vois, écris-le dans un rouleau (grec biblion, hébreu
      sepher, Exode 17, 14 ; etc.) et envoie-le aux sept communautés
      (grec ekklèsia, hébreu qehi-lah, Deutéronome 33, 4 ; Néhémie 5, 7
      ; le substantif qehilah est formé à partir du verbe qahal,
      rassembler) à Éphèse, et à Smyrne, et à Pergame, et à Thyatire, et
      à Sardes, et à Philadelphie, et à Laodicée.
      Et je me suis retourné pour voir la voix qui parlait avec moi...
      (Exode 20, 18: Et tout le peuple, ils voyaient les voix...)

     La question est de savoir qui est le Iohanan qui dit : « Moi Iohanan
(ani Iohanan)... »
     Le livre des Actes ou des Actions des Envoyés (grec praxeis
apostolôn, hébreu maasei ha-schelihim) est un recueil ou une collection
de documents cousus bout à bout, en grande partie traduits de l'hébreu, et
qui recouvrent la période qui va de la résurrection, autour de l'année 30,
jusqu'à la deuxième année de la captivité de Schaoul-Paulus à Rome,
autour de l'année 62.
     Que ces documents soient en grande partie traduits de l'hébreu, cela
est évident à partir du verset 6. Le système de traduction est le même que
pour la traduction des livres de la Bibliothèque hébraïque. Le texte grec
respecte la forme et la structure de la phrase hébraïque. Le lexique
hébreu-grec utilisé pour cette traduction est le lexique hébreu-grec
traditionnel.
     Personne ne sait qui a pris^ les notes au jour le jour, tout comme
pour les quatre Évangiles. Personne ne sait qui a fait la traduction. Les
documents sont contemporains des événements. Le recueil est offert à un
                                                                     - 220 -



certain Theophilos, qui traduit l'hébreu Iedid-iah, le nom donné à
Salomon, 2 Samuel 12, 25.

     Le mot français « apôtre » qu'utilisent les traductions en langue
française est un simple décalque du vieux français apostre, qui est un
décalque du latin apostolus, qui est un décalque du grec apostolos, formé
à partir du verbe grec apostellô, envoyer, qui traduit le verbe hébreu
scha-lah qui signifie envoyer (Genèse 8, 7 ; etc.).
     Pour comprendre le sens de ce terme, il faut se reporter à Matthieu
10, 1 :

      Et il a appelé à lui les douze disciples (grec mathètas, hébreu
      talmidim) et il leur a donné puissance, pouvoir (grec exousia,
      hébreu schaltan) sur les esprits impurs pour les chasser et guérir
      toute maladie et toute infirmité. Des douze envoyés (grec
      apostolôn, hébreu ha-schelihim), les noms, les voici. Le premier,
      Schimeôn, celui qui est appelé Keipha, araméen (ou Keiphah
      hébreu tardif, grec Petros, le Rocher) et Andréas son frère, et
      Iaaqôb, celui qui est le [fils] de Zebad-iah et Iohanan son frère...

    On observe que Iaaqôb est nommé en tête. Il est l'aîné.

      Matthieu 10, 5 : Ce sont ces douze-là qu'il a envoyés (hébreu
      schalah) Ieschoua, et il leur a commandé pour dire (hébreu lemôr)
      : « Vers, dans la direction de la route des goïm (hébreu el derek
      ha-goïm), n'y allez pas, et dans la province (hébreu medinah) des
      Samaritains, n'y entrez pas. Allez plutôt vers le petit troupeau
      (hébreu ha-tzôn) perdu de la maison d'Israël... »

     Évidemment, ce propos du Rabbi a été tenu très tôt, avant
l'expansion du christianisme aux nations païennes, laquelle commence
autour de l'année 36. Et ce ne sont donc pas les communautés helléno-
païennes des années 80 ou 90 qui ont pu produire ce propos, puisque
dans les années 80 et 90, les communautés chrétiennes étaient pleines de
frères et de sœurs issus du paganisme.
                                                                           - 221 -



    Ce propos signifie que, dans un premier temps, le Rabbi demande à
ceux qu'il envoie en mission de rester à l'intérieur du peuple hébreu. La
mission vers les païens viendra plus tard, avec Schaoul surnommé ha-
qatan, le Petit (latin paulus) : le signe de Jonas.

      Marc 3, 14 : Et il est monté dans la montagne et il a appelé à lui
      ceux qu'il a voulu, lui, et ils sont venus vers lui. Et il a fait (grec le
      verbe poiein, hébreu le verbe asah, sens multiple) douze, qu'il a
      appelés aussi envoyés (grec apostolous, hébreu ha-schelihim) afin
      qu'ils soient avec lui et afin qu'il les envoie (hébreu schalah) pour
      proclamer (grec kèrussein, hébreu qara, Genèse 41, 43 ; Exode 32,
      5 ; etc.)... Et il a fait (de nouveau le verbe hébreu asah) les douze,
      et il a mis un nom sur Schimeôn, Keipha-Petros le Rocher, et
      Iaaqôb le [fils] de Zebad-iah et Iohanam le frère de Iaaqôb...

      Luc 6, 13 : Il a appelé ses disciples et il a choisi parmi eux, douze,
      qu'il a appelés aussi envoyés...

      Luc 9, 2 : Et il les a envoyés proclamer le règne, ou le royaume de
      Dieu...

     On peut donc être disciple du Rabbi sans être envoyé en mission.
Ainsi Iohanam le kôhen du Temple de Jérusalem était disciple (talmid),
étudiant du Rabbi, mais il n'était pas envoyé en mission (apostolos). Il
est resté à Jérusalem.



Iohanan surnommé Marcus = le Marteau

      Actes 12, 1 : Et dans ce temps-là, il a jeté, Hérode le roi [=
      Agrippa I, mort à Césarée en 44], les mains (construction
      hébraïque, le verbe en tête, le sujet suit) pour faire du mal, mettre
      à mal, à certains, pris de (hébreu min) la communauté
      [chrétienne]. Il a fait mettre à mort Iaaqôb le frère de Iohanam par
                                                                           - 222 -



      l'épée...

    On pense généralement depuis bientôt vingt siècles qu'il s'agit de
Iaaqôb et de Iohanam, les fils de Zebad-iahou ou Zebad-iah (du verbe
zebad, faire un cadeau).

      Matthieu 4, 21 : Et il s'est avancé en partant de là et il a vu deux
      autres frères, Iaaqôb le [fils] de Zebad-iahou et Iohanam, son
      frère... [Marc 1, 19 ; Luc 5, 10 ; etc.]

    C'est possible mais ce n'est pas évident ni certain. Car il existait
beaucoup de Iaaqôb et de Iohanam dans ce temps-là et dans ce milieu
ethnique.

      Actes 12, 3 : Et il a vu que c'était agréable aux Judéens et il a
      continué, il en a rajouté (le verbe hébreu iasaph suivi du lamed et
      de l'infinitif, Genèse 4, 2 ; 18, 29 ; etc.) en donnant l'ordre de faire,
      en faisant arrêter aussi Petros [= Rocher = araméen Keipha,
      hébreu tardif Keiphah (Dalman, Aramàisch-Neuhebràisches,
      Hand-wôrterbuch)].
      C'étaient les jours des matzôt (pains sans levain, grec azumôn,
      Exode 12, 8 ; etc.) [de l'année 44]. Et il l'a fait arrêter et il l'a fait
      mettre en prison... Il voulait après la [fête de] pesah (transcription
      en caractères grecs pascha, Exode 12, 1 ; etc.) le faire monter au
      peuple...

    Les phrases hébraïques commencent toujours par et, hébreu we. Le
we hébreu est traduit soit par le grec kai, soit par la particule de.

      Actes 12, 6 : Et lorsqu'il allait le faire venir [pour le présenter au
      peuple], Hérode (construction hébraïque), au cœur de cette nuit, il
      était, Pierre, en train de dormir entre deux soldats, attaché avec des
      chaînes, et des gardes devant la porte gardaient la prison...

    Nous sommes donc après la fête de pesah de l'année 44. Pierre se
                                                                          - 223 -



sauve de prison.

       Actes 12, 12 : Et il est venu à la maison de Mariam la mère de
       Iohanam, celui qui est surnommé Markos. Là ils étaient en bon
       nombre réunis et en train de prier. Et il a frappé à la porte du
       portail (grec tèn thuran toupulônos)...

    Après avoir raconté comment il s'était échappé de la prison, Pierre
ajoute :

       Actes 12, 17 : « Annoncez à Iaaqôb et aux frères, tout cela. » Et il
       est sorti et il est allé dans un autre lieu (grec eis heteron topon).

     Pourquoi le compilateur final du livre des Actes ne veut-il pas nous
dire quel est ce lieu ? Pourquoi le cacher ? Si le livre des Actes a été
terminé en l'année 62, alors que Schaoul-Paulus était prisonnier à Rome,
est-ce qu'il y avait un inconvénient, un danger à dire quel est ce lieu ?
Est-ce que c'est Rome ? Est-ce que Pierre est parti pour Rome après la
fête de pesah de l'année 44 ? Est-ce que Pierre est à Rome lorsque le
rédacteur final du livre des Actes termine son ouvrage? Ou bien alors,
est-ce plus simplement que le document, contemporain des événements,
ne voulait pas dire où Pierre s'en est allé, après son évasion, après les
fêtes de l'année 44, et que le traducteur a traduit le document tel qu'il était
?
     Le grec Markos est une transcription en caractères grecs du latin
Marcus qui signifie le marteau. Marcus est la traduction latine de
l'hébreu maqqabah ou maqqebet. Est-ce que Iohanam surnommé Marcus
est un descendant de l'illustre famille des benei haschmônaïl (Cf. p. 39)
Ou bien est-ce qu'il a été surnommé Maqqabah pour une autre raison ?
     Iohanam surnommé Markos est le neveu de Barnabas.

       Colossiens 4, 10 : Il vous salue, Aristarque celui qui est prisonnier
       de guerre avec moi, et Markos le neveu de Barnabas (construction
       hébraïque, le verbe en tête au singulier, plusieurs sujets)...
                                                                                                                    - 224 -



     Le grec anepsios traduit l'hébreu ben dôd, le fils de l'oncle. L'hébreu
dôd désigne le frère du père, Lévitique 10, 4 : dôd aharôn, grec huious
tou adelphou tou patros Aarôn ; Lévitique 20, 20 ; Lévitique 25, 49 : Ou
bien son oncle ou bien le fils de son oncle, hébreu dôdô ô ben-dôdô, grec
adelphos patros autou è huios adelphou patros ; 1 Samuel 10, 14 :
L'oncle de Schaoul, hébreu dôdschaoul, grec ho oikeios autou... ; 1
Samuel 14, 50 : l'oncle de Schaoul, hébreu dôd schaoul, grec oikeios. 2
Rois 24, 17 ; Amos 6, 10 ; 1 Chroniques 27, 32 : Iehonatan, l'oncle de
David, hébreu dôd, grec ho patradelphos, le frère du père. Jérémie 32, 7 :
Ton oncle, hébreu dôdeka, grec huios adelphou patros sou, le fils du
frère de ton père. Jérémie 32, 8 : Le fils de mon oncle, hébreu ben dôdi,
grec huios adelphou patros mou. Esther 2, 7 : La fille de son oncle,
hébreu bat dôdo, grec thugatèr adelphou patros autou.
     Le grand Franz Delitzsch (1813-1890), qui a traduit tout le Nouveau
Testament du grec en hébreu, et qui est maintenant avec tous les saints,
traduit l'expression Markos ho anepsios Barnaba : Marc, le neveu ou le
cousin de Barnabas, par : le fils de la sœur de Barnabas, ben ahôt
barnaba. Comment le sait-il ?
     Barnabas s'appelait en réalité Joseph.

           Actes 4, 36 : Joseph, celui qui a été surnommé Barnabas par les
           envoyés, ce qui signifie en traduction le fils de la prière ou de la
           supplication, Lévite14, de l'île de Chypre par sa naissance... A lui
           était un champ. Il l'a vendu et il a apporté l'argent qu'il en a retiré
           (grec to chrèma, hébreu keseph ou rekousch)...

     Le verbe grec para-kaleô signifie appeler auprès de soi, appeler à
son secours. 11 traduit le verbe hébreu naham, niphal parfait niham,
avoir compassion ou pitié ; se consoler ; piel parfait niham, consoler, Isaïe
40, 1 : Nahamou nahamou ammi... grec parakaleite parakaleite ton laon
mou...
14
  ha-lewi, transcription en caractères grecs leuitès, Exode 4, 14 ; etc. = de la tribu de Lewi ; isch lewy, Juges 19, 1,
grec anèr leuitès ; ha-kôhanim ha-lewiim, grec tous hiereis tous leuitas, Deutéronome 17, 9 ; 17, 18 ; 18, 1 : Et il ne sera
pas aux kôhanim ha-lewiim, toute la tribu de Lewi, une part et un héritage avec Israël... C'est YHWH qui sera son
héritage... Deutéronome 24, 8 : ha-kôhanim ha-lewiim... Deutéronome 27, 9 : Et il a parlé, Môscheh et les kôhanim
ha-lewiim à tout Israël... Observez la construction : le verbe en tête au singulier, plusieurs sujets.
                                                                         - 225 -




     Ézéchiel 40, 46 : Et la salle, que sa face [est tournée vers] la route du
Nord, [elle est] pour les kôhanim qui gardent la garde de l'autel des
sacrifices. Eux [ce sont] les fils de Tzadôq. Ils s'approchent, pris d'entre
les fils de Lewi, vers YHWH pour le servir...

     La transcription en caractères grecs Barnabas peut-elle recouvrir
l'araméen bar nebouah, le fils de la prophétie ? Ou bien Barnabas est-il
une transcription imparfaite d'un jeu de mots en araméen ou en hébreu
qui nous échappe ? Nous ne voyons pas comment le traducteur de ce
document a pu traduire bar-naba par « fils de la consolation ».
     Selon les probabilités, Joseph surnommé Barnaba était le frère du
père de Iohanan surnommé Markos.
     Reste à savoir qui était le père de Iohanan surnommé Markos, le
Marteau. Actes 12, 12 nous dit que Schimeôn, surnommé Keipha le
Rocher par son Rabbi, est venu à la maison de Mariam, la mère de
Iohanan surnommé Markos, où étaient réunis un bon nombre de disciples,
et qu'ils étaient en train de prier.
     Mariam avait-elle donc une maison pour elle toute seule ? Une grande
maison pour permettre de telles réunions? Pourquoi le père n'est-il pas
nommé ? Dans ce milieu ethnique, c'est plutôt et en général le père qui
est nommé. Le père de Iohanan était-il mort ? Mariam était-elle veuve ?
Ou bien existait-il des raisons, en 62, lorsque le livre des Actes a été
terminé, de ne pas nommer le père de Iohanan surnommé Markos ? Ou
bien existait-il des raisons, en 44, lorsque ce document a été noté, de ne
pas nommer le père de Iohanan surnommé le Marteau, le mari de
Mariam ?
     Jean 19, 25 : Et elles se tenaient debout auprès de la
     croix de Ieschoua, sa mère, — et la sœur de sa mère,
     — Mariam, celle de Klôpa ou du Klôpa, et Mariam de
     Magdala.
     Ieschoua donc il a vu la mère (grec tèn mètera) [= sa
     mère] et le disciple qui se tenait debout auprès
     (hébreu amad, Genèse 18, 8), celui qu'il aimait.
     Il a dit à la mère (grec tè mètrî) : « Femme, voici ton
                                                                        - 226 -



    fils. »
    Ensuite il a dit au disciple : « Voici ta mère. »
    Et à partir de cette heure-là, il l'a prise, le disciple,
    dans sa maison (grec eis ta idia, hébreu el beitô,
    Esther 5, 10 ; 6, 12).

     Faut-il supposer que Mariam, celle de Klôpa, est le nom de la sœur
de la mère de Ieschoua? Ou bien est-ce que Mariam, celle de Klôpa, est
une Mariam distincte de la sœur de la mère de Ieschoua ? Dans ce cas-là
nous ne connaîtrions pas le nom de la sœur de la mère de Ieschoua. La
mère de Ieschoua s'appelait Mariam (Matthieu 1, 16 ; etc., Marc 6, 3 ;
Luc 1, 27 ; etc.).

     Le nom propre Klôpa est-il la transcription en caractères grecs d'un
nom hébreu, Qlopa, introuvable? Ou bien au contraire l'hébreu Qlôpa
est-il la transcription en caractères hébreux d'un nom grec, Klôpa,
introuvable lui aussi ? Franz Delitzsch conjecturait en 1876 que Klôpas =
Kleopas = Kleopatros, qui existe.
     Le grec klôps, génitif klôpos, signifie : voleur ; klôpeia : le vol ;
klopè, le vol, le larcin ; klopeus, voleur ; klopeuô, piller.
     Le mot grec klopè, le vol, le larcin, traduit l'hébreu ganab, voler,
dans la formule hébraïque classique, Genèse 40, 15 : Car [pour ce qui est
d^ avoir été volé, j'ai été volé et pris du pays des Hébreux et même ici je
n'ai rien fait...
     Proverbes 9, 17 : Les eaux qui ont été volées sont douces... Osée 4, 1
: Écoutez la parole de YHWH, fils d'Israël. Car un procès est à YHWH
avec les habitants du pays, car il n'est pas de vérité (hébreu émet, grec
alètheia) et il n'est pas de compassion, de bienveillance, de bonté (hébreu
hesed, grec eleos) et il n'est pas de connaissance de Dieu dans le pays.
Parjurer, et mentir, et assassiner, et voler (hébreu ganob, grec klopè), et
prendre la femme d'un autre. Ils font des brèches et les sangs (hébreu
damim, grec aimata, Jean 1, 3), aux sangs ils touchent... Jérémie 48, 27 :
Et est-ce qu'il n'a pas été de quoi rire, pour toi, Israël ? Est-ce que c'est
parmi les voleurs il a été trouvé ?
     Le verbe hébreu ganab, voler, signifie aussi tromper, Genèse 31, 27.
                                                                       - 227 -



Genèse 31, 20: Et il a trompé, Iaaqôb, le cœur [= l'intelligence] de Laban
l'Araméen... Genèse 31, 26 : Et il a dit, Laban, à Iaaqôb : Qu'est-ce que
tu as fait et pourquoi as-tu trompé mon cœur (hébreu le verbe ganab,
grec eklopophoresas). Le verbe klopo-phoreô n'existe pas en grec naturel
; c'est une fabrication des traducteurs de la Bibliothèque hébraïque. Il
existe en hébreu un nom propre formé à partir du verbe ganab, 1 Rois
11, 20 : Genoubat son fils... Le substantif hébreu ganab, le voleur, est
traduit en grec par kleptès, Exode 22, 1 ; etc.

      Est-ce qu'il est possible de supposer que le nom propre écrit en
caractères grecs Klôpa (Jean 19, 25) est en fait la transcription en
caractères grecs d'un mot hébreu, qui serait lui-même la transcription en
caractères hébreux d'un mot grec ? Le cas est fréquent dans l'hébreu du
Ier siècle de notre ère : katègor, sunèdrion, paraklètos, etc.
      Il existe en hébreu du Ier siècle une transcription en caractères
hébreux du nom propre grec Kleo-patra. Il existe aussi dans l'hébreu du Ier
siècle un verbe qalaph, peler, être pelé, détacher, être détaché.
      Et dans ce cas il faudrait traduire (Jean 19, 25) : Mariam, celle du
klôpa... Klôpa étant soit un surnom plus ou moins désobligeant à
rencontre de celui qui est ainsi désigné, soit un terme qui signifie qu'il a
perdu sa pelure... Dans les deux cas, un terme codé. Faut-il penser à
quelqu'un qui aurait joué un rôle particulièrement odieux lors de la
condamnation à mort du Rabbi ? Et dont on ne veut pas dire le nom ?
Dans ce cas et dans cette hypothèse, on pourrait entrevoir pour quelle
raison (Actes 12, 12) le nom du mari de Mariam n'est pas indiqué, si
c'est bien de la même Mariam qu'il s'agit, ce qui est loin d'être sûr.

      Marc 15, 40: Et même elles étaient là aussi, des femmes, et elles
      regardaient de loin, parmi lesquelles aussi Mariam de Magdala
      (hébreu migdal, la tour ; migdal-el, Josué 19, 38 ; migdal-gad,
      Josué 15, 37 ; etc.) et Mariam la mère de Iaaqôb ha-qatan, et de
      Joseph (transcription grecque Iôsètos) et Schelômit (Lévitique 24,
      11; 1 Chroniques 3, 19); elles qui, lorsqu'il était en Galilée, elles
      marchaient derrière lui et le servaient, et d'autres, nombreuses, qui
      étaient montées avec lui à Jérusalem...
                                                                         - 228 -




     Les femmes dont parle Marc 15, 40, c'est-à-dire Jean surnommé
Marcus, se tiennent au loin (grec apo makro-then, hébreu me-rahôq). Ce
ne sont pas les mêmes que celles qui se tiennent auprès de... (grec para,
suivi du datif, plusieurs mots hébreux parmi lesquels etzel, à côté de,
Genèse 39, 15 ; 39, 16 ; 39, 18 ; 41, 3 ; etc. ; Lévitique 10, 12 ; etc.) dans
le texte de Jean 19, 25.
     Mariam de Magdala est cependant dans les deux listes.
     La question de savoir qui est Mariam, la mère de Iohanan surnommé
Marcus (Actes 12, 12), reste donc ouverte. Nous savons qu'elle avait une
maison à Jérusalem et qu'en l'année 44 un bon nombre de disciples y étaient
réunis pour prier. Son mari n'est pas nommé. Était-elle veuve ?
     Mais revenons maintenant en arrière, une durée d'environ quatorze
ans, aux alentours de l'année 30. Pendant quarante jours le Rabbi s'est
fait voir à ses envoyés. Il leur recommande de ne pas s'éloigner de
Jérusalem. Les disciples lui demandent : « Est-ce que c'est dans ces
temps-ci que tu vas restaurer, rétablir la royauté pour Israël ? » Ils
n'avaient donc pas bien compris. La raison d'être du Rabbi, ce n'est pas
de restaurer la royauté pour Israël, mais d'achever la Création. Le Rabbi
leur répond (Actes 1, 7) : « Ce n'est pas à vous de connaître les temps et
les moments que le père [= Dieu] a disposé dans sa propre puissance... »
     On observe que dans ce texte il n'est pas du tout question de la fin du
monde.

       Actes 1, 12: Et alors ils sont retournés à Jérusalem en venant de la
       montagne qui est appelée plantation d'oliviers (grec elaiônos)...

     Exode 23, 11 : Ainsi tu feras pour ta vigne et ton oliveraie (hébreu
le-zeiteka, grec elaiôna).
     Ézéchiel 11, 23 : Et elle s'est levée, la gloire de YHWH, du milieu
de la Ville [Jérusalem] et elle s'est tenue sur la montagne qui [est] du
côté de l'Orient pour la Ville...
     Le targum traduit : tour zeita.
     Zacharie 14, 1 : Voici un jour vient pour YHWH... Et je vais
rassembler toutes les nations païennes contre Jérusalem pour la guerre, et
                                                                         - 229 -



elle sera prise, la Ville, et elles seront pillées, les maisons, et les femmes
seront violées. Et elle sortira, la moitié de la Ville, en déportation
(hébreu ba-gôlah) et le reste du peuple ne sera pas retranché de la Ville.
Et il sortira, YHWH, et il fera la guerre contre ces nations païennes... Et
ils se tiendront debout, ses pieds, en ce jour-là, sur la montagne des
oliviers (hébreu al har ha-zeitim, grec to oros ton elaiôn) qui est en face
de Jérusalem, du côté du Levant, et elle se fendra, la montagne des
oliviers, par le milieu : [une moitié vers] le Levant et [une moitié vers] la
Mer [Méditerranée], une très grande vallée, et elle s'éloignera, la moitié
de la montagne, vers le Nord, et l'autre moitié vers le Negeb...

       Actes 1,12 (suite) : ... qui est proche de Jérusalem, [la distance de]
       la route du territoire limité du schabbat (hébreu derek tehoum
       schabbat. Tehoum : frontière, territoire)...
       Et lorsqu'ils sont entrés [à Jérusalem], alors c'est dans la salle du
       haut qu'ils sont montés (grec to huperôon, hébreu aliiah, Juges 3,
       20 ; etc. ; 2 Samuel 19, 1 ; etc.) là où ils demeuraient : Petros [=
       Keipha], et Iohanan [lequel ?], et Iaaqôb [lequel ?], et Andréas,
       Philippos et Thôma, Bartholomaios [= Bar Talmaï] et Mattitiahou,
       Iaaqôb [fils] de Eliphal (1 Chroniques 11, 35 ? Eliphelehou, 1
       Chroniques 15, 18 ?) et Schimeôn ha-qanna (grec ho zèlôtès —
       celui qui est dans le front de libération de la Judée) et Iehoudah [le
       fils] de Iaaqôb.
       Ce sont ceux-ci qui étaient attachés fortement (hébreu hazaq, tous
       ensemble, grec homothumadon, hébreu iahedaw, Exode 19, 8, etc.)
       à la prière, avec les femmes et Mariam la mère de Ieschoua et avec
       ses frères...

    Autour de l'année 30 les compagnons étaient donc réunis dans une
maison à Jérusalem, dans la chambre haute, la chambre qui est à l'étage
supérieur (grec to huperôon, hébreu aliiah, Juges 3, 20 ; etc.). Cette
maison située à Jérusalem ne serait-elle pas identique à la maison dans
laquelle le Rabbi a passé sa dernière nuit avant son arrestation, et la
chambre haute ne serait-elle pas la pièce où le Rabbi et ses compagnons
ont fêté pesah, — cette pièce que Marc 14, 15 et Luc 22, 12 appellent
                                                                      - 230 -



dans le texte grec anagaion, mot qui n'existe pas en grec naturel, et qui
traduit un mot hébreu formé à partir du verbe hébreu alah, qui signifie
monter, et que traduit le verbe grec anagein ? Il est donc vraisemblable
que le mot grec formé de toute pièce anagaion traduit lui aussi, tout
comme huperôon, l'hébreu aliiah.
     Ce qui permettrait de comprendre pourquoi (Actes 1,13) celui qui est
nommé aussitôt après Keipha-Petros, c'est Iohanan, avant Iaaqôb, qui est
probablement le frère du Seigneur. Parce que Iohanan est le maître de
maison, comme nous allons le voir.
     S'il s'agissait de Jacques et Jean, les fils de Zébédée, alors Jacques
serait nommé le premier, en tête, parce qu'il est l'aîné.

    Matthieu 4, 21 ; 10, 2 ; 17, 1. Marc 1, 19 ; 3, 17 ; 5, 37 ; 9, 2 ; 14,
33. Luc 5, 10 ; 6, 14.
    Exception, Luc 8, 51 : Petron kai Iôannèn kai Iakôbon. Deuxième
exception, Luc 9, 28 : Petron kai Iôannèn kai Iakôbon.
    L'ordre hiérarchique habituel, Marc 1, 29 ; 10, 35 ; 10, 41 ; 13, 3.
Luc 9, 54.
    Les deux exceptions signalées, Luc 8, 51 et 9, 28 dépendent en fait
des manuscrits. Certains manuscrits donnent l'ordre hiérarchique :
Iakôbon kai Iôannèn, ainsi que la vieille traduction latine : Iacobum et
Ioannem.


Celui dont on ne veut pas dire le nom

      Matthieu 26, 17 : Au premier jour de la fête des matzôt (hébreu hag
      ha-matzôt, grec ton azumôn, Exode 23, 15 ; etc.) ils se sont
      approchés, les disciples, les compagnons, de Ieschoua, pour dire : «
      Où est-ce que tu veux que nous allions préparer pour toi [ce qui est
      nécessaire pour] manger le pesah (transcription en caractères
      grecs to pascha) ? » Et alors lui, il a dit :

      « Allez dans la Ville [= Jérusalem] chez Untel [que je sais, que
      vous savez, mais que je ne veux pas dire] (grec pros ton deina,
                                                                        - 231 -



      hébreu pelôni almôni, 1 Samuel 21, 3 ; 2 Rois 6, 8 ; Ruth 4, 1) et
      vous lui direz : "C'est le Rabbi qui le dit : Mon temps, ou ma fin
      (grec ho kairos) est proche. C'est chez toi que je vais faire pesah
      avec mes compagnons qui apprennent avec moi..."»

   L'expression : faire pesah, est classique en hébreu, Exode 12, 48 ;
Nombres 9, 2 ; etc. ; Deutéronome 16, 1 ; etc.

     Si l'Évangile de Matthieu avait été écrit, ou plus exactement produit,
comme disent certains, au cours des années 80 ou 90, comme on nous le
raconte depuis plusieurs générations, bientôt deux siècles — après bien
entendu de longues traditions orales, sic —, pourquoi donc les rédacteurs
inconnus de l'Évangile de Matthieu ont-ils dissimulé le nom de celui
chez qui le Rabbi a voulu, selon sa propre expression, faire le pesah ?
Lorsque l'on écrit l'histoire de la Résistance, plusieurs dizaines d'années
après la fin de la guerre, on ne dissimule pas les noms ni les adresses des
résistants qui se donnaient des rendez-vous. Par contre, si l'on écrit un
billet sous l'Occupation, alors on dissimule.
     L'Évangile de Matthieu nous cache le nom de celui chez qui le
Rabbi a voulu faire pesah, de même que l'auteur du quatrième Évangile
— l'Évangile que nous appelons quatrième, par habitude, depuis des
siècles — se cache et ne veut pas dire son nom.
     Si l'Évangile de Jean avait été composé, ou produit, au IIe siècle,
comme on nous le répète depuis Baur, Strauss, Renan, Lietzman, Loisy,
etc., jusqu'à nos jours, pourquoi le faussaire — pour parler comme Renan
— qui a composé cet Évangile néo-platonicien, gnostique, etc., ne veut-il
pas dire le nom de l'auteur supposé ? Surtout qu'au IIe siècle il était admis
que l'auteur de l'Évangile que nous appelons quatrième s'appelait
Iohanan. Si un faussaire au IIe siècle veut se faire passer pour Iohanan,
pourquoi dissimuler le nom de celui-ci? S'il veut se faire passer pour
Jean, pourquoi ne pas le nommer ?
     Il est bien évident que Jean, le fils de Zébédée, n'avait pas une
maison à Jérusalem ; les fils de Zébédée sont nommés constamment dans
les Évangiles de Matthieu, de Marc, de Luc et même de Jean (21, 2). Il
n'y a aucune raison dans les années 30 et suivantes de dissimuler les
                                                                         - 232 -



noms de Jacques et Jean, les fils de Zébédée. Aussi sont-ils nommés
constamment. Il n'en va pas de même pour l'inconnu qui avait une
maison à Jérusalem et chez qui le Rabbi a voulu faire pesah pour la
dernière fois. Il n'est pas nommé par Matthieu, ni par Marc, ni par Luc.

      Marc 14, 12 : Et au premier jour de la fête des mat-zôt, c'est le
      temps où ils sacrifient le pesah [l'agneau de pesah], ils lui ont dit,
      ses compagnons qui apprenaient avec lui : « Où veux-tu que nous
      allions et que nous préparions [ce qu'il faut] pour que tu puisses
      manger le pesah ? »
      Et alors il a envoyé deux de ses compagnons qui apprenaient avec
      lui et il leur a dit : « Allez dans la ville [= Jérusalem], et viendra à
      votre rencontre un homme qui porte une cruche d'eau. Suivez-le.
      Et là où il entrera, dites au maître de maison : "C'est le Rabbi qui
      le dit : Où est-elle, ma chambre (grec to kataluma mou, hébreu
      malôn, Exode 4, 24 ; ou lischkah, 1 Samuel 9, 2) où je puisse
      manger le pesah avec mes compagnons qui apprennent avec moi
      ?" Et c'est lui-même qui vous montrera une chambre haute (grec
      anagaios) qui est au-dessus du sol (n'existe pas en grec naturel,
      hébreu aliiah, le même mot que Actes 1, 13, deux traductions
      différentes), grande, avec les lits [pour manger], et préparée. Et
      c'est là que vous préparerez pour nous. »
      Et ils sont sortis, les compagnons qui apprenaient avec lui, et ils
      sont entrés dans la Ville et ils ont trouvé [tout] comme il leur avait
      dit et ils ont préparé [la fête dé] pesah...

     L'Évangile publié sous l'autorité juridique (grec kata, hébreu al pi)
de Iohanan surnommé Markos, ne donne pas non plus le nom de
l'inconnu chez qui les disciples sont allés préparer pesah.
     Pourtant il connaissait ce nom, puisqu'ils ont passé une partie de la
nuit chez l'inconnu. Même remarque que pour Matthieu : si ces textes
avaient été écrits une cinquantaine d'années après les événements, il n'y
avait pas de raison de dissimuler le nom de l'inconnu chez qui les
disciples ont mangé pesah. Tandis que si nous sommes en pleine période
de terreur et de persécution, il y a des raisons.
                                                                         - 233 -



    Non seulement il y avait des raisons à cause de l'inconnu, qui est en
danger. Mais peut-être aussi à cause des frères et des sœurs de la
première communauté chrétienne de Jérusalem, dans les années 30 et
suivantes. Car l'inconnu était peut-être un personnage redoutable. C'est
ce que nous aurons à examiner.

     Le Rabbi avait convenu d'un code avec l'inconnu : l'homme qui
vient à la rencontre des compagnons et qui porte une cruche d'eau.
L'inconnu et le Rabbi se connaissaient.
     Le Rabbi donne des ordres à l'inconnu. Il lui ordonne de préparer
une grande pièce à l'étage pour que lui-même et ses compagnons
puissent manger pesah.
     Cela est d'autant plus étonnant que, nous allons le voir, l'inconnu
avait un autre calendrier que les Galiléens et leur Rabbi, et que pour lui,
l'inconnu, la fête de pesah, ce n'était pas ce jeudi soir, mais le lendemain,
le vendredi soir.

      Luc 22, 7 : Et il est venu, le jour des matzôt, dans lequel il allait
      être sacrifié [l'agneau de] pesah. Et il a envoyé Petros [= Keipha]
      et Iohanan [probablement l'un des fils de Zebad-iah, le frère de
      Iaaqôb] pour dire : « Allez et préparez pour nous le pesah afin que
      nous puissions manger. » Et alors eux ils lui ont dit : « Où veux-tu
      que nous préparions ? » Et lui il leur a dit : « Voici lorsque vous
      entrerez dans la Ville, alors viendra à votre rencontre un homme
      qui porte une cruche d'eau. Suivez-le dans la maison dans laquelle
      il entrera. Et vous direz au maître de la maison : "Ainsi il te parle le
      Rabbi : Où est-elle la chambre (grec kataluma, hébreu malôn ou
      lischkah) où je vais pouvoir manger le pesah avec mes
      compagnons qui apprennent avec moi ?" Et c'est lui qui vous
      montrera une chambre haute (grec anagaios, n'existe pas en grec
      naturel, hébreu aliiah), grande, couverte de tapis. C'est là que vous
      ferez les préparatifs. » Alors ils sont partis et ils ont trouvé [tout]
      comme il leur avait dit et ils ont préparé \z pesah...

    L'Évangile publié sous l'autorité de Luc = Iaïr non plus ne donne pas
                                                                      - 234 -



le nom de l'inconnu chez qui les compagnons vont préparer la fête de
pesah. Même observation que pour Matthieu et Marc : si Évangile de Luc
avait été composé, comme on nous le raconte depuis des générations,
autour de l'année 80, c'est-à-dire 50 ans après les événements, pourquoi
donc dissimuler le nom de celui chez qui le Rabbi et ses compagnons ont
fêté la dernière fête de pesah ?
     Si, par contre, l'Évangile de Luc est la traduction littérale et mot à
mot d'un dossier de notes prises en hébreu, et si cette traduction a été
faite aussitôt après les événements, dans les années 30 et suivantes, pour
être expédiée ou portée aux frères et aux sœurs des communautés
judéennes de la dispersion dans les pays de langue grecque, qui
pratiquaient la traduction grecque de la sainte Bibliothèque hébraïque,
dite des LXX, alors on conçoit que le traducteur n'ait pas nommé
l'inconnu chez qui le Rabbi et ses compagnons ont passé la dernière nuit.
Il était en danger de mort. Et il était peut-être un personnage redoutable
pour les frères et les sœurs de la petite communauté chrétienne naissante.
     L'Évangile attribué depuis des siècles à Jean [lequel ?] ne rapporte
pas cet épisode, évidemment, puisque Jean-Iohanan n'était pas avec les
Galiléens lorsque le Rabbi leur a ordonné d'aller préparer pesah à
Jérusalem. Iohanan était à Jérusalem. C'est chez lui que le Rabbi et les
compagnons galiléens sont venus manger pesah lors de la dernière nuit.

      Jean 13, 1 : Et avant la fête de pesah (hébreu hag ha-pesah), il a
      connu, Ieschoua, qu'elle était venue son heure que (hébreu ascher,
      grec hina) il passe de ce monde de la durée présente (hébreu min-
      ha-ôlam hazeh) [pour aller] vers son père... Et il y a eu un repas...

     Jean ne dit pas que c'était un repas de pesah. Il dit au contraire que
c'était avant la fête de pesah. Nous allons voir pourquoi.
     La question est de savoir si
     — cette maison de Jérusalem dans laquelle les compagnons du
Rabbi ont passé la dernière nuit, celle de l'arrestation (Matthieu 26, 17;
Marc 14, 12; Luc 22, 7; Jean 13, 1),
     — la maison dans laquelle les disciples se réunissent, avec Mariam
et les autres femmes (Actes 1, 12),
                                                                           - 235 -



    — et la maison dans laquelle Petros-Keipha est venu lorsqu'il s'est
sauvé de la prison où l'avait jeté Hérode-Agrippa, la maison de Mariam
la mère de Iohanan, celui qui est surnommé Markos (Actes 12, 12),
    la question est de savoir si ce sont trois maisons différentes à
Jérusalem, ou bien si c'est une seule et même maison,
    La question est de savoir si le Iohanan du quatrième Évangile, le
Iohanan surnommé Marcus le Marteau, et le Iohanan de l'Apocalyse,
sont un, deux, ou trois.


Retour à Iohanan surnommé Marcus

    Souvenons-nous que vers l'année 41 ou 42, le roi Hérode Agrippa I a
enlevé le suprême pontificat à Schimeôn Canthèras et l'a proposé à
Ionatan fils de Hanan, qui avait déjà été grand prêtre en 36-37. Or
Ionatan fils de Hanan a refusé l'offre qui lui était faite par le roi Hérode
Agrippa I. Sur le conseil de Ionatan, le roi Hérode Agrippa donne le haut
pontificat à Matthias, le frère de Ionatan (Antiquités XIX, 313; cf. p.
165).
    Nous ne connaissons pas les raisons pour lesquelles Ionatan fils de
Hanan a refusé de devenir une seconde fois kôhen ha-gadôl.

     Le premier voyage missionnaire de Paul commence peut-être au
printemps de l'année 44, aussitôt après la mort du roi Hérode Agrippa I.

      Actes 12, 24 : Et c'est la parole de Dieu qui portait fruit et qui
      devenait nombreuse, qui se multipliait...

     Traduction littérale de Genèse 1, 22 : Et il les a bénis, Dieu, pour
dire : Fructifiez, portez fruit (hébreu parah, être fécond, grec auxanein)
et devenez nombreux (hébreu rabah, être nombreux, devenir nombreux,
grec plèthunô) et remplissez les eaux dans les mers et que l'Oiseau se
multiplie sur la terre...
     Genèse 1, 28 : Et il les a bénis, Dieu, et il leur a dit, Dieu: Soyez
féconds, fructifiez (hébreu perou, grec auxanesthé) et devenez nombreux
                                                                       - 236 -



(hébreu rebou, grec plèthunesthe) et remplissez la terre... Genèse 8, 17 ;
9, 1;9, 7; 17, 6; 17, 20; etc.
     Les mêmes verbes hébreux, les mêmes verbes grecs pour les
traduire. Le lexique hébreu-grec est constant.

      Actes 12, 25 : Et quant à Barnaba et à Schaoul, ils sont retournés à
      Jérusalem, — selon nombre de manuscrits, — hors de Jérusalem,
      ils sont partis de Jérusalem (grec ek ou apo) ils sont retournés à
      Antioche, selon nombre d'autres manuscrits (grec eis).

    Étant donné que le choix des manuscrits ne se fait pas au suffrage
universel, la question reste ouverte de savoir si Barnaba et Schaoul sont
retournés à Jérusalem, ou au contraire s'ils ont quitté Jérusalem pour aller
à Antioche. On observe que Barnaba est en tête, ce qui indique l'antiquité
du document.

      Actes 12, 25 (suite) : Ils ont rempli le service (grec diakonia,
      hébreu scharai) devant la face de YHWH.

     1 Samuel 2, 18, le service des kôhanim, service de Dieu, Isaïe 61, 6 ;
le service des Lévites et des kôhanim, Jérémie 33, 21 ; 33, 22 ; le service
du grand prêtre, Aharôn, Exode 28, 35 ; 29, 26 ; 30, 20 ; etc. Exode 28,
43, le service dans le Temple ; Exode 29, 30 ; 35, 19, etc. Ézéchiel 44, 27
; 43, 4 ; 45, 5, etc. Le verbe grec plèroô, remplir, traduit le verbe hébreu
malé,
hiphil mille, remplir.

      Et ils ont pris avec eux Iohanan, celui qui est surnommé Marcus...

    II est donc vraisemblable que Barnaba, Schaoul et Iohanan surnommé
Marcus ont quitté Jérusalem après les fêtes de pesah et sont allés à
Antioche.             Ceux           qui             faisaient           le
service dans le Temple de Jérusalem, c'étaient les kôhanim et les Lévites.

      Actes 13, 1 : Et ils étaient à Antioche, dans la communauté (grec
                                                                       - 237 -



      ekklèsia, hébreu qehilah) [= la communauté chrétienne] qui s'y
      trouvait, des prophètes (hébreu nebiim) et des hommes qui
      enseignaient (grec didaskaloi, hébreu le verbe lamed)...

     Le verbe lamed, kal parfait lamad, apprendre ; piel parfait limmad,
enseigner ; limmoud, l'élève, celui qui reçoit l'enseignement, Isaïe 8, 16 ;
talmid, celui qui reçoit l'enseignement, celui qui apprend, 1 Chroniques
25, 8, grec manthanontôn ; hébreu tardif limmoud, apprendre ; talmoud,
l'enseignement ; c'est l'hébreu talmid qui a été traduit en grec par mathè-
tès et en latin par discipulus, en français par « disciple ». Le grec
mathètès traduit l'hébreu alouph, Jérémie 13, 21. La racine lamed ou
lamad à l'origine signifie : piquer ; malmad ou malmed ha-baqar, celui
qui pique les bêtes du troupeau de gros bétail, Juges 3, 31. De l'idée de
piquer le bétail — pour le faire avancer —, on est passé à l'idée
d'enseigner...

      Actes 13, 1 (suite): ... et Barnaba [Joseph surnommé], et
      Schimeôn surnommé Niger [le noir], et Loukios celui qui est de
      Cyrène...

     Loukios est la transcription en caractères grecs du latin Lucius. Le
latin Lucius est la traduction de l'hébreu laïr, YHWH illumine, Nombres
32, 41, transcription en caractères grecs laïr; Deutéronome 3, 14; Josué
13, 30; 1 Rois 4, 13 ; 1 Chroniques 2, 22; Juges 10, 3; Esther 2, 5,
transcription en caractères grecs Iaïros, ou Iaeiros.

     Marc 5, 22 : Et il est venu, l'un des chefs de la maison de réunion,
grec archi-sunagôgos, hébreu rôsch ha-keneset, et son nom c'est Iaïros =
laïr... Luc 8, 41 : Et voici est venu un homme, et son nom c'est Iaïros. Et
celui-ci il était le chef d'une maison de réunion...
     Dans Tune de ses lettres (Colossiens 4, 14), on lit : « Il vous salue,
Loukas ho IATROS, le bien-aimé, et Dèmas... » Le verbe en tête, au
singulier, plusieurs sujets : construction hébraïque. Schaoul-Paul donne
tout d'abord la traduction en latin du nom de laïr = Loukas. Puis, comme
il le fait souvent, il donne la transcription en caractères grecs du nom
                                                                        - 238 -



propre hébreu : laïr = IAÏROS. Un scribe a lu IATROS. D'où la pieuse
légende selon laquelle Luc était un médecin, et un païen très distingué,
un fin helléniste, — enfin un païen !
      Ce n'est vraiment pas de chance. Saint Luc n'est pas un goï, un
païen. Il n'est pas non plus l'helléniste distingué tant vanté. Il suffit de
lire l'Évangile de Luc à partir du verset 5, dans son texte grec, pour voir
immédiatement que c'est de l'hébreu tout cru, traduit littéralement et mot
à mot en grec, selon les méthodes traditionnelles. Mais nous concédons
volontiers — maigre consolation — que les premiers versets de
l'Évangile de Luc pourraient avoir été écrits directement en langue
grecque. Ce n'est pas sûr mais c'est possible. Le célèbre prologue de
quatre versets de l'Évangile de Luc, qui lui a valu sa réputation
d'helléniste distingué, ressemble étonnamment aux premières lignes de
l’Histoire de la guerre des Judéens contre les Romains de Joseph
surnommé tardivement Flavius. Et réciproquement. Il devait y avoir un
modèle pour les entrées en matière, dans ce milieu et dans ce temps-là.
      Luc-Iaïr était peut-être bilingue et donc traducteur, comme Iohanan
surnommé Markos. Paul, lettre à Philémon 23 : Il vous salue (verbe au
singulier, plusieurs sujets) Epaphras, prisonnier avec moi dans le
Maschiah Ies-choua, Markos, Aristarchos, Dèmas, Loukas, mes
collaborateurs (grec sunergoi, le terme technique qui désigne le
traducteur, comme chez Joseph surnommé Flavius).
      D'ailleurs Luc n'est pas l'auteur, au sens moderne, contemporain, de
ce terme, de l'Évangile qui porte son nom ni du livre des Actes des
Envoyés. Luc est celui qui est responsable de l'authenticité et de la vérité
des documents réunis, rassemblés et traduits de l'hébreu en grec, dans
l'Évangile qui porte son nom dans les manuscrits. Il est peut-être
responsable de l'authenticité et de la vérité des documents cousus bout à
bout et traduits eux aussi, en grande partie, de l'hébreu en grec, et qui
constituent le livre des Actes ou des Actions des Envoyés. Mais il n'est
pas à proprement parler l'auteur. Personne ne sait qui a pris les notes qui
ont constitué le dossier traduit en grec sous l'autorité et la responsabilité
juridique de Iaïr = Luc. Personne ne sait qui a fait les traductions.

      Actes 13, 1 (suite): ... Menahem [le consolateur], qui avait été
                                                                         - 239 -



      élevé avec Hérode le tétrarque [= Hérode Antipas, né en — 4,
      mort en + 39], et Schaoul [surnommé ha-qatan, latin paulus, pour
      le distinguer de Schaoul le Grand, roi d'Israël].
      Pendant qu'ils faisaient le service sacré pour le Seigneur, et
      pendant qu'ils jeûnaient, il a dit, l'Esprit saint : « Mettez à part
      pour moi Barnaba et Schaoul pour l'œuvre, le travail, l'action (grec
      ergon, hébreu probable melaakah, ou abôdah) pour laquelle je les
      ai appelés [ou convoqués].
      Alors ils ont jeûné et ils ont prié et ils ont posé les mains sur eux
      et ils les ont envoyés...

      Actes 13, 4 : Et alors eux ils ont été envoyés (hébreu schalah,
      Genèse 24, 54 ; 24, 56 ; 24, 59 ; etc.) par le Saint-Esprit, et ils sont
      descendus à Séleucie, et à partir de là ils se sont embarqués et ils
      ont fait voile vers 111e de Chypre. Et lorsqu'ils sont arrivés à
      Salamine, ils ont annoncé la parole de Dieu dans les maisons de
      réunion des Judéens. Et il était avec eux, aussi, Iohanan, comme
      assistant (grec hupèretès, rameur, matelot, homme d'équipage,
      hébreu tardif hazan, Matthieu 5, 25 ; 26, 58 ; Marc 14, 54 ; Luc 1,
      2 ; 4, 20 ; Actes 5, 22 ; Jean 7, 32 ; 18, 3 ; etc.)

     Il est vraisemblable que Iohanan était là pour les assister, les aider,
parce qu'il fallait faire passer en grec le message, à l'intérieur de
communautés judéennes dont la langue quotidienne était le grec. Iohanan
était probablement bilingue.

      Actes 13, 6 : Et ils ont traversé toute l'île jusqu'à Paphos...
      Actes 13, 9 : Et Schaoul qui s'appelle aussi Paulus, rempli du
      Saint-Esprit...

     Le rédacteur de ce document estime utile de nous signaler que
Schaoul était surnommé Paulus, le Petit (hébreu ha-qatan). Signe de
l'antiquité du document. Ce n'est pas en 62, ni plus tard, qu'il était utile
de noter que Schaoul est surnommé Paulus.
                                                                        - 240 -



      Actes 13, 13 : Ils se sont embarqués en partant de Paphos [dans
      l'île de Chypre], les compagnons de Paul, et ils sont arrivés à
      Pergé de la Pamphylie. Et Iohanan s'est séparé d'eux et il est
      retourné à Jérusalem.
      Mais eux ils ont continué à traverser le pays en partant de Pergé et
      ils sont parvenus à Antioche de Pisidie. Et ils sont entrés dans la
      maison de réunion (grec sunagôgè, hébreu beit ha-kenesef) au jour
      du schabbat et ils se sont assis. Et après la lecture de la Torah et
      des prophètes, ils ont envoyé, les chefs de la maison de réunion,
      [quelqu'un] vers eux pour dire : « Frères, s'il est à vous une parole
      d'exhortation pour le peuple, parlez... »

    Barnaba, Joseph surnommé Barnaba, et Schaoul surnommé Paulus,
sont revenus à Antioche de Syrie, peut-être en l'année 47. Ils y ont passé
un certain temps (Actes 14, 28). C'est alors que le livre des Actes situe la
grande crise qui va secouer la jeune communauté chrétienne :

      Actes 15, 1 : Et certains sont descendus de la Judée et ils
      enseignaient aux frères [aux nouveaux venus du paganisme] : « Si
      vous ne vous faites pas circoncire selon la coutume, l'usage de
      Môscheh, vous ne pouvez pas être sauvés. »
      Et alors il y a eu une controverse (hébreu possible rib) et une
      recherche, une enquête théologique à partir des Saintes Écritures
      (hébreu possible midrasch) — qui n'a pas été petite pour Paul et
      pour Barnaba [Paul en tête] —, contre eux [contre ceux qui
      soutenaient que les frères issus du paganisme devaient se faire
      circoncire]. Ils ont décidé qu'ils monteraient, Paul et Barnaba et
      certains autres pris parmi eux [ceux qui exigeaient la
      circoncision], pour aller vers les envoyés et les anciens à
      Jérusalem, au sujet de cette question qui était l'objet de recherche.
      Ceux qui ont été envoyés par la communauté [chrétienne
      d'Antioche] ont traversé la Phénicie et la Samarie. Ils ont raconté
      le retour [à Dieu] (grec epistrophèn, hébreu possible teschoubah)
      des goïm, des païens et ils ont fait une grande joie à tous les frères.
      Lorsqu'ils sont arrivés à Jérusalem, ils ont été reçus par la
                                                                        - 241 -



      communauté [chrétienne] et par les envoyés et les anciens. Et ils
      ont annoncé tout ce que Dieu a fait pour eux, par leur main...

     On observe la métaphysique de l'action qui s'exprime ici et qui sera
constamment formulée par Paul : C'est Dieu qui opère en nous le vouloir
et l'agir. L'action créatrice de Dieu utilise l'agir créé de l'homme qui
coopère librement.

      Actes 15, 5 : Et alors ils se sont levés certains qui étaient issus de
      l'école de pensée (hébreu airesis) des perouschim et qui ont été
      certains de la vérité [du maschiah Ieschoua]. Et ils ont dit : « Il
      convient de les faire circoncire [les frères nouveaux venus du
      paganisme] et de leur recommander de garder la Torah de
      Môscheh... »

      Les naturalistes connaissent bien ces phénomènes de métamorphose
étudiés depuis l'Antiquité. Des systèmes biologiques se forment et
naissent dans un état qui n'est pas définitif et qui va subir des
transformations, des mues. Ces mutations sont souvent brusques. Elles
sont à la fois morphologiques et physiologiques.
      L'histoire humaine est de l'histoire naturelle, encore. Elle n'est pas
seulement de l'histoire naturelle qui se continue. Mais elle est aussi de
l'histoire naturelle ; et dans nombre de cas, pour bien la comprendre, il
faut étudier l'histoire naturelle antérieure, c'est-à-dire les méthodes de la
Création utilisées antérieurement à l'apparition de l'homme. C'est-à-dire
que le théologien a intérêt à étudier l'histoire naturelle, puisqu'unique est
le Créateur de la nature et de da grâce.
      Dans l'histoire du peuple hébreu, qui n'est pas un peuple préexistant,
choisi arbitrairement parmi d'autres peuples préexistants, mais une
nouvelle souche, une nouvelle étape dans l'histoire de la Création, un
nouveau phylum, comme disent les zoologistes, un nouveau groupe
zoologique, un peuple germinal, des législations se sont accumulées
pendant des siècles, que l'on redécouvre comme des stratifications dans
les livres qui les contiennent, l'Exode, le Lévitique, les Nombres, le
Deutéronome. Ces législations ont eu une fonction, une raison d'être. Il
                                                                          - 242 -



arrive un moment où certaines de ces législations constituent un obstacle,
lorsque les goïm entrent dans l'économie du monothéisme hébreu.
Jusque-là, — jusque vers l'année 36 —, le monothéisme hébreu était
concentré à l'intérieur d'un peuple, le peuple hébreu. A partir de l'année
36, après la mise à mort de Stephanos-la Couronne, le monothéisme
hébreu passe aux nations païennes :

      Actes 11, 19: Et ceux qui avaient été dispersés à cause de la
      persécution survenue à propos de Stephanos, ils sont passés
      jusqu'en Phénicie, et l'île de Chypre et Antioche. A personne ils
      n'ont dit la parole, si ce n'est seulement aux Judéens.
      Mais ils étaient quelques-uns d'entre eux, des hommes qui venaient
      de l'île de Chypre et de Cyrène, qui sont venus à Antioche, et ils
      ont parlé aussi aux Grecs. Ils ont annoncé l'heureuse nouvelle du
      Seigneur Ieschoua. Et elle était, la main de YHWH, avec eux. Il a
      été grand le nombre de ceux qui ont été certains de la vérité [du
      maschiah Ieschoua] et ils ont fait retour vers le Seigneur. Et elle a
      été entendue, la parole, dans les oreilles de la communauté qui
      était à Jérusalem, à leur sujet, et ils [= les frères de la communauté
      de Jérusalem] ont envoyé Barnaba jusqu'à Antioche. Lorsqu'il est
      arrivé [à Antioche] il a vu la grâce de Dieu, et il s'est réjoui... Et il
      est sorti et il est allé à Tarse pour aller chercher Schaoul [qui n'est
      pas encore surnommé Paulus dans ce document plus ancien]. Et il
      l'a trouvé et il l'a amené à Antioche... C'est alors qu'ils ont été
      appelés [par moquerie?] pour la première fois à Antioche, les
      disciples : christianous (hébreu possible meschihim...)

    Pierre, dans une lettre réputée apocryphe depuis F.C. Baur et l'école
de Tùbingen, dit qu'il ne faut pas avoir honte de ce nom qui est peut-être
un sobriquet (cf. p. 189) :

      1 Pierre 1, 15 : Que personne d'entre vous ne souffre comme
      assassin ou voleur ou malfaiteur. Mais si c'est comme christianos,
      qu'il n'en ait pas honte. Qu'il glorifie Dieu dans ce nom...
                                                                        - 243 -



    Le monothéisme hébreu est donc passé spontanément chez les
païens. Cela n'était apparemment pas prévu par la première communauté
chrétienne, malgré ce qu'avait dit le Rabbi :

      Matthieu 12, 39 : Une génération mauvaise et infidèle, c'est un
      signe qu'elle recherche. Et un signe, il ne lui en sera pas donné, si
      ce n'est le signe de Ionah le prophète...

   Un commentateur a introduit ici, après ce propos du Rabbi, un
commentaire qui prouve qu'il écrit avant la réalisation du signe de Ionah
.

      Matthieu 16, 4 : Une génération mauvaise et infidèle, c'est un
      signe qu'elle réclame ou recherche, et un signe, il ne lui en sera
      pas donné, si ce n'est le signe de Ionah .

    Pas de commentaire.

     Luc 11, 29 : Cette génération présente est une génération mauvaise.
C'est un signe qu'elle recherche, et un signe ne lui sera pas donné si ce
n'est le signe de Ionah ...

     Suit un commentaire qui prouve que le commentateur écrit avant la
réalisation du signe de Ionah .
     Il suffit en effet de lire le livre de Ionah pour voir qu'il s'agit d'un
prophète hébreu qui est envoyé par YHWH pour porter la parole de Dieu
dans la capitale du paganisme, qui était, dans le conte de Jonas, Ninive,
détruite au mois d'août de l'année 612 avant notre ère, par les
Babyloniens, les Mèdes et les Scythes, bien avant la composition de ce
conte théologique et prophétique. Lorsque le Rabbi fait allusion au
prophète Ionah , la capitale du paganisme, c'est Rome. La parole de Dieu
est portée à Rome spontanément dans les années 30, après les fêtes de
cette année-là.
     Le problème qui s'imposait à la plus ancienne communauté
chrétienne de Jérusalem était donc de savoir s'il faut imposer aux frères
                                                                        - 244 -



et aux sœurs venus du paganisme la totalité des législations accumulées
depuis des siècles à l'intérieur du peuple hébreu, ou bien s'il faut lever
quelques barrières.
     C'était un problème métaphysique extrêmement difficile. Si
aujourd'hui vous demandez à la chrysalide si elle veut devenir papillon,
et si vous faites un sondage d'opinion, comme cela se pratique
constamment dans les nations modernes qui se disent elles-mêmes
civilisées, vous avez de bonnes chances d'obtenir une réponse négative.
Et pourtant la chrysalide est programmée, par création, pour devenir
papillon.

      Actes 15, 6 : Et alors ils se sont réunis, les envoyés et les anciens
      pour examiner cette affaire (cette parole, hébreu ha-dabar ha-zeh).
      Et elle a été abondante la recherche (grec zètèsis, hébreu le
      substantif formé à partir du verbe darasch, scruter les Saintes
      Écritures). Et il s'est levé Petros [= Keipha le Rocher] et il leur a
      dit : « Frères, vous-mêmes vous savez bien que depuis les premiers
      jours, parmi vous, au milieu de vous, il a choisi, Dieu [ou, selon
      d'autres manuscrits : au milieu de nous il a choisi, Dieu...] par ma
      bouche, qu'ils entendent, les goïm, la parole de l'heureuse annonce
      et qu'ils parviennent à la certitude de la vérité. Et Dieu qui connaît
      les secrets des cœurs, il a été témoin en leur faveur, puisqu'il leur a
      donné l'Esprit saint, tout comme à nous. Et il n'a fait aucune
      différence entre nous et eux [les goïm], puisque par la certitude de
      la vérité (grec pistis, hébreu emounah) il a purifié leurs cœurs. Et
      alors maintenant (hébreu we-attah) pourquoi est-ce que vous
      voulez mettre Dieu à l'épreuve (le verbe hébreu nasah, piel nissah,
      grec pei-razein) en posant un joug sur le cou des disciples [des
      nouveaux disciples venus du paganisme], joug que ni nos pères ni
      nous-mêmes n'avons eu la force de porter ? Mais c'est par la grâce
      du Seigneur Ieschoua que nous sommes certains que nous sommes
      sauvés, de la même manière qu'eux [les frères venus du paganisme]...

      Actes 15, 12: Et alors ils ont fait silence, toute la foule [de ceux
      qui étaient réunis] et ils ont écouté Barnaba et Paul [Barnaba en
                                                                       - 245 -



      tête] qui ont raconté tout ce qu'il avait fait, Dieu, signes et
      prodiges (grec sèmeia kai terata, hébreu ha-ôtôt we-ha-môphetim,
      Exode 7, 3 ; etc.) parmi les goïm, par leurs mains...

    Observer la métaphysique de l'action : C'est Dieu qui opère par la
main de l'homme qui coopère.

      Actes 15, 13 : Et après qu'ils ont fait silence, il a répondu, Iaaqôb,
      et il a dit (la vieille expression hébraïque : wa-iiaan... wa-iiômer
      que l'on retrouve des milliers de fois dans la Bibliothèque
      hébraïque)...

     Le Iaaqôb dont il est question ici est le patron de la petite
communauté chrétienne de Jérusalem, celui qui est appelé ho adelphos
tou kuriou, le frère du Seigneur (Paul, lettre aux Galates 1, 19), celui qui
a été mis à mort en l'année 62 par ordre de Hanan, fils de Hanan, et donc
frère de Ionatan (cf. p. 90).

    Paul fait peut-être allusion à cette réunion de la communauté
chrétienne de Jérusalem dans sa lettre adressée aux communautés
chrétiennes de la Galatie. Dans cette lettre, Paul écrit :

      Galates 1, 11 : Je vous le fais savoir, frères : l'heureuse annonce
      qui a été annoncée par moi, elle ne vient pas de la bouche de
      l'homme (grec kata anthrô-pon, hébreu al-pi ou le-pi adam). Car
      moi je ne l'ai pas reçue de l'homme (hébreu me-adam), et je ne l'ai
      pas apprise de l'homme, mais c'est par une révélation (grec
      di'apokalupseôs) de Ieschoua ha-maschiah...

      Galates 1, 18 : Et puis ensuite, au bout de trois années, je suis
      monté à Jérusalem pour m'entretenir avec Keipha et je suis resté
      chez lui quinze jours. Un autre des envoyés, je n'en ai pas vu, si ce
      n'est Iaaqôb le frère du Seigneur...

      Galates 2, 1 : Et puis ensuite au bout de quatorze années de
                                                                       - 246 -



      nouveau je suis monté à Jérusalem avec Barnaba... J'avais pris
      avec moi aussi Titus. Et je suis monté sur la bouche de, sur l'ordre
      de, à cause d'une révélation (grec kata apokalupsin, hébreu
      possible al-pi). Et je leur ai exposé [aux frères de la communauté
      de Jérusalem] l'heureuse annonce que j'annonce parmi les goïm, et
      en particulier à ceux qui passent pour [être les patrons de la
      communauté], pour savoir si c'est en vain que je cours et que j'ai
      couru. Eh bien ! même Titus qui était avec moi, et qui était

      Grec, il n'a pas été contraint de se faire circoncire... Et de la part
      de ceux qui passent pour être quelque chose, ou qui estiment qu'ils
      sont quelque chose [= les patrons] — ce qu'ils étaient m'est égal,
      la face de l'homme, Dieu ne la relève pas (la vieille expression
      hébraïque nasa panim, relever la face du suppliant pour lui
      accorder une faveur, Genèse 32, 21 ; etc. Lévi-tique 19, 15 ; etc.).
      Et à moi ceux qui passent pour [être les patrons], ils n'ont rien
      ajouté en plus. Mais bien au contraire ils ont vu que Dieu m'a
      confié l'heureuse annonce du prépuce (grec tes akrobustias,
      hébreu arelah, Genèse 17, 11 ; etc.) tout comme Petros [s'est vu
      confier l'annonce] de la circoncision (grec tes péritoines, hébreu
      moulah, Exode 4, 26), car celui qui opère dans Petros pour la
      mission de la circoncision, il a opéré aussi en moi pour [la
      mission] vers les goïm. Et ils ont connu la grâce qui m'a été
      donnée à moi, Iaaqôb et Keipha et Iohanan, ceux qui passent pour,
      ou qui estiment, être les colonnes, c'est la main droite qu'ils m'ont
      donnée à moi et à Barnaba, pour nous confier le dépôt (grec
      koinônias, hébreu tesou-met-iad, Lévitique 5, 21), ce que l'on
      remet dans la main, afin que nous, [nous allions] vers les goïm, et
      eux vers la circoncision...

    Iaaqôb, c'est celui qui est appelé par Paul (Galates 1, 19) le frère du
Seigneur.
    Keipha, c'est Schimeôn, fils de Iohanan ou de Ionah, selon les
manuscrits, surnommé Keipha par son Rabbi, ce qui donne en traduction
grecque Petros, le Rocher (Jean 1, 42). Paul appelle généralement ce
                                                                          - 247 -



dernier par son surnom en hébreu ou en araméen (1 Corinthiens 1, 12; 3,
22; 9, 5 ; 15, 5 ; etc.).
    Quant à Iohanan (Galates 2, 9), c'est celui que nous cherchons, l'une
des trois colonnes de la plus ancienne communauté chrétienne de
Jérusalem.

     Le deuxième voyage missionnaire de Paul commence peut-être
autour de l'année 49 ou 50, au printemps probablement. La chronologie
est incertaine et approximative.

      Actes 15, 36 : Et après des jours, il a dit, en s'adressant à Barnaba,
      Paulus : « Retournons et allons visiter les frères dans chaque ville
      dans lesquelles nous avons annoncé la parole de YHWH [pour
      savoir] comment ils vont. »
      Et Barnaba, il voulait prendre avec eux aussi Iohanan, celui qui est
      appelé Markos. Mais Paul, il estimait que celui qui s'était séparé
      d'eux depuis la Pamphylie et qui n'avait pas marché avec eux pour
      le travail, il était d'avis de ne pas le prendre avec eux, celui-là. Il y
      a eu une colère (grec paroxusmos, hébreu qetzeph, Deutéronome
      29, 27) telle qu'ils se sont séparés chacun d'avec son compagnon. Et
      Barnaba il a pris avec lui Markos et il a fait voile vers l'île de
      Chypre...

     On connaît l'itinéraire de Paul et de ses compagnons. Mais on ne sait
pas, le livre des Actions des Envoyés ne rapporte pas, où sont allés
Barnaba et Iohanan surnommé Markos.
     La question est de savoir si Barnaba et Iohanan surnommé Markos
ne sont pas allés en Asie mineure, à Éphèse, et si ce ne sont pas eux qui
ont annoncé la nouvelle aux communautés judéennes d'Asie mineure : à
Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée.
     La question est de savoir si Iohanan surnommé Markos, et Iohanan
de l'Apocalypse, sont deux individus ou un seul individu.
     Pourquoi donc le livre des Actes ou des Actions des Envoyés
(hébreu maasei ha-schelihim) ne rapporte-t-il pas la suite de l'itinéraire
de Joseph surnommé Barnaba et de Iohanan surnommé Markos ? Ceux
                                                                        - 248 -



qui ont pris des notes, qui ont été intégrées dans le livre des Actes,
accompagnaient Paul. Et nous n'avons pas de document concernant le
voyage de Joseph surnommé Barnaba et de Iohanan surnommé Marcus
ou Markos. A partir de maintenant, le livre des Actes est l'histoire de
Paul.
    Le deuxième voyage de Paul part d'Antioche en Syrie. Paul et ses
compagnons traversent la Syrie et la Cilicie. Ils retrouvent les villes de
Derbé et de Lystre où, dans les années 44 et suivantes, Paul avait semé la
semence et engendré des communautés chrétiennes. C'est à Lystre que
Paul prend avec lui Timotheos, fils d'une femme judéenne et d'un père
grec. Il était probablement bilingue et va servir de traducteur à Paul.
Ensuite Paul et ses compagnons ont traversé la Phrygie et le pays des
Galates.

      Actes 16, 6 : Ils ont été empêchés par le Saint-Esprit de parler la
      parole en Asie [= Asie mineure : Éphèse, Smyrne, Pergame,
      Thyatire, Sardes, Philadelphie, Lao-dicée], les villes auxquelles
      Iohanan adresse les lettres qui ouvrent l'Apocalypse.

    Il est permis de se demander si le motif de cet empêchement n'est
pas précisément le fait que Joseph surnommé Barnaba et Iohanan
surnommé Marcus étaient en ce moment même en train de semer la
nouvelle semence en Asie mineure.

      Actes 16, 7 : Et alors ils sont allés en Mysie et ils ont tenté d'aller
      en Bithynie, et il n'a pas permis l'esprit de Ieschoua. Et ils ont
      traversé la Mysie et ils sont descendus en Troade...

     Vers la fin de son second voyage missionnaire, depuis le printemps
de l'année 50 jusqu'à l'automne de l'année 51, Paul séjourne à Corinthe.
Gallion était alors proconsul (grec anthhupatos) de l'Achaïe (Actes 18,
12). Gallion est nommé dans une inscription de Delphes de 51-52. Paul
s'embarque pour la Syrie (Actes 18, 18). Il arrive à Éphèse, sans doute en
51 (Actes 18, 19). Il entre dans la maison de réunion et il discute avec les
Judéens. Ils lui demandent de rester plus longtemps, mais il ne l'a pas
                                                                                                               - 249 -



voulu. Il leur a dit : « Il m'incombe de faire (grec poièsai, le verbe hébreu
asah) la fête qui vient à Jérusalem. Mais de nouveau je reviendrai chez
vous, si Dieu le veut. » Et il est parti d'Éphèse. Et il est descendu à
Césarée, et puis il est monté [à Jérusalem ?] et il a salué la communauté.
Et puis il est descendu à Antioche.
     Le troisième voyage de Paul commence sans doute au printemps de
l'année 52. Il séjourne à Éphèse entre 52 ou 53 et le printemps, de l'armée
56 (Actes, 19, 1). Il est de retour à Jérusalem, peut-être pour la Pentecôte
de l'année 57 (Actes 21, 17). Puis il est arrêté (Actes 21, 27). Félix était
alors gouverneur de la Judée, 52-60. Ionatan, le fils de Hanan, a été
assassiné par ordre de Félix vers l'année 55 {Guerre II, 256 ; Antiquités
XX, 160). Le livre des Actes ne parle pas de cet assassinat. Cela ne le
concernait pas, dira-t-on. Ce n'est pas si sûr.


Iohanan ha-kôhen ha-gadôl

    Le plus ancien document qui soit à notre disposition pour connaître
le nom de celui qui se cache dans l'Évangile que nous avons l'habitude
d'appeler quatrième, c'est une lettre de Polycrate, évêque d'Éphèse,
adressée à Victor, évêque de Rome entre 189 et 198 ou 199, lettre citée
deux fois par Eusèbe, évêque de Césarée, Histoire de l'Église III, 31 :

           Et en Asie ce sont des grands stoicheia15 qui sont couchés16...

           ... Ils se relèveront au jour ultérieur de la présence (grec parousia)
           du Seigneur, lorsqu'il viendra avec gloire des cieux et qu'il
           recherchera (grec anazètèsei), ou, qu'il fera revivre (le verbe ana-
           zaô, qui n'existe pas en grec naturel, Luc 15, 24, grec de
           traduction) tous les saints : Philippos l'un des douze envoyés, qui
15
  Le grec stoicheion : ce qui est en rang, ce qui fait partie d'une ligne ; élément de la syllabe ou
du mot ; élément de l'univers, d'une science, de la géométrie, de la logique, de la grammaire, de la
démonstration.
Je me demande si, dans ce texte de Polycrate, l'expression ta stoicheia ne signifie pas tout simplement les ossements,
les éléments du squelette.
16
     Koimaô, étendre sur une couche, hébreu schakab.
                                                                                                             - 250 -



          est couché à Hiérapolis... Et aussi Iohanam, celui qui est tombé
          sous le cœur du Seigneur...

          Jean 13, 1 : Et avant la fête de pesah... il y a eu un repas...

          Jean 13, 21 : Il a dit cela, Ieschoua, et il a été effrayé en son esprit
          et il a attesté que c'était vrai, et il a dit : « Amen amèn, je le dis à
          vous : l'un d'entre vous va me livrer. » Alors ils se sont regardés,
          chacun son compagnon, ceux qui apprenaient avec lui. Ils se
          demandaient de qui il voulait parler. Il était étendu [sur un lit pour
          manger] l'un de ceux qui apprenaient avec lui, dans le creux 17 de
          la tunique de Ieschoua.

          Jean 13, 22 : C'était celui qu'il aimait, Ieschoua. Il lui a donc fait
          un signe, à celui-là, Schimeôn Keipha (traduction grecque Petros)
          pour qu'il recherche, qu'il cherche à savoir (grec punthanomai,
          hébreu darash, Genèse 25, 22), qui est celui dont il parle. Et alors
          il est tombé (grec anapesôn, hébreu naphal, ou bien il s'est penché,
          hébreu kara, Genèse 49, 9) celui-ci [le disciple qui ne veut pas
          donner son nom], comme ça (grec outôs, hébreu ka-zeh, ou ke-zôt,
          ou ka-zôi) [Celui qui dicte le texte, fait le geste : comme ça...], sur
          le cœur (grec stèthos, hébreu leb, Exode 28, 29, etc.) de Ieschoua.
          Et il lui a dit : « Rabbi, qui est-ce ? »

       Polycrate d'Éphèse, lettre au pape Victor {suite) :

          Lui qui est né hiereus (hébreu kôheri). Il a porté le petalon
          (hébreu tzitz zahab tahôr, Exode 28, 36). Il a été témoin (grec
          rnartus) et il a enseigné (grec didaska-los). Celui-ci à Éphèse il est
          couché.

       On a observé dans le texte, Jean 13, 21 : Et il a attesté (le verbe
17
   Grec kolpos, hébreu heiq ; les compagnons n'étaient pas assis sur des chaises, mais étendus sur des tapis ou des
coussins, appuyés sur le coude gauche, pour pouvoir manger avec la main droite. Celui qui était étendu pour manger
à la droite du Rabbi, était forcément penché be-heiq, grec en tô kolpô, vers le compagnon qui est à sa gauche, en
l'occurrence le Rabbi lui-même.
                                                                       - 251 -



hébreu ôd, hiphil parfait heïd, imparfait wa-iiaad) et il a dit : « Amèn (le
mot hébreu dans la traduction grecque : la racine aman, la certitude),
amèn : c'est certainement vrai. »

     La même lettre de Polycrate d'Éphèse adressée au pape Victor de
Rome est citée plus complètement par Eusèbe de Césarée qui rappelle
tout d'abord les faits :

      Histoire de l'Église V, 23 : Une controverse, dans ce temps-là, qui
      n'a pas été petite, a été soulevée. En effet, de toute l'Asie [= Asie
      mineure], les communautés chrétiennes qui séjournaient [en Asie],
      parce qu'elles avaient reçu cela d'une tradition très ancienne,
      estimaient que c'est le quatorzième jour de la lune qu'il faut
      garder, ou conserver, pour la fête du salut, ou de la délivrance, de
      pascha [— pesah], jour dans lequel il est prescrit aux Judéens de
      sacrifier l'agneau, en sorte qu'il faut absolument, dans ce jour-là [=
      le quatorzième], quel que soit le jour de la semaine, faire cesser les
      jeûnes...

     Voilà donc quelle était la coutume depuis les origines dans les
communautés chrétiennes d'Asie mineure : Éphèse, Smyrne, Pergame...
Mais dans les communautés chrétiennes du reste de la terre habitée, il
n'en était pas ainsi :

      Histoire de l'Église, V, 23 {suite) : Mais ce n'était pas la coutume
      de faire ainsi dans les communautés chrétiennes dans tout le reste
      de la terre habitée. A partir d'une tradition (grec paradosis) qui
      remontait aux envoyés (grec apostoloî), elles tenaient ferme à
      l'usage qui est en vigueur jusqu'à présent [le moment où écrit
      Eusèbe de Césarée]. Elles estimaient que ce n'est pas un autre jour
      que celui de la relevée d'entre les morts de notre Seigneur qu'il
      faut faire cesser les jeûnes. Et alors il y a eu des réunions (grec
      sunodoî) et des assemblées de ceux qui sont chargés de veiller sur les
      communautés (grec episkopôn) au sujet de cette affaire. Et tous,
      d'un commun accord, par des lettres ils ont fixé une loi, un décret
                                                                     - 252 -



      de la communauté chrétienne destiné à tous, partout où ils
      habitaient : Ce n'est pas dans un autre jour que le jour du Seigneur
      (grec tes kuriakès hèmera) que sera accompli le secret (grec
      mustèrion) de la relevée d'entre les morts du Seigneur, et c'est
      dans ce jour-là seulement que nous garderons l'observance de la
      cessation des jeûnes de la fête et pesah (transcription grecque
      pascha)...

     L'expression grecque tes kuriakès hèmera, que nous lisons dans
notre édition d'Eusèbe, est bizarre du point de vue grammatical. Peut-être
est-ce une faute des éditeurs ou des manuscrits.
     L'expression correcte en tè kuriakè hèmera se lit dans l'Apocalypse
1, 10. L'expression kuriakon deipnon, le repas du Seigneur, se lit dans la
première lettre de Paul aux Corinthiens 11, 20.
     Il est permis de se demander si l'expression grecque kuriakè hèmera,
le jour du Seigneur, ne dérive pas de l'antique expression hébraïque : le
jour de YHWH, traduction grecque hèmera kuriou, Isaïe 2, 12 ; 13, 9 ;
Amos 5, 18 : Abdias 15 ; Joël 1, 15 ; Ézéchiel 13, 5 ; etc.

    Le biologiste, plus précisément le généticien, a immédiatement
reconnu et compris ce qui s'est passé. Ceux qui ont apporté la semence en
Asie mineure, Êphèse, Smyrne, Pergame, etc., ont apporté avec la
semence, un calendrier en ce qui concerne la fête de pesah, le calendrier
des communautés judéennes. Ceux qui ont apporté la semence à Rome,
dans les années 30 et suivantes, ont apporté un autre calendrier.
    Nous allons retrouver plus loin cette affaire du calendrier (cf. p.
265). L'Évangile de Jean a un calendrier, en ce qui concerne la fête de
pesah ; les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc ont un autre calendrier.

    Eusèbe de Césarée poursuit son récit :

      Histoire de l'Église V, 24 : Mais ceux qui étaient chargés de
      veiller sur (grec episkopos) les communautés qui sont en Asie
      [mineure], estimaient qu'il fallait garder la coutume qui tout
      d'abord leur avait été transmise (grec paradothen). C'est Polycrate
                                                                     - 253 -



      [évêque d'Éphèse] qui dirigeait. C'est lui-même qui a exposé dans
      sa lettre adressée à Victor et à la communauté [chrétienne] des
      Romains, la tradition (grec par adosis) qui était venue jusqu'à lui.

      Lettre de Polycrate d'Éphèse : Nous, donc, sans aucune fraude, nous
      tenons le jour [qui nous a été transmis par la tradition]. Nous
      n'ajoutons rien et nous ne retranchons rien. Car c'est en Asie
      [mineure] que des grands stoicheia sont couchés. Ils se relèveront
      au jour de la présence (grec parousia) du Seigneur, jour dans
      lequel il viendra dans la gloire des cieux et il relèvera (grec
      anastèseî) tous les saints (ou il redonnera la vie, anazètèsei) :
      Philippos, qui fait partie des douze envoyés (grec apostolôn), qui
      est couché à Hiérapolis...
      Et puis aussi Iohanan, celui qui est tombé sur le cœur du Seigneur.
      Il est né hiereus (hébreu kôhen). Il a porté le petalon. Il a été
      témoin (grec martus) et il a enseigné (grec didaskalos).
      Et puis aussi Polycarpe à Smyrne. Il était chargé de veiller sur la
      communauté {episkopos), et témoin (grec martus)...
      Tous ceux-là ont gardé le jour du quatorzième de pesah
      (transcription grecque pascha) conformément à l'heureuse
      annonce (grec euaggelion)... Et moi aussi, le plus petit de tous,
      Polycrate, je fais selon la tradition de ceux de ma famille. J'ai
      succédé à certains d'entre eux. En effet, sept de mes parents ont
      été évêques (episkopoi). Moi je suis le huitième. Et toujours mes
      parents ont maintenu le jour où le peuple s'abstenait de levain...

     Les sept évêques dont parle Polycrate nous font remonter jusqu'aux
origines de l'Église d'Éphèse.
     De quel Évangile Polycrate parle-t-il ? Probablement de l'Évangile
de Jean, comme nous allons le voir plus loin.
     La lettre de Polycrate, évêque d'Éphèse, adressée au pape Victor de
Rome a d'autant plus de poids, du point de vue historique où nous nous
plaçons ici, qu'elle a été approuvée par un grand nombre d'évêques
d'Asie mineure, comme l'écrit Polycrate.
                                                                        - 254 -



      Histoire de l'Église V, 24, 8 : Et je pourrais faire mention des
      évêques qui sont présents avec moi, que vous [= le pape de Rome
      et ses collègues] avez jugé bon de faire convoquer par moi et je
      les ai convoqués. Leurs noms, si je les écrivais, sont très
      nombreux... Ils ont approuvé la lettre...

     Dans les communautés chrétiennes d'Asie mineure, donc, les frères
et les sœurs suivaient le calendrier des communautés judéennes. Ils
fêtaient pesah le quatorzième jour de la lune. On mettait fin aux jeûnes
lorsque les Judéens sacrifiaient l'agneau de pesah, quel que soit le jour de
la semaine. Tandis que les communautés chrétiennes qui dépendaient de
la communauté chrétienne de Rome, fondée par les envoyés (grec
apostoloï), suivaient un autre calendrier. Les frères et les sœurs des
communautés chrétiennes de Rome et de toutes les autres, terminaient les
jeûnes seulement le jour de la résurrection du Seigneur, c'est-à-dire le
dimanche.

     Un biologiste, un généticien observera que ce phénomène, cette crise
au IIe siècle, a des causes anciennes : le message génétique initial. Celui
ou ceux qui ont fondé la communauté chrétienne d'Éphèse suivaient un
calendrier, celui des communautés judéennes. Ceux qui ont fondé la
communauté chrétienne de Rome ont apporté un autre calendrier. De
part et d'autre, les traditions (grec parado-seis) étaient différentes depuis
les origines. Ce sont deux lignées génétiques différentes.
     L'expression, que l'on lit dans la lettre de Polycrate adressée à Victor
: « Nous n'ajoutons rien, et nous n'enlevons rien », était une proposition
normative très ancienne dans la tradition hébraïque.

     Deutéronome 4, 2 : Vous n'ajouterez pas à la parole que moi je vous
commande, et vous n'enlèverez pas [quelque chose] de cette parole...
     Deutéronome 13, 1 : Toute la parole que moi je vous commande,
c'est elle que vous garderez pour la faire. Tu n'ajouteras pas [quelque
chose] sur elle. Et tu n'enlèveras pas [quelque chose] d'elle...

    C'est précisément la norme rappelée à la fin de l'Apocalypse 22, 18 :
                                                                                                                   - 255 -




           J'atteste, moi à tout homme qui écoute les paroles de la prophétie
           de ce rouleau : Si quelqu'un ajoute [quelque chose] sur elle, alors
           il ajoutera, Dieu, sur lui, les coups, les calamités qui sont écrites
           dans ce rouleau. Et si quelqu'un enlève [quelque chose] des
           paroles du rouleau de cette prophétie, alors il enlèvera, Dieu, sa
           part de l'arbre de la vie et de la Ville sainte [la nouvelle
           Jérusalem], qui sont écrits dans ce rouleau...

    C'est la norme de Schaoul-Paulus, qui a fait ses premières études de
théologie aux pieds de Gamaliel (Actes 22, 3).

           1 Corinthiens 11, 23 : Car moi j'ai reçu (grec para-lambanô,
           hébreu tardif et araméen qabal18 ; Daniel 2, 6 ; 6, 1 ; 7, 18), venant
           du Seigneur, ce que aussi je vous ai transmis (grec para-didômi,
           remettre de la main à la main, hébreu tardif masar)...

     1 Corinthiens 11,2: Comme je vous ai transmis (hébreu masar)
l'information que vous avez reçue (grec paradosis, hébreu qabbalah),
vous la retenez ferme...
     1 Corinthiens 15, 1 : Je vous fais connaître, frères, l'heureuse
annonce que je vous ai annoncée, et que vous avez reçue (hébreu
qabal)... Car je vous ai transmis (hébreu masar) tout d'abord, ce que
j'avais moi-même reçu (hébreu qabal)...

    Dans sa lettre, Polycrate d'Éphèse ne dit pas que Ioha-nan était
envoyé (apostolos) en mission. Il dit qu'il était kôhen, qu'il a porté le
petalon, c'est-à-dire la lamelle d'or sur laquelle était écrit : « Consacré à
YHWH », qu'il a été témoin (grec martus) des événements, et qu'il a
enseigné (grec didaskalos).
    Peut-être le grec martus, témoin, dans cette lettre, signifie-t-il aussi
que Iohanan est mort de mort violente.

18
   Qabal, recevoir l'information venant de... Masar, transmettre l'information que l'on a reçue. On doit transmettre
l'information que l'on a reçue ; ne pas en ajouter, ne rien enlever. La qabbalah, c'est l'information que l'on a reçue
(traduction grecque paradosis) : Matthieu 15, 2 ; 15, 3 ; Marc 7, 8 ; 7, 9 ; 7, 13.
                                                                       - 256 -



     La lettre de Polycrate, évêque d'Éphèse, adressée à Victor, évêque de
Rome, conservée par Eusèbe, est non seulement le document le plus
ancien que nous possédons pour connaître le nom de celui qui ne veut
pas dire son nom dans l'Évangile, mais c'est de plus un document d'une
autorité invincible. Personne n'avait envie de plaisanter, ni Polycrate ni
Victor, dans cette controverse qui a été très violente.
     Le texte solennel de Polycrate adressé à Victor est tombé sur la
tache aveugle. Durant des siècles, rares, très rares ont été ceux qui l'ont
lu, et plus rares encore, parmi ceux qui l'ont lu, ceux qui y ont prêté
attention. Il était entendu que l'auteur du quatrième Évangile s'appelait
Jean. Comme on connaissait un Jean, frère de Jacques et fils de Zébédée,
par les Évangiles de Matthieu, de Marc et de Luc, on a pensé que c'était
le même, et cela jusqu'au XXe siècle. Tel éditeur, traducteur et
commentateur de l'Histoire de l'Église d'Eusèbe de Césarée, lorsqu'il
tombe sur ce texte, se demande quelle idée saugrenue a traversé l'esprit
de Polycrate. Et on avance des explications symboliques. Comment
concevoir que Jean, le frère de Jacques et le fils de Zébédée, ait été
kôhen et, bien plus, grand prêtre ?
     Polycrate d'Éphèse ne dit pas que Jean le Galiléen, le frère de
Jacques, le fils de Zébédée, a été prêtre et grand prêtre. Il dit que
Iohanam, celui qui est tombé sur le cœur du Seigneur lors de la dernière
nuit, était kôhen de naissance et qu'il a porté l'insigne du suprême
sacerdoce, le petalon.
     On était parti de l'idée fixe que l'auteur du quatrième Évangile, c'est
Jean le Galiléen, le fils de Zébédée. Puisque la lettre de Polycrate
d'Éphèse adressée à Victor l'évêque de Rome, n'entre pas dans ce
système, on supprime la lettre de Polycrate d'Éphèse ! On fait comme si
elle n'existait pas. On l'annule. On ne le voit pas.
     Fréquent dans l'histoire des sciences. Lorsqu'un fait nouveau n'entre
pas dans le système que l'on enseigne depuis des générations, alors on
supprime le fait, on l'écarté, on le repousse. On ne le voit pas.
     Les exégètes catholiques ont enseigné jusqu'au milieu du XXe siècle
que Jean le Galiléen, le fils de Zébédée, est l'auteur du quatrième
Évangile, composé vers la fin du siècle, à l'âge de 96 ou 98 ans. Les
exégètes protestants, depuis le début du XIXe siècle, ont renoncé à
                                                                                                                  - 257 -



attribuer la paternité du quatrième Évangile à Jean, le fils de Zébédée,
parce qu'ils rejetaient l'Évangile de Jean jusqu'au milieu, et même vers la
fin du IIe siècle. Évangile gnostique, platonicien, néoplatonicien, etc.
     Les exégètes catholiques, à partir du milieu du XXe siècle, ont suivi
respectueusement, comme il convient, les exégètes protestants, et ils nous
ont expliqué que le quatrième Évangile s'était formé petit à petit, par
couches successives, à peu près comme un millefeuille, et terminé au
début du IIe siècle.
     Deux savants protestants, en cette fin du XXe siècle, J.A.T.
Robinson et Oscar Cullmann, ont reconnu que cette histoire que l'on
enseignait depuis deux siècles ne tient pas debout. Ils concluent que
l'Évangile de Jean est le plus ancien. Oscar Cullmann date maintenant
l'Évangile de Jean autour de l'année 50.
     Le texte de Polycrate d'Éphèse illumine nombre d'indices qui se
trouvaient dans l'ombre du quatrième Évangile. C'est une lampe dans la
catacombe qui nous permet de déchiffrer des inscriptions jusque-là non
élucidées.

          Jean 1, 35 : Et le lendemain, de nouveau, il s'est tenu debout
          Iohanan [l'ascète qui plonge les pénitents dans les eaux du
          Jourdain] et parmi ses disciples, deux.
          Et il a regardé Ieschoua qui marchait et il a dit : « Le voici
          l'agneau de Dieu. »
          Et ils ont entendu, ses deux disciples, ce qu'il disait.
          Et ils sont allés après Ieschoua.
          Et alors il s'est retourné, Ieschoua, et il les a regardés, eux qui le
          suivaient, et il leur a dit : « Qu'est-ce que vous cherchez ? » Et eux
          ils lui ont dit : « Rabbi, — ce qui veut dire en traduction "Maître"
          —, où est-ce que tu demeures ? »
          Et il leur a dit : « Venez et vous verrez. »
          Et alors ils sont venus et ils ont vu où il demeure, et auprès de lui
          ils sont demeurés ce jour-là. L'heure, c'était comme la dixième19.

19
   L'heure, c'était comme la dixième... Le grec hôra, toute division du temps, période de temps, année, saison, traduit
l'hébreu et, Genèse 18, 14 ; 29, 7 ; Exode 9, 18, etc. ; l'araméen schaah, schaatah, Daniel 3, 6 ; 4, 16, etc. ; l'hébreu
tardif schaah, Pirqei Abôt IV, 22, etc.
                                                                                                            - 258 -



          C'était Andréas20, le frère de Schimeôn Petros, l'un des deux qui
          avaient entendu [les paroles] venues de Iohanan et qui l'avaient
          suivi [= qui avaient suivi Ieschoua].
          Et il a trouvé, celui-ci [= Andréas] tout d'abord, en premier, son
          propre frère, Schimeôn, et il lui a dit :

           « Nous avons trouvé le maschiah, ce qui signifie en traduction :
          christos, celui qui a reçu l'onction (participe passif du verbe chriô,
          oindre avec de l'huile). Et il [= Andréas] l'a conduit vers Ieschoua.
          Et il a levé les yeux sur lui, Ieschoua, et il a dit : « Toi tu es
          Schimeôn le fils de Iohanan [ou de Ionah, selon les manuscrits].
          Toi tu seras appelé Keipha (en araméen, ou Keiphah en hébreu),
          ce qui se traduit [en grec] Petros.

     Auprès de Iohanan qui plongeait les pénitents dans les eaux du
Jourdain à Beit-anat ou Beit-anôt, de l'autre côté du Jourdain (hébreu me-
eber la-iarden), il y avait deux disciples (Jean 1, 28). L'un des deux est
nommé, Andréas le frère de Schimeôn. L'autre n'est pas nommé. C'est
celui qui se cache dans tout l'Évangile, celui que nous cherchons.
     D'après ce document, l'inconnu, celui qui ne veut pas se nommer, ou
qui ne veut pas être nommé dans cette traduction grecque destinée aux
frères et aux sœurs de la Diaspora de langue grecque, c'est-à-dire
Iohanan le kôhen, et Andréas sont les tout premiers disciples de
Ieschoua, avant les Galiléens. Iohanan le kôhen, le Judéen, et Andréas le
Galiléen.
     Ainsi donc Iohanan le kôhen de Jérusalem a été le disciple de
Iohanan l'ascète du Jourdain, avant l'année 29, tout comme plus tard,
Joseph le kôhen, né à Jérusalem en 37, a été le disciple d'un ascète appelé
Beni-iahou (transcription en caractères grecs Bannous : Joseph,
Autobiographie II, 11), ascète qui lui aussi vivait dans le désert, s'habillait
avec ce que produisaient les arbres, et mangeait ce que produisait la terre,
vivait de cueillette, et se baignait jour et nuit dans l'eau froide.
20
  Le nom propre Andréas est une traduction en grec d'un nom propre hébreu. Anèr, en grec, signifie : celui qui
engendre, le mâle. Andreia, la virilité. Andreios, viril. Andréas pourrait donc être la traduction en grec d'un nom
hébreu formé à partir de zakar, le mâle, Genèse 1, 27 : Mâle et femelle il les a créés [eux, c'est-à-dire ha-adam,
collectif en hébreu], hébreu zakar, grec arsen.
                                                                        - 259 -




      Iohanan rapporte ce qui s'était passé à Qanah de la Galilée (Jean 2,
1). Matthieu, Marc et Luc ne le rapportent pas, vraisemblablement parce
qu'ils n'y étaient pas. Les dossiers de notes traduites de l'hébreu en grec
ne comportaient pas ce qui s'est passé à Qanah de la Galilée.
      Rappelons ici, en passant, que l'histoire qu'on nous raconte depuis au
moins deux siècles, — l'histoire des traditions orales qui auraient été
déposées par écrit à la fin du Ier siècle, pour les trois Évangiles
synoptiques, et au IIe siècle, pour l'Évangile de Jean —, cette histoire est
impossible pour des raisons physiques. Supposez quatre traditions orales
A, B, C, D, qui se développent à partir de l'année 30, et qui se gonflent
en produisant des histoires impossibles de miracles — puisque le miracle
est supposé a priori impossible — ; si vous mettez ces quatre traditions
orales par écrit 50 ans, 60 ans, 70 ans plus tard, etc., vous n'obtiendrez
pas quatre textes grecs comme ceux dont nous disposons par des
centaines de manuscrits. Si vous avez au départ quatre traditions orales,
vous aurez à l'arrivée quatre histoires qui pourront comporter des
ressemblances, qui comporteront certainement de grandes différences.
Mais ce qui est sûr, c'est que vous n'obtiendrez pas à l'arrivée des textes
qui se présentent physiquement comme des notes, des notes empilées les
unes à la suite des autres, et des notes qui, dans nombre de cas, peuvent
se superposer les unes sur les autres, exactement ou à quelques détails
près, détails qui s'expliquent aisément parce que les traducteurs ont
utilisé les synonymes qui étaient offerts par le lexique hébreu-grec
traditionnel.
      L'autre histoire, qu'on nous raconte aussi depuis plus de deux siècles,
l'histoire selon laquelle l'Évangile de Jean aurait été composé au IIe siècle
par un faussaire qui aurait eu sous les yeux les trois Évangiles
synoptiques supposés antérieurs, cette histoire-là est impossible, elle
aussi, parce que si un inconnu, ou plusieurs inconnus, avaient fabriqué un
évangile au IIe siècle, en ayant sous les yeux les trois Évangiles
synoptiques supposés antérieurs, ils n'auraient pas eu l'idée de modifier
le calendrier, non seulement le calendrier des années du Rabbi qui va de
la Galilée à la Judée et de la Judée à la Galilée, mais plus précisément
encore le calendrier de la fête de pesah.
                                                                              - 260 -



     L'argument que l'on entend encore avancer parfois en fin du XXe
siècle, argument selon lequel Jean du quatrième Évangile ne peut pas
être un Judéen, vu la manière dont il parle des judéens, cet argument est
nul et non avenu. L'Évangile de Jean parle des Judéens (grec ioudaioi,
hébreu ha-iehoudim) exactement comme on le faisait avant lui, bien
avant lui, et depuis longtemps (2 Rois 16, 6 ; 25, 25 : Jérémie 32, 12 ; 34,
9 ; 38, 19 ; 40, 11 ; 43, 9 ; Néhémie 1, 2 ; 3, 33 ; 4, 6 ; Esther 2, 5 ; 3, 4 ; 5,
13, etc.), et comme le fera après lui, des centaines de fois, Joseph ha-
kôhen, l'historien, qui était bien Judéen.
     Les Judéens sont les habitants de la Judée, tout comme les
Arméniens sont les habitants de l'Arménie, les Australiens les habitants
de l'Australie, les Italiens les habitants de l'Italie, etc. Le peuple hébreu
est un ensemble, et dans cet ensemble on distingue douze sous-
ensembles, les douze tribus d'Israël. L'une de ces tribus, c'est celle de
Iehoudah (Genèse 29, 35 ; 49, 8, etc.). On peut donc être Hébreu sans
être Judéen.
     La traduction habituelle du grec ioudaios et ioudaioi dans les
traductions en langue française de l'Évangile de Jean et des œuvres de
Joseph surnommé Flavius est non seulement un erreur scientifique,
philologique, mais aussi une indélicatesse et une faute de goût, de tact.
Cette erreur initiale a donné matière à des romans de fort mauvais goût.
On a même vu un philosophe allemand célèbre, Johann Gottlieb Fichte,
professer solennellement {Die Anweisung zum seligen Leben, Sechste
Vorlesung) que l'Évangile de Jean est le seul qui contienne le
christianisme authentique, parce que lui au moins — contrairement à
l'apôtre Paul et à son parti, qui sont restés halbe Juden, et qui enseignent
l'erreur fondamentale du judaïsme et du paganisme, den Grundirrtum, à
savoir la doctrine de la Création, der absolute Grundirrtum aller
falschen Metaphysik —, Jean lui au moins rejette cette doctrine de la
Création, im Anfange... schuf Gott nicht. Jean enseigne la
Wissenschaftslehre de Fichte !


L'affaire du calendrier
                                                                        - 261 -



      Matthieu 26, 1 : Et il est arrivé (grec kai egeneto, hébreu wa-iehi;
      des milliers de fois dans la Biblithèque hébraïque) lorsqu'il a eu
      achevé, Ieschoua, toutes ces paroles (hébreu ke-kallôt ieschoua le-
      dabber et kôl ha-debarim ha-elleh), alors il a dit à ceux qui
      apprenaient avec lui, ses compagnons (hébreu talmidim) : « Vous
      savez qu'après deux jours ce sera \& pesah... (transcription
      constante en caractères grecs depuis des siècles, topascha)...

      Matthieu 26, 17 : Et le premier jour de la fête des matzôt, ils se
      sont approchés les compagnons de Ieschoua et ils ont dit : « Où
      veux-tu que nous préparions pour toi [ce qui est nécessaire] pour
      manger le pesah ? » Et alors lui il a dit : « Allez dans la Ville [=
      Jérusalem] chez Untel (grec pros ton deina, hébreu el-pelôni
      almôni), et vous lui direz : C'est le Rabbi qui l'a dit : "Mon temps
      est proche [ou "Ma fin est proche"]. C'est chez toi que je vais faire
      le pesah avec mes compagnons qui apprennent avec moi..."»

     L'expression hébraïque pelôni almôni est bien connue (1 Samuel 21,
3 ; 2 Rois 6, 8 ; Ruth 4, 1, etc.). Elle signifie : « Untel que je sais, que
vous savez, que nous savons, mais que je ne veux pas dire. » Donc,
lorsque ce texte a été traduit de l'hébreu en grec, il ne fallait pas dire le
nom de celui chez qui le Rabbi a voulu faire la dernière fête de pesah.
     L'expression isch pelôni sera utilisée plus tard dans les textes
rabbiniques pour désigner le Rabbi judéen lui-même (Johann Maier,
Jésus von Nazareth in der talmudis-chen Uberlieferung, 49, 101 ; etc.).

      Marc 14, 12 : Et le premier jour de la fête des matzôt, lorsqu'ils
      sacrifiaient le pesah, ils lui ont dit, ceux qui apprenaient avec lui :
      « Où veux-tu que nous allions pour préparer [ce qu'il] faut pour
      que tu puisses manger le pesah ? » Et il envoie deux de ses
      compagnons qui apprenaient avec lui et il leur dit : « Allez dans la
      Ville [= Jérusalem], et il va venir à votre rencontre, un homme qui
      porte une cruche d'eau. Suivez-le. Et là où il entrera, vous direz au
      maître de la maison (hébreu baal ha-baït) : "C'est le Rabbi qui l'a
      dit : Où est-elle ma chambre (grec kataluma ; n'existe pas en grec
                                                                        - 262 -



      naturel, hébreu malôn ou lisch-kah), là où le pesah avec mes
      compagnons je vais manger ?" Et alors lui c'est à vous qu'il va
      montrer une chambre haute (grec anagaion ; n'existe pas en grec
      naturel, grec de traduction, hébreu aliiah), grande, recouverte de
      tapis et de coussins toute prête. Et c'est là que vous préparerez
      pour nous... »

     Lorsque l'Évangile de Marc a été traduit de l'hébreu en grec, il ne
fallait pas dire chez qui le Rabbi a voulu faire pesah pour la dernière
fois. Le Rabbi avait convenu d'un code avec l'inconnu : un homme qui
porte une cruche d'eau et qui vient à la rencontre des deux Galiléens. Le
Rabbi a autorité sur l'inconnu. Il lui donne des ordres. Il dit : « ma
chambre ». L'inconnu doit être assez fortuné pour avoir une maison, une
chambre haute, des gens pour faire le service.

      Luc 22, 1 : Et elle était proche, la fête des matzôt, celle qui est
      appelée pesah...

      Luc 22, 7 : Et il est venu, le jour de la fête des matzôt, le jour dans
      lequel il convient qu'il soit sacrifié, le pesah [= l'agneau de pesah].
      Et il a envoyé Petros et Iohanan et il a dit : « Allez et préparez
      pour nous le pesah afin que nous puissions manger. » Et alors eux,
      ils lui ont dit : « Où est-ce que tu veux que nous allions préparer ?
      » Et alors lui il leur a dit : « Voici que lorsque vous entrerez dans
      la Ville [= Jérusalem], alors il viendra à votre rencontre, un
      homme qui porte une cruche d'eau. Suivez-le dans la maison dans
      laquelle il entrera. Et vous direz au maître de la maison : "Ainsi il
      a parlé en s'adressant à toi, le Rabbi : Où est-elle la chambre, là où
      le pesah, avec mes compagnons, je vais manger?" Et alors lui, à
      vous, il va montrer une chambre haute, grande, recouverte de tapis
      et de coussins. C'est là que vous préparerez... »

    Ce cher Luc, ce païen si distingué, ce fin lettré, cet helléniste
incomparable, médecin de surcroît, écrit en judéo-grec !
    Le Rabbi envoie Schimeôn surnommé Keipha, et Ioha-nan, qui cette
                                                                        - 263 -



fois est probablement le fils de Zébédée le Galiléen. Il est donc
vraisemblable que le maître de la maison chez qui ils vont n'est pas Jean,
fils de Zébédée le Galiléen.
     Lorsque le dossier de notes qui a donné l'Évangile de Luc est traduit
de l'hébreu en grec, il ne fallait pas donner le nom de celui chez qui le
Rabbi veut faire pesah pour la dernière fois avec ses compagnons.
     Pour les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc, la dernière nuit du
Rabbi, c'est la nuit de pesah.
     L'Évangile de Jean ne rapporte pas cette expédition des disciples à
Jérusalem pour préparer dans une maison la fête de pesah, pour une
raison simple : C'est que Jean = Iohanan est le maître de la maison chez
qui le Rabbi est venu passer la dernière nuit avant l'arrestation, et fêter
pesah. r
     Si l'Évangile de Jean avait été écrit par Jean, fils de Zébédée, à l'âge
honorable de 96 ou 98 ans, il aurait raconté cette expédition des deux
disciples à Jérusalem puisque, d'après Luc 22, 8, il était l'un des deux.

      Jean 13, 1 : Et avant la fête et pesah, il a connu, Ies-choua, qu'elle
      était venue, son heure [ou qu'il était venu, son temps] de passer de
      la durée de ce monde-ci, ou du monde de la durée présente
      (hébreu min ha-ôlam ha-zeh) pour aller vers son père... Et il y a eu
      un repas (grec deipnon)...

    Pour Iohanan, le dernier repas de la dernière nuit n'est pas un repas
de pesah. Il se situe avant la fête de pesah.
    Iohanan rapporte ce que Matthieu, Marc et Luc ne rapportent pas, le
lavement des pieds, et un long enseignement. Mais il ne rapporte pas les
paroles que le Rabbi a prononcées sur l'une des matzôt et sur l'une des
coupes de la fête de pesah.

     Matthieu 26, 26 : zeh hou besari ; Matthieu 26, 28 : zeh hou dami.
Marc 14, 22 ; 14, 24 ; Luc 22, 19 ; 22, 20 ; Schaoul-Paulus, 1 Corinthiens
11, 23.
     Pourquoi Iohanan ne rapporte-t-il pas, dans le petit livret traduit en
langue grecque et destiné aux frères et aux sœurs de la Diaspora de
                                                                         - 264 -



langue grecque, les paroles du Rabbi prononcées sur l'une des matzôt et
sur l'une des coupes? Plusieurs hypothèses sont possibles. Peut-être
Iohanan a-t-il estimé, à juste titre, que ces paroles traduites de l'hébreu en
grec pouvaient être mal comprises, comprises de travers, ce qui en effet a
été le cas dans la suite des siècles jusqu'aujourd'hui, et prêter à des
interprétations saugrenues.
     L'Évangile de Jean rapporte qu'il est, lui, le Rabbi, le pain de la vie :
6, 35 ; 6, 48 ; 6, 51 ; 6, 53 ; 6, 54 ; 6, 55 ; 6, 56. Ces paroles rapportées
par l'Évangile de Jean permettent d'entendre les paroles prononcées sur
l'une des matzôt et sur l'une des coupes (Matthieu 26, 26 ; 26, 28). Or
Matthieu, Marc et Luc ne rapportent pas les paroles rapportées par Jean 6,
35, etc., et Jean ne rapporte pas les paroles rapportées par Matthieu,
Marc, Luc et Paul.
     Jean rapporte aussi (6, 60), qu'ils ont été nombreux parmi ses
disciples, ceux qui ont entendu ces paroles et qui ont dit : « Elle est dure,
cette parole. Qui peut l'entendre ? » Jean ajoute (6, 66) :

       Et à partir de ce moment-là, ils ont été nombreux, parmi ses
       disciples, ceux qui sont partis en arrière et qui n'ont plus marché
       avec lui.

    Il était écrit dans la Sainte Torah,

       Lévitique 17, 10 : Et tout homme (hébreu we-isch isch) issu de la
       maison d'Israël et de [l'ensemble des] étrangers qui séjournent au
       milieu de vous, qui mangera tout sang (hébreu kôl dam), alors je
       donnerai ma face contre l'âme (hébreu nephesch) qui a mangé le
       sang, et je la retrancherai du milieu de son peuple... Parce que
       l'âme de la chair [elle est] dans le sang, elle... C'est pourquoi j'ai
       dit aux fils d'Israël: Toute âme parmi vous, elle ne mangera pas de
       sang, et l'étranger qui séjourne au milieu de vous, il ne mangera
       pas de sang... Et tout homme (hébreu we-isch isch) d'entre les fils
       d'Israël et d'entre [l'ensemble des] étrangers qui séjournent au
       milieu de vous, qui a chassé un gibier de chasse, bête sauvage ou
       oiseau qui se mange, alors il versera son sang et il le recouvrira de
                                                                         - 265 -



      poussière. Parce que l'âme de toute chair [c'est] son sang ; dans
      son âme [il est] lui et [c'est pourquoi] j'ai dit aux fils d'Israël : Le
      sang de toute chair vous ne mangerez pas, parce que l'âme de
      toute chair [c'est] son sang. Tout homme qui le mangera sera
      retranché...

     On comprend donc que les paroles du Rabbi étaient dures à
entendre. En langage moderne elles signifient : L'information créatrice
nouvelle que Dieu unique incréé communique à la vieille humanité pour
la créer nouvelle, c'est lui, le Rabbi, qui est donc le pain absolument
nécessaire pour entrer dans l'économie de la nouvelle création. Il faut
donc assimiler l'information créatrice nouvelle qu'il est. C'est d'ailleurs
ce que le Rabbi explique.

      Jean 6, 63 : C'est l'esprit qui donne la vie... Les paroles que moi
      j'ai dites à vous, elle sont esprit et elles sont vie...

     C'est l'information créatrice, qui est de l'ordre de la pensée, de
l'esprit, qui communique la vie, qui donne la vie.

      Jean 1, 9 : Il était la lumière véritable... Tous ceux qui l'ont reçu,
      il leur a donné le pouvoir, la puissance, d'être fils de Dieu, à ceux
      qui sont certains de la vérité dans son nom, eux qui, non pas des
      sangs (grec aima-tôn, hébreu damim) ni de la volonté de chair
      (sans l'article, hébreu basar), ni de la volonté d'homme (sans
      article), mais de Dieu ont été engendrés...

    Tant qu'on s'est imaginé, tant qu'on a enseigné au séminaire de
Tùbingen, puis dans les scolasticats et les séminaires catholiques, que
l'Évangile de Jean a été composé, d'un seul coup ou par couches
successives, comme un millefeuille, par un inconnu ou plusieurs
inconnus, au IIe siècle de notre ère, on a expliqué savamment que le
chapitre 6 de l'Évangile de Jean était une fiction qui interprétait d'une
manière rétroactive ou rétrospective, la pratique des communautés
chrétiennes des Ier et IIe siècles.
                                                                        - 266 -



     En réalité, c'est tout juste le contraire. C'est l'Évangile de Jean,
chapitre 6, qui donne la clef, le sens des paroles prononcées par le Rabbi
lors de la dernière nuit (Matthieu 26, 26 ; 26, 28, etc.), et que l'Évangile
de Jean ne rapporte pas.
     S'il ne les rapporte pas, c'est qu'il a estimé plus prudent de ne pas
laisser dans cette traduction grecque destinée aux frères et aux sœurs des
communautés judéennes de la Diaspora de langue grecque, des paroles
qui pourraient être mal comprises, mal interprétées. Il savait par
expérience que ces paroles pouvaient être comprises de travers. Les
païens, bientôt, vont parler d'anthropophagie.
     Il y a probablement une coupure entre Jean 13, 1 et Jean 13, 2.
Quelque chose n'a pas été traduit. Quelque chose n'a pas été mis dans la
traduction grecque destinée à circuler^
     Si l'Évangile de Jean avait été composé après les Synoptiques,
supposés connus de lui, à la fin du Ier siècle ou au IIe siècle de notre ère,
pourquoi l'auteur inconnu n'a-t-il pas reproduit les paroles prononcées
par le Rabbi sur l'une des matzôt et l'une des coupes de la fête de pesah
(Matthieu 26, 26 ; Marc 14, 22 ; Luc 22, 19 ; première lettre de Paul aux
Corinthiens 11, 24) ?
     Lorsque Paul écrit sa première lettre aux Corinthiens, après l'année
51, il ne garde pas secrètes les paroles du Rabbi.

      1 Corinthiens 11, 23: Moi j'ai reçu (grec para-lambanô, hébreu
      qabal), venant du Seigneur, ce que aussi je vous ai transmis (grec
      para-didômi, hébreu probable masar, hébreu tardif : transmettre
      l'information), à savoir que le Seigneur Ieschoua, dans la nuit où il
      a été livré (de nouveau le verbe grec para-didômi, de nouveau le
      verbe hébreu masar), il a pris du pain, et il a dit la bénédiction, et
      il a brisé, et il a dit...

    L'Évangile de Jean est très antérieur à la première lettre de Paul aux
Corinthiens. Paul ne garde pas secrètes les paroles du Rabbi parce qu'il
en a expliqué la signification aux frères et aux sœurs de la petite
communauté de Corinthe. Jean, vingt ans plus tôt, les garde secrètes. Il les
expliquera oralement aux frères et aux sœurs des communautés.
                                                                       - 267 -




      Jean 18, 28 : Et ils ont donc conduit Ieschoua de chez Qaïapha à la
      résidence du gouverneur romain (latin praetorium, transcrit ici en
      caractères grecs). C'était le matin. Et eux-mêmes, ils ne sont pas
      entrés dans le prétoire afin de ne pas se rendre impurs mais de
      pouvoir manger le pesah. Et alors il est sorti, Pilatus, dehors, vers
      eux et il a dit...

     Pour les Judéens — qui ne veulent pas se souiller en pénétrant dans
la résidence du gouverneur romain, afin de pouvoir manger le pesah —,
le pesah se mange donc le vendredi soir, dans la nuit. Alors que les
Galiléens ont mangé pesah dans la nuit du jeudi au vendredi.
     Il y a longtemps que les érudits ont observé qu'il existait un
calendrier des benei Tzadôq (2 Samuel 8, 17 ; 15, 25, etc.) — ou
Tzaddouqim, que les Français appellent généralement Sadducéens, ce qui
n'éclaire rien —, calendrier différent de celui des perouschim. Plus
précisément, les fils de Boethos suivaient un calendrier pour les fêtes de
pesah et de schebouôt, la fête des semaines, des sept semaines (Exode
32, 22; Deutéronome 16, 10, etc.), différent du calendrier du perouschim.
     Le nom propre Boethos est une traduction d'un nom propre hébreu
construit avec la racine azar, venir en aide ; ezer, l'aide, le secours. Le
grec boethos traduit l'hébreu ezer, Genèse 2, 18 ; 2, 20 ; Exode 18, 4 ;
etc. Les noms propres hébreux construits avec cette racine azar ou ezer
sont nombreux : Éli-ézer, Él-azar, Azar-iah, etc.

      Jean 19, 13 : Et alors Pilatus, il a entendu ces paroles, et il a fait
      sortir dehors Ieschoua, et il s'est assis sur le siège du tribunal au
      lieu appelé lithostrôton, bâti en pierres (hébreu ritzephah, 2
      Chroniques 7, 3 ; Esther 1,6)... Et c'était la préparation du pesah
      (grec paraskeuè toupas-cha, hébreu ereb pesah : le soir qui
      précède la fête de pesah)...

      Jean 19, 31 : Et alors les Judéens, puisque c'était [le jour de la]
      préparation (grec paraskeuè] afin qu'ils ne restent pas sur la croix,
      les corps, pendant le schabbat, car il était grand le jour de ce
                                                                     - 268 -



      schabbat, ils ont demandé à Pilatus qu'ils [= les soldats] leur
      brisent les jambes...

    Point de départ de cette affaire du calendrier.

      Lévitique 23, 4 : Voici les rendez-vous (hébreu môed, pluriel
      môadim, grec heortë) de YHWH, convocations sacrées ou saintes,
      convoquées par un crieur (hébreu le verbe qara, crier), que vous
      les convoquerez (le verbe hébreu qara, crier), dans leurs temps
      convenus. Dans le mois [qui est] le premier, dans le quatorzième
      0our] du mois, entre les deux soirs, [c'est] pesah (transcription en
      caractères grecs pascha) pour YHWH. Et dans le quinzième jour
      de ce mois, fête des matzôt (grec heortè ton azumôn) pour YHWH.
      Sept jours [durant], ce sont des matzôt que vous mangerez ! Au
      premier jour, une convocation sainte ou sacrée sera pour vous.
      Tout travail d'esclave, vous ne ferez pas [= vous ne ferez aucun
      travail...]...

      Lévitique 23, 10 : Lorsque vous entrerez dans le pays que moi je
      vous donne et que vous moissonnerez la moisson, alors (hébreu
      we, grec kai !) vous apporterez une gerbe (hébreu ômer, grec
      dragma), prémices de votre moisson, au kôhen. Et il [le kôhen]
      balancera la gerbe à la face de YHWH pour que vous soyez
      agréés. C'est le lendemain du schabbat qu'il balancera, le kôhen
      (hébreu mi-maharat ha-schabbat, traduction grecque : tè epaurion
      tes prôtès = le lendemain du premier [jour]...).

    Le texte grec n'est donc pas conforme au texte hébreu, qui est
identique au texte samaritain.

      Lévitique 23, 12 : Et vous ferez (observer l'emploi du verbe
      hébreu asah, faire), au jour où vous balancerez la gerbe, un
      agneau parfait, fils de son année (hébreu ben schenatô ; observer
      l'emploi de ben, fils, en hébreu), pour sacrifice entièrement
      consumé par le feu (hébreu ôlah, grec holokautôma ; n'existe pas
                                                                      - 269 -



      en grec naturel) pour YHWH...

      Lévitique 23, 15 : Et vous compterez pour vous, à partir du
      lendemain du schabbat (hébreu mi-maharat ha-schabbat) à partir
      du jour où vous avez apporté la gerbe du balancement, sept
      schabbats. Parfaits ils seront... (Traduction grecque : apo tes
      epaurion ton sabbatôn)...

      Jusque (hébreu ad; à partir de, hébreu min) le lendemain du
      schabbat le septième (hébreu ad mi-maharat ha-schabbat ha-
      schebiii), vous compterez cinquante jours, et vous présenterez une
      offrande nouvelle à YHWH... (traduction grecque : heôs tes
      epaurion tes eschatès hebdomados) jusqu'au lendemain de la
      dernière semaine...

     Voilà donc les textes sur l'interprétation desquels les perouschim, et
les tzaddouqim, du clan de Boethos, n'étaient pas d'accord.
     Schimeôn, fils de Boethos, ou, selon d'autres documents, Boethos
lui-même, a été grand prêtre entre 24 et 5 avant notre ère. Famille venant
d'Alexandrie.

    Émil Schùrer, Geschichte des Jùdischen Volkes im Zeitalter Jesu
Christi, II, p. 483. Strack-Billerbeck, Kommentar zum Neuen Testament
aus Tal-mud und Midrasch, II, p. 598 ; II, p. 812 ; Exkurs, der Todestag
Jesu.

    Les Évangiles de Matthieu, Marc et Luc, d'une part, l'Évangile de
Jean d'autre part, sont d'accord sur le fait que le dernier repas du Rabbi
avec ses compagnons a eu lieu un jeudi, et la crucifixion le vendredi.
    Mais pour Matthieu, Marc et Luc, ce jeudi était un 14 nisan, et ce
vendredi un 15 nisan. Tandis que pour l'Évangile de Jean, le jeudi était
un 13 nisan et le vendredi un 14 nisan.

    Le groupe de ceux qui étaient appelés fils de Boethos ont eu six
grands prêtres depuis l'année 24 avant notre ère (Schùrer, II, 270) :
                                                                        - 270 -



     — Schimeôn, fils de Boethos, ou Boethos lui-même, entre 24 avant
notre ère et 5 avant notre ère.
     — Joasar, fils de Boethos, 4 avant notre ère.
     — Éléazar, fils de Boethos, 4 de notre ère.
     — Schimeôn Kanthèras, fils de Boethos, 41 de notre ère, etc.
     Selon le calendrier propre à ce clan, la gerbe (hébreu ômer,
Lévitique 23, 10) doit être présentée au kôhen au premier jour après le
schabbat qui tombe pendant la fête des matzôt, par conséquent un
dimanche. Donc le cinquantième jour, la fête des semaines (hébreu hag
schabouôt, Exode 34, 22 ; Deutéronome 16, 10 ; etc.) tombait
régulièrement aussi un dimanche.
     Par contre les perouschim pensaient que l'offrande de la gerbe doit
avoir lieu dans le jour qui suit le premier jour de la fête des matzôt, donc
le 16 nisan. En sorte que la Pentecôte (grec pentèkostos, le cinquantième
jour) tombe le même jour de la semaine que le jour où est tombé le 16
nisan.
     Les partisans du clan de Boethos comprenaient le mot hébreu
schabbat (Lévitique 23, 11) dans son sens habituel (= le samedi). Tandis
que les perouschim comprenaient, par ce terme, le premier jour de repos
de la fête des matzôt (= le 15 nisan).
     Le lendemain du schabbat (hébreu mi-maharat ha-schabbat,
Lévitique 23, 11) était donc, pour le clan de Boethos, un dimanche.
Tandis que pour les perouschim, c'était le 16 nisan.
     Cette année-là, donc, l'année de la mort du Rabbi, il y avait deux
calendriers pour la fête de pesah, celui des perouschim et celui du clan
des fils de Boethos. Le peuple a suivi le calendrier des perouschim. C'est
celui de Matthieu, Marc et Luc. Iohanan suit l'autre calendrier. Pour lui,
le vendredi était le 14 nisan. Pour lui, le jour de la mort du Rabbi était
préparation et pesah (Jean 19, 14). Il suit le calendrier des tzaddouqim.
     Joseph {Antiquités III, 250) suit le calendrier des perouschim : « Le
deuxième jour de la fête des matzôt, c'est-à-dire le seizième jour [du
mois]... »
     Il est bien évident que si le Jean du quatrième Évangile avait été
Jean le Galiléen, le fils de Zébédée, on ne voit pas pourquoi il aurait ainsi
modifié le calendrier de ses compagnons galiléens, celui qui se trouve
                                                                         - 271 -



appliqué par Matthieu, Marc et Luc.
     Mais si Iohanan du quatrième Évangile est kôhen, comme nous le dit
Polycrate, évêque d'Éphèse, on comprend qu'il ait suivi le calendrier de
son clan et de sa caste. Iohanan le kôhen a pris part avec le Rabbi et les
compagnons au dernier repas qui, pour les Galiléens, était un repas de
pesah. Mais pour lui, Iohanam, dans son système, dans son calendrier
liturgique, ce n'était pas un repas de pesah. C'est pourquoi, sans doute, il
écrit (Jean 13, 1) : « Avant la fête de pesah... Et il y a eu un repas... »
     Cela s'est passé dans sa propre maison.
     Nous nous souvenons de ce qu'écrivait Eusèbe de Césarée (cf. p.
255) :

      Histoire de l'Église V, 23, 1 : Une controverse, dans ce temps-là,
      qui n'a pas été petite, s'est élevée. Parce que les communautés
      chrétiennes de l'Asie [mineure] tout entière, suivant une tradition
      (grec paradosis) très ancienne, pensaient qu'il fallait garder, ou
      conserver, le quatorzième jour de la lune pour la fête de pesah (ici
      la transcription grecque habituelle pas-cha), du salut, jour où il
      était prescrit aux Judéens de sacrifier l'agneau, (grec to probatori),
      en sorte qu'il fallait, ce jour-là, quel que soit le jour de la semaine,
      faire cesser les jeûnes. Mais ce n'était pas la coutume de faire ainsi
      dans les communautés chrétiennes (grec ekklèsiais) du reste de la
      terre habitée. Partant d'une tradition qui remontait aux envoyés
      (grec ex aposto-likès paradoseôs), elles conservaient et elles
      observent jusqu'à maintenant, l'usage selon lequel il ne convient
      pas de cesser les jeûnes un autre jour que le jour de la relevée
      d'entre les morts (grec anastasis) de notre Sauveur...

    Eusèbe ajoute :

      V, 23, 2 : Il y a eu des réunions (grec sunodoî) et des assemblées
      de ceux qui étaient chargés de veiller sur les communautés (grec
      episkopôn) à ce sujet. Et tous, par une décision unique, par des
      lettres, ils ont fixé la doctrine de la communauté chrétienne, pour
      tous les lieux : Ce n'est pas dans un autre jour que le jour du
                                                                        - 272 -



      Seigneur, que le secret intelligible (grec mustèriori) de la relevée
      d'entre les morts du Seigneur sera accompli. Et c'est dans ce jour-là
      seulement que nous observons la cessation des jeûnes qui
      concernent la fête de pesah (grec pascha).

     Ceux qui étaient chargés de veiller sur les communautés chrétiennes
d'Asie mineure, Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, etc.
estimaient qu'ils devaient garder la coutume qui leur avait été transmise
autrefois et tout d'abord. C'est Polycrate, évêque d'Éphèse, qui était à leur
tête. C'est lui-même dans sa lettre adressée au pape Victor et à la
communauté chrétienne des Romains, qui expose la tradition venue
jusqu'à lui.

      Histoire de l'Église V, 24, 2 : Nous nous en tenons scrupuleusement
      au jour [prescrit par notre tradition]. Nous n'ajoutons rien, et nous
      n'enlevons rien... [Apocalypse 22, 18].

     Dans sa lettre adressée au pape Victor de Rome, Polycrate d'Éphèse
cite, à la suite de Philippe, l'un des douze envoyés, qui est couché à
Hiérapolis ; à la suite de Iohanan, celui qui est tombé sur le cœur du
Seigneur, qui est né kôhen et qui a porté le petalon, témoin et docteur
(grec didaskalos) couché à Éphèse, il cite Polycarpe à Smyrne, évêque et
témoin ; Thraseas, évêque et témoin, qui est couché à Smyrne ; Sagaris,
évêque et témoin, couché à Laodicée ; Papirius et Meliton, qui est
couché à Sardes. Et il ajoute :

      Tous ceux-là ont gardé le jour du quatorzième [jour du mois] de
      pesah (grec pascha) selon, ou conformément à l'Évangile (grec
      kata to euaggelion)...

    De quel Évangile s'agit-il? Ne serait-ce pas l'Évangile de Jean ?
Polycrate ajoute :

      Et moi aussi, le plus petit de tous, Polycrate, conformément à la
      tradition de mes parents... Sept parmi mes parents ont été évêques,
                                                                       - 273 -



      et moi je suis le huitième. Et toujours mes parents ont tenu au jour
      où le peuple [= la communauté judéenne] enlève le levain...

     Exode 12, 15 : Sept jours [durant] ce sont des matzôt que vous
mangerez. Dès le premier jour vous ferez disparaître le levain (hébreu
seôr, grec zumè) de vos maisons, parce que tout homme qui mangera du
pain fermenté, alors (hébreu we) elle sera retranchée, cette âme-là,
d'Israël depuis le premier jour jusqu'au jour septième...

    Eusèbe cite ensuite une lettre de saint Irénée de Lyon adressée au
pape Victor :

      Histoire de l'Église V, 24, 16 : Le bienheureux Poly-carpe [ne pas
      confondre avec Polycrate] est venu faire un séjour à Rome, alors
      que Anikètos était évêque de Rome. Au sujet d'affaires
      d'importance mineure, ils se sont bientôt mis d'accord. Et au sujet
      de cette affaire capitale, ils ne se sont pas fâchés. Parce que
      Anikètos n'a pas pu persuader Polycarpe de ne pas garder ce que,
      avec Iohanan, le disciple de notre Seigneur, et avec le reste des
      envoyés (grec apostolôn) avec qui il avait vécu, il avait toujours
      observé. Et Polycarpe n'a pas réussi à persuader Anikètos de
      garder [la tradition des communautés d'Asie mineure]. Il disait
      [Anikètos] qu'il devait tenir la coutume des Anciens qui l'avaient
      précédé...

     On voit que dans ce document Iohanan n'est pas mis dans le groupe
des envoyés (grec apostoloî). Il est disciple du Rabbi. Il a une haute
autorité. Mais il n'est pas envoyé en mission, comme l'ont été les douze.
Les autres envoyés sont mis dans une autre catégorie.
     Il est donc permis de se demander si cette affaire, cette controverse
violente qui a secoué les communautés chrétiennes au IIe siècle, n'est pas
en relation, si elle n'est pas la suite logique de la différence qui existe
entre les calendriers de Matthieu, Marc et Luc, d'une part, et le calendrier
de l'Évangile de Jean, d'autre part.
     Il est permis de se demander si ce n'est pas Iohanan qui le premier a
                                                                    - 274 -



porté l'information créatrice nouvelle en Asie mineure, alors que
Schaoul-Paul partait pour son second voyage missionnaire, autour de
l'année 49. Ce qui expliquerait que Schaoul-Paul fait des grands détours
pour ne pas aller marcher dans les plates-bandes de Iohanan. Ce qui
expliquerait aussi l'autorité avec laquelle Iohanan écrit aux sept
communautés chrétiennes d'Asie mineure, autour de l'année 52. Il est
même permis de se demander si Schaoul-Paul n'est pas venu séjourner à
Éphèse, seulement après la mort de Iohanam, assassiné en 54 ou 55. La
chronologie de cette période est très incertaine.
     La communauté chrétienne de Rome a pris naissance dans les
années 30 et suivantes. Personne ne sait qui le premier a porté
l'information créatrice nouvelle. Il est vraisemblable que les frères qui
cette année-là avaient été à Jérusalem pour les fêtes de pesah, sont
revenus à Rome en portant avec eux, comme les abeilles portent du
pollen sous leurs pattes, l'information nouvelle, ce qui s'était passé à
Jérusalem cette année-là.
     Il est possible qu'ils aient adopté pour la communauté chrétienne de
Rome, issue de la communauté judéenne, le calendrier des Évangiles de
Matthieu, de Marc et de Luc, c'est-à-dire le calendrier des perouschim.
Ce qui expliquerait la différence entre les calendriers d'Éphèse et des
autres villes d'Asie mineure, et le calendrier de Rome.
     Dans les communautés chrétiennes d'Asie mineure, tandis que dans
la nuit du 14 au 15 nisan, les frères et les sœurs des communautés
judéennes se réjouissaient et fêtaient pesah en mangeant l'agneau de
pesah, les frères des communautés chrétiennes jeûnaient pour le peuple
hébreu, pour leurs frères judéens. On lisait le texte d'Exode 12. C'est
seulement à trois heures du matin que les frères et les sœurs de la
communauté chrétienne cessaient le jeûne (Joachim Jeremias, Die
Abendmahlsworte Jesu, 116).

      Épiphane de Salamine, Panarion LXX 11, 3 : Lorsque eux [= les
      frères des communautés judéennes] se réjouissent, vous [= les
      frères des communautés chrétiennes], vous jeûnez et vous vous
      affligez pour eux...
                                                                      - 275 -



     Dans les communautés chrétiennes d'Asie mineure, on célèbre la
fête de pesah en même temps que les frères et les sœurs des
communautés judéennes, mais les frères et les sœurs des communautés
chrétiennes jeûnent et ne terminent leur jeûne qu'au chant Hu coq
(Jeremias, 204).
     Le Rabbi lui-même, lors de la dernière nuit, n'a pas mangé de
l'agneau de pesah et il n'a pas bu la coupe de vin. Il a jeûné :

      Luc 22, 14 : Et lorsqu'il est venu le temps [de manger pesah], il
      s'est étendu [sur les coussins et les tapis] et les envoyés (grec
      apostoloi) avec lui. Et il leur a dit : « Désirer j'ai désiré
      (construction hébraïque classique) ce pesah le manger avec vous
      avant que je ne souffre (grec paschein, hébreu possible halah,
      Amos 6, 6). Car je le dis à vous : Je ne mangerai plus pesah
      jusqu'à ce qu'il soit rempli dans le royaume, ou le règne de Dieu...
      »

      Luc 22, 18 : Car je le dis à vous : « Je ne boirai plus à partir de
      maintenant du produit de la vigne (hébreu tebouat ha-kerem,
      Deutéronome 22, 9) jusqu'à ce que le royaume, ou le règne de
      Dieu soit venu...

      Marc 14, 25 : Amèn (en hébreu dans le texte grec), je le dis à vous
      : « Je ne boirai plus du produit de la vigne jusqu'à ce jour-là
      lorsque je le boirai nouveau dans le royaume, où le règne de
      Dieu... »

    Le Rabbi avait lié un lien sur son âme.

     Nombres 30, 3 : Un homme, que s'il a voué un vœu à YHWH ou
bien s'il a juré un jurement pour lier un lien sur son âme (hébreu le-esôr
issar al-napheschô, grec horisètai horismô ; le verbe grec horizô signifie
limiter, borner, séparer par une frontière), il ne profanera pas sa parole.
Comme tout ce qui est sorti de sa bouche, il fera... Et une femme, que si
elle a voué un vœu à YHWH et si elle a lié un lien... Et il a entendu, son
                                                                         - 276 -



père, son vœu et le lien qu'elle a lié sur son âme...

     Le Rabbi le dit d'ailleurs lui-même, Luc 22, 22 : Parce que le fils de
l'homme (hébreu ben ha-adam ou ben adam), sur la bouche du lien qu'il
a lié sur son âme (grec kata to hôrismenon, hébreu al pi issar ascher
asar al-napheschô) il s'en va, mais hoï (transcription en caractères grecs
ouai) à cet homme par la main de qui il est livré (le verbe grec
paradidômi, hébreu possible natan, mais plus probablement hébreu tardif
masar, transmettre, livrer ; masar et napheschô, livrer son âme,
enseigner ; à la forme niphal, être livré [à la police])...

     Les frères et les sœurs des communautés chrétiennes d'Asie mineure
jeûnaient tandis que les frères et les sœurs des communautés judéennes
mangeaient l'agneau de pesah. Ils faisaient donc comme avait fait le Rabbi
pendant la dernière nuit qui a précédé son arrestation (Jérémias, 208).
     Iohanan ha-kôhen, chez qui le Rabbi a réuni ses compagnons
galiléens pour la dernière nuit, savait fort bien que le Rabbi cette nuit-là
n'a pas mangé l'agneau de pesah et qu'il n'a pas bu la coupe de vin.
     C'est peut-être cette pratique qu'il a lui-même transmise aux
communautés chrétiennes d'Asie mineure, qu'il a peut-être fondées lui-
même.
     S'il ne rapporte pas les paroles dites par le Rabbi sur l'une des matzôt
et sur l'une des coupes, c'est peut-être parce qu'il estimait qu'il était plus
prudent de ne pas mettre par écrit, dans un document qui va circuler, la
traduction en langue grecque de ses propres documents, à savoir ce que
nous appelons l'Évangile de Jean, — ces paroles qui pouvaient être mal
comprises ou utilisées d'une manière perverse —, ce qui s'est vu en effet
dans les siècles suivants (Jeremias, 119). Ce qui est le plus sacré ne doit
être communiqué que de la bouche à l'oreille, en chuchotant, et ne doit
pas être livré. C'est le sens du mot grec mustèrion dans les livres de la
Nouvelle Alliance.
     Il était absurde de supposer que Jean, ou un autre, ait pu rédiger son
Évangile après les Synoptiques, avec les Synoptiques sous les yeux,
puisque précisément il modifie le calendrier des Synoptiques sur un point
d'une importance capitale.
                                                                            - 277 -




La maison du kôhen ha-gadôl

      Matthieu 26, 56 : Et alors ceux qui apprenaient avec lui, tous, ils
      l'ont abandonné et ils se sont enfuis. Et ceux qui ont arrêté
      Ieschoua, ils l'ont conduit chez Qaïapha le kôhen ha-gadôl, là où
      les lettrés (hébreu sôpherim) et les anciens (hébreu ha-zeqenim)
      étaient réunis. Et Keipha-Petros, il le suivait de loin jusqu'à la cour
      [de la maison] du kôhen ha-gadôl. Et il est entré à l'intérieur...

      Marc 14, 50 : Et ils l'ont abandonné et ils se sont enfuis, tous.
      Et un jeune homme marchait derrière lui. Il était revêtu d'une robe
      de lin (grec sindôn, hébreu sadin, Juges 14, 12 ; 14, 13 ; Proverbes
      31, 24) sur sa nudité.

      Et ils l'ont arrêté, ils l'ont saisi. Et alors lui il a abandonné le sadin,
      et tout nu il s'est enfui... Et ils ont conduit Ieschoua chez le grand
      prêtre... Et Petros, de loin il le suivait, jusqu'à l'intérieur dans la
      cour de la maison du grand prêtre...

    Il se pourrait bien qu'il s'agisse ici de Iohanan surnommé Markos,
revêtu de la tunique de lin des kôhanim. Il ne veut pas se nommer ou être
nommé dans la traduction grecque de son livret. La question ouverte est
toujours de savoir si Iohanan surnommé Markos, et le Iohanan du
quatrième Évangile, sont deux ou un seul.

      Jean 18, 12 : C'est la troupe des soldats et le chef de mille et les
      serviteurs des Judéens qui ont arrêté Ieschoua, et ils l'ont attaché.
      Et ils l'ont conduit chez Hanan tout d'abord. Car il était le beau-
      père (grec pentheros, hébreu hôten) de Qaïapha, qui était kôhen
      ha-gadôl cette année-là. C'est Qaïapha qui a conseillé aux Judéens
      : « Il est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple... »

      Jean 18, 15 : Et il marchait derrière Ieschoua, Schi-meôn-Keipha-
                                                                          - 278 -



      Petros et un autre disciple (hébreu tal-mid aher. Le verbe en tête,
      au singulier, plusieurs sujets : construction hébraïque). Et ce
      disciple, il était quelqu'un de connu pour le grand prêtre...

     Le grec gnôstos, que nous traduisons par « connu », suivi du datif,
est la traduction du participe puai du verbe hébreu iada, connaître. 2 Rois
10, 11 : meiouddaaio, grec kai tous gnostous autou ; Psaume 31, 12 : et
terreur pour mes familiers, hébreu li-meiouddaaï, grec fois gnostois mou ;
Psaume 55, 14 : mon compagnon et mon familier [= bien connu de moi],
(hébreu meiouddaï, grec kai gnôste mou) ; Psaume 88, 9 : tu as éloigné
mes familiers loin de moi (hébreu meiouddaï, grec tous gnostous mou);
Psaume 88, 19 : Tu as éloigné loin de moi, ami et compagnon, mes
familiers, (hébreu meiouddaï, grec kai tous gnostous mou).

      Jean 18, 15 {suite) : Et il est entré avec Ieschoua dans la cour
      (grec aulè, hébreu hatzer, Exode 27, 9 ; etc.) du kôhen ha-gadôl.
      Et Keipha-Petros, il se tenait debout, à la porte, au-dehors. Et alors
      il est sorti, l'autre disciple, celui qui était connu du grand prêtre, et
      il a parlé à la gardienne de la porte (grec thurôros, hébreu
      schôeret, formé à partir de schaar, le portail, ou peqouddah,
      Ézéchiel 44, 11) et elle a fait entrer Keipha-Petros. Et alors elle a
      dit à Keipha-Petros, la servante gardienne de la porte : « Est-ce
      que toi aussi tu n'es pas l'un des disciples de cet homme ? » Et il a
      dit, lui [= Petros] : « Je ne le suis pas (grec ouk eimi, hébreu
      einennî).

     Il est bien évident que l'inconnu qui ne veut pas donner son nom,
l'autre disciple, celui qui est connu du kôhen ha-gadôl, et qui prend la
liberté d'entrer dans la cour de la maison du kôhen ha-gadôl, ce n'est pas
Jean, le fils de Zébédée. Nous avons appris (Matthieu 26, 56 ; Marc
14,50) que les compagnons se sont tous enfuis. Celui qui donne des
ordres à la servante du kôhen ha-gadôl et qui est obéi, ce n'est pas Jean le
Galiléen, le fils de Zébédée. Si Jean le Galiléen, le fils de Zébédée, avait
pris le risque d'entrer dans la maison du grand prêtre et s'il s'était permis
de donner un ordre à la servante du grand prêtre, non seulement celle-ci
                                                                        - 279 -



n'aurait pas obéi, mais de plus elle l'aurait fait arrêter immédiatement.
    C'est parce qu'il est bien connu du grand prêtre régnant, à savoir
Joseph surnommé Qaïpha, transcrit ici, dans les textes que nous lisons, en
caractères grecs, Qaïapha, que l'inconnu qui ne veut pas dire son nom,
prend la liberté d'entrer dans la cour de la maison du grand prêtre. C'est
parce que la servante le connaît qu'elle l'écoute et lui obéit.


Le tombeau

      Jean 19, 40 : Ils ont pris le corps de Ieschoua et ils l'ont serré dans
      une tunique de lin (hébreu sadin)... Et il était, dans le lieu où il a
      été pendu à la croix, un jardin (grec kèpos, hébreu gan,
      Deutéronome 11, 10, etc.), et dans le jardin, un tombeau tout neuf
      (grec mnèmeion kainon, hébreu qeber hadasch) dans lequel
      personne encore n'avait été déposé. C'est donc là, à cause de la
      préparation (grec paraskeuè, hébreu ereb)des Judéens, parce qu'il
      était tout près le tombeau, qu'ils ont déposé Ieschoua...
      Jean 20, 1 : Le premier jour qui suit le schabbat (hébreu be-ehad
      ba-schabbat), c'est Mariam de Magdala qui est venue le matin,
      alors qu'il faisait encore nuit, au tombeau, et elle voit la pierre qui
      a été enlevée du tombeau. Alors elle court et elle vient vers
      Schimeôn Petros et vers l'autre disciple, celui qu'il aimait,
      Ieschoua, et elle leur dit : « Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau,
      et nous ne savons pas où ils l'ont déposé. » Alors il est sorti,
      Petros et l'autre disciple (le verbe en tête, au singulier, plusieurs
      sujets, construction hébraïque) et ils sont venus au tombeau. Ils
      couraient tous les deux ensemble. Et l'autre disciple, il courait plus
      vite et il est passé devant Petros et il est arrivé le premier au
      tombeau. Et il s'est penché pour regarder (grec para-kuptô, hébreu
      probablement le verbe schaqaph, Genèse 26, 8 ; Juges 5, 28 ; 1
      Chroniques 15, 29) et il voit qu'il se tenait debout (grec keimena,
      probablement le verbe hébreu iaad, hophal participe pluriel
      mouadim, Jérémie 24, 1) le tissu de lin (grec ta othonia, hébreu
      sadin, Juges 14, 13). Mais cependant il n'est pas entré. Alors
                                                                                                            - 280 -



           arrive aussi Schimeôn Petros qui courait derrière lui, et il est entré
           dans le tombeau. Et il regarde le sadin qui se tenait debout, et le
           sudarium (transcription en caractères grecs soudarion, latin sudor,
           la sueur, sudare, suer) qui était sur sa tête, qui ne se tenait pas
           avec le sadin, mais à part, enroulé, dans le lieu unique21 (grec eis
           hena topon, hébreu el maqôm ehad).

     Il est vraisemblable que l'expression hébraïque maqôm ehad est un
euphémisme pour désigner le tombeau. Qôhe-let était peut-être l'un des
livres de prédilection des tzaddouqim.

           Jean 20, 8 : Et alors il est entré aussi l'autre disciple, celui qui était
           arrivé le premier au tombeau. Et il a vu et il a été certain que
           c'était vrai (grec episteusen, hébreu le verbe aman à la forme
           hiphil, heemin, Genèse 15, 6 ; etc.)...

      Il ne faut surtout pas traduire le verbe grec episteusen par le verbe
français « croire », parce que ce verbe, en français moderne, signifie un
assentiment faible, fragile et mou, incertain, une conviction subjective
qui n'est pas une certitude objective, une conviction subjective qui est
dissociée de la connaissance et de la certitude. Le verbe grec pisteuein
traduit le verbe hébreu aman (à la forme hiphil, heemin) qui signifie la
certitude objective de l'intelligence dans la vérité (hébreu émet). Le grec
pistis traduit l'hébreu emounah, la certitude objective de la vérité par
l'intelligence.

           Jean 20, 8 (suite): Parce qu'ils n'avaient pas encore connu
           l'Écriture selon laquelle (hébreu ascher) il va (construction

      21
         Qôhelet = Ecclésiaste 3, 19 : Parce que ce qui arrive aux fils de l'homme, ou ce qui
advient des fils de l'homme, et ce qui arrive au bétail, ce qui arrive est unique pour eux (hébreu
ehad lahem). Comme la mort de celui-ci, ainsi la mort de celui-là, et un souffle unique pour tous,
et l'avantage de l'homme, par rapport au bétail, il n'y en a pas... Tout s'en va vers le lieu unique
(hébreu el maqôm ehad, grec eis topon henà). Tout était issu de la poussière et tout retourne à la
poussière...
Qôhelet 6, 6 : Est-ce que ce n'est pas vers un lieu unique que tout s'en va ? (hébreu el maqôm ehad, grec eis topon
hena).
                                                                       - 281 -



      hébraïque traduite par le grec deï), lui, des morts se relever
      (hébreu qôm iaqoum)...

     Pourquoi donc celui qui est appelé ici l'autre disciple, celui qu'il
aimait, Ieschoua, celui qui a couru plus vite que Keipha-Petros et qui est
arrivé le premier au tombeau, pourquoi donc n'est-il pas entré dans le
tombeau ? Il s'est penché pour voir, il a vu la toile de lin (sadin) qui se
tenait debout, et cependant il n'est pas entré.

     Lévitique 21,1 : Et il a dit, YHWH, à Môscheh : « Parle aux
kôhanim fils de Aharôn et tu leur diras : Pour une âme (hébreu nephesch
= un mort) il ne se souillera pas, il ne se rendra pas impur, si ce n'est
pour sa propre parenté qui est proche de lui, pour sa mère et pour son
père et pour son fils et pour sa fille et pour son frère et pour sa sœur,
celle qui est vierge (hébreu betoulah, grec parthenos)... celle qui n'a pas
été à un homme, pour elle il se rendra impur... »

     Ézéchiel 44, 15 : Et les kôhanim les lewiim (les fils de Lévi), fils de
Tzadôq, qui ont gardé la garde de mon sanctuaire... ce sont eux qui
s'approcheront de moi pour me servir et ils se tiendront debout à ma face
pour faire approcher de moi la graisse et le sang... Ce sont eux qui
entreront dans mon sanctuaire et ce sont eux qui s'approcheront de ma
table pour me servir et ils garderont mes observances [mes gardes]... Et il
adviendra, lorsqu'ils entreront dans les portails de la cour intérieure [de
l'enceinte sacrée du Temple], ce sont des vêtements de lin qu'ils
revêtiront (hébreu bigedeipischtim, grec stolas linas)...
     Ézéchiel 44, 25 : Et vers un mort humain (hébreu met adarri) ils ne
viendront pas pour se souiller...

    Pourquoi est-ce que Schimeôn surnommé Keipha le Rocher, qui
suivait l'autre disciple, est entré dans le tombeau ? — Parce qu'il n'était
pas kôhen. Cela ne lui était pas interdit.
    Pourquoi est-ce que l'autre disciple qui ne veut pas être nommé finit
par entrer dans le tombeau? Parce qu'il a compris qu'il n'y a pas de mort
dans le tombeau. Il peut donc entrer. Et le tombeau dans lequel ils ont
                                                                         - 282 -



déposé Ies-choua était un tombeau tout neuf, dans lequel jamais
personne encore n'avait été déposé.
    Qu'est-ce qu'ils ont vu dans le tombeau ? La toile de lin (sadin) dans
laquelle le Rabbi avait été enserré, lié, attaché (grec edèsan, du verbe deô,
hébreu asar, Genèse 42, 24 ; Juges 15, 10 ; 15, 12 ; 15, 13 ; 16, 5 ; etc.)
    Ce sadin se tenait tout seul :

    Grec keimena, hébreu le verbe iaad, hophal participe pluriel
mouadim, Jérémie 24, 1 : Deux corbeilles de figues qui se tenaient
devant le Temple de YHWH, hébreu mouadim, grec keimenous.

    Jean 2, 6 : Étaient là des vases de pierre, six, en vue de la
purification, pour la purification des Judéens, disposés (grec keimenaî)...

     Certains philologues pensent qu'il faut lire ici ômedim, participe
pluriel du verbe amad, se présenter, se tenir debout.
     Le sudarium qui était sur sa tête n'était pas disposé avec le sadin,
mais il était enroulé à part dans le tombeau. Le sadin était vide.

     Les deux compagnons ont donc vu quelque chose qui a causé en eux
la certitude. Nous l'avons déjà noté : l'auteur de l'Évangile de Jean ne dit
pas tout ce qu'il sait. Ce qui est le plus précieux doit rester secret. Dans
cette page,
     Iohanan n'a pas dit tout ce qu'il a vu, sur quoi il a réfléchi, et qui a
causé en lui la certitude objective de l'intelligence. L'auteur ajoute (Jean
20, 9) qu'ils n'avaient pas encore connu l'Écriture — les textes
prophétiques — selon laquelle (hébreu probable ascher) il va se relever
d'entre les morts.
     Ce n'est donc pas l'Écriture sainte, les textes prophétiques antérieurs,
qui ont causé en lui la certitude objective de l'intelligence, mais ce qu'il a
vu, et il ne dit pas tout ce qu'il a vu.
     On sait ou on croit savoir que les tzaddouqim ne partageaient pas les
idées, les représentations, des perouschim, en ce qui concerne la relevée
d'entre les morts. Les perouschim se représentaient peut-être la relevée
d'entre les morts comme une restauration de notre existence corporelle
                                                                          - 283 -



actuelle, présente. Le Rabbi fait la critique de cette représentation
(Matthieu 22, 30 ; Marc 12, 25 ; Luc 20, 35). Paul la fera aussi, plus tard
(1 Corinthiens 15, 35 ; etc.)
      Iohanan appartenait peut-être à l'école théologique des tzaddouqim
et il a eu besoin d'une preuve expérimentale pour parvenir à la certitude
de la relevée d'entre les morts du Rabbi.
      Matthieu 3, 7 ; 16, 1 ; 22, 23 ; etc. ; Marc 12, 18 ; Luc, 20, 27 parlent
des tzaddouqim. C'était peut-être un terme de moquerie utilisé par les
adversaires. L'Évangile de Jean n'utilise pas ce terme. Il ne parle jamais
des tzaddouqim.

     L'expression : « l'autre disciple, celui qu'il aimait, Ies-choua », se
retrouve plusieurs fois :

       Jean 13, 23 : Il était couché, ou placé [sur un lit pour manger,
       appuyé sur le coude gauche] l'un de ses disciples (talmidim), dans
       le creux du flanc de Ieschoua [qui était donc étendu et accoudé à
       sa gauche], celui qu'il aimait, Ieschoua...

       Jean 19, 26 : Et il a vu, Ieschoua, la mère (grec tèn mètera) et le
       disciple qui se tenait debout auprès [de la croix], celui qu'il
       aimait...

       Jean 20, 3 : Et alors elle a couru et elle est arrivée auprès de
       Schimeôn-Keipha-Petros et auprès de l'autre disciple, celui qu'il
       aimait, Ieschoua...

       Jean 21, 1 : Et après cela il s'est fait voir lui-même de nouveau
       Ieschoua à ceux qui apprenaient avec lui, au bord de la mer de
       Tibériade. Il s'est fait voir comme ceci : Ils étaient ensemble
       Schimeôn-Petros et Thôma (hébreu tôamin, les jumeaux, Genèse
       25, 24 ; etc.), celui qui est appelé [en traduction grecque] Didumos
       (Double, Jumeau) et Nathanaël, celui qui est de Qanah de la
       Galilée et les fils de Zebad-iah [= Jacques l'aîné et Jean son frère],
       et d'autres d'entre ses disciples : deux...
                                                                       - 284 -




     Voici donc que maintenant deux noms sont dissimulés. Ils sont
distincts des fils de Zébédée.

      Jean 21, 4 : Et c'était au matin (hébreu wa-iehi ba-bôqer) et il se
      tenait debout, Ieschoua, au bord de la mer. Mais cependant ils ne
      savaient pas, les disciples, que c'est Ieschoua...

      Jean 21, 7 : Et alors il a dit, ce disciple qu'il aimait, Ieschoua, à
      Keipha-Petros : « C'est le Seigneur... »

      Jean 21, 20 : Et alors il s'est retourné, Keipha-Petros, et il a vu le
      disciple qu'il aimait, Ieschoua, qui marchait derrière...

    Nous soupçonnons pour notre part, sinon un jeu de mots, du moins
une expression codée et une allusion parfaitement comprise dans ce
milieu ethnique, dans ce groupe des disciples, du genre :

      Isaïe 5, 1 : Je vais donc chanter pour mon chéri le chant de mon
      chéri pour sa vigne [les traducteurs en langue grecque ont lu : pour
      ma vigne]. Une vigne était à mon chéri, sur une corne fils de
      l'huile (sic : hébreu be-qeren ben-schamen.,.)

      Isaïe 5, 3 : Et maintenant habitant de Jérusalem et homme de
      Iehoudah, jugez donc entre moi et ma vigne...

      Isaïe 5, 7 : Car la vigne de YHWH des armées, [c'est] la maison
      d'Israël, et l'homme de Iehoudah, c'est le jeune plant qu'il chérit,
      dans lequel il trouve sa délectation (hébreu neta schaaschouaïô,
      du verbe hébreu schaa, se réjouir, chérir, grec kai anthrôpos tou
      Iouda neophuton ègapèmenon).

     Est-ce que les disciples galiléens du Rabbi auraient appelé Iohanam
le Judéen, l'homme de Juda, le jeune plant que Dieu chérit? D'autant plus
que Iohanam le Judéen, l'habitant de Jérusalem, était probablement l'un
                                                                         - 285 -



des deux premiers disciples du Rabbi (Jean 1, 35 : cf. p. 262-263).



«Et si je veux qu'il reste... »

       Jean 21, 19: Et il lui a dit [à Schimeôn-Keipha-Petros] : « Marche
       derrière moi. »
       Et alors il s'est retourné, Keipha-Petros, et il voit le disciple qu'il
       aimait, Ieschoua, qui marchait derrière, celui qui, aussi, était
       tombé lors du repas, sur son cœur (grec stèthos, hébreu leb) et qui
       avait dit :
       « Rabbi, qui est-il, celui qui est en train de te livrer ? (grec para-
       didômi, livrer de la main à la main, hébreu naîan, donner, Exode
       23, 31 ; etc., ou hébreu tardif masar).
       Et alors celui-ci il l'a vu, Keipha-Petros, et il a dit à Ieschoua : «
       Rabbi, celui-ci, quoi ? » (hébreu probable we-zeh mah hou).
       Et il lui a dit, Ieschoua : « Si lui je veux qu'il reste jusqu'à ce que
       je vienne, quoi à toi ? (grec ti pros se, hébreu mah-leka). Toi,
       marche derrière-moi. »
       Et alors donc elle est sortie, cette parole, auprès des frères : « Ce
       disciple ne mourra pas.»
       Or il ne lui avait pas dit, Ieschoua : « Il ne mourra pas. » Mais : «
       Si lui je veux qu'il reste jusqu'à ce que je vienne {mah zeh lak),
       quoi à toi ? »
       C'est lui, le disciple, qui atteste la vérité (grec marturein, hébreu
       heïd, participe meïd) sur ces [paroles] et qui les a écrites, et nous
       savons qu'elle est vérité, son attestation.

      Ceux qui disent « nous » ici, dans cette dernière proposition, ce sont
des compagnons de Iohanam qui attestent à leur tour la vérité de
l'attestation de Iohanam, en vertu du principe :

       Deutéronome 19, 15 : Il ne se lèvera pas, un témoin unique, contre
       un homme... Sur la bouche de (hébreu al-pi) deux témoins ou sur
                                                                         - 286 -



         la bouche de trois témoins, elle se tiendra debout (hébreu le verbe
         qoum) la parole [= la chose, l'affaire].

     L'attestation de la vérité que présente Iohanam ne suffit donc pas. Il
faut au moins deux ou trois témoins. Et c'est pourquoi des compagnons
attestent la vérité de l'attestation de Iohanam.
     C'est pour le même motif que trois Évangiles, que nous appelons
synoptiques, Matthieu, Marc, Luc, rapportent des faits et des événements
souvent identiques : parce qu'un seul témoin ne suffit pas. Il en faut au
moins deux ou trois. Chacun de ces Évangiles est publié sur la bouche de
(hébreu al-pi) celui qui atteste la vérité du contenu du livret.

         Jean 21, 25: Et il est encore d'autres choses nombreuses qu'il a
         faites, Ieschoua...

       Que signifie l'expression : « Si lui je veux qu'il reste... » (Jean 21,
22)?
     L'explication peut être fort simple. Schimeôn-Keipha voit le disciple
— qui ne veut pas être nommé dans son livret — qui suit, après la
manifestation de Ieschoua aux disciples au bord de la mer de Tibériade.
C'était la troisième manifestation (Jean 21, 14). Schimeôn demande au
Rabbi : « Et lui, quoi ? » (hébreu we-zeh mah-hou). Le Rabbi répond : «
Si lui je veux qu'il reste... » L'hypothèse la plus simple est : « Si je veux
qu'il reste là où il est, à sa place, dans le Temple de Jérusalem où il est
kôhen... » Et donc Iohanam ne s'en va pas avec les Galiléens. Il reste à
Jérusalem. Et c'est peut-être chez lui que se réunissent les disciples (Jean
20, 19 ; 20, 26 ; Actes 1, 23 ; 12,12).
     Iohanan le kôhen n'était pas l'un des douze. Ce n'est pas un Galiléen.
C'est un Judéen. Il n'a pas été envoyé en mission, il n'est pas apostolos. Il
reste dans le Temple de Jérusalem. Il va être kôhen ha-gadôl.

       Depuis longtemps, semble-t-il, les noms hébreux :
       — Ionatan, YHWH a donné,
       — Iehônatan, même sens,
       — Iehohanan, YHWH a accordé sa grâce,
                                                                         - 287 -



     — Iohanan, même sens,
     étaient interchangeables (Néhémie 12, 11 : Et Ioiada a engendré
Ionatan, et Ionatan a engendré Iadoua... Néhémie 12, 22 : Ioiada, et
Iohanan et Iadoua...).
     Ionatan et Iohanan sont probablement le même personnage.
     De même, Actes 4, 6 : Et Hanan le grand prêtre et Qaïapha et
Iohanan... Certains manuscrits donnent : Ioannès = Iohanan. D'autres
manuscrits, D, Codex Bezae : Ionathas = Ionatan.
     Le texte de Polycrate d'Éphèse est invincible. Il est donc très
vraisemblable que celui que Polycrate d'Éphèse appelle Iohanan est
identique à celui que Joseph surnommé Flavius appelle Ionatan.
     Rappelons brièvement ce que nous savons de Ionatan fils de Hanan,
par Joseph surnommé Flavius.
     Il a été nommé kôhen gadol par Vitellius en 36 à la place de Joseph
surnommé Qaïapha ou Qaïph (signification non élucidée). Il est déposé
en 37 par le même Vitellius. Sous l'administration de Cumanus (50-52) il
prend part à une délégation judéenne à Rome, — c'est le règne de
l'empereur Claude. Il est assassiné au début du règne de Néron (54-68),
sur l'ordre du procureur Félix, 52-60. Il avait refusé l'offre que lui faisait
Agrippa I, mort en 44, de devenir à nouveau grand prêtre. Agrippa avait
nommé à sa place son frère Matthias.

      Le judaïsme ne s'est donc pas divisé en deux, horizontalement,
comme certains ont voulu nous le faire croire depuis deux siècles : les
Galiléens analphabètes en bas, devenus disciples du Rabbi ; les grands
lettrés judéens restés fidèles au judaïsme au-dessus. En réalité le judaïsme
s'est divisé en deux, verticalement ; il s'est fendu en deux de haut en bas,
comme un arbre frappé par la foudre. C'est d'ailleurs ce que disent
certains textes,

       Actes 6, 7 : Et c'est la parole de Dieu qui portait fruit et qui se
       multipliait [comme une semence qu'elle est]. Et elle était
       nombreuse la foule des kôhanim qui répondaient en faveur de la
       certitude de la vérité (probablement le verbe anah, répondre en
       faveur de ; Genèse 30, 33 ; 1 Samuel 12, 3).
                                                                        - 288 -




     On conçoit, dans ces conditions, que Iohanan = Ionatan n'ait pas
voulu donner son nom dans le rouleau qui va être diffusé à partir des
années 30 et suivantes dans les communautés judéennes de la Diaspora
de langue grecque.
     Iohanan, ou ses compagnons. Non seulement pour lui-même mais
aussi pour les frères et les sœurs des communautés judéennes de la
Diaspora qui vont recevoir ce texte.
     C'est Iohanan lui-même qui a pris les notes en hébreu, qui ont été
ensuite traduites en grec ; c'est lui qui a écrit le texte original (Jean 21,
24). Personne ne sait qui a traduit ces notes de l'hébreu en grec. Peut-être
Iohanan lui-même qui était probablement bilingue. C'est dans cette
traduction en langue grecque que le nom de Iohanan = Ionatan est
constamment remplacé par une formule codée : l'autre disciple ; le
disciple qu'il aimait, Ieschoua. Nous l'avons dit, nous pensons qu'il y a
sous cette dernière expression une astuce, comme nos frères judéens de
ce temps-là aimaient tant à en faire, et que nous n'avons pas su
déchiffrer.
     Si Iohanan = Ionatan est bien le fils de Hanan, le grand prêtre qui a
été, avec quelques autres, responsable de la mort du Rabbi, alors on
conçoit que ceux qui ont traduit de l'hébreu en grec le dossier de notes et
de documents de Iohanan, aient jugé plus prudent de ne pas donner son
nom dans le texte de la traduction qui va être diffusée dans les
communautés judéennes de la Diaspora.
     Non seulement pour lui-même, — nous sommes en pleine terreur, en
pleine répression sanglante de la petite communauté chrétienne naissante
—, mais aussi pour les frères et les sœurs des communautés judéennes de
la Diaspora. Souvenons-nous de ce qui est arrivé lorsque Schaoul
surnommé Paulus a cessé de persécuter à mort la petite communauté
chrétienne naissante et qu'il est devenu le disciple de celui qu'il
persécutait.
     Iohanan = Ionatan est aussi le frère de Hanan ben Hanan qui est
responsable de la mise à mort de Iaaqôb en l'année 62. Il est possible que
Theophilos, son autre frère qui a lui aussi été kôhen gadôl, ait eu des
sympathies pour le christianisme naissant.
                                                                      - 289 -




      Actes 7, 58 : Ils ont jeté Stephanos hors de la Ville [= Jérusalem]
      et ils l'ont tué à coups de pierres... Et les témoins [de la mise à
      mort] ont déposé leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme
      appelé Schaoul...

      Actes 8, 1 : Et Schaoul, il était d'accord pour la mise à mort de
      Stephanos. Et il y a eu ce jour-là une persécution grande contre la
      communauté [chrétienne] qui était à Jérusalem. Tous se sont
      dispersés dans les régions de la Judée et de la Samarie, — sauf les
      envoyés (grec apostolôn, hébreu ha-schelihim)... Schaoul
      ravageait la communauté [chrétienne]. Dans les maisons il entrait.
      Il arrachait les hommes et les femmes. Il les faisait mettre en
      prison...

    Nous sommes probablement autour de l'année 36, l'année où Ionatan
ben Hanan est nommé kôhen gadôl par Vitellius.

      Actes 9, 1 : Schaoul, son âme était encore remplie de fureur et de
      meurtre à rencontre des disciples du Seigneur. Il est allé voir le
      grand prêtre [probablement Joseph surnommé Qaïapha] et lui a
      demandé des lettres pour Damas, pour les maisons de réunion
      [judéennes], en sorte que s'il en trouvait quelques-uns de cette voie
      (grec odos, hébreu derek) [= le christianisme], des hommes et des
      femmes, c'est enchaînés qu'il puisse les amener à Jérusalem...

     Après avoir vu celui qu'il persécutait, Schaoul est resté avec les
disciples qui étaient à Damas un certain nombre de jours.

      Actes 9, 20 : Et voici que dans les maisons de réunion il
      proclamait Ieschoua : « C'est lui qui est le fils de Dieu (hébreu ki
      hou ben elohim). » Et ils tremblaient de peur tous ceux qui
      écoutaient et ils disaient : « N'est-ce pas lui qui ravageait, qui
      dévastait, qui outrageait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom
      [le nom de Ieschoua], et ici même, Damas, il est venu pour les
                                                                         - 290 -



       amener enchaînés [ceux qui invoquent ce nom] aux grands
       prêtres...

       Actes 9, 23 : Lorsqu'ils ont été remplis (expression hébraïque) un
       nombre suffisant de jours, ils ont pris la décision, les Judéens, de
       le tuer...

       Actes 9, 26 : Lorsqu'il est arrivé à Jérusalem, Schaoul a essayé de
       se joindre aux disciples. Et tous avaient peur de lui. Ils ne
       croyaient pas qu'il était disciple. Barnaba [Joseph surnommé] l'a
       pris et l'a conduit vers les envoyés (grec apostolous, hébreu
       schelihim) et il leur a raconté comment sur la route il a vu le
       Seigneur et qu'il [le Seigneur] lui a parlé...

    On conçoit que Iohanan le kôhen du Temple de Jérusalem, le fils de
Hanan qui fut grand prêtre — parent de Joseph surnommé Qaïapha,
puisque Hanan était le beau-père (hébreu hôten) de Joseph surnommé
Qaïapha, grand prêtre entre 18 et 36 —, n'ait pas jugé bon de se nommer
dans ce livre traduit de l'hébreu en grec et destiné aux frères et aux sœurs
des communautés judéennes de la Diaspora de langue grecque. Nous
sommes probablement dans les années où Schaoul-Paulus persécute et
ravage la petite communauté chrétienne naissante.
    Dans Jean 21, 2, il est question, à la suite de Schimeôn-Keipha, de
Thôma appelé Didumos, le Jumeau, de Nathanaël de Qana en Galilée,
des fils de Zébédée et de deux autres disciples, qui ne sont pas nommés,
pour les mêmes raisons, probablement. L'un des deux, c'est celui qu'il
aimait, Ieschoua (Jean 21, 7). Il est permis de se demander si l'autre n'est
pas son frère Théophile, l'un des cinq fils de Hanan. Le grec Theophilos
peut traduire l'hébreu Iedid-iah.

     2 Samuel 12, 24 : Et il a consolé, David, Batscheba [la fille du
serment], sa femme et il est allé vers elle et il a couché avec elle et elle a
enfanté un fils et elle a appelé son nom Schelômôh, et c'est YHWH qui
l'a aimé. Et il [= YHWH] a envoyé dans la main de Natan le prophète
[un message] et il a appelé son nom Iedid-iah [chéri de YHWH], à cause
                                                                      - 291 -



de YHWH...

     Il est permis de se demander si Theophilos à qui Luc-Iaïr offre, pour
qui Luc-Iaïr écrit son Évangile et le livre des Actions des Envoyés, n'est
pas le frère de Iohanan. Theophilos a été kôhen ha-gadôl entre l'année
37, après Iohanan, et l'année 41 {Antiquités XVIII, 4, 3).

    Lorsque donc Iohanan écrit, autour des années 53-54,

      Apocalypse 1, 9: Moi Iohanan votre frère et votre compagnon
      dans la persécution et dans le règne et dans l'espérance en
      Ieschoua, j'ai été dans l'île qui est appelée Patmos, à cause de la
      parole de Dieu et à cause de l'attestation de [la vérité] de
      Ieschoua...

     il faut peut-être discerner la nuance suivante : N'ayez pas peur. Je
suis kôhen. J'ai été kôhen gadôl. Je suis le fils de qui vous savez (pelôni
almôni), et le frère de qui vous savez. Mais je suis cependant, comme
vous, persécuté. Je suis cependant votre frère et votre compagnon dans la
persécution, et dans la même espérance.
     « À cause de la parole de Dieu » (grec dia, qui traduit un grand
nombre de mots hébreux, parmi lesquels ba-abour, ou le-maan), c'est-à-
dire : en vue de communiquer la parole de Dieu, pour communiquer la
parole de Dieu, pour attester de la vérité de Ieschoua.

    Le Talmud de Jérusalem, traité Berakôt, nous dit : « Il ne faut pas
avoir bonne opinion de soi jusqu'à la mort, car Iohanan a fini par devenir
hérétique, après avoir exercé pendant quatre-vingts ans les fonctions de
kôhen gadôl. »
    Qui est ce Iohanan qui a été kôhen gadôl pendant quatre-vingts ans ?
Est-ce que quelqu'un a jamais été kôhen gâdol si longtemps ?
                                                                      - 292 -




               IV. La prise et la destruction de Jérusalem


     Il n'est pas du tout évident ni certain que l'Apocalypse soit une
composition réalisée d'un seul coup, en une seule fois. C'est même peu
probable. Il est beaucoup plus vraisemblable que l'Apocalypse est un
ensemble de visions, d'oracles et d'interprétations de l'histoire
contemporaine de Iohanan, cousus bout à bout, tout comme c'est le cas
pour les anciens prophètes hébreux : Osée, Amos, Isaïe, Jérémie,
Ézéchiel, etc. Un ensemble de textes qui n'ont pas forcément été écrits au
même moment.
     Nous ne savons pas qui a traduit l'Apocalypse de l'hébreu en grec.
Ce que nous savons, ce que nous voyons, c'est que celui qui a fait cette
traduction n'est pas le même que celui qui a traduit de l'hébreu en grec —
peut être Iohanan lui-même — le dossier qui a donné notre Évangile de
Jean.
     Nous ne savons pas si l'Apocalypse a été publiée, diffusée,
communiquée du vivant de Iohanan, ou seulement après sa mort. Nous
ne savons pas qui a mis en ordre, qui a arrangé les divers documents
réunis dans l'Apocalypse. Est-ce Iohanan lui-même ? Ou des
compagnons ?
     Iohanan annonce, quelque quinze ou vingt ans à l'avance, la prise et
la destruction de Jérusalem qu'il appelle la prostituée (grec pornè, hébreu
zônah, participe du verbe zanah, se prostituer). Il précise même à
plusieurs reprises que cette destruction de la Ville sainte est proche,
imminente (Apocalypse 1, 3 : Car le temps est proche; Apocalypse 22,
10).
     On voit mal un prophète allemand prophétisant, quarante ans après
la prise et la destruction de Berlin par les Américains et les Russes, la
chute de la capitale de l'Allemagne.
     De même on voit mal un prophète judéen prophétiser la chute et la
destruction de Jérusalem en 96 et 97, alors que Jérusalem a été prise et
détruite par les armées de Titus durant l'été de l'année 70.
                                                                        - 293 -




« Ceux qui se disent eux-mêmes envoyés... »

      Apocalypse 2, 1 : Et au messager de la communauté [chrétienne
      qui est] à Éphèse, écris... Je connais tes actions... et que tu ne peux
      pas supporter les méchants, les mauvais, et tu as mis à l'épreuve
      ceux qui se disent eux-mêmes envoyés (grec apostolous), et ils ne
      le sont pas, et tu les as trouvés menteurs...

     Quels sont ces hommes qui se disent eux-mêmes envoyés et qui ne
le sont pas, et qui sont venus à Éphèse ?
     Rappelons-nous ce qui s'est passé autour de l'année 50, la grande
controverse concernant l'entrée des goïm dans l'économie du
monothéisme hébreu.

      Actes 15, 1 : Et certains sont descendus venant de la Judée et ils
      enseignaient les frères : « Si vous ne vous faites pas circoncire
      selon la coutume, l'usage de Môscheh, vous ne pouvez pas être
      sauvés. » Alors il y a eu une controverse et une discussion qui n'a
      pas été petite pour Paul et Barnaba contre eux. Alors ils ont décidé
      qu'ils monteraient, Paul et Barnaba et certains, quelques autres
      d'entre eux [d'entre les disciples d'Antioche] pour aller vers les
      envoyés et les anciens à Jérusalem, à propos de cette controverse...
      Lorsqu'ils sont arrivés à Jérusalem, ils ont été reçus par la
      communauté [chrétienne] et les envoyés et les anciens. Ils ont
      annoncé tout ce que Dieu avait fait avec eux. Alors ils se sont
      levés, certains qui étaient de l'école de pensée (grec airesis) des
      perouschim, et qui avaient été certains de la vérité [du maschiah
      Ies-choua]. Et ils ont dit : « Il faut les circoncire et leur
      commander de garder la Torah de Môscheh... » Alors ils se sont
      réunis, les envoyés et les anciens, pour voir, pour examiner [ce
      qu'il en est] de cette parole (hébreu dabar) [— cette affaire]. Il y a
      eu une grande controverse et il s'est levé Keipha-Petros et il leur a
      dit : « Frères, vous-mêmes vous savez bien que depuis les
      premiers jours au milieu de vous, il a choisi, Dieu, par ma bouche,
                                                                                                                   - 294 -



           qu'ils entendent, les goïm, les païens, la parole de l'heureuse
           annonce (hébreu et debar ha-besôrah) et qu'ils soient certains de
           la vérité. Et Dieu qui connaît les [secrets des] cœurs, il a attesté en
           leur faveur, il a été témoin en leur faveur, puisqu'il leur a donné
           l'Esprit saint tout comme à nous. Et il n'a fait aucune différence
           entre nous et eux. Par la certitude de la vérité (grecpistis, hébreu
           emounah) il a purifié leurs cœurs... Et maintenant donc, pourquoi
           est-ce que vous mettez Dieu à l'épreuve, en posant un joug sur le
           cou des disciples [issus du paganisme], joug que ni nos pères ni
           nous-mêmes n'avons été capables de porter ? Mais c'est par la
           grâce du Seigneur Ieschoua que nous sommes certains d'être
           sauvés, de la même manière qu'eux [que ceux-ci, les nouveaux
           disciples issus du paganisme]. »
           Et alors elle a fait silence, toute l'assemblée, et ils ont écouté
           Barnaba et Paul qui ont raconté tout ce qu'il a fait, Dieu, signes et
           prodiges, parmi les païens, par leurs mains.
           Et après qu'ils aient fait silence, il a répondu, Iaaqôb, et il a dit
           (hébreu wa-iiaan iaaqôb wa-iômer) : « Frères, écoutez-moi... »

     Le Iaaqôb dont il est question ici est probablement, nous l'avons vu,
le Iaaqôb qui est appelé par ailleurs le frère du Seigneur (ho adelphos tou
kuriou, Galates 1, 19), celui qui sera mis à mort en l'année 62.

           Actes 15, 13 : Il a répondu, Iaaqôb, et il a dit : « Frères, écoutez-
           moi. C'est Schimeôn qui a raconté comment tout d'abord c'est
           Dieu qui a visité22 [pour] prendre en le tirant des nations païennes
           (hébreu mi-bein ha-goïm) un peuple pour son nom...

    C'est le signe de Jonas qui s'accomplit, la prophétie du rouleau de
Jonas qui se réalise. Le monothéisme hébreu passe aux nations païennes.

           Actes 15, 15 : Et à cela s'accordent les paroles des prophètes,

22
  Grec epi-skeptomai, hébreu paqad, la vieille expression hébraïque, Genèse 50, 24 : C'est Dieu qui va vous visiter...
Genèse 50, 25 : Visiter, il va vous visiter, Dieu... Exode 3, 16 : Visiter, je vous ai visité... Exode 4, 31 : Et il a été
certain que c'est vrai, le peuple, et ils ont entendu qu'il a visité, YHWH, les fils d'Israël... Exode 13, 19 ; etc.
                                                                         - 295 -



       comme il est écrit...

       Actes 15, 19 : Et c'est pourquoi moi je juge qu'il ne faut pas
       opprimer, resserrer, faire pression sur (grec par-enochleô, hébreu
       tzôq, Juges 14, 17, faire le siège d'une ville) ceux qui viennent des
       nations païennes (hébreu min-ha-goïm) et qui se sont tournés vers
       Dieu, mais qu'il faut leur écrire, leur envoyer une lettre, un
       message, pour qu'ils s'abstiennent
       — des souillures des divinités païennes (grec ton alis-gèmatôn ton
       eidôlon ; alisgèma n'existe pas en grec naturel ; formé à partir du
       verbe alisgeô, qui n'existe pas en grec naturel ; hébreu gaal,
       souiller, Malachie 1, 7; Daniel 1,8),
       — et du sang,
       — et de la prostitution (grec porneia, hébreu zenounim ; zenout)
       [= le culte des divinités païennes],

     2 Rois 9, 22 ; Osée 2, 4 ; 2, 6 ; 6, 10, etc. Lévitique 17, 7 : Et ils ne
sacrifieront plus des sacrifices à leurs boucs, que eux ils se prostituaient
derrière... Nombres 14, 33 : Et vos fils, ils seront bergers dans le désert
pendant quarante ans et ils porteront vos prostitutions (hébreu zenoutei-
kem, grec tèn porneian humôri)... Jérémie 3, 2 ; 3, 9, etc.)

     — et de l'étouffé [= des bêtes étouffées] (grec pniktou, n'existe pas
     en grec naturel, formé à partir du
    — verbe pnigô, étrangler, étouffer)...

      Lévitique 17, 10 : Et un homme quel qu'il soit (hébreu isch isch),
issu de la maison d'Israël, et issu [de l'ensemble des] étrangers (hébreu
min-ha-ger, grec ton prosèlutôn) qui séjourne en étranger au milieu de
vous, qui mangera toute sorte de sang, n'importe quel sang (hébreu kôl-
dam), alors, (hébreu we, grec kai) je donnerai ma face contre l'âme
(hébreu nephesch), qui a mangé le sang et je la retrancherai du milieu de
son peuple. Car l'âme de la chair, dans le sang [elle est]... C'est pourquoi
j'ai dit aux fils d'Israël : Toute âme d'entre vous, elle ne mangera pas du
sang, et l'étranger (hébreu ger, grec proselutos) qui séjourne en étranger
                                                                            - 296 -



au milieu de vous, il ne mangera pas du sang... Parce que l'âme de toute
chair [c'est] son sang. Dans son âme, lui [il est]. Et j'ai dit aux fils d'Israël
: Le sang de toute chair vous ne mangerez pas, parce que l'âme de toute
chair, [c'est] son sang. Tout homme qui en mangera sera retranché.

    Iaaqôb ajoute :

       Actes 15, 21 : Car il est à Môscheh, depuis les générations
       premières, dans chaque ville, des hommes qui crient, qui lisent
       tout haut (grec kèrussein, hébreu qara, Genèse 41, 43 ; Exode 32,
       5 ; etc.) la Torah de Môscheh, dans les maisons de réunion (grec
       suna-gôgè, hébreu beit ha-kenesset), lors de chaque schab-bat,
       lorsqu'il est lu...

     Le message nouveau venu de Jérusalem était tout d'abord
communiqué aux frères des communautés judéennes de la Diaspora,
comme on le voit dans les trois voyages de Paul. Ce nouveau message
était reçu par une partie de la communauté judéenne, qui devenait ainsi
le germe d'une nouvelle communauté chrétienne. C'est un phénomène de
fécondation. Ensuite ce germe se développe et intègre des goïm, des
païens.
     Il est demandé à ces goïm de bien vouloir respecter certaines normes
élémentaires qui sont enseignées dans la Torah de Môscheh, pour leur
bien.

     Actes 15, 22: Et alors il a paru bon aux yeux des envoyés et aux
anciens (grec presbuterois, hébreu ha-zeqenim) avec toute la
communauté (grec ekklèsia, hébreu ha-qahaï) de choisir des hommes
pris parmi eux et de les envoyer à Antioche avec Paulus et Bar-naba,
Iehoudah celui qui est appelé Bar-schabba et Silas [ou Silvanus, l'homme
de la forêt, peut-être hébreu iarea, 1 Chroniques 9, 42], des hommes qui
étaient à leur tête au milieu de leurs frères. Et ils ont écrit par leurs mains
une lettre : Les envoyés et les anciens et les frères, à ceux d'Antioche et
de Syrie et de Cilicie, aux frères qui viennent des goïm, schalôm ! Parce
que nous avons appris que certains sont sortis de chez nous, d'entre nous,
                                                                          - 297 -



qu'ils vous ont bouleversés par des paroles et qu'ils ont démoli vos âmes,
ils vous ont dit qu'il fallait vous faire circoncire et garder la Torah, —
des gens à qui nous n'avions pas donné d'ordre —, c'est pourquoi il a
paru bon à nos yeux, tous d'accord, de vous envoyer des hommes que
nous avons choisis avec ceux que nous aimons, Bar-naba et Paulus, des
hommes qui ont donné leurs âmes pour le nom de notre Seigneur
Ieschoua ha-Maschiah. Nous avons donc envoyé Iehoudah et Silas [ou
Silvanus] ; et eux-mêmes par la parole ils vous annonceront les mêmes
choses. Car il a été bon à la face de l'Esprit saint et à notre face de ne
vous imposer rien de plus, aucune charge, sauf celles-ci qui font partie de
celles qui sont nécessaires : vous abstenir des bêtes sacrifiées aux
divinités païennes (grec eidô-lothutôn, n'existe pas en grec naturel) et du
sang, et des [bêtes] étouffées, et de la prostitution [= le culte des divinités
païennes].

     Nous sommes quelque temps avant le départ de Paul pour son
deuxième voyage missionnaire, donc autour, probablement, de l'année 49
ou 50.
     Si Apocalypse 2, 2 fait allusion à ceux qui se disent envoyés, et qui
en fait n'avaient pas été envoyés par la communauté de Jérusalem (Actes
15, 1 et 15, 24), alors nous devons être dans une zone de probabilités
proche de l'année 50. La lettre de Paul aux Galates porte sur les mêmes
questions.
     Le fond du problème est le suivant. Selon le christianisme, ce qu'on
appelle le salut, c'est la nouvelle naissance d'en haut (Jean 3, 3) ; la
nouvelle création (kainè kîisis, 2 Corinthiens 5, 17 ; Galates 6, 15) ; la
création de l'Homme nouveau (kainos anthrôpos, Éphésiens 2, 15; 4,
24).
     Dieu seul, unique créateur, peut créer en nous l'Homme nouveau et
véritable qu'il envisage avant le commencement de la Création. La
première création, la plus ancienne, c'est l'homme ancien {ho palaios
anthrôpos, Romains 6, 6 ; Ephésiens 4, 22 ; Colossiens 3, 9). Ce vieil
homme — que Paul appelle aussi sarkikos, hébreu basar, 1 Corinthiens
3, 3 ; ou sarkinos, Romains 7, 14 ; 1 Corinthiens 3, 1 — doit consentir à
une métamorphose, à une transformation                {metamorphousthai,
                                                                      - 298 -



Romains 12, 2 ; 1 Corinthiens 3, 18).
    Dieu seul, unique créateur, peut effectuer en nous et avec notre
consentement cette métamorphose.

      1 Corinthiens 15, 50 : Voici ce que je dis, frères : chair et sang
      (grec sarx kai aima, hébreu basar we-dam) [— le vieil homme],
      l'homme basar, le royaume de Dieu il ne peut pas l'hériter... Voici
      un secret qu'à vous je dis : Tous, nous ne nous coucherons pas
      [pour mourir], mais tous nous serons changés, transformés.

    C'est la pensée communiquée en Jean 3, 3 :

      Amen, amen, je le dis à toi : Si quelqu'un ne naît pas d'en haut [—
      de Dieu], il ne peut pas voir le royaume, ou le règne de Dieu.

     Ce n'est pas un problème de morale. Ce n'est pas une question de
droit. C'est un problème d'ontologie, plus exactement d'ontogenèse, pour
employer un terme du métaphysicien français Maurice Blondel. Nous
naissons dans l'état de l'homme animal (grec psuchikos, hébreu
nephesch, 1 Corinthiens 2, 14 ; 15, 44). Nous naissons animal humain,
en voie d'humanisation. Et nous sommes invités à consentir à une
transformation, à une métamorphose, qui fera de nous des hommes au
sens propre du terme, l'Homme tel que Dieu, unique créateur, l'envisage
depuis les origines de la Création.
     Contrairement à Philon d'Alexandrie, Paul souligne que l'homme
animal est premier, il est le plus ancien. L'Homme transformé,
métamorphosé par l'Esprit saint, c'est celui qui est en régime de création.
Il vient après (epeita to pneumatikon, 1 Corinthiens 15, 46). Le premier
homme (grec ho prôtos anthrôpos, hébreu ha-adam ha-rischôn), celui
que les paléontologistes appellent homo sapiens sapiens, c'est l'animal
humain. Ce n'est pas l'Homme spirituel. Paul pense donc exactement
le contraire de ce que professe Philon d'Alexandrie et de ce que
professeront, à la suite de Philon d'Alexandrie et d'Origène d'Alexandrie,
les qabbalistes.
     Dans ces conditions il est évident que la sainte Torah ne peut pas
                                                                        - 299 -



effectuer, procurer, réaliser cette création de l'Homme nouveau qui est
l'Homme véritable uni à Dieu, visé par Dieu depuis les origines. La
sainte Torah n'a pas l'efficacité nécessaire pour effectuer en nous et avec
nous cette nouvelle création, cette métamorphose, qui est absolument
nécessaire pour que l'Homme nouveau créé soit capable,
ontologiquement, d'entrer dans l'économie de la nouvelle création, qui
est la Création définitive. Encore une fois, ce n'est pas un problème de
morale. Ce n'est pas une question de droit. C'est un problème d'être. Il
existe des conditions ontologiques à la réalisation du dessein créateur de
Dieu. La création de l'Homme nouveau est requise pour que l'être créé
appelé à cette destinée surnaturelle soit capable d'y prendre part.
     Cela n'empêche pas qu'il est bon, qu'il est avantageux pour les frères
et les sœurs qui viennent du paganisme et qui entrent dans l'économie du
monothéisme hébreu, dans l'économie de la promesse faite à Abraham,
de s'abstenir des bêtes sacrifiées aux idoles, du sang, etc. Les
prescriptions de la Torah restent bonnes, utiles et saintes. Mais elles ne
sont pas suffisantes pour réaliser le dessein de Dieu créateur : la création
de l'Homme nouveau qui est l'homme véritable.

      Ajoutons un élément nouveau, visible et discernable depuis environ
trois siècles et que les Pères, grecs, latins ou syriens, les grands
théologiens du Moyen Age, ne pouvaient pas voir clairement. Nous
avons découvert après trois siècles environ d'étude critique, que la sainte
Bibliothèque hébraïque est un ensemble de livres, de documents,
composés à travers les siècles, depuis peut-être les plus anciens
documents écrits, contemporains d'Abraham, autour du XXe siècle avant
notre ère, jusqu'aux plus récents, par exemple le livre de Daniel, IIe siècle
avant notre ère. Grâce à ces travaux, nous avons découvert qu'il existe un
progrès de la Révélation. Les nombreuses législations que l'on peut lire
dans les livres de l'Exode, Lévi-tique, Nombres, Deutéronome, sont
comme des couches géologiques. Le philologue y découvre l'histoire d'un
processus. En même temps que les naturalistes découvraient l'histoire des
groupes zoologiques, et donc l'histoire de la Création, les philologues et
les historiens découvraient l'histoire de la Révélation qui s'effectuait à
l'intérieur de cette zone germinale, de cette lignée germinale, qui est le
                                                                          - 300 -



peuple hébreu.
    À un moment donné de l'histoire — nous sommes autour de l'année
50 —, certaines de ces prescriptions, de ces législations, qui avaient eu
leur utilité, leur raison d'être, leur fonction, dans les siècles passés,
constituent désormais un obstacle pour l'entrée des goïm dans l'économie
du monothéisme hébreu.

   Autour de l'année 50, Iohanan était l'une des trois colonnes de la
communauté chrétienne de Jérusalem :

      Galates 2, 9 : Et ils ont connu la grâce qui m'a été donnée, Iaaqôb
      et Keipha et Iohanan, ceux qui passent pour être les colonnes...

     Il est donc vraisemblable que Iohanan fait partie, en l'année 50, de
ces anciens qui dictent la lettre que nous avons lue.
     Et donc « ceux qui se disent eux-mêmes envoyés et qui ne le sont
pas et tu les as trouvés menteurs » (Apocalypse 2, 2), ce sont ceux qui
viennent exiger des goïm qu'ils se soumettent à la pratique de la
circoncision, et ce ne sont pas Paul et ses compagnons, contrairement à
ce qu'ont supposé quelques critiques.

    Paul a séjourné à Éphèse au cours des années 53-56. Est-ce que
Iohanan était encore en vie?


Niko-laos

      Apocalypse 2, 6 : Mais ceci est pour toi, tu hais les actions des
      Nikolaitôn que moi aussi je hais...

    Nous l'avons déjà noté en passant : Niko-laos est un jeu de mots
traduit de l'hébreu.

     Il s'agit d'un terme codé, qui peut désigner soit les collaborateurs, ou
tel autre parti qui était en train de se former.
                                                                         - 301 -




     Le grec neikos, la discorde, la querelle, traduit l'hébreu madôn
(Proverbes 10, 12 ; 22, 10 ; 29, 22). Le mot grec laos traduit l'hébreu am,
le peuple.
     Le verbe grec nikaô signifie vaincre. Il traduit le verbe hébreu
netzah, conduire, diriger (Habacuc 3, 19). Le substantif grec nikè, la
victoire, traduit le substantif hébreu netzah, la gloire (1 Chroniques 29,
11). Le substantif grec nikos, très rare, traduit lui aussi l'hébreu netzah. 2
Samuel 2, 26 : Est-ce que, hébreu le-netzah, grec eis nikos, elle va
dévorer, l'épée ? Esdras 3, 9, hébreu le-netzah, pour diriger. Amos 8, 7 :
hébreu la-netzah, grec eis neikos, etc. L'Apocalypse utilise fréquemment
le verbe grec nikaô, vaincre, Apocalypse 2, 7 ; 11 ; 2, 17 ; 2, 26 ; etc.
     Nous pourrions donc avoir un jeu de mots hébreu traduit en grec,
avec netzah, diriger, et am, le peuple.


Ceux qui se disent eux-mêmes judéens

       Apocalypse 2, 9 : Je connais ton angoisse et ta pauvreté... et les
       insultes qui viennent de ceux qui disent : nous sommes judéens, et
       ils ne le sont pas, mais une assemblée de l'adversaire (hébreu ha-
       satan, non traduit, transcrit en caractères grecs). N'aie pas peur.
       Voici qu'il va jeter, l'adversaire (grec ho diabolos, hébreu ha-
       satan) pris parmi vous [des hommes et des femmes] en prison afin
       que vous soyez mis à l'épreuve... Sois fidèle jusqu'à la mort et je te
       donnerai la couronne de la vie...

    Nous sommes en pleine persécution de la part de ceux qui se disent
eux-mêmes judéens.


Dans les jours d'A ntipas...

       Apocalypse 2, 13 : Je sais où tu habites, là où [se trouve] le trône
       de l'adversaire (hébreu ha-satan, non traduit, transcrit en
                                                                      - 302 -



      caractères grecs). Et tu te tiens fermement à mon nom et tu n'as
      pas renié la certitude de la vérité (grec pistis, hébreu emounah) en
      moi, même dans les jours d'Antipas, jours dans lesquels (grec de
      certains manuscrits hèmerais en ais) mon témoin (hébreu ed),
      celui dont on peut être certain (grec ho pistos, hébreu ha-neeman),
      qui a été mis à mort chez vous (grec apo-kteinô, hébreu harag,
      Genèse 4, 8, etc.) là où c'est l'adversaire, l'ennemi (hébreu ha-
      satan, non traduit, transcrit en caractère grecs) qui habite.

    Hérode Antipas, né en 4 avant notre ère, mort en exil, en Gaule ou
en Espagne, en 39 de notre ère, est responsable de la mise à mort de
Iohanam, l'ascète du désert qui plongeait les pénitents dans les eaux du
Jourdain (Matthieu 14, 4).
    Nous sommes toujours sous la terreur.


Bala-am et Niko-laos

    Apocalypse 2, 14 : Des gens qui tiennent la doctrine de Balaam...
Jeu de mots en hébreu : Bala, dévorer. Am, le peuple.

    Apocalypse 2, 15 : La doctrine des Nikolaitôn... Le même jeu de
mots que Apocalypse 2, 6.


La femme Iezabel

      Apocalypse 2, 20 : Tu as laissé la femme Iezabel qui dit qu'elle est
      prophétesse et qui enseigne, et qui trompe, qui fait errer mes
      serviteurs, se prostituer [aux divinités païennes] et manger des
      bêtes sacrifiées aux divinités païennes. Et je lui ai donné un temps,
      ou du temps, pour qu'elle revienne et elle ne veut pas revenir de sa
      prostitution (grec porneia, hébreu zenounim, ou zenout, ou
      tazenout) [= culte rendu aux divinités païennes, Ézéchiel 16, 15 ;
      etc.]. Voici que moi je vais la jeter sur une couche (grec klinè,
                                                                             - 303 -



       hébreu mittah) et ceux qui ont forniqué avec elle, ou qui se sont
       prostitués avec elle, pour une grande angoisse, oppression, un
       grand resserrement (grec thlipsis, hébreu tzarah, Genèse 35, 3 ;
       etc.) s'ils ne reviennent pas de leurs actions. Et ses fils, je les ferai
       mourir de mort. Et elles connaîtront, toutes les communautés
       [chrétiennes], que moi je suis celui qui sonde les reins et les
       cœurs...

    Il est très vraisemblable que Iezabel est ici un terme codé pour
désigner Jérusalem, qui persécute à mort la petite communauté
chrétienne naissante.

    1 Rois 16, 31 : Et il [= Achab] a pris femme (hébreu ischah, grec
gunaika), Izebel, fille de Et-baal, roi des Sidoniens, et il est allé et il s'est
mis au service du baal et il s'est prosterné devant lui...
    Achab a régné sur Israël, à Samarie, entre 873 et 853 avant notre ère.
    1 Rois 18, 4: Et il est arrivé, lorsqu'elle a exterminé, Izebel, les
prophètes de YHWH, alors (hébreu we, grec kai), il a pris, Obed-iahou,
cent prophètes et il les a cachés dans une grotte et il les ravitaillait en
pain et en eau...
    1 Rois 18, 13 : Est-ce qu'il n'a pas été raconté à mon seigneur [= Eli-
iahou] ce que j'ai fait, lorsqu'elle faisait mettre à mort, Izebel, les
prophètes de YHWH...
    2 Rois 9, 7 : Tu frapperas la maison de Achab ton maître et je me
vengerai (hébreu naqam, grec ekdikein) des sangs (pluriel en hébreu et
dans la traduction grecque) de mes serviteurs les prophètes et des sangs
(pluriel) de tous les serviteurs de YHWH...


Langage codé

     Mais pourquoi donc Iohanan de l'Apocalypse écrit-il aux
communautés chrétiennes dans ce langage codé, chiffré, que nous avons
le plus grand mal à déchiffrer ?
     Pour la raison la plus simple qui soit. Iohanan écrit en pleine terreur,
                                                                       - 304 -



à des communautés qui sont persécutées à mort, et le texte qu'il adresse
est traduit de l'hébreu en grec, et donc compréhensible pour tout le
monde.
     L'adversaire, l'ennemi, le persécuteur (hébreu ha-satan), c'est : 1.
L'Empereur de Rome. — 2. Les gouverneurs romains des provinces. —
3. Les rois judéens de la dynastie des Hérodes. — 4. Le haut sacerdoce,
le collège des grands prêtres, nommés et démis à volonté par
lesgouverneurs romains et par les rois judéens collaborateurs, et vendus
au pouvoir romain.
     En somme la raison pour laquelle Iohanan de l'Apocalypse écrit un
langage codé, chiffré, compréhensible pour les frères et les sœurs des
communautés chrétiennes auxquelles il s'adresse, c'est la même raison
qui oblige Iohanan du quatrième Évangile à ne pas donner son propre
nom dans le texte de sa traduction, et Matthieu (26, 18) à ne pas donner
le nom de celui chez qui le Rabbi veut faire la fête de pesah (poiein en
grec, hébreu asah).
     Si l'Apocalypse avait été composée à la fin du règne de Domitien,
autour de l'année 96, comme on nous le raconte depuis longtemps, on ne
voit pas du tout pourquoi toutes ces chinoiseries. Jérusalem était détruite
depuis l'été de l'année 70, et donc depuis plus de vingt-cinq ans. Des rois
judéens de la sinistre dynastie des Hérodes, il ne restait plus qu'Hérode
Agrippa II qui est mort vers l'année 100. Le haut sacerdoce était
exterminé ou dispersé. Il n'y avait plus de raison de parler ce langage
codé et secret.


Sardes. Un jeu de mots

      Apocalypse 3, 1 : Et au messager de la communauté [chrétienne]
      qui [est] à Sardes, écris : « Voici ce que dit celui à qui
      appartiennent les sept esprits de Dieu et les sept étoiles. Je connais
      tes actions parce qu'à toi est un nom selon lequel toi tu es vivante,
      et en réalité tu es morte... »

    Jeu de mots sur le nom de Sardes, capitale de la Lydie. Jeu de mots
                                                                       - 305 -



qui fonctionne en hébreu, mais pas en grec, ni, évidemment, en français.
Le verbe sarad, en hébreu, signifie se sauver, s'échapper, être rescapé.

     Josué 10, 20 : Et il est arrivé que (hébreu wa-iehi, grec kai egeneto :
des milliers de fois dans la Bibliothèque hébraïque), lorsqu'il a eu fini,
Iehos-choua, et les fils d'Israël, de les frapper de ce coup très grand,
jusqu'à extermination, alors les rescapés se sont échappés (hébreu ha-
seridim sardou)...
     Sarid, le rescapé, pluriel seridim, Jérémie 42, 17 ; 44, 14 ; etc.

    Observer la construction de Apocalypse 3, 1 comme celle de 2, 1 ; 2,
8 ; 2, 12 ; 2, 18 : « Au messager de la communauté qui à Sardes... »
Hébreu qehilah ascher be... Il n'y a pas de verbe être en hébreu. La
traduction grecque est littérale : il n'y a pas non plus le verbe être.

     La lettre a donc été adressée en hébreu à la communauté chrétienne
de Sardes. Il n'y avait pas de sens à employer en traduction grecque un
jeu de mots qui ne fonctionne pas en grec.


Ceux qui disent qu'ils sont judéens...

      Apocalypse 3, 7 : Au messager de la communauté qui [est] à
      Philadelphie, écris... «Je connais tes actions. Voici que j'ai donné
      devant ta face (hébreu hinneh natati lephaneika), une porte
      ouverte que personne ne peut la refermer, elle [construction
      hébraïque classique]... Voici que je donne, pris ou tiré de la
      maison de réunion de l'ennemi ou de l'adversaire (hébreu mi-beit
      ha-kenesset, hébreu tardif ; araméen beit kenischta, ha-satan, en
      hébreu dans le texte grec idou didô ek tes sunagôgès tou satana)
      parmi ceux qui disent qu'ils sont judéens, et ils ne le sont pas, mais
      ils mentent... Voici que je ferai en sorte que (grec hina, hébreu
      ascher), eux ils viennent et qu'ils se prosternent devant la face de
      tes pieds (hébreu ascher iaboou le-hischtahawôt li-phenei
      rageleika) et qu'ils connaissent que moi je t'ai aimé...
                                                                          - 306 -




     Tout cela est bien évidemment traduit littéralement de l'hébreu. Le
grec qui en résulte est aussi étrange que le français qui résulte de notre
traduction littérale du texte grec. La traduction de l'hébreu ascher par le
grec hina est fréquente dans l'Évangile de Jean. Nous sommes de
nouveau dans une période, racontée en détail dans le livre des Actes, où
il y a conflit violent entre les maisons de réunion des Judéens et les
petites communautés chrétiennes naissantes.
     Le mot hébreu ha-satan, l'ennemi, l'adversaire, est laissé en hébreu
dans la traduction grecque de l'Apocalypse, tout simplement parce que
les frères et les sœurs à qui cette traduction était destinée connaissaient le
sens de ce mot. Il faut donc faire attention, nous les goïm de la fin du
XXe siècle, à ne pas prendre ce mot hébreu, qui est un nom commun,
pour un nom propre.


Le Amèn

       Apocalypse 3, 14 : Voici ce qu'il dit, le amèn (en hébreu dans le
       texte grec), le témoin de la vérité de qui on peut être certain (grec
       pistos, hébreu ha-neeman) et véritable (grec alèthinos, hébreu
       probable émet), le principe, ou la tête (grec arche, hébreu reschit
       ou rôsch) de la création de Dieu...

    Iohanan décline et conjugue le verbe hébreu aman, niphal parfait
neeman, être solide, être certain, et associe le substantif émet, la vérité,
qui se rattache à la racine hébraïque aman. Dans la traduction grecque,
évidemment, on ne voit pas le lien entre ces termes de même racine.


Il n'y a plus de délai

       Apocalypse 10, 5 : Il a levé sa main, la droite (en hébreu, l'adjectif
       suit le substantif), vers les cieux et il a juré, il a fait serment dans
       (hébreu le verbe scheba suivi de be, Genèse 21, 23 ; Josué 2, 12 ;
                                                                          - 307 -



       Lévi-tique 19, 12; etc.) celui qui vit dans les durées éternelles des
       durées éternelles (hébreu ôlemei ha-ôlamim), celui qui a créé les
       cieux et ce qui est dedans, et la terre et ce qui est en elle, et la mer
       et ce qui est en elle : il n'y a plus de temps (grec chronos, hébreu
       probable zeman, Néhémie 2, 6; 10, 35; 13, 31 ; Qôhelet, 3, 1).
       Mais dans les jours de la voix du septième messager, lorsqu'il
       sonnera du schophar, alors (grec kai, hébreu we) il sera accompli,
       réalisé, le secret de Dieu (grec mustèrion, hébreu sôd).

    Il n'y a plus de temps, c'est-à-dire il n'y a plus de délai. Ce que
Iohanan annonce, est imminent.


Le Temple de Jérusalem livré aux païens. Jérusalem piétinée

       Apocalypse 11, 1 : Et il m'a été donné un roseau comme un bâton
       pour dire : « Lève-toi et mesure le Temple de Dieu et l'autel des
       sacrifices, et ceux qui se prosternent en lui. Et la cour, ou le parvis,
       celle qui est à l'extérieur... »

      Et il m'a été donné un roseau (grec kalamos, hébreu qaneh, Ezéchiel
40, 3 : hébreu qaneh ha-middah, grec kalamos metrou), comme un
bâton, pour dire (hébreu lemôr) : « Lève-toi et mesure le Temple (grec
naos, hébreu heikat) de Dieu et l'autel des sacrifices (grec thusiastèrion,
hébreu mizebeah, Genèse 8, 20; etc., Exode 17, 15; etc. Lévitique 1, 5 ;
etc.)
      ... et ceux qui se prosternent en lui. Et la cour, ou le parvis (grec
aulè, espace à l'air libre, hébreu hatzer, à l'origine camp fortifié, enclos,
Genèse 25, 16; la grande cour, hébreu hatzer ha-gedolah, 1 Rois 7, 12,
grec tèn aulèn tèn esôtatèn ; Ezéchiel 10, 5 : la cour extérieure, hébreu
hetzar ha-hitzonah, grec tes aulès tes exôteras ; Ezéchiel 40, 31 ; la cour
intérieure, hébreu hatzer ha-penimi, Ezéchiel 40, 19 ; la cour neuve, 2
Chroniques 20, 5 : dans la maison de YHWH en face de la cour neuve,
hébreu hatzer ha-hadaschah, grec tes aulès tes kainès. Jérémie 19, 14 :
Et il s'est tenu debout dans la cour ou le parvis de la maison de YHWH,
                                                                           - 308 -



hébreu ba-hatzer beit-yhwh, grec en tè aulè oikou kuriou ; Jérémie 26, 2 :
Tiens-toi debout dans le parvis de la maison de YHWH, hébreu ba-
hatzer beit-yhwh, grec en aulè oikou kuriou, et tu diras contre toutes les
villes de Iehoudah qui viennent pour se prosterner [dans la] maison de
YHWH... Ezéchiel 8, 7 : Et il m'a amené à la porte du parvis, hébreu
hatzer, grec aulè. La cour intérieure, hatzer ha-penimit, l Rois 6, 36, grec tèn
aulèn tèn esôtatèn ; 1 Rois 7, 12 : Et la cour grande, hébreu hatzer ha-
gedolah, avait un pourtour de trois rangées de pierres de taille et une
rangée de plaques de cèdre, comme pour la cour intérieure de la maison
de YHWH, hébreu la-hatzer beit yhwh ha-penimit. Le parvis des kôha-
nim, hébreu hatzer ha-kohanim, grec tèn aulèn ton hiereôn, et la grande
cour, hébreu ha-azarah ha-gedolah, grec tèn aulèn tèn megalèn, 2
Chroniques 4, 9 ; etc.).
     Et la cour ou le parvis, celle qui est à l'extérieur (grec tèn exôthèn)...
Certains manuscrits donnent : exôthen, extérieure. D'autres manuscrits
donnent : esôthen, intérieure. Ce n'est pas une erreur de copie ou une
faute de copie des copistes. Ce sont deux traductions différentes qui se
sont maintenues dans deux lignées de manuscrits.

       Apocalypse 11, 2: ... Et la cour extérieure, ou intérieure, du
       Temple (grec naos, hébreu heikat) rejette-la dehors et ne la mesure
       pas, parce qu'elle a été donnée aux nations païennes, et la Ville
       sainte [Jérusalem], ils la piétineront quarante et deux mois...

     Il n'y avait évidemment aucun intérêt en 95 ou 96 à annoncer que
Jérusalem sera piétinée par les goïm, puisque depuis vingt-cinq ans,
depuis l'été de l'année 70, le Temple de Jérusalem a été détruit, incendié
et la Ville sainte ravagée ; tout le monde le savait.
     Si un faussaire, pour parler comme Renan, avait voulu au IIe siècle
de notre ère fabriquer une fausse prophétie annonçant la prise et la
destruction de Jérusalem, il n'avait qu'à recopier l'ouvrage de Joseph
surnommé Flavius, la Guerre des Judéens contre les Romains. Il y aurait
trouvé nombre de détails et de précisions. L'ouvrage de Joseph, nous
l'avons vu, a été publié autour de l'année 75.
                                                                       - 309 -



      Iohanan annonce que la cour du Temple de Jérusalem a été donnée
aux goïm et qu'ils vont piétiner la Ville sainte.
      Iohanan n'a pas vu la prise et la destruction de Jérusalem, ni la
destruction du Temple de Jérusalem par le feu. Ce n'est pas une vue, c'est
un jugement. Joseph, lui, a vu la prise et la destruction de Jérusalem, la
destruction du Temple de Jérusalem par le feu. Il raconte ce qu'il a vu. Il
donne des images.
      Iohanan n'a pas vu et ce qu'il annonce reste abstrait, schématique.
S'il avait vu, il fournirait lui aussi des images, des représentations.
      Lorsque l'auteur du livre de Daniel parle de ce qu'il a vu, en langage
chiffré et codé, il fournit des détails qui permettent aux historiens de
déterminer ce qu'il a vu, et ce qu'il ignorait ; ce qui pour lui était du
passé, et ce qui pour lui était à venir.
      De même pour Iohanan. Lorsque la prophétie reste abstraite, elle
relève du jugement et non de la représentation, de l'avenir et non du
passé. Nos images et nos représentations sont formées à partir du passé et
du présent.
      Nous ne pouvons pas nous représenter l'avenir, et lorsque nous
essayons, nous nous trompons à tous les coups.
      Le parfait utilisé en Apocalypse 11, 2 : « ... parce qu'elle a été
donnée aux goïm... » est constant chez les anciens prophètes hébreux. La
décision est prise : elle sera donnée aux goïm. C'est un parfait qui vaut
pour un futur.
      Et d'ailleurs, ce n'est pas seulement la cour extérieure — ou
intérieure — du Temple de Jérusalem qui a été livrée aux goïm. C'est
tout le Temple de Jérusalem qui a été livré aux armées romaines de Titus
durant l'été de l'année 70 et qui a été incendié.
      Pour distinguer une prophétie authentique, antérieure aux
événements, d'une prophétie fictive, composée après les événements, il
existe un critère. Lorsque la prophétie est authentique, lorsqu'elle
précède les événements, il existe une imperfection. La prophétie ne
coïncide pas exactement avec les événements. C'est un critère utilisé
pour les anciens prophètes hébreux, par exemple pour Jérémie. Ce qu'il
avait annoncé trente ou quarante ans à l'avance s'est accompli, mais non
pas exactement comme il l'avait prophétisé. Ce qui prouve que la
                                                                        - 310 -



prophétie est antérieure aux événements.
    De même pour Iohanan. Ce qu'il annonce va se vérifier, mais ce qu'il
annonce est incomplet.


Les deux témoins

     Après nous avoir parlé du Temple de Jérusalem (grec naos), de
l'autel des sacrifices et de ceux qui se prosternent dans le Temple, c'est-à-
dire probablement les kôha-nim, Iohanan nous parle de deux témoins, qui
sont probablement deux grands prêtres :

      Apocalypse 11, 3 : Et je donnerai à mes deux témoins et ils
      prophétiseront mille deux cent soixante jours, revêtus de sacs. Ce
      sont eux les deux oliviers et les deux candélabres (grec luchnia,
      hébreu menorah, Exode 25, 31 ; etc.) qui devant la face du
      Seigneur de la Terre se tiennent debout...

     Zacharie 4, 1 : Et il est revenu, le messager (hébreu ha-maleak, grec
ho aggelos) qui parlait en moi et il m'a réveillé comme un homme qui se
réveille de son sommeil. Et il m'a dit: «Qu'est-ce que tu vois?» Et j'ai dit
: « J'ai vu et voici un candélabre (hébreu menorah, grec luchnia), en or
tout entier et une lampe à huile (hébreu goullah) sur sa tête. Et ses sept
lampes (hébreu nerôt) sur lui [sur la menorah], et sept tubes pour les
lampes qui sont sur sa tête. Et deux oliviers auprès du candélabre, l'un à
droite de la lampe à huile et un [autre] à sa gauche. » Et alors j'ai
répondu et j'ai dit au messager qui parlait en moi pour dire : « Que sont
ceux-ci, mon Seigneur ? »

     Zacharie 4, 11 : Et j'ai répondu et je lui ai dit : « Que sont ces deux
oliviers à droite de la menorah et à sa gauche ? » Et j'ai répondu une
deuxième fois et je lui ai dit : « Que sont les deux épis des oliviers qui
[sont] à la main des deux tuyaux d'or qui déversent, hors d'eux, l'or? » Et
il m'a dit... : « Est-ce que tu ne connais pas ce que sont ceux-ci?» Et j'ai
dit : « Non, mon Seigneur. » Et il a dit : « Ceux-ci sont les deux fils de
                                                                         - 311 -



l'huile fraîche (hébreu itzhar) qui se tiennent debout auprès du Seigneur
de toute la terre..

     Le prophète Zacharie (hébreu zekar-iah = il s'est souvenu, YHWH)
était issu d'une famille de kôhanim, tout comme Jérémie et Ezéchiel. Ses
oracles sont datés de l'année 520 avant notre ère. Les fils de l'huile
fraîche sont des kôhanim qui ont reçu l'onction.

     Exode 29, 4 : Aaron et ses fils tu les feras approcher de l'entrée de la
tente du rendez-vous... Tu prendras l'huile de l'onction et tu verseras sur
sa tête et tu l'oindras (le verbe hébreu maschah, le verbe grec chriô, qui a
donné christos = celui qui a reçu l'onction).

      Apocalypse 11, 7 : Et lorsqu'ils auront achevé leur attestation,
      alors c'est la bête, la vivante, qui monte de la mer qui fera avec eux
      la guerre et elle les vaincra et elle les tuera. Et leur cadavre, sur la
      place de la Ville, la grande, qui est appelée en un sens spirituel
      Sodome et Egypte, là où aussi leur Seigneur a été pendu à la croix.
      Et ils verront [des hommes pris parmi l'ensemble ; construction
      hébraïque] des peuples et des tribus, et des langues et des nations,
      leur cadavre trois jours et demi ; et leurs cadavres, ils ne
      permettront pas qu'on les mette dans le tombeau...

     ... alors c'est la bête (grec thèrion, hébreu haiiah), la vivante
(féminin de l'adjectif haï, vivant), qui monte de la mer (grec abussos,
sans fond, hébreu tehôm, Genèse 1, 2 ; 7, 11 ; 8, 2 ; Deutéronome 8, 2,
etc.), qui fera avec eux la guerre (= Daniel 7, 21) et elle les vaincra (grec
nikaô, peut-être hébreu natzah, Habacuc 3, 19) et elle les tuera. Et leur
cadavre (grec ptôma, hébreu mapelet, Juges 14, 8, sur la place, grec
plateia, hébreu rehôb. Genèse 19, 2, etc.) de la ville, la grande (= Jonas
1,2: Lève-toi, va à Nineweh, la ville, la grande, hébreu ha-îr ha-gedôlah,
et crie contre elle... Jonas 3, 2 : Lève-toi, va à Nineweh, la ville, la
grande et crie-lui la criée que moi je suis en train de te dire... Et Nineweh
était une ville grande pour Dieu... Jonas 4, 11 : Et moi je n'épargnerais
pas, je n'aurais pas compassion de Nineweh la ville, la grande...)
                                                                         - 312 -




     ... qui est appelée en un sens spirituel Sodome et Egypte (Isaïe 1, 10
; 1, 8 : Et elle est restée, la fille de Tziôn, comme une lutte dans une
vigne... Si ce n'était que YHWH des armées a laissé subsister pour nous
un groupe de rescapés, hébreu sarid, pour un peu c'est comme Sodome
que nous serions et à Gomorrhe nous serions semblables. Écoutez la
parole de YHWH, juges, magistrats de Sodome ! Prêtez l'oreille à la
Torah de notre Dieu, peuple de Gomorrhe !)

     ... là où aussi leur Seigneur a été pendu à la croix (il s'agit
évidemment de Jérusalem, qui est donc appelée, en langage codé ou
chiffré, Sodome et Egypte).

     Iohanan annonce donc, semble-t-il, l'assassinat de deux grands
prêtres de sa connaissance. Leurs cadavres ne seront pas mis au tombeau.
     Une prophétie portant sur un individu singulier n'était pas nouvelle
dans l'histoire du prophétisme hébreu.

      Jérémie 20, 1 : Et il a entendu, Paschhour... le kôhen, et lui il était
      surveillant-chef dans la maison de YHWH [— le Temple de
      Jérusalem], Jérémie qui prophétisait ces paroles-là. Et il a frappé,
      Paschhour, Jérémie le prophète, et il l'a donné aux ceps [= blocs
      de bois percés de trous dans lesquels on fixait les pieds des
      prisonniers] qui [sont] dans la porte de Benjamin, la haute, qui
      [est] dans la maison de YHWH. Et il est arrivé le lendemain, et il
      a fait sortir, Paschhour, Jérémie, il l'a fait sortir des ceps. Alors il
      lui a dit, Jérémie : « Ce n'est pas Paschhour qu'il a appelé,
      YHWH, ton nom, mais bien : Magor mi-sabib (Terreur de toutes
      parts). Car ainsi il a parlé, YHWH : Voici que moi je te donne à la
      terreur, pour toi et pour tous ceux qui t'aiment, et ils tomberont par
      î'épée de leurs ennemis et ce sont tes yeux qui verront. Et tout
      Iehoudah je donnerai dans la main du roi de Babel, et il les
      déportera à Babel et il frappera avec l'épée. Et j'ai donné (parfait
      hébreu qui vaut pour un futur = j'ai décidé de donner) toute la
      richesse de cette Ville [= Jérusalem]... Et tous les trésors des rois
                                                                          - 313 -



       de Iehoudah je donnerai (futur hébreu) dans la main de leurs
       ennemis... Et toi, Paschhour et tous ceux qui habitent ta maison,
       vous irez en captivité. Et c'est à Babel que tu iras et c'est là que tu
       mourras et c'est là que tu seras mis au tombeau, toi et tous ceux
       qui t'aiment, que tu as prophétisé à eux dans le mensonge... »

       Jérémie 28, 1 : Et il est arrivé (hébreu wa iehi, grec kai egeneto)
       dans cette année-là, au commencement du règne de Tzideqi-iah
       [vers 597 avant notre ère], roi de Iehoudah, en l'an quatre, au
       cinquième mois, il m'a parlé Hanan-iah (transcription en
       caractères grecs Ananias)... le prophète [= prophète de cour, le
       prophète de l'État]... dans la maison de YHWH [= dans l'enceinte
       du Temple] aux yeux des kôhanim et de tout le peuple pour dire :
       « Ainsi a parlé YHWH des armées, Dieu d'Israël, pour dire : J'ai
       brisé le joug du roi de Babel ! Encore deux années de jours, moi je
       ferai revenir vers ce lieu [— le Temple de Jérusalem] tous les
       ustensiles de la maison de YHWH, qu'il a pris, Nabuchodonosor,
       roi de Babel, de ce lieu et qu'il a emportés à Babel... Et toute la
       déportation de Iehoudah qui sont venus à Babel, moi je vais les
       faire revenir vers ce lieu [= Jérusalem], oracle de YHWH, parce
       que je vais briser le joug du roi de Babel... » Et alors il a parlé,
       Jérémie le prophète, en s'adressant à Hanan-iah le prophète [= le
       prophète de cour, le prophète de l'État] aux yeux des kôhanim et
       aux yeux de tout le peuple qui se tenaient debout dans la maison
       de YHWH. Et il a dit, Jérémie le prophète : « Amen ! Qu'ainsi il
       fasse YHWH ! Qu'il mette debout, qu'il fasse se tenir debout,
       YHWH, tes paroles que tu as prophétisées, pour faire revenir les
       ustensiles de la maison de YHWH et toute la déportation, depuis
       Babel, vers ce lieu-ci ! »

     Et Jérémie donne alors le critère qui permet de distinguer la
prophétie authentique, celle qui est communiquée par le prophète de
YHWH, de la prophétie de mensonge, celle du prophète de l'État. Ce
critère, c'est l'expérience objective, l'expérience historique, le critère de
la vérité dans toutes les sciences expérimentales.
                                                                      - 314 -




  Jérémie 28, 7 : Seulement écoute bien cette parole que moi je
  parle dans tes oreilles et dans les oreilles de tout le peuple. Les
  prophètes qui ont été avant moi et avant toi, depuis la durée passée
  (hébreu min-ha-ôlam, grec apo tou aiônos) eh bien ! ils ont
  prophétisé à des pays nombreux et à de grands royaumes pour la
  guerre et pour le malheur et pour la peste. Le prophète qui a
  prophétisé pour la paix (hébreu le-schalôm, grec eis eirènèn) c'est
  lorsqu'elle vient [= lorsqu'elle se réalise effectivement] la parole
  du prophète, c'est alors qu'il est connu, reconnu, le prophète qu'il a
  envoyé, YHWH, en vérité (hébreu be-emet)...

Voilà le critère de la vérité de la prophétie : l'expérience.

  Jérémie 28, 10 : Et alors il a pris, Hanan-iah le prophète, le joug
  de dessus le cou de Jérémie le prophète et il l'a brisé. Et il a parlé,
  Hanan-iah, aux yeux de tout le peuple pour dire : « Ainsi a parlé
  YHWH : C'est ainsi que je vais briser le joug de Nabuchodo-
  nosor, roi de Babel, dans encore deux années de jours, de dessus le
  cou de toutes les nations ! » Et il est parti, il s'en est allé, Jérémie,
  par son chemin. Et elle a été, la parole de YHWH, adressée à
  Jérémie, après qu'il a brisé, Hanan-iah, le prophète, le joug de
  dessus le cou de Jérémie le prophète, pour dire : « Va, et tu
  parleras à Hanan-iah pour dire : Ainsi a parlé YHWH : Ce sont
  des jougs de bois que tu as brisés. Et tu feras à leur place des jougs
  de fer. Car ainsi a parlé YHWH des armées, Dieu d'Israël : C'est
  un joug de fer que j'ai donné sur le cou de toutes les nations pour
  qu'elles soient esclaves de Nabuchodonosor, roi de Babel, et elles
  seront ses esclaves... »

Observer la philosophie de l'histoire de Jérémie.

  Jérémie 28, 15 : Et il a dit, Jérémie le prophète, en s'adressant à
  Hanan-iah le prophète : « Ecoute donc, Hanan-iah. Il ne t'a pas
  envoyé, YHWH, et toi tu as rendu confiant ce peuple par le
                                                                      - 315 -



      mensonge. C'est pourquoi ainsi il a parlé, YHWH : Voici que moi
      je vais t'envoyer de dessus la face de la terre. Dans l'année toi [tu
      seras] mort... » Et il est mort, Hanan-iah le prophète, dans cette
      année-là, dans le septième mois...

     On voit l'opposition entre le prophète de cour, le prophète de l'État,
et le prophète de YHWH. Le prophète de cour prophétise ce qui plaît aux
dominants, ce qu'ils aiment à entendre, ce qu'ils souhaitent entendre. Le
prophète de YHWH non seulement prophétise à contre-courant des
probabilités mais aussi à contre-courant des intérêts de classe, ou de
caste, ou de nation.

    Nous nous souvenons des textes de Joseph dans lesquels celui-ci
raconte l'assassinat de plusieurs grands prêtres par les insurgés eux-
mêmes pendant la guerre des Romains contre les Judéens.

      Guerre II, 441 : Et le lendemain c'est le grand prêtre Hanan-iah
      (grec Ananias) qui se cachait près du canal de la cour du roi, qui
      est fait prisonnier et qui est mis à mort par les terroristes avec
      Ézéchias son frère... [Hanan-iah = Ananias avait été kôhen gadôl
      de 47 à 59. Nous sommes en août-septembre de l'année 66].

      Guerre II, 533 : Et à ce moment-là ils ont été nombreux parmi les
      citoyens bien connus [de Jérusalem] ceux qui ont été persuadés
      par Hanan le fils de Iona-tan [?]. Ils ont appelé Cestius comme
      s'ils allaient lui ouvrir les portes [de Jérusalem]... Alors les
      insurgés ont appris la trahison et ils ont jeté du haut des murailles
      ceux qui étaient du parti de Hanan et ils les ont frappés à coups de
      pierres... [Nous sommes en novembre 66].

      Guerre IV, 160 : Les plus connus parmi les grands prêtres,
      Ieschoua fils de Gamaliel [grand prêtre en 63-65] et Hanan fils de
      Hanan [grand prêtre en 62 pendant trois mois], ils reprochaient au
      peuple son indolence dans les assemblées et ils le poussaient
      contre les Jaloux de la cause de Dieu (grec zèlôtès)...
                                                                      - 316 -




      Guerre IV, 162 : Il se tenait debout, Hanan, au milieu de la foule et
      à plusieurs reprises il a regardé le Temple, ses yeux étaient remplis
      de larmes...

      Guerre IV, 193 : C'est par ces paroles que Hanan a excité la foule
      contre les Jaloux de la cause de Dieu... [Les Jaloux de la cause de
      Dieu, que les traductions françaises appellent les Zélotes, vont
      chercher les Idu-méens, qui arrivent sous les remparts de
      Jérusalem.]

      Guerre IV, 238 : Il s'est tenu debout sur la tour, celui qui après
      Hanan était le plus ancien des grands prêtres, Ieschoua... [Les
      Zélotes ouvrent une porte pour faire entrer les Iduméens dans
      Jérusalem.]

      Guerre IV, 315 : Ce sont les grands prêtres que recherchaient les
      Iduméens... Rapidement ils ont été pris et ils ont été mis à mort.
      Sur leurs cadavres ils se sont mis debout. Ils se sont moqués de
      Hanan pour sa bienveillance en faveur du peuple, et de Ieschoua
      pour ses paroles prononcées du haut des murailles. Ils en sont
      venus à une telle impiété qu'ils les ont jetés sans leur donner une
      sépulture (grec ataphous)...

     Hanan a donc été tué par les Iduméens. Hanan était peut-être le frère
de Ionatan ben Hanan.
     Nous ne savons pas quels sont les deux grands prêtres auxquels
pense Iohanan (Apocalypse 11, 7). Est-ce à lui-même, qui va être
assassiné en 54 ou 55 ? Ou à son frère Hanan qui sera assassiné pendant
la guerre à Jérusalem ? Ou à un autre ?
     Les oracles de Iohanan sont disjoints, distincts les uns des autres,
tout comme ceux d'Osée, Amos, Isaïe, Jérémie, etc. Et nous ne savons pas
qui les a mis en ordre, ou classés, avant ou après la mort de Iohanan.
                                                                       - 317 -



La femme qui enfante

      Apocalypse 12, 1 : Et c'est un signe grand qui s'est fait voir dans
      les cieux : une femme revêtue du soleil et la lune sous ses pieds et
      sur sa tête une couronne d'étoiles, douze. Et elle est enceinte et
      elle crie, elle souffre les douleurs de l'enfantement, elle souffre
      d'enfanter.
      Et il s'est fait voir un autre signe dans les cieux, et voici qu'un
      monstre marin, un serpent de mer (grec drakôn, hébreu tannin,
      Exode 7, 9) grand, rouge comme le feu, à qui sont sept têtes et dix
      cornes, et sur ses têtes sept couronnes royales. Et c'est sa queue
      qui arrache le tiers des étoiles des cieux et elle les a jetées sur la
      terre. Et le monstre marin s'est tenu debout devant la face de la
      femme qui allait enfanter, afin que, lorsqu'elle aura enfanté son
      enfant, il puisse le dévorer. Et elle a enfanté un fils, un mâle, qui
      va faire paître toutes les nations avec un sceptre de fer. Et il a été
      arraché, son enfant, [et conduit] vers Dieu et vers son trône. Et la
      femme, elle s'est enfuie dans le désert, où il est pour elle, là, un
      lieu préparé par Dieu, afin que là ils (construction hébraïque,
      l'hébreu n'a pas le mot on) la nourrissent mille deux cent soixante
      jours...

     « La femme qui est enceinte et qui crie dans les douleurs de
l'enfantement » :
     Dans l'oracle recopié à la fin du rouleau du prophète Isaïe du VIIIe
siècle avant notre ère, la femme qui enfante est Sion, Jérusalem,
Jérusalem personnifiée, comme dans le Chant ses Chants (Schir ha-
schirim), traduction française habituelle : Cantique des cantiques.

     Isaïe 66, 7 : Avant qu'elle n'ait tremblé de souffrance (le verbe
hébreu hil, grec le verbe ôdinô, ôdinein, tout comme Apocalypse 12, 2),
elle a enfanté (hébreu ialadah, grec tekein = Apocalypse 12, 2) avant
qu'elle ne soit venue, la souffrance (hébreu hebel, grec ponon ton
ôdinôn) pour elle, eh bien (hébreu we) elle a enfanté un mâle (hébreu
zakar, grec arsen)... Dès lors qu'elle a tremblé de douleur (le verbe
                                                                        - 318 -



hébreu hil, kal parfait féminin halah, grec ôdinen), aussitôt elle a
enfanté, Tziôn, ses fils... Réjouissez-vous (ou réjouie-toi, selon le texte
hébreu qu'ont lu les traducteurs en langue grecque) Jérusalem, et exultez
en elle, tous ceux qui l'aiment...

    L'autre signe dans les cieux, le monstre marin qui a sept têtes et dix
cornes ; et sur ses têtes sept couronnes royales : Iohanan prend la suite de
Daniel.

     Daniel 7, 3 : Quatre bêtes énormes sont sorties de la mer... Daniel 7,
7 : Une quatrième bête... Et six cornes à elle... Daniel 7, 17 : Ces bêtes
énormes qui sont quatre, ce sont quatre royaumes qui se lèveront de la
terre... Daniel 7, 23 : La quatrième bête, c'est un quatrième royaume qui
sera sur la terre... Daniel 7, 24 : Et les dix cornes, de ce royaume dix rois
se lèveront et un autre se lèvera après eux...

     Nous avons vu que les quatre bêtes représentent quatre empires :
l'empire de Babylone ; l'empire des Mèdes ; l'empire perse ; l'empire grec
(Alexandre est mort en 323 avant notre ère). Les dix cornes sont les rois
de la dynastie des Séleucides. Le dernier des rois (Daniel 7, 24) est
probablement Antiochus IV Épiphane qui est roi en 175 avant notre ère.
L'auteur inconnu du livre de Daniel ne connaît pas encore l'empire
romain, qui pointe cependant une oreille (Daniel 11, 18 à propos du
consul Lucius Cornélius Scipion, bataille de Magnésie, 190 avant notre
ère ; et Daniel 11, 30, les navires des Kittim, probablement les Romains).
     Iohanan prend la suite de Daniel. Il connaît l'empire romain, qui
monte de la mer, l'empire qui succède à celui d'Alexandre le Grand.
Iohanan va conserver bien entendu le système de signes qui a servi à
l'auteur inconnu de Daniel.

      Apocalypse 12, 4 : Et le monstre marin s'est tenu debout devant la
      femme qui allait enfanter, afin, lorsqu'elle aura enfanté son enfant,
      de le dévorer (grec kataphagein, hébreu bala, Genèse 31, 15; 31,
      18; 37, 20 ; etc. Avec lequel se font des jeux de mots : bala-am, celui
      qui dévore le peuple). Et elle a enfanté un fils, un mâle (grec
                                                                     - 319 -



      arsen, hébreu zakar) c'est celui qui va faire paître toutes les
      nations avec un sceptre de fer...

     Psaume 2, 6 : Et moi j'ai versé [l'huile de la consécration] sur mon
roi, sur Tziôn la montagne de ma sainteté. J'énoncerai le décret de
YHWH. Il a dit, en s'adressant à moi : Mon fils [tu es] toi ! Moi
aujourd'hui je t'ai engendré ! Demande-moi et je donnerai des nations
pour ton héritage et ta possession, les confins de la terre ! Tu les feras
paître avec un sceptre de fer...

    Il est possible que celui qui veut dévorer l'enfant qui va naître soit
Herode dit le Grand, l'ancêtre de la sinistre dynastie des Hérodes, mort
en 4 avant notre ère.

      Matthieu 2, 1 : Ieschoua est né à Beit-Lehem de la Judée dans les
      jours d'Hérode le roi... Et il a entendu, le roi Herode, et il a été
      bouleversé et tout Jérusalem avec lui...

      Matthieu 2, 13 : Car il va, Herode, rechercher l'enfant pour le
      mettre à mort, pour le tuer...

      Matthieu 2, 19 : Lorsqu'il est mort, Herode...

      Matthieu 2, 22 : Et il a appris que c'est Archélaûs qui est devenu
      roi de la Judée à la place de (grec anti, hébreu tahat) son père
      Herode...

    Archélaûs, nous l'avons vu, frère aîné d'Antipas, se faisait appeler
Herode sur les monnaies. Il fait et dépose les grands prêtres {Antiquités
XVII, 13). Auguste rappelle Archélaûs à Rome et l'expédie à Vienne, en
Gaule, en 6 de notre ère. Le domaine d'Archélaûs : Judée, Samarie, mis
sous l'autorité romaine immédiate, annexe de la province de Syrie.

      Apocalypse 12, 5 : Et il a été arraché, enlevé de force (grec
      harpazein, peut-être hébreu taraph, Genèse 37, 33 : C'est une bête
                                                                        - 320 -



      sauvage mauvaise, hébreu haiiah, grec thèrion, qui l'a dévoré.
      Arraché, déchiré, il a été, Joseph, hébreu le verbe taraph, grec
      thèrion hèrpasen ; Psaume 7, 2, etc.) son enfant, son fils, vers Dieu
      et vers son trône...

    Allusion probable à la Crucifixion, à la Résurrection et à
l'Ascension.

      Apocalypse 12, 6 : Et la femme s'est enfuie dans le désert, là où il
      est pour elle un lieu préparé par Dieu, afin que là ils la
      nourrissent...

     La femme représente probablement la communauté chrétienne
naissante (hébreu qahal ou qehilah, grec ekklèsia). De quel désert s'agit-il
? Est-ce le désert de Juda ?
     La femme qui a enfanté un fils qui va faire paître toutes les nations,
c'est évidemment Mariam.
     Est-ce que Iohanan pensait que Mariam, au début, était à elle toute
seule la qehilah, la communauté chrétienne naissante, et qu'il y a identité
entre la qehilah et Mariam ?

      Jean 19, 26 : Ieschoua donc il a vu sa mère et le disciple qui se
      tenait debout auprès de lui, celui qu'il aimait. Il dit à sa mère : «
      Femme, voici ton fils. » Ensuite il dit au disciple : « Voici ta mère.
      » Et à partir de ce moment-là, il l'a prise, le disciple, dans sa
      maison.

      Apocalypse 12, 13 : Et lorsqu'il a vu, le monstre marin (grec
      drakôn, hébreu possible ha-tannin), qu'il a été jeté sur la terre, il a
      persécuté la femme qui a enfanté l'enfant mâle (grec ton arsena,
      hébreu ha-zakar). Et elles ont été données à la femme les deux
      ailes de l'aigle, le grand, afin qu'elle s'envole dans le désert dans
      son lieu, où elle est nourrie là (construction hébraïque traduite
      littéralement en grec) un temps et des temps et la moitié d'un
      temps (Daniel 7, 25) loin de la face du serpent... Et il s'est mis en
                                                                         - 321 -



       fureur, le monstre marin, contre la femme et il est parti pour faire
       la guerre avec le reste de sa semence (grec meta ton loipôn tou
       spermatos autès, hébreu im ieter zareah) qui gardent (hébreu ha-
       schômerim) les commandements de Dieu et à qui appartient
       l'attestation de Ieschoua...

     Il est vraisemblable que nous avons ici allusion à la persécution
déchaînée contre l'Église naissante par tout le système : l'empire romain,
les pseudopodes ou tentacules, c'est-à-dire les gouverneurs romains ; les
rois judéens ; le haut sacerdoce de Jérusalem.


La bête qui monte de la mer

       Apocalypse 12, 18 : Et je me suis tenu debout sur le bord de la
       mer...

       Apocalypse 12, 3 : Et voici un monstre marin grand... à qui sept
       têtes et dix cornes, et sur ses têtes dix couronnes royales...

       Apocalypse 13, 1 : Et j'ai vu, sortant de la mer, une bête (grec
       thèrion, hébreu haiiah) qui montait. Et à elle dix cornes et sept
       têtes et sur ses cornes, dix couronnes royales (grec diadèma,
       hébreu probable keter, Esther 1, 11 : keter malkout, grec diadèma ; 2,
       17 ; 6, 8), et sur ses têtes un nom (ou des noms, selon les
       manuscrits) d'insulte à l'encontre de Dieu (grec blasphèmia,
       hébreu probable le substantif giddouph, pluriel giddouphim, Isaïe
       43, 28 ; 51, 7, formé à partir du verbe gadaph, grec blasphèmein, 2
       Rois 19, 6 ; 19, 22)...

     Le système de signes est donc modifié entre Apocalypse 12, 3 et 13,
1.
      La bête qui monte de la mer, c'est probablement l'empire romain, qui
fait suite aux empires évoqués par Daniel.
      Les dix cornes sont probablement les gouverneurs romains,
                                                                          - 322 -



pseudopodes ou tentacules de l'hydre romaine.
     Les têtes couronnées sont probablement les rois judéens de la siniste
dynastie des Hérodes. Dans Apocalypse 12, 3, les sept têtes couronnées
précèdent les dix cornes. Dans Apocalypse 13, 1, c'est l'inverse, les cornes
précèdent les têtes, et ce sont les cornes qui sont couronnées. Les têtes
portent un nom — lecture probable — un nom d'insulte à l'encontre de
Dieu, c'est-à-dire probablement le nom d'Hérode, puisque tous les rois
descendants d'Hérode dit le Grand portent eux aussi le nom d'Hérode,
hébreu Hôrôdôs.
     Entre Apocalypse 12 et Apocalypse 13, la situation historique et
politique s'est peut-être modifiée. Ou bien alors Iohanan a modifié sur ce
point son schéma symbolique.

      Apocalypse 13, 2 : Et la bête que j'ai vue était semblable à la
      panthère et ses pieds [étaient] comme [les pieds] de l'ours et sa
      bouche [était] comme la bouche du lion...

      Daniel 7, 3 : Et quatre bêtes énormes sont sorties de la mer,
      différentes celle-ci de celle-là. La première, comme une lionne, et
      les ailes de l'aigle, à elle [l'empire babylonien]. Et voici une bête,
      une autre, la deuxième, semblable à l'ours [l'empire des Mèdes]...
      Après cela j'étais en train de regarder et voici une autre comme
      une panthère et à elle les quatre ailes de l'oiseau sur le dos et
      quatre têtes à la bête, et la domination a été donnée à elle [l'empire
      perse]. Après cela j'étais en train de regarder dans les visions de la
      nuit et voici une bête, la quatrième, terrible... Et dix cornes à elle...
      [l'empire grec d'Alexandre et des rois grecs qui lui ont succédé].

      Apocalypse 13, 2 (suite) : Et il lui a donné, le monstre marin
      (hébreu drakôn, hébreu possible ha-tannin) sa force, sa puissance
      et son trône, et une domination (grec exousia, hébreu
      memeschalah, ou schallit, ara-méen schaltan, Daniel 7, 6, etc.)
      grande. Et [j'ai vu] l'une de ses têtes comme égorgée (le verbe grec
      sphazô, hébreu schahat, Genèse 22, 10 ; 37, 31 ; Exode 12, 6 ; etc.
      Lévitique 1,5; etc.) jusqu'à mourir (grec eis tha-naton, hébreu la-
                                                                         - 323 -



       mout, Josué 2, 14 ; Juges 5, 18 ; 16, 16 ; 2 Rois 20, 1) et la plaie
       (grec plègè, hébreu mak-kah) de sa mort a été guérie. Et elle a été
       stupéfaite (probablement le verbe hébreu schamem) toute la terre,
       derrière la bête. Et ils se sont prosternés devant le monstre marin
       parce qu'il a donné la domination à la bête, et ils se sont prosternés
       devant la bête en disant : « Qui est semblable à la bête et qui peut
       faire la guerre avec elle ? »

       Et il lui a été donné une bouche qui disait des énormi-tés [= Daniel
       7, 8, à propos d'Antiochus Épiphane] et des insultes contre Dieu, et
       il lui a été donné le pouvoir de faire quarante-deux mois... (l'emploi
       du verbe faire, asah, en hébreu, est polyvalent, comme en français
       populaire). Et elle a ouvert sa bouche pour des insultes contre Dieu,
       pour insulter son nom et contre sa demeure (grec skènè, hébreu
       ôhel, Exode 18, 7, ou mischkan, Exode 26, 1 ; etc. — c'est-à-dire le
       Temple de Jérusalem qui était debout lorsque Iohanan écrit) et ceux
       qui demeurent dans les cieux. Et il lui a été donné de faire la
       guerre avec les saints et de l'emporter sur eux [= Daniel 7, 21]. Et
       il lui a été donné domination (grec exousia, hébreu memeschalah
       ou araméen schaltari) sur toute tribu et peuple et langue et nation.
       Et ils se prosterneront devant elle tous ceux qui habitent sur la
       terre, ou dans le pays, ceux dont il n'a pas été écrit, son nom (sic.
       Grec to onoma autou, hébreu schéma) dans le livre de la vie de
       l'agneau qui a été égorgé, depuis la fondation du monde...

     La bête qui monte de la mer, par rapport à l'observateur qui écrit,
probablement en Judée, c'est vraisemblablement l'empire romain, tel que
le connaît Iohanan lorsqu'il compose ce texte.
     La bouche de la bête qui est comme la bouche du lion, c'est peut-être
l'empereur de Rome. Souvenons-nous de ce mot de l'esclave d'Herode
Agrippa I, lorsqu'il vient lui annoncer la mort espérée de l'empereur Tibère,
le 15 mars 37, mot rapporté par Joseph : « Le lion est mort » (cf. p. 124).
     L'une des têtes de la bête qui a été blessée à mort, et qui a été guérie,
c'est peut-être une allusion à la maladie de Caius Caligula qui avait tant
frappé les populations de l'Empire, et à sa guérison. A moins que ce ne
                                                                          - 324 -



soit une allusion à l'assassinat de Caius Caligula, le 24 janvier 41. Dans
cette hypothèse, la guérison de la plaie mortelle serait le remplacement de
l'empereur Caius Caligula assassiné, par l'empereur Claude, grâce aux
bons soins d'Herode Agrippa I, au lendemain de l'assassinat de Caius.
      La bouche qui profère des énormités et des insultes à rencontre de
Dieu pourrait bien être Caius Caligula. « Et il lui a été donné le pouvoir
de faire quarante-deux mois » : l'expression hébraïque traduite
littéralement en grec, pourrait se rapporter à la durée du règne de Caius
Caligula. D'après Joseph (Guerre II, 204), Caius Caligula a régné trois
ans et huit mois. Les historiens nous disent que Caius Caligula a régné
depuis le 16 mars 37 jusqu'au 24 janvier 41, ce qui fait trois ans et dix mois.
Il se pourrait que Iohanan compte trois ans et six mois.
      Quoi qu'il en soit de l'interprétation exacte et précise de chacun des
termes codés ici utilisés par Iohanan — le code est probablement celui de
Daniel —, ce qui semble certain c'est que nous avons affaire ici non pas à
une prophétie qui porte sur l'avenir, mais à un récit codé, exactement
comme dans le livre de Daniel, des événements récents qu'ont connus
Iohanam et ceux à qui il s'adresse. C'est de l'histoire contemporaine écrite
en langage codé à cause des menaces qui pèsent sur les petites
communautés chrétiennes, comme d'ailleurs sur les communautés
judéennes.
      La question ouverte est de savoir ce que désignent exactement les
dix cornes et les sept têtes
      — Les empereurs romains? C'est peu vraisemblable, Iohanam ne
connaissait pas encore dix empereurs romains, comme Joseph qui écrit
après la guerre, en 73 ou 75.
      — Les gouverneurs romains ? C'est une hypothèse.
      — Les têtes peuvent-elles désigner les rois judéens de la sinistre
dynastie des Hérodes ? C'est une conjecture. Dans ce cas le nom d'insulte à
rencontre de Dieu (Apocalypse 13,2) serait précisément le nom d'Hérode,
Hôrôdôs en hébreu.
      Si les têtes de la bête désignent les empereurs, alors le nom d'insulte
à rencontre de Dieu serait le nom même de César.
      La bête qui monte en sortant de la mer peut désigner et signifier le
tout : l'empire romain, les gouverneurs romains, les rois judéens qui en
                                                                          - 325 -



sont les pseudopodes.
     Contentons-nous pour l'instant d'observer qu'ici il s'agit du passé et
non pas encore de l'avenir. Il est donc inutile d'aller chercher dans
l'avenir, dans les siècles à venir, ce qui est une description chiffrée
d'événements récents passés par rapport à Iohanam.


La bête qui monte de la terre ou du pays

      Apocalypse 13, 11 : Et j'ai vu une autre bête qui montait de la terre,
      ou du pays, et à elle deux cornes comme [les cornes de] l'agneau et
      elle parlait comme le monstre marin. Et la domination de la
      première bête, tout entière, elle la fait devant sa face, et elle fait en
      sorte que le pays (grec gè, hébreu eretz) et ceux qui habitent dans
      le pays, se prosternent devant la première bête, celle dont a été
      guérie la plaie de sa mort...

     « Elle la fait » : au présent de l'indicatif. Iohanan raconte en langage
codé ce qui se passe en ce moment même.

     Si, comme il est vraisemblable, la première bête (Apocalypse 13, 1)
est bien l'empire romain qui monte de la mer, maintenant (Apocalypse
13, 11) l'autre bête qui monte de la terre ou du pays, et non plus de la
mer, est probablement la dynastie judéenne des Hérodes, et les deux
cornes sont peut-être le pouvoir politique — les rois judéens —, et le
pouvoir du haut sacerdoce, des grands prêtres du Temple de Jérusalem.
Cette seconde bête reçoit sa puissance de l'empire romain. Elle exerce la
puissance qui lui est conférée par l'empire romain. Les rois judéens,
depuis Hérode dit le Grand, jusqu'au dernier d'entre eux, Hérode Agrippa
II, mort autour de l'année 100, sont tous des rois collaborateurs, amis des
Romains, amis de César, comme le portent les inscriptions sur les
monnaies des rois judéens.

     De nouveau nous sommes en présence d'un texte qui ne porte pas sur
l'avenir, — ce n'est pas un texte prophétique. C'est un texte qui porte sur
                                                                        - 326 -



le présent, une interprétation théologique de la situation présente, de la
situation historique et politique. C'est une condamnation, évidemment,
de la dynastie des rois judéens, qui exercent un pouvoir qui leur vient de
Rome. La collaboration des rois judéens depuis Hérode dit le Grand jusqu'à
Hérode Agrippa II n'est pas seulement une collaboration politique, une
soumission politique à l'empire romain. C'est aussi et tout d'abord, aux
yeux de Iohanan, une apostasie par rapport au seul roi véritable, le
Créateur unique et incréé des cieux et de la terre. C'est non seulement de
la philosophie politique. C'est aussi et tout d'abord de la théologie
politique, dans la lignée des grands prophètes hébreux du passé, par
exemple Samuel.

      1 Samuel 8, 4 : Et ils se sont rassemblés, tous les anciens d'Israël,
      et ils sont venus vers Schemouel (transcription en caractères grecs
      Samouèl) à Ramah [= Ha-ramataïm]. Et ils lui ont dit : « Voici que
      toi tu es devenu vieux... Maintenant établis pour nous un roi pour
      nous juger comme toutes les nations païennes. » Et elle a été
      mauvaise, la parole, aux yeux de Schemouel, parce qu'ils ont dit :
      « Donne-nous un roi... » Et il a prié, Schemouel, en s'adressant à
      YHWH. Et il a dit, YHWH, en s'adressant à Schemouel : « Écoute
      la voix du peuple pour tout ce qu'ils te diront. Parce que ce n'est
      pas toi qu'ils rejettent, mais c'est moi qu'ils rejettent, en sorte que
      je ne sois plus roi sur eux... »

    Le pouvoir de l'État, depuis cette époque ancienne, était considéré
par les plus anciens prophètes hébreux comme une substitution au
pouvoir de Dieu, et un obstacle, une apostasie.
    Le roi Schaoul a été oint par le prophète Samuel vers 1020 avant
notre ère (1 Samuel 10, 1).

      1 Samuel 8, 19 : Et ils ont refusé, le peuple, d'écouter la voix de
      Schemouel et ils ont dit : « Non ! Mais au contraire c'est un roi qui
      sera sur nous ! Et nous serons, nous aussi, comme toutes les
      nations païennes (hébreu ke-kôl ha-goïm) et il nous jugera, notre
      roi, et il sortira devant notre face, et il va guerroyer nos guerres...
                                                                           - 327 -



      »

    L'État et la guerre...

      Apocalypse 13, 14 : Et elle trompe, elle égare ceux qui habitent
      dans le pays...
      Et elle a dit à ceux qui habitent le pays de faire une statue (grec
      eikôn, hébreu tzelem) pour la bête, celle à qui la plaie ou le coup
      de l'épée, et elle a vécu. Et il lui a été donné de donner un esprit à
      la statue de la bête, afin qu'elle parle, la statue de la bête, et qu'elle
      fasse en sorte que tous ceux qui ne se prosterneront pas devant la
      statue de la bête, ils soient mis à mort...

      Daniel 3,1 : Et Nabuchodonosor le roi a fait une statue (hébreu
      tzelem, grec eikôn) en or... Au moment où vous entendrez la voix
      de la corne... vous tomberez [le nez à terre] et vous vous
      prosternerez devant la statue en or qu'il a érigée, Nabuchodonosor,
      le roi. Et celui qui ne tombera pas [à terre] et qui ne se prosternera
      pas, sur l'heure il sera jeté dedans la fournaise de feu qui brûle...

      Daniel 3, 12 : Il est des hommes, des Judéens... Ces hommes..., tes
      dieux, ils ne leur rendent pas un culte, ils ne les servent pas, ils ne
      les honorent pas, et la statue en or que tu as fait dresser, ils ne se
      sont pas prosternés devant elle...

      Cette allusion à la statue de la bête ressemble trop à l'affaire de la
statue que Caius Caligula a voulu à tout prix faire élever dans le Temple
de Jérusalem, pour que nous n'en tenions pas compte, au moins à titre
d'hypothèse (cf. pp. 125 et 149). Cette affaire de la statue de Caius
Caligula avait bouleversé toutes les communautés judéennes. Et
l'allusion, quelques années plus tard, était parfaitement claire pour les
frères et les sœurs des communautés judéennes. Nous n'oublions pas que
les frères et les sœurs des premières communautés chrétiennes sont issues,
dans ces années-là, des communautés judéennes.
                                                                                                       - 328 -



         Apocalypse 13, 16 : Et elle fait [en sorte] que23 tous, les petits et
         les grands, et les riches et les pauvres, et les [hommes] libres et les
         esclaves, qu'ils leur donnent (construction hébraïque, l'hébreu n'a
         pas le mot « on » : qu'on leur donne) une marque, une empreinte,
         un signe (grec charagma, du verbe charassô, faire une entaille,
         marquer une monnaie) sur leur main droite ou sur leur front. Et en
         sorte que personne ne puisse acheter ou vendre si ce n'est celui à
         qui est l'empreinte, la marque (grec to charagma) le nom de la
         bête ou le nombre de son nom. Ici c'est la sagesse. Celui à qui est
         l'intelligence, qu'il calcule le nombre, ou le chiffre, de la bête. Car
         c'est un nombre d'homme. Et son nombre, ou son chiffre : 666, six
         cent soixante-six...

     « Et elle fait en sorte que tous... » au présent de l'indicatif. Iohanan
décrit en langage codé une situation présente et actuelle lorsqu'il écrit ce
texte.

      «... la marque, l'inscription, le nom de la bête... » (grec to charagma
to onoma). Il faut peut-être lire : la marque ou l'inscription du nom de la
bête. En hébreu, le génitif ne modifie pas le second terme, qui se présente
comme un nominatif. Le traducteur a traduit ha-schem, le nom de la bête,
comme si c'était un nominatif. Cas fréquent dans la traduction de
l'Évangile de Jean et dans la traduction de l'Apocalypse.
     Le sens nous paraît clair. Il est fait allusion aux monnaies des rois
judéens de la dynastie des Hérodes dont il nous reste un grand nombre
d'exemplaires, avec la mention : « ami des Romains et ami de César ».
     Nous maintenons donc notre conjecture, proposée déjà dans notre
traduction de l'Apocalypse en 1984. Le chiffre de la bête, — la deuxième
bête, celle qui monte de la terre, ou du pays, et non plus, comme la
première, de la mer —, c'est tout simplement le nom d'Hérode, hébreu
Hôrôdôs, qui s'écrit avec trois wauw. Le wauw vaut 6 en hébreu. Cela
fait donc 666. C'est en effet un nom d'homme, qui est commun à tous les
rois de la dynastie des Hérodes.
23
  Le grec hirta (Apocalypse 13, 16 et 17) traduit probablement l'hébreu ascher, comme dans l'Évangile de Jean.
Nous avons traduit par : «faire en sorte que... »
                                                                        - 329 -



     Ce chiffre devait être simple et parfaitement intelligible pour les
frères et les sœurs des communautés judéennes et chrétiennes à qui ce
texte est destiné. Il était de mauvaise méthode de rechercher dans les
siècles suivants le sens de ce chiffre qui était parfaitement clair autour
des années 50.
     Le dernier à porter le nom de Hôrôdôs, c'est Hérode Agrippa II,
mort autour de l'année 100, le dernier des rois de la Judée.
     Il est question de la bête, de sa statue et du chiffre de son nom,
encore plusieurs fois :

      Apocalypse 15, 2 : Ceux qui ont vaincu de (grec ek, hébreu min,
      impossible en grec) la bête et de sa statue (grec eikôn, hébreu
      tzelem) et du chiffre de son nom...

      Apocalypse 16, 2 : Une plaie, un ulcère (grec elkos, hébreu
      schehin, Exode 9, 9 ; etc.) mauvais et méchant sur les hommes à
      qui, sur qui, l'inscription de la bête, et qui se prosternent devant sa
      statue...

    A ceux qui portent la marque, l'inscription, le nom de la bête sur la
main droite et sur le front, Iohanam oppose les frères et les sœurs de la
nouvelle communauté qui portent le nom de l'Agneau et le nom de son
père, c'est-à-dire de Dieu :

      Apocalypse 14, 1 : Et j'ai vu et voici l'agneau qui se tient debout
      sur la montagne de Tziôn et avec lui... ceux qui portent son nom et
      le nom de son père écrits sur leurs fronts... Et ils chantent un chant
      nouveau (hébreu schir hadasch)...

     Rappelons ici que ces documents que nous lisons n'ont
probablement pas été composés d'un seul coup, à la suite les uns des
autres, mais que ce sont des documents disjoints qui ont
vraisemblablement été réunis après coup, avant ou après la mort de
Iohanam. C'est en somme un cahier de textes, comme les quatre
Évangiles.
                                                                    - 330 -



    Observons aussi que la taille de ces livres, les quatre Évangiles et
l'Apocalypse, est limitée. C'est probablement la taille d'un texte qui
pouvait tenir dans un rouleau puisque, dans ce temps-là, on en était
encore au rouleau. Le codex apparaît plus tard.

      Apocalypse 14, 6 : Et j'ai vu un autre messager... A lui une
      heureuse annonce pour la durée à venir (grec euaggelion aiônion,
      hébreu besôrat ôlam) pour annoncer l'heureuse annonce (grec
      euaggelisai, hébreu le- basser) à ceux qui habitent dans le pays et
      à toute nation et tribu et langue et peuple...

    Qui peut bien être celui qui annonce à toutes les nations l'heureuse
annonce ?

      Galates 1,8: Mais si nous-mêmes ou bien un messager venu des
      cieux vous annonce l'heureuse annonce autrement que nous ne
      vous l'avons annoncée, que herem (grec anathema, Lévitique 27,
      28 ; Deutéro-nome 7, 26 ; 13, 18 ; Josué 16, 17 ; etc.) il soit !
      Comme je vous l'ai déjà dit, et maintenant de nouveau je vous le
      dis : Si quelqu'un vous annonce l'heureuse annonce autrement que
      vous l'avez reçue, que herem il soit...

      1 Corinthiens 15, 1 : Je vous fais connaître, frères, l'heureuse
      annonce que je vous ai annoncée, et que vous avez reçue... Car je
      vous ai transmis (hébreu masar), tout d'abord, ce que j'avais moi-
      même reçu (hébreu qabal, piel qïbbeï)...

      Éphésiens 1, 13 : Vous avez entendu la parole de la vérité,
      l'heureuse annonce de votre salut...


La chute de Jérusalem

      Apocalypse 14, 8 : Et un autre messager, un deuxième, marchait
      derrière, pour dire : Elle est tombée, elle est tombée, Babel la
                                                                       - 331 -



      grande, celle qui, du vin de la fureur de ses prostitutions, a abreuvé
      les nations païennes...

      Isaïe 21, 9: Elle est tombée, elle est tombée Babel (transcription
      en caractères grecs Babulôn)...

      Jérémie 51,6: Fuyez du milieu de Babel et sauvez chacun son âme
      et ne périssez pas dans sa faute... Coupe d'or, [elle est] Babel, dans
      la main de YHWH. Elle soûlait toute la terre.
      De son vin elles ont bu, les nations. C'est pourquoi elles sont
      devenues folles, les nations. Tout d'un coup elle est tombée, Babel,
      et elle s'est brisée...

     Dans le texte hébreu d'Isaïe 21, 9 : naphelah naphelah babel... le
verbe hébreu naphal est au parfait, qui vaut pour un futur. De même en
Jérémie 51,8: piteôm naphelah babel, naphelah est au parfait et vaut pour
un futur. Et également dans la citation de Iohanan. Iohanan applique à
Jérusalem les antiques prophéties que l'on peut lire dans les rouleaux
d'Isaïe et de Jérémie.

   De fait Babylone n'avait pas été détruite lorsque Cyrus s'en est
emparé en 539 avant notre ère.

     Jérémie 25, 26 : « Et le roi de Scheschak boira après eux... »
Scheschak = Babel. Vous prenez la première lettre de l'alphabet hébreu,
et vous la remplacez par la dernière. Vous prenez la deuxième lettre de
l'alphabet hébreu, et vous la remplacez par l'avant-dernière, etc.
     De même Jérémie 51, 41 : Comment a-t-elle été prise, Scheschak [=
Babel], et comment a-t-elle été saisie, la gloire de toute la terre?

    Comment est-elle devenue dévastation, Babel, parmi les nations?...
Elles ont été, ses villes, une dévastation, un pays de sécheresse et une
steppe, un pays où n'habite plus personne, et où ne passe plus un fils
d'homme (hébreu ben adarri)...
                                                                       - 332 -



    ... Babylone n'avait pas été détruite, et il restait donc des prophéties
sans application, des prophéties ouvertes ou vacantes, Iohanan les
applique à Jérusalem.

      Apocalypse 14, 9 : Et un autre messager, un troisième, marchait
      derrière eux, pour dire (grec legôn, hébreu lemôr) dans une voix
      grande (hébreu be-qôl gadôt) : « Si quelqu'un se prosterne devant
      la bête et sa statue (grec eikôn, hébreu tzelem) et reçoit, ou prend,
      l'inscription (grec charagmà) sur son front ou sur sa main, alors
      (grec kai, hébreu wé) lui aussi il boira du vin de la fureur de Dieu
      qui a été versé dans la coupe de sa colère... »

      Jérémie 25, 15 : Prends la coupe du vin de cette fureur de ma main
      et tu la feras boire à toutes les nations que moi je t'envoie vers
      elles...

    L'hébreu kôs ha-iaïn ha-hamah est traduit en grec to potèrion tou
oinou tou akratou... Le verbe grec kerannumi, mêler, mélanger, traduit le
verbe hébreu masak. Si l'on s'en tenait à la traduction grecque
d'Apocalypse 14, 10, sans rechercher le texte hébreu qui est derrière, on
obtiendrait : du vin de la fureur de Dieu mélangé non mélangé...


La vigne

      Apocalypse 14, 18 : Et un autre messager est sorti de l'autel des
      sacrifices (grec thusiastèrion, hébreu mizebeah, Genèse 8, 20 ; etc.
      ; Exode 17, 15 ; etc. Lévitique 1,5; etc.), celui à qui appartient
      l'autorité sur le feu et il a crié d'une voix grande à celui à qui
      appartient la faux aiguisée : « Envoie ta faux aiguisée et vendange
      les grappes de la vigne de la terre ou du pays... » Et il a jeté, le
      messager, sa faux sur la terre, ou sur le pays, et il a vendangé la
      vigne de la terre [ou du pays] et il a jeté dans la cuve du pressoir
      de la colère de Dieu, la grande. Et elle a été foulée aux pieds, la
      cuve du pressoir, hors de la Ville [= Jérusalem], et il est sorti, le
                                                                                                               - 333 -



          sang, hors de la cuve du pressoir, jusqu'aux mors des chevaux à
          une distance de mille six cents stades...

          Joël 4, 11 : Accourez et venez, toutes les nations d'alentour et
          rassemblez-vous là... Qu'elles se réveillent et qu'elles montent, les
          nations, à la vallée de Iehô-schaphat [= YHWH a jugé, 1 Rois 15,
          24], parce que c'est là que je siégerai pour juger toutes les nations
          d'alentour. Envoyez une faux (hébreu magal, grec drepanon)
          parce qu'elle est mûre, la moisson. Venez, descendez, parce qu'elle
          est pleine, la cuve du pressoir (hébreu gat, grec lènos). Des foules,
          des foules dans la vallée de haroutz24. Car il est proche, le jour de
          YHWH, dans la vallée de haroutz...

          Isaïe 63, 2 : Pourquoi du rouge à ton vêtement, et tes habits [sont-
          ils] comme [les habits] de celui qui piétine, qui foule dans le
          pressoir (hébreu gat, grec lènos) ? Au pressoir (hébreupourah), j'ai
          piétiné tout seul, et de mon peuple, [manuscrit de Qumran], pas un
          homme avec moi. Et je les ai piétines dans ma colère, et j'ai
          marché dessus, je les ai foulés dans ma fureur et leur jus a giclé
          sur mes vêtements et tous mes habits, je les ai tachés. Car un jour
          de vengeance dans mon cœur, et l'année des rédemptions est
          venue. Et j'ai regardé, et personne pour m'aider (hébreu ôzer, grec
          boèthos)... J'ai écrasé des peuples dans ma colère... Et j'ai fait
          descendre à terre leur jus [= leur sang]...

    Osée, sous le règne de Jéroboam II, entre 780 et 740 avant notre ère,
royaume du Nord (Israël).

          Osée 10, 1 : Une vigne luxuriante, Israël...

    Isaïe (hébreu iescha-iahou ou iescha-iah = salut par YHWH) entre
740 et 701 avant notre ère.

24
   Le mot hébreu haroutz est sans doute formé à partir du verbe haratz, creuser, creuser une tombe, faire une
incision, graver dans, décider. Peut-être jeu de mots avec houtzah, dehors, ce qui expliquerait Apocalypse 14, 20 : en
dehors de la Ville = Jérusalem.
                                                                           - 334 -




         Isaïe 5, 1 : Je vais donc chanter pour mon chéri le chant de mon
         chéri à sa vigne (hébreu kerem, grec ampelon). Une vigne était à
         mon chéri, sur une corne fils de l'huile (hébreu be-qeren ben
         schamen)...

         Isaïe 5, 7 : Car la vigne de YHWH des armées, [c'est] la maison
         d'Israël, et l'homme de Iehoudah, son jeune plant qu'il aime...

       Jérémie (hébreu irem-iahou), kôhen, à partir de 627-626 avant notre
ère.

         Jérémie 2, 21 : Et moi je t'ai plantée sôreq = Isaïe 5, 2 : une vigne
         qui porte des grappes de raisin rouge sang (Isaïe 16, 8) tout entière
         semence de vérité (hébreu zera émet)...

     Ezechiel (hébreu iehezeq-el, du verbe hazaq, être solide, fort, ferme,
piel parfait hizzaq, rendre ferme, fort), contemporain de Jérémie ; à partir
de 597 avant notre ère, en Babylonie, lors de la première déportation.

         Ezechiel 17, 2 : Fils d'homme (hébreu ben adarri) propose une
         énigme et compose une analogie (hébreu maschâl, grec parabole)
         à l'intention de la maison d'Israël... Le grand aigle, grand par les
         ailes... il a emporté la cime du cèdre... Et il a pris de la semence du
         pays et il l'a donnée dans un champ de semence... sur des eaux
         nombreuses... Et elle a germé et elle est devenue une vigne
         (hébreu gephen, grec ampelon)...

         Psaume 80, 9 : Une vigne (hébreu gephen, grec ampe-los) d'Egypte
         tu as arrachée. Tu as chassé des nations et tu l'as plantée. Tu as
         déblayé devant sa face et elle a enraciné ses racines et elle a
         rempli le pays. Elles ont été recouvertes, les montagnes, par son
         ombre et ses rameaux [ont recouvert] les cèdres de Dieu. Elle
         envoyait ses branches jusqu'à la mer [Méditerranée] et vers le
         fleuve [Euphrate], ses rejetons. Pourquoi as-tu fait une brèche
                                                                        - 335 -



      dans ses clôtures, en sorte qu'ils la vendangent, tous ceux qui
      passent sur la route?... Ceux qui l'ont brûlée dans le feu comme
      une ordure, par la menace de ta face qu'ils périssent... [Psaume
      postérieur à la prise de Jérusalem, 586 avant notre ère.]

      Matthieu 21, 33 : Un homme était maître de maison (grec
      oikonomos, hébreu baal baït). Il a planté une vigne et il l'a
      entourée d'une clôture et il a creusé en elle une cuve, un pressoir
      (grec lènos, hébreu gat), et il a construit une tour et il l'a donnée à
      des cultivateurs et il est parti en voyage. Lorsqu'il a été proche, le
      temps des fruits, il a envoyé ses serviteurs... (Marc 12, 1 ; Luc 20,
      9).

     Depuis le VIIIe siècle avant notre ère au moins, la vigne représente
chez les prophètes hébreux, le peuple hébreu.
     La vigne du pays (Apocalypse 14, 18) qui va être vendangée et jetée
dans la cuve de la fureur de Dieu, c'est évidemment la vigne de YHWH
(Isaïe 5, 7), la maison d'Israël. Ce n'est certainement pas Rome. Rome, la
capitale du paganisme au Ier siècle de notre ère, n'a jamais été appelée la
vigne par les anciens prophètes hébreux. Et Iohanan ne va pas changer,
autour de l'année 50, le système de signes, le code constant depuis le VIIIe
siècle avant notre ère.


L'Euphrate

      Apocalypse 9, 14 : Délie les quatre messagers qui sont liés sur le
      fleuve, le grand, l'Euphrate...

      Apocalypse 16, 12: Sur le fleuve, le grand, l'Euphrate, et elles ont
      été desséchées, ses eaux, afin qu'elle soit préparée la route des rois
      qui viennent du côté du lever du soleil... Les esprits... qui sortent
      [et qui viennent] sur les rois de toute la terre habitée pour les
      rassembler pour la guerre du jour, le grand, de Dieu ha-tzebaôt...
      Et il les a rassemblés sur le lieu qui est appelé en hébreu har
                                                                       - 336 -



      magedôn...

     Har magedôn est probablement une expression codée qui désigne
Césarée. Migdal, la Tour = Césarée, la Tour de Straton, migdal
scharschôn. C'est Hérode dit le Grand qui avait ainsi appelé l'antique
Tour de Straton pour faire sa cour à César Auguste.
     Lorsque Iohanam parle de l'Euphrate, il fait allusion à des
circonstances historiques, politiques et militaires précises.
     Joseph parle souvent de l'Euphrate.

      Antiquités XVIII, 4 : Tibère écrivit à Vitellius pour lui ordonner
      de se concilier l'amitié d'Artabane roi des Parthes... Tibère
      persuada par le don de grosses sommes le roi des Ibères et celui
      des Albaniens, d'attaquer sans hésitation Artabane. Mais ils
      refusèrent, tout en livrant le passage aux Alains à travers leur
      territoire et en leur ouvrant les Portes Caspiennes pour les lancer
      contre Artabane. L'Arménie fut reprise et le pays des Parthes
      entièrement envahi par la guerre. Les chefs parthes furent tués ;
      tout le pays fut dévasté et le fils du roi périt dans ces combats avec
      plusieurs milliers de soldats. Vitellius se disposait à faire périr
      Artabane en envoyant de l'argent à ses parents et à ses amis...
      Aussi s'enfuit-il vers les satrapies du haut pays. Puis, ayant
      rassemblé une grande armée... il vainquit ses ennemis et reprit son
      royaume.

      Antiquités XVIII, 5 : A ces nouvelles, Tibère décida de lier amitié
      avec Artabane... Artabane et Vitellius vinrent sur l'Euphrate ; ils
      se rencontrèrent au milieu d'un pont jeté sur le fleuve ; chacun
      avait sa garde autour de lui. Quand ils eurent discuté le traité, le
      tétrarque Hérode [Antipas] leur offrit un festin dans une tente
      luxueuse dressée au milieu du pont... Ensuite Vitellius retourna à
      Antioche et Artabane à Babylone...

      Guerre V, 40 : Titus a rassemblé une partie de son armée auprès
      de lui. Aux autres il a envoyé l'ordre de le rejoindre à Jérusalem.
                                                                          - 337 -



      Et il est sorti de Césarée. C'étaient les trois légions [légions V, X
      et XV] qui auparavant sous les ordres de son père avaient ravagé
      la Judée, et la douzième qui autrefois sous Cestius avait été battue...
      A la cinquième légion il donna l'ordre de le rejoindre par Emmaus,
      et à la dixième de monter par Jéricho. Lui-même Titus, il se mit en
      route avec les autres légions, auxquelles s'unirent les contingents
      des rois et des troupes venant de Syrie... Il avait sous ses ordres
      deux mille soldats d'élite de l'armée d'Alexandrie et trois mille des
      garnisons de l'Euphrate...

    Les rois dont il est question ici sont les rois Agrippa II, Sohémos
d'Emèse et Antiochus de Commagène.

      Guerre II, 500 : Cestius a pris d'Antioche la douzième légion... Il
      ajouta les troupes alliées fournies par les rois, celles d'Antiochus
      [Antiochus IV Épiphane, roi de Commagène depuis l'année 39] :
      deux mille cavaliers et trois mille fantassins, tous archers ;
      Agrippa [Agrippa II] le même nombre de fantassins et un peu
      moins de deux mille cavaliers ; Sohémos [roi d'Emèse depuis 54]
      suivait avec quatre mille hommes, le tiers, c'étaient des cavaliers.
      Et Cestius s'avança vers Pto-lémaïs...

    Nous sommes en 66.


Les grêlons

      Apocalypse 16, 17 : Et elle est sortie, une voix grande, hors du
      Temple (grec naos, hébreu heïkaî) venant du trône [de Dieu] pour
      dire : « C'est fait !» Et il y a eu des éclairs et des voix et des
      tonnerres et un tremblement de terre (grec seismos, hébreu raasch)
      un grand, tel qu'il n'y en a pas eu depuis le jour où l'homme a été
      créé sur la terre, un tel tremblement de terre, aussi grand. Et elle a
      été, la Ville, la grande, [divisée] en trois parties, et les villes des
      goïm sont tombées. Et c'est Babel la grande qui a été rappelée au
                                                                        - 338 -



      souvenir, à la mémoire (grec emnèsthè, du verbe mim-nèskô,
      hébreu zakar, niphal wa-tizaker) devant la face de Dieu pour lui
      donner la coupe du vin de la fureur de sa colère... Et une grande
      grêle, grande comme des talents, est descendue des cieux sur les
      hommes...

     Les villes des goïm, ce sont les villes de la Galilée (hébreu gelil ha-
goïm, Isaïe 8, 23 ; 1 Maccabées 5, 15). L'expression : la Ville, la grande
(hébreu ha-ïr ha-gedôlah) est empruntée à Jonas 1, 2 ; 3, 2 ; 4, 11.
     L'une des interprétations du livre de Jonas, c'est la réponse à la
question : Que se passe-t-il si YHWH annonce par la bouche de son
prophète, la destruction d'une ville, et si la ville se repent ? — Réponse :
Alors Dieu lui aussi se repent du mal qu'il avait décidé de faire à la ville.
     Tout le monde savait bien, lorsque l'inconnu a composé le conte
théologique de Jonas, que Ninive ne s'était pas repentie et qu'elle avait
été détruite. La question se pose maintenant pour Jérusalem : Est-ce que
Jérusalem va se repentir à temps ? Ou bien est-ce qu'il est trop tard ?

     En ce qui concerne la grêle, nous nous souvenons du texte de
Joseph, Guerre V, 269 (cf. p. 45). Titus préparait l'assaut contre
Jérusalem. Les armées romaines disposaient de machines pour lancer des
traits, et de machines pour lancer des pierres. Les machines de la dixième
légion pouvaient lancer des pierres qui pesaient un talent (grec
talantiaoi)... C'est le même terme talantiaios, du poids d'un talent,
environ 36 kg, qui est employé dans Apocalypse 16, 21.


La prostituée

      Apocalypse 17, 1 : Viens je vais te montrer le jugement (grec
      krima, hébreu mischpat, Exode 23, 6 ; Lévitique 18, 4; etc.) de la
      prostituée (grec pornè, hébreu zônah, participe féminin du verbe
      zanah, Genèse 34, 31 ; 38, 15 ; etc.) la grande, celle qui est assise
      sur des eaux nombreuses, avec qui ils se sont prostitués, les rois de
      la terre [ou du pays], et ils se sont soûlés, ceux qui habitent le
                                                                         - 339 -



      pays, avec le vin de sa prostitution...

      Osée 1,2: Va, prends pour toi une femme de prostitutions (hébreu
      eschet zenounim, grec gunaika porneias) et des fils de
      prostitutions, parce que, pour ce qui est de se prostituer, il s'est
      prostitué, le pays, en se reculant loin de YHWH...

      Osée 2, 4 : Querellez votre mère, accusez-la, parce qu'elle n'[est]
      pas ma femme, et moi je ne [suis] pas son homme, et qu'elle écarte
      ses prostitutions loin de sa face et ses infidélités d'entre ses seins,
      afin que je ne la déshabille pas toute nue et que je ne la remette
      comme au jour de sa naissance, et que je la rende comme un
      désert, et que je ne fasse d'elle comme un pays aride, et que je ne
      la fasse mourir dans la soif. Et ses fils, je n'aurai pas pitié d'eux,
      parce que ce sont des fils de prostitutions, eux (hébreu benei
      zenounim, grec tekna porneias, Jean 8, 41) parce qu'elle s'est
      prostituée, leur mère..., parce qu'elle disait: «J'irai derrière ceux
      qui m'aiment, ceux qui me donnent mon pain et mon eau, ma laine
      et mon lin (hébreu pischti, grec ta othonia, Jean 19, 40 ; 20, 5 ; 20,
      6 ; 20, 7), mon huile... » Et elle, elle ne savait pas que c'est moi qui
      lui ai donné le blé et le moût et l'huile fraîche... C'est pourquoi je
      vais me retourner et je reprendrai mon blé en son temps...
      J'arracherai ma laine et mon lin [qui servait] à couvrir sa nudité...
      Et maintenant je vais découvrir (le verbe hébreu galah, grec
      apokalupsô) sa pourriture (hébreu nabeloutah, sa corruption, sa
      honte, grec akatharsian) aux yeux de ceux qui l'ont aimée. Et un
      homme ne la délivrera pas de ma main [= et personne ne la
      délivrera]... Je vais ravager sa vigne et son figuier... Elle disait : «
      Ils sont à moi ! Ils me les ont donnés, ceux qui m'ont aimée ! »

    Nous avons donc déjà ici, au VIIIe siècle avant notre ère, chez le
prophète Osée, le thème fondamental de l'Apocalypse de Iohanan.

      Osée 3, 1 : Et il a dit, YHWH, en s'adressant à moi : « Encore, va,
      aime une femme qui est aimée d'un compagnon et qui est infidèle
                                                                        - 340 -



        [à son mari], comme l'amour (hébreu ahabat) de YHWH, pour les
        fils d'Israël, et eux ils se tournent vers les dieux étrangers... »

        Osée 4, 12 : C'est la prostitution (hébreu zenout, grec porneia)...
        qui a saisi le cœur (hébreu leb, organe de l'intelligence)... Mon
        peuple, c'est dans son morceau de bois [la baguette de la
        rabdomancie] qu'il interroge [l'avenir], et c'est sa baguette qui lui
        annonce [l'avenir]. Car un esprit de prostitutions (hébreu ruah
        zenounim, grec pneuma porneias) l'a égaré, et ils se sont prostitués
        en s'en allant de dessous (hébreu mi-tahat) leur Dieu... Si tu te
        prostitues, Israël... Pour ce qui est de se prostituer, ils se
        prostituent...

        Osée 9, 1 : Ne te réjouis pas, Israël... Car tu t'es prostitué en
        t'éloignant de ton Dieu...

    On observe que dans ces textes des anciens prophètes hébreux du
    e
VIII siècle avant notre ère, la prostitution (grec porneia) a une
signification métaphysique : c'est l'infidélité du peuple hébreu assimilé à
une femme, par rapport à son Créateur. Ce qui permet de comprendre le
sens du vocabulaire utilisé : Actes 15, 20 ; 15, 29.

Isaïe, à partir de 746 avant notre ère :

        Isaïe 1, 21 : Comment donc a-t-elle été une prostituée (hébreu le-
        zônah, grec pornë) la cité, la Ville dans la vérité de laquelle on
        pouvait être certain (hébreu neemanah, grec pisté Siôri)...

     Observons ici l'emploi du verbe être hébreu suivi du lamed, qui
indique l'intention, la direction, la visée, et donc le devenir. Traduction
grecque egeneto. L'hébreu n'a pas de verbe pour signifier le devenir. Il
utilise le verbe être suivi du lamed (Genèse 2, 7; etc. Jean 1, 14). Le
lamed hébreu est intraduisible en français. Il faudrait mettre une flèche
pour signifier la direction ou l'intention.
                                                                        - 341 -



      Jérémie 2, 2 : Va et tu crieras dans les oreilles de Jérusalem pour
      dire : « Ainsi a parlé YHWH : Je me suis souvenu de toi, la grâce
      de ta jeunesse, de l'amour de la kallah, l'épousée que tu étais, de ta
      marche derrière moi dans le désert, dans un pays qui n'était pas
      ensemencé. Saint [était] Israël pour YHWH... »

      Jérémie 2, 20 : Sur toute colline élevée et sous tout arbre vert tu
      t'es couchée, prostituée (hébreu zônah).

     Et moi je t'avais plantée vigne aux raisins rouges (hébreu sôreq) tout
entière semence de vérité. Et comment t'es-tu changée pour moi en
[vigne] dégénérée, la vigne étrangère ?

      Jérémie 3, 1 : Et toi tu t'es prostituée à des bergers nombreux...

      Jérémie 3, 6 : Et il m'a dit, YHWH, dans les jours de Iôschi-iahou
      [entre 640 et 609 avant notre ère], le roi : « Est-ce que tu as vu ce
      qu'elle a fait, l'apostasie (hébreu meschoubah) d'Israël ? Elle est
      allée, elle, sur toute montagne élevée et sous tout arbre verdoyant,
      et elle s'est prostituée, là... »

      Jérémie 3, 8 : La traîtresse Iehoudah, sa sœur, et elle est allée et
      elle s'est prostituée, elle aussi. Et il est arrivé, à la voix de sa
      prostitution, elle a profané le pays, et elle a forniqué avec la pierre
      et avec le bois [= les idoles de pierre et de bois]...

      Jérémie 13, 25 : Parce que tu m'as oublié et que tu as mis ton
      espérance dans le mensonge, et alors moi aussi je vais mettre à nu,
      découvrir (grec apokalupsô) les pans de ta robe sur ta face, et elle
      sera vue, ta honte. Tes infidélités, tes hennissements, la honte de tes
      prostitutions, sur les hauteurs, aux champs, j'ai vu tes abominations
      (hébreu schiqqoutzim, grec bdelugmata). Hoï à toi,
      Ierouschalaïm...

    Le prophète Ezéchiel, à partir de 597 avant notre ère, première
                                                                            - 342 -



déportation des Judéens en Babylonie, reprend le thème développé par
ses prédécesseurs Osée, Isaïe, Jérémie. Le peuple hébreu est comparé à
une femme. La relation qui existe entre Dieu et le peuple hébreu est
comparée à la relation qui existe entre l'homme et la femme.

      Ezéchiel 16, 2 : Fils d'homme (hébreu ben adam), fais connaître à
      Jérusalem ses abominations. Et tu diras : « Ainsi a parlé adônaï
      YHWH à Jérusalem : Tes sources (hébreu mekourah, grec riza,
      racine) et tes naissances (hébreu môledet, grec genesis) [sont] du
      pays du Cananéen. Ton père [c'était] l'Amorrhéen, et ta mère, la
      Hittite. Et ta naissance : au jour où tu as été enfantée, il n'a pas été
      coupé, le cordon de ton nombril, et dans les eaux tu n'as pas été
      baignée pour la purification, et [pour ce qui est] d'être salée, tu n'as
      pas été frottée de sel, et [pour ce qui est d*] être enveloppée de
      langes, tu n'as pas été enveloppée de langes. Il n'a pas eu pitié de toi,
      un [seul] œil [= aucun œil] pour faire pour toi l'une de ces choses
      par compassion pour toi [jeu de mots en hébreu lô houmelahte, tu
      n'as pas été salée ; le-houmelah, pour avoir compassion]. Et tu as été
      jetée sur la face du champ, dans le dégoût de ton âme, au jour où tu
      as été enfantée. Et je suis passé auprès de toi [c'est Dieu qui parle] et
      je t'ai vue en train de patauger dans tes sangs [Jean 1, 13] et je t'ai dit
      : Dans tes sangs, vis ! [Les traducteurs en langue grecque ont lu et
      compris : de ton sang [la] vie (grec ek tou aimatos sou zôè, ou zoè
      sou, ta vie).] Et je t'ai dit : Dans tes sangs, vis ! [Répétition dans le
      texte hébreu. Non répété dans la traduction grecque.] Deviens
      nombreuse, multiplie-toi ! Comme le germe (hébreu tzemach) du
      champ, je t'ai donné [d'être]. Tu es devenue nombreuse, tu t'es
      multipliée, et tu as grandi et tu es entrée dans le temps des périodes
      [des femmes]. Les seins sont devenus fermes, et tes poils ont poussé
      et toi [tu étais] nudité et mise à nu. Et je suis passé au-dessus de toi
      et je t'ai vue et voici que ton temps [c'était] le temps des amours et
      j'ai étendu mon aile au-dessus de toi et j'ai recouvert ta nudité et j'ai
      juré, j'ai fait un serment pour toi, à toi, et je suis entré dans
      l'alliance (hébreu berit, grec diathèkè), oracle de adônaï YHWH, et
      tu as été à moi. Et je te lavais dans les eaux et avec des flots j'ai
                                                                                                            - 343 -



          enlevé tes sangs d'au-dessus de toi et je t'ai ointe avec de l'huile...
          » [L'onction de la communauté, du peuple hébreu assimilé à une
          femme.]

          Ezéchiel 16, 10 : Et je t'habillais avec une étoffe aux multiples
          couleurs... [l'habit du grand prêtre]. ... Et je t'ai mis des sandales
          en peau de dauphin [Exode 25, 5] ; et je t'ai serrée dans du lin
          fin...

    Hébreu schesch, grec bussos, Exode 25, 4 ; 28, 5 ; 35, 6 ; etc. La
robe du grand prêtre, Exode 28, 39 ; etc. La tente, la demeure, hébreu
misch-kan, Exode 26, 1 ; etc. L'éphod du grand prêtre, Exode 28, 6 ; etc.

          Ezéchiel 16, 10 (suite): ... Et je t'ai recouverte d'une fine étoffe. Et
          je t'ai ornée d'un ornement, et j'ai donné des bracelets sur tes mains
          et un collier sur ton cou. Et j'ai donné un anneau sur ton nez et des
          boucles sur tes oreilles et une couronne25 de gloire sur ta tête...

          Ezéchiel 16, 13 : Et tu t’es ornée avec de l’ornet de l’argent

     Exode 25, 10 : Et ils feront une caisse (hébreu arôn, grec kibôton) en
bois d'acacia... Et tu la recouvriras d'or pur... Tu fondras pour elle quatre
anneaux d'or... Tu feras des barres en bois d'acacia et tu les recouvriras
d'or...

          Ezéchiel 16, 13 (suite) : ... Et ton vêtement était de lin fin (hébreu
          schesch, grec bussind) et de fine étoffe et de vêtements aux
          couleurs multiples...

      Exode 28, 39 : la tunique du grand prêtre, de lin fin (hébreu schesch)
; le turban du grand prêtre, de lin fin (hébreu schesch)...

          Ezéchiel 16, 13 (suite): ... De la fleur de farine (hébreu sôlet, grec
25
  Hébreu atarah, grec stephanos : le nom propre Stephanos, Actes 6, 5 ; etc. Le diadème du grand prêtre, Ben Sira =
Ecclésiastique 45, 12 ; Exode 28, 36 ; 39, 30.
                                                                            - 344 -



      semidalis) et du miel et de l'huile tu as mangé...

     Exode 29, 1 : Et voici la parole que tu feras pour eux, pour les
consacrer, pour qu'ils exercent la fonction de kôhen : « Prends... du pain
de matzot, pain sans levain, et des gâteaux de matzot, trempés dans
l'huile, et des galettes de matzot, ointes avec de l'huile, de la fleur de
farine de blé (hébreu sôlet, grec semidalis)... » Exode 29, 40 ; Lévitique
2, 1 ; etc. Nombres 6, 15 ; etc.).

      Ezéchiel 16, 13 (suite) : ... Et tu étais belle, très belle et tu as accédé
      à la royauté. Et il est sorti, en ta faveur, pour toi, un nom dans les
      nations païennes à cause de ta beauté, car elle était achevée,
      parfaite, elle, grâce aux splendeurs que j'ai déposées sur toi, oracle
      de adônaïYHWH.

      Ezéchiel 16, 15 : Tu t'es prostituée sur ton nom (hébreu al schemek)
      et tu as déversé tes prostitutions (hébreu tazenouteik, grec tèn
      porneian sou) sur tout passant...

      Ezéchiel 16, 20 : Et tu as pris tes fils et tes filles que tu avais
      enfantés pour moi et tu les as sacrifiés aux statues d'hommes, aux
      statues de mâles (hébreu tza-lemei zakar), pour qu'elles les
      dévorent... Et toutes tes abominations et toutes tes prostitutions, ...
      je ne me suis pas souvenu des jours de ta jeunesse alors que tu
      étais nue et dévêtue et que tu pataugeais dans tes sangs... Tu as
      écarté tes jambes pour tout passant et tu as multiplié tes
      prostitutions. Et tu t'es prostituée aux fils de l'Égypte... Et tu t'es
      prostituée aux fils d'Assur... Et tu as multiplié tes prostitutions au
      pays de Canaan, la Chaldée... Tu as fait tout cela, l'action d'une
      femme prostituée (hébreu ischah zônah, grec erga gunaikos
      pornès)... La femme infidèle, à la place de son homme, elle prend
      des étrangers. A toutes les prostituées ils donnent un cadeau, mais
      toi, c'est toi qui as donné tes cadeaux à tous ceux qui t'aimaient.
      C'est toi qui les as payés pour qu'ils viennent à toi de tous côtés,
      dans tes prostitutions. Et c'a été chez toi l'inverse des [autres]
                                                                         - 345 -



       femmes dans tes prostitutions. On n'a pas couru après toi pour la
       prostitution. Alors que tu donnais un cadeau, un cadeau on ne t'en
       donnait pas. Tu as été l'inverse [des autres prostituées]. C'est
       pourquoi, prostituée (hébreu zônah, grec pornë), écoute la parole
       de YHWH. Ainsi il a parlé, adônaï YHWH. Parce qu'il a été
       versé, son airain [euphémisme] et parce qu'elle a été découverte,
       dévoilée (hébreu tiggaleh, grec apo-kaluphthèsetai), la honte de ta
       nudité dans tes prostitutions sur ceux qui t'ont aimée et sur toutes
       les boules [d'excréments] (hébreu gilloulim) de tes abominations
       et dans les sangs (hébreu demei, grec en tois aimasin, Jean 1, 13)
       de tes fils que tu leur as donnés. C'est la raison pour laquelle me
       voici, je vais rassembler tous ceux qui t'ont aimée, ceux avec qui
       tu t'es mélangée sur eux, et tous ceux que tu as aimés, avec en plus
       tous ceux que tu as haïs. Et je vais les rassembler sur toi de tous
       côtés et je vais découvrir (hébreu le verbe galah, grec apokalupsô)
       ta nudité pour eux et ils verront toute ta nudité. Et je te jugerai,
       jugements des femmes infidèles et qui versent du sang et je te
       donnerai [d'être] sang, fureur et jalousie...

    Le mâschâl, c'est-à-dire l'analogie, de la prostituée est repris en
Ezéchiel 23. Ici il s'agit de deux prostituées : Samarie et Jérusalem.

     Il est évident et certain que Iohanan, autour de l'année 50 de notre ère,
ne va pas changer, modifier, le système de signes qui était constant dans
la longue tradition du prophétisme hébreu, depuis au moins le VIIIe
siècle avant notre ère, depuis Osée et Isaïe. Il est donc évident et certain
que la prostituée dont il parle (grec pornè, Apocalypse 17, 1) c'est
Jérusalem, et ce n'est pas Rome. D'ailleurs, au premier siècle de notre
ère, Rome ne pouvait en aucun cas mériter d'être appelée la prostituée
pour une raison simple, c'est qu'elle n'a jamais été l'épousée, la chérie de
YHWH, la kallah. Seule Jérusalem a été infidèle, parce seule elle a été
épousée.
     Comme nous l'avons noté depuis le début, il n'est pas impossible que
le substantif grec apokalupsis, — qui recouvre le substantif hébreu formé
à partir du verbe galah —, signifie non seulement la révélation mais
                                                                         - 346 -



aussi la mise à nu de la prostituée, Jérusalem.

     Est-ce parce que le prophète Ezéchiel, au VIe siècle avant notre ère, a
traité Jérusalem, la mère patrie, de putain — c'est la traduction exacte —,
qu'autour de l'année 50 de notre ère, un certain nombre de docteurs ont
voulu retirer le rouleau d'Ezéchiel du canon des Saintes Écritures ?
     Est-ce que l'application qu'a faite Iohanan le kôhen des prophéties
d'Ezéchiel, autour de l'année 50 de notre ère, a joué un rôle dans cette
affaire ?

      Apocalypse 17, 3 : Et il m'a conduit dans un désert, en esprit, et
      j'ai vu une femme assise sur une bête d'un rouge écarlate (grec
      kokkinon, hébreu tôlea. Exode 25, 4 ; 26, 1 ; etc. ; cf. p. 202 sq.),
      remplie de noms d'insulte [contre Dieu], à qui sont sept têtes et dix
      cornes. Et la femme était revêtue de pourpre (Exode 25, 4 ; 26, 1 ;
      etc.) et de rouge écarlate.

      Et elle était recouverte avec de l'or et de pierre précieuse (hébreu
      eben iqarah, 2 Chroniques 3, 6) et des pierres précieuses (au
      pluriel, Exode 25, 7 ; 28, 9 ; 28, 12 ; 28, 15 ; etc.). A elle une
      coupe d'or dans sa main, remplie des abominations (grec
      bdelugma, n'existe pas en grec naturel, hébreu tôebah, pluriel
      tôebot, Genèse 43, 32 ; 46, 34 ; Exode 8, 22 ; etc. ; schiqqoutz,
      pluriel schiqqoutzim, Lévitique 7, 21 ; 11, 10 ; etc., cf. p. 33) et des
      impuretés (grec ta akatharta, hébreu tame, pluriel temeïm,
      Lévitique 5, 2, etc.) de ses prostitutions (grec porneia, hébreu
      tazenout, Ezéchiel 16, 15 ; etc.)

     Exode 25, 10 : Et ils feront un coffre, une caisse (hébreu arôn, grec
kibôtos) en bois d'acacia... Tu la recouvriras d'or pur, de l'intérieur et de
l'extérieur tu la recouvriras, et tu feras sur elle une bordure d'or tout
autour. Tu fondras pour elle quatre anneaux d'or... Tu feras des barres en
bois d'acacia et tu les recouvriras d'or... tu feras le couvercle du coffre
(hébreu kappôret, grec hilastèrion) en or pur... Tu feras les deux
keroubim (transcription en caractères grecs cheroubim) en or... Et tu
                                                                            - 347 -



feras une table en bois d'acacia... Et tu la recouvriras d'or pur et tu feras
pour elle une bordure en or tout autour... Tu feras pour elle quatre
anneaux d'or... Tu feras les barres en bois d'acacia et tu les recouvriras
d'or... Tu feras aussi ses plats et ses écuelles, ses gobelets et ses tasses...
Tu les feras en or pur... Tu feras aussi un candélabre d'or pur (hébreu
menôrah, grec luchnia) en or pur...
     2 Chroniques 3, 1 : Et il a commencé, Schelômôh, à bâtir la maison
de YHWH... Et le vestibule (hébreu ha-oulam, transcription en
caractères grecs ailam) qui était sur la face [du Temple]... il l'a recouvert
de l'intérieur avec de l'or pur... Et la maison, la grande, il l'a revêtue de
bois de cyprès et il l'a recouvert d'or bon... Il a recouvert la maison de
pierre précieuse (hébreu eben iqarah, au singulier = Apocalypse 17, 4,
traduction littérale). Il a recouvert la maison, les poutres... et les portes
avec de l'or... Et il a fait la maison du Saint des Saints... et il l'a recouvert
avec de l'or bon... six cents talents (hébreu kikkar, pluriel kikkarim)... Et
les chambres hautes (hébreu ha-aliiôt, grec huperôon, Actes I, 13 ; etc.)
il les a recouvertes d'or. Et il a fait, dans la maison du Saint des Saints,
deux keroubim... et il les a recouverts d'or. Et il a fait le rideau (hébreu
parôket, grec katapetasma) pourpre violette (hébreu tekelet, grec
huakinthori) et pourpre rouge (hébreu argaman, grec porphura) cramoisi
(hébreu karmil = tôlaat schani, grec kokkinos, et byssus, hébreu boutz,
grec bussos).

     Ce texte (Apocalypse 17, 3-4) était parfaitement intelligible pour
ceux et celles à qui il s'adressait, autour des années 50-52. Il contient
toutes les indications qui désignent Jérusalem, le Temple de Jérusalem,
le haut sacerdoce, les grands prêtres du Temple de Jérusalem. Il suffit au
lecteur de regarder les textes que nous avons cités antérieurement, et qui
donnent les couleurs des vêtements du grand prêtre, des rideaux, des
tentures, etc. du Temple de Jérusalem (cf. pp. 202 à 206).
       Apocalypse 17, 5 : Et sur son front, un nom est gravé, secret (grec
       mustèrion, hébreu sôd) : Babel la grande, la mère des prostituées
       et des abominations du pays. Et j'ai vu la femme qui était soûle du
       sang des saints et du sang des témoins de Ieschoua...
                                                                         - 348 -



    Ce qui est particulièrement terrible dans Apocalypse 17, 5 c'est que,
nous nous en souvenons, sur le front du grand prêtre, un nom était gravé,
Qodesch le- YHWH.

     Exode 28, 36 : Et tu feras une fleur en or pur (hébreu tzitz zahab
tahôr, grec petalon) et tu graveras sur elle, gravures de sceau : Qodesch
le-YHWH, consacré à YHWH. Et tu la poseras sur un cordon de pourpre
violette (hébreu tekelet, grec huakinthos) et elle sera sur le turban, au-
devant de la face du turban elle sera. Et elle sera sur le front (hébreu
metzah, grec metôpon) de Aharôn, et il portera, Aharôn, la faute (hébreu
awôn, grec ta hamartèmata) des choses saintes, ou sacrées, qu'ils
consacreront, les fils d'Israël ... Et elle sera sur son front (hébreu metzah,
grec metôpon) perpétuellement (hébreu tamid, grec dia pantos) pour
qu'ils soient agréables à la face de YHWH.

      Iohanan qui était probablement kôhen, qui a peut-être été kôhen ha-
gadôl, ose dire qu'à la place de l'inscription sainte et sacrée qui se
trouvait sur la lamelle d'or, sur le front du grand prêtre, il y a maintenant
le nom de Babel, la mère des prostitutions, des prostituées, qui se soûle
en buvant le sang des saints, c'est-à-dire des frères et des sœurs de la
petite communauté chrétienne naissante.
      La prostituée de l'Apocalypse n'est sûrement pas la ville de Rome,
parce que Rome n'a jamais été habillée, que je sache, avec les vêtements
du grand prêtre du Temple de Jérusalem, et elle n'a pas non plus porté le
tzitz ha-zahab sur son front.
      Les persécutions à mort contre les communautés chrétiennes de la
part des empereurs romains ont commencé autour de l'année 64. Les
persécutions à mort de la part des hautes autorités politiques et
sacerdotales de Jérusalem ont commencé, d'après ce que nous dit
Schaoul lui-même, qui a été persécuteur, dans les années 30, avec la
mise à mort de Stephanos-la Couronne.


La datation
                                                                       - 349 -



      Apocalypse 17, 7 : Moi je vais te dire le secret (grec mus ter ion,
      hébreu sôd) de la femme et de la bête qui la porte, la bête à qui
      sont les sept têtes et les dix cornes...

    Iohanan de l'Apocalypse procède maintenant comme l'auteur
inconnu de Daniel.

      Daniel 7, 16 : Je me suis approché de l'un d'entre ceux qui se
      tenaient debout et la certitude (araméen iatziba, hébreu iatzab,
      grec akribeia) je la lui ai demandée au sujet de toutes ces choses, et
      il m'a parlé, et l'explication des paroles il m'a fait connaître
      (araméen peschar, pischera ; grec, deux traductions : krisis et sug-
      krisis).

    Il ne faut pas traduire le grec mustèrion par le français « mystère ».
Pourquoi donc ? Parce qu'en français, aujourd'hui, un mystère c'est ce à
quoi l'on ne comprend rien et que l'on ne peut pas comprendre. L'hébreu
sôd, l'araméen raz, razah, signifie tout au contraire le secret intelligible
dont le sens, le contenu intelligible, est communiqué par le prophète.
Amos 3, 7 : Car il ne fait pas, adônaï YHWH, une parole, qu'il n'ait
révélé (hébreu galah, grec apokalupsë) son secret (hébreu sôd).
    Il est vraisemblable a priori que Iohanan va suivre le système
d'explication et le système de correspondance, le code, déjà utilité par
Daniel.

      Daniel 7, 17 : Ces bêtes énormes, qui sont quatre, [ce sont] quatre
      royaumes, ou empires, qui vont se lever de la terre...

      Daniel 7, 24 : Et les dix cornes de ce royaume, ou de cet empire,
      dix rois se lèveront et un autre se lèvera après eux...

    Ici l'auteur inconnu de Daniel parle de ce qu'il connaît, de ce qui est
pour lui du passé et du présent. Rappelons que les dix rois de Daniel 7,
24 sont probablement les dix rois grecs issus de l'empire d'Alexandre le
Grand. Le dernier est probablement Antiochus IV Épiphane.
                                                                          - 350 -



     Iohanan de l'Apocalypse va continuer ce schéma et l'appliquer à ce
qu'il connaît, à ce qu'il voit, à ce que ses contemporains connaissent et
voient de leurs yeux. Ce n'est donc pas encore à proprement parler de la
prophétie. C'est une lecture, une interprétation théologique du passé
récent et du présent.

      Apocalypse 17, 8 : La bête que tu as vue, elle était et elle n'est pas,
      et elle va remonter de l'abîme (grec a-bussos, sans fond, hébreu
      tehôm, assyrien tiamtu, tiâmat, Genèse 1, 2 ; 7, 11 ; 8, 2 ;
      Deutéronome 8, 7 ; 33, 13 ; Psaumes 33, 7 ; 42, 8 ; etc.) et à la
      destruction (grec apôleia, hébreu abadôn, Apocalypse 9, 11) elle
      s'en va, et ils seront stupéfaits, ceux qui habitent dans le pays,
      ceux dont il n'est pas écrit, le nom, sur le livre de la vie, depuis la
      création du monde, lorsqu'ils verront la bête, parce qu'elle était, et
      elle n'est plus, et elle sera présente (grec par estai), elle est revenue
      (probablement l'hébreu bô, kal parfait ba, imparfait iabô, Nombres
      22, 20 ; 1 Samuel 9, 6 ; 2 Samuel 5, 23 ; 13, 35 ; etc.), ou : elle va
      revenir...

     La prostituée, la femme revêtue des couleurs de la robe du grand
prêtre et des couleurs du rideau du Temple, d'or et de pierres précieuses,
c'est Jérusalem. La bête sur laquelle elle est assise, c'est probablement la
dynastie judéenne des Hérodes. La bête, la dynastie des Hérodes, a été
interrompue en 44 par la mort d'Hérode Agrippa I. Après la mort
d'Agrippa I, l'empereur Claude a envoyé comme gouverneur de la Judée
Cuspius Fadus. Après la mort de son oncle Hérode de Chalcis, Agrippa
fils d'Agrippa est installé par l'empereur Claude comme roi sur le
royaume de Chalcis. Cela se passait en 49. Rappelons-nous.
     Agrippa II, d'après les monnaies et les inscriptions, s'appelait lui-
même Marcus Julius Agrippa. Il a été, semble-t-il, élevé à Rome. Après la
mort de son oncle Hérode de Chalcis, il obtient de l'empereur Claude
autour de l'année 50, l'héritage du royaume de son oncle, avec le droit de
nommer les grands prêtres. Nous retrouvons Agrippa II à Rome en 52.
En 53, treizième année de l'empereur Claude, il obtient un territoire plus
important, la tétrarchie de Philippe et la tétrarchie de Lysanias. Après la
                                                                      - 351 -



mort de l'empereur Claude, en 54, Néron lui accorde des morceaux de la
Galilée et de la Pérée. La capitale de son nouveau royaume, Césarée de
Philippe, Agrippa II l'appelle Néronias