Dossier administratif directeurs d'�cole - DOC

Document Sample
Dossier administratif directeurs d'�cole - DOC Powered By Docstoc
					                                Directeurs d’école : Dispositions générales




Le signe[...]    indique que des coupures ont
été faites (paragraphe obsolète ou ne concer-
nant pas l’enseignement du premier degré).




19/05/2012                                                           1
                                                                          Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                                         Sommaire des dispositions générales
PRÉPARATION DE LA RENTRÉE 2004 DANS LES ÉCOLES, LES COLLEGES ET LES LYCÉES ....................... 108
   I - DEVELOPPER UNE DEMARCHE STRATEGIQUE AUX DIFFERENTS NIVEAUX DE PILOTAGE DU SYSTEME EDUCATIF ............................................. 108
   II - ATTEINDRE LES OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PRIORITAIRES ......................................................................................................................... 111
   III - AFFIRMER LES VALEURS DE L’ECOLE ET DEVELOPPER LA RESPONSABILITE DES ELEVES ............................................................................. 118
CALENDRIER SCOLAIRE NATIONAL DES ANNEES 2004-2005, 2005-2006, 2006-2007 .......................................... 124

PREPARATION DE LA CARTE SCOLAIRE DU PREMIER DEGRE ........................................................................... 127
   I - MESURES DE CARTE SCOLAIRE ET DE RESTRUCTURATION DU RESEAU SCOLAIRE ......................................................................................... 127
   II - MODALITES DE LA CONCERTATION .......................................................................................................................................................... 128
   III - RECOMMANDATION POUR LE CALENDRIER ANNUEL DES PROCEDURES ET DES CONCERTATIONS ................................................................ 130
MODALITES D’INSCRIPTION ET DE SCOLARISATION DES ELEVES DE NATIONALITE ETRANGERE DES
PREMIER ET SECOND DEGRES. ...................................................................................................................................... 133
   I - INSCRIPTIONS SCOLAIRES .......................................................................................................................................................................... 133
   II - SCOLARISATION DES ELEVES DE NATIONALITE ETRANGERE ....................................................................................................................... 134
MODALITÉS D'INSCRIPTION ET DE SCOLARISATION DES ÉLEVES DE NATIONALITÉ ÉTRANGÈRE DES
PREMIER ET SECOND DEGRÉS ....................................................................................................................................... 138
   I - INSCRIPTIONS SCOLAIRES .......................................................................................................................................................................... 138
   II - SCOLARISATION DES ELEVES DE NATIONALITE ETRANGERE ....................................................................................................................... 139
ORGANISATION DE LA SCOLARITÉ DES ÉLÈVES NOUVELLEMENT ARRIVÉS EN FRANCE SANS
MAÎTRISE SUFFISANTE DE LA LANGUE FRANÇAISE OU DES APPRENTISSAGES ........................................... 142
   1 - ACCUEIL .............................................................................................................................................................................................. 142
   2 - SCOLARISATION : ÉVALUATION, AFFECTATION, CLASSES SPÉCIFIQUES ........................................................................... 143
   3 - LES ENSEIGNANTS DES CLASSES SPÉCIFIQUES ......................................................................................................................... 146
   4 - LE PILOTAGE DU DISPOSITIF D'ACCUEIL ET DE SCOLARISATION DES ÉLÈVES NOUVELLEMENT ARRIVÉS ............... 146
SCOLARISATION DES ENFANTS DU VOYAGE ET DE FAMILLES NON SÉDENTAIRES .................................... 148
   1 - CONDITIONS D'ACCUEIL ET DE SCOLARISATION ...................................................................................................................... 148
   2 - L'ORGANISATION DÉPARTEMENTALE ......................................................................................................................................... 150
CONTROLE DE LA FREQUENTATION ET DE L'ASSIDUITE SCOLAIRES ET SANCTIONS PENALES............ 152
   TITRE 1ER - MODIFICATION DU DECRET N° 66-104 DU 18 FEVRIER 1966 ........................................................................................................ 152
   TITRE II - SANCTIONS PENALES ..................................................................................................................................................................... 153
CONTROLE ET PROMOTION DE L’ASSIDUITE DES ELEVES SOUMIS A L’OBLIGATION SCOLAIRE ......... 154
   4 - LE MODULE DE SOUTIEN A LA RESPONSABILITE PARENTALE ....................................................................................................................... 156
MISSIONS ET ORGANISATION DES CENTRES ACADÉMIQUES POUR LA SCOLARISATION DES
NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES ENFANTS DU VOYAGE (CASNAV) .................................................................... 160

DIRECTIVES GENERALES POUR L’ETABLISSEMENT DU REGLEMENT TYPE DEPARTEMENTAL DES
ÉCOLES MATERNELLES ET ELEMENTAIRES ............................................................................................................. 172
   TITRE 1. ADMISSION ET INSCRIPTION ............................................................................................................................................................. 172
   TITRE 2 FREQUENTATION ET OBLIGATION SCOLAIRES..................................................................................................................................... 173
   TITRE 3. VIE SCOLAIRE ................................................................................................................................................................................. 173
   TITRE 4. USAGE DES LOCAUX - HYGIENE ET SECURITE ................................................................................................................................... 174
   TITRE 5. SURVEILLANCE ............................................................................................................................................................................... 175
   TITRE 6. CONCERTATION ENTRE LES FAMILLES ET LES ENSEIGNANTS .............................................................................................................. 176
   TITRE 7. DISPOSITIONS FINALES .................................................................................................................................................................... 176
REGLEMENT INTERIEUR DES ECOLES ........................................................................................................................ 177
   I - ÉTABLISSEMENT DU REGLEMENT ........................................................................................................................................................ 177
   II - DISPOSITIONS PARTICULIERES POUVANT ETRE INTRODUITES DANS LE REGLEMENT INTERIEUR ............................. 177
   EXEMPLES DE MODIFICATIONS POUVANT ETRE APPORTEES AU REGLEMENT INTERIEUR TYPE ........................................................................... 179



19/05/2012                                                                                                                                                                                     103
                                                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


PORT DE SIGNES OU DE TENUES MANIFESTANT UNE APPARTENANCE RELIGIEUSE DANS LES ECOLES,
COLLEGES ET LYCEES PUBLICS .................................................................................................................................... 180
   I - LES PRINCIPES .......................................................................................................................................................................................... 180
   II - LE CHAMP D’APPLICATION DE LA LOI ....................................................................................................................................................... 181
   III - LE DIALOGUE ......................................................................................................................................................................................... 181
   IV - LE REGLEMENT INTERIEUR ..................................................................................................................................................................... 182
   MODÈLE D’ARTICLE À INSÉRER DANS LE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’ÉTABLISSEMENT ................................................ 182
SECURITE ET SURVEILLANCE DES ELEVES DES ECOLES MATERNELLES ET ELEMENTAIRES DANS LES
COURS DE RECREATION ET LES AIRES DE JEUX ..................................................................................................... 183

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU SERVICE HEBDOMADAIRE DES PERSONNELS ENSEIGNANTS
DU PREMIER DEGRE........................................................................................................................................................... 184

AUTORISATIONS D’ABSENCE POURPRINCIPALES FETES RELIGIEUSES DES DIFFERENTES
CONFESSIONS - ANNEE 2003 ............................................................................................................................................. 186

L'ETABLISSEMENT SCOLAIRE FACE A L'ACCIDENT MAJEUR ............................................................................ 187
   UN PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ FACE À L'ACCIDENT MAJEUR ............................................................................ 187
   LA PRÉPARATION DU PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ ................................................................................................. 187
   LA RÉALISATION DU PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ .................................................................................................. 188
   RESPONSABILITÉ ET ORGANISATION DES SECOURS ..................................................................................................................... 189
   INFORMATION ET FORMATION PRÉVENTIVES................................................................................................................................ 190
   POUR EN SAVOIR PLUS ... ...................................................................................................................................................................... 190
REGLEMENT DE SECURITE CONTRE LES RISQUES D’INCENDIE ET DE PANIQUE DANS LES
ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ................................................................................................................. 191

PROTOCOLE NATIONAL SUR L'ORGANISATION DES SOINS ET DES URGENCES DANS LES ÉCOLES ET
LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX D'ENSEIGNEMENT (EPLE) ............................................................... 192
   I - PRÉAMBULE ........................................................................................................................................................................................ 192
   III - MESURES MINIMALES .................................................................................................................................................................... 193
   V - PROTOCOLE D'URGENCE ................................................................................................................................................................ 197
POLITIQUE DE SANTÉ EN FAVEUR DES ÉLÈVES ....................................................................................................... 200
   SOMMAIRE ................................................................................................................................................................................................... 200
ORIENTATIONS GÉNÉRALES POUR LA POLITIQUE DE SANTÉ EN FAVEUR DES ÉLÈVES ........................... 201
   1 - LE PILOTAGE NATIONAL .................................................................................................................................................................. 202
   2 - LE PILOTAGE ACADÉMIQUE ........................................................................................................................................................... 202
   3 - LE PILOTAGE DÉPARTEMENTAL .................................................................................................................................................... 202
   4 LE NIVEAU LOCAL : L'ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE..................................................................................................................... 203
MISSIONS DES MÉDECINS DE L'ÉDUCATION NATIONALE .................................................................................... 204
   SOMMAIRE ............................................................................................................................................................................................... 205
   1 - CADRE GÉNÉRAL ............................................................................................................................................................................... 218
   2 - MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S CONSEILLER(ÈRE)S TECHNIQUES ........................................................ 219
   3 - FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S DANS LES ÉCOLES ET LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ...................................... 221
   4 - CONTEXTE INSTITUTIONNEL ET PARTENARIAL ........................................................................................................................ 227
SANTE DES ELEVES - LA SECURITE DES ALIMENTS : LES BONS GESTES ....................................................... 228

LA SANTÉ DES ÉLÈVES : PROGRAMME QUINQUENNAL DE PRÉVENTION ET D’ÉDUCATION ................... 231
   I - REPERER ET SUIVRE LES PROBLEMES DE SANTE DES ELEVES ....................................................................................................................... 231
   II - MIEUX CONNAITRE, MIEUX REPERER ET PRENDRE EN COMPTE LES SIGNES DE SOUFFRANCES PSYCHIQUES DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS
    .................................................................................................................................................................................................................... 232
   III - ASSURER TOUT AU LONG DE LA SCOLARITE LA CONTINUITE DES ACTIONS D’EDUCATION A LA SANTE ........................................................ 233
   IV - DEVELOPPER CHEZ LES ELEVES DES COMPORTEMENTS CIVIQUES ET SOLIDAIRES : GENERALISER L’APPRENTISSAGE DES GESTES QUI SAUVENT
    .................................................................................................................................................................................................................... 235
   CONTRAT-CADRE DE PARTENARIAT EN SANTÉ PUBLIQUE ................................................................................................................ 236
   APPLICATION DE LA LOI DU 10 JANVIER 1991 DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES...................................................... 237

19/05/2012                                                                                                                                                                                               104
                                                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


   EXPÉRIMENTATION DANS 22 ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES PILOTES ..................................................................................... 237
   LUTTE CONTRE LE TABAC - EXPÉRIMENTATION 22 SITES PILOTES ........................................................................................... 238
   CONVENTION .......................................................................................................................................................................................... 238
   CONVENTION-CADRE N° 2003/002 ....................................................................................................................................................... 244
   PROTOCOLE D’ACCORD ........................................................................................................................................................................ 245
L'EDUCATION A LA SEXUALITE DANS LES ECOLES, LES COLLEGES ET LES LYCEES ................................ 249
   I - LES OBJECTIFS DE L'EDUCATION A LA SEXUALITE DANS LE CADRE SCOLAIRE ............................................................................................... 250
   II - LA MISE EN ŒUVRE DE L'EDUCATION A LA SEXUALITE............................................................................................................................... 250
   III - LA PRISE EN CHARGE .............................................................................................................................................................................. 251
   IV - PILOTAGE ET FORMATION....................................................................................................................................................................... 252
DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LES SECTES MIS EN PLACE AU SEIN DE L'EDUCATION NATIONALE ... 254

ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE DANS LES ECOLES MATERNELLES ET ELEMENTAIRES ............. 256
   I - L’ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE ...................................................................................................................................................... 256
   II - LA REGLEMENTATION NATIONALE ........................................................................................................................................................... 256
   III - LES AMENAGEMENTS QUE PEUT APPORTER L’INSPECTEUR D’ACADEMIE A CES REGLES FIXEES NATIONALEMENT........................................ 256
   IV . TEMPS SCOLAIRE ET TEMPS DE L’ENFANT ................................................................................................................................................ 257
   V . LA PROCEDURE ....................................................................................................................................................................................... 257
PARTICIPATION D’INTERVENANTS EXTERIEURS AUX ACTIVITES D'ENSEIGNEMENT DANS LES ECOLES
MATERNELLES ET ELEMENTAIRES .............................................................................................................................. 258
   I. ROLES RESPECTIFS DES ENSEIGNANTS ET INTERVENANTS EXTERIEURS ......................................................................................................... 258
   II. MISE EN ŒUVRE DE LA RESPONSABILITE DES ENSEIGNANTS ET INTERVENANTS EXTERIEURS ........................................................................ 259
INSTRUCTION CONCERNANT LES VIOLENCES SEXUELLES ................................................................................. 261
   I – LA REPRESSION PENALE DES VIOLENCES SEXUELLES.................................................................................................................................. 261
   II – LES ACCUSATIONS SANS FONDEMENT ...................................................................................................................................................... 263
   III- LES OBLIGATIONS DE PARLER ET D’AGIR PREVUES PAR LA LOI .................................................................................................................. 264
   IV LE SIGNALEMENT DES FAITS ..................................................................................................................................................................... 264
   V – LA DECISION ADMINISTRATIVE CONCERNANT LE FONCTIONNAIRE MIS EN CAUSE ...................................................................................... 267
   VI -LA DECISION DISCIPLINAIRE CONCERNANT UN ELEVE MIS EN CAUSE. ........................................................................................................ 268
   VII- L'ASSISTANCE MORALE ET MATERIELLE DE L'ENFANT ET DE LA FAMILLE .................................................................................................. 268
   VIII- L'ASSISTANCE PSYCHOLOGIQUE A LA COMMUNAUTE SCOLAIRE ............................................................................................................. 269
   IX – LA NECESSAIRE COORDINATION ENTRE L’EDUCATION NATIONALE ET LA JUSTICE .................................................................................... 269
LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES ........................................................................................................... 271
   1 - RAPPEL DES PROCEDURES DE SIGNALEMENT ............................................................................................................................................. 271
   2 - CONDUITE A TENIR................................................................................................................................................................................... 272
   3 - PROGRAMME D'ACTION ............................................................................................................................................................................ 272
VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE .................................................................................................................................. 274
   LUTTE CONTRE LA VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE ET RENFORCEMENT DES PARTENARIATS ........................................ 274
   I - L'ÉDUCATION, CONDITION PREMIÈRE DE LA PRÉVENTION .................................................................................................... 274
   II - MESURES SPÉCIFIQUES POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ DANS LES ÉTABLISSEMENTS ................................................ 275
   III - CONDUITE À TENIR FACE AUX SITUATIONS DE VIOLENCE ................................................................................................... 275
   IV - LE CADRE PARTENARIAL .............................................................................................................................................................. 277
   APPROCHES PARTENARIALES EN CAS D’INFRACTIONS DANS UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE ......................................... 279
LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET L’EXCLUSION - MISE EN ŒUVRE DE LA VEILLE EDUCATIVE ......... 289

ORIENTATIONS RELATIVES AUX BASSINS D'EDUCATION ET DE FORMATION.............................................. 290
   I - LES MISSIONS DES BASSINS ....................................................................................................................................................................... 290
   II - ORGANISATION DES BASSINS : LES CONDITIONS DE LA REUSSITE ............................................................................................................... 291
RELANCE DE L'EDUCATION PRIORITAIRE : .............................................................................................................. 293

ÉLABORATION, PILOTAGE, ET ACCOMPAGNEMENT DES CONTRATS DE REUSSITE DES RESEAUX
D'EDUCATION PRIORITAIRES ......................................................................................................................................... 293
   I - LA MISE EN PLACE DES RÉSEAUX D'ÉDUCATION PRIORITAIRE ET DES CONTRATS DE RÉUSSITE ................................. 293
   II - LES DIX ORIENTATIONS PRIORITAIRES DU CONTRAT DE RÉUSSITE .................................................................................... 294


19/05/2012                                                                                                                                                                                   105
                                                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


RENFORCEMENT DU CONTROLE DE L'OBLIGATION SCOLAIRE ........................................................................ 299

          I - LE DISPOSITIF RELATIF À L'INSTRUCTION DANS LA FAMILLE ......................................................................................... 300
          III - CAS PARTICULIERS .................................................................................................................................................................. 303
      IV - MESURES CONCERNANT LES ENFANTS FAISANT L'OBJET D'UNE RÉINTÉGRATION DANS UN ÉTABLISSEMENT
   SCOLAIRE PUBLIC OU PRIVÉ SOUS CONTRAT ................................................................................................................................. 304
   DOCUMENTS ANNEXÉS......................................................................................................................................................................... 304
LA PHOTOGRAPHIE SCOLAIRE ...................................................................................................................................... 308

ENSEIGNEMENT DES LANGUES VIVANTES ETRANGERES..................................................................................... 311
   I - LA GENERALISATION DE L'ENSEIGNEMENT DES LANGUES VIVANTES ETRANGERES A L'ECOLE ELEMENTAIRE ................................................. 311
   II - L'ENSEIGNEMENT DES LANGUES DANS LE SECOND DEGRE : UN RECENTRAGE SUR LES COMPETENCES DE COMMUNICATION ......................... 313
   III - UNE POLITIQUE ACADEMIQUE EN FAVEUR DES LANGUES VIVANTES.......................................................................................................... 314
ORGANISATION DES SORTIES SCOLAIRES DANS LES ÉCOLES MATERNELLES ET ÉLÉMENTAIRES
PUBLIQUES ............................................................................................................................................................................ 317
   I - FINALITES ET OBJECTIFS DES SORTIES SCOLAIRES ....................................................................................................................................... 317
   II DISPOSITIONS COMMUNES RELATIVES A L'ORGANISATION DES SORTIES SCOLAIRES ...................................................................................... 318
   III - DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX SORTIES SCOLAIRES REGULIERES ....................................................................................................... 326
   IV - DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX SORTIES SCOLAIRES OCCASIONNELLES SANS NUITEE........................................................................... 327
   V - DISPOSITIONS PARTICULIERES AUX SORTIES SCOLAIRES AVEC NUITEE(S)................................................................................................... 327
   ANNEXE 5 .................................................................................................................................................................................................... 329
   QUALIFICATIONS ÉXIGÉES POUR ENCADRER DES ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES À L'ÉCOLE ............................. 329
TEST NECESSAIRE AVANT LA PRATIQUE DES SPORTS NAUTIQUES .................................................................. 330

LES POLES D'EXCELLENCE SCOLAIRE DANS LES ZEP ET LES RÉSEAUX D'ÉDUCATION PRIORITAIRE 331
   DES POLES D'EXCELLENCE SCOLAIRE AU SERVICE DES APPRENTISSAGES ............................................................................ 332
CODE DE BONNE CONDUITE DES INTERVENTIONS DES ENTREPRISES EN MILIEU SCOLAIRE ................ 336
   I - RESPECT DU PRINCIPE DE NEUTRALITE....................................................................................................................................................... 336
   II - PUBLICITE ............................................................................................................................................................................................... 336
   III - PARTENARIAT ........................................................................................................................................................................................ 338
MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU CODE DES MARCHES PUBLICS .......................................................................... 341

MISE EN ŒUVRE DU PRINCIPE DE GRATUITE DE L'ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PUBLIC .......................... 346

LES CONTRATS EDUCATIFS LOCAUX ........................................................................................................................... 347
   I - UNE OFFRE EDUCATIVE DE QUALITE .......................................................................................................................................................... 347
   II - FORMATION, COORDINATION, EVALUATION.............................................................................................................................................. 348
   III - UN PARTENARIAT ELARGI ET RENFORCE.................................................................................................................................................. 349
INSTRUCTION RELATIVE AUX POLITIQUES EDUCATIVES LOCALES ................................................................ 352
   1 - DANS LE RESPECT DU CARACTERE INTERMINISTERIEL DES DISPOSITIFS, ASSURER LA COHERENCE ENTRE LES ORIENTATIONS NATIONALES ET LES
   POLITIQUES LOCALES EN MATIERE D’EDUCATION ET DE JEUNESSE ................................................................................................................... 352
   2 - SIMPLIFIER LES PROCEDURES ET AMPLIFIER LES COLLABORATIONS POUR PLUS D’EFFICACITE ...................................................................... 353
AFFECTATION DES STAGIAIRES LAURÉATS DES CONCOURS ET DES EXAMENS PROFESSIONNELS -
RENTRÉE 2003 ....................................................................................................................................................................... 354

INTERVENTION DES ASSOCIATIONS DE PARENTS D'ELEVES DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES
................................................................................................................................................................................................... 377
   I - CHAMP D'APPLICATION ............................................................................................................................................................................. 377
   II - LA PARTICIPATION AUX INSTANCES COLLEGIALES DES ETABLISSEMENTS ET AUX CONSEILS DE L'EDUCATION INSTITUES DANS LES
   DEPARTEMENTS ET LES ACADEMIES ............................................................................................................................................................... 378
   III - LES ELECTIONS DES REPRESENTANTS DE PARENTS D'ELEVES .................................................................................................................... 378
   V - LA DISTRIBUTION DE DOCUMENTS ........................................................................................................................................................... 379



19/05/2012                                                                                                                                                                                         106
                                                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


ELECTIONS DES REPRESENTANTS DES PARENTS D’ELEVES AU CONSEIL D’ECOLE ET AU CONSEIL
D’ADMINISTRATION DES EPLE ....................................................................................................................................... 381
   CONSEIL D’ECOLE ......................................................................................................................................................................................... 381
LES REGLES DE SECURITE DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES ..................... 390

MISE EN ŒUVRE DES RECOMMANDATIONS DU MEDIATEUR DE L'EDUCATION NATIONALE ................. 394

COMITES ET CONSEILS- CREATION DU COMITE NATIONAL DE REFLEXION ET DE PROPOSITIONS SUR
LA LAÏCITE A L’ECOLE ..................................................................................................................................................... 395

TRAVAUX SUPPLEMENTAIRES EFFECTUES PAR LES ENSEIGNANTS DES ECOLES ...................................... 414

CONCOURS EXTERNE DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DES ECOLES .................................................... 416

PREPARATION DE LA CARTE SCOLAIRE DU PREMIER DEGRE .......................................................................... 423

PREPARATION DE LA CARTE SCOLAIRE DU PREMIER DEGRE ........................................................................... 429

APPROBATION DES STATUTS DE L’UNION SPORTIVE DE L’ENSEIGNEMENT DU PREMIER DEGRE ....... 435

ABROGATION DE CIRCULAIRES MINISTERIELLES ET DE NOTES DE SERVICE ............................................. 437




19/05/2012                                                                                                                                                                                    107
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



Encart B.O. n° 14 du 03 avril 2003.
     P R É PA R AT I O N D E L A R E N T R É E 2 0 0 4 D A N S
L E S É C O L E S , L E S C O L L E G E S E T L E S LY C É E S
C. n° 2004-015 du 27-1-2004
NOR : MENE0400173C
RLR : 510-1 ; 520-1 ; 520-3
MEN - DESCO


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et
directeurs des services départementaux de l’éducation nationale


  Dans la continuité des orientations données pour 2003-2004, la circulaire préparatoire à la rentrée 2004 a pour
objet la mise en œuvre des grands objectifs de la politique éducative de l’école au lycée, en insistant sur les in-
flexions nouvelles données à ses priorités. Comme l’an dernier, elle ne se veut donc pas exhaustive et comporte,
en annexe, les références des textes réglementaires applicables.
Ainsi, le contexte du débat national sur l’avenir de l’école, les évolutions liées à la stratégie ministérielle de réforme,
à la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) et à la nouvelle étape de la décentralisa-
tion, conduisent à souligner l’importance particulière des modalités du pilotage de la politique éducative aux diffé-
rents niveaux de sa mise en œuvre.
De là découlent les trois grandes priorités qui doivent guider la préparation de la rentrée 2004, tant sur le plan na-
tional que dans votre académie :
- développer une démarche stratégique à tous les niveaux de pilotage de la politique éducative ;
- atteindre les objectifs pédagogiques prioritaires du système éducatif ;
- faire vivre les valeurs de l’école et responsabiliser les élèves.

I - Développer une démarche stratégique aux différents niveaux de pilotage du système éducatif
Le pilotage stratégique de la politique éducative doit être renforcé, à tous les niveaux du système :
- au niveau national, il appartient de définir les objectifs prioritaires et d’accompagner les services académiques
dans leur mise en œuvre ;
- au niveau académique, il revient de décliner les objectifs nationaux en fonction des caractéristiques locales ;
- au niveau local, il incombe aux écoles et aux établissements de mettre en œuvre ces objectifs en utilisant pleine-
ment l’autonomie dont ils bénéficient.
I.1 Au niveau national
Le pilotage national s’organise autour des priorités qui constituent aujourd’hui le socle de notre action :
- améliorer la maîtrise des apprentissages fondamentaux à la fin de l’école primaire, notamment dans les domaines
de la lecture et de l’écriture ;
- réduire fortement le nombre de jeunes sortant du système éducatif sans qualification ;
- proposer à tous les élèves la maîtrise des technologies de l’information et de la communication (TIC) ;
- adapter les conditions de scolarisation des enfants et adolescents à besoins éducatifs particuliers ;
- favoriser un développement diversifié des poursuites d’études au-delà du collège jusqu’au baccalauréat ;
- prévenir les phénomènes de violence et d’absentéisme et développer la responsabilité des élèves.
De tels objectifs, éventuellement précisés, complétés ou enrichis par les conclusions tirées du débat national, de-
vront être, à partir de 2006, dans le cadre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), finalisés dans des
programmes déclinés en actions et accompagnés d’indicateurs de performance. Mais, il importe de commencer à
anticiper les conséquences de telles dispositions.
De même, ces objectifs s’inscrivent dans le contexte d’une démarche européenne visant à renforcer la coopération
éducative entre États membres depuis le sommet tenu à Lisbonne en 2000. C’est ainsi qu’à Copenhague en mai
2003, ont été adoptés par les gouvernements de l’Union européenne des objectifs communs désignant des perfor-
mances à atteindre au niveau de l’ensemble de l’Union européenne d’ici 2010, qui constituent par-là même autant
de références pour notre politique éducative en ce qui concerne la maîtrise des compétences de base, les sorties
du système scolaire sans qualification, l’achèvement du cycle secondaire, le nombre des diplômés en mathéma-
tiques, sciences et technologie ainsi que la participation des adultes en âge de travailler à la formation tout au long
de la vie. C’est ainsi également qu’a été adoptée à Athènes, en novembre 2003, une résolution en vue de favoriser
l’intégration des TIC dans les systèmes éducatifs en Europe.

19/05/2012                                                                                                      108
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


L’administration centrale accompagnera les académies dans la mise en œuvre de ces objectifs, notamment en
développant les outils de diagnostic et d’aide au pilotage et en généralisant la démarche de contractualisation déjà
engagée avec la majorité d’entre elles. Des indicateurs de résultats complèteront les outils déjà disponibles. Ainsi,
les données issues de l’évaluation-bilan réalisée par la direction de l’évaluation et de la prospective (DEP) en mai-
juin 2004 devraient, pour la première fois, fournir une appréciation (au moins pour certaines académies) des com-
pétences générales atteintes par les élèves en fin de collège.
I.2 Au niveau académique
Il appartient à chaque académie de fonder sa stratégie sur un projet régulièrement actualisé, qui définit ses objec-
tifs prioritaires, les actions qui doivent permettre de les atteindre et les indicateurs qui serviront à en évaluer les
résultats. Ce projet sera la base d’une contractualisation renouvelée et renforcée entre l’administration centrale et
les académies.
Ce projet devra viser à :
L’inscription dans le territoire de la politique éducative nationale, afin d’adapter au contexte du territoire académique
les priorités nationales et de contribuer ainsi de manière optimale aux résultats attendus. Dans cet esprit, pour le
premier degré, des schémas territoriaux seront élaborés dans la concertation la plus large en vue notamment de
développer les réseaux d’école dans le cadre de l’intercommunalité. À compter de la rentrée 2004, ces réseaux
évolueront dans un cadre réglementaire précisé : l’objectif est de parvenir à 600 réseaux à l’horizon 2006-2007. De
même, dans le second degré, les académies doivent procéder aux ajustements de structures que nécessitent les
évolutions démographiques, sociales et territoriales ainsi que l’évolution des moyens disponibles.
L’optimisation de l’offre de formation, dans le second degré, afin d’assurer la cohérence et la continuité des par-
cours scolaires, en prenant appui sur la complémentarité des établissements et, pour l’enseignement professionnel,
le partenariat avec les collectivités locales et les milieux professionnels :
- Ainsi pour pallier certaines dérives concernant les enseignements optionnels, sera élaborée une carte acadé-
mique incitant, au niveau local, notamment au sein des bassins, les établissements à améliorer la complémentarité
de leur offre de formation.
- En matière d’enseignements artistiques et d’action culturelle, on s’efforcera :
. au collège, de rendre plus lisibles et plus cohérents les ensembles : “enseignements artistiques”, “dispositifs
transversaux”, “activités complémentaires” [68] ;
. au lycée, de conforter le partenariat avec l’ensemble des acteurs locaux (collectivités locales, structures culturelles
et associations...) notamment par l’activation des commissions académiques mixtes.
- L’éducation à l’environnement durable sera généralisée à l’école, au collège et au lycée. Elle s’inscrira notamment
dans les dispositifs pédagogiques récents comme les itinéraires de découverte (IDD), l’éducation civique, juridique
et sociale (ECJS), les travaux personnels encadrés (TPE) et les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel
(PPCP).
- Dans la voie professionnelle, l’adaptation de l’offre de formation doit être poursuivie et renforcée avec une double
exigence de cohérence et de partenariat dans le cadre des compétences partagées de la région et de l’État, ce que
confirme et consolide le projet de loi relatif aux responsabilités locales. Il appartient aux recteurs de participer à
l’élaboration du plan régional de développement des formations professionnelles (PRDFP) et de préparer la signa-
ture avec le président du conseil régional de la convention qui, conformément au texte de loi, doit désormais arrêter
les évolutions annuelles des formations professionnelles initiales.
- Dans le domaine de la formation continue des adultes, il convient de renforcer l’implication de l’éducation natio-
nale dans le processus de la validation des acquis de l’expérience (VAE) et l’effort d’adaptation de l’offre de forma-
tion des Greta afin de prendre en compte les nouveaux droits introduits par le projet de loi sur la formation tout au
long de la vie et les dispositifs qui les accompagnent.
- Une attention particulière sera portée aux dispositifs ou classes spécifiques destinés aux élèves à besoins particu-
liers (cohérence d’ensemble de l’offre, choix des implantations, qualité des projets et des partenariats).
Le développement structuré et maîtrisé de l’enseignement des langues vivantes, afin de proposer aux élèves des
parcours linguistiques cohérents de l’école au lycée, reposant sur une diversification maîtrisée, en liaison avec les
différents dispositifs d’enseignement international (sections européennes et de langues orientales, sections interna-
tionales, ...). La diversification ne peut être laissée au hasard des demandes ; elle repose sur un pilotage acadé-
mique fort, prenant appui sur la carte des langues et associant étroitement premier et second degrés au sein du
groupe de pilotage académique. Dans ce cadre on veillera tout particulièrement à :
- favoriser l’apprentissage à l’école primaire des langues enseignées au collège du secteur et assurer la poursuite
de cet apprentissage au collège en affichant explicitement l’obligation de continuité ;
- renforcer la diversification par des stratégies adaptées d’implantation de la deuxième langue vivante (LV2) au
collège s’appuyant en particulier sur la mise en place de pôles au profit des langues moins enseignées ou sur
d’autres initiatives conjointes entre établissements - notamment au lycée - permettant d’assurer la continuité et la
qualité de tels enseignements. Dans cette perspective, on encouragera également toutes les possibilités de com-
mencer l’étude de la LV2 avant la classe de 4ème ;
- impulser et accompagner les démarches d’échange et de partenariat avec les autres régions du monde en

19/05/2012                                                                                                    109
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


s’inscrivant ainsi délibérément dans l’approche européenne initiée au sommet de Lisbonne 2000.
Le respect absolu des moyens délégués et la concentration privilégiée de ces moyens sur les priorités nationales et
académiques :
- dans le premier degré, la priorité est de renforcer l’aide directe aux élèves dans les classes et le soutien aux
maîtres afin qu’ils adaptent leurs pratiques en fonction des programmes et des besoins réels de leurs élèves ;
- dans le second degré, un effort particulier doit être accompli en direction des collèges notamment dans les aca-
démies où leur taux d’encadrement relatif est faible.
L’optimisation de l’offre de formation doit contribuer fortement à ce rééquilibrage qualitatif dans l’utilisation des
moyens disponibles.
I.3 Au niveau des écoles et des établissements
Les perspectives d’autonomie pédagogique, déjà ouvertes par la circulaire préparatoire à la rentrée 2003, doivent
être approfondies. Cette autonomie, qui ne se confond pas avec la nécessaire liberté pédagogique des maîtres, ne
peut être exercée individuellement par chaque enseignant. Elle est mise en œuvre d’une part au niveau des écoles
et des établissements (offre de formation, constitution des classes, des emplois du temps) et, d’autre part, au ni-
veau des équipes pédagogiques (équipes des enseignants d’un même cycle, d’une même classe, d’une même
discipline, d’une même filière). Le travail en équipe est le corollaire obligé de la mise en œuvre de l’autonomie. Ses
modalités peuvent être débattues dans les écoles au sein des conseils de maîtres ou, pour les EPLE et sous
l’autorité du chef d’établissement au sein des équipes pédagogiques, des conseils de classe ou d’une instance
spécifique, préfiguration d’un conseil scientifique ou pédagogique.
Cette autonomie respecte les programmes ; elle doit permettre aux élèves une meilleure appropriation de leur con-
tenu et l’acquisition raisonnée de bonnes méthodes de travail. Elle se concrétise déjà dans plusieurs champs :
- à l’école primaire, de nombreuses possibilités de souplesse sont permises notamment à l’intérieur des cycles ; les
choix opérés prennent sens dans le projet d’école qui regroupe les principaux axes de travail retenus pour répondre
aux besoins des élèves ;
- dans le second degré, les textes réglementaires précisent déjà de nombreuses possibilités de souplesse horaire
(enseignements dispensés en classe entière ou en groupes allégés par exemple). Les établissements peuvent
utiliser de manière différenciée les moyens horaires qui leur sont alloués. Ainsi est-il déjà possible, à partir de
l’analyse des besoins des élèves, d’organiser, par exemple, des rapprochements entre les TPE et l’ECJS en termi-
nale, de substituer aux IDD d’autres modalités d’aide aux élèves en considérant que les moyens dévolus aux IDD
sont mis à la disposition des équipes pédagogiques pour l’usage qui leur semblera le plus utile aux élèves. C’est
dans ce même esprit que peut être expérimentée une diversification des enseignements artistiques en classe de
3ème [68] ;
- de plus, les dispositifs qui associent plusieurs disciplines, les TPE, les PPCP, l’ECJS, l’aide individualisée au ly-
cée, les IDD au cycle central des collèges permettent de réelles rencontres entre disciplines [10].
Il est souhaitable d’aller au-delà et d’expérimenter de nouveaux modes d’organisation des enseignements et de
mise en œuvre des programmes. Les professeurs d’une même discipline et d’un même niveau peuvent organiser
en commun une partie de leurs heures d’enseignement. Plusieurs combinaisons sont possibles : dédoublements
sur une partie de l’horaire, regroupements de classes avec un même professeur sur une autre partie, interventions
communes... Il est également possible d’associer ces modes d’organisation avec des regroupements d’horaires en
séquences mensuelles ou bimensuelles. Au lycée, en langues vivantes étrangères, il est possible de regrouper des
élèves selon les compétences de communication à travailler, qu’ils soient en LV1 ou LV2. Au lycée professionnel on
exploitera au mieux les libertés d’organisation liées à l’annualisation des horaires figurant dans les référentiels.
Cette souplesse peut aussi être utilisée en fonction d’un objectif commun à plusieurs disciplines : la maîtrise de la
langue ou, sur un autre plan, l’éducation à l’environnement vers le développement durable par exemple.
Cet élargissement des champs de l’autonomie n’est pas une déréglementation. Les finalités des enseignements,
telles qu’elles sont précisées dans les programmes et les documents d’accompagnement, s’imposent naturellement
à toutes les écoles, à tous les établissements, à tous les professeurs. La souplesse s’exerce dans les approches et
les méthodes. Le suivi de ces marges d’autonomie est dorénavant une des fonctions majeures des corps
d’encadrement, équipes de direction et corps territoriaux d’inspection. En fonction de l’ampleur que pourra revêtir
cette autonomie, l’inspecteur de la circonscription pour les écoles primaires, un ou plusieurs IEN-ET ou IA-IPR pour
les collèges et les lycées, pourraient être proposés, par le recteur ou l’IA-DSDEN, comme référents afin de préparer
et valider les choix soumis par les équipes.
La direction de l’enseignement scolaire (DESCO), après consultation de l’inspection générale, pourra mettre en
place, pour certaines situations, un protocole de suivi des expérimentations. Une évaluation des nouvelles pratiques
doit être obligatoirement prévue et organisée, au niveau de l’école et de l’établissement ou au niveau du bassin, du
département, voire de l’académie. Cette évaluation porte sur les acquis des élèves et mesure l’écart entre les résul-
tats attendus (à partir du diagnostic et des finalités précisées au départ) et les résultats constatés. Au plan national,
la DESCO dans le cadre de la politique nationale de soutien à l’innovation est chargée du suivi de ces nouvelles
pratiques, en collaboration avec l’IGEN notamment pour leur évaluation.
I.4 À chaque niveau, impulser la formation continue des enseignants

19/05/2012                                                                                                    110
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


La formation continue constitue un des leviers stratégiques pour accompagner la mise en œuvre de la politique
éducative et développer les compétences individuelles et collectives des personnels.
Il importe donc qu’à tous les niveaux soient pris en compte les besoins exprimés par les équipes pédagogiques
et/ou identifiés par les corps d’inspections. Ainsi, lors de l’élaboration des plans de formation comme dans la con-
ception des actions, il convient de répondre au mieux aux questions que se posent les enseignants face aux ré-
formes en cours ainsi qu’aux difficultés qu’ils rencontrent. Les consultations sur les projets de programmes mais
aussi les données recueillies par les corps d’inspection sont autant de matériaux à utiliser pour que la formation
facilite l’évolution des pratiques.
Au niveau national, un effort particulier sera entrepris en 2004 en particulier au CP et au CE1, pour accompagner la
priorité donnée dans le premier degré à la prévention de l’illettrisme et à la mise en œuvre des nouveaux pro-
grammes.
À cet effet, un plan national d’accompagnement sera annoncé d’ici le printemps 2004. Il s’appuiera sur des universi-
tés d’été et autres séminaires nationaux, précisera les modalités de conseil et de soutien des corps d’inspection et
conseillers pédagogiques et définira des modalités nouvelles de coopération avec des équipes universitaires et de
recherche.
Ces actions devront impérativement être relayées de manière privilégiée dans les plans académiques de formation
et leurs volets départementaux relatifs au premier degré, qui intégreront obligatoirement des actions en faveur des
maîtres engagés dans le dispositif de prévention au CP et au CE1.
Par ailleurs et de manière générale, le programme national de pilotage (PNP) de la DESCO fournit des ressources
pour l’accompagnement des priorités de la politique éducative. Il convient donc d’être attentif à la désignation des
personnels participant à ces séminaires et à la démultiplication des actions qui doit en être la conséquence.
Au niveau académique,
on continuera à porter une attention soutenue à l’accompagnement de l’entrée dans le métier des jeunes profes-
seurs, mis en œuvre depuis deux ans. L’analyse des pratiques professionnelles est une modalité privilégiée de cet
accompagnement et la formation de formateurs dans ce domaine doit être renforcée [70].
On continuera également à encourager l’élaboration des plans de formation d’établissements dans le second de-
gré, d’écoles ou de circonscription dans le premier degré. Ces plans doivent permettre un meilleur exercice de
l’autonomie pédagogique : capacité à travailler en équipes pluridisciplinaires ou pluricatégorielles, capacité à mon-
ter, conduire et évaluer un projet et notamment à prendre en compte les usages des TIC dans les enseignements,
en valorisant les équipements des écoles et des établissements et en facilitant la préparation des niveaux 1 et 2 du
B2i [62].
Une attention particulière est à accorder à la mise en œuvre de la formation rénovée dans le domaine de
l’adaptation et de l’intégration scolaire. Pour ce faire, vous mettrez en place, en concertation avec l’IUFM, un plan
permettant d’assurer prioritairement la formation des enseignants nommés sur des postes spécialisés dans le pre-
mier degré, ainsi que celle d’enseignants du second degré exerçant pour partie au moins leur service auprès
d’élèves de SEGPA ou d’élèves en situation de handicap. Les nouvelles dispositions de formation et de certification
en ce domaine seront mises en œuvre dès la rentrée 2004.

II - Atteindre les objectifs pédagogiques prioritaires
II.1 Renforcer l’efficacité de l’apprentissage des savoirs fondamentaux à l’école primaire
C’est cet objectif que visent toutes les actions mises en place à l’école primaire, qu’il s’agisse du plan de prévention
de l’illettrisme ou de la mise en œuvre des programmes 2002 [2, 3] qui entre dans sa dernière phase en 2004-2005,
en touchant les classes de cours élémentaire première année et de cours moyen deuxième année.
Organiser rigoureusement la cohérence et la continuité de l’enseignement
Il convient en priorité d’améliorer l’efficacité pédagogique en lecture et en écriture, sachant que les échecs pré-
coces dans ce domaine ont un caractère pénalisant large et durable. La mesure de nos résultats doit devenir plus
précise et référée à des buts clairs connus de tous. À cette fin, des objectifs opérationnels explicitant les compé-
tences de fin de cycle seront précisés pour caractériser le “savoir lire” et le “savoir écrire” aux diverses étapes de la
scolarité. Ces références constitueront ainsi des repères plus concrets pour les équipes pédagogiques et pour
l’élaboration des évaluations nationales.
Pour construire des apprentissages solides, il importe d’organiser la continuité des apprentissages, selon des
étapes bien identifiées, incluant des évaluations régulières et des remédiations engagées sans attendre [6]. Dans
cet esprit et conformément aux nouveaux programmes, on portera une attention particulière :
- à l’élaboration de progressions pédagogiques à l’école maternelle, tout particulièrement pour le langage, et à
l’insertion dans ces parcours des évaluations diagnostiques pour lesquelles des outils ont été distribués aux ensei-
gnants et restent accessibles sur le site :
  http://www.banqoutils.education.gouv.fr/ ;
- à la continuité entre grande section et cours préparatoire ; il est tout à fait déterminant de ne pas laisser les écarts
normaux entre acquisitions au début du CP se transformer pour certains en véritables difficultés faute d’avoir été
identifiés et pris en compte. Le livret “Lire au CP”doit aider à cette prise en charge ;

19/05/2012                                                                                                     111
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


- à la continuité de l’apprentissage de la lecture au cycle III, où la littérature de jeunesse et les approches transver-
sales de la langue et de ses usages doivent tenir une place importante dans le respect des horaires prescrits.
L’évaluation nationale de CE2 sera dès 2005 ajustée aux nouveaux programmes. Dès l’année scolaire 2004-2005 à
titre expérimental, une nouvelle évaluation sera proposée en cours de CE1. L’objectif d’une telle évaluation, qui ne
visera qu’un nombre limité d’élèves, s’inscrit dans la continuité des actions déjà e ntreprises pour prévenir
l’illettrisme et prendre en charge les troubles du langage. Destinée à affiner la connaissance des difficultés rencon-
trées par les élèves afin de mettre en place des réponses adaptées sans attendre la fin du cycle II, et sans préjuger
les décisions relatives au parcours scolaire en fin de cycle, elle s’adressera aux élèves “en décalage” par rapport
aux attentes du CE1. Des critères seront ultérieurement précisés pour aider à déterminer les élèves concernés. Sur
la base d’une analyse fine et détaillée des résultats, des dispositifs temporaires, tels que regroupements
d’adaptation ou groupes de besoin pris en charge par des maîtres supplémentaires, pourront alors être mis en
place afin que les élèves concernés puissent acquérir les fondamentaux dans les conditions adaptées à leur situa-
tion.
Des séances de travail seront programmées dans les départements et circonscriptions afin que les maîtres et
autres personnels impliqués (membres des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté et des équipes de
santé) soient aidés dans l’utilisation des outils proposés, dans l’analyse des résultats et dans l’élaboration des ré-
ponses adaptées.
Au-delà des seuls aspects liés à la maîtrise de la langue orale et écrite, de la lecture et de l’écriture, on valorisera
davantage la contribution de tous les champs disciplinaires à la motivation des élèves et à leur réussite scolaire.
L’enseignement rénové des sciences demande encore un fort soutien. La maîtrise des fondamentaux en mathéma-
tiques dont les évaluations nationales en CE2 et en 6ème montrent l’insuffisance, doit également faire l’objet d’une
vigilance renouvelée ; par des animations pédagogiques ou des actions de formation, on aidera les maîtres à mieux
appliquer les programmes tout en prenant en compte les besoins diagnostiqués grâce aux évaluations.
Ajuster les aides apportées aux équipes pédagogiques pour améliorer la réussite scolaire
Des mesures particulières touchent depuis la rentrée 2002 les écoles où se concentrent de très nombreux élèves
plus “fragiles”compte tenu de diverses caractéristiques (linguistiques et culturelles en particulier) avec la mise en
place de dispositifs de prévention au cours préparatoire (CP). Depuis septembre 2003, ce sont près de 4 000
classes de CP qui relèvent de ce dispositif et de ses différentes modalités : classes à effectifs réduits, classes ren-
forcées par un maître supplémentaire ou accompagnées par un assistant d’éducation.
Ces dispositifs seront reconduits et consolidés en veillant, d’une part, à ce qu’ils s’adressent bien aux publics con-
cernés et, d’autre part, à ce qu’ils induisent les adaptations des modalités et des rythmes de travail de nature à
améliorer l’efficacité pédagogique. On examinera en même temps la possibilité d’étendre ces dispositifs à des
écoles qui n’auraient pu en bénéficier à la rentrée 2003, en privilégiant la modalité de “classe renforcée” : mise en
place de groupes d’une dizaine d’élèves, pendant les temps de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture avec
l’appui d’un maître supplémentaire.
Les équipes de cycle seront invitées à construire le projet le plus approprié pour la prévention et la prise en charge
des difficultés dans leur école, soit en mobilisant les moyens attribués uniquement au profit du CP, soit en parta-
geant cette ressource entre le CP et le CE1 ; les suites à donner à la nouvelle évaluation en CE1 pourront en effet
mobiliser partiellement cette ressource pour la deuxième moitié de l’année scolaire. La prévention doit bien rester la
première finalité du dispositif : il ne s’agit donc pas seulement de penser des interventions correctrices après que
les difficultés se sont manifestées mais d’organiser la pédagogie de telle façon que l’on minimise le risque de sur-
venue de ces difficultés. Cela suppose dès le début du CP une évaluation des acquis des élèves et l’élaboration
d’un projet adapté qui permette de prendre en charge tous les besoins même ceux qui, pour le plus grand nombre,
sont traités à l’école maternelle. Les décalages du début CP sont souvent importants ; la prévention des difficultés
exige qu’il en soit tenu compte dès le début de l’année. Le “livret pour les classes à effectifs réduits ou à encadre-
ment renforcé”, actuellement consultable sur les sites Éduscol
  http://www.eduscol.education.fr et Bien Lire http://www.bienlire.education.fr, doit faciliter ce travail.
D’une manière générale, on veillera à l’utilisation des moyens disponibles au bénéfice direct du travail des élèves
dans les classes. En particulier, pour tous les postes hors classe et en particulier ceux dits de soutien ou
d’animation, on s’assurera de leur contribution effective à l’amélioration qualitative des apprentissages, soit par des
interventions directes auprès des élèves dans le cadre de projets fondés sur une évaluation des besoins, la défini-
tion d’objectifs opérationnels et la mesure de leur réalisation, soit par des conseils aux maîtres - et parfois une as-
sistance en classe - afin de favoriser des évolutions de pratiques.
Les équipes de circonscription (en particulier pour les visites d’inspection ou de conseil, les animations pédago-
giques, les stages divers) et les formateurs en général feront porter leurs efforts sur l’aide à l’évolution des pra-
tiques pédagogiques en fonction des besoins des maîtres identifiés dans les classes et analysés avec eux. Les
documents d’accompagnement des programmes, les sites ministériels (Éduscol ; BienLire ; banqoutils ; Éducnet)
ainsi que les résultats les plus significatifs des innovations accompagnées par les équipes académiques constituent
des ressources mobilisables en formation ou en animation pédagogique qu’il faut faire mieux connaître.
Renforcer la continuité école/collège

19/05/2012                                                                                                    112
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


L’année scolaire 2004-2005 marque la dernière étape de la mise en œuvre des nouveaux programmes qui seront
ainsi installés à tous les niveaux de l’école primaire. Cette année sera mise à profit pour développer les indispen-
sables relations entre professeurs de l’école primaire et du collège de façon à ce que la continuité soit bien prise en
charge à l’entrée en 6ème. Pour la rentrée 2005, il importe que les professeurs de collège soient préparés à ac-
cueillir des élèves qui auront sans doute un profil scolaire un peu nouveau ; ils peuvent s’informer précisément sur
les textes publiés (programmes et documents d’accompagnement ou d’application), les collèges ayant été destina-
taires. Outre l’organisation de rencontres et de formations communes, on veillera à adapter et préciser les docu-
ments de liaison entre école et collège pour faciliter cette continuité.
Cette exigence vaut en particulier pour les langues vivantes [4, 5] ainsi que pour les sciences et la technologie.
Dans ces domaines, il convient de consolider l’enseignement dans toutes les classes de cycle III en développant sa
régularité et sa qualité. Il convient aussi de renforcer la continuité des apprentissages entre l’école et le collège qui
bénéficiera à la rentrée 2005 de l’introduction de nouveaux programmes, en cohérence avec ceux de l’école pri-
maire et qui, comme eux, seront finalisés par la définition des compétences attendues des élèves.
Les évaluations diagnostiques à l’entrée en 6ème d’une part, les situations proposées par la banque d’outils
d’évaluation - en particulier en langues vivantes - d’autre part, doivent faciliter l’appréciation par les professeurs des
compétences acquises à l’école primaire et favoriser ainsi la continuité des apprentissages.
II.2 Développer la diversification des modes d’apprentissage et des parcours au collège et au lycée
Au collège
Le développement d’une véritable diversification au collège relève des mêmes préoccupations que celles qui ani-
ment le plan de prévention de l’illettrisme : agir le plus en amont possible pour réduire le nombre d’élèves qui quit-
tent notre système éducatif sans qualification.
C’est dans cette perspective que s’inscrivent les dispositifs en alternance en 4ème et 3ème. D’une part ils complè-
tent la gamme des moyens déjà mis en œuvre par les collèges pour répondre à la diversité des besoins et intérêts
des élèves, remédier à leurs difficultés afin de prévenir l’échec scolaire. D’autre part ils revêtent une fonction spéci-
fique par leur nature et les caractéristiques du public qu’ils visent.
Il importe à ce sujet de préciser que les dispositifs en alternance ne doivent être confondus, ni avec les IDD, ni avec
l’éducation à l’orientation.
L’alternance est un dispositif de formation des élèves, dérogatoire, caractérisé par les lieux où se déroulent les
séquences hors collège (lycée professionnel ou/et entreprises), leur fréquence, leur durée et par les aménage-
ments d’horaires et de programme nécessaires à leur mise en œuvre. Un texte de cadrage, en cours de publica-
tion, précisera les aspects réglementaires et apportera les clarifications attendues pour mettre en évidence la spéci-
ficité des dispositifs (notamment sur la durée minimale de l’alternance et sa périodicité). Un document
d’accompagnement, en cours de préparation, précisera les finalités et les modalités de cette diversification péda-
gogique.
Ce dispositif s’adresse, à partir de la classe de quatrième, à des élèves âgés d’au moins 14 ans qui manifestent :
- une accumulation de retards ou de lacunes que les modalités traditionnelles de soutien scolaire ne permettent pas
ou n’ont pas permis jusque là de surmonter ;
- mais aussi des intérêts, des goûts ou des talents non pris en charge dans la scolarité ordinaire du collège.
Il s’agit donc d’élèves qui ne relèvent pas des “dispositifs relais” mais dont la situation d’échec scolaire patent risque
de les faire “décrocher” si on cherche à les maintenir dans le cursus ordinaire.
L’importance accordée aux dispositifs en alternance en 2003 est confirmée pour la rentrée 2004, avec une attention
particulière aux aspects qualitatifs de leur mise en œuvre [11, 12].
Afin d’assurer leur réussite, ces dispositifs doivent prendre place au sein d’une offre de formation diversifiée (de la
SEGPA aux classes européennes, en passant par les classes relais, etc.) dans le but de proposer aux élèves des
réponses qui correspondent à leurs besoins. Cette offre élargie de formation, lorsqu’elle ne peut être proposée par
un seul collège, sera réalisée par la mise en réseau de plusieurs établissements au sein d’un bassin de formation.
Il convient à ce propos de rappeler le rôle joué par les SEGPA et les EREA vis-à-vis d’élèves pour qui l’accès à une
formation qualifiante représente l’ouverture sur une réelle insertion. La liaison avec le lycée professionnel y revêt
également une importance majeure, en particulier dans l’accompagnement et le suivi de ces élèves à l’issue de la
3ème pour leur permettre d’accéder à une qualification professionnelle reconnue [16].
Au-delà du cycle central, ce même principe de diversification fonde le projet de rénovation de la classe de 3ème et
du diplôme national du brevet. La structure retenue est celle d’une seule classe de 3ème, destinée à se substituer,
tout en intégrant leurs acquis, aux actuelles 3ème (à option langue vivante, à option technologie) ainsi qu’aux di-
verses formes de 3ème préparatoire à la voie professionnelle développées ces dernières années.
Ainsi envisagée, cette 3ème diversifiée repose sur une diversification accrue (de l’ordre de 15% du volume horaire)
et plus explicite. Cette diversification s’inscrit dans une logique de construction du projet d’orientation à travers des
enseignements définis en référence aux contenus de la classe de seconde (générale et technologique, et profes-
sionnelle) : d’une part l’enseignement de technologie dont les contenus seront diversifiés, d’autre part un module de
découverte professionnelle que tous les élèves auront la possibilité de choisir. Outre son rôle dans la préparation
des choix futurs d’orientation des élèves, ce module nouveau dont le contenu sera défini par arrêté d’ici la fin de la

19/05/2012                                                                                                     113
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


présente année scolaire, contribuera à étendre l’offre de formation au collège en y intégrant la découverte des mé-
tiers et des professions comme composante de la culture scolaire. Les classes de 3ème préparatoires à la voie
professionnelle, expérimentées ces dernières années, majoritairement au lycée professionnel mais aussi en col-
lège, s’intégreront dans la structure de la nouvelle 3ème.
Par ailleurs, une offre diversifiée d’enseignements artistiques sera expérimentée en lien avec les contenus des
programmes de la classe de seconde.
Les textes réglementaires relatifs à la classe de 3ème et au diplôme national du brevet seront publiés avant la fin
de la présente année scolaire et entreront en application à la rentrée 2005, ce qui n’exclut pas des expérimenta-
tions possibles dès 2004. La rentrée 2005 verra également l’actualisation des programmes du collège dans la plu-
part des disciplines.
De manière générale, il convient d’accorder une attention particulière aux collèges dans la répartition des moyens
disponibles, en veillant notamment à préserver les taux d’encadrement permettant la meilleure mise en œuvre pos-
sible des priorités énoncées [8].
Au lycée d’enseignement général et technologique
Dans la voie générale, prolongeant la création en série L d’une option obligatoire au choix de mathématiques à la
rentrée 2003, un enseignement de spécialité de 3 heures est institué en classe terminale à la rentrée 2004 dans
cette même série [41, 42]. Les mathématiques deviennent de la sorte un des choix possibles d’enseignement de la
série L et devraient permettre aux élèves d’élargir leurs possibilités de poursuite d’études à l’issue du lycée. À la
rentrée 2004 seront mis en œuvre, d’abord en classe de 1ère, les programmes spécifiques de cet enseignement
qui remplaceront les actuels programmes transitoires.
Par ailleurs, la rénovation des programmes se poursuit avec la mise en application de nouveaux programmes [43,
44] en langues vivantes en classes de première (séries générales et technologiques) et en histoire-géographie en
classes terminales des séries ES, L et S.
Dans la voie technologique, la rentrée 2004 marquera la préparation de la rénovation de la série sciences et tech-
nologies tertiaires (STT) qui entrera en vigueur à la rentrée 2005 en classe de 1ère. Les modifications apportées à
la grille horaire, comme le renouvellement des programmes dans les enseignements technologiques et généraux
visent, par delà l’actualisation des contenus de formation, à positionner plus clairement cette série, désormais dé-
nommée sciences et technologies de la gestion (STG), comme une voie d’accès privilégiée à l’enseignement tech-
nologique supérieur, plus particulièrement dans les sections de techniciens supérieurs (STS) et les instituts univer-
sitaires de technologie (IUT).
Outre la prise en compte, dans les plans académiques de formation, des besoins liés aux nouveaux programmes
des enseignements technologiques, vous veillerez à organiser l’information des élèves de seconde, mais aussi de
3ème, sur les exigences nouvelles de la future série “sciences et technologies de la gestion”, afin de réduire les
orientations “par défaut” qui caractérisent trop souvent la série STT et qui conduisent nombre de bacheliers à des
échecs lors de leurs poursuites d’études.
L’effort est à poursuivre pour développer les passerelles entre les voies professionnelles et technologiques [46].
Tout lycée offrant une formation technologique a vocation à accueillir en classe de première des élèves titulaires du
BEP. À cet effet, il doit prévoir un cursus adapté à leur profil (1ère d’adaptation, modules de soutien, parcours indi-
vidualisés). Il convient d’attirer l’attention des corps d’inspection sur l’intérêt d’un suivi attentif et régulier de ces
dispositifs.
L’accent doit être mis par ailleurs sur un meilleur équilibre entre les filières de formation notamment en développant
les filières scientifiques et technologiques afin de constituer un vivier suffisant pour des orientations correspon-
dantes dans l’enseignement supérieur.
Une attention particulière sera apportée à l’accueil prioritaire des bacheliers technologiques en STS, conformément
aux instructions données par la circulaire de rentrée 2003.
Il convient enfin d’être particulièrement attentif à une évolution des structures permettant l’optimisation des moyens
disponibles, en veillant notamment à une bonne répartition des options au sein de chaque bassin de formation et en
laissant une certaine souplesse aux établissements dans la gestion des horaires des enseignements, à condition
que soit garanti l’horaire minimal réglementaire dû à l’élève. Cette souplesse concerne les langues vivantes (toutes
séries), la philosophie et l’histoire-géographie en terminale S. Dans ce dernier cas, les établissements ont la possi-
bilité soit de conserver le dédoublement de classe prévu par les textes réglementaires, soit de revenir à un horaire
en classe entière [1].
Au lycée professionnel
La valorisation de la voie professionnelle doit être poursuivie, en utilisant plusieurs leviers :
- le renforcement des pratiques pédagogiques propres au lycée professionnel, en particulier les projets pluridiscipli-
naires à caractère professionnel (PPCP), qui restent l’une des marques de la spécificité de la voie professionnelle
[19, 20]), ainsi que les classes à PAC ;
- la diversification de la durée des formations professionnelles, notamment dans le cadre de l’expérimentation rela-
tive aux préparations en trois ans au baccalauréat professionnel ; celles-ci seront reconduites conformément aux
conditions d’ouvertures définies dans la circulaire de rentrée 2003 [25] et dans les documents d’accompagnement

19/05/2012                                                                                                     114
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


diffusés en 2001 pour le secteur de la métallurgie et en 2003 pour le secteur du tertiaire administratif [26]. Desti-
nées à renforcer l’attractivité des secteurs caractérisés à la fois par des difficultés de recrutement et par une inser-
tion professionnelle se situant désormais au niveau IV, sauf exceptions dûment justifiées et expressément autori-
sées, ces formations expérimentales concerneront les spécialités répondant à ce double critère ;
- l’amplification des actions qui permettent de développer l’esprit d’entreprendre, notamment en prenant appui sur le
réseau des “ingénieurs pour l’école” [21] ; des actions de ce type font déjà l’objet d’un recensement et d’une mutua-
lisation par le biais du site internet de l’OPPE (observatoire des pratiques pédagogiques en entrepreneuriat) [22, 23]
;
- dans tout bassin de formation, on offrira aux jeunes titulaires d’un BEP la possibilité de s’engager dans un par-
cours de formation conduisant au baccalauréat professionnel ou technologique puis à l’enseignement supérieur
technologique, en utilisant toutes les structures disponibles, notamment les classes de première d’adaptation.
Après le baccalauréat professionnel, on procédera aux aménagements nécessaires de la première année de BTS
afin d’assurer une poursuite d’études optimale aux titulaires de ce diplôme.
De même que pour le lycée, vous devrez être particulièrement attentifs à une évolution des structures de formation
permettant l’optimisation des moyens disponibles, en veillant notamment au bon remplissage des formations et à la
réduction du nombre de très petites structures.
Le renforcement de la qualité des formations professionnelles et technologiques sera tout spécialement recherché
par le développement du lycée des métiers [27], qui montre que la voie professionnelle et la voie technologique
sont des voies d’excellence et dont le processus de labellisation constitue un support puissant pour la mise en
œuvre d’une démarche de progrès. Il faut inviter tous les lycées offrant des formations professionnelles et/ou tech-
nologiques à s’engager dans cette voie. Toutes les mesures d’accompagnement appropriées devront être prises de
façon à mobiliser l’ensemble des personnels sur ce projet. Un soin particulier doit être accordé aux établissements
polyvalents comme aux lycées professionnels de petite taille. Tout doit être fait pour faciliter leur mise en réseau
afin qu’ils puissent, en mutualisant leurs ressources et en jouant la carte de la complémentarité, s’engager eux
aussi dans cette démarche qualité. Dans ce cadre notamment, l’apprentissage peut apporter une réponse complé-
mentaire à la diversité des besoins des élèves et des possibilités du tissu économique environnant. En fonction du
contexte régional, son introduction en établissement peut prendre des formes différentes (sections d’apprentissage,
unités de formation par apprentissage, CFA) [28, 29, 30]. Une attention particulière devra être réservée à
l’attribution du label “lycée des métiers”. S’il est en effet souhaitable que tous les lycées professionnels et
d’enseignement technologique puissent y prétendre, le label, signe de la diversité et de la qualité des formations
offertes (du CAP à la licence professionnelle), ne peut être décerné qu’à des établissements dont le dynamisme et
la volonté de respecter le cahier des charges manifestent l’adhésion à cette démarche. Leur engagement devra
faire l’objet d’une vérification attentive. Vous veillerez à informer régulièrement la DESCO des attributions du label
auxquelles vous aurez procédé.
Au collège comme au lycée et au lycée professionnel, les services d’information et d’orientation participeront à cet
effort de diversification des parcours des élèves, notamment en accompagnant les établissements dans la mise en
œuvre de la démarche éducative en orientation [47, 48, 49].
La consultation nationale en cours sur le service public d’information et d’orientation, conduite dans les académies,
doit contribuer à améliorer l’efficacité de son pilotage national et académique, de son organisation et de son fonc-
tionnement.
En renforçant la cohérence du service public d’information et d’orientation dans la diversité de ses composantes, il
s’agit d’assurer, à l’échelle régionale, la meilleure réponse à l’ensemble des usagers.
En outre, vous veillerez particulièrement à la prévention des sorties sans qualification des élèves de plus de 16 ans
afin que soit atteint l’objectif global, fixé par le plan national d’action pour l’inclusion sociale (PNAI), visant à réduire
de 10 000 par an les sorties prématurées. Afin de mieux répondre aux besoins des élèves en risque de rupture ou
qui viennent de quitter une formation, vous mettrez en œuvre dans le cadre de la mission générale d’insertion les
actions de remotivation conformes aux recommandations qui vous ont été communiquées par mon courrier en date
du 23 décembre 2002 [24]. La nouvelle organisation en modules de ces actions et le renforcement de leurs conte-
nus pédagogiques permettent d’en faire soit des compléments de formation pour les élèves accueillis dans des
formations traditionnelles, soit une formation à temps complet pour les élèves n’ayant pas été insérés dans ce type
de formation. Il conviendra d’utiliser l’une et l’autre de ces modalités pour agir plus efficacement auprès des élèves
les plus fragiles.
II.3 Rechercher les conditions de la réussite scolaire pour tous les élèves à besoins éducatifs particuliers
II.3.a Organiser des réponses aux besoins particuliers
Quand les réponses pédagogiques mises en place dans les classes ne sont pas suffisantes pour prendre en
charge efficacement certains besoins éducatifs particuliers, des dispositifs spécifiques peuvent être mobilisés, de
manière transitoire ou durable, par les écoles et les établissements scolaires pour apporter des réponses mieux
adaptées aux besoins des élèves en évitant les ruptures de leur parcours scolaire. L’organisation de ces dispositifs
particuliers (notamment les classes d’initiation et classes d’accueil pour enfants et adolescents nouveaux arrivants -
CLIN et CLA [52, 53] -, les classes d’intégration scolaire et unités pédagogiques d’intégration - CLIS et UPI [7, 17] -,

19/05/2012                                                                                                        115
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


les sections d’enseignement général et professionnel adapté - SEGPA [16] - , les dispositifs adaptés pour les en-
fants du voyage [54] appelle une concertation avec des partenaires nombreux (collectivités territoriales, directions
départementales ou régionales des affaires sociales, associations, services de soins, etc.). Dans d’autres cas, la
scolarisation requiert la mise en œuvre de parcours aménagés, organisés dans le cadre du projet d’école ou
d’établissement (élèves intellectuellement précoces, élèves ayant des troubles spécifiques du langage...). Quel que
soit le cas de figure, la situation des élèves concernés doit faire l’objet d’un examen attentif par l’équipe éducative
incluant selon les cas, le psychologue scolaire ou le conseiller d’orientation-psychologue, les personnels de santé,
les assistants de services sociaux, et associant les parents ou représentants légaux de l’élève. De même, les ré-
ponses qui leur seront apportées doivent être organisées dans un projet individualisé qui en garantisse la cohé-
rence.
Toutes ces situations exigent une très grande attention tant au niveau académique que départemental.
Une étude des besoins doit précéder l’élaboration d’une carte de ces dispositifs, incluant les écoles régionales du
premier degré et les EREA, de manière à répartir au mieux sur le territoire départemental et académique une offre
de ressources diversifiées qui doit être rendue publique. Cette démarche est impérative pour choisir l’implantation
des 200 nouvelles unités pédagogiques d’intégration (UPI) prévues à la rentrée 2004 et poursuivre la restructura-
tion de la carte des classes d’intégration scolaire (CLIS). Vous veillerez à prendre en compte dans ce cadre les
besoins des élèves présentant des troubles envahissants du développement.
Les élèves en situation de handicap
En continuité avec l’action entreprise au cours de ces dernières années, l’objectif poursuivi est d’assurer d’ici à
2007 la scolarisation de tous les jeunes handicapés ou malades.
Sauf exception liée à sa situation personnelle, la scolarité de l’élève se déroule dans l’école ou l’établissement sco-
laire le plus proche de son domicile. Quelle que soit la modalité retenue pour l’intégration, individuelle ou dans un
dispositif collectif de type classe d’intégration scolaire (CLIS) ou unité pédagogique d’intégration (UPI), le projet
individualisé, actualisé au moins annuellement, assure la cohérence et la qualité des accompagnements néces-
saires et des aides. Il appartient aux commissions de circonscription préscolaire et élémentaire (CCPE) et aux
commissions de circonscription du second degré (CCSD) d’assurer la régulation et le suivi de ces projets en liaison
étroite avec les équipes éducatives des établissements scolaires d’accueil [51].
Dans tous les cas, c’est à partir d’une évaluation globale de la situation et des besoins de l’élève que sont détermi-
nées les aides pertinentes, qu’il s’agisse d’aides techniques (matériels pédagogiques adaptés) ou de l’attribution
d’un auxiliaire de vie scolaire (AVS) [56, 57]. Le rôle de l’AVS-individuel est de favoriser la participation de l’élève à
l’activité scolaire de la classe, de l’école ou de l’établissement scolaire, sans se substituer à l’enseignant ni faire
écran entre l’élève handicapé et ses camarades.
Lorsque le recours à un dispositif collectif semble souhaitable, il convient de s’assurer que celui qui est proposé
offre des réponses pédagogiques adaptées aux besoins de l’élève.
Chaque classe d’intégration scolaire (CLIS) ou unité pédagogique d’intégration (UPI) est organisée pour répondre
aux besoins d’un groupe d’élèves ayant des besoins suffisamment proches. Leur projet pédagogique explicite
s’inscrit dans le projet d’école ou d’établissement, de telle sorte que ces dispositifs assurent pleinement leur fonc-
tion d’intégration pour les élèves. Les enseignants exerçant dans ces dispositifs collectifs doivent pouvoir bénéficier
des heures de coordination et de synthèse dans le respect des textes en vigueur [7, 17, 55]. Ils doivent également,
tout comme leurs collègues intégrant de manière individuelle des élèves handicapés dans leur classe, pouvoir par-
ticiper à des actions de formation organisées, soit à l’initiative des établissements, soit dans le cadre des modules
de formation spécialisée qui seront mis en place.
Dans certains cas, et notamment lorsque certains élèves présentent une forte restriction d’autonomie, l’affectation
d’un emploi d’AVS-collectif, prévu dans le projet pédagogique de la CLIS ou de l’UPI, permet de faciliter la participa-
tion des élèves à l’activité de classe, ainsi qu’aux activités organisées dans l’école ou dans l’établissement.
Une anticipation suffisante du parcours doit permettre de garantir la continuité de la scolarité lors des changements
d’établissements (école maternelle, école élémentaire, collège, lycée).
Des échanges et des coopérations entre écoles, établissements publics locaux d’enseignement (EPLE), notam-
ment EREA, et établissements médico-éducatifs sont à encourager de manière à assurer la pleine participation de
ces derniers au plan départemental et académique de scolarisation des élèves en situation de handicap et à facili-
ter soit la scolarisation à temps partiel dans une école ou un EPLE de jeunes accueillis dans ces établissements,
soit le retour en milieu scolaire d’élèves qui, à un moment de leur cursus, ont été amenés à y effectuer un séjour.
Les élèves présentant un trouble spécifique du langage oral ou écrit
Dans le cadre du plan d’action [50] prévu pour ces élèves et du plan de prévention de l’illettrisme, il importe de favo-
riser le repérage précoce des élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage de la lecture et l’identification pré-
cise de leur origine afin de mettre en œuvre très tôt les actions d’aide pédagogique et, si besoin, les rééducations
nécessaires.
Dans les cas où le diagnostic de troubles spécifiques du langage est établi, un projet individualisé précise les me-
sures retenues pour réduire autant que possible les perturbations du cursus scolaire et prévenir les échecs.
Les enfants et les jeunes nouveaux arrivants en France et non francophones

19/05/2012                                                                                                     116
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Pour tous ces élèves la maîtrise de la langue constitue la priorité. L’adaptation du réseau des dispositifs particuliers
[52, 53] susceptibles de les accueillir prendra appui sur une analyse des flux et de la durée des séjours dans les
CLIN ou CLA au cours de ces dernières années.
Une attention spécifique doit être accordée aux enfants et aux jeunes ayant été très peu scolarisés antérieurement
et aux adolescents qui arrivent en France à l’âge limite de l’obligation scolaire, voire au-delà de 16 ans. S’ils ont été
normalement scolarisés antérieurement, on doit viser au plus vite l’intégration dans une classe ordinaire, en appor-
tant si nécessaire des remédiations aux lacunes repérées sous forme de modules. Pour ceux qui ont été peu scola-
risés dans le pays d’origine, on recourra aux actions existantes pour faciliter l’intégration et l’accès à une formation
professionnelle qualifiante, le plus souvent organisées par la mission générale d’insertion. Dans le cadre du contrat
d’accueil et d’intégration, 24 départements vont expérimenter des mesures d’accueil et de formation pour ces pu-
blics de plus de 16 ans, qui n’auront pu intégrer une classe ordinaire.
Les jeunes détectés en difficulté de lecture lors des journées d’accueil de préparation à la défense (JAPD)
Remédier aux difficultés de ces élèves est l’un des objectifs du plan de prévention de l’illettrisme. Or, l’enquête dili-
gentée en 2003 par la DESCO auprès des inspections académiques a montré une insuffisante prise en compte de
cette question. Des efforts indispensables de mobilisation de l’ensemble des acteurs éducatifs doivent être engagés
pour mieux prendre en charge ces élèves. Les nouvelles épreuves passées lors de la journée d’appel et de prépa-
ration à la défense (JAPD) par les jeunes en difficulté de lecture permettront de mieux cerner le type de difficultés
qu’ils rencontrent. Chaque année, une évaluation des actions de remédiation sera entreprise afin que les dyna-
miques intéressantes soient mieux connues et fassent l’objet d’une mutualisation.
Les élèves en difficulté d’insertion dans le milieu professionnel (opérations de parrainage)
Sur la base du volontariat, des académies se sont engagées dans une expérimentation visant à permettre le par-
rainage de 500 jeunes au cours de l’année scolaire 2003-2004. Ces actions de parrainage, mises en place à
l’intention d’élèves en difficulté d’insertion dans le milieu professionnel au cours de leur formation, consistent à faire
accompagner ces jeunes, dans leurs recherches de stages ou de premier emploi, par des parrains bénévoles issus
du milieu économique.
Conformément à une décision du comité interministériel à l’intégration, l’objectif est que 800 jeunes bénéficient de
ce dispositif au cours de 2004-2005.
Le guide récemment édité par la direction de l’enseignement scolaire [31] est de nature à vous apporter les rensei-
gnements et les conseils utiles à la mise en place de cette opération [32].
Les élèves de moins de 16 ans en risque de rupture scolaire
Les dispositifs relais (classes et ateliers relais) [14] constituent une réponse efficace au risque de rupture scolaire.
Modalités temporaires de scolarisation obligatoire, ils ne constituent pas une filière mais bien un temps de passage
limité dans le cours d’une année scolaire.
L’enquête auprès des ateliers relais conduite conjointement par la direction de l’enseignement scolaire (DESCO) et
la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) comme les évaluations pré-
cises des besoins, montrent que le développement de ces dispositifs, nécessite un pilotage départemental qui en
assure la cohérence, et doit s’accompagner d’une réflexion approfondie quant aux partenariats à développer et aux
contenus pédagogiques à renforcer.
II.3.b Promouvoir des projets éducatifs locaux autour d’objectifs ambitieux et cohérents
De nouveaux contrats de réussite scolaire pour les territoires de l’éducation prioritaire
Dès la rentrée 2004, les nouveaux contrats de réussite scolaire [58] devront clairement marquer l’engagement des
autorités académiques et des équipes pédagogiques et viser explicitement l’amélioration des résultats des élèves.
L’accent sera porté sur la rigueur de l’organisation et de l’action pédagogiques à partir des besoins repérés. Le
document, dont l’élaboration finale doit résulter d’un large processus de concertation, doit proposer un volet évalua-
tion afin de mieux asseoir le pilotage du dispositif et la communication tant avec les partenaires, notamment dans le
cadre de la politique de la Ville, qu’avec les enseignants et les parents d’élèves concernés.
Le contrat éducatif local fédère les actions éducatives
Les contrats éducatifs locaux (CEL) [59, 60, 61], près de 2 600 aujourd’hui, doivent aller au-delà d’un simple recen-
sement de dispositifs existants, pour devenir le cadre fédérateur des actions éducatives partenariales complémen-
taires à l’école et le support des dispositifs et opérations que le ministère met en œuvre localement, seul ou avec
les services déconcentrés des autres ministères, les collectivités locales et les associations. À cette fin, les inspec-
teurs d’académie-directeurs des services départementaux de l’éducation nationale (IA-DSDEN) et les directions
départementales de la jeunesse et des sports (DDJS) organiseront au moins une rencontre annuelle avec leurs
partenaires.
Dans ce cadre, il importe de porter une attention particulière à l’opération “École ouverte” [18], dont les effets posi-
tifs sur les conditions de vie et de travail des élèves sont démontrés. Elle doit être amplifiée et étendue à des terri-
toires qui n’en bénéficient pas encore. Ainsi, tout collège inscrit dans un réseau d’éducation prioritaire, devrait pro-
poser à ses élèves comme à ceux de fin de cycle III, des activités tant culturelles et sportives que scolaires, comme
le prévoit le dispositif. L’objectif est de passer de 3 500 semaines offertes en 2003 à 5 000 semaines à l’horizon
2005-2006.

19/05/2012                                                                                                     117
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


III - Affirmer les valeurs de l’école et développer la responsabilité des élèves
Le fonctionnement de l’école n’est pas semblable à celui de la cité sur laquelle elle doit cependant s’ouvrir. Des
règles spécifiques en organisent l’activité pour créer les conditions nécessaires à la réussite des élèves. Dans ce
cadre, l’autorité des personnels est une valeur qui doit être clairement réaffirmée. Aussi, les règles de son exercice
doivent-elles être clairement rappelées dans les règlements intérieurs et faire l’objet d’une large communication à
l’ensemble des membres de la communauté scolaire.
III.1 Prévenir la violence et réduire l’absentéisme
III.1.a Prévenir la violence à l’école
L’analyse des données recueillies par l’intermédiaire du logiciel SIGNA fait apparaître une diminution relative du
nombre de faits de violence dans les écoles et les établissements scolaires. Des territoires restent très perméables
au phénomène, d’autres sont plus fragilisés qu’auparavant, mais partout l’implication des équipes éducatives et la
dynamique des partenariats conclus avec les services d’autres ministères et les collectivités territoriales sont des
éléments décisifs dans la maîtrise des situations. C’est la raison pour laquelle les conventions qui relient l’école à
ces partenaires seront renouvelées ou enrichies en fonction des évolutions.
Au plan local, dans le strict respect des compétences de chacun et des valeurs de l’école, les responsables du
système éducatif doivent prendre une part active dans les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délin-
quance (CLSPD).
Au sein de la classe, les enseignements porteurs de connaissances et de modes de raisonnement propres à orga-
niser les relations entre les individus et les groupes, seront autant d’occasions spécifiques de réflexion sur la loi et
la règle proposées aux élèves.
La prévention doit s’inscrire dans la durée et commencer le plus tôt possible. Ainsi dès l’école primaire, les mo-
ments hebdomadaires explicitement prévus par les programmes pour le “vivre ensemble” seront exploités dans
cette perspective. Les références à la loi et à la règle seront mobilisées aussi souvent que nécessaire pour éclairer,
expliquer et convaincre.
Au collège comme au lycée, les programmes d’éducation civique ont précisément pour objectif de former au sens
des responsabilités individuelles et collectives : les savoirs transmis et les pratiques de classe sont des supports
d’une réflexion qui concourt à rendre les élèves acteurs de leur formation et de leur implication dans la vie de la
cité.
Les heures de vie de classe contribuent, par le dialogue et le débat argumenté, à la recherche de solutions collec-
tives dans le respect de chacun.
III.1.b Réduire l’absentéisme
En s’appuyant notamment sur les conclusions du groupe de travail interministériel sur l’assiduité des élèves soumis
à l’obligation scolaire, il a été décidé de mettre en place au niveau départemental, un dispositif de soutien à la res-
ponsabilité parentale mobilisant les partenaires du système éducatif. La directive nationale d’orientation du 1er oc-
tobre 2003 relative au plan d’action gouvernemental en faveur de l’assiduité scolaire et de la responsabilisation des
familles [69], qui en précise la mise en œuvre, rappelle que le premier traitement de l’absentéisme se fait dans
l’établissement. C’est donc à ce niveau qu’il importe d’abord d’intervenir par un relevé systématique des absences
et une information immédiate des familles. Un dialogue ouvert et constructif doit contribuer à l’élaboration de me-
sures efficaces pour ramener les élèves absentéistes à renouer de façon durable avec leur formation.
Parallèlement, la direction de l’évaluation et de la prospective a lancé une enquête mensuelle auprès d’un échantil-
lon représentatif d’établissements du second degré, de façon à mieux apprécier l’ampleur et les caractéristiques du
phénomène. Les résultats permettront de construire des réponses éducatives appropriées. Une autre enquête dili-
gentée auprès des inspections académiques permettra de recenser les élèves pour lesquels les difficultés n’auront
pu être résolues au niveau des établissements ou des circonscriptions.
III.2 Développer la responsabilité et soutenir l’engagement des jeunes
III.2.a Développer la responsabilité
Généraliser l’éducation à l’environnement vers un développement durable
Le futur citoyen doit avoir conscience, dès le plus jeune âge, qu’il est un acteur du développement durable : il doit
donc être informé et formé comme le prévoit le projet de charte de l’environnement et la stratégie nationale du dé-
veloppement durable. Faisant suite à l’expérimentation réalisée au cours de l’année 2003-2004 dans dix acadé-
mies, la mise en œuvre d’une éducation à l’environnement vers un développement durable doit être généralisée à
la rentrée 2004 dans les écoles, les collèges et les lycées. Il ne s’agit en aucun cas de créer une nouvelle discipline
mais d’ancrer cette préoccupation sur les programmes, de s’appuyer sur les dispositifs pluridisciplinaires et sur les
actions éducatives conduites en partenariat.
Un document pédagogique adapté sera mis à la disposition des enseignants et des actions de formation seront
organisées afin de permettre aux recteurs de mettre en place un plan d’accompagnement de la généralisation.
Les programmes de collège actualisés qui entreront en application à la rentrée 2005, présenteront des thèmes de
convergences disciplinaires dont l’énergie, l’environnement et le développement durable, la météorologie et la cli-
matologie. Dès l’année scolaire prochaine, les équipes pédagogiques pourront, si elles le souhaitent, s’appuyer sur
ces nouvelles orientations pédagogiques.

19/05/2012                                                                                                    118
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Développer la civilité et la responsabilité dans l’usage des TIC
Cette formation est expressément prévue par le B2i. À cette fin, il serait souhaitable que chaque école ou établis-
sement élabore une charte de l’utilisation de l’internet et l’annexe au règlement intérieur ; une charte nationale type
est disponible à l’adresse suivante :
  http://www.educnet.education.fr/chrgt/charteproj.pdf
Garantir l’éducation à la sécurité routière au collège
Le rôle essentiel des attestations scolaires de sécurité routière, pour les élèves de 5ème et de 3ème doit être rap-
pelé et réaffirmé. Elles sont, en effet, désormais obligatoires, pour la conduite ultérieure d’un cyclomoteur et
l’inscription à l’épreuve théorique du permis de conduire [13]. Il importe de veiller à la mobilisation des équipes sur
cette priorité nationale.
Développer la pratique du sport scolaire auprès des jeunes
Il s’agit de s’assurer que l’information sur les modalités de fonctionnement de l’association sportive (AS), les activi-
tés proposées et le programme de l’année a bien été adressée à tous les élèves de l’école (quand l’AS existe) ou
de l’établissement. Cette information essentielle doit permettre de réduire les inégalités d’accès aux pratiques spor-
tives [67], permettre une augmentation du nombre d’élèves qui en bénéficient et leur ouvrir une occasion supplé-
mentaire de prise de responsabilité, par exemple à travers le rôle de “jeune arbitre”.
Agir pour la santé des élèves
La promotion de la santé et la prévention des conduites à risque [63] font partie intégrante de la formation à des
comportements de responsabilité pour soi même et pour autrui. Le programme quinquennal de prévention et
d’éducation relatif à la santé des élèves, décline les grands axes de la politique de santé dans les écoles et les éta-
blissements scolaires [64]. Il conviendra de s’y reporter. Parmi les axes à développer prioritairement à la rentrée
2004, figurent :
- l’amélioration de l’efficacité du suivi des avis médicaux donnés aux familles lors de la visite médicale obligatoire
de la sixième année, par la mise en place d’une étroite collaboration avec les familles, les collectivités territoriales et
les réseaux de soins ;
- l’expérimentation dans une vingtaine de départements d’un dispositif de coordination et d’accueil, en partenariat
avec les professionnels de la santé mentale, pour permettre une meilleure prise en charge des élèves souffrant de
troubles psychiques, repérés dans le cadre scolaire ;
- le développement de la formation aux premiers secours au collège en continuité du programme “Apprendre à
porter secours” à l’école ;
- l’extension progressive de l’expérimentation “lycées sans fumée”, l’objectif final étant de faire de tous les établis-
sements scolaires des lieux totalement non-fumeurs.
Les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC)
Le CESC constitue le dispositif le mieux adapté pour organiser les actions de prévention au niveau d’un bassin. Il
est désormais reconnu par l’ensemble des partenaires du système éducatif intervenant dans le champ de la pré-
vention au sein d’un territoire. La généralisation du dispositif doit s’achever au cours de l’année 2004-2005. Pour
gagner en cohérence et en efficacité, les CESC favoriseront les dispositions entre établissements et incluront les
écoles primaires de rattachement. Les IA-DSDEN réuniront les représentants des CESC de chaque bassin
d’éducation de leur département dans le courant du premier trimestre de l’année scolaire pour définir un pro-
gramme annuel d’actions.
III.2.b Soutenir l’engagement des jeunes avec le programme “Envie d’agir”
À plusieurs reprises les jeunes ont montré leur désir d’engagement, le souhait de prendre des responsabilités, la
volonté de travailler à la construction d’une image positive et valorisante et de trouver dans des domaines complé-
mentaires à l’école des objets d’application des connaissances et compétences acquises en classe.
C’est ainsi que le programme “Envie d’agir” [65, 66] trouve sa place dans les établissements scolaires du second
degré en réponses à ces attitudes avérées. Des actions de solidarité, d’éducation à la citoyenneté, au développe-
ment durable, conduites dans les établissements scolaires auront avantage à s’intégrer à ce programme. À cet
égard, il serait opportun que la vie scolaire impulse et accompagne les initiatives. L’engagement des élèves dans
les fonctions de délégué de classe, délégué au conseil de vie lycéenne, d’animation des instances associatives
dans l’établissement seront ainsi encouragées et valorisées.
Des outils diversifiés et de proximité (site http://www.enviedagir.fr, guides régionaux, n° indigo 0 825 090 630) sont
à la disposition des jeunes et des équipes pour développer des projets. L’ouverture à l’Europe du programme “En-
vie d’agir” doit contribuer à la construction d’une identité européenne citoyenne pour la jeunesse, rejoignant en cela
les ambitions des objectifs communs retenus par l’Union européenne.


Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR

19/05/2012                                                                                                      119
                                         Directeurs d’école : Dispositions générales



Annexe
Textes de référence de niveau européen
- Conclusions de la présidence de l’UE à l’issue du Conseil européen de Lisbonne des 23 et 24 mars 2000 qui re-
connaissent l’importance du rôle que joue l’éducation dans les politiques économiques et sociales dont elle fait
partie intégrante, d’une part comme instrument de renforcement de la compétitivité de l’Europe dans le monde et,
d’autre part, comme garante de la cohésion de nos sociétés et du plein développement des citoyens. Le Conseil
européen a fixé comme objectif stratégique à l’Union européenne de devenir l’économie de la connaissance la plus
dynamique du monde.
- Journal officiel des Communautés européennes du 14-6-2002 - p. C142/1 et suivantes.
- Déclaration de Copenhague du 30 novembre 2002 des ministres de l’éducation de 31 pays européens et de la
commission européenne : elle concerne le renforcement de la coopération dans le domaine de l’enseignement et la
formation professionnelle en Europe.
- Résolution des ministres européens de l’éducation,
réunis à la 21ème session de leur conférence permanente les 10-12 novembre 2003 à Athènes en vue de favoriser
l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les systèmes éducatifs en Europe.
Références réglementaires
1- Circulaire n° 2003-050 du 28 mars 2003 - B.O. n° 14 du 3 avril 2003 : préparation de la rentrée 2003 dans les
écoles, les collèges et les lycées.
ÉCOLE PRIMAIRE
Horaires et programmes
2 - Arrêté du 25-1-2002 fixant les horaires des écoles maternelles et élémentaires.
3 - Arrêté du 25-1-2002 fixant les programmes d’enseignement de l’école primaire.
Ces deux arrêtés ont été publiés au B.O. hors-série n° 1 du 14 février 2002.
Langues vivantes étrangères ou régionales
4 - Arrêté du 28-6-2002 fixant le programme transitoire d’enseignement des langues étrangères ou régionales au
cycle des approfondissements à l’école primaire.
5 - Arrêté du 28-6-2002 fixant le programme d’enseignement des langues étrangères ou régionales à l’école pri-
maire.
Ces deux arrêtés ont été publiés au B.O. hors-série n° 4 du 29 août 2002.
Programmes personnalisés d’aide et de progrès (PPAP)
6 - Circulaire n° 2000-205 du 16-11-2000 - B.O. n° 42 du 23 novembre 2000 : exploitations de l’évaluation natio-
nale en CE2 : mettre en œuvre des réponses pédagogiques adaptées.
Prise en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers
7 - Circulaire n° 2002-113 du 30 avril 2002 - B.O. n° 19 du 9 mai 2002 : les dispositifs de l’adaptation et de
l’intégration scolaires dans le premier degré.
COLLÈGE
Organisation des enseignements dans les classes de 6ème, du cycle central (5ème et 4ème) et du cycle
d’orientation du collège (3ème)
8 - Arrêtés du 14 janvier 2002 - B.O. n° 8 du 21 février 2002.
- Arrêté du 26 décembre 1996 - B.O. n° 5 du 30 janvier 1997.
Dispositifs d’aide et de soutien en 4ème et classes de 3ème d’insertion
9 - Circulaire n° 97-134 du 30 mai 1997 - B.O. n° 24 du 12 juin 1997.
Itinéraires de découverte
10 - Circulaire n° 2002-074 du 10 avril 2002 - B.O. n° 16 du 18 avril 2002 et circulaire n° 2002-160 du 2 août 2002
- B.O. n° 31 du 29 août 2002.
Dispositifs en alternance
11 - Circulaire n° 2003-050 du 28 mars 2003 - B.O. n° 14 du 3 avril 2003 : Préparation de la rentrée 2003 dans les
écoles, les collèges et les lycées. Annexe II.
12 - Décret n° 2003-812 du 26 août 2003 - B.O. n° 34 du 18 septembre 2003 : Modalités d’accueil en milieu pro-
fessionnel d’élèves mineurs de moins de 16 ans. Circulaire n° 2003-134 du 8 septembre 2003.
Sécurité routière
13 - Note de service n° 2003-153 du 2 octobre 2003 - B.O. n° 37 du 9 octobre 2003.
Dispositifs relais
14 - Circulaire n° 98-120 du 12 juin 1998 - B.O. n° 25 du 18 juin 1998. Convention du 2 octobre 2002, B.O. n° 37
du 10 octobre 2002.
Classe de 3ème préparatoire à la voie professionnelle (3ème à projet professionnel)
15 - Circulaire n° 2001-105 du 8 juin 2001, B.O. n° 24 du 14 juin 2001.
Enseignements généraux et professionnels adaptés
16 - Circulaire n° 98-129 du 19 juin 1998 - B.O. n° 26 du 25 juin 1998 : Orientations pédagogiques pour les ensei-
gnements généraux et professionnels adaptés dans le second degré.

19/05/2012                                                                                               120
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


Scolarisation des élèves handicapés dans les établissements du second degré et développement des UPI
17 - Circulaire n° 2001-035 du 21 février 2001 - B.O. n° 9 du 1er mars 2001.
École ouverte
18 - Circulaire n° 2003-0008 du 23 janvier 2003 - B.O. n° 5 du 30 janvier 2003.
VOIE PROFESSIONNELLE
Développement des pratiques pédagogiques innovantes dans les formations professionnelles sous statut scolaire
19 - Projet pluridisciplinaire à caractère professionnel en BEP et baccalauréat professionnel ; éducation civique,
juridique et sociale ; attestation Europro ; aide individualisée et modules : circulaire n° 2002-77 du 11-4-2002, B.O.
n° 16 du 18-4-2002, point III.3.
20 - Pour la mise en œuvre du PPCP, on pourra se référer aux préconisations de la brochure “Le projet pluridisci-
plinaire à caractère professionnel” réalisée par la DESCO et éditée et diffusé par le CNDP en juin 2002 dans tous
les établissements. Elle est téléchargeable sur Éduscol
  http://www.eduscol.education.fr/D0047/default.htm
Activités pédagogiques contribuant à développer l’esprit d’entreprendre
21 - Ingénieurs pour l’école : Convention- cadre du 5 février 2003 entre le ministère de la jeunesse, de l’éducation
nationale et de la recherche et l’association “ingénieurs pour l’école” - B.O. n° 10 du 6 mars 2003.
22 - Protocole d’accord entre le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, le ministre dé-
légué à l’enseignement scolaire et le secrétariat d’État aux PME, au commerce, à l’artisanat, aux professions libé-
rales et à la consommation, signé le 6 mars 2003 : “une ambition partagée : développer l’esprit d’entreprendre”,
consultable sur :
  http://www.education.gouv.fr/presse/2003/pme.pdf
23 - Des exemples d’activités pédagogiques sont consultables sur le site de l’OPPE :
  http://www.entrepreneuriat.net
Rénovation des actions d’accueil et de remotivation de la mission générale d’insertion (MGI)
24 - Un document d’accompagnement pour la mise en œuvre des actions rénovées a été communiqué aux rec-
teurs par courrier n° 0529 en date du 23 décembre 2002.
Expérimentation de formations préparant en trois ans au baccalauréat professionnel
25 - Les modalités d’ouverture des sections expérimentales sont précisées dans la circulaire de rentrée 2003 parue
au B.O. n° 14 du 3 avril 2003.
26 - Pour les spécialités relevant de la 3ème CPC (métallurgie), les modalités d’organisation des expérimentations
pourront s’appuyer sur le document élaboré conjointement par la direction de l’enseignement scolaire, l’inspection
générale de l’éducation nationale et les représentants de l’UIMM. Ce document a été adressé aux recteurs par
courrier en date du 18 octobre 2001. Pour les spécialités du tertiaire administratif, se reporter au protocole
d’expérimentation cosigné par le directeur de l’enseignement scolaire et l’inspecteur général de l’éducation natio-
nale doyen du groupe économie et gestion, communiqué aux recteurs par courrier n° 0348 en date du 23 sep-
tembre 2003.
Mise en place du lycée des métiers
27 - Circulaire n° 2003-036 du 27 février 2003 - B.O. n° 10 du 6 mars 2003 : Le lycée des métiers.
Mise en place de formations par apprentissage dans les EPLE
28 - Les centres de formation d’apprentis : article L 431-1 du code de l’éducation.
29 - Guide pour l’ouverture de sections d’apprentissage : édité par le CRDP de Lorraine et téléchargeable sur le site
du centre national de ressources pour l’alternance en apprentissage : CNRAA, adresse http://www.ac-nancy-
metz.fr/cnraa.
30 - Fiches conseils pour la mise en place d’une unité de formation par apprentissage (UFA) : téléchargeable sur le
site du CNRAA : adresse http://www.ac-nancy-metz.fr/cnraa.
Opérations de parrainage
31 - Guide du parrainage édité par le CNDP.
32 - Lettre aux recteurs n° 214 en date du 4 juillet 2003.
Horaires des classes préparant au CAP sous statut scolaire
33 - Arrêté du 24-4-2002 - B.O. n° 21 du 23 mai 2002.
34 - Chaque spécialité de CAP est rattachée à l’une des trois grilles horaires figurant en annexe du décret du 24-4-
2002 : un tableau récapitulatif est consultable sur Éduscol
  http://www.eduscol.education.fr/D0037/default.htm
Périodes en entreprise des CAP
35 - Décret n° 2002-463 du 4 avril 2002.
36 - Pour les CAP dont l’arrêté de création indique une période en entreprise d’une durée inférieure à 12 semaines,
en l’attente de leur mise en conformité :
- cette durée réduite est maintenue ;
- l’horaire cycle par discipline d’enseignement général ne peut être inférieur à l’horaire cycle indiqué dans la grille
figurant en annexe 2 de l’arrêté du 24-4-2002 précité ;

19/05/2012                                                                                                  121
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


- l’horaire cycle d’enseignement professionnel (y compris la formation en entreprise) ne peut être inférieur à 1 350
h.
Compléments d’information sur la mise en œuvre du décret CAP
37 - Circulaire n° 2003-15 du 20 janvier 2003 : elle répond aux questions sur l’entrée en vigueur de certaines dispo-
sitions (forme de passage de l’examen, épreuves de remplacement et conservation de note) et sur les consé-
quences éventuelles de la nouvelle réglementation du CAP sur le BEP, sur le champ de la dispense de l’épreuve
d’EPS, sur la composition du jury et sur l’entrée en vigueur des programmes.
Programmes des enseignements généraux des certificats d’aptitude professionnelle
38 - B.O. hors-série n° 5 du 29-8-2002
39 - Courrier n° 331 du 27 juin 2002 : instructions pour la mise en œuvre des nouveaux programmes, notamment
pour les formations par apprentissage.
40 - Arrêté du 25 septembre 2002 - B.O. n° 39 du 24 octobre 2002 : programme d’EPS pour les CAP, BEP et bac-
calauréat professionnel.
LYCÉE D’ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE
Organisation et horaires des enseignements
41 - Arrêté du 17 février 2003 - B.O. n° 12 du 20 mars 2003 : Mathématiques en série littéraire.
42 - Arrêté du 15 juillet 2003 - B.O. n° 31 du 28 août 2003 : Programme de mathématiques (enseignement de
spécialité) de la classe terminale, série littéraire, pour 2004-2005.
Poursuite de la rénovation des programmes, rentrée 2004
43 - Arrêté du 15 juillet 2003 - B.O. hors-série n° 7 du 28 août 2003 : Programmes de langues vivantes en classe
de première des séries générales et technologiques.
44 - Arrêté du 30 juillet 2002 - B.O. hors-série n° 7 du 3 octobre 2002 : Programme d’histoire-géographie en classe
terminale des séries générales .
Travaux personnels encadrés
45 - a) Modalités de fonctionnement : Note de service n° 2002-1110 du 30 avril 2002 - B.O. n° 19 du 9 mai 2002 ;
b) Thèmes nationaux : Note de service à paraître d’ici à la fin de l’année scolaire 2003-2004 ;
c) Épreuve du baccalauréat : Note de service n° 2002-260 du 20 novembre 2002 - B.O. n° 44 du 28 novembre
2002.
Il convient de préciser que pour les élèves ayant choisi de ne pas présenter l’épreuve de TPE au baccalauréat, le
suivi de cette activité reste obligatoire ; leur TPE donnera alors lieu à des appréciations portées sur le livret scolaire.
Horaires des classes de première d’adaptation SMS, STI, STL et STT
46 - Circulaires n° 94-165 du 25 mai 1994 ( B.O. n° 22 du 2 juin 1994) et n° 97-197 du 11 novembre 1997 (B.O.
hors-série n° 8 du 2 octobre 1997).
N.B. - Prolongation pour la session 2005 de la dérogation autorisant les élèves titulaires d’un BEP et entrant en
première d’adaptation de la série STT de remplacer l’épreuve de LV2 par une épreuve de LV1 renforcée (arrêté du
8 juillet 1997 - B.O. n° 30 du 4 septembre 1997).
TOUS NIVEAUX
Orientation
47 - Circulaire N° 96-204 du31 juillet 1996 - B.O. n° 31 du 5 septembre 1996 : mise en œuvre de l’expérimentation
de l’éducation à l’orientation au collège.
48 - Circulaire n° 96-230 du 1er octobre 1996 - B.O. n° 31 du 10 octobre 1996 : mise en œuvre d’une éducation à
l’orientation dans les lycées d’enseignement général et technologique.
49 - Document support pour la mise en œuvre de démarches éducatives d’orientation en collège, lycée
d’enseignement général et technologique et lycées professionnels site
  http://www.eduscol.education.fr, rubrique orientation.
Prise en charge des élèves à besoins éducatifs particuliers
50 - Circulaire n° 2002-024 du 31-1-2002 - B.O. n° 6 du 7 février 2002 : plan d’action pour les enfants atteints d’un
trouble spécifique du langage oral et écrit.
51 - Circulaire n° 2002-111 du 30 avril 2002 - B.O. n° 19 du 9 mai 2002 : adaptation et intégration scolaires : des
ressources au service d’une scolarité réussie pour tous les élèves.
52 - Circulaire n° 2002-100 du 25 avril 2002 - B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002 : organisation de la scolarité des
élèves nouvellement arrivés en France sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages.
53 - Circulaire n° 2002-063 du 20 mars 2002 - B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002 : modalités d’inscription et de
scolarisation des élèves de nationalité étrangère des premier et second degrés
54 - Circulaire n° 2002-101 du 25 avril 2002 - B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002 : scolarisation des enfants du
voyage et de familles non sédentaires.
55 - Circulaire n° 74-148 du 19 avril 1974 - B.O. n° 18 du 2 mai 1974 - Obligations de service des personnels de
l’éducation spéciale et de l’adaptation.
Assistants d’éducation et auxiliaires de vie scolaire


19/05/2012                                                                                                      122
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


56 - Circulaire n° 2003-092 du 11 juin 2003 - B.O. n° 25 du 19 juin 2003 - Assistants d’éducation.
57 - Circulaire n° 2003-093 du 11 juin 2003 - B.O. n° 25 du 19 juin 2003 - Scolarisation des enfants et adolescents
présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant : accompagnement par un auxiliaire de vie scolaire.
Éducation prioritaire
58 - Circulaire n° 2003-133 du 01 septembre 2003 - B.O. n° 33 du 11 septembre 2003 : Éducation prioritaire : des
objectifs et des méthodes pour lutter contre la fracture scolaire et élaborer les contrats de réussite scolaire.
Contrats éducatifs locaux
59 - Circulaire n° 98-144 du 9 juillet 1998 - B.O. n° 29 du 16 juillet 1998 : aménagement des temps et des activités
de l’enfant : mise en place du contrat éducatif local et des rythmes périscolaires.
60 - Circulaire n° 2000-208 du 22 novembre - B.O. n° 43 du 30 novembre 2000 : aménagements du temps des
élèves-les contrats éducatifs locaux.
61 - Instruction du 29 octobre 2003 relative aux politiques éducatives territoriales - B.O. n° 41 du 6 novembre 2003
Mise en œuvre du B2i
62 - Note de service n° 2000-206 du 16 novembre 2000 - B.O. n° 42 du 23 novembre 2000 : brevet informatique et
internet (B2i), école- collège.
Éducation à la santé et à la sexualité
63 - Circulaire n° 2003-027 du 17 février 2003 - B.O. n° 9 du 27 février 2003 : L’éducation à la sexualité à l’école,
au collège et au lycée.
64 - Circulaire n° 2003-210 du 1er décembre 2003 - B.O. n° 46 du 11 décembre 2003 : la santé des élèves : pro-
gramme quinquennal de prévention et d’éducation.
Engagement des jeunes
65 - Note de service n° 2002-259 du 20 novembre 2002 - B.O. n° 44 du 28 novembre 2002 : L’engagement des
jeunes.
66 - Note de service n° 2003-216 du 8 décembre 2003 - B.O. n° 47 du 18 décembre 2003 : mise en œuvre de la
politique ministérielle de soutien à l’engagement des jeunes pour l’année scolaire 2003-2004.
Sport scolaire
67 - Circulaire n° 2002-130 du 25 avril 2002 - B.O. n° 25 du 20 juin 2002 : Le sport scolaire à l’école, au collège et
au lycée.
Enseignements artistiques et action culturelle
68 - Circulaire n° 2003-173 du 22 octobre 2003 - B.O. n° 40 du 30 octobre 2003 : Orientations pour une politique
en matière d’enseignements artistiques et d’action culturelle.
Vie scolaire
69 - Directive nationale d’orientation du 1er octobre 2003 relative au plan gouvernemental en faveur de l’assiduité
scolaire et de la responsabilisation des familles - JO du 18 octobre 2003.
Formation continue des personnels enseignants
70 - Circulaire n° 2001-150 du 27 juillet 2001 - B.O. n° 32 du 6 septembre 2001 :
Accompagnement de l’entrée dans le métier et formation continue des enseignants des premier et second degrés
et des personnels d’éducation et d’orientation.




19/05/2012                                                                                                  123
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                B.O. N°32 du 4 septembre 2003


             Calendrier scolaire national des années
                    2004-2005, 2005-2006, 2006-2007

NOR : MENE0301509A
RLR : 507-0
ARRÊTÉ DU 11-7-2003
JO DU 24-7-2003
MEN
DESCO B6




Vu art. L. 521-1 du code de l’éducation ; D. n° 90-236 du 14-3-1990 ; D. n° 90-788 du 6-9-1990, mod. par D. n° 91-383 du
22-4-1991, not. art. 10, 10-1 et 10-2 ; avis du CSE du 26-6-2003



Article 1 - Le présent arrêté fixe le calendrier scolaire national des années 2004-2005, 2005-2006, 2006-2007.
Article 2 - L’année scolaire s’étend du jour de la rentrée des élèves au jour précédant la rentrée suivante.
Article 3 - Les académies, à l’exception de celles visées à l’article 5, sont réparties en trois zones de vacances A, B et C.
La zone A comprend les académies de Caen, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Nantes, Rennes,
Toulouse.
La zone B comprend les académies d’Aix- Marseille, Amiens, Besançon, Dijon, Lille, Limoges, Nice, Orléans-Tours, Poitiers,
Reims, Rouen, Strasbourg.
La zone C comprend les académies de Bordeaux, Créteil, Paris, Versailles.
Article 4 - Pour toute la durée des années scolaires 2004-2005, 2005-2006, 2006-2007, dans tous les établissements sco-
laires relevant du ministère chargé de l’éducation, les dates de rentrée des personnels enseignants et les dates de rentrée
des élèves, ainsi que les dates des périodes de vacance des classes, sont fixées conformément aux tableaux annexés au
présent arrêté, sous réserve de l’application des dispositions des décrets du 14 mars 1990 et du 6 septembre 1990 susvisés.
Article 5 - Pour les académies de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique, de la Réunion, de la Corse et pour Saint-
Pierre-et-Miquelon, le calendrier est fixé conformément aux dispositions du décret du 14 mars 1990 susvisé.
Article 6 - Le directeur de l’enseignement scolaire et les recteurs d’académie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de
l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 11 juillet 2003

Le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
Luc FERRY
Le ministre délégué à l’enseignement scolaire
Xavier DARCOS


Annexe 1

ANNÉE SCOLAIRE 2004-2005


                                     ZONE A                               ZONE B                        ZONE C

Rentrée des ensei-          Mercredi 1er septembre 2004
gnants (1)

Rentrée des élèves          Jeudi 2 septembre 2004

Toussaint                   Samedi 23 octobre 2004
                            Jeudi 4 novembre 2004



19/05/2012                                                                                                        124
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales



Noël                      Samedi 18 décembre 2004
                          Lundi 3 janvier 2005

Hiver                     Samedi 12 février 2005            Samedi 5 février 2005             Samedi 19 février 2005
                          Lundi 28 février 2005             Lundi 21 février 2005             Lundi 7 mars 2005

Printemps                 Samedi 16 avril 2005 Lundi Samedi 9 avril 2005                      Samedi 23 avril 2005
                          2 mai 2005                 Lundi 25 avril 2005                      Lundi 9 mai 2005

Début des vacances                                               Samedi 2 juillet 2005

d’été (2)

(1) Deux demi-journées (ou horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, seront dégagées, avant les vacances
de la Toussaint, afin de permettre de prolonger la réflexion engagée lors de la journée de prérentrée.
(2) Les enseignants appelés à participer aux opérations liées aux examens sont en service jusqu’à la date fixée pour la clô-
ture de ces examens par la note de service établissant le calendrier de la session.

Le départ en vacances a lieu après la classe, la reprise des cours le matin des jours indiqués.
Pour les élèves qui n’ont pas cours le mercredi, les vacances débutent le mardi après les cours
et la rentrée a lieu le jeudi.

Annexe 2

ANNÉE SCOLAIRE 2005-2006


                                            ZONE A                       ZONE B                      ZONE C

Rentrée des enseignants (1)        Jeudi 1er septembre 2005

Rentrée des élèves                 Vendredi 2 septembre 2005

Toussaint                          Samedi 22 octobre 2005
                                   Jeudi 3 novembre 2005

Noël                               Samedi 17 décembre 2005
                                   Mardi 3 janvier 2006

Hiver                              Samedi 18 février 2006 Samedi 11 février 2006 Samedi 4 février 2006
                                   Lundi 6 mars 2006      Lundi 27 février 2006 Lundi 20 février 2006

Printemps                          Samedi 22 avril 2006          Samedi 15 avril 2006         Samedi 8 avril 2006
                                   Mardi 9 mai 2006              Mardi 2 mai 2006             Lundi 24 avril 2006

Début des vacances d’été (2) Mardi 4 juillet 2006

(1) Deux demi-journées (ou horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, seront dégagées, avant les vacances
de la Toussaint, afin de permettre de prolonger la réflexion engagée lors de la journée de prérentrée.
(2) Les enseignants appelés à participer aux opérations liées aux examens sont en service jusqu’à la date fixée pour la clô-
ture de ces examens par la note de service établissant le calendrier de la session.

Le départ en vacances a lieu après la classe, la reprise des cours le matin des jours indiqués.
Pour les élèves qui n’ont pas cours le mercredi, les vacances débutent le mardi après les cours
et la rentrée a lieu le jeudi.

19/05/2012                                                                                                        125
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


Annexe 3

ANNÉE SCOLAIRE 2006-2007


                                     ZONE A                            ZONE B                         ZONE C

Rentrée des ensei-       Vendredi 1er septembre 2006
gnants (1)

Rentrée des élèves       Lundi 4 septembre 2006

Toussaint                Mercredi 25 octobre 2006
                         Lundi 6 novembre 2006

Noël                     Samedi 23 décembre 2006
                         Lundi 8 janvier 2007

Hiver                    Samedi 10 février 2007             Samedi 24 février 2007            Samedi 17 février 2007
                         Lundi 26 février 2007              Lundi 12 mars 2007                Lundi 5 mars 2007

Printemps                Samedi 31 mars 2007                Samedi 14 avril 2007              Samedi 7 avril 2007
                         Lundi 16 avril 2007                Mercredi 2 mai 2007               Lundi 23 avril 2007

Début des vacances Mercredi 4 juillet 2007
d’été (2)

(1) Deux demi-journées (ou horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, seront dégagées,
avant les vacances de la Toussaint, afin de permettre de prolonger la réflexion engagée lors de la journée
de prérentrée.
(2) Les enseignants appelés à participer aux opérations liées aux examens sont en service jusqu’à la date
fixée pour la clôture de ces examens par la note de service établissant le calendrier de la session.
Le départ en vacances a lieu après la classe, la reprise des cours le matin des jours indiqués.
Pour les élèves qui n’ont pas cours le mercredi, les vacances débutent le mardi après les cours
et la rentrée a lieu le jeudi.




19/05/2012                                                                                                    126
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                        B.O. N°28 du 10 juillet 2003


  Préparation de la carte scolaire du premier
                                        degré

NOR : MENE0300766C
RLR : 510-1
CIRCULAIRE N°2003-104 DU 3-7-2003
MEN
DESCO B6



Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des
services départementaux de l’éducation nationale



  La préparation de la carte scolaire du premier degré est devenue, au fil des années, un moment essentiel du débat public
sur l’école. Cela tient au fait que la demande sociale à l’égard de l’école est de plus en plus exigeante et que l’école primaire
est un “maillon de proximité”, sans aucun doute le service public le plus proche, celui auquel nos concitoyens sont le plus
attachés.
La circulaire du 21 février 1986, qui constituait jusqu’à maintenant la référence en la matière, est apparue comme dépassée
par le groupe de travail, puis par la commission spécialisée écoles, qui ont conduit une réflexion sur les conditions de prépa-
ration de la carte scolaire. La rédaction d’un nouveau texte s’est donc avérée nécessaire, à partir des propositions formulées
dans les rapports publiés au terme de ces travaux.
C’est ainsi que les modalités d’élaboration de la carte scolaire dans le premier degré doivent garantir, aux niveaux national,
académique, départemental et local, l’équité, la transparence et la concertation que l’on est en droit d’attendre d’un grand
service public.
Pour être comprises et acceptées, les mesures de carte scolaire doivent être fondées sur des critères précis, qui auront don-
né lieu à toutes les clarifications souhaitables auprès de l’ensemble des partenaires. Les décisions prises à tout niveau doi-
vent donc être précédées d’une analyse, d’une réflexion et de débats approfondis, impliquant effectivement tous les acteurs
concernés, s’appuyant sur une vision prospective de l’école, tenant compte également des évolutions passées.
La préparation de la carte scolaire du premier degré est une compétence partagée entre l’État et les communes. Le rappel du
cadre législatif et réglementaire dans lequel elle s’inscrit figure en annexe.
Ce partage de compétences et la complémentarité des rôles qu’il implique exigent que s’instaure un dialogue entre leurs
représentants respectifs à tous les niveaux : national, académique, départemental et local. L’importance de la concertation
entre l’État et les collectivités territoriales est, de ce fait, une composante essentielle de l’élaboration de la carte scolaire.
Cette concertation doit impérativement s’étendre à tous les acteurs de la communauté éducative et aux partenaires de
l’école, pour permettre à chacun d’eux d’apporter sa contribution en jouant pleinement son rôle.
La présente circulaire décrit les étapes du processus d’élaboration de la carte scolaire, en mettant l’accent sur les procédures
de concertation et en proposant un calendrier indicatif pour le déroulement des opérations.
Elle a vocation à constituer, pour tous les acteurs de la communauté éducative et pour les partenaires de l’école, un “outil de
référence” qui laisse toute sa place aux initiatives et aux adaptations localement négociées, dès l’instant où elles ne dérogent
pas à la réglementation.
Cette circulaire abroge et remplace la circulaire du 21 février 1986 relative à la “Planification scolaire pour les écoles et les
classes élémentaires et maternelles publiques”.


I - Mesures de carte scolaire et de restructuration du réseau scolaire
Les mesures de carte scolaire du premier degré se traduisent par des ouvertures et des fermetures d’école(s) et de
classe(s). La restructuration du réseau peut résulter par ailleurs de créations de regroupements ou de fusions d’écoles.


A - Ouvertures et fermetures d’école(s) ou de classe(s)

L’ouverture d’une classe ou d’une école est de fait le résultat de l’exercice de compétences partagées entre l’État et les
communes : d’une part, sa création et son implantation par le conseil municipal, c’est-à-dire le choix de la localisation, la
construction, l’appropriation ou l’aménagement de locaux à des fins d’enseignement et, d’autre part, l’affectation du ou des
emplois d’enseignants correspondants par l’inspecteur d’académie. Ces deux décisions peuvent être simultanées ou distinctes
dans le temps.
Les projets de création et d’implantation de classes ou d’écoles élaborés par les communes sont transmis pour avis au pré-
fet. Celui-ci se concerte avec l’inspecteur d’académie, responsable de l’attribution et du retrait des emplois, sur les projets
proposés. L’avis du préfet recueilli, les communes arrêtent leurs décisions et les lui transmettent. L’inspecteur d’académie en
est aussitôt informé.
Aucune décision relevant de la compétence de la commune n’est nécessaire pour l’ouverture d’une classe, dès lors qu’elle


19/05/2012                                                                                                             127
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


consiste à affecter un emploi lorsque des locaux sont disponibles et qu’aucune décision municipale n’est intervenue pour les
désaffecter. Il s’agit du cas le plus fréquent.
En cas de refus d’une commune de fournir les locaux nécessaires au bon fonctionnement du service public au regard des
critères départementaux d’effectifs, l’inspecteur d’académie peut proposer au préfet la mise en œuvre de la création par
l’État d’un établissement d’enseignement (art. L 211-3 du code de l’éducation, modifié par l’art. 81 de la loi n° 2002-73 du
17 janvier 2002). Cette procédure est exceptionnelle.
Parallèlement, la fermeture d’une classe ou d’une école résulte de fait du retrait du ou des postes d’enseignant par
l’inspecteur d’académie. Le Conseil d’État a en effet considéré qu’un poste peut être retiré, même sans l’accord de la com-
mune, en indiquant qu’“aucune disposition législative ou réglementaire ne subordonne le retrait d’emplois d’instituteur à
l’intervention préalable d’une délibération du conseil municipal décidant de la fermeture de la classe” (CE 5/5/1995, minis-
tère de l’éducation nationale/association Sauvons nos écoles). La décision de désaffectation des locaux scolaires correspon-
dants est de la compétence du conseil municipal ou de l’organe délibérant de l’établissement public de coopération inter-
communale. Toutefois, si des locaux scolaires ne font pas l’objet de désaffectation, après la suppression des emplois
d’enseignant correspondants, ils restent affectés au service public d’enseignement.
L’avis du préfet, qui peut s’appuyer sur celui de l’inspecteur d’académie, doit être recueilli préalablement à la désaffectation
de locaux scolaires (cf. circulaire interministérielle du 25 août 1995 relative à la désaffectation des biens des écoles élémen-
taires et maternelles publiques).
Bien que le Conseil d’État ait jugé (CE n° 87 522 ministre de l’éducation nationale/commune de Meilhan-sur-Garonne 28
octobre 1992) que, légalement, la consultation de la commune, avant toute décision de retrait de poste, n’était pas obliga-
toire, cette consultation apparaît tout à fait indispensable.


B - Cas de regroupements d’écoles
1) Les regroupements d’écoles de plusieurs communes (regroupements pédagogiques intercommunaux)


Légalement, les communes ont la possibilité de se réunir pour l’établissement et l’entretien d’une école, mais le regroupe-
ment d’élèves de plusieurs communes dans une seule école ne s’impose aux communes concernées que dans le cas de
communes distantes de moins de trois km, dès lors que l’une des communes compte moins de quinze élèves (article L. 212-
2 du code de l’éducation). Dans les autres cas, l’accord de la commune est requis.
Les regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI) peuvent utilement s’appuyer sur des établissements publics de
coopération intercommunale (EPCI).
Il existe deux sortes de RPI :
- les RPI dispersés : chaque école rassemble les élèves de plusieurs communes par niveau pédagogique et garde son statut
juridique et sa direction d’école ;
- les RPI concentrés : l’ensemble des élèves des communes concernées est scolarisé dans l’école de l’une des communes.

2) Les réseaux d’écoles
Plusieurs écoles, d’une seule commune ou de plusieurs communes, appartenant ou non à un regroupement pédagogique
intercommunal, peuvent également être regroupées en réseaux, formules souples permettant en particulier la mise en com-
mun de moyens et d’équipements et la mise en œuvre de projets communs. Les réseaux, qui peuvent être adossés à un
établissement public de coopération intercommunale, sont généralement sans conséquence sur la structure pédagogique des
écoles qui les composent.
L’organisation en réseau, modalité en voie de développement, fera l’objet de textes spécifiques.
3) Les fusions d’écoles au sein d’une commune
Il s’agit de la réunion de deux écoles en une structure unique, ou bien du regroupement des élèves de deux écoles dans une
seule des deux structures. Peuvent être fusionnées des écoles élémentaires, ou des écoles maternelles, ou encore une école
maternelle et une école élémentaire.
La fusion de deux écoles comporte nécessairement la fermeture de l’une d’elles et, le cas échéant, une modification de
l’implantation des classes issues de la fusion. Une décision de la commune concernée est nécessaire dans tous les cas. Tou-
tefois, dans la mesure où la réunion de deux écoles implique la suppression d’un emploi de directeur, une telle décision ne
peut être prise qu’en étroite concertation entre l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de
l’éducation nationale, et la municipalité.
La fusion de deux écoles, et en particulier d’une école maternelle et d’une école élémentaire, ne doit pas conduire à créer un
ensemble d’une taille trop élevée, notamment en zone d’éducation prioritaire, et ne doit pas avoir pour effet de remettre en
cause la spécificité de l’école maternelle.


II - Modalités de la concertation
La concertation relative à la préparation de la carte scolaire du premier degré est conduite, sous l’autorité de l’État, avec
notamment les représentants des communes, des parents d’élèves et des personnels. Une information claire, complète et
identique doit être donnée à l’ensemble des partenaires de l’école ; les associations complémentaires de l’école et les délé-
gués départementaux de l’éducation nationale peuvent être consultés en tant que de besoin.
Cette concertation doit être menée à tous les niveaux, selon des modalités et avec des objectifs variables selon le niveau
concerné.




19/05/2012                                                                                                            128
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


A - Niveau national

Les décisions prises au niveau national, en ce qui concerne la répartition des moyens, se fondent sur une analyse de la situa-
tion des académies de manière à satisfaire au mieux les besoins recensés. Ainsi, outre l’évolution de la démographie scolaire,
il s’agit de prendre en compte les caractéristiques sociales, territoriales et structurelles des académies, tout en leur laissant
les marges de manœuvre permettant la mise en œuvre des orientations et priorités académiques et départementales. Les
services académiques sont d’ailleurs associés à la réflexion menée par l’administration centrale sur la préparation de la ren-
trée, pour ce qui concerne leur académie.
Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) et en son sein, tout particulièrement, la commission spécialisée des écoles peuvent
servir de cadre à la concertation au niveau national. En effet, réunissant l’ensemble des partenaires de l’institution scolaire,
le conseil supérieur peut être saisi par le ministre de toutes les questions qu’il juge utile de lui soumettre. La commission
spécialisée des écoles prépare la discussion et les avis du conseil en ce qui concerne le premier degré en amont de ses réu-
nions. Des représentants de l’association des maires de France sont, en toute hypothèse, associés à la concertation.
Le comité technique paritaire ministériel (CTPM) est consulté sur les critères de répartition des emplois au niveau national.
Compte tenu des résultats de ces diverses consultations, les dotations définies au niveau national sont notifiées globalement
aux recteurs d’académie afin de permettre la mise en œuvre de la politique éducative dans chaque académie, tout en inté-
grant les nécessités du pilotage académique et départemental.


B - Niveau académique

L’élaboration de la carte scolaire s’inscrit dans le cadre de la politique éducative conduite dans l’académie. Par ailleurs,
compte tenu du partage de compétences, rappelé en annexe, entre l’État et les communes, il apparaît souhaitable d’associer
des représentants des communes à la réflexion engagée au niveau académique, par exemple en recueillant les propositions
et observations des présidents des associations départementales de l’Association des maires de France (AMF). C’est par
rapport aux objectifs généraux de la stratégie académique et en tenant compte des résultats de la concertation menée avec
les élus et les autres organisations représentatives de la communauté éducative que le recteur définit les grandes orienta-
tions et les priorités qui vont guider son action pour le premier degré.
Deux instances sont consultées :
Le conseil académique de l’éducation nationale (Caen) peut être consulté sur tout ce qui concerne l’organisation et le fonc-
tionnement du service public d’enseignement dans l’académie. Il est ainsi consulté sur les critères de répartition des emplois
entre les départements de l’académie. Il est recommandé que, à l’instar du CSE, une “commission spécialisée École” issue du
Caen - ou un groupe de travail assurant une bonne représentation des organisations représentatives de la communauté
éducative concernées par le premier degré - prépare la consultation de cette instance sur les sujets relatifs au premier de-
gré.
Le comité technique paritaire académique (CTPA) est consulté sur l’organisation des établissements d’enseignement du pre-
mier degré de l’académie. Le projet de répartition des emplois entre les départements lui est présenté. Compte tenu de la
composition du comité technique paritaire académique, peu adaptée au premier degré, il est recommandé de constituer un
groupe de travail spécifique.
Après avoir recueilli l’avis de ces instances, le recteur arrête les critères de répartition des emplois entre les départements,
puis répartit les emplois entre les départements de l’académie.


C - Niveau départemental

L’inspecteur d’académie répartit, après mise en œuvre des différentes procédures de concertation et de consultation des
partenaires intéressés, les moyens qui lui sont alloués et définit les mesures d’aménagement du réseau scolaire qui en dé-
coulent, à partir des orientations fixées par le ministre de l’éducation nationale et des priorités définies par le recteur.
1) Les éléments d’appréciation et le schéma territorial
L’évolution des effectifs, les taux d’encadrement, les contraintes liées à la ruralité ou aux difficultés d’environnement,
l’existence de projets éducatifs cohérents, les conditions d’accueil des élèves handicapés ou en difficulté figurent parmi les
éléments d’appréciation les plus significatifs. En tout état de cause, il n’existe plus de normes nationales en matière
d’affectation ou de retrait d’emploi, les critères pertinents relevant de l’appréciation des autorités académiques.
L’analyse des caractéristiques sociales et territoriales retenues au niveau national doit être affinée au niveau de chaque
commune ou de chaque zone territoriale qui sera jugée pertinente. La zone infra-départementale définie peut être variable
selon l’urbanisation (quartier, pays...).
D’autres critères peuvent être localement pris en compte, par exemple le nombre d’écoles de petite taille, le nombre d’écoles
de taille importante, le nombre d’écoles en ZEP ou en REP...
En tout état de cause, les critères susceptibles d’être retenus doivent être clairement définis, afin de faire l’objet d’une in-
formation complète des interlocuteurs dans le cadre des consultations.
Une perspective pluriannuelle sera bien entendu privilégiée, intégrant l’analyse rétrospective des rentrées scolaires précé-
dentes et une analyse prospective des années scolaires suivantes.
Les données démographiques, économiques et sociales ainsi définies sont rassemblées et analysées dans un schéma territo-
rial fixé par l’inspecteur d’académie après avis du CDEN. Le schéma territorial, qui annonce clairement les objectifs visés,
doit servir de base à la réflexion et au débat au sein des instances de concertation. Il établit en effet un inventaire complet
de la situation scolaire du département. Il identifie notamment les réseaux d’écoles existants et présente les orientations
souhaitées en matière de création de nouveaux réseaux. Le schéma territorial s’inscrit dans le cadre de la réalisation des
projets territoriaux de l’État ou de la région. Il constitue par ailleurs un outil d’information national pour la préparation des
rentrées scolaires.
2) Les consultations réglementaires



19/05/2012                                                                                                            129
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Le conseil départemental de l’éducation nationale (CDEN) est informé du bilan de la rentrée scolaire. Il peut être consulté sur
toute question relative à l’organisation et au fonctionnement du service public d’enseignement dans le département, et no-
tamment sur les orientations. Il est obligatoirement consulté sur l’implantation des emplois dans les écoles publiques et sur
les ajustements de rentrée du département. Il peut définir les modalités de la concertation locale, à l’échelon infra départe-
mental.
Le comité technique paritaire départemental (CTPD) est consulté sur l’organisation des établissements d’enseignement du
premier degré du département ; il est ainsi consulté sur l’implantation des emplois et également sur les ajustements de
rentrée. L’inspecteur d’académie y présente le bilan de la rentrée et le projet de la rentrée suivante : objectifs, priorités,
répartition des moyens, critères départementaux pour l’attribution des emplois. Il est informé des projets des communes, à
court et moyen terme.
3) Les modalités de la concertation infradépartementale
En dehors des procédures de consultation prévues réglementairement, il est fortement recommandé de mettre en place
localement d’autres modalités de concertation et d’information. En amont des consultations d’instances réglementaires, les
inspecteurs d’académie, avec le concours des inspecteurs responsables des circonscriptions du premier degré, réuniront en
tant que de besoin les partenaires des écoles concernées, plus particulièrement les représentants des municipalités ou des
établissements publics de coopération intercommunale, des parents d’élèves et des enseignants, aux moments principaux de
la préparation de la rentrée scolaire. Les intéressés devront disposer dans ce cadre des éléments d’information nécessaires.
4) Le dialogue État-communes
Les maires et les présidents d’EPCI sont, en toute hypothèse, tenus informés par les inspecteurs d’académie des conditions
d’accueil des élèves à la rentrée scolaire et des prévisions d’effectifs établies par les directeurs d’école. Ils sont consultés sur
les projets d’affectation et de retrait des postes.
5) Procédures de concertation dans le cadre de l’aménagement du territoire
Les décrets n° 82-389 et n° 82-390 du 10 mai 1982 modifiés par le décret du 20 octobre 1999, relatifs aux pouvoirs des
préfets et des préfets de région, ont mis en place des procédures particulières applicables en cas de réorganisation
d’ensemble ou de fermeture de services publics, notamment d’écoles, dans un département ou une région.
L’article 29 de la loi du 4 février 1995 modifiée par la loi du 25 juin 1999 institue des dispositions particulières pour les zones
urbaines sensibles et les zones de revitalisation rurale.
Ces procédures s’ajoutent aux autres concertations obligatoires imposées par ailleurs dans le cadre de l’élaboration de la
carte scolaire. Il appartient en particulier à l’inspecteur d’académie, pour tout projet de fermeture d’école, de réaliser une
étude d’impact qui est transmise au préfet. La réalisation de cette étude d’impact est une formalité obligatoire (CAA Nancy
n° 00NC01168 du 21/6/2001 association École et territoire, Mme Philippe).
En cas de cumul de projets de fermeture de services publics, des procédures particulières sont mises en œuvre, faisant in-
tervenir, dans certains cas, la consultation par le préfet de la commission départementale d’organisation et de modernisation
des services publics et pouvant amener, de manière exceptionnelle, à la suspension des décisions de l’inspecteur d’académie.


III - Recommandation pour le calendrier annuel des procédures et des concertations
Chaque recteur et chaque inspecteur d’académie établissent, en liaison avec le préfet, un calendrier des opérations an-
nuelles, qui permette aux communes de prendre leurs décisions et au mouvement des enseignants de se dérouler dans de
bonnes conditions. Le calendrier proposé ci-dessous constitue un cadre de référence. Il donne lieu aux adaptations liées aux
spécificités locales.

Annexe

RAPPEL DES COMPÉTENCES DE L’ÉTAT ET DES COMMUNES EN MATIÈRE DE CARTE
SCOLAIRE DU PREMIER DEGRÉ
    Bilan et orientations                         Préparation de la rentrée scolaire suivante                         Ajustement
                                                                                                                      de rentrée

                                      Niveau académique                      Niveau départemental
 Octobre-décembre : bilan de       Décembre-janvier : noti-      Janvier-février-mars : répartition des emplois           Juin-
 la rentrée scolaire de l’année   fication des dotations aux                     dans les écoles                       septembre
     N. Orientations à court       académies et aux dépar-
       et moyen termes.                     tements.
                                   Examen de la traduction
                                   des orientations en me-
                                        sures de rentrée


         Concertation                                                             Concertation
     infradépartementale                                                      infradépartementale




19/05/2012                                                                                                               130
                                                           Directeurs d’école : Dispositions générales




                CDEN
                                                                                    CTPD : consultation sur la répartition       CTPD
                                           Caen : consultation sur                         des emplois par école
                                               les critères de
                                              répartition des
                                             emplois entre les
                CTPD                           départements

                                                                                 Concertation avec les maires sur les projets
                                                                                     d’attribution et de retrait d’emplois

                                                                                               Communication
                 Caen                                                           des projets de fermeture d’école et de l’étude
                                                                                d’impact correspondante au préfet, chargé de
                                                                               mettre en œuvre les procédures prévues en cas
                                                                               de fermeture ou de cumul de fermetures de ser-
                                                                                                 vices publics

                CTPA
                                              Groupes de travail
                                                  1er degré                         CDEN : consultation sur la répartition
                                                                                               des emplois                       CDEN
                                            CTPA : répartition des
                                            dotations en emplois
                 CSE




                CTPM

Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR

Annexe

RAPPEL DES COMPÉTENCES DE L'ÉTAT ET DES COMMUNES EN MATIÈRE DE CARTE SCOLAIRE DU PREMIER DEGRÉ

"L'éducation nationale est un service public de l'État, sous réserve des compétences attribuées aux collectivités territoriales"
(article L. 211-1 du code de l'éducation). En matière de premier degré, ces compétences sont exercées au niveau municipal.

1) La commune
La commune a la charge de la construction, de l'entretien et du fonctionnement des écoles publiques. Elle décide légalement
de la création et de l'implantation des écoles et des classes élémentaires et maternelles d'enseignement public, après avis du
représentant de l'État (article L. 212-1, code de l'éducation, article L. 2121-30, code général des collectivités territoriales).
De même, et par parallélisme, la suppression des classes et des écoles (désaffectation), ou le changement d'implantation
d'une classe ou d'une école, dépendent de la commune. Toutes ces décisions appartiennent au conseil municipal. Ces compé-
tences, ou une partie d'entre elles, relèvent de l'établissement public de coopération intercommunale compétent, dès lors
que celui-ci a en charge l'enseignement primaire public, en totalité ou en partie, aux lieu et place des communes membres
(article L 5211-5 I - III, alinéa 3, code général des collectivités territoriales).

2) Le maire, en tant qu'agent de l'État
Le maire est chargé d'inscrire les élèves dans les différentes écoles publiques de sa commune. Il lui appartient préalablement
de déterminer par arrêté le ressort territorial de chaque école, dans les communes qui ont plusieurs écoles publiques (article
L 131-5, code de l'éducation). Ces décisions, qui sont prises par le maire, non pas en sa qualité d'exécutif de la collectivité
territoriale, mais en tant qu'agent de l'État, peuvent avoir une incidence sur l'ouverture et la fermeture de classes.

3) Le préfet
Son intervention, sous forme d'avis, est prévue en cas de création et implantation de classe, ainsi que, par parallélisme,
avant la désaffectation de locaux scolaires par la commune ; enfin, il a un rôle important à jouer dans le cadre des procé-
dures spécifiques de concertation mises en place par les textes relatifs à l'aménagement du territoire.

4) Les autorités de l'éducation nationale
L'État définit le contenu et l'organisation des activités d'enseignement obligatoires. Il a la charge de la rémunération du per-
sonnel enseignant des écoles maternelles et élémentaires publiques.

19/05/2012                                                                                                                       131
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


Le ministre de l'éducation nationale répartit les moyens en emplois entre les académies. Les recteurs d'académie procèdent
ensuite à la répartition des moyens entre les départements. L'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux
de l'éducation nationale, est chargé d'implanter et de retirer les emplois d'instituteur et de professeur des écoles dans son
département. Il procède aux nominations et aux mutations d'instituteurs et de professeurs des écoles dans le département.
Il appartient donc aux autorités académiques de définir annuellement, après concertation, les priorités et les critères d'attri-
bution et de retrait des postes.
L'inspecteur responsable d'une circonscription du premier degré joue un rôle essentiel, notamment pour la liaison entre les
écoles, les communes et l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale. Il veille en
particulier à la fiabilité des prévisions d'effectifs d'élèves.




19/05/2012                                                                                                           132
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales



BO n° 13 du 28 mars 2002
     Modalités   d’inscription et de scolarisa-
     tion des élèves  de nationalité étrangère
              des premier et second degrés.

C. n° 2002-063 du 20-3-2002

NOR : MENEO200681C

RLR : 515-0

MEN - DESCO B6 - DAJ A1

Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices
et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux chefs d’établissement

L’objet de la présente circulaire est de reconsidérer et de préciser les modalités d’inscription et de scolarisation
des élèves de nationalité étrangère du premier et du second degrés en prenant en compte les évolutions législa-
tives et réglementaires intervenues depuis la circulaire du 16 juillet 1984.

En l’état actuel de la législation aucune distinction ne peut être faite entre élèves de nationalité française et
de nationalité étrangère pour l’accès au service public de l’éducation. Rappelons, en effet, que
l’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes, âgés entre six et seize ans, qu’ils soient fran-
çais ou étrangers, dès l’instant où ils résident sur le territoire français. Les personnes responsables, au sens
de l’article L.131-4 du code de l’éducation, d’un enfant de nationalité étrangère soumis à l’obligation sco-
laire, sont donc tenues de prendre les dispositions prévues par la loi pour assurer cette instruction. En
outre, la convention internationale relative aux droits de l’enfant du 20 novembre 1989, ratifiée par la
France, garantit à l’enfant le droit à l’éducation en dehors de toute distinction qui tienne à sa nationalité
ou à sa situation personnelle.

I - Inscriptions scolaires
Il importe, au préalable, de préciser qu’en l’absence de toute compétence conférée par le législateur, il
n’appartient pas au ministère de l’éducation nationale de contrôler la régularité de la situation des élèves
étrangers et de leurs parents au regard des règles régissant leur entrée et leur séjour en France. Il est préci-
sé, en outre, que la loi n° 89-548 du 2 août 1989 a reporté de seize à dix-huit ans l’âge de détention obli-
gatoire d’une carte de séjour temporaire ou d’une carte de résident. Enfin, pour les jeunes de plus de dix-
huit ans, le conseil d’État, dans une décision du 24 janvier 1996, a considéré que les dispositions de
l’article 12 de l’ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 subordonnant la délivrance de la carte de
séjour temporaire portant la mention “étudiant” à la preuve que l’intéressé suit un enseignement en France
“impliquent nécessairement qu’un étranger venu en France comme étudiant puisse être admis, au moins à
titre provisoire, dans un établissement d’enseignement avant d’avoir obtenu un premier titre de séjour”.

En conséquence, l’inscription, dans un établissement scolaire, d’un élève de nationalité étrangère, quel
que soit son âge, ne peut être subordonnée à la présentation d’un titre de séjour. Les dispositions ci-après
ont simplement pour objet d’apporter certaines précisions sur les conditions d’inscription des élèves
étrangers dans les établissements scolaires.




19/05/2012                                                                                                 133
                                        Directeurs d’école : Dispositions générales



1) Dans le second degré
Pour un jeune de moins de seize ans séjournant en France, sans ses parents mais avec une personne qui
déclare en avoir la responsabilité, et à ce titre demande son inscription dans un établissement scolaire, il y
a lieu de vérifier la situation de cette personne par rapport à l’enfant. Celle-ci peut reposer sur un fonde-
ment juridique : tutelle ou délégation d’autorité parentale; dans ce dernier cas, l’attestation sur le droit de
l’acte de délégation de l’autorité parentale est établie par les services consulaires en France du pays dont
le jeune étranger est ressortissant. Toutefois, les dispositions législatives relatives à l’obligation scolaire
imposent à toute personne exerçant une simple autorité de fait sur un enfant la charge d’assurer son ins-
truction (article L.131-4 du code de l’éducation). Dans ce cas la preuve que l’enfant est régulièrement
confié à cette personne peut être effectuée par tout moyen (lettre des parents, notoriété publique...).
L’inscription dans un établissement scolaire ne peut donc être subordonnée à la présentation par la per-
sonne qui inscrit l’enfant d’un acte de délégation de l’autorité parentale. Si l’enfant se présente seul et,
d’une manière générale, en cas de présomption d’enfant en danger, il conviendra de procéder à un signa-
lement selon les procédures en vigueur (cf. titre II de la circulaire n° 97-119 du 15 mai 1997).

Pour les mineurs étrangers de seize ans à dix-huit ans, même s’ils ne sont pas soumis à l’obligation sco-
laire, il y a lieu de veiller à ce que leur scolarisation puisse être assurée, en prenant en compte naturelle-
ment leur degré de maîtrise de la langue française et leur niveau scolaire. La vérification de leur situation
familiale et sociale peut être effectuée dans les conditions prévues au paragraphe précédent.

Il est précisé que le refus de scolariser un jeune qui n’est plus soumis à l’obligation scolaire doit être mo-
tivé (arrêt de section du Conseil d’État du 23 octobre 1987 consorts Métrat). Ce refus peut être justifié par
un motif pédagogique.

2) Dans le premier degré
Les dispositions législatives relatives à l’obligation scolaire (livre I, titre III, chapitre 1er du code de
l’éducation) sont les mêmes que pour le second degré. En conséquence, les dispositions du premier para-
graphe du titre I-1 ci-dessus sont également applicables à l’enseignement du premier degré. Toutefois, il
appartient au maire, comme pour les enfants français, de délivrer le certificat d’inscription au vu duquel le
directeur de l’école procède à l’admission de l’enfant.

II - Scolarisation des élèves de nationalité étrangère
Ces élèves ont les mêmes droits à être instruits que les élèves de nationalité française. Toutefois, des diffi-
cultés particulières peuvent être rencontrées, notamment lorsque ces élèves ne sont pas en situation régu-
lière au regard des lois relatives à l’immigration. Plusieurs situations justifient des précisions complémen-
taires :

1) La poursuite d’études
Les dispositions du titre premier du code de l’éducation relatives au droit à l’éducation sont applicables
aux élèves de nationalité étrangère comme aux élèves français. Il en est ainsi de l’alinéa 1 de l’article L.
111-2 qui dispose que “tout enfant a droit à une formation scolaire, qui, complétant l’action de la famille
concourt à son éducation” et de l’article L. 122-2 qui prévoit que “tout élève qui, à l’issue de la scolarité
obligatoire, n’a pas atteint un niveau de formation reconnu doit pouvoir poursuivre des études afin
d’atteindre un tel niveau”. Par ailleurs, l’article L.131-4 dont le premier alinéa pose le principe de
l’obligation scolaire de 6 à 16 ans, dispose, dans son 2ème alinéa que “la présente disposition ne fait pas
obstacle à l’application de prescriptions particulières imposant une scolarité plus longue”.

19/05/2012                                                                                            134
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



À cet égard, doivent être notamment rappelées les dispositions de l’article 19 du décret n° 90-484 du 14 juin 1990
relatif à l’orientation et à l’affectation des élèves; elles s’appliquent à tous les jeunes scolarisés : “Tout élève admis
dans un cycle de formation doit pouvoir parcourir la totalité de ce cycle dans l’établissement scolaire, sous réserve des
dispositions réglementaires relatives aux procédures disciplinaires”.

En conséquence, les élèves de nationalité étrangère doivent pouvoir, comme les élèves de nationalité fran-
çaise, poursuivre des études engagées. Toutefois, la poursuite d’études ne confère pas aux jeunes étrangers de
plus de 18 ans, ressortissants d’un État tiers à l’Union européenne et à l’Espace économique européen, un
droit au séjour sur le territoire français. Seuls, en effet, les étrangers ressortissants d’un État membre de
l’Union européenne et de l’Espace économique européen peuvent se prévaloir d’un droit au séjour sur le
fondement de la poursuite d’études.

2) Les examens
Un jeune étranger scolarisé a le droit de s’inscrire à un examen.

Certains candidats étrangers peuvent cependant ne pas être en mesure d’obtenir une pièce d’identité. Etant
scolarisés, ils devront au moins présenter un certificat de scolarité très récent, avec une photographie, cer-
tifiée par le chef d’établissement d’origine.

3) Les stages en entreprises
Les services de l’éducation nationale ont été à plusieurs reprises confrontés à des difficultés pour per-
mettre aux jeunes de nationalité étrangère d’effectuer des stages en entreprise. Ces difficultés sont souvent
liées à une confusion entre la situation des jeunes sous statut scolaire qui doivent, dans le cadre de leur
scolarité, effectuer une période de formation en entreprise et celle des jeunes, titulaires d’un contrat
d’apprentissage passé avec une entreprise. Il convient donc de bien distinguer ces deux situations :

a) Sous statut scolaire

Lorsqu’ils sont sous statut scolaire, les élèves mineurs de nationalité étrangère quelle que soit leur situa-
tion administrative au regard du séjour, doivent effectuer les stages et les périodes de formation prévus
dans les programmes d’enseignement. L’entreprise n’a pas à contrôler la régularité de leur situation.

Pour les élèves majeurs, le chef d’entreprise est en droit de demander un titre de séjour régulier. Il est pré-
cisé à cet égard que la carte de séjour temporaire portant la mention “étudiant” permet à son détenteur de
suivre un enseignement en alternance dans la cadre d’une convention de stage entre l’établissement
d’enseignement et le jeune.

Les modalités de la présence de l’élève, mineur ou majeur, dans l’entreprise d’accueil sont fixées par cette
convention de stage.

Étant sous statut scolaire :

- l’élève bénéficie des dispositions de la législation sur les accidents du travail (article L. 412-8 du code du tra-
vail) pour les dommages qu’il subirait dans le cadre du stage ;

- l’élève stagiaire, qu’il soit de l’enseignement général ou professionnel, continue de relever, pendant la
durée du stage, de l’autorité et de la responsabilité du chef d’établissement, ainsi que le rappelle, pour les
élèves de l’enseignement professionnel, la note de service n° 96-241 du 15 octobre 1996 relative à une
convention-type sur la formation en milieu professionnel des élèves de lycées professionnels ;

19/05/2012                                                                                                     135
                                                           Directeurs d’école : Dispositions générales



- l’élève stagiaire ne peut prétendre à aucune rémunération, en vertu de l’article D. 412-6 du code de la
sécurité sociale, mais à une rétribution d’un montant égal ou inférieur à 30 % du SMIC.

b) Sous contrat d’apprentissage

Le contrat d’apprentissage relève des dispositions du code du travail.

En effet, l’article L. 117-1 du code du travail définit le contrat d’apprentissage comme étant “... un contrat
de type particulier par lequel un employeur s’engage, outre le versement d’un salaire, à assurer à un jeune
travailleur une formation professionnelle méthodique et complète, dispensée pour partie en entreprise et
pour partie au centre de formation d’apprenti...”.

De ce fait, il résulte de la combinaison des dispositions de l’ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945
modifiée relative à l’entrée et au séjour des étrangers en France (articles 9, 12 bis et 15) et des dispositions
du code du travail (notamment articles L. 341-4 et R. 341-4) que l’apprenti étranger, ressortissant d’un État tiers à
l’Union européenne et à l’Espace économique européen, doit, pour bénéficier d’un tel contrat, être en situation régu-
lière au regard du séjour et titulaire d’une autorisation de travail.

En revanche, l’accès à un contrat d’apprentissage par un ressortissant d’un État membre de l’Union euro-
péenne et de l’Espace économique européen n’est pas subordonné à la présentation préalable d’un titre de
séjour.

4) Les voyages à l’étranger
En cas de voyage à l’étranger, il y a lieu de respecter très attentivement les formalités préalables, afin
d’éviter des difficultés au moment du passage de la frontière. Il convient en particulier de s’assurer avant
le départ que l’on est en possession des documents nécessaires pour permettre à tous les élèves de franchir
les différentes étapes du voyage (entrée dans le pays de destination, passage par les pays de transit, retour
en France).

Le tableau ci-dessous fait le point sur les documents requis, dans le cadre de la réglementation actuelle, en
matière de circulation transfrontalière et de séjour à l’étranger des élèves mineurs, en fonction, d’une part,
de leur nationalité (ressortissants ou non d’un pays de l’union européenne) et, d’autre part, des pays de
destination.


SPÉ C I AL


                                                         Voyages scolaires à destination...

Avec les élèves mineurs              ... d’un État membre de l’Union ... d’un État tiers à l’Union
                                     européenne                           européenne

                                                                           laccord exprès d’un détenteur de
                                                                           l’autorité parentale; la préfecture

                                     l accord exprès d’un détenteur        n’a pas compétence pour viser la
                                      de l’autorité parentale;             sortie du territoire français d’un
                                      la préfecture n’a pas compétence     mineur étranger.
                                      pour viser la sortie du territoire
... ressortissants d’un autre État français d’un mineur étranger.

de l’Union européenne

                                     lun titre certifiant l’identité     l un titre certifiant l’identité du

                                     du mineur (carte d’identité         mineur (carte d’identité ou
                                     ou passeport en cours de validité). passeport en cours de validité);



19/05/2012                                                                                                       136
                                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


                                     Cette obligation demeure malgré          se renseigner auprès du consulat
                                     la libre circulation des personnes.      du pays de destination des

                                                                              exigences d’entrée et séjour pour
                                                                              la nationalité considérée (visa).

                                     laccord exprès d’un détenteur de         laccord exprès d’un détenteur de
                                     l’autorité parentale; la préfecture      l’autorité parentale; la préfecture
                                     n’a pas compétence pour viser la         n’a pas compétence pour viser la
                                     sortie du territoire français d’un       sortie du territoire français d’un
                                     mineur étranger.                         mineur étranger.



                                     lun titre d’identité ou de voyage        lun titre d’identité ou de voyage
                                     au nom du mineur :                       au nom du mineur :

                                     - soit un passeport en cours de          Passeport en cours de validité
                                     validité (ou, le cas échéant, un         (ou, le cas échéant, un titre de
                                     titre de voyage pour réfugié et          voyage pour réfugié et apatride
... ressortissants d’un État tiers   apatride délivré par la préfecture*)     délivré par la préfecture*),
 à l’Union européenne                accompagné :                             accompagné :

(réf. : décision du Conseil          . d’un document de circulation     - soit d’un document de circulation
de l’Union européenne                pour étranger mineur délivré par pour étranger mineur délivré
du 30 novembre 1994).                la préfecture ;                    par la préfecture ;

                                     . ou d’un titre d’identité républicain   - soit d’un titre d’identité répu-
                                     délivré par la préfecture ;              blicain délivré par la préfecture ;

                                     . ou d’un visa préfectoral de retour - soit d’un visa préfectoral de
                                     (un visa d’entrée peut être exigé retour.
                                     par le pays de destination);          Se renseigner auprès du consulat

                                     - soit une liste collective établie      du pays de destination des
                                     par la préfecture valant document        exigences d’entrée et séjour
                                     de voyage et visa d’entrée               pour la nationalité considérée
                                     (elle concerne tous les élèves);         (visa).
                                     cette liste n’est pas valable pour
                                     les voyages à destination de la
                                     Grande-Bretagne ou de l’Irlande.

* Ce document ne permet pas à son titulaire de séjourner dans le pays dont il est originaire.

La circulaire n° 84-246 du 16 juillet 1984 relative aux modalités d’inscription des élèves étrangers dans
l’enseignement du premier et du second degrés est abrogée.

Pour le ministre de l’éducation nationale

et par délégation,

Le directeur du Cabinet

Christian FORESTIER




19/05/2012                                                                                                          137
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002


MODALITÉS D'INSCRIPTION ET DE
S C O L A R I S AT I O N D E S É L E V E S D E
N AT I O N A L I T É É T R A N G È R E D E S P R E M I E R E T
SECOND DEGRÉS
C. n° 2002-063 du 20-3-2002
NOR : MENEO200681C
RLR : 515-0
MEN - DESCO B6 - DAJ A1

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et di-
recteurs des services départementaux de l'éducation nationale ; aux chefs d'établissement

L'objet de la présente circulaire est de reconsidérer et de préciser les modalités d'inscription et de scolarisation
des élèves de nationalité étrangère du premier et du second degrés en prenant en compte les évolutions législa-
tives et réglementaires intervenues depuis la circulaire du 16 juillet 1984.
En l'état actuel de la législation aucune distinction ne peut être faite entre élèves de nationalité française et de na-
tionalité étrangère pour l'accès au service public de l'éducation. Rappelons, en effet, que l'instruction est obligatoire
pour les enfants des deux sexes, âgés entre six et seize ans, qu'ils soient français ou étrangers, dès l'instant où ils
résident sur le territoire français. Les personnes responsables, au sens de l'article L.131-4 du code de l'éducation,
d'un enfant de nationalité étrangère soumis à l'obligation scolaire, sont donc tenues de prendre les dispositions
prévues par la loi pour assurer cette instruction. En outre, la convention internationale relative aux droits de l'enfant
du 20 novembre 1989, ratifiée par la France, garantit à l'enfant le droit à l'éducation en dehors de toute distinction
qui tienne à sa nationalité ou à sa situation personnelle.


I - Inscriptions scolaires
Il importe, au préalable, de préciser qu'en l'absence de toute compétence conférée par le législateur, il n'appartient
pas au ministère de l'éducation nationale de contrôler la régularité de la situation des élèves étrangers et de leurs
parents au regard des règles régissant leur entrée et leur séjour en France. Il est précisé, en outre, que la loi n° 89-
548 du 2 août 1989 a reporté de seize à dix-huit ans l'âge de détention obligatoire d'une carte de séjour temporaire
ou d'une carte de résident. Enfin, pour les jeunes de plus de dix-huit ans, le conseil d'État, dans une décision du 24
janvier 1996, a considéré que les dispositions de l'article 12 de l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 su-
bordonnant la délivrance de la carte de séjour temporaire portant la mention "étudiant" à la preuve que l'intéressé
suit un enseignement en France "impliquent nécessairement qu'un étranger venu en France comme étudiant
puisse être admis, au moins à titre provisoire, dans un établissement d'enseignement avant d'avoir obtenu un pre-
mier titre de séjour".
En conséquence, l'inscription, dans un établissement scolaire, d'un élève de nationalité étrangère, quel que soit son
âge, ne peut être subordonnée à la présentation d'un titre de séjour. Les dispositions ci-après ont simplement pour
objet d'apporter certaines précisions sur les conditions d'inscription des élèves étrangers dans les établissements
scolaires.
1) Dans le second degré
Pour un jeune de moins de seize ans séjournant en France, sans ses parents mais avec une personne qui déclare
en avoir la responsabilité, et à ce titre demande son inscription dans un établissement scolaire, il y a lieu de vérifier
la situation de cette personne par rapport à l'enfant. Celle-ci peut reposer sur un fondement juridique : tutelle ou
délégation d'autorité parentale ; dans ce dernier cas, l'attestation sur le droit de l'acte de délégation de l'autorité
parentale est établie par les services consulaires en France du pays dont le jeune étranger est ressortissant. Toute-
fois, les dispositions législatives relatives à l'obligation scolaire imposent à toute personne exerçant une simple
autorité de fait sur un enfant la charge d'assurer son instruction (article L.131-4 du code de l'éducation). Dans ce
cas la preuve que l'enfant est régulièrement confié à cette personne peut être effectuée par tout moyen (lettre des
parents, notoriété publique...). L'inscription dans un établissement scolaire ne peut donc être subordonnée à la pré-
sentation par la personne qui inscrit l'enfant d'un acte de délégation de l'autorité parentale. Si l'enfant se présente
seul et, d'une manière générale, en cas de présomption d'enfant en danger, il conviendra de procéder à un signa-

19/05/2012                                                                                                     138
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


lement selon les procédures en vigueur (cf. titre II de la circulaire n° 97-119 du 15 mai 1997).
Pour les mineurs étrangers de seize ans à dix-huit ans, même s'ils ne sont pas soumis à l'obligation scolaire, il y a
lieu de veiller à ce que leur scolarisation puisse être assurée, en prenant en compte naturellement leur degré de
maîtrise de la langue française et leur niveau scolaire. La vérification de leur situation familiale et sociale peut être
effectuée dans les conditions prévues au paragraphe précédent.
Il est précisé que le refus de scolariser un jeune qui n'est plus soumis à l'obligation scolaire doit être motivé (arrêt
de section du Conseil d'État du 23 octobre 1987 consorts Métrat). Ce refus peut être justifié par un motif pédago-
gique.
2) Dans le premier degré
Les dispositions législatives relatives à l'obligation scolaire (livre I, titre III, chapitre 1er du code de l'éducation) sont
les mêmes que pour le second degré. En conséquence, les dispositions du premier paragraphe du titre I-1 ci-
dessus sont également applicables à l'enseignement du premier degré. Toutefois, il appartient au maire, comme
pour les enfants français, de délivrer le certificat d'inscription au vu duquel le directeur de l'école procède à l'admis-
sion de l'enfant.


II - Scolarisation des élèves de nationalité étrangère
Ces élèves ont les mêmes droits à être instruits que les élèves de nationalité française. Toutefois, des difficultés
particulières peuvent être rencontrées, notamment lorsque ces élèves ne sont pas en situation régulière au regard
des lois relatives à l'immigration. Plusieurs situations justifient des précisions complémentaires :
1) La poursuite d'études
Les dispositions du titre premier du code de l'éducation relatives au droit à l'éducation sont applicables aux élèves
de nationalité étrangère comme aux élèves français. Il en est ainsi de l'alinéa 1 de l'article L. 111-2 qui dispose que
"tout enfant a droit à une formation scolaire, qui, complétant l'action de la famille concourt à son éducation" et de
l'article L. 122-2 qui prévoit que "tout élève qui, à l'issue de la scolarité obligatoire, n'a pas atteint un niveau de for-
mation reconnu doit pouvoir poursuivre des études afin d'atteindre un tel niveau". Par ailleurs, l'article L.131-4 dont
le premier alinéa pose le principe de l'obligation scolaire de 6 à 16 ans, dispose, dans son 2ème alinéa que "la pré-
sente disposition ne fait pas obstacle à l'application de prescriptions particulières imposant une scolarité plus
longue".
À cet égard, doivent être notamment rappelées les dispositions de l'article 19 du décret n° 90-484 du 14 juin 1990
relatif à l'orientation et à l'affectation des élèves ; elles s'appliquent à tous les jeunes scolarisés : "Tout élève admis
dans un cycle de formation doit pouvoir parcourir la totalité de ce cycle dans l'établissement scolaire, sous réserve
des dispositions réglementaires relatives aux procédures disciplinaires".
En conséquence, les élèves de nationalité étrangère doivent pouvoir, comme les élèves de nationalité française,
poursuivre des études engagées. Toutefois, la poursuite d'études ne confère pas aux jeunes étrangers de plus de
18 ans, ressortissants d'un État tiers à l'Union européenne et à l'Espace économique européen, un droit au séjour
sur le territoire français. Seuls, en effet, les étrangers ressortissants d'un État membre de l'Union européenne et de
l'Espace économique européen peuvent se prévaloir d'un droit au séjour sur le fondement de la poursuite d'études.
2) Les examens
Un jeune étranger scolarisé a le droit de s'inscrire à un examen.
Certains candidats étrangers peuvent cependant ne pas être en mesure d'obtenir une pièce d'identité. Etant scola-
risés, ils devront au moins présenter un certificat de scolarité très récent, avec une photographie, certifiée par le
chef d'établissement d'origine.
3) Les stages en entreprises
Les services de l'éducation nationale ont été à plusieurs reprises confrontés à des difficultés pour permettre aux
jeunes de nationalité étrangère d'effectuer des stages en entreprise. Ces difficultés sont souvent liées à une confu-
sion entre la situation des jeunes sous statut scolaire qui doivent, dans le cadre de leur scolarité, effectuer une pé-
riode de formation en entreprise et celle des jeunes, titulaires d'un contrat d'apprentissage passé avec une entre-
prise. Il convient donc de bien distinguer ces deux situations :
a) Sous statut scolaire
Lorsqu'ils sont sous statut scolaire, les élèves mineurs de nationalité étrangère quelle que soit leur situation admi-
nistrative au regard du séjour, doivent effectuer les stages et les périodes de formation prévus dans les pro-
grammes d'enseignement. L'entreprise n'a pas à contrôler la régularité de leur situation.
Pour les élèves majeurs, le chef d'entreprise est en droit de demander un titre de séjour régulier. Il est précisé à cet
égard que la carte de séjour temporaire portant la mention "étudiant" permet à son détenteur de suivre un ensei-
gnement en alternance dans la cadre d'une convention de stage entre l'établissement d'enseignement et le jeune.
Les modalités de la présence de l'élève, mineur ou majeur, dans l'entreprise d'accueil sont fixées par cette conven-
tion de stage.
Étant sous statut scolaire :

19/05/2012                                                                                                          139
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


- l'élève bénéficie des dispositions de la législation sur les accidents du travail (article L. 412-8 du code du travail)
pour les dommages qu'il subirait dans le cadre du stage ;
- l'élève stagiaire, qu'il soit de l'enseignement général ou professionnel, continue de relever, pendant la durée du
stage, de l'autorité et de la responsabilité du chef d'établissement, ainsi que le rappelle, pour les élèves de l'ensei-
gnement professionnel, la note de service n° 96-241 du 15 octobre 1996 relative à une convention-type sur la for-
mation en milieu professionnel des élèves de lycées professionnels ;
- l'élève stagiaire ne peut prétendre à aucune rémunération, en vertu de l'article D. 412-6 du code de la sécurité
sociale, mais à une rétribution d'un montant égal ou inférieur à 30 % du SMIC.
b) Sous contrat d'apprentissage
Le contrat d'apprentissage relève des dispositions du code du travail.
En effet, l'article L. 117-1 du code du travail définit le contrat d'apprentissage comme étant "... un contrat de type
particulier par lequel un employeur s'engage, outre le versement d'un salaire, à assurer à un jeune travailleur une
formation professionnelle méthodique et complète, dispensée pour partie en entreprise et pour partie au centre de
formation d'apprenti...".
De ce fait, il résulte de la combinaison des dispositions de l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée
relative à l'entrée et au séjour des étrangers en France (articles 9, 12 bis et 15) et des dispositions du code du tra-
vail (notamment articles L. 341-4 et R. 341-4) que l'apprenti étranger, ressortissant d'un État tiers à l'Union euro-
péenne et à l'Espace économique européen, doit, pour bénéficier d'un tel contrat, être en situation régulière au re-
gard du séjour et titulaire d'une autorisation de travail.
En revanche, l'accès à un contrat d'apprentissage par un ressortissant d'un État membre de l'Union européenne et
de l'Espace économique européen n'est pas subordonné à la présentation préalable d'un titre de séjour.
4) Les voyages à l'étranger
En cas de voyage à l'étranger, il y a lieu de respecter très attentivement les formalités préalables, afin d'éviter des
difficultés au moment du passage de la frontière. Il convient en particulier de s'assurer avant le départ que l'on est
en possession des documents nécessaires pour permettre à tous les élèves de franchir les différentes étapes du
voyage (entrée dans le pays de destination, passage par les pays de transit, retour en France).
Le tableau ci-dessous fait le point sur les documents requis, dans le cadre de la réglementation actuelle, en matière
de circulation transfrontalière et de séjour à l'étranger des élèves mineurs, en fonction, d'une part, de leur nationali-
té (ressortissants ou non d'un pays de l'union européenne) et, d'autre part, des pays de destination.


                           Voyages scolaires à destination...
                           ... d'un État membre de l'Union
Avec les élèves mineurs                                              ... d'un État tiers à l'Union européenne
                           européenne
                           • accord exprès d'un détenteur de • accord exprès d'un détenteur de l'autori-
                           l'autorité parentale ; la préfecture      té parentale ; la préfecture n'a pas com-
                           n'a pas compétence pour viser             pétence pour viser la sortie du territoire
                           lasortie du territoire français d'un-     français d'un mineur étranger.
... ressortissants d'un    mineur étranger.
autre État de l'Union                                                • un titre certifiant l'identité dumineur
européenne                 • un titre certifiant l'identité du mi-   (carte d'identité oupasseport en cours de
                           neur (carte d'identité ou passeport       validité) ;se renseigner auprès du consu-
                           en cours de validité).Cette obliga-       latdu pays de destination des exigences
                           tion demeure malgréla libre circula-      d'entrée et séjour pour la nationalité con-
                           tion des personnes.                       sidérée (visa).
                           • accord exprès d'un détenteur         • accord exprès d'un détenteur del'autori-
                           del'autorité parentale ; la préfectu- té parentale ; la préfecturen'a pas compé-
                           ren'a pas compétence pour viser tence pour viser lasortie du territoire fran-
... ressortissants d'un    lasortie du territoire français d'un- çais d'unmineur étranger.
État tiers à l'Union euro- mineur étranger.
péenne(réf. : décision du                                         • un titre d'identité ou de voyageau nom
Conseilde l'Union euro- • un titre d'identité ou de voyage au du mineur : Passeport en cours de validi-
péennedu 30 novembre nom du mineur :                              té (ou, le cas échéant, un titre devoyage
1994).                     - soit un passeport en cours de        pour réfugié et apatridedélivré par la pré-
                           validité (ou, le cas échéant, un titre fecture*),accompagné :
                           de voyage pour réfugié et apatride - soit d'un document de circulation pour
                           délivré par la préfecture*) accom- étranger mineur délivré par la préfecture ;

19/05/2012                                                                                                         140
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


                          pagné :. d'un document de circula-        - soit d'un titre d'identité répu-blicain déli-
                          tion pour étranger mineur délivré         vré par la préfecture ;
                          par la préfecture ;                       - soit d'un visa préfectoral de retour.
                          . ou d'un titre d'identité républicain-   Se renseigner auprès du consulat du
                          délivré par la préfecture ;               pays de destination des exigences d'en-
                          . ou d'un visa préfectoral de retour      trée et séjourpour la nationalité considé-
                          (un visa d'entrée peut être exigé         rée(visa).
                          par le pays de destination) ;
                          - soit une liste collective établie par
                          la préfecture valant document de
                          voyage et visa d'entrée (elle con-
                          cerne tous les élèves) ; cette liste
                          n'est pas valable pour les voyages
                          à destination de la Grande-
                          Bretagne ou de l'Irlande.
Ce document ne permet pas à son titulaire de séjourner dans le pays dont il est originaire.

La circulaire n° 84-246 du 16 juillet 1984 relative aux modalités d'inscription des élèves étrangers dans l'enseigne-
ment du premier et du second degrés est abrogée.
Pour le ministre de l'éducation nationale
et par délégation,
Le directeur du Cabinet
Christian FORESTIER




19/05/2012                                                                                                            141
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002


O R G A N I S AT I O N D E L A S C O L A R I T É D E S
ÉLÈVES NOUVELLEMENT ARRIVÉS EN
FRANCE SANS MAÎTRISE SUFFISANTE DE LA
LANGUE FRANÇAISE OU DES
APPRENTISSAGES
C. n° 2002-100 du 25-4-2002
NOR : MENE0201119C
RLR : 515-0
MEN - DESCO

Texte adressé aux rectrices et aux recteurs d'académie ; aux inspectrices et aux inspecteurs d'académie, direc-
trices et directeurs des services départementaux de l'éducation nationale

L'école est un lieu déterminant pour l'intégration sociale, culturelle et à terme professionnelle des enfants et des
adolescents nouvellement arrivés en France. Leur réussite scolaire liée à la maîtrise de la langue française est un
facteur essentiel de cette intégration ; en assurer les meilleures conditions est un devoir de la République et de son
école. Au delà des enseignants qui dispensent dans les classes d'accueil, les premiers enseignements nécessaires
à cette intégration, la scolarisation des nouveaux arrivants concerne l'ensemble des équipes éducatives.
Dès les années soixante-dix, des mesures ont été prises, pour accueillir et scolariser ces élèves. Elles se sont tra-
duites par la création de structures d'accueil à l'école, au collège et dans les lycées d'enseignement général ou
technologique et les lycées professionnels. Ces structures scolarisent de façon temporaire les seuls élèves nouvel-
lement arrivés en France pour lesquels la maîtrise insuffisante de la langue française ou des apprentissages sco-
laires ne permet pas de tirer profit immédiatement de tous les enseignements des classes du cursus ordinaire.
Ces dernières années, des données nouvelles (arrivées plus nombreuses de jeunes souvent plus âgés que par le
passé, et peu ou pas scolarisés antérieurement) ont nécessité de renforcer les moyens liés à la scolarisation ainsi
que les actions d'intégration qui accompagnent et facilitent celle-ci.
La présente circulaire a pour objet de réaffirmer les principes mis en œuvre par l'école et de répondre aux nou-
veaux besoins et aux nécessaires évolutions du dispositif d'accueil et de scolarisation.
Elle complète la circulaire n° 2002-063 du 20 mars 2002 qui précise les modalités de l'inscription et de la scolarisa-
tion des élèves de nationalité étrangère. Elle se substitue aux deux circulaires de 1986 : la circulaire n° 86-120 sur
l'accueil et l'intégration des élèves étrangers dans les écoles, collèges et lycées d'une part, la circulaire n° 86-119
sur l'apprentissage du français pour les enfants étrangers nouvellement arrivés en France d'autre part.

1 - ACCUEIL
L'obligation d'accueil dans les établissements scolaires s'applique de la même façon pour les élèves nouvellement
arrivés en France et pour les autres élèves. Elle relève du droit commun et de l'obligation scolaire. Les modalités
d'inscription et de scolarisation pour les élèves de nationalité étrangère sont fixées par la circulaire n° 2002-063 du
20 mars 2002.
Il convient ici de préciser ce qui pour les élèves nouvellement arrivés en France et leur famille peut faire l'objet d'un
accueil spécifique dans l'objectif d'aider à leur rapide intégration dans un cursus de réussite comportant une véri-
table qualification professionnelle.

1.1 Accueil des élèves
Dans chaque académie, une circulaire et des instructions départementales préciseront à chaque rentrée les moda-
lités d'intervention concertée des différents acteurs des dispositifs d'accueil et de scolarisation.
Là où l'éducation nationale met en place des cellules d'accueil, l'ensemble du système éducatif doit pouvoir contri-
buer à leur fonctionnement : personnels des écoles, des établissements secondaires, des inspections acadé-
miques, des équipes de circonscriptions, des centres académiques pour la scolarisation des nouveaux arrivants et
des enfants du voyage - CASNAV (voir circulaire n° 2002-102 du 25 avril 2002, page 21) ou des centres d'informa-
tion et d'orientation (CIO).
Dans les écoles, collèges ou lycées, l'accueil des nouveaux arrivants requiert une attention particulière. Il convient
notamment de faciliter la connaissance, pour ces élèves et leur famille, des règles de fonctionnement de l'établis-

19/05/2012                                                                                                     142
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


sement scolaire dans lequel ils sont affectés. On sera particulièrement vigilant, dans les premiers jours, à bien clari-
fier ce qui concerne les horaires, la demi-pension, les possibilités d'accès à différents services et les fonctions des
différents professionnels de l'école ou de l'établissement.
Des documents de présentation de l'établissement en langue première, accompagnés de leur traduction en fran-
çais, peuvent être bienvenus.
On pourra également utiliser les documents vidéos de l'office national d'information sur les enseignements et les
professions (ONISEP).

1.2 Information des parents
Des actions devront aider à l'accompagnement par les parents de la scolarisation de leurs enfants en leur permet-
tant d'acquérir une bonne compréhension du système éducatif si cela s'avère nécessaire.
Dans le souci de faciliter pour les familles les démarches afférentes à l'accueil et à l'affectation de leur(s) enfant(s)
dans un établissement scolaire, on veillera à établir à leur intention un document d'information explicitant les procé-
dures d'inscription et indiquant, autant que faire se peut, les personnes responsables de l'accueil, de l'évaluation
linguistique et scolaire et les responsables de l'affectation, ainsi que les lieux et les adresses précises, heures et
jours d'ouverture auxquels ces personnes peuvent être jointes. Ce document peut être réalisé en partenariat avec
les collectivités territoriales.
Dans le cadre du regroupement familial, les procédures de pré-accueil et d'accueil organisé par l'office des migra-
tions internationales (OMI) constituent une première occasion pour les familles, de prendre connaissance des ser-
vices de l'État, de leurs règles et de leur fonctionnement. Il est donc important que conformément à la convention-
cadre du 7 mars 2001 co-signée par le ministère de l'éducation nationale, le ministère de l'emploi et de la solidarité,
et le fonds d'action sociale, les services de l'éducation nationale soient présents dans les comités de pilotage des
plans départementaux d'accueil et lors des séances collectives de pré-accueil.
L'éducation nationale pourra diffuser l'information et, le cas échéant, participer à la réalisation d'actions en lien avec
des associations ou d'autres organismes de l'État (en premier lieu, le fonds d'action et de soutien pour l'intégration
et la lutte contre les discriminations - FASILD) visant à renforcer chez les parents, la connaissance de la langue
française et de la société d'accueil.
Dans cette intention, il est vivement souhaitable de disposer, dans un premier temps, de documents en langue
d'origine présentant le système éducatif, comme le précise la convention cadre précitée qui prévoit la possibilité de
recourir à des services de traduction et d'interprétariat chaque fois que nécessaire.
Enfin rappelons que les parents de nationalité étrangère bénéficient des mêmes droits que les parents français
(droit de vote et éligibilité aux élections de représentants de parents d'élèves dans les conseils d'école et d'adminis-
tration des établissements secondaires).



2 - SCOLARISATION : ÉVALUATION, AFFECTATION, CLASSES SPÉCIFIQUES
Pour garantir une bonne scolarisation des jeunes arrivants, deux principes doivent guider le travail mené :
- faciliter l'adaptation de ces jeunes au système français d'éducation en développant des aides adaptées à leur
arrivée ;
- assurer dès que possible l'intégration dans le cursus ordinaire.

2.1 L'évaluation des acquis à l'arrivée
Tout élève nouvellement arrivé en France doit pouvoir bénéficier d'une évaluation qui mette en évidence :
- ses savoir-faire en langue française, pour déterminer s'il est un débutant complet ou s'il maîtrise des éléments du
français parlé ou écrit ;
- ses compétences scolaires construites dans sa langue de scolarisation antérieure et son degré de familiarité avec
l'écrit scolaire (on pourra s'appuyer en particulier sur des exercices en langue première de scolarisation) ;
- ses savoirs d'expérience dans différents domai-nes, ainsi que ses intérêts, qui peuvent constituer des points d'ap-
pui pédagogiques importants.
Il est indispensable en effet de connaître, pour ces élèves, leur degré de familiarisation avec l'écrit quelque soit le
système d'écriture et leur degré de maîtrise dans certaines disciplines (mathématiques par exemple...). Les résul-
tats de ces évaluations permettront d'élaborer les réponses pédagogiques les mieux adaptées au profil de chacun
d'entre eux. Une certaine souplesse s'impose en matière d'appréciation des années de retard, en regard des com-
pétences mises en jeu et des efforts consentis. Un retard d'un an, voire de deux ans, chez certains élèves ne cons-
titue pas un obstacle dans un cursus de scolarisation longue.
Dans le premier degré
À l'école élémentaire, c'est dans le cadre du cycle correspondant à la classe d'âge de l'écolier arrivant que cette
évaluation doit être menée, avec le concours du maître de la classe d'initiation, s'il y en une dans le groupe scolaire,
l'aide du CASNAV et, si besoin, celle du réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté.

19/05/2012                                                                                                      143
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


Dans le second degré
En fonction du nombre d'élèves à accueillir dans un même espace en général urbanisé, les centres de formation et
d'information seront mobilisés, soit de manière déconcentrée, soit au sein de cellules d'accueil qui peuvent être
mises en place dans les inspections académiques. Les CASNAV doivent apporter leur contribution active à ces
cellules d'accueil tant par leur présence effective que comme centres de ressources susceptibles de mettre à dis-
position des outils d'évaluation adaptés. Pour les élèves de plus de 16 ans, les cellules d'accueil peuvent en outre
faire appel aux coordonnateurs des missions générales d'insertion.
L'équipe chargée de cette évaluation devra transmettre les résultats aux enseignants qui auront à les accueillir.
L'affectation devra tenir compte, d'une part, du profil scolaire de l'élève établi par les évaluations et, d'autre part,
des possibilités d'accueil adaptées, à une distance raisonnable du domicile. Le délai entre la date d'inscription de
l'élève auprès des services de l'Éducation nationale et son affectation effective dans un établissement ne doit pas
excéder un mois.

2.2 L'affectation des élèves et le fonctionnement des classes spécifiques
Dans le premier degré
Les élèves nouvellement arrivés sont inscrits obligatoirement dans les classes ordinaires de l'école maternelle ou
élémentaire. Les élèves du CP au CM2 sont regroupés en classe d'initiation (CLIN) pour un enseignement de fran-
çais langue seconde, quotidiennement et pour un temps variable (et révisable dans la durée) en fonction de leurs
besoins. L'objectif est qu'ils puissent au plus vite suivre l'intégralité des enseignements dans une classe du cursus
ordinaire. Pour des élèves peu ou non scolarisés antérieurement et arrivant à l'âge d'intégrer le cycle III, un main-
tien plus long en classe d'initiation, allant jusqu'à une année supplémentaire, peut cependant être envisagé ; un
suivi durable et personnalisé s'impose si l'on veut éviter un désinvestissement progressif de ces élèves dans les
apprentissages.
En fin de séjour en classe d'initiation, les acquisitions des élèves doivent être évaluées par l'équipe enseignante.
Ces évaluations aident à préciser les champs de compétences les mieux maîtrisés et ceux pour lesquels un suivi et
un soutien spécifiques sont encore nécessaires.
Les modalités d'accueil et de suivi de ces élèves doivent figurer dans le projet d'école.
S'il est justifié que l'enseignant de CLIN n'ait pas plus de 15 élèves en même temps dans la classe, il est également
clair que, sur une année scolaire, le nombre d'écoliers qui bénéficient de l'enseignement donné en CLIN peut être
supérieur ; en effet, le temps de scolarisation en classe ordinaire doit constituer une part importante du temps pas-
sé par ces élèves à l'école et, progressivement, la part la plus importante jusqu'à devenir exclusive. L'enseignant de
CLIN peut en outre reprendre pour des aides ponctuelles des élèves qui avaient précédemment bénéficié d'un en-
seignement d'initiation et qui ont besoin d'une aide complémentaire à celle apportée dans la classe ordinaire. Les
effectifs de ces cours ne figurent pas spécifiquement dans les différents états de recouvrement des effectifs sco-
laires puisque l'inscription "administrative" est opérée dans la classe du cursus ordinaire.
En milieu urbain peu dense ou milieu rural, l'enseignant d'initiation ne saurait être implanté dans un seul groupe
scolaire. Les inspecteurs d'académie estimeront, en fonction d'une analyse des besoins, la meilleure manière d'ap-
porter un soutien linguistique aux élèves nouvellement arrivés, en faible nombre et scolarisés dans plusieurs
écoles. Ils préciseront dans une lettre de mission adressée aux enseignants de CLIN leur champ d'intervention.
Dans le second degré
Il convient de distinguer deux types de classes d'accueil en fonction des niveaux scolaires des élèves nouvellement
arrivés. Certains n'ont pas été scolarisés dans le pays d'origine. Pour ceux-là, on distinguera dans un périmètre
urbain défini, chaque fois que les effectifs concernés le justifieront, les classes d'accueil pour élèves non scolarisés
antérieurement (CLA-NSA) des classes d'accueil ordinaires (CLA). C'est sur la base de l'évaluation effectuée à
l'arrivée de l'élève que son affectation sera décidée.
L'implantation de ces classes doit répondre aux besoins constatés ; on évitera d'implanter deux ou plusieurs
classes d'accueil dans le même établissement. On fera également en sorte que des classes d'accueil ne soient pas
systématiquement ouvertes dans les réseaux d'éducation prioritaire.
Les classes d'accueil pour élèves non scolarisés antérieurement (CLA-NSA) permettent aux élèves très peu ou pas
du tout scolarisés avant leur arrivée en France et ayant l'âge de fréquenter le collège d'apprendre le français et
d'acquérir les connaissances de base correspondant au cycle III de l'école élémentaire.
Quand cela est possible, on regroupera ces élèves auprès d'un enseignant qui les aidera dans un premier temps à
acquérir la maîtrise du français dans ses usages fondamentaux. Dans un second temps, on se consacrera à l'en-
seignement des bases de l'écrit, en lecture et en écriture.
L'effectif de ces classes ne doit pas dépasser quinze élèves, sauf cas exceptionnel.
Il convient néanmoins d'intégrer ces élèves dans les classes ordinaires lors des cours où la maîtrise du français
écrit n'est pas fondamentale (EPS, musique, arts plastiques...), et cela pour favoriser plus concrètement leur inté-
gration dans l'établissement scolaire. Ils doivent également pouvoir participer, avec leurs camarades, à toutes les
activités scolaires.
Les nouveaux arrivants âgés de plus de 16 ans, ne relevant donc pas de l'obligation scolaire, peuvent néanmoins

19/05/2012                                                                                                    144
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


être accueillis dans le cadre de la mission générale d'insertion de l'éducation nationale (MGIEN) qui travaille à la
qualification et la préparation à l'insertion professionnelle et sociale des élèves de plus de 16 ans. Ainsi des cycles
d'insertion pré-professionnels spécialisés en français langue étrangère et en alphabétisation (CIPPA FLE-ALPHA)
peuvent être mis en place pour les jeunes peu ou pas scolarisés dans leur pays d'origine.
Enfin, on veillera à ce que soit mis en place un projet professionnel individualisé qui permette à chaque jeune d'ac-
céder, par la découverte des filières professionnelles existantes à une formation répondant à ses aspirations per-
sonnelles et à ses capacités du moment.
Les classes d'accueil pour élèves normalement scolarisés antérieurement (CLA) dispensent un enseignement
adapté au niveau des élèves en fonction des évaluations menées à l'arrivée des élèves.
On veillera à ce qu'ils soient inscrits dans les classes ordinaires correspondant à leur niveau scolaire sans dépasser
un écart d'âge de plus de deux ans avec l'âge de référence correspondant à ces classes ; ils doivent bénéficier
d'emblée d'une part importante de l'enseignement proposé en classe ordinaire, a fortiori dans les disciplines où
leurs compétences sont avérées (langue vivante, mathématiques...).
Un emploi du temps individualisé doit leur permettre de suivre, le plus souvent possible, l'enseignement proposé en
classe ordinaire. Au total, l'horaire scolaire doit être identique à celui des autres élèves inscrits dans les mêmes
niveaux.
L'effectif des classes d'accueil doit être comparable à celui des classes du cursus ordinaire de l'établissement dans
lequel elles sont implantées ; toutefois leur fonctionnement souple en structure ouverte doit permettre aux ensei-
gnants de n'avoir pas plus de 15 élèves en charge à la fois.
Les liaisons entre collèges et lycées ou lycées professionnels doivent être encouragées par la mise en réseau des
établissements du second degré recevant ces jeunes.
Les lycées professionnels doivent mettre en place des dispositifs afin de répondre aux besoins particuliers des
élèves nouveaux arrivants qu'ils scolarisent, leur permettre l'acquisition rapide de la langue française et garantir à
chacun d'entre eux une scolarisation réussie menant à un diplôme qualifiant.
Les projets des classes d'accueil sont partie prenante du projet d'établissement qui définit par ailleurs les conditions
d'intégration des nouveaux arrivants dans les classes ordinaires.
Dans le cas où la dispersion des élèves ne permet pas leur regroupement en classe d'accueil, des enseignements
spécifiques de français sont mis en place, prenant appui sur les acquisitions des élèves et les contenus de forma-
tion dispensés antérieurement. Des groupes de soutien pourront ainsi être constitués, sur le modèle de ce qui est
prévu pour la constitution de groupes de remédiation pour les élèves en difficulté scolaire. En règle générale, les
dispositifs qui concilient un accompagnement linguistique adapté et l'intégration optimale des élèves dans les
classes ordinaire sont à encourager.
L'enseignement en classe d'initiation et en classe d'accueil
L'objectif essentiel est la maîtrise du français envisagé comme langue de scolarisation. À ce titre, les finalités ordi-
nairement retenues dans les démarches d'apprentissage du français langue étrangère ne sont pas forcément celles
qui doivent l'être ici, même si un certain nombre de techniques d'apprentissage peuvent être utilement transposées.
Pour cela on adoptera l'approche développée dans la méthodologie du français langue seconde (voir la brochure
Le français langue seconde, DESCO/CNDP).
L'enseignement du français comme langue de scolarisation ne saurait être réalisé par le seul maître de la classe
d'initiation ou par le seul professeur de français de la classe d'accueil : c'est la responsabilité de toute l'équipe en-
seignante. Aussi il est recommandé que le programme de travail de la classe d'initiation et de la classe d'accueil ne
comprenne pas moins de douze heures de français, mais aussi des heures spécifiques dans les principales disci-
plines, afin de permettre aux élèves de s'approprier le langage des consignes scolaires relatives à chacune des
disciplines, langage qui ne saurait être enseigné indépedam-ment d'une pratique de la discipline elle même.
On veillera à dispenser aux élèves concernés, dès leur arrivée, un enseignement en langue vivante étrangère pour
leur permettre de poursuivre une scolarité conforme à leurs aptitudes et à leurs acquis. On encouragera pour ces
élèves la poursuite de l'étude de leur première langue de scolarisation comme langue vivante I ou II en classe ordi-
naire, ou dans le cadre des enseignements des langues et cultures d'origine. Dans le second degré, tout élève peut
bénéficier d'une inscription au centre national d'enseignement à distance (CNED) prise en charge par l'établisse-
ment, si cette langue n'est pas enseignée dans l'établissement ou dans un établissement voisin.
Les bulletins et les livrets de compétences adressés aux élèves et aux familles seront ceux en usage dans l'école
et l'établissement. On soulignera particulièrement les progrès accomplis et on s'attachera à valider les acquis.

2.3 Suivi des élèves nouvellement arrivés après leur passage en CLIN ou CLA
Un élève accueilli dans une classe d'initiation ou une classe d'accueil peut intégrer une classe du cursus ordinaire
quand il a acquis une maîtrise suffisante du français, à l'oral et à l'écrit, qu'il a été suffisamment familiarisé avec les
conditions de fonctionnement et les règles de vie de l'école ou de l'établissement. On veillera cependant à ce qu'un
soutien puisse continuer à lui être dispensé, pour compléter sa formation en français et pour procéder ponctuelle-
ment à d'éventuelles autres remédiations.
Pour assurer un suivi personnalisé de ces élèves, des contacts réguliers doivent être établis entre l'enseignant de la

19/05/2012                                                                                                      145
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


classe d'accueil et les enseignants des classes ordinaires de l'établissement de rattachement, quand celui-ci est
différent de l'établissement où se trouve la classe d'accueil.
Un livret scolaire précisément renseigné, qui présente par exemple la validation des compétences acquises en
français en s'appuyant sur le portfolio des langues réalisé par le conseil de l'Europe, peut constituer un bon support
pour la communication entre enseignants afin qu'ils assurent la continuité des apprentissages en prenant en
compte les difficultés liées à la langue qui peuvent subsister.
Dans le second degré, les chefs d'établissements, les professeurs principaux et les conseillers d'orientation psycho-
logues seront particulièrement attentifs aux situations de ces jeunes au regard des procédures habituelles d'orienta-
tion. Ils veilleront en particulier à ce qu'aucune voie ne leur soit fermée sur le seul argument de la maîtrise de la
langue française et à ce que les structures spécialisées ne leur soient pas proposées du seul fait de leur passé ou
de leur niveau scolaires. Ils aideront en particulier les plus âgés et les moins bien scolarisés antérieurement à défi-
nir un projet de formation adapté.


3 - LES ENSEIGNANTS DES CLASSES SPÉCIFIQUES
Affectation
Les classes d'initiation ou d'accueil seront confiées de préférence à des enseignants volontaires.
En ce qui concerne les enseignants de français des classes d'accueil, il est vivement souhaitable qu'ils puissent
être nommés dans le cadre des postes à exigences particulières de type II ou mieux encore de type III. Outre leur
expérience d'enseignement auprès des élèves non francophones, ils verront ainsi reconnus des diplômes universi-
taires de français langue étrangère ou de français langue seconde, ou leur participation à des stages de formation
dans ces domaines, ou encore plusieurs de ces caractéristiques.
Dès l'année scolaire 2002-2003, à titre expérimental dans quelques académies, les professeurs stagiaires de lycée
et collège auront la possibilité de faire valider une certification supplémentaire "français langue seconde" destinée à
reconnaître au plan national l'aptitude à enseigner dans ces structures.
Cette certification s'appuiera sur :
- des acquis universitaires en français langue seconde ou français langue étrangère ;
                                                                                        ème
- une formation pédagogique et didactique complémentaire acquise et validée en 2            année d'IUFM.
Le jury de validation réuni sous la responsabilité du recteur devrait être indépendant du jury de titularisation ordi-
naire.
Formation
Une fois en poste, les enseignants, surtout à leurs débuts dans ces classes spécifiques, feront l'objet d'un suivi
particulier de la part des équipes de circonscription pour le premier degré et des inspecteurs responsables de la
discipline dans le second degré en liaison étroite avec les équipes des CASNAV. En particulier, si les enseignants
affectés dans les classes spécifiques ne disposent pas a priori des compétences nécessaires à ce type d'ensei-
gnement, les recteurs et les inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'éducation natio-
nale doivent veiller le plus rapidement possible à leur permettre d'acquérir des éléments de formation indispen-
sables et à leur procurer un suivi pédagogique, en s'appuyant sur le savoir-faire des CASNAV en la matière.
Service
Il convient de favoriser, pour les enseignants des classes d'initiation, une pratique pédagogique avec les élèves des
classes ordinaires, ce qui est notamment possible dans le cadre d'échanges de services ou de décloisonnements
entre classes. De même, dans le second degré, la pratique de l'enseignement dans les classes ordinaires du col-
lège ou de lycée constitue un atout essentiel pour les enseignants des classes d'accueil. Ainsi, les enseignants
peuvent mieux évaluer les exigences des classes du cursus ordinaire que leurs élèves doivent à terme intégrer.

4 - LE PILOTAGE DU DISPOSITIF D'ACCUEIL ET DE SCOLARISATION DES ÉLÈVES
NOUVELLEMENT ARRIVÉS
Le suivi académique de la population concernée doit d'abord avoir pour objectif la bonne adaptation du réseau des
classes à la réalité des migrations et des habitations des nouveaux arrivants. Il doit aussi permettre de veiller à ce
que les jeunes concernés soient bien intégrés rapidement dans les classes ordinaires.
La mise en place de tableaux de bord départementaux et académiques peut être réalisée grâce à une collaboration
effective des services des inspections académiques, des rectorats et des CASNAV, en liens étroits avec les écoles
et établissements qui accueillent ces élèves. Ces tableaux de bord gagneront à faire l'objet d'une actualisation tri-
mestrielle.
Cette information en continu permet de prendre en compte l'évolution des besoins au moment de l'élaboration de la
carte scolaire, ou de répondre avec souplesse à ceux qui pourraient se révéler en cours d'année.
Cette bonne connaissance de la situation doit permettre aussi d'assurer le suivi des enseignants qui débutent dans
les classes spécifiques, d'aider les enseignants qui accueillent directement dans leurs classes des élèves nouvel-

19/05/2012                                                                                                   146
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


lement arrivés parce qu'ils sont en petit nombre dans un secteur scolaire et aussi d'apporter un soutien aux équipes
pédagogiques qui intègrent dans les classes ordinaires des élèves venant des classes spécifiques.
Elle facilite l'analyse des besoins en formation des équipes pédagogiques. Les plans de formation académiques
doivent ainsi pouvoir proposer des solutions spécifiques de formation dans les départements où les classes d'initia-
tion (CLIN) et les classes d'accueil (CLA) sont peu nombreuses. Outre les formations sur sites adaptées aux be-
soins des équipes des établissements ou les stages départementaux, il est souhaitable que le plan académique de
formation propose des actions de formation communes aux enseignants concernés des différents départements de
l'académie, enseignants du premier et du second degré pouvant à cette occasion travailler ensemble.
Le suivi national doit permettre de bien connaître l'évolution des arrivées sur tout le territoire afin d'aider à l'élabora-
tion et à la mise en œuvre des politiques académiques. Cette enquête sera diffusée par la direction de la program-
mation et du développement (DPD) auprès des responsables académiques.
Enfin, le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) et son département Ville-École-Intégration (VEI),
en lien avec les services de la direction de l'enseignement scolaire (DESCO), assurera un recensement et une
diffusion circonstanciée des documents et outils pédagogiques de nature à enrichir et éclairer les pratiques.
Pour le ministre de l'éducation nationale
et par délégation,
Le directeur de l'enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR




19/05/2012                                                                                                       147
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. spécial n° 10 du 25 avril 2002

S C O L A R I S AT I O N D E S E N FA N T S D U V O YA G E
ET DE FAM I LLES NON SÉDENTAI RES
C. n° 2002-101 du 25-4-2002
NOR : MENE0201120C
RLR : 515-0
MEN - DESCO
Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et di-
recteurs des services départementaux de l'éducation nationale

 La population non sédentaire présente en France regroupe des gens du voyage et d'autres familles elles aussi
itinérantes pour raisons professionnelles (bateliers, forains et gens du cirque par exemple). Si les déplacements ne
favorisent pas la scolarisation qui implique une présence assidue à l'école, ils ne doivent pas pour autant faire obs-
tacle aux projets d'apprentissage que font les jeunes et leurs familles.
Au cours de ces dernières années, on a pu constater une hausse de la fréquentation scolaire de l'ensemble des
enfants de familles non sédentaires, tout particulièrement au niveau de l'école primaire. L'évolution des attentes des
parents, qui ont fréquenté davantage l'école et sont plus conscients de l'importance de son rôle, de même que les
actions de sensibilisation auprès des familles, conduites en tant que de besoin en partenariat avec des associa-
tions, y ont grandement contribué. Cette amélioration, même si elle s'amorce au niveau de l'enseignement du se-
cond degré, reste beaucoup plus aléatoire.
Depuis la promulgation de la loi n° 98-1165 du 18 décembre 1998 tendant à renforcer le contrôle de l'obligation
scolaire, dont l'article 1er devenu article L122-1 du code de l'éducation dispose que "l'instruction obligatoire est
assurée prioritairement dans les établissements d'enseignement", ainsi que celle de la loi n° 2000-614 du 5 juillet
2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage qui facilitera les possibilités de stationnement et en pro-
longera la durée potentiellement jusqu'à 9 mois, une scolarisation plus suivie et régulière pour beaucoup d'enfants
de familles non sédentaires doit pouvoir être assurée.
Le présent texte apporte des précisions sur les conditions d'accueil des enfants qui voyagent avec leur famille, des
recommandations pour l'organisation et le suivi de cette scolarisation, ainsi que sur des modalités du pilotage dé-
partemental.



1 - CONDITIONS D'ACCUEIL ET DE SCOLARISATION
Les enfants de parents non sédentaires sont, comme tous les autres enfants, soumis à l'obligation scolaire entre
six et seize ans. Ils ont droit à la scolarisation dans les mêmes conditions que les autres enfants, quelles que soient
la durée et les modalités du stationnement, et dans le respect des mêmes règles, d'assiduité notamment. Le fait
que la famille soit hébergée de manière provisoire sur le territoire d'une commune est sans incidence sur le droit à
scolarisation. En effet, c'est la résidence sur le territoire d'une commune qui détermine l'établissement scolaire
d'accueil (article L. 131-6 du code de l'éducation). La scolarisation s'effectue donc dans les écoles ou établisse-
ments du secteur de recrutement du lieu de stationnement (sauf situation particulière impliquant l'accueil temporaire
dans une structure spécifique absente dont ces écoles ou établissements sont dépourvus - cf. ci-dessous).
Pour l'école primaire, selon les dispositions de la circulaire n°91-220 du 30 juillet 1991, même si la famille ne peut
pas, lors de la demande d'inscription à l'école, présenter un ou plusieurs des documents nécessaires, l'enfant doit
bénéficier d'un accueil provisoire, dans l'attente de la présentation, dans les plus courts délais, de ces documents
qui permettront d'effectuer l'inscription de l'enfant à l'école. Au cas où le directeur d'école se trouverait dans l'im-
possibilité absolue d'admettre l'enfant par manque de place dans l'école, il conviendra qu'un rapport soit adressé,
dans un délai maximum de trois jours, par la voie hiérarchique, à l'inspecteur d'académie du département. Celui-ci
en informera le préfet et prendra toutes dispositions utiles pour rendre cet accueil possible.
Le droit commun s'applique en tous points aux enfants du voyage. Conformément aux dispositions de l'article 1er
de la loi d'orientation du 10 juillet 1989, reprises dans l'article L. 111-1 du Code l'éducation, "le droit à l'éducation est
garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et
continue, de s'insérer dans la vie sociale et professionnelle, d'exercer sa citoyenneté. (...) L'acquisition d'une culture
générale et d'une qualification reconnue est assurée à tous les jeunes, quelle que soit leur origine sociale, culturelle
ou géographique". L'éducation nationale se doit donc de mettre en oeuvre les dispositions nécessaires pour assurer
aux enfants des familles non sédentaires des conditions de scolarisation qui leur garantissent le respect de ce droit.
L'intégration dans les classes ordinaires est à privilégier, avec mise en place si nécessaire de soutiens pédago-


19/05/2012                                                                                                        148
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


giques. Elle est, dans tous les cas, le but à atteindre, même lorsque la scolarisation nécessite temporairement des
aménagements.
Les familles doivent recevoir toutes les informations sur le fonctionnement de l'école ou de l'établissement, ainsi
que sur les possibilités de participer à la vie de l'école ou de l'établissement qui leur sont ouvertes (élection de re-
présentants des parents, vie associative, etc.).

1.1 La scolarisation à l'école primaire
L'école maternelle qui accueille actuellement la quasi totalité des enfants de 3 à 6 ans constitue le socle éducatif
sur lequel s'érigent les apprentissages systématiques de l'école élémentaire ; il convient donc que davantage d'en-
fants de familles non sédentaires y accèdent. Pour ce faire, on veillera à organiser un accueil privilégié des parents,
éventuellement en partenariat, avec une présentation de l'école, et des différents services annexes, pour expliciter
les règles de fonctionnement de l'école et obtenir ainsi leur adhésion. En effet, la qualité de l'accueil est détermi-
nante pour renforcer la confiance des parents et conduire à une plus grande assiduité des enfants.
La scolarisation s'effectuera en priorité dans l'école maternelle du secteur, même si des dispositifs intermédiaires et
non définitifs, à temps partiel le plus souvent, sont parfois nécessaires pour conduire progressivement vers le cur-
sus banal et une scolarisation à plein temps.
À l'école élémentaire,il importe aussi que l'accueil s'effectue dans le cadre des classes ordinaires. Des dispositifs
spécifiques peuvent, si nécessaire, être envisagés à titre transitoire, mais uniquement comme passerelles vers la
scolarisation en milieu ordinaire (classes d'adaptation dans des écoles de quartier, écoles spécifiques dans un
quartier proche du lieu de stationnement ou sur le lieu de stationnement, par exemple). Si la maîtrise de la langue
française dans ses usages oraux et écrits est une priorité, l'apprentissage du vivre ensemble constitue une autre
finalité essentielle de l'école. Ainsi, l'intégration en milieu ordinaire constitue non seulement un principe ou un objec-
tif mais aussi la modalité principale de scolarisation.
La solution optimale consiste souvent en l'accueil en classes ordinaires correspondant à l'âge des élèves avec or-
ganisation, en tant que de besoin, de regroupements temporaires hebdomadaires pour un soutien en français et
parfois en mathématiques, en veillant à ce que les élèves restent dans la dynamique de la classe. En outre, ceux-ci
doivent, s'il y a lieu, pouvoir bénéficier, dans les mêmes conditions que les autres, des actions en faveur des élèves
en difficulté. De même, leur situation doit être prise en compte en fin de scolarité primaire et un dossier d'admission
en sixième réalisé en temps utile.
Les structures spécifiques d'accueil scolaire doivent mettre en place dans leur projet d'école des actions pédago-
giques, éducatives et culturelles susceptibles de permettre des échanges diversifiés avec les élèves d'autres
écoles. La finalité des dispositifs itinérants (camions-écoles par exemple) qui prennent en charge la scolarisation
des enfants échappant à toute inscription à l'école à cause de la trop grande itinérance des parents est aussi, à
terme, de conduire à la fréquentation des classes ordinaires. Un suivi pédagogique de ces structures particulières
par les inspecteurs chargés des circonscriptions du premier degré est indispensable pour s'assurer que les objec-
tifs ne sont pas perdus de vue. De même, les inspecteurs veilleront à effectuer une évaluation régulière de l'efficaci-
té des dispositifs spécifiques afin que l'on ne maintienne pas ceux qui ne rempliraient pas leur mission.
Pour l'école primaire en général, les enseignants à fonctions spécifiques, présents dans de nombreux départe-
ments sous des dénominations diverses, ont vocation à aider les enseignants des classes ordinaires en matière
d'accueil et de suivi scolaires, de dialogue avec les enfants et les parents ; ils peuvent aussi être chargés du sou-
tien aux enfants de familles non sédentaires intégrés dans les classes ordinaires, et assurer éventuellement un
suivi dans leurs déplacements lorsque ceux-ci se font sur des territoires limités.
Pour les élèves de familles non sédentaires, la mise en place d'outils de suivi pédagogique, insérés dans le livret
scolaire, est une condition essentielle de l'efficacité de leur parcours scolaire. Ces outils de suivi pédagogique doi-
vent donner des informations sur le programme de travail, sur le matériel didactique utilisé le cas échéant, et com-
prendre des productions significatives de l'élève en même temps qu'une évaluation de ses acquis. L'objectif est de
permettre aux enseignants des différentes écoles fréquentées de se rendre compte immédiatement du niveau at-
teint, d'assurer une continuité dans les apprentissages, notamment en ce qui concerne la lecture, et de faire en
sorte que l'élève aborde la diversité des domaines disciplinaires sans redondances et sans lacunes majeures. Pour
rendre plus effective encore cette continuité pédagogique, y compris aux yeux de leur famille, les élèves seront
autorisés à travailler sur des cahiers qu'ils emporteront au fil de leurs déplacements. Il conviendra de veiller tout
particulièrement au respect de ces recommandations.
Sur les lieux de passage et en articulation avec le schéma départemental d'accueil des gens du voyage, la prise en
compte des enfants qui voyagent doit être effective dans le projet des écoles. Les enfants, même inscrits pour une
durée limitée à l'école, doivent bénéficier des activités périscolaires offertes aux autres élèves, notamment dans le
cadre des contrats éducatifs locaux et de l'accompagnement à la scolarité.
Lorsque les familles reviennent stationner régulièrement et pendant un certain temps sur une commune, il serait
utile d'expérimenter localement le rôle particulier que pourrait jouer comme "école de référence" l'école du quartier
ou du village. Cette école de référence pourrait assurer un suivi de la scolarité de l'élève grâce à un dialogue avec
les familles, ainsi qu'avec les enseignants des autres écoles fréquentées lors des déplacements ; la création de

19/05/2012                                                                                                     149
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


réseaux d'écoles accueillant régulièrement les mêmes enfants est à encourager.

1.2 La scolarisation dans l'enseignement du second degré
On se limitera ici à des orientations relatives au collège et à l'enseignement professionnel où ces jeunes sont sus-
ceptibles de rencontrer des difficultés d'insertion scolaire, sans donner d'indications particulières pour les jeunes
engagés dans des études au lycée d'enseignement général.
Au collège, la fréquentation est encore trop souvent aléatoire. Alors que la demande de savoirs instrumentaux en
matière de lecture et écriture reste importante, le collège suscite des appréhensions ; celles-ci peuvent tenir au
décalage du niveau scolaire par rapport à celui des autres élèves ou aux représentations que se font les familles de
ce lieu de scolarisation. La multiplicité des professeurs et des autres interlocuteurs y rend le repérage plus difficile
pour les parents ; il est donc indispensable de favoriser l'accueil et de renforcer le dialogue avec les familles, par la
désignation d'une personne chargée plus particulièrement de cette communication et du suivi de la scolarité de
l'élève (enseignant, conseiller principal d'éducation, etc.).
La scolarisation dans le cursus ordinaire et dans le collège du secteur reste la règle. Néanmoins, pour répondre aux
besoins de beaucoup d'élèves, dans le cadre de l'autonomie reconnue aux établissements, des mesures d'adapta-
tion peuvent être développées ; elles seront alors intégrées au projet d'établissement. Elles peuvent se concrétiser
par l'intégration dans des classes banales assortie de soutiens conséquents, dans le cadre de dispositifs d'aide et
de soutien, par la mise en place de classes de rattrapage et de mise à niveau pour assurer la transition école-
collège, ou de dispositifs spécifiques temporaires destinés à remédier aux difficultés scolaires importantes, surtout
dans l'accès à la lecture. Le décloisonnement entre structures (participation à des activités en ateliers de SEGPA,
en 3ème d'insertion...) ou le tutorat entre élèves pourront permettre de mener à bien des projets individuels d'inté-
gration dans le cursus scolaire.
Des évaluations précises des connaissances et des compétences des élèves, avec l'aide des conseillers d'orienta-
tion psychologues, ou avec les enseignants des écoles fréquentées antérieurement, doivent permettre de définir
des parcours appropriés, l'objectif étant de faire progresser chaque élève accueilli à partir de ses acquis parfois
encore fragiles .
Dans tous les cas, on doit valoriser au maximum les capacités des enfants à suivre un cursus ordinaire. Toutefois
lorsque l'élève rencontre des difficultés scolaires graves et persistantes auxquelles n'ont pas pu remédier les ac-
tions de prévention et de soutien, les possibilités offertes par les sections d'enseignement général et professionnel
adapté (SEGPA) doivent pouvoir être exploitées dans le respect des procédures d'admission, et non bien entendu
par affectation a priori.
On pourra aussi s'inspirer des mesures prévues à titre expérimental dans le cadre de la veille éducative, en articu-
lation avec la politique de la ville, pour offrir des parcours éducatifs innovants ou des structures éducatives com-
plémentaires à ces jeunes.
Des inscriptions au centre national d'enseignement à distance (CNED) sont régulièrement demandées pour per-
mettre la scolarité de ceux pour qui une fréquentation scolaire assidue est difficile compte tenu de la très grande
mobilité de leur famille. Cette solution doit être facilitée dans les cas avérés de déplacements fréquents mais ne
saurait devenir le mode habituel de scolarisation des adolescents. Il conviendrait qu'au niveau départemental soient
étudiées des solutions d'appui au travail induit par ce mode de scolarisation.
Dans l'enseignement professionnel, le développement de l'offre de formation en certificat d'aptitude professionnelle
(CAP) en lycée professionnel, qui permet de mieux prendre en compte l'hétérogénéité des publics accueillis par la
mise en place de cursus de formation de durée variable (un an à trois ans), constitue une possibilité de scolarisa-
tion intéressante pour ces élèves. On mettra par ailleurs à profit les dispositifs prévus pour les élèves n'ayant
qu'une faible maîtrise de la langue orale, de la lecture et de l'écriture.
Des possibilités sont également offertes par l'enseignement à distance. Le centre national d'enseignement à dis-
tance assure en effet la préparation de quelques CAP et BEP (domaine général et partie théorique du domaine
professionnel) mais il serait sans doute utile qu'une aide soit apportée aux jeunes pour la recherche de lieux de
stages.
Les actions engagées dans le cadre de la mission générale d'insertion des jeunes peuvent aussi contribuer aux
objectifs de qualification. Certaines modalités devraient être plus particulièrement mobilisées : les formations inté-
grées qui permettent de préparer en un an des jeunes à l'apprentissage (regroupements, stages encadrés) puis de
les accompagner pendant les deux ans de contrat, les actions contre le décrochage scolaire avec aide des anima-
teurs MGI dans les lycées professionnels ou les préparations spécifiques au CAP assurées à part égale entre le
lycée professionnel et le lieu de stage.


2 - L'ORGANISATION DÉPARTEMENTALE
Les enfants des familles qui voyagent, même quand elles sont sédentarisées pour une grande partie de l'année,
présentent des besoins spécifiques variés auxquels il convient de répondre par une variété de solutions, qui pren-

19/05/2012                                                                                                    150
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


nent appui sur les dispositifs de droit commun.
Pour organiser et suivre de manière cohérente l'action en faveur des enfants du voyage ou de familles non séden-
taires pour raisons professionnelles, il importe d'instituer un coordonnateur départemental auprès de l'inspecteur
d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale.
Ce coordonnateur départemental assurera la liaison avec les divers services de l'État, les centres académiques
pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage (CASNAV), mais aussi avec les associations
et les divers partenaires concernés par cette question.
Il sera le représentant privilégié de l'éducation nationale pour la commission consultative départementale relative à
l'accueil et à l'habitat des gens du voyage, chargée de prévoir les possibilités de scolarisation, d'accès aux soins et
d'exercice des activités économiques, en liaison avec l'implantation des aires permanentes d'accueil dans le cadre
d'un schéma départemental. Il est en effet essentiel que les services de l'éducation nationale travaillent de façon
régulière et en étroite collaboration avec cette commission pour assurer l'accès à l'école pour les enfants de ces
familles, qu'elles soient de passage ou participent à de grands rassemblements. L'information en continu qui en
résulte permet de prendre en compte l'évolution des besoins au moment de l'élaboration de la carte scolaire, ou de
répondre avec souplese à ceux qui pourraient se révéler en cours d'année.
Sous la responsabilité de l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale,
ce correspondant aura pour tâche d'animer et coordonner l'ensemble des actions concernant la scolarisation des
enfants de familles non sédentaires, en particulier dans les domaines suivants :
- la prise en compte des arrivées d'élèves de familles non sédentaires en cours d'année scolaire, avec l'organisa-
tion de l'accueil et de l'inscription, la mise en place d'aides aux équipes pédagogiques et aux élèves. Pour ce faire,
la collaboration avec les inspecteurs chargés des circonscriptions du premier degré et avec les chefs d'établisse-
ment devra lui assurer une bonne connaissance de toutes les actions conduites, ainsi que des flux de population
scolaire. Les relations avec les partenaires locaux, les maires en particulier (qui, pour les enfants des forains ou des
gens du cirque, peuvent prévoir la scolarisation des enfants dès la demande d'emplacement) doivent lui permettre
de disposer de l'information en temps utile pour anticiper dans la préparation de l'accueil aussi souvent que pos-
sible ;
- la continuité de la scolarité de ces élèves, surtout lors du passage d'une structure à une autre : une coopération
sera instaurée avec les équipes de circonscription et les principaux de collège pour la liaison école-collège, avec le
secrétariat des commissions de circonscription du second degré (CCSD) chargées de l'orientation et de l'affectation
en SEGPA, avec les services d'orientation pour le passage collège/LEP. À la demande de l'inspecteur d'académie,
il pourra être chargé du suivi des demandes d'inscription auprès de l'enseignement à distance pour les jeunes du
voyage ;
- l'organisation d'actions de formation initiale et continue des différentes catégories de personnels : on veillera en
particulier à soutenir les enseignants qui accueillent des enfants du voyage par des actions très adaptées à leurs
besoins. Par la mise en réseau des expériences et des pratiques locales, la mise à disposition de ressources et
d'informations bibliographiques, les réponses aux problèmes communs doivent pourvoir être aisément partagées ;
- le dialogue avec les familles et avec les partenaires du système éducatif ; il veillera à faire réaliser et diffuser des
outils d'information simples et adaptés aux situations locales. Des plaquettes de présentation de l'école distribuées
sur les aires de stationnement et aux associations, l'utilisation de documents relatifs à la scolarisation des enfants
des familles tsiganes et voyageurs, produits par l'office national d'information sur les enseignements et les profes-
sions (ONISEP), pourraient utilement aider au dialogue avec les familles et à l'information des gestionnaires d'aires
d'accueil et des associations.
Les anciens CEFISEM devenus centres académiques pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants
du voyage (CASNAV) voient leurs missions en direction des enfants du voyage confortées. Ils seront naturellement
associés étroitement à l'ensemble de ces actions, en particulier dans le domaine des aides aux établissements
scolaires et des actions de formation.
Le coordonnateur départemental établira, chaque année, un bilan de la scolarisation des enfants de familles non
sédentaires et des actions de toute nature conduites pour améliorer à la fois l'accueil et l'efficacité de la scolarisa-
tion. Ce bilan sera présenté et discuté en comité technique paritaire.
Le présent texte abroge la circulaire relative à la scolarisation des enfants de familles sans domicile fixe en date du
9 novembre 1970.
Pour le ministre de l'éducation nationale et par délégation
Le directeur de l'enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR




19/05/2012                                                                                                     151
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                         B.O. N°14 du 1° avril 2004


        Contrôle de la fréquentation et de l'assi-
            duité scolaires et sanctions pénales


D. n° 2004-162 du 19-2-2004 (JO du 20-2-2004 et du 13-3-2004)
NOR : MENE0400161D
RLR : 503-1
MEN - DESCO B6 - JUS - SAN - AGR



Vu code pénal, not. art. 121-7, 121-13 et R. 610-1 ; code de l'éducation, not. art. L. 111-2, L. 111-4, L. 122-1 et L. 131-1 à
L.131-12 ; code rural, not. art. L. 810-1, L. 814-1, L. 814-2 et L. 814-4 ; D. n° 66-104 du 18-2-1966 mod. par D. n° 86-642
du 14-3-1986 et D. n° 93-726 du 29-3-1993 ; avis du CNEA du 16-10-2003 ; avis du CSE du 16-10-2003




Titre 1er - Modification du décret n° 66-104 du 18 février 1966
Article 1 - Le décret du 18 février 1966 susvisé est modifié conformément aux articles 2 à 8 du présent décret.
Article 2 - Dans le titre, les mots : “et aux sanctions que comportent, au regard du versement des prestations familiales et
en matière pénale, les manquements à l’obligation scolaire” sont supprimés .
Article 3 - Il est ajouté après l’article 1er un article 1-1 :
“Art. 1-1 : Le présent décret définit les modalités de contrôle de l’obligation, de la fréquentation et de l’assiduité scolaires
conformément à l’article L. 131-12 du code de l’éducation, afin de garantir aux enfants soumis à l’obligation scolaire le res-
pect du droit à l’instruction. Le contrôle de l’assiduité scolaire s’appuie sur un dialogue suivi entre les personnes responsables
de l’enfant et celles qui sont chargées de ce contrôle.”
Article 4 - Au premier alinéa de l’article 2, les mots : “au sens de l’article 5 modifié de la loi du 28 mars 1882” sont rem-
placés par les mots : “au sens de l’article L. 131-4 du code de l’éducation”.
Article 5 - L’article 4 est remplacé par les dispositions suivantes :
“Art. 4 - Le maire fait connaître sans délai à l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation
nationale, les manquements à l’obligation d’inscription dans une école ou un établissement d’enseignement ou de déclaration
d’instruction dans la famille prévue par l’article L. 131-5 du code de l’éducation pour les enfants soumis à l’obligation sco-
laire.
Sont également habilitées à signaler lesdits manquements à l’inspecteur d’académie les personnes mentionnées au deuxième
alinéa de l’article 3”.
Article 6 - L’article 5 est remplacé par les dispositions suivantes :
“Art. 5. - Il est tenu, dans chaque école et établissement scolaire public ou privé, un registre d’appel sur lequel sont men-
tionnées, pour chaque classe, les absences des élèves inscrits. Tout personnel responsable d’une activité organisée pendant
le temps scolaire signale les élèves absents, selon des modalités arrêtées par le règlement intérieur de l’école ou de
l’établissement.
Toute absence est immédiatement signalée aux personnes responsables de l’enfant qui doivent sans délai en faire connaître
les motifs au directeur de l’école ou au chef de l’établissement, conformément à l’article L. 131-8 du code de l’éducation.
En cas d’absence prévisible, les personnes responsables de l’enfant en informent préalablement le directeur de l’école ou le
chef de l’établissement et en précisent le motif. S’il y a doute sérieux sur la légitimité du motif, le directeur de l’école ou le
chef de l’établissement invite les personnes responsables de l’enfant à présenter une demande d’autorisation d’absence qu’il
transmet à l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale.”
Article 7 - Il est ajouté , après l’article 5, les articles 5-1, 5-2 et 5-3 ainsi rédigés :
“Art. 5-1 - Les absences d’un élève, avec leur durée et leurs motifs, sont mentionnées dans un dossier, ouvert pour la seule
année scolaire, qui regroupe l’ensemble des informations et documents relatifs à ces absences.
En cas d’absences répétées d’un élève, justifiées ou non, le directeur de l’école ou le chef de l’établissement engage avec les
personnes responsables de l’enfant un dialogue sur sa situation.
Art. 5-2 - Dans les cas prévus aux 1° et 2° de l’article L. 131-8 du code de l’éducation, l’inspecteur d’académie, directeur des
services départementaux de l’éducation nationale, saisi du dossier de l’élève par le directeur de l’école ou le chef de
l’établissement, adresse aux personnes responsables un avertissement et leur rappelle leurs obligations légales et les sanc-
tions pénales auxquelles elles s’exposent. Il peut diligenter une enquête sociale.
Les personnes responsables de l’enfant sont convoquées pour un entretien avec l’inspecteur d’académie, directeur des ser-
vices départementaux de l’éducation nationale ou son représentant. Celui-ci peut proposer des mesures de nature pédago-
gique ou éducative pour l’élève et des modules de soutien à la responsabilité parentale.
Le contenu et les modalités des actions d’aide aux parents sont définies par une instance départementale présidée par le
préfet et qui comprend en outre des représentants de l’État, de la communauté éducative, des caisses d’allocations familiales
et des associations familiales. Sa composition et ses modalités de fonctionnement sont précisées par arrêté préfectoral.
S’il constate la poursuite de l’absentéisme de l’enfant, en dépit de l’avertissement prévu au premier alinéa et des mesures
éventuellement prises en vertu du deuxième alinéa, l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de


19/05/2012                                                                                                             152
                                                   Directeurs d’école : Dispositions générales


l’éducation nationale, saisit le procureur de la République des faits susceptibles d’être constitutifs de l’infraction prévue à
l’article R. 624-7 du code pénal. Il informe de cette saisine les personnes responsables de l’enfant.
Art. 5-3 - Pour l’application du premier alinéa de l’article 5-2 aux élèves relevant de l’enseignement agricole, la saisine de
l’inspecteur d’académie est effectuée par l’intermédiaire, pour la métropole, du directeur régional de l’agriculture et de la
forêt et, pour les départements d’outre-mer, du directeur de l’agriculture et de la forêt. Pour l’application du deuxième alinéa
de l’article 5-2 aux mêmes élèves, les personnes responsables sont convoquées par le directeur régional de l’agriculture et
de la forêt pour la métropole et par le directeur de l’agriculture et de la forêt pour les départements d’outre-mer. Ceux-ci
peuvent proposer des mesures de nature pédagogique ou éducative pour l’élève et des modules de soutien à la responsabili-
té parentale.”
Article 8 - Les articles 16 à 18 sont abrogés.


Titre II - Sanctions pénales
Article 9 - Il est inséré après la section III du chapitre IV du titre II du livre VI de la deuxième partie (décrets en Conseil
d’État) du code pénal une section ainsi rédigée :

“Section IV - Du manquement à l’obligation d’assiduité scolaire
Art. R. 624-7 - Le fait, pour l’un ou l’autre parent d’un enfant soumis à l’obligation scolaire ou pour toute personne exerçant
à son égard l’autorité parentale ou une autorité de fait de façon continue, après avertissement donné par l’inspecteur
d’académie et mise en œuvre des procédures définies à l’article 5-2 du décret n° 66-104 du 18 février 1966 relatif au con-
trôle de la fréquentation et de l’assiduité scolaires, de ne pas imposer à l’enfant l’obligation d’assiduité scolaire sans faire
connaître de motif légitime ou d’excuse valable ou en donnant des motifs d’absence inexacts est puni de l’amende prévue
pour les contraventions de la 4ème classe.
Le fait de faciliter, par aide ou assistance, la commission de la contravention prévue au présent article est puni des mêmes
peines.
Les personnes morales peuvent être déclarées responsables pénalement, dans les conditions prévues par l’article 121-2, de
l’infraction définie au présent article.
La peine encourue par les personnes morales est l’amende, suivant les modalités prévues par l’article 131-41.”
Article 10 - Le garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la re-
cherche, le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de
la pêche et des affaires rurales, le ministre délégué à l’enseignement scolaire et le ministre délégué à la famille sont chargés,
chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 19 février 2004

Jean-Pierre RAFFARIN
Par le Premier ministre :
Le ministre de la jeunesse,
de l’éducation nationale et de la recherche
Luc FERRY
Le garde des sceaux, ministre de la justice
Dominique PERBEN
Le ministre de la santé, de la famille
et des personnes handicapées
Jean-François MATTEI
Le ministre de l’agriculture, de l’alimentation,
de la pêche et des affaires rurales
Hervé GAYMARD
Le ministre délégué à l’enseignement scolaire
Xavier DARCOS
Le ministre délégué à la famille
Christian JACOB




19/05/2012                                                                                                             153
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                        B.O. N°14 du 1° avril 2004


          Contrôle et promotion de l’assiduité des
             élèves soumis à l’obligation scolaire


C. n° 2004-054 du 23-3-2004
NOR : MENE0400620C
RLR : 503-1
MEN - DESCO B6



Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des
services départementaux de l’éducation nationale



  L’absentéisme est un phénomène complexe qui prend ses racines dans un ensemble de difficultés d’ordre scolaire, mais
aussi d’ordre social et familial. Des jeunes s’éloignent ainsi de l’école et une fréquentation de plus en plus distendue
s’installe.
Les recteurs et les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale, ont déjà pris
des initiatives en mettant en place des dispositifs pour aider les écoles et établissements à mieux faire face aux problèmes
d’absentéisme et y remédier. La mobilisation des établissements, grâce à l’engagement des personnels de direction et des
équipes éducatives animées par les conseillers principaux d’éducation, a déjà permis, dans bien des cas, de mieux analyser
ce phénomène et d’y apporter des réponses adaptées au contexte local.
L’école est, en effet, un lieu déterminant pour l’intégration sociale, culturelle et, à terme, professionnelle des jeunes. C’est
pourquoi tous ont droit à l’éducation et sont soumis à l’obligation scolaire de 6 à 16 ans.
Pour garantir l’exercice de ce droit et le respect de cette obligation, le gouvernement, constatant la persistance de
l’absentéisme scolaire, a décidé, tout en s’appuyant sur les actions déjà conduites localement, de mobiliser l’ensemble des
acteurs et des partenaires pour lutter contre ce phénomène. Les mesures gouvernementales privilégient la prévention en
renforçant notamment le soutien individualisé aux familles. Ainsi, pour favoriser l’assiduité des élèves, le dispositif met
l’accent sur la réactivité des établissements, le dialogue avec les familles, l’analyse approfondie de la situation des élèves
d’abord au niveau des établissements puis à celui de l’inspecteur d’académie, l’aide apportée aux parents qui se sentent
démunis et l’implication des partenaires dans ce soutien.
Il s’agit avant tout d’informer, de soutenir, mais aussi de responsabiliser les parents. Le dispositif de sanction au regard du
versement des prestations familiales, jugé inefficace et inéquitable, est supprimé par la loi du 2 janvier 2004 relative à
l’accueil et à la protection de l’enfance, tandis que, parallèlement, la sanction pénale réprimant le manquement à l’obligation
scolaire est renforcée avec la mise en place d’une contravention de 4ème classe, le montant maximum de l’amende s’élevant
à 750 euros.
La présente circulaire a pour objet d’expliciter les nouvelles dispositions relatives au contrôle de l’assiduité scolaire et, en
particulier, les modalités de prévention, de suivi et de traitement des absences dans le cadre défini par le décret n° 66-104
du 18 février 1966 modifié par le décret n° 2004-162 du 19 février 2004 en précisant le rôle imparti à chaque niveau de
responsabilité. L’école et l’établissement du second degré assument en premier lieu le dépistage et le traitement des ab-
sences des élèves. L’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, auquel la loi
confie le contrôle de l’assiduité scolaire, est appelé à jouer un rôle renforcé dans ce dispositif. Le recteur définit au niveau
académique les orientations générales en matière de lutte contre l’absentéisme scolaire et veille à la cohérence des mesures
prises en la matière au niveau départemental.
Le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche se dote des instruments nécessaires au pilotage na-
tional : une enquête auprès d’établissements permet de suivre l’évolution de l’absentéisme et de ses principales caractéris-
tiques et une enquête auprès des inspecteurs d’académie a pour objectif de faire un point régulier sur la mise en œuvre et
les effets des politiques de prévention et de contrôle. L’une et l’autre donneront lieu à un retour d’indicateurs et de réfé-
rences aux services académiques et aux établissements.
En outre, dans le cadre de la mise en place d’un système d’information dans le premier degré et de l’évolution en cours de
celui du second degré, les logiciels de gestion des élèves et de traitement des absences seront adaptés de manière à faciliter
l’ensemble des travaux de contrôle et de suivi des absences, à informer les services académiques et à renseigner les en-
quêtes nationales.


1 - Le rôle de l’école ou de l’établissement
1.1 Le contrôle des absences
L’école ou l’établissement est le premier lieu de prévention, de repérage et de traitement des absences des élèves ; c’est là
où la majorité des cas doit pouvoir trouver une solution.
C’est pourquoi l’article 5 du décret n° 66-104 du 18 février 1966, dans sa rédaction issue du décret n° 2004-162 du 19 fé-
vrier 2004, prévoit que doit être tenu, dans chaque école et établissement, un registre d’appel sur lequel sont mentionnées


19/05/2012                                                                                                           154
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


pour chaque classe, les absences des élèves inscrits. Tout personnel responsable d’une activité organisée pendant le temps
scolaire signale les élèves absents selon des modalités arrêtées par le règlement intérieur de l’école, établi en référence au
règlement type départemental, ou celui de l’établissement qui doivent être portés à la connaissance des familles. Ce contrôle
s’exerce lors des activités scolaires, et, pour les collèges, lors des études surveillées ou dirigées, des activités périscolaires et
à la pause méridienne pour les élèves demi-pensionnaires et les internes.
Dans le cadre de la réunion des parents d’élèves organisée en début d’année scolaire, les familles sont systématiquement
informées des obligations qui leur incombent en matière d’assiduité de leurs enfants. Les modalités selon lesquelles est assu-
ré le contrôle de l’assiduité et les conditions dans lesquelles les absences éventuelles de leurs enfants leur sont signalées
sont également précisées. Il est rappelé que les certificats médicaux ne sont exigibles que dans les cas de maladies conta-
gieuses énumérées dans l’arrêté interministériel du 3 mai 1989.
Il doit être précisé aux familles, qu’en cas d’absence de leur enfant, elles doivent en faire connaître dans les plus brefs délais
les motifs au directeur ou au chef d’établissement. S’il s’agit d’une absence prévisible, l’information devra en être donnée
préalablement avec indication des motifs. Le directeur et le chef d’établissement sont réglementairement les destinataires de
ces informations qui, dans le premier degré, seront généralement transmises par l’intermédiaire du maître de la classe et,
dans le second degré, par le conseiller principal d’éducation.
Sur demande écrite des parents, le directeur d’école ou le principal de collège peut, à titre exceptionnel et en cas de nécessi-
té, autoriser l’élève à s’absenter sur le temps scolaire, à condition d’être accompagné. Ces absences peuvent être justifiées
pour permettre aux élèves de bénéficier de certains soins ou rééducations qui ne pourraient l’être de manière opportune à
d’autres moments. Ces situations sont examinées au cas par cas.
En toute hypothèse, l’accent doit être mis auprès des parents sur l’importance de la fréquentation de chaque heure de cours
pour assurer la régularité des apprentissages et contribuer à la réussite scolaire. Ce rappel du sens de l’école et du rôle de
l’assiduité peut être effectué à l’occasion de la signature par les familles du règlement intérieur.
1.2 Le traitement des absences
Dès le repérage de l’absence, les familles sont informées le plus rapidement possible par tout moyen (appel téléphonique,
message écrit sur portable.....) et invitées à faire connaître au plus vite le motif de l’absence. Une relation de confiance,
fondée sur le dialogue et l’échange, doit être engagée.
- Dans le premier degré, indépendamment des contacts directs qui peuvent s’instaurer entre l’enseignant et les parents,
l’équipe éducative, telle qu’elle est définie par l’article 21 du décret n° 90-788 du 6 septembre 1990, constitue l’instance
appropriée pour établir un dialogue avec les parents sur les questions de manquement à l’assiduité scolaire. Une réflexion
pourra également être conduite par les équipes pédagogiques sur les difficultés d’un élève susceptibles d’être à l’origine d’un
comportement d’évitement scolaire et sur les mesures qui peuvent être prises, au sein de l’école ou en liaison avec les pa-
rents, pour y remédier.
- Dans le second degré, sous l’autorité du chef d’établissement, les conseillers principaux d’éducation notamment ont vo-
cation à établir cette relation de confiance et à proposer aux familles une aide et un suivi particuliers : point régulier sur les
absences, information rapide réciproque... Les professeurs principaux sont très régulièrement informés des absences des
élèves de leur classe et veilleront à proposer au chef d’établissement, en liaison avec leurs collègues enseignants les solu-
tions pédagogiques qui leur paraîtront les plus appropriées : dialogue avec l’élève afin de le responsabiliser, rencontres avec
les familles, soutien scolaire, tutorat... Les personnels sociaux et de santé et les personnels d’orientation sont étroitement
associés à ce suivi afin de permettre une analyse la plus fine possible des motifs, réels ou allégués, de l’absence, en liaison,
le cas échéant, avec les services extérieurs chargés de l’enfance et connaissant l’enfant.
En tant que de besoin, la commission de vie scolaire, lorsqu’elle est instituée dans l’établissement, peut être réunie afin de
permettre une réflexion approfondie sur l’absentéisme et les stratégies à mettre en place pour y remédier. Les situations des
élèves qui posent des problèmes d’assiduité seront examinées sous tous leurs aspects, des solutions pédagogiques et éduca-
tives pourront être proposées aux élèves et à leur famille. À cet égard l’intérêt d’un certain nombre de mesures doit être ici
souligné : différencier les approches pédagogiques afin d’accroître la motivation des élèves, apporter une attention particu-
lière aux conditions de travail scolaire (meilleur équilibre possible de l’emploi du temps des élèves, aménagement et anima-
tion des lieux de travail...).
Il est rappelé que, conformément à la circulaire n° 2000-105 du 11 juillet 2000, lorsqu’une sanction d’exclusion temporaire
est prise à l’égard d’un élève, elle est accompagnée de travaux d’intérêt scolaire réalisés, le cas échéant, à l’intérieur de
l’établissement. En effet, cette période ne doit pas être pour l’élève un temps de désœuvrement, afin d’éviter toute rupture
avec la scolarité.
- Dans les écoles et établissements, les absences sont consignées, pour chaque élève non assidu, dans un dossier constitué
pour la durée de l’année scolaire. Ce dossier individuel est distinct du dossier scolaire de l’élève et n’est pas conservé d’une
année sur l’autre. Il présente le relevé des absences en mentionnant leur durée et leurs motifs ainsi que l’ensemble des
contacts avec la famille, les mesures prises pour rétablir l’assiduité et les résultats obtenus. Peut également figurer au dos-
sier tout autre document ou élément d’information concernant ces absences. Les parents sont informés de l’existence de ce
dossier et des conditions dans lesquelles ils peuvent y avoir accès.
Si les démarches entreprises en direction de la famille et de l’élève n’ont pas d’efficacité, si l’assiduité de l’élève n’est pas
rétablie, le dialogue avec la famille étant considéré comme rompu, le directeur d’école ou le chef d’établissement transmet le
dossier de l’élève à l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale.
1.3 Le suivi de l’absentéisme
Dans chaque école et établissement, les taux d’absences sont suivis classe par classe.
Dans le second degré, ce suivi et les analyses effectuées figurent au rapport annuel sur le fonctionnement pédagogique de
l’établissement qui est présenté au conseil d’administration. À cet égard, un débat en conseil d’administration sur
l’absentéisme dans l’établissement et les actions à mener pour y remédier permettra d’associer tous les membres de la
communauté éducative à cette réflexion essentielle. Dans le premier degré, le sujet pourra être abordé en conseil d’école.




19/05/2012                                                                                                               155
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



2 - Le rôle des services académiques
Le recteur définit la politique académique de lutte contre l’absentéisme. Il veille à la cohérence des actions entreprises par
les services départementaux de l’éducation nationale et les établissements scolaires et favorise la diffusion des bonnes pra-
tiques repérées dans ce domaine.
Le traitement individuel des dossiers des élèves qui sont transmis par les écoles et les établissements relève réglementaire-
ment de la compétence de l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale.
L’inspecteur d’académie procède à l’instruction de ces dossiers. Il peut confier au service social en faveur des élèves le soin
d’effectuer les démarches supplémentaires nécessaires à l’évaluation globale de la situation de l’enfant, suivant les modalités
les plus appropriées, incluant, le cas échéant, un déplacement à domicile. Il examine par ailleurs si la situation de l’élève
appelle des modalités particulières d’enseignement, le cas échéant une réorientation, voire exceptionnellement un change-
ment d’école ou d’établissement.
Dans les cas prévus aux 1° et 2° de l’article L. 131-8 du code de l’éducation, l’inspecteur d’académie adresse un avertisse-
ment à la famille ou aux personnes responsables au sens de l’article L. 131-4 du même code et leur rappelle leurs obligations
légales et les sanctions pénales auxquelles elles s’exposent. Il les convoque par le même courrier à un entretien au cours
duquel, lui-même ou son représentant formulera des propositions susceptibles de restaurer l’assiduité de l’enfant. Ces pro-
positions sont transmises par écrit à la famille.
Cette procédure, définie par l’article 5-2 du décret du 18 février 1966 modifié, permet d’accorder une deuxième chance à ces
familles et aux élèves pour rétablir la situation, mais constitue aussi juridiquement un préalable obligatoire à la mise en
œuvre éventuelle de poursuites pénales ultérieures.
S’il le juge utile, l’inspecteur d’académie peut proposer aux personnes qu’il a convoquées un module de soutien à la respon-
sabilité parentale dont il précise les modalités de mise en œuvre. Ce module est facultatif et ne peut en aucune façon être
considéré comme une mesure alternative à des poursuites pénales à l’encontre des parents. Si les parents acceptent cette
proposition ainsi que la communication de leurs coordonnées, l’inspecteur d’académie transmet celles-ci au responsable de
l’animation du module.
Il veille à tenir les directeurs d’école et les chefs d’établissement informés de la suite donnée aux dossiers qui lui sont adres-
sés. Le cas échéant, il appelle leur attention sur la nécessité de préparer pour les élèves concernés un accueil adapté tenant
compte des mesures qu’il a proposées.
Si, en dépit des dispositions prises, l’assiduité scolaire n’est pas rétablie, l’inspecteur d’académie saisit le procureur de la
République qui juge des suites à donner.
L’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, étudie l’évolution des taux
d’absences dans les établissements et les résultats des politiques mises en oeuvre.
Le recteur est tenu régulièrement informé des résultats de cette analyse, ainsi que de l’ensemble des mesures adoptées.


3 - La commission départementale de suivi de l’assiduité scolaire
Le préfet de département installe une commission départementale de suivi de l’assiduité scolaire. Cette instance partenariale
a pour mission de mobiliser l’ensemble des partenaires en faveur de l’assiduité.
Dans un souci d’efficacité, la composition de la commission prendra en compte le contexte local et l’implication éprouvée des
acteurs.
Outre les représentants de l’inspection académique, de la direction régionale de l’agriculture et de la forêt et du conseil géné-
ral, cette commission peut être composée, en fonction du contexte local, du procureur de la République, du médiateur aca-
démique, d’élus locaux, du représentant du défenseur des enfants, de représentants de la direction départementale des
affaires sanitaires et sociales, de représentants de la direction départementale de la protection judiciaire de la jeunesse, des
services de police et de gendarmerie, du fonds d’action et de soutien à l’intégration et à la lutte contre les discriminations, de
la mutualité sociale agricole, de la ou des caisses d’allocations familiales, de l’union départementale des associations fami-
liales, des fédérations et associations de parents d’élèves...
Cette commission peut s’appuyer sur les travaux des comités départementaux qui existent déjà dans ce domaine (comité
d’animation départemental des réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement de parents, groupe de pilotage départemen-
tal des dispositifs relais, comité départemental de veille éducative, comité départemental d’accompagnement à la scolari-
té...). Elle établit un diagnostic sur les absences des élèves et leur spécificité dans le département. Elle fixe des priorités pour
mobiliser les familles en faveur de l’assiduité, elle identifie les ressources et cherche les moyens de communication et
d’information les plus appropriés. Elle met en œuvre toute action de prévention adaptée. Elle en évalue les effets.
Un bilan annuel des travaux de la commission sera présenté devant les comités techniques paritaires départementaux et
devant le conseil départemental de l’éducation nationale.


4 - Le module de soutien à la responsabilité parentale
Le module de soutien à la responsabilité parentale constitue l’un des éléments clés du processus engageant l’école, les insti-
tutions publiques, le monde associatif et la société civile en faveur de l’assiduité des élèves soumis à l’obligation scolaire.
L’objectif est d’assurer au plus vite le rétablissement de l’assiduité de l’enfant grâce à une mobilisation de sa famille. Ceci
implique notamment de conseiller les parents sur la manière de créer les conditions concrètes de l’assiduité ( par exemple,
en valorisant l’école et ce que l’enfant y apprend, en portant intérêt aux activités de l’enfant à l’école, en surveillant ses ho-
raires et son travail personnel...), mais aussi de les aider à prendre conscience de leurs compétences et des outils dont ils
disposent pour soutenir l’enfant dans son assiduité scolaire.
Le préfet de département confie à une ou plusieurs institutions représentées dans la commission départementale, en fonction
des situations locales, le soin de mettre en place le module de soutien à la responsabilité parentale. L’institution désigne en
son sein un responsable de l’animation du module qui doit avoir une expérience avérée du soutien à la parentalité et de
l’animation de groupes.


19/05/2012                                                                                                              156
                                                       Directeurs d’école : Dispositions générales


L’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, et la ou les institutions concernées
concluent une convention relative à la mise en œuvre de ce module.
Vous trouverez, en annexes, des précisions sur l’organisation et le fonctionnement du module de soutien à la responsabilité
parentale (annexe 1) et un modèle de convention entre l’inspecteur d’académie et l’institution concernée pour la mise en
œuvre du module (annexe 2).
L’information et la mobilisation des familles dans un dialogue ouvert et constructif avec les équipes des écoles et des établis-
sements, la recherche, d’abord par ces équipes, puis, le cas échéant, par l’inspecteur d’académie, de solutions pédagogiques
et éducatives, la mobilisation de l’ensemble des partenaires constituent des éléments clés de la lutte en faveur de l’assiduité
des élèves soumis à l’obligation scolaire.
Le titre A.II de la circulaire n° 96-248 du 25 octobre 1996 relative à la surveillance des élèves et la circulaire n° 96-247 du
25 octobre 1996 relative à la prévention de l’absentéisme sont abrogés.


Pour le ministre de la jeunesse,
de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR


Annexe 1

MODULE DE SOUTIEN À LA RESPONSABILITE PARENTALE

Organisation et fonctionnement du module de soutien à la responsabilité parentale
Il convient de distinguer l’opérateur (service social, organisme public, fédération ou association de parents d’élèves, associa-
tion du mouvement familial, collectivité...) auquel la responsabilité est confiée par convention et le responsable de
l’animation du module désigné en son sein (voir la convention type).
Ce responsable s’entoure d’intervenants qui ont une bonne connaissance du contexte départemental et dont les compétences
en matière de soutien à la parentalité et d’animation de groupes sont reconnues. Un travailleur social ou, quand la démarche
a été mise en place, un acteur de la veille éducative, est associé à ces travaux : il peut se rendre dans les familles et les
accompagner après la première session du module pour faciliter le retour de l’enfant à l’école ou l’établissement.
Le responsable de l’animation du module invite les familles (père, mère ou personnes responsables de l’enfant) dont les
coordonnées lui auront été communiquées par l’inspecteur d’académie, en précisant la date, le lieu et les modalités. Dans
tous les cas, si les parents ont un domicile distinct, un courrier est adressé à chacun.
Chaque session du module s’adresse de préférence à plusieurs familles (six maximum), pour favoriser la réflexion, l’entraide,
la dynamique de mobilisation collective.
Le responsable de l’animation du module évitera de réunir des familles d’un même quartier ou dont les enfants sont scolari-
sés dans le même établissement pour éviter les stigmatisations.
Si le nombre de familles pour lesquelles le module semble utile dans le département est peu élevé, il ne faut pas hésiter à
recourir à une démarche individualisée.

Déroulement type d’un module
Le module se tient dans un lieu accessible et convivial. Les lieux qui pourraient entraîner une confusion (école, établissement
scolaire, tribunal, etc.) sont à proscrire.
Il se déroule à un moment compatible avec les contraintes des parents.
Il est organisé en deux sessions :
 Une première demi-journée :
- est consacrée à l’explication de la loi (notamment, qu’est-ce qu’être parent selon la loi, quel est le rôle de l’école selon la loi
?) et à la mobilisation des familles pour l’assiduité de leurs enfants ;
- valorise l’école, ses missions, ses valeurs ;
- suscite les échanges sur l’éducation entre les familles participantes ;
- présente les dispositifs et actions d’accompagnement des parents organisés localement dans le cadre du soutien à la paren-
talité (réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents, accompagnement à la scolarité, veille éducative, média-
tion familiale...) ;
- prévoit à l’issue de la première session un accompagnement de chaque famille pour le retour en classe de son enfant.
 Une deuxième demi-journée :
- placée un ou deux mois après permet la régulation et la mutualisation de ce qui a été entrepris par les parents.


Annexe 2

CONVENTION TYPE

Entre :
l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale
et
l’institution/l’association, représentée par ....................., (qualité : .....................), dont le siège social est . .....................,
dénommé “l’opérateur” ;
il est convenu ce qui suit



19/05/2012                                                                                                                                 157
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Article 1 - Objet de la convention
La convention a pour objet la définition des modalités de mise en œuvre du module de soutien à la responsabilité parentale
par l’opérateur, en conformité avec les dispositions de la circulaire n° 2004-054 du 23 mars 2004, en particulier son annexe
1, et les orientations définies par la commission départementale de suivi de l’assiduité scolaire.
Article 2 - Modalités de mise en œuvre du module de soutien à la responsabilité parentale
L’opérateur assure l’organisation matérielle et l’animation des modules de soutien à la responsabilité parentale. À cet effet il
s’engage à :
- mettre en place sur l’année .... réunions pour 6 familles maximum par réunion ;
- organiser la première session du module dans un délai d’un mois maximum après réception de la liste définie ci-dessous,
ainsi qu’une deuxième session dans un délai de deux mois maximum après la première ;
- adresser aux familles un courrier leur précisant la date, le lieu et les modalités du module ;
- s’entourer d’intervenants qualifiés ;
- transmettre à l’inspection académique, à la suite de chaque session du module, la liste des personnes qui y ont participé,
ainsi que la fiche technique figurant en annexe qui sera communiquée à la commission départementale.
L’opérateur nomme en son sein Madame / Monsieur ..................... (qualité : .....................) en qualité de responsable de
l’animation du module de soutien à la responsabilité parentale. Il est garant de la bonne mise en œuvre du module par le
responsable.
Le responsable du module est tenu à la confidentialité pour toutes les informations dont il pourrait avoir connaissance dans
l’exercice de ses fonctions.
Article 3 - Durée de la convention
La présente convention est conclue pour l’année scolaire .....................
Article 4 - Bilan de la mise en œuvre du module
L’opérateur remet à l’inspection académique et à la commission départementale, au mois de juin de l’année scolaire en
cours, un bilan sur la mise en œuvre du module de soutien à la responsabilité parentale sous la forme d’une synthèse des
fiches techniques remises à l’issue de chaque session. Ce bilan ne contient aucune donnée nominative.
Article 5 - Reconduction de la convention
La convention est renouvelée par tacite reconduction sous réserve de la présentation du bilan défini à l’article 4, après avis
de la commission départementale et sous réserve de la non-dénonciation de la convention par l’opérateur.
Article 6 - Modification de la convention par accord conjoint des parties et rupture de la convention.
Les parties peuvent d’un commun accord modifier si nécessaire la convention en cours d’année.
L’opérateur s’engage à faciliter, à tout moment, le contrôle par l’administration de la mise en œuvre du module de soutien à
la responsabilité parentale.
En cas de nécessité, de non-exécution ou de modification substantielle sans accord écrit de l’inspecteur d’académie des con-
ditions d’exécution de la convention par l’opérateur, l’inspecteur d’académie peut suspendre l’application de la convention.


Fait le       ,à


L’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale



L’institution/l’association représentée par ... (qualité)




FICHE TECHNIQUE
(À REMPLIR PAR LE RESPONSABLE À L’ISSUE DE CHAQUE SESSION
DU MODULE DE SOUTIEN À LA RESPONSABILITÉ PARENTALE)

(ce document doit être adapté en fonction de la situation locale)

Ce document ne comporte aucun élément nominatif concernant les familles

Nombre de familles qui ont accepté le module proposé par l’inspecteur d’académie

Nombre de familles qui ont effectivement participé à la session

Nombre d’enfants concernés

Nombre et qualité des animateurs

Contenus de la session

Modalités qui ont semblé efficaces et biens perçues

Climat de la session




19/05/2012                                                                                                               158
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


Points forts/points faibles

Ce qu’il faut améliorer

Pour la session n° 1 : description du suivi prévu

Pour la session n° 2 : évaluation globale




19/05/2012                                                                        159
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales




M I S S I O N S E T O R G A N I S AT I O N D E S C E N T R E S
A C A D É M I Q U E S P O U R L A S C O L A R I S AT I O N D E S
NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES ENFANTS DU
V O YA G E ( C A S N AV )
C. n° 2002-102 du 25-4-2002
NOR : MENE0201121C
RLR : 515-0
MEN - DESCO A1

Texte adressé aux rectrices et aux recteurs d'académie

 Créés en 1975, les centres de formation et d'information pour la scolarisation des enfants de migrants
(CEFISEM) ont vu leurs missions et leur organisation redéfinies par la circulaire du 9 octobre 1990.
Dans les années 1990, ils ont été associés à la prise en charge de nouveaux besoins : accompagnement du déve-
loppement des zones d'éducation prioritaire, prévention de la violence, actions partenariales et réponses à des
besoins éducatifs spécifiques. Ces infléchissements ont été rendus possibles dans une période où les nouveaux
arrivants en France étaient moins nombreux et les efforts à réaliser en faveur de leur intégration scolaire moins
importants.
Depuis quelques années, la tendance s'est inversée et des évolutions notoires sont constatées : les jeunes qui
arrivent de l'étranger sont plus nombreux, souvent plus âgés et certains d'entre eux n'ont eu que peu ou pas de
scolarité antérieure. Ces nouvelles données à elles seules justifient que les CEFISEM se consacrent en priorité à
faciliter l'intégration scolaire des nouveaux arrivants dans les établissements et les écoles en accompagnant les
personnels d'éducation et d'enseignement.
Par ailleurs, la loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000 relative à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage conduit à la mise
en place de nouvelles aires de stationnement et, en conséquence, crée des conditions plus favorables à une amé-
lioration de la scolarisation des enfants du voyage.
Qu'il s'agisse des enfants et des jeunes nouvellement arrivés en France ou de celle des enfants du voyage, les
circulaires qui organisent leur scolarisation sont actualisées. Il convient de préciser les attentes à l'égard des
CEFISEM dont la situation actuelle reflète une grande hétérogénéité.
Il s'agit aujourd'hui de recentrer leur action dans un domaine essentiel : l'aide à l'intégration des élèves nouvelle-
ment arrivés en France et des enfants du voyage, à et par l'école. Pour cela, l'action des CEFISEM doit être dirigée
en priorité vers les personnels d'enseignement et d'éducation susceptibles d'accueillir et de scolariser ces élèves, et
notamment les enseignants qui exercent en classe d'initiation (CLIN) et en classe d'accueil (CLA) et qui peuvent
accueillir également des élèves de plus de 16 ans.
Un tel cadrage des fonctions de ces centres conduit à modifier leur nom et à clarifier leur positionnement institu-
tionnel. Ces centres s'appellent désormais : centres pour la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du
voyage (CASNAV) et sont placés auprès des recteurs.
Le présent texte remplace et abroge la circulaire n° 90-270 du 9 octobre 1990 modifiée par la note du 17 décembre
1990. Il précise les missions et l'organisation des CASNAV à compter de la rentrée 2002.

1 - MISSIONS DES CASNAV
L'activité des CASNAV doit être recentrée sur l'accompagnement de la scolarisation des élèves nouvellement arri-
vés en France sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages scolaires et des enfants du
voyage : de l'organisation de l'accueil à l'intégration pleine et entière de ces élèves dans les classes ordinaires, les
personnels des CASNAV apportent une aide aux équipes pédagogiques et éducatives et une contribution détermi-
nante à la mise en place des moyens dont le système s'est doté ; ils constituent par ailleurs une instance de média-
tion et de coopération avec les familles et avec nos partenaires.
Ce recentrage signifie clairement qu'il convient de ne pas confondre deux problématiques très souvent assimilées :
celle de l'intégration scolaire des populations aux caractéristiques particulières dont il est question ici et celle des
zones et réseaux d'éducation prioritaire. L'implantation des classes spécifiques pour les élèves nouveaux arrivants,
l'accueil des enfants du voyage sont l'affaire de tous et ne doivent pas être associés aux seuls ZEP et REP.

1.1 Les CASNAV sont des centres de ressources pour les écoles et les établissements

19/05/2012                                                                                                      160
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Les personnels des CASNAV contribuent à l'élaboration des réponses pédagogiques adaptées aux situations, très
variées, des écoles et établissements qui accueillent des élèves nouvellement arrivés ou des enfants du voyage.
Par des conseils et une aide pédagogique aux équipes enseignantes dans les écoles et les établissements, par des
actions de formation, par la diffusion de documents pédagogiques ou autres ressources, ils facilitent l'accueil et la
prise en charge pédagogique des élèves dont la maîtrise du français et les connaissances antérieures peuvent être
variées et souvent en décalage par rapport à celles des élèves du même âge. Ainsi, leur principal champ d'interven-
tion doit demeurer la maîtrise de la langue française et des apprentissages.
Par leur connaissance du terrain académique et des projets qui s'y développent, ils sont à même de créer des ré-
seaux entre les enseignants des classes spécifiques et plus largement entre des équipes qui traitent de probléma-
tiques identiques.
Ils constituent des centres de documentation spécialisés sur la scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants
du voyage et de familles non sédentaires et aide à l'élaboration et à la mutualisation des outils pédagogiques.
Ils interviennent dans la formation continue dans le cadre du plan académique de formation et de ses volets dépar-
tementaux. Ils constituent un partenaire privilégié des instituts universitaires de formation des maîtres dans le cadre
de la formation initiale des enseignants du premier degré, du second degré et des conseillers principaux d'éduca-
tion. A ce titre, ils apportent à la formation initiale une contribution tout à fait originale, fondée tout autant sur une
expertise particulière que sur la connaissance du terrain de l'académie et des réponses variées qu'une même situa-
tion peut susciter.

1.2 Les CASNAV sont des pôles d'expertise pour les responsables locaux du système éducatif
Les personnels des CASNAV, par la collaboration qu'ils entretiennent avec les chefs d'établissement et les équipes
de circonscription du premier degré, mais aussi avec les services des inspections académiques et des rectorats,
avec les centres d'information et d'orientation, avec la mission générale d'insertion, capitalisent l'information néces-
saire à l'élaboration et à la mise en oeuvre de la politique académique en faveur de l'intégration des nouveaux arri-
vants et des jeunes voyageurs.
Ils actualisent les données sur les effectifs des classes spécifiques ; ils mettent en évidence les besoins liés à des
demandes insatisfaites ou à des arrivées prévisibles (dans le cadre des regroupements familiaux, de stationne-
ments durables ou de rassemblements ponctuels, etc.). Ils analysent et font connaître les besoins en formation et
en outils pédagogiques des personnels titulaires de classes spéciales et des équipes qui prennent en charge les
élèves concernés. Ils concourent à une meilleure connaissance des parcours scolaires des élèves, en coordonnant
des suivis de cohortes dans les départements. Ils apportent leur contribution à l'évaluation des dispositifs d'accueil
et d'intégration.
À la demande du recteur ou des inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'éducation
nationale, ils représentent ces responsables du système éducatif dans les instances partenariales, notamment sur
les plates-formes d'accueil, et participent aux plans départementaux d'accueil des nouveaux arrivants et aux com-
missions consultatives départementales relatives à l'accueil et à l'habitat des gens du voyage.

1.3 Les CASNAV sont des instances de coopération et de médiation avec les partenaires institutionnels et
associatifs de l'école
Au service de la réussite du projet scolaire des enfants et des jeunes accueillis dans l'école, les personnels des
CASNAV en facilitent d'abord la possibilité par la création de conditions favorables à l'accueil qui s'appuient sur une
information complète des familles et des associations qui interviennent auprès d'elles.
Interfaces entre l'éducation nationale et d'autres services ou réseaux de ressources locales, ils sont à même d'in-
former nos partenaires, de réguler des relations et de coopérer avec les interlocuteurs compétents dans la perspec-
tive d'une résolution collective des problèmes souvent complexes.
Experts dans leur domaine, ils peuvent répondre à des demandes d'information, élaborer et animer des formations
en partenariat auprès des acteurs nombreux et divers qui oeuvrent dans le même domaine (élus et employés des
collectivités territoriales, travailleurs sociaux, éducateurs, membres d'association).

2 - ORGANISATION

2.1 Un pilotage académique renforcé
L'existence institutionnelle des CASNAV liée à leur inscription comme service dans l'organigramme académique,
comme le préconisait la circulaire de 1990 pour les CEFISEM, doit devenir effective dans toutes les académies. La
composition de ce service académique est fonction des besoins locaux dans les deux domaines centraux de son
activité ; le recteur décide le cas échéant de la création d'antennes départementales. Dans les académies où
n'existait pas de CEFISEM, le recteur jugera de la pertinence de créer un CASNAV.
Là où les CEFISEM ont été assimilés à des centres académiques de ressources pour l'éducation prioritaire
(CAREP), on veillera à préciser des missions distinctes pour CASNAV et CAREP, sans exclure des collaborations
et une mutualisation des ressources en fonction des besoins de l'académie.

19/05/2012                                                                                                     161
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


Le recteur arrête et impulse la politique académique relative à l'intégration scolaire des enfants et des jeunes nou-
vellement arrivés en France ou issus de familles du voyage ; il présente au comité technique paritaire académique,
invité à en discuter, le programme d'action qui en résulte - et dont le CASNAV est un acteur clé. Il s'appuie sur un
groupe de pilotage qui réunit des responsables locaux et leur associe, en tant que de besoin, des universitaires
susceptibles d'apporter des éclairages sur les questions à traiter. Il désigne un correspondant académique qui
anime et organise le travail du groupe académique de pilotage. Ce correspondant académique est l'interlocuteur
privilégié du CASNAV ; il assure la communication avec les responsables académiques et départementaux et les
informe des situations qu'il est amené à connaître.
Le groupe académique de pilotage est informé du bilan annuel d'activités du CASNAV qu'il discute et à partir du-
quel il propose des réorientations pour le projet d'activités de l'année suivante. Ce suivi de l'activité du CASNAV doit
devenir un vecteur important de sa reconnaissance institutionnelle.

2.2 Une implantation et des moyens d'action opératoires
Le recteur décide de l'implantation du CASNAV, de ses relations avec les responsables académiques de la forma-
tion continue et avec l'institut universitaire de formation des maîtres, en concertation avec le directeur de celui-ci.
Quel que soit le support administratif, le CASNAV doit disposer de conditions de fonctionnement qui lui permettent
de remplir ses missions avec efficacité. Les crédits (fonctionnement, déplacement, documentation), les moyens de
rétribution des intervenants extérieurs, etc. sont décidés en fonction du projet d'activités du CASNAV. Le bilan an-
nuel d'activités doit rendre compte de leur utilisation.

2.3 Une équipe pluricatégorielle aux compétences sans cesse actualisées
L'équipe académique des membres permanents du CASNAV ne peut compter moins de trois personnes. Le recru-
tement peut se faire dans les corps de personnels enseignants, d'éducation, d'encadrement ou d'inspection. Il im-
porte que les pratiques et les formations antérieures soient diversifiées et adéquates aux besoins locaux ; à ce titre,
on valorisera l'expérience acquise dans des classes d'initiation ou d'accueil. Les commissions paritaires sont con-
sultées sur les recrutements.
Des collaborateurs à temps partiel ou occasionnels peuvent être adjoints à cette équipe permanente en fonction
des actions à conduire.
Les membres du CASNAV sont évalués à titre individuel comme les autres personnels des corps auxquels ils ap-
partiennent ; cette évaluation tient compte des conditions spécifiques de travail et des objectifs assignés au
CASNAV par le recteur.
Compte tenu de l'importance de leur rôle en matière de conseil et d'information pédagogiques et en matière de
formation, les besoins spécifiques en formation des membres des CASNAV doivent conduire à inscrire au cahier
des charges de la formation continue des propositions de dispositifs de formation adaptés ; on encouragera des
actions interacadémiques qui rassemblent un nombre raisonnable de participants et contribueront utilement à la
mutualisation des expériences, des études et des ressources.
La nécessaire communication entre les CASNAV pour la production d'outils s'établira avec l'aide du centre national
de document pédagogique et son département Ville-École-Intégration (CNDP/VEI) et de son site internet.
Les CASNAV doivent, plus encore que ne l'étaient les CEFISEM, être connus et bien repérés par tous les direc-
teurs d'école et chefs d'établissement, par les inspecteurs de toute spécialité. Il importe que leurs conditions de
fonctionnement permettent de renforcer l'efficacité de leur contribution spécifique et essentielle à la mission qui
incombe à l'École, lieu déterminant de l'intégration sociale par l'accès à la maîtrise de la langue nationale, par la
connaissance de la culture et des institutions de notre pays, par la reconnaissance des valeurs qui fondent le vivre
ensemble et, à terme, par l'accès à une qualification, gage d'insertion.
Pour le ministre de l'éducation nationale
et par délégation
Le directeur du Cabinet
Christian FORESTIER



Annexe I
DISCOURS D'OUVERTURE DE MONSIEUR JACK LANG, MINISTRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, AUX
JOURNÉES NATIONALES D'ÉTUDE ET DE RÉFLEXION SUR LA SCOLARISATION DES ÉLEVES
NOUVELLEMENT ARRIVÉS EN FRANCE - 29 MAI 2001

Mesdames, Messieurs,
Je suis particulièrement heureux d'ouvrir ces journées d'études et de réflexion consacrées à la scolarisation des

19/05/2012                                                                                                    162
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


élèves nouvellement arrivés en France - ceux que l'on appelle en général "primo-arrivants" et que personnellement,
je préfère nommer, tout en laissant la liberté à l'imagination sémantique, "nouveaux arrivants" Le sujet est d'impor-
tance et d'actualité : depuis deux ans, leur arrivée en France se fait plus massive et plus continue. Les besoins sont
pressants, de réflexion, d'échange et d'harmonisation des pratiques, de clarification de nos objectifs dans ce do-
maine comme dans celui de la formation des enseignants qui s'y consacrent. C'est tout le sens de ces journées,
attendues, je crois, depuis longtemps.
C'est en effet la première fois depuis 1989 que le ministère de l'éducation nationale réunit les personnels en charge
de ce volet important et hautement significatif de son action : inspecteurs d'académie - inspecteurs pédagogiques
régionaux, inspecteurs de l'éducation nationale et de l'orientation, instituteurs et institutrices de classes d'initiation
du 1er degré, professeurs de classes d'accueil du 2ème degré, formateurs des centres de formation et d'informa-
tion pour la scolarisation des enfants de migrants, les CEFISEM, responsables des missions générales d'insertion.
Bien entendu, l'absence de rencontres nationales ou d'impulsion ministérielle, durant ces douze dernières années,
n'a pas empêché le travail quotidien des enseignants dans les classes, son suivi attentif par les inspecteurs de
l'éducation nationale, l'organisation de stages de formation par les CEFISEM, la réflexion des uns et des autres
alimentée notamment par la voie des publications du CNDP.
Nous avons même pu assister à un foisonnement d'initiatives, en particulier dans la conduite des classes d'initiation
et des classes d'accueil, dans la recherche de liaisons plus fortes avec les classes du cursus ordinaire, dans l'éla-
boration de documents pédagogiques, d'outils d'évaluation des connaissances et du niveau scolaire des nouveaux
arrivants pour mieux organiser leur insertion dans l'École.
Oui, de nombreuses avancées ont eu lieu ici ou là, qu'il convient de recenser, de faire connaître, de valoriser, d'of-
frir à la réflexion de tous. C'est aussi l'objet de ces deux journées ; les trois ateliers prévus, dès cet après-midi, doi-
vent précisément permettre une expression et une information denses qu'il conviendra, par la suite, d'organiser, de
mettre en forme et de diffuser. Les actes de ces journées seront publiés.
Ils marqueront une étape dans la conduite d'une action que je considère comme l'une des plus nécessaires, des
plus exigeantes et des plus nobles de notre école républicaine, au fondement même de sa mission.

1 - UNE MISSION HISTORIQUE DE L'ÉCOLE QU'IL FAUT POURSUIVRE ET ADAPTER

Tout au long du siècle écoulé en effet, l'école a accueilli des enfants venus de l'étranger et a joué un rôle essentiel
dans la formation personnelle et l'intégration sociale de nombre d'entre eux.
Si tant d'hommes ou de femmes, connus ou inconnus, sont devenus citoyens de la France, et d'une certaine ma-
nière citoyens de l'universalité, c'est parce que l'école républicaine est ce creuset de l'intégration.
Ainsi le grand sociologue Edgar Morin rappelle-t-il, dans un article écrit, il y a une dizaine d'années, à quel point
l'école française a forgé sa personnalité :
"Fils d'immigré, c'est à l'école et à travers l'histoire de France que s'est effectué en moi un processus d'identification
mentale. Je me suis identifié à la personne France. J'ai souffert de ses souffrances historiques, j'ai joui de ses vic-
toires, j'ai adoré ses héros, j'ai assimilé cette substance qui me permettait d'être en elle, à elle, parce qu'elle inté-
grait à soi non seulement ce qui est divers et étranger, mais ce qui est universel". (1)
À l'unisson des propos d'Edgar Morin, nombreux sont les témoignages d'anciens "nouveaux arrivants" qui disent
leur gratitude vis-à-vis de l'école et de leurs enseignants : je pense à celle qu'exprime le chercheur et écrivain
Azouz Beggag, auteur du beau livre Le gône du Chaaba ou encore au cardiologue Salem Kacet auteur d'un livre
autobiographique, Le droit à la France.
Chez les plus anciens, l'écrivain Cavanna n'a pas de mots assez amoureux pour vanter sa chère "communale" ; lui
qui parlait piémontais à la maison va même jusqu'à dire que "la langue maternelle, au fond, c'est la langue de
l'école".
L'école en effet est bien ce creuset de l'intégration, ce socle, ce ciment que d'aucuns révèrent en des termes qui
disent simplement la reconnaissance.
Il faut l'affirmer nettement : si l'école a effectivement pu jouer ce rôle et si elle peut et doit, aujourd'hui encore, con-
tinuer à l'assurer, ce n'est pas par une sorte de réflexe mécanique mais par effet de volonté : parce que les profes-
seurs croyaient et croient toujours en la nécessité de cette intégration culturelle et sociale.
Car l'intégration ne se décrète pas ; elle ne va pas de soi. "Il n'y a pas de fatalité de l'intégration" dit Patrick Weil
que nous entendrons tout à l'heure. Produit d'une volonté, elle doit être facilitée par la loi, par l'existence de struc-
tures, par la bienveillance, la vigilance de la société d'accueil et tout particulièrement par l'école, ce lieu singulier où,
selon le mot de l'historien Antoine Prost, "la société se saisit des enfants".

2 - QUELLES MESURES SPÉCIFIQUES POUR CETTE INTÉGRATION ?

À compter de 1970, plusieurs mesures spécifiques ont été instituées pour favoriser la scolarisation des nouveaux
arrivants :
Première mesure : la création des classes d'initiation (CLIN) pour élèves non-francophones dans les premier et

19/05/2012                                                                                                        163
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


second degrés.
Avant même la parution en 1970 de la circulaire officialisant leur création, la première CLIN a été ouverte dès 1965
en région parisienne, à Aubervilliers.
Seconde mesure : la mise en place des enseignements de langues et cultures d'origine (ELCO) pris en charge par
huit pays d'origine des immigrés dans le cadre d'accords bilatéraux avec la France.
Troisième mesure : la création, à partir de 1975, des centres de formation et d'information pour la scolarisation
des enfants de migrants - les CEFISEM.
Il me semble que, quelque trente années plus tard, il nous faut lucidement, sereinement, interroger le bien-fondé de
ces mesures spécifiques, en dresser un bilan précis, qualitatif et quantitatif. Ce sera notamment l'objet des inter-
ventions à venir de M. Cytermann, directeur de la programmation et du développement et de Mme Bouysse, de la
direction de l'enseignement scolaire.
Enfin, compte tenu des situations concrètes constatées depuis deux ou trois ans sur le terrain, il nous faut préciser
nos objectifs et avancer de nouvelles perspectives.
Je souhaiterais en dire dès à présent quelques mots en énonçant, pour commencer, trois principes directeurs :
a) Il convient de distinguer, dans la scolarisation des nouveaux arrivants, ce qui relève - ou doit relever - de l'action
publique et ce qui revient à l'initiative privée, tout particulièrement à celle des parents ;
b) Il nous faut également clairement préciser ce qui appelle des actions spécifiques et ce qui est de l'ordre du droit
commun ;
c) Dans le cas d'actions spécifiques, nous devons veiller à leur mise en œuvre en cohérence avec le droit commun
et éviter les risques de marginalisation, de ghettoïsation, en les chevillant au fonctionnement régulier de l'institution
scolaire.

3 - TOUT FAIRE POUR UNE ACQUISITION RAPIDE ET SOLIDE DE LA LANGUE FRANÇAISE

S'il est une mesure qui se justifie encore pleinement aujourd'hui, c'est bien celle qui consiste à créer les conditions
optimales pour l'apprentissage et la maîtrise du français, à l'oral comme à l'écrit, par les élèves nouveaux arrivants.
Cela passe notamment par l'existence de classes d'initiation et de classes d'accueil, mais aussi par des actions
particulières de soutien pour les élèves qui ont été antérieurement scolarisés et qui peuvent directement intégrer
une classe du cursus ordinaire.
C'est aussi le cas des plus jeunes, en âge de fréquenter l'école maternelle voire le cours préparatoire, qui, immer-
gés dès leur arrivée dans un "bain de langage" au milieu de leurs petits camarades, maîtriseront bien vite la langue
française sans la médiation d'une classe d'initiation.
Ce qui rassemble en effet tous ces élèves, c'est d'être accueillis dans une langue qu'ils ne parlent pas. Cette langue
du pays hôte, c'est la langue dans laquelle ils vont poursuivre leurs études, mais c'est aussi celle qui va leur per-
mettre de s'orienter dans un nouvel espace qui ne peut être conquis sans elle.
La langue, c'est bien en effet ce territoire sur lequel je me déplace, hors des frontières duquel je ne peux plus com-
prendre ni être compris. J'ose dire, sans vouloir pour autant soulever une polémique, que la phrase de Cioran, dont
j'entrevois les limites, doit être présente à notre esprit, "On n'habite pas un pays, on habite une langue". On pourrait
dire également que l'on est habité par une langue. Je poursuivrai la métaphore en indiquant que la langue est notre
maison commune. Si, dans cette république commune que nous construisons patiemment, la maison commune
qu'est la langue n'est pas accessible à certains d'entre nous, qu'on ne vienne pas par la suite s'étonner lorsque
certains de ces enfants, devenus adultes, se sentent écartés, mutilés, exclus et parfois dans une situation de ré-
volte et de rébellion contre notre système.
Gao Xingjian, prix Nobel de littérature en 2000, reprend presque mot pour mot la même idée : "Mon véritable pays,
c'est la langue française".
Je le dis avec d'autant plus de force que des propos stupéfiants sur les autres langues ont été tenus. Il est indis-
pensable que nous affirmions clairement que parce qu 'elle exprime notre pensée commune, la langue nationale
est la colonne vertébrale qui donne sens à notre existence et autour de laquelle s'organisent les savoirs et les acti-
vités. Chaque savoir, chaque discipline, doit apporter sa contribution à la connaissance et à la maîtrise de notre
langue nationale. Nous ne pouvons dialoguer, ni agir sans elle. Cette langue, en France, c'est le français.
Un débat naturellement légitime, s'est instauré sur les langues, régionales ou étrangères, que nous souhaitons
enseigner dès l'école primaire. Je suis convaincu que le combat pour les langues est un et indivisible. Quant on
croit à l'importance, au mystère, à la magie et à la beauté de la langue, alors on se bat pour la langue nationale,
mais on ne doit écarter aucune initiation à d'autres langues.
Au demeurant, notre langue nationale doit tellement aux autres langues, elle a fait son miel de tant de mots et ex-
pressions venus des quatre coins du monde, qu'il est bien naturel de l'offrir en partage. Dès lors, il faut aussi savoir,
par notre hospitalité, rendre grâce à ceux qui ont enrichi notre langue par leurs mots, leurs musiques, leurs tradi-
tions et leurs cultures sans oublier que l'accès à la connaissance de la langue de la société d'accueil est le premier
principe d'hospitalité que celle-ci se doit d'offrir à l'étranger qui arrive.
C'est dans cette langue, dorénavant, qu'il pourra pleinement accéder à sa nouvelle vie, que ses droits et ses de-

19/05/2012                                                                                                    164
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


voirs seront désormais énoncés.
Lui permettre d'être chez lui dans la langue française, c'est faire le pari généreux de son devenir citoyen.
Aujourd'hui, ce pari concerne de plus en plus de jeunes, surtout dans le second degré.
Certaines académies comme celles d'Aix-Marseille, de Montpellier, de Paris, Créteil ou Versailles, ont vu le nombre
de ces élèves augmenter sensiblement. En Ile-de-France, c'est une augmentation de 50 % des élèves qui a été
constatée l'année dernière.
Dans le seul département de Seine-Saint-Denis, le nombre des classes d'accueil de collège est passé de 20
classes en 1998, à 40 aujourd'hui, sans compter les dix classes ouvertes en lycées professionnels et en lycées
d'enseignement général. À Paris, pour la même période, leur nombre a augmenté, dans les collèges, de 39 à 52
classes.
Aujourd'hui, ce sont 1 264 structures de l'éducation nationale qui accueillent près de 25 000 élèves. Un long chemin
a donc été parcouru depuis 1970, date de la première circulaire où on n'en dénombrait qu'une centaine. En trente
ans, le dispositif s'est diversifié et étendu, les problématiques se sont affinées, mais, nos exigences s'étant affir-
mées, il nous reste encore des défis à relever.
Les nouveaux arrivants n'ont en effet pas tous le même passé scolaire.
Quand ils ont été bien scolarisés dans leur pays d'origine et sont non-francophones, ils intègrent une classe d'ac-
cueil de collège. Aux plus de seize ans, de nombreuses classes en lycée et en lycée professionnel sont aujourd'hui
ouvertes.
D'autres n'ont jamais ou pratiquement pas été scolarisés avant leur arrivée en France bien qu'ils aient l'âge d'être
collégien ou lycéen. Ces élèves arrivent de plus en plus âgés, à la limite de l'obligation scolaire, parfois seuls. Pour
eux l'itinéraire de formation est plus difficile, plus complexe à concevoir.
À ceux qui sont âgés de plus de seize ans, la mission générale d'insertion de l'éducation nationale et les GRETA
proposent des actions de formation : entre autres, des cycles d'insertion professionnelle par alternance (CIPPA)
sont organisés pour ces jeunes non francophones.
Malgré cet effort, tous les besoins ne sont pas encore couverts. Notamment, faute de places, des élèves d'âge
scolaire, encore en trop grand nombre, attendent de longues semaines avant de rejoindre leur établissement d'af-
fectation. Pourtant, pour tenir ses promesses, l'intégration scolaire doit pouvoir intervenir rapidement. Faute de quoi
les risques de marginalisation voire d'échec scolaire sont réels.
Dans plusieurs académies fonctionnent déjà des cellules d'accueil qui permettent d'évaluer les connaissances de
ces jeunes et de les orienter vers les structures adéquates.
En tenant compte du temps nécessaire à cette évaluation par les services compétents, je demande que tous les
efforts soient entrepris dans les académies pour ne pas dépasser un délai raisonnable d'un mois entre le moment
de la demande de scolarisation et l'arrivée effective de l'élève dans la classe de rattachement.
Les principales académies concernées se posent également la question de savoir si l'on doit encore ouvrir de nou-
velles classes d'accueil. Sans doute conviendrait-il de réfléchir à un dispositif plus souple qui, tout en ne sacrifiant
rien à l'exigence et à la qualité de l'enseignement qui y serait dispensé, favoriserait l'intégration la plus rapide pos-
sible de ces élèves dans les classes du cursus ordinaire.
L'erreur consisterait en effet à maintenir trop longtemps ces élèves dans des structures spécifiques, à les y enfer-
mer en quelque sorte. Car, si le français est la carte d'accès aux autres disciplines et savoirs, il ne faut pas faire de
sa maîtrise parfaite, un préalable infranchissable à leur intégration dans les classes du cursus ordinaire. Je sais que
le sujet sera abordé pendant ces journées.
Certes, je suis bien conscient que, conjugués, tous ces facteurs ne facilitent pas la tâche des responsables acadé-
miques et des enseignants chargés de scolariser ces nouveaux arrivants.
Mais, pour bousculé qu'il soit quelquefois, le système éducatif n'est pas démuni pour y faire face. Simplement, pour
être pleinement efficace, il ne peut agir seul.
La mobilisation conjointe des services de l'État et des collectivités locales est absolument nécessaire. Il faut la dé-
velopper.
Voici peu, d'ailleurs, l'accueil et la scolarisation dans des délais extrêmement rapides des jeunes kurdes arrivés
dans les conditions que chacun connaît, a été de ce point de vue exemplaire.
Et quelle plus belle marque de reconnaissance que les applaudissements des enfants qui, à Modane, ont salué
l'arrivée des professeurs dans les classes ? Il en sera question demain, je crois, au cours d'une table ronde.
De même, voici deux ans, l'office des migrations internationales (OMI) a mis en place des "plates-formes d'accueil"
destinées notamment à préparer la venue des enfants dans le cadre du regroupement familial. Dans plusieurs dé-
partements, des représentants de l'éducation nationale y participent ; ce sont souvent des formateurs des
CEFISEM. Je ne peux que souhaiter la généralisation de cette pratique.
C'est en effet pour eux l'occasion de rencontrer pour la première fois les familles et de leur donner des informations
sur le système scolaire français, sur les modalités d'inscription de leur enfant de même que sur les cours de fran-
çais pour adultes, qu'on serait sans doute bien avisés de développer davantage aujourd'hui.
Par endroits, d'autres questions se posent qui dépassent également la stricte compétence de l'éducation nationale.
Ainsi en est-il de l'accumulation, dans certaines communes ou départements, de trop nombreuses difficultés. Il

19/05/2012                                                                                                    165
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


s'agit d'une question d'aménagement du territoire, qui réclamerait des solutions radicales. Il n'est pas normal que
dans un pays de justice, ce soit souvent les mêmes populations, les mêmes communes et les mêmes départe-
ments, qui aient à subir les plus grandes difficultés sociales et humaines qui ne facilitent pas notre mission d'éduca-
teurs. Nous pouvons apporter des réponses à cette exigence de solidarité, car celle ci n'est pas suffisamment satis-
faite par notre politique d'aménagement du territoire qui mériterait d'être profondément transformée.
Pour cela, je souhaite que des établissements scolaires du 1er et du 2ème degrés qui ne connaissent pas de diffi-
cultés particulières, des établissements d'excellence souvent situés dans les centres-villes ou qui, par exemple,
possèdent des sections internationales, accueillent eux-mêmes des nouveaux arrivants, qu'il y soit implanté des
classes d'accueil et que, là ou cela apparaît nécessaire, soit mis au point un système de transport scolaire pour ces
élèves. Cela doit pouvoir se faire avec le concours des collectivités locales et la récente convention-cadre établie
entre notre ministère, la direction de la population et des migrations du ministère de l'emploi et de la solidarité et le
Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et leur famille permet également de l'envisager.
Je sais cette suggestion prête à être appliquée dans quelques académies particulièrement concernées. Pour mé-
moire, je voudrais rappeler qu'à Paris, cette proposition avait déjà trouvé une application lorsque M. Hussenet, alors
directeur de l'académie de Paris, avait créé une classe d'accueil dans le prestigieux lycée Henri IV. Tandis que
certains esprits chagrins prédisaient une impossible cohabitation, les résultats furent plus qu'encourageants, posi-
tifs, stimulants, tant du point de vue des performances scolaires que des relations entre les élèves.
Malheureusement, des problèmes d'ordre matériel ont entraîné l'arrêt de l'expérience. Mais je souhaite qu'avec
l'aide de nos partenaires - dont plusieurs devraient s'exprimer ici même, demain après-midi - elle soit au plus tôt
reprise, étendue et concrétisée dans l'ensemble des académies.
Il s'agit là d'une illustration parmi d'autres de ce que je souhaite par-dessus tout promouvoir : une école élitaire pour
tous !

4 - ENGAGER UNE ÉVOLUTION PROGRESSIVE, CONCERTÉE ET SUIVIE DES ENSEIGNEMENTS DE
LANGUE ET CULTURE D'ORIGINE (ELCO)

C'est également dans cet esprit que je souhaite voir évoluer un autre dispositif particulier celui concernant l'ensei-
gnement des langues et cultures d'origine.
Vous le savez, il s'agit d'une mesure mise en place, à partir du milieu des années soixante-dix, dans le but d'assu-
rer une meilleure intégration, dans le système scolaire français, des enfants venus de l'étranger, de maintenir un
lien avec leur pays natal ou celui de leurs parents, notamment dans la perspective de leur retour. Des accords bila-
téraux ont décidé de l'organisation de ces enseignements. Les premiers pays partenaires furent le Portugal en
1973, l'Italie et la Tunisie en 1974, suivis de l'Espagne et du Maroc en 1975, de la Yougoslavie en 1977, de la Tur-
quie en 1978 et enfin de l'Algérie en 1981. Les cours sont assurés par des enseignants recrutés et rémunérés par
ces pays qui, après présentation aux autorités françaises par les voies administratives régulières, sont installés par
les inspecteurs d'académie.
Réservé initialement aux enfants ayant la nationalité du pays partenaire, cet enseignement s'est, par endroits et
pour certaines langues, ouvert à d'autres élèves. Nous nous en félicitons. Mais, il doit être possible d'aller plus loin
et, là encore, près de trente ans plus tard, de redéfinir les objectifs et modalités de ces accords.
Nous avons commencé à y réfléchir avec nos partenaires étrangers qui ont récemment accepté de répondre favo-
rablement à ma sollicitation. Mardi dernier 22 mai, au cours d'une réunion marquée par une grande qualité
d'écoute, de confiance et par la volonté d'avancer ensemble, j'ai indiqué la voie nouvelle que je souhaite tracer.
Parmi les raisons qui motivent ce désir de rénovation, il nous faut mentionner, en premier lieu, les changements
dans les attentes des familles et de leurs enfants : à la deuxième voire troisième génération, ceux-ci peuvent être
d'ascendance étrangère, ils n'en sont pas moins français pour la très grande majorité d'entre eux. Devons-nous
continuer à les distinguer en leur proposant des cours de langues dites d'origine et en ne les proposant qu'à eux
seuls ? Il me semble bien plutôt que le plan de développement des langues vivantes étrangères à l'école offre une
occasion sans précédent de donner à ces langues une place plus importante encore, plus conforme à leur rôle de
langues de communication et de culture, en concernant un plus grand nombre d'élèves.
En second lieu, notre école doit offrir à tous ses élèves la possibilité réelle de tirer bénéfice de leurs atouts, fruits
d'un héritage familial autant que de leur parcours personnel.
Et ce d'autant que la France a et aura de plus en plus besoin d'habitants, jeunes en particulier, aux compétences
linguistiques affirmées dans des langues diversifiées. Développer ces connaissances répond également à des né-
cessités économiques ; c'est aussi le gage d'une meilleure compréhension entre les pays, d'échanges culturels et
de mobilité des personnes.
Installer ces langues dans le concert des langues vivantes I, II et III, contribuera à leur donner un statut plus affirmé
dans le système éducatif français. Il s'agit également d'éviter que l'introduction de cette nouvelle discipline à l'école
ne se fasse au profit exclusif d'une ou deux langues et de permettre, au contraire, d'élargir, pour tous, les possibili-
tés de choix.
J'ai donc proposé à nos partenaires de mettre en place un plan progressif, concerté et suivi, de transformation des

19/05/2012                                                                                                     166
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


cours de langues et cultures d'origine.
Il ne s'agit pas pour autant de mettre un terme aux enseignements d'ELCO tels qu'ils se déroulent actuellement,
hors temps scolaire et sur la base d'un volontariat mutuel. Il s'agit bien plutôt d'examiner, avec nos partenaires, le
rythme et les possibilités réelles de l'évolution que j'ai esquissée.
Je souhaite que, dès la rentrée scolaire 2001, plusieurs sites soient concernés par une telle transformation.
Cette évolution doit réunir toutes les conditions de réussite, c'est pourquoi elle doit être suivie. Le choix des sites
retenus devra répondre à plusieurs exigences de qualification des intervenants, de viabilité des dispositifs mis en
place, de la possibilité immédiate de poursuivre l'étude de la langue au collège. Comme pour toutes les langues
vivantes enseignées dans les écoles, les maîtres intervenant dans ce cadre recevront une aide sous la forme de
stages de formation, d'un accompagnement pédagogique et de visites des corps d'inspection.

5 - REPENSER LES MISSIONS DES CEFISEM

Dans le domaine de la formation des enseignants, il existe aujourd'hui vingt-deux centres de formation et d'informa-
tion pour la scolarisation des enfants de migrants, les CEFISEM.
Leurs modalités de fonctionnement et leur positionnement institutionnel varient d'une académie à une autre.
L'absence de coordination nationale depuis 1989 peut en partie expliquer cette situation.
Les efforts de chaque centre apparaissent parfois isolés ou dispersés ; l'absence d'harmonisation peut alors affai-
blir leur action voire entraîner des confusions quant aux objectifs poursuivis.
Une coordination est nécessaire. Elle peut, dans un premier temps au moins, se faire par la mise en réseau des
CEFISEM sur un site en ligne du ministère. Les échanges d'information et la réflexion pédagogique en seront facili-
tés.
Sur ce dernier point, je souhaite que l'on fasse davantage connaître et que l'on diffuse largement les outils déjà
existants. Je pense en particulier au document de français langue seconde issu de travaux du conseil national des
programmes. Il vous sera présenté cet après-midi par ses auteurs.
À sa suite, il serait de toute évidence utile et nécessaire de conduire une réflexion - ou plutôt de rassembler au ni-
veau national les éléments de réflexion en cours ici ou là - sur les modalités d'apprentissage des disciplines sco-
laires autres que le français. Il nous faut ainsi concevoir des outils pédagogiques pour les classes d'accueil de col-
lège, en mathématiques, histoire et géographie ou encore en technologie ; nous devons aussi en élaborer pour les
élèves n'ayant pas été scolarisés avant leur arrivée en France et pour lesquels nous ouvrons, en collège, des
classes d'accueil spécifiques dites CLA-ENSA (classes d'accueil pour élèves non scolarisés antérieurement).
Par ailleurs, dans la continuité des journées que nous ouvrons aujourd'hui, l'organisation de rencontres annuelles
des CEFISEM, sous forme de stages de formation continue, m'apparaît hautement souhaitable.
Ces rencontres devraient permettre en particulier d'ajuster les missions des CEFISEM, de les repréciser en fonction
des nouveaux besoins constatés.
Les CEFISEM ont pu naturellement être associés à la mise en place d'actions pédagogiques dans les ZEP ; cer-
tains d'entre eux, d'ailleurs, se sont transformés en centres de ressources pour l'éducation prioritaire. Veillons tou-
tefois à ne pas superposer jusqu'à les confondre ces deux problématiques : il faut aujourd'hui affirmer nettement la
vocation des CEFISEM à accompagner la scolarisation des élèves nouvellement arrivés en France. Même si, bien
sûr, ce suivi et cet accompagnement y sont particulièrement nécessaires, ils ne sauraient se limiter aux seuls éta-
blissements des zones d'éducation prioritaire accueillant des nouveaux arrivants.
L'objectif central de l'intervention des CEFISEM doit demeurer l'intégration scolaire des nouveaux arrivants et, pour
ces derniers, l'apprentissage du français. C'est bien cela, avant tout, que l'institution scolaire attend d'eux ; c'est ce
qui fonde leur singularité et les rend indispensables.
Je souhaite donc que ces deux journées soient mises à profit pour donner un nouvel élan à l'action des CEFISEM.
Plus globalement, mesdames et messieurs, c'est à l'ensemble du sujet qui nous réunit aujourd'hui et sur lequel
vous allez continuer à réfléchir et échanger durant deux jours, que je souhaite donner un essor, une dynamique, un
souffle renouvelés.
C'est à la fois avec ambition et raison, responsabilité et détermination que j'entends personnellement aborder la
question de l'accueil et de la scolarité des nouveaux arrivants. À la croisée de deux des problèmes de société les
plus vivement débattus et si souvent caricaturés - l'école et l'immigration - cette question mérite en effet toute notre
attention et notre engagement.
Si la France peut à juste titre s'enorgueillir d'être le pays le plus visité, la toute première destination touristique au
monde, elle ne peut, dans le même temps, s'étonner, encore moins s'effaroucher d'attirer à elle des hommes, des
femmes et leurs enfants que les conditions économiques ou la situation politique qu'ils éprouvent chez eux, pous-
sent à émigrer.
Elle doit au contraire - et nous devons - organiser leur accueil, vouloir leur intégration.
"Il n'y a pas de culture ni de lien social sans un principe d'hospitalité" nous rappelle opportunément le philosophe
Jacques Derrida. Il ajoute : "Pour que celle-ci soit effective il faut en établir les règles". Une maison ouverte à tous
les vents est en effet vite inhospitalière.

19/05/2012                                                                                                     167
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Partant de l'expérience de tous ceux qui œuvrent quotidiennement dans leur établissement ou dans leur institution,
instruits par l'expertise des chercheurs et responsables associatifs dont plusieurs - et parmi les plus éminents - sont
présents parmi nous et participeront à vos travaux, il nous faut énoncer clairement, formaliser, instituer tout ce que
la "maison-école" se doit de proposer aux nouveaux arrivants.
J'entends que ce soit le meilleur de l'école, de notre école laïque, républicaine. Je souhaite que vous y réfléchissiez
durant ces deux journées non pas de façon abstraite et incantatoire mais, au contraire, de manière efficiente et
concrète.
Votre réflexion collective inspirera, je l'espère, une redéfinition de nos axes de travail prioritaires dans ce domaine,
une refondation de notre ambition commune. En retour, je veillerai à ce que nous vous donnions les moyens de la
réaliser.
Je vous souhaite de bonnes et studieuses journées.

(1) "La francisation à l'épreuve. Pour continuer d'intégrer, il faut préserver la France républicaine et universaliste".
Le Monde, 1991.

L'intégralité des actes des journées nationales de réflexion sur la scolarisation des élèves nouvellement
arrivés en France est paru dans le numéro hors-série n° 3 de la revue Ville-École-Intégration (VEI -
octobre 2001).
Un espace sur le site internet du centre de ressources Ville-École-Intégration du CNDP est consacré à
la mutualisation et à la mise en ligne d'outils pédagogiques.
Une rubrique "actualité CASNAV" mensuellement mise à jour permettra de signaler les informations
émanant de chacun d'entre eux. Elle contribuera ainsi à assurer une meilleure visibilité et la mise en
commun (cycles de formation, colloques, productions diverses, outils pédagogiques, pages web...) des
outils d'information et de formation disponibles dans chaque centre.
Centre Ville-École-Intégration
91, rue Gabriel Péri - 92120 Montrouge
Tél. 01 46 12 87 87
http://www.cndp.fr/vei/




Annexe II
CONVENTION-CADRE ENTRE LE MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, LE MINISTÈRE DE L'EMPLOI
ET DE LA SOLIDARITÉ ET LE FONDS D'ACTION SOCIALE POUR LES TRAVAILLEURS IMMIGRÉS ET LEUR
FAMILLE (FAS)

relative à la scolarisation des élèves nouvellement arrivés de l'étranger en France sans maîtrise suffisante de la
langue française ou des apprentissages scolaires pour intégrer immédiatement une classe de cursus ordinaire

UNE CONVENTION-CADRE

a été signée
entre
Le ministère de l'éducation nationale
représenté par
Monsieur Jean-Paul de Gaudemar,
directeur de l'enseignement scolaire
Le ministère de l'emploi et de la solidarité
représenté par
Monsieur Jean Gaeremynck,
directeur de la population et des migrations
et
Le Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et leur famille (FAS)
représenté par


19/05/2012                                                                                                      168
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Monsieur Olivier Rousselle, directeur

PRÉAMBULE
Des études récentes ont mis en évidence le fait que les élèves de nationalité étrangère ou nés en France de pa-
rents venus de l'étranger ont des performances scolaires équivalentes à celles des autres élèves de même catégo-
rie sociale.
Ce n'est toutefois pas le cas des élèves pour qui l'expérience personnelle de la migration et une scolarisation par-
tielle ou inexistante dans le pays d'origine contrarient souvent le bon déroulement de la scolarité en France.
Des mesures adaptées ont été prises dès les années 1970, pour accueillir et scolariser les élèves nouvellement
arrivés de l'étranger en France, sans maîtrise suffisante de la langue française.
Depuis, ce dispositif s'est étendu et diversifié à tous les niveaux de la scolarité : classes d'initiation (CLIN) et cours
de rattrapage intégrés (CRI) à l'école élémentaire, classes d'accueil au collège, lycée et lycée professionnel (CLA),
classes pour élèves non scolarisés antérieurement (CLA-NSA), modules spécifiques dans le cadre de la Mission
générale d'insertion (MGI) pour les élèves âgés et préalablement peu scolarisés.
Toutefois, ces dernières années, les services du ministère de l'éducation nationale et ceux du ministère de l'emploi
et de la solidarité, dans le cadre des plans départementaux d'accueil constatent des évolutions : les jeunes qui arri-
vent, tout au long de l'année scolaire, sont plus nombreux et souvent plus âgés, leur scolarisation antérieure est
parfois faible et leurs conditions de vie familiale sont plus souvent précaires.
Ces données nouvelles nécessitent de renforcer les moyens liés à la scolarisation ainsi que les actions d'intégration
qui accompagnent et facilitent celle-ci.
La présente convention a pour objet de réaffirmer les principes mis en œuvre par l'école pour favoriser la réussite
scolaire de ces jeunes et répondre aux nouveaux besoins en renforçant le dispositif d'accueil et de scolarisation.
Considérant que :
- le ministère de l'éducation nationale a pour mission de mettre en œuvre des moyens d'instruction et d'éducation
que la nation lui confère au profit des enfants et des jeunes. À cet effet, il assume la responsabilité de l'enseigne-
ment ouvert à tous les enfants d'âge scolaire dès lors qu'ils résident habituellement sur le territoire national ;
- l'école est un lieu déterminant de l'intégration culturelle et sociale des enfants nouvellement arrivés en France, et
que leur réussite scolaire, liée à la maîtrise de la langue française et à la prise en compte de l'expérience scolaire
antérieure, est un facteur essentiel de cette intégration ; qu'à cet effet, la scolarisation de ces élèves, enfants ou
adolescents, doit être une priorité.
- une meilleure connaissance de la culture, des valeurs et des institutions françaises par ces élèves et leurs pa-
rents, de l'apport des migrations dans la société française par l'ensemble des élèves, peut constituer un facteur
positif pour l'intégration des enfants de migrants dans le système éducatif et plus globalement dans la société d'ac-
cueil ;
- leur intégration scolaire est essentielle et nécessite un nombre suffisant de structures d'accueil et d'actions signifi-
catives qui facilitent leur scolarisation ; qu'à ce besoin s'ajoute celui d'une formation complémentaire ou d'une in-
formation en direction des personnels en contact avec ces élèves : enseignants, acteurs du système éducatif,
agents des collectivités locales.
Considérant que :
- le ministère de l'emploi et de la solidarité (direction de la population et des migrations) fixe les orientations, pilote
et anime le dispositif d'accueil des nouveaux arrivants ;
- dans le cadre du dispositif d'accueil des nouveaux arrivants, le ministère de l'emploi et de la solidarité a demandé
aux préfets de mettre en place des plans départementaux d'accueil (PDA) associant tous les services publics et
privés concernés et animés par la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) ;
- le plan départemental d'accueil permet d'élaborer en commun un diagnostic des besoins, de rechercher les moda-
lités de réponses appropriées et d'en organiser la mise en œuvre quand elles ne s'inscrivent pas dans les politiques
de droit commun, de coordonner à cette fin l'action des différents partenaires.
Considérant que :
- le Fonds d'action sociale (FAS) a pour mission de favoriser le soutien à l'intégration et la lutte contre les discrimi-
nations en direction des populations immigrées ou issues de l'immigration ;
- son intervention a pour but d'aider à la réalisation des objectifs éducatifs déterminés par les pouvoirs publics au
travers du financement d'actions complémentaires à celles de l'école ;
- cette intervention ne se substitue pas aux responsabilités des instances du ministère de l'éducation nationale no-
tamment en matière d'enseignement et de formation d'enseignants ni à celles des collectivités territoriales.
Le ministère de l'éducation nationale, le ministère de l'emploi et de la solidarité, le Fonds d'action sociale affirment
leur volonté commune d'agir en complémentarité et conviennent d'une collaboration par cette convention.
Les modalités et domaines de collaboration sont ainsi définis :
Article 1 - Domaines de collaboration
Trois grands domaines de collaboration sont privilégiés :
L'accueil

19/05/2012                                                                                                      169
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


Tout élève nouvellement arrivé dans le système scolaire français doit pouvoir bénéficier, par les services de l'édu-
cation nationale, d'une évaluation de ses compétences scolaires et de son degré de maîtrise de la langue française
en vue d'une orientation qui lui soit la plus favorable et lui permette ainsi d'intégrer, le plus rapidement possible, une
classe du cursus ordinaire.
Tout ce qui peut faciliter l'accueil et l'aide à une scolarisation rapide doit être mis en œuvre.
À ce titre une identification des besoins des jeunes nouvellement arrivés est, par conséquent, indispensable afin
que les différents services de l'État, en liaison étroite avec les collectivités territoriales concernées, puissent appor-
ter des réponses adaptées.
Il est donc important que les services de l'éducation nationale soient présents dans les comités de pilotage des
plans départementaux d'accueil et lors des séances collectives de pré-accueil, organisées par l'Office des migra-
tions internationales (OMI) dont l'objectif est de préparer l'arrivée des familles.
Par ailleurs, la production et la diffusion de documents d'information dans la langue première accompagnés de leur
traduction en français peuvent contribuer à l'amélioration du premier accueil.
La mise en œuvre d'actions qui facilitent et permettent la scolarisation
Ces actions viseront à renforcer prioritairement l'expression orale et écrite en langue française ainsi qu'une meil-
leure connaissance de la société d'accueil (de l'école, du quartier, de la ville, des institutions, des usages et codes
sociaux).
Elles devront faciliter l'accompagnement par les parents de la scolarisation de leurs enfants en les aidant à acquérir
une bonne compréhension du système éducatif. Cette connaissance pourra être favorisée par le recours possible à
des services d'interprétariat lors du premier accueil.
Elles viseront également à mettre en œuvre des initiatives évitant la concentration scolaire dans les établissements
et les classes, en diversifiant les établissements d'accueil et en facilitant notamment le transport des élèves con-
cernés.
Elles devront également aider à la prise en charge des élèves arrivés en France à l'âge limite de l'obligation scolaire
et peu scolarisés dans le pays d'origine afin de leur permettre d'accéder à une formation professionnelle qualifiante.
La formation des acteurs
Le FAS peut, le cas échéant, apporter son soutien et sa participation aux organismes compétents de l'éducation
nationale, IUFM, CEFISEM, centre de formation des inspecteurs et personnels d'encadrement, instituts de forma-
tion des conseillers d'orientation psychologues, pour élaborer et conduire des modules de formation pour les per-
sonnels de l'éducation nationale ; organiser et animer des stages en direction des formateurs du secteur associatif
menant des actions périscolaires ; intervenir dans les stages de formation organisés à l'initiative d'associations ;
assurer la formation continue des personnels (de cantine, d'entretien, ATSEM) relevant de la responsabilité des
communes, par la mise en place de modules centrés sur l'accueil à l'école des élèves nouvellement arrivés en
France.
Article 2 - Modalités d'application
À partir des besoins évalués localement, la présente convention - cadre pourra être déclinée dans chaque acadé-
mie.
Un programme d'actions sera élaboré par les représentants du ministère de l'éducation nationale, du ministère de
l'emploi et la solidarité et du fonds d'action sociale, avec les différents partenaires concernés.
Ces actions seront mises en œuvre par les établissements relevant de l'éducation nationale (lycées, collèges,
écoles, instituts et centres de formation), des associations, des collectivités ou des établissements publics et seront
élaborées dans le cadre de projets et d'objectifs communs.
Article 3 - Suivi et évaluation de la convention
Un comité de suivi de la présente convention est mis en place sur le plan national. Il est composé de représentants
des trois directions signataires. Il se réunira au moins une fois par an.
Il veillera au bon respect des clauses de la présente convention et mettra en œuvre des modalités de suivi et d'éva-
luation des actions engagées.
Les services des rectorats, des inspections académiques, des directions départementales des affaires sanitaires et
sociales, des directions régionales du FAS, participant aux plans départementaux d'accueil, pourront signaler au
comité de suivi national les éventuelles difficultés liées à l'accueil et à la scolarisation. Une analyse des obstacles
rencontrés sera alors conduite afin d'y remédier dans les meilleures conditions.
Article 4 - Durée de la convention
La présente convention est conclue pour une durée de deux ans à compter de la date de sa signature.

Fait à Paris, le 7mars 2001

Pour le ministre de l'éducation nationale
et par délégation,
Le directeur de l'enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR

19/05/2012                                                                                                     170
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


Pour la ministre de l'emploi et de la solidarité
et par délégation,
Le directeur de la population et des migrations
Jean GAEREMYNCK
Le directeur du Fonds d'action sociale
pour les travailleurs immigrés et leur famille
Olivier ROUSSELLE




19/05/2012                                                                      171
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales




BO n°23 - 13 juin 1991
Directives générales pour l’établissement
du règlement type départemental des Écoles
maternelles et élémentaires

Circulaire n°91-124 du 6 juin 1991
(Éducation nationale: bureau DE 10)
Texte adressé aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale s/c des recteurs.
En application des dispositions de l’article 9 du décret n" 90-788 du 6 septembre 1990, il vous appartient d'arrêter le règlement
type des écoles maternelles et élémentaires publiques pour votre département après avoir consulté le conseil de l’Éducation
nationale institué dans le département.
A cet effet, vous voudrez bien vous référer aux directives générales énoncées ci-après.

Titre 1. Admission et inscription
1.1. Admission à l’école maternelle
Les enfants dont l’état de santé et de maturation physiologique et psychologique constaté par le médecin de famille est compa-
tible avec la vie collective en milieu scolaire peuvent être admis à l’école maternelle, en classe ou en section maternelle. Cette
admission est prononcée, dans la limite des places disponibles, au profit des enfants âgés de deux ans révolus au jour de la
rentrée scolaire.
L’inscription est enregistrée par le directeur de l’école sur présentation d'une fiche d'état civil ou du livret de famille, d'un certi-
ficat du médecin de famille, du carnet de santé attestant que l’enfant a subi les vaccinations obligatoires pour son âge ou justifie
d'une contre-indication et du certificat d’inscription délivré par le maire de la commune dont dépend l’école. Ce dernier docu-
ment lorsque la commune dispose de plusieurs écoles publiques, celle que l’enfant fréquentera.
II convient de rappeler qu'aucune discrimination ne peut être faite pour l’admission dans les classes maternelles d'enfants étran-
gers, conformément aux principes généraux du droit. La circulaire n°84 -246 du 16 juillet 1984 relative aux modalités
d’inscription des élèves étrangers dans l’enseignement du premier et du second degré, publiée au Bulletin officiel n°30 du 26
juillet 1984, a donné toutes précisions utiles à ce sujet.
1.2. Admission à l’école élémentaire
Doivent être présentés à l’école élémentaire, à la rentrée scolaire, les enfants ayant six ans révolus au 31 décembre de l’année
en cours.
Le directeur procède l’admission à l’école élémentaire sur présentation par la famille d'une fiche d'état civil ou du livret de
famille, du carnet de santé attestant que l’enfant a subi les vaccinations obligatoires pour son âge ou justifie d'une contre-
indication et du certificat médical d'aptitude prévu à l’article premier du décret n°46-2698 du 26 novembre 1946 ainsi que du
certificat d'inscription délivré par le maire de la commune dont dépend l’école. Ce document indique , lorsque la commune
dispose de plusieurs écoles publiques, celle que l’enfant doit fréquenter.
L’instruction est obligatoire pour les enfants des deux sexes français et étrangers à partir de six ans et aucune discrimination
pour l’admission d'enfants étrangers à l’école élémentaire ne peut être faite (cf. circulaire n°84-246 du 16 juillet 1984 citée au
1.1. ci-dessus).
1.3. Dispositions communes
Les modalités d'admission à l’école maternelle et élémentaire définies ci-dessus ne sont applicables que lors de la première
inscription dans l’école concernée.
En cas de changement d'école, un certificat de radiation émanant de l’école d'origine doit être présenté. En outre, le livret sco-
laire est remis aux parents sauf si ceux-ci préfèrent hisser le soin au directeur d'école de transmettre directement ce document à
son collègue.
Le directeur d'école est responsable de la tenue du registre des élèves inscrits. II veille à l’exactitude et à l’actualisation des
renseignements qui figurent sur ce document.




19/05/2012                                                                                                                  172
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



Titre 2 Fréquentation et obligation scolaires
2.1. École maternelle
L'inscription à l’école maternelle implique l’engagement, pour la famille, d'une bonne fréquentation souhaitable pour le déve-
loppement de la personnalité de l’enfant et le préparant ainsi à recevoir la formation donnée par l’école élémentaire. À défaut
d'une fréquentation régulière, l’enfant pourra être rayé de la liste des inscrits et rendu à sa famille par le directeur de l’école qui
aura, préalablement à la décision, réuni l’équipe éducative prévue à l’article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990.
2.2. École élémentaire
2.2. 1. La fréquentation régulière de l’école élémentaire est obligatoire, conformément aux textes législatifs et réglementaires
en vigueur.
2.2.2. Absence
Les absences sont consignées, chaque demi-journée, dans un registre spécial tenu par le maître.
Toute absence est immédiatement signalée aux parents de l’élève, ou à la personne à qui il est confié, qui doivent dans les qua-
rante-huit heures en faire connaître les motifs avec production, le cas échéant, d'un certificat médical.
A la fin de chaque mois, la directrice ou le directeur d'école signale à l’inspecteur d'académie, directeur des services départe-
mentaux de l’éducation nationale, les élèves dont l’assiduité est irrégulière, c’est-à-dire ayant manqué la classe sans motif Iégi-
time ni excuses valables au moins quatre demi-journées dans le mois.
Toutefois, des autorisations d'absence peuvent être accordées par le directeur, à la demande écrite des familles, pour répondre à
des obligations de caractère exceptionnel.
2.3. Dispositions communes : horaires et aménagement du temps scolaire
L’inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, fixe les heures d'entrée et de sortie
des écoles dans le cadre du règlement type départemental, après consultation du conseil de l’Éducation nationale institué dans
le département et de la ou des communes intéressées. La liste des écoles, avec indication, pour chacune d'entre elles, des ho-
raires arrêtés par l’inspecteur d’académie est annexée au règlement. Toute modification de ces horaires doit être précédée des
consultations précitées.
Deux catégories d'écoles figurent sur cette liste.:
— celles dont les horaires sont conformes la réglementation nationale,
— celles qui dérogent aux règles nationales concernant l’organisation du temps scolaire.
2.3. 1. Horaires conformes à la réglementation nationale ; (semaines de 26 heures)
La durée hebdomadaire de la scolarité à l’école maternelle et à l’école élémentaire est fixée par l’article premier de l’arrêté du
1er août 1990 à 26 heures. La réduction de la durée hebdomadaire de la scolarité de 27 à 26 heures résultant de cet arrêté doit
être opérée avec souplesse. Plusieurs formules sont envisageables. Ainsi, par exemple, les classes peuvent se terminer une
heure plus tôt un jour dans la semaine, une demi-heure deux jours par semaine ou un quart d'heure quatre jours par semaine. En
aucun cas la journée scolaire ne peut dépasser six heures. Les décisions qui seront prises en la matière, sur proposition du con-
seil d'école, doivent recueillir le plus large consensus de l’ensemble des membres de la communauté éducative.
2.3.2. Dérogations aux règles nationales concernant l’organisation du temps scolaire
Lorsque le conseil d'école souhaite adopter un aménagement du temps scolaire qui déroge aux règles fixées par l’article premier
de l’arrêté du 1er août 1990 (26 heures d'enseignement hebdomadaire), par l’arrêté du 12 mai 1972 (interruption des cours le
mercredi) ou par l’arrêté ministériel fixant le calendrier des vacances scolaires, le cas échéant adapté par le recteur, il élabore
un projet d'organisation du temps scolaire dans les conditions définies par le décret n°91-383 du 22 avril 1991 et explicitées par
la circulaire n°91-099 du 24 avril 1991.
Ce projet doit être autorisé par l’inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, con-
formément aux dispositions des textes précités.
2.3.3. Pouvoirs du maire
En application de l’article 27 de la loi n°83-663 du 22 juillet 1983 et dans les conditions fixées par la circulaire du 13 no-
vembre 1985, le maire peut modifier les heures d'entrée et de sortie fixées par l’inspecteur d'académie pour prendre en compte
des circonstances locales.
Cette décision ne peut avoir pour effet de modifier la durée de la semaine scolaire ni l’équilibre des rythmes scolaires des
élèves

Titre 3. Vie scolaire
3.1. Dispositions générales


19/05/2012                                                                                                                 173
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


La vie des élèves et l’action des enseignants sont organisées de manière à permettre d’atteindre les objectifs fixés à l’article
premier du décret n° 90-788 du 6 septembre 1990.
Le maître s'interdit tout comportement, geste ou parole qui traduirait indifférence ou mépris à l’égard de l’élève ou de sa fa-
mille, ou qui serait susceptible de blesser la sensibilité des enfants.
De même les élèves, comme leurs familles, doivent s'interdire tout comportement, geste ou parole qui porterait atteinte à la
fonction ou la personne du maître et au respect dû à leurs camarades ou aux familles de ceux-ci .
3.2. Récompenses et sanctions
Le règlement type départemental peut prévoir des mesures d'encouragement au travail et des récompenses.
3.2. 1. École maternelle
L'école joue un rôle primordial dans la socialisation de l’enfant : tout doit être mis en œuvre pour que son épanouissement y
soit favorisé. C'est pourquoi aucune sanction ne peut être infligée. Un enfant momentanément difficile pourra, cependant, être
isolé pendant le temps, très court, nécessaire à lui faire retrouver un comportement compatible avec la vie du groupe. II ne
devra à aucun moment être laissé sans surveillance.
Toutefois, quand le comportement d'un enfant perturbe gravement et de façon durable le fonctionnement de la classe et traduit
une évidente inadaptation au milieu scolaire, la situation de cet enfant doit être soumise à l’examen de l’équipe éducative, pré-
vue à l’article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990, à laquelle participeront le médecin chargé du contrôle médical sco-
laire et/ou un membre du réseau d'aides spécialisés.
Une décision de retrait provisoire de l’école peut être pensé par le directeur, après un entretien avec les parents et en accord
avec l’inspecteur de l’Éducation nationale.
Dans ce cas, des contacts fréquents doivent être maintenus entre les parents et l’équipe pédagogique de façon à permettre dans
les meilleurs délais sa réinsertion dans le milieu scolaire.
3.2.2. École élémentaire
Le maître ou l’équipe pédagogique de cycle doit obtenir de chaque élève un travail à la mesure de ses capacités. En cas de
travail insuffisant, après s'être interrogé sur ses causes, le maître ou l’équipe pédagogique de cycle décidera des mesures appro-
priées.
 Tout châtiment corporel est strictement interdit.
Un élève ne peut être privé de la totalité de la récréation à titre de punition.
Les manquements au règlement intérieur de l’école, et, en particulier, toute atteinte à l’intégrité physique ou morale des autres
élèves ou des maîtres peuvent donner lieu à des réprimandes qui sont, le cas échéant, portées à la connaissance des familles.
II est permis d'isoler de ses camarades, momentanément et sous surveillance, un enfant difficile ou dont le comportement peut
être dangereux pour lui-même ou pour les autres.
Dans le cas de difficultés particulièrement graves affectant le comportement de l’élève dans son milieu scolaire, sa situation
doit être soumise à l'examen de l’équipe éducative, prévue l’article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990.
Le médecin chargé du contrôle médical scolaire et/ou un membre du réseau d'aides spécialisées devront obligatoirement parti-
ciper à cette réunion.
S'il apparaît, après une période probatoire d'un mois, qu'aucune amélioration n'a pu être apportée au comportement de l’enfant,
une décision de changement d'école pourra être prise par l’inspecteur de l’Éducation nationale, sur proposition du directeur et
après avis du conseil d'école. La famille doit être consultée sur le choix de la nouvelle école. Elle peut faire appel de la décision
de transfert devant l’inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale.

Titre 4. Usage des locaux - Hygiène et sécurité
4.1. Utilisation des locaux - responsabilité
L'ensemble des locaux scolaires est confié au directeur, responsable de la sécurité des personnes et des biens, sauf lorsqu'il est
fait application des dispositions de l’article 25 de la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983 qui permet au maire d’utiliser, sous sa
responsabilité, après avis du conseil d'école, les locaux scolaires pendant les heures ou périodes au cours desquelles ils ne sont
pas utilisés pour les besoins de la formation initiale et continue.
La maintenance de l’équipement des locaux scolaires, du matériel d'enseignement et des archives scolaires est assurée dans les
conditions fixées par le règlement intérieur de l’école.
4.2. Hygiène
Le règlement intérieur de l’école établit les différentes mesures quotidiennes destinées à répondre à ce besoin.
A l’école maternelle et à l’école élémentaire, le nettoyage des locaux est quotidien et l’aération suffisante pour les maintenir en
état de salubrité. Les enfants sont, en outre, encouragés par leur maître à la pratique quotidienne de l’ordre et de l’hygiène.

19/05/2012                                                                                                               174
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Dans les classes et sections maternelles, le personnel spécialisé de statut communal est notamment chargé de l’assistance au
personnel enseignant pour les soins corporels à donner aux enfants.
4.3. Sécurité
Le médecin chargé du contrôle médical scolaire et/ou des exercices de sécurité ont lieu suivant la réglementation en vigueur.
Ces consignes de sécurité doivent être affichées dans l’école. Le registre de sécurité, prévu à l’article R 123.51 do code de la
construction et de l’habitation, est communiqué au conseil d'école. Le directeur, de son propre chef ou sur proposition du con-
seil d'école, peut saisir la commission locale de sécurité.
4.4. Dispositions particulières
Le règlement intérieur de l’école peut prévoir une liste de matériels ou objets dont l’introduction à l’école est prohibée.
Seules peuvent être organisées par l’école les collectes autorisées au niveau national par le ministre chargé de l’éducation. Les
souscriptions ou tombolas peuvent être autorisées par l’inspecteur de l’Éducation nationale sur proposition du directeur et après
avis du conseil d'école.

Titre 5. Surveillance
5.1. Dispositions générales
La surveillance des élèves, durant les heures d’activité scolaire, doit être continue et leur sécurité doit être constamment assurée
en tenant compte de l’état et de la distribution des locaux et du matériel scolaire et de la nature des activités proposées.
5.2. Modalités particulières de surveillance
L'accueil des élèves est assuré dix minutes avant l’entrée en classe.
Le service de surveillance, à l'accueil et à la sortie des classes, ainsi que pendant les récréations, est réparti entre les maîtres en
conseil des maîtres de l’école.
5.3, Accueil et remise des élèves aux familles
5.3.1. Dispositions particulières à l’école maternelle et à l’école élémentaire
Les enfants sont rendus à leur famille, à l’issue des classes du matin et de l’après-midi sauf s'ils sont pris en charge, à la de-
mande de la famille, par un service de garde, de cantine ou de transport.
5.3.2. Dispositions particulières à l’école maternelle
Dans les classes et sections maternelles, les enfants sont remis, par les parents ou les personnes qui les accompagnent, soit au
service d'accueil, soit au personnel enseignant chargé de la surveillance, conformément aux dispositions du paragraphe 5.2. ci-
dessus.
Ils sont repris, à la fin de chaque demi-journée, par les parents ou par toute personne nommément désignée par eux par écrit et
présentée par eux au directeur.
Les modalités pratiques d'accueil et de remise aux parents sont prévues par le règlement de l’école.
L'exclusion temporaire d'un enfant, pour une période ne dépassant pas une semaine, peut être prononcée par le directeur, après
avis du conseil d'école, en cas ou de mauvaise volonté évidente des parents pour reprendre leur enfant à la sortie de chaque
classe, aux heures fixées par le règlement intérieur.
5.4. Participation de personnes étrangères à l’enseignement
5.4.1. Rôle du maître
Certaines formes d'organisation pédagogique nécessitent la répartition des élèves en plusieurs groupes rendant impossible une
surveillance unique.
Dans ces conditions, le maître, tout en prenant en charge l’un des groupes ou en assurant la coordination de l’ensemble du dis-
positif, se trouve déchargé de la surveillance des groupes confiés à des intervenants extérieurs (animateurs, moniteurs
d’activités physiques et sportives, parents d’élèves, etc.). sous réserve que :
— le maître par sa présence et son action assume de façon permanente la responsabilité pédagogique de l’organisation et de la
mise en œuvre des activités scolaires,
— le maître sache constamment où sont tous ses élèves,
— les intervenants extérieurs aient été régulièrement autorisés ou agréés conformément aux dispositions des paragraphes 5.4.2.
et 5.4.4. ci-dessous,
— les intervenants extérieurs soient placés sous l'autorité du maître.
5.4.2, Parents d’élèves
En cas de nécessité et pour l'encadrement des élèves au cours d'activités scolaires se déroulant à l’extérieur de l’école pendant
le temps scolaire, le directeur peut accepter ou solliciter la participation de parents volontaires agissant à titre bénévole

19/05/2012                                                                                                                 175
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


II peut également, sur proposition du conseil des maîtres de l’école, autoriser des parents d’élèves à apporter au maître une
participation à l’action éducative.
II sera précisé à chaque fois le nom du parent, l’objet, la date, la durée et le lieu de l’intervention sollicitée.
5.4.3. Personnel communal
Le personnel spécialisé de statut communal accompagne au cours des activités extérieures les élèves des classes maternelles ou
sections enfantines ou un groupe de ces élèves désigné par le directeur.
5.4.4. Autres participants
L'intervention de personnes apportant une contribution à l’éducation dans le cadre des activités obligatoires d'enseignement est
soumise à l’autorisation du directeur d'école, après avis du conseil des maîtres de l’école. Cette autorisation ne peut excéder la
durée de l’année scolaire.
L'inspecteur de l’éducation nationale doit être informé en temps utile de ces décisions. Pour que des personnes appartenant à
une association puissent être autorisées par le directeur à intervenir régulièrement pendant le temps scolaire, cette association
doit avoir été préalablement habilitée par le recteur conformément aux dispositions du décret n°90-620 du 13 juillet 1990.
II est rappelé, par ailleurs, que l’agrément d’intervenants extérieurs n'appartenant pas à une association habilitée demeure de la
compétence de l’inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, dans les domaines
visés par la note de service n°87-373 du 23 novembre 1987

Titre 6. Concertation entre les familles et les enseignants
Le conseil d'école exerce les fonctions prévues par le décret n°90-788 du 6 septembre 1990.
Le règlement de l’école peut fixer, en plus des dispositions réglementaires, d'autres mesures propres à favoriser la liaison entre
les parents et les enseignants. Ainsi, les modalités d'information des parents ou l’organisation de visites de l'établissement peu-
vent être prévues.
Le directeur réunit les parents de l’école ou d'une seule classe, chaque rentrée, et chaque fois qu'il le juge utile.

Titre 7. Dispositions finales
Le règlement intérieur des écoles maternelles et des écoles élémentaires publiques est établi par le conseil d'école compte tenu
des dispositions du règlement départemental .
II est approuvé ou modifié chaque année lors de la première réunion du conseil d'école.
Les circulaires n° 86-018 du 9 janvier 1986 et n° 86-312 du 20 octobre 1986 sont abrogées.

                                                                                                Pour le ministre d’État et par délégation :
                                                                                                                  Le directeur des Écoles,
                                                                                                                              J. FERRIER




19/05/2012                                                                                                                  176
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



INSPECTION ACADEMIQUE DE                                                            ST-ETIENNE, le 2 septembre 1991
         LA LOIRE
             *****
           I.E.N.A.
     REF. : 91/92-15
                                                           L'Inspecteur d'Académie de la Loire,

                                                           à Mesdames les Directrices
                                                             Messieurs les Directeurs
                                                             des écoles publiques du département


           REGLEMENT INTERIEUR DES ECOLES

I - Établissement DU REGLEMENT
         Dès la p r emièr e r éuni o n d u Co nseil d 'éco le, il vo us ap p artiend ra d 'étab lir le règlement i ntérieur
en tenant co mp te d es d isp o sitio ns d u r èglement d ép artemental q ui a été arrêté le 2 4 j uin 1 9 9 1 , ap rès
co nsultatio n d u Co nseil Dép ar temental d e 1 'Ed ucatio n N atio nale
         Ce d ernier r ep r end exactement les d isp o sitio ns d e la circulaire n° 9 1 -1 2 4 d u 6 j uin 1 9 9 1 (B O n°
2 3 d u 1 3 j uin 1 9 9 1 ) co ncer nant les « Directives générales p o ur l'étab lissement d u règlement d ép art e-
mental d es éco les mater nelles et élémentaires » à laq uelle vo us vo ud rez b ien vo us r ep o rter.
         Vo us étab lir ez le r èglement intér ieur d e vo tre éco le en rep renant les mêmes d isp o sitio ns sa ns y
a ppo rter de mo dif ica t io ns . En effet, en cas d e reco urs co ntentieux, le T rib unal Ad ministratif p ro no n-
cerait une annulatio n, co nsid ér ant q u'a l’ex cep tio n d e q uelq ues d isp o sitio ns ra p p elées au § II ci -
d esso us, ce règlement d o it êtr e co nfo r me aux d irectives générales.
         Afin d e vo us faciliter la tâche, vo us tro uverez en annexe, une étud e récap itulative d es mo d ific a-
tio ns ap p o rtées p ar le no uveau r èglemen t p ar rap p o rt au p récéd ent.

II - DISPOSITIONS PARTICULIERES POUVANT êTRE INTRODUITES DANS LE
REGLEMENT INTERIEUR
1 - TITRE 2 : " Fréquent a t io n et o blig a tio n sco la ire "

         2 -3 Ho r air es et aménagement d u temp s sco laire
                    Ho r air e d ép ar temental fixé p ar 1 'Insp ecteur d 'Acad émie : 8 h 3 0 - 1 1 h 3 0
                    13 h 30 - 16 h 30
         Cet ho rair e p eut êtr e mo d ifié p ar d écisio n d u Maire, so us réserve d e ne p as entraîner d e mo d if i-
c atio n d e la j o ur née ni d e la semaine sco laires.

[...]
L'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, fixe les
heures d'entrée et de sortie des écoles dans le cadre du règlement type départemental, après consulta-
tion du conseil de l’Éducation nationale institué dans le département et de la ou des communes inté-
ressées.
Il convient donc de se reporter aux directives départementales pour l’année en cours.

2 - TITRE 3 : "Vie sco la ire "
        Réco mp enses et sanctio ns : le r èglement intérieur p eut p révo ir d es mesures d 'enco uragement au
travail et d es r éco mp enses.

19/05/2012                                                                                                      177
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


3 - TITRE 4 : "H y g iène et sécurit é "
          4 -1 Utilisatio n d es lo caux : la maintenance d e l'éq uip ement d es lo caux sco laires, d u matériel
d 'enseignement et d es ar chives sco lair es, est assurée d ans les co nd itio ns fixées p ar le règlement int é-
r ieur.
          4 -2 Hygiène la r églement atio n étab lit les d ifférentes mesures q uo tid iennes d estinées à rép o nd re
à ce b eso in.
          4 -4 Disp o sitio ns p ar ticulièr es la réglementatio n p eut p révo ir une liste d e matériels o u o b j ets
d o nt l’intro d uctio n à l'éco le est p r o hib ée.
4 - TITRE 5 : "Surv eilla nce "
        5 -3 -2 : d isp o sitio ns p ar ticulièr es à l'éco le maternelle : les mo d alités p ratiq ues d 'accueil et d e
r emise aux p ar ents so nt -p r évues p ar le règlement intérieur.
5 - TITRE 6 : "Co ncert a t io n ent re les pa rents et les·enseig na nts "
           Le règlement intér ieur p eut fixer, en p lus d es d isp o sitio ns réglementaires, d 'autres mesures
p r o p res à favo r iser la liaiso n entr e les p arents et les enseignants.



                                                                        Pour 1'Inspecteur d'Académie,
                                                                 L'Inspecteur de 1'Education nationale Adjoint

                                                                              Yvon MORDELET


,




19/05/2012                                                                                                       178
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales




Exemples de modifications pouvant être apportées au règlement intérieur type
2 - 3 Dispositions communes: horaires et aménagement du temps scolaire

    L'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale, fixe les heures d'entrée et de sortie
des écoles dans le cadre du règlement type départemental, après consultation du conseil de l’Éducation nationale institué dans
le département et de la ou des communes intéressées. La liste des écoles, avec indication, pour chacune d’entre elles, des ho-
raires arrêtés par l’inspecteur d’académie, est annexée au règlement. Toute modification de ces horaires doit être précédée des
consultations précitées.
   Deux catégories d’écoles figurent sur cette liste :
   - celles dont les horaires sont conformes à la réglementation nationale.
   - celles qui dérogent aux règles nationales concernant l’organisation du temps scolaire.
   La durée hebdomadaire de la scolarité à l'école élémentaire est fixée à 24 heures par la lettre de l'Inspection Académique
(IENA 92/63-47). Les trois heures hebdomadaires de différence par rapport à la norme de 26 heures sont récupérées en douze
jours supplémentaires de classe qui sont répartis ainsi :
   ...
   Les conférences pédagogiques, concertations et conseils d'école sont organisés en dehors des heures de classe.
3 - 2 - 2 École élémentaire

    Le maître ou l'équipe pédagogique doit obtenir de chaque élève un travail à la mesure de ses capacités. En cas de travail in-
suffisant, après s'être interrogé sur ses causes, le maître ou l'équipe pédagogique décidera des mesures appropriées.
   Tout châtiment corporel est strictement interdit.
   Un élève ne peut être privé de la totalité de la récréation à titre de punition.
    Les manquements au règlement intérieur de l'école et en particulier toute atteinte à l'intégrité physique ou morale des autres
élèves ou des maîtres peuvent donner lieu à des réprimandes qui sont, le cas échéant, portées à la connaissance des familles.
   Il est permis d'isoler de ses camarades, momentanément et sous surveillance, un enfant difficile ou dont le comportement
peut être dangereux pour lui-même ou pour les autres.
   Dans le cas de difficultés particulièrement graves affectant le comportement de l'élève dans son milieu scolaire, sa situation
doit être soumise à l'examen de l'équipe éducative prévue à l'article 21 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990.
   Le médecin chargé du contrôle médical scolaire et/ou un membre du réseau d'aides spécialisées devront obligatoirement
participer à cette réunion.
    S'il apparaît après une période probatoire d'un mois qu'aucune amélioration n'a pu être apportée au comportement de l'en-
fant, une décision de changement d'école pourra être prise par l'inspecteur de l’Éducation nationale sur proposition du directeur
et après avis du conseil d'école. La famille doit être consultée sur le choix de la nouvelle école. Elle peut faire appel de la déci-
sion de transfert devant l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’Éducation.
    Le port par les élèves de signes discrets, manifestant leur attachement personnel à des convictions notamment religieuses,
est admis dans l’établissement. Mais les signes ostentatoires, qui constituent en eux-mêmes des éléments de prosélytisme ou de
discrimination, sont interdits. Sont interdits aussi les attitudes provocatrices, les manquements aux obligations d’assiduité et de
sécurité, les comportements susceptibles de constituer des pressions sur d’autres élèves, de perturber le déroulement des activi-
tés d’enseignement ou de troubler l’ordre dans l’établissement.




19/05/2012                                                                                                               179
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                            B.O. N°21 du 27 mai 2004


           Port de signes ou de tenues manifestant
              une appartenance religieuse dans les
                 écoles, collèges et lycées publics

NOR : MENG0401138C
RLR : 502-2
CIRCULAIRE N°2004-084 Du 18-5-2004 JO du 22-5-2004
MEN
DAJ



Réf. : L. n° 2004-228 du 15-3-2004 (JO du 17-3-2004) Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices
et inspecteurs d’académie, directeurs et directrices des services départementaux de l’éducation nationale



  La loi du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une
appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics, marque la volonté très largement partagée de réaffirmer
l’importance de ce principe indissociable des valeurs d’égalité et de respect de l’autre. Elle témoigne de la volonté des repré-
sentants de la Nation de conforter l’école de la République.
La présente circulaire précise les modalités d’application de la loi du 15 mars 2004. Elle abroge et remplace la circulaire du
12 décembre 1989 relative à la laïcité, au port de signes religieux par les élèves et au caractère obligatoire des enseigne-
ments, la circulaire du 26 octobre 1993 sur le respect de la laïcité, et la circulaire du 20 septembre 1994 relative au port de
signes ostentatoires dans les établissements scolaires.


I - Les principes
La loi du 15 mars 2004 est prise en application du principe constitutionnel de laïcité qui est un des fondements de l’école
publique. Ce principe, fruit d’une longue histoire, repose sur le respect de la liberté de conscience et sur l’affirmation de
valeurs communes qui fondent l’unité nationale par-delà les appartenances particulières.
L’école a pour mission de transmettre les valeurs de la République parmi lesquelles l’égale dignité de tous les êtres humains,
l’égalité entre les hommes et les femmes et la liberté de chacun y compris dans le choix de son mode de vie. Il appartient à
l’école de faire vivre ces valeurs, de développer et de conforter le libre arbitre de chacun, de garantir l’égalité entre les
élèves et de promouvoir une fraternité ouverte à tous. En protégeant l’école des revendications communautaires, la loi con-
forte son rôle en faveur d’un vouloir-vivre-ensemble. Elle doit le faire de manière d’autant plus exigeante qu’y sont accueillis
principalement des enfants.
L’État est le protecteur de l’exercice individuel et collectif de la liberté de conscience. La neutralité du service public est à cet
égard un gage d’égalité et de respect de l’identité de chacun.
En préservant les écoles, les collèges et les lycées publics, qui ont vocation à accueillir tous les enfants, qu’ils soient croyants
ou non croyants et quelles que soient leurs convictions religieuses ou philosophiques, des pressions qui peuvent résulter des
manifestations ostensibles des appartenances religieuses, la loi garantit la liberté de conscience de chacun. Elle ne remet pas
en cause les textes qui permettent de concilier, conformément aux articles L. 141-2, L. 141-3 et L. 141-4 du code de
l’éducation, l’obligation scolaire avec le droit des parents de faire donner, s’ils le souhaitent, une instruction religieuse à leurs
enfants.
Parce qu’elle repose sur le respect des personnes et de leurs convictions, la laïcité ne se conçoit pas sans une lutte détermi-
née contre toutes les formes de discrimination. Les agents du service public de l’éducation nationale doivent faire preuve de
la plus grande vigilance et de la plus grande fermeté à l’égard de toutes les formes de racisme ou de sexisme, de toutes les
formes de violence faite à un individu en raison de son appartenance réelle ou supposée à un groupe ethnique ou religieux.
Tout propos, tout comportement qui réduit l’autre à une appartenance religieuse ou ethnique, à une nationalité (actuelle ou
d’origine), à une apparence physique, appelle une réponse. Selon les cas, cette réponse relève de l’action pédagogique,
disciplinaire, voire pénale. Elle doit être ferme et résolue dans tous les cas où un élève ou un autre membre de la commu-
nauté éducative est victime d’une agression (qu’elle soit physique ou verbale) en raison de son appartenance réelle ou sup-
posée à un groupe donné.
Parce que l’intolérance et les préjugés se nourrissent de l’ignorance, la laïcité suppose également une meilleure connaissance
réciproque y compris en matière de religion. À cet égard, les enseignements dispensés peuvent tous contribuer à consolider
les assises d’une telle connaissance. De même, les activités de “vivre ensemble” à l’école primaire, l’éducation civique au
collège ou l’éducation civique, juridique et sociale au lycée constituent des moments privilégiés pour faire progresser la tolé-
rance et le respect de l’autre. Plus spécifiquement, les faits religieux, notamment quand ils sont des éléments explicites des
programmes, comme c’est le cas en français et en histoire, doivent être utilisés au mieux dans les enseignements pour ap-
porter aux élèves les éléments de culture indispensables à la compréhension du monde contemporain.




19/05/2012                                                                                                                180
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


II - Le champ d’application de la loi
Aux termes du premier alinéa de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation, “dans les écoles, les collèges et les lycées pu-
blics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est inter-
dit”.
2.1 La loi interdit les signes et les tenues qui manifestent ostensiblement une appartenance religieuse
Les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire immédiatement reconnaître par son apparte-
nance religieuse tels que le voile islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de dimension mani-
festement excessive. La loi est rédigée de manière à pouvoir s’appliquer à toutes les religions et de manière à répondre à
l’apparition de nouveaux signes, voire à d’éventuelles tentatives de contournement de la loi.
La loi ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux discrets.
Elle n’interdit pas les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des élèves en dehors de toute signification
religieuse. En revanche, la loi interdit à un élève de se prévaloir du caractère religieux qu’il y attacherait, par exemple, pour
refuser de se conformer aux règles applicables à la tenue des élèves dans l’établissement.
2.2 La loi s’applique aux écoles, aux collèges et aux lycées publics
La loi s’applique à l’ensemble des écoles et des établissements d’enseignement scolaire publics. Dans les lycées, la loi
s’applique à l’ensemble des élèves, y compris ceux qui sont inscrits dans des formations post-baccalauréat (classes prépara-
toires aux grandes écoles, sections de technicien supérieur).
La loi s’applique à l’intérieur des écoles et des établissements et plus généralement à toutes les activités placées sous la
responsabilité des établissements ou des enseignants y compris celles qui se déroulent en dehors de l’enceinte de
l’établissement (sortie scolaire, cours d’éducation physique et sportive...).
2.3 La loi ne modifie pas les règles applicables aux agents du service public et aux parents d’élèves
Les agents contribuant au service public de l’éducation, quels que soient leur fonction et leur statut, sont soumis à un strict
devoir de neutralité qui leur interdit le port de tout signe d’appartenance religieuse, même discret. Ils doivent également
s’abstenir de toute attitude qui pourrait être interprétée comme une marque d’adhésion ou au contraire comme une critique
à l’égard d’une croyance particulière. Ces règles sont connues et doivent être respectées.
La loi ne concerne pas les parents d’élèves. Elle ne s’applique pas non plus aux candidats qui viennent passer les épreuves
d’un examen ou d’un concours dans les locaux d’un établissement public d’enseignement et qui ne deviennent pas de ce seul
fait des élèves de l’enseignement public. Ceux-ci doivent toutefois se soumettre aux règles d’organisation de l’examen qui
visent notamment à garantir le respect de l’ordre et de la sécurité, à permettre la vérification de l’identité des candidats ou à
prévenir les risques de fraudes.
2.4 Les obligations qui découlent, pour les élèves, du respect du principe de laïcité ne se résument pas à la
question des signes d’appartenance religieuse
La loi du 15 mars 2004 complète sur la question du port des signes d’appartenance religieuse le corpus des règles qui garan-
tissent le respect du principe de laïcité dans les écoles, collèges et lycées publics.
Les convictions religieuses des élèves ne leur donnent pas le droit de s’opposer à un enseignement. On ne peut admettre par
exemple que certains élèves prétendent, au nom de considérations religieuses ou autres, contester le droit d’un professeur,
parce que c’est un homme ou une femme, d’enseigner certaines matières ou le droit d’une personne n’appartenant pas à
leur confession de faire une présentation de tel ou tel fait historique ou religieux. Par ailleurs, si certains sujets appellent de
la prudence dans la manière de les aborder, il convient d’être ferme sur le principe selon lequel aucune question n’est exclue
a priori du questionnement scientifique et pédagogique.
Les convictions religieuses ne sauraient non plus être opposées à l’obligation d’assiduité ni aux modalités d’un examen. Les
élèves doivent assister à l’ensemble des cours inscrits à leur emploi du temps sans pouvoir refuser les matières qui leur
paraîtraient contraires à leurs convictions. C’est une obligation légale. Les convictions religieuses ne peuvent justifier un
absentéisme sélectif par exemple en éducation physique et sportive ou en sciences de la vie et de la Terre. Les consignes
d’hygiène et de sécurité ne sauraient non plus être aménagées pour ce motif.
Des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les grandes fêtes religieuses qui ne coïncident
pas avec un jour de congé et dont les dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au B.O. En revanche,
les demandes d’absence systématique ou prolongée doivent être refusées dès lors qu’elles sont incompatibles avec
l’organisation de la scolarité. L’institution scolaire et universitaire, de son côté, doit prendre les dispositions nécessaires pour
qu’aucun examen ni aucune épreuve importante ne soient organisés le jour de ces grandes fêtes religieuses.


III - Le dialogue
Aux termes du second alinéa de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation tel qu’il résulte de la loi du 15 mars 2004, “le
règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève”.
3.1 La mise en œuvre de la loi passe d’abord par le dialogue
Le second alinéa de l’article L. 141-5-1 illustre la volonté du législateur de faire en sorte que la loi soit appliquée dans le
souci de convaincre les élèves de l’importance du respect du principe de laïcité. Il souligne que la priorité doit être donnée au
dialogue et à la pédagogie.
Ce dialogue n’est pas une négociation et ne saurait bien sûr justifier de dérogation à la loi.
3.2 L’organisation du dialogue relève de la responsabilité du chef d’établissement
Lorsqu’un élève inscrit dans l’établissement se présente avec un signe ou une tenue susceptible de tomber sous le coup de
l’interdiction, il importe d’engager immédiatement le dialogue avec lui.
Le chef d’établissement conduit le dialogue en liaison avec l’équipe de direction et les équipes éducatives en faisant notam-
ment appel aux enseignants qui connaissent l’élève concerné et pourront apporter leur contribution à la résolution du pro-


19/05/2012                                                                                                               181
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


blème. Mais cette priorité n’est en rien exclusive de tout autre choix que le chef d’établissement pourrait au cas par cas juger
opportun.
Pendant la phase de dialogue, le chef d’établissement veille, en concertation avec l’équipe éducative, aux conditions dans
lesquelles l’élève est scolarisé dans l’établissement.
Dans les écoles primaires, l’organisation du dialogue est soumise en tant que de besoin à l’examen de l’équipe éducative
prévue à l’article 21 du décret n° 90-788 du 6 septembre 1990.
Le dialogue doit permettre d’expliquer à l’élève et à ses parents que le respect de la loi n’est pas un renoncement à leurs
convictions. Il doit également être l’occasion d’une réflexion commune sur l’avenir de l’élève pour le mettre en garde contre
les conséquences de son attitude et pour l’aider à construire un projet personnel.
Pendant le dialogue, l’institution doit veiller avec un soin particulier à ne pas heurter les convictions religieuses de l’élève ou
de ses parents. Le principe de laïcité s’oppose évidemment à ce que l’État ou ses agents prennent parti sur l’interprétation de
pratiques ou de commandements religieux.
3.3 En l’absence d’issue favorable au dialogue
Le dialogue devra être poursuivi le temps utile pour garantir que la procédure disciplinaire n’est utilisée que pour sanctionner
un refus délibéré de l’élève de se conformer à la loi.
Si le conseil de discipline prononce une décision d’exclusion de l’élève, il appartiendra à l’autorité académique d’examiner
avec l’élève et ses parents les conditions dans lesquelles l’élève poursuivra sa scolarité.


IV - Le règlement intérieur
La loi du 15 mars 2004 s’applique à compter de la rentrée scolaire prochaine.
Même si l’interdiction posée par le premier alinéa de l’article L. 141-5-1 est d’application directe, il est utile de la rappeler
dans les règlements intérieurs et de veiller à ce que ceux-ci ne comportent plus de référence à la notion de signes ostenta-
toires qui s’appuyait sur la jurisprudence du Conseil d’État à laquelle la loi nouvelle se substitue.
Les règlements intérieurs doivent rappeler, conformément aux prescriptions du second alinéa de l’article L.141-5-1, que la
mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève.
Les chefs d’établissement sont invités à soumettre aux conseils d’administration les clauses jointes en annexe.
Les recteurs diffuseront prochainement aux établissements une liste des personnes qui auront pour mission de répondre aux
questions que pourraient se poser les chefs d’établissement et les équipes éducatives. Ces correspondants académiques,
sous l’autorité du recteur, seront eux-mêmes en contact étroit avec la direction de l’enseignement scolaire et la direction des
affaires juridiques qui sont chargées de leur apporter toute l’aide nécessaire dans la mise en œuvre de la loi. Les recteurs et
les correspondants académiques sont, en tant que de besoin, les points de contact avec les tiers intéressés à la mise en
œuvre de la loi.
Chaque chef d’établissement adressera au recteur de son académie avant la fin de l’année scolaire 2004-2005 un compte
rendu faisant le bilan des conditions d’application de la loi dans son établissement et des éventuelles difficultés rencontrées.
Une attention particulière doit être apportée à la rédaction de ces comptes rendus qui fourniront les informations nécessaires
au travail d’évaluation prévu par l’article 4 de la loi.


Le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche
François FILLON


Annexe


MODÈLE D’ARTICLE À INSÉRER DANS LE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L’ÉTABLISSEMENT
“Conformément aux dispositions de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation, le port de signes ou de tenues par lesquels les
élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.
Lorsqu’un élève méconnaît l’interdiction posée à l’alinéa précédent, le chef d’établissement organise un dialogue avec cet
élève avant l’engagement de toute procédure disciplinaire.”




19/05/2012                                                                                                              182
                                               Directeurs d’école : Dossier administratif 2000



BO n°19 - 10 mai 1990
    Sécurité et surveillance des élèves des
écoles maternelles et élémentaires dans les
    cours de récréation et les aires de jeux

Note de service n" 90-096 du 24 avril 1990
(Éducation nationale, Jeunesse et Sports. bureau DE 10)
Texte adressé aux recteurs et aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale
À l’occasion d'accidents mortels survenus récemment à de jeunes enfants, notamment dans les écoles maternelles, le problème
de la sécurité des élèves utilisateur de matériels et jeux de cours et celui de la surveillance des aires de jeux se posent à nouveau
dans les écoles
II me paraît donc indispensable de rappeler aux enseignants les mesures qui s'imposent pour éviter que de tels accidents se
reproduisent.
Ces mesures sont de deux ordres. Les unes concernent l’état des matériels et des terrains, les autres sont relatives à la surveil-
lance que les enseignants doivent exercer à l’occasion de l’utilisation de ces matériels par les élèves.
1°) Sur le premier point, je rappelle que l’aménagement des locaux et des espaces extérieurs réservés aux élèves dans les
écoles, l’installation et l’entretien des matériels mis à leur disposition, relèvent des municipalités propriétaires des locaux.
II appartient cependant aux directeurs d'école de se préoccuper de toutes les questions touchant à la sécurité des enfants et
éventuellement d’informer par écrit les services municipaux des anomalies qu'ils pourraient constater. Une copie du courrier
sera adressée à l’inspecteur départemental de l’Éducation nationale.
Dans ce but, ils doivent impérativement :
— signaler les matériels et installations qui ne paraîtraient pas conformes aux normes de sécurité ainsi que l’état défectueux
d'appareils usagés (détérioration, défauts, mauvais état des fixations d'appareils au sol par exemple) ;
— demander le passage périodique des commissions locales de sécurité, en particulier juste avant la date de la rentrée scolaire, les locaux ayant pu être utilisés
pendant la période de vacances pour des activités extra-scolaires ;
— veiller à ce qu'il soit donné suite aux mesures préconisées par ces commissions et, le cas échéant, prendre les dispositions
nécessaires dans l’attente des travaux en interdisant par exemple l’accès à certaines parties de l’aire de jeux ou à certains appa-
reils ;
— faire procéder régulièrement au nettoyage des surfaces extérieures réservées aux élèves afin d’éliminer les objets dangereux
qui pourraient s'y trouver jouets détériorés, morceaux de verre ou de métal, clous, etc.).
II est bien entendu que les actions ci-dessus sont citées titre d'exemples et ne constituent pas une liste exhaustive des démarches
à effectuer ou des précautions à prendre.
2°) Sur le second point, il convient de souligner que la sécurité des élèves repose aussi sur la qualité du service de surveillance
assuré dans les cours de recréation, les aires de jeux et tous les espaces extérieurs qui leur sont proposés.
La surveillance constitue une obligation de service des enseignants, chacun d'entre eux devant y participer.
Elle doit être assurée de manière effective et vigilante afin que la vie des élèves ne puisse en aucun cas être mise en danger :
— l’organisation du service doit s’effectuer en tenant compte de l’importance du groupe d’élèves présents, de la configuration
et de l’état des lieux ;
— le nombre des enseignants présents dans la cour de récréation doit être suffisant pour assurer une surveillance renforcée aux
points sensibles et permettre des interventions rapides en cas de nécessité (notamment aux abords immédiats de jeux présentant
des risques particuliers : toboggans, cages à écureuils, etc.).
— le tableau détaillé des services de surveillance doit être affiché dans un endroit accessible aux personnels concernés et le
remplacement d'un instituteur qui ne pourrait effectuer son service doit obligatoirement être assuré.
Je vous demande enfin de bien vouloir inviter les inspecteurs départementaux de l’Éducation nationale d’intervenir à l’occasion
d'actions de formation, de conférences pédagogiques, d'inspections dans les locaux scolaires en vue de sensibiliser le personnel
enseignant aux questions touchant à la sécurité de tous les élèves et particulièrement de ceux des écoles maternelles.
                                                                                                                              Pour le ministre et par délégation :
                                                                                                                                        Le directeur des Écoles,
                                                                                                                                                  L. BALADIER
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                                                     BO n°5 – 31 janvier 1991
 Nouvelles dispositions relatives au service
  hebdomadaire des personnels enseignants
                           du premier degré
NOR MENE9150023C
RLR 720-2
Circulaire n° 91-012 du 15 janvier 1991
(Éducation nationale, Jeunesse et Sports : bureau DE 1 0)
Texte adressé aux recteurs et aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'Éducation nationale.
Le cadre général du service hebdomadaire des instituteurs et professeurs des écoles a été tracé par le décret n° 91-41 du 14
janvier 1991.
Vous trouverez ci-après les précisions nécessaires à l'application de ce texte.
I. Organisation générale
Le temps de service hors enseignement de 36 heures annuelles se répartit, conformément à l'arrêté du 15 janvier 1991, de la
manière suivante :
1) 18 heures de travaux au sein des équipes pédagogiques ;
2) 12 heures de conférences pédagogiques
3) 6 heures affectées à la tenue des conseils d'école obligatoires.
Ces activités ne doivent en aucun cas être prises sur le temps d'enseignement devant les élèves qui est de 26 heures par semaine.
Les 18 heures de travaux en équipe sont consacrées à des activités nouvelles au sein des conseils des maîtres de l'école et des
conseils des maîtres de cycle en vue de la mise en place des cycles pluriannuels : examen de la situation scolaire des élèves
dans le cycle de la progression de leurs acquis, des difficultés éventuellement rencontrées et des mesures visant à y remédier,
élaboration et évaluation des projets pédagogiques de cycle et d'école.
Toutes les autres activités qui se situaient précédemment en dehors de l'horaire de service y demeurent, par exemple les réu-
nions avec les parents d'élèves.
L'inspecteur de la circonscription communique en temps utile à chaque école les dates arrêtées pour les conférences pédago-
giques.
Le tableau prévisionnel des dates et heures des différents conseils et réunions organisés dans l'école est établi en fonction de ces
données et adressé par le directeur à l'inspecteur de circonscription. Celui-ci est tenu informé, en cours d'année, des modifica-
tions éventuelles.
Le relevé de conclusions de chaque conseil et réunion est consigné dans un registre. Une copie du relevé est adressée à l'inspec-
teur de la circonscription et, pour ce qui est des réunions du conseil d'école, au maire de la commune.
Le conseil d'école et le conseil des maîtres l'école sont réunis au moins une fois par trimestre . Le conseil des maîtres de cycle
se réunit selon une périodicité au moins équivalente.
II. Précisions concernant les obligations de service des enseignants du premier degré
1) Service à temps partiel
Les enseignants exerçant leurs fonctions à mi-temps doivent consacrer dix-huit heures aux réunions programmées dans le cadre
des trente-six heures annuelles de service hors enseignement, selon des modalités arrêtées par l'inspecteur de l'Éducation natio-
nale chargé de circonscription sur proposition des intéressés. Dans toute la mesure du possible, ils participent à l'ensemble des
réunions.
Lorsque dans une école deux maîtres exercent à mi-temps, ils sont placés dans la même classe en complément de service l'un de
l'autre (sauf situation particulière appréciée par l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l’éducation
nationale). Dans ce cas, la participation aux activités de concertation est assurée en alternance par les deux maîtres.
S'agissant des directeurs d'école demandant à exercer à mi-temps, il vous appartient, avant d'accorder l'autorisation, de vérifier
qu'ils prennent l'engagement de continuer à assumer l'intégralité des charges liées à leurs fonctions qui incluent, notamment, la
présidence du conseil d'école et du conseil des maîtres de l'école (article 14 et 17 du décret n° 90-788 du 6 septembre 1 990).
2) Complément de temps partiel
Les enseignants exerçant à l'année dans plusieurs écoles en complément de temps partiel doivent pouvoir, dans les mêmes con-
ditions que leurs collègues, participer sur l'année aux 12 heures de conférences pédagogiques. L'utilisation des autres heures de

19/05/2012                                                                                                              184
                                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


service hors enseignement est organisée par les directeurs d'école concernés en concertation avec les intéressés. Cette organisa-
tion doit recueillir l'accord de l'inspecteur de circonscription.
3) Service des titulaires remplaçants
Les titulaires remplaçants ont les mêmes obligations de service que les autres enseignants du premier degré : 26 heures hebdo-
madaires d'enseignement + 36 heures annuelles globalisées.
L'horaire hebdomadaire d'enseignement ne doit pas être dépassé en moyenne sur l'année.
Il revient aux inspecteurs de circonscription de veiller au respect de ce principe et d'organiser l'utilisation des 36 heures globali-
sées en liaison avec les directeurs d'école et les intéressés.
4) Service des maîtres formateurs en école normale (maîtres d'école annexe et d'école d'application)
Dans le cadre de leur service hebdomadaire, les maîtres formateurs en école normale consacrent deux heures à leur documenta-
tion et à leur information personnelles sur les problèmes de formation des maîtres.
Une heure globalisée sur l'année permet d'assurer les activités visées au chapitre I ci-dessus.
Les vingt-quatre heures restantes comprennent des heures d'enseignement dans leur classe et six heures d'activités qu'ils devront effectuer sous la responsabili-
té des directeurs des écoles normales et des IUFM afin de participer directement aux actions de formation, d'animation et de recherche qui incombent à ces
établissements.
Les paragraphes 1 et 2 de l'annexe à la circulaire n° 76442 du 13 décembre 1976 sont abrogés.
Les compléments de service devant les élèves sont désormais de 8 heures par maître formateur. Pour trois maîtres formateurs, ils seront regroupés et assurés
par un maître qui enseignera pendant 24 heures et consacrera, outre l'heure globalisée, 2 heures à des actions d'aide aux élèves en difficulté de l'école, selon
des modalités discutées en conseil des maîtres et arrêtées par le directeur d'école...


5) Service des enseignants n'ayant pas de classe en responsabilité
a), Les maîtres formateurs auprès de l'inspecteur de l'Éducation nationale chargé de circonscription.
L'application du nouveau texte est sans incidence sur leurs obligations de service.
b) Les enseignants du premier degré dont le service inclut déjà un temps de coordination et de synthèse.
Les activités visées au titre I ci-dessus prennent place dans ce temps dont la durée n'est pas modifiée.
c) Les maîtres supplémentaires intervenant notamment en ZEP, en BCD, en informatique.
Ils ont les mêmes obligations de service que les enseignants affectés dans une classe.
Vous voudrez bien me saisir sous le présent timbre des difficultés éventuelles que vous pourriez rencontrer dans l'application
de ces dispositions.

                                                                                                                             Pour le ministre et par délégation :
                                                                                                                                       Le directeur des Écoles,
                                                                                                                                                    J. FERRIER




19/05/2012                                                                                                                                         185
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales



BO n°43 du 21 novembre 2002.
         Autorisations d’absence pourprincipales
        fêtes religieuses des différentes confes-
                              sions - année 2003
NOR : MENA0202675C
RLR : 610-6a
CIRCULAIRE N°2002-255
DU 14-11-2002

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie

 La circulaire FP/n° 901 du 23 septembre 1967 précise que les chefs de service peuvent accorder aux agents qui
désirent participer aux cérémonies célébrées à l'occasion des principales fêtes propres à leur confession, les auto-
risations d'absence nécessaires.
Vous voudrez bien trouver en annexe, à titre d'information, les dates des cérémonies propres à certaines des prin-
cipales confessions, pour l'année 2003.
Je vous serais obligé de rappeler aux chefs de service placés sous votre autorité qu'ils peuvent accorder à leurs
agents une autorisation d'absence pour participer à une fête religieuse correspondant à leur confession dans la
mesure où cette absence est compatible avec le fonctionnement normal du service.
 Pour le ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur du Cabinet
Alain BOISSINOT

Annexe
Fêtes catholiques et protestantes
Les principales fêtes sont prises en compte au titre du calendrier des fêtes légales.
Fêtes orthodoxes
Les principales fêtes sont célébrées
- le dimanche 27 avril 2003 : Pâques
- le dimanche 15 juin 2003 : Pentecôte
ainsi que, pour les communautés orthodoxes suivant le calendrier julien :
- le mardi 7 janvier 2003 : Noël.
Communauté arménienne
- lundi 6 janvier 2003 : Noël
- jeudi 27 février 2003 : Fête des Vartanants
- jeudi 24 avril 2003 : Commémoration du 24 avril.
Fêtes musulmanes
- mercredi 12 février 2003 : Aïd El Adha
- mercredi 14 mai 2003 : Al Mawlid Annabaoui
- mardi 25 novembre 2003 : Aïd El Fitr.
Les dates de ces fêtes étant fixées à un jour près, les autorisations d'absence pourront être accordées, sur de-
mande de l'agent, avec un décalage d'un jour en plus ou en moins. Ces fêtes commencent la veille au soir.
Fêtes juives
- samedi 27 septembre 2003 et dimanche 28 septembre 2003 : Rosh Hachana (Jour de l'an)
- lundi 6 octobre 2003 : Yom Kippour (Grand pardon).
Ces fêtes commencent la veille au soir.
Fête bouddhiste
- dimanche 16 mai 2003 : fête du Vesak.




19/05/2012                                                                                                 186
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. hors-série n°3 du 30 mai 2002


     L'établissement scolaire face à l'accident
                                         majeur



Qu'est-ce que l'accident majeur ?

C'est un événement d'origine naturelle, technologique (tempête, inondation, séisme, nuage toxique, ...) ou humaine,
qui cause de très graves dommages à un grand nombre de personnes, de biens et à l'environnement.
Par sa gravité et/ou son étendue, il provoque une situation de crise et l'organisation des secours demande une très
importante mobilisation des personnes et des services, voire la mise en place de moyens exceptionnels.
Périodiquement, des écoles et des établissements scolaires sont confrontés à ce genre d'événements et se doivent
de s'y préparer pour pouvoir les affronter de la manière la mieux appropriée.




UN PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ FACE À L'ACCIDENT MAJEUR
Outre les mesures de prévention qui ont pu être mises en place, un Plan particulier de mise en sûreté des per-
sonnes constitue, pour chaque école ou établissement, la meilleure réponse permettant de faire face à la gravité
d'une situation d'accident majeur en attendant l'arrivée des secours.
Le présent document est un outil de réflexion générale susceptible d'aider à l'élaboration du plan particulier de
chaque école, collège ou lycée face à l'accident majeur ; il est distinct des dispositions spécifiques au risque incen-
die. Dans les établissements comportant un internat, le plan particulier de mise en sûreté devra être doté d'un volet
approprié.
Le directeur, dans le cadre du conseil des maîtres, pour les écoles, le chef d'établissement pour les collèges, les
lycées et les établissements d'éducation spéciale élaborent ce plan en s'adjoignant, le cas échéant, des personnes
dont la contribution pourra s'avérer utile. En outre, dans les établissements publics locaux d'enseignement, le projet
sera examiné en commission permanente et soumis à la délibération du conseil d'administration ; dans les écoles,
il sera présenté au conseil d'école. Dans les établissements possédant une commission d'hygiène et de sécurité,
celle-ci sera associée à son élaboration.


LA PRÉPARATION DU PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ
Dans tous les cas, la préparation de ce plan implique préalablement :
1) La connaissance du ou des risques particuliers de la commune ainsi que des plans de prévention ou d'urgence
éventuellement existants
(annexe 11).
Cette information sera communiquée par les services de l'inspection académique ; à défaut, elle pourra être obte-
nue, directement, auprès :
- de la préfecture (dossier départemental des risques majeurs - DDRM) ;
- de la mairie (dossier communal synthétique - DCS).
2) Des contacts avec :
- les collectivités territoriales dont les services pourront être associés à l'élaboration du plan et aux exercices de
simulation ;
- les secours locaux qui pourront apporter leur expérience et leurs compétences à l'élaboration du plan et l'intégrer
à leur propre plan
de secours.
3) La constitution d'un groupe de personnes ressources (annexes 3 et 4) chargé :
- de l'encadrement des élèves et du personnel ;
- des liaisons internes entre zones de mise en sûreté ;
- de la liaison avec les autorités, les familles et les secours.
Dans les établissements de faible effectif, ces missions peuvent être assurées partiellement ou en totalité par une

19/05/2012                                                                                                   187
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


même personne.
4) Une information préalable auprès :
- du personnel et des élèves ;
- des parents d'élèves (annexe 2).


LA RÉALISATION DU PLAN PARTICULIER DE MISE EN SÛRETÉ

Le plan particulier doit permettre de répondre aux questions suivantes :
1 - quand déclencher l'alerte ?
2 - comment déclencher l'alerte ?
3 - quelles consignes appliquer dans l'immédiat ?
4 - où et comment mettre les élèves et les personnels en sûreté ?
5 - comment gérer la communication avec l'extérieur ?
6 - quels documents et ressources sont indispensables ?


1 - Quand déclencher l'alerte ?
Le directeur d'école ou le chef d'établissement déclenche l'alerte et active le Plan particulier de mise en sûreté :
- lorsqu'il est prévenu par les autorités (signal d'alerte, téléphone, gendarmerie...) ;
- lorsqu'il est témoin d'un accident pouvant avoir une incidence majeure pour l'établissement et son environnement.

2 - Comment déclencher l'alerte ?
Le déclenchement de l'alerte est lié à la mise en place préalable d'un mode interne d'alerte accident majeur (voix
humaine, sonnerie, sirène, haut-parleur...) différent du signal d'alerte incendie.
Cette alerte entraîne le déclenchement immédiat du Plan particulier de mise en sûreté et l'application par tous des
consignes (personnes ressources, personnels, élèves).

3 - Quelles consignes appliquer dans l'immédiat ? (annexes 3 et 4)
Écouter la radio (France-Inter ou une radio locale conventionnée par le préfet) pour obtenir des informations
officielles et des consignes éventuelles sur le risque ou l'accident.
Pour les personnes ressources
- rejoindre le poste correspondant aux missions qui leur ont été assignées.
Pour les personnels
- continuer à assurer l'encadrement des élèves ;
- veiller au bon déroulement de l'opération de regroupement ;
- penser aux publics spécifiques : élèves et personnels présentant un handicap ou des difficultés particulières... ;
- établir la liste des absents ;
- signaler les incidents ;
- gérer l'attente.
Pour les élèves
- rejoindre dans le calme le ou les lieux, internes ou externes, de rassemblement prévus pour la mise en sûreté.

4 - Où et comment mettre les élèves et les personnels en sûreté ?
Selon la configuration et l'environnement de l'établissement, un ou des lieux, internes ou externes, sont choisis en
liaison avec le propriétaire des locaux (collectivités territoriales ou organismes de rattachement).
Critères de choix
- facilité d'accès ;
- localisation (étage en cas de risque d'inondation...) ;
- orientation (vitres non exposées aux vents dominants en cas de tempête...) ;
- qualités du bâti ;
- confinement possible (penser que les vitres peuvent être brisées en cas d'explosion...) ;
- points d'eau et sanitaires accessibles ;
- moyens de communication interne.
Lieux possibles
- la ou les classes :
                                           2
- un ou des locaux de regroupement (1m au sol par personne) ;
- un ou des lieux de rassemblement externes, éventuellement différents du lieu ou des lieux de regroupement in-
cendie ;

19/05/2012                                                                                                  188
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


Il sera utile d'affecter à chaque local ou lieu un responsable.
Attention : l'alerte peut survenir à des moments particuliers de la journée (repas, récréations, activité de plein air)
ou de la nuit (internat) ; les lieux de mise en sûreté doivent être accessibles à tout moment et de n'importe quel
point de l'école ou de l'établissement (itinéraires précisés).

5 - Comment gérer la communication avec l'extérieur ? (annexes 3 et 4)
Lors d'une éventuelle alerte, les personnes ressources identifiées lors de la préparation du plan ont à jouer un rôle
particulier, aux côtés du directeur d'école et du chef d'établissement, en matière de communication lorsque celle-ci
est maintenue ou a été rétablie.
Liaison avec les autorités (mairie, préfecture, inspection académique, rectorat)
- réceptionner, noter et communiquer aux autorités concernées toute information sur la situation et son évolution ;
- transmettre les directives des autorités administratives.
Liaison avec les secours
- informer à intervalles réguliers les secours de l'évolution de la situation : effectifs, lieu de confinement ou de re-
groupement externe,
blessés éventuels... ;
- accueillir et accompagner les secours lors de leur arrivée sur les lieux.
Liaison avec les familles (annexe 2)
En cas de sollicitation
- rappeler qu'il ne faut pas venir chercher les enfants et qu'il faut éviter de téléphoner ;
- indiquer la radio qui relaie localement les informations fournies par le préfet ;
- informer avec tact, en respectant les instructions du préfet.
Relations avec la presse
Elles ne peuvent s'exercer qu'en conformité avec les instructions et consignes du préfet et des autorités hiérar-
chiques.

6 - Quels documents et ressources sont indispensables ?
Documents indispensables lors de l'activation du plan
- la liste des personnes ressources (avec remplaçants) et le détail de leurs missions (annexes 3 et 4) ;
- les plans de l'établissement, avec accès, entrées, sorties, points importants... ;
- la sélection des locaux ou lieux de rassemblement choisis et leur plan d'accès ;
- la liste des effectifs (élèves et personnels) pour repérer les absents.


Une fois ce plan élaboré, une vigilance continue doit être maintenue afin de vérifier son efficacité par :
- des exercices réguliers de simulation (au minimum une fois par an) ;
- une réactualisation régulière ;
- des échanges avec les secours locaux.
Chaque année, il est présenté au conseil d'école, ou soumis au conseil d'administration de l'établissement et à la
commission hygiène et sécurité, lorsqu'elle existe.




RESPONSABILITÉ ET ORGANISATION DES SECOURS
Le Plan particulier de mise en sûreté doit permettre de faire face à l'accident majeur en attendant l'arrivée des se-
cours et d'être prêt à mettre en place les directives des autorités.
Qui sont ces autorités ?
La direction des secours relève de l'autorité de police compétente :
- le maire, en vertu de ses pouvoirs de police, pour les situations courantes et en attendant le déclenchement d'un
plan de secours ;
- le préfet, en cas de déclenchement d'un plan de secours est responsable de l'organisation de ces secours. À ce
titre, il a le droit de réquisition des biens et des personnes et il a la responsabilité de l'information.
- le directeur d'école ou le chef d'établissement est donc placé sous son autorité. Il sera indispensable qu'il se pré-
pare à faire face à la pression téléphonique des médias et des parents. Il aura notamment à réorienter les appels
concernant l'identité des blessés vers la cellule de crise de la préfecture, seule autorisée à délivrer des informa-
tions.
Quelles seront leurs consignes ?
En préfecture, le préfet réunit une cellule de crise et sur le terrain, un commandant des opérations de secours, offi-

19/05/2012                                                                                                     189
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


cier de sapeurs-pompiers désigné par le préfet, assure la coordination et la mise en œuvre des moyens de se-
cours.
Les consignes peuvent être le maintien dans les lieux de mise en sûreté, le confinement ou l'évacuation. Dans tous
les cas, les lieux et les itinéraires à utiliser auront été déterminés à l'avance et testés.


INFORMATION ET FORMATION PRÉVENTIVES
Pour rendre ce plan opérationnel et obtenir une efficacité optimum, il est souhaitable de l'accompagner par une
large information auprès :
Des élèves
En mettant en place par l'intermédiaire des enseignants une éducation aux risques, on pourra obtenir de leur part :
- la mémorisation et l'observation des conduites à tenir, pour préserver leur vie ;
- une meilleure prise en compte du risque majeur, à intégrer dans leur vie de futur citoyen.
Des parents
En les informant ou en les associant au préalable, ils comprendront l'importance de respecter les consignes, no-
tamment :
- ne pas venir chercher les enfants à l'école ;
- recevoir avec prudence les informations souvent parcellaires ou subjectives n'émanant pas des autorités (celles
recueillies auprès d'autres personnes, par exemple, grâce à des téléphones mobiles).


Le Plan particulier de mise en sûreté devra être communiqué :
- d'une part, au maire de la commune ;
- d'autre part, à l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale, et au rec-
teur de l'académie par la voie hiérarchique.
Pour les collèges, les lycées et les établissements d'éducation spéciale, il sera également communiqué à la collec-
tivité territoriale dont dépend l'établissement pour garantir la bonne coordination des services concernés et assurer
la cohérence avec les mesures prises en matière de sécurité par la collectivité responsable.




POUR EN SAVOIR PLUS ...
Les sites internet : http://www.prim.net et http://www.educnet.education.fr/securite/index.htm permettent d'ob-
tenir un complément d'information sur les risques majeurs (vigilance, organisation des secours, historique, législa-
tion...).
Le réseau des correspondants "sécurité" mis en place auprès des recteurs et des inspecteurs d'académie, et à
leurs côtés, des coordonnateurs et formateurs risques majeurs peuvent être consultés pour l'élaboration d'un plan
de mise en sûreté.




19/05/2012                                                                                                  190
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



Règlement de sécurité contre les risques
d’incendie et de panique dans les établiss e-
ments recevant du public
B.O. n°16 du 22avril 2004
NOR : INTE0400049A
RLR : 171-4f
ARRÊTÉ DU 13-1-2004
JO DU 14-2-2004
INT


Vu directive 98/34/CE du Parlement européen et du Conseil du 22-6-1998, not. notification n° 2003 0348 F ; code de la
construction et de l’habitation, not. art. R. 123-12 ; A. du 25-6-1980 mod. ; A. du 4-6-1982 mod. ; avis de la sous-
commission permanente de la Commission centrale de sécurité

Article 1 - Sont approuvées les modifications apportées aux dispositions du livre Ier du règlement de sécurité contre les
risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public annexées au présent arrêté (classement des
établissements).
Article 2- - Sont approuvées les modifications apportées aux dispositions du chapitre VI du titre II du livre II du règlement
de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les établissements recevant du public annexées au présent arrê-
té (établissements du type R).
Article 3- - Les dispositions du présent arrêté sont applicables trois mois après sa publication.
Article 4- - Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 13 janvier 2004
Pour le ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales
et par délégation,
Le directeur de la défense et de la sécurité civiles,
haut fonctionnaire de défense
C. GALLIARD DE LAVERNÉE


Annexes


Ces                     annexes                       sont                     au              format                    PDF
 annexes.pdf - 9 pages, 58 Ko




19/05/2012                                                                                                         191
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



PR      O    T O C O L E N AT I O N A L S U R L ' O R G A N I S AT I O N
DE      S     SOINS ET DES URGENCES DANS LES
ÉC      O    LES ET LES ÉTABLI SSEM ENTS PUBLI CS
LO      C    AUX D'ENSEIGNEMENT (EPLE)
B.O. Hors série n°1 du 6 janvier 2000

I - PRÉAMBULE

CE PROTOCOLE S'APPLIQUE AUX ÉCOLES ET AUX EPLE, À L'EXCEPTION DE LA CONTRACEPTION
D'URGENCE QUI NE S'APPLIQUE QU'AUX EPLE.
Son objectif est de définir les modalités d'organisation des soins et des urgences dans les établissements scolaires et particuliè-
rement l'utilisation par les infirmières des médicaments dits d'usage courant, en vente libre en pharmacie, des médicaments
d'urgence et de ceux prescrits dans le cadre des projets d'accueil individualisé (PAI).

Il est important de rappeler aux élèves les points suivants :
         -    un médicament n'est jamais totalement inoffensif, il peut avoir des effets secondaires imprévisibles (allergies par
              exemple), il peut contenir des substances dopantes (attention dans le cas d'élèves pratiquant les sports de compéti-
              tion) ;
         -    l'usage abusif de médicaments est une attitude qui peut induire des comportements nuisibles à la santé ;
         -    certains médicaments détournés de leur usage habituel peuvent être à l'origine de toxicomanies chez les jeunes ;
         -    une interrogation de l'élève est indispensable avant l'administration d'un médicament ou l'application de produits
              externes ;
         -    la posologie doit être adaptée à l'âge ;
         -    un projet d'accueil individualisé doit être prévu pour la prise en charge des enfants atteints de maladie chronique
              et pour lesquels il paraît souhaitable que l'école apporte son concours aux parents pour l'exécution des ordon-
              nances médicales prescrivant un traitement ou des soins ;
         -    une ordonnance médicale du médecin traitant doit être exigée pour un traitement à prendre pendant le temps de
              présence de l'enfant à l'école ;
         -    l'infirmière est habilitée à accomplir les actes et soins infirmiers relevant de sa compétence et notamment ceux né-
              cessitant une prescription médicale qui, sauf urgence, doit être écrite, nominative, qualitative et quantitative, datée
              et signée (art. 4 et 5 du décret n° 93-345 du 15 mars 1993 relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la pro-
              fession d'infirmier).

[...]
En cas de scolarisation d'élèves atteints d'une maladie chronique ou d'un handicap, ayant un projet d'accueil individualisé ou
une convention d'intégration
    -    les médicaments prescrits par le médecin traitant doivent être mis à la disposition de l'infirmière, du médecin ou de
         l'adulte responsable en cas d'absence de ces personnels ;
    -    tous les matériels nécessaires aux soins doivent être disponibles dans l'infirmerie ;
    -    les médicaments inscrits sur le protocole d'urgence doivent être à l'infirmerie et dans la trousse de secours de l'enfant.

Toutes les écoles et établissements doivent avoir constitué une trousse de premiers secours qu'il convient d'emporter en cas de
déplacements à l'extérieur. Elle doit comporter au minimum
    -    les consignes sur la conduite à tenir en cas d'urgence ;
    -    un antiseptique ;
    -    des compresses ;
    -    des pansements, bandes, écharpe, ciseaux ;


19/05/2012                                                                                                               192
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


     - les médicaments concernant les enfants ayant un projet d'accueil individualisé.
• Certaines familles peuvent connaître des difficultés pour régler certains frais. Les fonds sociaux (collégiens et lycéens ) sont
destinés à faire face à ces situations.

[...]
III - MESURES MINIMALES

Matériels pour les soins
- poste d'eau à commande non manuelle
- distributeur de savon liquide
- distributeur de serviettes à usage unique
- distributeur de gants jetables (obligatoire pour les soins)
- poubelle équipée d'un sac plastique
- réfrigérateur
- plaque électrique ou bouilloire électrique
- pince à échardes
- paire de ciseaux
- thermomètre frontal
- couverture isothermique
- coussin réfrigérant ou compresses watergel
- lampe de poche
- testeur de glycémie
- chambre d'inhalation
- seringues et aiguilles à usage unique
- container pour pansements souillés et seringues jetables, container pour aiguilles usagées.

[...]
Produits d'usage courant
- thé, tisanes, eau de mélisse
- flacon de savon de Marseille
- éosine disodique aqueuse non colorée (désinfection des plaies sauf hypersensibilité à l'éosine) 1
- héxomédine solution à 1%2
- compresses individuelles purifiées
- pansements adhésifs hypoallergiques
- pansements compressifs
- sparadrap
- bandes de gaze de 5cm, 7cm et 10cm
- filets à pansement
- écharpe de 90cm de base
- préservatifs.

Recommandations
- Les produits doivent être rangés dans une armoire prévue à cet effet.
- Le matériel et les produits doivent être vérifiés, remplacés ou renouvelés régulièrement.
- Les quantités doivent être limitées en petit conditionnement pour éviter le stockage prolongé et la péremption.
- Avant tout soin, faire un lavage soigneux des mains et mettre des gants.
- Ne pas utiliser de coton qui risque d'adhérer à la plaie, ni de désinfectant coloré qui masque les lésions.




1
 Ne pas exposer au soleil la zone traitée.
2
 Traitement d'appoint des affections de la peau. À utiliser pure en application ou avec pansements humides. Voie
cutanée exclusive. Contre indication si hypersensibilité à l'hexamidine. Ne pas utiliser avec d'autres antiseptiques.

19/05/2012                                                                                                             193
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


Organisation des premiers secours dans l'établissement
En l'absence des infirmières et des médecins, les soins et les urgences, à l'exception de la contraception d'urgence, sont assurés
par les personnels titulaires, soit de l'attestation de formation aux premiers secours (AFPS), soit du certificat de sauvetage se-
courisme du travail (SST). Toutefois, il convient de rappeler qu'il appartient à chacun de porter secours à toute personne en
danger.
Il revient au directeur d'école ou au chef d'établissement de mettre en place une organisation qui réponde au mieux aux besoins
des élèves et des personnels de son école ou de son établissement. Il peut s'appuyer sur l'avis technique des infirmières et des
médecins de l'éducation nationale.
Cette organisation, définie en début d'année, inscrite au règlement intérieur, et portée à la connaissance des élèves et des fa-
milles prévoit notamment :
          - une fiche d'urgence à l'intention des parents, non confidentielle, renseignée chaque année (modèle en annexe ) ;
          - les modalités d'accueil des élèves malades ou accidentés ( par qui ? où ? ) ;
          - les conditions d'administration des soins (ne pas oublier d'informer la famille par le biais du carnet de correspon-
               dance).
Cette organisation doit prévoir l'application des projets d'accueil individualisé (PAI) et l'accueil des élèves atteints d'un handi-
cap. L'infirmerie doit comporter tous les médicaments ou matériels nécessaires à assurer les soins de ces enfants scolarisés dans
l'école ou l'établissement.
Un registre spécifique est tenu dans chaque école ou établissement. Il y est porté le nom de l'élève ayant bénéficié de soins, la
date et l'heure de l'intervention, les mesures de soins et d'urgence prises, ainsi que les éventuelles décisions d'orientation de
l'élève (retour dans la famille, prise en charge par les structures de soins).

Les secours d'urgence
- Dans chaque département les secours d'urgence sont organisés sous l'autorité du Préfet et assurés par deux services qui travail-
lent en inter-connexion permanente :
      - . le service médical d'urgence SAMU (15)
      - . le service départemental d'incendie et de secours SDIS (18).
- Seul le SAMU est habilité à réguler à distance la prise en charge médicale d'une personne en détresse.
- La régulation médicale (médecin régulateur du 15) a pour but d'apporter la réponse appropriée à toutes les demandes :
. conseil téléphonique pour les soins à donner sur place (écoute médicale 24h/24h) au service de toute personne confrontée à un
problème de santé ;
. transport éventuel et type de transport ;
. intervention sur place du service médical d'urgence et de réanimation (SMUR) en cas de situation très grave dans l'établisse-
ment.
- En dehors des interventions du SMUR, les élèves dont l'état le nécessite sont transportés vers une structure de soins par une
ambulance.
- La prescription médicale de ce transport sera effectuée par le médecin du service d'urgence ; elle permet à la famille d'en
obtenir le remboursement par la sécurité sociale et la mutuelle.




19/05/2012                                                                                                              194
                                                   Directeurs d’école : Dispositions générales



IV - MÉDICAMENTS À USAGE STRICTEMENT INFIRMIER OU MÉDICAL

Les médicaments doivent être gardés dans une armoire fermant à clef et également mis à la disposition des médecins de l'éduca-
tion nationale. Ils ne doivent être utilisés qu'après un interrogatoire rigoureux permettant d'éliminer toute contre-indication.
USAGE EXTERNE
NOM DES PRODUITS                     INDICATIONS             MODE D'ADMINISTRATION                    CONTRE-INDICATIONS
DAKIN solution            pour Antisepsie de la peau des Soit en lavages, soit en com- Ne pas utiliser avec d'autres
application locale             muqueuses et des plaies   presses imbibées              antiseptiques (interférences) ou
                                                                                       de savon.
ARNICAN crème à 4%              Traitement local d'appoint En massages légers jusqu'à péné-
                                des contusions et ecchy- tration complète
                                moses
BIAFINE, émulsion pour Erythèmes                  Appliquer en couche épaisse, Allergie connue à l'un des com-
application cutanée    Plaie cutanée non infectée faire pénétrer par un léger mas- posants, plaie hémorragique
                                                  sage.                            lésion cutanée
                       brûlures superficielles
BIOGAZE,            compresses Traitement local d'appoint Appliquer la compresse sur la Sensibilisation connue à l'un des
imprégnées                     des brûlures superficielles surface à traiter.           constituants (graisse de laine ou
                               de faible étendue                                        lanoline) dermatoses infectées
HÉMOCLAR                        Traitement local d'appoint En massages légers jusqu'à péné- Allergie aux héparines
                                des contusions et ecchy- tration complète                   Éviter tout contact avec les yeux,
                                moses                                                       les muqueuses, les plaies et les
                                                                                            lésions infectées.
PARFENAC, BUFAL, Prurit, piqûres d'insectes                  En application locale sur la zone Hypersensibilité au bufexamac
CALMADERM                                                    à traiter                         lésions infectieuses ou surinfec-
Bufexamac                                                                                      tées,
                                                                                               eczéma de contact, dermatite
                                                                                               atypique, brûlures
ALCOOL modifié                  Désinfection de la peau
SÉRUM                           Irritations oculaires        Lavage ou bain oculaire                Corps étrangers et plaies de l'œil
PHYSIOLOGIQUE
en doses
                                        Dans le second degré : préservatifs et tests de grossesse
USAGE INTERNE
      Il est nécessaire de procéder à un interrogatoire rigoureux avant une prise de médicaments afin d'éliminer
      toute contre-indication.
NOM DES PRODUITS                     INDICATIONS             MODE D'ADMINISTRATION                    CONTRE-INDICATIONS
              (1)
Paracétamol                     Traitement     symptoma- Enfant en maternelle : forme Allergie au paracétamol, insuffi-
                                tique des douleurs       pédiatrique sous forme de sirop    sance hépatocellulaire
                                états fébriles           6 à 12 ans : 60mg/kg/j en 4 prises
                                                         12 à 15 ans : 1 cp ou 1 sachet
                                                         Adulte : 1cp,1 gélule ou 1 sachet
                                                         à 500mg
HEXTRIL                         Traitement      d'appoint En bains de bouche                        Ne pas donner aux enfants de
bains de bouche                 d'infections de la mu-                                              moins de 6 ans.
                                queuse et de la cavité
                                buccale
STREPSILS                       Traitement de courte Enfant > 6 ans par voie orale
                                durée des maux de gorge
Charbon activé ou végétal Traitement            symptoma- Enfant : 1cp ou 1 gélule                  Administrer tout autre médica-


19/05/2012                                                                                                                   195
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales


(2)
                            tique des diarrhées non Adolescents : 1 à 3 gélules/j                ment à distance de la prise de
                            organiques                                                           charbon activé.
SMECTA                      Douleurs liées aux affec- Enfant : 1 sachet                          Administrer tout autre médica-
                            tions     oesogastroduodé- Adolescent : 2 sachets par jour           ment à distance de la prise de
                            nales et coliques                                                    Smecta à cause des problèmes
                            Diarrhées aiguës                                                     d'interférence.
Phloroglucinol (3)          Douleurs       liées  aux Enfant : 1 cp ou 1 lyophilisat             Hypersensibilité au phlorogluci-
                            troubles fonctionnels du Adulte : 2 cp ou 2 lyophilisatau            nol
                            tube digestif.             moment de la crise                        grossesse
                            Manifestations spasmo-
                            diques des voies urinaires
                            et de l'appareil gynécolo-
                            gique.
EUPHYTOSE                   États anxieux légers, irri- Enfant : 1 cp                            Ne pas donner en cas de prise
                            tabilité,        nervosi- Adolescent : 2cp                           d'alcool.
                            té,dystonies       neuro-
                            végétatives
ARNICA doses 9 ch           Contre les coups, bosses, 1 dose                                     Allergie à l'arnica
                            chocs
À titre d'exemple non limitatif :
(1) Aferadol, Claradol, Dafalgan, Doliprane Dolko, Dolotec, Efferalgan, Fébrectol, Gelupaneoralgan, Paralyoc
(2) Carbolevure, Carbophos, Charbon de Belloc, Formocarbine, Mandocarbine, Splénocarbine
(3) Spasfon, Météoxane, Spasfon-Lyoc

MÉDICAMENTS D'URGENCE
À ne donner que sur prescription d'un médecin
- soit dans le cadre du protocole d'urgence du projet d'accueil individualisé ;
- soit après appel au 15. Le médecin régulateur peut demander à titre de mesure conservatoire en attendant l'arrivée de l'équipe
médicale d'urgence :
. d'effectuer une injection ;
. et/ou d'effectuer une prise médicamenteuse ;
. de pratiquer un geste technique.
NOM DES PRODUITS            INDICATIONS                      MODE D'ADMINISTRATION CONTRE-INDICATIONS
             (1)            Traitement d'urgence des symp-
Épinephrine                                                  À n'utiliser qu'en cas d'extrême Hypertension artérielle
                            tômes du choc anaphylactique
ampoule de 1mg/ml                                            urgence en sous-cutanée et in- diabète
                            Œdème de Quincke                 tramusculaire uniquement.
                                                                                              hypothyroïdie
                            Arrêt cardio-vasculaire
                                                                                              insuffisance coronarienne, rétré-
                                                                                              cissement aortique
                                                                                              myocardiopathie obstructive
                                                                                              troubles du rythme ventriculaire
                                                                                              association avec IMAO
BRICANYL en spray           Traitement symptomatique des     Inhaler une bouffée                 Allergie à la terbutaline ou à ses
                            asthmes aigus graves
0,5 mg / dose                                                                                    dérivés
BRICANYL 0,5mg              Traitement de l'asthme aigu      Injection en sous-cutanée           Allergie à la terbutaline ou à
injectable                                                   Enfant > 2 ans : 0,005 à 0,01 mg/   sesdérivés
                                                             kg                                  cardiopathie
                                                             Adolescent : 1 amp 0,5 mg           hémorragie utérine
                                                                                                 grossesse
                                                                                                 HTA


19/05/2012                                                                                                               196
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



GLUCAGEN 1mg/ml             Hypoglycémie grave chez un    Sous-cutanée ou intramusculaire   Alcoolisation aiguë
                            diabétique insulinotraité
                                                                                            hépatopathie sévère
                                                                                            insulinome
                                                                                            phéochromocytome
Méthyl prednisolone         États allergiques sévères     1 injection intramusculaire       Hypersensibilité au méthyl pred-
20mg (2)                    Choc anaphylactique           Enfant : 1 à 3mg/kg               nisolone
                            Œdème de Quincke              Adolescent : 1 ampoule 20mg       état infectieux ou mycosique non
                                                                                            contrôlé par un traitement spéci-
                                                                                            fique
                                                                                            herpès, zona, viroses
                                                                                            ulcère gastrique ou duodénal
                                                                                            évolutif
                                                                                            hépatites aiguës à virus
VENTOLINE spray             Traitement    symptoma- Inhaler 1 à 2 bouffées                  Allergie au salbutamol
100 µg                      tique des asthmes aigus                                         En cas de survenue de toux,
                            graves                                                          arrêter immédiatement l'inhala-
                                                                                            tion.
Dans le second degré : préservatifs et tests de grossesse
À titre d'exemple non limitatif :
(1) Adrénaline, Anakit, Anahelp
(2) Méthyprednisolone, Solu-Médrol

V - PROTOCOLE D'URGENCE

PROTOCOLE D'ALERTE AU SAMU EN CAS D'URGENCE
Face à une situation d'urgence, modalités d'intervention pour l'appel au SAMU ( 15 ) par tout adulte de la communauté éduca-
tive.

1 - OBSERVER
        - Le blessé ou le malade répond-il aux questions ?
        - Respire-t-il sans difficulté ?
        - Saigne-t-il ?
        - De quoi se plaint-il ?

2 - ALERTER
        - Composer le 15
        - Indiquer l'adresse détaillée ( ville, rue ..)
        - Préciser le type d'événement ( chute...)
        - Décrire l'état observé au médecin du SAMU
        - Ne pas raccrocher le premier
        - Laisser la ligne téléphonique disponible

3 - APPLIQUER LES CONSEILS DONNÉS
        - Couvrir et rassurer
        - Ne pas donner à boire
        - Rappeler le 15 en cas d'évolution de l'état

PROCÉDURE PARTICULIÈRE POUR LES INFIRMIÈRES
      1) Accueillir et observer les élèves.
      2) Effectuer le bilan en vue de déterminer le diagnostic infirmier (utiliser la fiche en annexe).
      3) Appeler le SAMU, dialoguer avec le médecin régulateur qui peut demander à titre de mesure conserva-
      toire, en attendant l'équipe médicale d'urgence, à l'infirmière de pratiquer soit :


19/05/2012                                                                                                          197
                                                      Directeurs d’école : Dispositions générales


                   -       une prise médicamenteuse,
                   -       une injection,
                   -       un geste technique.

ANNEXES
FICHE D'URGENCE À L'INTENTION DES PARENTS*

Nom de l'établissement                                                      Année scolaire :
Nom                                                                         Prénom
Classe                                                                      Date de naissance
Nom et adresse des parents ou du représentant légal :
N° et adresse du centre de sécurité sociale :
N° et adresse de l'assurance scolaire :
En cas d'accident, l'établissement s'efforce de prévenir la famille par les moyens les plus rapides. Veuillez faciliter notre tâche
en nous donnant au moins un numéro de téléphone :
1. N° de téléphone du domicile :
2. N° du travail du père :                                                  Poste :
3. N° du travail de la mère :                                               Poste :
4. Nom et n° de téléphone d'une personne susceptible de vous
prévenir rapidement :
En cas d'urgence, un élève accidenté ou malade est orienté et transporté par les services de secours d'urgence vers l'hôpital le
mieux adapté. La famille est immédiatement avertie par nos soins. Un élève mineur ne peut sortir de l'hôpital qu'accompagné de
sa famille.
AUTORISATION D'INTERVENTION CHIRURGICALE

Nous soussignés, Monsieur et/ou Madame .......................................................................... autorisons l'anesthésie de notre
fils/fille ................................................. au cas où, victime d'un accident ou d'une maladie aiguë à évolution rapide, il/elle aurait
à subir une intervention chirurgicale.

À                                                                           Le
Signature des parents
Date du dernier rappel de vaccin antitétanique :
(Pour être efficace, cette vaccination nécessite un rappel tous
les 5 ans)
Observations particulières que vous jugerez utiles de porter à la connaissance de l'établissement (allergies, traitements en cours,
précautions particulières à prendre ...)




NOM, adresse et n° de téléphone du médecin traitant :



          * DOCUMENT NON CONFIDENTIEL à remplir par les familles à chaque début d'année scolaire.

          Si vous souhaitez transmettre des informations confidentielles, vous pouvez le faire sous enveloppe fermée à
          l'intention du médecin ou de l'infirmière de l'établissement



[...]
19/05/2012                                                                                                                                198
             Directeurs d’école : Dispositions générales




19/05/2012                                        199
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. spécial n° 1 du 25 janvier 2001


                   P O L I T I Q U E D E S A N T É E N FAV E U R D E S
                                                             ÉLÈVES

Sommaire
       page 3 I - ORIENTATIONS GÉNÉRALES POUR LA POLITIQUE DE SANTÉ EN FAVEUR DES
              ÉLÈVES
              C. n° 2001-012 du 12-1-2001 (NOR : MENE0003330C)
       page 4 1- Le pilotage national
       page 5 2 - Le pilotage académique
       page 5 3 - Le pilotage départemental
       page 6 4 - Le niveau local : l'établissement scolaire


       page 7 II - MISSIONS DES MÉDECINS DE L'ÉDUCATION NATIONALE
              C. n° 2001-013 du 12-1-2001 (NOR : MENE0003331C)
       page 9 1 - Cadre général
       page 9 2 - Missions et fonctions des médecins conseillers techniques
       page 12 3 - Fonctions des médecins dans les écoles et les établissements scolaires
       page 19 4 - Cadre juridique, institutionnel et partenarial


       page 21 III - MISSIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S DE L'ÉDUCATION NATIONALE
               C. n° 2001-014 du 12-1-2001 (NOR : MENE0003332C)
       page 23 1 - Cadre général
       page 24 2 - Missions et fonctions des infirmier(ère)s conseillers techniques
       page 27 3 - Fonctions des infirmier(ère)s dans les écoles et les établissements scolaires
       page 33 4 - Contexte institutionnel et partenarial




19/05/2012                                                                                         200
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



                   O R I E N TAT I O N S G É N É R A L E S P O U R L A
                 P O L I T I Q U E D E S A N T É E N FAV E U R D E S
                                                             ÉLÈVES
     C. n° 2001-012 du 12-1-2001


     Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et
     directeurs des services
     départementaux de l'éducation nationale

     La mission de promotion de la santé en faveur des élèves a pour objectif essentiel et spécifique de veiller à
     leur bien- être, de contribuer à leur réussite et de les accompagner dans la construction de leur personnalité
     individuelle et collective. Les responsabilités de l'École en cette matière sont affirmées notamment dans les
     dispositions générales du Code de l'éducation Livre I, Titres I et II.
     La réalisation de ces objectifs repose sur l'implication et le travail de tous les personnels, membres de la
     communauté éducative, et plus particulièrement sur un travail en équipe pluriprofessionnelle associant les di-
     recteurs d'école, les chefs d'établissement, les enseignants, les conseillers principaux d'éducation, les infir-
     mier(ère)s, les conseillers d'orientation psychologues, les médecins, les assistant(e)s de service social, les
     psychologues scolaires, les secrétaires médico-scolaires... Chacun apporte ses compétences dans le champ
     global de la promotion de la santé à l'École, les médecins et les infirmier(ère)s ayant cependant en tant que
     professionnels de santé, une mission particulière au sein d'un partenariat spécifique. Deux circulaires, l'une
     concernant les médecins, l'autre les infirmier(ère)s précisent cette mission au sein du service public d'éduca-
     tion. La promotion de la santé requiert aussi d'organiser efficacement les partenariats nécessaires.
     Ces objectifs participent également à la politique générale du pays en matière de santé publique en particulier
     dans le domaine de la promotion et de l'éducation pour la santé.
     Si les responsabilités institutionnelles vis à vis de la santé des jeunes n'incombent pas à la seule éducation na-
     tionale, celle-ci est concernée par le suivi de la santé des élèves dès lors que des problèmes de santé ou des
     carences de soins sont susceptibles d'engendrer des difficultés d'apprentissage ou de mettre les élèves en si-
     tuation d'échec scolaire. Elle se doit à cet égard de développer les compétences des élèves pour leur permettre
     d'adopter des comportements favorables à leur santé.
     La mission de l'École dans le domaine de la promotion de la santé s'intègre donc dans le processus éducatif
     concernant l'ensemble des élèves. Elle vise à :
     - favoriser l'équilibre et le bien-être physique, mental et social des élèves, afin de contribuer à la réalisation
     de leur projet personnel et professionnel ;
     - détecter précocement les difficultés susceptibles d'entraver la scolarité ;
     - agir en appui de l'équipe éducative, pour une meilleure prise en charge des élèves ;
     - accueillir et accompagner tous les élèves, leur faciliter l'accès aux soins ;
     - développer une dynamique d'éducation à la santé et à la sexualité et de prévention des conduites à risque ;
     - contribuer à faire de l'école un lieu de vie prenant en compte les règles d'hygiène, de sécurité et d'ergono-
     mie.
     Elle développe d'autre part des objectifs spécifiques en faveur d'élèves ou de groupes d'élèves :
     - porter une attention particulière aux élèves en difficulté ;
     - suivre les élèves des zones rurales et des zones d'éducation prioritaire ;
     - suivre les élèves scolarisés dans les établissements d'enseignement professionnel ;
     - contribuer à la protection de l'enfance en danger ;
     - favoriser l'intégration des enfants et adolescents atteints d'un handicap ;
     - aider à l'intégration et à la scolarisation des élèves atteints de maladies chroniques.
     Enfin, elle contribue, en liaison avec la direction générale de la santé, à une mission d'observation et de veille
     épidémiologique.
     La présente circulaire a pour objet de situer le cadre de la politique de santé en faveur des élèves portée par
     tous les niveaux de l'institution scolaire. Elle s'appuie sur les interactions entre ces niveaux : national, acadé-
     mique,départemental et local. En effet, le cœur de ce dispositif est l'école ou l'établissement scolaire sur les-
     quels repose la définition des besoins, l'impulsion et l'animation des actions dans le cadre du projet d'école ou
     d'établissement, l'organisation des partenariats de proximité, sous la responsabilité du directeur d'école ou du
     chef d'établissement, tant en ce qui concerne les élèves que les équipes éducatives.

19/05/2012                                                                                                            201
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


      Cette circulaire s'applique à tous les élèves scolarisés dans les écoles et établissements publics locaux d'en-
      seignement et privés sous contrat.


1 - LE PILOTAGE NATIONAL

      Le ministre de l'éducation nationale définit les principes et les orientations générales de la politique de pro-
      motion de la santé en faveur des élèves.
      La direction de l'enseignement scolaire
      (DESCO) est chargée d'impulser et d'évaluer cette politique. Elle assure, avec le concours des conseillers
      techniques, médecin et infirmier(ère), l'animation du réseau des conseillers techniques auprès des recteurs au-
      tour des axes prioritaires définis par le ministre et autour de programmes spécifiques, en développant parallè-
      lement l'expertise propre de chaque corps. Chaque axe stratégique défini au plan national est assorti d'objec-
      tifs et d'indicateurs de résultats.
      Elle définit le cadre des rapports annuels médicaux et infirmiers et les modalités du recueil des données sta-
      tistiques propres à chaque corps.
      Elle élabore le protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établisse-
      ments publics locaux d'enseignement.
      Un mode de concertation est établi entre les directions concernées de l'administration centrale : direction de
      l'administration (DA), direction des personnels administratifs, techniques et d'encadrement (DPATE), direc-
      tion de la programmation et du développement (DPD), direction des affaires financières (DAF).
      Des liaisons sont instaurées en tant que de besoin avec les directions concernées des ministères de l'emploi et
      de la solidarité, de la justice, de la jeunesse et des sports, de l'agriculture et de la pêche et tous autres orga-
      nismes de recherche compétents en matière d'action sociale, de santé ou d'hygiène et sécurité : Institut natio-
      nal supérieur de l'enseignement et de la recherche médicales (INSERM), Institut national de recherche péda-
      gogique (INRP), Centre national de recherche scientifique (CNRS), Observatoire français des drogues et
      toxicomanies (OFDT), etc., ainsi qu'avec le Comité français d'éducation pour la santé (CFES).


2 - LE PILOTAGE ACADÉMIQUE

      Dans le cadre de la démarche de contractualisation engagée entre l'administration centrale et les académies, le
      projet académique constitue un outil de pilotage essentiel. Il appartient donc à chaque recteur de définir les
      objectifs et les modalités de mise en œuvre de la politique de santé de son académie, en tenant compte des
      axes définis au niveau national et du contexte local. À cette fin, il se dote des indicateurs nécessaires au dia-
      gnostic, à l'élaboration, à la mise en œuvre, à l'évaluation et à la réorientation éventuelle de sa politique. Il
      prend l'avis de ses conseillers techniques médecin et infirmière pour ce qui relève de leur champ de compé-
      tence respectif.
      Sous l'autorité du recteur, le médecin et l'infirmier(ère) conseillers techniques ont pour mission, chacun dans
      le champ de ses compétences techniques, de mettre en œuvre la politique de santé définie par le ministre et
      les orientations définies par le recteur dans le cadre du projet académique. La mise en synergie de leur action
      est une nécessité.
      Un bilan régulier de la politique menée dans l'académie en matière de santé est régulièrement présenté devant
      les organismes paritaires : comité technique paritaire académique et comité hygiène et sécurité académique.
      En outre, les conseillers techniques sont étroitement associés aux programmes régionaux de santé, confor-
      mément à la circulaire DGS/SP2 n° 99-110 du 23 février 1999 relative à la mise en place de programmes ré-
      gionaux d'accès à la prévention et aux soins pour les personnes en situation de précarité.


3 - LE PILOTAGE DÉPARTEMENTAL
      Sous l'autorité de l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale, et
      en concertation avec les conseillers techniques auprès du recteur, le médecin et l'infirmier(ère) conseillers
      techniques auprès de l'inspecteur ont pour mission, chacun dans le champ de ses compétences techniques
      propres, de conseiller l'inspecteur d'académie pour mettre en œuvre la politique de santé définie par le recteur
      en tenant compte du contexte départemental et local. La mise en synergie de leur action est une nécessité.
      Les stratégies et les actions doivent être élaborées notamment à partir des besoins et des propositions des
      écoles et des établissements scolaires afin de les mobiliser de manière efficace.

19/05/2012                                                                                                              202
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


      Le médecin conseiller technique responsable départemental auprès de l'inspecteur d'académie assure la coor-
      dination et l'encadrement techniques des médecins et des secrétaires du département. L'infirmier(ère) conseil-
      ler(ère) technique responsable départemental(e) auprès de l'inspecteur d'académie assure la coordination et le
      rôle de conseil et d'animation des infirmier(ère)s des établissements du département. Leurs actions en faveur
      des élèves ne peuvent s'exercer qu'en étroite collaboration.
      Les conseillers techniques cadrent les partenariats qui doivent se nouer de manière privilégiée au niveau dé-
      partemental avec les collectivités locales, les organismes de sécurité sociale, les associations et les autres ser-
      vices de l'État, et notamment les directions départementales de l'action sanitaire et sociale (DDASS). L'ins-
      pecteur d'académie est le garant de ces partenariats, y compris quand ils naissent d'initiatives très localisées
      dans les établissements ou les quartiers.
      L'échelon départemental rend compte des ses activités par le biais des organismes paritaires : comité tech-
      nique paritaire et comité d'hygiène et de sécurité.
      Les conseillers techniques participent aux groupes de travail départementaux mis en place par le préfet dans
      le cadre des programmes régionaux de santé, conformément à la circulaire DGS/SP2 n° 99-110 du 23 février
      1999 relative à la mise en place de programmes régionaux d'accès à la prévention et aux soins pour les per-
      sonnes en situation de précarité.


4 LE NIVEAU LOCAL : L'ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE

      Le chef d'établissement, responsable de l'application de la politique de santé dans son établissement ainsi que
      de sa mise en œuvre, définit les besoins des élèves et de l'équipe éducative en concertation avec l'infir-
      mier(ère) de l'établissement et le médecin de l'éducation nationale. Il favorise la prise en compte de la poli-
      tique de santé déclinée à partir des orientations nationales par l'échelon académique et départemental, en in-
      tégrant les besoins spécifiques de l'établissement. À cet effet, il impulse et coordonne les actions à mettre en
      place dans le cadre des projets d'établissement ou du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté, et or-
      ganise les partenariats de proximité. Il rend compte des activités de l'établissement en la matière au conseil
      d'administration.

      Le ministre de l'éducation nationale
      Jack LANG




19/05/2012                                                                                                             203
                                          Directeurs d’école : Dispositions générales




   M I S S I O N S D E S M É D E C I N S D E L ' É D U C AT I O N
                                                 N AT I O N A L E
     C. n° 2001-013 du 12-1-2001

     Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie, inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et di-
     recteurs des services départementaux de l'éducation nationale




19/05/2012                                                                                                        204
                                                       Directeurs d’école : Dispositions générales




SOMMAIRE
1 - CADRE GÉNÉRAL
2 - MISSIONS ET FONCTIONS DES MÉDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES
2.1 Au niveau académique
2.2 Au niveau départemental
3 - FONCTIONS DES MÉDECINS DANS LES ÉCOLES ET LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES
3.1 Actions en direction de l'ensemble des élèves
       3.1.1 Organiser la détection précoce des difficultés lors de la visite médicale obligatoire entre 5 et 6 ans
       3.1.2 Réaliser un bilan de santé des élèves du cycle 3 en zone d'éducation prioritaire
       3.1.3 Réaliser un bilan de santé des élèves en classe de 3ème au collège
       3.1.4 Développer une dynamique d'éducation à la santé
       3.1.5 Mettre en place des actions permettant d'améliorer la qualité de vie des élèves en matière d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie
3.2 Actions spécifiques
       3.2.1 Suivre les élèves signalés par les membres de l'équipe éducative, les infirmier(ère)s, les assistant(e)s de service social, les
       parents ou les élèves eux-mêmes
       3.2.2 Suivre les élèves des établissements de certaines zones rurales, des zones d'éducation prioritaires ou en établissements sen-
       sibles et des établissements du plan de prévention de la violence
       3.2.3 Mettre en place des dispositifs adaptés en cas d'événement grave survenant dans la communauté scolaire
       3.2.4 Agir en cas de maladies transmissibles survenues en milieu scolaire
       3.2.5 Intervenir en urgence auprès d'enfants ou d'adolescents en danger, victimes
       de maltraitance ou de violences sexuelles
       3.2.6 Contribuer à l'intégration scolaire des enfants et adolescents atteints de handicap
       3.2.7 Aider à la scolarisation des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé
       évoluant sur une longue période
       3.2.8 Suivre les élèves des établissements d'enseignement technique et professionnel
3.3 Les actions de recherche
3.4 Les actions de formation
4 - CADRE JURIDIQUE, INSTITUTIONNEL ET PARTENARIAL
4.1 Cadre juridique
4.2 Contexte institutionnel
4.3 Contexte partenarial




            1 - CADRE GÉNÉRAL



  19/05/2012                                                                                                                             205
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     La mission des médecins de l'éducation nationale s'inscrit dans la politique de promotion de la santé en faveur
     des élèves et plus largement dans la politique générale du pays en matière sanitaire et en matière d'éducation
     à la santé. L'École est en effet le seul lieu qui permette d'évaluer l'état de santé de l'ensemble de la population
     des élèves tout au long de leur scolarité.
     Le rôle des médecins est donc essentiel. Ils interviennent pour tous les élèves en exerçant une action de pré-
     vention qui s'inscrit dans la continuité. Ils peuvent être amenés à intervenir aussi dans le cadre des urgences
     ou de la survenue de maladies transmissibles.
     Ils ont pour rôle de veiller au bien-être des élèves et de contribuer à leur réussite. Ils ont aussi un rôle spéci-
     fique de repérage, de diagnostic, d'évaluation des situations pathologiques aussi bien d'ordre somatique que
     psychique, et d'orientation vers les structures de prise en charge adaptées. Ils maîtrisent les connaissances
     scientifiques relatives à la santé et au développement de l'enfant et de l'adolescent, tant au plan individuel que
     collectif, ce qui leur confère une capacité de conseil technique auprès de l'ensemble de la communauté éduca-
     tive. Leur formation en santé publique leur permet d'identifier les besoins, de conceptualiser, conduire et éva-
     luer les programmes de promotion de la santé.
     Ils assurent un lien entre le système éducatif et le système de prévention et de soins. Ils sont garants du res-
     pect du secret médical qui engage leur responsabilité.
     Leurs missions, définies à l'article 2 du décret n° 91-1195 du 27 novembre 1991, répondent aux objectifs es-
     sentiels de la santé en milieu scolaire :
     - favoriser avec les autres personnels les apprentissages et la réussite scolaire ;
     - contribuer à faire de l'École, un lieu de vie et de communication, en prenant tout particulièrement en compte
     les conditions de travail, l'hygiène et la sécurité et les facteurs de risques spécifiques ;
     - participer dans le cadre de la mission éducative de l'École à la formation des jeunes dans le domaine des
     sciences de la vie et améliorer leurs capacités à mettre en valeur leur propre santé par des choix de compor-
     tements libres et responsables devant les problèmes de santé publique et de société qui peuvent se poser ;
     - s'inscrire dans l'équipe éducative comme référent en matière de santé ;
     - faciliter l'accès aux soins ;
     - porter une attention particulière aux élèves en difficulté en veillant à limiter, dans toute la mesure du pos-
     sible, la répercussion des problèmes de santé sur leur scolarité ;
     - favoriser l'intégration scolaire des jeunes handicapés et des jeunes atteints de maladies chroniques ;
     - participer activement à la protection de l'enfance en danger ;
     - aider l'élève à inscrire son projet professionnel en tenant compte des éventuelles inaptitudes liées à des pro-
     blèmes médicaux ;
     - participer au recueil et à l'exploitation des données statistiques médicales relatives à l'état de santé des
     élèves dans une perspective de veille épidémiologique.
     L'action du médecin s'inscrit dans le cadre d'un travail en équipe pluriprofessionnelle, et plus largement avec
     l'ensemble de l'équipe éducative dans le respect des compétences de chacun.
     Elle requiert d'autre part d'organiser efficacement les partenariats nécessaires.

     2 - MISSIONS ET FONCTIONS DES MÉDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES

     2.1 Au niveau académique

     Le recteur est responsable, dans son académie, de la conduite de la politique de santé à l'École définie par le
     ministre, en tenant compte des réalités académiques.
     Le médecin conseiller technique auprès du recteur a pour mission de contribuer à la promotion de la santé des
     élèves de l'académie. À cet effet, il est conseiller du recteur et l'assiste dans l'élaboration, l'impulsion, la
     coordination et l'évaluation de la politique académique en matière de santé.
     Le médecin conseiller technique auprès du recteur conduit ou apporte ses compétences dans :
     - l'animation et la coordination des conseillers techniques médicaux des inspecteurs d'académie autour d'une
     politique commune de promotion de la santé en faveur des élèves;
     - l'élaboration d'une politique rectorale de formation des médecins s'appuyant à la fois sur les dispositifs
     propres à l'éducation nationale et ceux proposés par les secteurs sanitaires et la mise en œuvre de formations
     intercatégorielles sur des thèmes de santé ;
     - l'intervention des médecins dans le dispositif de formation initiale et continue de l'ensemble des personnels
     de l'éducation nationale dans le domaine de la santé à l'École ;
     - l'évaluation des projets départementaux, la rédaction d'un rapport d'activité du service médical et l'élabora-
     tion du recueil statistique propre aux médecins selon les modalités définies par la direction de l'enseignement
     scolaire ;


19/05/2012                                                                                                            206
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


     - la participation aux programmes régionaux de santé, conformément à la circulaire DGS/SP2 n° 99-110 du
     23 février 1999 relative à la mise en place de programmes régionaux d'accès à la prévention et aux soins pour
     les personnes en situation de précarité afin :
     • d'avoir une vision globale des problèmes de santé des élèves prenant en compte des aspects sociaux, psy-
     chologiques, liés à l'environnement ou au contexte économique, social et familial ;
     • de réorienter les priorités dans le domaine de la prévention, du dépistage, de l'éducation, de l'information,
     de l'accompagnement et du suivi ;
     • d'assurer la cohérence des actions réalisées par les différents acteurs et de renforcer leur collaboration ;
     • de rompre les cloisonnements qui nuisent à la coordination des soins, à l'éducation pour la santé et à la pré-
     vention en favorisant le travail en réseau ;
     - le groupe de pilotage académique qui a pour mission de renforcer le développement de l'intégration des
     élèves atteints d'un handicap, conformément aux directives données dans la circulaire n° 95-124 du 17 mai
     1995 et dans le projet Handiscol ;
     - le groupe de pilotage des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté ;
     - le centre de ressources mis en place dans le cadre de la protection des enfants victimes de violences
     sexuelles (circulaire n° 97-119 du 26 août 1997) ;
     - la diffusion aux départements du protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les
     écoles et les établissements publics locaux d'enseignement.
     Il propose au recteur la carte de répartition des emplois du service médical, des moyens en crédits, et il parti-
     cipe à la réflexion sur leur gestion prévisionnelle, en tenant compte des orientations nationales et des priorités
     définies dans le programme académique.
     Le médecin conseiller technique, dans le champ de ses compétences, conduit l'animation de la médecine de
     prévention des personnels, et de la médecine de promotion de la santé en faveur des élèves. Cela lui permet
     d'appréhender les interactions existant entre la santé des élèves et celle des personnels (circulaire n° 93-082
     du 19 janvier 1993).
     Il travaille en concertation avec les autres services de l'État au niveau régional, en vue de la mise en œuvre
     des programmes prioritaires régionaux, notamment avec la direction régionale des affaires sanitaires et so-
     ciales, les comités régionaux d'éducation à la santé, les observatoires régionaux de santé, l'union régionale
     des caisses d'assurance maladie et les collectivités territoriales.

     2.2 Au niveau départemental

     Sous l'autorité de l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale, et
     en concertation avec le médecin conseiller technique auprès du recteur, le médecin conseiller technique res-
     ponsable départemental auprès de l'inspecteur d'académie a pour mission, dans le champ de ses compétences
     techniques propres, de mettre en œuvre la politique de santé arrêtée par le ministre et les orientations définies
     par le recteur dans le cadre du projet académique. Il associe les médecins de secteur à l'élaboration du projet
     départemental.
     Responsable de la dimension médicale du projet départemental de santé, il conduit toutes études et re-
     cherches utiles sur les besoins de la population scolaire, il élabore des programmes d'actions et mobilise
     toutes les compétences nécessaires à la promotion de la politique de santé ainsi arrêtée en faveur de la popu-
     lation scolaire.
     Il est responsable de la coordination des tâches accomplies par les médecins et les secrétaires médico-
     scolaires affectées au service.
     Il effectue l'évaluation des programmes mis en œuvre.
     Le médecin conseiller technique responsable départemental auprès de l'inspecteur d'académie conduit ou ap-
     porte ses compétences dans :
     - l'animation et la coordination des équipes médicales autour d'une politique commune de promotion de la
     santé en faveur des élèves ; il suscite des échanges et favorise une réflexion, en fixant des objectifs communs,
     des tâches spécifiques, et en veillant à leur coordination et à leur information ;
     - l'élaboration avec le médecin conseiller technique auprès du recteur, d'une politique de formation des méde-
     cins de l'éducation nationale, s'appuyant à la fois sur les dispositifs propres de l'éducation nationale et ceux
     proposés par les secteurs sanitaires, la formation initiale d'adaptation à l'emploi des médecins et des secré-
     taires nouvellement recrutés ainsi que la mise en place d'un tutorat professionnel en organisant dans chaque
     département un accompagnement des médecins et secrétaires : stages pratiques, ressources en documentation,
     aide méthodologique en éducation à la santé et à la sécurité ;
     - la mise en place avec le médecin conseiller technique auprès du recteur de la formation initiale et continue

19/05/2012                                                                                                             207
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     de l'ensemble des personnels de l'éducation nationale dans le domaine de la santé à l'École ;
     - l'évaluation des programmes mis en place sur les secteurs, la rédaction du rapport d'activité du service mé-
     dical et le recueil des statistiques propres aux médecins selon les modalités définies par la direction de l'en-
     seignement scolaire. Ces documents doivent être transmis au médecin conseiller technique auprès du recteur ;
     - l'évaluation technique des programmes d'action et de travail des médecins et des secrétaires médico-
     scolaires, cet avis étant soumis à l'inspecteur d'académie qui en assure la transmission au recteur ;
     - la participation aux groupes de travail départementaux mis en place par le préfet dans le cadre des pro-
     grammes régionaux de santé, conformément à la circulaire DGS/SP2 n° 99 110 du 23 février 1999 relative à
     la mise en place de programmes régionaux d'accès à la prévention et aux soins pour les personnes en situation
     de précarité, afin d'élaborer un plan départemental d'accès à la prévention et aux soins intégrant l'analyse dé-
     partementale de l'existant, les objectifs régionaux, et les objectifs départementaux spécifiques ;
     - la diffusion des programmes d'actions des médecins auprès des inspecteurs de l'éducation nationale, des di-
     recteurs d'école, des inspecteurs pédagogiques régionaux et chefs d'établissement et favorise la prise en
     compte par les écoles et les établissements scolaires des actions de prévention dans leurs projets ;
     - la mise en œuvre des actions prioritaires, l'élaboration de programmes d'actions spécifiques et, le cas
     échéant, de recherches-action, compte tenu des orientations définies par le recteur, des résultats des études de
     besoins réalisées à partir des données épidémiologiques, économiques, démographiques et sociales du dépar-
     tement ;
     - l'organisation des secteurs géographiques d'intervention du service médical dont la carte est arrêtée par le
     recteur sur proposition de l'inspecteur d'académie. À cet effet, il lui appartient de faire toutes propositions
     utiles à l'inspecteur d'académie après concertation avec l'ensemble des médecins de terrain et des secrétaires
     médico-scolaires ;
     - l'élaboration des enquêtes dans le domaine de l'adaptation et de l'intégration scolaire des élèves atteints d'un
     handicap ;
     - les travaux du groupe départemental Handiscol où il siège en tant que représentant des services départemen-
     taux de l'éducation nationale ;
     - l'impulsion de la mise en place des projets d'accueil individualisés et de l'assistance pédagogique à domicile
     pour les enfants et adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une longue période ;
     - le centre de ressources départemental mis en place dans le cadre des enfants victimes de violences sexuelles
     ;
     - l'avis technique sur les habilitations sollicitées par les associations départementales ou locales souhaitant in-
     tervenir en milieu scolaire ;
     - la transmission aux médecins du protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les
     écoles et les établissements publics locaux d'enseignement ;
     - la concertation avec les inspecteurs de l'éducation nationale chargés de l'information et de l'orientation ;
     - la participation aux commissions spécialisées : commission de circonscription préélémentaire et élémentaire
     (CCPE), commission de circonscription du second degré (CCSD), commission départementale de l'éducation
     spéciale (CDES), afin de prévenir l'exclusion du système scolaire des enfants en difficulté et des élèves pré-
     sentant un handicap.
     Le médecin conseiller technique responsable départemental auprès de l'inspecteur d'académie peut être appe-
     lé à donner son avis sur l'organisation de la médecine de soins à la demande du chef d'établissement (circu-
     laire n° 86-114 du 20 mars 1986).
     Il travaille en étroite collaboration avec les autres services suivants :
     - les services de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales, notamment pour ce qui est du
     génie sanitaire et de l'hygiène du milieu, de la surveillance sanitaire, particulièrement en cas d'épidémie, de
     maladies transmissibles, et pour les questions concernant l'éducation à la santé ;
     - les services hospitaliers (notamment pédiatrie et intersecteurs de psychiatrie) ;
     - les services vétérinaires ;
     - les services décentralisés compétents en matière sanitaire, en particulier la protection maternelle et infantile
     ;
     - les services décentralisés compétents en matière d'action sociale notamment l'aide sociale à l'enfance et le
     service social départemental ;
     - les services départementaux compétents en matière de justice et de police ;
     - l'inspection du travail notamment pour l'application du code du travail dans les ateliers et sections compor-
     tant un travail sur machines dangereuses ;
     - les associations de parents d'élèves ;
     - les comités consultatifs départementaux de promotion de la santé, comités de pilotage de lutte contre la
     drogue et de prévention des dépendances, conseils départementaux de prévention de la délinquance, missions


19/05/2012                                                                                                            208
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


     locales d'insertion des jeunes ;
     - les associations et organismes compétents en matière d'éducation à la santé, notamment les comités dépar-
     tementaux d'éducation à la santé, la caisse primaire d'assurance maladie et tous spécialistes ou organismes
     concernés par les problèmes de l'enfance et de l'adolescence, ainsi que les centres de planification et d'éduca-
     tion familiale ;
     - les communes.

     3 - FONCTIONS DES MÉDECINS DANS LES ÉCOLES ET LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

     L'organisation et la mise en œuvre des actions des médecins au sein des secteurs géographiques d'intervention
     reposent sur un travail en équipe pluriprofessionnelle dans les écoles et les établissements scolaires.
     Le médecin, en sa qualité de référent en matière de santé, a un rôle spécifique de conseiller technique en pré-
     vention individuelle et collective, auprès des inspecteurs de l'éducation nationale, des directeurs d'école, des
     chefs d'établissement et de la communauté éducative de son secteur d'intervention, des jeunes scolarisés et de
     leurs parents.
     - Il a accès au carnet de santé personnel de l'enfant et à la fiche de liaison instituée par l'arrêté interministériel
     du 18 août 1997 transmise par les services de la PMI, ce qui lui permet de prendre connaissance du diagnos-
     tic porté par le médecin traitant et le médecin de la PMI et de déterminer ainsi, en cas de pathologie, les con-
     séquences sur la scolarité de l'élève et les aménagements qu'il convient d'apporter ;
     - il suit l'élève tout au long de sa scolarité, ce qui permet de l'accompagner et de favoriser son adaptation à
     l'école ;
     - il collabore dans son secteur d'activité avec les divers partenaires institutionnels, les relais et les réseaux en-
     vironnementaux ;
     - il assure le diagnostic des troubles présentés par les élèves qui lui sont signalés par les infirmier(ère)s ou
     tout membre de l'équipe éducative et oriente vers le médecin traitant ou les services de soins de proximité. Il
     en assure le suivi ;
     - il lui revient aussi de procéder à des études épidémiologiques et de participer à la veille sanitaire. À cet ef-
     fet, il utilise, en tant que de besoin, les données sanitaires recueillies par les différents observatoires de la san-
     té des populations et notamment celles ramenées à la tranche d'âge qui le concerne. Le médecin de l'éducation
     nationale, parce qu'il peut examiner l'ensemble des jeunes scolarisés d'une même cohorte, mais aussi parce
     qu'il suit le même élève pendant sa scolarité, recueille en effet des informations importantes dans le domaine
     de la santé publique.
     Enfin, le médecin est le garant et le responsable du secret médical.
     Le médecin intervient en direction de l'ensemble des élèves mais participe aussi à des actions spécifiques.

     3.1 Actions en direction de l'ensemble des élèves

     Le médecin de l'éducation nationale réalise des bilans de santé qui ont pour objectifs principaux :
     - le dépistage des difficultés susceptibles d'entraver la scolarité des élèves, et notamment le dépistage régulier
     des troubles sensoriels ;
     - l'instauration d'un dialogue personnalisé avec l'élève et, le cas échéant, avec ses parents ;
     - l'adaptation de la scolarité aux besoins des élèves ;
     - la prise en compte des pathologies dépistées ;
     - le recueil de données épidémiologiques permettant une meilleure connaissance de la population concernée ;
     - la définition d'objectifs prioritaires prenant en compte d'autres données ou indicateurs démographiques, sco-
     laires, sanitaires, en collaboration avec les équipes éducatives.
     - une attention particulière doit être apportée aux élèves scolarisés en internat

     3.1.1 Organiser la détection précoce des difficultés lors de la visite médicale obligatoire entre 5 et 6 ans

     Conformément à l'article L 541-1 du code de l'éducation, tous les élèves doivent bénéficier d'un bilan médical
     dès l'âge de 5 ans.
     La détection précoce des difficultés des élèves doit être privilégiée et l'accent mis, en conséquence, sur la pe-
     tite enfance et le début de la scolarité primaire afin d'aider efficacement les élèves les plus fragiles.
     Pour un meilleur dépistage des problèmes dès l'école maternelle, il convient de renforcer la continuité entre la
     protection maternelle et infantile et la médecine de promotion de la santé. La généralisation de la transmis-
     sion du bilan médical effectué par la protection maternelle et infantile (dossier de liaison élaboré par le minis-
     tère de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie et le ministère de l'emploi et de la solidarité


19/05/2012                                                                                                               209
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


     dont le modèle a été fixé par arrêté du 18 août 1997 publié au J.O. du 2 septembre 1997) permet d'assurer, en
     lien avec les familles, le suivi prioritaire des enfants nécessitant une attention particulière.
     Le suivi approprié des élèves présentant des difficultés spécifiques doit être assuré. Pour cela, une attention
     sera portée au repérage précoce, dès le début de la grande section de maternelle, des signes pouvant entraîner
     des difficultés ultérieures d'apprentissage, afin qu'un réel suivi puisse être mis en place avant le passage au
     cours préparatoire. Pour tout élève repéré, le bilan des compétences neuro-sensorielles nécessaire à l'appren-
     tissage des langages sera effectué.
     Ce bilan sera d'autant plus profitable à l'élève qu'il sera réalisé en concertation entre médecins, infir-
     mier(ère)s, enseignants, psychologues scolaires, professionnels de soins et familles.
     Un recueil des données sera établi chaque année permettant d'impulser une politique locale de santé adaptée
     aux réalités de l'École et de son environnement.
     Dans le cadre de ce bilan, le médecin de l'éducation nationale est :
     - le spécialiste du bilan spécifique permettant de poser le diagnostic médical devant les difficultés d'appren-
     tissage scolaire, de prescrire les aides adéquates et d'assurer le suivi;
     - le coordonnateur du recueil de données médicales concernant l'enfant, précédemment recueillies par d'autres
     médecins figurant sur le dossier de santé de l'élève ;
     - le conseiller technique des équipes éducatives pour la prise en compte des difficultés d'apprentissage liées à
     un trouble de nature médicale. Avec l'équipe éducative, il détermine les aménagements nécessaires pour per-
     mettre le développement des compétences de l'élève ;
     - un lien entre la famille, la collectivité scolaire et le monde médical.

     3.1.2 Réaliser un bilan de santé des élèves du cycle 3 en zone d'éducation prioritaire

     Un bilan médical de fin de scolarité primaire sera progressivement mis en place dans les zones d'éducation
     prioritaire notamment pour tous les élèves signalés par les infirmier(ère)s ou par l'équipe éducative.

     3.1.3 Réaliser un bilan de santé des élèves en classe de 3ème au collège

     Ce bilan effectué le plus tôt possible dans l'année scolaire, doit permettre d'offrir à l'élève un examen médical
     et un espace d'écoute et de dialogue notamment autour de ses projets de vie en répondant à ses préoccupa-
     tions dans le respect de la confidentialité.
     L'objectif est de repérer les signes d'appel de mal être, de diagnostiquer les psycho-pathologies et de donner
     tout conseil relatif à la scolarité en amont des procédures d'orientation ; ce bilan permet également, dans une
     optique de prévention, d'aider l'élève à construire son projet de vie en tenant compte des éventuelles inapti-
     tudes liées à des problèmes médicaux.
     Ce bilan doit permettre également d'organiser le suivi des élèves pendant l'année de 3ème et de donner un
     avis médical dans le cadre de l'orientation pour ceux qui iront vers l'enseignement professionnel. Dans ce
     contexte, une concertation est nécessaire entre les membres de l'équipe éducative concernés par l'orientation
     de l'élève - chef d'établissement, professeur principal, médecin, infirmier(ère) et conseiller d'orientation psy-
     chologue. Le travail en réseau est indispensable avec tous les médecins qui ont été amenés à prendre en
     charge l'élève. Le suivi des avis donnés aux familles doit être renforcé.

     3.1.4 Développer une dynamique d'éducation à la santé

     Les axes de la politique de l'éducation nationale en matière de prévention et d'éducation à la santé ont été dé-
     finis dans les circulaires n° 98 108 du 1er juillet 1998 et n° 98-237 du 24 novembre 1998. Cette politique a
     pour but de proposer aux élèves, dans un contexte plus large que la famille, les moyens de s'approprier les
     données essentielles leur permettant d'effectuer des choix pour eux-mêmes et pour les autres, et de dévelop-
     per leur esprit critique et leur sens de la responsabilité.
     L'éducation à la santé débute dès la maternelle et s'inscrit dans une perspective d'éducation globale et d'ap-
     prentissage de la citoyenneté ; elle promeut une vision positive de la santé qui se traduit par une valorisation
     des capacités des élèves et leur participation active à la vie de l'établissement.
     L'éducation à la santé doit être l'affaire de tous au sein de la communauté éducative, en associant les familles
     et des partenaires extérieurs compétents et dûment agréés.
     Les actions d'éducation à la santé visent à rendre l'élève responsable, autonome et acteur de prévention. Elles
     permettent également de venir en aide aux élèves manifestant des signes inquiétants de mal être : usage de
     produits licites ou illicites, absentéisme, désinvestissement scolaire, repli sur soi, conduites suicidaires.
     L'éducation à la sexualité et à la prévention du sida doit s'inscrire dans le cadre des rencontres éducatives


19/05/2012                                                                                                          210
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     prévues par la circulaire n° 98-237 du 24 novembre 1998. Les modalités en ont été définies dans la circulaire
     n° 98-234 du 19 novembre 1998. Il est rappelé qu'une prévention efficace du sida, des maladies sexuellement
     transmissibles, des violences sexuelles ou encore des grossesses non désirées, nécessite une approche spéci-
     fique.
     Le médecin de l'éducation nationale, en sa qualité de référent médical, apporte ses compétences notamment
     dans :
     - les conseils et informations dispensés aux jeunes scolarisés et aux familles lors des bilans ou examens de
     santé ou lors d'entretiens personnels qui leur sont proposés et où ils peuvent aborder leurs propres difficultés ;
     - sa participation à l'élaboration du projet santé de l'école ou de l'établissement à partir de l'évaluation des be-
     soins des élèves et du repérage des situations facteurs de risque, ainsi que des priorités nationales ou régio-
     nales de santé publique ;
     - sa participation à la mise en place des rencontres éducatives pour la santé ;
     - la coordination qu'il est appelé à assurer avec les autres partenaires institutionnels et les intervenants exté-
     rieurs ;
     - sa contribution à l'évaluation des actions de promotion et d'éducation à la santé.

     3.1.5 Mettre en place des actions permettant d'améliorer la qualité de vie des élèves en matière d'hy-
     giène, de sécurité et d'ergonomie

     Un effort particulier doit être consacré dès la maternelle à la recherche sur les facteurs qui peuvent affecter le
     comportement de l'élève en milieu scolaire particulièrement en ce qui concerne l'ergonomie et l'étude de l'en-
     vironnement de l'enfant.
     Les médecins sont experts médicaux dans les commissions d'hygiène et sécurité, les conseils d'école ou con-
     seils d'administration. De par leur formation médicale spécifique, ils apportent leur concours à tout ce qui
     peut améliorer la qualité de vie des élèves au cours de leur scolarité.
     Ce contrôle est exercé par le médecin en concertation avec l'infirmier(ère), les chefs d'établissement, le mé-
     decin de prévention des personnels, le chef de travaux, l'ingénieur chargé de la sécurité, les municipalités, les
     collectivités territoriales et avec le concours du service du génie sanitaire de la direction départementale des
     affaires sanitaires et sociales. Il portera tout particulièrement sur :
     - les locaux scolaires où des recherches ergonomiques peuvent être entreprises : bruit, atmosphère, éclairage.
     Dans le second degré, une attention particulière sera portée aux ateliers (machines dangereuses, etc.) ;
     - les installations sportives : choix des matériaux et équipements adaptés aux activités, dans les salles de
     cours, les salles de sport et les cours de récréation ;
     - les installations sanitaires ;
     - les internats ;
     - la restauration collective en se fondant sur les directives de l'arrêté du 29 septembre 1997.

     3.2 Actions spécifiques

     Le médecin agit en appui des équipes éducatives pour les aider à gérer les situations individuelles, mais aussi
     pour réfléchir aux actions de prévention primaire.

     3.2.1 Suivre les élèves signalés par les membres de l'équipe éducative, les infirmier(ère)s, les assis-
     tant(e)s de service social, les parents ou les élèves eux-mêmes

     Les difficultés des élèves, visibles le plus souvent au travers des résultats scolaires et se manifestant volon-
     tiers par des difficultés de comportement (retards, absences, certificats d'inaptitude à l'éducation physique et
     sportive, actes délictueux, consommations de produits psychoactifs), nécessitent un diagnostic rapide que doit
     assurer le médecin de l'éducation nationale chaque fois qu'un élève lui est signalé.
     Le médecin assure le suivi et l'accompagnement de l'élève, l'oriente si nécessaire vers les structures de soins
     appropriées, et effectue la liaison entre l'école, le service de soins et la famille.
     Une attention particulière sera portée aux élèves bénéficiant de mesures d'aides spécialisées ou scolarisés, soit
     dans les établissements ou sections de collège dispensant des enseignements généraux et professionnels adap-
     tés (EREA-SEGPA), soit dans les dispositifs d'intégration (CLIS, UPI).
     Il importe de mettre en place des actions personnalisées, à la demande de l'équipe éducative, des parents ou
     des élèves eux-mêmes. Il s'agira d'assurer aux enfants en difficulté, quelle qu'en soit la cause ou la nature, une
     surveillance sanitaire plus étroite dans l'intervalle et en complément des bilans de santé ; dans ce cadre, il
     convient également d'examiner tous les élèves ayant une inaptitude d'éducation physique et sportive supé-


19/05/2012                                                                                                             211
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     rieure à trois mois.
     Il est essentiel de sensibiliser les enseignants et l'ensemble des personnels éducatifs afin de les rendre aptes à
     reconnaître les signes d'alarme et les indicateurs de souffrance et de difficulté.
     Le médecin doit veiller à ce que des organismes extérieurs prennent le relais :
     • en favorisant le développement local d'un réseau de partenaires avec les organismes, les institutions spécia-
     lisées, les collectivités locales, les autres départements ministériels (santé, justice...), dans le but d'assurer :
     - la prise en charge effective des problèmes, notamment pour les familles exclues de tout système de soins ;
     - la prise en charge adaptée des problèmes ;
     - la cessation des situations mettant en danger des enfants à l'intérieur ou à l'extérieur de l'établissement (mal-
     traitance, violences sexuelles) ;
     • à défaut ou en complément d'une prise en charge externe, en mettant en place des solutions au sein de l'éta-
     blissement en liaison avec l'équipe éducative.

     3.2.2 Suivre les élèves des établissements de certaines zones (rurales, d'éducation prioritaire, établis-
     sements sensibles et établissements du plan de prévention de la violence)

     L'éloignement, l'isolement, les réseaux et les zones d'éducation prioritaire, les établissements où la violence
     reste un phénomène préoccupant, imposent à l'ensemble des services ministériels concernés une mobilisation
     cohérente et renforcée, ciblée en priorité sur les sites les plus exposés ; les médecins doivent être particuliè-
     rement vigilants afin que tous les élèves qui en ont besoin puissent accéder aux soins et bénéficier d'un suivi.
     Tous les membres de la communauté scolaire et tous les niveaux de responsabilité au sein du système éduca-
     tif sont partie prenante de cette politique de prévention et doivent mener leur action en recherchant le con-
     cours actif des autres services ministériels, des collectivités territoriales et des associations.

     3.2.3 Mettre en place des dispositifs adaptés en cas d'événement grave survenant dans la communauté
     scolaire

     Les médecins de l'éducation nationale assurent un soutien psychologique et une assistance immédiate aux vic-
     times ou témoins d'événements traumatisants survenus chez un élève ou un groupe d'élèves. Ils contribuent
     aux cellules d'écoute et de crise mises en place sous l'autorité du chef d'établissement et apportent leurs con-
     seils en veillant à respecter les consignes définies dans la circulaire n° 97-175 du 26 août 1997 relative à la
     mise en place des centres ressources et à la circulaire n° 99-034 du 9 mars 1999 relative à la convention na-
     tionale signée dans 14 départements avec l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation (INAVEM).
     Grâce à leur capacité d'évaluation clinique, les médecins apportent aux adultes témoins de comportements
     particuliers d'élèves, ou dépositaires de révélations, leur compétence pour les aider à trouver une remédiation
     cohérente et appropriée. En outre, ils assurent le suivi avec l'équipe éducative des conséquences de l'événe-
     ment au plan individuel et collectif.

     3.2.4 Agir en cas de maladies transmissibles survenant en milieu scolaire

     Le médecin de l'éducation nationale doit être informé des cas de toxi-infections alimentaires, méningite bac-
     térienne, tuberculose, ou de toute autre infection collective. Il s'assure que la déclaration a été effectuée au-
     près des instances sanitaires. Il est responsable de la mise en place des mesures de prophylaxie. Il conseille le
     directeur d'école ou le chef d'établissement dans l'application des mesures prophylactiques de protection indi-
     viduelle ou collective et se tient disponible pour toutes informations utiles auprès des enseignants et des pa-
     rents d'élèves.
     Il informe le médecin responsable départemental auprès de l'inspecteur d'académie et le médecin de préven-
     tion des personnels du rectorat.
     Un travail en réseau peut être mis en place avec les services départementaux de l'action sanitaire et sociale,
     les services hospitaliers et tout autre service compétent.
     Pour toute mesure d'éviction, il convient de se reporter à l'arrêté du 3 mai 1989.
     Pour les obligations vaccinales les textes de référence sont les suivants :
     - Décret n° 52-247 du 28-2-1952 relatif à l'organisation du service des vaccinations.
     - Code de la santé publique, articles L 3111-1 à L 3111-7 et L 3112-1 à L 3112-3.
     - Décret n° 96-775 du 5 septembre 1996 relatif à la vaccination par le vaccin antituberculeux BCG et modi-
     fiant le code de la santé publique (deuxième partie : décrets en Conseil d'État).
     - Arrêté du 5 septembre 1996 relatif à la pratique de la vaccination par le vaccin antituberculeux BCG et aux


19/05/2012                                                                                                             212
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     tests tuberculiniques.
     - Circulaire n° 97-267 du 8 avril 1997 relative aux contre-indications aux vaccinations
     - Lettre circulaire du 23-4-1999 relative à l'obligation vaccinale.
     - Lettre circulaire du 15-9-1999 relative à l'obligation scolaire et obligation vaccinale.

     3.2.5 Intervenir en urgence auprès d'enfants ou d'adolescents en danger, victimes de maltraitance ou
     de violences sexuelles

     L'École a un rôle fondamental auprès de tous les enfants à qui elle offre un cadre de sécurité face aux vio-
     lences et aux carences de certains adultes qui les entourent ; le médecin doit aider les enseignants à repérer
     les élèves en situation de risque ou de danger, et mettre en œuvre toutes les mesures pour assurer la protec-
     tion des élèves ; dans ce domaine le travail en réseau est primordial notamment avec les psychologues sco-
     laires, les conseillers d'orientation-psychologues ou les travailleurs sociaux.
     Le médecin de l'éducation nationale sera amené à faire une évaluation de la situation vécue par l'enfant. Il re-
     lève de sa compétence de délivrer un certificat médical décrivant avec objectivité les lésions organiques ou
     les troubles psychologiques induits par la maltraitance ; s'il constate que la santé ou le développement de l'en-
     fant est compromis ou menacé, et sans préjuger des compétences et de la saisine des autorités judiciaires ; il
     en rend compte sans délai aux services départementaux compétents et/ou au procureur, selon les modalités
     définies en liaison avec l'autorité judiciaire et les services de l'État dans le département.
     Il convient, selon les cas, de se référer aux textes en vigueur :
     • articles L 542-1, 542-2, 542-3 et 542-4 du code de l'éducation relatifs à la prévention des mauvais traite-
     ments et des abus sexuels à l'égard des enfants ;
     • loi n° 98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à
     la protection des mineurs ;
     • code de déontologie médicale, décret n° 95-1000 du 6 septembre 1995
     • code pénal
     article 223-6 : non-assistance à personne en péril ; article 226-13 relatif au secret professionnel ; article 226-
     14 concernant la dérogation à l'obligation de secret professionnel posé par l'article 226-13 ; articles 227-15 à
     227-28 relatifs à la mise en péril des mineurs ; articles 434-1 et 434-3 concernant la non-dénonciation de
     crime, de délits et la non assistance à personne en danger pour les mineurs de 15 ans ou à une personne qui
     n'est pas en mesure de se protéger ;
     • circulaire n° 97-119 du 15 mai 1997 relative à l'organisation du dispositif de prévention des mauvais trai-
     tements à l'égard des enfants ;
     • circulaire n° 97-175 du 26 août 1997 sur les instructions concernant les violences sexuelles ;
     • circulaire n° 99-034 du 9 mars1999 relative à la convention éducation nationale-INAVEM sur l'aide aux
     victimes.

     3.2.6 Contribuer à l'intégration scolaire des enfants et adolescents atteints de handicap

     Le médecin participe au projet d'intégration conduit avec l'ensemble de l'équipe éducative, en liaison avec les
     partenaires extérieurs (code de l'éducation, art. L112-1-2-3).
     Il lui appartient d'établir les dossiers médicaux et de participer aux commissions de l'éducation spéciale dont
     il peut être membre titulaire ou suppléant, nommé par le préfet. Il y apporte sa connaissance des besoins de
     l'enfant ou de l'adolescent handicapé et sa connaissance du système éducatif.
     Dans les projets d'intégration, il contribue à définir, à partir des déficiences et incapacités existantes, les be-
     soins particuliers de l'élève, les conditions de réalisation de l'intégration et les aménagements à mettre en
     place au sein de l'école ou de l'établissement. Il assure la liaison avec les médecins hospitaliers ou libéraux,
     les soignants de l'enfant, les associations et les familles, en matière de soins et soutiens spécialisés, d'aides
     techniques et d'aménagements. Il contribue à l'élaboration du projet individuel d'intégration et à la convention
     d'intégration.
     Il assure avec l'infirmier(ère) le suivi du jeune en situation scolaire, il participe aux réunions de synthèse et à
     l'adaptation du projet. Il aide à la recherche d'une orientation professionnelle adaptée, à l'adaptation des acti-
     vités physiques et sportives. Il peut être également sollicité pour la prescription des conditions spéciales
     d'examen et notamment pour l'octroi d'un tiers de temps supplémentaire.
     Ces actions sont conduites en étroite collaboration avec l'inspecteur de l'éducation nationale, en charge de la
     circonscription ou le chef d'établissement, ainsi, qu'en dernier ressort, avec l'inspecteur de l'éducation natio-

19/05/2012                                                                                                              213
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     nale, chargé de l'adaptation et de l'intégration scolaire.
     Il contribue à l'élaboration de l'information statistique éducation nationale - affaires sociales et participe aux
     travaux du groupe départemental Handiscol.

     3.2.7 Aider à la scolarisation des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une
     longue période

     L'élaboration du projet d'accueil individualisé est effectuée par le médecin de l'éducation nationale en concer-
     tation étroite avec le médecin traitant. Le suivi est assuré avec l'infirmier(ère).
     À partir des informations recueillies auprès de la famille et du médecin traitant, le médecin de l'éducation na-
     tionale détermine l'aptitude de l'enfant à suivre une scolarité ordinaire et donne son avis sur les aménage-
     ments particuliers susceptibles d'être mis en place. Un projet d'accueil individualisé et, si besoin, un protocole
     des soins et des urgences, sont établis.
     Le médecin est appelé également à donner son avis sur l'admission d'un élève dans le dispositif d'assistance
     pédagogique à domicile en cas d'impossibilité temporaire de suivre une scolarité normale (circulaire n° 98-
     151 du 17 juillet 1998).

     3.2.8 Suivre les élèves des établissements d'enseignement technique et professionnel

     Conformément au code du travail (art R 241 50), une surveillance médicale particulière des élèves soumis à
     des nuisances particulières et/ou travaillant en restauration collective s'impose.
     Des relations doivent être établies dans chaque département avec l'inspection du travail pour la prise en
     charge des visites prévues à l'art. R. 234-22 du code du travail et le décret n° 80 857 du 30 octobre 1980. En
     vertu de cet article, le médecin effectue les examens médicaux et délivre des certificats d'aptitude au travail
     sur machines dangereuses pour les élèves de moins de dix-huit ans concernés.
     Le médecin de l'éducation nationale est aussi amené à délivrer les certificats d'aptitude pour les élèves appe-
     lés à faire des stages en entreprise.
     Avec le médecin de prévention, il impulse la prévention des risques professionnels : prévention des accidents
     du travail, amélioration des conditions de travail et la surveillance sanitaire de l'environnement de l'élève.

     3.3 Les actions de recherche

     La mission de promotion de la santé en faveur des élèves a également une mission d'observation et de surveil-
     lance épidémiologique, conformément aux termes de la loi n° 98.535 du 1er juillet 1998 relative au renfor-
     cement de la veille sanitaire. L'exploitation des données recueillies par les médecins dans une perspective
     épidémiologique constitue une obligation légale.
     Un effort particulier doit être consacré notamment au recueil des indicateurs portant sur les éventuels troubles
     de santé ou difficultés de comportement de l'élève conformément aux grilles d'analyse élaborées par la direc-
     tion de l'enseignement scolaire et la direction générale de la santé. Ces indicateurs doivent faire l'objet d'une
     réactualisation régulière.
     Le médecin doit pouvoir ainsi proposer une politique de santé publique adaptée, en lien avec les dynamiques
     de l'institution scolaire, la politique régionale de santé et les unités de recherche.

     3.4 Les actions de formation

     Les médecins de l'éducation nationale contribuent dans leur domaine à la formation initiale et continue de
     l'ensemble des personnels de l'Education nationale dans une démarche de santé publique et communautaire.
     Leur formation spécifique et leur connaissance du développement et des comportements des enfants et des
     adolescents permet l'adaptation des contenus de formation ; leur spécificité leur donne un rôle d'expert en
     santé publique pour la validation des contenus de formations proposées, soit dans le cadre académique ou dé-
     partemental, soit par des personnes ou organismes extérieurs.

     4 - CADRE JURIDIQUE, INSTITUTIONNEL ET PARTENARIAL

     4.1 Cadre juridique

     Les médecins de l'éducation nationale exercent leurs missions selon les règles de leur profession définies par :
     • le décret n° 91-1195 du 27 novembre 1991

19/05/2012                                                                                                                214
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales



     • le code de la santé publique, notamment les articles L 2132-7 ; L 2325-1 et 2325-2 ;
     L 4127 1 et L 4314-3 ;
     • le code de déontologie médicale, en particulier ses articles 1 à 13, 72 - 73 :
     art. 4 : le secret professionnel s'impose à tout médecin dans les conditions établies par la loi ;
     art. 5 : le médecin lié par un contrat ou un statut ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous
     quelque forme que ce soit ;
     art. 72 : le médecin doit veiller à ce que les personnes qui l'assistent dans son exercice soient instruites de
     leurs obligations en matière de secret professionnel et s'y conforment. Il doit veiller à ce qu'aucune atteinte ne
     soit portée par son entourage au secret qui s'attache à sa correspondance professionnelle ;
     art. 73 : le médecin doit protéger contre toute indiscrétion les documents médicaux concernant les personnes
     qu'il a soignées ou examinées, quels que soient le contenu et le support de ces documents. Il en va de même
     des informations médicales dont il peut être le détenteur.
     Les médecins sont tenus au secret professionnel dans les conditions et sous les réserves énoncées à l'article
     226-13 du code pénal .
     • Dans le cadre de l'enfance en danger, les médecins sont soumis au code pénal, articles 223-3 à 223-7, 226-
     13 à 28, et 434-1, 434-3, au code de procédure pénale, article 40, et au code de déontologie.

     4.2 Contexte institutionnel

     Les médecins sont membres de la communauté éducative. À ce titre :
     - ils entretiennent des contacts réguliers avec les autres membres de la communauté éducative ;
     - ils assistent aux séances du conseil de classe lorsqu'ils ont eu à connaître du cas personnel d'un élève ;
     - ils peuvent être appelés à participer aux travaux du conseil d'administration et, s'ils ne sont pas élus, à titre
     consultatif, lorsque l'ordre du jour appelle l'examen d'une question intéressant leurs attributions ;
     - ils participent aux séances du conseil d'école pour les affaires les concernant ;
     - ils contribuent, comme les autres membres de la communauté éducative, à la réflexion et à l'élaboration du
     projet d'établissement et particulièrement à son volet santé - citoyenneté ;
     - ils participent au comité d'éducation à la santé et la citoyenneté (CESC) ;
     - ils sont experts médicaux au sein de la commission d'hygiène et sécurité (CHS) ;
     - ils peuvent être membres des commissions d'éducation spéciales : commission de circonscription préélé-
     mentaire et élémentaire (CCPE), commission de circonscription du second degré (CCSD), commission dépar-
     tementale de l'éducation spéciale (CDES). Ils sont nommés par le préfet et contribuent aux décisions en ap-
     portant leur capacité d'expertise médicale.
     Le chef d'établissement, responsable de l'application de la politique de santé, d'hygiène et de sécurité, met à
     leur disposition des locaux de nature à respecter la confidentialité des entretiens et la protection du secret
     médical et le matériel adapté aux examens médicaux, aux entretiens et aux enquêtes épidémiologiques : maté-
     riel informatique et accès à des banques de données. Il conviendra de se référer au protocole national sur l'or-
     ganisation des soins et des urgences dans les écoles et les EPLE (B.O. hors- série n° 1 du 6 janvier 2000)
     Il est rappelé par ailleurs que les communes chef-lieu de département ou d'arrondissement, les communes de
     plus de 5 000 habitants et celles figurant sur une liste fixée par arrêté ministériel, sont tenues d'organiser un
     ou plusieurs centres médico-scolaires et de supporter les dépenses correspondant à leurs obligations, confor-
     mément à l'article L541-1 du code de l'éducation et à l'avis du conseil d'État du 1er décembre 1992.

     4.3 Contexte partenarial

     Un travail collégial doit s'instaurer avec les partenaires internes à l'éducation nationale et tous les partenaires
     extérieurs.
     Le travail en réseau est devenu une nécessité. Cela implique des échanges d'informations entre les profes-
     sionnels appartenant à des institutions différentes et un réel partenariat entre services de l'éducation nationale,
     des affaires sanitaires et sociales, de la protection maternelle et infantile, les services hospitaliers, intersec-
     teurs de psychiatrie, médecins généralistes, médecine du travail et toute personne ayant des responsabilités
     auprès des jeunes (juges des enfants, maires, élus, responsables en matière de santé, associations de parents,
     services d'aide sociale à l'enfance, etc.).
     Il est nécessaire de développer une logique de complémentarité et non de concurrence entre les profession-
     nels de santé, les divers secteurs de santé et les secteurs ayant des responsabilités auprès des jeunes.
     Cette circulaire annule et abroge la circulaire n° 91-148 du 24 juin 1991 relative aux missions et fonctions du
     service de promotion de la santé en faveur des élèves et les circulaires n° 10/82/S et n° 82-256 du 15 juin

19/05/2012                                                                                                            215
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     1982 relatives aux orientations et fonctionnement du service de santé scolaire.

     Le ministre de l'éducation nationale
     Jack LANG




19/05/2012                                                                             216
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales




     MISSIONS DES INFIRMIER(ERE)S DE L'ÉDUCATION NATIONALE
     C. n° 2001-014 du 12-1-2001



     Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie, aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et
     directeurs des services départementaux de l'éducation nationale


     SOMMAIRE
     1 - CADRE GÉNÉRAL
     2. MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S CONSEILLER(ÈRE)S
     TECHNIQUES
     2.1 Au niveau académique
     2.2 Au niveau départemental
     3. FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S DANS LES ÉCOLES ET LES
     ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES
     3.1 Actions en direction de l'ensemble des élèves
            3.1.1 Accueillir et accompagner les élèves
            3.1.2 Organiser les urgences et les soins
            3.1.3 Contribuer, par un dépistage infirmier, à la visite médicale obligatoire entre 5 et 6
            ans
            3.1.4 Organiser un suivi infirmier
            3.1.5 Développer une dynamique d'éducation à la santé
            3.1.6 Mettre en place des actions permettant d'améliorer la qualité de vie des élèves en
            matière d'hygiène, de sécurité et d'ergonomie
     3.2 Actions spécifiques
            3.2.1 Organiser et réaliser le suivi de l'état de santé des élèves
            3.2.2 Suivre les élèves signalés par les membres de l'équipe éducative
            3.2.3 Suivre les élèves des établissements de certaines zones rurales, des zones d'éduca-
            tion prioritaires, des établissements sensibles et des établissements relevant du plan de
            lutte contre la violence en milieu scolaire.
            3.2.4 Mettre en place des dispositifs adaptés en cas d'événements graves survenant dans
            la communauté scolaire
            3.2.5 Agir en cas de maladies transmissibles survenues en milieu scolaire
            3.2.6 Intervenir en urgence auprès d'enfants ou d'adolescents en danger (victimes de
            maltraitance ou de violences sexuelles)
            3.2.7 Contribuer à l'intégration scolaire des enfants et adolescents atteints de handicap
            3.2.8 Aider à la scolarisation des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé
            évoluant sur une longue période
     3.3 Les actions de recherche
     3.4 Les actions de formation
     4. CONTEXTE INSTITUTIONNEL ET PARTENARIAL
     4.1 Contexte institutionnel

19/05/2012                                                                                                        217
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales



      4.2 Contexte partenarial




1 - CADRE GÉNÉRAL

      La mission des infirmier(ère)s de l'éducation nationale s'inscrit dans la politique générale de l'éducation na-
      tionale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants ; elle concourt à cet objectif par la promo-
      tion de la santé des jeunes et participe plus largement à la politique du pays en matière de prévention et
      d'éducation à la santé.
      Les infirmier(ère)s constituent un corps particulier au ministère de l'éducation nationale (décret n° 94-1020
      du 23 novembre 1994, modifié par le décret n° 98-936 du 13 octobre 1998 fixant les dispositions statutaires
      communes applicables aux corps des infirmier(ère)s des services médicaux des administrations de l'État et ar-
      rêté du 14 février 1991 relatif à la définition des responsabilités particulières ou du rôle d'encadrement des in-
      firmiers en chef et des infirmières en chef du corps particulier du ministère de l'éducation nationale.
      Les infirmier(ère)s de l'éducation nationale exercent leur profession dans le cadre fixé par le décret n° 93-221
      du 16 février 1993 relatif aux règles professionnelles des infirmier(ère)s et du décret n° 93-345 du 15 mars
      1993 relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la profession d'infirmier(ère) pris en référence aux ar-
      ticles L 4161-1, L 4311-1 et L 6211-8 du code de santé publique.
      Des règles professionnelles s'appliquent à tout(e) infirmier(ère). Elles sont fixées par le décret n°93-221 du
      16 février 1993 qui dispose notamment que :
      • le secret professionnel s'impose à tout(e) infirmier(ère) et à tout étudiant infirmier dans les conditions éta-
      blies par la loi et couvre non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu'il a vu, entendu, constaté ou
      compris. L'infirmier(ère) instruit ses collaborateurs de leurs obligations en matière de secret professionnel et
      veille à ce qu'ils s'y conforment (art. 4).Cette obligation est ici d'ordre déontologique ;
      • l'infirmier(ère) doit, sur le lieu de son exercice, veiller à préserver autant qu'il est possible la confidentialité
      des soins dispensés (art. 5) ;
      • l'infirmier(ère) ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit (art. 9) ;
      • l'infirmier(ère) est personnellement responsable des actes professionnels qu'il(elle) est habilité(e) à effectuer
      (art. 14) ;
      • l'infirmier(ère) doit prendre toutes les précautions en son pouvoir pour éviter que des personnes non autori-
      sées puissent avoir accès aux médicaments et produits qu'il(elle) est appelé(e) à utiliser dans le cadre de son
      service (art. 15).
      En ce qui concerne plus particulièrement le secret professionnel, il convient de rappeler un certain nombre de
      points : les infirmier(ère)s de l'éducation nationale sont à double titre dépositaires du secret professionnel.
      Tout d'abord, en qualité de fonctionnaire de l'État, et en application de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983
      modifiée, ils(elles) sont tenu(e)s au secret professionnel dans le cadre des règles instituées dans le code pénal.
      Ensuite, en vertu de l'article L 481 du code de la santé publique, "les infirmier(ère)s (...) sont tenu(e)s au se-
      cret professionnel dans les conditions et sous les réserves énoncées aux articles 226-13 et 226-14 du code pé-
      nal".
      L'exercice de la profession d'infirmier(ère) est régi par le décret n° 93-345 du 15 mars 1993, relatif aux actes
      professionnels et à l'exercice de la profession d'infirmière :
      - l'infirmier(ère) effectue ou dispense les actes infirmiers qui relèvent de sa responsabilité. Il(elle) identifie,
      dans le cadre de son rôle propre, les besoins, pose un diagnostic infirmier, met en œuvre les actions appro-
      priées et les évalue (art. 2 et 3) ;
      - l'infirmier(ère) est habilité(e) à accomplir les actes ou soins infirmiers sur prescription médicale qui, sauf
      urgence, doit être écrite, qualitative et quantitative, datée et signée (art. 4 et 5).


19/05/2012                                                                                                                 218
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


      Ces dispositions, qui témoignent de la spécificité de la profession d'infirmier ou d'infirmière, s'appliquent à
      tous(tes) les infirmier(ère)s, qu'ils(elles) soient affecté(e)s en établissements publics locaux d'enseignement
      (EPLE) ou en poste mixte (collège(s) + écoles du secteur de recrutement).
      Ces missions répondent aux objectifs essentiels de la santé à l'École :
      • favoriser les apprentissages, le projet personnel et la réussite scolaire de l'élève, et veiller à son bien être et
      à son épanouissement ;
      • participer dans le cadre de la mission éducative de l'École à la formation des jeunes dans le domaine des
      sciences de la vie et améliorer leurs capacités à mettre en valeur leur propre santé par des choix de compor-
      tements libres et responsables devant les problèmes de santé publique et de société qui peuvent se poser ;
      • agir au sein de l'équipe éducative comme conseiller(ère) en matière de santé, pour une prise en charge glo-
      bale de l'élève ;
      • aider l'élève à construire son projet personnel et professionnel en collaboration avec les enseignants, les
      conseillers principaux d'éducation, les conseillers d'orientation psychologues, les assistant(e)s de service so-
      cial et les médecins, chacun dans son champ de compétence ;
      • contribuer à faire de l'École, un lieu de vie et de communication, en prenant tout particulièrement en
      compte les conditions de travail, l'hygiène et la sécurité et les facteurs de risques spécifiques ;
      • porter une attention particulière aux élèves en difficulté ;
      • favoriser l'intégration scolaire des jeunes handicapés et des jeunes atteints de maladies chroniques ;
      • contribuer à la protection de l'enfance en danger ;
      • organiser le recueil et l'exploitation des données statistiques des infirmier(ère)s, émanant de l'ensemble des
      écoles et des établissements, relatives à l'état de santé des élèves afin de renseigner le ministère de l'éducation
      nationale et de participer ainsi à la veille épidémiologique.
      La mission de l'infirmier(ère) s'effectue en synergie avec tous les membres de la communauté éducative, dans
      le respect des compétences de chacun et requiert d'organiser efficacement le partenariat.
      Le rôle de l'infirmier(ère), référent santé des élèves et de l'ensemble des personnels dans l'école ou l'établis-
      sement scolaire, est donc important et s'inscrit dans un accompagnement des élèves tout au long de leur scola-
      rité. En effet, de par sa formation spécifique, l'infirmier(ère) s'attache à les aider à mettre en évidence leurs
      besoins de santé ou, en lien avec ces derniers, à les faire participer au sein de l'établissement, à une démarche
      éducative globale. Dans le cadre de ses compétences, il(elle) est amené(e) à conceptualiser, organiser et éva-
      luer les actions de promotion et d'éducation à la santé.
      Dans ce but, il(elle) favorise la prise en compte de la santé dans les projets d'établissement et d'école.


2 - MISSIONS ET FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S CONSEILLER(ÈRE)S TECHNIQUES

      2.1 Au niveau académique

      Le recteur est responsable dans son académie de la conduite de la politique de santé à l'École dans le cadre
      des orientations définies par le ministre. Il est en effet essentiel que le projet académique intègre les objectifs
      définis en matière de santé ainsi que les modalités de sa mise en œuvre, en tenant compte des réalités de
      l'académie.
      L'infirmier(ère) conseiller(ère) technique auprès du recteur a pour mission de contribuer à la politique de san-
      té des élèves de l'académie. Il(elle) assiste le recteur, dans son champ de compétence, dans l'élaboration, l'im-
      pulsion, la coordination et l'évaluation de la politique académique en matière de santé.
      Il(elle) est chargé(e) par ailleurs d'animer, de coordonner et de rendre compte de l'activité des infirmier(ère)s.
      L'infirmier(ère) conseiller(ère) technique auprès du recteur conduit ou apporte ses compétences spécifiques
      dans :
      - l'animation et la coordination des conseiller(ère)s techniques infirmier(ère)s auprès des inspecteurs d'aca-
      démie autour d'une politique commune de promotion de la santé en faveur des élèves ;
      - l'encadrement de l'activité des infirmier(ère)s dans les conditions prévues par l'arrêté du 14 février 1991, no-
      tamment dans le domaine de l'expertise professionnelle ;
      - l'élaboration et la mise en oeuvre d'une politique rectorale de formation des personnels infirmiers s'appuyant
      sur les directives nationales, les dispositifs propres à l'éducation nationale et ceux proposés par les différents
      services déconcentrés de l'État et les collectivités territoriales mais aussi sur les besoins des personnels infir-


19/05/2012                                                                                                                219
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     miers émanant des demandes de terrain ;
     - l'organisation d'un tutorat professionnel, notamment pour les personnels stagiaires, en concertation avec les
     infirmier(ère)s conseiller(ère)s techniques responsables départementaux(ales) auprès de l'inspecteur d'acadé-
     mie ;
     - l'intervention des infirmier(ère)s dans le dispositif de formation initiale et continue de l'ensemble des per-
     sonnels de l'éducation nationale ;
     - l'évaluation des projets départementaux, la rédaction d'un rapport rendant compte de l'activité des infir-
     mier(ère)s et la synthèse du recueil des statistiques, selon les modalités définies par la direction de l'ensei-
     gnement scolaire ;
     - le groupe de pilotage académique qui a pour mission de renforcer le développement de l'intégration des
     élèves atteints d'un handicap, conformément aux directives données dans la circulaire du 17 mai 1995 et dans
     le projet Handiscol ;
     - le centre de ressources mis en place dans le cadre de la protection des enfants victimes de violences
     sexuelles (instruction du 26 août 1997) ;
     - le groupe de pilotage académique des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté ;
     - la participation aux programmes régionaux de santé, conformément à la circulaire DGS/SP2 n° 99-110 du
     23 février 1999 relative à la mise en place de programmes régionaux d'accès à la prévention et aux soins pour
     les personnes en situation de précarité afin d'avoir une vision globale des problèmes de santé des élèves en
     prenant en compte des aspects sociaux, psychologiques liés à l'environnement ou au contexte économique,
     social et familial. Il s'agit dans ce contexte :
     • de réorienter les priorités dans le domaine de la prévention, du dépistage, de l'éducation, de l'information,
     de l'accompagnement et du suivi ;
     • d'assurer la cohérence des actions réalisées par les différents acteurs et de renforcer leur collaboration ;
     • de rompre les cloisonnements qui nuisent à la coordination des soins, à l'éducation pour la santé et à la pré-
     vention en favorisant le travail en réseau ;
     - la collaboration avec les réseaux de santé (direction régionale de l'action sanitaire et sociale, comité régional
     d'éducation à la santé, observatoire régional de la santé, union régionale des caisses d'assurance maladie ...) ;
     - la diffusion aux départements du protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les
     écoles et les établissements publics locaux d'enseignement ;
     - la mise en place d'une banque de ressources documentaires académique.
     Il(elle) participe à la définition de la carte des implantations des emplois infirmiers. Il(elle) participe à la ré-
     partition académique des moyens en emplois et en crédits, et à la réflexion sur leur gestion prévisionnelle, en
     tenant compte des orientations nationales et des priorités définies dans le programme académique.

     2.2 Au niveau départemental

     Sous l'autorité de l'inspecteur d'académie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale, l'in-
     firmier(ère) conseiller(ère) technique responsable départemental(e) auprès de l'inspecteur d'académie, dans
     son champ de compétence, a pour mission de mettre en œuvre, en concertation avec l'infirmier(ère) conseil-
     ler(ère) technique du recteur, la politique de santé arrêtée par le ministre et les orientations définies par le rec-
     teur. Il(elle) favorise une réflexion permettant de déterminer les actions prioritaires du département, en pre-
     nant en compte les besoins du terrain. Il(elle) est associé(e) aux études et aux recherches sur les besoins de
     santé de la population scolaire du département; il(elle) élabore et propose des programmes d'action et mobi-
     lise les compétences nécessaires à la promotion de la politique de santé.
     Il(elle) assure la coordination des différentes activités des infirmier(ère)s dans le département.
     Il(elle) conduit ou apporte ses compétences à :
     - l'animation, la coordination et la réflexion autour de la politique de santé en faveur des élèves ;
     - la mise en œuvre des actions prioritaires définies au plan national et déclinées au plan académique, l'élabo-
     ration de programmes d'actions à promouvoir, leur mise en oeuvre et, le cas échéant, l'élaboration de re-
     cherche action ;
     - la participation aux groupes de travail départementaux mis en place par le préfet dans le cadre des pro-
     grammes régionaux de santé, conformément à la circulaire DGS/SP2 n° 99 110 du 23 février 1999 relative à
     la mise en place de programmes régionaux d'accès à la prévention et aux soins pour les personnes en situation
     de précarité, afin d'élaborer un plan départemental d'accès à la prévention et aux soins intégrant l'analyse dé-
     partementale de l'existant, les objectifs régionaux, et les objectifs départementaux spécifiques ;
     - la diffusion des programmes d'action des infirmier(ère)s auprès des inspecteurs de l'éducation nationale, des
     directeurs d'école, des inspecteurs pédagogiques régionaux et chefs d'établissement afin qu'ils favorisent la

19/05/2012                                                                                                              220
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


      prise compte de ces programmes dans les projets d'école et d'établissement ;
      - la mise en place de dispositifs spécifiques :
      • l'élaboration de l'information statistique éducation nationale - affaires sociales dans le domaine de l'adapta-
      tion et de l'intégration scolaire des élèves atteints d'un handicap ;
      • la participation au groupe départemental Handiscol et au centre de ressources départemental mis en place
      dans le cadre de la protection des enfants victimes de violences sexuelles ;
      - la participation à la formation des personnels infirmiers définie au niveau académique ;
      - la mise en place d'un tutorat professionnel en organisant dans chaque département au niveau du district ou
      du bassin de formation un accompagnement des infirmier(ère)s stagiaires ou nouvellement nommé(e)s :
      stages pratiques, ressources documentaires, aide méthodologique en éducation à la santé et à la sécurité ;
      - l'accompagnement professionnel des infirmier(ère)s nouvellement nommé(e)s dans les établissements ou en
      postes mixtes dont la répartition est arrêtée par le recteur sur proposition de l'inspecteur d'académie. À cet ef-
      fet, il lui appartient de faire toutes propositions utiles à l'inspecteur d'académie après concertation avec les
      établissements scolaires ;
      - l'élaboration du rapport départemental de l'activité de l'ensemble des infirmières et le recueil des statistiques
      selon les modalités définies par la direction de l'enseignement scolaire qui doivent faire l'objet d'une trans-
      mission à l'infirmier(ère) conseiller(ère) technique du recteur ;
      - la transmission aux infirmier(ère)s de terrain du protocole national sur l'organisation des soins et des ur-
      gences dans les écoles et les établissements publics locaux d'enseignement ;
      - la collaboration pour la mise en place des projets d'accueil individualisés ;
      - l'avis technique sur les habilitations sollicitées par les associations départementales ou locales souhaitant in-
      tervenir en milieu scolaire.
      L'infirmier(ère) conseiller(ère) technique responsable départemental(e) auprès de l'inspecteur d'académie peut
      être consulté(e) en tant que de besoin sur l'organisation de la médecine de soins à la demande des chefs d'éta-
      blissement (circulaire n° 86-114 du 20 mars 1986).
      Au niveau départemental, il(elle) favorise la mise en œuvre des partenariats avec les différents services de
      l'état ainsi qu'avec les collectivités territoriales :
      - les services de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS), notamment pour ce
      qui est du génie sanitaire et de l'hygiène du milieu, de la surveillance sanitaire particulièrement en cas d'épi-
      démie, de maladies transmissibles ;
      - les services hospitaliers (notamment pédiatrie et intersecteurs de psychiatrie) ;
      - les services décentralisés compétents en matière sanitaire, en particulier la protection maternelle et infantile
      avec laquelle des liaisons fonctionnelles doivent être organisées ainsi qu'avec les centres de planification et
      d'éducation familiale ;
      - les services déconcentrés compétents en matière d'action sociale et de prévention de la maltraitance notam-
      ment l'aide sociale à l'enfance et le service social départemental ;
      - les services départementaux compétents en matière de justice et de police ;
      - l'inspection du travail notamment pour l'application du code du travail dans les ateliers et sections compor-
      tant un travail sur machines dangereuses ;
      - les comités consultatifs départementaux de promotion de la santé, comités de pilotage de lutte contre la
      drogue et de prévention des dépendances, conseils départementaux de prévention de la délinquance, missions
      locales d'insertion des jeunes ;
      - les associations et organismes compétents en matière d'éducation à santé, notamment les comités départe-
      mentaux d'éducation à la santé (CODES), la caisse primaire d'assurance maladie et tous spécialistes ou orga-
      nismes concernés par les problèmes de l'enfance et de l'adolescence ;
      - les communes, dans de nombreux domaines, dont des contrats locaux de sécurité ;
      - les services vétérinaires ;
      - les associations de parents d'élèves.


3 - FONCTIONS DES INFIRMIER(ÈRE)S DANS LES ÉCOLES ET LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES
      L'infirmier(ère) d'établissement, placée sous l'autorité hiérarchique du chef d'établissement, est présent(e) au
      quotidien dans l'environnement des élèves tout au long de leur scolarité. Dans l'établissement scolaire, il(elle)
      est le référent santé tant dans le domaine individuel que dans le domaine collectif. Il(elle) a un rôle de con-
      seiller en matière de prévention, d'éducation à la santé, d'hygiène et de sécurité auprès des directeurs d'école
      et des chefs d'établissement.
      La proximité et la disponibilité qu'il(elle) entretient en particulier avec les élèves mettent en évidence son rôle

19/05/2012                                                                                                             221
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


     à la fois relationnel, technique et éducatif.
     Il(elle) contribue à leur épanouissement personnel et à leur réussite scolaire en favorisant leur adaptation à
     l'École.
     L'organisation et la réalisation des actions menées par l'infirmier(ère) reposent essentiellement sur un travail
     d'équipe, avec tous les acteurs du système éducatif. Il(elle) assure dans son champ de compétence, les colla-
     borations avec les différents partenaires institutionnels, les parents et les réseaux extérieurs.
     Il(elle) apporte tout conseil et aide aux adultes de la communauté scolaire qui en font la demande.
     L'infirmier(ère) intervient en direction de l'ensemble des élèves mais participe aussi à des actions spécifiques.
     Une attention particulière doit être apportée aux élèves scolarisés en internat.

     3.1 Actions en direction de l'ensemble des élèves

     3.1.1 Accueillir et accompagner les élèves

     L'infirmier(ère) accueille tout élève qui le(la) sollicite pour quelque motif que ce soit, y compris d'ordre rela-
     tionnel ou psychologique, dès lors qu'il y a une incidence sur sa santé ou sa scolarité. Après un entretien per-
     sonnalisé, moment privilégié qui permet de nouer une relation de confiance au cours de laquelle l'élève peut
     exprimer une demande, un malaise, une souffrance en toute confidentialité, il (elle) évalue la situation, pose
     un diagnostic infirmier dans le cadre de son rôle propre, met en place la démarche de soins adéquate et si
     l'urgence le justifie, oriente vers la structure la plus adaptée. Dûment formée à cet effet, elle est à même de
     jouer un rôle d'observation, de dépistage et de relais dans le domaine de la santé mentale.
     Il(elle) assure un suivi et un accompagnement individuels, établit les relais nécessaires au sein de l'établisse-
     ment (médecins de l'éducation nationale, assistant(e)s de service social, psychologues scolaires, conseillers
     d'orientation psychologues, conseillers principaux d'éducation, enseignants...) dans la prise en charge du ou
     des problèmes identifiés et travaille en étroite relation avec les parents et les professionnels du réseau de san-
     té.
     Il(elle) effectue le suivi des actes infirmiers ou de l'orientation proposés. Dans ce cadre, il (elle) retranscrit les
     actes infirmiers sur le cahier de l'infirmière, et, si nécessaire, dans le dossier de santé de l'élève.
     Il(elle) est attentive à renforcer l'écoute auprès des élèves et à assurer leur information sur la maîtrise du
     corps. Il(elle) s'attache en particulier à mener une action positive auprès des élèves en terme d'éducation au
     respect de l'autre, notamment à l'égard des attitudes ou comportements racistes, sexistes et machistes et d'édu-
     cation à la sexualité. En cette matière, il(elle) leur facilite toute information sur l'ensemble des méthodes con-
     traceptives, sur la pilule d'urgence ainsi que sur les relais agréés (loi n° 2000-1209 du 13 décembre 2000 rela-
     tive à la contraception d'urgence).
     Il(elle) accueille également les parents.

     3.1.2 Organiser les urgences et les soins

     Il revient au chef d'établissement de mettre en place une organisation qui réponde au mieux aux besoins des
     élèves et des personnels (article 57 du décret n° 85-924 du 30 août 1985 modifié et circulaire n° 86-144 du
     20 mars 1986).
     Il s'appuie notamment pour cela sur l'avis technique de l'infirmier(ère).
     Quelle que soit son affectation, dans la mesure où il(elle) est présent(e) dans l'école ou l'établissement, l'in-
     firmier(ère) assure la réponse à l'urgence en se référant en particulier au décret n° 93-345 du 15 mars 1993 et
     au protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les écoles et les établissements publics
     locaux d'enseignement publié dans le Bulletin officiel de l'éducation nationale (hors série n° 1 du 6 janvier
     2000).
     Il lui appartient :
     - d'évaluer le degré de gravité du cas et de donner les premiers soins d'urgence à tous les élèves. Sa responsa-
     bilité professionnelle est engagée par la décision qu'elle est amenée à prendre ;
     - de faire appel, si besoin, au SAMU ou à tout autre service d'urgence compte tenu de l'organisation adoptée
     dans l'établissement ;
     - d'appliquer les mesures prévues dans le cadre du protocole national sur l'organisation des soins et des ur-
     gences dans les écoles et les établissements publics locaux d'enseignement (EPLE) ;
     - d'avertir le directeur d'école ou le chef d'établissement et de veiller à ce que la famille de l'intéressé soit pré-
     venue chaque fois que nécessaire.
     Il est de sa responsabilité d'effectuer les soins préventifs ou curatifs qui visent à protéger, maintenir, restaurer
     et promouvoir la santé des élèves.


19/05/2012                                                                                                               222
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     Il(elle) applique les traitements ambulatoires des troubles compatibles avec la scolarité, traitements qui sont
     donnés sur prescription du médecin de famille, ou, le cas échéant, de sa propre initiative, selon les règles in-
     hérentes à l'exercice de sa profession.
     À cet effet, il(elle) tient à jour :
     • le cahier de l'infirmier(ère), prévu par la note de service n° 95-221 du 12 octobre 1995 ;
     • les fiches infirmières de renseignements remplies par les familles ;
     • le récapitulatif des inaptitudes ponctuelles d'éducation physique et sportive et d'atelier données par l'infir-
     mier(ère) lorsque l'état de santé de l'élève le nécessite.
     Elle a accès aux autorisations de traitements et d'interventions chirurgicales ainsi qu'aux certificats de vacci-
     nation.
     L'action de l'infirmier(ère) s'étend, dans les mêmes conditions, aux différentes catégories de personnel en
     fonction dans l'établissement, pendant les heures où elle est en exercice.
     En cas d'accident du travail, il(elle) assure les liaisons nécessitées par l'état de santé des élèves, enregistre les
     accidents du travail sans les gérer ni liquider les dossiers et tient à jour le registre des accidents bénins pour
     les sections professionnelles et technologiques.
     Il(elle) assure, dans les conditions prévues par le décret n° 93-345 du 15-3-93, l'administration des médica-
     ments prescrits dans le cadre des projets d'accueil individualisés et des traitements ambulatoires, ou des mé-
     dicaments vendus en officine de pharmacie et répondant aux besoins des élèves et des personnels de l'établis-
     sement.

     3.1.3 Contribuer, par un dépistage infirmier, à la visite médicale obligatoire entre 5 et 6 ans

     La réalisation de ce bilan s'effectue dans le cadre d'un travail en équipe entre infirmier(ère)s, médecins, en-
     seignants et psychologues scolaires, dans l'intérêt de l'élève.
     L'infirmier(ère) peut participer, en fonction de son rôle propre, à la détection précoce des difficultés d'appren-
     tissage de l'élève. Dans ce cas, l'accent doit être mis sur la petite enfance et le début de la scolarité primaire
     afin d'aider les élèves les plus fragiles.
     À l'occasion de ce dépistage, il(elle) effectue :
     - l'entretien avec l'élève ;
     - les examens biométriques ;
     - le dépistage des troubles sensoriels (réf. décret n° 93-345 du 15 mars 1993 relatif aux actes professionnels) ;
     - la vérification des vaccinations.
     Pour cela, il(elle) a accès au carnet de santé de l'enfant pour la partie qui la concerne.
     Il(elle) effectue la retranscription des actes infirmiers sur le dossier de santé de l'élève.
     Enfin, il(elle) assure le suivi, primordial, des avis donnés aux familles.

     3.1.4 Organiser un suivi infirmier

     L'infirmier(ère) organise, si besoin est, le suivi de l'état de santé des élèves en complément des visites médi-
     cales obligatoires, en vue de repérer les difficultés éventuelles de santé ou les élèves fragilisés. Ce suivi s'ins-
     crit dans le cadre des actions de prévention et d'éducation en matière d'hygiène et de santé individuelle et col-
     lective.
     Il peut s'agir,
     - soit des élèves signalés lors du bilan de la 6ème année,
     - soit des élèves signalés au cours de leur scolarité comme étant en situation de fragilité,
     - soit des élèves d'un niveau donné de classe, par exemple CE 2 et 5ème.
     À l'occasion de ce suivi, il(elle) effectue notamment :
     - l'entretien avec l'élève ;
     - les examens biométriques ;
     - l'examen bucco-dentaire ;
     - la surveillance de l'hygiène générale ;
     - le dépistage des troubles sensoriels ;
     - la prise de tension artérielle ;
     - le dépistage des handicaps ou anomalies du squelette ;
     - la vérification des vaccinations ;
     - la retranscription des résultats infirmiers sur le dossier de santé de l'élève ;
     - le suivi des avis infirmiers donnés aux familles ;

19/05/2012                                                                                                               223
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


     - l'orientation de l'élève vers le professionnel adapté, si l'urgence le justifie ;
     - le signalement au médecin de l'éducation nationale des enfants qui semblent avoir besoin d'un suivi médical
     personnalisé.
     La réalisation de ce suivi doit favoriser une collaboration en particulier entre infirmier(ère)s, médecins et en-
     seignants dans l'intérêt de l'élève.

     3.1.5 Développer une dynamique d'éducation à la santé

     Les axes de la politique de l'éducation nationale en matière de prévention et d'éducation à la santé ont été dé-
     finis dans les circulaires n° 98-108 du 1er juillet 1998 et n° 98-237 du 24 novembre 1998. Cette politique a
     pour but de proposer aux élèves, dans un contexte plus large que la famille, les moyens de s'approprier les
     données essentielles leur permettant d'effectuer des choix pour eux-mêmes et pour les autres, et de dévelop-
     per leur esprit critique et leur esprit de responsabilité.
     Cette dynamique d'éducation à la santé doit favoriser la mise en commun des compétences de l'ensemble des
     partenaires de l'École. Elle s'inscrit dans une perspective d'éducation globale et d'apprentissage de la citoyen-
     neté ; elle promeut une vision positive de la santé qui se traduit par une valorisation des capacités des élèves
     et leur participation active à la vie de l'établissement.
     Les actions d'éducation à la santé visent à rendre l'élève responsable, autonome et acteur de prévention. Elles
     permettent également de venir en aide aux élèves manifestant des signes inquiétants de mal être : usage de
     produits licites ou illicites, absentéisme, désinvestissement scolaire, repli sur soi, conduites suicidaires.
     L'éducation à la sexualité et à la prévention du sida doit s'inscrire dans le cadre des rencontres éducatives
     prévues par la circulaire n° 98-237 du 24 novembre 1998. Les modalités ont été définies dans la circulaire n°
     98-234 du 19 novembre 1998. Il est rappelé qu'une prévention efficace du sida, des maladies sexuellement
     transmissibles, des violences sexuelles ou encore des grossesses non désirées, nécessite une approche spéci-
     fique.
     La contribution spécifique apportée par les infirmier(ère)s, en fonction de leur rôle propre, se traduit princi-
     palement par :
     • les conseils et informations dispensés aux élèves lors des passages à l'infirmerie, des dépistages infirmiers
     ou des entretiens personnalisés ;
     • la coordination qu'elles sont appelées à assurer, en leur qualité de référent santé de la communauté scolaire
     avec les autres partenaires institutionnels et les intervenants extérieurs ;
     • la participation à l'élaboration du projet santé de l'école ou de l'établissement à partir des besoins repérés
     des élèves et de leurs demandes et à la mise en place des rencontres éducatives sur la santé ;
     • l'évaluation des actions de promotion et d'éducation à la santé ;
     • l'implication dans le dispositif de formation initiale et continue des personnels.
     3.1.6 Mettre en place des actions permettant d'améliorer la qualité de vie des élèves en matière d'hy-
     giène, de sécurité et d'ergonomie

     Un effort particulier doit être consacré à la recherche sur les facteurs qui peuvent affecter le comportement de
     l'élève en milieu scolaire particulièrement en ce qui concerne l'ergonomie et l'étude de l'environnement de
     l'enfant.
     L'infirmier(ère) participe à la mise en œuvre des contrôles techniques en concertation avec le chef d'établis-
     sement, le médecin de l'éducation nationale, le médecin de prévention des personnels, le chef de travaux, l'in-
     génieur chargé de la sécurité, les municipalités, les collectivités territoriales et avec le concours du service du
     génie sanitaire de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales.
     Elle portera tout particulièrement sur :
     • les locaux scolaires et notamment les ateliers (machines dangereuses, bruit, atmosphère, éclairage, etc.) où
     des recherches ergonomiques peuvent être entreprises ;
     • les installations sportives : choix des matériaux et équipements adaptés aux activités, dans les salles de
     cours, les salles de sport et les cours de récréation ;
     • les internats ;
     • les installations sanitaires ;
     • la restauration collective (arrêté du 29 septembre 1997).

19/05/2012                                                                                                              224
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     3.2 Actions spécifiques

     3.2.1 Organiser et réaliser le suivi de l'état de santé des élèves

     En fonction de son rôle propre et des besoins qu'elle identifie, l'infirmier(ère) met en place un suivi particulier
     en organisant les dépistages de certains élèves des classes à risque de l'enseignement technique et profession-
     nel, des élèves bénéficiant de mesures d'aides spécialisées ou scolarisés, soit dans les établissements ou sec-
     tions de collège dispensant des enseignements généraux et professionnels adaptés (EREA-SEGPA), soit dans
     les dispositifs d'intégration et répond également à la demande exprimée par l'élève lui-même, ou tout membre
     de l'équipe éducative. L'infirmier(ère) indique au médecin de l'éducation nationale les élèves qui lui parais-
     sent avoir besoin d'un examen médical personnalisé.

     3.2.2 Suivre les élèves signalés par les membres de l'équipe éducative

     L'infirmier(ère) assure les actes infirmiers de dépistage et les contrôles qui sont de sa compétence chez les
     élèves qui lui sont signalés, en relation avec les autres partenaires de l'équipe éducative.
     Ce suivi doit permettre de s'assurer que toute difficulté scolaire ou comportement difficile d'un élève n'a pas
     entre autre pour origine un problème de santé. Ce suivi individuel de l'élève doit être effectué, quel que soit
     l'établissement qui l'accueille. Une priorité sera donnée aux élèves signalés pour absentéisme important, sanc-
     tions disciplinaires, troubles du comportement, retard scolaire. Dès lors que les difficultés ne semblent pas
     liées à un problème médical, l'infirmier(ère) assure un suivi et un accompagnement personnalisés de l'élève
     en lien étroit avec les familles et en collaboration avec le service social scolaire, si nécessaire. S'il s'agit d'un
     problème d'ordre médical, se reporter au chapitre 3.1.2.

     3.2.3 Suivre les élèves des établissements de certaines zones rurales, des zones d'éducation prioritaire,
     des établissements sensibles et des établissements relevant du plan de lutte contre la violence en milieu
     scolaire

     Les difficultés particulières liées à l'isolement, dans certaines zones rurales, et le suivi qu'il convient d'assurer
     dans les zones d'éducation prioritaire ainsi que dans les établissements scolaires où les phénomènes de vio-
     lence se développent de façon inquiétante, imposent à l'ensemble des personnels concernés une mobilisation
     renforcée. L'infirmier(ère), en liaison étroite avec les membres de la communauté éducative, doit être particu-
     lièrement vigilant(e), afin que tous les élèves qui en ont besoin puissent accéder aux soins et bénéficier d'un
     suivi attentif.

     3.2.4 Mettre en place des dispositifs adaptés en cas d'événements graves survenant dans la communau-
     té scolaire

     Il convient d'assurer une assistance immédiate aux victimes ou témoins d'événements traumatisants survenus
     chez un élève ou un groupe d'élèves. Les infirmier(ère)s, sous la responsabilité du directeur d'école ou du
     chef d'établissement, collaborent à la mise en place de cellules d'écoute ou de crise en veillant à respecter les
     consignes définies dans la circulaire n° 97-175 du 26 août 1997 relative à la mise en place des centres res-
     sources et à la circulaire n° 99-034 du 9 mars 1999 relative à la convention nationale signée dans 14 dépar-
     tements avec l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation (INAVEM).

     3.2.5 Agir en cas de maladies transmissibles survenues en milieu scolaire

     En cas de toxi-infections alimentaires, méningite cérébro-spinale, tuberculose, l'infirmier(ère), sur avis du
     médecin, collabore à la mise en place avec le directeur d'école ou le chef d'établissement des mesures prophy-
     lactiques de protection individuelle ou collective.
     Il(elle) se tient disponible pour toutes informations utiles auprès des enseignants et des parents d'élèves.
     Il(elle) informe l'infirmier(ère) conseiller(ère) technique responsable départemental(e) auprès de l'inspecteur
     d'académie et le médecin de prévention des personnels du rectorat ; un travail en réseau peut être mis en place
     avec les services départementaux de l'action sanitaire et sociale, les services hospitaliers et tout autre service
     compétent.

     3.2.6 Intervenir en urgence auprès d'enfants ou d'adolescents en danger (victimes de maltraitance ou
     de violences sexuelles)


19/05/2012                                                                                                              225
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales




     L'école a un rôle fondamental auprès de tous les enfants à qui elle offre un cadre de sécurité face aux vio-
     lences et aux carences de certains adultes qui les entourent ; l'infirmier(ère) doit aider les enseignants à repé-
     rer les élèves en situation de risque ou de danger, et mettre en œuvre toutes les mesures pour assurer la pro-
     tection des élèves ; dans ce domaine, le travail en réseau est primordial notamment avec les travailleurs so-
     ciaux.
     Il convient, selon le cas, de se référer aux textes en vigueur :
     • loi du 10 juillet 1989 n° 89-487 relative à la prévention des mauvais traitements et des abus sexuels à
     l'égard des enfants ;
     • loi n° 98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à
     la protection des mineurs ;
     • en application de l'article 68 du code de la famille et de l'aide sociale, l'infirmier(ère) se conformera au dis-
     positif départemental mis en place par le président du conseil général, permettant de recueillir en permanence
     les informations relatives aux mineurs maltraités et de répondre aux situations d'urgence, selon les modalités
     définies en liaison avec l'autorité judiciaire et les services de l'État dans le département.
     • code pénal : article 223-6 : non assistance à personne en péril ; article 226-13 relatif au secret professionnel
     ;article 226-14 concernant la dérogation à l'obligation de secret professionnel posé par l'article 226-13 ; ar-
     ticles 227-15 à 227-28 relatifs à la mise en péril des mineurs ; articles 434-1 et 434-3 concernant la non-
     dénonciation de crime, de délits et la non-assistance à personne en danger pour les mineurs de 15 ans ou à
     une personne qui n'est pas en mesure de se protéger ;
     • décret n° 93-221 du 16 février 1993 relatif aux règles professionnelles des infirmiers et infirmières (art. 7) :
     "Lorsqu'une infirmière discerne, dans l'exercice de sa profession, qu'un mineur est victime de sévices ou de
     privations, elle doit mettre en œuvre les moyens les plus adéquats pour le protéger, en n'hésitant pas, si cela
     est nécessaire, à alerter les autorités médicales, ou administratives compétentes lorsqu'il s'agit d'un mineur de
     quinze ans"
     • circulaire n° 97-119 du 15 mai 1997 relative à l'organisation du dispositif de prévention des mauvais trai-
     tements à l'égard des enfants ;
     • circulaire n° 97-175 du 26 août 1997 sur les instructions concernant les violences sexuelles ;
     • circulaire n° 99-034 du 9 mars 1999 relative à la convention éducation nationale-INAVEM sur l'aide aux
     victimes.

     3.2.7 Contribuer à l'intégration scolaire des enfants et adolescents atteints de handicap

     L'infirmier(ère) participe à l'intégration avec l'ensemble de l'équipe éducative en liaison avec les partenaires
     extérieurs ; en liaison avec les soignants de l'enfant, les associations et les familles, il(elle) contribue à l'ana-
     lyse des besoins particuliers du jeune handicapé et aux conditions de réalisation de l'intégration avec l'en-
     semble de l'équipe éducative. Il(elle) participe à la mise en œuvre des soins, des aides techniques et des amé-
     nagements nécessaires. L'infirmier(ère) participe à l'apprentissage des gestes de la vie quotidienne par les
     élèves handicapés, en vue de faciliter leur indépendance et leur autonomie, ainsi qu'à l'élaboration du projet
     individuel d'intégration, à la convention d'intégration ainsi qu'aux réunions de synthèse.
     À cette fin, l'infirmier(ère) doit contribuer à l'élaboration de l'information statistique éducation natio-
     nale/affaires sociales, et participer aux travaux du groupe départemental Handiscol.

     3.2.8 Aider à la scolarisation des enfants et adolescents atteints de troubles de la santé évoluant sur une
     longue période

     L'infirmier(ère) participe au protocole de soins et d'urgence prévu dans le cadre du projet d'accueil individua-
     lisé (circulaires n° 98-151 du 17 juillet 1998, n° 99-181 du 10 novembre 1999 en se référant à la note du 29
     décembre 1999 relative au protocole national sur l'organisation des soins et des urgences dans les écoles et
     les EPLE).

     3.3 Les actions de recherche

     La mission de promotion de la santé en faveur des élèves a également une mission d'observation et de surveil-
     lance épidémiologique, conformément aux termes de la loi n° 98-535 du 1er juillet 1998 relative au renfor-


19/05/2012                                                                                                               226
                                             Directeurs d’école : Dispositions générales


      cement de la veille sanitaire. L'exploitation des données recueillies dans une perspective épidémiologique
      constitue une obligation légale.
      Un effort particulier doit être consacré au recueil des indicateurs qui peuvent affecter le comportement de
      l'élève conformément aux grilles d'analyse élaborées par la direction de l'enseignement scolaire et la direction
      générale de la santé.
      Dans le cadre des projets d'école et d'établissement, l'infirmier(ère) peut être amené(e), à partir des éléments
      en sa possession, tel le cahier de l'infirmier(ère), à effectuer des actions de recherche sur les indicateurs de
      santé.
      Ces indicateurs doivent faire l'objet d'une réactualisation régulière.

      3.4 Les actions de formation

      L'infirmier(ère) contribue dans son domaine de compétence à la formation initiale et continue de l'ensemble
      des personnels de l'éducation nationale. Il(elle) peut être formateur, en particulier en matière de secourisme,
      de gestes et postures du travail et d'ergonomie.
      Sa connaissance du développement et des comportements des enfants et des adolescents permet l'adaptation
      des contenus de formation ; sa spécificité lui donne un rôle d'expert pour la validation des contenus de forma-
      tions proposées, soit dans le cadre académique ou départemental, soit par des personnes ou organismes exté-
      rieurs.
      L'infirmier(ère) apporte son expertise technique dans la formation des personnels qui sont appelés à organiser
      ou mettre en place les protocoles de soins et d'urgence.


4 - CONTEXTE INSTITUTIONNEL ET PARTENARIAL

      4.1 Contexte institutionnel

      L'infirmier(ère) est membre de la communauté éducative. À ce titre :
      - il(elle) entretient des contacts réguliers avec les autres membres de la communauté éducative ;
      - il(elle) peut assister aux séances du conseil de classe lorsqu'il(elle) a eu à connaître de la situation particu-
      lière d'un élève ;
      - il(elle) peut être appelé(e) à participer aux travaux du conseil d'administration, s'il(elle) n'est pas élu(e), à
      titre consultatif, lorsque l'ordre du jour appelle l'examen d'une question intéressant ses attributions ;
      - il(elle) participe aux séances du conseil d'école pour les affaires le (la) concernant ;
      - il(elle) contribue, comme les autres membres de la communauté éducative, à la réflexion et à l'élaboration
      du projet d'école et d'établissement ;
      - il(elle) participe au comité d'éducation à la santé et la citoyenneté (CESC) ;
      - il(elle) est un expert au sein de la commission d'hygiène et sécurité (CHS).
      Le chef d'établissement responsable de l'application de la politique de santé, d'hygiène et de sécurité, met à la
      disposition de l'infirmier(ère) des locaux de nature à respecter la confidentialité des entretiens et la protection
      du secret professionnel ainsi que le matériel adapté à ses missions pour les soins, les dépistages infirmiers et
      les enquêtes épidémiologiques (matériel informatique et accès à des banques de données...).

      4.2 Contexte partenarial
      Le travail en réseau est une nécessité. Cela implique des échanges d'informations entre les professionnels ap-
      partenant à des institutions différentes et un réel partenariat entre services de l'éducation nationale, protection
      maternelle et infantile, services hospitaliers, intersecteurs de psychiatrie, médecins généralistes et toutes per-
      sonnes ayant des responsabilités auprès des jeunes (juges des enfants, maires, élus, responsables en matière
      de santé, associations de parents, services d'aide sociale à l'enfance, etc.).
      Il est nécessaire de développer une logique de complémentarité et non de concurrence entre les profession-
      nels de santé et les secteurs ayant des responsabilités auprès des élèves.
      Cette circulaire annule et abroge la circulaire n° 91-148 du 24 juin 1991 relative aux missions et fonctions du
      service de promotion de la santé en faveur des élèves et les circulaires n° 10/82/S et n° 82-256 du 15 juin
      1982 relatives aux orientations et fonctionnement du service de santé scolaire.
      Le ministre de l'éducation nationale
      Jack LANG



19/05/2012                                                                                                             227
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



BO N°02 du 10-01-2002

       SANTE DES ELEVES  - La sécurité des ali-
                      ments :  les bons gestes


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie; aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des
services départementaux de l’éducation nationale; aux directrices et directeurs d’école; aux chefs d’établissement scolaire

Préambule

Les activités d’élaboration d’aliments dans les classes, notamment dans le premier degré de l’enseignement scolaire, ainsi que
les goûters ou repas organisés par les parents d’élèves pour les anniversaires des enfants ou les fêtes de fin d’année scolaire, y
compris les kermesses, lotos et autres réunions de convivialité ou d’entraide en milieu scolaire, qui sont des moments impor-
tants de la vie scolaire, ne sont pas couvertes par les dispositions de l’arrêté du 9 mai 1995 relatif à l’hygiène des aliments remis
directement aux consommateurs, bien que ces activités conduisent stricto sensu à la remise directe d’aliments au consomma-
teur. Il est cependant important que l’élaboration de ces aliments soit faite en s’entourant de tout le soin nécessaire pour éviter
les risques pour ces consommateurs.

En particulier, l’attention des directeurs d’école, des enseignants ou des parents d’élèves demandeurs doit être attirée sur les
moyens à mettre en œuvre pour limiter les risques que peuvent présenter certaines denrées très périssables si elles ne sont pas
fabriquées et conservées dans des conditions adéquates, notamment de température.

Le présent guide est destiné à rappeler les conseils simples pour éviter les risques qu’une mauvaise maîtrise des aliments pour-
rait engendrer.

Certaines denrées alimentaires présentent des dangers plus grands que d’autres à cause de leur composition qui permet plus
facilement le développement des microbes.

Ainsi, au moment du choix des produits à fabriquer lorsque vous participez à l’organisation de goûters ou repas pour les anni-
versaires des enfants ou les fêtes de fin d’année scolaire, y compris les kermesses, lotos et autres réunions de convivialité ou
d’entraide en milieu scolaire, il faut privilégier les produits ne présentant en général pas de risque particulier, ce qui n’est pas le
cas des gâteaux avec de la crème pâtissière ou Chantilly par exemple.

De plus, certains principes, rappelés ici, doivent être mis en application.

Les matières premières à utiliser

Il est important de rappeler que les matières premières utilisées doivent être les plus fraîches possibles. Depuis l’achat, elles
doivent avoir été transportées et conservées dans de bonnes conditions. La température de conservation des produits périssables
est mentionnée sur les étiquettes : cette température doit être respectée, les produits alimentaires doivent donc être transportés
depuis le magasin dans des sacs isothermes, même s’ils ne sont pas congelés mais simplement réfrigérés.

Les précautions à prendre lors de la fabrication

Du fait qu’ils sont destinés à être partagés, notamment par de nombreux enfants, qu’ils sont élaborés en plus grande quantité,
qu’ils seront transportés et subiront des délais entre leur fabrication et leur consommation, les produits élaborés par les parents
d’élèves et destinés à être consommés à l’école présentent des risques plus élevés que ceux que l’on prépare chez soi, pour sa
propre consommation. Leur fabrication nécessite le respect de règles élémentaires d’hygiène plus strictes, en particulier sur les
points suivants :

- fabrication à un moment le plus proche possible de la consommation (le matin même ou alors la veille au soir);

- nettoyage et désinfection des surfaces de travail de la cuisine (les surfaces peuvent être désinfectées avec un peu d’eau de
javel dans un grand volume d’eau puis rincées avec de l’eau du robinet);

- bon état et propreté du matériel et des ustensiles;



19/05/2012                                                                                                                 228
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


- préparation de l’ensemble des ingrédients et du matériel pour avoir tout sous la main;

- rangement des produits d’entretien;

- éloignement des animaux domestiques;

- lavage des mains aussi souvent que nécessaire, en particulier après être allé aux toilettes.

Au moment de leur utilisation, vérifiez toujours que la date limite de consommation (DLC) des ingrédients utilisés, inscrite sur
l’emballage, n’est pas dépassée. Ces dates limites ne sont d’ailleurs valables que dans la mesure où les emballages n’ont pas été
ouverts. Dès qu’ils le sont, les produits doivent être consommés très rapidement. Pour la réalisation de denrées destinées à
l’école, il est recommandé de ne pas utiliser de produits qui ont été entamés depuis plus d’une journée pour des produits
comme le lait et la crème par exemple et d’utiliser les produits ayant la DLC la plus éloignée.

Pour éviter toute source de contamination, les aliments après leur cuisson ne doivent pas être remis en contact avec les surfaces
ou les ustensiles ayant été utilisés pour les matières premières sans qu’ils aient été préalablement correctement nettoyés.

Les conditions de conservation des produits

Après leur cuisson, les aliments doivent être convenablement protégés des contaminations. Ils peuvent, selon leur nature, être
mis dans des boîtes ou recouverts de film étirable alimentaire ou de papier d’aluminium alimentaire.

Certains produits plus fragiles, tels que les pizzas, les quiches, les sandwichs, etc., doivent être conservés au réfrigérateur en
attendant leur transport.

Le transport des produits jusqu’à l’école

Le temps nécessaire au transport des produits, en particulier pour les produits fragiles, doit être réduit le plus possible.

Les produits doivent être transportés bien enveloppés afin de réduire les risques de contaminations.

Les produits conservés au froid doivent être transportés, pour assurer un maintien à basse température pendant tout le temps du
transport et éventuellement du stockage avant consommation, dans des glacières (caisses isothermes) ou des sacs isothermes :

- munis de plaques à accumulation de froid (plaques eutectiques) ;

- ou, à défaut, de bouteilles d’eau congelées, en quantité suffisante.

Les conditions de stockage des produits à l’école

Avant consommation, dans l’enceinte de l’école, les produits qui nécessitent une conservation au froid doivent être entreposés
dans le réfrigérateur lorsque cet équipement existe. À défaut, les produits sont laissés dans la caisse glacière ou le sac isotherme
jusqu’au dernier moment. Pendant l’attente, les caisses ou sacs isothermes sont mis à l’abri de toute source de chaleur, à l’abri
notamment du soleil.

Les autres produits doivent être conservés emballés jusqu’au moment de la consommation.

La consommation des produits

Il est préférable, lors de la consommation des produits, d’utiliser du matériel jetable (verres, assiettes, couverts, etc.). Ce maté-
riel doit être entreposé à l’abri des contaminations, par exemple dans une caisse ou un placard fermé, surtout si les condition-
nements ont été ouverts.

Avant le goûter ou le repas, les enfants doivent être invités à se laver les mains.

Si l’événement pour lequel les produits ont été fabriqués est destiné à durer longtemps, au-delà d’une ou deux heures par
exemple (kermesse, barbecue, fête de fin d’année, loto, etc.), ils doivent être sortis au fur et à mesure des besoins et gardés à
l’abri du soleil (parasol par exemple) et des contaminations (boîtes, films alimentaires).

Les produits non consommés le jour même doivent être jetés.



19/05/2012                                                                                                                229
                                                  Directeurs d’école : Dispositions générales




Le choix des produits

Le tableau ci-dessous présente des exemples de produits à privilégier et identifie ceux qui doivent être évités.

          Produits à privilégier       Produit à éviter

          exemples           exemples

Fruits frais       Gâteaux à base de crème chantilly

Gâteaux au yaourt, génoises            Gâteaux à base de crème pâtissière

Cakes     Mousse au chocolat

Tartes aux fruits, au citron Truffes (“bonbons”) au chocolat

Biscuits secs (sablés, tuiles, etc.)   Mayonnaise maison (œuf cru)

Confitures

Fruits déguisés (enrobés de pâte d’amande)



Produits à conserver au froid

Desserts lactés, yaourts

Gâteaux au chocolat (autres que ceux visés

dans la colonne ci-contre)

Crêpes

Quiches, pizzas

Sandwichs

Salades assaisonnées

Viandes et poulets froids

Fromage

Pour le ministre de l’éducation nationale et par délégation, Le directeur de l’enseignement scolaire

Jean-Paul de GAUDEMAR

Pour le ministre délégué à la santé et par délégation, Le directeur général de la santé

Lucien ABENHAIM

Pour le ministre de l’agriculture et de la pêche et par délégation, Le directeur général de l’alimentation

Catherine GESLAIN-LANEELLE

Pour le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et par délégation,

Le directeur générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes

Jérôme GALLOT

19/05/2012                                                                                                         230
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. n° 46 du 11 décembre 2003

LA SANTÉ DES ÉLÈVES : PROGRAMME
QUINQUENNAL DE PRÉVENTION ET
D ’ É D U C AT I O N
C. n° 2003-210 du 1-12-2003
NOR : MENE0302706C
RLR : 505-7
MEN - DESCO B4


Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices d’académie et inspecteurs d’académie, directrices et
directeurs des services départementaux de l’éducation nationale ; aux chefs d’établissement ; aux inspectrices et inspecteurs
de l’éducation nationale


PRÉAMBULE
L’école a la responsabilité particulière, en liaison étroite avec la famille, de veiller à la santé des jeunes qui lui sont confiés et
de favoriser le développement harmonieux de leur personnalité. Elle participe également à la prévention et à la promotion de
la santé en assurant aux élèves, tout au long de leur scolarité, une éducation à la santé, en articulation avec les enseigne-
ments, adaptée à la fois à leurs attentes et à leurs besoins ainsi qu’aux enjeux actuels de santé publique. L’objectif est de
leur permettre d’acquérir des connaissances, de développer leur esprit critique et d’adopter par là même des comportements
favorables à leur santé en développant leur accès à l’autonomie et à la responsabilité. C’est pourquoi la prise en compte de
la santé des élèves ne peut être l’affaire de quelques spécialistes mais concerne l’ensemble de la communauté éducative.
Aussi, la promotion de la santé en faveur des élèves est-t-elle indissociable de la politique éducative globale. Elle est égale-
ment liée à l’action de prévention dont les champs sont définis notamment dans le contrat-cadre de partenariat entre le
ministère chargé de l’éducation nationale et le ministère chargé de la santé. Ensemble, ces politiques concourent à trans-
mettre aux élèves la dimension essentielle du respect de soi-même et d’autrui, favorisant ainsi leur intégration à l’école et,
d’une manière plus générale, dans la vie sociale. Désormais, la politique éducative de santé à l’école s’inscrit dans un pro-
gramme quinquennal, défini en termes d’objectifs prioritaires, de stratégies d’action et d’évaluation.
La mise en œuvre de ce programme s’appuie, d’une part sur les textes actuellement en vigueur à l’éducation nationale :
- la circulaire n° 98-234 du 24 novembre 1998, “Orientations pour l’éducation à la santé à l’école et au collège”, qui fera
l’objet de modifications suite au rapport des inspections générales de l’éducation nationale et de l’inspection générale des
affaires sociales, dont les conclusions doivent être rendues pour la fin de l’année 2003 ;
- la circulaire n° 98-108 du 1er juillet 1998 “Prévention des conduites à risque et comité d’éducation à la santé et à la ci-
toyenneté” ;
- la circulaire n° 98-140 du 7 juillet 1998, “Éducation à la citoyenneté dans l’enseignement primaire et secondaire” ;
- les circulaires n° 2001-012 du 12 janvier 2001 “Orientations générales pour la politique de santé en faveur des élèves”, n°
2001-013 “Missions des médecins de l’éducation nationale” et n° 2001-014 “Missions des infirmier(ères) de l’éducation na-
tionale” ;
- les circulaires n° 2002-024 du 31 janvier 2002 et n° 2002-111 du 30 avril 2002 : “Adaptation et intégration scolaires : des
ressources au service d’une scolarité réussie pour tous les élèves” ;
- la circulaire n° 2003-027 du 17 février 2003 “Éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées”,
d’autre part, sur des collaborations plus étroites et formalisées avec les partenaires du système éducatif : ministère chargé
de la santé, Institut national de prévention et d’éducation à la santé, Institut national de la santé et de la recherche médicale
(contrat-cadre et conventions joints en annexe de la présente circulaire).
Il faut en effet aujourd’hui organiser, autour de la santé des élèves, une mobilisation totale pour aider les jeunes à préserver
leur santé et lutter efficacement contre les problèmes qu’ils sont susceptibles de rencontrer. A cette fin, l’implication des
familles, et de tous les acteurs de la communauté éducative, en particulier les personnels de santé et sociaux mais aussi les
enseignants et les conseillers principaux d’éducation, qui sont au quotidien avec les élèves, comme la collaboration étroite
avec les partenaires (collectivités, organismes publics et associatifs, professionnels de santé extérieurs à l’école) sont indis-
pensables.
La réflexion sur la santé des élèves devra être intégrée à la vie de l’école ou de l’établissement scolaire, en prenant en
compte notamment les questions de gestion du temps et de l’espace scolaires des élèves et des adultes.
Les instances de l’école ou de l’établissement scolaire - conseil d’école, conseil d’administration, commission hygiène et sécu-
rité, comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté...) - constituent des lieux de débat et de concertation sur l’ensemble de
ces questions. L’ensemble des partenaires y contribue, dans l’école comme dans les différents lieux de vie des enfants et des
adolescents.
Un bilan régulier de la politique menée dans le cadre de ce programme sera présenté aux instances paritaires académiques
et départementales.
Ainsi l’école, en tenant compte de son environnement et en favorisant l’éducation des jeunes à la santé et à la citoyenneté,
s’associera pleinement à la politique générale du pays en matière de santé publique dans le domaine de la prévention et de
la promotion de la santé.

I - Repérer et suivre les problèmes de santé des élèves
La santé des élèves est un facteur essentiel dans l’acquisition des savoirs à l’école. Le repérage et le suivi efficaces des pro-
blèmes de santé doivent également permettre de remédier aux inégalités face à l’accès aux soins, liées soit au contexte

19/05/2012                                                                                                                231
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


familial et social, soit à la localisation géographique.
Ainsi, les bilans médicaux, effectués par les médecins de l’éducation nationale, contribuent à dépister les pathologies, les
maladies, les déficiences pouvant entraver la scolarité des élèves, notamment les troubles spécifiques du langage écrit ou
oral, de repérer les signes de souffrance psychique, de délivrer des conseils de santé, de favoriser toute forme d’intégration
scolaire et d’orienter si nécessaire vers des structures adaptées, mais aussi de construire une véritable vigilance des familles
et des jeunes sur les problèmes liés à la santé.
La réalisation de cet objectif doit suivre trois axes prioritaires :
- réaliser à 100 % les bilans médicaux des enfants scolarisés avant leur sixième anniversaire. Ce bilan, inscrit dans le code
de l’éducation, doit être centré sur les acquisitions et le développement nécessaires à une bonne insertion à l’école, notam-
ment sur les compétences neuro-sensorielles nécessaires à l’apprentissage des langages. La concertation entre médecins,
infirmier(e)s, enseignants, membres du RASED, professionnels de soins et les familles sera organisée conformément aux
dispositions de la circulaire n° 2002-024 du 31 janvier 2002, relative à la mise en œuvre d’un plan d’action pour les enfants
atteints d’un trouble spécifique du langage oral ou écrit ;
- augmenter l’efficacité du suivi des avis médicaux donnés aux familles pour assurer l’accès et le recours aux soins. Le taux
actuel de retour d’information de ces avis s’établit en moyenne autour de 35 %. L’objectif fixé est d’atteindre un taux de 80
%. Il convient de parvenir à une mobilisation générale pour améliorer l’accès aux soins : l’organisation de réseaux locaux en
vue d’une recherche concertée de solutions partenariales, une étroite collaboration avec les familles, les services des collecti-
vités territoriales et les organismes sociaux, la formation d’équipes pluriprofessionnelles sensibilisées au repérage
d’indicateurs significatifs et le contrôle effectif par les personnels de la communauté éducative concernés par le suivi de san-
té des élèves (cf. en annexe 3 à titre d’exemple les protocoles de l’Oise et de la Seine-Saint-Denis) ;
- inciter les familles à faire bénéficier leurs enfants des consultations de prévention aux âges charnières (fin du primaire et
fin du collège) à partir de la rentrée 2004 ; ces consultations gratuites, déjà organisées par certaines caisses primaires
d’assurance maladie (CPAM), sont réalisées, au choix de la famille, en ville, à l’hôpital, au dispensaire ou dans toute autre
structure habilitée. Il s’agit de les multiplier. Il est à noter qu’un nombre important d’élèves bénéficient d’une visite dite
“d’orientation” en fin de 3ème. Il conviendra d’établir des modalités de liaison entre les médecins de l’éducation nationale qui
effectuent cette visite et les médecins qui réaliseront la visite de prévention.
D’une façon générale, les inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale, veilleront
à ce que la collaboration étroite entre les médecins scolaires, les médecins de la protection maternelle et infantile et les mé-
decins de ville permette d’atteindre rapidement ces premiers objectifs. En outre, il pourra être fait appel aux étudiants en
médecine de 3ème cycle qui effectueront tout ou une partie de leur stage en milieu scolaire. Ces internes, sous la responsa-
bilité des médecins de l’éducation nationale, apporteront leur concours aux différentes actions menées.
Pour accompagner cette démarche, il est nécessaire que les différents médecins appelés à intervenir auprès des enfants,
disposent d’outils communs de recueil de données. Pour la rentrée scolaire 2004/2005, un nouveau carnet de santé, adapté
à ces objectifs, ainsi qu’un protocole de consultation intégrant des données sur la santé psychique, seront élaborés par un
groupe national de travail éducation nationale-santé. Ce carnet intégrera également les protocoles de soins et d’urgence des
élèves atteints de troubles de la santé et le repérage des troubles spécifiques du langage. Il sera utilisé, comme le carnet de
santé actuel, conformément aux règles régissant le respect de la confidentialité.
De manière transitoire, il conviendra d’utiliser les documents existants pour l’année scolaire 2003-2004, tout en veillant
particulièrement aux orientations nouvelles.


II - Mieux connaître, mieux repérer et prendre en compte les signes de souffrances psychiques des enfants
et des adolescents
Des enfants et des adolescents en souffrance se signalent de plus en plus tôt par des plaintes somatiques, des troubles du
comportement qui ne sont pas toujours reconnus comme des signaux d’alarme, mais dont la fréquence et la durée doivent
alerter (repli sur soi, violences, absentéisme, modifications importantes des résultats scolaires...). Une attention particulière
doit être apportée au repérage des risques suicidaires ; en effet, 8,7 % des garçons et 19 % des filles consultant l’infirmière
déclarent avoir déjà tenté de se suicider. (1)
Le travail en équipe doit être favorisé autour de ces jeunes fragilisés. Dans les différents lieux d’accueil et d’écoute existant
dans les établissements scolaires, tous les personnels -personnels de direction, d’enseignement, d’éducation, d’assistance
éducative, d’accueil, de restauration, sociaux et de santé, administratifs et techniques, ainsi que les psychologues scolaires et
les conseillers d’orientation-psychologues-doivent être attentifs aux signes de mal-être des enfants et des adolescents. La
visite à l’infirmerie est souvent l’occasion de repérer ces signes. Si la situation le nécessite, et après accord de la famille pour
un élève mineur, ou de l’élève lui-même s’il est majeur, le relais sera passé au médecin de l’éducation nationale ou, en cas
d’impossibilité ou d’urgence, au médecin traitant, ou au service d’urgence spécialisé afin qu’un diagnostic soit réalisé. Toute
prise en charge éventuelle, sera alors proposée dans le cadre d’un travail en réseau avec les services spécialisés, notamment
avec les CMPP et les secteurs de psychiatrie.
Afin d’organiser ce travail en réseau de façon systématique, une concertation pour la mise en place d’un dispositif
d’orientation et d’accueil sera engagée à partir de la rentrée 2003, dans chaque département par l’inspecteur d’académie,
directeur des services départementaux de l’éducation nationale, dans le cadre d’une convention avec le directeur départe-
mental de l’action sanitaire et sociale, et les services de santé concernés pour le signalement et la prise en charge des ur-
gences psychiques après concertation entre les partenaires concernés. Ce dispositif devra conduire à créer des procédures
innovantes permettant d’orienter rapidement les élèves en souffrance et de les accueillir au plus vite dans les structures
d’accompagnement ou de traitement adéquates. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour assurer la meilleure protection des
jeunes. L’objectif recherché est que soit organisée, au cours de l’année 2003-2004, une vingtaine de dispositifs d’accueil, à
titre expérimental, dont il conviendra de prévoir l’évaluation, avant une éventuelle démultiplication.
Cette mesure figure au nombre des objectifs prioritaires retenus dans le contrat-cadre entre le ministère chargé de
l’éducation nationale et le ministère chargé de la santé.
Afin d’accompagner la mise en œuvre de ces actions, il est nécessaire de mener un travail préalable permettant :
- de mesurer et d’identifier la prévalence de ces troubles ainsi que leur prise en charge dans la population scolaire ;


19/05/2012                                                                                                              232
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


- de sensibiliser et d’informer les enseignants et l’ensemble des personnels des écoles et des établissements scolaires qui ont
un contact quotidien avec les élèves ;
- de renforcer les compétences des professionnels de santé et sociaux rattachés aux écoles et aux établissements scolaires,
ainsi que des psychologues scolaires et des COP, dans le domaine de la santé psychique, et notamment dans la prévention
des conduites suicidaires ;
- de développer la collaboration entre le milieu scolaire et les structures spécialisées (CMPP, secteurs de psychiatrie, services
de médecine pour adolescents...) ;
- de s’appuyer sur les recommandations du guide réalisé par l’organisation mondiale de la santé (OMS) intitulé “La préven-
tion du suicide -indications pour le personnel enseignant et le milieu scolaire” et diffusé à la rentrée dans les académies.
À cette fin, plusieurs mesures vont être mises en œuvre. Il s’agit tout particulièrement :
- d’intégrer, dès la rentrée 2003 dans le cadre du cycle triennal d’enquêtes engagé entre la direction de l’enseignement sco-
laire et la direction de la recherche, des études de l’évaluation et des statistiques du ministère chargé de la santé, un volet
“santé psychique” dans le questionnaire en direction des élèves de 3ème. Le protocole d’enquêtes entre les directions con-
cernées figure en annexe (annexe 5) du contrat-cadre éducation nationale-santé ;
- d’identifier des propositions d’actions à partir des expertises collectives menées sous la direction de l’INSERM, d’une part
sur l’éducation pour la santé des jeunes, et d’autre part, sur le dépistage et la prévention des troubles mentaux chez l’enfant
et l’adolescent ;
- d’élaborer un guide d’action à destination des équipes éducatives en partenariat avec l’INPES. Ce guide proposera, outre
des apports théoriques, des exemples concrets d’actions de terrain susceptibles de servir d’appui aux actions à mener ;
- de permettre, dans le cadre du plan national de prévention du suicide, l’accès aux formations organisées au plan régional,
pour les personnels de santé et sociaux intervenant en milieu scolaire ;
- de réaliser une enquête sur les collaborations existantes ou à développer entre les équipes éducatives et les équipes de
psychiatrie, les CMP et les CMPP. Cette enquête sera menée à partir de la fin de l’année 2003, sur un échantillon d’écoles et
d’établissements. L’état des lieux ainsi réalisé permettra d’établir des recommandations pour une meilleure prise en charge
des élèves en souffrance ;
- d’organiser des journées de sensibilisation régionales ou départementales à destination des responsables de la santé pu-
blique et de l’éducation nationale, afin de favoriser la connaissance mutuelle de ces réseaux et la circulation des informations
;
- de mettre en place une convention-cadre avec l’INSERM, ayant pour objet de fixer les conditions générales de collaboration
pour faire progresser et valoriser les connaissances disponibles liées à l’enfance et à l’adolescence, et contribuer à leur mise
à disposition auprès des acteurs du système éducatif. En 2003-2004 le programme de travail portera sur une étude à carac-
tère multidisciplinaire sur les modes de vie et les comportements à risque des enfants et des adolescents scolarisés (conven-
tion cadre jointe en annexe 4).

(1) Source : enquête en milieu scolaire réalisée par l’Inserm en 2001.


III - Assurer tout au long de la scolarité la continuité des actions d’éducation à la santé
Dans le cadre de l’action publique d’éducation et de promotion de la santé chez les jeunes, l’école a un rôle prépondérant à
jouer, complémentaire de celui de la famille.
L’éducation à la santé participe à l’acquisition progressive de savoirs et de compétences qui permettront aux élèves de faire
des choix éclairés et responsables en matière de santé.
3.1 Intégrer dans les projets d’école et d’établissement une programmation ou des actions d’éducation à la san-
té
Dès à présent, les thèmes relatifs à la santé sont abordés à l’école primaire, comme au collège ou au lycée, au travers des
enseignements, et peuvent l’être dans le cadre de dispositifs spécifiques tels que les itinéraires de découverte, les travaux
personnels encadrés et les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel.
D’autre part, les dispositions de la circulaire du 1er juillet 1998 relative aux comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté
ainsi que le cadre donné par la circulaire du 24 novembre 1998 “Orientations pour l’éducation à la santé à l’école et au col-
lège” qui prévoit l’organisation de 30 à 40 heures de rencontres éducatives sur la santé ont permis la mise en place de nom-
breuses actions en particulier dans les collèges. Ce dernier dispositif fera l’objet d’une évaluation conjointe de l’inspection
générale des affaires sociales, de l’inspection générale de l’éducation nationale, et de l’inspection générale de l’administration
de l’éducation nationale et de la recherche, s’attachant notamment à en évaluer les conditions effectives d’application, à en
analyser les modalités de mise en œuvre, freins et éléments facilitateurs.
L’évaluation examinera également la complémentarité entre les actions conduites dans les établissements scolaires et les
politiques d’éducation à la santé menées en direction des jeunes en dehors du cadre scolaire, ainsi que les articulations entre
les différents partenaires. Enfin, elle formulera toute proposition en vue du renouvellement du dispositif d’éducation à la
santé à l’école et au collège, de son extension au lycée et d’une meilleure coordination des acteurs impliqués dans ces poli-
tiques.
Cependant, d’ores et déjà, l’étude menée en 2001 (2) sur l’éducation à la santé et à la sexualité à l’école et au collège, met
en évidence une multiplicité et une hétérogénéité d’actions sans projet réellement structuré.
Aussi, afin d’aider les équipes éducatives à construire une programmation d’éducation à la santé, intégrée dans le projet
d’école et d’établissement, un travail a-t-il été entrepris entre la direction de l’enseignement scolaire, l’Institut national de
prévention et d’éducation pour la santé et la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, afin de
mettre en place une expérimentation dans ce domaine. Celle-ci s’appuiera sur les enseignements et les séances d’éducation
à la santé, en tenant compte d’une progression pédagogique de l’école au lycée et proposera des pistes d’actions ainsi
qu’une méthodologie d’intervention et d’évaluation.
Cette expérimentation se déroulera sur trois ans dans les académies volontaires et son évaluation déterminera les conditions
de sa généralisation. Trois à cinq bassins de formation seront retenus. Parallèlement, un guide méthodologique sera réalisé
et diffusé à l’ensemble des académies à la rentrée 2006.
Plus largement, la convention de partenariat engagée entre l’INPES et la DESCO précise les diverses modalités de collabora-


19/05/2012                                                                                                             233
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


tion, et définit les opérations prioritaires à mener en commun. Elle est annexée au contrat-cadre éducation nationale-santé
(annexe 2).
3.2 Développer l’éducation à la sexualité
Conformément à la loi du 4 juillet 2001 et à la circulaire du 27 février 2003, l’ensemble des collèges et des lycées doivent
mettre en place des séances d’éducation à la sexualité. Un travail important a déjà été réalisé dans les collèges pour les
classes de 4ème et 3ème. Il convient désormais de l’étendre à tous les niveaux de classes.
Dans les lycées, une information est souvent effectuée sur des thématiques précises, notamment en termes de prévention
des risques. Il importe désormais de mettre en œuvre une véritable éducation à la sexualité. L’objectif à atteindre est fixé à
au moins 50 % des lycées sur 3 ans. Les méthodes d’intervention devront être adaptées à l’âge et aux attentes des élèves,
en privilégiant notamment les temps d’échanges et les débats.
Afin de faciliter la mise en œuvre de ces dispositions, deux documents pédagogiques seront mis à disposition des formateurs
et des équipes éducatives des collèges et des lycées : un support de formation réactualisant et complétant le guide “Repères
sur l’éducation à la sexualité” sera diffusé très prochainement et un guide pédagogique sera réalisé en 2004.
Une brochure à l’intention des enseignants du premier degré sera élaborée au cours de cette même année.
Par ailleurs, les élèves doivent être informés, dans les établissements scolaires, des diverses sources d’information,
d’orientation et de conseil existantes au sein de ceux-ci et à l’extérieur. À cet effet, un espace d’affichage dans les lieux de
passage des élèves et dans les lieux de soins sera obligatoirement réservé. Il comportera les heures d’ouverture de
l’infirmerie, les numéros verts, les coordonnées des structures locales (centres de planification et d’éducation familiale, de
planning familial, consultations de dépistage anonyme et gratuit, accès gratuits à la contraception d’urgence). Dans les ly-
cées, les modalités de mise à disposition des préservatifs (dans les infirmeries et/ou dans tout type de distributeur automa-
tique), devront être établies et faire l’objet d’une réflexion avec les lycéens, au sein du conseil d’administration et du conseil
de la vie lycéenne, afin de permettre une meilleure accessibilité à ce moyen de prévention.
(2) Note d’information 03.02 avril de la DPD à la demande de la DESCO.
3.3 Prévenir les conduites addictives
La prévention des comportements à risque et la lutte contre la consommation de produits illicites ou dangereux doit être
intégrée dès l’école primaire et tout au long du cursus scolaire, particulièrement au collège. L’expérimentation des produits
psycho-actifs est de plus en plus précoce et conduit de plus en plus souvent à des poly-consommations associant les
drogues, l’alcool, le tabac et la prise de médicaments psycho-actifs. Ces consommations plus ou moins régulières, peuvent
porter gravement atteinte à la santé et à la scolarité des jeunes, et compromettre leur insertion dans la société.
Une enquête DESCO-OFDT (3)-MILDT relative à l’application de la loi n° 91-32 du 10 janvier 1991 dans les établissements,
réalisée en 2001, montre que l’application de cette loi n’est pas effective, notamment dans les lycées.
À partir de ces constats, il est obligatoire :
- d’appliquer effectivement la loi ° 91-32 du 10 janvier 1991 ;
- d’inscrire dans les règlements intérieurs l’interdiction de fumer dans l’enceinte des établissements (lieux couverts et non
couverts) pour l’ensemble des élèves.
Par ailleurs, il est essentiel de décourager l’initiation aux substances psycho-actives et de réduire les risques sanitaires et
sociaux chez les jeunes consommateurs.
Dans cette perspective, les modalités suivantes devront être mises en œuvre :
- faire connaître, appliquer les dispositions de la loi sur les consommations de produits licites (loi du 10 janvier 1991) et
illicites (loi du 31 décembre 1970), et les inscrire au règlement intérieur ;
- rappeler systématiquement les sanctions disciplinaires et judiciaires encourues en cas d’infraction à la législation sur les
stupéfiants ;
- organiser dans le cadre du projet d’établissement une information systématique sur les dangers des produits psycho-actifs
et la nocivité des polyconsommations ;
- prévoir des réunions d’information et de sensibilisation en début d’année scolaire à l’intention des personnels de
l’établissement et des parents, non seulement sur la connaissance et les effets des produits, mais aussi sur le développement
de l’adolescent ;
- développer des actions d’aide aux jeunes en situation de consommation régulière et mettre éventuellement en place des
orientations vers les services spécialisés.
Le chef d’établissement veillera à l’application de ces mesures en usant de tous les moyens à sa disposition pour leur mise en
œuvre. Celle-ci fera l’objet d’un point particulier dans le bilan annuel d’activité présenté au conseil d’administration.
Afin d’améliorer la lutte contre le tabagisme, les infirmières des établissements scolaires proposeront aux adolescents, dans
le cadre d’actions de prévention, des tests visant à mesurer le taux de monoxyde de carbone expiré et leur communiqueront
des informations sur l’accès aux dispositifs de sevrage. Elles pourront accompagner les élèves engagés dans une démarche
de sevrage en lien avec les professionnels ou services spécialisés. Elles auront également la possibilité de délivrer ponctuel-
lement, et à titre dérogatoire, des substituts nicotiniques (pastilles sublinguales), après une phase d’expérimentation con-
duite dans une vingtaine d’établissements volontaires. Les modalités de cette expérimentation figurent en annexe (annexes
1.2 et 1.3) du contrat-cadre éducation nationale-santé.
Le comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté est le dispositif le mieux adapté pour organiser ces actions de préven-
tion, notamment des conduites addictives. La totalité des établissements devront en être dotés à la rentrée 2004. À cette fin,
l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale, réunira les représentants des comi-
tés d’éducation à la santé et à la citoyenneté de chaque bassin d’éducation de son département dans le courant du premier
trimestre de chaque année scolaire pour définir, en conformité avec les orientations nationales et académiques, le pro-
gramme d’actions de l’année scolaire à venir.
Les coordonnateurs académiques et les personnes-ressources formés au niveau des inspections académiques devront renfor-
cer leur collaboration avec les chefs de projets départementaux drogues et dépendances.
L’organisation, en 2003-2004 de journées interacadémiques, à destination du réseau des coordonnateurs académiques et
des chefs de projet départementaux drogues et dépendances, conduira en 2004 à la tenue d’“Assises de la prévention”.
3.4 Éduquer à la nutrition et prévenir les problèmes de surpoids et d’obésité
Les problèmes de surpoids ou d’obésité touchent aujourd’hui plus de 10 % des enfants de 5 à 12 ans et 13,4 % des adoles-


19/05/2012                                                                                                             234
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


cents.
L’éducation nutritionnelle, l’éducation au goût et à la consommation, ont toute leur place aussi bien à l’école qu’au collège ou
au lycée, en appui sur les enseignements ou dans le cadre des animations organisées autour de la valorisation des patri-
moines culinaires.
Cette éducation à la nutrition et à la prévention des problèmes de surpoids et d’obésité, conformément aux recommanda-
tions du Plan national nutrition santé, doit s’appuyer sur des mesures concrètes. En particulier, il convient :
- de généraliser l’utilisation des outils de repérage (disque indice de masse corporelle -IMC- et courbe de poids), lors des
bilans médicaux et des dépistages infirmiers et d’informer systématiquement les parents des suites de ce repérage ;
- de diffuser dans les établissements scolaires en 2004-2005 un guide de la nutrition pour les adolescents, élaboré par
l’INPES ;
- d’inciter les chefs d’établissement à mener une réflexion au sein du conseil d’administration sur la présence de distributeurs
et particulièrement sur leurs contenus afin de prendre en compte la qualité nutritionnelle des produits proposés. Les boissons
sans sucre, l’eau, les produits frais (fruits, légumes...) et les aliments à faible teneur en calories seront largement privilégiés
dans ces distributeurs ;
- de définir une politique d’installation de fontaines d’eau réfrigérée en concertation avec les collectivités territoriales concer-
nées. Tous les établissements devront être pourvus de ces fontaines à l’horizon 2007.
En ce qui concerne l’opportunité et la composition de la “collation de 10 heures” ainsi que des aliments proposés lors des
goûters et à l’occasion des différentes manifestations organisées au sein de l’école (anniversaires, fêtes de fin d’année, ker-
messes...), une expertise scientifique va être réalisée par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments. À l’issue de
cette expertise, et sans méconnaître les aspects de convivialité qui s’attachent à ces événements, des recommandations
seront communiquées aux écoles.
Par ailleurs une enquête sera menée au cours de l’année 2004 sur l’application de la circulaire du 25 juin 2001 relative à la
composition des repas servis en milieu scolaire, notamment en ce qui concerne les recommandations nutritionnelles.
Enfin il faut rappeler que l’activité physique et sportive est un facteur essentiel de prévention des problèmes de surpoids et
d’obésité.
(3) OFDT : Observatoire français des drogues et des toxicomanies.


IV - Développer chez les élèves des comportements civiques et solidaires : généraliser l’apprentissage des
gestes qui sauvent
Afin d’aboutir à une généralisation progressive de l’apprentissage des gestes qui sauvent, deux priorités sont déterminées :
- dans toutes les écoles, développer sur les trois années à venir le dispositif “Apprendre à porter secours” (APS) ;
- dans les collèges, poursuivre ce programme au cours des cinq prochaines années scolaires afin d’aboutir, à la fin de cette
période, à l’obtention de l’attestation de formation aux premiers secours (AFPS) pour tous les élèves.
Cet apprentissage a un double objectif : d’une part, permettre à tout élève d’effectuer une alerte et de pratiquer des gestes
simples face à une situation d’urgence médicale avant la prise en charge par les secours spécialisés, d’autre part, faire ac-
quérir aux élèves des savoirs et savoir-faire dans la gestion de situations d’incidents ou d’accidents de santé, en prenant
appui sur les programmes d’enseignement.
Cinq mesures accompagnent ce dispositif :
- une attestation nationale validera les acquis de cette formation à l’issue des trois cycles de l’école primaire ;
- la brochure pédagogique “APS”, référentiel de formation pour les formateurs, sera actualisée et diffusée dès la rentrée
2003-2004. Elle prend en compte les nouveaux programmes de l’enseignement primaire et l’évolution de la formation aux
premiers secours ;
- le développement de la formation aux premiers secours des enseignants se poursuivra en formation initiale ou continue ;
- le partenariat entre le ministère chargé de l’éducation nationale et le ministère chargé de la santé sur la formation “Ap-
prendre à porter secours” est formalisé dans le cadre d’une convention nationale, qui sera mise en œuvre durant l’année
scolaire 2003-2004 ; cette convention est jointe en annexe (annexes 6, 6.1, 6.2) du contrat-cadre éducation nationale-
santé.
- un protocole d’accord sera également signé entre le ministère chargé de l’éducation nationale et le ministère de l’intérieur
afin d’aboutir, à terme, à ce que les collégiens puissent obtenir en fin de 3ème l’attestation de formation aux premiers se-
cours.

Un premier bilan concernant :
- le dispositif mis en place dans les académies relatif au suivi des problèmes de santé des élèves et des avis médicaux don-
nés aux familles ;
- le dispositif d’orientation et d’accueil pour les élèves en souffrances psychiques ;
- l’expérimentation des vingt-deux sites pilotes de lutte contre le tabagisme (liste en annexe 1.3),
devra être adressé par les inspecteurs d’académie aux recteurs, puis transmis à la direction de l’enseignement scolaire pour
le 15 mars 2004
selon une grille nationale qui sera adressée aux recteurs ultérieurement.

Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR




19/05/2012                                                                                                               235
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales




Annexe 1.1


contrat-cadre DE PARTENARIAT EN SANTÉ PUBLIQUE
Entre
le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche,
le ministre délégué à l’enseignement scolaire
et
le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées

PRÉAMBULE
L’établissement d’une collaboration renforcée entre le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche et
le ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées est un impératif, comme l’ont démontré les travaux et
les études réalisés en commun à l’occasion de l’adoption du plan national de lutte contre le cancer ou de la présentation en
conseil des ministres de la communication sur la santé des jeunes en milieu scolaire.
Le politique de Santé publique et la promotion de la santé en faveur des élèves sont étroitement liées. En effet, la protection
de la santé des jeunes représente le premier maillon de la chaîne de préservation du capital santé de chacun. C’est au sein
du milieu familial, mais aussi à l’école que se forgent les prises de conscience, les comportements et les habitudes qui feront
que l’adulte sera attentif à la qualité de sa santé tout au long de son existence. C’est dire l’importance du rôle de l’école pour
veiller au bien-être et à l’épanouissement physique, mental et social de l’élève, assurer, tout au long de la scolarité, une
éducation à la santé adaptée aux enjeux actuels et contribuer à la prévention des conduites et des situations à risques.
Les deux ministres conviennent de renforcer et de mieux organiser leur collaboration dans le présent contrat-cadre.
Article 1 - Domaines concernés
Ce contrat porte sur les différentes dimensions de la politique de santé publique qui concernent la population des élèves. Les
principaux domaines concernés sont :
- les dépistages des troubles de la santé, notamment les troubles sensoriels ;
- la prévention des conduites à risques incluant les consommations de produits psycho-actifs et du tabac ;
- la promotion des comportements favorables à la santé notamment en matière de nutrition, d’activité physique, d’exposition
solaire, de qualité du sommeil ;
- l’éducation à la sexualité notamment pour une prévention des infections sexuellement transmissibles, du sida et des gros-
sesses non désirées ;
- la prévention des troubles mentaux ainsi que le suivi des élèves concernés ;
- la scolarisation des enfants malades.
Article 2 - Objectifs
Chaque année scolaire, les objectifs prioritaires des ministères font l’objet d’une définition commune par les ministres.
Pour l’année scolaire 2003-2004, les objectifs prioritaires sont :
- la lutte contre le tabagisme (annexes 1.2 et 1.3) ;
- la généralisation de la formation aux premiers secours ;
- la collaboration entre la direction de l’enseignement scolaire et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
;
- la réalisation d’un cycle triennal d’enquêtes sur l’état de santé des populations scolaires ;
- l’expérimentation de la mise en place de dispositifs d’accueil des enfants et des adolescents en souffrance psychique.
Dans chacun de ces domaines, les deux ministères décident de coordonner leurs actions et de soutenir activement les pro-
grammes ou actions en faveur de l’éducation à la santé et de la santé des jeunes en milieu scolaire. Ils favoriseront le déve-
loppement de la promotion de la santé au sein de l’école, du collège et du lycée, dans un objectif de continuité avec les ac-
tions menées sur ce thème au cours de la petite enfance et d’anticipation des enjeux de santé attachés à la vie adulte et
professionnelle.
Article 3 - Constitution du comité de pilotage
Un comité de pilotage est constitué, sous la présidence conjointe du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de
l’éducation nationale.
Il est notamment composé des organismes cités ci-après.
• Pour le ministère de la santé
la direction générale de la santé, l’institut national de prévention et d’éducation à la santé, l’institut de veille sanitaire
• Pour le ministère de l’éducation nationale
La direction de l’enseignement scolaire, la direction de l’enseignement supérieur, la direction de la recherche, l’inspection
générale de l’éducation nationale
• Les organismes compétents en matière de prévention et d’éducation à la santé, en particulier la mission interministérielle
de lutte contre les drogues et la toxicomanie et l’Inserm.
Article 4 - Missions
Les missions du comité de pilotage sont :
- la définition des objectifs communs, du programme d’actions et de son calendrier ;
- le choix des études et enquêtes à mener en commun ;
- le choix des thèmes faisant l’objet d’actions communes de communication, d’information et de formation des personnels ;
- la définition des modalités selon lesquelles les agences sanitaires contribuent au programme d’action;
- le suivi des indicateurs d’évaluation des actions ;
- la bonne articulation entre le repérage, le dépistage et le dispositif de prise en charge ;
- l’examen des possibilités de développement de la collaboration entre tous les partenaires, dans le domaine de l’éducation à
la santé des jeunes et de la prévention en milieu scolaire.
Le comité de pilotage peut décider de constituer des groupes de travail associant toute personnalité compétente dans le

19/05/2012                                                                                                             236
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


domaine concerné.
Il se réunira au moins une fois par an.

Fait à Paris, le 17 juillet 2003
Le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées
Jean-François MATTEI
Le ministre délégué à l’enseignement scolaire
Xavier DARCOS


Annexe 1.2
APPLICATION DE LA LOI DU 10 JANVIER 1991 DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

Objectif
Viser à ce que tous les établissements scolaires appliquent la loi du 10 janvier 1991 dès la rentrée scolaire 2003.

Public visé
Tous les élèves et tous les personnels, des écoles, des collèges et des lycées d’enseignement général, technique et profes-
sionnel.

Modalités
- Rappeler aux chefs d’établissement et aux corps d’inspection l’impératif du respect de la loi.
- Encourager les initiatives tendant à faire des écoles et des établissements scolaires des lieux non fumeurs.
- Favoriser l’information des jeunes et des personnels sur les conséquences du tabagisme.
- Agir sur les représentations sociales et culturelles de la consommation de tabac.
- Décourager l’initiation et favoriser le sevrage chez les jeunes consommateurs.
- Apporter une aide méthodologique aux établissements scolaires qui s’engagent dans la lutte contre le tabagisme.
- Mettre en place dans vingt-deux établissements scolaires pilotes des centres de ressources (infirmeries) dès la rentrée
2003 (voir cahier des charges annexe 1.3).
- Assurer la formation spécifique des infirmières scolaires en premier lieu des établissements scolaires pilotes, notamment
pour le soutien personnel à apporter aux fumeurs.
- Faciliter la diffusion de l’information et l’aide à l’arrêt de la consommation du tabac pour les jeunes et les adultes, et/ou
orientation vers les services spécialisés.
Ces axes s’intègrent dans la stratégie générale de prévention, de dépistage et de prise en charge des consommations de
substances psychoactives mise en place par le Gouvernement dans le cadre du plan quinquennal de la mission interministé-
rielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie.



Annexe 1.3

EXPÉRIMENTATION DANS 22 ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES PILOTES

Objectif

Viser à ce que ces vingt-deux établissements scolaires pilotes deviennent des lieux non fumeurs.


Public visé

Tous les élèves et tous les personnels des établissements concernés


Conditions de mise en œuvre

- Appel à candidature auprès des lycées volontaires disposant d’une infirmerie et dotés d’un poste d’infirmier(ère) à temps
plein.
- Implication du chef d’établissement, de l’infirmier(ère) scolaire et de la communauté éducative.
- Existence de ressources de proximité pour l’information et le sevrage tabagique.


Modalités

- Communication sur le projet pour impliquer l’ensemble des acteurs de la communauté (personnels, parents, élèves) et les
partenaires et maintenir la dynamique tout au long de l’année, en s’appuyant sur les comités d’éducation à la santé et à la
citoyenneté.
- Formation spécifique des infirmier(ère)s de l’éducation nationale.
- Mise à disposition de testeurs de monoxyde de carbone dans les infirmeries et, à titre dérogatoire, de substituts nicoti-


19/05/2012                                                                                                            237
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


niques de dépannage. Des financements spécifiques sont prévus sur le budget du ministère chargé de la santé (chapitre 47-
11).
- Développement d’un travail en réseau avec les partenaires locaux : centres d’information, consultation tabacologiques,
centres d’information et de ressources sur la drogue et les dépendances (CIRDD), comités départementaux d’éducation à la
santé (CODES), médecin de ville ...


Évaluation

Cette politique d’expérimentation se déroulera dès l’année scolaire 2003-2004.
Elle sera évaluée sur la base d’indicateurs établis au niveau national et mis à la disposition des établissements scolaires au
cours du 1er trimestre de l’année scolaire. La généralisation de l’action fera l’objet d’une planification rapide.|


LUTTE CONTRE LE TABAC - EXPÉRIMENTATION 22 SITES PILOTES
La liste des 22 sites pilotes est au format PDF
(sites.pdf - 1 page, 31 Ko)

Si vous n'avez pas ACROBAT READER pour visualiser et imprimer ce fichier, téléchargez ce logiciel gratuit à cette adresse :
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html


Annexe 2


CONVENTION
Entre
Le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et
L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

PRÉAMBULE
Le ministère chargé de l’éducation nationale conduit dans le cadre de sa mission éducative une politique de promotion de la
santé, d’éducation à la santé et de prévention, en faveur des élèves.
Les axes essentiels de cette politique sont définis dans les textes suivants :
- La circulaire n° 98-108 du 1er juillet 1998,
Prévention des conduites à risque et comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté, rappelle les principes fon-
damentaux de la politique éducative en matière de prévention des conduites à risque, définit la politique de l’établissement
scolaire dans ce domaine et invite à une généralisation des comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC).
- La circulaire n° 98-234 du 24 novembre 1998, Orientations pour l’éducation à la santé à l’école et au collège, définit
la nature et les objectifs de l’éducation à la santé, les moyens et les méthodes de sa mise en œuvre et instaure des ren-
contres éducatives sur la santé au collège.
- La circulaire n° 2001-012 du 12 janvier 2001, définis les Orientations générales pour la politique de santé en faveur
des élèves.
- La circulaire n° 2002-098 du 25 avril 2002, Politique de santé en faveur des élèves, résume les trois principes qui
guident la politique de santé à l’école : l’information et la participation des familles, l’implication de l’ensemble de la commu-
nauté éducative et le développement de partenariats avec les autres acteurs de santé publique.
- La circulaire n° 03-027 du 17 février 2003, L’éducation à la sexualité dans les écoles, les collèges et les lycées,
instaure trois séances annuelles d’information et d’éducation à la sexualité pour les trois niveaux de scolarité.
L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), établissement public créé par décret le 3 mai 2002,
s’est substitué au Comité français d’éducation pour la santé (CFES). Selon les termes de la loi du 4 mars 2002, relative aux
droits des malades et à la qualité du système de santé, il a pour missions :
- d’exercer une fonction d’expertise et de conseil en matière de prévention et de promotion de la santé ;
- d’assurer le développement de l’éducation pour la santé, y compris de l’éducation thérapeutique, sur l’ensemble du terri-
toire en tant que mission de service public ;
- de mettre en œuvre les programmes nationaux de prévention, pour le compte de l’État et de ses établissements publics.
Le directeur de l’enseignement scolaire siège au conseil d’administration de l’INPES.


Le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, représenté par le directeur de l’enseignement sco-
laire (DESCO), Monsieur Jean-Paul de Gaudemar
et
l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, représenté par son directeur général, Monsieur Philippe Lamou-
reux
Constatant
La convergence de leurs missions et de leurs objectifs dans le domaine de la promotion de la santé des enfants et des ado-
lescents, et afin de renforcer et de formaliser leur partenariat
Conviennent ce qui suit :
Article 1 - La direction de l’enseignement scolaire (DESCO) et l’INPES conviennent de travailler ensemble dans le domaine


19/05/2012                                                                                                             238
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


de la prévention, de l’éducation à la santé et de la promotion de la santé auprès des enfants et des adolescents scolarisés.
Cette collaboration se traduit par l’élaboration concertée d’un programme de travail, la définition des opérations prioritaires à
mener en commun et l’évaluation conjointe des résultats.
Article 2 - Actions en direction des enfants et des adolescents scolarisés
La DESCO et l’INPES mènent ensemble des actions de promotion de la santé en direction des enfants et des adolescents
scolarisés. Ils conviennent notamment de concevoir, expérimenter et évaluer une programmation d’éducation à la santé de
la maternelle au lycée, dont le descriptif figure ci-après.
Article 3 - Formation des personnels
L’INPES apporte son expertise, notamment sur les aspects méthodologiques de l’éducation à la santé, les formations des
personnels que la DESCO organise ou auxquelles elle participe. Il peut contribuer à la conception et/ou la réalisation de ces
formations.
Article 4 - Collaborations de proximité
L’INPES et la DESCO soutiennent les collaborations au niveau régional, académique et local entre les acteurs de santé pu-
blique (DDASS, DRASS, comités d’éducation pour la santé, assurance maladie, etc.) et les acteurs de l’éducation nationale
(rectorats, inspections d’académies, écoles, établissements publics locaux d’enseignement, etc.).
Article 5 - Outils pédagogiques
L’INPES et la DESCO peuvent s’associer pour créer et/ou promouvoir des outils pédagogiques ou des documents
d’information en éducation à la santé destinés au milieu scolaire, selon des modalités adaptées à chaque projet.
La DESCO et l’INPES travaillent ensemble sur les critères de validation des outils pédagogiques en éducation à la santé des-
tinés au milieu scolaire, en associant en tant que de besoin les partenaires concernés.
L’INPES informera la DESCO sur le dispositif “pédagothèque” d’analyse des outils pédagogiques. L’INPES associera la DESCO
et/ou les professionnels de l’éducation nationale à l’analyse des outils spécifiquement destinés au milieu scolaire.
Article 6 - Publications
La DESCO participe au comité de rédaction de la revue publiée par l’INPES : La Santé de l’homme. D’autres collaborations
sur des publications peuvent être menées.
Article 7 - Diffusion
L’INPES et la DESCO définissent et mettent en œuvre une procédure pour la promotion et la diffusion des documents et
outils pédagogiques en éducation à la santé auprès des personnels des écoles et des établissements scolaires de l’Education
nationale : relais, modalités d’accompagnement de ces outils, mise à disposition des fichiers utiles...
Article 8 - Enquêtes et travaux de recherche
L’INPES et la DESCO peuvent mener ensemble des recherches ou des enquêtes dans le domaine de l’éducation à la santé. Ils
peuvent également inciter et aider les acteurs locaux à mener des recherches-actions permettant notamment d’analyser la
démarche éducative menée dans les écoles ou établissements scolaires sur les thèmes de santé.
Article 9 - Colloques, séminaires
L’INPES et la DESCO peuvent organiser conjointement des colloques, séminaires ou journées nationales de travail.
Article 10 - En dehors même de leur programme commun de travail, la DESCO et l’INPES se tiennent réciproquement in-
formés des initiatives qu’ils prennent en matière de prévention, d’éducation à la santé et de promotion de la santé en milieu
scolaire.
Article 11 - Le directeur général de l’INPES et le directeur de l’enseignement scolaire se rencontrent au moins une fois par
an pour s’entretenir des modalités de leur collaboration, de l’évaluation du programme de travail en cours et de la prépara-
tion de l’année suivante.
Article 12 - La présente convention est établie pour une durée de trois ans à compter de sa signature. Elle est renouvelable
par tacite reconduction. Elle fait l’objet, pour chaque année civile, d’un avenant précisant le programme conjoint de travail
entre la DESCO et l’INPES.

Fait à Paris, le 6 août 2003

Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR
Le directeur général de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé
Philippe LAMOUREUX

AVENANT : PROGRAMME DE TRAVAIL 2003
Ce programme se réfère aux articles suivants de la convention :
Article 2 - Actions en direction des enfants et des adolescents scolarisés
Expérimentation d’une “programmation” d’éducation à la santé de la maternelle au lycée : conception, mise en
œuvre et évaluation
Ce projet, prévu sur plusieurs années, est décrit en annexe.
Pour l’année 2003, l’INPES et la DESCO se donnent pour objectifs :
- de mettre en place le comité de pilotage national ;
- de constituer les groupes de travail (primaire, collège, lycée) ;
- d’élaborer la première trame de la programmation d’éducation à la santé se déroulant tout au long de la scolarité ;
- de déterminer les 2 ou 3 académies chargées de sélectionner les lieux dans lesquels se déroulera l’expérimentation.
Article 3 - Formation des personnels
Dispositif de formation d’adaptation à l’emploi du programme national de pilotage 2002-2003 : conseillers
techniques de service médical, infirmier ou social
Cette formation a pour objectif de développer les compétences de conseil, d’encadrement et d’animation des conseillers
techniques nouvellement nommés. Un premier module de formation a eu lieu du 25 au 29 novembre 2002 intitulé “Présenta-
tion des fonctions et responsabilités des conseillers techniques”. L’INPES est intervenu le 29 novembre 2002, lors de la mati-


19/05/2012                                                                                                            239
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


née consacrée à la “préparation du travail de l’intersession à effectuer par les stagiaires” et les 24 et 25 mars lors du deu-
xième et dernier module intitulé “approfondissement des connaissances et renforcement des compétences”.
Article 5 - Outils pédagogiques
Conception de la mallette pédagogique “Léa et le feu”
En 2003, l’INPES a prévu de concevoir et d’éditer la quatrième mallette pédagogique de la collection Les chemins de la santé
: “Léa et le feu”. La DESCO participera au comité de pilotage de cette action et/ou aidera au choix des professionnels de
terrain à associer à ce comité.
Conception d’une mallette pédagogique sur le thème de la nutrition
En 2003, l’INPES a prévu de concevoir une mallette pédagogique sur le thème de la nutrition, destinée aux classes de col-
lèges. La DESCO participera au comité de pilotage de cette action et/ou aidera au choix des professionnels de terrain à asso-
cier à ce comité.
Élaboration et diffusion de fiches d’aide à l’action à partir d’ouvrages de littérature pour la jeunesse
En 2003, l’INPES débutera un nouveau projet ayant pour objectif de réaliser, à partir des ouvrages de littérature pour la
jeunesse, des outils d’animation en éducation à la santé sur le thème de la santé mentale. Pour cela il est prévu de constituer
un comité de lecture restreint. Celui-ci analysera les ouvrages de littérature pour la jeunesse puis rédigera des fiches décri-
vant chaque ouvrage de façon synthétique et proposant des pistes d’actions pour l’utiliser comme outil d’animation en éduca-
tion à la santé. La DESCO participera à ce comité de lecture et/ou aidera au choix des professionnels de terrain susceptibles
d’y participer.
Conception d’un guide d’actions sur la promotion de la santé mentale
En 2003, l’INPES coordonnera la rédaction d’un guide d’actions sur la promotion de la santé mentale, destiné aux différents
acteurs locaux des secteurs sociaux, éducatifs et sanitaires concernés par des actions de prévention ou promotion de la san-
té auprès des jeunes. Ce guide d’actions s’inscrit dans le prolongement d’un travail entrepris en 2002. Il présentera :
- un point conceptuel sur les connaissances théoriques relatives aux compétences psychosociales ;
- des exemples d’actions de terrain se référant à ce concept ;
- des critères d’évaluation.
Pour réaliser ce guide d’actions, l’INPES constituera un comité de pilotage auquel la DESCO participera et/ou aidera au choix
des professionnels susceptibles d’y participer.
Conception de documents sur les troubles du langage : une synthèse documentaire et un “guide-ressources”
Dans le cadre du plan de communication grand public sur les troubles du langage, l’INPES coordonnera la production de
plusieurs documents, notamment une synthèse documentaire et un guide-ressources à destination des professionnels de
santé et des personnels de l’éducation nationale. Pour réaliser ces documents, un comité de pilotage a été mis en place au-
quel la DESCO participe.
Conception d’un guide pédagogique sur l’éducation à la sexualité
Dans le cadre des documents d’accompagnement pédagogique annoncés dans la circulaire sur l’éducation à la sexualité à
l’école, au collège et au lycée, la DESCO a prévu de concevoir dans la collection Repères un guide pour les équipes éduca-
tives de collège et de lycée. Ce guide, qui s’adresse aux personnels d’enseignement, d’éducation, de santé et d’action so-
ciale, a pour objectif d’aider à la mise en place des séances d’éducation à la sexualité. L’INPES participera au comité de pilo-
tage ou au groupe de travail mis en place par la DESCO et/ou aidera au choix des professionnels de l’éducation pour la santé
susceptibles d’y participer.
Article 7 - Diffusion
Définition d’une procédure
En 2003, l’INPES et la DESCO conviendront d’une procédure de travail pour assurer la promotion et la diffusion des docu-
ments et outils pédagogiques en éducation à la santé destinés au milieu scolaire.
Cette réflexion concernera notamment les documents suivants :
- Livret La santé des jeunes scolarisés à destination des personnels de l’éducation nationale. Ce livret présente les résul-
tats du Baromètre santé 2000 qui concernent la santé des jeunes scolarisés. Il présente également des outils pédagogiques,
des pistes d’actions et des expériences de terrain susceptibles d’aider les personnels de l’éducation nationale à développer
l’éducation à la santé dans leur établissement.
- Mallette pédagogique Protège ton dos destinée aux enfants de cycle 3 à l’école primaire.
- Coffret Badaboum et Garatoi pour les enfants de cycle 2 à l’école primaire.
- Trois brochures d’information sur la nutrition destinées aux enfants (6-10 ans) et aux adolescents (11/14 ans et 15-18 ans)
ainsi qu’un livret d’accompagnement de 4 pages destiné aux enseignants.
- Un cédérom Fonds documentaire et pédagogique en éducation nutritionnelle réunissant les références des ouvrages
et des outils pédagogiques sur la nutrition ainsi qu’un dossier documentaire sur les représentations de l’alimentation et les
comportements alimentaires. Ce cédérom pourra être diffusé aux enseignants souhaitant mener des actions d’éducation à la
santé sur ce thème.
- Les mallettes pédagogiques de la collection “Les chemins de la santé”.
- Brochure d’information sur la sexualité : Questions d’ados
destinée aux lycéens.
EXPÉRIMENTATION D’UNE PROGRAMMATION D’ÉDUCATION À LA SANTÉ DE LA MATERNELLE AU LYCÉE -
CONCEPTION, MISE EN ŒUVRE, ÉVALUATION

INTRODUCTION
“Reconnue comme le lieu privilégié, mais non unique, d’éducation et de promotion de la santé en raison des interactions
importantes entre la santé, la réussite scolaire et l’éducation, et aussi parce qu’elle permet d’atteindre la très grande majori-
té d’une classe d’âge (1)”, l’école s’est vu confier par le ministère de l’éducation nationale un rôle essentiel en matière
d’éducation pour la santé : “Ni simple discours sur la santé, ni seulement apport d’informations”, l’éducation pour la santé a
pour objectifs “l’appropriation de connaissances utiles pour comprendre et agir, la maîtrise de méthodes de pensée et
d’action, le développement d’attitudes telles que l’estime de soi, le respect des autres, la solidarité, l’autonomie, la responsa-
bilité. Composante d’une éducation globale, l’éducation à la santé ne constitue pas une nouvelle discipline : elle se développe
à travers les enseignements et la vie scolaire. Tous les personnels membres de la communauté éducative y prennent part,


19/05/2012                                                                                                             240
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


individuellement et collectivement, chacun selon la spécificité de ses missions” (2).
Si les directives du ministère de l’éducation nationale sont ainsi claires et ambitieuses, les activités mises en place sont en-
core de nature et de qualité variables : en effet, tous les niveaux existent, d’une séance ponctuelle d’information jusqu’à une
véritable programmation inscrite dans le projet d’établissement, associant l’ensemble des membres de la communauté édu-
cative et intégrant un processus d’évaluation.
En s’appuyant sur les atouts existants, il est proposé de concevoir, d’expérimenter et d’évaluer, avec les professionnels de
terrain, une programmation d’éducation à la santé de la maternelle au lycée. Les actions mises en œuvre seront adaptées à
chaque cycle scolaire, menées dans la durée, par des équipes formées et soutenues au plan méthodologique. Elles
s’appuieront sur les enseignements et la vie des établissements, et s’articuleront aux projets académiques et à la politique
régionale de santé.
Dans un premier temps, à partir de l’analyse des textes officiels et d’expériences déjà menées, une programmation sera
établie et des outils méthodologiques facilitant sa mise en œuvre seront conçus. Ce dispositif sera ensuite expérimenté dans
plusieurs écoles, collèges et lycées, sur une durée de trois années scolaires. Après évaluation, des recommandations seront
rédigées pour faciliter son éventuelle extension.

Les objectifs du projet
Objectif général
Élaborer et expérimenter une programmation d’éducation à la santé en milieu scolaire, de la maternelle au lycée.
Objectifs spécifiques
Concevoir, expérimenter et évaluer dans trois à cinq sites une programmation d’éducation à la santé de l’école maternelle au
lycée (3), associant la communauté éducative et l’ensemble des partenaires.
- Articuler la programmation d’éducation à la santé avec le projet académique et avec les programmes régionaux et locaux
de santé.
- Développer et organiser le partenariat au sein de la communauté éducative et avec les autres acteurs locaux de santé
publique (institutionnels, professionnels, associatifs).
- Soutenir et renforcer les compétences de la communauté éducative en matière d’éducation à la santé (formation, soutien
méthodologique...).
- Développer, chez les élèves, les compétences qui leur permettront de protéger et promouvoir leur santé en s’appuyant sur
l’appropriation des connaissances, la maîtrise de méthodes de pensée et d’action, le développement d’attitudes telles que
l’estime de soi, le respect des autres, la solidarité, l’autonomie et la responsabilité (4).
- Identifier et construire les conditions et les outils nécessaires à l’extension de la programmation sur l’ensemble du terri-
toire.
- Identifier les atouts et les freins à la mise en place de ce projet.
- Mettre à la disposition des membres de la communauté éducative un guide méthodologique et les outils pédagogiques
nécessaires à la mise en œuvre de la programmation.
Concevoir et organiser des modules de formation initiale et continue pour les professionnels de l’éducation nationale.

Phases de travail
1 - Conception de la programmation
Mettre en place un comité de pilotage national composé, dans un premier temps, de la Desco, de l’Inpes, de la DGS et de la
Mildt (5). Ce comité assurera l’animation, la coordination et le suivi général du projet à ses différentes phases.
Élaborer, à partir des enseignements existants, des orientations fixées par le ministère de l’éducation nationale en matière
d’éducation à la santé et des priorités de santé publique, la première trame d’une programmation d’éducation à la santé se
déroulant tout au long de la scolarité, suivant une progression pédagogique et respectant les besoins des enfants et des
adolescents à chaque étape de leur développement. À cette fin, il faudra préalablement :
- identifier la place de l’éducation à la santé dans les programmes scolaires officiels, de la maternelle au lycée (filière géné-
rale, technologique et professionnelle) ;
- rassembler les informations disponibles sur les pratiques actuelles d’éducation à la santé en milieu scolaire (enquêtes, rap-
ports d’activités, expériences innovantes...) et les attentes des différents membres de la communauté éducative dans ce
domaine ;
- recenser et sélectionner les documents et outils pédagogiques d’éducation à la santé susceptibles d’être utilisés en milieu
scolaire.
2 - Expérimentation dans trois à cinq sites
Lancer un appel à participation auprès des académies qui sélectionneront les écoles, collèges et lycées participant à la phase
expérimentale.
Constituer un comité de pilotage local dans chaque bassin d’éducation. Ce comité devra :
- adapter aux spécificités locales, aux motivations et aux compétences des équipes éducatives participant au projet, la pre-
mière trame de travail proposée par le comité de pilotage national ;
- accompagner les équipes éducatives participant au projet : organisation de formations, soutien méthodologique, soutien à
la mise en place de partenariats... ;
- assurer l’animation, la coordination et le suivi du projet au niveau du bassin d’éducation ;
- désigner un représentant par bassin d’éducation pour participer aux échanges avec le comité de pilotage national ;
- engager, dans chaque site, la programmation d’éducation à la santé à plusieurs niveaux de classe pendant trois ans ;
- évaluer la programmation (processus et résultats). L’évaluation se déroulera en plusieurs étapes, permettant des ajuste-
ments en cours d’expérimentation ;
- identifier les facteurs facilitant ou freinant l’extension éventuelle de ce dispositif ;
- établir des recommandations pour la pérennisation du programme et son extension à d’autres sites.
(1) Inserm. Éducation pour la santé des jeunes. Démarches et méthodes. Synthèse et recommandations. Paris : Les éditions
Inserm, coll. Expertise collective, 2001 : 40 p.


19/05/2012                                                                                                             241
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


(2) Orientations pour l’éducation à la santé à l’école
et au collège. Circulaire n° 98-234 du 24 novembre 1998 du ministère de l’éducation nationale.
3) Dans la première phase, la programmation débutera conjointement dans les différents niveaux de classes.
(4) Voir la circulaire n° 98-234 du 24 novembre 1998, ministère de l’éducation nationale “Orientations pour l’éducation à la
santé à l’école et au collège”.
(5) Sa composition pourra secondairement s’élargir à d’autres services du ministère de l’éducation nationale (l’inspection
générale notamment) et à des professionnels de terrain.

CALENDRIER PRÉVISIONNEL DES DEUX PREMIÈRES PHASES
2003
- Mise en place du comité de pilotage national.
- Organisation générale du projet.
- Recherche documentaire, recensement d’expériences et d’outils pédagogiques.
- Constitution de trois groupes de travail (primaire, collège, lycée) associant des représentants institutionnels et des profes-
sionnels de terrain.
- Élaboration du programme d’éducation à la santé pour chacun des trois niveaux (proposition d’une méthode de travail et
d’outils pédagogiques).

Premier semestre 2004
- Appel à participation et sélection d’écoles, de collèges et de lycées qui expérimenteront les programmes proposés.
- Mise en place des comités de pilotage locaux.
- Séminaire de travail réunissant le comité de pilotage national, les trois groupes de travail nationaux et les comités de pilo-
tage locaux.
- Adaptation et affinement du programme pour chaque site.
- Conception des méthodes et fabrication des outils d’évaluation.
- Choix et/ou fabrication des documents et des outils pédagogiques qui seront utilisés dans chaque bassin.

Septembre 2004 à juin 2007
- Mise en place d’une formation de base en éducation à la santé pour les équipes locales.
- Expérimentation du programme dans chaque site.
- Évaluation continue du processus et des résultats.

Deuxième semestre 2007
- Identification des facteurs favorisant ou freinant la généralisation du programme.
- Rédaction des recommandations.


Annexe 3
SUIVI DES PROBLÈMES DE SANTÉ REPÉRÉS CHEZ LES JEUNES ENFANTS - PROTOCOLE DE MISE EN ŒUVRE (*)


1 - À partir du bilan de santé systématique

Tous les enfants de grande section de maternelle ou de cours préparatoire sont examinés en présence des parents, par la
mission de promotion de la santé en faveur des élèves (MPSFE) dans le cadre du bilan de santé systématique.
En cas de dépistage d’un trouble, la MPSFE transmet aux parents de l’enfant un “avis” lui indiquant la nécessité de consulter
un professionnel de santé selon le problème dépisté.
La famille, ou le professionnel consulté doit avertir par “Retour”, que l’enfant a bien été vu par le système de soins.
S’il n’y a pas de “Retour” après un délai variable qu’il faut déterminer selon la déficience dépistée, l’environnement et les
possibilités logistiques, la MPSFE effectue un “Rappel” écrit ou oral à la famille lui indiquant la nécessité de consulter.
Si, après ce rappel, à n’y a toujours pas “Retour”, il faut intervenir auprès de la famille.


2 - Intervention d’un médiateur

Un “ordre de mission” comprenant des données très succinctes sur l’enfant est alors transmis à ce que l’on pourrait appeler
un “accompagnant santé “.
Cette personne a une fonction précise : contacter la famille de l’enfant afin de vérifier les raisons du non “Retour” puis l’aider
à accéder aux soins si nécessaire.

*Expérimentation menée dans les départements de l’Oise et de la Seine-Saint-Denis.

En effet :
- soit il s’agit d’un simple défaut de retour d’information, l’enfant ayant eu en fait accès aux soins (ou tout au moins en cours
d’accès, par exemple prise de rendez-vous déjà effectuée...). Le médiateur va alors transmettre à la MPSFE les informations
utiles au suivi ;
- soit l’enfant n’a pas eu accès aux soins pour diverses raisons que le médiateur va étudier avec la famille. Il va, non seule-
ment déterminer les difficultés-réelles ou supposées-d’accès et/ou de recours aux soins. mais aussi tenter, avec les institu-
tions, associations, ou toutes personnes utiles, y compris la MPSFE, de les résoudre afin que l’enfant soit réellement pris en
charge.
Ce médiateur doit avoir toute compétence pour mettre la famille en confiance afin de préciser, avec elle, le problème évo-


19/05/2012                                                                                                             242
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


qué.
Dans les expériences de ce type déjà menées dans l’Oise, le rôle de médiateur est tenu, soit par un personnel de la caisse
primaire d’assurance maladie (CPAM) ou de la caisse régionale d’assurance maladie (CRAM) ( personnel administratif, travail-
leur social) soit par des volontaires associatifs.
Dans tous les cas, le médiateur a un rôle majeur. En effet, à côté de sa fonction de facilitateur d’accès aux soins, il possède
certaines informations indispensables à l’analyse des difficultés et des obstacles rencontrés, au suivi des enfants mais aussi à
l’évaluation de l’ensemble du dispositif.
Ces médiateurs, et l’institution à laquelle ils appartiennent, font partie intégrante du dispositif. En aucun cas, il ne doit y avoir
d’un côté, le personnel de la MPSFE réduit aux fonctions de “dépistage-avis-rappel” et de l’autre, des médiateurs chargés de
l’accès aux soins.
Il s’agit d’un ensemble cohérent de partenaires partageant exactement les mêmes objectifs, les mêmes mé-
thodes et les mêmes critères d’évaluation.
Pour cela, deux outils sont requis :
- un comité de pilotage qui se réunit au moins deux fois par an ;
- un système d’information adapté aux exigences du programme.


3 - Le comité de pilotage

Sa fonction est d’assurer l’organisation, le suivi et l’évaluation des actions tout en maintenant le haut niveau de dialogue
entre les différents partenaires. Il communique de façon claire et succincte avec l’ensemble des institutions et professionnels
concernés dans la ville et le département. Il désigne la structure susceptible de gérer les fonds éventuellement mobilisables
au renforcement de l’action (contrat ville...). Il négocie les conventions indispensables.
Le comité de pilotage se réunit au moins deux fois par an.
Il est coprésidé par l’inspecteur d’académie, directeur des services de l’éducation nationale et le directeur départemental des
affaires sanitaires et sociales et/ou par leur représentant, le médecin conseiller technique et le médecin inspecteur de santé
publique. Il est composé des équipes de la MPSFE, du ou des médiateurs, d’un représentant de chaque partenaire de l’action
: CPAM, conseil général, ville, associations, Conseil de l’ordre, professionnels de soins, centre médico-psycho-pédagogique
(CMPP).
Il peut proposer des actions spécifiques complémentaires visant à améliorer l’efficacité du dispositif.
Par exemple :
- mobiliser les enfants, les familles et l’entourage socio-éducatif sur la nécessité de la prise en charge ;
- sensibiliser l’enfant et son entourage à l’adoption de comportements favorables à la santé.
Dans tous les cas, il recherche les opérateurs pertinents : comité régional d’éducation à la santé (CRES) ou comité départe-
mental d’éducation à la santé (CDES)... et procède à l’évaluation des actions entreprises. Ces nouveaux opérateurs intègrent
alors le comité de pilotage.


4 - Le système d’information

Les supports d’information et l’organisation du recueil d’information doivent permettre, sans qu’il y ait violation du secret
médical :
- de préciser les caractéristiques (identité, sexe, adresse classe. école...) de chaque enfant ;
- d’assurer le suivi des pathologies détectées ;
- d’informer sur les mesures d’accompagnement mises en place pour l’accès aux soins de chaque problème de santé mais
aussi d’éclairer sur les obstacles rencontrés par les familles.
En bref, le système d’information doit permettre d’évaluer régulièrement l’efficience du dispositif global et des différentes
étapes du processus. Il doit donc recueillir les données nécessaires et suffisantes, mais pas plus.
Les supports d’information à utiliser peuvent être divers : papier seul, papier et informatique, ou informatique seule.
Le choix du support doit tenir compte des habitudes et contraintes locales ainsi que du lieu du recueil informatique (transfert
aller-retour des dossiers et supports papier).
Cependant, la nécessité absolue d’informatisation du projet n’est plus à démontrer. On ne peut suivre l’évolution d’une action
de ce type en demandant aux équipes de comptabiliser à la main, pour plusieurs items et plusieurs fois par an des centaines,
sinon des milliers de dossiers.


5 - Le support informatique

C’est l’utilisation du logiciel (MEDSI) : chaque équipe de la MPSFE a son ordinateur portable et saisit directement les don-
nées. Il faut alors non seulement vérifier les items du suivi et de l’activité des médiateurs, mais aussi prévoir la centralisation
et l’analyse des données.
Les éléments suivants doivent apparaître clairement afin que la saisie et l’analyse informatique puissent avoir lieu :
- oui ou non y-a-t-il tel ou tel problème de santé ?
- est-il déjà pris en charge ?
- si déficience, non ou mal prise en charge, un avis a-t-il été transmis ?
- en cas d’avis, quel type de professionnel de santé est sollicité ?
- y-a-t-il eu “Retour” ?
- y-a-t-il eu besoin d’un Rappel ?
- type de prise en charge (facultatif) ?
- nécessité d’un suivi ?
- “ordre de mission” transmis au médiateur ?




19/05/2012                                                                                                               243
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


- “retour” du médiateur ?
- actions mises en œuvre par le médiateur ?


6 - L’ordre de mission au médiateur
Afin de donner toute indication utile au médiateur, sans violer le secret médical, un “ordre de mission” est envisagé.
Celui-ci a plusieurs fonctions :
Côté recto
- préciser le nom et les coordonnées de l’enfant (et de sa famille) à contacter ;
- indiquer les professionnels de santé pour qui un “avis” a été donné ;
- concrétiser - seul document commun - les relations partenariales entre la MPSFE et le médiateur.
Côté verso
- le mode d’intervention du médiateur ;
- indiquer si l’enfant a déjà eu accès aux soins ;
- informer la MPSFE des aides spécifiques réalisées par le médiateur.
Cette difficulté, reprise à juste titre par plusieurs médecins, pourrait être levée de la façon suivante : lors du bilan systéma-
tique, le médecin scolaire, en donnant l’avis à la famille, la prévient d’emblée, qu’en cas de non-retour, un “médiateur” pren-
dra contact avec elle afin de l’aider à surmonter des difficultés éventuelles. La mobilisation de ce “médiateur” peut d’ailleurs
être immédiate si, au cours du bilan, une difficulté dans l’accès aux soins est manifeste (problème administratif ou financier).
La famille sait, alors immédiatement qu’il y a partage, avec le médiateur, de l’information médicale.

7 - Suivi année après année ou à la demande

Quel que soit le temps de contact avec l’enfant durant lequel le repérage d’un trouble a été effectué, le dispositif doit être
capable de mobiliser à nouveau le même circuit des partenaires et le même système d’information :
- nouvel enfant arrivant dans le dispositif ;
- nouveau trouble apparaissant en cours de scolarité ;
- examen à la demande des parents, des enseignants ;
- rupture dans la piste en charge d’une déficience (ex : l’enfant ne va plus à ses séances d’orthophonie).
Chaque équipe de centre médico- scolaire (CMS) s’organise avec ses partenaires afin de prendre en charge ces différents
cas. Les supports d’information prévoient ces étapes. Le comité de pilotage valide.


8 - Bilan médical en CM2

Cet entretien médical, proposé dans l’Oise à tous les élèves de CM2, a un quadruple objectif :
- il permet de s’assurer que les prises en charge préconisées au préalable l’ont bien été. Cela permet de réorienter si besoin
et de donner des éléments d’évaluation pour le dispositif général ;
- il repère de nouveaux troubles plus spécifiques de la pré-adolescence pouvant donner lieu à des avis adaptés ;
- il maintient et renforce le lien entre l’élève, sa famille et la santé scolaire ;
- il constitue un temps de parole adapté à l’écoute et au conseil.
Ces entretiens individuels peuvent déboucher sur la mise en place de programmes d’éducation pour la santé mais aussi sur
la modification du dispositif général d’accompagnement.
Le comité de pilotage recherche les indicateurs pertinents d’évaluation de ces entretiens.



Annexe 4


CONVENTION-CADRE N° 2003/002
Entre
Le ministère de la jeunesse de l’éducation nationale et de la recherche,
direction de l’enseignement scolaire, représentée par Monsieur Jean-Paul de Gaudemar,
localisé au 107, rue de Grenelle, 75007 Paris
ci-après désigné par le “ministère”
d’une part,
et
L’Institut national de la santé et de la recherche médicale,
Établissement public scientifique et technologique, représenté par son directeur général, Monsieur Christian Brechot,
localisé 101, rue de Tolbiac, 75654 Paris cedex 13
ci-après désigné par l’“Inserm”
d’autre part
Collectivement désignés ci-après les “parties”


Il est convenu ce qui suit :
Article 1 - Domaine de collaboration
Le présent accord-cadre a pour objet de fixer les conditions générales de collaboration entre le ministère et l’Inserm pour
faire progresser et valoriser les connaissances disponibles liées à l’enfance et à l’adolescence, et contribuer à leur mise à
disposition auprès des acteurs du système éducatif.

19/05/2012                                                                                                            244
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


Article 2 - Modalités de collaboration
2.1 Les thèmes susceptibles de faire l’objet d’actions conjointes seront examinés par les parties dans le cadre d’un comité de
coordination. Ce comité qui se réunit au moins une fois par an, est composé :
l Pour l’Inserm :
- du directeur général ou de son représentant ;
- du directeur du Département animation et partenariats scientifiques ou de son représentant.
l Pour le ministère :
- du directeur de l’enseignement scolaire ou de son représentant ;
- du sous-directeur des établissements et de la vie scolaire ou de son représentant.
2.2 Chaque action conjointe envisagée dans le cadre du présent accord respectera les conditions suivantes :
- définition préalable concertée entre les parties du champ d’activité à promouvoir et des moyens susceptibles d’y contribuer
;
- établissement d’un avenant particulier pour chaque action retenue.
Article 3 - Contenu des avenants particuliers
Chaque avenant définira notamment :
- le domaine précis de collaboration et sa durée ;
- le montant des participations financières du ministère et de l’Inserm ;
- les dispositions ayant trait aux personnels affectés à ces collaborations.
Article 4 - Propriété des résultats
4.1 Les données fournies par le ministère restent sa propriété.
4.2 Les résultats, y compris méthodes, procédés et/ou savoir-faire, objets des avenants à la présente convention-cadre sont
la propriété de l’Inserm.
4.3 Le ministère pourra utiliser les résultats des actions pour ses besoins propres.
Article 5 - Publication des résultats
5.1 Les parties conviennent que les résultats des actions donneront lieu à la rédaction de publications scientifiques effec-
tuées sous la direction du responsable scientifique.
5.2 Tout résultat devra être soumis aux deux partenaires pour approbation avant publication. Toute publication devra men-
tionner que les actions ont été réalisées par l’Inserm à la demande du ministère.
Article 6 - Collaboration avec des tiers
Le ministère et l’Inserm se réservent la possibilité, pour toute action conjointe, d’associer un ou plusieurs partenaires à la
mise en œuvre de cette action. Ceux-ci seront signataires de l’avenant particulier décrit à l’article 3.
Article 7 - Durée
La présente convention-cadre est conclue pour une durée de 3 ans à compter de sa signature, renouvelable par tacite recon-
duction.
Article 8 - Litiges
Les parties s’efforceront de régler à l’amiable, préalablement à toutes instances judiciaires, tout différend qui pourrait inter-
venir à l’occasion de l’interprétation ou de l’exécution des clauses du présent avenant. À défaut la contestation sera portée
devant le tribunal compétent de Paris.

Fait à Paris, le 26 septembre 2003
En deux exemplaires originaux
Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR
Pour l’institut national de la santé et de la recherche médicale
Le directeur général
Christian BRECHOT


Annexe 5

PROTOCOLE D’ACCORD
Entre
Le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
représenté par le directeur de l’enseignement scolaire (DESCO) et le directeur de la programmation et du développement
(DPD),
Le ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité
représenté par la directrice de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) et le directeur général de
la santé (DGS)
et
L’Institut de veille sanitaire (InVs) représenté par son directeur général
collectivement désignés ci-après par les “parties”.


Il est convenu ce qui suit :
Article 1 - Objet du protocole d’accord
Le présent protocole d’accord est relatif à la réalisation d’un cycle triennal d’enquêtes sur l’état de santé des populations
scolaires.
Article 2 - Conduite des enquêtes


19/05/2012                                                                                                             245
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


Les enquêtes définies à l’article 1 sont effectuées à l’initiative conjointe du ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale
et de la recherche et du ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité, coréalisateurs de ces enquêtes, qui
associent à titre de partenaire l’Institut de veille sanitaire. Les rôles et les droits de chacune des parties font l’objet des ar-
ticles 3 à 7 du présent protocole d’accord.
Un comité de projet est constitué, composé de représentants des parties : DESCO, DPD, DREES, DGS, InVs, et de représen-
tants d’autres institutions ou experts en tant que de besoin. Le comité de projet détermine les thématiques et les protocoles
scientifiques des enquêtes et réalise le suivi de leur réalisation, conformément aux articles suivants. Le comité, qui veillera à
l’éthique et au bon déroulement de l’enquête, se réunira chaque fois que nécessaire et à l’initiative de l’une ou l’autre des
parties.
Article 3 - Modalités d’exécution/responsabilité scientifique/rôles et droits des parties
Les parties s’engagent à fournir les moyens nécessaires pour d’une part, mener à bien l’organisation du projet et
l’accompagnement du dispositif mis en place et, d’autre part, pour assurer l’utilisation des résultats obtenus.
3.1 Production des données
Les enquêtes successives seront réalisées par les deux ministères coréalisateurs, avec l’appui technique du comité de projet,
dans le cadre de leurs compétences propres inhérentes à leurs missions spécifiques.
- La DREES est chargée de réaliser le matériel d’enquête, le diffuser, le collecter et de saisir les données.
- La DPD procède au tirage des échantillons.
- La DESCO détermine la faisabilité des enquêtes, compte tenu d’une part de leur déroulement au regard des exigences de la
scolarité à ce moment, d’autre part des programmes d’activité des personnels de santé de l’éducation nationale auxquels elle
confiera le recueil des données.
La constitution et la validation des fichiers sont réalisées par la DREES avec l’appui technique du comité de projet.
3.2 Déroulement de la collecte
L’organisation administrative des enquêtes auprès des écoles et des établissements publics locaux d’enseignement est mise
en place sous l’autorité et la responsabilité du recteur et de l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux
de l’éducation nationale.
3.3 Garanties entourant le déroulement de l’enquête
Les enquêtes seront réalisées, après avis du conseil national de l’information statistique (application des dispositions du dé-
cret n° 84-628 du 17 juillet 1984) et selon les conditions de confidentialité conformes aux recommandations de la Commis-
sion nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et, en tant que de besoin, soumises au Comité consultatif pour la pro-
tection des personnes soumises à la recherche biomédicale (CCPPRB), dans le respect des formalités prévues.
En particulier, une lettre rappelant les principaux objectifs de l’enquête concernée, ainsi que les modalités de passation, sera
remise aux parents quelques jours avant le déroulement de l’enquête. Ils pourront faire part au directeur d’école ou au chef
d’établissement d’un éventuel refus.
Article 4 - Analyse des données et publication des résultats
Chaque enquête fait l’objet d’une première publication de nature générale rédigée par les deux ministères coréalisateurs de
l’enquête et publiée dans les supports de ces deux ministères dans un délai maximum de six mois après consolidation des
fichiers. Cette publication fera mention des différents intervenants ayant participé à la réalisation de l’enquête. Le comité de
projet sera tenu au courant du contenu de cette étude avant publication, pour information.
Suite à cette première publication, le comité de projet aura la responsabilité de l’analyse des données par les différents parti-
cipants au comité de projet. Dans ce cadre, il devra veiller à une bonne harmonisation des travaux pour éviter des redon-
dances éventuelles. En ce sens, les publications spécifiques à chacune des parties feront l’objet d’une information préalable
du comité de projet. Selon l’opportunité, il pourra s’agir de publications communes ou non, dans le respect des règles habi-
tuelles de publication propres à chaque support.
De façon générale, l’origine des données sera systématiquement mentionnée dans les publications. Les tableaux de résultats
mentionneront à la fois à titre de source les deux ministères coréalisateurs et le fichier dont est issue l’exploitation statistique
ou l’étude.
Article 5 - Propriété de l’enquête et modalités de transferts de données
Les ministères de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche et des affaires sociales, du travail et de la solidarité
bénéficient d’une protection du contenu de la base au titre de leur droit de producteurs de bases de données, s’exerçant sans
préjudice de la protection résultant du droit d’auteur ou d’un autre droit sur la base de données publiques ou un de ses élé-
ments constitutifs.
En application des articles L. 1413-2 et L. 1413-3 du code de la santé publique, la DREES remet à l’Institut de veille sanitaire
une copie de l’ensemble des données dans un délai maximum de six mois après la consolidation des fichiers afin que celui-ci
puisse exercer ses missions.
Dans l’optique d’une pleine valorisation du travail de collecte des données réalisé, le principe général sera de favoriser l’accès
aux fichiers d’enquêtes, en premier lieu pour les participants au comité de projet. Les transferts de données seront organisés
dans le respect des dispositions de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, notamment de son titre V ter relatif au
traitement des données personnelles de santé à des fins d’évaluation ou d’analyse des activités de soins ou de prévention.
Les demandes d’accès aux données de l’enquête par des équipes de recherche extérieures sont faites auprès de la DREES et
seront examinées par le comité de projet. Celui-ci donne un avis sur cette demande aux directeurs de la DPD, de la DESCO
et de la DREES, pour accord. Les demandes doivent comprendre une présentation de l’objectif de l’étude, le plan d’analyse
des données ainsi que l’avis de la CNIL lorsque les données demandées sont indirectement nominatives. La mise à disposi-
tion des données ne doit pas nécessiter un traitement de la part de la DREES. Les données ainsi transmises ne peuvent pas
être cédées à un tiers et ne peuvent pas être commercialisées.
Les bénéficiaires de ces transferts s’engageront à respecter les dispositions relatives au secret statistique et à la confidentia-
lité contenues dans la loi n° 51-711 du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques.
Article 6 - Durée du protocole d’accord
Le présent protocole d’accord prend effet à la date de signature par les différentes parties pour une période couvrant un
cycle triennal. À l’issue de cette période, l’application de ce protocole d’accord sera évaluée, afin de procéder à son adapta-
tion, si nécessaire.
Il sera ensuite renouvelé, par tacite reconduction, pour des périodes équivalentes. Il pourra être dénoncé par chacune des


19/05/2012                                                                                                              246
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


parties, après un préavis d’une durée suffisante pour permettre la conclusion de la dernière enquête en cours.
Article 7 - Régime de l’accord/Litiges
Les parties s’efforceront de résoudre à l’amiable tout différend qui pourrait intervenir à l’occasion de l’interprétation ou de
l’exécution de clauses du présent protocole d’accord.

Fait à Paris, en 1 exemplaire original, le 14 janvier 2003
Le ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
Direction de l’enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR
Direction de la programmation et du développement1
Jean-Richard CYTERMANN
Le ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité,
Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
Mireille ELBAUM
L’Institut de veille sanitaire
Gilles BRUCKER


Annexe 6

CONVENTION
entre
Le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche,
ci-après désigné MJENR
Le ministre délégué à l’enseignement scolaire
et
Le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées
ci-après désigné MSFPH

PRÉAMBULE
Dans le cadre d’un partenariat, initié par la direction de l’enseignement scolaire du ministère chargé de l’éducation nationale
et la direction générale de la santé du ministère chargé de la santé, un dispositif de formation des enseignants aux premiers
gestes de secours a permis d’élaborer et de mettre en œuvre le programme “Apprendre à porter secours” à l’école primaire
(note    de     service   DE-DLC      n°    97-151    du   10    juillet  1997,   circulaire  DGS    du   25    juillet  1997).
À partir d’une initiative originale conduite dans le département de la Somme, un dispositif de formation, à destination des
enseignants du premier degré, a été développé. Ce dispositif leur permet d’enseigner aux élèves des gestes simples qui
peuvent sauver une vie. Il s’intègre dans le projet interdisciplinaire de chaque classe et soutient, tout au long des trois
cycles, un enseignement progressif établi en fonction du développement psychomoteur et de la construction par l’enfant de
son                                                                                                                  autonomie.
Pour aider les formateurs, la direction de l’enseignement scolaire et le SAMU/CESU-80, au titre de l’ANCESU/SAMU de
France, ont réalisé une brochure pédagogique “Apprendre à porter secours”. Cet outil de référence permet de mettre en
œuvre          les       modalités         de       formation         des      enseignants        du      premier        degré.
Le ministre délégué à l’enseignement scolaire, dans sa communication en conseil des ministres du 26 février 2003 sur “La
santé des jeunes en milieu scolaire”, préconise la généralisation du dispositif “Apprendre à porter secours” à l’ensemble des
élèves de l’école primaire et l’extension progressive d’une formation aux premiers secours pour les élèves du collège, jusqu’à
l’obtention         de        l’attestation        de        formation        aux         premiers      secours         (AFPS).
C’est pourquoi il a paru nécessaire de formaliser le cadre du partenariat Éducation nationale- santé en matière de
formation de formateurs et d’enseignants et notamment de préciser les modalités d’intervention des SAMU-CESU
auprès des équipes ressources de formateurs dans chaque académie ou département.

Il est convenu ce qui suit :
Article 1 - La présente convention fixe le cadre du partenariat établi entre le MSFPH et le MJENR afin de répondre, d’une
part, à un objectif de santé publique et d’autre part à un objectif d’apprentissage scolaire. Il s’agit de :
- rendre plus efficace le premier maillon de la chaîne des secours, en permettant à tout citoyen d’effectuer une alerte et de
pratiquer des gestes simples face à une situation d’urgence médicale avant la prise charge par les secours spécialisés ;
- développer, chez les élèves, des comportements citoyens et de solidarité et faire acquérir des savoirs et savoir-faire dans
la gestion de situations d’incidents ou d’accidents de santé, en prenant appui sur les programmes d’enseignement.
Afin de réaliser ces objectifs, il convient de mettre en place des stratégies académiques ou départementales permettant la
constitution des équipes ressources définies à l’article 2, la généralisation de la formation des enseignants du premier degré,
la possibilité de création de comités de pilotage académiques ou départementaux et la déclinaison de conventions au niveau
local.
Article 2 - Le développement des formations de formateurs au programme “Apprendre à porter secours” nécessite de cons-
tituer des équipes ressources académiques ou départementales composées d’infirmières, de médecins scolaires, de
membres des équipes de circonscription du premier degré et de personnels de SAMU/CESU. Les personnels de SAMU/CESU,
territorialement compétents, apportent le conseil technique dans le domaine des soins d’urgence.
Ces équipes ressources sont chargées de former les enseignants du premier degré selon un référentiel national en annexe
6.1 (formation de base pour les enseignants). Ceux-ci dispenseront, à leurs élèves, un enseignement leur permettant de
reconnaître une situation d’urgence et d’y répondre en attendant les secours spécialisés suivant le tableau référencé en an-
nexe 6.2 (compétences à acquérir par les élèves).
Ces deux annexes définissent les objectifs et les contenus d’une formation de base pour les enseignants du premier degré de

19/05/2012                                                                                                             247
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


6 heures minimum réparties en 3 heures pour les gestes techniques et 3 heures pour les modalités pédagogiques.
Article 3 - Un comité de pilotage national est constitué par les représentants des deux ministères signataires de cette
convention. Il définit la formation “Apprendre à porter secours” en prenant appui sur les références scientifiques et pédago-
giques nationales et internationales pour la formation aux premiers secours et les orientations et modalités pédagogiques
des programmes scolaires du niveau concerné.
Article 4 - Les ministères signataires élaborent et diffusent des outils pédagogiques nationaux supports de la formation
de formateurs en prenant en compte l’évolution de la formation aux premiers secours et des programmes scolaires. Ces
outils, de formes diverses, sont adaptés en fonction des besoins identifiés : brochures, affiches, supports multimédia, site
internet.
Article 5 - Le comité de pilotage national peut proposer l’organisation de journées nationales d’études ou de formation.
Des travaux de recherche pourront être envisagés.
Article 6 - Le comité de pilotage national suit la mise en œuvre des formations “Apprendre à porter secours” dans
les académies et les départements et envisage les évolutions nécessaires. La DESCO et la DHOS établissent, conjointement,
un bilan annuel.
Article 7 - Au niveau académique ou départemental, des conventions signées par les représentants de
l’éducation nationale et de la santé prévoiront le fonctionnement des équipes ressources et établiront les modalités
d’organisation de la formation “Apprendre à porter secours” pour les enseignants du premier degré en référence aux an-
nexes 6.1 et 6.2, incluant le cas échéant d’autres partenaires. Elles définiront également les conditions de financement de
ces formations.
Pour la formation initiale, les équipes sont invitées à établir des contacts locaux avec les instituts universitaires de formation
des maîtres (IUFM) pour inciter à la mise en œuvre de cette formation. En ce qui concerne la formation continue, cette for-
mation sera inscrite dans les dispositifs académiques ou départementaux de formation.
Les partenaires s’engagent à assurer les recyclages nécessaires pour permettre la mise en œuvre du programme tel que
défini aux annexes 6.1 et 6.2.
Les SAMU-CESU peuvent participer à la formation continue, dans le domaine des soins d’urgence pour les personnels de la
mission de promotion de la santé en faveur des élèves.
Les partenaires peuvent constituer un comité de pilotage académique ou départemental garant de l’application de la forma-
tion nationale telle que définie aux annexes 6.1 et 6.2.
Elles peuvent prévoir la réalisation de documents pédagogiques spécifiques qui respecteront la finalité de cette formation et
les contenus des annexes 6.1 et 6.2.
Elles préciseront les modalités de pilotage et de suivi des formations et prévoiront un bilan annuel qui sera transmis à la
DESCO selon une grille nationale de recueil. Elles établiront également les modalités selon lesquelles les SAMU/CESU feront
apparaître les actions réalisées en partenariat dans le cadre de leur bilan d’activité annuel.
Article 8 - Cette convention a une durée de validité d’une année, à dater de la signature et pourra être ensuite renouvelée
par tacite reconduction sauf dénonciation par un des signataires dans le délai de deux mois avant son échéance. Elle peut
être modifiée, par avenant, à la demande de l’une ou l’autre des parties.

Fait à Paris, le 26 septembre 2003
Pour le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l’enseignement scolaire
Jean Paul de GAUDEMAR
Pour le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,
et par délégation,
Le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins
Édouard COUTY


Annexes 6.1 et 6.2

APPRENDRE À PORTER SECOURS

Ces                    annexes                      sont                    au                    format                     PDF
(annexe61_62.pdf                       -                   8                     pages,                50                     Ko)

Si vous n'avez pas ACROBAT READER pour visualiser et imprimer ce fichier, téléchargez ce logiciel gratuit à cette adresse :
http://www.adobe.fr/products/acrobat/readstep2.html




19/05/2012                                                                                                             248
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. n°9 du 27 février 2003


L'éducation  à la sexualité dans les écoles,
les collèges et les lycées

NOR : MENE0300322C
RLR : 505-7
CIRCULAIRE N°2003-027 DU 17-2-2003
MEN
DESCO B4

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et directeurs des
services départementaux de l'éducation nationale ; aux directrices et directeurs d'école ; aux chefs d'établissement ; aux direc-
trices et directeurs régionaux des affaires sanitaires et sociales ; aux directrices et directeurs départementaux des affaires
sanitaires et sociales

   L'évolution des mentalités, des comportements, du contexte social, juridique et médiatique dans le domaine de la sexualité,
ainsi que des connaissances scientifiques liées à la maîtrise de la reproduction humaine a conduit les pouvoirs publics à déve-
lopper l'éducation à la sexualité en milieu scolaire comme une composante essentielle de la construction de la personne et de
l'éducation du citoyen.
Dans le cadre de sa mission d'éducation et en complément du rôle de premier plan joué par les familles, l'école a une part de
responsabilité à l'égard de la santé des élèves et de la préparation à leur future vie d'adulte : l'éducation à la sexualité contribue
de manière spécifique à cette formation dans sa dimension individuelle comme dans son inscription sociale.
Cette démarche est d'autant plus importante qu'elle est à la fois constitutive d'une politique nationale de prévention et de réduc-
tion des risques - grossesses précoces non désirées, infections sexuellement transmissibles, VIH/ sida - et légitimée par la pro-
tection des jeunes vis-à-vis des violences ou de l'exploitation sexuelles, de la pornographie ou encore par la lutte contre les
préjugés sexistes ou homophobes.
L'éducation à la sexualité à l'école est inséparable des connaissances biologiques sur le développement et le fonctionnement du
corps humain, mais elle intègre tout autant, sinon plus, une réflexion sur les dimensions psychologiques, affectives, sociales,
culturelles et éthiques. Elle doit ainsi permettre d'approcher, dans leur complexité et leur diversité, les situations vécues par les
hommes et les femmes dans les relations interpersonnelles, familiales, sociales.
Cette éducation, qui se fonde sur les valeurs humanistes de tolérance et de liberté, du respect de soi et d'autrui, doit trouver sa
place à l'école sans heurter les familles ou froisser les convictions de chacun, à la condition d'affirmer ces valeurs communes
dans le respect des différentes manières de les vivre.
C'est pourquoi il est fondamental qu'en milieu scolaire l'éducation à la sexualité repose sur une éthique dont la règle essentielle
porte sur la délimitation entre l'espace privé et l'espace public, afin que soit garanti le respect des consciences, du droit à l'inti-
mité et de la vie privée de chacun.
Un certain nombre de fondements de l'éducation à la sexualité se trouvent d'ores et déjà explicitement mentionnés dans les
programmes scolaires de l'école primaire et dans ceux de quelques-unes des disciplines des collèges et des lycées. Plusieurs
textes spécifiques sont par ailleurs venus en 1996 (1) puis en 1998 (2), instaurer l'organisation de séquences d'éducation à la
sexualité au collège et mettre en place un dispositif de formation des personnels.
Les dispositions de l'article 22 de la loi n° 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire de grossesse et à la
contraception ont désormais complété le chapitre II du titre I du livre III du code de l'éducation par un article L. 312-16 aux
termes duquel "Une information et une éducation à la sexualité sont dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à rai-
son d'au moins trois séances annuelles et par groupes d'âge homogène. Ces séances pourront associer les personnels contribuant
à la mission de santé scolaire et des personnels des établissements mentionnés au premier alinéa de l'article L. 2212-4 du code
de la santé publique ainsi que d'autres intervenants extérieurs conformément à l'article 9 du décret n° 85-924 du 30 août 1985
relatif aux établissements publics locaux d'enseignement. Des élèves formés par un organisme agréé par le ministère de la santé
pourront également y être associés."
Dans cette nouvelle perspective, il est nécessaire, en s'appuyant sur l'ensemble des actions déjà mises en place, de définir les
objectifs de l'éducation à la sexualité de l'école primaire jusqu'à la fin du lycée, en précisant les modalités de mise en œuvre, et
le pilotage du dispositif.



19/05/2012                                                                                                                 249
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales


Cette circulaire annule et remplace la circulaire n° 98-234 du 19 novembre 1998 relative à l'éducation à la sexualité et à la
prévention du sida.

(1) Circulaire n° 96-100 du 15 avril 1996 relative à la prévention du sida en milieu scolaire et à l'éducation à la sexualité.
(2) Circulaire n° 98-234 du 19 novembre 1998 relative à l'éducation à la sexualité et à la prévention du sida.


I - Les objectifs de l'éducation à la sexualité dans le cadre scolaire


L'école a un rôle spécifique dans la construction individuelle et sociale des enfants et des adolescents. Il s'agit de leur donner
les moyens de s'approprier progressivement les données essentielles de leur développement sexuel et affectif et leur permettre
notamment de mieux analyser et appréhender les multiples messages médiatiques et sociaux qui les assaillent quotidiennement.
Dans ce cadre, l'éducation à la sexualité vise principalement à apporter aux élèves, en partant de leurs représentations et de
leurs acquis, les informations objectives et les connaissances scientifiques qui permettent de connaître et de comprendre les
différentes dimensions de la sexualité ; elle doit également susciter leur réflexion à partir de ces informations et les aider à
développer des attitudes de responsabilité individuelle, familiale et sociale.
Ainsi, afin de guider l'élaboration d'un projet par les équipes éducatives, on peut appliquer au champ spécifique de l'éducation à
la sexualité, les objectifs éducatifs suivants :
- comprendre comment l'image de soi se construit à travers la relation aux autres ;
- analyser les enjeux, les contraintes, les limites, les interdits et comprendre l'importance du respect mutuel ; se situer dans la
différence des sexes et des générations ;
- apprendre à identifier et à intégrer les différentes dimensions de la sexualité humaine, biologique affective, psychologique,
juridique, sociale, culturelle et éthique ;
- développer l'exercice de l'esprit critique notamment par l'analyse des modèles et des rôles sociaux véhiculés par les médias, en
matière de sexualité ;
- favoriser des attitudes de responsabilité individuelle et collective notamment des comportements de prévention et de protec-
tion de soi et de l'autre ;
- apprendre à connaître et utiliser les ressources spécifiques d'information, d'aide et de soutien dans et à l'extérieur de l'établis-
sement.
Des documents accompagnant la mise en œuvre des séances d'éducation à la sexualité en préciseront les contenus, la répartition
et la progression pédagogiques adaptés à chaque cycle.


II - La mise en œuvre de l'éducation à la sexualité

Au sein des écoles et des établissements scolaires, tous les personnels, membres de la communauté éducative, participent expli-
citement ou non, à la construction individuelle, sociale et sexuée des enfants et adolescents.
En effet, en toutes circonstances, dans les différents espaces des écoles et des établissements (salles de classe, de cours ou d'ac-
tivité, lieux d'accueil ou de récréation, espaces de circulation, vestiaires, restaurant scolaire...), tout adulte de la communauté
éducative contribue à réguler les relations interindividuelles et à développer chez les élèves des savoir-être tels que le respect
de soi et de l'autre ou l'acceptation des différences.
Ces pratiques éducatives impliquent une nécessaire cohérence entre les adultes participant au respect des lois et des règles de
vie en commun qui s'exercent aussi bien dans le cadre de la mixité, de l'égalité, que de la lutte contre les violences sexistes et
homophobes contraires aux droits de l'homme.
Au-delà de ces situations quotidiennes, il est nécessaire d'organiser un travail pluridisciplinaire s'appuyant sur les compétences
complémentaires des divers personnels, inscrit dans le projet d'école et le projet d'établissement, voire inséré dans une politique
d'établissement.

2.1 Une formation à destination de l'ensemble des élèves
Dans les enseignements, à tous les niveaux, les programmes des différentes champs disciplinaires - tels que la littérature, l'édu-
cation civique, les arts plastiques, la philosophie, l'histoire, l'éducation civique juridique et sociale... - offrent, dans leur mise en
œuvre, l'opportunité d'exploiter des situations, des textes ou des supports en relation avec l'éducation à la sexualité selon les
objectifs précédemment définis.
Les enseignements scientifiques liés aux sciences de la vie occupent une place spécifique mais non exclusive dans ce domaine.
Ils procurent aux élèves les bases scientifiques - connaissances et raisonnements - qui permettent de comprendre les phéno-
mènes biologiques et physiologiques mis en jeu.


19/05/2012                                                                                                                   250
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Les enseignants de ces disciplines sont en outre guidés par le souci constant d'établir un lien entre les contenus scientifiques et
leurs implications humaines, préparant ainsi les élèves à adopter des attitudes responsables et à prévenir les risques.
Dans la construction de leur progression sur l'année et sur le cycle, ils veillent à donner toute leur place aux parties des pro-
grammes relatives, selon les niveaux d'enseignement, à la reproduction et à la transmission de la vie, à la contraception, aux
infections sexuellement transmissibles et particulièrement au sida.
En lien avec les connaissances acquises à travers les programmes scolaires aux différents niveaux, il est nécessaire de concevoir
une continuité éducative tenant compte des questionnements et de la maturité des élèves.
À cette fin, trois séances d'information et d'éducation à la sexualité doivent, au minimum, être organisées dans le courant de
chaque année scolaire.
Elles permettent de relier les différents apports concourant à l'éducation à la sexualité et de les compléter notamment dans les
domaines affectif, psychologique et social, conformément aux objectifs définis ci-dessus (cf. §1).
2.1.1 À l'école primaire, l'éducation à la sexualité suit la progression des contenus fixée par les programmes pour l'école. Les
temps qui lui sont consacrés seront identifiés comme tels dans l'organisation de la classe. Ils feront cependant l'objet, en parti-
culier aux cycles 1 et 2, d'une intégration aussi adaptée que possible à l'ensemble des autres contenus et des opportunités appor-
tées par la vie de classe ou d'autres événements. Aussi, à l'école, le nombre de trois séances annuelles fixé par l'article L. 312-
16 du code de l'éducation doit-il être compris plutôt comme un ordre de grandeur à respecter globalement dans l'année que
comme un nombre rigide de séances qui seraient exclusivement dévolues à l'éducation à la sexualité. L'ensemble des questions
relatives à l'éducation à la sexualité est abordé collectivement par l'équipe des maîtres lors de conseils de cycle ou de conseils
de maîtres. Les objectifs de cet enseignement intégré aux programmes ainsi que les modalités retenues pour sa mise en œuvre
feront en outre l'objet d'une présentation lors du conseil d'école.
2.1.2 Au collège et au lycée, le chef d'établissement établit en début d'année scolaire les modalités d'organisation et la planifica-
tion de ces séances, inscrites dans l'horaire global annuel des élèves, garantissant ainsi la mise en œuvre et la cohérence de ce
dispositif, qui sera intégré au projet d'établissement et présenté au conseil d'administration. Pour les lycées, il fera également
l'objet d'un débat au conseil de la vie lycéenne.
Les modalités d'organisation des séances - durée, taille des groupes - sont adaptées à chaque niveau de scolarité. Elles doivent
privilégier un cadre favorisant l'écoute, le dialogue et la réflexion et peuvent s'appuyer sur les dispositifs existants. Le chef
d'établissement veillera à la cohérence et à la complémentarité entre les apports des enseignements et les apports de ces
séances.
La mise en œuvre de l'éducation à la sexualité, dans le premier comme dans le second degré, doit donc s'appuyer sur une véri-
table démarche de projet qui permet à la fois :
- d'informer et/ou d'associer les parents d'élèves ;
- de garantir la cohérence et la coordination des différents apports ;
- de susciter un travail intercatégoriel ;
- d'assurer, le cas échéant, le cadrage des interventions de partenaires extérieurs.

2.2 Des actions individuelles
Les séances d'éducation à la sexualité peuvent être l'occasion de susciter chez certains élèves des questionnements d'ordre privé
ou encore de révéler des difficultés personnelles. Celles-ci ne doivent pas être traitées dans un cadre collectif mais relèvent
d'une prise en compte individuelle de l'élève et d'une relation d'aide qui, dans les écoles et les établissements scolaires, peut
s'appuyer sur tout adulte de la communauté scolaire susceptible d'apporter une écoute et d'être un relais, et plus particulièrement
sur les compétences spécifiques des personnels de santé et sociaux.
En outre, la prise en charge et l'accompagnement qui s'exercent à l'occasion des bilans de santé, des dépistages, de l'accueil à
l'infirmerie ou de l'entretien social, permettent d'établir avec les élèves une relation de confiance et un dialogue en toute confi-
dentialité. C'est dans ce contexte que prennent place les dispositions de la loi n° 2000-1209 du 13 décembre 2000 relative à la
contraception d'urgence et du décret d'application n° 2001-258 du 27 mars 2001, selon lesquelles les infirmières des établisse-
ments scolaires peuvent administrer la contraception d'urgence dans les situations d'urgence et de détresse caractérisée.
Les personnels de santé et sociaux assurent également les relais nécessaires au sein de l'école ou de l'établissement, ainsi
qu'avec les familles et les professionnels des réseaux de soins.
Ainsi certains élèves traversant des difficultés personnelles nécessitant un entretien individuel seront orientés s'ils le souhaitent,
soit vers les personnes ressources de l'établissement - personnels de santé et sociaux - soit vers des structures extérieures spé-
cialisées.


III - La prise en charge

- À l'école primaire, c'est aux maîtres chargés de classe qu'incombe la mise en œuvre de l'éducation à la sexualité dans le cadre
des enseignements, avec le tact qui s'impose et en recherchant la plus grande cohésion avec l'ensemble des apprentissages. Le
cas échéant, les maîtres pourront solliciter conseils et assistance auprès de l'infirmière ou du médecin scolaire formés à cet effet.

19/05/2012                                                                                                                251
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Les maîtres porteront une attention toute particulière à la parole de l'enfant en vue de l'aider à discerner ce qui, dans les rapports
qu'il entretient avec ses camarades et avec les adultes, est acceptable ou ne l'est pas.
- Au collège et au lycée, ces séances sont prises en charge par une équipe de personnes volontaires, constituée avec un souci de
pluralité, associant autant que possible, dans la logique du projet d'établissement, enseignants et personnels d'éducation, sociaux
et de santé, formés à cet effet.
- Il peut être fait appel à des interventions extérieures, dans le respect des procédures d'agrément en vigueur, conformément,
d'une part, au décret n° 92-1200 du 6 novembre 1992, modifié le 20 mai 1999, relatif aux relations du ministère chargé de
l'éducation nationale avec les associations qui prolongent l'action de l'enseignement public et, d'autre part, aux dispositions de
la circulaire n° 93-136 du 25 février 1993 relative aux relations avec les associations qui prolongent l'action de l'enseignement
public, qui rappellent cependant la possibilité pour des associations non agréées d'intervenir pendant le temps scolaire, dans des
conditions précisées au chapitre II.
Il peut être toutefois recommandé de privilégier le recours à des intervenants issus d'associations ayant reçu l'agrément, national
ou académique, prévu par le décret du 6 novembre 1992.
Les partenaires extérieurs ayant bénéficié d'une formation appropriée peuvent intervenir, dans les séances d'éducation à la
sexualité dans le respect des principes, de l'éthique et des objectifs définis dans la présente circulaire.
Ces interventions, qui s'inscrivent dans le cadre du projet d'école ou d'établissement, devront s'insérer dans la programmation et
la progression définies par l'équipe éducative en charge des séances.
Elles sont organisées avec l'autorisation du directeur d'école après avis du conseil des maîtres, dans le premier degré (3), ou à la
demande du chef d'établissement, en accord avec l'équipe en charge de l'éducation à la sexualité, dans le second degré. Elles se
déroulent en présence et sous la responsabilité pédagogique du maître ou d'un membre de cette équipe afin d'assurer la conti-
nuité de la relation éducative, l'accompagnement, le suivi et l'évaluation des actions.
Le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) est le dispositif de repérage et de mise en réseau indispensable des
partenaires de proximité auxquels il peut être fait appel. Il permet en outre d'assurer l'information de l'ensemble des personnels
de la communauté éducative.
Par ailleurs, si la mise en œuvre de partenariats est susceptible d'étendre les ressources de l'école en mobilisant des compé-
tences spécifiques complémentaires, elle permet aussi de disposer de ressources et relais extérieurs à l'école. Ainsi les lieux
d'information, de consultation et de conseil conjugal et familial, les centres de documentation spécialisés, les espaces d'écoute
jeunes, les services téléphoniques, dispensent un accueil personnalisé, une orientation, des informations sur la sexualité, la
contraception, la prévention des IST et du sida, les violences sexuelles, accessibles aux élèves des collèges et des lycées.
Les personnels des établissements scolaires doivent assurer la diffusion de ces informations notamment en mettant à disposition
des élèves des dépliants et un espace d'affichage sur les structures locales et les numéros verts. Cette démarche sera accompa-
gnée dans le cadre des séances d'éducation à la sexualité.

(3) Circulaire n° 91-124 du 6 juin 1991, modifiée les 20 juillet 1992 et 29 juin 1994, portant directives générales pour l'éta-
blissement du règlement type départemental des écoles maternelles et élémentaires (1er paragraphe du chapitre 5.4.4).
Circulaire n° 92-196 du 3 juillet 1992 relative à la participation d'intervenants extérieurs aux activités d'enseignement dans
les écoles maternelles et élémentaires (annexe 1, A, § b).


IV - Pilotage et formation

4.1 Un dispositif académique de pilotage
Chaque académie doit se doter d'un projet d'éducation à la sexualité intégré dans le projet académique de santé des élèves, tel
qu'il a été défini dans la circulaire n° 2001-012 du 12 janvier 2001 portant orientations générales pour la politique de santé en
faveur des élèves, et la circulaire n° 2002-098 du 25 avril 2002 relative à la politique de santé en faveur des élèves.
Un bilan récent relatif aux actions et formations en éducation à la sexualité établi par la direction de l'enseignement scolaire,
fait apparaître que de nombreuses académies disposent d'équipes de pilotage chargées pour l'essentiel de l'organisation et du
suivi des formations.
La généralisation de l'éducation à la sexualité, notamment par les séances d'éducation à la sexualité prévues par la loi, impose
désormais, compte tenu de l'ampleur du dispositif à mettre en œuvre, que chaque recteur désigne auprès de lui un coordonna-
teur et une équipe de pilotage académiques, en veillant à ce que des représentants désignés par les inspecteurs d'académie direc-
teurs des services départementaux de l'éducation nationale y participent également.
Afin de ne pas multiplier les dispositifs spécifiques d'éducation à la santé et de prévention, de mieux les articuler et les mettre
en cohérence, notamment avec le groupe d'animation des CESC, il est souhaitable de constituer un dispositif académique de
pilotage regroupant l'ensemble des coordonnateurs et des personnes-ressources compétentes sur les thématiques de santé,
sexualité, prévention.
En ce qui concerne l'éducation à la sexualité, comme pour les autres domaines évoqués, les missions de l'équipe de pilotage

19/05/2012                                                                                                                252
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


académique se déclinent selon cinq axes principaux :
- constituer une force de proposition dans l'élaboration de la politique académique ;
- construire les partenariats institutionnels - en particulier avec les programmes régionaux de santé ainsi que les réseaux de
soins - les partenariats associatifs et mutualistes, en intégrant notamment les fédérations de parents d'élèves.
L'organisation de ces partenariats, les modalités d'intervention dans les écoles et les établissements scolaires, ainsi que leur
contribution à la formation des personnels et des intervenants extérieurs seront définis dans une charte académique, établie
selon les niveaux, entre le recteur et le directeur régional de l'action sanitaire et sociale (DRASS), ou entre l'inspecteur d'aca-
démie, directeur des services départementaux de l'éducation nationale et le directeur départemental de l'action sanitaire et so-
ciale (DDASS). Cette charte, qui permet de poser un cadre éthique, pédagogique et administratif clairement défini, pourra le
cas échéant être élargie à d'autres partenaires en fonction des situations de chaque académie ou département ;
- contribuer à la définition du cahier des charges de la formation des personnels, à l'élaboration du plan académique et aux
choix des formateurs ;
- constituer un réseau de ressources documentaires à disposition des écoles et des établissements scolaires, en s'appuyant en
particulier sur les nouvelles technologies ;
- établir un bilan annuel académique de la mise en œuvre de la loi, à partir d'une grille nationale qui sera transmise aux recteurs.

4.2 Une politique de formation des personnels
La formation initiale et continue des personnels s'inscrit comme une des composantes du dispositif de pilotage d'une éducation
à la sexualité des élèves ; elle doit permettre la constitution d'équipes aux compétences partagées, susceptibles d'analyser dans
leur contexte, les besoins des élèves, de construire une démarche globale et progressive d'éducation adaptée à l'école ou l'éta-
blissement scolaire.
En effet, une politique de formation efficace, en un domaine qui exige de concilier savoirs, éthique, culture, respect des per-
sonnes suppose à tout le moins que soit prise en compte la dimension pluricatégorielle de l'encadrement des séances d'éducation
à la sexualité. Ainsi professeurs des écoles, enseignants de science de la vie et de la Terre, de vie sociale et professionnelle,
conseillers principaux d'éducation, médecins, infirmières, assistants de service social apportent en particulier, chacun pour ce
qui le concerne, leur contribution à un projet défini en commun dans ses objectifs et ses résultats.
Les dispositifs de formation élaborés dans ce cadre, et éventuellement construits avec les équipes locales pour mieux répondre
à leurs besoins, prendront appui aussi bien sur les ressources académiques que sur celles apportées par les partenaires extérieurs
institutionnels ou associatifs habilités à intervenir auprès des élèves dans le domaine de l'éducation à la sexualité.
Compte tenu de la diversité des personnels susceptibles d'intervenir dans ces formations, la logique d'ensemble des dispositifs
gagnera à être définie au niveau académique dans l'objectif de la meilleure utilisation des ressources disponibles. Les modalités
de formation pourront cependant privilégier les interventions sur site aidant en cela à la constitution des équipes éducatives.
Au cours des dernières années, des formations interacadémiques à pilotage national ont permis de constituer un réseau de for-
mateurs pluricatégoriels chargés notamment d'organiser les actions de formation d'équipes d'établissements participant à la mise
en œuvre de l'éducation à la sexualité dans les établissements scolaires.
Les recteurs veilleront à mobiliser ces personnels et à développer leurs compétences tout en renforçant ce réseau de formateurs
afin d'être en mesure de répondre aux besoins des écoles et établissements de leur académie.
La loi du 4 juillet 2001 a confié à l'école une mission éducative dans le champ bien spécifique de l'éducation à la sexualité. Les
orientations définies dans la présente circulaire, constitue un cadrage aussi bien pour les personnels de l'éducation nationale que
pour les partenaires appelés à intervenir dans les écoles et les établissements scolaires. J'appelle votre attention sur l'importance
que j'attache à la mise en œuvre de ces dispositions.
Pour le ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur de l'enseignement scolaire
Jean-Paul de GAUDEMAR




19/05/2012                                                                                                               253
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. n° 23 du 6 juin 2002


 Dispositif de lutte contre les sectes mis en
      place au sein de l'éducation nationale
NOR : MENG0201195C
RLR : 506-0
CIRCULAIRE N°2002-120
DU 29-5-2002
MEN
DAJ

Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie

 La loi du 12 juin 2001 tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant at-
teinte aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales définit les sectes comme des organisations qui poursui-
vent "des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou
physique des personnes qui participent à ces activités".
La vulnérabilité des jeunes face à l'action de telles organisations fait peser sur le ministère de l'éducation nationale
une obligation particulière de vigilance. Il appartient en effet au ministère de veiller à ce que l'école ne soit pas un
terrain de prosélytisme pour les organisations à caractère sectaire et de s'assurer qu'aucun enfant n'est privé du
droit à une éducation qui lui permette, comme le prévoient les articles L. 111-1 et L. 122-1 du code de l'éducation,
de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et continue, de s'insérer dans la vie sociale
et professionnelle et d'exercer sa citoyenneté.
L'action du ministère dans la lutte contre les sectes prend diverses formes.
Dans l'enseignement public, le principe de laïcité garantit le respect de la liberté de conscience de chacun. Ce prin-
cipe impose aux personnels une stricte obligation de neutralité vis à vis tant de leurs propres convictions que de
celles des élèves. Il interdit aux élèves et à l'ensemble des membres de la communauté éducative de faire de
l'école un lieu de prosélytisme pour quelque croyance que ce soit.
Dans les établissements privés sous contrat qui, même s'ils ne sont pas soumis au principe de laïcité, ont vocation,
comme l'enseignement public, à accueillir tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyance, la loi
impose que l'enseignement soit donné "dans le respect total de la liberté de conscience". Il appartient au ministère
de l'éducation nationale de vérifier que cette exigence est satisfaite.
Au delà de l'enseignement public et de l'enseignement privé sous contrat, il est de la responsabilité du ministère de
veiller à ce que la liberté de l'enseignement proclamée par l'article L. 151-1 du code de l'éducation ne fasse pas
l'objet d'un détournement de la part d'organisations à caractère sectaire. Cette mission passe notamment par le
contrôle de l'enseignement assuré dans les familles et dans les établissements d'enseignement privés hors contrat
afin de vérifier qu'il est conforme au droit de l'enfant à l'instruction tel qu'il est défini à l'article L. 122-1.
Il appartient également aux personnels de l'éducation nationale, comme à tous les agents publics, d'alerter les ser-
vices compétents (services de protection de l'enfance, procureur de la République) lorsqu'ils découvrent, dans
l'exercice de leurs fonctions, qu'un enfant se trouve en situation de danger du fait des agissements d'une organisa-
tion à caractère sectaire.
Si le ministère a le devoir d'agir pour éviter que l'enseignement ne soit un vecteur du prosélytisme sectaire et pour
protéger les personnes exposées aux agissements des sectes, l'action en la matière est particulièrement délicate et
doit être conduite avec la plus grande précaution. Il n'est pas toujours facile en effet de distinguer entre un phéno-
mène sectaire, qui doit être dénoncé et combattu, et ce qui relève de l'exercice normal des libertés de culte et de
conscience, qui doivent être respectées et protégées.
Pour ces raisons, le ministère a mis au point un dispositif de vigilance qui repose sur un réseau d'expertise dont la
direction vient d'être confiée à M. Joël Goyheinex, inspecteur général de l'éducation nationale.
Le réseau d'expertise du ministère comprend :
a) Au niveau national : la cellule chargée de la prévention des phénomènes sectaires dans l'éducation (CPPS),
placée auprès du directeur des affaires juridiques. La cellule est dirigée par un inspecteur général de l'éducation
nationale (IGEN), secondé par un inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche
(IGAENR). Elle appuie son action sur les corps d'inspection. La CPPS a pour mission :
- de conseiller les cadres de l'éducation nationale confrontés aux problèmes sectaires, de leur fournir une docu-
mentation et, si nécessaire, d'accompagner leur action sur le terrain ;


19/05/2012                                                                                                   254
                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


- de veiller à la formation des personnels d'inspection et d'encadrement ;
- de sensibiliser les personnels dans le cadre du dispositif de vigilance relevant de l'autorité des inspecteurs d'aca-
démie, directeurs des services départementaux de l'éducation nationale (IA-DSDEN) ;
- de favoriser l'information des élèves, notamment dans le cadre de l'éducation civique, juridique et sociale ;
- d'analyser les évolutions du phénomène à partir des informations émanant des académies et de formuler des
propositions ;
- d'animer un réseau de responsables académiques, conseillers des recteurs et correspondants de la CPPS ;
- de participer aux réflexions et aux initiatives interministérielles.
b) Au niveau académique : chaque recteur désigne un conseiller, correspondant académique de la CPPS, chargé
de seconder les IA-DSDEN pour toutes ces questions. Ce conseiller peut animer également des séances de forma-
tion initiale et continue au sein des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) et intervenir dans la for-
mation initiale des personnels d'encadrement.
Par ailleurs, l'action du ministère s'intègre dans le cadre du dispositif national de lutte contre les agissements répré-
hensibles des organisations sectaires, qui comprend :
• Une mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) instituée par le décret n° 98-890 du 7 octobre 1998
; celle-ci se compose notamment d'un groupe opérationnel qui réunit les représentants des principaux ministères
concernés. Pour le ministère de l'éducation nationale, il s'agit de l'inspecteur général de l'éducation nationale, res-
ponsable de la CPPS, et du directeur des affaires juridiques.
• Les "cellules départementales de lutte contre les agissements répréhensibles des mouvements sectaires" ani-
mées par les préfets (circulaires du ministre de l'intérieur du 7 novembre 1997 et du 20 décembre 1999). Les IA-
DSDEN sont invités à participer activement et à tenir la CPPS régulièrement informée des travaux qui y sont me-
nés, en particulier ceux qui concernent l'éducation nationale. Ils sont également conviés à établir, chaque fois que
nécessaire, une relation avec le magistrat du parquet général désigné pour suivre ces problèmes (circulaire mi-
nistre de la justice du 1er décembre 1998).
Il incombe aux recteurs de tenir la CPPS systématiquement informée de toute question susceptible de relever d'un
problème sectaire afin que soient centralisées dans un lieu unique toutes les informations utiles pour apprécier
d'une manière aussi précise et complète que possible l'importance du phénomène au plan national. En particulier,
les contrôles du respect de l'obligation scolaire prévus par la loi du 18 décembre 1998, codifiée aux articles L. 131-
1, L. 131-2 et L. 442-2 du code de l'éducation, doivent être effectués en liaison étroite avec la cellule.
L'action qui a été conduite depuis la mise en place de la CPPS a donné des résultats satisfaisants. Il importe de la
poursuivre de telle sorte que chaque élève puisse recevoir, comme la loi lui en reconnaît le droit, une éducation qui
favorise son épanouissement personnel et le développement de son esprit critique, et qui le prépare à l'exercice de
la citoyenneté.

Pour le ministre de la jeunesse,
de l'éducation nationale et de la recherche
et par délégation,
Le directeur des affaires juridiques
Thierry-Xavier GIRARDOT




19/05/2012                                                                                                    255
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales



B.O. n°8 du 24 février 2000
           Organisation du temps scolaire dans les
                écoles maternelles et élémentaires
NOR : MENE9150176C
RLR : 510-0 ; 511-7
Circulaire n° 91-099 du 24 avril 1991
(Éducation nationale, Jeunesse et Sports : bureau DE10)
Texte adressé aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale.

I - L’organisation du temps scolaire
L’organisation du temps scolaire est essentielle pour la réussite des enfants. Le rapport annexé à la loi d’orientation a souligné
l’importance d’une meilleure organisation des activités scolaires dans la journée, la semaine, l’année. Des expérimentations
locales d’aménagement de la journée et de la semaine scolaire ont montré qu’une meilleure prise en compte de la diversité des
conditions de vie des enfants et de leurs familles, souvent en fonction du contexte géographique ou social, peuvent s’avérer
bénéfiques.
L’article 10 du décret n°90-788 du 6 septembre 1990 définissait une procédure d’organisation de la semaine scolaire déconcen-
trée sur les inspecteurs d’académie sans préciser le cadre national. Il est apparu nécessaire, notamment en raison d’un arrêt du
Conseil d’État en date du 27 juillet 1990, de revoir cet article en tenant compte de deux objectifs :
- appréhender, de manière globale, l’organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires,
- définir les conditions dans lesquelles l’inspecteur d’académie peut apporter des aménagements aux règles fixées nationale-
ment pour l’organisation du temps scolaire.
C’est l’objet du décret n° 91-383 du 22 avril 1991 qui modifie le décret du 6 septembre 1990. La présente circulaire précise les
modalités d’application.

II - La réglementation nationale
La réglementation nationale résulte des textes suivants :
1) l’arrêté du 12 mai 1972 qui fixe au mercredi le jour d’interruption des cours, en outre du dimanche ;
2) l’arrêté du 1er août 1990 fixant les horaires des écoles maternelles et élémentaires. Cet arrêté fixe à 26 heures la durée heb-
domadaire de la scolarité des élèves.
Le même arrêté fixe la répartition des heures d’enseignement par groupes de disciplines, avec pour chaque groupe un horaire
minimum et un horaire maximum, ce qui permet aux enseignants d’adapter leur enseignement en fonction du niveau, des
rythmes particuliers ou des difficultés éventuelles des élèves concernés.
Toutefois conformément au décret n°91-41 du 14 janvier 1991 relatif au service hebdomadaire des personnels enseignants du
premier degré, les obligations de service demeurent fixées à 27 heures ou, plus précisément, comportent 26 heures
d’enseignement plus une heure en moyenne sur l’ensemble de l’année scolaire, soit 36 heures annuelles, consacrées à des acti-
vités de formation et de concertation (conférences pédagogiques, réunion des équipes pédagogiques, réunion des conseils
d’école) ;
3) l’arrêté ministériel du 24 juillet 1989 modifié par l’arrêté du 4 avril 1991 fixant le calendrier des vacances scolaires des
années 1990 - 1991, 1991 - 1992 et 1992 - 1993.
Le décret n° 90-236 du 14 mars 1990 précise les conditions dans lesquelles ce calendrier peut être adapté par le recteur.

III - Les aménagements que peut apporter l’inspecteur d’académie à ces règles fixées nationalement
1) L’année scolaire
L’inspecteur d’académie peut déroger aux dispositions de l’arrêté ministériel fixant le calendrier des vacances scolaires dans les
conditions indiquées ci-dessous. Il peut également déroger aux éventuelles adaptations ou expérimentations décidées par le
recteur en application des articles premier et 2 du décret du 14 mars 1990.
Ces modifications ne peuvent avoir pour effet de modifier le nombre de périodes de travail et de vacances des classes,
l’équilibre de leur alternance ou réduire la durée effective totale des périodes de travail.


19/05/2012                                                                                                            256
                                                        Directeurs d’école : Dispositions générales


Elles ne peuvent non plus conduire à réduire ou augmenter sur l’année scolaire le nombre d’heures d’enseignement (936 heures annuelles), ni leur répartition
par groupes de disciplines.
2) La semaine scolaire
L’inspecteur d’académie peut modifier la répartition des heures d’enseignement dans la semaine. Il peut également répartir les
heures d’enseignement différemment sur plusieurs semaines dès lors que leur volume global sur l’année reste inchangé. En
revanche, il ne peut organiser des semaines scolaires dont les horaires dépassent 27 heures, ni porter la durée de la semaine
scolaire à plus de cinq jours.
3) La journée scolaire
L’inspecteur d’académie fixe les heures d’entrée et de sortie des écoles dans le cadre du règlement type départemental. Le vo-
lume journalier horaire ne doit pas dépasser 6 heures.
Il convient de respecter également les capacités des élèves à supporter une succession d’heures de travail sans coupure. À cet
effet, une organisation basée sur des séquences de travail sans interruption, reportant le repas de la mi-journée à une heure
tardive, est à proscrire.
En application de l’article 27 de la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983, le maire peut modifier les heures d’entrée et de sortie en
raison de circonstances locales.

IV . Temps scolaire et temps de l’enfant
L’organisation du temps scolaire étant essentielle pour la réussite des élèves, elle doit, avant tout, être basée sur des critères
pédagogiques et faciliter les apprentissages. Il convient, cependant, de rappeler que tout enfant a un rythme de vie propre qui
n’est pas seulement limité au temps scolaire.
Afin d’éviter toute surcharge du temps de l’enfant, plus global que le temps de l’élève, l’organisation du temps scolaire doit
tenir compte, dans la mesure du possible, de ce temps plus personnel, hors de l’institution scolaire.
L’impact des projets d’aménagement du temps scolaire sur les activités à caractère culturel, sportif et social pratiquées par les
élèves de l’école doit donc faire l’objet d’un examen attentif.
Ces aménagements aux règles fixées nationalement pour l’organisation du temps scolaire ne doivent pas porter atteinte aux
conditions d’exercice de la liberté de l’instruction religieuse. Il appartient à l’inspecteur d’académie de prendre toutes les dis-
positions utiles pour s’assurer du respect de cette liberté en ménageant un temps convenable et en tenant compte de l’équilibre
des temps de vie de l’enfant.

V . La procédure
1) Lorsqu’un conseil d’école souhaite déroger aux règles fixées concernant l’organisation de l’année, de la semaine et / ou de la
journée scolaires, il adopte, dans le cadre du projet d’école, un projet d’organisation du temps scolaire.
2) Le projet, accompagné de l’avis de la commune, est transmis à l’inspecteur d’académie sous couvert de l’inspecteur de
l’Éducation nationale.
3) L’inspecteur d’académie s’assure que le projet recueille l’adhésion d’une large majorité des membres de la communauté
éducative, notamment des parents d’élèves et des enseignants.
Il diffuse l’information et mène la concertation avec les personnes responsables d’activités à caractère culturel, sportif, social et
les autorités responsables, à son niveau, de l’instruction religieuse.
Il veille à l’harmonisation des projets d’aménagement du temps scolaire entre les écoles maternelles et élémentaires relevant du
même périmètre scolaire et à leur homogénéité entre écoles soumises aux mêmes contraintes pour un territoire donné. Ce terri-
toire peut être plus restreint que la commune pour les grandes villes et plus large pour le milieu rural.
Il tient compte des contraintes inhérentes à l’organisation des transports scolaires.
4) L’inspecteur d’académie prend sa décision, après consultation du Conseil de l’Éducation nationale institué dans le départe-
ment, et la notifie à l’inspecteur de l’Éducation nationale et au directeur d’école. Il en informe la ou les collectivités locales
concernées, ainsi que les partenaires consultés. En cas de refus, la décision négative est motivée.




19/05/2012                                                                                                                                    257
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales




BO n°29 - 16 juillet 1992
  Participation d’intervenants extérieurs aux
    activités d'enseignement dans les écoles
                  maternelles et élémentaires
NOR : MENE9250275C
 RLR : 724-4
 Circulaire n° 92-196 du 3 juillet 1992
(Éducation nationale et Culture: bureau DE 10)
 Texte adressé aux recteurs, aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale (pour
attribution) et aux préfets (pour information).

 Le développement de formes d’organisation pédagogique impliquant le travail en groupes et la participation d'intervenants
extérieurs justifie d'autoriser les enseignants à confier, dans certaines conditions, l’encadrement de tout ou partie des élèves à
ces intervenants. Cette possibilité s'inscrit dans le cadre de la loi d'orientation sur l’éducation du 10 juillet 1989.
 Dans cette situation nouvelle, il est apparu nécessaire de préciser le rôle des maîtres dans l’organisation de ce type d'activité
ainsi que les conditions d'encadrement des élèves.
 II s'agit, en effet, de permettre aux établissements scolaires d'être mieux ouverts sur le monde extérieur, tout en donnant aux
enseignants les moyens de s'assurer de la qualité des prestations fournies aux élèves dont des intervenants extérieurs auraient
momentanément la charge et en même temps de veiller à ce que la sécurité des élèves soit, en toutes circonstances, assurée.
Ceci suppose que l’enseignant ait toujours, d'une manière ou d'une autre, la maîtrise de l’activité en cause.
L’organisation générale des activités et le rôle de chaque participant doivent être définis avec précision. II importe, en particu-
lier, que soient clairement explicités, d’une part, ce qui relève de l’organisation pédagogique qui est de la responsabilité de
l’équipe des enseignants ou de l’enseignant concerné et, d’autre part, ce qui relève des mesures de sécurité à mettre en œuvre.
L’organisation et la préparation de ces séances font l’objet d’une concertation entre les différents partenaires. Ces dispositions
revêtent une importance d'autant plus grande que les activités comportent des risques particuliers.
Ces activités s’intègrent nécessairement au projet pédagogique de la classe qui est lui-même la traduction des objectifs du pro-
jet d'école.
Les précisions données ci-dessous ont, en définitive, pour objet de faciliter la collaboration entre les enseignants et les per-
sonnes appelées intervenir dans le cadre des activités d'enseignement grâce à une meilleure connaissance du rôle et des respon-
sabilités de chacun.
Seront donc examinés successivement, d’une part, le rôle respectif des enseignants et des intervenants extérieurs et, d'autre part,
les responsabilités qui leur incombent.

I. Rôles respectifs des enseignants et intervenants extérieurs
A. Le rôle des enseignants
La responsabilité pédagogique de l’organisation des activités scolaires incombe à l’enseignant titulaire de la classe ou celui de
ses collègues nommément désigné dans le cadre d'un échange de services ou d'un remplacement. II en assure la mise en œuvre
par sa participation et sa présence effective.
Le rôle du maître en cas de participation d'intervenants extérieurs est défini par le titre 5.4. de la circulaire n°91-124 du 6 juin
1991 (règlement type départemental). II est indiqué, notamment, que le maître peut se trouver déchargé de la surveillance de
groupes d’élèves confiés à des intervenants extérieurs, sous réserve que :
« - Le maître par sa présence et son action assume de façon permanente la responsabilité pédagogique de l’organisation et de
la mise en œuvre des activités scolaires,
- le maître sache constamment où sont ses élèves.
- les intervenants extérieurs aient été régulièrement autorisés ou agrées,
- les intervenants extérieurs soient sous l'autorité du maître ».
Trois situations doivent être distinguées :
1. Organisation habituelle

19/05/2012                                                                                                              258
                                                         Directeurs d’école : Dispositions générales


La classe fonctionne en un seul groupe. L'enseignant doit alors assurer, non seulement l’organisation pédagogique de la séance,
mais également le contrôle effectif de son déroulement.
2. Organisations exceptionnelles
a) Les élèves répartis en groupes dispersés sont encadrés par des intervenants extérieurs et l’enseignant n 'a en charge au-
    cun groupe en particulier. Son rôle est le même que dans le cas précédent. Le contrôle sera adapté aux caractéristiques du
    site et à la nature de l’activité. Sauf impossibilité matérielle, l’enseignant procédera au contrôle successif du déroulement
    de la séance dans les différents groupes et à la coordination de l’ensemble.
b) Les élèves répartis en groupes dispersés sont encadrés par des intervenants extérieurs et l’enseignant a en charge direc-
    tement I'un des groupes. L'enseignant n'aura plus à assurer le contrôle du déroulement de la séance. Son action consistera à
    définir préalablement l’organisation générale de l’activité avec une répartition précise des tâches et à procéder a posteriori
    à son évaluation.
Dans ces trois situations, il appartient à l’enseignant, s'il est à même de constater que les conditions de sécurité ne sont
manifestement plus réunies, de suspendre ou d’interrompre immédiatement l’activité. Le maître informe, ensuite, sans délai,
sous couvert du directeur, l’inspecteur de l’Éducation nationale de la mesure prise.

B. Le rôle des intervenants extérieurs
L'intervenant extérieur apporte un éclairage technique ou une autre forme d'approche qui enrichit l’enseignement et conforte les
apprentissages conduits par l’enseignant de la classe. II ne se substitue pas à lui.
Cette situation n'implique pas pour autant que l’intervenant ne puisse prendre aucune initiative, dès l’instant qu'elle s'inscrit
dans le cadre strict de ses fonctions. Ceci vaut, en particulier, pour les intervenants spécialistes qui ont une qualification recon-
nue et dont le rôle ne peut se borner, en conséquence, à l’exécution passive des instructions des enseignants.
En outre, lorsqu'un intervenant se voit confier l’encadrement d’un groupe d’élèves, en particulier dans la situation visée au
I.A.3. ci-dessus, c’est à lui de prendre les mesures urgentes qui s’imposent, dans le cadre de l’organisation générale arrêtée par
l’enseignant où, le cas échéant, des dispositions fixées par convention, pour assurer la sécurité des élèves.
Les conditions d’autorisation des intervenants extérieurs et, le cas échéant, les agréments nécessaires et les qualifications exi-
gées sont rappelées en annexe 1.
C. Cadre dans lequel est défini le rôle de chacun
Les activités pédagogiques qui incluent la participation d'intervenants extérieurs étant inscrites dans le projet d'école, les
membres de la communauté éducative sont en règle générale associés à la définition des termes de la participation de ces inter-
venants.
1. Les interventions ponctuelles et les participations bénévoles
Dans ce cas, les activités s’exercent sous la responsabilité pédagogique de l’enseignant ou des enseignants concernés, à charge pour eux, compte tenu, no-
tamment, des qualifications techniques éventuellement détenues par les intervenants concernés, de définir les conditions d’exercice des activités et les règles
de sécurité à mettre en œuvre.
2. Intervention de collectivités publiques ou d’associations
Une convention doit être signée lorsque les intervenants extérieurs sont rémunérés par une collectivité publique (autre adminis-
tration de l’État ou collectivité territoriale) ou appartiennent à une personne morale de droit privé, notamment une association
et interviennent régulièrement dans le cadre scolaire.
Elle est passée entre la collectivité territoriale ou l’association concernée et, selon l’extension de son champ d’application,
l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’Éducation nationale de la circonscription. Le ou les direc-
teurs d’école concernés contresignent la convention dont un exemplaire reste à l’école.
Cette convention comporte des dispositions relatives à l’organisation des activités en cause, notamment au rôle des interve-
nants, et à la définition des conditions de sécurité.
Un modèle de convention est donné en annexe 2. 1( s'agit d'un cadre général dont le contenu doit être adapté à la diversité des
situations.
Malgré l’existence d'une convention, l’utilité de réunions préparatoires à certaines séances d'activités demeure entière.

II. Mise en œuvre de la responsabilité des enseignants et intervenants extérieurs
1. L'enseignant
La participation d'intervenants extérieurs au cours des activités scolaires ne modifie pas les conditions de mise en jeu de la
responsabilité des enseignants_
Toute faute commise par un enseignant dans l’exercice de ses fondions qui serait à l’origine d'un dommage subi ou causé par


19/05/2012                                                                                                                                       259
                                                           Directeurs d’école : Dispositions générales


un élève peut susciter une action devant les tribunaux :
— S'agissant de l’action en réparation, en application de la loi du 5 avril 1937, la responsabilité de l’État se substitue à celle de
l’enseignant par la faute duquel les dommages ont été subis ou causés. L’État a donc à en assurer l’indemnisation.
— Sur le plan pénal, la responsabilité de l’enseignant, comme celle de tout citoyen, est personnelle. Ainsi, en cas d’accident
grave dont il semblerait pénalement responsable, l’enseignant pourrait avoir à comparaître devant un tribunal répressif à raison
des faits qui lui seraient reprochés. Le tribunal aurait alors à apprécier si ces faits sont constitutifs d'une infraction pénale.
2. Les intervenants extérieurs
La responsabilité d'un intervenant extérieur peut également être engagée si celui-ci commet une faute qui est à l’origine d'un
dommage subi ou causé par un élève
— S’agissant de l’action en réparation, il est vraisemblable, sous réserve de l’appréciation souveraine des tribunaux, que la loi
du 5 avril 1937, qui vise expressément les membres de l’enseignement public, ne s'applique pas aux intervenants extérieurs ; en
tout état de cause, leur responsabilité serait cependant garantie, selon les cas :
 par la collectivité publique qui les rémunère, selon les règles habituelles du droit public,
 par leur employeur, en application de l’article 1384 du code civil, s’il s’agit de salariés privés,
 par l’État, s'il s'agit d'intervenants bénévoles, conformément à la jurisprudence en matière de collaborateurs bénévoles du
service public.
— La responsabilité pénale de l’intervenant peut, évidemment, être aussi engagée, dans les mêmes conditions que celle de
l’enseignant, s’il a commis une infraction à l’origine d’un accident grave subi ou causé par un élève.
La qualification que possèdent des intervenants spécialistes est généralement un élément d'appréciation retenu par les tribunaux
pour rechercher leur responsabilité éventuelle.
Le titre V. - responsabilité des intervenants extérieurs de la circulaire n°87-124 du 27 avril 1987 relative a l’enseignement de la
natation à l’école primaire est abrogé
Je vous demande de bien vouloir informer de ces dispositions les inspecteurs de l’Éducation nationale chargés d'une circons-
cription d'enseignement primaire, les directeurs d'école et les enseignants du premier degré.
Les collectivités territoriales et les associations concernées devront être également informées.


                                                                                                        Pour le ministre et par délégation :
                                                                                                                  Le directeur des Écoles,
                                                                                                                             A. LEGRAND


[...]




19/05/2012                                                                                                                   260
                                                      Directeurs d’école : Dispositions générales


B.O. n°5 du 4 septembre 1997


    INSTRUCTION CONCERNANT LES VIOLENCES
                               SEXUELLES

Circulaire n0 97-175 du 26-3-1997

Texte adressé aux recteurs d'académie; aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'éducation nationale; aux chefs d'établis-
sement; aux directeurs d'école
L'actualité récente amis en lumière de nombreux faits de pédophilie commis au sein de l'institution scolaire ou à l'occasion
d'activités extérieures organisées par des établissements.
La parole de l'enfant qui a trop longtemps été étouffée doit être entendue et écoutée et sa souffrance prise en compte, car c'est à
partir de la sanction du crime ou du délit que peut s'opérer pour la victime, un lent travail de reconstruction.
À une trop longue période de dénégation de la pédophilie ne doit pas pour autant se substituer l'ère du soupçon à l'égard des
personnels de l'Éducation nationale. L'école, le collège, le lycée sont les lieux où un enfant se confie souvent pour la première
fois et révèle les violences sexuelles dont il est ou a été victime au sein de la cellule familiale ou dans son entourage.
C'est pourquoi au-delà des faits de pédophilie, il est nécessaire d'aborder l'ensemble du phénomène des violences sexuelles qui,
à l'heure actuelle, concerne près d'un enfant sur dix.
Ces abus sexuels concernent aussi bien les filles que les garçons.
L'agresseur sexuel est, près de neuf fois sur dix le père, le grand-père ou le beau-père de l'enfant, mais il est, dans 10% des cas,
une personne ayant autorité sur le mineur, tel qu'un enseignant ou un éducateur.
Le rappel sommaire de ces quelques données illustre l'importance du phénomène.
Il appartient donc à l'ensemble de la communauté scolaire de redoubler de vigilance en ayant le double souci de la protection de
l'enfant et de la présomption d'innocence qui s'attache à la personne mise en cause, en veillant à adopter, lorsque de tels faits
sont révélés, une ligne de conduite différenciée selon la nature de l'information qui est portée à sa connaissance.

I – La répression pénale des violences sexuelles
Les actes relatifs à l'inceste avec un mineur, à la pédophilie et à toutes les formes de violences sexuelles constituent des crimes
et des délits très sévèrement réprimés par le Code pénal. Ces trois termes supposent tout d'abord d'être clairement définis.
        - L'inceste concerne les relations sexuelles entre des membres proches d'une même famille (père-fille, mère-fils,
        etc...).
        - La pédophilie se définit comme étant une attirance sexuelle manifestée par un adulte pour les enfants ou les jeunes
        adolescents. Des caresses appuyées ou répétées, exercées sur des mineurs dans le cadre de manœuvres de séduction en-
        treprises par l'adulte sont des gestes qui tombent sous le coup de la loi pénale, et peuvent constituer la première étape
        d'un passage à l'acte pouvant aller jusqu'au viol.
        - Les violences sexuelles caractérisent toutes les relations physiques imposées par la force, la contrainte, la menace
        ou la surprise.
Les textes qui définissent et répriment les principales infractions doivent être précisément rappelés:

1-Le viol (articles 222-23 à 222-26 du Code pénal).
L'agression sexuelle la plus grave est le viol, crime qui fait encourir à son auteur une peine de quinze ans de réclusion crimi-
nelle, voire de vingt ans de réclusion criminelle dès lors qu'une circonstance aggravante est retenue.
Le viol consiste en un acte de pénétration sexuelle (pénétration vaginale, anale au moyen d'un organe sexuel, d'un doigt ou d'un
objet) ou encore un acte de pénétration buccale par un organe sexuel, effectué sur une personne de sexe féminin ou masculin,
sans son consentement.
La loi pénale exclut toute notion de consentement quel que soit l'âge de l'auteur si la victime est âgée de moins de quinze
ans
Il s'agit même d'une circonstance aggravante, faisant encourir à son auteur, une peine de vingt ans de réclusion criminelle.
En clair, un rapport sexuel avec un mineur de quinze ans est toujours qualifié de viol, quelles que soient les déclarations de la
victime, laquelle, en raison de son âge, est toujours considérée comme ayant été abusée par l'auteur.
Les relations sexuelles avec une personne âgée de moins de 15 ans sont donc totalement prohibées.


19/05/2012                                                                                                                                 261
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


Par ailleurs, la loi retient comme autre circonstance aggravante faisant encourir à son auteur une peine de vingt ans de réclusion
criminelle, le viol commis par «un ascendant légitime naturel ou adoptif ou par toute autre personne ayant autorité sur la
victime» ou qui «abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions».
Cette définition légale vise expressément les faits susceptibles d'être commis par un père, un beau-père, un oncle, un grand-
père, éventuellement un voisin ou un ami de la famille qui aurait une relation d'autorité sur l'enfant, mais aussi, notamment, un
enseignant, un chef d'établissement scolaire, un éducateur, un moniteur, un animateur, un éducateur sportif.
Dans tous les cas, la Justice peut prononcer à titre de peine complémentaire, la privation des droits civiques, civils et de famille
et/ou l'interdiction d'exercer une fonction publique ou d'exercer l'activité professionnelle ou sociale à l'occasion de laquelle
l’infraction a été commise, ce qui a pour effet d'entraîner de plein droit, la radiation du fonctionnaire (cf. chapitre V, deuxième
partie).

2-Les autres agressions sexuelles (articles 222-27 à 222-31 du Code pénal).
Cette seconde catégorie d'agressions sexuelles concerne tous les faits d'attouchements sexuels commis avec violence, con-
trainte, menace ou surprise, sans acte de pénétration sexuelle.
La peine encourue est de 5 ans d'emprisonnement et de 500 000F d'amende.
Là encore, la loi pénale retient plusieurs circonstances aggravantes, alternatives et non cumulatives, faisant encourir à l'auteur
une peine de 7 ans d'emprisonnement et de 700 000F d'amende lorsque les faits sont imposés:
     - à un mineur de quinze ans,
     - à une personne particulièrement vulnérable.
     - La peine est élevée à 10 ans d'emprisonnement et à 1 000 000 F d'amende lorsque les agressions sexuelles dont a été
          victime un mineur de quinze ans ont été commises:
     - par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou par une personne ayant abusé de l'autorité que lui confèrent ses fonc-
          tions,
     - par plusieurs personnes.
Il est donc important de noter que la loi réprime avec la même vigueur les agressions sexuelles commises:
     - par un membre de la famille
     - par un membre du personnel de la communauté scolaire ou éducative
     - ou par un groupe de jeunes, sur un mineur de quinze ans (parfois appelé «racket sexuel»).
Dans tous les cas, les tribunaux peuvent prononcer, outre la privation des droits civiques, civils et de famille, l'interdiction
pendant cinq ans d'exercer l'activité professionnelle ou sociale à l'occasion de laquelle l'infraction a été commise.

3 - Les atteintes sexuelles (articles 227-25 à 227-27 du Code pénal)
Cette troisième catégorie d'infractions concerne les attouchements sexuels commis par un majeur sur un mineur de quinze ans
sans violence, contrainte, menace ni surprise.
La loi retient, là aussi, plusieurs circonstances aggravantes qui font encourir à l'auteur une peine de 10 ans d'emprisonnement et
de 1 000 000F d'amende s'il s'agit d'un parent ou d'une personne abusant de son autorité, ou encore si les faits sont commis par
plusieurs personnes ou enfin s'ils s'accompagnent du versement d'une rémunération.
Mais, la loi a entendu sanctionner également les atteintes sexuelles sur un mineur âgé de plus de quinze ans et non émancipé
par le mariage, en faisant encourir à leur auteur une peine de 2 ans d'emprisonnement et de 200 000F d'amende lorsqu'elles ont
été commises
    par un ascendant légitime naturel ou adoptif,
    par toute personne ayant autorité sur la victime,
    par celle qui abuse de l'autorité que lui confèrent ses fonctions.
Ainsi, un adulte ayant une relation d'autorité sur un(e) adolescent(e), ne peut, en aucun cas, invoquer les avances ou le compor-
tement de séduction du mineur, pour tenter d'échapper à sa responsabilité pénale.

4- La corruption de mineurs (article 227-22 du Code pénal)
Autrefois appelée excitation de mineurs à la débauche, cette infraction vise essentiellement à réprimer le comportement
d'adultes qui recherchent, en associant un mineur à leur comportement dépravé, la perversion de la jeunesse.
Les exemples les plus fréquents concernent la participation, même en tant que spectateurs, de mineurs, à des ébats sexuels entre
adultes ou la remise à des mineurs de revues, voire la projection de cassettes vidéo à caractère pornographique.

19/05/2012                                                                                                              262
                                               Directeurs d’école : Dispositions générales


Plusieurs points sont à souligner:
    la loi réprime ce délit d'une peine de 5 ans d'emprisonnement et de 500 000F d'amende,
    la loi protège tous les mineurs et retient une circonstance aggravante si la victime est âgée de moins de 15 ans. La peine
encourue est alors de7 ans d'emprisonnement et de 700 000F d'amende,
    le Code pénal réprime avec la même sévérité ]a tentative de corruption de mineurs s'il est établi que la manœuvre mise
en place par l'auteur a échoué pour des raisons indépendantes de sa volonté.

5- L'exploitation à caractère pornographique de l'image d'un mineur (article 227-23 du Code pénal).
Les récentes affaires ayant révélé l'existence de réseaux de vente de cassettes vidéo à caractère pédophile exigent un effort de
clarification.
Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d'enregistrer, de transmettre ou de diffuser l'image d'un mineur lorsqu'elle revêt un
caractère pornographique est passible d'un an d'emprisonnement et de 300 000F d'amende.
Cette peine est portée à trois ans d'emprisonnement et à 500 000F d'amende lorsqu'il s'agit d'un mineur de moins de quinze ans.
La détention individuelle de cassettes à caractère pédophile mettant en scène des mineurs est poursuivie devant les tribunaux
sous deux qualifications distinctes, selon les circonstances liées à l'affaire:
     - recel de fixation, enregistrement ou transmission de l'image pornographique d'un mineur (éventuellement de moins de
          15 ans),
     - recel de corruption de mineurs (éventuellement de moins de 15 ans). Dans tous les cas, le recel est puni de 5 ans d'em-
          prisonnement et de 2 500 000Fd'amende.

II – Les accusations sans fondement
Les tribunaux sont parfois saisis de plaintes sans aucun fondement ou d'accusations mensongères, portées dans le seul but de
nuire à l'honneur et à la considération d'une personne. Les fonctionnaires sont plus particulièrement exposés, de par leurs fonc-
tions, à ce type de situations extrêmement éprouvantes.
Les accusations sans fondement peuvent entraîner pour leurs auteurs des poursuites en justice qu'il convient de distinguer selon
le degré d'avancement de la procédure dans laquelle une personne apparaît mise en cause.

1 – L’action judiciaire avant l’issue de l’instance pénale
Les deux seules voies juridictionnelles qui s'offrent à une personne qui se considère injustement mise en cause, alors que la
Justice est saisie d'une affaire de violences sexuelles, sont les suivantes:

a) La plainte pour diffamation (articles 29 à 31 de la loi du 29juillet 1881 sur la liberté de la presse).
Toute allégation ou imputation publique d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération d'une personne, tombe sous
le coup de la loi pénale.
Mais si, en cas d'attaque par voie de presse, le directeur de publication et le journaliste démontrent que l' article publié est le
fruit d'une enquête sérieuse et approfondie, la bonne foi sera retenue et la relaxe prononcée.
Au surplus, il s'agit d'une procédure particulièrement complexe car le législateur a entendu préserver l'un des biens les plus
précieux de la Démocratie que constitue la liberté de la presse.

b) L'action en référé pour atteinte à la présomption d'innocence
L'article 9-1 alinéa 2 du Code civil précise que toute personne «présentée publiquement comme étant coupable» dans un organe
de presse peut obtenir très rapidement du juge des référés l'insertion dans la publication concernée d'un communiqué, aux frais
de la personne responsable de l'atteinte à la présomption d' innocence.
Curieusement, cette procédure est rarement utilisée alors qu'elle est beaucoup plus simple et surtout nettement plus rapide.

2- L'action judiciaire à l'issue de l’instance pénale
Dès lors que la fausseté du fait dénoncé a été démontrée par une décision de justice, qu'il s'agisse d'une ordonnance de non-lieu
rendue par un juge d'instruction, d'une relaxe prononcée par un tribunal correctionnel ou d'un acquittement par une cour d'as-
sises, ou s'il y a eu classement sans suite de la procédure par le procureur de la République, la personne qui a été ainsi injuste-
ment mise en cause et flétrie dans son honneur, dispose de tous les moyens pour agir en dénonciation calomnieuse.



19/05/2012                                                                                                             263
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Le Code pénal réprime avec sévérité de tels agissements. En effet, selon l'article 226-10 du Code pénal, «la dénonciation effec-
tuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires,
administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de
justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité com-
pétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et
de 300 000F d'amende».
Pour que cette plainte aboutisse, il faut que la mauvaise foi du dénonciateur soit démontrée au moment où il a déposé plainte ou
signalé les faits calomnieux.

3 – La protection juridique des fonctionnaires
Le fonctionnaire dénoncé de manière calomnieuse est en droit de bénéficier de la protection juridique qui lui est due, en vertu
de l'article 11 de la loi n° 83-634 du 13juillet 1983, par la collectivité publique dont il dépend.
À ce titre, les personnels de l'Éducation nationale qui seraient victimes de telles accusations peuvent être pleinement assurés de
bénéficier de la protection juridique de leur administration.

III- Les obligations de parler et d’agir prévues par la loi
De manière générale, la loi impose à chacun de ne pas se taire et d'agir face à un certain nombre de situations:

1 - Les obligations légales s'imposant à tous
1.1 Le Code pénal fait obligation, à «quiconque», c'est-à-dire à toute personne, ayant connaissance d'un crime dont il est «en-
core possible de prévenir ou de limiter les effets» ou dont les auteurs sont susceptibles d'en commettre de nouveaux qui
pourraient être empêchés, d'en informer les autorités judiciaires. Le non-respect de cette obligation légale fait encourir une
peine de trois ans d'emprisonnement et de 300 000F d'amende.
1.2 Il appartient également à toute personne ayant eu connaissance de mauvais traitements ou de privations infligés à un mineur
de 15 ans ou à une personne particulière-ment vulnérable, en raison de son âge, d'une maladie, d'une infirmité, d'une déficience
physique ou psychique ou d'un état de grossesse, d'en informer les autorités judiciaires ou administratives, sous peine d'encourir
une peine de trois ans d'emprisonnement et de 300 000F d'amende.
1.3 La loi pénale sanctionne «quiconque» pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers,
soit un crime (par exemple, un viol), soit un délit contre l'intégrité corporelle, de la personne, s'est abstenu volontairement de le
faire. La peine encourue est alors de cinq ans d'emprisonnement et de 500 000F d'amende.
1.4 La loi stigmatise avec la même sévérité, la non-assistance à personne en péril, plus communément appelée non-assistance à
personne en danger.

2- Les obligations légales s’imposant spécifiquement aux fonctionnaires
L'article 40 du Code de procédure pénale fait obligation à toute autorité publique ou à tout fonctionnaire qui, dans l'exercice de
ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit, d'en aviser «sans délai» le procureur de la République auquel
doivent être transmis tous les renseignements, procès-verbaux ou actes qui y sont relatifs.
À cet effet, il est important de souligner que la loi ne fait aucune distinction, selon la nature du crime ou du délit.
En outre, il est indifférent que le crime ou le délit porté à la connaissance de l'intéressé:
      - ait eu lieu à l'intérieur ou à l'extérieur d'une administration publique
      - ait été éventuellement commis par un fonctionnaire ou un agent, en service ou hors service.
S'il est préférable que le signalement soit adressé au procureur de la République du lieu de l'infraction, une difficulté est suscep-
tible de subsister pour les faits de violences sexuelles commis dans un établissement scolaire à programme français dans un
pays étranger, où sont fréquemment affectés des fonctionnaires de l 'Éducation nationale placés en position de détachement et
nommés à des postes d'enseignement, d'administration ou de direction. Dans une telle hypothèse, il convient d'aviser le procu-
reur de la République de Paris, conformément à l'article 693 du Code de procédure pénale.

IV Le signalement des faits
La ligne de conduite doit être différenciée selon la nature de connaissance d'un membre de l'Éducation nationale.
Il y a lieu de distinguer à ce titre:
1 - La connaissance directe des faits
2 - Le soupçon fondé sur la rumeur et des témoignages indirects


19/05/2012                                                                                                                264
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


1 - La connaissance directe des faits
La loi, sans préciser clairement ce qu'il faut entendre par «connaissance des faits», impose à tout fonctionnaire de ne pratiquer
aucune rétention d'information, à partir du moment où lui ont été révélées des accusations précises et circonstanciées, éven-
tuellement étayées par un certificat médical.
Ainsi, dès qu'un élève a confié à un membre de l'Éducation nationale des faits dont il affirme avoir été victime, il appartient à
ce fonctionnaire d'aviser immédiatement et directement le procureur de la République, sous la forme écrite et transmise, Si
besoin est, par télécopie.
Cette lettre devra faire expressément référence à l'article 40 du Code de procédure pénale, de la manière suivante:
«Monsieur le procureur de la République,
En ma qualité de ……, et en vertu de l'article 40 du Code de procédure pénale, j'entends
vous aviser des faits suivants, susceptibles de revêtir une qualification pénale dénoncés par ……
à l'encontre de ……
et révélés dans les circonstances suivantes: …… »
Il est important de bien comprendre qu'en agissant de la sorte, le membre concerné de l'Éducation nationale ne fait que remplir
son devoir de fonctionnaire et de citoyen en avisant le procureur de la République d'un crime ou d'un délit qui vient d'être porté
à sa connaissance.
Il ne s'agit aucunement d'une délation. En effet, il n'est exigé de lui aucune appréciation personnelle sur le bien-fondé d'une
telle accusation. Ce n'est pas son rôle mais celui de la Justice, qui doit être saisie dans l'urgence.
En revanche, tout manquement à cette obligation légale l'expose:
à être poursuivi en justice pour non empêchement de crime, non-dénonciation de mauvais traitements, omission de porter se-
cours ou non-assistance à personne en péril, selon les cas,
à faire l'objet de poursuites disciplinaires.
Concrètement, chacun doit comprendre que les mutations destinées à étouffer les affaires ou à faire taire les familles constituent
des délits sévèrement réprimés par la loi.
En tout état de cause, il faut savoir qu'à l'issue de la transmission effectuée par le fonctionnaire, le procureur de la République
pourra saisir, pour enquête, les services de police ou de gendarmerie dont la mission consiste à effectuer tous les actes néces-
saires à la manifestation de la vérité (auditions, confrontations, saisies, perquisitions, etc.).
En cas de faits multiples, complexes ou nécessitant des investigations approfondies, le procureur de la République a l'opportu-
nité d'ouvrir une information judiciaire confiée à un juge d'instruction, lequel est la seule autorité à pouvoir prononcer une mise
en examen à l'encontre d'une personne dès lors que des indices graves et concordants ont été réunis. Cette mise en cause offi-
cielle ne préjuge pas pour autant de la culpabilité du mis en examen.
En effet toute personne bénéficie de la présomption d'innocence tant qu'il n'a pas été statué définitivement sur son éventuelle
culpabilité par une juridiction pénale.
Parallèlement à ce signalement destiné au procureur de la République, l'agent devra simultanément en informer les autorités
académiques.
Enfin, il va de soi que dans le cas où des parents informent un directeur d'école ou un chef d'établissement qu'ils ont été amenés
à déposer plainte directement auprès du procureur de la République, il n'appartient à aucun membre de l'Éducation nationale de
s’arroger le droit de procéder à l'audition de l'enfant pour vérification, ou d'exercer la moindre forme de pression. Dans une
telle situation, il convient simplement d'aviser l'inspection académique.

2- Le soupçon fondé sur des signes de souffrance, la rumeur ou des témoignages indirects
La situation est infiniment plus délicate dans une telle hypothèse puisque la part faite à l'interprétation de tel ou tel comporte-
ment, geste ou propos, aussi bien de l'enfant que de l'adulte, est considérable et qu'il peut exister des soupçons fondés sur la
malveillance ou la calomnie. Dans tous les cas, la procédure à suivre doit être identique.

a) Les signes de souffrance
Un enfant ou un adolescent victime de violences sexuelles peut présenter des symptômes que l'adulte doit rapidement déceler.
Chez l'enfant, il est fréquent de constater des troubles du sommeil, des vomissements, des changements soudains de comporte-
ment ou de caractère, passant de l'extrême excitation à la tristesse et à l'abattement, des attitudes craintives ou au contraire
agressives, une baisse dans les résultats scolaires. Chez l'adolescent, il est souvent dépisté des troubles de l'alimentation (bouli-
mie, anorexie) un absentéisme inhabituel, des visites fréquentes à l'infirmerie, des évanouissements, des fugues, des dépres-
sions, des tentatives de suicide. Un signe isolé ne constitue pas un élément déterminant. Un faisceau d'indices de cette nature

19/05/2012                                                                                                               265
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


doit mettre l'adulte en alerte. Si la souffrance manifestée par un enfant ou un adolescent ne signifie pas forcément qu'il a été
victime de violences sexuelles, elle impose qu'une aide lui soit immédiatement apportée en avisant le médecin scolaire, le psy-
chologue scolaire, l'infirmière ou l'assistante sociale, selon les cas.

b) La rumeur et les témoignages indirects
La communauté scolaire dans laquelle se répand une rumeur - dont la caractéristique essentielle est d'être invérifiable - ou des
témoignages indirects, ne peut gérer une telle situation sans des risques majeurs de dérapage.
La rumeur peut en effet s'alimenter d'elle-même, au rythme de ragots colportés par des esprits plus ou moins bien intentionnés.
C'est un type de situation de laquelle un chef d'établissement doit s'extraire au plus vite.

c) La procédure à suivre
Dans ces différents types de situation ,il convient d'adopter la même attitude: agir vite mais en faisant preuve de discernement.
Il est nécessaire d'alerter immédiatement l'inspection académique laquelle, en liaison avec le rectorat, arrêtera les mesures à
prendre dans le triple souci de protéger l'enfant, la communauté scolaire mais aussi l'honneur et la considération de la personne
indirectement mise en cause, élève ou adulte.
Si la difficulté est née dans une école maternelle ou élémentaire, l'inspecteur d' académie peut désigner dans l'urgence, l'inspec-
teur de l'éducation nationale de la circonscription ou un autre inspecteur du département afin de l'éclairer rapidement sur la
réalité de la situation.
Dans les établissements du second degré, il appartient au recteur d'ordonner une enquête qu'il pourra confier soit à l'inspecteur
d'académie, soit à l'inspecteur pédagogique régional-vie scolaire.
Dans tous les cas, il est nécessaire de rappeler qu'il n'appartient pas à ces fonctionnaires dépêchés sur place, de procéder à l'au-
dition d'un enfant ayant déjà révélé des faits de violences sexuelles. Il doit être clair pour tous que si l'enfant a dénoncé de tels
agissements, il ne s'agit plus d'une rumeur ; il s'agit d'accusations précises et circonstanciées évoquées plus haut. Il n'appartient
à personne au sein de la communauté scolaire, de valider d'une quelconque manière, la parole de l'enfant. En revanche le rôle
de la mission ordonnée est de dégager tous les éléments objectifs ne s'apparentant plus à la rumeur ou au témoignage indirect.
Dès lors que les éléments portés à la connaissance des inspecteurs apparaissent cohérents, sans qu'il y ait lieu de se prononcer
sur une quelconque culpabilité de la personne ainsi soupçonnée, à laquelle s'attache la présomption d'innocence, il convient
d'aviser immédiatement et selon les mêmes modalités, le procureur de la République et de prendre la mesure administrative
appropriée, en liaison avec la Justice (voir chapitre V).
Cette transmission à l'autorité judiciaire correspond au légitime souci de transparence qui doit animer la communauté scolaire, à
l'encontre de laquelle pèse le reproche de briser trop tardivement la loi du silence.
Toutefois, en l'état actuel des textes, il n'est pas inutile de rappeler que les médecins, les infirmières et les assistantes sociales
sont, en raison de leur profession, soumis au secret professionnel.
Dans deux cas précis, limitativement prévus par l'article 226-14 du Code pénal, la révélation du secret est autorisée:
     - à celui qui informe les autorités judiciaires, médicales ou administratives de sévices ou privations dont il a eu connais-
          sance et qui ont été infligés à un mineur de 15 ans ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison
          de son âge ou de son état physique ou psychique.
     - au médecin qui, avec l'accord de la victime, porte à la connaissance du procureur de la République les sévices qu'il a
          constatés dans l'exercice de sa profession et qui lui permettent de présumer que des violences sexuelles de toute nature
          ont été commises.
La notion de « sévices » doit être comprise comme désignant toutes formes de violences corporelles.
En clair, les personnes soumises au secret professionnel en sont déliées pour tous les faits de mauvais traitements ou de vio-
lences. En outre les dispositions du Code pénal réprimant la non-assistance à personne en péril leur sont toujours opposables.
Il est évident que dans la réalité des faits, la conduite à tenir n'est pas toujours aisée. C'est pourquoi il vous est demandé d'ani-
mer dans chaque département, un centre de ressources, placé sous l'autorité de l'inspecteur d'académie - DSDEN.
Ces structures permanentes seront coordonnées par les recteurs aux fins d'harmonisation, d'échanges d'informations et d' expé-
riences. Chaque centre de ressources devra impérativement être composé de représentants de l'administration, des personnels
médicaux et sociaux, de psychologues scolaires, de représentants de la communauté scolaire et aura les missions suivantes:
     - définir, en liaison étroite avec chaque école, collège ou lycée, les modalités d'intervention et la gestion des situations
          de crise, avant que la justice ne soit saisie,.
     - intervenir dans l'urgence, à la demande de l'inspecteur d'académie, en liaison avec le recteur, lorsqu'un événement
          grave secouera la communauté scolaire,
     - mettre en place et animer les cellules d'écoute dont le fonctionnement est prévu au chapitre VIII

19/05/2012                                                                                                                266
                                                  Directeurs d’école : Dispositions générales


    -    adresser régulièrement au ministère, qui va également se doter d'un centre de ressources de manière permanente, la
         liste actualisée des personnels qui y seront affectés et le compte rendu de leurs travaux.
La réussite de ce nouveau dispositif sera assurée par des protocoles passés rapidement entre ce centre de ressources et tous les
établissements situés dans le ressort de l'académie. Il faudra veiller à organiser dans les meilleurs délais, des réunions d'infor-
mation dans les écoles, les collèges et les lycées.
Ce n'est que par une véritable connaissance par tous les acteurs de la vie scolaire, de l'étendue de leurs obligations que l'on
parviendra à assurer de manière parfaitement équilibrée la protection de l'enfance et le respect de la présomption d'innocence.

V – La décision administrative concernant le fonctionnaire mis en cause

1 - Les mesures conservatoires

a) Les textes:
L'article 30 de la loi du I 3juillet1983 portant droits et obligations des fonctionnaires précise qu' «en cas de faute grave com-
mise par un fonctionnaire, qu'il s'agisse d'un manquement à ses obligations professionnelles ou d'une infraction de droit com-
mun, l'auteur de cette faute peut être suspendu par l'autorité ayant pouvoir disciplinaire qui saisit, sans délai, le conseil de disci-
pline».
L'alinéa 2 ajoute que «le fonctionnaire suspendu conserve son traitement, l'indemnité de résidence, le supplément familial de
traitement et les prestations familiales obligatoires. Sa situation doit être définitivement réglée dans le délai de quatre mois. Si,
à l'expiration de ce délai, aucune décision n'a été prise par l'autorité ayant pouvoir disciplinaire, l'intéressé, sauf s'il est l'objet de
poursuites pénales, est rétabli dans ses fonctions».

b) La procédure à suivre:
Il est bien évident que la mesure de suspension est particulièrement appropriée dès lors qu'une mise en examen pour des faits de
violences sexuelles a été prononcée à l'égard d'un fonctionnaire du ministère de l'Éducation nationale.
Sauf éléments exceptionnels, il semble souhaitable que la suspension intervienne, au plus tard, à ce stade de la procédure judi-
ciaire, afin d'éviter des polémiques inutiles sur l'éventuelle inertie de l'administration..
Il est important de bien faire comprendre au fonctionnaire concerné, et - s'il le souhaite - à ses collègues qui pourraient s'émou-
voir d'une telle décision, qu'elle revêt un caractère conservatoire.
Elle ménage la présomption d'innocence qui s'attache à toute personne mise en examen et préserve ses droits.

c) L'autorité administrative compétente:
Il convient de rappeler que la suspension doit être prononcée:
par l'inspecteur d' académie - DSDEN pour les instituteurs ou les professeurs des écoles,
par le recteur pour les autres corps de personnel enseignant et d'éducation et la plupart des corps de personnel ATOS,
par le ministre pour les corps d'inspection et les quelques corps de personnel ATOS dont la gestion n'a pas été déconcentrée.
L' autorité ayant pris la mesure de suspension doit en aviser systématiquement et sans délai le ministère.
Enfin, il est clair qu'en cas de décision de non-lieu ou de relaxe prononcée par l'autorité judiciaire l'arrêté de suspension doit
être rapporté.

2- Les sanction. disciplinaires
En cas de poursuites pénales, il est préférable d'attendre l'issue du procès pénal pour arrêter les mesures définitives dont l'agent
doit faire l'objet.
Plusieurs cas de figure sont néanmoins à distinguer:
    la radiation des cadres de la Fonction publique est automatique:
          - pour les personnels de l'enseignement primaire condamnés «pour crime ou délit contraire à la probité ou aux
               mœurs» selon les termes de l’article 5 de la loi du 30 octobre 1886, étant souligné que les crimes ou délits
               contraires aux mœurs concernent bien évidemment toutes les formes d'abus ou de violences sexuelles commis
               sur des mineurs;
          - -pour les personnels de l'enseignement technique, en application de l'article4de la loi du 25juillet1919 qui
               prévoit une telle radiation pour condamnation à un crime ou à un délit « contraire à la probité ou aux mœurs»;


19/05/2012                                                                                                                     267
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales


              -    pour les personnels privés par la Justice de leurs droits civiques ou frappés d'une interdiction judiciaire
                   d'exercer une fonction publique ou d'exercer l'activité professionnelle à l'occasion de laquelle l'infraction a été
                   commise.
     Dans tous les autres cas, une procédure disciplinaire doit être engagée à l'égard du fonctionnaire concerné par:
              - l'inspecteur d' académie - DSDEN pour les instituteurs ou les professeurs des écoles,
              - le recteur pour la plupart des corps de personnel ATOS, les professeurs d'enseignement général de collège et
                   pour les sanctions du premier ou du deuxième groupe concernant les autres corps de personnels enseignants
                   et d'éducation du second degré,
              - le ministre pour les sanctions du troisième ou du quatrième groupe concernant les corps de personnels ensei-
                   gnants ou d'éducation du second degré autres que celui des PEGC, ainsi que pour les chefs d'établissement,
                   les corps d'inspection et les corps de personnels ATOS dont la gestion n'est pas déconcentrée.
Sur le fond, le sentiment d'impunité qui a conduit certains adultes à occuper des professions liées à l'enfance ne saurait perdu-
rer. C'est pourquoi, l'autorité disciplinaire ne devra faire preuve d'aucune faiblesse à l'égard de comportements qui sont tota-
lement incompatibles avec l'exercice de la fonction enseignante et la mission éducative.

VI -La décision disciplinaire concernant un élève mis en cause.
Indépendamment de la procédure judiciaire dont un élève peut faire l'objet pour des faits de violences sexuelles, il appartient au
chef d'établissement d'entreprendre une procédure disciplinaire selon les modalités prévues dans le règlement intérieur
Il est clair que les sanctions prises par l'institution scolaire n'exonèrent pas l'élève de sa responsabilité pénale devant les tribu-
naux.

VII- L'assistance morale et matérielle de l'enfant et de la famille
Jusqu'à récemment, l'Éducation nationale s'est trop souvent repliée sur elle-même en ne prenant pas suffisamment en compte la
détresse des victimes. Désormais, elle doit pleinement assumer un devoir d'assistance morale et matérielle aux enfants et à leurs
familles qui doivent être reçus et écoutés.

1- L’assistance morale:
Indépendamment de la décision du rectorat ou de l'inspection académique concernant le sort administratif de la personne pour-
suivie en justice, il appartient à l'Éducation nationale de mettre en place une assistance morale de l'enfant et de la famille.
Il est nécessaire de rappeler à cet égard les termes de la loi du 10juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements à
l'égard des mineurs et à la protection de l'enfance qui confie au président du conseil général et aux services placés sous son
autorité un rôle essentiel en la matière.
C'est d'ailleurs dans ce cadre législatif que des conventions de partenariat ont été signées dans de nombreux départements et il
va sans dire que ces dispositifs - à mettre en place, s'ils ne le sont pas encore - gardent toute leur pertinence.
Les services sociaux du conseil général doivent disposer de toutes les informations nécessaires en vue de déterminer les me-
sures dont les mineurs et leurs familles peuvent bénéficier
Cette mission essentielle de protection morale et physique des mineurs est assurée par le service de l'Aide Sociale à l'Enfance
(ASE) en liaison éventuellement avec le service départemental de la Protection Maternelle Infantile (PMI) et le service dépar-
temental d'Action Sociale.
En outre, il est important de noter que le président du conseil général doit aviser sans délai l'autorité judiciaire lorsqu'un mineur
semble victime de mauvais traitements, qu'il est impossible d'évaluer la situation et que la famille refuse manifestement d'accep-
ter l'intervention du service d'aide sociale à l'enfance.
Enfin, il est clair que dans un tel dispositif, le juge des enfants joue un rôle essentiel pour assurer, sous tous ses aspects, la
protection de l'enfance en danger
L'article 375 du Code civil précise en effet que « Si la santé, la sécurité ou la moralité d'un mineur non émancipé sont en danger
ou si les conditions de son éducation sont gravement compromises », des mesures d'assistance éducative peuvent être ordonnées
par le juge des enfants qui peut être saisi par le père et/ou la mère, par la personne ou le service à qui l'enfant a été confié, par le
mineur lui-même, par son tuteur ou enfin par le procureur de la République.
À titre exceptionnel, le juge des enfants peut se saisir d'office.

2. L'assistance matérielle :
Il est par ailleurs souhaitable d'aider la famille dans ses démarches auprès de l'institution judiciaire.


19/05/2012                                                                                                                  268
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


En effet, toute victime d'une infraction pénale est endroit de choisir un avocat pour défendre ses intérêts et obtenir une indemni-
sation.
Dans le cas où l'enfant est issu d'une famille aux revenus modestes, la défense sera totalement - ou partiellement - prise en
charge par l'État, au titre de l'Aide juridictionnelle.
Cette décision suppose la remise préalable d'un dossier au tribunal.
Les centres de ressources devront participer activement à la mise en forme de ces dossiers, en liaison avec les associations
d'aide aux victimes et les mouvements de protection de l'enfance, afin d' apporter aux familles éprouvées une aide concrète
qu'elles sont endroit d'attendre de l'Éducation nationale.
Un soutien d'urgence peut être sollicité au rectorat, afin de pouvoir apporter une aide rapide, dans de telles situations.

VIII- L'assistance psychologique à la communauté scolaire
Dès qu'une procédure judiciaire de violences sexuelles à caractère pédophile vient de se déclarer dans une école, un collège ou
un lycée, il est indispensable de mettre en place, dans l'urgence et pendant plusieurs jours, une cellule d'écoute, structure souple
composée, selon les cas, de médecins scolaires, de psychologues scolaires, d'assistantes sociales et d'infirmières, de nature à
répondre aux interrogations et aux craintes de la population.
Il doit s'agir d'un lieu d'écoute, de dialogue où les enfants, les familles, les enseignants, les personnels doivent pouvoir s'expri-
mer et évacuer leur anxiété, grâce aux réponses précises qui seront apportées sans fard et dans le même souci de transparence, à
leurs questions, en veillant constamment à respecter la présomption d'innocence qui s'attache à la personne mise en examen.
Cette cellule d'écoute doit être impérativement maintenue pendant plusieurs jours afin de permettre à chacun d'en connaître
l'existence et de rompre l'isolement qui a pu être le sien.
Les initiatives qui ont été récemment prises en ce sens ont été vivement appréciées des familles.
Les premières expériences démontrent en effet que ces lieux d'écoute ont été énormément sollicités et que les réunions d'infor-
mation ont toujours regroupé un grand nombre de personnes.
C'est la systématisation de ces structures de crise qui permettra de faire reculer le soupçon qui pèse encore trop fréquemment
sur l'Éducation nationale.

IX – La nécessaire coordination entre l’éducation nationale et la justice
Dès lorsqu'un fonctionnaire de l'Éducation nationale fait l'objet de poursuites pénales, il est fréquent que des mesures privatives
ou restrictives de liberté soient prises à son encontre, lesquelles doivent être portées à la connaissance de l'administration
Il n'est pas indifférent de rappeler que le secret de l'instruction, légitimement opposé par l'autorité judiciaire, ne concerne que le
fond de l'enquête en cours.
Afin de dissiper tous les malentendus, il convient de mettre en place une collaboration étroite, rapide et constante entre l'Éduca-
tion nationale et la Justice dont le principe doit être constamment réaffirmé.
L'interlocuteur naturel des autorités académiques est le procureur de la République dont la qualité des informations permettra
d'adopter les mesures conservatoires les plus appropriées.
Ainsi, les autorités académiques pourront demander aux procureurs de la République la communication de trois éléments:
      - l'identité du fonctionnaire concerné;
      - la qualification pénale des faits retenus à l'encontre de la personne poursuivie, mais sans précision sur les circons-
          tances des faits
      - la mesure de placement en détention provisoire ou de contrôle judiciaire éventuellement décidée par le juge d'instruc-
          tion ou par le juge délégué par le président du Tribunal de Grande Instance dans le cadre d'une procédure rapide
          (comparution immédiate ou convocation à court délai devant la juridiction de jugement).
Ainsi, une mesure de suspension pourra être valablement prolongée dès lors qu'il aura été interdit à une personne mise en exa-
men et placée sous contrôle judiciaire de se rendre dans tel ou tel établissement scolaire, voire de n'exercer aucune fonction
mettant en contact l'intéressé avec des mineurs.

[...]
                                                                      Le ministre de I 'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie
                                                                                                                               Claude ALLÈGRE
                                                                                         La ministre déléguée, chargée de l'Enseignement scolaire
                                                                                                                                Ségolène ROYAL




19/05/2012                                                                                                                         269
             Directeurs d’école : Dispositions générales




19/05/2012                                        270
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales



        B.O. n°12 du 22 mars 2001.


                     Lutte contre les violences sexuelles

        CIRCULAIRE N° 2001-044 DU 15-3-2001




        Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie ; aux inspectrices et inspecteurs d'académie, directrices et
        directeurs des services départementaux de l'éducation nationale




        sein. Cette actualité récente nous rappelle à notre constant devoir de vigilance, à notre permanente exigence
        de protection de l'enfant, et à l'intransigeance qui doit présider à la répression de tels comportements.
        Le législateur est intervenu à plusieurs reprises, ces dernières années, pour lutter contre les mauvais traite-
        ments infligés aux enfants et pour réprimer les infractions sexuelles. Il a, en particulier, adopté la loi n° 89-
        487 du 10 juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements à l'égard des mineurs, la loi n° 98-468
        du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la protection des
        mineurs, et la loi n° 2000-197 du 6 mars 2000 visant à renforcer le rôle de l'école dans la prévention et la dé-
        tection des faits de mauvais traitements à enfants.
        En outre, pour ce qui concerne précisément l'institution scolaire, la circulaire n°97-175 du 26 août 1997 por-
        tant instruction concernant les violences sexuelles a déterminé la ligne de conduite qui doit être suivie au sein
        du ministère de l'éducation nationale. Cette ligne de conduite demeure le cap fondamental de l'action qu'il
        convient de mener en la matière. J'entends ici le réaffirmer avec force, dans la continuité de ce qui a été en-
        trepris depuis 1997, et rappeler les principales dispositions en vigueur tout en précisant les mesures qu'il con-
        vient de prendre pour renforcer la protection des enfants.



1 - Rappel des procédures de signalement
        Il faut rappeler que le code pénal fait obligation à quiconque ayant connaissance d'un crime dont il est pos-
        sible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles d'en commettre de nouveaux,
        d'en informer l'autorité judiciaire. La même obligation vaut pour toute personne ayant connaissance de mau-
        vais traitements infligés à des mineurs de moins de 15 ans. La loi pénale réprime aussi la non assistance à
        personne en danger et sanctionne celui qui s'est abstenu d'agir pour empêcher un crime ou un délit contre l'in-
        tégrité corporelle d'une personne, lorsqu'il lui était possible d'agir sans risque pour lui et pour les tiers.
        Ces obligations s'imposent aux fonctionnaires de l'éducation nationale comme à tous les citoyens. De plus, les
        fonctionnaires ont l'obligation, en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale, d'aviser sans délai le pro-
        cureur de la République dès lors qu'ils ont connaissance, dans l'exercice de leurs fonctions, d'un crime ou d'un
        délit.
        Ainsi, à chaque fois qu'un fonctionnaire a connaissance de faits précis et circonstanciés constitutifs d'un crime
        ou d'un délit, et particulièrement dans le cas d'abus sexuels, il lui appartient de saisir sans délai le procureur
        de la République. Il doit informer parallèlement l'inspecteur d'académie et le président du conseil général.
        Cette ligne de conduite doit être suivie, que le crime ou le délit ait été commis à l'intérieur de l'établissement
        scolaire ou bien à l'extérieur.
        Dans le cas où, sans avoir connaissance directe de faits criminels ou délictueux, l'attention d'un fonctionnaire
        de l'éducation nationale est attirée par le comportement de l'enfant, par des signes de souffrance, par des ru-
        meurs ou des témoignages indirects, il lui appartient d'informer les autorités académiques, qui pourront or-
        donner une enquête administrative, ainsi que, le cas échéant, le médecin scolaire, le psychologue, l'infirmière
        ou l'assistance sociale. Si des indices concordants d'abus sexuels apparaissent, le procureur de la République
        doit être informé sans délai.

19/05/2012                                                                                                              271
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


        On peut ajouter que, depuis la loi du 10 juillet 1989, le service de l'Aide sociale à l'enfance (ASE) a pour
        mission d'organiser le recueil des informations relatives aux mineurs maltraités et d'organiser leur protection,
        en liaison notamment avec le service de protection maternelle et infantile, le service social départemental ou
        les personnels médicaux, infirmiers et sociaux du ministère de l'éducation nationale. De nombreuses conven-
        tions signées par les conseils généraux et le ministère de l'éducation nationale ont organisé la coopération
        entre les services, dans le cadre notamment de la circulaire interministérielle n° 2001-52 du 10 janvier 2001
        relative à la protection de l'enfance.



2 - Conduite à tenir
        Dans ces circonstances, l'écoute et l'accompagnement dans le respect des personnes - enfants qu'il faut proté-
        ger, familles qu'il convient d'informer au plus vite, communautés scolaires qu'il faut rassurer - doivent guider
        l'action et l'attitude des responsables de l'éducation nationale, attentifs à permettre l'émergence de la vérité et
        garants du retour à la sérénité dans la vie scolaire.
        - L'écoute des enfants doit être consacrée : il sera porté crédit à la parole de l'enfant et l'on évitera d'avoir à lui
        faire répéter le récit des faits qu'il aura révélés. Il importe, dans tous les cas, de prendre des mesures de pro-
        tection à l'égard des victimes. Tout doit être mis en œuvre pour qu'elles soient prises en charge sans délai par
        des instances spécialisées et compétentes pour l'accueil des enfants victimes.
        - L'information des familles doit être faite sans retard, avec le tact et l'égard dus aux parents dans de telles
        circonstances, exception faite des cas où sont révélés des faits de violences sexuelles commis à l'intérieur des
        familles pour lesquels les parents seront directement contactés par les autorités compétentes. Les familles
        doivent être informées de leur droit de porter plainte et de se constituer parties civiles, ainsi que de la possibi-
        lité de bénéficier de l'appui d'associations d'aides aux victimes.
        - Pour soutenir la communauté scolaire, le directeur d'école ou le chef d'établissement fera appel à la cellule
        d'écoute du centre de ressources départemental qui apportera immédiatement écoute, aide et assistance.
        - Lorsque des personnels du ministère de l'éducation nationale sont impliqués dans la commission d'actes ré-
        préhensibles :
        . dans le cas de rumeur d'abus sexuels, une enquête administrative doit être diligentée au plus vite ;
        . dès lors qu'il apparaît que des faits répréhensibles ont été commis ou si une procédure pénale a été engagée,
        une mesure de suspension immédiate doit être prise à l'égard du fonctionnaire en cause. Une telle mesure de
        suspension ne constitue pas une sanction mais une simple mesure conservatoire ;
        . des poursuites disciplinaires peuvent être engagées indépendamment de la procédure pénale ;
        . en cas de condamnation pénale pour crime ou délit contraire à la probité, la radiation des cadres de la fonc-
        tion publique est automatique pour les personnels de l'enseignement primaire et de l'enseignement technique,
        et pour les personnels frappés d'une interdiction judiciaire d'exercer une fonction publique. Dans les autres
        cas de condamnation, une procédure disciplinaire doit être engagée si elle n'a déjà été menée à cette date.

3 - Programme d'action
        Les centre de ressources départementaux
        En vertu de la circulaire du 26 août 1997, chaque inspecteur d'académie a mis en place et animé un centre de
        ressources placé sous son autorité, composé de représentants de l'administration, des personnels médicaux,
        infirmiers et sociaux, de psychologues scolaires et de représentants de la communauté scolaire.
        Chaque centre de ressources départemental doit prêter une assistance matérielle et morale aux enfants et à
        leurs familles, en liaison avec les associations d'aide aux victimes.
        Je vous demande de veiller personnellement à ce que ces centres, qui doivent être exemplaires et offrir un re-
        cours à tous les personnels de l'éducation nationale sollicitant un accompagnement, une aide ou un conseil,
        remplissent pleinement leur rôle. L'ensemble des responsables de ces centres sera réuni très prochainement
        pour établir un bilan précis de leurs actions et renforcer ce dispositif.

        L'accompagnement des équipes éducatives
        Afin de poursuivre des actions efficaces de prévention auprès des élèves et de s'assurer de la fiabilité de nos
        réflexes en cas de suspicion ou d'alerte, un document d'accompagnement de la circulaire du 26 août 1997 qui
        fera l'objet d'une triple signature du ministre de l'éducation nationale, de la ministre de la jeunesse et des
        sports et de la ministre déléguée à la famille et à l'enfance, sera prochainement publié au B.O. et sera large-
        ment diffusé à la rentrée 2001 à tous les personnels des écoles et des établissements. À la rentrée 2001, tous
        les personnels des écoles et des établissements doivent être parfaitement informés des conduites à tenir.

19/05/2012                                                                                                                   272
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


     Les informations nécessaires seront rapidement mises en ligne sur le site "eduscol".
     (http://www.eduscol.education.fr).
     L'information et la formation des personnels feront l'objet d'un effort important : mise en place d'une forma-
     tion continue spécifique pour les médecins, infirmières, assistantes de service social de l'éducation nationale,
     ainsi qu'une formation pour les responsables hiérarchiques (inspecteurs d'académie, inspecteurs de l'éducation
     nationale). Au cours du premier trimestre de l'année scolaire 2001-2002, une formation de tous les inspec-
     teurs de l'éducation nationale sera organisée.

     Les mesures de prévention à destination des élèves
     Certains outils pédagogiques ont déjà prouvé leur efficacité et doivent être réutilisés. Le "Passeport pour le
     pays de prudence" fera l'objet d'une nouvelle campagne de diffusion, qui sera accompagnée de la publication
     au B.O. d'un livret pédagogique à l'attention des équipes éducatives. La cassette "Mon corps, c'est mon
     corps", dont de nombreuses écoles sont pourvues, sera utilisée cette année encore. En outre, de nouveaux ou-
     tils, en direction des familles aussi, sont d'ores et déjà à l'étude.
     Je vous rappelle l'obligation d'affichage, dans toutes les écoles et dans tous les établissements scolaires, du
     numéro vert national "119".
     Je précise enfin que le décret d'application de la loi du 6 mars 2000 visant à renforcer le rôle de l'école dans
     la prévention et la détection des faits de mauvais traitements à enfants est en cours de publication au Journal
     officiel de la République française. Il donnera lieu à une circulaire précisant les modalités de mise en place
     d'une information et d'une sensibilisation des élèves, de l'école au lycée, sur le thème de l'enfance maltraitée,
     à raison d'au moins une séance annuelle.
     Je sais pouvoir m'appuyer sur votre engagement personnel pour préserver notre école de ces comportements
     indignes. Un souci permanent de prévention par l'information et l'éducation de nos élèves, une vigilance cons-
     tante de la part de tous les personnels de l'éducation nationale, une complète transparence, une réelle assis-
     tance pour les familles, une sanction ferme des faits répréhensibles doivent toujours guider notre action. Lais-
     ser transparaître un doute sur notre volonté intransigeante de lutter contre ces faits reviendrait à jeter l'op-
     probre sur l'ensemble des personnels de l'éducation nationale et porterait atteinte à la dignité de notre institu-
     tion scolaire, pour laquelle le respect des enfants est un devoir absolu.

     Le ministre de l'éducation nationale
     Jack LANG




19/05/2012                                                                                                           273
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales




B.O. Hors série n°11 du 15 octobre 1998
                                        VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE

LUTTE CONTRE LA VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE ET RENFORCEMENT DES PARTENARIATS
C. n° 98-194 du 2-10 -1998. JO du 11-10-1998
                                                                                                             otamment dans certains
quartiers, un phénomène particulièrement préoccupant, qui impose à l'ensemble des services ministériels concernés une mobili-
sation cohérente et renforcée, ciblée en priorité sur les sites les plus exposés.
C'est l'objet du plan gouvernemental de lutte contre la violence en milieu scolaire qui a été présenté le 5 novembre 1997 et des
décisions arrêtées dans le cadre général des dispositions retenues par le conseil de sécurité intérieure du 8 juin 1998 relatif à la
délinquance des mineurs.
Il est en effet impératif de garantir, dans tous les établissements, le respect de la loi, la sécurité des personnes et des biens, con-
ditions indispensables au bon fonctionnement de l'institution scolaire et à la réussite des élèves.
De ce point de vue, si des mesures spécifiques ont été prises, dans le cadre du plan gouvernemental, pour dix sites expérimen-
taux, c'est dans l'ensemble des académies et des établissements que cette mobilisation doit devenir réalité.
Elle portera simultanément sur le rôle de l'éducation, condition première de la prévention, sur les mesures spécifiques pour
renforcer la sécurité dans les établissements, sur les conduites à tenir face aux situations de violence, et se réalisera au travers
d'un partenariat impliquant chaque niveau décisionnel.

I - L'ÉDUCATION, CONDITION PREMIÈRE DE LA PRÉVENTION
Les phénomènes de violence en milieu scolaire sont multiformes : violences verbales, intrusions, atteintes aux biens, violences
physiques, racket, usage ou trafic de produits stupéfiants, port d'armes ou d'objets dangereux.
Ces phénomènes présentent évidemment, quelle qu'en soit la forme, des degrés très variables de gravité, allant des incivilités
perturbant le climat de l'établissement jusqu'aux actes pouvant constituer des infractions pénales.
Désamorcer cette violence passe tout d'abord par un renforcement systématique des actions à portée éducative, au sein
même des établissements :
     o éducation à la citoyenneté ;
     o travail sur le règlement intérieur et les chartes de vie scolaire ;
     o développement de la médiation et des mesures alternatives au conseil de discipline ;
     o responsabilisation des élèves et des familles dans la vie des établissements ;
     o soutien aux initiatives de pédagogie différenciée ;
     o prévention de l'absentéisme ;
     o création de classes relais en plus grand nombre ;
     o développement d'actions d'information, d'écoute et de conseil aux parents pour tout ce qui relève en particulier des
          règles de vie interne à l'établissement et de la scolarité de leurs enfants ;
     o extension des opérations "école ouverte" pendant les vacances à l'intention des enfants et des jeunes dont la situation
          familiale et économique s'avère précaire, permettant une amélioration sensible des relations entre jeunes et adultes, in-
          duisant de nouveaux rapports entre les élèves et l'institution scolaire et contribuant du même coup à prévenir la vio-
          lence.
Tous les membres de la communauté scolaire et tous les niveaux de responsabilité au sein du système éducatif sont partie pre-
nante de cette politique de prévention et doivent mener leur action en recherchant le concours actif des autres services ministé-
riels, des collectivités territoriales et des associations.
La prévention suppose également des actions de formation des personnels, le développement des dispositifs d'aide et de soutien
pour les personnels les moins expérimentés et les plus exposés, un renforcement de l'encadrement par des adultes dans les éta-
blissements les plus concernés, mesures prévues par le plan gouvernemental de lutte contre la violence en milieu scolaire.
Les comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté constituent, au niveau de l'établissement, le cadre privilégié de définition
et de mise en œuvre de cette éducation préventive. Certaines périodes de l'année consacrées, par exemple, aux initiatives ci-
toyennes peuvent constituer des temps forts de sensibilisation.



19/05/2012                                                                                                                  274
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales


II - MESURES SPÉCIFIQUES POUR RENFORCER LA SÉCURITÉ DANS LES ÉTABLISSEMENTS
L'action éducative ne suffit pas à elle seule à prémunir les établissements de tout risque d'irruption de la violence. Pour préve-
nir, autant que possible, ces risques, des dispositions spécifiques doivent être prises.

II.1 Mesures internes
II.1.1 On s'attachera, dans la présentation des règlements intérieurs, à marquer la nécessité du respect de soi et d'autrui, d'un
comportement citoyen, responsable et solidaire ainsi que du devoir de chacun de contribuer à la préservation des valeurs fon-
damentales dont l'institution scolaire est, en premier lieu, la garante.
Ces règlements doivent être précis et connus de tous. Tout ce qui concerne la protection et la sécurité des personnes et des
biens, de même que la prévention de l'absentéisme, doit faire l'objet de développements spécifiques :
     o l'introduction et la consommation dans l'établissement de produits stupéfiants sont expressément interdites. Il doit en
          être de même pour la consommation d'alcool, excepté dans les lieux de restauration réservés aux personnels ;
     o les violences verbales, la dégradation des locaux, la détérioration des biens personnels et collectifs, les brimades, les
          vols ou tentatives de vol, les violences physiques, le bizutage, le racket, les violences sexuelles, dans l'établissement et
          à ses abords, constituent des comportements qui, selon leur gravité, font l'objet de sanctions disciplinaires ou/et d'une
          saisine de l'autorité judiciaire.
     o toute introduction, tout port d'armes ou d'objets dangereux, quelle qu'en soit la nature, doivent être strictement prohi-
          bés ;
II.1.2 En cas de risque ou de suspicion caractérisée, les chefs d'établissement peuvent inviter les élèves à présenter aux per-
sonnels de l'établissement qu'ils auront désignés le contenu de leur cartable, de leurs effets personnels ou de leur casier. L'élève
s'y refusant sera isolé de ses camarades, le temps que toutes les dispositions permettant de mettre fin à cette situation soient
prises. On s'efforcera d'avertir immédiatement la famille, notamment s'il s'agit d'un élève mineur.

II.2 Mesures partenariales
II.2.1 Les chefs d'établissement doivent informer les autorités académiques et les collectivités territoriales de rattachement des
problèmes qu'ils rencontrent en matière de protection physique des établissements (clôtures, accès, contrôle des entrées et sor-
ties, systèmes d'alarme, moyens de communication avec l'extérieur).
Ils peuvent solliciter le concours des services de la police, de la gendarmerie et de la collectivité locale de rattachement, afin
d'élaborer un bilan de sécurité de l'établissement, tel que le
prévoit la circulaire du 14 mai 1996.
II.2.2 Au niveau local et départemental, les correspondants de sécurité dans les établissements scolaires et les inspections aca-
démiques doivent avoir des correspondants dûment identifiés dans les services de la justice, de la police et de la gendarmerie.
II.2.3 L'absentéisme scolaire peut être le signe d'un mal-être et d'une situation personnelle, familiale ou sociale fragilisée
pouvant conduire, dans les situations les plus graves, à la marginalisation, voire à la délinquance ou à la violence. C'est pour-
quoi il doit faire l'objet d'un suivi attentif par le chef d'établissement qui devra, en particulier, rappeler aux parents leurs obliga-
tions éducatives et les mesures d'aide et de soutien dont ils peuvent bénéficier.
En cas d'absentéisme répété, l'inspecteur d'académie ou le chef d'établissement saisit le président du conseil général auquel il
incombe, en vertu de l'article 40 du code de la famille et de l'aide sociale, d'évaluer la situation des mineurs et des familles en
difficulté et de leur apporter un soutien matériel, éducatif et psychologique.
En cas d'urgence, de danger avéré ou de situations d'absentéisme particulièrement inquiétantes, le chef d'établissement saisit
également le parquet. Cette saisine permet au procureur de la République d'apprécier en temps utile l'opportunité d'ouvrir une
procédure d'assistance éducative devant le juge des enfants, en application des articles 375 et suivants du code civil.
Il appartient à l'autorité judiciaire de tenir le chef d'établissement ou l'inspecteur d'académie informé des suites judiciaires don-
nées à leur démarche.

III - CONDUITE À TENIR FACE AUX SITUATIONS DE VIOLENCE
III.1 Toute manifestation individuelle ou collective de violence doit entraîner de la part de l'établissement une réponse adaptée.
Les chefs d'établissement doivent à cet égard faire preuve de discernement, dans l'objectif même d'une plus grande efficacité du
traitement de la violence. Ils distingueront ainsi entre ce qui doit être traité uniquement en interne, dans le cadre d'une mesure
éducative ou d'une procédure disciplinaire et ce qui doit faire l'objet, séparément ou conjointement à une réponse interne, d'un
signalement au service de l'aide sociale à l'enfance du conseil général ou au procureur de la République.
Toute sanction visant un élève, qu'elle soit interne et d'ordre disciplinaire, ou judiciaire, doit conserver une dimension édu-
cative. Il est rappelé à cet égard qu'aucune sanction ou mesure conservatoire ne peut aboutir à la déscolarisation d'un

19/05/2012                                                                                                                   275
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


élève. Toute exclusion définitive d'un établissement, qui ne peut être décidée par le chef d'établissement qu'après tenue d'un
conseil de discipline, entraîne la nécessité pour l'autorité académique, en liaison avec le collège ou le lycée concerné, de trouver
une solution permettant la poursuite d'une formation.
III.2 Il convient de rappeler qu'au cours du conseil de sécurité intérieure du 8 juin 1998, la nécessité a été rappelée "de mettre
en œuvre toutes les possibilités offertes par la législation en vigueur, tant en ce qui concerne les mesures éducatives que les
sanctions pénales". En effet, face à des jeunes parfois "dépourvus de repères clairs et solides, il convient d'affirmer, sans pour
autant négliger la nécessaire protection de l'enfance, la responsabilité du mineur dans la violation de la loi que constitue,
avant tout, l'acte délinquant. Ce principe de responsabilité pénale, qui se déduit des textes en vigueur, doit être mis en œuvre de
manière systématique, rapide et lisible en réponse à chaque acte de délinquance".
Par ailleurs, la loi n° 98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu'à la
protection des mineurs a prévu trois dispositions qui concernent particulièrement le milieu scolaire.
C'est ainsi que les pénalités ont été notablement aggravées lorsque les violences volontaires, les provocations de mineurs à
commettre un certain nombre de crimes ou délits, ont été commis à l'intérieur d'un établissement scolaire ou éducatif ou à
l'occasion des entrées ou des sorties des élèves aux abords de l'établissement.
De même, lorsqu'un crime ou un délit a été commis à l'intérieur de l'enceinte d'un établissement scolaire ou lorsqu'il a concerné,
aux abords immédiats de cet établissement, un élève de celui-ci ou un membre de son personnel, le ministère public a l'obli-
gation d'aviser le chef de l'établissement concerné de la date et de l'objet de l'audience de jugement.
En dernier lieu, a été créé un nouveau délit relatif au bizutage commis en milieu scolaire ou socio-éducatif.
L'annexe ci-jointe est destinée à aider les chefs d'établissement à opérer les distinctions nécessaires sur les principales situations
susceptibles d'être rencontrées en milieu scolaire.
III.3 D'une manière générale, il est rappelé qu'en vertu de l'article 40 du code de procédure pénale, tout fonctionnaire qui, dans
l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de
la République et de lui transmettre tous les renseignements qui y sont relatifs.
Dès lors, les chefs d'établissement ou les inspecteurs d'académie adresseront au procureur de la République de leur département
un signalement systématique, directement et en temps réel, de tout incident grave pénalement répréhensible commis dans un
établissement scolaire.
Par ailleurs, sur le fondement de l'article 226-14 du code pénal, le secret professionnel n'est pas applicable à celui qui in-
forme les autorités judiciaires, médicales ou administratives de privations ou de sévices, y compris lorsqu'il s'agit d'atteintes
sexuelles, dont il a eu connaissance et qui ont été infligés à un mineur de moins de quinze ans ou à une personne qui n'est pas
en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique.
Enfin, l'article 223-6 du code pénal sanctionne quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assis-
tance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui porter soit par son action personnelle, soit en provoquant un se-
cours. Dans de telles situations, chacun, qu'il soit majeur ou mineur, a obligation d'agir.
III.4 Lorsqu'une situation de danger ou une infraction commise l'impose, le chef d'établissement ou l'autorité académique
doit faire appel aux services de police ou de gendarmerie, ainsi qu'à l'autorité judiciaire, suivant les modalités pratiques arrêtées
entre ces différentes institutions et figurant dans les conventions signées par elles.
Un magistrat du parquet spécialement désigné pourra être joint à tout moment, téléphoniquement ou par télécopie, en cas d'ur-
gence, pour que lui soit signalée la commission dans un établissement scolaire de toute infraction grave visant des biens (véhi-
cules, bâtiments, équipements...) ou des personnes (enseignants, élèves ...) afin qu'il puisse apprécier la réponse la plus adaptée
devant être apportée aux faits délictueux, qui justifient parfois une poursuite pénale se matérialisant, suivant les cas, par la
saisine d'un juge d'instruction ou d'un juge des enfants, en privilégiant la procédure de comparution rapide.
Face à des situations de troubles à l'ordre public ou de risques, le préfet peut requérir les services de police ou les unités de
gendarmerie pour qu'ils renforcent la surveillance aux abords des établissements scolaires, notamment par des rondes plus fré-
quentes et par l'emploi d'effectifs renforcés. Sur réquisitions du procureur de la République, sur le fondement de l'article 78-2,
alinéa 2, du code de procédure pénale, les forces de l'ordre peuvent être amenées à contrôler les identités de toutes personnes se
trouvant en un lieu et pour une période de temps déterminés, aux fins de recherche et de poursuite d'infractions précisées par ce
magistrat. Ce pourrait être notamment le cas lorsqu'un chef d'établissement est avisé de la venue à proximité de l'établissement
d'individus ou de groupes armés ou dangereux.
En cas de découverte d'une arme, celle-ci doit être immédiatement appréhendée, pour autant qu'elle ne mette pas en danger la
vie de quiconque, et remise le plus vite possible aux forces de l'ordre. Dans le cas où il existe un danger, les services de police
ou de gendarmerie, ainsi que le parquet, doivent être immédiatement saisis.
S'agissant des violences sexuelles, il convient de se référer à l'instruction publiée au Bulletin officiel de l'éducation nationale
hors série n° 5 du 4 septembre 1997.



19/05/2012                                                                                                                276
                                                Directeurs d’école : Dispositions générales


Pour les infractions de moindre gravité mais qui révèlent néanmoins un contexte méritant d'être pris en compte, le magistrat
du parquet informé des faits pourra ordonner une mesure de médiation ou de réparation, prononcer un rappel à la loi ou un
classement sous condition, ou poursuivre les auteurs d'infractions selon les procédures habituelles.
Il est évident que pour un même fait la réponse judiciaire pourra être différente en fonction de l'environnement et de la person-
nalité de celui qui a commis l'infraction pénale ainsi que de son caractère répétitif ou non. Cette réponse ne consistera pas sys-
tématiquement en une poursuite pénale et pourra prendre des formes diverses et adaptées à chaque situation.
III.5 Les chefs d'établissement sont tenus d'informer en temps réel les autorités académiques en cas d'infraction grave. En com-
plément, ils doivent répondre aux deux enquêtes trimestrielles que leur adressent les autorités académiques sur l'absentéisme et
les phénomènes de violence, où sont répertoriés l'ensemble des actes caractéristiques d'incivilité et des actes de violence de
toute nature, qu'elle qu'en soit la gravité.

IV - LE CADRE PARTENARIAL
Le partenariat interministériel s'élabore, pour l'essentiel dans un triple cadre :
- les conventions départementales prises en application de la circulaire interministérielle du 14 mai 1996 ;
- les contrats locaux de sécurité élaborés en articulation avec l'activité des conseils communaux de prévention de la délin-
quance ;
- les comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté, qui reprennent - en les élargissant - les missions antérieurement con-
fiées aux comités d'environnement social.
La combinaison de ces trois dispositifs, par la complémentarité de leur champ d'application, est un atout important d'une poli-
tique efficace de prévention.
Par ailleurs, il convient de noter que le ministère de l'intérieur a pris la décision d'étendre la compétence des brigades des mi-
neurs de la police nationale au traitement des violences commises en milieu scolaire dans 26 départements jugés prioritaires .
Ceux-ci sont en effet répertoriés comme particulièrement sensibles, eu égard à leurs taux de criminalité, de délinquance de voie
publique, de participation des mineurs dans la délinquance et du nombre d'infractions liées aux violences urbaines.
En outre, au niveau des circonscriptions de sécurité publique, seront désignés des correspondants locaux police-jeunes, dont
l'action sera coordonnée au niveau départemental par un référent police-jeunes.

IV.1 Les conventions départementales
Ces conventions ont pour objectif de renforcer la coopération entre les services ministériels en vue d'améliorer la sécurité en
milieu scolaire, en faisant simultanément porter l'action sur la prévention, le traitement de la violence et de la délinquance,
l'aide aux élèves en difficulté ou en danger (maltraitance, démobilisation scolaire, absentéisme répété), l'aide aux parents et aux
adultes de la communauté éducative.
Elles prévoient l'élaboration du diagnostic de sécurité des établissements ; elles définissent les modalités de signalement
d'enfants en danger et des incidents susceptibles de justifier des poursuites pénales ; elles précisent, enfin, les modalités d'ob-
servation et d'analyse des phénomènes de violence.
Les partenaires obligatoirement associés dans la mise en œuvre de ces conventions sont les autorités judiciaires, la protection
judiciaire de la jeunesse, l'éducation nationale, la police nationale et la gendarmerie nationale.
D'autre part, compte tenu des responsabilités importantes des conseils généraux en matière d'aide sociale à l'enfance, il est vi-
vement recommandé que des avenants aux conventions, définissant les modalités de partenariat entre les services ministériels et
les conseils généraux, soient mis au point le plus rapidement possible.
L'amélioration de la coordination entre les services s'applique en particulier aux jeunes faisant l'objet d'une mesure éducative.
Il convient que les conventions départementales et, dans la mesure du possible, les avenants avec les conseils généraux soient
signés dans tous les départements avant le 31 décembre 1998. À défaut, les préfets, les procureurs de la République, les inspec-
teurs d'académie, les directeurs départementaux de la sécurité publique et les commandants des groupements départementaux
de gendarmerie informeront leurs autorités de tutelle des raisons qui s'y opposent.

IV.2 Les contrats locaux de sécurité
S'agissant de la préparation et de la mise en œuvre des contrats locaux de sécurité prévus par la circulaire du 28 octobre 1997,
les autorités académiques et les chefs d'établissement ont à jouer un rôle actif auprès des communes, des préfets et des procu-
reurs de la République, afin de faire prendre en compte la priorité qui s'attache à garantir ou à restaurer la sécurité dans les
établissements et leur environnement. Là où ces contrats locaux de sécurité ne sont pas encore signés, l'établissement des dia-
gnostics locaux de sécurité, la réflexion sur les priorités, les plans d'action, leur calendrier et leur suivi, les moyens à engager
doivent faire l'objet d'une concertation accrue. Des conventions particulières pourront être passées précisant les actions con-


19/05/2012                                                                                                                277
                                                          Directeurs d’école : Dispositions générales


jointes pouvant être menées dans la commune avec l'appui de la mairie et des associations locales pour la prévention de la dé-
linquance.
Ces conventions porteront notamment sur les points suivants :
- dispositif de soutien aux parents et de lien avec l'école,
- accords de prévention en faveur des jeunes à l'école et actions post et péri-scolaires.
Le rôle des adjoints de sécurité et des agents locaux de médiation sociale affectés sur des emplois-jeunes sera défini dans le
cadre de ces contrats et prendra en compte les problèmes de sécurité des établissements scolaires liés à leur environnement
ainsi qu'aux transports scolaires.
Conformément au relevé de décisions du comité interministériel des villes du 30 juin 1998, les actions de prévention de la dé-
linquance élaborées au sein des conseils communaux s'inscriront, le cas échéant, dans le cadre des contrats locaux de sécurité.
Le conseil de sécurité intérieure a décidé de mobiliser, dans le cadre de la politique de la ville, les collectivités locales, les
associations et les citoyens autour de la prise en charge des mineurs délinquants, afin de relayer et démultiplier l'action des
magistrats et des éducateurs. Les conseils départementaux et communaux de prévention doivent être les lieux de cette mobilisa-
tion qui doit aussi concerner les jeunes majeurs.

IV.3 Les comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté
Ces comités, qui se substituent aux comités d'environnement social, ont pour mission de contribuer, dans une approche éduca-
tive globale prenant en compte les besoins des élèves dans et hors de l'école, au développement de la citoyenneté, à la préven-
tion des dépendances, des conduites à risque et de la violence, au suivi des jeunes, à l'aide aux élèves manifestant des signes de
mal-être, au renforcement des liens avec les familles, ainsi que d'apporter un appui aux acteurs de la lutte contre l'exclusion, en
établissant des relations étroites entre les établissements, les parents les plus en difficulté et les autres partenaires concernés.
Leur rôle sera en particulier développé dans le domaine du repérage des premiers troubles de comportement qui impliquent une
intervention immédiate, et des premiers signes révélateurs de situations nécessitant des mesures de protection.
Ces comités doivent, sous l'impulsion des autorités académiques, être rapidement généralisés à l'ensemble des établissements.
Ils constituent une instance privilégiée pour le développement des partenariats indispensables entre les acteurs de l'éducation
nationale, les parents, les représentants des autres services ministériels concernés, les collectivités territoriales, les organismes
habilités et les associations agréées.
En concentrant leur action sur les établissements les plus exposés, en renforçant partout leur collaboration, en rendant manifeste
leur détermination commune, les services ministériels en charge de la lutte contre la violence en milieu scolaire doivent pouvoir
inverser la tendance actuelle et rétablir dans tous les établissements d'enseignement et leur environnement la sécurité à laquelle
tous les élèves et les personnels ont droit, et sans laquelle la mission d'éducation et de formation confiée à l'éducation nationale
ne peut s'exercer avec efficacité.

Le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie   Le ministre de la défense
Claude ALLÈGRE                                                               Alain RICHARD
Le garde des sceaux, ministre de la justice,                                 Le ministre délégué à la ville
Élisabeth GUIGOU                                                             Claude BARTOLONE
Le secrétaire d'État à l'outre-mer, ministre de l'intérieur par intérim      La ministre déléguée, chargée de l'enseignement scolaire
Jean-Jack QUEYRANNE                                                          Ségolène ROYAL




19/05/2012                                                                                                                              278
                                                     Directeurs d’école : Dispositions générales




APPROCHES PARTENARIALES EN CAS D’INFRACTIONS DANS UN ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE

INTRUSIONS
SITUATION                      CONDUITE À TENIR                                          QUALIFICATION PÉNALE
1 - INTRUSIONS                 L’établissement d’enseignement n’est pas un lieu          art. R 645-12 du code pénal : contravention de
                               public, mais un “local affecté à un service public”.      5ème classe.
                                                                                    s-
                               quelles l’intrusion a eu lieu ;
                                                                            ’ordre, si
                               nécessaire ;
                                 le chef d’établissement peut porter plainte.
                               La circulaire n° 96-156 du 29 mai 1996 relative à la
                               sanction des faits délictueux commis à l’intérieur des
                               locaux scolaires rappelle le cadre juridique de
                               l’accès aux établissements d’enseignement et précise
                               notamment la sanction des intrusions.

DÉGRADATIONS
SITUATION                      CONDUITE À TENIR                                          QUALIFICATION PÉNALE
2 – DÉGRADATIONS               a)         La victime                                     Art. 322-1 du code pénal :
2.1 Détérioration de biens                                                               la destruction, la dégradation ou la détérioration
appartenant à des personnels   à suivre en matière de plainte et d’assurance             d’un bien appartenant à autrui est punie de 2 ans
                                                                                         d’emprisonnement et de 200 000 F d’amende sauf
                               (s’il s’agit d’un véhicule) ;
                                                                                         s’il n’en est résulté qu’un dommage léger (en cas de
                                                                                         dommage léger cette infraction est punie de
                                 le chef d’établissement peut porter plainte             l’amende prévue pour les contraventions de la 5ème
2.2 Détérioration des locaux                                                             classe).
                               b)         L’auteur
                                                                 t) identifié(s),        Art. 322-2 - 1° du code pénal : la peine est portée à
                                                                                         3 ans d’emprisonnement et 300000 F d’amende
                              prendre une sanction disciplinaire ou étudier              lorsque le bien détruit, détérioré ou dégradé est
2.3 Détérioration du matériel toute mesure éducative de réparation ;                     destiné à la décoration ou à l’utilité publique ou
de l’établissement                                                                       appartient à une personne publique ou chargée d’une
                               être condamnés au paiement des réparations, s’il          mission de service public.
                               s’agit d’élèves mineurs.                                  Art. 322-3 - 3° du code pénal : la peine est portée à
                               c) Répercussion sur la vie de l’établissement             5 ans d’emprisonnement et 500 000 F d’amende
                                                                                         lorsqu’elle est commise au préjudice d’une personne
                                                                                         chargée d’une mission de service public, en vue
                               élèves ;
                                                                                         d’influencer son comportement dans l’exercice de
                                                                         oments de       ses fonctions ou de sa mission.
                               l’année scolaire où ces incidents se produisent plus
2.4 Graffiti (tags)                                                                 Art. 322-1 alinéa 2 et 322-2 alinéa 1du code pénal
                               fréquemment afin de prendre les mesures nécessaires
                                                                                    : tracer des inscriptions, des signes des dessins sur
                               ;
                                                                                    biens destinés à utilité publique - 50 000 F
                                              x personnels d’exercer une vigilance d’amende
2.5 Incendie ou tentative      renforcée dans tous les lieux de
                                                                                    Art. 322-6 du code pénal : destruction par incendie
d’incendie                     l’établissement et d’intervenir en cas de ou         ou tout moyen de nature à créer un danger pour les
                               besoin ;                                             personnes : 10 ans d’emprisonnement.
                                                                                         .
                               indispensables, faire prendre conscience aux élèves
                               des conséquences possibles de leur acte.




19/05/2012                                                                                                                          279
                                                     Directeurs d’école : Dispositions générales




VOLS
SITUATION                          CONDUITE À TENIR                                   QUALIFICATION PÉNALE
3 – VOLS                                                   ;                          Art. 311-3 du code pénal : le vol est la sous-
Vol ou tentative de vol                                ;                              traction frauduleuse de la chose d’autrui. Le vol
par un élève                                                                          est puni de 3 ans d’emprisonnement et de
                                                                                      300 000 F d’amende.
                                                                                      Art. 311-4 du code pénal :
- sans circonstances aggravantes les parents ;
                                                                                      - si le vol est commis par plusieurs personnes,
                                    le chef d’établissement peut porter plainte.
                                                                                      ou avec violence, ou par effraction, ou sur une
- avec circonstances aggravantes Il s’agit notamment de faits de vols précédés,       personne vulnérable notamment en fonction de
                                 accompagnés ou suivis de violences (cf. §9           son âge, la peine est portée à 5 ans et 500000 F
                                 racket), de cambriolages ou de vols en réunion.      d’amende;
- avec arme
                                    Signalement aux services de police ou de          - s’il y a deux circonstances aggravantes :7 ans
                                 gendarmerie.                                         - 700000 F d’amende ;
                                    Signalement au Parquet et aux services de         - s’il y a trois circonstances aggravantes:10 ans
                                 police ou de gendarmerie.                            - 1 MF d’amende.
                                                                                      Art. 311-8du code pénal :la loi qualifie de
                                                                                      crime le vol à main armée, quelle que soit la
                                                                                      nature de l’arme .

MENACES
SITUATION                          CONDUITE À TENIR                                   QUALIFICATION PÉNALE
4 – MENACES                                                               uhaite,     Art. 322-12 et art. 322-13 du code pénal :les
4.1 Menaces d’atteinte             dans sa démarche de dépôt de plainte. Le chef      menaces de dégradation de biens sont constitu-
aux biens                          d’établissement peut déposer plainte si la vic-    tives d’infractions délictuelles, soit lorsqu’elles
                                   time est un personnel ;                            sont réitérées, soit lorsqu’elles se matérialisent
                                                                                 r-   par un écrit ou tout autre objet, soit lorsqu’elles
4.2 Menaces d’atteinte                                                                sont commises avec ordre de remplir une con-
                                   merie ;
aux personnes                                                                         dition. Elles sont punies de peines variant de 6
                                                                                      mois à 3 ans.
                             erter les parents ;
4.3 Menaces de mort d’un                                                              Art. 222-17 et 222-18 alinéa 1 du code pénal
élève à l’encontre d’un                                               ité de          :menace de commettre un crime ou un délit
personnel                son acte et lui rappeler la loi et les suites éven-          contre les personnes lorsqu’elle est commise
                         tuelles ;                                                    soit de façon réitérée soit matérialisée par un
                                                                                      écrit ou un objet : 6 mois - 50 000 F soit avec
                                   procédure disciplinaire;                           ordre de remplir une condition : 3 ans - 300
                                                                                      000 F.
                                                                                      Art. 222-17 et 222-18 alinéa 2 du code pénal
                                                                                      :menace de mort réitérée ou matérialisée par un
                                                                                      écrit ou un objet : 3 ans - 300 000 F ; menace
                                                                                      de mort avec ordre de remplir une condition : 5
                                                                                      ans - 50 000 F.




19/05/2012                                                                                                                     280
                                                 Directeurs d’école : Dispositions générales




VIOLENCES VERBALES
SITUATION                     CONDUITE À TENIR                                   QUALIFICATION PÉNALE
5 - VIOLENCES                   Accompagner la victime, si elle le souhaite,     Art. 433-5 du code pénal : constituent un
VERBALES                      dans sa démarche de dépôt de plainte. Le chef      outrage les paroles, gestes ou menaces non
                              d’établissement peut parallèlement déposer         rendus publics et adressés à une personne char-
5.1 Insultes ou menaces
                              plainte si la victime est un personnel ;           gée d’une mission de service public dans
d’un élève à l’égard d’un
                                rappeler que l’injure constitue une infraction   l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses
personnel de
                              pénale;                                            fonctions.
l’établissement
                                                      appropriées conformé-      Cette infraction est punie de 50 000 F
                              ment au règlement intérieur ;                      d’amende.
                                                                                 - Si l’on fait abstraction de la qualité de la victime, ces
                                                                                 faits peuvent constituer une injure publique, délit prévu et
                                                                                 puni par l’article 29 de la loi du 29 juillet 1881 sur la
                              classe sur le respect d’autrui ;                   liberté de la presse.
                                                                                 L’injure y est définie comme toute expression
                              d’apprentissage du civisme ;                       outrageante, terme de mépris ou invective qui
                                           à la médiation.                       ne renferme l’imputation d’aucun fait.
                                                                                 - Si les injures ne sont pas publiques, il s’agit
                                                                                 d’une contravention de 1ère classe prévue par
                                                                                 l’article R 621-2 du code pénal (amende de 250
                                                                                 F).

5.2 Injures publiques ou                                                         Art. 33 de la loi du 29 juillet 1881du code
non publiques à caractère     l’expression publique de propos racistes ;         pénal.
raciste                         accompagner la victime si elle le souhaite       Injure publique envers des particuliers à raison
                              dans son dépôt de plainte ;                        de leur origine, de leur appartenance ou de leur
- d’un élève vis à vis d’un                                                      non appartenance à une ethnie, une nation, une
autre élève ou d’un per-                                                         race, une religion: 6 mois d’emprisonnement et
                                                                           é-
sonnel                                                                           150 000 F d’amende.
                              ment au règlement intérieur ;
                                                                                 - Art. R 624-4 du code pénal : il s’agit de la
                                                                            a-
                                                                                 contravention de 4ème classe d’injure non
- d’un personnel de           tions concrètes sur le respect réciproque,
                                                                                 publique présentant un caractère raciste (“à
l’établissement vis à vis     l’acceptation des différences, la mise en œuvre
                                                                                 raison de l’origine d’une personne, de son ap-
d’un élève                    de solidarités diverses, de nature à développer
                                                                                 partenance vraie, supposée ou imaginaire, à une
                              chez les élèves l’estime d’eux-mêmes et
                                                                                 ethnie, une race ou une religion”).
                              d’autrui et tout ce qui va dans le sens de la
                              dignité de la personne ;
                                                                       èmes
                              dans le cadre de leurs enseignements ;

                              (heures de vie de classe, lieux de parole ...),
                              afin de rendre les élèves acteurs de la préven-
                              tion.




19/05/2012                                                                                                                        281
                                                   Directeurs d’école : Dispositions générales




BIZUTAGE
SITUATION                   CONDUITE À TENIR                                                  QUALIFICATION PÉNALE
6 - BIZUTAGE                                                                                  Art. 225-16-1 du code pénal : hors les cas de
                              le chef d’établissement peut porter plainte à                   violences, de menaces ou d’atteintes sexuelles,
                            l’encontre des auteurs et de tous ceux qui en                     le fait pour une personne d’amener autrui,
                            ont facilité l’organisation ou le déroulement,                    contre son gré ou non, à subir ou à commettre
                            qu’il s’agisse d’adultes ou d’élèves ;                            des actes humiliants ou dégradants lors de ma-
                                                                                              nifestations ou de réunions liées aux milieux
                                                                                              scolaire et socio-éducatif est puni de 6 mois
                            commis;
                                                                                              d’emprisonnement et 50 000 F d’amende.
                                                                                              Un an d’emprisonnement et 100 000 F
                            ;
                                                                                              d’amende sont encourus si les faits ont été
                                                                                              commis sur une personne particulièrement
                            Répercussions sur la vie de l’établissement                       vulnérable (état de grossesse, âge, état psy-
                               ngager un travail sur le règlement intérieur                   chique, les personnes handicapées ...).
                            (devoir de tolérance, respect d’autrui) ;
                                                                          u-
                            tage et les sanctions disciplinaires qu’il peut
                            entraîner;
                                                                            a-
                            tive et particulièrement des enseignants sur leur
                            responsabilité dans ce domaine.


PORT D’ARMES
SITUATION                   CONDUITE À TENIR                                                  QUALIFICATION PÉNALE
7 - PORT D’ARMES            a) L’auteur                                                       Selon la classification résultant du décret-loi du
Port et transport d’armes     Alerter immédiatement les services de police                    18 avril 1939 et du décret du 6 mai 1995, les
ou d’objets dangereux       ou de gendarmerie afin qu’ils appréhendent                        armes sont actuellement classées en 8 catégo-
                            l’arme;                                                           ries selon leurs caractéristiques propres.
                                                                                              Sont notamment considérées comme :
                                                                                              - armes de 1ère catégorie : les armes à feu et leurs munitions
                                                                                              conçues pour, ou destinées à la guerre (ex : pistolets mi-
                                                                                              trailleurs);
                            réunir dans les délais légaux le conseil
                                                                                              - armes de 4ème catégorie : les armes à feu dites de défense
                            de discipline.                                                    et leurs munitions (ex :revolvers à grenaille) ;
                            Ceci doit être fait quelle que soit la nature de l’arme (réelle   Le port ou le transport des armes précitées sont
                            ou factice).                                                      en principe interdits, sauf autorisations, et punis
                            b) Répercussions sur la vie de                                    de peines de 5 ans et 25 000 F d’amende (art.
                            l’établissement                                                   32, alinéa 1 du décret-loi du 18 avril 1939).
                                                                                              - armes de 5ème catégorie : les armes de chasse
                            informer les élèves de l’incident et des suites                   et leurs munitions (ex: fusils de chasse) ;
                            données ;                                                         - armes de 6ème catégorie : les armes blanches.
                                               une action immédiate de                        Un couteau est une arme de 6ème catégorie, tout
                            sensibilisation aussi bien à l’intention des                      comme les cutter ou canif.
                            élèves que des adultes. ,                                         Sont également de la 6ème catégorie tout objet
                                                                                              susceptible de constituer une arme dangereuse
                                                                                              pour la sécurité publique (ex. coup de poing
                                                                                              américain, batte de base-ball, bombe lacrymo-
                                                                                              gène, pierres, outils, etc...).
                                                                                              La détention au domicile des armes de la 6ème
                                                                                              catégorie est autorisée mais le port et le trans-


19/05/2012                                                                                                                                      282
                                            Directeurs d’école : Dispositions générales


                                                                               port sont interdits et punis d’une peine de 3 ans
                                                                               d’emprisonnement et de 25 000 F d’amende
                                                                               (art. 32-alinéa 2 du décret loi du 18 avril 1939).
                                                                               De même, selon l’article 106 du décret du 6
                                                                               mai 1995, est puni d’une amende de 10 000F,
                                                                               tout mineur de moins de 16 ans qui détient ou
                                                                               acquiert une arme de 6ème catégorie.


VIOLENCES PHYSIQUES
SITUATION                CONDUITE À TENIR                                      QUALIFICATION PÉNALE
8 - VIOLENCES              a) La victime                                    Art. 222-13 du code pénal :
PHYSIQUES                                                                   Le code pénal ne connaît pas le concept d’arrêt
8.1 Violences entre élèves                           avité de l’état de     scolaire, mais a recours à la notion
                           l’élève ;                                        d’interruption temporaire totale de travail (ITT)
                                                                            qui est applicable à toutes personnes, même
                         (SAMU, pompiers ...) qui, après transport à        sans travail, qui est en fait dans l’incapacité
                         l’hôpital, établiront le certificat médical préci- d’effectuer normalement les actes de la vie
                         sant la durée de l’ITT ;                           courante.
                                                                            Si les violences n’entraînent pas d’ITT ou une
                         victime ;                                          ITT inférieure ou égale à huit jours, il s’agit
                                                                            d’un délit dès lors que les violences ont été
                              responsable légal de l’élève devra assurer
                                                                            commises à l’intérieur d’un établissement sco-
                         la sortie de l’enfant de l’hôpital ;
                                                                            laire ou éducatif ou, à l’occasion des entrées ou
                           Dans tous les cas, informer les parents qu’ils des sorties des élèves, aux abords d’un tel éta-
                         peuvent porter plainte, soit auprès des services blissement (trois ans d’emprisonnement et
                         de police ou de gendarmerie, soit directement 300 000 F d’amende).
                         auprès du Procureur de la République
                                                                            Les pénalités sont aggravées et portées à 5 ans
                         (Tribunal de grande instance du domicile).         d’emprisonnement et 500 000 F d’amende si la
                         Faciliter leur démarche auprès de ces services. durée de l’ITT est supérieure à 8 jours.
                         Quelle que soit la décision de la famille, et en
                         fonction de la gravité de l’incident, le chef
                         d’établissement peut signaler les faits auprès
                         des mêmes services.
                         C’est le procureur de la République qui décide
                         des suites données à la plainte.

                         b) L’auteur

                         camarades;
                                                                      ité de
                         son acte et lui rappeler la loi et les suites éven-
                         tuelles ;


SITUATION                CONDUITE À TENIR                                      QUALIFICATION PÉNALE
                                                                      é-
                         ment au règlement intérieur: contrat éducatif
                         avec l’élève (commission vie scolaire), répara-
                         tions, médiation, exclusion temporaire, conseil
                         de discipline.
                         Si l’auteur fait l’objet d’une mesure éducative,
                         informer l’éducateur en charge de la mesure;


19/05/2012                                                                                                             283
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales



                                                                      iser un
                            entretien en présence de l’élève, signifier aux
                            parents (ou représentants légaux) leur respon-
                            sabilité parentale;

                            s’agit de coups réciproques) et que les respon-
                            sabilités sont difficiles à déterminer, il appar-
                            tient aux services de police ou de gendarmerie
                            de procéder à une enquête.
                            c) Répercussions sur la vie de l’établissement
                                                                           o-
                            laire ;
                                 ervenir rapidement dans les classes pour
                            informer les élèves de l’incident et des suites
                            données. L’incident peut donner lieu à une
                            réflexion ultérieure plus approfondie ;
                                                                            n-
                            cernés (la victime et l’auteur). Un soutien psy-
                            chologique peut être envisagé.

8.2 Personnel victime de    a) La victime                                     a) pas d’arrêt de travail ou arrêt de travail
violences de la part d’un                                               r-    égal ou inférieur à 8 jours
élève                       sonnel ;                                          Art. 222-13 du code pénal : il s’agit du délit
                                                                              de violences volontaires ayant entraîné une ITT
                            (personnel titulaire) ou d’accident du travail    inférieure ou égale à 8 jours, commis sur per-
                            (non titulaire), en cas de préjudice corporel,    sonne chargée d’une mission de service public,
                            que celui-ci se soit produit dans l’établissement dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de
                            ou en dehors et dès qu’il apparaît lié aux fonc- ses fonctions lorsque la qualité de la victime est
                            tions de la victime ;                             apparente ou connue de l’auteur.
                              inviter la victime à porter plainte. Quelle que Ces faits sont punis de 3 ans d’emprisonnement
                            soit la décision de celle-ci, le chef             et 300 000 F d’amende.
                            d’établissement peut signaler les faits aux –
                            services de police ou de gendarmerie ;


SITUATION                   CONDUITE À TENIR                                      QUALIFICATION PÉNALE
                                                                             é-   b) arrêt de travail de plus de 8 jours
                            miques qui s’associeront à la plainte.                Art. 222-12 du code pénal : ce délit de vio-
                            Celle-ci sera transmise au Parquet auquel il          lence volontaire fait encourir à son auteur 5 ans
                            appartient d’apprécier s’il convient ou non de        d’emprisonnement et 500 000 F d’amende.
                            poursuivre pénalement la personne visée par la
                            plainte ;
                                                                           c-
                            tionnaire, il bénéficie, sur sa demande, de la
                            protection juridique (loi du 13 juillet 1983 -
                            article 11): mise à disposition d’un avocat,
                            prise en charge des frais de justice... ;

                            élèves et des parents d’élèves de la réalité des
                            faits;

                            apporter le soutien nécessaire et envisager avec
                            eux les attitudes à adopter avec les autres
                            élèves et avec l’élève concerné, au besoin avec


19/05/2012                                                                                                                284
                                              Directeurs d’école : Dispositions générales


                            l’appui d’une aide extérieure.
                            b) L’auteur
                            Pour toute agression commise :



                                                                     ravité de
                            son acte, lui rappeler la loi et les suites éven-
                            tuelles ;
                                                                            é-
                            ment au règlement intérieur.
                            La procédure disciplinaire est indépendante de
                            l’action en responsabilité civile et de l’action
                            pénale, éventuellement ouverte et donc cumu-
                            lable avec l’une ou l’autre.


SITUATION                   CONDUITE À TENIR                                     QUALIFICATION PÉNALE
8.3 Élève victime de vio-   a) La victime                                     Art. 222-13 du code pénal : violences ayant
lences de la part d’un                                                        entraîné une ITT inférieure ou égale à 8 jours,
personnel                                                                     mais commises par une personne chargée d’une
                                                                              mission de service public, dans l’exercice de
                                                                              ses fonctions.
                            auprès des services de police ou de gendarme-
                                                                              Ces faits sont punis de 3 ans d’emprisonnement
                            rie ;
                                                                              et 300000 F d’amende.
                                                                           n-
                                                                              Art. 222-12 - 7° du code pénal : violences
                            cerné.
                                                                              ayant entraîné une ITT de plus de 8 jours,
                            b) L’auteur
                                                                              mais commises par une personne chargé d’une
                                                 personnel les causes et les  mission de service public, dans l’exercice de
                            circonstances de l’incident et éventuellement     ses fonctions.
                            lui apporter une aide psychologique;
                                                                              Ces faits sont punis de 5 ans d’empr