Les outils de la créativité by wassmine

VIEWS: 6 PAGES: 12

									                     ICM_M_CREATIVITE_V1




       LES OUTILS DE LA CREATIVITE




CODIFOR – AFPI INTERNATIONALE


                             1/12
                                              ICM_M_CREATIVITE_V1




                                           SOMMAIRE


1. GENERALITES ........................................................................................ 3



2. SYNECTIQUE .......................................................................................... 4



3. LA MÉTHODE FAST................................................................................ 5

        3.1. LA METHODE .......................................................................................... 5

        3.2. LA PRESENTATION .................................................................................. 7

        3.3. VARIANTES DANS LA PRESENTATION ........................................................ 9

                 3.3.1. Deux fonctions de la même importance doivent être
                 satisfaites en même temps................................................................ 9
                 3.3.2. Deux fonctions n'ont pas la même importance mais
                 doivent être satisfaites en même temps. ........................................... 10
                 3.3.3. Deux fonctions A et B sont maintenues en première
                 analyse comme étant susceptibles, l'une ou l'autre, de répondre
                 au besoin (le choix sera fait ultérieurement)...................................... 10
                 3.3.4. Parmi les deux fonctions A et B du cas précédent, la
                 fonction B est de moindre importance. .............................................. 11




                                                          2/12
                                 ICM_M_CREATIVITE_V1




                         1. GENERALITES
Les méthodes collectives de réflexions ont permis d’améliorer la créativité, et elles
sont aujourd’hui très répandues dans l’industrie.

Les méthodes pratiquant le « Brainstorming » (en Français : Tempête dans le
cerveau ») avec plus ou moins de liberté ou à contrario de directivité.

La méthode du diagramme ISHIKAWA est bien décrite dans tous les ouvrages
traitant de la qualité, ainsi que le diagramme des AFFININITES nous n’y reviendrons
pas.

Nous allons voir de plus près des méthodes moins connues mais qui donnent de
bons résultats.




                                         3/12
                                   ICM_M_CREATIVITE_V1




                           2. SYNECTIQUE
C’est une méthode appliquant le « brainstorming » de la façon la plus libre qui soit.
Il existe la définition suivant de mot synectique :

Synectique : Méthode qui renforce des concepts en développant et expliquant des
métaphores, en utilisant le raisonnement analogique.

L’enseignant fait une révision de l’information déjà présentée, il présente une
métaphore ou une analogie du concept, et avec les élèves, explore les liens qui
existent entre le concept de métaphore et d’analogie du concept ou d’analogie.
Ensuite l’élève «devient » la métaphore ou l’analogie et décrit cette expérience
oralement ou à l’écrit. L’élève apprend à utiliser son imagination pour s’expliquer, ce
qui enrichir son écrite et son expression orale. C’est ainsi qu’on encourage l’élève à
appliquer son nouvel apprentissage et à expliquer ses propres analogies pour les
concepts qu’il étudie.

Larousse : « méthode d’associations libres à partir d’un thème problème »

Méthode d’association libre à partir d’un thème problème : L’idée qui préside à
cette méthode est que les participants doivent laisser leur esprit explorer toutes les
analogies que le sujet présenté peut évoquer. Il n’est pas question, ici de brider
l’imagination. Bien au contraire toute dérive de pensée déclinant d’une
caractéristique quelconque du sujet est bonne à suivre.
Le tri de ce qu’il faudra retenir à issue de la séance se fera très naturellement.
Il s’agit vraiment de « passer du coq à l’âne.
Cette technique sera particulièrement utilise pour élaborer des nouveaux produits ou
utiliser une technique dans une application où elle n’avait jamais été évoquée.




                                           4/12
                                   ICM_M_CREATIVITE_V1




                      3. LA MÉTHODE FAST
(Functional Analysis System Technique)
L'application des méthodes d'analyse fonctionnelle aboutit à l'identification d'un grand
nombre de fonctions de toutes natures. II faut toutefois constater que les fonctions
ont été notées sur le cahier des charges fonctionnel sans respecter un ordre
déterminé. Le CdCF ainsi établi devra être remanié pour trouver sa forme définitive.

La méthode FAST, imaginée par un Américain, Charles W. Bitheway, présente
l'avantage d'ordonner les fonctions suivant un ordre logique. Cette méthode
contribue à la clarification de l'état fonctionnel du produit et à la rédaction finale du
CdCE. Les objectifs du FAST sont les suivants :
- ordonner les fonctions identifiées,
- vérifier la logique fonctionnelle,
- contrôler l'exhaustivité de l'analyse fonctionnelle,
- préfigurer le produit à travers sa logique fonctionnelle,
- servir de support à la recherche des solutions.

Nous verrons, après avoir explicité la méthode, comment le FAST peut satisfaire ces
objectifs.


      3.1.   LA METHODE

À partir de la liste des fonctions identifiées par les méthodes d'analyse fonctionnelle,
la méthode consiste à identifier les fonctions qui s'appliquent à l'ensemble du produit
et à les répertorier en marge du diagramme. Pour éviter d'encombrer celui-ci, les
fonctions dites générales peuvent ne pas y figurer.
Par exemple : résister à la corrosion, être esthétique, résister aux variations de
température, etc. Ce type de fonction n'entre pas dans la logique fonctionnelle, mais
il est bon de ne pas les oublier. Le fait de les avoir notées en marge permet de s'y
reporter en cas de besoin.

Les fonctions restantes, qui sont en plus grand nombre, sont notées chacune sur une
petite carte indépendante. Les cartes seront disposées les unes à côté des autres
dans un ordre qui sera déterminé par les réponses à trois questions :
   • Pourquoi cette fonction doit-elle être remplie ?
   • Comment ?
   • Quand ?

La construction du diagramme commence en plaçant à gauche la fonction de service
principale. Il est admis que toute fonction située à gauche d'une autre est de rang
supérieur car elle répond à la question pourquoi ?, c'est-à-dire qu'elle va dans le
sens de la fonction supérieure du produit.

Toute fonction située à droite d'une autre est de rang inférieur, ce sont les fonctions
que l'on doit réaliser pour satisfaire les fonctions principales.


                                           5/12
                                 ICM_M_CREATIVITE_V1




Le graphe se construit progressivement sur une ligne baptisée « chemin critique ».




                                         6/12
                                  ICM_M_CREATIVITE_V1




      3.2.   LA PRESENTATION

Pour illustrer ce qui précède, reprenons l'exemple de la tondeuse à gazon en
considérant quelques fonctions extraites du CdCF et placées sur un FAST.




Le diagramme comporte à gauche et à droite deux lignes droites verticales (traits
mixtes). Ces deux lignes marquent la limite de « certitude », c'est-à-dire la zone où
sont comprises les fonctions propres au produit. Les fonctions notées à l'extérieur de
ces limites ou, selon les cas, des éléments de l'environnement, n'appartiennent pas
au produit.




                                          7/12
                                   ICM_M_CREATIVITE_V1




Examinons le FAST précédent.
À gauche :
   • Améliorer l'aspect de la pelouse.

Cette fonction dépend de la façon dont la tondeuse est utilisée. C'est l'utilisateur qui
choisit les endroits de coupe, non la tondeuse. L'aspect de la pelouse dépend de ce
choix.

À droite :
   • utilisateur,
   • Prise de courant.

Que l'utilisateur ne soit pas présent ou que la prise de courant n'existe pas sur le site,
la tondeuse conserve la capacité de satisfaire les fonctions. Ces deux éléments sont
donc extérieurs à la limite de certitude.

Pour illustrer à nouveau le diagramme FAST, nous choisirons un exemple extrait du
domaine aéronautique.

Un débitmètre : il s'agit d'un système de mesure électronique dont la fonction
principale est d'informer le pilote d'un avion commercial sur la consommation de
carburant des moteurs.

Cette indication doit être exprimée en unités de masse au lieu d'unités de volume
comme il est coutume de le faire dans d'autres domaines, dont l'automobile, en
raison des différences de densité du carburant provenant de sources
d'approvisionnement diverses.

Les informations utiles au système de mesure sont :
   • la température du carburant,
   • sa constante diélectrique,
   • Son débit volumique.

Un calculateur, intégré au système, prend en compte les différentes données, les
exploite et indique le débit massique.

Trois contraintes sont à prendre en compte :
   • l'utilisation d'un capteur volumique,
   • l'emploi d'une sonde de température,
   • La nécessité d'une cellule diélectrique.

Ces trois contraintes figureront sur le FAST en tant que fonction « contrainte » au
même titre que les autres fonctions.




                                            8/12
                                  ICM_M_CREATIVITE_V1




      3.3.   VARIANTES DANS LA PRESENTATION


Il est quelquefois utile de positionner certaines fonctions sur le diagramme en tenant
compte de leur importance relative. Cette disposition concerne surtout les
enchaînements séquentiels qui nécessitent des réponses multiples.

Plusieurs cas peuvent se présenter.

             3.3.1. Deux fonctions de la même importance doivent être
                    satisfaites en même temps.

Elles seront disposées à égale distance du chemin critique.




                                          9/12
                                  ICM_M_CREATIVITE_V1




             3.3.2. Deux fonctions n'ont pas la même importance mais doivent
                    être satisfaites en même temps.

La plus importante reste sur le chemin critique.




             3.3.3. Deux fonctions A et B sont maintenues en première analyse
                    comme étant susceptibles, l'une ou l'autre, de répondre au
                    besoin (le choix sera fait ultérieurement).

Les deux fonctions sont sur des chemins critiques différents mais sont placées à
égale distance de la fonction suivante.




                                          10/12
                                  ICM_M_CREATIVITE_V1




             3.3.4. Parmi les deux fonctions A et B du cas précédent, la
                    fonction B est de moindre importance.

La plus importante reste sur le chemin critique.




Par ailleurs une fonction qui répond à la question quand ? Peut, dans certains cas,
ne pas être satisfaite exactement au même moment. Elle peut précéder ou suivre la
fonction située sur le chemin critique sans toutefois que ce décalage nécessite de
la placer sur le chemin critique avant ou après la fonction. Elle sera représentée sur
le diagramme avec un léger décalage par rapport à la verticale.




Le FAST est une bonne méthode pour établir et visualiser la logique fonctionnelle.
Les débats suscités au sein du groupe de travail pendant sa construction et surtout
pour obtenir un consensus permettent de clarifier la situation, c'est une retombée
non négligeable.

Le FAST est un système dont les réponses ont des limites :
   • il n'indique pas comment une fonction doit être satisfaite,
   • il n'indique pas à quel moment précis elle doit être satisfaite,
   • Il n'indique pas par qui ni avec quel niveau de résultat.




                                          11/12
                                   ICM_M_CREATIVITE_V1




Mais il indique quelles sont les relations entre les fonctions et la chronologie de leur
satisfaction. Il n'existe pas un modèle FAST de référence. Son degré de validité
dépend de la compétence des membres du groupe de travail.

Le FAST n'est pas achevé tant que le consensus du groupe n'est pas obtenu.

                                  Résumé
Le tracé d'un diagramme FAST comprend les phases suivantes.

1. Prendre connaissance des fonctions identifiées par l'analyse fonctionnelle.
2. Identifier les fonctions générales.
3. Noter chacune des fonctions restantes sur une carte.
4. Disposer sur la gauche du graphe les fonctions de rang supérieur.
5. Disposer les autres fonctions dans un ordre logique en répondant aux questions :
   Pourquoi ? Comment ? Quand ?
6. Contrôler l'exhaustivité en vérifiant la logique fonctionnelle.
7. Compléter, si besoin, le cahier des charges fonctionnel.




                                           12/12

								
To top