95065284techniques d enquete cours doc by O9VzCtX

VIEWS: 9 PAGES: 10

									               Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Salé




                           Principaux éléments du cours


Introduction générale :
        Une enquête et une opération de recueil d'informations (situation, faits, avis,
témoignages) sur un sujet et une population déterminés. La conception d’une enquête est en
fait une coopération de plusieurs disciplines. Elle fait intervenir dans chacune de ses étapes
des spécialistes, théoriciens et praticiens du domaine, pour donner à l’étude le chemin
adéquat. Une étape male préparée peut fausser toute l’étude, même si les autres étapes sont
minutieusement préparées.

La préparation et le lancement d’une enquête a plusieurs objectifs :

      Collecter l’information
      Analyser des phénomènes économiques, sociaux, financiers, culturels,,,,
      Evaluer l’efficacité des politiques publiques
      Evaluer des stratégies mises en œuvre, etc…

Il faut noter que deux préoccupations nous interpellent lors de la préparation d’une enquête :
Le coût et la précision.

I. Aperçu sur la statistique

La statistique est une science qui a beaucoup évolué et qui fait appel à un ensemble de
techniques et de théories. L’objectif de la statistique est de collecter, organiser, présenter,
analyser, interpréter et faciliter la lecture des données.

Autrement, la statistique et l’ensemble des méthodes scientifiques qui permettent d’analyser
quantitativement l’information. Elle transforme un certain nombre d’aspect d’une réalité en
chiffres et résume l’information.

Trois étapes principales dans l’évolution de la statistique :

    La phase descriptive
    La phase mathématique
    La phase de la statistique moderne




                                                 1
La statistique versus statistiques

Les statistiques sont un ensemble de données structurées, il y a deux types de statistiques :

Les statistiques générales :
Sont des données officielles publiées, essentiellement, par la Direction de la Statistique qui
développe des bases de données statistiques (démographie, éducation, emploi, prix, finances
publiques, comptabilités nationales, ….)

Les statistiques particulières :
Elles concernent un phénomène bien précis. Par exemple : Enquête démographique, enquête
de consommation des ménages, enquête sur le tourisme, …)

Terminologie
    Population : représente un ensemble d’unités sur lesquelles on voudrait recueillir des
      informations. Une population peut être des écoles, des entreprises, les étudiants, …
    Une population peut être finie si le nombre des unités est fini
    Une population peut être infinie si le nombre des unités est infini

     Variable d’étude ou variable statistique : dans une enquête on s’intéresse à une
      variable à étudier, c’est la variable d’étude (le chômage, la pauvreté, les dépenses des
      ménages…)

La variable statistique peut être :

Variable qualitative : lorsque l’observation ne peut être traduite par une mesure, ses diverses
modalités sont simplement constatées par un mot.
Exemple : sexe, profession, nationalité
Variable quantitative : est dite quantitative si ses modalités sont mesurables, c’est à dire
traduite par des valeurs.
Les variables quantitatives sont de deux types différents : discrètes ou continues.
Variables logiques ou dichotomiques : c’est une variable qui se traduit par deux modalités
(exemple : oui ou non / vrai ou faux)


II. LES TYPES D'ENQUÊTES

Les enquêtes se différencient par les méthodes d'échantillonnage et par les méthodes de
collecte.

Les méthodes de collecte

Comme la variable étudiée peut être qualitative ou quantitative, la collecte des données peut-
être de nature qualitative ou quantitative. Le choix entre l'une ou l'autre se fera en fonction de
la problématique étudiée. Les deux approches peuvent également être utilisées en
combinaison. Il arrive que des études qualitatives soient menées avant des études quantitatives
ce qui permet d'affiner le questionnement.

Les méthodes de collecte de type quantitatif



                                                2
Les études quantitatives consistent à quantifier et mesurer un phénomène grâce à l'utilisation
d'enquêtes ou de sondages et le traitement statistique des informations collectées. L'enquête
consiste à interroger à l'aide d'un questionnaire un échantillon d'individus représentatif de
l'ensemble de la population étudiée. Son principal intérêt est qu'elle permet de rassembler une
grande quantité de données qui feront l'objet d'analyses statistiques.

1. Technique avec intervention d'un enquêteur

La méthode dite " de face-à-face " est celle où l'enquêteur est face à l'enquêté. Il peut remplir
le questionnaire directement sur son questionnaire.

Le questionnaire peut être rempli directement sur ordinateur : c’est la méthode CAPI
(Computer Assisted Personnal Interview).

Le questionnaire peut être rempli par téléphone, c'est la méthode CATI (Computer Assisted
Telephone Interview).

2. Technique Autoadministré

Certaines méthodes de collectes ne nécessitent par l'intervention d'un enquêteur pour remplir
le                                                                                 questionnaire.
Dans l'enquête postale, le questionnaire est envoyé à l'enquêté, une enveloppe timbrée est
jointe au courrier pour le retour. L'enquête par dépôt-retrait est utilisée, par exemple, pour le
recensement : un enquêteur dépose le questionnaire chez l'enquêté et revient le chercher une
fois rempli. Il existe aussi des enquêtes réalisées par l'intermédiaire d'Internet, avec le e-
formulaire.

Les méthodes de collecte de type qualitatif

Contrairement aux études quantitatives, l'objectif des études qualitatives
n'est pas de mesurer mais de comprendre les enchaînements, les
logiques, de l'expérience des individus, des interprétations qu'ils en font.
Le discours de la personne est respecté, il garde sa dynamique propre et
ses propres cadres de référence.


La collecte des données

Nous avons répondu à toutes les questions suivantes :
    Pourquoi la collecte de données ?
    Quels types de données ?
    Comment procéder à la collecte ?
    Qui va collecter les données ?
    Quand ?
    Par quels moyens ?
    Pour quel traitement ?


                                               3
Type de collecte de données

Avant de mener une enquête, il est incontournable de consulter les documents et les rapports
qui s’intéressent à notre objet d’étude.

Les principales sources qui peuvent faciliter cette consultation :

    Les organismes nationaux (Direction de la Statistique, Ministère, ….)
    Les organismes privés (banques, entreprises, …)
    Les organismes internationaux (Banque Mondiale, FMI, OCDE, ONU…)

Dans plusieurs cas, la consultation des documents peut ne pas répondre aux objectifs de
l’étude, soit les données trouvées sont anciennes, incomplètes, imprécises,…
Lorsque ce type de collecte est insuffisant, il faut envisager une étude sur terrain c.-à-d. une
enquête.

L’opération technique qui consiste à élaborer les statistiques porte le non général d’enquête.
Selon la manière dont on mène l’enquête, celle ci prendra des noms différents.

Le recensement ou enquête exhaustive

    Opération coûteuse
    Nécessite une organisation très structurée
    Très lourde est de grande ampleur

Les sondages ou enquêtes partielles

Elles permettent d’obtenir des renseignements sur une population sans avoir besoin d’en
interroger tous ses membres.

Un sous ensemble représentatif que possible de cette population appelé : échantillon.
La qualité de l’enquête sera dépendante dans une large mesure de la méthode du choix de cet
échantillon


Types d’enquêtes

Les enquêtes se diffèrent par leur objectif, leur méthode d’échantillonnage, méthode de
collecte de données. Quelques exemples sont présentés en voir annexe.

III. LES ETAPES D’UNE ENQUETE

Les principales étapes à considérer pour mener à bien une enquête sont les suivantes :

   1. Etude de faisabilité

    Constitution de l’équipe du projet.
    Etude préliminaire sur l’objectif.
    Etablir les moyens humains et matériels.


                                                4
    Etablir un planning de l’enquête.
    Définir la durée de l’observation.

2. Définir l’objectif de l’étude

    Préciser ce que l’on veut étudier et les données recherchées.
    Définir le champ de l’enquête.
    Définir clairement les objectifs assignés à l’enquête

3. Définir la population à étudier

    Définir la population visée
    Définir les unités statistiques
    Définir la population répondante

4. Base de sondage

Il est nécessaire de disposer avant toutes choses d’une liste de toutes les unités
d’échantillonnage faisant partie du champ de l’enquête. Cette liste doit être récente, complète
et fiable. La base de sondage permet de réaliser un tirage probabiliste, c’est à dire un tirage où
chaque individu de la population a une probabilité connue.

On peut utiliser plusieurs base de sondage de provenances diverses pour construire une base
que l’on juge adéquate.

5. Echantillonnage

Pour toute enquête, il faut élaborer un plan de sondage qui comporte :
    Un plan d’échantillonnage
    Une méthode d’estimation
    Une approche pour évaluer de l’erreur

6. Questionnaire

Il faut formuler toutes les questions qui répondent à notre objectif dans un ordre bien
enchaîné. Les questions peuvent être fermées, ouvertes ou semi-ouvertes. Mais, il est
préférable que les questions soient fermées et précodifiées.

7. Elaboration du manuel d’instruction

Le manuel d’instruction est une sorte de guide qui facilité la tâche à l’enquêteur, en
particulier, lors du déroulement de l’enquête sur terrain. Ce guide contient plusieurs
instructions, à titre d’exemple :

    Comment se comporter avec les enquêtés ?
    Suivre une méthodologie dans la collecte de données.
    Des conseils pour les enquêteurs, ect..




                                                5
8. Enquête pilote

L’enquête pilote est une étape très importante qui permet d’évaluer le questionnaire, la
méthode adoptée et les difficultés rencontrées. Elle permet aussi de :

        Tester les moyens nécessaires pour l’enquête
        Tester la durée pour remplir le questionnaire
        Tester les concepts utilisés, ..

Après cette étape, il faut intégrer les insuffisances dans le dossier technique de l’enquête pour
lancer l’enquête principale.

9. Formation du personnel

Cette formation se fait par étape. Au début une formation est assurée aux contrôleurs puis aux
superviseurs. En dernier lieu, la formation est assurée aux agents enquêteurs.

10. Collecte des données

C’est le remplissage du questionnaire lors du déroulement de l’enquête sur le terrain. La
collecte doit être suivie d’une phase de contrôle permettant de tester la conformité du
comportement des enquêteurs aux instructions qu’ils ont reçues.

11. Dépouillement et chiffrement

Il s’agit de la transcription de l’information recueillie sous une forme permettant l’analyse et
l’interprétation des données collectées.

12. Saisie et traitement des données

Cette étape comporte plusieurs tâchés, à savoir :
La saisie, la détection des contradictions au niveau des réponses, la correction, le traitement
de non-réponse,…Plusieurs méthodes statistiques sont disponibles pour tester la qualité des
données dans le but d’éliminer un maximum d’erreurs d’observations.

13. La méthode d’estimation

Il nous permet d’extrapoler les résultats à l’ensemble de la population.

14. Analyse et publication des données

Il s’agit de présenter les données dans des tableaux et à travers des graphiques afin de faciliter
l’analyser par les différentes méthodes statistiques et économétriques appropriées.

Remarque : certaines étapes peuvent être non prises en compte lors de la préparation, le
lancement et l’exploitation de l’enquête.


Méthode de l’échantillonnage



                                                6
(c’est une partie technique déjà développée pendant le cours, nus avons vu comment
déterminer la taille de l’échantillon par le biais d’un tirage aléatoire simple ou stratifié)

Détermination de la taille de l’échantillon dans les deux cas :

    Forte contrainte du coût
    Faible contrainte du coût

Nous avons discuté de méthodes probabilistes et de méthodes non probabilistes : leurs
avantages et leurs inconvénients (voir le schéma présenté dans le cours).

Méthodes probabilistes

Il s’agit de méthodes de tirage aléatoire d’un échantillon. C'est un tirage au sort à partir de la
base de sondage. Il y a le sondage aléatoire simple (SAS). Il s'agit d'un tirage au hasard de n
individus dans la population constituant le champ de l'enquête. Le sondage aléatoire stratifié
procède du même principe, mais c'est un tirage multiple. La population est divisée en sous-
ensembles, ou strates (CSP, classes d'âge, sexe...). Un sondage, dont les taux peuvent être
différents, est opéré dans chacune d'elles.
Le sondage aléatoire à plusieurs degrés désigne une méthode de tirage dans laquelle
l'échantillon est constitué après plusieurs tirages au sort, imbriqués les uns à la suite des
autres. Par exemple, on peut, dans un premier temps, tirer au sort des agglomérations, puis,
dans un deuxième temps, sélectionner des logements à l'intérieur des agglomérations choisies.
C'est là un tirage à deux degrés. Le principal avantage de ce type de tirage est de réduire le
coût de l'enquête, notamment celui des déplacements. Dans certaines situations, le sondage à
plusieurs degrés permet également de pallier l'inexistence d'une base de sondage.

Méthodes non probabilistes

Parmi les méthodes non probabilistes, on peut citer la méthode par quotas utilisée quand il
n'existe pas de base de sondage. Cette méthode est également appelée "à choix raisonné". Le
but est d'assurer la représentativité de l'échantillon en conformant sa structure aux
caractéristiques de la population. Cela suppose une information fiable de la population mère.


IV. Les sources d’erreurs dans les enquêtes et les recensements

Toutes les données d’enquêtes ou de recensement sont sujettes à l’erreur. Des erreurs peuvent
être glissées pour plusieurs raisons :

      Erreur d’échantillonnage.
      Erreur de couverture de la base de sondage.
      Erreur de réponse.
      Erreur de non-réponse.
      Conception médiocre du questionnaire
      Erreur d’exploitation et de traitement.




                                                7
Erreurs de couverture de la base de sondage

Une erreur de couverture survient lorsqu'il y a une omission, une répétition ou un ajout erroné
des unités dans la population ou l'échantillon. Les omissions sont appelées sous-
dénombrement, tandis que les répétitions et les ajouts erronés sont appelés surdénombrement.
Ces erreurs sont causées par des défauts dans la base de sondage : inexactitude, insuffisance
de données, répétition, données inadéquates et obsolescence.

Erreurs de réponse

Les erreurs de réponse résultent des données qui ont été demandées, fournies, reçues ou
enregistrées de façon erronée. Les erreurs de réponse peuvent survenir en raison des
inefficacités relativement au questionnaire, à l'enquêteur, au répondant ou au processus
d'enquête.

Erreurs de non-réponse

Les erreurs de non-réponse se produisent lorsque le répondant n'a pas donné suffisamment de
réponses aux questions de l'enquête. Il y a deux types d'erreurs de non-réponse : les erreurs de
non-réponse complète et partielle :

       Erreurs de non-réponse complète
       Ces erreurs peuvent se produire lorsque l'enquête ne mesure pas certaines unités de
       l'échantillon sélectionné. Les raisons derrière ce type d'erreur peuvent s'expliquer par
       le fait que le répondant n'est pas disponible ou est temporairement absent, qu'il est
       incapable de participer à l'enquête ou qu'il refuse, ou que le logement est vacant.

       Erreurs de non-réponse partielle
       Ce type d'erreur se produit lorsque l'information obtenue du répondant est incomplète.
       Pour certaines personnes, certaines questions peuvent être difficiles à comprendre.
       Afin de réduire cette forme de biais, il faudrait porter une attention particulière au
       moment de concevoir et de mettre à l'essai les questionnaires.

Conception médiocre du questionnaire

Il est essentiel que les questions de l'enquête par échantillon ou du recensement soient
soigneusement formulées de façon à éviter un biais. Si les questions induisent en erreur ou
portent à confusion, alors les réponses peuvent être faussées.

Erreur d’exploitation et de traitement

Les erreurs de traitement se produisent parfois pendant la préparation des fichiers de données
finals. Par exemple, des erreurs peuvent survenir lorsque les données sont codées, saisies,
corrigées ou imputées. Le biais du codeur est habituellement le résultat d'une formation
médiocre ou d'instructions incomplètes, d'une variance du rendement du codeur (c.-à-d.
fatigue, maladie), d'erreurs d'entrées de données ou d'un mauvais fonctionnement de la
machine (certaines erreurs de traitement sont causées par des erreurs dans les programmes


                                               8
informatiques). On peut dire la même chose au sujet des erreurs saisies. Parfois, des erreurs
sont déterminées à tort au cours de l'étape de vérification.



Les erreurs non dues à l'échantillonnage peuvent être classées en deux groupes : les erreurs
aléatoires et les erreurs systématiques.

Les erreurs aléatoires sont imprévisibles et découlent de l'estimation. Elles sont généralement
éliminées si un échantillon suffisamment large est utilisé. Toutefois, lorsque ces erreurs ont
lieu, elles entraînent souvent une variabilité accrue de la caractéristique d'intérêt (c.-à-d.
plus grande est la différence entre les unités de la population, plus grande sera la taille de
l'échantillon nécessaire pour atteindre un certain niveau de fiabilité).

Les erreurs systématiques ont tendance à s'accumuler dans tout l'échantillon. Par exemple, s'il
y a une erreur dans la conception du questionnaire, cela pourrait causer des problèmes
relativement aux réponses du répondant, qui pourraient à leur tour créer des erreurs de
traitement, etc. Ces types d'erreurs peuvent souvent donner des résultats finals biaisés.

Les erreurs non dues à l'échantillonnage sont extrêmement difficiles sinon impossibles à
mesurer. Étant donné que les erreurs aléatoires ont tendance à s'éliminer, les erreurs
systématiques représentent la principale cause d'inquiétude. Comparativement à la variance
d'échantillonnage, le biais causé par les erreurs systématiques ne diminue pas malgré
l'augmentation de la taille de l'échantillon.




                                              9
            Principales caractéristiques de quelques enquêtes menées
                         par la Direction de la Statistiques

                              Périodicité             Durée            Taille de
                                                   d’exécution       l’échantillon
                                                  sur le terrain
Enquête sur le secteur      5 ans                6 mois            6000
informel auprès des
établissements
Enquête sur l’emploi        Opération            Toute l’année     48 000
(urbain/rural)              permanente                             ménages/an

Enquête de conjoncture      Trimestrielle        12 mois           15 000 ménages
auprès des ménages

Enquête sur la              10 ans               12 mois           15 000 ménages
consommation et les
dépenses des ménages

Enquête sur les niveaux     5 ans                3 mois            7 000 ménages
de vie des ménages

Enquête sur les           Annuelle               4 mois            2 300
investissements des
Administrations Publiques

Enquête sur les             5 ans                4 mois            3 000
institutions privées sans
but lucratif (ONG)

Enquête sur la famille      10 ans               3 mois            12 000 ménages




                                            10

								
To top