PRA PKD et couleurs chez le persan by a40D2c

VIEWS: 11 PAGES: 18

									Absence d’association génétique entre la
couleur du pelage, l’atrophie rétinienne
 progressive et la maladie polykystique
      du rein chez le chat persan.




                                    MAHEUT Julien
                                   MONNOT Claire
                     Introduction
   Qu’est ce que l’atrophie rétinienne progressive? (P. R. A.)
        - affection héréditaire, gène autosomal récessif
        - dégénérescence de la rétine
        - perte irrémédiable de la vision
        - répandue chez le persan
                    Introduction
   Supposition des éleveurs de persan :

              la P. R. A. serait associée à des lignées
       comprenant les couleurs de pelage suivantes :

               - le chocolat

               - le color point ou Himalaya
                     Introduction
   Objectif de l’expérience :

        - évaluer si la P. R. A est associée à l’une des 3
        couleurs suivantes : chocolat
                                color point
                                agouti

        - évaluer si la P. R. A est associée à la maladie
        polykystique du rein, fréquente chez le persan.
                    Introduction
   Les couleurs :
        - le chocolat :
             due à la mutation du gène tyrosinase-related
             protein 1 (TYRP1)
                     Introduction
   Les couleurs :
       - le color point
             due à une mutation du gène tyrosinase (tyr)
                     Introduction
   Les couleurs :
        - L’agouti
            Due à la mutation de la protéine du signal agouti
                    Introduction
   La Maladie polykystique du rein ( P. K. D. ) :
        - maladie du rein héréditaire, mutation du gène PKD1
        - lente et progressive
        - prolifération de l’épithélium tubulaire
        - conduit à une insuffisance rénale
           Expérience : 1ère partie
   5 persans aux antécédents de P. R. A. sont sélectionnés

   Analyse des pédigrees de ces 5 chats :

               mise en évidence d’un ancêtre commun non
               color point, non chocolat.



   1ère conclusion : La P. R. A. ne semble pas être associée
                     aux couleurs chocolat et color point.
            Expérience : 2ème partie
   Reproduction des 5 chats persans : obtention de 60 descendants

   Analyse phénotypique des chats :

       - diagnostic de la P. R. A. par un examen ophtalmique

       - typage génétique de la P. K. D. à partir d’ADN extrait de
       globules blancs.

       - examen phénotypique des 3 couleurs
          Expérience : 2ème partie
   Résultats : récapitulatif des chats obtenus
        - 26 PKD, dont 10 PRA                     38 %
        - 39 agoutis, dont 17 PRA                 43%
        - 17 chocolats, dont 5 PRA                29%
        - 25 colors point, dont 11 PRA            44%
            28 PRA au total

   2ème conclusion : pas d’association entre P. R. A. et les 4
    phénotypes
            Expérience : 3ème partie
         Rappel :
          - les recombinaisons :



 gènes distants                    gènes rapprochés




Recombinaison                       Absence de
                                    recombinaison
          Expérience : 3ème partie
   Rappel :
    - Fraction de recombinaison : θ
       = Nombre de gamètes recombinés /nombres de
    gamètes transmis

        Si θ = 0,5   pas de liaison

        Si 0 < θ < 0,5   liaison

        Distance entre 2 loci = θ x 100cM
            Expérience : 3ème partie
   Rappel :
    - LOD-score : Z
        = Statistique qui quantifie le degré de liaison

        Z=proba d’avoir liaison / proba de ne pas avoir liaison

        Si Z>3 liaison
        Si -2<Z<3 indéterminé
        Si Z<-2 pas liaison

        Pour exclure des régions de chromosomes, Z est fixé à -2.
           Expérience : 3ème partie
  Résultats de l’analyse de liaison :




Les chromosomes où sont situés les gènes Agouti, chocolat et
PKD deviennent moins prioritaires pour la localisation de PRA.
                      Conclusion
   Usage des résultats pour le VT :

        - Informer les éleveurs afin d’éviter une sélection sur
        des critères non justifiés

        - Attention à l’introduction du persan dans d’autres
        races
                      Conclusion
   Critique :

    - Échantillonnage relativement faible.

    - Le gène codant pour la PRA n’a pas été localisé.

    - L’utilisation d’autres marqueurs pourrait le permettre.
                        Bibliographie
   Gelbart, Griffiths, Lewontin, Miller Analyse génétique moderne

    Lyons LA, Maggs DJ, Rah HC (2006) Lack of genetic association among coat
    colors, progressive retinal atrophy and polycystic kidney disease in Persian
    cats. Journal of Feline Medicine and Surgery 8, 357-360.

   http://www.felinepkd.com/french.html

   http://www.peteducation.com/article.cfm?cls=1&cat=1344&articleid=342

   http://www.tenset.co.uk/catgen/catsofadifferentcolor.html

   http://www.vet-lyon.fr/ens/imagerie/UC/MPR.html

   http://www.aniwa.com/fr/chat/Grand_Public/document/100904/106520/ind
    ex.htm

								
To top