Le creux axillaire : by V8r41E6

VIEWS: 94 PAGES: 7

									Le creux axillaire :



PLAN :


I. Introduction :

II. Anatomie descriptive:

A. Situation :
B. Forme :
C. Limite :

III. Parois :

A. Paroi postérieure :
B. Paroi interne :
C. Paroi antérieure :
D. Paroi externe :
E. Paroi inférieure :
F. Sommet :

IV. Contenu du creux axillaire :

A. Paquet VN axillaires :
B. Eléments VN périphériques :
C. Lymphatiques :

V. Rapports du creux axillaires :

VI. Conclusion :

Le creux axillaire :



I. Introduction :

Le creux axillaire est l’ensemble des parties molles situées dans l’espace
compris entre l’articulation scapulo-humérale, et la paroi thoracique.
Il constitue non seulement un lieu de passage des éléments nobles VN, mais assure aussi le
drainage lymphatique des régions adjacentes.
L’étude anatomique du creux axillaire revêt plusieurs intérêts :
• Anatomique : l’importance du pédicule axillaire principale hile vasculaire du membre supérieur
• Clinique : région accessible cliniquement par la palpation du pouls axillaire et des adénopathies
axillaires
• Paraclinique : l’accessibilité des vaisseaux axillaires facilite la réalisation des artériographies en
cas de contre indication à la voie fémorale.
• Pathologique : risque de lésion du plexus brachial lors des luxations antéro interne de l’épaule.
• chirurgicale : la connaissance des chaines ganglionnaires présente un intérêt capital en chirurgie
carcinologique du sein.

II. Anatomie descriptive:

A. Situation :

Le creux axillaire est une zone de transition entre le tronc et le membre supérieur, il est situé :
• Sous la clavicule.
• En avant de la région scapulaire.
• En dedans de l’articulation scapulo-humérale et de la région deltoïdienne.
• En dehors de la paroi antéro-latérale du thorax.
B. Forme :

Le creux axillaire a la forme d’une pyramide quadrangulaire à sommet tronqué, Il comprend une
paroi antérieure, interne, externe, un sommet et une base, ainsi qu’une cavité ou fosse axillaire.
C. Limite :

•   En   haut : le 1/3 externe de la clavicule.
•   En   bas : le bord inférieur du grand pectoral= la base de l’aisselle.
•   En   dedans : la paroi antéro latérale thoracique.
•   En   dehors : l’humérus et l’articulation scapulo humérale.
•   En   arrière : la scapula et la région scapulo-humérale.

III. Parois :

A. Paroi postérieure :
Paroi fenêtrée faisant communiquer le creux axillaire avec la région scapulaire postérieure et la
région brachiale.

1. Plan osseux :
Formé par la face antérieure de l’omoplate et sa fosse sous scapulaire entièrement recouverte par
le plan musculaire.

2. Plan musculaire :
a. Muscle sous scapulaire :
Muscle large épais de forme triangulaire.
• Origine : - La lèvre antérieure du bord spinal de l’omoplate.
- Les crêtes transversales de la fosse sous scapulaire et dans les gouttières qui les séparent.
- La lèvre antérieure du bord axillaire de l’omoplate.
• Terminaison : par un tendon aplati se termine sur la face antérieure du trochin.
• Action : rotateur interne de l’humérus et ligament actif de l’articulation de l’épaule.
• Vascularisation : artère scapulaire inférieure.
• Innervation : nerfs supérieur et inférieur du sous scapulaire.

b. Muscle grand rond :
Muscle épais, allongé de forme quadrangulaire,
• Origine : s’insère sur l’angle inférieur de l’omoplate, et au niveau de la fosse sous épineuse prés
du bord axillaire.
• Terminaison : par un tendon aplati sur la lèvre interne de la coulisse bicipitale.
• Action : Adducteur, sil prend point fixe sur l’omoplate.
Elévateur de l’omoplate, s’il prend point fixe sur l’humérus.
• Vascularisation : branche de l’artère scapulaire inférieure
• Innervation : nerf grand rond.

c. Muscle grand dorsal :
N’appartient à la région que par son tendon terminal.
• Origine : - Les apophyses épineuses des 7 dernières vertèbres thoraciques.
- Les apophyses épineuses des vertèbres lombaires.
- La crête sacrée.
- La face postérieure de la crête iliaque.
• Terminaison : par un tendon aplati au niveau de la lèvre interne de la gouttière en avant du
grand rond
• Action : adducteur du membre supérieur.
• Vascularisation : branche volumineuse de l’artère scapulaire.
• Innervation : nerf du grand dorsal.

3. Les orifices de la paroi postérieure :
Sont constitués parla fente Omo-tricipital et l’espace Omo-humérale, qui est divisé par le long chef
du triceps en deux orifices, externe quadrilatère huméro-tricipital, et interne le triangle Omo-
tricipital.
• La fente Omo- tricipitale : limitée par : en haut le grand dorsal, en bas et en dedans par le long
chef du triceps et en dehors par l’humérus.
Elle livre passage au nerf radial et à l’artère brachiale profonde.
• L’espace Omo-humérale : espace triangulaire formé par le bord inférieure du sous scapulaire en
haut, les bords supérieurs du grand rond et grand dorsal en bas, et le col chirurgical de l’humérus
en dehors.
• Le quadrilatère Huméro-tricipital = de Velpeau : livre passage à l’artère circonflexe postérieure et
au nerf circonflexe, et fait communiquer le creux axillaire avec la région deltoïdienne.

Le nerf circonflexe, innervant le muscle deltoïde, est situé immédiatement sous l’articulation
scapulo humérale, d’où le risque de paralysie deltoïdienne lors des luxations antéro interne de
l’épaule.

• Le triangle Omo-tricipital : livre passage à la branche postérieure de l’artère scapulaire inférieure,
et fait communiquer le creux axillaire avec la région scapulaire postérieure.

B. Paroi interne :

1. Plan profond :
Formé par la partie latérale de la cage thoracique correspondante aux 5premiers côtes et aux 4
premiers espaces intercostaux, entre :
• Les insertions antérieures des muscles pectoraux en avant.
• La zone de contact entre l’omoplate et le thorax en arrière.
• L’horizontale passant par le bord inférieur du grand pectoral en bas.

Ce plan costo-intercostal sépare le creux axillaire du fascia endothoracique, de la plèvre et du
poumon, ainsi les plaies de l’aisselle sont presque toujours des plaies thoraciques.
Ce rapport explique aussi que les exsufflations des pneumothorax se font au niveau du creux
axillaire.

2. Plan musculaire= muscle grand dentelé:
Muscle grand dentelé est le principal constituant de la paroi interne, c’est un muscle large et aplati.
• Origine : - Portion supérieure : angles supérieur de l’omoplate.
- Portion moyenne : bord spinal de l’omoplate.
- Portion inférieure : angle inférieur de l’omoplate.
• Terminaison : - Portion supérieure : par deux digitations sur les deux 1eres côtes.
- Portion moyenne : parties moyennes de la face externe des 2eme, 3eme, et 4eme côtes.
- Portion inférieure : par un large éventail sur les parties moyennes de la 5eme à la 9 eme côte.
• Action : muscle inspirateur
• Vascularisation : - Branches de l’artère mammaire externe.
- Branche antérieure de l’artère scapulaire inférieure.
• Innervation : nerf du grand dentelé ou nerf respiratoire accessoire de Charles Bell.

Sur le plan du muscle grand dentelé, descend verticalement un certain nombre d’éléments VN :
• Les artères petites thoraciques.
• Le nerf du grand rond.
• Le nerf du grand dentelé.
• L’artère mammaire externe.


C. Paroi antérieure :
Purement musculo-aponévrotique, la paroi antérieure est la plus complexe et la plus importante,
elle est située immédiatement sous le 1/3 externe de la clavicule.

1. Plan profond :
a. Le muscle sous clavier :
Muscle cylindrique court.
• Origine : gouttière du sous clavier au niveau de la face inférieure du 1/3 externe de la clavicule.
• Terminaison : face supérieure du premier cartilage costal.
• Action : abaisseur de la clavicule et du moignon de l’épaule.
• Vascularisation : artérioles de l’axillaire et de la sous scapulaire
• Innervation : nerf du sous–clavier.

b. Le muscle petit pectoral :
Muscle aplati triangulaire.
• Origine : la pointe de l’apophyse coracoïde
• Terminaison : par trois digitations sur l’extrémité antérieure de la 3ème à la 5ème cote.
• Action : abaisseur du moignon de l’épaule.
• Vascularisation : rameaux de la face antérieure artère axillaire.
• Innervation : nerf du petit pectoral.
Les muscles petit pectoral et sous clavier forment en s’écartant entre le triangle clavi-pectoral.

c. L’aponévrose Clavi-Coraco-Axillaire :
• En haut : fixé sur les bords antérieur et postérieur de la face inférieur de la clavicule, elle engaine
le muscle sous clavier, avant de former l’aponévrose Clavi-Coraco-Axillaire proprement dite qui
ferme l’espace clavi-pectoral.
• En bas : engaine le petit pectoral avant de former le ligament suspenseur de Gerdy.
• En dedans : se perd sur la face antérieure de la clavicule.
• En dehors : fusionne avec l’aponévrose du Coraco-brachial.

2. Plan musculo-aponévrotique superficiel :

a. Le muscle grand pectoral :
Muscle volumineux triangulaire aplati.
• Origine :
- Chef claviculaire : sur les 2/3 internes de la clavicule.
- Chef sterno-costal supérieur : face antérieure manubrium sternal et les deux premiers cartilages
costaux.
- Chef sterno-costal inférieur : face antérieure du corps du sternum, la face antérieure de la 3eme
au 6eme cartilage costal et la partie osseuse de la 7eme cote et la gaine du grand dorsal.

• Terminaison : par un tendon en U sur la lèvre externe de la gouttière bicipitale.
• Action : adducteur du bras.
• Vascularisation : - Branche thoracique de l’artère acromio-thoracique.
- Branche perforante de la mammaire interne.
• Innervation : les nerfs supérieur et inférieur du grand pectoral.
Le bord inférieur du grand pectoral est un excellent repère d’anatomie de surface et forme la limite
superficielle et inférieure du creux axillaire.

b. L’aponévrose du grand pectoral :

Nait au niveau de la clavicule tapisse la face antérieure du muscle grand pectoral, avant de se
diviser au niveau de son bord inférieure en :
- Feuillet profond : tapissant la face postérieure du grand pectoral.
- Feuillet superficiel : forme la paroi inférieure du creux axillaire, en allant rejoindre le bord
inférieur du grand dorsal.

3. La loge inter pectorale :
Espace celluleux entre les deux plans musculo-aponévrotiques, traversé par les éléments VN allant
au grand pectoral

4. Les plans de couverture :
• Peau : fine, mobile, formant le creux sous claviculaire de l’anatomie de surface.
• Le tissu cellulaire sous cutané : comprend une partie superficielle adipeuse et profonde dense =
fascia superficialis.

D. Paroi externe :
Très étroite réduite à un simple bord surtout à sa partie supérieure :
1. Plan ostéo-articulaire :
• Face inféro-interne de la tête humérale et le col chirurgical.
• Apophyse coracoïde.
• Capsule et ligaments scapulo- huméraux.

2. Plan musculaire :
a. Muscle court biceps :
S’insère sur l’apophyse coracoïde, passe dans la coulisse bicipitale avant de rejoindre rapidement
les fibres du chef long du biceps.

b. Muscle Coraco-brachial :
• Origine : l’apophyse coracoïde en dehors du biceps.
• Terminaison : 1/3 supérieur de la face interne de la diaphyse humérale.
• Action : élève le bras et le porte en dedans et en avant.
• Vascularisation : collatérales de l’artère axillaire.
• Innervation : nerf musculo-cutané.

E. Paroi inférieure :
= base du creux axillaire, purement aponévrotique et cutanée. De forme variable selon la position
du bras, elle correspond en anatomie de surface à la zone cutanée plus au moins excavée qui
forme le creux de l’aisselle.

1. L’aponévrose inférieure du creux axillaire :
Lame aponévrotique quadrilatère qui se continue avec :
• En avant : L’aponévrose superficielle du grand pectoral.
• En arrière : L’aponévrose du grand dorsal.
• En dehors : Se poursuit sur le Coraco-brachial, et présente un orifice qui livre passage au paquet
VN axillaire.
• En dedans : L’aponévrose du grand dentelé.

2. Le tissu cellulaire sous cutané :
Très dense contient de nombreuses glandes sudoripares.

L’inflammation de ces glandes est à l’origine d’hidrosadénites de l’aisselle.

3. La peau :
Souple pigmentée, normalement revêtue de poils.

F. Sommet :
Traversé par le paquet VN axillaire, cet orifice constitue un véritable hile vasculaire, et fait
communiquer le creux axillaire avec la région sus claviculaire.
Il est limité :
• En bas : Face supérieure de la 1ère côte.
• En haut : La clavicule et le muscle sous clavier.
• En dehors : Saillie de l’apophyse coracoïde aces ses ligaments Coraco-claviculaires.
• En dedans : L’angle entre le sous clavier et la 1ère côte.

IV. Contenu du creux axillaire :

A. Paquet VN axillaire :
Traverse le creux axillaire de son sommet à la partie externe de sa base, d’abord la partie
supérieure de la paroi interne, puis longe la paroi antérieure avant de gagner la paroi externe où il
se poursuit en devenant paquet VN brachial.


1. L’artère axillaire :
• Dimensions : d’une longueur de 7à 8cm, et d’un calibre de 8 à 10mm.
• Origine : Au dessous du milieu de la clavicule, où elle fait suite à l’artère sous clavière.
• Trajet : dépend de la position du bras :
- Bras pendant le long du corps : l’artère axillaire se dirige en bas en arrière et en dehors.
- Bras étendu horizontalement : l’artère axillaire est rectiligne
• Terminaison : bord inférieur du grand pectoral où elle se continue par l’artère humérale.

• Collatérales :
- La thoracique supérieure.
- L’acromio-thoracique.
- Les petites thoraciques.
- La mammaire externe.
- L’artère scapulaire inférieure.
- Le tronc des circonflexes.

Lors de la ligature de l’artère axillaire, les collatérales assurent, par leur nombreuses anastomoses,
la continuité des communications entre le cou l’épaule, le membre supérieure et le thorax.

2. La veine axillaire

• Origine : Bord inférieur du grand pectoral, de la confluence de la veine humérale et de la veine
basilique.
• Trajet : Généralement doublée d’un canal veineux collatéral, la veine axillaire est appliquée sur le
flanc interne de l’artère et traverse en diagonale le creux axillaire, en suivant la direction générale
du paquet VN.
• Terminaison : Sous la clavicule, en devenant veine sous clavière.

Plus volumineuse que l’artère, la veine axillaire présente des parois épaisses, presque artéroide,
augmentant le risque d’embolie gazeuse.
La bonne connaissance de la veine axillaire est nécessaire lors de la ponction centrale par voie sous
clavière, et dans l’interprétation d’une phlébographie.


3. Le plexus brachial et ses branches terminales.

A son entrée dans le creux axillaire, le plexus brachial est constitué par trois troncs nerveux
s’étageant de haut en bas sur le flan externe de l’artère axillaire :
• Tronc secondaire antéro-externe.
• Tronc secondaire antéro-interne.
• Tronc secondaire postérieure.
Ces trois troncs secondaires sont accompagnées par de nombreuses collatérales :
• En avant : Nerfs du grand pectoral et du petit pectoral.
• En arrière : Nerf inférieur du petit pectoral.
• En dedans : Nerfs du grand dorsal, grand rond et grand dentelé.
Les terminales du plexus brachial nés des troncs secondaires, sont disposées tout autour de l’artère
axillaire :

• Tronc secondaire antéro-externe se divise en :
- Nerf musculo-cutané.
- Racine externe Nerf médian.
• Tronc secondaire antéro-interne se divise en arrière de l’artère en :
- Racine interne Nerf médian.
- Nerf cubital.
- Nerf brachial cutané interne.
- L’accessoire du brachial cutané interne.
• Tronc secondaire postérieure :
- Nerf radial.
- Nerf circonflexe

La paralysie obstétricale du plexus brachial : (P.O.P.B) touche le nouveau né lors des dystocies des
épaules, et peut avoir un pronostic fonctionnel sévère.
Le plexus brachial est aussi fréquemment siège de lésions dues aux luxations de l’épaule, vue les
rapports étroits avec l’articulation scapulo-humérale.


B. Eléments VN périphériques :

Ce sont les branches collatérales du paquet VN axillaire :
1. Les éléments antérieurs :
• Artères :
- Artère thoracique supérieure.
- Artère acromio-thoracique.
- Artères petites thoraciques.
• Veines : Satellites des artères se jettent dans la veine axillaire.
• Nerfs :
- Nerf supérieur du grand pectoral.
- Nerf inférieur du grand pectoral.
- Nerf du petit pectoral.

2. Les éléments internes :
• Artère mammaire externe.
• Les deux veines mammaires externes.
• Nerf grand dentelé.
• La branche thoracique de l’artère scapulaire inférieure.
3. Les éléments postérieurs :
• Les nerfs du sous scapulaire.
• Le nerf circonflexe.
• Les nerfs du grand rond et du grand dorsal.
• L’artère scapulaire inférieure.

4. Les éléments externes :
• Les artères circonflexes antérieur et postérieur.
• Les veines circonflexes.

C. Lymphatiques :
Résument la circulation lymphatique du membre supérieur, d’une partie de la paroi thoracique et
abdominale, et de la glande mammaire.

•   Le   groupe   mammaire externe.
•   Le   groupe   brachial.
•   Le   groupe   de la gouttière dorso-scapulaire.
•   Le   groupe   intermédiaire.
•   Le   groupe   sous-claviculaire.

Ces ganglions ont une importance chirurgicale, surtout en matière de cancer du sein lors du curage
ganglionnaire.

V. Rapports du creux axillaires :

•   En   haut et en dedans : La région sus claviculaire.
•   En   arrière : La région scapulaire.
•   En   dedans : Les espaces intercostaux
•   En   dehors : L’articulation scapulo-humérale.
•   En   bas : Les loges brachiales antérieure et postérieure.




VI. Conclusion :

Le creux axillaire est une région complexe, par ses branches vasculo-nerveuses anastomosées, elle
est très importante aussi bien en pathologie vasculaire (cure d’un anévrysme), qu’en pathologie
carcinologique en matière du cancer du sein.
C’est une région d’abord chirurgical délicat vu les contacts intimes avec le paquet VN, les voies
d’abords les plus utilisées :
- Voie antérieure : par le sillon delto pectoral pour les lésions du plexus brachial.
- Voie postérieure : pour la transplantation musculaire.
- Basse : avec le membre supérieur en abduction à 90°.

								
To top