anatomie 2 MEMBRE SUP

Document Sample
anatomie 2 MEMBRE SUP Powered By Docstoc
					                                             MEMBRE Sup.
1°) Biomécanique
       Epaule : 5 Articulations
           o Strerno-claviculaire = toroïde (en selle) 3 DDL
           o Acromio-claviculaire = arthrodie 5 DDL (mais amplitude limitée)
           o Gléno-humérale = énarthrose 3 DDL
Axe transversal : Flexion (90°) / Extension (45°)
Axe vertical : Rotation latérale (80°) / Rotation médiale (110°)
Axe antéro postérieur : Abduction (60°) / Adduction (0°) 30° si F° combinée
           o Omo-serato-thoracique = fausse articulation
           o Sous acromiale = fausse articulation (surface glissante)
       Coude :
           o Huméro-radiale = condylienne
           o Huméro-ulnaire = trochocléenne
           o Radio-ulnaire = trochoïde
       Poignet
           o Radio-carpienne = condylienne
           o Médio-carpienne = double condylienne inversée
       Main
           o Trapèzo-métacarpienne
           o Carpo-métacarpienne
           o Métacarpo-phalangienne
           o Inter-phalangienne


2°) Ostéologie
Clavicule
Os pair non symétrique compris entre l’acromion et le manubrium sternal
jonction de la ceinture scapulaire au squelette axial +++
A la forme d’un S italique inversé :
         Concave en avant dans son tiers latéral
         Convexe en avant dans son tiers médial
Aplatie de haut en bas, pyramidale dans la partie latérale
2 faces
2 bords
2 extrémités




       1- FACE SUPERIEURE
Présente des insertions musculaires :
En avant : le m. GP sur les 2/3 médiaux, m. deltoïde sur le 1/3 médial
En arrière : le m. SCOM sur les 2/3 médiaux, m. trapèze sur le 1/3 latéral


                                                                               1
Aponévroses cervicales superficielle et moyenne s’insèrent sur les 2/3 médiaux entre GP et SCOM
pour la superficielle et en arrière du SCOM pour la moyenne

       2- BORD ANTERIEUR
Présente des insertions musculaires :
m. GP sur les 2/3 médiaux
m. deltoïde sur le 1/3 latéral sur le tubercule deltoïdien

       3- FACE INFERIEURE
La partie latérale présente, la ligne trapézoïde (ligt trapézoïde), et le tubercule conoïde (ligt
conoïde)
Présence d’un sillon à la partie moyenne : le sillon du m. subclavier dans lequel s’insère le m. du
même nom.
Près de l’extrémité médiale se trouve la tubérosité costale : ligt costo-claviculaire

       4- BORD POSTERIEUR
Présente des insertions musculaires :
m. Trapèze sur le 1/3 ext (convexe en Arr, épais et rugueux)
Apo cervicale moyenne sur les 2/3 int (concave en Arr et lisse)

       5- EXTREMITE LATERALE OU ACROMIALE
Aplatie de haut en bas articulée avec l’acromion
La facette articulaire convexe est orientée en bas et latéralement

         6- EXTREMITE MEDIALE OU STERNALE
Volumineuse, pyramidale, articulaire avec l’incisure claviculaire du sternum et le premier cartilage
costal.
Facette articulaire triangulaire et convexe verticalement, autour les ligt SC ant, ligt inter claviculaire,
et ligt SC post

       7- POINT D’OSSIFICATION
Primaire diaphysaire, secondaire épiphysaire

        8- APPLICATION CLINIQUE
Situation + forme  expose la clavicule aux traumatismes
La fracture de la clavicule s’accompagne souvent d’un déplacement important le fragment médial est
attiré en haut en arrière par la traction du SCOM, alors que le fragment latéral en bas en avant par la
traction du deltoïde et du GP.
Ce déplacement est perceptible à la palpation sous la forme d’une saillie acérée correspondant au
fragment médial.
Cette partie médiale de la clavicule est en regard du passage du plexus brachial et des vx subclaviers
qui peuvent être lésés dans cette fracture ou comprimés lors d’un cal exubérant

L’orientation des surfaces articulaires explique que dans la luxation acromio-claviculaire, l’extrémité
latérale de la clavicule soit déplacée vers le haut ( touche de piano) suite à la rupture des ligt acromio-
claviculaire et coraco-claviculaire.

Scapula
os plat, asymétrique, pair, partie postéro latérale du grill thoracique entre les 2° et 7° côtes
         Un corps triangulaire sur lequel s’attache l’épine de la scapula et le processus coracoïde.
         2 faces (costale et postérieure)
         3 bords (sup, lat, med)
         3 angles (sup, inf, lat)

                                                                                                          2
       1- FACE ANTERIEURE
Excavée, constitue la fosse subscapulaire : m.subscapulaire
Parcourue par des crêtes obliques vers l’angle supérolatéral (2 à3)

       2- FACE POSTERIEURE
Divisée par l’épine de la scapula implantée perpendiculairement au niveau ¼ sup
Bord sup : m. trapèze qui se prolonge en bas sur tubercule trapézien
Bord inf : m. deltoïde

L’épine se prolonge latéralement par l’acromion, volumineux processus osseux projeté en avant au-
dessus de la cavité glénoïdale :

face sup rugueuse convexe articulaire avec la clavicule
Bord médial : m. trapèze
Bord latéral : m. deltoïde

De part et d’autre de l’épine, deux fosses : fosse supra épineuse (m. supra épineux) et fosse infra
épineuse (m. infra épineux)

        3- BORD SUPERIEUR
De l’angle supérieur à l’angle latéral : présence d’une échancrure, l’incisure coracoïdienne (artère et
nerf supra scapulaire, séparés par le ligt transverse)
Médialement à cette incisure : m.omo-hyoïdien
sur tout le reste du bord sup, aponévrose cervicale moyenne

       4- BORD MEDIAL OU SPINAL
Face post : m. grand et petit rhomboïde
Face ant : m. dentelé antérieur

        5- BORD LATERAL OU AXILLAIRE
Sur la face post : m. petit rond en haut, m. grand rond en bas

       6- ANGLE LATERAL (ou supéro latéral)
2 éléments :

                                                                                                          3
La cavité glénoïdale :
Portée par le col de la scapula, concave regarde en Ht Avt Dh, encroûtée de cartilage, s’articule avec le
tête humérale
Au-dessus du col, le tubercule supra glénoïdal : chef long du m. biceps brachial
Au-dessous du col, le tubercule infra glénoïdal : chef long du m. triceps brachial

Le processus coracoïde : processus vertical puis coude à 90° qui s’oriente Bs Avt Dhs, il présente :
apex : chef court du biceps brachial en dehors, m. coraco brachial en dedans
Face sup : ligament coraco claviculaire (trapézoïde et conoïde)
Face interne : m. petit pectoral
Face externe : ligt. coraco huméral sur les portions verticale et horizontale

       7- ANGLE SUPERIEUR
Face post le long du bord médial : m. élévateur de la scapula

       8- ANGLE INFERIEUR
Face post : m . grand dorsal (inconstant)

       9- POINT D’OSSIFICATION
Point primitif : médialement au col
Points secondaire : multiples coracoïde, acromion, spinal, glénoïde

       10- SEMIOLOGIE
Certains repères osseux palpables sont utiles pour étudier la scapula, l’articulation de l’épaule et d’une
façon générale, toute la région :
En avant : le rebord glénoïdal antérieur, au fond du sillon delto pectoral
En haut : le processus coracoïde situé en profondeur sous la clavicule
En arrière : l’épine de la scapula qui se prolonge latéralement par l’acromion, articulaire avec la
clavicule
Enfin la région sous acromiale est comblé en avant et latéralement par l’épiphyse supérieur de
l’humérus.

        11- APPLICATIONS CLINIQUES
Protégée par les muscles qui l’entourent, la scapula est rarement fracturée, par contre les luxations de
l’articulation acromio claviculaires sont plus fréquentes. La surface de l’acromion regardant en haut la
clavicule se luxe en haut et en dedans, attiré par le trapèze, d’ou la saillie et la mobilité en « touche de
piano ».

Humérus
os long, pair.
Il s’articule avec la scapula par la tête de l’humérus en haut et avec le radius et l’ulna par
l’intermédiaire de la palette humérale en bas.
1 diaphyse
2 épiphyses.

        1- LA DIAPHYSE
Triangulaire à base postérieure, s’arrondie en haut
3 faces et 3 bords.

face antéro médiale
    ¼ sup gouttière bicipitale qui prolonge sillon inter tuberculaire : lèvre latérale = bord antérieur :
    m. GP, lèvre médiale : m. GR, en profondeur m. GD
    ½ inférieure m. brachial

                                                                                                            4
    ¼ inf de la ½ sup : m. coraco brachial
face antéro latérale
    ¼ inf de la ½ sup : Tubérosité deltoïdienne m. deltoïde
    ½ inf : m.brachial
face postérieure
    1/3 moyen traversé par le sillon du nerf radial
    Au-dessus du sillon vaste latéral du m.triceps brachial
    Au-dessous du sillon vaste médial du m.triceps brachial
bord antérieur
    m. brachial
bord latéral
    1/3 inf : m.brachio radial et m. LERC au-dessous
bord médial
    m. brachial

        2- L’EPIPHYSE PROXIMALE
2 parties : articulaire (la tête) et non articulaire (les tubérosités)
Articulaire = la tête humérale :
    Demi-sphère encroûtée de cartilage , s’articule avec la cavité glénoïde de la scapula.
    L’axe est orienté en Haut Dedans Arrière :
    Angle d’inclinaison : 130°
    Angle de déclinaison : 20°
    Angle avec l’horizontale : 45°
    Insertion du ligt gleno huméral supérieur dans l’encoche au-dessus du tubercule mineur.
    Séparée de la partie non articulaire par le col anatomique.

Non articulaire, les tubercules :
    le tubercule majeur (trochiter) en haut latéralement : insertion de la coiffe des rotateur m.
   supra épineux (face sup) m. infra épineux (partie sup face post) et m. petit rond (partie inf face
   post). Ligt coraco huméral sur le bord interne
    le tubercule mineur (trochin) en avant sous la tête humérale : insertion du m. sub scapulaire .
   Faisceaux médial du ligt coraco huméral sur son bord supérieur dans l’encoche supra tuberculaire.
   Faisceaux inférieur et moyen du ligt gléno huméral sur son bord interne
    sillon inter tuberculaire : insertion sur les berges du ligt huméral transverse qui recouvre et
   protège le passage dans ce sillon du tendon du m. biceps brachial (longue portion)
L’épiphyse proximale est portée par le col chirurgical entouré par le nerf axillaire.

        3- L’EPIPHYSE DISTALE
Est déjetée en avant du plan frontal
3 surfaces articulaires au centre
2 parties latérales = les épicondyles

Surfaces articulaires :
    le capitulum , saillie demi-sphérique antéro latérale articulaire avec la fossette radiale
    la trochlée, médialement, poulie s’enroulant sur le bord inf de l’épiphyse, s’articule avec
   l’incisure trochléaire de l’ulna
    la zone capitulo-trochléaire entre les deux, elle répond au biseau médial de la fossette radiale.
    Ces surfaces sont surmontées de fosse : en avant les fosses radiale (dehors) et coronoïdienne
   (dedans), et en arrière la fosse olécranienne

Les épicondyles :
    l’épicondyle latéral (épicondyle) donne insertion aux muscles épicondyliens latéraux
   (m.épicondyliens) : à la face antérieure les m.court extenseur radial du carpe, m. supinateur,
                                                                                                         5
    m.extenseur ulnaire du carpe, m.extenseur commun des doigts, m. extenseur propre du V, et
    à la face postérieure, le m.anconé . Insertion ligt collatéral radial face ant le long du capitulum
     l’épicondyle médial (épitrochlée), plus saillante et sous cutanée, donne insertion sur sa face
    antérieure aux muscles épicondyliens médiaux (m.épitrochléens) : m. rond pronateur,
    m.flechisseur ulnaire du carpe, m.fléchisseur radial du carpe, m. palmaire long, m.
    fléchisseur superficiel des doigt, et au ligt collatéral ulnaire. Sur sa face postérieur, présence du
    sillon du nerf ulnaire.

        4- SEMIOLOGIE
La tête humérale est perçue dans la région sous acromiale antérieure. Les tubercules majeur et mineur
sont aussi palpable latéralement au processus coracoïde

La palette humérale est reconnaissable à deux repères : les épicondyles latéral et médial (sous cutané
et plus saillant que le latéral)

       5- APPLICATION CLINIQUE
Tout traumatisme de l’épaule (luxation de l’articulation gléno humérale, fracture du col chirurgical
de l’humérus) risque de léser le nerf axillaire. Il faut donc toujours rechercher les signes d’une
paralysie du nerf dans ce cas (nous étudierons ces signes plus tard en neurologie).
Les luxations les plus courantes de l’épaule voient la tête humérale se luxer en avant et médialement à la cavité glénoïdale :
ces sont les luxations « antéro internes ». Elles sont marquées par :
- un aplatissement du moignon de l’épaule avec une saillie de l’acromion (signe de l’épaulette)
- un coup de hache latéral
- une abduction irréductible

La fracture de la diaphyse se traduit par une angulation évidente du bras à sommet antéro latéral.
Elle met en danger le nerf radial.

La fracture de la palette humérale est fréquente chez l’enfant . Les nerfs périphériques
(médian, radial, et surtout ulnaire ++) de même que l’artère brachiale sont exposés.

Radius
os long, pair, situé le plus latéralement.
Il s’articule avec l’humérus en haut, avec l’ulna en dedans et le carpe en bas.
1 diaphyse et 2 épiphyses.




                                                                                                                            6
       1- LA DIAPHYSE
Triangulaire à base latérale, 3 faces et 3 bords.

face antérieure
        Au-dessous de la tubérosité radiale, plus large en bas qu’en haut
        2/3 supérieures : m.Long Fléchisseur du Pouce (LFPI)
        1/3 inférieur : m.carré pronateur
face latérale
        Convexe de haut en bas, trois tiers :
        1/3 sup : chef profond du m.supinateur
        1/3 moyen : insertion du m.Rond Pronateur
        1/3 inf : libre répond au glissement des tendons latéraux
face postérieure
        Plus large en bas, trois tiers :
        1/3 sup : libre répond à l’enroulement du m.supinateur
        1/3 moyen : insertion de haut en bas : m.Long Abducteur du pouce (LABDI) et m.CERC
        1/3 inf : libre répond au glissement des tendons du plan profond de la loge postérieure
bord antérieur
        de la tubérosité radial au processus styloïde du radius
        ½ sup : oblique BAS DHS, insertion m. FSD au-dessus duquel m.Supinateur(chef superficiel)
        ½ inf : verticale
bord médial
        de la tubérosité radiale à l’épiphyse distale où il bifurque :
        insertion MIO sur toute la longueur et la corde oblique sous la tubérosité radiale
        attache inconstante du m.FPD
bord postérieur
        SIMPL

        2- L’EPIPHYSE PROXIMALE
3 parties : tête, col, tubérosité radiale
La tête
        Surface articulaire encroûtée de cartilage hyalin, deux parties :
        Face supérieure : la fovéa, cylindre creux orienté en Haut, s’articule avec le capitulum de
        l’humérus, biseautée à sa partie antéro-médiale
        Le pourtour : s’articule avec l’incisure radiale de l’ulna et la face profonde du ligt annulaire
        pour former un trochoïde.
Le col
        Cylindre supportant la tête, où déborde les insertions des chefs superficiels (en avant) et
        profond (latéralement) du m.Supinateur
La tubérosité radiale
        saillie inféro médiale du col, ovalaire à grand axe vertical, deux versants :
        Un postérieur rugueux pour l’insertion du m.Biceps, un antérieur lisse pour la bourse synoviale
        du même muscle.

        3- L’EPIPHYSE DISTALE
quadrangulaire à la coupe.
3 faces de la diaphyse se prolongent, et s’ajoute une face médiale naissant de la bifurcation du bord
médial, et une face inférieure articulaire.

Face antérieure
      Lisse, large, répond au glissement des tendons fléchisseurs.
      Son bord inférieur est oblique en BAS en DHS.


                                                                                                        7
       Il présente sur sa ½ médiale le tubercule lunarien, et sur sa ½ latérale le ligt radio carpien
       antérieur .
Face postérieure
Séparée de la face latérale par le prolongement du bord postérieur qui se termine en tubercule dorsal.
En dedans on trouve un sillon latéral : tendon du L E I. Encore en dedans une crête verticale en dedans
de laquelle on trouve le tendon de l’E II puis les quatre tendons de l’ED.

Face latérale
3 parties :
        - Au milieu le processus styloïde du radius qui descend plus bas que celui de l’ulna (selon les
        auteurs : présence d’un ligt collatéral radial du poignet).
        - En avant un sillon oblique en bas en avant qui livre le passage aux tendons CERC (en arr) et
        LERC (en avt), s’insère le m.Brachio Radial
        - En arrière un sillon vertical qui livre le passage d’ARR en AVT aux tendons CEI et LABDI
Face médiale
        Triangulaire base inférieure, ses bords ant et post naissent de la division du bord interosseux.
        Partie sup triangulaire , déborde le m.carré pronateur
        Partie inf rectangulaire , concave en dedans, encroûtée de cartilage hyalin, l’incisure ulnaire du
        radius, surface articulaire de type trochoïde avec la tête ulnaire.
Face inférieure
        Surface articulaire de type ellipsoïde, concave en Bas en AVT, recouverte de cartilage hyalin,
        divisée en une surface rectangulaire médiale articulaire avec le lunatum, et une triangulaire
        latérale articulaire avec le scaphoïde.
        Le bord postérieur est plus bas que le bord antérieur !!

       4- OSSIFICATION
Point d’ossification Primaire : diaphysaire
Points d’ossification Secondaires : épiphysaires et bicipital

        5- SEMIOLOGIE
On peut palper le pourtour de la tête radiale à la face latérales du coude. On la sent rouler lors des
mouvements de pronation-supination. Il en est de même pour le bord latéral de l’os qui limite
latéralement l’avant-bras.
L’apex du processus styloïde du radius est normalement situé à 1 cm au-dessous celui de l’ulna.
La ligne bistyloïdienne est normalement orientée en BAS et en DEHORS.
Enfin, l’axe de l’avant-bras passe par le médius. En revanche il ne se continue pas en haut avec l’axe
du bras. Entre eux se forme un angle obtus ouvert latéralement : c’est le cubitus valgus physiologique.
Celui ci est évident quand le coude est en extension.
Il disparaît quand le coude est en flexion.

         6- APPLICATION CLINIQUE
Les fractures des deux os de l’avant-bras sont fréquentes. Le déplacement varie avec la position du
trait de fracture par rapport à l’insertion du muscle rond pronateur.
Si le trait est au-dessus, le fragment supérieur subit l’action du m.supinateur et est en supination
maximum.
Si le trait est au dessous, la supination est moins marquée. Le fragment inférieur est toujours en
pronation (m.carré pronateur).
La fracture de l’extrémité inférieure du radius (de Pouteau-Colles) est très fréquente. Elle entraîne :
De face : une déviation de l’axe de l’avant-bras médialement, une ascension du processus styloïde du
radius, la ligne bistyloïdienne devient horizontale.
De profil, une déformation du poignet en dos de fourchette.



                                                                                                          8
Ulna
os long, pair, asymétrique, situé le plus médialement.
Il s’articule en haut avec l’humérus et latéralement avec le radius.
C’est un os grêle, plus large en haut.
1 diaphyse et 2 épiphyses.

       1- LA DIAPHYSE
courbée dans le plan frontal :
        convexe en dehors dans sa ½ supérieure
        concave en dehors dans sa ½ inférieure
courbée dans le plan sagital :
        concavité antérieure
Triangulaire à base médiale 3 faces et 3 bords.

face antérieure
       Plus large en haut
       2/3 supérieurs : lisse, m.Fléchisseur Profond des Doigts
       1/3 inférieur : séparé de la partie sup par une crête oblique en bas en dedans sur sa ½ médiale
       m.carré pronateur
face postérieure
       Deux surfaces (supérieure et inférieure) séparées par une crête oblique en bas en dedans partant
       de l’angle postéro inf de l’incisure radiale rejoignant le bord post a l’union ¼ sup, ¾ inf
       Au-dessus de cette crête : m.anconé
       Au-dessous : surface divisée en deux champs (latéral et médial) par une crête verticale
                Champ latéral : de haut en bas le m. Long Abducteur du I , m. Court Extenseur du I
       ( insertion inconstante car surtout sur MIO et radius) , m. Long Extenseur du I, m.
       Extenseur Propre du II
                Champ médial : excavée dépourvu d’insertion, laisse le passage au corps du
       m.Extenseur Ulnaire du Carpe
face médiale
       2/3 supérieurs : prolongement de l’insertion du m.Fléchisseur Profond des Doigts
       1/3 inférieur : lisse convexe , répond au glissement du tendon du m.FUC
bord antérieur
       mousse, insertion du m. FPD
bord latéral (interosseux)
       Membrane interosseuse antébrachiale (MIO) sur tout le long
       Dans la partie supérieure elle se divise en deux crêtes qui délimitent la fosse supinatrice dans le
       fond de laquelle s’insère le faisceau profond du m.Supinateur. Sur la lèvre postérieure ou
       crête supinatrice s’attache le faisceau moyen du ligament collatéral radial et le faisceau
       superficiel du m.Supinateur.
bord postérieur (crête ulnaire)
       Deux versants : un latéral où s’attache le m.EUC, un médial où s’attache le m.FUC
       Un sommet sur lequel s’insère le fascia superficiel de l’avant bras
       Dans la partie supérieure il se bifurque en deux bords de part et d’autre de l’olécrane, se
       poursuit les insertion du m.FUC sur la ligne de bifurcation médiale et du m.EUC sur la ligne
       de bifurcation latérale.

        2- L’EPIPHYSE PROXIMALE
Très volumineuse, composée de deux processus encadrant une surface articulaire concave en avant :
l’incisure trochléaire.

Le processus coronoïde
       Pyramide quadrangulaire dont le sommet antérieur, le bec coronoïdien est infléchit en haut

                                                                                                        9
       Face supérieure : surface articulaire recouverte de cartilage hyalin.
       Formant la partie horizontale de l’incisure trochléaire, forme d’une poulie creuse à grand axe
       transversal avec deux joues concaves séparées par une crête sagittale concave en haut qui se
       termine en avant par le bec coronoïdien .La joue médiale est plus large.

       Face antérieure : rugueuse, présente dans sa partie médiale la tubérosité ulnaire sur laquelle
       s’attache le m.brachial , en dedans on trouve les m. rond pronateur et FSD
       Dans sa partie latérale se fixe la corde oblique

       Face latérale : incisure radiale en haut qui s’articule avec la tête radiale bordée par :
       en avant les ligament annulaire et collatéral radial antérieur
       en dessous le ligament carré
       en arrière les ligament annulaire et collatéral radial moyen,
       Dessous la fosse supinatrice naît de la division du bord latéral de la diaphyse

       Face médiale : le processus coronoïdien en avant sur lequel s’attache le ligament collatéral
       ulnaire moyen, et en arrière on trouve le prolongement du m.FPD
Le processus olécranien
       Saillie verticale cuboïde, qui surmonte la partie supérieure du corps

       Face supérieure : plan oblique en bas en arrière divisé en trois tiers.
       le tiers postérieur rugueux donne insertion au tendon du m.triceps brachial,
       le tiers moyen lisse répond à la bourse synoviale prétendineuse,
       et le tiers antérieur dont la partie moyenne forme le bec olécranien , donne insertion a la
       capsule

       Face antérieure : surface articulaire avec la trochlée, recouverte de cartilage hyalin, forme la
       partie verticale de l’incisure trochléaire, regarde en avant. Elle est séparée par une crête
       concave en avant qui se termine en haut par le bec olécranien.
       La joue médiale est plus large

       Face latérale : l’insertion du m.triceps déborde à la partie supérieure. Celle du m.anconé
       déborde à la partie inférieure. Le long du bord antérieur s’insèrent, la capsule, le ligt collatéral
       radial postérieur le ligt annulaire et continuant la crête supinatrice le m.supinateur
       (superficiel)

       Face médiale : l’insertion du m.triceps déborde à la partie supérieure. Celle du m.FPD
       déborde à la partie inférieure. Le long du bord antérieur s’insèrent, la capsule, le ligt collatéral
       ulnaire postérieur.

         3- L’EPIPHYSE DISTALE
2 saillies :
Tête de l’ulna latéralement :
s’articule par sa face latérale (verticale en forme de cylindre) avec l’incisure ulnaire du radius
s’articule par sa face inférieure (convexe) avec la face supérieure du ligt radio-ulnaire du poignet
ces deux segments sont séparés par une crête mousse

Le processus styloïde de l’ulna, médialement :
Saillie conique en dedans et en arrière de la tête, son sommet donne attache au ligt radio-ulnaire du
poignet

Entre ces deux saillies , glisse à la partie antérieure le tendon du m.FUC et à la partie postérieure le
tendon du m.EUC

                                                                                                           10
       4- OSSIFICATION
POP : diaphysaire
POS : épiphysaires

        5- SEMIOLOGIE
L’exploration clinique de l’ulna est facile, car son bord postérieur est sous cutané, on peut le suivre de
l’olécrane à la styloïde ulnaire. On peut palper la tête ulnaire quand l’avant bras est en pronation.

En position d’extension du coude, l’olécrane et les épicondyles médial et latéral sont situés sur la
même ligne transversale (de Malgaigne).
En position de flexion, ils forment un triangle équilatéral (de Nélaton).

Ces repères sont importants car ils sont modifiés dans les fractures (de la palette humérale, des
épicondyles ou de l’olécrane) . Par contre le triangle n’est pas modifié dans les luxations du coude.

       6- APPLICATION CLINIQUE
La luxation du coude est fréquente. Elle est plus souvent postérieure, c’est à dire que l’incisure
humérale de l’ulna passe en arrière de la trochlée. Tous les nerfs du membre supérieur sont exposés
mais rarement atteints.
La fracture de l’olécrane, attiré en haut par le m.triceps, peut mettre en danger le nerf ulnaire

Main
3 parties : le carpe, les métacarpes, et les phalanges




LE MASSIF CARPIEN
Le carpe forme un canal vertical osseux à concavité antérieure, refermé par une paroi ligamentaire
antérieure (RMF) s’attachant sur les berges de ce canal .
Le tout forme un tunnel qui protège et permet le passage de muscles , tendons, artères et nerfs.

Le massif carpien est formé de huit os, courts, pairs, et non symétriques, s’organisant en deux rangées.

       1- RANGEE PROXIMALE
4 os :
Le scaphoïde :
       Os le plus latéral de la 1ère rangée, triangulaire à base inférieure
       Face antérieure : prolongée en bas par le tubercule du scaphoïde sur lequel s’attache
       m. court abducteur du pouce
       rétinaculum des fléchisseurs

       Face latérale : sillon de l’artère radiale


                                                                                                        11
       articulaire avec :      La glène radiale du radius par sa face supérieure
                               Le trapèze et le trapézoïde par sa face inférieure
                               Le lunatum et le capitatum par sa face médiale
Le lunatum (semi lunaire) :
       Au sommet du massif carpien, entre le scaphoïde et le triquetrum.
       Il a une forme de croissant sagittal

       Aucune insertion musculaire

       Il est articulaire par : Sa face supérieure avec la glène radiale du radius
                                Sa face inférieure avec le capitatum et l’hamatum
                                Sa face médiale avec le triquetrum
                                Sa face latérale avec le scaphoïde
Le triquetrum (pyramidal) :
       Médialement au lunatum
       Forme de pyramide quadrangulaire

       Il n’est pas articulé avec les os de l’avant bras, car s’interpose le ligt triangulaire entre sa face
       supérieure et la tête ulnaire

        Il est articulaire par : Sa face inférieure avec l’hamatum
                                 Sa face antérieure avec le pisiforme
                                 Sa face latérale avec le lunatum
Le pisiforme :
        Forme de petit pois
        Il est articulaire par sa face postérieure avec la face antérieure du triquetrum

       Sa face antérieure voit l’insertion du m.ABD V en bas (débordant sur la face inf) et du m.FUC
       en haut (débordant sur la face sup )
       Le versant latéral est déprimé en un sillon vertical pour le PVN ulnaire en arrière s’insère le
       rétinaculum des fléchisseurs

       2- RANGEE DISTALE
4 os :
Le trapèze :
       Os le plus latéral de la deuxième rangée. Il a une forme de pyramide tronquée

       Face antérieure :
       En dehors : la crête du trapèze sur laquelle on trouve le m. opposant du pouce, le m. court
       fléchisseur du pouce et le rétinaculum des fléchisseurs.
       En dedans : le sillon du tendon du m.FRC

       Il est articulaire par : Sa face inférieure avec le premier métacarpien (toroïde)
                                Sa face supérieure avec scaphoïde
                                Sa face médiale avec le trapézoïde et le deuxième métacarpien
Le trapézoïde :
       Forme d’écusson renversé
       Face antérieure : m. court fléchisseur du pouce (profond), m. adducteur oblique du pouce
       Il est articulaire par : Sa face inférieure avec le deuxième métacarpien
                                Sa face supérieure avec le scaphoïde
                                Sa face médiale avec le capitatum
                                Sa face latérale avec le trapèze
Le capitatum (grand os) :

                                                                                                           12
       Os central du massif carpien, le plus volumineux.
       Forme d’un bouchon de champagne

       Face antérieure : m. court fléchisseur du pouce, m. adducteur oblique du pouce

     Il est articulaire par : Sa face inférieure avec les 2°,3°,4° métacarpiens
                              Sa face supérieure avec le scaphoïde et le lunatum
                              Sa face médiale avec l’hamatum
                              Sa face latérale avec le trapèzoïde et le scaphoïde
L’hamatum (os crochu) :
     Os le plus médial de la deuxième rangée
     Prismatique.
     Face antérieure : porte l’uncus (hamulus) ou crochet sur lequel on trouve m. court
     fléchisseur du petit doigt, m. opposant du V, et le rétinaculum des fléchisseurs

       Il est articulaire par : Sa face inférieure avec les 4° et 5° métacarpiens
                                Sa face supérieure avec le scaphoïde et le lunatum
                                Sa face supéro-médiale avec le triquetrum et le lunatum
                                Sa face latérale avec le capitatum

LE METACARPE
Correspond à la paume et le dos de la main.
5 os longs, pairs (main droite et gauche), non symétriques
s’articulent en haut avec le carpe et les métacarpiens voisins (sauf le premier) et en bas avec les
phalanges.

Métacarpien type : un corps, une base, une tête

Le corps : c’est la diaphyse, triangulaire à la coupe.
        Il présente une face dorsale lisse, des faces latérale et médiale sur lesquelles s’attachent les m.
        interosseux palmaire et dorsaux (IOP et IOD).
        Le bord antérieur est concave et bifurque au niveau de la tête. Les bords latéraux joignent la
        base et le tubercule de la tête.
La base : forme de cube dont la face supérieur s’articule avec le carpe par une surface de type
        plane
La tête : Surface articulaire convexe de type ellipsoïde, encroûtée de cartilage et fibrocartilage,
        correspond à la base de P1. Présence de tubercules sur les parties latérales de la tête

Caractéristiques propres :
      MI : aplati

       Base : Face supérieure surface en selle
              Face latérale : m.LAI

       Corps : aplati donc face palmaire (1° IOP), bord latéral (m. opposant du pouce), bord médial
       (1° IOD)

       Tête : la partie postéro supérieure présente deux cornes en regard desquelles on trouve deux
       sésamoïdes : latéral (m. CABDI) et médial (m. CFI et m. ADDI )

       MII : le plus long


                                                                                                          13
              Base : facettes articulaire avec, le trapèze (en selle), le trapézoïde, le capitatum, MIII
                      face antérieure : m. FRC et 1° IOP
                      face postérieure : m. LERC

       Corps : le plus long, face latérale 1° IOD, médiale 2° IOP et 2° IOD

       MIII : le plus gros, c’est l’axe de la main

              Base : articulaire avec MII, MIV, capitatum
                      face antérieure : m. FRC , et m. ADDI
       face postérieure : m. CERC

       Corps : bord antérieur m. ADDI, face médiale 3° IOD, face latérale 2° IOD

       MIV : le plus grêle

       Base : articulaire avec MIII, MIV, capitatum, hamatum

       Corps : face latérale 3° IOP et 3° IOD, face médiale 4° IOD

       MV : le plus court

              Base : articulaire avec MIV et l’hamatum
                      Face postérieure : m. EUC

       Corps : face latérale 4° IOP et 4° IOD, face médiale m. opposant du V

LES PHALANGES
Petits os long composés d’un corps d’une base et d’une tête. Partie terminale de la main.
On distingue pour chaque doigt trois segments (sauf pour le pouce qui n’en a que deux): phalange
proximale (P1), phalange intermédiaire (P2), phalange distale (P3)

Phalange proximale
      Corps : ovalaire en coupe, deux faces antérieure (attache des coulisses fibreuses) et postérieure
      lisse

       Base : courte, cubique, face supérieure articulaire : glène concave en tout sens recouverte de
       cartilage (ellipsoïde) répond à la tête du métacarpien, face postérieure m. ED, faces latérales
       m. interosseux correspondant


      Tête : surface articulaire en forme de poulie pleine (ginglyme) correspondante à la base de P2,
      recouverte de cartilage. La poulie est plus étendue à la face palmaire (pour la flexion)
Phalange intermédiaire
      Corps : idem osseux que P1 + face antérieure le long des bords latéraux m. FSD

       Base : face supérieure surface articulaire en forme de poulie creuse (ginglyme), face
       postérieure m. ED

      Tête : : surface articulaire en forme de poulie pleine (ginglyme) correspondante à la base de P3,
      recouverte de cartilage. La poulie est plus étendue à la face palmaire (pour la flexion)
Phalange distale
      Corps : idem osseux que P2 sauf que plus court

                                                                                                           14
       Base : face supérieure surface articulaire en forme de poulie creuse (ginglyme), face
       postérieure m. ED, face antérieure m. FPD

       Tête : spatulée, pas de surface articulaire

SEMIOLOGIE
L’examen du poignet se fait à l’aide de repères osseux.

Nous rappelons que la ligne bistyloïdienne est oblique en bas et latéralement, et que l’axe de l’avant
bras passe par le 3° métacarpien.

Le pli de flexion inférieur du poignet correspond à l’interligne séparant les os de la rangée proximale
et les os de la rangée distale du carpe.

On explore le scaphoïde en palpant la région située immédiatement au-dessus de l’éminence thénar et
en palpant dans le fond de la tabatière anatomique qui est normalement déprimée et indolore.

Le pisiforme est palpable sur le bord médial de la face palmaire du poignet.

Il existe une dépression physiologique à la face dorsale du poignet , juste au-dessus de la base du 3°
métacarpien : la fossette de la crucifixion, au fond de laquelle on palpe le capitatum

L’examen de la main ne doit jamais oublier de compter les doigts et les phalanges, regarder leur
orientation et déformation éventuelle.

La palpation de la tête des métacarpien se fait poing fermé, ainsi que celle de la tête des phalanges
proximales et moyennes, de même que la face dorsale de leur corps

APPLICATION CLINIQUE
Au niveau du poignet, les lésions traumatiques les plus fréquentes sont la fracture du scaphoïde dans
sa partie rétrécie, et la luxation rétro lunaire du carpe.

Dans sa luxation retro lunaire du carpe, le lunatum reste sous le radius, mais le capitatum et le reste du
massif carpien passent en arrière.

Dans d’autre cas le lunatum est énucléé en avant du radius et des autres os du carpe.
La réduction doit être pratiquée d’urgence en raison du risque de compression du nerf médian.

Dans sa fracture le scaphoïde est douloureux à la palpation au niveau du fond de la tabatière
anatomique. Pour mettre en évidence plus significativement cette fracture, on effectue un test de
traction compression de la première rangée, qui est alors très douloureux.

Le métacarpe est exposé aux fractures, la base de MI est fréquente chez les boxeurs

Les phalanges sont exposé aux fractures et aux luxations des articulations inter phalangienne

3°) Arthrologie
Ligts Coraco-claviculaires
Ligt trapézoïde :
       partie postéro-ext de la base de la coracoïde  face inf de la clavicule (près du bord ant)
Ligt conoïde :
       Partie int de la base de la coracoïde  Face inf de la clavicule (près du bord post)
                                                                                                         15
Ligt coraco-claviculaire :
       Bord int de la coracoïde  lèvre ext de la gouttière du sous clavier

Ligts sterno-claviclaires
Ligt sterno-claviclaire :
       Surface sternale ant  bord ant de la clavicule
Ligt inter claviculaire :
       Faces sup des clavicules
Ligt costo-claviculaire :
       Face sup de K1  Face inf de la clavicule




Ligts gléno-huméraux
Capsule articulaire :
       Pourtour et bourrelet glénoïdien  col anatomique de la tête humérale
Ligt coraco-huméral : (2 fx)
       Bord ext de la coracoïde  pole sup du trochiter + pole sup du trochin
Ligt gléno-huméraux : (3 fx)
       Sup : pole sup cavité glénoïde  pole sup du trochin
       Moy : en avant du précédent  versant inf du bord int du trochin
       Inf : en dessous du précédant  en Dd du trochin, partie antéro-int du col chirurgical
Ligts actifs de la coiffe des rotateurs : représenté par les tendons des muscles :
       m.long biceps : au-dessus et en Avt
       m.subscapulaire: en Avt
       m.supra épineux : en Ht
       m.infra épineux : en Arr et en Ht
       m.petit rond : en Arr

Ligts du coude
Capsule articulaire :
Humérus :    face ant épicondyle  bord ext condyle
             Bord des fossettes sus-condylienne et coronoïdienne
             Face ant et bord inf de l’épitrochlée
             Face post de l’épitrochlée + lèvre ext de la gouttière du nerf ulnaire
             Bord de la fosse olécranienne
             Face post épicondyle

                                                                                                16
Radius :      sur le col
Ulna :        face sup olécrane  face ext olécrane  face ant coronoïde




LLI : (3 fx)
        Ant : face ant épitrochlée en Dh du FCS  bord ant de l’apo coronoïde entre bec et tubercule
coronoïdien
        Moy : face ant épitrochlée en dessous du FCS  tubercule coronoïdien (partie sup du bord int
de la face ant)
        Post : partie postéro inf de la trochlée  face int de l’olécrane
LLE : (3 fx)
        Ant : face ant épicondyle (pourtour supéro ext)  bord ant petite cavité sigmoïde
        Moy : face ant épicondyle  bord post petite cavité sigmoïde
        Post : face ant épicondyle sous le précédent  face ext de l’olécrane
Ligt de Cooper :
        Tubercule coronoïdien  face int de l’olécrane
Ligt carré de dénucé :
        Face int du col du radius  bord inf de la petite cavité sigmoïde
Ligt annulaire :
        D’1 bord à l’autre de la petite cavité sigmoïde

Ligts radio-carpien
Capsule articulaire :
        Pourtour des surfaces articulaires
Ligt triangulaire :
        Sommet + face ext de la styloïde de l’ulna  bord inf de la petite cavité sigmoïde du radius
Ligt ant : (2 fx)
        Fx radio carpien : ½ ext, bord ant, extrémité inf du radius + bord ant styloïde
                       Lunatum + Triquetrum + Capitatum
        Fx cubito carpien : Bord ant ligt triangulaire  Lunatum + Triquetrum + Capitatum
Ligt post : (3 fx)

                                                                                                       17
        Fx radio carpien : bord post extrémité inf du radius  Triquetrum + hamatum
        Fx radio scaphoïdien : Bord post apo styloïde du radius  face post scaphoïde
        Fx cubito carpien : Bord post ligt trianglaire  face post triquetrum




LLE :
        Sommet apo styloïde du radius     tubercule du scaphoïde (fibres ant)
                                           + face ext scaphoïde (fibres post)
LLI : (2 fx)
       Apo styloïde de l’ulna      pole sup du pisiforme (fx ant)
                                    + face post du triquetrum (fx post)

4°) Myologie
        Région pectorale




                                                                                        18
Petit pectoral
O:     muscle mince + triangulaire
       Face ant + bord sup de K3  K5

Tr : Ht + Dh

T : Bord médial + face sup du processus coracoïde

I : Nerfs pectoraux médial et latéral C6 C7 C8

A:      Pt fixe costal  abaissement + antépulsion du moignon de l’épaule
        Pt fixe scapula  inspirateur accessoire

Grand pectoral
O:    bord ant 2/3 int de la clavicule
      ½ de la surface sternale ant (K6-K7)
      Apo du grd droit de l’abdomen

Tr : 3 fx
        Sup: Dh + Bas
        Moy: Horizontal
        Inf: Dh + Ht

T : lèvre lat de la coulisse bicipitale

I:      Nerfs pectoraux médial et latéral (C6 C7 C8)
        Chef claviculaire C5-C6
        Chef sterno costal C7-C8

A:      Pt fixe thorax     ADD + antépulsion du moignon de l’épaule
                            Rot° int de bras
                            F° bras + coaptateur de la tête (chef clav)
                            Abaissement du moignon en ADD (chef chondro sternal inf)
        Pt fixe humérus  Action de grimper (traction supination)

Coraco-brachial + Court biceps
O:    sommet du processus coracoïde + face ext
      Tendon commun, forme prismatique

Tr : Bas + Dh

T:      court biceps  unit à la longue portion, partie moyenne du bras, en avant du brachial ant
        Coraco brachial  1/3 sup, bord médial de l’humérus

I : Nerf musculo cutané C5-C6

A:      court biceps  F° avt bras + antépulsion de l’épaule
        Coraco brachial  F° du bras + coaptateur de la tête en ADD + ADD accessoire




                                                                                                    19
Sous clavier




O:     triangulaire, jonction K1 premier cartilage costal
       En avt du ligt costo claviculaire

Tr : Ht + Dh

T : sillon inf du 1/3 moyen de la clavicule

I : nerf sous clavier C5-C6

A:     Pt fixe costal  abaissement du moignon de l’épaule + coaptation A° sterno claviculaire
       Pt fixe clavicule  inspirateur accessoire

       Deltoïde
Chef claviculaire (ant)
O : 1/3 ext + bord ant de la clavicule

A : F° de bras + coaptation de la tête
       + ADD si bras Horizontal avec le m.grd pectoral (accessoire)
       +Rot° int de bras (accessoire)

Chef acromial (moyen)
O : sommet + bord ext de l’acromion

A : ABD du bras avec le m.supra épineux + coaptation de la tête humérale

Chef postérieur
O : bord le plus inf de l’épine de la scapula

A : E° du bras en ABD
       + Rot° ext de bras (accessoire)
       + Coaptation de la tête (accessoire)

Tr : Bas + Dh

T : tendon formant un “V” ouvert vers le haut, partie moyenne face ext de l’humérus

I : nerf axillaire C5-C6




                                                                                                 20
       Coiffe des rotateurs




Supra épineux
O:    2/3 int de la fosse supra épineuse
      Face profonde du fascia supra épineux

Tr :   Au-dessus du l’A° de l’épaule
       Au-dessous de l’acromion
        ds un défilé entre glène + acromion (bourse sous acromiale) + ligt coraco acromial

T : pole sup du trochiter (à l’aplomb de la glène + en Arr de la gouttière du lg biceps)

I : nerf supra scapulaire C4-C5-C6

A : starter de l’ABD + coaptateur de la tête humérale

Manœuvre de JOBE (pouce vers le bas) si douleur et perte de force  manœuvre positive

Infra épineux
O:     triangulaire + épais
       2/3 int de la fosse infra épineuse
       séparé du m.grd rond par le fascia supra épuneux

Tr : glisse sur le bord lat de l’épine  passe à travers la région post de la capsule

T : facette moyenne du trochiter

I : nerf supra scapulaire C4-C5-C6

A : Rot° ext de bras + coaptateur de la tête hulérale

Manœuvre se PATTE bras 90° d’ABD + coude 90° de F°  emmener vers la Rot° int
     si douleur  manœuvre positive



                                                                                              21
Petit rond
O:      2/3 sup de la région post + bord lat de la scapula
        Séparé du m.grd rond par des lames aponévrotiques

Tr : Ht + Dh

T:      Fibres sup  facette inf du trochiter
        Fibres inf  entre idem + chef lat du triceps

I : nerf axillaire C5-C6

A : Rot° ext de bras + coaptateur de la tête hulérale

Grand rond
O:    épais, sur la surface ovale dorsale de la scapula (près de l’â inf)

Tr : Ht + Dh

T : tendon applati de 5cm sur la lèvre int de la coulisse bicipitale

I : nerf subscapulaire inf C6-C7

A:     Pt fixe scapula  ADD en position statique de maintient + Rot° int + abaissement du bras en
synergie avec le m.grd dorsal et m.grd pectoral
       Pt fixe humérus  sonnette ext de la scapula

Sous scapulaire
O:     large + triangulaire
       Comble la fosse subscapulaire

Tr : en Dh + passe en avt de l’A° gléno humérale

T : pole sup du trochin

I : nerf subscapulaire sup + inf C5-C6-C7

A : Rot° int de bras + coaptateur de la tête hulérale + ADD du bras

        Loge Ant du bras
Biceps
Court biceps
Cf région pectoral…
Long biceps
O : tubercule sus glénoïdien
       Participe à la constitution du bourrelet glénoïdien

Tr : Intra articulaire  vers la coulisse bicipitale

T:      tendon s’enfonçant entre m.brachial et m.brachio radial
         contourne la tubérosité radiale en avt + en Dd  se termine partie post de cette tubérosité
         du bord médial du tendon se détache l’aponévrose bicipitale

I : nerf musculo cutané C5-C6
                                                                                                        22
A : F° avt bras + supination
       ABD du bras accessoire ds sa longue portion + coaptateur de la tête humérale

Palm up test coude tendu bras en supination  F° du bras  si douleur, test positif
      Possible présence d’une boule molle face ant de bras

Coraco-brachial
Cf région pectoral…

Brachial (brachial ant)
O : ½ distale face ant de l’humérus

Tr : Bas + légèrement Dh

T : tubérosité de l’ulna partie ant du processus coronoïdien

I:      Nerf musculo cutané C5-C6
        Nerf radial pr 1 petite portion lat C7

A : F° avt bras (action max vers 135°)




        Loge Post du bras
Triceps
Longue portion
O : tubercule sous glénoïdien de la scapula
       S’unit en Dh au vaste externe

vaste externe (chef lat)
O : face post de l’humérus au-dessus de la gouttière du nerf radial

Vaste interne (chef médial)
O : face post de l’humérus sous la gouttière du nerf radial + sur la CIMI et CIME
       Le + profond, s’unit au 2 chefs pr former le tendon terminal

Tr : Bas

                                                                                      23
T : 2/3 post, face sup de l’olécrane + sur les faces lat
        + extension sur l’apo anti brachiale

I : nerf radial C6-C7-C8

A : E° avt bras
       + longue portion  coaptateur de la tête + forme un couple avec le m.grd dorsal lors de l’ADD
du bras)

       Loge externe de l’avt bras




Brachio radial
O : muscle le + superficiel + svt fusionné avec le m.brachial + rapport+++ avec l’artère radiale
      Bord lat de l’humérus sur 8cm, au-dessus du 1er radial et de la CIME
      Entre brachial et vaste ext du triceps

Tr : s’enroule face ext de coude et d’avt bras
        Artère + nerf radial situés entre lui + la cloison et le brachial

T : tendon à partir de la partie moyenne de l’avt bras
       Base de l’apo styloïde du radius

I : nerf radial C5-C6-C7

A : F° avt bras (action max vers100°) + stabilisation du coude
       + supination si pronation forcée et pronation si supination forcée (accessoire)

Lg extenseur radial du carpe (1er radial)
O : en dessous du brachio radial + en dessous
       En Dh du 2ème radial
        bord lat humérus jusqu’à la face ant de l’épicondyle lat (avec les épicondyliens)
       + CIME
                                                                                                   24
Tr : bord lat de l’avt bras

T : tendon ½ inf de l’avt bras, passe en Arr de la styloïde radiale + fond de la tabatière anatomique +
croisé en Arr par le m.lg ABD du I et m.court E° du I
         base + face dorsale de M2

I : nerf radial C5-C6-C7-C8

A : E° main (avec l’E° ulnaire du carpe) + ABD de main (I° radiale avec le F° radial du carpe)

Court extenseur radial du carpe (2ème radial)
O : recouvert par le précédent
        épicondyle lat + ligt collatéral radial + aponévrose de recouvrement

Tr : idem

T : idem 1er radial jusqu’au poignet
        apo styloïde de M3

I : nerf interosseux post (nerf radial) C7-C8

A : E° main + stabilisation du poignet

Court supinateur
O : entoure le 1/3 proximal du radius avec :
        1 couche superficielle + 1 profonde (entre les 2  nerf inter osseux post)
         Epicondyle lat + ligt collatéral radial + ligt annulaire du radius + crête supinatrice de l’ulna
+ fascia recouvrant ce muscle

Tr : en éventail, contourne le 1/3 sup du radius

T : surface lat et ant du 1/3 proximal du radius

I : nerf interosseux post (nerf radial) C7-C8

A : supinateur

      Loge Post
Plan superficiel : Epicondyliens = extenseurs
Extenseur commun des doigts (ECD)
O : épicondyle lat

Tr : vertical

T : se divise distalement en 4 tendons  traverse 1 canal qui leur est propre
         base, face dorsale de la phalange distale

I : nerf interosseux post C7-C8

A : E° phalange proximale + E° phalange moyenne et distale si Fléchisseurs détendus


                                                                                                         25
Extenseur propre du V
O : en Dd + en connexion avec ECD
        Tendon commun des épicondyliens

Tr : idem

T : tendon ds 1 canal distinct en Arr de l’A° radio ulnaire distale
        divisé en 2 portions pr les 2 phalanges distales du V

I : nerf interosseux post

A : extenseur isolé du V

Extenseur ulnaire du carpe
O : épicondyle lat + bord post de l’ulna + fascia anté brachial

Tr : idem

T : tendon ds 1 sillon entre tête de l’ulna + processus styloïde
        tubercule de M5 (bord médial de la base)

I : nerf interosseux post

A : E° main sur avt bras + I° ulnaire (avec le F° ulnaire du carpe) + stabilisation du poignet (avec les
fléchisseurs)

Anconé
O : petit muscle, Tendon et fibres charnues face post de l’épicondyle latéral

Tr : Prismatique, oblique Bas Dd entre l’EUC (en dessous et en Dh) et le VL au dessus

T : Fibres charnues, face latérale de l’olécrane
       + ¼ sup de la face lat du corps de l’ulna au dessus de la crête oblique

I : nerf du Vaste Médial et de l’Anconé (collatérale du n. radial) (C7-C8)

A : E° +++ surtout en fin = verrouillage en rectitude
       Stabilisation postéro-latérale

Plan profond : LAI, LEI, CEI, EII
Long Abducteur du I
O : Muscle propre du pouce, extrinsèque de la main
      Fibres charnues sur :
       partie sup du champ latéral face post ulna
       partie moyenne face post radius ( au dessus de CE I)
       MIO adjacente

Au niveau de son tendon : Tabatière anatomique
      Limite antéro latérale : tendon des Lg Abd I et CE I
      Limite postéro médiale: tendon du LE I
      Limite médiale : scaphoïde
 Passe dans cet espace : artère radiale et LERC CERC

                                                                                                       26
Tr : Charnu en Ht, le plus Ht et gros muscle de la couche profonde
       Descend oblique Bas + Dh
       tendon qui longe celui du CEI et croise les radiaux

T : Tendon sur tubercule latéral de la base de M1
       + expansion sur Court ABD du I

I : Branche profonde du nerf radial (C7-C8)

A:     Stabilise trapézo-métacarpienne
       Pouce : ABD et porte MI en avant
       Légère ABD poignet

Long Extenseur du I
O : Muscle propre du pouce, extrinsèque de la main
    participe à la Tabatière anatomique
       Fibres charnues sur :
        1/3 moyen du champ latéral face post ulna
       (sous CE I)
        MIO adjacente (oblique Bas Dh)

Tr : Grêle, charnu en Ht, oblique en Bas Dh

T : Tendon base face dorsale P2 du I

I : Branche profonde du nerf radial (C7-C8)

A : E° P2  P1 / P1  M I

Court Extenseur du I
O : Muscle propre du pouce, extrinsèque de la main, participe à la Tabatière anatomique
      Fibres charnues sur :
       1/3 moyen du champ latéral face post ulna
       partie moyenne face post radius ( sous Lg Abd I)
       MIO adjacente

Tr : Grêle, vertical, rejoint le trajet du Lg Abd I, oblique en Bas + Dh

T : Tendon base face dorsale P1 du I

I : Branche profonde du nerf radial (C7-C8)

A : E° P1  M1

Extenseur du II
O : Muscle propre du pouce, extrinsèque de la main
      Fibres charnues 1/3 inférieur du champ latéral face post ulna
      MIO adjacente (oblique Bas Dh)

Tr : Grêle, charnu en Ht, tendon en Bas. Oblique Bas + Dh
       Le plus médial et inf de la couche profonde

T : Tendon apparaît entre le II et III° tendon du ED, au niveau Méta, puis se jette au bord médial du II
                                                                                                      27
I : Branche profonde du nerf radial (C7-C8)

A : E° P1  M1 + ADD


      Epitrochléens
Plan superficiel
Rond pronateur
O : région ant avt bras
       Chef huméral : bord médial humérus
       + au-dessus de l’épicondyle médial
       Chef ulnaire : face médiale du processus coronoïde
 les 2 chefs se rejoignent selon 1 â aigu ou passe le nerf médian

Tr : Bas + Dh

T : partie moyenne face lat du radius

I : nerf médian

A : ponateur (max si mvt rapide + contre résistance)
       + F° avt bras si contre résistance (accessoire)

Fléchisseur radial du carpe
O : en Dd du rond ponateur
       Epicondyle médial

Tr : vertical

T : lg tendon qui traverse 1 canal ostéo fibreux (en Arr : scaphoïde + tub du trapèze / en Avt : lames
fibreuses du rétinaculum des fléchisseurs)
         face palmaire de la base de M2 + extension sur M3

I : nerf médian

A : F° main + I° radiale du poignet + stabilisation du poignet lors de l’E° des doigts

Long palmaire
O : fusiforme + inconstant + en Dd du FRC
       Epicondyle médial

Tr : idem

T : en avant du rétinaculum des fléchisseurs, en éventail formant l’apo palmaire moyenne
        Se termine parfois sur le tendon du FUC

I : nerf médian

A : F° main (par tension sur l’apo palmaire et sur le rétinaculum des fléchisseurs)

Fléchisseur ulnaire du carpe
O : muscle le + fléchisseur et le + interne
                                                                                                         28
        Chef huméral : tendon commun des épitrochléens
        Chef ulnaire : bord médial de l’olécrane + 2/3 proximaux bord post de l’ulna

Tr : idem

T : tendon à la moitié distale
        pisiforme + se prolonge sur l’hamatum + sur M5 (ligt pisi crocho + pisi métacarpien)

I : nerf ulnaire

A : F° main + I° ulnaire + F° de M5 + stabilisation du poignet lors de l’E° des doigts

Fléchisseur superficiel des doigts
O : constitue le 2ème plan des muscles F° superficiels de l’avt bras
       En dessous des précédents + aplati + large
       Chef huméro ulnaire : épicondyle médial + face médiale du processus coronoïde
       Chef médial : bord ant du radius
        entre les 2 chefs : arcade fibreuse ou passe nerf médian + artère ulnaire

Tr : idem

T : 2 couches
         superficielle : tendon cylindrique pr III et IV
         profonde : pour II et V
        au poignet les 4 tendons passent sur 1 même plan pr franchir le canal carpien
        au niveau des MCP  chaque tendon se divise en 2 languettes pr les faces médiales et latérales
des doigts

I : nerf médian

A : F° phalange moyenne + F° phalange proximale (si phalange moyenne en F° complète)
       Pas d’action sur la phalange distale

Plan profond
Fléchisseur Profond des Doigts
O : Large, tendu ulnadoigts
       Fibres charnues ¾ sup corps de l’ulna, faces ant et médiale + bord antérieur
       Remonte face interne de l’olécrane
       MIO adjacente et bord interne du radius sous la tubérosité bicipitale

Tr : Epais large aplatit charnu en HT tendineux en BAS
       enroulé autour de l’ulna verticalement puis converge en Avt du canal et diverge après
       Dans un repli post de la gaine des fléchisseurs au niveau du carpe + dans la même gaine que
       FSD au niveau métacarpe où il donne naissance au lombricaux

T : Tendon à la base de la face palmaire de P3 + viniculum Méta P1 P2 P3

I:      nerf Médian pour 2° et 3° (nerf interosseux antérieur)
        nerf Ulnaire pour 4° et 5°
(Racines C8-T1)

A : F° P3 sur P2 (P2 sur P1 sur Méta)

                                                                                                     29
Long Fléchisseur du Pouce
O : Radius  pouce, muscle extrinsèque de la main
       Fibres charnues, 2/3 sup face ant du radius
       MIO adjacente
       ulna au niveau de la corde oblique (reliquat d’insertion plus importante)

Tr : Volumineux aplati semi penniforme
       tendon au 1/3 moyen, direction Bas Dh Avt entre les 2 chefs du CFPet entre les 2 sésamoïdes

T : Tendon base face palmaire P2

I : nerf Médian (C8-T1)

A : F° P2 sur P1 et P1 sur M1

Carré Pronateur
O : Radius  ulna + Carré, court aplati
      Fibres charnues ¼ inf face ant ulna

Tr : Passe en Avt de la MIO complètement recouvert par les tendons de l’AVB

T : Fibres charnues ¼ inf face ant radius

I : nerf Médian (branche inter osseuse antérieure) C8-T1

A : pronateur par enroulement + stabilise l’A° radio ulnaire inf


       Eminence thénar




Court ABD du I
O : aplati + tiangulaire
        face ant + région sup du rétinaculum des fléchisseurs et du tubercule de scaphoïde

T:      tubercules latéraux de P1 + partie proximale de la diaphyse de P1

I : nerf médian


                                                                                                 30
A : F° de P1 (si la F° a déjà commencée) + F° et antépulsion de M1

Opposant du I
O : impalpable + sous le court ABD du I + triangulaire formé de 2 plans
        face ant du rétinaculum des fléchisseurs

T:      M1 et capsule trapézo métacarpienne

I : nerf médian (branche lat)

A : opposition du I aux autres doigts + pronation et antépulsion de M1

Court fléchisseur du I
Fx superficiel
O : sous le court ABD du I et en Dd de l’opposant du I
        partie distale du rétinaculum des fléchisseurs

T:      partie lat de M1 + capsule articulaire et base de P1

I : nerf médian

A : antépulsion de M1 (sans F° de P1)

Fx profond
O:      trapèze + trapèzoïde + grd os

T:      base de P1

I : rameau profond du nerf ulnaire

A : ADD de M1 + F° de P1

ADD du I
Sous les précédent + profond et médial + triangulaire (base médiale  sommet lat)
Fx oblique
O:      base de M2 + grd os + trapèzoïde + crête du trapèze

T:      tubercule médial de la base de P1 (sésamoïde)

Fx transverse
O:      partie moyenne, base de M3

T:      tubercule de la base de P1

I : rameau profond du nerf ulnaire

A : ADD de M1 + F° de P1

       Eminence hypothénar
ABD du V
O:    pisiforme + rétinaculum des fléchisseurs


                                                                                    31
T:       tubercule lat de la base de P1

I : nerf ulnaire C8-T1

A : ABD du V + F° de P1 + E° de P2 sur P3

Court fléchisseur du V
O:     hamulus de l’hamatum

T:       tubercule médial de la base de P1

I : nerf ulnaire

A : F° de P1 + ABD du V

Opposant du V
O:    hamulus de l’hamatum

T:       contourne le bord ant + se fixe face médiale de M5

I : nerf ulnaire

A : F° de M5 + opposition de M5 au I

Court palmaire
Ds la région médiale de la paume de la main
Direction transversale
De l’apo palmaire  peau de l’éminence hypothénar
Innervé par un rameau du nerf ulnaire
 participe au creusement de la paume

5°) Vascularisation
Artère sous clavière  A axillaire  A. Brachiale  radiale + ulnaire




                                                                        32
L’artère subclavière
artère très volumineuse dans la région claviculaire
+ irrigue la région scapulaire et le moignon de l’épaule.
              L’artère subclavière droite provient de la bifurcation du tronc artériel brachio-
                céphalique droit (qui est une collatérale de la crosse de l’aorte).
              L’artère subclavière gauche est une branche collatérale de la crosse de l’aorte.
courbe à concavité inférieure entre OST surmonte K1  se termine bord antéro inf de la clavicule
en artère axillaire

Au niveau du cou :   chemine avec les nerf spinaux du plexus brachial (au dessus)
                     entre en Arr : m. scalène moyen,
                            en Avt : m. scalène ant
                            en dessous : le dôme pleural
En avant du muscle scalène antérieur on trouve la veine subclavière

défilé inter scalénique : triangle à base inférieure (K1) à sommet supérieur.
L’artère occupe la partie inférieure du triangle.
Le tronc supérieur C5 C6 occupe le sommet du triangle.
Le tronc moyen C7 est au dessus de l’artère.
Le tronc inférieur C8 T1 est en arrière de l’artère.
La racine T1 est au contact de la première côte.

 pince costo-claviculaire : entre K1 et la clavicule

Les branches collatérales :

                                                                                                33
                  L’artère vertébrale : suspend l’artère sub clavière, dirigée verticalement ds le
                   foramen transversaire de C6
                L’artère thoracique interne : descend à la partie antéro int du thorax
                Le tronc thyro cervical se divise en 2 :
                       - l’artère supra scapulaire qui passe au dessus de l’incisure supra scapulaire
                           puis passe sur le bord latérale de l’épine au contact du ligament spino
                           glénoïdien pour aller s’anastomoser à l’artère circonflexe de la scapula
                           latéralement et participe au cercle peri scapulaire en bas.
                       - Un tronc donnant l’artère thyroïdienne inférieure et cervicale ascendante
                Le tronc costo cervical donne l’artère cervicale profonde et l’intercostale
                   suprême
                L’artère dorsal de la scapula longe le bord médial de la scapula s’anastomose à
                   l’artère sub scapuliare et vient former le cercle artériel péri scapulaire.
Les anastomoses entre les artères supra scapulaire et ciconflexe de la scapula, d’une part, et entre les
artères sub scapulaire et dorsale de la scapula d’autre part, forme le cercle artériel péri scapulaire.

L’artère axillaire
milieu du bord post de la clavicule  pince costo claviculaire  partie inférieure de la fosse axillaire
irrigue la région pectorale et l’épaule
Tr : en Bas en Dh
à ce niveau on trouve :
         en Dd : veine axillaire puis dentelé antérieur
         en Dh : court biceps + coraco brachial puis le billot huméral
         en Arr : sub scapulaire puis grand rond et grand dorsal
         en Avt : paroi antérieure de la fosse axillaire
         En fonction de sa situation par rapport au petit pectoral l’artère est en rapport soit avec les
             faisceaux du plexus brachial soit avec les terminales du plexus brachial :

se termine au bord inf du grand pectoral en artère brachiale

Les branches collatérales sont :
        L’artère thoracique suprême : partie ant et supérieur du thorax
        L’artère thoraco acromiale : donne un rameau pectoral et un rameau acromial
        L’artère thoracique latérale : descend le long du dentelé antérieur
        L’artère sub scapulaire : s’anastomose avec l’artère dorsale de la scapula (thoraco
          dorsale) et donne l’artère circonflexe de la scapula. Elle participe donc au cercle artériel
          péri scapulaire.
        Les artères circonflexes antérieure et postérieure : entourent le col chirurgical de
          l’humérus

L’artère brachiale
Irrigue les loges ant et post du bras

bord inférieure du m. GP  descend verticalement (légèrement oblique en dehors) dans le canal
brachial = partie médiale de la loge antérieure

située entre :
     le SIMM en Arr
     les m. brachial et biceps en Avt en Dh
     le fascia superficiel en Dd

Dans le canal brachial : l’artère brachiale est en Arr et en Dd du nerf médian.

                                                                                                         34
1/3 moyen du bras : croise en Arr le nerf médian
Au coude : en Dh du nerf médian + se dirige en Bas en Dh ds la GBM .

A ce niveau on trouve :
    en Avt : expansion du biceps,
    en Dh : tendon du m. biceps,
    en Dd : nerf médian et le tendon du m. RP,
    en Arr : m. brachial

T : au niveau du pli du coude, bord sup du m.RP où elle se divise en artère radiale et ulnaire

Les branches collatérales sont :
    Rameaux deltoïdiens
    Artère brachiale profonde : accompagne le nerf radial à la face post du bras et ds la loge ant
   pour s’anastomoser ensuite avec les artères récurrentes radiales ant + interosseuse
    Artère diaphysaire
    Artère collatérale ulnaire supérieure : accompagne le nerf ulnaire anastomose avec l’artère
   récurrente ulnaire post
    Artère collatérale ulnaire inférieure : anastomose avec l’artère récurrente ulnaire post et ant

L’artère radiale
Irrigue la partie antérolat de l’avant bras et la partie lat de la main

branche de division de l’artère brachiale au bord supérieur du m.RP au niveau du pli du coude.

Tr : en Bas + en Dh (à la limite de la loge lat + de la partie lat de la loge ant de l’avt bras ds les 2/3
sup où elle est profonde)

Satellite de la branche ant du nerf radial + protégée par le m. BR tt le lg de son trajet

au 1/3 inf : devient verticale + superficielle (entre le BR et le FRC dans la gouttière  pouls)

Rapports dans l’avant bras :
    En Dh : m. BR
    En Dd : m. RP en Ht puis FRC en Bas
    En Arr : m.BR et LERC
    En Avt : m. BR

Au carpe : passe ds la profondeur de la tabatière anatomique en Avt de la styloïde radiale
Tr : en Bas + en Arr dans un sillon face latérale du scaphoïde

rapports au carpe sont :
    En Dh : fascia et peau
    En Dd : face lat du scaphoïde
    En Arr : le LE du I
    En Avt : le CE du I + LA du I

Elle traverse la partie sup du 1° espace inter métacarpien entre en Ht les bases de M1 M2 et en Bas les
deux chef du 1° IOD

T : face ant de la paume en 1° artère perforante qui vient s’anastomoser avec le rameau palmaire
profond de l’artère ulnaire pour former l’arcade palmaire profonde

                                                                                                             35
Ses collatérales sont :
    Artère réccurente radiale s’anastomose avec l’artère brachiale profonde
    Rameaux musculaires
    Rameau carpien palmaire latéral s’anastomose au niveau de la RUI avec le rameau carpien
        palmaire médial qui vient de l’artère ulnaire
    Rameau carpien dorsal latéral s’anastomose avec Rameau carpien dorsal médial qui vient de
        l’artère ulnaire : forme l’arcade dorsale
    Rameau palmaire superficiel s’anastomose avec l’artère ulnaire : forme l’arcade palmaire
        superficielle
               Artère principale du pouce
               Artère dorsale latérale du pouce

L’artère ulnaire
Irrigue la partie médiale et post de l’avt bras + la partie médiale de la main

branche de division de l’artère brachiale au bord supérieur du m.RP au niveau du pli du coude.

Tr : en Bas en Dd (passe en Arr du chef ulnaire du m. RP puis en Arr de l’arcade du m. FSD)
Ensuite  trajet vertical ds la partie médiale de la loge ant de l’avt bras :
          Au 1/3 sup : profonde sous la concavité du m. FUC
          Au 2/3 inf : superficielle en dehors du tendon du FUC

Les rapports dans l’AVB sont:
    en Avt : m. RP puis le m. FSD puis la peau,
    en Dd : m FUC et le nerf ulnaire,
    en Dh : nerf médian et le FSD,
    en Arr : m. FPD

Au carpe : passe ds le canal ulnaire ou loge ostéofibreuse médiale :
    en Avt : expansion du FUC et le repli du RMF ,
    en Dd : pisiforme et le nerf ulnaire,
    en Dh : repli du RMF,
    en Arr : RMF


T : face ant de la paume en s’anastomosant avec le rameau palmaire superficiel de l’artère radiale 
forme l’arcade palmaire superficielle

Ses collatérales :
    Artère récurrente ulnaire se divise en branche ant, qui s’anastomose avec l’artère collatérale
        ulnaire inf, et en branche post qui s’anastomose avec l’artère brachiale profonde collatérale
        ulnaire sup
    Artère interosseuse commune se divise en trois : Artère interosseuse Ant descend en avant de
        la MIO , Artère interosseuse Post descend en arrière de la MIO , et Artère interosseuse
        récurrente s’anastomose avec l’artère brachiale profonde
    Rameaux musculaires
    Rameau carpien palmaire médial s’anastomose au niveau de la RUI avec le Rameau carpien
        palmaire latéral qui vient de l’artère radiale
    Rameau carpien dorsal médial s’anastomose avec Rameau carpien dorsal latéral qui vient de
        l’artère radiale : forme l’arcade dorsale


                                                                                                   36
      Rameau palmaire profond s’anastomose avec l’artère 1° perforante : forme l’arcade
       palmaire profond

Les arcades de la main :

Naissent de l’union des artères radiale et ulnaire au niveau bistyloïdien
Palmaires
Irrigue la partie palmaire et dorsal de la main

    L’arcade palmaire superficielle : anastomose artère ulnaire et rameau palmaire superficiel
     de l’artère radiale.
     En forme de V dont la pointe atteint le bas de la diaphyse de M3 .
     Elle donne les artères digitales palmaires communes des 2° 3° 4° espaces ainsi que les artères
     digitales palmaires propres latérale du II et médiales du I et du V
    L’arcade palmaire profonde : anastomose artère radiale et rameau palmaire profond de
     l’artère ulnaire.
     Elle est en forme de U qui descend au niveau de la métaphyse des métacarpiens.
     Ses artères rejoignent la distribution superficielle
    L’arcade dorsale : anastomose en arrière du carpe du Rameau carpien dorsal médial de
     l’artère ulnaire avec et du Rameau carpien dorsal latéral qui vient de l’artère radiale .
     Elle donne les artères digitales dorsales communes des 2° 3° 4° espaces ainsi que l’artère
     digitale dorsale propre médiale du V
     Les artères digitales communes dorsales et palmaires s’anastomosent par les artères
     perforantes

Les veines du membre supérieur
Permet le retour du sang vers la veine axillaire
Divisé en 2 réseaux : un profond satellite du réseau artériel et un superficielle

    Le réseau profond draine 90% du sang veineux, il a le même trajet que l’artère les même
     rapports et le même nom.
     Il reçoit la vidange du système superficiel.

    Le réseau superficiel prend son origine au niveau de la main par :
      une arcade dorsale parallèle à l’arcade artérielle, mais en superficie, qui draine le sang des
     doigts
             un réseau palmaire très peu abondant
     De l’arcade dorsale vont partir les veines médiane de l’avant bras, céphalique et basilique.

              La veine médiane a un trajet vertical en Ht en Dd, passe à la face ant de l’avant bras
               très vite et remonte verticalement à la face ant de l’avant bras.
               Se termine au niveau du M veineux du coude en deux branches : la veine médiane
               basilique en Dd et la veine médiane céphalique en Dh.
               Ces veines s’anastomosent avec les veines céphalique en Dh et basilique en Dd

              La veine céphalique chemine partie lat de la face post de l’avant bras.
               Se dirige en Ht en Dh vers la partie antéro latérale du coude.
               Au coude elle reçoit la veine céphalique accessoire en Dh et la veine médiane
               céphalique en Dd.
               Remonte la partie latérale de la face ant du bras pour pénétrer le fascia superficiel à la
               partie sup et se porter en Dd dans le trigone delto pectoral.
               Se jette par une crosse dans la veine sub clavière sous la clavicule


                                                                                                        37
             La veine basilique chemine à la partie médiale de la face post de l’avant bras.
              Se dirige en Ht en Dd vers la partie antéro médiale du coude.
              Au coude elle reçoit la veine basilique accessoire en Dd et la veine médiane basilique
              en Dh.
Remonte la partie médiale de la face antérieure du bras pour pénétrer le fascia superficiel à la partie
moyenne. Elle longe le canal barchial pour se jetter par une crosse dans la veine axillaire dans la fosse
axillaire.


6°) Trajets nerveux
Le plexus brachial




        Constitution
rameaux ventraux des nerfs spinaux sortant des foramens inter vertebraux entre C4 et T2 
correspond aux racines C5 C6 C7 C8 T1
La racine C5 s’anastomose au plexus cervical (avec la racine C4)

Les racines se rejoignent en  troncs supérieur (C5,C6)
                              moyen (C7)
                              inférieur (C8,T1)
                                                                                                      38
Les troncs se divisent en branches qui vont se rejoindrent en faisceaux :
                               latéral (branches antérieures des troncs supérieur et moyen),
                               médial (branche antérieure du tronc inférieur)
                               postérieur (branches postérieures des 3 troncs )

         Situation
triangulaire à base vertébrale et à sommet axillaire.
O : défilé des scalènes
T : au bord inférieur du petit pectoral
.
Rapports :
 Au dessus de la clavicule le plexus brachial se trouve entre :
        - le muscle scalène antérieur en Avt
        - le muscle scalène moyen en Arr
        - les vertèbres cervicales en Dd
        - le muscle SCOM en Dh
        - K1 en Bas

 Au dessous de la clavicule le plexus brachial se trouve entre :
      - le muscle petit pectoral en Avt
      - le muscle subscapulaire en Arr
      - K1 en Dd
      - le processus coracoïde en Dh
      - la clavicule en Ht

        Collatérales
Sur son trajet le plexus brachial distribue plusieurs branches nerveuses :
             Les branches antérieures sont destinées pour les muscles antérieurs de la ceinture
                scapulaire :
       - Nerf subclavier : du tronc supérieur pour le m.subclavier
       - Nerf pectoral latéral : du tronc latéral, 2 branches : une pour le m. grand pectoral, une pour
            l’anse des pectoraux
       - Nerf pectoral médial : du tronc inférieur, 2 branches : une pour le m. petit pectoral, une
            pour l’anse des pectoraux

             Les branches postérieures sont destinées pour les muscles postérieurs de la ceinture
              scapulaire :
       -   Nerf dorsal de la scapula : de C5 pour les m. élévateur et rhomboïde
       -   Nerf thoracique long : de C5 C6 pour le m. dentelé ant
       -   Nerf supra-scapulaire : du tronc supérieur pour les m. SE et IE
       -   Nerf subscapulaire : du faisceau postérieur pour le m. SS
       -   Nerf du grand rond : du faisceau postérieur pour le m. GR
       -   Nerf thoraco dorsal : du faisceau postérieur pour le m. GD

              Directement des nerfs spinaux sont émis les nerfs des scalènes (ant : C5, moyen : C6
               C7 C8, post : C7) et les nerfs des muscles intertransversaires (C3 à C8)

        Terminales
Au niveau du bord inf du m. petit pectoral les trois faisceaux se divisent de la sorte :

            Le faisceau latéral donne
       -   le nerf musculo-cutané (C5 C6)
                                                                                                     39
       -   la racine latérale du nerf médian (C6 C7)

            Le faisceau médial donne
       -   la racine médiale du nerf médian (C8 T1)
       -   le nerf ulnaire (C8 T1),
       -   le nerf cutané médial de l’avant bras (C8 T1),
       -   le nerf cutané médial du bras (T1).

            Le faisceau postérieur donne
       -   le nerf axillaire (C5 C6)
       -   le nerf radial (C5 à T1)

       Territoires
Chaque racine possède un territoire sensitif et moteur :
 Dermatomes :
      - C4 : moignon de l’épaule
      - C5 : face latérale du bras
      - C6 : face latérale de l’avant-bras et la colonne du pouce
      - C7 : main correspondant au 2° et 3° doigt
      - C8 : main correspondant au 4° et 5° doigt et face médiale de l’avant-bras (avec T1)
      - T1 : face médiale du bras (avec T2)

   Myotomes :
      -     C5 : stabilisateurs SH, coiffe des rotateurs, abducteurs de l’épaule
      -     C6 : loge antérieure du bras + m. BR, LERC et supinateur
      -     C7 : loge postérieure bras et avant-bras
      -     C8 : loge antérieure AVB et thénariens superficiels (n.médian)
      -     T1 : hypothénariens, interosseux et lombricaux


         Syndromes canalaires
= est décrit comme une irritation mécanique d’un nerf périphérique dans des défilés anatomiques
inextensibles, constitués par :
             des tunnels ou canaux ostéofibreux ou bien fibreux, engendrant la compression du nerf,
             des anneaux ou des boutonnières aponévrotiques, pouvant enclaver le nerf,

Le mécanisme pathogénique fait intervenir un cercle vicieux : compression, ischémie primaire,
transsudation, augmentation de la pression intra neurale, limitation du drainage veineux et
lymphatique, œdème du nerf, augmentation de la pression intra neurale, bloc de l’apport sanguin
artériel, ischémie secondaire, et entraîne finalement la lésion du nerf.


     Passages à risque pour le plexus brachial

Il en existe quatre

 Le défilé inter et pré costo-scalénique
Triangle limité par les muscles scalènes ant et moyen et K1, ds lequel passe les troncs primaires du
plexus brachial :
     Le tronc sup C5 C6 occupe le sommet du triangle
     Le tronc moyen C7 est au dessus de l’artère
     Le tronc inf C8 T1 est en Arr de l’artère
     La racine T1 est au contact de K1
                                                                                                       40
 La pince costo-claviculaire :
Entre la face inf de la clavicule et la face sup de K1

 Le tunnel sous pectoral :
Passage du paquet vasculo nerveux en Arr du tendon du m. petit pectoral

 Le billot huméral :
En hyper ABD la tête humérale peut exercer une pression considérable sur les éléments vasculo-
nerveux


    Autres collatérales présentant des zones à risques :

 Nerf dorsal de la scapula :
Il provient de la partie distale de C5.
Rapidement il traverse le corps du m. scalène moyen (zone à risque) pour aller innerver les m.
élévateur de la scapula, grand et petit rhomboïdes.
Son atteinte est caractérisée par une douleur sur le bord médial de la scapula pouvant irradier sur la
face externe du bras, accentuée par une flexion rotation homolatérale au côté atteint.
Si l’atteinte perdure, le rhomboïde s’atrophie et on abouti à un décollement de la scapula lors de
l’abduction du bras (scapula alata), que l’on met en évidence quand le patient pousse bras tendu sur un
mur.

 Nerf thoracique long :
Il provient de la partie postérieure de C5 C6.
Il est en contact du m. scalène moyen dont il peut subir l’hyper activité, puis il se perd dans les
digitation du m. dentelé antérieur.
Son atteinte est indolore, on la diagnostique quand le m. dentelé antérieur est atrophié et on peut le
remarquer par le décollement de la scapula lors de l’abduction du bras (scapula alata), que l’on met en
évidence quand le patient pousse bras tendu sur un mur.

 Nerf supra-scapulaire :
Il né de la face postérieure du tronc supérieur du plexus brachial (C5C6)
Il atteint le bord supérieur de la scapula
Il traverse l’incisure scapulaire qui est recouverte par le ligament transverse supérieur de la scapula
(trajet canalaire)
Il gagne la face postérieure de la scapula et la fosse supra épineuse où il innerve le m. supra-épineux.
Il contourne le bord latéral de l’épine pour traverser l’échancrure spino-glénoïdienne, fermée par le
ligament transverse inférieur de la scapula (trajet canalaire) puis il innerve le m. infra-épineux.

Etiologie
 Syndrôme des côtes cervicales :
Méga transverse C7, Côte cervicale, agénésie K1 , bandelette fibreuse

 Syndrôme des scalènes :
Hypertrophie du scalène antérieur, épaissisement fibreux scalène moyen, scalène surnuméraire, double
insertion, échanges de fibres entre les scalènes, chute du moignon de l’épaule
Et spasmes des scalènes dues à :
fatigue consécutive à activité physique intense et mal adaptée,
émotion stress, tensions psychologiques engendrant état spastique, spasmophilie fibro myalgie
irradiation radiculaire au niveau du FIV (spondylose cervicale), inflammation des articulaire post,
irritation du nerf sinu vertebral

                                                                                                       41
Et encore : desequilibre fonctionnel de la colonne cervicale qui entraine une hyperactivité
compensatrice des scalènes

 Syndrôme du défilé costoclaviculaire
Chute des épaules (port du sac à dos bouteille de plongée : sd du havresac)

 Syndrôme du petit pectoral et Syndrôme de la tête humérale
Mouvement d’hyper abduction (volley, hand, tennis)
Sur sollicitation du muscle petit pectoral (inspirateur accessoire)

 Syndrôme du Nerf dorsal de la scapula :
Mêmes étiologies que celles déjà citées

 Syndrôme du Nerf thoracique long :
Microtraumatismes sportifs vont entrainé un laminage du nerf .
Souvent ces atteintes sont associées à celles du nerf supra- scapulaire
Retropulsion forcée répétée (hand, pelote basque, bowling)
Lutte contre abaissement passif de l’épaule (haltérophilie, sport de combat)
Antépulsion violente :
Port de charge lourde : contraction m. DA qui applique scapula sur le grill costal
Service et les sport de lancer sollicite le nerf par le passage du moinon de l’épaule d’une position de
retropulsion à une antépulsion maximale

 Syndrôme du Nerf supra-scapulaire :
Traumatismes MS en extension
Mouvements répétés antépulsion adduction
Microtraumatismes sportifs vont entrainé un laminage du nerf (surmenage, culture physique, faux
mouvement port de charge…)
Chez les sportifs : de manière chronique (idem que nerf thoracique long), de manière aigüe (trauma
avec fracture scapula :auto, équitation,cyclisme)

Diagnostic
 Signes cliniques de l’atteinte du défilé
Ils sont le résultat de la compression soit
Des vaisseaux :
veine sous-clavière : œdème, distension veineuse et thrombose
l’artère sous-clavière : diminution du pouls radial, douleurs, variation de la coloration de la peau, de la
température cutanée, ischémie distale et troubles trophiques

Des nerfs :
sympathique = phénomènes de Raynaud (voir signes compression artériel)
nerfs périphériques = syndrome neurogène périphérique : douleur centrifuge sur le trajet à point de
départ de la compression , amyotrophie et paralysie (ou fatigue muscuclaire) sur myotome, paresthesie
sur le dermatome

 Tests de mise en évidence
Le défilé cervico thoraco brachial
       Le but est d’exagérer l’étroitesse du tunnel, on recherche la diminution du pouls radial et la
       présence d’un souffle sous clavier ou la reproduction de la douleur :

       Manoeuvre d’Adson : mise en évidence du rétrécissement des scalènes.
       Mise en tension des scalènes et élévation de la première côte en combinant l’hyper extension
       du cou , rotation côté examiné et inspiration forcée

                                                                                                          42
       Manoeuvre d’Eden : mise en évidence d’un conflit de la pince costo-claviculaire
       Abaissement et retropulsion de l’épaule (garde à vous militaire)

       Manoeuvre de Wright : mise en évidence d’un conflit au niveau pince costo-claviculaire,
       tunnel sous pectoral et billot huméral
       Abduction 180° et rotation externe

       Manœuvre de compression par le petit pectoral : mains jointes par la paume en arrière au
       dessus de la tête

       Stress-test de Roos : mise en évidence d’une atteinte neurologique
       Abduction à 90° bras tendu, ouvertures et fermetures des mains pendant 3 minutes, test positif
       si fatigue ou douleur à la face médiale du bras oblige d’interrompre la manoeuvre

Nerf dorsal de la scapula :
Son atteinte est caractérisée par une douleur sur le bord médial de la scapula pouvant irradier sur la
face externe du bras, accentuée par une flexion rotation homolatérale au côté atteint.
Si l’atteinte perdure, le rhomboïde s’atrophie et on abouti à un décollement de la scapula lors de
l’abduction du bras (scapula alata), que l’on met en évidence quand le patient pousse bras tendu sur un
mur.

Nerf thoracique long :
Son atteinte est indolore, on la diagnostique quand le m. dentelé antérieur est atrophié et on peut le
remarquer par le décollement de la scapula lors de l’abduction du bras (scapula alata), que l’on met en
évidence quand le patient pousse bras tendu sur un mur.

Nerf supra-scapulaire :.
Douleur : brusque , profonde à la partie postéro externe de l’épaule
Réveillée au cross body adduction test et à l’antépulsion-adduction bras tendu
Douleur aigüe à la pression sur l’incisure scapulaire
Impotence fonctionnelle : difficulté d’abduction rotation gléno-humérale
Amyotrophie tardive


+ Terminales du plexus brachial :

Le nerf axillaire C5 C6
O : faisceau post du plexus brachial

A : nerf mixte, s’occupe essentiellement de l’ABD du bras

Tr :  chemine dans la profondeur de la fosse axillaire où il est proche de la capsule articulaire de la
gléno-humérale
A ce niveau on trouve :
    o en Avt : PVN axillaire,
    o en Dd : nerf radial
    o en Arr : m. subscapulaire

        ensuite en Bas en Dh en Arr vers le quadrilatère huméro-tricipital qu’il traverse
accompagné du rameau moteur du m. petit rond + artère circonflexe postérieure
A ce niveau on trouve :
   o en haut le m. petit rond,

                                                                                                     43
    o en dedans la longue portion triceps,
    o en dehors le col chirurgical de l’humérus,
    o en bas le m. grand rond,

        Passe à la face post de l’humérus en faisant le tour du col chirurgical. Accompagné de l’artère
       circonflexe post. Chemine entre la bourse synoviale en profondeur et le m. deltoïde en
       superficie jusqu’à son bord ant

T : en trois branches motrice pour les différents faisceaux du deltoïde.

Collatérales :
   o Nerf du petit rond
   o Nerf cutané latéral supérieur du bras
   o Nerf articulaire pour la capsule

Territoire moteur : m. deltoïde et m. petit rond
Territoire sensitif : moignon de l’épaule sur un triangle à pointe inférieure sur la face latérale du bras

     Syndromes canalaires et zones à risque :

   Risque lésionnel au niveau de l’épaule et de la tête humérale (fracture luxation)
   Syndrome tunnellaire au niveau du quadrilatère huméro-tricipital


Le nerf musculo-cutané C5 C7




O : faisceau latéral du plexus brachial

A : nerf mixte, s’occupe essentiellement de la F° du coude

Tr :  chemine dans la profondeur de la fosse axillaire où il est proche de la capsule articulaire de la
gléno-humérale

                                                                                                        44
A ce niveau on trouve :
   o en dedans le PVN axillaire,
   o en dehors le m. coraco brachial
   o en arrière le m. subscapulaire
   o en avant la paroi antérieure de la fosse axillaire

        ensuite en Bas en Dh  vers le m. CB qu’il perfore d’Arr en Avt

        chemine entre le muscle CB en Arr et le biceps en Avt puis entre le brachial en Arr et le
       biceps en Avt jusqu’au pli du coude où il est accompagné du nerf radial
A ce niveau on trouve :
   o en avant le fascia superficiel,
   o en dedans le tendon du biceps,
   o en dehors le m. brachio-radial,
   o en arrière le m. brachial,

        passe à la partie superficielle du coude en perforant le fascia superficiel

T : en nerf cutané latéral de l’avant-bras qui donne deux branches sensitives ant et post qui
descendent sur la face latérale de l’avant-bras :
    o La branche antérieure qui descend à la face antéro latérale de l’avant- bras en passant en arrière
        de la veine médiane céphalique
    o La branche postérieure qui descend à la face postéro latérale de l’avant- bras en passant en
        avant de la veine médiane céphalique

Collatérales sont :
   o Nerfs : diaphysaire (humérus) vasculaire (artère brachiale) et articulaire (coude)
   o Nerfs sup et inf du coraco-brachial
   o Nerf du biceps
   o Nerf du brachial

Territoire moteur : loge ant du bras
Territoire sensitif : partie lat de l’avant-bras + base l’éminence thénar

     Syndromes canalaires et zones à risque :

   Risque lésionnel au niveau de l’épaule et de la tête humérale (fracture luxation)
   Syndrome tunnellaire au niveau du m. coraco-brachial dans les mouvements d’ABD-Rot° latérale
   Syndrome tunnellaire au passage de la GBL entre le tendon du biceps et l’expansion aponévrotique
    lorsqu’il devient superficiel




                                                                                                     45
Le nerf ulnaireC8 T1




O : branche de division médiale du faisceau médial du plexus brachial.

A : nerf mixte + volumineux, s’occupe essentiellement de la main intrinsèque.

Tr :  chemine dans la profondeur de la fosse axillaire, en Arr du m. petit pectoral
A ce niveau on trouve :
   o en dedans le nerf cutané médial de l’avant bras
   o en dehors le nerf médian et l’artère axillaire
   o en arrière le m.subscapulaire
   o en avant la paroi antérieure de la fosse axillaire

        se dirige en Bas en Dh dans la partie inf de la fosse axillaire à la face interne du bras, il
       emprunte la partie sup du canal brachial en se situant en Dd de l’artère brachiale
A ce niveau on trouve :
   o le SIMM en arrière,
   o les m. brachial et biceps en avant en dehors,
   o et le fascia superficiel en dedans.

        A l’union du 1/3 sup 2/3 inf il traverse le SIMM et se dirige verticalement dans la loge
       postérieure du bras
A ce niveau on trouve :
   o en dedans le nerf cutané médial du bras, le fascia et le debordement du vaste médial
   o en dehors l’humérus et le vaste médial,
   o en arrière le log triceps et le vaste médial
   o en avant le SIMM et le canal brachial


      descend dans la gouttière olécrânienne médiale composée de :
   o l’arcade du m. FUC en arrière
   o de l’olecrane en dehors

                                                                                                         46
    o et de la face postérieure de l’épicondyle médial en avant.

        Il passe dans la loge antérieure de l’avant bras, après avoir passé l’arcade réunissant les deux
    chefs du m.FUC, trajet vertical , il est protégé du m. FUC en superficie (en dedans), le m.FPD en
    profondeur (en dehors) et le FSD en avant

T : arrive au poignet en Avt du RMF dans la loge ostéofibreuse médiale (canal ulnaire) où il passe
avec l’artère ulnaire et se divise en 2 branches terminales (superficielle et profonde) :
             La branche superficielle est sensitive pour la partie médiale de la paume et des doigts
                (tout ce qui est en dedans de l’axe du IV° doigt : par les nerfs Digital Palmaire Propre
                médial du V et Digital Palmaire Commun du 4° espace) et motrice pour le m.CP
             La branche profonde est motrice pour les muscles intrinsèques de la main, elle passe
                dans le hiatus pisi unciformien formé du ligt pisi unciformien et l’arcade des muscles
                hypothénariens (ABD V, CFV)

Collatérales sont :
o Nerfs vasculaire (artère ulnaire) et articulaire (coude)
o Nerfs sup et inf du m.FUC
o Nerf du FPD
o Rameau sensitif dorsal pour la partie dorsale de la main médiale (syndrôme du bracelet de montre)

Territoire moteur :
    Avant-bras : FUC et les deux chefs médiaux du FPD
    Main : tous les muscles intrinsèques de la main SAUF : les 2 lombricaux latéraux, Court
       Abducteur du I, Opposant du I et le chef superficiel du Court Fléchisseur du I
Territoire sensitif : la main uniquement
    Palmaire : toute la partie en dedans de l’axe du IV° doigt
    Dorsale : toute la partie en dedans de l’axe du III SAUF : la moitié médiale de P2 P3 du III°
       doigt, et la moitié latérale de P2 P3 du IV° doigt

     Syndromes canalaires et zones à risque :

   La traversée cervico thoraco brachiale : le faisceau médial est au contact du muscle scalène
    antérieur et très proche de la première côte
   Syndrome tunnellaire au niveau de la gouttière olécranienne médiale
   Syndrome tunnellaire au passage du nerf ulnaire dans l’arcade réunissant les deux chefs du
    m.FUC.
   Syndrome tunnellaire au passage du nerf ulnaire dans la loge ostéofibreuse médiale (canal ulnaire)
   Syndrome tunnellaire au passage de la branche profonde du nerf ulnaire dans le hiatus pisi
    unciformien




                                                                                                       47
Le nerf médian C6 T1




O : réunion de la branche de division médiale du faisceau latéral +branche de division latérale du
faisceau médial du plexus brachial.

A : nerf mixte + volumineux, il s’occupe essentiellement de l’opposition du pouce et de la pronation
de l’avant-bras

Tr :  chemine dans la partie inf de la fosse axillaire avec un trajet oblique en Bas en Dh
A ce niveau on trouve :
          o en dedans le nerf ulnaire,
          o en dehors le nef musculo-cutané
          o en arrière l’artère axillaire et les nerfs radial et axillaire
          o en avant la paroi antérieure de la fosse axillaire

        descend verticalement (légèrement oblique en dedans) dans le canal brachial = partie médiale
       de la loge antérieure située entre :
           o le SIMM en arrière,
           o les m. brachial et biceps en avant en dehors,
           o et le fascia superficiel en dedans.
Dans le canal brachial le nerf médian est en avant et en dehors de l’artère brachiale.

        Après avoir croisé en avant l’artère brachiale au 1/3 moyen du bras, il arrive au coude en
       dedans de l’artère brachiale et se dirige en bas en dehors dans la GBM
A ce niveau on trouve :
          o en avant expansion du biceps et le chef huméral du rond pronateur,
          o en dedans le tendon du m. RP,
          o en dehors l’artère brachiale et le tendon du m. biceps,
          o en arrière le m. brachial

                                                                                                      48
        Il descend verticalement dans l’avant bras en traversant la boutonnière du m.RP passe sous
   l’arcade du m. FSD, pour se retrouver à la partie médiane de la loge antérieure entre les plans
   superficiel et profond
A ce niveau on trouve :
            o en avant le m. FSD,
            o en dedans le PVN ulnaire,
            o en dehors le FSD et à distance le PVN radial,
            o en arrière le m. FPD et LFPI (en dehors)


T : arrive au poignet à l’entrée du canal carpien entre le m.FRC et le m. LP.
     Il passe dans le canal carpien entre :
            o en avant le RMF et la terminaison du m. LP,
            o en dedans la gaine des fléchisseur et a distance le PVN ulnaire,
            o en dehors le m. FRC,
            o en arrière le m. FSD et le LFPI (en dehors)
     A la sortie il se divise en deux terminales : une latérale et une médiale
 La branche médiale donne les nerf DPC des 2° et 3° espace.
    Le n.DPC du 2° donnera un rameau moteur pour le 2° lombrical. Les nerfs DPC du 2° et 3° espace
    donneront respectivement les nerfs DPP médial du II latéral du III , et les nerfs DDP medial du III
    et latéral du IV
 La branche latérale donne un rameau moteur pour tous les muscles thénariens sauf l’ADDI et le
    CFI profond, un nerf DPP latéral du I et un nerf DPC du 1° espace (moteur du 1° lombrical et
    sensitif du 1° espace palmaire)

Collatérales sont :
          o Nerfs vasculaire (artère brachiale), diaphysaire (humérus) et articulaire (coude)
          o Nerfs sup et inf du m.rond pronateur
          o Nerfs du plan superficiel pour les m FRC et LP, pour leFSD
          o Nerfs du plan profond pour le LFI, pour le FPD (2 chefs latéraux), nerf inter osseux
              pour le m. carré pronateur et la capsule RUInf
          o Rameau sensitif palmaire pour la peau en avant du RMF

Territoire moteur :
    Avant-bras : toute la loge antérieure SAUF : FUC et les deux chefs médiaux du FPD
    Main : les 2 lombricaux latéraux, Court Abducteur du I, Opposant du I et le chef superficiel du
       Court Fléchisseur du I
Territoire sensitif : la main uniquement
    Palmaire : toute la partie en dehors de l’axe du IV° doigt sauf la base thénar
    Dorsale : P2 P3 du II° et III° doigt, et la moitié latérale de P2 P3 du IV° doigt

     Syndromes canalaires et zones à risque :

   Syndrome tunnellaire au niveau supra-condylien entre l’épine supra- épicondylienne et le ligament
    de struthers
   Syndrome tunnellaire au niveau de la traverséee du m. rond pronateur à trois niveau : l’expansion
    aponévrotique du m. biceps, la boutonnière du m. RP et l’arcade d’insertion du m. FSD.
   Syndrome tunnellaire au niveau du canal carpien




                                                                                                      49
Le nerf radial C6 T1




O : branche de division du faisceau post

A : nerf mixte + le plus volumineux, il s’occupe essentiellement de l’E° du mb supérieur.

Tr :  chemine dans la partie postéro-inférieure de la fosse axillaire avec un trajet oblique en Bas en
Dh
A ce niveau on trouve :
          o en dedans le nerf ulnaire,
          o en dehors le nerf axillaire

                                                                                                    50
           o en arrière la paroi postérieure la fosse axillaire
           o en avant l’artère axillaire et le nerf médian

        se dirige vers la loge post du bras en traversant l’espace axillaire inf accompagné de l’artère
       brachiale profonde. Puis il chemine dans le sillon du nerf radial avec un trajet oblique en Bas
       en Dh jusqu’à l’extrémité inf du sillon.. Dans son trajet dans la loge post il est en rapport avec :
           o le long triceps et le VL en arrière,
           o l’humérus en avant
           o le VL en dehors,
           o et le VM en dedans.

        repasse dans la loge ant en traversant le SIML au niveau de l’arcade du vaste latérale puis se
       dirige dans la gouttière bicipitale latérale pour se diviser en deux terminales.
A ce niveau on trouve :
           o en avant le m. BR,
           o en dedans le m. brachial et le nerf nerf musculo-cutané,
           o en dehors le m. BR et le LERC,
           o en arrière le capitulum

Collatérales sont :
   o Nerfs vasculaire (artère brachiale profonde) , diaphysaire (humérus) et articulaire (coude)
   o Nerf sup du vaste médial
   o Nerf inf du vaste médial et de l’anconé
   o Nerf du long triceps
   o Nerf du vaste latéral
   o Nerf du Brachio Radial
   o Nerfs des LERC et CERC
   o Sensitifs : nerf cutané post du bras et cutanéinféro latéral du bras

T : Le nerf radial se divise en une branche antérieure superficielle sensitive et une branche postérieure
profonde motrice :
              La branche superficielle sensitive naît dans la GBL, descend verticalement dans
       l’aponévrose du m. BR, longe latéralement l’artère radiale et devient dorsale et sous cutanée au
       ¼ inf de l’avant-bras. Elle se termine en trois branches à 4 cm au dessus de la styloïde radiale :
                            1. Latérale : nerf Digital Dorsal Propre latéral du I et rameau thénarien
                            2. Moyenne : nerfs DDC du 2° et 3° espace
                            3. Médiale : communicant avec le nerf ulnaire
              La branche profonde motrice naît dans la GBL, se dirige en bas en arrière, passe sous
       une arcade réunissant le CERC et l’aponévrose des fléchisseurs puis elle passe entre les deux
       chefs du m. supinateur en donnant des collatérales pour son innervation.
        Elle chemine ensuite entre les deux plans musculaires de la loge postérieure. Elle se divise en
       deux nerfs : un qui innervera tous les muscles de la couche profonde, et un autre innervant tous
       les muscles de la couche superficielle de la loge postérieure.

Territoire moteur :
    Avant-bras : toute la loge postérieure et latérale
    Bras : toute la loge postérieure
Territoire sensitif :
    Bras : face postérieure et postéro-inféro-latérale et postérolatérale du coude
    Avant-bras : face postérieure
    Main : face dorsale en dehors de l’axe du III° sauf P2 P3



                                                                                                        51
     Syndromes canalaires et zones à risque :

   Syndrome tunnellaire au niveau de l’espace axillaire inférieur
   Syndrome tunnellaire au niveau du sillon du nerf radial et surtout de la bandelette du vaste latéral
   Syndrome tunnellaire au niveau du passage sous l’expansion aponévrotique entre le CERC et
    l’aponévrose des fléchisseurs
   Syndrome tunnellaire au niveau du passage entre les deux chefs du m. supinateur.

Les nerfs cutané médial du bras (CMB) T1 + cutané médial de l’avant-bras (CMAB) C8 T1




O : branche de division médiale du faisceau médial du plexus brachial

A : nerfs sensitifs + grêles, il s’occupent essentiellement de la sensibilité médiale du membre
supérieur

Tr :  cheminent dans la partie inféro médiale de la fosse axillaire, en Arr du m. petit pectoral
A ce niveau on trouve :
          o en dedans les lymphatiques et le dentelé antérieur (le CMB est en dedans du CMAB)
          o en dehors le nerf ulnaire
          o en arrière la veine axillaire
          o en avant la paroi antérieure de la fosse axillaire

         Le CMAB se dirige en bas en dehors dans la partie inférieure de la fosse axillaire à la face
        interne du bras, il emprunte la partie supérieure du canal brachial en se situant en dedans de
        l’artère brachiale, puis perfore le fascia avec la veine basilique à la moitié inférieure du bras
        pour devenir sous cutané.
T : en deux branches :
        o La branche antérieure qui descend à la face antéro médiale de l’avant- bras en passant en
            avant de la veine médiane basilique
        o La branche postérieure qui descend à la face postéro médiale de l’avant- bras en passant en
            arrière de la veine basilique
                                                                                                       52
         Le CMB se dirige en bas en dehors dans la partie inférieure de la fosse axillaire ( où il
        s’anastomose avec le 2° nerf intercostal) et se trouve en dedans du CMAB, il perfore le fascia à
        la partie supérieure du bras , est sous cutané à la face médiale du bras.
T : au dessus de l’épicondyle médial.

Collatérales sont :
 Le CMAB donne des collatérales pour la face antéro médiale du bras
 Le CMB donne des collatérales pour la face postéro médiale du bras et pour la bas de l’aisselle

Territoire sensitif : (il n’y a pas de territoire moteur)
    CMB : face postéro médiale du bras
CMAB : face antéro médiale du bras et médial de l’avant bras

Dermatome membre sup :




                                                                                                     53

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:356
posted:4/10/2012
language:French
pages:53