M14_Rparation_des_installation

Document Sample
M14_Rparation_des_installation Powered By Docstoc
					                            ROYAUME DU MAROC
OFPPT
        Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail
                   DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION




                       RESUME THEORIQUE
                                &
                   GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES


                              REPARATION DES
        MODULE N°: 14         INSTALLATIONS
                              ELECTRIQUES



             SECTEUR :          ELECTROTECHNIQUE
             SPECIALITE :       ELECTRICITE
                                DE BÂTIMENT
             NIVEAU :           SPECIALISATION




                                                                   0
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




Document élaboré par :

                        Nom et prénom            EFP                DR

                        KISSIOVA-TABAKOVA        CDC Génie          DRIF
                        Raynitchka               Electrique




Révision linguistique
-
-
-



Validation
-
-
-




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    1
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                              Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



                                                        SOMMAIRE

      Présentation du Module............................................................................................7
      RESUME THEORIQUE ............................................................................................8
1. REGLEMENTS, NORMES ET LABELS ......................................................................9
  1.1. Règlements .........................................................................................................9
  1.2. Normes et labels ...............................................................................................10
  1.3. Contrôle.............................................................................................................12
2. COMPOSANTS DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES..........................................13
  2.1. Sources d’alimentation ......................................................................................13
    2.1.1. Réseau de distribution ...................................................................................13
    2.1.2. Sources autonomes.......................................................................................15
  2.2. Charges.............................................................................................................20
    2.2.1. Moteurs..........................................................................................................20
    2.2.2. Eléments chauffants ......................................................................................24
    2.2.3. Lampes d’éclairage........................................................................................24
    2.2.4. Transformateurs ............................................................................................27
  2.3. Appareillage d’ouverture et de fermeture ..........................................................27
    2.3.1. Interrupteur ....................................................................................................27
    2.3.2. Contacteur .....................................................................................................27
    2.3.3. Prises de courant...........................................................................................28
  2.4. Moyens de protection ........................................................................................28
    2.4.1. Coupe-circuit..................................................................................................29
    2.4.2. Disjoncteur.....................................................................................................29
    2.4.3. Relais de protection .......................................................................................30
  2.5. Appareillage de réglage ....................................................................................31
    2.5.1. Variateur ........................................................................................................31
  2.6. Instruments et appareillage de contrôle et de mesure.......................................32
  2.7. Conducteurs et leurs interconnexions ...............................................................34
    2.7.1. Conducteurs ..................................................................................................34
    2.7.2. Conduits ........................................................................................................34
3. UTILISATION DES PLANS ET DES MANUELS TECHNIQUES ...............................34
  3.1. Plan d’une installation électrique .......................................................................34
  3.2. Lecture des plans d’une installation électrique..................................................34
  3.3. Notes techniques...............................................................................................37
    3.3.1. Emplacement des canalisations et des appareillages électriques .................37
    3.3.2. Salle d’eau .....................................................................................................37
4. IDENTIFICATION DES DIFFERENTES ETAPES DE VERIFICATION ET
D’ENTRETIEN DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES..................................................40
  4.1. Principe de la maintenance ...............................................................................40
  4.2. Détection des problèmes...................................................................................41
    4.2.1. Indice d’une coupure .....................................................................................41
    4.2.2. Constatation d’un court-circuit .......................................................................42
    4.2.3. Détection d’une mise à la terre ......................................................................42
    4.2.4. Détection d’un mélange .................................................................................43
  4.3. Localisation des défauts....................................................................................44
    4.3.1. Localisation des défauts des câbles ..............................................................44
    4.3.2. Localisation d’une mise à la terre ..................................................................45

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                                                            2
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                               Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

    4.3.3. Localisation d’une coupure ............................................................................46
  4.4. Repérage électrique ..........................................................................................47
    4.4.1. Repérage des conducteurs d’une installation courte .....................................49
    4.4.2. Repérage des conducteurs d’une installation très longue .............................50
5. PROCEDURE DE DEPANNAGE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES ...............52
  5.1. Méthode de diagnostic ......................................................................................52
  5.2. Exemples de diagnostic ....................................................................................54
      GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES.......................................................................56
      TP1 – Prendre connaissance des Directives, des Plans et des Manuels ...............57
      Techniques .............................................................................................................57
      TP 2 – Analyser l’état réel de l’équipement ............................................................61
      TP3 – Montage d’une installation électrique ...........................................................63
      TP4 – Décrire la procédure de dépannage d’une installation électrique.................65
      EVALUATION DE FIN DE MODULE ......................................................................68
      Liste des références bibliographiques ....................................................................70




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                                                             3
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

                           REPARATION
    MODULE : 14
                           DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES
                                                                           Durée : 45 h


                  OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU
                                   DE COMPORTEMENT



         COMPORTEMENT ATTENDU

         Pour démontrer sa compétence le stagiaire doit réparer des
         installations électriques, selon les conditions les critères et les
         précisions qui suivent.


         CONDITIONS D’EVALUATION

           Individuellement
           A partir de
                    • directives
                    • installation comportant de l’équipement électrique
                    • situations simulées..


         CRITERES GENERAUX DE PERFORMANCE

           Choix et utilisation corrects de l’outillage et des appareils de vérification
           Respect des limites d’utilisation
           Respect des règles de sécurité .




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                          4
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

                   OBJECTIF OPERATIONNEL DE PREMIER NIVEAU
                                  DE COMPORTEMENT

   PRECISIONS SUR LE                      CRITERES PARTICULIERS DE
   COMPORTEMENT ATTENDU                   PERFORMANCE


    A) Prendre connaissance des plans           Interprétation exacte des
                                                symboles et des conventions du
                                                plan.


    B) Analyser l’état réel de                  Vérification minutieuse et
       l’équipement.                            complète de l’équipement.
                                                Justesse de la comparaison de
                                                l’état réel à l’état de référence de
                                                l’équipement.


    C) Poser un diagnostic.                     Justesse du diagnostic.
                                                Indication valable du phénomène
                                                destructeur.
                                                Choix judicieux des correctifs à
                                                apporter.


    D) Remplacer les composants                 Choix approprié du composant
       défectueux.                              de remplacement.
                                                Démontage et montage précis.
                                                Mise en place correcte et solidité
                                                des composants de
                                                remplacement.


    E) Vérifier le fonctionnement de            Prise en considération des
       l’équipement.                            spécifications de
                                                fonctionnement.
                                                Mise en marche appropriée et
                                                sécuritaire de l’équipement.
                                                Fonctionnement approprié :
                                                 - des dispositifs de commande;
                                                 - des dispositifs de protection.


    F) Ranger et nettoyer.                      Rangement approprié et
                                                propreté des lieux.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                      5
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                            Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



                   OBJECTIFS OPERATIONNELS DE SECOND NIVEAU

    LE STAGIAIRE DOIT MAITRISER LES SAVOIRS, SAVOIR FAIRE, SAVOIR PERCEVOIR OU SAVOIR ETRE JUGE PREALABLES AUX
    APPRENTISSAGES DIRECTEMENT REQUIS POUR L’ATTEINTE DE L’OBJECTIF DE PREMIER NIVEAU, TELS QUE :




       Avant d’apprendre à prendre connaissance des plans et des manuels
       techniques le stagiaire doit (A) :
        1. Reconnaître les composants des installations électriques.
        2. Utiliser des plans et des manuels techniques.


       Avant d’apprendre à analyser l’état réel de l’équipement le stagiaire
       doit (B) :
        3. Identifier les différentes étapes de vérification et d’entretien des
           installations électriques.
        4. Identifier les principaux instruments utilisés pour la vérification des
           installations électriques.


       Avant d’apprendre à poser un diagnostic le stagiaire doit (C) :
        5. Distinguer les sources de problèmes des installations électriques.
        6. Décrire la procédure de réparation des installations électriques.


       Avant d’apprendre à remplacer les composants défectueux le stagiaire
       doit (D) :
        7. Sélectionner les composants de remplacement.
        8. Utiliser les outils de l’électricien.
        9. Reconnaître les règles de sécurité relatives à la réparation des
           installations électriques.


       Avant d’apprendre à vérifier le fonctionnement de l’équipement le
       stagiaire doit (E) :
        10. Décrire la procédure de vérification des installations et de l’équipement
            électrique.


       Avant d’apprendre à ranger et nettoyer le stagiaire doit (F) :
        11. Expliquer l’importance de la propreté et du soin à porter aux aires de
            travail, aux outils et à l’équipement.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                                                6
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




Présentation du Module




             « Réparation des installations électriques » est le module qui
             donne aux stagiaires de la spécialité « Électricien de bâtiment » les
             connaissances relatives aux différents types de défectuosités des
             installations et de l’équipement électrique ainsi qu’au remplacement
             de composants défectueux. Il vise à rendre le stagiaire apte à réparer
             les défectuosités des installations et de l’équipement électrique.
             L’objectif de ce module est non seulement d’informer le stagiaire sur la
             matière mais aussi de lui proposer la suite adéquate des consignes à
             suivre afin d’obtenir des habilités durables au travail pour arriver à des
             manipulations sécurisées dans le domaine.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                         7
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




         Module 14 : REPARATION DES
        INSTALLATIONS ELECTRIQUES
                       RESUME THEORIQUE




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                           8
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




   1.   REGLEMENTS, NORMES ET LABELS


A une époque où l’information est diffusée en masse dans les secteurs les plus
variés, le consommateur devient plus exigeant. Mieux informés, ceux qui
s’intéressent de près ou de loin à la construction ne sont plus les néophytes et
considèrent l’acte de bâtir comme une affaire sérieuse, bien loin de bricolage. La
connaissance artisanale fait place à une connaissance normalisée et réglementée.


   1.1. Règlements


Les installations électriques doivent respecter les règlements administratifs en
vigueur pour le pays concerné. A défaut de tels il est obligatoire d’adopter ceux des
pays qui sont les plus proches dans les exigences.


Pour le Royaume du Maroc les exigences applicables sont données en général
par les Règles Techniques concernant l’exécution et l’entretien des installations
électriques de Ière catégorie (Annexe à l’arrêté N° 350-67 du 15 juillet 1967 du
Ministère des Travaux Publiques et des Communications).


Pour la France les installations électriques doivent respecter les règlements
administratifs parmi lesquels :
   -    Décret du 14 novembre 1988 relatif à la protection des travailleurs dans les
        établissements qui mettent en œuvre des courants électriques ;
   -    Arrêté interministériel du 22 octobre 1969 (J.O. du 30 novembre 1969) relatif
        à la conformité aux normes des installations électriques des bâtiments
        d’habitation ;
   -    Décret du 14 décembre 1972 relatif au contrôle et à l’attestation de
        conformité des installations électriques intérieures aux règlements et normes
        de sécurité en vigueur (J.O. du 20 novembre 1972) ;




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       9
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   -   Décret du 12 juin 1973 et arrêté du 22 juin 1973 relatifs à l’équipement en
       télécommunication des immeubles de logements collectifs (J.O. du 15 juin
       1973) ;
   -   Décret du 31 octobre 1973 et arrêté du 23 mars 1965 relatifs au règlement
       de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les
       établissements recevant du public, notamment ceux de 5e catégorie ;
   -   Décret du 15 novembre 1967 et arrêté du 18 octobre 1977 concernant la
       construction des immeubles de grande hauteur et la protection contre les
       risques d’incendie et de panique.


   1.2. Normes et labels


Les règlements font référence aux normes en vigueur. A défaut de normes
marocaines, on utilise les règles et normes publiées par l’Union Technique de
l’Electricité (UTE) en France.


Les installations électriques devront être conformes aux homologues marocains des
normes NF C 15 -100 et NF C 90 –120. La norme NF C 15 –100 parue en mars
1990, homologuée le 13 mai 1991, est obligatoire depuis cette date pour les
logements neufs. Elle définit :
   -   les règles d’emploi des matériels,
   -   les règles de mise en œuvre des canalisations,
   -   les règles d’application des moyens de protection contre les chocs
       électriques,
   -   les prescriptions de contrôle et d’entretien.


Lorsqu’un matériel utilisé dans une installation électrique fait l’objet d’une ou
plusieurs normes, il doit être conforme aux normes en vigueur. La conformité aux
normes est attestée par un certificat de conformité fourni par le constructeur (ou le
fabricant) ou par l’attribution d’une « marque de conformité » (le macaron « NM »
figurant sur les matériels de fabrication marocaine, « NF » pour les matériels de
fabrication française et le dernier temps « CE » pour tous les matériels produits
dans les pays de la Communauté Européenne).

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   10
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




Label marocain                          Label français                 Label européen


                                          Fig.1-1


Les organismes de normalisation à noter sont :
   -   Au Maroc :
   a) Conseil Supérieur Interministériel de la Qualité et de la Productivité- sous la
       tutelle du Premier Ministre ou son représentant : il étudie toute question
       relative à la normalisation
   b) SNIMA (Service de Normalisation Industrielle Marocaine) auprès du
       Ministère chargé de l’Industrie : il s’occupe à coordonner les activités des
       Comités Techniques de normalisation
   c) Comités Techniques de Normalisation regroupant les représentants de
       l’administration, des fabricants, des utilisateurs, des laboratoires, des instituts
       de recherches, dirigés par un Département ministériel concerné par la
       normalisation pour le secteur industriel: ils réalisent toute étude technique
       concernant la normalisation et élaborent les projets de normes .
   -   En France :
   a) AFNOR : Association Française de Normalisation, créée en 1926, elle
       centralise    et   coordonne     tous   les   travaux   d’études   concernant    la
       normalisation. C’est une association privée, déclarée d’utilité publique.
   b) UTE : Union Technique d’Electricité ; c’est l’organisme qui est chargé par
       l’AFNOR de l’élaboration des normes relatives à l’électrotechnique.
   -   En Europe




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       11
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   a) CENELEC : Comité Européen de Normalisation en Electrotechnique ; il a
        pour rôle d’harmoniser les normes des pays européens (France, Allemagne,
        Angleterre, etc.)
   -    Dans le monde
   a)    ISO : Organisation Internationale de Normalisation (International Standard
         Organisation)
   b)    CEI (Commission Electrotechnique Internationale) ou IEC (International
         Electrotechnical Commission) ; cet organisme dépend de ISO dont
         l’AFNOR est le membre.


   1.3. Contrôle


Afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens contre les dangers d’origine
électrique résultant d’installations défectueuses, les pouvoirs publics certifient les
organismes, chargés du contrôle et de l’attestation de la conformité des installations
électriques intérieures aux règlements et aux normes de sécurité en vigueur.


La vérification est nécessaire pour s’assurer :
   -    que l’isolement est bon, les protections efficaces ;
   -    que les règles et les prescriptions sont respectées ;
   -    que les travaux sont correctement exécutés.


ONE ne mettra l’installation électrique sous tension qu’à condition d’être en
possession du certificat de conformité délivré par un organisme certifié.


Ensuite il faut exécuter une vérification périodique sous la responsabilité de l’usager
pour contrôler :
   -    la valeur des isolements ;
   -    l’état des matériels et des connexions ;
   -    la continuité de l’efficacité des protections et du respect de la réglementation.


Les vérifications doivent être effectuées après chaque extension ou modification
puis tous les 1, 3 ou 10 ans suivant la rigueur des influences externes.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       12
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



Les installations exécutées par un non professionnel ou un nouvel installateur sont
vérifiées systématiquement.




   2.   COMPOSANTS DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES


   2.1. Sources d’alimentation


Une installation électrique est constituée par un ensemble de circuits de toutes
tensions et natures de courant et par un ensemble de matériels électriques
associés en vue de l’utilisation de l’énergie électrique.


On peut déterminer deux types principaux de sources d’alimentation :
   -    réseau de distribution ;
   -    sources autonomes.


   2.1.1. Réseau de distribution


L’alimentation en énergie électrique (fig.2-1) se fait le dernier temps surtout en
courant alternatif. Les trois grands étapes sont essentiellement : la production, le
transport et la distribution.


La production comprend l’ensemble des usines électriques produisant le courant
électrique. Les générateurs sont des alternateurs triphasés qui donnent la
puissance la plus élevée relativement à leur masse et à leurs dimensions. La
puissance actuelle est égale à 900 et 1300 MVA (mégavoltampère).


Le courant alternatif sinusoïdal de fréquence 50 Hz se prête aisément à la
transformation des tensions : élévation au départ de la ligne et abaissement à
l’arrivée. La fréquence de 50 Hz est retenue pour la plupart des pays en Europe et
en Afrique alors que les Etats-Unis d’Amérique ont adopté la fréquence de 60 Hz.
On peut, en première analyse, dire qu’il s’agit d’un compromis entre la puissance

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  13
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

massique des machines électriques et les pertes dans les lignes électriques. La
puissance est supérieure en 60 Hz, les pertes, par contre, sont inférieures en 50
Hz.


Le transport est effectué par artères ou grandes lignes acheminant l’énergie
électrique en haute tension. Ces artères sont interconnectées entre elles au niveau
national et souvent international. Ces lignes « très haute tension » de 225 kV, 380
kV pouvant atteindre 750 kV sont des lignes aériennes sur pylônes en câbles
d’aluminium avec une âme d’acier. Les échanges par câbles sous-marins entre la
France et la Grande-Bretagne sont assurés en courant continu.


Grâce à de puissants convertisseurs statiques à semi-conducteurs le courant
triphasé est transformé en courant continu 400 kV au départ, puis il est reconverti
en courant triphasé à son arrivée. Les pertes dues à ce transport sont plus faibles
en courant continu : seule la résistance ohmique provoque des pertes par effet
Joule. Par contre, en courant alternatif, l’impédance (somme géométrique de la
résistance, de l’inductance et de la capacité) provoque des pertes plus importantes.


La distribution commence à partir des sous-stations et des postes de
transformation avec l’aide des lignes basse tension jusqu’aux abonnés. L’ONE a le
monopole de la production, mais non à la distribution qui est accordée aux
différentes sociétés (par exemple, LYDEC).


Le poste de transformation constitue le dernier maillon de la chaîne de distribution
et concerne tous les usagers du courant électrique. Il assure la distribution du
courant   électrique en basse tension aux collectivités, quartiers d’immeubles,
villages ruraux ou industries et entreprises. Son fonctionnement statique n’exige
que très peu d’intervention et il est même parfois ignoré de ses utilisateurs.


Il doit cependant répondre à des exigences précises :
   -   livrer à un abonné un courant électrique adapté à ses besoins en tension et
       en intensité avec le maximum de fiabilité;



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  14
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                      Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   -    protéger les installations, le réseau basse tension et le transformateur lui-
        même en cas de décharges atmosphériques, de défauts dans les lignes ou
        dans les récepteurs;
   -    protéger le personnel à tous les niveaux (de l’arrivée jusqu’aux récepteurs);
   -    permettre l’accès du technicien responsable et la manœuvre des différents
        équipements d’interruption, de protection, de contrôle, de surveillance et
        d’entretien.




            Réseau de production, de transport et de distribution de l’énergie électrique

                                              Fig.2-1

   2.1.2. Sources autonomes


   a)    Groupe électrogène
Les groupes autonomes de production de courant électrique ou groupes
électrogènes sont construits par association d’un moteur thermique (moteur à
essence ou moteur diesel à gazole) et d’un générateur de courant électrique
continu ou alternatif (fig.2-2).


Les groupes électrogènes de courant alternatif monophasé ou triphasé ont des
puissances variant de 1 kW à plusieurs milliers de kW. Comme dans le cas des
transformateurs, leur puissance s’exprime plus précisément en kVA : la puissance
apparente prend en compte le réseau récepteur.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                           15
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                      Fig.2-2


Les groupes électrogènes peuvent être fixes ou mobiles :
   -   Groupes électrogènes fixes




                               Groupe électrogène fixe
                                      Fig.2-3.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                             16
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



Ces groupes électrogènes sont employés dans les centrales électriques autonomes
(non reliées à un réseau) de plusieurs milliers de kVA et dans les stations de
secours (hôpitaux, collectivités) de plusieurs centaines de kVA. (fig.2-3).


   -   Groupes électrogènes mobiles
Ces groupes électrogènes sont employés dans les locomotives et loco-tracteurs
dits diesel-électriques de plusieurs milliers de kW (dans ce cas le ou les
générateurs débitent le plus souvent du courant continu), dans les chantiers
industriels ou les usages artisanaux (quelques dizaines de kVA) et pour un usage
individuel (quelques kVA) (fig.2-4).




                                Groupe électrogène mobile
                                            Fig.2-4


Les générateurs de courant alternatif délivrent des tensions normalisées 220 V ou
380 V à la fréquence 50 Hz. Les groupes électrogènes débitent un courant
monophasé ou triphasé.


Pour   quelques     applications,      en   particulier   la   recharge   des   batteries
d’accumulateurs, il existe des groupes à courant continu 12 ou 24 V.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       17
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   b)    Piles
Une pile classique est constituée par deux électrodes, l’une en charbon de cornue
aggloméré en masse poreuse, l’autre en zinc amalgamé au mercure et un
électrolyte aqueux (fig.2-5). Ce type de pile est dit sèche car une substance
immobilise l’électrolyte.




                                      Pile classique
                                         Fig.2-5


L’électrolyte utilisé est une solution de sel d’ammonium (d’où le nom de pile saline).
Le remplacement de la solution saline par une solution alcaline a permis d’accroître
la capacité, d’adopter de nouveau couple d’électrodes et d’augmenter la tension
(couples oxyde de cuivre – zinc, argent – zinc, oxyde mercurique – zinc),
d’augmenter le rendement de décharge et de réduire l’encombrement.


Des études ont été réalisées sur le fonctionnement à température variable. A
l’approche du point de congélation d’un électrolyte (-30°C), un élément de pile
normal ne débite presque plus.


De nouveaux générateurs d’énergie à anode de lithium sont apparus avec des
f.é.m. par élément de 1,5 à 3 V. Le lithium offre la plus forte densité d’énergie
théorique qui soit et le plus haut potentiel de tous les éléments.

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    18
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                        Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   c)    Accumulateurs
Les accumulateurs au plomb sont les plus répandus : ils sont lourds, assez fragiles
et contiennent un liquide corrosif (fig.2-6).




                                      Accumulateur au plomb
                                              Fig.2-6




                                        Accumulateur alcalin
1 – Connexions positives; 2 – Couvercle; 3 – Bossage central (pôle positif); 4 – Dispositif de sécurité;
 5 – Plaque positive; 6 – Séparateur; 7 – Plaque négative; 8 – Bac en acier nickelé; 9 – Connexions
                                              négatives

                                               Fig.2-7

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                                    19
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

On réalise des accumulateurs alcalins dont les électrodes sont des plaques de fer
et de nickel plongeant dans une solution de soude. Il existe d’autres accumulateurs
alcalins à électrodes : nickel – zinc, nickel – cadmium, zinc – bronze (fig.2-7).


   2.2. Charges


   2.2.1. Moteurs


   a)     Moteurs à courant continu
Principe. Les conducteurs actifs qui constituent le rotor ou l’induit du moteur à
courant continu sont soumis, lorsqu’un courant continu les parcourt, à un ensemble
de forces électromagnétiques dont la loi de Laplace exprime la valeur. L’ensemble
des forces qui s’exercent sur chaque conducteur actif crée un couple moteur qui
assure la rotation de l’induit).
Différents types de moteurs. Les moteurs sont classés en fonction de la nature de
leur excitation :
   -    moteur à excitation séparée (excitation indépendante du courant d’induit)
        (fig.2-8a)
   -    moteur à excitation en dérivation (shunt) (fig.2-8b)
   -    moteur à excitation série (excitation assurée totalement par le courant
        d’induit) (fig.2-8c)
   -    moteur à excitation composée (excitation dépendant en partie du courant
        d’induit) (fig.2-8d).




                                            a)




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   20
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                         b)




                                         c)




                                         d)

                                      Fig. 2-8

Démarrage. A l’instant du décollage, mise sous tension du moteur, l’expression :
                                  E’ = U – Ra Ia
Dans laquelle E’ = 0 (moteur à l’arrêt) montre que le courant prend une valeur très
grande dépendant uniquement des grandeurs U et Ra.
                                  Id ≈ Ia = U / Ra


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  21
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

avec : Id – le courant de démarrage (en toute rigueur Id est égal à la somme des
courants induit et inducteur); U – la tension continue d’alimentation; Ra – la
résistance d’induit (de l’ordre de quelques 1/10 d’ohms).


La limitation du courant de démarrage est obtenue :
   -    soit par une diminution de la tension d’alimentation;
   -    soit par une augmentation de la résistance de circuit de l’induit.


Inversion du sens de rotation. Le sens du couple électromagnétique dépend du
signe du courant induit et du signe du champ inducteur. Deux solutions sont
possibles, inverser le branchement induit ou inverser les inducteurs.


Les risques consécutifs à la surtension créée par les enroulements inducteurs au
moment de leur coupure font que seule la première solution est retenue pour
assurer l’inversion de marche.


   b)    Moteurs asynchrones triphasés
Principe. Le moteur asynchrone ou moteur à induction est un transformateur à
champ tournant : le stator en est le primaire, il est alimenté par le réseau d’énergie;
le rotor en court-circuit et libre de tourner constitue le secondaire (fig.2-9).




                                                                 .
                         Vue générale d’un moteur asynchrone triphasé

                                           Fig.2-9


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                     22
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



La plaque signalétique précise le régime nominal du moteur. Elle indique :
   -   la valeur nominale Un des tensions statoriques (prises entre deux bornes de
       phase) : on lit souvent deux tensions (par exemple, 220 / 380 V), dans ce
       cas, la première des deux tensions est toujours la valeur nominale des
       tensions appliquées sur chacune des phases statoriques;
   -   la valeur nominale In des courants dans les fils de phase ainsi que le facteur
       de puissance cos ϕ.
   -   la valeur nominale de la fréquence de rotation (par exemple, n = 1425 tr/min)
       et de la puissance utile (c’est-à-dire de la puissance mécanique; par exemple
       Pu = 5 kW).


Fonctionnement. Les courants triphasés alimentant le stator donnent naissance à
un champ tournant qui induit des courants dans les conducteurs du rotor. L’action
du champ sur les courants rotoriques génère des forces électromagnétiques qui
font tourner le rotor (voir Module 13 « Installation et branchement des commandes
semi-automatiques des moteurs asynchrones »)..


Démarrage. Mise à part le démarrage direct, les différents procédés de démarrage
ont pour objectif fondamental de limiter l’intensité absorbée tout en maintenant les
performances mécaniques de l’ensemble « moteur – machine entraînée »
conformes au cahier des charges.


Dans le cas du moteur asynchrone cette limitation de courant est obtenue par :
   -   une réduction de la tension d’alimentation, le courant est proportionnel à la
       tension (démarrage par couplage étoile-triangle, élimination de résistances
       statoriques, auto-transformateur);
   -   une augmentation de la résistance rotorique (démarrage par élimination de
       résistances rotoriques, moteurs à cages multiples).


L’inconvénient du premier procédé consiste en réduction du couple moteur au
démarrage étant donné qu’il est proportionnel au carré de la tension.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   23
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   c)    Moteurs à courant alternatif monophasé
Les moteurs monophasés désignés sous le nom de moteurs fractionnaires ont une
puissance utile inférieure au kilowatt. Ils sont utilisés pour des applications à faible
puissance : électroménager (machines à laver, aspirateurs…), accessoires de
toilette (rasoir électrique, séchoir…), outillage portatif (perceuse, scie…).


   2.2.2. Eléments chauffants


Les besoins du logement en énergie sont les quantités de chaleur à fournir à tout
instant afin de maintenir le confort thermique désiré. Une installation de chauffage
doit donc assurer les fonctions suivantes : produire la chaleur ; émettre la chaleur à
l’endroit désiré ; ajuster la chaleur émise aux besoins (voir Module 12 « Installation
et branchement des appareils de chauffage électrique »).


   2.2.3. Lampes d’éclairage


Une source lumineuse produit un rayonnement visible appelé « lumière ». Le
rayonnement est défini comme émission ou le transfert d’énergie sous forme
d’ondes électromagnétiques (théorie électromagnétique) ou de particules (théorie
quantique) (voir Module 9 « Installation et branchement des luminaires et leurs
commandes »).


La lumière est définie comme toute radiation capable de provoquer directement une
sensation visuelle. Les ondes visibles n’occupent qu’une très faible partie du
spectre de rayonnement électromagnétique (fig. 2-10).


Dans le tableau ci-dessous on trouve les principales sources lumineuses utilisées
pour l’habitat et dans un grand nombre de locaux industriels avec leurs
caractéristiques les plus importantes.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                      24
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                           Spectre des ondes visibles

                                    Fig.2-10




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          25
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          26
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   2.2.4. Transformateurs


Principe. Le transformateur permet de transformer les caractéristiques de l’énergie
électrique – tension et intensité de courant avec un excellent rendement. C’est un
appareil statique très robuste qui est souvent monophasé (voir Module 10
« Installation des appareils de signalisation »), mais il existe aussi la variante
triphasé pour le transport et la distribution de l’énergie électrique (voir Module 11
« Installation de branchement des consommateurs triphasés »).


   2.3. Appareillage d’ouverture et de fermeture


Ce sont les appareillages de commande qui doivent assurer l’ouverture ou la
fermeture d’un circuit électrique. La commande est manuelle, semi-automatique ou
automatique. (voir Module 9 « Installation et branchement des luminaires et leurs
commandes »).


   2.3.1. Interrupteur


Ils sont le plus souvent unipolaires, c’est-à-dire avec un seul conducteur du circuit
coupé. La coupure doit être rapide pour éviter les effets de self-induction qui
engendrent des arcs électriques. Les appareils de commande unipolaire doivent
être placés sur le conducteur de phase.


   2.3.2. Contacteur


C’est un appareil mécanique de connexion ayant une seule position de repos,
commandé autrement qu’à la main, capable d’établir, de supporter et d’interrompre
des courants dans les conditions normales du circuit, y compris les conditions de
surcharge en service (voir Module 13 « Installation et branchement des commandes
semi-automatiques des moteurs asynchrones »).




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   27
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Un contacteur dont les contacts principaux sont fermés dans la position de repos
est appelé rupteur.


   2.3.3. Prises de courant


Elles assurent une liaison entre une partie fixe appelée « socle » et une partie
mobile appelée « fiche » (voir Module 9 « Installation et branchement des
luminaires et leurs commandes »).


Le calibre des prises de courant varie suivant la puissance maximale des appareils
qu’elles peuvent alimenter.


   2.4. Moyens de protection


Généralité. Les perturbations pouvant survenir dans une installation électrique sous
tension sont :
   -   une surintensité, qui peut avoir pour cause : une surcharge momentanée des
       machines ou de l’éclairage ; un démarrage de moteur trop rapide ; un court-
       circuit dans une machine ou dans l’installation ; une perte à la terre.
Tous ces dérangements peuvent provoquer un échauffement des lignes et des
bobinages des machines électriques.


   -   une surtension du réseau, pouvant provenir : d’une décharge atmosphérique
       sur la ligne ; d’un contact avec une autre ligne à tension plus élevée ; de
       l’ouverture d’un circuit comportant une inductance ou une forte capacité.
Ces phénomènes peuvent provoquer la perforation de l’isolation du bobinage d’un
transformateur ou d’une machine électrique, ainsi que la fusion des filaments des
lampes d’éclairage en service.


   -   une sous-tension, qui peut être causée par : une surcharge de la ligne ; une
       perturbation des machines de la centrale ; une perte en ligne (mauvais état
       d’isolateurs).



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  28
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Une baisse de tension du réseau peut provoquer l’échauffement des machines en
service et le fonctionnement défectueux d’appareils industriels ou domestiques
(électro-aimants manquant d’attraction, aspirateurs n’aspirant plus, etc.). Une faible
sous-tension entraîne un grand affaiblissement de l’éclairage des lampes.

   -   un manque total de tension, qui peut provenir : d’une panne de machine à la
       centrale ; du claquage d’un transformateur ; d’une rupture de la ligne
       aérienne, par suite de la chute d’un arbre, surcharge de givre, claquages
       d’isolateurs.
Une panne de courant peut être dangereuse pour un moteur en service lorsqu’il est
dépourvu d’appareil de déclenchement à minimum de tension et quand le curseur
du rhéostat de démarrage est demeuré sur la position « marche ». Lorsque le
courant sera rétabli, le moteur ne pouvant démarrer, son bobinage grillera.


Les dispositifs de protection doivent être tels qu’ils fonctionnent avant que les
circuits et appareils qu’ils protègent risquent d’être endommagés. En règle
générale, les dispositifs assurant la protection des circuits doivent être placés au
début même de ces circuits.


   2.4.1. Coupe-circuit


Le coupe-circuit permet de couper automatiquement le circuit d’une installation
lorsque l’intensité devient très importante et risque d’endommager les canalisations.
Il est composé d’un élément fusible, d’un porte fusible et d’un socle (voir Module 9
« Installation et branchement des luminaires et leurs commandes »).


   2.4.2. Disjoncteur


Les disjoncteurs permettent de protéger les lignes et les appareils électriques
contre l’échauffement dus aux surintensités. Ils sont adaptés aux besoins de
chaque cas particulier permettant d’utiliser les installations de la façon la plus
économique. Les disjoncteurs ont comme avantage de résister aux coupe-circuits
étant donné qu’ils sont branchés en amont.


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    29
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

La construction des disjoncteurs dépend de la puissance de l’installation à
protéger : jusqu’à 36 kW et supérieure à 36 kW. Les premiers sont utilisés dans les
installations domestiques et pour les installations dans les petites et moyennes
entreprises. Les deuxièmes       (conforme à la norme NF C 63-120) sont de type
industriel et ne comportent pas de dispositif différentiel incorporé. Dans ce cas
l’installation comprise entre les bornes aval du disjoncteur et les dispositifs DR doit
être réalisée avec un matériel dont l’isolation supplémentaire rend négligeable les
probabilités de défaut à la terre sur cette partie de l’installation.


Pour les disjoncteurs jusqu’à 36 kW on détermine deux types:
   -   Sans fonction différentielle : Ces appareils, prévus pour fonctionner sur la
       basse tension, comportent, outre l’interrupteur proprement dit, un dispositif
       de déclenchement. Le mode de fermeture des interrupteurs disjoncteurs est
       le même que pour les interrupteurs ordinaires. L’ouverture doit s’effectuer
       sans qu’il soit nécessaire de leur fournir une énergie extérieure autre que
       celle utilisée pour le fonctionnement des déclencheurs.
   -   Avec fonction différentielle : Le dispositif différentiel à courant résiduel
       (dispositif DR) a été conçu pour assurer la protection des personnes contre
       les contacts indirects (voir Module 8 « Installation d’une prise de terre »).


   2.4.3. Relais de protection


Ce sont des appareils de contrôle d’intensité du courant électrique dans un circuit.
Leur rôle consiste à fermer ou à ouvrir le circuit de commande d’un appareil plus
important, tel un disjoncteur, ou à agir directement sur un déclenchement
provoquant l’ouverture d’un appareil de coupure.


Suivant   leur   fonctionnement      les   relais   peuvent    être     classifiés   comme :
électromagnétique, thermique et statique (électronique).


Le relais électromagnétique est un électro-aimant à armature mobile. La cause de
défaillance (surcharge du récepteur, court-circuit ou défaut de la tension du réseau)
donne naissance à un courant qui provoque l’excitation (ou la désexcitation) de la

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                          30
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

bobine de l’électro-aimant qui est suivie d’un mouvement de l’armature mobile. Ce
mouvement agit instantanément, respectivement suivant le cas, sur l’ouverture ou
la fermeture des contacts dans le circuit à protéger. La remise en marche se fait par
les boutons poussoirs après la limitation de la défaillance.


Le relais thermique est un appareil qui peut admettre, sans déclencher, une pointe
de courant au démarrage du moteur et des surcharges passagers (voir Module 13
« Installation et branchement des commandes semi-automatiques des moteurs
asynchrones »). Ils n’agissent que si les surcharges se produisent à des intervalles
trop rapprochés et pour un dépassement prolongé, quoique minime, du courant
admis par le réglage de l’appareil.


   2.5. Appareillage de réglage


L’appareillage de réglage comporte des dispositifs à l’aide desquels on peut faire
varier les caractéristiques des installations – courant, tension, fréquence – dans des
limites déterminées.


   2.5.1. Variateur


Les variateurs sont les interrupteurs munis d’un système électronique comportant
deux bornes et permettant, au moyen d’un curseur, de faire varier le courant dans
le circuit. Ils sont utilisés dans les dispositifs d’éclairage (fig.2-11).




                                          Fig. 2-11

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    31
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   2.6. Instruments et appareillage de contrôle et de mesure


Les entreprises de distribution de l’énergie électrique établissent un contrat
d’abonnement avec leurs clients pour le payement de la consommation réelle. Pour
la mesure de l’énergie électrique consommée sont utilisés les compteurs
électriques.


Suivant la puissance mesurée les compteurs électriques sont :
   -   compteurs monophasés ;
   -   compteurs triphasés (3 fils et 4 fils).




                                         Fig.2-12


Dans les installations domestiques on utilise le plus souvent les compteurs
monophasés parce que l’installation intérieure à 2 fils est beaucoup plus simple à
réaliser et à entretenir.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                32
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Le compteur électrique est un appareil qui totalise et qui affiche l’énergie
consommée par un abonné. Il est le plus souvent du type à induction (fig. 2-12).


Le développement de l’électronique a fait apparaître les compteurs d’énergie
électroniques qui présentent des caractéristiques plus précises et répondent aux
besoins les plus variés des exploitants.


Il existe déjà des systèmes de contrôle de la distribution (fig. 2-13 – centrale de
mesures Digipact – Merlin Gérin)) qui permettent de mieux gérer l’énergie
électrique :
   -   en améliorant sa disponibilité ;
   -   en réduisant la facture d’électricité ;
   -   en améliorant la sécurité de l’exploitant ;
   -   en augmentant le confort de son exploitation.




                                          Fig. 2-13
OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  33
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   2.7. Conducteurs et leurs interconnexions


   2.7.1. Conducteurs


Les conducteurs et câbles servent à transporter le courant aux divers appareils :
lampes, appareils domestiques, etc. La canalisation est constituée par un ou
plusieurs conducteurs électriques (voir Module 6 « Installation et raccordement des
câbles et conducteurs »).


   2.7.2. Conduits


L’encastrement direct des conducteurs sans conduit est interdit dans les matériaux
de construction. Les conduits canalisent et assurent une protection mécanique des
conducteurs. L’ensemble est appelé canalisation électrique (voir Module 5
« Installation des canalisations électriques »).


   3.   UTILISATION DES PLANS ET DES MANUELS TECHNIQUES


   3.1. Plan d’une installation électrique


L’électricien doit respecter la normalisation en vigueur, en connaître les différents
éléments constructifs et choisir la nature ainsi que la répartition des différents
récepteurs (voir le Module 3 « Lecture des plans et des schémas électriques »).


   3.2. Lecture des plans d’une installation électrique


L’installation électrique intérieure d’un local à usage d’habitation doit être en
conformité avec la norme NF C 15 100. Elle commence aux bornes « aval » de
l’appareil général de commande et de protection (disjoncteur de branchement) et
comprend l’ensemble des conducteurs et des appareils nécessaires à la distribution
de l’énergie électrique (fig.3-1).



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   34
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                          Fig.3-1


Une    installation   électrique   intérieure   comporte   toujours   plusieurs   circuits
dénommés :
   -   Foyers lumineux (et prises commandées par interrupteur) ;
   -   Prises de courant ;
   -   Machine à laver le linge ou lave-linge ;
   -   Machine à laver la vaisselle ou lave-vaisselle ;
   -   Chauffe-eau ;
   -   Appareil de cuisson ;
   -   Ventilation mécanique contrôlée (V.M.C.) ;
   -   Chauffage.


Le principe est d’alimenter les récepteurs de même type, avec 8 points d’utilisation
au plus. De cette façon, un court-circuit ne fait disjoncter qu’un circuit, laissant tous
les autres en service.


Le nombre de circuits d’une installation électrique intérieure dépend essentiellement
du nombre de pièces principales du logement (fig. 3-2).

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       35
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                    Fig. 3-2


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          36
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   3.3. Notes techniques.


   3.3.1. Emplacement des canalisations et des appareillages électriques


Les règles de pose des canalisations et des appareillages électriques sont
présentées par des normes et exposées dans les modules les concernant.


   3.3.2. Salle d’eau


On appelle salle d’eau un local dans lequel est installé une baignoire ou un
receveur de douche.


A proximité d’une baignoire ou d’un receveur de douche, il convient de respecter
des mesures particulières de sécurité. En effet le corps humain mouillé devient très
conductible augmentant considérablement les risques d’électrocution.


La nouvelle norme NF C 15-100 divise la salle d’eau en quatre volumes (0, 1, 2 et
3), correspondant chacun à des règles précises concernant l’installation électriques
et les caractéristiques des appareils électrodomestiques utilisables. Les quatre
volumes ainsi définis sont (fig.3-3) :
   -   Volume 0 : volume immergé (à l’intérieur du bac de douche ou de la
       baignoire) ;
   -   Volume 1 : sur le bac de douche ou la baignoire (hauteur 2,25 m) ;
   -   Volume 2 : 60 cm autour du bac de douche ou la baignoire (hauteur 2,25 m) ;
   -   Volume 3 : 2,40 m au-delà du volume 2.


Volume 0 : C’est le volume intérieur de la baignoire ou du receveur de douche. Il
n’admet que des appareils répondant aux conditions suivantes : alimentation en
TBTS (très basse tension de sécurité) ; protection à l’immersion (Ipx7).


A l’intérieur du volume 0 tous les appareillages sont interdits, aucune canalisation
n’est admise.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  37
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                      Fig.3-3


Volume 1 : Ce volume est situé au-dessus du volume 0. Il est limité par la surface
cylindrique circonscrite à la baignoire ou au receveur de douche ou pour une
douche qui n’est pas équipé d’un receveur, par la surface cylindrique située à 1,20

OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                 38
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

m de la pomme de douche fixe ou de l’origine du flexible et par le sol et le plan
horizontal situé à 2,25 m au-dessus du sol (ou au-dessus du fond du bac de douche
si celui-ci est surélevé de plus de 0,15 m).


A l’intérieur du volume 1 tous les appareillages sont interdits, aucune canalisation
n’est admise.


Volume 2 : Le volume est limité par la surface verticale extérieure du volume 1 et
une surface parallèle située à 0,60 m de la première et par le sol et le plan
horizontal situé à 2,25 m au-dessus du sol.


Le volume 2 admet les appareils de classe II. Ces appareils doivent être protégés
contre les projections d’eau (IPx3). Les appareils d’éclairage doivent comporter une
vasque isolante entourant les lampes dont l’enlèvement provoque la coupure des
conducteurs actifs. Les appareils d’éclairage comportant des parties métalliques
doivent être alimentés par un transformateur de séparation (un seul séparateur par
appareil placé en dehors du volume 2).


Les armoires de toilette comportant appareil d’éclairage et socle de prise de courant
doit être alimenté par un transformateur de séparation.


A l’intérieur du volume 2 sont autorisés les appareils suivants :
   -   interrupteurs alimentés en TBTS (limitée à 12 V) ;
   -   interrupteurs incorporés aux appareils de classe II ;
   -   prise    de   courant   (prise   pour   rasoir   électrique)   alimentée   par   un
       transformateur de séparation de faible puissance comprise entre 20 VA et 50
       VA. Ce transformateur devra être conforme à la norme NF C 52-742.


Les canalisations doivent être limitées à celles nécessaires à l’alimentation des
appareils situés dans le volume.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                        39
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Volume 3 : Le volume est limité par la surface verticale extérieure du volume 2 et
une surface parallèle située à 2,40 m de la première, par le sol et le plan horizontal
situé à 2,25 m au-dessus du sol.


Le volume 3 contient des appareils de classe II ou de classe I, protégés par un
dispositif différentiel à haute sensibilité (30 mA au plus).


Les appareillages autorisés sont des socles de prises de courant, des interrupteurs
et d’autres à condition d’être protégés par un dispositif différentiel d’une sensibilité
au plus 30 mA.


Toute canalisation aboutissant dans le volume 2 ou 3 doit être munie d’un
conducteur de protection, sauf ceux alimentant un transformateur de sécurité ou de
séparation.




   4.   IDENTIFICATION DES DIFFERENTES ETAPES DE VERIFICATION ET
        D’ENTRETIEN DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES


   4.1. Principe de la maintenance


La maintenance est l’organisation, la gestion et l’application des moyens destinés à
maintenir les installations en état de fonctionnement : le service de maintenance
assure la surveillance, l’entretien, la remise en état des matériels et des circuits et
le stockage des pièces de rechange.


Les travaux sont confiés à un personnel qui doit :
   -    connaître le matériel et sa mise en œuvre ;
   -    connaître les circuits et leurs dérangements ;
   -    savoir diagnostiquer, identifier, localiser, éliminer les dérangements.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                      40
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Les électriciens de maintenance doivent apprendre à reconnaître les dérangements
et à appliquer les méthodes propres à les localiser rapidement, à faire preuve de
réflexion et d’initiative.


   4.2. Détection des problèmes


   4.2.1. Indice d’une coupure


En monophasé la coupure est identifiée par l’arrêt du fonctionnement du récepteur
sans autres manifestations.


En triphasé la manifestation d’une coupure est différente selon le type de
récepteur :
   -   récepteur à résistances : diminution de la quantité de chaleur dégagée sans
       autre manifestation ;
   -   récepteur      électromagnétique     (moteur,   relais,   etc.) :   anomalies   de
       fonctionnement, bruit anormal, souvent disjonction.


Les coupures peuvent être détectées à l’aide d’un voltmètre (fig. 4-1).




                                          Fig. 4.1




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       41
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

    4.2.2. Constatation d’un court-circuit


L’indice principal d’un court-circuit est la disjonction ou la fusion d’un fusible qui se
succède d’une nouvelle disjonction ou nouvelle fusion dès l’essai de remise sous
tension.


L’identification de la panne se fait par mesure de l’isolement (fig. 4-2) de
l’installation.




                                        Fig. 4-2




    4.2.3. Détection d’une mise à la terre


Une mise à la terre est un court-circuit entre une phase et le neutre : elle présente
les mêmes indices qu’un court-circuit. L’identification se fait de même manière que
précédemment, par mesure de la résistance d’isolement (fig. 4-3).




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       42
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                     Fig. 4-3


Les conducteurs de ligne étant reliés électriquement par le circuit interne du
récepteur, tous les conducteurs accusent un mauvais isolement à la terre.


   4.2.4. Détection d’un mélange


On appelle un mélange le court-circuit entre deux conducteurs de même polarité
perturbant le fonctionnement du circuit par mise sous tension intempestive d’un
conducteur.




                                     Fig. 4-4




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                             43
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                      Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Le problème ne se manifeste ni par une disjonction, ni par une fusion de fusibles
mais par des modifications du fonctionnement du circuit exprimées par mise
inopinément sous tension accompagnée par une mise en marche imprévue de
certains récepteurs. Les moyens du constat et de l’identification sont montrés sur la
fig. 4-4.


    4.3. Localisation des défauts


Après la détection des problèmes il suit de localiser le défaut pour pouvoir le
réparer. La localisation consiste en l’élimination des tronçons de canalisation par le
circuit d’identification jusqu’à disparition du signal : le défaut est situé dans le
dernier tronçon éliminé (fig. 4-5).




                                          Fig. 4-5


    4.3.1. Localisation des défauts des câbles


Après un défaut, les conducteurs d’un câble sont divisés en un certain nombre de
tronçons suivant le type et les conséquences du défaut. On utilise les chutes de
tension provoquées dans ces tronçons pour situer l’emplacement du défaut
(fig. 4-6).




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    44
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                       Fig. 4-6


    4.3.2. Localisation d’une mise à la terre


La localisation d’une mise à la terre peut se faire de manières différentes selon
l’état réel de l’installation :
    -   S’il reste un conducteur sain dans le câble, on applique la méthode du pont
        de Wheatstone (fig. 4-7)




                                       Fig. 4-7



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                 45
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   -   Si on peut utiliser un courant assez fort pour rendre les chutes de tension
       mesurables, on peut utiliser directement un voltmètre (fig. 4-8)




                                         Fig. 4-8


   4.3.3. Localisation d’une coupure


Quand un conducteur est coupé sans mise à la terre, on compare la capacité de
fuite d’un tronçon du conducteur coupé à celle d’un conducteur sain pour
déterminer la distance (fig. 4-9).




                                         Fig. 4-9


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  46
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                      Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

C’est un montage en pont, C1 et C2 remplaçant r3 et r4 ; la source est un
générateur HF et le détecteur un écouteur qui devient silencieux quand le pont est
en équilibre. On a alors    d = L x l2 / l3


   4.4. Repérage électrique


Repérer un conducteur c’est s’assurer du positionnement de ses extrémités dans le
circuit. Ce repérage sert à dresser le plan du circuit en vue d’un dépannage.


En principe, les conducteurs sont repérés par coloration, mais pour différentes
causes (nombre de couleurs disponibles, repiquages) ce repérage n’a que valeur
de présomption qu’il faut vérifier.


Le repérage électrique peut se faire à l’aide d’une lampe témoin (fig. 4-10) ou à
l’aide d’un ohmmètre (le dernier temps presque tous les multimètre possède une
option dans la plage des gammes en ohmmètre appelée « continuité » qui émet un
signal sonore). L’ohmmètre remplace la lampe témoin et la source.




                                          Fig. 4-10



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   47
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



Les circuits internes des récepteurs relient électriquement les bornes des appareils
entre elles ; le courant du dispositif de repérage, amené en 1 se retrouve sur les
bornes 1’, 2’, 3’ ; il y a « retour du courant » de 1’ sur 2’, de 1’ sur 3’ (fig. 4-11).




                                          Fig. 4-11


Dans ces conditions il est impossible de repérer l’extrémité 1’. Un repiquage sur
une borne conduit aux mêmes résultats.


Pour repérer correctement, il faut débrancher tous les conducteurs du circuit
(fig.4-12).




                                          Fig.4-12



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                          48
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   4.4.1. Repérage des conducteurs d’une installation courte


Quand l’installation est courte on peut procéder de deux manières :
   -   le repérage classique (fig. 4-13) ; le fil de retour ab peut être gênant, on peut
       le remplacer par la gaine de plomb d’un câble, l’armature d’un conduit M, un
       conducteur à coloration réservée, bleu clair (neutre) ou vert jaune
       (protection).




                                       Fig. 4-13


   -   le repérage par défaut de signal (fig. 4-14) : lorsque les possibilités citées ci-
       dessus n’existent pas on applique le repérage par défaut de signal.




                                       Fig. 4-14


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                      49
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



   4.4.2. Repérage des conducteurs d’une installation très longue


Les méthodes précédentes obligent l’opérateur à se déplacer entre les extrémités
de la canalisation, ce n’est pas admissible quand elles sont éloignées ou situées
dans des bâtiments ou étages différents.


On utilise deux signaux simultanément apparents, deux opérateurs, un à chaque
extrémité de la ligne (fig. 4-15). La gaine de plomb est utilisée comme conducteur
de retour.




                                      Fig. 4.15




Une pile de U volts alimente 2 lampes en série de tension nominale U/2. Quand les
témoins sont sur les extrémités du même conducteur ils s’allument ensemble, le
conducteur est identifié, les opérateurs posent le même indice sur les extrémités
occupées.


La procédure de repérage est détaillée par étapes sur la fig. 4-16.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                50
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                       Fig. 4-16


Si l’on ne dispose pas d’un retour il faut dégager un en identifiant un conducteur qui
remplira ensuite le rôle de conducteur de retour (fig. 4-17).




                                       Fig. 4-17




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    51
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   5.   PROCEDURE DE DEPANNAGE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES


   5.1. Méthode de diagnostic


Le diagnostic est une phase importante de la maintenance corrective. De sa
pertinence et de sa rapidité dépend l’efficacité de l’intervention dans l’entreprise.


Il est précédé par deux actions :
   -    la détection : qui décèle au moyen d’une surveillance accrue, continue ou
        non l’apparition d’une défaillance ou l’existence d’un élément défaillant ;
   -    la localisation : qui conduit à rechercher précisément l’(les) élément(s) par
        le(s) quel(s) la défaillance se manifeste.


Le diagnostic permet de confirmer, de compléter ou de modifier les hypothèses
faites sur l’origine et la cause des défaillances et de préciser les opérations de
maintenance corrective nécessaires.


La conduite d’un diagnostic nécessite un grand nombre d’informations saisies :
   -    auprès des utilisateurs de la machine ;
   -    dans les documents des constructeurs ;
   -    dans les documents du service technique ;
   -    dans les documents des méthodes de maintenance.


La méthode générale du diagnostic comporte (fig. 5-1) :
   -    L’inventaire des hypothèses :
           •   Le diagnostic doit identifier les causes probables de la défaillance ;
           •   L’efficacité du diagnostic doit conduire à hiérarchiser les hypothèses
               par rapport à deux grands critères : leur probabilité de se révéler vraies
               et la facilité de leur vérification.
   -    La vérification des hypothèses retenues
           •   En les prenant dans l’ordre de leur classement chaque hypothèse doit
               être vérifiée.



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       52
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

          •   L’enchaînement de ses vérifications jusqu’à la constatation d’un essai
              Bon.
          •   La recherche d’une panne dans un circuit électrique ou électronique
              relève d’un raisonnement logique faisant appel aux étapes suivantes :




                                      Fig. 5-1


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                 53
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



Les vérifications à effectuer son faites à l’aide des appareils de contrôle tel que :
   -   Lampe-test à source auxiliaire pour vérifier la continuité des circuits ;
   -   Lampe néon et ohmmètre à magnéto pour la détection de mise à la masse
       ou à la terre ;
   -   Contrôleur universel à fonctionnement en ampèremètre, voltmètre et
       ohmmètre (exemple : Instrument Metrix) ;
   -   Oscilloscope, contrôleur universel numérique ou analogique pour la
       vérification des circuits électroniques de puissance.




   5.2. Exemples de diagnostic


Soit un moteur à excitation séparé avec son dispositif de commande manuel (un
rhéostat de démarrage).


La nature de panne : le moteur ne démarre pas.


La figure 5-2 montre les causes possibles de la panne. L’enchaînement des
vérifications du diagnostic commence par la cause n° 1 et se termine par la cause
n° 12 avec l’utilisation des instruments de mesure adaptes.


L’exemple donné peut être approfondi et appliqué pour la détection des véritables
pannes ainsi qu’il peut se transformer en travail pratique si dans l’atelier existent
des moteurs à courant continu défectueux.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                       54
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                    Fig. 5-2




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          55
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




         Module 14 : REPARATION DES
        INSTALLATIONS ELECTRIQUES
               GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          56
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

TP1 – Prendre connaissance des Directives, des Plans et des Manuels
                Techniques


1.1. Objectif visé


Sensibiliser les stagiaires à connaître et à utiliser les normes concernant les
installations électriques de BT (dans la partie de protection des personnes et des
biens).


1.2. Durée du TP


Le travail pratique proposé est d'une durée de 1 heure.


1.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


    -     Documents de normalisation et supports pédagogiques


1.4. Description du TP


Définir les notions selon les normes NF C 15-100 et CE 479-1/2
•   Fixer le potentiel des conducteurs actifs par rapport à la terre en fonctionnement
    normal ;
•   Limiter la tension entre les masses des matériels électriques et la terre en cas
    de défaut d’isolement ;
•   Mettre en œuvre des dispositifs de protection qui suppriment le risque
    d’électrisation, voire d’électrocution des personnes; limiter les montées en
    potentiel dues aux défauts d’origine MT.


1.5. Déroulement du TP


    -     Nommer les effets du courant passant par le corps humain;
    -     Commenter les trois courbes de sécurité (fig. TP1-1);



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                    57
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   -   Définir les notions de : contact direct, de contact indirect, tension de contact
       (fig. TP1-2);




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                     58
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




                                 Fig. TP1-1
OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          59
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                  Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

   -   Définir et dessiner les schémas de liaison à la terre (SLT).




                                           a)




                                           b)
                                      Fig. TP1-2




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                               60
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



TP 2 – Analyser l’état réel de l’équipement


2.1. Objectifs visés


       -   Consultation de la documentation technique et lecture des plans
       -   Examen des caractéristiques de fonctionnement
       -   Localisation des points de tests
       -   Prise de mesures
       -   Comparaison des mesures relevées aux valeurs de référence
       -   Analyse de l’ensemble des données
       -   Etat de référence : spécifications du fabricant relatives à un équipement
           donné


2.2. Durée du TP


La durée du travail pratique est de 6 heures. Le travail doit être effectué par équipe
de 3 ou 4 stagiaires selon l’effectif et la disponibilité du matériel.


2.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


           a) Equipement :
       -   Multimètre (analogique ou numérique) avec fonction « Ohmmètre »
       -   Ohmmètre (pour sensibiliser les stagiaires sur la multitude des appareils à
           utiliser)
       -   Lampe témoin avec source d’alimentation (pour sensibiliser les stagiaires
           sur la multitude des moyens de contrôle à utiliser )


           b) Matière d’œuvre :
       -   Conducteurs et câbles
       -   Appareillage de protection (selon le contenu du plan)
       -   Appareillage d’ouverture et de fermeture



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                      61
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                      Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

2.4. Description du TP


Pour le même plan utilisé dans le TP1 se procurer le matériel nécessaire déterminé
dans les quantités selon la liste effectuée par les stagiaires. Pour chaque position
de la liste examiner les caractéristiques sur la plaque signalétique et les comparer
avec la documentation technique utilisée pour le fait. Prendre de mesures
nécessaires pour s’assurer du bon fonctionnement du matériel (par exemple :
résistance des bobines, vérification de l’état des contacts – ouverts ou fermés, etc.).
Discuter les possibilités d’interchangeabilité des matériels ou de la diversité des
moyens de protection. Théoriquement déterminer les points de tests avant la mise
en marche et les points « faibles » après la mise en marche de l’installation
électrique. Etablir une stratégie de dépannage.


2.5. Déroulement du TP


Chaque groupe de stagiaires range le matériel nécessaire selon la liste établie
pendant le TP1.


Lire les plaques signalétiques, comparaître les données avec celles des catalogues
et les introduire dans un tableau qui va servir pour leur test.


       N°     de    Désignation          Caractéristiques      Caractéristiques      Note
       réf.                              sur catalogue         mesurées




Note : Le tableau peut être modifié par le formateur ou par les stagiaires si le plan impose les
conditions supplémentaires. Il peut contenir plusieurs colonnes et aussi plusieurs rangs selon les
besoins.


Les stagiaires doivent présenter les résultats sous forme d’un compte-rendu portant
leurs noms et matricules dans lequel ils doivent introduire toutes les remarques
jugées utiles.


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                               62
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



TP3 – Montage d’une installation électrique


3.1. Objet du TP :


       -   Méthode de montage du matériel
       -   Outils et instruments à utiliser
       -   Protection individuelle (vêtements bien ajustés ; protection temporaire pour
           des travaux particuliers: lunettes de sécurité, gants, casque de sécurité ;
           protection obligatoire : chaussure de sécurité, pantalon long, chemise)
       -   Protection collective : extincteurs portatifs, signalisation du danger,
           éclairage approprié, échafaudage, etc.


3.2. Durée :


La durée du travail pratique est de 5 ou 10 heures selon le plan à exécuter . Le
travail doit être effectué par équipe de 3 ou 4 stagiaires selon l’effectif et la
disponibilité du matériel.


3.3. Equipement :


           a) Equipement :
       -   Outils et instruments de pose d’une installation électrique selon le cas
           concret exigé par le plan
       -   Multimètre


           b) Matière d’œuvre :
       -   Conducteurs et câbles
       -   Appareillage de protection (selon le contenu du plan)
       -   Appareillage d’ouverture et de fermeture
       -   Conduits
       -   Eléments de fixation selon le type d’installation (encastré ou apparente)



OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                        63
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                   Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

3.4. Description du TP :


Exécuter l’installation donnée sur le plan avec le matériel approprié, dûment vérifié
et selon les conditions de travail sécuritaires.


3.5. Déroulement du TP :


Respecter les méthodes de montage d’une installation électrique en utilisant les
matériels, les outils et les instruments appropriés pour le cas du plan.
Suivre les règles de protection et de sécurité en vigueur. Utiliser une méthode de
rangement efficace et sécuritaire. Ne pas oublier de nettoyer les outils après
l’utilisation avant le rangement dans leurs coffrets.
Assurer l’évacuation des rebuts au fur et à mesure pour la libération des passages
de tout obstacle à la circulation ce qui a comme avantage la réduction des risques
d’accidents et la diminution des pertes de temps.
Effectuer un contrôle préventif de l’état de mise sous tension du circuit.


Les stagiaires doivent présenter les résultats sous forme d’un compte-rendu portant
leurs noms et matricules dans lequel ils doivent introduire toutes les remarques
jugées utiles.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                   64
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                    Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



TP4 – Décrire la procédure de dépannage d’une installation électrique




4.1. Objectifs visés


       -    Distinguer les sources de problèmes de l’installation électrique
       -    A partir de l’état réel et de l’état de référence, déterminer la ou les causes
            du problème
       -    Sélectionner les composants de remplacement
       -    Réparation ou remplacement de composants défectueux.


4.2. Durée du TP


La durée du travail pratique est de 5 ou 10 heures selon les défauts « planifiés » sur
l’installation exécutée dans le TP3. Le travail doit être effectué par équipe de 3 ou 4
stagiaires selon l’effectif et la disponibilité du matériel.


4.3. Equipements et matière d'œuvre par équipe


       a)     Equipement :
       -    Outils et instruments de pose d’une installation électrique selon le cas
            concret exigé par le plan
       -    Multimètre (analogique ou numérique) avec fonction « Ohmmètre »
       -    Ohmmètre (pour sensibiliser les stagiaires sur la multitude des appareils à
            utiliser)
       -    Lampe témoin avec source d’alimentation (pour sensibiliser les stagiaires
            sur la multitude des moyens de contrôle à utiliser)
       -
       b)     Matière d’œuvre :
       -    Composants de remplacement




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                        65
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                     Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques



4.4. Description du TP


Le formateur fait la simulation d’une panne dans l’installation électrique effectuée par
le groupe des stagiaires pendant le TP3 et les stagiaires doivent distinguer les
sources des défauts, les localiser et les réparer.


4.5. Déroulement du TP


Déterminer l’état réel des équipements dans l’installation défectueuse et localiser la
panne.


Collecter l’information, effectuer les vérifications nécessaires et remplir la liste des
symptômes.


           Point de vérification                           Symptômes déterminés




Note : Le tableau peut être modifié par le formateur ou par les stagiaires si le plan impose les
conditions supplémentaires. Il peut contenir plusieurs colonnes et aussi plusieurs rangs selon les
besoins.


       -   Identifier les bornes et les conducteurs avant de faire le démontage des
           éléments défectueux.
       -    Débrancher les conducteurs et remplacer les pièces défectueuses.
       -   Ajuster les divers mécanismes et faire les réglages nécessaires.
       -   Suivre les règles de sécurité comme : établir une installation d’éclairage
           adéquat pour l’exécution des travaux, ouvrir les coupe-circuits avant de
           raccorder les conducteurs à la source d’alimentation, cadenasser les
           boîtes de distribution pour s’assurer que personne ne rétablisse le courant
           pendant que l’on procède à une installation ou un raccordement, etc.


OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                              66
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

Les stagiaires doivent présenter les résultats sous forme d’un compte-rendu portant
leurs noms et matricules dans lequel ils doivent introduire toutes les remarques
jugées utiles.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                               67
Résumé de Théorie et
Guide de travaux             Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




         Module 14 : REPARATION DES
        INSTALLATIONS ELECTRIQUES
               EVALUATION DE FIN DE MODULE




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                          68
Résumé de Théorie et
Guide de travaux                 Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques

O.F.P.P.T.
EFP

MODULE 14 :            REPARATION DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES



                          FICHE DE TRAVAIL

Stagiaire : _____________________________________      Code :
Formateur : ______________________________________________________


Durée : 2 heures


(Exemple)


A partir de directives et à l’aide des manuels techniques, des outils et des
instruments, de l’équipement de protection individuelle le stagiaire doit effectuer le
montage, détecter les pannes et remplacer des composants défectueux sur une
installation comportant des équipements électriques .

L’évaluation doit contenir les éléments des TP effectués par les stagiaires. Le
formateur peut évaluer les stagiaires pendant les TP, si le travail peut être
individualisé.

Pour l’évaluation le formateur prépare la fiche de travail dont la forme est présentée
ci-dessus.




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                                  69
Résumé de Théorie et
Guide de travaux              Module 14 : Réparation des installations électriques
pratiques




            Liste des références bibliographiques


Ouvrage                    Auteur                    Edition
Mesures et essais          Dupart B.                 Dunod, 1997
d’électricité              Le Gall A.
                           Prêt R.
                           Floc’h J.
Electricité – sécurité et  Christian PESSY           Marabout / Hachette Livre,
raccordements              LES COURS - Caen          2001
Les Installations          Fraysse R.                Edition Casteilla, 1985
électriques                Deprez A.M.
MEMOTECH –                 René BOURGEOIS            Edition Casteilla, 2002
Equipements et             Denis COGNIEL
installations électriques  Bernard LEHALLE
Technologie d’Electricité  Henri NEY                 Nathan, 1996
Technologie d’Electricité  R. Pustelnik, B.          Dunod, 1989
                           Deriquehem
Dépannages et              Thierry Gallauziaux       Eyrolles, 2003
rénovations électriques    David Fedullo
Distribution Basse Tension Catalogue                 Groupe Schneider ,
- Guide                                              1998/1999




OFPPT / DRIF/CDC Génie Electrique                                              70

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Tags:
Stats:
views:49
posted:3/28/2012
language:French
pages:71