DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES IST

Document Sample
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES IST Powered By Docstoc
					DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE
       DES IST
    PRINCIPALES IST ET LEURS
            AGENTS
•   CHLAMYDIOSES              Chlamydia Trachomatis (sauf serovar L)
•   GONOCOCCIES               Neisseria Gonorrhée
•   SYPHILIS                  Treponema Pallidum
•   HERPES GENITAL            Herpes virus simplex
                              type II et I
•   VEGETATIONS VENERIENNES   Papillomavirus Humain
•   SIDA                      VIH
•   LYMPHOGRANULOMATOSE       Chlamydia Trachomatis ( serovar L)
    VENERIENNE
•   TRICHOMONASE              Trichomonas Vaginalis
•   CHANCRE MOU               Haemophilus Ducreyi
               CHLAMYDIOSES
•   Evolution asymptomatique ou à bas bruit
•   Risque pour la femme de complication à moyen et long terme:inflammation
    pelvienne, endométrite, salpyngite, GEU, infertilité.
•   Prélèvement: obtenir un maximum de cellules épithéliales, par grattage des
    muqueuses endo-cervicales et endo-urethrales.
•   Techniques: . Détection de l’antigène sur le frottis de prélèvement
    (sensibilité 70%/spécificité 70%)
                   . Culture cellulaire (sensibilité 52%/spécificité 100%)
                   . Biologie moléculaire (sensibilité 89%/spécificité 99%)
•   Chez l’homme, la nomenclature prévoit la recherche de Chlamydia par
    Biologie moléculaire uniquement
 FIESSINGER LEROY REITER
• Atteinte conjonctivale, urethrale et
  synoviales
• Surtout sujets HLA B27
              LYMPHOGRANULOMATOSE VENERIENNE
                     (maladie de Nicolas Favre)


•   Due à CHLAMYDIA TRACHOMATIS serovar L
•   Petit chancre indolore , souvent spontanément résolutif, génital ou anal, avec
    une adénite d’accompagnement.pouvant évoluer vers fistulisation
           GONOCOCCIES
• DG bacteriologique par culture ou par
  Immuno-enzymologie sur le prélèvement de
  secretion urethrale ou vaginale
• A noter l’émergence de formes résistantes
  aux pénicillines, aux Tétracyclines, et à la
  ciprofloxacine, justifiant l’isolement de la
  souche, la recherche de Béta-lactamase , et
  l’antibiogramme.
                                           SYPHILIS



•     En augmentation depuis année 2000
•     Clinique:         S. Primaire:chancre , erosion , ulcération..adénopathie satellite
                        S. Secondaire: Syphilide
                        S. Tertiaire : neuro-syphilis
•     Biologie:          Recherche de Téponème Pallidum dans les lésions et aussi dans le LCR à la
      phase tertiaire(neurosyphilis) par IF ou par PCR

      SEROLOGIE: TPHA VDRL
•     Interprétation
    –       TPHA-       VDRL-        Pas de Syphilis(sauf contamination de moins de 3 sem)
           TPHA+ VDRL+               Il s’agit d’une Syphilis
           TPHA+ VDRL-               Faire un FTA abs(possibilité de cicatrice sérologique,confirmée par
      interrogatoire , ou syphilis décapitée)

          TPHA-        VDRL+     souvent non spécifique: infection virale, collagénose,vaccination..
                                 Faire FTA abs et Nelson
         Neurosyphilis: TPHA ET FTA dans le LCR
              HERPES GENITAL
•   Surtout HSV2 (rarement HSV1)
•   Vésicules ou ulcérations cutanéo-muqueuses
•   IFI
•   Cultures cellulaires ( méthode de référence )sur cellules
    diploïdes humaines ou sur cellules Vero
• Serodiagnostic : pas d’intérêt pour Herpes Génital
          INFECTIONS A
        PAPILLOMAVIRUS
• La plus fréquente des infections vénériennes
  virales dans le monde. Le plus souvent ,
  évolution spontanément favorable en
  quelques mois.
• Condylomes plans ou acuminés
• Col de l’ uterus: responsables de lésions de
  haut grade et de K du col. On retrouve le
  HPV dans 99,8% des K du col .
SIDA
               TRICHOMONASE
• Cause non virale d’IST la plus répandue à l’échelle du globe
• Sous estimée par conditions inadaptées du diagnostic
• ED facile à condition de faire un examen microscopique extemporané;
  donc, en pratique, prélèvement au laboratoire.
• Ou bien culture sur milieu de Roiron, mais nécessite 8 jours..et pb de
  nomenclature.
• Methodes de Biologie moléculaires attendues
             CHANCRE MOU
               (chancrelle)


• Germe responsable:Haemophilus Ducreyi
• Dg par examen bactériologique banal du
  produit de sécrétion(ED/Culture)

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:81
posted:3/25/2012
language:
pages:12