LeClairon 1939

Document Sample
LeClairon 1939 Powered By Docstoc
					Martinique




                      LE CLAIRON Midi
QUOTIDIEN d'informations – Littéraire, Historique, Humoristique, sportif

Rédaction- administration : 29 Rue Admiral-de-Gueydon à Fort-De-France
(Martinique)
Ab. : 1 an 70 f. 6 m. 35 f. 3 m 20 f. 1 m. 10 f.


   Première année de parution : 1939.

   Tirage de 4 000 exemplaires/jour selon une annonce destinée aux annonceurs
   trouvée à l'intérieur d'un numéro de 1940.




   Chaque jour, pendant toutes les années de parution de ce périodique martiniquais
(1939–1949), on trouvait un « conte créole ». Au début, ce conte créole était souvent en
français mais dès le Carême 1940 à la suite d’un concours de « contes créoles » en
français et en créole organisé par ce quotidien, le créole s’imposera comme langue de
narration. Une fois les contes primés publiés, la rédaction puisera dans les envois non
primés pour alimenter la rubrique Conte créole qui se trouvait généralement en première
page, en haut à droite.
   Ces « contes créoles » n’ont pas la facture habituelle des contes des veillées. Ce sont
souvent des histoires qui se passent à la Martinique, racontées en français ou en créole.
   Ce fichier est un travail en cours. Il croîtra au fil des semaines et des années. Sa
présentation, sa pagination changera souvent.
   Les nouveaux titres ajoutés seront précédés dans le sommaire d’un astérisque [*].
  Ces textes sont reproduits tels qu’ils furent publiés : même présentation (en colonne),
même orthographe, même défauts techniques (coquilles).
   Les mots difficiles à déchiffrer (puisque ces transcriptions se font à partir de photo-
copies tirées de microfilms et la version papier est souvent abîmée) sont mis [entre
crochets].
                                                                 Paris, 03/06/2007
                                                                                                                  Le Clairon (1939-…)



Sommaire


Capitaine moins ké fais ça !............................................................................................................ 5
Guerre aux chiens............................................................................................................................ 7
PAS NI RUMÈDE CONTRE LAN MOU !.................................................................................. 9
Adieux pathétiques........................................................................................................................ 11
« Mâche Chatte !… » .................................................................................................................... 12
“Nicolas” ....................................................................................................................................... 15
NHOMME SOÛ MALIN ............................................................................................................. 17
« Filé dans draps » ........................................................................................................................ 18
Une situation embarrassante ......................................................................................................... 21
En bon rucette pou marié ! ........................................................................................................... 23
Coco-Coco Décédéo ..................................................................................................................... 25
A l’école des ânes. ........................................................................................................................ 27
Laurencin et Raminagrobi ............................................................................................................ 28
Le ver solitaire assassin… ............................................................................................................ 30
Discours d’un Maire à un Gouverneur le 14 juillet, devant la statue de l’Impératrice Joséphine... 32
La « haute taille » ou : Cavaliers prend vol ................................................................................. 33
Le « zombi » d’onze heures.......................................................................................................... 34
Le premier bifteack d’ÉDOUARD .............................................................................................. 36
Frédéric ti diable ........................................................................................................................... 38
Réponse de la dulcinée à l’amoureux Polydor ............................................................................ 41
Le baiser à la lépreuse ................................................................................................................... 44
Man Igène prend fè ....................................................................................................................... 47
“AN SILLAC”............................................................................................................................... 49
Gens Case-Pilote feignants ! ........................................................................................................ 52
En réception mouvementée .......................................................................................................... 54
Lettre d’un amoureux à sa dulcinée ............................................................................................. 56
Réponse de la dulcinée à l’amoureux Polydor ............................................................................ 57
Un mariage avec charivari dans un bourg du sud ....................................................................... 60
Ba moin ti tac vitesse .................................................................................................................... 63
Entendu sur le quai du Carbet ...................................................................................................... 66
« Les Titiris » ................................................................................................................................ 66
« Tap – tap » !... ............................................................................................................................ 70
Un pénitent culoté ......................................................................................................................... 72
Actuville fâché .............................................................................................................................. 74
« La Man-Man d’leau » ................................................................................................................ 76
La demande en mariage de Maître CALIBRAC ou Le Pavé De L’ours ................................... 79
Le partage des morts ..................................................................................................................... 82
LE BON ZIZIME .......................................................................................................................... 84
En diable parmi nous ! .................................................................................................................. 87
I pa ni rucette-là ............................................................................................................................ 89
UN FOU......................................................................................................................................... 91
Bon Dieu toujou plus fô qui diable .............................................................................................. 92
Incident Badger – Lamy ............................................................................................................... 94
Incident Badger – Lamy ............................................................................................................... 96
En chef menteu….......................................................................................................................... 98
Les inconvénients « de l’union libre » ou un testament posthume .......................................... 100
Mariage Soleil épi la Lune ......................................................................................................... 103
Apprenti plus fô qui Maître ........................................................................................................ 105
Bon Dié toujou plus fô qui diable .............................................................................................. 105
Chinois maître pou fè con-mèce ................................................................................................ 107
Anika soldat ................................................................................................................................. 109
Le reméde naît parfois de l’excès du mal .................................................................................. 111



                                                                                                                                                  2
                                                                                                                    Le Clairon (1939-…)


UN ŒUF POUR TROIS............................................................................................................. 113
NOTRE CONCOURS DE CONTES ....................................................................................... 114
Un jambon couvé… ? ................................................................................................................. 115
Le sucre d’orge ............................................................................................................................ 117
Toute quimbois cé pou en temps ................................................................................................ 118
Histoire d'un maîte-cordonnier et d'un apprenti ........................................................................ 120
Alexandre grand mouvement ..................................................................................................... 121
Conte détruit ................................................................................................................................ 122
Quittez !... Quittez !... Ka fè d’autes .......................................................................................... 123
L’origine de la disertion des campagnes ou Sôtie dans cen-ne pou tomber en du feu .......... 124
L’incontentable Guido ................................................................................................................ 126
La conjugaison du verbe “bomber” ........................................................................................... 128
Mandé moin l’âge moin, pas mandé moin zaffè moin ............................................................ 129
Zulmé, majô Bonafond douvant la justice ................................................................................. 131
« Mal d’autrui n’est qu’un songe » ou Diranno et Dési-Bouco au Lamentin ......................... 133
An “Congo” intelligent ............................................................................................................... 135
Le « bouillon d’onze heures » .................................................................................................... 137
L’Angélus des buveurs ............................................................................................................... 138
Pa ni mangousses encô… ........................................................................................................... 139
Sidou ! Lerdou ! doudou ! .......................................................................................................... 141
Débrouilla pas péché ................................................................................................................... 143
Jacquot colonel-là ....................................................................................................................... 145
La peur des gendarmes… ........................................................................................................... 148
La giraumonnade de Linga ......................................................................................................... 151
Toto pas ça palé français ............................................................................................................ 153
Autre Angelus des Buveurs ........................................................................................................ 153
Ça pas drôle ................................................................................................................................. 155
Bizarrerie ..................................................................................................................................... 155
Dans en corps de musique toute moune pas musicien .............................................................. 156
Voleû en jadin Compè Etienne................................................................................................... 157
En couli malin ............................................................................................................................. 159
Chandulier coûté passé l'enterrement ........................................................................................ 161
Les trois voleû ............................................................................................................................. 163
JULOT LÀ, OUI ! ....................................................................................................................... 164
Le Geai paré des plumes du Paon .............................................................................................. 165
Notre concours de contes............................................................................................................ 166
Humou créole .............................................................................................................................. 167
N‘homme z‘yeux chatte-là ......................................................................................................... 168
Rété tranquille cé an bon rumède ............................................................................................... 169
Notre concours de contes............................................................................................................ 170
L’en misè pas doux ..................................................................................................................... 171
Goma Bamakou au tribunal ........................................................................................................ 173
Resquilleû trouvé maîte yo ......................................................................................................... 175
Z’enfants iépon-ne !!! ................................................................................................................. 177
LE CAYALI ................................................................................................................................ 179
Cabrite en jadin nègue Edoua..................................................................................................... 181
Le corbeau et le renard................................................................................................................ 183
Fertilité ......................................................................................................................................... 183
An maîte filou.............................................................................................................................. 185
Notre concours de Contes ........................................................................................................... 187
Les aventures de cousin Taitaine ............................................................................................... 188
NOTRE CONCOURS DE CONTES ........................................................................................ 189
An z’yeux mal placé ................................................................................................................... 190
Auguisse quimbé fô ! .................................................................................................................. 192
Deux “n’hommes” goumain… ................................................................................................... 194
Un fameux engageur ................................................................................................................... 196
En papa pour deux iches-li mobilisés, avant yo embarqué ...................................................... 197



                                                                                                                                                     3
                                                                                                                Le Clairon (1939-…)


“Rara – à – vis” ........................................................................................................................... 199
Tintin Soudo ................................................................................................................................ 201
L'AVEU ....................................................................................................................................... 201
La guè zéclè ................................................................................................................................. 207
JULOT DÉBROUILLA.............................................................................................................. 210
Mariage Crabes ........................................................................................................................... 212
« Voleû chè !... Voleû doudou !... » ........................................................................................... 214
A chacun son métier.................................................................................................................... 216
Les trois diables........................................................................................................................... 218
Gros – Dos… Grodi .................................................................................................................... 219
Belfô boucher molocoye ............................................................................................................ 221
Gôgô tu mangeras… et boiras, à la sueur de ton front ............................................................. 222
Coco – Cerdo épi Bec-poule ...................................................................................................... 224
Polydô et Alphonsine .................................................................................................................. 226
An l’enterrement minuit… ......................................................................................................... 228
An nhomme bœuf........................................................................................................................ 230
An descendu ................................................................................................................................ 232
Zallumettes chinois-a .................................................................................................................. 234
Lion ka rucon-naite ku moune fô passé ï................................................................................... 236
L’essentiel ou l’essence ciel ....................................................................................................... 238
En du feu sôcier ........................................................................................................................... 239
Dévirez langue !… baille langue !… ......................................................................................... 241
Pou qui milets pas ka fait pitits .................................................................................................. 242
Changement d’attitude ou La voracité cé en vilain défaut ....................................................... 244
An conférence électorale Pont-Chaî-nes .................................................................................. 246
Roule… “Boule” !....................................................................................................................... 248
“An toute chose i faut considérer la fin” ................................................................................... 250
An maîte coquin. ......................................................................................................................... 252
An gros jeu .................................................................................................................................. 254
La St-Cucubin ............................................................................................................................. 256
An la guiablesse .......................................................................................................................... 257
Histoire gens gagés ..................................................................................................................... 258
“Si ou ja sou pé”.......................................................................................................................... 259
An congo vicieux ........................................................................................................................ 262
Fibronne, iche man Itésa ............................................................................................................. 263
*Fibronne, iche man Itésa ........................................................................................................... 264
*Compè chien épi compè macaque............................................................................................ 266




                                                                                                                                                4
                                                Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 82, samedi 9 décembre 1939



CONTE ANTILLAIS


Capitaine moins ké fais ça !

    Au premier temps de la colonisa-
tion, il y avait chez chaque grand colon
un homme réputé fort que l’on appelait
le « major » du quartier.
    Pour se divertir, chaque dimanche,
il y avait des combats entre « majors »
appartenant à des maîtres différents. Les
paris étaient souvent élevés entre
« maîtres » Parfois quand il y avait
des bateaux de passage dans l’île, des paris
étaient aussi engagés entre le capitaine
possédant un « major » et un colon en
possédant un autre.
    Un jour, un bateau jeta l’ancre à
St-Pierre. A une réception chez un grand
colon, le capitaine apprit que celui-ci
possédait un nègre imbattable, redouté
et respecté dans tous les mileux. Lui
à son tour, avait à bord un gaillard qui
était la terreur de l’équipage. Immédia-
tement, ils entrèrent en pourpalers
pour une prochaine rencontre de leurs
favoris, on paria 10.000 francs. Tous les
détails étaient arrêtés ; on était à la
veille du combat, quand le matelot apprit
que la nègre était redoutable et que son
coup de poing était mortel. Il s’en
ouvrit au capitaine.
    — Capitaine pas ni moyen moins
goumin encô, oin ni iche moins pas ka
allé fait nègre là tué moins.
    — Faudré ou goumin lagent moins
za parié.
    — Eh bin, va pou la fête. mé dépi
moins prend en bon coup, moins rouè i
ké tué moins, moins ké crié ou : capitaine
moins ké fait fait ça. Si moins prend en ôte,
moins ka couri.
    — Ça va bien, roulé


                                                                 5
                                                  Le Clairon (1939-…)


   Mais le capitaine était un intelligent
comme un singe. Il sentait déjà qu’il allait
perdre son pari.
   Il se décida à aller trouver le colon
une dernière fois et lui dit :
   — Mon chè en nous déparié, moins
pa lé ou pède lagent ou.
   — Pa ni moyen, Premié parole
cé manman zoreille.
   — Tant pis, mé moins ka averti ou
qui quand ou ké tenne, matelot a crié
moins : capitaine moin ké fait ça, i ka tué
nègre ou a fouète.
   — Pas occupé ou.
   Ils se quittèrent. Le colon rentra
fort soucieux chez lui. Il appela son
combattant et lui recommanda.
   — C’est demain ou ka batte.
   — Oui Mussieu.
   — Fait attention matelot a, surtout
pas prend précaution épi ï, veillez-ï
quand ou ké tenne i crié : capitaine moins
ké fait ça cé an coup mô i qué poté ou.
   — Oui mussieu. Il sortit et se mit à
réfléchir.
   Le lendemain, les adversaires sont
présence. Le combat commence. Le nègre
ne perd pas son temps. Il joue des
pieds, des poings, de la tête, quand tout
à coup, le matelot, se sentant rudement
touché et près de tomber se mit à hurler
comme un fou : « Capitaine moin ké fait ça ».
   Entendant la phrase fatidique le
nègre se mit à courir à toutes jambes en
criant : ou ka couè cé moins qui ké reste là
pou fait bougre là tué moins, pas moins,
quitté Azoune là seule épi cé ti manmaille là ?
Le Capitaine avait roulé le colon.

                                 M.




                                                                   6
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 87, jeudi 14 décembre 1939



Petite chronique en créole


Guerre aux chiens

   Ça ki lé fait un peu « ski », monté
monne Pichevin. Dépi ou pati ou ka
patinné sans arrêt, assou caca chien,
jusqu’à temps ou rivé en bas monne là.
Passé Terres Sainville, cé ancô plus mal.
Là, cé chien a roi !… Si ou oblié cô ou,
yonn ka vini assou-ou épi i ka pissé ;
quand ou couri déiè-ï, i ka viré, i ka
crié ou : « haut, haut haut ! » Pas di-i
ayen, i chef !
   Allez la cathédrale en dimanche lan
messe cinq heu, ou ké connaîte zafè ou.
Si ou pas marré anaquioucanne ou zafè
ou faite. Ou ka néyé dans caca chien.
   Rien du nouveau en bas ciel bon
Dieu a. Gens longtemps toujou di nous :
« Cé pou en caca chien, yo té déplacé
l’église yo ! »
   Enfin, tout patou cé chien ! Tout
patou cé caca chien !
   Toute moune fou épi chien ! Coument !
pas ni en moyen débarassé nous ? Eh
bin, fauque nous allé chèché « Didice ».
Nou ja save ça Didice ké dit nous. Ni
en manniè bien facile pou fait toute
chien disparaître en ville, pou moune
pas glissé, pou souliers yo toujours
propres. Chien quand i tenne canon 14
Juillet épi 11 novembre, la fumin ka
chaillé-i. Ces jou ta là moins défen-ne ou
trouvé en chien en ville. Ebin, ménez
péta tout pas tout en ville, Terres-Sain-
ville, Morne Pichevin, Ste-Thérèse, moins
ka garanti ou quand péta coumencé
pété, pa ka resté en seul chien, ni en
seul caca chien. La voirie pas té ké
minme busion passé…
   Cé messieurs-dames là qui ni chien pa
douzaines-là, trouvez en côté pou metté
yo, autrement nous ké obligé réclamé


                                                              7
                                         Le Clairon (1939-…)


pou yo en mauvais « saucisse »…
parce que nous pas ça « peû chien, épi
peû caca chien. »

                              M.




                                                          8
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 89, samedi 16 décembre 1939



CONTE CRÉOLE.


PAS NI RUMÈDE CONTRE LAN MOU !

     Non pa ni rumède contre lan mou,
quand deux mounes bien inmin yo.
     Afi cé en ti fi qui joli con en ti
cœur ; toute bodzè obligé tounin tête
quand i ka passé, autant pou fôme li
que pou man-niè agassant ï. Mé, en
seule moune i inmin cé Robert, en ti
cultivateu, jeune-nhomme sérieu et bon
travailleu. I ka man-yen rou kon pani.
Afi assuré mangé, minme sans lan morue.
     I ni an proverbe créole ki ka dit :
« ça ou pa lé rouè douvan la potte ou,
cé ça ou ka rouè en fond chambe ou ».
Manman Afi, man Théodô, pas lé ten-ne
palé du Robert. I pas lé ça tout bonnement ;
i défen-de Afi ni palé, ni prend ayin en
len min ï. Man Théodô cé beau
fait ça i lé, Afi pas ka démode, i pas ka
ten-ne ça, cé li ki Adi-di… Enfin en jou
i consenti à ce que gaçon-a vini bô
case li.
     An jou, Robert té ni en belle régime
figue Frécinette. Premier lidée-ï cé
mangé ça, deuxième lidée-ï cé potté ï
ti cabresse-là. Enfin va pou la [fèto],
i rivé case man Théodô épi régime figue
là. Rouè Man Théodô rouè figues, toute
cô-ï en lè, bouche-li ka coulé passé la
fontaine Gueydon. Afi aussi. Mais comme
manman ja défen-de iche prend ayen en
lan main Robert, ni yonne, ni lotte pas
foutu mandé en ti figue.
     Pendant la conversation, figue ka
jouré manman tous les trois. Robert fait
Afi avancé côté ï, i pluché en pitit, i
présenté ï bô bouche Afi en disant
« mangé, ma chérie ». Ti mam’zelle-là
gadé manman ï, i répon-ne, épi en
soucoué tête « on on, moins palé »
Floupe Robert valé figue-là ; en deuxième


                                                                9
                                            Le Clairon (1939-…)


« on-on moins palé » Floupe, en dudans,
en troisième, floupe, en dudans, suite en
suite, toute figue là passé conça. Quand
jeune homme là lévé en ni bâton a, ça
yo ka crié totote figue-la qui té resté.
     Man Théodô douboute, i coumencé
gratte cô-ï, épi i dit : « Foute cochon à
vorace, moins pas lé ï fouté pied - ï bô
case moins, ou ten-ne Afi ! Çé ça moins
té save ki fait moins té défen-ne ou té
prend ayen en lan min salaud a !
     Afi metté deux lanmains assou côté i
épi i dit :
     — Manman ou palé rouè Robert ?
     — Non foute !
     — Eh bien ça moins ké fè épi régime
là moins ja valé a ?
     — Man Théodô tombé l’état. Quand
deux jours après i rouvè zié-ï ce Robert
i rouè bô tête-li. I poussé en soupir épi
i dit : « Ça za con ça, quitté ça con ça,
ca ou lé fè !
     Jôdi tous lé matin, man Robert, ka
prome-nin ich-li à la fraicheur. Toute
moune content…
     Mi cé con ça, parfois, du en grand
mal ké né en grand bien.




                                                            10
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 93, mercredi 20 décembre 1939


HISTOIRE CRÉOLE




Adieux pathétiques

    Dernièrement, j’assistais aux obsè-
ques d’une jeune fille emportée par la
typhoïde. Au cimetière comme de
coutume, mes amis et moi nous nous
apprêtions à présenter nos condoléances
aux parents de la regrettée défunte,
quand un jeune homme au visage ravagé
par l’ennui, se présente devant la
cercueil, tenant une large feuille de
papier Nous eûmes l’idée commune
que c’était un jeune amoureux désolé,
qui présentait ses adieux à sa dulcinée.

   Ma chè Fifie

     Té voilà mô, bien mô. Te songes
tu combien je t’aimais ? Plusse que les
côdons de mes souliers Bata, plusse
que les concommes de mon jâdin. Te
voilà mô, bien mô, te songes tu que je
t’apportais recta une bouteille de laite
remplie. J’ai vi ce qu’on a jamais vi,
j’ai vi le revine qui donnait de l’eau au
moulin se séché, le moulin tombé, crasé
brisé. J’ai vi les arbres dépourvis de
leurs feuilles.j’ai vi les mères poules
dépourvies de leur petits. Et te voilà
mô bien mô, et je vois ton âme glorieu-
se qui s’envoie dans les airs comme une
plume de poule bien maigre.

                         GREX.




                                                               11
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 96, samedi 23 décembre 1939




« Mâche Chatte !… »

Conte de Noël inédit par S.


    MAN TI – SON n’avait, pour
toute affection au monde que son
chat, un sacripant de chat,
tout noir, avec des yeux pers. qui répon-
dait au surnom folichon de : « Ti -
Gâçon ».
    Lorsque Ti - Gâçon musardait au
soleil en faisant le gros dos, sa figure
quasi - diabolique effrayait les enfants.
Quand aux grandes personnes, elles
passaient vite devant lui, en se signant,
et non sans grommeler :
    — Chatt’ ta a pas daute ku an
zombi !...
    On assurait que Ti-Gâçon avait
passé (La Fontaine n’avait pas prévu cela)
un pacte « de non agression » avec les
rats. Lui ! manger de ce « pain-là ! »…
Pour qui le prenait-on ?
    Ti Gâçon, la plus grande partie de
ses journées, dormait, hypocritement
blotti dans le giron de sa « té – tesse ».
Il ne se donnait « campo » que lorsque
son estomac criait famine. Alors !… Oh,
alors !… Les « coups » qu’il faisait aux
voisins étaient pendables. Les salles à
manger, les cuisines, les basses-cours,
étaient odieusement pillées, rançonnées,
dévastées. Les « canaris » casseroles,
marmites dégringolaient, tombaient, se
brisaient avec un fracas de mitraille. Ti -
GAÇON, chat – protée était dans toute
les maisons à la fois ; et les gens ne
cessaient de hurler ; après lui :
    — Mâche chatte !… par ci.
    — Mâche chatte !… par là.
    — Mâche chatte !… fulminait Jacques.
    — Mâche chatte !… s’époumonait
Gautier.



                                                              12
                                                Le Clairon (1939-…)


    Le cordonnier Polycarpe, grand
mystificateur devant l’Éternel, résolut
de donner une « petite leçon »
de son répertoire, à TI-GAÇON.
Le bandit lui avait dérobé une superbe
« bille de petit salé », qu’il conservait,
suspendue à une ficelle, pour assaisonner
son « calalou » familial. A l’aide d’une
sorte de trappe de son invention, un beau
soir il captura son voleur. « L’exécu-
tion » eut lieu le lendemain à l’aube.
Le « traite » ( ?) eut le cou coincé entre
deux portes ; et, crac ! l’éclair d’une
lame gilette, voilà, pour la rémission de
ses innombrables… « péchés ». Ti -
Gaçon « raccourci », abélardisé » ennu-
quifié. »
    TI GAÇON, fou de douleur, s’enfuit
en hurlant des injures à son bourreau ;
    — Ouaï-i-ï ! Ça pa la maniè-è-è-è..
pou fè cha-a-a-a-tte.. méchance té-é-é-é !…
scéléra-a-a-a !…

     Le moindre défaut des chats a t-on
dit, c’est d’avoir « courte mémoire » Le
nôtre ne saurait faire mentir la « sagesse »
des nations ». Huit jours après sa… son
…aventure, il l’avait, volontiers oubliée, et
le « mauvais garnement » recommençait
de plus belle ses voleries chez Poly-
carpe. Plusieurs fois par nuit, le cordon-
nier devait se lever, « coco macaque » ou
« tranchet en main, pour chasser le
monstre :
     — Mâche chatte !… sacré voleû !…
tempêtait-il, en colère. A la fin, excédé, il
fit manœuvrer – encore un coup – sa
trappe, et retint, à nouveau, prisonnier
M. TI – GAÇON !
     — Coup ta a, jura-t-il, moin ké fin
épi race ou !…
     Et il le fit comme il le disait. TI -
GAÇON était gras à lard. Jeté au fond
d’un sac de jute, un coup de « forme »
asséné sur le crâne eut raison de lui.
Sa petite âme falotte s’en alla, au Paradis
des bêtes, se confondre avec elles des
CARTOUCHES ET MANDRINS à quatre
pattes.




                                                                13
                                                 Le Clairon (1939-…)


    Puis, il fut dépouillé, débité couché
dans une marinade d’épices : poivre,
girofles baies d’Indes, feuille de laurier-
sauce, sel et piment, un jus d’orange
sure, un filet de vinaigre, un petit verre
du meilleur rhum des Antilles ». TI -
GAÇON prit, au fond de son « cercueil »
un coui » oblong, l’aspect appétissant
de quelque authentique « manicou »
apprêté à la « caraïbe »…

     Et, plus jamais dans le quartier,
hélas ! ne s’entendra le cri familier »
     — Mâche chatte !.. Foutte !Tonnè !..
     Alors, admirez la coïncidence ! C’é-
tait juste le soir du réveillon de Noël et
comme de juste, le cordonnier Polycarpe
fit « ses choux gras » du malheureux
TI – GAÇON, dûment mijoté, à petit feu,
selon les bonnes règles de la « Parfaite
Cuisinière bourgeoise ».

    Mais, ce que l’on ne pardonnera
jamais à Polycarpe, c’est sa duplicité.
Figurez-vous qu’il eut le front d’offrir à
la naïve MAN TI-SON une copieuse
portion de l’affriolante « fricassée », en
lui disant cyniquement :
    — Gouté mannicou a ! ma comè !..
    La pauvre vieille qui n’avait pour
tout réveillon, qu’un chiche pois d’An-
gole mélé de viande de cochon, rissolée,
se délecta de cette « rallonge » qui lui
tombait du ciel.
    Au « pipiri chantant » le lendemain
matin, elle alla prier Polycarpe à
prendre, en sa compagnie, le vermouth du
« Gui l’an neuf ». Elle en profita pour
le complimenter, en ces termes :
    — « Compè !... Foute mannicou-à té bon !..
Moin niché douètt moins ! »
    ..Tout en buvant à petits coups, le
cordonnier riait sous cape.

                        S.




                                                                 14
                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 100, mercredi 27 décembre 1939



CONTE CRÉOLE


“Nicolas”

    Il y avait à la Batterie d’Artillerie de
la Martinique un mulet que l’on appe-
lait tout simplement “Nicolas”.

   Nicolas attelé à une grosse charrette
partait de la caserne tous les matins
pour le marché.Ses habitudes étaient si
bien prises que parfois c’est lui qui
allait chercher le soldat préposé pour le
marché, (toujours le même). Il n’avait plus
besoin d’être conduit Il se rendait sans
guide au marché, s’arrêtant tout natu-
rellement aux endroits où son conduc-
teur avait coutume de s’attarder. S’il
trouvait que celui-ci tardait trop, Ni-
colas continuait paisiblement sa route et,
le pioupiou le retrouvait très digne dans
les brancards devant le marché. Il y
avait un bistrot sur la route de la « Folie »
où Nicolas s’immobilisait automatique-
ment car c’est là que le conducteur
chaque matin prenait son « cocoyage ».

   Lorsque Nicolas débarqua à la Mar-
tinique, il fut confié à un soldat qui
s’évertuait en vain après lui — ho-hi
Nicolas, paré – Nicolas ! Nicolas n’obéis-
sait pas.

   Le capitaine voyant le manège s’ap-
proche et dit à son subordonné : « Dis
donc, tu ne vois pas qu’il ne comprend
pas le créole. Il faut lui parler Français.
   — Compris mon capitaine.

   Mettant à profit la leçon du capi-
taine, le soldat qui ne savait pas parler
Français, cria d’un ton de commandement
en tapant la croupe du mulet « Allons
Nicolas, voyons, toune [t]a ki, salaud ».


                                                                15
                            Le Clairon (1939-…)


Nicolas comprit et obéit.




                                            16
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 115, jeudi 11 janvier 1940



Conte créole


NHOMME SOÛ MALIN

     Yonne cé jou a, en bougue, té soû
tellement, i pas té peu rivé à case-li. I
couché bô pac tricentenai-a. Ka fait
nouè à présent, dépi soleil couché, ça
fait, gendame pas rouè-ï ; mé quatre
soldats qui té ka passé échoué assou i.
Immédiatement yo dit : « nous peu pas
quitté camarade là à tè a en l’état tà là,
en nous min-nin i à case li. En soldat dit
comment nous ka fait, nous pas connaîte
éti i ka resté. En autre clairé en zalu-
mette en figü-i, la min – me i dit :
« Moin pas connaite mussieu min cé
route la « Folie » moin ka rencontré ï
tous les matins, en nous minnin i pa
là peut-être nous ké trouvé case-li »
Yo chagé mon bougue ; mon
nègue lou. I ni cô i et ini rhum
en cô pou yo poté. Rivé à l’entrée la
« Folie » en soldat soucoué i épi i dit-ï
« Mé éti ou ka resté pas ici à ? »
I pas répon-ne. Soldat a qui té ka plus
pigé a dit : « Nègue là trop lou en nous
fouté ï en can-nal la « Levée » a. Immé-
daitement nhomme soucoué cô ï, i prend :
« Moin ké dit zott là moin ka resté »
min-me soldat a dit : « Palé vité, pace
nous fatigué ». Nhomme continué.
« Avant moin té mô moin té ka resté la
« Folie », la cou man Jules, deuxième
ti cham-me là qui ka baille assou la
cou a. Mé moin mô, moin passave qui
côté moin ka resté. »
     Tous les soldats en chœur : « En
nou fouté vagabon a atè. » En min-me
temps yo fessé-ï, kon en paquet rade sale.
Epi deux ou trois bons cou de godillot, i
dé sou de suite, i trouvé chumin case-li
en min-me cou a. I jusse oublié i té mô.



                                                             17
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 120, mardi 16 janvier 1940



CONTE CRÉOLE


« Filé dans draps »

     Du temps que fleurissait St-Pierre
vivait un ouvrier boulanger surnommé :
« Maître-pelle Asson ». Ses jambes
étaient arquées d’une façon extravagante,
et les gens, pour l’embêter lui disaient
que cette infirmité lui était venue pour
avoir trop dormi, étant petit « mitron »
dans les grands paniers ronds de la
boulangerie.
     Avec cela, il était de visage, plus
laid qu’un vieux macaque. On voit, d’ici,
le tableau.
     N’empêche ! Maître Asson avait
le cœur chaud, et il choisit pour sa
compagne, la plus jolie « échappée coolie »
de tout Saint-Pierre : « Mam’zelle Fifine ».
     Quelle imprudence !
     Il eut cependant, l’honnêteté d’aver-
tir sa petite amie qu’il était plus jaloux
qu’un Espagnol et en lui montrant son
« boutou », et en roulant des yeux blancs,
il insinuait :
     — Si jamais… han !..
     Puis pour calmer l’oiselle qui si-
mulait la plus vive frayeur, il ajoutait :
     — Mandé moin tout ça ou lé, moin ka ba-
ou ! Dis moin ki ça ou ain-main pluss !
La petite, après une seconde de ré-
fléxion :
     — Cé « dongoué » moin ain-min pluss.
     Chaque matin donc, Maître Asson,
rapportait dans sa poche la pâte néces-
saire à la confection du « dongoué. »
Fifine s’en régalait avec délices, mais
vers le soir, le boulanger invariablement,
s’en allant à son travail, la laissant toute
esseulée.
     A la fin, lassée de sa solitude, elle
fit de sa fenêtre, signe au voisin, le
jeune et faraud Ti-Jules Chabin de venir


                                                               18
                                                Le Clairon (1939-…)


manger le « dongoué » en sa compa-
gnie.
    La vie était belle ! Ti-Jules, posté à
un coin de la rue, surveillait chaque
soir, le départ du Maître-pelle et, aussitôt,
courait se régaler du « dougoue » pro-
videntiel.
    Mais, tout ici - bas a une fin. La
malice publique, les « mal parlants »
comme on dit, finit par attribuer à
péché ces innocents ( ?) marivaudages
des deux jouvenceaux. Quelque ami
« charitable » en [ ?]rut même un jour le
jaloux Asson.
    Celui-ci ruminait sa vengeance. Un
soir, il feignait de sortir comme d’habi-
tude, puis ayant calculé le moment où
les mangeurs de « dongué » pourraient
être à table, il revint frapper à la porte
close. Le chabin, affolé, murmura à
l’oreille de sa partenaire :
    — Doudou ça moin kaille fè, pisse pa ni
daute la pote pou moin sauvé ?
    — Pas occupé ou, moin femme pou
moin sauvé-ou !
    Ce disant, l’astucieuse indienne, [M]a
deux draps, bout à bout, et attacha cette
« échelle » à la barre d’appui de l’uni-
que fenêtre donnant sur la rue. L’ama-
teur de « dongoué » s’y laissa glisser et
s’en fut en toute quiétude. Les draps
furent remontés… le tour était joué !
    Maître Asson frappait de plus en plus
plus fort, en grondant des imprécations.
    — Ça ki là, finit par répondre la fine
Fifine, comme si elle venait seulement
de se réveiller.
    Cé moin Asson, ouvè la pote ba moin !
La pli ka mouillé moin !
    La porte ouverte, Maître Asson ne
remarqua absolument rien d’anormal
dans l’appartement. Mais comprenant
qu’il avait été le jouet de mauvais plai-
sants, il se contenta d’embrasser sa
« doudou », sans lui adresser aucun
reproche, et s’en retourna à son pétrin.
    Mais, le malheur, c’est que pas mal
d’yeux avaient vu Ti-Jules « filé dans
draps ». Tout Saint-Pierre en fit des gor-
ges chaudes. Le carnaval s’empara de


                                                                19
                                              Le Clairon (1939-…)


l’affaire : chansons et bois-bois en furent
les épilogues.
    Même, un boulanger très ingénieux,
concurrent déloyal de Maître Asson,
inventa un « Zaccharie » de forme allon-
gée, qu’il baptisa cauteleusement : Filé
dans draps ». Il fit fortune.

                        TI-TOTO




                                                              20
                                              Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 122, jeudi 18 janvier 1940



NOS CONTES


Une situation embarrassante

    Un jour, un voyageur, égaré dans
la forêt, fut tout heureux et tout aise
de voir luire à l’orée du bois une petite
lumière. C’était la nuit, épuisé de fati-
gue, il s’en vint frapper à la porte de la
chaumière. Une jeune et belle femme
vint lui ouvrir : mais, contre son attente,
elle luit dit :
    — Monsieur, je le regrette, je ne
puis vous offrir l’hospitalité ; notre
maison n’a qu’une unique pièce ; et,
d’autre part, mon mari, forestier de son
état, est très jaloux. Il va rentrer dans
un instant et s’il sait que j’ai seulement
parlé avec vous il est capable de nous
tuer tous les deux.
    — Mais, madame, pour l’amour de
Dieu, vous ne pouvez pas me laisser
dehors à cette heure. Le bois est rempli
de bêtes féroces, et, le plus prochain
village est à trente kilomètres.
    — Enfin, monsieur, pour vous être
agréable, je vous propose ceci : « Mon
mari et moi, nous nous couchons dans
l’unique pièce. Dans un réduit à coté,
se trouve le berceau de notre petit, et
un lit de camps ; si vous y consentez, je
vous enfermerai à clef dans la chambre
du gosse. Vous y coucherez comme vous
le pourrez et, demain matin, après le
départ de mon mari pour son travail, je
vous libérerai. Mais, si l’idée lui vient
d’aller embrasser son fils, vous vous
débrouillerez avec lui.
    Ce fut aussitôt fait que dit. Mais,
vers minuit, notre voyageur se réveilla,
travaillé par un besoin pressant de
restituer toute la bière qu’il avait
ingérée durant la journée. Il eût beau


                                                              21
                                                Le Clairon (1939-…)


chercher, il ne trouva pas le moindre de
ces ustensiles utilitaires que l’on devine.
Que faire ? Qu’eussiez-vous fait à sa place ?
Je vous le demande ? La porte est fermée
à clef du dehors, et point de fenetre à ce
réduit de malheur !
    — Tiens Une idée lumineuse !...
    Délicatement, il tire le gosse du
berceau, le pose sur le lit de camp et,
sans façon fait… pipi dans le berceau.
Que voulez-vous ? Nécessité fait loi.
    — Comme ça, se dit-il on croira de-
main que le gosse est le coupable.
    C’était assez bien raisonne. Mais le
malheur c’est que, quand il souleva le
bébé pour le remettre en place, dans le
berceau, il constata, avec horreur, à la
lueur de sa lampe de poche, que le
petit avait laissé sur la blancheur du
lit de camp une superbe « carte de
visite », du plus merveilleux jaune d’or.

                     HIPOLYTE.




                                                                22
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 126, mercredi 24 janvier 1940



Conte créole


En bon rucette pou marié !

     Augustin cé en homme très mé-
chant, toute femme i pran ka couri
quatre risques, dômi en razié, pran
coups, rété sans mangé et maché tout nu.
     Donc, i pas janmin gadé en femme
en bon mois. Seule la grosse Margue-
rite, ki ka fait en ti allé vini.
     Augustin tombé malade épi en mal
rein ; depuis 5 mois yo pa ka conté assou i,
i pa ça min-me descenne du lit fè pipi,
i pas ni pesonne pou ren-de li en ti
service.
     Enfin, i fè crié Marguerite, i ba
Marguerite cent francs pou i allé à case
man Firmin tiré en ti coute cate ; Bon
dié ké ren-de ou ça, i di.
     Marguerite prend cent francs a, i allé
à case man Firmin, femme ki ja passé en
ba lan-min Augustin. I dit : chaque
cochon ni samedi yo. — Bon dié pini pa
ka rété loin. — Si rou lé i guéri, cé pou
evec deux coups lien-ne ou ran-ne i
toute coups i ja ba femme, ou bien i ké
mô.
     Marguerite entre deux cœurs, i pas
lé Augusin mô et i peû bate li. Man Fir-
min ba i en lienne persile, i expliqué i
man-niè pou i frapé Augustin. Si au pre-
mier cou i prend couri, mété déiè i, si ou
join-ne i, ba i laute là, si ou pas join-ne li
i guéri.
     Cent francs a i ba ou la gadé-ça
pou ou acheté en belle robe pace i ké
marié épi ou ; quand ou fini, vini
moin ké expliqué ou ça i té ni, ou pa
trop bete, ou ké comprenne moin.
     Enfin, dépi ni maillé a dan, Mar-
guerite prend cœur, i prend lien-ne.
Rentré i rentré. Augustin di i : « Est-ce
qui man Firmin ba ou rimède ba moin »


                                                                 23
                                             Le Clairon (1939-…)


— oui répon-de Margurite — Eh bien fè
vite, ma fi, moin ka souffè.
     — Bon, moin ka metté ou à tè, mété
ou à quatre pattes, tête ou ka gadé déhô,
baissé pantalon ou, épi laissé moin fè.
ki fut dit, ki fut faite.
     Marguerite ralé cô dèiè, i troussé
manche robe li, ï fourré Augustin rouape !
Augustin crié au feu ! au feu ! i maté
couri, Marguerite mété dèiè i ; con
Marguerite té la Bellevue augustin té
déjà Fonds nigo ka trempé.
     Marguerite rutournin a case man
Firmin, Man Firmin dit Marguerite :
moin pa ka tiré cate, tout ça cé couyo-
nade, seulement moins au courant bien
des choses. Ainsi :
     Les reins sont au nombre de deux,
situés profondement, l’un à droite et
l’autre à gauche, dans les hypocondres,
derrière le péritoine, au milieu d’un
tissu cellulograisseux très abondants.
     Les veines des reins s’unissent par
cinq ou six de façon à former une sorte
d’étoile.
     Alors quand le déplacement des
veines est marqué, c’est-à-dire les veines
portées à une grande distance de leur
place habituelle elles provoquent des
douleurs continues et insupportables. Le
seul remède est de faire courir le
malade au lieu d’avoir recours à une
intervention chirurgicale. Ainsi Augustin
sera guéri. (me aussi i connaîte
douleû coups).
     Man Firmin paté encô fini palé. Au-
gustin ka rentré, i tombé en cou Mar-
guerite en pleurant — i dit : mes
enfants foute coup ka fè mal, — jôdi moin
connaîte douleû coup, jan-min moin pas
ka batte femme encô. Dailleurs mois ta
la min-me moin ka mallié épi Margue-
rite, passe quand an n’nomme seul, cé
considéré i ja mô. Man Firmin [mi ki ké]
rangé ti zafè nous ba nous pou samedi
ta là.




                                                             24
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 129, samedi 27 janvier 1940



Petite histoire créole


Coco-Coco Décédéo

     Sur la route des Religieuses habitait
un ménage de maçons. Le mari de son
petit nom, s’appelait « Coco », mais lui,
tout le temps disait en parlant de sa
personne : Moins Coco, Coco, décédéo »
ce qui signifiait dans son langage
« deux C et deux O. »
     C’était un homme qui, sans être
un ivrogne, rentrait tous les soirs saoûl
chez lui. Sa femme qui communiait
tous les premiers vendredis du mois,
était fatiguée de lui répéter : « Coco,
fait attention, yonne cé jou a en lauto
(cé pa conça yo ka crié cabrouet
du feu a qui ka maché sans chouval là ?)
ké crasé ou ba moin. Ou pas lé resté
tranquille épi zafè rhum ou a. Tous les
souè ou ka rivé ici a soû kon en cochon,
ou pas ça min-me déshabillé ou ». Et
lui de répliquer : Madan-me fait zafè ou,
moins Coco Coco, décédéo, ayen pas ka
rivé moins. »
     Un dimanche, Coco étant allé à la
messe et n’étant pas rentré à midi, sa
femme commençait à s’inquiéter, quand
on vint la prévenir que son mari avait
été renversé par une auto sur la « Levée »
et que son cas était désespéré. Aussitôt,
madame Coco se rendit sur les lieux.
Son mari venait d’être transporté à
l’hospice, aux fins d’autopsie.
     En le voyant étendu dans la mor-
gue, madame Coco commença à pleu-
rer « kif, kif, kif, » entrecoupant ses
sanglots par ces mots : « Coco, moins té
déja save cé ça ki té ké rivé ou ; cé
man-niè entêté ou ki mété ou là. Pau-
vre bougre i té tellement in-min ti rhum li,
fauque moins ba ï en denier ti coup ».
Elle fit acheter dans la boutique proche


                                                               25
                                             Le Clairon (1939-…)


une litre de rhum et le fit avaler tout
entier à Coco. A la Martinique, il faut le
dire, c’est une tradition dans le bas-
peuple, de donner à boire du rhum aux
morts, sitôt après le trépas, pour dit-on
empêcher le cadavre de se décomposer.
    Lorsque le Docteur « Madafa »,
commis pour l’autopsie, se mit à l’ou-
vrage et ouvrit l’estomac, il ne vit per-
sonne à ses côtés, tout le monde avait
fui… Je vous laisse à penser, lecteur, si
« rhum chaud a té ka baille et pesonne
pas té lé prend. »
    Le médecin conclut immédiatement
en refermant le cadavre : « Avait assez
de rhum dans l’estomac pour saouler le
chauffeur et la voiture et mourir sans
le savoir… Le chauffeur n’a pas tord,
Coco non plus, car en voyant l’auto, il a
dû la prendre pour un « zombi ».
    Et le chauffeur ne fut pas inquiété.




                                                             26
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon n° 132 et133, lundi 29 janvier 1940




A l’école des ânes.
     Le père — Mon fi prend plume ou,
prend l’encre, épi écrit…
     Le fils — Oui papa.
     Le père — Mettez, point virgule,
à la ligne.
     Le père — Sacré pistache, inutile
en papa metté en iche l’école, si i pas
ça min-me compren-ne quand yo ka dit i,
point virgule, à la ligne. Pas té ni après
Actu, [io te] ti gaçon moin a qui mô a.
     Premier jou moin mette ï l’école, en
traversant la rue a, i prend en crabe ;
deux jours après, i fait en chacha. Quand
i té ni en mois i té l’école i té déjà ka
couyonnin maître l’école là. Eh bin, yo
empoisonnin i, pace i té ké trop savant.
     Le fils — Enfin papa, pou fait ou
plaisi continué
     Le pere — Metté : bon pou en bif-
teack, en zaboca mi, en zaboca dumi mi,
pou prend la boutique man [Tilanie]. Ou
metté i ?
     Le fils — Oui papa.
     Le père — Cé très bien, mon fi,
     moin ké fait en nhomme épi ou.




                                                                 27
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 136, jeudi 1er février 1940



CONTE CRÉOLE


Laurencin et Raminagrobi

     Rivière-Pilote té ni en pêcheur yo
té ka crié Laurencin, ich manzèlle
Maltide qui té ni en chatte i té baï
nom Raminagrobi.
     Raminagrobi té voleû con en chatte
qui ï té yé.
     Tous les jours, Laurencin té ka
allé la pêche. I té ka sôti la péche côté
une heû ou deu heû. Chaque fois i té
rivé i té ka trouvé ti chaudiè a manman ï
té ka metté mangé i là, propre kon en
chaudiè chin niché. Mé chaudiè tou-
jou bien couvè êpi deu fè à rupasser.
Toute veillé yo peu veillé, yo pas jan-
main rouè pesson-ne ni entré ni sotti,
poutant chaudiè a toujours vide épi
bien couvè.
     Laurencin lasse rété sans manger.
En bon jou ça té fô passé ï. I pas allé
la péche, i fait man-man i metté mangé
ba ï comme d’habitude ; i prend en
gros bâton i té ka pôté la fête la pa-
roisse, i té ka crié « Moudongue ». I
couché face en lè, bâton i à gauche li,
lan main droite li asou i, du façon pou
au cas en moune touché chaudiè a pou
bâton a peut tombé à pic assou-ï voleû-a.
     En ti moment pô té cô pasé, Ra-
minagrobi entré. I gadé Laurencin i dit
han !... Laurencin a bonneû jodi-a, i
ka ronflé... Ça qui rivé ? Foute zafè
moin ni lè mélé en midi a ! En nous
rouè quand même. I coummencé ca-
ressé Laurencin, Laurencin ka rouflé
plus fort. I pasé la queue ï en nin Lau-
rencin épi i crié : « Laurencin ou ka
dommi ? non Laurencin ou pas ka dommi !
I fait ça pendant trois ou quatre fois.
En chien resté déhô – a i dit : « Fait
attention, Laurencin pas ka dômi. » —


                                                             28
                                               Le Clairon (1939-…)


Pas occupé ou, i ka dommi. Laurencin
ronflé plus fô.
    Raminagrobi fourré patte li a dans
l’anse en premier lè, i dépose ï à tè, i fè
du minme pou deuxième là, i fourré
patte li dans l’anse couvètu a, i tiré ï, mé
i ka veillé Laurencin. Avant i allé plus
loin i viré dèïè i, mandé ï si i ka dommi.
Quand i té bien assuré, i bôdé chau-
diè a, i coumencé mangé. Quand i té
presque fini, Laurencin fait « Moudon-
gue » fait kon en rissô ki debande assou
rein Raminagrobi. Chatte-la pese, rein ï
presque cassé, pendant temps a i ka crié :
« Laurencin ou pas té ka dommi ! Lau-
rencin ou pas té ka dommi ! Ah !... ou
pété rein moin !…
    Chien a ki té ka veillé dit i : « Moin
té dit ou i pas ka dômi ! » — Eti i
prend ou ? — En rein… en rein…en rein… !

                                M.




                                                               29
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 137, vendredi 2 février 1940



NOS CONTES


Le ver solitaire assassin…

    Vers la fin du 19ème siècle à
Saint-Pierre, vivait un pauvre hère,
surnommé « Grand-Martial-le cham-
pion-des-mangeurs. » On n'avait ja-
mais rien vu de tel. On eut juré que
le Gargantua de Rabelais était une an-
ticipation le concernant.

   Du matin au soir, Grand Martial dé-
vorait, sans en être jamais ni rassasié,
voire incommodé, force fruits à pain,
patates, dachines, morue, viande salée,
etc, que lui offraient spontanément les
gens. Pour la curieuse satisfaction de
voir « manger » cet homme.

   On le disait « habité» par un ver
solitaire des plus voraces. Grand Martial,
plus que Pantagruel, plus que Grand-
goussier, était « la faim faite homme. »

   Un certain jour, talonné par sa
fringale, il vint à passer dans la rue
Ste-Marthe, près du « Pont-Roche, de-
vant la porte d'une boulangerie.

  — Psstt !… psstt !… s'entendit-il
appeler.

    C'était M. Sorbet, le maître de
l'établissement, qui lui faisait signe
d'approcher.

    — Grand-Martial, en nous parié ;
fit ce dernier en riant, ou pas ka man-
gé un panier zaccharies rassis ?

   — Tenu ! répliqua le Gargantua
pierrotain, enchanté de l'aubaine.
   — Epi sirop ?… reprit M. Sorbet.


                                                              30
                                              Le Clairon (1939-…)


   — Ça va !… Epi sirop…

    On plaça devant le boulimique un
grand panier rempli des biscuits fameux,
mieux connus sous le vocable de « [nié]
dans drap », avec une barile de dix huit
litres de « sirop batterie ».

    Durant deux heures d'affilée, sans
désemparer, Grand-Martial « enfourna »
il avala la dernière miette de zaccharie,
trempée dans la dernière goutte de
sirop.
    Puis il réclama son déssert :
    — Ba moin dessè - moin, souplé.

   On lui servit un autre plein panier
de mangots mûrs. Après une petite
heure, Grand Martial avait expédié les
deux cents cinquante-trois mangots, avec
les pelures.

    Lorsqu'il se mit debout, aussi plat
et guilleret qu'avant, et prêt surtout,
déclara-t-il à recommencer, la foule lui
fit une ovation…

                ***

   Quelques temps après, des pêcheurs
de « loches » découvrirent le corps
inanimé de Grand Martial dans la
grotte où il habitait, en amont de la
rivière des Pères, au lieu-dit « En bas
Dariste »..

   La rivière ayant débordé pendant
trois jours, l'inondation l'avait bloqué et
empêcher d'aller aux provisions…

    L'autopsie révéla que le malheureux
était mort, « assassiné par son ver so-
litaire ».

                             PAF.




                                                              31
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 138, samedi 3 février 1940



Propos de Ti-Popo


Discours d’un Maire à un Gouverneur
le 14 juillet, devant la statue
de l’Impératrice Joséphine

    Monsieur le Gouverneur, en voici
l’assemblée, l’assemblée en voici M. le
Gouverneur. En voici la Joséphine, sa
main gauche appuyant sur la tête de son
mari, Napoléon 1er, ses deux boulver-
sants, l’un à l’est, l’autre à l’ouest,
sa face, regardant le Fort - Saint-
Louis, anciennement sapeur-
mineur, son regard tourné vers les Trois-
Ilets, sa commune natale.
    L’assemblée, excusé, français raide
pou palé.
    Toute moune té dit fè la Joséphine
en la chaux, moins Ti-Papa, maire de la
commune, République française, Liberté,
Egalité, Fraternité, moins dit : « Non
foute, fait ï marbre, cé pou la dirage. »
    J’ai deux enfants garçons, l’un en
France, l’autre à la Martinique.
    J’ai espoir de voir celui qui est en
France viendra ici avec sa sabre pendant
au bas de son derrière comme un
wagon derrière une locomotive, tandis ku
l’aute la, qui donc Ti-Jo, ka batte ti bois
dèïè ka pou en gros sou Louis-Philippe.
    Lan musique !
    Zanfan fait roulé !

                          TI-POPO.




                                                              32
                                                     Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 141 et 142, mercredi 7 février 1940



HISTOIRE CRÉOLE VÉCUE


La « haute taille » ou : Cavaliers prend vol

     En jou, moins té invité la campagne
Rivière-Pilote, dans en noce. Ni long-
temps du ça, comme musique, té ni en
tambou basque, en violon campagne, en
chacha, en sillac. Cé maître tambourineu
a qui té chef orchestre. Cé li seul qui
té ni droit coumandé dans salle-la. Moin
oublié dit case là té en paille, épi i pas
té ni plancher, i té en terre.
     Quand lan-maillé entré, maître tam-
bourineu à commencé fait tambou ï rentré,
en disant « A mon commandement ! La
haute taille ! Cavaliers à vos dames ! »
     Dansé commencé ; chef orchestre
prend commandement ï : « En avant dé,
allé li rond ; comme vous êtes, violon
ronflé, encore une fois ; chassez ; croisez,
balancez ! mes « complements « , les
dames, ainsi que les cavaliers. Ma dan-
me en robe rouge là qui laghé en « vent »
en fond salle- là, dérô ! souplé !
     Mon n’homme coumandé tellement,
i chauffé cé danseû a tellement, le ti feu
aidant, i crié : « Cavaliers prend vol »
     En jeune muscadin pami yo, qui té
plus légè, sauté en lè con si i té ka prend
vol ; tête li passé en faitaille caye-là, qui
vent dire en toitu paille-là, épi i rété pris ,
deux pieds ï ka batte. Si yo pas té allé
tiré i vite, i té ka tranglé.




                                                                     33
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, N° 143, le 8 février 1940



NOS CONTES.


Le « zombi » d’onze heures

    A Karukéra, l’île enchanteresse,
se raconte cette histoire, fantastique,
mais, paraît-il, véridique.
    Deux amis, deux frères selon Bac-
    chus… Jean –Bart croyait aux sorti-
lèges. Mieux, il était lui-même un
« vaillant », c’est-à-dire un puissant ma-
gicien et pouvait se transformer à sa
guise ou fantaisie en « soucliant, bœuf,
cheval, chien ou tout autre « zombi ». Quant
à Nicaise, le soit-disant « esprit fort »,
il disait souvent à son ami :
    — Mon chè, ou cé en sacré couyon
épi toute zaffè sôcié à ou là.
    — Bien, reprenait l’autre. Est-ce ou
v’lé moin vini dimanche fait ou vouè moin
changé en chien ?
    — Tope là nous ka parié an chopine
rhum.

    Le dimanche venu, Nicaise, assis
sur le seuil de son modeste « Privé »,
fume béatement une pipée. Il est seul
à la maison. Sa femme, bonne chré-
tienne, est allée à la messe. Les
clients à cette heure sont plutôt rares.
    Onze heures viennent de sonner.
Nicaise commence à sentir les titil-
lements de ses papilles gustatives. C’est
que l’heure fatidique de son « punch »
est arrivée. Mais il se sent tout gêné :
il n’ jamais su boire seul, en catimini,
comme un vulgaire « soulaud ». Selon
une vieille habitude, chaque dimanche
à pareille heure, son ami et « compère »
Jean-Bart, le « quimboiseur » vient prendre
en sa compagnie le « foulibar » de
l’amitié.
    Mais voilà que résonne le quart
d’onze heures, et toujours pas de « com-


                                                               34
                                              Le Clairon (1939-…)


père ».
   Que lui serait-il arrivé ?

   Depuis dix bonnes minutes, ce-
pendant, notre « soiffeur » observe le
manège d’un gros chien noir, assis au
beau milieu de la chaussée, et le re-
gardant avec une évidente obstination.
A la fin, agacé de cette insistance de la
bête, Nicaise lui crie :
   — Mais ça chien là tini ka gadé moin
con ça, hon ?
   Et tout aussitôt le « chien » de ré-
pondre en frétillant la queue :
   — Compè, pas peû, cé moin Jean-Bart
qui là. Moin vini prend ti punch là épi ou.

    Nicaise tomba comme une masse,
évanoui, sur le sol. Sa femme, au retour
le trouva dans un état de demi-hébétude.
Elle le morigéna sans aménité :
    — To pa ni honte to ka bouè tafia
tellement, mon cochon, to ka, vouè
zombi en plein midi… ?




                                                              35
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 145, samedi 10 février 1940



CONTE CRÉOLE


Le premier bifteack d’ÉDOUARD

    Edouard épi Pauline prend ménage
en lundi bon matin Edouard cé en
nègre la campagne qui ka bégaillé en
pile, qui pas jan-min goûté mangé la
ville.Pauline cé en ancienne bonne
case béké.
    Toute la sumin-ne, Edouard ba
Pauline ven-de légumes au bourg pour
rapporter salaison monté la case.En
jou, pou Pauline fait doudou-ï en sur-
prise, i acheté en côtelette bœuf épi en
paquet cresson.
    Dimanche en midi, Edoaurd sôti
fait ti pâti cate-li, i ka rentré, faim con
en lion.
    En entrant, i crié : « Pauline chè,
fait vite ba dou -dou – ou man – man-
mangé, moin ka mô faim. »
    Pauline en riant ka pôté en bif-
teack saignant, garni épi cresson.
Edouard lévé fâché, i coumencé begaillé
« hé, hé, hé,… qui… co-co-cochonnerie
ça ou ka fou… fou… fouté moin a ;
en vian-ne qui qui, pas cuite. Sang…
sang, ka… ka coulé a-dans, épi zèbe à
l’entou-ï, à couè dit moins cé en chou-
chouval
    Pauline désolée, ka fait toute pos-
sible li, pou fait Edouard compren-ne ça
bon, cé ça béké ka mangé. Mussieu pas
lé ten-ne raison. Pauline fini pas dit-i :
« Pice ou pa lé mangé ta-là, ni pois
épi lan morue, ou ké mangé-ï, quitté
vian-ne là ba moin. »
    Quand nhomme rouè Pauline ka
mange si bon coeur, i dit « ça meillè bon
pou tout – bon. » L’envie prend – ï
goûté.Quand i prend goût la sauce-là,
i pousé zassiète pois a assou côté, i
tombé dans bifteack là. Dans en mo-


                                                              36
                                              Le Clairon (1939-…)


ment i metté Pauline en faillite.
   Dépi jou a i ka répété. « Pau… Pau-
line, toute… toute, la…, la semaine, ba… ba
moins lan mori, tête cochon, ça… ça, ou lé,
mé les dimanches souplé, bif - bif-tec
moin épi cousson, chop… chopine di-vin
moin pou… pou moin tout seul.
   Pau… Pauline, sa… scré bon ti fam-me
qui connaite fait bon mangé. Jan… jan-
min moin pas ka laissé en… en ti fem-me
con… conça. A… avant… lan - né fini, fô,
fo moin ma…maillé épi Pauline. »
                                  F.




                                                              37
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 148, mardi 13 février 1940




Frédéric ti diable

   Frédéric té premier commis Mus-
sieu Lassè St Piè. I té ka gagnin 90
francs par mois. I té ka louè en en haut
grillin la rue Landé en lan main mam-
zelle Arsène pour 15 francs par mois.
Arsène té ka habité en bas.

   Frédéric tombé malade pendant
deux ans. Comme bon payeur Arsène
prend patience épi-ï. Quand i ruprend
travail li, sous prétexte payé médecin,
pharmacien. Frédéric dit Arsène atten-
ne encô ti tac.

     Lan-né fini, Frédéric ka ba fem-me
ménage épi bel meuble. Arsène, quand
i rouè ça, allez chaché en huissier.
Frédéric dit ï atten-ne tic tac encô. I
fait patron-ï avancé-ï 50 francs, rien qui
en ti sous Louis Philippe. I passé à case
toute can-marade li, i dit yo i ké engagé
cô-ï épi en diable pou ba-ï lagent pito i
ni affè épi huissier.

    En effet, Arsène rouè grand prépa-
ratifs ka faite dans chambre Frédéric.
Après travail, rantré mon nhomme ren-
tré, i fèmin tout patout bo ! bo !… Ar-
sène minme à l’écoute. A midi son-
nant i ten-ne Frédéric ka crié.

   — « Belzébuth, roi de la fortune,
Empereur des mauvais sujets, cousin
germain des Germains, je vous invoque,
venez !… venez !… au nom de Hongue,
Pertagna, Atamatos, Ichiron, venez !…
venez !… ou sinon, de par ma baguette
magique je vous tourmenterai pour
l’éternité. »

   Frédéric, deux minutes après, ka
répon-ne cô-ï épi en autre voix « Me voici
misérable insupportable, que voulez-


                                                             38
                                              Le Clairon (1939-…)


vous ? Parlez !… Parlez… Vite !. »

   Frédéric ruprend épi voix naturelle li :
« Missié zombi foute ou laide, moin
couè moin ké di-ou pas la pen-ne encô,
zafè cô mamzelle Arsène. »

   Arsène qui té ka couté l’aute coté-a
ka sué la peu.

   Frédéric rucommencé palé con
diable là « Frédéric, Frédéric, je suis le
diable en personne, venu vous apporter
de l’argent pour payer Arsène »

   Comme Frédéric té ni soin metté
toute cé ti sous Louis Philippe là dans
en ti sac, i monté assou en table, i cou-
mencé sumin yo en toute chambre là,
glingue… glingue…

   Arsène toujou lotte coté-a, ka fè…
assou-ï.

   Frédéric descen-ne à tè, i quimbé
pied table là en courant, épi i coumencé
crié « An moué !… An moué !… Mus-
sieu diable lagué moin, prend lagent ou !
An moué !…, An moué !…

   Arsène coup ta-là tombé, dumi mô…

   Toute moune dans la rue-a prend
couri, yo défoncé la pote. Quand yo
rentré, yo trouvé Frédéric à tè ka soué
con en bourreau, ka essouflé kon en
vacabon qui sauvé en bas lan main
Nènel.

    Frédéric lévé, i ran-massé toute cé
ti sous a dans en chapeau, épi i pôté-ï
ba Arsène

   Quand Arsène rouè i ka vini, Arsène
senti i en lè.

   Quand i longé chapeau lagent-a
Arsène tounin tête li en disant « Mus-
sieu, gadé ni lagent, ni case, moin ka
pati Carbet à case sœu moin, pace cé


                                                              39
                                            Le Clairon (1939-…)


pas moin qui ké rété ci-a pou ou fait
diable charié moin. Rété épi diable ou. »

    Jou volcan pété, ni case, ni Fré-
déric brûlés. Quant à Arsène, i monté
ici metté boutique Terres Sainville, i
fait fortune.

   Diable Frédéric là, té sauvé-ï.
                              F.

                ***

        Lire dans N° de demain :

      RÉPONSE DE LA DULCINÉE
      À L’AMOUREUX POLYDOR (Ti Popo)




                                                            40
                                                    Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 149, mercredi 14 février 1940



Le bon vieux temps




Réponse de la dulcinée à l’amoureux Polydor

Mont-St-Denis, Près St Pierre le 4 septembre 1894


   Mon cher TI POPO,

   C’est avec mon cœur palpitant de
joie que je mets ma main à ma plume
pour répondre à votre lettre polissone
que j’ai reçu avant-zhier. En l’ouvrant
mon cœur a fait dibi dap bap !… Et
toute la journée, j’étais sauté contente
comme un ti zortolan en terre brulé,
comme en ti cabrite assou carriè…

   C’est la première fois de ma vie
qu’un jeune farraud avec son beau ma-
nière de « cabioleur » me dit « Mademoi-
selle, je vous aime », pour moi répondit :
codin-ne pon-ne » Oui, codin-ne pon-ne
Mussieu je vous aime, …

   Je t’aimerai plus que le cochon
aime corossol, plus que le mabouilla
aime faitaille caille, plus que le coco
de mon œil, plus que les lacets de mes
souliers, plus que les concombres de
mon jardin, plus que les mangoustes
aiment les petits poulets, plus que les
serpents aiment les rats, plus que les
molocoyes aiment les cacas poules, plus
que les coulis aiment le « colbou ».
Tu seras l'escalier de mon coeur, la
miel de mon âme, le ballon colby de
mes amours.

   Je suis très jalouse. Je m'attacherai
à toi comme une liane vanille à un
pied pois-doux, comme un ti-bois en
dedans un frozen, comme une lélé dans


                                                                    41
                                            Le Clairon (1939-…)


un calalou ; enfin, je serai pendue der-
rière toi, tout partout, comme un sau-
cisson chez Virgile Vincent, comme man
Philippy derrière M. Philippy.

Vous dit que vous avez beaucoup
de choses : terre, légumes, fleurs,
chuval dos mabria, etc… chaines, an-
neaux : mais moi, je n'ai rien. Je n'ai
qu'une seule fortune à t'offrir ; la cha-
dèque de mon verger .. Mais j'aime
l'argent, car c'est un bon léguime.

    J'ai aussi comme fortune ma jolie
figure guiole épais que ma mère m'a
cadaucé et mon bel corps un peu « tô-
tillé » que mon papa m'a moulé, avec
deux gros talons « massilili ». Quand je
baigne à la source et je laisse tomber
ma robe en pagne, je ris en regardant
mon image « reflécté » dans l'eau pure,
mon joli corps rond et potelé, mes deux
bouleversants superbes qui vous feront
bien du plaisir, mes bras qui ressemblent
à ceux de la Vénus d'Emilo, que je
roulerai autour de ton corps comme un
collier carcan, tandis que je mettrai sur
ton cou mes deux mignons talons pour
te caresser.

    Tu fais bien, cher Ti Popo, de
m’épouser, car en m’épousant vous épou-
serez aussi mes six sœurs fainéantes
comme poux, ma vieille mère aveugle
et impotente, mon vieux papa « abada »
une mère chienne avec douze petits,
une mère coche et sa famille nombreuse

   Cher Ti Popo, pas la peine de m’écrire
encore… Je suis déjà à vous comme la
sardine est à l’huile, comme la gouyave
est au zandoli, comme la pomme cannelle
est au sicrier.

   Car entendu. Je vous aime, vous
m’aimez. Je te prends, tu me prends.
Venez je vous attends. Si Musieu le
Maire est absent, vous foutrez votre
sacré bras dans mon sacré bras-bras et
nous nous marierons « derrière la porte »


                                                            42
                                          Le Clairon (1939-…)


de la mairie. Tant pis si les mauvaises
langues disent : « Avant la pluie tombé
ja ni laboue. »

  Ta doudou, bien-aimée chérie,

                         MADIVINE

               ***

     Lire dans notre N° de demain :

   Le baiser de la lépreuse

     conte pathétique et horrifiant
       d’un de nos collaborateurs




                                                          43
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°150, jeudi 15 février 1940


NOS CONTES




Le baiser à la lépreuse

      (Les drames de la vie)


   Dans l’oratoire de sa luxueuse rési-
dence du « Plateau », une jeune femme,
émouvante représentation de la « Dou-
leur », prie :

   — « Mon Dieu ! Daignez exaucer
ma prière ! Faites que mon enfant ne
soit pas mort, et que je le retrouve.
Je m’accuse du péché d’orgueil. Ne
prétendais-je pas, en effet, que mon fils
était le plus beau, le plus intelligent de
tous les enfants de la ville ?… « Soutien
des Causes Désespérées », je fais vœu
de m’humilier en signe de pénitence ».

    … La veille, durant sa promenade
habituelle de l’après-midi, dans les allées
ombreuses de la « Savane », l’enfant,
quatre ans, et déjà espiègle, échappant à
la surveillance de sa « da » avait disparu,
égaré on ne savait où… Toutes les re-
cherches faites sur l’heure étaient
demeurées vaines.

   S’était-il noyé à la mer proche ?
Avait-il été Kidnappé ? Ou plutôt, recueilli
par quelque âme charitable ?… Autant
de mystères.

   Minuit ! Une longue théorie de « fan-
tômes » se dirige vers ce coin du
« Carénage » où sont rangées de grandes
bouées peintes en rouge ou noir. Ces
bizarres « processionnaires » font halte,
se déshabillent tout contre les bouées,
puis, entrés dans la mer, ils procèdent
à d’étranges ablutions et lessives.


                                                               44
                                              Le Clairon (1939-…)




   Soudain, les vagissements d’un en-
fant attirent leur attention. Le petit
garçon est découvert, tout en larmes
sous l’abri des bouées où, par jeu, il
s’était faufilé durant la soirée, et où le
sommeil l’avait terrassé. Il est recueilli
et emmené par les nocturnes et com-
plaisants « lavandiers ».

    Cependant, la nouvelle de la mys-
térieuse disparition s’étant, comme une
trainée de poudre partout répandue,
les « sauveteurs » apprirent de la sorte,
au « Camp-Maudit », où ils gîtaient,
l’identité du petit « rescapé ».
    La nuit suivante… Deux heures après
minuit…
    La pauvre mère toujours prostrée
et plus que jamais crucifiée dans les
fibres de son cœur ulcéré, perçoit comme
un léger grattement à la porte d’entrée,
suivi d’un timide appel, son instinct
maternel ne la trompe pas. D’un bond,
Elle est debout. La porte, fébrilement
ouverte, deux cris retentissent en même
temps :
    — Mon enfant !…
    — Maman !…
    Puis, avant que l’inconnue, qui tenait
le petit par la main, ait pu esquisser le
moindre réflexe, Elle l’étreignit fortement
par les épaules, et accomplissant son
vœu d’humilité, Elle lui écrasa les lèvres
sous un brusque baiser, où passa l’im-
mense reconnaissance de son cœur…

   Alors, pour graver en sa mémoire les
traits de celle qui lui ramenait son
enfant, sa raison devivre, Elle
tourna le commutateur de lumière…
   Aussitôt, l’inconnue, poussant un
faible cri de hibou effrayé, essaya gau-
chement de se cacher le visage. Trop
tard !… L’holocauste était consommé…
   Le baiser avait été reçu par l’horri-
ble bouche, aux lèvres tuméfiées d’une
lépreuse.

                                 X.X.


                                                              45
                         Le Clairon (1939-…)


Lire dans N° de demain

   Man Igène prend fê
     Conte créole




                                         46
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 151, vendredi 16 février 1940



Conte créole


Man Igène prend fè

   Man Igène cé en fan-me qui ka
venn corossol, i vorace, chice, raide
kon patate bouillie dans pois. Pou en
sous, i cé jouré toute sumaine.
   En dimanche, trois ti soldats sôti
lan messe cinq heures du matin. Yo
chaque té ni cinq sous en poche. Man
Igène assous La Levée ka ven-ne en
dènié corossol i resté.
   Cé-ti soldat-a mandé-ï : Madan-me
combien ti coro-sol ou a ! »
   Man Igène. — Cé en franc.
   Cé soldat-a. — Ou lè quinze sous
han ? Cè ça nous ni…
    Man Igène. — Non foute, cé pas
moins qui manman zotte !
   Cé soldat-a pati. Quand yo rivé ti
tac plus loin, yonne dit : « En nous
rutouné. nou ké mangé corossol-là
pou quinze sous nou-a. »
   Yo viré, yo dit man Igène : « Ba
nous corossol ou a, mé coupé-ï en
quatre bas nous. »
   Yo chaque prend en moceau, yo
ba man Igène ta-ï aussi. Man Igène
pas té lé.
    — Si ou pas lé, dit yonne, cé qui
corossol ou a pas doux !
    — Oui foute i doux !
    — Si ça vrai fait nous lu plaisir…
    Man Igène fait kon yo. Quand yo fini
yo chaque baille cinq sous. Man Igène
lévé fâché i dit :
   Ça zotte ka fait con ça ? Cé en
franc zotte ni pou ba moin.
   Yo répon-ne li : « Mé ou mangé
pou cinq sous aussi.
   Man Igène coumencé crié : Ton-nè
moin prend fè. Moins ni 69 ans peson-ne
pas jan-min couyonnin moins, mi jôdi-a


                                                               47
                                           Le Clairon (1939-…)


cé ti man maille-là fouté moins fè. Eh
bin mes enfants zotte ren-ne moins plus
malin jôdi qui hiè. Moins content. Avant
zotte pati pou monter bleau, bleau der-
riè Hitlè, passé à case moin, min-me
en ti 100 francs moin ké ba zotte chaque
pou zotte peu ferré Hitlè min-me min-
niè zotte ferré moin a.
                                F.

                 ***

   Demain le « Clairon » Humoristique




                                                           48
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 152, samedi 17 février 1940



Histoire créole vécue.


“AN SILLAC”

       Au Tribunal

    Le Président. — Huissier faites entrer
mademoiselle Bernadette. Mlle, vos
noms et prénoms, âge, profession. Jurez
de dire toute la vérité, rien que la
vérité. Levez la main droite et dites :
« je le jure ». Maintenant, dites-moi com-
ment ça c’est passé.
    Bernadette. — M. le Président, ni près
du deux ans moin lasse écrit au procu-
reu contre mussier Charlot ; toute
lettre moin restè sans réponses. A fosse
la prière, Bon Dieu puui pas ka rester
loin. Donc c’était le 20 octobre vers 9
heures du soir, duboute devant ma porte
qui fait face à la rue, Route Rivière Mon-
sieur en face parc charbon Plissonneau
à, quand je vois mussieu Charlot, ti ma-
caque man Dubéloi-a, qui m’a frappé de
coups de poing et de pieds ; abasourdie de
coups, moin tombé à terre, moin perdre
connaissance. C’est mussieu Osc…
Dondon qui sauvé moin en bas mussieu
a. Heureusement pou moin la police
té ka passé, i verbalisé nous.
    Le Président. — Faites entrer le té-
moin Osc… Dondon.
    Le Président au témoin. — Veuillez
dire ce que vous connaissez de cette
affaire.
    Le témoin. — Moi et Charlot nous nous pro-
menâmes modestement sur la route quand
nous rivâmes en face cinéma Route
Rivière Monsieur-a, en fame se jeta sur
mon ami. Elle était prompte, comme en
zéclair, un zarme en lan main ï, et ce dans
en bon demi-heure après moins recon-
naître cété en ciseau.
    Le Président à l’inculpé. — Votre


                                                                 49
                                               Le Clairon (1939-…)


nom ?
    L’inculpé. — Charl…t J…, membre du
Club des Bras à l’envers, né à F-de-F. as-
sous en paquet matrépore, derriè latillerie,
collé épi la poligone.
    Le Président — Votre profession ?
    L’inculpé — Fait marin.
    Le Président — Qu’est-ce que c’est
que fait marin ?
    L’inculpé — Eh bien, M. le Président
c’est douboute derrière en canot, en
pagaille en lan main-où.
    Le Président — Racontez l’affaire en
tout point.
    L’inculpé.— C’était l’avant-veille la
fête Mangin, moin té ka promenez tout
en couleur, accompagné de mon ami
Osc… Dondon, quand tout-à-coup
moin ka ten-ne en voix féminin perdit
dans en ti noirceau-a ka crié : Charlot ti
macaque man Dubéloi-a, ce ou min-me
moin ka palé ; atuellement ou gan-mé,
ou plein fem-me, ou pas ka gadé moin
dans yeux encô !
    En me tournant comme un éclair,
moin ka rouè en silhouète de fem-me
derrière moin, lan-main-ï lévé en l’air.
Immédiatement, à cette première suicide
moin fait un pas en arrière, à la deu-
xième suicide, moin fait en sillac.
    Le Ministère public.— Qu’est-ce
qu’un sillac ?
    L’inculpé.— Un sillac, c’est pôté
pied gauche, derriè pied droite, au
moin à 50 centimètres, épi longé deux
bras douvan pou peu échappé cô ou du
coup qui ka vini derriè-ou…
    Et à la troisième suicide, moin dû
prolongé moin et quimbé cette
fem-me qui douboute douvant vous.
    Et M. Le Président cette femme était
armée d’un ciseau et cé moi qui après
mainte et mainte zéfort réussit désarmé ï.
    Ministère public. — Application de
la loi.
    L’inculpé. — M. Le Président cette
femme qui con en sainte nitouche
douvant vous là, c’est ma femme.
    Le Président. — Eh bien ! Vous
pouvez vous retirer tous les deux.


                                                               50
                                        Le Clairon (1939-…)


   Cinq francs d’amende. Et ne retour
nez plus.


                      NEICARG.




                                                        51
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 153 et 154, lundi 19 février 1940



Honni soit qui mal y voit


Gens Case-Pilote feignants !

   Gens Case-Pilote feignants tellement,
ki mabi yo pas ka moussé, messieurs et
dames, si moins menti, allez par bâteau
six heû, Case-Pilote prend en mabillage,
zott ké ren-de zott compte.

             ***

    Fan-mes là, quand maris yo rentrés
la pêche, au soleil couchant, épi pois-
sons, yo ka chalviré toute can-not pois-
son-a-en lan mè, yo ka dit : Y trop
tâ, nous ké ruprend yo dumain matin. »
    Pou qui ça ? pou yo pas caillé
poisson-à, lan-main yo ké sali.

             ***


   En fois, moins gadé en fan-me fait
en blaff évec en boite zalumettes. Y té ka
lumin chaque bois zalumette-là,
yonne après lote, épi i té ka metté-i e,
bas marmite là.
   Pou qui ça ? — Pou i paté lumin du
feu avec chabon, pou lan-main-ï paté sali.

             ***

   Ça ki plus bel, cé en jou yo té ka
raidi sein-ne, en bougue qui té plus
feignant qui les ôtes, douboute assou côté
sen-ne là, à la [lam-me], bras croisés.
Sommeil prend-ï. En moment vini, i
oblié cô-ï ; gens à tè raidi code là, peut
être, ti-tac plus fô.
   Roi i i-a… i tombé dans d’l’eau a.
Toute moune compren-ne cé léquilibre i
manqué, pèson-ne pas occupé du i.
   Mé, comme cinq minutes après,


                                                                   52
                                                Le Clairon (1939-…)


mussieu pas ka lévé, en can-marade
allé mété-i douboute. I trouvé bras mon
nhomme croisés, minme manniè avant
i tombé. Aloss, i dit-i : « Frè-a moins ka
couè cé té en mal cadi ki prend ou. »
Lôte là rèpon-ne : « Mon ché, ou
vini ran-massé moins, han !.... Mé si
ou pas té vini, ou ka couè moins té ké
lévé, han ?... »

              ***

   En autre foi, té ni en pécheû, ça té
ka embété i lévé tous les matins pour
aller la sein-ne. I pas fait ni yonne, ni
deux, i crévé en trou en cloison case li
qui té bô lan-mè, i passé en code sein-ne
à dans-ï, épi i marré boute là en gros
zoteil li. Dépi yo té coumencé crié pou
raidi la sein-ne, i té ka prend boute code li
épi i té la raidi, tout couché, deux yeux-i
fèmin.
   Et que Ric et que Rac !...




                                                                53
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 155, mardi 20 février 1940




En réception mouvementée

En fois, en Gouverneur té ka ru-
çuvrè toutes les municipalités. En con-
seiller municipal commune descen-ne
épi gros baton ï en lan maim-ï, souliers
ferrés ï en pied ï. I pas té connaite Gou-
verneu-a, I en ni entré dans salle ré-
ception-a con en coup d’vent ; malheu
pou-ï, i monté épi gros souliers ferré-ï
là assou pied Gouverneu-a.
   « Voyons, dit le Gouverneur, faites
un peu attention. » I gadé gouverneu-a
épi i répon-ne li : Ou pas connaîte
moin, moin conseiller Gros Bois.
   Gouverneu a ruprend : Vous ne
savez donc ps qui je suis ? je suis
Pierre de la Porte, de St-Just, officier
de la légion d’honneur, Gouverneur
de la colonie, représentant du Gou-
vernement de la République. »
   Conseillé-a dit en coeu-ï « Foute
bougre là ni en bel « de » ka poté en
la peau-ï i pas quitté pou les autres.
Coument moin ka f ait ? Ça moin ké ré-
pon-ne li ? »
   Poutant, mon nhomme pas pède la
carte. I prend l’espiration, i fixé chef
colonie-a épi i dit-ï « Et rou minme, ou
pas save ça moin yé ? Moin cé, de
Paul, de St-Jean, de dieu, de conseiller,
de municipal, de la commune, de Gros
Bois, de la colonie, de « Caraïbe », de
foutez moin la paix ». Epi i metté.
Quand Gouverneu-a crié barré-ï, i té ja
assise « Gros Bois.
   Dépi jou-, i pas janmain metté
pied-i a dans pièce réception, pas min-
me ta mussieu lu maire.

               ***

A LA DEMANE GÉNÉRALE
      DU PUBLIC



                                                             54
                                          Le Clairon (1939-…)


nous publierons à nouveau demain,
la lettre de l’amoureux Polydor
(Ti Popo pour les dames) à sa dulcinée,
ainsi que la lettre en réponse de sa
ducinée (Madivine).




                                                          55
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 156, mercredi 21 février 1940



          LE BON VIEUX TEMPS


Lettre d’un amoureux à sa dulcinée

          Hauteur Bourbon,
   Saint-Pierre, le 2 septembre 1894.

          Chère Mademoiselle,

    Excuse-moi de cette grande liberté
que je prend moi-même, pour vous
écrire ; mais, mademoiselle, vous êtes
loin et mon cœur ne peut vous parler ;
ma plume écrit.
    Depuis le jour que je vous ai vi
venir passer un jeudi chez mon com-
père Ti-Coco, je vous aime. Je vous
aime à l’admiration. Je ne suis pas
veni vous dire bonjour, c’est parce que
j’étais honte, oui j’étais honte parce
que je n’avais qu’un caleçon sur moi
et les mains salies, parce que je man-
geais une mangotine « flite ».
    Chère mademoiselle, vous pouvez
m’aimer parce que je vous aime. Il ne
faut pas croire que je vous fait un dis-
cours, que je répéterai à tout le monde.
Oui mademoiselle, je vous aime. Il ne
faut pas regarder ma tenue, ni ma fa-
çon de faire, car je ne suis pas un
quiconque, ni un premier venu, ni un
coco sec, parce que je suis passé sur
tous les bancs de l’école.
    Vous pouvez vous marier sans
crainte avec moi, en tout sécurité, car
je suis le seul fils unique de mon père et
de ma mère.
    Chère mademoiselle, j’ai beaucoup
des linges. J’ai complets de laine que je
mets le dimanche pour aller en « bouc »
faire le faraud. J’ai encore de bels autres
linges que je mets quand je vais faire
le phylosophe. J’ai beaucoup de biens
que ma maraine m’a dédiés en mourant :


                                                               56
                                                    Le Clairon (1939-…)


    Primo. — J’ai un grand carré de terre
planté en fruits, légumes, fleurs, etc…
    Secondo. — J’ai un joli chuval Ale-
zan, dos mabria.
    Troisèmedo. — J’ai trois vaches, une
prête à mettre bas et un gros taureau
pour les remplir.
    Quatrièmedo. — J’ai une belle mère
cochon et 7 petits de toute beauté.
    Cinquièmedo. — J’ai toutes les robes,
combinaisons et chemises de soie mous-
seline que ma marraine m’a delaissées.
    Sixièmedo. — J’ai de grosses chaines,
genre forçat, mailles concombres. J’ai
aussi des anneaux à pierres noires et vio-
lettes qui sont à la mode actuellement.
    Septièmedo. — J’ai beaucoup d’argent
que je gagne là ou je travaille. Si vous
vous mariez avec moi vous aurez tout
l’argent de ma solde le jour de la paie.
    Chère mademoiselle, je serai sans
cesse derrière vous comme une noix
derrière une pomme, car je vous aime à
l’adoration. J’attends impatiemment votre
réponse. En la recevant je serai à demi
heureux. Je serai vraiment heureux seu-
lement le jour de notre mariage pour
vous voir en chemise de nuit mousse-
line claire de ma marraine et moi en
mauresque tulle pâle de mon grand-père,
pour jouer avec vous comme un chat
avec une souris.

   Votre dévoué serviteur, POLYDOR.
       (dit Ti-Popo pour les dames)




Réponse de la dulcinée à l’amoureux Polydor

Mont-St-Denis, Près St Pierre le 4 septembre 1894


   Mon cher TI POPO,

   C’est avec mon cœur palpitant de
joie que je mets ma main à ma plume
pour répondre à votre lettre polissone
que j’ai reçu avant-zhier. En l’ouvrant


                                                                    57
                                                  Le Clairon (1939-…)


mon cœur a fait dibi dap bap !… Et
toute la journée, j’étais sauté, contente comme
un ti zortolan en terre brulé, comme
un ti cabrite assou carriè…

   C’est la première fois de ma vie
qu’un jeune farraud avec son beau ma-
nière de « cabioleur » me dit « Made-
moiselle, je vous aime », pour moi
répondit : codin-ne pon-ne » Oui, codin-
ne pon-ne, Mussieu je vous aime…

   Je t’aimerai plus que le cochon
aime corrossol, plus que le mabouilla
aime faitaille caille, plus que le coco
de mon œil, plus que les lacets de mes
souliers, plus que les concombres de
mon jardin, plus que les mangoustes
aiment les petits poulets, plus que les
serpents aiment les rats, plus que les
molocoyes aiment les cacas poules, plus
que les coulis aiment le « colbou ».
Tu seras l'escalier de mon cœur, la
miel de mon âme, le ballon Colby de
mes amours.

   Je suis très jalouse. Je m'attacherai
à toi comme une liane vanille à un
pied pois-doux, comme un lélé dans
un calalou ; enfin, je serai pendue der-
rière toi, tout partout, comme un sau-
cisson chez Virgile Vincent, comme man
Philippy derrière M. Philippy.

    Vous dit que vous avez beaucoup
de choses : terre, légumes, fleurs,
chuval dos mabria, etc… chaines,
anneaux ; mais moi, je n'ai rien. Je n'ai
qu'une seule fortune à t'offrir ; la cha-
dèque de mon verger… Mais j'aime
l'argent, car c'est un bon léguime.

    J'ai aussi comme fortune ma jolie
figure guiole épais que ma mère m'a
cadeaucé et mon bel corps un peu « tô-
tillé » que mon papa m'a moulé, avec
deux gros talons « massilili ». Quand je
baigne à la source et je laisse tomber
ma robe en pagne, je ris en regardant
mon image « reflecté » dans l'eau pure,


                                                                  58
                                            Le Clairon (1939-…)


mon joli corps rond et potelé, mes deux
bouleversants superbes qui vous feront
bien du plaisir, mes bras qui ressemblent
à ceux de la Vénus d'Emilo, que je
roulerai autour de ton corps comme un
collier carcan, tandis que je mettrai sur
ton cou mes deux mignons talons pour
te caresser.

    Tu fais bien, cher Ti Popo, de m’é-
pouser, car en m’épousant vous épou-
serez aussi mes six sœurs fainéantes
comme poux, ma vieille mère aveugle
et impotente, mon vieux papa « ababa »
une mère chienne avec douze petits,
une mère coche et sa famille nombreuse.

   Cher Ti Popo, pas la peine de m’é-
crire encore… Je suis déjà à vous
comme la sardine est à l’huile, comme la
gouyave est au zandoli, comme la pomme
cannelle est au sicrier.

   Car entendu. Je vous aime, vous
m’aimez. Je te prends, tu me prends.
Venez je vous attends. Si Musieu le
Maire est absent, vous foutrez votre
sacré bras dans mon sacré bras-bras et
nous nous marierons « derrière la porte »
la mairie. Tant pis si les mauvaises
langues disent : « Avant la pluie tombé
ja ni laboue. »

  Ta doudou, bien-aimée chérie,

                         MADIVINE.


                 ***


       Lire dans notre N de demain :

UN MARIAGE AVEC CHARIVARI
   DANS UN BOURG DU SUD
                 Conte créole




                                                            59
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 157, jeudi 22 février 1940



                              Histoire vécu


Un mariage avec charivari dans un bourg du sud

   Deux vieux veufs en premières
noces, décidèrent un jour, d’unir leurs
efforts pour mieux supporter la charge
de leur infortune ici-bas.

   Le mariage fut décidé.

   L’homme s’appelait… Charles, la
femme Pauline. Ils habitaient à plusieurs
kilomètres du bourg.

   A l’annonce de l’événement, à dix
lieues a la ronde, il n’était question que
de ce mariage. Les commères disaient :
« Coument, vieux Châle ké maillé épi
Pauline ? Coument i ke fait matillonnin
Pauline ? Ah ! non, faudré nous fait
en chalbari (charivari) épi yo. Zenfants
préparez cone lambi zotte (conque de
lambi) épi toutoute bambou zotte (nœud
de bambou d’où l’on tire une variét é
de sons) ».

   Il est de coutume, dans les cam-
pagnes martiniquaises, de siffler, battre
des vieilles bombes, souffler dans des
nœuds de bambous creux, quand des
vieux se marient et surtout quand ils se
remarient. Alors tous les quartiers en-
vironnants sont alertés et au jour dit,
on vient faire cortège aux mariés dans
une véritable charivari. On appelle cela
en patois créole, faire « chalbari ».
Comme il ne s’agit que des moqueries,
cela fini mal ou bien, selon que la plai-
santerie a été mal ou bien prise.

   Le jour du mariage, Charles et
Pauline sachant qu’ils étaient surveillés
décident d’accord avec le curé, de faire


                                                              60
                                               Le Clairon (1939-…)


célébrer la cérémonie à six heures du
soir. Ils croyaient déjouer le plan des
« chrivaristes », mais ceux-ci, plus
avisés qu’eux avaient déjà envoyé des
émissaires à cheval, dès le matin, au
bourg, afin de les renseigner sur toutes
modifications possibles concernant
l’heure et le déroulement de la céré-
monie.

   Les campagnards s’amenèrent au
bourg dès la tombée de la nuit, entre
« chien et loup ».

   Informé que le bourg était rempli
de cavaliers et de piétons avec vieilles
bombes, vieilles casseroles, conques de
lambis, nœuds de bambous etc…,
le brave curé remit le mariage à huit
heures du soir. Mal lui en prit. A huit
heures, les abords de l’église étaient
envahis. Aussitôt la porte latérale ou-
verte, une foule compacte s’y engou-
frait, tandis que les fiancés entraient
par la sacristie.

   Quand, la cérémonie terminée, les
nouveaux époux voulurent sortir, ils
furent littéralement happés par la foule
à laquelle s’était jointe tous les habitants
du bourg.

    Immédiatement, les appareils en-
trèrent en action. Tandis que le gros de
la foule scandait : « Manzè Pauline
maillé au souè-a épi maite Châle, cé pas
ni pou la belleté, ni pou la jolivance,
cé pou ti carré tè-ï là, cé pou gueule
sans dent-ï là, qui ka semble
en corridô a, épi gros dibasse li-a. »
Les appareils faisaient la seconde partie,
boum… boum…

   On dût appeler les gendarmes, qui
ne purent, constatant leur impuissance,
que se joindre aux « charivaristes ».

   On arriva ainsi jusqu’à la demeure
des vieux jeunes mariés qui s’étaient
mis de la fête.


                                                               61
                                        Le Clairon (1939-…)




  Après avoir été reçu, tout le monde
dansa au clair de la lune… même
Bénaco, un cheval de gendarme.

   Quand on rentra au bourg, le
jour pointait.


             ***


     Lire dans notre N° demain :

   Ba moin ti tac vitesse

             Conte créole




                                                        62
                                               Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 158, vendredi 23 février 1940


Histoire vécue


Ba moin ti tac vitesse

    En jou, Chhâles lot bô Lenmentin té
décen-ne en ville épi ti bourrique li,
ven-ne produits la tè-ï, pou-ï té fait pro-
vision.
    Avant onze heù, Châles té ja fini
ven-ne.
    I fait commission-ï, i bâté bourri-
que li, épi i allé changé yonne deux
« feux » avec can-marades li. Mé Châles
pas té ka rumarqué qui chaque fois a,
i té ka quitté ti bourrique li-a dérô, en
soleil chaud-a. En fin de compte ti bour-
rique fatigué, ça coumencé pas embeté-ï.
    A trois heù, après midi Châles dé-
cidé-ï à prend chumin bô caille li. I
coumencé fouetté ti bourrique, ti bour-
rique pas ka brin-nin cô-ï. A la fin i
fini pas fait deux ou trois pas. I rivé en
bas cé pieds mangots carénage là. Là,
Châles rouè en bougue qui té ka galfaté
en can-not. I dit-ï :
    « Patron ça ou ka fait là ? »
    Patron a répon-ne li : « Moin ka ba
can-not-a ti tac vitesse. »
    Châles ruprend : « Ah ! cé con ça ?
Ou pas cé lé ba ti bourrique moin-a ti
tac vitesse ba moin ? Dèpi bon matin, i
pas lé maché, moin embarrasé épi-ï.
Quand moin dit-ï « allez », cé « culé »
i ka « culé ».
    Patron-a té ka hésité, mé en mo-
ment i accepté en disant : « Mon chè
ça ka fait moin la peine rouè ou en si-
tuation ta là, moin peu pas rufusé ou
ça. Min-nin ti bourrique ou-a ba moin
levé la queue-ï, épi moin ké ba-ï ti tac
vitesse ba-ou.
    Patron-a pô té cô pâlé, qui Châle ja
lévé la queue bourrique là. Quand bour-
rique senti yonne deux coups d’pinceau


                                                               63
                                                     Le Clairon (1939-…)


goudron chaud-a passé en derrière-ï. i
pésé, i couri, i voïé pied, i prend vol
assou la route Lenmentin, toute ti man-
maille lécole ka fait la fumin douvant-ï.
   Pendant temps a, cé provisions Châles
là ka sumin assou toute la route Lenmentin. Châles
minme, monté derriè bourrique, vent dans
gilet ï.

   Quand i rivé Roseau Poullet, la riviè
Mussieu, i mandé si yo pas rouè ti bourri-
que li-a passé. Yo réponn li » : Ti bouri-
que ou a ja rivé Lenmentin ».
   Châle, découragé, rutounin éti patron-a.
I mandé-ï dix francs vitesse, pou ï rouè si i
peu rujoin-ne ti bourrique là.
   Patron a, content con en bossu qui
pède bosse-li, dit ï « Ba moin lagent-a épi
baissé pantalon ou. »
   Chales pas fait prié ï. Quand patron a
passé pinceau goudron chaud a dans derriè
Châles, Châles sauté, i maté, i viré, i
cabriolé, i pété, i pède chumin, i léquetté en
bassin radoub-là , à force ça té chaud derriè-ï.
Heureusement, jou ta-la, bassin a té rempli,
épi pè Rosette té la pou té voyé en
scaphandrier péché Maître Châles.
   Quant a ti bourrique-la, nous pas
ten-ne palé du-ï. Chales mimme pède
chumin la ville, dépi jou-à. I te prend
trope vitesse.

_________________________________


Lire dans notre N° de demain :

        Les « Titiris »

        Nouvelle inédite par STEL.
               _____


   Un mot d’explication :


   La poste nous remettait, mercredi,
une communication d’une lectrice, qui
signe « Pole ». Mademoiselle « Pole »
nous intimait expressément :


                                                                     64
                                               Le Clairon (1939-…)


    « Je vous fais tenir, çi joint, le sé-
nario (cinq lignes) d’une amusante pêche
aux « titiris ». Votre spirituel (sic) chro-
niqueur saura certainement broder sur
ce thême ».
    La gageure de Mademoiselle Pole a
été relevée. La chroniqueur a « brodé »
et a tiré des « titiris la Nouvelle qu’il
est heureux de dédier à notre aimable
et trop indulgente correspondante.

                      Le Clairon.




                                                               65
                                                    Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 159, samedi 24 février 1940




Entendu sur le quai du Carbet

   Ro-ï, ro-ï, ! ça qui rivé Pionnè nous-à ?
Dépi conmin temps nous pa ka rouè-ï !...
   — Coument, ou pas save ça, non,
Lécouze ? En pati ka dit i trapé mal
ventre, d’autres mounes ka dit i trapé
épuisement. D’autres encô ka insinué cé »é
étisi galopante i trapé à fôce i navigué
sans répit : i entré l’hôpital Bassin
Radoub. Mé, coué moins, mon chè, cé
pas tout ça…
   — Qui ça qui rivé-ï con ça, non ?
   — Eh bien, mon chè, cé an réquin
qui valé hélice-li !...


                ***


« Les Titiris »

      Nouvelle inédite
      En manière d’Avant-Propos


      Monsieur le Directeur du Clairon,

   Nous sommes un groupe de camarades
qui trouvons votre “Clairon” très amusant,
Pour vous prouver notre sympathie, nous
vous envoyons le canevas suivant, sur lequel
votre spirituel (sic) chroniqueur pourra bro-
der. Cette petite histoire, absolument vraie,
s'est passée à l'Ilet Léchelle, un jour de pique-
nique. Nous avions fait un gateau monstre
de « titiris », et quand nous découpâmes
cet « acra », tous les « titiris » du milieu
étaient vivants, bien vivants…

      Fort-de-France, Mercredi, 21-2-40.
                        G. POLE.


                                                                    66
                                               Le Clairon (1939-…)




                ***

    Dans le salon bleu et or, les juens
gens, au nombre d’une dizaine, devisaient
avec alacrité. Paula, la délicieuse maî-
tresse de maison, très « jeune fille
moderne », intellectuelle et sportive, les
avait convoqués pour mettre au point
cette « grande adffaire » de pique-nique.
Elégante dans son Kimono chinois
bleu-ciel, soutaché d’un grand dragon
jaune au dos, elle servait le thé avec les
gâteaux secs.
    Soudain les attitudes se figèrent et
les visages changèrent d’expression. Le
« speaker » d’un poste d’Etat allié ra-
contait avec force détails, l’affaire de
« l’Altmark » le bagne-flottant allemand.
L’exploit des marins du destroyer anglais
« Cossack », prenant d’assaut l’Altmark,
pistolet au poing, à la Jean-Bart, enthou-
siasma lesjeunes hommes, qui battirent
des mains. Puis le speaker s’expliqua,
minutieusement, à dépeindre les souf-
frances endurées par les prisonniers,
maintenant délivrés. Ils avaient vécu dans
un inconfort affreux, entassés pêle-mêle
dans les soutes à mazout, avec, pour
toute nourriture du pain et de l’eau…
    Lorsque la voix lointaine se tut, un
frémissement d’horreur courut sur le
groupe, et Paula essuya furtivement une
larme — perle inestimable — qui gouttait
de sa paupière.
    Fait remarquable, seul de tous, un
des jeunes gens, appelons-le le « Taci-
turne », avait écouté sans broncher
l’émouvante aventure. N’avait-il donc
pas de cœur ? Etait-il souffrant ? On ne
sait… Mais son regard en éveil surprit
l’émoi de la jeune fille ; leurs yeux se
rencontrèrent la durée d’une seconde,
et leurs deux âmes, sans doute "accro-
chées" sur "la même longueur d’onde",
vibrèrent à l’unisson. Et le "Taciturne"
tentit violemment, en sa poitrine, comme
un choc inconnu, qui faillit le faire crier,
et pleurer à son tour…




                                                               67
                                               Le Clairon (1939-…)


                 *
             *       *

    Le lendemain trouva nos amisau
grand complet tous réunissur l’Ilet
Léchelle, à l’embouchure du « Monsieur ».
    Ils eurent la chance de tomber sur
un « jour de titiris ». Ces bestioles,
poissons lilliputiens, obeissant à une im-
pulsion millienaire et atavique, remon-
taient par quantités innombrables, de
l’eau salée de la mer, où ils avaient
pris naissance, dans l’eau douce de la
rivière, où ils grossiraient… Pour, plus
tard, recommencer le cycle.
    On pêche, généralement, ce menu-
fretin à l’aide de grands draps, en guise
de filets. Mais, nos « pique niqueurs »,
n’ayant pas prévu le cas, usèrent de
stratagème, et, plongeant dans l’eau
saumâtre, mouchoirs, chemises, chapeaux
mêmes, ils firent une pêche, aussi « mi-
raculeuse », qu’amusante.
    Un seau à demi plein d’eau fut un
vivier, où grouillèrent les captifs. Il faut
décidé qu’on en ferait un « gâteau »,
ou « pain de titiris ». Paula fut procla-
mée cordon-bleu, et — est-ce hasard ? —
le Taciturne, promu à la dignité de
« gâte-sauce », chargé de l’aider. Les
autres membres de la compagnie s’égail-
lèrent bientôt sur l’îlet, au gré de leurs
caprices.
    Dans la poêle de fortune, une grande
terrine, le « formidable acra », dora
bientôt sa croûte appétissante. Puis, la
« cuisinière », le jugeant rissolé à point,
le sortit du feu et le fit refroidir. Enfin,
elle se mit en devoir de le découper
pour préparer la dînette. Mais, à peine
eût-elle enfoncé le couteau au beau
« mitan » de la croûte, qu’elle lâcha le
tout, en poussant une exclamation de
surprise.
    « Le Taciturne » accourut, empressé,
déjà inquiet.
    — L’acra !... Regardez l’acra ! lui
jeta la jeune fille.
    — Eh bien l’acra ?...
    — Voyez ! Les titiris du milieu


                                                               68
                                               Le Clairon (1939-…)


sont encore vivants !...
    C’était vrai. Préservés, sans doute,
par l’on ne sait quel phénomène de
« caléfaction », les « titiris » du cente
du « gateau » frétillaient désespérément,
comme pour se sauver.
    Qu’avons-nous fait ? s’écria Paula,
riant aux éclats. Voilà que nous réalisons
en petit, le drame de l’Altmark » !
    — « L’Altmark » ?... Quel rapport ?...
    — Oui, au travers de ces pauvres
« titiris », à demi ébouillantés, je vois
les marins anglais martyrisés… Et nous…
et nous… ajouta-elle, en baissant la voix,
nous serons les… tortionnaires alle…
alle…
    — Non ! Chère Paula ! Rassurez-
vous ! Nous serons les « galants » An-
glais du « Cossakc », délivrant les pri-
sonniers.
    Joignant le geste à la parole, le
« Taciturne » rejeta à l’eau l’horrible
« accra ».
    Puis, les deux jeunes gens, mus par
un subtil sentiment où l’amour se mê-
lait à leur insu, à la pitié, s’étreignirent
et échangèrent leur premier baiser.
    Leur cœurs s’étaient enfin « com-
pris », grâce aux « titiris ».
                              STEL.




                                                               69
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 160 et 161, lundi 26 février 1940



NOS CONTES


« Tap – tap » !...

    « Grand-Binoué » était passé maire
en fait de « couyonnades ». Dans les
réunions électorales, on craignait, com-
me la peste, ses lazzis acérés.
    Au « Club » du Village, on devait,
certain soir, présenter le Candidat
« Untel », que l’on assurait « imbat-
table ». Grand-Binoué avait fait serment
de le « saborder ». Aussi, avait-il reçu
un « défi » des partisans du candidat.
    A l’heure dite, la salle est pleine
à craquer. Les partisans des deux clans
attendent. Grand-Binoué est déjà à son
poste, au milieu de la salle. L’adversaire
tarde un peu à venir. Soudain deux
grands cris :
    — Vi-i-ve Untel !
    — Vi-i-ve Grand-Binoué !
    Alors, Grand-Binoué lâche son
moulin à sottises. Sautant d’un pied sur
l’autre, en une imitation parfaite de la
« danse à claquettes », il salue de
cette manière grotesque le candidat :
    — Tap tap ! Bonjou mussieu candidat !...
Tap tap ! Cadidat maclou-cou !... Tap tap !
Candidat croupion !...
    Mais, Untel n’ayant pas sa langue
dans sa poche, riva son clou à Grand-
Binoué du « tap au tap », d’un seul
coup !
    — « Dis donc, Grand-Binoué ! Ou ka
fait moin ch[]rrier ! Tap-tap »..
    A cette répartie, fulguranté, à la-
quelle nul ne s’attendait, un immense
éclat de rire ébranla la case, et fit
rentrer sous terre l’endécrottable
fumiste.
    Le candidat fut élu, et porté en
triomphe. Il devint « Imperator et Rex »,
tout comme son cousin de Roi d’Italie.


                                                                   70
                                          Le Clairon (1939-…)


On dit que le ridicule tue : « Grand-
Bénoué », tué par le ridicule, non seu-
lement se tut, mais disparut de la cir-
culation et, plus jamais, on n’entendit
parler de [ses] : tap – tap !




                                                          71
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 163, mercredi 28 février 1940



CONTE CRÉOLE


Un pénitent culoté

    C’était pendant la période des fêtes
de Pâques. Ciomme chaque année à
pareille époque, léglise de la paroisse
était omble. Ce jour là, les fidèles de
toutes catégories se coudoyaient sans
éménité dans ce saint lieu, tant chacun
voulait prendre la première place devant
le confessionnal.
    Vers quatre heures de l’après-midi,
un homme à la carrure imposante,
au visage bestail, marchand « dos bas »
et pieds fins », d’un air inquiet, dans
la position de quelqu’un toujours prêt à
filer à la première alerte, se présenta
à la suite des pénitents qui attendaient…
S’adressant à la première dame devant
lui :
    — « Madan-me souplé, ou pas cé
lé rende moins service quitté moin
passé avant ou ? Moin pressé tel-
lement… »
    Chaque fois que l’homme si pressé
faisait la même demande, un ou une
fidèle s’écartant pour le laisser passer.
Il parvint ainsi au premier rang des
pêcheurs. Enfin, l’heure arriva où il dut
comparaître devant son confesseur.
Aussitôt, il se composa une tête de
circonstance. Et, c’est, ému, la voix
tremblante, qu’il commença sa confes-
sion :
    « Mon pè, je m’accuse… Je
m’accuse… »
    Enfin de compte il avoua être
l’auteur d’un vol de quatre cochons.
    — Mon pè, moin pas save ça
moin ni, cochon cé en race moin pas
ça rouè. Yo possédé du démon. La
sumaine passée mon prêté trois ta
man Ti-Asson, épi yonne ta maître


                                                               72
                                             Le Clairon (1939-…)


Isidô. Moin couè cé toute pèché moin
ni, mon pè ».
    Le brave et fidèle représentant de
Dieu le sermonna et le conseilla en ces
termes :
    « Faites attention, mon fils, il ne
faut pas recommencer. Vous connaissez
les septième et dixième commandements
de Dieu qui disent :
    7e) « Le bien d’autrui tu ne pren-
dras, ni retiendras à ton escient ».
    10e) « Bien d’autrui ne convoiteras
pour les avoir injustement ».
    Alors, quand vous désobéissez à
Dieu, vous savez que c’est l’enfer
qui vous attend avec ses flammes, ses
tortures et ses souffrances éternelles ? »
Quand le prête s’apprêtait à lui dicter sa
pénitence, notre homme, avec humilité
lui dit : « Ecusez, mon pè… pas cé
ni moyen ou ba moin l’absolution pou
douze cochons au lieu du quatre ? »
    Le curé. — Mais vous n’en avez
volé que quatre…
    Le pénitent.— Moin save, mé…
    Le curé. — Mais quoi donc ?
    Le pénitent.— Ce qui, en venant ici-a
moin rouè huit pitits bô chumin-a.
En toute façon, quand moin ké monté
au souè, moin ké prend yo…
    Le curé .— Vous êtes vraiment pos-
sédé du démon. Il faudrait voir à vous
débarasser de votre incurable manie…
car ek attendant les effets de la justice
de Dieu, vous connaîtrez les rigueurs
de la Justice des hommes.
    Allez et tâchez de résister à la ten-
tation du démon.

             ***

   Lire dans notre N° de demain

      Actuville fâché
Pas pour la vue mais pour l’odeû…

             Conte créole




                                                             73
                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 164, jeudi 29 février 1940



CONTE CRÉOLE


Actuville fâché
Pas pour la vue, mais pour l’odeû…

    Actuville té ni en ti surnom « Maî-
tre Galfa » pace i té ka galfaté sabate.
    Actuville, en jou, té ka mangé pois
épi farine bô la riviè. Bonne man Bouil-
ion vini pou jété pôte – chambe-li,
Actuville dit-ï : « Pas jété bagaille ou-a au
vent moins, jété-ï au contruvent moins ».
    Bonne la jété au contraire au vent-ï.
Actuville lévé faché, i en ni prend pôte-
chambe la épi i cassé-ï. Bonne-la crié :
« ou cassé pôte chambe man Bouilion
a ? Zafè cô-ou épiï » Actuvillerépon-
ne. « Qui man Bouilion, qui man la
sauce, moin cassé-ï, fait ça zotte lé ».
    Man Bouilion qui pas té ka ten-ne
ça con ça, vini réclamer pôte-chambe-li.
Actuville répon-ne min me ça i té ja dit
bonne-là Man Bouilion mété l’affaire en
justice.
    Deux ou trois jous plus tâ, zaffait-a
vini paraîte.
    Juge la crié : « Actuville… » Pas de
céponse. « Actuville… » Pas de réponse.
« Actuville… » Pas de réponse. Actuville,
maître galfa !...
    — Présent, Mussieu lu Juge. Zotte
trop inmin gâté nom moune. Guiole ou
cé fan-ne jusse derriè zoreille ou, moin
pas té ké répon-ne ou, si ou pas té ba
moin toute nom moin ?
    Le juge. — Ça va. Racontez moin ça
qui passé entre ou épi man Bouilion.
    Actuville.— Mussieu lu juge, en temps
moin té Actuville, moin té ka mangé farine
moin, épi lan mori moin ka nagé dans
l’huile. Actuellement, moin malhéré, moin
ka mangé ti farine moin épi ti lan mori
moin sans l’huile : bonne man Bouilion


                                                                74
                                             Le Clairon (1939-…)


ka vini jété pôte-chambe li au vent
moin. Moin dit-ï jété-ï au contruvent
moin, i jété i quand même au vent moin.
Mussieu lu juge, si ou té à la place moin,
ça ou cé fait ?... cassé pôte chambe la
hein… ? Cé seul rumède moin trouvé.
Juge là convini qui Actuville té en droit
faché-ï, minme pas pou la vue, mé pou
l’odeû a.
   I ba ï 1 franc lenman-ne.


          ***


      Lire dans notre N° de demain
        La man-man d’leau
            CONTE INÉDIT




                                                             75
                                               Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 165, vendredi 1er mars 1940


CONTE INÉDIT


« La Man-Man d’leau »

    Zocoille et Zeclique — Le père et
le fils. — Deux illustres « soiffeurs » bien
connus sur cette jolie « plage » des
Antilles.

   Un soir qu’ils avaient coiffé leur
lourd « chapeau de plomb », c’est-à-dire
qu’ils étaient un peu plus saoul que
d’habitude, ils crurent relever aux alen-
tours de leur case, qui jouxtait le ri-
vage, les traces d’un chélonien génat.
   Zocoille décida :

   — C’est la « tortue blanche ». Notre
fortune est faite : un vieux Caraïbe,
avant de mourir, avait confié à mon
arrière grand-mère que chacune des
lames imbriquées de sa carapace est en
argent fin, incrusté d’or et de diamants.
   La nuit venue, Zocoille et Zoclique
font le guet derrière un massif de cac-
tus. Ils savent que la tortue reviendra
pondre à l’endroit précis proppecté par
elle la veille.
   Soudain, une sorte de périscope
émerge à quelques centimètres du bord.
A son extrémité, deux phares d’un
rouge sanglant brillent, avec une fixité
hallucinante. Zoclique pris de colique,
se met à bafouiller :
   — Pa… pa.. pa, mi en sous.. sous-marin !
En nous fou-camp. (Voici un sous-
marin ! Fichons le camp).
   Mais Zocoille, qui, lui non plus, n’en
même pas large, fait taire le nigaud :
   Ti couillon, pé là, foute ! (Tais-toi
espèce d’idiot !) Le sous-marin, qui était
une torture, trompée par le calme appa-
rent des environs, rampe cahin-caha,
jusqu’à la limite des premières herbes,


                                                               76
                                             Le Clairon (1939-…)


presque à toucher nos couards.
   Jusque à ce moment, un rayon
égaré de Vénus, « étoile du soir », glis-
sant obliquement sur la carapace de la
bête, la fait miroiter d’un vif éclat ar-
genté.
   — Nous chapé ! Cé bien la tortue
blanche ! murmura Zocaille en un
souffle.
   Un bondissement de canaques, et
voilà dame tortue renversée sur le dos,
les nageoires ligotées de lianes. Nos
deux chasseurs la traînent en hahanant
jusqu’à leur case. Une bonne rasadé
de tafia sec, pour fêter cette prise, puis
Zocoille et Zoclique, assommée par la
fatigue et l’alcool, se jettent dans leurs
hamacs de corde.

   C était une Man-man dleau. !

   Rêve-t-il ? Zocoille, yeux hagards,
cheveux hérisés, saute vivement à bas
de sa couche mobile. Il entend (ou croit
entendre) une méchnate voix qui chan-
tonne :
   — Zocaille ! Ho ! Zocaille ! Ramenez
moin là ou prend moin-a ! (Ramène-moi
où tu m’as prise).
   Zoclique, consulté, n’entend rien
ou presque :
   — Pa.. pa… pa ! Cé corne lambi
qui ka rouclé !... (C’est un appel de
conque marine)
   — C’est lam-me lan-mè qui ka fait
chou-a-a a ! (cest la lame qui déferle)
   — C’est pipiri qui ka chanté…
(C’est le chant matinal du pipiri)
   Mais, Zocaille, inlassablement, en-
tend la voix qui achève la déroute de
son cerveau, embrumé d’alcool :
   — Zocoille, mon fi, ramenez-moin
là ou prend moin-a ! »
   — A la fin, n’y tenant plus, il se
prit à hurler :
   — Au secours, Zoclique !... Nous
foutus ! Cé Man-Man d’leau nous prend.
(Nous sommes fichus : c’est la Man-
Man d’leau que nous avons capturée.)
   Fous de terreur, les deux hommes


                                                             77
                                              Le Clairon (1939-…)


traînèrent la Man-Man d’leau (La Fée des
eaux) jusqu’au trou qu’elle avait creusée
dans le sable. Ils l’y abandonnèrent et
s’enfuirent come des « possédés ».
   A l’aube, de pauvres pêcheurs de
« quia quia », trouvèrent la tortue, encore
empêtrée dans ses liens.
   Il en firent leur « chou-gras ».
                         NICK.

               ***

      Lire dans notre N° de demain

   La demande de mariage
     de Maître Calibrac
   ou LE PAVE DE L’OURS
               Conte créole




                                                              78
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 166, samedi 2 mars 1940


CONTE CRÉOLE


La demande en mariage
de Maître CALIBRAC
ou Le Pavé De L’ours

    Maître Calibrac, grand amateu coq
combat, tombé amoureux fou du Céphi-
nise, en ti dumoiselle très briscante,
belle tombante, roulante, rebondissante,
agaçante..
    Enfin, en bon jou, Maître Calibrac
allé trouvé Ti-Asson, compè ï. I dit ï
con ça:
    « Ti – Asson, moin pas save ça qui
ka rivé moin, mé chaque fois moin ka
rouè Céphinise, cœu moin ka batte con
en moulin, moin ka senti moin en état
con toute ti – bêtes ».
    Ti – Asson. — Cé l’amou qui ka fait
ou ça, mon chè Calibrac. Seul conseil
moin peu ba-ou, cé maillé épi Céphinise.
    Le lendemain, en effet, nos deux
compè ki allé trouver parents jeune
fi-a, braves gens, en man niè yo. Papa-a
té roi chasseu crabes, manma-a épi
cé seu-a, mounes à tout fait.
    Avant Calibrac épi Ti – Asson pati,
yo rangé ti zafè yo bien com i faut. Ca-
librac répété tout ça i té pou dit papa
fi-a. Mé Calibrac dépi plusieu jou té
ka souffè martyre du en ti furoncle en
fesse gauche-li.
    En dènié coup, quand yo presque
rivé à caille parents Céphinise, Calibrac
dit Ti – Asson :
    Calibrac. — Ti – Asson, pas oblié
surtout agrandi moin dans tout ça
moin déclaré moin ka possédé.
    Ti - Asson — Pas minme parlos !
Moin nhomm dèïè pou-ou.
    Avec assurance, yo allé frappé la
pôte doudou-a.
    Toute la fan-mï ruçuvrè yo en grand


                                                            79
                                              Le Clairon (1939-…)


tralala.
    Après consentement fia-a, papa-a
min-nin Calibrac épi compè-ï en jadin-a.
Yo assise en bas en gros pied mangot
« Coco bœuf » chacun en vè rhum en
lan main-ï, épi yo coumencé causé.
    Papa. — Mussieu Calibrac, ou mandé
moin fi moin en mariage, i consenti, mé
ou pas dit moin ça ou ka possédé.
    Calibrac. — Eh bien… moin ni
environ 500 francs la caisse d’Epargne…
    Ti-Asson, sursautant. — Ou ka
vini fou, mon ami ? Ou ni cinquante
mille francs la Banque, ou ka dit cinq
cent francs.
    Papa. — Ah ! Très bien aloss…
    Calibrac. — Epi en ti propriété, un
hecta, environ… Cé là moin construit
en ti caille trois pièces…
    Ti - Asson. — Ça ou ka dita-a Cali-
brac ? tè-a, ni au moin cinquante
hecta. Quand à château-a cé en ti cœu.
    Calibrac — … Sans bien entendu,
palé du ti can-not moin, épi yonne deux
ti coqs moin ni bô caille…
    Ti-Asson. — Ti coq, ti can-not ?
Impossible ou pède la tête ? Mussieu
beau – pè, compè moin Calibrac ka
possédé au moin quatre pirogues, trois
sabates épi en ti dumi-douzain-ne gon-
miers. Quant à bêtes, cé vieux zèbes
bô caille li tout bonnement.
    Au min-me moment, maître Cali-
brac ka fait en faux mouvement, i ka
blessé ti furoncle li-a.
    Calibrac. — Aïe !..
    Papa, bondissant. — Iche moin chè,
ça qui rivé ou non ?
    Caibrac. — En ti « feu » moin ni
dans fesse, ça pas ayen.
    Ti – Asson se dressant — En ti « feu »
mé, compé, ça ou ni là-a cé en « Java »… !
    Papa, superbe. — Pas occupé ou, ça
i yé, i yé. va pour la fête, nous ké g[ ?].
Mon fi Calibrac bo papa ou épi prend
pleurer, moin content, ou content, fi
moin content, enfin nous toute content.
En nous trinqué, épi toute moune
répété ensemble : « Nous toute contents »




                                                              80
                              Le Clairon (1939-…)


       Gros LERRON.


     ***

Lire dans notre N° de Lundi

Le partage des morts
     Conte créole




                                              81
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 167 et 168, lundi 4 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Le partage des morts

    En jou, deux voleu poules té fni
dévasté en poulailler ; yo té ka chèché
en côté pou té séparé prise là. Yonne
dit : « En nous en cimetière. Là nous
ké tranquille ». En effet, yo sotté mu-
raille cimetière à épi yo entré.
    Ça qui té ni toute ces poules-là
coummencer compter : « yonne pou
moin, younne pou-ou ».
    En ti gaçon qui té ka traversé
chumin-a pou aller à case papa-ï, ten-ne
palé-a. Rouape, i prend couri. En route
i rencontré pè John, i mandé-ï fait-ï
passé bô cimitiè-a, pace i peû. I ten-ne
bon Dieu épi diable en didans-a ka
compter les mô. Chacun ka prend ta yo.
    Pè John dit : Ti bonhomme en
nous allé, ti sôte, ou trop poltron
D’ailieu ou ka manti. En nous rouè »
    Quand yo rivé tout près cimetière-
à, pè John ka ten-ne minme bagaye là :
« yonne pou moin, yonne pou ou »…
Comme yo té assou la fin, deux poules
sauté muraille-là yo tombé dérô Yonne
cé voleu-a dit : Pas oublier deux a qui
dérô-a. Ou ké prend yonne, épi lotte-là
cé pou moin. »
    Quand pè John ten-ne ça, i mandé :
« P[ ?], ça moin mangé, moin pas ba
ou ? Ȏpi i p n-ne deux pieds i en
cou ï. Malgré 70 ans-i là, i rivé à case li
avant ti bonhomme là. I défoncé la pôte
li évec en seul coup de tête, épi i tombé
l’état. Cé voisins qui vini poté-ï sucou.
    Pè John toujou raconté, cou-i assou
en billot ; qui-i ka assuré en moune qui-i
ten-ne bon Dieu épi diable té ka partagé
les mô et si-i paté couri ité ké séparé
parmi.
                          TI-POPO.



                                                               82
                         Le Clairon (1939-…)


         ***

Lire dans N° de demain

   Le bon Zizime
     Conte créole




                                         83
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 169, mardi 5 mars 1940



CONTE CREOLE


LE BON ZIZIME

… En matière de femme le plus
adroit n’est qu’un écolier…

   Onézime est un bon amri. C’est un
homme robuste qui aime sa femme.
Fifine lui rend bien son amour, mais elle
a un amant beau comme l’azur, dont
elle ne peut se passer.

   Pour vivre plus tranquille, pour
savourer davantage le bonheur, Fifine
décida que son cher Victorius, déguisé
en jeune fille se ferait passer pour
sa cousine Victorine.

   L’accoutrement féminin lui sied à
merveille, c’est une vraie jeune fille, et
Zizime ne se lasse pas d’admirer un si
fin minois. Pour une cousine de la
campagne elle est vraiment charmante ;
Victorine est réservée. Onézime enthou
siaste. Il insiste pour que Victorine
passe quelques jours à la maison. Elle finit
par céder…

   Depuis six jours, nos amants ont mis
à profit les absences de Zime.

   Pourtant, c’est aujourd’hui dimanche,
la maîtresse de maison doit aller aux
provisions au bourg. Victorine gardera
la maison.
   C’est drôle. Onézime se sent plus
léger qu’à l’ordinaire. Il est même joyeux.
Augure-t-il d’un bon évènement pour la
journée ?
   Fifine est déjà loin. Onézime tourne
et vire dans sa case et cherche l’occasion
d’assiéger la belle Victorine. Il la comble
d’avances.


                                                               84
                                                Le Clairon (1939-…)


    La jeune fille se dérobe. Onézime
essaye de la saisir. La flamme qui le
consume veut qu’il agisse vite.
    Mais, ô stupeur ! Zizime a blémi et
a laché prise, Victorine s’est sauvée à
toutes jambes.
    Et ce ne sont qu’imprécations,
malédictions, tonnerre de Dieu !
    Une voisine compatissante et éclairée
l’entend dire qu’il tuera sa femme, sa
douce Fifine, Fifine si bonne, si obligeante,
si… fidèle.
    Et voulant éviter un malheur, celle-
ci court sur la route avertir la coupable.
    Fifine pourtant n’est pas démontée.
Elle rentre chez elle comme chaque
dimanche.
    Onézime qui a, toute la journée
ruminé sa vengeance, entend une voix,
celle de sa femme, qui arrive. Fifine est
au paroxysme de la colère. Que lui
est-il arrivé ?
    Sa femme en colère, Onézime se sent
subitement refroidi. Il a oublié son
infortune :
    — Eh bien ! Fifine ça ou ni ? Ça qui
qui rivé ou ?
    — Pas dit moin ayen. Cé an rhonte,
pou nous toutes :
    — Mais dis-moi, ma, Fifine ce qui
t’arrive ?
    — Ah ! c’est honteux ! Ignoble,
vraiment dégoûtant ! moin ka répété-ou…
    — Mais tu ne me dis pas ce qui t’arrive.
    — Ça ki rivé-moin, finit-elle par dire,
c’est un peu fort, inconcevable :
    Figuré ou, ku jôdi - a, toute bagaille
à l’envè ! Dans bouc là, c’est an vrai
calamité : toutes fen-mes, tounin nhonmes
et toute nhonmes vini… fen-me !
    Chutt ! chutt ! ma chè, ne crie pas,
trop fort, souffle Zizime : Victorine
cousine ou-à, kon ça !
    — Ça vrai, han ?...
    — Mais oui chérie, moin constaté ça,
pas palé… pa pâlé fô ! voisine-là, kaille
ten-ne !...

            (DU FOULARD CRÉOLE.)




                                                                85
                                    Le Clairon (1939-…)


           ***

Lire dans dans notre N° de demain

   En diable parmi nous !
       Histoire créole vécue




                                                    86
                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 170, mercredi 6 mars 1940

Histoire créole vécue


En diable parmi nous !

   En temps St-Pierre té St-Pierre,
douze can-marades enten-ne yo pou yo
fait en coup « diable mardi gras ». Mé yo
pas té lé pèson-ne té con-naîte zafè yo,
pas min-me madan-me yo. En souè, yo
allé réuni yo assou en pont pou yo té
prend les dernières dispositions. Là yo
dit coument chaque moune té doué
habillé, qui signe chacun té pou fè, qui
côté pou té acheté habiment-a. Quant yo
prend toute disposition yo, yo pâti épi yo
prend rendez vous pour mardi gras à
minuit moins le quart, pou yo té ru-
trouvé yo, min-me côté-à. De là, yo
té ké pati en ville tous les douze, allé fait
un peu moune peû.

    Pendant yo té ka causé-a, yo pas té
rouè en bas pont-a té ni en nhomme.
I pas pède en mot dans conversation-a.
I metté en tête-li du fè coup diable-
li aussi. I dit i ka réservé en surprise
pou cé messieu-a.

   I allé acheté, dans cé min-me maga-
sin-a toute ça cé lé zote-là té ké mété
assou yo, ça fait qui i té pareil épi yo.

   Mardi gras à minuit moins le quart,
pendant toute cé diable-là rencontré yo
assou pont-a, deux dèniers rivés-a té
deux frès. Yo té habillé min-me côté.
Quand yo rivé, yonne dit tout douce-
ment ba lote frè-a : « Ou pas rumar-
qué nous à treize au lieu du douze ».
Frè-a ka répon-ne li : « Mon chè moin
ka couè cé moin qui té ka rouè mal.
Dépi temps-a moin lasse compter, toute
man-niè moin ka trouvé treize… »

   Plus pitit frè-a qui té plus capon
rété i dit : « Messié qui ça qui ka rivé


                                                                87
                                               Le Clairon (1939-…)


nous-a ? Zotte pas ka rouè nous treize ?
Moin té ja save épi zafè diable zote-là
en malheû té ké rivé… Eh bin mi en
diable pou toute bon parmi nous.
Douze nhommes causé en sucret ; chaque
moune acheté ça qui té faut – ï en
sucret. En treizième moune pas cé pé con-
naîte ça ».

   Alors chaque diable, yonne ka gadé
lote sans palé. Plus yo gadé moinsse
yo rouè. Yo toute habillé min-me man-
niè-a.
   Yonne qui té ni cœu encô plus
coûte, dit : « Messieu, moin pas a dan.
Débouillé cô zôte épi diable-là. Epi i pésé.
   Allé ! toute les zotes metté dèiè-ï
La fumée ka poté yo, chacun pendant
i ka couri ka mandé en cœu-ï : « Est-ce
cé pas le diable en personne » qui ka
couri à coté moin-a ? Aloss i couri encô
plus fô. En passant, ta qui ka entré
serré dans en corridô, ta qui ka dé-
foncé chambre gaçon-ï pou entrer.

    Mé, par contre, ni yonne qui té tel-
lement peû, la pôte li té fèmin, madan-
me-li en profond sommeil, i défoncé en
funêtre sans prend vent, épi i entré.
Quand i rivé en chambe-li. Madan-me
li coumencé crié : »En moué, en moué,
en diable en case-là ! » Mé mari-a telle-
ment émotionné, i peu pas palé pou
dit-ï : Cé en tel qui là.
    Cé quand toute voisinage entré, épi
yo té ka metté yo en manoeuvre » pou tué
diable, nhomme-là prend courage-li à
deux mains épi i tiré masque-là.
    Alors i raconté coument en treiziè-
me diable trouvé-ï parmi yo.
    En min-me coup-a yo té dégoûté à
tout jamais du couri masque.

            ***

      Lire dans notre N° de demain

Toute joué, cé joué… et
ren-ne service ka baille mal dos…
            Conte créole


                                                               88
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 172, vendredi 8 mars 1940


CONTE CREOLE


I pa ni rucette-là

    Maître Précius té ka pati chaque jou
épi pan-nier ï en bas bras î pou la provi-
sion. I té ni en fem-ne gros con en
matron-ne, épi nouè con en clarinette
neuf, qui té ka conduit nhomme li con i
té lé.
    En jou yo té ka ruçuvrè moune à
manger, fem-me là dit ba Précuis « ou
ten-ne, rouvè zoreille-ou bien, pas blier
saucisson a. » Précius répon-ne : « oui
Doudou ». Epi i pati, raide con en
Zoban, pan-nier-i pas ka quitté-ï en pas.
    Rivé marché premier bagaille i fait.
cé informé éti i ké trouvé saucison.
En can-marade dit ï : « Allez caille man
Théragène assou La Levée, cé là qui ni ça
qui bon. Si ta-i la fini, allé caille Houelle-
mont, vis-à-vis l’imprimerie « Le Clairon »,
Mon bougre content con en bossu qui
pède bosse-li. i dit can-marade là accom-
pagné-ï La Levée. Quand i rivé caille
man Théragène, avant i mandé saucisson,
i coumencé pas prend en bon « foulibard ».
Après, i acheté saucisson-à, mé, avant i
sôti, i mandé rucette là pou mangé i là.
Marchande-là prend en papier, i maqué
deux ou trois phrases assou-i, épi i dit
Précius, « Mussieu mi, serrez-i bien pou-
ou pas pède li. » Précius, répon-ne :
Cé pou ça ou peû a ? Gadé là moin ka
fourré-ï, dans pote-feuille moins ».
    Au moment Précius ka sôti, i ka
rencontré en vieux frè d'enfance, Emma-
nuel dit : Mano Bœuf.
    Pou fêté rencontre-là, yo allé prend
en ti « dix heu » à caille Nono en ti
privé très renommé. Précius pou « feu » i
té ja ni en tête li, pas té roue en chien qui
té ka suive li tout patou i passé. I entré
en dènier coté épi i posé pan-nier-i là
déhô. Li épi Mano-Bœuf prend en pre-


                                                                 89
                                                Le Clairon (1939-…)


mier, en sugond ; enfin yo té assou
huitième feu yo, quand yo ten-ne en
moune ka crié : « Mi... mi.. mesan-mi...
Attention mussieu, saucisson-a qui en
pan-nier-a pas ta ou ?
    Précius — Mé oui, cé ta moins. Après ?
    Muone la —En chien fouté li can épi-ï
    Précius (i dumi ababa — Quitté-ï aller,
moin ké roué coument i ké fait mangé ï.
    Mano-Bœuf— Y foucan épi-i pou
toute bon.
    Précius — Quitté i fait ti zafè-ï ; gadé
pou rouè si i pas ké rappoté ï, Cé moin
qui ni rucette là.
    A force aten-ne épi bouè « péta »,
Précius, l'agent fini, i décidé-i à rentrer
bô caille pou i peu raconté madan-me li
ça qui ni.
    Quand i rivé tout près bö caille li,
i rencontrer en mulet a dan en paturage.
I dit « mi za fè moin ! » Toujou sous
l'effet des « feux » i couè qui i ka rouè
saucisson ï la en bas mulet a. I crié ba
Mano-Bœuf : « Ça moin té dit-ou, moin
té dit ou i té ké rappoté i ? Gadé éti i pen-
ne li bas moin. Précius en ni prend
couteau-i épi i tiré partie-a qui té ka
pen-ne en bas mulet a.
    Moin pas save coument fen-me li
ruçuvré i, ni coument i démélé cô i épi
saucisson a.

                GROS LERRON.


                ***

      Lire dans notre N° de demain :

            Un FOU
        Histoire du bon vieux temps.




                                                                90
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 173, samedi 9 mars 1940


Contes et récits du bon vieux temps de St-Pierre


UN FOU

   Le fou CARLIN était le bouffon de
St-Pierre, au bon vieux temps. Vété-
ran de la mémorable « équipée » du
Mexique en 1868, à laquelle, en qualité
de « zouave », il avait participé comme
bon nombre d’autres Antillais, il avait
rapporté du siège de Puébla, le « coup
de bambou » qui le faisait déménager
de la « cafétière ».
   Mais sa folie était douce, et même
amusante, si l’on nous permet.
   Il se croyait un grand général, un
« foudre de guerre ». Pour soutenir
« son prestige ». il s’enrubanait de toutes
sortes d’oripeaux de couleurs voyantes,
se casquait d’un bicorne fantastique en
plumes et poils. Une impressionnante
batterie de vieilles casseroles, une col-
lection d’informes plats à barbe en fer
blanc, étaient ses décorations.
   Voyez-le sur la Place du Marché,
son champs de bataille. il commande à un
escadron (imaginaire). Il chevauche le
plus fringant coursier ayant jamais
brouté l’herbe des pampas, (un manche
à balai). Dressé sur ses étriers (inexis-
tants), comme un coq sur ses ergots,
le « général » ? Tonitrue d’une voix
terrible :
   — C’est moi Carlin qui ka cô-ô-man-dé
« L’ennemi » ( ?) forme un cercle, à
distance respectueuse. Gosses morveux,
« sans pitié » ! D’une seule voix, ils
injurient le général :
   — Carlin ! Voleû cochon !
   Et de s’enfuir.
Alors commence une gamopade éper-
due, sans fin, à travers ruelles et car-
refours ; Le « cheval – bâton » fait mer-
veille ; il rue, petarade, virevolte, prend
le mort au dent, renverse son cavalier,


                                                                   91
                                               Le Clairon (1939-…)


repart de plus belle.
    Les grandes grandes personnes s’amusent…
comme des fous et, la marmaille de re-
prendre en choeuf l’insulte :
    — Carlin ! Voleû cochon !
    Nouvelle course effrénée. Toute la
ferblanterie dont son corps était bardé
entre en danse, et ce « glin-glin » dèso-
pilant fait hurler les chiens, fuir les
chats, rechauffe et ranime l’ardeur de
l’inenarrable « don quichotte »…
    Amusette de fou, diront certains,
dédaigneusement…


                 ***


CONTE CRÉOLE


Bon Dieu toujou plus fô qui diable

    En temps la création, après bon
Dieu couri dèiè diable, diable rouè-i
mèlé, i dit : moin ké viré essayé gadé si
moin peu ruprend puissance moin.
Toute man-niè, bon Dieu plus fô passé
moin, mé cou ta là moin ké mandé ï
en nous fait en ti coute grain-ne dé, moin
ké joué en bouteille du vin épi-ï. Si i
accepté, épi moin gain-gnain-ï, aloss moin
ké peu essayé prend puissance li assou
toute moune.
    I allé trouvé bon Dieu, mé avant
ité vini, bon Dieu té ja save.
    Quand i proposé bon Dieu marché
a, bon Dieu accepté. I dit diable, cou-
mencé.
    Diable voyé trois grain-nes dé-a épi
i crié 18. En effet cé té 18. Là i cou-
mencé batte lan main-ï. I fou, à fôce i
content, i ka crié : « Jôdi ta là, mi cé
moin qui maîte. Si ou fait 18 après
moin, mon gain-gnain quand min-me.
Cé tout ça ou peu fait. Dans en jeu
grain-nes dés pas ni plusse qui 18. »
    Bon Dieu dit : Bas moin cé dés-a,
épi i soufflé en lan man-i, épi i voyé yo,


                                                               92
                                            Le Clairon (1939-…)


en disant : « Mi 19 » Diable dit non,
non… ou pas gain-gnain, rujoué. Quand
bon Dieu rujoué, i dit diable : « 19
encô, comptez. » Toute man-niè diable
compter, i ka trouvé 19. I reté, i gadé
bon Dieu, épi i dit ï : « Eh bé, bon Dieu
pou en bouteille du vin ou ka prend la
pein-ne fait en miracle ! Cé pourquoi bon
Dieu toujou plus fô passé diable.




                                                            93
                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 174 et 175, lundi 11 mars 1940


Histoire créole


Incident Badger – Lamy

   En temps ta là, Jules F… té
mè la ville et Badger, conseiller muni-
cipal, représentant Balata. Jules F… té
bon Administrateu mé i pas té ni en
pile instruction. Badger, li, té bon
dompteu chuval, mé, très cireû.

   En fois, mè-a invité Gouverneu-a
assister en réunion conseil municipal.
A cet effet, Jules F… fait can-marade li
Lamy préparer en bel ti discours récep-
tion ba-ï, pou-i té prononcer douvant
Gouverneu-a.

   Grand jou-a rivé. Quand Gouver-
neu-a entré, après la Marseillaise, Mussié
li mè coumencé :

  Monsieur le Gouverneur
  Messieurs les conseillers
  et chers collègues,
  Citouyens

   J’ai le grand honneur de prendre
la parole pour dire à M. le Gouverneur,
le bonheur et la joie que nous éprou-
vons en ce jour, et avec quelle fierté,
nous lui adressons l’expression de notre
gratitude pour les multiples services
qu’il a rendus déjà à la Commune, avec
un esprit de justice et d’impartialité…

   Badger. — Roï !... Roï… Mi Francé
en bas la peau moune. Missié li-mè étï
ou tiré Francé ta là ? Ça cé en Francé
neuf ?...

   Le Maire. — Oui, M. le Gouverneur,
j’avais projeté de m’arrêter là. Cela
m’est impossible, surtout en présence
du souvenir, marquant aussi tout l’inté-


                                                                94
                                            Le Clairon (1939-…)


rêt que vous portez à la vaillante…

  Badger. — En nous !... En nous !...
Fourrez Francé ba-ï, foute !...

   Le Maire. — Monsieur le Gouver-
neur, fidèle interprête de la population
dont je suis le représentant officiel, je
suis chargé de vous…

   Badger. — Fourrez ça ba-ï ! Compè
pas peu fourrez ça !

   Lamy (impatienté). — Badger mon
chè, ou coumencé vini ti tac trop cireû.

   Le Maire. — Moin en-merdé épi-ï.
   Une voix. — Fouté-ï dérô !...

  Allez ! combat pété, toute moune
dans bois kon Géra, jusse Gouverneu…

    Le lendemain cartel échangé entre
Badger épi Lamy. Comme Gouverneu-a
té an vaillant nhomme, i rangé ça épi
i fini par mété yo d’accord.

                                 F.

                (à suivre)




                                                            95
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 176, mardi 12 mars 1940


Histoire créole


Incident Badger – Lamy
                  (Fin)

            « L’œil du maître »

    Deux après incident-a, Badger
baptisé dénié iche-li.
    I invité toute can-marade-li ; Lami
aussi, passe gens longtemps pas té ka
gadé rancune. Badger té toujou ni deux
belles chuval. Cé toute ça zyeux té pé
rouè. L’huile té ka coulé assous yo ;
Quand i té ka descen-ne en ville épi
i té coumencé fait yo piaffé, moune pas
té ka resté dans la rue, pas minme gen-
darmes, puisse Badger té conseiller.
    Pendant yo à table, yo ka palé
rien qui du chuval Badger. Lamy dit :
« C’est bien le cas du dire ; l’œil du
maître engraisse les chevaux ».
    Badger qui té couè i tellement malin
pas té mandé explications. Comme i té
ni deux nuveux-ï à table aussi, i gadé
yo épi i dit yo : « Zotte ten-ne, » yo ré-
pon-ne : « Oui tonton ».
    Le lendemain matin dépi cinq heû,
Badger lévé cé ti gaçon-a. I dit yo :
« Moin ni deux bom-mes kérosine, lavé
yo bien prope, nous ké descen-ne en
ville acheter min-me deux cent francs
« l’œil du maître », fauque toute moune
bavé assou cé bêtes-là.
    Badger jambé chuval li, deux ti
gaçons dèiè-ï épi bom-me yo. I allé la
pharmacie Dufougeray mandé deux
cents francs « l’œil du maître » Comme
Badger té maître duelliste. Dufougeray
pas té lé ni affè épi-ï. I fait-ï entrer, i
ba-ï en bon punch épi i dit-ï :
« Toute l’œil du maître » moin té ni, fini »
I rumonté chuval-li, i mété ï à Case
Laval. I mandé min-me bagage-là. Laval
fait-ï minme réponse qui Dufougeray.


                                                               96
                                              Le Clairon (1939-…)


I baille aloss côté Sylvestre qui té
maîte Duelliste aussi, qui pas té peu-ï.
Mé, en moment-a i té trois heû l’après-
midi : cé ti gaçon-a pas té cô mangé, yo
faim comme toute bête ; chuval-là minme
enragé. Quand i mandé Sylvestre « l’œil
du maître », Sylvestre dit-ï : « Mon
chè ou cé en imbécile ». Aloss i expliqué-ï
ça ça veut dit « L’œil du maître en-
graisse les chevaux ». Badger rucon-
naîte qui i té réellement en imbécile. I
baille démission-ï comme conseiller mu-
nicipal.
   Mi con ça jules F… réussi débar-
rassé-ï du Badger.
                             F.

             ***

   Lire dans notre N° de demain :

         En chef menteù

             Conte créole




                                                              97
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 177, mercredi 13 mars 1940


CONTE CRÉOLE


En chef menteu…

    En papa té ni en iche qui té ka
appren-ne l’école con pas ni, cé té en
flambeau.
    Quand i coumencé grandi, papa-a
crié manman-ï épi i dit-ï : « Julina,
faudré nous rouè ça nous ka fait évec
ti bonhomme-là. L’école, i ja trop fò.
Ti bonhon-me ka répon-ne en vitesse :
« Mé papa, ou pas busion tracassé cô-
ou pou moin. Moin lé vini en chef
menteû »
    Le papa. — Coument mon fi, chef
menteû ?
    Le fils. — Oui papa.
    Papa. — Julina, ti bonhomme – là
fou. Ten-ne ça ï ka dit. Dès dumain
matin moin ka conduit-ï ba compè
moin Ti – Paul qui ka resté Basse –
Pointe.
    A cinq heû du matin, papa épi
iche metté yo en route. Quand yo rivé
la riviè St-Jacques, papa-a tiré souliers-ï
épi i fait ti bonhomme monté assou
dos-ï à califourchon pou yo passé la
riviè.
    Quand yo rivé au milieu la riviè-a,
jeune nhomme là crié : « Papa atten-ne
ti boin, moin pilé en poisson. »
    Papa. — Mé, mon fi, coument ou
cé peu fait piler en poisson, puisque
ou en lè dos moin ?
    Le fils. — Papa, moin dit ou moin
pilé en poisson et si nous pas fait vite i
ké chappé, passe i ka fait saut, i lé glissé
en bas pied moin.
    Papa. — Mon fi, ou ja trop fô en
nous viré. Si pou coumencé, ou ja con
ça, en nous fini épi plaisi-a.
    Le fils. — Quand, papa moin té ka
dit ou moin té lé fait en chef menteu
ou ka couè cé té bétise moin té ka dit ou ?


                                                               98
                                         Le Clairon (1939-…)


  Papa. — Mussieu, moin ja dit ou
moin fini épi ça. Moin ka respecté-ou.
En nous allé, ça ou fait ou fait…

           ***

  Lire dans notre N° de demain :

     Les inconvénients
     « de l’union libre »
     ou un testament posthume

           Histoire vécue




                                                         99
                                               Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 178, jeudi 14 mars 1940


Histoire vécue


Les inconvénients
« de l’union libre »
ou un testament posthume

    Ste-Marie té ni en mulâtre dans la
cinquantaine yo té ka appelé Loulou
qui té en ménage épi en fi dénommé
Titine. Yo té ni pou voisin en cordon-
nier, Julot Valauboeuf, vieux mulâtre
malhéré, qui té ni en ti boute té ka bor-
né épi habitation yo.
    Loulou té en grand travailleû, éco-
nome, bon papa, bon mari, malheureu-
reusement i té ni en grand défaut. I
pas té jan-main lé ba iche li poté nom-ï,
ni non plus maillé.
    Cété préjugé toute Gros mulâtre
longtemps. Yo té ka vive toute la vie
yo epi en fi yo ain-min, surtout quand
i té ni zenfants épi yo, mé yo pas té
ka maillé.
    Loulou té ka possédé deux grands
bitations : « La camion », ça i té assou-ï
la, épi « La Poule », un peu plus loin,
en trentaine bœufs, moutons, cabrits,
sans compter en sicri. Bô caille té ni
cochons, poules, etc… en quantité.
    En jou, Loulou tombé malade.
Avant yo ni temps fait crié médecin, ni
labbé, i mô. Quand Titite rouè ça, i
dit : « Mon Dieu, ça moin ka divini épi
quatre iches moin-a ? Loulou mô, cé
zenfants-a pas ka pôté nom-ï. Aloss
toute travaille moin traville-là cé pou
ayen ».
    En l’idée passé en tête li, i songé
vieux cordonnier-a té là. I allé
trouvé-ï épi i dit-ï : « Mussieu Julot, est-
ce ou cé lé ren-ne moin en ti service ?
Ou pas ké pède. Loulou finit mô. I pas
laisse ayen pou moin épi cé ti man-


                                                              100
                                                Le Clairon (1939-…)


maille-la. Si ou lé métté-ou à la place li,
ou ké fait rôle ka mô, pendant temps-a
moin ka fait crié Maîte Abraham, notai.
Ou ké dit-ï, quand i rivé , ou ka senti
ou ké mô, ou lé laissé tout ça ou ni
pou moin épi cé zenfant-a. Quand moin
ké fini épi zafè l’enterrement, moin
ké ba-ou en ti môceau tè, en bon ti case
pou ou vive. »
    Julot répon-ne : « Ma comè fait vite,
pas occupé-ou. Zafè ou ké faite. »
    En effet…
    Pendant en moune couri chèché Me
Abraham, yo enveloppé Loulou dans en
drap épi yo pôté-ï dans en ôte chan-me.
    Julot trouvé cô-I un peu soif, i vidé
ti tac léthè assou tête li, épi i couché en
place Loulou-a, ka atten-ne.
Quand i ten-ne, Maîte Abraham rivé,
i fait en l’état prend-ï. Titine qui couè
zafè-ï tellement belle, ka couri, i ka crié :
« Maîte, fait vite souplé. Loulou ja
lasse atten-ne ou. I peu passer en mo-
ment à l’ôte ». Maîte Abraham entré,
—Mussieu Loulou ou fait appeler moin
pou fait testament-ou ?

  Julot. — Ou…i…i…i…, Maî…te, mé…,
moi… faible… tellement…

   Maîte Abraham .— Enfin, essayons…,
Palé, moin ka écrit…

    Julot.— Moin ka quitté tout ça moin
ni ba… vieux cordonnier-a, yo ka crié
Julot Valenbœt-là, qui ka reste en vieux
ti caille-la, tout pres-a, pace i ren-ne
moin en pile service.. moin ka quitté
pou-ï : « La Poule », « La Camoin »
« La sicri » épi toutes bêtes qui assou
yo, sauf en man-man cochon épi piti-ï,
qui douvant la pôte là, moin ka réserve
pou Titine. »
    Titine bondi, i sauté, i maté, i viré,
mé, i peu pas dit ayen douvant notai-a, i
peû la geôle.
    Quand Julot signé, toute bagaille
fini, notai-a pâti, Titine presse pou touffe
ka dit ba Julot : « Mé ça ou fait-a ? Cé pas
con ça mon ami. » Julot répon-ne :


                                                               101
                                            Le Clairon (1939-…)


« Ma coumè pas occupé-ou. Toute ba-
gaille cé ta-ou après l’enterrement. »

   Quand trois jou après l’enterre-
ment Me Abraham réalisé succession-a,
Julot prend tout ça qui té ni, i chassé
Titine épi iche li. Titine pas té peu dit
ayen, i té prend fè plusse qui man Igène.

   Après coup ta-là, moin couè mou-
ne qui pas maillé ké réfléchi… épi yo ké
prend précaution yo.

             ***

  Lire dans notre N° de demain :

            Mariage
         Soleil épi la Lune
             CONTE CRÉOLE




                                                           102
                                             Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 179, vendredi 15 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Mariage Soleil épi la Lune
    C’été l’époque en grand mission. Cé
l’abbé-a té ka maillé toute moune pou
ayen épi yo té ka ba yo en alliancé pou
cado. Tous les jous té ni en douzain-ne
mariage dans chaque commune.
    Soleil qui ka lévé tous lé jou, té ka
rouè ça. Côme i pas té maillé, i té ja-
lou. I dit : faut moin maillé aussi.
    Aloss i allé trouvé bon Dié, i dit ï :
« Mon Dié, faut moin maillé, trouvé
en fiancée ba moin ».
    Bon Dié répon-ne li : « Coument
Soleil, moin té toujou compren-ne ou
té en gaçon sérieu, mi ou lé fait con lé
zotte, ou ka mandé maillé. »
    Soleil. — Faut moin maillé, bon Dié,
moin pas ça resté seul vieux gaçon, Ça
trop laide, yo ké jugé moin mal, moin
coumencé vini vieu.
    Bon Dié. — Réfléchi quinze jous,
Soleil, épi si ou toujou décidé vini
trouvé moin, moin ké gadé ça moin
ké peu fè pou-ou.
    Quand té ni dix jous, Soleil pas té
peu quimbé encô, tellement ça té chaud
en cô ï, i viré trouvé bon Dié, i dit-ï :
« Moin peu pas atten-ne plus longtemps
faut moin maillé tout suite ou bien
moin ké vini fou !
    Aloss bon Dié qui pas té lé pède
Soleil, pace i ni busoin-ï pou clairé la
tè, maillé-ï épi la Lune.
    Jou mariage-là, yo fait tellement la
noce qui té ni éclipse soleil en même
temps ku éclipse la lune, ça yo pas té
jan-min roue.
    Trois mois après Soleil viré trouvé
Bon Dié, i dit-ï : « Bon Dié, qui qualité
fan-me ou ba moin-a ? Chaque fois
moin ka couché, i ka lèvé ; chaque fois
moin ka lévé i ka couché. Tous les


                                                            103
                                              Le Clairon (1939-…)


sumain-nes, i ka changé de quartier et
tous les mois i ka vini plein-ne. Pas ni
moyen quimbé plus longtemps épi en
fan-me con ça.
    Bon Dié compren-ne douleû Soleil,
pou en seul fois i permette divorce,
sans quoi Soleil té ké fè en malheu épi
la lune et cé nous toute qui té ké
payé ça. Ou ka ouè si gendame té ké
metté Soleil la geôle, ça nous té ké fait ?
    Mé Soleil té corrigé pou toute la
vi-ï, i pas jan-main envie maillé encô.
Cé pou ça nous engagé, si-ï mô, i pas
ni pièce iche pou remplacé-ï

                             GY. ESSE.

          ***

   Lire dans notre N° demain !

         Apprenti
    plus fo qui Maître




                                                             104
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 180, samedi 16 mars 1940


CONTES CRÉOLES


Apprenti plus fô qui Maître
                           I

    Té ni en cordonnier qui té ré-
puté pou fainéantise li. Toute apprenti
i ké ka prend cé té pou té fait travail
li ba-ï, et aussi pou yo té fè toutes zaffè-ï.
ba-ï. Inutile du dit ku pièce apprenti
pas té ka resté épi-ï.
    En jou i tombé assou en bec de
gaz. I embauché en apprenti, mé quand
i rumarqué qui apprenti-a faignant te-
lement, i dit-ï : « Mon fi, ni en pied
prune en jardin-a, nous ké allé couché
en ba-ï, épi nous ke atten-ne prune
tombé, pou nous peu manger. Défen-
ne mangé ayen à part ça, passe ou
peu pas faignant passé moin. »
    Premier jou-a, en prune tombé
en bouche patron-a, mé pièce pas tom-
bé en bouche apprenti-a. Toutes ka
tombé à côté-ï. Ce bougre là faingnant
tellement qui toutes prunes-là à tè-a
mé yo pas peu fait en effort pour ran-
masser yo. Yo viré encô le lendemain.
Enfin en prune fini pas tomber en
bouche apprenti-a. I crié : « Patron,
mi yonne entré en bouche moin, vini
fait machouè moin maché ba moin. »
    Patron-a sauté en lè, i dit : « Ah !
non foute, si ou faignant passé moin,
moin qui compren-ne cé té moin qui
té plus faignant assous la tè, eh bien cé
tiré l’échelle. Disparaître douvant moin ».
____________________________________

Bon Dié toujou plus fô qui diable
                     II

  Après zafè grain-ne dé-a, diable dit
Bon Dié en nous fait en combat l’épée.


                                                                105
                                           Le Clairon (1939-…)


    Bon Dié accepté. I ba diable en
piquette acra, i min-me prend en grand
fouche épi i min-nin diable dans en
grand chan-me. Toute man-niè bon Dié
té ka kimbé diable à distance.
    Aloss diable dit-ï : « En nous
bocanté zame. Bon Dié dit oui. I min-nin
diable dans en pitit chan-me, éti
diable pas té peu manœuvré grand
fouche-là i té ni-a. A chaque coup cé
li qui té toujou piqué.
    Ah ! Bon Dié ! ou plus fô jôdi-a,
mé moin ké join-ne-ou plus tâ… Epi
i plongé dans les ténèbres…
    Donc, cé bien lu cas du dit : « Bon
Dié toujou plus fô ku diable ».

           ***

  Lire dans notre N° de demain !

      Chinois maîte
     pou fè con-mece
         Conte créole




                                                          106
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 181 et 182, lundi 18 mars 1940

CONTE CRÉOLE


Chinois maître pou fè con-mèce

   En temps moin té mamiton à bô
« Fulton », évec capitain-ne Dalmassy,
en aventure extraordinaire rivé nous.
   En mitan lan mè Pacifique-là, ba-
teau-a resté fapp. Baff, en requin gro-
seu en la baleine-ne lévé en bas nous,
presse pou chalvirer bateau-a. Capi-
tain-ne Dalmas-y, rouè réquin a si gros, i
pensé qui i té ka valé bateau-ï là. Aloss
i coummandé : « Vite, marche arrière
toute ! deux matelots dans la cale !!!! ! »
   Quand cé matelots-a rivé, capitain-
ne là dit yo :
   « Voyé deux baris du vin dans
d’l’eau-a pou soulé monce-là ba moin ».
Réquin-a fait fioupe, i vallé ça.

    Quand capitaine-ne la rouè bête – là
enragéé con en congre, i dit : « Zen-
fants voyé deux baris tête cochon »
c’été plus mal. L’appétit bète – là lévé.
Capitain-ne Dalmassy coumencé gratté
tète li, vivres li ka fini. Desespéré, i dit :
Voyé encô en fût lan morue. Fioupe.
bète là entré-ï. Quand i fini vidé bateau
a, i ka roué réquin-a encô plus faim, cé
toute moune à bô ï lé mangé ; Désolé, i
ka tounin viré kon en nhomme qui ni
pou mangé en plat kip-kipp épi en
déssè tounin viré.

   En l’heû, i rouè en fen-me enceinte
assous dènié moment-ï ka causé épi en
matelot, i jeté tous les deux en d’l’eau,
en min-me temps qui en chinois que te
ka fumin l’opium, deux yeux-ï a dumi
fèmin. Requin a fait fioupe épi yo.
   Réquin métté-ï à fumin, li aussi,
pendant temps-a matelot qui toujou
débouilla, en tombant trappé en pagaille.
En dudans ventre requin-a matelot mé-
té-ï à goudiller jusse temps yo rivé à tè.


                                                                107
                                               Le Clairon (1939-…)


Ti boin avant requin rive à tè, en pè-
cheu prend-ï.
    Quand yo débité-ï, yo trouvé en du-
dans-ï, fen-me enceinte-là ja accouché,
chinois-a assise assous en bari lan mo-
rue ka découpé tête cochon pou ven-ne
ba matelot-a, épi fen-me là… qui ka
pleuré.
    I ka consolé yo en disant : « Ça zotte
ka embèté cô zôtte, ici très bien mon chè,
tout-pas-tout nous ka vive, tout-patou cé
pays nous. »
    Cé pou nous compren-ne messieurs,
coument chinois vaillant en com-mèce ;
jusse en ventre en réquin i pas ka pède
temps-ï.
    « Fils du soleil » i ka fait con soleil.
Quand ou compren-ne i couché, cé lévé
i lévé.
                               TI POPO.

                  ***

   Lire dans notre N° de demain :

        Anika soldat

            Conte créole




                                                              108
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 183, mardi 19 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Anika soldat
   A la déclaration de guerre, Anika
coumandè ti ban-ne, assou yonne cé
l’habitation du sud là ruçuvrè ordre
d’appel li.
   Quand i rivé la caserne, la chance
pou-ï, i tombé assou en mussieu Jean i
té con-naite qui té caporal. Quand à
l’appel, i crié : Anika ! Anika répon-
ne : éti mussieu Jean. Caporal-là dit-ï
« cé pas Mussieu Jean pou ou ré-
pon-ne, cé présent caporal ».
   Six mois après, enfin cé jou passé-a,
caporal là criè ï épi i dit-ï : « Anika ;
ou save con ou imbécile, tout à l’heû
Lieutenant-a ké passé. I ké mandé-ou
qui nom-ou, ou ké répon-ne : Anika ;
i ké mandé-ou qui l’âge-ou, ou ké répon-ne :
20 ans ; i ké mandé ou si ni
longtemps ou ici-a, ou ké répon-ne :
6 mois ; i ké mandé-ou si ou ka mangé
pois blanc épi pois rouge, ou ké répon-
ne : les deux à la fois. Compris hein ?...
   Anika. — Oui mon caporal.
   Caporal-là pâti. En ti moment après
en can-marade ka crié : Mi Lieutenant-a !
   Garde à vous !
   Toute moune douboute douète.
   Lieutenant-a maché assous Anika
épi i mandé-ï :
   Lieutenant. — Eh bien. jeune sol-
dat, comment vous appelez-vous ?
   Anika. — Anika, coumandè.
   Lieutenant.— Je ne suis pas com-
mandeur. Je suis mon lieutenant. Quel
âge avez-vous ?
   Anika. — Six mois mon lieutenant.
   Lieutenant. — Six mois, et depuis
combien de temps vous êtes ici ?
   Anika. — Vingt ans, mon lieutenant.
   Lieutenant. — Comment, vous me
prenez pour un imbécile ou un con.
   Anika. — Les deux à la fois mon


                                                              109
                                           Le Clairon (1939-…)


lieutenant.
    Le lieutenant.— Tenez, pour imbé-
cilité, vous aurez quinze jours de tôle.
    Anika.— Mé… mé… mon lieutenant,
Anika coumandeû pas jan-main resté en
caille tôle, cé en caille paille…
    Le lieutenant. — Allez rompez…

           ***

  Lire dans notre N° de demain :

Le remède naît parfois
   de l’excès du mal

         Conte créole




                                                          110
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 184, mercredi 20 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Le reméde naît parfois de l’excès du mal
              DIALOGUE
entre un viellard et un jeune homme


   En vieux cô ka crié en jeune n’homme
épi i ka dit-ï
   Jeune homme !...
   Le jeune homme.— Moin pas jeune
homme encô, moin maillé.
   Le vieillard. — Ah ! ou maillé, cé
très bien.
   Le jeune homme. — Pas encô si bien
pisse fen-me moin mô.
   Le vieillard. — Cé en grand mal du
pède en moune ou ain-main.
   Le jeune homme.— Ça pas encô
si mal, en mourant i quitté en gros
bien ba moin.
   Le vieillard. — Ah ! ça cè encô très
bien.
   Le jeune homme. — Ça pas encô
très bien, passe en passant la riviè
Féfè, moin tombé dans d’l’eau, toute
pède.
   Le vieillard. — Cé en cô en grand
dévein-ne pou pède en fortune.
   Le jeune homme. — Cé pas en si
grand dévein-ne, pace en chèchand-ï
moin trouvé en valeu 5 fois plus fô.
Avec ça moin bâti en jolie maison.
   Le vieillard. — Ah ! Ah ! cé encô très
bien par lu temps qui court.
   Le jeune homme. — Cé très, très
mal surtout pou cé temps ta là ?
   Le vieillard. — Ça ou lé dit par là :
surtout par cé temps ta là ?
   Le jeune homme. — Eh bien, bonne
moin ka fait moin dépensé tout ça moin
ni pou i ba moin en ti moceau mangé et
malgré ça moin ka mal mangé I ka fait
moin payé en volant en franc, et quand
moin coumencé babillé i ka dit moin :


                                                           111
                                            Le Clairon (1939-…)


« Missié ou ka crié, ou pôkô min-me
coumencé ka pigé. Cé jou prochain-a cé
2 francs épi 3 francs pou ni en lan
main-ou, si ou envie mangé en volant.
Quant à cé ôtes poissons a, yo pas ké
min-me rouè couleu yo, pace avant i
rivé marché, yo ja pati épi-ï dans sac
charbon, épi dans pan-niers caraïbes…
Jôdi moune ka travaille rien qui pou
manger.
   Le vieillard. Ah ! Ah ! Ah ! cé très
mal, très mal…
   Le jeune homme. — Cé pas très
très mal Au contraire, cé très très bien.
Paceque moin ten-ne dit yo qué prend
des mesures énergiques…
   Le vieillard. — Aloss ! cé très,
très bien.

       MORALITÉ

   Le remède naît parfois de l’excès
du mal.

                             F.

             ***

   Lire dans notre N° de demain :

       UN ŒUF POUR TROIS

             Conte créole




                                                           112
                                             Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 185, jeudi 21 mars 1940


CONTE CRÉOLE


UN ŒUF POUR TROIS

   En jou, en gros capitaliste té lé
fait en gros jeu, i invité en l’abbé, en
soldat, en matelot à passer en jou-née
épi-ï. En certain moment, i déposé en
zeu assou table – là épi i dit : « En
nous fais en pari, ça qui trouvé meilleu
mot-a, concernant zeu-a, ka gaingnain
200 francs.
   Capitaliste-là dit l’abbé-a coumencé ;
l’abbé dit soldat-a coumencé ; soldat-a
dit matelot-a coumencé.
   En fin du compte, l’abbé-a prend
zeu-a épi i tiré en ti môceau en lè-ï en
prononçant en latin : « Découronna-
tusès » (ça qui veut dire i découronné ï).
   Soldat-a dit : « Tiens, moin pas ça
palé latin moin, mé, en nous rouè
quand min-me » I prend zeu-a, i réflé-
chi, épi i dit « Prévus, sélus, » (qui
veut dire poivre, sel)
   Tour matelot-a rivé. I dit soldat-a :
« Jusse rou aussi ka palé latin, aloss
moin ja tout pède ». Quand min-me i
prend courage li à deux mains, i quimbé
zeu-a épi i dit : « Pisse ja ni « décou-
ronnatusès, prévus, selus », moin ka
dit, moin « avalantusès ». Epi i fait
floupe i valé zeu-a.
   I té gaingnain pari-a.

                           TI POPO

            ***

   Lire dans notre prochain N°:

        Un jambon couvé… ?
            Conte créole



                                                            113
                                                                       Le Clairon (1939-…)




                                            ***




                            NOTRE CONCOURS
                                     DE CONTES


RÈGLEMENT                                    condition concerne seulement les lecteurs au
                                             numéro.
    Art. I — Notre concours de contes
est ouvert entre tous nos abonnés et         Art. V — Aucun nom, aucune adres-
lecteurs au numéro, sans distinction de      se, aucune signature ne devra figures
sexe, ni d’âge.                              sur les copies. Celles-ci porteront seu-
    Art. II — Les conditions du concours     lement une devise, et cette devise sera
sont les suivantes : chaque concurrent       répétée sur un bulletin, avec le nom et
devra envoyer deux contes ; a) un écrit      l’adresse de l’expéditeur, enfermé
en français ; b) un en patois créole ;       dans une enveloppe cachettée. Jointe
c) les sujets sont laissés aux choix des     l’envoi. portant la mention : « concours
concurrents mais les péripéties doivent      du Clairon ».
se dérouler aux Antilles, et être entiè-
rement inédites ; d) ces contes doivent           Art. VI — Désignation des prix :
pourvoir être lus par tout le monde :
e) ils ne doivent pas dépasser 1000 mots     Conte en créole        Conte en français
environ ; soit trois quarts à peu            1er prix 150 f                100 frcs
près d’une colonne de notre organe.          2e «      75 f                 60 frcs
    Art. III — Le concours sera clos le      3e «      65 f                 50 frcs
20 avril à 18 heures.
    Art. IV — Chaque envoi devra être            Art. VII — Les manuscrits resteront
dactylographié ou écrit d’une main régu-     la propriété du journal.
lière et lisible. Il sera obligatoirement        Les contes primés seront publiés
accompagné d’au moins « 10 coupons de        dans le mois suivant. Les autres pourront
concours » parus au bas de la page du        être publié au fur et à mesure.
journal dans le mois du concours. Cette          Les décisons du jury seront sans
                                             appel.




                                                                                         114
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 186 et 187, samedi 23 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Un jambon couvé… ?

    Té ni en vieux chabin, tête-li té
longue con en longe. I té ka pôté pain.
yo té baille en ti nom sobriquet : Titiri
débandale, moin vouè vous, ou pas vouè
moin. »
    En jou i entré pôté pain ba man
Virgile, qui té ni grand magasin, ka
ven-ne gros saucisson, gros jambon etc…
Pendant machan-ne là ka ven-ne, man
Virgile min-me ka causé épi en amie,
Titiri profité pou i glissé en jambon en
chumise-li. Quand machan-ne là vini
compter pain-a épi Titiri, i ka rouè en
ti code ka pen-ne douvant ï. Aloss i
dit-ï : « Mé, Titiri, qui ti code cirée ça
ou ni ka pen-ne douvant-ou là ?
    Titiri. — Chain-ne montre moin,
pardi !
    Machan-ne là. — Mé, pouqui i ciré
con ça ?
    Titiri. — A fôce moin touché-ï
parbleu !
    Man Virgile. — Titiri, ou lé foute
tiré jambon moin-a ou fourré en chu-
mise ou a ? Voleu… !
    Titiri. — Allons, madame pas de
plaisanterie… !
    Machan-ne là en ni sauté assou
Titiri épi i tiré en jambon 8 kilo en
bas chumise-li. Titiri tellement surpris
qui i ka dit pou défenne-li :
    « Zotte rouè coument cé ti vaga-
bond-a ka joué épi moin, moin ké cou-
pé boudin yonne. »
    Tititri au tribunal ka souteni, qui
cé cé cé ti bonhommes là qui métté, pen-
dant i té ka dômi en gros zo jambon
en chumise-li, épi la chè poussé assou-ï.
    Président Tribunal là qui té en
nhomme très rigolo crié : »Titiri,
l’homme sommeil, levez vous ! D’après


                                                                115
                                           Le Clairon (1939-…)


l’article 374 du code pénal, le Tribunal
vous condamne à trois moins de prison
pour vous apprendre à couver un
jambon. »
   Titiri répon-ne : mussieu lu juge
cé tillé moin tillé seulement, moin pô
cô min-me joué…
   En effet, i continué ti métier-a si
bien qui, quand en poule té rouè-ï, i ké
ka coumencé suer.
                           TI POPO




                                                          116
                                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 188, 189 et 190, mardi 26 mars 1940


HISTOIRE CRÉOLE VÉCUE


Le sucre d’orge

    Dans hauteu la Riviè-Pilote, plus haut Léman,
en plateau Morne Escape-là, té ni en brave vié cô,
qui té doctè toute moune. I té maire pendant en
temps, ça fè yo té ka mandé-ï conseil, cé té li juge
di paix quartiers-a. Iche-li épi voisins-ï té ka crié-ï :
« Maîte Châle ».
    Tous lé dimanche au souè, en vié voisin-ï, pé
Valmy té ka vini visité-ï. En jou, deux viés bougue-
là, té déjà bien causé ; Maîte Châle ka dit lote-là :
« Eh bien, M. Valmy, nous allons prendre le six
heures, et vous accepterez mon souper ?
    M. Valmy.— Mé, avec plaisi, M. [Losunsku].
    Deux viés cô-a té fini souper, et, Maîte Châle
qui rouè en papier jaune vlopé assou en ti tube
ron-ne comprenne cé té bonbon iche-li té pôté comme
la coutume. I prend papier-a, épi i dit Valmy :
    « Prenez donc un sucre d’orge, M. Valmy. »
Lé deux, sans minme gadé, plongé lan main yo en
papié-a, épi yo tiré en bagaille jaune, épi yo fourré-ï
en bouche yo.
    Yo ka sucé ; yo ka sicé ; yo ka sicé !!! [lompan]
bouche yo ka pété, tellement yo ka apiyé, vein-ne
cou yo ka tode.
    En coup, missié Valmy senti salive-li sec, i crié :
    « Oh ! Missié [Losunsku], le surdorge né pas sur-
creu, i né fon-ne pas !...
    Maîte Châle, soulagé ti brin, i répon-ne : « Mais
c’est vrai. »
    Ida, qui té sôti en bouque, paraître en la pote-là :
    — « Apppa, ça zote ka sucé-a ! Mé cé [brai-a]
ou té dit moin acheté pou violon-ou-a…

            « GROS VESSE » LA LOVINSI.




                                                                           117
                                                           Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 191, mercredi 27 mars 1940


CONTE CRÉOLE


Toute quimbois cé pou en temps

    En jou, en nhomme gros boudin qui té ka resté
« Riviè Mussieu » yo té ka crié Polote li fou,
rouè i pas ni ayen pou fait, dit ba en can-marade
li, Gros Mama, chef zombi « Rivié Mussieu » :
« Fauque nous bouè. fauque nous mangé. Gros Ma-
m en nous fondé en société. Toute cé ouvriers-a
ka crié, yo ka pigé, cé patron-a ka fait toute béné-
fice là, épi yo les pauvres ouvriers, pas ni ayen.
En nous fait yo compren-ne ça, yo toute ka maché.
    Nous ké dit yo, nouvelle loi-a ku la Cham-me
finit voté-a ka dit : « Si ou pas malade pas plain-ne.
Mé, si ou ka pigé, crié ». Aloss, comme yo pas
con-naîte droit yo, yo pas ça crié. Nous ké crié ba-
yo épi toute chefs ké peû nous. Yo ké ba nous ça
nous mandé. Cé nous qui ké mangé, épi zafè cô
« ces bestiaux-a ». Fait en quimbois ba moin pou
nous peu rivé à but nous »
    En effet, yo monté en société, Polote Président,
Gros Mama vice-président. Toute combine – yo
réussi à merveille. Mé, Gros Mama té fait en con-
dition : « Mon chè Polote, moin ka fait zèbe-là ba
ou, mé cé pou deux ans. Après deux ans, ou ké
quitté place Président-a ba moin » Marché conclu…
    Entre temps toute zafè cé deux compè-a ka
maché zéro faute, toute patron content yo, toute
ouvriers aussi.
    Comme deux ans-a té ka échu, Polote dit Gros
Mama : « Frè-a, runouvelé travail là ba moin pou
encô deux ans. » Gros Mama répon-ne « Polote ou
fou, gadé grosseu boudin-ou, les conditions font les
lois. Ou ja fait ta ou, cé moin jôdi pou fait ta moin ».
    Polote pas té lé ten-ne ça.
    Allez, combat pété ; Gros Mama cotué « Zinzin-a. »
Quand Polote rouè ça, i dit i ka tenté en grand coup,
I déclenché en Révolution entre patrons épi ouvriers,
croyant qui cé ouvriers-a té ka ni raison sans motif
du cé patrons-a. Ça cé peu rivé, mé zinzin-a té
ja coupé. Toute ouvriers prend fè… Quand yo
rouè ça, yo coumencé mandé compte. Pace. quand
en coup d’Etat manqué, ça qui fait-ï là cé en
imbécile.


                                                                          118
                                                         Le Clairon (1939-…)


    A la suite du ça toute ouvriers ka plain-ne,
yo ka pigé. Yo mandé en grand réunion pou Polote
expliqué-ï. Jou-a Maîte Polote déclaré :
    « Camarades, ju été troublé par lu méchant qui
délégua l’esprit satanique, esprit diabolique, esprit
démoniaque pou poussé moi dans l’abime. Moi pas
tombé tout entiè, moi ka promette zotte rudressé
moi, mé fauque zotte donné en chance a en égaré
par le zombi. »
    Toute moune crié ensemble : « Polote mon chè
ou fou. » Dôtes voix : Foutez-ï dérô ! yo pon-mète
li engros lagent épi en place chef Cayenne ; Zafè-ï té
ké bien passé ». Polote chappé pas funête, yo pas jan-
main ten-ne palé-ï encô.
    En min-me coup-a, toute Patrons viré chefs, épi
toute ouvriers tombé plus bas.
    Toute quimbois cé pou en temps...




                                                                        119
                                                         Le Clairon (1939-…)




Le Clairon N° 195 et 196, lundi 1er avril 1940


HISTOIRE CRÉOLE


Histoire d'un maîte-cordonnier
       et d'un apprenti

   Un jour un apprenti s'embaucha chez un maître
cordonnier, qui n'avait jusqu'à présent, trouvé
aucun apprenti à sa convenance.
   L'apprenti savait très bien qu'il ne ferait pas
long feu chez ce patron exigeant. Aussi se tint-il sur
ses gardes.
   Le Patron. — Ti Bonhomme ! Allé acheté pou
moin en saucisson en métre, en millimètre, en dé-
camètre et en centimètre.
   L'apprenti. — Oui patron.
   I allé épi i pôté saucisson-a.
   Le Patron. — Apprenti !
   L'apprenti. — Oui maître !
   Le Patron. — Eti saucisson-a moin voyé-ou
chèché ba moin-a ?
   L'apprenti. — Mi li, maître.
   Le patron. — Combien i ka pésé ?
   L'apprenti. — Dé ka, maître
   Le patron. — Est-ce i frais ?
   L'apprenti. — Senti-ï, maitre
   Le patron. — Ti bonhomme ou trop malin, mé
ou ja fô passé moin, tout à l'heû ou ké rivé à
prend fem-me moin dans lan main moin. Mi lagent-
ou épi rouvè !...

                              MATHURIN.




                                                                        120
                                                           Le Clairon (1939-…)


Le Clairon N° 197, mardi 2 avril 1940


HISTOIRE CRÉOLE


Alexandre grand mouvement

    En fois, St-Pierre, pendant passage en bateau
touristes, en ti man-maille té ven-ne pois gratté ba
yonne. Quand touriste-là senti cô-ï ka mangé ï i tombé
dans d’leau, mé, can-marade li-a qui té épi-ï là
passé ti bonhomme là en coute pied.
    Ti bonhomme pâti en pleurant allé chèché papa-ï.
Gros Alexandre, majô au Pô St Pierre. Quand i rivé
i dit : « Papa, en missié ba moin en coute pied assou
quai-a ». Papa-a coumencé fait mouvement, i
troussé deux manches gilet-ï épi i dit : « Mon fi,
en moune ba ou en coute pied ? Coument, i mèiè
pas con-naîte moin ?Rou, iche moin, yo batte ou ! Est-ce
ou peut montrer moin moune là ? »
    Le fils. — Oui papa.
    Papa. — Eh bin en nous décen-ne. Moin ka fouté
insolent-an an gifle, en coute pied, faudré cé la
douane qui allé chèché-ï en lan mè-a.
    Aloss, yo rivé bô quai a ti bonhomme à ka chèché.
En moment i dit en longeant douète-li : « Papa mi
cé gros missié ta là ! »
    Papa-a — Mon fi, baissé douète ou. pé ! pé, pas
palé, mon fi, Méricain oui… ? ou pas connaite
Méricain ?... Ça ou ka allé chèché ba moin-a ?
Lan mô subite oui… Mon fi en nous viré à
caille... épi en nous fini épi ça.




                                                                          121
                                                                           Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 198, mercredi 3 avril 1940




Conte détruit1




   1
    Conte détruit dans l’exemplaire papier que détient la Bibliothèque Schoelcher (Fort-de-
France) à la Martinique.



                                                                                              122
                                                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 199, jeudi 4 avril 1940


Petite blague authentiqu


Quittez !... Quittez !...
Ka fè d’autes2
    Le 16 septembre au soir, en
de grâce 1929, la Montagne Pelée,
licitée, sans doute, par quelque «
mon de midi », jetait feux et flamm

   Les habitants des alentours fuyaien
jambes au cou, par l’ancienne rout
« chemin montant, sablonneux, malaisé »
direction du Carbet.

   Le chinois MEN-FOU coura
perdre haleine dans le morne, suivi
loin par sa femme et ses six enfants
bas âge. Tout ce monde « suait, souffla
était rendu. » Les enfants harassés, re-
fusant d’aller plus loin se couchèrent
par terre. La femme, éplorée, s’adres-
sant à son mari lui crie :

  — Aidé moin !... Cé ti man-maille l
pas ça mâché !...

    Alors, le fils du Ciel, sans se retou
ner, de lancer avec son fatalisme orie
tal :

   — Ma fie !... Pas kon naîte ça ka c
vôcan ? Quittez !... quittez ti man-mai
là !... Si mô, Men-fou ka fè d’autes !




2
 Dans l’original papier, ce conte était présenté sur deux colonnes, mais la fin de la colonne de
gauche et toute la colonne de droite a été détruite dans l’exemplaire que possède la Bibliothèque
Schoelcher à Fort-De-France.


                                                                                               123
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 200, vendredi 5 avril 1940


CONTE CRÉOLE


L’origine de la disertion
des campagnes
ou Sôtie dans cen-ne
pou tomber en du feu


    Té ni deux frè qui té ka vive la
campagne bien tranquillement assou
ti môceau tè yo. Yo té ka travaille sans
ennuis, yo té patron cô yo. Yo pas té
ni instruction, ni éducation, mé yo té
ni au moins en bon sens pou guidé yo
qui té ka fait yo compren-ne qui en con-
tinuant travaille tè yo, yo té ké peu
main-nin en la vie meilleu.
    Yo té ka refléchi assou man-niè
pour améliorer ti situation yo, quand
pou malheu yo, en agent électoral passé.
I fait yo compren-ne qui la ville té
meilleu pou yo, té ka allé mieux à fem-
pérament yo.
    Enfin, en jou, yo décidé à aban-
donner ti môceau tè-a. Yo pâti pou la
ville. La ville ébloui yo, mé pa té guè
ni travail pou yo, sauf man-nœuvre à
bon maché. Yo loué en ti chan-me grand
con en lan main. Quand yo té couché
en didans, deux pieds yo té ka dômi
dérô. Yo té ka mangé « akacouelle »
épi « lozi » caille en machan-ne mangé
bouilli. Toute moune save qui « aka-
couelle » cé pitits poissons frits » et
« lozi » cé marinade farine France
gros grain-nes. Tous les jous machan-ne
là té ka ba yo ti poissons épi pois blanc,
pois blanc épi ti poissons. Zés té ré-
servés pou gens qui té peut payer.
    Plus jeune frè-a té ka passe-ï ti tac
du ça, mé grand frè-a qui té ni l’habi-
tude mangè gros dachine li, gros grain-ne
choux-ï épi gros moceau lan morue-ï,
min-me sans l’huile, coumencé fâché.
En bon jou. probablement en la plain-ne


                                                            124
                                             Le Clairon (1939-…)


lune, quand i rouè cé encô min-me ba-
gaille là qui en lè table là, i lévé fàché
en min-me, i trapé ti frè-ï là pas en
bras épi i dit-ï : « Toujou pouesson frit,
toujou pois blanc !... Ti frè va dans
dans ce cocaille prend dé zé et va me
les dur ». Epi quand nous fini mangé
en nous viré bò caille pace si nous
resté ici plus longtemps leston-mac
nous ké vini leston-me ron-ma ».
   Cé té en très bon conseil, pace toute
moune save qui vivre la campagne
plus bon qui vivre en ville.




                                                            125
                                           Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 201, samedi 6 avril 1940


CONTE CRÉOLE


L’incontentable Guido

    Ni en ti bonhomme yo ka crié
Guido, Grand Martial té ti man maille
à côté-ï pou manger. Tout ça yo cé
peu baille, i pas janmain ni assez.
    Dépi can-nari dressé, man-man-ï
ka crié : « Guido, vini manger » I ka
répon-ne : « Oui manman je suis ka
viendrez ». Mé, manman a té ni ka oblié
cô-ï, i ka trouvé tout ça i metté assou
table là prope co en chaudiè chien
niché. Cé ti frè-ï là ka resté san ayen.
    En fois, manman Guido déposé en
grand faitout rempli patates douces,
moiles, fondantes, succulentes, paré à
dresser, épi i vancé dans boutique tout
près-a prend en ti cinq sous lan morue.
Quand là mè rutourné, i trouvé faitout-
a ka clairé, à fôce i prope. I gadé
Guido, i dit : « Mon fi, cé ven-ne ou
lé moin ven-ne cô moin pou moin
soin-ou ? Coument, éti le restant ça qui
té en faitout-a ? »
    Guido. — Manman, cé le chatte
oui, qui cè lé passé dans son figure.
    La mère. — Menteu ! Ou cé en joli
chatte, rou minme, espèce de vorace,
rapace, tenace, tête calebasse. Mon
cochon, ou ainmain tti patates douces,
moin ké rangé ou.
    Le lendemain manman-a metté en
du feu en can-nari ban-nan-nes cônes
en croyant i té ké prend Guido, mé,
quand mussié rivé, i gadé, i rouè cé
belles ban-nan-neslà, i dit en cœu-ï
« Ah ! manman, ou couè cé du tô uo ka
fait moin. Plus i raide, plus i bon pou
moin. Moin ké prend en plaisi en midi
ta là, pace cé bagaille moin minme ».
    Pendant la mè ka fai en ti tounin
viré, Guido ja fini mangé toutes ban-
nan-nes là. i mangé quatorze plats.


                                                          126
                                         Le Clairon (1939-…)


Quand manman-ï rouè ça i coumencé
babillé. Guido tranquillement dit ï
« An man pas fâché, pendant moin ja
là-a, ba moin, goûté moin, soupé moin,
épi si ni moyen ba moin aussi mangé
la sumain-ne prochain-ne moin.
    Quand manman a ten-ne ça, i trapé
baton-i… Guido pas minme ni temps
déviré dèiè, i évaporé con l’hétè.

                              POPOLO




                                                        127
                                                Le Clairon (1939-…)




Le Clairon, n° 202 et 203, lundi 8 avril 1940


Histoire créole vécue


La conjugaison du verbe
       “bomber”

    Té ni en ti jeune nhomme qui té ka
appren-ne forgeron épi mussieu Edga,
Rivière Pilote. En jou, patron-a voyé-ï
acheté poisson épi fruit à pain. Quand
i rivini, patron-a ka dit-ï :
    Mon fi ou ké ren-ne moin encô
en ti service ».
    L’apprenti. — Qui ça encô, hien
patron ?
    Le Patron. — Eh bin, mon fi ou ké
caillé poisson-a, ou ké lavé la vaisselle là,
ou ké pluché fruit à pain-a, épi ou ké
lumin du feu ba moin.
    L’apprenti. — Mé, patron, est-ce ou
peu ren-ne moin en ti service aussi.
    Le Patron. — Palé vite, mon fi, moin
préssé.
    L’apprenti.— Eh bin patron, con-
juguez ba moin le verbe « Bombé ».
    Le patron. — La ça yé mon fi ?
    L’apprenti. — Là ca yé patron ? Si
ou préféré, conjuguez ba moin le verbe
« prend fè » à tous les temps, cé la
minme chose. Moin pas ka caillé pois-
son, moin pas ka pluché fruit à pain,
moin pas ka lavé zassiettes.
    Apprenti-a en min-me temps fait
vent, i disparaître.




                                                               128
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 204, mardi 9 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Mandé moin l’âge moin,
  pas mandé moin zaffè moin
    Cé jou passé-a, en nhomme vini
commissariat déposé plainte contre fem-
me-li. Agent de police là dit-ï « Avant
toute chose donnez-moi votre déposi-
tion »
    Le bonhomme. — Assuré Missié
« l’argent », moin té ni en fem-me yo
té ka crié Pauline ; bel cô jeune fem-me
créole, surmonté du en belle tète
chouval gendame. Pas té ni longtemps
nous té ensem-me : seulement depi
premier jou-a, nous enten-ne nous-a, i
prend l’habitude entré tâ tous les souè.
Moin suppôté mal moin en patience.
Avant-ziè au souè ça té plus fô ku
moin. Fem-me la rentré à minuit, moin
dit-ï gentiment : « Popo, ma fi, eh bin,
i minuit, éti ou sôti con ça, non ? »
Fem-me là sauté en lè con en tigresse,
i quimin, à fôce i té fâché, épi i ré-
pon-ne moin : »Gadé Missié-a non !
ou pas con-naîte moin, pou ou ka per-
mette ou mandé moin pareille chose ;
moin ka rouè ou ce en innoncent. Au
grand cas moin cé peut permette en
moune mandé moin l’âge moin, mé
mandé moin eti moin sôti ? jan-main…
Mussieu prend paquet-ou pitô, épi
chappé. »
    Moin pas pâti. Lu lendumain au
souè, moin té embèté, moin allé fait en
ti tour la savan-ne ; nouè barré moin,
moin rentré titac tâ ; moin trouve la pôte
fèmin, moin congnin en fois, deux fois,
trois fois, pèson-ne pas répon ne. En
bon l’heû, moin rouè en lumiè, moin
compren-ne Pauline té ka descen-ne
rouvè ba moin, quand subitement moin
ruçuvrè en coup mortel en tète moin ;
moin gade, moin rouè cé malle moin


                                                            129
                                              Le Clairon (1939-…)


Pauline voyé ba moin Deux souliers
neufs moin té fini fait la veille, ba moin-
en tombant, bosse ta là ou ka rouè en
front moin-a.
    Orgueil nhomme poussé moin,
moin pâti sans save là moin ka alle. Fi-
nalement, en cousine moin ba moin
dômi. Lu lendemain, quand moin ka
vérifié malle moin, moin ka constaté qui
Pauline prend giletiè en or aïlleul grand
papa moin té laissé pou ti iche iche moin.
En souvenir précieux, ou ka compren-ne ?
Moin pas save ça fem-me la fait épi-ï. Cé
pou ça moin ka depose plainte contre li.
    L’agent. — C’est entendu. L’affaire
suivra son cours. Mé moin ka ba ou en
ti conseil avant ou pâti : « Après jôdi,
mandé fem me l’âge yo, mé pas janmain
mandé yo zaffè yo, ni éti yo sôti. »
                                C.




                                                             130
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 205, mercredi 10 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Zulmé, majô Bonafond
   douvant la justice

    Le président. — Racontez nous com-
ment cela s’est passé.
    Zulmé. — Mussieu le Président,
moin pati Fort-de-France gam-mé con
yon chef cham-me la prison. L’heu
moin rivé carénage, avant moin prend
yacht trois heu, moin ka dit ba cé
man-maille là : « Madam-me moin
accouché, au souè ta là, moin pas con-
naîte figu pèson-ne ».
    Quand moin rivé à tè Ti – Bouc,
moin ka ten-ne tambou bel-lè a ka roulé :
« ti-pi tap, ta-ou, ta-ou… ta-ou-tout, ta-
ou-tout »… En minme temps moin ka
rouè en majô ka sauté douvant moin,
épi i ka dit moin : « Combat ! Ou cé
majô Bonafon, moin cé majô La Ména,
mettez-ou en parade. » Moin répon-ne
li : « Compè, combat renvoyé. Jôdi
pas jou pou moin. Madan-me moin
accouché, i fait en ti gaçon qui
peut réparer l’honneu moin en
jou. » Nègue-là fait en marro, i pôté en
quioc, moin baissé, moin fait en chassé-
croisé, en minme temps ma première
quioc pôté. Cé té la cie-mangon ; la
deuxième s’en suivit aussi, cé té là
forêt noire ; la troisième, l’homme a été
décomposé, la quatrième l’homme a été
sorti sur la liste des vivants et porté
sur la liste des morts.
    Maintenant, Mussieu le Président, pisse
yo minnin moin douvant-ou, si ou lé
rouè la cinquième quioc fait considéré
ou ka allé dérô, sôti dèïè bureau ou là,
moin ka fait-ou rouè-ï…
    Le Président — Je vous remercie…
    Le Tribunal condamne Zulmé majô
Bonafon à trois mois de prison…


                                                             131
                                          Le Clairon (1939-…)


  Huissier ! Appelez une autre affaire.
                      MATHURIN


            ***


        Participer à
NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créole et Français

      IL NE RESTE
        plus que
        10 jours




                                                         132
                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 206, lundi 11 avril 1940


CONTE CRÉOLE


« Mal d’autrui n’est qu’un songe »
         ou Diranno et Dési-Bouco au Lamentin


   En fois, yo invité Diranno la fête
Lanmantin. Quand i rivé en caleba-
sier dans en ti dansé, i rouè en bel
chabine qui té ni en joli coute soleil
pou-ï. Me, li minme aussi té ni en bel
coute du feu pou chabine-là.
   Quand i bôdé dan-me-là, i mandé-ï
la danse, yo coumandé en la vasse.
Après yo fait deux tours, toute moune
crié : « Bravo Diranno ! Bravo chef
danseu ». Cé du là i coumandé pis-
taches deux jumeaux pou dan-me li.
   Après la danse, dan-me là invité
Diranno à con-naîte caille li. Yo pati.
Pendant yo assise ka causé, la pôte fè-
min, tou à coup, yo ka ten-ne : to…
to… to… !
   Dan-me là. — Ça qui là ?
   — Dési-Bouco…
   En minme temps, la pôte ka défoncé.
Dési-Bouco ka quimbé Diranno au
collet. Diranno ka dit-ï « Dési Bouco
lagué moin ». Dési répon-ne : « Non
foute. Moin ké montré-ou fait nhomme
à caille le ôtes. » Diranno rupren :
« Mè, Dési, ou pas ni compassion
pou an nhomme ka souffri. Laissez
moin allé fait pipi, satraille du sort ».
Ça seulement i dit-a, Dési coumencé
founi-ï coute poing, rien qui en bas
côtes.
   Quand Diranno chappé en bas la n
main Dési, i rouvè zyeux-ï, i rouè i
Carenage. Cé du là i rencontré l’ami
Simper. I metté-ï à renconté-ï ça qui
passé. L’ami Simper ka dit-ï : « Ou
quitté en nhomme fait-ou tout ça ? Ou
pas moune mon chè. » Dirano répon-
ne li : « Ah ! l’ami, ça qui ni du plus



                                                               133
                                             Le Clairon (1939-…)


sérieux, ce du rouè en nhomme couri
con man-man ï fait-ï, lan nuite, dans
en grand chumin, zyeux fèmin.
   L’ami Simper, ou ka palé Français
mé ou pas save ça ou ka dit. Dési,
Bouco pas en seul nhomme, mé cé
mille nhommes. Si moin pas té trouvé
man-niè chappé cô moin, moin mô net.
Ou ka causé causé ou. C’est bien le
cas du dit
   « Mal d’autrui n’est pas qu’un songe ».
                            MATHURIN


               ***


500 francs de Prix
Participez à NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français


IL NE RESTE PLUS QUE NEUF JOURS




                                                            134
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 207, vendredi 12 avril 1940


CONTE CRÉOLE


An “Congo” intelligent

    En temps l’esclavage, en maîte té
ni en esclave qui té fait-ï en mauvais
coup. Ça qui té ka rivini-ï comme pu-
nition cé té la peine de mort. Mé,
maître là té ka considéré-ï en pile pace
i té ti tac plus intelligent qui les autres.
    Yo té ka crié-ï Pierre Cannebois, i
pas té ça, ni li, ni écrit. Maître là ap-
pelé-ï épi i dit-ï : »Pierre, cé la peine
de mort qui ka atten-ne ou, mé comme
ou cé en bon nègue, moin ka grâcié
ou, si ou écrit nom-ou ba moin. Mi la
craie, mi l’encre, mi plume, mi papier.
Débrouillez-ou ».
    Pierre rété là i calculé, i calculé…
En bon moment après i ka crié maitre
là : « Mouché ! (monsieur) Piè gain-
gnain, Piè pas ka mô encô. Piè écrit
nom-ï ».
    Le maître. — Eti nom-a ? Moin pas
ka rouè-ï
    Pierre. — Mi li assou table-là.
    Epi i ka montré maître là en ti
roche, en môceau can-ne, en môceau
bois.
    Pierre. — Maitre, coument yo ka
crié moin ?
    Le maitre. — Pierre Cannebois.
    Pierre. — Eh bin, mi Piè, mi can-
ne, mi bois.
    Le maitre. — Pierre ou cé en malin
moin ka grâcié-ou.
    L’intelligent Africain avait aligné
sur la table, une petite pierre, un morceau
de canne, et un morceau de bois ; ce
qui faisait en effet : Pierre Canne-bois.
                            POLYDOR.


                ***



                                                              135
                                    Le Clairon (1939-…)




500 francs de Prix
Participez à NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français


IL NE RESTE PLUS QUE HUIT JOURS




                                                   136
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 208, samedi 13 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Le « bouillon d’onze heures »
   En temps yo découvè la médecine
té ni en vié couli yo té ka crié
Pikion, insolent con pas ni. Cé té l’hô-
pital i té ka passé temps-ï, ça pas té
ka empèché ï, poutant, jouré toute mou-
ne établissement-a, coummencé assou
médecin pou fini asou infirmier.
   En jou i jouré plusse ku d’habi-
tude, en moune qui té là dit, par plai-
santerie, pou fait-ï peû : « Baillé en
bouillon ronze heû » ; Mé Pikion ten-
ne conversation-a. I dit en cœu-ï :
« Honk ! En bouillon ronze heû ! mé,
bouillon ta la cé ça yo ka ba moune
qui ka dépalé. Eh bin si yo compren-
ne moin sotte passé yo, yo trompé yo ».
   Ça passé lu matin. L’après-midi,
Pikion ka rouè, toute établisse-
ment-a content-ï, yo changé épi-ï du
tout au tout, yo ka palé ba-ï épi dou-
ceû, yo ka pôté ti gâteries ba-ï.
   Pikion dit : « Ou rouè ça, moins
save ni en bagaille dèïè… Dé gens qui
té « vaches » et « sauvages » épi moi,
resté tout bonnement épi yo vini douces
et caressants ! Pikion, mon fi, ça pas ca-
tholique, veillez ; tout ça yo ba-ou pas
mangé-ï ».
   Pikion té ni en voisin de lit yo té ka
crié Ti Paul Ramasseû à fôce i té vor ace.
Tout ça les ôtes malades pas té lé
mangé, floupe i té ka valé-ï. Aloss Pi-
kion décidé qui toute manger yo ba-ï
au souè-a, i ké rufilé ti Paul Ran-
masseu-ï.
   En effet, côté cinq heû, yo ka vini
épi en bel bol bouillon épais, graisse
ka nagé assou-ï. yo ba Pikion-ï en disant :
« Magré ou insolent con ou insolent-a, ou
rouè bon mangé yo ka fait ba ou » Pi-
kion répon-ne : « Moin ka rumé-
cié-ou, passe dépi à présent « moin fini


                                                             137
                                             Le Clairon (1939-…)


épi zafè jouré-a » Infirmier-a pôté cô
tounin dos-ï, Pikion crié ti Paul, i dit-i
« Ti Paul, gadé bon soupe là yo pôté
là ba moin-a. Ça ka fait moin la pein-ne
rouè moin peut pas mangé-i, moin pas
faim. »
    Ti Paul dit : « Mon chè, ça ou ka
dit-a ? Ba moin ça, non ! ». I en ni fait
« gloupe » ! i bouè-i. Yo v’lopé bien
en drap yo, épi toute moune allé couché.
    Le lendemain matin, bon-heû, Pikion
ka allé soucoué Ti Paul, i ka trouvé-i
raide con en môceau bois. I pas palé,
i fait ti paquet-i, épi i rucouché bien
v’lopé. En ti moment après, infirmier-a
ka passé, i ka crié Pikion, i rouè-i
bouin-nin, aloss i ka mandé-i : « Eh bin
Pikion, coument ça va bon matin-a ? »
    Pikion. — Ça va ?... Mi ça va-à !
Gadé man-niè Ti Paul raide là. Ba
moin lè pou moin chappé cô moin…
    Pikion, insolent, mé capon, mô à
cent ans, persuadé cé « bouillon ronze
heû-a » qui tué Ti Paul. Mé toute moune
save céte en attaque apoplexie.
    Dépi jou ta là. Pikion pas jan-main
jouré pèson-ne.

        ***

L’Angélus des buveurs
L’âne du Seigneur annonce aux buveurs
Que l’heure du punch est arrivée.
Le verre plein de glace et sirop,
Le tafia est avec nous,
Vous êtes béni entre toutes les boissons
Sainte canne, mère du Rhum
Priez pour les pauvres buveurs
Jusqu’à l’heure de leur délirium trémens
                        Amen.

        ***

    500 francs de Prix
  Participez à
NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français

IL NE RESTE PLUS QUE SEPT JOURS


                                                            138
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 209 et 210, lundi 15 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Pa ni mangousses encô…

    A la fin dernière guerre-là parmi
les premiers permisionnè arrivé ici,
certain té ka fè le philosophe, yo pas
ça palé créole, yo pas con-naîte ayen en
pays yo encô. Aloss, en premier permis-
sionnè ka rivé au marché on manman-ï té
ka [venne] toute ti tounin viré. Quand i entré
au marché, i ka dit tout moune bonjou,
i ka lévé pied-ï haut, tête li en lè, aloss
manman-ï ka couri tombé en cou-ï, en
disant, en pleurant : « Iche moin chè, mon
dieu voyé ou ba moin. Bo manman-ou ».
    Mussieu rété, i gadé manman-ï, épi
i dit : « Coument cé vous qui man-
man moin ? Quand moin pati man laissé
ou piti, piti com-me ça(i ka baissé en
minme temps) à présent man ka viré,
moin ka trouvé ou grand, grand, com-
me ça ». (i ka haussé) Eh bien, pisse
cé ou qui manman moin, manman bo
iche ou, chè !

                      *
                  *       *

   En autre ka rivé au marché, i ka
rouè en paquet crabes, i mandé :
« Mais qu’est-ce que c’est ? Ce sont
là des calimordés ». En minme temps
i ka fouré lan main ï en paquet crabes-là
yonne quimbé-ï en pouce, i coumencé,
crié : « Roï, mésanmi ! mi crabe là ka
môdé moin ! »

                      *
                  *       *

   En autre encô ka rivé lan maison
manman-ï la campagne , i ka rouè en
rhoue , aloss i ka dit ba manman-ï :
« Mais manman, quel est donc çu ma-


                                                                139
                                                 Le Clairon (1939-…)


chin là ? » Au mème moment, i ka metté
pièd-i en lè rhoue-a, manche là ka pété
tête li. Avant manman-a ni temps palé,
i crié : « Mé gade rhoue-a pété tête
moin. » Manman-a répon-ne li : « Ou
pas té con-naîte nom-ï, mé foute ou
trouvé-ï vite ! »
    A présent pas ni ça encô, toute
moune ici évolue, minm bêtes. Der-
nièrement moin ka passé bô Moutte,
moin ka rouè deux mangoustes ka gou-
min en chumin-a, « cui, cui, cui », yonne
ka môdé l’aute. Moin crié : « man-
goustes… mangoustes !... » Tous les deux
viré, yo douboute, yo gadé moin,
épi yo crié en min-me temps : « Mus-
sieu pas ni mangoustes encô, cé Châles
épi Roguisse qui nom nous. Passé, allé
fait zaffè-ou, épi quitté nous fait ta nous ».
    Non ! Pas ni mangousse encô.


              ***

   500 francs de Prix

   Participez à

   NOTRE GRAND CONCOURS
   de Contes Créoles et Français


   IL NE RESTE PLUS QUE SIX JOURS




                                                                140
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 211, mardi 16 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Sidou ! Lerdou ! doudou !

    En fois, en ouvrier service public
yo ka crié Sidou té fini touché en ti
« rappel » 500 francs. I pô é 300 frcs
pou madan-me li. Mé, comme fem-me
là té gaspillade, i acheté en dorade,
cinq pots sel, épi en sac dachine.
    Sidou du côté i qui compren-ne i riche
ka passé en toute privé ba toute can-
marade li bouè. Dans chaque privé-a
i ka tiré lot lagent-i pou fait cé ti ser-
vante là rouè. Dans yonne cé café-a,
en servante, plus entreprenante qui les
autres, quand i rouè l’agent dérô, cou-
mencé caressé Sidou. Mé, Sidou qui ja
coumencé « boulé » pas ka pède la
« boussole », cé en nègue malin, i
ka réponne à caresses fi-a par : « Lague
moi, ne me quimbe pas. Je donne, mais
ne me fouille pas, moi. »
    Tout ça i fait, cé minme paroles
Sidou ka servi-i.
    Lu souè, Mussieu Sidou rentré à
caille li saoül passé rhum. Lu lende
main matin, i ka lévé « châgé » con
en pied quin-nette, i pas ça minme
quimbé douboute. Madam-me li ka di-ï :
« Sidou, lerdou, doudou, chéri ça nous
ka mangé jôdi-a ?
    Sidou.— Nous ni dorade salé épi
dachine.
    La dame.— Ah ! non lerdou, gens
con nous pa ka mangé ça encô. Avant,
oui, mé à présent nous rivé, nous ni,
lagent. Ou fonction-nè, oui lerdou…
    Sidou.— Ça ou dit-a ? Ou pas ka qui ? Ou
pas ka ,angé dachine, ou pas ka mangé
dorade encô. Cé le cas du dit : « bas fem-me
pied yo ka prend lanmain, janmain rouè
qui rouè… »
    Sidou trappé bâton-ï épi i coumencé
épousseter femme. Malheureuse la, au


                                                              141
                                             Le Clairon (1939-…)


lieu i couri chappé cô-ï, resté là. Cha-
que coup d’bois qui ka tombé assou-ï
i ka crié : « Oui lerdou ! Oui lerdou !...
doudou !
   Padon Sidou chè !...

                           NICO

          ***

500 francs de Prix

Participez à
NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français

        IL NE RESTE
          PLUS QUE
        DEUX JOURS




                                                            142
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 212, mercredi 17 avril 1940



CONTE CRÉOLE


Débrouilla pas péché

    Mamzelle Zoé, en jou, voyé ti gâ-
çon-ï acheté, avec en seul ti deux sous
i té ni, en sou beurre mêlé épi sain-
doux, épi en sou charbon. Quand ti
bougue rivé à caille man Vincendon, cé
té juste au moment cé boulangers-a
té ka livré pan-niers tchièques yo,
(espèce de zaccari) bien chaud. Ti bon-
homme bien lé fait con-mission-a, mé
l'odeu tchièques chaud-a ka fait ï
encô plus plaisi. I tounin viré, deux
sous-a en lan main-I. En bon coup i dit :
« Madanme, ba moin yonne » Oué... ï,
foute, en mangeant l'appétit vient.
Rouappe, i pâti assou en aute. Toute
moune con-naite, surtout jeune gens
longtemps, qui tchièques chauds ka
engoué, surtout quand ou pa ni d’l’eau
pou bouè ; ça ka gonflé foie ou.
    Enfin, ti bonhomme prend courage
pou quand i rivé à caille man-man-ï.
    A présent, i coumencé réfléchi, qui
compte i ké ren-ne man-man ï.
    En bon coup i crié : « Ah ! moin
paré pou-ï » I prend deux jounoux-ï
i grajé assou an kan trottoi, i frotté yo
limon dalot-a, deux ti zos jounoux-a ka
saingnain. Après i pati en pleurant...
    Messieurs et dames zotte con-naîte
manman pou iche… pas minme parlos !...
Quand manman-a rouè iche-li en l’état
ta là, i crié : « Aïe, mon Dié, yo as-as-
siné iche moin ! Mon fi ça ki rivé-ou ?
Iche manman, di manman-ou ça qui ni
pou i peu fouté l'huile chaud dans zo-
reille misérable là.
    Le jeune homme.— Manman, cé
en glissade moin prend assou en kan
trottoi.
    Manman-a. — Eti deux sous con-mis-


                                                            143
                                             Le Clairon (1939-…)


sion moin-a ?
   Le jeune homme. — Manman, i té
en lan main moin, i tombé assou kan
trottoi-a épi i fen-ne en deux.
   Manman-a. — Eti cé môceau-a ?
   Le jeune homme. — Manman, cou-
rant d’l’eau-a té fô en pile, i charrié cé
môceau-a.
   Manman-a. — Tout ça moin peu di-ou,
cé mèci, mon fi. Pou l'âge ou, ou ja
plus fô qui papa ou.

                     TI POPO.




                                                            144
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 213, jeudi 18 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Jacquot colonel-là

    En fois, engros chef rivé ici Mar-
tinique. En pein-ne i débarqué, yo ru-
çuvrè-ï en grande pompe. yo installé-ï.
Yo metté à disposition ï en ordonnance,
en ti nègue Gro – Mône, sotte con en
mouton, voleû con en chatte maigue.
    Quand té ni en mois mussieu té
épi gros chef là, i vini débouilla con
« Mussieu Nicou quand i rouè Man
Nicou ». Cé li qui té ka fait toute
con-mission, qui té ni la garde la
maison. Enfin, cé li qui té ka coupé
raché. Zaffè-ï té faite.
    Chaque jou, dépi i té tout seul, i
ka prend ti sec li dans meilleu rhum
chef-là, i ka mangé plus belle pomme
France qui té dans frigidai-a. Ça mâ-
ché con ça pendant plusieu sumain-nes.
En bon jou, chef là fini par rumarquer
tout ça i té ni en maison-a ka fait zé-
clair, sans i compren-ne ayen.
    En samedi, bâteau cayenne té fini
rentrer, chef là, en passant bô la Com-
pagnie, rencontré en matelot évec en
jacquot, bava ka con en fimèle mèle. I
acheté jacquot épi i metté-ï dans salle
à manger-ï Ordonnance qui pas té save
jacquot ka palé, ka continué fait leston-
mac li dans toute bon bagaille chef té
peut ni, mé lu lendemain, avant jou
té rouvé, chef crié ordonnance, épi i
passé ï en bon chasse.
    Mon bougue qui save i té ka fait
ti zaffè-ï seul, manqué vini fou, i dit
qui chef ka fait quimbois pisse i ka save
tout ça qui ka faite min-me quand i
pas là.
    Deux jous passés, sans mon nègue
fait pièce « lève » ; mé comme voleu
pas ni mémoire, troisième jou-a i prend
en bon feu dans meilleu rhum chef là,


                                                           145
                                             Le Clairon (1939-…)


épi i passé en bon tranche jambon
assou conscience li pou tirer l’odeu rhum-
là. Jacquot là ka gadé… sans palé.
    Quand chef rivé, zaffè mussieu-a
pas té belle. I récolté quatre jous salle
police. Entre temps, i té fini pas save
qui cé té jacquot qui té ka ven-ne li.
    En bon matin, chef là pati en tour-
née, jacquot té ka fait en ti sieste. Or-
donnance entré tout doucement,
con en macou chatte, i prend cage
maîte jacquot, i tounin-ï en toute sens,
con en coute d’vent, épi i jété-ï en bas
falaise là qui ka bôdé lan maison-a. Lu
souè, côté cinq heû, quand chef rentré,
i ka chèché jacquot tout patout. A en
certain moment, i ka vini pou pâti, i ka
ten-ne en ti voix en bas mône – là :
« Colonel… colonel… ». I ka gadé i ka
rouè cé ti bète li-a. I dit ordonnance là
allé chèché-ï Mussieu ka tremblé con
en feuille bois, à force i peû. Toute cô ï
serré con en chumise pompier. I dit en
cœu ï : « Jacquot cé en béte diable.
Moin, fini batte jôdi ».
    Quand ordonnance pôté Jacquot
chef coumencé questionné-ï : « Eh bien,
Cocotte, qui t’a jetté là ? ». Jacquot
répon-ne : « Ah ! colonel, si ou té save,
ten-ne… Si ou té save »…
    Le Chef — Raconte, ma pauvre petite
cocotte. Dis-moi… Qu’est-il donc
arrivé ?...
    Jacquot qui pas ni rouè, ni ten ne
ayen, qui pas save coument ça rivé ï là,
à force i té toudi, répon-ne : « An…
colonel… an… an… sacré cyclone passé
en derrière moin ou ten-ne… moin
pède la tète au coup. Quand moin ru-
vini à moin, moin rouè moin en fond
falaise-là…
    Le chef. — Curieux…curieux… tout
de même…
    Ti soldat gros-Mône là té sauvé.
    I pas janmain volé chef li encô.

         ***

500 francs de Prix




                                                            146
                                Le Clairon (1939-…)


Participez à
NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français

      IL NE RESTE
        PLUS QUE
      QUATRE JOURS




                                               147
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 214, vendredi 19 avril 1940


CONTE CREOLE


La peur des gendarmes…

    Ni longtemps du ça, en nommé
Bolo té ka doué en gros lan man-ne.
Comme i pas té peut payer, gendame
té déïè i. Quand i senti i mêlé, i allé
serré cô-ï la campagne, en bras fen-
mille li. D'après-ï, là, gendarme pas té
ké jan-main trouvé-ï, i té ké peut vivre en
paix, jusqu’a temps yo oblié-ï. Malheu-
reusement i té fait en mauvais calcul.
    Toute moune save qui la campagne,
cé ti case-là ni deux ou trois chan-mes
et qui chan-me au milieu-a ka sèvi
salle à manger épi i toujou ka baille assou
grand chumin.
    Pèson-ne pas ka ignoré non plus
qui longtemps, toute moune té peû
gendâme, surtout gens dans « hauteurs ».
Quand yo té rouè en casque blanc,
yo té ka fait chumin crochu pou yo pas
té rencontré mussieu-a qui té toujou
monté assou en chouval, ka maché
« braqui !... braqua !... »
    Quant à ti manmailles, quand ou té
palé yo du gendames, yo té ka tremblé.
Inutile du dit qui quand yo té rouè
yonne yo té ka pleuré épi yo té ka
serré cô yo. En temps ta là, proverbe
là té vrai : « La peur de gendarme,
était le commencement de la sagesse ».
Mais, depuis, hélas!...
    Dépi Bolo té rivé la campagne, i té
ka fait en man-niè sacristain, toujou
ka prié dieu, ka invoqué toute saint. I
té ni en ti nuveu dans case-là t té ka
fait-ï prier Dieu, lu matin et lu souè.
    En bon matin, Bolo té ka fait-ï
prier Dieu comme d'habitude. I té ka ba
grand chumin dos-ï, mé ti bonhomme
té ka rouè grand chumin environ sur
deux cent mètres. Quand i fini fait-ï
réciter « Notre Père », i pati assou


                                                             148
                                               Le Clairon (1939-…)


« Je vous salue ». I ka dit la priè-a
épi ti bonhomme ka répété.
    Bolo.— Je vous salue Marie, pleine
de grâce le Seigneur est… avec vous…
    Le jeune homme (pleurnichant).—
Je vous salue, Marie, pleine de grâce,
le Seigneur est… avec… deux gen-
dames… »
    Bolo.— Ça qui ka rivé ou non, ti
manmaille ? Tous les jous ou ka fait la
priè-ou zéro faute. Jôdi-a ou ka pleuré,
ou pa lé prier Dieu. Ou ké rouè coup
ou ké prend. Continuez… Vous êtes
bénie entre toutes les femmes…
    Le jeune homme (pleurnichant tou-
jours). — Vous êtes bénie entre… entre
deux gendames…
    Bolo. — Non d'un chien, moin pas
ka compren-ne ayen dans zaffè ti man-
maille là. I ni lè rouè diable bon matin-a.
Ti manmaille continuez la priè-a… Et
Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Ste-Marie, mère de Dieu, priez pour
nous…
    Le jeune homme (tremblant, suant,
pleurant). — Et… Jésus… le fruit… de
vos entrailles est béni… Ste-Marie…ie…
ie… mère de Dieu .. priez vous… pour…
pour… deux gendarmes…
    Au même moment, Bolo ka fait en
mouvement pou frapper ti jeune hom-
me là, i ka rouè deux gendames, assou
deux chuvals. I fait yon bond, i charrié
ti bonhomme, i défoncé en finète fèmin,
épi i metté-ï à couri sans save éti i ka
allé.
    Té ni en ti cochon dèïè case-là,
marré dans en code; pied Bolo pris
dans code là, sans-ï minme senti ça.
Quand i couri deux kilomètres, i arrêté-ï
i prend souffle li, i ka gadé en pied-ï, i
ka rouè en ti code épi en gosier cochon
pen-ne a dans.
    I couri tellement qui i usé cochon-a ;
gosier a seulement té resté.
    Bolo té prend vitesse passé ti bour-
rique bougue Lanmantin-a.


              ***


                                                              149
                                Le Clairon (1939-…)




Participez à
NOTRE GRAND CONCOURS
de Contes Créoles et Français

      IL NE RESTE
        PLUS QUE
      UN JOUR




                                               150
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 215, samedi 20 avril 1940


CONTE CRÉOLE


La giraumonnade de Linga

    Linga lévé en jou, bonheu bon ma
tin, i dit fem-me li : « Ma chè Yonie,
jôdi a nous pas ni en sou en caille là,
ça nous ké fait ? »
    Linga songé compè-ï qui la cam-
pagne, i dit : « Femme, débouillé cô
ou con ou peut, moin ka allé côté cm-
pé moin. »
    En effet, i pati. Quand i rivé à caille
compè-a, i ka fait-ï save qui i rafin con
en pompier avant l’incendie. Compè-ï
ka fait-ï pour la réponse : « Ou fait bien
compè, vini rouè moin, moin tout seul
ici jôdi-a. Nous ni en gros giraumon,
mé pas ni la chè. Nous ké allé la riviè-a,
nous ké prend deux ou trois cribiches
épi boucs. Nous ja ni plus bon bagaille-
là aussi, en litre, pas nonmin nom-ï »
    Quand yo rutounin en caille là, la
cambise té la ka préparé. Entre temps,
yo rentré dix-sept « secs » ; et au mo-
ment pou yo té entré à table, yo pas
raté dènié meilleû feu-a.
Quand toute la fête yo fini, yonne
chagé con en pied surettes cinmitiè,
l’autre là con en pied jigiris. Linga à
l’heû ta là dit compè-ï : « Tout ça pas
ça, compè moin ké prend chumin bô
caille. Au revoir ».
    Linga pati pou la ville, mé, au lieu
i prend chumin bô caille li, i prend
chumin la Savan-ne. Rivé i rivé là, ventre
li coumencé bouilli épi fait-ï mal. Cé té
service pressé. Mussieu metté-ï tran-
quillement assou en banc épi i fait
zaffè-ï. En gendame « ti bâton » sur-
pren-ne li, i conduit-ï au « bloc ». Lu
lendemain matin, i paraître au tribunal.
    Le juge. — Linga, ou té saoul, hiè
au souè, ou jété matière fécale assou
banc la savan-ne là ?


                                                             151
                                            Le Clairon (1939-…)


   Linga. — Moin, mussieu lu juge ?
Ça pô cô vrai. Si ou ka couè ça vrai,
mandé gade là qui couleu i té yé.
   Le garde. — Noirâtre M. le juge.
   Linga. — Ah ! ça pas vrai pièce tout
bonnement, car en nhomme peut pas
ka manger cinq grands bols giraumon-
nade pou i peut fait noirâtre…, tandis
qui i té aussi jaune qui en pavillon qua-
rantaine.
   Le juge.— Acquité.

                      TI POPO.




                                                           152
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 216 et 217, lundi 22 avril 1940


CONTE CRÉOLE


Toto pas ça palé français

   Toto ni en ti bourrique, cé assous-ï
i ka allé lan messe tous les dimanches,
mé quand i monté bourrique li, i ka
palé rien ku français.
   Laute jou dimanche, i ka rumonté à
case madan-me li, i ka senti cé zétrié-a
tout drôles. En lèvant tête li, i ka rouè
en vié cô dans jadin-ï. i crié ï : « Hom-
me des champs !... »
   Vié cô-a pas bouin-nin. I crié encô :
« Agrikiltè, cultivatè !... » Vié cô a pas
rimin.
   En bon coup, Toto dit : « Nègue là
chè, cé ou moin ka palé. Ren-ne moin
service, mon fi, ranger mon zétrier.
L’in est trop prolixe, laute là est trop
siccinte ». Vié cô-a ébazourdi, i ka
gadé Toto sans compren-ne, i ka couè
i ka vini fou. Toto obligé ruprend :
« Aloss ou pas compren-ne moin ? En
zétrié trop longue et laute là trop coute,
gadé si ou peu rangé yo ba moin. »


                ***


Autre Angelus des Buveurs

    L’ange du Seigneur annonce aux bu-
veurs que l’heure du punch est arrivée.
    Je vous salue maby pleine de glace,
le saint rhum est avec vous, vous êtes
béni entre tous les breuvages, et l’ivresse
le fruit de vos entrailles est bénie.
    Sainte canne, mère du tafia, priez
pour nous pauvres buveurs. maintenant
et à l’heure de notre délirium trémens.
    Ainsi soit-il.


                                                                153
                                                              Le Clairon (1939-…)




                       UN SUCCÈS SANS PRÉCÉDENT

                             NOTRE CONCOURS
                                  DE CONTES


    Notre concours de “contes créoles       Dans notre prochain numéro,
et français” a été clos samedi à 18      nous ferons connaître à nos lecteurs la
heures.                                  composition du jury de correction, ainsi
    Nous sommes heureux d’annoncer,      que la date approximative de la procla-
qu’il remporte un succès sans            mation du résultat du concours. Sitôt
précédent.                               après commencera la publication des
Nous avons reçu, en effet, 248 contes.   contes primés les heureux concurrents
    Nous remercions bien sincèrement     seront alors avertis, par la voie
leurs auteurs de la sympatie agissante   du journal, d’avoir à réclamer leurs
qu’ils ont ainsi marquée à notre         prix.
journal.
                                                                     L. C.




                                                                             154
                                                  Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 218, mardi 23 avril 1940


Mots pour rire (en créole)


Ça pas drôle

    En temps yo té ka guillotiné en
pays nous, yo dressé assou la Place des
Quatre Noirs, en vié machine, tout
rouillé Cé té pou coupé cou en vagabond
qui té fait fait en crime. La place-là té plein
moune ka ssisté.
    Quand vagabond a couché assou
machine là, bourreau a furré tête li
dans en linette tout cassé, épi i ka
débatie épi couteau a. I ka apuyé assou
en bagaille, couteau a ka descen-ne
ti brin. I ka apuyé en laute coup, cou-
teau ka viré monté. Enfin pou bien dit,
couteau ka monté, couteau ka descen-ne.
    Bourreau a ka sué l’encre. En bon
coup, vagabond a rété assou machine là
i crié : « Missié a, ou pas lé fini épi
toutes cé couillonnades ou a, ou ké fini pas
blessé moins, oui…


                ***


Bizarrerie

   Misieu Azou descen-ne en ville, en
jou, i couri toutes magasins pou chèché
indienne rouge. Quand i rivé magasin
Reynoird, vendeuse là pôté douvant ï
toutes toiles rouges qui té là. Azou ka
soucoué tête chaque fois : « Cé po cô
ça ! » Enfin, en gaçon yo té voyé au
dépôt, rutounin épi en gros pièce
endrinope. Azou ka ri, toutes dents î
dérô : Cé bien ça, nous rivé actuel-
lement ».
Ma han-ne là ka ri, i content. I cou-
mencé dévidé touèle là épi i ka mété ï


                                                                 155
                                              Le Clairon (1939-…)


en min-me du musuré-ï assou en grand
mète en ois en disant : « Missié, palez,
combien mètes ou lé ? » Azou ka
répon-ne : « Mé cé pas par mètres moin
lé. Moin ké expliqué ou ça bien. Moin
ni en ti « sicrier », moin cé lé mété
en ti crête ba ï ; Epi ça i cé tout potrait
en ti coq ». Cé a coup d’balai yo couri
dèiè Azou.


                  ***


Dans en corps de musique
toute moune pas musicien

   Les autes fois pas té ni pupitre mu-
siciens. En jou au souè moin rencontré
Ti Flè bô la Savan-ne. Moin ka mandé ï :
« Oti ou sôti ? »
   Ti Flè. — Au fô.
   — Ça ou té ka fait la ?
   Ti-Flè. — Mé moin dans lan musi-
que là ?
   — Ah ! ça ou té ka joué ? Flite ?
   Ti-Flè. — Non, moin pas ka joué flite.
   — Clarinette, aloss ?
   Ti Flè. — Non plusse.
   — Eh bin cé Hautbois ?
   Ti Flè— Plus mal… Moin ka quimbé
carton cé musciens a.

                         IN-MIN RI.




                                                             156
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 219, mercredi 24 avril 1940


         Voleû
en jadin Compè Etienne

    Compè Etienne, té ni en jadin, mé
i té ka rumarqué qui yo té ka fouillé
légume li. En jou, i fait-ï en lidé qui
fauque en moune brave ; i prend fusi-ï, i
plombé-ï mathématiquement, i allé lan
nuite séré dèïè en pied bannanne, épi
i metté-ï a veillé voleû-a. Finalement, i
ka rumaqué en l’ombrage, i bandé fisi ï,
mé l’ombrage-là ni temps rouè-ï.
Cété Hecto la peau lapin, chef voleu
Rivière Salée, moune-là accroupi épi i
mété-ï a fouillé légume, mi cé là pou
ou té ça rouè compè Etienne tremblé
con en pied pois sec en plein cyclone,
Etienne maché en lè ï, mé i fè ï en reflec-
tion, i viré dèïè gadé, à environ en dimi
kilomète i ka rouè ti limiè caille-li té ka
limin, i dit : « Gadé distance caille
moin yé, si moin tiré en coup épi moin
manqué-ï, voleu-a kaille tué mmoin. I
baille viré bô caille-li, finalement lan-
motié chumin i pété pied-i, i fè-ï en
deuxième réflexion, i dit : Non fauque
en nhomme ni courage, en nhomme cé
en nhomme, en nhomme çé pas en
pouésson fri ni en macou chatte. I viré
dos bas, pied fin, fusi-ï i en lanman-ï,
i colé fusi-a en lè dos bhomme-là, épi
i crié : « Hecto la peau lapin moin
rouè ou au souè ïa », épi i metté couri, i
quitté ni fusi, ni jadin, ni caillé ba
voleu-a.
    En passant bô caille-li, i ni temps
prend en ti bourrique quitté maré bô
la pôte là, ti bourrique- à ka maché
tellement qui quatre patte-li té ka formé
en musique. Lè Etienne rivé Ti Bouc, i
senti pied-ï ka touché à tè, i descenne
gadé si çé pas quatre pieds bourrique-là
qui usé, pendant temps-a cé à force
bourrique-là soucré-ï, i ka gadé i ka
rouè qui cé li mim-me qui ja fen-ne


                                                             157
                                              Le Clairon (1939-…)


épi deux pieds-ï ka touché tè. Enfin i
rivé à sauvé cô-ï, compè Etienne mô,
i pas jan-main rumété pied-ï Rivière Salée.




                                                             158
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 220, jeudi 25 avril 1940

Conte créole


En couli malin

   En fois en couli té rafin con en
pompier, faim con en rate l’église. I
passé bô lan maison en béké, i senti
l’odeu la cuisine là tellement bon, i dit :
« Jôdi ta là, moin pas ka gadé si cé pas
colbou, faudré moin mangé. » I décidé ï
à aller frappé la pôté béké a. Bonne là
mandé-ï ça i lé. I répon-ne : « Moin
vini éti mouché (monsieur).

   La bonne. — Mussieur à table, i ni
étrangers.
   Couli. — Ça pas ka fait ayen. Dit
mouché, couli vini éti ï pou bon bagaille.
   Bonne là hésité mé i allé quand
minme fait commission-a. Tout d’abord
béké té faché, mé i réfléchi. I soti, i
ciré couli-a.
   Béké. — Ça qui ka rivé-ou, ou ka
permettez-ou vini déranger moin à table
épi can-marades moin ?

   Couli-a. — Mouché, pas fâché, moin
ain-main-ou beaucoup, moin dit-ou
moin ka pôté gros môceau l’or con ça
ba-ou (i ka montré deux poings ï fémin
ensemble) Com-min ou ka payé ?

    Béké réfléchit. I dit couli aller la
cuisine. I crié bonne-là i dit-ï ba couli-a
en bon « sec », ba-i bien mangé, ba-i
en vè du vin,épi béké allé continué
mangé . Aussitôt yo fini manger béké ja
pressé pou ni l’or-a. I dit cé » invité-i là
i ni busoin sôti, yo pâs ké ni temps
joué cates. Aloss les invités pati.
Aussitôt yo pati i crié couli.

  Béké.— Eh bin, ou bien mangé ?
  Couli-a. — Oui mouché, couli bien
mangé.
  Béké. — Eti môceau l’or-a ou palé


                                                              159
                                             Le Clairon (1939-…)


moin-a ?
   Couli-a. — Moin pas dit ou moins ni
l’or. Moin dit ou, si en jou moin ka
trouvé gros moceau l’or, moin ka pôté
ba mouché.
   Béké monté en chan-me li prend
fusi-i, sans même répon-ne. Mé couli té ja
fait deux kilomètres quand i descen-ne. I
pas janmin ten-ne palé couli encô.




                                                            160
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 221, vendredi 26 avril 1940


Conte créole


Chandulier coûté
passé l'enterrement

    En temps bon Dieu té assou la tè,
i té busoin en pè souliers. I fait crier
seul cordonnier a qui té ni-a, yo té ka
crié-ï Saint Crépin.

    Bon Dieu dit-ï « Mon fi, combien
ou ké prend moin pou fait en pè sou-
liers ba moin ?

   St-Crépin. — Eh bin bon Dieu, cé
ou qui papa nous toute, coument ou
peut compren-ne moin peu mandé-ou
en sou pou fait en soulier ba-ou ? Ça
pas ké coûté ou ayen.

   St-Crépin pati, i fait soulier. Mé i
pôté-ï ba bon Dieu sans lacet.

  Bon Dieu. — St-Crépin ça ou fait-a ?
Ou ba moin an soulier sans lacets,
coument moin ké fait métté-ï ?

   St-Crépin. — Bon Dieu moin ka fait
soulier, moin pas ka fait lacet. Si ou lé,
moin ké acheté en paire ba-ou.

   Bon Dieu. — Combien i ka coûté ?
   St-Crépin. — Vingt-cinq francs.
   Bon Dieu. — Ça va.

    St-Crépin ka coué i té malin, mé
bon Dieu té ja rouè longtemps ça qui
té ni. En temps-a, en paire souliers té
ka coûté dix francs. I mandé bon Dieu
pou paire lacets-a, prix deux paires sou-
liers épi encô, soit disant i té fait sou-
lier-a ba bon Dieu en cadeau.

   Quand i vini poté lacet-a ba bon


                                                            161
                                            Le Clairon (1939-…)


Dieu, bon Dieu dit-ï : « Zotte cordon-
niers, cé con ça zotte ké travaille, sans
jan-main rivé. Zotte ké chauffé toute
moune épi zotte min-me ké toujou mal
chaussé. »

   En effet, ou pas janmain ten-ne dit
en coordonner qui ka travaille i minme
fait fortune dans métier-a. Rivé haut
con-ï lé, en bon jou faudré i tombé.

  Pèsonne pas ni bénéfice badinin,
bon Dieu. Cé cô-ï minme i ka badinin.




                                                           162
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 222, samedi 27 avril 1940


Conte créole


Les trois voleû

    En fois, en Blanc, en Chinois épi
en Nègue fait en association pou tous
les souè yo té dévalisé coffre en grand
banque. Tous les souè yo ka allé, ti zaf-
fé yo ka réussi zéro faute. Moune lasse
veillé yo, yo pas peu prend yo. Quand
cé dirigeants-a rouè ça, yo metté en za-
trape pou dépi la pote coffre – là rouvè
en gros masse tombé en lè lan
main moune là qui ka rouvè-ï la. Blanc-a
entré avant. Quand i coumencé rouvè
coffre, masse là tombé en lè lan main-ï,
hanche !... I pati sans dit ayen, i ka
tôde lanmain-ï en bas ventre li. I ren-
contré Chinois-a qui mandé-ï :
    « Compè ça ou fait ? Les affè bel ? »
    I répon-ne : « An han !... » épi
i continué.
    Quand Chinoix-a rivé pou rouvè
coffre là, i rucuvrè minme coup-a. I pati
ka tôde, sans crié. I rencontré Nègue
là qui mandé-ï si zaffè-a bel, i répon-
ne min-me man-niè con blanc-a.
    Nègue là allé, quand i rouvè coffre
là, masse là tombé assou lan main-ï,
i coumencé crié : « An moué !... An
moué !... Moin mô !... Roïe !... Roïe !...
    Au minme moment toute moune
vini épi yo marré nègue là con en crabe.
Blanc-a épi Chinois-a té ni cœu, mé
Nègue là pas té pôté cœu pou an sou.




                                                            163
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 223 et 224, lundi 29 avril 1940


Conte Créole


JULOT LÀ, OUI !

    La montagne Vauclin té ni en
nhomme yo té ka crié Julot. Cé té en
nhomme rangé, comme i faut, mé i té
jaloux madan-me li.
    En samedi i pati la caille li pou
aller au bourg. I dit madan-me li i ké
rutourné dimanche après vèpres : mé
en l’idée passé en tête li. pace i té
ja ten-ne ti paroles ka maché… Au
lieu i rumonté lu dimanche, i ruprend
chumin bô caille li lu samedi minme.
I quitté bourg côté neuf heures du
souè, i rivé à caille li côté onze heû.
I trouvé la pôte pas fèmin à clé, mé
madan-me li ja couché. Aloss i ka
mandé manda-me là pou qui la pôte
là ouvè.
    Madan-me. — Julot chè, sommeil
charrié moin, moin oublié fèmin la pote
là à la clé.
    Julot, fèmin la pote épi i allé
couché. Quand i côté minuit, i ka ten-
ne assou la pôte là : to… to… to… »
Madan-me là aussitôt i ten-ne premier
to…a, crié : » Oui, Julot là oui !... »
Epi i coumencé soucoué Julot en criant
à haute voix : « Julot, Julot lévé, en
moune dérô à ka crié ou. »

    Quand moune là qui té dérô a ten-
ça ; i metté, deux pieds-ï ka allé
bip… bip… bip… ka défoncé tè. Julot
habillé-ï, i prend bâton-ï, i ran-massé
toute ti bagaille li épi i pati sans palé.
I installè-ï au bourg. Cinq ans après, à
la min-me date, à min-me l’heû, i viré,
épi i dit madan-me li : « En nous pas
couté pèson-ne chè, en nous vive con
nous té ni l’habitude »
    Jusqu’à present yo ensemble.
    « Julot toujou là, oui » !


                                                                164
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 225, mardi 30 avril 1940


Les contes du « Clairon » en créole


Le Geai paré des plumes du Paon

    En temps Bompa, té ni an béké
France yo té ka crié La Fontaine.
    N’homme-là té ka palé en français
sans réduit. I té ka écrit bel contes dans
Journal « Clairon » du l’époque - là.
En jou, i écrit yonne qui té ni pou
titre : « Le Geai paré des plumes du
Paon ». Quand ces békés France là lit
ça, yo toute tombé à tè ka ri : « Kia !
Kia ! Kia !...
    Mé, moin qui en vieux nègue quar-
tier « l’Afrique », moin pas ça palé
français : zépon naturel moin cé créole.
Moin ké raconté zotte minm conte-là
en man-niè moin. Peut-être ça ké peut
fait zotte ri aussi.
    Z’enfants couté ça. Ti-time ? Bois
sec !
    An jou bon Dié baille ne grand
festin en Paradis pou toutes bètes qui
ni z’ailes, qui ka volé dans les z’airs...
sauf mouche épi yin-yin. Naturellement
les z’oiseaux té les premiers invités.
    Mé, compè Tôtue qui an ti bête
assez vorace, ka dit en cœû ï : « Cou
ment moin ké fè pou moin peut allé
mangé, mangé bon Dié-a ?... »
    I ni an l’idée allé mandé chaque
z’oiseau la charité au ti plume ; épi i
collé toutes ces plumes là assous dos-ï
évec la ci côdon-nié.
    Toutes les invités pâti à la vole au
Paradis, mé compè Tôtue : Kloto !…
Kloto !... prend chumin-ï pas lu grand
escalier du ciel.
    Mussieu pôcô rivé, i coumencé
poussé toutes z’oiseaux assou côté :
baille lè pou ï passé! Au lieu mussieu
sérré cô-ï la cuisine i ka crié : « Faites
place à la reine des Tôrtues ! » Toutes
z’oiseaux ka murmuré, ka crié-ï : ingrat,


                                                            165
                                            Le Clairon (1939-…)


comparaison, sans sentiment.
   Bon Dié qui tenne an ouélélé ka vini
vite rouè ça ça yé, ça qui rivé. Aussi-
tôt i rouè Tôtue parmi ces oiseaux-a, i
compren-ne tout d’suite contruban-ne-la.
I coumandé les z’oiseaux ruprend
plume yo assou dos Tôtue; épi an seul
coup d’pied, i voltigé Tôtue assou la tè,
en disant sévèrement : « Fichez le
camp, petite malhonnête!»
Tôtue tombé : bo-o-o ! assou zécale.
Zécale-li pété en mille miettes.
   Zotte pétète ten-ne palé du an cer-
tain missie Hitlè, an ancien peinte bâ-
bouilleû. I metté-ï an tête du fait minme
bagage épi compè Tôtue. I collé assou
cô-ï plumes toutes grands chefs, dépi
Napoléon, jus Guillaume deux. Epi i ka
fait le rodomont, épi i ka hélé tout
patout : « Place ! Place ! dans mon
espace vital ! »
   Mé, pôve pepé !... Moin bien couè
ku les Alliés pas ka prend ça con ça, et
ku yo décidé pété z’écale li.
   Faut être juste : zécale nègue-là ti
brin raide ; mé enfin, bon Dié
bon, les Alliés fô.

                     STEL.


                 ***


Notre concours de contes

Nous avons le plaisir d’apprendre
aux concurrents que le jury de classe-
ment des épreuves est au travail. Mais,
vu le grand nombre de copies à examiner,
nous prions les intéressés de patienter
encore quelques jours.


                 ***




                                                           166
                                            Le Clairon (1939-…)



Humou créole

   Entendu parmi les spectateurs,
samedi après-midi sur le boulevard
Alfassa, ente deux femmes.
   1ère femme. — Ou cé moune ta
la ka couri con ça ? Ça qui rivé, non?...
   2ème femme. — Coument, ma chè,
ou pa save ça non?... Gouverneu nous
ka débaqué tout à l’heu...
   1ère femme. — I ka débaqué ? mé
moin pas save ça ? moin qui la «P’tite
France ? Moin li le « Clairon » moin
pas rouè ça.
   2ème femme. — Mé ou pas té
« Foyal » ? Qui Clairon ?... Cé jounal
qui plus populè, mé « tambou guiole »
aussi fô qui « Clairon » ! La preuve !
Gade la blan-ni moune là épi bôde
lan-mè à !
   1ère femme. — Pou toute bon
toute tambou guiole cé en bel T.S.F. !




                                                           167
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 226, mercredi 1er mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


N‘homme z‘yeux chatte-là

    En temps l’Amiral Aube té Gou-
vèneû Matinique, té ni en médecin fa-
meux qui té ka fè des miracles. Yo té
ka crié-ï docteû Oculoc. N’importe qui
maladie ou ni ku su soit pan-nari, tête
chanc ou bien la tifoïde, i ka ba an ni
couché-ou assou en billa, i ka ba ou
lan dômi, épi : fape ! i ka tiré deux
z’yeux-ou ! Moin pas save ça i ka fait
adan, mé pove pépé ! dépi i rumété
z’yeux-ou an place, ou guéri.
    Moune té ka sôti tout patout pou
allé consulté-ï jus Trinidad, Ste-Lucie.
etc. En jou en n’homme qui té ni en
bel commission la Babade vini trouvé-ï.
    Docteû Oculoc ka dit-ï con ça :
     — Je vois ce que c’est ; vous avez
une appendicité galopante. Mais ça ne
sera rien !
    I marré mussieu assou table billa-à
i baille lan dômi épi fappe ! i tiré deux
grin-nes coco z’yeux-ï, épi i metté yo
dans an z’assiette.
    Mé pa malheû, madan-me li crié-ï
bien pressé. Docteû Oculoc pati an ti
moment. Pendant temps-a, Gros chatte
lan maison-a passé épi : floupe ! i valé
deux z’yeux malheureux-a. Quand doc-
teu-a rentré pou i fini opération-a, i
chèché z’yeux tout patout, i pas ka
trouvé yo. I coumencé raché chuveux-ï,
i ka vini fou. Ça i ké fè ? Réputation-ï
pède, épi i ké ni an procès assou bras-ï.
    An l’idée vini-ï I pensé cé peut-
être chatte là qui mangé z’yeux bougue-
là. I prend chatte, épi fape ! i tiré deux
z’yeux-ï épi i metté yo ba malade-là.
    Quèque jou après ça, mussieu ka
promenin en bras madan-me li assou
la Levée. Tout d’un coup, youpe ! mus-
sieu ka plongé dans grand canal-là,


                                                            168
                                            Le Clairon (1939-…)


dèïè en rate. Toute moune ka couè i
ka vini fou, mé non I té ni z’yeux
chatte, i ka rouè con chatte, i ka couè-ï
cé an chatte.
   A caille-li, toute lan-nuite, i ka
couri dèïè rates, souris, ravètes ma-
bouïlla : miaou !... miaou !...


                ***


Rété tranquille cé an bon rumède

   Entendu hier matin, aux abords de
la Prison centrale l’édifiante conversa-
tion suivante, entre « gens du mileu. »
   1er voyou. — Oti toute cé moune-là
ka couri con ça ?...
   2ème voyou. — Coument ? Ou pas
save ça, non, mon chè ? Douvant jou,
yo guillotiné an bougue en dudans la
Prison-a qui té tué papa-ï à coups
barre à mine.
   1er voyou. — Yo guillo… qui ça
ou di à ?
   2ème voyou. — Yo coupé cou-ï
adans la guillotine.
   1er voyou. — Yo coupé cou-ï ?
Ou sûr du ça ?... Ça ka étonné moin !
Ni an moin prè de cent ans yo pas jan-
min coupé cou pèsonne dans pays ta-là.
Qui z’allé ça ? Aloss, cé an nouveauté !
   2ème voyou. — I parait, mon chè,
cé messieurs-a décidé nettoyé nous.
   1er voyou. — Aloss ki duvunu
nous ?... Si pou an oui, pou an non,
yo ka coupé cou nous, la vie a pas bel
encô !
   2ème voyou. — Non, mon chè ! !
pas bel pièce. Si ça continué con ça,
nous foutus !
   1er voyou. — Oui, moin couè nous
foutus ! Mé nous cé fè bien fini épi ça !
Moin ka ba ou en conseil : jété
jambette là épi razouè-a ou ni en poche
ou a.
   2ème voyou. — Et rou ? Jété bec-
mè-a, épi révolvè-a ou ni à caille ou-a.


                                                           169
                                               Le Clairon (1939-…)


   3ème voyou (survenant). — Mes-
sieurs, zotte ka fè bien ! « Rété tranquille
cé an bon rumède. » An-nous prend an ti
sec pou ba nous courage chèché an
travail sérieux, pou fè nous vini bons
gaçons.


                ***


Notre concours de contes

   Nous avons le plaisir d’apprendre
aux concurrents que le jury de classe-
ment des épreuves est au travail. Mais,
vu le grand nombre de contes à examiner,
nous prions les intéressés de patienter
encore quelques jours.




                                                              170
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 229, samedi 4 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


L’en misè pas doux

    En jou compè macaque té en lè en
branche mangot ka prend le frais ou
plito i té ka frotté ventre li passe té ni
deux ou trois jou i pas té mangé. En
machan-ne sirop vini pou passer en bas
pied mangot-a épi en calebasse sirop
en lè tête li. Et con Pierrette épi pôte
laitte li, i té ja ka songé ça i té ké fait
épi l’agent sirop-a. Mais Compè ma-
caque qui senti l’odè sirop-a, d’l’eau vini
en bouche li. I gratté tête li. En lidée
vini ï i brinin branche mangot-a, cale-
basse là tombé . Machan-ne sirop-a qui
té ni bizoin ba iches li mangé épi fait
ti zaffè-ï, coumncé pléré épi ka crié :
« Ah ! l’en mizè raide ! » Compè ma-
caque déçen-ne, i gouté sirop-a : « L’en
misè cé en bagaille qui doux, yo ka dit
cé en bagaille qui raide ». En moment
après i rencontré bon Dié, i raconté-ï
ti zaffè sirop-a.

    Mé bon Dié té ni en l’iéde en tête
li, i dit compè macaque allé dans sa-
van-ne « Fonds Gens Libres » ou ké
trouvé en caloge, ou ké rouvè ï ba moin.
Compè macaque qui couè tous les jours cé
fête, prend baton-ï, épi cigare li. Mé bon
Dié té con-naîte zaffè-ï….. à tel point
qui quand compè macaque rouvè la
pote là, cé pas té en bon-me sirop qui
té adans… En chien… Yonne di cé gros
chien-a qui ça couri-a… Compè macaque
plen-ni, chien ka plen-ni déïè compè
macaque Zotte save à qui point ma-
caque peû chien cé pou di ou, si i
couri. Bon Dié té lé ba-ï en doucine, i
té quitté en seul pied bois pou i té
monté, cé té en pied lépini. Macaque
pas fait ni yonne ni deux, i en ni lancé
à dans-ï sans gadé si i té ni piquants.


                                                             171
                                                Le Clairon (1939-…)


Quand i rivé en tête pied lépini-a, i
gadé deux lan main ï en sang, langue
li ka sôti à fôce i couri, i dit : « Eh bin !
foinque l’en mizè raide » !

                               GREX.




                                                               172
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 232, mardi 7 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


Goma Bamakou au tribunal

    Le juge. — Goma Bamakou…
    Goma. — Présent, missié li jige.
    Le juge. — Vous savez pourquoi
vous êtes appelé ici ?
    Goma. — Cé ça moin té ka vini
mandé-ou…
    Le juge. — Vous avez volé des
cannes à M. Gouy, vous les avez man-
gées et vous avez injuré M. Gouy par
dessus le marché. Racon-
tez ce qui s’est passé. Surtout, ne
mentez pas, car le Justice est sévère
sur le chapitre du mensonge.
    Goma. — Missié li Jige, moin ké
raconté-ou ça sans blié en mot, mé
souplé, pas coupé fil moin, quitté moin
palé.
    « Lundi bon matin, moin sôti ka
Rue Caille nègue, en bas ton-marin,
moin monté la Palmisse allé travaille.
Ti Coco, gens Vauclin grand coumandè,
minnin moin en pièce can-ne « l’Enclos »,
i ba moin quatre tâches pou quatre
françs. Moin travaille con en mâle bœuf.
Madan-me moin ba moin trois jounins,
moin pas fini quand minme.
    Samedi la paye, Ti Coco qui con-
maîte doulè malhéré dit i ka rutien-ne
en francs assou moin. Gouy qui pas lé
rouè tête moin, gadé toute lagent-a.
Moin save pouqui. Yonne cé jou passé-a,
moin té sôti fait en ti baccarat, moin
pècé vite treize goudes, moin rentré pli
bon-nè qui la coutime, moin ka trou-
vé missié a assise en bas rayon caille
moin épi Julina iche moin. Moin ba
Julina ça i té peut pren. Et tout
congo qui moin yé, moin observé
missié a. I chappé cô-ï, mé dépi jou-a.
i ni moin assous l’estomac li.
    Jou samedi-a i pas payé moin-a,


                                                           173
                                             Le Clairon (1939-…)


moin pas té ni en sou, moin allé couper
en can-ne pou chaque cé manmaille-là,
pou vè pas té piqué cœu yo, yo té ka
mô faim.
   Lundi bonheu moin fini travaille là,
moin allé mandé lagent moin. Gouy dit i
pas ka payé la sumain-ne. Ça moin té
peut fait, cé mangé can-ne à jeu continué.
   Le Juge.— C’est bien. Le Tribunal
vous condamne à un franc d’amende.
Vous pouvez vous retirer. Surtout, Go-
ma, soyez sage, n’aller pas chercher
querelle à M. Gouy.
   Goma. — Ou pa busoin occupé-ou
missié li jige, moin pas aimain goumain,
mé jôdi-a moin ka monté en can-ne
Gouy-a tout [d]ouète. Moin pé pas fait
différemment, pace tout gouyave au
« Simon » si et corrosol pas doux.
Moin peut pas rester mô faim. Là bœuf
marré cé là i ka mangé ».




                                                            174
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°233, mercredi 8 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


Resquilleû trouvé maîte yo

    En fois, en majô yo ka crié Agon-
dôme, baille en bal à caille li en hauteu
Gros Mône. Pièce invité pas manqué
pas vini pace Agondôme té bien dit qui
ça qui pas té vini, i té ka lapidé yo a
coute plat coutelas. Inutile du di qui
toute moune taché du habillé yo bien.
Dan mes té en grand robe épi godillets,
cavaliers té en jaquette épi sabots.
    Coté six heû, yo coumencé par en
ti « bouzin » accompagné du musique
guiole. Vers neuf heures lan musique
officielle rivé. Cé té en plaisi pou
moune té ten-ne cé musiciens-a déchiré
en musique.

    Comme toujou ni en guiâbe pou
empêché la procession passé, deux
jeunes gens bô can-nal, nouè con deux
clarinettes neuf, chuveaux yo ka clairé
con mât cocangne la fête « Ti Bouc »
vini passé. Yo rouè toute moune ka
dansé, yo dit yo ké fait en ti coute
dansé tout. Yo pas fait ni yonne ni
deux, yo faufilé cô yo dans salle bal
mussieu majô-a, con deux mouches cor-
billa, épi yo coumencé fait lu beau.
    Yo prend salle bal là pou ta yo.
Mé, hélas, yo pas contenté yo du ça.
En certain moment, yo en ni étein-ne
lumiè carrément pou yo peu fait en ti
la nuit.
    Quand Angondôme rouè ça, i raidi
grand coutelas-ï qui té en coin la cuisine
li, épi i dit : « Cé mussieu-a qui ka fait
yo passé pou étudiants-a, cette tuaison
de la lumiè ni en bitte. Cé la volaison
d’un baiser. Celui qui bo en moune ici.
dans le noirceur ké bo grand coutelas
moin-a. »
    Ou en ni ten-ne vioupe i…


                                                            175
                                              Le Clairon (1939-…)


vioupe !... cé soi disant étudiants a filé
en vitesse, dans en grain la pluie, yo juré
du pas janmin resquillé bal encô.

                  VAILLANT




                                                             176
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 234, jeudi 9 mai 1940


LES CONTES DU CLAIRON EN CRÉOLE


Z’enfants iépon-ne !!!

    En temps longtemps, en nègue
Congo té ni l’habitude fè an ti tounin-
viré contruban-ne. I té ka allé Ste-
Lucie, Dom’nik acheté bon mâché, tabac,
cigâ, cigarettes, touèle, d’autes choses
encô, épi ka rutounin ven-ne ça Mâ-
tinic bien chè. Mussieu ka fè en lagent
fou ! I ka pôté bel rhade, bel chin-ne
en or, bel gros bague an douète li,
chapeau panam-ma-ï à la bodzè pas ka
menti. Toute belles ti manmailles Saint-
Piè ka goumin pou-ï :
    — « Missié Congo, pa çi, Missié
congo pa là. »
    La vie-a té belle !... Mé zotte bien
compren-ne cété pas missié Congo yo
té ain-min, mé bel lagen-ï-là.
    Enfin, paroles l’Evangile bien vrai :
« Tout ça qui ni coumencement, ni
fin ».
    Missié Congo fè ti trafic-li pendant
dix ans. Mé i té oblié ti provèbe créole
nous-a : « Cent ans pou le voleû an
jou pou le maîte. »
    An jou au souè i sôti la Dom’nik
épi en can-not plein machandises. I
content. I ka calculé coup ta-a ka rap-
pôté-ï au moins vingt mille francs. Epi
lagen ta à, i ké prend rutrète-li, i ké
fini épi les z’affè du contruban-ne. Mal-
heureusement pou-ï, té ni an z’angui en
ba roche. Yonne cé bel ti man’zelles
là i té ka fréquenté-a allé dénoncé-ï à
la douane par jalousie sans-ï save.
    Dans ti nouè-a, côté Fonds-
Coré, sur lu point rivé à tè, i ka ten-ne
en voix en ba cé pieds raisin-a, bôde
lan mè-a :
    — Ho ! du canot !...
    Missié Congo, compren-ne an seul
coup i pris, au souè ta à. Ça i ké fè !...


                                                            177
                                          Le Clairon (1939-…)


An l’idée vini-ï. i ka dit ces matelots
can-not-ï là :
   — Nazé z’enfants ! z’enfants pas
iépon-ne !
   — Les douaniers : Ho ! du Canot !
   — Missié Congo : Z’enfants pas
iépon-ne ! Nazé touzou !
   — Les douaniers : Ho ! du canot !...
   — Missié Congo : Z’enfants pas
iépon-ne.
   An coup d’fusi ka pati : bo-o-o !
Yo dit nègue pè fusi, et Missié Congo
cé an nègue. Quand i ten-ne coup a, i
couè i ja mô.
   Aloss i ka poussé an grand cri, i
ka hélé :
   — Z’enfants iépon-ne ! Toute moune
ensem-me : « Ami-i-i-s !!! »
   Yo metté missié Congo la geôle
justemps « poule-bois mangé serru-a ».




                                                         178
                                           Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 235, vendredi 10 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


LE CAYALI

An jou, an Cayali,
Dans coré Lan-Mantin,
Ka promenin,
Con an grand flandrin.
D’l’eau-a té clair con cristal.
An paquet gros poissons !
Congues, taza, bon–niques,
Ka joué zouèle à l’entour
Pattes li
Mé mussieu pa té faim,
I té ka fait ti bouche…
I laissé yo pâti.
Ti brin plus tard,
Mussieu cayali senti bo-yaux-ï
Coumencé gratté-ï.
Aloss, i ka rouè : sadines,
Quia-quias, macriaux,
Ka nagé dans d’l’eau…
— Ça pas mangé pou moin !…
Mussieu Cayali
Pas couli !
I pa ka mangé
Ti jojos d’leau con ça ! »
Sadines pâti, titiris vini,
« Ça ça ié ?... Titiris ?...
Sans blague ! yo ka fouté du moin ?…
Sali bec moin pou ça ?... »
I sali-ï pou bien moins.
Vers midi, mussieu té bien content
Trappé en ti zagaïac, assou
Roche la riviè.
Mais la plus belle,
En bas la baille !
Une heure après, zagaïac digéré
Ka mandé payement-ï.
Arrivé au point terminus,
(L’anus)
I resté pris Cayali ka pleuré !
— « Aïe, aïe, aïe !...
Moin pa ké janmin mangé
Zagaïac encô ! »


                                                          179
                        Le Clairon (1939-…)


I fôcé, i fôcé !...
Piouf !... délivré !
Aloss, mussieu Cayali
Ka ri :
« Cra, cra, cra !
Moin kaille mangé-ï
Quand min-me ! »




                                       180
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 236, samedi 11 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


Cabrite en jadin nègue Edoua

   Pitit con grand, toute moune, yonne
busoin l’aute, yonne doué ren-ne l’aute
sèvice, yonne doué aidé l’aute, yonne
pas doué conyon-nin l’aute.
   Nègue Edoua planté en bel jadin
toutes sôtes léguimes : dachine, patate,
ban-nan-nes cône, mangnioc. I content,
i kaï fait en bel récolte pou-ï peut
acheter lan morue an bouc épi l’huile
pou metté assou-ï.
   Mé an jou bon matin, i ka ruçon-
naîte dachine-là fouillé : an lôte jou, cé
patate là ; an lòte jou encô, cé man-
nioc-là « Han !... Foque moin gâdé
zaffè moin. »
   I metté an z’attrape en bas pli bel
régime ban-nan-ne-la épi i pâti fè
chimin-ï.
   Côté au souè, an ti bolhomme qui
ka allé fè mangé lapins bô jadin-a ka
ten-ne en moune ka rouclé :
   — En moué !... En moué ! T’en
prie souplé !... Moin pris !... Vini tiré
moin !... »
   Ti bolhomme ka couri épi i ka
trouvé an gros papa nègue yo ka crié
Cabrite vlopé dans zattrape-là, qui té an
espèce du lépèvié en liennes douces.
« Cabrites té an jadin nègue Edoua. »
   — Ça qui rivé-ou non ? Compè ?
   — Moin té ka passé, moin tombé
dans zattrape Nègue Edoua-a.
   Délivré moin, mon fi, moin ka ba-
ou bon ti quéchose
   Ti bolhomme tiré ti can-nif li, épi
i coupé toutes ces liennes douces-là.
Quand nègue voleû-adélivré, i ka ri :
   « Kia ! Kia ! Kia ? »
   Epi i ka dit bolhomme là : Moin
couyonnin-ou. Moins té promette-ou
quéchose, mé moin pas ka fouté-ou ayen.


                                                            181
                                      Le Clairon (1939-…)


Ti bolhomme foucamp en murmurant
dans babe li :
   — Han !... Cé pas en seule fois…
« ingrat »… ka busoin pot’cham-me !




                                                     182
                                                    Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 237, 238 et 239, mardi 14 mai 1940


LES CONTES DU LAIRON EN CRÉOLE


Le corbeau et le renard

   An jou an Congo, philosophe con
yon pan, té ka allé lan messe nan bouc :
Nègue la faraud, chaîne monte en or-ï
pas ka menti, souliers-ï dans lan main-ï.
Mé i t ka pôté assous z’épaule-li an
bel ti coupé cabrite bien gras pou-ï té
fè mussieu labé cadeau : Cété fixe li.
   En chumin, i ka rencontré an
vieux coulie qui ka dit-ï :
   — « Coument, mouché ! An bel
n’homme con-ou ? Si bien habillé, fa-
raud, ou ka pôté a, cabrite assou dos-ou.
Ou pa rouè ou ké Sali bel z’habit ou
là ? Ba moin pôoté ça ha-ou ! Epi moin
ka maché plus vite, moin ké rivé au
presbytère avant-ou. »
   Mussieu Congo, couillon-a, pas fè
ni yonne ni deux. I ba coulie-a pôté
cabrite là.
   Mais coulie-a fè an chumin chien,
et zotte toute compre-ne ça qui rivé :
c’est ku mussieu Congo pas jamin
rouè ni couille, ni cabrite. Quand i rivé
nan bouc i di :
   — Foute !... Moin prend fè mé cé
dènié fois.

                           CRIC.

               *       *
                   *


Histoire Martiniquaise


Fertilité

   Figuré ou mon chè, hié au souè


                                                                   183
                                        Le Clairon (1939-…)


quand moin sôti en travail, moin ka
trouvé en chimin an clou à ferré. Pou
pèson-ne pas té piqué assou-ï, moin
ranmassé-ï. Lèu moin rivé à case moin
côté six hèu moin jété clou-a dèyè
case-là.
   Bon matin, lèu moin lévé, moin
ka trouvé boute nin an chouval ja ka
lévé an tè-a à foce i fertile.

                          CRAC.




                                                       184
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 240, mercredi 15 mai 1940


LES CONTES SU CLAIRON EN CRÉOLE


An maîte filou

Saint-Esprit ni en quartier éloigné
bouc, qui habité par des gens très ca-
tholiques. Yo croyant passé bon Dieu
puissant. Dépi longtemps, yo té busoin
en pasteur épi en chapelle, du façon
pou toute manifestation la religion yo, té
faite ça quartier-a minme.

Quand carin-me rivé, yo té la suve
chumin la croix, mé zafè chapelle là
yo pas té ni-a té ka chagrinin yo, con
moins pas ça dit-ou qui…

En bon matin, yonne du cé habi-
tants-a yo ka crié Piè Cochçn lévé, i dit
en cœu-i : En effet, lu lendemain, Piè
voyé invitation ba yo toute gens quartier-a
pou yo té ça trouvé yo dans en réunion
lan maison-ï. Leû toute moune rivé, i
dit yo : « Can-marades, moin pa ça
palé français, mé moin fait crié zotte
pou en affè sérieux. Bon Dieu fait dit
moin hiè au souè, qui fauque moin
sèvi l’abbé durant toute carinme là, ou
sinon nous toute ké mô damnés et cé
l’enfè qui ké ruçuvrè nous. »
   I pas té busoin dit plusse pou toute
moune té applaudi-ï. Yo jusse fait-ï
chèché sacristin-ï la minme. I choisi
Gilbè Mouton, en bougue qui ja volé
neuf mouton en savna-ne les autres.
   En fin, yo monté en chapelle con
yo peut. An billot bois cloué té ka sèvi
yo chaire.
Lu dimanche après, yo coumencé
faut cérémonie. Tous les jou té ni la
quète, initile mandé si Piè té content. Mé
quand té ni vingt-neuf jous ça té ka
duré, la quète coumencé decen-ne. En
jou i rappoté six francs seulement.
Piè dit : « Tonnè, ça pas sérieux, fau-


                                                             185
                                             Le Clairon (1939-…)


que moin fait la quète là augmenté ».
    Lu lendemain jou a. i monté
en chaire i dit ba tous les assistants :
« Hiè au souè moin ten-ne en voix qui
dit moin qui sé zotte pas métté plusse
lagent qui ça ; la quête : quartier nous-a
ké incendié et cé en chapelle nous-a du
feu-a ké coumencé. » Toute moune
ka tremblé…
    Piè rangé ti zaffè-ï, d’accord épi
Gilbè.
Dimanche bon matin, avant pè
son-ne rivé, Gilbè monté en trappe
chapelle là par en trou i té crévé dépi
la veille. i ppôté cinq tessons du feu, i
déposé yo là, en minme temps qui en
môceau bon-me fer blanc, épi i atten-ne.
Quand la quète coumencé, Gilbè voyé
un epu du feu ; toute moune metté yo
à jounoux. Piè crié tout fô : « Man-
maille metté plusse pou nous pas rôti
épi oû toute quartier-a pas passé en
feu. » Gilbè qui ten-ne ça, voyé toute
le restant du feu-a. Piè ruprend : « Papas
iches qui pôcô té ba madanme yo la-
gent l’ordinaire yo, rété sans ayen, metté
toute la quête pou apaisé bon Dieu ».
Aloss toute moune oumencé dévidé
toute poches yo . Quand Piè té assou
dènier banc-a, Gilbè passé tête li
ans trou-a i té entré-a, épi i crié !
« Hé missié l’abbé, eh… du feu a fini,
ça nous ka fait ? Nous ka fouté cé tes-
sons-a dèyè yo ? »
    Piè lévé tète li, i dit : « Tonnè
foute, moin p rend fè ». En minme
coup a, toute moun ensemble trappé
coutelas yo épi bàton yo, yo té quité bô
la pote chapelle là, yo bondit assou Piè
pou quimbé-ï, mé i té ja senti lu coup ;
i fait con en z’éclair.
Jusse jôdi, pèson-ne pas jnamain
ten-ne pâlé du-ï, pas minme madanme-li.


               ***




                                                            186
                                                                Le Clairon (1939-…)



           Notre concours de Contes

   Nous avons le plaisir d’annoncer à nos lecteurs que le Jury de
classement des copies composé de : MM. Revert, président ; Marie-
Florence, Coridun, Nay-Reine, membres, a terminé ses travaux hier
soir à 18 heures.
   Dans notre numéro de demain, nous publierons la liste des heureux
lauréats.
   Nous profitons de l’occasion pour remercier MM. Les Membres du
Jury du bienveillant concours qu’ils ont bien voulu apporter au Clairon.




                                                                               187
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 241, jeudi 16 mai 1940


LES CONTES DU CLAIRON EN CRÉOLE

Les aventures de cousin Taitaine

Té ni en chabin qui té tellement
imbécile, ku i pas té minme bien con-
naite nom ï. En fois i ka raconté moin
ku hè au souè, i té deux heûs du matin
i té assou la Levée ka souffè tellement
avec en mal tête, ku i tiré en burrin
dans gorge li. En aute fois, marraine li
voyé i touché dix sous en ouvrier té ka
doué-ï. Quand pou ouvurier-a payé-ï, i
ka dit-î : « Voici les cinquante centi-
mes de votre marraine ». Taitaine :
« Non mussieu lopold, cé pas 50 cen-
times cé dix sous ; marraine moin pas
té ven-ne par centimes ba-ou, moin pas
ka accepté-ï.
    En aute fois i té ka travaille au
bassin, en mal dent prend-ï, aloss en
ouvrier dit-ï mon chè prend madrasse
ta-a, marré rein-ou, pou vent pas entré
dans dents-ou. I coûté sonseil canmarade
là. En chumin i ka join-ne en nom-min
Renfalemant. Renfalemant ka dit-ï : « Ou
trop sotte, yo ka couyon-nin ou, dé-
marré vente ou épi allez vité à caille ou
lumin en gros réchaud du feu, plein
bouche ou d’leau, assise assou réchaud a,
tout temps d’leau pas bouilli, pas lévé,
après ça ou guéri.
    Cousin Taitaine fait con yo té dit-ï
mé pauvre malheureux, u lieu cé
d’leau qui prend bouillon, cé toute pos-
térieur-li qui brûlé.
    En dènié fois encô, parrain-ï té
mô, aloss après l’enterrement tout in-
vité pati à cailleyo, Nain-naine li ka
baille pois rouge épis lozis pou-ï mangé,
mussieu lévé en colè contre nain-naine
là, épi i ka dit-ï en pleurant ku i pas ka
mangé pois rouge pace i en deuil
parrain-ï.

                       TI POPO.


                                                            188
                                                               Le Clairon (1939-…)



            NOTRE CONCOURS DE CONTES

                                PALMARÈS


                   I                     Sainville, gagne soixante-quinze
                                         francs.
      CONTES EN FRANÇAIS
                                         3ème Prix : « La Guè-Zéclè ».
1er Prix : “ Un fameux Engageur”.           Melle Macotte, La Folie, gagne
    M. Jacques Gros-Désormeaux,          soixante-cinq francs.
19 Rue Ernest Renan,
gagne Cent francs.                       Mentions honorables : 1. Capitaine
                                         Paul. 2. — Jilo débrouilla.
2 ème Prix : « L’aveu ».                    MM. Judex 73 Rue Perrinon,
   M. Nicot, de Saint-Pierre,            et M. X. gagnent chacun, un ouvrage
gagne soixante francs.                   offert par des membres du Jury.

3 ème Prix : Deux frères Jumeaux :          Nous avons le plaisir d’aviser les
             Deux blouses.               gagnants qu’ils peuvent, à partir de de-
   M. Judex, 73 rue Perrinon,            main se présenter, personnellement,
gagne cinquante francs.                  aux bureaux du “Clairon” pour ré-
                                         clamer leurs prix.
Mention honorable : Faute d’un cheval.
   M. Branglidor, au Carbet,                Nos sincères félicitations aux heu-
gagne un ouvrage offert par              reux concurrents, et nos bien vifs re-
un des membres du Jury.                  merciements à tous ceux qui ont pris
                                         part à notre concours.
                   II
                                            « Beaucoup d’appelés, peu d’élus »
       CONTES EN CRÉOLE                  certes, comme dans toutes
                                         compétitions.
1er Prix : “Deux n’hom-mes               Mais, cela n’empêche que, parmi les
goumain”                                 contes non primés, il ne s’en trouve
    Madame STEL, gagne cent              de remarquables, que nous nous ferons
cinquante francs.                        un devoir de signaler sous peu.

2ème Prix : “Rara-à-vis”                    Nous commencerons la publication
   Monsieur Xavier, Terres-              des contes primés la semaine prochaine.

                                                             LE CLAIRON




                                                                              189
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 242, vendredi 17 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CREOLE


An z’yeux mal placé

Té ni en temps, cé té pharmaciens
Ou pitêt lapotikè qui té ka baye lavou-
Ment, posé sangsues épi raché dent.
Pou raché dents, ou té ka allé la phar-
Macie, mé pou lavement, lapotikè
ka allé à case moune là qui té crié-ï là
et i té ka payé-ï, bien entendu…
    En jou, mussieu Vigne, en gros né-
gociant assoy la place Fort-de-France
té ka soufè du ventre li ; i té constipé
dépi plusieu jous, ventré li té ka monté
et tête li té ka pris du feù. Con i té
plein l’agent, i té peù mô. Aloss, i fait
crié plus vieux medecin pays-a. Quand
Docteu-a rivé, i gadé z’yeux mussieu
Vigne, i gadé langue li, gorge li, i tou-
ché pouls-li épi i dit : « Mon cher
ami, pou ké prend imméditament en
grand lavoument bien chaud, épi après
nous ké rouè. Fait crié Potry, i ké vini
là minme », (Potry cé té an vieux phar-
macien qui té ka rété la rue Saint-
Louis, bô l’église)
    En effet, Potry rivé toute suite.
I vini èpi grans instrument-ï, qui té ka
quimbé en litre d’l’eau. Pendant Vigne
té ka installé cô-ï en chein fusi, Potry
té ka troussé manche chumise li. i té
ka prend position con en artilleu qui
ka pointé en pièce can-non. Au moment
i té ka vini pou i té introduit canule
clysopompe-là, i rouè en z’yeux ka gadé-ï.
Mes zan-mi ! I jété seringué-là à tè épi i
prend couri avec en telle vitesse qui o
manqué renversé iche Vigne dans l’esca-
lier-a.
    Ti gaçon-a qui té lé save ça qui té
rivé-a, pati dèiè Potry. Yo rivé ensemble
la pharmacie. Potry pède la respira-
tion, i pas ça palé. Enfin i fini pas dit
ba ti gaçon-a, i rouè en z’yeux ka gadé-ï


                                                            190
                                          Le Clairon (1939-…)


dans l’anus papa-ï.
    Aloss, jeune nhomme là métté-ï à
raconter : « Papa moin té ni en z’yeux
en verre. Tous les souè i té ka metté-ï
dans en verre d’l’eau. En jou la nuite,
i té souèfe, i oblié cô-ï, i valé verre
d’l’eau-a épi z’yeux-a.
    A l’heû ta là, Potry coumencé res-
pirer.
    I allé continué ba Vigne la vou-
ment a. Aloss flouppe ! z’yeux-a sòti.




                                                         191
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 244-245, lundi 20 mai 1940


LES CONTES DU «CLAIRON»


Auguisse quimbé fô !

    Après la disparition de Saint-Pierre,
des baraquements avaient été contruits
où, ces temps-ci, s’érige la banlieue
des Terres-Sainville.
    Le Maire de la ville, faisant de son
mieux, trouva des moyens rapides de
fortune pour installer les pauvres dés-
hérités.
    Une très nombreuses famille, dont le
père était charpentier, reçut pour sa
part une chambrette et quelques caisses.
Le brave homme conçut le plan sui-
vant. Il mit quatre bouts de bambou
en terre et deux traverses réunirent les
deux pieux opposés — sur eux des
bouts de planche formèrent le « plu-
mar». La mère et le père au fond —
les gosses devant, le plus petit âgé de
3 ans, tout devant pour les petits be-
soins de la nuit. Un samedi soir, après
la « paye », le papa n’entra pas tôt
et la nichée était au lit.
    Maître Oscar, un peu de vent dans
les voiles, en rentrant ne cherche point
à manger ; il était trop énervé par
l’alcool… A peine dévêtu il se jette sur
le lit ; mais de plus en plus énervé, le
voilà qui grouille en tout sens et, met
tout le « véhicule » en branle, Placa !...
Placa !... Placa !... Placa !...
    Le tout petit, pas soutenu au bout
du pont branlant, tombe sur le sol et
son aîné sur lui : Gniè !... gniè !...
gniè !...
    L’ainé, lui tapotant le dos pour le
consoler, lui dit : « Auguisse, pé – là !
La tè pas égale pou papa au souè ta là ».
Le calme étant un peu revenu, l’ainé sou-
lève son cadet et le remet à sa place.
    Hélas ! en temps de tempête, jamais
une vague sans une autre ! et voilà les


                                                            192
                                           Le Clairon (1939-…)


gosses à nouveau, précipités par etrre
par le roulis : »Placa !... Placa !...
Placa !... Placa !...
   L’aîné, en guise de consolation dit
alors au petit : « Auguisse, quimbé fô ;
crise nerfs appa-a rucoumencé prend ï
encô »
   Maître Oscar, entendant cela, sou-
dain dégrisé, sentit ses nerfs se calmer
du coup.

                      POLYGONE.




                                                          193
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 246, mardi 21 mai 1940


CONCOURS DU “CLAIRON”


1er Prix des contes Créoles

Deux “n’hommes” goumain…

    Compè macaque, cé bête qui couè
i plus malin assou la tè. Tout moune
connaîte ça. I lé couyonnin crétiens, i
lé couyonnin bêtes canmarades li, jusse
bon Dié i té lé couyonnin aussi.
    Z’enfant, couté ça.
    An jou, la veille, Noël, compè ma-
caque, allé trouvé bon Dié an ciel, épi
i di-ï, en langage macaque :
    — Bonjou, grand chef.
    Bon Dié. — Bonjou ti macaque.
(Tout moune save ku bon Dié ka com-
pren-ne toutes langues).
    — Macaque. — Grand chef, moin
vini fait-ou an proposition.
    Bon Dié. — Palé, mon fi, palé !
    Macaque. — Comme dumain cé
Noel, moin vini mandé-ou, souplé ba
moin la parole humaine pou moin peut
allé chanter cantiques, épi conté contes
épi cé manmailles-là. Moin ka pro-
mette ou, grand chef, vini un peu plus
sérieux ! moins pas ka volé encô, moin
pas ka menti encô, moins pa ka cou-
yonin pèsonne encô.
    Bon Dié. — Ça va, mon fi, ça va.
Moin bien content ou lé sauvé nâme ou .
Moin ké ba-ou la parole humaine, mais
à an condition. Pòté ba moin an
« caca chien » pou moin peut com-
posé rumède-là. Fait vite, mon fi, fait
vite.
    Compè macaque pati assou la tè.
I ka gratté tête li, épi toute cô ï. I ka
réfléchi : « Honk ! Coument moin ka fait
zaffè ta-a ? Eti là moin ké peut trouvé
an caca chien ?… »
    Compè macaque ka batte toute
Foyal, toute tè Sainville, Mône Pichevin


                                                           194
                                            Le Clairon (1939-…)


Sainte-Thérèse, i pas ka trouvé pièce
caca chien. Toute la rue propre, bien
balié, ka clairé. Cé an plaisi pou moune
ouè ça. Macaque pas save ça pou-ï fè.
   Tout à coup, i ka rouè an
gros papa chien ka vini. Tout moune
save ku macaque épi chien, chien
épi macaque, cé con zié épi piment.
   Ouape ! macaque grimpé vitement
assou en pilonne électrique au risque
brilé cô-ï. Quand gros chien-a pâti i
rudécen-ne à tè. I ka rouè an tout pitit
toutou pas plus gros ku an rate ka vini.
Macaque prend courage li à quatre
mains. I sauté assou dos ti chien-a, épi,
combat pété…
   Yo goumain, yo goumain… yonne
ka jappé, laute ka crié… Yonne ka
môdé laute…
   Ouape ! yonne... ch... (Pâdon par
respé) Macaque pas fait ni yonne, ni
deux. I trappé ça vite, i couri poté ï
ba bon Dié, tout chaud.
   — Bon Dié. — Macaque, ou cètain
ça cé… ta chien ?
   Macaque — Sûr et cètain, grand
chef.
   Bon Dié. — Dis moin bien, pace ku
quand moin ké fè rumède-là chien ka mô.
   Macaque. — Atten-ne ti brin, grand
Chef. Moin pa ka menti ; moin pas
bien sûr ku cé… ta chien ; Deux n’hommes
goumain, yonne ch…, moin pa save qui
l’est ce !
                       Mme STEL.




                                                           195
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 247, mercredi 22 mai 1940


CONCOURS DU “CLAIRON”

1er Prix des Contes français


Un fameux engageur

    Perché sur un des mornes du Sud
particulièrement vi par les vents,
dans sa petite case entourée de bambous,
il jouissait d’un renom mérité de gué-
risseur.

    Ce titre, il le devait à quelques
cures considérées comme merveilleuses.
C’est qu’il connaissait admirablement les
vertus de nos simples. Fils d’Africains,
filleul d’une CaraIbe gouvernante dun mé-
tropolitain docteur en médecine, iol avait
grandi, chez ce médecinqui s’était fais une
spécialité de l’étude des plante du pays.
Très intelligent, il avait acquis ainsi une
science empirique dont il faisait profiter
ceux qui le consultaient. Illetré, il in-
vitait volontiers ses clients à admirer la
bibliothèqeue héritée de son maître. des
volumes hébreux et latins devenaient
des livres cabalistiques et son prestige
‘en trouvais augmenté d’autant.

    Quelqu’un dont es affaires allaient
mal, vint, un jour, lui demander de l’en-
gager avec le diable » — « Bien volon-
tiers, mais êtes-vous courageux ? car il
faut du courage. — Je n’ai peur de rien !
— Refléchissez encore, car c’est grave,
et si vous êtes toujours décidé, venez
me trouver jeudi soir, à 11h. ¾, chez
moi. Munissez vous d’un miroir et d’un
coq tout blanc et frisé ! — Convenu !

   A l’heure dite, le futur engagé était
chez l’engageur. « Vous sentez vous
assez courageux pour affronter le diable ? »
— Oui, patron. — Alors, partons ! Et
l’on se dirigea vers un magnifique bos-


                                                              196
                                                Le Clairon (1939-…)


quet de balbous, tout à la cime du
morne. après des passes magnétiques,
des formules cabalistiques, l’engageur
murmura : « Courage ! » puis, il com-
manda : « lucifer des chrisofals ! ap-
paraissez, non pas e, bête, mais en
homme ! » une douce brise fit rendre
aux bambous une plainte qui glaça le
sang du néophyte ; Deuxième sommation :
« lucifer des Chrisofals ! apparaissez ; non
pas en bête, mais en homme ! » Rien !...
Troisième sommation d’une voix écla-
tante.. Alors, au lieu de l’apparition du
compère probablement caché dans les
environs, un formidable vrombissement
s’éleva des bambous : « Rou… rrou.ou..
ou.brrou.ou.ou » Changement à vue :
lançant et le coq destiné au sacrifice, et
le miroir, l’engageur s’enfuit à toutes
jambes suivi de l’engagé manqué. Vous
pensez bien que ni l’un ni l’autre ne se
vanta de l’aventure.

   Et le bruit infernal ? me direz-
vous ?... Oh ! les buissons ont des oreilles.
Un 4e larron, prévenu, les avait devancés.
D’une planchette au bout d’une corde, il
avait fabriqué « un vonvon » qu’il sut
utiliser à tour de bras au moment
psychologique. Et voilà !...


            ***


APPEL A MEDITER


En papa pour deux iches-li
mobilisés, avant yo embarqué

  Mes chers enfants, coument i prend
moin pou dit zotte ça moin ka senti
quand zotte save qui moin pas instruit
con zotte. Zotte pas bêtes, essayez
compren-ne moin ti tac !
  « Qui duvini l’Humanité si le
monde civilisé quitté la France péri ?


                                                               197
                                              Le Clairon (1939-…)


La France, pays la justice, la raison,
l’amour, la charité ; pays qui pas con-
naite couleu iche li, mé valeu yo.
    En 70 les Boches, conduits par
Bismark té lé anéanti la France. Grand
papa zotte épi plusieu Martiniquais
goumain sans répi. La France sôti
blessé, mé con bon Dieu toujou ka
baille rumède li à temps, i guéri vite,
mé i payé cinq milliards d’agent en or
épi l’Alsace et la Lorraine.
    En 14-18, toujou yo. Coup ta là cé té
Guillaume II i min-me qui té lé la dis-
parition définitive de la France. Tonton
zotte goumain tout patout épi yo, « Dar-
danelles, Charleroy, la Marne, chemin
des Dames, Verdun etc… etc… » La
France sôti victorieuse. Par Humanité, i
laguié lan main ti brin ba cé boches-là,
yo profité fait can-nons, tanks, cuiras-
sés, enfin tout ça yo té peut pou a pré-
sent yo ka vini chagrinin nous.
    Jôdi, Hitlè non seulement lé anéanti la
France, ça zotte pièce pas ké admettre,
mé aussi i lé ladisparition de toute la na-
tion. Malheu ! malheu ! à l’Allemangne.
Mot dordre : toute Français la tè en-
tiè, pitit con grand, jeu-ne con vieux,
blancs, nouès, jaunes, cacos, c’est :
« Mô pitôt la France pède en branche
chuveau-ï ». La France pas ka lutté pou
conquérir, mé pou ba le monde la li-
berté.
    Aloss, mes chers enfants, sort la
France en lan-main zotte. Qui Chinois,
Africains, Américains, Océaniens, Eu-
ropéens, n’importe qui race yo yé, yo
ké goumain cété la France pace cé pou
yo min-me yo ké goumain.
    Toute moune save, Allemands con-
naite an seul bagage ! « Ren-ne yo maîte
la tè entiè ».
    Cé pou nous goumain jusqu’à temps
la queue nous raché, sans peû ayen.
« En nhomme ka mô là i doué mô. »
    Z’enfants, nous toute en nous crié
ensemble »Vive l France immortelle ! ».

                              F.




                                                             198
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 248, jeudi 23 mai 1940


2ème Prix des Contes créoles

“Rara – à – vis”

    Actuellement toute nègue ka palé
latin.yo save « Rara avis » veut dit :
« homme rare ».
    — Coument ça va « rara avis » !
Ça veut dit :
    — Coument ça va « l’homme rare ! »
    Mé en temps Jésuchri té gade
champète, çé té an lotte chanson.
    En jou en temps longtemps, long-
temps, missié Boutigna té employé à
caille Saint-Léger Lalun à St-Piè. Cété
pli fô pou joué billa, mé i té couyon
con an noix, suceptible con an pété
chaud.
    En jou la semaine sainte, missié
Lalun ka voyé Boutigna la Banque chè-
ché an chèque. Mè i tè rété quêque
temps malade épi la goutte, i pas té ka
sôti pièce. Aloss, cé employé la Banque
la, pas té ka rouè-ï souvent. Yo ka fait
en ti plaisanterie épi ï, en latin, yo ka
dit-ï :
    — Coument ça va Boutigna « rara
avis ?
    Mé Boutigna, lu couyon, compren-
ne ça mal. Comme cé té la sumaine
sainte, dans toute la ville ti manmaille
ka fait maché « raras ». Tout moune
save raras ka remplacé cloches la su-
maine sainte. La rue Vassô, la rue Ra-
quette : raras ka tounin. — La rue Ti
Vèsaille, la rue l’Hôpital : raras ka
tounin : « ra ra-ra ra-ra »…
    Aloss Boutigna ka couè cé employés
la Banque là ka fouté du-ï, i ka couè
yo crié-ï « rara-à-vis », c’est-à-di en
vieux bougue ka palé, palé con an rara
la sumaine sainte, épi ki vicieux par
dessus le marché.
    Mussieu, encolè con ïan diable. I
craché à tè, épi i dit cé mussieu-a :
    — Espèces de crétins, vous aurez


                                                           199
                                            Le Clairon (1939-…)


de mes nouvelles.
   Epi i foucamp allé dit Musieu Saint
Léger Lalun i ka voyé catel pou cé in-
solent-a. Mussieu SaintLéger ka allé vite
la banque rouè ça ça ié, ça qui rivé.
— Ça zotte fè Boutigna, i encolè con ça ?
   — Ayen du tout. Nous dit-ï « Bon-
jou l’homme rare « rara avis ! »

   Quand mussieu St-Léger ten-ne ça
i manqué tombé à tè, tellement i ri ça.

    Mé plu belle-là, zaffè “raras avis”
là tombé an ba langue ti manmaille
Saint-Piè. Yo té ka fè an Can-naval
épi Boutigna chaque fois i ka sôti dans
la rue. A la fin i té ka vini fou pou
toute bon, et yo té à la veille fèmin-ï
lan maison de santé mussieu Danceni,
la rue Vassô, quand volcan a pété, épi
i brilé dépi “rara avis”, juste toute
moune.
    Moin minm qui ka raconté zotte
ça-a, cé chappé, moin chappé en bas
éruption-a, à fôce moin couri.

                      XAVIER.




                                                           200
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 249, vendredi 24 mai 1940

LES CONTES DU CLAIRON EN CREOLE


Tintin Soudo
    Carénage té ni en n’homme yo té
ka crié Tintin qui té né soude. Yo té
baille en ti soude nom : Tintin Soudo.
I té ainmin joué baccarat en pile. Au
baccarat, dépi i té ka pède comme par
miracle, i ka ten-ne tout ça moune ka dit.
Quand i mandé en camarade lit prêté ï
cent ou bien deux cents francs, pace i
[auché], i ka ten-ne bien, si ou di ï ou
pas ni. Mé si i ka gaingnain, i ka
vini plus soude passé en pôte cham-me.
Toute manniè ou peu palé, ou peu crié,
ou peu vini dans zoreille li, i pas ka
ten-ne. A la fin, enbété épi ça, ou ka fini
pas quitté-ï. I pas jan-main répon-ne, i
ja save cé en l’agent ou ka mandé-ï
prété.

                  *
              *       *

   En fois, 14 juillet rivé. A midi Tintin
ka gadé, i ka roué toute chien ka couri
tout patou. Entre temps i ka perçuvrè
en ti bruit (can-non a ka éclaté tellement
fô) I ka mandé can-marade li Ti-jô : « Ça
qui rivé con ça toutes les autes chiens a
ka couri, Moin ten-ne en bruit yonne
fè en ti péte ? »
   Ti-Jô — Mé non , mon chè, jôdi 14
juillet, cannon yo ka tiré.
   Tintin pati faché, ka gâdé Ti-Jô gros
yeux.


              *

2ème Prix des Contes Français


L'AVEU


                                                             201
                                             Le Clairon (1939-…)


   Babette, la petite sotte,, entra en
coup-de-vent au jardin, où tricotait
Martina, et lui dit :
   — Mam'zelle vini vite, ni an bel mus-
sieu béké France qui ka mandé pou ou.
   Sur la carte de visite, Martina lut :

          JEAN-NOEL
          artiste - peintre
  ancien combttant, croix de guerre
       en mission aux Antilles

Saisie par un vif sentiment de curiosité,
elle entra dans le salon. A sa vue, le
visiteur se leva et s'avancçant au devant
d'elle, jeta avec alacrité, en lui tendant
les deux mains :
    — Bonjour, marraine!...
La jeune fille ne répondit pas tout
de suite. Elle resta une seconde im-
mobile, hésitant à comprendre, puis, se
décident :
    — Je me demande, monsieur, si
quelque méprise…
    — Non, non!... Mademoiselle. Au-
cune méprise. Mes renseignements
sont exacts. Vous êtes bien Mademoiselle
Martina X..., n'est-ce pas ?...
    — En personne.
    — Alors, je me présente : Jean-
Noël, votre « filleul » de guerre.
    Il y eu un silence, que Martina
rompit.
    Oui. J’avais en France un
« filleul » de guerre. Mais les der
nières nouvelle que j’ai reçues à son
sujet, il y a dix-huit mois, me laissaient
peu d’espoir. Un mauvaise blessure à
la face mettait, m’a-t-on écrit, ses
jours en danger. Il s’appelait Jean-Léon.
Vous l’avez sans doute connu, et vous
m’apportez la nouvelle de sa…
    — …de sa résurrection. Je l’ai connu
c’était même « mon meilleur ami »,
car c’est moi ! Jean-Léon m’était que mon
pseudonyme d’artiste, mon « nom
de guerre », Léon, anagramme de Noel.
Pardon, marraine, pour ce petit men-
songe !
    Le regard de Martina s’animait par


                                                            202
                                                   Le Clairon (1939-…)


degrés. Elle commencait d’entrevoir la
vérité. Jean-Noël continua.
    — J’ai été « amoché » en octobre
18, en allant entre les lignes, un soir,
porter secours à un petit soldat marti-
niquais, qui avait eu la jambe cassée,
et qui criait, depuis des heures dans
les barbelés. J’avais réussi à le ramener
évanoui, sur mon dos, lorsque, à dix
pas de notre tranchée, un éclat me
toucha au visage. Qu’est devenu mon
compagnon d’armes ? Je ne sais. Mais
j’ai retenu son prénom, qu’il a eu seu-
lement le temps de me dire : « Charlius ».
Martina écoutait passionnément, ses
yeux s’illuminèrent. La voix brouillée,
elle demanda :
    — Alors, c’est vous qui avez sauvé
mon frère Charlius ? Comme la Provi-
dence fait bien les choses ! Ah ! Mon-
sieur !... filleul !. Si vous savez ses regrets,
son chagrin de n’avoir jamais pu connaître
son sauveur ! Avec qu’elle joie il vous
reverra !... Soyez le bien-venu chez
nous. et dites moi vite comment vous-
même, avez échappé à la mort.
    — Un vrai miracle ! Et accompli par
un grand savant. Votre illustre compa-
triote le Docteur Morestin, le bienfaiteur
des « Gueules Cassées », m’a pansé,
puis modelé, sculpté, refait un visage,
qui, ma foi, n’est pas si vilain à regar-
der. »
    Beau causeur, Jean-Noel eut vite
fait de raconter sa vie de soldat, ses
quatre années de misères ans la boue
des tranchées. Il conta par quel
singulier hasard un journal de la Mar-
tinique, lui tombant sous les yeux, il
y trouva l’annonce de Martina, deman-
dant à adopter un « poilu » du front.
Il rappella les lettres réconfortantes
qu’il recevait d’elle, les petites gâteries :
colis de rhum, café, confitures, partagés
avec les « copains ». Il dit comment
on parlait entre soi, de cette Martinique
lointaine que l’on ne connaissait pas
et où les gens au coeur chaud et com-
patissant produisaient de si bonne chose.
La guerre finie, s’il avait accepté une mission


                                                                  203
                                             Le Clairon (1939-…)


aux Antilles c’était afin de con-
naître sa « marraine », lui apporter de
vive voix ses remerciements et ses hom-
mages.
   Pour la première fois, Jean-Noël
éprouvait à cette évocation d’un passé
récent, et si terrible, un sentiment d’une
grande douceur, comme si la présence
de la jeune fille eût été un baume à
ses rancœurs.
   A mesure que parlait Jean-Noel,
un phénomène semblable s’opérait en
Martina, qui sentait fondre la glace de
sa grande réserve native. Elle pensa :
   Est-ce bien vrai ? Me voici donc en
pésence de « mon » héros dela Grande
Guerre, lui qui au risuqe de sa vie
a secouru mon frère blessé ?...
   Elle lui prit la main , la serra for-
tement, et dit simplement :
   — Merci !

                *
            *       *

   Pendant six mois, le peintre Jean-
Noël travailla d’arrache-pied. Ses ta-
bleaux terminés, emballés, expédiés, il
lui resta quinze jours de libres, qu’il
consacra entièrement en promenades,
en causeries, en flaneries délicieuses, en
compagnie de Martina.
   Celle-ci était transformée. Sa nature,
d’habitude encline à la mélancolie, déve-
nait plus enjouée, à mesure que l’inti-
mité s’affirmait entre ces deux êtres,
faits pour se compléter…
   Enfin, l’heure du départ — de la
séparation — avait sonné. Le paquebot
Pérou partait dans quelques instants.
Jean-Noël allait rentrer en France.
   — Comme le temps passe vite !
soupira la jeune fille… Alors, vous partez
ce soir ?...
   — Hélas ! fit Jean-Noël. Il le faut
bien…
   — Pourquoi cette tristesse ?... La
gloire, les honneurs vous attendent à
Paris…
   — Depuis quelque temps, je ne me sens


                                                            204
                                              Le Clairon (1939-…)


plus moi-même. Votre Antille nostalgique
m’aura subtilisé mon âme…
    — Oh ! N’exagérez rien, ami ; La Mar-
tinique vous a été accueillane, voilà tout.
Pour vous, elle a fait son plus gracieux
sourire. Ainsi, durant votre séjour, pas le
moindre cyclone, le plus petit tremble-
ment de terre, la plusbénigne éruption
volcanique. Il faut reconnaître aussi que
vous le lui avez bien rendu, et que
vous avez peint notre ciel de feu, nos
gorges sauvages, nos falaises abruptes,
nos types populaires, avec maëstria.
     — Et moi, j’ai bien peur, que votre
« pays de revenants » ne m’ait pris
tout entier. Je me demande même si
j’aurai la force e m’arracher à cet en-
voûtement, et partir tout à l’heure…
    — Vous m’effrayez…
    — C’est la vérité. Mais, de grâce,
laissez-moi achever. Il me semble que
j’ai absorbé un de ces philtres puissants
qui font perdre la mémoire, et oublier
le chemin du retour, aux voyageurs
imprudents. Une magicienne « de ma
connaissance » me l’aura versé à mon
insu.
    — Parlez-vous sérieusement ?...
Alors, vous y croyez vous, à ce… que
vous venez de dire ?
    — Si j’y crois ? Mais, vous aussi, y
croyez. Je le vois à votre émotion.
    Ils n’eurent pas besoin de se dire
davantage pour se comprendre Et l’aveu
jaillit, spontané sous le baiser :
    — Jean-Noël, je t’aime.
    — Je t’adore, Martina.
    — Une heure après cette scène char-
mante, « Le Pérou » dans un glorieux
coucher de soleil, appareillait dans la
darse de la C. G. T. A son bord, un
passager manquait. N’empêche ! L’or-
chestre du bateau jouait la cantilène
traditionnelle de chaque départ :

     Adieu foulards, adieu madras…
     Dondou à moins, i ka pati,
     Hélas ! hélas ! Cé pour toujours…

  Les deux amoureux n’avaient pas


                                                             205
                                             Le Clairon (1939-…)


bougé. Ils se sentaient si heureux ! Mains
jointes, ils écoutaient, en souriant, le
nostalgique adieu caraïbe qui, par
instants, montait jusqu’à eux sur les
ailes du vent.
   A la fin avec un tremblement im-
perceptible dans la voix, Martina dit
doucement :
   — Tu vas manquer le bateau, mon
Jean-Noel. Ne tarde plus.
   Y penses-tu, ma chérie ? Tu sais
bien que je reste, fit Jean-Noel, en l’em-
brassant encore.

                         NICOT.




                                                            206
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 250, samedi 25 mai 1940


Concours du CLAIRON
3ème Prix des Contes créoles


La guè zéclè
   Missié Hitlè peut dit i cé en nhom
me qui ni chance Lombri-ï coupé épi
en ti pièce quate sous. Voilà en nhom-
me qui apren-ne peinte babouilleû,
épi actuellement cé en gros « tchappe ».
I ka couè i plus grand qui Napoléon,
plus vaillant ku Guillaume II. I semble
ku i ni raison pace jusqu’ici tout ça i
dit i ka fait, i ka fait-ï.
   En jou bon matin, Hitlè, quand i
fini bouè café-ï, dit con ça : « Moin
lasse fait lu peintre babouilleû ; moin
préten-ne monté en grade » Aloss,
comme i connaîte tempérement bôches
qui peut pas maché, si en chef pas
là pou coumandé yo, épi botté derrié
yo, i dit « Zotte busoin en chef,
prend moin, moin connaîte en man-
niè nouveau pou fait la guè, yo ka crié :
« La guè zéclè »
   Nous caille gaingnain toute combat
sans tirer en seul coup d’baton »
   Dépi jou ta là, pou tout d’bon,
cé yan !... Hitlè ka fait zéclé. I fait
soldats-i entré en Autriche ; yan !… En
Tchécoslovaquie ; yan !… En Pologne ;
yan !… I ka fait zéclè tout bonnement.
Mé, pou i rivé fait ça i ka botté derriè
cé boches là, i ka pigé [« mices »] yo, i
ka défenne yo bouè ti punch yo, i dé-
fen-ne yo ni lagent en poche yo, i défenne
yo fumin, i défenne yo bouè café, i ka
obligé yo fait en seul rupas par jou.
Tout ça, pou toute lagent-a sèvi pou
fait « la guè zéclè ». Cé boches imbé-
ciles là ka dit : Mèci, épi « Hel Hitler »,
ça qui veut dit : « Bravo Hitler ! con-
tinuez toujou con ça. »
   Aloss, missié ka continué. Laute
jou, i ka dit : cé Alliés franco-anglais-a
cé des couyons. Moin ka fait yo rouè


                                                             207
                                             Le Clairon (1939-…)


moin ki « coché » la Norvège en babe
yo, épi yo pa ka peu fait ayen. Moin cé
« La guè zéclè ». « La gè zéclè »
cé moin. Moin ka prend la Norvège
con en coute zéclè : yan !…
    Aloss, i voyé quèque bâtiments
remplis tourisses en Norvège Mé , en
bas z’habits chaque cé tourisse là, té ni
en rade soldat. Hitlè fait en signal épi
yan !… toutes cé tourisses là tounin sol-
dats, épi yo envahi la Norvège. Mé,
messieurs zé dames, zotte pas rouè
ayen. En ti moment pôkô té pasé, cé
bôches là ka ten-ne des qualités coup
d’tonnè ka vini assou yo, yo pas ka
compren-ne cô yo ! Epi en la pli obus
épi balles ka rozé yo tout patout. Yo
fou ! Yan !… Yo couri serré dans toutes
trous, con rates. Yan !… yo [ten-ne] !…
Cé té les anglais épi les Français qui
té ka vini au sucou la Norvège. (1)
    Missié Hitlè ruconnaite ku i
« prend fè » en Norvège. Alors i dit
con ça : « Moin busion un peu beû
épi un peu fromage pour moin ba cé
manmaille moin-a mangé. Aloss i entré
en Hollande, en Belgique, en Luxem-
bourg, en France con en couteau chaud
dans en quâ beû ! yan !…
Mussieu ka couè z’affè-ï té trop
belle. Mé pôve pépé, cé palé-a qui
longue… Dans en ti moment dé qua-
lités coups d’tonnè coumencé pâti
assous cé tanques bôches là. Yo fou !
Missié Hitlè raché ti moustache à
la Charlot ï là.
    I ka répété, plus doucement, actuelle-
ment : « La guè zéclè cé moins ! » I pas
té save ku après zéclè cé tonnè et ku
tonnè, cé Maréchal Pétain épi Général
Weygand. Yan ! L’hivènage rouvè pou
M.Hitlè…
    Les anciens toujou dit nous :
« Moune qui ka joué épi zéclè, tonné
ka brilé yo. »

               Mlle MACOTTE.

(1) Pour le concours le récit s’arrêtait
ici. Mais à la demande du jury, l’auteur


                                                            208
                                           Le Clairon (1939-…)


a du le compléter et le mettre au niveau
de la toute dernière actualité

                   N.D.L.R.




                                                          209
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 251 et 252, lundi 27 mai 1940


CONCOURS DU “CLAIRON”


Mention honorable
CONTE CREOLE


JULOT DÉBROUILLA

   Té ni en fois, en ti gaçon yo té ka
crié Julot. Toute moune té connaîte-li
pou en cireû. I té ni 8 ans, i té ka pré-
paré première communion solennelle-li
caille en madan-me yo té ka crié Pauline.
La retraite coumencé, premier moune
qui caille madanme là cé Julot. Té ni
en bande ti fi épi en bande ti gaçons.
Les souè leû yo té fini mangé épi fait
la priè yo, yo té ka allé couché. Mé
madan-me là dit en « cœu-ïça pas peu
faite con ça ; ti gaçon pas ka domi dans
en minme côté épi ti fi. »

   Et comme ti caille là té haute et
bas i décidé-ï metté cé ti gaçons-a en
haut épi cé ti fi-a en bas. En effet, cé
ça qui faite.

    En milieu la nuit-là, yo ka ten-ne
en désode en bas ; qui donc côté-a cé
ti fi a ka domi – a. Vitement
madan-me là décen-ne en bas. Aloss i
rouè Julot parmi ces fi-a. I mandé
Julot ça i vini chaché là ?

   Julot. — C’est pas faute moin mam-
zèle, moin glissé décen-ne.

    Manzèle-là. — Ou glisé décen-ne hé
bin ou pas ké ni la pein ne glissé dé-
cen-ne encô. I minnin Julot dans chan-me
li épi i allé rucouché.

    Le lendemain au souè, i metté cé
fi-a couché en haut, épi cé gaçons-a eu
bas, puisse yo té ka glissé décen-ne


                                                              210
                                              Le Clairon (1939-…)


facilement con ça.
   En milieu lan nuite là, i ka ten-ne
minme désode là en haut. I ka lévé épi
i ka monté. Cé toujou Julot i ka rouè
parmi cé fi a. Aloss i dit : « Julot ça qui
rivé ou au souè ta là encô ? »
   Julot. — Cé pas faute moin, moin
glissé monté.
   Maitresse là. — Mon fi ou trop ma-
lin, moin ka permette-ou glissé décen-ne,
mé glissé monté ça pa peu zète. Comme
ou ja assez fô, prend chumin caille man
man-ou.
   Dépi jou ta là yo pas janmain tenne
désode encô ni en haut ni en bas.

               Mlle BONHEUR.

NB. Le 3ème prix des contes français, pa-
raîtra demain.




                                                             211
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 254, mercredi 29 mai 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


Mariage Crabes

   L’habitation Grand’Case, Rivière Salée
ni en vié africain qui vouté tellement ku
tête li ka presque touché pié i. Cé en
pruneû qui pas connaîte foce li. Yo ka
crié ï « Arnaud baissé bas ».
   L’aute jou i té ka di moin ku pas ni
ayen du plus bel pou zyeu rouè ku en mariage
crabe, la Saint Jean-Baptiste
dans mangues la Rivière-Salée. I mété i
à raconté moin en histoire qui certaine-
ment vraie, pace Arnaud pas janmin
menti de sa vie. Moin ka raconté zote li,
du coté moin, sans fait pièce bénéfice
assou-i. :
   « Quand mois juin rivé, épi crabes
fini mayé, yo ka laissé la Mareille, la
Maupon, Pont-Bac, Pont-Violon et toute
mangue les environs, pou yo ren-ne yo
dans bouc la Riviè Salée. Là, yo ka
envahi toute maison ; yo ka couri dans
can-nal, dans tuyau, dans goutiè, dans
salon, dans la cuisine, dans la-cou. Cé
crabe là ka monté l’escalier, yo dans
chan-me, dans cabinet, enfin tout patou.
   En fois, M. et Mme Rosace ku toute
moune connaite la Riviè Salée, après
soupé, monté tranquillement dômi en
chan-me yo. Lan nuite, coté une heure
du matin Man Rosace té ni en mal vente ;
i couri en cabinet i, épi assise vitement
assou pôte chanme li ; mé té ni en mal cra-
be en fond pote chan-me là ; i senti en ba-
gaille chaud tombé assous zécale li, i cha-
ché chapé pié i, mé té ni en couvètu en
en vian-ne. Mon compè crabe pas fè ni yone
ni deux, épi gros môdan i, y quimbé en
bout vianne. Man Rosace sauté, i
mété i à crier, à piper. Mussieu Rosace
lévé en sursaut, i couri rouè ça qui rivé
madanme-li. I lumin lampe li, épi, sans
pède temps, i baissé pou i môdé môdant


                                                              212
                                            Le Clairon (1939-…)


crabe-là pou i té lagué madan-me. Mé
comme i té blié quimbé ti modan a
avant, ouap ! i prend boute nin i.
    Mé zanmi, mi zaffè ! Man Rosace ka
crié au soucou. Toute gens la Riviè Salée
lévé en caban-ne yo, yo défoncé la pôte
maison a, yo monté l’escalié, mé lè yo
rivé en haut… Qui bel tableau !...
    Moin ni en seul rugret, cé ku moin
pas té pôté appareil photographique
moins, pace cates postales moin té ké
ven-ne, jôdi moin cé riche, yo pas té ké
cri é moin « Arnaud baisé bas ».

                     TI PAUL.




                                                           213
                                                 Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 257, samedi 1er juin 1940


LES CONTES
         DU « CLAIRON »
                      EN CREOLE


  « Voleû chè !...
Voleû doudou !... »

    Man Joseph peut di i cé en belle
cabresse apétissante, magré i ja ni la
cinquantaine…
    Dépi quèque temps, i ka rumaqué
voleû ka visité jadin ban-nan-ne li a.
Comme cé an femme qui brave, qui pas
peû ayin, i dit : « Fauque moin veillé
moune-là qui ka fait moins cé vols ta-a ;
moins kaille fouté-ï an seul coup d’cou-
telas, moin kaille tué-i fouète ! »
    Qui fut dit fut faite. Chaque souè,
man Joseph ka allé séré cô-i dans
pièce ban-nan-nes là épi grand coutelas
vingt deux pouces li an lan main ï.
    Enfin, en jou au souè, té ni environ
2 heû i té baissé en bas an belle touffe ban-
nan-nes. Té ka fè nouè, té ka fè fouète,
i ka griloté. Cabrite bois ka hélé, bête à
feu ka clairé, mabouila ka mimiré. La
tremblade prend man Joseph, i coumencé
peû. I ka dit en cœu-ï : « Si en n’homme
paraîte duvant moin, est-ce moin ké ni
la fôce ba-ï en coup d’coutelas ? » I
coumencé rugretté. I té ka vini lévé pou-i
pâti quand i ka tenne : « choua ! choua ! »
en pied ka maché assou zèbes sec-là.
    An n’homme passé côté-i épi coumencé
coupé plus bel régime ban-nan-nes-là.
    Man Joseph duboute, mais la frayeû
fait-ï lagué coutelas-a, épi i coumencé crié :
— au voleû ! au voleû !...
    Quand n’homme la rumaqué ku cé épi
an fam-me i ni affè, i lagué régime ban-
nanes-la épi i quimbé femme-là.
    A çu moment, la cacarelle prend cabri-
te-bois, bête-à feu épi mabouilla, seuls
témoins « crime-là ». Yo pé, chat ! N’homme


                                                                214
                                                  Le Clairon (1939-…)


épi fem-me ka goumin, ka roulé, con
deux bèfes.
    Au moment, yo ka ten-ne man Joseph
ka crié tout doucement con an moune ki
ka mô :
     — Aie !... Voleu chè !... Aïe ! voleû
doudou !... Ou ka tué moin !...Rété
tranquille !...
    Quand cé ti bète bon dieu-a tenne ça
yo té aux anges. Yo rucoumencé chanté
à tue-tète. Bète à feu-a rucoumencé clairé :
yan ! ça moin ka ten-ne là ?...
    Quant à ti comparaison du mabouilla-
a i ka rican-nin con an ti polisson ku i yé :
— « Pam pono, Pam ponobis !... Man
Joseph, chè doudou fait attention, cabrite dans
jadin ou !... »

                     Ninnin-ne Exilie.




                                                                 215
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 260, mardi 4 juin 1940


LES CONTES DU « CLAIRON » EN CRÉOLE


A chacun son métier

    En jeune gens qui té anmain palé
en pile et qui pa ça rouè robe avocat,
si i paté compren-ne i té en dudans ï,
décidé ï à fait droit ï. I entré l’école
Palais Justice. Pas té ni deux jou i té
là, i té ja plein cadence. Toutes camara-
de là té ka crié ï maître de Bellegame.
Mé hélas ! trop pressé pas ka fait jou
rouvè. En fois, maître de Bellegame
assou la savan-ne ka fait la cou pou en
fi, i ka ten-ne en chauffeu lauto ka
raconté qui yo fini metté ï en contra-
vention. Maîte pas resté couté le restant.
Dépi i ten-ne contravention i paré pou
plaider. I en ni plaqué fi a épi i couri
éti chauffeu a : « Monsieur, vous avez
été victime d’une contravention. Je vais
vous défendre. Ayez confiance. »
    Imbécile du chauffeu a quitté
mussieu prend l’esprit ï. I ba maite en
provision en attendant…
    Jou affè a, maîte de Bellegame ka
paraite épi toute gilet matingale li,
serviette li en bas bras ï, tête li en lè
con en couresse ka travèsé la rivie. I
allé assise dans banc les avocats épi en
main-niè important.
    Le Juge de Paix. — Prévenu, je vous
infligerai, une condamnation insignifiante,
attendu que votre cas est sans
importance.
    Le chauffeur. — Missié lu juge
moin ni en défenseu.
    Le Juge. — Parlez, M. le défenseur.
    Maîte de Bellegame. — La défense
a beau chercher un débouché, elle ne
peut le trouver. Mon client a été contra-
ventionné. Destin et Destinus, c’était sa
destinée. Mais voyant que mon client
sera condamné, je vous en supplie, M.
le juge, laissez partir ce malheureux


                                                             216
                                            Le Clairon (1939-…)


père de famille avec les seules peines de
quinze jours de prison et de vingt cnq
francs d’amende.
    Maite fini, i assise, ka sué con en
bourreau, i ka rangé cravate li Pendant
temps a toute moune ka ri, jusse M.
lu juge.
    Mé péson-ne pas rumaqué ku
chaffeu a té sôti Yo ka rouè i ka rentré
épi en man-nivelle lauto, en démonte-
pneus, tous les deux bras ï lévé pou i
frappé maite. Heureusement la police
ni temps intervini.
    Quand à maîte de Bellegame, i
disparaite du la circulation. I pas jan-
main rumetté pied ï au Palais.
    A chacun son métier, qui veut dit :
« Chaque bœuf dans piquète yo ».

                 GROS GECE.




                                                           217
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°272 et 273, lundi 17 juin 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PUBLIÉS
        DU « CLAIRON
                 EN CRÉOLE


Les trois diables
   Té ni en nhomme riche qui té ka
fait la charité en man-niè-ï. Tous les
jous i té ka invité toute can-marade
malheureux ï à dinin. Ça qui té invité
jôdi pas té invité dumain.
Cé pou dit cé pas té toujou les
minmes. Mé té ni parmi yo an jeun-ne
n’homme qui té mangé toute fortune
papa-ï. I té prend l’habitude vini
tous les jous san invitation. Maîte
d’hôtel là rumarqué ti jeu-a. I dit pa-
tron-a ça. Patron-a baille l’ordre metté
couvè jeune n’homme là à coté ta-ï
Maite d’hôtel obéit.

   Lu lendemain quand mon nhomme
rivé i assise en place li La conversa-
tion ka allé. An moment donné, maîte
lan maison-a dit-ï : « Mon cher ami,
ou ka paraîte intelligent. Est-ce ou peut
di moin combien diables ka existé ? »

  Jeun-ne gens-a réfléchi épi i ré-
pon-ne : « Moin ka rucon-naite trois » .

  Maîte lan maison — Ah ! bon ! Dis
moin coument ou ka criyé yo ?

   Sans hésité jeune gens a dit : « Ni
an bon diable, cé rou ! ,ni en mauvais
diable, cé maîte d’hôtel ou-a ; ni en
pôve diable cé moin.
   Vieux patron-a té obligé prend ri.
Dépi jou-a lan maison ï té rouvè pou
pôve diable là ».




                                                              218
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 274, mardi 18 juin 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE
Gros – Dos… Grodi

   Si pè Ti-Asson l’asile jôdi, cé
bien par faute li cé nhomme là tellement
ainmain belles fen-mes. Minme quand
yo maillé, yo toujou ka couri… Pôve
pè Ti-Asson, i pas ni chance. I té ja
né bossi, mé ça pas té ka empèché-ï
fait lu muscadin.

    Quand i té metté pantalon blanc ï
épi gilet nouè ï, soute gilé-ï épi gilètié
en or li, panan-ma-ï, cé té baille lè
pou i descen-ne en bouque. I té ka
quitté vié fen-me li-a pou i té alé dèïè
en belle jeun-ne chabine. Malheureu-
sement pou-ï chabine là pas té lé
enten-ne épi-ï Chaque fois i té ka
toisé-ï en disant : « Mussieu, ça ou cé
dit ? An belle fen-me con moin cé peu
ain-min an n’homme con ou ? Ou tou-
nin bossi encô Allé fait yo tiré bosse-
là ba ou compè ! » Ti-Asson an dé-
sespoir ka ruprend chumin case li tout
en maudissant manman-ï qui fait-ï
infime.

   Par bon-heû pou-i en jou i ka
rencontré maite Dôlô. I ka raconté-ï
sucré-a.

   Maite Dôlô — Mou chè Ti-asson.
pas embété cô-ou. Moin ka indiqué-ou
an bon man-niè pou ou rivé Ou ké
allé la montagne Vauclin. An ti détou
d’l’eau découpé-a ni an madan-me là
qui ka ba moune bon rumède. Si ou
suive bien ça i di-ou, i ka tiré mal là
ba-ou, mé si ou pas suive ça i dit ou,
i ka-ï ba ou an aute infirmité.

   Couté bien, i ké fait ou monté assou


                                                            219
                                               Le Clairon (1939-…)


an seul pied à l’entou an grand du feu
en disant : « lundi, mardi, mercredi,
jeudi, samedi, dimanche, mé fauque
ou pas dit vendredi, sans ça ou fini
batte mon chè moin peu palé ou du ça,
cé la moin sôti. Ou ka songé grodi-a
moin té ni-a. Eh bin, à présent moin
plate con an cassave.

   Ti-Asson — Mèci compè. Ou pas
busoin peû, moin filé pou moin
tombé en trappe là, Moin pas ké fait
bétise.

   Ti-Asson pati épi minme vitesse ti
bourrique Maitre Châle-là. An seul bagage
i ka songé cé belle chabine-la. Quand i rivé
caille madan-me là, sans min-me couté
parole li, i coumencé sauté, épi i lagué
à toute : lundi, mardi, mercredi, jeudi,
vendredi…

   A pein-ne i té dit vendredi, i ten-ne :
pô !… I tribuché, i senti i gonflé. Cé té
grodi pè Dôlô a yo té ajouté baille…

   Pè Ti-Asson tout embété, tout con-
trarié, viré caille madan-me li. En
entrant madan-me là gadé i épi i dit-i :
« Ti Asson, moin té ka suppôté ou épi
an gros dos, mé à présent ou ni an
gros dos épi an grodi, foucan, mon chè ! »

   Ti-Asson dépi jou a pède chumin
case li, cé l’asile i échoué…




                                                              220
                                                                Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 275, mercredi 19 juin 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


      Belfô
boucher molocoye

Photocopies de trop mauvaise qualité. Travailler à partir du microfilm original.




                                                                                   221
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°276, jeudi 2à juin 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                  EN CRÉOLE

Gôgô tu mangeras…
et boiras, à la sueur de ton front

Les zhom-mes té péché tellement
ku bon Dié an jou irrité contre yo, de-
cidé-ï à voyé an qualité carin-me plus
sec ku les autes pou té obligé yo man-
dé-ï padon. Mé, i pas té lé fait ti gibiers
innoncents souffè. Bon dié crié yo épi i
dit yo : « Toutes gibiers ké fouillé mâ
yo. Fait vite mes enfants pace l’heû
colè moin ka approché. Si zotte pas
fouillé mâ pou fait provision d’l’eau
avant moin arrêté toute la pli, zotte fini
batte ».
    Toutes gibiers ensemble : « Mèci
bon Dié. La guè vèti pas tué vié fen-
me en case »
    Malfini épi grigri les premiers cou-
mencé fouiller dansan savan-ne, en
bas an gros pied mangot. Quand yo fini
fait [tou] yo, Gros Bec épi mêle pren-ï.
Grive, Carouge, Moisson, Zotolan qui
si timide, Touterelle qui si sauvage
suive yo. Quant à Pipiri, cé li qui té
ka son-nin le réveil au « piri chantant ».
Toutes té ka metté yo au travail jus-
qu’à temps lan nuite rivé. Madras, si-
crier épi coulibri té ka fait ça yo peut.
Yo tellement pitits… Gôgô té an bel
gibier en temps ta là. Pen-ne dans pied
mangot-a, i té ka engueulé les autes. I
té ka sèvi c[o]umandeu : « Coulibri fais
vite, l’heû ka passé. Madras, en avant » !
coulibri qui plus radi répon-ne : « Ou
ni lé pas compté boué ? Vin travaille
ti tac aussi. »
    Gôgô.— Sali bel plumage moin a ?
Moin cé bien sotte. Zotte ja ka travaille
ba moin.


                                                             222
                                             Le Clairon (1939-…)


    Mâ fini, la sécheresse rivé Gôgô
souèfe, gôge li ka coupé, i couri bouè.
I roué pôtrait-ï dans d’leau-a, la pêu
prend-ï, i couè. Aloss i ten-ne an voix.
Cé té bon Dié. I dit-ï : « Janmain Gô-
gô, ou pas ké peut bouè dans an mâ
An ni gadé con plumage ou ja terni. »
    Dépi ça, Gôgô pas resté an seul plume
ka clairé, et si la plie pas tombé Gôgô
ka mô con fon-mis, pace bon Dié con-
damné-ï à bouè rien ki assou feuille bois.




                                                            223
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 277, vendredi 21 juin 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Coco – Cerdo
        épi Bec-poule

    En hauteû Case-Pilote t ni deux
bougues, yonne yo té ka crié Coco-
Cerdo qui té fô con en lion mé sotte
con an pan-nier pècé. L’aute là, té ni
pou nom : Bec-poule, pace i pas té ni
pièce dent en bouche li. I té vicieux
con an macaque mé capon con en
chien
    Cé deux n’hommes-là té insépa-
rables, tellement yo té bien.
    An jou, yo té ni an ti démenti,
Coco-Cerdo lévé fâché épi i dit là i ren-
contré bec-poule i ka fessé-ï à tè
con an fruit à pain doux, i ka fini pi
race li en men-me coup a.
    Quand Bec-poule vini save ça, la
peû prend ï. I pas té ka minme sôti
dérô grand jou. Mé Coco-Cerdo qui
ni busoin vengé-ï té ka veillé ï tout
patout.
    A fôce atten-ne. Coco-Cerdo dé-
cidé-ï à aller veillé Bec-poule bô caille
li, mé jou ta là mon compè té sôti.
Quand i rivé douvant là pôte là i crié,
i frappé, pèson-ne pas répon-ne i
entré dans caille là épi i serré cô-ï.
Quand Bec-poule viré, té ja ka fait
[brun] i rumarqué ku la pote là pas té
con i té laissé-ï. I pensé tout suite à
CocoCerdo. I resté la an ti moment, i graté
tête li. An lidé dit-ï pas rentré,
i maché en arriè, épi quand i té rivé
assez loin i crié :
« Caille bonsouè. Bon soué caille… »
Caille pa ka répon-ne. Comme i té
très malin, Bec-poule réfléchit épi i


                                                             224
                                             Le Clairon (1939-…)


dit : « Coument tous les souè moin ka
dit caillé moin bonsouè i ka répon-ne
moin bien comme i faut, et au souè-a
i pas ka répon-ne, ni an moune an du
dans a ».
                         Coco-Cerdo
imbécile tellement qui i compren-ne
ça té vrai épi i répon-ne : Bonsouè
maîte » croyant fait can-marade là entrer.
Mé laute là té plus malin. I rété épi i
crié : Coco-Cerdo, grand imbécile,
là ou janmin ten-ne dit caille ka palé »
En faisant ça i fè vent. Coco, déïé-ï
con [tempête ] lévé…




                                                            225
                                                    Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 286 et 287, lundi 1er juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Polydô et Alphonsine

   Mes amis, ba moin raconté zôte ça
qui rivé Polydô…
   Zotte tout connaîte Polydô man
Boccius qui ka pôté col à la Barbadine-là.
   Polydô pren ménage épi Alphon-
sine man Ti Coq, mé Polydô ka bouè
rhum con en trou sable, et quand
à pou Alphonsine cé en ti foudre. Tous
les souès nhomme con femme bien boulé
en caille là.
   En jou, dimanche après midi, Pol-
lydô pati en drive li, i quitté Alphon-
sine ka fait la cambise.

   Alphonsine déjà tout cuite, i dou-
boute douvant potagé-a ka fri poisson
pou ba Polydô soupé. En moment i ka
vini pou prend en poisson pou meté
dans chaudiè à fri a, poisson-a ka chappé
en lan main-ï, i ka tombé à tè. Alphon-
sine lé renmassé poisson-a, mé i telle-
ment boulé, tête li tellement chagé, i
pas fouti baissé tête li pou gadé là
poisson-a tombé.

   I rien qui baissé cô-ï tout raide,
épi i ka tatonné, i ka passé lan main-ï
tout patout à tè-a, pou-ï chèché poisson-a.
   Mé à tè-a té ni en vié alpagatte,
pace min-me jou a, en vié fen-me qui té
ni en mal pied té vini chaché di feu là,
té oublié alplagatte li bô potager-a !...

   Quand Alphonsine passé lan main
assou alpagatte là, i compren-ne cé
poisson-a i join-ne… ouap !... i prend
« ma vieille sandale » i passé moi ça
en farine France bien com’il faut, i la-


                                                                   226
                                               Le Clairon (1939-…)


gué ça baf ! en chaudiè l’huile chaud-a.

   Qui ça ? alplagatte ka fri… chi-ï
chi-ï … Alphonsine pa ka mélé cô ï.
   Quand i suposé poisson bien fri,
i prend ça, dans en grand plat,
i mété l’huile, vinaigre,
longnon, i mariné ça bien propre, i metté
assou table ba Polydô…

   Mussieu Polydô ka rentré lan nuite,
boulé con sade, i ka attablé-ï, i ka sauté
assou plus gros poisson-a i rouè dans
plat-a, et par malheur, plus gros poi-
son-a ka trouvé i cé « ma vieille sandale ».
L’heû i rouè poisson raide, i pas ça
mangé-ï épi fouchette, i prend ça à
deux mains, i metté ça an bouche li, i
ka succé-ï autant qu-ï peut, i ka essayé
déchiré-ï épi dent-ï.

   Mé an certain moment i rumarqué
ku au lieu du goût poisson, cé en goût
vié cuir, en goût chibichou qui ka vini
en bouche li… alors i gadé bien, i ka
rouè qui i en train du manger en vié
alpagatte…

   Mes amis !... I rapé en bois…
menteû qui menteû ka dit i ba Alphonsine
plus de coup qui bô lan mè ni grain-ne
sable ; mé moin qui pas menteû, moin
di zotte i ba li plus de bâton qui Tou-
lon ka founi chattes marrons.




                                                              227
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 288, mardi 2 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


An l’enterrement minuit…

   Té ni an mussieu yo té ka crié
Ti-Bèbè qui té maillé éi an fi yo té ka
appelé Jeannotte. Fi a té ni sept frè épi
trois sœu. Yo toute té maillé. Chaque
ménage té ni environ an douzain-ne iches.

    Ti Bèbè té ni an ti maîtresse an
bouque. Tous les jous i té ka laissé
lan maison maîtresse là côté deux heû
du matin. Jeannotte prend ça au cœu :
i té ka pleuré tout longue. Papa ï vini
save ça ; i dècidé ï à chèché an man-niè
pou fait Ti-Bèbè pède l’habitude entrer
tard. I convoqué toute la fan-mi nom-
breuse Quand yo tout té réuni, yo té
environ cente quarante. I expliqué yo la
situation. Aloss, yo décidé yo à préparer
an l’enterrement pou la circonstance.
Yo acheté an cerceuil nouè, yo fait an
grand croix en bois, pein-ne en blanc.
    Lu souè, Ti-Bèbè allé an bouque
comme d’habitude Vers minuit i ka
monté. An moment i ka lévé tête li, i ka
rouè an grand l’enterrement ka vini
douvant ï. An moune en tête épi la croix
ka chanté libéra, toutes les autes ka
répon-ne : « aporte infiéri ».
    Ti-Bèbè rété douboute épi i dit :
« Mé, cé an l’enterrement ? Ça moin ka
fait ? » Là, té ni an gros pied mangot ;
i couri serré en bas ï, déïè en gros roche.
Quand cé moune à rouè ça, yo arrêté
cortège là tout près pied mangot a. Yo
métté cô a à tè, épi papa a dit : « Eti
nous ka terré ï ? » Toute moune répon-
ne ensemble : « En bas roche là qui
en bas gros pied mangot à »
    Ti-Bèbè an ni sôti déïè gros roche


                                                             228
                                              Le Clairon (1939-…)


là, pantalon-ï dans lan main ï, à fôce i
peû, épi ï crié : « Non foute, bande
misérables, zotte pas ké metté ï en bas
gros roche là, cé moin Ti-Bèbè qui là. »
En disant ça i metté…
    A partir du jou ta là, dépi i six heû
Ti-Bèbè ja rentré à case li con-poule.
    L’enterrement minuit a fait-ï oblié pou
toujou ti mam’zelle-li-a !... Cé Jeannotte
qui té content… oui !..




                                                             229
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 289, mercredi 3 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


An nhomme bœuf

    Ni environ vingt-ans du ça, toute
an quartier, la campgane Rivière-Pilote
té dans an seule désolation. Tous les
souè, an bœuf té ka frotté cô ï pendant
i té ka crié assou case an an nommé Jean-
not. Pèson-ne pas té ka dômi dans quar-
tier-a. Jeannot, madan-me li, iche li té
ka fini con chandelle molle bô du feu.
    An bon jou Jeannot, dit ku la fète
ta là peut pas durer I allé fait an ti
séance. Là, i aprenne ku cé an voisin i
yo té ka crié Roguisse qui té jalou-ï,
qui té ka tounin bœuf pou vini ren ne
li la vie due. Séancier a qui té an
vaillant mainneté dit-ï : « Rutounin
vendredi bon matin, moin ké préparé
ba ou, an fleuret, an code, épi moin ké
dit ou ça pou ou fait, à minuit, Ou ké
prend bœuf là, ou ké main-nin-ï ba
madan-me li, épi après ou ké piqué-ï, i
ké dégagé, i ké prend figü moune-li ».
    Qui fut dit, fut fait. Lu vendredi,
avant jou, Jeannot ja rivé à case séan-
cier-a. I trouvé toute bagage li paré ka
atten-ne li. I prend toute instruction-ï
bien. Lu souè, bœuf vini plus enragé
ku pièce jou. I ka piaffé, i ka crié, i ka
frotté, i ka fait la boue à l’entou case
Jeannot a.
    Jeannot pas ka occupé-ï, i ja dit
madan-me li épi iche li pas peû…
    A minuit bang ! i fait zaffè-ï, i prend
code li, i rouvè la pote li, i sôti, i maché
assou bœuf, épi i passé code là en cou-ï
con an agneau. Quand i fini, i marré-ï
dans an pied mangot qui té douvant
case li épi i rentré.
    Quand i té quatre heû du matin


                                                              230
                                             Le Clairon (1939-…)


bœuf coumencé crié : « Jeannot, lagué
moin, tout à l’heu l’Angélus ké son-nin,
et ou save bien faut pas l’angélus prend
moin dérô » Jeannot pas ka répon-ne ;
Toute suplié bœuf supplié ï, toute
pleuré i pleuré ba ï, tout promesse i fait
ï, arouate ! Jeannot pas ka ten-ne ça.
    Quand l’angélus son-nin, i allé
démarré bœuf épi i min-nin i à case
man Roguisse. I rivé, i trouvé madan-
me là assise la cuisine li ka fait calé ï.
I mandé ï : « Eti mari ou ?
    Man Roguisse — Quand moin lévé
moin pas rouè i I doué tête sôti bonheû.
    Jeannot — Eh bin, mi mari ou.
    En min-me temps, quiouc ! i fourré
fleuret a dan cou bœuf là Bœuf la crié :
« Ban… an... an… » Sang vollé.
Immédiatement Roguisse prend figu
moune li.
    Madan-me li tombé l’état.
    Deux jou après Roguisse té ja terré.
    Toute moune dit ku cé an tototte
ban-nan-ne yo té métté dans cerceuil là,
passe aussitôt i mô. diable prend cô a.




                                                            231
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 290, jeudi 4 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


An descendu

    An temps Saint-Piè té Saint-Piè, an
brave can-marade té invité an compé ï
mangé l’hôtel épi ï. Comme invitation
té faite la veille, i indiqué dans qui
l’hôtel i té ké atten ne li
    Lu lendemain : midi, une heû, point
de compé. Can-marade là qui té fait
invitation a mangé seul. Quand i fini,
i ka gadé par la funête, i ka rouè
compè ï ka traversé la rue a, i crié ï.
Quand i rivé, i passé ï an chasse. Compè
a répon ne : « Mé compè, moin ja allé
en toute l’église chéché ou. Ou té dit
moin l’hôtel, moin compren-ne cé l’hôtel
léglise : Moin ja rivé jusse la Consolation.
L’aute là : « Mon chè ou trop couyon.
Moi ké fait sèvi ou, pisse ou douète
faim » I coumandé. Gaçon a sèvi
sadine pou hors-d’œuvre. Quand mon
compè fini mangé sadine là, i gadé i rouè
l’huile en fond zassiette là, i dit gaçon
a : « Mézan-mi, tout ça l’huile qui rété.
ba moin an ti fifine farine pou moin
passé en l’huile là. » Gaçon a poté ï ba ï.
Quand yo pôté en sugond plat qui té
ni vian-ne, i dit « Eh bin ! tout ça
vian-ne, ba moin môceau papier pou
moin pôté deux ou trois môceaux ba cé
man-maille là. » Yo ba ï papier, i v’lopé
quelques môceaux vian ne, y fourré yo
dans poche li. Après i fini mangé,
gâçon a pôté ba ï, an bassine d’l’eau épi
anti feuille con zorange dans an « rince-
doigts » pou i té lavé lan main ï. I
prend feuille zorange là, i crasé-ï dans
bassine d’l’eau a, épi i bouè ï.
    Quand gâçon a vini déssèvi, i dit ï :
« Ah ! mon chè, l’orangette ou a té bon,


                                                              232
                                            Le Clairon (1939-…)


mé i pas té ni doux ni chaud.
   L’aute compè a qui té ka assisté
tout ça mé qui té tellement rhonte
répon-ne : « Ah ! compé, foute ou maudit.
Pas ni moyen évec en descendu !...




                                                           233
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 291, vendredi 5 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Zallumettes chinois-a

    An fois, an vié congo qui té ka
resté la Dillon décen-ne en ville fait
commission. I acheté an bouète zallu-
mettes dans boutique an chinois. Quand
i té ka rumonté bô case li la plie prend ï
épi zalumettes an poche li. L’heû i rivé
pou lumin lampe li, zallumettes pas ka
lumin, yo en soupe à foce yo mouillé.
Lu lendemain, mon compè rudescen-ne
déïè chinois, i fait an rouélélé épi
machan-ne là en disant ku zalumettes là
pas bon pièce, i pas ka lumin Ma-
chan-ne là expliqué-ï ku cé la plie qui
té mouillé souffre là.
    Pou congo té rouè si ça té vrai, i
acheté an aute bouète zallumettes. Par
précaution, i metté-ï en bas bras-ï pou
la plie pas té mouillé-ï. La Dillon loin, la
plie pas tombé, mé compè moin soué
con an can-nari chatangne. Quand i
rivé à case li, zallumettes té en soupe.
    Plus i frotté, moinsse zalumettes
lumin.
    Coup ta là, enragé con an tigre, i
rutounin décen-ne la minme. I rentré
con an coup d’vent dans boutique là.
I rouspété, i jouré…
    Machan-ne là prend-ï à l’amiable, i
mandé ï côté i té metté zalumettes là.
Congo répon-ne : « Pou na pie pas té
mouillé zanimettes, mou metté-ï en bas
bras mou ».
    Machan-ne là fait-ï comprenne ku
cé la souè en bas bras ï qui ren-ne
souffre là humide. Congo qui aimain la
preuve tout pas tout, acheté en troisième
bouète épi i fumin toute cé bois-a yonne
après l’aute, dans boutique là min-me,


                                                              234
                                            Le Clairon (1939-…)


pou rouè si toute té bon. Quand i assuré
ku toute té ka lumin i couri monté à
case li, gai con an pinson, pace i ka
couè zaffè-ï belle Mé quand i rivé pou
lumin lampe, pièce bois pas ka pris,
pisse i ja brûle toute.
Dépi jou ta là, Congo pas jan-main
allé dans boutique chinois, passe coupé
cou ï, i ka dit ou ku zallumettes chinois
ka lumin caille chinois, mé i pas ka
lumin dérô.




                                                           235
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 292, samedi 6 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Lion ka rucon-naite
ku moune fô passé ï

    Ni an fois, an cique vini Fort-de-
France. I té ni an léfant à dans ï. Lé-
fant-a chappé, i prend grand bois pou-ï,
l’heû-i rivé Coubari. Duchamps (cé là
longtemps forêt té plus épais, plus dan-
géreux) i allé serré. Lu souè, toute zan-
nimaux vini ren-ne li visite. Yo toute palé
du fôce yo. Après yo fini causé Lion-a
dit : « Cé toujou moin qui plus fô dans
toute bête ». Aloss Léfant dit qui ni an
ti bête yo ka crié « moune » qui plus fô
passé-ï. Lion répon-ne li « Qui ça,
plus fô passé moin ! » Léfant-a ruprend
« Ou pas ayen à coté-ï ».
    Lion. — Eh bin, si moin pas ayen à
côté-ï, latin ou montré moin ï, ou ké
rouè ça moin ké fait-ï.
    Léfant dit-ï, Entendu, dumain matin
bien bonheû moin ké montré-ou li.
    Yo pati, yo rivé bô chumin, yo
serré dans zèbe là Pocô té ni an mo-
ment yo té là, an ti manmaille vini passé.
Lion mandé-ï « Cé ça yo ka crié mou-
ne là ». Léfant dit : « Non cé iche
moune, pas fait-ï ayen ». Leû té ni en
quart pressé, pou allé prend bateau six
heû Saint Piè. Lé ant dit-ï « é cé bête
ta là yo ka crié moune » Lion bondit,
mé Léfant jambé bois épi i metté plus
loin i té peut, ka aten-ne Lion. Dans
an seul bond-a Lion sauté en mi tan chu-
min-a, fapp ! Quand gendarle-là rouè-ï
i prend révolvè-ï, i fouté Lion a deux
balle dans tête.
Adans min-me balan a Lion lancé
assous-i. Gendame là tiré sabe li pace


                                                             236
                                             Le Clairon (1939-…)


en temps ta là yo pas té ka maché sans
ça. I fouté Lion rouape ! i pôté tout en
côté figu i allé. Lion chapé en bas la
fumin a, i jété cô i choua… en razié a
épi vent chayé i allé join-ne Léfant.
Léfant rouè i ka vini, i dit i : « Ça moin
té dit ou ? ». Lion répon-ne li : « Moin
pas ka compren-ne ayen dans ça.
Bougue là fè ku longé douète li en lè
moin, moin senti toute tête moin pati.
Mé ça qui fait moins plus la pein-ne là,
cé, en pouète assou cuisse li i raidi
épi i coupé lan moitié figu moin. Oui,
nègue, ou té ni raison dit moin ku bête
la fô passé moin. »




                                                            237
                                                  Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 293 et 294, lundi 8 juillet 1940


LES CONTES
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


L’essentiel
       ou l’essence ciel

    Té ni an fois an ti mamzelle té allè
fè an séance pou yo té baille en chame
pou té fè an ti jeune gens maillé épi-ï.
Séancier-a ba manzelle tout an paquet
rumède, pou li té fait. Té ni adans,
l’essence la souè an bas bras négresse
Macouba, la souè molocoye, cracha zan-
doli, la poude pié pape. Pendant séancier
ka dicté, manzelle ka écrit vent. Com-
pè moin recommandé-ï, si i pas trouvé
cracha mâle zandoli-a prend ta en ma-
bouya qui né jumeaux. Mé l’essentiel cé
du pas manqué pièce rumède. Man-
zelle tellement attentionné dans écritu-ï,
ku i metté aussi l’essentiel en goût tête
li, pisse i écrit l’essence ciel. Lu lendu-
amin i allé la pharmacie mandé pou
deux fracs l’essence ciel, ou save phar-
macien-a trouvé ça ba li.. !.

Zotte doué ka duviné ça ki l’essence ciel, i
ba manzelle pou deux francs d’l’eau la
plie.




                                                                 238
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 295, mardi 9 juilet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


En du feu sôcier

   Toute z’habitants Martinique save
ku moune qui ka man-yen quimbois
pé tounin en ‘nimpote qui bête la nuite.
Tous lé jou ou ka ten-ne dit yo piqué
en bête épi cé an sôcier yo dégagé.
Moune qui pas sain pé minme tounin
en di feu.
   Moin té con-naîte en jeune-ne gens
Riviè – Pilote qui té ainmin ma-
ché la nuite, tantôt à pied, tantôt à
chuval et qui té ka fait le fanfaron.
D’après-ï pièce quimboiseû pas té fô
passé-ï. La vérité cé ku missié pas té
connaite ayen ; pas minme débridé en
chien, bridé en chatte.
   En jou au souè i té ka ruvini du en
cousse la Ti-Riviè, i rencontré en di
feu dans savan-ne. I fait lentou du
feu-a, ayen pas té ka brulé. En touffe
zèbe cabouya qui té bô du feu a, té
encô tout vète. Jeun-ne gens-a dit :
« Ça drôle ça ; qui qualité du feu ça ou
yé-a en ? Epi i ranmasé an pon yen tè
i voyé assou du feu a. Au lieu flanme là
baissé i vini pli fô. Jeune gens a con-
tinué chumin ï.
   Ti brin pli loin i té ni à passer
dans an pièce caco bien founi. Là té ka
fait nouè con case diable là. Quand mis-
sié rivé an mitant pièce caco-a, en ti
papillon passé douvant zié-ï. En moment
après i pas té ka rucon-naite épi i té yé.
I compren-ne i té pède chumin. Enfin à
fòce i maché, i rivé lan maison papa-ï
douvant jou.
   Lu lendumain, en vié travailleù
papa-a qui té ainmin ï en pile dit ï : « Ça
qui rivé ou con ça hiè au souè han ! Ou


                                                             239
                                             Le Clairon (1939-…)


pas dit ou fô han ! Et ou ka pède chu-
min facilement con ça ? Si ou lé moin ka-ï
instrui ou, passe moin ren-ne moin
compte ku ou innoncent con an ti iche
naissant ».
   Aloss, missié aller prend luçons
sortilèges épi vié cô-a.
   Quièque temps aprés, jein-ne gens-a
pâti en voyage au Marin. I quitté
bouque Marin i té ka fait déjà nouè. En
rutounant quand i rivé en haut « Grands-
Fonds », i rouè en difé douvant-ï jisse
bô « La Mare Capron ». Mé qui flam-me
di fé ? Ou cé couè cété en case paille
qui té ka brûlé.
   En mi-zi missié ka avancé, di fé a
ka maché assou-ï. Enfin, gros flam’me-
là baissé au fur à musu et quand jein-ne
gens –a rivé tout près-ï, cété en boule di
fé dans mitant la route-là. Di fé ka
barré passage missié tout pas tout.
Chuval là pè passer. Aloss, missié metté
pied à tè, i fait simagré vié cô-a té
montré-ï. Di fé-a sauté aussou côté.
Jeine gens-a passé sans dit ayien.
   Lu lendumain, i raconté vié cô-a
ça qui té rivé-ï la veille. Vié bougue-là
gadé-ï dans zié épi i dit ï : « Ba moins
lan main ; ou cé an brave jein-ne gens.
Ou ka récité luçon ou bien. Cé pa pou
ça ou appren-ne si bien l’école. Min,
appren-ne jôdi ku quimbois pas ni maîte.
En fô ka trouvé en pli fô passé-ï ! Epi
en ti conseil du pè Ti-Ton : « Fai zaffai
ou sans janmin essayer contrarier les
zôtes dans ta yo ». Aloss, bon courage
et bonne chance ! Et pas té rété dit
moin mèci !...




                                                            240
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°297, jeudi 11 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Dévirez langue !…
 baille langue !…

   An fois, an hauteu Saint-Joseph, an
nommé Corneille volé an bœuf. Quand i
rivé a cailleli, i débité-ï. Madan-me li
épi iche li aidé-ï. Mé, comme cé té
métier ï, té ni longtemps la gendarmerie
té ka veillé ï
   Aloss, quand maîte bœuf là pôté
plainte, gendame pas gadé ni douvant ni
dèiè, yo baille la minme à caille Corneille.
   Entre temps, missié ja fini débité
bœuf, i ja serre bête li, épi madan-me li
allé nettoyer cé boyaux a la riviè.
   Quand gendames rivé à caille Cor-
neill, yo trouvé ti man-maille là dou-
vant la pôte, tandis ku papa a té an
dudans.
   Gendames. — Ti man-maille éti
papa ou ?
   Ti man-maille — I en dudans.
   Gendames. — Eti man-man ou ?
   Ti manmaille. — I allé la riviè
laver boudin bœuf.
   Quand Corneille ten-ne ça, i sôti
con an coute vent, i fixé ti manmaille
an mitan zyeux épi i dit ï : « Ti man-
maille, dévirez langue, baille langue, ça
ou dit ? »
   Ti man-maille qui ja compren-ne
tout ça qui ni adans seul coute zieux a,
répon-ne : « Moin dit : man-man moin
aller lavé « la Riviè boudin bœuf ».
   Gendames. — Zotte tous les deux
dévirés déiè, baille douvant, « la Riviè
boudin bœuf » pou nous prend troisième
gibier a ».
   An moment après, papa, man-man,


                                                              241
                                            Le Clairon (1939-…)


iche té, ka décen-ne douvant ces
chouvals gendames là.
   Yo té ka déviré, mé la geôle. Yo té
ka baille, mé la geôle


               *       *
                   *


Les contes du Clairon en créole.


Pou qui milets
pas ka fait pitits

    An temps Jésus-Christ té assoy la
tè, les zhommes pas té ainmain ï, toute
moune save ça, pace i té ka dit trop la
vérité. I té ka prédit ku vice nous té
ké min-nin nous là nous ka trouvé nous
à présent a Les zhommes té ka rigolé.
La vie a té belle. An patie qui té ka
travaille pas té peu mangé, ça qui pas
té ka fait ayen té ka vive, té ka roulé
l’auto, ka joué, bacarat. Jésus dit i
peut pas resté dans an comédie con
ça I décidé ï à pati, avant an catégorie
moune ven-ne l’aute là, pou qui ça, pou
l’agent, pou jouissance.
    Comme i songé ku cé an bourrique
qui té sauvé ï, la viège épi Saint-Joseph
en bas lan main Hérodote, i chèché yonne.
I pas trouvé. Aloss i dit en cœu ï :
« Milet cé iche bourrique, moin doué
ni an ti cœur faible pou milet, moin ké
faït pôté moin. » I trouvé an milet,
i monté ï yo pati Quand milet rivé la
riviè « Saint Jacques », an mitan cou-
rant a, i douboute épi i dit, (pace en
temps ta là, bètes té ka palé) : « Iche
Bon Dié, han !... han !… quimbé cé ou
fô, oui, pou ou pas tombé pace moin
couè moin ké voyé pied… han… » Jésus
Christ avant minme i brin-nin té
ja an didans la riviè à, Choua… I sôti
bien sec, pace i té ja connaite pensée
milet. Aloss, i dit ba milet : « Milet,


                                                           242
                                         Le Clairon (1939-…)


moin ka maudit ou, rou épi descendants
ou. Cé con ça ou ké resté ka souffè
toute la vie ou en bas gros châge épi
toute dos ou côché. Ou pas ké
janmin fait pièce ti manmaille pou
aidé ou ».




                                                        243
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n°299 , samedi 13 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
                  NON PRIMÉS
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


Changement d’attitude
ou
La voracité cé en vilain défaut

    Lovinci cété an congo qui té ka
mangé con an chouval. I té fô con an
milet, i té ka travaille con an bœuf. Mé
fauque dit aussi ku i té vorace con an
pague.
    Comme i té gadien « l’Acajou »,
Dési té lé éprouvé-ï. I allé mandé-ï ti
tac bois pou-ï fait un peu chabon. I pro-
mette li an ti provision pou récompense li.
    Lovinci répon-ne missié Dési ku i
peut vini jou i lé, i pas busoin là ab-
solument, mé, faudré i vini bonheû
pace béké-a ka fait tounée-ï côté dix
heû.
    An jou, Dési dit ba Atifi, fen-me li :
« Dumain matin bonheû, nous ké allé
« l’Acajou » fait un peu bois. Préparez an
bon provision. Lu lendumain tous
les deux pati épi provision. Yo rivé
L’« Acajou ». Dési metté-ï à coupé
bois, sans manman, con can-nes
tout bon-nement.
    Lovinci ten-ne cé coute coutelas-a
en lè mône là, i maché assou Dési, i
gadé en haut, i gadé en bas, i pas rouè
pièce provision. I dit : « Dési quitté bois
béké-a ou sinon moin ka crié an moué »
Dési ka coupé bois du plus bel. Lovinci
coumencé crié : « Eh ! missé Théo,
mi missié Dési ka coupé toute bois-a
ici-a. Dési qui rouè bougue là ka crié
plus fô, dit Atifi allé dans dans can-note
là prend tout ça qui adans, cé pou
missié Lovinci i pôté ça. Quand Atifi
rivé épi provision, Lovinci rouè pois-


                                                             244
                                             Le Clairon (1939-…)


son, du ri, vian-ne salée, sucre, pon-
me tè, lan morue, du vin, saucisson,
i ralé cô-ï dèiè épi i dit : Foute moune
mauvais ! Eh bin ou cé an bon nhon-me.
Papa ou Etienne té toujou dit moin ku
ou té an vorace, an mauvais sujet, jôdi
moin ka rouè cé le cotnraire, cé ça qui
fait moin té vini rahaï ou sans nécéssité.
Eh bin, ou peu prend bois toute temps
ou lé. Cé pas jan-main moin ké dit
missié Théo ayen.
    Fauque moin té rouè pou moin té couè.




                                                            245
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 300 et 301, lundi 15 juillet 1940



LES CONTES
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


An conférence
électorale
Pont-Chaî-nes

    Cé té au moment la période élec-
torale pou élection Député té plus chaud.
Deux listes té en présence, yonne pa-
tronnée par Maîte Sérieux, l’aute là par
Maîte Jean- Gros.
    Au souè ta là, Maîte Sérieux té ka
fait an conférence « Pont-chaîn-nes »
Avant i monté assou table là, i passé an
lieutenant la parole. Callaous cé an vail-
lant can marade, intelligent con an ma-
caque. I capable cité ou tout an dis-
cou de n’importe cé grands messieurs-a,
sans manqué an mot, mé quand par
hasard, i prit, i ka voyé latin.
    Aloss, i coumencé : « Citoyens de
Fort-de-France… » I causé… I causé…
Toute moune ka applaudi « deux mains
à vos dames » en criant « Vive l’oratè !
Mi Francé… Callaous continué ! »
    An l’heû i pris, i lancé : « As]
plongeas vitam brévis préportas, in pi-
liodas » cé qui veut dire en bon latin :
« Aidons-nous mutuellement à la chrage
de nos malheurs sera moin lourde »
    L’Assistance. — Vive Callaous !
Bravo ! Mi latin en la peau moune, con-
tinuez…
    Callaous continué causé, quand an
deuxième coup i senti i ké manqué, i
douboute assou deux pointes pied ï,
i lévé lan main i en ciel épi i crié :
« [Timéo] Danos et Dona Férentès », ce
qui veut dire en bon latin, citoyens,
« Bon zanmis épi chien, mais can-nari
moin pen-ne en ciel ». Citoyens, je vous
le dis, car, si les honnêtes gens portaient


                                                                  246
                                            Le Clairon (1939-…)


une étoile au front et les malhonnêtes
une clochette au derrière, eh bien,
maître Jean-Gros aurait, pendu à son
derrière, le bourdon de la Cathédrale »
   En disant ça, i sauté à tè. Mi vive
Callaous : L’assistance pôté ï en lè.
Maîte Sérieux min-me ka tôde, à fôce i
ka ri. Quand yo crié i pou i prend la
parole, i répon-ne qui i pas cé peut
ajouté ayen assou ça Callaous fini dit a.
   Cé con ça conférence là fin




                                                           247
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 302, mardi 16 juillet 1940


Récits vécu
              du “Clairon”
                             en créole


Roule… “Boule” !

   — Ti man-maille, ça zotte ni, zotte
ka pleuré con ça.
   — Man-man, moin lé mangé « za-
carie ».
   — Man-man, moin lé mangé « Jokos »
missié Deska !
   — Man-man moin lé…
   — Ti couillons, zotte ni qu’à suyer
guioles zotte bien sec. A partir du 15
juillet, pa ni, ni « zacarie » ni « Jokos »
ni pain « [éyie] » ni pièce ayien
   — Ça, qui ni, man-man ?... gniè…
gniè… gniè…
   — Eh bin ! Z’enfants ! Jòdi jou toute
moune qu’a mangé « boule ».
   Ça ça ié, man-man, ku boule ?...
   — Est-ce an boule billa ?...
   — Est-ce an bibloqué ?...
   — Est-ce an can-nique ?...
   — Est-ce an fruit à pain ?...
   — Est-ce an boule coco ?...
   — An-man est-ce ça bon, boule ?
   — Cé ti man-maille là, zotte trop
couillons. Boule, cé an pain, soldats ka
mangé. I rond con an « boulet méricain ».
I ni an bel lan-mine qu’a plein vente
moune.
   — Aloss, man-man, zacarie mô ?...
   — Mé, oui, mon fi !
   Ça qui té rivé-ï ?...
Lan misè tué ï. Mé fini épi causé-a.
Mi machan-ne boule la Viennoise qu’à
vini. Hep ! Machan-ne !... Ba moin trois
boules pou cé man-maille-là.
   La marchande — Madan-me chè, ou
ni raison prend trois. Ou ké mangé
deux jôdi, épi séré yon-ne pour ou rouè
parce ku boulangé pas ka fait deux four-
nées boules. Cé an seul par jou.


                                                             248
                                             Le Clairon (1939-…)


    La femme. — Cé vrai ? Mé aloss
boule là ké rassis.
    La Marchande. — Plus i rassis, plus
i ka engoué, plus i bon !
    La femme. — An çu cas, ba moin an
laute.
    La marchande. — Epi moin ké dit ou
an ti quèque chose, bouche en bas bras ;
pas dit cé moin qui dit-ou ça : Moin ten-
ne cè Messieux-a qui qu’à palé politique
la qu’a dit con ça : « La Boule est le
symbole de la nouvelle égalité. »
    Le femme — Ça ça ié ?... Mé moin
pas ka compren-ne ayien dans ces
paroles-là.
    La marchande — Ni moin non plus.
Mé moin save ku an seule chose, c’est
ku tout patout, dépi Basse-Pointe, jus
Ste Anne, toute moune :
    Milâtes, Congos, Coulis, Békés, ka
mangé an seul qualité pain : cé « Boule ».
    Quand madan-me là, épi ces iches
li a ten-ne ça, yo content tellement, yo
coum-mencé sauté, dansé, chanté :
    « A la Matinic, Matinic ! Matinic !...
    — Cé ça qu’est chic !...
    Toute moune qu’à mangé boule….
                     Deska
                     Roule !...
                     Boule !...
                     Roulo !…
                     Bravo !…
                   MAITE PELLE.




                                                            249
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 303, mercredi 17 juillet 1940


LES CONTES
        DU « CLAIRON »
                    EN CRÉOLE


“An toute chose
i faut considérer
la fin”

    An fois, an nom-mé Joseph mandé
André, an compè-ï, prété deux mille
francs, pou rumette dans an sumain-ne.
I té lé passé papier épi-ï, mé André té
ni tellement confiance, ku i trouvé ça
inutile.

    Sumain-nes passés, mois rivés, l’an-
née fini. Jospeh pas ka payer. an jou
André raconté ça ba an ti can-marade
li qui conseillé-ï traduit mussieu a en
justice. Quand mon homme ruçuvrè
papier pou i paraîte, i allé à case
André épi i dit-ï : Eh bin, mon chè,
deux bons quioumes con nous, ou metté
moin douvant la justice pou an ti deux
mille francs moin ka doué ou ? Moin
pas min-ne ni an bon linge pou moin
ça vini paraître épi ou. Toute moune
ké dit ku moin cé an vacabon, pisse
moin déchiré. Yo ké dit ou cé yon-ne
aussi pou ou peut fréquenter moin.

   André qui busoin l’agent ï, répon-
ne : « Moin foubin préter ou an complet
pou ou paraître, mé fauque ou ba moin
lagent moin ». Aloss i prété Joseph
complet a.

    Jou l’audience là, juge là fait André
qui té plaignant expliqué ï d’abord.
    André. — Mussié lu juge, mussieu
ta là fait moin prété ï deux mille francs
pou an sumain-ne ; ni deux ans i pas
ka ba moin l’agent moin. I jusse voyé
moin pron-menin là moin ka gaingnin


                                                              250
                                             Le Clairon (1939-…)


pain moin.
   Le juge. — C’est bien. Huissier, ap-
pelez Joseph.

    Joseph. — Missié li juge, nhomme
ta là cé an fou, toute moune i rouè, i
ka dit moun-ne là ka douè-ï. I tellement
fou ku i capable dit linge là qui assou
moin a cé ta ï.

   André qui save linge là cé ta ï
toute bon lévé con an volcan, épi i
crié : « Joseph, linge là qui assou ou là,
cé pas moin qui prété ou li pou ou ça
vini paraître épi moin, pou l’agent
moin a ? »

  Joseph, (impassible) — Ou rouè
missié li jige ! moin dit ou cé an nhom-
me fou…
  Le juge — Acquitté.
  Cé pou ça yo toujou dit : « En toute
chose, i faut considéré la fin ».




                                                            251
                                              Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 304, jeudi 18 juillet 1940


Les contes
             du “Clairon”
                            en créole

An maîte coquin.

   Cope cé té an bougue qui té telle-
ment coquin ku toute moune té peû
fait affè épi-i. Fôce coquin-ï fait ku i té
ka bégayer.
   An fois, i ten-ne dit an vié fen-me
malade la montagne Vauclin, toute me-
decins té ja condamné-ï. I pati monter
la montagne. Quand i rivé lan maison
vié fen-me là i trouvé man Edoua, iche li,
épi-ï. Mari a pas té là.
   Com-me fen-me ni cœur faible, mus-
sieu fait man Edoua compren-ne ku i
ké guéri man-man ï ba-ï. Madan-me
content con an bossi. I ka dit « Mé,
cé Bon Dieu qui voyé ou ? »
   Cope — Ou… ou pas menti. Cé
Saint-Oseph qui voyé moin. I dit moin
crié-ï quand moin rivé pou-ï ba moin
rumède. En entrant, maîte coquin ja
rouè an machine à coudre an dudans-a.
   Aloss, i douboute, i fixé ciel épi i
crié : « Attention ! St-Oseph !... Saint-
Oseph !... mé non.. Saint Antoine cé
pas rou moin crié, ou ka vini. Ou save
moin pas an compte ou… Saint Oseph !
Ah ! Saint Oseph, cé ou ? Bon… bon…
bonjou Saint Oseph. Coument ca yé ?
Ba moin nouvelle cé manmaille là en
lè-a ? Ba moin nouvelle « Maite Bonde » ?
Ah ! oui… Toute moune bien. Eh bin
cé pou rumède madan-me la moin crié
ou. Ah ! bon. Ou ka pon-mette guéri-ï,
mé ca ké couté-ï chè.
   Aloss Cope ka adressé-ï à man
Edoua :
   « Ou ten-ne, i dit ou ça ké couté
ou ché. Ça ou ka fait ?
   Man Edoua. — Mandé combien
ça ké couté, pace pièce sacrifice
pas trop fô pou manman moin.


                                                             252
                                            Le Clairon (1939-…)


   Cope viré lévé tête li en lè épi i
prend :
   « Saint Oseph, i mandé ou combin
ça peut coûter. Oui… Bien… moin
compren-ne machine là… quatre cents
francs… rumette moin ça épi quatre
bouteilles pou moin acheté rumède là
moin min-me… cé ça…
   Cope pou man Edoua : « i dit ou
rumette moin machine là épi quatre
cents francs, épi quatre bouteilles pou
acheter rumède là nou pôté pou ou.
Dans huit jours manman ou douboute.
   Man Edoua — Moin ni rien ku trois
cent cinquante francs.
   Cope — Ça pas ka fait ayen, moin
ké metté cinquante francs ba ou, ou
ké ren-ne moins ï après.
   Cope pati épi machine épi l’agent.
   Quand Edoua rivé, madan-me li
raconté-i ça. I pas mandé plusse. I
rappé « moudongue » bois l’épini ï pou
jou élections, épi i metté déiè Cope.
Quand i rivé an bouque, i rencontré ï,
i ba ï bois tout bon-nement. Yo ran-
massé ï dumi mô, mé sans l’agent ni
machine.
   Dépi jou ta là, Cope pas jan-main crié
pièce Saint encô.




                                                           253
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 305, vendredi 19 juillet 1940


LES CONTES
        DU « CLAIRON »
                    EN CREOLE

Les contes
             du “Clairon”
                            en créole


An gros jeu

   Saint Esprit té ni en vié cordon-
nier qui rucoumandé pou metté boute
sumelle, yo ka crié-ï Julot. I ni en ti
apprenti sérieu yo ka crié Joseph ku i
ka considéré con lan main douète li.

   An jou, ti apprenti-a tombé malade,
i monté caille manman-ï, à 2 kilomètres
mône la Valè, pou-ï soin cô-ï.

    An sumain-ne, deux sumaine-nes
passées, pè Julot pas ka ten-ne palé
Joseph. Comme i té ni an lot souliers
pou i té metté boute sumelle épi siquié,
i décidé-i allé rouè Joseph.
    Dans an gros soleil dix heû, i monté
mône la Valè. I trouvé Joseph couché
assou en caban-ne en bois dans an ti
caille couvè en paille.
    Julot. — Eh bin Joseph, mon chè,
coument ou yé ? Patron-ou fou épi tra-
vail cé jou ta a, faudré ou descen-ne
pou aidé-ï.
    Joseph — Patron, ça coumencé fait
an ti mieux anman moin ka soin
moin bien. Aussitôt moin ké peu tien-
ne douboute, moin ké vini en travail.
    Julot. — Eti manman-ou, moin cé lé
rouè-ï.
    Joseph. — An-man moin allé la
souce prend d’l’eau dans an calebasse.
    Julot. — Foute ka fait chaud, moin
en nage et gôge moin ka siflé, ou pas
ni ti brin d’l’eau ba patron-ou ?
    Joseph. — Pas ni pièce d’l’eau ici a,


                                                              254
                                               Le Clairon (1939-…)


an-man moin allé prend la souce.
    Julot. — Mon fi, ça Patron – ou ké
fait, faudré i rouzé gôge li ; ou pas ni
ayen ici-a ba-ï.
    Joseph.— Min… Patron, ou pas lé
ti brin vicou ?
    Julot. — Mé oui, si ou ni, mon fi,
ba moin ti brin.
    Joseph. — Ni adans jà-a qui en
coin-a.
    Julot. — Mèci mon fi, bon dié ké
béni ou. Ba moin en vè ou en pôte, pou
moin prend ti brin.
    Joseph. — An-man moin pas ni
pièce vè, i ni en seul ti pôte, i ba moin
en [lock] a dans-ï bon matin, i pôcô lavé-ï.
    Julot. — Mé, mon fi, fauque moin
ni qué chose pou moin peu prend ti
brin vicou-a.
    Joseph — Patron, gadé en bas ca-
ban-ne-a, an-man moin ni an grand
coui là. (Pè Julot baissé, i prend coui-a, i
allé bô jà a épi i versé à peu près en
dumi pot a dans coui-a Leû i fini bouè
i dit Joseph : « Mon fi, foute vicou
manman ou là bon ».
    Joseph. — Patron, ou peu prend
encô, si ou lé.
    Julot. — Non, mon fi, si moin
prend encô, manman ou ké fâché, i ké
dit ku moin bouè toute vicou-ï là.
    Joseph. — Min non, patron, ou pas
busoin peû moin dit ou ku ou peu
prend encô, au contrè dépi avant hiè,
an-man moin té trouvé en rate mô a
dans-ï, cé oblié i oblié jété-ï.
    Julôt —Tonnè di dié, sacré ti co-
chon, cé vicou rate mô ou fait moin
bouè-a, sacré tonnè, moin ka cassé
coui-a…
    Joseph — En non, patron, souplé,
moin ka prié ou pas cassé-ï… cé adans-ï
an-man ka fait toilette li.

                    TI PAUL.




                                                              255
                                             Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 306, samedi 20 juillet 1940


Les contes
             du « Clairon »
                              en créole


La St-Cucubin

    An fois, Auguste mandé André
deux mille francs prêté pou i fait en
affè. I té ni la précaution passé en ru-
connaissance pou i remboursé-ï la Saint
Cucubin. André qui pas ça gué li, accepté
papier sans dit ayen. Plusieu l’an-née
passé, André pas ka touché lagent-ï.
An autre can-marade li conseillé-i metté
missié en justice.
    Jou l’audience là, juge là crié
André an premier.
    André — Missié li juge, moin prêté
missié deux mille francs, i ba moin an
papier comme quoi i ké payé moin la
Saint Cucubin. Ni trois ans déjà i ka dit
moin atten-ne jou Saint-a rivé et moin
pas ka rouè ï assou pièce Alman-na.
Moin dit cé ou seul qui ké ba moin
résultat.
    Le juge — Ça va. Appelez Auguste.
    Auguste — Oui, missié li juge.
missié prêté moin deux mille francs
remboursables à la Saint Cucubin. I ni
ka atten-ne jou-a.
    Le juge — (Tout en faisant appel à
son calendrier). Vu que le jour de la
Toussaint est la fête de tous les saints
s’il y a un saint cucubin, c’est aussi son
jour. Le Tribunal vous condamne à
rembourser cette somme le 1er
novembre.
    Le juge — Appelez une autre affaire.




                                                            256
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 307 et 308, lundi 22 juillet 1940


Les contes
             du « Clairon »
                              en créole

An la guiablesse

   Pè Charlery cé té an nhom-me qui
té ni an bon l’age mé i pas té ça rouè
an jeun-ne fem-me. An jou i té ka
trouvé-ï dans an bal à case compé-ï
Gèvé, quand i rouè an qualité belle
moune entré, bien habillée. Rouappe !
I pen-ne déïè-ï. I pas lé quitté-ï dansé
épi d’autres cavalier ku li. I ka fait lu
jaloux I fauque dit ku fen-me là té ka
dansé bien. An seul ti inconvénient qui
té ni, cé ku robe li té ka couvè deux
pieds ï. Toute moune ja pensé ku cé té
an la guiablesse, pisse la guiablesse ni
an pied moune, an pied bœuf.
   A minuit, fen-me là dit i ka pati..
Pè Charlery mandé-ï pou accompagné-ï.
I accepté.
   Quand yo rivé an côté assez loin, i
fait pè Charlery entrer dans an belle
maison qui ka senti bon, qui ni bels
meubles. Fem-me rouvè chiffonnier ï,
i ba pè Charlery an sacré bel pyjama ;
mon nhom-me content, i ka raconté
tout belle blague qui té ni en tête li.
Quand i couché assou lit-a, i dit i pas
jan-main con naite matelas aussi mol.
   I pô té cô couché, son-meil ja
prend-i Quand soleil lévé, i ka rouvè
z’yeux-ï, i ka rouè i adans an grand bois,
assou an paquet zos moune mô épi an
l’odeû pourriture ! Toute cô-i té bain-
gnin la boue. I manqué vini fou.
   Après i té couché lan nuite là, i
pas té peut jan-main songé ça qui té
passé…
   Dépi jou ta là, Pè Charlery
pas jan main gadé belle fen-me
assou côté.
   I toujou dit ou : « Belles fen-mes cé
la guiablesse ».


                                                                  257
                                            Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 309, mardi 23 juillet 1940


Les contes
             du “Clairon”
                            en créole


Histoire gens gagés

    An fois, an cordonier au François
yo té ka crié Paulius[,] té rumarqué ku
si i té quitté an soulier neuf passé lan
nuite à case li, rate té ka mangé-ï.
    Nhomme ou [i] pas save ça i doué
duvini. I allé fait an séance. Séancier-a
dit-ï : « Est-ce ou couè ou ké ni cœû
piqué moune là » ?
    Paulius — Si moin ké ni cœû piqué-ï ?
Min-me si i mô, tan pis Mé si ça
continué moin ké obligé maché an lan
main douvant an lan main déïè.
    Séancier-a — Minme si cé manman
ou, ou ka piqué-ï ?
    Paulius — Mandé bon Dieu padon,
n’impote moune, cé zaffè cô !
    Séancier rumette Paulius an fleuret :
i dit-ï tout ça pou-ï fait. Le vendredi
suivant à minuit, Paulius ka veillé. En
l’heû, i ka rouè an gros rate ka entré
parmi cé souliers a, épi coumencé man-
ger… clouc… clouc… clouc…
    Paulius approché tout doucement,
épi « Fling !... » i piqué rate là. Quand
bête là senti coute fleuret-a, i crié :
« Paulius… Paulius…, cé moin… sang
ou, ou piqué-a… »
    Paulius — Si ou té sang moin ou
pas té ké chèché ruiné moin. Dumain
matin nous a rouè ça.
    An grand moment après yo ka vini
frapper la pôte Paulius pou appren-ne
li ku an proche parent-ï prend an saut,
i blessé, i ka mô.
    Quand cordonnier allé, i trouvé
parent ï là ja « exposé ».
    L’enterrement faite lu lendemain,
mé sans béni cô, sans conduite la croix.



                                                           258
                                               Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 310, mercredi 24 juillet 1940


A TRAVERS LES CONTES
    NON PRIMES DU « CLAIRON »
            EN CREOLE


“Si ou ja sou pé”

    Té ni en nhomme yo té ka crié
Hilè Vapè qui té charpentier du marine.
I té ka réparé rien ku pétrolette épi
yatch, pace i té contre tout ça qui à la
vouèle.
    Dans toute zouti charpentier du ma-
rine li, cé maillet-a i té préféré.
    I té gaçon, i compren-ne ku ça
pas situation pou an nhomme con li.
I rouè en fille qui té tellement laide ku
figu-ï té ka fait-ï mal, i té ka souffè.
Aloss i réfléchi, i dit en li mime : « Si
moin té ka marié épi moune ta là, pou
fôce laide i laide, pè son-ne pas té caille
vini dèïè-ï épi moin té ké pé profité en
lè-ï con moin lé. I jatelé, ça pas ayen,
moin ké metté an grage en jounou-ï, con
ça deux jan-mes li pas ké [maié] encô
con cochon planche qui ka monté l’es-
calier
    Pou son-meil peu prend-ï, moin ké
fait-ï frotté figu-ï bon-me tranquille les
souè. Deux trous nin-ï bien lage, i ka
ruçuvrè tellement fraîcheû en l’estomac
li, ku branche cousson ka jusse paraîte
pas trou nin-a. Moin ké ja tout ni cous-
son, moin ké min-me peut ven-ne.
    Hilè fait tellement la bodage déïè
fi-a ku i fini pas palé pou-ï. I mandé-ï
si i té lé maillet (zouti préféré-ï là) min
fi-a pas compren-ne, i répon-ne li :
« Oui mé faudré cè lan mairie. » yo
marié.
    Dépi yo marié-a, fen-me là ja prend
tellement coute maillet ku jan-me li
vini cambré. Dé zié-ï vini con zié, mou-
ton qui bouè d’l’eau frappé, tête li vini
enflé con tête bœuf qui mangé noix
vète. Lèvres li vini épé con guiole ti man-


                                                              259
                                              Le Clairon (1939-…)


maille qui prend bibon dans dan-me-
jean-ne épi en tétine la peau cabrite.
Deux talon-ï fen-ne pacé an casserol
frissi fouète fen-ne pacé n casserol
frissi fouète yo rumin. Quant à deux
pied-ï, yo lage con pied moune qui ka
dômi douboute. Cé zoteil là rouvè con
en l’éventail. En ti l’auto « Simca » cé pé
tounin dans chaque cé fente là.
    Con fen-me la té ka crié-ï misérabe
Hilè té ka dit ï : « Moin té bien mandé
ou si ou té lé maillet, ou té répon-ne oui,
eh bien ou pas ni ayen pou ou dit, ou
trop molle, cé pou ça moin ka ba ou
vapè, pas oublié ku ou cé « Man
Vapè »
    En jou Hilè té ka fait en réparation
pétrolette la Bellevie, lu souè quand i té
ka déviré la caille li i senti goge li en
pente, i dit : « Moin save ça qui ka fait
moin ça, cé souèfe moin souèfe, et
moin pas minme ni en sou assou moin ».
Quand i rivé bô gros pied frommager a
qui té laute bô a, la crainte en malheû
cé rivé-i, i prend au large ; pace i tou-
jou ten-ne dit ku tout ça qui sôti en lè
loud. I songé ku macaque dit ku cé en
coton fronmager qui chapé en lè qui
tombé assou tête papa-ï et qui tchoué-ï
net.
    Au moment Hilè té ka rentré à
caille li pont Démosthène i dit : « Moin
tellement souèfe ku moin crouè ku goge
moin té ké passé pas boute pied moin,
si chimin a té plus longue ».
    Man Bosco qui té assise dans la
salle-là et qui té ka causé épi man Hilè
pendant ku man Hilè té ka frit poisson
la cuisine-là, ka dit : « Eh bien mussieu
Hilè mé ou toujou souèfe alors ! » Hilè
ka répon-ne : « Coument man Bosco cé
ou qui là, han ? Roï ! roï ! mé zanmi,
baille nouvelle non ! ou cé dit ku moin
té save ou té là tout bon-nement. Ah
non ! faudré nou prend en ti feu, pace
ku moin ni du feu dans goge moin
et cé épi rhum pou moin rouzé-i ».
    Man Bosco ka rudit i : « foink ou
ka palé hein, mussieu Hilè ! Cé en
soupe ségui graphophone ou mangé ou


                                                             260
                                                            Le Clairon (1939-…)


bien en p ku radio yo ba ou ? » Hilè
ka répon-ne : « moin pas save si cé en
du thé langue jaco moin bouè, mé moin
save ku moin à jeun con en sirigien au
mois du Juin ».
   Pëndant temps a man Hilè ka dit
ba ti gaçon-ï là : « Papa ou rentré encô
épi rhum li a, allé dit-i ba moin si i ja
sou pé, pas palé encô, pas dit pièce
bétise. » Ti gaçon allé éti papa-ï :
« papa man man moin dit ou si ou ja
sou pe ! » Hilè ka répon-ne « Coument
[ ?]
ou lé moin ja soupé, cé rentré moin ça
et moin poco min-me bouè. Au contrè
dit man-man ou vini méié en en ti feu
pou nous. » Ti gaçon-a dit : « mé non
papa cé pas con ça man-man moin
dit ça, non ! I dit ou si ou ja brouè
trope, si ou ja sou, pé-là, pas palé encô ».
Hilè répon-ne : « Ah ! moin ja sou, pé,
eh bin quimbé ».
   En disant ça, i lancé assou madan-
me li, i baille coute maillet passé St Piè
té ni chattes. Man Bosco qui té lé prend
pou man Hilè trapé coute maillet passé
Tonkin founi rates. Ti gaçon-a fait la
fimin, man Bosco fait la poussiè, man
Hilè tounin vapè. En chapant la peau-ï
vent trou nin-i fait en lot sable qui té
douvant la pote là fait létè. Hilè rété
épi i dit : Yo fait moin [dernière phrase perdu à jamais]




                                                                           261
                                          Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 327, samedi 10 août 1940


Les Contes du “Clairon” en créole


An congo vicieux

[Il manque les clichés]




                                                         262
                                                   Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 338, mercredi 21 août 1940


LES CONTES DU « CLAIRON ENCRÉOLE


Fibronne, iche man Itésa
                 I

   Fibronne cé iche en madan-me assé vié,
qui vève dépi quèque temps. I consolé co-ï épi
en missié chapentié qui té ka rété bô caille li…
(pôve guabe… i té peû zombi…)
   An jou i rumarqué ceintu robe li peut pas
quimbé ventre li… aloss i allé rouè en doctèû
qui té ka poté ridingote couleû caca jaco, pou
mandé-ï an ti rumède
   Man Itésa — Docteû, moin vini rouè-ou,
pace moin pas peu quimbé encô Dépi quèque
temps moin ka von-mi tout longue, moin toujou
ni an l’envi manger surette, moin peut pas
mangé, graisse ka dégoûté moin, épi ventre
moin ka vini gros… gros…
   Docteû — Ouè . fait moin rouè ça ma fi…
ou save cé peut-être an ti polichinelle qui an
bouète là…
   — Mé, docteû, à l’âge moin, en iche… moin
pas ni mari, i mô
   — Aloss ma fi cé en fibronne. Atten-ne
encô deux ou trois jous, épi ou caille allé
l’hopîtal pou fait opéré ou .
   Seulement man Itésa té peû l’opération. I
atten-ne tellement, vente li montée, montée… et
six mois huit sumain-ne trente jous après visite
charpentier-a, i acouché.
   Yo décidé crié i iche là Fibronne
                                    (à suivre).




                                                                  263
                                                    Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 339, jeudi 22 août 1940

LES CONTES DU “CLAIRON” EN CREOLE


*Fibronne, iche man Itésa
                   II


    Man Itésa fait débouilla, épi quimbois !...
et i réussi maillé épi chapentié à quand-la
mission passé.
    Papa Fibronne té ainmin i en pile, pace
Fibronne té écoutant : Tout ça papa ï dit ï, i
toujou réponne : « Oui hapa ! ».
    An jou, manman-i qui té enceinte encô,
accouché. Com-me i té dans confrérie, papa
Fibronne dit i « Fibronne allé rouè missié
l’abbé pou an Soucou pou manman ou. ».
    — Oui, hapa !
    Y mété belle rade le dimanche li, mé i pas
té ni chaussette, ni soulié.
    Fibronne — « Hapa oh… prété moin
chausette ou épi 42 fillette ou a
    Hapa — Prend-yo mon fi….
    Chausette la té ni pomme tè passé an milé
ni pouèle et pîed Fibronne té ni chiques, pacé
volcan a ni roches…
    Ça pa fè ayën, comme pied i pas té faché
épi soulié hapa i, yo entenne.
    En chumin, soulié a qui té trop grand com-
mencé lumin pied-i. Zoteilles révolvè-i pas prend
ça bien, aloss Fibronne commencé bouété i ka
crié :
    « Man-man, oh ! Man-man moulin ! »
    « Roye roye, mi chauffe mi ! ».
    Seulement Fibronne pas té si couillon.
    I songé, i cé peu tiré soulié à La min-me i
douboute, con nhomme tonnè a, épi i tiré soulié
a, i baille douète.
    I rivé con ça au presbytè.
    Fibronne — Bonjou missié l’abbé
    L’abbé — Bonjou Fibronne mon fi, ça qui
rivé ou ?
    Fibronne —Missié labbé cé han-man moin
qui voyé moin oti ou i fait di-ou i accouché.
    L’abbé — Ah !... Et ça i fè ? An ti fi ?
    — Non…
    — An ti gaçon, aloss ?...


                                                                   264
                                                  Le Clairon (1939-…)


   — Ah, ah ?...
   — Ce pas an ti fi, cé pas an ti gaçon missié
l’abbé, cé an ti nègue.

                         (Hô — Mà)




                                                                 265
                                                     Le Clairon (1939-…)


Le Clairon, n° 340, vendredi 23 août 1940


LES CONTES DU “CLAIRON” EN CREOLE


*Compè chien
         épi compè macaque
    Compè chien épi compè macaque cé deux
bons zan-mis. Mé yo tous les deux ni en grand
défaut : yo pas foutu rété an seul ti moment
sans gratté cô yo
    Zotte toute ka songé ti macaque la Polygone là
Cété an plaisi lé dimanche pou toute moune allé
rouè-ï I ka gratté… I ka gratté… I ka mangé
puces-li… Toute moune ka ri… Plus moune
ri plus mussieu macaque ka gratté…
    Bref, an jou compè macaque à da-da assou
dos Chien pâti allé en voyage. Yo té ka allé à
caille lu Roi. yo rivé… Lu Roi ruçuvrè yo
dans château-i Mé i dit yo con ça :
    « Zotte peut rété ici-a tant ku zotte lé…
Bouè, mangé dômi fait toute bagaille… Mé moin
défen-ne zotte gratté cô zotte pou pas jété pices
à caille moin. Ça qui gratté, moin caille fouté-i
dérô Zotte tan-ne ?... » Lu roi fait rôle pâti,
mais i ka veillé dans trou serru la pôte là.
    Chien — Coument nous ké fait ça ?...
    Moin envie gratté oui…
    Macaque — Moin aussi, mais en nous
qimbé raide… Laissé moin raconté ou an ti his-
toire qui rivé moin : « En temps moin té la
guè Mec-cique yo manqué tué moin. Cé mexi-
cains-a ka tiré fisi assou moin ; balles ka passé
pa-ici, balles ka passé pa là… balles ka passé
pas ici, balles ka passé pas là.
    En disant ça compè macaque ka profité pou
gratté tout patout assou cô-i.
    Chien — Foute ou malin compè. Mé moin
peut pas tien-ne. « Clouque !… clouque !…
clouque… clouque… compè chien ka voltigé
pices toute patout.
    Flappe !... Lu Roi rentré.
    Lu roi — Malhon-nêtes… Foutez-moi lu
camp ?... »
    Yo tous lé deux, pâti la queue yo an deux
jan-mes yo… La fumin chaillé-yo…




                                                                    266

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:51
posted:3/13/2012
language:
pages:266