Les relations internationales de 1871 � 1914

Document Sample
Les relations internationales de 1871 � 1914 Powered By Docstoc
					                           Résumé




     Les relations internationales
            de 1871 à 1914


                        Pierre MILZA




                      Année 2004-2005

Institut universitaire de hautes études internationales, Genève
                                                                         Table des matières
    INTRODUCTION.............................................................................................................................................................. 4
PREMIERE PARTIE : .................................................................................................................................................... 5
DE LA PRÉPONDÉRANCE ALLEMANDE À L’HÉGÉMONIE EUROPÉENNE.................................................. 5
    1. L’EUROPE BISMARCKIENNE ..................................................................................................................................... 5
       L’EUROPE EN 1871 ............................................................................................................................................... 5
             La prépondérance allemande................................................................................................................................................5
             La France ...............................................................................................................................................................................5
             La Russie ................................................................................................................................................................................5
             L’Autriche-Hongrie ...............................................................................................................................................................6
             L’Italie ....................................................................................................................................................................................6
             La Grande-Bretagne ..............................................................................................................................................................6
         LE PREMIER « SYSTEME » DE BISMARCK (1871-1878)................................................................................. 6
             L’exécution du traité de Francfort .......................................................................................................................................7
             « L’entente des Trois Empereurs » ......................................................................................................................................7
             La crise franco-allemande de 1875 .......................................................................................................................................7
             La crise balkanique (1875-1878) ...........................................................................................................................................8
             Le congrès de Berlin (juin-juillet 1878)................................................................................................................................8
             Les conséquences du congrès de Berlin et la fin du premier « système » de Bismarck ....................................................9
         LE SECOND « SYSTEME BISMARCKIEN » ...................................................................................................... 9
             L’alliance austro-allemande ..................................................................................................................................................9
             Le nouveau traité des Trois Empereurs ...............................................................................................................................9
             La Triple-Alliance (1882) ....................................................................................................................................................10
             La crise balkanique..............................................................................................................................................................11
             La crise franco-allemande ...................................................................................................................................................11
             L'élargissement et l'apogée du système bismarckien ........................................................................................................12
    2. L'HÉGÉMONIE EUROPÉENNE ................................................................................................................................... 13
       CAUSES DE L’EXPANSION EUROPEENNE ................................................................................................... 13
             La poussée démographique .................................................................................................................................................13
             Les préoccupations économiques ........................................................................................................................................13
             Le développement du sentiment national ..........................................................................................................................13
             Les préoccupations stratégiques .........................................................................................................................................14
             Les oppositions .....................................................................................................................................................................14
         EFFACEMENT DES CONCURRENTS DE L’EUROPE ................................................................................... 14
             Les États-Unis ......................................................................................................................................................................14
             Le Japon ...............................................................................................................................................................................14
         L’ESSOR ET LE HEURT DES IMPERIALISMES ............................................................................................ 15
             L’affaire tunisienne .............................................................................................................................................................15
             La rivalité franco-anglaise en Égypte .................................................................................................................................15
             Rivalités coloniales en Afrique Noire .................................................................................................................................16
             La rivalité anglo-russe en Asie centrale .............................................................................................................................16
             La rivalité franco-anglaise en Indochine ............................................................................................................................16
             Un tournant de la vie internationale ..................................................................................................................................17
DEUXIEME PARTIE : .................................................................................................................................................. 18
LA FIN DE L’EUROPE BISMARCKIENNE ET L’AVÈNEMENT DE LA « POLITIQUE MONDIALE » (1890-
1907) ................................................................................................................................................................................. 18
    3. CONDITIONS NOUVELLES DE LA VIE POLITIQUE INTERNATIONALE ...................................................................... 18
       UNE NOUVELLE CONJONCTURE ECONOMIQUE ....................................................................................... 18
       LES TRANSFORMATION DEMOGRAPHIQUES ............................................................................................. 19
       L’EXASPERATION DU SENTIMENT NATIONAL .......................................................................................... 19
    4. LA LIQUIDATION DE LA POLITIQUE BISMARCKIENNE ........................................................................................... 19
       LA CHUTE DE BISMARCK ................................................................................................................................. 20
       L’ALLIANCE FRANCO-RUSSE .......................................................................................................................... 20
             L’abandon du traité de Contre-Assurance ........................................................................................................................20
             La conclusion de l’Alliance franco-russe ...........................................................................................................................20
             La ratification ......................................................................................................................................................................21
       LE RAPPROCHEMENT FRANCO-ITALIEN .................................................................................................... 21
    5. LE HEURT DES IMPÉRIALISMES EUROPÉENS ET LA MONTÉE DES JEUNES PUISSANCES ......................................... 22
       LE CHOC DES IMPERIALSIMES EUROPENS ................................................................................................ 22
             La question d’Orient ...........................................................................................................................................................22
             La rivalité franco-anglaise ..................................................................................................................................................23
             La rivalité anglo-allemande ................................................................................................................................................23
             Les impérialismes en extrême-Orient.................................................................................................................................24


                                                                                                                                                                                                        2
            La première crise marocaine ..............................................................................................................................................25
        LA MONTEE DES CONCURRENT DE L’EUROPE ......................................................................................... 25
            L’éveil de l’impérialisme américain ...................................................................................................................................26
            Le Japon ...............................................................................................................................................................................26
    6. NAISSANCE DE LA TRIPLE-ENTENTE ...................................................................................................................... 27
            L’Entente cordiale ...............................................................................................................................................................27
            Evolution de l’alliance franco-russe ...................................................................................................................................28
            La Triple-Entente ................................................................................................................................................................28
TROISIÈME PARTIE : ................................................................................................................................................. 30
LES ÉPREUVES DE FORCE ET LA COURSE À LA GUERRE ............................................................................ 30
    SITUATION GÉNÉRALE ................................................................................................................................................ 30
    7. LA CRISE BOSNIAQUE (1908-1909).......................................................................................................................... 30
            Les origines de la crise .........................................................................................................................................................30
            L’annexion de la Bosnie-Herzégovine ................................................................................................................................30
            La crise .................................................................................................................................................................................31
            Les conséquences de la crise................................................................................................................................................31
    8. LA SECONDE CRISE MAROCAINE ............................................................................................................................. 32
            Les origines de la crise .........................................................................................................................................................32
            La crise d’Agadir .................................................................................................................................................................32
            Les conséquences de la crise................................................................................................................................................32
    9. LES CONFLITS BALKANIQUES DE 1912-1913 .......................................................................................................... 33
            La Situation dans les Balkans .............................................................................................................................................33
            La première guerre balkanique (octobre 1912 – mai 1319)..............................................................................................33
            La seconde guerre balkanique (26 juin – 10 août 1913)....................................................................................................34
    10. LA CRISE DE JUILLET 1914 .................................................................................................................................... 34
       LA SITUATION INTERNATIONALE EN 1914 .................................................................................................. 34
            Les rivalités internationales ................................................................................................................................................35
            Le resserrement des alliances .............................................................................................................................................35
            La course aux armements ...................................................................................................................................................35
            La crise .................................................................................................................................................................................36
    CONCLUSION ............................................................................................................................................................... 37




                                                                                                                                                                                                     3
Introduction
L’année 1871 et le traité de Francfort qui met fin à la guerre franco-allemande consacrent
la prépondérance du Reich sur le continent. Bismarck va pendant 20 ans tenter de
maintenir un statu quo favorable à son pays.

Les années qui suivent la guerre 1870-1871 marquent aussi le début de l’apogée
européenne. Les grandes explorations, l’occupation de vastes territoires non exploités, la
pénétration économique des vieux empires, les progrès de l’évangélisation, sont les
manifestations de la volonté d’expansion européenne.
Tant que la colonisation demeure inachevée, les rivalités impériales ne sont pas trop
explosives. L’expansion coloniale peut même apparaître comme une « soupape de
sûreté » propre à atténuer les tensions coloniales.

A partir de 1890, les RI se trouvent profondément modifiées. Tout d’abord, l’avènement de
Guillaume II en Allemagne provoque le départ de Bismarck. En quelques années, tout le
système mis en place par ce dernier se décompose et la France parvient à rompre
l’isolement. L’Allemagne s’engage à son tour dans la voie de la colonisation et de la
pénétration économique. Mais le Reich n’est pas seul à vouloir étendre son influence à la
planète. Une très sévère compétition économique stimule les rivalités entre les grandes
puissances.
Les grandes puissances du Vieux Continent vont également pour la 1ère fois trouver
devant elles des concurrents qui s’affirment au fur et à mesure que s’accroissent leurs
moyens d’actions : les USA puis le Japon.

C’est l’abandon de la diplomatie bismarckienne, jugée par Guillaume II trop européenne
qui provoque l’alliance franco-russe et c’est le règlement de questions coloniales qui
amorce les rapprochements franco-anglais, franco-italien et anglo-russe, qui favorise donc
le démantèlement de la Triple Alliance et la genèse de la Triple Entente, amenant la
division de l’Europe en 2 blocs antagonistes.

Si la compétition économique demeure l’un des fondements majeurs des conflits, c’est le
heurt des nationalismes qui met, en juillet 1914, le feu aux poudres et déclenche WWI.

Les années 1871-1914 sont donc marquées par 2 faits fondamentaux : la
prépondérance allemande sur le continent et l’hégémonie européenne dans le
monde. WWI sera fatale à cette double prééminence en provoquant la défaite
militaire de l’Allemagne et le déclin économique du vieux continent face à la montée
des USA.




                                                                                        4
PREMIERE PARTIE :
De la prépondérance allemande à l’hégémonie européenne
1. L’Europe bismarckienne

L’EUROPE EN 1871
La prépondérance allemande

Bismarck avait toujours pensé qu’une guerre contre la France était nécessaire à
l’achèvement de l’unité allemande.

Domination du nouvel empire en Europe après la guerre :

   1) Démographie : excepté la Russie, c’est le pays le plus peuplé d’Europe
   2) Industrie : essor après la guerre grâce à main d’œuvre abondante, richesse du
      sous-sol (Charbon), indemnité de guerre versée par la France
   3) Militaire : possède la meilleure armée terrestre du monde
   4) Volonté de puissance, existence d’une cohésion et d’un orgueil national
   5) Vertus traditionnelles allemandes : sens de la discipline et du devoir, goût de
      l’organisation, esprit d’entreprise.
   6) Le chancelier n’est responsable que devant l’empereur et non le Reichstag et
      dispose donc d’une initiative plus large, à l’écart des fluctuations de l’opinion
      publique

La France

La guerre de 1870-71 a coûté à la France la prépondérance qu’elle avait exercé sur le
continent, en raison de :

   1)   Pertes matérielles et humaines
   2)   Coût financiers des opérations militaires + indemnité de guerre (5 milliards)
   3)   Occupation d’une partie du territoire
   4)   Perte de l’Alsace et de la Lorraine (provinces industrielles très riches)

Cependant, la France va rapidement sortir de la crise et reconstituer une force militaire. La
défaite aura provoqué un renouveau du sentiment national, l’armée devient un véritable
culte, une forte vague nationaliste déferle sur le pays (mouvement boulangiste, etc.), ce
qui suscite des craintes de la part de Bismarck.

La Russie

La Russie est le pays le plus peuplé d’Europe et possède d’immenses ressources
naturelles.

Cependant la Russie possède certaines faiblesses :
  1) Nation presque exclusivement agricole
  2) Force militaire n’est pas en rapport avec son potentiel (exiguïté des ressources
     budgétaires, manque de cadres, insuffisance des moyens de transports, qualité
     inférieure de l’armement)
  3) Agitation des minorités nationales (notamment Polonais)

                                                                                           5
Buts de sa diplomatie : accès à la Méditerranée pour assurer le contrôle des détroits et
une expansion territoriale à travers la péninsule balkanique (en se posant en protecteur
des population chrétiennes des Balkans). Se heurte aux intérêts de la GB et de l’AH.

L’Autriche-Hongrie

Les faiblesse de l’AH :

   1) Difficultés liées aux différentes nationalités (Tchèques, Roumains, Italiens, etc.)
      Vienne est particulièrement inquiète concernant les Serbo-Croates du Sud
      (« Slaves du Sud ») qui regardent en direction de la Serbie (cette dernière voulant
      rassembler tous les peuples de race slave).
   2) Est essentiellement agricole
   3) Moyens militaires modestes et effectifs médiocres

Buts de sa diplomatie : limités, à savoir l’établissement d’une sorte de protectorat sur les
peuples des Balkans libérés du joug ottoman (se heurte à la Russie)

L’Italie

En 1871, l’Italie vient à peine d’achever son unité.

   1) L’Italie possède un retard dans le domaine économique (pauvreté en ressources
      énergétiques et minérales, faiblesse des moyens de transport, manque de
      capitaux) = pays rural
   2) Effectifs militaires faibles + difficultés financières ne permettent pas d’entretenir une
      flotte de guerre

   Buts de sa diplomatie : ambitions limitées en raisons de ses faiblesses : volonté de
   réunir les territoires de langue et de sentiment italiens (Trentin et Trieste) encore sous
   domination étrangère (sous joug autrichien) = terres « irrédentes ».
   Il s’y ajoute bientôt une volonté de s’étendre en Méditerranée et de participer à
   l’expansion coloniale. Cependant en raison de ses faiblesses, l’Italie est contrainte de
   chercher des alliances, difficiles à trouver en raison de son poids minime. Ses visées
   irrédentistes et les ambitions balkaniques se heurtent à l’hostilité autrichienne, tandis
   que toute action en Méditerranée trouve devant elle les ambitions de la France.

La Grande-Bretagne

C’est la première puissance économique du monde (fondée sur le charbon), qui a l’empire
colonial le plus vaste et la flotte de guerre la plus redoutable et jouit d’un sentiment de
sécurité (île).

Buts de sa diplomatie : maintenir en Europe continentale l’équilibre des puissances,
s’assurer de larges marchés extérieurs (débouchés + approvisionnement), ne souffrir
aucune menace à son hégémonie navale.

LE PREMIER « SYSTEME » DE BISMARCK (1871-1878)
Pour Bismarck, l’achèvement de l’unité allemande, la proclamation de l’Empire et
l’annexion de l’Alsace-Lorraine lui semblent suffisantes et il ne manifeste aucun désir de

                                                                                             6
pousser plus en avant l’expansion territoriale de l’Allemagne. Il entend seulement
maintenir sur le continent un statu quo territorial favorable à son pays. Or, il est persuadé
qu’un jour la France va vouloir se venger. Cette préoccupation est au centre de la
construction politique que le chancelier allemand va s’efforcer de mettre en place, afin
d’isoler la France.

L’exécution du traité de Francfort

Celui-ci impose à la France une indemnité de 5 milliards et le maintien de l’occupation
allemande jusqu’au paiement. Pour Bismarck, le versement de cette indemnité est le
meilleur moyen de retarder le relèvement français mais pense que la France ne va pas
payer entièrement et va donc laisser planer la menace de guerre préventive pendant
quelques années.
Le paiement de la dette marque une détente dans les relations franco-allemandes.

« L’entente des Trois Empereurs »

Bismarck veut négocier une alliance avec d’autres puissances pour maintenir le statu quo
européen et isoler diplomatiquement la France.

   1) L’Autriche-Hongrie : après la défaite de Sadowa en 1866, l’Allemagne ne va pas
      humilier l’Autriche en annexant des territoires impériaux. Le nouveau ministre des
      affaires étrangères de Vienne abandonna toute idée de revanche, en se détournant
      vers les Balkans, tirant profit de la dissolution de l’empire ottoman. Bismarck va
      l’encourage dans cette voie.
   2) La Russie : il n’existe pas de contentieux russo-allemand. Les liens économiques
      entre les 2 sont même importants. Le seul problème, c’est l’appui de Bismarck
      donné à l’AH concernant les Balkans. Cependant il convint Alexandre II en utilisant
      l’argument de la solidarité monarchique en face de la France républicaine et
      agressive.

Ainsi se noue en 1872-1873 « l’Entente des Trois Empereurs » qui isole diplomatiquement
la France et qui prend la forme d’une série de conventions entre les 3 puissances :

   1) Accord germano-russe : en cas d’attaque d’un des empires par une puissance
      européenne, l’autre interviendrait immédiatement (= alliance défensive)
   2) Accord entre AH et la Russie : s’engagent à se consulter en cas d’ « agression
      d’une tierce puissances » ou en cas de divergences d’intérêts.
      L’Allemagne puis l’Italie y adhérent à leur tour.

La crise franco-allemande de 1875

Bismarck accueille mal l’éviction de Thiers et l’arrivée au pouvoir des monarchistes, dont
les tendances « revanchardes » l’inquiètent. Mais c’est surtout la reconstitution de l’armée
française qui déclenche la crise, avec notamment le service militaire obligatoire qui est fixé
à 5 ans. Il pense que la France prépare la guerre. De nouveau, planent des menaces de
guerre préventive. La France va alors porter l’affaire sur le plan international et sollicite la
GB et la Russie. Le tsar qui considère qu’une nouvelle défaite de la France entraînerait en
Europe une hégémonie allemande sans contrepoids, décide d’intervenir personnellement.
La crise prend fin. Bismarck n’avait probablement jamais envisagé une guerre, mais
voulait simplement intimider le gouvernement français pour ralentir sa reconstruction


                                                                                              7
militaire. C’est un échec : non seulement la France poursuivit son réarmement, mais en
plus l’isolement de la France s’avère être imparfait.

La crise balkanique (1875-1878)

Depuis le XIXe siècle, l’Empire ottoman connaît un déclin. En 1871, seule la GB reste
profondément attachée à l’intégrité de l’Empire, seul moyen pour elle de s’opposer à une
hégémonie russe en Méditerranée orientale et de contrôler la route des Indes. La France
et l’Allemagne sont indifférentes, tandis que la Russie et l’AH souhaitent tirer profit de la
faiblesse de l’Empire turc, pour établir leur influence dans les Balkans.

Les peuples chrétiens soumis au joug turc supportent de plus en plus mal la domination
ottomane. Certains sont devenus indépendants et appuient les revendications nationales
des minorités encore soumises (Roumanie, Monténégro, la Serbie, etc.). La Bulgarie et la
Bosnie-Herzégovine sont encore soumis à l’autorité du sultan. La Serbie se montre
particulièrement active, elle développe en Bosnie et en Herzégovine une intense
propagande en faveur du nationalisme.

Le meurtre par les Turcs d’un moine d’Herzégovine sera le prétexte d’un soulèvement.
Des raids contre les populations islamisées sont alors organisés. En 1876, l’insurrection
gagne les territoires bulgares. L’activité des agents russes (qui encourage les Bulgares à
la révolte) a été déterminante. Les Turcs répliquent par de terribles représailles. L’opinion
publique internationale est indignée, mais seuls le Monténégro et la Serbie volent au
secours des Slaves opprimés : ils déclarent la guerre à l’Empire ottoman. La Russie se
montre disposée à intervenir car le contrôle des détroits dépend de la chute de l’Empire
turc, mais aussi pour le prestige et par solidarité slave. Finalement, le Tsar fait connaître
son intention de prendre les armes si les puissances ne se mettent pas d’accord pour une
action commune auprès du sultan. L’AH n’est pas opposée à une intervention qui lui
permettrait de contrôler la poussée slave dans les Balkans et d’annexer la Bosnie-
Herzégovine. Mais la GB est hostile à tout démembrement de l’Empire ottoman.
L’Allemagne n’est pas impliquée dans la crise et Bismarck se contente d’éviter les heurts
entre les 2 alliés continentaux. Son souci est d’écarter tout risque de mécontentements
susceptibles de chercher une consolation dans l’alliance française. Une conférence se
réunit alors à Constantinople en 1978 : aucune solution n’est trouvée. La Russie décide
alors d’intervenir seule. Elle signe une convention avec l’AH du maintien de la neutralité
autrichienne en échange de la Bosnie-Herzégovine. Les Russes traversent alors les
Balkans, l’empire turc est envahit des 2 côtés, Constantinople est menacée. C’est à ce
moment que les autres puissances s’inquiètent. L’AH estiment que les Russes vont trop
loin. La GB n’acceptera pas l’installation d’une puissance étrangère à Constantinople. Le
tsar dû céder et entreprendre des négociations de paix, qui aboutirent au traité de San
Stefano, favorable à la Russie : l’AH se voit confier l’administration de la Bosnie-
Herzégovine et il y a la création d’une « Grande Bulgarie ». Mais la GB n’accepte pas le
traité de San Stefano. Consciente de son impréparation militaire et financière, la Russie
n’insiste pas et accepte la réunion d’un congrès destiné à modifier les clauses du traité

Le congrès de Berlin (juin-juillet 1878)

Accord entre la Russie et l’AH : la Bulgarie n’atteindra pas la mer Egée et sera divisée en
2 principautés distinctes.
Accord entre la Russie et la GB : la Russie s’engage à ne pas pousser plus loin ses
conquêtes en Asie mineure.


                                                                                           8
L’acte final du Congrès modifie les clauses du traité de San Stefano et est beaucoup
moins favorable aux revendications des Slaves. La Serbie et le Monténégro maintiennent
leur indépendance mais voient leurs acquisitions réduites. L’AH est autorisée d’occuper et
administrer la Bosnie-Herzégovine. Quant à la grande Bulgarie, elle est divisée en 2
principautés.

Les conséquences du congrès de Berlin et la fin du premier « système » de
Bismarck

   1) L’intégrité de l’Empire ottoman a subi de rudes atteintes. Il semble destiné à un
      démembrement, non pas au profit des minorités nationales, mais des grandes
      puissances.
   2) Le problème de la rivalité austro-russe n’a pas été résolu par le Congrès
   3) Au cours du congrès, une certaine détente s’est manifestée dans les rapports
      franco-allemands
   4) Mais surtout, le congrès a provoqué le mécontentement de la Russie qui a dû se
      contenter de maigres annexions en Asie et renoncer à la création d’une « Grande
      Bulgarie » satellite. Elle s’en prend à Bismarck, accusé d’avoir favorisé l’AH. Au
      lendemain du congrès, le tsar déclare « morte » l’entente des Trois empereurs

LE SECOND « SYSTEME BISMARCKIEN »
La crise orientale a montré l’impossibilité de faire coexister officiellement dans le même
réseau d’alliances la Russie et l’AH. Bismarck va donc opter pour l’AH comme base de
son nouveau système diplomatique, tout en parvenant à maintenir un lien avec la Russie
et à attirer l’Italie. Ainsi l’isolement de la France est maintenu et même renforcé.

L’alliance austro-allemande

Alors que l’empereur Guillaume Ier favorise plus tôt une alliance avec la Russie, Bismarck
lui privilégie l’alliance austro-hongroise, car il la juge plus sûre, plus efficace et plus proche
de l’Allemagne. Contre qui doit être tournée cette alliance ? Pour Bismarck c’est contre la
France, pour Andrassy (AH) contre la Russie. Bismarck finit par accepter le point de vu
autrichien et l’empereur finit pas donner son accord à la suite des menaces de démission
de Bismarck.
Le traité est signé en 1879. Il prévoit une alliance militaire au cas où une des 2 puissances
serait attaquée par la Russie, la simple neutralité si l’agresseur est une autre puissance.
Le traité donnait surtout satisfaction à l’AH. Pour Bismarck, il s’agit avant tout de montrer
au tsar les inconvénients de l’isolement et ainsi espère t’il que la Russie reviendra à
l’entente des 3 empereurs, en oubliant ses rancoeurs du congrès de Berlin.

Le nouveau traité des Trois Empereurs

Bismarck sait que les intérêts de la Russie se heurtent en Asie centrale à ceux de la GB.
En cas de conflits germano-russe, Disraeli déclare que la GB serait prête à lier son destin
à celui du Reich. Mais Bismarck ne songeait pas réellement à obtenir l’appui de la GB. Il
espérait en revanche inquiéter la Russie pour que celle-ci, craignant un isolement complet,
tournât à nouveau ses regards vers l’Allemagne. Il juge également improbable que
l’autocrate de Saint-Pétersbourg, qui haïssait le régime républicain, se tourne vers la
France.
Finalement, Alexandre se montre favorable à un rapprochement. L’éventualité d’un conflit
anglo-russe le pousse à obtenir au moins la neutralité des 2 « puissances centrales », à

                                                                                                9
rentrer par conséquent dans le système bismarckien. L’AH est moins pressée de voir la
Russie s’y associer mais par peur de perdre l’amitié allemande finit par céder. Le 18 juin,
un nouveau traité des Trois Empereurs est conclu.
Le traité, ne supprime pas la Duplice (alliance austro-allemande), mais s’efforce d’atténuer
la rivalité austro-hongroise. Il porte essentiellement sur 3 points :
     1) Neutralité des 2 autres puissances si la 3ème se trouve en guerre avec un pays
         étranger à l’alliance
     2) L’AH et la Russie s’engagent à ne pas modifier de façon unilatérale le statu quo
         dans les Balkans
     3) Un protocole séparé prévoit que l’AH pourra annexer la Bosnie-Herzégovine dont le
         congrès de Berlin lui avait confié l’administration et que la Russie pourra de son
         côté réunir en un Etat unique les 2 principauté bulgares.

   Le traité favorise l’Allemagne (qui peut compter sur la neutralité russe en cas de guerre
   contre la France) et la Russie (garantie contre une intervention allemande ou
   autrichienne à l’occasion d’un conflit anglo-russe. Seule l’AH ne tire aucun bénéfice de
   l’entente, ayant dû accepter de tenir compte des intérêts russes dans les Balkans.

La Triple-Alliance (1882)

Le système mis en place par Bismarck en 1881 s’élargit l’année suivante par l’adhésion de
l’Italie.

Contexte :
  1) Dès les premières défaites françaises, les Italiens ont profité du rappel de la
      garnison impériale pour s’emparer de Rome et y installer leur capitale. Aussi, le
      gouvernement italien voit avec méfiance s’installer en France la politique cléricale
      de l’Ordre Moral. Jusqu’en 1877, il craint la pression des catholiques français
      sur le gouvernement et la reprise d’une action en faveur du pape. Il n’est pas
      étonnant que l’Italie se tourne alors vers Bismarck qui est lui-même aux prises avec
      le pontife romain dans le combat engagé contre le clergé catholique allemand.
  2) Intérêts économiques : de plus en plus d’échanges avec l’Allemagne.
  3) Désir de s’élever au rang de grande puissance : Bismarck apparaît comme le
      grand homme de l’Europe

Bismarck a peu de sympathie pour l’Italie, dont il m’éprise la faiblesse militaire et sa
duplicité. Pour lui, le seul avantage c’est en cas de conflit européen, la France soit obligée
de protéger ses frontières alpestres. Aussi, une alliance avec l’Allemagne entraînerait
inévitablement l’adhésion du royaume à la Duplice austro-allemande et condamnerait
l’Italie à renoncer aux provinces irrédentes : Trentin, Tyrol et Trieste.

Le chancelier va alors pousser la France à s’engager en Tunisie, espérant à la fois que
cela la détourne de l’Alsace et la Lorraine et aussi se heurte aux ambitions italiennes. La
France se rend compte de l’influence grandissante de l’Italie en Tunisie et décide
d’envoyer un corps expéditionnaire et obtient grâce au traité de Bardo, le protectorat, sans
que l’Italie puisse réagir, car dépourvue d’armée et de flotte. Humiliée, l’Italie se dit prête
en 1881 d’adhérer à la Triple Alliance.

Le traité instituant la Triple Alliance est signé le 20 mai 1882. Il est avantageux pour l’Italie,
dont l’isolement est rompu et qui se trouve garantie pour le cas où un retour au pouvoir du
parti catholique en France aurait pour effet la remis en question par la France de
l’annexion de Rome. Mais le grand bénéficiaire est Bismarck qui gagne une alliée contre la

                                                                                               10
France et obtient pour l’AH l’assurance qu’elle n’aura pas à combattre sur 2 fronts en cas
de guerre contre la Russie. La signature de la Triplice marque l’achèvement du second
système bismarckien. L’isolement de la France est total.

La Triple Alliance :
   1) Si l’Italie est provoquée par la France, les 2 autres parties sont tenues de porter
       assistance avec toute leur force.
   2) Même obligation pour l’Italie en cas d’une agression non directement provoquée de
       la France contre l’Allemagne.
   3) Neutralité si 1 des 3 puissances est menacée par un non signataire
   4) Chacun réserve de prendre part à la guerre, pour faire cause commune avec son
       alliée.

La tension internationale et les aménagements du système bismarckien

Mais de nouvelles tensions ne vont pas tarder à surgir

La crise balkanique

Le nouveau traité des Trois Empereurs n’empêcha pas Russes et Autrichiens de chercher
à étendre leur influence respective dans les principautés orientales. A partir de 1881, l’AH
réalise des progrès spectaculaires :
   1) En Serbie : l’influence de l’AH se développe. Le prince de Serbie qui méprise son
       peuple et afin de se maintenir au pouvoir, sollicite l’appui et les subsides de l’AH en
       échange il s’engage à ne pas conclure d’alliances extérieures sans accord de l’AH
   2) En Roumanie, la politique de l’AH est appuyée par la diplomatie allemande. Le roi
       Carol (cousin du roi de Prusse) est animé de sentiments amicaux envers
       l’Allemagne. Il est moins favorable à l’AH mais craint d’avantage encore la Russie.
       Bismarck met à profit cette situation pour ménager un accord entre Vienne et
       Bucarest. Un traité d’alliance défensive secret dirigé contre la Russie est signé en
       1883 (la Russie en connaît l’existence).
   3) En Bulgarie : les Russes au lendemain du Congrès de Vienne, ont tenté d’imposer
       leur protectorat. Depuis 1881, le prince est un neveu du Tsar (Alexandre de
       Battenberg) et laisse les Russes occuper des postes importants. Devant la
       résistance de l’opinion publique bulgare, le prince tend cependant peu à peu à se
       rapprocher des éléments nationalistes et proclame en 1885 l’union de la Roumélie
       et de la Bulgarie, reconstituant ainsi de son propre chef la « Grande Bulgarie » du
       traité de San Stefano. La Russie va favoriser un complot d'enlèvement du prince,
       qui doit abdiquer. Cependant échec pour la Russie car remplaçant proche de
       Vienne

La Russie connaît donc des échecs dans les Balkans. En 1887, elle a perdu tous les
avantages acquis au congrès de Vienne. En 1887, le Tsar refuse de renouveler le traité
des Trois Empereurs.

La crise franco-allemande

Bismarck appuie toutes les entreprises coloniales de la France pour lui faire oublier
l’Alsace-Lorraine et va même jusqu’à proposer une alliance, mais dans le but d’une
brouille franco-anglaise, ce que la France refuse.



                                                                                           11
Bismarck, qui craint la montée du nationalisme en France et notamment l’arrivée au
ministère de la Guerre de Boulanger, dissout en 1887 le Reichstag qui refusait une
augmentation des effectifs de l'armée et fait voter une nouvelle loi militaire.
L'affaire Schnæbelé en 1887 marque le point culminant de la crise et la guerre est évitée
de justesse, grâce au président Grévy qui refuse de suivre Boulanger. Pour les
nationalistes français, l’enlèvement de Schnæbelé était une provocation de l’Allemagne
dans le but d’accroître ces moyens militaires et déclencher une guerre préventive.

L'élargissement et l'apogée du système bismarckien

Les rivalités entre l’AH et la Russie n’ont cessé de s’accentuer dans les Balkans. La
France quant à elle refuse un rapprochement avec l’Allemagne et n’a pas oubliée l’Alsace-
Lorraine. Situation difficile pour Bismarck, car les Russes en raison de leur
mécontentement, pourraient se tourner vers la France (menace pour l’Allemagne sur deux
fronts).
La crise bulgare et la menace de guerre avec la France valorisent l’alliance avec l’Italie, ce
dont l’Italie est consciente. L’Italie pose comme condition au renouvellement de la Triple-
alliance :
     1) garantie de statu quo en Méditerranée dirigée contre une éventuelle extension de la
        France en Tripolitaine
     2) promesse de compensation si AH réalise de nouveaux gains territoriaux dans les
        Balkans.

Le traité est renouvelé en satisfaisant les exigences de l’Italie :
   1) Italie et AH : acceptent un statu quo dans les Balkans (avec consultation et
        compensation si AH est contrainte d’occuper un territoire)
   2) Allemagne et Italie : l’Allemagne donnerait son appui militaire en cas de guerre
        contre la France à propos de l’Afrique du Nord.

Avec l’apaisement des relations franco-allemandes, Bismarck souhaiterait ne pas devoir
assumer seul ces engagements avec l’Italie. Il encourage donc cette dernière à se
rapprocher de la GB (accord anglo-italien) :
   1) l’Italie s’engage à soutenir la GB en Égypte.
   2) la GB aidera l’Italie à s'opposer à l'occupation de la Tripolitaine, par la France
   3) volonté des 2 puissances à maintenir le statu quo en Méditerranée.
   4) affirme le principe de la fermeture des détroits (dirigé contre la Russie, ce qui
       pousse AH à adhérer à l’accord en 1887). Adhésion de l’Espagne aussi.

Bismarck ne va pas y adhérer pour se laisser une ouverture avec la Russie. Il est inquiet
d’un rapprochement franco-russe, dans la mesure où la Russie est mécontente dans les
Balkans et affirme ne pas vouloir renouveler l’Entente des Trois Empereurs. La Russie
réalise qu’une alliance avec l’Allemagne ne lui sert pas à grand-chose dans les Balkans
mais se méfie également du régime républicain en France.

La Russie va signer en 1887 un « traité de réassurance » (secret) avec l’Allemagne pour 3
ans :
   1) neutralité de la Russie en cas de guerre défensive de l’Allemagne contre la France
   2) appui de l’Allemagne dans la question bulgare et dans celle des détroits (ce qui
      n’est pas compatible avec l’alliance austro-allemande).

La conclusion du traité de contre-assurance marque l'apogée du système de Bismarck.
Liée à l'AH et à l'Italie, en contact avec la GB et avec la Russie, l'Allemagne se trouve au

                                                                                           12
centre de la vie internationale. Mais le système est fragile en raison du caractère secret du
traité de contre-assurance. NI GB ni AH ne doivent être au courant concernant les
détroits, car inconciliable avec les accords antérieurs.

Mais en mars 1890, Bismarck donne sa démission car le nouvel empereur (Guillaume II)
trouve le traité de contre-assurance contraire à la Triple-Alliance et refuse le
renouvellement. C’est la chute du système Bismarckien. Début de la Weltpolitik

2. L'hégémonie européenne
La supériorité technique et militaire de l’Europe lui permet d’imposer partout sa loi. Mais
quand l’occupation du monde s’achève, les ambitions européenne et les rivalités
coloniales se confondent.

CAUSES DE L’EXPANSION EUROPEENNE
Il y a une reprise d’un grand courant de conquête coloniale dans les années 1870-1880.
Quelles sont les causes de l'essor impérialiste ?

La poussée démographique

Au cours du XIXe siècle, la population s’est sensiblement accrue. Raison :
   1) progrès de la médecine + hygiène
   2) meilleure alimentation
   3) révolution des transports qui diminuent les famines

Cette explosion démographique va favoriser la conquête coloniale.

Colonies de peuplement : GB : Canada, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande.
Russie : Sibérie.

Cependant, la France colonise mais pas d’explosion démographique. L’Allemagne a une
explosion démographique mais presque pas de colonisation.

Les préoccupations économiques

Différents arguments :
    1) recherche de matières premières (cependant, les produits tropicaux intéressent peu
       l’industrie). Matières énergétiques (épuisement des mines européennes).
    2) recherche de débouchés en raison de l’accroissement de la production industrielle
       et la possibilité limitée d’absorption du marché intérieur.
       Entre 1873 et 1895, il y a une véritable crise de débouchés en Europe. Les prix
       baisse et l’Europe (à l’exception de la GB) instaurent des barrières douanières, ce
       qui incite à aller voir en dehors de l’Europe.
    3) Il y a un enrichissement général en Europe en raison des progrès de l’industrie.
       Les capitalistes européens cherchent donc à investir sur des marchés plus
       rentables.

Le développement du sentiment national

Le XIXe siècle est dominé par le nationalisme et la poussée impérialiste en est une des
manifestations les plus spectaculaires. Les peuples y voient un moyen d’affirmer leur

                                                                                          13
génie et leur force. Il y a aussi le désir de répandre la civilisation européenne, de propager
la religion chrétienne, etc.

Les préoccupations stratégiques

Mobiles militaires : assurer la sécurité des communications maritimes grâce à une chaîne
de points d’appuis, permettant le ravitaillement des flottes de guerre (GB la plus sensible à
cet argument).

Les oppositions

Il y avait des opposants à l'expansion coloniale :
     1) En Allemagne : Bismarck pensait que pour rester prépondérant en Europe, il fallait
        concentrer son énergie uniquement sur le continent.
     2) En GB : les libéraux sont peu favorables. Gladstone imagine déjà les futurs
        colonies se détacher de leur métropole (comme les colonies d’Amérique du Nord).
     3) En France : la masse est indifférente ou contre car expéditions coûtent cher en
        homme + argent. Les nationalistes sont contres (car cela détourne de l’A.-L.), tout
        comme les radicaux. Les socialistes dénoncent l’exploitation des peuples soumis.

EFFACEMENT DES CONCURRENTS DE L’EUROPE
Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’Europe n’a aucun concurrent. Des problèmes intérieurs
absorbe leur énergie : reconstruction est mise en valeur du territoire aux États-Unis,
modernisation et équipements pour le Japon.

Les États-Unis

Les USA se remettent de la guerre de sécession en 1871 et vont panser leurs blessures
pendant 25 ans, en se consacrant à la mise en valeur du territoire, à son équipement
ferroviaire et industriel et pour ce faire ont besoin d’une importante main-d’œuvre
(immigration européenne).
L’économie se remet lentement. Les immenses prairies deviennent rapidement le grenier
à blé et la 1ère région d’élevage du monde. Grâce à l’exploitation de leur énormes
ressources minières, à la concentration des entreprises, à la rationalisation du travail, les
USA se hissent en 20 ans ai 1er rang des puissances industrielles
Comme il n’y a pas un besoin d’expansion, la doctrine Monroe va être appliquée jusqu’à la
fin du XIXe : maintien de l’indépendance et garder l’Europe à l’écart de l’Amérique.

Le Japon

A partir du milieu du XIXe siècle, le Japon a été forcé d’ouvrir ses principaux ports et
permettre aux ressortissant des grandes puissances à faire du commerce. En 1868, le
système féodal est abolit et se transforme en une monarchie constitutionnelle en 1889. Le
Japon se lance alors dans une ère de modernisation, en faisant appel à des spécialistes
étrangers, vite relayés par des techniciens japonais. Le Japon vise avant tout à préserver
sa souveraineté, en se donnant les moyens militaires (une puissante marine de guerre est
mise en place) et n’a pas au début de visées impérialistes.
L’essor démographique (forte poussée de la natalité) et la prise de conscience des
progrès accomplis vont stimuler un sentiment national et une volonté de puissance.
Cependant, seules quelques positions stratégiques sur le Pacifique et sur le continent sont


                                                                                           14
prises pour assurer sa sécurité vis-à-vis des grandes puissances. En Europe, le Japon
n’est pas pris au sérieux.

L’ESSOR ET LE HEURT DES IMPERIALISMES

Les peuples, éveillés par la RF à la conscience nationale, tolèrent de moins en moins
d'être traités en monnaie d'échange et appellent à l’autodétermination. L'expansion des
grandes puissances fait donc face à la montée des nationalismes.
L’expansion coloniale apparaît comme un exutoire, destiné à apaiser les tensions
européennes. Bismarck par exemple encourage la France d’aller en Tunisie pour qu’elle
oublie l’Alsace-Lorraine. De même plus tard, Guillaume II qui pousse la Russie en
Extrême Orient pour qu’elle oublie les Balkans (chère à l’AH).

L’affaire tunisienne

La Russie désirait l’ouverture des détroits afin d’accéder à la « mer libre », politique qui se
heurtait à celle de la GB, qui voulait maintenir son hégémonie en Méditerranée.
La GB va rencontrer de nouveaux concurrents en Méditerranée : la France puis l'Italie, à 2
endroits stratégiques : Suez et le détroit de Sicile (nécessaire pour assurer la sécurité des
routes commerciales GB).
En Egypte, la GB parvient à évincer les intérêts français mais en compensation, elle va lui
laisser la Tunisie, au dépends des intérêts italiens.

La Tunisie : le gouverneur veut moderniser le pays, emprunte chez les grandes
puissances et est incapable de rembourser et doit accepter la création d’une commission
internationale de la dette.
La France, qui a établit sa souveraineté en Algérie veut protéger sa prépondérance au
Maghreb. Mais elle a 2 concurrents :
    1) la GB qui veut occuper des positions clés en Méditerranée
    2) l’Italie qui considère la Tunisie comme la « porte ouverte » de son expansion

Deux éléments vont déterminer l’attitude de la France :
  1) Bismarck qui encourage la France de posséder des colonies
  2) la GB qui doit une compensation à la France après son installation à Chypre et
      l’achat d’une partie des actions du canal du Suez.

Mais l’influence de l’Italie en Tunisie augmentant, la France utilise le prétexte d’une
incursion de tunisiens en Algérie et la mort 5 soldats français pour intervenir. Le 12 mai, le
traité de Bardo reconnaît le protectorat de la France sur la Tunisie. L’Italie proteste et est
désormais déterminée à contracter une alliance solide pour éviter de nouvelles
humiliations : cela marque le début de la Triple-Alliance.

La rivalité franco-anglaise en Égypte

La GB rencontre en Egypte l’influence de la France (Suez est la clé de la route des Indes)
qui depuis Bonaparte a conservé des liens avec l’empire ottoman.
L’Egypte, qui depuis 1864 avait entreprit une politique de rénovation du pays et de
grandioses réalisations, a due emprunter à l’étranger, principalement à la France et à la
GB. En 1876, les 2 imposèrent la création d'une caisse de la dette publique, gérée par 2
contrôleurs généraux : l’un français, l'autre anglais.
Cette mise en tutelle croissante de l'Égypte va susciter un mouvement de protestation
national. Il y a la naissance de toute une propagande sur le nationalisme arabe et la haine

                                                                                            15
des étrangers. Ceci provoque des désordres. En juillet 1882, plus de 60 chrétiens
périssent. Ceci va servir de prétexte aux 2 puissances pour envisager une action militaire
commune (aussi car on craint que le canal tombe aux mains de nationalistes égyptiens).
Mais en France une majorité parlementaire refuse toute intervention et la GB doit agir
seule. La GB peut donc imposer sa prépondérance en Egypte : le pays est entièrement
occupé et le contrôle bilatéral des finances égyptiennes prend fin.

Bismarck avait vu juste : cette affaire va empoisonner les relations franco-GB pendant 15
ans.

Rivalités coloniales en Afrique Noire

A partir de 1880, l’Afrique devient une terre de compétition pour les Européens. Au fur et à
mesure de l’avancée de la pénétration, les risques de conflits augmentent.
On décide donc d’organiser une conférence à Berlin en 1884 qui fixe certaines conditions
concernant la prise de possessions de territoires non colonisés :
   1) notification formelle aux autres puissances
   2) soumis à une occupation effective
   3) reconnaissance du principe de commerce dans le bassin conventionnel du Congo,
       de l’Atlantique à l’Océan Indien (défendu par Bismarck).
   4) reconnaissance d’un Etat international (le Congo), dont la souveraineté est
       assumée par le roi des Belges

Cette conférence permit d’atténuer les tensions.

La rivalité anglo-russe en Asie centrale

En Asie, la volonté russe d'expansion vers l'Est se heurte comme à Constantinople aux
intérêts de la GB (s’assurer un accès terrestre au marché chinois, protéger les frontières
de l’Inde). Parallèlement à la poussée russe en direction de l’Inde (en Turkestan), la GB
adopte une politique moins intransigeante envers les ambitions balkaniques de la Russie.

La Russie, après ses déboires au congrès de Berlin, veut inquiéter le gouvernement GB
pour le contraindre de lâcher du lest concernant la « question d’Orient » (n’a jamais voulu
s’emparer de l’Inde). Cette voie est encouragée par Bismarck car :
   1) peut tirer avantage d’une brouille anglo-russe
   2) l’expansion de la Russie vers l’Est peut désarmer ses tensions avec AH

Des négociations s’ouvrent et la guerre est évitée car :
  1) GB : les détroits étant fermés aux navires de guerre (depuis la convention de 1841),
      la marine GB ne peut pas attaquer la Russie correctement
  2) Russie : une guerre contre la GB augmenterait la prépondérance allemande en
      Europe

La rivalité franco-anglaise en Indochine

En 1885, la France occupe le Tonkin et établit son protectorat sur l’Annam. La GB,
soucieuse de protéger les frontières de l’Inde, entreprend la conquête de la Birmanie. La
France et la GB ne sont séparés que par le Siam, qui occupe le Laos, convoité par la
France.



                                                                                         16
En 1893, des canonnières françaises opèrent une démonstration navale conte Bangkok et
la GB envisage d’intervenir pour préserver l'indépendance du Siam, considéré par eux
comme un État tampon.
Finalement le Siam accepte d’abandonner le Laos à la France, la France promet de ne
pas porter atteinte au Siam et la fièvre retombe.

Un tournant de la vie internationale

L’Europe domine le monde grâce au niveau de ses techniques et par sa puissance
militaire. L’Allemagne exerce une suprématie grâce à ses jeunes forces industrielles, son
essor démographique, sa supériorité militaire. Mais aussi grâce à Bismarck qui a tissé un
réseau d’alliances.
La chute de Bismarck marque d'une période caractérisée par la primauté des
préoccupations européennes dans les relations internationales et par la prépondérance
absolue de Allemagne sur le continent.




                                                                                      17
DEUXIEME PARTIE :
La fin de l’Europe bismarckienne et l’avènement de la
« politique mondiale » (1890-1907)
3. Conditions nouvelles de la vie politique internationale

Dernière décennie du XIXe siècle : l’accroissement démographique fournit des contingents
de plus en plus nombreux à l’émigration. Après la dépression économique, il y a une
phase d’expansion en Europe

UNE NOUVELLE CONJONCTURE ECONOMIQUE
Pendant la période de 1873-1895 : stagnation économique en Europe. Ensuite jusqu’à
WWI : période d’ « euphorie » économique.
Raison du renversement de conjoncture : l’exploitation intensive des mines d’or d’Afrique
du Sud et la découverte de celle du Klondyke augmente le stock métallique de l’Europe.

      Augmentation des prix, qui stimule la production industrielle : on cherche à accroître
       la production, d’où un effort de concentration des entreprises et modernisation de
       l’outillage. Apparaissent aussi de nouvelles sources d’énergie : le pétrole. Ces
       ressources énergétiques entraînent l’essor des grandes industries. La métallurgie,
       stimulée par le développement des chemins de fer, fait un bon en avant. Il y a un
       changement du classement des grandes puissances industrielles : poussée des
       USA
      La production agricole : augmente grâce au développement des industries
       chimiques et de la mécanisation
      Le développement des moyens de communications : permet d’augmenter les
       échanges et écouler la production croissante

Incidences sur la vie internationale :
     Aggravation du problème des débouchés (les marchés intérieurs ne peuvent pas
       absorber la production).
       Après 1890, les USA et l’Allemagne, grâce à leur industrialisation plus récente et la
       concentration de leurs entreprises, commencent à concurrencer la GB.
     Volonté de contrôler les sources de matières premières (seuls les USA sont
       presque autosuffisants). L’Europe doit chercher hors du continent.

A partir de 1890, les possibilités de colonisation se font rares. Les nouveaux venus
(Allemagne) voient leurs ambitions limitées. Souvent ils profitent d’une période de tension
internationale pour se faire octroyer des territoires appartenant aux grands pays
colonisateurs (Ex : Allemagne dans l’affaire marocaine).
A partir de ce moment, l’expansion va prendre un aspect nouveau : les grandes
puissances vont être attirées par des grands Etats non industrialisés de vieille civilisation,
jouissant d’une forte population. Om inaugure donc de nouvelles méthodes consistant à
assurer aux intérêts économiques des grands Etats industrialisés des secteurs d’influence
privilégiée. De grandes sociétés européennes cherchent ainsi à obtenir un droit de priorité
pour la mise en valeur des richesses du sous-sol ou l’autorisation de construire des
routes, chemins de fer, etc. Elles font aussi pression pour obtenir des traités de commerce
favorisant l’entrée de leurs produits.


                                                                                           18
LES TRANSFORMATION DEMOGRAPHIQUES

L’essor démographique connaît une accélération pendant les 2-3 décennie précédant
WWI, accélérant par la même le mouvement d’émigration vers les nouveaux mondes. Les
USA passent de 50 millions d’habitants en 1880 à 100 millions en 1914 (une des raisons
de leur progrès et de la concurrence vis-à-vis de concurrencer l’Europe). Au Japon, la
population double en ¼ de siècle (accroissement naturel), ce qui va résulter peu à peu à
lune politique d’expansion.

Il y a donc des modifications dans le rapport des forces entre puissances : en Allemagne
puissant essor démographique alors qu’en France il y a stagnation.

L’EXASPERATION DU SENTIMENT NATIONAL
C’est dans les 1ères années du XXe que les nationalismes s’affirment avec le plus de
forces :
    1. Dans les grands Etats multinationaux : les minorités manifestent de + en + leur
       attachement aux traditions linguistiques, religieuses, etc., en grande partie en
       raison du développement de l’enseignement primaire et l’opposition qui en résulte
       entre langues « nationales ». Ex : AH (Tchèques, Slaves du Sud, etc.), Empire des
       Tsars, etc.
    2. Dans les Etats de peuplement homogène : volonté d’affirmer la puissance de l’Etat,
       d’augmenter son prestige et son influence dans le monde, l’orgueil d’appartenir à
       un peuple actif, sentiment d’être le « peuple élu », etc.

Dans les dernières années du XIXe, l’opinion publique joue un rôle grandissant. Le
nationalisme, trouve son appui le plus sur dans les classes populaires. Cet état de
l’opinion publique est lié au développement des institutions parlementaires, la diffusion de
l’enseignement primaire et l’essor de la grande presse quotidienne. Le fait « national » est
donc porté et amplifié par l’opinion publique dont le rôle ne cesse de croître à la fin du
XIXe siècle (les gouvernements sont influencés et écoutent l’opinion publique,
parlementaire et journalistique).

4. La liquidation de la Politique Bismarckienne
En juin 1888, Guillaume II devient empereur de l’Allemagne et le vieux Bismarck qui est en
désaccord avec lui sur presque tous les points, doit quitter le pouvoir.
Guillaume II abandonne le système mis en place par Bismarck, qui était fondé sur
l’hégémonie allemande en Europe et veut adopter une politique mondiale (Weltpolitik). Il
veut lancer l’Allemagne dans des entreprises coloniales (elle arrive tard dans le partage du
monde)
La fin du système bismarckien (qui était probablement nécessaire pour donner satisfaction
au développement de l’économie allemande et à l’appétit de grandeur et de prestige du
peuple allemand) permet à la France de rompre avec l’isolement :
    1) la Russie, dédaignée par Guillaume II, se rapproche de la France
    2) la GB, qui s’inquiète des progrès de l’Allemagne, signe avec la France le traité
       d’Entente cordiale en 1904
    3) l’Italie, sans quitter la Triple-Alliance, se rapproche de la France à partir 1896. En
       1902 elle promet sa neutralité en cas de conflit franco-allemand

Conséquence de cette nouvelle politique : isolement européen de l’Allemagne


                                                                                          19
LA CHUTE DE BISMARCK

Bismarck remet sa démission car il est en désaccord avec Guillaume II :
   1) Guillaume lui reproche l’échec de l’endiguement des progrès de l’extrême gauche
   2) Bismarck pense que la puissance allemande réside dans les provinces rurales et
      aristocratiques de l’est. Or depuis 1871, l’essor industriel a profondément modifié
      les structures économiques et sociales du Reich et ne correspond plus à l’idée que
      Bismarck se fait de son pays.
   3) Les milieux d’affaires commencent à « lâcher » Bismarck étant donné qu’il est
      hostile à l’expansion outre-mer (débouchés commerciaux, etc.) et préfèrent
      Guillaume II qui correspond plus aux intérêts de la bourgeoisie (Weltpolitik).
   4) Pour Guillaume II, le traité de contre-assurance avec la Russie est malhonnête vis-
      à-vis de l’AH. Il se méfie d’ailleurs de la Russie (adopte une politique anti-russe)

En Russie, le départ de Bismarck va accentuer le sentiment d’isolement (était considéré
comme un obstacle à l’ « agressivité allemande »).

L’ALLIANCE FRANCO-RUSSE
La Russie, privée des garanties que lui apportait le traité de Contre-Assurance, se
rapproche de la France, 2 ans après le départ de Bismarck (malgré les répugnances du
Tsar vis-à-vis de la république).

L’abandon du traité de Contre-Assurance

Guillaume II voulant adopter une politique « claire et loyale » à l’égard de ses allié, décide
de ne pas renouveler le traité de Contre-Assurance (qui pose sous la Triple-Alliance une
mine que la Russie peut allumer « chaque jours »).

La conclusion de l’Alliance franco-russe

L’Allemagne avait fait un mauvais calcul pensant une entente franco-russe impossible. La
Russie va changer d’avis car :
   1) ses ambitions à l’égard des détroits nécessitent un appui en Europe
   2) elle commence à regarder vers l’Extrême-Orient et a besoin d’un appui pour se
       protéger d’une éventuelle action de l’AH ou de l’Allemagne pendant qu’elle sera
       engagée à l’est (alliance de revers).

C’est l’abandon du traité de Contre-Assurance et le renouvellement bruyant et anticipé de
la Triple alliance qui va emporter la décision d’Alexandre III. Le premier accord politique
est conclut en 1891 : les 2 pays proclament leur amitié et promettent de se consulter dans
le cas où ils se sentent menacés. Pour la France, ce n’est pas encore une garantie
formelle de la fin de son isolement.
En 1892, les négociations s’ouvrent pour une convention militaire. La France aimerait :
    1) en cas de guerre contre la Triplice, la Russie doit porter tous ses efforts contre
        l’Allemagne (ennemi principal)
    2) l’alliance ne jouerait pas automatiquement en cas de mobilisation de la seule AH

Mais la France doit céder, car pour la Russie, l’AH est l’ennemi principal. Le 18 août 1892,
est signé une convention militaire franco-russe (secrète) :
    1) si la France est attaquée par l’Allemagne ou l’Italie soutenue par l’Allemagne, la
       Russie intervient

                                                                                           20
   2) si la Russie est attaquée par l’Allemagne ou l’AH soutenue par l’Allemagne, la
      France intervient
   3) la mobilisation, même partielle d’un des membres de la Triplice entraînerait la
      mobilisation générale en France et en Russie.

La ratification

Paris s’inquiétait d’être entraîné dans une guerre européenne pour une simple affaire
balkanique, à cause de 3). La Russie aussi était plus hésitante que la France. Mais la
décision russe va être influencée par :
   1) les besoins d’argent
   2) l’attitude maladroite des Allemands qui font une « guerre des tarifs » contre les
       marchandises russes et qui ont voté de nouveaux crédits militaires pour mener une
       guerre « sur deux fronts ».

La convention est donc ratifiée par la Russie en décembre 1893 et par la France en
janvier 1894. L’alliance franco-russe met fin au système bismarckien. L’isolement de la
France est rompu et rétablit l’équilibre européen

LE RAPPROCHEMENT FRANCO-ITALIEN
La « question romaine » et la menace que représente la France pour l’unité de l’Italie n’est
plus d’actualité, mais les gouvernants italiens l’utilisent encore comme prétexte pour
mobiliser la masse contre la France et contracter des alliances continentales. Pourquoi ?
Car il existe une rivalité franco-italienne africaine et méditerranéenne. La Triple-Alliance va
naître de l’humiliation subie en Tunisie. Résultat : 15 ans de brouille, une alliance « contre
nature », une « guerre douanière » non pas par haine mais par réalisme politique.

A partir de 1896, l’Italie amorce un rapprochement avec la France, car :
   1) la catastrophe éthiopienne va la détourner des entreprises coloniales
   2) les effets désastreux de la guerre commerciale contre la France vont inciter les
       milieux d’affaires italiens à faire pression sur le gouvernement pour favoriser un
       rapprochement
   3) les finances désastreuses de l’Italie la poussent à se tourner vers Paris pour des
       emprunts

La brouille franco-italienne était née de la question tunisienne. Le rapprochement franco-
italien va s’amorcer par le règlement de ce contentieux :
     1) l’Italie reconnaît le protectorat français sur la « Régence » et reçoit en échange des
        avantages économiques, la reconnaissance d’un statut privilégié pour ses
        nationaux et le droit pour ceux-ci de conserver leurs écoles élémentaires
     2) en 1898 un accord commercial met fin à la guerre des tarifs
     3) en 1900, la France accepte de ne pas s’opposer aux visées italiennes sur la
        Tripolitaine (accord secret). En échange, l’Italie donne carte blanche à la France au
        maroc.
     4) En 1902, est signé un accord (secret, pour ne pas devoir rompre avec la Triplice) :
        neutralité de l’Italie en cas de guerre franco-allemande

Même si l’Italie désire rester dans la Triplice, cette dernière semble être condamnée.




                                                                                            21
5. Le heurt des impérialismes européens et la montée des jeunes
puissances
De 1890 à 1907, les rivalités des grandes puissances se font ressentir moins sur le plan
européen (Alsace-Lorraine, Balkans, etc.) mais plus sur le plan mondial. Peu à peu, deux
pays assez effacés jusqu’à maintenant font leur apparition sur la scène politique
mondiale : les USA et le Japon et vont rentrer en rivalité avec les autres puissances dès
les dernières années du siècle.

LE CHOC DES IMPERIALSIMES EUROPENS
La question d’Orient

Depuis 1876, le pouvoir est exercé dans l’Empire ottoman par un sultan, qui est peu
disposé à adopter les réformes du congrès de Berlin et qui veut faire durer l’Empire. Il est
aussi attaché à la foi musulmane et rêve d’une entente religieuse entre tous les peuples
soumis à la parole du Prophète, ce qui pourrait déboucher sur un rassemblement politique
des musulmans. Pour échapper à cela, les populations chrétiennes se soulèvent contre la
domination turque en :
   1) Arménie : un mouvement national se constitue peu à peu. Le sultan décide de
       massacrer les Arméniens.
   2) Crête : après le congrès, le sultan avait nommé un gouverneur chrétien, mais à
       partir de 1896, il redonne l’île à un gouverneur musulman. Les Crétois se révoltent
       et les Turcs ripostent par des massacres. La Grèce envoie alors des armes sur l’île
       et le sultan renomme un chrétien mais cette fois-ci, c’est la population musulmane
       qui refuse de lui obéir. Les massacres recommencent. En avril 1897, la Grèce
       engage les hostilités contre la Turquie et cette dernière qui a raison de leur
       résistance, envahit la péninsule hellénique. En mai, une médiation permet de la
       Turquie d’obtenir un armistice et la Grèce doit verser une indemnité de guerre et
       abandonner toute prétention sur la Crête. Grâce à l’intervention anglaise, soutenue
       par l’Italie, la Crête reçoit un statut d’autonomie.
   3) Macédoine : après le congrès, la Macédoine devait obtenir un régime autonome
       mais les turcs ne tiennent pas leurs promesses. La Macédoine souffre de
       brigandages et de violences. Aussi, elle est l’objet de convoitises de la part d’Etats
       voisins (Bulgarie) qui entretienne l’agitation contre les Turcs. En 1896, le sultan
       répond par des massacres. Pas d’intervention des puissances.

L’attitude des puissances :
    1) seule la GB a systématiquement soutenue les peuples révoltés
    2) la Russie (qui a toujours rêvé de dépecer l’empire), se déclare favorable au statu
        quo, pour avoir les mains libres en Extrême-Orient, où il y a un autre « homme
        malade », la Chine. Elle ne veut pas devoir à intervenir en même temps dans les
        Balkans.
    3) le « désengagement » russe est favorisé par l’attitude de l’AH, qui pratique un
        politique d’effacement en raison de ses problèmes intérieurs. (d’ailleurs, les 2
        empereurs se rencontrent pour déclarer leur volonté de maintenir le statu quo dans
        les Balkans).
    4) la France et l’Allemagne manifestent une volonté de maintien de l’empire.

La GB étant occupée par ses difficultés africaines et le Russie étant engagée en Extrême-
Orient, l’Allemagne en profite pour pousser ses avantages. L’Allemagne se voit concéder
un réseau ferroviaire de 300km avec le droit d’exploiter les mines aux alentours. Cette
                                                                                          22
concession procure à l’Allemagne des avantages de premier ordre et consacre sa
suprématie économique dans l’Empire. Ceci va envenimer les RI et pour la 1 ère fois, la
Russie et la GB, devant la menace allemande, ont conscience d’une communauté
d’intérêts. C’est le moment où la France et la GB entreprennent de régler pacifiquement
leurs différends et signent le traité d’ « Entente cordiale ».

La rivalité franco-anglaise

Depuis le règlement de l’affaire siamoise, les différends anglo-français se concentrent en
Afrique :
    1) L’établissement du protectorat français sur Madagascar (positionné sur la route des
       Indes) a indisposé la GB. Ceux-ci acceptent le protectorat en échange de la
       reconnaissance par la France des droits de la GB sur Zanzibar.
    2) En France, on n’a pas oublié la main mise de la GB sur l’Egypte
    3) A partir de 1895 : rivalité au Soudan. La GB est intéressée par le Soudan car il
       commande le régime des eaux du Nil et permet à qui le possède d’avoir l’Egypte à
       sa merci. En 1885, une révolte musulmane avait chassé la GB. Depuis, la GB a
       préparé la reconquête du pays et fait reconnaître ses droits sur la région. Seule la
       France s’y opposait, car elle voulait relier Dakar et Djibouti.
       Finalement la France se rend compte qu’une guerre avec la GB, sans appui
       diplomatique et avec une infériorité navale risque d’être désastreuse. La France
       recule devant les menaces de la GB et une convention est signée en 1899, où la
       France abandonne ses prétentions sur le bassin du Nil (=profonde humiliation).

Malgré le vieux traité la liant au Portugal, la GB accepte par la convention de 1898, le
principe de partage éventuel des colonies portugaises d’Afrique avec l’Allemagne : s’il est
impossible de maintenir l’intégrité des possessions africaines du Portugal, la GB recevrait
la Mozambique, l’Allemagne le Angola. Rapprochement anglo-allemand ? Plausible,
puisque la GB se heurte à la fois aux ambitions africaines de la France et aux visées
russes en Extrême-Orient. En 1901 la GB propose une alliance à l’Allemagne, mais les
négociations n’aboutissent pas.

La rivalité anglo-allemande

Jusqu’en 1890, la puissance de la GB reste intacte, son industrie est la 1 ère du monde, sa
prépondérance reste manifeste sur le plan économique.
Or à partir des années 1890-1900, sa prospérité est de plus en plus menacée par
l’adoption quasi générale de tarifs protecteurs à l’importation, instauré par la plupart des
grandes puissances pour protéger leurs jeunes industries (alors que la GB est attachée au
libre échangisme).

Causes de la rivalité :
  1) concurrence de plus en plus sévère de la part des produits allemands
  2) rivalité navale : l’Allemagne choisit de constituer une grande flotte de guerre pour
     mener à bien sa Weltpolitk, ce qui diminue le sentiment de sécurité de la GB.

Face à la montée du péril allemand, que peut faire la GB ?
   1) se rapprocher de l’alliance franco-russe et constituer une Triple-Entente
   2) négocier avec l’Allemagne concernant la limitation des armements navals

Le GB va choisir la solution 2), en raison du contentieux franco-anglais au Soudan et
anglo-russe en Extrême-Orient, qui ne lui permettent pas d’envisager une action

                                                                                         23
commune. De plus, la GB et l’Allemagne n’ont aucune rivalité coloniale. Cependant,
l’Allemagne ne s’empresse pas de réponde aux sollicitations de la GB, car elle craint que
cela renforcerait l’alliance franco-russe. De plus, Guillaume II se rend compte qu’un
rapprochement avec la GB est incompatible avec le désir de faire de l’Allemagne une
grande puissance navale. Une alliance avec la GB rendrait le développement d’une
puissante marine de guerre inutile. Les négociations échouent et la GB doit ensuite
envisager la solution 1), ce qui va aboutir 2 ans plus tard à l’Entente cordiale.

Les impérialismes en extrême-Orient

Dans les dernières années du XIXe siècle, on assiste au partage de la Chine en zones
d’influence économique et stratégique (la Chine n’avait pas de flotte, d’armée organisée et
possédant un armement moderne).

La guerre sino-japonaise a pour origine la rivalité des 2 empires concernant la Corée, pays
sur lequel ils exercent un sorte de condominium. Mais le Japon veut davantage. En 1894,
des troubles éclatent (le Japon y est sans doute pour quelque chose) et le Japon décide
d’y envoyer des troupes et remplacer le roi par un régent docile. La Chine envoient alors
aussi des troupes. Les Japonais ayant coulé un navire chinois, la guerre éclate. La victoire
japonaise est foudroyante. En 1895, la Chine n’a ni flotte, ni armée sérieuse à opposer le
Japon, prêt à marcher sur Pékin. La Chine fait appel aux grandes puissances, qui pris de
vitesse ne réagissent pas. Seule la GB veut engager une action commune avec
l’Allemagne, qui dit que cette affaire ne la concerne pas. Finalement la Chine doit
reconnaître l’ « indépendance » de la Corée, c'est-à-dire la suzeraineté de fait du Japon et
payer une indemnité de guerre.
Mais peu à peu, Guillaume II se rend compte de l’existence de la puissance japonaise et
le danger qu’elle représente pour les intérêts de son pays. Il déclare alors intolérable les
prétentions de Tokyo et est prêt à engager une action commune. La Russie y est aussi
prête car elle aimerait étendre son influence en Mandchourie, voir en Corée ce qui ne
gêne pas Guillaume II, car comme cela, la Russie se détournerait des Balkans et rendrait
l’alliance avec la France moins utile. En 1895, les 3 puissances (Russie, Allemagne,
France) lancent un ultimatum et le Japon doit céder.

Cette affaire révèle surtout l’existence d’un « homme malade », la Chine :
   1) la Russie prend l’initiative du démembrement : elle reçoit l’autorisation de construire
       un voie ferrée directe vers Vladivostok, d’administrer les territoires traversés et d’y
       envoyer des troupes. Un traité est conclut avec le Japon pour le partage de la
       Corée en zones d’influence
   2) l’Allemagne utilise le meurtre de 2 missionnaires comme prétexte pour inaugurer le
       système de la cession des territoires à bail. Elle reçoit le droit de construire des
       voies ferrées et le monopole de l’exploitation des mines dans la zone du chemin de
       fer. Comme compensation, la Russie reçoit Port-Arthur (que le Japon avait dû
       céder suite aux pressions des grandes puissances pour maintenir l’intégrité de la
       Chine. Le Japon est mécontent et cet évènement sera la cause du conflit qui 6 ans
       plus tard va opposer le Japon à la Russie).
   3) La GB est mécontente car elle voulait maintenir l’intégrité de la Chine. Mais dès
       1898, elle va aussi acquérir des territoires à bail.
   4) La France a des intérêts limités en Chine mais acquiers quelques territoires

Il y aura une nouvelle étape du dépècement de la Chine suite au soulèvement des Boxers.
Dès 1899, des missionnaires et commerçants européens sont agressés, suscitant une
réaction immédiate de la part des puissances par l’envoie d’une armée internationale. La

                                                                                           24
Chine est obligée de payer des indemnités. De plus, les sociétés secrètes sont interdites
et elle doit accepter la présence de garnisons européennes à Pékin notamment.
La Russie, va profiter de la situation pour pénétrer profondément en Mandchourie et
s’orienter vers une sorte de protectorat.
La GB décide de rompre avec son habitude isolationniste pour passer un contrat avec le
Japon en 1902 :
    1) expriment la volonté de statu quo en Extrême-Orient
    2) affirment l’indépendance de la Chine et de la Corée
    3) neutralité de l’un en cas de guerre de l’autre contre une tierce puissance mais
        action commune dans le cas où l’un serait attaqué par 2 puissances réunies.

La première crise marocaine

En 1904, la France et la GB ont mis fin à leurs rivalités coloniales et ont amorcé un
rapprochement avec le traité de l’Entente cordiale. L’Allemagne, qui craint la menace
d’une alliance à 3 dirigée contre la Triplice cherche une occasion pour provoquer une
scission entre la France et ses alliés. En 1905, la Russie qui est aux prises avec le Japon
est neutralisé et hors d’état de porter assistance à son allié occidentale. But de la
diplomatie allemande :
    1) montrer à la GB les dangers de l’alliance française
    2) amener une rupture entre la France et l’URSS en démontrant à Nicolas II du peu
       d’appui de son allié

La question marocaine va permettre à l’Allemagne de mettre ses dessins à exécution :
L’autorité du nouveau sultan du Maroc ne cessait de diminuer. Des troubles éclatent,
notamment à la frontière algéro-marocaine. Jusqu’en 1900, la France se contente d’établir
son influence économique (un traité de 1880 avait établit que tous les pays jouissaient des
mêmes droits au Maroc). Cependant, en 1904, l’Entente cordiale établit un accord : Maroc
contre Egypte (entre la France et la GB). Finalement, l’Espagne adhère aussi à l’accord,
en échange de territoires au Nord et au sud du Maroc. Forte des ses appuis
diplomatiques, la France décide d’intervenir. Elle propose au sultan un programme de
réformes financière et militaires, autrement dit le protectorat. L’Allemagne n’est pas
consultée. L’Allemagne va intervenir pour une question de prestige, mais aussi pour
perturber les relations franco-anglaises. Guillaume II fait escale à Tanger et déclare que le
sultan est un souverain absolument libre. Finalement, la France accepte l’organisation
d’une conférence internationale (d’Algésiras), où sont réunit les principaux pays
européens, le Maroc, les USA (qui font leur entrée dans la politique internationale). A cette
conférence, l’Allemagne se retrouve isolée, alors que la France est soutenue par son
alliée russe, l’Espagne, la GB et l’Italie (qui manifeste sa fidélité aux accords de 1902).
La conférence reconnaît :
     1) la prépondérance de la France dans les affaires marocaines
     2) la création d’une banque d’Etat avec une position privilégiée pour la France
     3) la police des ports marocains par la France et l’Espagne (l’Allemagne voulait un
        contrôle international)

Donc la France ne parvient pas à établir un protectorat mais reçoit une position privilégiée.

LA MONTEE DES CONCURRENT DE L’EUROPE
A la fin du XIXe, les USA et le Japon, de par leurs succès économiques et militaires,
s’affirment comme des rivaux sérieux pour l’Europe. Les USA en 1898 et le Japon en


                                                                                          25
1905 remportent respectivement sur l’Espagne et la Russie des victoires qui prolongent
l’Europe dans la stupeur.

L’éveil de l’impérialisme américain

Au départ, les USA sont absorbés par la conquête de l’Ouest, par des problèmes de
peuplement et d’équipement. La doctrine Monroe étant le seul point qui pu les faire sortir
de leur réserve. A partir de 1890, les idées impérialistes trouvent une audience plus large
car :
   1) l’esprit pionnier du peuple ne pouvant plus s’exercer à l’intérieur, il va chercher en
       dehors des terrains d’action
   2) le marché US absorbe encore la quasi-totalité de la production, mais il peut être
       utile de se réserver pour l’avenir des zones d’influence

L’impérialisme US trouve son premier champ d’action en Amérique du Sud, principalement
lors de la guerre contre l’Espagne à Cuba. L’Espagne exerce une répression à Cuba cintre
des insurgés. Les USA envoient un cuirassé afin de protéger ses nationaux, il explose et
les USA pensent que cela est dû à un sabotage espagnol (or c’est faux). Les USA envoie
un ultimatum à l’Espagne, la sommant d’accorder l’armistice aux rebelles et de supprimer
les camps de concentration. Madrid se trouve conciliante, mais ce furent les insurgés qui
voulant obtenir l’indépendance, refusèrent l’armistice. Les USA déclarent alors la guerre à
l’Espagne et la gagne. Un traité est signé en 1898 :
    1) l’Espagne abandonne aux USA les Philippines et Porto-Rico
    2) l’Espagne reconnaît l’indépendance de cuba (ou plutôt le protectorat des USA…)
    3) peu après, les USA annexent Hawaï et l’archipel des Samoa (volonté d’expansion
       dans le Pacifique).

En Amérique centrale, les USA songent depuis toujours à creuser un canal entre
l’Atlantique et le Pacifique (pour faire passer leur flotte). En 1903, tout est prêt pour le
début des travaux, mais la Colombie, dont faisait parti le territoire de Panama, tarde à
donner l’autorisation. Une révolution fomentée et soutenue par les USA éclate à Panama.
Les USA envoient un croiseur et empêchent aux renforts colombiens de débarquer. Les
USA reconnaissent immédiatement le gouvernement né du coup d’Etat, lequel donne son
accord pour le creusement du canal.

Roosevelt substitue à la doctrine de Monroe (qui interdisait aux Européens d’exercer un
droit de politique en Amérique latine), un droit exclusif pour les USA de protéger la
sécurité et les biens étrangers dans les pays dont le régime instable pouvait rendre cette
intervention nécessaire.

Le Japon

L’intervention des puissances occidentales dans l’arrêt de l’expansion japonaise avait
fortement humilié le peuple et les dirigeants japonais. Le Japon entreprend alors
d’accélérer le rythme de son développement économique et militaire.
Même si le pays est pauvre en ressources minérales et énergétiques, des industries
modernes se constituent (textile, métallurgie, etc.). Or les produits japonais sont de
mauvaise qualité (manque d’ouvriers qualifiés). L’unique solution pour écouler leurs
produits reste la conquête des marchés du continent asiatiques, celui de la Chine en
particulier. Donc pour le Japon, il s’agit de trouver des débouchés et des sources de
matière premières. Il s’intéresse tout particulièrement à la Corée et la Mandchourie, mais
doit d’abord y déloger les Russes.

                                                                                         26
Que va faire la Japon ?
  1) développe ses forces militaires
  2) signe une alliance défensive avec la GB en 1902 (rompt avec son isolement)
  3) puis demande à la Russie si elle est prête à reconnaître l’intégrité de la
      mandchourie. Pas de réponse. Sans déclaration de guerre, le Japon attaque
      l’escadre de Port-Arthur : les hostilités sont engagés. Les Russes doivent
      abandonner la Mandchourie méridionale.

   L’effort de guerre pèse sur les finances japonaises. Le Japon songe à la paix. En
   Russie, c’est le péril révolutionnaire qui détermine le gouvernement à mettre fin aux
   hostilités. La paix est signée en 1905 aux USA. Le Russie cède au Japon :
   1) la partie méridionale de l’île de Sakhaline, le Liao-toung avec Port-Arthur
   2) ses droits sur le chemin de fer sud mandchourien
   3) toute liberté d’action en Corée où le protectorat est proclamé, puis l’annexion en
       1910

Pour la Russie, la défaite va diminuer de façon durable le potentiel militaire du pays.
L’alliance franco-russe va se renforcer puisque le Tsar, arrêté dans son expansion en
Extrême-Orient, va se retourner vers l’Europe.

Les progrès accomplis par l’impérialisme japonais inquiètent les Occidentaux et en
particulier les USA, dont les intérêts risquent de se heurter aux intérêts japonais en
Extrême-Orient et dans le Pacifique. Au lendemain de la guerre russo-japonaise, les
rapports jusqu’à là amicaux entre les USA et le Japon se tendent. En 1908, ils signent un
accord sur la base du maintien du statu quo dans le Pacifique.

6. Naissance de la Triple-Entente
La GB s’inquiète de plus en plus de la politique d’armements navals de l’Allemagne et
commence à se rapprocher de la France (après l’échec des négociations avec
l’Allemagne), puis de la Russie. Entente cordiale en 1904 et convention anglo-russe de
1907 constitue avec l’alliance franco-russe les éléments de la Triple-Entente. Dès lors,
l’Europe divisée en 2 camps va se préparer au grand affrontement après l’attentat de
Sarajevo en juin 1915.

L’Entente cordiale

La GB, depuis l’échec des négociations avec l’Allemagne, est inquiète :
   1) du développement de la flotte allemande
   2) du développement de la concurrence germanique sur les marchés

La France estime que :
   1) un accord avec l’Allemagne est impossible (donc accentue le besoin d’un
      rapprochement avec la GB)
   2) depuis que la Russie est engagée en Extrême-Orient (1902), elle n’est plus d’un
      grand appui face au bloc des puissances centrales

Le 8 avril 1904, l’accord de l’Entente cordiale est signé :
   1) la France renonce au droit de pêche exclusive qu’elle possédait à l’ouest de Terre-
      neuve, en échange des îles de Los, d’une rectification de frontières dans la zone
      Tchad-Niger et d’une indemnité
   2) le Siam est partagé en 2 zones d’influence

                                                                                      27
   3) la France s’engage à « ne pas entraver l’action de la GB en Egypte » et la GB
      reconnaît qu’il « appartient à la France de veiller à la tranquillité du Maroc ».

Le traité de 1904 ne comporte donc aucune clause de politique générale

Evolution de l’alliance franco-russe

La France et la Russie décident en 1899 de modifier l’esprit des accords de 1892 :
   1) la France s’engage à assister la Russie dans sa politique balkanique (dans le cas
      par exemple où l’AH tenterait de porter atteinte au statu quo)
   2) la Russie promet un appui dans la question de l’Alsace-Lorraine

L’année suivante, un protocole prévoit le cas d’une guerre contre la GB :
   1) la France mobiliserait 150'000 hommes sur les côtes de la Manche
   2) la Russie lancerait une opération de diversion du Turkestan en direction de l’Inde

En 1905, l’Allemagne propose un projet d’alliance continentale, qui ouverte à la France et
à la Russie, neutraliserait l’un et l’autre, tout en isolant la GB :
    1) la Russie accepte dans un 1er temps (à Bjorkö), puis renvient sur ses engagements
       afin de conserver l’amitié française
    2) la France déclare que l’opinion publique n’acceptera jamais une telle alliance

Echec donc de l’Allemagne, qui n’a pas pu séparer la France ni de la Russie, ni de la GB

La Triple-Entente

La GB :
   1) craint l’attitude menaçante de l’Allemagne
   2) réalise que l’effacement de la Russie après la défaite en Mandchourie représente
      un danger pour l’équilibre européen (une nouvelle victoire de l’Allemagne pourrait
      lui assurer l’hégémonie)

C’est pourquoi, elle donne un appui diplomatique à la France dans l’affaire du Maroc et
envisage pour la 1ère fois une intervention dans une guerre sur le contient. L’affaire
marocaine va donc renforcer l’Entente cordiale, au contraire de ce qu’espérait l’Allemagne.

La politique de l’Allemagne va aussi rapprocher la GB et la Russie car :
   1) la GB connaissait les projets secrets de l’Allemagne de détacher la Russie de
       l’alliance française et mettre en place une coalition dont elle était exclue (traité de
       Bjorkö). La GB va donc tout faire de rendre impossible toute nouvelle tentative
       allemande pour susciter contre la GB une alliance continentale. La GB est donc
       prête à négocier avec la russie.
   2) après la défaite contre le Japon et les troubles révolutionnaires de 1905, la Russie
       n’est plus en mesure de poursuivre en Asie centrale et en Extrême-Orient une
       politique d’expansion qui se heurte à la GB. Il est donc raisonnable pour la Russie
       de développer une amitié avec la GB.

Le 31 août 1907, signature d’une convention anglo-russe :
   1) la GB renonce au Tibet où elle entretenait une mission militaire
   2) la Russie renonce à l’Afghanistan
   3) la Perse est divisée en 3 zones : « russe » au nord, « anglaise » au sud, « neutre »
      au centre

                                                                                           28
Comme pour la France, cette convention ne comporte aucune clause de politique
générale. L’entente cordiale renforcée par les arrangements anglo-russes de 1907
prolongent l’alliance franco-russe et constituent dans l’Europe du XXe un nouveau
groupement de puissances que l’on désigne par Triple-Entente. Pour l’Allemagne, cela
constitue une menace d’encerclement et va donc tout faire pour la briser.




                                                                                 29
Troisième partie :
Les épreuves de force et la course à la guerre
Situation générale
A partir de 1907, l’Europe se trouve divisée en 2 blocs antagonistes. A l’intérieur de
chaque camp, les rivalités se sont atténuées. Elles s’exaspèrent au contraire d’un camp à
l’autre, entre :
    1) la France et l’Allemagne
    2) l’Allemagne et la GB (à propos des armements navals)
    3) l’AH et la Russie (pour la prépondérance dans les Balkans)

Elles provoquent des crises qui vont menacer la paix européenne : crise bosniaque en
1908-1909, la seconde guerre marocaine en 1911, guerres balkaniques de 1912-1913, le
conflit austro-serbe de juillet 1914, d’où sort WWI.

Le partage du monde est quasiment achevé. La montée des jeunes puissances (Japon,
USA) limite les possibilités d’expansion des vieux impérialismes en Amérique latine et en
Asie. L’Afrique ne comporte pratiquement plus de territoires vacants. Les anciens empires
(Turquie, Chine) sont divisés en zones d’influences sur lesquelles s’exerce pratiquement
le protectorat des grandes puissances. Il n’est plus guère possible dès lors de modifier le
statu quo mondial sans heurter les intérêts d’un rival et déclencher une crise
internationale. L’Europe revient donc au centre des préoccupations. Menacée
d’encerclement, l’Allemagne tente de rompre le cercle des amitiés françaises, mais ses
efforts aboutissent au contraire à resserrer les liens entre ses adversaires.

7. La crise bosniaque (1908-1909)
Les origines de la crise

L’AH veut profiter de l’effacement de la Russie après la guerre russo-japonaise pour
intervenir dans les Balkans et mettre fin au danger que les Slaves du Sud lui font courir.
Quels dangers ?
    1) En Serbie, une révolution a mis fin en 1903 au règne d’Alexandre Obrénovitch et
       porté au pouvoir Pierre Ier Karageorgévitch, un ami de la Russie et de la France,
       résolu à mettre fin à la tutelle de l’AH
    2) L’existence d’une Serbie indépendante sur laquelle se développe une propagande
       en faveur de l’union est une menace pour les provinces méridionales de l’AH et
       pour le maintien de l’autorité autrichienne sur la Bosnie-Herzégovine.

L’AH commence par faire pression économiquement sur la Serbie (mesures douanières).
En 1907, l’AH obtient du gouvernement Turc l’autorisation de construire une voie ferrée
entre la Serbie et le Monténégro (qui se trouveraient définitivement séparés). Puis elle
envisage l’annexion de la Bosnie-Herzégovine, afin de couper court au mouvement
« yougoslave » dans cette province.

L’annexion de la Bosnie-Herzégovine

Il fallait faire vite car la Russie se relevait lentement de la guerre contre le Japon et les
troubles révolutionnaires de 1905. Ce qui précipita les choses, c’est la révolution « jeune
turque » de juillet 1908. Le groupe des réformateurs turcs du comité « Union et Progrès »

                                                                                          30
avaient provoqué un soulèvement et entrepris de donner à l’Empire ottoman un régime
constitutionnel. Dans le parlement qui devait être convoqué à Constantinople, les
Bosniaques auraient été appelés à envoyer les délégués et le nouveau gouvernement
manifestait le désir de résoudre avec ceux-ci, en écartant toute intervention étrangère, le
sort de leur territoire demeuré théoriquement sous la souveraineté du Sultan. Vienne doit
donc agir avant que le gouvernement de Constantinople mette son projet à exécution :
   1) L’Allemagne approuve l’initiative de l’AH (annexion de la Bosnie).
   2) Le roi de Bulgarie aussi, en échange de l’indépendance totale de son pays.
   3) La Russie accepte aussi, en échange de l’appui diplomatique de Vienne pour une
       modification du régime des détroits.

Fort de ce soutient diplomatique, l’AH prononce le 5 octobre 1908 l’annexion de la Bosnie-
Herzégovine. Le même jour, la Bulgarie se déclare indépendante de l’Empire turc.

La crise

La Serbie proteste et se tourne vers la Russie qui conseille la résignation, car espérant
pouvoir obtenir la compensation promise. Voyant qu’elle ne recevra rien, la Russie
réclame l’organisation d’une conférence internationale, ce que l’Allemagne et l’AH
refusent. Il y a donc une tension entre l’AH et la Russie et des mesures de mobilisations.
La GB et la France offrent leur bon office en proposant à l’Allemagne de les rejoindre.
Mais l’Allemagne décline l’invitation pour contraindre les 2 puissances de l’Entente à
« lâcher » la Russie. La GB conseille à la Russie d’accepter le fait accomplit. La France
prévient qu’elle ne s’engagera pas dans un conflit où les intérêts vitaux de la Russie ne
sont pas en jeux.
Le 26 février 1909, le gouvernement turc accepte l’annexion de la Bosnie-Herzégovine. La
Serbie est invitée à en faire autant. L’AH profite de cette situation de force pour exiger de
la Serbie la promesse écrite de l’abandon de toute agitation en faveur du mouvement
« yougoslave ». La Serbie accepte mais se refuse à tout engagement qui ne serait pas
adressé à l’ensemble des puissances. Le 19 mars, l’AH lance un ultimatum à la Serbie.
Alors que la Serbie demande a la Russie si elle peut compter sur son appui armé,
l’Allemagne lance un ultimatum à la Russie. Mais :
     1) sa situation militaire et financière est encore précaire
     2) le mouvement révolutionnaire risque de se rallumer
     3) la France et la GB accepteront-ils de se joindre a elle ? (incertitudes)

La Russie s’incline. Le 31 mars 1909, la Serbie avisée de la dérobade russe, signe la note
exigée par les puissances centrales.

Les conséquences de la crise

   1) La Russie en sort humiliée et résolue à effacer l’affront subit dès qu’elle aura
      reconstituée ses forces
   2) Succès diplomatique de l’Allemagne et l’AH, plus apparent que réel, car pas réussi
      à briser l’alliance franco-russe. Même si la Russie en veut à la France de ne pas lui
      avoir apporté de soutien, elle en veut encore davantage à l’Allemagne. La Russie
      est donc prête à renforcer l’alliance, pour éviter une nouvelle humiliation.
   3) L’annexion de la Bosnie-Herzégovine affaiblit la Triple-Alliance en provoquant le
      mécontentement de l’Italie. Etant tenue à l’écart de l’affaire, ne recevant aucune
      compensation de l’AH, elle se rapproche alors de la Russie (en échange de son
      appui diplomatique dans la question des Détroits, l’Italie reçoit de Russie la carte
      blanche en Tripolitaine).

                                                                                          31
8. La seconde crise marocaine
L’Allemagne, poursuivant une politique de prestige et cherchant à obtenir des gains
territoriaux en Afrique, n’hésite pas à courir le risque d’un conflit pour monnayer ses
« droits » au Maroc.

Les origines de la crise

L’acte d’Algésiras n’avait pas donné à la France la liberté d’action au Maroc, elle avait
reçu seulement des missions de maintien de l’ordre, conjointement avec l’Espagne.
L’anarchie n’avait cessé d’augmenter au Maroc, donnant à la France d’innombrables
prétextes pour intervenir (assassinat d’un médecin français, massacre d’ouvrier
européens, etc.). La pénétration française ne cessait de faire des progrès. L’Allemagne se
rend compte qu’elle n’arrivera pas à empêcher l’implantation française au Maroc, elle
décide donc de se servir des droits qu’elle prétend avoir au Marco comme monnaie
d’échange vis-à-vis de la France. En février 1909, un accord est conclut entre les 2 pays,
reconnaissant à la France une situation prépondérante au Maroc à condition que celle-ci
admette en échange de partager avec l’Allemagne les avantages économiques. Une
collaboration économique s’engage entre les 2 pays, mais les efforts tentés pour prolonger
hors du Maroc cette collaboration ne sont pas satisfaisants. Déçue, l’Allemagne se montre
résolue à partir de 1910 à reprendre sa liberté d’action et s’appuyer sur l’acte d’Algésiras
pour « rouvrir la question marocaine ».
A la suite d’une rébellion contre le nouveau sultan en mai 1911, la France décide
d’occuper Fez, pour protéger les colons bloqués dans la ville. Cette intervention va servir
de prétexte à l’Allemagne pour rouvrir le dossier du Maroc.

La crise d’Agadir

Le 1er juillet, l’Allemagne envoie un navire de guerre (la Panther) devant le port d’Agadir et
y débarque un contingent symbolique. Officiellement, il s’agit de protéger les colons
allemands, mais en fait il s’agit de faire pression sur la France pour obtenir de lourdes
compensations. La France va aussi y envoyer un navire de guerre. C’est l’attitude de la
GB qui s’avère décisive. La GB ne peut accepter que la France s’humilie en cédant la
totalité de sa colonie au Congo et il le fait savoir à l’Allemagne et annonce d’appuyer si
nécessaire par les armes la position française. L’Allemagne doit modérer ses exigences.
D’un autre côté, la France n’obtient pas de la GB les assurances désirées et la Russie,
calquant son attitude sur celle de la France lors de la crise bosniaque, déclare que les
intérêts vitaux de la France ne sont pas menacés. La France doit donc se montrer un peu
plus généreuse. Par l’accord du 4 novembre 1911, l’Allemagne s’engage à ne pas
« entraver l’action de la France au Maroc » et accepte le protectorat, en échange :
    1) de concessions économiques au Maroc
    2) d’une partie du Congo français et un petit territoire situé au sud du lac Tchad

Les conséquences de la crise

   1) Mécontentement des opinions publiques en France et en Allemagne : on reproche
      à son gouvernement respectif trop de concessions faites à l’autre (les rancunes
      sont ravivées)
   2) La crise resserre les liens entre la France et ses partenaires. La brutalité des
      méthodes de l’Allemagne ont fait peur et aggravent son isolement.
   3) La crise renforce surtout l’Entente cordiale. L’Allemagne en est consciente et tente
      de se rapprocher de la GB. Elle propose de ralentir ses constructions navales et

                                                                                           32
       demande la neutralité de la GB en cas de conflit où elle ne pourrait être
       « considérée comme agresseur » (elle veut briser l’entente franco-GB). Mais la GB
       ne propose qu’un pace de non-agression. Mais les négociations n’aboutissent pas
       et l’Allemagne décide alors d’accélérer son programme naval, rapprochant
       davantage encore la GB de la France.

9. Les conflits Balkaniques de 1912-1913
Au début de 1912, la Russie s’est relevée. Bloquée en Extrême-Orient par le Japon, elle
se tourne de nouveau vers les Balkans, pour poursuivre sa poussée vers les Détroits.
Pour y parvenir, Nicolas II tente d’abord une alliance avec l’Empire ottoman, puis ayant
échoué, avec les puissances balkaniques contre la Turquie.

La Situation dans les Balkans

En 1912, la Turquie doit faire face à une double crise :

 Sur le plan intérieur : la révolution « jeune turque ». En effet, le nouveau régime avait
adopté un système « parlementaire », dans lequel les minorités devaient pouvoir
manifester leurs aspirations. Mais au lendemain de la révolution de 1908, le comité
« Union et Progrès » avait installé ses partisans dans toutes les administrations. Son but :
renforcer la cohésion nationale au sein de l’Empire ottoman en procédant à une
« turquisation » du pays. Résultat : dès 1910, l’agitation reprend en Macédoine,
secrètement entretenue par les Etats balkaniques : Serbie, Bulgarie, Grèce qui attendaient
une occasion favorable pour voler au secours du peuple frère.

 Cette occasion leur est fournie par l’intervention italienne en Tripolitaine. L’Italie s’était
mise d’accord avec la France pour occuper la Tripolitaine dès que celle-ci aura établit son
protectorat sur le Maroc. La Turquie refusant que l’Italie occupe la Tripolitaine, elle lui
déclare la guerre. Le 5 novembre 1911, l’annexion du pays est prononcé. Mais elle se
heurte à des résistances à l’intérieur du pays. La guerre italo-turque va favoriser les
projets des petits Etats balkaniques, résolus à venir en aide à la Macédoine. Ils se liguent
en une coalition dirigée contre l’Empire ottoman puis attirent la Russie dans leur camp. La
Russie va tout d’abord tenter de s’allier à la Turquie en échange du libre passage de sa
flotte dans les Détroits : ni le gouvernement turc, ni les puissances européennes ne
l’encourage dans cette voie. La Russie se tourne alors vers les puissances balkaniques et
encourage la formation d’une ligne placée sous son influence, dont le but est de refouler
les Turcs de leurs dernières possessions européennes :
     1) traité d’alliance serbo-croate (13 mars 1912)
     2) traité entre la Bulgarie et la Grèce contre la Turquie (29 mai)
     3) le Monténégro, sans rien signer, fait connaître sont adhésion à la ligue

La France, qui craint l’extension d’une guerre en Europe, proteste auprès de la Russie, qui
demande à ses « clients » plus de modération. Mais les Etats balkaniques savent que la
Russie ne peut plus les abandonner. Le 13, elles adressent un ultimatum à
Constantinople : la 1ère guerre balkanique est déclenchée.

La première guerre balkanique (octobre 1912 – mai 1319)

Pendant que l’Empire turc se hâte de conclure la fin des hostilités avec l’Italie (retirant ces
troupes de Tripolitaine et cédant Rhodes et les îles du Dodécanèse), il est obligé de


                                                                                             33
demander l’armistice le 3 décembre aux Etats balkaniques (qui ont une supériorité
militaire), car :
    1) la Macédoine a été libérée
    2) les Grecs sont à Salonique
    3) les Bulgares assiègent Andrinople et marchent sur Constantinople

La Serbie, soutenue par la Russie, veut obtenir l’accès à l’Adriatique mais l’AH qui veut
faire des provinces albanaises de l’Empire ottoman un Etat indépendant, s’y oppose. L’AH
et la Russie mobilisent partiellement et c’est grâce à la GB qui calme la crise. Elle fait
pression sur la Russie et la Serbie qui abandonne ses prétentions Mais la Turquie, ne
peut pas se résoudre à céder Andrinople et la guerre reprend en février. Le 30 mai 1913,
les préliminaires de Londres abandonnent à la Ligue balkanique tous les territoires de
Turquie en Europe à l’ouest d’une ligne Enos-Midia, ainsi que les îles de la mer Egée et la
Crète.

La seconde guerre balkanique (26 juin – 10 août 1913)

Dès qu’il s’agit de partager les dépouilles de la Turquie d’Europe, il y a des rivalités entre
les puissances balkaniques :
    1) la Serbie (qui n’a pas obtenu l’accès à l’Adriatique) veut une compensation en
       Macédoine au détriment de la Bulgarie, qui estime qu’elle a fournit le plus grand
       effort de guerre et mérite donc la plus importante part du butin. La Serbie signe
       avec la Grèce une alliance défensive contre la Bulgarie
    2) la Roumanie (qui n’a pas prit part à la guerre) s’inquiète de l’agrandissement de la
       Bulgarie. Elle obtient en compensation la Silistrie.

Mais la Bulgarie reste intraitable sur la question de la Macédoine. L’AH se réjouit d’un
conflit entre les vainqueurs de hier, tout en craignant une victoire serbe. Elle soutient la
Bulgarie et envisage même une intervention en cas de victoire serbe.
Forte de cet appui, la Bulgarie engage par surprise les hostilités contre la Serbie, le 26 juin
1913. Mais les Serbes, soutenus par les Grecs, la Roumanie et la Turquie (qui voit une
occasion de prendre une revanche contre la Bulgarie et récupérer Andrinople) repoussent
la Bulgarie, qui demande l’armistice. L’AH prête à intervenir demande à ses alliés de la
Triplice s’ils sont prêt à la suivre dans cette voie : réponse négative. L’AH est donc obligée
d’abandonner la Bulgarie : la paix est signée le 10 août 1913. La Bulgarie doit céder à la :
    1) Serbie : Monastir, la vallée du Vardar
    2) Grèce : le Sud de la Macédoine, Salonique et la Thrace occidentale
    3) Roumanie : la Dobroudja méridionale
    4) Turquie : Andrinople
    5) L’Albanie devient indépendante

10. La crise de juillet 1914
En Europe, qui est divisée en 2 blocs, commence à s’habituer à l’idée que la guerre est
inévitable pour régler les différends en cours. C’est dans ce contexte que l’assassinat de
l’archiduc héritier d’Autriche à Sarajevo le 28 juin 1914, provoque une nouvelle crise, dont
WWI va sortir.

LA SITUATION INTERNATIONALE EN 1914
L’exaspération des rivalités économiques et politiques incite les puissances européennes
à améliorer leur situation militaire et diplomatique. Mais le resserrement des alliances et la

                                                                                            34
course aux armements provoquent un état de tension et une psychose d’insécurité qui
finissent par créer un climat favorable au déclenchement d’un conflit général.

Les rivalités internationales

Elles se développent sur un double plan économique et politique :

 La concurrence économique entre la GB et l’Allemagne est parfois considérée comme
une cause fondamentale de WWI. L’Allemagne n’a cessé de faire des progrès et d’enlever
à sa rivale, une part importante de ses découchés extérieurs. Mais ce n’est pas la cause
directe de la guerre, les milieux d’affaires des deux pays étant opposé à cette idée.

 Les rivalités politiques semblent jouer un rôle plus important. Cependant bien des
difficultés en été aplanies :
     1) la France a réglée ses litiges avec l’Italie en 1900, la GB en 1904 et l’Allemagne en
         1911
     2) en 1914, la France et la GB admettent la nécessité d’élargir la part des possessions
         coloniales de l’Allemagne : elles lui reconnaissent une situation prépondérante dans
         l’Empire ottoman et veulent lui céder des territoires susceptibles de devenir vacants
     3) en Alsace-Lorraine, la rivalité franco-allemande s’est atténuée

C’est dans les Balkans que la tension est la plus forte. Depuis l’échec de la Russie en
Extrême-Orient, la vielle rivalité entre les 2 grands empires s’est rallumée : la Russie veut
dominer les Détroits, alors que l’AH ne peut laisser de développer l’agitation nationale
yougoslave, dont les racines se trouvent en Serbie.

Le resserrement des alliances

France et GB, Allemagne et Italie n’ont pas d’intérêts majeurs dans la question balkanique
mais le jeu des alliances risque de les entraîner dans un conflit. Depuis 1912, ces
alliances se sont renforcées, entre :
     1) la France et la Russie : une conversation militaire a défini la collaboration des 2
        flottes et des 2 armées et prévu des délais plus courts pour la mobilisation des
        troupes russes de façon à dégager le plus possible le front français. La France
        conçoit aussi un emprunt à la Russie pour lui permettre d’améliorer son réseau
        ferroviaire et hâter ainsi l’acheminent de ses troupes vers le front
     2) la France et la GB : signature d’une convention navale où la France accepte de
        prendre en charge la surveillance de la Méditerranée. En échange, elle espère que
        la GB s’engage au-delà d’une simple entente (la GB refuse)
     3) Après la mollesse de son soutien envers l’AH en 1913, l’Allemagne est maintenant
        résolue à soutenir l’AH « contre vents et marées » et régler le compte de la Serbie.
     4) L’Italie reste un alliés douteux, notamment en raison de ses relations tendues avec
        l’AH à propos de l’Albanie

La course aux armements

A partir de 1913, il y a une reprise de la course aux armements :
   1) En Allemagne : nouvelle loi militaire pour augmenter ses effectifs en tant de paix
   2) En France : le service militaire passe à trois ans et une nouvelle loi augmente ses
       effectifs en temps de paix
   3) En Russie : met en place un plan de réorganisation militaire


                                                                                           35
Partout on se prépare donc à l’éventualité d’un conflit, mais seule l’Allemagne est prête à
engager les hostilités. Certains dans l’Etat-major allemand pensent que c’est le moment
ou jamais, car la France et la Russie ayant entrepris un vaste effort militaire, sont en train
de se renforcer.

La crise

Le 28 juin 1914, visitant Sarajevo en Bosnie, au cours des grandes manœuvres de
l’armée autrichienne, l’archiduc-héritier François Ferdinand est assassiné par un étudiant
bosniaque, membre de la « Main noire », une association secrète liée au mouvement
nationaliste yougoslave, dont le chef était le chef du servie de renseignement serbe. Bien
que le gouvernement serbe ne fût pour rien dans l’attentat, l’AH se montra résolue à
profiter de ce meurtre pour régler son compte à la Serbie. Avec l’appui de Guillaume II, un
ultimatum est remis à la Serbie le 23 juillet, exigeant :
    1) la fin des campagnes contre l’AH, la révocation des fonctionnaires coupables de
        menées anti-AH, la dissolution des groupes nationalistes
    2) la participation à l’enquête sur l’attentat de fonctionnaires AH.

La Serbie accepta tout, sauf le point 2). L’AH commence à mobiliser, en espérant limiter le
conflit dans les Balkans. Mais les puissances européennes interviennent.
Le 26 juillet, la GB propose la réunion d’une conférence des 4 puissances « étrangères à
l’affaire serbe », mais l’Allemagne refuse. La Russie qui tente de favoriser une discussion
entre la Serbie et l’AH échoue. Finalement, l’AH déclare la guerre à la Serbie le 27 juillet.
La Russie, sous peine de perdre toute influence dans les Balkans ne peut pas laisser
écraser la Serbie. Même si elle n’est pas prête (mais dans une meilleure situation qu’en
1909), avec la garanti de l’appui de la France, elle mobilise 12 corps d’armée. La GB
annonce « qu’elle ne pourra pas rester longtemps à l’écart » d’un conflit européen. Inquiet,
l’Allemagne invite l’AH à une plus grande modération, tout en donnant son assurance
qu’elle « marchera sans réserve », poussant ainsi l’AH à l’intransigeance. La mobilisation
partielle de la Russie ayant provoqué une protestation à Berlin, la Russie décide de lancer
le 30 juillet, malgré les conseils de prudence de la France, l’ordre de mobilisation
générale. Désormais, les décisions vont être largement influencées par les chefs d’Etat-
major qui ont le souci de ne pas laisser devancer par l’adversaire. Le 31, l’Allemagne
exige par un ultimatum que la Russie cesse de mobiliser ; un autre ultimatum adressé à la
France demande qu’elle sera son attitude en cas de guerre russo-allemande. N’ayant pas
obtenu de réponse satisfaisante, l’Allemagne décrète le 1 er août la mobilisation générale.
Le même jour, tandis que la France mobilise à son tour, elle déclare la guerre à la Russie
et le 3 elle déclare la guerre à la France. Du côté de la Triplice, l’Italie et la Roumanie, qui
ne sont liés que par une alliance défensive, décident de conserver leur neutralité.
Quant à la GB, elle est restée longtemps indécise. Elle est disposée à soutenir la France
mais ne veut pas s’engager trop tôt, pour ne pas encourager la France et la Russie à se
montrer intransigeant. Les hésitations de la GB ont probablement encouragé les
puissances centrales à prendre le risque d’un conflit. C’est l’invasion de la Belgique qui, en
mobilisant l’opinion publique anglaise, décide la GB à déclarer la guerre à l’Allemagne, le
4 août.
On pense que la guerre va être de courte durée, mais elle va durer 4 ans et faire des
millions de morts.




                                                                                             36
Conclusion
Personne ne songe sérieusement que la crise de 1914 va aboutir à une guerre mondiale.
Qu’est-ce qui est donc arrivé ?
   1) L’attitude de la Russie a été déterminante. Humiliée en 1909, hésitante en 1912 et
      en 1913, la Russie accepte en 1914 le risque d’une guerre pour empêcher sa
      « cliente » serbe de se faire écraser par l’AH et pour sauver son influence auprès
      des Slaves dans les Balkans. En plus, il semble que la Russie était plus fortement
      soutenue par la France qu’au cours des crises précédentes.
   2) Même attitude de l’Allemagne vis-à-vis de l’AH. Guillaume II ne c’est pas pardonné
      d’avoir « lâché » Vienne l’année précédente. Même s’il ne souhaite pas une guerre
      générale, il en accepte les risques, d’autant plus que l’Etat-major allemand trouve le
      moment favorable.
   3) Les hésitations de la GB ont pu encourager les puissances centrales dans leur
      politique d’intimidation. Aucun traité ne la liant à ses amis du continent, si elle
      s’engage, c’est pour préserver l’équilibre européen, une victoire allemande assurant
      à celle-ci l’hégémonie continentale. Mais il est trop tard pour empêcher le conflit et il
      ne reste à la GB qu’à se joindre à l’alliance franco-russe, alors qu’une attitude plus
      résolue aurait pu faire reculer l’Allemagne.
   4) L’élément déterminant est sans doute l’initiative de l’AH, décidée à en finir avec la
      Serbie et avec le danger que constituent pour elle les aspirations des Slaves du
      Sud. Elle a pesé les risques : d’un côté une probable guerre européenne, de l’autre
      un probable éclatement de son empire. Assuré du soutien de l’Allemagne, elle opte
      pour la 1ère solution.

   Vienne a donné l’impulsion politique et c’est la Russie qui prend les 1ères mesures
   militaires. Dès lors, les faits obéissent à une dramatique fatalité. A la fin de la guerre,
   l’Europe en sortira sinistrée.




                                                                                            37

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:39
posted:3/11/2012
language:French
pages:37