Questions d�histoire �conomique by 316LPJ

VIEWS: 5 PAGES: 46

									              Questions d’histoire économique
Thème 1 : Industrialisation et développement économique

1) Quelles sont les caractéristiques de l’ancien régime économique ?
Les principales caractéristiques de l’économie ancienne (avant 1700) sont :
 La prédominance de l'agriculture par rapport à la production industrielle (=
manufacturière car la production reste artisanale) en valeur et en quantité. (80% de la
population travaillait dans l’agriculture)
      Beaucoup de céréales mais peu de viandes, de laitages, de légumes, et de fruits.
      Rendement à l'hectare très faible et stagnant.
      Peu ou pas d'évolution de l'agriculture jusqu'à la fin du 17ème siècle car insuffisance
     des moyens techniques.

Entre le 10ème et le 13ème siècle, des progrès techniques apparaissent dans la métallurgie
(utilisation du fer pour les charrues) ainsi que dans la généralisation de l'assolement triennal
(Jachère).

 Ces progrès servent à soutenir le développement démographique, mais n'augmentent pas le
revenu, et ne permettent donc pas de sortir d'une économie de subsistance.

 Des crises de subsistance (jusqu'à la fin du 17ème siècle en Belgique, jusqu'à la mi-19ème
pour d'autres pays).
     1. Ces crises sont dues à de mauvaises conditions climatiques  manque de
         nourritures  maladie, épidémies, mauvaise santé…

         Fonctionnement d'une crise: lorsque les paysans prévoient une mauvaise récolte, ils
         ont un réflexe de rétention des stocks, ce qui entraîne une augmentation des prix.
         Les gens restreignent donc leurs achats (textiles,...) car le prix du pain augmente.
         La crise agricole touche alors le secteur industriel, où les prix diminuent car il y a
         des problèmes d'écoulement des produits sur le marché.
         Pourtant, il n'y a pas de surproduction industrielle, car la logique de l'ancien
         régime est la production à la commande.

     2. baisse des mariages, des naissances et augmentation de la mortalité.
     3. augmentation des prix agricoles  baisse de la demande de produits manufacturés
         chômage.


Début 14e siècle:      famines et épidémies (peste noir) dans toute l'Europe durant un siècle et
                       demi.
14e siècle:            comme il y a une diminution de population, il y a un surplus agricole,
                       les prix chutent, des villages entiers sont désertés et les surfaces
                       cultivées diminuent.
15-16e siècles:        essor.
17e siècle:            stagnation.
18-19-20e siècles:     développement surtout dans l'Europe occidentale.
 Echanges commerciaux limités ce qui provoque des marché nationaux non homogène
(grande variation des prix) :
  Car : - insuffisance des moyens de transports (réseaux routiers limités, inexistants, peu
         surs, lents et transport fluvial lent et intempéré)
         - pas d’unité douanière intérieures et extérieures (même point de vue local :
         beaucoup de douanes), présence de taxe pas du tout unifiées Coût élevé.
         - complexité monétaire
         - diversité des poids et mesures
         - essentiel des échanges dans le pourtour Méditerranéen
         -La découverte des USA constitue un renouveau des échanges et une dépendance
         croissante entre les continents.
         -Du 13ème au 16ème siècle, déplacement des échanges commerciaux de la
         Méditerranée vers l'Atlantique. (C’est du a la fermeture des routes vers l’Europe par
         les Turcs après qu’ils aient pris Constantinople.)

 Faiblesse de la production industrielle essentiellement constituée de biens de
consommation (textiles (2e bien de consommation), mobilier, émaillerie, cuir, métaux...).
L'essentiel de la production industrielle se passe dans les villes (corporations).
 Plus d’artisanat à domicile que dans les campagnes.
L'écoulement de la production industrielle urbaine se fait dans les villes, car les échanges ville
campagne sont limités par la pauvreté des campagnards.

 Absence de la notion de profit (ni individuel, ni collectif). Le moteur du capitalisme,
à l’époque s’était presque un pêché que de donner un emprunt avec un intérêt. La banque
était faite par des marginaux : souvent des Juifs. Cette notion n’arrivera qu’avec le
Protestantisme (Salut en menant une vie morale, en réussissant ce qu’ils entreprennent -> Ils
réinvestissent donc tout ce qu’ils gagnent).
La notion de profit n’a pas de raison d’être parce que condamné par
     l’église,
     les banques (profits comme pour marginaux « JUIFS »)
     les activités de commerces

 Les paysans sont poussés à produire par l'autorité et la tradition (corporation).
Un esclave est qqn sur lequel le seigneur a le droit de vie ou de mort
Un cerf est un chrétien (pas de droit de mort)

2) Comment se déroule une crise d’ancien régime économique sur les plans
logique et chronologique ? (Question d’évaluation formative)
Les crises d’ancien régime sont des crises de subsistance du aux mauvaises conditions
climatiques de l’époque (jusqu'à la fin du 17ème siècle en Belgique, jusqu'à la mi-19ème
pour d'autres pays).
1. Ces crises sont dues à de mauvaises conditions climatiques  manque de nourritures 
  maladie, épidémies, mauvaise santé…

   Fonctionnement d'une crise: lorsque les paysans prévoient une mauvaise récolte, ils ont
   un réflexe de rétention des stocks, ce qui entraîne une augmentation des prix.
   Les gens restreignent donc leurs achats (textiles,...) car le prix du pain augmente. La crise
   agricole touche alors le secteur industriel, où les prix diminuent car il y a des problèmes
   d'écoulement des produits sur le marché diminution du pouvoir d’achat.
   Pourtant, il n'y a pas de surproduction industrielle, car la logique de l'ancien régime est
   la production à la commande .Mais comme il y a une baisse de la demande de produits
   manufacturés cela entraîne une augmentation du chômage.


2. baisse des mariages et des naissances
3. augmentation des prix agricoles et de la mortalité

(* 14e siècle : famines et épidémies (peste noire) durant un siècle et demi
 Baisse de la population
 Surplus agricole
 Chute des prix ; villages désertés
 Diminution des surfaces cultivées

* 15e – 16e siècle : essor
* 17e siècle : stagnation)

3) Quelles sont les évolutions du 18e siècle annonciatrices de
l’industrialisation ?

L’économie au 18e siècle est une économie de type traditionnelle mais on voit apparaître
des changements annonciateurs des grandes mutations du 19e siècle dans certaines
régions d’Europe.

       A. Croissance démographique
Accélération du rythme d'accroissement de la population.
Transition démographique.
       Transition démographique: Passage d'une démographie de type
       traditionnel caractérisée par un taux de natalité et de mortalité
       élevés à un régime démographique où ces deux taux sont bas.

Le taux de mortalité diminue d'abord, le taux de natalité baisse plus tard
 Pendant l'intervalle, il y a une très forte augmentation de population.

(- Europe (de mi-18ème à mi-20ème), dès le 18e siècle, la baisse de la mortalité débute mais
ce n’est que durant le 19ème siècle que ne va s’opérer la plus grande augmentation de
population.

-D'autres continents sont aussi touchés par l'augmentation de population: Asie (Chine + Inde),
où la population augmente davantage, mais est moins significative.

-Afrique: stagnation, voire diminution de la population (traite des Noirs, trafic des
esclaves,...).)
-Amérique: Après l'arrivée des Européens, il y a eu une catastrophe démographique:
disparition de 60 à 90% de la population car importation de maladies face auxquelles les
populations n'étaient pas immunisées auparavant car le continent était isolé
Au 18ème siècle se remarque un accroissement de la population, mais attribué à l'immigration
blanche et noire (esclaves: faible taux de fécondité).

Pourquoi cette amélioration? Pourquoi baisse de la mortalité et maintien de la natalité?

 Changements climatiques :
Avant, il y avait de la surmortalité: désordres climatiques mauvaises récoltes  sous-
alimentation + denrées chères  affaiblissement des organismes  épidémies (peste)
dévastatrices.
18e siècle = réchauffement du climat (Europe et Asie)  impact positif sur les récoltes

 Progrès agricoles : ( ! limités et localisés mais amélioration significative !)
18ème siècle: rupture:
 Cycle exceptionnel de beau temps et de bonnes récoltes.
 Progrès agricole dans certaines régions:
- Introduction de nouvelles cultures (maïs, pomme de terre,...)
- Abandon de la jachère et introduction de prairies artificielles (luzerne, trèfle…)
 => permet l’élevage d'un cheptel plus important.


Production d'engrais,                                       Amélioration et Diversification
                                                     de la nourriture,  augmentation du bétail
 plus de viande, plus de produits laitiers, plus d’engrais


                 Rendements
                (Puisque l’on cultive plus, le cheptel est plus grand…)

Grâce à ces progrès, quelques régions d'Europe (ex: Pays-Bas) échappent tout à fait aux
famines dès le 18ème siècle.  Disparition des famines

 Fin des épidémies de peste

Les organismes sont plus résistants par rapport aux épidémies de peste, sont immunisés...
Angleterre: dernière peste mi-17ème
Europe:          dernière peste: 1720-1721
...mais il y a toujours d'autres grandes maladies (choléra, variole, diphtérie,...).
Et cela grâce à une alimentation plus variée  développement des mécanismes défense
immunitaire.

 Amélioration des transports
Le développement du réseau routier et fluvial permet une meilleure circulation des biens et un
début du désenclavement de certaines villes.

 Guerres moins dévastatrices parce que plus régulées, il y a un meilleur contrôle sur les
troupes. Elles sont mieux structurées et encadrées. Les soldats sont mis en caserne (= moins
de massacre de civils).
       B. Développement du grand commerce maritime et colonisation

Contexte:
16ème siècle: Grandes Découvertes.
              Les Etats européens du N-O prennent des mesures pour faire face aux
              nouvelles conditions économiques.

   Mercantilisme: nom donné à posteriori à un ensemble de mesures prises par les
   souverains de l'Europe du Nord à partir du 17ème siècle pour faire face aux
   nouvelles conditions économiques liées aux grandes découvertes.

Ancien régime: l'Etat n'intervient pas dans l'agriculture d'un point du vue fiscal, mais
intervient pour le commerce et l'industrie.
Les échanges commerciaux évoluent à 4 niveaux :

           1. Cadre des échanges internationaux: le mercantilisme:
Le commerce et la colonisation de territoires outre- mer se font dans le contexte du
mercantilisme.
L’Etat veut éviter la perte d'espèces métalliques d'or et d'argent, car on considère que la bonne
santé économique d'une nation se calcule (volonté d’état de maintenir / accumuler intactes des
espèces d’or et d’argent) par apport à la quantité d'or dans les caisses du souverain.

 apologie du travail et des échanges (au lieu de la guerre), considérés comme une source
d'enrichissement pour la nation  l’Etat les stimule.

 volonté d'affirmer sa puissance nationale (conquête de colonies).

 Mesures concrètes:
    Protectionnisme douanier (volonté de maintien d'or et d'argent).
         Pas trop importer sinon perte de pièces métalliques.
         Favoriser l’exportation, limiter l’importation pour protéger le marché national.

      Réduction de la dépendance par rapport à l'étranger  conquête de territoires pour
       diversifier sa production et ne pas avoir besoin de l’étranger.
           Dépendance réduite aux matières premières indispensables.
           Protection des manufactures nationales, colonies = réservoirs de matières
            premières et marchés à l'exportation.

           2. Augmentation du volume du commerce:

Les échanges commerciaux (surtout maritime) sont en constante expansion depuis les
Croisades (en valeur et en commerce).
18ème siècle: Augmentation du commerce mondial et du volume du commerce mondial.
Grâce aux autorités fiscales et douanières (régularisation)
Ces échanges double au 18e s. en Angleterre, Belgique, Espagne et triple et France et Russie

(Il y a également une augmentation de la part des Européens dans le commerce mondial:
  Au début du 18e siècle, les Européens réalisent 2/3 du volume du commerce mondial contre
  3/4 à la fin du 18e siècle)
           3. Modification de la structure des (circuits d') échanges internationaux:

18ème siècle: -les circuits traditionnels se maintiennent et se renforcent:
       Exportations de la Baltique vers l'Europe occidentale (fer, bois, céréales), qui elle-
       même réexporte des produits manufacturés vers le Moyen Orient et importe des
       produits exotiques et des soieries d'Extrême Orient.
       Ces circuits traditionnels existent et fonctionnent depuis les Croisades.
               -Il y a des nouveaux circuits. Beaucoup d’échanges autour de l’Europe
   atlantique (plaque tournante réexportant les produits coloniaux vers la Baltique 
   augmentation des bénéfices, augmentation réserves d’or et d’argent  conséquence
   dans le futur appelé (« industrialisation »).


                     échanges importants autour de l'Atlantique.


     Amérique, Antilles                                        Asie




                                             
                                                Europe atlantique
     Afrique                                     (au centre des circuits
                                                 commerciaux au 18ème siècle)




                                              Europe baltique +
                                             Méditerranée

               Produits fabriqués

               Esclaves

               Produits tropicaux

               Or


Rem: l'Asie approvisionne l'Europe de produits tropicaux en échange d'or.
     Il y a réexportation de produits tropicaux vers la Baltique et la Méditerranée. C'est de
     cette réexportation que les Européens trouvent des bénéfices et des revenus
     substantiels.
                     4. Modification de la composition des échanges internationaux:

        Avant le 18ème siècle, on transportait surtout des produits ayant beaucoup de valeur par
        rapport à leur poids (or, pierres précieuses, épices -chères et légères-).

        A partir du 18ème siècle, on commence à exporter et importer des produits meilleurs marchés
        destiné à un marché très large, et qui peuvent donc être vendus en grandes quantités (sucre,
        coton, café,...).
        Cela entraîne une modification du point de vue de la nature de la colonisation:
                Avant, il y avait des comptoirs commerciaux.
                Ensuite, on essaie de contrôler les sources d'approvisionnement.
                          Pour cela, il y a une réorganisation de la colonie sur de nouvelles bases: ce ne
                          sont plus des comptoirs, mais des territoires où il y a un contrôle politique
                          direct où on essaie de contrôler la mise en exploitation de plantations par des
                          blancs pour s'assurer l'approvisionnement pour ces matières.
                Les colonies ont donc un rôle important (marché à l'exportation), et peuvent avoir un
                effet industrialisant.

    ex:l'Inde avait une industrie cotonnière artisanale développée, et il y avait une grande demande en Occident.
    Les Anglais ont voulu faire la même chose, étant donné la grande demande...Cela a entraîné une
    mécanisation, qui a fait baisser les prix des cotonnades anglaises...L'Angleterre proposant ses cotonnades à
    des prix moins élevés, les Anglais en ont vendu en Inde, ce qui eut pour effet de détruire l'industrie cotonnière
    indienne, et d'élargir le marché de l'Angleterre.


        Conclusion:
        Le Mercantilisme est le cadre des échanges internationaux qui a permis à l’Europe du
        NO la réalisation des 2 pré requis indispensable à l’industrialisation qui sont la conquête
        du marché et l’enrichissement (plaque tournante)

                C. Evolution politique et institutionnelle.

        Rappel: au 18ème siècle, la principale forme de gouvernement est la monarchie absolue.


                                                                         le Roi est au pouvoir, il ne doit rendre
                                                                         compte de ses actes que devant Dieu,
                                                                         décide de toute chose et sa volonté a
                                                                         force de loi, sa légitimité est d'origine
                                                                         divine, son pouvoir est étendu (législatif,
        Exceptions: Angleterre et Provinces-Unies.                       exécutif, judiciaire). Ex: France (Louis
                                                                         XIV), Autriche, Espagne, Russie, Prusse.
Monarchie parlementaire
Rappel: entre 1650 et 1689: grande instabilité
politique: Stuart éjectés (1649) par Cromwell,
puis re-Stuart,...                                                   République oligarchique.
1689: révolution au profit de Mary et                                l'Etat est composé d'assemblées
Guillaume d'Orange, qui doivent, avant de                            provinciales élues + 1 Stadhouder
devenir Roi et Reine d'Angleterre, signer une                        Ensuite (àpd Congrès de Vienne),
Déclaration des Droits instaurant un régime                          dynastie: famille Orange-Nassau qui
parlementaire dans lequel les pouvoirs du Roi                        règne sur le Royaume des Pays-Bas
         L’Angleterre au 18ème
sont limités par une Assemblée. siècle:                              (actu.= Benelux).
Actuellement, la Déclaration .des Droits est
toujours à la base de la démocratie anglaise.
Sur 7 000 000 d'habitants, seulement 400 000 votent, mais la Déclaration des Droits permet
aux classes marchandes d'être représentées politiquement :
       - Les Chambres : législatif : - Des Lords : Elu par le roi, héréditaire
                                         - Des Communes : Elu par les classes marchandes et la
       petite aristocratie (petite noblesse terrienne)
       - Le Roi : exécutif ( ! ni accorder de dispense / ni suspendre une décision)

Ces Chambres ont le pouvoir d’orienter la politique commerciale et agricole.
Cela a fortement influencé l'évolution économique en Grande-Bretagne.

1789: la Révolution française joue un rôle important en Europe (car avec conquêtes
révolutionnaires et impériales exportant les acquis institutionnel de la Révolution dans les
pays d’Europe du NO) et provoque les modifications de structure indispensables au
développement économique dans un système capitaliste:
Conséquences économiques :
     1. Abolition des privilèges de l'Ancien Régime.
     Cela permet le libre accès de tous à toutes les professions et l'innovation car diminution
     des contrôles.

     2. Marché du travail: interdiction d'association pour éviter les corporations.
     Cela empêche les travailleurs de s'associer pour se défendre.
     Le contrat devient une affaire personnelle entre le travailleur et l'employeur.
     Comme il y a beaucoup de travailleur, majorité -> ils auront de mauvaises conditions.
     (Puisque l’employeur trouvera toujours qqn -> Abus)

     3. Rénovation de l'Etat: structures modernes et centralisées:
          - Juridique: création du Code Civil qui garantit la propriété, l'ordre et la liberté.
          - Création de la Banque de France.
          - Amélioration de la production et rationalisation régionale (spécialisation : on
     produit ce que l’on produit le mieux puisque qu’on peut plus facilement échanger).
         - Suppression des douanes intérieures. (Meilleur circulation des marchandises,
     diminution du coût de transport…)

Le 18ème siècle est donc un siècle d'abondance monétaire, et on observe parallèlement un
progrès dans la banque et le crédit:
 augmentation régulière et stable de l'afflux de métaux précieux ->innovations d'un point
   de vue monétaire, apparition des banques centrales, développement des banques
   d'Affaires, avec un usage de plus en plus répandu de la monnaie fiduciaire.
                                      Mais quand même limitée à
                                      certains secteurs: la population
                                      n'utilise pas encore la monnaie
                                      fiduciaire.


       D. Evolution technique.

En Angleterre : apparition de la vapeur, début de mécanisation industrielle (filage).
Nouvelle énergie = VAPEUR  remplace/complète l’énergie humaine, animal, hydraulique.
Progrès de la mécanique = machines à filer
Usage du charbon de terre grillée (= COCK) dans la confection de métaux.
Conclusion :
Le développement économique s’explique par l’interaction des phénomènes suivants :
l’évolution démographique, le développement du grand commerce maritime et de la
colonisation, les innovations techniques et institutionnelles. Les liens entre ces
phénomènes et le développement économique ne sont pas purement des liens de causes a
effets mais plutôt un processus interactif d’influence réciproque.

4) Le développement économique s’explique par l’interaction d’une série
de facteurs. Quels sont ces facteurs ? Quel est le lien entre chacun de ces
facteurs et le développement économique ? (Question d’évaluation
formative)
Le développement économique s’explique par l’interaction des phénomènes suivants :
l’évolution démographique, le développement du grand commerce maritime et de la
colonisation, les innovations techniques et institutionnelles. Les liens entre ces phénomènes et
le développement économique ne sont pas purement des liens de causes a effets mais plutôt
un processus interactif d’influence réciproque.

Au 18e siècle il y a des progrès dans l’agriculture (pas de révolution mais une série de
progrès).Cela permet une augmentation de population qui est liée aux améliorations de
l’agricultures car grâce à cela il y a presque plus de famines et la nourriture est plus
diversifié ce qui permet aux organismes de s’immuniser .Il y a en plus aussi à la fois un
maintient d’un taux de natalité élevé et à une lente baisse du taux de mortalité (plus
spécifiquement mortalité infantile)

« La démographie, facteur de développement (économique)? »

L'idée générale était: "plus de peuple, plus de main d'oeuvre, plus de marché potentiel".
       Mais dans le Tiers-monde, il y a aussi beaucoup de main d'oeuvre et peu de marché
potentiel.

Explication:
ex: au 18ème siècle, en Europe occidentale, il n'y a pas de surpopulation.
Le taux de démographie n'est pas plus important que la croissance de la richesse.
         Dans d'autres pays, la démographie étouffe le développement quand la démographie
         augmente plus que la richesse....Il y a alors plus d'individus pour la même richesse, et
         donc plus de pauvreté.
Au départ, il y a une faiblesse démographique, ce qui entraîne une substitution de capital au
travail, c'est à dire que comme il y a faiblesse démographique, il y a pénurie de main d'oeuvre,
ce qui provoque un remplacement des hommes par les machines.
         Si on a une population importante, on n'a pas tendance à se moderniser car il y a de
         la main d'oeuvre disponible.
         Ex: France, où il y a une plus forte augmentation de population: développement
         extensif.
La démographie n'agit positivement au niveau du marché que quand la population a un relatif
pouvoir d'achat.
En Angleterre, la pénurie de main d'oeuvre stimule la modernisation (passage au Factory
System), et entraîne de meilleures conditions salariales: niveau relativement élevé du pouvoir
d'achat, poids des revendication sociales.

Il y a aussi parallèlement une augmentation relative de la population: quand on vit mieux, on a
tendance à avoir des enfants pour lesquels il va falloir consommer.
Pendant environ 10 ans,        -augmentation du marché intérieur,
                               -diminution des coûts de production,
                               -augmentation de la productivité.
! En Europe occidentale, équilibre démographique maintenu par l’immigration (de gens qui
n’ont pas de conditions d’existence suffisantes dans leurs pays).
 Les colonies ont donc plusieurs rôles:
         o régulation démographique
         o marchés
         o contrôle de l'approvisionnement

« Les colonies, facteur de développement économique? »  Pas nécessaire

Les colonies sont également :      - un marché potentiel
                                   - un réservoir de main d'oeuvre (migrations).
                                   - un réservoir de matières premières

Pour que cela fonctionne, il faut de l'argent à disposition, et il faut donc une expansion
coloniale (= source d'enrichissement de l'Europe).

Les institutions et les politiques ont du suivre:   - lever les entraves
                                                    - prendre les dispositions économiques
                                                       nécessaires (juridique,...).

L'évolution politique, institutionnelle et monétaire est importante car le système juridique, le
fonctionnement de l'Etat, doit permettre le développement.
    Ex: Beaucoup d'activités industrielles nécessitent beaucoup de capital.
    L'Etat n'intervient pas encore, comme actuellement, mais il y a des initiatives privées:
    création de S.A. permettant des quantités importantes de capital.

Les colonies ont donc plusieurs rôles:
       o régulation démographique
       o marchés
       o contrôle de l'approvisionnement




5) Quelles sont les conséquences de l’évolution démographique de l’Europe
au 19e siècle ? (Question d’évaluation formative)

Du milieu du 18e siècle au milieu du 20e siècle, l’Europe subit ce que les démographes
appellent une transition ou encore, une révolution démographique. En effet, elle passe
d’un régime démographique traditionnel caractérisé par des taux de natalité et de
mortalité élèves à un régime démographique où ces taux sont beaucoup plus bas.
Cependant la diminution de la mortalité précède celle de la fécondité ce qui provoque
une augmentation provisoire du taux d’accroissement naturel de la population.
L’Europe est la première à avoir connu ce phénomène de transition démographique.
Cette augmentation de population est due à un recul de la mortalité grâce aux progrès
de la médecine, à une meilleure hygiène et à un meilleur niveau de vie.

Causes de la baisse de mortalité:

1. Progrès de la médecine:
- La médecine devient une science (et profite des apports de la chimie, physique et biologie)
- Compréhension des maladies
- Meilleures méthodes d'investigation
- La recherche en laboratoire permet d'isoler les microbes, bactéries, parasites
- Chirurgie: lutte contre la douleur (1ers anesthésiants), antisepsie (Pasteur), stérilisation à
   l’accouchement (-> diminution des décès des mères et enfants à l'accouchement).
- Premiers vaccins contre la variole, rayons X, microscope de plus en plus répandu,...

MAIS les progrès sont limités: grands délais entre les découvertes et les applications (parce
qu’il fallait convaincre les gens), il y avait encore trop de pauvreté, il y avait encore des
grandes infections qui restaient.

Hygiène publique:
- Lutte contre la contagion extérieure par la mise en place dans les ports d’un système de
quarantaine (pour éviter la propagation de l’épidémie)
  - Lutte contre la contamination interne :
 L'évacuation des ordures
 Mise en place de réseaux d’égouts, ramassage fréquent des ordures ménagères.
 Effort du point de vue de la distribution de l'eau (généralisation d’eau potable),
régulièrement analysée.

               MAIS concernant l'hygiène privée, les progrès sont très lents.

2. Augmentation du niveau de vie:
Les progrès dans l'agriculture entraînent une meilleure résistance des organismes contre les
maladies grâce à la diversification alimentaire.
1860: plus de famine en Europe.

La baisse de natalité (à partir de 1850) est causée par la diffusion des méthodes naturelles de
contraception dans l'ensemble de la population, ce qui entraîne une limitation des naissances.
 Et donc l’age du mariage diminue ainsi que le nombre de célibataire.



       Les conséquences de l’explosion démographique de l’Europe.

               1. L’urbanisation en Europe

Les populations qui étaient rurales dans leur grande majorité au début du 19e siècle
quittent la campagne pour s’établir dans les villes.
L’exode rural est lié à l’industrialisation et à la mise en place de moyens de transport ; il
touche d’abord les pays qui s’industrialisent les premiers tel que l’Angleterre ou la
Belgique. Dans ces pays, il y aura à la fois plus de villes et des villes plus grandes. Les
causes de cet exode sont diverses :
    Ruine des petits artisans ruraux confrontés à la concurrence de l’industrie
       (avec le développement des moyens de transport)
    Conditions de travail difficiles dans les campagnes
    Modifications du régime des petites propriétés Mouvement des Enclosures :


                                        en Angleterre, on force les paysans à clôturer
                                        leurs terres, mise en culture des Open Fields
                                        (terres ouvertes).
                                        Mais les clôtures sont chères, et quand les
                                        Open Fields ne sont plus disponibles, les
                                        paysans vont à la ville afin de subsister.


              2. L’industrialisation

Cette augmentation de population a donc apporté une augmentation de l’offre de travail ainsi
qu’une augmentation de la demande de bien de consommation

              3. Les migrations

Les causes : - La famine de la pomme de terre va pousser plus d’1 millions d’Irlandais en
              Amérique.
             - Des insurrections populaires (qui seront matées)
             - Crise en Europe
             - Moyen de se débarrasser pauvres + révolutionnaires ( = mendel pour la
                société)


D’ou : - Des principautés Germanique (A cause de la crise éco et de la révolution manqué de
1847)
       - De l’empire Austro-hongrois (pcq c’était des Polonais opprimés)
       - De l’empire Russe (pcq c’était des Juifs opprimés)
       - Du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Portugal…) (pcq c’était des paysans pauvres)

Les Destinations :   - Amérique du Nord : Anglais et Allemands
                     - Amérique du Sud, Central : Espagnols, Portugais, Belges, Italiens
Allemands
                     - Australie : Anglais (à partir de 1851) (pour les mines d’or)
                     - Afrique du Nord : Français et Italiens.
                     - La Sibérie depuis la construction du train Trans-Sibérien
                     - En Europe : Italien -> France
                                    Belges -> Nord de la France
                                    Européens de l’Est -> Nord Ouest
Ces mouvements de population permettent d'éviter la surpopulation et contribuent à la mise
en exploitation des territoires outre-mer (colonies, liens entre la mère Patrie et les ex-
colonies,...).
Mouvements internes (en Europe) : du sud vers le nord et de l’est vers l’ouest

CONSEQUENCES
          On évite la surpopulation
          Mise en exploitation des territoires outre-mer.

6) Quel est le rôle de l’étalon or dans les systèmes monétaires nationaux et
internationaux ? (Question d’évaluation formative)
Le système monétaire international égale le cadre qui :
           Permettre la mesure du rapport de la valeur entre la monnaie nationale et les
            monnaies étrangères (TAUX DE CHANGE)
           Déterminer quelle devise servira aux échanges internationaux

- Le système de l'Etalon-or:
Il est à la base du fonctionnement des systèmes monétaires nationaux et internationaux.
Caractéristiques :
      L’unité monétaire nationale définie par rapport à un certain poids d'or (ou d'argent au
         début dans le système bimétalliste, mais par la suite ce sera exclusivement en or 
         monométallisme or)

                      Progressivement au 19ème siècle, car l'argent se déprécie et provoque
                      de la spéculation (à partir de 1873) -> la plupart des pays adoptent l'or
                                             comme référence unique.

          Rem: la frappe de monnaie métallique continue à être libre, pas limitée par l'Etat.

      Libre convertibilité: en or (ou autre monnaie) tout détendeur peut échanger ses billets
       à la Banque Centrale et demander l’équivalent en or, c’est un moyen pour donner de la
       crédibilité à la monnaie financière.
      Stabilité des taux de change par rapport à l’or (et autre monnaie)
              le prix d’une monnaie étrangère est exprimé en monnaie nationale
             Fixe pour tout le 19e siècle.
              toutes les banques ont une couverture métallique égale à la masse de billets en
             circulation
      Pas d’autorité monétaire internationale  libre circulation de l’or (import et export)

Donc n’importe quel billet ou pièce peut être échanger contre d’autre billet ou pièce d’un
autre pays, ou contre une masse d’or.




Remarques :
   a) Pays en déficit veulent éviter la perte de l’or pour ne pas avoir de problèmes
      économiques internes (déflation, baisse des prix)  vont emprunter des livres sterling
      (monnaie référence : confiance car l’économie britannique est à son apogée)
      ( rôle de liquidité internationale joué par la livre sterling)
   b) Pas d’inflation jusqu'à la 1ere Guerre Mondial  grande stabilité des prix et des
      systèmes. Cause : 1848-1902 : production mondiale d’or ne cesse d’augmenter <
      Californie, Alaska, Sibérie, Afrique du Sud
   c) Pas de restriction envers la libre circulation de l’or et des devises (répétition cf.
      caractéristiques)

- Comment se fait-il que le SMI fonctionne?
=> Lien entre la masse monétaire interne et les mouvements internationaux de l'or 
dépendance.

          La balance de paiement : elle permet de mesurer le rapport de valeur entre
          l’ensemble des importations et exportations.
                        - Bénéficiaire si elle a plus d’exportation
                        - Déficitaire si elle a plus d’importation




                                           Détermine
                          Masse                                 Masse
                         Monétaire                              d’Or


                                                                      Diminution

                          Masse            Détermine            Masse
                         Monétaire                              d’Or
                           X-1                                   X-1



                                                     Augmentation de l’exportation
                    Baisse des prix                   Diminution de l’importation




                                                 Equilibre de la balance de paiement
                                                       (Si elle était déficitaire)



Quand est-ce qu’un pays est durablement déficitaire par rapport à un autre pays? (C’est-à-dire
qu’il n’importe plus que n’exporte)
          La Belgique exporte beaucoup en France, elle a donc beaucoup de francs français.
          La Banque Centrale belge échange donc de l'or à la Banque Nationale de France.
           Il y a alors une diminution de la masse monétaire en circulation en France, ce qui
           entraîne une baisse des prix et une augmentation des exportations, ainsi qu'une diminution
           des importations en France.
           La Belgique achète alors en France, et il y a un rééquilibre.
           Du côté de la Belgique, celle-ci reçoit de l'or, ce qui augmente la masse monétaire en
           circulation (billets,...), entraîne une diminution des exportations et une augmentation des
           importations.

Il y a donc une compensation multilatérale des paiements, les déficits dans une monnaie
peuvent être compensés par des crédits dans une autre monnaie car il y a libre convertibilité.
.
      Dans la réalité, pas tout a fait la même chose. Quand un pays a un déficit de la balance
        commercial, il faut qu’il évite la perte d’or car ça provoque des problèmes d’équilibre
        interne. Les pays ont donc cherché une autre solution pour éviter de faire sortir de l'or,
        et décident alors d'emprunter de la livre sterling, monnaie forte de l'époque.

           A l'époque, la £ jouait le rôle
           du $ actuel.

       Mais: problème à propos du remboursement des intérêts
        conséquences sur la structure financière mondiale.

      Développement du système bancaire et du système de crédit: met à disposition des
       moyens de paiement qui ne se reposent pas nécessairement sur l'or (surtout seconde
       moitié du 19ème).

                   19ème siècle = siècle d'une exceptionnelle stabilité monétaire

      Possibilités de manipulations monétaires (inflation).
       ->dans l'Ancien Régime, cela existait déjà.

                     ex: en Espagne, avec les colonies; afflux d'or. En même
                     temps, remuement de monnaie fait par les souverains: ils
                     diminuaient le pourcentage de métal fin (on passe de 80% à
                     70%) tout en maintenant la valeur de départ.
                     Pour garder la stabilité au 19ème, il y a un afflux permanent
                     d'or issu des mines d'or (entre 1850 et 1870, la quantité d'or
                     extraite équivaut à celle extraite entre 1500 et 1800).
                     Cet afflux a permis une augmentation du volume de billets
                     disponibles.


   Conclusion : Développements ( Banques Privées,  Banques Centrales,  Systèmes
   de crédit) ont amené des modifications au niveau des organisations financières des
   sociétés en Europe, au niveau des structures juridiques apparitions des sociétés
   anonymes mais également des innovations qui permettent d’éviter le risque économique et
   qui permettent aussi de rassembler des quantités importante de capitaux.
Thème 2 : Deux exemples comparés d’industrialisation : la
France et la Grande Bretagne

1) Quelles sont les caractéristiques du régime économique contemporain ?
Le capitalisme libéral et le système économique dominant au 19è siècle dont les
caractéristiques de l’économie moderne :
             Crises de surproduction (plus de sous production)
             X industrie de biens de consommation
             Prédominance de l’industrie lourde
             marché national unifié (homogène) grâce à l'évolution des transports
                spécialisations régionales
                unification
                division internationale du travail
                        économie beaucoup plus dépendante
             économie basée sur le capitalisme: la notion de profit est centrale
               Exceptions: expérience communiste, etc.

2) Qu’est ce que la proto-industrialisation ? Est elle une condition de
l’industrialisation ?

C’est le vocable crée dans les années 1960, pour signifier que l’industrialisation
contemporaine ou « révolution industrielle » est issue, sans solution de continuité, de
structures industrielles préexistantes. On conteste désormais que toute révolution industrielle
sorte de ces structures proto-industrielles, et à plus forte raison que celles-ce aient toujours
produit la révolution industrielle.
Il n’empêche que ces structures on été repérées dans un très grand nombre de régions du
monde. Elles articulent les éléments suivants :
(Eléments qui ont fait qu’on a pu penser que l’industrialisation avait 1 structure préexistante)
     Des rapports de production entre deux personnages principaux : le marchand fabricant
        (fournisseur, donneur d’ordre), l’ouvrier travaille à domicile à plein temps, le paysan
        ouvrier qui détient les moyens de productions indispensables à sa survie.
     Un environnement rural spécifique : une agriculture requérant une abondante main-
        d’œuvre, ou moins pendant certaines périodes, une surpopulation sinon au sens
        démographique, du moins au sens social.
     Une distribution large c'est-à-dire un marché de ces produits industriels dépassant le
        cadre régional, voire national.

3) Quelles sont les conditions spécifiques à l’Angleterre qui expliquent son
industrialisation précoce ?
Les pré conditions de la croissance industrielle :
    Tradition de proto-industrailisation
    Révolution agricole et démographique
    Présence de capitaux


Les pré conditions spécifiques à l’Angleterre :
   
    Les structures sociales et politiques :
         o Reforme de la structure des propriétés (grands propriétaires, {diffusion des
         progrès technique, évolution démographique})
         o Dynamisme démographique élevé et plus intense dans le district industrialisés
         parce que travail et que les enfants sont considérés comme des travailleurs et non
         comme des bouches à nourrir.
         o La monarchie à une représentation politique de la classe marchande ce qui veut
         dire que l’orientation politique se fait selon leurs intérêts.
    Marché intérieur unifié et sans douanes intérieures.
    La classe moyenne (artisans, marchands, futurs industriels 20% de la population)
   bénéficie d’un pouvoir d’achat élevé.
    La noblesse s’intéresse à l’activité marchande et industrielle contrairement à la France.
    Marché extérieur important lié à l’empire colonial et suprématie sur les mers
   (guerres des 7ans).Liens commerciaux avec les USA et les empires espagnoles et
   portugais.
    Suppression du monopole des corporations (commerce libres  initiatives privées)
    Pénuries relatives de la main d’oeuvres ce qui provoque l’augmentation des salaires
   et facilite le remplacement de l’homme par la machine surtout dans le textile. joue le
   rôle de stimulant au niveau des inventions (innovation technique)
    Pénuries de matières premières (métallurgies et charbon de bois)  remplacement
   du charbon de bois par du charbon de terre  augmentation de l’extraction minière.
   joue le rôle de stimulant au niveau des inventions (innovation technique)

4) Quels étaient les atouts et les handicaps de la France pour la mise en
route du processus d’industrialisation ?

LES ATOUTS :
La Révolution Française a permis :
    La destruction du féodalisme
    D’ouvrir la voie à la croissance économique moderne
    L’élimination des privilèges et des restrictions légales
    La suppression des corporations
    La suppression des douanes intérieures
    D’instaurer le « Code civil » en 1804 (code Napoléon). Ce qui offre une législation
   avant même le début du développement du capitalisme
    La création de la Banque de France

LES HANDICAPS :

    Désorganisation sur le plan économique
    La pratique de l’assolement triennal ne recul que très lentement par rapport à
   l’Angleterre (enclosures)
    Pas de transfert de propriété (Révolution agraire)
    Freinage de l’émigration rurale (et donc de la formation d’un prolétariat industriel)
    Freinage de la croissance démographique pour éviter un morcellement encore plus
   grand des exploitations.
       Freinage de la croissance de la production et de la productivité agricole : subsistance
      d’exploitations trop faible pour investir et renouveler les méthodes de cultures.
       Régime de petites exploitations et de petites propriétés paysannes déjà existant sous
      l’AR
       Impôt sur l’agriculture et pas sur l’industrie. La Révolution n’a pas crée de système
      fiscal moderne. L’Etat vit des rentes des biens nationaux.
       Protectionnisme très poussé.

Conclusion :
Les industries apparue ou développées à l’abri du protectionnisme se révèleront fragiles
et menacées dés le retour à des conditions plus normales sous la restauration.
L’industrie française repose sur des branches (coton) où elle est nettement distancée
par l’Angleterre  la première moitié du 19e siècle dépendra essentiellement du
marché intérieur.

5) Comparez ces deux types d’industrialisation ?
  -     Dans les deux cas, les 2 Etats interviennent de manière protectionniste mais à des
       moments différents. Ainsi l’Angleterre protège et soutient ça tout au long du
       développement économique alors que la France le fait pour le développement
       ferroviaire et de manière ponctuelle pour l’industrie cotonnière.
  -    La Grande Bretagne a bénéficié d’un « laisser-faire » par les commerçants, ce qui a
       beaucoup joué dans son développement par rapport au reste de l’Europe. La France,
       elle, a du attendre jusqu’à la fin du Régime pour s’en débarrasser et commercer
       librement?
  -    Du point de vue de la disponibilité de la main d’œuvre, l’Angleterre en manque et palie
       ce manque par des inventions qui augmentent la production alors que la France dispose
       de main d’œuvre abondante, se permets même de garder les inventions anglaises en
       dehors de ses frontières.
  -    Enfin, l’Angleterre dispose de marchés de ventre extrêmement vaste que sont ses
       colonies ou les commerçants anglais peuvent écouler leurs marchandises et acheter
       leurs matières avec la bénédiction et les subventions de l’Etat, chose dont ne bénéficie
       absolument pas la France


Thème 3 : Capitalisme et théories économiques : Adam Smith,
Thomas Malthus, David Ricardo

1) Quels sont les mécanismes qui structurent la société selon Adam Smith ?

A. Smith (1723-1790) premier grand économiste et théoricien économique. Il s’occupe de
la nation entière, pas spécialement d’une classe.
Les principes de fonctionnement de l’économie selon Adam Smith :

1.La terre, le capital et le travail sont des facteurs de production (= l’atelier), mais c'est le
travail qui produit des richesses (et non la terre, comme l'affirmaient les physiocrates ou le
mercantilisme).
                              TRAVAIL DES HOMMES = RICHESSE

                              Pour Smith, le monde est comme un vaste atelier
                              où toutes les classes de travailleurs participent à
                              la création de richesses.

          La valeur d'un bien est déterminée par la quantité de travail fournie pour le
       produire.

Remarque: Pour Smith, la richesse d’une nation n'est pas synonyme de caisses d'Etat pleines
(mercantilisme), mais équivaut plutôt à l'ensemble des biens qu'une nation toute entière peut
consommer.

2 Smith déclare que la division du travail accroît considérablement la production
individuelle.
              Il y a une plus grande efficacité.

3 Les mécanismes qui structurent la société sont:

               - La recherche de l'intérêt personnel et la concurrence
Pour Smith, le moteur pour accomplir les tâches nécessaires à la survie est l'intérêt
personnel. (= le moteur psychologique)
La société a un principe hédonistique: obtenir le plus de jouissance pour un minimum
d'efforts.

Mais si il n'y a pas de tradition pour stabiliser, comment se fait-il que cette société ne se
disloque pas parce que les intérêts d'un individu sont en concurrence avec les intérêts des
autres?
=>Réponse de Smith: "cela fonctionne parce que grâce à cette concurrence, qui joue comme
régulateur des intérêts égoïstes de chacun, les choses s'équilibrent", et c'est en développant le
rôle de la concurrence qu'Adam Smith met en évidence la formulation des lois du marché.
Pour lui, l’intérêt personnel pousse les hommes à faire du bénéfice et accepter toute activité
rémunératrice. Mais l’intérêt ne sert qu’à agir, elle ne suffit pas. Seule la recherche de
l’intérêt personnel aboutirait à une société d’égoïstes et de profiteurs. Cet intérêt personnel
mènera donc à la concurrence : qui aura un rôle régulateur des intérêts individuels.
Quand on entreprend quelque chose pour son profit, la concurrence du voisin naîtra
automatiquement parce qu’il veut lui aussi satisfaire son intérêt. Si on ne paie pas ses
salariés, ils s’en iront. Si le produit est très cher le client ne viendra plus. Chaque
individu est doté de la même volonté de profit. L’interaction entre l’intérêt personnel et la
concurrence aura comme effet une certaine harmonie sociale. La main invisible permet un
équilibre entre les intérêts individuels et de la nation entière. Par exemple usine de gants
et de chaussures : demande est forte pour l’un et basse pour l’autre, prix 1 augmente, prix
2 diminue donc moins de profit, licenciement qui va chez 1. Maintenant trop de gants pour
satisfaire demande mais pas assez de chaussures. Et c’est reparti dans l’autre sens, tout
est régulé alors que personne ne l’a demandé. Valable aussi pour les salaires
           - Les lois du marché:
      Le marché détermine les prix.
       ex: intérêt pour un agriculteur: vendre son produit le plus au-delà des coûts
       de production.
       Mais si le producteur vend son produit trop cher, ses concurrents vont lui
       rafler son marché.
       La concurrence mène à vendre les produits sur le marché à des prix
       compétitifs.

      Le marché permet l'adéquation de l'offre à la demande.
       La production excessive d'un produit ou d'une marchandise par rapport à la
       demande entraîne une diminution des prix et une diminution des bénéfices, ce
       qui amène une réduction de la production et donc un rééquilibre.
       Inversement, si la production est insuffisante par rapport à la demande, il y a
       une augmentation des prix et des bénéfices, et donc une augmentation de la
       production et l'équilibre se rétabli.

      Le marché explique la similitude des prix entre les différents types
       de production d'une nation.  « La main invisible »
       Un secteur qui rapporte attire de nouveau producteur, contrairement
       au secteur en perte.

      Le marché règle les flux de main d'oeuvre et de capital selon les
       usages.
       ex: si il y a une augmentation d'argent, il y a afflux de nouveaux producteurs,
       augmentation de la concurrence et diminution des bénéfices.
       C'est le même fonctionnement pour les salaires.
   Pénurie d’employé, augmentation des salaires et inversement  équilibre


           - Les lois de la croissance:

      On d’employé, augmentation des accumulation des richesses et des biens.
   Pénurieva vers une augmentation, une salaires et inversement  équilibre
      Ex:une fois qu'on fait des bénéfices, on crée des nouvelles usines et on accentue la
      division du travail.

                                                                        Augmentation de la
                                                                           productivité.

2) Selon quelle loi Adam Smith prévoit-il un accroissement généralisé de la
richesse des nations ? Expliquez son raisonnement
- Les lois de la croissance: (Cf. aussi le début du schéma)

En effet le mécanisme du marché pousse vers une augmentation, une accumulation, une
multiplication sans fin des richesses et des biens.
Ex:une fois qu'on fait des bénéfices, on crée des nouvelles usines et on accentue la division du
travail.
Mais l'accumulation et l'augmentation de la production auront pour conséquence un
accroissement de la demande de travail. (Le travailleur va pouvoir réclamer un salaire plus
haut)

        Déséquilibre offre demande d’emplois en faveur de l’ouvrier  augmentation des
       salaires

Cette augmentation des salaires à une influence négative sur les bénéfices (parce que le prix
est fixé, bloqué a cause de la concurrence). En même temps, on voit une amélioration du
niveau de vie (baisse de la mortalité  augmentation démographique)

        Déséquilibre offre demande d’emplois en défaveur de l’ouvrier  baisse des
       salaires

Cette baisse de salaires annonce une reprise des bénéfices et donc permettre au patron de
raugmenter sa force de production…

Pour Smith, c'est une évolution inéluctable (autorégulation). Ce n’est pas un cycle mais
sur du long terme. Cela entraîne le monde dans une spirale ascendante vers plus de
richesses.

3) Quel est le rôle du marché selon Adam Smith ?

Les lois du marché selon Adam Smith font parties des mécanismes qui structures la société,
lois qu’il définit comme suit :
    - Le marché détermine les prix : le marché dote les produits de prix compétitifs, le
        marché règle les prix. L’intérêt personnel et le profit tendent à une volonté de vendre
        plus cher. Mais si prix excessifs, le marché sera pris par la concurrence. ex: intérêt
        pour un agriculteur: vendre son produit le plus au-delà des coûts de production.
        Mais si le producteur vend son produit trop cher, ses concurrents vont lui rafler son
        marché.
    - Le marché permet l’adéquation de l’offre et de la demande : le marché incite les
        producteurs à produire des quantités de biens demandés par la société. Le marché
        règle les quantités de biens selon la demande. Si on a plus de demande, le prix
        augmente, la production aussi, puis offre supérieure à la demande->prix baissent…
    La production excessive d'un produit ou d'une marchandise par rapport à la demande
    entraîne une diminution des prix et une diminution des bénéfices, ce qui amène une
    réduction de la production et donc un rééquilibre.
    Inversement, si la production est insuffisante par rapport à la demande, il y a une
    augmentation des prix et des bénéfices, et donc une augmentation de la production et
    l'équilibre se rétabli.
     Le marché explique la similitude des prix entre les différents types de production
        d’une même nation : Si profit excessif pour un, d’autres prendront le marché et
        réduisent le surplus.  « La main invisible »
        Un secteur qui rapporte attire de nouveau producteur, contrairement au secteur en
        perte.
    - Règle les flux de main d’œuvre et de capital selon les usages. Si les salaires sont
        élevés dans un métier, beaucoup de travailleurs viendront et baisseront les salaires. ex:
        si il y a une augmentation d'argent, il y a afflux de nouveaux producteurs,
       augmentation de la concurrence et diminution des bénéfices.
       C'est le même fonctionnement pour les salaires.

La doctrine d'Adam Smith conduit à une politique de "laisser-faire laissez-passer" qui refuse
l'interférence de l'Etat dans les mécanismes du marché. Pour Adam Smith ce n’est pas le rôle
de l’état, son rôle étant dans le domaine de la justice, des soins de santé, militaire, de
l’enseignement.

Il préconise le libre échange et le concurrence  Prospérité générale

4) Quels sont les principaux apports de Thomas Malthus à la
science économique ? Quel est le lien avec le contexte de l’époque ?
Malthus et Ricardo sont les deux principaux représentants du Courant libéral pessimiste =>
contrairement à Adam Smith, ils sont convaincus que le monde évolue vers une situation
catastrophique

      Malthus est le premier à faire le Lien entre démographie et ressources

                           en progression géométrique                    en progression arithmétique
                           (1, 2, 4, 8, 16, 32…)                         (1, 2, 3, 4, 5…)


Idée de Malthus: la population augmente plus vite que les ressources.
La différence entre le nombre de gens et de nourriture aurait pour résultat une misère
humaine.
L'équilibre se fait par les coutumes (infanticides,...) et les drames humains (guerres, maladies,
famines,...) souvent brutalement.

      La solution au problème relève de la morale :
                  - Abstinence au sein des couples.
                  - Retarder l’âge du mariage jusqu'à ce que les conjoints puissent faire vivre
       une famille

       A partir du milieu du 19ème siècle: néo malthusianisme (limitation des naissances par
       des moyens contraceptifs).

   ( Idée du risque de crise de surproduction généralisée)

                                 Flot de biens qui ne trouverait pas d'acheteur.


                 L'idée semblait farfelue aux autres économistes.
                 Ricardo: la surproduction n'est pas possible car les hommes ont un appétit pour les
                 biens illimité, et la capacité d'achat est infinie et garantie parce que tout produit a un
                 coût, qui représente le salaire d'un autre homme.
                 Malthus: l'acte d'épargne peut fausser le raisonnement et rendre la demande trop faible
                 par rapport à l'offre
                 Ricardo: Non, car épargner correspond à consommer...
                 Malthus: Ne sait pas y répondre.
       Rem: Les prédictions de Malthus ne visaient pas l'Afrique, l'Orient ou l'Asie mais bien
       l'Angleterre.
       Mais au 19ème siècle, il n' y a pas eu de surpopulation en Europe ou en Amérique du
       Nord (à cause du néo malthusianisme), mais bien l'Asie, etc.

       Pourquoi l'industrialisation a-t-elle entraîné un réflexe de limitation des naissances?
              o Evolution du statut de la femme.
                  (travaille, apporte un salaire, plus seulement génitrice...)
Le mode de vie change, il y a une compétition entre désirs et plaisirs.
Choix entre une grande famille ou une vie plus confortable

Lien avec le contexte :

 Paupérisation:
Conditions d'existence très dures et continuent à se dégrader. (mines, usines, campagnes)
  1820: Angleterre: victoire contre Napoléon (France) (= positif)
Sur le continent, aucune puissance n'est assez forte que pour mettre en péril la suprématie de
l'Angleterre (sur mer surtout).
1815: Congrès de Vienne pour remettre de l'ordre en Europe après l'expansionnisme de la
France.
  L'Angleterre domine la conférence et contrecarre toute nation qui pourrait avoir des
velléités d'expansionnisme.
Ex: France entourée d'Etats "tampons".
Ce congrès ne tient pas compte de la volonté des nations.

 Lutte sociale
  Malgré cette victoire politique, le système de l'usine qui se développe conduit à une lutte
sociale sans merci entre les membres de la société.
 Climat social brutal, avec pratiques cruelles considérées comme normales pour ceux qui
les pratiquent (à l'égard des ouvriers, des femmes, des enfants).

Le salaire permet toujours à peine de survivre
Il y a des mouvements de rejet du progrès.
La mécanisation provoque la disparition de l'artisanat rural.
                 Rem: pour quelques pauvres ne trouvant pas leur place dans la
                 société, l'industrialisation leur permet de trouver un petit travail.


Il y a plus d'autonomie car on travaille en usines
            (16h de travail, mais le contremaître contrôle tout le temps).
              Remous sociaux très importants (usines incendiées, …)

                 Parmi les instruits, un des seuls à se dire que l'industrialisation a
                 des effets néfastes est David Ricardo.
                 Les autres considèrent que si les classes sociales inférieures se
                 rebellent, il faut les mater.
Il y a donc un climat insurrectionnel endémique.
Climat = atmosphère
Insurrectionnel = révolte  Climat social merdique
Endémique = permanent


 Corn Laws (=Lois sur le blé)
Jusqu'à la fin du 18ème siècle, l'Angleterre a été exportatrice de blé.
A partir de la fin du 18ème siècle: Angleterre n'est plus autosuffisante d'un point de vue
alimentaire => doit importer de la nourriture. Car il y a une croissance importante de la
population, et la demande de grains excède l'offre.

                            Prix du blé: x 4 entre 1790 et 1815.
                            Par rapport à cette augmentation du prix du blé, les profits des
                            propriétaires fonciers étaient 2x plus élevés en 1815 qu'en 1790.

Le prix élevé du blé amène des marchands à importer => consternation des propriétaires
fonciers. Les propriétaires fonciers, qui dominent au Parlement, ont peur que le prix du blé et
les bénéfices diminuent.
  => Lois imposant des taxes mobiles aux importations de grains.
Quand le cours du grain chutait, le niveau des taxes s'élevait.
Le niveau minimum des taxes est si élevé que cela écarte définitivement le blé peu cher venant
de l'extérieur (= protectionnisme).
Les industriels sont opposés à ces « Corn Law »s car le prix de la farine détermine le niveau
des salaires.
Les industriels doivent quand même payer de quoi survivre aux ouvriers => veulent la fin des
taxes pour payer moins leurs ouvriers et ainsi augmenter les profits.
 Mobilisation de la classe industrielle contre ces Corn Laws (abolies vers le milieu du
19ème siècle seulement.)

5) Qu’est ce que la théorie de la rente différentielle chez Ricardo ? Faites le
lien avec l’Angleterre de la première moitié du 19e siècle ?


         Théorie de la rente foncière différentielle:
         La rente foncière provient des inégalités entre la meilleure et la pire des terres.
         (Niveaux de fertilité différents.)
         La rente n'est ni limitée par la concurrence, ni par la démographie
         Capitaliste: réalise un profit limité par la concurrence et raboté par la hausse des salaires.



               POURQUOI ?


Ricardo, suppose que l'ensemble des terres peut être classé par ordre décroissant de fertilité, et
que la mise en culture suivrait cet ordre (on met d'abord en culture les terres les plus fertiles).
Mais l'augmentation de population (accord entre Malthus et Ricardo sur ce point là,
confirmée par les premiers recensements) entraîne la mise en culture de terrains dont la
fertilité est de plus en plus faible.
Or, un même produit cultivé sur des terrains de fertilité différente entraîne des coûts de
production différents.
            La fertilité d’un terrain détermine les coûts de production d’un produit :
                        - de fertilité, + de coûts
                        Sur un marché, un même produit est vendu au même prix
                        Un produit ne peut pas être vendu (coût de production), on s’aligne
                           sur le produit dont le coût de production est le + élevée.

Et donc le prix de chaque denrée agricole s'aligne sur le prix de la denrée dont le coût de
production est le plus élevé
Si un produit coûte 100 francs pour être produit, on ne peut pas le vendre à moins de 100
francs.

-> Le propriétaire foncier qui est sur la terre la plus fertile réalise un bénéfice plus
important.
-> La rente foncière vient de la différence entre les coûts de production de la terre la moins
fertile et de la terre la plus fertile.
Et c’est ainsi que le revenu des propriétaires foncières provient de la différence des coûts de
production de la terre la moins fertile et de la terre la plus fertile.  Le seul qui s’enrichie est
le propriétaire foncier et il y a aussi une forte diminution de l’esprit d’entreprise. Les
capitalistes se plaignent, ils doivent gagner moins car payer plus leurs ouvriers ne fut-ce
que pour qu’ils puissent acheter de quoi manger pour vivre car c’est le prix de la denrée
cultivée qui détermine le salaire. La salariés gagnent juste de quoi vivre. Il n’y a que les
propriétaires fonciers qui s’en sortent. Smith et Ricardo divergeront donc sur ce point

Conclusion :

       L'aristocratie foncière est l'unique bénéficiaire de l'organisation de la société.
                     X Smith: la société entière s'enrichit.
                     X Malthus: la société entière s'appauvrit.


      Cette situation aura pour résultat de décourager l’esprit d’entreprise et présage un
       avenir désolant pour l’espèce humaine.

Solutions préconisées par Ricardo et qui ont évité un scénario catastrophe (Cf. tableau
page suivante):
           o Libre échange
           o Abolition des Corn Laws
           o L'industrialisation a aussi provoqué un frein aux naissances et a permis...
           o ...D'augmenter la capacité des hommes à produire leur nourriture
               (rentabilité beaucoup plus importante) (cf. révolution agricole du 19ème
               siècle).
6) Comment en partant de mêmes principes de fonctionnement de
l’économie Ricardo et Smith en arrivent-ils à une vision totalement
différente de l’avenir ? Comparer leurs raisonnements ? (question
d’évaluation formative)
Mêmes principes de fonctionnement de l’économie:

Capitaliste —> loi de la croissance —> accumulation de capital profit —> création d’usines
—>, augmentation de la main d’oeuvre —> augmentation des salaires, augmentation de la
démographie.

Pour Adam Smith, l’augmentation de population entraîne une diminution des salaires, et de
nouveau une augmentation de profit... et ainsi de suite (« cercle vicieux »).

Par contre pour Ricardo, l’augmentation de la démographie entraîne l’augmentation de la
production agricole et de la surface cultivée
—> les prix augmentent (parce qu’on cultive des terres de moins en moins fertiles)
—> salaires augmentent
—> profit diminue .... Ce qui décourage l’esprit d’entreprendre.

On remarque que pour Adam Smith c’est la société entière qui s’enrichit alors que pour
Ricardo seul le propriétaire foncier s’enrichit, les autres sont dans l’impasse.
  Adam Smith                                                                          David Ricardo


                           Action de l'entrepreneur capitaliste


                                  Accumulation de richesses


        Permet l'augmentation des forces de production et de la division du travail
           construction d'usines,... => augmentation de la demande du travail


                                  Augmentation des salaires


                Diminution des profits mais augmentation de la population




        Diminution des salaires                                        Augmentation de la production
                                                                     agricole et mise en culture de terres
                                                                                 moins fertiles
    Augmentation du profit et de la
              richesse
                                                                       Augmentation des prix agricoles

   Nouvelle augmentation des forces
            de production                                                 Augmentation des salaires
                                                                       (Salaire minimum pour faire vivre)


                                                                             Diminution du profit


                                                                      Diminution de l'esprit d'entreprise
                                                                     Le processus ne reprend pas parce que
                                                                      la dynamique de la société capitaliste
                                                                              (le profit) disparaît.




Rem.:   Ricardo et Smith partent des mêmes bases mais Smith a une vision optimiste, tandis
        que Ricardo a une vision pessimiste
Thème 4 : Capitalisme et théorie économique : Karl Marx

1) Qu’est ce que le capitalisme industriel et bancaire ? Quand et pourquoi
devient-il le système économique dominant ?

Terme (à partir du 19e s.) utilisé pour nommer un système dont les caractéristiques :
            propriété privée des moyens de production et d’échange
            initiative privée stimulée par la recherche du profit
            il est censé s’autoréguler pour ce qui est des lois du marché.
! Il n’a pas toujours été le système dominant !

On distingue 3 périodes du capitalisme :

                         1. Le capitalisme commercial et bancaire (16e  18e)

Ce capitalisme est caractérisé par la concentration de capitaux dans le grand négoce
international et la banque.
                                                     Compagnies commerciales et de navigation ainsi
                                                     que les banques sont des sociétés capitalistes

L'initiative privée et le risque sont motivés par la perspective de profit, qui conduit à
l'accumulation de capitaux (Nouvelles entreprises pour nouveaux profits).

L'essentiel de l'activité économique ne se fait pas dans un contexte capitaliste.
Il y a coexistence avec d'autres types d'organisation économique:
      domaniale agricole.
         Il y a un grand domaine rural, le seigneur dirige la culture et répartit le travail entre
         les membres du domaine (tenanciers, serfs, esclaves, artisans).
         La monnaie intervient peu car il y a peu d'échanges (le domaine produit ce qu'il
         consomme).

      urbaine.
       L'activité de produire des biens manufacturés n'existent pas que dans un système
       capitaliste.
       Les échanges et la monnaie interviennent entre ville et campagne, mais ce n'est pas un
       système capitaliste car l'artisan a une main d'oeuvre peu nombreuse et salariée, il
       limite sa production à la commande, est soumis à des règlements très stricts (Prix,
       normes édictés par la corporation), et il a ses propres outils.
       (Pas capitaliste même si industriel).

                         2. Le capitalisme industriel et bancaire (> 19e)

Grandes caractéristiques:
    Machinisme et division du travail
      Généralisation de l'emploi des machines rendue possible par les progrès techniques
       Division du travail  Augmentation importante de la productivité.
      Economie de marché
       Rôle du marché dans une économie de type capitaliste: détermine les prix en fonction
       de l'offre et de la demande, adéquation de l'offre à la demande, juste répartition des
       salaires et des profits.

      Concentration de la main d'oeuvre, des moyens techniques de production et du capital
       Concentration des moyens financiers: S.A., Trust, Cartel.

      Liberté de travail et développement des antagonismes sociaux
       Dans d'autres types d'organisation, le travail est forcé fermé (corporations) ou
       règlementé (communisme ou socialisme).
       Ici, l'Etat n'intervient pas, le contrat est une affaire personnelle entre le travailleur et
       l'employeur, où chacun est responsable de ses intérêts.
       = Conséquence des idées révolutionnaires ("Les hommes sont égaux en Droits").

Dans les faits, cette inégalité n'existe pas, mais elle est renforcée par une législation visant à
interdire toute forme d'associations.
Il y a une explosion démographique => migration vers la ville pour des meilleures conditions
d'existence, Mais les ouvriers, trop nombreux, sont mal protégés, contraints de se plier aux
exigences du patron qui les fait vivre du strict nécessaire à la survie.
Le meilleur salaire est donc le strict nécessaire à la survie, au 19ème.
(Il n'y a pas d'assurances, excès du temps de travail,...)

Il y a des tensions sociales très fortes entre les prolétaires et les patrons, qui entraînent des
révoltes violentes.
Cette expansion du système capitaliste est favorisée par la révolution technique
(Développement des industries) et révolutions bourgeoises du 19ème (Cadre légal qui a
rencontré les besoins d'un point de vue législatif, créés par les besoins techniques).
L'Etat joue un rôle de plus en plus important dans le domaine social pour contrecarrer les abus
du système. (Faire respecter la libre concurrence, protéger la propriété privée, maintenir
l’ordre)

                         3. Le capitalisme financier (1880)

Le capitalisme financier se retrouve surtout en Angleterre.
Il y a un recul de l’industrie par rapport aux activités financières  ce qui est la base de
l’enrichissement et du profit.

L’expansion du système capitaliste est favorisée au 19e sicle par les révolutions industrielles
(technique et économique) et les révolutions bourgeoises (politique et social).
Les révolutions bourgeoises permettent la mise en place des structures permettant au
capitalisme de se développer. Ceci est possible grâce à un accroissement du rôle de l’Etat qui
doit faire respecter la libre concurrence, protéger la propriété privée, maintenir l’ordre.
L’Etat doit également protéger les marchés nationaux, créer le cadre légal nécessaire au
développement des sociétés capitalistes et mettre en œuvre une législation sociale pour
réguler les rapports sociaux.
Le 19e siècle correspond à l’age d’or de la bourgeoisie et voit la multiplication des entreprises
capitalistes à la base du pouvoir de la bourgeoisie.
2) Quelle est la base théorique de la pensée marxiste ? Développez.
(Question d’évaluation formative)
La doctrine de Marx permet de un une interprétation scientifique de l’histoire et de
l’évolution économique et qui prétend de deux pouvoir annoncer l’évolution des sociétés
privées.

La base théorique de la pensée marxiste : le MATERIALISME DIALECTIQUE

Matérialisme : « l’activité économique est à la base et détermine tout ordre social. »

Par matérialisme Marx entend que l’activité économique détermine tout ordre social.
Toute société a une infrastructure (d’activité économique), (= état des forces productives
manière dont les hommes organisent la production pour leur survie), qui détermine une supra
structure (d’activités non économique), (= gouvernement, lois, administration, religion, ou
philosophie, culture et sciences).
! Il existe des supra structures différentes selon le type de société !

Dialectique : = mode de raisonnement qui consiste à analyser la réalité pour mettre en
évidence les contradictions du système voire les surpasser.
 Elle implique une évolution constante du système, une dynamique perpétuel pour
dépasser les contradiction du système social en place ou par s’adapter aux changements
techniques.. Tout changement technique entraîne des modifications au niveau des institutions
et au niveau des classes sociales.

      Classe sociale = Des hommes qui entretiennent le même type de relation avec la
même forme de production existante.
   Pour Marx 1) l’histoire se résume par la lutte entre les classes sociales pour la
    répartition des richesses.
                 2) Il existe incompatibilité totale entre les infrastructures (usine : processus
  organisé) et superstructures (propriété privée : système individualiste)

      Résultat : - absence de planification  désorganisation permanente  crise de
                   surproduction.
                 - prolétariat vit dans la misère la violence  pleine d’amertume envers le
                   système.
           ! Marx fort critiqué parce que pas méthode d’historien : il cherche dans l’histoire ce
qui justifie son point de vue. !

3) D’où vient le profit selon Marx ?
 Origine du profit (permettant l'accumulation et l'investissement):

      Salaire est fonction du temps de travail nécessaire à maintenir un homme en vie.

      Le travailleur a un salaire de survie, mais il est contraint par le capitaliste de travailler
       plus d'heures que le strict minimum nécessaire à sa survie
      Le capitaliste détient le monopole des moyens de production et peut donc contraindre
       le travailleur. (Si il n’accepte pas, le travailleur ne trouve pas de travail et n'arrive pas
       à assurer sa survie.)

      La différence entre le temps de travail réellement presté et le temps de travail
       réellement payé = PLUS-VALUE. Ce qui permet au capitaliste de faire du profit, car
       celui-ci vend son produit à sa pleine valeur de travail.

4) Pourquoi selon Marx, le capitalisme est-il voué à l’échec ?
        L’impasse du capitaliste : (voir schéma)

1. Pour faire face à la concurrence: le capitaliste doit accumuler pour étendre sa production,
et réinvestir pour faire des bénéfices

2. Il réinvestit en moyen de production pour augmenter la capacité de production. Cette
action va pousser à une augmentation de la demande de travail

3. Cette augmentation de la demande de travail va amener a un déséquilibre en faveur de
l’ouvrier et donc à une hausse des salaires.

4. Smith et Ricardo disait que cette augmentation de salaire amenait à une croissance de la
démographie, ce qui rétablissait l’équilibre.
        Equilibre rétablit par les ouvriers


Marx refuse cette idée parce que il estime que la classe prolétaire ne va pas enrayer elle-
même cette augmentation des salaires. On va donc avec une augmentation de la
mécanisation, ce qui permet de faire une économie de main-d’œuvre et donc de rétablir la
balance. (Voir même un déséquilibre dans le cas d’une augmentation du chômage : Avantage
en faveur des patrons)
         Equilibre rétablit par les patrons.

5. Il y a une baisse des profits parce que car la machine ne permet pas la plus-value comme
les travailleurs.
         (Quand le capitaliste achète une machine, il l'achète ce qu'elle vaut.)

6. On va donc avoir une crise capitaliste :
       Augmentation du chômage                Baisse de la consommation
       Baisse des salaires                    Accentuation de la concentration

Concentration = Les entreprises les plus solides englobent les entreprises les plus faibles.

Conclusion : Pour Marx, chaque crise capitaliste est plus grave parce que la concentration
amène une réduction du nombre de capitalistes et l'augmentation du nombre de prolétaires.
De plus, on est dans une économie non planifiée, l'offre et la demande de biens ne sont pas en
adéquation  Effondrement accéléré

Comme il y a de plus en plus de prolétaires, de pauvres, cela va conduire à une révolte et à la
fin du capitalisme.
1867: Marx condamne le capitalisme à mort.



                               Concurrence / Profit




                                   Accumulation




                                                                              Déséquilibre entre offre et
                          Création de nouveaux moyens de production           demande de travail peut pousser
                                                                              les salaires à la hausse.


                                                                Augmentation car ce n'est pas une crise
                                       Salaires


                                                                  Création de nouveaux moyens de
                                                                  production par le capitaliste s'il
                                   Mécanisation                   veut survivre.

          voir classiques
                                                                Parce que la machine ne permet
                                                                pas la plus-value comme la main
                                       Profits                  d'oeuvre




                                                                      Les entreprises les plus solides
= crise          +     Chômage // Consommation              -         absorbent les entreprises les plus
capitaliste      -     Salaires // Concentration            +         faibles.




                     Reprise des profits et nouveau cycle
                                 + de prolétaires
                                  - de capitalistes
Thème 5 : Les conséquences et les limites du développement
économique de l’Europe

1) Au 19e siècle, l’Europe domine le monde. Décrivez les formes de cette
domination et leur importance pour l’Europe. (Question d’évaluation
formative)
Le monde moderne est issu d’une double révolution au 19e siècle :
Il y a une interdépendance croissante entre continents (+/- globalisation) grâce à une double
révolution :
        Point de vue connaissance que les hommes ont de leur planète
             Mouvement ininterrompu d’exportation du monde (missionnaires, aventuriers,
            marchands)
             On complète les cartes du monde  Révolution Politique
        Point de vue liaison entre les différentes parties du monde
             Moyens de communication + rapides, + réguliers, + grande capacité de
            transport
           Grâce au chemin de fer, à la vapeur et au télégraphe (installation de câbles
          sous-marins entre continents européen et américain)  Révolution Industrielle

Conclusion : Cette double révolution va mener à une domination commerciale, financière,
coloniale de l’Europe sur le reste du monde.

Cette double révolution est à l’origine de la domination commercial, financière et coloniale
des Européens sur le monde.

       A. L’expansionnisme commercial

Problème de la surproduction: tous les pays industrialisés ont des excédents et cherchent le
moyen d'écouler ces produits à l'extérieur car marché intérieur est :
       trop étroit
       faiblesse relative du pouvoir d'achat des grandes masses urbaines et rurales
       Pas de règlementation de la production
          Chaque entreprise produit le plus possible pour vendre le plus possible.

Les Etats veulent ETENDRE leurs marchés et PROTEGER leur marché intérieur.

                      1. Le cadre des échanges commerciaux:

Jusque 1840: régime protectionniste et colonial
                      Prohibition (interdiction d’importer certains liens)
                      Excepté Pays-Bas  système libéral pays très commerçant.

1845 - 1876: Mouvements (pression des industrielles) en faveur de la libéralisation des
échanges

Fin des Corn Laws (voté par Parlement anglais pour motifs humanitaires (pauvreté en
Irlande,...)
Différents accords abolissent les barrières douanières (jusque 1913).

But est de conquérir les marchés extérieurs, contrôler matières premières nécessaires à
l’économie, écouler les excédents de la surproduction et permettre la division internationale
du travail Libre échange

Idée d'augmenter la division internationale du travail.

       Pays "usines" (industrialisés) vendent des produits
       manufacturés aux pays "fournisseurs", ceux à qui ils achètent
       les matières brutes.



                 Produits manufacturés
 Pays usines      --------------------------   Pays fournisseurs
                 --------------------------
                      Matières brutes

Mais ce partage des tâches entre les pays entraîne un lien de subordination.

                                         Certains pays refusent de rester fournisseurs et gardent
                                         une politique douanière pour protéger les jeunes industries
                                         (ex: USA)


1876: Retour vers le protectionnisme de la France, la Russie, l’Allemagne et les USA mise
en place de barrières douanières (USA, Allemagne, Japon).
               Rem: Belgique, Pays-Bas et Angleterre maintiennent le libre échange
Car il y a une crise industrielle et agricole, ainsi que l'émergence d'un nationalisme
économique.
                     Les agriculteurs européens sont confrontés pour la
                     première fois à la concurrence étrangère des pays neufs.
                     (Possible car amélioration des moyens de transport.)


                      2. L’expansion du commerce mondial:

Quel que soit le cadre des échanges commerciaux, il y a une formidable expansion du
commerce mondial. De 1850 à 1913.  globalisation de l’économie mondiale
       Le commerce = x20 (dans un contexte où la valeur du franc est stable!).
       Les Grandes puissances passent de 1/3 à 3/4 du commerce mondial.

L'Europe vend surtout de la houille et des produits manufacturés, et s'approvisionne dans le
monde entier de matières premières et de produits agricoles.

En 1913, la plupart des pays européens importent plus qu'ils n'exportent => balance
commerciale déficitaire.
La situation peut continuer tant que l'Europe peut combler son déficit, tant que les USA, le
Japon et l'Australie continuent à exporter peu de produits manufacturés, et que si les pays
(semi-)coloniaux ne s'industrialisent pas.
       B. L’expansionnisme financier (= nouvelle forme de domination)

               1. Les causes

Les causes de l’exportation de capitaux au 19e siècle par la France, la Belgique, l'Allemagne
et la Suisse :
Ex: chemins de fer belges (à partir de 1830) construits partiellement grâce à des capitaux
anglais
(Premiers capitaux exportés).

 Baisse de la rentabilité des capitaux en Europe
L'industrialisation conduit à une grande accumulation de capital.
 Le capitaliste réinvestit (depuis début 19ème siècle).
Mais à partir de 1860, les capitaux investis en Europe deviennent beaucoup moins rentables.
                      1850: intérêt de 6 à 8%
                      Fin 19ème:       2 à 3%


Mouvement à la baisse pour les investissements à court terme et à long terme  les
possibilités d'investissement deviennent plus rares et moins rémunératrices.
                 Pourquoi?
                Parce qu’en général, quand il y a une forte demande, les taux d'intérêt sont les
                plus élevés.
                1830-1860: 1ère phase d'industrialisation (continent + Angleterre), mise en
                place de réseaux de chemin de fer. (Industrie lourde très demandeuse en
                capitaux).On construit les lignes de chemin de fer les plus rentables.
                A partir de 1860: les lignes principales sont construites, et on se tourne vers
                des lignes secondaires, importantes d'un point de vue social mais moins
                rémunératrices.

 Crise (1873-1895) de surproduction
Ralentissement général de la conjoncture
Baisse généralisée des prix  Profits moins importants  Rentabilité des capitaux moins
bonne

 Amélioration des réseaux bancaires et des systèmes de crédit
Les réseaux bancaires s'étendent et se complètent, les moyens de drainer l'épargne
augmentent.
Il y a beaucoup plus de dépôts ( + de capitaux disponibles)
L'argent circule mieux et plus rapidement.
Comme + d'argent et qu’il circule mieux: l'argent est moins cher.

 Banques et investisseurs exportent des capitaux dans des pays moins développés
(emprunts d’Etats) où il y a une forte demande, parce que
      o Les investissements industriels sont possibles
          "Tout est à construire"et il y a la présence de main d’œuvre, de matières
          premières et marché (Afrique, Asie, Amérique du Nord et du Sud, Europe du
          Sud,...).
           o Demande de construction d'infrastructures pour pouvoir assurer le commerce des
             produits bruts
             mise en valeur des pays neufs
           o Demande de capitaux de la part des gouvernements
             Dépenses de prestige, militaires,

            Les capitaux s'écoulent à l'extérieur où ils trouvent des meilleurs profits (8 à 15%).


                         2. Les formes d’exportations

           Investissements industriels : Industrie lourde en Russie

           Prêts aux Etats étrangers : Investissements russes,..
            .
           Placements à court terme sur les marchés monétaires étrangers.


                         3. Les effets

- Les recettes des capitaux investis à l'étranger alimentent largement les bénéfices de la
balance des invisibles (rentrées très larges).

- Ces revenus permettent de compenser le déficit de la balance commerciale, ce qui à des
conséquences positives sur la balance de paiements
Il y a un effet négatif pour pays qui empruntent car obligé de réemprunter pour rembourser
leurs dettes. (Surtout quand les prix des produits bruts chutent).  Entrent dans un
mécanisme d’asservissement financier.

- La puissance financière de l’Europe lui permet de contrôler de la mise en valeur des pays
neufs.  Orientent leurs investissements dans des secteurs complémentaires à leur propre
économie. Pays neufs dépendant aux économies des pays industrialisés.

L'Europe maîtrise l'essentiel des moyens de transports,...

           C. L’expansionnisme colonial (= pas nouveau)

           1. Les origines

A partir du 16ème siècle, les principales puissances européennes se constituent des empires
coloniaux:
     Espagne : Amérique centrale et du Sud

          France: Amérique du Nord, Antilles, Guadeloupe, Martinique, Inde

          Angleterre : Amérique du Nord (jusqu’au Canada – 13Eetats en 1776) , Indes

          Portugal : Amérique du Sud, comptoirs en Afrique et en Asie

          Provinces Unies : Ceylan (=Sri Lanka), Asie du Sud, Afrique du Sud.
      Russie : majeure partie du continent asiatique

 Les motivations sont d’ordres :
      - Economique : lien avec le mercantilisme
             Volonté d'établir des contrôles commerciaux (contrôler les sources
                d'approvisionnement de produits exotiques et de matières premières).  et
                donc de constituer un marché a l’exportation.
      - Religieux :
           Volonté de convertir un maximum d’âmes (« guerre » entre le catholicisme et
              le protestantisme), de trouver un endroit pour la liberté du culte (puritains 
              USA)
      - Politique :
             Volonté d’affirmer sa puissance nationale

      2. 1800-1850 : le recul de la colonisation
   Perte des colonies en Amérique parce que :
           Indépendance des USA (1776)
           Indépendance de quelques états en Amérique Centrale et Amérique du Sud

       3. Reprise de la colonisation à partir de 1850

Chaque nation cherche à étendre son influence, sa puissance tout en gardant un équilibre. Il va
y avoir une course pour le contrôle de l’Afrique ce qui va amener de vive tension ainsi qu’une
progression en Asie. Les 3 grandes puissance coloniales en Asie sont le Russie, L’Angleterre
et l’extension de la France : l’Indochine.

 Les motivations
      - But avoué:
       Mission civilisatrice : volonté d’apporter les lumières de la civilisation européenne
          à des populations « arriérée » (au niveau santé, scolaire, administratif, lutte ><
          esclavage)

          Mission économique :
               Volonté de contrôler les sources de matières premières de produits
                  alimentaires
               Volonté de trouver des marchés d’exportation
               Réservoir de main d’œuvre

   -   But politique :

          Affirmation de grandeur et de gloire
           France conquiert le Sahara (peu de population pas encore de pétrole)

 Les effets de la domination coloniale sur les économies des pays colonisés
      - Effets positifs :
           Mutations économiques et sociales :
                   o Mise en valeur de ressources naturelles inexploitées
                          Infrastructures ferroviaires, réseaux télégraphiques, travaux
            d’irrigation (surfaces cultivables augmentent en Egypte  (Barrage d’Assouan).
                o Nouvelles techniques agricoles augmentent le rendement, espèces
                    cultivables manioc en Afrique)
                o Investissements de capitaux
            Progrès en matière de santé et d’hygiène.
                o (L’idée était de favoriser une démographie haute pour maintenir des
                    salaires bas)

       - Effets négatif :
            Pillages des ressources des colonies par les métropoles – l’intégration de
               pays colonisés aux circuits d’échange internationaux se fait de manière juste et
               aboutit à la dégradation des termes de l’échange pour les pays colonisés.
               Echanges favorable aux puissances, l’exclusif colonial donne aux métropole :
               l’exclusivité sur la vente et le transport
               Conséquence :
                       - Les colonies s’orientent sur demande des métropoles en fonction des
               besoins.
                       - Cela permet aux européens d’acheter le produit a un prix plus bas que
                       sur le marché (bénéfice)  les colonies sont les victimes car elles ne
                       bénéficient pas des bénéfices éventuels)
            Destruction des structures productives préexistantes.
                                Destinées à la satisfaction de besoins des populations locales.

       Européens forcent les populations à travailler pour la production de produits primaires
       et l’augmentation de leurs propres industries.
             Prix des matières premières fixés par ententes entre grandes compagnies
          = TRUSTS et CARTELS
        Accentuation de la concentration (pétrole, métal, chimie,…)
        Zones nationales se fixent des marchés protégés.
        Approvisionnement de matières premières :  diminution de coûts de production,
       augmentation compétitive de leur produits, les produits sont vendus + cher que dans
       un système protégé.
        A partir du 19e s: dégradation des échanges.
            Matières 1eres bon marché >< produits manufacturés chers
                 Prix les + bas possibles !

       4. Domination indirecte

Pour les pays incontrôlables par une seule nation car le pays est trop grand ou bien trop
convoités:
 Il y a une domination indirecte, c'est-à-dire que le pays est divisé en zones d'influence
(Perse, Chine).

2) Quelle sont les limites de cette suprématie ?

Limites économiques :
L’expansionnisme colonial ne fonctionne que si les pays se satisfont de la répartition des
taches (dépendances économiques). L’Europe doit rester créditrice du reste du monde.
Limites politiques :
L’Europe ne domine pas le monde car composée d’Etats rivaux (Angleterre, Allemagne,
France, Russie, Autriche, Hongrie) dans lesquels le « nationalisme » est très présent. Ce
nationalisme est un nationalisme chauvin caractérisé par un sentiment de supériorité et une
haine de l’autre. Ce nationalisme est pour l’Allemagne et l’Italie une élément fédérateur
(Guillaume II demande la redistribution des pays colonisés en fonction du poids économique
 inquiétude de l’Angleterre).
Pour l’empire austro-hongrois ( (multinational, multilingue) composé de la Tchéquie, le
Slovaquie et la Bosnie), l’empire ottomans ( partie de la Grèce, Serbie, Roumanie, Bulgarie)
et la Russie (Baltes, Pologne), ce nationalisme est diviseur.
Se succéderont une série de crises :
                 Soudan en 1898 (France >< Angleterre)
                 Guerre des Boers en Afrique du Sud
                 Crise marocaine (Allemagne >< France)
                 Guerre bosniaque
                 Guerre Baltique

3) Quels sont les effets positifs et négatifs de la colonisation sur les
économies des pays colonisés ?
 Les effets de la domination coloniale sur les économies des pays colonisés
- Effets positifs :
 Mutations économiques et sociales :
        o Mise en valeur de ressources naturelles inexploitées
                          Infrastructures ferroviaires, réseaux télégraphiques, travaux
              d’irrigation (surfaces cultivables augmentent en Egypte  Barrage d’Assouan).
        o Nouvelles techniques agricoles augmentent le rendement, espèces cultivables
            manioc en Afrique)
        o Investissements de capitaux
 Progrès en matière de santé et d’hygiène.
        o (L’idée était de favoriser une démographie haute pour maintenir des salaires bas)

- Effets négatif :
   Pillages des ressources des colonies par les métropoles – l’intégration de pays
      colonisés aux circuits d’échange internationaux se fait de manière juste et aboutit à la
      dégradation des termes de l’échange pour les pays colonisés.
                Echanges favorable aux puissances, l’exclusif colonial donne aux métropole :
                l’exclusivité sur la vente et le transport
                Conséquence :
                        - Les colonies s’orientent sur demande des métropoles en fonction des
                besoins.
                        - Cela permet aux européens d’acheter le produit a un prix plus bas que
                        sur le marché (bénéfice)  les colonies sont les victimes car elles ne
                        bénéficient pas des bénéfices éventuels)
   Destruction des structures productives préexistantes.
                                 Destinées à la satisfaction de besoins des populations locales.

    Européens forcent les populations à travailler pour la production de produits primaires
    et l’augmentation de leurs propres industries.
  Prix des matières premières fixés par ententes entre grandes compagnies
         = TRUSTS et CARTELS
        Accentuation de la concentration (pétrole, métal, chimie,…)
        Zones nationales se fixent des marchés protégés.
        Approvisionnement de matières premières :  diminution de coûts de production,
       augmentation compétitive de leur produits, les produits sont vendus + cher que dans
       un système protégé.
        A partir du 19e s: dégradation des échanges.
           Matières 1eres bon marché >< produits manufacturés chers
                Prix les + bas possibles !


4) Quels sont les principaux cycles économiques et leurs caractéristiques ?

L’évolution économique générale est soumise à des alternances de périodes d’expansion et de
dépression. Les économistes distinguent les mouvements à long terme et les fluctuations
(variations de part et d’autre de la moyenne) de courte durée.
Les cycles sont repérés en analysant les évolutions : soit des prix (c’est le plus fiable, car au
19e il y a une exceptionnelle stabilité des prix, pas d’inflation), soit des revenus, soit des
quantités produites.  Les historiens on observé l’existence de différent cycles économiques
à long où à court terme. (Source principale de leur recherche = l’évolution des prix 
FIABLE !)


                              A. Les mouvements a long terme
      TREND (= mouvements séculaire)
            Il existe des phases longues d’expansion et de dépression.
            Tendance générale à la baisse des prix au 19e s. (vers le machinisme)
               Augmentation de l’offre des produits et de la production  R.I.
                Diminution des coûts de productions (pas d’inflation).
   On constate que sur le 19e siècle, il y a un mouvement général des prix à la baisse. C’est
   particulièrement le cas pour les prix industriels, pour les prix agricoles. Les prix de gros
   baissent plus que les prix de détails. Elle s’explique par l’augmentation de la productivité,
   cela coûte moins cher de produire industriellement qu’artisanalement.


      : CYCLES KONDRATIEFF (= mouvements de longues durée)
            Périodes de 50 ans  phase d’expansion (25ans) ; augmentation des prix et
             donc augmentation des bénéfices et des investissements.
                Processus: Phase A: Expansion
Lorsque les prix augmentent, les bénéfices augmentent eux aussi  Les industriels sont alors
plus optimistes  Ils investissent. = Expansion
                                    Phase de récession (25 ans)
                 Processus : Phase B: Récession
Lorsque les prix diminuent, les bénéfices diminuent eux aussi  Les industriels sont alors
moins optimistes  Ils investissent moins ou pas. Il y a des faillites. = Récession
            Retravaillés par des économistes (Schumpeter, USA)
                           5 cycles longs
                             Chaque cycle commence avec une invention majeure ou
                            mineure qui donne son nom à ce cycle)
                             Lié à la technique
Si l'on prend l'évolution de la production, il y a une courbe inverse. (Expansion puis
récession)
     Les différents cycles sont :
               1) Cycle « vapo - textilier » (1790 – 1847) dominé par l’économie anglaise.
               2) Cycle « carbo -ferroviaire » (1848- 1895) dominé par les américains.
               3) Cycle « sidéro – mécanique » (1896 -1939) dominé par les américains.
               4) Cycle « pétro – électrique » (1940 – 1995) dominé par USA/ Europe Oc. /
                   Japon
               5) Cycle « bio–électronique » (concerne info, télécoms, espace) (1995- )
     dominé par USA/ Europe Oc. / Japon/ + nouveaux pays industrialisés

Le mouvement de longue durée : Kondratieff : il couvre une 50aine d’années. Il y a une
phase d’augmentation des prix suivis d’une phase de récession.
Quel est le lien entre l’augmentation des prix et l’expansion ? Quand les prix augmentent les
bénéfices augmentent et on est dans un contexte d’optimisme des industriels qui effectuent de
nouveaux investissements! Quand on est dans un contexte de baisse des prix, il y a moins
d’investissements, augmentation du chômage.
La production augmente aussi bien dans les phases d’expansion que de récession. Les phases
de baisse signifient un recul des profits, des salaires, un tassement des prix mais pas
nécessairement un recul des activités. Comment expliquer cette évolution des prix ? Beaucoup
d’économistes ont mis comme évidence, comme seule explication aux phases d’expansion et
de récession, une explication monétaire.
Expansion : création monétaire
Récession : phase de famine monétaire

                              B. Les cycles courts

Le cycle court : Juglar (7 – 11 ans) Cycle court qui couvre une période de 7 à 11 ans. Un
cycle court comprend quatre phases :
     Une phase d’expansion caractérisée par une augmentation des prix, des profits et des
        salaires et de la production
     Une phase de crise avec un arrêt de l’augmentation des prix et souvent accompagné de
        crack boursier (en général avec la crise boursière il y a arrêt de la croissance)
     Une phase de dépression : diminution des prix, des profits et de la production
     Reprise :
Elle est basée sur l’évolution des prix.
Quand la crise s'inscrit dans une phase de dépression d'un cycle Kondratiev, elle est d’autant
plus importante que dans une phase d'expansion.

Rem: Avant 1914: Prix définis en monnaie stable  La comparaison des prix dans le temps
était possible (pas d'inflation ni de dévaluation monétaire.) Mais cette stabilité monétaire est
rompue avec la première Guerre Mondiale.

Les mouvements cycliques continuent au 20ème siècle.
 GRAPHE RECAPITULATIF (long et court).


       Prix




              1815        1851          1873            1896 1913            Années

       Juglar
       Trend
       Kondratiev




5) Quels sont les cycles Kondratiev des 19e et 20e siècles ? Quelles sont les
principales explications à ces cycles économiques ?

   CYCLES KONDRATIEFF (= mouvements de longues durée)
         Périodes de 50 ans  phase d’expansion (25ans) ; augmentation des prix et
         donc augmentation des bénéfices et des investissements.
                              phase de récession (25 ans)
         Retravaillés par des économistes (Schumpeter, USA)
                      5 cycles longs
                      Chaque cycle commence avec une invention majeure ou
                     mineure qui donne son nom à ce cycle)
                      lié à la technique

   Les différents cycles sont :
             1) Cycle « vapo - textilier » (1790 – 1847) dominé par l’économie anglaise.
             2) Cycle « carbo -ferroviaire » (1848- 1895) dominé par les américains.
             3) Cycle « sidéro – mécanique » (1896 -1939) dominé par les américains.
             4) Cycle « pétro – électrique » (1940 – 1995) dominé par USA/ Europe Oc. /
                 Japon
             5) Cycle « bio–électronique » (concerne info, télécoms, espace) (1995- )
                 dominé par USA/ Europe Oc. / Japon/ + nouveaux pays industrialisés.

Application

1851 – 1873 = tendance au ralentissement de la baisse des prix
Explications :
   1. explication technique : age d’or du chemin de fer permet fonctionnement d’industries
       en amont et en aval.
   2. explications économiques :
            afflux d’or et d’argent et mouvements migratoires
                  1848 : ruée vers l’or en Californie
                  1851 : découverte de mines d’or en Australie
                           production annuelle d’or x 4
                           masse de billets en circulation augmente
                           augmentation des prix
                 Optimisme général dans l’activité économique  cf. expansion financière
(augmentation des prix  augmentation des investissements)
            modernisation juridique (sociétés anonymes)
           S.A. + banques d’Affaire financent l’activité économique
            amélioration des systèmes de crédit
            libération des échanges = stimulant économique

   3. Rôle de l’Etat = stimuler le développement économique industriel

1873 – 1896 : chute des prix agricoles et industriel (peut être comparée à la crise du dernier ¼
du 20e siècle).

Explications :
   1. Epuisement des inventions de 1ere R.I.  mène à la 2ieme R.I. (pétrole, électricité,
       chimie, automobile, aéronautique..) , et puis à la 3ieme R.I. (informatique, biologie,
       écologie,…)
   2. baisse des prix industriels (diminution du profits industriel, diminution du taux de
       croissance)
         Causes : - diminution de la production annuelle d’or
                   - généralisation de l’étalon-or  diminution du stock d’or  baisse des
                     prix.
                   - pays neufs deviennent concurrents

   3. baisse des agricoles : (diminution de la rente foncière, diminution du taux de
       croissance)
          Causes : - modernisation des transports maritimes ( saturation secteur
                      ferroviaire)
                    - mise en culture d’énormes terres (USA, Australie, Inde) 
                      augmentation de la production agricole mondiale
          Conclusion : marchés européens inondés de produits venant des pays neufs.
Effets de la crise :
      augmentation du chômage (parce que faillite)  émigrations vers les pays neufs.
      augmentation réelle des salaires des travailleurs  pouvoirs d’achat des ouvriers
         augmente et ils parviennent enfin à faire vivre une famille.
      diminution de la rente foncière  propriétaires revendent leurs terres aux paysans
         (surtout en France)
      poussée d’impérialisme colonial, financier et commercial.

1896 – 1919 : remontée des prix
Hausse des prix, des bénéfices, des investissements.

Explications :
   1. Hausse de la production annuelle d’or (nouvelles mines en Amérique du N.O. ,
       Afrique du Sud et Australie).
            Augmentation de moyens monétaires disponibles.
            Augmentation des prix
            Augmentation des investissements
   2. Remontée des prix agricoles et baisse du chômage.
       Causes : organisation de syndicats (partis ouvriers sur la scène politique)  + tard, ils
       auront un statut légal  + efficaces
            1ere ébauche d’un système social
            amélioration des conditions de vie
            élargissement du marché à la consommation.
Effets de cette remontée des prix :
      amélioration des conditions de la vie ouvrière :
                            législation sur les contrats de travail et sur les femmes et les
                               enfants
                            logements pour ouvriers
                            assurances retraite / maladie / invalidité
      lutte pour l’augmentation des salaires :
                           entreprises maintiennent des bénéfices grâce à la division du travail
                           déploiement d’un marché intérieur à la consommation  différent
                               d’une menace (comme on l’avait théoriquement prévu)
      accentuation des salaires :
                            au niveau européen : Allemagne a un rôle moteur (processus
                             d’industrialisation efficace < 2ieme R.I., 2ieme puissance
                             industrielle mondiale).  effet positif grâce aux industries des
                             pays limitrophes.
                           Au niveau international : pays neufs (Japon, Russie, Balkans,
                             Amérique du Sud, Europe du Sud)  leur sort économique
                             stimule les pays avancés qui vont les financer. (ex.
                             investissements en Roumanie, construction de chemins de fer au
                             Japon).
      apparition de nouveaux secteurs liés à la 2ieme R.I. : (automobile, chimie, pétrole,
     électricité,…)
                            tableau économique se complexifie
                            aucun pays ne sait tout produire lui-même
   accentue encore l’interdépendance économique !


6) Quels sont les limites politiques de la suprématie européenne ?

Au début du 20ème siècle, l'Europe domine le monde depuis un demi siècle:
    suprématie politique

      suprématie économique
       structure financière, monnaie, production industrielle (43% des produits
    manufacturés)

   suprématie démographique
    travailleurs actifs => secteur secondaire

Mais l'Europe en tant que telle n'existe pas, sauf d'un point de vue culturel, c’est une entité
géographique composée d’Etats plus ou moins rivaux et confrontée au problème des
nationalismes :
Empire Ottoman
Tension dans les Balkans entre la Bulgarie, la Grèce et le Serbie.

Empire Austro Hongrois
Agitation nationaliste dans les différentes parties de l’empire.

Empire Russe
Tension sociale interne, rejet de l’implantation étrangère dans la vie économique.
   Nationalisme des pays baltes, de la Pologne et de la Finlande

Allemagne – France – Grande Bretagne
   Mouvements nationalistes


            Au 19ème siècle, la démocratie est un idéal à atteindre.

3 problèmes majeurs en Europe causes des tensions politiques en Europe :

         1. La réunification de l’Allemagne (1871)

         Crée un déséquilibre sur le continent européen :
                 Problème pour la Grande-Bretagne  depuis le Congrès de Vienne
                    (1815), la G-B voulait maintenir un équilibre entre les puissances
                    européennes pour éviter l’émergence d’un pays qui pourrait lui faire
                    de l’ombre.
         Guillaume II réclame une redistribution des zones coloniales
                 il veut des colonies à la mesure de ses ambitions politiques et
                  économiques.
                 Il crée une flotte (militaire et marchande) puissante  intolérable
                  pour les Anglais.
      2. L’émergence d’un nationalisme chauvin (= dirigé contre l’autre)
 Nationalisme basé sur la haine des autres nations et sur la volonté de les anéantir.
      3. la peur des mouvements sociaux
 Peur vient des classes bourgeoises et des classes politiques de droite.

Conséquences : terrain favorable à l’éclatement de la 1ere G.M.  création d’alliances : -
1882  TRIPLICE (Allemagne, Italie, austro-hongrois)
             - 1907  TRIPLE – ENTENTE (France, Angleterre, Russie)
                  l’Allemagne se sent encerclée et brimé.

								
To top