28�me dimanche ordinaire A

Document Sample
28�me dimanche ordinaire A Powered By Docstoc
					                           7e dimanche de Pâques C
            Jean 17, 20-26 Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée...
                              Que tous soient Un
                                   (16/05/10)

Pour une animation de partage d’évangile :

Si on est marié depuis un moment (ou qu’on héberge des parents âgés, ou qu’on élève seul-e ses
enfants ou qu’on vit en communauté), une 1ère lecture de l’évangile d’aujourd’hui peut nous
sembler un peu étouffante ! On y parle beaucoup d’être un, d’être l’un en l’autre (et vice-versa),
d’être dans une unité parfaite : tout cela manque un peu d’air ! La vie courante nous a appris qu’il
faut parfois se séparer un peu, prendre un peu de distance, s’occuper chacun dans son coin… ne
serait-ce que pour mieux se retrouver après. Alors quoi ? Est-ce que l’évangile serait tellement en
contradiction avec notre quotidien ? Est-ce qu’entre le Père et le Fils cela fonctionnerait juste à
l’opposé d’entre les humains ?
Ou bien est-ce que le texte nous dit autre chose que ce qu’il a l’air de dire au premier abord ?
Pour le découvrir, il faudra explorer le sens des mots, les déballer un à un pour voir ce qu’ils
cachent.

 Avec tous, de 3 à 99 ans, nous pourrions organiser une activité « mots-clés » semblable à
celle proposée la semaine passée (http://www.catho-bruxelles.be/Annee-C.html 6e dim. de
Pâques). Pour quelques mots-clés de l’évangile, des petits jeux ou des épreuves à passer devraient
permettre d’entendre ces mots autrement, de découvrir des sens nouveaux. Si l’animation doit
être courte, on choisira une seule des activités proposées. Voir annexe en fin de document.

  Voir aussi les activités proposées aux 7e dimanche de Pâques A et B (http://www.catho-
bruxelles.be/Annee-A.html ; http://www.catho-bruxelles.be/Annee-B.html). Les évangiles lus
ces dimanches-là sont d’autres extraits de cette grande prière de Jésus qui se termine aujourd’hui.
Après cette prière, Jésus part avec ses disciples vers le jardin où il sera arrêté.


Un geste à faire ?
Pendant tout le temps pascal, nous essaierons de trouver, pour chaque dimanche, un geste simple
à faire qui pourrait être proposé à toute l’assemblée à un moment choisi de la messe.
- Chaque personne de l’assemblée est invitée à penser à un point commun et à une différence
  entre elle et son voisin ou sa voisine (chacun-e est unique, pourtant nous sommes réunis)


Petits jeux : (NB : quand il y a des choses [écrites comme ceci] c’est une remarque, une question
pour les accompagnateurs ou animateurs)

Remarque : il y a pas mal de petits jeux qui jouent sur les mots, sur des mots inventés, sur des
mots qui ont l’air de ne pas avoir de sens… C’est que l’évangile de Jean essaie toujours de nous
amener à comprendre autrement, à aller plus loin que le 1er sens des mots, des événements, à
chercher ce qui se cache derrière, ce qui est autre…, à chercher Dieu ?




                                                 1
1.        Qui suis-je ?
Le Père me donne à Jésus.
Jésus me donne à tous ceux qui écoutent la parole des disciples.

 Qui suis-je ?              (la réponse est dans le texte)



2.        Intention de prière
Écoute bien ce que dit Jésus dans le texte et trouve pour qui il prie :
   □ Je prie pour ceux qui sont là (=les disciples. On le sait en lisant ce qu’il y a avant)
   □ Je prie pour ceux qui accueilleront ma parole.
   □ Je prie pour ceux qui accueilleront la parole des disciples.
   □ Je prie pour le Père.
   □ Je prie pour ceux qui accueilleront la parole des disciples et qui croiront en moi.

Qu’en penses-tu ?

 Si tu te dis : « c’est normal ! », ne va pas plus loin.

 Si tu te dis : « c’est pas juste ! Et tous les autres, ceux qui ne croient pas en Jésus ? », alors voilà une piste
pour continuer à réfléchir.
- Transforme la phrase et remplace le mot « moi » par le mot « Je » ou par les mots « l’homme
  debout ». Qu’en penses-tu ?


3.        Jeu avec les mots1
Quand on entend le mot « connaître », on peut entendre « co-naître », c’est-à-dire « naître avec »
(comme dans co-équipier ).

Lis la dernière phrase de l’évangile d’aujourd’hui en remplaçant « connaître » par « naître avec ».

Qu’est-ce que cela donne ? Qu’en penses-tu ?


4.        Le jour de g… est arrivé ?

Trouve le seul mot de l’évangile d’aujourd’hui où il y a la lettre G.

Puis trouve les 2 phrases où il y a ce mot.
Écoute ces 2 phrases l’une après l’autre. N’y a-t-il pas quelque chose de bizarre ?




1   C’est un jeu, ce n’est pas l’étymologie de connaître.


                                                              2
5.     Mots croisés

1
2

Horizontalement, retrouve ces mots de l’évangile d’aujourd’hui :
1. Le mot qu’on utilise quand on est à plusieurs « Je » ensemble.
2. Le mot qui désigne l’univers ou la terre ou un très grand nombre de gens…

Verticalement, découvre le mot qui dit qu’on n’est pas divisé.

[ nous, monde / un ]


1
2
3
4
5

Horizontalement, trouve ces mots de l’évangile d’aujourd’hui :
1. On peut ... quelqu’un un peu, très bien, pas du tout. Mais jamais tout à fait à fond, car chacun a
un jardin secret.
2. Quand on arrive à faire quelque chose en étant vraiment ensemble, même si on est différent et
que chacun a sa place, alors on est en …
3. Chaque personne en a un pour que les autres puissent l’appeler. Celui de Dieu, c’est Je Suis.
4. Ce qui n’est pas faux, ce qui est bien ajusté.
5. Chaque être humain en a un, même si parfois il ne le connaît pas. Si on a le même qu’un-e
autre, c’est qu’on a un frère ou une sœur.

Verticalement, trouve ce qu’on fait quand on se respecte, qu’on s’accepte l’un l’autre comme on
est, qu’on laisse l’autre libre de grandir, de partir s’il le faut…

[ connaître, unité, nom, juste, père / aimer ]


1
2
3
4
5
6

Horizontalement, trouve ces mots de l’évangile d’aujourd’hui :
1. Ce n’est pas écouter, ni entendre, ni obéir, pourtant on le dit à propos de la parole.
2. Il y a celle des vedettes de cinéma. Dans la Bible, cela veut dire le poids, l’importance, la
présence. On dit que celle de Dieu, c’est l’homme vivant.



                                                   3
3. Cela veut dire qu’on part de chez quelqu’un et qu’on va chez un autre, pour faire ou dire
quelque chose.
4. Dans cet évangile-ci, cela veut dire demander.
5. C’est elle qui fait la différence entre les animaux et les humains.
6. L’endroit qui est tout à fait différent de la terre, tout à fait autre, tout à fait séparé.

Verticalement, trouve le mot qui dit qu’on n’est pas tout à fait sûr, mais qu’on fait confiance,
qu’on se met en route.

[ accueillir, gloire, être envoyé, prier, parole, ciel / croire ]


6.      Foire aux mots
Cherche le plus possible de mots qui commencent par « un » ou par « uni- ». Comme union, uni,
etc.
Combien en as-tu trouvé ?

Regarde ces mots-ci et relie chacun de ces mots avec un des 2 petits dessins qui se trouvent en
dessous. Choisis chaque fois le petit dessin qui est le plus proche de la vraie vie.

                                                                                  Chanter à l’unisson
                L’Union Saint-Gilloise                              (c’est quand toutes les personnes d’une chorale
                (c’est un club de foot)                             chantent la même note)




            S’habiller avec un uniforme                                               L’univers




Quels petits dessins as-tu choisis ? Pourquoi ? Qu’est-ce que ça te donne comme idée à propos de
cette phrase de l’évangile :

                                        « Que leur unité soit parfaite »




                                                                4
7.    Un rébus et sa suite
Trouve le mot caché dans ce rébus :


                                         ...
                                                  Je me
                                                  Tu ...
                                                  Il se


Être … est-ce que c’est faire ceci :




Ou bien est-ce un peu différent ?

À toi de dessiner ce que tu donnerais à chacun pour que ce soit plus ajusté à chacun :




Dans l’évangile d’aujourd’hui, de qui parle-t-on en disant qu’il est ... ?




                                                   5
8.        Être en ???              Credo ??? 2
Mets chaque mot à sa place et retrouve une phrase étrange de l’évangile d’aujourd’hui :

                                    moi en es tu toi. en Père, et moi,

Qu’en penses-tu ?
Tu penses que c’est normal ? Arrête ici.
Tu penses que c’est un peu bizarre ? Continue…

Regarde ces petits dessins et complète en dessous :




Un bonnet en ……               Des œufs en ……                 Une maison en ……           Une cocotte en ……

Le mot « en », dans ces petits dessins, cela veut dire quoi ?

Et si on changeait le sens du mot « en » dans la phrase qui parle de Jésus et du Père ?
Essaie…
Cela donnerait quelque chose comme :
    Père tu es en moi = tu es fabriqué en moi = ?
    Je suis en toi = je suis fabriqué en toi = ?

Que penses-tu de tout ceci ???

Tu trouves que ce n’est pas plus simple ? Tu as raison ! Il te reste toute ta vie pour y penser…

P.S. Te souviens-tu d’une phrase du Credo qui dit quelque chose comme « le Fils et le Père sont
« fabriqués » pareil » ??? Cherche bien……….(on y parle de nature)




2   Voir page d’accueil http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html Credo


                                                         6
9.        Mélangés ou séparés3 ?
Trouve la phrase de l’évangile d’aujourd’hui qui te pourrait te faire penser à ce petit dessin :




Penses-tu que celui qui a fait ce petit dessin a bien lu l’évangile ?

Pour cela, cherche tous les endroits du texte qui disent le contraire de ce dessin, qui disent que le
Père et Jésus ne sont pas mélangés, qu’ils ont chacun une place différente.

Indice si nécessaire  Remets un peu de distance entre ces mots :
                                 lesyeuxlevésaucielilpriait
                                tum’asenvoyé


10.       Avec une image




                                                              4



Quels sont les avantages d’être comme sur ce dessin-ci  ou comme sur ce dessin-là  ?




3
    Voir Séparer/diviser dans la boîte à mots http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.
4   J. VANDENBOSCH et Sabine de COUNE, Prier la Parole Dominicale Année C, Ed. Fidélité


                                                          7
                                                                     5



NB :
Un lien :
http://bib.domuni.org/spip.php?rubrique10&id_article=123


Annexe
Activité « mots-clés »

L’activité proposée est la même que la semaine passée : voir au 6e dimanche de Pâques C
http://www.catho-bruxelles.be/Annee-C.html, page 6 pour le déroulement.
Les mots aimer, la parole, le père, croire, le Nom, le monde, être envoyé peuvent être repris tels quels si
l’activité n’a pas été faite la semaine dernière. Les mots retenus dans l’évangile de cette semaine
sont : la gloire, la fondation, l’unité, je/tu/nous, UN.

Les épreuves



La gloire :

 NB : Voir Gloire dans la boîte à mots http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html . Voir la
note gloire ici : http://atelier-evangile.catho-bruxelles.be/Ateliers/07paq-c.pdf




5   J-F KIEFFER, 1000 images d’Église, Les Presses d’Ile de France


                                                             8
Préparation du matériel : un paquet n°1 emballé avec du papier d’emballage. Sur ce paquet, il est écrit le mot
gloire. Un paquet n°2 qui contient des photos de vedettes, de champions, etc. Un paquet n°3 qui contient des
photos ou des images sur lesquelles on peut voir des hommes debout, des hommes qui essaient de se comporter en
Humains. Par ex :
                                                                                            Bonjour
                                                                                            monsieur.
                                                                                            .




                                                                                                6


                       Je sais les
                       faire !




Le paquet 3 se trouve dans le paquet 2 qui se trouve dans le paquet 1.

L’animateur donne aux participants le paquet où il est écrit « la gloire » et qu’il faut déballer. On
trouve alors le paquet n°2 qui contient les photos de vedettes, de champions sportifs, etc. et le
paquet n°3. Avant de déballer le paquet n°3, on cherche ce que ces photos de vedettes, etc. ont à
voir avec le mot gloire. On déballe ensuite le paquet n°3. On regarde ce qu’il y a sur les images :
qu’est-ce qu’il y a de commun à toutes ces images ? Qu’est-ce que cela a à voir avec le mot gloire ?
Quand les participants ont cherché par eux-même, l’animateur donne une piste en expliquant le
sens du mot gloire en hébreu (voir boîte à mots http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-
enfants,706.html).

 Aller chercher l’enveloppe du signe. Le mot gloire est déjà connu puisque c’est lui qui se
trouvait dans le paquet à déballer. Dans l’enveloppe se trouve la citation de St Irénée.

6   J-F KIEFFER, 1000 images d’Église, Les Presses d’Ile de France, pour tous les dessins au trait.


                                                              9
 Quel rapport entre ce mot, la citation et le signe de la croix ? Est-ce que c’est ce signe-là qu’on
mettrait spontanément avec le mot gloire ? Quel rapport entre la croix et l’homme vivant ? Faut-il
chercher du côté de la résurrection, de la vie plus forte que la mort ? Faut-il chercher du côté de
celui qui pense que la vie des humains a tellement de valeur qu’il va jusqu’au bout de ses choix ?

(Pour une autre activité autour du mot gloire : voir mot masqué dans le 33e dimanche B
http://www.catho-bruxelles.be/Annee-B.html)


Fondation :
 NB : Là où le texte lu à l’église dit « tu m’as aimé avant la création du monde », le texte grec et la plupart
des traductions disent « avant la fondation du monde ». La fondation, c’est le fondement, la base. Qu’on se
souvienne de la maison bâtie sur le roc : c’est pour cela que le signe utilisé est le rocher7.

Préparation du matériel : pelles, pioches et briques ou briques lego.

Si on dispose d’un bout de terrain où on peut creuser sans dommage  utiliser des pelles, des
pioches et quelques briques : avec tout cela, on va faire comme si on commençait à bâtir une
maison. Que doit-on faire8 ? Les participants creusent la terre et posent les quelques briques.
S’il n’est pas possible de creuser le sol, utiliser des briques lego en donnant la consigne :
« Commencez à construire une maison de 10 briques sur 5 ». Arrêter la construction après 2 ou 3
rangées de briques.
On s’arrête et on parle : Est-ce qu’on a fini la maison ? Sait-on comment cela s’appelle ce qu’on a
fait, ce qui est dans le bas de la maison, un peu enterré ? Et ce qu’il y a encore en dessous, c’est
quoi ?

 Aller chercher l’enveloppe du signe et écouter le mot.

 Quel rapport entre le mot et le signe ? Sous les fondations d’une maison, d’habitude, il y a
quoi ? Reconnaît-on ce qui est sur le signe ? C’est un rocher. Qu’est-ce que cela a à voir avec les
fondations d’une maison ? Il est possible que certains se souviennent de l’évangile de la maison
bâtie sur le roc (Matthieu 7, 24 (9e ordinaire A) ou Luc 6, 48). Pour ceux qui voudraient aller plus
loin, on peut raconter le rocher frappé par Moïse au désert (Exode 17, 6) et son rappel dans les
épîtres de Paul : “Je ne veux pas vous le laisser ignorer, frères : nos pères étaient tous sous la nuée,
tous ils passèrent à travers la mer et tous furent baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer. Tous
mangèrent la même nourriture spirituelle, et tous burent le même breuvage spirituel ; car ils buvaient à
un rocher spirituel qui les suivait : ce rocher, c’était le Christ.” (1 Corinthiens 10:1-4 TOB)

 Quand on entendra le texte de l’évangile, ce sera le moment de faire le saut : on avait dit que
les fondations, les bases d’une maison, c’était ce qui était bien solide en dessous. Ici, l’évangile
parle de ce qu’il y a avant la fondation du monde, encore plus en dessous… Et l’évangile nous dit
que c’est… ?




7 Pour une info sur les signes symboliques utilisés, voir à cette rubrique dans la boîte à outils http://www.catho-
bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.
8
  Le mot creuser est important : ne dit-on pas qu’il faut creuser un texte ? Reprendre ce mot s’il est utilisé par les
participants ou l’introduire.


                                                            10
Unité :

 NB : Voir UN dans la boîte à mots http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html. Voir la note
Que tous soient Un dans l’Atelier Evangile http://atelier-evangile.catho-bruxelles.be/Ateliers/07paq-
c.pdf. Voir Orchestre dans la boîte à outils http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.

Préparation du matériel : si on prévoit qu’on aura le temps, agrandir9 et imprimer les alliances imbriquées (ci-
dessous).

On va jouer à l’orchestre.
Tous les participants tapent dans les mains ensemble, pas trop vite, en rythme.
On sépare les participants en 2 groupes A et B : les A gardent le même rythme et les B frappent
dans les mains pendant le silence des A, entre 2 claquements de mains.
Les A « changent d’instrument » et vont claquer la langue entre les claquements de mains des B
Ensuite on peut faire 2 groupes supplémentaires, varier les instruments : par ex. les C tapent du
pied pendant que les A claquent la langue, puis les B tapent des mains et les D font « sss », etc..
Mais on joue toujours ensemble, c’est-à-dire les uns par rapport aux autres : pas tous la même
chose au même moment, mais de façon coordonnée.
Au bout d’un moment, on s’arrête. Qu’est-ce qui était le plus gai, le plus agréable à l’oreille ? Quel
mot pourrait bien correspondre à ce qu’on vient de faire ? Dire tous les mots auxquels on pense
puis…

 Aller chercher l’enveloppe du signe et écouter le mot. Probablement que ce mot n’aura pas été
trouvé. Qu’est-ce qu’il a à voir avec ce qu’on vient de faire ? Est-ce que l’unité, c’était quand tout
le monde faisait la même chose ? Quand on essayait d’être ensemble ? Comparer avec une équipe
de foot…

 Quel rapport entre le mot et le signe ? Que voit-on sur le signe ? Cela fait penser à ? Les jeux
olympiques, des alliances ? Ce sont des alliances. Pour aller plus loin, si on a le temps, on peut
chercher la différence entre les alliances telles qu’elles sont dessinées sur le signe proposé (plus
haut, à côté du mot Unité) et celles qui sont dessinées comme ceci :




Si les groupes A et B avaient été en unité comme avec ces alliances-ci, est-ce qu’ils auraient pu
jouer des rythmes différents ? Est-ce qu’ils auraient pu se séparer pour faire les groupes C et D ?10

 Au moment de la découverte de l’évangile, on peut rappeler l’activité : une unité parfaite
serait-elle celle où tout le monde claque des mains en même temps ?




9 Si nécessaire, voir Traitement de texte dans la boîte à outils http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.
10 Tout cela n’est pas simple : les alliances imbriquées l’une dans l’autre ne sont pas celles d’un mariage indissoluble et
les autres les alliances d’une union qu’on rompt à la légère… Nous qui avons conçu l’activité, nous pensons qu’un
mariage qui dure n’est pas un mariage où les conjoints sont enchaînés l’un à l’autre comme le suggère le dessin des
alliances imbriquées. Mais la discussion est ouverte… Dans le respect des sensibilités et des histoires de chacun. Voir
Séparer/diviser dans la boîte à mots http://www.catho-bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.


                                                            11
Je/tu/nous :

 NB : L’évangile d’aujourd’hui est plein de je/tu/nous/eux. Comme pour insister, à un moment où il est
beaucoup question d’unité, d’être UN, sur le fait que l’unité ne se construit que s’il y a des personnes distinctes, en
relation les unes avec les autres. L’unité ne se fait pas avec des « on ». Le « nous », c’est un ensemble de « je » qui
s’écoutent et se parlent. Sinon, c’est une dictature. Voir aussi Je suis dans la boîte à mots http://www.catho-
bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.

Les participants sont sur 2 rangs, face à face. L’animateur dit une série de verbes : avancer,
reculer, saluer, écouter, tendre la main, rigoler… Chacun le fait en disant « j’avance/ je recule/je
te salue…». On peut finir par « je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le 1er qui rira aura une
tapette» et laisser les participants faire le jeu.

 Aller chercher l’enveloppe du signe et écouter le mot. Avec les plus jeunes, on peut faire
préciser : « je », c’est qui ? etc.

 Quel rapport entre le mot et le signe ? Où écrirait-on « je », « nous » ?




                     11
Être Un

 NB : Voir plus haut : unité

Choisir une ou plusieurs de ces épreuves :
1) Dominos humains : voir Expériences fondatrices dans la boîte à outils http://www.catho-
bruxelles.be/Bible-et-enfants,706.html.

Au bout d’un moment, on arrête et on se pose la question : y a-t-il quelqu’un avec qui on a tout
en commun ? Non. Chacun est unique.

2) Avec des silhouettes.
Préparation du matériel : une silhouette par participant, de quoi écrire, des crayons de couleur pour les plus jeunes.




À l’invitation de l’animateur, chacun écrit à l’intérieur de sa silhouette : son nom, une de ses
qualités, sa couleur préférée, quelque chose qu’il fait très bien, un de ses défauts, quelque chose
qui est facile/difficile pour lui, son plus grand rêve, sa plus grande peur, la couleur de ses yeux, ce
qu’il veut être plus tard, etc. Tout cela ensemble, c’est moi ! Les participants qui ne savent pas


11
     P. ROYER, 1000 images symboliques, Les presses d’Ile de France


                                                          12
écrire se mettent à côté de plus grands qui écrivent pour eux (sauf pour les couleurs : les petits
savent le faire)

Afficher toutes les silhouettes : maintenant qu’on a écrit dedans, sont-elles encore identiques, y en
a-t-il 2 les mêmes ? Et s’il y avait des jumeaux ?
Quel rapport avec le signe ? Pourquoi y a-t-il des pièces de puzzle sur le signe ? Est-ce que je
peux enlever une pièce ? Si on essaie d’enlever ta qualité, est-ce que ce sera encore toi ? ta couleur
des yeux ? un défaut ? une difficulté ? Discussion : enlever, c’est différent de « transformer »,
changer. Quand on grandit, vieilli, mûri… il y a des choses qui changent, se transforment… Ce
n’est pas comme si on enlevait quelque chose. On est entier, avec ses qualités, ses défauts, ses
joies, ses peines.

  Aller chercher l’enveloppe du signe et écouter le mot. Être Un, qu’est-ce que cela pourrait
vouloir dire ?


Le matériel pour faire les signes à mettre dans le chapeau et les enveloppes :


Signe à mettre dans le chapeau Signe à coller sur l’enveloppe        Mot-clé à mettre dans
                                                                     l’enveloppe


                                                                     La gloire

                                                                     La fondation

                                                                     L’unité

                                                                     Je/tu/nous

                                                                     Être Un




                                                 13

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:5
posted:3/8/2012
language:French
pages:13