; ATTKDJ5K
Documents
Resources
Learning Center
Upload
Plans & pricing Sign in
Sign Out
Your Federal Quarterly Tax Payments are due April 15th Get Help Now >>

ATTKDJ5K

VIEWS: 12 PAGES: 88

  • pg 1
									MOROCCO ECONOMIC
COMPETITIVENESS:
ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES
SYSTEMES D’INFORMATION ET DE GESTION DES
RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU BASSIN
HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVA

BASSIN HYDRAULIQUE DE LA MOULOUYA ET D’OUM ER-
RBIA




  MAY 2010                                                                           MEC DOCUMENT 9

  This publication was produced for review by the United States Agency for International
  Development. It was prepared by DAI.
MOROCCO ECONOMIC
COMPETITIVENESS:
ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS
POUR DES SYSTEMES D’INFORMATION ET DE
GESTION DES RESSOURCES EN EAU POUR
L’AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE ET DE
L’ORMVA
BASSIN HYDRAULIQUE DE LA MOULOUYA ET
D’OUM ER-RBIA




Submitted to USAID/Morocco, Economic Growth Office - Assistance Objective 3:
Reduced barriers to trade and investment

By DAI in association with Morocco Trade and Development Services (MTDS) and
Riverside Technologies, Inc.

Contract Number: EEM-I-00-07-00009-00: Task Order Number: EEM-I-07-07-
00009

         The authors’ views expressed in this publication do not necessarily reflect the
         views of the United States Agency for International Development or the
         United States Government.
ii   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Morocco       Economic      Competitiveness
Program
8, rue du Rif
Souissi
10 000 Rabat
Morocco

Tel: (212) 05 37 63 05 59
Fax: (212) 05 37 63 05 61
andrew_watson@dai.com
http://www.mec.ma
                                                                    SOMMAIRE
SOMMAIRE ......................................................................................................................................................... I

LISTE DES TABLEAUX ............................................................................................................................... III

LISTE DES FIGURES ................................................................................................................................... IV

LISTE DES ABREVIATIONS........................................................................................................................V

I            INTRODUCTION GENERALE ....................................................................................................... 1

     I.1                 Contexte de l’étude..................................................................................................... 1
     I.2                 Objectifs de la mission ............................................................................................. 1
II           BASSIN DE L’OUM ER-RBIA ........................................................................................................ 3

     II.1       Situation géographique ........................................................................................... 3
     II.2       Le climat .............................................................................................................................. 4
     II.3       Contexte économique ............................................................................................... 4
     II.4       Les ressources en eau du bassin ..................................................................... 7
         Eaux de surface ................................................................................................................................. 7
         Eaux Souterraines ............................................................................................................................ 7
         II.4.1   Qualité de l’eau ........................................................................................................... 13
FIGURE 4. BILAN DE LA NAPPE DANS LA ZONE D’ACTION DE L’ABHOER 13

             Allocation des ressources ......................................................................................................... 15
             Inondations, sécheresse et érosion ...................................................................................... 23
III          BASSIN HYDRAULIQUE DE LA MOULOUYA..................................................................... 27

     III.1       Situation géographique ........................................................................................ 27
     III.2       Le climat ........................................................................................................................... 27
     III.3       Spécificité du bassin hydraulique de la Moulouya .......................... 29
     III.4       Contexte économique ............................................................................................ 31
     III.5       Equipement hydro - climatique du bassin de la Moulouya ...... 32
     III.6       Les ressources en eaux ........................................................................................ 33
         Eaux de surface .............................................................................................................................. 33
         Eaux Souterraines ......................................................................................................................... 34
         Qualité de l’eau ............................................................................................................................... 35
         Utilisation des ressources en eau .......................................................................................... 36
     III.7       Inondation, sécheresse et érosion dans la Bassin hydraulique
     de la Moulouya .................................................................................................................................... 42
         Inondations....................................................................................................................................... 42
         Sécheresses ..................................................................................................................................... 43
         Erosion et envasement des barrages ................................................................................... 43
IV           PROJETS, PARTENARIAT ET ACTEURS ............................................................................ 44

     IV.1       Les acteurs impliqués ............................................................................................ 44
         A l’échelle Nationale ..................................................................................................................... 44
         Les acteurs locaux impliqués dans la gestion de l’eau agricole .............................. 45
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA    i
     IV.2      Projets en cours ......................................................................................................... 47
         Plan vert ............................................................................................................................................. 47
         Appui au Programme National d’Économie d’Eau d’Irrigation –(PAPNEEI) ........ 49
         Autres projets en cours .............................................................................................................. 50
V            ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS NTICS .................................................. 51

     V.1                  Données et paramètres mesurés .................................................................. 51
     V.2                  Besoins en NTICs / Modélisation et Simulation ............................... 52
     V.3                  Besoins en NTICs / Modélisation et Simulation ............................... 53
     V.4                  Besoins en renforcement des capacités technique et
                          institutionnelle ............................................................................................................ 56
     V.5                  Besoins en formation ............................................................................................. 56
     V.6                  Besoins en Logiciels ................................................................................................ 56
     V.7                  Besoins en matériel informatique................................................................ 59
VI           PROJET SWIM – ACTIVITES TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION, EVALUATION
ET LEÇONS APPRISES ............................................................................................................................. 63

     VI.1                 Projet SIWM ................................................................................................................. 63
     VI.2                 Après SWIM ................................................................................................................... 64
     VI.3                 Outputs globaux de SIWM ................................................................................ 65
     VI.4                 Post SIWM et Leçons apprises ....................................................................... 65
VII          PLAN D'ACTION ............................................................................................................................. 67

  Système d'information ................................................................................................................. 67
  Création de cellules SIG ABH et ORMVA ........................................................................ 68
  Renforcement des capacités techniques ....................................................................... 68
  Assister les ABHs à gérer l’application des redevances sur les
            déversements : application du principe "pollueur-payeur" .... 68
  Assister les ABH à la mise à jour des données relatives aux nappes
            d’eau souterraine en vue de l’élaboration de contrats de
            nappe. ................................................................................................................................. 69
VIII        Conclusion........................................................................................................................ 69
VIX          DOCUMENTS CONSULTES ....................................................................................................... 70




ii                                    MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 Barrages existants ............................................................................ 8
Tableau 2. Bilan (Mm3/an) de la nappe dans la zone d’action de l’ABHOER . 12
Tableau 3. Utilisation de l’eau dans la zone d’action de l’ABHOER (Mm 3) ..... 15
Tableau 4. Besoins en eau potable (Mm3/an) – Zone d’action de l’ABHOER . 21
Tableau 5. Production des centrales hydroélectriques de l'Oum Er Rbia en
2007 (PDAIRE, 2008) ...................................................................................... 22
Tableau 6. Nombre de sites qui présentent un risque d’inondation dans la
zone d’action de l’ABHOER ............................................................................. 23
Tableau 7. Apports intermédiaires du bassin de l'Oum Er Rbia ...................... 25
Tableau 8. Dégradation spécifique –Zone d’action de l’ABHOER (CSE, 1991)
......................................................................................................................... 26
Tableau 9. Risques d'érosion hydrique dans les bassins prioritaires de la zone
d’action de l’ABHOER (MAMVA, 1995) ........................................................... 26
Tableau 10. Envasement des barrages – Bassin d’Oum Er-Rbia ................... 27
Tableau 11. Production brute en MDH, Zone d’action de l’ORMVAM ............ 31
Tableau 12. Apports Moyens (Mm3) Bassin hydraulique de La Moulouya ...... 33
Tableau 13. Barrages existants (Source ABH Moulouya) ............................... 34
Tableau 14. Caractéristiques de certaines nappes dans le bassin de la
Moulouya ......................................................................................................... 35
Tableau 15. Utilisation des eaux dans la zone d’action de l’ABHM ................ 37
Tableau 16. Population de la zone d’action de l’ORMVAM (Recensement de
2004) ................................................................................................................ 37
Tableau 17. Principales applications utilisées (ORMVAM) ............................. 53
Tableau 19. Principales Applications utilisées (ABHOER) .............................. 55
Tableau 20. Principales applications utilisées (ORMVAD) .............................. 55
Tableau 21. Besoins en formation des partenaires ......................................... 57
Tableau 22. Savoir faire / Expertise ABHOR-ORMVAD et ABHM-ORMVAM . 58
Tableau 23. Acquisition des cartes et images satellitaires (ABHOER-ORMVAD
et ABHM-ORMVAM) ........................................................................................ 58
Tableau.24. Besoins en matériel informatique (ABHOER-ORMVAD) ............ 59
Tableau.25. Besoins en matériel informatique ................................................ 60
Tableau 26. Récapitulatif –ABHM/ORMVAM .................................................. 61
Tableau 27. Récapitulatif ABHOER/ORMVAD ................................................ 62
             ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                               BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA                          iii
LISTE DES FIGURES
Figure 1. Localisation et de Zone d’action de L’ABHOER ................................. 6
Figure 2 Nappes de la zone d’action de l’ABHOER .......................................... 9
Figure 3. Réseau de suivi des nappes dans la zone d’action de l’ABHOER .. 11
Figure 4. Bilan de la nappe dans la zone d’action de l’ABHOER .................... 13
Figure 5. Répartition de l’utilisation de l’eau dans la zone d’action de
l’ABHOER ........................................................................................................ 15
Figure 6. Périmètres irriguées en Grande Hydraulique de la zone d’action de
l’ABHOER ........................................................................................................ 16
Figure 7. Evolution des volumes d’eau fournis à l’irrigation à partir des
barrages........................................................................................................... 17
Figure 8. Localisation de la zone d’action de l’ORMVAD ................................ 18
Figure 9. Occupation des sols-Grande Hydraulique (Moyenne 1993-2002) ... 18
Figure 10. Mode d’irrigation ............................................................................. 20
Figure 11. Occupation des sols – Zone irriguée par pompage privé (Moyenne
1993-2002) ...................................................................................................... 20
Figure 12. Occupation des sols – Zone Pluviale (Moyenne 1993-2002) ......... 21
Figure 13. Evolution de la production hydroélectrique dans la zone d’action de
l’ABHOER ........................................................................................................ 23
Figure 14. Evolution de la pluviométrie – Station Béni Mellal ......................... 25
Figure 15. Localisation de la zone d’action de l’ABHM ................................... 28
Figure 16. Principales zones du basin de la Moulouya ................................... 30
Figure 17. Evolution des apports, barrage Mohamed V .................................. 34
Figure 18.Utilisation des Eaux dans la zone d’action de l’AHBM .................... 37
Figure 19. Zone d’action de l’ORMVAM .......................................................... 39
Figure 20. Utilisation des sols dans la zone d’action de l’ORMVAM ............... 40
Figure 21. Occupation des sols dans la PMH –ORMVAM (Moyenne de la
période : 1994/1995-2006/2007) ..................................................................... 40
Figure 22. Occupation des sols dans la GH-ORMVAM (Moyenne de la
période: 1994/1995-2006/2007) ...................................................................... 41
Figure 23. Evolution des fournitures (Irrigation), Barrage Mohamed V ........... 41
Figure 24. Mode d’irrigation, ORMVAM ........................................................... 42
Figure 25. Evolution du volume de la retenue et de l’envasement, Barrage
Mohamed V (Source, ORMVAM) .................................................................... 43
Figure 26. Les institutions impliquées dans le secteur de l’eau au Maroc
(Belghiti, 2008)................................................................................................. 45
Figure 27. SIG ABHOER ................................................................................ 56




iv                         MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
LISTE DES ABREVIATIONS

ABH :      Agence du Bassin Hydraulique
ABHM :     Agence du Bassin Hydraulique de la Moulouya
ABHOER :   Agence du Bassin Hydraulique d’Oum Er-Rbia
AECI       Agence Espagnole de Coopération Internationale
AEP :      Adduction d’Eau Potable
AEPI :     Adduction d’Eau Potable et Industrielle
APNEEI     Appui au Programme National de l’Economie d’Eau d’Irrigation
CSE :      Conseil Supérieur de l’Eau
DAI        Développent Alternative International
DPA :      Direction Provinciale de l’Agriculture
E          Energie Hydro-électrique,
GH :       Grande Hydraulique
GIRE :     Gestion Intégrée des Ressources en Eau
GMAO :     Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur
GWH        Gaga Watt Heure
I:         Irrigation,
KWH :      Kilo Watt Heure
MDHS :     Millions de Dirhams
MEC        Maroc Economiquement Compétitif
Mm3        Millions de mètre cube
MNT :      Modèle Numérique de Terrain
NTIC       Nouvelles Technologie de l’Information et de la Communication
ONE :      Office National de l’Electricité
ONEP :     Office Nation de l’Eau Potable
ORMVA :    Office de Mise en Valeur Agricole
ORMVAD :   Office Régional de Mise en Valeur Agricole de Doukkala
ORMVAH :    Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Haouz
ORMVAM :    Office Régional de Mise en Valeur Agricole de la Moulouya
ORMVAT     Office Régional de Mise en Valeur Agricole de Tadla
PAR :      Plan Agricole Régional
PDAIRE :    Plan D’actualisation des Ressources en Eaux
PDPI       Plan Directeur de Protection contre les Inondations
PMH :      Petite et Moyenne Hydraulique
RADEJ      Régie Autonome d’Eau et d’Electricité d’El Jadida
RADEO :    Régie Autonome d’Eau et d’Electricité d’Oujda
PNEEI      Programme Nation de l’Economie d’Eau d’Irrigation
SGBD :     Système de Gestion des Bases de Données
SI :       Système d’Information
SIBE :     Site d’Intérêt Biologique et Ecologique
SIE        Système d’Information sur l’Eau
SIG :      Système D’Information Géographique
SIWM :     Souss Integrated Watershed Management
USAID :    Agence de Développement Internationale des Etats Unis
UTA :      Unité Territoriale Agricole




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   v
I INTRODUCTION GENERALE

Contexte de l’étude

Le programme «Maroc Economiquement Compétitif» (MEC) est un projet de 4
ans (avec une année supplémentaire optionnelle) financé par l’USAID et mis
en œuvre par «Développent Alternative International (DAI)». C’est un projet
qui répond à l’objectif stratégique de l’USAID Maroc ; à savoir -Réduire les
Barrières à l’Investissement et aux Echanges Commerciaux -.

Le projet a pour objectifs :

    L’appui aux réformes politiques et institutionnelles pour l’amélioration de
     l’Environnement des Affaires au Maroc.
    L’utilisation et la valorisation optimale des ressources en eau pour
     l’augmentation de la productivité, de la compétitivité, de l’emploi et des
     revenus dans le secteur agricole marocain.
    L’appui au développement d’une force de travail en adéquation avec les
     besoins de compétitivité.

L’une des composantes du projet est la Gestion et Valorisation de l’Eau
Agricole dont l’objectif global est la Gestion et la valorisation optimale des
ressources en eau pour l’augmentation de la productivité, de la compétitivité,
de l’emploi et des revenus dans le secteur agricole marocain.

Ce travail s’inscrit dans le cadre des activités du projet suivantes :

      Tache 2.2.3 : Développement d’outils de gestion de l’information pour
       l’ABHOER, l’ORMVAD pour le bassin d'Oum Er-Rbia et l'ABHM et
       l'ORMVAM pour le bassin de la Moulouya.
      Tache 2.2.5 : Amélioration de la gestion des eaux souterraines à
       l’échelle de la région des bassins respectifs

Objectifs de la mission

 Analyse de l’existant et diagnostic par la collecte de données diverses,
  études éventuelles, systèmes et outils d’aide à la décision développés ou
  en cours de développement dans le domaine de l’eau (souterraine et de
  surface) auprès des partenaires à savoir respectivement l’ABHOER,
  l’ORMVAD et d’autres à un degré moindre (RADEJ, ONEP, ONE) pour le
  bassin d'Oum Er-Rbia, et 'ABHM et l'ORMVAM pour le bassin de la
  Moulouya et d’autres à un degré moindre (RADEO, ONEP, ONE).
 Evaluation des outils de gestion intégrée des ressources en eau du bassin
  en comparaison avec ce qui a déjà été fait dans des régions similaires au
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   1
    Maroc, tout en essayant de disséminer et/ou adapter les outils développés
    dans le cadre du projet SIWM/USAID. Ces outils permettraient notamment
    de soutenir la mise en place d’un système d’information sur l’eau à Oum Er-
    Rbia.
     Examen de la nécessité de déployer un contrat nappe.

Compte tenu des nouvelles orientations politiques dues à la Stratégie de l'Eau,
le Plan Maroc Vert, le Plan National de l’Economie de l’Eau d’Irrigation et le
Plan Agricole Régional (PAR), il est impératif de faire adhérer tous les
partenaires et acteurs des bassins d'étude (Oum Er-Rbia et Moulouya) et
d'harmoniser les divers points de vue.

Les objectifs spécifiques sont :

     Evaluer l'expérience, la volonté et les appréhensions des principaux
      organismes intervenant dans le bassin quant à l'échange des données
      relatives à l’eau ;
     Evaluer les besoins en matière de base de données de chaque
      organisme et présenter des options pour l'amélioration de celles qui
      existent et/ou la création de nouvelles bases de données ;
     Identifier les opportunités et les contraintes des organismes pour
      échanger les données et proposer les moyens à mettre en œuvre pour
      faciliter ce processus d'échange ;
     Identifier les mécanismes techniques et de collaboration permettant
      d’atteindre un consensus en matière de développement de base de
      données sur les ressources en eau;
     Contribuer au développement du consensus entre partenaires pour
      assurer le suivi, l'échange et la gestion des bases de données.
     Décliner une liste d’actions concrètes à mettre en place pour améliorer
      l’efficience de la gestion et de l’utilisation de l’eau à Oum Er-Rbia.

Ce rapport est organisé comme suit:

Au premier chapitre, on présente une introduction générale consacrée
essentiellement aux objectifs globaux et spécifiques visés par l'étude ainsi que
le cadre du travail.

Le deuxième chapitre est dédié à la synthèse des caractéristiques générales
du bassin de l’Oum Er-Rbia pour mieux préciser la situation géographique,
quelques aspects liés aux climat, les spécificités du bassin, le contexte
économique ainsi que l'équipement hydro-climatique du bassin, les ressources
en eau de surface et souterraines en termes de quantité et qualité ainsi que
leur utilisation dans la zone d'étude, les aspects liés aux risques tels les
inondations, les sécheresses, l'érosion et l'envasement des barrages.



2                  MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Le chapitre trois est similaire au chapitre 2 en termes de contenu sauf que la
zone d'étude concerne le bassin de la Moulouya.

Dans le quatrième chapitre, on présente les projets notamment les PAR
(Projets Agricoles Régionaux), le partenariat, et les acteurs impliqués.

Au chapitre 5, les éléments pour une gestion intégrée des ressources en eau
d’un bassin hydraulique de manière générale sont mis en exergue. Ensuite, on
fait l’analyse et l'identification des besoins NTICs et modélisation pour les
bassins d’Oum Er-Rbia et Moulouya.

Le chapitre six, rappelle les acquis, les apports globaux, de l'avant SIWM,
l'après SIWM et le post SIWM en mettant l'accent sur les leçons apprises du
succès de ce projet.

Enfin dans le chapitre 7, un plan d’action est proposé.

II BASSIN DE L’OUM ER-RBIA

Situation géographique

La zone d’action de l’ABHOER est limitée au Nord par les Bassins
Hydrauliques de Bouregeg et de Sebou, au Nord Est par le Bassin
Hydraulique de la Moulouya, au Sud Est par les Bassins Sud Atlasiques, au
Sud par le Bassin Hydraulique de Tensift et à l’Ouest par l’Océan Atlantique
(Figure 1).

Elle couvre une superficie totale de (48070 km2) ce qui correspond à 7 % de la
superficie du pays. Elle est constituée par le bassin de l’Oum Er-Rbia (3.5000
km2) et les bassins côtiers atlantiques situés au Sud Ouest du bassin d’Oum
Er-Rbia entre El Jadida et Safi (13.070 km2).

L'Oued Oum Er Rbia, d'une longueur de 550 km, prend son origine au Moyen
Atlas à 1.800 m d'altitude, traverse la chaîne du Moyen Atlas, la plaine du
Tadla et la Meseta côtière et se jette dans l'Océan Atlantique à environ 16 km
de la ville d'El Jadida.

La zone d’action de l’ABHOER englobe 8 provinces. La population totale du
bassin est de 4,96 millions d’habitants dont 61 % sont des ruraux. La densité
de la population est de l’ordre de 100 habitants/Km2. Cette population ce
concentre dans les centres et les zones limitrophes des cours d’eau et des
sources.




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   3
Le climat

Le climat du bassin est de type aride à semi-aride, il se traduit par une
pluviométrie diminuant d’Ouest en Est (350 à 250 mm/an), en altitude elle peut
atteindre 1000 mm (avec neige au dessus de 1500m).

La pluviométrie moyenne sur le bassin de l’Oum Er-Rbia et les bassins côtiers
est de 500 mm/an. Elle varie entre 1100 mm sur le Moyen Atlas et 300 mm
dans la zone aval du fleuve. Elle neige en moyenne 20 jours/an au dessus de
800 m.

La température varie entre 10 et 50°C .Les moyennes des minima et maxima
sont de 3,5°C (janvier) et 38°C (août) respectivement.

L'évaporation peut atteindre 1600 à 1800 mm/an. Elle est 1600 mm par an en
moyenne sur la cote et 2000 mm à l'intérieur du bassin avec un maximum
mensuel de 300 mm en Juillet et Août.

Contexte économique

La zone a une activité économique assez diversifiée incluant l'agriculture
irriguée et non-irriguée, les industries minières, les industries agro-
alimentaires et de nombreuses grandes industries de transformation.

Rien que dans la zone d’action de l’ORMVAD, la production agricole
représente une part importante dans la production nationale. Elle est de 38 %
pour la betterave, 20 % pour le lait commercialisé, 7 % pour les céréales, 20
% pour la vigne, 20 % pour les légumineuses, 8 % pour le maraîchage.

Quant à l’élevage, la zone d’action de l‘ORMVAD compte 200.000 têtes de
Bovins, 90.000 Vaches laitières, 430.000 têtes d’Ovins, 3.000 têtes de
Caprins, 100.000 têtes d’Equidé. En 2003, la production de Lait était de 262
Millions de litres dont 122 sont commercialisés, et celle des viandes rouges et
blanches s’élevait à 15.000 tonnes et 5.000 tonnes respectivement.

La valeur de la production agricole (moyenne sur 5 campagnes) s’élève à
3.850 Millions de dirhams. L’emploi généré par l’agriculture est estimé à 10
Millions de nombre de journée / an.

Toujours dans la zone d’action de l’ORMVAD, on note l’existence
d’importantes unités agro-industrielles qui permettent la valorisation de la
production agricole. Il s’agit de 2 sucreries dont la capacité de traitement es de
17.000 Tonne/an, 2 laiteries (134,4 Millions litres), 7 minoteries, 2 unités
d’aliment de bétail, une cave de production de vin, 22 stations de
conditionnement de la tomate, 3 charcuteries, 1 unité de production de levure
fraîche, 1 fromagerie, et une unité de fabrication des pâtes alimentaires, et un


4                  MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
complexe minier (Jorf-Lasfar) qui représente le premier pole industriel vu ses
installations et ces nombreuses industries de transformation.




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   5
               Figure 1. Localisation et de Zone d’action de L’ABHOER




6   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Les ressources en eau du bassin

          Eaux de surface

Les cours d'eau du bassin sont constitués de l'oued Oum Er-Rbia avec trois
principaux affluents qui sont Oued Tessaout, oued Lakhdar et Oued El Abid.

Les apports moyens annuels du bassin de l'Oum Er-Rbia sont estimés à 3.250
Mm3/an avec un maximum de 8.300 Mm3 et un minimum de 1.300 Mm3.

Pour les bassins côtiers atlantiques d’El Jadida-Safi, les apports d'eau de
surface sont évalués à 50 Mm3/an. Ajouté à cela les apports non utilisés à
l’amont du bassin d’Oum Er-Rbia, récupérés barrage Massira et dont une
grande partie transférée vers les bassins côtiers.

L’infrastructure hydraulique réalisée au niveau de la Zone d’action de l’Agence
compte plusieurs barrages (Tableau 1) avec une capacité totale d’à peu prés
5.300 Mm3 dont presque 70 % (3.550 Mm3) est régularisée. A cela, il faut
ajouter 3 canaux principaux de dérivation de 87 km.

          Eaux Souterraines

Les ressources en en eau souterraine de la zone d’action de l’ABHOER sont
relativement importantes et constituées par plusieurs nappes (Figure 2), dont
les principales sont décrites brièvement ci après :

La nappe du Turonirn de Tadla : Cette aquifère s’étend sur une superficie de
10.000 km2. Elle est constituée par des calcaires et calcaires dolomitiques
karstifiés. L’épaisseur de l’aquifère varie de 20 m au niveau des affleurements
à 80 m au Sud, en bordure du domaine Atlasique.

La nappe de Béni Amir : s’étale sur une superficie de 600 km2 et circule dans
une alternance de marno-calcaires, calcaires lacustres et conglomérats avec
une épaisseur qui varie entre 50 et 100 m. Elle croit d’environs l0 m du Nord
(au Sud d’El-Brouj et Boujaad) à 100 m au Sud et peut atteindre 200 m au
Nord de Dar-Ouled-Zidouh.

La nappe de Béni Moussa : s’étend sur une superficie de 885 km2 et circule
dans des formations essentiellement calcaires et marno-calcaires du
villafranchien et du quaternaire ancien, des limons et marnes et des
séquences quaternaires supérieures avec des poudingues du quaternaire
récent. L’épaisseur de la nappe est de l’ordre de 150 m au niveau de l’Oued
Oum-Er-Rbia, et croit en direction de la chaîne de l’Atlas ou elle peut 300 m
d’épaisseur au Sud de Dar Ould-Zidouh.

.

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   7
                                     Tableau 1 Barrages existants

                                                                                               Volume
                                               Mise en                      Capacité
    Barrage              Cours d’eau                         Utilisation                     régularisé
                                               service                        (Mm3)
                                                                                              (Mm3)/an
                                 Barrage entretenus par l’ABHOER
    My Youssef           Tessaout               1969                I, E         175                230
    Timin’ Outine        Tessaout               1979                    I         5,3   B.Compensation
    Agadir Bouchiba      Tessaout               1960                    I         0,1      Bge de .Prise
    Kasba Tadla          O. Er-Rbia             1929                    I         0,1      Bge de .Prise
    My Hassan            Lakhdar                1986        I, E, AEPI           263                346
    Sidi Driss           Lakhdar                1980        I, E, AEPI            3,7     Compensateur
    Al Massira           O. Er-Rbia             1979        I, E, AEPI         2.760              1.554
                         Canal          de
    Digue de Safi                               1965              AEPI             3
                         Doukkala
    Ahmed El Hansali     O. Er-Rbia             2002        I, E, AEPI          740              473
    Ait Messoud          O. Er-Rbia             2003        I, E, AEPI            13     Compensateur
    Digue Sidi Daoui     O. Er-Rbia             1984              AEPI           5,5     Compensateur
                                   Barrages entretenus par L’ONE
    Bin El Ouidane       Laabid                 1954                I, E       1.300                945
    Ait Oouarda          Laabid                 1954               I, E,            4                C.
    Imfout               O. Er-Rbia             1940        I, E, AEPI          18,2                 C.
    Daourat              O. Er-Rbia             1950           AEP, E             9,5                C.
    Sidi Said Maachou    O. Er-Rbia             1929           AEP, E             1,5                C.




8             MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
            Figure 2 Nappes de la zone d’action de l’ABHOER


ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES D’INFORMATION ET DE GETSION DES
             RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA     9
La nappe du Dir : s’étend sur une superficie de 450 km2 et se trouve dans
des sédiments mio-plio-quaternaires qui très hétérogènes composés
essentiellement d’alternances de calcaires, de marnes et de conglomérats.
L’épaisseur qui varie entre 100 et 200 m.

La nappe de Tessaout aval : s’étend sur une superficie de 500 km2 et circule
essentiellement dans une formation argilo-sableux et conglomératique plio-
quaternaire qui repose sur l’Eocène marneux et transgresse dans les calcaires
Turoniens. Son épaisseur varie souvent entre 10 et 20 m.

La nappe de Bhira : Elle s’étend sur 5000 km2. Les aquifères de cette nappe
sont constitués par des formations secondaires et tertiaires recouvertes par
des dépôts néogènes et quaternaires en plaine. La nappe phréatique circule
dans les dépôts alluvionnaires dans sa partie orientale et dans les limons, les
marnes sableuses et les calcaires gréseux du plio-quaternaire dans sa partie
occidentaleLa nappe du Sahel-Doukkala : La nappe du Sahel s’étend sur
une bande étroite de 3100 km2 le long de l’océan atlantique. Elle circule dans
des formations dunaires du plio-quaternaire et des formations calcaires du
crétacé. Elle est exploitée d’une manière intensive pour le développement des
cultures maraîchères.

Celle de Doukkala, elle s’étend sur 3250 km2 sous la plaine des Doukkala
avec des potentialités limitées. Elle circule dans des formations plio-
quaternaires.

La nappe de Chaouia Côtière : située entre la rive droite de l’Oued Oum Er
Rbia et l’agglomération de Casablanca.

Comme le montre la figure 3, ces nappes font l’objet d’un suivi piézométrique.

Par ailleurs, le nombre de puits dans la zone d’action de l’ABHOER totalise
12.323 dont 85 pour l’AEP, 3938 dans la partie bour, et 8300 dans l’irrigué.

Selon la note de synthèse du PDAIRE, le bilan total des eaux souterraines
dans la zone d’action est déficitaire de 147 Mm3 (Tableau 2, Figure 4). Les
prélèvements par pompage représentent à peu prés 638 Mm3, soit 50 % des
apports que le bilan s apports s’élèvent à 1331 Mm3 et les est actuellement
déficitaire Le tableau 2 montre le de. Les prélèvements par pompage
représentent l’équivalant de 638 Mm3.




10                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
   Figure 3. Réseau de suivi des nappes dans la zone d’action de l’ABHOER




ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES D’INFORMATION ET DE GETSION DES
            RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA     11
                      Tableau 2. Bilan (Mm3/an) de la nappe dans la zone d’action de l’ABHOER


                                                                                                                Chaoui
                                           Béni             Béni        Tadla   Tessaou                Sahel-
Termes du Bilan                                     Dir                                     Bahira                    a
                                           Amir           Moussa   (profonde)      t aval            Doukkala
                                                                                                                côtière
Pluviométrique                             7,0      5,3     10,0        413,5        4,0      45,0      145,0     17,5
Infilt.des oueds                           0,0      5,1      0,0          0,0        1,6       0,0        3,3       0,0
Apports latéraux                          77,5     87,5     87,5        118,0       30,1       7,0       12,5       1,0
Retour des eaux                           48,8     19,9     78,5          0,3       30,3      10,8       63,7       0,6
Total Entrée                             133,3    117,7    176,0        531,8       66,0      62,8      224,4     19,1
Sources captées                            0,0      0,0      0,0          0,0        0,0       0,0        0,0       0,0
Sources non captées & drainage par les
                                          17,9      1,6     11,8        360,3       12,9       2,0        9,8       1,2
oueds
Pompages                                  91,0     71,0    146,1        120,0       26,5      88,0       85,0     10,0
Sortie vers autre nappe                   45,0     60,0     45,0         90,0       32,5       3,0      130,0      5,0
Débordement                                0,0      0,0      0,0          0,0        0,0       0,0        0,0      0,0
Evaporation                                0,0      0,0      0,0          0,0        0,0       9,5        0,0      3,0
Total sortie                             153,8    132,6    202,8        570,3       71,9     102,5      224,8     19,2
Bilan                                    -20,6    -14,8    -26,8        -38,5       -5,9     -39,7       -0,3     -0,1




  12              MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
           II.1.1    Qualité de l’eau

                    Source de pollution




   FIGURE 4. BILAN DE LA NAPPE DANS LA ZONE D’ACTION DE
   L’ABHOER

Les principales sources de pollution observées dans le bassin de l'Oum Er-
Rbia sont dues principalement aux rejets des eaux usées urbains et
industrielles et à l'activité agricole notamment l'utilisation des fertilisants et des
pesticides.

Dans le cas des basins côtiers la pollution est due principalement aux rejets
des eaux usées urbains et industrielles et à l'utilisation des fertilisants et des
pesticides.

L'effet direct ou indirect de ces différentes sources de pollution se traduit par
la dégradation de la qualité des ressources en eau souterraines et
superficielles.


           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   13
La pollution domestique : L’origine de la pollution domestique dans le bassin
est due à la concentration urbanistique dans les villes et centres urbains. On
compte 70 centres dont le volume des rejets est de 40 Mm3/an. Ces centres
rejettent une quantité annuelle de 21.500 tonnes de DBO5 et 42.000 tonnes
de DCO. Les ouvrages d’épuration de l’eau dans la zone d’action de
l’ABHOER sont au nombre de 16.

La pollution industrielle : Les principales sources de pollution industrielle
sont : les sucreries, les conserveries, les huileries et la centrale laitière. Elles
ont un impact surtout sur l’augmentation des taux des nitrates et les matières
organiques.

La quantité annuelle des rejets de ces sources est estimée à peu prés à 16
Mm3. La principale source de pollution organique est l’industrie agro
alimentaires qui génère environ 11.000 tonnes de DBO5 et 21.500 tonnes de
DCO.

La pollution Agricole : L'agriculture contribue également à la pollution des
nappes à cause de l'utilisation parfois abusive et irrationnelle des engrais et
des pesticides.

Au niveau de la zone d’action de l’Agence, la quantité d’azote lessivée vers la
nappe ou ruisselée vers les cours d’eau est d’environ 10%. Dans la nappe de
Tadla, on estimé que la quantité lessivée de nitrates et de pesticides est de
3.500 tonnes et 2,2 tonnes par an respectivement.

                 Qualité de l’eau

La qualité des eaux de surface est généralement bonne en amont du bassin
(amont Khénifra) et se dégrade en aval de tous les rejets que ça soit urbain
ou industriel. Le tronçon le plus pollué, surtout en été, est celui situé entre
l'aval rejet Kasba-Tadla et l'aval rejet Dar Ouled Zidouh sur l'Oued Oum Er-
Rbia.

Le réseau de surveillance de la qualité des eaux de surface comporte
actuellement:

       8 stations primaires localisées en aval des principales sur les
        principaux cours d’eau.
       10 stations secondaires sur les petits cours d’eau et en aval des
        principaux rejets.
       11 stations pour le suivi de la qualité de l’eau des retenues de
        barrage et du Canal de


14                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
La qualité des eaux souterraines se dégrade continuellement, les taux des
nitrates ont atteint des niveaux préoccupant (taux supérieurs à 50 mg/l pour la
majorité des stations échantillonnées). Les taux de salinité sont élevés dans
certaines nappes, notamment les nappes de Béni Amir et Béni Moussa Ouest.

          Allocation des ressources

Le volume d'eau utilisé dans le bassin Oum Er-Rbia s'élève à 4505 Mm3
répartis entre (Tableau 3, Figure 5) :

    4170 Mm3 d'eau de surface utilisée à raison de 90% pour l'irrigation, et 8
     % pour l'AEPI, et 2 % comme débit sanitaire;
    335 Mm3 d’eau souterraine utilisée à raison de 85% pour l'irrigation et
     15% pour l'AEPI.

   Tableau 3. Utilisation de l’eau dans la zone d’action de l’ABHOER (Mm3)

                            Eau de
Utilisation                            Eau souterraine           Total
                           surface
Irrigation                    3781                    285         4066
AEPI                           326                     50          376
Débit sanitaire                 63                                  63
      Total                   4170                    335         4505

  Figure 5. Répartition de l’utilisation de l’eau dans la zone d’action de l’ABHOER




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   15
                 L’irrigation

Dans la zone d’action de l’Agence du Bassin Hydraulique d’Oum Er-Rbia, le
potentiel agricole irrigable est de 450.000 ha. La superficie irriguée en GH est
280.500 ha et 64.400 ha en PMH.

La superficie totale irriguée en grande hydraulique à partir des eaux de l’Oum
Er-Rbia est de 324.700 ha (y compris 31700 ha équipés actuellement dans le
Haouz central), cette superficie est répartie en six grands périmètres (Figure
6):

La petite et moyenne hydraulique dans le bassin hydraulique d’Oum Er-Rbia
et dans le Doukkala zone côtière, concerne plus d’une soixantaine de
périmètre disperse dans ces zones.

 Figure 6. Périmètres irriguées en Grande Hydraulique de la zone d’action de
                                  l’ABHOER

                            Nombre
Office   Périmètres
                              d’ha)
ORMVA    B. Amir             28.200
T        B. Moussa           69.600
         Tessaout aval       44.000
ORMVA
         Tessaout amont      52.500
H
         Haouz central       31.700
ORMVA
         B. et H. Service    98.700
D

Total                       324.700



Les besoins normaux en eau d’irrigation ont passée de 2000 Mm 3 en 1980-81
à plus de 2.500 Mm3 en 2006. L’évolution comparée des volumes d’eau
fournis et des besoins normaux de l’irrigation à partir des barrages de la zone
d’action de l’AGBHOER sur 25 années est illustrée par la figure 7. Cette figure
montre que les besoins en irrigations n’ont jamais été satisfaits depuis l’année
1980-81. Le déficit moyen est de 33 % avec un max de 67 %.

L’un des partenaires les plus importants de l’ABHOER en termes d’utilisation
de l’eau est l’ORMVAD. La zone d’action de l’ORMVAD trouve au nord ouest
du bassin versant de l’Oum Er-Rbia (Figure 8).



16                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
La zone d’action de l’ORMVAD comprend trois zones :

    La zone irriguée par la Grande Hydraulique (GH),
    la zone irriguée par pompage privée, et
    la zone pluviale

La zone irriguée (GH) dans le Doukkala se caractérise essentiellement par
les productions de betterave à sucre, céréales, maraîchage, lait et viandes
rouges. D’autres cultures sont pratiquées comme le tournesol, le soja, le coton
et le tabac (Figure 9). Le taux moyen d’intensification culturale est de 129 %.




    Figure 7. Evolution des volumes d’eau fournis à l’irrigation à partir des
                                  barrages




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   17
             Figure 8. Localisation de la zone d’action de l’ORMVAD


                Superfici
Culture
                   e (ha)
Betterave         18.000
Blés              28.250
Fourrages         15.170
Maraichage
                  11.000
s
Autres              9.400

Total             81.820


     Figure 9. Occupation des sols-Grande Hydraulique (Moyenne 1993-2002)




18                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
    Il se dégage que la céréaliculture une occupe une place importante
     dans l’occupation des sols suivie par les cultures industrielles
     (betterave) et en troisième lieu par les cultures fourragères.

L’aménagement des plaines des Doukkala-Abda a permis d’assurer l’irrigation
de 96.000 Ha répartis entre deux périmètres: le périmètre Bas Service ave
61.000 hectares et le périmètre Haut Service avec 35.000 hectares (1ère &
2ème tranches).

Dans le périmètre Bas Service, l’irrigation est assurée par la mobilisation des
eaux superficielles à partir de l’Oued Oum-Er-Rbia, régularisées par le barrage
Al Massira et dérivées par le barrage d‘Imfout.

L’infrastructure d’irrigation dans le périmètre Bas Service est constituée de la
galerie d’Imfout (16,7 Km), le Canal Principal Bas Service (111 Km), le canal
intermédiaire (24 Km revêtus), les stations de pompage (2 stations de
relevage et une station de mise sous pression) d’une puissance totale de 40
MW, un réseau d’irrigation (2.034 Km), un réseau de piste (3.500 Km), et un
réseau d’assainissement et de drainage (1.800 Km).

Pour le Haut service, cette infrastructure se compose d’une galerie de 13 km,
une station de pompage d’une puissance de 24 MW, un canal principal revêtu,
un réseau d’irrigation (880 Km), un réseau de pistes (1.650 Km), et un réseau
d’assainissement et drainage (1.555 Km).

Comme il a été mentionné avant, la superficie irriguée s’élève à 96.000 ha
dont 62.500 ha irrigués par gravité et le reste, soit 33.500 ha, sont irrigués par
aspersion. Le mode d’irrigation gravitaire occupe 65% alors que l’aspersif
occupe 35% (Figure 10).

L’évolution des dates de mise en eau montre que le mode d’irrigation adopté
au début des aménagements était le gravitaire ; celui-ci a été abandonné par
la suite en faveur de l’aspersif pour les aménagements qui se sont réalisés
entre la période 1970 à la fin des années 80. La raison invoquée pour
l’adoption d’une telle technique était principalement l’économie d’eau.
Cependant, avec la cherté de l’énergie, cette technique d’irrigation par
aspersion fut abandonnée pour ré-adopter la technique d’irrigation de surface
(irrigation gravitaire) même si techniquement elle consomme plus d’eau.




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   19
Type            Superficie
d’irrigation         (Ha)
Gravitaire         62.500
Aspersion          33.500

Total                96.000

                          Figure 10. Mode d’irrigation

La zone irriguée par pompage privé correspond à la zone côtière dont la
superficie est 3.800 Ha. Elle est localisée le long du littoral atlantique sur une
distance de 50 Km au sud d’El Jadida. L’occupation des sols au niveau de
cette zone est dominée par les cultures maraichères (primeurs et de saisons)
(Figure 11). Le nombre de puits est de l’ordre de 850 avec des profondeurs
qui varie entre 8 à 50 mètres et une salinité comprise entre 0.25 et 1.6 g/l.

 Culture        Superficie
                  (ha)
 Tomate S.S            180
 Tomate P.C.           450
 Carotte               880
 P. de terre           680
 Navet                 530
 Courge                450
 &courgette
 Tomate                 130
 Total                3.300


Figure 11. Occupation des sols – Zone irriguée par pompage privé (Moyenne
1993-2002)




20                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
La zone pluviale est dominée par les céréales (Figure 12) qui occupent plus
de   la    moitié    de   la   superficie,   suivis    par    la   jachère.




    Figure 12. Occupation des sols – Zone Pluviale (Moyenne 1993-2002)

             Superficie
Culture
               (ha)
Blés           182.700
Légumineu
                 13.400
ses
Mais             46.300
Vigne             3.600
Jachère          53.000
Fourrages        10.200
Maraichage        7.900
Autres           11.000
Total           328.100

               L’Eau Potable

Selon le PDAIRE, les besoins annuels en eau potable de la zone d’action de
l’ABHOER étaient 216 Mm3 en 2006 (Tableau 4). Ces besoins seraient de 335
Mm3 en l’horizon 2030. Si on ajoute à cela les consommations des villes de
Casablanca, Marrakech, Settat et Berrchid, le besoin totale serait de 505
Mm3/an en 2030.

  Tableau 4. Besoins en eau potable (Mm3/an) – Zone d’action de l’ABHOER

                                      2006    2030
            ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
 D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   21
                 Milieu urbain                   84       109
                 Milieu rural                    34        91
                 Industries isolées              98       117
                 Projets touristiques             0        17
                  Total                         216       335

                L’Energie hydroélectrique

Il existe actuellement 14 centrales hydroélectriques dans la zone d’action de
l’ABHOER (Tableau 5). La production hydroélectrique de ces centrales occupe
une place importante à l’échelle nationale puisqu’elle participe à hauteur de 70
% de la production totale nationale. La figure 13 montre l’évolution de la
production hydroélectrique entre 1980 et 2005. La production moyenne est de
l’ordre de 1.680 Millions de KWH/an. Elle a été de 1887 en 2007 (Tableau 5).

  Tableau 5. Production des centrales hydroélectriques de l'Oum Er Rbia en
                           2007 (PDAIRE, 2008)

                               Date de mise en            Production
        Centrale
                                       service        moyenne (GWH)
        Bin El Ouidane                 1953-54                   265
        Afourer                           1955                   525
        Moulay Youssef                    1974                    60
        Hassan 1er                        1991                   116
        Al Massira                        1980                   330
        Imfout                         1947-49                   150
        Daourat                           1950                    90
        Sidi Saïd Maachou                 1929                    70
        Kasba Zidania                  1935-36                    17
        Ahmed El Hansali                  2003                   230
        Aït Messaoud                      2003                    34
        Total                                                   1887




22                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Figure 13. Evolution de la production hydroélectrique dans la zone d’action de
                                  l’ABHOER

         Inondations, sécheresse et érosion

                Inondations

Selon le Plan Directeur de Protection contre les Inondations (PDPI) et les
commissions provinciales de prévention du risque d’inondation, Il existe 100
points noirs dans 71 centres urbains dans la zone d’action de l’ABHOER
(Tableau 6).

  Tableau 6. Nombre de sites qui présentent un risque d’inondation dans la
                       zone d’action de l’ABHOER

                 Province                 Nombre de sites
                 Béni Mellal                           43
                 Azilal                                25
                 Khénifra                              11
                 Khouribga                              3
                 Safi                                   6
                 Kelâat Sraghna                         5

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   23
                   El Jadida                              6
                   Settat                                 1
                   Total                                100

Dans l’ensemble de ces sites, les problèmes d’inondations sont dus à la
conjugaison de certains ou de tous les facteurs suivants:

      Morphologie du lit de l’oued ou châabat
      Sous dimensionnement de certains ouvrages
      Progression de l’habitat construit dans les zones inondables
      Problème d’assainissement solide (rejet des déchets dans les cours
       d’eau).
      Défaillances et insuffisance du réseau d’assainissement liquide, ce qui
       aggrave les crues.

                  Sécheresses

Durant les trois dernières décennies, les sécheresses sévères en intensité et
en durée ont marqué l'ensemble du Maroc et en particulier le bassin d’Oum
Er-Rbia. Ces sécheresses ont affectées d’une manière grave le secteur
agricole, l’alimentation en eau potable et la production hydroélectrique.’

La figure 14 montre, pour la station de Béni Mellal l’évolution de la
pluviométrie entre 1934-34 et 2002-03. L’examen du graphique montre qu’il
présente une évolution en dents de scie avec des amplitudes qui oscillent
entre 300 et 900 mm pour la période antérieure à l’année 66-67. La méthode
de la moyenne mobile sur 5 ans a été utilisée pour réduire la composante
aléatoire et de dégager les tendances quand elles existent. Cette figure
montre clairement l’existence d’une tendance nette à la baisse, surtout depuis
les années 66-67.




24                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
          Figure 14. Evolution de la pluviométrie – Station Béni Mellal

Selon la note de synthèse du PDAIRE, sur l’ensemble des sous bassin de
l’Oum Er-Rbia, les apports moyens calculés sur les 26 dernières années sont
très inférieurs à ceux de la période 1941-1980 (Tableau 7). En effet, sur
l’ensemble du bassin d’Oum Er-Rbia, les apports moyens annuels sont de
l’ordre de 2314 Mm3 pour la période 1981-2006, alors qu’ils étaient de 3.245
Mm3; soit une diminution moyenne de 40 %.

        Tableau 7. Apports intermédiaires du bassin de l'Oum Er Rbia
                                                                                3
  Bassin/Barrage                                                     Volume (Mm )
                                                                   1941-
                                                                              1981-2006
                                                                    1980
  Barrage Hassan 1er                                                 314            168
  Barrage My Youssef                                                 311            206
  Barrage Bin El Ouidane                                           1.229            632
  Barrage Ahmed El Hansali                                           996            544
  Station Taghzirt                                                    76             52
  Barrage Kasbat Tadla                                               259            205
  Barrage Sidi Driss                                                 138            112
  Bassin entre Kasba Tadla et Mechra Eddahk                          115             62
  Bassin entre Mechra Eddahk et Ouaouirhint (y compris O, Abid)      300            119
  Bassin entre Ouaouirhint et El Massira (y compris O, Tessaout)      51            151
  Bassin aval El Massira                                              62             63
  Total                                                            3.851          2.314

En terme d’eau souterraines, les impacts de la sécheresse se traduisent par
un déstockage de la nappe qui est très accentué dans le cas des nappes
profondes ou le niveau accuse une diminution moyenne 1m/an. A cela il faut

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   25
ajouter l’assèchement des sources comme le cas d’Ain Asserdoun qui a atteint
ces dernières années des niveaux de débit jamais enregistrés depuis l’année
1912.

                 Erosion et envasement des barrages

Le tableau 8 présente le taux de dégradation spécifique (T/km²/an) pour les
principaux bassins versants faisant partie de la zone d’action de l’ABHOER.
Ce tableau montre que la dégradation spécifique moyenne varie entre 315 et
plus de 2.000 T/km2/an, avec ne moyenne de 1.075 T/km2/an.

Tableau 8. Dégradation spécifique –Zone d’action de l’ABHOER (CSE, 1991)

           Bassin   Superficie              Dégradation spécifique
           versant    (Km2)                   moyenne (T/km2/an)
           Laabid      1670                                    675
           Tessaout    1441                                    916
           O. Er -     6400                                    315
           Rbia
           Lakhdar    28500                                     2.395
           Moyenne                                              1.075

Par ailleurs, le Plan d'Aménagement des Bassins Versants (PNABV) a
identifié et a classé, à l’échelle du Maroc, 22 bassins prioritaires à l'amont des
barrages, parmi lesquels se trouvent quatre bassins à l’amont des principaux
barrages de la zone d’action de l’ABHOER (Tableau 9). Ce tableau montre
que plus de 65 % de la superficie de ces bassins est menacé par ‘érosion.

Dans la zone d’action de l’ABHOER, le taux d'envasement annuel de la
tranche morte est de 3.2 Mm3/an pour le barrage de Bine El Ouidane, 1.1
Mm3/an pour celui de Moulay Youssef et 3.3 Mm3/an pour le barrage Hassan I
sur l'oued Lakhdar (Tableau 10). Cet envasement entraîne une diminution des
quantités d'eau disponibles pour l'irrigation, l'approvisionnement en eau
potable et la production d'énergie électrique.




Tableau 9. Risques d'érosion hydrique dans les bassins prioritaires de la zone
                  d’action de l’ABHOER (MAMVA, 1995)


26                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
      Priorité    Bassin                Superficie     Superficie à risque
                  versant/Barrage       du bassin
                                          (Km2)         (%)        (Km2)
          3       Hassan I                   1.670        71           1.186
          4       Moulay Youssef             1.441        75           1.081
          9       B. El Ouidane              6.400        83           5.312
         16       Al Massira                28.500        66          18.810
      Total                                153.485                   112.349

        Tableau 10. Envasement des barrages – Bassin d’Oum Er-Rbia

 Barrage           Superficie     Capacit       Envasement          Superficie à
                                        é           Moyen              risque
                        (Km2)      (Mm )3
                                               (Mm3) Mm3/an         (%)     (Km2)
 B. El Ouidane          6.400       1.500        100      3,2        83     5.312
 My Youssef             1.441         191          22     1,1        75
 Sidi Driss             2.930           7         5,5     1,1               1.081
 El Massira            28.500       2.720          83     7,5        66 18.810
 Total                              4.418        205                       25.203

III BASSIN HYDRAULIQUE DE LA MOULOUYA

Situation géographique

Le bassin versant de la Moulouya s’étend de la zone de partage des eaux du
Ziz et de l’Oum Er-Rbia, jusqu’à la Méditerranée (Figure 15). Il est situé entre
les latitudes 32º 18’ et 35º 8’ Nord et les longitudes 1º 11’ et 5º 37’ Ouest. Il est
limité au Nord Ouest par les bassins Côtiers Méditerranéens, à l’Ouest par le
bassin versant de l’oued Sebou, au Sud Ouest par le bassin versant de l’oued
Oum Er-Rbia, au Sud par le bassin versant de l’oued Ziz, au Sud Est par le
bassin versant de l’oued Guir et à l’Est par le territoire algérien. Le bassin
couvre une superficie de 74.000 km². Le principal affluent de la Moulouya est
oued Za.

Le climat

La grande étendue du bassin de la Moulouya fait que le climat est très variable
d’une zone à une autre. Cependant, on peut distinguer deux zones climatiques
bien distinctes :




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   27
                 Figure 15. Localisation de la zone d’action de l’ABHM




28   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
    Une zone à climat semi aride avec deux saisons : un hiver doux et peu
     pluvieux s’étalant d’octobre à mai et un été chaud et sec correspondant
     à la période juin-septembre. Cette zone est située au nord du bassin le
     long de la frange méditerranéenne.
    Le reste du bassin ou le climat est aride avec des précipitations faibles
     et une période sèche qui dure presque toute l’année. Les hivers sont
     souvent rigoureux, longs et froids, alors que les étés sont très chauds.
     Le climat de cette zone est dicté par la présence des barrières
     montagneuses du moyen Atlas, le Rif et les chaines de Béni Snassen et
     Béni Bouayach qui réduisent l’influence océanique.

La pluviométrie moyenne annuelle peut dépasser 600 mm dans les sommets
mais reste inférieur à 350 mm au niveau des plaines. La moyenne
interannuelle au niveau du bassin Moulouya est d'environ 245 mm, avec un
minimum de 110 mm (moyenne Moulouya, Guercif et Figuig) et un maximum
de 515 mm (chaînes des Béni Snassen, et Haut et Moyen Atlas).
Les températures moyennes mensuelles maximales varient entre 18°C et
29°C. Alors que les températures moyennes mensuelles minimales atteignant
parfois 2°C. Les températures moyennes annuelles varient entre 9,3°C
(Boulmane) et 19 °C (Guercif).

Spécificité du bassin hydraulique de la Moulouya

La diversité morphologique, climatique et socio-économique du bassin
permettent de le décliner en trois zones principales: (Figure 16) :

    Zone 1: côtières méditerranéennes /Rif à hauteur de 4% de surface
    Zone 2: aménagée en grande hydraulique (11%)
    Zone 3: moyenne/haute Moulouya/hauts plateaux à ressource limitée et
     forte aridité (85%)

Par ailleurs, on peut distinguer les systèmes de production suivants:

    Un système intensif moderne correspondant à la Grande Hydraulique,
    Un système intensif traditionnel caractérisé par une faible disponibilité
     en eau localisé essentiellement dans les oasis,
    Un système mixte (bour - irrigué) à production diversifiée,
    Un système de production céréalier en bour, et
    Un système de production à vocation pastorale ou l'élevage intensif ovin
     est prédominant.


           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   29
                 Figure 16. Principales zones du basin de la Moulouya




30   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
    Deux autres spécificités du bassin doivent être signalées : (i) la
     présence d’un Site d’Intérêt Biologique (SIBE) à l’embouchure de la
     Moulouya, et (ii) la proximité transfrontalière avale de l’Algérie en termes
     de ressources en eau.

Contexte économique

Sur le plan administratif, la Moulouya englobe 9 provinces avec une population
estimé à 2,4 millions d'habitants dont la plus grande partie est concentrée au
Nord de la route Taza - Oujda.

Dans la zone d’action de l’ABHM, l'agriculture en irrigué et en bour est
importante surtout dans la partie Nord du bassin, tandis que le pastoralisme
domine dans la partie Sud. Dû aux conditions climatiques surtout, la
sylviculture reste une activité économique plutôt marginale.

Le potentiel agricole est de 148.400 Ha, dont 65.400 Ha en GH et 83.000 ha
en PMH (pérenne et saisonnière) qui est en grande partie localisée grande
partie le long de l'oued Moulouya, de l'oued Za, de l'oued Isly et de l'oued Kert.

La production végétale est diversifiée mais reste dominée par la céréaliculture
au niveau du bassin hydraulique. L’arboriculture fruitière, les cultures
industrielles (plaines du Nord), et les cultures maraîchères occupent des
places très importantes dans l’économie de la région. Rien qu’au niveau de la
zone d’action de l’ORMVAM, la production annuelle brute de la production
végétale (campagne 2004/2005) a été de 2.115 MDH (Tableau 11).

     Tableau 11. Production brute en MDH, Zone d’action de l’ORMVAM

                                                    Production
              Production végétale
                                                       animale
         Arboriculture             924,3 Bovins                      298
         Céréales                  466,2 Ovins et caprins            353
                                                                    124,
         Cultures Maraîchères     407,42 Aviculture
                                                                        6
         Cultures Industrielles     94,1 Apiculture                   7,6
         Fourrages                 205,5
         Divers                     17,6

En ce qui concerne l’élevage, les parcours jouent un rôle important au niveau
de la zone d’action de l’ABHM. En effet, les terrains de parcours sont évalués
à plus de 2,7 Millions d’hectares. A cette superficie il faut ajouter à peu près
2,282 million d’hectares de nappes alfatières et 364.000 ha d’écosystèmes
forestiers et pré-forestiers. Le cheptel dans la zone d’action de l’ABHM compte
84.653 bovins, 2.034.424 ovins, 418.406 caprins et 1.707 dromadaires, soit un
effectif global de 2.537.483 têtes.
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   31
Rien qu’au niveau de la zone d’action de l’ORMVAM (Basse Moulouya), la
production animale est évaluée à 45 Millions de litres de lait, 15.450 tonnes
(poids vif) de viandes rouges dont 4 400 tonnes sont contrôlés et
commercialisés, 90 tonnes de miel, et 6.250 tonnes de viande blanche avec
41 Millions d’œufs. En 2004-2005, la valeur de la production brute cette zone
a été estimée à plus de 78 MDH (Tableau 11).

La pêche artisanale régionale emploie environ 4000 pêcheurs et occupe, de
ce fait, la première position à l’échelle nationale. Elle a connue un essor
important suite à l’augmentation de la production du port de Béni Ansar, à la
modernisation de la flottille, et à la valorisation de la production de poissons
(unité de transformation dans la province de Nador).

Le bassin compte d'importantes activités agro-alimentaires, industrielles et
minières dont une sucrerie, une fonderie, une centrale thermique, un
complexe sidérurgie, une cimenterie…

Enfin, l’activité touristique balnéaire est en pleine expansion. Certains projets
sont déjà lancés à Saidia. La pression accrue du tourisme balnéaire dans la
région pose déjà des contraintes quand à la gestion des ressources en eau
afin de satisfaire la: demande en eau, assainissement et arrosage.

Equipement hydro - climatique du bassin de la Moulouya

L’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya dispose d’un réseau de
mesure et d’évaluation des ressources en eau au niveau du bassin. Ce réseau
est constitué de :

       25 stations hydrologiques,
       29 stations pluviométriques,
       11 stations pluviographiques,
       18 stations climatiques,
       11 stations limnigraphiques,
       22 stations de Jaugeage des crues,
       72 points de jaugeage périodiques avec 1050 jaugeages qui sont
        réalisés annuellement, et
       153 points de suivi piézométrique des nappes

L’agence dispose également d’un réseau d’annonce des crues composé de 2
postes directeurs téléphoniques, un à Oujda et le deuxième à Guercif et de 19
postes primaires dont 8 radiophoniques et téléphoniques et 11 radiophoniques
En termes d’équipement hydro climatiques, l’ORMVAM est doté de deux
stations climatiques complètes type ‘CAMPBELL SCIENTIFIC’: la station
Boughriba à 20km du Berkane et la station de province de Zebra à Zaio. Les
deux stations sont automatiques et dotées de :



32                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
       13 capteurs : température ; humidité relative ; rayonnement net ;
        pluviométrie, vitesse de vent ; direction de vent ; température du sol;
        psychromètre ; et durée d’ensoleillement
       Centrale d’acquisition : « module CR10 X » avec bornier (pile et
        mémoires 62000données), multiplexeur à entées 4 fils (32 entrées),
        coffret câbles,
       Alimentation électrique (et batterie) pour la station de Boughriba et
        énergie solaire pour la station de Zebra
       Logiciel de démarrage sous Windows et logiciel PC 208 version
        Windows
       Transfert de données : Modem de transfert à court distance avec
        protection de surtensions
       Microordinateur en liaison avec la station par câblage électrique à
        300 m de la station pour transfert et stockage des données

Les ressources en eaux

          Eaux de surface

L’oued Moulouya constitue le cours d’eau principal du bassin hydraulique.
D’une longueur de 600 km, il prend naissance au niveau de la chaîne du Haut
et Moyen Atlas et les Hauts Plateaux. Les affluents pérennes majeurs de la
Moulouya sont : Oued Ansegmir, Oued Melloulou, et Oued Za.

Les apports en eau de surface sont limités et irréguliers. A l’instar des
précipitations, les débits des oueds présentent une forte variabilité inter
annuelle ; les apports d’eau de la Moulouya varient dans une proportion de 1 à
7.

L’apport moyen annuel à l’échelle du bassin Hydraulique de la Moulouya est
en baisse depuis les années 70. En effet, Il est de l’ordre de 1.611 Mm 3 pour
la période 1940-2002 et 1.444 Mm3 pour la période 1970-2002 (Tableau 12).

   Tableau 12. Apports Moyens (Mm3) Bassin hydraulique de La Moulouya

                           Superficie        Apports        Apports
        Bassin
                               (Km2)      (1940-2002)    (1970-2002)
        Moulouya              50.574            1.422          1.273
        Kert                   4.387               42             38
        Kiss - Issly           3.617               25             22
        Figuig-
                               16.130             122             111
        Bouarfa
        Total                  74.708           1.611            1444

La figure 17 montre l’évolution des apports moyens annuels au niveau du
barrage Mohamed V pour la période 1994/1996 – 2005/2006. Ces apports
             ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                                BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA    33
varient entre 170 et 1569 Mm3 avec une moyenne de 583 Mm3, comparée à la
moyenne sur 50 ans qui est presque le double (810 Mm3).




             Figure 17. Evolution des apports, barrage Mohamed V

L’infrastructure hydraulique réalisée au niveau de la Zone d’action de l’Agence
compte actuellement 5 barrages (Tableau 13) dont la capacité totale est de
990 Mm3 dont plus de 70 % régularisée et 40 barrages collinaires totalisant
une capacité de stockage de 22 Mm3. A cela, il faut ajouter 2 canaux
principaux de dérivation de 288 km, le canal rive gauche (17 m3/s) et le canal
rive droite (18 m3/s) ainsi que la station de pompage Moulay Ali, mise en
service en 1995, et dimensionnée pour un débit de 3,9 m3/s.

            Tableau 13. Barrages existants (Source ABH Moulouya)

Barrage              Mise en service       Utilisation      Capacité (Mm3)
Mohamed V                   1967                                 331
Mechra - Homadi             1956                                   7
Hassan II                   1999           Irrigation, AEPI   109 à 270
                       après automne
Sidi Said                                  irrigation, AEPI         400
                            2005
Enjil                       1995               irrigation            12
Total                                                               990

            Eaux Souterraines

Selon l’ABHM, le bassin hydraulique de la Moulouya compte une trentaine de
nappes dont l'importance est fonction de la structure géologique et lithologique
et des précipitations. Les caractéristiques de certaines nappes figurent dans le
tableau 14. L’état actuel des connaissances permet d’évaluer le volume global



34                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
de recharge de ces nappes à 635 Mm3 dont seulement 60 % est exploité (380
Mm3).

Depuis la sécheresse des années 80, ces nappes sont de plus en plus
sollicitées les besoins d’irrigation, d’eau potable et industrielle. Par
conséquent, elles accusent une baisse des niveaux plupart des nappes
accusent une baisse annuelle des niveaux d’eau qui atteint 3 m/an dans le cas
de la nappe de Jbel Hamra.

    Tableau 14. Caractéristiques de certaines nappes dans le bassin de la
                                  Moulouya

                                          Superficie    Profondeur   Recharge
 Nappe
                                              km2            m         m3/s
 Jbel Hamra                                    15        50 à 100       9,5
 Angad                                   affleurement     20 à 70       25
 Béni Snassen                                 450           > 40        35
 Triffa                                       550          3 à 70       75
 Bouhouria-Naima                              700        10 à 150       14
 Coulouir Taourirt-Laayoune                   1800       80 à 100        4
 Sous écoulement de l'oued Za                  23            10          5
 Ain Béni Mathar                              6500         >220         40
 Chaine des Horsts                            500         5 à 250       12
 Sillon Itzer-Enjil & Haute Moulouya          3300         > 100        28
 Système multicouche Moy. Moulouya            6500         > 200        70
 Bassin de Guercif                            6200        5 à 150       33
 Gourougou                                    200        10 à 130       3,5
 Tlet Azlaf                                    60            20          1
 Guerouaou                                    275                        1
 Kert                                         250         5 à 60        12
 Gareb-Bouareg                                420           20          54
 Ghis-Nekor *                                 100         2 à 50        17
 Superficielle de Figuig                      300        10 à 50        4,5
 Profonde de Figuig                           500         5 à 50         9
 Chott Tigri Lahouita                         3000        > 120         11

Il est aussi à signaler selon les statistiques fournies par la RADEO qu’il y a
près de 2000 puits villas à la ville d’Oujda dont au moins 270 touchent
directement le collectif avec des hauts risques de contamination hydrique.

          Qualité de l’eau

                 Source de pollution

Le développement des activités urbaines et industrielles, génératrices d'eaux
usées et de déchets solides, ainsi que l'utilisation intensive des engrais et des
produits phytosanitaires en agriculture dans le bassin de Moulouya ont
inévitablement entraîné une dégradation de la qualité des ressources en eau.
             ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
 D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                                 BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA             35
L’inventaire des sources de pollution réalisé par l’ABHM montre que les rejets
domestiques constituent la principale source de pollution des ressources en
eau : 25 Mm3/an pour atteindre 60 Mm3/an en 2020. Dans la majorité des cas
les rejets se font dans le milieu naturel, c.à.d. les oueds (80%), avec un flux
global de pollution véhiculée par les eaux usées domestiques de 1760 tonnes
de DBO5, dont 33% rejetés par la province d’Oujda, 27 % par la province de
Nador et 14 % par la province de Berkane.

A cela, il faut ajouter la pollution engendrée par les huileries traditionnelles de
triturations et les unités de conserve qui sont nombreuses dans la moyenne
Moulouya, surtout à Taourirt et Guercif.

                Qualité de l’eau
La qualité globale des eaux de la Moulouya est généralement bonne, à l’
exception des zones suivantes :

      Oued Isly à cause des rejets urbains de la ville d’Oujda.
      L’aval de la Moulouya avec une légère pollution organique et une
       minéralisation assez forte.
      Oued Cheraâ à l’aval de la ville de Berkane qui a une qualité
       bactériologique et organique est très mauvaise.
      Oued Moulouya à l’aval de Missour à cause des rejets des eaux usées
       de cette la ville.
      Oued Outat à l’aval de la ville de Midelt due aux rejets des eaux usées
       de cette ville.
      Oued Selouane à l’aval du centre de Selouane dont la qualité organique
       est très mauvaise avec une forte minéralisation.

En ce qui concerne les eaux souterraines, la qualité de l’eau présente dans
certaines zones un handicap au développement des ressources en eau à
cause de :

      La forte salinisation : le cas de des nappes du Gareb-Bouareg, Triffa,
       Guercif :
      La forte concentration en nitrates, due à l’utilisation abusive des
       herbicides et des pesticides. C’est le cas de la nappe de Triffa ;
      La forte concentration des nitrates due à l’épandage des eaux usées.
       C’est le cas de la nappe d’Angad au Nord Est d’Oujda.

           Utilisation des ressources en eau

Le volume d'eau utilisé dans le bassin Moulouya s'élève à 886 Mm 3 répartis
entre (Tableau 15, Figure 18) :

      506 Mm3 d'eau de surface utilisée à raison de 86% pour l'irrigation et
       14% pour l'AEPI ;


36                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
    380 Mm3 d’eau souterraine utilisée à raison de 75% pour l'irrigation et
     25% pour l'AEPI.

      Tableau 15. Utilisation des eaux dans la zone d’action de l’ABHM

                             Nappe      Eaux            de      Total
                          Mm3    %      surface
                                           Mm3          %     Mm3     %
       Irrigation         285    75          435        86     720    81
       AEPI               95     25           71        14     166    19
       Total              380    100         506       100     886 100




       Figure 18.Utilisation des Eaux dans la zone d’action de l’AHBM

                    L’irrigation

L’un des partenaires les plus importants de l’Agence en termes d’utilisation de
l’eau est l’ORMVAM. La zone d’action de l’ORMVAM se trouve au nord du
bassin versant de la Moulouya entre la Méditerranée et les hauts plateaux
(Figure 19). Elle couvre 26 communes rurales dont 7 dans la province de
Berkane, 15 dans la province de Nador, et 4 à Taourirt. La population totale de
la zone d’action de l’ORMVAM est de 714.515 habitants dont le rural
représente presque 52 %; le nombre d’agriculteurs est 34.383 (Tableau 16).

 Tableau 16. Population de la zone d’action de l’ORMVAM (Recensement de
                                   2004)

        Province          Urbain     Rural           Total   Agriculteurs
        Berkane          156.145   118 895         275.040        16.400
          Nador          192.079   212.385         404.464        13.200
         Taourirt              -    35.011          35.011          4.783
          Total          348.224   366.291         714.515        34.383

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   37
La superficie totale de la zone d’action de l’ORMVAM est de 572.700 ha
(Figure 20). La GH représente 11%, les parcours 47 %, la PMH 2 %, les forêts
10%, le bour 15 %, et les terres incultes 15 %.




38               MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
                Figure 19. Zone d’action de l’ORMVAM




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   39
Dans la zone d’action de l’ORMVAM, les superficies irriguées totalisent 73874
ha (Figure 21 et 22) dont 58.343 ha en Grande Hydraulique et 15.531 ha en
Petite et Moyenne Hydraulique. A cela, il faut ajouter 66.000 ha irrigués en
PMH, situés dans hors zone d’action de l’Office sous forme de petits
périmètres et qui relèvent des DPA.


Utilisation           ha     %
GH                65.400     11
PMH               10.700      2
Bour              83.900     15
Forêts             57754     10
Parcours         271.318     47
Incultes          83.628     15

Total            572.700    100

        Figure 20. Utilisation des sols dans la zone d’action de l’ORMVAM

L’agriculture irriguée est alimentée principalement par le complexe des 3
barrages : barrage Mohamed V, barrage Mechra Homadi, barrage Hassan II,
pour la basse Moulouya, ainsi que par des sources et des pompages des
nappes d’importance inégale.

Pour les périmètres irrigués en GH, le volume moyen fourni est évalué à 232
Mm3 dont 215 Mm3 à partir du barrage Mohamed V et 16 Mm3 à partir de la
station Moulay Ali. L’évolution des fournitures durant les 12 dernières années
est illustrée par la Figure 23.

    Culture            Ha
Céréales             2665
C. Industriel          79
Fourrages            2243
Arboriculture        4755
C.
Maraichères          1938
Autres culture         31
Total             11711


     Figure 21. Occupation des sols dans la PMH –ORMVAM (Moyenne de la
                         période : 1994/1995-2006/2007)




40                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Culture                ha
Céréales           16.093
C. Industrielles    4.812
Fourrages           4.236
Arboriculture      21.810
C.
                     9.510
Maraîchères
Autres culture         356

Total              56.817


    Figure 22. Occupation des sols dans la GH-ORMVAM (Moyenne de la
                      période: 1994/1995-2006/2007)




     Figure 23. Evolution des fournitures (Irrigation), Barrage Mohamed V

Au niveau de la basse Moulouya, la technique de l'irrigation gravitaire est
utilisée sur 74.5 % de la superficie irriguée (Figure 24). Les autres modes
d’irrigation rencontrés sont l’aspersion, l’irrigation localisée (ou micro irrigation)
qui couvrent respectivement 21,5 %, 6 % et 0,5 % de la superficie irriguée.

Pour l’irrigation gravitaire, l’efficience globale en tête du réseau est estimée à
75 % dans la basse Moulouya et 40 à 50 % dans les Seguia dans les seguias
des petits périmètres de Petite et moyenne hydraulique. L’eau au niveau de
ces seguias n’est pas perdue : elle resurgit en partie au niveau de l’Oued qui
se comporte comme un drain, et alimente donc d’autres irrigations plus en
aval.

Les cultures pratiquées dans le périmètre de la grande hydraulique incluent
les agrumes, les céréales, le maraîchage, les cultures industrielles et les
             ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
 D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                                BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA        41
fourrages avec une dominance de l’arboriculture et les céréales puisqu’ils
représentent plus de 80% de la superficie cultivée (Figure 22).




                    Figure 24. Mode d’irrigation, ORMVAM

                L’Eau Potable
Les zones urbaines telles que Berkane, Zaio, Nador et des centres
avoisinants, Oujda, Taourirt et Laayoune sont alimentées à partir des eaux de
surface. La consommation moyenne en tête des réseaux est de 71 Mm 3.
L'AEPI des autres villes et centres se fait grâce aux eaux souterraines dont les
prélèvements annuels sont évalués à 95 Mm3/an (Voir Tableau 5).

               L’Energie hydroélectrique
La puissance installée est de 29 MW, avec une production moyenne de 50
GWH par an d'énergie hydroélectrique.

Inondation, sécheresse et érosion dans la Bassin hydraulique de la
Moulouya

          Inondations

Dans le bassin de la Moulouya, les épisodes pluvieux sont peu nombreux,
mais parfois les précipitations d'avril-mai et octobre-novembre peuvent être
exceptionnellement fortes et généralisées à l'ensemble du bassin. Dans le cas
de ces épisodes exceptionnels, les précipitations peuvent dépasser 200 mm
en une journée. On peut citer les crues de mai 1963, avril 1975 et novembre
1993, novembre 2003 et Septembre 2006. Ces crues dont le débit peut
dépasser 7000 m3/s provoquent non seulement un changement important de
la morphologie de la basse Moulouya mais aussi des dégâts importants.
L’étude des inondations effectuée à l’échelle nationale a permis d’inventorier
391 sites vulnérables dont 40 dans la zone de l’Agence de la Moulouya.




42                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
L’assise de la ville d’Oujda sur le passage naturel de l’eau augmente
beaucoup les risques d’inondation urbains. Des dispositions sont actuellement
prises par la RADEO en conjonction avec l’ABHM pour détourner les eaux
pluviales via la construction de bassins de rétention et d’une galerie.

          Sécheresses

D'un autre côté, des sécheresses sévères en intensité et en durée ont marqué
l'ensemble du Maroc durant les deux dernières décennies. Dans le bassin de
la Moulouya, les séquences sèches, de 2 à 5 ans en moyenne, ont affecté de
manière grave l'agriculture, l'élevage, l'alimentation en eau potable et la
production hydroélectrique.

          Erosion et envasement des barrages

Les barrages Mechra Homadi et Mohamed V ont été identifiés par le Ministère
des Travaux Publics (1996) comme étant critiques du point de vue du volume
envasé pour le premier et du point de vue duré de vie pour le second.

Le volume du barrage Mechra Homadi est passé de 42 Mm3 initialement à
seulement 7 Mm3. Il a déjà fait l'objet en 1995 d'un projet de dévasement qui
visait à récupérer 3 Mm3 de volume perdu.

L'envasement rapide de la retenue Mohamed V est un autre phénomène
préoccupant car le volume du réservoir qui était de 726 Mm3 à l'origine n'est
plus que de l'ordre de 331 Mm3, soit une perte de près de 46% de la capacité
initiale du barrage (Figure 25). D'après les estimations du Plan National
d'Aménagement des bassins versants (1994), la capacité utile du réservoir
serait réduite à 0 en 2020, et la retenue entièrement comblée en 2030, 64 ans
après sa mise en service.




  Figure 25. Evolution du volume de la retenue et de l’envasement, Barrage
                       Mohamed V (Source, ORMVAM)

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   43
La dégradation spécifique au niveau du bassin est estimée à environ 240
t/km²/an, à partir des apports solides et à 330 t/km²/an à partir de l'envasement
du barrage. L'importance de l'érosion est directement liée à la nature
géologique et à la morphologie des terrains mais aussi à la dégradation rapide
du couvert végétal et notamment le recul des nappes alfatières. Les zones
d'érosion couvrent environ le 1/5 du bassin.

IV PROJETS, PARTENARIAT ET ACTEURS

Les acteurs impliqués

           A l’échelle Nationale

A l’échelle du pays, plusieurs institutions sont impliquées dans le secteur de
l’eau (Figure 26). On distingue :

      Les Instances Consultatives
          o Conseil National de l’Environnement
          o Commissions Provinciales de l’Eau
          o Commission Centrale des Prix
          o Commission Locales de Mise en Valeur
      Les Instances de Coordination
          o Commission Interministérielle de l’Eau
          o Commission Interministérielle du Développement Rural
      Les Instance de Gestion et de Planification Sectoriel
          o Secrétariat d’Etat Chargée de l’Eau et de l’Environnement
          o Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime
          o Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Désertification
          o Département de l’Energie et des Mines
          o Ministère des affaires Economiques et Générales
          o Ministères de l’Economie et des Finances
          o Département de l’Industrie
          o Ministère de l’Intérieur
          o Ministère de la Santé
      Les Opérateurs et Usagers d’Eau
          o Agences des Bassins Hydrauliques
          o ORMVAs
          o Associations des Usagers d’Eau
          o Usagers Privés
          o ONEP
          o Régies de Distribution
          o Gestionnaires Délégués des Communes
          o ONE
          o Industries


44                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
         o OCP



   Figure 26. Les institutions impliquées dans le secteur de l’eau au Maroc
                                 (Belghiti, 2008)




          Les acteurs locaux impliqués dans la gestion de l’eau agricole

Les Agences de Bassin Hydraulique

L’agence du bassin hydraulique constitue l’espace de concertation régionale
où les parties concernées élaborent de façon participative les décisions
relatives à la gestion de l’eau. Ces agences sont instituées par décret
(Décret du 2-96-536 du 20 Novembre 1996 pour l’ABHOER et décret 2-00-475
du 14 Novembre 2000 pour l’ABHM).

L’agence du bassin est un établissement public doté de la personnalité morale
et de l’autonomie financière. Elle est appelée à jouer un rôle fédérateur auprès
de l’ensemble des acteurs locaux dans le secteur de l’eau à l’intérieur de sa
zone d’action.


           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   45
Elle a pour mission principalement d’évaluer, de planifier, de développer et de
gérer les ressources en eau du bassin, de garantir la préservation du domaine
public hydraulique et d’anticiper pour faire face aux situations exceptionnelles
(pénuries d’eau, inondations,..).

Elle est également la charge de la protection des réserves profondes et du
maintien du seuil de sécurité dans les bassins.

Les Offices Régionaux de Mise en Valeur Agricoles

Les systèmes d’irrigation du périmètre irrigué sont gérés par un établissement
public qui est l’Office Régional de Mise en valeur Agricole des Doukkala
(ORMVAD pour Doukkala et ORMVAM pour la Moulouya). L’Office est un
établissement qui représente l’acteur institutionnel responsable de la mise en
œuvre de la politique de l’Etat en matière de développement agricole dans les
périmètres irrigués. Il est chargé de l’aménagement des terres agricoles
(hydro agricoles en irrigué et améliorations foncières en bour), de la gestion
des réseaux d’irrigation et du drainage, et de la mise en valeur agricole. Il est
le délégataire d’une dotation d’eau pour usage agricole à l’intérieur de sa zone
d’action, délimitée par arrêté.

Ces établissement sont crées par décret en 1966, est doté de la personnalité
civile et de l’autonomie financière. Il est administré par un conseil
d’administration et assisté par un comité technique.

Chambre d’Agriculture

Le rôle de la chambre d’agriculture est de représenter les agriculteurs vis à vis
des institutions de développement agricole à l’échelle locale. En plus, elle est
supposée aider le gouvernement à vulgariser les techniques modernes dans
le domaine agricole.

Ces missions de la Chambre prévues par le décret de sa création, sont
importantes. Dans les faits les actions de la chambre sont limitées. Ceci est du
principalement à la faible représentativité des intérêts des différents acteurs
opérants dans le secteur agricole, aux ressources humaines limitées avec un
faible niveau de formation, et aux faibles ressources financières qui sont
constituées par les subventions de l’Etat.

Association des Usagers des Eaux Agricoles (AUEA)
Afin d’impliquer les usagers d’eau pour les responsabiliser en vue de
l’amélioration de l’exploitation et la maintenance des réseaux, l’Etat a
promulgué le 21 décembre 1990 la loi n°02-84 relative aux associations des
usagers des eaux agricoles (AUEA) ainsi que les textes d’application y
afférents. Le nombre d’AUEA est de 101 et 3 Fédérations pour l’ORMVAM.
Dans le cas de l’ORMVAD, le nombre d’AUEA est de 39.


46                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Les agriculteurs
Les agriculteurs, usagers de l’eau d’irrigation, sont également l’un des acteurs
principaux dans le périmètre irrigué. Ils sont les utilisateurs en fin de cycle de
l’eau d’irrigation qui doivent en principe en rationaliser l’utilisation et en
optimiser sa valorisation. Le nombre d’agriculteurs dans la zone d’action de
l’ORMVAD dépasse les 36 000 ; alors que dans le cas de l’ORMVAM leur
nombre est estimé à 34 383.

L’eau leur est distribuée à travers un tour d’eau. La dotation d’eau à l’hectare
qui leur accordée par l’Office répond, en principe, aux besoins des cultures
pratiquées et arrêtées dans le programme cultural au début de la campagne
agricole par le Comité Provincial Agricole.

Autres associations

A ces intervenants, il faut ajoute Les Association des Producteurs Sucrières
dans le cas des deux offices (ORMVAM et ORMVAD) et l’Association des
Producteurs d’Agrumes dans le cas de l’ORMVAM.

Projets en cours

          Plan vert

Dans la cadre de la déclinaison du Plan Vert Maroc, un Plan Agricole Régional
(PAR) a été élaboré par L’ORMVAD et l’ORMVAM en coordination avec les
différentes institutions impliquées (Directions Régionales d’Agricultures).

                 Le PAR Doukkala

Le PAR de Doukkala-Abda subdivise la région en 4 Unités Territoriales
Agricoles (UTA) homogènes, qui sont :

    Le Sahel, s’étendant sur plus de 300 km le long du littoral. Cette zone
     sera destinée au maraîchage, à l’aviculture et à l’apiculture.
    La plaine pour le développement de la céréaliculture, de la production
     de lait, de viande rouge, des légumineuses et du vignoble.
    La grande hydraulique: 96.000 ha pour la betterave à sucre, les
     céréales et les semences, la vigne, le maraîchage, le lait et la viande
     bovine.
    Les plateaux intérieurs pour lesquels des projets de développement de
     la production de viande ovine et caprine, de l’arboriculture,
     essentiellement l’olivier et le câprier, du cumin, de l’aviculture et de
     l’apiculture sont identifiés.

Les objectifs globaux escomptés du PAR Doukkala-Abda portent sur
l’augmentation des niveaux de production des différentes filières,
             ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
 D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                             BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA    47
l’amélioration de la qualité et des conditions de commercialisation de la
production, l’amélioration des niveaux de valorisation de l’eau d’irrigation, la
création de l’emploi et l’amélioration des revenus de la population rurale.

Pour réaliser ces objectifs le PAR a retenu pour ces Unités Territoriales
Agricole 96 projets potentiels dont :

      83 projets d’investissement (Piler I) qui concernent l’intensification de la
       production céréalières, la production de semences sélectionnées, de la
       betterave à sucre, le maraîchage, les raisins de table en irrigué, et
       l’intensification de la production laitière, des viandes rouges bovines,
       des viandes de volaille et le miel pour la production animale. et
      13 à caractère social (agriculture solidaire, Pilier II)) s’attelant à
       l’intensification du vignoble Doukkali, la reconversion d’une superficie de
       120.000 Ha de céréales en arboriculture fruitière notamment l’olivier, le
       câprier, le figuier, le cactus pour la production végétale. Pour la
       production animale, il s’agit essentiellement de l’intensification de la
       production des viandes ovines et caprines, l’apiculture et l’élevage de
       volaille beldi.

Le montant total d’investissement pour ces projets potentiels est estimé à
10.517 MDH durant la période 2009-2020 dont 69% concerne le
développement des systèmes de production végétale et 31% pour le
développement des systèmes de production animale

Pour le montage financier, l’Etat supporterait 43 % des investissements à
travers des incitations dans le cadre du Fond de Développement Agricole
(FDA), les agrégateurs 11%, et les 46 % sera réalisé par les producteurs
(agrégés).

                   Le PAR de l’Oriental

Le PAR de Oriental a subdivisé la région en 5 Unités Territoriales Agricoles
(UTA) homogènes qui sont :

           le périmètre de grande hydraulique,
           les hauts plateaux, les plaines,
           les montagnes et piémonts, et
           les oasis. Agricoles

Les objectifs globaux escomptés du PAR Oriental portent sur l’augmentation
des niveaux de production des différentes filières, l’amélioration de la qualité
et des conditions de commercialisation de la production, l’amélioration des
niveaux de valorisation de l’eau d’irrigation, la création de l’emploi et
l’amélioration des revenus de la population rurale.



48                   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Pour réaliser ces objectifs le PAR a retenu pour ces Unités Territoriales
Agricole 60 projets potentiels dont :

    41 projets d’investissement (Piler I) qui concernent les agrumes, le
     maraîchage, l’olivier, les viandes rouges et le lait, et

    13 à caractère social (agriculture solidaire, Pilier II)) s’attelant sur
     reconversion des céréales en olivier et en amandier, ainsi que la
     valorisation des produits de terroirs notamment, les nèfles de Zegzel,
     les truffes du désert, les caprins de Talsint.

Le montant total d’investissement pour ces projets potentiels est estimé à 9
122 Millions de DH durant la période 2009-2020, dont 58 % concerne le
développement des filières de production végétale, 8 % pour le
développement des filières de production animale et 34 % pour la réalisation
des projets et actions transverses.

Pour le montage financier, l’Etat supporterait 63 % des investissements à
travers des incitations dans le cadre du Fond de Développement Agricole
(FDA) et la réalisation des équipements externes prévu par le PNEEI ; les
agrégateurs et les agriculteurs 37%.

          Appui au Programme National d’Économie d’Eau d’Irrigation –
           (PAPNEEI)

L’APNEEI-1 appuiera la mise en œuvre du Programme National d’Economie
d’Eau d’Irrigation (PNEEI) dont la finalité est de protéger les ressources en
eau contre les impacts des changements climatiques et d’améliorer les
conditions de vie des populations rurales à travers une gestion durable de ces
ressources.

Le PNEEI, ainsi viennent en soutien au Plan Maroc Vert (PMV) qui vise à faire
de l’agriculture un moteur de croissance nationale. Le projet interviendra, entre
autre, dans le BH d’Oum Er-Rbia.

Le projet financera la conversion de réseaux d’irrigation la mise en place
d’infrastructures d’irrigation localisée ainsi que les mesures de valorisation de
l’eau d’irrigation et de renforcement des capacités des acteurs impliqués
(ORMVA, Associations d’Usagers d’Eau Agricole, etc.).

Pour l’ORMVAD, la première tranche, financée par la BIRD, couvrira 5.000
hectares pour un coût de 300 MDHS sur cinq ans (2010-2014). Quand à
l’ORMVAM, la première tranche, financée aussi par la BIRD, couvrira 14.000
ha à l’intérieur du bassin de la Moulouya, dont 5,600 ha dans les secteurs du
Garet et des Triffa

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   49
          Autres projets en cours

                 ORMVAM

Projet de Développement Rural Taourirt-Tafoughalt (PDRTT) : 446,6
Millions de Dh (FIDA, Ministère de l’Agriculture, bénéficiaires et OPEP),

Projet de Réhabilitation de la Petite et Moyenne Hydraulique dans les
Provinces du Nord (KfW) : 194 Millions de DH,

Projet de Développement des Parcours et de l’Elevage dans l’Oriental
(Phase II) : 95,07 Millions de Dh, dont 65,51 millions de Dh financé par le
FIDA,

Projet Semmar : Appui au Programme d’Action National de lutte contre la
Désertification : 13,375 Millions de Dh financé par l’Agence Espagnole de
Coopération Internationale (AECI),

Projet MEDA/DRI-GRN : 58,40 Millions de DH financé par l’Union
Européenne,

Projet de coopération Maroco Espagnole : Usage rational d’eau d’irrigation
dans les périmètres de la basse Moulouya. C’est un projet pilote de
reconversion du mode d’irrigation gravitaire à la parcelle en irrigation goutte à
goutte. C’est un projet sur 99 ha et impliquant 4 AUEA, soit 33 bénéficiaires.
Le cout du projet s’élève à 789.290 Euros dont à peu prés 90 % provient des
fonds de l’Agence Espagnole de Coopération Internationale (AECI), 7 %
apporté par l’ORMVAM, et 3% représente la contribution des agriculteurs.

                 ORMVAD


Projet GCP/MOR/033/SPA : Economie et valorisation de l’eau d’irrigation
dans le périmètre irrigué des Doukkala (FAO ; Espagne ; coût : 10 millions de
DHS)

Projet de partenariat ABHOER-ORMVAD-AUEA : Reconversion collective
d’un secteur irrigué en aspersion en localisé sur 1.100 Ha

Projet Adaptation aux changements climatiques dans le bassin d’Oum
Er-Rbia : Don Japonais, géré par la Banque Mondiale

Projet pilote GCP FAO-Espagne-Maroc : Essais de reconversion collective
en IL et définition de méthodologie de vulgarisation, conseils



50                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Projet BM : Lancement étude sur 57.000 Ha en vue identifier secteurs
favorables à la reconversion sur 20.000 Ha pour lancer 1ére tranche sur 5.000
Ha

Projet Remembrement Zone Bour (Oulad Amrane) : Remembrement en
zone bour à Od Amrane sur 27.000 Ha (coût: 13 MDHS).

Projet Remembrement Labkhati : Remembrement labkhati, Safi (6.000 ha) ;

V ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS NTICS

Données et paramètres mesurés

Les données relatives aux eaux superficielles collectées par les ABH et les
ORMVA peuvent être groupées en deux catégories :

     les données climatologiques : Pluviométrie, Température de l’air,
Humidité, vitesse du vent, Direction du vent, Force du vent, Evaporation,
Température du sol, et
    les données hydrométriques. la cote d’eau au niveau des stations
hydrologiques et le niveau et le volume d’eau dans les barrages.

Les paramètres mesurés de la qualité des eaux de surface consistent en:

      A = PH, Température, Conductivité, O2 dissous, Turbidité.
      B = MES, DBO5, DCO, NH4+, NTK, NO2-, NO3-, PT, PO43
      C = Na+, Cl-, K+, SO42-, Ca2+, Mg2+, HCO3-, CO32
      D = CF, SF, CT
      F = Fer Total, Phénol, HCT.

Pour les barrages :

   E = T°, PH, Conductivité, O2 dissous, MES, SO42-, NO3-, PO43-, PT,
NH4+, Chl, Fer, Mn, D.Secchi.

La fréquence d’échantillonnage est d’une fois par an. Cependant, il faut
signaler qu’en général, la fréquence de prélèvement recommandée à l’échelle
nationale est fixée pour chaque type de station, elle est:

   Mensuelle à trimestrielle pour les stations primaires ;
   Semestrielle pour les stations secondaires et retenues de barrages, une
campagne en saison humide et une autre en saison sèche.

La fréquence de prélèvement est d’une fois par an. La fréquence
recommandée à l’échelle nationale est semestrielle.

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   51
Les paramètres mesurés de la qualité des eaux souterraines consistent en :

    A = PH, Conductivité, T°, Résidus Sec
     
   B = MO, NO2-, NO3-, NH4+, K+, Na+, Ca2+, Mg2+, Cl-, SO42-, CO32-,
HCO3-, Mn2+,Fer Total.
   C = CT, SF, CF


Besoins en NTICs / Modélisation et Simulation

En plus de l’inventaire des ressources en eau, la qualité de l’eau est mesurée
par la DRPE. Les autres informations relatives à la mise en valeur et à
l’utilisation des ressources en eau sont collectées par les partenaires usagers
de la ressource à savoir l’ONEP, les Régies, les concessionnaires de
distribution de l’eau potable et industrielle, les ORMVAs et les autres
Départements de l’Agriculture pour l’eau d’irrigation.

Les différentes informations sont stockées dans le système national de bases
de données Badre21 et publiées dans des bulletins journaliers sur la situation
hydrologique ou dans les bulletins annuels sur l’état de la qualité de l’eau dans
les régions hydrauliques. Une partie de ces informations est disséminée sur
Internet (situation des retenues de barrage et situation hydrologique au niveau
des stations hydrométriques). Un système de collecte des données relatives
aux bilans hydrauliques journaliers des retenues de barrage a été également
déployé au niveau des ABHs par la DRPE.

Le système Badre21 constitue théoriquement le noyau central du système
national d'information sur l'eau. Toutefois, certaines difficultés liées à la
gestion du quotidien et au statut des ABHs, entravent sa bonne mise en
œuvre. Les données ne sont pas régulièrement saisies dans le système.
L'administration et l'utilisation du système BADRE21 nécessite un personnel
qualifié et formé à cet effet. Un redéploiement sur une plateforme
Intranet/Internet pourrait contribuer à simplifier les procédures d'utilisation et
régler ces problèmes.

Le Ministère de l'Agriculture a lancé à la fin de 2006 son projet SIG dédié à
l’irrigation visant l'unification et la standardisation de l’acquisition des données,
l'harmonisation et la segmentation des divers traitements et l’utilisation
judicieuse de l’information élaborée. Malheureusement au niveau des
ORMVAs cette démarche n'a pas encore d'impact concret.

L'usage rationnel et optimum de l'eau en vue de son économie repose sur les
concepts d'efficience dans toute la chaine de l'irrigation à savoir :

    la planification de l’irrigation ;
    le transport de l’eau dans les ouvrages principaux ;
    la distribution ;
    l’utilisation de l’eau à la parcelle ;

52                  MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
 la facturation ;
 l'information et l'incitation à l’usage économe de l’eau;

Ceci ne pourrait se faire sans la définition d’indicateurs pertinents,
quantifiables et mesurables moyennant les informations pouvant être
disponibles au niveau des ORMVAs.

Besoins en NTICs / Modélisation et Simulation

Nous avons dans une première étape, dressé la liste des principales
applications métiers utilisées par l’ORMVM, l’ABHMM (Tableaux 17 et 18),
l’ABHOER, et l’ORMVAD (Tableaux 19 et 20) en identifiant le nom de
l’application, le logiciel moteur sous lequel tourne l’application en question
ainsi que les fonctionnalités principales ainsi que les possibilités de diffusion.

           Tableau 17. Principales applications utilisées (ORMVAM)

Nom           de Fonctionnalités principales            Possibilité           de
l'application                                           diffusion
Partner          Gestion de la maintenance assistée par Non
                 ordinateur (GMAO)
ISAGROUPE        Analyse de données agricoles           Non
Embryons SIG Information agricole                       Non

             Tableau 18. Principales applications utilisées (ABHM)




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   53
54   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
                Tableau 19. Principales Applications utilisées (ABHOER)

Nom        de   Fonctionnalités principales                               Possibilité de
l'application                                                             diffusion
Module     -gérer et exploiter les données sur les prélèvements d’eau           Non
points     effectués pour des besoins d’irrigation, d’AEP, Industrie,
           de
prélèvemen -calculer les volumes et les redevances selon les méthodes
t          énergétiques, Agronomiques et géométriques.
Module     -saisir et matérialiser spatialement les zones
extraction d’extraction des matériaux ;
des        -gérer les zones d’extraction des matériaux afin
matériaux  d’éviter     les     problèmes       éventuels     de               Non
           chevauchement ;
           -élaborer des requêtes sur les données techniques
           des zones d’extraction des matériaux.
Module     gestion et exploitation des données spatiales et descriptives        Non
hydrologie des données hydrologiques afin de répondre aux besoins de
           l’Agence en matière de requêtes spatiales et textuelles,
           d’édition des rapports et d’élaboration des cartes
           thématiques.
Module     gestion et exploitation des données spatiales et descriptives        Non
hydrogéolo des données hydrogéologiques. Il intègre des requêtes
gie        spatiales et textuelles ainsi que l’édition des rapports et
           l’élaboration des cartes thématiques.
Module     gérer et d’exploiter les données spatiales et descriptives des       Non
sources de foyers de pollution et de répondre réponde aux besoins de
pollution  l’Agence en matière de requêtes spatiales et textuelles,
           d’édition des rapports et d’élaboration des cartes
           thématiques.

                Tableau 20. Principales applications utilisées (ORMVAD)

 Nom             de     Fonctionnalités principales                 Possibilité      de
 l'application                                                      diffusion
 Facturation            Facturation comptage (WinDev)               Non
 comptage
 Calcul      réseau     Calcul réseau d'irrigation                  Non
 d'irrigation
 Embryons SIG           Information agricole                        Non

L'ABHOER est relativement plus avancée en termes de systèmes
d’information (figure 27). Elle a élaboré une banque de données Système
d’Information Géographique (SIG) pour maîtriser l’information existante
acquise ou en cours d'acquisition, rationaliser l’archivage et la mise à jour de
l’information, exécuter des analyses spatiales et répondre à des interrogations
nécessaires pour la prise de décision.

Le Système d’Information Géographique mis en place aide à gérer à travers
une solution fédératrice un ensemble de thématiques (gestion des points de
prélèvements, gestion des zones d’extraction des matériaux, hydrologie,
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   55
hydrogéologie, sources de pollution etc.) comme indiqué dans la fenêtre
principale suivante:




                            Figure 27. SIG ABHOER

Besoins en renforcement des capacités technique et institutionnelle

On a réuni ici les besoins en renforcement des capacités et d’intervention
techniques des partenaires en termes de :

      Formation,
      Matériel informatique,
      Logiciels et applications spécifiques,

L’aspect institutionnel est pour le moment laissé de coté.

Besoins en formation

Dans le cadre de l'évolution vers une GIRE exploitant les outils modernes et
d'observation de la terre; les partenaires en jeu ont besoin de formation
permanente notamment dans plusieurs domaines thématiques ainsi que les
outils NTICs regroupés dans le tableau 21 suivant la nature des besoins
(communs, spécifiques à telle ou telle institution).

Besoins en Logiciels

Pour déterminer les manques en compétences dans divers outils, nous avons
dressé les tableaux 22 et 23 qui compilent le Savoir faire / Expertise des
institutions en jeu ABHOER-ORMVAD pour identifier les besoins en outils
d’aide à la décision sous forme de logiciels ou applications métiers tels :



56                  MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
       SGBD comme Oracle
       SIG comme ArcGIS
       SMS pour la modélisation de la propagation des ondes de crue
       GMS pour la modélisation des nappes
       Outil d'analyse des données comme SAS ou SYSTAT

                Tableau 21. Besoins en formation des partenaires

                                Besoins communs
          Systèmes d'informations géographiques et leurs applications
          Systèmes d'informations géographiques et leurs applications
          Utilisation pratique du GPS
          Modélisation, Optimisation et simulation de systèmes
          Planification et gestion intégrée des ressources en eau
          Analyse multicritères
       Partenaire                    Besoins spécifiques
                    Modélisation des nappes (hydrodynamique et qualité)
        ABHM/AB  Modélisation de l’intrusion de l’eau salée
          HOER  Nappes - Pratique de GMS (MODFLOW, …)
                    Inondations -Pratique de SMS
                    Modèles de gestion de barrage
                    Modèles de prévision des apports
                    Modèles d’allocation des ressources en eau et
                      gestion de la pénurie
                    Bassins Versants (WMS)
                    Arc GIS Server Entreprise Edition
                    ArcEngine
                    Arc Hydro
                    Arc PAD (SIG Mobile)
                    ERDAS Imagine (traitement d’images satellitaires)
                    Outils pour l’élaboration des cartes thématiques sur
                      la qualité des eaux de surface par tronçon des oueds
                      du bassin versant

                 Economie et valorisation de l’eau
        ORMVAM/  Modélisation des besoins en eau des cultures
        ORMVAD
                    Modélisation des réseaux d’irrigation

Pour déterminer les manques en compétences dans divers outils, nous avons
dressé les tableaux 10 et 11 qui compilent le Savoir faire / Expertise ABHM-
ORMVAM des institutions en jeu pour identifier les besoins en outils d’aide à la
décision sous forme de logiciels ou applications métiers tels :

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   57
                        Tableau 22. Savoir faire / Expertise ABHOR-ORMVAD et ABHM-ORMVAM

Thématique                      Compétences Existantes                               Compétences Manquantes
Informatique de base            Utilisation: Oui ; Administration: Non
SGBD                            Utilisation: Oui ; Administration: Non               Utilisation ; Administration
SIG                             Utilisation:Oui ;    Hétérogénéité     des    outils,Chef de projet géomatique ; Chargé
                                Administration: Non                                  de formation ; Techniciens
Relevé Cartographique           GPS:         Non ;      Numérisation:      Médiocre ;GPS ; Numérisation
                                Scannérisation: Oui
Traitement d'image              Ortho rectification: Non ; Mosaicage: Non ; MNT:Ortho rectification ; Mosaicage ; MNT;
                                Non ; Traitement de signal: Non                      Traitement de signal
Acquisition des données       deNiveau bas                                           Usage et Pratique du GPS ;
terrain                                                                              Instrumentation
Spécifiques ABHOER
Modélisation / Simulation     deConnaissances éparses                                Approfondir         et       Compléter
systèmes                                                                             connaissances,
Eaux souterraines               Modflow, Groundwater Vista                           Acquisition logiciels ou mise à jour
Eaux de surface                 GMS ; HEC-RAS                                        GMS Pack complet: SMS Pack
                                                                                     complet

Besoins en eau des cultures                                                          Approfondir        et       Compléter
                                                                                     connaissances,

           Tableau 23. Acquisition des cartes et images satellitaires (ABHOER-ORMVAD et ABHM-ORMVAM)

Rubrique Cartes                  Existant                                              Besoin
Données de référence             Droits Libres : acquises de l'administration centrale Cartes de base géo - référencées
                                 Droits Payants: non
Données Produites                Cf applications métier                                Cartes couvrant dans le temps tout
                                                                                       le Bassins



58                   MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Besoins en matériel informatique

L’inventaire du matériel informatique (micro-ordinateurs, périphériques, outils
d’exploitation et développement, GPS) n’a pas été fait dans les détails. De
manière générale, les institutions sont bien équipées. Les besoins identifiés
sont dressés dans les tableaux 24 et 25 respectivement pour l’ABHOER-
ORMVAD et l’ABHM-ORMVAM.

     Tableau.24. Besoins en matériel informatique (ABHOER-ORMVAD)

                   Existant                                  Besoins
                                                Progra          Identifié
                                                 mmé
                                     ABHEOR
Matériel                                                 1 serveur cartographique
Serveurs, Traceur A0, Digitaliseur A0:                   5 PCs
ADSL                                                     1 imprimante laser couleur
                                                         format A3
                                                         10 GPS
                                                         Arc Pad PDA GPS: 2
Système d’exploitation :
Environnement Windows Server
Windows Vista, XP, Windows 2000, Windows
98 sur les postes de travail
Développement :                                          Arc GIS 9.3 et Outils
SGBD Access, Oracle                                      associés
Arc GIS 9.2 et ArcView 3.2: Etude du système
géographique

Les tableaux 26 et 27 récapitulent tous les besoins respectivement pour
l’ABHM-ORMVAM et l’ABHOER-ORMVAD.




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   59
                  Tableau.25. Besoins en matériel informatique

                Existant                               Besoins
                                        Programmé                Identifié
                                      ABHM

                  Matériel                               1 serveur
    Serveur: 2                                           cartographique
    PCs Marque: 11                                      10 PCs
    Pcs Clone: 10                                       12 GPS
    Imprimante laser NB: 16                             1 table à digitaliser
    Imprimante laser couleur: 3                          format A0
    Traceur A0: 2                                       1 table traçante
    Traceur A2: 1                                        format A0
    Scanner A3: 2                                       2 scanners format A3
    Scanner A4: 1                                       4 scanners format A4
    Digitaliseur A1: 1                                  2 imprimantes laser
    Vidéo Projecteur: 2                                  couleur format A4
    Appareil photo numérique: 2                         2 imprimantes jet
    ADSL : 2Mb                                           d'encre format A3
    GPS : 10                                            PDA GPS: 2

        Système d’exploitation :
    Windows 2000 Server et 2003
     server sur les serveurs
    Windows XP, Windows 2000,
     Windows 98 sur les postes de
     travail
    Systèmes de Gestion de Base de
     données relationnels :
    Microsoft Access

       Suite bureautique :
 Microsoft Office 97, 2000 et 2003
 MICROSOFT FRONT PAGE 2000

           Développement :                               Arc Gis et Outils
    ArcView 3.2 : Etude du système                       associés
     géographique
    MapInfo




60                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
                   Tableau 26. Récapitulatif –ABHM/ORMVAM

  Besoins                     ABHM                           ORMVAM
Formation          Système de gestion de bases de données
                   Systèmes d'informations géographiques et leurs
                    applications
                   Utilisation pratique du GPS
                   Modélisation, Optimisation et simulation de systèmes
                                                  des ressources en eau
                    Planification et gestion intégréeEconomie et valorisation
                    Modélisation des nappes
                   Analyse multicritères
                    (hydrodynamique et               de l’eau
                    qualité)                       Modélisation des besoins
                   Modélisation de l’intrusion      en eau des cultures
                    de l’eau salée                 Modélisation des réseaux
                   Nappes - Pratique de             d’irrigation
                    GMS (MODFLOW, …)
                   Inondations -Pratique de
                    SMS
                   Modèles de gestion de
                    barrage
                   Modèles de prévision des
                    apports
                   Modèles d’allocation des
                    ressources en eau et
                    gestion de la pénurie
Logiciels          SGBD comme Oracle              SIG comme Arc GIS
                   SIG comme Arc GIS
                   SMS pour la modélisation
                    de la propagation des
                    ondes de crue
                   GMS pour la modélisation
                    des nappes
                   Outil d'analyse des
                    données comme SAS ou
                    SYSTAT
Cartes             Cartes de base géo –
                    référencées
                   Cartes couvrant tout le
                    Bassin
Matériel           1 serveur cartographique  1 serveur cartographique
informatique       3 PCs                          3 PCs
                   2 PDA GPS                      2 PDA GPS
                   1 table à digitaliser format  1 table à digitaliser format
                    A0                               A0
                   1 table traçante format A0  1 table traçante format A0


           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   61
                                        Tableau 27. Récapitulatif ABHOER/ORMVAD

Besoins        ABHOER                                                          ORMVAD
Formation      o Systèmes d'informations géographiques et leurs applications
               o Utilisation pratique du GPS
               o Modélisation, Optimisation et simulation de systèmes
               o Planification et gestion intégrée des ressources en eau
               o Analyse multicritères

               o   Modélisation des nappes (hydrodynamique et qualité)          o   Economie et valorisation de l’eau
               o   Modélisation de l’intrusion de l’eau salée                   o   Modélisation des besoins en eau
               o   Nappes - Pratique de GMS (MODFLOW, …)                            des cultures
               o   Bassins Versants (WMS)                                       o   Modélisation    des       réseaux
               o   Inondations -Pratique de SMS                                     d’irrigation
               o   Modèles de gestion de barrage
               o   Modèles de prévision des apports
               o   Modèles d’allocation des ressources en eau et gestion de la
                   pénurie
Logiciels      o   Arc GIS 9.3                                                  o   Arc GIS
               o   SMS pour la modélisation de la propagation des ondes de crue
               o   GMS pour la modélisation des nappes
               o   WMS pour la modélisation des bassins versants
               o   Outil d'analyse des données comme SAS ou SYSTAT
Cartes                                                                          o   Cartes     de      base    géo  –
                                                                                    référencées
                                                                               o    Cartes couvrant tout le périmètre
                                                                                    Doukkala
Matériel       o   1 serveur cartographique à 5 clients                        o    1 serveur cartographique à 3
informatique   o   5 PCs                                                            clients
               o   2 PDA GPS                                                   o    3 PCs
               o   1 imprimante Laser A3                                       o    2 PDA GPS
                                                                               o    1 table à digitaliser format A0
                                                                               o    1 table traçante format A0
                                                                               o    3 scanners A3


62                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
VI PROJET SWIM – ACTIVITES TECHNOLOGIE DE L’INFORMATION,
   EVALUATION ET LEÇONS APPRISES

Projet SIWM – Accent sur les activités liées à l'harmonisation et/ via les
technologies de l'information

Dans le cadre de l’introduction des outils d’aide à la décision, l’équipe SIWM et
ses experts ont installé des stations SIG auprès des principaux partenaires.
Des sessions de formation ont été organisées et les logiciels acquis, installés
et maîtrisés. Des missions spécifiques ont été organisées pour l’assistance
directe de chaque partenaire pour le développement d’applications spécifiques
et de plateformes à données partagées.

On résume brièvement l'avant SIWM, les réalisations, l'après SIWM, les
conclusions et leçons tirées, la pérennité, les outputs globaux de SIWM, ainsi
que le post SIWM.

          Avant SIWM

    Les acteurs du bassin suivaient séparément les paramètres de quantité
     et de qualité de l'eau qui les concernent.
    L'information existante est éparse, et reste dans l’ensemble non
     contrôlée
    Peu ou presque pas de contrôle de la pertinence de l’information, du
     recouvrement spatial des données, de la fiabilité de l’information
    Hétérogénéité dans les supports de l’information (papier, calque, cartes,
     fichiers Excel/Lotus, fichiers Base, Access, Oracle, Word, autres
     formats),
    Pas de protocole où d’accord d’échange de l’information entre les
     acteurs,
    Il n'existe pas de bases de données unifiées et pas de mécanismes
     pour échanger l'information parmi les usagers.
    Réalisations dans le cadre de SIWM
    Inventaire interactif intégré (I3)
    Elaboration d'un outil pour l'évaluation et le suivi de la qualité (OiQ)
    Elaboration d'un outil de gestion des allocations de l'eau
    Elaboration d'une base de données géographiques Eau et
     Environnement au Souss-Massa
    Modèle de gestion de la nappe
    Réseau de télémétrie ABH
    Réseau de télémétrie ONEP
    Réseau de télémétrie ORMVA
    Système d’information agricole
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   63
      Economies de l’eau Tahouzint
      Gestion de l’environnement et de la qualité de l’eau
      Harmonisation des outils et des méthodes
      Elaboration de cartes thématiques SIG climatiques CD ROM.
      Diverses formations liées à la Pratique des SIG, GPS et Télédétection
       ainsi que leurs applications ont été offertes.
      Les partenaires ont développé eux-mêmes quelques applications sous
       la supervision de l’équipe SIWM.
      Ces formations ont été clôturées par un séminaire animé par les
       partenaires

Après SWIM

Acquis:

      Fédération des administrations (devenues partenaires) autour de la
       problématique de l’eau de manière participative
      Structure d’échange de l’information via le site WEB www.souss-
       eau.com et les divers outils d’aide à la prise de décision
      La plateforme SIWM ou prototype intégré partiellement peut servir
       comme modèle pour d’autres Agences de Bassins dans le Royaume ou
       d’autres institutions traitant les problèmes de l’eau.

Il a été vivement conseillé de créer un consortium SIG Souss Massa qui
prendrait le relais de SIWM dans la région dans les objectifs seraient :

      L’unification des méthodes de travail (acquisition des données,
       traitement des données, outils logiciels),
      L’exploitation des mêmes supports cartographiques et des acquis via le
       projet SIWM,
      La continuité du développement des cellules SIG respectives à chaque
       partenaire, le partage d’informations, de données et éventuellement
       d’équipements.

Pérennité

      Structure d’échange de l’information et exploitation commune via le site
       WEB www.souss-eau.com de certains outils d’aide à la prise de
       décision
      Convention cadre inter – partenaires assurant la continuité des acquis
       de SIWM
      Volonté des partenaires à mener à bon port la politique de la gestion
       intégrée des ressources en eau conçue avec l’aide de SIWM.




64                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Conclusions et leçons tirées

    La Gestion intégrée est une tache pluridisciplinaire forte complexe
     nécessitant des processus itératifs, la concertation, le terrain et la
     validation expérimentale,
    Le processus d‘intégration implique plusieurs partenaires et acteurs, de
     la compréhension, de la patience et beaucoup de courage.

Outputs globaux de SIWM

    La plateforme SIWM ou prototype intégré partiellement peut servir
     comme plateforme pour d’autres Agences de Bassins dans le Royaume
     ou d’autres institutions traitant les problèmes de l’eau.
    Un site WEB a été développé et peut être navigué à l’adresse:
     www.souss-eau.com
    Le transfert de technologie a été atteint via des séminaires / workshops/
     tutoriels/ terrain à Agadir et des visites aux USA.
    Les outils logiciels développés sont nombreux et utiles et permettront la
     saisie continue des informations et les simulations
    Les acquis en matériel informatique, technique et scientifique,
     permettront une continuité du travail
    La concertation sur la continuité possible du projet SIWM en termes de
     projets intégrés est devenue possible.
    L’adoption de règles de bonne pratique a démontré ses retombées. Des
     documents guides ont été produits.

Post SIWM et Leçons apprises

Dans l’ensemble, les partenaires ont tous été motivés et vivement intéressés
par le projet SIWM. Les discussions ont amené les partenaires à converger à
l’unanimité sur les recommandations suivantes compte tenu du travail sur le
même terrain:

    La nécessité d’unifier les supports cartographiques de travail par
     l’élaboration d’un fonds numérique unique (cartes de bases, dernier
     découpage administratif),
    L’intérêt de dresser par partenaire la liste des données disponibles
     (cartographiques et alphanumériques),
    La nécessité de choix de la plus grande échelle pour la génération des
     cartes de bases,
    La maîtrise de l’outil de base à savoir le SIG par la programmation de
     formation complémentaire/supplémentaire de base et avancée incluant
     les aspects digitalisation de carte, d’analyse spatiale et de requêtes,
    La formation sur des outils statistiques et de recherche multicritères,
           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   65
      Le décloisonnement et l’isolement des partenaires par la formation
       collective en dehors des sites de travail évitant les formations
       individuelles,
      L’acquisition de GPS supplémentaires pour certains partenaires,
      L’acquisition de quelques équipements informatiques supplémentaires,
      La continuité de l’assistance technique pour le l’encadrement, le suivi
       des partenaires dans la réalisation de leurs objectifs vers le
       développement de leurs cellules SIG respectives.

     Il est aussi à constater que les partenaires principaux à savoir l'ABH et
     l'ORMVA du Souss Massa ont su tirer parti des outputs SIWM, de l'intérêt
     des activités réalisées, des projets pilotes de démonstration (avertissement
     agricole, télégestion, site web, bases de données géographiques et outils
     d'aide à la prise de décision, etc..).

     L'ORMVA a même remplacé quelques composantes télémétriques de son
     propre budget et l'application est pérenne.

     Malheureusement en ce qui concerne les aspects liés au système
     d'information intégré de la région englobant des données hétérogènes
     provenant de plusieurs partenaires, il n y a pas eu de mise à jour du
     système depuis la fin du projet SIWM. Ceci est à amputer:

         au statut des agences de bassin qui ne permet pas à ce jour de
          recrutement d'ingénieurs et cadres,
         aux taches quotidiennes fortes prenantes en temps,
         la difficulté de sous traiter de telles actions à un bureau de
          consultants qui devrait faire l'unanimité des partenaires ainsi que la
          difficulté de paiement conjoint par les partenaires en jeu.

En conclusion, les ressources humaines jouent un rôle capital dans la
pérennité d'un système, étude ou réalisation. Il est fortement souhaitable pour
le projet MEC de garantir un accompagnement significatif en termes de
ressources humaines pour garantir la prise en main, la durabilité et la
pérennité des systèmes ou réalisations à acquérir.




66                  MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
VII   PLAN D'ACTION

Le plan d’action développé pour l’assistance à fournir aux partenaires
régionaux, ABH et ORMVA, concernera l’installation d’un système
d’information, la mise en place d’unité SIG et la formation.

Système d'information

Le Maroc a entrepris une profonde réforme du secteur de l'eau par la création
de quelques Agences de Bassin Hydraulique. Par ailleurs, la constitution des
divers Conseils, Commissions et Comités de bassin au niveau des principaux
bassins, sous-bassins et aquifères régionaux, permet des réunions de
concertation sur l'eau et ses divers usages. Ces organismes qui regroupent
les autorités des Agences de Bassin Hydraulique (ABH), des Offices de Mise
en Valeur Agricole (ORMVA), d’autres organismes impliqués dans la
distribution de l’eau (ONEP, Régies) ainsi que les représentants des divers
usagers de l'eau, sont des lieux de concertation et de planification des actions
à mener dans le but de traiter les problèmes de gestion et de partage des
ressources entre les divers usagers.

Un Système d'Information sur l'Eau (SIE) est nécessaire pour que ces
organismes puissent disposer de l'information nécessaire aux prises de
décision et que le public puisse être informé.

Le SI permettra de:

 fournir une banque de données sur les ressources en eau du Bassin ;
 réunir la documentation et l'information disponibles sur les eaux
  souterraines et superficielles du Bassin ;
 sensibiliser les usagers de l'eau et la population locale.

Des missions ponctuelles seront organisées au Bassin de l'Oum Rbia et à la
Moulouya afin d'appuyer l’ABHOER/ORMVAD et l’ABHM/ORMVAM dans la
conceptualisation et/ou la mise à jour de leurs systèmes d'information qui
devront assurer les fonctions suivantes:

 La gestion du système d'information pour la gestion intégrée des eaux par
  bassin, avec la mise en place ou la mise à niveau de bases de données,
  d'un système d'information géographique ou sa mise à niveau éventuelle,
 L'organisation de la production des informations nécessaires aux prises de
  décision;




           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   67
Création de cellules SIG ABH et ORMVA

Dans le cadre de l’optimisation des ressources humaines et l’efficience de la
préparation des données de base, des données spécifiques aux partenaires,
de l’accès rapide à l’information, de possibilités d’aide à la prise de décision, il
est important de constituer une cellule ou un service SIG, au niveau de
chaque établissement, qui pourrait collecter, organiser les données sous
forme de couches SIG utilisables par tous les autres services et départements.
Les modalités de fonctionnement seront précisées par rapport aux
organigrammes des partenaires. Ces cellules SIG seront aussi responsables
de la mise en œuvre des différentes applications SIG qui seront développées
dans le cadre de ce projet.

Par ailleurs, compte tenu de la nécessité de collecte de données sur le terrain,
une solution SIG mobile telle qu'Arc Pad qui permet d’emporter les SIG et les
données sur le terrain sans avoir à les convertir dans un format spécifique est
vivement souhaitable. Arc Pad permet d’afficher des données vecteur
(parcelles, périmètres, voies de circulation, réseaux...) et des données raster
(photographies aériennes, photographies satellites, cartes scannées ...). Arc
Pad permet également la saisie d’informations selon un modèle propre de
données.

Renforcement des capacités techniques

Parallèlement, un programme détaillé de sessions de formation sur les
technologies de l’information et sur diverses autres applications spécifiques
aux activités des ABHs et ORMVAs et la modélisation sera élaboré. Comme il
a déjà été précisé, les besoins en formation sont importants, les thèmes ont
été identifiés, d’autres missions permettront d’analyser plus en détail les
contenus des formations, leur organisation, leur échéancier et l’environnement
requis pour les assurer.

Assister les ABHs à gérer l’application des redevances sur les
déversements : application du principe "pollueur-payeur"

La politique de gestion intégrée des ressources en eau ne peut être vraiment
efficace sans mobilisation de financements durables via les recettes des
usagers pollueurs. La mise en application de ce principe au Maroc est prévue
pour 2012. La participation financière des usagers est fondamentale, sur la
base de l'application du principe "utilisateur-payeur".

L'assistance portera sur l'analyse des réussites et des échecs du système
prévu de recouvrement des taxes, des principes de base et application, et
l'élaboration de propositions pour améliorer l'organisation du système en
tenant compte de l'expérience accumulée dans d'autres pays.



68                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
Assister les ABH à la mise à jour des données relatives aux nappes
d’eau souterraine en vue de l’élaboration de contrats de nappe.

Bassin hydraulique de la Moulouya

Concernant le contrat nappe, il a été jugé par l’ABHM qu'il est très difficile de
l'engager sur quatre années compte tenu              des limitations techniques
(connaissance approfondie des nappes via des investigations géophysiques,
géochimiques, etc...), les volumes d'eau en jeu, les utilisateurs de la nappe et
les partenaires. Seule une étude préalable serait faisable. Seule la nappe de
Triffa dont l'exploitation est de 20000 m3 pourrait en faire l'objet; Bouareg (très
salinisée), Sabra (zone bour), Taourirt (PMH).

Bassin hydraulique d’Oum Er-Rbia

Le contrat de nappe à mettre en place sur les aquifères du Sahel et Doukkala
ou du moins son étude préalable dépendra de la synthèse hydrogéologique
développée par un ingénieur conseil. Il a pour objectif, à travers la mise en
œuvre d'un programme d'actions, outre la protection de la ressource sur les
plans quantitatif et qualitatif, la définition d'une véritable politique de
gestion durable de l'aquifère impliquant l'ensemble des acteurs concernés.

Cette démarche doit être appuyée par la mise en œuvre d'un programme
d’actions autour des thèmes :

 Gestion quantitative inclues les possibilités d'économie de l'eau,
 Protection de l'aquifère (intrusion d'eau salée, pollution, amélioration
  des conditions de captage, etc.. .)
 Animation et information
 Suivi de la ressource et études complémentaires

VIII CONCLUSION

En résumé, l'assistance technique et l’expertise apportées permettront
de:

 mieux préciser les besoins des partenaires en matière
  d'harmonisation, de/et via les technologies de l’information et de
  modélisation,
 définir l'architecture et les spécifications du système de gestion et de
  traitement de l'information (annuaires, données, ouvrages,
  équipements, études, etc. existants sous forme papier ou
  électronique à l'échelle du bassin) ;
 développer un système d'information régional sur l'eau,

           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   69
 acquérir des outils techniques de gestion, suivi et modélisation des
  ressources en eau,
 développer le contenu et les supports de formation pour le
  renforcement des capacités techniques;
 planifier les formations selon un échéancier bien établi à l’avance,
 rédiger les conventions de partenariats avec l'ensemble des
  producteurs pertinents d'information et de documentation
  (universités, associations, entreprises privées, ...) ;
 développer les capacités institutionnelles des partenaires.



IX DOCUMENTS CONSULTES

Généraux

Belghiti M. 2008. Efficience de l’utilisation de l’eau au Maroc. Etat des lieux et
progrès réalisés. Réunion d’Experts sur l’efficience d’utilisation de l’eau,
Novembre 2008.

Belghiti, M. 2005. Gestion de l’eau d’irrigation au Maroc. Séminaire de
Promotion du SEMIDE et sur l’Utilisation des Systèmes d’Information
Géographique pour la Gestion et la Protection des Ressources en Eau. Rabat
du 27 au 28 avril 2005.

Bzioui, M. 2004. Rapport national sur les ressources en eau au Maroc. UN
WATER-AFRICA

Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat. 2004. Projet du plan national de l’eau.
Rapport provisoire.

MAPM/Plan Vert. 2009. Refonte du Fonds de Développement Agricole : Axes
de la Reforme, Aspects Organisationnels, Normes et Procédures, Application
FDA. Rabat le 23/12/2009.

Ministère de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole (1994): Plan national
d'aménagement des bassins versants. Phase II, Volume 2, Rabat

SIWM Project 2001-2004: Documents et Cds, US AID -DAI-Masca

Union Européenne. 2003. Le Secteur de l’Eau au Maroc. Rapport du Groupe
Thématique Eau.

USAID. 2008. Rapport Soumis à l’USAID par Chemonics International, Contrat
N° 608-M-00-05-00043-01.


70                 MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS
ABHOER/ORMVAD

ABHOER. 2009. Etat de la qualité de l’eau dans la zone d’action de L’agence
du bassin hydraulique d’Oum Er-Rbia (2006/2007).

ABHOER. 2005. Les ressources en eau dans le bassin de l’Oum Er Rbia.
Présentation Diapo, Délégation de la Mauritanie.

CACG / ADI. 2008. Synthèse de l’Etude d’actualisation du PDAIRE de la zone
d’action de l’ABHOER, Novembre. 2008.

Guemimi A. 2004. Plan d’action d’´economie de l’eau dans le périmètre des
Doukkala ORMVAD, El Jadida, Maroc. Projet INCO-WADEMED Actes du
Séminaire Modernisation de l’Agriculture Irriguée, Rabat, du 19 au 23 avril
2004.

Kobry A., Eliamani A.2004. L’irrigation localisée dans les périmètres de grande
hydraulique, atouts et contraintes dans le périmètre du Tadla au Maroc. Projet
INCO-WADEMED. Actes du Séminaire Modernisation de l’Agriculture Irriguée.
Rabat, du 19 au 23 avril 2004

ORMVAD. Plan d’Action d’Economie de l’Eau dans le périmètre des Doukkala.
Journée de réflexion sur l’économie de l’eau. Présentation (Diapo).

Plan Agricole Régional. Région de Doukkala – Abda. Plan Vert.

Raissouni, H. 2005. Perspectives de participation du secteur privé en matière
de gestion des périmètres irrigués au Maroc : Cas du périmètre de Tadla. M.S.
Management des Services Publics, Thèse professionnelle, ISCAE/ESSEC.

ABHM/ORMVAM

ABHM. 2006. Agence du bassin Hydraulique de la Moulouya, Débat National
sur l’Eau.

ABHM. Expose Agence, Diapositives

ABHM. Expose réseau hydrologique, Diapositives

Anonyme ; 2007. Monographie de l’Oriental. Chambre de Commerce et
d’Industrie et de services d’Oujda.

Bassin de la Moulouya. Rapport de la 5ème session, Rabat, 71p.



           ANALYSE ET IDENTIFICATION DES BESOINS POUR DES SYSTEMES
D’INFORMATION ET DE GETSION DES RESSOURCES EN EAU POUR L’AGENCE DU
                            BASSIN HYDRAULIQUE ET DE L’ORMVIA   71
Benkaddour R. 1997. Contribution à l’étude de la salinité et de la pollution par
les nitrates des eaux souterraines de la plaine des Triffa (Basse Moulouya).
Thèse 3ème Cycle, Univ. Mohamed 1er, Oujda.

El Ghali, A. El Kassimi, A.et Ghannami, M. 2004. Stratégie d’amélioration du
service de l’eau et impacts sur les performances de l’irrigation dans le
périmètre de la Moulouya. Projet INCO-WADEMED, Actes du Séminaire
Modernisation de l’Agriculture Irriguée Rabat, du 19 au 23 avril 2004.

ORMVAM. Données ORMVAM, Exposé sous forme de diapositives

ORMVAM. Données sur les volumes, Exposé sous forme de diapositives

Rahhou I., (1995): Contribution à l'étude écologique et toxicologique des
civelles D'Anguilla anguilla L. 1758 de la basse Moulouya. DES 3ème cycle,
Univ. Mohamed 1er, Oujda, 168p.

Secrétariat d'Etat à l'Environnement & Département des Eaux et Forêts et de
la Lutte contre la Désertification: (2003): MedWetCoast Maroc: Diagnostic
pour l'aménagement des zones humides du Nord-Est du Maroc. Rapport final.
(Réalisé par Dakki et al.).

Snoussi, M. Non Daté. Revue de quelques éléments de base pour l’évaluation
des débits environnementaux en Basse Moulouya. Estimation et disposition
des débits environnementaux dans les cours d’eau méditerranéens :
Concepts, méthodologies et pratique émergente.

SIWM Project 2001-2004: Documents et CDs, US AID -DAI-Masca

Tizaoui, C. 2004. Promotion de l’irrigation localisée dans le périmètre irriguée
de la Basse Moulouya. Exposé sous forme de diapositives

Union Européenne. 2003. Le Secteur de l’Eau au Maroc. Rapport du Groupe
Thématique Eau.

USAID. 2007. Evaluation des Activités de la Gestion de la Sécheresse au
Maroc. Rapport provisoire Soumis à l’USAID par Chemonics International,
Contrat N° 608-M-00-05-00043-01.

USAID. 2008. Rapport Soumis à l’USAID par Chemonics International, Contrat
N° 608-M-00-05-00043-01.




72                MOROCCO ECONOMIC COMPETITIVENESS

								
To top
;