B�roul, Tristan by n86jFrb6

VIEWS: 5 PAGES: 44

									Béroul, Tristan

[L’incontro spiato fra Tristano e Isotta, vv. 1-196]

  1    ............................
  2    Que nul senblant de rien en face.
  3    Com ele aprisme son ami,
  4    Oiez com el l’a devanci:
  5    «Sire Tristran, por Deu le roi,
  6    Si grant pechié avez de moi,
  7    Qui me mandez a itel ore!»
  8    Or fait senblant con s’ele plore.
  9    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mie
 10    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mes en vie.
 11    . . . . . . . . . . . . . . . . . . ceste asenblee
 12    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .s’espee.
 13    ............................
 14    I..........................
 15    Conme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 16    «Par Deu, qui l’air fist et la mer,
 17    Ne me mandez nule foiz mais.
 18    Je vos di bien, Tristran, a fais,
 19    Certes, je n’i vendroie mie.
 20    Li rois pense que par folie,
 21    Sire Tristran, vos aie amé,
 22    Mais Dex plevis ma loiauté
 23    Qui sor mon cors mete flaele,
 24    S’onques fors cil qui m’ot pucele
 25    Out m’amistié encor nul jor!
 26    Se li felon de cest enor,
 27    Por qui jadis vos conbatistes
 28    O le Morhout, quant l’oceïstes,
 29    Li font acroire (ce me senble)
 30    Que nos amors jostent ensenble,
 31    Sire, vos n’en avez talent ;
 32    Ne je, par Deu omnipotent,
 33    N’ai corage de druerie
 34    Qui tort a nule vilanie.
 35    Mex voudroie que je fuse arse,
 36    Aval le vent la poudre esparse,
 37    Jor que je vive que amor
 38    Aie o home qu’o mon seignor.
 39    Et, Dex! si ne m’en croit il pas.
 40    Je puis dire: de haut si bas!
 41    Sire, mot dist voir Salemon:
 42    Qui de forches raient larron,
 43    Ja pus ne l’amera nel jor.
44   Se li felon de cest’enor
45   ......................
46   ......................
47   ......................
48   . . . . . . . . . . . aise . . .parole
49   À nos deüsent il celer.
50   Mot vos estut mal endurer
51   De la plaie que vos preïstes
52   En la batalle que feïstes
53   O mon oncle. Je vos gari.
54   Se vos m’en erïez ami,
55   N’ert pas mervelle, par ma foi!
56   Et il ont fait entendre au roi
57   Que vos m’amez d’amor vilaine,
58   Si voient il Deu et son reigne!
59   Ja nul verroient en la face.
60   Tristran, gardez qu’en nule place
61   Ne me mandez por nule chose:
62   Je ne seroie pas tant ose
63   Que je i osase venir.
64   Trop demor ci, n’en quier mentir.
65   S’or en savoit li rois un mot,
66   Mon cors seret desmenbré tot,
67   Et si seroit a mot grant tort :
68   Bien sai qu’il me dorroit la mort.
69   «Tristran, certes, li rois ne set
70   Que por lui par vos aie ameit:
71   Por ce qu’eres du parenté,
72   Vos avoie je en cherté.
73   Je quidai jadis que ma mere
74   Amast mot les parenz mon pere ;
75   Et disoit ce, que ja mollier
76   N’en avroit ja son seignor chier
77   Qui les parenz n’en amereit.
78   Certes, bien sai que voir diset.
79   Sire, mot t’ai por lui amé
80   Et j’en ai perdu tot son gré.
81   - Certes, et il n’en . . . . . . . . .
82   Porquoi seroit tot suen li . . .
83    – Si home li ont fait acroire
84   De nos tel chose qui n’est voire.
85   – Sire Tristan, que volez dire?
86   Mot est cortois li rois, mi sire ;
87   Ja nu pensast nul jor par lui
88   Q’en cest pensé fuson andui.
89   Mais l’en puet home desveier,
90   Faire le mal et bien laisier :
91    Si a l’on fait de mon seignor.
92    Tristran, vois m’en, trop i demor.
93    – Dame, por amor Deu, merci!
94    Mandai toi, et or es ici:
95    Entent un poi a ma proiere.
96    Ja t’ai je tant tenue chiere!»
97    Quant out oï parler sa drue,
98    Sout que s'estoit aperceüe .
99    Deu en rent graces et merci,
100   Or set que bien istront de ci.
101   «Ahi! Yseut, fille de roi,
102   Franche, cortoise, en bone foi,
103   Par plusors fois vos ai mandee,
104   Puis que chanbre me fut veee,
105   Ne puis ne poi a vos parler.
106   Dame, or vos vuel merci crïer,
107   Qu’il vos menbre de cel chaitif
108   Qui a traval et a duel vif ;
109   Quar j’ai tel duel c’onques le roi
110   Out mal pensé de vos vers moi
111   Qu’il n’i a el fors que je muere.
112   Fort m’est a cuer que je . . . . . . . .
113   Dame, granz . . . . . . . . . . . . . . . .
114   D.........................
115   ............................
116   . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .ne fait
117   . . . . . . . . . . . . . . . . . . mon corage
118   . . . . . . . . . . . . . . . . qu’il fust si sage
119   Qu’il n’en creüst pas losangier
120   Moi desor lui a esloignier.
121   Li fel covert Corneualeis
122   Or en sont lié et font gabois.
123   Or voi je bien, si con je quit,
124   Qu’il ne voudroient que o lui
125   Eüst home de son linage.
126   Mot m’a pené son mariage.
127   Dex! porquoi est li rois si fol?
128   Ainz me lairoie par le col
129   Pendre a un arbre q’en ma vie
130   O vos preïse drüerie.
131   Il ne me lait sol escondire.
132   Por ses felons vers moi s’aïre.
133   Trop par fait mal qu’il les en croit :
134   Deceü l’ont, gote ne voit.
135   Mot les vi ja taisant et muz,
136   Qant li Morhot fu ça venuz,
137   Ou nen i out uns d’eus tot sous
138   Qui osast prendre ses adous.
139   Mot vi mon oncle iluec pensis,
140   Mex vosist estre mort que vis.
141   Por s’onor croistre m’en armai,
142   Combati m’en, si l’en chaçai.
143   Ne deüst pas mis oncles chiers
144   De moi croire ses losengiers.
145   Sovent en ai mon cuer irié.
146   Pensë il que n’en ait pechié?
147   Certes, oïl: n’i faudra mie.
148   «Por Deu, le fiz sainte Marie,
149   Dame, ore li dites errant
150   Qu’il face faire un feu ardant ;
151   Et je m’en entrerai el ré.
152   Se ja un poil en ai bruslé
153   De la haire qu’avrai vestu,
154   Si me laist tot ardoir u feu;
155   Qar je sai bien n’a de sa cort
156   Qui a batalle o moi s’en tort.
157   Dame, por vostre grant franchise,
158   Donc ne vos en est pitié prise?
159   Dame, je vos en cri merci :
160   Tenez moi bien a mon ami.
161   Qant je vinc ça a lui par mer
162   Com a seignor i vol torner.
163   – Par foi, sire, grant tort avez,
164   Que de tel chose a moi parlez
165   Que de vos le mete a raison
166   Et de s’ire face pardon.
167   Je ne vuel pas encor morir,
168   Ne moi du tot en tot perir.
169   Il vos mescroit de moi forment,
170   Et j’en tendroie parlement?
171   Donc seroie je trop hardie.
172   Par foi, Tristran, n’en ferai mie,
173   Ne vos nu me devez requerre.
174   Tote sui sole en ceste terre.
175   Il vos a fait chanbres veer
176   Por moi: s’il or m’en ot parler,
177   Bien me porroit tenir por fole.
178   Par foi, ja n’en dirai parole ;
179   Et si vos dirai une rien,
180   Si vuel que vos le saciés bien :
181   Së il vos pardounot, beau sire,
182   Par Deu, son mautalent et s’ire,
183   J’en seroie joiose et lie.
184   S’or savoit ceste chevauchie,
185   Cel sai je bien que ja resort,
186   Tristran, n’avreie contre mort.
187   Vois m’en, imais ne prendrai some.
188   Grant poor ai que aucun home
189   Ne vos ait ci veü venir.
190   S’un mot en puet li rois oïr
191   Que nos fuson ça asenblé,
192   Il me feroit ardoir en ré.
193   Ne seret pas mervelle grant.
194   Mis cors trenble, poor ai grant.
195   De la poor qui or me prent,
196   Vois m’en, trop sui ci longuement.»
[L’inganno del fior di farina e la fuga di Tristano, vv. 581-964]

581    A la cort avoit trois barons
582    Ainz ne veïstes plus felons.
583    Par soirement s’estoient pris
584    Que, si li rois de son païs
585    N’en faisot son nevo partir,
586    Il nu voudroient mais soufrir,
587    A lor chasteaus sus s’en trairoient
588    Et au roi Marc gerre feroient.
589    Qar, en un gardin, souz une ente
590    Virent l’autrier Yseut la gente
591    Ovoc Tristan en tel endroit
592    Que nus hom consentir ne doit ;
593    Et plusors foiz les ont veüs
594    El lit roi Marc gesir toz nus.
595    Quar, qant li rois en vet el bois,
596    Et Tristan dit : «Sire, g’en vois.»
597    Puis se remaint, entre en la chanbre,
598    Iluec grant piece sont ensenble.
599    «Nos li diromes nos meïmes.
600    Alon au ro et si li dimes,
601    Ou il nos aint ou il nos hast,
602    Nos volon son nevo en chast.»
603    Tuit ensemble ont ce consel pris.
604    Li roi Marc ont a raison mis.
605    A une part ont le roi trait :
606    «Sire, font il, malement vet.
607    Tes niés s’entraiment et Yseut ;
608    Savoir le puet qui c’onques vuet,
609    Et nos nu volon mais sofrir.»
610    Li rois l’entent, fist un sospir,
611    Son chief abesse vers la terre.
612    Ne set qu’il die, sovent erre
613    «Rois, ce dïent li troi felon,
614    Par foi, mais nu consentiron ;
615    Qar bien savon de verité
616    Que tu consenz lor cruauté,
617    Et si sez bien ceste mervelle.
618    Q’en feras tu ? Or t’en conselle !
619    Se ton nevo n’ostes de cort,
620    Si que jamais nen i retort,
621    Ne nos tenron a vos jamez,
622    Si ne vos tendron nule pez.
623    De nos voisins feron partir
624    De cort, que nel poon soufrir.
625    Or t’aron tost cest geu parti :
626   Tote ta volenté nos di.
627   – Seignor, vos estes mi fael.
628   Si m’ait Dex, mot me mervel
629   Que mes niés ma vergonde ait quise.
630   Mais servi m’a d’estrange guise.
631   Conseliez m’en, gel vos requier.
632   Vos me devez bien consellier,
633   Que servise perdre ne vuel.
634   Vos savez bien, n’ai son d’orguel.
635   – Sire, or mandez le nain devin.
636   Certes, il set de maint latin.
637   Si en soit ja li consel pris.
638   Mandez le nain, puis soit asis.»
639   Et il i est mot tost venuz
640   (Dehez ait il !) comme boçuz.
641   Li un des barons l’en acole,
642   Li rois li mostre sa parole.
643    Ha! or oiez quel traïson
644   Et con faite seducion
645   A dit au roi cil nain Frocin!
646   Dehé aient tuit cil devin!
647   Qui porpensa tel felonie
648   Con fist cist nain, qui Dex maudie ?
649   «Di ton nevo q’au roi Artur,
650   A Carduel, qui est clos de mur,
651   Covienge qu’il aut par matin ;
652   Un brief escrit an parchemin
653   Port a Artur toz les galoz,
654   Bien seelé, a cire aclox.
655   Rois, Tristran gist devant ton lit.
656   Anevoies, en ceste nuit,
657   Sai que voudra a lui parler,
658   Por ceu que devra la aler.
659   Rois, de la chambre is a prinsome.
660   Deu te jur et la loi de Rome,
661   Se Tristran l’aime folement,
662   A lui vendra au parlement ;
663   Et s’il i vient, et ge nul sai,
664   Se tu nu voiz, si me desfai,
665   Et tuit ti home outreement.
666   Prové seront sanz soirement.
667   Rois, or m’en laise covenir
668   Et a ma volenté sortir,
669   Et se li çole l’envoier
670   Desi qu’a l'ore du cochier.»
671   Li rois respont : «Amis, c’ert fait.»
672   Departent soi, chascun s’en vait.
673    Mot fu li nain de grant voidie,
674   Mot par fist rede felonie.
675   Cil en entra chiés un pestor,
676   Quatre derees prist de flor,
677   Puis la lia a son gueron.
678   Qui pensast mais tel traïson ?
679   La nuit, qant ot li rois mengié,
680   Par la sale furent couchié.
681   Tristran alla le roi couchier.
682   «Beau niés, fait-il, je vos requier
683   Ma volenté faites, gel vuel.
684   Au roi Artus, jusq’a Carduel,
685   Vos covendra a chevauchier.
686   Cel brief li faites desploier.
687   Niés, de ma part le salüer,
688   O lui c’un jor ne sejorner.»
689   Du mesage ot Tristan parler.
690   Au roi respont de lui porter :
691   "Rois, ge irai bien par matin.
692   – O vos, ainz que la nuit ait fin.»
693   Tristran fu mis en grant esfroi.
694   Entre son lit et cel au roi
695   Avoit bien le lonc d’une lance.
696   Trop out Tristran fole atenance :
697   En son cuer dist qu’il parleroit
698   A la roïne, s’il pooit,
699   Qant ses oncles ert endormiz.
700   Dex ! quel pechié ! trop ert hardiz !
701    Li nains la nuit en la chambre ert :
702   Oiez conment cele nuit sert.
703   Entre deus liez la flor respant,
704   Que li pas allent paraisant ;
705   Se l’un a l’autre la nuit vient,
706   La flor la forme des pas tient.
707   Tristran vit le nain besuchier
708   Et la faine esparpellier.
709   Porpensa soi que ce devoit,
710   Qar si servir pas ne soloit ;
711   Pus dist : «Bien tost, a ceste place
712   Espandroit flor por nostre trace
713   Veer, se l’un a l’autre iroit.
714   Qui iroit or, que fous feroit ;
715   Bien verra mais se or i vois.»
716   Le jor devant, Tristran, el bois,
717   En la jambe nafrez estoit
718   D’un grant sengler, mot se doloit.
719   La plaie mot avoit saignié.
720   Deslïez ert, par son pechié.
721   Tristran ne dormoit pas, ce quit ;
722   Et li rois live a mie nuit,
723   Fors de la chambre en est issuz ;
724   O lui ala li nain boçuz.
725    Dedenz la chanbre n’out clartez,
726   Cirge ne lampë alumez.
727   Tristran se fu sus piez levez.
728   Dex ! porqoi fut ? Or escoutez !
729   Les piez a joinz, esme, si saut,
730   El lit le roi chaï de haut.
731   Sa plaie escrive, forment saine ;
732   Le sanc qu’en ist les dras ensaigne.
733   La plaie saigne, ne la sent,
734   Qar trop a son delit entent.
735   En plusors leus li sanc aüne.
736   Le nains defors est. A la lune,
737   Bien vit josté erent ensenble
738   Li dui amant: de joie en trenble
739   E dist au roi : «Se nes puez prendre
740   Ensenble, va, si me fai pendre.»
741    Iluec furent li troi felon
742   Par qui fu ceste traïson
743   Porpensee priveement.
744   Li rois s’en vient. Tristran l’entent,
745   Live du lit, tot esfroïz,
746   Errant s’en rest mot tost sailliz.
747   Au tresaillir que Tristran fait,
748   Li sans decent (malement vait)
749   De la plaie sor la farine.
750   Ha ! Dex, qel duel que la roïne
751   N’avot les dras du lit ostez !
752   Ne fust la nuit nus d’eus provez.
753   Se ele s’en fust apensee,
754   Mot eüst bien s’anor tensee.
755   Mot grant miracle Deus i out
756   Quis garanti, si con li plot.
757   Li ros a sa chanbre revient ;
758   Li nain, que la chandele tient
759   Vient avoc lui. Tristran faisoit
760   Semblant comme se il dormoit,
761   Quar il ronfloit forment du nes.
762   Seus en la chanbre fu remés,
763   Fors tant que a ses piez gesoit
764   Pirinis, qui ne s’esmovoit,
765   Et la roïne an son lit jut.
766   Sor la flor, chauz, li sanc parut.
767   Li rois choisi el li le sanc :
768   Vermel en furent li drap blanc,
769   Et sor la flor en pert la trace
770   Du saut. Li rois Tristran menace.
771   Li troi baron sont en la chanbre,
772   Tristran par ire an son lit prenent
773   (Coilli l’orent cil en haïne
774   Por sa prooise), et la roïne,
775   Laidisent la, mot la menacent,
776   Ne lairont justice n’en facent.
777   Voient la janbe qui li saine.
778   «Trop par a ci veraie enseigne :
779   Provez estes, ce dist li rois ;
780   Vostre escondit n’i vaut un pois.
781   Certes, Tristran, demain, ce quit,
782   Soiez certain d’estre destruit.»
783   Il li crie : «Sire, merci !
784   Por Deu, qui Pasion soufri,
785   Sire, de nos pitié vos prenge !»
786   Li fel dïent : «Sire, or te venge.
787   – Beaus oncles, de moi ne me chaut :
788   Bien sai, venuz sui a mau saut.
789   Ne fust por vos a corocier,
790   Cist plez fust ja venduz mot chier ;
791   Ja, por lor eulz, ne le pensasent
792   Que ja de lor mains m’atochasent ;
793   Mais envers vos nen ai je rien.
794   Or, tort a mal ou tort a bien,
795   De moi ferez vostre plesir,
796   Et je sui prest de vos soufrir.
797   Sire, por Deu, de la roïne
798   Aiez pitié !» Tristran l’encline.
799   «Qar il n’a home en ta meson,
800   Se disoit ceste traïson
801   Que pris eüse druerie
802   O la roïne par folie,
803   Ne m’en trovast en champ, armé.
804   Sire, merci de li, por Dé !»
805   Li troi qui a la chanbre sont
806   Tristran ont pris et lié l’ont
807   Et lïee ront la roïne.
808   Mot est torné a grant haïne.
809   Ja, se Tristran ice seüst
810   Que escondire nul leüst,
811   Mex se laisast vif depecier
812   Que lui ne lié soufrist lïer.
813   Mais en Deu tant fort se fiot
814   Que bien savoit et bien quidoit,
815   S’a escondit peüst venir,
816   Nus nen osast armes saisir
817   Encontre lui, lever ne prendre :
818   Bien se quidoit par chanp defendre.
819   Por ce ne se vout vers le roi
820   Mesfaire soi por nul desroi ;
821   Qar, s’il seüst ce que en fut
822   Et ce qui avenir lor dut,
823   Il les eüst tuëz toz trois,
824   Ja ne les en gardast li rois.
825   Ha ! Dex, porqoi ne les ocist ?
826   A mellor plait asez venist.
827     Li criz live par la cité
828   Q’endui sont ensenble trové
829   Tristran et la roïne Iseut
830   Et que li rois destruire eus veut.
831   Pleurent li grant et li petit,
832   Sovent l’un d’eus a l’autre dit :
833   «A ! las, tant avon a plorer !
834   Ahi ! Tristran, tant par es ber !
835   Qel damage qu’en traïson
836   Vos ont fait prendre cil gloton !
837   Ha ! roïne franche, honoree,
838   En qel terre sera mais nee
839   Fille de roi qui ton cors valle ?
840   Ha ! nains, ç’a fait ta devinalle !
841   Ja ne voie Deu en la face,
842   Qui trovera le nain en place,
843   Qui nu ferra d’un glaive el cors !
844   Ahi ! Tristran, si grant dolors
845   Sera de vos, beaus chers amis,
846   Qant si seroiz a destroit mis !
847   Ha ! las, qel duel de vostre mort !
848   Qant le Morhout prist ja ci port
849   Qui ça venoit por nos enfanz,
850   Nos barons fist si tost taisanz
851   Que onques n’ot un si hardi
852   Qui s’en osast armer vers lui.
853   Vos enpreïstes la batalle
854   Por nos trestoz de Cornoualle
855   Si oceïstes le Morhout.
856   Il vos navra d’un javelot,
857   Sire, dont tu deüs morir.
858   Ja ne devrïon consentir
859   Que vostre cors fust ci destruit.»
860   Live la noisë et li bruit ;
861   Tuit en corent droit au palés.
862   Li rois fu mot fel et engrés ;
863   N’i ot baron tant fort ne fier
864   Qui ost le roi mot araisnier
865   Qu’il li pardonast cel mesfait.
866   Or vient li jor, la nuit s’en vait.
867   Li rois commande espine querre
868   Et une fosse faire en terre.
869   Li rois, tranchanz, demaintenant
870   Par tot fait querre les sarmenz
871   Et assenbler o les espines
872   Aubes et noires o racines.
873   Ja estoit bien prime de jor.
874   Li banz crïerent par l’enor,
875   Que tuit en allent a la cort.
876   Cil qui plus puet plus tost acort.
877   Asenblé sont Corneualeis.
878   Grant fu la noise et le tabois.
879   N’i a celui ne face duel,
880   Fors que le nain de Tintajol.
881    Li rois lor a dit et monstré
882   Qu’il veut faire dedenz un ré
883   Ardoir son nevo et sa feme.
884   Tuit s’escrïent la gent du reigne :
885   «Rois, trop ferïez lai pechié,
886   S’il n’estoient primes jugié.
887   Puis le destrui. Sire, merci !»
888   Li rois par ire respondi :
889   «Par cel seignor qui fist le mont,
890   Totes les choses qui i sont,
891   Por estre moi desherité
892   Ne lairoie nes l’arde en ré,
893   Se j’en sui araisnié jamais.
894   Laisiez m’en tot ester en pais.»
895   Le feu commande a alumer
896   Et son nevo a amener ;
897   Ardoir le veut premierement.
898   Or vont por lui : li rois l’atent.
899    Lors l’en ameinent par les mains.
900   Par Deu, trop firent que vilains !
901   Tant ploroit, mais rien ne li monte.
902   Fors l’en ameinent a grant honte.
903   Yseut plore : par poi n’enrage :
904   «Tristran, fait ele, qel damage
905   Qu’a si grant honte estes lïez !
906   Qui m’oceïst, si garisiez,
907   Ce fust grant joie, beaus amis ;
908   Encor en fust vengement pris.»
909    Oez, seignors, de Damledé,
910   Conment il est plains de pité ;
911   Ne vieat pas mort de pecheor.
912   Receü ot le cri, le plor
913   Que faisoient la povre gent
914   Por ceus qui eirent a torment.
915   Sor la voie par ont il vont,
916   Une chapele est sor un mont ;
917   U coin d’une roche est asise.
918   Sor mer est faite, devers bise.
919   La part que l’en claime chancel
920   Fu asise sor un moncel ;
921   Outre n’out rien fors la faloise.
922   Cil mont ert plain de pierre aoise.
923   S’uns escureus de lui sausist,
924   Si fust il mort, ja n’en garist.
925   En la dube out une verrine,
926   Que un sainz i fist, porperine.
927   Tristran ses meneors apele :
928   «Seignors, vez ci une chapele :
929   Por Deu, qar m’i laisiez entrer.
930   Pres est mes termes de finer :
931   Preerai Deu qu’il merci ait
932   De moi, qar trop li ai forfait.
933   Seignors, n’i a que ceste entree ;
934   A chascun voi tenir s’espee.
935   Vos savez bien ne pus issir,
936   Par vos m’en estuer revertir ;
937   Et qant je Dé proié avrai,
938   A vos eisinc lors revendrai.»
939    Or l’a l’un d’eus dit a son per :
940   «Bien le poon laisier aler.»
941   Les lïans sachent; il entre enz.
942   Tristran ne vait pas comme lenz.
943   Triés l’autel vint a la fenestre,
944   A soi l’en traist a sa main destre,
945   Par l’overture s’en saut hors.
946   Mex veut sallir que ja ses cors
947   Soit ars, voiant tel aünee.
948   Seignors, une grant pierre lee
949   Out u mileu de cel rochier :
950   Tristran i saut mot de legier.
951   Li vens le fiert entre les dras,
952   Quil defent qu’il ne chie a tas.
953   Encor claiment Corneualan
954   Cele pierre le Saut Tristran.
955    La chapele est plaine de pueple.
956   Tristran saut sus : l’araine ert moble,
957   Toz a genoz chiet en la glise.
958   Cil l’atendent defors l’iglise,
959   Mais por noient : Tristran s’en vet.
960   Bele merci Dex li a fait !
961   La riviere granz sauz s’en fuit.
962   Mot par ot bien le feu qui bruit,
963   N’a corage que il retort ;
964   Ne puet plus corre que il cort.
[Condanna e fuga di Isotta, vv. 1141-1278]

1141    Iseut fu au feu amenee,
1142   De gent fu tote avironee,
1143   Que trestuit braient et tuit crïent.
1144   Les traïtors le roi maudïent.
1145   L’eve li file aval le vis.
1146   En un bliaut de paile bis
1147   Estoit la dame, estroit vestue
1148   Et d’un fil d'or menu cosue.
1149   Si chevel hurtent a ses piez,
1150   D’un filet d’or les a trechiez.
1151   Qui voit son cors et sa fachon,
1152   Trop par avroit le cuer felon
1153   Que n’en avroit de lié pitié.
1154   Mot sont li braz estroit lïé.
1155    Un malade out en Lancïen,
1156   Par non fu apelé Ivein ;
1157   A mervelle par fu mesfait.
1158   Acoru fu voier cel plait.
1159   Bien out o lui cent compaignons
1160   O lor puioz, o lor bastons.
1161   Ainz ne veïstes tant si lait
1162   Ne si boçu ne si desfait.
1163   Chascun tenoit sa tartarie ;
1164   Crïent au roi a voiz serie :
1165   «Sire, tu veus faire justise,
1166   Ta feme ardoir en ceste gise.
1167   Granz est ; mais se je ainz rien soi,
1168   Ceste justise durra poi.
1169   Mot l’avra tost cil grant feu arse
1170   Et la poudre cist venz esparse.
1171   Cest feu charra : en ceste brese
1172   Ceste justise ert tost remese.
1173   Mais, se vos croire me volez
1174   Tel justise de li ferez
1175   Qu’ele vivroit, et sanz valoir,
1176   Et que voudroit mex mort avoir
1177   Et que nus n’en orroit parler
1178   Qui plus ne t’en tenist por ber.
1179   Rois, voudroies le faire issi?»
1180   Li rois l’entent, si respondi :
1181   «Se tu m’enseignes cest, sanz falle,
1182   Qu’ele vivë et que ne valle,
1183   Gré t’en savrai, ce saches bien ;
1184   Et se tu veus, si pren du mien.
1185   Onques ne fu dit tel maniere,
1186   Tant doleruse ne tant fire,
1187   Qui orendroit tote la pire
1188   Seüst, por Deu le roi, eslire,
1189   Quë il n'eüst m’amor tot tens.»
1190   Ivains respont : «Si com je pens
1191   Je te dirai, asez briment.
1192   Veez, j’ai ci conpaignons cent :
1193   Yseut nos done, s’ert conmune.
1194   Paior fin dame n’ot mais une.
1195   Sire, en nos a si grant ardor
1196   Soz ciel n’a dame qui un jor
1197   Peüst soufrir nostre convers :
1198   Li dras nos sont au cors aers.
1199   O toi soloit estre a honor
1200   O vair, o gris et o baudor ;
1201   Les buens vins i avoit apris
1202   Et granz soliers de marbre bis.
1203   Se la donez a nos meseaus.
1204   Qant el verra nos bas bordeaus
1205   Et eslira l’escouellier
1206   Et l’estovra a nos couchier
1207   (Sire, en leu de tes beaus mengiers
1208   Avra de pieces, de quartiers
1209   Que l’en nos envoi’a ces hus,
1210   Por cel Seignor que maint lasus),
1211   Qant or verra la nostre cort,
1212   Adont verra son desconfort
1213   Donc voudroit miex morir que vivre.
1214   Dont savra bien Yseut la givre
1215   Que malement aura ovré :
1216   Mex voudroit estre arse en un ré.»
1217   Li rois l’entent, en piez estut,
1218   Ne de grant pice ne se mut.
1219   Bien entendi que dit Ivain.
1220   Cort a Yseut, prist l’a la main.
1221   Elle crie : «Sire, merci !
1222   Ainz que m’i doignes, art moi ci.»
1223   Li rois li done, et cil la prent.
1224   Des malades i ot bien cent,
1225   Qui s’aünent tot entor li.
1226   Qui ot le brait, qui ot le cri,
1227   A totes gent en prent pitiez.
1228   Qui qu’en ait duel, Yvains est liez.
1229   Vait s’en Yseut: Yvains l’en meine
1230   Tot droit aval, par sus l’araine.
1231   Des autres meseaus li conplot
1232   (N’i a celui n’ait son puiot)
1233   Tot droit vont vers l’embuschement
1234   Ou ert Tristran, qui les atent.
1235   A haute voiz Governal crie :
1236   «Filz, que feras ? Ves ci t’amie.
1237   – Dex! dist Tristran, quel aventure !
1238   Ahi ! Yseut, bele figure,
1239   Con deüstes por moi morir
1240   Et je redui por vos perir.
1241   Tel gent vos tienent entre mains,
1242   De ce soient il toz certains,
1243   S’il ne vos laisent en present,
1244   Tel i ara ferai dolent.»
1245   Fiert le destrier, du buison saut,
1246   A qant qu’il puet s’escrie en haut :
1247   «Ivain, asez l’avez menee.
1248   Laisiez la tost, qu’a cest’espee
1249   Ne vos face le chief voler.»
1250   Ivain s’aqeut a desfubler.
1251   En haut s’escrie : «Or as puioz !
1252   Or i parra qui ert des noz.»
1253   Qui ces meseaus veïst soffler,
1254   Oster chapes et desfubler !
1255   Chascun li crolle sa potence,
1256   Li uns menace et l’autre tence.
1257   Tristran n’en vost rien atochier
1258   Ne entester ne laidengier.
1259   Governal est venuz au cri,
1260   En sa main tient un vert jarri
1261   Et fiert Yvain qui Yseut tient.
1262   Li sans li chiet, au pié li vient.
1263   Bien aïde a Tristran son mestre !
1264   Yseut saisist par la main destre.
1265   Li conteor dient qu’Yvain
1266   Firent nïer, qui sont vilain ;
1267   N’en savent mie bien l’estoire,
1268   Berox l’a mex en sen memoire,
1269   Trop ert Tristran preuz et cortois
1270   A ocirre gent de tes lois.
1271   Tristran s’en voit a la roïne :
1272   Laisent le plain, et la gaudine.
1273   S’en vet Tristan et Governal.
1274   Yseut s’esjot, or ne sent mal.
1275   En la forest de Morrois sont,
1276   La nuit jurent desor un mont.
1277   Or est Tristran si a seür
1278   Com s’il fust en chastel o mur.
[L’arrivo del re nella foresta e la fine dell’effetto del filtro, vv. 1774-2288]

1774   Seignors, ce fu un jor d’esté,
1775   En icel tens que l’en aoste,
1776   Un poi aprés la Pentecoste.
1777   Par un matin, a la rousee,
1778   Li oisel chantent l’ainzjornee,
1779   Tristran de la loge ou il gist,
1780   Çaint s’espee, tot sol s’en ist,
1781   L’arc qui ne faut vet regarder ;
1782   Parmi le bois ala berser.
1783   Ainz qu’il venist, fu en tel paine,
1784   Fu ainz mais gent tant eüst paine ?
1785   Mais l’un por l’autre ne le sent :
1786   Bien orent lor aaisement.
1787   Ainz, puis le tens que el bois furent,
1788   Deus genz itant de tel ne burent ;
1789   Ne, si conme l’estoire dit,
1790   La ou Berox le vit escrit,
1791   Nule gent tant ne s’entramerent
1792   Ne si griment nu compererent.
1793    La roïne contre lui live.
1794   Li chauz fu granz, qui mot les grive.
1795   Tristran l’acole, et il dit ce :
1796   «. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .»
1797   – Amis, ou avez vos esté ?
1798   – Aprés un cerf, qui m’a lassé.
1799   Tant l’ai chacié que tot m’en duel.
1800   Somel m’est pris, dormir me vel.»
1801   La loge fu de vers rains faite,
1802   De leus en leus ot fuelle atraite,
1803   Et par terre fu bien jonchie.
1804   Yseut fu premire couchie ;
1805   Tristran se couche et trait s’espee,
1806   Entre les deus chars l’a posee.
1807   Sa chemise out Yseut vestue
1808   (Se ele fust icel jor nue,
1809   Mervelles lors fust meschoiet.)
1810   Et Tristran ses braies ravoit.
1811   La roïne avoit en son doi
1812   L’anel d’or des noces le roi,
1813   O esmeraudes planteïz.
1814   Mervelles fu li dois gresliz,
1815   A poi que li aneaus n’en chiet.
1816   Oez com il se sont couchiez :
1817   Desoz le col Tristran a mis
1818   Son braz, et l’autre, ce m’est vis,
1819   Li out par dedesus geté ;
1820   Estroitement l’ot acolé,
1821   Et il la rot de ses braz çainte.
1822   Lor amistié ne fu pas fainte.
1823   Les bouches furent pres asises,
1824   Et neporquant si ot devises,
1825   Que n’asenbloient pas ensenble.
1826   Vent ne cort ne fuelle ne trenble.
1827   Uns rais decent desor la face
1828   Yseut, que plus reluist que glace.
1829   Eisi s’endorment li amant,
1830   Ne pensent mal ne tant ne quant.
1831   N’avoit qu’eus deus en cel païs,
1832   Quar Governal, ce m’est avis,
1833   S’en ert alez o le destrier
1834   Aval el bois au forestier.
1835    Oez, seignors, qel aventure !
1836   Tant lor dut estre pesme et dure !
1837   Par le bois vint uns forestiers,
1838   Qui avoit trové lor fulliers
1839   Ou il erent el bois geü.
1840   Tant a par le fuellier seü
1841   Qu’il fu venuz a la ramee
1842   Ou Tristran ot fait s’aünee.
1843   Vit les dormanz, bien les connut :
1844   Li sans li fuit, esmarriz fut.
1845   Mot s’en vet tost, quar se doutoit ;
1846   Bien sot, se Tristran s’esvellot,
1847   Que ja n’i metroit autre ostage,
1848   Fors la teste lairoit en gage.
1849   Se il s’en fuit, n’est pas mervelle.
1850   Du bois s’en ist, cort a mervelle.
1851    Tristran avoc s’amie dort,
1852   Par poi qu’il ne reçurent mort.
1853   D’iluec endroit ou il dormoient,
1854   Qui deus bones liues estoient
1855   La ou li rois tenet sa cort,
1856   Li forestiers grant erre acort,
1857   Qar bien oï avoit le ban
1858   Que l’en avoit fait de Tristran :
1859   Cil qui au roi en diroit voir
1860   Asez aroit de son avoir.
1861   Li forestiers bien le savoit,
1862   Por c’acort il a tel esploit.
1863   Et li rois Marc en son palais
1864   O ses barons tenoit ses plaiz ;
1865   Des barons ert plaine la sale.
1866   Li forestier du mont avale
1867   Et s’en est entrez, mot vait tost.
1868   Pensez que onc arester s’ost
1869   De si que il vint as degrez.
1870   De la sale ? Sus est montez.
1871    Li rois le voit venir grant erre.
1872   Son forestier apele en erre
1873   «Soiz noveles, qui si tost viens ?
1874   Ome sembles que core a chiens,
1875   Qui chast sa beste por ataindre.
1876   Veus tu a cort de nullui plaindre ?
1877   Tu senbles hom qui ait besoin
1878   Qui ça me soit tramis de loin.
1879   Se tu veus rien, di ton mesage.
1880   A toi nus hom veé son gage
1881   Ou chacié vos de ma forest ?
1882   – Escoute moi, roi, se toi plest.
1883   Et si m’entent un sol petit.
1884   Par cest païs a l’on banit,
1885   Qui ton nevo porroit trover,
1886   Q’ançois s’osast laisier crever
1887   Qu’il nu preïst, ou venist dire.
1888   Ge l’ai trové, s’en criem vostre ire :
1889   Se nel t’ensein, dorras moi mort.
1890   Je te merrai la ou il dort,
1891   Et la roïne ensenble o lui.
1892   Gel vi, poi a, ensenble o lui,
1893   Fermement erent endormi.
1894   Grant poor oi, qant la les vi.»
1895   Li rois l’entent, boufe et sospire,
1896   Esfreez est, forment s’aïre ;
1897   Au forestier dist et conselle
1898   Priveement, dedenz l’orelle :
1899   «En qel endroit sont il ? Di moi !
1900   – En une loge de Morroi
1901   Dorment estroitet enbrachiez.
1902   Vien tost, ja seron d’eus vengiez.
1903   Rois, s’or n’en prens aspre venjance,
1904   N’as droit en terre, sanz doutance.»
1905   Li rois li dist : «Is t’en la fors.
1906   Si chier conme tu as ton cors,
1907   Ne dire a nul ce que tu sez,
1908   Tant soit estrange ne privez.
1909   A la Croiz Roge, au chemin fors,
1910   La on enfuet sovent les cors,
1911   Ne te movoir, iluec m’atent.
1912   Tant te dorrai or et argent
1913   Com tu voudras, je l’afi toi.»
1914   Le forestier se part du roi,
1915   A la Croiz vient, iluec s’asiet.
1916   Male gote les eulz li criet,
1917   Qui tant voloit Tristran destruire !
1918   Mex li venist son cors conduire,
1919   Qar puis morut a si grant honte,
1920   Com vos orrez avant el conte.
1921     Li rois est en la chanbre entrez.
1922   A soi manda toz ses privez,
1923   Puis lor voia et defendi
1924   Qu’il ne soient ja si hardi
1925   Qu’il allent aprés lui plain pas.
1926   Chascun li dist : «Rois, est ce gas
1927   A aler vos sous nule part ?
1928   Ainz ne fu roi qui n’ait regart.
1929   Qel novele avez vos oïe ?
1930   Ne vos movez por dit d’espie.»
1931   Li rois respont : «Ne sai novele,
1932   Mais mandé m’a une pucele,
1933   Que j’alle tost a lié parler.
1934   Bien me mande n’i moigne per.
1935   G’irai tot seus or mon destrier,
1936   Ne merrai per ne escuïer,
1937   A ceste foiz irai sanz vos.»
1938   Il responent : «Ce poise nos.
1939   Chatons conmanda a son filz
1940   A eschiver les leus soutiz.»
1941   Il respont : «Je le sai assez.
1942   Laisiez moi faire auques mes sez.»
1943     Li rois a fait sa sele metre,
1944   S’espee çaint, sovent regrete
1945   A lui tot sol la cuvertise
1946   Que Tristran fist, quant il l’ot prise
1947   Yseut la bele o le cler vis,
1948   O qui s’en est alez fuitis.
1949   S’il les trove, mot les menace,
1950   Ne laira qu’il ne lor mesface.
1951   Mot est li rois acoragiez
1952   De destruire : c’es granz pechiez.
1953   De la cité s’en est issuz
1954   Et dist mex veut estre penduz
1955   Qu’il ne prenge de ceus venjance
1956   Que li ont fait tel avilance.
1957   A la Croiz vint, ou cil l’atent,
1958   Dist li qu’il aut isnelement
1959   Et qu’il le meint la droite voie.
1960   El bois entrent, qui mot ombroie.
1961   Devant le roi se met l’espie :
1962   Li rois le sieut, qui bien s’i fie
1963   En l’espee que il a çainte,
1964   Dont a doné colee mainte.
1965   Si fait il trop que surquidez ;
1966   Quar, se Tristran fust esvelliez,
1967   Li niés o l’oncle se meslast:
1968   Li uns morust, ainz ne finast.
1969   Au forestier dist li rois Mars
1970   Qu’il li dorroit d’argent vint mars,
1971   Sel menoit tost a son forfet.
1972   Li forestier (qui vergonde ait !)
1973   Dist que pres sont de lor besoigne.
1974   Du buen cheval, né de Gascoigne,
1975   Fait l’espie le roi decendre,
1976   De l’autre part cort l’estrier prendre ;
1977   A la branche d’un vert pomier,
1978   La reigne lïent du destrier.
1979   Poi vont avant, quant ont veü
1980   La loge por qu’il sont meü.
1981     Li rois deslace son mantel,
1982   Dont a fin or sont li tasel :
1983   Desfublez fu, mot ot gent cors.
1984   Del fuerre trait l’espee fors.
1985   Iriez s’atorne, sovent dit
1986   Q'or veut morir s’il nes ocit.
1987   L’espee nue an la loge entre.
1988   Le forestier entre soventre,
1989   Grant erre aprés le roi acort :
1990   Li ros li çoine qu’il retort.
1991   Li rois en haut le cop leva.
1992   Iré le fait, si se tresva.
1993   Ja decendist li cop sor eus,
1994   Ses oceïst, ce fust grant deus,
1995   Qant vit qu’ele avoit sa chemise,
1996   Et q’entre eus deus avoit devise,
1997   La bouche o l’autre n’ert jostee.
1998   Et qant il vit la nue espee
1999   Qui entre eus les desevrot,
2000   Vit les braies que Tristran out :
2001     «Dex ! dist li rois, ce que puet estre ?
2002   Or ai veü tant de lor estre,
2003   Dex ! je ne sai que doie faire,
2004   Ou de l’ocire ou du retraire.
2005   Ci sont el bois, bien a lonc tens.
2006   Bien puis croire, se je ai sens,
2007   Se il l’amasent folement,
2008   Ja n’i eüsent vestement,
2009   Entrë eus deus n’eüst espee,
2010   Autrement fust cest’asenblee.
2011   Corage avoie d’eus ocire :
2012   Nes tocherai, retrairai m’ire.
2013   De fole amor corage n’ont.
2014   N’en ferrai nul. Endormi sont :
2015   Se par moi eirent atouchié,
2016   Trop par feroie grant pechié,
2017   Et se g’esvel cest endormi
2018   Et il m’ocit ou j’oci lui,
2019   Ce sera laide reparlance.
2020   Je lor ferai tel demostrance
2021   Que ançois qu’il s’esvellont,
2022   Certainement savoir porront
2023   Qu’il furent endormi trové
2024   Et q’en a eü d’eus pité,
2025   Que je nes vuel noient ocire,
2026   Ne moi ne gent de mon enpire.
2027   Ge voi el doi a la reïne
2028   L’anel o pierre esmeraudine ;
2029   Or li donnai, mot par est buens,
2030   Et j’en rai un qui refu suens :
2031   Osterai li mien du doi.
2032   Uns ganz de vair rai je o moi
2033   Qu’el aporta o soi d’Irlande.
2034   Le rai qui sor la face brande
2035   (Qui li fait chaut) en vuel covrir ;
2036   Et, quant vendra au departir,
2037   Prendrai l’espee d’entre eus deus
2038   Dont le Morhot fu le chief blos.»
2039    Li rois a deslié les ganz,
2040   Vit ensenble les deus dormanz,
2041   Le rai qui sor Yseut decent
2042   Covre des ganz mot bonement.
2043   L’anel du roi defors parut :
2044   Souef le traist, qu’il ne se mut.
2045   Primes i entra il enviz ;
2046   Or avoit tant les doiz gresliz
2047   Qu’il s’en issi sanz force fere ;
2048   Mot l’en sot bien li rois fors traire.
2049   L’espee qui entre eus deus est
2050   Souef oste, la soue i met.
2051   De la loge s’en issi fors,
2052   Vint au destrier, saut sor le dos ;
2053   Au forestier dist qu’il s’en fuie,
2054   Son cors trestort, si s’en conduie.
2055     Vet s’en li rois, dormant les let.
2056   A cele foiz n’i a il plus fait.
2057   Reperiez est a sa cité.
2058   De plusorz parz out demandé
2059   Ou a esté et ou tant fut.
2060   Li rois lor ment, pas n’i connut
2061   Ou il ala ne que il quist,
2062   Ne de faisance que il fist.
2063     Mais or oiez des endormiz,
2064   Que li rois out el bois gerpiz.
2065   Avis estoit a la roïne
2066   Qu’ele ert en une grant gaudine,
2067   Dedenz un riche pavellon :
2068   A li venoient dui lion,
2069   Qui la voloient devorer ;
2070   El lor voloit merci crïer,
2071   Mais li lion, destroiz de fain,
2072   Chascun la prenoit par la main.
2073   De l’esfroi que Yseut en a
2074   Geta un cri, si s’esvella.
2075   Li gant paré du blanc hermine
2076   Li sont choiet sor la poitrine.
2077     Tristan, du cri qu’il ot, s’esvelle,
2078   Tote la face avoit vermelle.
2079   Esfreez s’est, saut sus ses piez,
2080   L’espee prent com home iriez,
2081   Regarde el brant, l’osche ne voit :
2082   Vit le pont d’or qui sus estoit,
2083   Connut que c’est l’espee au roi.
2084   La roïne vit en son doi
2085   L’anel que li avoit doné,
2086   Le suen revit du dei osté.
2087   Ele crïa : «Sire, merci !
2088   Li rois nos a trovez ici.»
2089   Il li respont : «Dame, c’est voirs.
2090   Or nos covient gerpir Morrois,
2091   Qar mot li par somes mesfait.
2092   M’espee a, la soue me lait :
2093   Bien nos peüst avoir ocis.
2094   – Sire, voire, ce m’est avis.
2095   – Bele, or n’i a fors du fuïr.
2096   Il nos laissa por nos traïr :
2097   Seus ert, si est alez por gent,
2098   Prendre nos quide, voirement.
2099   Dame, fuion nos envers Gales.
2100   Le sanc me fuit.» Tot devient pales.
2101    Atant es vos lor escuier
2102   Que s’en venoit o le destrier.
2103   Vit son seignor pales estoit.
2104   Demande li que il avoit.
2105   «Par foi, mestre, Marc li gentis
2106   Nos a trovez ci endormis ;
2107   S’espee lait, la moie en porte :
2108   Felonie criem qu’il anorte.
2109   Du doi Yseut l’anel, le buen
2110   En a porté, si lait le suen :
2111   Par cest change poon parçoivre,
2112   Mestre, que il nos veut deçoivre ;
2113   Quar il ert seus, si nos trova,
2114   Poor li prist, si s’en torna.
2115   Por gent s’en est alez arrire,
2116   Dont il a trop et baude et fire.
2117   Ses amerra : destruire veut
2118   Et moi et la roïne Yseut ;
2119   Voiant le pueple, nos veut prendre,
2120   Faire ardoir et venter la cendre.
2121   Fuion, n’avon que demorer.»
2122   N’avet en eus que demorer.
2123   S'il ont poor, n'en püent mais.
2124   Li rois sevent fel et engrés.
2125   Torné s’en sont bone aleüre,
2126   Le roi dotent por l’aventure.
2127   Morrois trespasent, si s’en vont,
2128   Grans jornees por poor font,
2129   Droit vers Gales s’en sont alé.
2130   Mot les avra amors pené :
2131   Trois anz plainiers sofrirent peine,
2132   Lor char pali et devint vaine.
2133    Seignors, du vin de qoi il burent
2134   Avez oï, por qoi il furent
2135   En si grant paine lonctens mis ;
2136   Mais ne savez, ce m’est avis,
2137   A conbien fu determinez
2138   Li lovendrins, li vins herbez :
2139   La mere Yseut, qui le bolli,
2140   A trois anz d’amistié le fist.
2141   Por Marc le fist et por sa fille :
2142   Autre en pruva, qui s’en essille.
2143   Tant con durerent li troi an,
2144   Out li vins si soupris Tristran
2145   Et la roïne ensenble o lui
2146   Que chascun disoit : «Las n’en sui.»
2147    L’endemain de la saint Jehan
2148   Aconpli furent li troi an
2149   Que cil vin fu determinez.
2150   Tristran fu de son lit levez.
2151   Yseut remet en la fullie.
2152   Tristran, sachiez, une doitie
2153   A un cerf traist, qu’il out visé.
2154   Par les flans l’a outrebersé.
2155   Fuit s’en li cerf, Tristran l’aqeut,
2156   Que soirs fu plains, tant le porseut.
2157   La ou il cort aprés la beste,
2158   L’ore revient, et il s’areste,
2159   Qu’il ot beü le lovendrant.
2160   A lui seus senpres se repent.
2161   «Ha ! Dex, fait il, tant ai traval !
2162   Trois anz a hui, que rien n’i fal,
2163   Onques ne me falli pus paine
2164   Ne a foirié n’en sorsemaine.
2165   Oublïé ai chevalerie,
2166   A seure cort et baronie.
2167   Ge sui essillié du païs.
2168   Tot m’est falli, et vair et gris.
2169   Ne sui a cort a chevaliers.
2170   Dex ! tant m’amast mes oncles chiers,
2171   Se tant ne fuse a lui mesfez !
2172   Ha ! Dex, tant foiblement me vet !
2173   Or deüse estre a cort a roi
2174   Et cent danzeaus avoques moi,
2175   Qui servisent por armes prendre
2176   Et a moi lor servise rendre.
2177   Aler deüse en autres terres
2178   Soudoier et soudees querre.
2179   Et poise moi de la roïne
2180   Qui je doins loge por cortine.
2181   En bois est, et si peüst estre
2182   En beles chanbres, o son estre,
2183   Portendues de dras de soie.
2184   Por moi a prise male voie.
2185   A Deu, qui est sire du mont,
2186   Cri ge merci, que il me donst
2187   Itel corage que je lais
2188   A mon oncle sa feme en pais.
2189   A Deu vo je que jel feroie
2190   Mot volentiers, se je pooie,
2191   Si quë Yseut fust acordee
2192   O le roi Marc, qu’est esposee,
2193   Las ! si quel virent maint riche ome,
2194   Au fuer qu’en dit la loi de Rome.»
2195    Tristran s’apuie sor son arc ;
2196   Sovent regrete le roi Marc,
2197   Son oncle, qui a fait tel tort,
2198   Sa feme mise a tel descort.
2199   Tristran au soir se dementot.
2200   Oiez d’Iseut con li estoit !
2201   Sovent disoit : «Lasse, dolente,
2202   Porqoi eüstes vos jovente ?
2203   En bois estes com autre serve,
2204   Petit trovez qui ci vos serve.
2205   Je sui roïne, mais le non
2206   En ai perdu par la poison
2207   Que nos beümes en la mer.
2208   Ce fist Brengain, qu’i dut garder :
2209   Lasse ! si male garde en fist !
2210   El n’en pout mais, qar trop mesprist.
2211   Les damoiseles des anors,
2212   Les filles as frans vavasors
2213   Deüse ensenble o moi tenir
2214   En mes chanbres, por moi servir,
2215   Et les deüse marier
2216   Et as seignors por bien doner.
2217   Amis Tristran, en grant error
2218   Nos mist qui le boivre d’amor
2219   Nos aporta ensenble a boivre,
2220   Mex ne nos pout il pas deçoivre.»
2221    Tristran li dist: «Roïne gente,
2222   En mal uson nostre jovente.
2223   Bele amie, se je peüse,
2224   Par consel que je en eüse,
2225   Faire au roi Marc acordement,
2226   Qu’il pardonnast son mautalent
2227   Et qu’il preïst nostre escondit,
2228   C’onques nul jor, n’en fait n’en dit,
2229   N’oi o vos point de drüerie
2230   Qui li tornast a vilanie,
2231   N’a chevalier en son roiaume,
2232   Ne de Lidan tresqu’en Dureaume,
2233   S’il voloit dire que amor
2234   Eüse o vos por deshonor
2235   Ne m’en trovast en chanp, armé.
2236   Et s’il avoit en volenté,
2237   Quant vos avrïez deresnie,
2238   Qu’il me soufrist de sa mesnie,
2239   Gel serviroie o grant honor,
2240   Conme mon oncle et mon seignor :
2241   N’avroit soudoier en sa terre
2242   Qui miex le soufrist de sa gerre.
2243   Et s’il estoit a son plesir
2244   Vos a prendre et moi de gerpir,
2245   Qu’il n’eüst soin de mon servise,
2246   Ge m’en iroie au roi de Frise
2247   Ou m’en passeroie en Bretaigne,
2248   O Governal, sanz plus compaigne.
2249    «Roïne franche, ou que je soie,
2250   Vostre toz jorz me clameroie.
2251   Ne vosise la departie,
2252   S’estre peüst la compaignie,
2253   Ne fust, bele, la grant soufraite
2254   Que vos soufrez et avez faite
2255   Tanz dis, por moi, par desertine.
2256   Por moi perdez non de roïne :
2257   Estre peüses a anor
2258   En tes chanbres, o ton seignor,
2259   Ne fust, dame, li vins herbez
2260   Que a la mer nos fu donnez.
2261   Yseut, franche, gente façon,
2262   Conselle moi que nos feron.
2263   – Sire, Jesu soit gracïez,
2264   Qant degerpir volez pechiez.
2265   Amis, menbre vos de l’ermite
2266   Ogrin, qui de la loi escrite
2267   Nos preecha et tant nos dist,
2268   Quant tornastes a son abit
2269   Qui est el chief de cel boschage !
2270   Beaus amis douz, se ja corage
2271   Vos ert venuz de repentir,
2272   Or ne peüst mex avenir.
2273   Sire, corons a lui ariere.
2274   De ce sui tote fianciere :
2275   Consel nos doroit honorable,
2276   Par qoi a joie pardurable
2277   Porron ancore bien venir.»
2278   Tristran l’entent, fist un sospir
2279   Et dist : «Roïne de parage,
2280   Tornon arire a l’ermitage,
2281   Encor enuit ou le matin.
2282   O le consel de maistre Ogrin,
2283   Mandon au roi nostre talent
2284   Par briés, sans autre mandement.
2285   – Amis Tristran, mot dites bien.
2286   Au riche roi celestïen
2287   Puison andui crïer merci,
2288   Qu’il ait de nos, Tristran ami !»
[Tristano al Mal Pas e il giuramento di Isotta, vv. 3563-4266]

3563   Cele nuit fu la lune dime.
3564   Que diroie ? Li terme aprime
3565   De soi alegier la roïne.
3566   Tristran, li suens amis, ne fine,
3567   Vestu se fu de mainte guise :
3568   Il fu en legne, sanz chemise ;
3569   De let burel furent les cotes
3570   Et a quarreaus furent ses botes.
3571   Une chape de burel lee
3572   Out fait tallier, tote enfumee.
3573   Affublez se fu forment bien:
3574   Malade senble plus que rien :
3575   Et nequedent si ot s’espee
3576   Entre ses flans estoit noee.
3577   Tristran s’en part, ist de l’ostal,
3578   Celeement, a Governal
3579   Qui li enseigne et si li dit :
3580   «Sire Tristran, ne soiez bric.
3581   Prenez garde de la roïne
3582   Qu’el n’en fera semblant et signe.
3583   – Maistre, fait il, si ferai bien.
3584   Gardez que vos faciez mon buen.
3585   Ge me criem mot d’aperchevance.
3586   Prenez mon escu et ma lance,
3587   Ses m’aportez, et mon cheval
3588   Enreignez, mestre Governal.
3589   Se mestier m’est, que vos soiez
3590   Au pasage, prez, enbuschiez :
3591   Vos savez bien le buen passage,
3592   Pieç’a que vos en estes sage.
3593   Li cheval est blans conme flor :
3594   Covrez le bien trestot entor,
3595   Que il ne soit mes conneüz
3596   Ne de nul home aperceüz.
3597   La ert Artus atot sa gent,
3598   Et li rois Marc tot ensement.
3599   Cil chevalier d’estrange terre
3600   Bohorderont por los aquerre ;
3601   Et, por l’amor Yseut m’amie,
3602   I ferai tote une esbaudie.
3603   Sus la lance soit le penon
3604   Dont la bele me fist le don.
3605   Mestre, or alez, pri vos forment
3606   Que le faciez mot sauvement.»
3607   Prist son henap et son puiot,
3608   Le congié prist de lui, si l’ot.
3609   Governal vint a son ostel,
3610   Son hernois prist, ainz ne fist el,
3611   Puis si se mist tot a la voie.
3612   Il n’a cure que nus le voie.
3613   Tant a erré qu’enbuschiéz s’est
3614   Pres de Tristran, qui au Pas est.
3615   Sor la mote, au chief de la mare,
3616   S’asit Tristran sanz autre afaire.
3617   Devant soi fiche son bordon :
3618   Atachié fu a un cordon
3619   A quei l’aveit pendu au col.
3620   Entor lui sont li taier mol.
3621   Sor la mote forment se tret.
3622   Ne senbla pas home contret,
3623   Qar il ert gros et corporuz,
3624   Il n’ert pas nains, contrez, boçuz.
3625   La rote entent, la s’est asis.
3626   Mot ot bien bocelé son vis.
3627   Qant aucun passe devant lui,
3628   En plaignant disoit : «Mar i fui !
3629   Ja ne quidai estre aumosnier
3630   Ne servir jor de cest mestier,
3631   Mais n’en poon or mais el faire.»
3632   Tristran lor fait des borses trere,
3633   Que il fait tant chascun li done.
3634   Il les reçoit, que mot ne sone.
3635   Tex a esté set anz mignon,
3636   Ne set si bien traire guignon.
3637   Meïsmes li corlain a pié
3638   Et li garçon li mains proisié,
3639   Qui vont mangant par le chemin,
3640   Tristran, qui tient le chief enclin,
3641   Lor aumosne por Deu lor quiert.
3642   L’un l’en done, l’autre le fiert.
3643   Li cuvert gars, li desfaé
3644   Mignon, herlot l’ont apelé.
3645   Escoute Tristran, mot ne sone :
3646   Por Deu, ce dit, le lor pardone.
3647   Li corbel, qui sont plain de rage,
3648   Li font ennui, et il est sage.
3649   Truant le claiment et herlot.
3650   Il les convoie o le puiot,
3651   Plus de quatorze en fait saigner,
3652   Si qu’il ne püent estanchier.
3653   Li franc vaslet de bone orine
3654   Ferlin ou maalle esterline
3655   Li ont doné : il les reçoit.
3656   Il lor dit que il a toz boit.
3657   Si grant arson a en son cors
3658   A poine l’en puet geter fors.
3659   Tuit cil qui l’oient si parler
3660   De pitié prenent a plorer ;
3661   Ne tant ne qant pas nu mescroient
3662   Qu’il ne soit ladres cil quil voient.
3663   Pensent vaslet et escuier
3664   Qu’il se hastent d’aus alegier
3665   Et des tres tendre lor seignors,
3666   Pavellons de maintes colors :
3667   N’i a riche home n’ait sa tente.
3668   A plain erre, chemin et sente,
3669   Li chevalier vienent aprés.
3670   Mot a grant presse en cel marchés ;
3671   Esfondré l’ont, mos est li fans:
3672   Li cheval entrent jusq’as flans,
3673   Maint en i chiet, qui que s’en traie.
3674   Tristran s’en rist, point ne s’esmaie.
3675   Par contraire lor dit a toz :
3676   «Tenez vos reignes par les noz,
3677   Si hurtez bien de l’esperon ;
3678   Par Deu, ferez de l’esperon,
3679   Qu’il n’a avant point de taier.»
3680   Qant il le pensent essaier,
3681   Li marois font desoz lor piez.
3682   Chascun qui entre est entaiez :
3683   Qui n’a hueses, s’en a soffrete.
3684   Li ladres a la main fors traite ;
3685   Qant en voit un qui el tai voitre,
3686   Adonc flavele cil a cuite.
3687   Qant il le voit plus en fangoi,
3688   Li ladres dit : «Pensez de moi,
3689   Que Dex vos get fors du Mal Pas !
3690   Aidiez a noveler mes dras.»
3691   O sa botele el hanap fiert.
3692   En estrange leu les requiert ;
3693   Mais il le fait par lecherie,
3694   Qant or verra passer s’amie,
3695   Yseut, qui a la crine bloie,
3696   Que ele an ait en son cuer joie.
3697   Mot a grant noise en cel Mal Pas.
3698   Li passeor sollent lor dras,
3699   De luien puet l’om oïr les huz
3700   De ceus qui solle la paluz.
3701   Cil qui les passe n’est seüz.
3702    Atant es vos le roi Artus :
3703   Esgarder vient le passeor,
3704   O lui de ses barons plusor.
3705   Criement que li marois ne fonde.
3706   Tuit cil de la Table Reonde
3707   Furent venu sor le Mal Pas,
3708   O escu fres, o chevaus cras,
3709   De lor armes entreseigné.
3710   Tuit sont covert, que mens que pié
3711   Maint drap de soie i ot levé.
3712   Bohordant vont devant le gé.
3713    Tristran connoisoit bien le roi
3714   Artus, si l’apela a soi :
3715   «Sire Artus, rois, je sui malades,
3716   Bociez, meseaus, desfaiz et fades.
3717   Povre est mon pere, n’out ainz terre.
3718   Ça sui venuz l’aumosne querre,
3719   Mot ai oï de toi bien dire,
3720   Tu ne me doiz pas escondire.
3721   Tu es vestuz de beaus grisens
3722   De Renebors, si con je pens.
3723   Desoz la toile rencïene
3724   La toue char est blanche et plaine.
3725   Tes janbes voi de riche paile
3726   Chaucies et o verte maile,
3727   Et les sorchauz d’une escarlate.
3728   Roiz Artus, voiz con je me grate ?
3729   J’ai les granz froiz, qui qu’ait les chauz.
3730   Por Deu me donne ces sorchauz.»
3731   Li nobles rois en ot pitié :
3732   Dui damoisel l’ont deschaucié.
3733   Li malades les sorchaus prent,
3734   Otot s’en vet isnelement,
3735   Asis se rest sor la muterne.
3736   Li ladres nus de ceus n’esperne
3737   Qui devant lui sont trespassé ;
3738   Fait dras en a a grant plenté
3739   Et les sorchauz Artus le roi.
3740    Tristran s’asist sor le maroi.
3741   Qant il se fu iluec assis,
3742   Li rois Marc, fiers et posteïs,
3743   Chevaucha fort vers le taier.
3744   Tristran l’aqueut a essaier
3745   S’il porra rien avoir du suen.
3746   Son flavel sonë a haut suen,
3747   A sa voiz roe crie a paine;
3748   O le nes fait subler l'alaine:
3749   «Por Deu, roi Marc, un poi de bien !»
3750   S’aumuce trait, si li dit: «Tien,
3751   Frere, met la ja sus ton chief :
3752   Maintes foiz t’a li tens fait grief.
3753   – Sire, fait il, vostre merci !
3754   Or m’avez vos de froit gari.»
3755   Desoz la chape a mis l’aumuce.
3756   Qant qu’il puet la trestorne et muce.
3757   «Dom est tu, ladres ? fait li rois.
3758   – De Carloon, filz d’un Galois.
3759   – Quanz anz a esté fors de gent ?
3760   – Sire, trois anz i a, ne ment.
3761   Tant con je fui en saine vie,
3762   Mot avoie cortoise amie.
3763   Por lié ai je ces boces lees ;
3764   Ces tartaries plain dolees
3765   Me fait et nuit et jor soner
3766   Et o la noisë estoner
3767   Toz ceus qui je demant du lor
3768   Por amor Deu le criator.»
3769   Li rois li dit: «Ne celez mie
3770   Conment ce te donna t’amie.
3771   – Dans rois, ses sires ert meseaus,
3772   O lié faisoie mes joiaus,
3773   Cist maus me prist de la comune.
3774   Mais plus bele ne fu que une.
3775   – Qui est ele ? – La bele Yseut :
3776   Einsi se vest con cele seut.»
3777   Li rois l’entent: riant s’en part.
3778   Li rois Artus de l’autre part,
3779   En est venuz, qui bohordot:
3780   Joios se fist, que plus ne pout.
3781   Artus enquist de la roïne :
3782   «El vient, fait Marc, par la gaudine,
3783   Dan roi, ele vient o Andret :
3784   De lié conduire s'entremet."
3785   Dist l’un a l’autre : «Ne sai pas
3786   Conment isse de cest Mal Pas.
3787   Or eston ci, si prenon garde.»
3788    Li trois felon (qui mal feu arde !)
3789   Vindrent au gué, si demanderent
3790   Au malade par ont passerent
3791   Cil qui mains furent entaié.
3792   Tristran a son puiot drecié
3793   Et lor enseigne un grant molanc :
3794   «Vez la cel torbe après cel fanc,
3795   La est li droiz asseneors ;
3796   G’i ai veü passer plusors.»
3797   Li felon entrent en la faigne.
3798   La ou li ladres lor enseigne,
3799   Fange troverent a mervelle
3800   Desi q’as auves de la selle.
3801   Tuit troi chïent a une flote.
3802   Li malades fu sus la mote,
3803   Si lor cria : «Poigniez a fort,
3804   Se vos estes de tel tai ort.
3805   Alez, seignor ! Par saint apostre,
3806   Si me done chascun du vostre !»
3807   Li cheval fondent el taier :
3808   Cil se prenent a esmaier,
3809   Qar ne trovent rive ne fonz.
3810   Cil qui bohordent sor le mont
3811   Sont acoru isnelement.
3812   Oiez du ladre com il ment :
3813   «Seignors, fait il a ces barons,
3814   Tenez vos bien a vos archons.
3815   Mal ait cil fans qui est si mos !
3816   Ostez ces manteaus de vos cox,
3817   Si braçoiez parmié le tai.
3818   Je vos di bien (que tres bien sai),
3819   G’i ai hui veü gent passer.»
3820   Qui donc veïst henap casser !
3821   Qant li ladres le henap loche,
3822   O la coroie fiert la boche
3823   Et o l’autre des mains flavele.
3824   Atant es vos Yseut la bele.
3825   El taier vit ses ainemis.
3826   Sor la mote sist ses amis.
3827   Joie en a grant, rit et envoise.
3828   A pié decent sor la faloise.
3829    De l’autre part furent li roi
3830   Et li baron qu’il ont o soi,
3831   Qui esgardent ceus du taier
3832   Torner sor coste et ventrellier.
3833   Et li malades les arguë :
3834   «Seignors, la roïne est venue
3835   Por faire son desresnement.
3836   Alez oïr cel jugement.»
3837   Poi en i a joie n’en ait.
3838   Oiez du ladre, du desfait :
3839   Donoalen met a raison :
3840   «Pren t’a la main a mon baston,
3841   Tire a deus poinz mot durement.»
3842   Et cil li tent tot maintenant.
3843   Le baston li let li degiez :
3844   Ariere chiet, tot est plungiez,
3845   N’en vit on fors le poil rebors.
3846   Et qant il fu du tai trait fors,
3847   Fait li malades : «N’en poi mes.
3848   J’ai endormi jointes et ners,
3849   Les mains gourdes por le mal d’Acres,
3850   Les piez enflez por le poacres.
3851   Li maus a enpiriez ma force,
3852   Ses sont mi braz com une escorce.»
3853    Dinas estoit o la roïne,
3854   Aperçut soi, de l’uiel li cline.
3855   Bien sout Tristran ert soz la chape,
3856   Les trois felons vit en la trape ;
3857   Mot li fu bel et mot li plot
3858   De ce qu’il sont en lait tripot.
3859   A grant martire et a dolor
3860   Sont issu li encuseor
3861   Du taier defors : a certain,
3862   Ja ne seront mais nez sanz bain.
3863   Voiant le pueple se despollent,
3864   Les dras laisent, autres racuellent.
3865   Mais or oiez du franc Dinas,
3866   Qui fu de l’autre part du Pas :
3867   La roïne met a raison.
3868   «Dame, fait il, cel siglaton
3869   Estera ja forment laidiz.
3870   Cil garez est plain de rouïz :
3871   Marriz en sui, forment m’en poise,
3872   Se a vos dras point en adoise.»
3873   Yseut rist, qui n’ert pas coarde.
3874   De l’uel li guigne, si l’esgarde.
3875   Le penser sout a la roïne.
3876   Un poi aval, lez une espine,
3877   Torne a un gué, lui et Andrez,
3878   Ou trespasserent auques nez.
3879   De l’autre part fu Yseut sole.
3880   Devant le gué fu grant la fole
3881   Des deus rois et de lor barnage.
3882   Oiez d’Yseut com el fu sage !
3883   Bien savoit que cil l’esgardoient
3884   Qui outre le Mal Pas estoient.
3885   Ele est au palefroi venue,
3886   Prent les langues de la sambue,
3887   Ses noua desus les arçons :
3888   Nus escuiers ne nus garçons
3889   Por le taier mex nes levast
3890   Ne ja mex nes aparellast.
3891   Le lorain boute soz la selle,
3892   Le poitrail oste Yseut la bele,
3893   Au palefroi oste son frain.
3894   Sa robe tient en une main,
3895   En l’autre la corgie tint.
3896   Au gué o le palefroi vint,
3897   De la corgie l’a feru
3898   Et il passe outre la palu.
3899    La roïne out mot grant esgart
3900   De ceus qui sont de l’autre part.
3901   Li roi prisié s’en esbahirent
3902   Et tuit li autre qui le virent.
3903   La roïne out de soie dras :
3904   Aporté furent de Baudas,
3905   Forré furent de blanc hermine.
3906   Mantel, bliaut, tot li traïne.
3907   Sor ses espaules sont si crin,
3908   Bendé a ligne sor or fin.
3909   Un cercle d’or out sor son chief
3910   Qui empare de chief en chief,
3911   Color rosine, fresche et blanche.
3912   Einsi s’adrece vers la planche :
3913   «Ge vuel avoir a toi afere.
3914   – Roïne franche, debonere,
3915   A toi irai sanz escondire,
3916   Mais je ne sai que tu veus dire.
3917   – Ne vuel mes dras enpalüer :
3918   Asne seras de moi porter
3919   Tot souavet par sus la planche.
3920   – Avoi ! fait il, roïne franche,
3921   Ne me requerez pas tel plet :
3922   Je sui ladres, boçu, desfait.
3923   – Cuite, fait ele, un poi t’arenge !
3924   Quides tu que ton mal me prenge ?
3925   N’en aies doute, non fera.
3926   – A ! Dex, fait il, ce que sera ?
3927   A lui parler point ne m’ennoie.»
3928   O le puiot sovent s’apoie.
3929   «Diva ! malades, mot est gros !
3930   Tor la ton vis et ça ton dos :
3931   Ge monterai comme vaslet.»
3932   Et lors s’en sorrist li deget,
3933   Torne le dos, et ele monte.
3934   Tuit les gardent, et roi et conte.
3935   Ses cuises tient sor son puiot ;
3936   L’un pié sorleve et l’autre clot,
3937   Sovent fait senblant de choier,
3938   Grant chiere fai de soi doloir.
3939   Yseut la bele chevaucha,
3940   Janbe deça, janbe dela.
3941   Dist l’un a l’autre : «Or esgardez
3942   ......................
3943   Vez la roïne chevauchier
3944   Un malade qui seut clochier.
3945   Presqu’il ne chiet de sor la planche.
3946   Son puiot tient desor sa hanche.
3947   Alon encontre ce mesel
3948   A l’issue de cest gacel.»
3949   La corurent li damoisel.
3950   ......................
3951   Li rois Artus cele part torne,
3952   Et li autre trestot a orne.
3953   Li ladres ot enclin le vis,
3954   De l’autre part vint el païs.
3955   Yseut se lait escolorgier.
3956   Li ladres prent a reperier,
3957   Au departir il redemande,
3958   La bele Yseut, anuit viande.
3959   Artus dist : «Bien l’a deservi.
3960   Ha ! roïne, donez la li !»
3961   Yseut la bele dist au roi :
3962   «Par cele foi que je vos doi,
3963   Forz truanz est, asez en a.
3964   Ne mangera hui ce qu’il a.
3965   Soz sa chape senti sa guige.
3966   Rois, s’aloiere n’apetiche :
3967   Les pains demiés et les entiers
3968   Et les pieces et les quartiers
3969   Ai bien parmié le sac sentu.
3970   Viande a, si est bien vestu.
3971   De vos sorchauz, s’il les veut vendre,
3972   Puet il cinc soz d’esterlins prendre,
3973   Et de l’aumuce mon seignor,
3974   Achat berbiz, si soit pastor,
3975   Ou un asne qui past le tai.
3976   Il est herlot, si que jel sai,
3977   Hui a suï bone pasture,
3978   Trové a gent a sa mesure.
3979   De moi n’en portera qui valle
3980   Un sol ferlinc n’une maalle.»
3981   Grant joie en meinent li dui roi.
3982   Amené ont son palefroi,
3983   Montee l’ont , d’iluec tornerent.
3984   Qui ont armes lors bohorderent
3985     Tristran s’en vet du parlement,
3986   Vient a son mestre, qui l’atent.
3987   Deus chevaus riches de Castele
3988   Ot amené, o frain, o sele,
3989   Et deus lances et deus escuz.
3990   Mot les out bien desconneüz.
3991   Des chevaliers que vos diroie ?
3992   Une guinple blanche de soie
3993   Out Governal sor son chief mise :
3994   N’en pert que l’uel en nule guise.
3995   Arire s’en torne le pas.
3996   Mot par ot bel cheval et cras.
3997   Tristran rot le Bel Joeor :
3998   Ne puet on pas trover mellor.
3999   Cote, sele, destrier et targe
4000   Out couvert d’une noire sarge ;
4001   Son vis out covert d’un noir voil,
4002   Tot est covert et chief et poil.
4003   A sa lance ot l’enseigne mise
4004   Que la bele li ot tramise.
4005   Chascun monte sor son destrier,
4006   Chascun out çaint le brant d’acier.
4007   Einsi armé, sor lor chevaus,
4008   Par un vert pré, entre deus vaus,
4009   Sordent sus en la Blanche Lande.
4010   Gauvain, li niés Artus, demande
4011   Gerflet : «Vez en la deus venir,
4012   Qui mot vienent de grant aïr.
4013   Nes connois pas : ses tu qu’il sont ?
4014   – Ges connois bien, Girflet respont.
4015   Noir cheval a et noire enseigne :
4016   Ce est li Noirs de la Montaigne.
4017   L’autre connois as armes vaires,
4018   Qar en cest païs n’en a gaires.
4019   Il sont faé, gel sai sans dote.»
4020   Icil vindrent fors de la rote,
4021   Les escus pris, lances levees,
4022   Les enseignes as fers fermees.
4023   Tant bel portent lor garnement
4024   Conme s’il fusent né dedenz.
4025   Des deus parolent assez plus
4026   Li rois Marc et li rois Artus
4027   Qu’il ne font de lor deus compaignes,
4028   Qui sont laïs es larges plaignes.
4029   Es rens perent li dui sovent,
4030   Esgardé sont de mainte gent.
4031   Parmié l’angarde ensenble poignent,
4032   Mais ne trovent a qui il joignent.
4033   La roïne bien les connut :
4034   A une part du renc s’estut,
4035   Ele et Brengain. Et Andrez vint
4036   Sor son destrier, ses armes tint ;
4037   Lance levee, l’escu pris,
4038   A Tristran saute en mié le vis.
4039   Nu connoisoit de nule rien,
4040   Et Tristran le connoisoit bien.
4041   Fiert l’en l’escu, en mié la voie
4042   L’abat et le braz li peçoie.
4043   Devant les piez a la roïne
4044   Cil jut sanz lever sus l’eschine.
4045   Governal vit le forestier
4046   Venir des tres, sor un destrier,
4047   Qui vout Tristran livrer a mort
4048   En sa forest, ou dormoit fort.
4049   Grant aleüre a lui s’adrece.
4050   Ja ert de mort en grant destrece.
4051   Le fer trenchant li mist el cors,
4052   O l’acier bote le cuir fors.
4053   Cil chaï mort, si c’onques prestre
4054   N’i vint a tens ne n’i pot estre.
4055   Yseut, qui ert et franche et sinple,
4056   S’en rist doucement soz sa ginple.
4057   Gerflet et Cinglor et Ivain,
4058   Tolas et Coris et Vauvain
4059   Virent laidier lor compaignons :
4060   «Seignors, fait Gaugains, que ferons ?
4061   Li forestier gist la baé.
4062   Saciez que cil dui sont faé.
4063   Ne tant ne qant né connoisons :
4064   Or nos tienent il por bricons.
4065   Brochons a eus, alons les prendre.
4066   – Quis nos porra, fait li rois, prendre
4067   Mot nos avra servi a gré.»
4068   Tristran se trait aval au gé,
4069   Et Governal, outre passerent.
4070   Li autre sire nes oserent,
4071   En pais remestrent, tuit estroit ;
4072   Bien penserent fantosme soit.
4073   As herberges vuelent torner,
4074   Qar laisié ont le bohorder.
4075    Artus la roïne destroie.
4076   Mot li senbla breve la voie
4077   ......................
4078    Qui la voie aloignast sor destre.
4079   Decendu sont a lor herberges.
4080   En la lande out assez herberges :
4081   Mot en costerent li cordel.
4082   En leu de jonc et de rosel,
4083   Glagié avoient tuit lor tentes.
4084   Par chemins vienent et par sentes ;
4085   La Blanche Lande fu vestue,
4086   Maint chevalier i out sa drue.
4087   Cil qui la fu enz en la pree
4088   De maint grant cerf ot la menee.
4089   La nuit sejornent an la lande.
4090   Chascuns rois sist a sa demande.
4091   Qui out devices n’est pas lenz :
4092   Li uns a l’autre fait presenz.
4093   Ly rois Artus, aprés mengier,
4094   Au tref roi Marc vait contoier,
4095   Sa privee maisnie maine.
4096   La ot petit de dras de laine,
4097   Tuit li plusor furent de soie.
4098   Des volseüres que diroie ?
4099   De laine i out, ce fu en graine,
4100   Escarlate cel drap de laine ;
4101   Molt i ot gent de riche ator,
4102   Nus ne vit deus plus riches corz :
4103   Mestier nen est dont la nen ait.
4104   Es pavellons ont joie fait.
4105   La nuit devisent lor afaire,
4106   Conment la franche debonere
4107   Se doit deraisnier de l’outrage,
4108   Voiant les rois et lor barnage.
4109    Couchier s’en vet li rois Artus
4110   O ses barons et o ses druz.
4111   Maint calemel, mainte troïne,
4112   Qui fust la nuit en la gaudine
4113   Oïst an pavellon soner.
4114   Devant le jor prist a toner :
4115   A fermeté, fu de chalor.
4116   Les gaites ont corné le jor :
4117   Par tot commencent a lever,
4118   Tuit sont levé sanz demorer.
4119    Li soleuz fu chauz sor la prime,
4120   Choiete fu et nielle et frime.
4121   Devant les tentes as deus rois
4122   Sont asenblé Corneualois :
4123   N’out chevalier en tot le reigne
4124   Qui n’ait o soi a cort sa feme.
4125   Un drap de soie, un paile bis
4126   Devant le tref au roi fu mis :
4127   Ovrez fu en bestes, menuz.
4128   Sor l’erbe vert fu estenduz.
4129   Li dras fu achaté en Niques.
4130   En Cornoualle n’ot reliques
4131   En tresor ne en filatieres,
4132   En aumaires n’en autres ceres,
4133   En fiertres n’en escrinz n’en chases,
4134   En croiz d’or ne d’argent, n’en mases,
4135   Sor le paile les orent mises,
4136   Arengies, par ordre asises.
4137   Li roi se traient une part,
4138   Faire i volent loial esgart.
4139   Li rois Artus parla premier,
4140   Qui de parler fu prinsautier :
4141   «Rois Marc, fait il, qui te conselle
4142   Tel outrage si fait mervelle :
4143   Certes, fait il, sil se desloie.
4144   Tu es legier a metre en voie,
4145   Ne dois trover parole fause.
4146   Trop te feroit amere sause
4147   Qui parlement te fist joster.
4148   Mot li devroit du cors coster
4149   Et ennuier, qui voloit faire.
4150   La franche Yseut, la debonere,
4151   Ne veut respit ne terme avoir.
4152   Cil püent bien de fi savoir,
4153   Qui vendront sa deresne prendre,
4154   Que ges ferai encore pendre,
4155   Qui la reteront de folie
4156   Pus sa deresne, par envie :
4157   Digne seroient d’avoir mort.
4158   Or oiez, roi, qui ara tort :
4159   La roïne vendra avant,
4160   Si qel verront petit et grant,
4161   Et si jurra o sa main destre,
4162   Sor les corsainz, au roi celestre
4163   Qu’el onques n’ot amor commune
4164   A ton neveu, ne deus ne une,
4165   Que l’en tornast a vilanie,
4166   N’amor ne prist par puterie.
4167   Dan Marc, trop a ice duré :
4168   Qant ele avra eisi juré,
4169   Di tes barons qu’il aient pes.
4170   – Ha ! sire Artus, qu’en pus je mes ?
4171   Tu me blasmes, et si as droit,
4172   Quar fous est qui envieus croit.
4173   Ges ai creüz outre mon gré.
4174   Se la deraisne est en cel pré,
4175   Ja n’i avra mais si hardiz,
4176   Se il aprés les escondiz
4177   En disoit rien se anor non,
4178   Qui n’en eüst mal gerredon.
4179   Ce saciez vos, Artus, frans rois,
4180   C’a esté fait, c’est sor mon pois.
4181   Or se gardent d’ui en avant !»
4182   Li consel departent atant.
4183    Tuit s’asistrent par mié les rens,
4184   Fors les deus rois. C’est a grant sens :
4185   Yseut fu entre eus deus as mains.
4186   Pres des reliques fu Gauvains ;
4187   La mesnie Artus, la proisie,
4188   Entour le paile est arengie.
4189   Artus prist la parole en main,
4190   Qui fut d’Iseut le plus prochain :
4191   «Entendez moi, Yseut la bele,
4192   Oiez de quoi on vos apele :
4193   Que Tristran n’ot vers vos amor
4194   De puteé ne de folor,
4195   Fors cele que devoit porter
4196   Envers son oncle et vers sa per.
4197   – Seignors, fait el, por Deu merci
4198   Saintes reliques voi ici.
4199   Or escoutez que je ci jure,
4200   De qoi le roi ci asseüre :
4201   Si m’aït Dex et saint Ylaire,
4202   Ces reliques, cest saintuaire,
4203   Totes celes qui ci ne sont
4204   Et tuit celes de par le mont,
4205   Q’entre mes cuises n’entra home
4206   Fors le ladre qui fist sorsome,
4207   Qui me porta outre les guez,
4208   Et li rois Marc mes esposez.
4209   Ces deus ost de mon soirement,
4210   Ge n’en ost plus de tote gent.
4211   De deus ne me pus escondire:
4212   Du ladre, du roi Marc, mon sire.
4213   Li ladres fu entre mes janbes
4214   ......................
4215   Qui voudra que je plus en face,
4216   Tote en sui preste en ceste place.»
4217    Tuit cil qui l’ont oï jurer
4218   Ne püent pas plus endurer :
4219   «Dex! fait chascuns, si fiere en jure :
4220   Tant en a fait après droiture !
4221   Plus i a mis que ne disoient
4222   Ne que li fel ne requeroient :
4223   Ne li covient plus escondit
4224   Qu’avez oï, grant et petit,
4225   Fors du roi et de son nevo.
4226   Ele a juré et mis en vo
4227   Q'entre ses cuises nus n’entra
4228   Que li meseaus qui la porta
4229   Ier, endroit tierce, outre les guez,
4230   Et li rois Marc, ses esposez.
4231   Mal ait jamais l’en mesquerra !»
4232    Li niès Artus en piez leva,
4233   Le roi Marc a mis a raison,
4234   Que tuit l'oïrent li baron :
4235   «Rois, la deraisne avon veüe
4236   Et bien oïe et entendue.
4237   Or esgardent li troi felon,
4238   Donoalent et Guenelon,
4239   Et Goudoïne li mauvés,
4240   Qu’il ne parolent sol jamés.
4241   Ja ne seront en cele terre
4242   Que m’en tenist ne pais ne gerre,
4243   Des que j’orroie la novele
4244   De la roïne Yseut la bele,
4245   Que n’i allons a esperon
4246   Lui deraisnier par grant raison.
4247   – Sire, fait el, vostre merci !»
4248   Mot sont de cort li troi haï.
4249   Les corz departent, si s’en vont.
4250   Yseut la bele o le chief blont
4251   Mercie mot le roi Artur.
4252   «Dame, fait-il, je vos asur :
4253   Ne troverez mais qui vos die,
4254   Tant com j’aurais santé ne vie,
4255   Nis une rien se amor non.
4256   Mal le penserent li felon.
4257   Ge prié le roi vostre seignor,
4258   Et feelment, mot par amor,
4259   Que mais felon de vos ne croie.»
4260   Dist li roi Marc : «Se jel faisoie
4261   D’or en avant, si me blasmez.»
4262   Li uns de l’autre s’est sevrez,
4263   Chascun s’en vient a son roiaume :
4264   Li rois Artus vient a Durelme,
4265   Rois Marc remest en Cornoualle.
4266   Tristran sejorne, poi travalle.

								
To top