E18580 FRENCH 0 C1nagement0 Plan0 REPORT

Document Sample
E18580 FRENCH 0 C1nagement0 Plan0 REPORT Powered By Docstoc
					                                                                                            E1858

    REPUBLIQUE DU CAMEROUN                                            REPUBLIC OF CAMEROON
           Paix – Travail – Patrie                                       Peace – Work – Fatherland
                ---------------                                                 ---------------
    MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE                                     MINISTRY OF PUBLIC HEALTH
                ---------------                                                 ---------------
         SECRETARIAT GENERAL                                          SECRETARY GENERAL’S OFFICE
                ---------------                                                 ---------------
DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE                            DEPARTMENT OF HEALTH PROMOTION
                ---------------                                                ---------------
   SOUS-DIRECTION DE L’HYGIENE ET DE                                 SUB-DEPARTMENT OF HYGIENE
           L’ASSAINISSEMENT                                                AND SANITATION
                ---------------                                                ---------------




         PLAN DE GESTION DES DECHETS HOSPITALIERS



                                   RAPPORT PROVISOIRE


                                            Avril 2008




                                      Mbaye Mbengue FAYE
                        Consultant en Évaluation Environnementale et Sociale
                                    Email : mbmbfaye@yahoo.fr
                                           fayeconseil@orange.sn
                           Tél : (221) 33 832 44 31 – (221) 77 549 76 68
                                          Dakar – Sénégal
                                                                                                                                                          2




                                                          TABLE DE MATIERES


     LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................................. 4

A.        INTRODUCTION ................................................................................................................5

     1.       PROBLEMATIQUE ET CONTEXTE ...................................................................................... 5

     2.       OBJECTIF DE L’ETUDE .......................................................................................................... 5

     3.       Méthodologie de l’étude .............................................................................................................. 6

     4.       Structuration du rapport ............................................................................................................ 6

B.        GENERALITES SUR LE CAMEROUN ..........................................................................7

     1.       Présentation du pays.................................................................................................................... 7

     2.       Situation démographique et socioéconomique .......................................................................... 8

     3.       Situation sanitaire ........................................................................................................................ 8

     4.       Stratégie Sectorielle de santé....................................................................................................... 9

C.        EVALUATION DE LA GESTION DES DH ..................................................................17

     1.       Définition des Déchets hospitaliers (DH) ................................................................................. 17

     2.       Typologies et caractérisation des déchets hospitaliers............................................................ 17

     3.       Estimation de la Production de dechets solides ....................................................................... 18

     4.       Analyse du cadre politique, institutionnel et juridique .......................................................... 19

     5.       Analyse organisationnelle, technique et financière ................................................................. 27

     6.       Synthèse de l’analyse situationnelle ......................................................................................... 35

     7.       Impacts environnementaux, sanitaires et sociaux des DH ..................................................... 39

D.        STRATEGIE NATIONALE de gestion des DH.............................................................. 41

     1.       But, Objectifs, Orientations stratégiques................................................................................. 41

     2.       Principes et Orientations stratégiques ..................................................................................... 42

     3.       Aspects techniques de la stratégie de gestion des DH ............................................................. 45

     4.       Normes, procédures et standards ............................................................................................. 52
                                                                                                                                                       3


     5.       Renforcement des capacités dans la gestion des DH............................................................... 54

     6.       Financement de la gestion des DH............................................................................................ 57

     7.       Implication du secteur privé ..................................................................................................... 58

     8.       STRATEGIE de MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES DH ......... 60

     9.       Charte des responsabilités......................................................................................................... 60

E.        PLAN D’ACTION ..............................................................................................................65

     1.       Cadrage global et orientations stratégiques ............................................................................ 65

     2.       Objectifs et activités du Plan d’action...................................................................................... 67

     3.       Résultats Attendus ..................................................................................................................... 70

     4.       Arrangements institutionnels de mise en œuvre ..................................................................... 70

     5.       Plan d’Action Prioritaire (2008-2012)...................................................................................... 71

F.        ANNEXES...........................................................................................................................74

     1.       Annexes Techniques .................................................................................................................. 74

     2.       Annexes Générales ..................................................................................................................... 84


                                                           LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1          Formations sanitaires publiques .............................................................................................11
Tableau 2          Production journalière de DH .................................................................................................18
Tableau 3          Appréciation des CAP en gestion DH pour les catégories d’acteurs......................................33
Tableau 4          Besoins en Formation/ Sensibilisation et Stratégie ................................................................34
Tableau 5          Analyse comparative des technologies de traitement des DH solides ....................................50
Tableau 6          Analyse comparative des différentes technologies de traitement des déchets liquides ..........51
                                                                                      4



                            LISTE DES ABREVIATIONS

BM         :   Banque Mondiale
CAP        :   Connaissance, Attitudes et Pratiques
CCC        :   Communication pour le Changement de Comportements
CET        :   Centres d’Enfouissement Technique
CHH        :   Comité d’Hygiène Hospitalière
CMA        :   Centre Médical Ambulatoire
CSI        :   Centre de Santé Intégré
DEP        :   Direction Etudes et Projets
DH         :   Déchets hospitaliers
DPS        :   Direction de la Promotion de la Santé
DPSP       :   Délégation Provinciale de la Santé Publique
DOSTS      :   Direction de l’Organisation des Soins et de la Technologie Sanitaire
DN         :   Direction des Normes (MINEP)
DRFP       :   Direction Ressources Financière et du Patrimoine
DROS       :   Division da la Recherche Opérationnelle en santé
DS         :   District Sanitaire
DSF        :   Direction Santé Familiale
HD         :   Hôpital de District
HP         :   Hôpital Provincial
GDH        :   Gestion des déchets hospitaliers
MINEP      :   Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature
MINSANTE   :   Ministère de la Santé Publique
OMS        :   Organisation Mondiale de la Santé
OCB        :   Organisation Communautaire de Base
ONG        :   Organisation Non Gouvernementale
PAP        :   Plan d’Action Prioritaire
PNGE       :   Plan National de Gestion de l’Environnement
SG         :   Secrétaire Général (MINSANTE)
SIDA       :   Syndrome d’Immunodéficience Acquise
SNGD       :   Stratégie National de Gestion des Déchets
ST/SSS     :   Secrétariat Technique/ Stratégie Sectorielle de Santé
ST/CUY     :   Service Technique de la Communauté Urbaine de Yaoundé
TGS        :   Technicien du Génie sanitaire
UHH        :   Unité d’Hygiène Hospitalière
VIH        :   Virus d’Immunodéficience Humaine
                                                                                                             5


A. INTRODUCTION

 1. PROBLEMATIQUE ET CONTEXTE

Les établissements hospitaliers toutes catégories confondues génèrent de quantités importantes de déchets.
Au Cameroun en général, la gestion des déchets hospitaliers est réalisée dans des conditions peu
satisfaisantes. Leur évacuation se fait sans précaution dans la grande majorité des cas au même titre que
les ordures ménagères et autres déchets urbains. Les facteurs d’aggravation de la situation sont d’une part
l’augmentation du volume des déchets qui se traduit par la fréquentation croissante des formations
sanitaires, la couverture vaccinale de tous les antigènes, plus l’introduction de nouveaux vaccins,
l’utilisation du matériel à usage unique (seringue…) et d’autre part les comportements des personnels de
Santé et les usagers.

La gestion des déchets hospitaliers constitue une préoccupation majeure en termes de risque
environnemental et sanitaire aussi bien pour les autorités du MINSANTE que pour les formations
sanitaires, les collectivités locales et les populations en général. En effet, dans la plupart des formations
sanitaires, des déficiences sont notées en termes de matériel de stockage et de collecte, de systèmes
écologiques d’élimination, de faiblesses des connaissances et de médiocrité des comportements dans la
manipulation des déchets hospitaliers.

La gestion inappropriée des déchets hospitaliers, notamment ceux infectés, fait peser de graves menaces,
non seulement sur le milieu environnant, mais surtout sur la santé de plusieurs catégories d’acteurs, en
particulier le personnel travaillant dans les formations sanitaires, mais aussi les agents de collecte
municipaux et les personnes (notamment les enfants) qui s’adonnent au recyclage des déchets. Cette
situation est aggravée par le rejet quais généralisé des déchets hospitaliers au niveau des décharges
municipales d’ordures ménagères (à cause d’absence de systèmes performants d’élimination), mais aussi
par le développement des soins à domicile (automédication) qui s’accompagne d’un rejet de déchets
infectieux.

Les déchets hospitaliers constituent un réservoir de micro-organismes potentiellement dangereux
susceptibles d’infecter les malades hospitalisés, les agents de santé et le grand public. Les risques liés à
leur mauvaise gestion portent globalement sur (i) des blessures accidentelles (risques d’accident pour
personnel de santé et les enfants qui jouent ou qui font leurs besoins sur les décharges d’ordure ainsi que
les récupérateurs non avisés ; (ii) des intoxications aiguës ; (iii) des infections nosocomiales et des
nuisances pour le personnel de santé et celui chargé de la collecte.

Pour pallier à cette situation fort déconcertante, les autorités gouvernementales du Cameroun, par le biais
du Ministère de la Santé Publique (MINSANTE), ont décidé de prendre à bras le corps cette
problématique et d’élaborer, avec l’appui de la Banque mondiale, un Plan National de Gestion des
Déchets Hospitaliers.


 2. OBJECTIF DE L’ETUDE

L’objectif de la présente étude est d’élaborer un système pertinent de planification et de gestion des déchets
hospitaliers dont la mise en œuvre permettra d’améliorer la santé publique, tout en respectant les exigences et
normes environnementales, techniques et socioculturelles du Cameroun. L’étude devra permettre de
déterminer les différentes étapes de gestion, de renforcer la coordination et d’identifier les besoins en
investissements spécifiques et renforcement de capacités ainsi que les mesures de formation. Elle devra
permettre également une évaluation adéquate des ressources financières requises ainsi qu’un dispositif
institutionnel approprié pour sa mise en œuvre opérationnelle.
                                                                                                                      6



En d’autres termes, il s’agira d’élaborer (i) un document d’évaluation de la situation actuelle ; (ii) un
document de stratégie fixant les orientations majeures et les arrangements institutionnels de
financement, de mise en œuvre et de suivi; (iii) un Plan d’action permettant d’identifier des activités
précises mettre en œuvre à court, moyen et long terme et incluant un Plan d’action prioritaire (PAP)
chiffré.

    3. METHODOLOGIE DE L’ETUDE

La méthodologie mise en œuvre dans le cadre de l’étude a combiné plusieurs types de démarches, en
particulier :
    - la collecte et l’exploitation de l’ensemble des documents relatives aux déchets hospitaliers au
         Cameroun (textes législatifs et réglementaires, documents techniques, etc.) ;
    - l’organisation de rencontres avec les principales catégories d’acteurs interpellées par la gestion
         des déchets hospitaliers au niveau central que provincial :
              o services techniques de l’Etat : MINSANTE (ST/SSS, DSP ; DEP ; DOSTS, DSF, etc.) ;
                  DPSP (Littoral, Ouest, Sud Ouest, Adamaoua et Nord) ; MINEP/DN ; Délégation
              o services techniques des Collectivités locales (Service Environnement/CU Douala),
              o institutions privées (HYSACAM, BOCOM)
              o Partenaires au Développement (OMS, GTZ, etc.)
    - les visites des formations sanitaires sur la base d’un échantillon représentatif de la typologie des
         de structures sanitaires1 ( HG, HC, HP, HD ; CMA et CSI au niveau des provinces du Centre, du
         Littoral, du Sud Ouest, de l’Ouest , de l’Adamaoua et du Nord)
    - la visite de décharges publiques d’ordures ménagères (Douala et Yaoundé).


 4. STRUCTURATION DU RAPPORT
Le présent rapport est structuré autour des parties suivantes :

     -   Introduction
     -   Généralités sur le pays
     -   Evaluation de la gestion des déchets hospitaliers
     -   Document de Stratégie gestion des déchets hospitaliers
     -   Plan d’action
     -   Annexes généraux et techniques




1
  Les paramètres d’échantillonnage ont été raisonnés sur la base de la typologie des formations, les questions liées au
statut (public, privé) et à l’échelle (niveau national, provincial et district.).
                                                                                                            7



B. GENERALITES SUR LE CAMEROUN

 1. PRESENTATION DU PAYS

Pays d’Afrique Centrale, situé au fond du Golfe de Guinée, entre les 2ème et 3ème degré latitude nord, le
Cameroun s’étire en hauteur, du Sud au lac Tchad, sur près de 1200km ; la base s’étale d’Ouest en Est sur
800 km , présentant ainsi une superficie d’environ 472 000 km². Le Cameroun est limité à l’Est par le
Tchad et la République Centrafricaine, au Sud par le Congo, le Gabon et la Guinée Equatoriale, au Sud-
Ouest par l’Océan Atlantique, à l’Ouest par le Nigeria. Enfin, au sommet supérieur du triangle, au Nord, il
est coiffé par le Lac Tchad.

Sur le plan politique, la constitution de janvier 1996, institue un Etat unitaire décentralisé avec séparation
des pouvoirs et un multipartisme intégral engagé depuis 1990. Au plan de l’organisation administrative, le
Cameroun est découpé en 10 Provinces subdivisées en 58 Départements, eux-mêmes éclatés en 269
Arrondissements et 53 Districts administratifs. Le Cameroun compte plus de 200 langues nationales et
deux langues officielles : le Français et l’Anglais.

Le milieu naturel du Cameroun est diversité, On dit de ce pays qu’il est
« L’Afrique en miniature » En effet, plusieurs types de régions naturelles contribuent à sa diversité
géographique :

       Le sud forestier (provinces du Centre, de l’Est, du Littoral, du Sud et Sud-ouest) se situe dans des
        zones maritimes et équatoriales et se caractérise par une végétation dense, un vaste réseau
        Hydrographique et un climat chaud et humide aux précipitations abondantes. Cette région est
        propice à la culture du cacao, du palmier à huile, de la banane, de l’hévéa, du tabac… Elle abrite
        les deux plus grandes villes du pays ; Douala (principal port maritime et capitale économique avec
        ses activités commerciales et industrielles) et Yaoundé (deuxième ville et capitale politique et
        administrative). D’importants Centres urbains comme la ville d’Edéa, caractérisée par son
        industrie lourde et sa centrale hydroélectrique, et Limbé, siège de l’industrie pétrolière, font
        également partie de cette région.

       Les hauts plateaux de l’Ouest (provinces de l’Ouest et du Nord-Ouest), dont l’altitude moyenne
        est supérieure à 1 100 m, forment une région riche en terres volcaniques favorables à l’agriculture
        (café, produits maraîchers…) La végétation y est moins dense que dans le sud forestier et le climat
        frais qui y règne et favorable à l’éclosion de toutes sortes d’activités. La forte densité de
        peuplement par rapport à la moyenne nationale en fait une des premières zones d’émigration. Les
        principales villes sont Bafoussam et Bamenda.

       Le Nord soudano sahélien (provinces de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême- Nord) est une
        région de savanes et de steppes. En dehors du plateau de l’Adamaoua où le climat est plus
        tempéré, le reste de cette région est caractérisé par un climat tropical chaud et sec aux
        précipitations de plus en plus limitées au fur et à mesure que l’on se rapproche du Lac Tchad. La
        région est propice à l’élevage du bovin et à la culture du coton et mil.
                                                                                                           8



 2. SITUATION DEMOGRAPHIQUE ET SOCIOECONOMIQUE

Sa population est estimée 15200 000 habitants. Elle vit à 62% en milieu rural. En termes numériques, la
province de l’Extrême Nord est la plus peuplée des dix, que compte le Cameroun. Elle abrite 17,3 % de
la population totale, et est suivie des provinces du Centre et du Littoral qui ont respectivement 15,9 et 14
% de la population totale. La province du Sud est la moins peuplée avec 3,4 % de la population totale.

Le Cameroun compte plus de 230 ethnies réparties en cinq grands groupes qui sont : les Soudanais, les
Hamites, les Sémites, les Bantous, les Pygmées. Ces groupes pratiquent des religions diverses :
Christianisme, Islam, Animisme, etc.

L’économie du Cameroun est essentiellement agropastorale, les secteurs primaire et secondaire occupent
respectivement 73,8% et 6,3% de la population active. La croissance de l’économie camerounaise au
cours des dernières années repose surtout sur le secteur pétrolier, qui compte pour près de 5% du PIB,
50% des recettes d’exportation et environ 25% des recettes de l’Etat. L’analyse quantitative révèle que
le taux de pauvreté monétaire au Cameroun demeure encore élevé à 40% de la population en 2001. Le
pouvoir d’achat reste très bas et limite l’accès aux soins de santé primaires. L’espérance de vie est de 56,7
ans chez les hommes et 61,3 ans chez les femmes.


 3. SITUATION SANITAIRE

Le Cameroun dispose d’une infrastructure sanitaire acceptable malgré les disparités régionales et les
problèmes liés à la qualité de service. Moins de la moitié de la population accédait à l’eau potable en l’an
2000. Le système d’assainissement collectif est presque inexistant dans les grandes villes du pays. Le
contrôle de qualité des aliments ne s’opère pas de manière efficace faute d’un laboratoire de contrôle de
qualité viable et d’une insuffisance de personnel qualifié. L’enlèvement des déchets urbains est régulier
uniquement dans les villes de Yaoundé et Douala. Il faut cependant relever l’absence d’une politique
intégrée d’IEC en matière de santé et environnement.

Le profil épidémiologique du Cameroun, comme celui de la plupart des pays en Afrique au Sud du Sahara,
est dominé par les maladies infectieuses et parasitaires. Il convient ce pendant de souligner la tendance à
l’augmentation de la prévalence de certaines pathologies telles que l’hypertension artérielle, le diabète
sucré et les cancers. Par ailleurs, certaines maladies qui avaient considérablement régressé sont en
recrudescence : c’est le cas de la tuberculose, de la Trypanosomiase humaine africaine (THA) etc…. La
situation épidémiologique se trouve aujourd’hui aggravée par la pandémie galopante de l’infection à
VIH/SIDA. Les infections respiratoires, les dermatoses, les maladies gastro-intestinales constituent les
principales causes de morbidité après le paludisme dans la population générale. Les indicateurs de santé,
eau et assainissement se présentent ainsi :
     Population ayant accès aux services de Santé : 15%
     Taux de mortalité infantile : 77%o
     Naissance suivie par du personnel de santé : 50%
     Taux de couverture vaccinale : 50%
     Taux de personnes ayant accès à l’Eau potable : 44,2%
     Population ayant accès aux services adéquats d’assainissement : 89%
                                                                                                           9



 4. STRATEGIE SECTORIELLE DE SANTE

         a. Politique nationale de santé

La politique sectorielle de santé a pour objectif principal « l’amélioration de l’état de santé des
populations grâce à l’accroissement de l’accessibilité aux soins intégrés et de qualité pour l’ensemble de la
population et avec la participation des communautés ». Les éléments essentiels de cette politique
sectorielle visent entre autres ;
     L’implication des communautés au co-financement et à la co-gestion des services de santé
         (création des structures de dialogue à tous les niveaux telles que comités de santé, comités de
         gestion etc.), en vue de la responsabilisation de celles-ci vis à vis de leurs problèmes de santé.
     Le développement du partenariat entre les pouvoirs publics, les communautés bénéficiaires et tous
         les autres intervenant en matière de santé.

La politique sectorielle de santé repose sur cinq principes fondamentaux :
     L’engagement du Gouvernement à garantir la santé de la population, droit fondamental de tout
        individu ;
     Le droit et l’obligation pour tous de participer individuellement et collectivement à la prise en
        charge des problèmes de santé ;
     Le devoir pour le Gouvernement d’assurer la solidarité, l’équité et la justice sociale ;
     Le respect des engagements pris par le Gouvernement auprès de la communauté internationale
        pour promouvoir la santé de la population ;
     le respect des droits à l’information, de l’intégrité de l’individu, y compris son libre arbitre en
        matière de santé.
                                                                                                            10



          b. Organisation du secteur de santé

C’est dans le cadre de la mise en œuvre de ces principes que le Système National de Santé (SNS) a été
organisé en trois grands niveaux :
     Le niveau Central ou stratégique, chargé de la conception des stratégies permettant l’exécution
        des grands programmes et projets de santé, appuyé par les hôpitaux de 1ère et 2ème catégorie dont
        les tâches primaires sont la formation, la recherche et la prestation des soins secondaires ;
     Le niveau intermédiaire ou provincial, chargé de l’appui technique du niveau périphérique et qui
        dispose des hôpitaux de 3ème catégorie dont la tâche essentielle est la prestation des soins
        secondaires ;
     Le niveau périphérique ou opérationnel, zone d’interface entre la communauté et les services de
        santé, chargé de l’exécution proprement dite des activités de soins de santé primaires.

Cette approche a été matérialisée par le Décret du 19 août 2002 portant organisation du Ministère de la
Santé Publique en :

       Services centraux :
        - Le Cabinet du Ministre ;
        - L’Administration Centrale placée sous la coordination d’un Secrétariat Général et comportant
           des Cellules, des Divisions et des Directions dont celle de la Promotion de la Santé.

       Services extérieurs :
        - Les Délégations Provinciales ;
        - Les Services de santé de district ;
        - Les formations sanitaires publiques.

       Organisations techniques spécialisées;
        - Centre Pasteur du Cameroun ;
        - Centre Hospitalier Universitaire.

Le secteur sanitaire privé
La gestion des formatons sanitaires privées, notamment à but lucratif, se fait individuellement et constitue
un monopole de professionnels de la santé. A côté de ces exploitations individuelles, les associations
notamment confessionnelles et les ONGs ouvrent de plus en plus des établissements sanitaires privés.

          c. Infrastructures sanitaires
Le Cameroun est divisé en dix provinces sanitaires dénommées « Délégations provinciales de Santé
Publique ». Chaque délégation est répartie en districts de santé et le Cameroun en compte ce jour cent
soixante quatorze. La carte sanitaire du pays compte 2474 formations sanitaires reparties en 06 catégories
(cat ) : Hôpital Général (cat 1) Hôpital central (cat 2), Hôpital Provincial ( cat 3), Hôpital de District (cat
4), Centre Médical d’Arrondissement (cat 5) Centres de Santé intégrés (cat 6). La Stratégie Sectorielle de
Santé, la Réforme Hospitalière et le Développement Sanitaire au niveau du District visent l’amélioration
de la qualité des soins au Cameroun.
                                                                                             11


Tableau 1     Formations sanitaires publiques

             Province de l’Adamaoua
  Province     Département     District de      Nombre    Nombre     Hôpitaux De         Hôpitaux
                                 Santé          De CSI    De CMA      Districts et     Provinciaux et
                                                                       Assimiles         Centraux
               MAYO             Bankim             6           1    HD Bankim
               BANYO            Banyo              9           0    HD Banyo
               MBERE            Djohong            4           0    HD Djohong
ADAMAOUA                        Meiganga          10           1    HD Meiganga
               VINA             Ngaoundere        35           4    HD Ngaoundere      HP
                                                                                       Ngaoundéré
               DJEREM           Tibati            15           2    HD Tibati
               FARO ET DEO      Tignere           10           1    HD Tignere
TOTAL
PROVINCE              05               07         89           9           07                01

              Province du Centre
Province     Département    District        de Nombre    Nombre    Hôpitaux      de   Hôpitaux
                            Santé              de CSI    de CMA    Districts     et   Provinciaux et
                                                                   Assimiles          Centraux
             NYONG ET Akonolinga                 14        1       HD Akonolinga
             MFOUMOU    Awae                     3         0       HD Awae
                        Ayos                     10        0       HD Ayos
             MBAM    ET Bafia                    32        5       HD Bafia/Hop.
             INOUBOU                                               EPC Donenkeng
                        Ndikinemiki              11        1       HD Ndikinemiki
                        Biyem Assi               11        0       HD Biyem Assi
                        Efoulan                  3         0       HD Efoulan
             MFOUNDI    Cité verte               21        3       HD Cité verte      HCY / FCB
                        Nkoldongo                24        4       HD Nkolndongo
                        Djoungolo                21        4       HD Djoungolo       CNPS/HGOPY/
                                                                                      HGY/HJY
                            Eseka                29        3       HD Eséka
              NYONG ET      Ngog Mapubi          14        3       HD        Ngog
               KELLE                                               Mapubi
CENTRE
                            Mfou                 15        0       HD Mfou
              MEFOU ET      Esse                 8         0       HD Esse
               AFAMBA       Soa                  4         0       HD Soa
              NYONG ET      Mbalmayo             23        2       HD Mbalmayo
                SO’O                                               Hop. Cath. St
                                                                   Luc
                                                                   Hop. EPC Metet
              MEFOU ET      Mbankomo             9         0       HD Mbankomo
               AKONO        Ngoumou              8         1       HD Ngoumou
               HAUTE        Mbandjock            2         0       HD Mbandjock
              SANAGA        Nanga Eboko          20        4       HD Nanga Eboko
                                                                   Hop.      Bapt.
                                                                   Nkoteng
              MBAM ET       Ntui                 15        2       HD Ntui
                KIM         Yoko                 8         1       HD Yoko
                                                                                         12


                           Elig Mfomo        6        0      HD Elig Mfomo
                           Monatele          20       1      HD Monatele
              LEKIE        Obala             21       1      HD Obala
                                                             Hop.    L.   P.
                                                             Ajoulat
                           Okola              19       1     HD Okola
                           Ebebda             4        0     HD Ebebda
                           Sa'a               11       1     HD Sa'a
TOTAL            10              28          386      38
PROVINCE

            Povince de l’Est
Province   Département      District    de Nombre   Nombre   Hôpitaux       de      Hôpitaux
                            Santé          de CSI   de CMA   Districts       et     Provinciaux et
                                                             Assimiles              Centraux
                            Abong Mbang      28        1     HD Abong Mbang
                                                             Hop de Nkolvolan
                            Messamena         9        1     HD Messamena
               HAUT         Doume             9        1     HD DIMAKO
              NYONG         Lomie            10        1     HD Lomié
                            Nguelemedouka     5        0     HD
                                                             Nguelemedouka
EST                         Batouri          17        2     Hop Adventiste
              KADEY         Ndelele           8        1     HD Ndelele
                            Mbang             9        0     HD Mbang
             LOM ET         Bertoua          21        3     -                      Hop
             DJEREM                                                                 Provincial
                            Betare Oya         9       0     HD Betare Oya
                            Garoua Boulai      5       1     Hop Protest Garoua
           BOUMBA ET        Mouloundou        10       0     HD Moloundou
             NGOKO          Yokadouma         12       1     HD Yokadouma
TOTAL          04                  13        152      12
PROVINCE


            Province de l’Extrême-Nord
Province   Département      District   de Nombre    Nombre    Hôpitaux       de Hôpitaux
                            Santé         de CSI    de CMA    Districts      et Provinciaux Et
                                                              Assimiles         Centraux
                           Bogo               9        0      HD Bogo
                           Maroua urbain     21        0      Hop. CNPS            Hop Provincial
           DIAMARE         Maroua rural      15        0      HD Meskine
                           Meri               7        0      HD Meri
                           Pete
                           Guere              5        0      HD Guere
                           Maga               7        0      HD Maga
           MAYO          - Yagoua             8        1      -                    Hop Provincial
           DANAY           Vele                               HD Vele
                           Kar Hay            6        0      HD Kar Hay
                           Guidiguis         10        0      HD Guidiguis
                           Mindif            12        1      HD Mindif        -
                                                                                               13


              MAYO    - Mouvouldaye                                     Moulvoudaye
EXTREME       KANI      Kaele                       19             1    HD    Kaele   -
NORD                    Moutourwa                                       Moutourwa
                        Kolofata                     4             0    HD Kolofata
              MAYO    - Tokombere                    5             0    HD Tokombere
              SAVA      Mora                        11             0    HD Mora
                        Kousseri                    11             2    HD Kousseri
              LOGONE ET Makary                       5             0    HD Makary
              CHARI     Mada                         4             0    HD Maga
                        Goulfey (*)                                1    HD Goulfey
                        Bourha                          5          0    HD Bourha
                        Koza                            6          0    Hop     Advent.
              MAYO    -                                                 Koza
              TSANAGA   Mogode                       5             0    HD Mogode
                        Mokolo                      16             0    HD Mokolo
                        Roua (*)
                        Hina                         5             0    HD Zidim
TOTAL             06          26                    196           06
PROVINCE
N.B. (*) désigne les Districts récemment créés

               Province du Littoral
 Province      Département      District de      Nombre     Nombre       Hôpitaux de       Hôpitaux
                                  Santé          de CSI     de CMA        Districts et    Provinciaux
                                                                           Assimiles      Et Centraux
                                Bonassama          15         0        HD Bonassama
                                Cité     des       28         1        HD Cité palmiers
LITTORAL          WOURI         palmiers
                                New Bell            6         2        HD New Bell
                                Nylon              15         1        HD Nylon
                                Deido              37         5        HD Deido         HLD/HGD
                                Logbaba             8         2        HD Logbaba
                                Edéa               12         3        HD Edéa
                                Ngambe              5         0        HD Ngambe
                 SANAGA         Pouma               5         0        Hop.         Pro
                MARITIME                                               Sakbayene
                                Ndom               7           0       HD Ndom
                                Loum               7           0       HD Loum
                                Manjo              4           0       HD Manjo
                                Mbanga             5           0       HD Mbanga
                MOUNGO          Dibombari         15           1       HD Dibombari
                                Nkongsamba        16           2       HD Nkongsamba
                                Melong            16           1       HD Melong
                  NKAM          Nkondjock         10           0       HD Nkondjock
                                Yabassi            7           1       HD Yabassi
TOTAL                04              18           215         19
PROVINCE
                                                                                                 14



               Province du Nord
 Province       Département        District de      Nombre   Nombre de       Hôpitaux de       Hôpitaux
                                     Santé          de CSI     CMA           Districts et     Provinciaux
                                                                              Assimiles       Et Centraux
                                Bibemi                14         0         HD Bibemi
                                Garoua urbain         28         1         -                 Hop.
                                                                                             Provincial
                 BENOUE    Garoua     rural            9         0         HD Gashiga
                           Nord
                           Garoua     rural           14         0         HD Ngong
                           Sud
  NORD                     Pitoa                      12         0         HD Pitoa
                           Lagdo                      11         0         HD Lagdo
                           Guider                     17                   HD Guider
                           Guider    Ouest
              MAYO - LOUTI (*)
                           Figuil                      10        0         HD Figuil
                           Mayo Oulo                    7        0         HD Mayo Oulo
                 FARO      Poli                        14        0         HD Poli
                           Rey Bouba                   11        0         HD Rey Bouba
               MAYO - REY Tchollire                    11        1         HD Tcholiire
                           Touboro                     11        1         Hd Touboro
TOTAL                             14                  169       03
PROVINCE          04

               Province du Nord-Ouest
Province      Département       District         de Nombre   Nombre       Hôpitaux      de Hôpitaux
                                Santé               De CSI   De CMA       Districts     et Provinciaux et
                                                                          assimiles        Centraux
                          Bamenda                     35        3         -                Hop Provincial
                          Santa                       12        0         HD Santa
                MEZAM     Tuba
                          Bafut                        9        0         HD Bafut
                          Bali                         6        0         HD Bali
                          Mbengwi                      7        4         HD Mbengwi
                 MOMO     Batibo                       7        3         HD Batibo
                          Njikwa                                          HD Njikwa
                 BOYO     Fundong                     24        0         HD Fundong
NORD        - NGOKETUNJIA Ndop                        17        1         HD Ndop
OUEST
                          Ndu                         11        1         HD Ndu
                DONGA     Nkambe                      16        2         HD Nkambe
               MANTUNG    Ako
               MENCHUM    Wum                         14        1         HD Wum
                          Banekuma                                        HD Banekuma
                          Kumbo East                  15        2         Cath       hosp
                  BUI                                                     Shisong
                          Kumbo West                  11        5         Banso    Baptist
                                                                          hosp
TOTAL                07                17             184            22
PROVINCE
                                                                                          15


             Province de l’Ouest
Province   Département      District     dDe Nombre   Nombre   Hôpitaux     de Hôpitaux
                            Santé            De CSI   De CMA   Districts     et Provinciaux Et
                                                               assimiles        Centraux
                            Bafang             18        2     HD Bafang
           HAUT- NKAM       Kekem               9        1     HD Kekem
                            Bandja             15        1     HD Bandja
           HAUTS            Baham              18        3     HD Baham
           PLATEAUX         Bamedjou            9        0     HD Bamendou
           KOUNG KHI        Bandjoun           22        3     HD Bandjoun
           NDE              Bangangté          29        3     HD Bagangté
           MIFI             Mifi               65        6                      Hop Provincial
                                                                                Bafoussam
OUEST                       Batcham            17        0     HD Batcham
           BAMBOUTOS        Mbouda             32        3     HD Mbouda
                            Galim                        1     HD Galim
                            Penka Michel       19        1     HD        Penka
           MENOUA                                              Michel
                            Dschang            38        3     HD Dschang
                            Santchou            7              HD Santchou
                            Foumban            49        2     HD Foumban
                            Foubot             38        3     HD Foumbot
           NOUN             Kouoptamo                          HD Kouoptamo
                            Massangam                          HD Massagam
                            Malantouen          25        2    HD Malantouen
TOTAL                             19           411       34
PROVINCE          08

             Province du Sud
Province    Département     District     de Nombre    Nombre   Hôpitaux    De Hôpitaux
                            Sante           de CSI    De CMA   Districts    et Provinciaux Et
                                                               assimiles       Centraux
            VALLEE           Ambam             16       3      HD Ambam
            DU NTEM
                           Kribi               37       2      HD Kribi
            OCEAN          Lolodorf            15       2      HD Lolodorf
    SUD                    Sangmelima          28       3      HD Sangmelima
            DJA         ET Djoum                               HD Djoum
            LOBO           Zoétélé             16       3      HD Zoetele
                           Meyomessala                         HD Meyomessala
                           Mvangan                             HD Mvangan
            MVILA          Ebolowa             45       4                       Hop        Prov
                                                                                Ebolowa
TOTAL                              9          157       17
PROVINCE          04
                                                                                       16


              Province du Sud-Ouest
Province     Département      District     de Nombre Nombre   de hopitaux      de Hôpitaux
                              santé           de CSI CMA         districts      et provinciaux
                                                                 assimiles         et centraux
                        Bangem                  5                HD Banguem
             KUPE       Tombel                  5                HD Tombel
             MANEBGOUBA Nguti                   6                HD Nguti
             NDIAN      Ekondo Titi             7                HD        Ekondo
                                                                 Titi
                               Mundemba          8               HD Mundemba
SUD        - LEBIALEM          Fontem           13               HD Fontem
OUEST                          Wabane                            HD Wabane
             MEME              Kumba            26       2       HD Kumba
                               Mbonge/ Konye     8               Hd Mbonge
                               Buea             21       1       HD Buea
                               Limbe            22                                 Hop Prov.
             FAKO                                                                  Limbe
                               Muyuka            9               HD Muyuka
                               Tiko             12               HD Tiko
                               Mamfe            18       1       HD Mamfe
             MANYU             Akwaya                            HD Akwaya
                               Eyumojock        1         1      HD Eyumojock
TOTAL                               16         161       05
PROVINCE
                                                                                                         17


C. EVALUATION DE LA GESTION DES DH

    1. DEFINITION DES DECHETS HOSPITALIERS (DH)

Les déchets hospitaliers concernent l’ensemble des rejets produits au niveau des formations sanitaires. Ils
sont constitués de déchets solides et liquides, présentant ou non des risques d’infection, de contamination
ou d’intoxication. Ils proviennent des services de diagnostic, de traitement, de prévention ou de recherche
en matière de santé, mais aussi des administrations, des services de restauration, de buanderie, des
morgues, etc.

    2. TYPOLOGIES ET CARACTERISATION DES DECHETS HOSPITALIERS

L’évaluation de la gestion des DH dans les formations sanitaires fait ressortir quatre principaux types de
déchets : les déchets souillés ou infectieux, les déchets spéciaux non souillés, les déchets ménagers et les
eaux usées.

          a. Déchets solides
Ces déchets peuvent être répartis en deux catégories :

-    les déchets d’activités de soins à risque infectieux (DASRI) : il s’agit des déchets issus de
     santé provenant des hôpitaux, centres de santé, cliniques, cabinets médicaux, laboratoires d’analyses
     médicales, centres de fabrication de produits pharmaceutiques et cabinets vétérinaires et qui
     contiennent des agents infectieux, ou qui présentent des risques d’infection. Ces déchets sont
     constitués de:
     - déchets anatomiques (tissus d’organes du corps humain, organes, sang, fœtus, placentas,
         prélèvements biologiques, éléments d’amputation, autres liquides physiologiques, matériel imbibé
         des liquides corporels, etc.) ;
     - les déchets anatomiques animaux provenant des laboratoires de recherche en santé humaine ;
     - les déchets non anatomiques et non désinfectés, constitués par:
             o le sang ou les autres liquides biologiques provenant des soins d'un patient;
             o le matériel jetable provenant de soins chirurgicaux et obstétricaux;
             o le matériel jetable ayant été en contact avec du sang ou d'autres liquides biologiques;
             o le matériel jetable provenant des soins reliés à la dialyse;
             o les cultures d'agents infectieux et le matériel de laboratoire jetable en contact avec ces
                 cultures provenant des laboratoires de microbiologie ou de pathologie, des laboratoires de
                 recherche ou d'analyse microbiologique;
             o les vaccins inutilisables constitués de souches vivantes et les produits de manipulation
                 génétique, ainsi que tout matériel qui a été en contact avec eux;
             o tous les objets piquants et tranchants (aiguilles, seringues, lames, verrerie, lamelles, ou
                 tout autre objet pouvant causer des piqûres ou des coupures) ayant servi à des soins
                 médicaux ou ayant été utilisé dans les laboratoires effectuant de la recherche, du
                 diagnostic, du dépistage, des autopsies.

-    Les déchets toxiques (substances chimiques, films radiographiques, produits pharmaceutiques;
     Produits radioactifs ; Déchets à forte teneur en métaux lourds).

-    les déchets assimilables aux ordures ménagères produits par le personnel de santé ou par les
     accompagnateurs des malades (papiers provenant des bureaux ; papiers et plastiques d’emballage,
     boîtes de médicaments vides ; flacons et bouteilles vides de médicaments, restes alimentaires
     provenant des malades et des accompagnants, résidus de cuisines ; produits de balayages des cours et
     d’élagage des jardins et gazons ; etc.).
                                                                                                           18


            b. Déchets liquides

   Ils sont constitués de résidus de sang, de produits chimiques liquides, de liquides médicaux tels que les
   liquides de lavage gastrique, de ponction pleurale et cardiaque ainsi que les liquides de drainage post-
   opératoire et les aspirations bronchiques et gastriques. Le sang constitue un effluent liquide important en
   raison de son pouvoir de contamination élevé. Les effluents incluent également les eaux de rinçage de
   films radiologiques, comme les révélateurs et fixateurs, les produits chimiques en laboratoire comme les
   réactifs et les solvants.

   Les déchets liquides comprennent aussi les eaux usées ménagères en provenance des salles de bains, des
   cuisines et buanderies ainsi que les eaux vannes provenant des toilettes. Les déchets liquides comprennent
   aussi des déchets toxiques (substances chimiques, mercure et composés mercurés, films radiographiques,
   bain de développement, etc.).

   Les déchets liquides sont généralement traités comme les eaux usées domestiques : leur évacuation
   s’effectue au niveau de stations d’épuration rarement fonctionnels ou dans des fosses sceptiques qu’il
   s’agit de vidanger régulièrement. Le plus souvent, les eaux sont rejetées par la suite dans la nature sans
   traitement préalable. Ces déchets contiennent parfois des produits toxiques et nécessitent un examen
   particulier.


       3. ESTIMATION DE LA PRODUCTION DE DECHETS SOLIDES

   En règle générale, la production de DH dépend de plusieurs facteurs, notamment les méthodes de gestion, le
   type de formation sanitaire, le nombre de lits et le taux d’occupation, le nombre de patients traités
   quotidiennement, le degré de spécialisation des soins pratiqués. Au niveau du pays, aucune étude n’a été
   effectuée sur la caractérisation des DH (quantité produite et typologie). C’est pourquoi les estimations
   effectuées s’appuient sur les campagnes de pesages effectuées lors de la mission de terrain et leur
   extrapolation pour l’ensemble des formations sanitaires du pays.

   -    HG                           :     220 kg/jour
   -    HC                           :     175 kg/jour
   -    HP                           :     140 kg/jour
   -    HD                           :     30 kg/jour
   -    CMA                          :     20 kg/jour
   -    CSI                          :     15 kg/jour

   Le tableau ci-dessous indique la production journalière de 43 tonnes/jour de DH, soit environ une
   production annuelle de 15 700 tonnes, calculée sur la base des campagnes de pesages effectuées lors de
   l’étude. Si on sait que de 20% de ces DH seulement sont infectieux (déchet biomédicaux ou DBM), la
   production journalière de DBM serait de 8562 kg/j (soit 3 125 tonnes/an).
   Tableau 2       Production journalière de DH
                 Hôpital        Hôpital     Hôpital      Hôpital    CMA         CSI         TOTAL
                 Général        Central     Provincial   District
Nombre           4              2           9            174        165         2120        2474
Ratio en kg/j    220            175         140          30         20          15
Total production 880            350         1260         5220       3300        31 800      42 810 kg/j
  de DH (kg/j)
 Production de 176              70          252          1044       660         6360        8562 kg/j
  DBM (20%)
                                                                                                          19



    4. ANALYSE DU CADRE POLITIQUE, INSTITUTIONNEL ET JURIDIQUE

          a. Documents de stratégies

Plusieurs documents stratégiques existent, qui traitent avec plus ou moins de pertinence sur la question des
DH. On notera :

-    La Stratégie Nationale de Gestion des Déchets Solides
     La Stratégie Nationale de Gestion des Déchets Solides au Cameroun élaborée en 2007 par le MINEP,
     souligne, dans sa partie diagnostic, l’insuffisance notoire de la gestion et du traitement des déchets
     hospitaliers qui sont rejetés dans la nature, mélangés avec les ordures ménagères. Dans ses
     orientations stratégiques, ce document met l’accent sur les points suivants : sensibilisation et
     formation des acteurs ; La prévention ; tri et la collecte ; traitement et élimination transparence des
     mouvements ; cohérence de la gestion ; contrôle des coûts de gestion ;

-    La Stratégie Sectorielle de Santé 2001-2010
     La Stratégie Sectorielle de Santé 2001-2010 met un accent particulier sur la Promotion de la Santé,
     notamment par le développement de l’IEC ainsi que la promotion de l’hygiène et de l’assainissement.
     Toutefois, il faut relever que ce document d’orientation n’a pas suffisamment mis l’accent sur la
     problématique des déchets hospitaliers. Présentement, cette stratégie est en cours d’actualisation.

-    La Stratégie Nationale de Santé et Environnement, 2003
     La Stratégie Nationale de Santé et Environnement, élaborée en 2003 par le MINSANTE, comprend
     des priorités et objectifs louables en matière d’hygiène et d’assainissement. Là aussi, le document de
     stratégie n’a pas suffisamment mis l’accent sur la problématique des déchets hospitaliers et les
     programmes et sous-programmes identifiés dans ces domaines n’ont pas fait l’objet d’une exécution
     effective sur le terrain

-    La Stratégie Nationale sur la sécurité des injections et la gestion du matériel d’injection, 2002
     La Stratégie Nationale sur la sécurité des injections et la gestion du matériel d’injection utilisé
     (septembre 2002) qui met un accent particulier sur la collecte et la destruction du matériel d’injection
     utilisé. « Les seringues et aiguilles utilisées devront être immédiatement jetées ensemble dans des
     réceptacles appropriés notamment les boîtes de sécurité » (Enoncé N°5). « En aucun cas, le matériel
     d’injection ne devrait être jeté dans les poubelles ou décharges publiques » (Enoncé N°6). « La
     méthode de destruction du matériel d’injection utilisé est l’incinérateur à haute température et
     l’enfouissement des résidus de la combustion dans une fosse » (Enoncé N°7).

-    Le Plan National de Gestion de l’Environnement (PNGE), 1998
     Le Cameroun a élaboré et adopté son plan National de Gestion de l’Environnement (PNGE) en 1996,
     plan qui a formulé les politiques, les stratégies et les actions, par l’intégration dans les modèles de
     développement des enjeux du PNGE que sont la lutte contre la pauvreté et la dégradation de
     l’environnement.
                                                                                                             20



          b. Documents techniques

Des études ont été effectuées dans le cadre de la gestion des DHG aussi bien par les services de la
DPS/MINSANTE que par des partenaires au développement (KFW).

Le rapport intitulé « Inventaire des déchets hospitaliers au Cameroun, Rapport – juillet 2007,
DPS/MINSANTE, République du Cameroun », élaboré par la DPS/MINSANTE met un accent particulier
sur la caractérisation et la production des DH au niveau de certaines formations sanitaires du pays, avec un
diagnostic complet de la situation, l’état de gestion, les actions initiées, les forces et les faiblesses et des
recommandations pertinentes pour améliorer la gestion des DH.

Le rapport élaboré avec l’appui de la KFW et intitulé « Description de la situation des déchets hospitaliers
au Cameroun, Analyse de la situation actuelle effectuée lors d’une mission en novembre 2004, EPOS
Health Consultants/KFW, 2004 », présente un diagnostic sans complaisance de la situation de la gestion
des DH dans certaines formations sanitaires, avec aussi des recommandations à caractère stratégique pour
élaborer un plan d’action opérationnel.

Au total, ces deux documents techniques donnent une parfaite présentation de la problématique, situent les
différents enjeux environnementaux et sanitaires et dégagent des pistes d’actions stratégiques pour une
meilleure gestion des DH au Cameroun.
                                                                                                           21



         c. Textes législatifs et réglementaires

Au plan juridique, il n’existe aucun texte législatif et/ou réglementaire régissant la gestion des DH en
particulier. Les déchets hospitaliers sont généralement classifiés en déchets spéciaux, classés dangereux au
même titre que les déchets industriels. Ils obéissent de ce fait aux lois appliquées à cette catégorie de
déchets.

-   La loi-cadre sur la Santé au Cameroun, 1996
    La loi-cadre sur la Santé met l’accent sur l’art de guérir, les services de santé publique, ainsi que la
    typologie et l’exercice des activités médicales et paramédicales. Toutefois, elle dispose très
    sommairement sur la promotion de l’hygiène et de l’assainissement et n’aborde pas de façon
    spécifique la question des DH ;

-   La loi n°96/12 du 5 aout 1996 portant Loi-cadre relative à la gestion de l’Environnement
    La loi n°96/12 du 5 aout 1996 portant Loi-cadre relative à la gestion de l’Environnement prévoit
    l’application du principe pollueur-payeur, la collecte, le traitement et l’élimination des déchets par des
    procédés écologiquement rationnels des déchets domestiques, industriels ou assimilés. La Loi-cadre
    ne prend pas en compte spécifiquement des déchets hospitaliers qui sont sans aucun doute compris
    dans la terminologie « déchets dangereux » ;

-   Loi n°89/027 du 29 décembre 1989 portant sur les déchets toxiques et dangereux
    Cette loi ne réglemente pas la procédure de pré-collecte, de collecte, de transport, de stockage et de
    traitement des DH. Par contre, elle interdit le déversement de déchets toxiques et dangereux sur le
    territoire national. Les industries locales qui, du fait de leurs activités, génèrent des déchets toxiques
    ou dangereux sont tenues de déclarer les volumes et la nature de leur production et d’assurer
    l’élimination sans danger pour l’homme et son environnement. La loi ne dispose pas spécifiquement
    sur les DH, mais elle fait référence aux déchets radioactifs que certaines formations sanitaires utilisent
    dans le traitement des maladies (cobalt en radiothérapie, Iode 125 et Technétium en médecine
    nucléaire par exemple) ;

-   Loi n° 64/LF/23 du 13 novembre 1964 portant Protection de la Santé Publique
    Cette loi aborde de façon très générale la question de l’hygiène du milieu, de contrôle sanitaire et de
    règles de salubrité en milieu urbain dont la mise en œuvre renvoie à des textes d’application. Aucune
    mention n’y est faite concernant les DH ;

-   Décision portant création d’une unité d’hygiène hospitalière dans les formations sanitaires
    publiques, 2006
    La Décision n°0178/D/MSP/SESP/SG/DPS/SDHA/SHM/BPHE du 24 avril 2006 institue la création
    d’une Unité d’Hygiène Hospitalière (UHH) dans les formations sanitaires publiques, notamment les
    Hôpitaux Généraux, le Hôpitaux Centraux, Provinciaux et de District de Santé. Ces unités, aminées
    par des Techniciens du Génie sanitaire, sont placées sous l’autorité du responsable de la formation
    sanitaire concernée et sont chargées de (i) la mise en œuvre des mesures de prévention et de lutte
    contre les infections nosocomiales et (ii) la promotion de la salubrité environnementale dans les
    formations sanitaires. Elles doivent, entre autres, préparer des plans d’action à mener ; assurer la
    surveillance des infections ; contribuer à la conception des ouvrages et technologies ; organiser les
    Comités d’hygiène en milieu hospitalier ; assurer l’éducation pour le changement des comportements
    en matière d’hygiène ; le suivi de la gestion des déchets hospitaliers. Le texte précise que les
    ressources destinées au fonctionnement et à l’équipement technique des UHH sont supportées par le
    budget de la formation sanitaire. Si dans la plupart des formations sanitaires, ces UHH existe, il faut
    souligner que ces structures connaissent de sérieuses difficultés de fonctionnement :
    absence/insuffisance de matériel/équipement de travail ; absence d’autorité réelle dans la gestion des
    DH ; démotivation car n’étant pas écouté par les responsables ; etc.) ;
                                                                                                             22


-   Note circulaire définissant les fonctions des Techniciens et Agents Techniques du Génie sanitaire
    Le MINSANTE a initié une note circulaire définissant les fonctions des Techniciens et Agents
    Techniques du Génie sanitaire. Il faut tout de même relever que les fonctions décrites portent
    essentiellement sur l’approvisionnement en eau potable ; la gestion des excréta et eaux suées ;
    l’évacuation des déchets solides ; l’hygiène de l’habitat. La note ne fait aucune référence aux déchets
    hospitaliers.

-   Draft d’avant-projet de décret portant Code d’Hygiène au Cameroun
    La DPS/MINSANTE a élaboré un draft interne d’avant-projet de décret portant Code d’Hygiène au
    Cameroun dont le champ d’application couvre entre autre l’hygiène hospitalière et la gestion des
    déchets biomédicaux. Ce texte dispose sur la nécessité d’assurer la collecte, l’évacuation et le
    traitement écologique des déchets, mais il prévoit de proscrire l’incinération des ordures et tout autre
    déchet combustible en pleine ville. Dans la finalisation du draft, cette disposition devra être revue
    pour ne pas constituer un obstacle « juridique » en cas d’installations d’incinérateurs dans certaines
    formations sanitaires ; en lieu et place, il s’agira simplement d’exiger la réalisation d’une étude
    d’impact environnemental en cas d’installation d’incinérateur.

-   Normes et standards en matière d’hygiène
    Le document de Politique Nationale en matière d’Hygiène Publique met un accent particulier sur
    l’élaboration des règles et normes d’hygiène dans les établissements hospitaliers, notamment la
    définition de standards minima pour la gestion des déchets hospitaliers.

-   Manuel de formation
    Le document met un accent particulier sur l’hygiène hospitalière, notamment la gestion des déchets
    hospitaliers (catégorisation; pré-collecte et collecte ; transport interne et externe ; stockage ; modes
    d’élimination ; gestion des déchets liquides).

-   Normes environnementales (MINEP)
    Depuis 2003, la Cellule des Normes et Procédures a initié des termes de référence en vue des études et
    séminaires pour l'élaboration et l'adoption des normes relatives aux aspects ci-après : rejets et gestion
    des eaux usées industrielles ; pollution de l’air par les industries ; rejets et gestion des déchets solides
    industriels.

                d. Les permis et autorisation en matière de gestion des déchets hospitaliers

Il n’existe pas de procédures nationales réglementant spécifiquement la gestion des déchets hospitaliers,
notamment en matière de collecte, de transport, d’entreposage et de traitement, d’identification des types de
déchets et de caractérisation, de mesures de sécurité et de protection pour le personnel de gestion. Selon
les dispositions de la loi-cadre portant gestion de l’environnement, les formations sanitaires sont
assimilées aux établissements classés. L’inspection des formations sanitaires relève des services du
MINSANTE. Toutefois, les services du MINEP peuvent être sollicités pour un appui-conseil sur la
conformité environnementale des modes de gestion DH. En principe, un certificat de conformité devrait
être requis pour l’entreposage des déchets hospitaliers hors de leurs lieux de production, leur transport ou
leur traitement par incinération. Les systèmes de gestion et traitement devraient être soumis aux
procédures d’étude d’impact environnemental.
                                                                                                            23



                e. Cadre institutionnel de la gestion des DH

                  i)       Le Ministère de la Santé Publique (MINSANTE)

Le MINSANTE a la responsabilité de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique sanitaire. Ce
département, dont relève la gestion des DH, définit la politique sanitaire et exerce une tutelle sur les
établissements de soins qui constituent les principales sources de production de DH. Au niveau central, les
principales structures concernées par la gestion des DH sont :
 le Secrétariat Technique de la Stratégie du Secteur Santé ;
 la Direction pour la Promotion de la Santé (DPS) ;
 la Direction de l’Organisation des Soins et de la Technologie Sanitaire (DOSTS) qui assure la tutelle
    des formations sanitaires ;
 la Direction des Etudes et Projets DEP) qui prépare les études et assure le suivi technique;
 la Direction de la Santé Familiale (DSF) qui conduit le Programme Elargi de Vaccination (PEV)
    connu par sa forte génération de déchets piquants;
 la Division de la Recherche Opérationnelle en santé (DROS) ;
 la Direction des Ressources Financières et du Patrimoine (DRFP) qui finance des activités de secteur
    santé et qui assure l’entretien et la maintenance des infrastructures sanitaires ;

   Au niveau provincial et local, les structures de référence dans le domaine de la santé sont les
    Délégation Provinciales de la Santé Publique (DPSP) et les Districts Sanitaires.

   Le MINSANTE dispose, notamment au niveau de la DPS/SDHA, de ressources humaines
    compétentes dans l’assainissement, l’hygiène du milieu, l’hygiène hospitalière et la gestion des DH,
    mais sa capacité d’intervention dans ce domaine singulier est relativement limitée en l’absence de
    programmes et projets spécifiques aux DH, mais aussi du fait de l’insuffisance des moyens matériels
    et financiers requis pour mener à bien cette mission. La structuration et l’organisation du DPS - qui
    assure la responsabilité institutionnelle de la mise en œuvre de la politique d’hygiène
    environnementale – lui permettent de couvrir pratiquement toutes les questions liées à l’hygiène et à
    l’assainissement. En plus, son personnel est composé pour l’essentiel de cadres relativement
    spécialisés en matière de santé, d’hygiène en d’environnement.

   En termes d’équipements de gestion et de traitement des déchets hospitaliers (poubelles et sacs de
    collecte ; incinérateur, etc.), le MINSANTE apporte un appui certes important, mais qui reste
    globalement insuffisant eu égard à l’ampleur des besoins. Construction d’incinérateurs dans les
    Districts dans le cadre du PEV ; décision portant sécurisation des injectons et matériel d’injection
    (instituant les boites de sécurité dans les formations sanitaires) ; formations sur l’hygiène et la gestion
    des DH dans les Provinces du Littoral et du Centre (dans les PEV et Emmaüs Suisse), environ une
    soixantaine d’agents de santé. Le MINSANTE a aussi appuyé dans la construction d’incinérateurs
    Montfort dans certains District de santé (à Douala).

   Avec l’appui de la Coopération Française, le MINSANTE a bénéficié de l’installation de brûleurs
    (une vingtaine de fûts métalliques dans les formations sanitaires du Littoral dans le cadre de la lutte
    contre l’épidémie du Choléra 2004-2005).

   Dans ses attributions, la DPS assure la maîtrise d’œuvre de la gestion des déchets hospitaliers. Dans le
    domaine du renforcement des capacités, la DPS a eu à initier des séances de formation en direction
    des agents aux niveaux provincial et de district. En matière de contrôle et du suivi de la mise en œuvre
    des politiques d’hygiène et d’assainissement, la DPS, par le biais de ses services déconcentrés au
    niveau provincial et district, devrait assurer le contrôle externe de la gestion des DH dans les
    formations sanitaires, y compris les aspects liés à l’hygiène et l’assainissement de l’environnement.
                                                                                                          24


    Mais les moyens très limités en termes de déplacements réduisent leur efficacité dans le suivi de la
    mise en œuvre.

   Programmes et projets de gestion des DH au niveau du MINSANTE : Dans le domaine des
    infrastructures, il n’existe pas de programme spécifique qui soit orienté sur la gestion des DH, mais
    plutôt des interventions ponctuelles inscrites dans certains programmes de santé ou alors réalisées par
    le MINSANTE et ses divers partenaires. Les interventions les plus significatives portent sur la
    construction d’incinérateurs artisanaux (type Montfort) dans certains centres de santé. La plupart
    d’entre eux ont été réalisés dans le cadre des campagnes de vaccination, pour faire face aux besoins
    d’élimination des quantités énormes d’aiguilles et de seringues produits. Les difficultés majeures
    rencontrées portent sur la dégradation des structures (défaut de conception et de maintenance ou
    mauvaise exécution), la non-maîtrise des techniques de brûlage, l’absence de tri des déchets. Il faut
    tout de même saluer les initiatives prises depuis un certain temps au niveau de la Délégation
    Provinciale de Sante Publique du Littoral où le Délégué a réalisé des améliorations sur les
    incinérateurs de type Montfort (performance de brûlage ; capacité accrue des fournées ; réduction des
    fumées ; résistance des structures et des cheminées).

                  ii)     Les formations sanitaires

    Formations publiques
    - Les DH sont essentiellement générés dans les formations sanitaires qui, de ce fait, constituent les
       principales sources de production. Dans ces structures, le constat majeur est que le personnel
       soignant s’investit très faiblement dans la gestion quotidienne des DH, alors qu’il devrait
       constituer l’élément central du système de gestion durable des déchets. En réalité, les
       préoccupations en matière d’amélioration de la gestion écologique des déchets sont perçues
       comme une priorité de second ordre par les équipes de soins qui sont non seulement assaillies par
       une masse considérable d’urgences médicales quotidiennes, mais aussi et surtout confrontées aux
       difficultés de fonctionnement. De surcroît, même si des directives sont généralement données, la
       plupart des formations sanitaires ne disposent pas d’organisation, de procédures ou de référentiels
       permettant au personnel de gérer rationnellement les déchets ou d’adopter les comportements
       prescrits.

    -   L’insuffisance des ressources financières limite considérablement les initiatives visant à assurer
        une gestion correcte des DH : aucune formation sanitaire n’a prévu une provision dans son budget
        pour prendre en charge les activités spécifiques de gestion des DH. Certaines formations sanitaires
        publiques ont un Comité d’Hygiène Hospitalière, mais ces structures sont rarement fonctionnelles,
        pas toujours dynamiques, et sont très peu consultées. Les Techniciens du Génie Sanitaire qui en
        sont les principaux animateurs sont généralement perçus comme des trouble-fête : ils n’ont aucun
        moyens de travail, sont très peu suivis dans leurs recommandations et restent pour l’essentiel
        relativement démotivés.

    -   Il n’existe pas de plan de gestion des déchets hospitaliers faisant partie de la qualité générale du
        système de l’hôpital. Alors que dans les hôpitaux tertiaires, la gestion des déchets est attribuée au
        département d’hygiène, dans les hôpitaux secondaires et primaires, elle est du ressort du service
        de nettoyage.

    Formations privées
    - Au niveau des formations privées, les contraintes se posent avec beaucoup moins d’ampleur pour
       les cliniques professionnelles que pour les cabinets de soins dont l’essentiel exerce dans les
       habitations domestiques. Une telle cohabitation élargit le champ de non-maîtrise des risques
       d’infections car les DH sont rejetés dans les poubelles à ordures ménagères.
                                                                                                             25


                  iii)     Le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature (MINEP)

    -   Le MINEP a élaboré des lois relatives à la protection de l’environnement et à la lutte contre la
        pollution de l’air ainsi que des procédures de réalisation d’études d’impact pour tout projet
        susceptible d’avoir des effets négatifs sur l’environnement. Mais il faut constater que les
        dispositions de ces textes portent pour l’essentiel sur l’environnement biophysique et socio-
        économique et très peu de références sont faites aux DH et à leur gestion.

    -   Au sein de ce département, la Direction des Normes (DN) est principalement concernée par la
        gestion des DH. Cette structure est représentée au niveau provincial et départemental. Toutefois,
        le MINEP n’est pas saisi sur les projets de gestion de déchets hospitaliers, notamment en cas
        d’installation et mise en œuvre d’équipements de traitement des déchets médicaux (incinérateurs
        surtout, mais aussi station d’épuration, etc.).

    -   les services provinciaux et départementaux du MINEP pourront apporter un appui-conseil aux
        dans les formations sanitaires, en collaboration avec le MINSANTE, l’installation, le
        fonctionnement et le suivi des incinérateurs et des stations d’épuration.

                  iv)      Les municipalités

    -   Elles ont la responsabilité d’assurer la gestion des déchets solides ménagers et la salubrité
        publique. Au plan réglementaire, ces collectivités locales ne doivent pas prendre en charge la
        gestion des déchets hospitaliers qui ne sont pas des ordures ménagères. Mais dans la pratique, on
        retrouve des DH dans les bacs à ordures placées dans les formations sanitaires, même dans les
        bacs en ville (avec les soins à domicile-automédication), et surtout au niveau des décharges
        municipales d’ordures.

    -   Dans la plupart des hôpitaux, les déchets assimilables aux ordures ménagères sont collectés dans
        des containers municipaux et évacués à la décharge municipale où ces types de déchets
        représentent une menace non seulement environnementale, mais surtout sanitaire pour les
        nombreux récupérateurs qui s’activent dans ces sites.

    -   Pour le moment, seule la ville de Douala envisage la réalisation d’un Centre d’Enfouissement
        Technique qui permettra la prise en charge écologique de ces types de déchets.

                  v)       Les sociétés privées actives dans la gestion des déchets

Il existe des sociétés et entreprises privées très actives dans la gestion des déchets en général et surtout des
déchets solides (à l’instar de HYSACAM, BOCOM, BOCAM, etc.), mais aussi de petites organisations de
quartiers impliquées dans cette gestion. Mais il faut dire qu’aucune d’entre elle n’est réellement
spécialisée et active exclusivement pour les Déchets hospitaliers, en termes de collecte, transport et
traitement. Ces différentes structures sont actives dans la gestion et la récupération des déchets solides et
liquides, et de ce fait, constituent des opportunités dans la l’amélioration de la gestion des hospitaliers ;

D’autres structures privées effectuent des prestations d’entretien et de nettoiement dans les formations
sanitaires. Parallèlement aux tâches de nettoiement, ces agents d’entretien s’occupent également de la
collecte et de l’évacuation des poubelles et sachets de DH vers les sites internes d’élimination. Il faut
relever que le champ d’intervention de ces structures ne couvre pas tout le domaine de l’hygiène
hospitalière. En plus, les clauses techniques de leurs interventions ne sont pas élaborées par les UHH.
                                                                                                         26


                  vi)     Les ONG et les OCB

Les initiatives du secteur communautaire ont été très nombreuses, mais elles sont focalisées
principalement sur la gestion des déchets ménagers dans les quartiers périurbains, mais aussi la
sensibilisation des populations sur l’hygiène du milieu.

Plusieurs ONGs Nationales interviennent dans le secteur santé ; mais, à l’exception de la Fondation Ad
Lucem, leur faible crédibilité et leur capacité d’expertise très limitée les ont amenés à se regrouper en un
Réseau d’ONG Santé du Cameroun (ROSACAM). Les ONG et OCB, regroupées au sein des structures
fédératives, pourraient constituer des instruments importants de mobilisation des populations locales pour
impulser une dynamique plus vigoureuse autour des questions d’hygiène et de salubrité publique,
notamment dans les zones périphériques des formations sanitaires.

                  vii)    Les partenaires au développement

Plusieurs partenaires au développement interviennent dans le domaine de la santé (OMS, Banque
mondiale, UNICEF, GTZ, KFW, Coopération française, etc.). Tous reconnaissent l’importance de la
gestion durable des DH et certains d’entre eux ont déjà appuyé le MINSANTE (KFW, AFD, etc.).
                                                                                                            27



 5. ANALYSE ORGANISATIONNELLE, TECHNIQUE ET FINANCIERE

          a. Avancées notées dans la gestion des DH

De manière générale, le cadre politique a favorablement évolué en terme de disposition de certains
documents stratégiques qui disposent avec plus ou moins de profondeur sur la gestion des déchets
hospitaliers, notamment la Stratégie Nationale de Gestion des Déchets ; la Stratégie Sectorielle de Santé,
Edition 2002 ; le Plan National de Gestion de l’Environnement (PNGE)

Au plan législatif et réglementaire, la Décision portant création d’une unité d’hygiène hospitalière dans les
formations sanitaires publiques, la note circulaire portant fonction des Techniciens et Agents Techniques
du Génie sanitaire ainsi que le draft de l’avant-projet de décret portant sur le Code d’Hygiène du
Cameroun constituent des signaux très forts dans la prise en charge de la question des DH.

Au plan technique, l’inventaire des déchets hospitaliers au Cameroun effectué en juillet 2007 par la
DPS/MINSANTE ainsi que l’évaluation faite en 2004 par EPOS Health Consultants, avec l’appui de la
KFW, constituent non seulement des études de bases, mais traduisent surtout l’intérêt manifeste du
MINSANTE concernant la gestion des DH et sa ferme volonté de prendre à bras le corps cette
problématique.

Sur un autre registre, il faut fortement saluer l’initiative prise d’améliorer les incinérateurs type Montfort
notamment dans la Province du Littoral. Ces initiatives du Délégué Provincial constituent des avancées
significatives dans la recherche de technologies appropriées, à faible coût, techniquement performantes
tout en se rapprochant des exigences des normes environnementales.

Au total, les points positifs notés dans la gestion des DH dans les formations sanitaires sont les suivants :
- Présence d’agents d’hygiène dans certaines formations sanitaires
- Existence et dynamisme du service DPS au niveau de la DPSP
- Existence d’incinérateurs locaux assez performants (Type Montfort amélioré par Dr BITA, Douala)
- Existence de poubelles dans toutes les FS
- Opportunités offertes par des privés (HYSACAM et BOCOM) dans la gestion des DH
- Existence d’un système de pré collecte et de collecte (d’agent)
- Utilisation de boites de sécurités dans certaines formations sanitaires
- Existence de services d’UHH dans certaines formations sanitaires
- Existence d’un texte instituant la création des UHH
- Prise en compte des préoccupations de gestion des DH (traitement) dans la conception des hôpitaux
    généraux.

          b. Contraintes majeures dans la gestion des DH

                  i)       Contraintes institutionnelles

On note la présence de nombreux acteurs dans la gestion des DH :
   - Les domaines de compétences et de responsabilités des différentes institutions concernées par la
       gestion des DH ne sont pas clairement délimités : d’abord au sein du MINSANTE, ensuite entre le
       MINSANTE, le MINEP et les Municipalités. Au sein même du MINSANTE, certaines contraintes
       institutionnelles existent, notamment en terme d’assistance, d’appui technique et d’encadrement
       des formations sanitaires dans le domaine de la gestion des DH. Par exemple, les activités de la
       DPS, de la DEP, de la DOSTS et de la Direction des Ressources Financières et du Patrimoine
       (chargée de l’entretien des infrastructures sanitaires) manquent de visibilité au plan
       organisationnel, opérationnel et technique dans les formations sanitaires.
                                                                                                           28



    -   Au niveau provincial et de districts de santé, des difficultés sont aussi notées en termes de
        coordination, de suivi de la mise en œuvre, de contrôle et d’évaluation des activités liées à la
        gestion des DH.

    -   Dans certaines formations sanitaires (23% ont des UHH ; 46% ont 1 TGS dans les FS visitées), les
        Unités d’Hygiène Hospitalières existent pour l’essentiel, mais n’ont pas d’autorité et surtout de
        moyens matériel et techniques pour assurer une bonne gestion des DH. En plus, les Comités
        d’Hygiène Hospitalière sont très peu fonctionnels dans certaines formations sanitaires et ne
        constituent pas une priorité dans l’organisation et la gestion des formations sanitaires.

                  ii)      Contraintes réglementaires

Le cadre législatif et réglementaire est caractérisé par l’inexistence de textes régissant les DH, aussi bien
au niveau national qu’au sein des formations sanitaires. Cette situation ne permet de garantir une gestion
écologique et sanitaire des DH et de déterminer de façon claire et précise les rôles et les responsabilités de
chacune des catégories d’acteurs concernées. Plus spécifiquement, il n’existe pas actuellement de
procédure normalisée (guides techniques ou directives ; normes et standards de gestion) pour la collecte,
le transport, le stockage et le traitement des DH, mais aussi pour le contrôle et le suivi de la mise en
œuvre. Une autre insuffisance réside dans l’absence de dispositions relatives aux autorisations ou permis en
matière de gestion des déchets médicaux. Le processus de gestion n’est pas réglementé en termes
d’identification des types de déchets, de caractérisation et surtout de dispositions à respecter aussi bien
pour la pré-collecte, la collecte, l’entreposage, le transport, l’évacuation, l’élimination mais aussi
concernant le personnel de gestion, les mesures de sécurité, les équipements de protection etc.

                  iii)     Contraintes organisationnelles et techniques dans les formations sanitaires

   Aspects organisationnels
    L’organisation interne de la gestion des DH est marquée par l’absence d’une structure de supervision
    des DH impliquant l’ensemble des acteurs de l’hôpital mais aussi l’inexistence quasi généralisée
    (seuls 5% de formations visités) d’une procédure interne de gestion des DH, malgré les efforts notés
    dans certaine d’entre elles. Il n’existe pas de plan de gestion globale des déchets hospitaliers
    comprenant toutes les étapes et les responsabilités, mais plutôt des initiatives individuelles en termes
    de procédures (tri, collecte, transport, etc.). Les autres contraintes majeures portent sur l’absence de
    données fiables sur les quantités de DH produits. On note dans certaines formations sanitaires
    l’existence de Comités d’Hygiène dont la plupart n’existe que de nom. Dans les formations sanitaires,
    la gestion des DH ne semble pas être l’affaire des premiers responsables que sont les Directeurs et
    Chef de Centres. Seuls les Techniciens d’Hygiène existants tentent, tant bien que mal, de faire
    quelques activités, sans beaucoup de résultats probants. Les Comités d’Hygiène existants souffrent
    d’une léthargie chronique, par manque de moyens, de motivation, de programmes et surtout de soutien
    administratif.

    Par ailleurs, dans les formations sanitaires, les autorités responsables n’ont pas mis en place un
    système de surveillance et de monitoring de la gestion des DH. De manière générale, le contrôle de
    conformité des standards d’hygiène et de protection de l’environnement n’est pratiquement pas
    pratiqué. Il n’y a pas de surveillance interne ou de monitoring

   Séparation et tri des déchets
    Il n’existe pas d’organisation systématique du tri à la source, même si on note que les objets piquants
    (aiguilles) sont généralement mis dans des boites « Safety Boxes » ou dans des bouteilles d’eau
    minérales vides). Dans plusieurs hôpitaux, les aiguilles sont encore séparées des seringues et jetées
    dans des bouteilles en plastique. Selon l’enquête effectuée avec l’appui de la KFW, certains déchets
    anatomiques (placentas, parties du corps plus grandes) sont collectés séparément et donnés à la mère
                                                                                                            29


    (placenta) ou à la famille du patient qui les emportent chez eux pour les enterrer, conformément à la
    tradition locale. En revanche, les autres DH sont le plus souvent mélangés avec les ordures ménagères
    dans des poubelles de types variés.

    L’ensemble des déchets produits par le secteur de la Santé est catégorisé comme déchets industriels.
    Un système de classification utilisant des couleurs différentes pour la ségrégation et le tri simplifiés
    des déchets n’a pas été introduit. Par contre de façon interne, la plupart des hôpitaux collecte les objets
    tranchants et piquants et les parties du corps séparément.

   Collecte des DH

    La collecte des déchets est effectuée par le personnel d’entretien de l’hôpital, en moyenne 1 fois/jour
    dans 75 % des formations sanitaires. Dans les HG, les HC et les HP, les poubelles sont récupérées
    quotidiennement. Pour cela, les sacs poubelles provenant des différents points de collecte sont mis
    dans un sac plus grand pour être transportés jusqu’à l’entrepôt central ou à la décharge.

    Concernant les HD, CMA et les CSI, de petites poubelles sont transvasées dans de plus grandes
    (points de collecte décentralisés). Ces bennes à ordures sont normalement situées à l’extérieur de
    l’établissement et sont accessibles à toute personne non autorisée et aux animaux. De temps en temps,
    ces bennes sont transportées jusqu’à la décharge et y sont vidées. Un nettoyage régulier de ces bennes
    n’est pas effectué. Il est courant de trouver des déchets dangereux (tranchants, etc.) et non dangereux
    aux alentours des points de collecte.

    Le personnel n’est pas formé pour procéder à la collecte des déchets. Il n’existe pas de planning du
    transport de façon à minimiser les risques de contamination des autres services. L’équipement de
    protection du personnel tel des gants, des bottes, des tabliers ou blouses de travail, des lunettes de
    protection n’est pas disponible.

    En matière de collecte et stockage, on note la présence de poubelles très variées et non codifiées, en
    nombre insuffisant et le plus souvent pas très appropriées pour la manutention des déchets infectieux
    ou piquants (seaux en plastique sans couvercle, demi-fût, cartons, etc.). En plus, on note une
    insuffisance de poubelles de pré collecte, et surtout de stockage des DH. Très peu de structures (8%
    des formations visitées) disposent d’endroit approprié pour le stockage provisoire des poubelles de
    DH en attente de leur élimination.

    Dans le cas où il n’y a pas de poubelle, des cartons sont utilisés. Un nettoyage régulier des poubelles
    n’a pu être noté. Dans la plupart des cas, les poubelles sont de mauvaise qualité et ne possèdent pas de
    couvercle.

               Matériel de conditionnement/Pré collecte par catégorie de formations sanitaires

                                                  HG      HC        HP        HD        CMA        CSI
    Boite de sécurité                             100%    20%       20%       3,8%      25%        6,7%
    Poubelle (seau/ Couvercle muni d’un sac                                   0         0          0
    plastique/ poubelle)                          25%     20%       0,6%
    Seau plastique/poubelle                       25%     20%       20%       3,8%      25%        13,3%
    Sac plastique/poubelle Différentes couleurs   25%     20%       -         3,8%      -          -
    Autres : Bouteille Eau minérale, carton,      -       -                                        -
    panier, demi-Fùt                                                20%       3,8%      25%
    Conditionnement                               100%    80%       100%      96,2%     100%       93,3%


   Transport/transfert des DH
    Le transport « in situ » des poubelles se fait en général manuellement, ou par chariot, ou par brouettes.
                                                                                                           30


    Le transport « ex situ » des DH hors des formations sanitaires s’effectue par le biais des conteneurs
    des ordures ménagères (contenant aussi les DH). Au niveau du transport extérieur, l’inexistence de
    sociétés privées spécialisées dans la collecte des DH constitue une contrainte majeure pour les centres
    de santé ne disposant pas de systèmes internes de traitement, ce qui les amène à créer des systèmes
    d’élimination pas souvent appropriés : brûlage à l’air libre, enfouissement non sécurisé, décharges
    sauvages internes, etc.

   Entreposage des déchets

    Dans les hôpitaux primaires et secondaires, les déchets sont récupérés pour être acheminés vers la
    décharge, donc il n ’y a pas de stockage/ entreposage. Dans les hôpitaux tertiaires, le soin de récupérer
    les déchets ménagers et partiellement radioactifs est donné à une tierce personne. Une visite de
    l’endroit où sont entreposés les déchets radioactifs n’a pas été possible. Selon le personnel y
    travaillant, le stockage répond aux normes internationales.

    Les déchets ménagers sont stockés dans des conteneurs à déchets non couverts. Les déchets ne sont
    pas récupérés et sont accessibles à toute personne étrangère et aux animaux. Les conteneurs sont
    normalement vidés une à deux fois par semaine. Tout autour des conteneurs, on note la propagation de
    déchets (déchets hautement infectieux entre autres).

                    Transfert dans un lieu de stockage sécurisé par type de Formation sanitaire
                                                     HG/HU HC              HP       HD        CMA     CSI
      Transfert, dans un lieu de stockage            75%        40%        60%      84,6%     50%     73,3%
      Transfert, dans un lieu de stockage sécurisé   25%        40%        -        50%       25%     60%


   Traitement et disposition des DH
    Le traitement des DH est caractérisé par une disparité des méthodes d’élimination. L’enfouissement
    sauvage et le brûlage à l’air libre constituent les pratiques les plus usuelles dans les centres de santé.
    Le rejet direct des déchets hospitaliers dans la nature, à même le sol ou dans des bacs à ordures, très
    souvent mélangés aux ordures ménagères, constitue aussi une pratique très répandue. L’incinération
    n’est pratiquée que par très peu de formations sanitaires et la plus part des incinérateurs visités ne
    fonctionnent pas normalement.

    L’incinération des déchets dans les petits incinérateurs existants (le plus souvent de genre Montfort)
    s’effectue tant bien que mal à cause de leur valeur énergétique trop faible, surtout quand les déchets
    sont mouillés par la pluie, ce qui rend la combustion difficile, occasionnant ainsi des dégagements de
    fortes fumées noires.

    Des incinérateurs plus modernes (pyrolyse) ne sont disponibles que dans les hôpitaux tertiaires.
    Certains d’entre eux ne fonctionnent pas pour cause de manque de combustible et d’entretien.

    Toutefois, il faut souligner les initiatives prises au niveau de la Province du Littoral par le Délégué
    Provincial de la Santé Publique, pour améliorer l’incinérateur Montfort. Cet incinérateur, à deux
    chambres de combustion, a été récemment expérimenté dans certaines formations sanitaires du
    Littoral, avec des résultats très encourageants. Ainsi, il a pu être constaté : une amélioration de la
    combustion avec un aérateur externe et une 2ème chambre de combustion pour réduire les effets des
    fumées ; une augmentation de la capacité (volume) de fournée ; une amélioration de la combustion
    avec un revêtement interne par des briques réfractaires permettant d’atteindre des températures
    relativement élevées (plus de 800°C) occasionnant la fusion des aiguilles ; une amélioration de la
    conception de cheminée. L’investissement et l’entretien sont relativement modestes (5 millions de
    FCFA) et nécessite un personnel peu qualifié.
                                                                                                          31


    Une mission a été conduite par le MINSANTE pour évaluer les performances de cet incinérateur
    amélioré. A l’issue des visites, la mission a fait les recommandations suivantes :
       Pour le MINSANTE
        Réaliser une étude d’impact environnemental pour chaque projet de construction
          d’incinérateurs conformément à la réglementation en vigueur au Cameroun ;
        Intégrer la construction de ce modèle d’incinérateurs et les locaux de stockage des déchets dans
          les plans de construction de nouvelles formations sanitaires avec pour priorité les 33 districts de
          santé retenus dans le plan d’action du PEV ;
        Assurer la formation continue des personnels pour l’entretien et la maintenance des
          incinérateurs dans le cadre global de l’hygiène en milieu hospitalier ;
        Améliorer l’étanchéité des portes des chambres de construction et de post combustion par la
          tôle striée ;
        Construire la cheminée des projets futurs à une hauteur plus élevée que la maison la plus
          proche.

        A l’endroit de la Délégation Provincial de la Santé Publique du Littoral :
         Intégrer un système d’amélioration du traitement des fumées après la chambre de
          postcombustion ;
         Se rassurer que les cendres collectées ne présentent plus de danger pour l’homme et
          l’environnement avant leur enfouissement ;
         Disposer à chaque site un capteur et un enregistreur des températures.

        Au regard de ses performances, sa facilité de construction et de fonctionnement, son coût de
        construction et d’exploitation réduit, la mission recommande que le modèle d’incinérateur de la
        délégation provinciale du Littoral soit adopté par le Ministère de la Santé Publique comme modèle
        type de destruction des déchets biomédicaux au Cameroun.

    Elimination des déchets radioactifs
    Les directives de l’OMS prévoient que ces déchets spéciaux radioactifs soient collectés et éliminés par
    l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Au niveau de certains hôpitaux (HGD,
    HGOPY, etc.) Le traitement des déchets spéciaux se fait par le biais de l’ANRP (L’Agence National
    de la Radioprotection) qui est chargée du contrôle de la gestion des déchets radioactifs.

   Mise en décharge des DH
    Des décharges contrôlées existent seulement dans les deux villes principales Yaoundé et Douala. La
    décharge de Yaoundé consiste en une aire délimitée, un point de contrôle avec un pont-bascule et des
    alvéoles d’enfouissement dont l’une, séparée des autres, est destinée aux déchets dangereux (déchets
    hospitaliers compris). A la décharge, après avoir pesé leur charge, des bulldozers déversent les déchets
    qui sont partiellement recouverts. Il n’existe pas de compacteurs pour la décharge. On n’a pas noté
    d’incendie ou de combustion souterraine.

    Selon l’étude financée par la KFW, de l’argile est utilisé comme barrière au fond des alvéoles.
    Comme la teneur en sable contenu dans l’argile n’est pas connue, on suppose que la base est semi-
    perméable et qu’une contamination de la nappe phréatique est probable. Les gaz s’échappant de la
    décharge ne sont pas récupérés et traités. Les lixiviats sont récupérés dans trois bassins. Après le
    tassement de la boue, l’eau récupérée est déversée dans un cours d’eau avoisinant. L’opérateur permet
    l’utilisation de sa décharge à une trentaine de collecteurs de déchets actifs dans la collecte du verre,
    des piles et batteries et de la ferraille.

    Dans les autres villes, il existe seulement des déchetteries le long de la route périphérique. Elles ne
    sont ni gérées, ni protégées ou contrôlées, de quelque façon que se soit et sont librement accessibles à
    tous.
                                                                                                                   32



Destruction des déchets, technologie utilisée
                           HG/CHU          HC          HP        HD                 CMA          CSI
Incinérateur               25%             -           -         22,5%          -                26,7%
Brûlage à l’air libre      25%             20%         40%       34,2%              25%          26,5%
Décharge publique          50%             -           -         8,8%           -                -
Fosse à déchets            -               20%         40%       11,4%              50%          20,1%

Gestion des résidus issus du traitement par type de FS
                             HG             HC         HP                  HD             CMA            CSI

Dans la nature               25%            20%          20%               11,4%                         26,6%
Décharge Publique/           50%            40%          -                 7,6%           25%            -
Bac Hysacam
Fosse                        25%                         20%               42,9%                         39,8%
Enfouissement                               20%          60%               34,3%          75%            26,8%

Existence des déchets Radio actifs et stockage dans un lieu sécurisé
                           HG             HC                HP       HD                    CMA               CSI
Existence de déchets      oui             oui           oui          oui              -                  -
Radio actifs
Stockage dans un          oui             oui           -            -                -                  -
Lieu sécurité


   Evacuation et élimination des eaux usées
    Presque toutes les formations sanitaires (87%) disposent d’un système de traitement des eaux usées,
    mais aucun n’est vraiment performant. Aucune formation sanitaire n’est accordée au réseau d’égout.
    Parmi les quatre (4) formations sanitaires visitées disposant de stations d’épuration, seule celle de
    l’HGOPY est encore fonctionnelle. Les autres rejettent les eaux brutes infectées dans les cours d’eau
    ou la nature, notamment dans des zones de maraîchage et de pâturage pour le bétail. Dans les autres
    structures les eaux sont évacuées vers des fosses qui sont vidangées périodiquement, en régie ou par
    des camionneurs privés (les résidus sont déversés dans la nature sans aucun traitement).

                  iv)     Contraintes dans les comportements et pratiques du personnel de santé
   Les comportements et pratiques dans la gestion des DH
    A priori, le personnel soignant dispose d’un certain niveau de connaissances sur la gestion des DH,
    mais dans la pratique, les attitudes et des pratiques sont globalement médiocres en matière de gestion
    des DH. Le personnel d’entretien qui dispose en général d’un niveau de connaissances relativement
    bas a aussi des comportements à risques dans la manipulation des DH. L’état actuel désolant du
    maniement des déchets hospitaliers ne peut pas être seulement justifié par la situation financière du
    secteur de la santé au Cameroun, ou par les insuffisances constatées dans la gestion des déchets ou
    d’équipements de traitement. La mauvaise application des instructions et l’inexistence de guide de
    bonnes pratiques sont des entraves à la bonne gestion des déchets, même si l’équipement nécessaire
    est disponible. Pour améliorer les comportements dans la gestion des DH, il s’agira d’élaborer un code
    de bonnes pratiques qui pourrait être développé par un panel d’experts nationaux.

   Niveau de formation et de sensibilisation du personnel hospitalier
    La plupart des agents de santé ont reçu une formation dans le domaine de l’hygiène en milieu
    hospitalier et la prévention des infections.

    Le personnel de soins : En règle générale, le personnel médical et paramédical est relativement
    conscient des risques liés à la manipulation des déchets hospitaliers, même si la majorité n’a pas été
    formée à la gestion des DH. A priori, le personnel soignant (médecins, sages-femmes, infirmiers)
                                                                                                         33


    dispose d’un niveau de connaissances qui se traduit, dans la pratique, par des attitudes et
    comportements relativement satisfaisants en matière de gestion des déchets hospitaliers. Quelques
    insuffisances de formation et d’information sont notées, notamment avec le renouvellement continu
    du personnel de soins et l’arrivée permanente et massive des stagiaires (la systématisation du tri à la
    source reste à parfaire. En plus, on note cependant quelques cas de négligence, des accidents avec
    expositions au sang (sans enregistrement et suivi médical), et parfois des comportements assez
    déplorables, surtout chez certains agents paramédicaux dont les niveaux de connaissance sont moins
    élevés que ceux du personnel médical. Il faut remarquer que ce personnel de santé consacre plus de
    temps aux tâches de soins qu’à la gestion des déchets hospitaliers. Avec l’arrivée massive et continue
    de stagiaires, ce personnel nécessite une formation et un recyclage régulier dans la gestion des déchets
    médicaux.

    Le personnel de nettoiement et d’entretien : Les agents d’entretien et de nettoiement chargés de
    l’enlèvement et de l’évacuation des sachets et poubelles de déchets ont une connaissance limitée des
    effets négatifs liés à la mauvaise gestion desdits déchets : ils connaissent peu (ou pas du tout) les
    risques d’infections liés à la manipulation des déchets hospitaliers, ne disposent généralement pas de
    qualification au moment de leur recrutement et leur niveau d’instruction est relativement faible. En
    plus, ils manquent souvent d’équipements de protection appropriés (tenues, gants, masques, etc.) ou
    alors rechignent à les porter. Ces agents doivent aussi bénéficier d’une formation et surtout d’un
    encadrement régulier dans la gestion des déchets hospitaliers qu’ils manipulent à longueur de journée.

    Les patients et les accompagnateurs : De manière générale, le public qui fréquente les hôpitaux
    (notamment les accompagnants de malades) a besoin de recevoir des informations sur les exigences
    d’hygiène en milieu hospitalier et aussi sur les risques liés aux déchets médicaux. Pour susciter un
    éveil de conscience au niveau de cette catégorie d’acteurs, il est nécessaire d’élaborer un programme
    « in situ » d’information et de sensibilisation sur les comportements sécuritaires à adopter dans ces
    milieux.

    L’évaluation réalisée par la DSP/MINSANTE concernant la perception des personnes riveraines des
    formations sanitaires sur des déchets hospitaliers révèle que ces populations ne font pas attention à la
    production. La connaissance des risques que posent lesdits déchets n’est pas bien cernée. En effet, la
    majorité estime qu’il n’y a pas de différence avec les déchets ménagers qui jouxtent maisons et abords
    des rues, responsables des odeurs nauséabondes, de la contamination du sol, de l’eau et de la
    prolifération des vecteurs de maladies et d’animaux domestiques.
Tableau 3        Appréciation des CAP en gestion DH pour les catégories d’acteurs
Catégorie d’acteurs exposés                    Connaissances         Attitudes           Pratiques
                                                   (savoir)        (savoir être)       (savoir-faire)
Personnels      de Personnel médical          Très bonnes      Correctes            Bonnes
santé              Personnel paramédical      Assez bonnes     Relativement         Assez bonnes
                                                               correctes
Personnel             TGS                     Très bonnes      Bonnes               Bonnes
d’Hygiène             Personnel d’entretien   faibles          Passables            passables
Personnel       des   Personnel encadrement   Assez bonnes     Assez bonnes         Assez bonnes
sociétés privées      Personnel de collecte   Très faibles     Médiocres            médiocres
de collecte des
déchets solides
Populations            Populations riveraines Très faibles     Très déplorables     Mauvaises
                       des             formations
                       sanitaires, enfants, etc.
(Source : visite de terrain)
                                                                                                                     34


  Tableau 4         Besoins en Formation/ Sensibilisation et Stratégie
Catégorie d’acteurs         Contraintes                                          Stratégies
                            Méconnaissance des risques liés aux DH et            Organisation de séance d’information et de
                            négligences comportementales                         sensibilisation
Personnel de santé          Manque de formation de base des agents de santé      Recyclage des agents
                            sur la gestion des DH
TGS                         Manque de relais au niveau des formations            Recyclage permanent sur la gestion des DH
                            sanitaires pour renforcer les CAP en gestion des     Formation des formateurs en GDH
                            DH
Personnel d’entretien Insuffisance d’information sur les risques liés aux        Information et sensibilisation
                            DH                                                   Guide de bonnes pratiques
                            Insuffisance d’information des collecteurs sur les   Information et sensibilisation
Personnel de collecte risques liés aux DH                                        Guide de bonnes pratiques
des sociétés privées Absence de formation aux techniques de collecte             Formation/recyclage des agents collecteurs
d’hygiène                   des DH                                               Guide de bonnes pratiques
                            Ignorance de la notion de DH                         Sensibilisation par les média
                            Insuffisance d’information des leaders d’opinion     Sensibilisation
Population                  sur les risques liés aux DH
                            Insuffisance d’information et de motivation des      Sensibilisation, plaidoyer    auprès     des
                            décideurs et élus locaux sur les risques liés aux    décideurs/élus locaux
                            DH
  (Source : visite de terrain)

                      v)       Contraintes financières dans la gestion des DH

      Insuffisance du budget alloué à la gestion des DH
       Les allocations relatives aux DH sont quasiment symboliques dans les établissements de soins
       comparativement aux ressources affectées aux soins médicaux. La gestion des déchets hospitaliers
       souffre d’un manque relativement important de soutien financier.
                                                                                                           35



 6. SYNTHESE DE L’ANALYSE SITUATIONNELLE

         a. Synthèses globale de l’évaluation de la gestion des DH

Principaux problèmes identifiés :
- Le tri des déchets ne concerne que les objets piquants et tranchants ;
- Aucune formation sanitaire ne procède à la décontamination des déchets avant évacuation ;
- En dehors des hôpitaux Généraux et assimilés, le matériel de collecte et de protection des agents de
    surface est très rudimentaire ;
- Seules 3 de formations sanitaires disposent de station d’épuration qui sont non fonctionnelles ;
- En dehors des hôpitaux Généraux, la majorité des autres formations sanitaires évacuent leurs déchets
    solides dans les décharges publiques ;
- Insuffisance de formation des personnels sur l’hygiène et la gestion des déchets en milieu hospitalier ;
- Outils de réglementation et sensibilisation sur l’hygiène, la prévention de l’infection et la gestion des
    déchets quasi absents ;
- L’enceinte de certaines formations sanitaires est menacée de pollution avec la présence permanente
    des déchets ;
- L’épandage des eaux usées dans la nature sans traitement préalable persiste dans toutes les formations
    sanitaires en dehors des Hôpitaux Généraux et de l’hôpital Laquintinie de Douala ;
- L’approche « concession ou contrat » avec les tiers pour la collecte, le transport et l’évaluation des
    déchets est très développée au niveau des formations sanitaires des centres urbains. Ceci rend les
    hôpitaux irresponsables du devenir des déchets et leurs résidus ;
- Les déchets hospitaliers causent des nuisances aux riverains de formations sanitaires.
- Dans certaines FS, les UHH sont animés par des personnels autres que les TGS (réduction des
    prestations ; faiblesse des capacités organisationnelles et opérationnelles ; certaines activités de l’UHH
    sont accaparés affectées à d’autres services)
- Manque d’autorité et de motivation des agents d’hygiène dans les formations sanitaire
- Gestion informelle et inorganisée des DH
- Pollutions du milieu (cours d’eau) par les DH (solides et liquides)
- Mélange des déchets de soins avec les OM
- Insuffisance matériels et équipements
- Accidents (AES, etc.)
- Absence de suivi régulier de la gestion des DH
- Proximités des installation de gestion des DH avec les autres bâtiments de l’hôpital (soin, restauration,
    etc.)
- Accès facile des personnes et animaux aux zones de stockage des déchets
- Pas de lignes directrices de gestion (pilotage à vue)
- Insuffisance/manque de matériel et équipement
- Absence de rapport d’évaluation de la gestion des DRH (données chiffrés, scientifiques, etc.)
- Faiblesse du recrutement et du recyclage des TGS
- La non prise en compte de la dimension « environnementale » des FS dans l’HH (seulement la
    dimension HH est considérée)

Principales causes
- Comités d’hygiène léthargiques, non fonctionnels ou inexistants
- Absence de procédures/directives et d’organisation de la gestion des DH
- Comportement médiocres et négligences du personnel de santé
- Absence de budget spécifique à la gestion des DH
- Absence d’agents d’hygiène dans certaines formations sanitaires
- Manque de personnel spécialisé en hygiène hospitalière dans les FS
- Méconnaissance des règles d’hygiène hospitalières
                                                                                                            36


-   Architecture inadaptée des formations sanitaires (en rapport avec localisation installations de gestion
    des DH)
-   Manque de clôture de sécurité des zones de stockage de déchets
-   Sous utilisation du personnel d’hygiène (formation sanitaire, Province et District)
-   Absence d’incinérateurs dans les FS
-   Absence de contrôle et de suivi
-   Absence de schéma de gestion des DH
-   Absence de normes et standards
-   Absences de personnels qualifiés (agents d’hygiène)
-   Absence ligne budgétaire pour la gestion des DH
-   Absence d’outil réglementant la gestion des DH
-   Insuffisance de l’application des textes sur l’hygiène et l’environnement au niveau des formations
    sanitaire.

         b. Synthèse par types de formation sanitaires

                  i)       Hôpitaux Généraux et Centraux

   Il existe un service d’hygiène en charge de la surveillance de l’environnement hospitalier ;
   Le conditionnement se fait par le personnel dans les unités de soins avec utilisation des boites de
    sécurité pour les objets coupants/piquants, les sacs poubelle conventionnels pour le reste de déchets ;
   La pré-collecte dans les unités de soins et poubelles extérieures est assurée par les techniciens de
    surface des sociétés de sous-traitance vers les points de stockage pour l’élimination finale ;
   Le traitement des déchets solides se fait soit par incinération (HGD, HGOPY…) soit par brûlage à
    l’air libre et/ou par évacuation dans le circuit des déchets urbains (HLD,HCY,CHU, H Jamot…) ;
   L’élimination des déchets liquides se fait par les fosses septiques pour les toilettes des unités de soins,
    par les stations d’épuration dont la plupart ne non fonctionnelles et le plus souvent par déversement
    dans la nature sans traitement préalable pour les eaux usées des activités de soins /HCY, CHU, H
    Jamot).

                  ii)      Hôpitaux Provinciaux et de District

   On note la présence des unités d’hygiène non fonctionnelles dans la majorité des cas ;
   Le conditionnement se fait par le personnel avec utilisation des boites de sécurité pour les objets
    piquant/ coupant et les poubelles rudimentaires pour le reste de déchets ;
   La collecte est assurée par les agents de surface temporaires essentiellement non protégés ;
   L’élimination des déchets solides se fait par brûlage à l’air libre et le circuit des déchets urbains est
    archaïque dans la majorité des cas ;
   Les déchets liquides vont dans les fosses septiques ; le contenu n’est pas neutralisé avant la vidange et
    le dépotage n’est pas contrôlé.

                  iii)     CMA et Centre de Sante Intégrés (CSI)

   On note l’absence totale d’unité d’hygiène;
   Le conditionnement se fait par le personnel avec utilisation des boites de sécurité pour les objets
    piquants/coupants et les poubelles rudimentaires pour le reste de déchets ;
   La collecte est assurée par le personnel qui n’est pas protégé pour l’essentiel;
   L’élimination des déchets solides se fait par brûlage à l’air libre et le transfert dans le circuit des
    déchets urbains dans la majorité des cas est archaïque ;
   Les déchets liquides vont dans les fosses septiques dans les CMA et les latrines dans les CSI. Le
    contenu n’est pas neutralisé avant la vidange et le dépotage n’est pas contrôlé.
                                                                                                           37



         c. Problèmes majeurs identifiés dans la gestion des DH

Problème central :      Les défaillances notées dans gestion des déchets hospitaliers posent des préjudices
                        notoires à la santé et à l’environnement.

   La gestion des DH n’est pas une priorité dans la Stratégie du Secteur Santé
    Le cadre politique du secteur de santé est marqué par l’absence d’une stratégie nationale en matière de
    gestion des déchets hospitaliers, avec une vision et des orientations claires, mais aussi une délimitation
    précise des domaines de compétences, des rôles et de responsabilités des différentes institutions
    concernées, notamment entre le MINSANTE, le MINEP, les formations sanitaires et les Collectivités
    locales. De même, on constate l’inexistence de procédures formalisées de gestion. La Stratégie du
    Secteur de Santé n’accorde pas un rang de priorité élevé à la gestion des DH. Toutefois, la Stratégie
    Nationale de Gestion des Déchets, élaborée par le MINEP, aborde la question des DH et recommande
    l’élaboration du Plan National de Gestion des DH par le MINSANTE.

   Le cadre législatif et réglementaire est déficient en matière de gestion des DH
    Les lacunes inhérentes au cadre législatif, caractérisé notamment par l’inexistence de lois régissant les
    DH ainsi que d’une réglementation interne au sein des formations sanitaires, ne permettent pas de
    garantir leur gestion écologique. Plus spécifiquement, il n’existe pas actuellement de procédure
    normalisée (guides techniques, directives, normes et standards) pour la pré-collecte, la collecte,
    l’évacuation, le stockage, le transport et le traitement des DH.

   L’organisation et la gestion des DH sont défaillantes dans les formations sanitaires
    La gestion des DH dans les formations sanitaires présente beaucoup d’insuffisances, malgré les efforts
    notés dans certaines d’entre elles. Paradoxalement, les formations sanitaires constituent à la fois des
    lieux de soins et des sources de pollutions et de nuisances pour la santé des populations et pour
    l’environnement. Les contraintes majeures sont :
    - les CHH sont non fonctionnel
    - les UHH ne sont mis en place dans toutes les formations sanitaires
    - les techniciens d’hygiène pas écoutés s de suivi
    - l’absence de plans et/ou de procédures de gestion interne ;
    - l’absence de données fiables sur les quantités produites ;
    - l’absence de responsable d’hygiène toujours désigné, même si on note la présence de comités
        technique d’hygiène et d’assainissement dont la plupart n’existe que de nom ;

   Dans la gestion des DH, les comportements et pratiques du personnel de santé sont médiocres
    A priori, le personnel soignant dispose de connaissances de base sur l’hygiène hospitalière, mais dans
    la pratique, les comportements sont le plus souvent déplorables. La manipulation quotidienne des
    déchets finit par installer des attitudes d’indifférence et de banalisation du risque liés aux DH.
    S’agissant du personnel d’entretien, l’ignorance des risques réels, mais aussi l’insuffisance de codes
    de bonnes pratiques (sur ce qu’il faut faire et ne pas faire) ainsi que l’insuffisance des équipements de
    protection semble être à la base du peu d’attention qu’ils accordent à la manipulation des DH. Le
    manque de qualification des techniciens de surface ne permet pas une bonne prestation dans la gestion
    des déchets hospitaliers

   Les équipements de collecte et le matériel de protection sont inappropriés et insuffisants
    De manière générale, il n’existe pas de tri organisé et les équipements de protection font défaut, sont
    inappropriés ou ne sont pas portés par le personnel.
    - l’insuffisance de matériels appropriés de pré-collecte, collecte et des équipements de protection;
    - l’absence de tri à la source systématique et le mélange des DH avec les ordures ménagères ;
    - l’absence d’une vision/perception « environnementale » de la gestion des DH ;
                                                                                                         38


    -   l’absence d suivi de la gestion des DH.

   Les infrastructures sont soit inexistantes, soit inadaptées, soit non performantes
    - le défaut de conception de certains incinérateurs artisanaux ;
    - l’absence de maîtrise des techniques de fonctionnement et d’entretien ;
    - la défaillance des systèmes de traitement des déchets solides et liquides

   Les ressources financières allouées à la gestion des DH sont globalement insuffisantes
    Dans les formations sanitaires, il n’existe pratiquement pas d’inscription budgétaire concernant la
    gestion des DH : le financement est symbolique comparativement aux ressources financières affectées
    aux soins médicaux. L’accent est mis beaucoup plus sur les actes curatifs au détriment des mesures
    préventives d’hygiène et d’assainissement. En plus, la gestion des DH ne bénéficie pas toujours
    d’appui externe du MINSANTE (programmes tels que PEV et SIDA) et des partenaires au
    développement. Pourtant, il est reconnu que sans budget spécifique, l’amélioration de la gestion des
    DH dans les formations sanitaires reste globalement hypothétique. L’insuffisance des ressources
    financières se traduit par des contraintes dans tout le processus de gestion des DH : démotivation des
    agents, faible taux de remplacement des équipements, impossibilité d’instaurer le tri à la source,
    irrégularité de la collecte, non fonctionnement des installations de traitement, etc.

   Les ressources humaines qualifiées sont insuffisantes dans la gestion des DH
    Les insuffisances numériques notées sur le personnel de génie sanitaire du MINSANTE ne permet pas
    d’assurer un appui conseil et un suivi de la gestion des déchets dans les formations sanitaires du pays.

   Le partenariat public-privé n’est pas très soutenu pour une gestion professionnelle des DH
    Les insuffisances dans le partenariat public privé ne permettent pas une implication efficiente du
    secteur privé dans la gestion des déchets hospitaliers. Aucune société privée n’est réellement active
    exclusivement dans la gestion globalement (collecte, transport et traitement) des DH. Cette situation
    constitue une contrainte majeure dans la professionnalisation du secteur des DH. Pourtant, des
    opportunités existent avec des structures avec des structures telles que HYSACAM et BOCOM, s’il y
    a une visibilité et une clarté dans le partenariat et si des garanties de paiement sont fournies aux
    privés. Les rares qui interviennent sont ceux qui ramassent les ordures ménagères, et le même matériel
    inapproprié (camions benne) est utilisé pour les deux prestations.

   La collaboration intersectorielle n’est pas effective dans la gestion des déchets hospitaliers
    Il existe plusieurs acteurs interpellés par la gestion des DH, ayant des missions différentes mais qui
    s’activent pour un même objectif : améliorer le bien être et la santé des populations. Le plus souvent
    ces acteurs travaillent isolément dans l’exercice de leurs compétences, sans une réelle concertation
    entre eux et sans établir des synergies de leurs actions sectorielles.

   La supervision et le contrôle font défaut dans le suivi de la mise en œuvre de la gestion des DH
    En l’absence de contrôle et de suivi, notamment externe, il s’avère difficile d’améliorer la gestion des
    DH dans les formations sanitaires : le système (organisation, personnel) a besoin d’être suivi et évalué
    dans une perspective d’accroître les performances de gestion, mais aussi dans un souci de vérifier la
    conformité aux lois et règlements, notamment environnementaux, régissant le secteur.
                                                                                                          39



 7. IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX, SANITAIRES ET SOCIAUX DES DH

La situation des déchets hospitaliers dans les formations sanitaires du Cameroun est relativement
préoccupante aux plans environnemental et sanitaire. Il faut souligner que la défaillance dans la gestion
des DH peut provoquer une pollution chimique et biologique pour l’environnement ; des infections pour
les personnels de Santé et utilisateurs de services ; la contamination de l’eau de surface et nappes
souterraines ; la prolifération des vecteurs de maladies ; l’incommodité et l’insalubrité dans les formations
sanitaires. Sous ce rapport, la formation sanitaire perd ses lettres de noblesses : au lieu d’assurer sa
mission première qui est de permettre au patient de recouvrer sa santé, elle devient une source de
pollution, de nuisance et un maillon de la chaîne de transmission de maladies, perdant du même coup sa
vocation de structure de référence en matière de promotion de la santé où l’usager devrait voir et
apprendre comment éviter la maladie.

         a. Impacts environnementaux

Les impacts environnementaux sont multiples quand on ne procède pas à une gestion des déchets. La
combustion non contrôlée de déchets sanitaires peut produire une grave pollution de l’air, incluant la
formation de dioxines et de furanes. Les déchets liquides qui rejoignent les circuits d’évacuation d’eaux
usées sont un danger pour les eaux superficielles; les décharges brutes sur le terrain de l’hôpital sont un
danger permanent pour la nappe phréatique et les habitations aux alentours.

         b. Impacts des déchets hospitaliers sur la santé publique

Les déchets liés aux soins de santé constituent un réservoir de micro-organismes potentiellement
dangereux susceptibles d’infecter les malades hospitalisés, les agents de santé et le grand public. Les
autres risques infectieux potentiels sont notamment la propagation à l’extérieur de micro-organismes
parfois résistants présents dans les établissements de soins.

Les risques d’infections nosocomiales pour le personnel, les patients et les visiteurs sont importants. Les
poubelles de déchets de soins médicaux infectieux et hautement infectieux sont à la portée de tous. Des
vecteurs de maladies comme les insectes, les rongeurs et autres animaux domestiques (chiens, chats,
poules, etc.) ont accès libre aux poubelles de déchets.

La gestion des DH, notamment, la manipulation inappropriée des matériels (surtout ceux infectés par le
VIH/SIDA) fait peser de graves menaces sur la santé de plusieurs catégories d’acteurs. D’après l’OMS,
5% de toutes les contaminations récentes avec le VIH/SIDA sont dues à des injections non sûres ou à des
piqûres accidentelles, ce qui est la conséquence d’une mauvaise gestion des déchets de soins médicaux.

         c. Personnes exposées

Les problèmes posés par une mauvaise gestion des DH revêtent une grande acuité. Les principales
personnes exposées dans le processus de gestion des DH sont :
 les patients et les professionnels de la santé (personnel médical et paramédical) se trouvant dans les
    établissements de soins ;
 les aides-soignants, les servants, les agents d’entretien, les préposés à l’incinération, etc.;
 en dehors du périmètre hospitalier, les agents des sociétés privées ou des ONG chargés de la collecte,
    du transport et de la mise en décharge des ordures ménagères mélangées aux DH;
 les récupérateurs informels qui pratiquent de façon permanente ou occasionnelle la fouille des ordures,
    les femmes et les enfants de la rue et les malades mentaux ;
 les populations qui utilisent des objets hospitaliers récupérés pour des usages domestiques.
                                                                                                          40


         d. Risques

Les risques liés à une mauvaise gestion des déchets issus des soins de santé portent globalement sur :
 des blessures accidentelles : risques d’accidents pour personnel de santé; les enfants qui jouent (ou qui
    font leurs besoins) sur les décharges d’ordures ainsi que les récupérateurs non avisés ;
 des intoxications aiguës, des infections nosocomiales et des nuisances pour le personnel de santé et de
    collecte (odeurs, exposition, manque d’équipements de protection, absence de suivi médical, etc.).

Pour ce qui concerne les infections, les catégories suivantes sont identifiées :
 les maladies virales telles que le HIV/SIDA l’Hépatite Virale B (HVB) et l’Hépatite Virale A. Sont
   principalement exposés à ces pathologies le personnel de santé, les accompagnants, le personnel
   d’entretien et les populations riveraines des décharges (enfants, récupérateurs, etc.) ;
 les maladies microbiennes ou bactériennes, telles que la tuberculose, les streptocoques, la fièvre
   typhoïde, etc. ;
 les maladies parasitaires, (issues des selles provenant des centres de santé et rejetées dans les dépotoirs
   publics situés près des habitations) telles que la dysenterie, les ascaris, etc.
 Les infections nosocomiales;
 la contamination de la chaîne alimentaire : les animaux domestiques en quête de nourriture au niveau
   des décharges publiques ou sauvages peuvent ingérer ces types de déchets, ce qui peut entraîner une
   propagation potentielle de maladies et de contaminants chimiques à travers la chaîne alimentaire.

         e. Impacts sociaux

Le niveau de récupération des déchets

La récupération et le recyclage de certains déchets hospitaliers constituent une activité majeure dans les
formations sanitaires. Pour l’essentiel, les activités de récupération sont effectuées en majorité par le
personnel de soin et celui d’entretien. Dans un contexte d’exacerbation de la pauvreté, les activités
informelles de récupération ou de recyclage des DH (/bouteilles et flacons vides, etc.) constituent des
opportunités et des sources de revenus pour les populations démunies. Au niveau des décharges
municipales (Douala, etc.) les activités de récupération sont plus importantes et plus organisées.

Toutefois, la récupération des DH comporte des risques sanitaires réels, notamment de contagion et de
blessures par les aiguilles et d’autres objets coupants, mais aussi d’intoxication en cas d’utilisation de
flacons et autres contenants de produits chimiques pour des besoins domestiques (huiles, eau, etc.).

Par ailleurs, il convient de souligner que les populations font montre d’une grande sensibilité face à
certains types de déchets, notamment anatomiques (amputations, placentas, etc.). Elles sont le plus
souvent très exigeantes quant aux modalités de leur élimination. En général, ces types de déchets sont
remis aux patients ou aux membres de la famille. Dans la gestion des DH, il est essentiel de prendre en
compte les croyances socioculturelles et religieuses afin d’éviter des conflits.
                                                                                                           41


D. STRATEGIE NATIONALE DE GESTION DES DH
 1. BUT, OBJECTIFS, ORIENTATIONS STRATEGIQUES

La présente stratégie ambitionne de donner une vision et des orientations majeures d’une gestion
rationnelle des DH, mais aussi d’être une base pour le développement d’un consensus avec les acteurs
institutionnels impliqués dans les activités liées à la gestion des DH. Les départements ministériels
(MINSANTE, MINEP), les formations sanitaires publiques et privées, les collectivités locales, les ONG et
autres acteurs de la Société civile, le secteur privé, etc. En particulier, ce document de stratégie constitue
un cadre global à l’intérieur duquel plusieurs programmes et plans sectoriels détaillés pourraient être
développés dans la gestion des DH.

         a. But et objectifs de la stratégie
Le but de la stratégie de gestion des DH est de contribuer au bien être de tous les Camerounais en
améliorant la gestion des DH dans des conditions de durabilité.

L’objectif global est d’assurer une gestion durable des DH en mettant en place des systèmes viables au
plan environnemental, techniquement faisable, socialement acceptable, susceptibles d’éliminer les risques
d’infections et de garantir un environnement sain et propre.

Plus spécifiquement, la stratégie vise à :
 Reconnaître et considérer l’hygiène hospitalière comme droit fondamental pour la bonne santé.
 Intégrer la gestion des DH comme une composante majeure de la politique d’hygiène sanitaire;
 Accorder une priorité élevée et un appui fort aux mesures et activités de gestion des DH.
 Promouvoir les principes des mesures de gestion intégrée des DH avec l’ensemble des acteurs;
 Apporter un appui financier, matériel et technique effectif dans la gestion des DH;
 Renforcer l’information, l’éducation et la sensibilisation du public sur l’importance de la gestion des
    DH dans l’amélioration du cadre de vie, de l’hygiène environnementale et de la santé publique.

         b. Orientations stratégiques

L’atteinte de ces objectifs devrait passer par la matérialisation des orientations stratégiques suivantes :
 Développement des stratégies organisationnelles et opérationnelles sur la gestion des DH
 Renforcement des lois et règlements sur la gestion des DH;
 Garantie de ressources financières constantes et consistantes à la gestion des DH
 Renforcement des capacités humaines dans la gestion des DH ;
 Appui matériel, technique et technologique à la gestion des DH (pré-collecte, collecte et traitement);
 Développement des Connaissances, Attitudes et Pratiques pour un changement de comportements
    dans la gestion des DH;
 Plaidoyer pour l’implication des sociétés privées dans la gestion des DH.

La stratégie de gestion des DH devrait initier un processus et apporter une réponse nationale permettant
l’atteinte des ces objectifs. Elle met l’accent sur des mesures préventives, principalement les initiatives à
prendre pour réduire les risques sur la santé et sur l’environnement liés aux pratiques actuelles. Elle met
l’accent également sur les actions positives, qui, dans le long terme, conduiront à un changement de
comportement, à une gestion durable des DH, et à la protection des individus contre les risques
d’infection.
                                                                                                            42


    2. PRINCIPES ET ORIENTATIONS STRATEGIQUES

          a. Principes directeurs

Les principes suivants devront guider la stratégie :

    Principe du « Pollueur Payeur » : tous les producteurs de DH sont légalement et financièrement
     responsables de la gestion saine et écologiquement rationnellet desdits déchets. Les producteurs de
     DH sont aussi responsables des dommages causés par lesdits déchets.

    Principe de « précaution » : quand l’ampleur du risque est incertaine dans la gestion des DH, il sera
     retenu que le risque est particulièrement significatif, et que des mesures appropriées devront être
     prises pour assurer la protection et la sécurité sanitaire.

    Principe du « devoir de soin et d’attention » : toute personne manipulant ou gérant des DH ou des
     équipements y relatifs, est responsable, au plan de l’éthique, de prendre le maximum de soins et
     d’attention dans ses activités.

    Principe de « proximité » : le traitement et la disposition des DH s’effectuent autant que possible à
     l’intérieur de leur lieux de production, afin de minimiser les risques liés à leur transport ex situ.

    Développement durable : les activités de gestion des DH peuvent être gérées avec des techniques
     satisfaisant les exigences actuelles, sans compromettre l’avenir.

    Gestion viable des déchets : les producteurs de DH doivent encourager la ségrégation et la
     minimisation des DH, afin de réduire les quantités infectieuses, mais aussi assurer une élimination
     finale adéquate

    Approche de Santé Publique : la gestion des DH doit (i) impliquer la protection de la population dans
     l’enceinte des formations sanitaires, contre les blessures et maladies nosocomiales ; (ii) garantir que
     tous les DH qui quittent l’enceinte des formations sanitaires présentent un minimum de risques
     potentiels pour les travailleurs externes et la population ; préserver l’environnement contre la pollution
     de l’eau, du sol et de l’air.

    Renforcement des capacités des acteurs de la gestion des DH : à travers la formation académique et
     la formation continue (incluant les formations sanitaires privées) en gestion des DH, hygiène
     hospitalière, santé environnementale, en sécurité, etc..

    Transparence et traçabilité: A travers le suivi, l’enregistrement, la documentation et la classification
     de toutes les infections ou blessures dues aux DH ; l’inspection des systèmes d’élimination des DH, de
     la santé et de la sécurité du personnel impliqué dans la gestion des DH.

    Collaboration Multisectorielle : Par le biais d’une coalition nationale regroupant les services
     gouvernementaux (MINSANTE, MINEP, MINAT, etc.) et les collectivités locales, les partenaires au
     développement, les ONG, les OCB, pour la mobilisation des ressources, la mise en œuvre, le suivi et
     la supervision de la mise en œuvre des activités de gestion des DH ;

    Respect des cultures et des croyances religieuses : Par la considération des aspects sociaux et
     culturels de la gestion des DH.
                                                                                                           43


         b. Orientations stratégiques

Dispositions législatives et réglementaires
 Revoir la législation en vigueur, actualiser et harmoniser la législation en vigueur pour tenir compte
   des exigences de gestion rationnelle des DH.

   Déterminer les rôles et le partage des responsabilités entre des agences gouvernementales impliquées
    dans la gestion des DH (MINSANTE ; MINEP ; formations sanitaires et municipalités).

   Développer des principes directeurs à l’échelle nationale concernant les bonnes pratiques d’hygiène
    requises pour la gestion des déchets hospitaliers, la surveillance de la santé des travailleurs et de leur
    environnement de travail.

   Donner un mandat juridique et autorité aux Techniciens du Génie sanitaire du MINSANTE/DPS dans
    l’intention de renforcer la conformité aux normes nationales sur la gestion des DH.

   Prendre des mesures persuasives et punitives pour promouvoir le respect des normes établies pour la
    gestion des DH.

   Etablir, de façon à permettre l’inspection des normes environnementales, un système de suivi et de
    surveillance de la gestion des DH.

Respect des conventions et protocoles aux niveaux international et régional.
 Développer une législation nationale, une réglementation, des politiques et des guides pour la gestion
   des DH, qui soient consistants et basés sur des principes et normes acceptés au plan international.

Coordination et coopération intersectorielle
 Renforcer la coordination intersectorielle et promouvoir l’application des mesures intégrées de gestion
   des DH.
 Favoriser les échanges de technologie et de bonnes pratiques de gestion des DH entres les différents
   acteurs au niveau national, provincial et de district.

Développement et renforcement des standards et normes techniques
 Etablir des critères, développer et renforcer les normes et standards de qualités requises dans le but
   d’identifier, de contrôler et d’amoindrir la contamination de l’environnement.

Information et gestion des données relatives à la gestion des DH
 Mettre en place et développer une base nationale de données informant sur la gestion des DH, et
    fournir des mécanismes de collecte, d’analyse et de classification des données essentielles auprès des
    formations sanitaires publiques et privées.

   Articuler et intégrer dans le système national d’informations sanitaires (SNIS) les informations et
    données relatives à la gestion des DH pour permettre une meilleure prise de décision au niveau
    national, provincial et district.

Renforcement des capacités dans la gestion des DH
 Développer des programmes de formation pour le personnel des formations sanitaires (y compris les
   services techniques municipaux et le secteur privé de collecte) dans le but d’améliorer la qualité
   d’intervention dans les activités de gestion des DH.

   Acquérir des bourses d’études et stages pour les Techniciens du Génie Sanitaire de la
    DPS/MINSANTE pour accroître leurs capacités en matière de gestion des DH.
                                                                                                            44



Stratégie de communication en matière de gestion des DH
 Intensifier au niveau national une sensibilisation et une éducation portant sur la gestion des DH, les
    facteurs de nuisances liés à ces activités ainsi que les mesures de prévention et de contrôle de leurs
    impacts sur l’environnement, la santé et la qualité de la vie humaine.

Développement de la recherche et de la technologie
 Développer et fournir une technologie appropriée pour la gestion des DH (des systèmes de collecte,
   mise en condition, de transport, de traitement et de dépôt) et promouvoir l’adoption de solutions
   localement initiées, efficientes dans la gestion des déchets, performante pour l’environnement et à
   moindre coût autant que possible.

Plans d’action de la gestion des déchets hospitaliers (DH)
 Faciliter la préparation des plans de gestion des DH dans les formations sanitaires afin de leur
   permettre de gérer, d’éliminer ou d’atténuer les nuisances sanitaires environnementales issues de
   gestion des DH.

Services techniques d’appui et opportunités offertes dans la gestion des DH
 Etablir la liste des services, compétences et opportunités offerts par le secteur privé dans la gestion des
    DH.

Décentralisation et distribution équitable des services et matériels
 Etablir une structure administrative responsable de la promotion de la santé environnementale et les
   mesures d’intervention de la gestion des DH aux niveaux provincial, local et dans tout secteur
   impliqué dans les activités de la gestion des DH

Suivi et évaluation - Contrôle de l’impact sanitaire et environnemental
 Développer des indicateurs d’impact, d’état, de processus et de résultat pour déterminer, mesurer et
    évaluer la performance des activités de gestion des DH et établir des rapports de suivi et d’évaluation
    réguliers.
 Développer des guides pratiques sur la manière d’identifier et d’intégrer les considérations relatives à
    l’impact sanitaire et environnemental de la gestion des DH.
 Exiger des évaluations environnementales concernant les activités des formations sanitaires

Ressources financières et matérielles
 Donner une grande priorité à la dotation en ressources financières et une mise en œuvre efficace et
   effective des programmes de la gestion des DH à tous les niveaux.

   Introduire des incitations financières et autres motivations pour assurer les coûts et l’implication du
    Secteur privé dans la gestion des DH.

    Assurer l’équité dans la dotation effective et l’utilisation des ressources disponibles dans les activités
    de la gestion des DH.
                                                                                                           45



    3. ASPECTS TECHNIQUES DE LA STRATEGIE DE GESTION DES DH

La gestion des déchets dans les formations sanitaires devrait suivre la démarche décrite ci-dessous :

          a. Organisation du tri à la source
Cela peut être réalisé avec le tri à la source (ce qui réduit la réduction des déchets) compte tenu des faits
suivants : (i) réemployer les éléments recyclable à chaque fois que c’est possible ; (ii) employer les
produits avec un minimum d’emballage ; (iii) donner la préférence aux produits qui sont inoffensifs pour
l’environnement. Il est généralement admis que moins du quart (25%) des DH peut blesser ou nuire. Si
cette quantité est mélangée aux ordures, cela peut contaminer tout le tas rendant ainsi son traitement et son
élimination (dépôt) chers. Plus les éléments triés sont propres et uniformisés, mieux cela facilitera le
réemploi et le recyclage. Pour minimiser les déchets, chaque formation sanitaire devra :
 effectuer une estimation et un contrôle des volumes des produits sanitaires, accompagné d’une gestion
    prudente du processus d’élimination pour éviter l’accumulation, notamment pour les produits
    pharmaceutiques périmés ;
 privilégier les produits à faible quantité d’emballage ;
 mettre en œuvre des programmes de recyclage des produits, envisageant le retour des produits en
    surplus et non employés, chez le fournisseur qui les réemploiera;
 introduire les pratiques de réduction de déchets ;
 encourager le réemploi sécurisé de certains produits usagés non contaminés.

          b. Gestion des déchets hospitaliers à risque
    Tout comme pour les déchets sans risque, le tri des déchets à risque en différents flux doit devenir
     obligatoire. Un système de codage coloré et d’étiquetage doit être mis au point pour faciliter la gestion
     et l’identification des déchets. Pour le système de tri, le système de classification des déchets de
     l’OMS et de l’UNEP peut être utilisé.

    Les quantités de déchets générés doivent être enregistrées et évaluées pour le contrôle de la production
     de déchets dangereux effectué par le MINEP et le MINSANTE.

    Les déchets dangereux doivent être collectés et manipulés par un groupe restreint du personnel chargé
     des déchets formé à cet effet et non par le personnel de nettoyage. Ces personnes devront avoir accès à
     l’équipement de protection nécessaire et être immunisées, au minimum contre l’Hépatite A et B et le
     Tétanos. Ces vaccinations doivent être gratuites pour elles.

    Alors que les déchets infectieux et autres déchets biologiques (parties anatomiques, sang etc.) doivent
     être collectés quotidiennement, les autres déchets dangereux peuvent être collectés au besoin.

    Pour le stockage, deux différents endroits pour les déchets dangereux : un pour les déchets infectieux
     et l’autre pour les autres déchets dangereux doivent être disponibles.

Déchets nécessitant une attention particulière

Déchets anatomiques humains : Ces déchets doivent être collectés dans des sacs plastiques résistants. Le
traitement doit être effectué dans le respect des traditions locales et des croyances religieuses. Dans le cas
où l’on supposerait que les déchets pourraient être infectieux (par ex. placenta ou grandes parties
corporelles d’un patient contagieux), les déchets ne doivent pas être rendus aux patients ou à leurs proches
mais doivent être incinérés. Si l’établissement sanitaire fait usage d’une fosse placentaire non accessible et
qui n’influence pas la nappe phréatique, les déchets anatomiques contaminés pourront y être jetés.
                                                                                                             46


Déchets piquants et tranchants : Les déchets piquants et tranchants doivent être collectés dans des boîtes
de sécurité ou conteneurs résistants aux perforations. Si des boîtes de sécurité sont fournies, les aiguilles et
seringues doivent être collectées ensemble. Si les aiguilles doivent être collectées séparément, des
broyeurs d’aiguilles ou un équipement permettant de faire tomber directement l’aiguille dans un conteneur
résistant aux perforations doit être fourni. Les boîtes collectées doivent être remises, conformément à la
stratégie nationale mise en place, aux autorités de la santé de la Province. Les déchets tranchants et
piquants doivent toujours être surveillés et stockés de façon à ce qu’ils ne soient accessibles à aucune
tierce personne.

Déchets pharmaceutiques : Les déchets pharmaceutiques doivent être collectés, selon le protocole mis en
place par l’Inspection Générale des Services Pharmaceutiques de façon à éviter d’éventuels abus. Selon
leur dangerosité, ils seront traités de manière différente. Dans la mesure du possible, ils devraient être
rendus au fournisseur – si les déchets pharmaceutiques dangereux et non dangereux sont séparés. Ceux qui
sont non dangereux peuvent être jetés à un endroit prédestiné et sûr de la décharge d’ordures ménagères et
ceux qui sont dangereux doivent subir un traitement selon leur classe.

Déchets cytotoxiques : Ce genre de déchets est surtout produit dans les hôpitaux tertiaires. Ils doivent être
stockés et traités avec une grande précaution. Si un traitement central n’est pas possible, leur destruction
chimique sur site doit être effectuée par la pharmacie. Les instructions quant au traitement approprié sont
données par l’OMS.

Déchets infectieux : Des conteneurs pour déchets infectieux doivent être localisés à des endroits bien
gérables (par ex. la salle d’infirmiers), accessibles ni aux patients, ni aux visiteurs. Ces conteneurs doivent
être équipés de sacs en plastique comme protection pour éviter la contamination de la poubelle. Dans la
mesure du possible, ces déchets doivent être donnés à une organisation spécialisée responsable de ce genre
traitement. Si ce genre de service n’est pas disponible, la possibilité d’une incinération sur site, comme
solution provisoire, doit être considérée jusqu’à la mise en place de ce service.

Si une incinération sur site doit avoir lieu, le traitement des cendres de grille (mâchefer d’incinération)
doit être assuré. Si elles ne peuvent être déposées dans une décharge bien contrôlée, les cendres doivent
être jetées dans une fosse placentaire. En ce qui concerne la fosse placentaire, il faut s’assurer que le
niveau le plus bas de cette fosse soit toute l’année en dessus du niveau de la nappe phréatique.

La manipulation de l’incinérateur doit être pratiquée par du personnel formé et un budget pour les
combustibles nécessaires doit être disponible pendant toute la durée d’utilisation de l’incinérateur. Comme
les déchets sont transportés par des camions, la quantité de déchets est abondante. De ce fait, tous les
déchets ne peuvent pas être incinérés en une fois et il faut donc assurer leur entreposage sûr. Quant au
modèle général de l’entreposage temporaire et au lieu d’exploitation, des standards nationaux doivent être
mis en place.

Déchets hautement infectieux : Les déchets hautement infectieux sont surtout produits par les hôpitaux
tertiaires. L’hôpital doit assurer le prétraitement de ces déchets, de préférence à l’aide du traitement à la
vapeur (autoclavage). Les déchets ainsi prétraités peuvent alors rejoindre le flux de déchet infectieux pour
le traitement ultérieur. Ces déchets ne doivent en aucun cas quitter leur lieu de production (unité
d’isolement, laboratoire de microbiologie) sans aucun traitement préalable.

Les déchets chimiques dangereux : Ces déchets doivent être remis autant que possible à une société de
traitement. Les déchets chimiques non corrosifs et non inflammables doivent être emballés séparément
pour éviter des réactions chimiques non désirables après leur neutralisation. Les grandes quantités de
substances chimiques doivent être, si possible, rendues au fournisseur pour un traitement adéquat. Les
déchets comportant de grandes quantités de métaux lourds, en particulier de mercure ou de cadmium, ne
doivent jamais être incinérés. Ils doivent être normalement traités dans des unités de traitement/recyclage
si elles existent ou alors conditionnés de façon sécurisée.
                                                                                                              47



Déchets radioactifs : Ces déchets doivent être triés en déchets dont la demi-vie est brève et perdent leur
activité rapidement (6 heures pour le 99Tcm, 8 jours pour le 131 I et 74 jours pour le 192 Ir) et déchets dont la
demi-vie est longue (ex. le cobalt 60Co). Il est possible de les entreposer pendant la durée nécessaire pour
permettre leur décadence à leur niveau de base, soit au minimum 10 fois le temps de demi-vie. Une bonne
gestion du stockage est nécessaire, et les déchets doivent être placés uniquement dans de grands
conteneurs ou tonnelets et étiquetés avec le symbole de radiation indiquant le radionucléide qu’ils
comportent ainsi que le temps de stockage nécessaire. Ces conteneurs doivent être stockés dans une pièce
signalée, à murs de béton épais (de 25 cm au minimum).

Les déchets radioactifs non infectieux qui se sont dégradés à leur niveau de base doivent suivre le circuit
des déchets de soins médicaux non dangereux alors que les déchets radioactifs infectieux ayant atteint leur
dégradation au niveau de base doivent suivre le circuit des déchets de soins médicaux infectieux.

Les déchets radioactifs ayant une demi-vie longue doivent être remis au fournisseur qui est responsable
de leur traitement correct. Les déchets liquides radioactifs doivent être déversés dans le système
d’évacuation ou dans une fosse septique seulement après avoir atteint leur niveau de dégradation de base
dans des tonneaux de tamisage.

          c. Traitement et élimination des déchets hospitaliers

                   i)      Principes majeurs

   Tous les centres de santé doivent être dotés des structures d’élimination des déchets solides
    (autoclave, incinération, désinfection chimique, mise en décharge contrôlée, enfouissement, etc.) et
    des déchets liquides (systèmes d’épuration, fosses septiques avec puits perdus ou non, etc.).

   Un personnel formé à dessein doit prendre en charge le traitement des DH, tout en disposant de
    matériel de protection complet et approprié (masques, gants, bottes en plastiques, blouses, etc.).

   Les déchets doivent être traités avant leur mise en décharge finale pour réduire les risques de
    blessures. Les déchets généraux non infectieux ne sont pas plus nuisibles que les déchets solides
    municipaux avec lesquels ils peuvent être mélangés. Les déchets dangereux doivent être traités en
    priorité sur tous les autres types avant leur dépôt.

   Pour les déchets infectieux qui représentent la plus grande part de risques dans les DH, l’incinération
    est la méthode la plus indiquée. Les déchets chimiques nécessitent souvent un traitement chimique
    (neutralisation, dénaturation, etc.), alors que les substances radioactives doivent être paquetées et
    scellées pour une élimination finale.

   Les méthodes d’élimination finales dépendent du type de déchets. A l’instar des ordures ménagères,
    les cendres provenant de l’incinération et les déchets chimiques neutralisés ou dénaturés provenant
    des formations sanitaires peuvent être déposés avec les ordures solides de la municipalité.

   Des systèmes de traitement centralisés devront être mis en place au niveau des provinces et des
    districts, dans des sites pouvant focaliser un certains nombres de formations sanitaires publiques et
    privés, avec un dispositif de ramassage/collecte sécurisé et performant.

   A défaut d’option d’un traitement centralisé des déchets à risque, et en dépit des expériences négatives
    et des impacts environnementaux, des incinérateurs artisanaux de petite taille doivent être installés
    comme solution temporaire jusqu’à ce qu’un service d’élimination centralisé soit mis en place.
                                                                                                          48


   Les déchets pathologiques tels les membres du corps, les tissus et fœtus humains, etc., nécessitent une
    manipulation et une élimination spéciales pour raisons hygiéniques, culturelles et éthiques.

   Quelques déchets nuisibles tels que les radioactifs et les infectieux doivent être déposés séparément.
    Les places appropriées pour l’élimination des déchets nuisibles sont des sites spécifiques indiqués
    pour leur dépôt, ou des fosses à ordures.

   Les Plan type des formations sanitaires doivent inclure des installations de gestion des DH (stockage,
    traitement) et normaliser leur cohabitation (proximité) avec les autres services de soin,
    d’hospitalisation et de restauration

                  ii)     Facteurs de choix des technologies de traitement des DH

   Efficacité de désinfection des DH
   considérations environnementales et sanitaires
   Réduction des volumes et du poids des DH
   Risques d’accidents et de blessures
   Capacité de traitement
   Types de DH admis
   Besoins en infrastructures
   Disponibilité locale en technicités et technologies
   Disponibilité en options d’éliminations finales des résidus
   Besoins en formations
   Exigences de mise en œuvre et d’entretien
   Surfaces disponibles pour l’implantation
   Coûts d’investissements et de gestion
   Acceptation sociale
   Exigences réglementaires

                  iii)    Traitement des déchets solides

Système de traitement :
 Désinfection thermique et par micro-onde
 Incinération
 Désinfection Chimique
 Enfouissement

La Désinfection thermique et par micro-ondes (autoclave ; broyeurs stérilisateurs)
Après broyage des DBM, la décontamination se fait soit par chaleur produite (micro-ondes avec injection
de vapeur à 150°C humidifié, pendant 45 mn à 60mn), soit par eau préchauffée transformée en vapeur
(désinfection thermique et humide, avec exposition des DBM à la vapeur d’eau, avec une pression de 1
bar et une température minimum de 120°C pendant une heure). Ces systèmes permettent théoriquement
une stérilisation totale, mais nécessitent de gros investissements et un personnel hautement qualifié. Les
broyeurs stérilisateurs fonctionnent par un système de pyrolyse sous vide. Le résidu (broyant) est ensuite
envoyé à la décharge.

Les méthodes d’incinération
L'incinération des déchets spéciaux est un traitement thermique qui a pour objectif la destruction de la part
organique d'un déchet par oxydation à haute température. Lors de présence dans le déchet d'éléments tels
que le chlore, l'azote ou le soufre, il se produit un dégagement d'acide chlorhydrique, d'oxydes d'azote ou
de soufre. Un des critères de classification des filières d'incinération sera donc leur capacité de
                                                                                                            49


neutralisation des fumées. On peut aussi considérer la capacité à empêcher le passage des métaux dans les
fumées au niveau même de la combustion. Enfin, les composés organiques chlorés présents dans certains
produits phytosanitaires émettent des toxiques tels que les dioxines : ils doivent alors être incinérés à haute
température (supérieures à 1200 °C).

Les atouts concernent : réduction de plus de 90% du volume et de 70% du poids des déchets ; Nombreux
types de déchets acceptés en mélange : certains liquides, pâteux, solides ; Possibilité de valorisation
énergétique. Concernant les limites, l'incinération produit trois types de résidus, qu'il est impossible
d'évacuer sans traitement approprié : les fumées (les procédés d'épuration poussée de ces fumées pour
certains composés rendent cette filière très coûteuse) ; les mâchefers (ou encore scories) récupérés en
sortie de fours et qui doivent être stockés en tant que déchets ultimes ; les résidus de traitement
comprenant les cendres, etc.

On distinguera entre autres :
- la Pyrolyse sous vide : sa capacité de traitement est de 500 à 3000 kg de déchets par jour, avec une
   température de combustion de 1200 °C à 1600 °C ; le résidu est ensuite envoyé à la décharge; elle
   coûte très cher en investissement et entretien et nécessite un personnel hautement qualifié ;

-   l’Incinérateur pyrolytique (incinérateur moderne) : sa capacité de traitement est de 200 à 10 000
    kg/jour, avec une température de combustion de 800 à 900°C ; le résidu est envoyé à la décharge;
    nécessite un investissement et des coûts d’entretien relativement élevés et un personnel qualifié ;

-   l’Incinérateur à une ou deux chambre de combustion (Incinérateur type Montfort, mais plus amélioré
    car réalisé exclusivement et de façon artisanale avec de la terre cuite dosée avec du ciment blanc ou
    avec des briques réfractaires, résistants à la chaleur.

La Désinfection Chimique
Ce traitement est utilisé pour les déchets infectieux. Des produits chimiques tels que l’eau de javel et
autres acides sont utilisés pour détruire les germes pathogènes avant d’être déposés sur la décharge ou
enfouis. Les désinfectants chimiques couramment utilisés sont :
- le chlore (hypochlorite de sodium) qui est un désinfectant universel, très actif contre les micro-
     organismes. Pour les situations possibles d’infection avec le VIH/SIDA, des concentrations de 5
     g/litre (5000ppm) de chlore actif sont recommandées ;
- le formaldéhyde qui est un gaz actif contre tous les micro-organismes, sauf à basse température (<
     20°C) ; l’humidité relative doit être de près de 7°%. Il est aussi commercialisé sous forme de gaz DH
     dans l’eau, le formol, à la concentration de 370 g/litre. Le formaldéhyde serait cancérigène.
L’inconvénient de ce système est qu’il laisse entier la gestion des déchets ainsi désinfectés et pour lesquels
il faut envisager d’autres méthodes d’élimination finale.

L’enfouissement Sanitaire Municipal
Cette pratique consiste à déposer les DH directement dans les décharges municipales. En réalité, il n’est
pas en tant que tel un système de traitement : les déchets sont entreposés avec les ordures ménagères ou,
dans le meilleur des cas, enfouis dans des casiers réservés à cet effet. Cette technique nécessite un faible
investissement, mais elle présente énormément de risques sanitaires et environnementaux compte tenu de
la pratique déplorable en matière de gestion dans les décharges publiques (absence de gestion contrôlée,
récupération).

L’enfouissement sur le site du centre de santé
L’enfouissement sur place constitue une autre forme d’élimination, notamment dans les établissements
sanitaires où il n’existe pas de système d’incinération. Le risque ici est que la destruction des déchets
infectés n’est pas toujours garantie en fonction des milieux. En outre, il y a toujours le risque de
déterrement des déchets, surtout les objets piquants. Toutefois, on pourrait envisager des fosses à parois et
fond stabilisés en milieu rural, notamment pour les postes de santé à très faible production de DH.
                                                                                                                          50


          Tableau 5        Analyse comparative des technologies de traitement des DH solides
       Procédé                               Avantages                                         Inconvénients
Autoclave                 - Bonne efficacité de désinfection              - Temps décontamination élevé
Broyeur stérilisateur     - Décontamination à 100%                        - Nécessité d’utiliser des contenants résistants aux
Pyrolyse sous vide        - Très écologique (effets négligeables sur      températures >120°C
                          l’environnement)                                - Présence opérateur qualifié
                          - Très bonne acceptabilité socioculturelle      - Coût relativement élevé
                          - Réduction considérable du volume de déchets   - Disponibilité pièces de rechange pas évidente
                                                                          - N’élimine pas tous les types de déchets
                                                                          - Nécessite des volumes importants pour être
                                                                          optimum
                                                                          - Gestion des résidus ultimes (mise en décharge, etc.)
Incinérateur          - Décontamination à 100%                            - Production de fumées
pyrolytique           - Réduction du volume des déchets                   - Entretien périodique
(Incinérateur         - Les résidus peuvent être enfouis                  - Personnel qualifié
électromécanique)     - Pas besoin de personnel très qualifié             - Disponibilité pièces de rechange pas évidente
                      - Coût d’investissement assez élevé
                      - Coût d’entretien faible
                      - Bonne acceptabilité socioculturelle
Incinérateur à deux   - Décontamination à 100%                            - nécessite un fonctionnement continu
chambres de           - Réduction du volume des déchets                   - Entretien périodique
combustion, avec      - Les résidus peuvent être enfouis                  - nécessite une disponibilité du carburant
brique réfractaires   - Pas besoin de personnel très qualifié             - nécessite un dosage approprié des déchets
(Type Montfort        - Coût d’investissement peu élevé (5000 000 f)
amélioré par le Dr.   - Coût d’entretien faible
BITA, DPSP/Douala)    - Bonne acceptabilité socioculturelle
                      - Réduction de la pollution de l’air
Incinérateur à une    - Réduction considérable du volume des déchets      - Forte pollution de l’air
chambre de combustion - Pas besoin technicien qualifié                    - Performance réduite
(artisanal, type      - Coût d’investissement faible (2 000 000 f)        - combustion incomplète
Montfort              - Coûts d’entretien très faibles
conventionnel)        - Bonne acceptabilité socioculturelle
Désinfection chimique - Grande efficacité de désinfection                 - Techniciens qualifiés
                      - Coût faible de certains désinfectants             - Mesures spécifiques de protection
                      - Très bonne acceptabilité socioculturelle          - Le problème de la gestion des déchets désinfectés
                                                                          reste entier
Enfouissement sanitaire   - Evacuation externe des déchets                - Recours nécessaire à un service de collecte
Municipal (décharge       - Coût très faible                              - Risques de pollution (sol, nappe)
contrôlée)                                                                - Risque de récupération/blessures
Fossés d’enfouissement    - Gestion interne des déchets                   - Risques de pollution (sol, nappe)
sanitaire                 - Coût très faible                              - Nécessite des espaces au sein de la formation
                                                                          sanitaire

          Recommandation par type de formation sanitaire

  HG          HC          HP                     HD                            CMA                                   CSI
  Incinération pyrolytique pour         Incinération Montfort      Incinération Montfort pour          Incinération Montfort pour
   les déchets biomédicaux                pour les déchets            les déchets biomédicaux              les déchets biomédicaux
   (DBM)                                  biomédicaux (DBM)           (DBM)                                (DBM)
 Décharge pour les Ordures              Décharge pour les          Décharge pour les Ordures           Décharge pour les Ordures
   ménagères (OM)                         Ordures ménagères           ménagères (OM)                       ménagères (OM)
                                          (OM)                       Option : déchets piquants,          Option : déchets piquants,
                                                                      coupants et tranchants               coupants et tranchants
                                                                      envoyés aux HD (DS)                  envoyés aux HD (DS)
                                                                                                          Fossés d’enfouissement
                                                                                                           sanitaire
                                                                                                                   51



                               iv)      Traitement des déchets liquides

             Les eaux usées provenant des formations sanitaires, particulièrement les eaux de laboratoire, devraient
              faire l’objet d’une épuration physicochimique, biologique et bactériologique particulière. Dans ce
              domaine précis, la désinfection chimique devra accompagner tout système à mettre en place. En effet,
              la désinfection chimique est certainement la méthode la plus efficiente pour le traitement des eaux
              usées infectieuses. C’est pourquoi elle devra être privilégiée dans le cadre de ce projet centré
              précisément sur la lutte contre le VIH/SIDA.

             Au niveau des hôpitaux Généraux (HG), Centraux (HC) et de Province HP), il est préférable, compte
              tenu des importants volumes d’eaux, d’opter pour un traitement physico-chimique, combinée au
              besoin d’une épuration biologique qui inclue un poste de désinfection.

             En revanche pour les formations sanitaires de District (HD), les CMA et les CSI, on pourra envisager
              un système de fosses septiques combiné avec une unité de désinfection.

         Le tableau ci-dessous présente une analyse comparative de technologies susceptibles d’être envisagées
         pour les déchets liquides dans les formations sanitaires.

         Tableau 6          Analyse comparative des différentes technologies de traitement des déchets liquides
Système de traitement Installation et fonctionnement             Performance    Coûts              Recommandation pour le
                                                                 Technique      (investissement et Cameroun
                                                                                entretien)
Fosses Septiques            - curage des boues                    Moyenne       Peu élevé          HD, CMA et CSI
(stabilisation,             - nécessite peu de surface
décantation et digestion)
Puisards avec poste de      - nécessite assez peu de surface     Passable       faible             HD, CMA et CSI
neutralisation
Traitement biologique  - dégrillage                              Très élevée    Elevés             Peut être envisagé pour les
(Système à boues       - curage des boues                                                          HG, HC et HP, mais
activées)              - ventilation                                                               nécessite un traitement
                       - nécessite surface assez important                                         physico-chimique
Traitement biologique - dégrillage                               Elevée         Elevée             Pas recommandé
(disques biologiques,  - curage des boues
Lits bactériens, etc.) - nécessite surface assez important
Traitement Physico-    - dégrillage                              Très élevée    Elevée             Peut être envisagé pour les
chimique               - produits chimiques                                                        HG, HC et HP, mais
                       - nécessite surface assez important                                         nécessite une désinfection
Désinfection Chimique - utilisation de produits chimiques        Elevé          Moyen              Recommandé pour tout
                       - peu de surface                                                            système de traitement des
                       - pas d’investissements en                                                  eaux usées
                       infrastructures

         Proposition de systèmes de traitement par type de formation sanitaire

HG                  HC                  HP                HD                    CMA                  CSI
Station d’épuration avec un traitement physicochimique et fosse septique, et/ou Puisards avec poste de neutralisation
biologique
                                                                                                          52



 4. NORMES, PROCEDURES ET STANDARDS

Contexte
 La lutte contre la maladie est une composante importante dans la stratégie de réduction de la Pauvreté
dont découle la stratégie sectorielle de la santé au sein de laquelle la refonte du système de santé est une
trame de fond. Des grands programmes de santé depuis le déclanchement de cette lutte qui ont vu le jour
mobilisent des acteurs et compétences qui replacent le secteur de la santé dans la production, l’utilisation
et la promotion de la connaissance.

Dans cette mouvance, l’hôpital s’enrichit chaque jour de spécialistes dans toutes ses composantes dont les
gestes et les actes requièrent et procèdent des applications rigoureuses de la science exacte. Ceci a
également développé une culture de la formation et de l’information.

Le développement des ressources humaines et la rénovation des infrastructures et équipements offrent de
meilleures conditions et opportunités pour un meilleur accompagnement du malade dans le chemin de sa
guérison. Pendant que le curatif fait peau neuve, le secteur de l’hygiène hospitalière n’aurait pas raison de
faire profil bas lorsque les préoccupations environnementales se joignent à la lutte contre les infections
hospitalières.

Les acteurs et professionnels dans le domaine de l’hygiène hospitalière sont pressés de toutes parts pour
prendre le train des innovations que connaît l’hôpital et contribuer au partage des bienfaits des sciences de
la santé en créant une ambiance nouvelle et vivifiante non seulement au sein de l’hôpital mais dans les
écosystèmes voisins du milieu hospitalier.

Loin de prétendre créer un monde sans maladie et un hôpital pur et irréprochable, il serait inadmissible
que l’inactivité, l’amateurisme et les improvisations fassent partie des dénominateurs distinctifs du
personnel d’hygiène concerné statutairement par la mise en œuvre des activités d’hygiène hospitalière. Si
leur prise de service aux côtés de l’équipe médicale est désormais une réalité, les actes qui découlent de
cette responsabilité seront désormais consignés et commandés par les normes, les standards et les
procédures scientifiquement admis et validés.

Le paquet minimum des activités présente leur diversité et la description des opérations et actes que sous-
tend la lutte contre les infections en milieu hospitalier et la sauvegarde de l’environnement et la
préservation de l’eau et des autres composantes de l’environnement.

Objectif général
Il s’agit de garantir un haut niveau de prestation et de rendement des activités d’hygiène en milieu
hospitalier au Cameroun

Objectifs spécifiques :
 - Disposer d’un cadre de référence en matière d’hygiène et de surveillance de l’environnement
     hospitalier;
 - Promouvoir une gestion plus hygiénique des déchets hospitaliers dans tous les établissements
     hospitaliers du Cameroun ;
 - Disposer de compétences en matière d’hygiène hospitalière.

Domaines de normalisation : Eau ; Fumées ; Cendres ; Air ; Eaux usées ; Techniques de laboratoires
Concentration des germes ; Désinfection, température, installation e équipement ; etc.
                                                                                                         53


Stratégie
Le développement des normes, standards et procédures nous réfère à la démarche ci-après :
 - mise en place d’un comité chargé de la rédaction du document des normes, standards et procédures
      en matière d’hygiène hospitalière;
 - organisation des ateliers d’enrichissement du document avec la participation des autres départements
      ministériels;
 - la multiplication et la distribution du document validé;
 - élaboration des modules de formation ;
 - la tenue des ateliers de formation des formateurs.

Un vague de formations prenant en compte la formation des Techniciens de surface entrera en jeu.

Un manuel de normes, standards et procédures en matière d’hygiène hospitalière n’est pas seulement une
littérature profane, mais un véritable compagnon de route et de bord des acteurs dans la science qui
coordonne les gestes et réflexes que toute personne en service dans une formation sanitaire se doit de
développer.

Ces normes réguleront les prestations de tous les intervenants à l’intérieur du territoire national

Les normes qui seront élaborées s’appliquent aux prestations de soins, aux instruments de mesures, aux
produits, aux résultats des diverses analyses et expertises, aux valeurs guides des composantes de
l’environnement, aux rejets dans l’environnement.

Les standards seront le passage obligé dans toutes les phases opérationnelles et interventions sur toute
l’étendue du champ que couvre le processus de gestion des déchets hospitaliers. Ils sont un ensemble de
critères fondés sur les normes retenues que devront vérifier les équipements, les personnes, les techniques,
les pratiques consacrées.

Les procédures se résument à la certification des résultats, d’un cycle vérifiée par le respect d’un
cheminement qui intègre les standards et les normes admis sur le plan national.
La production d’un manuel de normes, procédures et standards c’est une grande ambition qui nécessite un
investissement en ressources intellectuelles, matérielles logistiques plurisectorielles qu’il importe de
placer dans un processus transparent et fiable.
                                                                                                         54



 5. RENFORCEMENT DES CAPACITES DANS LA GESTION DES DH

         a. Objectifs, cibles et modules

La mise en œuvre du Plan National de Gestion des Déchets Hospitaliers nécessité le renforcement des
compétences à travers la Formations des Formateurs et la formation du personnel de santé des 174
Districts de Santé fonctionnels du Cameroun.

Objectif Général
Améliorer les compétences des personnels des Formations Sanitaires en Hygiène et gestion des déchets
hospitaliers.

Objectifs Pédagogique
 A la fin de la formation, les personnels de Santé devront être capables de :
 Maîtriser la typologie des déchets hospitaliers ;
 Comprendre l’importance du tri à la source avec convention de couleur et matériels ;
 Organiser le circuit des déchets ;
 Mener selon les règles de l’art le conditionnement, la collecte, le stockage et l’évacuation des déchets ;
 Maîtriser les techniques d’élimination /traitement des Déchets Hospitaliers ;
 Décrire le fonctionnement des technologies de traitement ;
 Maîtriser les techniques de neutralisation des déchets et d’élimination des résidus de traitement ;
 Sensibiliser toutes les parties prenantes ;
 Développer la collaboration avec les services apparentés et secteur privé ;

Cibles
 Directeurs et Surveillants Généraux ;
 Formations sanitaires ;
 Personnels de soins ;
 Personnels du génie Sanitaire ;
 Equipes cadres des DS ;
 Equipes de supervision ;
 Techniciens de surface.

 Modules à élaborer
 Module de Formation des Formateurs ;
 Module de Formation des équipes cadres de District ;
 Module de Formation des Directeurs et Surveillants Généraux des Hôpitaux ;
 Module de Formation des Superviseurs.
                                                                                                         55



         b. Stratégie de Formation et de sensibilisation

                  i)      Formation des acteurs

Le programme de formation et de sensibilisation vise à :
 Rendre opérationnelle la stratégie de gestion des DH ;
 Favoriser l’émergence d’une expertise et des professionnels en gestion des DH ;
 Elever le niveau de responsabilité des employés dans la gestion des DH ;
 Protéger la santé et la sécurité des personnels de santé et de collecte.

   La formation devra être ciblée et adaptée aux groupes ciblés : personnel de santé et personnel de
    gestion des DH. La formation devra s’appuyer sur des études spécifiques et sur les informations
    disponibles en matière de bonnes pratiques. En règle générale, les meilleurs formateurs se trouvent au
    sein du personnel (hospitalier), et l’éducation par des pairs est recommandée à tous les niveaux. La
    formation devra concerner en priorité les agents de santé et le personnel de gestion des DH.

La stratégie et le système de formation seront articulés autour des principes suivants :
 Formation des formateurs : il s’agit de former les responsables au premier plan au sein des centres de
    santé (médecins, agents d’hygiène et d’assainissement, personnel d’encadrement des services
    techniques municipaux, des ONG et des sociétés de collecte). Ces modules seront préparés par des
    experts en rapport avec les responsables concernés dans un processus participatif. Les séances de
    formations pourront se dérouler par DPSP ;
 Formation du personnel de soins dans les centres de santé (personnel médical, paramédical) par les
    responsables déjà formés ci-dessus. Ces formations pourront se dérouler par département et seront
    assurées par les responsables déjà formés ;
 Formation du personnel de gestion des DH dans les centres de santé (aides-soignants, personnel
    d’entretien). Ces formations se dérouleront par centre de santé et seront assurées par les responsables
    déjà formés.
 Formation intégrée pour créer des synergies avec les autres thématiques et opportunité les coûts y
    afférents (modules intégrés Gestion des DH/Prévention des Infections/Hygiène hospitalière/etc.).

Les modules de formation porteront sur les risques liés à la manipulation des DH, les méthodes
écologiques de gestion (collecte, élimination, entreposage, transport, traitement), les comportements
adéquats et les bonnes pratiques, la maintenance des installations et équipements, les mesures de
protection. Au niveau du personnel de santé, l’accent sera mis sur la nécessité de procéder au tri préalable
des DH pour éviter le mélange avec les autres déchets moins dangereux et réduire ainsi le volume de
déchets contaminés.

Il est recommandé de former les formateurs en les amenant à produire eux-mêmes un guide de bonne
pratique/gestion des DH, plutôt que de les instruire de manière passive. La formation du personnel
médical et paramédical constitue une priorité si accroître l’impact du plan de gestion des DH.

A moyen et long terme, il s’agira de réviser les référentiels pédagogiques des institutions de formation en
médecine, des écoles de sages-femmes et d’infirmiers (en y incluant à terme une composante sur l’hygiène
hospitalière et la gestion des DH).
                                                                                                       56



                 ii)      Sensibilisation des populations et des décideurs

Les programmes d’information et de sensibilisation au niveau des centres de santé, mais surtout en
direction du public en général et des décideurs en particulier, sont essentiels pour réduire les risques
d’infection et d’affection par les DH. Ces programmes devront revêtir un caractère multiforme et
s’appuyer plusieurs supports. Ils devront être dispensés par des personnes dignes de confiance et de
respect. Dans la mesure du possible, les programmes d’information et de sensibilisation sur la gestion des
DH devraient être reliés aux campagnes plus larges de lutte contre les IST/VIH/SIDA, menées à l’échelle
communautaire, sectorielle, régionale ou nationale. Dans le cadre de leur réalisation, il conviendra de
s’appuyer sur des informations fiables et actuelles relatives aux DH, aux modalités de leur gestion, aux
précautions à prendre en cas de manipulation, aux impacts sur les personnes et le milieu, etc. Autant que
possible, les campagnes devront être intégrées dans les politiques et programmes existants, notamment au
niveau du Ministère de la Santé.

Plus spécifiquement, la stratégie de sensibilisation devra cibler :
 la population, y compris les récupérateurs de déchets : La sensibilisation devra porter sur les risques
    liés à la manipulation des DH, les dangers des objets récupérés potentiellement contaminés, la
    contamination de la chaîne alimentaire avec la divagation des animaux dans les sites de dépôt de DH.
    Il conviendra de privilégier les campagnes d’information et de sensibilisation à travers les radios
    locales, la télévision, mais surtout par des séances d’animation de proximité (par des ONG
    dynamiques dans la gestion de la santé ou de l’environnement). Ces actions devront être soutenues par
    des campagnes d’affichage (banderoles, affiches) au niveau des lieux à haute fréquentation du public.

   les responsables et décideurs au niveau des formations sanitaires: Il s’agira de préparer un document
    de plaidoyer à envoyer aux responsables des formations sanitaires, qui pourra faire l’objet d’une
    présentation par le MINSANTE lors d’un atelier organisé à cet effet.

   les cabinets privés de santé : Ces structures privées doivent aussi assurer une saine gestion de leurs
    DH (les traiter ou les acheminer, par leurs propres moyens ou par le biais d’un service de collecte,
    vers les établissements de santé dotés d’incinérateurs situés dans leur zone de référence, selon des
    modalités de cogestion à déterminer de façon consensuelle).

L’information, l’éducation et la communication pour le changement de comportement (CCC) doivent être
axées principalement sur les problèmes de santé liés aux DH et sur les méthodes de prévention et de
gestion pour y remédier. Ces interventions doivent viser à modifier qualitativement et de façon durable le
comportement de la population. Leur mise en œuvre réussie suppose une implication dynamique des
services de santé et de tous les membres de la communauté hospitalière (parents, diverses associations,
animateurs de santé…). La production de matériel pédagogique doit être développée et il importe
d’utiliser rationnellement tous les canaux et supports d’information existants pour la transmission de
messages de santé appropriés.

Les média publics peuvent jouer un rôle important dans la sensibilisation de la population sur les risques
liés aux DH. Les structures fédératives des ONG et des OCB devront aussi être mises à contribution dans
la sensibilisation des populations compte tenu de leur position de proximité et de la confiance dont elles
bénéficient auprès des populations locales.
                                                                                                           57



 6. FINANCEMENT DE LA GESTION DES DH

Si des résultats durables d’amélioration de la gestion des déchets de soins médicaux veulent être obtenus,
il est indispensable d’en assurer le financement à long terme. Pour le planning et le financement, il y a lieu
de prendre en considération différentes dépenses faisant partie d’un schéma général de financement.

An niveau national, le financement devra prendre en compte les coûts suivants :
 Coûts de la mise en place et de l’exécution d’un plan national de gestion des DH ;
 Coûts du renforcement des capacités au niveau national et provincial ;
 Coûts du monitoring et de la surveillance du plan national de gestion des déchets de soins médicaux ;
 Coûts de la réalisation de projets pilote et projets de démonstration.

Au niveau de la Province :
 Coûts de la mise en œuvre du plan national de gestion des DH au niveau de la Province ;
 Coûts du renforcement des capacités au niveau des établissements sanitaires ;
 Coûts du monitoring et de la surveillance des systèmes de gestion des déchets de soins médicaux ;
 Coûts de la mise en place et de l’exploitation d’unités centrales de traitements de déchets, par
   exemple.

Au niveau des établissements sanitaires :
 Coût de l’élimination des ordures ménagères (redevance d’élimination des déchets),
 Coût de l’élimination des déchets dangereux s’ils sont confiés à une société de traitement ;
 Coûts de l’équipement nécessaire (sacs en plastique et conteneurs à déchets piquants et tranchants,
   poubelles, conteneurs, chariots, etc.) ;
 Coût des combustibles, en cas de traitement sur site des déchets ;
 Coûts du renforcement des capacités ;
 Coûts des équipements pour la sécurité du personnel ;
 Coûts de la mise en place de lieux d’entreposage et des installations de traitement ;
 Coûts de la maintenance et des réparations des équipements.

Une estimation détaillée des coûts de gestion des déchets hospitaliers à court terme, à moyen terme et à
long terme a été faite dans la partie portant Plan d’action du présent document.

La priorité de financement de la gestion des DH est souvent sous-estimée, car des résultats immédiats ne
sont pas «visibles». Pour s’assurer que les sommes allouées à la gestion des déchets de soins médicaux ne
soient pas utilisées pour d’autres effets, des lignes directrices spécifiques quant au budget doivent être
développées et contrôlées à tous les niveaux de comptabilité mentionnés ci-dessus.

Particulièrement la mise en place d’une infrastructure pour le traitement des déchets de soins médicaux
dangereux pose problème. Différentes études ont montré les avantages généraux d’un traitement centralisé
des déchets de soins médicaux7 ainsi que les avantages d’un traitement utilisant des technologies
alternatives par rapport à un incinérateur de petite taille8. Aussi, le planning méticuleux d’une
infrastructure de traitement des déchets de soins médicaux à long terme doit être une tâche importante du
plan national de déchets de soins médicaux. Lors de l’étude de faisabilité, l’accent doit être mis sur les
frais d’exploitation de toute la logistique et de la procédure de traitement.
                                                                                                            58



 7. IMPLICATION DU SECTEUR PRIVE

                a. La gestion des DH : une opportunité potentielle pour le secteur privée

La question de la collecte des DH constitue une préoccupation majeure au niveau des formations sanitaires
publiques et de cabinets privés de santé. Toutefois, les contraintes portent en général sur l’insuffisance
ressources financières susceptibles de rémunérer les prestations. Mais si les privés arrivent tant bien que
mal à assurer ce service, il n’est pas évident que cela soit le cas pour les formations publiques. Toutefois,
selon le principe du « pollueur-payeur » toutes ces structures sanitaires ont la responsabilité et l’obligation
d’assurer une gestion écologiquement durable de leurs déchets, en particuliers les DH.

La contrainte majeure pour les cabinets privés concerne le traitement des DH. En effet, ces cabinets
relativement modestes et de capacité réduite pourraient difficilement s’installer des unités de traitement
(incinérateurs). D’ailleurs, l’exiguïté de leur emplacement ne permettrait pas d’installer de tels
équipements, notamment en plein centre urbain.

Le marché de la gestion des DH constitue un potentiel financier relativement important avec une
production nationale de près 43 tonnes/j. Cependant, pour permettre à ce marché potentiel d’être attractif
au point d’intéresser les sociétés de collecte privées, il faudrait qu’il y ait des garanties sérieuses de
paiement des services qui seront offerts. En effet, si le problème semble à priori ne pas se poser pour les
cabinets privés qui payent en général le service de collecte, il n’en est pas de même au niveau des
formations sanitaires publiques dont les budgets de fonctionnement connaissent des fortes tensions et font
l’objet de sollicitations quotidiennes pour régler des urgences d’ordre médical.

Si des incinérateurs sont installés dans les formations sanitaires publiques, il est envisageable de mettre en
place un mécanisme de partenariat public-privé pour le traitement des DH sur la base des principes
suivants :
 dotation d’incinérateurs aux formations sanitaires publiques;
 obligation faite aux formations sanitaires publiques dotées d’incinérateurs de polariser des cabinets
    privés (sur une zone de référence à déterminer) et de prendre en charge les DH provenant de ces
    cabinets, selon des modalités de cogestion à déterminer (grille de répartition des coûts de
    fonctionnement et d’entretien) ;
 incitation des cabinets privés ainsi polarisés à contracter avec des privés un service de collecte et de
    transport des DH vers l’incinérateur de leur zone.

Pour mieux garantir l’implication des privés dans le processus de gestion des DH il est nécessaire de
prévoir des mesures incitatives, dont la plus essentielle porte sur le renforcement et l’application de la
réglementation basée sur les principes « pollueur- payeur ».

                b. Mécanismes de participation du secteur privé

Il faut encourager la participation du secteur privé dans la gestion des déchets hospitaliers. En effet, le
secteur privé travaille de façon plus rentable, mais surtout il crée des synergies possibles au niveau de
toute la chaîne de gestion : services, production, logistique et traitement. Les domaines de participation du
secteur privé dans la mise en œuvre de solutions pour les déchets hospitaliers pourraient être les suivants :

Au niveau national :
 La production locale des fournitures faciles à produire tels les plastiques ou conteneurs/poubelles.
 La mise en place et/ou en marche d’installations de traitement spécialisées pour de petits groupes de
   déchets (substances photochimiques, solvants et divers métaux lourds comme l’amalgame).
 La collecte et le recyclage de déchets encombrants sans risque (verre, papier, plastique).
                                                                                                            59



Au niveau des provinces :
 Des activités de marketing social, comportant l’augmentation de la sensibilisation, le renforcement des
   capacités et l’approvisionnement en fournitures et équipement.
 La mise en place et/ou en marche d’un système de logistique pour les déchets hospitaliers et
   d’installations de traitement sous la forme d’un modèle de Partenariat Public-Privé.

Au niveau des établissements sanitaires :
 Etudier les opportunités d’externaliser la logistique interne du stockage des déchets et du traitement
   sur site en confiant cette tâche à des prestataires de services privés.

Nota : L’implication du secteur privé devra s’effectuer dans un cadre de concurrence loyale, pour éviter
autant que possible les situations de monopole.


                c. Stratégie de marketing sociale

Un autre domaine d’implication du secteur privé est le marketing social dans la gestion des déchets
hospitaliers. A l’instar des programme de lutte contre le VIH/SIDA où des services sociaux font la
publicité et la distribution de préservatifs, il s’agit de tester l’application de ce concept pour la formation
et le renforcement des capacités ainsi que pour la distribution de boîtes de sécurité pour les déchets
tranchants et piquants, ce qui réduirait le risque d’accident lors d’injections non sûres. Les performances
d’un tel service social devraient inclure en plus la collecte des déchets infectieux et tranchants.

Les conteneurs pour déchets tranchants et piquants sont relativement simples à produire, surtout qu’il
existe des usines de fabrication de plastiques à Douala, qui seraient à même de les produire. A ce jour, les
boîtes de sécurité sont importées et la quantité ne suffit pas pour tous les déchets tranchants et piquants.
Avec un usage plus efficient, les conteneurs pour déchets piquants et tranchants sont plus rentables. Une
production locale représenterait plus de 50% d’économie, selon l’étude financée par la KFW en 2004.
Avec le budget actuel du secteur de la santé pour les boîtes de sécurité, un effet beaucoup plus important
serait atteint si des conteneurs pour déchets tranchants étaient fournis localement.
                                                                                                            60



 8. STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE DE GESTION DES DH

C’est la responsabilité du MINSANTE de créer un cadre pour une gestion sure des DH, et de s’assurer que
les gestionnaires des DH et ceux des ordures municipales prennent leur part de responsabilité et gèrent les
DH avec sécurité. Cela nécessite un mécanisme de coordination nationale comprenant le MINSANTE et
les autres partenaires.

                a. Elaboration de programmes spécifiques de gestion des DH
Pour assurer une mise en œuvre effective de la politique de gestion des DH, une stratégie pour chaque
programme et projet doit être formulée et développée en consultation avec les partenaires impliqués dans
la gestion des DH et avec les communautés aussi (la population). La stratégie doit fournir les mesures
d’intervention pour la gestion des DH, et définir les objectifs spécifiques et cibles à atteindre pour
améliorer le niveau de santé et la qualité de vie pour les agents travaillant dans les centres de santé et pour
la communauté aussi.


 9. CHARTE DES RESPONSABILITES

                a. Ministère de la Santé Publique (MINSANTE)

                  i)       Au niveau Central

Le MINSANTE sera responsable pour formuler, mettre en œuvre et coordonner les politiques et les
programmes concernant la gestion des DH. Dans la réglementation spécifique au DH, le MINSANTE est
responsable de la gestion des DH à l’intérieur des formations sanitaires.

La DPS devra :
 Assurer la mise en œuvre de la politique de gestion des DH. Cette Direction sera responsable de la
   coordination avec les institutions gouvernementales indiquées, les formations sanitaires et les
   municipalités. La DPS sera responsable de la mise en œuvre de la politique de gestion des DH avec
   délégation de responsabilités aux formations sanitaires (à travers des UHH).
 Diriger le processus de réglementation, de renforcement et suivi en concordance avec les nécessités et
   exigences de la gestion des DH ;
 Initier et coordonner la révision de la législation et les normes, les procédures et les directives
   concernant la gestion des DH ;
 Définir et établir des mécanismes pour une coordination intersectorielle et la participation de la
   communauté à la gestion des DH;
 Développer des guides, directives et bonnes pratiques pour la gestion des DH ;
 Développer des indicateurs de gestion des DH, de contrôle et de suivi;
 S’assurer que des ressources financières adéquates sont allouées aux activités de la gestion des DH ;
 Elaborer des programmes de formation en gestion des DH pour les agents de la santé (le personnel des
   formations sanitaires, le personnel DPS au niveau national, provincial et district) ;
 Appuyer les services déconcentrés et les formations sanitaires dans l’élaboration de leur plan de
   gestion des DRH, y compris les plans de communication.

La DOSTS devra :
 Veiller à ce que les hôpitaux publics et privés puissent disposer d’un plan de gestion interne des DH
   (y compris les plans de communication) et s’assurer de leur mise en œuvre effective ;
                                                                                                          61


   Apporter un assistance technique et un appui dans la recherche d’équipements de gestion des DH ;
    l’identification des besoins de gestion des DH, la recherche de partenariat dans la gestion des DH ;
    l’implication des privés dans la gestion des DH dans les hôpitaux publics et privés

La DEP devra :
 Elaborer des Plans-types pour chaque type de formation sanitaire, en tenant compte des exigences
   d’hygiène hospitalière et de gestions rationnelle des DH (installations de stockage de poubelles, de
   traitement, normes de proximité et de cohabitation des infrastructures, etc.) ;
 Apporter son expertise dans la conception d’infrastructures et d’équipements de gestion efficiente des
   DH selon la taille et la typologie des formations sanitaires ;
 Procéder à l’audit/évaluation des infrastructures existantes en matière de gestion des DH dans les
   formations sanitaires ;
 Elaborer des normes techniques de conception, de construction et de maintenance des infrastructures
   et équipements de gestion des DH ;
 Promouvoir les modèles d’équipements performants de gestion des DH auprès des formations
   sanitaires.

La Division da la Recherche Opérationnelle en santé (DROS) devra :
 Initier des programmes de recherche et d’évaluation sur les infections nosocomiales en milieu
   hospitalier.

La Direction Ressources Financière et du Patrimoine (DRFP) devra :
 Renforcer les capacités des agents chargés de la maintenance des infrastructures de gestion des DH
   dans les formations sanitaires
 Avoir des ressources financières adéquates pour s’assurer que les services techniques et les
   informations de la gestion des DH sont fournis et accessibles.

                  ii)     Au niveau Provincial et District

Les Délégation Provinciales de la Santé Publiques et les Districts de Santé devront :
 Coordonner, suivre et évaluer les programmes de gestion des DH ;
 Réviser et approuver les rapports d’études d’impactes et plan d’action relatifs à la gestion des DH ;
 Conduire des campagnes d’IEC pour promouvoir les activités de gestion des DH ;
 Promouvoir une collaboration et une coopération intersectorielle dans la gestion des DH ;
 Préparer des rapports périodiques sur l’état de la gestion des DH dans les formations sanitaires.

Les Techniciens du Génie Sanitaire (TGS) au niveau provincial et district devront :
 Fournir un appui-conseil technique sur la gestion des DH ;
 Suivre continuellement la production de déchets et de garder les enregistrements ;
 Assurer que des procédures de protection et de sécurité sont suivies ;
 Porter assistance dans l’identification des besoins en formation dans la gestion des DH.
 S’assurer que les formations sanitaires disposent de systèmes de traitement fonctionnels et
    performants ;
 Coordonner les actions de sensibilisation/communication en matière de gestion des DH ;
 Assurer la supervision et le suivi externe de la gestion des DH.
                                                                                                        62


                b. Le Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature (MINEP)

   Le MINEP devra assumer la responsabilité de dresser les normes et lignes directives pour un
    environnement de qualité, puisqu’il est l’agent régulateur pour la qualité environnementale et les
    normes effluentes. Ce ministère sera aussi, responsable pour la conduite et la surveillance des
    procédures d’évaluation des impactes environnementaux pour des projets de gestion des DH.

   En plus de cela, le MINEP devra être responsable du développement des normes basées sur la
    demande des structures de gestion des DH, principalement le Ministère de la Santé Publique.
    Globalement, le MINEP définit les domaines où les normes sont requises, développe les normes
    requises et veille sur le respect et la mise en œuvre de ces normes.

   Dans la réglementation spécifique des DH, le MINEP est responsable de la gestion des DH en dehors
    des formations sanitaires (pour ce qui est la supervision du transport, du traitement et des procédures
    et processus d’élimination).

                c. Les municipalités

   Les municipalités ont la responsabilité de concevoir leurs décharges d’ordures selon les normes et
    modèles définis par le MINEP et le MINSANTE, pour éviter la pollution du sol, de l’eau et de l’air en
    recevant les DH. En cas de réalisation de Centres d’Enfouissement Techniques (CET), des zones
    spécifiques pourront être réservées pour l’enfouissement sanitaires des DH.

   En plus, les municipalités devront s’assurer de l’interdiction (ou refuser de recevoir) du mélange de
    DH avec des déchets non infectieux. Elles devront aussi interdire le dépôt sauvage des DH e zones
    urbaines et rurales.

                d. Le secteur privé

Les sociétés privées qui seront être impliquées dans la gestion des DH devront :
 Fournir des prestations de gestion écologique et financièrement abordable aux formations sanitaires ;
 s’assurer de la conformité aux règlements et normes sanitaires et environnementaux ;
 appliquer des procédures internes de santé environnementale ;
 acquérir des équipements adéquats pour la gestion des DH (collecte, transport, traitement) ;
 opérer en tant que sous contractuels avec les unités de DH, etc.)
 établir un programme de formation et d’information pour leur personnel ;
 continuer à veiller sur la santé des travailleurs et de leur environnement de travail


                e. Les ONG et la Société civile

Les ONG, CBO et la société civile devront :
 Participer à informer, éduquer et conscientiser la population sur les risques liés aux DH ;
 Participer aux activités de marketing social dans les activités de gestion des DH.
                                                                                                        63


                f.         Les formation sanitaires

                     i)         Administration et organisation

Principe de base et organisation
Dans chaque formation sanitaire, chacun est concerné par les DH et doit être impliquée dans les activités
de gestion desdits déchets. Chaque formation sanitaire doit être responsable de la gestion de ses propres
DH (jusqu’à leur élimination finale) et doit disposer : (i) d’une Unité d’Hygiène Hospitalière (UHH)
dirigée par un Technicien d Génie Sanitaire (TGS) ; (ii) d’une équipe ou Comité d’Hygiène Hospitalière
(CHH). Le CHH doit comprendre : le Directeur de la formation sanitaire (Président du comité) ; tous les
chefs de départements hospitaliers (chirurgie, maternité, médecine générale, etc.) ; le Pharmacien (s’il
existe) ; le responsable administratif et financier ; le Technicien du Génie Sanitaire (secrétaire
permanent) ; le Technicien de maintenance (s’il existe) ; le Responsable du nettoiement ; tout autre
membre dont la présence peut être utile.

Mission du CHH
 Servir de cadre de concertation entre acteurs et d’élaboration de la stratégie interne de gestion de
   l’hygiène hospitalière ; Coordonner la supervision de la mise en œuvre.

Mission de l’Unité d’Hygiène Hospitalière (UHH)
L’unité d’Hygiène Hospitalière assure avec les personnels soignants et les autres services techniques
notamment les services de l’alimentation et la buanderie les activités ci-après :
 élaboration et la soumission à la hiérarchie du plan d’action des activités à mener ;
 organisation de la lutte contre les infections hospitalières ;
 surveillance des infections et contrôle de l’environnement du malade ;
 assainissement régulier et systématique du milieu ambiant ;
 dératisation et la désinsectisation ;
 contribution au concept architectural et la vulgarisation des ouvrages et technologies à faible coût ;
 réduction des opportunités de contamination par le matériel hospitalier et autres ;
 amélioration permanente de la salubrité de l’environnement hospitalier ;
 promotion d’un programme interne de formation en continue du personnel ;
 organisation d’un comité d’hygiène en milieu hospitalier ;
 éducation pour le changement des comportements en matière d’hygiène ;
 surveillance et le contrôle de l’approvisionnement en eau et de sa qualité ;
 désinfection régulière de la morgue ;
 suivi de la gestion des déchets hospitaliers.

Tâches du Comité d’Hygiène Hospitalière (CHH)
 Le CHH est responsable de la préparation, la mise à jour et la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation
   du plan de gestion des DH dans la structure sanitaire.

                     ii)        Rôles et responsabilités à l’intérieur de l’hôpital

Responsable de la formation sanitaire :
 Met en place le CHH et nomme les différents membres ;
 Met en place une Unité d’Hygiène Hospitalière (UHH) ;
 Prend les dispositions pour le développement des activités internes d’hygiène et d’assainissement ;
 Supervise la mise en œuvre et le suivi ;
 Favorise l’évaluation externe du plan de gestion par les services du MINSANTE et du MINEP ;
 Veille à l’allocation des ressources financières pour la gestion des DH ;
 Veille à la formation continue du personnel sur la gestion des DH.
                                                                                                       64


Le Technicien du Génie Sanitaire (TGS) ou le Chef de l’UHH:
 Coordonne l’élaboration du plan et des procédures internes de gestion des DH ;
 Est responsable de la mise en œuvre et du suivi quotidien du plan de gestion des DH ;
 Donne des avis techniques à tout le personnel hospitalier sur la gestion des DH ;
 S’assure que les procédures d’hygiène et de sécurité sont suivies ;
 Assiste à la conception des équipements et infrastructures hospitalières de gestion des DH ;
 S’assure que la formation sanitaire dispose de systèmes performants de traitement des DH ;
 Surveille la collecte régulière des poubelles et leur transport vers les lieux de stockage/élimination ;
 Veille à la disponibilité des équipements de collecte et du matériel de protection, etc. ;
 Supervise directement les agents d’entretien ;
 Veille au tri systématique des DH à la source ;
 Veille à l’utilisation correcte des lieux de stockage et leur accès restrictif ;
 Interdit le recyclage et la récupération non sécurisé dans les lieux de stockage des DH ;
 Veille à l’utilisation des équipements adéquats de collecte et de transport des DH ;
 Veille à ce que les DH soient éliminés dans le délai d’au plus 24H ;
 Veille sur le comportement du personnel de soins et des agents d’entretien ;
 Assiste à l’identification des besoins en formation et sensibilisation ;
 Veille à la formation du personnel de santé sur la gestion des DH ;
 Veille à la provision financière pour la gestion des DH dans le budget des formations sanitaires;
 Veille au respect des rôles et responsabilités dans la gestion interne des DH poste par poste ;
 Veille sur la disponibilité des mesures d’urgences et de soins de première nécessité en cas d’accident ;
 Recherche, enregistre et évalue tous les accidents lies à la gestion des DH ;
 Evalue l’impact de la gestion des DH et préparer des mesures d’atténuation ;
 Assure un suivi régulier de la gestion des DH er préparer des rapports motivés ;
 Elabore un rapport mensuel d’activités qu’il adresse au Responsable de la formation sanitaire, avec
    copie au MINSANTE par voie hiérarchique.

Chef de Départements/Services
 Supervise la gestion des DH dans son propre département/service ;
 Veille à ce que le personnel de soins applique les bonnes procédures de gestion des DH ;
 Coordonne avec le chef de l’UHH ou le TGS sur les aspects technique du plan de gestion des DH.

Personnel de soins
 Veille à la suffisance et la disponibilité des équipements de collecte des DH dans les salles ;
 S’assure que tout le personnel a bien assimilé les guides techniques de gestion des DH ;
 Nomme un responsable journalier dans chaque salle pour le suivi de la gestion des DH ;
 Veille à ce que tous les agents de santé sous leur ordre disposent d’équipement de protection
 S’assure que les équipements de protection sont disponibles ;
 Veille à ce que les malades soient à l’abri des risques d’infection lies aux DH.

Pharmacien
 Responsable de la gestion des médicaments périmés ;

Technicien de Maintenance
 Est responsable de l’entretien et la maintenance des équipements/infrastructures de gestion des DH ;
 Veille à ce que le personnel de maintenance préposé soit bien formé dans ces tâches.

Responsable administratif et financier
 Veille à provision financière du budget relative à la gestion des DH ;
 Veille à la diligence des commandes relative aux équipements de collecte, traitement des DH.
                                                                                                          65


E. PLAN D’ACTION

    1. CADRAGE GLOBAL ET ORIENTATIONS STRATEGIQUES

Malgré l’urgence manifeste d’améliorer la gestion des déchets hospitaliers, il est reconnu que des mesures
« ad hoc », pas bien réfléchies, ralentissent le plus souvent la qualité de la gestion et sont généralement
vouées à l’échec. Si on veut atteindre des changements durables dans la qualité de la gestion des déchets
hospitaliers, il faut considérer le processus dans son ensemble : réglementation, procédures ; logistique de
collecte ; traitement ; financement et surveillance (monitoring) du système.

Les acquis notés dans la gestion des déchets hospitaliers doivent être améliorés et renforcés, et les
insuffisances corrigées. Dans cette perspective, la stratégie d’intervention devra s’articuler autour des
objectifs stratégiques suivant :
 renforcer le cadre politiques, législatif et réglementaire de gestion des déchets hospitaliers ;
 améliorer la gestion des déchets (organisation, personnel, matériel et équipements) dans les hôpitaux;
 former le personnel de santé et les agents d’entretien sur la gestion des déchets hospitaliers;
 sensibiliser les populations et les usagers sur les risques liés aux déchets hospitaliers;
 impliquer les opérateurs privés dans la gestion des déchets hospitaliers ;
 assurer le suivi de la mise en œuvre des mesures environnementales d’amélioration de la gestion ;
 développer une vision nationale en matière de gestion des déchets hospitaliers.

Plus spécifiquement, la stratégie devra être sous-tendue par un certain nombre de mesures d’urgence,
notamment :

    Mettre en place, au niveau de chaque formation sanitaire, un CHH. Ce Comité, placé sous la
     responsabilité du Responsable de la formation sanitaire et animé principalement par le TGS ou chef de
     l’UHH, devra regrouper les représentants de tous les services impliqués de prés ou de loin dans la
     gestion des déchets (le personnel soignant, le personnel administratif, le personnel d’entretien, etc.).

    Elaborer une Plan (procédures) interne de gestion des déchets dans chaque formation sanitaire et
     inclure la gestion des déchets dans le projet d’établissements hospitaliers. Ce plan hospitalier devra
     permettre :
     - de réglementer la gestion des déchets hospitaliers, et notamment de définir les rôles et les
         responsabilités du personnel; d’élaborer des guides ou procédures, comprenant, entres autres, la
         mise en place d’un système de tri à la source, la désignation d’un responsable dans les services et
         la mise en place d’un budget de gestion des DH;
     - de définir des équipements de pré-collecte, collecte et traitement appropriés des déchets;
         d’élaborer et d’adopter des procédures de sanction (positive et négative) du personnel impliqué
         dans la gestion des déchets; (iii) de mettre en place des procédures de contrôle et de suivi.

    Elaborer et diffuser des programmes de formation et sensibilisation du personnel hospitalier
     (personnel soignant, agent d’entretien). Il s’agira d’identifier les besoins en matière de formation au
     niveau des hôpitaux, d’identifier les groupes de formateurs et d’assurer leur formation dans la gestion
     des déchets hospitaliers, en élaborant les programmes de manière participative. Les activités de
     formations devront permettre de renforcer les connaissances, mais surtout d’améliorer les pratiques de
     ces agents dans la manipulation et la gestion des déchets.

    Entreprendre des campagnes d’information, d’éducation et de sensibilisation en direction des
     populations hospitalières (les usagers y compris les accompagnants) sur les risques liés aux déchets
     médicaux, particulièrement les déchets infectieux et les aiguilles.
                                                                                                       66


   Développer des guides de bonnes pratiques (pour le tri sélectif, utilisation des poubelles, etc.) et
    afficher les procédures internes de gestion des déchets.

   Maîtriser le processus d’approvisionnement en équipements de collecte pour éviter les ruptures et,
    plus globalement, doter les formation sanitaire d’équipements et matériels de gestion des déchets
    médicaux (poubelles appropriées de pré-collecte, de conditionnement et de stockage des déchets ;
    systèmes performants de traitement et d’élimination écologique des déchets).

   Définir un cahier de charge précis pour les contrats des prestataires d’entretien et de nettoiement
    de manière à garantir une meilleure prise en compte de la gestions des déchets (formation personnel,
    moyens de protection, etc.) et renforcer le contrôle de l’exécution des activités.

   Mettre en place un mécanisme provincial de coordination, de contrôle et de suivi de la gestion des
    déchets, regroupant les représentants de la Province (MINSANTE, MINEP, Municipalité, structures
    publiques et privées, associations sanitaires et environnementales locales, etc.).

   Appuyer l’expérimentation et la promotion des prototypes d’incinérateur Montfort amélioré par le
    Dr. BITA de la DPSP de Douala.

   Former les techniciens hospitaliers de maintenance, mais aussi les agents préposés à l’élimination
    des DH, à l’opération et la maintenance des incinérateurs.

   Prévoir un plan de contrôle et d’évaluation des mesures environnementales de gestion des déchets
    hospitaliers.

   Formaliser l’implication du secteur privé dans la gestion des déchets hospitaliers, avec la mise en
    place un cadre de partenariat « gagnant-gagnant » entre le secteur public, les communes et les
    opérateurs privés afin d’intéresser et d’impliquer davantage ces dernier dans la gestion.

   Etudier, pour les Hôpitaux Généraux, Centraux et Provinciaux, les possibilités et modalités, dans le
    moyen/long terme, de la privatisation de tout le processus de gestion (collecte et traitement) des
    déchets hospitaliers.

   Etudier dans le moyen/long terme les possibilités et modalités d’acquisition de systèmes
    d’élimination plus écologiques, dans le cadre d’une gestion centralisée et focalisant plusieurs
    formations sanitaires, avec une possibilité d’ouverture aux formations sanitaires privées dans leur
    gestion.
                                                                                                       67



 2. OBJECTIFS ET ACTIVITES DU PLAN D’ACTION

Objectif 1 :   Intégrer la gestion des DH dans la stratégie du secteur de santé avec un rang de
               priorité élevé
               Il s’agit de valider le présent document de stratégie et l’intégrer dans la SSS en cours de
               révision en lui accordant une importance et une priorité élevée avec des moyens
               conséquents.

               Activités :
                Valider et diffuser le plan en atelier national
                Organiser des ateliers provinciaux de vulgarisation de la stratégie de gestion des DH

Objectif 2 :   Améliorer le cadre légal et réglementaire de la gestion des DH
               Il s’agit d’élaborer (i) un texte juridique (qui réaffirment les principes et objectifs
               nationaux en matière de gestion des DH, déterminer les responsabilités et obligations
               institutionnelles) et (ii) des normes et procédures standard d’hygiène et de gestion des DH
               (à travers des groupes de travail et des ateliers de restitutions/validation).

               Activités :
                Elaborer un texte législatif relatif à la gestion des DH
                Elaborer des guides de gestion des DH
                Mettre en place des Comités d’Hygiène Hospitalière (CHH) et désigner des
                   responsables du suivi de la gestion (UHH) au niveau des formations sanitaires


Objectif 3 :   Renforcer l’organisation de la gestion des DH dans les formations sanitaires
               Il s’agira de mettre en place un organigramme et des structures de gestion des DRH, avec
               un personnel qualifié et un système de suivi régulier et performant

               Activités :
                Rappeler la note circulaire du MINSANTE portant création des CHH
                Faire appliquer par le MINSANTE les textes/décisions créant les UHH
                Aménager des bureaux équipés pour les UHH
                Mettre en place des procédures internes d’organisation et de suivi
                Désigner un « Point focal d’hygiène hospitalière » dans tous les services
                Assurer le suivi et la supervision interne et externe de la gestion des DH

Objectif 4 :   Renforcer les capacités à tous les niveau dans la gestion des DH
               Il s’agira d’améliorer les comportements à risques, les aptitudes et les pratiques du
               personnel de santé, mais aussi des agents du MINSANTE, des municipalités et du secteur
               privé, dans la gestion des DH.

               Activités :
                  Formation et recyclage du personnel
                  Formation des formateurs
                  Formation du personnel de soin et des techniciens de surface
                  Formation des superviseurs au niveau des districts et DPSP
                  Formation des agents de suivi
                                                                                                        68


Objectif 4 :   Plaidoyer et sensibiliser des autorités et des populations
               Il s’avère nécessaire d’élaborer des programmes de plaidoyer et sensibilisation en
               direction des responsables des formations sanitaires, des autorités locales, surtout des
               populations fréquentant le milieu hospitalier, mais aussi celles fournissant ou recevant des
               soins de santé à domicile, ou utilisant des objets recyclés ainsi que les récupérateurs de
               déchets. Ces programmes devraient être menées avec l’appui des ONG et OCB ayant une
               large expérience de plaidoyer sur les questions d’environnement et de santé.

               Activités :
                  Plaidoyers (Municipalité, Privée, Service Technique de l’Etat, etc.)
                  Sensibilisation des partenaires au développement et des directeurs des formations
                   sanitaires
                  Sensibilisation des populations riveraines, des usagers et du personnel de santé sur les
                   risques liés au DH

Objectif 5 :   Doter les formations sanitaires d’équipements de collecte et matériel de protection
               appropriés et suffisants
               Il s’agira de doter les formations sanitaires publiques de poubelles de pré-collecte, de
               collecte, de matériel d’évacuation, de petit matériel d’assainissement, de matériel de
               protection des agents, etc.

               Activités :
                matériel ou équipement de conditionnement (poubelles, boîte de sécurité, chariots,
                   brouettes)
                matériels de protection (gants, blouses / combinaison / imperméables, bottes, lunettes,
                   casques et masques)
                petit matériel d’assainissement (râteaux, pelles, fourches, etc.)

Objectif 6:    Doter les formations sanitaires d’infrastructures de stockage et de traitement adaptées
               et performants dans toutes les formations sanitaires
               Il s’agira de doter les formations sanitaires des locaux de stockage des DH et de systèmes
               performants de traitement et d’élimination des DH solides et liquides.

               Activités :
                Local de stockage des déchets sécurisé
                Infrastructures de traitement/élimination performantes

Objectif 7 :   Mobiliser des ressources financières suffisantes pour la gestion des DH
               Il s’agit de garantir la durabilité de la gestion des DH en dotant les formations sanitaires
               de ressources financières suffisantes et mobilisables à tout moment.

               Activités :
                Prévoir des inscriptions spécifiques aux DH dans le budget des formations sanitaires
                Prévoir un appui financier spécifique du MINSANTE concernant la gestion des DH
                Inclure dans les programmes de santé (PEV, SIDA, etc.) un appui à la gestion des DH
                Rechercher des financements additionnels externes pour la gestion des DH

Objectif 8 :   Disposer de ressources humaines suffisantes et bien formées
               Il s’agit de disposer de Techniciens du Génie Sanitaire en nombre suffisant et bien
               formées dans la gestion des DH, au niveau des DPSP, DS et dans les formations
               sanitaires.
                                                                                                          69


                Activités :
                 Affectation et recrutement des Techniciens d’hygiène sanitaire (DS, DSPS, FS)
                 Recrutement et affectation des Techniciens de surface dans les formations sanitaires

Objectif 9 :    Impliquer le secteur privé dans la gestion des DH dans le cadre d’un partenariat public-
                privé
                Il s’agir de mettre en place un cadre et des mécanismes de partenariat entre le secteur
                public et les opérateurs privés dans la gestion professionnelle des DH (domaines
                d’intervention ; charte des responsabilités), mais aussi de renforcer les capacités des
                sociétés privées dans la gestion des DH et dans le choix d’équipements appropriés.

                Activité :
                 Faire un inventeur du secteur privé, animation, sensibiliser
                 Sécuriser les provisions financières relative à la gestion des déchets dans les
                    formations sanitaires
                 Rechercher des mesures d’incitation à la gestion des déchets hospitaliers

Objectif 10 :   Développer une collaboration intersectorielle effective et dynamique dans la gestion des
                déchets hospitaliers
                La gestion des DRH interpelles plusieurs acteurs qui ont des missions différentes mais qui
                visent un même objectif : l’amélioration du cadre de vie et la santé des populations. Il
                s’agira de mettre en place un cadre de concertation, d’échange, et d’harmonisation pour
                créer les conditions d’une synergie féconde entres les différentes interventions
                sectorielles.

                Activité :
                 Cadre de concertation de tous les acteurs impliqués et interpellés, partage des
                    informations
                 Supervision et suivi
                 Charte des rôles et responsabilités

Objectif 11 :   Développer la recherche de performances des systèmes de gestion des DH
                Il s’agira d’avoir une vision « environnementale et sanitaire » de la gestion des DH en
                menant des études spécifiques et des activités de recherche en vue d’accroître la
                performance des systèmes.
                Activité :
                 Recherche de la performance technique et environnementale de l’incinérateur
                     Montfort amélioré par la Délégation Provinciale de la Santé du Littoral
                 Etude des réhabilitation/construction des stations d’épuration des eau usées
                 Evaluation environnementale des systèmes de traitements des DH

Objectif 12 : Contrôler, suivre et superviser les activités de gestion des DH
                Il s’agit d’assurer la supervision semestrielle au niveau national ; trimestrielle au niveau
                provincial ; mensuelle au niveau des districts. Au niveau des formations sanitaires, le suivi
                sera permanent.

                Activités :
                 Assurer le suivi interne par le TGS, les UHH
                 Assurer la supervision interne par les CHH
                 Assurer la supervision externe par les TGS des DSPS et des District de Santé
                 Assurer la supervision externe au niveau national (DPS)
                 Evaluer de façon continue les performances des plans de gestion des DH
                                                                                                        70


    3. RESULTATS ATTENDUS

Les résultats suivants sont attendus de la mise en œuvre du Plan d’action :

    le cadre institutionnel, légal, organisationnel et technique de gestion des DH est amélioré;
    tous les DH sont collectés, stockés, transportés et éliminés en toute sécurité
    les acteurs impliqués dans la gestion des DH sont conscients des risques liés aux DH, et ont de bonnes
     pratiques dans la gestion de ces déchets ;
    la population est consciente des risques liés aux DH
    le secteur privé saisi les opportunités économiques offertes par la gestion des DH dans le cadre d’un
     partenariat Public-Privé soutenu
    les ressources financières suffisantes sont allouées à la gestion des DH
    la gestion des DH est suivie, évaluée et documentée aux différents niveaux : MINSANTE, MINEP,
     Municipalités, Formation sanitaires, DPSP, District, DSP, etc.


    4. ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS DE MISE EN ŒUVRE

                 a. Ancrage institutionnel et responsabilités de la mise en œuvre du plan

Au plan institutionnel, le Plan de gestion de DH sera étroitement articulé à la Stratégie Nationale du
Secteur de Santé en cours d’actualisation au niveau du MINSANTE, sous la conduite du ST/SSS.

                 b. Responsabilités de la mise œuvre

L’amélioration de la gestion des DBM suppose au préalable de clarifier les responsabilités et les domaines
de compétence de chaque acteur institutionnel interpellé dans cette gestion. Dans cette perspective, la
répartition suivante peut être proposée :

Le Plan d’action Prioritaire de gestion des DH sera conduite par la Direction de la Promotion de la Santé
(DPS) du MINSANTE et ses structures déconcentrées au niveau des DPSP et des DS qui vont assurer la
supervision externe de la mise en œuvre.

Le suivi interne, en rapport avec les UHH dans les formations sanitaires. La supervision interne sera
effectuée par les CHH.
                                                                                                        71



         5. PLAN D’ACTION PRIORITAIRE (2008-2012)

         a. Contexte et objectifs du PAP

Dans une logique de réaliste et de donner une impulsion significative à la mise en œuvre de la stratégie de
gestion des DH, il est indiqué d’élaborer un plan d’actions prioritaires (sur trois ans) concernant les
mesures d’urgence à mettre en place. L’objectif vise par le Plan d’Action Prioritaire de gestion des DH est
d’impulser les activités d’urgence, durant les premières années, la mise en œuvre de la stratégie et des
guides techniques de gestion des DH, dans la perspective de mettre en place un système durable de gestion
dans les formations sanitaires.

         b. Composantes et activités du Plan d’Action prioritaire

Les mesures définies dans le Plan d’action concernent les activités suivantes :

Arrangements Institutionnels et légaux
 Finalisation et validation des documents de stratégie et de plans d’action
 Elaboration des guides techniques, procédures, normes et standards dans la gestion des DH
 Approbation desdits documents par les autorités concernées (MINANTE, MINEP, etc.)
 Renforcement du personnel des formations sanitaires (affectation/recrutement de TGS)
 Organisation d’ateliers provinciaux de vulgarisation de la stratégie et des guides techniques.

Structures de gestion des DH
 Rencontres d’informations et de sensibilisation dans toutes les formations sanitaires
 Installation de UHH et des CHH dans les formations sanitaires

Renforcement des Capacités dans la gestion des DH
 Renforcement de capacités des agents de la DSP/MINSANTE (formation en gestion des DH)
 Identification des besoins et élaboration des modules
 Formation des formateurs dans la gestion des DH
 Formation des acteurs dans la gestion des DH (personnel des formation sanitaires, etc.)

Elaboration et mise en œuvre des Plans hospitaliers de gestion des DH
 Elaborer et valider les plans hospitaliers de gestion des DH dans les formations sanitaires
 Mettre en œuvre les plans hospitaliers de gestion des DH
 Doter les formations sanitaires d’équipements et matériels minima de gestion des DH;
 Planifier une provision financière pour la gestion des DH dans le budget des formations sanitaires.

Appui à la mise en œuvre - Implication du secteur privé
 Identifier tous les privés susceptibles d’intervenir dans la gestion des déchets hospitaliers
 Organiser une rencontre au niveau national pour informer et sensibiliser ces acteurs privés
 Sélectionner les privés intéressés dans la gestion des DH
 Sensibiliser les privés intéressés dans la contractualisation (collecte et élimination)
 Définir un cadre de partenariat avec les privés intéressés dans la gestion des DH
 Déterminer les procédures d’autorisation des compagnies privées (de licences et équipements)
                                                                                                             72


         c. Stratégie de mise en œuvre du PAP

La stratégie de mise en œuvre du plan de gestion des DH sera articulée autour (i) du renforcement des
capacités, (ii) d’appui à la mise en œuvre d’activités pilotes de référence ; (ii) des activités de
recherche et des études sur la gestion des DRH et (iv) de supervision, suivi/évaluation.

 -   Renforcement des capacités
     La capacitation des acteurs constitue un préalable pour une gestion performante des DH, en termes
     d’organisation, d’outils technique de gestion (guides, normes, standards, procédures), de formation
     et de sensibilisation des acteurs.

 -   Les activités pilotes (tests)
     Les activités pilotes (ou tests) pourraient s’articuler autour du renforcement des acquis dans la
     gestion des DH et des capacités opérationnelles des formations sanitaires existantes au sein
     desquelles il a été noté des efforts de gestion des DH, un certain dynamiste et un engouement réel
     autour des questions d’hygiène hospitalière. Les activités pilotes pourraient concerner quelques
     formations sanitaires dans le cadre d’un Programme initial d’appui (formation, outils de gestion,
     dotation en équipement des collecte et de traitement, etc.). Ainsi, il a été retenu que le projet apporte
     un appui initial (Equipements infrastructures et organisation complètes), à raison de 2 HD, 2 CMA et 1 CSI
     par Province. Ces projets testes permettront de donner une impulsion à la stratégie et serviront surtout de
     références (modèles) en matière de bonnes pratiques de gestion des DH.

     Ce projet pilote permettrait de tester certains équipements et technologies de traitement, notamment
     avec la promotion des incinérateurs Montfort améliorés type Dr. BITA à la DPSP du Littoral; etc.);
     en plus de la formation, la mise en place des équipes de gestion et la préparation des plans internes
     de gestion des DH dans les formations sanitaires.

 -   Etudes et recherche sur la performance des systèmes de gestion des DH
               Il s’agira d’avoir une vision « environnementale et sanitaire » de la gestion des DH en
               menant des études spécifiques et des activités de recherche en vue d’accroître la
               performance des systèmes : recherche de la performance technique et environnementale
               de l’incinérateur Montfort amélioré par la DSPS du Littoral ; étude des
               réhabilitation/construction de certaines stations d’épuration des eau usées dans les HG,
               HC et HP ; évaluation environnementale des systèmes de traitements des DH

 -   Supervision, suivi/évaluation.
     La supervision, le suivi et l’évaluation sont nécessaires non seulement pour évaluation le niveau
     d’atteinte des objectifs et de performance des résultats, mais surtout ils constituent des motifs de
     stimulation et de motivation des agents chargés de la mise en œuvre.

La stratégie de mise en œuvre du plan de gestion des DH sera articulée autour des axes suivants :
 1ère phase : formation, Information, et sensibilisation ; Structures de gestion des DH dans les
    formations sanitaires;
 2ème phase : Elaboration et approbation des plans et guides de gestion des DH; Doter les formations
    sanitaires d’équipements et matériels minima de gestion des DH
 3ème phase : Mise des activités pilotes (tests) au niveau de certaines formations sanitaires)
 4ème phase : Etudes et recherche sur la performance des systèmes de gestion des DH
 5ème phase : Mise en œuvre et suivi/évaluation de la gestion des DH
                                                                                                                       73



                     d. Coûts et calendrier de mise en œuvre du PAP

                     Objectif et Activités                          Responsables    Coûts en      Calendrier (5 ans)   Source
                                                                                    FCFA          1 2 3 4 5            finance
Intégrer la gestion des DH dans la stratégie du secteur de
santé avec un rang de priorité élevé
 Finalisation et validation des documents de stratégie guides    DSP /MINSANTE     20 000 000    x                    BM
Améliorer le cadre légal et réglementaire de la gestion des DH
Elaboration des guides, procédures, normes et standards           DSP /MINSANTE     15 000 000    x                    BM
Renforcement des capacités
 Formation des formateurs (03 formations)                        DSP /MINSANTE     65.000.000    x                    BM
 Formation des personnels de soins, techniciens de surface       DSP /MINSANTE     250.000.000   x   x   x            BM
     et agents d’entretien
 Formation des superviseurs au niveau des districts et DPSP      DSP /MINSANTE     30.000.000    x                    BM
Plaidoyer et sensibiliser des autorités et des populations
 Plaidoyer et sensibilisation personnels santé, riverains        DSP /MINSANTE     40.000.000    x   x   x   x   x    BM
Equipements de collecte et matériel de protection appropriés et   DSP /MINSANTE     250.000.000       x   x            BM
suffisants
  - 2 HD, 2 CMA et 01 CSI par province
Implication du secteur privé dans la gestion des DH
 Sensibilisation, animation (02 ateliers)                                          20.000.000    x
Développer une collaboration intersectorielle effective et
dynamique
 Rencontres de concertation et de coordination                                     30.000.000    x   x   x   x   x
Développer la recherche de performances des systèmes de
gestion des DH
 Recherche de la performance technique et                                          145.000.000   x   x
     environnementale de l’incinérateur Montfort
 Etude des réhabilitation/construction des stations
     d’épuration des eau usées
 Evaluation environnementale des systèmes de traitements
     des DH
Suivi et Evaluation du plan d’action Prioritaire (PAP)
Supervision et suivi au niveau national, provincial et district   DSP /MINSANTE     85.000.000                         BM
Evaluation à mi-parcours et évaluation finale                     Consultant

                                                                   Total coûts du   950 000 000
                                                                       PAP
                                                                                                             74


     F. ANNEXES
              1. ANNEXES TECHNIQUES

              a. Axes majeurs d’un guide technique de gestion des DH

                        i)      Objectifs du guide technique
     Le guide technique de gestion des DH vise à renforcer les capacités et les habiletés personnelles
     hospitalier (administratifs, agents médicaux et paramédicaux, personnel d’entretien, etc.), les techniciens
     d’hygiène et de l’environnement, dans la gestion desdits déchets. Les guides techniques sont des outils
     pratiques et directement applicables par le personnel hospitalier. Ils insistent sur le mode de gestion des
     DH dans les formations sanitaires.

                       ii)     Production des DH et tri à la source

     Production de DH
     - Principles sources de production
     - Evaluation de la production

     Caractérisation des DH
     Quatre (4) principales catégories :
     - déchets généraux assimilables aux ordures ménagères;
     - déchets infectieux;
     - déchets anatomiques
     - déchets chimiques/radioactifs

Catégories                                                         Description
déchets généraux        déchets assimilables aux ordures ménagères produits par le personnel de santé ou par les
                        accompagnateurs des malades (restes de repas, papiers et emballages non souillés, serviettes
                        hygiéniques non souillées, déchets provenant des services administratifs, etc.)
déchets infectieux      cultures et stocks d’agents infectieux, déchets de malades infectieux, déchets contaminés par
                        le sang et les dérivés sanguins, échantillons diagnostiques jetés, animaux de laboratoire
                        infectés, ainsi que matériels (tampons, pansements) et appareils divers contaminés (appareils
                        médicaux jetables, etc.) objets pointus et tranchants
déchets anatomiques     Amputation, restes de tissues et organes humains, etc.
Déchets chimiques       Produits chimiques; Produits pharmaceutiques; Produits radioactifs ; Déchets à forte teneur
                        en métaux lourds

     Ségrégation et tri des DH
     - Tri et ségrégation à la source
     - Ségrégation faite par le producteur de DH
     - Sachets plastiques résistants et attachés hermétiquement
     - Objets coupants et tranchants dans des boites résistants (plastiques ou carton), de couleur Jaune, avec
        mention « danger »
     - Stock de médicaments périmés à retourner aux fournisseurs
     - Pas d’incinération de grande quantité de déchets chimiques
     - Déchets radioactifs dans des sachets plastiques Marron avec mention « Déchets Radioactifs »
     - Déchets infectieux dans des conteneurs noirs dans les cours des hôpitaux
     - Codage des récipients de collecte pour tri à la source
                  ROUGE : déchets infectieux et anatomiques :
                  MARRON: déchets chimiques
                                                                                                      75


               NOIR : déchets généraux (ou autre couleur que « Rouge » et «Marron »)

     Catégorie                        Description                                   Codage
déchets généraux          Ordures ménagères                      Sachets plastiques noirs et poubelles noirs
déchets infectieux        Coupants et tranchants                 Boite safety boxes jaunes
                          Anatomiques et déchets souillés        Sachets plastiques rouges et poubelles rouges
déchets chimiques             -                                  Sachets plastiques dans poubelles Marron


                   iii)    Collecte et stockage interne et externe des DH

Collecte et stockage interne des DH
- Poubelles suffisantes dans chaque lieu de génération de DH dans l’hôpital
- Poubelles robuste et faciles à nettoyer
- Sachet plastique à, l’intérieur des poubelles
- Site de stockage
- Poubelles collectées avant qu’elles ne soient pleines à raz
- Coupants et tranchants dans des boites de sécurité (safety boxes)
- Ségrégation à la source
- Codage des couleurs des récipients
- Poubelles placées dans des endroits stratégiques, visibles
- Temps de stockage des poubelles à réduire
- Site de stockage des poubelles à couvrir et inaccessible au public en général et aux animaux
- Equipements de protection pour tout le personnel en contact avec les DH
- Interdiction de la récupération (fouille) à partir des poubelles
- Horaire, itinéraire et fréquence de collecte des poubelles à déterminer
- Transport des poubelles avec attention pour éviter leur déversement en cours de route
- Equipements de transport des poubelles à usage exclusif
- Enregistrement et document de la production des DH et la traçabilité.

Collecte et stockage externe des DH
- Séparation des poubelles à ordures ménagères des poubelles à risques infectieux
- Local de stockage facilement accessible; spacieux; facile à nettoyer; protégés du public et des
    animaux
- Interdiction de stockage de tous matériels autres que les poubelles de DH
- Stockage pas plus de 24 heures
- Entretien régulier du site de stockage
- Equipements et matériel de et de désinfection lavage du lieu de stockage
- Lavage et désinfection des poubelles
- Codage des couleurs des récipients de stockage
- Matériel de transport des poubelles à usage exclusif (ne transportent pas d’autres produits)
- Traçabilité du système de transport

Exigences générales pour les poubelles de collecte
Les récipients de collecte de DH devront être non transparents

Résistants à l’humidité
- Résistants à la manipulation
- fermés
- facilement manipulable
- Conçu pour éviter le minimum de contact avec les DRH
                                                                                                      76


                 iv)      Traitement et élimination des DH

Facteurs de choix :
- Efficacité de désinfection des DH
- considérations environnementales et sanitaires
- Réduction des volumes et du poids des DH
- Risques d’accidents et de blessures
- Capacité de traitement
- Types de DH admis
- Besoins en infrastructures
- Disponibilité locale en technicités et technologies
- Disponibilité en options d’éliminations finales des résidus
- Besoins en formations
- Exigences en mise en œuvre et en entretien
- Surfaces disponibles pour l’implantation
- Coûts d’investissements et de gestion
- Acceptation sociale
- Exigences réglementaires

Système de traitement :
- Désinfection thermique et par micro-onde
- Incinération
- Désinfection Chimique
- Enfouissement

                  v)     Caractéristiques des DH pouvant être incinérés
Caractéristiques des DH pouvant être incinérés
- Pouvoir Calorifique Inférieur : plus de 2000 kcal/kg (8370 kj/kg) pour les incinérateur à une chambre,
   et de plus de 3500 kcal/kg (14 640 kj/kg) les incinérateurs pyrolytiques
- Matières combustibles de plus 60%
- Matières solides non -combustible en dessous de 5%
- Matières fines non-combustible en dessous 20%
- Humidité 30%

Caractéristiques des DH ne pouvant pas être incinérés :
- Récipients à gaz sous pression
- Grandes quantités de produits chimiques
- Déchets radioactifs
- Plastiques Halogéné (PVC)
- Déchets avec du mercure ou cadmium

                 vi)     Disposition finale des DH
Décharge contrôlée (Centre d’Enfouissement Technique)
- Conception technique spécifique des cellules de DH dans les CET (protection des nappes)
- Mélange avec chaux
- Couverture immédiate de matériaux inerte (30 cm)
- Identification et accès restrictif des cellules de DH

Fosses pour objets tranchants et coupants
- Autre système d’utilisation des latrines à tranchants et coupants.
                                                                                                       77


                 vii)    Recommandations générales pour l’élimination des DH

-   Systèmes d’élimination des DH solides et liquides pour toutes les formations sanitaires
-   Formation et protection du personnel préposé à l’élimination des DH
-   Ségrégation des déchets à éliminer (décharge municipale pour les déchets assimilés à des ordures
-   Evaluation environnementale pour tous les systèmes d’élimination de DH
-   Brûlage dans les 24 h de tout déchets infectieux évacués à l’incinération
-   Cendre d’incinération enterrées ou évacuées vers la décharge publique
-   Tout déchet liquide doit être au préalable désinfecté avant rejet dans l’égout

                 viii)   Traitement et rejet des DH liquides

-   Raccordement au réseau d’égout
-   Traitement “in situ”
           o fosse septique, avec chloration avec rejet
           o station d’épuration : traitement physicochimique et biologiques
                                                                                                           78



                   b. Canevas d’élaboration de Plans hospitaliers de gestion des DH

Le Plan Hospitalier de gestion des DH devra être préparé, sous la conduite du technicien d’Hygiène et du
Directeur, par l’ensemble des membres du Comité de Gestion des DH.

Contenu d’un Plan Hospitalier de Gestion des Déchets Hospitaliers (TDR)

Il comprendra :

1. Aspects organisationnels et administratifs
- Mise en place d’une structure chargée de la gestion des DH ;
- Désignation des responsabilités dans le cadre de la structure de gestion des déchets ;
- Identification des tâches de chaque personnel impliqué dans la génération d’un déchet biomédical ;

2. Aspects techniques
- Procédures et guides internes et de bonnes pratiques de gestion des DH
- Caractérisation des DH (évaluation des quantités produites, typologie des DH,)
- Traçabilité des DH (source de production, modes d’enregistrement et cheminement)
- Procédures de ségrégation et le tri à la source ; la collecte, le transport, le stockage et l’élimination
    finale, avec un plan indiquant la localisation des points de collecte et d’entreposage dans les services ;
- Marquage ou codage des récipients, leur nombre, etc. ;
- Détermination des infrastructures et équipement de gestion (stockage, transport, traitement, etc.) ;
- Détermination des équipements de protection du personnel de gestion (masques gants, bottes lunettes,
    blouses, etc.);
- Calendrier, circuit, horaire et fréquence de collecte pour chaque service ;

3. Renforcement de capacités – Formation
- Programmes de formation (évaluation des besoins et élaboration des modules, diffusion des module);
- Programmes de sensibilisation (évaluation des besoins et élaboration des modules, diffusion des
    module ; supports ; etc.);

4.   Financement et partenariat
-     Dotations budgétaires
-     Besoins et capacités de financement local de la gestion des déchets
-     Partenariat (implication de structures privés, municipalités, etc.)

5.   Contrôle et Suivi de la mise en œuvre au niveau interne
-     Responsables de contrôle et de suivi
-     Méthodes de surveillance et de suivi
-     Indicateurs de suivi
-     Mesures de contingences, en cas d’accidents.

Les représentants du MINEP des municipalités concernées devront être associées dans la préparation du
plan, qui sera approuvé par les services du MINSANTE (notamment la DSP). Le plan devra être
régulièrement suivi, évalué et actualisé par les CHH de chaque formation sanitaire.
                                                                                                    79



                 c. Indicateurs de suivi - évaluation de la gestion des DH

Niveau réglementaire :
- existence d’une loi sur la gestion des déchets médicaux
- existence de procédures, guides, normes et standards sur la gestion des DH
- niveau d’application des textes réglementaires et techniques

Niveau institutionnel et organisationnel
- existence d’u UHH ou d’un TGS chargé de la gestion des DH dans chaque formation sanitaire
- existence d’un CHH chargé de superviser la gestion des DH dans chaque formation sanitaire
- répartition des tâches et clarification des rôles et des responsabilités dans la gestion des DH
- existence d’un Plan de gestion des DH dans chaque formation sanitaire
- niveau d’implication du responsable de la formation sanitaire
- existence de guides techniques ou procédures de gestion des DH
- existence d’un système interne de monitoring, suivi évaluation
- existence et nombre d’agents préposés à la collecte des DH

Niveau technique (gestion dans les formations sanitaires)

Collecte et stockage
 - existence d’un système de tri à la source (équipements et organisation)
 - existence d’un système de collecte interne et performance
 - existence d’un système de collecte externe (équipements, autorisation, performance)
 - existence de poubelles appropriés et niveau de suffisance
 - existence d’équipements de sécurité et niveau de suffisance
 - existence d’un calendrier, circuit et fréquence de collecte
 - existence d’un site de stockage
 Transport externe
- niveau de conformité des contractant (Autorisation, permis)
- Sureté et sécurité des conditions de transport (signalisation, etc.)
- Niveau d’adaptation des équipement et véhicules de transfert
 Traitement
 - existence d’un système d’élimination des DH et niveau de performance
 - existence d’un système d’élimination des eaux usées et niveau de performance
 - existence d’un système de nettoiement de la formation sanitaire et niveau de performance
 - Disposition des résidus
 - Types de désinfectants utilisés, niveau de toxicité et performance

-   existence d’un système de quantification et caractérisation des DRH générés
-   existence d’une procédure de signalement, enregistrement et suivi des cas d’accidents
-   Existence et efficience des procédures de secours d’urgence en cas d’accidents

Niveau administratif et financier
- existence d’un budget pour la gestion des DH et niveau de suffisance

Niveau des capacités
- existence d’un plan de formation et d’information des acteurs et niveau d’application
                                                                                                  80


                     d. Organisation de la gestion des DH dans un HD, CMA ou CSI


       Coordination de la gestion des DH                                              UHH ou TGS




       Mise en place des poubelles selon les indications                           Agents d’entretien




       Utilisation sélective des poubelles de tri à la source                      Personnel soignant




       Collecte des poubelles ou des contenants de DH et                           Agents d’entretien
       regroupement par catégorie




            DH :                                      Déchets assimilables aux
Incinération in situ ou                                 ordures ménagères :
transport vers un site                              Elimination avec les déchets
d’incinération                                      ordinaires (décharges)
(polarisation)




                                   Service privés
                                   ou Agents
                                   d’entretien
                                                                                                            81




                             e. Organisation de la gestion des DH dans un HG, HC ou HP
                                                                                                  UHH ou
                                                                                               Technicien du
Elaboration du                  Coordination de la gestion des DH
plan de gestion
                                                                                               Génie Sanitaire
des DH, fiches
de collecte,
programme de
                             Supervision de l’utilisation adéquate des
formation,                                                                                   Surveillant d’unité
                                            poubelles
fiches de suivi




                                                                                             Personnel soignant
                             Utilisation sélective des poubelles de tri
                                             à la source




                  Collecte des poubelles ou des contenants de DH et                          Agents d’entretien
                             regroupement par catégorie                                      ou service privés




                    DH :                                       Déchets assimilables aux
           Incinération in situ ou                               ordures ménagères :
            transport vers un site                            Elimination avec les déchets
                d’incinération                                   ordinaires (décharges)
                (polarisation)




                                           Service privés
                                           ou Agents
                                           d’entretien
                                                                                                             82




         f.   Explication du Système de Classification

A : Déchets de soins médicaux sans risques
Les déchets de soins médicaux sans risques incluent tous les déchets n’ayant pas été infectés comme les
ordures de bureaux, les emballages et les restes alimentaires. Ils sont similaires aux ordures ménagères ou
municipales courantes et peuvent être traités par les services municipaux de nettoiement.

A1 : Déchets recyclables
Ils comprennent le papier, les caisses en carton, les plastiques ou métaux non contaminés, les cannettes ou
verres recyclables si une industrie de recyclage n’existe pas dans le pays.

A2 : Déchets de soins médicaux biodégradables
Cette catégorie inclut par exemple, les restes alimentaires, les déchets de jardin pouvant être compostés.

A3 : Autres déchets non dangereux
Dans cette catégorie, sont inclus tous les déchets ne représentant pas de dangers et n’appartenant pas aux
groupes A1 et A2.

B : Déchets biomédicaux et déchets de soins médicaux nécessitant une attention particulière

B1 : Déchets anatomiques humains
Cette catégorie de déchets comprend les parties anatomiques, organes et tissus humains, et les poches de
sang.

B2 : Déchets tranchants et piquants
Les déchets tranchants et piquants sont ceux qui posent un risque potentiel de blessure et d’infection par
leur piqûre ou leur caractère tranchant.

B3 : Déchets pharmaceutiques
Les déchets pharmaceutiques sont divisés en trois classes. Leur traitement s’effectue d’une manière
spécifique à chaque classe.
    - B31 : Déchets pharmaceutiques non dangereux
        Cette classe comprend les produits pharmaceutiques tel que des infusions de camomille ou les
        sirops antitussifs qui ne posent pas de danger. Ils ne sont pas considérés comme dangereux et
        doivent être traités en même temps que les déchets municipaux.

    -   B32 : Déchets pharmaceutiques potentiellement dangereux
        Cette classe comprend les produits pharmaceutiques qui présentent un danger potentiel lorsqu’ils
        sont mal utilisés par des personnes non autorisées.

    -   B33 : Déchets pharmaceutiques dangereux
        Les déchets pharmaceutiques de la classe B33 comprennent les éléments contenants des métaux
        lourds ainsi que les désinfectants contenant ces mêmes métaux qui, à cause de leur composition,
        requièrent un traitement spécial.


B4 : Déchets pharmaceutiques cytotoxiques
Les déchets pharmaceutiques cytotoxiques sont ceux qui peuvent provenir de l’utilisation (administration
aux patients), de la fabrication et de la préparation de produits pharmaceutiques avec un effet cytotoxique
(antinéoplasique).
                                                                                                        83


B5 : Déchets sanguins et fluides corporels
Ils comprennent les déchets qui ne sont pas catégorisés comme infectieux mais sont contaminés par du
sang humain ou animal, des sécrétions ou des excrétions. Il est légitime de penser que ces déchets
pourraient être contaminés par des agents pathogènes.

C : Déchets infectieux ou hautement infectieux
Le caractère infectieux représente l’une des catégories de dangers listées en annexe II de la Convention de
Bâle et définie sous la classe H6.2. Dans cette catégorie, on distingue deux groupes dépendant du degré
d’infection qui leur est attribuée.

C1 : Déchets infectieux
Cette classe comprend tous les déchets biomédicaux et d’activités de soins connus ou cliniquement
démontré par un professionnel de la médecine humaine ou vétérinaire, comme ayant le potentiel de
transmettre des agents infectieux aux hommes ou aux animaux.

C2 : Déchets hautement infectieux
Toutes les cultures biologiques dans lesquelles un quelconque type multiplication d’agent pathogènes s’est
produit. Les déchets de laboratoire (cultures et stocks) contenant des agents biologiques viables
artificiellement cultivés pour augmenter leur nombre de manière significative.

D : Autres déchets dangereux
Cette catégorie de déchets n’appartient pas exclusivement au domaine médical. Elle comprend les
substances chimiques gazeuses, liquides et solides à haute teneur en métaux lourds comme les batteries et
les conteneurs pressurisés.

E : Déchets de soins médicaux radioactifs
Les déchets radioactifs comprennent les liquides, gaz et solides contaminés par des radionucléides dont les
radiations ionisantes ont des effets génotoxiques. Les rayons ionisants qui concernent la médecine incluent
les rayons X et γ ainsi que les particules α et β.
                                                                                              84



           2. ANNEXES GENERALES

           a. Personnes rencontrées




N°         Nom et Prénom                               Fonction – Institution

1    Pr. Angwafo III, FRU F.     Secrétaire Général/MINSANTE
2    Dr. OWONA Essomba René      Chef du ST/SSS
3    Dr. M. EKEKE MONONO         Directeur de la DOSTS

4    Daniel SIBETCHEU            Directeur de la DPS/MINSANTE
5    MANGA Blaise Laurent        Sous –Directeur de l’hygiène et Assainissement à la DPS/MINSANTE
6    Séverin ZINGA               Chargé d’étude assistant à la DEP/MINSANTE
7    TEKEU Jean Claude           Inspecteur N°1, MINEP
8    MBASSI BIDZANGA             Technicien du Génie sanitaire
                                 Unité Entretien et Buanderie /Hôpital Général de Yaoundé
9    SIMO Abel                   Chef du Service Maintenance et Assainissement
                                                                                                            85



              b. Bibliographie

                                                        Intitulé
Inventaire des déchets hospitaliers au Cameroun, Rapport – juillet 2007, DPS/MINSANTE, République du
Cameroun
Stratégie Nationale de Gestion des Déchets (SNGD), 2007, MINEP, République du Cameroun
Draft de l’avant-projet de décret portant sur le Code d’Hygiène du Cameroun, 2006, MINSANTE, République du
Cameroun
Décision N°0178/D/MSP/SESP/SG/DPS/SDHA/SHM/BPH du 24 avril 2006 portant création d’une unité
d’hygiène hospitalière dans les formations sanitaires publiques
Description de la situation des déchets sanitaires au Cameroun, Analyse de la situation actuelle effectuée lors
d’une mission en novembre 2004, EPOS Health Consultants/KFW, 2004
Normes environnementales et procédure d’inspection des installations industrielles et commerciales au
Cameroun, 2006, MINEP, République du Cameroun
Stratégie nationale de Santé et Environnement, juillet 2003, MINSANTE, République du Cameroun
Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, 2003, République du Cameroun
Stratégie Sectorielle de Santé, Edition 2002, MINSANTE, République du Cameroun
Stratégie Nationale sur la Sécurité des Injections et la Gestion du Matériel d’Injection utilisé, Septembre 2002,
MINSANTE, République du Cameroun
Plan National de Gestion de l’Environnement (PNGE), 1998, MINEP, République du Cameroun
Loi N°96/027 du 29 décembre 1987 portant sur les déchets toxiques et dangereux, République du Cameroun
Note circulaire N°D 67/NC/MSP/DMPHP/SHPA du 19/0678 portant fonction des Techniciens et Agents
Techniques du Génie sanitaire
Loi N° 87/LF/23 du 13 novembre 1964 portant protection de la Santé Publique, République du Cameroun
                                     86



c. Termes de références de l’étude
87

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:76
posted:2/12/2012
language:Latin
pages:87