Documents
Resources
Learning Center
Upload
Plans & pricing Sign in
Sign Out

CUISINE RECETTE ENCYCLOPEDIE DEFINITION (1432)

VIEWS: 12 PAGES: 1

									printemps et pendant une partie de l'été dans les bois découverts, les friches, les prés secs. On le préfère jeune et frais; il entre dans les ragoûts comme assaisonnement. Pour le conserver, on l'enfile par le pied et on le laisse dessécher. Jusqu'à présent, on a essayé inutilement de le cultiver. L'agaric faux mousseron se reconnaît à sa couleur d'un jaune pâle, tirant sur le roux, à son pédicule très grêle, à son chapeau convexe mamelonné au centre, large de quatre à cinq centimètres. Sa chair est dure, mais assez savoureuse, et d'une odeur agréable. L'oronge est d'une odeur et d'un goût très agréables; malheureusement, on peut très facilement la confondre avec l'agaric moucheté ou fausse oronge qui est extrêmement vénéneux. En Allemagne ce dernier sert à tuer les mouches. L'agaric du houx qui croît en été sous les buissons de houx est, suivant Persoon, un de nos meilleurs champignons. L'agaric élevé est l'espèce la plus haute du genre; son pédicule est très long, son chapeau roussâtre un peu panache; il croit en été dans les bois et les champs sablonneux; on le mange en beaucoup d'endroits. Il y a encore une quantité considérable d'agarics, servant à la nourriture de l'homme, mais il est préférable de s'en tenir à ceux que nous venons d'indiquer, les autres étant peu savoureux ou très difficiles à distinguer des mauvaises espèces. Parmi les agarics vénéneux, on distingue: l'agaric meurtrier; il en découle un suc laiteux, âcre et caustique.


								
To top