COMPTE RENDU COMPTE RENDU CONSEIL by linzhengnd

VIEWS: 64 PAGES: 5

									                                          COMPTE-RENDU

                                CONSEIL D’ADMINISTRATION

                                        Vendredi 29 avril 2011


A l’attention des Administrateurs de l’AFTB – ACI France

Le Conseil d’administration s’est tenu le vendredi 29 avril 2011 à 12h30 précises au restaurant
« Au Petit Riche », 25, rue Le Peletier, Paris 9ème.


   1. Point sur le marché monétaire

La situation sur le marché de l’eonia est en cours de normalisation avec un fixing qui s’affiche un
peu au dessus du taux directeur en début de période. L’excédent de liquidité a fortement diminué
(autour de 9Mds €). C’est un signe positif qui devrait rassurer les marchés et la BCE, mais cet
équilibre est précaire. L’eonia reste toujours volatil, lié au gré des soumissions des banques aux
appels d’offres (notamment MRO) ; cela crée quelques « accidents de liquidité » avec quelques
pointes observées sur certaines périodes.
En intraday, on constate que lorsque le marché de l’eonia traite entre 1.25% et 1.40%, il y a malgré
tout plus de 13 Milliards déposés au taux de facilités de dépôt marginale de 0.5% ce qui est une
« anomalie » économique. En raison des problèmes rencontrés par la Grèce et le Portugal, le
marché est resté sur-liquide pendant de nombreux mois ce qui n’est plus le cas (le stock de
collatéral apporté à la BCE sur ces pays spécifiques ne bouge plus tellement).Faut il pour autant
sortir du « full allotment » ? Quel excèdent de liquidités la BCE doit elle fournir chaque semaine
pour stabiliser le marché ? Il y a fort à penser que les banques vont conditionner et arbitrer leurs
participations aux MRO au prix de l’IRS 1 semaine vs OIS : lorsque le swap cotera entre -5 et 0 bp
sous le taux directeur, les banques iront aux MRO et l’excédent de liquidités montera à 50 Mrds €
les jours suivants. Cette situation crée de la volatilité.
Autres remarques sur la situation actuelle des marchés : on note un problème sur les contributions
Euribor (Euro) avec le manque de réactivité du fixing Euribor vs à l’évolution de l’éonia. On note
également la forte hausse de l’euro$ en raison des politiques asymétriques entre la BCE et la Fed.



   2. Euribor USD (projet de création d’un indice officiel)

Les choses se présentent plutôt bien : 21 banques ont déjà répondu positivement, et on attend
encore deux retours, ce qui pourrait nous amener à 23 banques. Les banques françaises sont pour le
moment les plus prudentes mais on espère qu’elles auront une présence significative sur ce panel.
Pour le moment, l’indice est suivi notamment par huit banques allemandes, deux ou trois
néerlandaises, deux autrichiennes, trois ou quatre espagnoles… Les banques italiennes restent

                                           AFTB – ACI FRANCE
          ASSOCIATION DU FOREX ET DES TRESORIERS DE BANQUE
          8, rue du Mail – 75002 Paris Tel : 01 42 86 87 45 – Fax : 01 42 86 08 66 – www.acifrance.org
hésitantes et des discussions sont en cours avec des banques asiatiques (Japon, Chine & Inde).
Aujourd’hui, le problème majeur est que l’indice de référence (sur les contrats internationaux
notamment), le LiborUSD est de plus en plus instable et est soumis à une polémique (enquête de la
SEC). Un test, non public, sera initié prochainement sur l’EuriborUSD, qui durera jusqu’en
septembre.
L’élément marquant de la définition de l’indice est le suivant : c’est le prix auquel une banque du
panel prête à une autre banque du panel. On est donc sur un taux offert, à la différence du
LiborUSD. Un certain nombre de banques qui participent au LiborUSD, a accepté de participer à
l’EuriborUSD parce que la définition est différente.
Certains membres du CA s’interrogent sur le problème de cohérence entre la définition de
l’EuriborUSD et celle de l’Euribor (euro), qui est différente ; la phase de test permettra d’apporter
des éléments de réponse. De plus, les administrateurs présents considèrent qu’il n’est pas certain
que, si on venait à caler la définition du taux euribor sur celle de l’EuriborUSD, cela entraîne un
changement sur les fixings.

La crise ayant remis en cause la notion de « prime bank », les cotations sur l’EuriborUSD
ressemblent de facto plus au prix auquel le dollar va traiter entre les meilleures banques du panel,
qui ne sont pas nécessairement des « prime banks » au sens ancien du terme. Des professionnels
ont posé la question pendant la réunion du Money Market Working Group qui a eu lieu il y a une
dizaine de jours en Italie : dans cette définition de l’EuriborUSD, quelle banque du panel servira de
référence ? Par exemple, si dans le panel il y a trente banques qui vont de « triple A » à « triple
B », quel va être mon taux soumis : celui auquel je prête à la banque « triple A » ou à la banque
« triple B » ? Ce pourrait être l’un ou l’autre, et dans les faits on va arriver à un taux qui sera celui
sur lequel on est d’accord pour prêter aux meilleures banques du panel, (ce qui est déjà le cas de
l’Euribor).

Aujourd’hui, le LiborUSD reste le benchmark bien qu’il soit sous les feux des critiques (problèmes
juridiques et judiciaires): il sert de référence aux contrats commerciaux anciens, aux contrats
internationaux syndiqués et à certains contrats commerciaux bilatéraux (indexés « cost of funds »).
Compte tenu des fixings bas pour leur refinancement interne, certaines banques rajoutent un spread
sur leur fixing théorique pour donner un taux plus significatif sur la réalité du marché (ce qui
confirme l’inefficience de la situation actuelle).
L’EuriborUSD semble plus protégé, avec les contributions de nombreuses banques. L’objectif est
qu’il y en ait plus de 30. Il y a une vraie volonté d’avoir un EuriborUSD international.
Si le test prévu prochainement permet de bouger de « dynamiser » le LiborUSD, ce n’en sera que
positif.

Si l’indice est utilisé dans les contrats commerciaux, il sera lancé. Le seul moyen, de susciter
l’intérêt pour un produit dérivé est qu’il y ait un sous-jacent réel, concrètement que cette
contribution puisse être utilisée dans un contrat bilatéral.

Une question se pose : Les banques qui ont répondu favorablement à la demande de cotation, ont-
elle en interne (avec leurs services commerciaux, internationaux etc.) étudié la faisabilité afin
d’aligner leurs contrats sur ces nouvelles références, sachant que ce sont des changements
importants ? Le risque, est que les banques vont cotiser à un Euribor dollar plus élevé et les
                                           AFTB – ACI FRANCE
          ASSOCIATION DU FOREX ET DES TRESORIERS DE BANQUE
          8, rue du Mail – 75002 Paris Tel : 01 42 86 87 45 – Fax : 01 42 86 08 66 – www.acifrance.org
emprunteurs préféreront aller sur le LiborUSD plutôt que sur l’EuriborUSD( Sauf s’il y a une
marge plus faible sur cet indice). C’est d’ailleurs ce qui se passe dans les changements 3 mois/6
mois.
Il y a des banques qui cotent à la fois sur la zone euro et à Londres, les taux ne seront pas les
mêmes, alors que le contributeur est le même. Les clients doivent bien saisir pourquoi on cote plus
bas à Londres qu’à Paris. D’où la question : faut-il continuer à garantir l’indice LiborUSD, ou ne
faut-il pas plutôt créer un coût de refinancement interne forcément indexé sur l’Euribor ? Par
exemple, certains établissements refacturent en interne à Libor plus une marge.

Point important : il reste très difficile d’avoir deux indices dollar en même temps, et on constate
que sur l’euro, l’indice Euribor a quasiment remplacé le LiborEuro sur le marché. Il y a peu de
chance que le Libor dollar disparaisse du marché du jour au lendemain. L’avantage de l’Euribor,
c’est d’avoir un panel beaucoup plus large que sur le Libor. Mais certains craignent que le nouvel
indice, une fois publié, ne soit jamais utilisé, comme cela s’est déjà produit dans le passé.

Un administrateur demande si on a parlé de cet indice EuriborUSD avec Paris Europlace, qui
comprend de grosses entreprises internationales et exportatrices, pour entendre leurs réactions. La
mise en place de l’EuriborUSD a fait l’objet de discussions à la Fédération Bancaire Européenne.
Certains pensent que la probabilité qu’on arrive à un succès fantastique d’ici cinq ou dix ans est
assez faible aujourd’hui. D’autres disent qu’un indice issu de nombreuses concertations au niveau
européen a peu de chances de faire un flop.
Si on cherche à montrer les spreads les plus resserrés, on a plutôt intérêt à émettre en Euribor qu’en
Libor. Si on a des actifs plutôt indexés Euribor, on pourra espérer avoir des investisseurs mieux
rémunérés parce que globalement l’Euribor sera plus réactif à la hausse. On aura plutôt des
problèmes pour imposer l’Euribor à l’actif.


   3. Participation à la conférence Les Echos

Danielle Sindzingre, de la Société Générale, a très aimablement accepté de représenter l’AFTB au
cours de cette conférence.
Pour information, en tant que co-participant, l’AFTB a droit à des réductions (20%) sur le coût de
l’inscription, ainsi qu’à deux ou trois places gratuites. Merci donc à ceux qui sont intéressés, de se
faire connaître auprès d’Alexandre Seignat.


   4. Participation au congrès mondial annuel de l’ACI à Budapest du 26 au 28 mai 2011

Les banques françaises n’ont pour le moment que 3 représentants inscrits à cette manifestation,
alors que les autres pays envoient en moyenne entre 10 et 30 personnes, une cinquantaine pour
Londres… On espère vivement que les administrateurs ici présents feront le nécessaire pour
envoyer des personnes de leurs établissements pour représenter la place de Paris. Le prix pour trois
jours est très raisonnable, et l’inscription en ligne très facile, il suffit de cliquer sur la bande
d’annonce en haut de la page d’accueil du site www.aciforex.org.


                                           AFTB – ACI FRANCE
          ASSOCIATION DU FOREX ET DES TRESORIERS DE BANQUE
          8, rue du Mail – 75002 Paris Tel : 01 42 86 87 45 – Fax : 01 42 86 08 66 – www.acifrance.org
Si les sujets proposés le vendredi le sont essentiellement par la Hongrie, ceux du samedi sont des
sujets « ACI », c'est-à-dire qu’ils intéressent tous ceux qui travaillent dans les salles de marchés.
La Société Générale enverra une personne, mais le bureau souhaite un peu plus de participation de
la France à ce que fait l’ACI.


   5. AG AFTB le 30 mai 2011

Les invitations sont prêtes et seront envoyées dans les jours qui viennent. La dernière lecture en a
été validée ce matin. Il est demandé à chacun de faire le tour de ses équipes pour rappeler à chaque
membre qu’il est attendu le 30 mai à 17h30 chez Crédit Agricole CIB, ou pour collecter les
pouvoirs de ceux qui ne pourront venir.
A 18h30, le 1er Sous-gouverneur de la Banque de France, Mr Jean-Paul Redouin, nous fera
l’honneur de nous exposer sa vision de la crise, ce qui devrait intéresser nos équipes, et nous avons
choisi cet horaire pour permettre à ces dernières de se libérer. Merci à tous de leur permettre
d’arriver à l’heure.

   6. Groupe de travail Titres : puttable

On a reçu des remarques et le compte-rendu de la première réunion du groupe de travail sur les
puttables. Il a été mis en évidence que le modèle le plus utilisé est l’EMTN. A ce jour, il n’y aurait
qu’un seul établissement qui ait émis un CD puttable. Le groupe de travail a soulevé deux
problèmes techniques du développement du marché, à savoir le problème de la standardisation des
produits et le problème de valorisation sur Bloomberg.
Pour un Asset Manager, il est nécessaire qu’un titre acheté ait une valorisation sur page publique.
Les EMTN sont mis sur Bloomberg. En revanche, les CDN, qui sont à moins d’1 an ne sont pas
accessible à tout le monde car Bloomberg n’est pas capable d’en absorber la volumétrie.
Aujourd’hui ils sont valorisés par la table commerciale de l’émetteur ou dealer concerné.
Si on standardise, il y aura davantage de puttable. L’idée est d’imaginer quel pourrait être le produit
le plus standard afin de créer des valorisations qui soient les plus faciles à mettre en place. On est là
en amont du marché. Il faut que les contrats soient complets avec les clauses nécessaires.
On demandera pour une prochaine réunion, que les sociétés de gestion soient représentées par
plusieurs membres pour voir quelles sont leurs contraintes par rapport à ce produit et d’arriver à un
consensus de place.
Avec le CD puttable, on crée un produit ayant pour objet de répondre aux contraintes
réglementaires (contraintes de duration plus sévères) des OPCVM sans risquer de dégrader la
situation de liquidité des banques. Certains membres du Bureau suggèrent de réfléchir à des
produits répondant davantage aux problématiques du ratio de liquidité : par exemple un TCN
puttable 24h avec une notice période de 90 jours à taux fixe et d’une maturité finale de 9 à 12 mois.
On propose une prochaine réunion de travail en ciblant sur ces aspects très concrets. La banque
émettrice peut parfaitement créer une sous-catégorie dans ses CD.

Le compte rendu du groupe de travail avec un contrat type de titre puttable est disponible sur le site
de l’AFTB.


                                           AFTB – ACI FRANCE
          ASSOCIATION DU FOREX ET DES TRESORIERS DE BANQUE
          8, rue du Mail – 75002 Paris Tel : 01 42 86 87 45 – Fax : 01 42 86 08 66 – www.acifrance.org
   7. After work drink le 7 juillet ?

On fait remarquer que début juillet correspond au début des vacances scolaires, et qu’il pourrait
être difficile de mobiliser nos membres au cours de cette période. En revanche, si on organise
l’afterwork drink au début juin, ce ne seraient pas nécessairement les mêmes personnes qui
viendraient à l’AG (30/05) et à la soirée after work Le consensus opte plutôt pour un afterwork fin
juin
Il est décidé d’attendre encore un peu pour fixer une date définitive.

   8. Divers

Rencontre AFTE/AFTI : Jean Tricou de la FBF nous a fait récemment remarquer qu’il existe
beaucoup de sujets sur la sécurisation et que l’AFTB n’était pas présente. Jean Tricou suggère
qu’une discussion AFTI/AFTB-ACI France s’instaure afin que les positions défendues par l’AFTI
représentent un consensus de place entre les systèmes de titres et les trésoriers.
Jean-Marie Dassac (BNP Paribas), s’occupe d’organiser une réunion AFTB/AFTI

L’ordre du jour épuisé, la séance est levée à 14h40.

Amitiés,

Alexandre Seignat
Président




                                            AFTB – ACI FRANCE
           ASSOCIATION DU FOREX ET DES TRESORIERS DE BANQUE
           8, rue du Mail – 75002 Paris Tel : 01 42 86 87 45 – Fax : 01 42 86 08 66 – www.acifrance.org

								
To top