LE LITTORAL D�ALMERIA, ENTRE AGRICULTURE INTENSIVE, TOURISME ET

Document Sample
LE LITTORAL D�ALMERIA, ENTRE AGRICULTURE INTENSIVE, TOURISME ET Powered By Docstoc
					  LE LITTORAL D’ALMERIA, FRONTIERE SUD ET POTAGER DE L’EUROPE.



1e partie : classes et parties du programme concernées :

2e :
Nourrir les hommes
- Croissance des productions, croissance des populations
- Quelles agricultures pour nourrir les hommes ?
- Agro systèmes et environnement

L'eau, entre abondance et rareté
- Inégalité de répartition et d'accès à la ressource
- Maîtrise de l'eau et transformation des espaces
- Une ressource convoitée et parfois menacée

Les littoraux, espaces attractifs
- La littoralisation des activités
- Espaces littoraux et formes d'aménagement
- Gestion et protection d'espaces convoité

1e :
I - 3 - Deux États dans l’Union européenne au choix : Les deux États européens sont étudiés
sous l’angle de leurs spécificités au sein de l’Union européenne
- l’Espagne ou l’Italie ou leur organisation politique (fédéralisme allemand, poids des
provinces en Espagne et des régions en Italie). On prend aussi en compte les diverses formes
de l’ancrage européen de ces États, politiques, économiques et culturelles.

II - 3 - La mobilité des hommes.
À l’échelle de l’Union européenne et de la France, on étudie les migrations à caractère
économique ou politique, internes et externes (tourisme exclu).

Terminale :
III - 2 - Une interface Nord/Sud :
La Méditerranée constitue un espace de clivage en même temps que de contacts entre l’espace
méditerranéen les pays du Nord et ceux du Sud. Dans ce cadre géographique, on étudie les
écarts de développement, la mobilité des hommes (migrations, déplacements touristiques), les
échanges économiques, financiers et culturels. En s’appuyant sur quelques exemples, on
montre les effets de ces phénomènes sur les sociétés et les territoires.


2e partie : problématique du thème.
         La province d’Almería, enclavée dans le territoire espagnol, connaît depuis une
vingtaine d’années un développement sans précédent. Autrefois pauvre, désertique et
délaissée, elle s’est transformée radicalement grâce à des activités particulièrement
dynamiques qui nécessitent une main d’œuvre nombreuse et peu qualifiée. Le tourisme de
masse mais aussi les cultures intensives sous serres ont radicalement modifié les paysages,
d’abord du littoral, aujourd’hui de l’intérieur, provocant de multiples tensions pour
l’utilisation de l’espace et remettant en cause l’identité locale.


                                                                                          1
3e partie : les thèmes abordés.

Introduction : présentation de la province

    La région d’Alméria se localise sur la côte méditerranéenne andalouse. C’est la région la
plus sèche et la plus ensoleillée de la péninsule ibérique. Le climat subdésertique donne donc
un paysage caractéristique et particulier qui a été exploité dans les années 1960 par les
metteurs en scènes de western spaghettis mais qui révèle aussi la pauvreté de la région et son
manque d’équipement au sortir de la dictature franquiste. La région n’a été que récemment
désenclavée par la construction d’infrastructures de transport fiancées par l’Union
Européenne. Cette récente ouverture sur l’Europe a entraîné un développement économique
fulgurant autour du secteur touristique traditionnel de l’Espagne (balnéaire) et de l’agriculture
intensive sous serre qui a remplacé peu à peu l’agriculture traditionnelle des agrumes. Cette
ouverture et cet ancrage se double actuellement d’un désir de reconnaissance au niveau
européen mais doit faire face aux difficultés d’une région frontalière européenne, interface
avec le continent africain.



1. Le tourisme de masse, une activité récréative et lucrative au niveau européen.
               i. Un tourisme européen qui a bénéficié des fonds et des infrastructures de
                  l’UE
      - Le développement du tourisme balnéaire depuis les années 60 et surtout 70 avec
          l’ouverture économique sous Franco (besoin de devises). Problème de la région :
          enclavement et conséquence : grande pauvreté.
      - Avec l’entrée de l’Espagne dans la CEE en 1986, équipement du territoire en
          infrastructures de transport. Désenclavement est donc récent. Les fonds du FEDER
          et la construction des autoroutes littorales et intérieures. (Fonds de cohésion Feder
          2000-2006 pour le financement de l’autoroute Grenade Almeria).
      - Projet de construction de la ligne à grande vitesse depuis Barcelone : volonté de se
          connecter au réseau grande vitesse européen (objectif du fonds de cohésion
          FEDER 2007-2012). Ligne Murcia-Almeria.
      - Construction d’un aéroport avec des dessertes européennes, low coast à destination
          des pays du nord de l’Europe. Conséquence : arrivée massive d’Européens et de
          retraités à l’année (anglo saxons surtout).

                i. Un équipement en infrastructures touristiques récent
       -   L’urbanisation à outrance du littoral (côte bétonnée, espaces récréatifs autour de la
           filière cinématographique Mini Hollywood).
       -   Un mode de tourisme adapté à la clientèle nord européenne (golfs, piscines,
           consommation d’eau, appartements, villas….)
       -   Le développement du tourisme d’affaires consécutif à la tenue des Jeux
           Méditerranéens en 2005 qui ont permis l’équipement en infrastructures (Palais des
           Congrès, développement de l’aéroport). Ouverture européenne et publicité à
           destination du monde anglo-saxon, d’une façon générale de l’Europe du nord, qui
           met en avant le climat, les paysages, la desserte et l’équipement.




                                                                                               2
                i. Un tourisme de masse peu adapté aux conditions naturelles.
       -   Une pression urbaine importante (constructions illégales d’hôtels dans les espaces
           protégés particulièrement convoités : hôtel Algarobica, destruction décidée par le
           tribunal espagnol, remontrances de l’UE car espace Natura 2000 et directive
           Habitat).
       -   Projet d’urbanisation à Aguadulce : résistance de la population.
       -   La préservation d’espaces fragiles et patrimoniaux (mise en place du Parc naturel
           de Cabo de Gata, classé réserve de la Biosphère).
       -   Espace convoité car vierge de toute urbanisation et unique dans ses paysages. Mais
           activités comme Michelin ou tentatives d’installer des serres et des hôtels.
       -   L’enjeu des problèmes environnementaux : pollution, problème de l’augmentation
           de la consommation en eau l’été (golfs, piscines, consommation) dans la région la
           plus aride d’Europe.

Transition : activité touristique lucrative mais qui entre en concurrence avec la principale
activité : l’agriculture.


2. L’agriculture intensive sous serres, la transformation du désert en potager de
   l’Europe.
              i. Une agriculture de primeurs intensive à destination des marchés
                  européens.
      - Description du fonctionnement d’une serre (travaux de terrassement, terre
          rapportée, goutte-à-goutte, pesticides, engrais, travaux hydrauliques, laine de
          roche).
      - Une filière d’exportation efficace grâce aux nouveaux axes de communication
          (autoroutes + Ro ro à partir de la plateforme multimodale du port).
      - Une filière agronomique en adaptation : introduction du bio, mieux rémunéré en
          accord avec les demandes des pays du nord de l’Europe et face à la concurrence
          marocaine.
      - Les foires internationales agricoles, véritable vitrine de l’activité et de ses
          évolutions dans le domaine des bio-technologies. Pub.
      - Une transformation radicale des paysages dans les 2 espaces de production :
          campo de Dalia et campo de Nijar.



              ii. Une activité qui demande une main d’œuvre nombreuse.
       -   La main d’œuvre immigrée, illégale, sans contrat de travail.
       -   La diversification de la main d’œuvre : Marocains, Africains du Golfe de Guinée,
           Européens de l’Est.
       -   Problème de la pollution (serres plastiques, résidus de pesticides, érosion et
           décapage des sols).


              iii. les contraintes d’une telle activité.
       -   Problème de l’eau : construction prévue d’une conduite d’eau potable depuis la
           desaladora de Carboneras (+ de 50km).




                                                                                           3
       -   Problème de l’érosion du littoral (+ 40cm du niveau de la mer) et de la saturation
           de l’aquifère littoral en eau salée (et la remontée de son niveau qui inonde les
           serres et les habitations).
       -   L’enjeu agricole : assurer un développement de l’espace tout en préservant la
           ressource, l’environnement et des débouchés (par le bio) face à la concurrence
           marocaine.


Transition : tourisme et agriculture sous serre sont les deux principales activités de cette
région marquée par l’aridité, qui sont les plus demandeuses en eau et qui entrent en
concurrence à la même saison.


3. Le problème de la gestion de l’eau.
             i. Une aridité vaincue par la civilisation hydraulique arabe.
      - Région aride, faiblesse des précipitations, oueds.
      - Le système agricole traditionnel (réseau hydraulique arabe, cultures peu
         gourmandes en eau, cultures en fond de vallée des agrumes). Voir Rio Andarax et
         la mise en valeur par les Arabes, repris par les chrétiens après la Reconquête avec
         la création de nouveaux noyaux de population.
      - Espace de cultures traditionnelles des agrumes, des vignes concurrencées à
         l’intérieur par l’installation de serres de plus en plus nombreuses.



               ii. Les concurrences pour l’accès à la ressource et les réponses actuelles.
       -   Une pression démographique et agricole de plus en plus importante sur la
           consommation de l’eau.
       -   Construction d’usines de dessalement à Alméria et Carboneras.
       -   Utilisation de l’eau dessalée pour l’agriculture. Construction de la conduite depuis
           Carboneras à destination du campo de Dalias de 50km de long.
       -   Pompages illégaux dans les nappes fossiles par les producteurs sous serre.
           Salinisation et épuisement de la ressource.
       -   Programme national d’adduction d’eau potable dans les espaces les plus arides
           (tubes plus importants pour faire face à la pression touristique).
       -   Pollution des eaux lors des périodes d’été. Consommation supérieure pour les
           touristes (piscines, nombre de plus en plus élevé de golfs). Population énorme les
           mois d’été.
       -   L’enjeu : préserver la ressource tout en continuant le développement touristique et
           agricole.



Transition : activités agricole et touristique fortement demandeuses de main d’œuvre peu
qualifiée et à bas coût qui draine une population immigrée nombreuse.


4. Alméria : frontière du Sud : le problème de l’immigration et de l’identité.
              i. Une des frontières Sud de l’Europe.



                                                                                             4
       -   Flux Nord – Sud. Le 2e point de passage espagnol pour le retour au pays des
           populations Europe (équipement du port en infrastructures plus nombreuses pour
           les ferries).
       -   Flux Sud-Nord traditionnel : main d’œuvre sud américaine qui s’est spécialisée les
           10 dernières années dans l’hôtellerie et la restauration. Moins de problèmes posés
           par cette population chrétienne de langue et de culture hispaniques.
       -   Flux Sud-Nord. Une main d’œuvre nombreuse, peu qualifiée à la recherche d’un
           Eldorado : Afrique du nord essentiellement pour travail saisonnier, de plus en plus
           des Européens de l’est qui s’installent définitivement.
       -   Un espace de l’interface méditerranéenne : problème des illégaux, surveillance de
           la côte, moins rigoureuse qu’à Gibraltar, Ceuta, Melilla ou Huelva, drames
           humains (multiplication des pateras qui échouent sur le littoral de Cabo de Gata
           peu surveillé). Dangers d’une traversée longue depuis l’Algérie et le Maroc.
       -   Des conditions de travail et de vie déplorables (chaleur, pénibilité, vie dans des
           chabolas pour les illégaux, précarité des contrats de travail à durée déterminée).
       -   Une crispation autour du racisme (émeutes d’El Ejido en 1999), de la violence
           (émeutes de 2008 à la Mojonera entre travailleurs immigrés à la recherche de
           travail).



               ii. Une identité andalouse qui se cherche.
       -   La crispation des identités face à la crise économique : retour sur le marché du
           travail agricole de chômeurs récents de nationalité espagnole privant les étrangers
           du travail de cueillette qu’ils occupaient jusqu’alors).
       -   Une identité andalouse qui se cherche : la volonté de reconnaissance de la nation
           andalouse (référendum sur l’autonomie en 2007). Crispations nationalistes.
           Constitution de 1978 autorise l’autonomie, avenant de 1980 qui fait de
           l’Andalousie une nation. Reconnaissance en 2007. Statut d’autonomie rénové et
           poussé plus loin (voir articles sur l’intégration des immigrés, la volonté de
           reconnaissance des Andalous en Espagne et Europe et le développement prévu
           dans les domaines agricole et touristique).

Une étude de cas peut être envisagée pour chaque thème à partir des documents fournis.


Conclusion : région en pleine mutation après le développement économique des 20 dernières
années fondé sur le tourisme et l’agriculture de primeurs. Volonté aujourd’hui d’une
ouverture plus grande sur l’Europe, d’un véritable ancrage dans les réseaux européens de
communication qui permettrait la pérénisation des activités. Pourtant, les contraintes et les
problèmes posés par l’aridité et l’immigration obligent la province à s’adapter.




                                                                                            5

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:10
posted:12/9/2011
language:
pages:5