LE DEUIL D�ENFANTS by 698IeY

VIEWS: 7 PAGES: 2

									A l’aube du huitième jour… Capucine, Dominique Davous
En mai 1994, Capucine, atteinte de leucémie, meurt suite à une faute dans l’exécution d’une prescription
médicale. Elle venait d’avoir 14 ans. Ce livre est un carnet de route. Il dit sobrement les difficultés du parcours,
l’espoir, le doute, le choc, l’incompréhension. il parle d’une bataille pour recommencer à penser pour
comprendre et pour survivre. Mettre des mots sur l’impensable. Enoncer, car il ne s’agit pas de dénoncer.
Refuser le silence. Lancer un pont vers les autres. Les paroles sont mesurées, mais l’impact est violent, à la
mesure de l’événement. l’amour est là, tout au long.

Nos enfants ne meurent jamais
« Quand nos enfants meurent, des parties de notre âme nous sont arrachées à jamais ». Ce livre est d’abord un
recueil de témoignages, sobres et poignants, sur la profondeur du lien entre les parents et leurs enfants disparus.
La mort d’un enfant représente une souffrance inexprimable. Les personnes qui ont vécu cette terrible épreuve
confient ici toute leur douleur et leur détresse. Et pourtant, chaque témoignage est une source de réconfort et
d’espoir, ainsi qu’un formidable leçon de vie pour nous tous.
En effet, la disparition d’un enfant change les priorités, fait découvrir les valeurs essentielles, incite à plus de
compassion, de douceur, d’altruisme… Les parents affligés sont déculpabilisés et réconfortés quand il
parviennent à entrer en communication avec leurs enfants disparus grâce à des messages d’amour, de paix et de
bien-être, depuis leur nouvelle vie. Outre les paroles clairement perçues, d’autres signes, discrets, insolites,
parfois drôles, témoignent de ces contacts. Tous font entrevoir un monde à la fois mystérieux et proche. A la
lecture de ce livre, on songe plusieurs fois à ce mot de Victor Hugo : « ne dites pas mourir, dites naître » .


La disparition, Geneviève Jurgensen
On dit que le temps efface tout. En treize ans, qu’a-t-il effacé de la mort de deux petites filles, tuées dans un
accident de la route le 30 avril 1980 ? C’est de quoi nous entretient leur mère, Geneviève Jurgensen, dans ces
lettres d’abord adressés à un ami. Si on lui avait dit à l’époque qu’elle retrouverait une vie pleine et peut-être
même heureuse, elle ne l’aurait pas cru et surtout pas accepté. Elle nous dit ici l’implacable absence mêlée aux
plus légères des joies, un destin marqué pour toujours par la disparition, mais néanmoins surmonté.

Des frères et des sœurs, Sylvie Angel, éd .Marabout, p.173 à 218
De quoi sont tissés les liens fraternels ? Comment complicités et rivalités jouent-elles dans une même famille ?
Quelles séquelles peut laisser la mort d’un frère ou d’une sœur chez le survivant ?
Sœurs et frères nous accompagnent depuis l’enfance et sont à nos côtés tout au long de notre existence. Pour la
plupart d’entre nous, rien de plus banal que ce lien, que ces racines communes, que cet itinéraire commun. C’est
auprès d’eux, similaires et différents que nous apprenons la socialisation et ces liens nous marquent pour
toujours . Haine, rivalité, passion, jalousie… la fratrie est le lieu où se concentrent de sentiments forts et
puissants. Sylvie Angel, à travers récits et témoignages, nous fait part de son expérience de thérapeute familiale,
et éclaire d’un jour nouveau ce lien vieux comme Abel et Caïn…

L’enfant de remplacement, Maurice Porot, éd. Frison Roche
Un jeune couple désire ardemment un enfant. Une grosses survient enfin suivi d’un accouchement apportant la
joie au foyer. Cet enfant tant désiré meurt en bas âge, laissant une place vide et, de ce fait, un deuil d’autant plus
cruel que l’enfant avait été attendu. Ces circonstances font que le travail de deuil est très difficile voir impossible
à faire. Pour « colmater » ce deuil , mettre en route un autre enfant semble la seule solution. Cet enfant sera alors
un enfant de remplacement. Informer les parents de l’existence possible de ce handicap est la meilleure façon de
les prévenir, en les éclairant sur la conduite à tenir avec cet enfant.

J’ai envie de rompre le silence, René Veyre et Gérard Vouland, éd. De l ‘atelier
Que devient un homme, un père , quand la mort brutale lui arrache son enfant ? René a perdu sa fille . Elle s’est
suicidée. Le fils de Gérard s’est tué avec la moto qu’il lui avait permis d’acheter. Cassé par ce drame, René a
longtemps gardé pour lui son chagrin . En général, un homme ne pleure pas, ne se confie pas. Quant à Gérard, il
a poursuivi toutes ses activités et s’est engagé dans la gestion de la commune dont il est le maire. Deux silences
d’hommes. Comment traverser un tel deuil ? Comment quitter la culpabilité ? Où sont leurs enfants désormais ?
Au cours de conversations bouleversantes, deux pères rompent le silence et s’interpellent . Car vivre appelle au
devant.
Herbe de vie : lettre à mon enfant autre, Jacqueline Perrin
Une naissance est un événement « qui change la vie », que ce soit par la joie rayonnante qu’elle apporte, ou par
le deuil de l’enfant rêvé, plus spécialement dans le douloureux domaine du handicap.
Ce livre est le témoignage d’une mère qui a su transformer cette épreuve en ouverture vers l’espoir et l’amour.
avec sa fille mongolienne, elles ont mené une lutte quotidienne pour trouver l’essence de la vie jusqu’à une autre
naissance : cette transition qu’on appelle la mort.
Les lettres écrites à Audrey (et à ses amis) se veulent une source d’inspiration pour tous ceux qui cherchent le
chemin menant de la douleur à l’enrichissement intérieur et la paix profonde.

Apprivoiser l’absence : adieu mon enfant , Ernoult-Delcourt Annick - Ed. Fayard,
coll. Les enfants du fleuve, 1998
Ecrit par une mère de famille qui a perdu une de ses filles du cancer, cet ouvrage est avant tout un livre de
témoignages et de parcours personnels. Des parents, touchés par la mort de leur enfant, tout petit ou adulte
évoquent les différentes étapes de leur deuil, personnel, en couple, en famille, mais aussi ce qui les a aidé à
surmonter l’épreuve ou au contraire les attitudes de l’entourage qui ont fait mal.
Par delà ces cas particuliers, il se dégage une grande leçon d’humanité qui aidera ceux qui sont confrontés à la
mort de leur enfant et ceux qui veulent soulager la peine des autres.

Le cadeau d'Hannah, HOUSDEN Maria
Durant la dernière année de sa vie, Hannah, âgée de trois ans seulement, a affronté sans peur la maladie et la
mort et fait preuve d'une irrépressible envie de vivre. La petite fille qui portait ses chaussures rouges favorites
dans la salle d'opération a changé la vie de tous ceux qui ont croisé son chemin. Dans ce récit poétique,
éprouvant, inoubliable, Maria Housden dépeint et perpétue l'esprit indomptable d'Hannah et nous fait ainsi le
cadeau de la dernière année de vie de sa fille, grâce à qui elle a réellement appris ce que joie, foi, compassion et
merveilleux signifient.



Repères pour vous, parents en deuil, Edité par l'association Sparadrap
Ce livret a été rédigé par un service de réanimation pédiatrique afin d'améliorer le soutien offert aux parents
endeuillés, mais il peut être utile à tous les professionnels qui risquent d'être confrontés à cette situation difficile.
Il est conçu pour être remis aux parents juste après le décès de leur enfant.
Introduction : "Ce livret vous apporte des informations et des conseils sur les décisions bien concrètes que vous
aurez à prendre dans les prochains jours (les jours suivant le décès) pour vous et les vôtres. Vous y trouverez
également des informations sur vos réactions possibles face au deuil, sur celles de vos autres enfants ou de votre
entourage."
Il explique comment les choses se passent après le décès d'un enfant (à l'hôpital, à l'état-civil - sans aborder le
cas spécifique de la mort in utero -, le devenir du corps, la chambre mortuaire, les rites funéraires, l'autopsie),
donne quelques repères sur le chemin du deuil (le moment du décès, les funérailles, le travail de deuil et les
différents ressentis, l'apprivoisement de l'absence, le couple, les frères et soeurs, la famille et les amis), que faire
quand on est face à des parents en deuil, liste d'associations, bibliographie.

Lorsque l’enfant disparaît, Raimbault Ginette
Psychanalyste et directeur de recherches à l’INSERM, l’auteur s’appuie sur des témoignages de personnes
connues qui ont utilisé l’écriture pour « intégrer » leur deuil. Elle cherche à comprendre le chemin psychique que
les parents doivent parcourir pour traverser leur deuil.

								
To top