Rapport de seminaire

Document Sample
Rapport de seminaire Powered By Docstoc
					COORDIINATIION NATIIONALE DE LA SECURIITE ALIIMENTAIIRE
C OOR D N A T ON N A T ON A L E D E L A S E C U R T E A L ME N T A R E
  Tel.: 510 39 33             Couriel: cnsa@acn2.net      B.P. 1717, Port-au-Prince
               _____________________________________________




                LES ACTES DU SÉMINAIRE NATIONAL
                                                                            SUR LA

                SECURITÉ ALIMENTAIRE


                            ORGANISÉ PAR LA CNSA ET LE RESAL



          LIEU                 :      Hôtel Montana
          DATE                 :      29 Février et 1er Mars 2000




                                                                    Décembre 2000
      La Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) et le Réseau
Européen de la Sécurité Alimentaire (RESAL) remercient, une fois de plus, tous ceux qui
d'une façon ou d'une autre ont contribué à la pleine réussite de ce séminaire.

Que tous trouvent ici l'expression de notre gratitude!




                                                                                                    2
CNSA                                                Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
                     LISTE DES SIGLES UTILISÉS
AAA      Agro Action Allemande
AFVP     Association Française des Volontaires du Progrès
BAC      Bureau Agricole Communale du ministère de l'agriculture
BND      Bureau de Nutrition et de Développement
BRH      Banque de la République d'Haiti
Cal      Calorie
CE       Commission européenne
CECI     Centre Canadien d'Etude et de Coopération Internationale
CNSA     Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire
CARE     Cooperative for Assistance and Relief Everywhere
CNRA     Commission Nationale de la Reforme Administrative
CTR      Comité Technique Local
DDA      Direction Départementale Agricole du ministère de l'agriculture
FAO      Food and Agriculture Organisation
FEWS     Famine Early Warning System
FFW      Food For Work
GoH      Gouvernement haïtien
IHSI     Institut Haïtien de Statistiques et d'Informatique
Kcal     Kilocalorie
MARNDR   Ministère de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural
MEF      Ministère de l'Economie et des Finances
MPCE     Ministère de la Planification et de la Coopération Externe
MENJS    Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports
NEWS     North West Early Warning System
ONG      Organisation Non Gouvernemental
PAM      Programme Alimentaire Mondial
PASAAP   Projet de Sécurité Alimentaire par Auto Promotion
PNCS     Programme National de Cantines Scolaires
PEB      Projet d'Education de Base
PIB      Produit Intérieur Brut
PISANO   Projet Intégré de Sécurité Alimentaire du nord Ouest
PNEF     Plan national d'Education Fondamental
PNUD     Programme des Nations-Unies pour le Développement
RESAL    Réseau Européen de Sécurité Alimentaire
SAP      Système d'Alerte Précoce
SAPR     Système d'alerte Précoce Rapproché
SIM      Système d'Information des Marchés
Tm       Tonne métrique
TPTC     Ministère des Transports Publics, Travaux et Communication
TRC      Table Ronde de Concertation
VAM      Vulnerability Analysis and Mapping




                                                                                                            3
CNSA                                                        Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
                                                                          SOMMAIRE
 LISTE DES SIGLES UTILISÉS .................................................................................................................................... 3
 SOMMAIRE ....................................................................................................................................................................... 4
   CADRE GENERAL DU SEMINAIRE ............................................................................................................................... 5

    I   PROPOS D'OUVERTURE .................................................................................................................................... 7
    MOTS DE BIENVENUE DE LA COORDONNATRICE DE LA CNSA ............................................................................ 8
    DISCOURS DU REPRESENTANT DE LA COMMISSION EUROPEENNE ................................................................... 9
    DISCOURS D'OUVERTURE DU PRESIDENT DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DE LA SECURITE
    ALIMENTAIRE ............................................................................................................................................................... 10

    II         ECHANGES SUR LES CONCEPTS GENERAUX DE SECURITE ALIMENTAIRE............................. 12
    2.1        Approches conceptuelles de la sécurité alimentaire ........................................................................................... 13
    2.2        Le projet RESAL dans le cadre de la politique de sécurité alimentaire de la Commission Européenne en Haïti ..
               ............................................................................................................................................................................ 19
    2.3        Synthèse des débats du panel introductif ............................................................................................................ 23

    III ECHANGES SUR LES TROIS THEMES SPECIFIQUES EN RELATION AVEC LA SECURITE
    ALIMENTAIRE ........................................................................................................................................................... 25

               SOCIETE CIVILE ET SECURITE ALIMENTAIRE...................................................................................... 26
    3.1        Introduction du thème: Approche de concertation de la CNSA avec la société civile ........................................ 27
    3.2        Rôle de la société civile dans la sécurité alimentaire ......................................................................................... 29
    3.3        Les relations entre la Société civile et l'Etat ....................................................................................................... 35
    3.4        Les expériences de la Table Ronde de Concertation du Nord Ouest .................................................................. 37
    3.5        Synthèse des débats du panel .............................................................................................................................. 40

           SYSTÈME DE SUIVI DE LA SECURITE ALIMENTAIRE .......................................................................... 42
    3.6    Exposé sur le système de suivi de la situation alimentaire proposé par la CNSA .............................................. 43
    3.7    Etat d'avancement des travaux de l'IHSI en matière d'enquêtes et de statistiques nationales ............................ 47
    3.8    Le dispositif de suivi des prix ruraux mis en place dans le Nord-Ouest dans le cadre du système d'Alerte
    précoce (Prévention des crises) ...................................................................................................................................... 48
    3.9    L'Outil de Suivi des Prix proposé par le RESAL ................................................................................................. 49
    3.10 Le Système d'alerte précoce rapproché . Etude de cas: le Tchad ....................................................................... 53
    -   Pratiques en matière d'exode saisonnier ................................................................................................................ 56
    3.11 L'analyse de la vulnérabilité : Intégration de l'aide alimentaire dans le cadre de la sécurité alimentaire ........ 60

               CANTINES SCOLAIRES.................................................................................................................................. 63
    3.12       Les grandes lignes du programme national de cantines scolaires ..................................................................... 64
    3.13       Appréciation de l'appui aux cantines scolaires: Principaux résultats de l'étude ................................................ 67
    3.14       Les résultats de l'évaluation du programme du CECI ........................................................................................ 74

    IV         TRAVAUX EN ATELIER: SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS ..................................................... 77

    ATELIER SOCIETE CIVILE ...................................................................................................................................... 78
    ATELIER SYSTÈME DE SUIVI DE LA SECURITE ALIMENTAIRE .................................................................... 84
    ATELIER SUR LES CANTINES SCOLAIRES .......................................................................................................... 89

    V MOTS DE CLOTURE ............................................................................................................................................ 95

    ANNEXES               ................................................................................................................................................................ 96
    Annexe 1:             PROGRAMME DU SEMINAIRE ............................................................................................................ 97
    Annexe 2:             LISTE DES PARTICIPANTS ................................................................................................................ 101




                                                                                                                                                                                            4
CNSA                                                                                                         Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
                            CADRE GENERAL DU SEMINAIRE

        Organisateurs
Le séminaire a été réalisée de façon conjointe par la CNSA et le RESAL au cours de l'année 2000. Il s'est tenu sur
deux jours durant lesquels de nombreuses institutions nationales et internationales ont pu intervenir sur des thèmes
ayant rapport avec la sécurité alimentaire.

 La CNSA

La Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire est une structure gouvernementale placée sous la tutelle du
Ministère de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural, chargée de contribuer au
renforcement de la cohérence et de l'efficacité des multiples interventions visant à l'amélioration de la situation de la
sécurité alimentaire nationale.

Créée en 1996 en Conseil des Ministres, elle dispose d'un bureau technique interdisciplinaire qui a pour missions:

   - d'appuyer la mise sur pied d'un système d'information sur la sécurité alimentaire
   - d'aider à la prise de décision en matière de politiques, programmes et projets de sécurité alimentaire
   - d'animer la concertation entre les différents secteurs impliqués (Etat, ONG, secteur privé, société civile en
     général).

Un comité consultatif élargi aux diverses composantes de la société civile viendra à terme compléter le dispositif
actuel, afin de renforcer la dynamique de concertation entamée par la CNSA depuis sa création.

 Le RESAL

Le Réseau Européen de Sécurité Alimentaire est un réseau d'experts travaillant sur vingt pays en développement,
dont Haïti, considérés comme prioritaires par la Commission européenne du point de vue de ses programmes de
renforcement de la sécurité alimentaire. Ce réseau associe des équipes d'experts européens et des experts nationaux,
regroupés en neuf équipes réparties sur neuf zones d'intervention.

L'objectif du RESAL est, à travers la mise en œuvre d'un suivi régulier de la situation de la sécurité alimentaire dans
les pays ciblés et la réalisation d'études spécifiques, de contribuer à l'élaboration de politiques de sécurité alimentaire
de long terme viables et efficaces. En Haïti, le RESAL est animé depuis 1998 par le bureau d'études ADE (Aide à la
Décision Economique).


        Objectifs
Le séminaire visait les objectifs généraux suivants :

- présenter et discuter les résultats d'un certain nombre de travaux réalisés conjointement par le RESAL et la
  CNSA en 1998 et 1999
- favoriser les échanges d'expérience et capitaliser sur trois thèmes spécifiques ciblés : les systèmes d'information,
  les cantines scolaires et le rôle de la société civile dans le renforcement de la sécurité alimentaire
- mieux connaître les stratégies sous-jacentes adoptées par le Gouvernement haïtien, la Société Civile et les
   bailleurs de fonds dans les trois domaines ciblés.




                                                                                                                         5
CNSA                                                                    Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
        Déroulement
Le séminaire s'est déroulé suivant deux phases complémentaires :

     des exposés de cadrage en plénière, sous forme de panels réunissant plusieurs experts et suivis de débats :
   - un panel présentant les concepts propres à la sécurité alimentaire, les orientations et les activités réalisées par
      le RESAL et la CNSA
   - trois panels spécifiques correspondant aux trois thèmes sur lesquels le RESAL et la CNSA ont travaillé
      depuis 1998 : société civile et sécurité alimentaire, cantines scolaires, systèmes d'information pour la sécurité
      alimentaire

         des ateliers thématiques sur les trois domaines mentionnés pour approfondir les problématiques abordées en
panel ; des synthèses des panels, présentées au début de la journée consacrée aux ateliers ont préalablement permis
de résumer les points fondamentaux discutés la veille, et de lister les questions à approfondir en atelier.




                                                                                                                      6
CNSA                                                                  Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
       PROPOS D'OUVERTURE




                                                                  7
CNSA              Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
 MOTS DE BIENVENUE DE LA COORDONNATRICE DE LA CNSA
                           Par Danielle AVIN ADRIEN, Coordonnatrice Nationale



Monsieur le Président de la CISA
Monsieur le Représentant de la Commission Européenne
Messieurs les Directeurs Généraux
Mesdames/Messieurs les Représentants de la Communauté Internationale
Mesdames/Messieurs les Représentants de la Société Civile
Mesdames/Messieurs les Panélistes et Modérateurs
Mesdames/Messieurs les Représentants des Institutions étatiques et du Secteur Privé
Mesdames/Messieurs les Représentants de la Presse
Chers invités,


Au nom des équipes de la CNSA et du RESAL, je vous souhaite la plus cordiale bienvenue. Nous connaissons
tous l'importance que revêt la sécurité alimentaire pour la survie individuelle et collective, pour le
développement d'un pays et l'épanouissement de ses habitants. Cependant le colloque qui nous réunit ici
aujourd'hui va se concentrer, non sur les aspects fondamentaux de cette réalité, mais sur certains thèmes
spécifiques importants dans leurs implications dans le renforcement de la sécurité alimentaire.

Co-patronné par le RESAL (Réseau Européen de Sécurité Alimentaire) et la CNSA (Coordination Nationale de
la Sécurité Alimentaire), fidèle à la stratégie de la CNSA de concertation systématique toutes les fois que des
thèmes importants intéressent plusieurs acteurs institutionnels, ce séminaire a pour objectifs de présenter et
discuter les résultats des travaux réalisées par la CNSA et le RESAL en 1998 et 1999 sur les trois thèmes
suivants:

    1) les systèmes d'information permettant le suivi de la sécurité alimentaire;
    2) les cantines scolaires, et,
    3) le rôle de la société civile dans le renforcement de la sécurité alimentaire.

Sur cette base et à partir des échanges d'expériences qui en découleront, chacun pourra améliorer sa
compréhension des stratégies sous-jacentes adoptées par le gouvernement haïtien, la société civile et les
bailleurs de fonds dans les trois domaines ciblés, permettant ainsi de sortir avec des propositions pertinentes
pour affiner les approches et mettre sur pied des programmes cohérents d'intervention dans ces domaines.

Encore une fois, Monsieur le Ministre, Monsieur le Représentant, chers invités, merci de votre présence ici et
Bienvenue à ce colloque.




                                                                                                                    8
CNSA                                                                Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
          DISCOURS DU REPRESENTANT DE LA COMMISSION
                         EUROPEENNE
                    Par Pierre-Yves BAULAIN, Conseiller en Développement Rural à la CE

Monsieur le Ministre
Madame la Coordonnatrice de la CNSA,
Messieurs les Directeurs Généraux,
Chers invités,


Je ne prononcerai devant vous que quelques mots ce matin pour simplement introduire ce séminaire et vous
préciser ce que la Commission Européenne (CE) compte faire en matière de sécurité alimentaire.

En effet, le renforcement de la sécurité alimentaire de l'un des pays les plus pauvres, est un des axes majeurs de
la coopération de la Commission Européenne, non seulement en Haïti, mais à travers le monde. Pour manifester
cette coopération, un outil spécifique a été crée depuis plusieurs années déjà et a été reformé récemment en
1996. C'est pour qui, cet outil flexible permet une large gamme d'interventions notamment dans une vingtaine
de pays qui sont considérés par la Commission Européenne (CE) comme prioritaires en matière d'appui à la
sécurité alimentaire. Parmi ces 20 pays, Haïti figure.

Donc, cette gamme d'interventions consiste en trois choses principales. D'abord, il s'agit d'aide en nature -
d'aide en nourriture - qui sous certaines conditions peut-être distribuée dans les pays qui en font la demande. Il
s'agit également d'une aide projet, qui est mise en œuvre soit directement à travers des services de l'Etat ou des
institutions publiques, mais qui également, peut-être mis en œuvre à travers des ONG's. Et Haïti, bénéficie de
ces deux canaux. Enfin la troisième concerne l'aide budgétaire - l'appui aux finances publiques, l'appui au
budget de l'Etat -; et Haïti également a été éligible à ce type d'appui et à certains nombre de fonds de la
Commission Européenne qui sont réservés pour des appuis au budget de l'Etat.

La sécurité alimentaire, et les outils plutôt que la Commission Européenne développe pour l'appuyer, est un
ensemble d'outils flexibles. Car la problématique de la sécurité alimentaire est complexe, elle est
multisectorielle, et elle doit à ce titre accorder une importance particulière à la concertation entre tous les acteurs
qui sont actifs dans le maintien de cette sécurité alimentaire. Egalement, une importance doit-être donnée à
l'élaboration d'une stratégie claire, notamment par le gouvernement, qui permet réellement une valorisation des
outils qui sont mis en place.

En Haïti, cet appui de la Commission Européenne s'est manifesté de plusieurs manières et continuera à le faire
dans un avenir. Mais une des premières interventions, a été un appui à la CNSA (Coordination Nationale de la
Sécurité Alimentaire), appui qui continue et qui reste toujours très prioritaire pour la CE. C'est également la
présence du RESAL (Réseau Européen de Sécurité Alimentaire) depuis environ un an et demi, dont la tache est
d'appuyer la CE, dans l'élaboration de sa stratégie et également, dans le suivi de la mise en œuvre des
programmes.

Le RESAL et la CNSA, depuis que le RESAL est ici en Haïti, ont développé une collaboration particulière qui
déjà est assez fructueuse, et que justement, à l'occasion de ce séminaire, vous allez pouvoir mesurer. Donc le
séminaire d'aujourd'hui est une discussion des résultats de ces travaux qui ont été conduit conjointement par le
RESAL et la CNSA ou plutôt par la CNSA avec l'appui du RESAL. J'espère que ces travaux qui seront axés sur
trois points principaux, permettront à tous d'échanger utilement sur la problématique de sécurité alimentaire.

Je vous remercie.




                                                                                                                     9
CNSA                                                                 Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
        DISCOURS D'OUVERTURE DU PRESIDENT DU CONSEIL
         INTERMINISTERIEL DE LA SECURITE ALIMENTAIRE
       Par SEM François SEVERIN, Ministre de l'Agriculture des Ressources Naturelles et du
Développement Rural




Madame la Coordonnatrice de la CNSA
Monsieur le Représentant de la Communauté Européenne
Mesdames, Messieurs les Représentants de la Communauté Internationale
Mesdames, Messieurs les Représentants du secteur étatique
Distingués membres de la société civile,
Mesdames, Messieurs de la Presse,
Chers invités et participants,


        Je tiens à exprimer toute ma satisfaction d'être avec vous aujourd'hui pour donner le coup d'envoi aux
travaux qui seront réalisés durant ces deux journées, sur des thèmes d'importance quant à leur impact sur un
renforcement de la sécurité alimentaire en Haïti.

Tous nous savons que la sécurité alimentaire s'exprime non seulement en termes de production locale, mais
également en termes d'accès réel aux aliments des individus et des ménages et même en terme de santé et de
couverture sanitaire. C'est d'ailleurs pourquoi le Ministère de l'Agriculture, outre le travail sectoriel qui lui revient à
accomplir pour atteindre les objectifs qu'il s'est fixé pour la relance de la production agricole, - je cite de façon non
exhaustive, la réforme agraire, les programmes de maîtrise de l'eau et de développement de l'irrigation, ceux d'appui à
la recapitalisation des exploitations agricoles – le MARNDR dis-je, s'est préoccupé de favoriser dans la mesure de ses
moyens, la mise sur pied d'un mécanisme de coordination et de concertation des politiques et programmes touchant la
sécurité alimentaire.

         En novembre 1996, lors du Sommet Mondial de l'Alimentation, Haïti, parmi plus de 150 nations du monde,
par la voix de son Chef d’Etat, a pris l'engagement solennel de travailler à favoriser l'accès des populations à une
nourriture saine et adéquate grâce à la mise en place d'une politique globale de sécurité alimentaire. Un pareil
objectif implique, de façon évidente, l'articulation et la coordination de tous les efforts, qu'ils émanent de l'Etat, du
secteur privé, des bailleurs de fonds, des organisations coopératives, populaires et paysannes, des ONGs afin de
créer la synergie nécessaire à l'exécution de politique axée sur l'épanouissement de la personne humaine.

Lors de ce Sommet, le Chef de l'État, S.E.M. René PREVAL avait ouvertement proposé:

   Qu'un mécanisme de suivi et d'évaluation du plan d'action proposé soit mis en place permettant à la fois une
    estimation des efforts accomplis en fonction de l'agenda arrêté et un échange plus efficace entre pays et régions
    permettant une intégration réelle des efforts.

   Que l'aide alimentaire aux pays à déficit vivrier s'insère dans le cadre de la politique de sécurité alimentaire
    particulière de ceux-ci, et dans une logique de soutien à la délicate transition de l'urgence au redressement
    économique et au développement.

En dépit des efforts réalisés, nous sommes tout à fait conscients que ces propos formulés nécessitent une
contrepartie nationale dans la mise sur pied d'outils pour ce suivi et pour cette structuration de l'aide au
développement.

                                                                                                                        10
CNSA                                                                    Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
Aussi sommes-nous particulièrement heureux de ce "tête ensemble" organisé aujourd'hui afin d'obtenir
concertation et mise en commun d'efforts et d'action sur trois thèmes d'importance:

1- le système d'information sur la sécurité alimentaire, outil primordial de décision et de gestion,
2- les cantines scolaires, outils d'amélioration de la santé et des rendements scolaires des enfants,
3- et enfin, les voies et moyens permettant d'obtenir un maximum de synergie entre la société civile et les
   autres organes de la nation dans leur effort commun de développement du pays.


Je profite de cette occasion pour féliciter très sincèrement la CNSA pour la tâche importante réalisée jusqu'ici avec
des moyens combien limités. Un grand et important travail reste encore à accomplir, mais ce travail gigantesque,
seule la société dans son ensemble, société civile et pouvoirs publics, peut la réaliser, chacun à sa mesure, et en
prenant toutes ses responsabilités.

Je veux également remercier la Communauté Européenne de l'appui apporté à la jeune structure de coordination
mise en place. Il me faut aussi applaudir l'exemple de collaboration équilibrée donné par le Réseau Européen pour la
Sécurité Alimentaire (RESAL)l dans ses relations avec la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire
(CNSA)

Sur ce, très chers participants et invités, au nom du Conseil Interministériel de la Sécurité Alimentaire, je déclare
ouvert, ce séminaire national sur la sécurité alimentaire

Je vous souhaite à tous bonne besogne.




                                                                                                                    11
CNSA                                                                Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
   ECHANGES SUR DES CONCEPTS
      GENERAUX DE SECURITE
          ALIMENTAIRE




                                                                 12
CNSA             Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
              2.1 Approches conceptuelles de la sécurité alimentaire
                   Par Madame Danielle AVIN ADRIEN, Coordonnatrice nationale – CNSA


1. Introduction

Comme cela vous a été mentionné lors des éclaircissements présentés sur le déroulement du séminaire, l'objectif
principal de ce forum est de provoquer des échanges de vue et d'expériences sur des thèmes spécifiques,
touchant la sécurité alimentaire. Cependant une mise en contexte a été jugée nécessaire, et tel est le but de ce
premier panel. Je vais donc vous présenter l'approche conceptuelle de la sécurité alimentaire telle que définie
par le gouvernement à partir d'échanges et de réflexions réalisées dans un cadre tant national, que régional et
international. Celle-ci s'appuie sur la définition proposée dans le document d'engagements signés par les chefs
d'états, de gouvernements ainsi que par un certain nombre d'institutions inter et para gouvernementales lors du
Sommet Mondial de l'Alimentation en novembre 96. Nous verrons ensuite les réponses apportées aux
implications de cette approche dans le cadre des activités du bureau technique d'appui à la sécurité alimentaire.

2. Approche conceptuelle

2.1 Définition de la Sécurité Alimentaire

Lors du Sommet Mondial, la Sécurité Alimentaire a été officiellement et mondialement définie comme l'accès
physique et économique de tous, à tout moment, à une nourriture suffisante, salubre et nutritive, leur permettant de
satisfaire leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

2.2 Cadre conceptuel

Basée sur cette définition, la sécurité alimentaire comporte trois composantes majeures :

 la disponibilité (production locale et importations) qui doit être considérée non seulement dans le présent, mais
    en terme de stabilité de ces approvisionnements dans le temps (régulation dans l’année ou à long terme -
    environnement- ) et dans l'espace (fluidité des marchés ; infrastructures de communication). L'adéquation de la
    disponibilité globale moyenne par rapport aux besoins sera déterminée par le chiffre de la population ; ce
    dernier facteur influence donc également la satisfaction des besoins alimentaires nationaux.

 l'accès économique des individus et des ménages aux denrées alimentaires et qui est lié au développement
    global, aux sources et capacités de revenu pour la population, à l'emploi, à l'équité sociale.

 la qualité des aliments disponibles et la capacité d'en tirer le meilleur parti ; en d'autres termes, la salubrité, la
    valeur nutritive, l'adéquation culturelle des approvisionnements ainsi que la capacité de valorisation
    nutritionnelle de ceux-ci par les consommateurs (couverture sanitaire, couverture de santé et d'éducation) qui
    vont fortement influencer l'utilisation biologique des aliments ingérés.

La sécurité alimentaire exige donc tout un ensemble d'efforts harmonisés et nécessite l'adoption de politiques et
programmes économiques et sociaux en matière d'agriculture, de commerce, de nutrition, de santé, d'éducation, de
démographie, de défense de l'environnement qui soient propres à "maintenir un rapport équilibré entre population et
ressources disponibles, entre zones rurales et urbaines".

Ceci implique non seulement une approche macro (cadre stratégique global à concevoir, à mettre en œuvre et à
évaluer, de façon concertée, avec tous les acteurs concernés) mais aussi une approche micro, liée aux ménages
et aux individus.


                                                                                                                      13
CNSA                                                                  Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
L'approche micro va permettre de prendre en compte la famille et l'individu en termes de revenus et dépenses
des ménages, contrôle des ressources intra familiales, vulnérabilité, implication des communautés et des
individus dans les politiques, projets et programmes les concernant…etc. Ce qui, soit dit en passant, suppose la
disposition d'informations très éclatées.

3. Les implications de cette double approche

 Nécessité d'intégration et d'harmonisation des efforts à l'intérieur d'un cadre cohérent d'intervention, connu
  et accepté par tous

 Nécessité de compréhension par les décideurs d'une situation complexe

 Nécessité d'une évaluation objective de l'impact des stratégies et des programmes en vue des réajustements
  appropriés

 Nécessité d'un suivi de la situation de sécurité alimentaire, en impliquant les principaux intervenants

 Nécessité d'une implication des "bénéficiaires" à toutes les étapes des cycles de projets et programmes les
  concernant

4. Les réponses

4.1 La CNSA

En réponse à cet ensemble de besoins, a été créé un outil, la CNSA.

La Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire est une structure gouvernementale chargée de contribuer au
renforcement de la cohérence et de l'efficacité des multiples interventions visant à l'amélioration de la situation de la
sécurité alimentaire nationale.

Elle comporte actuellement deux niveaux :

Décisionnel : Conseil Interministériel de la Sécurité Alimentaire, créé en novembre 1996, par procès-verbal d'une
réunion du Conseil des Ministres et composé des 5 ministres les plus directement concernés ou de leurs
représentants : Agriculture, Santé, Plan, Finances, Commerce. Ce Conseil est présidé par le Ministre de
l'Agriculture.

Technique : le Bureau Technique d'Appui, qui a pour mission essentielle d'aider à la prise de décision en matière de
      politiques, programmes et projets de sécurité alimentaire et d'appuyer la coordination et l'harmonisation des
      actions tendant au renforcement de la sécurité alimentaire en Haïti.

Pour exécuter cette mission, une tâche fondamentale du bureau technique est d'appuyer la mise sur pied d'un
système de suivi de la sécurité alimentaire qui devrait à la fois permettre de comprendre l'insécurité alimentaire,
d'évaluer les impacts des politiques et programmes sur celle-ci afin que les ajustements nécessaires soient effectués
et de réagir rapidement quand se présentent des situations de crise. Les tâches d'expertise et d'information doivent
être effectuées sur une base de concertation avec les différents secteurs impliqués (État, ONG, secteur privé, société
civile en général) et l'animation de cette concertation constitue également l'une des responsabilités du bureau
technique.

4.2 Axes stratégiques proposés pour un renforcement de la sécurité alimentaire nationale

Un cadre global et six axes stratégiques principaux ont été proposés :

Cadre global
                                                                                                                       14
CNSA                                                                   Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
-      Politiques fiscales incitatives pour les producteurs nationaux.

-      Protection des agriculteurs haïtiens vis à vis de la concurrence du marché mondial, dans le cadre des accords
       internationaux en vigueur ou en cours de négociation (les marges de manœuvre correspondantes doivent être
       identifiées).

-      Fluidité du marché intérieur : élimination des monopoles, désenclavement des zones reculées, promotion de
       systèmes de crédit à la commercialisation et appui au commerce informel.

-      Promotion des investissements: cadre législatif transparent (fiscalité, législation du travail) ; environnement
       socio-politique stable.

       -   Décentralisation

              administrative (déconcentration des services de l'État),
              fiscale (capacité des collectivités locales à disposer de leurs ressources propres)
              économique (développement des investissements en dehors de la capitale); création/réhabilitation
                d'infrastructures, habilitation de ports et ouverture de parcs industriels dans les différents
                départements.

       -   Restructuration du cadre institutionnel de l'action des pouvoirs publics en vue de rationaliser l'exécution
           des fonctions normatives, d'orientation et de suivi-évaluation de l'État, et faciliter les processus de
           concertation avec la société civile


Six Axes stratégiques principaux

      Stabilisation et relance de l'économie

       assurer la création massive de revenus à même d'améliorer à la fois la disponibilité en aliments, l'accès à
      ceux-ci et leur valorisation

      Orientation et coordination des politiques sectorielles de sécurité alimentaire

       établir, sous l'autorité de l'État, l'intégration des interventions de tous les acteurs impliqués.

      Relance et diversification de la production vivrière.

       améliorer la sécurité alimentaire globale et le niveau de vie des agriculteurs

      Meilleure gestion de l'aide alimentaire.

       intégrer l'aide alimentaire dans une stratégie globale de développement national.

        renforcer la maîtrise de l'État sur celle-ci (coordination, orientation, évaluation des activités qui y sont reliées)
       ; en particulier réguler les distributions (ciblage dans le temps et l'espace)
    prioriser les interventions durables susceptibles d'avoir un impact à long terme sur la sécurité alimentaire.

      Renforcement de la capacité de gestion des crises alimentaires.

      Amélioration de l’utilisation globale des aliments.
                                                                                                                           15
CNSA                                                                       Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
       corriger les problèmes de couverture sanitaire, de santé et d'éducation

       améliorer et effectuer le suivi de l'état macro et micro-nutritionnel de la population

       garantir les qualités nutritives et innocuitaires des aliments consommés.

4.3 Activités réalisées

Comment la triple mission d'expertise, d'information et de concertation de la CNSA s'est-elle concrétisée
jusqu'ici ? Voyons le à travers un rapide survol des actions réalisées jusqu'ici par le bureau technique.

 EXPERTISE

Nous avons produit des analyses et propositions aussi bien au niveau global (du type Plan national de sécurité
alimentaire, diagnostic de la situation alimentaire…) que sur des plans plus spécifiques impliquant un nombre
réduit de secteurs (du type monographies sur les systèmes de production et de commercialisation du riz) ou encore
sur des dossiers tout à fait spécifiques concernant le plus souvent le MARNDR dans ses rapports avec des bailleurs
ou des partenaires internationaux.

   Pour faciliter les mise en place ou l'exécution de programmes de sécurité alimentaire, nous avons produit des
   outils de rationalisation ainsi que des d’outils de pilotage

Outils de rationalisation: "Analyse d'impact des différentes modalités de distribution d'aide alimentaire en
Haïti"

Des études ont été réalisées, dont les termes de références avaient été préparés sur base de concertation.
Objectif: formulation de recommandations pour une opérationalisation optimum de l’aide. Deux études terminées :
l’étude «nourriture contre Travail », l'étude sur la micromonétisation (aide alimentaire française). Le bureau de
gestion du PL480 devait de son côté effectuer une étude sur la macromonétisation de l'aide directe ; celle-ci n'a
malheureusement pas encore pu être effectuée

Outils de pilotage:
        - Affinement des données du zonage agro-écologique départemental de l’ANDAH, en le désagrégeant
            au niveau des sections communales."

Objectif : meilleure planification des ressources alimentaires, en particulier des programmes visant un renforcement
de la sécurité alimentaire.

   -      Etude typologique des marchés ruraux

Elle visait l'identification d'un échantillon représentatif de marchés ruraux sur lesquels les prix pourront être
collectés par un ensemble de bureaux agricoles communaux du MARNDR ou d'autres opérateurs présents afin de
compléter par des prix à la production et au niveau des zones rurales, les prix urbains (prix à la consommation)
actuellement collectés par l’IHSI



 INFORMATION

         Appui aux systèmes sectoriels

   L'un des outils que la CNSA s'est efforcé de construire est le système global d'information sur la sécurité
   alimentaire par la mise en réseau de systèmes sectoriels pertinents. Vu l'état de délabrement de ceux-ci,
                                                                                                                        16
CNSA                                                                    Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
    l'approche complémentaire a été d'appuyer autant que possible leur restructuration. Cet appui s'est
    concrétisé jusqu'ici surtout au niveau du MARNDR

       Dispositif de suivi de conjoncture

    Actuellement, un simple dispositif de suivi de conjoncture a été mis en place, basé sur les informations
    réduites pouvant être collectées. Ces données concernent : l'aide alimentaire (série complète de sept ans -
    1993 à 1999 - actuellement disponible), les importations alimentaires, le taux de change, les données
    nutritionnelles issues d’enquêtes transversales, les prix ruraux (11 marchés). Ces derniers sont actuellement
    collectés par plusieurs institutions -état et ong- mais ne font pas encore l'objet d'un traitement unifié. Des
    réunions de travail ont été organisées par la CNSA avec la collaboration de l'IHSI afin d'harmoniser la
    collecte de prix par des opérateurs différents en s'entendant sur une méthodologie commune, cohérente avec
    celle utilisée par l'IHSI dans sa collecte des prix urbains. Ceci permettra des analyses plus fiables de
    structure des prix.
    C'est aussi dans ce cadre que la CNSA a participé au pilotage de l'étude économétrique sur les prix,
    entreprise par RESAL et qui vous sera présentée lors d'un prochain panel.

       Un certain suivi de type essentiellement qualitatif est également effectué sur l'application du Plan
        d'Action du Sommet Mondial de l'Alimentation" (préparé pour transmission au Comité de la Sécurité
        Alimentaire Mondiale, il fait le point sur les évolutions enregistrées dans la mise en œuvre de chacun
        des sept engagements pris dans le plan d'action). Dans un ordre d'idée similaire, et cette fois pour
        faciliter une connaissance de la situation de sécurité alimentaire au niveau mondial, nous avons préparé,
        pour publication sur le site web de la F.A.O. et en collaboration avec celle-ci, un Profil Nutritionnel
        d'Haïti, présentant un ensemble d'indicateurs économiques, agricoles, sanitaires et nutritionnels
        organisés suivant un format commun pour tous les pays

    La proposition de cadre opérationnel pour un système de surveillance alimentaire nationale qui vous sera
    présentée lors d'un prochain panel et les travaux de l'atelier sur le même sujet permettront rapidement, nous
    l'espérons, l'établissement d'un système adéquat de surveillance.


 CONCERTATION/COORDINATION

     Toutes les fois qu'un certain nombre d'institutions souhaite produire des actions coordonnées ou
     complémentaires en vue d'un Programme d'intervention spécifique touchant la sécurité alimentaire, la
     CNSA a servi d'organe coordonnateur et intégrateur. Tel a été le cas pour la définition en 1997 du
     Programme National de Cantines Scolaires, et pour celle du programme d’urgence pour le Nord’Ouest en
     mars 97

En ce qui concerne la concertation, j'ai déjà expliqué les mécanismes mis en place pour la systématisation de celle-ci
dans les actions initiées par la CNSA. A l'invitation d'autres institutions, elle a également contribué aux travaux,
activités ou réflexions de ceux-ci. Nous pouvons citer de façon non exhaustive :

 Participation à la définition de politiques sous-sectorielles
Politique d'information statistique du MARNDR, Politique Nationale de Nutrition du MSPP

   Participation aux réflexions sur des thèmes d'intérêt
    - Activités Génératrices de Revenus (AGR) dans le Financement des projets de santé
    - Problématique des carences en micro nutriments
    - Programmes de sécurité alimentaire des institutions du système des Nations-Unies

   Partenariat en vue d'actions complémentaires


                                                                                                                     17
CNSA                                                                 Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
    Partenariat avec RESAL (Réseau européen de Sécurité Alimentaire) en ce qui a trait au suivi de la situation
    alimentaire (dispositif d'échange d'information ; pilotage d'études cantine scolaire, étude économétrique sur
    les prix, bientôt, populations à risque, thème auquel participera activement le PAM)

   Echanges avec les missions techniques de coopération sur les modalités de leurs programmes de sécurité ou
    d'aide alimentaire

   Promotion de Structure de concertation au niveau décentralisé
    Participation à la dynamisation de la TRC du Nord-Ouest

5. CONCLUSION

Comme nous le savons tous très bien, la situation socio-économique est fragile et toute poursuite prolongée de
processus de décapitalisation peut entraîner un impact négatif durable sur la sécurité alimentaire des ménages.
Les contraintes institutionnelles sont malheureusement encore nombreuses :

 L'appareil Institutionnel Étatique est en pleine réorganisation : ce qui ralentit l'établissement des dispositifs.

 L'appareil statistique de la plupart des secteurs est très déficient : il existe peu ou pas d'outils d'aide à la décision

 Les habitudes de travail des différents opérateurs (étatiques ou non) ont été longtemps caractérisées par la
  dispersion des efforts, l'absence de coordination entre les intervenants et l'insuffisante complémentarité entre les
  programmes. Heureusement qu'une volonté d'intégration, plus ou moins opérative et sincère, dépendant des
  institutions peut être actuellement observée

En dépit de cette liste non exhaustive de contraintes, la bataille pour la sécurité alimentaire peut être gagnée grâce à
une concertation des différents organes de notre corps social, grâce à une coopération intersectorielle efficace pour
l'établissement de plans cohérents d'intervention, et, ce qui est aussi extrêmement important, grâce à des prévisions
soigneuses assurant une continuité des actions entreprises. Le succès ne sera finalement obtenu que par un lien
solide entre les différentes politiques sectorielles, une synergie réelle des actions de tous les acteurs concernés à
l'intérieur d'un cadre d'intervention clairement défini.




                                                                                                                         18
CNSA                                                                    Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
       2.2 Le projet RESAL dans le cadre de la politique de sécurité
           alimentaire de la Commission Européenne en Haïti
                Par Véronique STAES, Expert RESAL


I. Le Resal et la politique de sécurité alimentaire de la CE

1.1 En quoi consiste le programme de sécurité alimentaire de la CE ?

« Les actions d’appui à la sécurité alimentaire sont des actions d’aide financière et technique visant [...] à une
amélioration de la sécurité alimentaire durable et à long terme en contribuant notamment au financement :

-   de la fourniture de semences, d’outils et d’intrants essentiels à la production vivrière,
-   d’opérations d’appui au crédit visant en particulier les femmes,
-   d’opérations d’approvisionnement en eau potable de la population,
-   d’opérations de stockage au niveau approprié,
-   d’opérations portant sur la commercialisation, le transport, la distribution ou la transformation de produits
    agricoles et alimentaires,
-   d’actions d’appui au secteur privé pour le développement des flux commerciaux au niveau national, régional
    et international,
-   d’activités de recherche appliquée et de formation sur le terrain,
-   de projets de développement d’une production vivrière respectueuse de l’environnement,
-   d’activités d’accompagnement, de sensibilisation, d’assistance technique, et de formation sur le terrain,
    notamment pour les femmes et les organisations de producteurs et de travailleurs agricoles,
-   d’opérations d’appui au bénéfice des femmes et des organisations de producteurs,
-   de projets de production d’engrais à partir des matières premières et des matières de base des pays
    bénéficiaires,
-   d’actions de soutien des structures d’aide alimentaire locales, y compris les actions de formation sur place. »
    Article 5 du Règlement N°1292/96

1.2 Quels sont les objectifs et principes poursuivis ?

Avec le nouveau règlement du Conseil adopté en 1996, la politique et la gestion de l’aide alimentaire et des
actions spécifiques d’appui à la sécurité alimentaire de la CE cherchent à intégrer les dimensions suivantes :

l   le renforcement du partenariat avec les pays bénéficiaires
        La co-responsabilité du gouvernement du pays bénéficiaire doit s’exprimer à travers l’élaboration
        concertée d’une politique de sécurité alimentaire, dans un souci de transparence et d’efficacité.

l   l’adéquation à la spécificité et à la dynamique des situations d’insécurité alimentaire
        La première des exigences est d’intervenir en amont des crises : agir avant tout sur les causes de
        l’insécurité alimentaire, plutôt que de tenter d’en contenir les effets. Une gamme d’instruments plus
        large doit permettre de s’adapter aux différents scénarios possibles de crise alimentaire et à leur
        évolution.

l   l’insertion dans une politique de coopération au développement
        Il est nécessaire que les interventions contribuent à la création ou au renforcement d’un environnement
        économique et politique stable et incitatif, en valorisant les ressources disponibles localement et en
        veillant à la coordination avec les différents intervenants.




                                                                                                                   19
CNSA                                                               Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
LE PROGRAMME COMMUNAUTAIRE D’AIDE ET DE SÉCURITE ALIMENTAIRE

1.3 Quels sont les moyens dont dispose la CE pour mettre en œuvre sa politique d’aide et de sécurité
alimentaire ?

En plus de l’aide alimentaire traditionnelle, le programme communautaire peut désormais financer pratiquement
toutes les mesures d’accompagnement au développement des différents secteurs qui concernent la sécurité
alimentaire.

Aide alimentaire en nature, aide financière et financement d’actions spécifiques d’appui à la sécurité
alimentaire, le choix des instruments permet de s’adapter à la diversité des situations d’insécurité alimentaire.

L’aide en nature se diversifie
L’aide en nature peut consister en livraison de denrées alimentaires mais aussi en fourniture de semences,
d’outils et d’intrants. Elle peut s’accompagner d’une assistance technique et d’actions de sensibilisation et de
formation. Les achats locaux et/ou triangulaires sont privilégiés afin de mieux prendre en compte les habitudes
de consommation locales, et d’encourager la production et les échanges au niveau national et régional.

L’aide financière est développée
Dans le souci de s’attaquer davantage aux problèmes structurels qui sont à l’origine des crises alimentaires,
l’aide financière se développe selon deux grands axes :

 la facilité en devises
La contribution communautaire peut être mise en œuvre sous la forme d’une disponibilité en devises mise à
disposition des opérateurs privés, sous réserve que l’opération s’inscrive dans une politique de sécurité
alimentaire cohérente avec la politique économique.

 le financement d’actions d’appui à la sécurité alimentaire
Outre le financement de systèmes d’information relatifs à la sécurité alimentaire, de multiples opérations
peuvent être financées.

Les changements opérés dans le cadre de cette réforme reflètent deux grandes tendances :
L’aide directe est réaffirmée. Une fois négociée entre la Commission européenne et le pays bénéficiaire, l’aide
directe est dans la plupart du temps budgétisée par le gouvernement qui se retrouve ainsi mieux responsabilisé
dans le programme. Cette évolution souligne aussi la volonté de réduire l’aide en nature au profit d’une aide
financière.

L’aide indirecte est renouvelée et l’aide indirecte qui passe par les organisations internationales, comme le PAM
et la FAO, est maintenue. Celle en partenariat avec les ONGs comporte trois innovations majeures :
l    l’élargissement du partenariat aux Ong du Sud,
l    le financement de programmes de développement orientés vers la sécurité alimentaire,
l    la pluri-annualité des financements.


1.4 Qu’est ce que le Réseau Européen de Sécurité Alimentaire (RESAL) ?

L’objectif général du Resal vise à améliorer la sécurité alimentaire grâce à des politiques d’intervention
cohérentes et concertées


Des objectifs liés à la nouvelle politique communautaire




                                                                                                                  20
CNSA                                                              Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
Les objectifs du Resal coïncident avec les nouvelles orientations de la Commission européenne visant une
meilleure insertion des interventions en matière d’aide et de sécurité alimentaire, dans la politique de
développement des pays bénéficiaires :

-   analyse des situations et aide à la décision pour l’octroi d’aide alimentaire et les actions d’appui à la sécurité
    alimentaire,
-   appui à la définition et à la mise en œuvre des politiques de sécurité alimentaire,
-   mise à disposition d’outils facilitant le dialogue et la coordination entre la Commission européenne, les
    gouvernements et les différents acteurs,
-   appui à la formation et la réflexion sur les stratégies de sécurité alimentaire.

Quels sont les pays concernés par le projet ?

Les pays prioritaires concernés actuellement par le Resal sont les pays à faible revenu, à forte dépendance
alimentaire et à niveau d’insécurité alimentaire élevé et qui sont susceptibles de s’engager sur des
politiques de sécurité alimentaire à long terme. Il s’agit des pays suivants, répartis en neuf zones :
 Amérique Centrale : Honduras et Nicaragua
 Haïti
 Amérique Andine : Bolivie et Pérou
 Corne de l’Afrique : Ethiopie et Yémen
 Sahel : Burkina Faso, Cap Vert, Mauritanie, Niger
 Madagascar
 Malawi et Mozambique
 Bangladesh
 Caucase et Asie Centrale : Arménie,
 Azerbaïdjan, Géorgie, Kyrgyzstan, Tadjikistan

Quels sont les caractéristiques et atouts du Resal ?

Pour atteindre ces objectifs, des équipes associant experts européens et experts nationaux sont constituées pour
chaque zone. Ces neuf équipes, auxquelles s’en ajoute une chargée de la coordination, sont mandatées par la
Commission européenne.
Elles travaillent en réseau de manière à développer des approches et réflexions transversales sur les politiques et
stratégies de sécurité alimentaire.

Le Resal veut contribuer à l’élaboration de politiques de sécurité alimentaire de long terme viables et efficaces.
Ses activités sont conduites selon le triple principe de complémentarité, de cohérence et de synergie vis-à-vis :

 des institutions, des dispositifs et des programmes en place dans les pays bénéficiaires : gouvernements,
  organisations régionales, agences de coopération bi et multilatérales, Ong.

 des interventions et des orientations de la Commission européenne dans les différents

 des domaines ayant une influence sur la sécurité alimentaire au plan national, régional et international.




                                                                                                                     21
CNSA                                                                 Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
        LE RESAL EN HAITI

L’équipe, composé d’experts nationaux et européens, a initié ses activités par une prise d’information auprès des
différents intervenants publics, de la société civile, de la communauté internationale et du programme de
sécurité alimentaire de la CE en particulier, approché les problématiques actuelles liées à la sécurité alimentaire,
et posé un "diagnostic de la situation de la sécurité alimentaire en Haïti".

Cet « état des lieux » de la sécurité alimentaire a mis en évidence une série de facteurs de nature structurelle et
d’éléments conjoncturels qui influencent le niveau de sécurité alimentaire du pays et des ménages. Une
meilleure compréhension de ceux-ci a conduit à sélectionner et suivre une série d’indicateurs repris dans une
double base de données (conjoncturelle et structurelle).
Ces données sustentent l’analyse de l’évolution des équilibres macroéconomiques, du fonctionnement des
marchés des céréales, des importations et aides alimentaires ainsi que celle de l’évolution des niveaux de
revenus et des dépenses alimentaires des ménages.

D’autre part, les activités ont également porté sur le renforcement des interventions de la CE dans le domaine de
la sécurité alimentaire essentiellement dans les domaines de la distribution alimentaire en appui aux cantines
scolaires et le programme d’appui à la filière intrants semences.
Des espaces de dialogue et de réflexion périodiques sont établis avec les principaux acteurs travaillant dans le
domaine de la sécurité alimentaire en Haïti (représentants de la société civile dont les ONGs et le secteur privé,
techniciens d’autres coopérations et représentants de diverses institutions du gouvernement haïtien).




                                                                                                                    22
CNSA                                                                Les Actes du séminairede Sécurité Alimentaire
                      2.3 Synthèse des débats du panel introductif


Les discussions ayant suivi le panel introductif ont porté à la fois sur l'intervention de la CNSA (présentation des
concepts généraux de la sécurité alimentaire) et sur l'intervention du RESAL (présentation du réseau européen de
sécurité alimentaire).


1- DISCUSSIONS AUTOUR DE LA PRESENTATION DE LA CNSA


Suite à la présentation générale faite par la CNSA, il est tout d'abord souligné qu'il a été donné une définition très
large du concept de société civile, définition sur laquelle les participants au séminaire reviendront lors de l'atelier
spécifique sur le thème.

Participant: J'aimerais savoir pour quelles raisons la structure de concertation prévue dans l'organigramme de la
CNSA n'est pas encore sur pied, malgré toute son importance?

Mme AVIN, la Coordonnatrice de la CNSA :                     Jusqu'à présent le cadre légal formel est encore inexistant.
L'absence de ce cadre constitue pour la structure (hormis un procès-verbal du Conseil des Ministres) l'un des freins
majeurs à la mise sur pied formelle de toutes ses composantes. Une fois les conditions légales réunies, une étape
ultérieure sera d'identifier des représentants légitimes des principaux secteurs à impliquer dans la concertation.

Participant : Quels sont les liens existants entre l'ancien BUCOPSA (Bureau de Coordination des Politiques de
Sécurité Alimentaire) et l'actuel bureau technique de la CNSA, évoqués dans la présentation? Quelle est la
composition du Conseil Interministériel de la Sécurité Alimentaire?

La Coordonnatrice de la CNSA: La Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) est depuis 1997
la nouvelle et officielle dénomination de l'institution ci-devant BUCOPSA. Concernant le CISA, celui-ci est
composé de cinq Ministres: le Ministre de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural, qui
en assure la présidence, le Ministre de l'Economie et des Finances, le Ministre du Commerce et de l'Industrie, le
Ministre de la Santé Publique et de la Population, et le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe.
Compte tenu de la longue et difficile période de crise des 2 dernières années, le CISA ne s'est encore jamais réuni,
mais fonctionne à travers son président en exercice.

Participants:       Par rapport aux activités de la CNSA, est ce qu'elle dispose d'informations actualisées sur la
sécurité alimentaire? Qu'en est-il du suivi des travaux de l'ensemble des institutions impliquées dans le
renforcement de la sécurité alimentaire? Est ce que la CNSA envisage de réaliser une enquête générale incluant
une évaluation des disponibilités alimentaires? Quels sont les indicateurs de suivi de la situation de sécurité
alimentaire que la CNSA privilégie?

La Coordonnatrice de la CNSA:               Ces questions, étant très spécifiques, seront traitées au panel et à l'atelier
spécifique "système d'information" prévus dans le séminaire. Cependant, nous pouvons préciser d'ores et déjà qu'un
dispositif de suivi de la situation de sécurité alimentaire est en cours de montage. Ce dispositif (suivi d'indicateurs
pertinents, analyses périodiques, études spécifiques, ...) privilégie la concertation avec l'ensemble des intervenants
de la sécurité alimentaire en Haïti, et accorde une place privilégiée aux analyses qualitatives de l'évolution de la
situation.


2- DISCUSSIONS AUTOUR DE LA PRESENTATION DU RESAL

                                                                                                                       23
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Participant;       Dans quelle mesure l'aide en devises promue par la Commission Européenne dans sa stratégie de
coopération au renforcement de la sécurité alimentaire n'a pas des effets pervers, qui pourraient être de deux types
: incitation à l'achat d'aliments importés d'une part, surévaluation de la gourde d'autre part, ce qui tend à pénaliser
la production locale par rapport aux importations?

Mme STAES, Expert du RESAL:                  Dans la mesure où le marché des devises est totalement libre, ce qui est le
cas en Haïti, les accords entre la Commission européenne et les pays bénéficiaires ne prévoient aucune
conditionnalités sur l'utilisation des devises fournies ; cela dit, en contribuant à augmenter les réserves en devises du
système financier, il est clair que les importations, dont celles d'aliments, sont rendues plus faciles ; mais il s'agit là
d'un effet d'une aide à la balance des paiements et non d'une conditionnalité.
Par ailleurs, en ce qui concerne les possibles effets d'une aide à la balance des paiements sur la valeur de la monnaie
nationale par rapport aux devises, ceux-ci sont très complexes et mériteraient à eux-seuls, un atelier de travail à part
entière.

Participant;     Quel est le cadre de l'intervention du RESAL en Haïti? Est ce que celui-ci ne représente pas une
certaine duplication avec la CNSA?

L'Expert du RESAL:                 La décision de créer ce réseau, qui représente une innovation en termes de dispositif,
a été prise à Bruxelles, au siège de la Commission européenne. Tout en restant extérieur à la Délégation de la
Commission en Haïti, il s'agit avant tout d'un outil au service de la coopération de la Commission Européenne, mais
qui doit dans la mesure du possible appuyer également les efforts nationaux allant dans le sens du renforcement de
la sécurité alimentaire. Les intérêts entre le RESAL et la CNSA sont communs sur de nombreux points, mais les
objectifs sont différents ; il s'agit de deux outils d'expertise, l'un au service de la Commission européenne, l'autre au
service d'Haïti. Dans la pratique, les deux structures mettent le plus souvent possible leurs efforts en commun.


Par rapport à cette intervention, le Représentant de la Commission Européenne insiste sur l'importance que son
institution accorde à la cohérence entre la CNSA et le RESAL.




                                                                                                                        24
CNSA                                                                   Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
        ECHANGES SUR LES TROIS
         THEMES SPECIFIQUES EN
       RELATION AVEC LA SECURITE
              ALIMENTAIRE




                                                                      25
CNSA                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
  ROLE DE LA SOCIETE CIVILE DANS
     LE CADRE DE LA SECURITE
           ALIMENTAIRE




                                                                    26
CNSA               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
3.1 Introduction du thème: Approche de concertation de la CNSA avec
                          la société civile
        Dr J. Richard ETIENNE, Expert Santé/Nutrition, CNSA


J’ai la tâche à l'ouverture de ce panel sur le rôle de la Société Civile dans la Sécurité Alimentaire de vous
présenter ce que la CNSA a fait en terme d’approche de concertation avec la société civile. Cette présentation va
en quelque sorte compléter l'exposé de la Coordonnatrice décrivant la structure de la Coordination et sa
fonction de concertation.

En effet la Coordonnatrice vous a parlé des différents niveaux qui sont prévus dans la structure de la CNSA.
Elle a mentionné le niveau décisionnel, le niveau technique et le troisième niveau qui est la commission
consultative. La composition de cette commission (Bailleurs de fonds, ONG’s, les Associations socio-
professionnelles, les groupes de base etc….) montre clairement les objectifs que la CNSA s’est fixé en matière
de partenariat avec la société civile. En impliquant cette dernière dans la structure même de la CNSA, en effet,
les relations ne seront pas de simples échanges d’idées. La CNSA vise plutôt une mise en commun et une réelle
intégration de cette catégorie d’acteurs aux efforts du secteur étatique visant une amélioration de la situation de
sécurité alimentaire nationale. Malheureusement, la mise en place de cette commission ne s’est pas encore
matérialisée pour les raisons qu’elle vous a mentionnées.

Entre temps, la CNSA a mis à contribution la fonction de concertation de sa mission pour développer des
relations avec certaines organisations. Ces relations ont pris jusqu’à présent principalement deux formes dont je
vous donnerai en exemple :

Première Approche : Echanges directs avec les organisations, sur base individuelle
Des relations directes avec des ONG’s ce que je peux appeler des relations privilégiées avec certaines
organisations socio-professionnelles (ANDAH) et certaines ONG's financées par l'Union Européenne. Nous
avons développé des relations privilégiées avec des ONG’s telles la CARE, l'Agro-Action Allemande et le
PISANO dans le cadre de la mise en place de notre système d’information sur la sécurité Alimentaire. Ces
ONG’s nous envoient régulièrement des données collectées pour leur système de suivi.

Deuxième Approche : Association aux démarches CNSA
La CNSA s’est donné comme stratégie de faire participer tous les secteurs concernés par le thème y compris la
société civile à ses différentes initiatives. La constitution de groupe de réflexion sur un thème ou aspects
spécifiques de la sécurité alimentaire; de comité de pilotage lors de la réalisation d'études spécifiques réunissant
des représentants de l'Etat et de la société civile incluant les ONG's illustrent bien la démarche adoptée. A titre
d’exemple concret, nous mentionnerons : l'Atelier sur système global d’information sur la sécurité alimentaire;
l'Atelier sur l’harmonisation des méthodes de la collecte des données, l'Etude sur les impacts du FFW; et enfin,
le Groupe de réflexion sur les populations à risque qui malheureusement, a été discontinué.

Deux objectifs en associant les opérateurs à toutes nos démarches :
1. Leur fournir des outils de référence pour l'évaluation de leur propre travail
2. Permettre à la CNSA de faire des recommandations aux décideurs et à ceux-ci de prendre des décisions qui
   reflètent un certain consensus général.

Troisième approche : Encourager les plates-formes type TRC
La CNSA participe à la TRC depuis plus d'un an. Elle admet que cette table ronde peut constituer un bon
mécanisme d'échanges entre le secteur Etat et les ONG's en facilitant les échanges directes. Malheureusement,
cette action est très discrète et reste limitée aux ONG’s qui ne représentent qu'une partie de la société civile. La
CNSA est consciente qu'un effort doit-être fait pour atteindre une plus large fraction de la société civile. Ainsi ,
malgré les limites de la TRC, elle a été efficace dans la mesure qu'elle a permis à la CNSA de développer de
                                                                                                                    27
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
bonnes relations de partenariat et d'établir des mécanismes d'échanges et de partenariat avec des organisations.
C'est donc pourquoi, nous encourageons la formation de plate-forme et le renforcement de celles déjà existantes
en particulier en y intégrant d’autres organisations/associations représentatives de la société civile dans le souci
d'élargir la base de concertation.

En ce qui concerne la société civile, nous espérons vivement que ces deux journées de réflexion, à coté des
retombées positives qu’elles auront, contribueront à renforcer ces liens et à ouvrir de nouvelles perspectives
dans les relations de la CNSA avec la société civile




                                                                                                                    28
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
               3.2 Rôle de la société civile dans la sécurité alimentaire

Par Mme Magareth MATHURIN, Représentante de la Plate-Forme des ONG's de Sécurité Alimentaire1



1-Reconstruction de la société civile haitienne.

Les trente (30) années de dictature avaient démantelé les structures de base de l'opposition, é1iminé toute vie
associative. La société haïtienne dans son ensemble était relativement écrasée.

A partir des années 70, au sein des espaces de pastorale sociale et de développement de l'église catholique ont
commencé à prendre naissance des groupements paysans qui ont connu dans la décennie 80 une extension en
mouvement paysan. C'est dans ce bain que se sont constitués les mouvements paysans de Papaye dans le Plateau
Central et le mouvement Tèt Ansanm dans le Nord-Ouest.

La première moitié de la décennie 80 est marquée par un climat de tension sociale et d'agitation d'idées
démocratiques autour des questions de justice sociale et de droits humains.

De nouveaux acteurs vont apparaître sur la scène sociale et politique, ce sont les syndicats, les groupes de
jeunes, les communautés ecclésiales de base dite <ti legliz>. Les actions menées par ces acteurs se situent
généralement dans le champ politique et vont contribuer à approfondir la crise politique qui connaît un certain
couronnement le 7 février 1986 avec le départ de Jean-Claude Duvalier.

On assiste à partir du 7 février 1986 à une rupture de digues, les associations de toutes sortes foisonnent à
travers le pays, tels que des comités de quartiers, des organisations démocratiques, le KID (Komite Inyon
Demokratik), le MAD (Mouvement d'Action Démocratique), le Club du 7 février, le Comité de Vigilance
Patriotique, des organisations socioprofessionnelles, les mouvements d'étudiants et d'écoliers, les syndicats des
entreprises publiques (ED'H, TELECO, Minoterie), les organisations de femme en particulier les marchandes.

On pourrait dire que les actions de ces acteurs sociaux sont basées sous une forme de pulsion nationale
populaire avec un degré relativement bas de différenciation classiste de la société. Elles parviennent à mobiliser
de très larges couches de la population en particulier les couches populaires qui de manière informelle
s'expriment et sont porteuses de revendications que l'on pourrait regrouper en deux grandes catégories:

celles réclamant les droits politiques:

-   participation à la gestion de la politique publique à la base.
-   liberté de parole, de réunion, d'association.
-   l'exercice effectif de la justice.

et celles qui portent sur les droits sociaux: travail, santé, éducation, logement, communication, transport)

C'est ainsi qu'on a vu la FENEH faire une grève de longue durée en 1986 pour demander le départ du Ministre
de l'Economie et des Finances sans pour autant avoir le souci d'articuler ses revendications avec les problèmes
spécifiques de l'Université d'Etat d'Haïti.

En 1987, la CATH déclenche une grève générale (Rache manyok) demandant le renversement du CNG sans
beaucoup insister sur les conditions de travail des ouvriers, ni demander une révision des lois duvaliéristes qui
régissent le milieu ouvrier et le monde syndical. Les organisations paysannes s'acharnent contre les chefs de

________________________________
1
 Texte rédigé par M. Mathurin (GHRAP) avec la participation de Y-A. Wainwright (PAPDA), A. Laraque et E. Mathurin (GRAMIR), M.
Routier (BND) et C. Bérut (AFFP) pour le Groupe des ONG's de sécurité alimentaire
                                                                                                                                 29
CNSA                                                                         Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
section, bras armés de la répression au cœur des campagnes, pilier du système oppressif. Les enseignants ont
clamé le slogan changer l'Etat et organiser un congrès autour de ce thème.

Ces actions de grande mobilisation sociale se sont toujours articulées autour de communautés d'objectifs qui
concernent des libertés fondamentales et l'amélioration des situations socio-économiques. Ces aspirations
contiennent divers éléments en ce qui a trait en tout premier lieu à une politique économique autocentrée, moins
dépendante et l'avènement d'un Etat de droit avec des appareils efficients capable de réaliser des transformations
allant dans le sens des intérêts des secteurs majoritaires.

L'avènement de la Citoyenneté haïtienne s'est donc affirmé dans une dynamique d'organisation, de
reconstruction de la société civile haïtienne. Il est intéressant de signaler que les mouvements sociaux toutes les
fois qu'il était nécessaire ont investi l'espace électoral pour exprimer leurs desiderata. Le vote de la constitution,
les élections avortées de novembre 1987 puis celles de décembre 1990 sont autant d'actes posés qui montrent
que le peuple haïtien veut aussi bien assurer ses droits individuels que conquérir à jamais le droit de s'associer et
de se mobiliser.

Ce survol historique grâce à la mise en exergue de certains faits historico-conjoncturels importants nous permet
de dégager les caractéristiques les plus marquants de la société civile haïtienne.

2.- Spécificités de la société civile haitienne

Même avec le recul critique de 20 ans, on reste frappé par le phénomène important de l'unanimité et de
l'atomisation qui font la particularité de ce processus organisationnel. II est vrai que face au manque criant
d'organisation de la société haïtienne. Les mouvements sociaux ont dû à la fois se structurer et travailler à la
reconstruction d'un tissu social critique, il n'a pas été aisé de travailler simultanément à la réalisation de ces deux
objectifs. De manière générale par le biais de la mobilisation sociale des multitudes d'organisations ont laissé
voir leurs prises de position et leurs initiatives. La quête de changement et la ferveur démocratique ont fait
certes l'unanimité mais par contre on est incapable dans une analyse des dynamiques sectorielles de comprendre
les projets qui sont proposés. Les structures d'organisations impulsées par les acteurs sociaux se sont toujours
caractérisées par leurs incapacités à porter en avant les intérêts particuliers communs de leurs secteurs et ont fait
montre d'une très grande fragilité en terme d'organisation interne.

Cette débilité organisationnelle des acteurs sociaux les ont rendu instables, la plupart des actions entreprises ont
eu un rayon localisé, très limité et ont fait croître l'atomisation.

En dépit des limitations et des faiblesses des mouvements sociaux en Haïti, il est indéniable qu'ils ont joué un
rôle essentiel dans la reconstruction et l'élargissement de la société civile haïtienne avec l'avènement sur la scène
pour la première fois dans notre histoire des acteurs marginaux qui participent de manière active dans la vie
sociale et politique du pays.

3.- Le poids de la société civile dans le processus de transition.

1) Les organisations de la société civile ont opéré une cassure dans le système politique exclusif et de par leurs
pressions sans relâche ont pu porter à un renouvellement du personnel politico-administratif qui gère les
structures de base des appareils de l'Etat. La Constitution de 1987 a en effet proposé comme élément alternatif
les espaces de collectivités territoriales. Les CASECs et les ASECs par leur présence récente et sans aucun
encadrement substantiel ont occupé une place peu significative dans la vie économique, sociale et politique de
leurs communes. Ils ont su cependant conserver une grande proximité avec les acteurs communautaires. Cet état
de fait représente une grande avancée si l'on se réfère aux structures militaro-macoutes contrôlées par les chefs
de section et qui opprimaient le peuple haïtien.

2) La société civile haïtienne plus particulièrement les acteurs marginaux ont su de manière pacifique investir
l'espace électoral et mettre au pouvoir une nouvelle classe politique qui porte en elle les faiblesses et
incohérences du secteur démocratique et qui fait preuve d'incapacité pour articuler une idéologie organique
                                                                                                                      30
CNSA                                                                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
porteuse d'espoirs de changement dans le système politique, ce afin de parvenir à une modernisation de l'Etat et
de l'administration publique autour d'un projet d'intégration nationale qui prend en compte les aspirations des
secteurs majoritaires qui demeurent aujourd'hui encore insatisfaits, frustrés et sans perspective.

3) L'incapacité pour aucune force sociale en Haïti d'imprégner de nouvelles voies et une nouvelle légitimité
sociale au pays, doublée des luttes intestines qui ravagent la nouvelle classe politique ont contribué à renforcer
l'atomisation de la société civile. Certains des acteurs sociaux de par leurs structures éphémères et fragiles ont
disparu sur la scène, c'est le cas pour le mouvement des comités de quartier, le mouvement syndical qui semble
être dépassé par les événements, le mouvement étudiant et les organisations socioprofessionnelles qui n'ont
jamais d'ailleurs fait un sérieux effort de structuration.

Aujourd'hui, les seuls secteurs de la société civile qui démontrent une certaine vitalité demeurent les acteurs
marginaux. De leur part on observe un repli dans le communautaire, en apparence ils ne s'intéressent pas aux
questions politiques au niveau national et ont ceinturé leurs localités d'une multitude de formes associatives. Les
associations communautaires sont de plusieurs centaines dans les quartiers marginaux de la région
métropolitaine. Des milliers d'organisations paysannes de toutes sortes occupent une place significative dans la
vie sociale et économique de la petite paysannerie et la paysannerie pauvre. Le mouvement coopératif depuis la
fin du coup d'état connaît une croissance étonnante à travers le pays.

Le constat s'impose qu'en dépit de cet état de fait que la société civile a faiblement porté en avant le contenu
social de la modernisation d'Haïti et n'a pas su articuler des expressions plus directes des revendications sociales
et économiques. Elle a quand même façonné le pays avec une multitude d'organisations qui font preuve d'une
relative stabilité. Elles sont en moyenne vieilles de cinq à dix ans et sont toutes demandeuses de participation,
de droit de contrôle sur la chose publique.

4.- Contribution possible de la société civile haitienne a l'amélioration et le maintien de la sécurité
alimentaire.

I1 s'agit ici de remettre en perspective les initiatives économiques et sociales qui partent de cet effort massif et
relativement organisé du peuple haïtien et qui est susceptible d'être converti en pistes alternatives de
développement.

Pour cela, il faut comprendre les formes organisatrices proposées ainsi que les stratégies des acteurs de la
société civile qui peuvent jouer un rôle prépondérant dans la sécurité alimentaire. A ce propos, des études qui
s'inscrivent dans une mouvance de recherche-action doivent être menées.

Nous allons ici simplement signaler quelques initiatives qui nous paraissent significatives


Dans le secteur paysan

La production agricole nationale est assurée en grande partie par la petite paysannerie et la paysannerie pauvre.
Cette petite paysannerie évolue dans une précarité extrême. Elles ne sont jamais assurées de pouvoir écouler
leur production à un prix garantissant un taux de rentabilité convenable.

Dans bien des cas, une bonne partie de la récolte est consommée dans les localités productives et n'est pas
distribuée faute d'infrastructures routières. N'ayant pas accès au crédit, ils font souvent appel à un réseau de
prêteurs informels et doivent payer des taux usuraires compromettant leurs chances d'extension.

Face à cette situation, la paysannerie a proposé de multiples formes d'organisations qui va depuis les
associations traditionnelles de travail, les groupements communautaires, les mouvements paysans, les comités
d'usagers, les associations de marchandes pour ne citer que ceux-là et a entrepris des activités telles que les
centres de stockage de grains, les magasins et boutiques communautaires d'intrants ou de produits alimentaires,
les caisses populaires, la mise en place et l'entretien des infrastructures agricoles. Ces actions ont ouvert le
                                                                                                                    31
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
milieu rural à de nouvelles logiques. Si elles sont intelligemment appuyées elles peuvent se convertir en noyaux
pour la mise en place d'une intense trame d'activités rurales dans le domaine de la production, des services
agricoles, de la commercialisation, du transport.

Les formes d'organisation qui ont été impulsées font preuve de dynamisme mais restent encore peu définies et
atomisées. Un travail imaginatif d'ingénierie sociale reste encore à penser ce afin d'aider les associations
paysannes à augmenter l'efficience et l'efficacité de leurs actions, croître leurs capacités de négociation, tout ceci
afin qu'elles puissent décupler leurs revenus et garantir une solide présence sur le marché.

En milieu urbain

Les associations communautaires des quartiers marginaux ont fait preuve d'une maturité grandissante. Elles se
penchent de plus en plus sur les problèmes qui concernent l'amé1ioration des conditions matérielles d'existence
des populations pauvres. Elles détiennent des savoir-faire en mobilisation sociale et peuvent jouer un rôle
important dans l'éducation à la citoyenneté et le changement de comportement. Elles essayent de s'attaquer aux
problèmes sociaux de base et détiennent très souvent des écoles communautaires, des centres d'alphabétisation,
des coopératives d'épargne et de crédit.

En ce qui a trait à la volonté manifeste des couches urbaines et rurales pauvres d'avoir accès aux ressources
productives, il n'est plus à démontrer leur mobilisation aussi bien que leurs poids dans la vie économique
d'Haïti. D'où l'urgente nécessité à l'heure actuelle d'identifier toutes ces initiatives afin d'évaluer les résultats, ce
dans une perspective de recherche des principes de coordination et de complémentarité; dans le but de les
potentialiser et de dégager des pistes alternatives de politique économique et sociale.

Rôle particulier des ONGs dans la sécurité alimentaire en Haïti.

Les ONGs ont contribué à valoriser les localités. Le rôle d'accompagnement assumé par ces acteurs
institutionnels en vulgarisation des techniques agricoles, en technologie appropriée, en animation socio-
communautaire représentent par leurs valeurs d'expérimentation des pistes qui peuvent guider dans la
conception d'un style alternatif de gestion du développement en Haïti. Certaines des ONGs de par leurs
connaissances de la réalité de terrain et leurs ancrages dans les communautés peuvent jouer un rôle important
dans la stimulation des formes associatives en aidant les acteurs communautaires à augmenter leurs capacités
institutionnelles de gérer les ressources afin d'apporter des améliorations durables et équitablement distribuées
dans la qualité de leur vie et compatible avec leurs propres aspirations. Dans cette perspective, ils serait bon de
signaler quelques lacunes et limitations des actions menées par les ONGs. Les initiatives développées par les
ONGs ne sont pas abordées de façon suffisamment systématique et professionnelle. Les propositions et projets
initiés sont dispersés, il y a très peu de concentration des efforts et des ressources, pas assez d'échange sur les
perspectives. Les programmes et les propositions techniques ne tiennent pas compte suffisamment de l'univers
social et culturel national. La culture du développement promue par les ONGs nie trop souvent la valeur et la
force d'inventivité du savoir populaire et risque par la même occasion de se présenter comme culture
hégémonique qui vassalise les formes originales d'expression élaborée par la population.

Les ONGs pour jouer pleinement leur rôle d'accompagnement devraient avoir beaucoup plus le souci d'appuyer
au lieu de supplanter les initiatives populaires, ce pour leur donner les moyens d'une amplification, d'une
meilleure efficacité d'une plus grande stabilité. Ils devraient aussi améliorer les systèmes de coordination et de
communication inter-ONG afin d'atteindre des économies d'échelle, une plus grande complémentarité dans les
efforts et les actions entreprises.


5.- Articulation entre l'Etat et la Société Civile

Les exigences de la transition vers la démocratie oblige la nouvelle classe politique de ce pays à se pencher sur
la nécessité de construire et consolider un nouveau système politique en Haïti.

                                                                                                                       32
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Le difficile héritage historique dans la nature des rapports entre la population haïtienne et les appareils de l'Etat,
méfiance, marronage, refus, demeure un problème crucial tenant compte de l'intérêt croissant des acteurs de la
société civile issus des couches pauvres de la population pour le développement de leurs communautés. Il est à
l'ordre du jour plus que jamais la question de l'introduction de ces citoyens dans la vie sociale et politique de
leur pays et aussi l'intégration des ces secteurs dans de nouveaux courants économiques et sociaux en Haïti.

Il apparaît aujourd'hui important aussi bien de casser les structures de l'hyperconcentration des instances
publiques autour de la région de Port-au-Prince que d'institutionnaliser rapidement les structures de participation
populaire dans le cadre d'un processus de décentralisation.

En effet, le caractère extrême des problèmes sociaux en Haïti et l'absence quasi totale de l'Etat dans la prise en
charge des problèmes sociaux de base (santé, éducation, environnement) porte à prendre conscience qu'il faut
coordonner toutes les ressources disponibles pour une mobilisation générale en vue de mener des actions
susceptibles d'apporter des changements qualitatifs significatifs dans la situation actuelle.

L'Etat central devrait avoir le souci de toujours articuler la politique économique et la politique sociale. Une
participation active et permanente du secteur social est requise dans la conception même des politiques
économico-sociales intégrées. Les réformes nécessaires sont multiples par exemple on devrait créer parmi les
hauts niveaux de décision du pouvoir social des unités spécialisées exclusivement dans le domaine de l'appui, de
la participation, on devrait également établir des mécanismes permanents d'intégration des modus operandi ainsi
que du travail conjoint des secteurs économique et social.

A l'échelle de l'administration locale, le gouvernement central devrait appuyer le renforcement et la structuration
des instances étatiques locales et des organismes et associations de la sociét6 civile qui travaillent à l'échelle
locale. Aider à la priorisation des axes de développement au niveau local et national qui peuvent faire l'objet
d'une démarche commune.

Ces différents efforts pourraient déclencher un processus de rapprochement et créer un climat de confiance entre
les différents partenaires présents au niveau de l'action local de développement. Dans cette dynamique, il
importe de concevoir des structures de participation qui canaliseraient les efforts de développement et le capital
social des acteurs communautaires au profit de l'amélioration de la sécurité alimentaire dans un processus
durable. La présence de ces structures de participation garantirait aussi le droit et l'exercice de contrôle des
citoyens et citoyennes sur le suivi de la représentativité et de la responsabilité des autorités locales.

Dans la perspective d'assurer des avancées en ce qui a trait au renforcement de la société civile. Le
gouvernement central devrait:

a) mettre en place un cadre politique, juridique et administratif qui soutiendra les initiatives de la société civile.
   A l'heure actuelle, un ensemble de lois sont sous étude telle que la loi cadre sur les associations, la loi plus
   spécifique sur les coopératives, la loi sur les ONGs. Ces lois devraient être soumises aux secteurs sociaux
   pour critiques et suggestions avant même qu'elles ne soient présentées au parlement. Nous signalons en
   l'occurrence que la loi de 1996 sur la décentralisation semble tout à fait nier les très fortes demandes de
   participation. Rien n'a été prévue en terme de représentation de la société civile au sein des appareils des
   collectivités territoriales.

b) outre cet environnement propice à l'habilitation de la société civile, l'Etat doit promouvoir la justice et
   garantir la sécurité publique sur l'ensemble du territoire.


Référence Documentaire et Bibliographie

-   Base de données du GHRAP sur les mouvements sociaux. Grille de suivi des initiatives des acteurs sociaux (Années
    1986,1987,1988,1989,1990,1991,1992,1993,1994,1995)
-   11 publications du GHRAP sur la transition de 1986 à 1991.

                                                                                                                     33
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
-   Crise politique et effort de reconceptualisation des actions de développement en Haïti, GHRAP 1992.
-   Développement sans pauvreté PNUD, Luis Tais.
-   Politique d'appui au secteur informel dans les pays en développement; Paul Bodson, Paul Martel Roy.
-   Typologie des acteurs de la société civile qui peuvent jouer un rôle prépondérant dans la sécurité alimentaire;
    PAPDA, AFVP, Service Chrétien d'Haïti.




                                                                                                                   34
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                   3.3 Les relations entre la Société civile et l'Etat
        Par: Marc Hugues JACQUES, UCAONG/MPCE



Nous ne saurions parler sur la question des relations entre la Société Civile et l'Etat sans nous référer à la
Politique ; et parler de politique c'est se référer à l'Etat.

Ce que nous voulons dire tout d'abord, c'est que la main invisible d'Adam Smith, la main du marché, ne saurait
être considérée comme suffisante pour assurer une répartition équitable des richesses ; c'est pour cela qu'une
intervention de l'Etat dans l'économie est requise. L'Etat, seul, peut remplir cette fonction régulatrice ; la
Politique à laquelle nous faisons allusion ici, est appelée non pas à prendre le contre-pied du marché, mais à
assurer une fonction sécuritaire dans le cadre de la sécurité alimentaire, fonction que ce marché ne pourrait
prétendre assumer, puisque ce marché est guidé par la main invisible qui elle, est aveugle.

Il échoit ainsi à l'Etat d'établir des règles, d'organiser ces modes de régulations essentiels au sein du corps social
pour lequel la sécurité alimentaire est une exigence. Quoiqu'on dise ou prétende, l'intervention de l'Etat dans
l'économie n'est pas superflue. Elle est même souhaitée pour permettre à cette dernière de se développer. L'Etat
peut, en ce sens précis, être considéré comme une entité rassembleuse et organisatrice.

L'Etat pris dans ce sens, devient le levier d'un système politique combinant démocratie et participation, en ayant
comme interlocuteurs privilégiés de nombreuses institutions sociales, culturelles et politiques comportant des
syndicats professionnels, des groupements paysans, des associations multiples, de femmes, du secteur privé
formel et informel, du secteur commercial, industriel, des missions, des fondations.…etc.

La Société Civile est ainsi constituée par la coordination permanente de mouvements associatifs indépendants
de l'Etat opérant sur les mêmes terrains mais aussi par la coordination des autres associations plus haut citées.
Historiquement, en Haïti, la société civile s'est développée pour faire face au renforcement des potentats locaux,
à travers la mise en place de structures permettant aux citoyens, à leurs associations et organisations de faire
pression sur les pouvoirs existants et d'expérimenter des pratiques alternatives notamment sur le terrain de
l'organisation de la production collective. Et même, on l'a vu avec le développement de formes mixtes de
gestion de certains équipements et services publics, c'est en quelque sorte à travers une forme de partenariat
entre l'Etat, le marché et l'ensemble des citoyens que l'on voit se structurer la société civile en Haïti.

Cette Société Civile entend travailler, et l'Etat le souhaite, conjointement avec l'ensemble des pouvoirs publics,
dans les domaines très divers. Dès lors, on peut comprendre les objectifs du débat d'aujourd'hui et de demain, le
pourquoi, le comment et l'importance du dialogue, de la concertation et de la négociation entre l'Etat et la
Société civile sur un fond de sécurité alimentaire pour tous. En effet ces regroupements de citoyens en marge
des structures institutionnelles ont commencé au début de leur éclosion, à poser des problèmes à tous les
pouvoirs publics. La tentation était grande de les réduire au silence, ou au contraire d'essayer de les
"instrumentaliser" c'est-à-dire de les utiliser à des fins politiques.

On a pu remarquer par la suite que certains types d'ONG, d'organisations et d'associations de petits marchands
ou d'artisans, ont tenté, dans un souci d'intérêt général, de chercher à combler les lacunes de l'organisation
sociale, en concentrant leurs efforts sur un objet précis, en ce spécialisant. Alors là, avec leur bénévoles et leurs
professionnels, ces organisations peuvent et arrivent souvent à faire preuve de beaucoup d'inventivité et ce, dans
la plus grande liberté. Moins dispersées que l'administration étatique, moins bridées que cette dernière par des
règlements et des normes, elles peuvent expérimenter des formules nouvelles.

Devant ce caractère indéniable du rôle de la société civile dans le développement économique et social du pays,
nous avons travaillé au Ministère de la Planification et de la Coopération Externe pendant plusieurs années en
expérimentant des relations nouvelles entre le pouvoir d'Etat et la Société Civile.

                                                                                                                     35
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Le premier exemple qu'on peut citer pour montrer les relations qui peuvent exister entre la Société Civile et
l'Etat, concerne le processus d'élaboration de la Constitution de la République en 1987. Il constitue à notre avis
un exemple patent des relations pouvant exister entre toutes les catégories d'individus, d'associations. Toutes les
couches vives de la société était représentée: l'Eglise, les médecins, tous ces gens ont été invités pour construire
ne nouvelle Constitution.

Au MPCE, nous avons durant les années 95, 96 et 97 établi des relations très étroites avec la Société Civile,
pour ne pas dire les sociétés civiles, en travaillant dans deux directions visant à fournir à la société civile un
cadre légal et formel d'exercice de ses fonctions

Nous avons tout d'abord initié un premier forum dans lequel plus de 350 personnes se regroupant autour des
associations de football, des caisses populaires, des ONG's ont participé à une réunion pour essayer d'établir ce
que l'Etat n'a jamais fait : élaborer une loi sur les associations spécifiques telles que les partis politiques, les
caisses populaires. Nous nous sommes réunis à plus de 300 à l'Hôtel Christopher. Aujourd'hui, il s'avère que
cette démarche reste utile et nécessaire, même si elle n'est pas suffisante compte tenu du caractère spécialisé de
certaines associations comme les Caisses Populaires/

Ensuite, nous avons travailler sur une loi sur les ONGs. L'Etat et divers représentants de la Société Civile se sont
réunis au Ministère de la Planification pendant environ 6 mois. Cette loi a été validée par les membres de la
commission mixte formée à cet effet. Il ne reste plus qu'à procéder à sa ratification au niveau du Parlement et à
sa promulgation par le Gouvernement.

Quand on parle des relations entre société civile et Etat sur fond de sécurité alimentaire, on peut ainsi souligner
qu'on a eu déjà des relations très enrichissantes entre l'Etat et la Société Civile représentée par les associations,
les ONGs, les commissions, les caisse populaires, les coopératives. Je laisse maintenant au panel le soin de
montrer quelles nouvelles formes on doit donner aujourd'hui à ces rapports et à ces relations pour aller encore
plus loin.




                                                                                                                    36
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
3.4 Les expériences de la Table Ronde de Concertation du Nord Ouest
        Par: Wilfrid BIEN-AIME, Directeur du Projet « PROGRESS-HAÏTI » -Nord Ouest


1.- Historique et intérêt de la démarche.

La Table Ronde de Concertation du Nord-Ouest est née en réaction à un double constat objectivement effectué
par les opérateurs institutionnels de ce département, à savoir ·

    1. la dégradation continue, entre autres, de la sécurité alimentaire de la population locale caractérisé par
       des cycles de famines de plus en plus rapprochés malgré les interventions humanitaires d'urgence depuis
       quelques décennies;

    2. et, parallèlement, l'augmentation anarchique du nombre de partenaires de développement, évoluant de
       façon quasi indépendante sans aucun lien de communication entre eux.

Ce double constat s'est transformé en vives préoccupations au point qu'il ait suscité l'initiative conjointe de la
Direction Départementale du MARNDR, de la Direction Départementale du MPCE, de la Délégation
Départementale et du Projet Intégré de Sécurité Alimentaire du Nord-Ouest (PISANO), de mettre en place un
mécanisme ad hoc de partage d'information et de recherche de synergie entre les différents partenaires de
développement intervenant dans le département.

A la réunion du 29 mars 1996, les participants, environ une quarantaine de représentants d'institutions publiques
et privées travaillant dans le département, ont reconnu les avantages mutuels de la démarche et ont adhéré à la
création, sur la base du volontariat, de la Table Ronde de Coordination du Nord-Ouest, en lui fixant les objectifs
ci-après:

        -   augmenter la rentabilité des moyens investis;
        -   améliorer la pérennité des programmes de développement en cours;
        -   renforcer la capacité de dialogue et d'échange d'information.

Ces objectifs devaient être atteints grâce à:

   des plans annuels de développement élaborés par des partenaires discriminant les niveaux: habitations,
    sections communales, communes et département;
   une coordination systématique de ces plans assurée par la TRC ainsi que la prise en charge des instruments
    de coordination.

La TRC s'est structurée avec une Commission d'Organisation et de Préparation des réunions (COOP) et des
Commissions Techniques (CT).

2.- Principaux acquis de la TRC/NO.

     Depuis sa création, la TRC s'est réunie sans discontinuité, chaque premier vendredi du mois, établissant
      ainsi un dialogue constant entre les partenaires non-gouvernementaux, les structures déconcentrées de
      I'Etat et les Collectivités Territoriales. Environ une trentaine de structures y participent régulièrement.
      Les flux d'informations et des complémentarités recherchées et trouvées ont contribué à une
      amélioration du Management du Processus de Développement en cours dans le département. La 49 ième
      réunion de la TRC se tiendra, le vendredi 10 mars 2000 en lieu et place du vendredi du 2, a cause du
      carnaval;



                                                                                                                   37
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     Une meilleure connaissance de l'activité de chaque partenaire à partir de l'établissement d'une base de
      données individuelles marquée par la publication du Répertoire des partenaires au développement dans
      le Département du Nord-ouest;

     Les programmes périodiques (annuels ou pluri-annuels) de la majorité des partenaires sont connus,
      synthétisés pour servir d'éléments de base en vue de l'établissement d'une programmation conjointe des
      interventions à l'échelle du département;

     Une harmonisation dans certaines approches, méthodes et procédures de travail avec les mêmes
      bénéficiaires à partir des travaux des commissions techniques notamment celle du crédit;

     Des expériences de mise en commun de ressources pour la réalisation de travaux de meilleure qualité et
      de plus grande envergure (ex.partenariat PNUD/CARE/DDTPTC, PNUD/DDA-MARNDR,
      CARE/AAA/PISANO, FAO/AAA, UCODENO/CARE/CNC);

     Un système d'alerte rapide mis en place pour la détection et la gestion de crises alimentaires a partir des
      relevés réguliers de statistiques de marches, des prix des produits, des rendements et de la pluviométrie.

3.- Principales contraintes.

       Les projets de développement sont pour la plupart conçus à la capitale et les structures locales ont peu
        d'influence sur leurs structures mères pour définir ou redéfinir leurs programmes d'activités dans un sens
        plus conforme aux besoins de complémentarité déterminés au sein de la TRC, d'où persistance de
        répétition d'activités auprès d'un même groupe cible entraînant la confusion ou une surcharge de
        demande de participation physique ou financière des bénéficiaires directs;

       La TRC obtient très peu d'appui des structures mères de ses membres basées I'extérieur du département;

       L'absence prolongée de quelques représentants de ministères sectoriels devant assurer la coordination et
        le dynamisme des commissions sectorielles que sa nature de plate forme volontaire de concertation ne
        peut empêcher;

       L'insuffisance de moyens matériels et financiers pour réaliser les enquêtes et études nécessaires à une
        connaissance suffisante de la réalité du département et déterminer les programmes d'action appropries
        pour améliorer les conditions de vie de la population;

       La TRC n'arrive pas encore à développer les moyens de faciliter la participation de la population ou les
        bénéficiaires directs au processus de planification;

4.- Leçons à tirer de l'expérience du Nord-Ouest.

L'objectif initial de la TRC de servir d'un espace de dialogue et d'échange d'informations susceptibles d'éviter
les duplications dans les services à offrir à la population est relativement atteint et aurait pu l'être totalement si
les structures locales membres disposaient d'une certaine autonomie d'opérations.

Cependant, une évaluation réalisée par un consultant indépendant a mis en exergue deux faiblesses de la TRC:

    1) en amont, elle ne fait l’objet d'aucune appropriation de la part du niveau hiérarchique supérieur des
       organes déconcentrés de l'Etat, à l'exception fort symbolique du Ministère de la Planification et de la
       Coopération Externe (MPCE);

    2) en aval, elle n'a jamais pris le temps de se faire connaître et de faire connaître ses objectifs et ses
       réalisations à la population du département;

                                                                                                                     38
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
En outre, le consultant souligne que la TRC représente bien une institution mixte d'utilité publique ad hoc, ayant
une mission de progrès et de développement. Son ambition serait d'orienter et de planifier les actions de la
coopération internationale dans le sens du développement durable du département. Ne disposant d'aucune
autorité, donc sans moyen de contrainte vis-à-vis de ses membres actuels et potentiels, la TRC pourra
difficilement jouer un rôle de leadership en matière de programmation et de coordination des organismes non
gouvernementaux membres. D'ailleurs, au cours d'un atelier d'évaluation interne tenu à Port-de-Paix le 2
septembre 1999, il a été décidé de remplacer le terme coordination par concertation pour mieux marquer le
caractère fonctionnel mais non hiérarchique qui caractérise le type de relations de coopération entre ses
membres partenaires.

Aussi, l'expérience du Nord-Ouest interpelle-t-elle des réflexions autour des points ci-dessous:

     La TRC/NO aurait-elle pris naissance et subsister après environ 4 ans sans la présence de projets ou
      d'ONG bénéficiant d'un appui technique et financier important de la coopération internationale ?

     Le Nord-Ouest aurait-elle besoin d'une TRC, si les organes déconcentrés de I'Etat et ceux des
      Collectivités Territoriales avaient la capacité d'assumer et d'assurer leur mission de progrès et de
      développement, mais aussi et surtout leur mission d'autorité pour valider et contrô1er les interventions
      des autres partenaires ?

     La TRC, peut-elle par ses fonctions et attributions, se substituer aux organes techniques et politiques
      dont le champs de compétence légale est de promouvoir le progrès et de développement local (Conseil
      Départemental, Secrétariat technique..)?

Néanmoins, il est à reconnaître que dans une situation caractérisée par une faible capacité publique de
planification et de gestion de développement au niveau local, la TRC constitue un instrument / mécanisme utile
de dialogue, d'échange d'information et d'expérience pour des actions convergentes et efficientes. Elle a le
mérite de servir de facilitateur flexible, de structure de proximité capable de mobiliser une large participation de
partenaires au développement aux débats et réflexions liés au progrès d'un espace géographique déterminé.
Comme forum décentralisé de concertation élargie entre représentants de I'Etat, des Collectivités Locales, des
ONG et des organisations de la société civile, sa « réplicabilité » dans d'autres départements du pays est utile
voire nécessaire.

Toutefois, la TRC doit être considérée comme une étape dans un processus de planification décentralisée et de
gestion déconcentrée de la coopération internationale dont le leadership et la prise en charge devront être
assumés et assures par les organes compétents prévus par la constitution et les lois du pays.




                                                                                                                    39
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                               3.5 Synthèse des débats du panel



Les débats ayant suivi le panel "société civile et sécurité alimentaire" peuvent être regroupés sous trois points
spécifiques.


I - DEFINITION DE LA SOCIETE CIVILE, ROLE DE LA SOCIETE CIVILE ET DE L'ETAT


Participant: Jusqu'à présent un certain flou persiste sur la définition de la société civile, qui reste un
concept "élastique", à ce propos, nous voudrions avoir plus d'éclaircissements. De même, nous aurions souhaité
que soient approfondis, notamment lors du travail en atelier, les rôles respectifs de l'Etat et de la société civile
par rapport à la sécurité alimentaire.

Mme MATHURIN, Représentant le Groupe des ONG sur la sécurité alimentaire: A mon avis, la société
civile est l'ensemble des institutions non gouvernementales à vocation prioritairement civique, sociale ou
culturelle. De fait, ces différentes institutions peuvent avoir parfois des objectifs divergents, voire
contradictoires, mais il y a, selon moi, nécessité d'établir un front commun sur un thème d'importance comme
celui de la sécurité alimentaire nationale. Pour cela, un préalable est requis: la mise au point d'un cadre juridique
permettant l'expression pleine et entière de la société civile. En particulier, il est nécessaire de finaliser la loi sur
les associations, et de remettre en débat celle de 1996 sur les collectivités locales au niveau des sections
communales. Le problème de l'absence de personnalité juridique des comités de parents d'élèves ou des
organisations paysannes est un frein réel à leurs activités de renforcement de la sécurité alimentaire.
Plus généralement, nous estimons que l'ensemble de la classe politique doit se ressaisir et porter un projet
d'intégration nationale incluant tous les acteurs marginaux au processus. Par ailleurs, les travaux en cours de la
Commission Nationale de la Réforme Administrative (CNRA) sur la décentralisation doivent être suivis avec
attention par tous les secteurs concernés.

Mr BIEN-AIMÉ de la Table Ronde de Concertation (TRC):                      Par société civile: il s'agit de toute
organisation structurée qui n'est ni une émanation directe de l'Etat, ni une collectivité locale. En ce sens, la
société civile ne doit pas être limitée aux organisations émanant des classes marginales de la société haïtienne.

Participants:             Qu'en est-il de la reconnaissance juridique des structures issues de la société civile? A
quel point en est l'avant-projet de loi sur les associations? Et quel est le nom du fonctionnaire qui en est chargé
au niveau du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe?

Mr HUGUES, Représentant du MPCE:                 Ce dossier est en attente de la mise en place d'un nouveau
parlement; l'absence de parlement bloque également selon lui toute velléité de réaménagement de la loi
actuellement en vigueur sur les collectivités locales au niveau de la section communale. Par ailleurs, compte
tenu du grand nombre de dossiers en attente d'un parlement fonctionnel, celui sur les associations ne sera
probablement pas traité prioritairement. De ce fait, il est possible et souhaitable d'envisager dès aujourd'hui une
reprise des travaux techniques sur ces deux dossiers, afin de déposer des projets de loi actualisés au parlement
lorsque celui-ci sera à nouveau fonctionnel.

Mme MATHURIN du groupe des ONG sur la sécurité alimentaire:                 Ma question s'adresse au
Représentant de la TRC. Je voudrais savoir si les organisations paysannes participent à la Table Ronde de
Concertation?


                                                                                                                       40
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Mr BIEN-AIMÉ de la Table Ronde de Concertation (TRC):                         Jusqu'à présent non. Il s'agit là d'une
faiblesse de cette structure de concertation.


2 - REPRODUCTIBILITE DU MECANISME DE LA TABLE RONDE DE CONCERTATION


Participant: Il est fondamental de s'interroger aujourd'hui sur les ingrédients à réunir pour que le
mécanisme imaginé dans le département du Nord-Ouest soit réplicable dans les autres départements du pays.

Participant:     Quels sont les instruments mis en place par la TRC qui sont utilisables ailleurs?

Mr BIEN-AIMÉ, de la TRC: La Table Ronde a vu le jour dans des circonstances très particulières. La
démarche a été initiée suite au constat de la faiblesse technique des structures déconcentrées de l'Etat et des
collectivités locales. Si tel n'avait pas été le cas, si les structures de l'Etat avaient été en mesure de réaliser la
coordination requise, la TRC n'aurait peut-être pas eu de raison d'être. Mais si cette faiblesse institutionnelle
persiste, la TRC sera toujours utile dans le Nord-Ouest. La décentralisation prévoit l'existence d'un secrétariat
exécutif chargé d'assister le Délégué Départemental dans ses activités de coordination des directions techniques;
la société civile ne fait pas partie de ce secrétariat exécutif. Si le mécanisme de concertation mis en place dans le
Nord-Ouest est maintenu, il devra nécessairement trouver la bonne articulation avec la décentralisation, l'un de
ses avantages étant qu'il s'agit d'un mécanisme souple et flexible (qui fonctionne notamment sur la base de
commissions thématiques).


3 - LA CNSA ET LA CONCERTATION SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE


Participant: Si la CNSA a considérablement avancé sur le plan technique, le volet "concertation avec la
société civile" de son mandat souffre d'un certain retard, alors que cette même société civile est très
demandeuse de davantage de concertation. II semble de ce fait urgent d'avancer en la matière. Quels sont donc
les prévisions de la CNSA dans ce domaine?

Mme AVIN, la Coordonnatrice de la CNSA:                   Un bureau au personnel réduit, comme la CNSA a
besoin de structures-relais sur le terrain du type "Table Ronde de Concertation". Même dans le cas où les
structures déconcentrées de l'Etat étaient efficaces, la TRC resterait une institution nécessaire, justement dans la
mesure où elle permet de canaliser un certain dialogue entre des institutions étatiques et la société civile, ceci en
attendant la mise sur pied définitive des mécanismes et organes de la décentralisation qui sont prévues dans le
cadre de la Constitution de la République.




                                                                                                                     41
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
         SYSTEME DE SUIVI
               DE LA
       SECURITE ALIMENTAIRE




                                                                    42
CNSA               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
 3.6 Exposé sur le système de suivi de la situation alimentaire proposé
                            par la CNSA
    Par Danielle AVIN ADRIEN, Coordonnatrice Nationale, CNSA


1. INTRODUCTION

Le renforcement de la Sécurité Alimentaire sous-entend un ensemble complexe mais cohérent de politiques et de
programmes pour lesquels des données pertinentes et des outils d'analyse appropriés se révèlent indispensables.
Pour accomplir sa mission essentielle qui est de renforcer la capacité de planification et de prise de décision des
décideurs tant étatiques que de la société civile, la CNSA s'est donnée pour tâche la mise en œuvre, en
concertation avec tous les acteurs concernés, d'un système de suivi de la situation alimentaire nationale, tant au
niveau global que dans ses implications sur la sécurité alimentaire des ménages. Ceci devait se faire en
capitalisant sur les systèmes d'information existant ; malheureusement, un diagnostic effectué en 97 et vérifié
jusqu'à des dates récentes montre que la plupart des systèmes sectoriels (Santé, Agriculture, Commerce …) sont
profondément détériorés; peu de variables concernant de près ou de loin la sécurité alimentaire sont actuellement
suivies de manière systématique et régulière, mis à part le suivi des prix en milieu urbain réalisé par l'Institut
Haïtien de Statistiques et d'Informatique (IHSI) et le suivi des indicateurs de la politique monétaire par la Banque
de la République d'Haïti. Aussi, le premier ensemble très complet d'indicateurs retenus pour le système global
d'information sur la sécurité alimentaire a été jugé trop lourd et non réaliste; nous avons donc travaillé ces
derniers temps à la conception d'un système de suivi de la situation alimentaire dont les indicateurs ont été
déterminés à partir d'un modèle causal de l'insécurité alimentaire en Haïti.

2. MÉTHODE DE CONCEPTION DU SYSTÈME DE SUIVI PROPOSÉ PAR LA CNSA

Quelle a été la démarche de conception de ce système?

2.1 Sur la base du diagnostic consensuel de la situation de sécurité alimentaire, établi en 96 avec une
    représentation assez large des différents secteurs tant étatiques que de la société civile, l'équipe technique
    de la CNSA a dressé schématiquement un modèle causal de l’insécurité alimentaire en Haïti. Celui-ci
    organise en 14 grandes catégories les causes principales de l'insécurité alimentaire en Haïti.

2.2 Basé sur ce modèle, la liste des indicateurs minima qui nous ont paru les plus appropriés (significatifs,
    fiables, économiques, relativement faciles a collecter) a été établie.

2.3 Une évaluation qualitative des besoins en information des décideurs a également été déterminée à partir des
    réactions des différents secteurs lors d'une série de rencontres antérieures. Par ailleurs, les
    recommandations des responsables techniques de ces secteurs, lors d'un séminaire d'entente institutionnelle
    sur le montage du système global, ont été prises en compte.


3. ORGANISATION GÉNÉRALE DU SYSTÈME

Elle est basée sur un partenariat dynamique à établir entre systèmes sectoriels et autres et le système global.
Ceci peut éventuellement impliquer la nécessité de renforcer ou tout au moins d'harmoniser autant que possible
les systèmes sectoriels et autres existants. Le système d'ensemble sera le résultat d'une mise en réseau des
différents systèmes de collecte de données.




                                                                                                                    43
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Fig. 1

                      MECANISME Du suivi de la
                       securite alimentaire

                                                                   CNSA
                                                                 COLLECTE -
                                                                  ANALYSE -
                                                                 RESTITUTION


                                                 ES
                                             NNE




                                                                     BESOINS



                                                                                     IDENTIFICATION
                                          DO




                                                                                                      RESTITU
                                                          IRES




                                                                     DES
                                                           NDA




                                                                                                         TION
                                        DES


                                                      SEC O
                                               NEES




                                                                                                                              R EST
                                              DON




                                                                                                                                ITUT
                                                INTERVENANTS CENTRAUX:




                                                                                                                                    ION
                                                 - MINISTERES SECTORIELS,
                                                 - ORG. INTERNATIONNAUX,
                                                 - BAILLEURS DE FONDS,
                                                 - AUTRES.




                                                                                                                                          DE
                                                                                                                DE
                                                                                        DES
                                  RES
                                   E
                               ECT




                                                                    IDENTIFICATION
                             IMAI




                                                                                        BESOINS




                                                                                                                 L'INFO
                  L




                                                                                                                                               L'INF
               COL


                        S PR




                                                                                                                     RMATIO




                                                                                                                                                     OR
                                                                                                                                                   MA T
                    NEE




                                                                                                                       N




                                                                                                                                                       ION
                 DON




                       OPERATEURS-TERRAIN (ETATIQUES,
                       MIXTES) - OPERATEURS PRIVES




Tous les intervenants du système sont à la fois producteurs et utilisateurs d'informations. Le système n'est pas
hiérarchisé et les relations entre les différents intervenants seront établies sur une base de partenariat, la CNSA
jouant le rôle de point focal par rapport à l'ensemble.

L'identification des besoins constitue l'élément central du système; ce processus est continu et sera réalisé à
travers une concertation permanente (échanges directs inter-institutionnels, ateliers thématiques…) entre les
différents partenaires du système.

3.2. Mécanisme de Collecte/Traitement/Analyse des données



                                                                                                                                                                  44
CNSA                                                                                                             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Deux approches sont à envisager: celle du modèle actuellement présenté, et, á plus long terme, une approche
plus éclatée géographiquement, et intégrant des évaluations aussi bien qualitatives que quantitatives.
Dans le modèle actuel, la CNSA en tant que point focal du système, collecte les données suivant deux
mécanismes:
     à partir des systèmes d'information sectoriel: Dans ce cas, il s'agira le plus souvent de données
        secondaires (traitées préalablement par les institutions partenaires en fonction de leurs besoins).
        Cependant, compte tenu du caractère spécifique de ces données qui les rend dans certains cas
        inutilisables dans le cadre du suivi de la sécurité alimentaire, les données brutes pourront être sollicitées
        de ces systèmes sectoriels
     des données primaires seront également collectées par la CNSA à partir d'opérateurs spécifiques (cas de
        l'aide alimentaire notamment) et de réseaux d'ONG à travers leurs institutions centralisatrices (bailleurs
        de fonds…).

3.3 L'analyse

Ces données pourront être suivies de façon longitudinale, analysées en fonction de certains seuils de référence
(normes nationales et internationales, année de référence…) … selon le type; les variables interdépendantes
feront l'objet d’analyses croisées.
Un diagnostic précis de la Situation de Sécurité Alimentaire sera élaboré initialement à partir des données
disponibles ; celui-ci, qui constituera le tableau de bord du système sera autant que possible actualisé chaque
année.

3.4 Restitution de l'information
L'information générée par le système sera analysée et mise à la disposition des différents groupes d'utilisateurs en
fonction de leurs besoins. Le support utilisé pour la restitution de l'information, en plus du diagnostic de la
Situation de Sécurité Alimentaire mentionné plus haut, variera selon l'utilisateur:
 Notes techniques concises pour les décideurs politiques
 Dossier technique pour les directions techniques sectorielles et institutions techniques nationales et
    internationales ( organismes internationaux, bailleurs de fonds…)
 Des cartes thématiques seront réalisées et rendues disponibles pour les utilisateurs
 Bulletin trimestriel pour le grand public
 Note de vulgarisation pour les plates-formes départementales et communales.

4   VARIABLES ET INDICATEURS PRIORITAIRES

4.1 Les variables

Les 14 catégories de variables identifiées par le modèle causal précédemment mentionné ont été regroupées en 4
chapitres, correspondant aux 3 aspects fondamentaux de la sécurité alimentaire : disponibilité, accessibilité,
valorisation nutritionnelle.

4.2 Les indicateurs

Chacune des catégories identifiées regroupe donc un ensemble de variables, auxquelles on peut rattacher une
donnée quantifiable qui peut alors faire l'objet d'un suivi régulier et constituer un indicateur soit de l'évolution de la
sécurité alimentaire des ménages, soit de la situation de la balance alimentaire nationale. Elle peut aussi faire l'objet
d'une étude spécifique.
Le tableau 1 donne la liste des 14 grandes catégories de variables retenues dans l'analyse.
Le tableau 2 présente une liste des indicateurs à suivre. Les niveaux de désagrégation, fréquence, institutions à la
source de ces données ne sont pas mentionnés dans ce tableau, mais peuvent être trouvés dans le document de
proposition préparé en Mars 99 par la CNSA.



                                                                                                                       45
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                                    Liste des catégories de variables

       CHAPITRE                CATEGORIE                                OBJECTIFS
       I - REVENU       DES    1 - Revenus totaux des ménages
         MÉNAGES               2 - Revenus hors exploitation            ACCESSIBILITÉ À
                                                                        L'ALIMENTATION

       II - DÉPENSES    DES    3 - Dépenses alimentaires                (ÉVOLUTION REVENUS
         MÉNAGES               4 - Dépenses non alimentaires            ET DEPENSES)
                               incompressibles
                               5 - Prix des aliments
       III - DISPONIBILITÉ     6 - Production agricole                  DISPONIBILITÉ
         ALIMENTAIRE           7 - Stocks                               ALIMENTAIRE:
                               8 - Importations commerciales
                               9 - Exportations                         Bilan alim. Nat.: (prod
                               10 - Aide alimentaire                    + imp + aa + stocks - exp)
                               11 - Démographie                         micro: prod des ménages
                                                                        (lien avec accès)
       IV - UTILISATION        12 - Disponibilité en services           POTENTIEL             D'UTILISATION
       BIOLOGIQUE              de santé                                 DENREES
                               13 - Etat nutritionnel                   CONSOMMEES
                               14 - Hygiène du milieu



4. CONCLUSION

Aucune décision rationnelle, tant politique que technique n'est possible sans information, et cette nécessité
concerne:
- tous les organes de la nation: secteur étatique, secteur privé, société civile
- tous les secteurs: agriculture, santé, finance…,
- tous les niveaux: central, départemental, communal … et,
- tous les échelons de décision, depuis les décideurs politiques jusqu'aux chefs de ménage.

Les efforts pour disposer d'un système efficace, approprié à notre réalité, dynamique et souple seront donc
largement payants.

Sur la base de concertation si chère à la CNSA, je vous invite donc à:
- bien peser le modèle proposé,
- réfléchir aux systèmes à objectifs similaires qui vous seront présentés et aux expériences et avancements en
    Haïti concernant l'information alimentaire, et surtout,
- donner une réponse pertinente aux nombreuses questions qui restent encore à éclaircir,
afin qu'au terme de ces deux journées de réflexion, nous soyons prêts, tous ensembles, à construire, à faire
fonctionner et à utiliser un outil dont nous avons tous un si urgent besoin.




                                                                                                                 46
CNSA                                                            Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
 3.7 Etat d'avancement des travaux de l'IHSI en matière d'enquêtes et
                     de statistiques nationales
        PAR: Raymond GARDINER, Consultant à l’IHSI



L'Institut Haïtien de Statistiques et d'Informatique (IHSI) est une institution autonome placée sous la tutelle du
Ministère de l'Economie et des Finances. Il collabore avec les services statistiques des ministères et entretien des
rapports privilégiés avec des institutions nationales et internationales à la fois utilisatrices et productrices
d'informations statistiques. Il a signé des conventions de partenariat avec plusieurs organismes dont la Banque
de la République d'Haïti (Banque Centrale), la Direction Générale des Impôts (DGI), le Ministère de l'Economie
et des Finances (MEF), le Ministère de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural
(MARNDR) auxquels il apporte son appui méthodologique.

L'IHSI est la structure centrale responsable de la définition des normes statistiques, de la réalisation et/ou de la
coordination de tous les travaux liés aux activités statistiques. Ainsi, il s'occupe de l'organisation des
recensements généraux, réalise des enquêtes et fait le suivi des principaux indicateurs démographiques, sociaux
et économiques.

Depuis plus de trois ans l'Institut travaille sur de nombreux projets dont plusieurs sont à un stade très avancés.
Suivant l'échéancier qui a été établi, il est prévu pour l'année 2000 de réaliser les travaux suivants:

1. Enquête sur la population de plus de 18 ans, les ménages et le calcul de densité de population. Celle-ci sera
   d'une grande utilité surtout pour le Conseil Electoral Provisoire (CEP) qui sera ainsi en mesure de connaître
   plus précisément la population en âge de voter pour les prochaines élections.

2. Publication en deux étapes des résultats de l'Enquête Industrielle. D'abord les résultats préliminaires pour
   une première analyse, ensuite les résultats définitifs de cette enquête menée en 1999.

3. Publication des résultats partiels de l'Enquête Budget Consommation des Ménages (EBCM) dans un
   premier temps, puis à la fin de l'année, publication des résultats définitifs.

4. Publication des Comptes Economiques de 1986 à 1996-97 et élaboration des comptes provisoires pour 1999

5. Ressources et Potentialités des Communes. La publication de cette étude se fera en deux parties; la première
   concernera les départements du Sud-Est, de l'Artibonite et du Nord-Ouest, et la seconde les six autres:
   Ouest, Nord, Grand-Anse, Sud, Nord-Est, et Centre

6. Suivi des Indicateurs Conjoncturels: Ils concernent essentiellement les indicateurs macro-économiques en
   particulier l'indice des prix à la consommation.

7. Publication du bulletin de Statistiques Sociales

8. Elaboration du Plan stratégique 2000-2005: il s'agira là d'un document de travail dont la diffusion sera
   restreinte.




                                                                                                                    47
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     03.8 Le dispositif de suivi des prix ruraux mis en place dans le Nord-
    Ouest dans le cadre du système d'Alerte précoce (Prévention des crises)
        Par Rotchild EXCEUS/ PASAAP et Myrtho JOSEPH/ CARE


Objectifs du suivi

-    Contribution à l'édition/publication du bulletin NEWS (North West Early Warning System)
-    Disponibilité d'informations pour les Projets vers intensification/réorientation des mesures adoptées dans la
     conduite des activités en cas de besoin.(par ex. impact Cash for Work / Food for Work sur les prix)

Fonctionnement du système

-    Couverture des marchés importants et répartition géographique des Projets pour éviter duplication.
-    12 marchés couverts :CARE (4) -PISANO (3) - AAA (5) (avec Anse Rouge-Artibonite).
-    Choix des marchés :Accessibilité et volume des transactions.
-    Produits suivis: céréales, pois/haricot, banane, charbon, huile de cuisine, animaux.
-    Fréquence des relevés: 2 passages/mois, environ 3 interrogés entre 10:00 AM et 2:00 PM.
-    Utilisation : Publication du bulletin NEWS
-    Traitement et interprétation des informations sur la base de la saison de culture, des comparaisons inter-
     annuelles, inter-mensuelles, inter-marchés, des corrélations avec la pluviométrie, les intrants agricoles et
     l'offre/demande.
-    Personnel impliqué :moins de 15 % de leur temps de travail au suivi des prix sur les marchés.

Principales contraintes

-    Limitations méthodologiques à ce que devrait être un dispositif national de suivi des prix
-    Doute sur la fiabilité des donn6es en l'absence d'un système de contre-vérification.
-    Généralement, les produits ne sont pas pesés, seulement les prix sont demandés pour ne pas
-    entraîner des effets négatifs en terme d'image auprès des producteurs venus vendre sur le
-    marché.
-    Non uniformité des unités de mesure d'un marché à l'autre. Toutes les institutions de collecte ne font pas le
     relevé du poids des produits.

Perspectives - Etat d'avancement des discussions concernant harmonisation/actualisation du système

-    Il est prévu pour avril 2000 la fusion PISANO-PASAAP dans le Nord-Ouest. Le système d'alerte précoce
     devient plus opérationnel puisque la prévention des crises qui prend en compte le suivi des prix est définie
     comme une activité propre du nouveau Projet.

-    Il est prévu également une rencontre sur l'actualisation du bulletin NEWS pour le mois d'avril 2000 entre les
     partenaires: AAA, PISANO, CARE et CNSA. Lieu: Bureau AAA à Port-au-Prince.




                                                                                                                   48
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                   3.9 L'Outil de Suivi des Prix proposé par le RESAL
          Par: Véronique STAES, Expert RESAL


          Analyse de l’évolution des prix de marché des principaux produits vivriers en Haïti

                    Quels sont les enjeux d’une analyse de l’évolution des prix de marché des produits vivriers en
Haïti ?

         Le niveau d’information sur les comportements des prix des principales denrées vivrières et des agents
opérant sur les marchés de production et de consommation est aujourd’hui très faible en Haïti. De plus, comme
les marchés de consommation dépendent de plus en plus des importations, Haïti est très sensible à des chocs
externes susceptibles de venir modifier radicalement les conditions en vigueur sur ces marchés et donc la
situation des consommateurs et des producteurs. Les niveaux du pouvoir d’achat des ménages et des revenus
agricoles sont aussi un sujet de préoccupation majeur.
         Dès lors, il apparaît indispensable de disposer d’un outil de compréhension et de suivi des prix des
céréales dans un pays dont le PIB reste largement dominé par des activités agricoles. D’importantes questions se
posent en effet aux gestionnaires économiques soucieux d’élaborer une politique cohérente dans ce domaine,
parmi lesquelles:

   Faut-il davantage protéger la production céréalière locale et donc les revenus des producteurs ?
   La commercialisation est-elle efficiente ?
   Des actions peuvent-elles et doivent-elles être menées pour développer davantage les capacités de
    commercialisation et de stockage ce qui aurait pour effet de réduire les coûts de transfert et donc l’écart
    entre le prix au producteur et le prix pour les consommateurs ?
   Comment gérer au mieux l’aide alimentaire massive pour qu’elle n’interfère pas avec la production locale et
    ne perturbe pas les circuits de commercialisation locaux ?

Pour contribuer à y répondre, le Resal propose de construire un outil permanent d’analyse capable de fournir des
données objectives sur le niveau des prix payés par les consommateurs et ses principaux déterminants, sur les
coûts de transfert et de commercialisation ainsi que sur les revenus des producteurs, sur l’interaction entre le
marché local et les conditions du marché international et/ou les interventions d’aide alimentaire. Il a effectué un
premier travail visant à illustrer ce qui pouvait être fait: spécification des données à recueillir, systématisation 2
des données existantes, organisation d'une collecte restreinte de données, et première analyse des données déjà
recueillies.

                    Quelle a été la méthodologie proposée ?

Le processus de formation des prix sur les marchés de producteur et de consommateur des céréales (riz, maïs,
sorgho) et du pois met en évidence plusieurs niveaux d’interaction qu’il convient d'étudier. Une question
importante est de savoir comment joue l’interaction entre la contrainte imposée par le prix du produit importé et
la contrainte du producteur mesurée par le niveau de ses coûts et un revenu minimum pour couvrir ses besoins
de base.

En raison de l’absence d’un système d’information de marché des produits vivriers, l’analyse des séries
hebdomadaire de prix, couvrant une période variable de 6 mois à plus d’un an, s’est limitée aux marchés des
Cayes, Camp Perrin, P-a-P, des Gonaïves et de St Michel de l’Attalaye.




___________________________
2
          Et clarification des limites à l'utilisation de données recueillies dans des contextes et pour des objectifs différents
                                                                                                                                      49
CNSA                                                                                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
La première activité s’est déroulé en deux temps:
 Collecte des données de prix: à partir des données de différents organismes. Les principales sources sont:
    l’ODVA, les ONGs CECI & CARE, le projet PISANO et le RESAL.
 Inventaire des données obtenues: pour chacun des produits suivis, un inventaire des données disponibles a
    été réalisé à l’aide d’un tableur (excel) qui permet de rechercher facilement les données disponibles et leurs
    « caractéristiques » (unité de mesure, période et fréquence, type de marché, …).

Ensuite, il a été possible de construire une banque de données qui comprend les calculs suivants:

    un calcul de l’IPP (Calcul du prix international, rendu destination Port au Prince - y compris taxes à
     l’entrée);
    une analyse de corrélation de l’évolution des prix intérieurs de marché avec les prix internationaux pour les
     principales denrées alimentaires;
    des analyses de l’intégration de marché verticale (filière), spatiale (entre marchés) et temporelle (au
     cours de l’année);
    l’analyse des interactions entre les marchés des différents produits étudiés.

      - Ce qui implique:
            Mesure du prix de revient de l’importateur sur base du prix international
            Mesure des prix des produits importés à Port au Prince et dans différentes zones
            Mesure des prix du produit local sur les différents marchés de consommation, de regroupement et de
            production (analyse des marges aux différents stades)

                    Quels ont été les principaux éléments à retenir de l’analyse des différents marchés3 ?

Une première analyse des données recueillies a été réalisée en Mai 1999. Elle a été réalisée autant dans un but
méthodologique, et d'illustration de ce qui est possible, que pour parvenir à des premières conclusions éclairant
la réalité. En voici les principales, basées essentiellement sur l'examen des corrélations des évolutions de prix
entre différents produits:

a) Des taux de substitution entre aliments faibles
 Les évolutions des prix des produits importés (riz et pois) ne montrent pas de corrélation importante avec
    celles des prix des produits locaux
        Les fluctuations de prix du riz semblent totalement dissociées des fluctuations des prix des autres
        céréales, y compris celui de la farine importée. L’analyse de corrélation indiquerait donc un très faible
        taux de substitution entre le riz et les autres denrées. Par contre, une certaine substitution semble exister
        entre le maïs et le sorgho ainsi qu’entre ces deux céréales et le pois dans une moindre mesure. Cela
        serait dû au comportement des consommateurs qui, en cas de hausse des prix pour une de ces denrées,
        auront donc tendance à se reporter sur les autres céréales4.

b) Des marchés apparemment peu connectés, du moins sur la période étudiée, révélant une segmentation de
marché importante
 Les coefficients de corrélation5 sont effectivement faibles entre les différents types de céréales et entre les
    produits importés et les produits locaux. Dès lors, les marchés apparaissent très segmentés que ce soit par
    type de céréales ou par zone.


__________________________
3
          Des problèmes de qualité des données ont été mis en lumière, ce qui illustre l'importance de la rigueur avec laquelle les données
sont relevées.
___________________________________
4
          Cette conclusion est à vérifier dans la mesure où de nombreux autres facteurs pourraient intervenir pour expliquer cette
          corrélation: des calendriers de production assez semblables, etc.
5
          Rappelons que l’analyse de corrélation mesure l’existence et l’importance du parallélisme entre les variations de prix (sur une
          base hebdomadaire) des divers types de céréales et le pois. Cette analyse ne permet pas de déceler les décalages temporels
          dans l’influence des variations de prix sur les différents produits et/ou marchés des uns par rapport aux autres Dès lors,
                                                                                                                                         50
CNSA                                                                             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
c) Les marchés apparaissent assez cloisonnés, en partie parce que les circuits de commercialisation ne sont
   pas toujours bien établis et stabilisés.

    Les coûts d’entrée dans les circuits de commercialisation sont importants. Les quantités commercialisées
     sont par contre relativement faibles, exception faite du riz. Le revenu net tiré par le commerçant reste risqué.

d) Des marges importantes sur les produits importés qui constituent une forme de protection pour les céréales
   locales mais des canaux de commercialisation intérieure qui semblent peu efficaces
 Des marges de commercialisation élevées sur le principal marché de consommation, Port au Prince, en
    particulier sur les produits importés (d’une certaine façon, ces marges protègent les céréales locales);
 Une commercialisation réalisée dans de mauvaises conditions (pas de capacité de stockage adéquat et
    manque de capital financier) avec un coût élevé. Les écarts entre prix sur les marchés de production et prix
    au consommateur s’échelonnent entre 20% et 60%.
 Des fluctuations importantes au niveau des prix des producteurs alors que, sur certains des marchés de
    consommation, les prix sont beaucoup plus stables.

e) Deux régions avec des comportements atypiques
 L’analyse de la dispersion géographique des prix fait ressortir deux régions avec des comportements
    atypiques: le marché de la Croix des Bossales à Port au Prince sur lequel les prix 6 sont sensiblement plus
    élevés qu’en dehors de la région métropolitaine et la région du Nord Ouest dans laquelle les prix sont au
    contraire plus bas que dans les autres régions. Une certaine hiérarchie apparaît quel que soit le type de
    produit (qu’il soit produit localement ou importé) confirmant les positions extrêmes de ces deux régions.

f) Sur les marchés où les produits importés représentent une part non négligeable des quantités
   commercialisées, les prix des produits importés déterminent un seuil que les produits locaux ne peuvent
   dépasser durablement.
 Les données disponibles sur le marché du riz et le marché du haricot montrent que même si les prix des
    produits locaux ne varient pas systématiquement en parallèle avec les produits importés, leur niveau à
    moyen terme semble clairement influencé par le prix du produit importé.


g) Des écarts de prix entre les marchés de production et de consommation variables en fonction du type de
   produit, de la saison (récolte/soudure) et de la région

Plusieurs éléments peuvent être épinglés:
 Il n’y a pas d’uniformité de comportement entre marchés et entre périodes;
 Les écarts de prix observés entre l’Artibonite et PaP sont très variables suivant la saison: élevés en période
    de récolte, ils se réduisent très fortement en période de soudure
 Sur les marchés du Sud, les écarts relevés en avril, en fin période de soudure qui précède l’arrivée des
    récoltes, montrent des prix légèrement supérieurs à ceux de PaP, signe d’une certaine tension7.
 Dans le Nord Ouest, les tensions du mois de décembre peuvent être liées à l’achat de graines comme
    semences.
 Les coûts de commercialisation estimés ne sont pas très élevés relativement aux prix de vente pour des
    céréales comme le riz ou le haricot (entre 5% et 12%) mais pèsent évidemment plus lourd pour le maïs et le


          l’interprétation des coefficients calculés devra être modulée en fonction d’analyses approfondies (identification et mesure de
          décalage dans la transmission de prix).
____________________________
6
        C’est vrai particulièrement pour le riz; c’est moins significatif pour les haricots et pour le sorgho.
__________________________________
7
        La tension sur les prix traduit l’isolement de ce marché par rapport aux autres (faible déplacement des produits).
                                                                                                                                           51
CNSA                                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
    sorgho, produits de moindre valeur, ce qui peut expliquer des marges pour les commerçants généralement
    plus faibles et moins flexibles pour ces produits.

Dans le document publié par le Resal8, le lecteur trouvera une description du marché du riz, maïs, sorgho et
pois.

                 Conclusions

En raison d'une trop faible quantité et qualité des données, les conclusions de notre étude demandent
confirmation. D'autres aspects pourront aussi être analysés quand la couverture spatiale des relevés de prix sera
plus large, et les séries temporelles seront plus longues. Et bien sûr, on ne peut pas non plus trouver de réponses
satisfaisantes à toutes les questions sur la base de données de prix uniquement, même si ceux-ci sont le reflet du
fonctionnement d'une réalité sous-jacente très complexe.

Néanmoins, accompagnée bien sûr d'avertissements sur son caractère partiel, pour connaître une réalité, mieux
vaut une photo floue que rien du tout. L'examen détaillé des séries de prix, mêmes partielles et incomplètes,
présente au moins les avantages suivants:
 il permet d'approcher plus concrètement la formation des prix de produits alimentaires de base sur différents
   marchés et d'établir des typologies plus adaptées à la réalité étudiée,
 il permet de préciser les analyses qui paraissent intéressantes à développer et d'affiner les questions que l'on
   se pose,
 il permet de préciser les interventions qui amélioreraient l’efficacité de fonctionnement de ces marchés et
   d'en clarifier les enjeux,
 et, last but not least, il permet d’améliorer les stratégies de collecte et d’analyse de données de prix, ainsi que
   de maintenir l’enthousiasme et la créativité indispensables des personnes impliquées dans le suivi d’un
   indicateur fondamental de la sécurité alimentaire des ménages.




8
        Resal-Haïti, Mise en place d’un instrument de suivi de l’intégration des marchés des céréales, Août 1999.
                                                                                                                                52
CNSA                                                                           Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     3.10 Le Système d'alerte précoce rapproché9 . Etude de cas: le Tchad
            Par: Vincent BAQUET, Expert international, ADE


            GENERALITÉS: Contexte, Organisation et Objectifs

       Contexte

Suite aux problèmes de graves sécheresses qu'a connu le Tchad respectivement en 1973-74 et 1983-84, il fut
décidé en 1985 de mettre en place un Système d'Alerte Précoce (SAP) destiné à prédire, ou détecter
précocement, les risques de famine afin de déclencher temps les actions nécessaire pour éviter que se
renouvellent de semblables catastrophes. Le projet a démarré en juin 1986 avec l'assistance technique de
l'Association Européenne pour le Développement et la Santé (AEDES) et l'appui financier de la CEE..

Le SAP s'est consacré à la construction d'un système d'information sur les risques nutritionnels auxquels sont
exposées les populations des six (6) préfectures sahéliennes du Tchad. Dès ses débuts, le système d'alerte a été
basé sur une série d'enquêtes socio-économiques et de suivi qualitatif de la production agricole réalisée de
manière continue au cours de l'année.

L'établissement de ce système devrait faciliter l'éclaircissement de multiples interrogations comme par exemple:
-           Quelle frange de la population risque dans un avenir proche de connaître des problèmes
    alimentaires ou nutritionnels? Quand ?
-           Quelle est l'importance des problèmes et leur évolution?
-           Comment quantifier l'aide pour que celle-ci répondent aux besoins mais ait un minimum d'effets
    pervers sur les structures de production agricole locales ?

L'organisation du SAP est centrée sur un système d'information regroupant les opérations de collecte, de
traitement (validation, synthèse) et de diffusion de l'information, et sur la prévision du risque (pronostic
amenant éventuellement des recommandations d'actions).

       Organisation

Le projet dispose, au niveau central, d'une équipe technique composée par un chef de projet (expatrié) et son
homologue national, accompagnés de deux agronomes. Ces derniers en plus de leur contribution au traitement et
diffusion de l'information, sont chargés du suivi du système d'information en périphérie.

En périphérie cinq équipes sont présentes en permanence sur le terrain. Elles sont composées de cinq (5)
fonctionnaires détachés du Ministère qui sont responsables chacun d'une préfecture. Ils sont aidés par quarante-
neuf (49) observateurs, la plupart d'entre eux sont des fonctionnaires du Ministère de l'Agricultures qui réalisent
les enquêtes du SAP en plus de leur fonction principale.

Le travail des enquêteurs reste sous la supervision directe des cinq (5) homologues. Ceux-ci exécutent
également des enquêtes périodiques (pronostic et diagnostic). De plus ils sont chargés de récolter et de
synthétiser l'information auprès des différents services techniques locaux et de transmettre, lorsque l'occasion se
présente, les synthèses réalisées par les Comités Techniques Locaux (CTR).

Les principales activités entreprises sont regroupées en deux grandes catégories:
1. Celles ayant rapport aux activités de routines qui concernent les enquêtes conjoncturelles mensuelles, la
    production de bulletins mensuels; les missions suivi Homologues-Observateurs de terrain; les enquêtes de
    pronostic, de diagnostic, de vérification et éventuellement nutritionnelles.

9
    Cette présentation s'insère aussi dans le cadre du processus de réflexion pour la mise en place des "observatoires en milieu rural".
                                                                                                                                           53
CNSA                                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
2. Celles ayant rapport aux activités générales telles les enquêtes contrôle-validation des données structurelles;
   la présentation du bulletin; la diffusion des données structurelles et des bases conjoncturelles; les formations
   sur les méthodologies d'enquêtes "informelle" et la rédaction de rapports; l'identification des pistes et
   l'amélioration des mécanismes de collaboration avec d'autres institutions.

     Objectifs

La finalité première du SAP est de donner aux ministères concernés et aux donateurs des indications claires qui
leur permettront d'élaborer des réponses précoces et pertinentes a une situation donnée. De façon plus précise,
les objectifs généraux du SAP sont de:

1.   Contribuer a la sécurité alimentaire dans la zone sahélienne du Tchad par un suivi rapproché du risque
     alimentaire encouru par la population.
2.   Raffiner la mise au point et rendre plus performante la méthodologie de prévision et de suivi du risque
     alimentaire dans la zone sahélienne.
3.   Renforcer l'ancrage institutionnel du SAP dans les structures nationales.

De manière plus spécifique, il s'agit entre autre de:

-    réaliser le suivi permanents des 196 cantons de la zone sahélienne au moyen d'une batterie d'indicateurs
     climatiques, socio- démographiques, économiques, productifs et alimentaires.
-    Ame1iorer la connaissance du SAP et la compréhension de ses grands principes méthodologiques auprès
     des autorités et des services techniques nationaux, préfectoraux et locaux intervenant dans la mise en œuvre
     des politiques de sécurité alimentaire.
-    Favoriser les échanges de données et de méthodologie avec les différents services techniques intéressés,
     dans le souci de complémentarités.


         METHODOLOGIE

► Le SAPR comme système d'information

Un Système d'Alerte Précoce Rapprochée (SAPR) est un système de collecte, d'analyse et de diffusion de
l'information nécessaire et suffisante pour déterminer le niveau de sécurité alimentaire durable d'une
population considérée a un niveau administrative géographique fin.

Cette définition met en évidence certains points importants qui orientent l'ensemble de la méthodologie
proposée:

    Le SAPR est un système d'information et d'aide à la décision; il n'a pas lui-même vocation de décider de
     l'aide alimentaire ni à l'administrer. II n'a donc d'utilité qu'à condition d'être au service d'un organe de
     décision capable et désireux d'utiliser l'information transmise par le SAPR.

    Le SAPR ne se limite pas à la collecte, au stockage et la restitution de données. L'essentiel de son apport
     réside dans l'interprétation et l'analyse de ces données en vue d'une appréciation de la situation alimentaire.

    Le SAPR opère sur base d'un découpage le plus fin possible de la population en entités géographiques et/ou
     administratives homogènes d'un point de vue écologique, ethnique et/ou socio-économique. En règle
     générale, si le canton présente une homogénéité suffisante il sera considéré comme l'unité de base. Dans le
     cas contraire, il sera divisé en autant de zones homogènes que n6cessaire (groupes de villages).

    L'objectif du SAPR est de contribuer à assurer une sécurité alimentaire durable aux populations
     considérées. On définira celle-ci comme la possibilité pour une population de couvrir ses besoins
                                                                                                                     54
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
    alimentaires essentiels a un moment donné sans mettre en danger sa capacité de générer dans l'avenir un
    revenu suffisant. Autrement dit, la satisfaction des besoins alimentaires ne doit pas être assurée au prix d'une
    diminution de ses capacités de production (cession d'actifs productifs) ou de ses droits d'accès à la nourriture
    (endettement, aliénation de la production future...).

► Les informations à recueillir

L'identification des informations nécessaires a une sécurité alimentaire durable repose sur une compréhension
suffisante:

(a) Des facteurs susceptibles de mettre celle-ci en danger et donc de la nature et de l'importance des risques
    auxquels sont confrontées les populations couvertes par le SAPR.
(b) Des mécanismes mis en œuvre par ces populations pour faire face à ces risques inhérents à leur
    environnement naturel et humain.

Ces risques sont principalement les risques naturels, des marchés, et les risques politiques et sociaux:

Les risques naturels: risques climatiques, présence de déprédateurs des cultures, catastrophes naturelles, etc.
L'ensemble de ces risques conduit à une incertitude permanente sur les rendements attendus des activités
agricoles et pastorales.

Les fluctuations des marchés: les délais parfois considérables et en tout cas incompressibles entre le moment de
la décision de production (planter; acheter des semences ou du bétail, etc.) et le moment de la "récolte" au sens
large laissent la place a une large incertitude sur les prix en vigueur au moment de la vente du produit et de
l'achat des biens de consommation. C'est vrai pour toute activité agricole où qu'elle se passe et c'est précisément
ce qui explique les nombreuses interventions publiques dans ce domaine (STABEX, prix garantis, etc.) mais
davantage encore dans des pays comme le Tchad où les marchés sont peu structures et où l'information circule
difficilement, lentement et s'avère souvent peu fiable.

Les risques politiques et sociaux: de la guerre civile a la dévaluation en passant par diverses décisions
publiques, les risques liés aux décisions politiques et aux conflits tant intérieurs qu'extérieurs ne manquent pas.
       A la différence de la plupart des Systèmes d'Alerte Précoce qui se focalisent exclusivement sur les
       risques naturels, les SAPR prennent en considération au même titre que ceux-ci les risques liés aux
       fluctuations des marchés et aux vicissitudes politico-sociales; et ils considèrent explicitement
       l'ensemble des sources de revenu des populations en ce compris le revenu de l'épargne ainsi que les
       mécanismes sociologiques d'assurance et de solidarité mis en place pour gérer les risques
       structurellement lies a leur environnement.

Ainsi donc, apprécier le degré de sécurité alimentaire revient en effet à évaluer dans quelle mesure:
        1° une situation climatique, économique ou socio-politique donnée comporte un risque quelconque pour
             la sécurité alimentaire;
        2 ° les mécanismes traditionnels de gestion du risque sont capables de limiter ou d'absorber totalement
             ce risque.

Cette évaluation consiste à confronté des informations conjoncturelles relatives à la situation à un moment
donné à des informations structurelles relatives à des systèmes de production, de distribution et de
consommation.
Quels sont donc les variables qui sont privilégiées dans le cadre du suivi.




                                                                                                                    55
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Tab 1 : Principales variables recueillies
Type de donnée               Domaines                                                               Indicateurs
                                                                    -     Taille et taux de croissance de la population
                                                                    -     Composition ethnique
                                         Descriptif général         -     Nombre de villages
                                                                    -     Voies de communication
                                                                    -     Pluviométrie, hydrog6ologie
                                                                    Principales productions agricoles et animales:
                                                                    -     leur nature (type et mode de culture),
                                                                    -     leurs rendements (en année "normale", "bonne", "mauvaise"),
                                        Production destinées        -     leur usage (autoconsommation, commercialisation, stockage)
                                           principalement à         -     type de bétail,
                                        l'autoconsommation          -     importance des troupeaux,
           DONNEES STRUCTURELLES




                                                                    -     utilisation (autoconsommation, commercialisation, 6pargne...)
                                                                    -     Cueillette (nature, quantité et utilisation des produits)
                                                                    -     Pêche, chasse
                                                                    -     Productions agricoles (cultures de rente, maraîchage)
                                                                    -     Elevage
                                       Productions destinées        -     Artisanat, Mines
                                        essentiellement a la        -     Commerce
                                        commercialisation           -     Travail salarie
                                                                    On en identifiera les principaux débouchés, les facteurs de variation de
                                                                    l'offre et de la demande, les possibilités d'intensification
                                                                    -     Pratiques en matière d'exode saisonnier
                                            Migrations
                                                                    -     Importance et destination de l'exode de longue durée
                                                                    -     Principales céréales consommés
                                                                    -     Importance de l'auto-production dans la consommation
                                       Habitudes alimentaires
                                                                    -     Aliments de soudure
                                                                    -     Part de le cueillette, de l'élevage, de la pêche etc. dans l'alimentation
                                                                    -     Nombre et Importance des marches
                                         Marches céréaliers         -     Approvisionnement: Quantit6 et provenance "normales" des céréales
                                                                    -     Prix "normaux"
                                                                    -     Possibilités d'intensification des activités ou de la migration
                                                                    -     Possibilité de réaliser une partie de l'épargne
                                   En cas de mauvaise conjoncture
                                                                    -     Possibilité de recourir au crédit
                                                                    -     Modifications des comportements alimentaires
       CONJONCTURELLES




                                                                    -    l'évolution puis le résultat des principales cultures (importance des
                                                                         contre-saison, etc.)
                                                                    -    l'état des pâturages, des points d'eau et des troupeaux,
           DONNEES




                                                                    -    les niveaux d'activité des marchés,
                                                                    -    les prix des principales céréales,
                                                                    -    les prix des produits de l'élevage, de la pêche, de l'artisanat, etc.
                                                                    -    les comportements migratoires
                                                                    -    les comportements alimentaires
                                                                    -    la situation sanitaire


Dans la plupart des cas (à l'exception des prix et de certaines quantités récoltes), les indicateurs utilisés sont de type
qualitatif ou semi-quantitatif. Les valeurs qu'ils sont susceptibles de prendre représentent des gradations de degré de
"normalité" ou de niveau de risque.
Par exemple, la pluviométrie s'exprimera non pas en termes quantitatifs (mm d'eau par semaine) mais directement en
fonction de son impact sur la production: "suffisante et bien repartie", "suffisante mais bien repartie", "insuffisante mais
bien repartie", etc.

Les raisons de ce choix méthodologique sont multiples mais relèvent principalement d'une volonté de se situer à un niveau
de discours qui soit le plus proche possible de la façon dont les acteurs sur les terrains évaluent eux-mêmes les phénomènes
ainsi que d'une certaine incrédulité quant a la fiabilité d'un certain nombre de statistiques quantitatives.




                                                                                                                                                      56
CNSA                                                                                       Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     La Collecte des informations

En règle générale, le SAPR procède à la collecte de ses informations selon deux modes d'action:
- la collecte directe sur le terrain dite de "routine", sur base de questionnaires standardisés remplis
    régulièrement au niveau du canton et,
- la collecte ad hoc10 qui est limitée aux zones particulièrement vulnérables où pour lesquelles l'information
    est particulièrement déficiente.

Le SAPR prend également en compte un ensemble d'informations provenant de sources extérieures. II s'agit tout
d'abord des statistiques en provenance des divers département techniques (agriculture et élevage principalement)
ainsi que des données collectées et analysées par les autres éléments du dispositif d'alerte précoce (Agrhymet,
DIAPER, SIM., FEWS).

Le SAPR est par ailleurs attentif à toute information en provenance des ONG présentes sur le terrain et qui ont
la possibilité de se livrer à des observations quotidiennes et approfondies à un niveau de désagrégation très fin
(le village, si pas le ménage).

Avant de pouvoir être exploitée en vue de la production d'un pronostic l'information recueillie fait l'objet d'une
validation. Celle-ci repose essentiellement sur la recherche des incohérences éventuelles qui peuvent apparaître:

         entre données différentes d'un même questionnaire,
         entre questionnaires successifs concernant le même canton,
         entre questionnaires contemporains portant sur des cantons limitrophes, · par rapport aux connaissances
          structurelles,
         par rapport aux informations en provenance d'autres sources.

La recherche des incohérences ou des éléments douteux doit s'effectuer à tous les niveaux de la chaîne de
collecte et de traitement des données. Chaque ensemble de questionnaires doit être évalués et critiqués avant
d'être transmis au niveau supérieur.

     L'Exploitation des informations

L'exploitation des données s'effectue en fonction de trois types d'objectifs:

1. la production d'un pronostic sur l'évolution de la situation alimentaire au sein de chaque entité pour
   l'ensemble de l'année,
2. le suivi mois par mois de chacune des entités et la correction éventuelle du pronostic au vu de ce suivi,
3. la détermination, en fin d'exercice, d'un diagnostic définitif sur le niveau de sécurité économique et
   alimentaire atteint par chaque entité au cours de l'exercice écoulé.

     Du pronostic aux recommandations

L'établissement du pronostic est suivi de la formulation de recommandations d'action. Celles-ci sont fonction de
la sévérité et de la cause de la situation éventuelle d'insécurité alimentaire. Les recommandations peuvent être:

·    De distribuer une aide alimentaire gratuite : dans ce cas le SAPR spécifie les quantités distribuer et les
     populations qui doivent en bénéficier en priorité. Cette solution est adaptée des situations de profond
     dénuement lorsque les populations n'ont pas les ressources leur permettant d'acheter de la nourriture et sont
     indisponibles pour un travail rémunéré (trop faibles ou occupés aux travaux des champs).
·    De mettre sur pied une opération "food for work" lorsque la population est en état de travailler et n'est pas
10
   Selon les besoins on procède pour ces enquêtes ad hoc soit à des enquêtes socio-économiques auprès des chefs de village, soit à des enquêtes socio-
économiques auprès des ménages de l'échantillon soit encore à des enquêtes anthropométriques destinées à mesurer le taux de malnutrition aiguë dans une
région donnée. Les trois niveaux d'enquête sont généralement emboîtées selon un ordre hiérarchique.
                                                                                                                                                    57
CNSA                                                                                   Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     encore (ou n'est plus) occupée à ses activités de production normales.
·    De procéder à des ventes d'intervention en vue d'alimenter des marchés non-approvisionnés ou d'induire une
     baisse du prix au consommateur des céréales essentielles.
·    De soutenir le prix de certaines productions (élevage, pêche, artisanat...) en vue de restaurer les termes de
     l'échange avec les céréales, etc.

► Vers une stratégie de lutte contre la vulnérabilité structurelle

Le SAPR ne peut se contenter de détecter à temps les crises conjoncturelles. II se doit de développer une
connaissance en profondeur des populations dont il a la charge en vue de mettre au jour les situations de
vulnérabilité structurelle, d'anticiper leur évolution et d'y proposer des remèdes.

C'est ainsi qu'il importe de remettre a jour en permanence la base de données structurelles afin de prendre en
compte les évolutions démographiques, écologiques, économiques ou socio-politiques susceptibles de conduire
des populations vers des situations de vulnérabilité permanente. Une attention particulière doit être ainsi
apportée à la détection des stratégies insoutenables à terme de gestion des crises conjoncturelles et des risques
économiques (surexploitation de ressources renouvelables, extinction de ressources non-renouvevables,
surpâturage, déboisement, ..).

Cette connaissance11 intime des populations doit permettre au SAPR de devenir une source d'information
auxiliaire pour l'évaluation des projets de développement.

► Diffusion de l'information

L'information traitée et analysée par le SAPR est diffusée principalement par la voie d'un bulletin mensuel où se
trouvent synthétisées les données recueillies le mois précédant et qui permettent de connaître mois après mois la
situation socio-économiques de chaque entité. Le bulletin est très largement diffusé et il est très important que
les producteurs primaires d'information (Cellules Régionales et sous-Regionales du SAP) puissent appr6cier
l'usage qui est fait des données qu'ils ont recueillies et transmises. II est donc fondamental pour la réussite du
projet de limiter au minimum les délais entre la récolte des données et leur diffusion finale dans le bulletin.
L'information doit donc circuler extrêmement rapidement ce qui suppose un engagement de l'ensemble des
acteurs du processus de respecter les délais impartis pour l'envoi des questionnaires, la validation des données,
la rédaction des synthèses par canton, l'impression et l'expédition des bulletins.

► Autres Eléments d'appréciation

Les activités de collecte mensuelle de l'information et sa diffusion sont à l'heure actuelle bien rodées. Le bulletin
mensuel SAP et ses pronostics12 constituent pour les décideurs, la principale source d'information sur les risques
nutritionnels dans la zone sahéliennes Sa fiabilité et son indépendance sont reconnues de tous. Néanmoins
d'importantes amé1iorations peuvent encore y être apportées.

L'expérience du SAP a amené différentes constatations:
1) Les fluctuations des variables exogènes (pluviosité, crue, déprédateurs,..) constituent le principal
    déterminant de la conjoncture d'une année (haute, moyenne, basse) et le principal initiateur du processus de
    crise alimentaire.
2) Lors d'une conjoncture moyenne, une large majorité de la population génère suffisamment de ressources
    pour faire face ~ ses besoins annuels (alimentaires et autres). Une partie de cette population dégagera un
    surplus qu'elle capitalisera et ce surplus sera d'autant plus important que la conjoncture sera favorable.
3) Confrontée a une conjoncture défavorable entraînant une chute de ses ressources habituelles, une population
11
   Due à l'accumulation par le SAP d'une série de données tant structurelles que conjoncturelles sur la région qu'il couvre, qui pourraient, en plus de leur
utilisation actuelle, servir aussi dans le cadre de l'initiation de projets de d6veloppement ( Continuum urgence- développement). Ceci constitue donc un
axe de réflexion qu'il faut encore développer et renforcer.
12
    Un pronostic fiable ne peut donc se construire uniquement sur le repérage de phénomènes inhabituels (symptômes) mais doit porter sur l'évaluation de
l'impact de ces mécanismes d'adaptation sur la situation alimentaire. Et la réussite de ces mécanismes d'adaptation dépend des potentialités d'adaptation
propres chaque population et de l'environnement socio-économique.
                                                                                                                                                        58
CNSA                                                                                      Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   réagira par l'activation de quatre mécanismes13 d'adaptation.
4) Une crise alimentaire est un événement exceptionnel résultant de l'effet conjugué d'une succession de
   "mauvaises" voire "très mauvaises années" (variables exogènes) et d'un environnement socio-économique
   ne permettant pas de générer des ressources suffisantes pour satisfaire les besoins alimentaires de la
   population. Celle-ci vit alors dans un état nutritionnel dégradé et nécessite une aide alimentaire extérieure..




13
  Ces mécanismes observés sont: L'intensification de l'utilisation des autres ressources disponibles /La migration /L'utilisation de son capital /La
modification temporaire de son régime alimentaire
                                                                                                                                                 59
CNSA                                                                                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
     3.11 L'analyse de la vulnérabilité : Intégration de l'aide alimentaire
                   dans le cadre de la sécurité alimentaire
         Par: Maria ABAD ZAPATERO, VAM Officer, PAM




UN NOUVEAU PARADIGME

Dès les années 60 et jusqu'à la moitié des années 80, de nouveaux concepts tels "sécurité alimentaire" et
"vulnérabilité" sont devenus des sujets clés pour les agences, les gouvernements, la société civile, et les bailleurs
de fonds impliqués dans l'aide alimentaire.

Ces nouveaux concepts mettent l'accent sur trois aspects fondamentaux de la sécurité alimentaire :

    un premier focus est mis sur le foyer ou le ménage plutôt que sur la balance alimentaire nationale
    un second focus est mis sur la mesure de l'accès à la nourriture plutôt que sur celle de la disponibilité
     alimentaire
    un troisième focus est sur la compréhension des causes de la faim.


IMPORTANCE DU VAM POUR LE PAM

Le PAM intègre l'aide alimentaire dans un cadre de sécurité alimentaire dans des contextes autant de
développement et prévention des désastres que d'urgence. Pour assurer cette intégration dans les opérations du
PAM et d'autres partenaires dans le cadre de la coordination effectuée par les Gouvernements, nous avons dès
lors besoin d'une meilleure connaissance des enjeux de la sécurité alimentaire, pour pouvoir les intégrer dans la
programmation.

Ceci suppose la prise en compte des éléments suivants:

    Mesure de l'accès à la nourriture et de la disponibilité alimentaire
    Utilisation de la nourriture
    Identification et définition des risques

En d'autres termes, ceci exige un meilleur ciblage des populations vulnérables, d'où l'intérêt et la nécessité de
développer des systèmes d'information et d'analyse de la vulnérabilité alimentaire du type VAM.


ACTIVITES FONCTIONNELLES DU VAM

Celles-ci peuvent être regroupées en 7 catégories.

1.   Collection thématique de données et production cartographique
2.   Réalisation de profils de sécurité alimentaire
3.   Analyses de vulnérabilité
4.   Alerte précoce et suivi de la sécurité alimentaire
5.   Evaluation des besoins d'urgence et ciblage
6.   Planification de contingence et mitigation des désastres
7.   Activités Inter-agencielles : en particulier, coordination avec UNDAF et FIVIMS/SICIAV.

                                                                                                                     60
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Pour chacune d'entre elles, le VAM apporte des réponses à un ensemble de questions clés.

    1   Collection thématique des données et production cartographique

Ces activités ont pour point de départ deux grandes interrogations qui sont : de quelles informations disposons-
nous, et comment cartographier ces informations?

Dans le cadre du VAM (au sens strict), les principales données les plus intéressantes concernent : la
démographie, le foncier, les marchés, les variables agro-écologiques telles la pluviométrie, les bassins versants,
l'altitude ; l'accès aux services sociaux et aux marchés ; la malnutrition ; le statut éducatif ; etc.

En ce qui a trait à l'appui à la programmation, les priorités sont: les emplacements des projets, les populations
priorisées, les sites de distribution de l'aide alimentaire, les écoles, les centres nutritionnels, les camps de
déplacés, les bureaux du PAM et des partenaires; etc.

En ce qui concerne l'appui à la logistique, l'accent doit être mis sur la connaissance de l'emplacement des
entrepôts, des ports, des routes goudronnées, des pistes d'atterrissage, des couloirs sécurisés, etc.

    2   Profil de sécurité alimentaire

L'élaboration d'un profil de sécurité alimentaire suppose de répondre aux questions suivantes.

-   Dans une année normale: comment les foyers apportent-ils la nourriture à table ?
-   Quelles denrées alimentaires produisent-ils ? Achètent-ils ?
-   Quelle est la proportion relative de chaque source d'aliments dans le panier alimentaire ?
-   Y a-t-il une période de soudure ?
-   Quelles sont leurs sources de revenus pour acheter la nourriture ?
-   Quels sont les différents rôles des membres du foyer, notamment des femmes et des enfants ?

    3   Analyse de la vulnérabilité

    Celle-ci passe par des réponses à apporter aux questions ci-dessous :

-   Quels sont les risques spécifiques d'insécurité alimentaire ? Quelle est leur fréquence ? Quel est leur impacts
    ?
-   Quelles sont les ressources spécifiques existantes pour assister les foyers à répondre aux chocs alimentaires
    ?
-   Comment les différents facteurs analysés d'abord changent-ils en réponse aux chocs alimentaires typiques ?
    Et en réponse aux chocs alimentaires majeures ?
-   Le foyer est-il en situation de sécurité alimentaire tous les jours ? Si non, pourquoi ?
-   Qui est en situation d'insécurité alimentaire et pourquoi ?

    4   Suivi de la sécurité alimentaire et alerte précoce

-   Dès que les composantes principales de la sécurité alimentaire sont connues au niveau géographique et
    socio-économique, quelle information est-elle nécessaire pour le suivi ?
-   Quand peut-on reconnaître un choc alimentaire significatif en gestation ?
-   Quels sont les indicateurs significatifs pour identifier les chocs ?
-   Quels mécanismes d'alerte précoce peuvent être établis pour réduire le temps qu'il faut pour reconnaître un
    problème potentiel de sécurité alimentaire et pour pouvoir y répondre ?

    5   Evaluations des besoins d'urgence/ ciblage

                                                                                                                   61
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Une fois que les cloches de l'alerte ont sonné, il faut constater sur le terrain:

-   Le choc est-il véritablement arrivé (vérification) ?
-   Où (ampleur) ?
-   Dans quelle mesure (profondeur) ?
-   A quel niveau (impact) ?
-   Quelle information additionnelle peut-être trouvée pour formuler des options d'intervention et de ciblage ?
    (activités des marchés locaux, viabilité des stratégies de survie habituelles, développement de nouvelle
    stratégies, changements dans les conditions civiles ou logistiques, disponibilité des partenaires)

La collecte des données devient ainsi plus ciblée sur la problématique en cours et le focus est fait sur les
informations courantes en utilisant, si possible, des données primaires.

    6   Activités inter-agencielles

Le PAM met l'accent sur la coordination entre les initiatives convergentes d'autres agences des Nations Unies,
en particulier le FIVIMS/SICIAV de la FAO : Le VAM a pris l'initiative de cette coordination dans plusieurs
applications-pays, comme l'Equateur et la Chine.




                                                                                                                       62
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       CANTINES SCOLAIRES




                                                                   63
CNSA              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   3.12 Les grandes lignes du programme national de cantines scolaires
        Par: Carl BARBEROUSSE, Responsable du dossier, Cabinet du Ministre MENJS


Madame la Coordonatrice de la CNSA,
Monsieur le Représentant de l'Union Européenne,
Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs Techniques,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Nationales et Internationales,
Mesdames, Messieurs les Représentants de la Presse,
Distingués Participants.


1. Introduction

C’est avec plaisir, un plaisir évident et manifeste que j’ai accepté dans le cadre de ce séminaire, l'invitation et la
proposition de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) et du Réseau Européen de Sécurité
Alimentaire (RESAL) de faire partie du panel d’intervention traitant des cantines scolaires en tant que
responsable de ce dossier au cabinet du Ministre de l'Education Nationale. J’en suis d’autant plus heureux que
ce sera l'occasion d’apporter les précisions nécessaires sur l'évolution de ce secteur en pleine expansion et de
définir les grandes lignes de l'action, du programme et de la politique du ministère en la matière. La présence ici
aujourd’hui de tous ces organismes intervenant régulièrement dans le domaine de l'aide alimentaire, de tous ces
réseaux qui participent de façon anonyme à cette grande aventure, cette présence témoigne de l'importance, de
l'acuité, voire de l'urgence du problème. C’est ce qui nous autorise à consacrer un peu de notre temps à
l'évocation et à la présentation de ce dossier. Nous espérons simplement que les éléments d’appréciation et
d’analyse que nous avons à apporter serviront à alimenter le débat tout en aidant à orienter et à baliser les
travaux en atelier de façon à dégager des recommandations susceptibles d’améliorer le fonctionnement et
partant les résultats et les rendements de ces programmes de cantines scolaires.

2. Contexte

La situation socio-économique d'Haïti déjà précaire depuis toujours s’est détérioré de façon dramatique depuis
une vingtaine d’années. Cette dégradation qui s’accélère à un rythme alarmant affecte tous les secteurs de
production entraînant une paupérisation généralisée encore plus évidente en milieu rural où vit près de 65% de
la population. Tous les indices de développement socio-économique sont donc en baisse continue.

Parallèlement, on enregistre dans ce même laps de temps, sous l'effet conjugué de causes multiples, une
détérioration de la qualité de l'éducation. Cette affligeante constatation a contribué au lancement du Plan
National d’Education et de Formation (PNEF) par le MENJS en 1997. Ce plan, qui fait de l'amélioration de la
qualité de l'éducation l'un des axes prioritaires d’intervention, entend répondre au problème du faible rendement
interne du système scolaire et éducatif en général, caractérisé par: un taux très bas de promotion des élèves, un
pourcentage élevé de redoublement et d’abandon, un faible niveau d’acquisition de connaissances de base …
etc. Par ailleurs, nous le savons tous, et les différentes études menées à travers le monde démontrent de façon
irréfutable la corrélation existant entre la situation sanitaire et nutritionnelle des élèves et la qualité et la facilité
des acquisitions et des apprentissages qui leur sont proposées.

D’où, en fonction de toutes ces données, l'idée de lancement de ce programme destiné non seulement à
améliorer les performances des enfants et du système éducatif en général, mais aussi à soulager financièrement
les ménages quand on sait que la scolarisation des enfants reste un objectif très important de la famille haïtienne
qui y consacre facilement jusqu’à 15 à 20% de son budget.



3. Objectifs
                                                                                                                       64
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Le MENJS, conscient de ces réalités, s’est fixé des objectifs par l'intermédiaire du PNCS, objectifs définis dès le
lancement du programme en 1997 et qui n’ont pas beaucoup évolué depuis. Sur ce point précis, je vous réfère à
l'article/entrevue paru dans la revue «Synergie » en décembre dernier qui a publié les réponses du ministre à
cette question :

    -   Il s’agit donc d’assurer aux élèves des écoles fondamentales un repas chaud, ou à défaut un snack
        chaque jour de classe afin de répondre, en bonne partie, à leurs besoins nutritionnels.
    -    Fournir un appui significatif aux produits alimentaires locaux, au travers de contrats de production et
        d’achat de denrées, conclus avec les agriculteurs et promouvoir ainsi la production locale ;
    -   Favoriser le développement de la culture de produits de valeur nutritionnelle et riche en
        micronutriments grâce à un encadrement des parents des bénéficiaires dans l'implantation des jardins
        scolaires ;
    -   Contribuer ou participer à l'éducation nutritionnelle des parents, des enfants, des professeurs, des
        employés et agents des cantines, en somme de toute la communauté de proximité, et promouvoir
        l'application de notions appropriées de santé et de nutrition dans l'école ;
    -   Enfin, améliorer le rendement scolaire des enfants et contribuer partiellement à stimuler une
        amélioration qualitative de l'enseignement dispensé dans les écoles.

Pour l'instant, on peut dire que ces objectifs ont été atteints partiellement. Nous ne disposons pas d’un recul
suffisant ni de mécanisme d’évaluation fiable pour émettre des opinions catégoriques relatives au
développement et au succès du PNCS. Cependant, à la lumière des observations régulières sur le terrain,
certaines tendances commencent à se dégager au niveau des écoles avec des constatations encourageantes telles
que : une diminution du taux d’absentéisme des maîtres et des élèves, une meilleure disposition au travail, une
participation efficace des apprenants.

Le MENJS a donc décidé de s’atteler à une autre tâche qui consiste à optimiser le PNCS et à assurer sa
pérennité. Dans cette optique, le MENJS a élaboré un plan d’ensemble issu des profondes réflexions menées à
partir des résultats obtenus jusqu’ici, dans la perpective d’orienter cette activité dans le sens d’une durabilité
effective.

-   Optimiser le PNCS, en améliorant la qualité de ces impacts déjà perçus;

-   Assurer sa pérennité, en lui fournissant les moyens de se prolonger et de s’étendre quelque soient les
    fluctuations et les soubresauts socio-politiques, à travers la mise en place d’un système d’autosuffisance
    dont les modalités de fonctionnement sont déjà à un stade avancé.

Le temps d’intervention qui nous est imparti ne nous permettra certainement pas de détailler et d’approfondir
tous les éléments de cette nouvelle orientation. Cela se fera au cours des travaux en atelier.

Sachez simplement que dans un premier temps sera organisé une importante Réunion de Concertation avec la
présence souhaitée de toutes les organisations intervenant régulièrement dans le domaine de l'aide alimentaire.
Notre souci consiste à fixer les normes de participation régissant ces institutions de façon à assurer le contrôle
effectif du programme par le ministère et à éviter la dispersion résultant de l'action autonome de chaque
association au gré de sa capacité et de sa conception de l'aide alimentaire.

Autre nouveauté : La mise sur pied, depuis la dernière rentrée académique d’octobre 1999, d’un programme de
santé/nutrition à l'école qui va intégrer progressivement le PNCS. Ce qui contribuera, par delà la simple
couverture alimentaire, à l'amélioration du suivi de la santé et de l'état nutritionnel des enfants scolarisés sous
forme de vaccination, de distribution de micronutriments déficitaires dans la diète, d’hygiène bucco-dentaire, de
contrôle staturo-pondéral …etc).

Troisième point : Encourager la constitution ou le renforcement le cas échéant de comités de parents d’élèves et
de comités de gestion des cantines scolaires dans le cadre d’une gestion globale de proximité. Ce qui permettra
                                                                                                                   65
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
un contrôle régulier et fiable de ces activités devant déboucher sur une évaluation périodique mettant en exergue
le progrès enregistré et aussi les déficiences à corriger.
Quatrième point : Décentraliser les décisions en accordant des créneaux plus larges d’intervention et aussi une
certaine autonomie aux Directions Départementales d’Education dans les domaines aussi variés que la sélection
des bénéficiaires (écoles et élèves), de la passation de marché, du contrôle du fonctionnement, du suivi et de
l'évaluation en concordance avec les comités ci-devant énumérés.
Cinquième point : Faciliter l'acheminement des élèves vers les écoles en augmentant les moyens de transport
mis à leur disposition. Ce qui nous évitera le spectacle consternant de ces cohortes d’élèves arrivant exténués et
souvent affamés à l'école après des marches par monts et par veaux de plusieurs kilomètres. Comment concevoir
pour des enfants en butte à des conditions inhumaines une quelconque disposition à l'apprentissage ? .
Dernier point enfin : Pour rester dans l'objectif fixé par le PNEF, Améliorer la formation des maîtres, en
incluant dans la Curriculum des CEFEF (Centre de Formation à l'Education Fondamentale, nouvelle appellation
des anciennes Ecoles Normales d’Instituteurs) des thèmes de santé/nutrition et en assurer leur recyclage
permanent par des séances de formation continue.

Ce vaste chantier doit nous amener, dès la rentrée prochaine, à assurer la couverture alimentaire à plus de
500.000 élèves des écoles fondamentales, liés en partie au lancement du Programme de Scolarisation
Universelle.

Toutes ces innovations, toutes ces réformes, qui font partie intégrante des éléments du PNEF, avec sa principale
composante, le Projet d’Education de Base (PEB) auront certainement un coût. Le ministère compte les amortir
en demandant une budgétisation et une Institutionnalisation du Programme de Cantines Scolaires avec une
participation financière beaucoup plus importante et beaucoup plus consistante de l'Etat.

Ceci dit, c’est un objectif qui ne sera pas atteint du jour au lendemain, mais qui vise plutôt le moyen et long
terme, en fonction des disponibilités financières, et qui n’exclut pas pour autant la participation d’autres
bailleurs de fonds et d’autres intervenants dans les conditions actuelles.

Ces innovations et ces réformes appellent également certains ajustements sous la forme d’actions de partenariat
avec d’autres Ministères. Des passerelles seront jetées en direction de toutes les institutions concernées par ce
projet. Déjà sur le terrain, nous bénéficions de l'appui technique des spécialistes du Ministère de l'Agriculture
pour ce qui a trait aux jardins scolaires, du Ministère de la Santé, qui participe à la formation des maîtres dans le
domaine de l'éducation sanitaire, du Ministère de l'Environnement et des Travaux Publiques, qui nous conseille
sur l'utilisation des réchauds améliorés.

D’autres Ministères seront appelés à se joindre à ce mouvement : Planification, Affaires Sociales et autres… Il
nous faudra renforcer ces actions de coopération pour aboutir à ce front commun intersectoriel et à la mise en
place d’une Commission Intersectorielle des Cantines Scolaires, ouverte à tous les intéressés participant de
façon concrète à toutes les prises de décision.

Voici, esquissé en quelques lignes, le Nouveau Plan d ‘Action devant régir le fonctionnement des cantines
scolaires. Nous aurons certainement à détailler, au cours des prochains travaux en atelier, les actions concrètes
envisagées en ce sens. Le défi est de taille, le projet est ambitieux et l'enjeu est d’envergure nationale. Nous
espérons fermement qu’avec l'aide, le concours, l'appui de tous, nous arriverons à offrir aux enfants d'Haïti, qui
constituent l'avenir de ce pays, les conditions matérielles et psychologiques indispensables à leur
épanouissement.

Je vous remercie de votre écoute et de votre attention.




                                                                                                                    66
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       3.13 Appréciation de l'appui aux cantines scolaires14: Principaux
                              résultats de l'étude
         Par : Siméon MOUTAFTCHIEFF, Expert Permanent, RESAL


I. CONTEXTE GENERAL

1.1 Faiblesse du développement économique

Le revenu per capita est faible (quelque US$ 360 en 1996) avec quelques 80% de la population vivant sous la
ligne de pauvreté et un taux de chômage apparent de l'ordre de 65% de la population active.

Plus un foyer est pauvre, plus il dépense en aliments et en énergie car les dépenses d'aliments sont relativement
incompressibles (surtout pour les produits de base).

Distribution très inégale des richesses qui accentue encore cette faiblesse du pouvoir d'achat des ménages les
plus pauvres.

En termes de sécurité alimentaire, les conséquences résident dans la faiblesse de la demande alimentaire
effective liée à l'insuffisance du pouvoir d'achat des ménages

Stagnation de la production alimentaire nationale (la couverture des besoins alimentaires est de 50%)

Investissements publics extrêmement limités dans des secteurs sociaux clé comme l'éducation avec seulement
1.2% du PIB alors que le pays compte plus de 40% d'analphabètes.

1.2 Santé - ampleur de la précarité de la situation sanitaire

Espérance de vie moyenne inférieure à 55 ans alors que 40% de la population n'a pas d'accès aux soins de santé
et encore moins aux infrastructures d'assainissement.

Taux de mortalité infantile de près de 10%;

Retard de croissance des moins de 5 ans supérieur à 30% avec des disparités marquées entre les villes et les
campagnes (50% de plus en milieu rural);

Causes :           - retard prolongé de consommation alimentaire satisfaisante
                   - épisodes pathologiques répétés,


Conséquences :         - Retard du développement cognitif et de la capacité d'apprentissage
- Diminution de la capacité de travail et augmentation des chances de contracter des maladies dégénératives à
l'âge adulte.

Solutions:
- augmenter la scolarité des enfants surtout des filles,
- développement économique et
- éducation nutritionnelle


14
   Etude financée par la Commission Européenne en Haïti et réalisée par le RESAL en octobre 1999. "Appréciation de l'appui aux cantines
scolaires dans le cadre de l'aide alimentaire en nature'
                                                                                                                                    67
CNSA                                                                          Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
1.3 Education - secteur prioritaire pour la famille

Importance des dépenses des ménages pour la scolarité des enfants: l1 à 13% (4% du PIB)

Importance du secteur privé dans l'offre scolaire (89%) + croissance du nombre d'écoles primaires (doublé en 10
ans soit 9.528)

Efficacité du système est faible :
            - 30% des enfants en âge de scolarité ne vont pas à l'école;
            - phénomène de surâge marqué (redoublement pour plus de 17%), abandon (25%), absentéisme
            - moins d'un enfant sur deux atteint la fin de la 6ème année
            - seulement 29% des enfants sont reçus au Certificat d'Etudes Primaires et admis en classe
                supérieur.

Réforme de l'éducation / PNEF

1.4 L'aide alimentaire en quelques chiffres

Couverture de 25% du déficit alimentaire annuel estimé à 400.000 TM (soit quelques 6% des besoins totaux de
la population)

Croissance des livraisons alimentaires per capita : de 11 à 22 kg par an pendant la décennie 1988-1997 (alors
que la moyenne des pays les moins avancés est passée de 7 à 10 kg au cours de cette même période).

La moitié des livraisons effectuées durant cette décennie est ciblée que ce soit à 1'appui de projets ou à des
interventions d'urgence.

Au cours de cette période, seuls 10% de l'aide alimentaire constituée essentiellement des produits céréaliers ont
fait l'objet d'opérations triangulaires.

2. LE PROGRAMME D'APPUI AUX CANTINES SCOLAIRES DE LA CE EN HAÏTI

Le projet exécuté par le BND et financé par la CE s'intégrait à l'origine dans un ensemble comprenant à la fois
un volet cantines scolaires, un volet social (asiles, prisons, hôpitaux, orphelinats), et un volet santé (centres
nutritionnels et de récupération nutritionnelle), les deux derniers volets étant en voie de diminution graduelle
depuis 1997.

                Depuis 1998, priorité de l'aide alimentaire en nature aux cantines scolaires
        En 1999, les élèves de primaire et préscolaire représentent environ 74% du nombre total de bénéficiaires
        contre 62,4% au début de l'ann6e 1998.
        Recentrage géographique (P-a-P, Centre, Artibonite, Ouest principalement)

        83% des 277 écoles sont privées, 60% des écoles sont recensées par le MENJS, 10% des écoles ont un
        accès difficile, 53% des écoles avec un comité de parents, 20% sans cuisine, 16% des écoles n'ont pas
        reçu un approvisionnement en aliments régulier

2.1 La distribution d'aliments

Fluctuations importantes des quantités reçues :
Dans les '80 avec en moyenne 5.000 TM, un pic en 91/92 avec 15.332 TM, 15.194 TM en 95/96. Et pour 1997 :
10 000 TM.




                                                                                                                  68
CNSA                                                             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
15% des élèves bénéficiaires (+/- 120.000 élèves) de l'ensemble des programmes d'appui aux cantines scolaires
financé par de nombreux donateurs (+/- 800.000 élèves, soit la moitié des élèves des 6 premières années du
fondamental)

Suivi de la gestion et du fonctionnement
Les inspecteurs animateurs effectuent des visites de manière formelle 2 fois par trimestre, mais des visites
supplémentaires ont aussi lieu en cas de nécessité.

Fiche de rations +cahier de présences.
Les rapports passent en revue tous les points: transport, stockage, stocks, cuisine, hygiène, repas,
fonctionnement général de l'école, les recettes et les dépenses.

Suivi des indicateurs d'évaluation

Si les effectifs journaliers sont facilement vérifiables, et si le taux de réussite au certificat de fin de 6ème année
est encore assez facile à obtenir, les taux de redoublement, d'abandon et d'assiduité ne le sont pas.

2.2 Les activités complémentaires mises en place

Mise en place d'activités complémentaires financées par fonds "cash" (US $ 1 million), destinées à renforcer la
qualité et le bon fonctionnement des écoles en utilisant les cantines scolaires comme catalyseurs (Caractère de
projet pilote).

    Création et/ou renforcement du Comité de Parents et de Gestion
     La seule activité mise en œuvre systématiquement est en fait la création de Comités de gestion des cantines
     et Comités (Associations) de parents d'Elèves, pour lesquelles des séances de motivation sont données pour
     tester et renforcer le degré de participation des populations bénéficiaires aux activités du programme.

    Programme d'accompagnement des cantines scolaires
     Infrastructures (2 écoles)
     Fourniture d'eau potable (80 écoles),
     Construction de latrines ou de cuisines avec foyers amé1iorés et achats d'ustensiles, (60 chaudières pour 30
     écoles, réchaud à gaz, équipement scolaire),
     Formation des cuisinières (+/- 50% des écoles ont leurs cuisinières formées), jardins scolaires (parfois mis
     en valeur, ils fournissent alors un complément en 1égumes à la cantine)1

    Programme snack (pain et lait)
     Le snack est constitué d'un pack de lait de 10 onces et un petit pain de 40g. 26 000 bénéficiaires

    Programme pilote Santé et Hygiène à l'école
     Diminuer l'absentéisme, les abandons,
     amé1iorer la fréquentation scolaire et la performance des élèves en amé1iorant leur état de santé.15

Eléments d'appréciations du Resal sur l ' outil
Mission de 3 semaines- 2 experts
Absence d'indicateurs de suivi anthropométrique avant/après intervention
Appréciation d'ordre qualitatif




15
   D’une manière générale, les jardins ne peuvent pas fournir des aliments de manière régulière pour une institution qui reçoit
quotidiennement des centaines d’enfants à moins d'employer du personnel. Ils doivent être conçus dans un but pédagogique de
démonstration et non dans un but productif. Les contraintes sont nombreuses en particulier l'absence d'encadrement technique, et
l'absence d'eau, voire de terrain
                                                                                                                                   69
CNSA                                                                           Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Objectif de l'outil

La distribution alimentaire gratuite dans le cadre d'un appui aux cantines scolaires vise à "amorcer un processus
d'accumulation" au sein des populations pauvres (investissement dans le capital humain) plutôt que de rompre
une situation de malnutrition sévère ou chronique des enfants. En général, l'appui aux cantines scolaire se situe
dans l'amé1ioration d'une politique multisectorielle contribuant à la lutte contre la pauvreté.

3. PERTINENCE

Est-ce que les objectifs et activités de l'appui aux cantines scolaires/BND sont cohérentes avec les politiques de
Sécurité Alimentaire à moyen et long terme du GoH et de la CE en Haïti ?


En d'autres termes, il convient de poser les questions suivantes:
 L'absence de nourriture distribuée constitue-t-elle un obstacle au bon fonctionnement de l'école?
 Est-ce le meilleur moyen de toucher les enfants des ménages les plus pauvres quand on sait que 35% des
    enfants en âge de scolarité ne vont pas à l'école et ne sont donc pas bénéficiaires du programme ?
 Quels sont les facteurs qui affectent la demande d'éducation exprimée par les parents pour leurs enfants ?
 Quels sont les effets d'une possible augmentation de la fréquentation scolaire par un appui aux cantines
    scolaires et donc de la demande scolaire alors que l'offre scolaire montre de sérieuses limites ?

3.1 L'appui aux cantines scolaire vise à l'amé1ioration de l'efficacité des politiques d'éducation et dans une
moindre mesure de la santé contribuant à une diminution de la pauvreté.

- Politiques sectorielles
PNEF, Santé Scolaire, diminution des interférences sur le marché alimentaire

- Insertion sectorielle du programme PNCS

- Type de bénéficiaires
critères de sé1ection des écoles  niveau de pauvreté et qualité de l'enseignement

- Perspectives : évolution de l'aide alimentaire en aide financière 3 éléments- c1és:
        Fluidité des marchés alimentaires
        Confiance dans la monnaie locale
        Stabilité institutionnelle

3.2 Recommandations pour accroître actuellement la pertinence du programme d'appui aux cantines
    scolaires

Mise en place d'un système de suivi / évaluation
A la fin de chaque allocation, l'outil doit néanmoins être révisé pour intégrer les possibles modifications de
l'environnement.

Les paramètres à suivre devraient être :
·       La situation de dépendance alimentaire du pays en produits de base;
·       L'estimation de la situation nutritionnelle des zones du pays couvert par le programme sur la base
        d'études spécifiques;
·       L'évolution du contexte institutionnel;
·       L'amé1ioration des paramètres scolaires définis comme objectifs;
·       Le dynamisme des Comités de parents d'élèves; et
·       Le pourcentage de parents qui paient l'écolage.



                                                                                                                    70
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Les trois derniers paramètres seraient fournis par l'opérateur responsable du programme d'appui aux cantines
scolaires.


4. EFFICACITE DU PROGRAMME

Un cadre logique sommaire a été préparé avec des objectifs, mais ces objectifs sont exprimés en termes de
population bénéficiaire et de résultats attendus quantifiés : « capacité de soins amé1iorée pour 24.000
bénéficiaires, fréquentation/rendements plus é1evés pour 52.000 bénéficiaires, volet de secours social renforcé
pour 26.500 b6n6ficiaires >>.

Mélange des aspects éducatifs, de santé et liés à l'infrastructure sont tout à fait ingérables, et aucune base de
données n'a d'ailleurs été élaborée à la fin juin 99.

4.1 Résultats scolaires
· Importance du contexte

· Le choix de l'école par les parents est multifactoriel mais les principaux critères sont la qualité de
l'enseignement, la sécurité, la régularité et la présence de la cantine.

L'effet sur la qualité de l'enseignement ne peut être amé1ioré seulement par l'alimentation scolaire ; tout au plus
donne-t-elle une motivation aux instituteurs voire diminue leur absentéisme propre et celui des élèves.

Recommandations
Amé1ioration de l'apprentissage scolaire  amé1ioration des indicateurs de fréquentation, assiduité et rendement
scolaire
Ainsi, le cahier de présence distribué dans les écoles, outre la possibilité de suivre le nombre d'écoliers qui
consomment le repas quotidien, pourrait aussi servir d'instrument de mesure de l'assiduité.

4.2 Résultats en terme nutritionnel
Distribution d'un repas chaud de plus de 800 kcal et/ou un petit déjeuner (snack) d'environ 300 à 400 kcal
Retombée négative des ruptures de stocks
Effets: maintien de l'enfant à l'école surtout en période difficile

Recommandations: Augmentation du niveau calorique de la ration à 1.200 cal

4.3 Autres résultats
Impact de long terme & effets sont généralement difficilement quantifiables.
 Effets sur l'hygiène et la santé ne sont pas détectables et non mesurés
 Effets sur les revenus des parents d'élèves et l'économie familiale
 Effets structurants sont à rechercher du côté de la responsabilisation des parents
    c'est en fait la seule manière de contribuer à ce que les parents s'engagent réellement pour le maintien d’une
    bonne éducation.

Conclusion

Bonne continuité d'approvisionnement;
Bonne variété de produits;
Bonne gestion et responsabilisation des parents;

=> il est permis d'affirmer que l'efficacité du BND (dans les limites exposées auparavant) devrait être au moins
égale, sinon meilleure, à celle des autres intervenants.

5. EFFICIENCE DU PROGRAMME
                                                                                                                   71
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
5.1 Comparaison entre prix 1ocaux et coûts des produits de la ration rendus dans les écoles, montre les résultats
suivants:



                         Items                            Prix      local   de        Prix      rendu  à
                                                          l'aliment2 (USD/TM)         l'école3 (USD/TM)
                         Riz                              804                         552
                         Pois                             580                         420
                         Farine de b16                    475                         376
                         Huile                            1340                        1116
                       Source : Elaboration de l'auteur

Cette comparaison reflète un coût/efficience satisfaisant, ce qui corrobore en fait la faible compétitivité de
l'agriculture haïtienne

5.2 Peu de problèmes de qualité des aliments

5.3 Fonctionnement de l'opérateur satisfaisant
       Pas d'achats 1ocaux
       Fabrication d'un snack d'un coût relativement é1evé
       Bonne 1ogistique limitée par des ruptures de stocks de certains produits
       Transports

Conclusion

De qualité variable, mais acheminée à moindre coût, l'aide alimentaire d'origine européenne distribuée par le
BND aux écoles s'effectue de manière efficiente.
L'opérateur présente une gestion saine et respecte les procédures de la CE en vigueur.
Mais les contraintes extérieures qui pèsent sur le programme se caractérisent par un faible taux de déboursement
des fonds cash et 16une irrégularité dans l'approvisionnement en produits tout au long de l'année.

6. Points à renforcer

6.1 Lien entre les activités complémentaires et l'amé1ioration de la qualité des services éducatifs (niveau des
professeurs, etc..). Des activités ponctuelles sont en cours toutefois, la qualité de l'enseignement n'a pas encore
pu être amé1iorée à grande échelle.

6.2 Objectifs à préciser & système de suivi et d'évaluation est un point faible de l'opérateur actuel vu l'absence
d'une systématisation des données et du travail de terrain.

6.3 Les besoins énergétiques de la ration devraient être augmentés dans le contexte scolaire

6.4 L'articulation institutionnelle de l'intervention doit se rapprocher du Ministère concerné.


7. RECOMMANDATIONS




__________________________________________
16
      Sources: Mères de famille interrogées par la mission, valeur des produits sur trois marchés de province (au détail).
3
     Prix rendu à l'école = (Prix Cif + Prix moyen de transport + coûts PMS); sources = Euronaid & BND

                                                                                                                                   72
CNSA                                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Continuation selon une approche pluriannuelle qui s'inscrit dans un programme de lutte contre la pauvreté dans
des zones et bénéficiaires cib1és de concert avec le Ministère de l'Education

Cantines scolaires = point focal où se combinent les actions d'éducation et de santé en synergie avec un appui
nutritionnel, productif, organisationnel qui permettra le désengagement futur du bailleur de fonds.

Activités complémentaires
Importance de la formation nutritionnelle et sanitaire des instituteurs des écoles retenues

Valorisation biologique des aliments passe par une amé1ioration de l'environnement sanitaire

Achats alimentaires régionaux ?




                                                                                                                    73
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
               3.14 Les résultats de l'évaluation du programme du CECI
          Par: Charles VINCENT17, Représentant Résident du PAM en HAITI



LES ACHATS LOCAUX

          1-       Objectifs et Hypothèses

Maintenir et/ou faire augmenter le revenu des petits producteurs agricoles en achetant des produits locaux.

Deux hypothèses sont à la base de cet objectif d'augmentation de revenu des petits producteurs:

              en garantissant de meilleurs prix à des producteurs directement avec le CECI, il se crée un processus
               de recapitalisation favorable à des investissements agricoles.
              les meilleurs prix obtenus auront un effet incitatif: la tendance à investir davantage et à rechercher
               de nouveaux marchés sans les intermédiaires se développe.

          2-       Stratégie d'achat

Elle repose sur les éléments fondamentaux suivants:

-     Pas de subvention c'est-à-dire il faut placer tous les fournisseurs (firmes, saras, groupes et producteurs) en
      situation réelle de marché Les prix d'achat sont fixes à partir des soumissions de firmes et groupes qui
      reflètent effectivement la tendance au niveau des marchés: le meilleur prix est imposé à tous les fournisseurs
      avec des exigences d'origine locale et de qualité (% d'humidité, pureté..).
-     Les achats sont réalisés en période de récolte dans les zones à fort potentiel pour éviter les perturbations des
      marchés.
-     La répartition du volume à acheter entre les différents types de fournisseurs obéit à l'équilibre entre d'une
      part la volonté de cibler autant que possible les producteurs et d'autre part la nécessité de garantir un
      approvisionnement sur et stable pour assurer les distributeurs.
-     Chercher le partenariat avec des fournisseurs qui s'approvisionnent dans différentes régions du pays afin
      d'appuyer la redistribution de la production alimentaire locale.
-     D'éviter des pressions sur les marchés locaux.

b) Fournisseurs mobilisés et répartition géographique

Pour assurer l'approvisionnement du programme, le CECI a signé 41 contrats d'achats de céréales avec des fournisseurs
dont 26 avec 12 groupes de petits producteurs et 15 avec 7 firmes.


                            REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES FOURNISSEURS

     Type de Partenaire                   Nombre                                    Localisation
     Firmes                               7                                         Ouest
                                          7                                         Artibonite
                                          3                                         Sud
     Groupes de producteurs
                                          1                                         Plateau Central
                                          1                                         Ouest


17
   En l'absence du coordonnateur du CECI, Mr Charles Vincent, compte tenu de sa connaissance du dossier. a aimablement accepté de
présenter les résultats de l'évaluation à partir des notes envoyées par le CECI.
                                                                                                                                    74
CNSA                                                                        Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
c)      Durée de livraison et qualité des produits obtenus

Dans l'ensemble, les produits étaient de bonne qualité, il n'y a pas eu de non acceptation de produits ni pour
raison d'emballage, ni pour ceux de mauvaise préparation.

Les durées des contrats étaient respectées dans la majorité des cas:

Dans le cas des groupes de producteurs, une moyenne de 9 jours pour les contrats de riz ; une moyenne de 11
jours pour les contrats de maïs, de sorgho.

Dans le cas des firmes : une moyenne de 11 jours pour les contrats de riz : une moyenne de 8 jours pour les
contrats de maïs et sorgho.

En conclusion, l'ensemble des produits est arrivé à temps au dépôt grâce à une bonne répartition des contrats
entre les fournisseurs.

d)      Origine des produits et effet sur les marchés

A Verettes 0% des 35 TM de maïs et des 20 TM de sorgho proviennent du jardin des membres.

       Au Plateau Central, 35% du sorgho et du maïs fourni par le groupe COEPDA proviennent du jardin
des membres, 15% étaient stockés au centre de stockage du groupe et 50% achetés sur le marché.

Dans l'Artibonite et les Cayes pour les contrats de riz, 51% proviennent du jardin des membres, 49% du marché.
Le tableau suivant donne une idée plus exacte de la provenance des produits.


                          PROVENANCE DU RIZ FOURNI PAR LES GROUPES

     Groupes               Volume provenant des Volume     acheté   au Total
                           champs (en marmite)  marché (en marmite)
     APRILA (Cayes)        1460                 9351                   10811
     APED (Artibonite)     9000                 9000                   18000
     APAV (Artibonite)     13040                6760                   19800
     MDPJ (Artibonite)     2450                 1150                   3600
     AFEPEC                2615                 985                    3600
     (Artibonite)
     Total                 28565                        27246                         55811
     Pourcentage           51%                          49%                           100%


b) Les effets sur les marchés n'ont pas été observés que les jours de marché

I1 ne s'agissait que d'ajustement normal à la demande (brusquement accrue) et l'offre. Car en aucun cas qu'il
s'agisse de groupes de producteurs ou de firmes, des problèmes de rareté n'étaient mentionnés. D'ailleurs les
groupes ont pu sans trop de problèmes respecter les délais de livraison imposés dans les contrats et ont même
demandé d'avoir de nouveaux contrats.

En effet, les marchandes ont réagi en fixant é la hausse les jours de marché les prix des produits.


4) Impacts
                                                                                                                    75
CNSA                                                               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
4. 1    Impacts organisationnels

Les impacts des achats locaux sur le plan organisationnel sont de deux (2) types:

Augmentation du Membership

Les contrats d'approvisionnement avec le CECI sont en partie responsable d'une augmentation d'effectif pour
80% des organisations. De plus, la participation des groupes au programme entraînera une meilleure perception
ou une augmentation de leur crédibilité.

Acquisition du savoir-faire

Les groupes de producteurs ont pu acquérir des connaissances (et un savoir-faire) en conditionnement de
grains, présentation de produits pour la consommation humaine selon des normes exigées à des firmes,
fonctionnement du marché régional, fonctionnement du système bancaire commercial. Dans certains cas, des
groupes de producteurs présentent par devant d'autre organisme la réussite des contrats avec le CECI comme
preuve de bonne capacité de gestion pour recevoir des appuis financiers.

4.2 Profits réalisés

        4.2.2. Investissements réalisés
Les profits générés sont généralement divisés en deux (2) parties: Investissement collectif et individuel.

a) Les investissements collectifs

La part de profit gardée par le groupe est investie dans les activités économiques suivantes: crédit, stockage de
graines, banque de semences.

b) Les investissements individuels

Les activités suivantes : frais scolaires, élevage, commerce, divers (nourriture, santé, dette)

REMARQUES IMPORTANTES

La programmation du PAH puis du PCS étant toujours de courte durée (1 an) et la signature des accords de
contribution connaissant toujours des retards, il en résulte des difficultés administratives de transition et surtout
d’articulation avec les calendriers de récolte. Donc, il n’a pas été toujours possible de réaliser de façon optimale
la planification de l’approvisionnement.




                                                                                                                     76
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       TRAVAUX EN ATELIER:
            SYNTHESES
                &
        RECOMMANDATIONS




                                                                   77
CNSA              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       ATELIER SOCIETE CIVILE




                                                                     78
CNSA                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
ANIMATEUR

Gilles DAMAIS de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire

OBJECTIFS

   (a) Avoir une vision claire de la diversité actuelle des interventions de la société civile en faveur du
       renforcement de la sécurité alimentaire
   (b) Caractériser les mécanismes actuels d'interaction entre Etat, Société Civile et Bailleurs de Fonds
   (c) Proposer des mécanismes nouveaux ou des améliorations aux mécanismes d'interaction actuels

COMPOSITION

BND; PISANO (rapporteur); AFVP; Parole et Action; GHRAP; MPCE (UCAONG); AgroAction Allemande;
CPH; RESAL; ANDAH; Christian Aid; SID - Chapitre de Port-au-Prince; SCH; CNSA


GUIDE DE L'ATELIER



   1) Expériences et pratiques actuelles

   - lister la diversité des interventions et des pratiques actuelles, à la fois celles des représentants présents de la société civile
        que celles des non présents (ONG non présentes, autres catégories de la société civile)

   - élaborer une typologie de cette diversité, en fonction du champs d'intervention

   2) Interface Société Civile et Etat

   - répartition des domaines de compétence par rapport à la sécurité alimentaire :

       .   rôle de l'Etat

       .   rôle de la Société Civile

   - domaines de complémentarité, domaines de compétition

   - quels mécanismes de concertation privilégier ?

   - Société Civile et décentralisation : quelles articulations avec les collectivités territoriales?

   3) Interface Société Civile, Etat et Bailleurs de Fonds

   - place de l'Etat dans une interface entre Société Civile et Bailleurs de Fonds

   - quelles alliances privilégier : avec l'Etat ? avec les bailleurs de fonds ?

   - quels mécanismes de concertation privilégier ?




                                                                                                                                    79
CNSA                                                                           Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
  Après examen de la grille proposée pour le déroulement de l'atelier, les participants ont souhaité y apporter
  quelques amendements et compléments jugés indispensables. Le déroulement de l'atelier a ainsi été organisé
  autour des points suivants :

  -    élaborer une définition plus précise de ce qu'est la société civile

  -    préciser le rôle de l'Etat par rapport à la sécurité alimentaire et le rôle de la société civile par rapport à la
       sécurité alimentaire

  -    approfondir un ensemble de questions plus précises :

       .   sur quoi doit porter la concertation Etat / Société Civile, sur la sécurité alimentaire ?

       .   quelles structures et mécanismes de concertation mettre en place ?

       .   comment résoudre le problème de l'atomicité de la société civile et le problème de la représentativité des
           délégués de cette société civile ?

       .   quelles articulations avec les structures de l'Etat et les institutions issues de la décentralisation ?




                                                                                                                         80
CNSA                                                                    Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
CONCLUSION & RECOMMANDATIONS DE L'ATELIER


  1 - ESSAI DE DEFINITION DE LA SOCIETE CIVILE

  Après discussions, la définition quasi consensuelle suivante a été adoptée :

  La société civile est un continuum d'organisations. Il existe donc nécessairement un certain flou lorsqu'on se
  situe près des limites en ce qui fait partie de la société civile, et ce qui n'en fait pas partie. Cela dit, la société
  civile peut être définie comme l'ensemble des organisations poursuivant des objectifs non strictement
  économiques et n'appartenant pas à l'Etat ; elles peuvent travailler dans les domaines civiques, sociaux,
  culturels et politiques, mais à l'exclusion des partis politiques ; les organisations religieuses œuvrant dans ces
  différents domaines font partie de la société civile.

  L'essentiel des discussions a porté sur les organisations à caractère ou objectif économique, telles que les
  coopératives de production ou de services. Pour certains membres de l'atelier, celles-ci font partie de la société
  civile, car elles ne poursuivraient jamais un objectif exclusivement économique, à la différence des entreprises
  privées. Le sommet mondial de Copenhague organisé par les Nations Unies a d'ailleurs classé clairement le
  secteur coopératif dans la société civile. Les entreprises privées ne font au contraire pas partie de la société
  civile, mais les structures les représentant (chambres de commerce, associations professionnelles, ...) en font
  partie.

  2 - ROLE DE L'ETAT HAITIEN PAR RAPPORT A LA SECURITE ALIMENTAIRE

  L'Etat a pour mission :

  -    d'élaborer une politique de sécurité alimentaire
  -    de définir un cadre global d'intervention pour l'ensemble des acteurs concernés
  -    d'établir une planification opérationnelle pour la mise en œuvre de cette politique
  -    d'informer les acteurs impliqués tout au long du processus
  -    de réguler les interventions et de les coordonner.

  Dans le contexte national actuel, il est indispensable d'assurer une participation active de la société civile à tous
  les niveaux de ce mandat : à l'échelon local, mais également à l'échelon national, car :

  -    d'une part, l'Etat et les institutions publiques n'ont ni la légitimité, ni la crédibilité, ni les compétences
       requises pour réaliser à eux-seuls ce mandat
  -    et d'autre part, il s'agit de contribuer à la mise au point d'un nouveau mode de participation, au-delà des
       mécanismes classiques prévus dans le cadre de la démocratie parlementaire.

  En ce sens, la proposition faite par le groupe de travail, et qui est détaillée ci-dessous, devra amener les
  responsables à réfléchir sur les amendements et révision à apporter à la Constitution de la République d'Haïti,
  révision allant dans le sens de la recherche d'une participation plus active de la société civile dans la vie
  publique, notamment au niveau local.

  3 - ROLE DE LA SOCIETE CIVILE PAR RAPPORT A LA SECURITE ALIMENTAIRE

  Compte tenu du point précédent, le rôle de la société civile dans la sécurité alimentaire peut donc être défini
  comme suit :

  La société civile doit participer avec l'Etat aux différentes étapes de sa responsabilité telles que définies ci-
  dessus: élaboration de la politique, établissement d'un cadre global d'intervention et d'une planification
  opérationnelle, information de l'ensemble des acteurs, régulation et coordination des interventions. La société
  civile doit par ailleurs assurer le suivi de la mise en œuvre des plans, programmes et politiques définis par l'Etat.


                                                                                                                      81
CNSA                                                                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
  4 - MECANISMES DE CONCERTATION / ARTICULATION AVEC LA DECENTRALISATION

  41. Le contenu du processus de concertation

  Dans un premier temps, le processus de concertation devra porter sur l'élaboration d'un Plan National de
  Sécurité Alimentaire, qui, à l'image du PNEF, devra transcender les différents gouvernements qui seront appelés
  à se succéder en Haïti à l'avenir. Ce plan pourra ainsi s'inscrire réellement dans une perspective de long terme;
  tout ceci conformément aux engagements pris par la République d'Haïti lors du sommet mondial sur
  l'alimentation de Rome en 1996 organisé par la FAO.

  42. Organisation du processus de concertation

  Le processus devra être décentralisé, en partant du niveau communal pour arriver au niveau national, soit
  depuis la base (les communes) jusqu'au sommet, afin de finaliser un plan national concerté.

   Au niveau de la commune

  Des commissions mixtes communales devront être créées, pour analyser, modifier et valider la proposition de
  plan national de la CNSA. Ces commissions comprendront :

  -    des représentants des organisations de la société civile de la commune
  -    des représentants de la CNSA
  -    le Conseil Municipal
  -    l'Assemblée Municipale.

  Le mécanisme de choix des représentants de la société civile appelés à participer au processus au niveau de la
  commune devra être flexible et adapté à chaque contexte communal.

  Les principes de base à respecter seront les suivants :

  - élaboration avec les autorités municipales d'un inventaire exhaustif des structures existantes impliquées dans
    la sécurité alimentaire
  - invitation à l'ensemble de ces structures à désigner des délégués qui participeront à la commission mixte
    communale (le nombre de délégués reste à déterminer, et variera d'une commune à l'autre)
  - invitation à ces structures à expliciter le mode de choix qu'elles auront adopté pour la désignation de ces
    délégués, ceci afin de garantir la transparence du processus.

  Le groupe de travail a insisté pour que les ONG intervenant au niveau d'une commune ne participent pas
  directement à ces commissions mixtes. Elles interviendront le cas échéant en appui aux organisations de la
  société civile déléguées qui le souhaiteront. A l'issue des travaux de ces commissions mixtes communales, les
  délégués des organisations de la société civile choisiront parmi eux des représentants qui seront appelés à
  siéger dans les commissions mixtes départementales (système pyramidal).

   Au niveau du département

  Les commissions mixtes départementales pourront regrouper :

  -    les délégués départementaux des organisations de la société civile
  -    la CNSA
  -    les Directions Techniques concernées (agriculture, transport, commerce, santé, ...) des administrations
       publiques déconcentrées
  -    le Délégué Départemental
  -    le Conseil Départemental
  -    l'Assemblée Départementale.



                                                                                                                   82
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
  A l'issue des travaux de ces commissions mixtes départementales, les délégués des organisations de la société
  civile choisiront parmi eux des représentants qui seront appelés à siéger dans la commission mixte nationale
  (système pyramidal).

   Au niveau national

  La commission mixte nationale pourra regrouper :

  -    les délégués nationaux des organisations de la société civile
  -    le Conseil Interministériel de la Sécurité Alimentaire (Ministre de l'Agriculture, Ministre de l'Economie et des
       Finances, Ministre de la Santé Publique et de la Population, Ministre du Commerce et de l'Industrie, Ministre
       de la Planification)
  -    un représentant du Sénat et un représentant de la Chambre des Députés
  -    les associations professionnelles concernées (ANDAH, ASPHA, ...)
  -    les associations du secteur privé
  -    les plate-formes d'ONG (Inter-OPD, HAVA, READA, Groupe ONG sécurité alimentaire).

  43. Articulation avec la décentralisation

  En s'appuyant très fortement, et à tous les niveaux, sur les structures issues de la décentralisation (Conseil
  Municipal et Départemental, Assemblée Municipale et Départementale), le processus proposé contribue à
  renforcer cette décentralisation plutôt qu'à l'affaiblir, dans la mesure où l'activité proposée rentre dans les
  attributions prévues par la Constitution pour ces collectivités locales.

  Par ailleurs, en proposant un mécanisme démocratique de représentation de la société civile au sein des
  instances prévues aux différents niveaux (communal, départemental et national), le processus proposé
  contribuera à résoudre le problème de l'atomicité de la société civile haïtienne.

  5 - OPERATIONNALISATION PAR LA CNSA

  Le groupe de travail "société civile et sécurité alimentaire" a ainsi clairement confié à la CNSA le mandat
  d'actualiser et de valider son Plan National de Sécurité Alimentaire dans le cadre d'une démarche participative et
  décentralisée.

  Pour la CNSA, le problème du manque de ressources humaines pour conduire ce processus reste néanmoins
  posé : comment intervenir dans 135 communes et 9 départements avec l'équipe actuelle de 4 cadres
  techniques?

  Le groupe de travail propose deux options à approfondir :

  -    l'établissement d'alliances avec d'autres secteurs qui pourraient collaborer dans la mise en oeuvre du
       processus, notamment certaines ONG, qui partageraient entièrement les objectifs et la démarche proposés ;
       la question du choix de ces partenaires éventuels reste cependant entière ;

  -    l'implication forte dès le démarrage du processus des agronomes des Directions Départementales de
       l'Agriculture, qui seraient directement chargés de sa mise en œuvre au niveau communal.

  Par ailleurs, le groupe de travail a souhaité mettre en garde la CNSA contre les risques de récupération
  politique ou clientélisme d'une telle démarche participative et décentralisée.

  Enfin, le groupe de travail recommande à la CNSA de prendre contact avec la Commission Nationale de Réforme
  Administrative, qui travaille sur la décentralisation, afin de valider avec elle cette proposition de démarche pour
  l'élaboration d'un plan national de sécurité alimentaire concerté.




                                                                                                                      83
CNSA                                                                 Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
              ATELIER
       SYSTEME D'INFORMATION




                                                                    84
CNSA               Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
ANIMATEUR

Rémy MONTAS du Réseau Européen de Sécurité Alimentaire

OBJECTIFS

     Contribuer à la mise en place d'un système national d’informations dans le domaine de la sécurité
      alimentaire

Spécifiquement l'atelier visait à:

    (a) Réfléchir sur la possibilité de mettre en place un réseau national d’organismes pouvant contribuer à la
        génération de données dans le domaine de la sécurité alimentaire
    (b) Réfléchir sur les modalités possibles de coopération entre les organismes intéressés
    (c) Contribuer à la consolidation et à l’élaboration d’une proposition d’harmonisation des différents
        systèmes existants.

COMPOSITION

AAA (PASAAP); ADE/RESAL; AFVP; BID/MARNDR; BRH; CARE-Haiti; Children Aid Direct; CNSA;
COD/EMH; CRS; FAES; IHSI; MARNDR (UPSE); MEF (Direction des Etudes Economiques); PAM; RESAL;
SNP; UniQ; PL480

GUIDE DE L'ATELIER


    THEMES DE DISCUSSION :

    1)   Possibilités d'adaptation des systèmes existants dans d'autres pays en développement et / ou conçus par des
         institutions internationales (approfondissement de la présentation en plénière)

    -    Modèles de sécurité alimentaire sous-jacents

    -   Pertinence pour le cas d’Haïti d'un ou de plusieurs modèles / systèmes de suivi, à évaluer sur la base d'un ensemble
    de critères : contexte socio-économique, caractéristiques agro-écologiques, type de données à collecter, exigences en
    ressources humaines et financières, …

    -    Organisation institutionnelle qui serait à privilégier

    2)   Analyse de la proposition de la CNSA

    -    informations jugées nécessaires :

                .   les variables et indicateurs proposés constituent-ils une liste minimale acceptable?
                .   existence ou non de sources d'informations non utilisées et non proposées, et facilement accessibles?
                    (données sur l'offre alimentaire, la demande alimentaire, les marchés et les prix, la santé, la nutrition,
                    l'éducation, les conditions économiques et les revenus, autres, …)
            .        possibilité de placer des commandes précises d'informations auprès de certains organismes (par exemple :
                     hôpital général).

    -    relations offre / demande d'information

                                                                                                                            85
CNSA                                                                      Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
           .       fluidité dans la circulation des informations entre les producteurs, les organismes intermédiaires et les
                   utilisateurs d'information : quelles améliorations possibles?
           .       organisation de la restitution des données traitées et des résultats d'analyse et d'interprétation aux
                   pourvoyeurs d'information : comment l'organiser ?

   -   structuration institutionnelle

           .       profil du réseau (structure)
           .       organe de coordination et / ou de centralisation (la CNSA, autres, …) ?
           .       modalités de la coordination (groupes de travail, relations organiques, …) ?
           .       niveau(x) de décentralisation ?

   -   fonctionnement et financement

           .       moyens à mettre en œuvre
           .       coûts explicites et non explicites
               .   origine et type de financement à mettre en place




                                                                                                                               86
CNSA                                                                       Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
CONCLUSION & RECOMMANDATIONS DE L'ATELIER



   Des trois objectifs spécifiques préalablement fixés, seuls les deux premiers ont pu être partiellement
   atteints.

   Les discussions ont tourné autour des deux thèmes qui suivent. Des éléments de réponse ont pu ainsi être
   dégagés des échanges effectués au cours de cet atelier.


   A- Possibilités d'adaptation des systèmes existant dans d'autres pays.

   A part la proposition argumentée par la CNSA d'un système de suivi de la situation de la sécurité
   alimentaire basé sur un partenariat dynamique entre différents systèmes d'informations en Haïti, deux
   systèmes ont été présentés au cours du séminaire. Il s'agit du " Vulnerability Analysis Mapping"
   patronné par le PAM et du "Système d'Alerte Précoce" mis en œuvre actuellement dans de nombreux
   pays d'Afrique.

   Le groupe a fait ressortir les difficultés qui entourent l'adaptation en Haïti des modèles conçus pour d'autres
   pays. Ceci non seulement à cause des caractéristiques très particulières d'Haïti mais aussi en raison des
   objectifs très spécifiques de ces systèmes et de leurs exigences en terme de ressources financières,
   matérielles et techniques.

   Par rapport à ce constat et en considérant l'ensemble des contraintes identifiées, les participants ont pensé
   qu'il serait préférable dans le cas d'Haïti d'inclure dans le Système Global de Suivi de la Sécurité Alimentaire
   des objectifs de suivi de la vulnérabilité.

   Il ressort des discussions du groupe de travail les principales idées suivantes:

      L'Etat doit investir dans des structures beaucoup plus stables ou du moins doit se munir de son propre
       système de collecte et de traitement d'information, car il devra cesser de compter sur les petits
       systèmes d'information des ONG qui non seulement ont une durée éphémère mais sont conçus pour
       des besoins spécifiques.

      Il faudrait renforcer la communication entre les principales institutions intervenant dans la génération
       d'informations concernant la sécurité alimentaire. Ce qui permettrait d'éviter des duplications en terme
       de collecte et de couverture géographique, de répartir les responsabilités, de faciliter la réalisation d'un
       inventaire des principales informations disponibles ainsi que leurs sources, d'identifier des données
       manquantes pouvant néanmoins être collectées et de renforcer la capacité d'analyse des informations,
       ce qui est extrêmement important.

      Il faudrait aussi planifier les activités de façon réaliste en fonction des contraintes financières et dans
       les régions géographiques où existent des institutions collectant les informations minimum appropriées.
       Car avoir un système d'information homogène et national avec tous les moyens que cela exige reste
       difficilement réalisable.

      Dans le contexte qui prévaut actuellement, il vaut mieux penser à la mise en place d'un système qui se
       construirait avec les données disponibles et qui s'enrichirait et se renforcerait graduellement. Ceci aurait
       l'avantage de permettre de tester ce système en cours de montage et d'apporter des correctifs au fur et
       à mesure de sa mise en œuvre.

      La Coordination nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) doit jouer son rôle de point focal du
       système en fixant les règles du jeu, en établissant des mécanismes de partenariat entre les principaux
       concernés et en organisant la concertation.

                                                                                                                   87
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   B - Analyse du modèle proposé par la CNSA

   La seconde partie des discussions a porté sur la faisabilité du modèle de suivi de la sécurité alimentaire
   proposé par la CNSA.

      Le modèle proposé par la CNSA est très exigeant en terme de données à recueillir (directement ou
       indirectement) pour sa mise en œuvre. Les principales variables requises sont très diversifiées par leur
       nature et leurs caractéristiques. Le groupe a donc jugé important de définir de façon réaliste le niveau
       de désagrégation de ces données. Le niveau départemental serait fortement conseillé pour commencer
       vu les nombreuses difficultés. Par la suite on pourrait désagréger au niveau communal, voire au niveau
       section communale.

      Le système une fois établi, des mécanismes de restitution de l'information seront mis en place pour les
       différents partenaires. Les rapports et/ou publications seront établis en fonction du type de destinataire
       visé.

      Le groupe a jugé qu'il était impératif que la CNSA établisse, en plus des secteurs étatiques, une
       collaboration intense avec des plates-formes d'ONG. La CNSA agirait comme facilitateur, identifierait les
       besoins et s'entendrait avec les partenaires pour la collecte des informations nécessaires.

      La CNSA verrait de préférence un réseau à financement éclaté. En ce sens, elle s'engage à chercher un
       financement additionnel qui lui permet d'augmenter et d'améliorer sa capacité d'encadrement
       méthodologique , de supervision et d'analyse. D'un autre coté, les autres systèmes devraient continuer
       à travailler avec leur propre financement et les données recueillies seraient envoyées à la CNSA qui
       s'occuperait de leur analyse en les insérant dans un cadre beaucoup plus large et qui restituerait
       également l'information avec la valeur qu'elle y aurait ajoutée.

   3.- RESOLUTIONS

   Suite aux différents échanges les points suivants ont été retenu sous forme résolution:

      Le réseau d'organismes participant au "Système de Suivi de la Sécurité Alimentaire " doit être établi. A
       cet effet, le groupe propose la tenue de réunions techniques qui devront fixer les objectifs, les
       modalités de fonctionnement, les institutions participantes, …Ces réunions feront suite au séminaire.

      Les institutions participant au réseau devront disposer de ressources pour le fonctionnement de leur
       système d'information et pour l'exécution des principales activités de collecte, de traitement et
       d'analyse des informations sur la sécurité alimentaire.

      Dans l'immédiat il a été proposé la mise en place d'un comité de suivi de cette résolution. La CNSA se
       chargerait d'inviter les organismes intéressé à former ce comité et d'établir un calendrier de travail
       jusqu'à la formation dudit comité.




                                                                                                                  88
CNSA                                                             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   ATELIER CANTINES SCOLAIRES




                                                                   89
CNSA              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
ANIMATEUR

Richard ETIENNE de la Coordination nationale de la Sécurité Alimentaire

OBJECTIFS

Apporter des recommandations spécifiques pour optimiser la fonction normative du Programme National de
Cantines Scolaires dans une optique de renforcement de la sécurité alimentaire

COMPOSITION
Union Européenne (UE); CARITAS, Ministère des Affaires Etrangères (MAE), BND, USAID, AIRD (USAID),
ACF, PNCS, PAPDA,MARNDR (STDG), RESAL, CNSA

GUIDE DE L'ATELIER18

     1) Ciblage des bénéficiaires

     - quels critères de sélection des écoles privilégier (hiérarchiser les critères)
     - quel articulation avec le PNCS pour le choix des écoles à appuyer ?

     2) Activités complémentaires à développer autour de la cantine scolaire

     - quelles activités privilégier (jardins scolaires, programme de santé, ...), et en fonction de quel critère (pertinence par
        rapport à la sécurité alimentaire, durabilité, ...)
     - pour chaque activité, quelles modalités de mise en oeuvre ?
     - quelle répartition des rôles ?

     3) Comités de parents

     -   quel rôle au sein de l'école ? quel domaine de compétence ?
     -   quelle articulation avec les autres comités existants au sein de l'école ?
     -   quelles modalités de mise en place ?
     -   quelle formation leur apporter ?

     4) Suivi et impact des programmes de cantines scolaires

     - quelles variables pertinentes suivre pour mesurer l'efficacité et l'impact des programmes de cantines scolaires ?
        performances scolaires ? performances nutritionnelles ?
     - quels indicateurs de suivi minimum à mettre en place pour mesurer l'efficacité et l'impact des programmes ?

     5) Achats locaux
     - potentialités et contraintes des achats locaux
     - modalités à recommander

     6) Pérennisation des cantines scolaires
     - quelles sources de financement à long terme ? comment assurer la durabilité des financements ?

18
   Le guide initial ci-après avait été préparé, basé sur certains aspects jugés prioritaires de la problématique «cantines scolaires » et distribué aux
participants. Ce guide a été complété sur la base des préoccupations et de certaines questions exprimées au cours des débats qui ont suivi les présentations
en panel. Ces questions ont été regroupées en six axes:

1) Ciblage des bénéficiaires
2) Activités complémentaires à développer autour de la cantine scolaire
3) Comités de parents
4) Suivi et impact des programmes de cantines scolaires
5) Achats locaux
6) Pérennisation des cantines scolaires
                                                                                                                                                        90
CNSA                                                                                      Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   - quel niveau de participation des parents d'élèves ?
   -  quelles modalités de collecte et de gestion des cotisations des parents ?



CONCLUSION & RECOMMANDATIONS DE L'ATELIER


   1. CIBLAGE DES BÉNÉFICIAIRES

   1.1 Critères de ciblage

   Les participants à l'atelier ont fait ressortir le fait que les critères de ciblage sont essentiellement liés aux
   objectifs de l'intervention. Ces derniers variant d’un bailleur ou opérateur à un autre (améliorer l'état
   nutritionnel des plus démunis pour certains, améliorer le rendement scolaire, réduire la pauvreté pour
   d’autres ) il est très difficile de fixer des critères de ciblage uniformes. Cependant, le MENJS ayant
   clairement défini sa position concernant les cantines scolaires, à savoir que cette intervention rentre dans le
   cadre plus large du Plan National d’Education et de Formation (PNEF), le groupe a souhaité que tous les
   opérateurs et bailleurs établissent des modalités d’adaptation d’une partie des objectifs de leur programme
   et le ciblage des bénéficiaires à cette vision.

   Néanmoins, une liste de critères a été identifiée et serait à adapter aux différentes situations (objectifs
   poursuivis):
   - Niveau économique des enfants fréquentant l'école
   - Accessibilité des écoles
   - Reconnaissance des écoles par le MENJS
   - Existence d’un comité de parents
   - Choix des zones (rurales ou urbaines)
   - Type d’écoles (privées/publiques)
   - Existence de facilités telles eau, latrines, cuisine, dépôt…

   Parmi ces critères, les quatre premiers sont jugés obligatoires. Les deux suivants seraient liés au choix d’un
   bailleur ou d’un opérateur d’appuyer une catégorie d’école plutôt qu’une autre. Cependant, le groupe a
   attiré l’attention sur la nécessité de bien cibler les écoles privées de manière à éviter de favoriser
   directement un particulier. L'inexistence de facilités, enfin, ne devrait pas constituer à elle seule un critère
   de rejet d’une école du programme. Dans ces cas, il serait souhaitable d’insérer la couverture de ces
   besoins dans les activités complémentaires.

   1.2 Articulation avec PNCS

   Le groupe a exprimé l'existence d’un certain flou sur les rôles respectifs du MENJS et celui du PNCS en ce
   qui concerne la coordination du programme de cantines scolaires. Le groupe a toutefois recommandé la
   mise en place d’une plate forme de concertation ou son élargissement dans le cas où elle existerait déjà.
   Ceci permettrait de renforcer le leadership de l'entité coordonnatrice et de déboucher sur des solutions
   capables de renforcer le programme. L'une des premières tâches de cette plate forme serait d’examiner
   certaines propositions ou souhaits exprimés par les participants à cet atelier.

   2. ACTIVITÉS COMPLÉMENTAIRES

      Il a été suggéré:

   -   la création de jardins maraîchers avec un objectif de formation plutôt que d'autosuffisance de la cantine
   -   la formation en conservation et transformation de fruits et des légumes
   -   l'éducation sur la conservation des ressources environnementales
   -   les activités de valorisation des produits locaux
   -   la mise sur pied de programme de santé, de nutrition et d’hygiène scolaire (éducation/formation, soins,
       eau potable, latrines…)
                                                                                                                          91
CNSA                                                                     Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   -   l'appui au programme d'amélioration de la qualité de l'enseignement ( formation/recyclage des maîtres,
       fourniture de matériels didactiques…) conformément aux objectifs du PNEF.

      Modalités de mise en œuvre

   Les activités complémentaires ci-dessus mentionnées concernent plusieurs secteurs. Un mécanisme de
   collaboration entre les représentants des différents ministères sur le terrain (DDE, DDA, DDS…. ) devrait
   être développé. Ceci suppose une implication au plus haut niveau de ces dits ministères dans cette nouvelle
   vision du programme de cantines scolaires.

   Les participants ont en plus admis le principe de la sous-traitance qui pourrait intervenir entre le
   programme et d’autres acteurs disponibles dans la zone ou la localité. Ceci pourrait se faire notamment
   pour des activités spécifiques ou dans certains cas où les ministères disposeraient de moyens limités.

   Le groupe a enfin recommandé que la responsabilité de la réalisation de ces activités ne soit pas laissée aux
   bénéficiaires seuls. Les opérateurs doivent s’impliquer tout au moins dans la promotion des relations entre
   ces derniers et les différents acteurs dans les zones d’intervention (personnel sanitaire, agricole, etc…)


   3. COMITÉ DE PARENTS

   L'existence de comité de parents au sein de l'école a été unanimement acceptée comme critère obligatoire
   de participation à un programme de cantines scolaires. La mise en place de ces comités ou leur
   fonctionnement n’étant pas toujours facile, il a été suggéré que les opérateurs appuient des activités de
   motivation et de sensibilisation en ce sens.
   Concernant le rôle des comités de parents, il a été recommandé de donner à ceux-ci un pouvoir de
   contrôle et de sanction dans la gestion générale de l'école. Cependant, pour la gestion quotidienne des
   activités de cantines scolaires, un sous-comité constitué sur la base de la compétence et de la disponibilité
   des gens devrait être envisagé.


   4. SUIVI DE L'IMPACT DES PROGRAMMES

   Vu la complexité de ce sujet et son caractère très technique, le groupe a jugé préférable de limiter sa
   recommandation à la constitution d’un groupe piloté par le MENJS et dont le mandat serait d’approfondir la
   réflexion sur ce sujet et de proposer des indicateurs de suivi, qui tiendraient compte des différents objectifs.

   Cinq institutions ont spontanément proposé leur participation à ce groupe. Il s’agit de : la CNSA, l'USAID,
   l'assistance technique sécurité alimentaire de l'UE, le BND et le PNCS. D’autres institutions ou ministères en
   fonction de leur compétence technique en la matière pourraient être appelés à faire partie de ce groupe.


   5. ACHATS LOCAUX

   Les contraintes identifiées par le groupe sont celles qui sont généralement mentionnées au cours des
   réflexions sur ce sujet, à savoir :

   -   La faiblesse de la production agricole
   -   La non compétitivité des produits locaux
   -   Les difficultés de transport des produits d’un point à un autre à cause des infrastructures défaillantes
   -   La politique des bailleurs

   Sur la base de l'expérience du CECI, le groupe a jugé qu’il s’agit d’une approche viable si les deux
   conditions générales suivantes sont réalisées :

   -   Une politique agricole de l'Etat pour garantir cette opération
   -   Une politique de soutien des prix par l'Etat
                                                                                                                   92
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
   Des recommandations spécifiques ont été faites par le groupe quant aux modalités de mise en œuvre de
   cette approche :

       Une approche plutôt progressive de mise en œuvre doit être adoptée. Dans un premier temps, il serait
        souhaitable de limiter cette activité aux régions ayant une production agricole suffisante ou à
        certaines cultures pour lesquelles un niveau d’autosuffisance alimentaire est visé par le gouvernement

       Fournir la possibilité aux opérateurs de cantines d’établir des contrats avec des associations locales de
        producteurs pour stimuler des productions additionnelles

       L'état est sollicité de prendre des dispositions pour fournir ou faciliter un encadrement aux prestataires
        inexpérimentés dans le domaine afin qu’ils acquièrent des expériences nécessaires pour réaliser cette
        activité

       La mise en place de sous-comité à l'école s’occupant des achats locaux devrait être encouragée.


   6. PÉRENNISATION DES CANTINES SCOLAIRES

   Les conclusions du groupe sur la pérennisation des cantines scolaires ont porté sur la nécessité de garantir
   à ces programmes des sources de financement stables dans le temps. En ce sens, divers mécanismes ont
   été proposés à la fois aux niveaux national et local.

       Au niveau national :

   Au niveau national, deux interventions indispensables pour garantir cette pérennisation ont été mises en
   évidence :

   1) A court terme, la budgétisation du programme et de ses composantes au niveau des ministères
      concernés.

   2)    A moyen terme, la mise en place de la décentralisation et la structuration (existence de cadre légal et
        dotation de moyens) des collectivités territoriales, ce qui peut entraîner la prise en charge en tout ou en
        partie des programmes de cantines scolaires par ces dernières.

   Tout ceci ne peut se faire qu’au travers d’une initiation à une nouvelle vision des cantines scolaires et d’une
   plaidoirie à ouvrir de manière plus large sur l'importance du soutien aux services sociaux.

       Au niveau local :

   -    Toutes les fois que ceci s’avère possible, la participation directe des parents au financement de la
        cantine devrait être recherchée. Cependant, les modalités de cette participation doivent tenir compte
        des conditions économiques généralement modestes des parents en question.

   -    Le développement des capacités locales par la promotion de micro entreprises au niveau de la
        communauté entre autres doit être encouragé.




                                                                                                                   93
CNSA                                                              Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       PROPOS DE CLOTURE




                                                                  94
CNSA             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
          Mots de clôture de la Coordonnatrice Nationale de la CNSA
        Par Danielle AVIN ADRIEN



Très chers invités,

Je veux surtout vous remercier pour votre présence. La plupart des institutions invitées ont répondu avec
enthousiasme. Je vous remercie pour le travail réalisé durant ces deux (2) journées. Nous sommes conscients
que le programme était lourd et malgré tout, vous avez répondu à cent pour cent. Je remercie tout
particulièrement les participants aux ateliers qui ont donné un travail extraordinairement pertinent et dense en si
peu de temps.

De notre coté, nous vous promettons que vos recommandations seront prises en compte, notamment les
éléments de suivi pouvant être accomplis au niveau de la CNSA, comme le travail sur le système de suivi de la
sécurité alimentaire et certains aspects suggérés au niveau de l'atelier ayant travaillé sur la "société civile". Nous
sommes sûrs que le Ministère de l'Education Nationale (MEN) et le Programme National de Cantines Scolaires
(PNCS) vont utiliser les riches suggestions et recommandations qui ont été faites au niveau de l'atelier "cantines
scolaires" de façon à ce que le travail puisse continuer. Nous souhaitons également que les efforts de réflexion
se poursuivent au niveau de la "Société Civile", tout particulièrement la Plate Forme d'ONG "Sécurité
Alimentaire" et nous sommes ouvert à l'établissement de passerelles permettant d'intégrer et de concrétiser les
résultats de nos analyses et réflexions. Car, nous devons tous considérer les travaux d'atelier dans leur ensemble
comme une étape de réflexion et ce travail doit être poursuivi.

Au niveau du RESAL/CNSA, nous allons travailler sur le procès verbal de ce qui a été fait ici. Vous aurez à
recevoir sous peu, un brouillon de ce procès verbal pour recueillir vos réactions. Par la suite, vous recevrez les
minutes de ce séminaire qui a été pour nous extrêmement intéressant.

Avant de terminer, j'aimerais adresser un remerciement spécial aux panélistes aussi bien ceux qui étaient en
Haïti que ceux qui se sont déplacés de très loin pour venir partager leurs expériences avec nous.

Je remercie également ceux qui ont servi avec désintéressement de façon active en tant que modérateurs, en tant
qu'animateurs et qui ont contribué au succès de ces deux journées de travail.

Chers invités, encore une fois, merci!.




                                                                                                                     95
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                          ANNEXES
   1. Programme du séminaire
   2. Liste des participants




                                                                                96
CNSA                           Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                        Annexe 1: PROGRAMME DU SEMINAIRE



Patronage:        CNSA/RESAL

Date:             29 février – 1er mars 2000

Lieu:             Pétion Ville, Hôtel Montana


Objectifs du séminaire:

    Présenter et discuter les résultats des études et réflexions réalisées en 99 par le RESAL et la CNSA

    Favoriser les échanges d'expériences (ciblés sur les trois thèmes sur lesquels la CNSA et le RESAL ont travaillé) et
     d'approches entre intervenants, et

    Mieux connaître les stratégies sous-jacentes adoptées par le Gouvernement Haïtien, la société civile et les bailleurs de
     fonds dans ce domaine


Approche:

Première journée:
                     Présentation des concepts généraux. Panel regroupant la CNSA et le RESAL.
                                                            Durée prévue: 1h30

                     présentation des thèmes spécifiques (société civile, cantine scolaire et système d'information/suivi).
                      Panel composé, suivant la thématique à traiter de: CNSA, RESAL, le groupe d'ONG, PAM, IHSI,
                      PNCS, Représentants de l'Etat et de la société civile.
                                                              Durée prévue: 4h environ


Deuxième journée:
                     Discussions en ateliers, restitution en plénière/débat, synthèse

                                                   GRANDES LIGNES

A/       Présentation des concepts généraux (Panel introductif)

                             PRESENTATION                                                  INTERVENANTS
 Approches conceptuelles de la sécurité alimentaire; Activités réalisées par la
                                                                                                 CNSA
                                   CNSA
                                                                                              Danielle Avin
                                   25 mn
 Approche de la sécurité alimentaire du RESAL; Activités réalisées en Haïti                      RESAL
                                   25 mn                                                         V. Staes
                                 DEBATS
                                   30 mn
                                 Synthèse                                                 Université Quisqueya
                                   10 mn                                                  Sildor EMMANUEL
                                Modérateur:
                           Volny Paultre de la FAO




                                                                                                                            97
CNSA                                                                     Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
B/       Présentation des thèmes spécifiques: Société civile; Système d'information et Cantine scolaires (Panels)

         THEMES                           PRESENTATION                                   INTERVENANTS
                               CNSA: Approche de concertation avec société
                                                                                                CNSA
 1- Société Civile                                civile
                                                                                              R. Etienne
                                                  5 mn
        Durée: 1h20                Rôle société civile dans la sécurité                    Groupe ONG
                                              Alimentaire                                  M. Mathurin,
                                                 15 mn                                   Y.A. Wainwright
        Modérateur:                   Relations société civile/Etat                     MPCE / Bureau ONG
      P. Mathieu /UEH                            15 mn                                   Hugues JOSEPH
                                              Expériences                                    TRC-NO
                                                 15 mn                                    W. Bien-Aimé
      Rapporteur:                              DEBATS
 Gilles Damais / CNSA                            30 mn

                                      Cadrage: Système suivi sécurité
                                                                                                CNSA
                                                Alimentaire
                                                                                                D. Avin
                                                   15 mn
 2- Systèmes                Etat d'avancement des travaux en cours et prévus en
                                                                                              IHSI
    d'information              matière d'enquêtes et de statistiques nationales
                                                                                         Raymond Gardiner
                                                   15 mn
        Durée: 2h00                    Expériences ONG/Nord Ouest                      CARE/PISANO/AAA
                                                   10 mn                              R. Exceus/ M. JOSEPH
                                           Outil de suivi des prix                            RESAL
                                                   15 mn                                  Véronique Staes
       Modérateur:                Présentation observatoire en milieu rural            Expert ADE/RESAL
     F.Bourcicot /IHSI                             20 mn                                  Vincent Baquet
                                       Présentation du système VAM                             PAM
        Rapporteur:                                15 mn                             Pablo Recalde, VAM/PAM
     R. Montas / RESAL
                                                 DEBATS
                                                  30 mn


                                 Cadrage: Politique nationale de cantines
                                                                                               MENJS
 3- Cantines Scolaires                           scolaires
                                                                                          Carl Barberousse
                                                  15 mn
        Durée: 1h15                       Etude RESAL/BND                                      RESAL
                                                  15 mn                                    S. Moutaftchieff
        Modérateur:         Evaluation du programme de cantine scolaire mis
                                                                                             Pr CECI
          MSPP              en œuvre
                                                                                     Charles VINCENT (PAM)
                                                  15 mn
        Rapporteur:
                                                  DEBAT
     R. Etienne / CNSA
                                                   30 mn




                                                                                                                       98
CNSA                                                                  Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
       CALENDRIER DE DEROULEMENT


Jour 1: Mardi 29 février


08h30-09h00:        Inscription

09h00-09h30:        Discours inauguraux
                          . Mots de bienvenue par la CNSA
                          . Discours du représentant de l'Union Européenne
                          . Ouverture par le Ministre de l'agriculture, Président du Conseil Interministériel de
                               la Sécurité Alimentaire (CISA)


                    Explications sur fonctionnement séminaire


09h30-10h00:        Pause – Café


10h00-11h30:        Panel introductif: Présentation des Concepts généraux
                                                                   Modérateur: V. Paultre, FAO-HAITI

                    Composition:   CNSA, RESAL

                    Déroulement:
                             . Présentations    50 mn
                             . Débats           30 mn
                             . Synthèse         10 mn

11h30-12h50:        Panel (1):Société civile.
                                                Modérateur: Philippe Mathieu, Rectorat Université d'Etat d'Haiti

                    Composition:   Groupe ONG ; TRC-NO; MPCE ;CNSA

                    Déroulement
                             . Présentations    50 mn
                             . Débats           30 mn



12h50-14h00:        Déjeuner


14h00-16h00:        Panel (2):Système d'information/suivi.
                                                                             Modérateur: Frantz Bourcicot, IHSI

                    Composition:   CNSA, IHSI, PAM, ADE/RESAL, CARE/AAA/PISANO

                    Déroulement:
                             . Présentations    1h30
                             . Débats           30mn


                                                                                                                     99
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
16h00-16h15:     Pause


16h15-17h30:     Panel (3):Cantines scolaires.
                                                                            Modérateur: MSPP

                 Composition:   MENJS, RESAL, CECI et CNSA

                 Déroulement:
                          . Présentations         45 mn
                          . Débats                30 mn



Jour 2 : Mercredi 1er Mars


08h30-09h30:     Synthèses des panels 2, 3 et 4

                          Panel (1) - Société civile:             Gilles Damais                 15mn
                          Panel (2) - Système d'information:      Rémy Montas                   15mn
                          Panel (3) - Cantines scolaires:         Richard Etienne               15mn
                          Discussions                                                           15mn

09h30-12h45:     Travaux en ateliers (3)

                 Animateurs:
                         Atelier 1 - Société civile:                        Gilles Damais
                         Atelier 2 - Système d'information/suivi:           Rémy Montas
                         Atelier 3 - Cantines scolaires:                    Richard Etienne



12h45-14h00:     Déjeuner

14h00-16h00:     Plénière: restitution des résultats & débats

                 Déroulement:
                                    . atelier 1           15 mn
                                    . débats              30 mn
                                    . atelier 2           15 mn
                                    . débats              20 mn
                                    . atelier 3           15 mn
                                    . débats              20 mn

16h00-16h15:     Pause

16h15-16h45:     Synthèse et clôture
                          . synthèses générales           20 mn             CNSA/RESAL
                          . remerciements                 10 mn             CNSA/RESAL




                                                                                                                     100
CNSA                                                                Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
                         Annexe 2: LISTE DES PARTICIPANTS
       NOM & PRENOMS                      FONCTION                  INSTITUTION                29/02     01/03    Atelier
SEM François SEVERIN         Ministre                        MARNDR                               x

Jacques CAMILLE              Cadre                           MARNDR/STDG                          x          x         CS

Léonne MENAGER GEORGES       Directrice UPSE                 MARNDR/UPSE                          X          x         SI

Stéphane HERAUX              Consultant                      BID/MARNDR                           x          x         SI

Pierre Yves BAULAIN          Conseiller en Dévéloppement     Union Européenne                                x         CS
                             Assistant Technique sécurité
Paolo CURRADI                                                Union Européenne                     x          x         CS
                             alimentaire
Danielle AVIN ADRIEN         Coordonnatrice nationale        CNSA                                 x          x         SI

Gilles DAMAIS                Consultant                      CNSA                                 x          x         SC

Richard Joseph ETIENNE       Expert santé/nutrition          CNSA                                 x          x         CS

Pascal Pecos LUNDY           Agro-economiste assistant       CNSA                                 x          x         SI

Véronique STAES              Expert                          RESAL                                x          x         SC

Siméon MOUTAFTCHIEFF         Expert permanent                RESAL                                x          x         CS

Rémy MONTAS                  Expert national                 RESAL-HAITI                          x          x         SI

Joseph Denis ANTOINE         Cadre assistant                 RESAL-HAITI                          x          x         SI

Max MONDESIR                 Chargé de Mission               MPCE                                 x

Marc Hugues JACQUES          Chargé de Mission               MPCE/UCAONG                          x

Georges MERISIER             Directeur général adjoint       MENJS                                x

Carl BARBEROUSSE             Cabinet du ministre             MENJS                                x          x

Hude CLAUDE                  cadre                           BRH                                  x          x         SI

Gabriel THIMOTHE             Président                       ASPHA                                x          x

Charles VINCENT              Représentant résident           PAM                                  x          x

Ketty PAQUIOT                Chargée de projets              PAM                                  x

Sabine AUBOURG               Consultant                      BID                                  x

Volny PAULTRE                Chargé de projets               FAO                                  x

Maria ABAD ZAPATERO          Officier VAM                    PAM                                  x          x         SI

Vincent BAQUET               Conferencier                    AEDES/RESAL                                     x         SI

Raymond GARDINER             Consultant                      IHSI                                 x          x         SI


                                                                                                                 101
CNSA                                                        Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
Guy Frantz BOUCICAUT      Chargé de mission                   IHSI                                 x          x         SI

                          Assistant Directeur des Affaires
Max Charles PIERRE                                            MAE                                  x          x         CS
                          Economiques
Marie France A LALEAU     Analyste                            MEF/DEE                              x          x         SI

Remy MONLOUIS-BONNAIRE    Consultant                          MEF/DEE                              x          x         SI

Michael JEMPS             Cadre                               Bureau de Gestion PL480              x          x

Mike LECORPS              Directeur général adjoint           Bureau de Gestion PL480              x          x         SI

Mme Florence CADET        Deputy Food for Peace Officer       USAID                                x          x         CS

Dawn THOMAS               Conferencier                        USAID                                x          x         CS

Daniel PLUNKETT           Ecouteur                            AIRD/USAID                           x          x         CS

Carell LAURENT            Food for Peace Officer              USAID                                x          x

Marc JOSUE                Consultant                          ACDI                                 x          x

Evelyne PERARD            Coordonnatrice                      PNCS                                 x          x

Romuald CAUVIN            Administrateur                      PNCS                                            x         CS

Huguette MONDESIR         Agent de suivi                      PNCS                                 x          x         CS

Joseph A LAMBERT          Agent de suivi                      PNCS                                 x

Florence PITOIS           Agronome                            AFVP/EMAD                            x          x         SI

Franck SYLVAIN            Coordonnateur de projets            HELVETAS                             x

Helen SPRAOS              Représentante                       Christian Aid                        x          x         SC

Julie ALLCOCK             Directrice                          Children Aid Direct                  x

Espéranta POINT DU JOUR   Project manager                     Children Aid Direct                  x

Jean Rémy CLERVEAUX       Technicien FDN                      Children Aid Direct                             x         SI

Hiriel LAURENT            Responsable PSO                     PISANO                               x          x         SC
                          Responsable volet promotion
Serge FILS-AIME                                               PISANO                               x          x
                          économique
Isaac MICHEL              Coordonnateur MTIE                  CARE-HAITI                                      x         SI

Myrtho JOSEPH             Responsable suivi/MTIE              CARE-HAITI                           x          x         SI

Dirk GUENTHER             Directeur                           Agro Action Allemande                x          x         SC

Rotchild EXCEUS           Responsable évaluation/recherche    AAA/PASAAP                           x          x         SI

Agathe PELLERIN           Unité suivi/évaluation              CRS                                  x          x         SI

Amy KNORR                 Cadre                               CRS                                  x

Michael PORNIDE           Cadre                               CRS                                             x

Sabine MARKERT            Directrice                          GTZ                                  x

Cécile BERUT              Responsable                         AFVP                                 x          x         SC

Gérard LOHIER             Consultant                          CARITAS-HAITI                        x          x         CS

                                                                                                                  102
CNSA                                                         Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire
M. Rob PADBERG               Directeur                            BND                                  x          x         CS

Michelle ROUTHIER            Coordonnatrice                       BND                                  x          x         CS

Eddy Louis JACQUES           Président conseil administration     BND                                             x         SC

Margareth MATHURIN           Responsable                          GHRAP                                x          x         SC

Yves André WAINWRIGHT                                             PAPDA                                x          x         CS

Ameh GEORGES                 Coordonnateur médical                ACF                                  x          x         CS

Isidore DANIEL               Agronome                             COD/EMH                              x          x         SI

Wilfrid BIEN-AIME                                                 DEPISNO/TRC N-O                      x          x

Andries DE BLAEY             Directeur exécutif                   PAROLE ET ACTIONS                    x          x         SC

Jean Ronald CADET            Coordonnateur santé Nord-Ouest       SOE                                  x          x

Béatrice F PIERRE            Chargée de projets                   FAES                                            x         SI

Maryse L FRANCOIS            Professeur                           FAMV                                 x          x

Emmanuel SILDOR              Professeur                           UNIQ                                 x          x         SI

Philippe MATHIEU             Vice Recteur                         Université d’Etat d’Haiti            x

Gerrit DESLOOVERE            Coordonnateur général                CPH                                  x          x         SC

Alex BELLANDE                Consultant                                                                x

Allen HENRY                  Chargé de programmes                 BON ou ANDAH?                        x          x         SC

Josil Jean WELL              Secrétaire général                   SNP/Arcahaie                         x          x         SI

François JOSEPH              Officier de crédit                   SCH                                  x          x         SC

René DOMERSANT Jr            Secrétaire exécutif                  SID                                  x          x         SC

Bernadette AUGUSTIN          Privée                                                                    x          x         CS

Jacques Joseph CADET                                                                                              x         CS

Sabine JEAN                  Journaliste                          Radio Plus                           x

Carmelle BIEN-AIME           Journaliste                          Radio Kiskeya                        x

Yves LAMBERT                 Journaliste                          Radio Metropole                      x

Gregory CASIMIR              Journaliste                          Radio Haiti-Inter                    x

Rony MATHIEU                 Journaliste                          Radio magik Stereo                   x

Julio Hyacinthe              Journaliste                          Radio Megastar                                  x

Abel DESCOLLINES             Journaliste                          Radio Galaxie                                   x

Wilhem CADET                 Journaliste                          TNH                                             x
CS: cantines scolaires       SC: société civile                 SI: système d'information


                       ___________________________________                                    ./. PL



                                                                                                                      103
CNSA                                                             Les Actes du Séminaire de Sécurité Alimentaire

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:47
posted:12/4/2011
language:Afrikaans
pages:103